Vous êtes sur la page 1sur 5

avec le

BAC PONDICHÉRY 2018 ES

CORRIGÉ DE L’ÉPREUVE D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE

Bac de Pondichéry 2018

Sujet d’histoire-géographie

Série ES

PREMIÈRE PARTIE – Composition

Sujet 1
En vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié dans l’année, présentez les
processus, les flux et les acteurs de la mondialisation.

Difficultés du sujet
- Il fallait définir chacun des termes du sujet dès l’introduction, ainsi que préciser quel a été
le produit mondialisé étudié dans l’année. Nous prendrons ici l’exemple de l’iPhone.
- Il s’agit d’un sujet plutôt classique qui ne présente pas de difficultés particulières. Les
correcteurs seront particulièrement attentifs à la capacité du candidat à maîtriser les
concepts et notions liés à la mondialisation et à sa capacité à traiter le sujet dans
l’espace/les espaces. Comme pour chaque sujet lié à la mondialisation il faut expliciter les
acteurs, les espaces concernés.
- Le candidat doit être attentif à l’énoncé : il s’agit de traiter l’exemple d’un produit
mondialisé vu en cours pour expliciter les caractéristiques de la mondialisation. Ces deux
aspects doivent donc être présents dans chaque partie.
- La problématique n’est pas difficile. Il pourra s’agir, par exemple, de : « En quoi l’iPhone
est-il est un produit mondialisé ? », « En quoi l’iPhone est-il un produit représentatif de la
mondialisation ? ».
- Un schéma est le bienvenu sur ce type de sujet, mettant en évidence les flux
caractéristiques de la mondialisation

Proposition de plan
Les candidats pouvaient suivre un plan en deux ou trois parties. Nous proposons le plan
suivant :

I. Une production planétaire s’inscrivant dans le processus de mondialisation


 Origine de la marque Apple (1976, Steve Jobs…).
 Un produit mondialisé :
o Conception des iPhones/stratégie marketing/activités à forte valeur ajoutée
en Californie,

1
avec le

BAC PONDICHÉRY 2018 ES

CORRIGÉ DE L’ÉPREUVE D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE

o Production (hardware) éclatée à travers le monde : l’iPhone est fabriqué à


90 % hors des États-Unis. Assemblage en Chine. Évoquer la DIT : division
internationale du travail.
 Vers un processus d’uniformisation ? Iphone représentatif des besoins similaires
des consommateurs quel que soit le pays.

II. Une production planétaire s’appuyant sur une grande diversité d’acteurs
économiques
 États (lois, réglementation), FTN, villes mondiales, institutions internationales,
pays producteurs et in fine les consommateurs.
 Ne pas oublier qu’Apple est soumis aux normes internationales (OMC, libre-
échange…mais aussi zones de coopération économique comme l’Alena).
 Ne pas oublier de mentionner le fait que la mondialisation sélectionne les
territoires (territoires « gagnants » et territoires « perdants ») .
 Importance de l’image. Éventuellement évoquer le storytelling sur les produits
Apple.

III. De la conception à la commercialisation : un produit qui s’inscrit dans des flux


mondialisés
 C’est dans cette partie que l’insertion du schéma pourrait être la plus pertinente.
 Mondialisation = expansion des échanges, surtout des produits manufacturés
(automobiles, informatique, téléphones portables) mais aussi de flux de toute
nature (financiers, communication, migratoire…).
 Commerce maritime, littoralisation.

Sujet 2
L’Asie du Sud et de l’Est : les défis de la population et de la croissance.

Difficultés du sujet
- Explicitation des termes du sujet dans l’introduction. La « croissance » ici est à prendre en
tant que croissance économique. La croissance démographique est induite par le sujet.
Même si c’est évident, il faut l’écrire. Le sujet est borné géographiquement :
l’introduction doit, même brièvement, expliciter ce qu’est l’Asie du Sud et de l’Est.
o Asie du Sud : « sous-continent » indien (Inde, Pakistan, Bangladesh, Népal,
Bhoutan) ;
o Asie du Sud-Est : Indonésie, Philippines, Vietnam, Thaïlande, Birmanie ;
o Asie de l’Est : Chine, Japon, Corée du Sud (compte tenu du sujet, traiter la Corée
du Nord serait un hors sujet).
Également, il faut inscrire le sujet dans le temps. Il convient d’indiquer par exemple que
la forte croissance démographique de l’Asie du Sud et de l’Est remonte à la seconde
moitié du XXe siècle (même s’il s’agissait déjà depuis des siècles de foyers de
population).

2
avec le

BAC PONDICHÉRY 2018 ES

CORRIGÉ DE L’ÉPREUVE D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE

Exemple d’accroche : Aujourd’hui, un être humain sur deux vit en Asie du Sud et de l’Est.
La population de ces pays a pratiquement doublé en l’espace de 50 ans et cet espace
connaît depuis plusieurs décennies les taux de croissance démographique et économique
les plus élevés de la planète.

- Le sujet invite à se poser la question des défis. La problématique doit donc


impérativement faire un lien entre population et croissance et les difficultés induites. Ex :
Quels sont les défis liés à la croissance économique et démographique des pays d’Asie du
Sud et de l’Est ?
- Attention cependant : il ne faut pas appréhender la population dans ses aspects
uniquement négatifs. Ne peut-elle être aussi un atout dans le développement ?
- Il conviendra également de nourrir l’introduction par des données chiffrées : population
d’1,8 Md d’habitants en Asie du Sud et 1,6 Md en Asie de l’Est soit la moitié de la
population mondiale.

Proposition de plan
Le sujet est dense. Un plan en trois parties semble le plus pertinent. Il fallait éviter un plan en
deux parties « population/croissance ». Le sujet impose de lier les deux dans chaque partie/sous-
partie.

I. Assurer les besoins du premier foyer de peuplement du monde


 Assurer les besoins vitaux => échecs et réussite de la Révolution verte en Inde,
les défis du logement (Mumbai ? Beijing ?).
 La question de l’emploi (investissements dans l’éducation, la question du
Brain Drain/diaspora). La question du vieillissement (Japon + Chine avec les
répercussions de la politique de l’enfant unique).
 Ces besoins entraînent une urbanisation de plus en plus marquée et une
métropolisation rapide (1/3 de la population urbaine vit en bidonville).

II. Maintenir une croissance économique élevée de « l’usine du monde » dans un


contexte mondialisé
 Une économie tournée vers l’exportation et les produits à faible valeur ajoutée.
Mondialisation = territoires en concurrence (interne et externe à l’Asie). Cela
pose des difficultés pour l’approvisionnement (pays à faibles ressources
comme la Corée du Sud ou le Japon, ou pays à très gros besoins comme l’Inde
et la Chine). Néanmoins, la forte population peut aussi être un atout : une main
d’œuvre nombreuse, jeune et bon marché.
 La question écologique et les épisodes d’ « airpocalypse » en Inde et en Chine
notamment. Question de la durabilité de la croissance.
 Une croissance qui creuse les écarts de richesse et qui ne parvient pas à
résorber les inégalités. Ici, on peut éventuellement insérer un schéma montrant
les inégalités de richesse dans l’espace chinois.

3
avec le

BAC PONDICHÉRY 2018 ES

CORRIGÉ DE L’ÉPREUVE D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE

III. De fortes disparités selon les pays


 Disparités en termes de croissance (Japon 0,3 % // Chine 7 %) et de niveaux de
vie. Un décollage progressif : le Japon a été le premier pays à s’industrialiser,
puis les « 4 dragons » (Hong Kong, Singapour, Taïwan, Corée du Sud) et
aujourd’hui d’autres émergents comme les « Tigres » (la Thaïlande ou les
Philippines…).
 Disparités en termes de régime politique, ce qui a un impact direct sur la
gestion de cette hausse démographique (Chine).
 La construction d’une zone de coopération (Asean…).

La conclusion peut inviter à une réponse « modérée » : la forte population a pu accompagner la


croissance même si elle pose des difficultés évidentes que les différents pays ne parviennent pas
aujourd’hui à surmonter.

DEUXIÈME PARTIE - Étude critique d’un document

Sujet :
Les permanences et les mutations de la puissance américaine au début des années 1990.

Consigne : après avoir replacé le document dans son contexte, montrez qu’il témoigne du
nouveau statut de la puissance américaine. Expliquez les fondements de cette puissance.

Difficultés du sujet
Il s’agit d’un article dense qui comprend de nombreuses références à la politique internationale
américaine dans les dernières décennies du XXe siècle.
 La consigne rappelle l’évidence : il faut dès le début de l’introduction
contextualiser => Fin de la Guerre Froide.
 Il conviendra de présenter le document et d’indiquer qu’il est contemporain des
faits relatés (écrit en 1992).
 La problématique est directement induite par le titre de l’article : « la puissance et
le doute ». Nous proposons : comment les États-Unis envisagent-ils un nouvel
ordre mondial en 1990, c’est-à-dire à la fin de la Guerre Froide ? En quoi
l’implication des États-Unis dans la Guerre du Golfe révèle cette volonté d’un
nouvel ordre mondial ? Il conviendra de discuter le point de vue de l’auteur.
Peut-on dire avec lui que le nouvel ordre mondial souhaité par les États-Unis est
de « parvenir à des arrangements de sécurité collective à l’échelle du monde » ?

I. La seule « superpuissance mondiale » (l. 6) dans un nouveau contexte international


et national [contexte].
a. La seule puissance « complète » après la chute de l’URSS (détente depuis 1985).
Notion d’hyperpuissance (terme utilisé par H. Védrine dans les années 1990).

4
avec le

BAC PONDICHÉRY 2018 ES

CORRIGÉ DE L’ÉPREUVE D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE

b. Les tensions au Moyen-Orient (guerre Iran-Irak, sécurisation des


approvisionnements pétroliers, décisions de S. Hussein d’envahir le Koweït
malgré les avertissements de l’ONU…).

II. Un « nouvel ordre mondial », la fin des blocs [nouveau statut pour les E.-U.].
a. Une volonté d’universalisme ? (Arguments en faveur de la Guerre du Golfe :
respect des frontières, des grands traités internationaux…). Respect des résolutions
de l’ONU : la Guerre du Golfe était une guerre « légale », l’intervention
américaine ayant été suivie d’une validation par l’ONU. Question politique
majeure aux États-Unis : interventionnisme ou non ?
b. Le début des années 1990 : paradoxalement, le temps du doute pour les États-
Unis ? => Fin de la Guerre Froide et Guerre du Golfe : un moyen de panser la
« blessure du Vietnam » ? L’auteur tend à montrer que la population américaine
doit être rassurer (sur son leadership, sa capacité technologique…).
c. Un multilatérisme (très) mesuré : la fin des blocs impose la fin d’un monde
bipolaire. Néanmoins, la dualité se maintient dans les discours politiques de
certains présidents américains. Comme l’indique l’auteur, Bush « compare
Saddam à Hitler ».

Conclusion
 La fin de la Guerre Froide et la Guerre du Golfe constituent un contexte favorable pour les
États-Unis.
 Ils définissent les principes d’un « nouvel ordre mondial » dans lequel ils sont la seule
« hyperpuissance » (puissance « complète »).

 Remettre en question la conclusion de l’auteur. Cela peut servir d’ouverture, à


manier avec précaution. Par exemple : montrer les évolutions du rôle des États-
Unis à partir des années 2000 et l’absence de validation de l’ONU pour leur
intervention dans le Golfe en 2003.