Vous êtes sur la page 1sur 3

SERMON DU TROISIEME DIMANCHE DE L'AVENT

Les 53 sermons du Seigneur - Gottfried Mayerhofer

SERMON N° 3

( Aujourd'hui le 13/12/09: Troisième Dimanche de l’Avent )

« Les juifs envoyèrent à Jean prêtres et lévites… »


– Jean I – 1/19 -

Trieste, 9 décembre 1871

Jean était alors en premier lieu pleinement conscient de sa mission,


et en second lieu il était parmi les juifs l’unique exemple d’humilité et
de soumission à Ma volonté.
Mon bien-aimé Jean, avait été le premier à pénétrer et à comprendre
les profondeurs de Mon Esprit.
Il fut le premier à se rendre compte que grâce au verbe, c’est-à-dire
l’expression d’une idée, d’une pensée au service d’une volonté
suprême, tout le monde visible fut créé, que le verbe en propageant la
vie, créa la lumière.
Il fut le premier à comprendre, parce qu’il le comprenait avec le cœur,
et non avec l’intelligence, de sorte que lumière et vie proviennent
seulement de celui qui connaît l’Amour, comme Je le répands, l’exerce
et le requiers dans tout l’univers.
Il m’aimait en esprit et en vérité, tandis que les autres apôtres me
comprenaient dans la foi, et c’est pourquoi il débute dans l’évangile
en proclamant ma puissance et mon amour.
De la même manière qu’à un aveugle, à qui la vue a été rendue après
une opération bien réussie, on accorde une lumière seulement
progressivement afin qu’elle n'ait pas à lui nuire, ainsi procéda le
baptiste avec le peuple, en réveillant les cœurs et en les modelant, de
façon à les rendre accessibles à des choses toujours plus nobles et
plus élevées ; puisque pour une œuvre comme l’était la Mienne, on
devait d’abord préparer le terrain.

Jean-Baptiste reconnut son Seigneur aussitôt qu’il me vit la première


fois ; parce que, tandis qu’il procédait à mon baptême extérieur,
J’accomplis son baptême intérieur ; de sorte que la vue intérieure lui
fut ouverte et il vit dans la forme de la colombe, qui symbolise
l’innocence, mon union avec le monde spirituel.
La renaissance spirituelle sur la terre se répète quotidiennement.
Ainsi, maintenant, il y a des Jean-Baptiste et des Jean mes bienaimés
et des apôtres ; chacun d’eux doit œuvrer selon la mission qui
lui a été confiée.
Le degré de culture des hommes et la vie intellectuelle qui sur lui se
fonde, sont vraiment différents maintenant à la veille de Mon retour,
de ce qu’ils étaient en ce temps ; mais l’inclination au bien être
matériel est demeuré dans les hommes, et la plus grande partie
d’entre eux n’est capable d’aucune aspiration aux joies les plus
nobles et les plus durables qu’accorde le véritable amour spirituel ;
par contre ils fuient ma doctrine qui, au lieu d’attraits sensuels et de
plaisirs, leur demande sacrifice et abnégation.
D’autres ensuite se tiennent fanatiquement attachés à la lettre morte
de la parole biblique ; d’autres se construisent des systèmes
philosophiques selon leurs critères mondains, et peu seulement
suivent ma simple doctrine d’amour, qui est facile à comprendre.
Maintenant, à ma venue spirituelle, il n’est besoin de rien d’autre que
de purifier Ma doctrine d’Amour des scories dont elle a été
contaminée. Je veux vous faire comprendre spirituellement, et
appliquer à la vie ce qui jusqu’à maintenant était compris et conçu
selon la lettre, pour vous stimuler ainsi à la réalité de votre fin.
Pourtant une impulsion vers la lumière, l’amour, et vers une
réconfortante doctrine spirituelle se perçoit en général ; les fidèles des
croyances terrestres abandonnent leurs guides, et sont en train de
chercher cette lumière que ces guides n’ont pas pu leur donner. Ainsi
s’accentue le désir envers les choses de l’esprit, on aspire à la
réflexion et à la liberté spirituelle, et cette agitation croît en dépit de
l’opposition de ceux qui de tout cela ont jusqu’à présent voulu se faire
un capital, pour en savourer eux exclusivement les intérêts. Il ne
tardera pas beaucoup que le crépuscule de la vie scientifique sera
éclairée par ce flambeau lumineux, et que sera révélé aux petits, ce
qui est resté jusqu’à présent caché à ceux qui se croient grands. Le
Verbe, c’est lui qui de nouveau verse d’en-haut, dans le cœur des
hommes, l’amour et la chaleur et la vie, rendant heureux et guidant
mes enfants régénérés dans l’esprit et dévoués envers Moi, mais non
pas ceux nés du sang et de la chair, c’est-à-dire non pas ceux qui
marchent dans la sensualité de ce monde. Et le Verbe se fera de
nouveau chair, mais chair spiritualisée, et ensuite il sera reconnu et
compris de ceux vivant dans sa gloire, et dans son abondance eux
tous puiseront grâce sur grâce.
L’actuel mouvement spirituel est comme un signe précurseur d’un
mouvement plus fort, au moyen duquel la vie spirituelle asservie et
opprimée, contrainte entre matière et esprit, veut également retrouver
liberté et indépendance ; parce que tout ce qui est esprit a, comme
l’air et l’eau, la propriété de se laisser certes comprimer, mais jusqu’à
un certain point, et ensuite fait éclater ses fers. Soyez confiants et
réconfortés, et répandez la semence quand bien même elle ne dût pas
porter toujours le fruit que vous désirez. Offrez de la nourriture
spirituelle particulièrement à ceux qui vous en font la demande, mais
avant tout vous devez vous efforcer de vous purifier vous-même et de
vous libérer des liens du monde, en ne cédant pas aux
concupiscences de la chair, mais bien plutôt en rendant pur votre
corps avec la pureté de votre âme, afin de se rendre apte à servir Son
Seigneur.
Et ainsi aussi, vous devez éviter tout le superflu et l’inutile qui
engendre la mollesse du corps, et tourner au contraire toute votre
attention seulement vers ce qui est renforcement pour votre âme et
votre esprit. Votre aspiration doit être celle-ci : être régénérés dans
l’Esprit, car alors, comme je crois que vous l’avez compris ; « Ma
demeure sera dans vos cœurs », et c’est là que vous garderez le
Seigneur pour l’éternité, comme fondement premier de toute chose.

AMEN

Source: http://www.scribd.com/doc/21196332/Les-53-Sermons-Du-
Seigneur-Gottfried-Mayerhofer