Vous êtes sur la page 1sur 12

Dossier.– La boisson de Kombucha : véritable élixir de santé !

Sommaire
* 1. Qu'est-ce que le Kombucha ?
* 2. A quoi ressemble le fongus Kombucha
* 3. Principes actifs de la boisson de Kombucha
* 4. Préparation et consommation de la boisson de Kombucha
* 5. Comment se procurer un Kombucha ?

1. Qu'est-ce que le Kombucha ?


Les origines du Kombucha ou élixir de Kargasok

Le Kombucha serait originaire d'Extrême Orient (Chine, Corée, Japon) ou


des textes datant de 441 av. JC en parleraient en Corée. Il est possible que
la consommation remonte à l'an -221 en Chine sous la dynastie Tsin. De là
la boisson se serait répandue au Japon, en Inde, en Russie (par la
Mongolie et la Sibérie), et en Europe de l'Est. Elle commence à se répandre
en Allemagne et dans le reste de l'Europe.

De nombreuses études ont été menées en Orient et dans les pays de l'Est.
Dans ces régions la production familiale et sa consommation de thé au
Kombucha est une pratique habituelle depuis parfois plusieurs siècles.

Le kombucha est une boisson traditionnelle et entièrement naturelle,


principalement d'origine artisanale, un peu pétillante, remède obtenu en
faisant fermenter du thé sucré. On appelle kombucha le ferment qui
s'apparente grossièrement à une mère de vinaigre en plus clair, mais
également la boisson biologique vivante et lacto-fermentée, aux vertus
bénéfiques pour la santé, préparée à partir de cette souche.
C'est en réalité un ensemble de bactéries et de levures qui vivent en
symbiose, également appelé "champignon à thé", placé dans du thé vert ou
noir sucré et refroidi qui donne au bout d'environ 8 à 10 jours une boisson
lacto-fermentée, véritable élixir de santé très concentré en nutriments
de toutes sortes. Le champignon kombucha se nourrit de sucre pour
produire de précieuses substances que l'on retrouve dans la boisson finale
qui sera consommée.

On retrouve le Kombucha sous différentes appellations selon les pays :


"petite mère japonaise", "champignon des héros", "champignon de
longue vie", "champignon-miracle", "champignon de la charité". Du côté
de l'ésotérisme, il est appelé "élixir de Kargasok", du nom d'une ville de
Russie. Ses propriétés médicinales lui valent une belle renommée
cependant la souche de kombucha n'est pas commercialisée.
Heureusement elle se multiplie aisément et peut ainsi se transmettre de
proches en proches.

2. A quoi ressemble le fongus Kombucha


Apparence et développement du champignon, ou "fongus"
Kombucha

En fait, le terme champignon n'est pas vraiment approprié, le kombucha


n'est pas un être vivant à part entière mais un ensemble symbiotique, une
communauté d'être vivants, chacun satisfaisant aux besoins de l'autre du
fait de leur association. C'est une colonie de levures (Saccharomyces), de
bactéries acétiques bienfaisantes (en particulier l'Acetobacter) et de
fausses levures (Mycoderma vini). Cette symbiose prend place à
l’intérieur d’une sorte de galette en cellulose pure créée par certaines
bactéries, qu'on appellera aussi "champignon", "ferment" ou "disque".
Ce "champignon" va faire l'objet d'une lacto-fermentation sur une base de
sucre et de thé lui procurant comme source de sels minéraux, dont il va
se "nourrir".

On ne consomme pas le champignon lui-même, cependant il n'est ni


toxique ni appétissant.

Le fongus kombucha ressemble donc à une membrane gélatineuse


durcie plus ou moins épaisse et se présente sous forme de disque (dans un
contenant cylindrique), il a l'aspect d'une crêpe beige un peu visqueuse et
caoutchouteuse d'une épaisseur d'environ 8 à 10 mm. Les spécimens
jeunes peuvent être bien moins épais.

La circonférence sera identique à celle du contenant dans lequel il se


développe. Naturellement le champignon se développe par couches
successives, en créant une nouvelle couche au dessus de la couche
précédente. Il possède une forte vitalité et une étonnante capacité de
régénération. Si le disque se dédouble, la "souche-mère" est celle du bas,
et la plus jeune couche est celle du haut.

3. Principes actifs de la boisson de Kombucha


Liste non exhaustive des effets sur la santé

L’élixir de Kargasok s’est tout spécialement distingué dans la prévention


autant que dans les thérapeutiques liées aux diverses affections du
Cancer, et de plus en plus également du SIDA (en fait de toutes les
affections dites "auto-immunes", dont l'une des particularités ésotériques
est d'être des "maladies karmiques").
Voici quelques exemples des autres affections contre lesquels l’usage de
l’élixir a été reconnu comme fondamentalement actif:

- Mélanome aux yeux


- Tumeur de la glande thyroïde
- Tumeur du cerveau
- Maladies graves du bas-ventre
- Troubles gastriques et intestinaux
- Troubles pulmonaires
- Migraines (causes a priori non-décelées)
- Raideurs articulatoires
- Carence en kératine (cheveux, ongles, peau...)
- Dépigmentation capillaire (cause intestinale)
- Allergies
- Goutte
- Hyper, ou hypotension
- Cholestérol
- Rétention d’eau
- Nodosités rhumatismales
- Troubles de la concentration
- Asthme
- Diabète (dans ce cas, faire suivre sa consommation par un médecin)
- Myome
- Tension artérielle et/ou oculaire
- Régulation pondérale
- Sécrétions muqueuses de la gorge
- Urémie
- Arthrose grave
- etc...

En fait, l’élixir de Kargasok nettoie le sang, améliore le fonctionnement


du foie, de la vésicule biliaire, et de la digestion en général, facilite
grandement le traitement des sidéens et séropositifs, ainsi que des
cancéreux (étant un très puissant anti-carcinogène), diminue la souffrance
dans la dépression, renforce le système immunitaire, est puissamment
tonique, et recèle des propriétés puissamment désaltérantes.
Dans le monde de l'ésotérisme, l’élixir de Kargasok, composé
particulièrement complexe, est une source d’énergie vitale en soi, stimule
puissamment celle du corps et vivifie l’aura et les corps subtils, et en plus,
ce qui est rarissime dans la nature, élève le tau vibratoire des corps
physique (lutte contre les maladies dégénératives), éthérique
(restructuration et régénération tissulaires), et astral (recharge et
renforcement du corps émotionnel permettant un moral plus solide et
l’éradication facilitée des idées noires).

4. Préparation et consommation de la boisson de


Kombucha
Recette et mode préparatoire

Ingrédients :
* Thé noir non parfumé (3 cuillers à thé, entre 2 et 4 pour un résultat
plus ou moins corsé)
* Thé vert, marque "Gun Power" recommandée, disponible partout
(même remarque)

Le thé peut, pour les personnes ne le supportant pas, bien que la


transformation de la théine soit totale, être substitué par les plantes
suivantes (d’autres sont également utilisables à condition qu’elles ne
contiennent pas ou extrêmement peu d’huiles essentielles) :
- feuilles de framboisier
- aubépine
- valériane
- ortie brûlante (celle qui pique quand on la touche...)
- pissenlit
- sureau
- feuilles de fraisier
- feuilles de mûrier
- achillée millefeuille (par exception, même si elle contient une huile
essentielle)
Eviter absolument:
- aneth
- angélique
- armoise (pourtant plante magique par excellence)
- bergamote
- camomille
- cumin
- estragon
- fenouil
- lavande
- livèche
- marjolaine
- menthe en général et menthe poivrée en particulier
- romarin
- thym
- et toutes plantes aromatiques et fortement odoriférantes

* 2 litres (0.53 galons américains) d’eau de source (même en bouteille)


ou d’eau du robinet à condition qu’elle ne soit pas chlorée et surtout qu’elle
ait été filtrée dans des carafes prévues spécialement à cet effet (avec filtres
"Brita" par exemple. Pour ceux qui ont la chance de posséder un puit, cette
eau sera providentielle. Une eau de pluie ne conviendra malheureusement
pas en revanche, pollution oblige...
* 160 gr. de sucre blanc (5.64 Oz - 0.352 lb)
* 1 culture de "fongus Kombucha" bien active.
* 200 ml de vinaigre de cidre bio si vous n’avez pas déjà sous la main
un peu d’élixir à ajouter à la préparation.
* et... pas d'instruments métalliques!

Prévoyez un grand saladier, ou soupière, ou tout récipient propre à large


ouverture, pouvant contenir très aisément deux litres de liquide.

1. Faîtes bouillir 0,5 litre (0.133 galons américains) d’eau sur les deux
litres prévus.

2. Faîtes dissoudre le sucre dans l’eau bouillie et ajoutez-y les deux


sortes de thé, ou les plantes choisies.
3. Faîtes infuser les thés ou les plantes dans cette eau sucrée durant
10 minutes,

4. Retirez la ou les pinces à thé du liquide, ou filtrez-le si vous avez jeté


les plantes dans l’eau, puis ajoutez-y les 1,5 litre (0.397 galons) d’eau
restant afin de diluer l’infusion sucrée ainsi obtenue. Ce "bouillon matriciel"
doit être amené à température ambiante.

5. Ajoutez-y encore soit le vinaigre (200 ml, soit 0.053 galons), ou


l’élixir si vous en avez déjà fait, ou si on vous en a procuré.

6. Ajoutez enfin le fongus; s'il sort du réfrigérateur, il faut le laisser se


réchauffer à la température ambiante, jusqu'à ce que le bouillon et le fongus
soient en fait à la même température; tout choc thermique étant fortement
préjudiciable au champignon, donc à la préparation de l'élixir lui-même. En
effet, souvenez-vous que votre fongus est un être vivant. Souvenez-vous
aussi qu'à ce titre, et aussi grotesque que cette idée pourrait vous paraître,
il mérite que lui soit témoigné du respect, surtout par rapport à ce qu'il vous
apporte gratuitement, et du contexte dans lequel cette préparation doit être
réalisée. Il s'agit de l'une des plus nobles potions que comptent les livres de
la magie naturelle!

7. Recouvrez la soupière d’un linge fin en coton de façon à laisser l’air


circuler entre la surface du liquide et l’extérieur, mais surtout sans que le
tissu touche la surface du liquide, ceci est essentiel au succès de
l’opération. Vous pouvez utiliser un torchon pour essuyer la vaisselle, mais
attention à l'assouplisseur utilisé dans l'eau de rinçage de son dernier
lavage. S'il est synthétique et et fortement parfumé, le torchon lui-même
pourrait nuire au succès de l'opération.

8. Placez la soupière ainsi recouverte entre cinq et sept jours,


impérativement dans les conditions suivantes :
- à l’abri de la lumière, naturelle ou artificielle
- à l’abri de la poussière (le linge est un peu là pour ça)
- à la chaleur, entre 23°C et 28°C si possible, avec 5°C de marge en plus
ou en moins et au maximum
- à l’abri de toute fumée, surtout celle de cigarettes, mais également celle
d’encens ou autres.
9. A partir du cinquième jour complet de fermentation, le récipient doit
dégager, même au travers du linge, une légère odeur acidulée, vaguement
vinaigrée. Quoi qu’il en soit, surveillez votre préparation à partir de ce jour
là. Il est même recommandé de la goutter. Quoi qu’il en soit, une peau doit
intégralement recouvrir la surface du liquide, et doit être suffisamment
épaisse pour pouvoir éventuellement être saisie entre les doigts. Si elle
n’existe pas encore ou si elle est trop fine, inutile de la goutter, elle n’est
pas prête, SAUF si vous utilisez un champignon trop âgé (resté très
longtemps au réfrigérateur par exemple). Dans ce cas, il opérera la
transformation du thé sucré, mais ne sera pas assez robuste pour se
reproduire. Les détails spécifiques relatifs à l'usage de champignon très
faibles sont donnés en fin de page. Sinon, soulevez cette pellicule (c’est le
nouveau fongus formé par l’action de l’ancien) et plongez dans le liquide
une cuiller en bois ou en plastique, ou tout autre matériau en évitant le
métal. Le goût doit correspondre à l’odeur décrite, mais sans contenir
aucune saveur sucrée! Si c’est le cas, la préparation n’est pas terminée,
tout le sucre n’ayant pas été transformé. Entre le cinquième et le septième
jour, elle doit être prête. Son goût doit donc être acidulé et quelque peu
vinaigré, mais donc totalement non-sucré. Le liquide peut être légèrement
pétillant, et avoir quelque peu le goût de cidre brut, si du moins c’est du thé
qui a été utilisé.

10. A ce moment là, saisissez délicatement la pellicule à conserver


soigneusement pour les préparations futures, et déposez-la au fond d’un
bocal dans lequel vous verserez entre 200 et 300 ml (0.053 et 0.079
galons) de l’élixir obtenu dans lequel pourra tremper le champignon, et
placez ensuite le bocal bien fermé au réfrigérateur jusqu’à la prochaine
fabrication. Le fongus peut rester ainsi "endormi" par le froid et dans son
propre milieu nourricier entre trois et six mois.

11. Filtrez le reste de la préparation afin de séparer les diverses levures


qui ont pu se former au fond du récipient, de manière à obtenir un liquide
bien clair, translucide ou au contraire légèrement trouble selon les cas, de
couleur jaune orangé, et que vous entreposerez également au réfrigérateur
le temps d'en consommer toute la quantité produite. Ainsi, n'en produisez
pas énormément plus que vous ne pouvez ou voulez en consommer. La
méthode de filtrage la plus efficace et la moins contraignante à mon goût
est de passer le liquide au travers d’une gaze médicale.

Consommation

La différence entre les qualités énergétiques de l’élixir, et la faiblesse


énergétique des viscères soumis à une alimentation catastrophique et
caractéristiquement destructrice (précisément dite "biocidique"), peut
causer des chocs digestifs lors des premières prises. C’est la raison pour
laquelle il est recommandé de procéder ainsi:

- Trois semaines de prise de l’élixir, en alternance avec une semaine de


pose.
- Au cours de la toute première semaine, ou lors d’une reprise d’élixir
après plusieurs semaines d’arrêt, ne consommer qu’un demi verre à
moutarde le matin à jeun.
- En "rythme de croisière", un grand verre à eau d’élixir avant les trois
repas.

Il n’existe AUCUNE contre-indication, ni prouvée ni même jamais


constatée, quant à la consommation d’élixir de Kargasok, QUELLE QU'EN
SOIT LA QUANTITE. Même les personnes souffrant de diabète grave
peuvent en consommer sans problème à condition que la préparation, telle
qu’elle dit l’être selon la recette et pour être efficace, n’ait aucune saveur
sucrée, signe que le sucre s’est alors TOTALEMENT transformé au cours
de la fermentation. Le simple bon sens veut cependant que dans ce cas
pathologique précis, la consommation d’élixir soit suivie par un médecin
compétent et éclairé si possible, ou qu’elle lui soit au moins signalée.
Il n’existe pas non plus de quantité maximum d’élixir à consommer par jour.
Ronald Reagan, ancien Président des Etats-Unis, a guéri son cancer de
la peau suite à la consommation de presque deux litres par jour !

5. Comment se procurer un Kombucha ?


Les différentes façons de démarrer une production d’élixir

Qui dit production d’élixir, dit "élevage" ou du moins "culture" de fongus


(puisque c’est leur multiplication dans leur milieu nourricier qui génère
l’élixir). Toute la difficulté revient à commencer cette culture parce qu’a
priori, un tel fongus ne se trouve pas dans toutes les armoires, d’autant que
son espérance de vie dépasse difficilement six mois au réfrigérateur.

Il existe donc plusieurs possibilités à un nouveau producteur d’élixir pour se


trouver en possession d’un agent biologique fongique à même de créer ce
précieux liquide de vie :

- On peut trouver dans les bonnes boutiques d’alimentation biologique ou


diététique, des fongus déshydratés (eh oui), qu’il va falloir réactiver, en fait,
qu’il va vous falloir "dé-momifier"! Reportez-vous pour cela au dernier
chapitre de cette page.

- Cette méthode demande de la patience mais elle peut être très


intéressante à mettre en place car vous en serez l'artisan à 100%, et donc
autonome à tous points de vue dans la fabrication de l'Elixir de Kargasok, et
puis, parce qu'elle ne vous demande... rien, ou presque. Vérifiez si vous
n’auriez pas oublié au fond de votre cuisine une vieille bouteille de vinaigre
de cidre (ni vinaigre blanc, ni balsamique, ni aromatisé au miel ou à quoi
que ce soit d’autre). Si c’est le cas, il y a de fortes chances que vous
constatiez au fond de celle-ci une sorte de dépôt épais et compact, un peu
comme un voile. Dans ce cas bravo, vous avez trouvé un fongus! Bien sûr,
ce n’est pas exactement celui qu’il nous faut puisqu’il est né d’autre chose
que de l’élixir qu’il produit, mais il va le devenir; l’un et l’autre étant cousins
très proches et heureusement pour nous, parfaitement compatibles quant à
leurs milieux de vie respectifs. Si vous n’avez pas une telle bouteille de
vinaigre enfouie chez vous, il ne vous reste qu’à en acheter une (qu'il vous
faudra OUVRIR; l'introduction d'air dans la bouteille étant essentielle à la
formation ultérieure d'un champignon) et faire preuve de patience (plusieurs
mois, très rarement un an ou deux -sauf malchance caractéristique, le
temps que le fongus soit bien formé ; ou alors utiliser une autre méthode...).

- Quoi qu’il en soit, sortez délicatement le fongus de son vinaigre et


procédez exactement comme indiqué ci-avant pour la réactivation du
fongus déshydraté, mais sans doubler les doses de thés et de sucre.

- Il y aussi la méthode la plus simple techniquement, c’est-à dire de vous


procurer un beau fongus chez quelqu’un qui en produit lui-même et qui
vous offrira un rejeton. Attention, en tout état de cause, si la personne en
question est éloignée géographiquement de vous, il sera normal qu’elle
vous demande de la dédommager de ses frais postaux, mais pas
davantage. Il existe une sorte de réseau de quelques personnes qui
connaissent cette recette et qui se proposent, pour certaines d’entre elles,
de donner des fongus à celles et ceux qui souhaitent commencer une
production d’élixir ou une culture de fongus afin de pouvoir en fournir eux-
mêmes à ceux qui pourraient en vouloir pour les mêmes raisons. Mais en
aucun cas ne répondez à quiconque vous proposerait de les vendre.
Certains petits malins pourraient souhaiter se faire un peu d’argent de
poche avec ça, mais leur démarche ne peut être que malhonnête (un peu
comme vous vendre contre monnaie sonnante et trébuchante, la copie
amateur d’une distribution Linux !).

- A noter qu'un visiteur du site à une la gentillesse de me signaler que


des souches de fongus se vendaient un prix dérisoir chez Price Minister.
Difficile de se prononcer sur leur qualité en revanche, mais c'est tout de
même bon à noter.

- Et pourtant... Si vous ne connaissez personne qui puisse vous aiguiller


et vous fournir un champignon, il va falloir sortir malgré tout le porte-
monnaie (ah l'argent... ça a décidemment réponse à tout). Par souci
d'honnêteté, je tiens à vous informer qu'il existe un site Internet allemand
(en langue allemande ou anglaise, au choix) qui peut vous vendre tout ce
que vous voulez en matière de "Kombusha", y compris des "kit de
démarrage", mais pour un prix que je trouve rédhibitoire. Vous pouvez
toujours vous procurer chez eux un bon champignon bien teuton bien
vigoureux de là-bas...! Mais faites attention à ne pas vous faire arnaquer,
vous n'avez besoin exclusivement QUE de UN champignon à vie si vous
vous débrouillez bien. Voici l'adresse : www.kombucha.net (tout
simplement). Vous pouvez toujours essayer de farfouiller sur Internet pour
essayer de trouver un producteur de Fongus...

Se procurer un Kombucha sur eBay ?

Il est tout à fait possible de se procurer un fongus sur eBay pour une
somme dérisoire, qui correspond généralement au frais de port. Il y a de
nombreux vendeurs sur eBay et de nombreuses personnes en donnent si
on les contacte par Internet. Si vous ne savez pas où chercher voici un lien
qui vous sera utile :

Vente Kombucha eBay : http://stores.ebay.fr/PECHE-POINT-NET-KEFIR-


et-KOMBUCHA

Bonne production et longue vie à tous !

www.rue-du-buzz.com/