Vous êtes sur la page 1sur 10

Et maintenant, passons au « TUB Citroën » :

L’affaire paraît simple du fait de sa forme cubique, mais il n’en est rien; bien au contraire. Certes, cette
carosserie n’est pas franchement esthétique, mais doit être au moins parfaitement symétrique!. Après
plusieurs échecs, j’ai obtenu un moule satisfaisant pour atteindre l'objectif: fabriquer des modèles inédits
au 1/87. D’abord mouler les premières coques. Les taches noires viennent de la peinture gris alu du
modèle maitre, qui a mal réagi au caoutchouc silicone. Mais rien n’est perdu puisqu’il s’agissait du gris
sans marquage publicitaire. Photo N°1

Les vitrages ont été ouverts au cutter sans trop de difficulté. Photo N° 2

Il s’agit ici du 3ème moulage; on pourrait presque récupérer les essuie-glaces, mais on verra plus tard,
l’essentiel est d’ouvrir. Quelques bulles se forment encore au niveau du marchepied et les phares peuvent
venir si on les « force un peu »en remplissant les cavités lors du remplissage du moule. Photo N° 3
On voit ici très nettement l’épaisseur des vitrages, qui « viennent » bien si on les force. Un corps étranger
dans le moule a créé une bosse sur la toîture; ce modèle servira à faire un coach dont la toîture sera
découpée. Photo N° 4

Le modèle tout juste démoulé, le contre-moule, le moule. Le conteneur maintient le tout pendant toute la
durée de la coulée. Photo N°5

Le ”rescapé” qui n’attend plus qu’une restauration sommaire. Photo N° 6


Les vitrages et les passages de roues sont préparés avec du ruban adhésif pour réaliser le moule et son
contre-moule dans la même coulée de caoutchouc. Photo N°7

La liste des produits utilisés pour ce type de réalisation a été présentée dans les dossiers précédents.

L'occasion faisant le larron, j’ai utilisé un conteneur jouef comme contenant du moule (CF.photo N°5), mais
rien ne vous empêche d’en fabriquer un vous-même, en carton fort par exemple. Une fois le moulage
maîtrisé, on passe à la transformation.

La scie circulaire ou tout outil coupant est utilisé; mon conseil: couper juste après avoir démoulé; la résine
étant encore malléable, il est facile de couper avec un simple cutter. Photo N° 8
J’en profite pour récupérer le hayon pour une autre version future; rien ne se perd! Photo N°9

Le hayon une fois libéré, il est aminci en épaisseur sur un abrasif, le hublot en sera d’autant plus facile à
percer. Photo N°10

Le hublot est percé. Photo N°11


La découpe faite, un plancher est positionné pour rendre compte du rendu final et les dégagements pour
les roues sont prévus. Photo N°12

La benne proprement dit est esquissée ainsi que le « dos » de la cabine. (Désolé pour les traces de colle!)
Photo N°13

Préparation des coffres en carte plastique. Photo N°14


Les couvrants latéraux qui forment des coffres sont en plastique jaune comme en réalité. Photo N°15 .

La porte basse (coulissante) est à faire disparaitre sur cette version, c’est pourquoi j’ai gardé des modèles
ratés; un morceau de remplacement est prévu. Photo N°16

N’oublions pas les roues qui ont été moulées en même temps et qu’il faut peindre à la peinture acrylique
après les avoir ébarbées. Les pneux sont peints d' une peinture qui mate en séchant. Photo N° 17
Aperçu de la couleur mise en œuvre sur les roues; il restera la cabine à aménager : sièges, volant, tableau
de bord, pare-brise, essuie-glaces et pare-choc. Photo N°18 & 19

Ma collection s’agrandit. Photo N°19


Refaire un phare, si l’un d’eux n’est pas venu du moulage, c'est possible avec des aiguilles de couture un
peu spéciales ( à boules) dont on aura meulé la boule de moitié en prenant garde de ne pas la faire
fondre.Il suffira ensuite de couper l’aiguille à la longueur nécessaire et placer le phare manquant dans le
trou percé à cet effet. Photo N°20

L’intérieur de la cabine avec son volant à blanc fixé sur un châssis qui tiendra l’essieu avant. Photo N° 21

Un bon coup de peinture sera du meilleur effet. Photo N° 22


La cabine placée avec ses roues ainsi que les vitres qu’il faudra équiper d’essuie glaces. La version choisie
est un véhicule d'entreprise de maçonnerie. Photo N°24

Les essieux sont juste collés sous le plancher. Photo N°25

Quelques barres d’evergreen n°103 pour les montants et n°135 pour les planches. Photo N° 26
Il n’y a plus qu’à charger des sacs de ciment, des briques et peut-être même une bétonneuse. Photo N° 28

A suivre d’autres versions, sachant qu’on a préparé un hayon souvenez vous ….

Photos et textes : Hervé Leclère