Vous êtes sur la page 1sur 50

REVUE DE PRESSE - SEMAINE DU 26 JANVIER AU 2 FEVRIER 2009

LA VIE DU MODEM ............................................................................................................................................................................. 3


TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU :........................................................................................................................................ 3
La Vie Nouvelle – 30 Janvier 2009 - François Bayrou est en Savoie............................................................................................................... 3
Chambe-Aix – 30 Janvier 2009 - François Bayrou en Savoie à la rencontre des entrepreneurs....................................................................... 3
Chambe-Aix – 30 Janvier 2009 - François Bayrou réagit à la grève du 29 janvier en France lors de son déplacement en Savoie .................. 4
AGENDA ............................................................................................................................................................................................... 5
Jean Peyrelevade ........................................................................................................................................................................... 5
Corinne Lepage.............................................................................................................................................................................. 5
Corinne Lepage et Marielle de Sarnez : sorties d’ouvrages ...................................................................................................... 5
Le Figaro - 29 janvier 2009 - les confidentiels : Les femmes du MoDem se livrent........................................................................................ 5
VIE INTERNE ........................................................................................................................................................................................ 5
Conférence nationale..................................................................................................................................................................... 5
Candidatures élections européennes : Consultation des adhérents........................................................................................... 5
REACTIONS ET INTERVENTIONS ......................................................................................................................................................... 5
François Bayrou ............................................................................................................................................................................ 6
29 janvier 2009 - Mutation du préfet de la Manche : François Bayrou dénonce "le fait du prince"................................................................. 6
29 janvier 2009 - François Bayrou partage "l'inquiétude" des manifestants et grévistes.................................................................................. 6
26 janvier 2009 - François Bayrou votera la motion de censure ...................................................................................................................... 6
Corinne Lepage.............................................................................................................................................................................. 7
28 janvier 2009 - La mort programmée du Grenelle de l'environnement ......................................................................................................... 7
22 janvier 2009 - Corinne Lepage, vice-présidente du Mouvement Démocrate, exprime sa déception suite au lancement de la Stratégie
nationale de Recherche et d'Innovation lancée par le Président de la République............................................................................................ 8
Blognote - 26 janvier 2009 - Corinne Lepage: Du besoin de Justice................................................................................................................ 9
Site cap 21 - 26 janvier 2009 - CAP21 soutient le mouvement de grève du 29 janvier.................................................................................. 10
Marielle de Sarnez....................................................................................................................................................................... 11
28 janvier 2009 - Marielle de Sarnez : «Sarkozy porte atteinte aux libertés publiques» ................................................................................ 11
Abdoulatifou Aly ......................................................................................................................................................................... 12
27 janvier 2009 - Abdoulatifou Aly : projet de loi logement et lutte contre l'exclusion................................................................................. 12

LE MODEM DANS LES MEDIAS..................................................................................................................................................... 13


PRESSE ............................................................................................................................................................................................... 13
Le Figaro ...................................................................................................................................................................................... 13
29 janvier 2009 - les confidentiels : Les femmes du MoDem se livrent......................................................................................................... 13
29 Janvier 2009 - Info Figaro : Bayrou rencontre Chirac............................................................................................................................... 13
27 Janvier 2009 - Aubry salue la décision de Bayrou .................................................................................................................................... 14
Le Monde ..................................................................................................................................................................................... 14
27 Janvier 2009 - M. Bayrou : "Les atteintes aux libertés se multiplient de façon inquiétante"..................................................................... 14
Le Parisien ................................................................................................................................................................................... 16
28 Janvier 2009 - Marielle de Sarnez: «Sarkozy porte atteinte aux libertés publiques»................................................................................. 16
Libération..................................................................................................................................................................................... 17
27 janvier 2009 - La motion de censure rejetée par l'Assemblée nationale .................................................................................................... 17
26 Janvier 2009 - Il faut «traiter d’urgence» l’enfouissement des lignes électriques, selon Bayrou ............................................................. 18
Les Echos...................................................................................................................................................................................... 19
29 janvier 2009 - Débat Public Sénat- « Les Echos » UMP-PS-Modem : quel est le bon plan de relance ? .................................................. 19
26 janvier 2009 - Electricité : avec la tempête, la question de l'enfouissement des lignes resurgit ................................................................ 19
28 janvier 2009 - François Bayrou ................................................................................................................................................................. 20
28 Janvier 2009 - Bayrou tente de voler la vedette au PS .............................................................................................................................. 20
France Soir................................................................................................................................................................................... 21
28 janvier 2009 - La colère du pays, celle du PS et de François Bayrou........................................................................................................ 21
Lyonmag....................................................................................................................................................................................... 21
24 janvier 2009 - Européennes : Azouz Begag se porte candidat pour le MoDem ........................................................................................ 21
Euractiv ........................................................................................................................................................................................ 22
28 janvier 2009 - Européennes : La constitution des listes suscite des grincements de dents ........................................................................ 22
DNA .............................................................................................................................................................................................. 23
26 janvier 2009 - Stoessel ou Wehrling ?....................................................................................................................................................... 23
Le Nouvel Observateur ............................................................................................................................................................... 24
29 janvier 2009 - Préfet muté : "injuste" et "parfaitement lamentable".......................................................................................................... 24
29 janvier 2009 – Grèves : les principales déclarations.................................................................................................................................. 24

FJ - 1
Le Point ........................................................................................................................................................................................ 24
29 Janvier 2009 - Le "fait du prince" (François Bayrou)................................................................................................................................ 24
L’Express ..................................................................................................................................................................................... 25
28 janvier 2009 - Bayrou se cherche des amis ............................................................................................................................................... 25
27 Janvier 2009 - Soutenu par Bayrou, le PS présente sa motion de censure................................................................................................. 26
Europe 1 ....................................................................................................................................................................................... 27
26 janvier 2009 - Polémique autour de l'enfouissement des lignes ................................................................................................................ 27
AUDIOVISUEL..................................................................................................................................................................................... 27
François Bayrou .......................................................................................................................................................................... 27
Marielle de Sarnez....................................................................................................................................................................... 28
Corinne Lepage............................................................................................................................................................................ 28
Patrick Roger (Le Monde) .......................................................................................................................................................... 28
LE MODEM EN REGIONS ................................................................................................................................................................ 29
SAVOIE ............................................................................................................................................................................................... 29
NORD.................................................................................................................................................................................................. 29
Nord Eclair - 26 janvier 2009 - CLIC... CLAC .............................................................................................................................................. 29
La Voix du Nord - 24 janvier 2009 - La section Grand Lille du Modem a tenu sa première assemblée ....................................................... 30
SUD ..................................................................................................................................................................................................... 31
BlogModem-Fronton - Communiqué à l'attention des adhérents du MoDem 31 ........................................................................................... 31
Midi libre - 25 janvier 2009 - MoDem : « 2009 sera l'année de l'action »...................................................................................................... 31
EST ..................................................................................................................................................................................................... 32
Le Républicain lorrain - 27 janvier 2009 - Européennes : le MoDem entre Kahn et cancans ........................................................................ 32
Blog MoDem Moselle - 26 janvier 2009 - Inauguration du local du MoDem de Moselle ............................................................................ 33
Républicain lorrain - 27 janvier 2009 - Le MoDem dans ses murs ................................................................................................................ 33
OUEST ................................................................................................................................................................................................ 33
20 minutes - 29 janvier 2009 - Des militants Pas près de décoller ................................................................................................................ 33
20 minutes - 23 janvier 2009 - L'opposition s'enflamme pour le sort des collégiens de Guist'hau................................................................. 34
ILE DE FRANCE .................................................................................................................................................................................. 34
Le Parisien - 26 janvier 2009 – Courbevoie – Vidéosurveillance : Le MoDem demande un comité d’éthique ............................................. 34
LYON ET REGION ............................................................................................................................................................................... 35
Au fil de Lyon - 29 janvier 2008 - MoDem : un début d’année qui se voudrait sous le signe des retrouvailles............................................. 35
Libélyon - 28 janvier 2009 - Députés et sénateurs rejettent l'amendement pro-OL........................................................................................ 35
Le progrès de Lyon - 27 janvier 2009 - Elections européennes: cinq élus MoDem de Lyon soutiennent la candidature d’Azouz Begag ..... 35
Libélyon - 23 janvier 2009 - Européennes : Azouz Begag revient en politique, inspiré par Obama .............................................................. 35
SUD-OUEST ........................................................................................................................................................................................ 36
Le MoDem47 soutient le mouvement de grève.............................................................................................................................................. 36
Sud-Ouest - 29 janvier 2009 – Jeunes Démocrates. Tournés vers l' Europe :................................................................................................. 37
Le Monde - 29 janvier 2009 - L'éleveur veut faire chambre à part ................................................................................................................ 37
La Dépêche - 29 janvier 2009 - Villemur-Sur-Tarn. Il poursuit sa grève du froid devant Molex .................................................................. 39
20 minutes - 26 janvier 2009 - «Si l'eau passe par-dessus la digue, j'ai cinq cents familles inondées» ......................................................... 40
Sud-Ouest - 26 janvier 2009 - Moulis-en-Médoc. Le Modem veut consolider un lien .................................................................................. 40
Sud-Ouest - 24 janvier 2009 - Touche pas à mon département ...................................................................................................................... 41

ACTUALITES ...................................................................................................................................................................................... 42
LOIS – DECRETS ................................................................................................................................................................................ 42
27 janvier 2009 : Décret n° 2009-92 pris pour l'application des articles 9 et 9-1 de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988 relative à la
transparence financière de la vie politique ..................................................................................................................................................... 42
Explication : ................................................................................................................................................................................................... 43
ELECTIONS EUROPEENNES ............................................................................................................................................................... 44
Annonce : la répartition des sièges pour les européennes............................................................................................................................... 44
Le Nouvel Observateur – 28 Janvier 2009 - Européennes : Jean-Marie Cavada récupéré par le Nouveau centre ......................................... 44
Le Nouvel Observateur - 28 janvier 2009 - Un front de gauche aux européennes obtiendrait 14,5%, dit l'Ifop ........................................... 45
Le Point - 28 janvier 2009 - Le Nouveau Centre se met en ordre de bataille pour les européennes............................................................... 45
Les Echos - 27 janvier 2009 - Européennes : Baylet « choqué » par Bayrou ................................................................................................ 46
Le Journal du Dimanche - 26 janvier 2009 - Européennes, les coulisses du casting ...................................................................................... 47
Le Monde - 24 janvier 2009 - Le fragile gain de "productivité" des élus français au Parlement européen .................................................... 48
BONUS DES BANQUIERS ..................................................................................................................................................................... 49
Le Figaro - 23 janvier 2009 - Les Français se prononcent contre les bonus................................................................................................... 49
REFORME PARLEMENTAIRE ............................................................................................................................................................. 49
Le Journal du Dimanche - 27 janvier 2009 - Les députés au temps global .................................................................................................... 49

FJ - 2
LA VIE DU MODEM

TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU :

LA VIE NOUVELLE – 30 JANVIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU EST EN SAVOIE

De visite de chantier en centre de formation, le chef de file du MoDem passe la journée en Savoie.
Depuis plusieurs mois, François Bayrou, leader du MoDem, sillonne la France, à la rencontre des "vrais gens".
Une fois par semaine, il arpente donc le terrain, au plus près des préoccupations des Français "Quand on ne va
pas voir les gens, on perd le contact et on perd pied avec la réalité."
Au lendemain des mouvements sociaux d'ampleur qui ont eu lieu dans toute la France, le chef de file du
MoDem s'est félicité de l'ampleur des manifestations, et de l'ambiance qu'il y régnait. "J'ai senti les gens
heureux d'être là", affirme François Bayrou. Le leader centriste analyse ces mouvements comme une "réaction à
l'injustice qui règne dans un pays où l'on se préoccupe seulement des puissants, et où l'on donne de l'importance
au capital et pas au travail." En Savoie, il est venu prendre le pouls du BTP, en visitant ce matin le chantier du
Signal à Chambéry, avant de rencontrer des chefs d'entreprise, puis de se diriger, après le déjeuner, dans un
centre de formation du BTP à Annecy.
Entouré de la présidence collégiale du MoDem Savoie, et de sa présidente, Marina Ferrari, François Bayrou a
profité de la pause déjeuner pour échanger avec les militants savoyards autour des fameux diots de "Chez
Vincent", qu'il a goûtés pour la première fois.

http://www.la-vie-nouvelle.fr/actualite/François-Bayrou-est-en-Savoie-515.html

CHAMBE-AIX – 30 JANVIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU EN SAVOIE A LA RENCONTRE DES ENTREPRENEURS

François Bayrou parcourt depuis plusieurs mois les différentes régions françaises pour réaliser "des
photographies" à un instant donné des lieux rencontrés.
Il est venu en Pays de Savoie, pour y comprendre la situation économique actuelle et constater sur place
comment y est vécue la crise financière.
Sa première étape fut une visite de chantier à Chambéry Rue Albert Sylvestre.
Il rencontra ensuite les chefs d'entreprise du réseau Entreprendre en Savoie, pour écouter leurs ressentis, leurs
inquiétudes mais aussi leur optimimisme face à la crise financière.
Les secteurs industriels et du batiment ont tous dit voir leur carnet de commande diminuer de 40 à 45 % pour
2009, ce qui provoque chez tous, chefs d'entreprise et salariés un sentiment d'impuissance, puisque la situation
ne dépend pas d'eux, mais de l'attentisme général actuel.
Pour Mr Nelson Da Silva, PDG de Devaux et Fillard à Voglans, la situation actuelle lui fait perdre 45% de
commandes en Savoie. Son entreprise s'en sort par ses chantiers à Paris, mais il n'a pas encore de commande
pour 2010.
Les domaines du transport se disent très touchés dans le secteur du transport industriel.
Cependant, et les indicateurs économiques de la CCI Rhône-Alpes le confirment, les entreprises ne souffrent
pas encore de la crise. Ses effets se profilent à partir de fin mars début avril 2009 : l'attentisme de tous ne fait
pas arriver de nouvelles commandes.
C'est une nouvelle optimiste, en tout cas encourageante , beaucoup de chefs d'entreprises perçoivent "des
frémissements dans le bon sens", des indicateurs de reprise d'activité se remettraient au vert.
Tous étaient d'accord pour revenir aux fondamentaux de l'entreprise, le travail, le travail et encore le travail.
Mais s'il avaient quitté le monde des grandes entreprises, avaient-ils jamais quitté celui des PME.

FJ - 3
Début avril, puisque d'ici là les carnets de commande sont pleins, les entreprises en sauront un peu plus sur leur
sort.

http://www.chambe-aix.com/actualite/2009/janvier/Francois_Bayrou_rencontre_entrepreneurs_savoie.html

CHAMBE-AIX – 30 JANVIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU REAGIT A LA GREVE DU 29 JANVIER EN FRANCE LORS DE SON
DEPLACEMENT EN SAVOIE

Mr François Bayrou s'était déplacé en Savoie ce 30 janvier, à la rencontre des entreprises pour réaliser une
photographie des effets de la crise et de sa perception en Savoie.
Il a ainsi pu réaliser une visite de chantier et s'entretenir avec le réseau Entreprendre en Savoie, rencontrer
beaucoup de secteurs d'activité.
Mr Bayrou a profité de cette visite pour faire part de son avis sur les grèves et manifestations de la veille qui se
sont déroulés partout en France, massivement puisqu'elles ont rassemblé de un à près de deux millions et demi
de personnes partout en France, et faire part de son point de vue critique sur de nombreux points de l'actualité.
Le point de vue de Mr Bayrou sur la grève du 29 janvier
Mr François Bayrou se déclare frappé par le nombre de salariés du privé ayant manifesté, par le climat général
des manifestations les personnes étant heureuses d'y participer, par l'absence de mot d'ordre dominant et par le
fait que le mouvement ait bénéficié d'un large soutien, y compris par ceux qui n'y ont pas participé.
Pour Mr Bayrou, ces éléments méritent attention et réflexion. Il s'agit pour lui, du résultat de l'accumulation des
gestes blessants et déclarations offensantes pour les Français, en évoquant les propos de Mr Sarkozy disant que
lorsque les Français faisaient grève, cela ne se voyait pas.
C'était aussi pour la population française le moyen de se faire entendre, les écrans et les journaux parlant et
montrant toujours les mêmes personnes.
Mr Bayrou a également évoqué les décisions prises sans concertations, qui ne suscitent pas le sentiment de
justice dans la population. Pour lui, tant qu'il n'y aura pas ce sentiment tout se bloquera. Il évoqua la jeunesse ne
supportant pas de se retrouver devant les faits établis sans avoir été consultée, et prédit un vaste mouvement
universitaire de protestation.
Mr Bayrou a également réagi au limogeage du préfet de la Manche, sous prétexte que des personnes présentes
ont sifflé le Président de la République. Pour lui, on vient de réinventer le crime de lèse-majesté.
Enfin, Mr Bayrou a évoqué l'aide de l'état aux banques, souhaitant que se termine le système qui fait que celles-
ci prêtent aux personnes aisées dans des conditions normales et pénalisent les autres par des prêts à des taux à
18% par les fameux crédits revolving.
Le MoDem vers les élections européennes
Mr Bayrou souhaite des listes rassembleuses, avec des visages nouveaux mais néanmoins déjà reconnus dans le
société française, et que ces équipes soient écoutées au niveau européen.

http://www.chambe-aix.com/actualite/2009/janvier/Francois_Bayrou_reagit_greve_29_janvier.html

Album-photo de la visite sur www.modem73.com

FJ - 4
AGENDA

JEAN PEYRELEVADE

Le vice Président du Mouvement Démocrate sera l'invité de Laurent Bazin, lundi 2 février à 8h30 sur I-télé.

CORINNE LEPAGE

1- Elle sera l'invitée de Paris Première, vendredi 30 janvier à 20h40.


2- Corinne Lepage, vice-présidente du Mouvement Démocrate, sera l'invitée de l'émission "Le téléphone
sonne" sur France Inter, le vendredi 13 février 2009.

http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda#20090130

CORINNE LEPAGE ET MARIELLE DE SARNEZ : SORTIES D’OUVRAGES

LE FIGARO - 29 JANVIER 2009 - LES CONFIDENTIELS : LES FEMMES DU MODEM SE LIVRENT

Coïncidence ou plan de bataille avant les européennes ? Deux personnalités du MoDem, Marielle de Sarnez et
Corinne Lepage, publient chacune, au même moment et chez le même éditeur, un livre pour dire ce qu'elles
pensent. Sans mâcher leurs mots. Dans un essai intitulé : Vivre autrement, Corinne Lepage appelle à changer le
monde, la crise économique est une chance historique de changer notre système, écrit-elle. Marielle de Sarnez a
écrit : Pour aimer l'Europe, un plaidoyer qui rappelle tout ce que l'on doit à l'union européenne. Elle y pourfend
également ses faiblesses. Parution chez Grasset en avril.
http://www.lefigaro.fr/politique/2009/01/29/01002-20090129ARTFIG00499-confidentiel-jouanno-contre-
royal-en-poitou-charentes-.php

VIE INTERNE

CONFERENCE NATIONALE

La conférence nationale se tiendra le 8 février à partir de 8h30 à la Mutualité.


N’oubliez pas de confirmer votre présence à l’adresse suivante : cn@lesdemocrates.fr

CANDIDATURES ELECTIONS EUROPEENNES : CONSULTATION DES ADHERENTS

La consultation sur le rapport relatif aux élections européennes du 7 juin 2009 se déroulera du mercredi 4
février 18h au samedi 7 février 12h.
Le site mis en place à cette occasion sera accessible à partir du 2 février à l'adresse suivante
https://consultation.mouvementdemocrate.fr
Au plus tard le 3 février, chaque adhérent devra avoir reçu (par mail ou par courrier) ses codes personnels pour
se connecter (identifiant et mot de passe)... En cas de problème, vous pouvez contacter l'assistance téléphonique
en composant un des numéros suivants :
01 53 59 20 18 ou 01 53 59 20 21 ou 01 53 59 20 82
du lundi 2 février au vendredi 6 fevrier (de 8h à 20h) et le samedi 7 février (de 9h à 12h).

http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda/consultation-internet-adherents-europeennes-040209.html

FJ - 5
REACTIONS ET INTERVENTIONS

FRANÇOIS BAYROU

29 JANVIER 2009 - MUTATION DU PREFET DE LA MANCHE : FRANÇOIS BAYROU DENONCE "LE FAIT DU PRINCE"

Dans une déclaration à l'AFP, François Bayrou a dénoncé jeudi la mutation du préfet de la Manche Jean
Charbonniaud, estimant que ce dernier a été "sanctionné" pour n'avoir pu "empêcher" une manifestation lors
d'une visite de Nicolas Sarkozy à Saint-Lô.
"Sa mise hors cadre et la mutation du préfet de la Manche sanctionnent une fois de plus de manière arbitraire un
haut fonctionnaire qui a déplu parce qu'il n'a pas pu empêcher une manifestation républicaine". "Il n'avait pas le
pouvoir d'empêcher les manifestants de siffler Nicolas Sarkozy et s'il l'avait fait, ça aurait été une atteinte grave
aux libertés. C'est donc une sanction arbitraire, une nouvelle fois le fait du prince", a déclaré le président du
Mouvement Démocrate. "C'est exactement la même démarche que lorsqu'on a mis à la porte Dominique Rossi,
le responsable de la sécurité en Corse, simplement parce qu'il y avait eu une manifestation chez Christian
Clavier", acteur proche du chef de l'Etat, a encore dit François Bayrou....
Lors de sa visite à Saint-Lô, le 12 janvier, Nicolas Sarkozy avait été accueilli par 2.000 à 4.000 manifestants
(selon la police ou les organisateurs) et des heurts avaient eu lieu avec la police. Son entourage n'avait pas
caché son irritation au sujet du dispositif de sécurité mis en place par le préfet.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-reaction-mutation-prefet-manche-charbonniaud-
290109.html

29 JANVIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU PARTAGE "L'INQUIETUDE" DES MANIFESTANTS ET GREVISTES

François Bayrou a affirmé aujourd'hui sur France 2 qu'il comprenait et partageait "l'inquiétude" traduite, selon
lui, par la journée de grèves et de manifestations, face à un gouvernement qui "parle mal aux Français". "Il faut
dire que ça ne va pas, que ce n'est pas acceptable et je suis sûr que beaucoup de Français, en manifestant
aujourd'hui, disent aussi que la manière dont on les gouverne, ne les respecte pas". "Les Français ont
l'impression qu'on leur parle mal, qu'on les prend pour cibles, alors qu'on devrait les soutenir". Il a aussi
souligné la volonté de Nicolas Sarkozy de vouloir "mettre la main" sur "tout ce qui est aujourd'hui
indépendant", aussi bien dans le domaine de la justice, de l'audiovisuel qu'au Parlement. Précisant qu'il ne
manifesterait pas, voulant éviter "une récupération politique de quelque chose qui est plus profond", il a indiqué
néanmoins que "beaucoup de (ses) amis vont y être à titre personnel, à titre citoyen".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-greve-manifestation-290109.html

26 JANVIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU VOTERA LA MOTION DE CENSURE

François Bayrou a "décidé de voter la motion de censure" contre le gouvernement présentée, mardi 27 janvier,
par le groupe socialiste. Il le dit dans un entretien au "Monde", recueilli par Patrick Roger. (article dans la
sélection de l’actualité)
"Il y a des moments et des situations où il faut dire haut et fort que ça ne va pas", explique le président du
Mouvement démocrate, qui souligne toutefois avoir "des différences avec le texte déposé par le PS"...
"Mais l'essentiel, assure-t-il, est qu'un acte solennel montre au pays qu'un signal d'alarme s'allume. Pour que nul
ne puisse dire : nous ne savions pas."

FJ - 6
François Bayrou relève également que le "contre-plan de relance" présenté par le PS "est assez proche" de
l'"architecture" que lui-même propose. "Dès le mois de décembre, considérant que le plan actuel ne suffirait
pas, j'ai proposé une politique de relance différente.
Premièrement, je plaidais pour un grand emprunt européen de l'ordre de 3 % du PIB. Deuxièmement, je
proposais une aide aux familles modestes, un livret d'épargne crise, dont le montant pourrait atteindre 1000
euros. Enfin, je suggérais des investissements, notamment universitaires, ou en termes de réseaux", explique-t-
il.
François Bayrou déplore par ailleurs que l'Etat "n'arrête pas de sortir des dizaines de milliards pour les banques,
mais sans exiger les contreparties qui s'imposent." Il estime que "l'État ne peut pas mobiliser ces sommes
astronomiques sans prendre, en contrepartie, les sièges au conseil d'administration qui doivent lui permettre
d'exercer sa part de la gouvernance des établissements, de se faire entendre aussi bien pour la rémunération des
dirigeants que pour le soutien au crédit."
Interrogé sur la pratique du pouvoir par Nicolas Sarkozy, le président du MoDem considère que "les atteintes
aux libertés se multiplient de façon infiniment inquiétante." "On est à un tournant, assure-t-il. Au début du
quinquennat, certains pouvaient soutenir que ces entorses étaient seulement une question de style. Aujourd'hui,
c'est une question de textes : on fait entrer dans la loi et dans les institutions des manquements qu'aucun
républicain et aucun démocrate ne doit pouvoir accepter."

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/bayrou-le-monde-motion-censure-260109.html

CORINNE LEPAGE

28 JANVIER 2009 - LA MORT PROGRAMMEE DU GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT

"La décision de relancer le nucléaire, sans concertation et sans évaluation, est contraire à l'esprit et à la lettre du
Grenelle de l'environnement. Elle risque de privilégier une consommation électrique tous azimuts, au détriment
des objectifs communautaires en matière d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables. Et de
compromettre l'émergence d'une industrie "verte" en France" estime Corinne Lepage, vice-présidente du
Mouvement Démocrate, dans un article du journal "La Tribune".
"L'annonce de la réalisation d'un deuxième réacteur nucléaire EPR, puis, pour être agréable à GDF-Suez, d'un
troisième, constituerait de facto l'avis de décès du Grenelle. Quelle est profondément la philosophie du
Grenelle ? Faire entrer, tout d'abord, la France dans l'économie de l'éco-efficacité en valorisant les bâtiments à
faible consommation énergétique et les procédés industriels fondés sur le cycle de vie du produit permettant de
réduire simultanément la consommation de matières premières, l'énergie et les déchets. Permettre, ensuite, à
notre pays de récupérer un peu de son retard en matière d'énergies renouvelables pour se rapprocher des
objectifs communautaires en la matière et développer un secteur industriel dans le domaine phare de l'économie
du XXIème siècle. Changer, enfin, le mode de prise de décision en associant les acteurs de la société civile
autour d'un projet de société qui s'inscrirait dans le développement durable.
Or, le retour au tout nucléaire et à une politique du passage en force qui a caractérisé la mise en place du
programme électronucléaire dans les années 70 tourne en tout point le dos à cette politique et rend en réalité
impossible la réalisation effective de la loi Grenelle. En effet, construire trois réacteurs EPR aboutit à
augmenter considérablement l'offre d'électricité et à répéter le scénario précédent : pas de politique de maîtrise
de l'énergie, des coûts astronomiques pour les logements chauffés à l'électricité, pas d'industrie du renouvelable.
On pouvait espérer que nos dirigeants avaient compris que le monde avait changé et les faux-semblants avec.
La réalisation de trois EPR rend totalement virtuel l'objectif de 23% d'énergies renouvelables en 2020 et de
20% d'efficacité énergétique à cette date. En effet, pour vendre son courant, qui ne se stocke pas, et amortir le
coût faramineux de réalisation des EPR (le prototype finlandais avoisine les 5 milliards d'euros et EDF a dû lui-
même reconnaître que le coût de revient du kilowattheure nucléaire serait compris entre 55 et 60 centimes
FJ - 7
d'euro), les exploitants, aidés bien entendu par des pouvoirs publics devenus schizophrènes, vont devoir
favoriser la consommation électrique, c'est-à-dire continuer à promouvoir le chauffage électrique et lutter contre
l'efficacité énergétique.
Ils ont d'ailleurs commencé très activement à le faire avec l'amendement Ollier, pour éviter que les objectifs
d'efficacité énergétique dans les bâtiments soient applicables aux bâtiments chauffés à l'énergie électrique
d'origine nucléaire. Ils vont continuer en essayant de dissuader le législateur d'abord, les consommateurs
ensuite, de construire des bâtiments à énergie positive a fortiori à énergie passive et d'investir dans l'isolation,
politique qui aboutirait à réduire la demande électrique. C'est le secteur du BTP, celui des matériaux intelligents
qui est menacé.
Et pour que l'énergie nucléaire soit vendue, il faut évidemment qu'elle n'ait pas de concurrents. Il est donc
impératif de détruire le frémissement de développement de l'énergie éolienne et de tuer dans l'œuf l'essor d'une
énergie solaire. D'où la bronca orchestrée contre l'énergie éolienne et la baisse de tarif de rachat de l'électricité
solaire dans le tertiaire pour tuer la rentabilité des projets qui étaient en cours.
L'étape suivante sera la contestation du prix du rachat de l'électricité verte par EDF qui invoquera l'inutilité de
cette électricité compte tenu de l'abondance d'électricité nucléaire. Ainsi, les projets seront de moins en moins
rentables, aléatoires et les investisseurs les réaliseront partout, sauf en France. Nous n'aurons donc aucune
industrie susceptible de jouer un rôle majeur dans le secteur des énergies renouvelables et aurons raté, de
manière parfaitement volontariste, la chance de nous inscrire dans l'économie de demain.
Devenus pourvoyeur de nucléaire dans toute l'Europe et poubelle nucléaire du même coup, nous mettons en
péril nos filières agricoles et agroalimentaires avec a minima un risque d'image immense. Il suffit de demander
aux agriculteurs de la région du Tricastin ce qu'ils en pensent ! Dès lors, c'est exactement le contraire du mode
de développement économique que promeut le Grenelle qui est très clairement programmé.
Pour imposer ce passage en force, il va de soi qu'il n'est pas possible d'appliquer les nouveaux modes de
rationalité économique promus par le Grenelle, ni de suivre, dans l'esprit et dans les textes, les procédures de
concertation, de participation prévues au niveau communautaire et transcrites dans les lois Grenelle. Une fois
de plus, une décision industrielle majeure ne repose sur aucune évaluation indépendante des coûts comparés des
différentes filières, des avantages et des inconvénients directs et indirects qu'elles génèrent, et a fortiori, aucune
prise en considération des conséquences sanitaires et économiques des déchets n'est prévue. C'est le choix du
nucléaire parce que c'est le choix du prince.
Ainsi, le modèle économique que construit cette orientation tourne délibérément le dos à tout l'effort mené dans
le cadre du Grenelle et aux politiques suivies par les autres pays du monde, à commencer par les Etats-Unis.
Malheureusement, une fois encore, pour des raisons idéologiques, la religion du nucléaire, notre pays se trompe
d'époque, se trompe de choix industriels et pour satisfaire nos champions hexagonaux des lobbies, désormais
tous rassemblés, condamne à mort les éco-industries du XXIème siècle qui avaient cru que le Grenelle leur
ouvrait une nouvelle voie."

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/lepage-la-tribune-mort-programmee-grenelle-environnement-
280109.html
http://www.latribune.fr/opinions/20090127trib000336580/la-mort-programmee-du-grenelle-de-
lenvironnement.html

22 JANVIER 2009 - CORINNE LEPAGE, VICE-PRESIDENTE DU MOUVEMENT DEMOCRATE, EXPRIME SA DECEPTION


SUITE AU LANCEMENT DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RECHERCHE ET D'INNOVATION LANCEE PAR LE PRESIDENT
DE LA REPUBLIQUE

Le Président de la République a lancé le jeudi 22 janvier les travaux d'une stratégie nationale de recherche et
d'innovation. Face à l'importance de l'enjeu, le Mouvement Démocrate ne peut qu'exprimer sa déception vis-à-
vis des orientations proposées. Plutôt que de vilipender de façon systématique les chercheurs et organismes de
FJ - 8
recherche français, le Mouvement Démocrate aurait aimé que le Président de la République définisse une
véritable vision d'avenir, ambitieuse et constructive. Ainsi, ce n'est pas d'un démantèlement en agences de
moyens dont la recherche a besoin, mais de plus de souplesse de fonctionnement, d'une administration rénovée
et professionnalisée, et de moyens adaptés. Surtout, la place de la recherche et des chercheurs doit être mieux
affirmée et définie dans notre société, et cette exigence était absente de ce discours.
Si nous sommes favorables à une autonomie accrue des universités, et au renforcement de leur périmètre
d’action, encore faut-il qu’elles aient les moyens humains et financiers pour assumer ces réformes. Et une
véritable stratégie doit être définie afin d’équilibrer leur triple rôle : lieu de culture et de connaissance, lieu de
formation, lieu de recherche. Quant à l’innovation, le rôle de l’État ne peut se réduire au crédit impôt-recherche.
Alors que la crise économique et financière sévit, on aurait aimé entendre le Président de la République sur le
soutien aux entreprises innovantes, à une économie de la connaissance, aux technologies du futur.
Enfin, comment envisager une stratégie nationale de recherche et d’innovation sans parler d’Europe ni des
relations entre science et société ?
La France doit avoir une stratégie ambitieuse et dynamique en matière de recherche et d’innovation. Le
Mouvement Démocrate considère qu’il faut replacer la science et l’innovation au cœur de notre société et du
débat citoyen. Il invite le gouvernement à construire une vision plus constructive qu’idéologique, s’appuyant
sur les points forts de notre pays en matière de recherche et d’enseignement supérieur et sur une économie
tournée vers l’initiative.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/lepage-strategie-nationale-recherche-innovation-22012009.html

BLOGNOTE - 26 JANVIER 2009 - CORINNE LEPAGE: DU BESOIN DE JUSTICE

La Justice, au sens de valeur comme au sens institutionnel, est au cœur de toute société. Or, elle n’apparait pas
comme un objectif de nos dirigeants, voire pire encore, elle semble un obstacle.
Et pourtant ! Le mal-être français trouve pour une large part sa source dans l’injustice croissante du modèle
défendu par nos dirigeants, injustice qui est, de surcroît, niée. Injustice économique qui n’a cessé de progresser.
Ainsi, les dividendes versés en France aux actionnaires représentaient 12 % en 2005 contre 4 % en 1982 ; les
dirigeants du CAC 40 ont gagné en moyenne 4 millions d’euros en 2007 soit environ deux siècles de salaires
médians ; la stagnation du salaire moyen cache de profondes disparités d’évolution dans la distribution des
salaires. Entre 1998 et 2006, pour 90 % des salariés le progrès n’a été que de 4 % en huit ans ; mais les 1 % les
mieux payés ont progressé de 14 %, les 1/1000ème les mieux payés ont progressé de 29 % et les 1/10000ème
les mieux payés, soit 2500 personnes, de 51 %. Enfin, le salaire moyen en France (28 000 euros), est inférieur à
la moyenne de la zone euro(30 500 euros) et même des 25( 29540 euros). Il est très loin du salaire anglais (40
553 euros) ou allemand (39440 euros). La fiscalité pèse essentiellement sur les classes moyennes, puisque aux
multiples moyens de défiscalisation s’est ajouté le bouclier fiscal. Cette situation profondément injuste voit ses
effets démultipliés du fait de la crise et le mauvais vouloir des banquiers, subventionnés par l’Etat, à accepter
l’absence de bonus, qui aurait été indirectement payé par le contribuable est le comble du contre-symbole.
Et toute cette politique n’a de plus, en rien bénéficié globalement à l’économie française et aux citoyens
français dont le pouvoir d’achat, par rapport aux autres citoyens de pays développés ne cesse de se réduire. La
France occupe aujourd'hui la 16e place avec un produit national brut par habitant de 35 854 euros, contre 43
700 aux États-Unis et 37 600 en Grande-Bretagne. La grève majeure du 29 janvier, qui serait soutenue par près
de 70 % de la population , traduit l’exaspération du plus grand nombre et pas seulement issus du secteur public,
devant cette dégringolade qu’aucun effort de redistribution ne vient contrecarrer .
Mais la valeur justice n’est pas seule à la peine.
L’Institution judiciaire, qui n’est pas reconnue comme un pouvoir, est ramenée au rang d’un service public
chargé de mettre en œuvre une politique pénale à géométrie variable. La justice, comme contre-pouvoir et
instrument de promotion de l’état de droit devient elle aussi un obstacle à abattre. D’où l’agression permanente
FJ - 9
dont l’Institution Judiciaire est l’objet. La réforme n’a pour but d’améliorer ni l’exercice des droits de la
défense (sauf pour la catégorie des délinquants VIP) ni les droits des victimes, ni une meilleure application des
textes et encore moins de faire supporter par les responsables des grandes catastrophes sociétales qu’elles soient
financières, sanitaires ou sociales, leur choix. Elle a pour finalité de renforcer la répression de la délinquance de
droit commun, ( qui n’empêche en rien l’explosion des violences commises contre les personnes), et d’éviter la
poursuite et a fortiori la condamnation des délinquants en col blanc, pourvoyeurs de poison comme corrompus,
fraudeurs comme trafiquants d’influence .Or, ce deux poids deux mesures, que traduit la volonté de supprimer
les juges d’instruction sans assurer l’indépendance du parquet, est parfaitement perçu par l'opinion publique
comme le moyen trouvé par le Pouvoir pour 16 que la Justice ne puisse être rendue.
Cette régression française dans le domaine de la Justice et des libertés publiques se traduit dans les
condamnations à répétition de la Cour européenne des Droits de l’Homme et dans la banalisation de l’image de
république bananière de notre pays, que le recul dans le classement de Transparency international illustre. Or,
cette circonstance rejaillit sur notre image internationale et donc sur notre compétitivité, ce qui fait que l’intérêt
éthique rejoint ici l’intérêt économique.
Car, dans le monde qui vient, l’état de droit est un élément clé et il ne peut y avoir d’état de droit sans juge pour
le sanctionner. Le progrès immense qu’a constitué la Création d’une cour pénale internationale et la poursuite
des crimes de guerre est un espoir pour tous ceux qui rêvent d’une justice internationale, indépendante des
pouvoirs politiques, capable de poursuivre également les grands pollueurs de la planète, qui restent quasiment
impunis ou les criminels de la finance dont la cupidité nous a précipité dans le gouffre. Ceux qui, en France
rêvent qu’elle soit un exemple et puisse être un acteur incontournable de la scène internationale, devraient être
attentifs à cesser de multiplier les contre performance et les contre exemples. D’ Antigone à nos jours, le
combat pour la justice ne cesse est un combat d’actualité

http://corinnelepage.hautetfort.com/archive/2009/01/26/corinne-lepage-du-besoin-de-justice.html

SITE CAP 21 - 26 JANVIER 2009 - CAP21 SOUTIENT LE MOUVEMENT DE GREVE DU 29 JANVIER

CAP21, parti fondateur du Mouvement Démocrate appelle à rejoindre la manifestation du 29/01/09 à l’initiative
de l’intersyndicale CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA pour amplifier la voix des
salariés, des demandeurs d’emplois et des retraités, premières victimes d’une crise dont ils ne sont pas
responsables, et obtenir des mesures concrètes en leur faveur. Le plan de relance actuel n’est pas suffisant alors
que se multiplient les réductions d’activités, les mesures de chômage partiel, les plans sociaux, principalement
dans les régions qui connaissent déjà des déséquilibres démographiques, économiques et sociaux. Dans un
contexte où le pouvoir d’achat subit les effets de la crise et alors que les réformes tous azimuts du
gouvernement enfoncent un coin dans les garanties collectives et fragilisent encore un peu plus les territoires
(exemples de la fermeture des casernes ou de la réorganisation des services publics locaux), CAP21 soutient
l’appel du 29 janvier en faveur d’un deuxième plan de relance comportant des mesures en faveur du logement
et de la protection sociale ainsi qu’un véritable investissement en faveur de l’éducation, de la recherche, de la
formation et du développement durable. CAP21 soutient par ailleurs l’appel à la responsabilité, responsabilité
au niveau national, avec la conditionnalité des aides publiques et des allègements de charge aux entreprises
socialement vertueuses ; responsabilité au niveau international, avec l’appel à la régulation d’une sphère
financière internationale qui permette une meilleure répartition des richesses et le respect des droits
fondamentaux et sociaux. CAP21 milite ainsi pour une nouvelle gouvernance mondiale où la responsabilité et
l’éthique fondent un autre mode de développement, durable et solidaire. Corinne LEPAGE, présidente de
CAP21 et vice-présidente du Mouvement Démocrate participera au rassemblement prévu jeudi à Paris. Eric
Delhaye, Président délégué de CAP21

http://www.cap21.net/dynamic/compress.php?cp=1376
FJ - 10
MARIELLE DE SARNEZ

28 JANVIER 2009 - MARIELLE DE SARNEZ : «SARKOZY PORTE ATTEINTE AUX LIBERTES PUBLIQUES»

Marielle de Sarnez, vice-présidente du Mouvement Démocrate, répond aux questions de Bernard Mazières sur
leparisien.fr :
François Bayrou a voté, hier mardi à l'Assemblée nationale, la motion de censure déposée par le PS. C'est
officiel, le MoDem est-il entré dans l'opposition?
Nous défendons des principes républicains, celui de la séparation des pouvoirs, justice-exécutif, ou encore celui
de l'indépendance de l'audiovisuel public. Or nous avons le sentiment sur ces questions que Nicolas Sarkozy
avec son extrême personnalisation du pouvoir porte atteinte aux libertés publiques. D'ailleurs sur ces sujets, dès
le mois de décembre, François Bayrou avait soumis l'idée d'une motion de censure. Il est dans sa logique.
Mardi, il n'empêche, vous avez voté avec la gauche..
Et alors ? Nous votons en accord avec nos convictions. Au-delà des atteintes aux libertés publiques, il y a aussi
ces milliards d'euros donnés aux banques sans réelles contreparties. Cette façon du gouvernement de réagir à la
crise est choquante. Au minimum, dans cette période difficile, l'exécutif devait s'associer à la gouvernance des
banques. Ce qui s'est fait en Grande-Bretagne et en Allemagne.
Nicolas Sarkozy, selon vous, représente-t-il un risque d'atteinte aux libertés?
Absolument. Il incarne une centralisation extrême de l'autorité. Avec lui, il n'y a pas de séparation des pouvoirs.
Il ne veut pas de contre-pouvoirs. On le voit avec la suppression du juge d'instruction ou la nomination et la
révocation par l'Elysée du président de l'audiovisuel public. Cela n'existe nulle part ailleurs en Europe.
Le MoDem s'associe-t-il à la grève générale lancée par tous les syndicat, jeudi?
Pour ma part, je manifesterai, comme citoyenne, et je pense que de très nombreux militants du Modem seront
dans les cortèges. A l’image des Français qui vont se saisir de ce moment pour dire leur angoisse par rapport à
la crise économique et sociale, mais aussi leur ras le bol. Ils veulent être respectés. Ils veulent être écoutés. Ils
veulent plus de justice et plus d'équité de la part du pouvoir. Pour le moment, ce n'est pas le cas.
Partagez-vous l'exaspération des Français?
Oui. Il existe un décalage incroyable entre un pouvoir qui s'autocongratule et l'inquiétude croissante de tous les
Français. Personne n'est aujourd'hui à l'abri.
Nicolas Sarkozy dit comprendre l' "inquiétude" du pays mais il ne veut pas stopper les réformes. A-t-il raison?
D’abord, il a calé sur de nombreuses réformes. Quant aux autres, elle sont souvent mal engagées, et trop
souvent imposées par le sommet de l’Etat sans réel dialogue. Celle de l'Education nationale, par exemple. Au
bout du compte, elle ne donne pas confiance aux enseignants et n'améliore pas le système éducatif. Ou encore
celle de la suppression du juge d'instruction. Au final, la justice sera plus dépendante du pouvoir, et ceux qui
auront les moyes financiers s’en sortiront mieux que les autres. Où est le progrès. Où est l’équité ?
Entre le plan de relance du gouvernement et celui du PS où est celui du MoDem?
On l'a mis sur la table il y a deux mois! C'est un plan de relance européen avec un grand emprunt de l’Union
européenne, une politique de grands travaux , sans oublier une aide aux plus modestes. Reste le plus important.
Dans ces temps difficiles , Il faut gouverner d'une façon juste et solidaire avec ceux qui souffrent le plus. Ce
n'est pas le cas depuis dix-huit mois.
Eric Besson à la direction de l'UMP, est-ce une preuve d'ouverture de la part du parti du président?
Cela démontre au contraire les limites de l’ouverture version UMP ! Je constate d’ailleurs que Nicolas Sarkozy
non content d'avoir les pleins pouvoirs sur la politique française ne veut rien lâcher de son emprise sur le parti
qui l'a mené à l'Elysée. Il va même jusqu'à participer au conseil national de son parti! Aucun président de la
République ne l'avait fait jusqu'à présent. Ce n'est pas la conception que je me fais de la fonction.
Question incontournable: est-il normal qu'au XXI° siècle, en France, une tempête de vent plonge le quart de la
France, le Sud-Ouest, dans la pagaille la plus complète? Ni eau, ni électricité...
FJ - 11
Non. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi en France on ne fait pas comme dans les autres pays européens
l'enfouissement des lignes électriques. On est franchement en retard et ce n'est pas seulement une question de
budget.

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/sarnez-leparisien-libertes-publiques-greve-nationale-
28012009.html
http://www.leparisien.fr/politique/marielle-de-sarnez-sarkozy-porte-atteinte-aux-libertes-publiques-28-01-2009-
390511.php

ABDOULATIFOU ALY

27 JANVIER 2009 - ABDOULATIFOU ALY : PROJET DE LOI LOGEMENT ET LUTTE CONTRE L'EXCLUSION

Intervention d'Abdoulatifou ALY, député de Mayotte dans la discussion générale au nom des députés du
Mouvement Démocrate :

Monsieur le Président,
Madame la Ministre,
Mes chers Collègues,

Mon propos va porter : d'abord sur la forme et la méthode ; ensuite quelques observations générales sur ce
projet de loi ; enfin sur les problématiques concernant l'outre-mer.
Le logement est un droit inaliénable de la personne humaine et une préoccupation majeure de nos concitoyens.
Il nécessite une mobilisation de tous les acteurs publics, tant au niveau local que national, et plus encore depuis
que nous sommes entrés dans une crise financière et économique, qui – ne l'oublions pas – trouve ses origines
dans la sphère immobilière.
A cet égard, si nous reconnaissons les efforts entrepris par votre majorité depuis 2002, si nous notons aussi,
Madame la Ministre, votre engagement personnel et sincère sur le sujet, nous ne pouvons néanmoins que
regretter le retard pris dans l'examen de ce texte par notre assemblée. N'y avait-il pas là, en effet, une priorité
plus urgente que le travail le dimanche ou la remise en cause du droit d'amendement...?
D'ailleurs, vous me permettrez de relever avec quelque malice que la première lecture du projet de loi au Sénat
a montré toute la pertinence d'un vrai travail parlementaire fondé sur un mécanisme d'amendements librement
présentés et défendus. Votre texte en est sorti amélioré et renforcé. Il n'est pas anodin de le rappeler dans le
contexte bien précis de la vie de notre assemblée...
J'en viens au fond et aux observations générales que je souhaite faire, au nom des députés du Mouvement
Démocrate, sur ce texte.
Concernant la loi SRU, notre position est très claire : il faut en rester à la sage position de nos collègues
sénateurs, qui ont justement supprimé l'article 17, et donc en aucun cas ne remettre en cause l'acquis de cette
loi.
Logement locatif social et accession à la propriété ont chacun leur importance mais ne doivent pas être
confondus dans leurs objectifs. La mixité sociale doit rester un devoir moral, un impératif social et une priorité
nationale, sur tout le territoire de la République, à Drancy comme à Neuilly !
Sur le « 1% logement », tout en reconnaissant qu'il peut y avoir ici où là, quelques remises en ordre à opérer
dans sa gestion, nous réaffirmons notre attachement à son caractère paritaire et notre refus de voir ses
ressources en quelque sorte détournées par l'Etat pour pallier un certain désengagement sur la politique de la
Ville.

FJ - 12
Sur le droit opposable, vous proposez, au vu des premiers effets – très limités – de la loi, des adaptations pour
son application en Ile-de-France à l'échelle non plus départementale mais inter-départementale. Force est de
constater en effet qu'il est plus facile d'afficher des bonnes intentions que de les mettre en pratique. C'est la
limite de l'exercice des « droits opposables ».
Pour terminer je voudrais vous livrer quelques analyses centrées sur l'outre-mer dans son ensemble et notre
futur département de Mayotte en particulier.
Notre outre-mer n'échappe pas, loin s'en faut, aux difficultés en matière de logement, tant sur le plan quantitatif
que qualitatif. Les principales orientations suivantes méritent d'être rappelées :
−La Ligne budgétaire unique doit rester le socle du financement du logement outre-mer et donc être abondée à
hauteur des besoins.
−Dans le cas spécifique de Mayotte, il faut passer de l'incantation à l'action et relancer d'urgence la construction
de logements sociaux, en concentrant les efforts sur l'accession sociale à la propriété, la plus adaptée au
contexte local et aux attentes de la population mahoraise.
−Il faut accompagner cette politique par la relance des prêts à taux zéro et l'octroi de l'allocation de logement
aux familles nécessiteuses pour faciliter leur accès aux logements sociaux.
En définitive, nous avons le sentiment d'un texte un peu « fourre-tout », contenant certes des avancées mais
aussi des points plus contestables et, plus généralement, d'une politique du logement certes plutôt volontariste
mais quelque peu dispersée et manquant de lisibilité. Nous serons donc attentifs aux débats, notamment sur le
maintien de l'article 55 de loi SRU, avant de nous prononcer.
Je vous remercie de votre attention.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/parlement/abdoulatifou-depute-mayotte-intervention-assemblee-
nationale-logement-27012009.html

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

LE FIGARO

29 JANVIER 2009 - LES CONFIDENTIELS : LES FEMMES DU MODEM SE LIVRENT

Coïncidence ou plan de bataille avant les européennes ? Deux personnalités du MoDem, Marielle de Sarnez et
Corinne Lepage, publient chacune, au même moment et chez le même éditeur, un livre pour dire ce qu'elles
pensent. Sans mâcher leurs mots. Dans un essai intitulé : Vivre autrement, Corinne Lepage appelle à changer le
monde, la crise économique est une chance historique de changer notre système, écrit-elle. Marielle de Sarnez a
écrit : Pour aimer l'Europe, un plaidoyer qui rappelle tout ce que l'on doit à l'union européenne. Elle y pourfend
également ses faiblesses. Parution chez Grasset en avril.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/01/29/01002-20090129ARTFIG00499-confidentiel-jouanno-contre-
royal-en-poitou-charentes-.php

29 JANVIER 2009 - INFO FIGARO : BAYROU RENCONTRE CHIRAC

François Bayrou est allé, la semaine dernière, rendre visite à Jacques Chirac, dans ses bureaux parisiens, à deux
pas de l’Assemblée nationale. Cette rencontre en tête-à-tête était la première depuis que l’ancien président de la
République a quitté l’Elysée. L’entretien a été « affectueux », selon le président du MoDem, qui n’a pas
FJ - 13
souhaité révéler la teneur de la conversation. Les deux hommes, qui se sont longtemps affrontés, se sont
embrassés en se retrouvant et en prenant congé l’un de l’autre.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/01/29/01011-20090129FILWWW00604-info-figaro-bayrou-rencontre-
chirac.php

27 JANVIER 2009 - AUBRY SALUE LA DECISION DE BAYROU

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, s'est réjouie de la décision du président du MoDem François
Bayrou de voter la motion de censure défendue par les socialistes et qu'il s'engage "sur des propositions qu'il
juge crédibles pour notre pays". "Nous ne pouvons que nous réjouir quand des hommes et des femmes qui
recherchent le bien de notre pays viennent sur les propositions des socialistes pour les soutenir", a affirmé Mme
Aubry lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale.

La première secrétaire du PS a souligné que "François Bayrou nous a habitués à dénoncer parfois avec nous,
parfois sur les mêmes thèmes" et qu'"aujourd'hui, il s'engage dans des propositions". "Nous avons dit souvent
qu'avec le MoDem, nous savions ce qu'il dénonçait, nous ne savions pas ce qu'il voulait. Aujourd'hui, il
s'engage sur des propositions qu'il juge crédibles pour notre pays", a-t-elle ajouté.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/01/27/01011-20090127FILWWW00454-aubry-salue-la-decision-de-
bayrou.php

LE MONDE

27 JANVIER 2009 - M. BAYROU : "LES ATTEINTES AUX LIBERTES SE MULTIPLIENT DE FAÇON INQUIETANTE"

Deux jours avant la journée de grèves et de manifestations auxquelles appelle l'ensemble des organisations
syndicales, les députés devaient, mardi 27 janvier, débattre d'une motion de censure déposée par le PS. Celle-ci
n'a aucune chance d'être votée, l'UMP disposant à l'Assemblée nationale d'une majorité absolue. Il n'en reste
pas moins que les foyers de tension s'intensifient et que l'opposition se raidit. Dans un entretien au Monde,
François Bayrou explique pourquoi il a décidé de voter la censure. Le président du Mouvement démocrate
(MoDem) dénonce "la multiplication des atteintes aux principes de la séparation des pouvoirs et aux libertés
publiques".
François Bayrou, pourquoi avoir décidé de voter la motion de censure contre le gouvernement présentée, mardi,
par le groupe socialiste ?
Au mois de décembre 2008, j'avais proposé à plusieurs reprises le dépôt d'une motion de censure en raison des
atteintes répétées à la séparation des pouvoirs et aux principes nécessaires aux libertés publiques. A l'époque, le
Parti socialiste avait décidé de ne pas assumer une telle démarche. J'étais persuadé qu'il se trompait, et il revient
aujourd'hui sur cette position. Il y a des moments et des situations où il faut dire haut et fort que ça ne va pas.
J'ai des différences avec le texte déposé par le PS. Mais l'essentiel est qu'un acte solennel montre au pays qu'un
signal d'alarme s'allume. Pour que nul ne puisse dire : nous ne savions pas. J'ai donc décidé de voter la motion
de censure.
Vous vous rangez clairement dans le camp de l'opposition ?
C'est plus profond : je défends les principes républicains. Quand je pense que des décisions sont justifiées, je les
soutiens. Quand je pense qu'elles sont dangereuses, je le dis. Cette liberté et cette indépendance sont les
principes de ma démarche.
Dans sa motion de censure, le PS explique qu'il entend défendre une politique alternative contre la crise
économique et sociale. Est-ce que vous le rejoignez sur ce point ?
Dès le mois de décembre, considérant que le plan actuel ne suffirait pas, j'ai proposé une politique de relance
différente. Premièrement, je plaidais pour un grand emprunt européen de l'ordre de 3 % du PIB.
FJ - 14
Deuxièmement, je proposais une aide aux familles modestes, un livret d'épargne crise, dont le montant pourrait
atteindre 1 000 euros. Enfin, je suggérais des investissements, notamment universitaires, ou en termes de
réseaux. Le plan du PS est assez proche de cette architecture. Mais d'autres idées doivent être défendues : il y a
pour moi quelque chose qui n'est pas acceptable dans l'action du gouvernement. On n'arrête pas de sortir des
dizaines de milliards pour les banques, mais sans exiger les contreparties qui s'imposent. Encore hier, on a
annoncé qu'elles allaient recevoir 5 milliards, fléchés vers Airbus.
L'Etat ne peut pas mobiliser ces sommes astronomiques sans prendre, en contrepartie, les sièges au conseil
d'administration qui doivent lui permettre d'exercer sa part de la gouvernance des établissements, de se faire
entendre aussi bien pour la rémunération des dirigeants que pour le soutien au crédit. Il existe d'ailleurs, je
crois, une disposition législative, en date de 1935, qui oblige l'Etat lorsqu'il atteint 10% des fonds propres d'une
banque à nommer au moins deux administrateurs.
Le premier ministre, François Fillon, appelle à l'unité face à la gravité de la situation. Vous n'êtes pas sensible à
cet appel ?
L'unité commence par les respects des règles républicaines qui nous font vivre ensemble. Or, aujourd'hui, il ne
se passe pas de jour sans qu'on constate une atteinte au respect de ces règles, avec un président de la République
qui transgresse tous les jours les principes de la séparation des pouvoirs. Le pouvoir judiciaire, le pouvoir
législatif et le pouvoir médiatique sont tous les trois soumis à sa volonté de domination. C'est impossible à
accepter.
Au point de justifier une motion de censure ?
Evidemment, oui. Par exemple, la décision d'accorder au président de la République le pouvoir de nommer les
responsables de l'audiovisuel public et de rendre leur budget dépendant chaque année de la majorité en place
crée une double dépendance. Aucune opération de diversion autour de la redevance ne peut masquer ce recul
des libertés publiques.
Pourtant, au Sénat, la majorité du groupe centriste, dont son président, Michel Mercier, a voté le texte…
Certains sénateurs l'ont voté; pas ceux qui partagent mon analyse. En même temps, Nicolas Sarkozy annonce
qu'il va faire sauter le seuil de concentration dans les médias. Je considère cela comme une régression : la lutte
contre les concentrations est essentielle dans tout pays de liberté.
En quoi la réforme du travail législatif, qui a déclenché un tel tohu-bohu à l'Assemblée nationale, est-elle
condamnable ?
Le législatif est de plus en plus soumis à l'exécutif. Avec la réforme du règlement de l'Assemblée, la liberté du
Parlement et des parlementaires représentant le peuple va être encore davantage mise à mal. J'espère que le
Conseil constitutionnel rappellera que le droit d'amendement de chaque parlementaire est un droit inaliénable et
personnel, qui ne se délègue pas à un groupe, dans un pays où les députés sont élus personnellement par le
peuple. Même transgression des principes lorsque le président de la République va participer en tant que tel au
conseil national de l'UMP, s'affirmant comme un chef de parti et portant ainsi atteinte à un principe essentiel de
la fonction présidentielle, chef de l'Etat et non chef de la majorité, défenseur de notre démocratie et non pas
chef de clan. Enfin, pour ce qui est de la justice, à partir du moment où l'enquête serait confiée au parquet placé
sous l'autorité hiérarchique du gouvernement, le bon vouloir de l'exécutif deviendrait souverain. Il pourra à sa
guise laisser apparaître les affaires ou les dissimuler. Rien de tout cela n'est acceptable dans un Etat de droit.
La pratique du pouvoir par M. Sarkozy menace-t-elle les équilibres de la société française ?
Sans aucun doute. Les atteintes aux libertés se multiplient de façon infiniment inquiétante. Je ne veux pas me
retrouver dans un pays soumis à l'arbitraire d'un seul. Il est de la responsabilité des acteurs de la vie civique
d'éveiller la société. On est à un tournant. Au début du quinquennat, certains pouvaient soutenir que ces
entorses étaient seulement une question de style. Aujourd'hui, c'est une question de textes : on fait entrer dans la
loi et dans les institutions des manquements qu'aucun républicain et aucun démocrate ne doit pouvoir accepter.
Propos recueillis par Patrick Roger

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/01/27/m-bayrou-votera-la-censure_1146847_823448.html
FJ - 15
LE PARISIEN

28 JANVIER 2009 - MARIELLE DE SARNEZ: «SARKOZY PORTE ATTEINTE AUX LIBERTES PUBLIQUES»

L'INTERVIEW DU MERCREDI. La vice-présidente du Mouvement Démocrate (MoDem), eurodéputée et


fidèle de François Bayrou, Marielle de Sarnez, annonce qu'elle sera avec les manifestants lors de la grève de
jeudi.
Propos recueillis par Bernard Mazières
François Bayrou a voté, hier mardi à l'Assemblée nationale, la motion de censure déposée par le PS. C'est
officiel, le MoDem est-il entré dans l'opposition?

Nous défendons des principes républicains, celui de la séparation des pouvoirs, justice-exécutif, ou encore celui
de l'indépendance de l'audiovisuel public.
Or nous avons le sentiment sur ces questions que Nicolas Sarkozy avec son extrême personnalisation du
pouvoir porte atteinte aux libertés publiques. D'ailleurs sur ces sujets, dès le mois de décembre, François
Bayrou avait soumis l'idée d'une motion de censure.. Il est dans sa logique.

Mardi, il n'empêche, vous avez voté avec la gauche.

Et alors ? Nous votons en accord avec nos convictions. Au-delà des atteintes aux libertés publiques, il y a aussi
ces milliards d'euros donnés aux banques sans réelles contreparties. Cette façon du gouvernement de réagir à la
crise est choquante. Au minimum, dans cette période difficile, l'exécutif devait s'associer à la gouvernance des
banques. Ce qui s'est fait en Grande-Bretagne et en Allemagne.

Nicolas Sarkozy, selon vous, représente-t-il un risque d'atteinte aux libertés ?

Absolument. Il incarne une centralisation extrême de l'autorité. Avec lui, il n'y a pas de séparation des pouvoirs.
Il ne veut pas de contre-pouvoirs. On le voit avec la suppression du juge d'instruction ou la nomination et la
révocation par l'Elysée du président de l'audiovisuel public. Cela n'existe nulle part ailleurs en Europe.

Le MoDem s'associe-t-il à la grève générale lancée par tous les syndicats, jeudi ?

Pour ma part, je manifesterai, comme citoyenne, et je pense que de très nombreux militants du Modem seront
dans les cortèges. A l’image des Français qui vont se saisir de ce moment pour dire leur angoisse par rapport à
la crise économique et sociale, mais aussi leur ras le bol. Ils veulent être respectés. Ils veulent être écoutés. Ils
veulent plus de justice et plus d'équité de la part du pouvoir. Pour le moment, ce n'est pas le cas.

Partagez-vous l'exaspération des Français ?

Oui. Il existe un décalage incroyable entre un pouvoir qui s'autocongratule et l'inquiétude croissante de tous les
Français. Personne n'est aujourd'hui à l'abri.

Nicolas Sarkozy dit comprendre l' "inquiétude" du pays mais il ne veut pas stopper les réformes. A-t-il raison ?

D’abord, il a calé sur de nombreuses réformes. Quant aux autres, elle sont souvent mal engagées, et trop
souvent imposées par le sommet de l’Etat sans réel dialogue. Celle de l'Education nationale, par exemple. Au
bout du compte, elle ne donne pas confiance aux enseignants et n'améliore pas le système éducatif. Ou encore
FJ - 16
celle de la suppression du juge d'instruction. Au final, la justice sera plus dépendante du pouvoir, et ceux qui
auront les moyes financiers s’en sortiront mieux que les autres. Où est le progrès. Où est l’équité ?

Entre le plan de relance du gouvernement et celui du PS où est celui du MoDem?

On l'a mis sur la table il y a deux mois! C'est un plan de relance européen avec un grand emprunt de l’Union
européenne, une politique de grands travaux , sans oublier une aide aux plus modestes. Reste le plus important.
Dans ces temps difficiles , Il faut gouverner d'une façon juste et solidaire avec ceux qui souffrent le plus. Ce
n'est pas le cas depuis dix-huit mois.

Eric Besson à la direction de l'UMP, est-ce une preuve d'ouverture de la part du parti du président ?

Cela démontre au contraire les limites de l’ouverture version UMP ! Je constate d’ailleurs que Nicolas Sarkozy
non content d'avoir les pleins pouvoirs sur la politique française ne veut rien lâcher de son emprise sur le parti
qui l'a mené à l'Elysée. Il va même jusqu'à participer au conseil national de son parti! Aucun président de la
République ne l'avait fait jusqu'à présent. Ce n'est pas la conception que je me fais de la fonction.

Question incontournable: est-il normal qu'au XXI° siècle, en France, une tempête de vent plonge le quart de la
France, le Sud-Ouest, dans la pagaille la plus complète ? Ni eau, ni électricité...

Non. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi en France on ne fait pas comme dans les autres pays européens
l'enfouissement des lignes électriques. On est franchement en retard et ce n'est pas seulement une question de
budget.

http://www.leparisien.fr/politique/marielle-de-sarnez-sarkozy-porte-atteinte-aux-libertes-publiques-28-01-2009-
390511.php

LIBERATION

27 JANVIER 2009 - LA MOTION DE CENSURE REJETEE PAR L'ASSEMBLEE NATIONALE

Il a manqué 58 voix pour que la motion de censure socialiste soit adoptée. Jean-Marc Ayrault, président des
députés socialistes, a dénoncé «un président qui n'écoute plus personne».
Sans surprise, les députés ont rejeté la motion de censure socialiste contre «l'inaction économique» du
gouvernement Fillon face à la crise et «les menaces sur les libertés individuelles». La motion n'a recueilli que
231 voix, soit 58 de moins que la majorité requise (289) pour être adoptée. Toute la gauche a voté cette motion,
ainsi que le président du MoDem François Bayrou. Le Premier Ministre affrontait là sa deuxième motion de
censure, après celle d'avril 2008. Le chef de file des députés PS Jean-Marc Ayrault a néanmoins profité de la
tribune de l’Assemblée pour demander au gouvernement d’«écouter» et pourquoi pas «entendre la voix de
l’opposition».
«C’est d’une autre tempête dont je voudrais maintenant vous parler», a déclaré Ayrault après avoir salué «le
magnifique travail de services publics à l’ouvrage» face à la tempête dans le sud-ouest de la France. «C’est une
tempête financière dont l’essentiel des conséquences est encore devant nous, car la crise économique et sociale
qui en résulte s’installe, s’aggrave, et rien dans les politiques menées ne semble hélas empêcher ces ravages», a-
t-il martelé. Prévoyant qu’un «nouveau plan» de relance «devra être mis à l’étude», il a jugé qu’«il sera alors
encore temps de vous inspirer des propositions de Martine Aubry», provoquant des applaudissements moqueurs
sur les bancs de la droite. «En déplacement permanent, le président pourtant n’écoute plus rien ni personne», a-
t-il dit en dénonçant «l’ambiance de cour qui prévaut de bas en haut de l’Etat».
FJ - 17
Le PS veut «réhabiliter le socialisme d’hier», selon Fillon
Réponse de François Fillon: «Cette motion ne témoigne pas d’une ambition pour la France. Jamais la majorité
ne vous suivra sur le chemin de la nostalgie et de l’immobilisme». Le premier ministre dénonce «une motion de
censure sur les mauvais sujets et au mauvais moment». «"Le contre plan de la gauche a le mérite d’exister",
vous a concédé Ségolène Royal. On ne pourrait pas être plus cruel», a-t-il lancé, avant néanmoins d’ajouter :
«J’accueille avec intérêt les propositions de l’opposition», «nul ne peut affirmer qu’il détient seul la vérité».
Mais dans l’ensemble, il a contesté point par point le contre-plan de relance du PS. Le plan présenté la semaine
dernière par Martine Aubry «a moins pour objectif de répondre à la crise que de réhabiliter le socialisme
d’hier», s’est emporté le Premier ministre. Le Premier ministre a encore stigmatisé l’accent mis par la gauche
sur la consommation, «un contresens au regard de notre situation», qui conduirait selon lui à «dégrader notre
déficit commercial, via les importations». Il a enfin ironisé sur les «divisions» du PS, qui se servirait de la
motion de censure comme d’un «pansement pour masquer les blessures du congrès de Reims», citant
notamment les critiques du royaliste François Rebsamen sur le contre-plan socialiste.

http://www.liberation.fr/politiques/0101315120-ayrault-demande-au-gouvernement-d-entendre-la-voix-de-l-
opposition

26 JANVIER 2009 - IL FAUT «TRAITER D’URGENCE» L’ENFOUISSEMENT DES LIGNES ELECTRIQUES, SELON BAYROU

Un enfouissement de l'ensemble des lignes (1,3 million de kilomètres) «reviendrait à peu près à 100 milliards
d'euros», selon ERDF, filiale d’EDF responsable de l’enfouissement.
Alors que les conséquences de la tempête se font encore sentir, va-t-on assister à un début de polémique sur
l’enfouissement des lignes ? François Bayrou a lancé le débat ce matin.
«Il est impossible qu’on en reste là, avec un pays qui se trouve paralysé pour huit à dix jours lorsqu’il y a une
tempête, ce qui après tout est un événement météorologique normal», a déclaré sur France Info le député des
Pyrénées-Atlantiques, un des départements du sud-ouest touchés par la tempête. «La question de
l’enfouissement des lignes doit être traitée d’urgence», a-t-il ajouté. Selon lui, il est «inimaginable qu’un pays
soit aussi vulnérable que le nôtre l’est à un coup de vent ou à une chute de neige».
«Je n’arrive pas à imaginer qu’un pays comme le nôtre, dont les technologies et les entreprises sont à ce point
en pointe, soit incapable de traiter un problème aussi simple», a-t-il insisté, se disant «sûr qu’il existe
aujourd’hui des méthodes pour enfouir des lignes qui coûtent moins cher que ce qu’on nous annonce».
Un enfouissement de l'ensemble des lignes (1,3 million de kilomètres) «reviendrait à peu près à 100 milliards
d'euros», selon le directeur général adjoint d'ERDF (filiale d’EDF), Bernard Lassus.
Rebondir politiquement sur la tempête
Bayrou n’est pas le seul à rebondir politiquement sur la tempête. Roger Karoutchi, en pleine campagne interne
face à Valérie Pécresse pour l’investiture UMP en vue des régionales en Ile-de-France, a proposé hier que le
Conseil régional verse «une subvention exceptionnelle de 500.000 euros» au conseil régional d’Aquitaine ou
directement aux associations, en solidarité avec «les sinistrés de la tempête du Sud-Ouest».
Nicolas Sarkozy lui-même s’est empressé d’aller sur le terrain se rendre compte des dégâts, retrouvant ses
habitudes de ministre de l’Intérieur, quand il multipliait les déplacements avant tout médiatiques. Une
mobilisation de l’appareil d’Etat contre la tempête, avant une autre tempête jeudi – sociale celle-là – aux effets
potentiellement plus dévastateurs pour le pouvoir.
Liberation.fr (avec source AFP)

http://www.liberation.fr/politiques/0101314780-il-faut-traiter-d-urgence-l-enfouissement-des-lignes-
electriques-selon-bayrou

FJ - 18
LES ECHOS

29 JANVIER 2009 - DEBAT PUBLIC SENAT- « LES ECHOS » UMP-PS-MODEM : QUEL EST LE BON PLAN DE RELANCE ?

La situation économique imposait de décider d'un plan de relance : l'UMP, le PS et le Modem sont d'accord sur
ce point. Mais ils ne le sont pas sur le type et l'ampleur du dispositif, comme en a témoigné le débat qui
opposait hier soir Michel Sapin (PS), Chantal Brunel (UMP) et Corinne Lepage (Modem) dans l'émission « Y'a
de l'éco » sur Public Sénat en partenariat avec « Les Echos ». Michel Sapin a reproché à Nicolas Sarkozy
d'avoir fait une « profonde erreur de diagnostic » en refusant d'agir sur la consommation. « La crise de la
consommation vient plus tard en France, mais chacun sait qu'elle va être très brutale », a-t-il défendu, en
estimant que les relances décidées en Allemagne et en Grande-Bretagne constituaient une « chance » qu'il
fallait saisir. Chantal Brunel a affirmé que l'exécutif n'avait cessé, ces dernier mois, de soutenir la
consommation, notamment des plus faibles. « Nous avons octroyé 220 euros pour les bénéficiaires de minima,
puis bientôt 200 euros pour ceux qui toucheront le RSA : on n'est pas loin des 500 euros préconisés par le PS »,
a-t-elle défendu. Quant à Corinne Lepage, elle a estimé que les investissements décidés par le gouvernement
étaient « trop modestes et sans logique ». « Il aurait fallu une vision de ce qu'on veut pour la France, notamment
en matière d'infrastructures, alors que là c'est du saupoudrage : le plan financera un EPR, un circuit de Formule
1 dans les Yvelines... »

http://www.lesechos.fr/info/france/4824745-debat-public-senat-les-echos-ump-ps-modem-quel-est-le-bon-plan-
de-relance-.htm

26 JANVIER 2009 - ELECTRICITE : AVEC LA TEMPETE, LA QUESTION DE L'ENFOUISSEMENT DES LIGNES RESURGIT

Pour François Bayrou, député des Pyrénées-Atlantiques, l'enfouissement des lignes électriques fait figure
d'urgence. Si des progrès ont été accomplis pour les réseaux moyenne et basse tension, l'enfouissement de la
très haute tension se heurtait jusqu'ici à des problèmes de coûts. Mais la future ligne THT franco-espagnole sera
enterrée.
La tempête qui a affecté le Sud Ouest de la France et le Nord de l'Espagne a fragilisé les réseaux de transport
d'électricité des deux pays. Dans la région de Perpignan, où la fourniture en électricité restait toujours
extrêmement fragile lundi, avec une seule ligne 400 kV sous tension sur les trois qui desservent la ville,
l'alimentation de la clientèle est, en très grande partie, rendue possible grâce à l'électricité provenant d'Espagne.
"Les deux gestionnaires des réseaux de transport d'électricité, Réseau de Transport d'Electricité (RTE ) et Red
Electrica España (REE), ont renforcé leur collaboration pour, de manière solidaire, faire face à cette situation ",
souligne le gestionnaire du réseau français. Mais cette coopération n'a pas empêché les critiques de fuser,
notamment du côté des élus locaux. "Il est impossible qu'on en reste là, avec un pays qui se trouve paralysé
pour huit à dix jours lorsqu'il y a une tempête, ce qui après tout est un événement météorologique normal", a
déclaré lundi sur France Info le député des Pyrénées-Atlantiques, un des départements du touchés par la
tempête. Pour le président du Mouvement démocrate (MoDem), "la question de l'enfouissement des lignes doit
être traitée d'urgence". "Je n'arrive pas à imaginer qu'un pays comme le nôtre, dont les technologies et les
entreprises sont à ce point en pointe, soit incapable de traiter un problème aussi simple", a-t-il insisté, se disant
persuadé "qu'il existe aujourd'hui des méthodes pour enfouir des lignes qui coûtent moins cher que ce qu'on
nous annonce".
Limiter les coûts
Dire qu'on ne fait rien en France en matière d'enfouissement des lignes électriques serait exagéré. C'est après la
tempête de 1999 qu'EDF, constatant que les principaux dégâts étaient dus à des chutes d'arbres sur les lignes, a
décidé de se lancer dans un programme d'enfouissement des lignes électriques. Et, après avoir consulté 17
millions de clients sur leurs attentes, l'électricien national a pris, en septembre 2002, l'engagements d'enfouir,
FJ - 19
dès 2002, 90% des nouvelles lignes moyenne tension... ce a permis d'enterre des centaines de milliers de
kilomètres de lignes moyennes et basse tension. Ce qui, il est vrai, a laissé entier le problème des lignes très
haute tension (THT) de 400.000 volts et plus pour des raison techniques et de coût. Mais sur la très haute
tension aussi, une avancée a été réalisée, grâce notamment au soutien de Bruxelles. Ainsi, en mai dernier, le
ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo annonçait le tracé de la future ligne à Très Haute Tension (THT)
entre les Pyrénées Orientales et la Catalogne espagnole, optant pour "une ligne à courant continu totalement
enfouie entre les postes électriques de Baixas et Santa Llogaia". Et de préciser que "l'Etat prendrait à sa charge
le surcoût de l'enfouissement terrestre ou marin de la ligne en courant continu." Le sénateur-maire de
Perpignan, Jean-Paul Alduy et le président du conseil général Christian Bourquin , avaient en effet souligné la
possibilité de réaliser une partie sous-marine afin de limiter les coûts du projet. Le montage retenu prévoit la
création d'une société commune chargée d'assurer cette interconnexion électrique; RTE et REE détenant chacun
50% de la coentreprise.
http://www.lesechos.fr/info/energie/300325058.htm

Aussi sur : 20 Minutes : http://www.20minutes.fr/article/293357/France-La-tempete-fait-ressurgir-la-question-


de-l-enfouissement-des-lignes-electriques.php

28 JANVIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU

Naguère, dans le monde syndical, on appelait ça la stratégie du coucou. Dans le Béarn, le pays d'élection du
président du Modem, il y a un proverbe qui définit bien ce type de comportement : « C'est un grand plaisir de
manger quand il n'y a rien à payer. » En se ralliant à la motion de censure socialiste, François Bayrou a fait en
quelque sorte une OPA à peu de frais sur la couverture médiatique de l'événement. C'est aussi une bonne façon
pour l'infatigable bretteur de l'anti-sarkozisme de ne pas laisser le PS envahir le terrain de lutte sur lequel,
depuis De Gaulle, les centristes ont toujours aimé ferrailler avec le pouvoir, celui des libertés publiques. Il était
temps car, ces derniers mois, le style Bayrou, le paysan des Pyrénées qui ouvre parfois ses chemises blanches à
la façon d'un Bernard-Henri Lévy, le Français moyen spécialisé dans les accusations extrêmes, l'homme posé
mais poseur transformé en briseur de tabous - toujours avec ce troublant mélange d'indignation placide, de
rondeur acerbe et d'audace solennelle - semblait avoir perdu en efficacité. A force, il risquait de se voir
reprocher par ses compatriotes béarnais de jouer le bragart sans avoir le patart - ce qui veut dire, en langage
moins local, faire le fier sans posséder le sou (lire page 3).

http://www.lesechos.fr/info/analyses/4824396-francois-bayrou.htm

28 JANVIER 2009 - BAYROU TENTE DE VOLER LA VEDETTE AU PS

« Inaction ». Cette fois, il n'a pas laissé passer l'occasion. Alors qu'il s'était abstenu sur la première motion de
censure du quinquennat (sur l'Afghanistan), François Bayrou a mêlé hier sa voix à celles du PS, dénonçant «
l'inaction » du gouvernement face à la crise et, surtout, « les menaces sur les libertés individuelles ». Soucieux
de se faire entendre alors qu'il ne dispose pas de groupe parlementaire, pas mécontent aussi de voler en partie la
vedette aux socialistes, le président du Modem a annoncé sa décision dans « Le Monde » et a multiplié les
déclarations dans les couloirs de l'Assemblée. « Il y a des moments et des situations où il faut dire haut et fort
que ça ne va pas (...). Pour que nul ne puisse dire : nous ne savions pas », a martelé François Bayrou, fustigeant
les « dizaines de milliards » d'euros accordés aux banques « sans les contreparties qui s'imposent ». En
décembre, le leader centriste avait fait la leçon aux socialistes, en les appelant à déposer une motion de censure
contre la réforme de l'audiovisuel.

http://www.lesechos.fr/info/france/4824208-bayrou-tente-de-voler-la-vedette-au-ps.htm
FJ - 20
FRANCE SOIR

28 JANVIER 2009 - LA COLERE DU PAYS, CELLE DU PS ET DE FRANÇOIS BAYROU

Il est des débats de censure plus réussis que d’autres ; celui d’hier ne figurera pas dans les annales des grandes
joutes parlementaires et il ne se solde pas par un bénéfice politique pour l’un ou l’autre camp.
Il est vrai qu’après les violents affrontements à propos de la loi organique sur la réforme des travaux
parlementaires, la droite n’a pas jeté trop d’huile sur le feu, et les socialistes, à l’origine de la motion, n’ont pas
eu de chance. Les conséquences dramatiques de la tempête qui a ravagé le Sud-Ouest ont relégué la crise
économique et la crise politique qui secoue le Parlement au second plan depuis le week-end. L’éclipse sera sans
doute brève, mais elle est mal tombée pour la gauche. Et l’émotion provoquée par l’annonce de cette censure a
vu son intensité faiblir au fur et à mesure que le bilan de la tempête s’aggravait. Pour ne rien arranger, le
président du Modem, François Bayrou, s’est arrogé la vedette hier en annonçant qu’il voterait pour ce texte. Il
n’a certes pas manqué une voix de gauche au texte qui a recueilli que 231 voix, (soit 58 de moins que la
majorité requise qui est de 289). Mais depuis une semaine, les proches de Ségolène Royal laissaient entendre
qu’ils y allaient à reculons et s’interrogeaient ouvertement sur cette démarche initiée par la nouvelle direction
du PS, sous l’impulsion de Martine Aubry. La première secrétaire du PS, qui était dans les couloirs de
l’Assemblée, a déploré que la France soit « le seul pays où face à une crise aussi grave le président de la
République n’a pas consulté son opposition » et à la tribune, Jean Marc Ayrault, le président du groupe PS,
lançait : « Entendez-vous la colère qui monte dans le pays ? » François Fillon a eu beau jeu de dénoncer la
stratégie du PS qui chercherait à masquer ses désaccords internes et de vanter la réactivité du gouvernement
face à la crise, alors que le PS dénonce « l’inaction du gouvernement ». Les propositions socialistes de relance
par le pouvoir d’achat n’ont pas convaincu le Premier ministre, ce n’est pas nouveau. Les arguments de
François Fillon pour défendre la politique gouvernementale n’ont pas davantage ébranlé l’opposition. Ainsi va
la vie politique en France.

http://www.francesoir.fr/politique/2009/01/28/la-colere-du-pays-celle-du-ps-et-de-francois-bayrou.html

LYONMAG

24 JANVIER 2009 - EUROPEENNES : AZOUZ BEGAG SE PORTE CANDIDAT POUR LE MODEM

Azouz Begag, ancien ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances, s’est porté candidat en tant que
tête de liste du MoDem aux prochaines élections européennes, ont indiqué vendredi les élus MoDem de la
majorité municipale (PS) de Lyon qui le soutiennent. "Azouz Begag se porte candidat auprès de François
Bayrou en tant que tête de liste du Mouvement Démocrate aux élections européennes dans la circonscription
électorale Sud Est", ont annoncé dans un communiqué Gilles Vesco, président du Groupe Démocrates de la
ville de Lyon et quatre autres élus du groupe, en ajoutant : "Les élus Démocrates Modem de la majorité
municipale de la Ville de Lyon soutiennent activement sa candidature et entendent la promouvoir". "Européen
convaincu, il sera le meilleur représentant pour notre région à Bruxelles. En réalisant à Lyon l’un des meilleurs
résultats du Modem lors des dernières élections législatives avec près de 16% des voix, il a montré qu’en sa
qualité personnelle, il avait une véritable reconnaissance de l’électorat", ont poursuivi les élus. "Ainsi, il est le
mieux à même de créer pour le Modem une dynamique gagnante en Rhône-Alpes, en PACA et en Corse. Nous
demandons à François Bayrou de proposer sa candidature aux militants de la circonscription Sud Est dans le
cadre de la procédure interne de désignation des candidats", a-t-il conclu. Azouz Begag a été candidat sous
l’étiquette MoDem pour les législatives à Lyon en juin 2007 et candidat malheureux pour les municipales en
mars 2008 à l’investiture du parti centriste.

FJ - 21
Alors qu'il était donné favori dans les sondages, il avait finalement claqué la porte suite aux manipulations de
Michel Mercier, patron du Modem dans le Rhône.

http://www.lyonmag.com/article/9711/Europeennes--Azouz-Begag-se-porte-candidat-pour-le-MoDem

EURACTIV

28 JANVIER 2009 - EUROPEENNES : LA CONSTITUTION DES LISTES SUSCITE DES GRINCEMENTS DE DENTS

Le mouvement est lancé. Depuis début janvier, tous les partis français, et en particulier ceux du centre et de
droite, commencent sérieusement à se préoccuper des élections européennes. L’heure est en effet à la
constitution des listes et au lancement des campagnes électorales.
UMP: premier sinon rien
Dans un communiqué diffusé le 27 janvier, Margie Sudre (UMP) a exclu absolument d’être candidate aux
élections européennes si elle n'était pas tête de liste de la circonscription d’outre-mer. Cette région est en effet
la seule pour laquelle l’ordre des candidats n’a pas été expressément précisé lors de la présentation des têtes de
liste, le 24 janvier à la Mutualité (EurActiv.fr, 26/01/2008).
Mais selon Margie Sudre, qui préside la délégation des députés européens UMP du Parlement, l’Elysée
s’apprête à placer en haut de la liste la Guadeloupéenne Marie-Luce Penchard, secrétaire nationale de l’UMP
chargée de l’Outre-mer. Une décision qui aurait pour conséquence de reléguer Sudre à la troisième place, parité
oblige, rendant son élection impossible. Le nouveau mode de scrutin des européennes outre-mer est en effet
particulièrement complexe. Il prévoit une répartition de sièges entre sections dans l'ordre décroissant des voix
obtenues par chacune des listes. Un système qui vise à éviter que les trois députés européens de la
circonscription soient issus de la même région d'outre-mer, comme ce fut le cas en 2004.
«Si l’UMP n’a pas pas annoncé cette décision au conseil national, c’est parce qu’il y avait beaucoup d’élus
d’Outre-mer dans la salle et qu’ils auraient été furieux de cette décision», souligne la députée européenne, qui
s’insurge «contre le fait du prince».
Alain Lamassoure l’a dit clairement en marge du conseil national de l’UMP: pour lui non plus, pas question de
se présenter aux européennes si c’est pour figurer en troisième de la liste de la région Sud-Ouest, derrière
l’ancien maire de Toulouse Dominique Baudis. «Je n’ai plus l’âge des strapontins», avait-il expliqué à
EurActiv.fr.
Le principal artisan du traité de Lisbonne envisage donc trois possibilités pour les mois à venir: la commission
européenne, un poste au gouvernement ou l’ambassade de France à l’Onu, dont le poste est vacant et auquel
Nicolas Sarkozy semble vouloir attacher un profil plus politique qu’auparavant. Son nom circule également
pour remplacer le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Bruno Lemaire dès le mois de mai, date du
prochain remaniement. En effet, l’ancien député de l’Eure ne cache pas sa volonté de s’investir en Normandie à
l’occasion des élections régionales de 2010.
PRG: Quand Baylet est «choqué» par Bayrou
Dans un entretien au Figaro, le président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel Baylet, se dit «choqué»
par le refus du MoDem de faire des listes communes avec lui. «Bayrou a fermé la porte de manière violente
avant même que nous ayons pu en parler. Je le regrette», affirme le sénateur.
Alors qu’un rendez-vous était pourtant prévu entre les deux hommes le 30 janvier, un article publié par Le
Figaro le lendemain de Noël a mis le feu aux poudres. Bayrou y affirme en effet avoir poliment décliné
l’invitation du président du PRG. Mais Baylet dit ne pas avoir été prévenu de cette déclaration. Furieux, il
annule le rendez-vous prévu avec le président du MoDem.
Les radicaux de gauche sont désormais dans une situation délicate. L’exécutif du parti étudie la possibilité de
présenter des listes autonomes dans certaines régions, affirme-t-on dans l’entourage de Jean-Michel Baylet.
Pourtant, l’hypothèse la plus probable reste un rapprochement avec le parti socialiste. «La logique serait, dans
FJ - 22
cette élection difficile parce que régionalisée, que nous fassions liste commune», déclare le sénateur du Tarn-et-
Garonne. Mais pour l’instant, aucune rencontre n’est officiellement prévue.
MoDem: bataille interne dans l'Est
Du côté du MoDem, l’ancien directeur de l’hebdomadaire Marianne, Jean-François Kahn, se heurte à une forte
résistance de Nathalie Griesbeck et Jean-Marie Beaupuy, les deux actuels députés européens MoDem de la
circonscription de l’Est. L’entourage de l'un des deux députés promet que «rien n’est fixé pour le moment» et
renvoit à la validation des listes par le bureau politique du MoDem, le 7 février.
De leur côté, les deux députés européens tentent d’imposer aux cadres du partis un ticket Griesbeck (n°1) -
Beaupuy (n°2). Ce qui aurait pour effet de reléguer l’ancien directeur de Marianne à la quatrième place, le
rendant presqu’automatiquement inéligible. En revanche, une tête de liste occupée par Jean-François Kahn
impliquerait le passage de Jean-Marie Beaupuy en troisième position. Or, en 2004, le député européen avait été
élu de justesse, occupant le dernier des dix sièges des eurodéputés de l’Est de la France. Et il est fort probable
que le Grand Est voit le nombre de ses députés passer de dix à neuf, resserrant un peu plus l’étau autour de la
liste MoDem.

Le Nouveau centre fait preuve de «pragmatisme»


Le Nouveau centre (NC) renonce quant à lui à présenter des listes autonomes dans toutes les régions. Le parti
d’Hervé Morin, qui réunissait ses cadres le 27 janvier à Paris, mènera une campagne commune avec l’UMP. La
réunion a été l’occasion de fixer un chef de file Nouveau centre dans chaque circonscription. Mais sur les huit
sélectionnés tous ne figureront pas sur les listes à des places éligibles. «Demander un éligible par
circonscriptions, ce n’est pas réaliste, souligne un cadre du parti. Surtout lorsque l’on sait qu’il y a seulement 17
députés européens UMP sortant.» L’objectif est donc de faire élire trois NC à Strasbourg.
«C’est une décision que je regrette», souligne la responsable des affaires européennes et eurodéputée Brigitte
Fouré. «Nous aurions pu faire entendre notre voix très clairement. Mais c’est la ligne pragmatique qui l’a
emportée.» En interne, on affirme volontiers que la plupart des militants n’approuve pas la fusion avec les listes
de l’UMP.
Divisions en vue au FN
A l’extrême droite de l’échiquier politique, le Front national (FN) devrait être fortement divisé. Une liste
frontiste dissidente sera par exemplee menée par Jean-Claude Martinez dans le Sud-Ouest. L'ancien vice-
président du FN, veut également former dans toutes les régions des listes dissidentes, sous le nom de «Maison
de la vie et de la liberté».
http://www.euractiv.fr/priorites-de-lue-elections/article/elections-europeennes-constitution-listes-suscite-
grincements-dents-ue-001329

DNA

26 JANVIER 2009 - STOESSEL OU WEHRLING ?

Selon Odile Uhlrich-Mallet, la liste MoDem du Grand Est pour les européennes sera bien conduite par Jean-
François Kahn et non par la députée européenne sortante Nathalie Griesbeck qui occuperait la deuxième place,
devant un autre sortant : Jean-Marie Beaupuy, la quatrième place devant revenir à un Alsacien. En attendant
que les instances nationales désignent officiellement la tête de liste, le MoDem 68 milite pour que l'Alsace soit
représentée par Bernard Stoessel, adjoint au maire de Mulhouse et ... (reste de l’article payant)

http://www.dna.fr/articles/200901/26/stoessel-ou-wehrling,mulhouse,000011578.php

FJ - 23
LE NOUVEL OBSERVATEUR

29 JANVIER 2009 - PREFET MUTE : "INJUSTE" ET "PARFAITEMENT LAMENTABLE"

Extrait : (…) A droite comme à gauche, les élus dénoncent le "caprice d'Etat" de Nicolas Sarkozy à l'origine de
l'éviction du préfet de la Manche, placé hors-cadre après les incidents intervenus lors de la visite du chef de
l'Etat à Saint-Lô le 12 janvier.
(…)
"Une sanction arbitraire"
François Bayrou a, de son côté, dénoncé la mutation du préfet de la Manche, estimant que ce dernier a été
"sanctionné" pour n'avoir pu "empêcher" une manifestation lors d'une visite de Nicolas Sarkozy à Saint-Lô. "Sa
mise hors cadre et la mutation du préfet de la Manche sanctionnent une fois de plus de manière arbitraire un
haut fonctionnaire qui a déplu parce qu'il n'a pas pu empêcher une manifestation républicaine", a jugé François
Bayrou dans une déclaration à l'AFP. "Il n'avait pas le pouvoir d'empêcher les manifestants de siffler Nicolas
Sarkozy et s'il l'avait fait, ça aurait été une atteinte grave aux libertés. C'est donc une sanction arbitraire, une
nouvelle fois, le fait du prince", a poursuivi le député des Pyrénées-Atlantiques. "C'est exactement la même
démarche que lorsqu'on a mis à la porte Dominique Rossi, le responsable de la sécurité en Corse, simplement
parce qu'il y avait eu une manifestation chez Christian Clavier", acteur proche du chef de l'Etat, a encore dit
François Bayrou. (…)

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090129.OBS2057/prefet_mute__injuste_et_parfaitement
_lamentable.html

29 JANVIER 2009 – GREVES : LES PRINCIPALES DECLARATIONS

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate (MoDem) : "Il faut dire que ça ne va pas, que ce n'est
pas acceptable et je suis sûr que beaucoup de Français, en manifestant aujourd'hui, disent aussi que la manière
dont on les gouverne, ne les respecte pas".
"Les Français ont l'impression qu'on leur parle mal, qu'on les prend pour cibles, alors qu'on devrait les
soutenir".
Il a accusé Nicolas Sarkozy de vouloir "mettre la main" sur "tout ce qui est aujourd'hui indépendant".
"C'est une grève et une journée de manifestations que je comprends et dont je partage l'inquiétude, ou en tous
cas le sentiment profond".
Il a indiqué qu'il ne manifesterait pas, voulant éviter "une récupération politique de quelque chose qui est plus
profond", mais que "beaucoup de (ses) amis vont y être à titre personnel, à titre citoyen". (Déclaration sur
France 2)
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20090129.OBS2092/les_principales_declarations.html

LE POINT

29 JANVIER 2009 - LE "FAIT DU PRINCE" (FRANÇOIS BAYROU)

Extrait : (…) Alors que Jean Charbonniaud a été nommé mercredi préfet hors cadre pour siéger comme
"membre du Conseil supérieur de l'administration territoriale de l'État", l'Élysée dément toute punition. Mais les
réactions pleuvent déjà, dénonçant le "fait du prince". Jean-Karl Deschamps, vice-président socialiste du
conseil régional de Basse-Normandie, fustige un "caprice d'État". "Nicolas Sarkozy est venu présenter ses
voeux à Saint-Lô. Les élus UMP ont appelé la population à venir applaudir le Président, mais il y a eu des
manifestants", explique-t-il sur le site Internet de Ouest-France . Et de poursuivre : "Il faut un responsable : on
FJ - 24
déplace le préfet. Je ne comprends pas qu'on utilise l'appareil de l'État et de la République pour passer ses
caprices."

Même son de cloche du côté des élus UMP. Le maire de Saint-Lô, François Digard, juge cette décision "très
sévère et plutôt injuste". Le président UMP du conseil général de la Manche Jean-François Legrand s'insurge
contre le fait que l'on utilise "un représentant de l'État comme si on utilisait un kleenex". Quant au président du
Modem François Bayrou, il critique "une sanction arbitraire, une nouvelle fois le fait du prince". (...)

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/apres-une-visite-chahutee-de-sarkozy-le-prefet-de-la-manche-
mute/917/0/311613

L’EXPRESS

28 JANVIER 2009 - BAYROU SE CHERCHE DES AMIS

Mardi 27 janvier, François Bayrou a soutenu la motion de censure déposée par les députés socialistes contre le
gouvernement. Depuis quelques temps, le président du Mouvement démocrate cherche en effet à sortir de son
isolement. Pour cela, il approche des personnalités de la société civile pour les européennes, des députés en
déshérence et aussi... François Hollande. Il n'en sera pas. A la fin de l'automne 2008, Patrick de Carolis et
François Bayrou se sont rencontrés. L'objet de leur discussion? Le PDG de France Télévisions, tant maltraité
par le chef de l'Etat, souhaitait-il être tête de liste aux élections européennes? Après réflexion, Carolis a tranché.
Il tentera d'aller au bout de son mandat, qui s'achèvera en août 2010. Bayrou, qui se veut le premier opposant au
système Sarkozy, devra trouver d'autres recrues pour symboliser son combat. Celles-ci seront définitivement
connues le 8 février. Ce jour-là, le président du MoDem lancera sa campagne et officialisera le nom des huit
têtes de liste qui monteront au front pour le scrutin du 7 juin. Un casting déterminant, alors que la première
épreuve électorale franchie par sa formation -les municipales de mars 2008- n'a pas été un succès. "L'étiquette
PS ou UMP fait élire; celle du MoDem est encore trop jeune", expliquait-il récemment.
François Bayrou a multiplié les rendez-vous. Il désire enrôler, aux côtés des députés européens sortants, comme
Marielle de Sarnez et Jean-Luc Bennahmias, ou de l'écologiste Corinne Lepage, des personnalités issues de la
société civile. Sa première recrue, l'ex-patron de Marianne, Jean-François Kahn, est connue depuis l'été. La
deuxième, l'ex-juge d'instruction Eva Joly, l'a quitté: elle a rejoint Daniel Cohn-Bendit. Le leader centriste en
cherche une troisième, une quatrième... L'ex-ministre Azouz Begag, qui l'avait déjà soutenu lors de sa
campagne élyséenne, a fait acte de candidature.
Retrouver son audience à l'Assemblée nationale
En montrant qu'il attire, François Bayrou veut casser l'isolement qu'il vit depuis mai 2007. Second échec à
l'élection présidentielle, seconde traversée du désert. "Pour celle-ci, je suis davantage seul, confie-t-il, mais j'ai
la crédibilité que m'apportent les 18,5 % que j'ai récoltés." Ces derniers temps, certains de ses interlocuteurs
l'ont trouvé "un peu déprimé", "plus lucide sur sa situation qu'à l'accoutumée".
"C'est un peu dur d'avoir fait 7 millions de voix et de se retrouver tout en haut, avec les non-inscrits"
Il voudrait aussi recouvrer à l'Assemblée nationale l'audience qu'il a perdue depuis qu'il n'a plus de troupes. Au
printemps, il n'avait pas pu intervenir lors d'un débat sur l'engagement des forces armées françaises en
Afghanistan: il avait été décidé qu'aucun temps de parole ne serait réservé aux élus ne siégeant pas dans un
groupe. "C'est un peu dur d'avoir fait 7 millions de voix et de se retrouver tout en haut, avec les non-inscrits",
racontait François Bayrou il y a un an. Désormais, il réunit tous les mardis les sept députés également non
inscrits (deux MoDem, deux villiéristes, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan...) afin de s'organiser et de se
répartir leurs maigres temps de parole.

FJ - 25
Séduire des élus de gauche? Celui qui se définit sans ambiguïté dans "l'opposition" ne croit pas y parvenir
maintenant. "Aucun ne viendra avant l'entre-deux-tours", estime le patron du MoDem. Son pari pour 2012 reste
le même: devancer d'abord le candidat du PS, puis rassembler tous ceux qui veulent battre Nicolas Sarkozy. Un
lien s'est néanmoins noué, ces derniers mois, avec un socialiste: François Hollande. "Son correspondant au PS,
c'est lui", livre une fidèle du Béarnais.
C'est au cours de la révision constitutionnelle, discutée au printemps et à l'été 2008, que les deux hommes se
sont rapprochés. Ils se sont alors vus officiellement une fois, mais ont eu plusieurs contacts secrets. A
l'automne, à l'heure du congrès de Reims, François Bayrou l'appelait régulièrement. "Il voulait savoir ce qui
allait se passer", confirme l'ex-premier secrétaire du PS. Le début d'une histoire?

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bayrou-se-cherche-des-amis_736608.html

27 JANVIER 2009 - SOUTENU PAR BAYROU, LE PS PRESENTE SA MOTION DE CENSURE

Le parti socialiste présente ce mardi à l'Assemblée nationale sa motion de censure contre le gouvernement pour
dénoncer l'inaction économique de ce dernier et les menaces sur les libertés individuelles. Le président du
MoDem François Bayrou devrait voter avec les socialistes.
Le PS défend mardi à l'Assemblée nationale une motion de censure, qui n'a aucune chance d'être votée, pour
dénoncer "l'inaction économique" du gouvernement Fillon face à la crise, mais aussi "les menaces sur les
libertés individuelles".
La motion, la première de l'ère Aubry et la deuxième contre le gouvernement de François Fillon, après celle
d'avril 2008, sera discutée à 15 heures dans l'hémicycle.
Deux jours avant la journée de grèves à laquelle s'est associé le PS, son chef de file à l'Assemblée Jean-Marc
Ayrault déclinera les grands axes du "contre-plan de relance" socialiste et condamnera "la dérive autoritaire" du
président Nicolas Sarkozy qui va selon les socialistes jusqu'à "menacer" les libertés publiques. "Notre combat
n'est pas seulement un acte de résistance", plaidera le député-maire de Nantes qui veut mettre "des propositions
en débat".
Bayrou: "Dire haut et fort que ça ne va pas"
Après une crise sans précédent la semaine dernière au Palais-Bourbon, qui a vu les députés PS boycotter les
débats pour protester contre la réforme du travail parlementaire, l'ambiance promet d'être à nouveau électrique
dans l'hémicycle.
Dans un entretien au journal Le Monde daté de mercerdi 28 janvier, le président du Modem François Bayrou
annonce son intention de voter la motion de censure du PS.
"J'ai décidé de voter la motion de censure. Au mois de décembre, j'ai proposé à plusieurs reprises le dépôt d'une
censure en raison des atteintes répétées à la séparation des pouvoirs et aux principes nécessaires aux libertés
publiques", explique-t-il.
"Il y a des moments et des situations où il faut dire haut et fort que ça ne va pas", ajoute François Bayrou qui
ressent toutefois "des différences avec le texte déposé par le PS". "Mais l'essentiel est qu'un acte solennel
montre au pays qu'un signal d'alarme s'allume. Pour que nul ne puisse dire: nous ne savions pas".
La tension devrait se poursuivre après la mise aux voix de la censure, les députés devant immédiatement ensuite
voter sur la réforme du travail législatif... avec des bancs socialistes désertés. Les députés PS ont décidé de
boycotter ce scrutin pour protester contre une réforme qui encadre le temps de parole et le droit d'amendement,
mais vise selon eux à "bâillonner" l'opposition.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/soutenu-par-bayrou-le-ps-presente-sa-motion-de-
censure_736234.html

FJ - 26
EUROPE 1

26 JANVIER 2009 - POLEMIQUE AUTOUR DE L'ENFOUISSEMENT DES LIGNES

Le président du MoDem François Bayrou a jugé lundi que la question de l'enfouissement des lignes électriques
devait être "traitée d'urgence" en France. Il juge "inimaginable" qu'"un pays comme le nôtre" soit "aussi
vulnérable à un coup de vent".
« Il est impossible qu'on en reste là, avec un pays qui se trouve paralysé pour huit à dix jours lorsqu'il y a une
tempête, ce qui après tout est un événement météorologique normal", a déclaré lundi le président du MoDem
François Bayrou.
Le député des Pyrénées-Atlantiques, un des départements du Sud-Ouest touchés par la tempête, juge que la
question de l'enfouissement des lignes électriques doit être "traitée d'urgence". Selon lui, il est "inimaginable
qu'un pays soit aussi vulnérable que le nôtre l'est à un coup de vent ou à une chute de neige". Et il se dit "sûr
qu'il existe aujourd'hui des méthodes pour enfouir des lignes qui coûtent moins cher que ce qu'on nous
annonce".
Pour Bernard Lassu, directeur général adjoint d'ERDF, la filiale d'EDF qui distribue le courant, depuis 1999, un
programme d'enfouissement des lignes a été mis en place. Ainsi, en 2008, 3000 km de lignes moyenne tension
ont été enfouies et 20% des investissements globaux concernent le Sud-Ouest, selon lui. Mais pour mener une
politique d'enfouissement très volontariste, il faudrait dépenser 100 milliards d'euros ce qui représenterait "une
charge trop forte".

http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Politique/Polemique-autour-de-l-enfouissement-des-
lignes/(gid)/197703

AUDIOVISUEL

FRANÇOIS BAYROU

27 janvier 2009 - Interview RTL


http://media.rtl.fr/online/sound/2009/0127/3224024_27-12h30-BayrouYes.mp3

26 janvier 2009 - François Bayrou était l’invité politique de la matinale sur France Info

Le président du Mouvement Démocrate était l'invité politique de la matinale sur France Info ce lundi 26 janvier
2009. Le département des Pyrénées Atlantiques a été particulièrement touché par la tempête. François Bayrou,
député de ce département, s'interroge sur la vulnérabilité de la France face aux tempêtes et milite pour
l'enfouissement des lignes électriques au micro de Raphaëlle Duchemin, en direct depuis Mont-de-Marsan.
François Bayrou estime à 50 000 le nombre de foyers toujours sans électricité dans son département, soit "1
foyer sur 5". "On vient de rétablir l’électricité dans 22 maisons de retraite, je vous laisse imaginer comment ils
vivaient..."
Le président du Modem est remonté contre la vulnérabilité de la France face aux aléas naturels. "Il est
inimaginable qu’un pays comme la France soit aussi vulnérable à un coup de vent. On ne peut pas rester
paralysé 8 à 10 jours à cause d’une tempête, qui est un évènement météorologique normal" se scandalise-t-il.
Il s’interroge sur le refus d’enfouir les lignes électriques en France, une pratique qui se fait "dans beaucoup
d’autres pays, comme la Suisse". Il affirme être "sûr qu’il existe des techniques beaucoup moins coûteuses que
celles qui sont avancées aujourd’hui".

FJ - 27
Pour finir, il se félicite de l’alerte "bien propagée" par Météo-France, une grande satisfaction pour lui par
rapport à 1999. Cependant, il estime que Nicolas Sarkozy n’a pas réagi assez rapidement en préconisant l’envoi
de militaires, trois jours après la catastrophe.

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/bayrou-france-info-matinale-raphaelle-duchemin-260109.html
L’interview (cliquer sur ajouter au player pour faire démarrer l’entrevue) :
http://www.france-info.com/spip.php?article243546&theme=81&sous_theme=188

MARIELLE DE SARNEZ

15 janvier 2009 - Intervention de Marielle de Sarnez au parlement européen le à propos du conflit


israelo-palestinien
http://fr.youtube.com/watch?v=ji4wRKE9p3g&eurl=http://www.mouvementdemocrate.fr/

CORINNE LEPAGE

28 janvier 2009 - Y a de l’éco, sur Public Sénat avec Corinne Lepage (cliquer sur le lien puis sélectionner
y a de l’écho sur le plan de relance)
http://www.publicsenat.fr/cms/video-a-la-demande/vod.html

26 janvier 2009 - Chronique de Corinne Lepage sur France culture


http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/lepage-france-culture-chronique-260109.html

PATRICK ROGER (LE MONDE)

27 janvier 2009 - Analyse de Patrick Roger sur la motion de censure


http://www.lemonde.fr/politique/son/2009/01/27/motion-de-censure-ayrault-n-a-pas-
convaincu_1147356_823448.html

FJ - 28
LE MODEM EN REGIONS

SAVOIE

Voir « Le Tour de France de François Bayrou »

Album-photo de la visite de François Bayrou en Savoie sur www.modem73.com

NORD

NORD ECLAIR - 26 JANVIER 2009 - CLIC... CLAC

TOURCOING Christian Vanneste : « On n'est pas des sémaphores » > Dans un communiqué de presse, le
député UMP-CNI revient sur les échanges, plus que musclés, entre parlementaires de la majorité et de
l'opposition, qui ont agité l'Assemblée nationale la semaine dernière (lire notre édition de jeudi).

FJ - 29
Alors qu'avant hier, à propos du même sujet, d'autres élus UMP de la région (Nord éclair d'hier), qualifiaient de
« cirque » l'attitude des élus de gauche, le député de Tourcoing évoque des « textes inopportuns (qui)
permettent à l'opposition d'entraver le processus parlementaire. » Diantre !
Ces textes, dit l'élu, « transforment les députés en sémaphores muets, ce qui est exactement le contraire de ce
que doit être un parlementaire. » Et de citer les lois organiques « qui découlent d'une réforme constitutionnelle
que je n'ai votée que pour éviter de mettre en difficulté le président de la République » ou bien encore la loi sur
l'audiovisuel « que je n'ai pas votée car nous n'avons pas les moyens de la financer... » Bref, sans ces textes, le
député ne serait pas un sémaphore, mais en plus, l'opposition ne ferait plus d'obstruction. C'est le capitaine du
paquebot UMP qui va être content de recevoir un tel signal... > MOUVAUX Police : ni Chicago ni Rambo >
Lors du conseil municipal de jeudi soir, la question de la police municipale, évoquée quant aux coûts
budgétaires que la commune devra supporter ces prochaines années, a été l'occasion d'un petit échange
« américain » entre Anne Collot (MoDem) et Éric Durand, maire. La première estime, comme d'autres élus
d'opposition, que la police municipale de 6 agents prévues par le maire n'est pas nécessaire. « Je n'ai pas
l'impression, quand je me balade dans les rues de Mouvaux, d'être dans les rues de Chicago. » Ce à quoi le
maire a répondu : « nous, c'est les incivilités que l'on vise comme les voitures sur les trottoirs. Et puis la police
municipale ne sera pas là pour faire les Rambos. Je ne veux absolument pas qu'ils soient armés. » Sûr que le
débat ne s'arrêtera pas là... La tolérance zéro a déjà été annoncée pour les crottes de chien et le stationnement.

http://www.nordeclair.fr/Locales/Tourcoing/2009/01/26/clic-clac.shtml

LA VOIX DU NORD - 24 JANVIER 2009 - LA SECTION GRAND LILLE DU MODEM A TENU SA PREMIERE ASSEMBLEE

Mercredi soir, la section Grand Lille du Modem a tenu sa première assemblée à la salle des Franciscaines.

C'était l'occasion pour Michelle Padissis, (référente Modem pour la commune de Mons-en-Baroeul) et
Emmanuel Chatelain, le coordinateur de la section, de présenter aux militants les onze membres du comité du
secteur. Chacun d'entre eux représente une ville ou un quartier de la zone géographique de la section (Lille,
Lomme, Hellemmes, La Madeleine et Mons-en-Baroeul).

Le deuxième objet de la réunion était de présenter la future campagne pour les élections européennes. Même si
la liste, pour la région, ne doit être publiée qu'à la fin du mois, les responsables se sont félicités de l'engouement
des adhérents pour cette élection, car ils sont nombreux à avoir participé aux différentes réunions de discussion
en vue de l'élaboration du programme et plusieurs se sont également porté candidats pour figurer sur la liste.

Réhabiliter l'Europe

Le message que souhaite faire passer le Modem est la réhabilitation de l'Europe auprès des citoyens en
soulignant tout ce que l'Europe a fait, notamment en matière d'équipements qui profitent à tous
quotidiennement.
Ce parti souhaite établir une liaison permanente entre la base et les adhérents afin de faire remonter les idées.
Pour les responsables, c'est l'esprit d'initiative, d'entreprise et de fraternité qui doit guider les militants dans
leurs démarches.
La réunion s'est poursuivie par un débat sur les grands thèmes de l'actualité nationale et internationale.
Les interventions ont souvent porté sur la position du Modem vis-à-vis des problèmes actuels. •

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Villeneuve_d_Ascq/actualite/Secteur_Villeneuve_d_Ascq/2009/01/24/arti
cle_la-section-grand-lille-du-modem-a-tenu-s.shtml?xtor%3DRSS-2
FJ - 30
SUD

BLOGMODEM-FRONTON - COMMUNIQUE A L'ATTENTION DES ADHERENTS DU MODEM 31

Bonjour à toutes et à tous,

Suite aux dysfonctionnements constatés par les vice-présidents du Mouvement Démocrate de Haute-Garonne,
le Bureau Exécutif National a décidé de suspendre notre mouvement départemental.
Dans ce contexte difficile, le Conseil Départemental a néanmoins voté le Règlement Intérieur Départemental,
élu un Bureau et mis en place des commissions de travail.
En accord avec les vice-présidents, je vous transmets ci-dessous le communiqué officiel du Bureau Exécutif
National notifiant la suspension.
Bien cordialement.
Maryvonne Villiers, responsable de la communication interne
COMMUNIQUE
Faisant suite à la demande de quatre des cinq membres de la Présidence départementale du Mouvement
Démocrate de Haute-Garonne, et constatant le blocage du fonctionnement des instances départementales et la
défaillance de la présidence collégiale, le Bureau Exécutif du Mouvement Démocrate, a décidé, en application
de l’article 4-e du règlement intérieur national, la suspension et la mise sous tutelle du Mouvement Démocrate
de Haute-Garonne.
Il a mandaté Eric AZIERE pour se rendre sur place afin de prendre tous les contacts nécessaires à l’installation
d’une administration provisoire dont la mission est d’assurer le bon déroulement des élections européennes et la
reconstitution des instances départementales.

http://modemfronton.hautetfort.com/archive/2009/01/25/communique-a-l-attention-des-adherents-du-modem-
31.html

MIDI LIBRE - 25 JANVIER 2009 - MODEM : « 2009 SERA L'ANNEE DE L'ACTION »

2008 a été l'année de l'organisation, 2009 sera l'année de l'action ». C'est en ces termes que Dominique Blanc,
nouvellement élue - à l'unanimité - à la tête du MoDem dans la 1 re circonscription, celle de Carcassonne, s'est
présentée, hier matin.
« Ma candidature, sollicitée, consensuelle, correspondait à la nouvelle génération politique qu'a souhaitée
François Bayrou », a indiqué la Carcassonnaise, entourée de l'équipe qui travaillera à ses côtés.
Le MoDem, qui revendique « plus de 300 militants dans l'Aude, dont plus de 100 dans la circonscription de
Carcassonne » , selon les chiffres donnés par Dominique Blanc, a, plus que jamais, l'ambition de constituer «
une troisième offre politique » en France, entre l'UMP et le PS. Mais, a indiqué sa responsables dans le
Carcassonnais, « le cap fixé est celui de l'indépendance totale et il n'y aura pas de détour à la ligne fixée. Avec
le MoDem, nous ferons une politique autrement, en dehors des compromissions (...), sans opposition
systématique ».
Dominique Blanc a également développé les deux « priorités » du mouvement : - procéder à un « maillage du
territoire », en mettant en place un responsable par canton, « afin de préparer le terrain pour les futures
échéances électorales, avec des candidats MoDem » ; - préparer les élections européennes de juin prochain : «
C'est la première fois que nous aurons des listes MoDem autonomes dans toute la France, pour un scrutin à la
proportionnelle. C'est donc un rendez-vous important. Nous sommes le parti le plus favorable à l'Europe, mais
pas forcément à celle que l'on nous propose » , a commenté Dominique Blanc.

FJ - 31
« Nous travaillons à un programme européen qui replace l'homme au centre de l'activité économique, et non pas
au service des profits financiers » , a-t-elle conclu, en citant les propos de François Bayrou : « L'Europe est à la
France ce que la famille est à l'individu ».

http://www.midilibre.com/articles/2009/01/25/20090125-CARCASSONNE-MoDem-2009-sera-l-39-annee-de-
l-39-action.php5

EST

LE REPUBLICAIN LORRAIN - 27 JANVIER 2009 - EUROPEENNES : LE MODEM ENTRE KAHN ET CANCANS

Le bureau exécutif du MoDem arrêtera aujourd’hui son plan de bataille pour les européennes. Dans le grand
Est, 67 candidats sont en lice, dont deux pour la tête de liste : Jean-François Kahn et Nathalie Griesbeck.
Cornélien. A moins que le débat sur la motion de censure ne contrarie l’emploi du temps du député Bayrou, le
patron du MoDem doit enfin lever un coin du voile sur la future séquence des européennes. Le Béarnais
présidera aujourd’hui le bureau exécutif chargé d’effectuer les propositions de listes centristes pour l’élection
des députés au Parlement de Strasbourg, en juin prochain. Suite à la refonte liée à l’élargissement de l’Union, la
circonscription du grand Est (Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Bourgogne) perd un
siège. Elle ne disposera pour la prochaine mandature que de neuf députés au lieu des dix actuellement. Pas de
quoi freiner l’ardeur des quelque 67 candidats MoDem qui se pressent au portillon de l’investiture. Ni même
des deux aspirants au pilotage de la liste : la compétition à laquelle se livrent depuis des mois, le très
médiatique Jean-François Kahn et la sortante Nathalie Griesbeck se conclura-t-elle à la faveur d’un
«gentleman’s agreement» ? Il est vrai que le premier a toujours affirmé sa volonté de céder sa place en cas
d’élection… Mais il en faut plus pour endormir la Mosellane. Laquelle, fort de son comité de soutien, maintient
son intention d’en découdre, en faisant équipe avec le second député MoDem sortant, dans le grand Est : le
Champenois Jean-Marie Beaupuy, prêt à repartir. Le dispositif, une fois arrêté, sera soumis à l’approbation des
adhérents. Avant d’être définitivement acté par François Bayrou, le 8 février.
Kocher claque la porte
En Moselle, la récente éviction du mouvement de Thierry Jean et de Stéphane Martalié ne cesse de provoquer
des remous. Au terme d’un long bras de fer les opposant à Nathalie Griesbeck, les deux élus messins ont été
exclus suite à leur ralliement au socialiste Dominique Gros lors des municipales. Tournant le dos à Nathalie
Griesbeck qui s’alliait, elle, avec l’UMP Marie-Jo Zimmermann. Malheur aux gagnants ! Sauf que les deux
exclus entendent faire appel d’une décision assimilée à «un règlement de comptes» : «L’investiture n’a jamais
été officiellement accordée à Nathalie Griesbeck» objecte Thierry Jean. Lequel invoque comme gage de sa
bonne foi la diversité des alliances du MoDem dans le pays, avec la droite et avec la gauche. «Il n’a pas daigné
répondre à la convocation de la commission de contrôle et de conciliation» répond la présidente du MoDem
Moselle qui parle d’une procédure contradictoire. Dernier rebondissement, Dany Kocher va prochainement
claquer la porte du parti bayrouiste. Par «solidarité» avec les deux exclus : «je tiens mes engagements, voilà
tout» souligne le maire de Phalsbourg, en déplorant la main mise de Nathalie Griesbeck sur la fédération
mosellane. «Elle constitue autour d’elle sa cour messine» reproche cet ancien centriste de gauche rallié à l’UDF
de Bayrou dès 2002. Ce départ, cette dernière ne fait même pas mine de le regretter : «Je crois qu’il n’a pas
digéré son mauvais score lors de la compétition interne en septembre dernier», persifle celle qui avait alors
emporté la présidence départementale, par 82 % des suffrages contre 18 %. «Sur 600 adhérents, seuls 130
avaient alors votés», minimise en conclusion Dany Kocher. ?il pour œil… Xavier BROUET.

http://www.republicain-lorrain.fr/fr/permalien/article.html?iurweb=300035

FJ - 32
BLOG MODEM MOSELLE - 26 JANVIER 2009 - INAUGURATION DU LOCAL DU MODEM DE MOSELLE

Idéalement situé 7 rue de l'Arsenal, sur les bords de Moselle, non loin du parking du théatre à Metz, ce local
dédié aux rencontres et aux réunions de travail a été inauguré ce samedi 24 janvier par Nathalie Griesbeck qui
en a profité pour présenter ses voeux à la nombreuse assemblée (plus de cent adhérents et sympathisants sont
venus partager ce moment festif) mais aussi éclairer l'action à mener par le Mouvement Démocrate en 2009,
qu'il s'agisse de s'engager pour dessiner l'Europe nouvelle que nous appelons de nos voeux ou prendre en
compte l'évolution de notre société, des temps nouveaux dans lesquels nous entrons...

http://modemdemoselle.over-blog.com/article-27216785.html

REPUBLICAIN LORRAIN - 27 JANVIER 2009 - LE MODEM DANS SES MURS

C’est au 7 de la rue de l’Arsenal à Metz que le MoDem mosellan s’est officiellement installé, samedi dernier.
La pendaison de crémaillère a été saluée par Nathalie Griesbeck, eurodéputée du Grand-Est, en présence d’une
assistance formée d’une cinquantaine d’adhérents et de sympathisants. Aux côtés de Catherine Baillot, vice-
présidente départementale et responsable de la région de Thionville ; d’Emmanuel Riehl ou encore Gilbert
Schuh, maires d’Abreschviller et de Morsbach, Mme Griesbeck a réitéré sa volonté de proposer « une autre
voie plus provinciale, plus locale et, surtout, plus sereine, et ceci avec courage et humanisme ».
MoDem Mosellen, 7, rue de l’Arsenal à Metz ; www.modemdemoselle.over-blog.com ; Guy Cambianica,
délégué départemental, tél.: 09 54 98 57 10.

http://www.republicain-lorrain.fr/fr/permalien/article.html?iurweb=300017

OUEST

20 MINUTES - 29 JANVIER 2009 - DES MILITANTS PAS PRES DE DECOLLER

Cent jours. Cela fait exactement cent jours que les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se relaient
de 8 h à 18 h, devant le siège du conseil général, à Nantes. Silencieux, mais recouverts d'une pancarte appelant
à « réfléchir encore » su...
Cent jours. Cela fait exactement cent jours que les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se relaient
de 8 h à 18 h, devant le siège du conseil général, à Nantes. Silencieux, mais recouverts d'une pancarte appelant
à « réfléchir encore » sur l'utilité du projet, ces citoyens de tous âges veulent « exercer une pression permanente
sur les élus partisans d'un nouvel aéroport ». Bravant le froid très vif ou la pluie battante, plus de 250 personnes
se sont déjà succédé pour ne pas briser la chaîne. « Les tours de veille sont complets une semaine à l'avance.
Certains viennent de l'autre bout du département, de Saint-Nazaire ou Redon. C'est le signe que le
mécontentement est grand », rapporte Agnès pour son septième jour de garde.
Les journées sont longues, « mais on en profite pour faire la discussion et de belles rencontres, témoigne Marie-
Joëlle. L'accueil des Nantais est formidable. On nous salue, on nous encourage pour notre ténacité. Mais être
sympathiques ne nous suffit pas, on veut que la population se mobilise. » Et que les pouvoirs publics les
soutiennent, comme l'ont déjà fait certains élus Verts ou MoDem. « Une seule chose pourra nous faire plier :
l'abandon du projet, promet Agnès. On tiendra encore plus d'un an s'il le faut. »

http://www.20minutes.fr/article/294451/Nantes-Des-militants-Pas-pres-de-decoller.php

FJ - 33
20 MINUTES - 23 JANVIER 2009 - L'OPPOSITION S'ENFLAMME POUR LE SORT DES COLLEGIENS DE GUIST'HAU

Mauvaise note. Les conseillers municipaux Sophie Jozan (UMP) et Benoît Blineau (MoDem) ont dénoncé
ensemble, hier, « l'absence de solutions crédibles proposées par le conseil régional, le conseil général et la
mairie de Nantes », à propos de la situation du collège Guist'hau. Endommagé par un incendie il y a cinq jours,
l'établissement public restera fermé durant une période indéterminée. Les 420 élèves seront répartis, à partir de
lundi, dans trois collèges du secteur Est de Nantes : la Colinière, Rutigliano et Noë-Lambert. Une décision prise
par l'Inspection académique, selon le conseil général. Celle-ci aurait renoncé, sous la pression des parents, à
envoyer les collégiens du centre-ville dans les établissements populaires de l'ouest de Nantes. « On répartit de
jeunes enfants à l'autre bout de la ville, sans proposition concrète de transports », critiquent les élus
d'opposition. Le conseil général planchait, hier soir, sur une solution de gratuité pour le transport des élèves.

http://www.20minutes.fr/article/292369/Nantes-L-opposition-s-enflamme-pour-le-sort-des-collegiens-de-Guist-
hau.php

ILE DE FRANCE

LE PARISIEN - 26 JANVIER 2009 – COURBEVOIE – VIDEOSURVEILLANCE : LE MODEM DEMANDE UN COMITE


D’ETHIQUE

FJ - 34
LYON ET REGION

AU FIL DE LYON - 29 JANVIER 2008 - MODEM : UN DEBUT D’ANNEE QUI SE VOUDRAIT SOUS LE SIGNE DES
RETROUVAILLES

La fédération du Rhône du MoDem se réunit ce soir. L’occasion pour sa direction de présenter «un seul
MoDem réconcilié» selon les mots du président Cyrille Isaac-Sybille, après les remous et recours qui ont suivi
les élections internes. Tandis que se profilent les Européennes, la présence à cette réunion de toutes les
tendances et personnalités diverses du parti -Anne-Marie Comparini, Michel Mercier et Azouz Begag- est
annoncée par les dirigeants. Si cela se confirme, l’ambiance sur place sera un test grandeur nature du degré de
réconciliation effectif entre des démocrates.

http://www.aufildelyon.fr/archive/2009/01/29/modem-un-debut-d-annee-qui-se-voudrait-sous-le-signe-des-
ret.html

LIBELYON - 28 JANVIER 2009 - DEPUTES ET SENATEURS REJETTENT L'AMENDEMENT PRO-OL

SPORT - Selon nos informations, la commission mixte paritaire réunissant sénateurs et députés pour arbitrer
les modifications du projet de loi pour l'accélération des programmes de construction et d'investissement
publics et privés a rejeté ce matin l'amendement qui avait été glissé sur le texte pour favoriser la construction du
grand stade de l'OL à Décînes. Adopté par le Sénat sur proposition de Michel Mercier, président centriste du
conseil général du Rhône, soutenu pour la circonstance par Gérard Collomb, président socialiste du Grand
Lyon, l'amendement permettait au grand stade de devenir un projet d'intérêt général, ce qui facilitait
expropriations et financement des dessertes par les collectivités. Ol.B.

http://libelyon.blogs.liberation.fr/info/2009/01/dputs-et-snateu.html

LE PROGRES DE LYON - 27 JANVIER 2009 - ELECTIONS EUROPEENNES: CINQ ELUS MODEM DE LYON SOUTIENNENT
LA CANDIDATURE D’AZOUZ BEGAG

Après l’annonce du souhait d’Azouz Begag de conduire la liste "MoDem" aux élections européennes dans la
région Sud-Est (Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, et Corse), plusieurs élus démocrates de Lyon, dont
Gilles Vesco, président du groupe Démocrate au conseil municipal, ont fait savoir qu’ils « soutiennent […] et
entendent promouvoir » cette candidature. Ne tarissant pas d’éloges sur l’ancien ministre, « figure d’abnégation
» qui ne brade pas « ses principes au prix de l’opportunisme », ils estiment qu’il sera « le meilleur représentant
pour notre région à Bruxelles ». Rappelant qu’il a réalisé « l’un des meilleurs scores du MoDem aux
législatives », les cinq élus demandent à François Bayrou « de proposer sa candidature aux militants de la
circonscription Sud-Est dans le cadre de la procédure interne de désignation ». Une nouvelle pomme de
discorde au MoDem ? M.R-P

http://www.leprogres.fr/infosdujour/rhone/1067542.html

LIBELYON - 23 JANVIER 2009 - EUROPEENNES : AZOUZ BEGAG REVIENT EN POLITIQUE, INSPIRE PAR OBAMA

POLITIQUE - Et revoilà Azouz Begag. L'ancien ministre à l'égalité des chances du gouvernement Villepin
s'était pourtant dit écoeuré de la politique après n'avoir pu être désigné candidat MoDem aux dernières
municipales lyonnaises. Mais voilà, depuis, il y a eu Obama. Obame, dont il est un inconditionnel et intarissable

FJ - 35
fan. "C'est désormais l''ère de la diversité", clame Azouz Begag, qui vient de se déclarer candidat à la
candidature pour mener la liste Sud Est du Modem aux Européennes…
"Les politiques français ne peuvent plus faire comme si rien ne s'était passé. Avec l'arrivée d'Obama, tout a
changé. C'est pour cela que ma candidature tombe à pic". Azouz Begag dit avoir fait part de cette candidature à
François Bayrou qui, selon lui, l'aurait pris comme un "cadeau". "Il faut que le MoDem joue cette carte. C'est
l'hypothèse gagnante". Il assure qu'il peut faire "mieux" que Jean-Luc Bennhamias, actuel député européen, et
pressenti, tout comme l'ancien député de Saint-Etienne Gilles Artigues pour mener cette liste MoDem. Une
bataille interne rangée qui ne semble guère effrayer le nouveau candidat à la candidature. Comme à son
habitude, Azouz Begag rue dans les brancards de son parti sur fond d'une Obamania totalement assumée. Quitte
à résumer sa candidature à la posture de la diversité. " Rachida Dati est candidate UMP à Paris, je dois être le
candidat MoDem pour le Sud-Est."
Azouz Begag assure qu'il tente là sa dernière chance en politique. L'écrivain et universitaire lyonnais s'était
lancé en politique il y a une dizaine d'années, en ambitionnant d'être "le premier réprésentant des banlieues à
l'Assemblée nationale". Il passera de la gauche à la droite, expliquant n'avoir jamais réellement trouvé sa place.
En 2005, Dominique de Villepin le nomme ministre de l'égalité des chances dans son gouvernement. Poste dont
il démissionne deux ans plus tard avec fracas. Sa ligne politique est depuis guidée par un anti-sarkozysme
farouche. Ce qui le rapproche, entre autres raisons, de François Bayrou. Aujourd'hui, explique-t-il, c'est le
phénomène Obama qui l'encourage à repartir au front.
Alice Géraud

http://libelyon.blogs.liberation.fr/info/2009/01/europnnes-azouz.html

Aussi sur :
France Info : http://www.france-info.com/spip.php?article242658&theme=69&sous_theme=69

SUD-OUEST

LE MODEM47 SOUTIENT LE MOUVEMENT DE GREVE

Le Mouvement Démocrate de Lot-et-Garonne participera au mouvement de grève du 29 janvier et appelle ses


adhérents et sympathisants à se joindre aux manifestations du 29/01/09 dans le département pour amplifier la
voix des salariés, des demandeurs d'emplois et des retraités, premières victimes d'une crise dont ils ne sont pas
responsables afin d'obtenir des mesures concrètes en leur faveur. Le plan de relance actuel n'est pas suffisant
alors que se multiplient les réductions d'activités, les mesures de chômage partiel, les plans sociaux,
principalement dans les départements tels que le nôtre, qui connaissent déjà des déséquilibres démographiques,
économiques et sociaux. Le MoDem47 soutient l'appel du 29 janvier en faveur d'un deuxième plan de relance
comportant des mesures en faveur du logement et de la protection sociale ainsi qu'un véritable investissement
en faveur de l'éducation, de la recherche, de la formation et du développement durable. Par ailleurs, le
MoDem47 soutient par ailleurs l'appel à la responsabilité, avec au niveau national, la conditionnalité des aides
publiques et des allègements de charge aux entreprises socialement vertueuses, et au niveau international, la
régulation d'une sphère financière internationale qui permette une meilleure répartition des richesses et le
respect des droits fondamentaux et sociaux. Nous militons ainsi pour une nouvelle gouvernance mondiale où la
responsabilité et l'éthique fondent un autre mode de développement, durable et solidaire. Enfin, dans un
contexte où le pouvoir d'achat subit les effets de la crise, les réformes tous azimuts du gouvernement enfoncent
un coin dans les garanties collectives et fragilisent encore un peu plus les territoires. En participant aux
manifestations du 29/01/09, le MoDem47 entend dénoncer la multiplication des atteintes aux principes de la

FJ - 36
séparation des pouvoirs et aux libertés publiques, qui menacent les équilibres de la société française.

La Présidence Collégiale du Mouvement Démocrate de Lot-et-Garonne

http://www.modem47.com/spip.php?article408

SUD-OUEST - 29 JANVIER 2009 – JEUNES DEMOCRATES. TOURNES VERS L' EUROPE :

Samedi, à partir de 14 heures à l'Abbaye Royale de Saint-Jean-d'Angély, les Jeunes démocrates de Poitou-
Charentes échangeront leurs voeux et partageront la galette des rois. Pour ces jeunes militants du Mouvement
démocrate de François Bayrou, ce sera aussi l'occasion de « dire l'importance des élections européennes de juin
face aux défis que le monde actuel pose à notre société » et de faire connaître les projets.
Des cafés démocrates
Les Jeunes démocrates annonceront, à cette occasion, la création d'un site internet régional, à l'initiative des
militants de la Vienne. Ou encore le lancement de cafés démocrates, déjà mis en oeuvre en Charente depuis la
rentrée 2008.
Parallèlement, un cycle de cafés démocrates européens à destination du public anglophone, dont les
ressortissants communautaires seront électeurs en juin prochain, verra le jour, de février à mai, depuis la
Charente-Maritime, où vivent de nombreux Britanniques.

À vélo jusqu'à Cognac


Également en projet, la rencontre cycliste des Charentes en mai, en partance de Saintes et d'Angoulême (auprès
de la population) pour rejoindre Cognac, ville de Jean Monnet, l'un des pères fondateurs de l'Europe moderne.
Au cours de la campagne européenne, une soirée des arts démocrates permettra aux adhérents du Mouvement
démocrate d'exposer leurs oeuvres librement inspirées par le thème de l'Europe.
Enfin, un cycle de conférences sera organisé dès la rentrée 2009 - 2 010 par les Jeunes démocrates afin de «
faire connaître la pensée et les talents militants du Mouvement démocrate »
Par ailleurs, les Jeunes démocrates de chaque département travailleront sur des thématiques identifiées. Les
militants de Charente-Maritime plancheront ainsi sur le budget participatif des lycées et l'enseignement
secondaire.
L'après-midi de samedi se prolongera autour des interventions suivantes :
- « L'offre énergétique en Europe » par Jérémy Raynaud, président des Jeunes démocrates de Charente.
- « Vers une Justice Européenne ? » par Emmanuel Araguas, président des Jeunes démocrates de Charente-
Maritime.
- « La santé publique, malade de l'Europe ? » par Mehdi Benchoufi, vice-président du bureau national des
Jeunes démocrates.
http://www.sudouest.com/charente-maritime/actualite/saintonge/article/487454/mil/4101655.html

LE MONDE - 29 JANVIER 2009 - L'ELEVEUR VEUT FAIRE CHAMBRE A PART

C'est un drôle de procès, qui divise les Pyrénées-Atlantiques. Jeudi 29 janvier, Michel Berhocoïrigoin, président
d'Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG, "chambre d'agriculture du Pays basque", en français), devra
répondre d'usurpation d'un titre d'établissement public, au tribunal correctionnel de Bayonne. Il se voit aussi
reprocher d'avoir " exercé une activité dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une
confusion avec (...) la chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques".
Le préfet a déposé plainte. La chambre d'agriculture "officielle", basée à Pau, s'est portée partie civile.
"Berhoco", comme on l'appelle ici, risque 15 000 euros d'amende et un an de prison ferme ; son association,
FJ - 37
l'interdiction. Autour de lui, élus locaux compris, on crie au scandale et au ras-le-bol des pressions de
l'administration.
Les membres de la Confédération paysanne basque (ELB) étaient fatigués de tenter de se faire entendre par la
chambre d'agriculture, tenue par la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), qui,
selon eux, privilégie les producteurs de maïs du Béarn et ignore les spécificités des petites exploitations du Pays
basque. Après avoir maintes fois réclamé une deuxième chambre dans le département, ils décident en 2005 de
créer une association de type loi 1901. Sur ce territoire, le syndicat est d'ailleurs majoritaire, mais au niveau
départemental, il n'a droit qu'aux strapontins.
L'objet de Laborantza Ganbara est d'aider au développement d'un mode de production durable, en termes
d'environnement et d'emplois. Contrairement à ce qui se fait dans les chambres d'agriculture, écologistes et
associations de consommateurs sont représentés. L'association s'installe peu à peu dans ce paysage de montagne
aux maisons blanches à volets rouges. Elle compte dix salariés, qui diffusent leurs conseils à qui les sollicite,
sans obligation de cotisation syndicale.
Mais quatre ans après sa création, la voilà menacée de dissolution. La mobilisation s'organise : en pleine
préparation du procès, le bouillonnant président du comité de soutien, Jean-Noël Etcheverry, crie à l'"atteinte au
droit d'association". Il annonce la présence jeudi de Corinne Lepage à la barre et de José Bové devant le
tribunal, ou encore le soutien de Danielle Mitterrand, Louis Le Pensec, Albert Jacquard, et de plus de 1 000 élus
locaux.
"Berhoco", lui, reste calme. Ces dernières semaines, cet éleveur d'ovins a sillonné le Pays basque avec sa vieille
Audi pour expliquer sa situation. Ce soir-là, il est à la Grillerie du Port, à Saint-Jean-de-Luz. La salle est
comble. Il raconte pour la énième fois son histoire. Après son exposé, des élus venus le soutenir se chargent de
révéler l'autre face de l'affaire.
Il faut dire que l'existence de l'association a créé un beau désordre. L'un des vice-présidents du conseil régional,
Jean Lissar (Verts), commence : "Toutes les pressions sur les élus sont inadmissibles", lance-t-il. "On a tous une
collection de lettres du préfet", poursuit un maire de village.
Depuis la naissance d'EHLG, ceux qui ont voulu la soutenir se font rappeler à l'ordre par les services de l'Etat,
qui surveillent de près le dossier : procédure au tribunal administratif pour les 27 communes qui ont voté des
subventions (de 100 euros parfois), courriers aux maires qui ont signé la pétition de soutien... Dernier épisode
en date, la subvention de 96 000 euros votée fin novembre 2008 par le conseil régional d'Aquitaine, à
l'unanimité. Le préfet de région a demandé au président Alain Rousset (PS) de retirer la délibération, ce que
l'intéressé a refusé, par courrier, le 15 janvier.
Sylviane Allaux, conseillère régionale (PS), résume l'état d'esprit des défenseurs de l'association : "On fait un
mauvais procès à Laborantza Ganbara. Elle a répondu aux attentes du public, ce que la chambre d'agriculture
n'a pas fait."
"Politiquement, c'était une erreur grossière de porter plainte", juge M. Lissar.
Dans les terres, les témoignages sont similaires. Jean-Michel Galant est de passage au siège de l'association, à
Ainhice-Mongelos, 100 habitants, à 10 kilomètres de Saint-Jean-Pied-de-Port. Il est vice-président du Syndicat
mixte de Rivières des Nives, qui a commandé une étude à EHLG après un appel d'offres pour lequel la chambre
d'agriculture s'était aussi portée candidate. Un courrier préfectoral a suivi. Après rendez-vous avec le sous-
préfet, aucune suite n'a été donnée et l'étude a pu être menée. Mais l'élu a vu dans l'envoi d'une lettre une
"tentative d'intimidation".
Le camp de la chambre d'agriculture est loin d'avoir la même grille de lecture. Son président refuse de réduire
l'affaire à un débat entre "gentils" et "méchants". Autrement dit, entre les promoteurs d'une agriculture
paysanne et les défenseurs des OGM, de la monoculture du maïs et des agrocarburants - même s'il ne le dit pas
ainsi.
"C'est une instrumentalisation de l'agriculture. La chambre est prise en otage dans un mouvement qui déborde
du cadre professionnel", glisse Jean-Michel Anxolabéhère, le président de l'établissement. Le jeune homme fait

FJ - 38
clairement référence à la plate-forme Batera, à laquelle adhère ELB, comme de nombreuses associations et élus
basques de tous bords, qui réclame notamment la création d'un département "Pays basque".
Elu en 2007, il n'omet pas de préciser qu'il est "basque et éleveur d'ovins lui aussi", ce qui est une première pour
la chambre d'agriculture, qui a toujours vu défiler des Béarnais à sa tête. "La dispersion des forces est contre-
productive, il est possible de travailler ensemble", insiste-t-il. "Il sert d'alibi", "depuis son arrivée, il n'y a pas eu
de changement de cap", tranchent les proches de M. Berhocoïrigoin, qui n'oublient pas de rappeler que la
chambre s'est portée partie civile.
Et le préfet dans tout ça ? Arrivé il y a six mois, héritant d'un dossier hautement sensible, il "veille au respect de
l'Etat de droit". Il ne peut y avoir qu'une chambre d'agriculture par département, maintient-il. "La solution, c'est
un changement de nom, c'est la seule chose que nous demandons au tribunal", explique-t-il. "Le véritable enjeu,
c'est la survie de l'association", explique pour sa part l'avocat d'EHLG, Jean-René Etchegaray, par ailleurs
premier adjoint (MoDem) au maire de Bayonne. Au tribunal, l'association se battra de toute façon aussi pour
conserver son nom. "Y renoncer, se serait renoncer à notre revendication de la création d'une chambre
d'agriculture en Pays basque", explique le prévenu. Selon l'association, c'est juridiquement possible. Il suffirait
d'un décret du premier ministre.
Laetitia Clavreul

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/01/28/l-eleveur-veut-faire-chambre-a-part_1147563_3224.html

LA DEPECHE - 29 JANVIER 2009 - VILLEMUR-SUR-TARN. IL POURSUIT SA GREVE DU FROID DEVANT MOLEX

Le thermomètre affichait 3,5 °C, hier matin, sur le parking devant l'entreprise Molex. Lorsque Rémy Daillet-
Wiedemann s'est extrait du break dans lequel il vit jour et nuit depuis le 19 janvier, il a apprécié le thermos de
café que les employés de l'usine apportent, chaque matin, depuis le début de son action.
Chemise bleue, cravate jaune chamarrée en plein mois de janvier, c'est le costume qu'arbore le « gréviste du
froid ». « Je ne pouvais pas me mettre torse nu, c'est interdit par la loi » précise Rémy Dailet-Wiedemann, dans
un sourire que les températures basses ne semblent pas affecter.
Pas question de renoncer à l'action solitaire qu'il a entamée, la veille de l'investiture de Barack Obama pour
dénoncer la décision de la société américaine Molex de se retirer de Villemur. Le président de MoDem Haute-
Garonne est accroché à l'adoption par l'Assemblée nationale d'un texte législatif interdisant les délocalisations
spéculatives. « Ce sera la loi Molex, une loi sortie de l'usine » martèle le gréviste en chemise cravate.
Bien qu'il soit coupé de l'actu chaude parce qu'il n'a ni journaux, ni radio, Remy Daillet-Wiedmann affirme que
mardi, à l'Assemblée, il a été question de son action.
À L'ISLE-EN-DODON POUR UNE NAISSANCE
S'il affronte le froid, Rémy a échappé à la tempête. Vendredi soir, il est rentré d'urgence à Lisle-en-Dodon parce
que sa femme accouchait de leur septième enfant. Il a passé le week-end à garder les six autres, dans des
conditions s précaires puisque les rafales de vent avaient cisaillé les lignes électriques.
Depuis son retour, lundi soir, Rémy claque des dents à deux pas de cette société Molex qui est devenue son
combat.
« Le matin, je me lave dans l'eau glacée » soupire le gréviste en montrant les trois jerrycans au ras de la voiture.
« Des gens m'apportent des victuailles. Mardi, un chauffeur routier m'a offert mon premier plat chaud. »
Pour tuer le temps, il lit beaucoup. « Je rattrape le temps perdu. Les Mémoires de Talleyrand, la mort de
Vidocq, Mishima… »
Rémy Dailet Wiedmann a engagé un journal de bord, une chronique de son combat villemurien. Il y consigne
réflexions, observations. Au détour du grand cahier à petits carreaux noirci d'une écriture appliquée, on peut lire
: « La cheminée de l'usine rejette un drapeau éffiloché de grisaille. » L'ancien artisan en produits cosmétiques
de Lisle-en-Dodon a peut-être trouvé une nouvelle vocation. À défaut de rédiger un texte de loi. Celui qui

FJ - 39
s'affirme encore président du MoDem 31 et balaie d'un mouvement d'épaules la petite tempête que son action
aurait suscitée au sein de parti de François Bayrou (*) s'inscrit dans une action résolue. Mais jusqu'à quand ?
Depuis son arrivée à Villemur, son tableau des températures n'est pas descendu au-dessous de 2,5°C. En sept
jours de grève, il a perdu du poids, consulté aucun médecin. Mais il redoute une chute du thermomètre qui
suspendrait sa croisade. « Les gendarmes m'ont prévenu. En cas de gel important, je serai évacué. »
Rien à craindre, cette semaine, si l'on en croit les prévisions de la météo. Alors, le soir, à la bougie, Rémy
Daillet-Wiedmann, assis sous le haillon de son break, pourra continuer à noircir sa chronique journalière. Sa
connexion à Molex.
(*) Selon ses proches, «il ne risque absolument pas l'exclusion» du MoDem malgré la mise sous tutelle du
mouvement en Haute-Garonne.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/01/29/531735-Il-a-repris-sa-greve-du-froid-devant-Molex-apres-la-
tempete.html

20 MINUTES - 26 JANVIER 2009 - «SI L'EAU PASSE PAR-DESSUS LA DIGUE, J'AI CINQ CENTS FAMILLES INONDEES»

REPORTAGE - Les habitants du port de Barsac (Gironde) ont les yeux rivés sur la Garonne depuis samedi...
«En douze ans, je n'ai jamais vu ça. L'eau est montée à 8 mètres 10 ce week-end... et la digue est à 9 mètres»,
rapporte une riveraine. Commune de 2.000 âmes, à une quarantaine de kilomètres au sud de Bordeaux, Barsac a
enregistré une dizaine de crues depuis la Seconde guerre mondiale. Dernière en date: celle de 1981, que les
deux tiers des habitants n'ont pas connue, car ils n'étaient pas encore installés.
«Ceux qui viennent d'acheter des villas sur le port sont tombés de haut», commente le voisinage. Ce lundi midi,
à marée descendante, le niveau du fleuve diminuait légèrement. Mais la population attendait la prochaine
remontée des eaux avec angoisse. «Si l'eau passe par-dessus la digue, j'ai cinq cents familles inondées»,
s'inquiétait le maire de la commune, Philippe Meynard (MoDem).
Les traits tirés par le manque de sommeil, il est sur tous les fronts depuis vendredi soir. «Le plus dur, c'est de
gérer les tensions humaines. Quand EDF et les services de l'Etat ne répondent pas, c'est la mairie qu'on
appelle», soupire-t-il. Une cinquantaine de foyers étaient toujours privés d'électricité lundi.
Marion Guillot

http://www.20minutes.fr/article/293353/Bordeaux-Si-l-eau-passe-par-dessus-la-digue-j-ai-cinq-cents-familles-
inondees.php

SUD-OUEST - 26 JANVIER 2009 - MOULIS-EN-MEDOC. LE MODEM VEUT CONSOLIDER UN LIEN

Les militants du Mouvement démocrate de la 5e circonscription du Médoc ont élu le 13 janvier leur délégué de
circonscription Alain Geneste et leur comité composé de : Michèle Soler (Hourtin), Jean-Louis Albentosa
(Blanquefort), Catherine Berran (Eysines), Arnaud Derumaux (Eysines), Christian Sauvage (Le Pian), Évelyne
Vicente (Moulis), Frédéric Klotz (Margaux), Éric Arrigoni (Castelnau), Urbain Sébie (Queyac), Alain Crépieux
(Saint-Seurin), Jacques Sorhaitz (Hourtin), Bernard Oddos (Soulac), Jean-Yves Leber (Soulac).
Ces délégués se sont réunis pour la première fois jeudi 22 janvier à Moulis.
Leur rôle a été défini dans le règlement intérieur du Mouvement démocrate girondin adopté en novembre 2008 :
organiser des réunions de circonscriptions, développer le maillage territorial de la circonscription, assurer
l'accueil des nouveaux adhérents, mobiliser leurs adhérents pour des actions militantes ou les campagnes
électorales, assurer une bonne circulation de l'information entre l'échelon départemental et l'échelon local,
accroître le nombre de militants du secteur.
Une première décision
FJ - 40
Prendre contact avec tous les adhérents pour leur proposer une rencontre. Des réunions de proximité seront
ensuite organisées.
Le bureau départemental nommera un animateur par canton sur chacune des 11 circonscriptions de la Gironde.
La liste qui vient d'être élue en Médoc constitue une répartition équitable de chacun de nos six cantons.
« L'objectif est de créer un lien, donner de l'information sur la vie du MoDem, proposer des services afin de
consolider le lien avec les adhérents et faire adhérer les sympathisants. Ensuite, nous devons nous mobiliser et
être prêts pour les Européennes ! », déclare Alain Geneste pour clôturer la séance.
Contact : alain.geneste@free.fr, tél. : 06 50 50 02 37.

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/medoc/article/484794/mil/4088873.html

SUD-OUEST - 24 JANVIER 2009 - TOUCHE PAS A MON DEPARTEMENT

CONSEIL GÉNÉRAL. Les élus ont défendu leur vision de la ruralité et ont voté le budget 2009, avec une
hausse de 4 % d'impôts
L'union sacrée s'est faite hier matin, autour de la défense des départements. Les discussions un peu
embarrassées de la veille avaient laissé place à des certitudes. « Notre vote n'est pas politique, c'est un débat
rural-urbain. Et nous défendons la ruralité, » explique Thierry Boidé (DVD, Villefranche-de-Lonchat) pour
l'opposition. Voilà pourquoi le texte soumis par la majorité est voté à l'unanimité, donc avec les voix de l'UDD,
l'Union des démocrates de la Dordogne qui réunit UMP et divers droite, ainsi que du MoDem.
Ce texte, comme le rappelle le président socialiste Bernard Cazeau, est devenu à la demande de l'opposition,
une contribution et non plus une délibération. Le paragraphe sur la clause générale de compétence (permettant
au Département d'agir au-delà de ses domaines réservés) est conservé, même s'il fait un peu débat. Les 102
conseils généraux de France devraient en faire autant ces jours-ci, pour faire pression sur la commission
Balladur, qui étudie la possibilité de supprimer des niveaux de décisions (notamment les départements).
Un budget de 482 millions
L'autre gros morceau de ce dernier jour de la session du Conseil général est le vote du budget. Un budget de
482 millions d'euros, avec une hausse d'impôts de 4 % décidée par le Département.
Cette hausse, qui s'ajoute à celle des bases décidée par l'État de 2,5 % amènera une hausse de 6,5 % pour les
contribuables. Cela fait tousser un peu du côté des communistes, mais Jacques Auzou (Saint-Pierre-de-
Chignac) remarque que « c'est un bon budget qui permet un plan de relance ». Il propose la mise en place d'une
cellule de crise qui associe les organisations syndicales et professionnelles.
L'opposition, par la voix de Dominique Bousquet (UMP, Thenon), dit son agacement sur le « mini-plan de
relance annoncé mercredi par le président Cazeau. C'est de l'affichage et de la communication, un pansement
sur une jambe de bois ». Il explique que les économies de ce plan ne sont que le report de lignes budgétaires à
plus tard. Les recettes en plus viennent de l'État qui va avancer le remboursement de la TVA. Les
investissements seront très longs à réaliser. Voilà pourquoi l'opposition vote contre.
Mais le MoDem, représenté par son unique élu Marc Mattera, vote pour, après une analyse des chiffres qui lui
semble correcte, et notamment pour les 7 millions mis de suite en investissements.
Pas de quoi émouvoir Germinal Peiro (PS, Domme), qui a « le sentiment du devoir accompli » à un moment où
la liste des mauvaises nouvelles s'allonge. Il rappelle que les investissements sont générateurs d'emplois et que,
par son volet social, le département prend en charge 32 000 personnes. Autant de bonnes raisons pour conserver
les départements, « qui sont un espace pertinent ». Une utilité qui se voit quand il s'occupe, par exemple, des
zones blanches de téléphonie mobile ou d'Internet...

http://www.sudouest.com/dordogne/actualite/article/483736/mil/4082475.html

FJ - 41
ACTUALITES

LOIS – DECRETS

27 JANVIER 2009 : DECRET N° 2009-92 PRIS POUR L'APPLICATION DES ARTICLES 9 ET 9-1 DE LA LOI N° 88-227 DU 11
MARS 1988 RELATIVE A LA TRANSPARENCE FINANCIERE DE LA VIE POLITIQUE

ANNEXE I
PARTIS ET GROUPEMENTS POLITIQUES BÉNÉFICIAIRES DE LA PREMIÈRE FRACTION

candidats femmes

de la loi sur la parité


première fraction de
l'aide publique pour
prises en compte

2009 compte tenu


Nombre de voix

Montant de la
Nombre de
Nombre de
candidats
hommes
I. ― Partis et groupements politiques ayant présenté des candidats dans au moins 50 circonscriptions (métropole)
Union pour un mouvement populaire-UMP 10 287 207 435 153 13 122 056,65
Parti socialiste 6 432 544 291 240 10 275 042,74
UDF-Mouvement démocrate 1 920 304 358 203 2 777 012,51
Parti communiste français-PCF 1 158 559 275 239 1 875 905,45
Front national-FN 1 095 784 283 275 1 838 650,51
Les Verts 859 781 288 292 1 442 653,64
Ligue communiste révolutionnaire-LCR 534 666 252 245 897 132,93
Mouvement pour la France-MPF 356 786 212 208 598 662,48
Parti radical de gauche 365 162 48 23 504 844,15
Lutte ouvrière-LO 218 233 282 281 366 180,03
Chasse, pêche, nature et traditions-CPNT 214 389 124 122 359 730,06
Le Trèfle-Les nouveaux écologistes homme-nature-animaux 99 603 91 99 163 608,55
Mouvement écologiste indépendant-MEI 77 253 72 60 123 733,19
Solidarité écologie gauche alternative-SEGA 73 220 52 32 108 232,18
Sous-total I 23 693 491 3 063 2 472 34 453 445,07
II. ― Partis et groupements politiques ayant présenté des candidats exclusivement outre-mer
Parti communiste réunionnais 59 096 3 1 74 369,28
Tahoeraa Huiraatira 36 141 2 0 30 321,06
Mouvement indépendantiste martiniquais 21 864 4 0 18 343,15
Identité et République 17 018 1 0 28 555,04
Parti progressiste martiniquais 16 358 1 1 27 447,60
Groupement France-Réunion 11 901 1 1 19 969,06
Démocratie et République ― anciennement Metz pour tous 8 746 0 1 14 675,19
Guadeloupe unie socialisme et réalités 6 955 1 1 11 670,01
Bâtir le pays Martinique 5 848 2 0 4 906,27
RAUTAHI 5 242 1 1 8 795,72
L'Action 4 920 1 0 8 255,42
No oe e te nunaa 4 743 1 1 7 958,43
Parti socialiste réunionnais 3 765 4 1 4 422,19
NOFWAP la Guadeloupe en action 3 732 2 2 6 262,04
Rassemblement démocratique pour la Martinique 3 156 1 0 5 295,55
Avenir meilleur population de la Réunion 2 756 2 3 4 624,38
La Relève 1 920 1 0 3 221,63
Union centriste et libérale 1 808 1 0 3 033,70
Mouvement libéral martiniquais 1 781 1 0 2 988,40
Parti socialiste guyanais 1 429 1 0 2 397,76
Archipel demain 1 098 1 0 1 842,37
Fetia Api 1 021 0 2 856,58
Cap sur l'avenir 966 0 1 1 620,88
Parti communiste guadeloupéen 707 1 0 1 186,30
Parti pour la libération de la Martinique 661 1 0 1 109,11
Te'Avei'a 542 1 0 909,44
Sous-total II 224 174 35 16 295 036,56
Total 23 917 665 3 098 2 488 34 748 481,63

FJ - 42
ANNEXE II
PARTIS ET GROUPEMENTS POLITIQUES BÉNÉFICIAIRES DE LA SECONDE FRACTION
DE L'AIDE PUBLIQUE POUR 2009

Nombre de parlementaires ouvrant MONTANT de


PARTIS ET GROUPEMENTS POLITIQUES droit au versement de l'aide publique l'aide publique
représentés au Parlement attribuée pour
Assemblée 2009
Sénat Total
nationale
Union pour un mouvement populaire 316 146 462 20 330 129,65
Parti socialiste 190 104 294 12 937 355,23
Parti communiste français 18 23 41 1 804 189,00
FETIA API* 22 10 32 1 408 147,51
Parti radical de gauche 7 16 23 1 012 106,02
UDF - Mouvement démocrate 3 19 22 968 101,41
Les Verts 4 5 9 396 041,49
Démocratie et République - anciennement Metz pour tous 3 4 7 308 032,27
Mouvement pour la France 2 2 4 176 018,44
Parti progressiste martiniquais 3 1 4 176 018,44
Tahoeraa Huiraatira 1 2 3 132 013,83
Cap sur l'avenir 1 1 2 88 009,22
Parti communiste réunionnais 1 1 2 88 009,22
Guadeloupe unie, socialisme et réalités 1 1 2 88 009,22
Mouvement indépendantiste martiniquais 1 0 1 44 004,61
Rassemblement démocratique pour la Martinique 0 1 1 44 004,61
Parti socialiste guyanais 0 1 1 44 004,61
Parti communiste guadeloupéen 1 0 1 44 004,61
La Relève 0 1 1 44 004,61
Total 574 338 912 40 132 204,00

*FETIA API = Nouveau Centre

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020158354&fastPos=1&fastReqId=12
93691156&categorieLien=id&oldAction=rechTexte

EXPLICATION :

Blog autheuil.org - 29 janvier 2009 - Modem sénatorial

Le financement des partis politiques se fait en deux parts, celle issue du résultat du premier tour des législatives,
et celle, révisée tous les ans, versée en fonction du nombre de parlementaires déclarant s'affilier au parti. La
synthèse vient d'être publiée au Journal officiel.
Regardez attentivement le tableau appelé annexe II. La ligne correspondant au Nouveau Centre s'appelle
FETIA API (du nom du parti centriste polynésien qui sert de support financier au nouveau centre) et celle du
Modem s'appelle UDF-Mouvement démocrate. 22 députés se sont rattachés au FETIA API et 3 au Modem, ce
qui correspond exactement au groupe Nouveau centre et aux trois députés Modem. Là où cela devient
intéressant, c'est concernant le Sénat. Le groupe Union centriste compte 30 sénateurs, dont certains n'ont jamais
été sommés, pour cause de renouvellement de leur mandat, de préciser où ils se situaient. Cette année, 10
d'entre eux ont coché la case FETIA API alors que 19 optaient pour le Modem.
Quand on sait que chaque parlementaire "vaut" plusieurs dizaines de milliers d'euros en terme de financement
de parti politique, on peut exclure que la case ait été mal remplie par erreur ou par inattention. Chaque
parlementaire savait parfaitement ce qu'il faisait.
FJ - 43
On doit donc en conclure que le groupe Union centriste du Sénat est majoritairement Modem. Vu la fragilité de
la majorité de droite au Sénat, c'est une information qui n'est pas anodine...

http://authueil.org/?2009/01/29/1205-modem-senatorial

Les Echos - 29 janvier 2009 - Financement des partis : près de 75 millions d'euros en 2009

Près de 75 millions d'euros (74.880.653,63 euros exactement) seront versés en 2009 à une cinquantaine de
partis au titre du financement de la vie politique. Cette subvention est attribuée en fonction du nombre de voix
recueillies au 1er tour des législatives et au prorata du nombre de députés et sénateurs affiliés à chaque parti.
Sans surprise l'UMP (33,5 millions) et le PS (23,2 millions) se taillent la part du lion. Viennent ensuite le
MoDem (3,745 millions), le PCF (3,68 millions), les Verts et le FN (1,838 million) ainsi que le PRG (1,517
million). Le petit parti polynésien Fetia Api reçoit 1,409 million d'euros. Le Nouveau Centre a, en effet, passé
un accord avec cette formation pour avoir droit au financement public alors que la multiplicité des étiquettes
utilisées par ses candidats aux dernières législatives ne le lui permettait pas.

http://www.lesechos.fr/info/france/4824857-financement-des-partis-pres-de-75-millions-d-euros-en-2009.htm

ELECTIONS EUROPEENNES

ANNONCE : LA REPARTITION DES SIEGES POUR LES EUROPEENNES

La répartition des sièges entre les circonscriptions ont été dévoilées au cours du Conseil des ministres du 28
janvier, par Michèle Alliot-Marie.

La répartition des 72 sièges établie en fonction des recensements de l'Insee, sera la suivante :

1- Ile-de-France : 13 sièges.
2- Nord-Ouest (Basse-Normandie, la Haute-Normandie, le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie) : 10 sièges.
3- Ouest (Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes) : 9 sièges.
4- Est (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Lorraine et Franche-Comté) : 9 sièges.
5- Sud-Ouest (régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) : 10 sièges.
6- Sud-Est (Corse, Provence-Alpes-Côte d’azur et Rhône-Alpes) : 13 sièges.
7- Massif central-Centre (Auvergne, Limousin et Centre) : 5 sièges.
8- Outre-Mer (Saint-Pierre-et-Miquelon, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Mayotte,
Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna) : 3 sièges.

Rappel : Les électeurs de Polynésie française, de Saint-Pierre-et-Miquelon, de Saint-Martin, de Saint-


Barthélemy et des départements des Antilles et de la Guyane sont appelés aux urnes le 6 juin 2009.

LE NOUVEL OBSERVATEUR – 28 JANVIER 2009 - EUROPEENNES : JEAN-MARIE CAVADA RECUPERE PAR LE


NOUVEAU CENTRE

L'ancien journaliste sera chef de file en Ile-de-France. Il avait subi une sévère défaite aux municipales de 2008
à Paris auxquelles il s'était présenté sous l'étiquette UMP.
L'ancien journaliste Jean-Marie Cavada sera le chef de file du Nouveau centre pour les élections européennes
de juin prochain en Ile-de-France, a annoncé, mercredi 28 janvier, le président de la formation centriste Hervé
FJ - 44
Morin.
Député européen sortant élu en 2004 sur les listes de François Bayrou, Jean-Marie Cavada avait été candidat
aux municipales de 2008 à Paris sous l'étiquette UMP. Il siège au groupe Nouveau centre au conseil de Paris,
sans appartenir à cette formation. "On a fait le même chemin", a justifié Hervé Morin.
Jean-Marie Cavada devrait figurer en troisième position sur la liste UMP en Ile-de-France, derrière Michel
Barnier et Rachida Dati.

"Besoin de se serrer les coudes"


Après avoir eu "une longue discussion" avec Nicolas Sarkozy sur le sujet, le ministre de la Défense et président
du Nouveau Centre a en effet confirmé que sa formation s'acheminait vers des listes communes avec l'UMP.
"Je n'ai pas renoncé à faire des listes aux européennes, mais le contexte économique et social les rend
extrêmement compliquées. C'est probablement un moment où la majorité va avoir besoin de se serrer les
coudes", a-t-il expliqué. "Notre objectif, c'est d'avoir un parti totalement reconstruit pour les élections de 2012.
Hormis Jean-Marie Cavada, les chefs de file présentés mercredi sont pour la plupart des élus de terrain peu
connus du grand public. Hervé Morin espère avoir trois élus au Parlement européen, notamment dans les
régions de l'Ouest, où l'électorat centriste est bien représenté. Le député Michel Hunault portera les couleurs du
NC dans l'Ouest. Brigitte Fouré, seule sortante du Nouveau centre, sera candidate dans le Nord-Ouest. Patrice
Devret, ancien présentateur de la météo sur France-2, a été investi dans le Sud-Ouest. (avec AP)
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090128.OBS1926/europeennes__jeanmarie_cavada_recu
pere_par_le_nouveau_c.html

LE NOUVEL OBSERVATEUR - 28 JANVIER 2009 - UN FRONT DE GAUCHE AUX EUROPEENNES OBTIENDRAIT 14,5%,
DIT L'IFOP

PARIS (Reuters) - Un "front de gauche" alliant le PCF, le PG de Jean-Luc Mélenchon et le NPA d'Olivier
Besancenot arriverait en troisième position aux élections européennes avec 14,5% des voix, selon un sondage
Ifop. Selon cette enquête, commandée par le Parti de gauche, l'UMP obtiendrait 25,5%, le PS 22,5%, le "front
de gauche" 14,5%, devant les listes Bayrou (14%) et celles de l'écologiste Daniel Cohn-Bendit (7%). Pour le
moment, un "front de gauche" incluant le Nouveau parti anticapitaliste est une hypothèse. Seuls le Parti
communiste et le Parti de gauche ont scellé une alliance, le NPA réservant sa réponse au-delà de son congrès
fondateur des 6 au 8 février, en fonction des discussions en cours. Tant Marie-George Buffet, secrétaire
nationale du PCF, que Jean-Luc Mélenchon continuent à "tendre la main" au nouveau parti animé notamment
par Olivier Besancenot et qui doit se substituer à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR.) Le sondage Ifop
présente l'hypothèse d'un front de gauche "large", comprenant en tout cinq formations situées à la gauche du
Parti socialiste. Olivier Besancenot a rejeté l'idée de faire seulement "un bon coup électoral" et les pourparlers
se poursuivent. "L'idée sera de savoir jusqu'où on met la barre dans les discussions, mais on sait déjà qu'il sera
très difficile de trouver un accord", a déclaré à Reuters Alain Krivine, l'un des dirigeants de la LCR. Il a
souligné que les positions affichées pour le moment par Jean-Luc Mélenchon étaient "insuffisantes." Le
sondage Ifop a été réalisé les 22 et 23 janvier auprès de 876 personnes. Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/topnews_reuters/20090128.REU6408/un_front_de_gauche_aux_euro
peennes_obtiendrait_145_dit_.html

LE POINT - 28 JANVIER 2009 - LE NOUVEAU CENTRE SE MET EN ORDRE DE BATAILLE POUR LES EUROPEENNES

Le Nouveau Centre (NC) a désigné mercredi ses chefs de file pour les élections européennes prévues en juin
prochain. En Île-de-France, c'est l'eurodéputé sortant Jean-Marie Cavada, ex-MoDem et candidat aux élections
municipales de 2008 sous l'étiquette UMP dans le 12e arrondissement de Paris, qui représentera le parti de
FJ - 45
centre-droite, avec un binôme dont le choix n'a toutefois pas encore été arrêté. Les porte-drapeaux du NC dans
chacune des 8 circonscriptions électorales européennes sont désormais chargés de constituer des listes. "La
communication de ces listes est fixée au 3 février prochain", précise Philippe Vigier, secrétaire général adjoint
du Nouveau Centre interrogé par lepoint.fr. Parallèlement, la formation centriste membre de l'actuelle majorité
est en pourparlers avec l'UMP pour la constitution d'une liste commune. "Le Nouveau Centre a toujours
souhaité être présent aux européennes puisque notre engagement pour l'Europe, c'est un peu notre code
génétique et en même temps, quand la situation est difficile, c'est une bonne chose que la majorité soit unie",
estime Philippe Vigier, explicitant la démarche menée. Selon le ministre de la Défense Hervé Morin, président
du Nouveau Centre, qui s'est exprimé lors d'un point presse, le NC souhaite obtenir "trois places éligibles" sur
des listes de la majorité présidentielle.
Renouveler le centre
En Île-de-France où l'UMP a choisi pour mener sa liste les ministres Michel Barnier (Agriculture) et Rachida
Dati (Justice), le Nouveau Centre espère obtenir la troisième place pour l'ex-bayrouiste Jean-Marie Cavada. Ce
dernier n'est pas adhérent du Nouveau Centre, mais siège dans le même groupe, Nouveau Centre et
Indépendants, au conseil de Paris. Dans le Nord-Ouest où l'UMP a pris comme tête de liste le maire de
Valenciennes Dominique Riquet, le Nouveau Centre souhaite une place éligible pour son unique eurodéputée
sortante, Brigitte Fouré, ex-maire d'Amiens. "Nous avons vocation à être présents dans des régions (...) où il y
a un électorat centriste qui, pour l'instant, cherche une expression politique", l'Ouest "par exemple", a indiqué
Hervé Morin. Dans cette circonscription, le NC a désigné notamment le député de Loire-Atlantique Michel
Hunault. Et, ce serait "un beau message de renouvellement" que le président des Jeunes Centristes, Damien
Abad, désigné dans le Sud-Ouest, soit élu, a dit Hervé Morin. "Maintenant que Bayrou s'est ouvertement allié à
Martine Aubry (NDLR : en votant la motion de censure), une part de l'ancien électorat de l'UDF désorienté va
revenir vers nous", espère, quant à lui, Philippe Vigier.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/le-nouveau-centre-se-met-en-ordre-de-bataille-pour-les-
europeenne/917/0/311364

LES ECHOS - 27 JANVIER 2009 - EUROPEENNES : BAYLET « CHOQUE » PAR BAYROU

Jean-Michel Baylet est « choqué » par le « comportement » de François Bayrou. C'est le message que le
président du Parti radical de gauche (PRG) s'est chargé de faire passer hier dans les colonnes du « Figaro ». Le
sénateur du Tarn-et-Garonne a estimé que son parti et le Mouvement démocrate auraient « pu faire un bout de
chemin ensemble » en faisant liste commune aux européennes de juin. « Bayrou a fermé la porte de manière
violente avant même que nous ayons pu en parler », a-t-il déploré. Début janvier, François Bayrou avait
implicitement écarté l'hypothèse de listes communes aux européennes avec le PRG, arguant que la « condition
préalable» à un regroupement était « l'indépendance » vis-à-vis de l'UMP et du PS. Or le PRG fait généralement
alliance avec le Parti socialiste aux élections.

http://www.lesechos.fr/info/france/4823616-europeennes-baylet-choque-par-bayrou.htm

Aussi sur :
Le Nouvel Observateur :
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090126.OBS1528/europeennes__baylet_choque_par_le_
refus_de_bayrou.html

FJ - 46
LE JOURNAL DU DIMANCHE - 26 JANVIER 2009 - EUROPEENNES, LES COULISSES DU CASTING
Par Bertrand GRECO

Nicolas Sarkozy a donné samedi le coup d'envoi de la campagne des élections européennes de juin 2009. L'Ile-
de-France - la plus observée des huit circonscriptions françaises - verra s'affronter quelques vedettes du monde
politique. Lors du conseil national de l'UMP hier, le Président de la République a donc intronisé le tandem
Barnier-Dati dans la "région capitale". Michel Barnier, ministre de l'Agriculture sera tête de liste. Il devrait
quitter le gouvernement en mars. Son ambition: devenir commissaire européen.

Le casting a été concocté en petit comité, "pour éviter les fuites". A la manoeuvre, Xavier Bertrand, Brice
Hortefeux, Claude Guéant. Nicolas Sarkozy, qui réclamait un couple composé d'une personnalité "médiatique"
et d'une personnalité "compétente sur l'Europe" a tranché jeudi soir. "Depuis la présidence française de l'Union
européenne, le Président veut des listes qui ont de l'allure ; le niveau est monté d'un cran", confie un familier du
"château". Pour composer le duo gagnant en Ile-de-France, l'UMP a commandé un sondage secret: Dati-Barnier
ou Barnier-Dati? Le résultat est tombé mercredi. "A la surprise générale, elle est devancée par Barnier, ce qui
prouve que, même dans l'opinion, le charme Rachida s'est rompu", estime un hiérarque -pas tendre- du parti
présidentiel.
Dati victime de "l'effet Rama Yade"
La maire du 7e arrondissement a bien essayé de résister. Jeudi, à 12h30, elle est convoquée à l'Elysée.
"Discussion très dure", selon un témoin. A 17h, elle est de nouveau convoquée. Cette fois, le chef de l'Etat
s'impatiente : "Soit tu quittes le gouvernement sans rien, soit tu le quittes en devenant eurodéputée!" Elle
s'incline, la mort dans l'âme. Rachida Dati rêvait d'imposer son leadership à Paris, via les régionales de 2010,
tout en conservant son ministère. Mais aux dires d'un observateur bien placé, "elle a déçu" son mentor, "elle a
eu peur de ne plus être en cour, s'est affolée, a commis erreurs sur erreurs, et a fini par inquiéter le Président.
Pire: à l'agacer." Elle a en outre été victime de "l'effet Rama Yade", un précédent à ne renouveler sous aucun
prétexte: la jeune secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme avait provoqué le courroux présidentiel en déclinant
la même proposition.
Rachida Dati devra donc démissionner de la Chancellerie. Seul lot de consolation: un "rôle renforcé" au sein de
l'UMP, en tant que "conseiller politique", parmi une dizaine d'autres. "Elle sera plus visible au plan national",
veulent croire ses partisans. . Et un élu UMP proche de la jeune maman d'ajouter: "Cela ne l'empêchera pas de
s'enraciner à Paris, de développer ses réseaux et de se positionner pour la suite". Comprenez les municipales de
2014. Si le patron y consent...
Pour le reste de la liste UMP en Ile-de-France, les choix ne sont pas encore arrêtés. Quid des trois eurodéputés
sortants? Nicole Fontaine, l'ancienne présidente du parlement européen, a annoncé son intention de ne pas
rempiler. Patrick Gaubert, à la tête de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), s'est
vu proposer un poste dans un institut important, en contrepartie de son éviction. L'ex-ministre chiraquien
Jacques Toubon, lui, tente encore de sauver son siège. Mais Luc Ferry, l'ancien ministre de l'Education, tient la
corde pour la 3e place, très demandée. Jean-Marie Cavada, par exemple, a proposé sa candidature, mais n'a pas
été retenu.
En face, le PS n'a pas encore désigné officiellement son chef de file en Ile-de-France. Les candidatures doivent
être déposées le 2 février et la liste sera validée par les militants le 28 février. Deux eurodéputés sortants
postulent: le delanoiste Harlem Désir, déjà tête de liste en 2004*, et Benoît Hamon, jusqu'ici élu dans l'Est.
Mais l'issue du duel ne fait guère de doute. Martine Aubry aurait arbitré, le jour de l'investiture de Barack
Obama, en faveur de l'ancien patron de SOS Racisme. D'ailleurs, celui-ci ne manque pas de rappeler que la
motion A (Delanoë), qu'il défendait à Reims est arrivée, "largement en tête en Ile-de-France", contrairement à
celle de Hamon. Il invite le noniste Hamon à prendre la 3e place sur sa liste. Au moins un des cinq sortants
socialistes, Pierre Schapira, adjoint de Delanoë, ne se représente pas.

FJ - 47
La bataille risque d'être âpre pour le PS, qui devra compter avec la concurrence du MoDem et des écologistes.
Les centristes dévoileront leurs listes le 8 février, à la Mutualité, après un vote des adhérents. Mais Marielle de
Sarnez, directrice de campagne de François Bayrou à la présidentielle et candidate aux municipales parisiennes,
est quasi-assurée d'être de nouveau "numéro un" en Ile-de-France. Elle affiche sa confiance: "Nous sommes le
seul parti clairement, et sans ambiguïté, européen. D'ailleurs, cette élection suscite l'enthousiasme: nous avons
reçu près de 200 demandes de candidatures... pour 13 places dans cette circonscription."
Besancenot rechigne à être candidat
Autre liste sérieuse: celle du rassemblement Europe-Ecologie, menée en Ile-de-France par le bouillonnant
Daniel Cohn-Bendit, aux côtés de la magistrate Eva Joly. Dany le Vert a démarré sa campagne, tambour
battant, dimanche dernier. Son parti l'a investi à plus de 75% des voix; un exploit chez les Verts. Il rêve de
renouveler, voire de dépasser, son score de 1999: 12,3%, soit un point de moins que Nicolas Sarkozy lui-même.
A la gauche du PS, un "front de gauche" essaie de se constituer, entre le sénateur de l'Essonne Jean-Luc
Mélenchon, fondateur du Parti de gauche (PG), et les communistes de Marie-George Buffet. Ils aimeraient
rallier Olivier Besancenot et son Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA). Mais le facteur rejette l'idée de faire "un
bon coup électoral". Par ailleurs, il rechigne à être lui-même candidat en Ile-de-France, peu emballé par la
perspective de siéger à Strasbourg. Lutte Ouvrière présentera sa propre liste.
Enfin, à la droite de l'UMP, Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne, dévoilera ses listes Debout la
République le 5 février. Et le Front national -bien diminué- devra gérer le départ de Marine Le Pen dans le
Nord-Ouest. On saura vendredi qui de Jean-Michel Dubois ou de Marie-Christine Arnautu, tirera la liste FN
dans la région.
*Aux Européennes de 2004, la liste menée par Harlem Désir (PS) en Ile-de-France avait obtenu 25% des voix,
contre 17,8% pour celle de Patrick Gaubert (UMP), 12,6% pour Marielle de Sarnez (UDF), 8,5% pour Marine
Le Pen (FN), 7,5% pour Alain Lipietz (Verts).
http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200904/europeennes-les-coulisses-du-casting_182178.html

LE MONDE - 24 JANVIER 2009 - LE FRAGILE GAIN DE "PRODUCTIVITE" DES ELUS FRANÇAIS AU PARLEMENT
EUROPEEN

C'est un des enjeux du prochain scrutin européen, souvent ignoré par les partis lors de la constitution des listes :
l'influence des élus français au sein de l'hémicycle. "Le poids de la France au Parlement européen a eu tendance
à se renforcer par rapport aux mandatures précédentes. Mais les signes de cette amélioration demeurent encore
fragiles", constate Thierry Chopin, directeur des études de la Fondation Robert Schuman.
A l'en croire, la "productivité" des eurodéputés français a fait "un net progrès" entre 2004 et 2009. Mais leur
entregent reste inférieur à celui de leurs collègues allemands, britanniques, ou espagnols. Au nombre des
coordinateurs - un poste stratégique dans les différents groupes politiques -, les Français sont sous-représentés.
Rares sont ceux qui ont été désignés rapporteurs sur les législations les plus en vue de la mandature. "Sur le
paquet énergie-climat, aucun rapport n'a été confié aux Français", se plaint le représentant à Bruxelles d'une
entreprise énergétique. Selon lui, les réticences affichées par certains, comme Rachida Dati, brouillent le
"retour de la France en Europe" dont se targue le chef de l'Etat : "Rien ne sert d'avoir des élus qui annoncent
qu'ils n'ont pas envie de siéger", dit-il.
"En dépit des efforts de M. Sarkozy pour cajoler les eurodéputés pendant sa présidence de l'Union, la France
continue de payer une certaine indifférence au Parlement européen. Pour elle, les institutions européennes se
sont longtemps réduites au Conseil et à la Commission européenne", observe Jacques Toubon (UMP), qui s'est
beaucoup dépensé pour amender la directive Bolkestein sur les services. Cet ancien proche de Jacques Chirac
espère toujours une position éligible en Ile-de-France. "C'est un problème d'expérience, le renouvellement est
souvent trop rapide", ajoute Pervenche Berès. L'élue socialiste préside la commission des affaires économiques
et monétaires - l'une des rares dirigées par un Français. Elle n'est pas non plus certaine d'être en position éligible
en Ile-de-France.
FJ - 48
"Le problème congénital est que les Français se présentent divisés en tribus gauloises du fait de la
proportionnelle, estime Alain Lamassoure (UMP). Du coup, l'influence française est celle d'un petit nombre de
personnalités qui s'appuient davantage sur leur expérience individuelle que sur une stratégie collective". Au
Parti populaire européen (PPE), la formation dominante au sein de l'hémicycle européen, la délégation française
(18 membres) pointe loin derrière celles de l'Allemagne et du Royaume-Uni, et juste derrière la Pologne. Un
Français, Joseph Daul, assure la présidence du groupe. Mais en tout début de législature, les onze élus de l'ex-
UDF ont quitté le PPE à la demande de François Bayrou pour rejoindre les rangs des libéraux. Au Parti des
socialistes européens (PSE), les 31 élus français constituent la plus importante délégation nationale, mais la
guerre des courants et le clivage entre les partisans du "oui" et du "non" à la Constitution européenne, en 2005,
ont miné leur influence. "Du coup, les Français n'ont pas pu prétendre à la présidence du groupe, c'est un
Allemand qui occupe la place", observe un eurodéputé de gauche.
Philippe Ricard

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/01/24/le-fragile-gain-de-productivite-des-elus-francais-au-
parlement-europeen_1146034_823448.html

BONUS DES BANQUIERS

LE FIGARO - 23 JANVIER 2009 - LES FRANÇAIS SE PRONONCENT CONTRE LES BONUS

Selon Le Politoscope Le Figaro-LCI, la «sortie» de Nicolas Sarkozy contre les banquiers obtient un franc
succès.
Au moins la réponse est tranchée. Nicolas Sarkozy a-t-il eu raison de demander aux dirigeants des banques
françaises de renoncer à leurs bonus en 2008 pour pouvoir bénéficier de l'aide de l'État ? Les personnes
interrogées par OpinionWay pour Le Figaro et LCI répondent oui à 89 %. Si le score est élevé dans chaque
famille politique, c'est curieusement chez les personnes qui ont voté pour Ségolène Royal que cette mesure
réunit le moins de suffrage : seulement… 84% s'y montrent favorables. Chez les électeurs de François Bayrou,
ils sont 93% à approuver le président de la République ; parmi ceux de Nicolas Sarkozy, ils sont 97 %.
Très logiquement, les Français sont également tout à fait favorables à ce que cette jurisprudence « antibonus »
soit généralisée à tous les dirigeants d'entreprise, quel que soit leur secteur d'activité, dès lors qu'ils font appel à
l'aide de l'État, donc à l'argent des contribuables.

http://www.lefigaro.fr/societes/2009/01/23/04015-20090123ARTFIG00321-les-francais-se-prononcent-contre-
les-bonus-.php

REFORME PARLEMENTAIRE

LE JOURNAL DU DIMANCHE - 27 JANVIER 2009 - LES DEPUTES AU TEMPS GLOBAL


Par M.V. (avec Reuters)

Le projet de loi organique sur la procédure législative a été adopté mardi par les députés. La réforme prévoit
notamment l'institution d'un temps global pour l'examen des textes. L'opposition, qui dénonce le musèlement du
parlement, avait mené une bataille d'amendements. Les socialistes étaient allé jusqu'à chanter La Marseillaise
dans l'hémicycle pour dire leur hostilité.
L'obstruction n'a pas empêché l'adoption. Les députés ont validé mardi le projet de loi organique réformant la
procédure législative au terme d'une crise qui restera dans la mémoire de nombre de parlementaires. Le texte a
FJ - 49
été voté par 301 députés contre 37, dont les députés du Modem et les élus du Mouvement pour la France (MPF)
de Philippe de Villiers. Le groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR), qui regroupe Verts et
communistes, s'y est aussi opposé. Les socialistes n'ont pas pris part au scrutin. L'UMP, à l'exception de
Jacques Myard, et le Nouveau centre (NC) ont approuvé le texte.

Le projet de réforme avait soulevé l'ire de la gauche. Le PS avait parlé de "mère des batailles", entendant
s'opposer par tous les moyens au texte. Ils ont ainsi fait usage de toutes les techniques d'obstruction depuis le 13
janvier, date à laquelle les députés ont commencé l'examen du projet de loi. Plus de 3750 amendements ont été
déposés. Les socialistes ont aussi multiplié les motions de procédure et les rappels au règlement. Leur tactique a
atteint son sommet la semaine dernière dans la nuit de mardi à mercredi. Les hommes de Jean-Marc Ayrault se
sont rassemblés au pied de la tribune pour chanter La Marseillaise. Puis ils ont décidé de boycotter les questions
au gouvernement.

Le 10 février au Sénat

La gauche accuse le gouvernement de vouloir "bâillonner" l'opposition. Le texte découle de la révision


constitutionnelle de juillet 2008. Il prévoit notamment dans l'article 13, la mise en place d'un "temps global".
Chaque groupe disposerait alors d'une enveloppe de temps disponible pour s'exprimer au cours de l'examen
d'un texte. La majorité assure que cette disposition permettra de faire avancer les débats, alors que l'opposition
y voit le musèlement des députés.
Après l'Assemblée nationale, le texte devra passer devant le Sénat. Le début de l'examen dans la chambre haute
est prévu pour le 10 février. Comme pour tout projet de loi organique, le texte doit être adopté dans les mêmes
termes par les deux assemblées.

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200905/les-deputes-au-temps-global_182951.html

FJ - 50