Vous êtes sur la page 1sur 8

École Supérieure Privée d’Ingénierie et de Technologies

Mathématiques pour l’ingénieur


Transformée de Laplace

Niveau : 3ème année Année universitaire : 2017-2018

Ce chapitre présente une méethode très puissante et très utile pour analyser des circuits. La
méthode est basée sur la transformée de Laplace, qu’on verra dans ce chapitre.
Pourquoi a-t’on besoin d’une autre méthode pour analyser des circuits ?
La transformée de Laplace est très utile pour résoudre des équations différentielles. En effet, on
s’apercevra qu’une équation différentielle linéaire devient un polynm̂e. De plus, les conditions ini-
tiales des problèmes différentiels sont très facilement prises en compte lors de la résolution par la
transformée de Laplace.

I Définition
La transformée de Laplace d’une fonction est donnée par l’expression suivante :
Z +∞
L(f (t)) = F (p) = f (t)e−pt dt
0

Cette notation montre que le résultat de la transformée de Laplace n’est pas fonction du temps
t, mais plutôt en fonction de p. L’opérateur p sera l’inverse du temps, donc une fréquence, il est
appelé variable de Laplace.
La transforméee de Laplace permet donc de transformer le problème du domaine du temps au
domaine de la fréequence. Lorsqu’on obtient la réponse voulue dans le domaine de la fréquence, on
transforme le problème à nouveau dans le domaine du temps, à l’aide de la transformée inverse de
Laplace. Le diagramme de la figure 1 illustre ce concept.

La transformée de Laplace est essentiellement utilisée dans un cadre physique, c’est pourquoi on
considère uniquement des signaux dits causaux, c’est à dire nuls pour t < 0.

1
II Propriétés de la transformée de Laplace
II.1 Linéarité
La transformée de Laplace est un opérateur linéaire :

L(f + g) = L(f ) + L(g)

L(kf ) = kL(f ), où k ∈ R

II.2 Translation dans l’espace de départ


La transformée de Laplace de la fonction f (t) retardée de τ est donnée par :

L(f (t − τ )) = e−pτ L(f )

II.3 Dilatation ou contraction dans l’espace de départ


Pour un réel positif k, on a :
1 p
L(f (kt)) = F
k k

II.4 Transformée de Laplace d’une fonction modulée


La transformée de Laplace de la fonction f (t), modulée par e−at est donnée par :

L(e−at f (t)) = F (p + a)

Le terme de modulation étant constant par rapport à la variable d’intégration, on peut le déplacer
dans l’intégrale et faire apparaı̂tre la transformée de Laplace en (p + a) au lieu de p.

II.5 Transformée de Laplace de la dérivée d’une fonction


Si on note f (0+ ) la valeur initiale de la fonction f (t), la transformée de Laplace de la dérivée
df (t)
est donnée par la relation :
dt
 
df (t)
L = L(f 0 (t)) = pF (p) − f (0+ )
dt

D’une façon générale, on a :

L(f (n) (t)) = pn F (p) − pn−1 f (0) − pn−2 f 0 (0) − . . . − f (n−1) (0).

II.6 Transformée de Laplace de la primitive d’une fonction


La transformée de Laplace de l’intégrale d’une fonction f (t) est donnée par :
Z t 
1
L f (u)du = L(f (t))
0 p

2
II.7 Dérivation de la transformée de Laplace
En dérivant la transformée de Laplace dans l’intégrale, on a :

dL(f (t))
= −tL(f (t))
dp
Plus généralement, en dérivant n fois, on a :

dn L(f (t))
= (−t)n L(f (t))
dpn

II.8 Théorème de la valeur initiale


La valeur initiale d’une fonction f (t) peut être obtenue à partir de la transformée de Laplace
de la fonction en utilisant la relation connue sous le nom de Théorème de la valeur initiale.

Théorème 1
La valeur en t = 0 de f (t) est donnée par :

lim f (t) = lim pF (p)


t→0 p→∞

II.9 Théorm̀e de la valeur finale


La valeur finale d’une fonction f (t) peut être obtenue à partir de la transformée de Laplace de
la fonction en utilisant la relation connue sous l’appellation de Théorème de la valeur finale.

Théorème 2
La limite pour t → ∞ de la fonction f (t) est donnée par :

lim f (t) = lim pF (p)


t→∞ p→0

II.10 Transformée de Laplace d’un produit de convolution


Le produit de convolution de deux fonctions causales f (t) et g(t), noté f (t) ? g(t), est défini
par : Z ∞
f (t) ? g(t) = f (x)g(t − x)dx
0
La transformée de Laplace du produit de convolution de deux fonctions est égale au produit usuel
des transformées de Laplace des fonctions :

L(f (t) ? g(t)) = L(f (t)) L(g(t))

3
III Applications
Dans un premier temps, on calculera les transformées de Laplace de fonctions très utiles en
pratique (en particulier pour l’étude des systèmes dynamiques, et leur réponse aux signaux d’entrée
types). Puis on présentera un exemple de résolution d’équation différentielle par la transformée de
Laplace.

III.1 Transformée de Laplace de l’impulsion de Dirac


On rencontre assez souvent, lors de l’étude de circuits, des pulses qui ont des durées très courtes.
Ces pulses peuvent se produire lors d’une opération de commutation, ou lorsque des circuits sont
excités par des sources impulsionnelles.
Il existe plusieurs façons pour représenter une impulsion ; on utilisera ici l’approche d’un signal tri-
angulaire, comme dans la figure ci-dessous. Remarquer que le triangle est symétrique par rapport
1
à l’origine, et que la valeur maximale est . Pour obtenir une vraie impulsion, il faudra que ε → 0.
ε

Qu’arrive-t’il alors à cette fonction triangulaire lorsque ε → 0 ? On retrouve trois caractéristiques


importantes :
1. L’amplitude approche de l’infini.
2. La durée du pulse se rapproche de 0.
3. La surface du triangle est constante et égale à 1.
Mathématiquement, la fonction impulsion de Dirac, notée δ(t), est définie par :
Z +∞

 δ(t)dt = 1
−∞

 δ(t) = 0 si t 6= 0.

Si l’impulsion se produit à un temps t = a, on écrit δ(t − a).


Une propriété intéressante de la fonction impulsion est qu’elle permet d’écrire :
Z +∞
f (t)δ(t − a)dt = f (a)
−∞

si f(t) est continue au point t = a. En d’autres mots, l’impulsion élimine la fonction pour toutes les
autres valeurs que celle où l’impulsion est présente.

4
On peut se servir de la propriété précédente pour trouver la transformée de Laplace de la fonction
impulsion : Z +∞ Z +∞
−pt
L(δ(t)) = δ(t)e dt = δ(t)dt = 1
0 0

III.2 Transformée de Laplace de l’échelon unitaire


La fonction échelon est une fonction très utilisée. C’est la fonction où il y a une discontinuité à
l’origine. Par exemple, lorsqu’on allume une source de tension DC, il y a un changement abrupte
de la tension ; c’est une fonction échelon.

La fonction échelon unitaire est notée U (t), est définie par :


(
0 si t < 0
U (t) =
1 si t > 0

La transformée de Laplace de l’échelon unitaire est donc donnée par :


Z +∞ Z +∞  −pt +∞
−pt −pt e
L(U (t)) = U (t)e dt = e dt =
0 0 −p 0
On a donc :
1
L(U (t)) =
p

III.3 Transformée de Laplace de la fonction sinus


La fonction sinus peut s’écrire sous la forme d’une somme d’exponentielles complexes :
eiwt − e−iwt
sin(wt) =
2i
Donc la transformée de Laplace du sinus se calcule comme suit :
+∞
1 +∞ iwt e−iwt−pt
Z  iwt−pt
−iwt e
L(sin(wt)) = (e − e )dt = +
2i 0 iw − p iw + p 0
Il vient donc :
w
L(sin(wt)) =
w2 + p2

5
III.4 Transformée de Laplace de la fonction cosinus
Comme pour la fonction sinus, la fonction cosinus peut s’écrire sous la forme d’une somme
d’exponentielles complexes :
eiwt + e−iwt
cos(wt) =
2
Donc la transformée de Laplace du cosinus se calcule comme suit :
+∞
1 +∞ iwt e−iwt−pt
Z  iwt−pt
−iwt e
L(cos(wt)) = (e + e )dt = −
2 0 iw − p iw + p 0
Il vient donc :
p
L(cos(wt)) =
+ p2w2
On peut également obtenir ce résultat en remarquant que la dérivation de la fonction sinus donne :
d sin(wt)
= w cos(wt)
dt
En utilisant la linéarité et la propriété de la transformée de Laplace d’une fonction dérivée, il vient :
1 p w p
L(cos(wt)) = (pL(sin(wt)) − sin(0)) = 2 2
= 2
w wp +w p + w2
On retrouve donc bien le résultat établi plus haut.

III.5 Transformée de Laplace de l’exponentielle


La transformée de Laplace de la fonction f (t) = e−at se calcule directement par :
" #+∞
Z +∞
e −(a+p)t 1
L(e−at ) = e−(a+p)t dt = − =
0 a+p p+a
0

III.6 Résolution d’une équation différentielle linéaire


On cherche la solution x(t) de l’équation différentielle :
(
x00 (t) + 4x0 (t) + 3x(t) = 2e−2t
x(0) = 0, x0 (0) = 1.

Prenons la transformée de Laplace de chaque membre de l’égalité. La transformée du membre de


droite est :
2
L(2e−2t ) =
p+2
Notons X(p) la transformée de Laplace de la fonction x(t). Par linéarité, la transformée de Laplace
du premier membre est :
L(x00 (t) + 4x0 (t) + 3x(t)) = L(x00 (t)) + 4L(x0 (t)) + 3L(x(t))
= p2 X(p) − px(0) − x0 (0) + 4pX(p) − 4x(0) + 3X(p)
= (p2 + 4p + 3)X(p) − 1

6
On obtient :
2 2 1
(p2 + 4p + 3)X(p) − 1 = ⇔ X(p) = + .
p+2 (p + 2)(p + 1)(p + 3) (p + 1)(p + 3)

Une décomposition en éléments simples de chaque fraction rationnelle en p donne :


2 −2 1 1
= + +
(p + 2)(p + 1)(p + 3) p+2 p+1 p+3

1 1/2 1/2
= −
(p + 1)(p + 3) p+1 p+3
Autrement dit, il vient :
−2 3/2 1/2
X(p) = + +
p+2 p+1 p+3
Reste à déterminer la transformée inverse de cette expression, par linéarité on a :
     
1 3 1 1 1
x(t) = −2L−1 + L−1 + L−1
p+2 2 p+1 2 p+3

la solution est donc finalement :


3 1
x(t) = −2e−2t + e−t + e−3t .
2 2
Cet exemple montre comment résoudre un problème différentiel au moyen de la transformée de
Laplace. Cette méthode comporte trois étapes :
1. Dans un premier temps, on prend la transformée de Laplace du problème. Une équation
différentielle linéaire à coefficients constants devient alors une simple équation polynômiale
en p.
2. Dans un second temps, on résout le problème en p, autrement dit on détermine X(p) qui
est la transformée de Laplace de la solution.
3. Enfin, il suffit d’effectuer la transformée inverse pour obtenir la fonction x(t) solution du
problème différentiel.

Exercice
Résoudre l’équation suivante :
(
y 00 (t) + 2y 0 (t) + 5y(t) = sin(t)
y(0) = 1, y 0 (0) = 2.

7
f (t) F (p)
1
u(t)
p
1
t
p2
n!
tn n+1
p
1
e−at
p+a
1
te−at
(p + a)2
w
sin(wt)
p + w2
2
p
cos(wt)
p2 + w 2
e−ap
u(t − a)
p
δ(t) 1
δ(t − a) e−ap
2wp
t sin(wt)
(p + w2 )2
2
p2 − w 2
t cos(wt)
(p2 + w2 )2
w
e−at sin(wt)
(p + a)2 + w2
p+a
e−at cos(wt)
(p + a)2 + w2