Vous êtes sur la page 1sur 2

RÉFLEXIONS SUR LA PASSION DU SAUVEUR

P. Réginald Garrigou-Lagrange, O. P.1

Injustice & justice Sous cette injustice des hommes (la condamnation de Jésus à mort)
sont cachées la justice de Dieu et son infinie miséricorde. Si nous avons à souffrir quelque
injustice, nous qui sommes coupables de bien de fautes cachées que nul ne nous reproche,
voyons dans cette injustice des hommes la justice de Dieu qui nous purifie. Si nous avons à
souffrir de quelqu’un, prions pour lui.

Deux victoires Jésus a remporté sur sa croix la plus grande de toutes les victoires, celle
sur le péché et sur le démon. La victoire sur la mort ou la résurrection sera le signe éclatant
de celle incomparablement plus grande remportée le Vendredi Saint sur le péché.

La croix Le motif même de l’Incarnation est la Rédemption, et la Rédemption par la


Croix. Demandons au Sauveur l’intelligence du motif de l’Incarnation, motif de miséricorde,
qui suppose notre misère. “Pleurez sur vos péchés, ne pleurez pas sur votre croix, qui vous
purifie et vous délivre.” N’ayons pas la présomption de demander des croix, que peut-être
nous porterions mal, mais demandons par la Vierge des douleurs l’amour des croix, qui
nous sont réservées de toute éternité. Demandons à la Sainte Vierge l’intelligence du mystère
de la Croix, afin de recevoir et de porter notre croix, non dans la révolte et l’irritation, mais
avec reconnaissance, puis avec amour.

Paix & tristesse La sainte face du Sauveur exprime en même temps la paix la plus
haute et la tristesse la plus profonde. Ces sentiments si opposés dérivent de la même source:
la plénitude de la grâce. Seigneur, donnez-nous la juste mesure entre la tristesse déprimante
et l’optimisme de commande. Donnez-nous la paix jusque dans la souffrance portée par
amour pour vous.

Souffrance La souffrance du Sauveur était proportionnée à sa haute sagesse: il connaissait


la gravité et la multiplicité des crimes des hommes. Jésus souffre dans la mesure de son
immense amour pour Dieu que le péché offense et pour nos âmes que le péché ravage et fait
mourir. Seigneur, donnez-nous une grande contrition de nos fautes.

Dépouillement de soi Nous devons nous dépouiller de notre moi, fait d’égoïsme, d’amour
propre sous toutes ses formes, d’orgueil, pour nous revêtir d’humilité et aussi de la divine
charité. Les Saints ont substitué dans leur intelligence à leur jugement propre le jugement de
Dieu, par l’esprit de foi. Ils ont substitué dans leur volonté à leur vouloir propre la sainte
volonté de Dieu. Ils sont devenus serviteurs de Dieu comme notre main est servante de notre
volonté.

L’homme Le plein développement de la personnalité humaine consiste à se rendre de


plus en plus indépendant à l’égard de ce qui nous est inférieur, mais de plus en plus
dépendant de Dieu. Il faut que nous arrivions à perdre en quelque sorte notre personnalité
en celle de Dieu, par une union de plus en plus intime.

1 Extraits du livre « L’amour de Dieu et la Croix de Jésus » (Éditions du Cerf), Tome II, pages 885-899

1
Le moment présent Voyons le rapport de chaque moment de notre vie avec l’heure du
crucifiement. Nous serons ainsi fidèles à la grâce du moment présent. Nous verrons alors les
richesses infinies de cette minute présente. Pendant qu’elle s’écoule, ce qui existe, ce n’est pas
seulement mon corps, c’est aussi mon âme, la grâce qui la sollicite, l’influence du Sauveur,
les trois Personnes divines qui habitent en moi, si je suis en état de grâce. La minute présente
est rattachée à l’unique instant de l’immobile éternité qui ne passe pas, qui demeure comme
un éternel matin.