Vous êtes sur la page 1sur 225

Livre d'or de la noblesse

phanariote en Grèce, en
Roumanie, en Russie et en
Turquie / par un phanariote

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Rangabé, Eugène Rizo. Livre d'or de la noblesse phanariote en
Grèce, en Roumanie, en Russie et en Turquie / par un phanariote.
1892.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart


des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le
domaine public provenant des collections de la BnF. Leur
réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet
1978 :
- La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et
gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment
du maintien de la mention de source.
- La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait
l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la
revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de
fourniture de service.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de


l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes
publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation


particulier. Il s'agit :

- des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur


appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés,
sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable
du titulaire des droits.
- des reproductions de documents conservés dans les
bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont
signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à
s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de
réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le


producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du
code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica


sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans
un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la
conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions


d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en
matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces
dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par
la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition,


contacter
utilisationcommerciale@bnf.fr.
LIVRE D'OR
,il;M;.
NOBLESSE PHANARIOTE

:IN-^ffft;:. El '^ÉïS^^#^^^ IStftlE/;v

PAR

m PHANARIQTÉ

AT H È N E S
IMPRIMERIE $. C|. ^VLASTOS

189 2
LIVRE D'OR
LIVRE D'OR
DE LA

NOBLESSE PHANARIOTE

PAR

UN PHANARIOTK

ATHÈNES
IMPRIMERIE 0. Ç\. ^LASTOS

1892
PRÉFACE

La Noblesse Phanariote, une des plus illustres et naguère encore une des
plus puissantes de 1'Europe, n'est généralement connue que par les noms de
.quelques-uns des Princes grecs qui ont régné au 17e et au 18e siècle en Moldavie et
en Valachie, et par un ou deux des Grands Drognians de la Sublime Porte qui
ont laissé leur marque dans 1' histoire. Mais une étude complète sur les familles
phanariotes, donnant 1' historique de chacune de ces familles et toute leur progé-
niture jusqu' au dernier rejeton actuellement vivant, n' existe pas et c' est cette
lacune que le présent recueil doit combler. Ce sera pour la Noblesse Phanariote ce
que 1' Almanach de Gotha est pour la noblesse allemande^, ou le Burke's Peerage
pour 1' aristocratie de la Grande Bretagne.
Avant tout l'auteur désire établir que la Noblesse Phanariote n'appartient pas
à un seulpays,ni actuellement,ni dans son origine.Ce n'est pas la noblesse grecque,
ni la noblesse roumaine,ou celle de la Russie ou de la Turquie,mais la Noblesse. Pha-
nariote appartient en partie à chacun de ces pays. Par leur origine les familles plia-
nariotes appartiennent à différents pays. Par ex. les Ghika étaient Albanais;
les Callimachi Moldaves ; les Stourdza Valaques ; les Caradja de Dalmatie ; les
Aristarchi de 1'Asie-Mineure; les Mourousi,les Ypsilanti de Trébizonde; les Ma-
vroyeni, les Negri, les Mano d'origine Italienne; les Argyropoulo, les Rangabé,
les Cantacuzène de Gonstantinople etc. Quant à leurs titres, les unes de ces fa-
milles les doivent à F Empire de Byzance, les autres à 1' élection par les boyards
Moldaves ou Valaques aux trônes princiers de ces pays, d' autres à la nomina-
tion par le Sultan de Turquie à ces mêmes trônes ou à celui de la Principauté -
de Samos, ou bien au poste de Grand Drogman de la Sublime Porte etc, d' autres
encore à F Empereur de Russie ou à F Empereur d' Autriche etc. Enfin, actuel-
lement, ces familles, sont établies et ont leurs propriétés soit en Roumanie,
soit en Grèce, en Russie, en Turquie, en Autriche ou en d' autres pays de l'Europe,
et plus d' une appartient par ses différents membres à deux où trois de ces pays
en même temps.
Le nom de Phanariote n' implique donc pas une même origine ou une
même nationalité. Il s' applique seulement aux familles orthodoxes les plus puis-
santes de F Empire de Turquie, à quelque nationalité qu' elles aient originaire-
1
II

ment appartenu. Après la chute de F Empire de Byzance les débris de F aristo-


cratie byzantine, se sont serés autour du trône Patriarcal Oecuméniqueet lui ont
fait une espèce de Cour. Bientôt, à ce premier noyau sont venus se joindre toutes
les lumières du monde chrétien de F Orient, toutes les familles les plus impor-
tantes des différentes provinces de F Empire et des principautés danubiennes. On
leur donnait généralement le nom de «Phanariotes» à cause du quartier dans
lequel se trouvait le Palais du Patriarche Oecuménique, à peu près comme on dit
«le Faubourg S* Germain» pour la noblesse française. Ces familles ont su parvenir
aux plus hauts postes dans le nouvel empire turc et,à partir de la seconde moitié du
17e siècle, c'est dans leur rang que furent choisis presque tous les Princesdelà Mol-
davie et de la .Valachie, les Grands Drognians de la Sublime Porte, les Drognians
de la Flotte, les Gapoukéhayas, les Grands Logothètes etc. Le vrai lien, cependant,
entre toutes ces familles, d' origine si diverse, était la langue grecque, que tous les
phanariotes, grecs ou non, parlaient.avec une grande pureté, quelques uns même
avec des connaissances profondes de la langue classique et une élégance qu' on
rencontre rarement aujourd'hui. Outre ce lien puissant d' une langue commune,
ces familles étaient unies aussi par de fréquents liens de parenté, ce qui ne pou-
vait être autrement vu leur nombre restreint, leur fierté, qui leur faisait consi-
dérer tout mariage en dehors du cercle phanariote comme une mésalliance, et le
peu d' occasions qui se présentaient de conclure des alliances avec la noblesse des
autres pa}rs environnants, dont ils étaient, en outre,: généralement séparés par la
différence de religion.
Depuis la Constitution ultra-libérale qui régit la Roumanie, ainsi que la Grèce,
on a souvent discuté dans ces pays jusqu'à quel point les titres de Prince de Mol-
daArie ou de Valachie, accordés dans le temps par le Sultan aux familles phana-
riotes, peuvent être considérés comme des vrais titres et si les descendants de ces
Princes peuvent les porter, à F instar des descendants des familles impériales de
Byzance pour lesquels il ne peut, naturellement, y avoir aucun doute.
Ceux qui parlent contre ces titres se placent au point de vue turc. Les turcs,
disent-ils, ne connaissent pas les titres ; ils n'ont que les charges de Mouchir, Pa-
cha, Bey etc. Pour eux le Prince de Moldavie n' était qu' un Bey,_ou Jïpjiveriieur
de Province, et tout au plus appelait-on les fils du Prince «Beyzadés», ou fils du Bey.
D' abord il n' est pas entièrement vrai que les Turcs ne connaissent pas le
titre de Prince. Nous avons en effet F example de la famille Aristarchi à laquelle
le Sultan Abdul-Aziz a reconnu officiellement F hérédité du titre de Prince, et
celui de la famille Ghika à laquelle le Sultan Mahmoud accorda en 1825 F hérédité
du titre de Prince de Valachie. Ensuite le Sultan a plus d' une fois accordé a d'an-
ciens fonctionnaires élevés de F Empire le titre honoraire de Prince de Moldavie
ou de "Valachie (ainsi p. ex. au Grand Drogman Charles Caradja). Plus d' une fois
le Sultan accorda V hérédité du trône même d' une de ces principautés à F une ou
à F autre des familles phanariotes, quoiqu' il ne tint pas toujours sa promesse.
III
Enfin, dernièrement encore (Traité du 22 Janvier 1830), le Sultan a accordé aux
gouverneurs chrétiens de F Ile de Samos le titre de Prince.
Mais, quelque appellation que les Turcs aient donnée aux Princes de Molda-
vie et de Valachie, il n' est pas moins vrai que ceux-ci étaient des vrais Princes
de jure et de facto. De jure, parceque, bien avant la conquête ottomane, les deux
Principautés danubiennes avaient leurs princes souverains et indépendants.D'après
les coutumes de ces pays, le Prince était élu, ou plutôt acclamé, par les boyards ou
barons du pays. Leur choix tombait invariablement sur le fils aine ou le plus
proche parent du Prince défunt, et ce n' est que lorsqu' une dynastie était entiè-
rement éteinte qu' on choisissait un Prince parmi les boyards les plus puissants
et qui, du reste, étaient généralement alliés à la famille prineiêre.(l) Ainsi, en Va-
lachie, le premier prince cité par F histoire était
Radul I Bassaraba, qui régna de 1241 à 1264 *
il fut succédé par son frère, Michel I Bassaraba, » » » 1264 » 1283;
qui » » » » fils, Daniel I Bassaraba, » »
» 1283 » 1298;
» » » » » fils, Etienne I Bassaraba, . » » » 1298 » 1325;
» » » » » fils, Jean I Bassaraba, » » » 1325 » 1340;.
» » » » » frère, Vladoslav I Bassaraba, » » » 1340 » 1345;
» » » » » frère,Alexandre I Bassaraba, » » » 1345 » 1356;
» » » » » Nicolas I Bassaraba,
fils, » » » 1356 » 1366 ;
» » » » » oncle,Radul II Bassaraba, » » » 1366 » 1376;
» » » » » fils, Daniel II Bassaraba, » » » 1376 » 1382;
» » » » » frère, Mirça I Bassaraba, » » » 1382 » 1400;
» » » » » fils, Michel II Bassaraba, » » » 1400 » 1423;
» » » » » frère, Daniel III Bassaraba, » » » 1423 » 1427;
» » » » » cousin, Dragul I Bassaraba, » » » 1437 » 1444;
» » » » » fils, . Vladoslav II Bassaraba, » » » 1444 » 1455;
» » » » » frère, Radul III le Beau, Bassaraba, » » 1445 » 1460;
» » » » le fils de Daniel III, Vladoslav Laïota Bassaraba, 1460 » 1468;
» » » » son fils, Vladoslav Tzepelou Bassaraba, » » 1468 » 1475;
» » » » » fils, Radul IV le Grand, Bassaraba, » » 1475 » 1508;
» » » » » neveu, Radul V Bassaraba, » » » 1508 » 1513;
» » » » » fils, Niagos Bassaraba, » » » 1513» 1521;
» » » » » fils, Theodose Bassaraba, » » » 1521 » 1522
qui mourut sans postérité. Il fut succédé par son beau-frère, Radul VI, dans la
famille duquel le trône resta jusqu'en 1601, lorsqu'il rentra dans la famille Bassa-
raba par le mariage de Serban Bassaraba avec la fille du Prince Michel le Beau,

(1) On sait que les Rois de Pologne, et dureste les Empereurs d' Allemagne aussi, étaient
élus de la même manière.
J*.
IV

et y resta, avec des alternatives,jusqn'eu 1714, lorsque le Prince Constantin Bas-


saraba Braneovan.et tousses fils furent égorgés par ordre du Sultan et il ne resta
aucun membre mâle de cette famille qu' un enfant en bas âge qui fut sauvé en
Italie. (1)
Ainsi cette famille régna en Valachie, sans aucune interruption, de père en
fils ou de frère en frère, pendant trois siècles, de 1241 en 1521, et en tout pendant
cinq siècles, jusqu' eu 1714. N' étaient-ce pas là des Princes, et leurs successeurs.
de 1714 jusqu' à la création du Royaume de Roumanie-, lorsque ces principautés
cessèrent d' exister, qu' ils fussent élus par les boyards ou nommés par le Sultan, •
comme il arrivait de plus en plus dans les derniers temps, n' étaient-ils pas des
vrais princes ?
Les Bassaraba régnaient en Valachie dupuis cent cinquante ans lorsque, sous
Mirça I Bassaraba, les Turcs se présentèrent pour la première fois sur la frontière
valaque. Le Prince Mirça, effrayé de F approche simultanée des Hongrois, de-
manda la protection des Turcs et reconnut la suzeraineté de Bayézid 1er . Voici le
traité conclu entre ces deux princes.
» Traité, ou Capitulation (Hatti-lioumaïoun), conclu entre le Sultan Bayézid
» 1er et le Prince Mirçéa 1er de Valachie, l'an 1392 (795).
» Article 1er . Nous, Bayézid 1er, plein d' une très haute bienveillance envers
» la Valachie, qui s' est soumise à notre invincible Empire, arrête; que ce pays peut
» continuer à se gouverner lui-même d' après ses propres lois; que le Prince de
«Valachie jouira dans F avenir d'une pleine liberté pour déclarer la guerre à
» ses voisins et pour conclure la paix avec eux quand et comme il lui plait, qu' il
» aura droit de vie et de mort sur ses sujets.
» Art. 2. Tous les chrétiens qui, après avoir embrassé la religion musulmane,
» s' enfuient des pays soumis à notre puissance pour aller en Valachie et retour-
» ner au christianisme, ne peuvent jamais être réclamés, ni arrêtés.
» Art. 3. Les valaques qui parcourent le territoire de notre Empire pour af-
» faires sont exempts de toute espèce de contributions, et personne ne les inqui-
» étera au sujet de leurs marchandises.

(1) La dynastie des Bassaraba s' est en vérité éteinte en 1658 par la mort du Pr. Constantin
Bassaraba Kirnoulos, fils du Pr. Serban et neveu du Pr Matthieu. Constantin Braneovan, élu
Prince en 1689, ajouta à son nom celui de Bassaraba, qui avait été celui de sa grand' mère, une
petite-nièce du Prince Matthieu et la dernière de sa race. L'unique descendant vivant du petit-fils
du Prince Constantin Braneovan-, sauvé .en Italie en 1714, est la Psso Zoé George Bibesco, née Mau-
rocordato, et adoptée par sa tante maternelle, la Pssc Braneovan, née Balsche. Par son mariage avec
le Prince Bibesco s' éteignit aussi le nom de Braneovan, qui cependant fut renouvelle par le fils
aine du Price Bibesco, le Prince Grégoire Bibesco, qui obtint, le 25 Février 1860, du Gouverne-
ment Autrichien la collation du titre de Prince de Braneovan a son nom de Bibesco. A ces noms
le Prince Grégoire ajouta celui de Bassaraba,qui avait été porté par le Prince Constantin Braneovan
V

»Art. 4. Les Princes seront élus par le Métropolitain, les évêques et les
» boyards, et seront toujours chrétiens.
» Art. 5. Le Prince de Valachie est tenu de payer tous les ans à notre trésor
» impérial 3000 bani rossii ou bien 500 piastres en argent de notre monnaie».
Nouveau traité en 1460 entre le Prince Vlad V de Valachie et le Sultan Moha-
med II, le conquérant de Constantinople, dont voici les principaux articles :
» Article lar. Le Sultan s' engage et s' oblige pour lui et ses successeurs, à
» protéger la Valachie et à la défendre contre tout ennemi, sans exiger autre
» chose que la suprématie sur la souveraineté de cette principauté, dont les Voï-
» vodes seront tenus de payer à la Sublime Porte un tribut de 10,000 ducats.
» Art. 2. La Sublime Porte n' aura aucune ingérence dans F administration
» de la dite principauté, et il ne sera permis à aucun Turc d' aller sur le territoire
» Valaque sans quelque motif plausible.
» Art. 4. Les Voïvodes continueront à être élus par l'Archevêque,les évêques
» et les boyards, et F élection sera reconnue par la Porte.
» Art. 5. La nation valaque jouira comme autrefois du libre exercice de ses
» propres lois ; les Voivodes conservent le droit de vie et mort sur leurs sujets,
» comme celui de déclarer la guerre et de conclure la paix, sans être soumis pour
» leurs actes à aucune responsabilité envers la Sublime Porte».
En Moldavie aussi nous avons des traités pareils :
1°. En 1413 entre Bogdan IV, Prince de Moldavie, et le Sultan Selini 1°''.
» Article Ie1'. La Porte reconnaît la Moldavie comme un pays indépendant
» et non soumis.
» Art. 2. La religion chrétienne, qui est celle de la Moldavie, ne sera jamais
» molestée, ni persécutée ; bien plus, la nation aura la libre jouissance de ses
» églises, comme par le passé.
» Art. 3. La Porte s'engage à protéger la Moldavie contre toute agression
» étrangère, et à la maintenir dans F état ou elle se trouvait antérieurement sans
» qu' il lui soit fait la moindre injustice et sans souffrir qu' on porte la moindre
» atteinte à F intégrité de son territoire.
» Art. 4. La Moldavie sera gouvernée et régie par ses propres lois, sans que la
» Porte puisse y faire aucune ingérence quelconque.
» Art. 5. Les Hospodars seront élus par le peuple et confirmés par la Sublime
» Porte. Ils régneront à vie.
» Art. 6. Le pouvoir des Princes s' étendra sur tout le territoire moldave, et
» ils pourront avoir à leurs ordres et à leur solde une armée de 20,000 hommes,
» composée d' indigènes ou d'étrangers.
» Art. 7. Les Moldaves auront la faculté d' acheter à Constantinople une
» maison qui servira de résidence à leur Agent (Capoukéhaya). Il leur sera égale-
» ment permis d' y avoir une église.
» Art. 8. Les Turcs ne pourront jamais devenir propriétaires fonciers en
VI

» Moldavie, ni s' y établir ; il leur est également défendu d' y avoir ou d'y bâtir
» des mosquées, sous quelque prétexte que ce soit.
» Art. 9. En signe de soumission, le Prince, conjointement avec tout le peuple,
» aura soin d'envoyer chaque année à Constantinople par deux boyards Moldaves,
» 4000 ducats turcs, soit 11,000 piastres, 40 faucons et 40 juments poulinières; le
» tout à titre de présent (pechkesh).
» Art. 10. En cas de guerre, le Prince de Moldavie mettra son armée au ser-
y> vice de la Porte, dès que cela lui sera demandé».
2°. Traité conclu entre Suleyman rr et le Prince Pierre V (Rares) de Mol-
davie F an 1529 (936), dont voici les principaux articles :
» Article 2. La Nation moldave conserve, comme par le passé, la jouissance
» de ses libertés, sans qu' on puisse lui causer la moindre inquiétude et sans que
» la Porte se permette à ce sujet la moindre atteinte. Les lois, coutumes, droits et
» prérogatives du pays, sont à tout jamais inviolables.
» Art. 3. Comme autrefois, les Princes gouverneront le pays avec indépen-
» dance, sans que la Porte puisse, sous quelque prétexte que ce soit, s' y ingérer
.» directement ou indirectement.
» Art. 5. La Moldavie conserve ses frontières intactes et dans toute leurs
» intégrité.
» Art. Le titre d' indépendante sera conservé à F égard de la ' Moldavie
9.
» et sera employé dans tous les écrits que la Porte adressera au Prince.
» Art. 11. Les Princes de la nation moldave seront élus par les
États du pays
» et reconnus par la Porte, qui ne pourra s' immiscer dans F élection, ni faire la
» moindre opposition, difficulté ou entrave».
En 1774 le traité de Koutchouk Kaïnardji reconnaît de nouveau officiellement
les privilèges des deux Principautés. En conséquence, les boyards furent con-
voqués pour procéder à F élection de leurs princes, et le choix des Moldaves tomba
sur le Prince Grégore Ghika, et celui des Valaques sur le Prince Ypsilanti.
Les traités de 1798, 1807 et 1812 reconnaissent chaque fois à nouveau ces
mêmes privilèges.
Dans tous ces traités la Turquie a toujours considéré la Moldavie et la Valachie
comme de vraies principautés,indépendantes au commencement,ensuite tributaires;
•elle reconnaît expressément qu'elles sont gouvernées par leurs Princes élus libre-
ment par les boyards du pays,et,comme nous l'avons vu, les boyards valaques con-
tinuèrent à éllr les Princes Bassaraba pendant près de deux siècles après la con-
clusion du premier de ces traités avec les Turcs sans que le Sultan ait pensé une
fois à entraver ce choix, ou ait refusé sa reconnaissance purement de forme. Si
plus tard, et surtout pendant le règne des princes grecs, le droit d' élection des
boyards est tombé en désuétude et le Sultan s' est arrogé celui de nommer di-
rectement les Princes de Moldavie et de Valachie, ceux-ci n' étaient certainement
pas moins les Princes de ces pays au même titre que leurs prédécesseurs.
VII

De facto les princes phanariotes jouissaient de toutes les prérogatives de


la souveraineté absolue. Ils étaient officiellement et avec grande pompe sacrés
et oints Princes par le Patriarche de Constantinople dans la grande Eglise du
Patriarcat. Ils tenaient une brillante Cour, ils avaient une armée indigène, fai-
saient la guerre et la paix avec les pays voisins, promulgaient des lois, avaient
le droit de vie et de mort sur leurs sujets et ils étaient représentés à Constanti-
nople par un vrai Agent Diplomatique ou Représentant. Tous ces droits, reconnus
par les traités cités plus haut, n' ont jamais été contestés parles Turcs.
Ces princes avaient droit à F appellation d'«Altesse Serenissime», leurs é-
pouses et enfants à celle d'«Altesse Illustrissime». ..
Mais la meilleure preuve qu' au point de vue héraldique les titres des princes
phanariotes étaient parfaitement valides, est que les grands Empires liniitrophes,
la Russie et F Autriche, les ont de tout temps reconnus comme tels, et, qui plus
est, un grand nombre de princes phanariotes (les Cantacuzène, les Bassaraba, les
Maurocordato, les Canternir, les Ypsilanti, les Mourousi etc.) ont été créés à diffé-
rentes époques Princes de F Empire de Russie ou du Saint Empire Romain, ce qui
rend leurs titres entièrement indiscutables.
Au fond la validité des titres'byzantins ou phanariotes n'a jamais été discutée
que par la démocratie des nouveaux royaumes de Grèce et de Roumanie, qui, ja-
louse de toute distinction, a fait mettre dans les Constitutions ultra-libérales de
ces pays des articles abolissant les titres.
D' abord nous avouons franchement que nous ne reconnaissons pas à F État
le droit d' abolir la noblesse, comme nous lui refusons celui d' abolir la religion.
Que la République Française ou une autre abolisse ou non les titres et supprime
F Eglise Catholique, les La Rochefoucauld ne seront pas moins Ducs pour nous et
pour toute la société bien pensante et le Pape ne sera pas moins le Pontife de
l'Eglise Romaine. La loi est impuissante à obliger la société à respecter ses
verdicts.
Mais, même au point de vue légal, les titres n' ont jamais été abolis, en Grèce
ou en Roumaine ; ces États n'ont fait que refuser de les reconnaître ou d' en créer
de nouveaux, mais ils n'en ont jamais prohibé le port.
Voici le texte même de F article relatif aux titres de noblesse dans la Consti-
tution grecque:
» Art. 3, dernier §. Des titres de noblesse ou de distinction ne sont ni accor-
» dés, ni reconnus à des citoyens hellènes», (i)
Et celui de la Constitution roumaine :
» Art. 12, 2e §. Les titres de noblesse étrangère, tels que princes, comtes, bâ-

ti) Cependant, par décision du 17Septembre 1868 la Chambre des Députés a reconnu la
légalité du Décret Royal par lequel le titre de Duc de Sparte fut accordé à 1' Héritier du Trône
hellénique.
VIII

» rons et autres pareils, comme contraires aux vieilles coutumes et établissement


» du pays,(l) sont et restent non-admis dans F État roumain.»
Cependant, nous avons omis de faire précéder par leurs titres les noms de
ceux des phanariotes sujets roumains ou grecs, qui, par respect pour les préjugés
prévalant dans leurs pays, ne portent pas habituellement les titres auxquels ils
auraient droit.
La charge de Grand Drogman de la Sublime Porte égalait en importance celle
des Princes id Moldavie ou de Valachie. Les Grands Drognians avaient droit à
1' appellation d'«Altesse Illustrissime». Plusieurs de ces hauts fonctionnaires de
la Porte sont arrivés à un tel degré de puissance que leur charge finit par acquérir
F importance que nous accordons aujourd'hui à celle du Grand Chancelier de
F Empire.
Les autres grandes charges phanariotes étaient :
à Constantinople, les trois suivantes
Celle du Drogman de la Flotte, qui équivalait à peu près à celle du Sous-Se-
crétaire d' État pour la Marine.
Celle du Grand Capoukéhaya ou Agent de la Principauté près de la Sublime
Porte. Dans les derniers temps c'est surtout parmi les Capoukénayas qu'étaient
choisis les Princes de Moldavie et de Valachie.
Celle du Grand Logothète du Patriarcat, qui était F intermédiaire usuel entre
F Eglise orthodoxe et le gouvernement Ottoman.,
Dans les principautés mêmes les nobles ou boyards (barons) du pays étaient
divisés en plusieurs classes et jouissaient de différents privilèges, F exemption de
tout impôt etc.-Cette noblesse était très ancienne, ayant existé pour le moins aussi
longtemps que. les Principautés elles-mêmes, puisque, dès le commencement, les
Princes étaient élus par les nobles. Ils occupaient, naturellement, toutes les
grandes charges de la Cour et de F Etat. Radul le Grand (1475) divisa ces charges
en catégories et les transforma en vrais titres, qni appartenaient aux boyards,
même lorsqu'ils n' étaient plus en fonctions.
Les nobles de la lrcclasse,ou Grands Boyards,étaient.
Le Grand Ban de Craïova, ou Potentat presqu' indépendant des cinq arrondis-
sements qui formaient la Province de Craiova. Les Grands Bans ont plus d'une fois
été reconnus par l'Autriche et la Russie comme ayant droit, dans ces pays, au titre
de Comte.
Le Grand Vornic, ou Maire de Palais et Ministre de F Intérieur.
Le Grand Logothète, ou Chancelier et Ministre de la Justice.
Le Grand Spathar, ou Généralissimede F Armée Princière.
Le Grand Vestiar, ou Ministre des Finances.
Le Grand Postelnic, ou Ministre des Affaires Etrangères.

(I) Ce qui n' est vrai que pour quelques uns de ces Litres.
IX

Le Grand Hetmanétait en Moldavie ce que le Grand Spathar était en Valachie*


Dans cette dernière principauté il était Chef de la Gendarmerie.
Ensuite venaient les boyards de 2mo classe ; le Grand Agas, originairement
Grand Veneur et plus tard Préfet de Police ; le grand Cluczer ou Commissaire des
vivres pour F armée ; le Grand Paharnic ou Grand Echaiison ; le Grand Comissos
ou Grand Ecuyer etc. etc.
En un mot F on peut dire que toutes les charges de la Cour des Empereurs
de Byzance se retrouvaient dans les Cours des Princes de Valachie et de Moldavie.
La première difficulté qui s'est offerte à F esprit de l'auteur, lorsqu' il a voulu
compulser ses notes pour la rédaction de cet ouvrage, a été celle de savoir quelles
étaient les familles qui avaient droit à figurer dans ce recueil. Les différents Essais
sur les Phanariotes parus jusqu' à ce jour ne sont pas d' accord sur ce point; les
uns ne veulent admettre que les descendants des Empereurs de Byzance,des Princes
de Valachie et de MoldaArie, et ceux des Grands Drognians de la Sublime Porte;
d'autres y ajoutent ceux des Grands Boyards, des Grands Logothètes du Patriar-
cat etc. Pour nous, qui avons voulu donner des renseignements précis sur les an-
cêtres et le degré de parenté qui unit les membres actuellement vivants des famil-
les nobles de F Orient, à F instar de ce que l'Almanaeh de Gotha fait pour la no-
blesse allemande, nous avons cru devoir y admettre toutes les familles formant
actuellement F aristocratie de la Grèce et de la Roumanie, et les familles nobles
de la Russie, de F Autriche etc. ayant une origine byzantine ou phanariote, dans
le sens que nous avons donné à ce mot, à l'exclusion de celles qui sont aujourd'hui
éteintes. Ce critérium est malheureusementtrès vague et nous ne doutons pas que
plus d' une grave lacune ne doit encore subsister dans ce recueil. Malgré les lon-
gues et patientes recherches de F Auteur, s' étendant sur un espace de vingt an-
nées, l'étude consciencieuse qu'il a faite de toutes les chroniques grecques et rou-
maines, des Histoires de la Turquie, du Moyen Age grec et roumain, de la Révo-
lution grecque, des Recueils généalogiques, des Biographies,de documents et pièces
de toute sorte, il doit encore exister des familles ayant appartenu à la noblesse
phanariote, en dehors de celles des Princes et des Grands Drognians, sur lesquelles
il n' a pu obtenir des indications suffisantes.
Pour ce qui est des renseignements sur les membres actuellement vivants des
familles phanariotes, F auteur s' est principalement adressé aux familles elles-
mêmes, il a entretenu une correspondance suivie avec les principaux membres de
ces familles, il a collationné et comparé les différents arbres généalogiques qui ont
été mis à sa disposition, il a fait mille démarches personnelles pour arriver à la
vérité, et, cependant, il ne se cache pas qu' un grand nombre de renseignements
d' une grande importance doit lui avoir échappé. Il a surtout eu la plus grande
difficulté à obtenir les dates précises des naissances, mariages et morts survenues
dans les différentes familles, et cela,en partie à cause de l'irrégularité avec laquelle
les Livres de l'Etat Civil sont tenus en Orient, et en partie par F aversion qu' ont
9
X
beaucoup de personnes à faire connaître leur âge exact. Presque toutes les dates
sont données d' après le Calendrier Julien ou Vieux Style en usage en Orient.
Ce Recueil ne doit être considéré que comme un premier essai, dont F auteur
espère donner une édition plus complète après un laps de cinq ans, qu' il mettra
à profit pour continuer ses minutieuses recherches, et pendant lequel il sera heu-
reux de recevoir et d'examiner toutes les réclamations et corrections qui pour-
raient lui être adressées par F entremise de F Editeur. Il ose espérer aussi que les
familles intéressées voudront bien lui communiquer chaque année tous les événe-
ments de famille et changements qui pourraient survenir dans leur sein.
ARGYROPOULO
FAMILLE ARGYROPOULO

NOTICE HISTORIQUE

La famille ARGYROPOULO est une des plus anciennes et des plus illustres de
la Grèce. Elle descendrait, selon la tradition, de la famille impériale de ce nom,
sur laquelle comparez Du Gange, Familia Argyrorumseu Argyropulorum. Quoique
la preuve de ce fait ne soit pas possible aujourd' hui, après tous les désastres et
les vicissitudes par lesquelles la nation grecque a dû passer, cela paraît au moins
probable si F on prend en considération qu' à presque- toutes les époques, du 9e
siècle jusqu'à nos jours, on retrouve dans l'histoire des membres de la famille
Argyropoulo occupant toujours les plus hautes positions.
Déjà au commencement du 9e siècle les Argyropoulo étaient sénateurs et
généraux de l'Empire de Byzance. En 840, sous le règne de Michel III, LÉON
ARGYRE ou ARGYROPOULO fondait le monastère de S'. Elisabeth en Charsiane de la
Capadoce, dont cette famille était originaire. En 848 F Impératrice Théodora le
chargeait du commandement de F expédition contre les Pauliciens, dont plus de
cent mille furent tués.
En 904 EUSTACIIE ARGYRE, petit-fils de Léon, était envoyé par l'Empereur
Léon VI en qualité de Général en Chef contre les Sarasins, mais une intrigue: de
Cour le fit dépouiller de toutes ses charges et honneurs et reléguer dans ses terres
en Charsiane, où il s' empoisonna et fut enterré dans le monastère fondé par son
grand-père.
Les deux fils d' Eustache, ROMAIN et LÉON, dont le second était Scholarum
Domesticus, se distinguèrent dans la guerre contre les Bulgares en 917.
Léon eut plusieurs enfants ;
.
1° ROMAIN III, devenu Empereur de Constantinople en 1028, qui épousa en
lres noces Hélène, dont il eut plusieurs enfants, et en 2lics noces ZOÉ, fille de F Em-
pereur Constantin VIII. Mort en 1034.
2° POTHUS, fait Scholarum Domesticus par l'Empereur Romain Lecapène et
général en chef de F expédition contre les Bulgares en 921.
3° LÉON, qui épousa AGATHE, fille de F Empereur Romain Lecapène, nommé
également Scholarum Domesticus.
2

4" BASILE, Patrice; sa fille HÉLÈNE épousa Pancrace, fils de George Prince
d' Abasge.
5" Quatre filles, dont F ainée, PULCHÉRIE, épousa Constantin Diogène et fut
la mère de F Empereur Romain Diogène ; la seconde épousa le Duc de Venise sous
le régne, de F Empereur Basile ; la troisième, Basile Scléros, petit-fils de Bardas, et
la quatrième, Constantin Carantène, Patrice et Duc d' Antioche.
En 1230 JEAN ARGYROPOULO était Referendarius et Tavolarius de Smyrne.
En 1257 il était Logothète.
En 1357 vivaient à Constantinople JEAN ARGYROPOULO et THEOPHYLACTE AR-
GYROPOULO, dont nous trouvons les noms au bas d'un acte du Patriarcat.
En 1399 GEORGE ARGYROPOULO était prêtre au Patriarcat de Constantinople.
.
En 1400 ANDRÉ ARGY^IOPOULO était un des Seigneurs de la Cour de Constan-
tinople et ami de F Empereur.
En 1453, lors de la prise de Constantinople par les Turcs, JEAN ARGYROPOULO,
le savant helléniste bien connu, passa en Italie avec son frère DÉMÈTRE, et fut nom-
mé Professeur de Littérature grecque à F Académie de Florence, fondée par les
Princes Médici, et plus tard à celle de Rome, où il mourrut en i486 laissant deux
fils, BARTHOLOMÉE, mort également «à Rome, et JEAN, qui parait s' être fixé à Salo-
nique, et dont descendent les Argyropoulo d' aujourd' hui.
D' après Martin Crusius la famille Argyropoulo possédait jusqu' en 1577 le
Château de S1 Nicolas à F île de Santorin, qui fut assiégé et pris à cette date par
.
les Turcs. La famille émigra alors en Crête, où elle compta parmi les plus nobles.
Vers la fin du 17e siècle MANUEL ARGYROPOULO vint s' établir à Constanti-
nople. Il était né à Salonique ou Jean Argyropoulo s' était fixé au 1 5e siècle. Ma-
nuel fit à Amsterdam ses études de médecine qu' il exerça à Constantinople, tout
en prenant une large part aux affaires politiques et occupant différentes charges
publiques.
Manuel Argyropoulo eut quatre fils ;
I. Luc ARGYROPOULO, savant orientaliste, occupa les plus hautes charges
en Moldavie sous son beau-frère, le Prince Alexandre. En 1811 il accompagna le
Prince Démètre Mourousi et les autres envoyés de la Porte pour les négociations
de la paix avec la Russie. Après la fondation du Royaume de Grèce, il vint à Athè-
nes, où il fut nommé Interprète du gouvernement grec et où il mourut. Il avait
épousé la Pssc ANASTASIE, fille du P,:c Constantin Mourousi, Prince de Moldavie, et
eut un fils :
EMMANUEL ARGYROPOULO, savant légiste, plusieurs fois Ministre de la
Justice en Roumanie, qui épousa en l,cs noces la P33C LUCIE, fille du Pc°
Alexandre Soutzo, Prince Régnant de Moldavie, morte peu après, et en
2mos noces une dame valaque,dont il eut une fille qui épousa M. Coslinski,
seigneur italien.
Et une fille.
SMARAGDA ARGYROPOULO mariée à Nicolas GHIKA, Grand Logothète, fils
du Grand Ban Charles Ghika.
II. JACQUES ARGYROPOULO, ne à Constantinople en 1774, commença sa car-
rière politique aux bureaux du Patriarcat grec à Constantinople, il fut ensuite
nommé Capoukéhaya, ou Agent de son beau-père, le Poe Michel Soutzo. En 1804
il fut envoyé comme Ministre Résidant de la Turquie à Berlin. En 1812 il fut nom-
mé Drogman de la Flotte pendant quelques mois. Après la signature de la paix
avec la Russie, il fut élevé aux hautes fonctions de GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME
PORTE jusqu'à la révolution grecque en 1821, lorsqu' il fut exilé à Angyre et à
Brousse sous F accusation de F avoir favorisée. En 1829 il réussit a s' évader à-
Athènes où il vécut jusqu' en 1850, date de sa mort. Il était l'auteur d'une traduc-
tion grecque de F «Esprit des Lois» et d' une «Vie de Catherine» en turc. Il avait
épousé la PSSE MARIE, fille du P'" Michel Soutzo, Prince Régnant de Valachie, morte
à Athènes en Février 1846, et fut le seul des fils de Manuel Argyropoulo qui laissa
de progéniture mâle.
Il eut quatre fils et deux filles :
1. MANUEL ARGYROPOULO accompagna son père en exil; arrivé en Grèce
il fut nomméDirecteur du Ministère de la Guerre; après l'avènement du
Roi Otlion il fut nommé Directeur du Ministère des Finances et Con-
seiller à la Cour des Comptes. Envoyé comme Conseiller et Premier
Drogman de la Légation de Grèce à Constantinople en Mai 1836 et
Chargé d'affaires jusqu' en 1849, il donna sa démission et accepta le
poste de Premier Drogman de F Ambassade de Russie qu'il conserva
jusqu' en 1863, lorsqu' il fut mis sur sa demande à la retraite. Mort à
Constantinople en 188~. Il avait épousé SEMIRAMIS, fille d' Afendaki
Photiou. (Voir famille actuelle).
2. PERICLÈS ARGYROPOULO né à Constantinople en 1812. A 12 ans il ac-
compagna son père en exil ; à 19 ans il vint en Grèce et entra dans la
Marine Royale, mais bientôt il donna sa démission pour aller étudier
le Droit à Paris. Revenu en Grèce, il exerça la profession d' avocat et
fut nommé Professeur de droit Constitutionnel à l'Université d'Athènes
et Député de l'Université à la Chambre. Vers cette époque il publia
un ouvrage estimé sur les Institutions Municipales. Le 16 Mai 1854 il
devint Ministre des Affaires Etrangères; le 17 Juillet de la même année
Ministre des Finances et le 31 Mai 1855 Ministre de l'Instruction Pu-
blique et des Cultes. Il mourut à Athènes le 16 Décembre 1860. Il avait
épousé AGLAÉ, fille de Radu Rosetti, Grand Logothète, morte à Athènes
le 5 Juin 187i. (Voir famille actuelle).
3. ALOIBIADE ARGYROPOULO né à Constantinople en 1815; Colonel d' Artil-
lerie, mort à Corfou le 4 Mars 1886. Marié à SOPHIE CROUPENSKI COM-
NÈNE née le 7 Mars 1825 à Lamachnitza (Bessarabie). (Voir famille
actuelle).
4. ALEXANDRE ARGYROPOULO, Capitaine d'Infanterie, mort sans postérité.
5. SEVASTI ARGYROPOULO, Directrice de F Ecole Normale de Jeunes filles
à Athènes, qui épousa Constantin J. Mano, Premier Drogman de la
Légation Grecque à Constantinople.
6. CHARICLÉE ARGY'ROPOULO qui épousa Alexandre Maurocordato, Premier
Ministre de Grèce.
III. JEAN ARGYROPOULO, 3e fils de Manuel, Drogman de la Légation Ottomane
à Londres, Chargé d' affaires à Londres, Ministre de Turquie à Berlin, où il as-
sista à F entrée de Napoléon I dans cette ville, Ambassadeurà Vienne pendant plu-
sieurs années. Exilé en 1821 de Constantinopleavec son frère Jacques. Mort à Con-
stantinople en 1851.
IV. GEORGE ARGYROPOULO, 4e fils de Manuel, attaché à la Légation Ottomane
à Londres, remplit plusieures charges en Moldavie sous lePce Constantin Mourousi
et le Puc Jean Caradja, qu' il suivît à Pise en Italie. En 1812 il était Grand Ban
de Valachie et fut nommé Caïmakam, ou Lieutenant Princier de Valachie aussi-
tôt après F évacuation ' par les troupes russes et jusqu' à F arrivée du nouveau
prince, Jean Caradja. Mort à Athènes. Il avait épousé la Psse RALOU, fille du Pce Con-
stantin Caradja, Prince Régnant de Valachie.
11 eut deux enfants :
1. EMMANUEL ARGYROPOULO, secrétaire au Ministère des Affaires Etran-
gères de Grèce, qui épousa PULCHERIE,fille de Constantin CANTACUZÈNE
Pashkano. (Voir famille actuelle).
2. HÉLÈNE ARGYROPOULO, mariée à M1' de Rouen, Ministre de France à
Athènes.
FAMILLE ACTUELLE

I. Enfantsde Manuel Argyropoulo, Ancien Drogman de V Ambassade


de Russie à Constantinople, et de Semiramis, née Photiou, son épouse :
1. PERICLÈS ARGYROPOULO f en 1863.
2. CIMON ARGYROPOULO, né en Avril 1842. Ministre de Russie à Cettinjé.
3. MARIE ARGY'ROPOULO, née en 1845.
4. EYPIIROSYNE ARGYROPOULO, née en 1847, mariée à Nicolas de Danzas,
Secrétaire d' Ambassade de Russie, décédé en Janvier 1888.
5. SOPHIE ARGYROPOULO, née en 1849.
6. HÉLÈNE ARGYROPOULO, née en 1852.
IL Enfants de Periclès Argyropoulo, ancien Ministre de V Instruction
Publique etc. et d' Aglaé, née Roselti, son épouse :
1. PERICLÈS ARGYROPOULO, né àJassy le 29 Septembre 1842, marié à HÉ-
LÈNE, fille de Constantin SCHINA, Ministre de la Justice, Envoyé Ex-
traordinaire de Grèce en Bavière etc. né à Munich le 12 Octobre 1850.
Leurs enfants :
A. AGLAÉ ARGYROPOULO, née le 20 Octobre 1870.
B. PERICLÈS ARGYROPOULO, né le 4 Janvier 1872.
c. THRASYBULE ARGYROPOULO, né le 22 Novembre 18.75.
D. EYPIIROSYNE ARGYROPOULO, née le 19 Décembre 1881.
E. CHARICLÉE ARGYROPOULO, née le 19 Octobre 1883.
F. IRÈNE ARGYROPOULO, née le 12 Août 1877, f le 10 Décembre 1886.

2. JACQUES ARGYROPOULO, Consul Général de Grèce à Smyrne, né le 31


Octobre I8455 marié à ASPASIE, fille de Pierre Anargyrou, morte le 4
Janvier 1887.
Leurs enfants :
A. AGLAÈ ARGYROPOULO, morte en bas âge.
B. ANARGYRE ARGYROPOULO, mort en bas âge.
c. MARIE ARGYROPOULO, née en Août 1874.
D. PERICLÈS ARGYROPOULO, né le 10 Avril 1876.
E. CIMON ARGYROPOULO, né en 1878
F. FANNY ARGYROPOULO, née en 1880.
3. ALEXANDRE ARGYROPOULO, né le 15 Juillet 1849, Commandant d' Artil-
lerie, marié à HÉLÈNE fille de Jean Soutzo.
3
fi

Leurs enfants :
A. CATHERINE ARGYROPOULO, née le 25 Décembre 1879.
B. PERICLÈS ARGYROPOULO, né le 21 Mars 1881.
c. NATHALIE ARGYROPOULO, née le 3 Avril 1882.
4. DÉMÈTRE ARGYROPOULO, Capitaine de Corvette, marié à SOPHIE, fille de
Pierre Mavromichali.
Leurs enfants:
A. IRÈNE ARGYROPOULO, née le 29 Août 1877.
s. JACQUES ARGYROPOULO,né le 25 Février 1884..
c. GRÉGOIRE ARGYROPOULO, né le 15 Juillet 1885.
D. MARIE ARGYROPOULO, née le 1 Août 1887.
5. MARIE ARGY^ROPOULO, mariée 1° à Jean Caradja, 2° à Constantin Cal-
liarchi, Médecin et Maire de Myconos, décédée.
III. Enfants d' Alcibiade Argyropoulo, Colonel d' Artillerie, et de So-
phie, née Kropenshi Comnène, son épouse :
1. GEORGES ARGYROPOULO, Agent Diplomatique de Grèce en Egypte, né
à Athènes le 25 Février 1847, marié le 7 Janvier 1882 à HÉLÈNE fille
de Spyridion G. Topali, née à Galatz le 1 Février 1862.
Leurs Enfants :
A. SOPHIE ARGYROPOULO, née à Londres le 20 Octobre 1882.
B. ALEXANDRE ARGYROPOULO, né à Londres le 13 Octobre 1884.
G. EMMANUEL ARGYTROPOULO, né à Rome le 21 Février 1886.

2. HÉLÈNE ARGYROPOULO, née à Lamachnitza (Bessarabie) le '21 Mai


1849, mariée le 30 Avril 1873 au Prince Constantin D. Gagarine, Aide
du Ministre de F Instruction Publique de Russie.
3. MARIE ARGYROPOULO, née à Athènes le 19 Janvier 1853, mariée le 17
Mai 1879 à Valère Jadowski, Conseiller de F Ambassade Russe à
Constantinople.
IV. Enfants d' Emmanuel Argyropoulo, ancien Secrétaire au Ministère
des Affaires Etrangères de Grèce.
Sa veuve, PULCHERIE ARGYROPOULO^ née Cautacuzène Pachkano.
Filles :
1. LUCIE ARGYROPOULO, née le 23 Août 1847, mariée à M. Bartels, Consul
Général d' Allemagne, à Moscou.
2. LISETTE ARGYROPOULO, née à Paris le 21 Janvier 1856, mariée à Con-
stantin Hadji-Lazaro.
3. IRÈNE ARGYROPOULO, née le 22 Juillet 1858-
4. MARIE ARGYROPOULO, née le 6 Janvier 1860, mariée à Constantin Can-
tacuzène.
ARISTARCHI
FAMILLE ARISTARCHI

NOTICE HISTORIQUE

La famille ARISTARCHI est originaire de Zimisce en Asie Mineure. Elle


descendrait, selon une tradition ( * ), de JEAN ZIMISCES, Empereur de Constantinople^
qui régna de 969 à 975. Issu par son père d'une des plus nobles familles de
F Orient, cousin de F Empereur Nicéphore par sa nièce, il était petit neveu de ce
Curcuas, si célèbre par ses grandes actions et par sa disgrâce sous le régne de
Lecapène, et petit fils de Théophile, frère de ce Curcuas, et son égal en valeur.
Avant de monter sur le trône il avait épousé Marie, soeur de Bardas Sclerus.
Après sa mort, et un an après son couronnement, il épousa Théodora, fille de
F Empereur Constantin Porpliyregenète et soeur de l'Empereur Romain le Jeune.
Ses descendants se firent presque toujours religieux. Dans les «Acta et Diplo-
mata Graeca Medii iEvi» on trouve, à la date de 1361, un acte faisant mention
du divorce de la fille de F Archiprètre Panoré Zimisce, qui avait épousé Manuel
Exacoustos.
Au commencement de ce siècle, STAVRAKI ARISTARCHI était Grand Ca^
poukéhaya de Valachie et GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE de 1818 en 1821^
lorsqu' il fut exilé en Paphlagonie, soupçoné d' avoir favorisé F insurrection
grecque, Il }r fut mis à mort en 1822 par ordre de Khalet Efendi, Ministre des
Affaires Etrangères de Turquie, surnommé «le Robespierre de la Turquie». Il
avait, en effet, connu Robespierre lorsqu' il avait été envoyé en qualité d'Am-
bassadeur Extraordinaire en France et voulut F imiter sous plusieurs rapports ;
entre autres par le massacre de la plus grande partie de la Noblesse Pha-
nariote.
Stavraki Aristarchi eut de sa femme Sophie les enfants suivants :
I. NICOLAS ARISTARCHI-BEY, né à Constantinople en 1799, nommé à 18 ans
Muhurdar, ou Garde des Sceaux, du PL'° Alexandre Soutzo de Valachie. En 1821
il accompagna son père en exil. II revint peu après à Constantinople et fut
nommé Grand Logothète du Patriarcat Grec en 1824, et en 1828 Secrétaire du

(*) Voir Stamatiadés « Biographies des Grands Drognians ».— Voutyra «Dictionnaire d' Hi-
stoire et de Géographie ».
Sultan Mahmoud, puis, jusqu' en 1854, Grand Capoukéhaya du Prince Alexandre
Ghika de Valachie. En 1833 il aArait fait partie, en qualité de Conseiller, de
F Ambassade Extraordinaire du Grand Amiral Ahmed Pacha Firari. Mort au
Caire le 1 Février 1866. Il avait épousé en 1833 MARIE, fille de Grégoire Mano,
lïetman de Moldavie. Celle-ci reçut à cette occasion le portrait du Sultan orné
de diamants, fait sans précédent alors. ( Voir famille actuelle ).
II. Pr. MÏLTIADE ARISTARCHI, PRINCE RÉGNANT DE SAMOS, marié à EURY-
DICE née Pitzipios (Voir famille actuelle).
Par Firman Impérial le titre de Prince fut reconnu héréditaire dans la
famille Aristarchi.
III. MATTHIEU ARISTARCHI, Archevêque Métropolitain de Samaeove, mort
en 1864.
IV. JEAN ARISTARCHI, Ambassadeur de Turquie a Berlin, marié à ANNE,
fille du Général Bonin, Ministre de la Guerre de Prusse ( Voir
famille actuelle ).
V. HÉLÈNE ARISTARCHI épousa Sotir Calliadés, Grand Postelnic.
VI. SMARAGDA ARISTARCHI épousa Ioviki, Caissier du Prince de Molda-
vie J. Callimachi,
VII. CATHERINE ARISTARCHI épousa le Dr Nie. Grivas.
VIII. ERIPHILE ARISTARCHI, mariée au D 1' Constantin Garatheodory, Mé-
decin du Sultan Medjid et Sénateur.
IX. MARIE ARISTARCHI, mariée à Tserkez, Boyard de Moldavie.
X. ROXANDRE ARISTARCHI, mariée àConstantin Camara.
XI. RALOU ARISTARCHI mariée à Emile Jourdan, Drogman du Ministère
de la Guerre de Turquie.
XII. Six enfants morts en bas âge.
FAMILLE ACTUELLE

I. JEAN ARISTARCHI, ancien Ambassadeur de Turquie, marié à ANNE, Ba-


ronne de Bonin.
IL PR. MÏLTIADE ARISTARCHI, ancien Prince Régnant de Samos, marié à
EURYDICE Pitzipio.
Leurs enfants :
A. Pr. ALCIBIADE ARISTARCHI, décédé
B. Pr. ALEXANDRE^ARISTARCHI, secrétaire de Légation de Turquie.
c. Pr. JAMES ARISTARCHI, Ingénieur en Chef du Vilayet de l'Archipel.
D. Pr. CONSTANTIN ARISTARCHI, décédé.
E. Psse SOPHIE ARISTARCHI.
F. Psse MARIE ARISTARCHI.
III. Enfants de A'icolas Aristarchi, Grand Logothète et Kapoukéhaya, et
de Marie née Mano, son épouse.
,
1. STAVRACHI ARISTARCHI, né en 1837, Grand Logothète du Patriarcat
Grec depuis 1867, Sénateur depuis 1876. Homme de lettres.
2- DEMÈTRE ARISTARCHI né en 1839, ancien Directeur de la Presse et Sous
gouverneur en Crète. .
3. GRÉGOIRE ARISTARCHI, né le 14 Février 1843, délégué en 1861 par le
Ministère des Affaires Etrangères de Turquie comme Directeur de' la
correspondance étrangère en Crête, nommé en 1867 Vice-Gouverneur
et Directeur Politique à Smyrne, et en 1873, Ministre de Turquie aux
Etats-Unis d' Amérique, auteur d' un vaste recueil sur la Législation
Ottomane.
4. GEORGE ARISTARCHI, né en 1849.
5. SEVASTI ARISTARCHI, née en 1835, mariée à George Conémenos, ancien
Chargé d' Affaires de Turquie.
6. RALOU ARISTARCHI, née en 1841, mariée à Jean Itiades, Conseiller
d'Etat en Russie.
7. ANNETTE ARISTARCHI, née en 1845, mariée à Constantin Axelos, Mou-
tessarif.
8. TARSI ARISTARCHI, née en 1847, mariée à George Akestorides, Consul
de Turquie à Palerme.
1

CA LLIMACHI
r
FAMILLE CALLIMACHI

NOTICE HISTORIQUE

La famille CALLIMACHI est d' origine moldave. Quelques auteurs- grecs


prétendent que le nom de cette famille était anciennement Calmouk ; les chro-
niques de la Moldavie l'appellent Calmâsul. Cependant dans un Mémoire sur cette
famille, publié en italien par un médecin, S. Assani, nous trouvons que, déjà
au commencement du 16° siècle, un PHILIPPE CALLIMACHI, d'origine byzantine,
était secrétaire privé de F Empereur Léopold d' Autriche; un ouvrage de lui parut
à Rome en 1556. Après sa mort sa famille se serait établie en Moldavie, ce qui
aurait fait croire plus tard qu' elle était d' origine moldave.
La généalogie des Calliniachi peut être tracée d' une manière certaine
jusqu'à THÉODORE CALLIMACHI, qui vivait à la fin du 17e siècle, à Campoulune
en Bucovine, dont il était le Vornik et où il possédait de grands biens. Il épousa la
Pssc ROXANE, fille du P™ George Ghika, Prince Régnant de Moldavie en 1658.
Son fils, JEAN CALLIMACHI, fit son éducation à Lemberg,en Pologne. Plus tard
il fut envoj'é par le Prince Nicolas Maurocordato à son frère, le Pr. Jean, qui
était Grand Drogman à Constantinople. Il occupa le poste de substitut du Grand
Drogman pendant 6 ans et fut enfin nommé GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME
PORTE en 1752; en 1758 il fut créé PRINCE DE MOLDAVIE et régna jusqu' en 1761,
lorsqu' il fut décapité par les Turcs. Son épouse appartenait à F ancienne famille
des Chrysosculi.
11 eut trois fils et deux filles : .
v-

1. Pr. GABRIEL CALLIMACHI, entra dans les ordres et devint Archevêque


Métropolitain de Moldavie.
2. Pr. GRÉGOIRE CALLIMACHI, succéda à la mort de son père comme PRINCE
RÉGNANT DE MOLDAVIE de 1761 à 1769, lorsqu'il fut lui même décapité
par les Turcs. Il avait épousé la Psse HÉLÈNE, née Maurocordato, dont il
eut trois filles :
1. Psse SMARAGDA CALLIMACHI, mariée au P" Alexandre Handzery, fils du
P'e Constantin Handzery, Prince Régnant de Valachie.
11. Pss1' MARIE CALLIMACHI, mariée à Grégoire Stourdza. Leur fils, le Pcc Mi-
chel Stourdza, fut Prince Régnant de Moldavie en 1834.
12

III. Psae RALOU CALLIMACHI,mariée à Matthieu Cantacuzène,Grand Vestiar


de Moldavie, fils de Jean Cantacuzène, Grand Logothète, émigrés
en Russie en 1791.
3. Pr. ALEXANDRE CALLIMACHI, né en 1737, fut GRAND DROGMAN DE LA SU-
BLIME PORTE jusqu' en 1800. Il mourut le 24 Décembre 1 «21 exilé en
Paphlagonle. Il avait épousé la PSSP M. GHIKA, fille du Pcc Grégoire
Ghika, Prince Régnant de Moldavie.
Il eut trois fils et deux filles :
I. Pr. CHARLES CALLIMACHI noninié PRINCE DE MOLDAVIE en 1806. Quel-
ques mois après sa nomination, les Russes occupèrent la Moldavie et
il dût se réfugier à Constantinople. En. Mars 1810, il fut blessé dans
la guerre Russo-Turque et fait prisonnier par les Russes. Mais en
1812, après la conclusion de la paix, il obtint de nouveau son trône
et régna jusqu'en 1821, lorsqu'il fut exilé et mis à mort par le
gouvernement Turc sous F accusation d' avoir favorisé la révolution
grecque. À F âge de 48 ans il avait épousé la Pssc SMARAGDA, .fille
du Pce Nicolas Mavroyeni, Prince Régnant de Valachie, et laissa trois
enfants :
A. Pr. ALEXANDRE CALLIMACHI. Après la mort de son père il se ré-
fugia avec sa mère à Kiew (Russie), où il fit son éducation. En
1S29 il rentra à Constantinople et fut nommé Attaché, puis
Conseiller, à. F Ambassade Ottomane à Paris. En 1848 il fut
nommé Ministre Plénipotentiaire à Londres et en 1849 au
même titre à Paris. Rappelé en 1853, il réfusa le .trône de la
Principauté de Samos et se retira à Versailles. En 1855 il fut
nommé Ambassadeur à Vienne, où il est mort sans postérité.
Il avait épousé Pss,! EUPHROSYNE, fille du Pr. Constantin Can-
tacuzène Pashkano.
B. F**' M. CALLIMACHI, mariée à Pappadopoulo, Capitaine de ma-
rine, chef de la famille Pappadopoulo-Callimachi.
c. PSSL>EUPHROSYNE CALLIMACHI, mariée au Poe Alexandre Soutzo,
Prince Régnant de Moldavie.
D. PSM: RALOU CALLIMACHI, mariée à Constantin Bogdan Palladi,
fletman.
II. Pr. JEAN CALLIMACHI, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE de
1818 à 1821, lorsqu' il fut exilé à Cesarée, où il fut pendu par ordre
du Sultan le 24 Février 1821. Il avait épousé la Pssc ROXANE, fille du
Poe Constantin Mourousi, Prince Régnant de Moldavie, et laissa deux
fils et une fille.
A. P--'so ROXANH CALLIMACHI, qui épousa Jean Persiani, Ministre
Plénipotentiaire de Russie.
13

B. Pr. THÉODORE CALLIMACHI, député, marié à la Psse ZÉNAÏDE,


fille du Pr. Alexandre Mourousi. ( Voir famille actuelle•).
c. Pr. JEAN CALLIMACHI, mort sans postérité.
III. Pr. GRÉGOIRE CALLIMACHI, troisième fils du Pr. Alexandre, épousa là
Psse RALOU, fille du Pce Nicolas Caradja, Prince Régnant de Valachie ;
mort sans postérité.
IV. Pssc RALOU CALLIMACHI, née en 1774, niariée au Pr. Coustantin Ypsi-
lanti, Prince Régnant de Valachie.
V. Psse EUPHROSYNE CALLIMACHI née en 1801, morte en 1884, mariée à Con-
stantin Soutzo, Hetnian.
4. Psse MARIE CALLIMACHI, fille ainée du Prince Jean Callimachi, épousa
le Pr. Alexandre Maurocordato, surnommé Delimbey, Prince Régnant
de Moldavie.
5. Psse SEVASTI CALLIMACHI, mariée au Pr. Michel Soutzo, Prince Régnant
de Valachie.
14

FAMILLE ACTUELLE

Le Pr. THÉODORE CALLIMACHI, néà Stancesti le 4 Janvier 1836. Député,


ancien Agent Diplomatique de Roumanie à Belgrad, fils du Pr. Jean
Callimachi,Grand Drogman de la Sublime Porte, marié à la Psso ZÉNAÏDE
fille du Pr. Alexandre Mourousi.
Enfants : ç
1. Pr. ALEXANDRE CALLIMACHI, né à Zvoresti le 12 Juin 18*8.6, marié à
MARIE, fille de George Vernesco, ancien Ministre en Roumanie.
2. Psse RALOU CALLIMACHI, née à Nice le 22 Septembre 1867.
3. Psse ZÉNAÏDE CALLIMACHI, née à Naples le 2 Septembre 1870.
4. PBSCEMMA CALLIMACHI, née à Vienne le 14 Août 1871.
5. Pr. JEAN GABRIEL CALLIMACHI, né à Genève le 13 Mai 1880.
CA N TA CUZÈ NE
FAMILLE CANTACUZÈNE

NOTICE HISTORIQUE

La noble famille de CANTACUZÈNE était déjà une des plus illustres et des
plus puissantes de l'Empire de Byzance au 12e siècle. En 1104, JEAN CANTACU-
ZÈNE, Général en Chef dans la campagne contre les Comans, se rendit maître
de Laodicée. En 1175, ANDRONIC CANTACUZÈNE était DUC de Mylasse. Un JEAN
CANTACUZÈNE se distingua dans la guerre contre les Serbes et les Dalmates
en 1150 et mourut en 1174. Il avait épousé MARIE COMNÈNE, mère de. l'Empe-
reur Manuel. Leur fils, MANUEL CANTACUZÈNE, fut privé de la vue en 1182 par
ordre de F Empereur Alexis IL Le fils de Manuel, JEAN CANTACUZÈNE, César,
fut tué parles Bulgares en i 18.6. Il avait épousé IRÈNE, soeur de F Empereur
l'saac II. Un THÉODORE CANTACUZÈNE fut tué en 1184 au siège de Nicée. En
1189 ANDRONIC CANTACUZÈNE était le conseiller favori de F Empereur Isaac IL
Enfin JEAN CANTACUZÈNE, Gouverneur de Carie, est mort le 12 Juin 1264 sous
les murs d' Andravida.
L' arbre généalogique de cette famille n' a pu, cependant, être reconstitué
d' une manière complète que jusqu' à la fin du 13° siècle. Vers cette époque, en
effet, vivait MANUEL CANTACUZÈNE, Duc de Thrace, dont la mère, THÉODORA, était
une soeur de l'Empereur Michel Paléologue, et dont une soeur épousa George Mu-
zalon, Ministre favori de l'Empereur Lascaris III. Manuel Cantacuzène laMsa
deux fils :
1. JEAN GANTACUZÈNE, Duc de Thrace, nommé Vice-Roi du Péloponnèse
en 1321, mort en prison le 6 Janvier 1342. Il avait épousé THÉODORA,
fille de Michel Tarhanius,et fut le père de l'Empereur Jean Cantacuzène.
2. NICÉPHÛRE CANTACUZÈNE, sebastocrator, qui épousa en 1357 MARIE, prin-
cesse (F Aenos, mort sans postérité.
Jean Cantacuzène eut, comme nous F avons dit, un fils :
L' EMPEREUR JEAN CANTACUZÈNE, Grand Domesticus dé F Empire sous
F Empereur Michel Paléologue, Régent de F Empire pendant la minorité de
son gendre, F Empereur Jean Paléologue, couronné EMPEREUR DE BYZANCE en
1347. 11 abdiqua vers le fin de l'année 1354 et se retira à un monastère du
5
16

M1 Athos, où il vécut, sous le nom de Joseph, jusqu' au 1 5 Juin 1383 ( selon quel-
ques historiens jusque 1411), Il avait épousé IRÈNE, fille d' Andronic Asan, Prince
de Bulgarie, qui prit le voile en 1354 sous le nom d' Eugénie,
Une soeur de F Empereur, THÉODORA CANTACUZÈNE, avait épousé l'Empe-
reur de Trébizonde, Jean Alexis Comnène, et mourut le 12 Novembre 1426.
L' Empereur Jean Cantacuzène eut sept enfants :
L Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE, couronné Roi en 1347 et EMPEREUR DE
BYZANCE au commencement de F année 1354, exilé en 1356 à Lemnos
et ensuite au Péloponnèse, où il abdiqua; mort en 1380. Il avait épousé
1", en Février 1341, IRÈNE, fille de Demètrius Paléologue et petite-fille
de F Empereur Andronic Paléologue le Vieux, décédée en 1357; 2°, en
deuxièmes noces, ROUSSNA, fille de Brankovitz, Roi de Serbie.
II. Pr. THOMAS CANTACUZÈNE, qui défendit Senderovo en 1358 contre le
Sultan Murât IL Sans postérité.
III. Pr. MANUEL CANTACUZÈNE,nommé Duc de Sparte le 26 Octobre 1841.
Il défendit le Péloponnèse contre l'incursion turque en 1353 et
mourut en 1380. Sans postérité.
IV. Pr. ANDRONIC CANTACUZÈNE, mort en 1348 sans postérité.
V. Pssc MARIE CANTACUZÈNE,mariée à Nicéphore Doucas, Despote d' Acar-
nanie. Après la mort de son mari, tombé dans la guerre contre les
Turcs en 1358, elle se retira au Couvent de Stc Marthe.
VI. Ps'e THÉODORA CANTACUZÈNE,mariée en 1346 au Sultan Orkhan.
VIL Pssc HÉLÈNE CANTACUZÈNE,mariée en 1347 à l'Empereur Jean Palé-
ologue.
Le Roi Matthieu Cantacuzène, fils aine de F Empereur Jean Cantacuzène,
eut cinq enfants, soit :
Du 1er lit :
A. Pr. JEAN CANTACUZÈNE,Despote de Sparte en 1357, qui eut un
fils, Pr. THÉODORE CANTACUZÈNE; celui-ci eut un fils, Pr. MANUEL
CANTACUZÈNE,qui fut Protostator de la Morée de 1420 en 1429^
et dont la fille, Psso HÉLÈNE CANTACUZÈNE, épousa en 1440 F Em-
pereur de Trébizonde, David Comnène.
B. Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, Général, mort en 1402, laissant deux
enfants. Pr. MANUEL CANTACUZÈNE,gouverneur à. Messine, et PS£0
ANNE CANTACUZÈNE, mariée à Etienne Doucas, Duc de S. Savas.
Du 2e lit :
c. Ps"e IRÈNE CANTACUZÈNE, mariée à George Brankovitz, Roi de
Serbie.
D. PSie THÉODORA CANTACUZÈNE, qui prit le voile.
E. Pr. DÉMÈTRE CANTACUZÈNE, Sebastocrator, Despote du Pelopon-
17

nèse en 1383, mort en 1384. Il avait épousé EYPHROSYNE LAS-


CARIS. Il laissa un fils :
Pr. ANDRONIC CANTACUZÈNE, Sebastocrator, mort en 1398. Grâce
à lui la famille impériale des Cantacuzène ne s' est pas éteinte
et a été continuéejusqu' à nos jours. Il épousa PULCHERIE, fille
de Diplovatatzi, et eut un fils :
Pr. ZACHARIE CANTACUZÈNE, dit le Crucifié, Due et Gouverneur de
Zeïtoune ( Lamie ), mort en 1420, marié à EUPHÉMIE, née Arbo-
réos, dont il eut un fils :
Pr. MICHEL CANTACUZÈNE, Protospathar, mort en 1437; marié à
ISABELLE, née Arcadios. Il eut un fils:
Pr. THÉODORE CANTACUZÈNE, mort en 1449; marié à ZOÉ, née Pa-
léologue. ' '
Son fils, Pr. EMMANUEL CANTACUZÈNE,DUC, tué le 29 Mai 1453
au siège de Constantinople. Il avait épousé GAVEDA, fille du Mar-
quis d' Aubestan. Ils eurent un fils :
Pr. ISAAC CANTACUZÈNE, Protospathar, mort en 1464, marié à
MARIE, née Vlasto. Leurs fils :
Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE, Despote d'Albanie, mort eu 1474,
avait épousé IRÈNE, née Paléologue. Ils eurent un fils :
Pr. EMMANUEL CANTACUZÈNE, Despote de Macédoine, qui mourut
en 14S9. Il avait épousé BIANCA, fille du Comte Blanchi. Leur fils:
Pr. ALEXIS CANTACUZÈNE, mort en HOl, avait épousé CATHERINE,
fille de Cornaro, le frère du Roi de Chypre. Il laissa deux fils :
Pr. MICHEL CANTACUZÈNE, mort sans postérité, et
Pr. ANDRONIC CANTACUZÈNE, mort en 1530 en laissant deux fils :
I. Pr. DÉMÈTRE CANTACUZÈNE, mis à mort parle Sultan Selim II en 1574,
dont le fils, Pr. ANDRONIC CANTACUZÈNE, fut exécuté à Constantinople par
ordre du Sultan Murad III en 1595. Il avait épousé MARTHE, fille de
Pandeli Ohrysosculo. Et
IL Pr. MICHEL CANTACUZÈNE, appelé Shaïtanoglou ou Bassamichal, renom-
mé pour ses énormes richesses et pour la magnificence de son palais
à Anchyale, où il fut mis à mort le 25 Janvier 1578 par ordre du Sul-
tan Murât 111, 11 laissa un fils :
Pr. JEAN CANTACUZÈNE, qui fut Capoukéhaya du Prince Michel le Brave
de Valachie, et qui épousa la fille du Prince Mircea de Valachie. De ce
mariage naquirent cinq fils et une fille, qui occupèrent une si grande
place dans F histoire de la Valachie et de la Moldavie au 171' siècle et
dont descendent tous les Cantacuzènes d' aujourd' hui. Ce furent :
A. Pr. MICHEL CANTACUZÈNE, mis à.mort à Constantinople en 1633, lais-
sant un fils, le Pr. DÈMÈTRE CANTACUZÈNE, né à Constantinople, Maître
18

de la Garde Robe du Prince de Valachie, Capoukehaya du Pr. Petretzei-


Voda de Moldavie, nommé PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE en 1674
jusqu'en 1676 et de 1684 à 1685. Il épousa ALEXANDRA, née Potoska,
et eut une fille :
PfSC CASSANDRA CANTACUZÈNE, mariée au Pr. Nicolas Maurocordato, Prince
.
Régnant de Moldavie.
JB. Pr. DÉMÈTRE CANTACUZÈNE, qui se réfugia en 1633 en Crimée, où il
embrassa la religion Mahomedanne.
c Pr. THOMAS CANTACUZÈNE, fut un des Amdassadeurs envoyés par le
Sultan Mourad II au Czar Michel Théodore en 1627. Se réfugia
en 1633 en Moldavie, où il occupa la charge de Grand Vornic. Sans
postérité.
D. Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, Chef de la branche moldave des Cantacu-
zène, se fixa en Moldavie en 1633 et y occupa la charge de Grand
Visternic. Voir ci-dessous les «Cantacuzène de Moldavie» branches Pas-
chano et Deleano.
E. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, Chef de la branche Valaque des Canta-
cuzène, se fixa en Valachie en 1633 et devint Grand Postelnic de
Valachie. 11 épousa la Psse HÉLÈNE, fille du Pr. Radou Serban Bassa-
raba, Prince Régnant de Valachie, née en 1610fl685. Il fut tué le 20
Décembre 1662 au monastère de Znagovi par ordre des Régents de
Valachie, le Vornic Stroïla Leourdiano et le Grand Vestiar Dimi-
trasco, pendant F absence du Prince Grégoire Ghika à la guerre
contre la Hongrie. Voir ci-dessous la brandie, valaque des Can-
tacuzène.
p. Psse BELLA CANTACUZÈNE mariée à Lascaris Rosetti. Leur fils, le Pr.
Antoine Rosetti, fut Prince Régnant de Moldavie en 1676.
19

CANTACUZÈNE DE MOLDAVIE

Le Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, quatrième fils de Jean, fut, avons nous dit plus
haut, le chef de la Branche Moldave de cette famille. Il eut quatre fils, qui
parvinrent tous à une haute position en Moldavie ; ce furent:
1. Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, qui eut un fils, nommé également
Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, Grand Spathar, lequel eut deux fils et trois
filles.
Il est probable que c' est du Grand Spathar George Cantacuzène que
descendent les Cantacuzène-Pashcano de Moldavie.
Il aurait eut les enfants suivants :
I. Pr. GEORGE CANTACUZÈXE PASHCANO, qui laissa trois fils :
A. Pr. COXSTANTIN CANTACUZÈNE PASHCANO,
marié à, une Rosetti.
(Voir famille actuelle).
B. Pr. MICHEL CANTACUZÈNE PASHCANO, qui eut deux filles :
a. Psso ROXANK CANTACUZÈNE PASHCANO, mariée à Panayote
Balsche ; décédée.
l>. Une deuxième fille, mariée à Vacaresco. Décédée.
c Pr. ALEXANDRE CANTACUZÈNE PASHCANO. ( Voir famille actuelle).
II. Un deuxième fils, qui fut le père de la Ps<c ELISABETH CANTACUZÈNE
PASHCANO, mariée au Pr. Stirbey, Prince Régnant de Valachie en 1849.
III. Une fille, qui épousa le Pr. Charles Ghika V, Prince Régnant de Mol-
davie en 1757 — 1758 et de Valachie en 1758 — 1761 et 1765 — 1766.
IV. Pssc CATHERINE CANTACUZÈNE PASHCANO, mariée à Grégoire Ghika de
Moldavie.
V. Une troisième fille.
2. Pr. BASILE CANTACUZÈNE, deuxième fils du Prince George Cantacuzène,
sans postérité.
3. Pr. ELIE CANTACUZÈNE,troisième fils du Prince George Cantacuzène, sans
postérité.
4. Pr. JEAN CANTACUZÈNE, quatrième fils du Prince George Cantacuzène.
Ce dernier eut trois fils:
I. Pr. CHERBAN (Serge) CANTACUZÈNE, qui
se fit moine.
II. Pr. THÉODORE CANTACUZÈNE,Grand Stolnic, qui laissa trois fils, dont
nous ignorons les noms.
III. Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, Grand Logothète, dit « Deleano » du nom de
20

sa terre patrimoniale. Il épousa une fille du Prince Racovitza et eut d'elle


trois fils et trois filles. Les noms des deux suivants seulement nous
sont parvenus :
A. PSSC ELISABETH ( Safta ) CANTACUZÈNE, mariée à Constantin Can-
tacuzène, fils de Matthieu, Grand Ban de Craïova, et
B. Pr. JEAN CANTACUZÈNE,Grand Logothète, marié à Zoé, fille d' A-
lexandre Ghika, Grand Drogman de la S. Porte. Ils eurent un fils: ~
Pr. MATHIEU CANTACUZÈNE, Grand Vestiar de Moldavie. En 1791
il se réfugia en Russie, où il obtint le grade de Conseiller d' État
Effectif. Mort en 1817. Il avait épousé la Psse RALOU, fille du Pr.
Grégoire Callimachi, Prince Régnant de Moldavie. Le Pr. Mat-
thieu Cantacuzène eut les six fils suivants, dont descendent tous
les Cantacuzène de Moldavie, établis aujourd'hui'en Russie.
a. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, mort sans postérité.
1>. Pr. JEAN CANTACUZÈNE, sans postérité.
c. Pr. GRÉGOIRE CANTACUZÈNE, Général-Major dans F armée
russe, blessé à la bataille d' Austerlitz, tué le 12 Août
1812 à la bataille de Borodine; sans postérité.
d. Pr. ALEXANDRE CANTACUZÈNE, né à Jassy, Chambellanà la
Cour de Russie, prit une grande part à la Révolution Grec-
que en 1821 et mourut à Athènes en 1841. Il avait épousé
Elisabeth, fille de Michel Daragan. Ils eurent les enfants
suivants :
a. Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE, servit dans F armée grec-
que et ensuite comme fonctionnaire civil en Grèce.
Marié à la P*sl" Ernestine, fille de Georges Ghika.
b. Pr. MICHEL CANTACUZÈNE,Lieutenant - d' Artillerie dans
F armée grecque, ensuite Capitaine d' Etat-major dans
F armée russe, Maréchal de noblesse de la Bessarabie
(1857) et Conseiller d'État effectif (.1860). Mort en
1881. MariéTà la C*sc Louise d'Arniansberg, fille du
Comte d' Arniansberg, Chancelier de Grèce, 2° à Alexan-
dra, fille de Paul Feodoroff, 3" à Eudoxie, fille d' Arta-
nion Sokalloff. (Voir famille actuelle).
c. Pr. DÉMÈTRE CANTACUZÈNE, qui servit dans F armée
grecque. Le 26 Juin 1835 il épousa la Cssc Sophie d'Ar-
niansberg, née le 12 Août 1819 Décédé. ( Voir famille
actuelle).
d. Pr. ALEXANDRE CANTACUZÈNE, fonctionnaire publique en '
Grèce, Conseiller à la Cour de Cassation de Bucarest,
marié à Marie Cantacuzène, mort en 1884.
21

e. Pr. ARISTIDE CANTACUZÈNE,Lieutenant de Cavalerie en


Russie.
f. Pssc NADINE CANTACUZÈNE,mariée au Pr. Charles Soutzo,
fils du Prince Alexandre Soutzo, Prince Régnant de
Moldavie, Général dans F armée grecque.
g. Pssc HÉLÈNE CANTACUZÈNE, née le 18 Septembre 1819
mariée au Comte Morris 0'Donnel-Tàrco^el, Chambel-
lan à la Cour d' Autriche, morte le 29 Décembre 1845.
e- Pr. DÉMÈTRE CANTACUZÈNE, servit au Ministère des Affaires
Etrangères en Russie.
f- Pr.
GEORGE CANTACUZÈNE, Colonel de Cavalerie au service
russe. Il prit part aux campagnes de 1806, 1807 et 1812?
sous les ordres du Comte PlatoAv, et en 1813 avec les parti-
sans du Comte Tsermisclievitz. Il parlait couramment le
grec et fit preuve d' un grand enthousiasme pour la cause
de la délivrace de la Grèce lors de F expédition du Prince
Ypsilanti, à laquelle il prit une part active. Marié à la P?se
Hélène, fille du Pr. Michel Gortchakoff. Mort en 1S57. Il
laissa cinq fils et une fille, soit
a. Pr.GRÉGOIRE CANTACUZÈNE, Lieutenant d'Artillerie dans
F armée grecque, plus tard Colonel dans F armée
russe. Marié 1° à Marie, fille de Matthieu Croupenski,
décédée en 1855, 2° à Anne Ivanovna, veuve du Prince
Jules Dolgorouki. ( Voir famille actuelle ).
b. Pr. LÉON CANTACUZÈNE, marié à la B"'"'Emilie de Kos-
kul, mort en 1874. (Voir famille actuelle ).
c. Pr.GEORGE CANTACUZÈNE, Lieutenant des Hussards, ma-
rié à Hélène Bashet. (Voir famille actuelle ).
d. Pr. MICHEL CANTACUZÈNE marié à Elisabeth Donitz (Voir
famille actuelle ).
e. Pr. NICOLAS CANTACUZÈNE, Adjudant au Régiment des
IJhlans de S. Archangel.
^ p:-sc OLGA CANTACUZÈNE, mariée à Nicolas Ch. Giers, Mi-
nistre des Affaires Etrangères de Russie.
g. Pssc ASPASIE CANTACUZÈNE, mariée à Basile Kotsebou,
Conseiller Privé.
22

CANTACUZENE DE VALACHIE

Nous avons vu plus haut que le Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE,cinquième


fils du Grand Gapoukehaya Jean Cantacuzène, vint se fixer en 1633 en Vala-
chie, y épousa Hélène, fille du Prince de Valachie, Radou Serban Bassaraba,
et devint Grand Postelnic de Valachie. Il eut six fils, dont descendent tous les
Cantacuzène établis actuellement en A^alachie, soit :
1. Pr. DRAGHITZ (Trajan) CANTACUZÈNE, Grand Logothète sous le Prince
Mihna et Grand Spathar sous le Prince Grégoire Ghika de Valachie,
qu' il accompagna dans la guerre contre la Hongrie. Il avait reçu en
partage de son père la terre de Magouréni (district de Prahova), d' où
ses descendants sont souvent appelés Cantacuzène - Magoureano. Mort à
Constantinople le 13 Novembre 1667 et enterré au Monastère de Co-
mana. Il avait épousé Pagona, fille du Grand Logothète Doudesculo-
Bountesculo, et laissa trois filles et quatre fils, soit :
I. Psse MARIE CANTACUZÈNE, mariée à lzvoreano.
II. PSS1' CALITZE CANTACUZÈNE, mariée a Manta Campineano.
III. Pssc ANTITZA CANTACUZÈNE, mariée à Candesco ( Mihalces'co ).
IV. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, mort en bas âge.
V. Pr. GRÉGOIRE CANTACUZÈNE, mort en bas âge.
VI. Pr. CHERBAN CANTACUZÈNE, Grand Vornic, Grand Comissos et Ga-
poukehaya, marié 1" à Marie, fille du Vornic Giucea Rustea, 2° à A-
drienne, fille du Clouciar Falcoyanno. Mort sans postérité en 1665,
empoisonné par ses ennemis politiques dans la Cour du Prince
Radul.
VII. Pr. PERVO ( Pourbule ) CANTACUZÈNE, Stolnic 11 accompagna, en
1674, en Valachie le Prince Douca Voda, en qualité de Logothète.
Pendant le règne de son oncle, le Prince Cherban Cantacuzène,il
représenta la Valachie à Constantinople comme Gapoukehaya. Mort
en 1690. Il avait épousé Hélène, fille de Maresch Bojesco, Grand
Ban de Craïova, et laissa une fille et trois fils, soit:
A. PSM> PAGONA CANTACUZÈNE, mariée à Barbou Grecéano.
B. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE,marié à Anna, fille du boyard
Tomara. De ce mariage naquit un fils, Pr. CHERBAN CAN-
TACUZÈNE, mort en 1756 sans descendance.
c. Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE, dit Magouréano, Ban de Craï-
ova de 1735 à 1740. Mort en Octobre 1740 à Bucarest. Il a-
vait épousé Pagona, fille de Belisaire Ghincéa Rustea. Son
portrait se trouve à F Eglise Magouréano à Bucarest. Il
laissa une fille et quatre fils, soit :
a. Psse MARIE CANTACUZÈNE, mariée au Sétrare Cherban
Farcashano.
l>. Pr- CONSTANTIN CANTACUZÈNE^!! établit définitivement en
Moldavie en 1733 et y épousa Safta, fille du Logothète
Georges Cantacuzène, dit Deleano ( de sa terre patrimo-
niale). Il mourut en 1761 à Jassy, en laissant trois filles
et un fils, savoir :
a. Pssc ESMERALDA CANTACUZÈNE, mariée au Logothète
Botez.
b. P5Se MARIE CANTACUZÈNE, mariée à Grégoire Negel
Costachi.
c. Pssc HÉLÈNE CANTACUZÈNE, mariée au Spathar Conaki.
d. Pr. Jon CANTACUZÈNE,Vestiar, dit Deleano-Maguréano,
marié en 1787 à Marie de Balsch. Ses descendants sont
restés définitivement en Moldavie.
c. Pr. PERVO III CANTACUZÈNE,Magouréano^ successivement
Grand Spathar, Logothète et Ban de Craïova. En 1769 il
fut nommé par le Maréchal russe Romanzow,Gouverneur
de la Valachie, après F occupation de Bucarest par les
troupes russes. 11 périt en 1770, près du monastère de
Comona, dans une bataille contre les Turcs. Il avait é-
pousé, 1° Marie, fille d' Andronic Paladi, morte en 1741,
2" Hélène, fille de Chrysosculo, et 3° Esmeralda, fille de
Paladi, Hetman de Moldavie. Il laissa une fille, Pssc MARIE
CANTACUZÈNE,qui épousa le Logothète Théodore de Balsch.
<I. Pr. MICHEL CANTACUZÈNE,né en 1723, Vestiar, qui fonda
F Eglise dite Schitul Magouréano à Bucarest, où se trouve
son portrait. En 1768 il faisait partie d'une députation
de valaques à S. Petersbourg. En 1774 il se retira à S.
Petersbourg, après avoir vendu toutes ses propriétés en
Valachie, et fut nommé, de l'Impératrice Catherine, Gé-
néral-Majoret Conseiller d'État Effectif, en même temps
que le titre de PRINCE lui fut reconnu par Ukase Impé-
rial. Mort en 1790.11 avait épousé Hélène,fille de Const.
Vacaresco, morte en 1767. Il eut quatre filles :

6
24

a. Psse MARIE CANTACUZÈNE,mariée en 1767 à Emmanuel


Vatatzi, Vestiar, morte à S. Petersbourg en 1804.
b. Psse PAGONA CANTACUZÈNE,mariée en 1769 au Pr. Con-
stantin Cantacuzène, arrière-petit-fils du Prince Cher-
ban Cantacuzène. Morte en 1771.
c. Psso ESMERALDE CANTACUZÈNE,.mariée à Nicolas Caz-
zaro, morte le 6 Décembre 1807.
d. Psse ROXANE CANTACUZÈNE, mariée en 1787 au Géné-
ral Alexis Mélisino, tombé à Dresde le 26 Août i 813,
morte en 1828,
e. Pr. RODOLPHE ( ou Radoucano ) CANTACUZÈNE, Magouré-
ano, nommé aussi «le Colonel russe». Clouciar. Fit ses
études de 1744 à 1748 à Venise avec les fils des Grands
Boyards,envoyés à cet effet en Italie par le Prince Con-
stantin Maurocordato. Il s'établit en Russie, où le titre de
PRINCE lui fut reconnu et des propriétés étendues oc-
troyées. Il forma un régiment de Hussards volontaires,
dont il obtint le commandement avec le grade de Colonel
de l'armée russe, et se distingua au siège de Silivrie en
1773 ; mort en 1774. En 1750 il avait épousé la Psse Ca-
therine, fille du Pr. Jean Maurocordato, Prince Régnant
de Moldavie, décédée en 1811 à Bucarest. Ils eurent une
fille et deux fils :
a. Psse ROXANDRE CANTACUZÈNE, mariée au Ban Constantin
D. Ghika de Valachie.
b. Pr. JEAN CANTACUZÈNE, né à Constantinople en 1756,
Grand Spathar de Valachie. En 1788, condamné a
mort, il se réfugia en Autriche, et en 1791 il passa en
Russie, où il reçut le grade de Colonel de F armée
russe ; mort en 1828 sans postérité.
c. Pr. NICOLAS CANTNCUZÈNE,né. en 1761, Lieutenant Co-
lonel dans F armée autrichienne, chef des volontaires
de Cobourg. Il assista en 1770 à la prise d'Ismaïlia. En
1791 il passa en Russie et forma une troupe de Coza-
ques du Boug. En 1796 il obtint le Commandement
d' un régiment de Grenadiers de F armée régulière.
En 1808 il fut nommé Hetman des Cozaques du Boug,
jusqu' en 1818, lorsqu'il fut nommé Lieutenant Géné-
ral. Mort à Odessa en 1841. Il avait épousé Hélène, fille
d' Alexandre Gennadi, née en 1781, morte en 1847. Il
laissa cinq fils et trois filles :
25

1°. Pr. (Radou ou Rodolphe) CANTACUZÈNE, offi-


RODION
cier de Cavalerie et ensuite d'Artillerie de la Garde,
prit part aux campagnes de 1828-9 en Turquie* de
1831 et de 1854 en Crimée, lorsqu' il fut nommé Li-
eutenant-Général; mort le 27 Décembre 1880.11avait
épousé Marie, fille d' Alexandre Froloff Bagraeff
et d'une fille du fameux Comte M. Speranski. ( Voir
famille actuelle }.
2° Pr. ALEXANDRE CANTACUZÈNE,Capitaine de Cavalerie
dans F armée russe, mort en 1857. Il avait épousé la
Baronne Marie, fille du Bon Jean Renaud. ( Voir fa-
mille actuelle ).
3* Pr. ALEXIS CANTACUZÈNE,Capitaine de Cavaleriedans
F armée russe, marié, r à Nadejda, fille de Michel
Kyriaco, née en 1819, morte en 1874, et 2" à Sophie,
fille de Pierre Mihaïlofski, née en 1837. (Voir famille
actuelle ).
4° Pr. MICHEL CANTACUZÈNE,mort en 1852.
5° Pr. JEAN CANTACUZÈNE, ancien Lieutenant d'artillerie
dans F armée russe, marié à Sophie, fille de Paul
Erdely. ( Voir famille actuelle ).
6° Pssc ELISABETH CANTACUZÈNE,mariée à Paul Cozloff,
morte en 1845.
7° Psso THEODOSIE CA.NTACUZÈNE, mariée au Général Her-
cule Boronoff, morte en 1862.
8" Psse OLYMPIA CANTACUZÈNE, mariée à Alexandre Kor-
oeff, morte en 1834.
D. Pr. PERVO II ( Ppurbule ) CANTACUZÈNE, troisième et dernier
fils de Pervo I, Vel Stolnic, mort en 1751 en sa terre de
Magouréni. Il avait épousé 1° Pagona, fille du Paharnic
Tigveano, et 2° Victoria, fille de Georges Rosetti, Grand Vi-
sternic. Il eut cinq enfants, soit :
a. Pssc SAFTA ( Elisabeth ) CANTACUZÈNE, mariée au Paharnic
Marco Barbatesco.
b. Pr- JEAN CANTACUZÈNE, Paharnic, marié en 1746 à Marie,
fille du Sétrare Nicolas Boziano. Il mourut en 1749 lais-
sant deux fils :
1° Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, appelé Dinou, qui mou-
rut en 1797 sans postérité.
2° Pr. GEORGES CANTACUZÈNE, né en 1747, Clouciar, mort

6*
26

en 1803. Il avait épousé Marie ( Maricoutza ), fille du


Ban Stefan Perscoveano. Il eut deux fils :
Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, né vers 1798, Grand
Postelnic de Valachie, En 1848-1849 il fut nommé
Caïmakan ( lieutenant-princier ) de Valachie, et en
1856 Président du Conseil d' Administration Extraor-
dinaire de Valachie, marié à Zoé Slatinéano. ( Voir
.
famille actuelle ).
Pr. GRÉGOIRE CANTACUZÈNE, né en 1800, Grand Vor-
nic, mort en 1849. Il avait épousé en 1830 Alexan-
drine, fille du Clouciar Constantin Cretzoulesco (Voir
familleactuelle ).
c. Pr. ETIENNE CANTACUZÈNE, mort en bas âge.
d. Psse CATHERINE CANTACUZÈNE, mariée au Stolnic Jean
Balaceano.
e. Pssu ESMERVLDA CANTACUZÈNE, mariée à Jean Slatinéano.
2. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, Stolnic, deuxième fils du Postelnic Constan-
tin Cantacuzène, qui fut le chef de la branche valaque de cette famille.
Il accompagna en 1662 le Prince Grégoire dans sa campagne contre la
Hongrie. En 1672 il fut exilé par ce même Prince en Crète, où il resta
jusqu'à l'avènement du Prince Douca Voda en 1674. Décapité en 1716
avec son fils, le Pr. Etienne, à Constantinople. Sa femme s' appelait
Stana. Il eut quatre enfants :
I. Pssc MARIE CANTACUZÈNE, mariée à Radul Doudesco,. Grand
Logothète, arrêté et exécuté à Andrinople en Janvier
1716, lorsque son beau-frère, le Pr. Etienne, fut condamné
à mort. Sa femme put se réfugier en Transylvanie avec
son fils.
II. Une fille qui épousa le boyard Léourdeano.
III. Pr. RADOU CANTACUZÈNE, Grand Spathar, mort en Février
1715, laissant un fils, mort sans postérité, et deux filles,
dont l'une, Psso SMARAGDA CANTACUZÈNE, épousa en 1730 1e
Pr. Constantin Maurocordato, Prince Régnant de Valachie,
et mourut en 1731.
IV Pr. ETIENNE CANTACUZÈNE, Grand Spathar, PRINCE RÉGNANT
DE VALACHIE du 24 Mars 1714 jusqu' au mois de Janvier
1716, lorsqu' il fut rappelé à Constantinople par ordre du
Grand Vizir Djin Ali Pacha, et jeté en prison avec son père,
Constantin Stolnic,, où leurs têtes furent tranchées et ex-
posées à la porte de la prison et leurs biens confisqués, sous
F inculpation d' avoir entretenu des relations avec la Cour
27

de Vienne. Le Pr. Etienne avait épousé en 1709 Pagona Du-


desco, morte en 1740 en Transylvanie, et laissa deux fils:
A. Pr. RODOLPHE CANTACUZÈNE qui se réfugia en Autriche, où,
par Lettre Patente du 26 Mai 1735, l'Empereur Charles
VI lui reconnut le titre de PRINCE DE L' EMPIRE. Rodolphe
entra dans le service militaire de F Autriche et parvint au
grade de Général-Major. Il mourut en Pologne laissant
deux filles :
a. Pssc LÉOPOLDINE CANTACUZÈNE, Dame d' Honneur à la Cour
d' Autriche, mariée au Général Autrichien Comte Henri
l 0' Donnel-Tsarkonnel. /
6->." ="-<.o--.-X-' i). Pssc CÉCILE CANTACUZÈNE, Dame d'Honneur à la Cour d'Au-
triche, mariée au Colonel Autrichien Comte Moltza.
B. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, entra au service de la Rus-
sie, dont il se retira avec le grade de Général-Major
et se fixa à Venise. Arrêté en 1746 pour des raisons poli-
tiques par les authorités autrichiennes, il fut retenu pen-
dant 35 ans au château de Gratz. Il mourut quelques jours
après sa mise en liberté en 1781. Il avait épousé une PS5e
Cheremeteff. Il laissa deux fils, tous deux morts sans po-
stérité :
a. Pr. ABRAHAM CANTACUZÈNE,Capitaine dans F armée russe,
mort en 1781.
1». Pr. ALEXANDRE CANTACUZÈNE, Major dans F armée russe,
mort en 1772 pendant la guerre contre les Turcs.
3. Pr. CHERBAN CANTACUZÈNE, troisième fils du Postelnic Constantin, né en
1640. En 1652 il était 2e Logothète et prenait part dans la guerre con-
tre la Hongrie. En 1 669 il fut nommé Gd Spathar par le Pr. Antoine. En
1672 il fut exilé en Crète par le Pr. Grégoire Ghika, jusqu' à F avène-
ment du Prince Douca, qui le nomma en 1674 son Caïmakan ou Lieu-
tenant Princier en Valachie, jusqu' à son arrivée dans ce pays. Nommé
PRINCE RÉGNAIT DE VALACHIE en 1679, il régna jusqu' en 1689. En 1683
il prit part, à la tête des troupes valaques, au siège de Vienne, mais, s'é-
tant abouché avec F Empereur Léopold l01', il persuada au Grand Vezir
Kara-Mustapha de ne pas risquer un assaut et donna ainsi le temps au
Roi Sobieski d' arriver au secours de la ville assiégée. 11 conçut ensuite
F idée de faire chasser les Turcs de F Europe et envoya son frère Geor-
ges en Ambassade auprès de F Empereur Léopold, et fit en même temps
une alliance secrète avec les Czars Jean et Pierre de Russie, qui lui
promirent le trône de Constantinople en cas de succès, mais, au milieu
de ces négociations, il fut empoisonné le 20 Octobre 1689 par son frère
28

Constantin, et son neveu, le Pr. Constantin Bassaraba Braneovan, qui


n' approuvaient pas sa politique et avaient fait des efforts inutiles
pour le détourner de ses dangereux desseins. Il se maria deux fois, 1° à
la fille du Vornic Stroïla Leourdano et 2° à Marie, fille du Cluciar Guis-
tzea de Nicopolis, en Serbie. De son second mariage il eut quatre fille
et un fils :
I. Pssc CASSANDRA CANTACUZÈNE, née en 1682, mariée en 1699 au Pr.
Démètre Cantemir, Prince Régnant de Valachie, né en 1663, mort
le 30 Août 1723; morte le 11 Mai 1713 à Moscou.
IL P5SC MARIE CANTACUZÈNE, mariée à Constantin Balaceano, Aga,
Général au service de F Autriche et Comte de F Empire cl' Al-
lemagne, et en 2'"" noces au boyard Eustratios Jordan ou Ur-
dareano.
III. Pssc BALASSA CANTACUZÈNE, mariée à Vlasto, baron de F Em-
pire d' Allemagne.
IV. Psse SMARAGDA CANTACUZÈNE, mariée en 1738 au Pr. Alexandre
Maurocordato, fils du Pr. Nicolas Maurocordato, Prince Ré-
gnant de Moldavie, et morte peu après son mariage.
V. Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, fils unique du Prince Cherban. À la
mort de son père, il se réfugia avec sa mère en Autriche,
où il jouit de la faveur et de la protection impériale. L' Em-
pereur Léopold lui décerna le titre de Comte de F Empire
Romain et le grade de Général-Major. En 1717, grâce aux
sacrifices de sa mère, il fut choisi comme Prince de. Vala-
chie, mais le Sultan ne ratifia point ce choix, et en 1719 il
obtint la dignité de Grand Ban de Craïova, qu' il occupa
de 1719 en 1726. Mort à Hermanstadt en 1739. Il épousa en
1709 la Psse Cassandra, fille du Pr. George Rosetti, fils du Pr.
Antoine, Prince Régnant de Valachie. Ses descendants forment
la branche des Cantacuzène de Ploesci ( ou Rîfoveano et Corne-
ano, du nom de leurs terres ). Il eut les enfants suivants :
A. Pr. CHERBAN CANTACUZÈNE, mort sans postérité.
B. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, ne laissa pas de postérité.
c Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, marié à la fille de Matthieu Moyo-
cherco, sans postérité.
D. Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE, marié à la fille du boyard Dou-
desco, Comte de F Empire d' Allemagne. Ils eurent trois
enfants :
a. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, mort en 1772, marié à Pago-
na, fille de Michel Matthieu Cantacuzène Magouréano, Ve-
stiar et Général-Major russe, morte en 1771,laissant un
29

fils, PT.PERVO CANTACUZÈNE,Page à la Cour de Russie, né le


4 Août 1770, mort le Mars 1786 sans postérité.
4
ly. Pr. NICOLAS CANTACUZÈNE, marié 1° à une fille du Logo-
thète Constantin Paladi, 2" à une fille du boyard Rosetti.
Il laissa un fils :
Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE, dit Beïcou, Aga, qui épousa en
lres noces Hélène Balaceano, et en. 2dcs noces Hélène Campi-

neano. Mort en 1833 sans postérité.


c. Pssc MARIE CANTACUZÈNE,mariée 1° à George Cretzoulesco, et
2" à Démètre Racovitza.
E. Pr. THOMAS CANTACUZÈNE, Grand Logothète, marié à Marie,
fille du boyard Bratachano. Il eurent deux filles et un fils.
Des deux filles, l'une épousa le boyard Topliceano et F autre le
boyard Barbatesco. Le fils :
Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE,dit Corneano, à cause de sa terre
de Cornon, dans le District de Prahova, laissa un fils :
Pr. GEORGES CANTACUZÈNE, marié en lres noces à la fille de
Rîfbveano, ainsi nommé à cause de sa terre de Rîfovo
dans, le District de Prahova, et en 2,ks noces à la fille de
Matraca. Il eut deux fils :
Du 1er lit
a. Pr.CoNSTANTiN CANTACUZÈNE, marié l\àMarieBoudichte-
ano,et 2°à HélèneMaurocordato. (Voir famille actuelle).
Die 2e lit
b. Pr. marié à une de Flo-
GITZA ( Georges ) CANTACUZÈNE,
resco, mort en 1891. ( Voir famille actuelle).
4. MICHEL CANTACUZÈNE, quatrième fils du Postelnic Constantin, Grand Spa-
thar de Valachie, fondateur de F Hôpital Coltzea et du Monastère de Si-
naïa, jouissait d' une grande faveur à Constantinople, où il obtint la no-
mination de Douca Voda au trône de Valachie et le rappel de ses frères,
exilés en Crète par le Prince Ghika. En 1680 il accompagna sa mère et
sa soeur dans un pèlerinage à Jérusalem. Après la mort de son neveu,
le Pr. Etienne, il fut arrêté, trahie à Andrinople et exécuté le 7 Juillet
1716. Il avait épousé en 2CS noces la fille du Vornic Coltzea et eut cinq
filles et un fils :
Pr.MiciiEL CANTACUZÈNE,Comissos, marié et mort jeune sans postérité.
5. Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE,cinquième fils du Postelnic Constantin, Grand
Aga, mort en 1686. Il avait épousé Balassa, fille du Vornic Gherghé. Il
n' eut qu' un fils :
Pr. THOMAS CANTACUZÈNE,Grand Spathar de Valachie, Comte de l'Em-
pire Romain, Général-Major au service de la Russie sous Pierre le
30

Grand. Il obtint de cet Empereur une armée de 8,000 hommes sous le Gé-
néral Renne, lorsqu' éclata la guerre entre la Russie et la Turquie en
1711, et réussit à prendre possession de la ville de Braïla, mais, à la con-
clusion de la paix, il dut se retirer et se fixa définitivement en Russie,
où il mourut en 1722. Il avait épousé Marie, fille du Coupar Duca He-
resco, et eut un fils, nommé également Pr. THOMAS CANTACUZÈNE, mort
en bas âge en Russie.
6. Pr. GEORGE CANTACUZÈNE, sixième et dernier fils du Postelnic Constantin,
Grand Spathar, né en 1651. En 1686 il marcha sur Buda-Pesth comme
Général en Chef des troupes valaques. Il fut ensuite envoyé en mission
à Vienne par son frère, le Prince Cherban. Mort en 1692. Il avait épousé
la soeur du Vestiar Barba Farcapano. Il eut seulement une fille, Pssc MA-
RIE CANTACUZÈNE,mariée 1° à Paléologue Julian de Constantinople, 2" à
Constantin Ramadan.
7. La fille ainée du Postelnic Constantin, mariée au Ban Vintila Corbeano.
8. Deuxième fille du Postelnic Constantin, mariée à Jean Catargï.
9. Psso STANCA ( Hélène ) CANTACUZÈNE,née en 1636 f 1698, mariée à Matthieu
Braneovan, mère du Pr- Constantin Bassaraba Braneovan.
10. Une fille mariée au Spathar Pana Filipesco.
11. Pssc FLORICA CANTACUZÈNE, mariée au Boyard Costin.
12. Une fille mariée au Logothète Radou Cretzoulesco.
13. Une fille morte jeune.
31

FAMILLE ACTUELLE

A. BRANCHE MOLDAVE

A. EN BAVIÈRE

Enfants du Pr. Démètre, fils du Pr. Alexandre Cantacuzène, et de la


Cssc Sophie, née d' Arniansberg, son épouse.

I. Pr. ALEXANDRE CANTACUZÈNE, né en 1838, officier d' artillerie en retraite


en Bavière, marié à la Psse ELISABETH, fille du Pr. Matthieu Cantacuzène,
sa cousine, née en 1842.
Enfants :
Psso MARIE CANTACUZÈNE,née en 1862, morte en 1863.
Pr. CHARLES CANTACUZÈNE, né en 1864.
Pssc OLGA CANTACUZÈNE,née en 1868.
Pr. FRÉDÉRIC CANTACUZÈNE, né
en 1874.
IL THÉODORE CANTACUZÈNE,né le 19 Juillet i 841 au château d'Egg,près
Pr.
Heggendorf ( Bavière ), ancien officier de Cavalerie en Bavière, marié à
Prague le 9 Janvier 1864 à CAROLINE née Comtesse Deym, fille du Ctc Fré-
déric Deym-Striter et de Caroline néeCsse Buquoy,néele 29 Septembre 1842.
Enfants :
Pss<- ELSA CANTACUZÈNE, née le 23 Février 1865 à Gmunden( Autriche ).
Pss" MARIE CANTACUZÈNE, née le 28 Août 1866 au château de Strass près
de Dassau (Bavière), mariée le 14 Avril 1887 à Munich avec le Chevalier
Maximilien de Hellingrath, Lieut. d' Artillerie en Bavière.
P~ePAULA CANTACUZÈNE,née le 20 Juillet 1873 à Munich.
III. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE, né le 24 Février 1844 à Baya (Moldavie),
officier de cavalerie autrichienne, mort le 27 Mai 1875, marié à Prague
le 1 Février 1869 à
Sa veuve :
P-c VICTOIRE CANTACUZÈNE, née Nadherny de Borntin, fille du Chevalier
Louis de Nadherny Borntin et de Sidonie, née B"ne de Windenheim.
Fille:
le 11 Octobre 1871 à Lohan (Bavière).
pss« SOPHIE CANTACUZÈNE,née
IV. P** IRÈNE CANTACUZÈNE,née en I8i0, mariée à M. de Nalez Grabrecoski
de Bucarest.
7
32

B. EN RUSSIE

1. Enfants du Pr. Michel, fils du Pr. Alexandre Cantacuzène, et de 2" Alexandra


née Feodoroff. 3° Eudoxie née Sokoloff.
Du 2e lit :
I. Pr. PAUL CANTACUZÈNE, marié à la Pssc MARIE,, fille du Pr. Jean Cantacu-
zène, décédée.
Du 3e lit:
IL Psse HÉLÈNE CANTACUZÈNE.

2. Enfants. du Pr. Grégoire, fils du Pr. George Cantacuzène, et de Marie


née Krupenshi son épouse.
Du 1er lit :
I. Pr.LÉoNiDAS CANTACUZÈNE,marié à MARIE, fille d'EmileChristavitz, décédée.
Leurs enfants.
pSso ]yrARIB CANTACUZÈNE.
Psse SOPHIE CANTACUZÈNE.
psse NTADINE CANTACUZÈNE.
II. Pr. GRÉGOIRE CANTACUZÈNE,mort en 1855 sans postérité.
III. Pr. NICOLAS CANTACUZÈNE.
IV. Pr. GEORGE CANTACUZÈNE,marié à NADINE, fille de Nicolas Taounley.
Leurs enfants.
Pr. VLADIMIR CANTACUZÈNE.
Pr. GEORGE CANTACUZÈNE.
Pssc HÉLÈNE CANTACUZÈNE.
Psse MARIE CANTACUZÈNE.
Pssc SOPHIE CANTACUZÈNE.
V. Pssc ASPASIE CANTACUZÈNE, mariée à Jean Andriach ( Bessarabie ).
VI. Psse HÉLÈNE CANTACUZÈNE, mariée à Alexandre Semeko ( Bucovine ).
VIL Ps3e MARIE CANTACUZÈNE, mariée à M. Domanski.
VIII. Psse CATHERINE CANTACUZÈNE, décédée en 1855.
IV. Psse SOPHIE CANTACUZÈNE. *

5. Enfants du Pr. Léon, fils du Pr. George Cantacuzène, et d' Emilie née
B""r de Koskull, (vivante), son épouse.
I. Pr. EMILE CANTACUZÈNE, mort en 1863, marié à HÉLÈNE, née Bogdano,
décédée.
IL Pr. GRÉGOIRE né le 26 Mai 1843, Chambellan, Conseiller de
CANTACUZÈNE,
F Ambassade de Russie à Vienne, marié le 4 Février 1876 à MARIE, fille
du Comte Pierre Schouvaloff et de la Csse Sophie, née Naryschkine, dé-
cédée le 21 Décembre 1876.
33

Leurs fille :
Psse MARIE CANTACUZÈNE,née le 15 Décembre 1876.
III. Pr. ARISTIDE CANTACUZÈNE, né en 1844, Gentilhomme de la Chambre de
Empereur de Russie.
F
IV. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE.
V. Pr. NICOLAS CANTACUZÈNE, mort en 1858.
VI. Pssc SOPHIE CANTACUZÈNE, née le 16 Février 1842, mariée en 1863 à Con-
stantin de Pencker, morte le 5 Octobre 1885.
VIL Psse OLGA CANTACUZÈNE, morte en 1856.
VIII. Psse MARIE CANTACUZÈNE, morte en 1878.
4. Enfants du Pr. Michel, fils du Pr. George Cantacuzène, et d' Elisabeth
née Donitz, son épouse.
I. Pr. MICHEL CANTACUZÈNE, Officier d' Artillerie, Aide-de-Camp du Grand
Duc Michel de Russie.
IL Pr. PAUL CANTACUZÈNE, Officier en retraite au Régiment des Dragons de
Vladimir en Russie, marié à.. ..
c. EN ROUMANIE
1. Enfants du Pr. George, fils du Pr. George Cantacuzène, et d' Hélène
née Bashet, son épouse.
I. Pr. ARTHUR CANTACUZÈNE.
IL Pr. MÏLTIADE CANTACUZÈNE.
III. Pr. ALEXANDRE CANTACUZÈNE.
2. Enfants du Pr. Matthieu, fils du Pr. Alexandre Cantacuzène et d' Er-
nesline née Ghika, son épouse.
I. Pr. GRÉGOIRE CANTACUZÈNE.
IL Pssc ELISABETH CANTACUZÈNE, mariée au Prince Alexandre Cantacuzène,
son cousin germain.
3. Enfants du Pr. Constantin, fils du Pr. George Cantacuzène Pashcano,
et de .....
I. Pr. LASCAR CANTACUZÈNE PASHCANO marié
.
Rosetti, son épouse.
1° à décédée, en 1875, 2°
à la Pssc Chariclée Vôgoridès, 3° à une dame belge.
Ses enfants ; du 2e lit :
A. Psse ADÈLE CANTACUZÈNE PASHCANO.
du 3e lit :
B. Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE PASHCANO, marié à MARIE, fille
d' Emmanuel Argyropoulo.
c Pr. Police à Jassy.
ALEXANDRE CANTACUZÈNE PASHCANO, Préfet de
D. Psse LUCIE CANTACUZÈNE PASHCANO, née à Jassy le 19 mai 1862,
mariée le 24 Avril 1883 au Prince Alexandre Maurocordato.
7*
34

II. Pr. NICOLAS CANTACUZÈNE PASHCANO, marié à Lucie, fille de Constantinica


Palady.
Une fille.
Psse PULCHÉRIE CANTACUZÈNE PASHCANO, née le 9 Février 1840,
mariée le 15 Juin 1856 au Prince Emile Sayn-Wittgenstein-
Berlebourg, .né le 21 Avril 18.24, f le 16 Septembre 1878. Dé-
cédée le 19 Avril 1865.
III. Psse CATHERINE CANTACUZÈNE PASHCANO, mariée au Pr. Nicolas A. Soutzo.
IV. Psse EUPHROSYNE CANTACUZÈNE PASHCANO, mariée au Pr. Alexandre Cal-
limachi.
V! Psso PuLeHÉRiÊ CANTAeuzÈNE PASHCANO mariée à Emmanuel Argyropoulo.
4. Enfants du Pr. Alexandre, fils du Pr. George Cantacuzène Pashcano.
I. Pr. JEAN CANTACUZÈNE PASHCANO, le savant traducteur de Shopenhauer.
IL Pssc MARIE CANTACUZÈNE PASHCANO, mariée au Pr. George A. Soutzo.
III. P5Se CATHERINE CANTACUZÈNE PASHCANO, mariée à Jean Canta.

B. BRANCHE VALAQUE

A. EN RUSSIE.
1. Enfants du Pr. Rodion, fils du Pr. Nicolas Cantacuzène, et de Marie,
née Bagraeff, son épouse.
I. Pr. MICHEL CANTACUZÈNE, Comte SPERANSKI(par Ukaze de F Empereur en
date du 19 Mai 1872, du nom de sa grand'mère maternelle). Ecuyer de
F Empereur, Directeur du Département des Cultes Étrangers au Minis-
stère de l'Intérieur, né en 1848, marié à ELISABETH, fille de Charles Sicard.
Leurs enfants.
Pr. MICHEL CANTACUZÈNE,né le 29 Avril 1875
Pr. BORIS CANTACUZÈNE,né le 12 Août 1876.
Pr. SERGE CANTACUZÈNE,né en 1884.
Pssc DARIA CANTACUZÈNE.
IL Pssc HÉLÈNE CANTACUZÈNE, morte en 1850
2. Enfants du Pr. Alexandre, fils du Pr. Nicolas Cantacuzène, et de Marie,
née B'ma Rencau, son épouse.
I. Pr. RODION CANTACUZÈNE, mort en 1859.
IL PS3C OLGA CANTACUZÈNE, mariée à Don Lorenzo des Princes Altieri.
3. Enfants du Pr. Alexis, fils du Pr. Nicolas Cantacuzène, et de 1" Nadejda
née Kyriaco, 2" Sophie née Mihaïlo/f.
Du 1er lit :
L Pr. MICHEL CANTACUZÈNE, Général-Major, Chef d'Etat-Major du 13e Corps
d' Armée russe, ancien Ministre de la Guerre en Bulgarie, né en 1839.
35

II. Pr. NICOLAS CANTACUZÈNE, né en 1842, mort en 1875.


Du, 2e lit.
III. Pscs VIERA CANTACUZÈNE, née en 1875.
4. Enfants du Pr. Jean, fils du Pr. Nicolas Cantacuzène, et de Sophie,
née Erdely, son épouse.
L Pr. PAUL CANTACUZÈNE, ancien Capitaine aux Hussards, de la Garde,
marié à ALEXANDRA, fille du Comte Jean Ribeaupierre.
.
Leurs enfants.
Pr. JEAN CANTACUZÈNE.
Pr. GEORGE CANTACUZÈNE.
Pr. MATTHIEU CANTACUZÈNE.
Pr. CONSTANTIN CANTACUZÈNE.
IL Psse HÉLÈNE CANTACUZÈNE.
III. Psse MARIE CANTACUZÈNE, mariée au Pr. Paul Michel Cantacuzène.
IV. Psse ANNE CANTACUZÈNE, mariée à Michel M. Tshernavski.

B. EN VALACHIE.

1. Fils de Constantin, fils de Georges Cantacuzène, et de Zoé née


Slatinéano, son épouse.
JEAN CANTACUZÈNE né en 1820_, Ministre de la Justice etc, mort en .... .
Sa veuve :
MARIE CANTACUZÈNE, fille du Général Nicolas de Mavro.
Leurs enfants :
ZOÉ CANTACUZÈNE, mariée à Démètre Stourza.
MARIE CANTACUZÈNE, mariée à Michel Soutzo.
SEVASTI CANTACUZÈNE, mariée à Pierre Carp.
CONSTANCE CANTACUZÈNE, mariée à Raoul Romalo.
JEAN CANTACUZÈNE.
PAULINE CANTACUZÈNE, décédée.
ALEXANDRINE CANTACUZÈNE.
HÉLÈNE CANTACUZÈNE, mariée à Constantin Stourza.
OLGA CANTACUZÈNE.
2. Enfants de Grégoire, fils de Georges Cantacuzène, et d' Alexandrine,
née Cretzouleslio son épouse.
L GEORGE CANTACUZÈNE, né à Bucarest en 1833, Ministre des Tra-
vaux Publics et des Finances, Sénateur, Président de la Chambre
des Députés etc. marié 1" en 1855 à ZOÉ, fille du Pr. Bibesco, Prince
Régnant de Valachie, morte en 1858, 2° en 1866 à CATHERINE,.fille
de Nicolas Balliano, Grand Logothète.
Leurs enfants.
MICHEL CANTACUZÈNE, né en 1867.
36

NICOLAS, CANTACUZÈNE,né en 1868.


IRÈNE CANTACUZÈNE, née en 1869.
CHERBAN CANTACUZÈNE,né en 1870.
GRÉGOIRE CANTACUZÈNE, né en 1872.
ALEXANDRINE CANTACUZÈNE, née en 1875.
IL MARIE CANTACUZÈNE, née en 1834. Mariée 1° au Vicomte Hercule de
Serre, Ministre Plénipotentiaire de France à Athènes, mort à A-
thènes en 1859, 2° en 1863 au Comte de Castillon S1 Victor.
III. ZOÉ CANTACUZÈNE, née en 1836,mariée à Georges Ghika, ancien Mi-
nistre des Aff. Étrangères, morte en 1862.
IV. SMARAGDA CANTACUZÈNE, née en 1848, mariée en 1873 à Démètre
Panayote Mourousy.
Branche de Ploesti ou Rîfoveano-Corneano.
1. Enfants de Constantin Cantacuzène, fils de George Rifoveano-Corneano,
et de 1" Marie Boudichteano, 2" Hélène Maurocordato.
Du 1er lit:
NICOLAS CANTACUZÈNE.
Du 2e lit. , •
GEORGES CANTACUZÈNE, Directeur des Chemins-de-fer Roumains.
CONSTANTIN CANTACUZÈNE, Docteur en Médecine, marié à SABINE, fille
de Jean Bratiano, Président du Conseil des Ministres de Roumanie.
2. Enfants de Gitza Cantacuzène, fils de George Rîfoveano-Corneano,
et de son épouse née Floresco.
ALEXANDRE CANTACUZÈNE,Directeur de F Imprimerie de F Etat.
JEAN CANTACUZÈNE,Ingénieur, marié à MUe Varthiadi.
GEORGES CANTACUZÈNE, marié à Lintza Costaforo.
ANNA CANTACUZÈNE, mariée au D 1' Calindero.
FAMILLE CARADJA

NOTICE HISTORIQUE

Plusieurs auteurs veulent que la famille CARADJA soit d' origine ragusaisfe.
Elle doit, dans ce cas, avoir émigré à Constantinople depuis trois siècles au
moins, puisque déjà vers la fin du 15° siècle nous y trouvons JEAN CARADJA, dont
le fils, CONSTANTIN CARADJA, était Commissaire des Vivres de F armée Ottomane
en 1560. Selon Panayote Soutzo ( Nécrologie du Prince Jean Caradja), ils soiit
d' origine Epirote et le premier de cette famille qui aurait porté le nom de Caradja
ou Karadja, aurait été officier chez le'Prince ou Khan de Crimée, qui lui donna le
nom de Cerf, ou Caradja en turc, pour la vitesse et la promptitude qu'il mettait dans
F exécution des ordres. D' un autre coté, le Grand Logothète Aristarchi rapporte,
que dans un document du Patriarcat, daté de 1564, cette famille est dite origi-
naire de Caramanie.
Constantin, fils de Jean Caradja, eut deux enfants: HÉLÈNE CARADJA, qui
épousa le secrétaire de son père, le fameux et puissant Skarlatos Beglitzi, et
DIMITRASCO CARADJA, qui se maria en 1570.
Ce dernier laissa cinq enfants :
l) JEAN CARADJA, Grand Postelnic du Prince Matthieu, 2) PAUL CARADJA
3 ) APOSTOLE CARADJA, Grand Comissos, 4 ) ASANINA CARADJA, mariée à Thomas
Vlastos, 5) CONSTANTIN CARADJA, Grand Postelnic en 1603.
Ce Constantin eut les enfants suivants :
I. CHARLES CARADJA, Caïmakam, qui épousa IRÈNE Rosetti et eut les enfants
suivants :
A. DIMITRASCO CARADJA, mort sans postérité.
B. NICOLAS CARADJA, Grand Comissos, marié à CASSANDREnée Vla-
stos, dont il eut un fils, CONSTANTIN CARADJA, Grand Ban, mort
sans postérité.
c. SAFTA ( Elisabeth ) CARADJA, mariée à Kambrynos, Ministre des
Affaires Étrangères de Moldavie.
D. ANTIOCHE CARADJA, Grand Postelnic, marié à SMARAGDA, née
Aga, qui eut deux fils :
8
38

a. MANUEL CARADJA, Grand Postelnic. En 1788 il accompa-


gna F armée turque dans la guerre contre la Russie en
qualité de Conseiller du Grand Drogman, C. Raletto. Celui-ci
ayant été bientôt après exilé, il fut nommé GRAND DROGMAN
DE LA SUBLIME PORTE en Mai 1788 jusqu' en 1790. Il laissa
une fille, MARIE CARADJA.
1>. CHARLES CARADJA, Grand Ban, qui épousa HÉLÈNE Soutzo,
dont il eut deux enfants : ALEXANDRE CARADJA et CON-
STAMTIN CARADJA.
II. ETIENNE CARADJA,' Vammiste, sans enfants.
III. CASSANDRA CARADJA, décédée sans s' être mariée.
IV. DIMITRASCO CARADJA, Grand Postelnic du Prince Antioche Cantemir

de Moldavie de 1696 à 1705, marié à Zafira, fille du Prince Antoine Ro-
setti, Prince Régnant de Moldavie. Il eut deux enfants, savoir :
A. ZOÉ CARADJA, morte sans s' être mariée, et
B. CONSTANTIN CARADJA, Hetman, Grand Postelnic, marié à Zafira
Soutzo. Ch. Byzantios, dans sa «Constantinople»,publie quelques
vers de Constantin Caradja, Hetman.
Ce Constantin Caradja fut le père du
Prince NICOLAS CARADJA, né en 1737, 1™ Prince de ce nom, qui fut Grand
Postelnic en 1763 (ainsi qu' il appert d' une lettre du Patriarche Samuel), GRAND
DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE le 30 Septembre 1777 jusqu' en 1782. Peu après
sa nomination, il suivit le Grand Vezir dans la campagne contre les Russes et
fut fait prisonnier et retenu pendant six mois en Russie. En 1782 il fut élu PRINCE
RÉGNANT DE VALACHIE jusqu' en 1783, lorsqu' il est mort, On a de lui plusieurs ou-
vrages, entre autres une grammaire de la Langue Française, une traduction du
Siècle de Louis XIV etc. Il avait épousé la Ps*c Tarsie.
Le Prince Nicolas eut huit enfants, savoir :
a. Pssc ZAFIRA CARADJA, mariée au Pr. Alexandre Maurocor-
dato, dit Firari, Prince Régnant de Moldavie.
l>. Pr. GEORGE CARADJA, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME
PORTE, qui laissa trois fils : Pr. ALEXANDRE CARADJA, Pr.
CONSTANTIN CARADJA et Pr. NICOLAS CARADJA. Sans postérité.
.
c Pr. JEAN CARADJA, né en 1770, Drogman de la Flotte en
1802, GRAND DROGMAN DELÀ SUBLIME PORTE en 1808, mort
F an 180'.). On a de lui des traductions grecques de la
Mythologie de Deimoutier et de la Grandeur et Décadence
des Romains de Montesquieu et deux drames en vers
grecs. 11 avait épousé CATHERINE Armassi et laissa trois
enfants :
39

a. Psso MARIE CARADJA, qui épousa André Dimopoulo de


Nauplie.
b. Psse EUPHROSYNE CARADJA, mariée à Stamati Cléanthi,
architecte, morte en Juillet 1890.
c. Pr. GEORGE CARADJA, Général de Brigade de Farinée
Grecque, né en 1802 f le 11 Juin 1882. Arrivé en
Grèce vers la fin-de l'année 1823, il prit du service mi-
litaire sous le Colonel français Favier et fut blessé à la
main droite au siège de Carystos et à la main gauche
au siège de F Acropole d' Athènes. Marié à CATHERINE
ROSE Botzaris, fille du G1 Mare Botzaris, née en 1719 f
en 1875 (Voir famille actuelle).
d. Pr. CONSTANTIN CARADJA, marié à Mmc Ralou Mourousi née
Ghika, sans postérité.
e. Psse EUPHROSYNE CARADJA, mariée à Démètre Ghika, Gd Ban,
fils cl' Alex. Ghika, G'1 Drogman de la Sublime Porte.
f. Psse RALOU CARADJA, mariée au Pr. Grégoire Callimachi,.
fils du Pr. Alexandre Callimachi, Prince Régnant de Mol-
davie.
g. Psso SMARAGDA CARADJA, mariéeau Pr. Nicolas Maurocordato,
G(I Ban, fils du Pr. Alexandre Maurocordato, Prince Ré-
gnant de Moldavie.
Ii. Psso MARIE CARADJA, mariée à Démètre Mano, Grand Drog-
man de la Sublime Porte.
V. GEORGE CARADJA, Gd Postelnic, dernier enfant du Grand Postelnic Con-
stantin Caradja. Il épousa Roxane Diplovatatzi, de la famille impériale
de ce nom (aùjourd' nui éteinte), et eut deux fils:
A. CHARLES CARADJA, né vers 1695, Médecin, Grand Logothète du
Patriarcat, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE de 1765 à
1768 et du 2 Oct.. 1770 jusqu'à la fin de la guerre avec la Russie.
En se retirant du service, il reçut du Sultan le titre honoraire
de PRINCE DE VALACHIE. Mort vers 1780. Il avait épousé la fille
de Théodore le Capoukéhaya. Il eut sept enfants :
a. Pr. GEORGE CARADJA, Médecin, Grand Logothète du Pa-
triarcat, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE en 1764
Mort en 1765. Marié à la Pss" SULTANE, fille du Prc Jean Mau-
rocordato, Prince Régnant de Moldavie.- 11 laissa quatre
enfants :
a. Pr. CONSTANTIN CARADJA, mort à Bucharest sans pro-
géniture.
b. Pr. JEAN CARADJA, né à Constandinople en 1854, Grand
8*
vm

40

Postelnic de Valachie, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME


PORTE de 1808 à 1809 et en 1812 pendant un mois.
PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE le 29 Août 1812 jusqu' en
1818, il signalla son règne par des reformes considéra-
bles dans la législation du pays et par une protection
généreuse et éclairée des lettres grecques. En 1818 il
dût se réfugier à Pise en Italie lorsqu' éclata la ré-
volution grecque en 1821 et secourut le mouvement
avec enthousiasme et dépensa de grandes sommes
dans la cause de la patrie. Il vint s' établir en Grèce
en 1830 et mourut à Athènes le 27 Décembre 1844. Plu-
sieurs des Places publiques de la ville d'Athènes sont
des offrandes du Prince Caradja, prises sur ses propri-
étés. Il avait épousé HÉLÈNE, fille de Démètre Scanavi,
avec laquelle il eut 5 enfants, savoir :
1". Pss" ROXANE CARADJA, mariée au Pr. Michel Soutzo,
Prince Régnant de Valachie.
2". Pssc RALOU CARAD.IA, mariée à Jacques Argyropoulo,
Grand Drogman. Nous avons d' elle une traduction
en grec de F Histoire Grecque de Gillies.
3°. Pr: GEORGE CARADJA, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME
PORTE, qui épousa en 1816 à Constantinople SMA-
RAGDA, fille de Jean Bibika Rosetti. Une chroni-
que contemporaine nous donne une description de
la célébration de ce mariage, à l'occasion de laquelle
s' est étalée toute la splendeur et la magnificence
des princes grecs de ce temps. Entre autres il y est
dit, que plus de huit mille francs en pièces d' argent
furent jetés parmi le peuple. Il eut quatre enfants :
1) ARISTIDE CARAD.IA, né à Pise en Italie en 1830,
fit son éducation en Grèce et à l'université de Ber-
lin, Conseiller à la Cour de Cassation de Grèce en
1874, Vice-Président en 1885, f 1 Janv. 1890. (Voir
famille actuelle). 2) CONSTANTIN CARAD.IA, 3) RALOU
CARADJA, mariée à Colino Colocotroni, Ministre des
Affaires Étrangères en Grèce, 4) JEAN CARADJA, dé-
cédé à Athènes en Juillet 1864, marié à MARIE,
fille de Periclès Argyropoulo, décédée à Athènes en
Février 1869.
4". Pr. CONSTANTIN JEAN CARADJA, né vers 1799, Ministre
de Turquie à La Haye, marié 1° à Adèle Condo 2U à
41

CATHERINE Tabacopoulo, décédé à la Haye le 16 Mai


1860. (Voir famille actuelle).
5° Pssc SMARAGDÀ CARADJA, mariée à Spyridion Mavro-
yéni, Secrétaire du Pr. Mourousi.
c. Pr. CHARLES CARADJA, troisième fils du Grand Drogman
Pr. George Caradja, Grand Postelnic, né en 1773, laissa
un fils,: Pr. MANUEL CARADJA ,mort sans postérité.
d. PSSCHÉLÈNE CARADJA,mariée à Jean Bakarescoulo,Spathar.
I>. Pssc ZAFIRA CARADJA, deuxième enfant du Grand Drogman
Pr. Charles Caradja, mariée à Manuel Mano, Grand Logo-
thète du Patriarcat.
c Pr. CHARLES CARADJA, appelé Sgouromallis, Médecin en
chef du Pr. Michel-Voda Soutzo, Drogman de Hollande
et enfin GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE. Marié à la
Pssc SMARAGDÀ CARADJA, avec laquelle il eut deux fils : Pr.
GEORGE CARADJA, Grand Ban, qui eut des filles, et Pr. THÉ-
ODORE CARADJA, mort sans enfants, et une fille qui épousa
un Chrysosculo.
d. Pr. JACQUES . CARAD.IA, Médecin, mort sans enfants.
e. Pssc MARIE CARADJA, mariée au Pr. Cantémir, fils du Pr.
Démètrius Cantémir, Prince Régnant de Moldavie.
f. Pssc CONSTANCE CARADJA, mariée à Démètre Soutzo, dit Ke-
bapis, Gd Postelnic.
B. JOANNIKIOS CARAD.IA,Archevêque de Peki et Calcédoine de 1747
à 1761, PATRIARCHE DE CONSTANTINOPLE de 1761 à 1764.
VI. MICHEL CARADJA, Grand Vornic, mort sans postérité.
42

FAMILLE ACTUELLE

Descendants d,u Pr. Nicolas Caradja, Prince Régnant de


1.
Valachie en 1782.
Enfants du Général George Caradja et de Catherine née Botzaris, son épouse.
1) GEORGE CARADJA, Procureur du Roi à Athènes, marié le 19 Février 1881
à MARIE, fille de J. Boudouri, née le 5 Octobre 1857, morte le 31 Août 1882.
Leur fille :
ROSA CARADJA, née le 11 Mars 1882.
2) MARC CARADJA, Commandantd'Artillerie, né le 3 7bre 1845, fie 27 Octobre
1885.
Sa veuve:
ROXANE CARADJA, née Soutzo, fille de JEAN SOUTZO, ancien Ministre Plénipo-
tentiaire.
Leur enfant :
GEORGE CARADJA, né le 20 Février 1878.
3) AMÉLIE CARAD.IA, née en 1849 f 1852.
4) EUPHROSYNE CARADJA, née en 1856 f 1874.
II. Descendants du Pr. Jean Caradja, Prince Régnant de
Valachie en 1812.
1. Enfants du Pr. Constantin Caradja, Ministre de Turquie à la, Haye.
Sa veuve :
psso CATHERINE CARAD.IA, née Tabacopoulo.
Enfants du 1er lit :
A. Pr. JEAN CONSTANTINALEXANDRE OTHON KARADJA PACHA, né à Nauplie
le 9 Mars I 835, Ministre de Turquie à Stokholm et à La Haye, marié
àStokholm le 24 Avril 1887 à MARY LOUISE, fille du CommandeurL. 0.
Smith, Sénateur du Royaume de Suède,née le 12 Mars 1868 à Stokholm
Leurs enfants :
a. Pr. CONSTANTIN JEAN ETIENNE OTHON HERBENT KARADJA, né à la
Haye le 19 Février 1888, décédé le 15 Décembre 1888.
l>. Pr. CONSTANTIN JEAN LARS ANTHONY^ DÉMÈTRIUS KARADJA, né à la
Haye le 24 Novembre 1889.
du 2e lit :
B. Pr. GEORGE CARADJA, né à Constantinoplele 8 Février 1850, décédé à
Caen (France) le 27 Juin 1871.
43

c. Pssc MARIE CARADJA, née à Constantinople le 18 Août 1854, mariée à


Paris en 1877 à M. Nathaniel Johnston, ancien député.
2. Enfants d' Aristide Caradja, Vice - Président de la Cour de Cas-
sation, f 1 Janvier 1890 et de
Sa veuve :
HÉLÈNE CARADJA, née Riga Palamidi.
A. GEORGE CARADJA, né le 21 Janvier 1867, décédé le 18
Février
1889.
B. CATHERINE CARADJA, née le 17 Janvier 1873, décédée le 5 Août
1891.
c. JEAN CARADJA, né le 4 Décembre 1875.
3. Enfants du Pr. Constantin Caradja et de
Sa veuve :
Psse EUPHROSY'NE CARADJA, née Soutzo.

A. Pr. GEORGE CARADJA,


B. PSS(! HÉLÈNE CARADJA.
c. P*s,! CATHERINE CARADJA.

D. Pr. JEAN CARADJA, ancien S. Lieutenant de Cavalerie de F armée


Allemande.
E. Psso MARIE CARADJA.
F. Psse LISE CARADJA f
marié en 1891 à
G. Pr. ARISTIDE CARADJA,
née Greciano.
4. Fils de Jean Caradja et de Marie née Argyropoulo, son épouse.
GEORGE CARADJA, né à Athènes le 18 Juin 1863, Secrétaire du Consulat
Hellénique au Caire.
GHIKA
FAMILLE GHIKA

NOTICE HISTORIQUE

La famille GHIKA est d' origine albanaise. Le Pr. GEORGE GHIKA I, né à


Kiopru, en Albanie, vers F an 1600, fils de MATTHIEU GHIKA, émigra, au com-
mencement du 17e siècle, à Constantinople, où, sur la recommendation de son
compatriote, le Grand Vezir Mehmet Kioprili, il fut nommé Capoukéhaya, ou
Représentant, du Prince de Moldavie Basil-Voda, et ensuite du Pr. George
Etienne-Voda. En 1658 il fut nommé PRINCE DE MOLDAVIE. Il eut à défendre son
trône contre le Prince Constantin Bassaraba, qui était secouru par le Pr. Ge-
orge Rakotz, Prince de Transylvanie, et le Pr. Mihna-Voda, Prince de Va-
lachie, insurgés contre la Porte. Le Prince George Ghika, à la tête de 20,000
hommes, remporta une grande victoire sur eux à Jassy, en 1660. Il fut alors
nommé PRINCE DE VALACHIE. Il mourut au mois de Décembre de F année 1661,
laissant un fils:
Le Pr. GRÉGOIRE GHIKA II, qui succéda à son père, comme PRINCE DE VA-
LACHIE, le 6 Décembre 1661 et régna jusqu' en 1665. En 1662 il prit part à la
campagne contre la Hongrie à la tête des troupes valaques. En 1665 il marcha
de nouveau contre les Hongrois, mais il dut battre en retraite et, craignant la
colère du Sultan, il abandonna la Valachie et se réfugia à Venise. En 1672 il fut
rappelé sur le trône, sur la proposition des barons du pays appartenant au parti
contraire aux Princes Cantacuzène. Aussitôt après son avènement, il fit jeter
en prison ou exiler tous les amis de ces Princes. En 1673 l'Empereur d' Allemagne
lui décerna le titre de PRINCE DU SAINT EMPIRE. Vers la fin de cette année, il fit une
campagne malheureuse contre la Pologne et fut rappelé à Constantinople, où
il mourut en 1674. Il avait épousé MARIE, fille de Matthieu Stourdza., Visterni-
cus, nièce du Pr. George Etienne-Voda de Moldavie.
Ils eurent quatre enfants :
1. Ps*° ROXANE GHIKA, mariée à Théodore Callimachi. Leurs fils, Pr. Jean
Callimachi, fut Prince Régnant de^Moldavie en 1758.
2 et 3. Un fils, mort en 1664, et une fille, dont les noms ne nous sont pas
parvenus.
9*
46

4. Pr. épousa ROXANE, fille d' Alexandre Maurocor-


MATTHIEU GHIKA, qui
dato, Grand Drogman de la Sublime Porte. Ils eurent trois enfants :
I, Pr. ALEXANDRE GHIKA, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE de
1727, succédant à ce poste à son frère Grégoire, à 1740. Après la
paix de Belgrad en 1741, il fut mis à mort par le gouvernement
Turc. Il avait épousé la fille de Démètre Eupraghioti, Grand Char-
tophylax. Il eurent quatre, enfants :
A. Pr. GRÉGOIRE GHIKA VI,GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE
en 1758, élu PRINCE DE VALACHIE en 1763, où il régna jusqu' au
Octobre 1769, lorsque Bucarest fut occupé par les Russes et
7
le Pr. Grégoire Ghika fut lait prisonnier et envoyé à S. Peters-
bourg, où il resta jusqu'à la conclusion de la paix. En l~74il fut
nommé PRINCE DE MOLDAVIE et régna jusqu'en 1777, lorsqu'il fut
de nouveau fait prisonnier par les Russes et interné à S. Peters-
bourg, où il mourut. Il avait épousé CATHERINE, fille du Pr.
Jacques Rizo-Rangabé,eteut quatre enfants, qui se trouvaient à
Constantinople, lorsque leur père tomba entre les mains des
Russes, savoir : Pr. CHARLES GniiCA et Pr. DÉMÈTRE GHIKA, morts
tous deux sans postérité,et deux filles, dont F une épousa le Pr.
Alexandre Callimachi et F autre un Soultziarogiou.
B. PSM' CATHERINE GHIKA, mariée à Démètre Georgiades. Daponte
raconte que trois Patriarches et F Ambassadeur de Suède assi-
stèrent à ce mariage et que Grégoire Ghika, frère de Cathe-
rine, ainsi que le savant Critias, firent des discours à cette
occasion.
c. PSS1' ZOÉ GHIKA, mariée à Jean Cantacuzène, Grand Logothète.
D. Pr. DÉMÈTRE, GHIKA, Grand Ban, (dit le Banu Batrânu, ou Vieux
Ban ). Nous trouvons sa signature en sa qualité officielle sur
un document du Pr. Michel Soutzo, daté de l'année 1784. Ma-
rié T à la Psse EUPHROSYNE, fille du P™ Nicolas Caradja, 2° à la
fille du Cluczer Enake Vacaresco, 3" à la veuve Paladi. Il eut
douze enfants; savoir.
du 2e lit:
a. Pr. CONSTANTIN GHIKA, Grand Ban, Général et Conseiller d'E-
tat Actuel au service de la Russie, marié à Roxane Canta-
cuzène, fille du CluciarRaducanoCantacuzèneMagouréano.
Il en eut 5 enfants :
a. Pr. MATTHIEU GHIKA, marié à la fille du Grand Ban
Barbu Vacarescu, mort sans progéniture.
b. Pssc MARIE GHIKA, mariée à Vacaresco Fiartuna, Mère
de la baronne d' Uxkul.
c. Psso-RALOU GHIKA, mariée 1° au Pr. Mourousi, 2° au Pr.
CONSTANTIN Caradja.
d. Psse N. GHIKA, mariée à Barcanesco.
e. Psse N. GHIKA, mariée au Prince Troubetzkoï j.
IJ. Pr. GRÉGOIRE GHIKA VIII, surnommé le Restaurateur, Grand
Ban, PRINCE DE VALACHIE de 1822 à 1828, mort en 1834;
marié 1° à la Psse CORINNE, fille du Pr* Constantin Handzery,
Prince Régnant, de Valachie, 2° à une noble dame Vala-
que, la Pssc EUPHROSYNE.
Il eut les enfants suivants :
a. Pr. CONSTANTIN GHIKA, Grand Ban, né en 1804, à F âge
de 20 ans il fut envoyé comme otage par son père à
Constantinople, où il réussit à sauver la vie à un grand
nombre d' Hellènes, compromis dans la guerre d' in-
dépendance. Grand Ban de Craïova, Général-Major dans
F armée russe, Président de la Haute Cour de Justice
sous le Pr. Stirbey, Ministre de F Intérieur sous son
oncle, le Pr. Alexandre Ghika, Membre de F Assemblée
Roumaine. Marié à M"c Costesco ( Voir Famille actuelle).
b. GEORGES GHIKA, mort sans s' être marié
c. Pr. DÉMÈTRE GHIKA, (dit Mitica), né en 1816. Entra dans
sa jeunesse au service de la Russie. Rentré dans son
pays, il fut nommé, sous le gouvernement provisoire de
G1 Budberg, Président de Tribunal, ensuite Préfet de Po-

lice à Bucarest, Premier. Ministre de Roumanie et Pré-


sident du Sénat. Il épousa Mllc Duport. ( Voir Famille
Actuelle).
d. Pr. GRÉGOIRE GHIKA, mort d' un accident de voiture dans
les Champs-Elysées à Paris le 22 Septembre 1858. Il a-
vait épousé Louksandra Caressi. ( Voir Famille actuelle).
e. Pr. PANAYOTE GHIKA, marié à M"u Hadji-Moscho. ( Voir
Famille actuelle ).
f. Pr. CHARLES GHIKÂ, marié à ELISE, fille de Nicolas Soutzo
et nièce du Pr. Michel Soutzo de Valachie. f à Jassy le 6
Janvier 1828. (Voir Famille Actuelle).
g. PSS(' AGLAÉ GHIKA, mariée à Radu Rosetti, Grand Logo-
thète, né en 1813, mort en 1872.
h. Psse MARIE GHIKA, fille du 2° lit.
c Psso ANICA GHIKA, mariée à M. Floresco
d. Psso M. GHIKA, mariée à Constantin Philipesco.
e. Pssc M. GHIKA, mariée à M. Cornesco.
48

f. Pss" GHIKA, mariée à M. Ralet.


g. Psse GHIKA, mariée à M. Glogovena.
Dit 3e lit :
li. Pr. ALEXANDRE GHIKA IV. Né le 1 Mai 1797, Gouverneur
de la Petite Valachie, Grand Spathar pendant les six an-
nées de F occupation russe. Avec F appui du Comte de
Kisselef il fut nommé PRINCE DE VALACHIE le 21 Mars 1834
et régna jusqu' au mois d' Octobre de F année 1842. Il se
rendit alors à Vienne et y demeurajusqu' en 1853, lorsqu'il
rentra en Valachie. En Juillet 1856 il fut nommé Caïma-
kam ou Régent de, Valachie.Mort le 19 Juillet 1855 à Fran-
zensbad, en Bohème, sans postérité. En 1835, le Sultan
'Mahmoud promulgua en faveur du Pr. Alexandre Ghika un
Edit Impérial par lequel il concédait à la famille Ghika
Fhérédité du titre de Prince de Valachie.
i. Pr. CHARLES GHIKA, Grand Ban. Il fut un de ceux exilés
en 1788 à Rhodes par le Pr. Mavroyeni. Marié à une Du-
desco. Il eut six fils :
a. Pr JEAN GHIKA, Grand Comissos, marié à AKASTASIE née
Catargi. Il eut deux fils:
Pr. PERICLÈS GHIKA et Pr. DÉMÈTAE GHIKA, morts sans
postérité.
b. Pr. NICOLAS GHIKA, Logothète, marié à SMARAGDÀ, fille
de Luc Argyropoulo. Il eut deux fils :
Pr. JEAN GHIKA, Colonel, et Pr. CHARLES GHIKA, Premier
Procureur à la Cour de Cassation, morts sans postérité ;
et une fille, Pss" EUPJ-IROSY'NE GHIKA, mariée à Lascar
Bogdan.
c. Pr. DÉMÈTRE GHIKA, Logothète et Ban, marié à Marie,
2,! fille de Scarlat Campineano et de sa femme née Du-
desco. Mort vers 1838. (Voir Famille Actuelle).
cl. Pr. ALEXANDRE GHIKA, Vornic ( dit Barbarosse ), marié
1" à une Heresco 2" à une Poliso. Il eut quatre enfants:
1" Pr. JEAN GHIKA, dit Caciu la Mare (Gros bonnet), ma-
rié à la fille d'Alexandre Ghika, dont un fils, Pr. ALE-
XANDRE GHIKA, et une fille mariée à M. de Gannais.
2° Pr. ARISTIDE GHIKA, marié à la fille du Grand Ban
Georges Philippesco, mort sans enfants.
3° Pss" ANNIKA GHIKA, marié à Jean Mano, Caïmakam.
4" Pss'1 SEVASTIE GHIKA, mariée à Constantin Soutzo.
e. Psa,v MARIE GHIKA, mariée à un Racovitza.
49

f. Pssc LOXANDRA GHIKA, mariée à un Gradisteano.


j. Pr. CONSTANTIN GHIKA, Grand Spathar, marié à Marie Va-
caresco, dont il eut 4 enfants :
T Pr. MICHEL GHIKA, sans postérité.
2" Psse COSTANCE GHIKA, mariée au Ctc' Joachini Rasponi.
3" PSSB PULCHÉRIE GHIKA, mariée à M. Rasponi.
4° P,so ALEXANDRINE GHIKA.
U. Pr. MICHEL GHIKA, Grand Ban, marié à Catherine Faca.
( Voir Famille Actuelle ).
1. Pssl' PULCHÉRIEGHIKA, mariée 1° à M. Mavro 2°M.Blaremberg.
IL Pssl' MARIE GHIKA, mariée l"à Lascaris Mainona, Paharnic, 2" en 1736 à
Andronic Chrysosculo.
III. Pr. III, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIMEPORTE de 1716 à
GRÉGOIRE GHIKA
1727, PRINCE DE MOLDAVIE de 1727 à 1733, de 1735 à 1741 et en 1747,
PRINCE DE VALACHIE de 1733 à 1735 et de 1748 à 1752, date de sa mort.
Il eut cinq enfants :
A. Pr. MATTHIEU GHIKA IV, né en 1728, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME
PORTE en 1751, succéda à son père comme PRINCE DE VALACHIE de
1752 à 1758. Il avait épousé la fille de George Bassa-Mihali, Het-
man et Capoukehaya de Valachie. Il ne laissa point d' enfants.
B. c D. Pr. GEORGE GHIKA, Pr. GRÉGOIRE GHIKA et PSSI' SMARAGDÀ GHIKA,
morts sans postérité.
E- Pr. CHARLES GHIKA V, PRINCE DE MOLDAVIE de 1757 à 1758, PRINCE
DE VALACHIE de 1758 à 1761 et de 1765 à 1766. Décédé en 1766 et en-
terré au Monastère de S. Spyridion, qu' il avait fondé. Il épousa la
fille de Georges Cantacuzène, Spathar. Il eut six enfants, soit; qua-
tre fils morts sans postérité : Pr. MICHEL GHIKA, Pr. NICOLAS GHIKA,
Pr. GRÉGOIRE GHIKA etPr. GEORGE GHIKA ; une fille, qui épousa le Gé-
néral Nicolas Mavro, et un fils :
Le Pr. ALEXANDREGHIKA VII, qui succéda à son père comme PRINCE
DE VALACHIE de 1766 à 1768. La guerre ayant éclaté entre la Tur-
quie et la Russie, il fut considéré comme trop jeune pour les circon-
stances et remplacé par le cousin de son père, le P"' Grégoire Ghika.
Il épousa la PSM' ROXANE, fille du Pr. Jacques Rizo-Rangabé, Grand
Spathar, et laissa deux enfants :
a. Pr. GRÉGOIRE.GHIKA, qui eut un fils, le Pr. ALEXANDRE GHIKA,
mort sans postérité.
i>. Pss'' ROXANE GHIKA, mariée au Pr. Constantin Handzery,
Prince Régnant de Valachie en 1797.
51

FAMILLE ACTUELLE
1. Descendants du Pr. Grégoire Ghika VIII, Prince Régnant de
Valachie 1822-8, f 1834.
L Enfants du Pr. Constantin Ghika, fils aîné du Pr. Grégoire VIII.
A. Pss" MARIE GHIKA, mariée à M. Poujade.
B. Psse SOPHIE GHIKA, mariée au G1 Solomon.
c. PSS('ÉLISE GHIKA, mariée à M. Petrovitz f.
D. Pssè HÉLÈNE GHIKA, mariée à M. Catargi.
E. Pr. JEAN GHIKA, Aide-de-Camp de Don Carlos d'Espagne, marié
1° à M,,e Balliano, 2" à. M"" Filitis. Une fille.
//. Enfants du Pr. Démètre Ghika, 3e fils du Pr. Grégoire VIII.
A. Pss" ISA GHIKA, mariée au Colonel Vladoyàno, Chef du 3° Reg* des
Calarashes.
B. PSS" MARIE GHIKA, mariée à Edmond de Herz (div.).
III. Enfants du Pr. Grégoire Ghika, 4" fils du Pr. Grégoire VIII.
A. Pr. GEORGE GHIKA, mort à Clausenbourg.
B. Psst' LOUKSANDRA GHIKA, mariée en Janvier 1856 à J. B. Louis,.
Marquis d' Aubespine-Sully. Décédée.
IV. Enfants du Pr. Panayote Ghika, 5" fils du Pr. Grégoire VIII.
Sa veuve :
Pssl' GHIKA, née Hadji-Moscho.
Enfants :
A. Pss" ADINE GHIKA, mariée à M. Vladoyàno (div.).
B. Bss0 IRÈNE GHIKA, mariée au Ctc Camille Ronia, fils du Ctc Nico-
las Roma, officier hellène.
c. PS0C ZOÉ GHIKA.
V. Enfants du Pr. Charles Ghika, 6e fils du Pr. Grégoire Vlll.
Pr. ALEXANDRE GHIKA, marié 1" àThecla S tan ski, 2" M"c Nicolescu
3" Euphrosyne Ralet.
Enfants du 1er lit :
a. Pr. CHARLES GHIKA.
l>. Pss" ANNE GHIKA.
c. Pr. JEAN GHIKA.
du 2e lit :
d. Pr. NICOLAS GHIKA.
du 3e lit :
a. Un fils.
2. Descendants du Pr. Charles Ghika, frère du Prince Grégoire VIII.
L Enfants du Pr. Démètre Ghika, G'1 Logothète, 3e fils du Pr. Charles.
A. Pr. PANTAZY' GHIKA, né vers 1831, mort en 1878 sans postérité.
10
52

B. Pr.JON GHIKA, né à Bucharest en 1817. PRINCE RÉGNANT DE SA-


MOS de 1854 à 1859, Premier Ministre de Roumanie, Ministre
Plénipotentiaire à Londres, marié en 1847 à ALEXANDRA, fille
du Général N. de Mavro, et de Sevasti née Soutzo, son épouse.
Leurs enfants:
a. Pr. DÉMÈTRE GHIKA, né le 13 Mars 1848, Conseiller de la
Légation de Roumanie à Constantinople,marié le 15 Avril
1873 à MÉLANIE, fille de Constantin Crezzulesco.
Leurs enfants :
a. Pr.JEAN GHIKA, né le 3 Mai 1874.
b Ps,u ALEXANDRINE GHIKA, née le 6 Février 1876.
c. Pss" CONSTANCEGHiKA,née le 22 Mai 1878, morte en bas âge.
l>. Pss" MARIE GHIKA, mariée en 1868 à George A. Stourdza.
e. Pr. CHARLES Éphore des Hôpitaux, ancien Président
GHIKA,
de Tribunal, marié 1" à M"° Gradestiano,et 2" à M"" Bourchi.
Leurs enfants :
a. Pr. GRÉGOIRE GHIKA.
b. HÉLÈNE GHIKA.
Pssc'
cl. Pss" ÉLISE GHIKA, Soeur de Charité.
e. Pss" ANNE GHIKA, mariée en 1887 au Col. Romulu Maghieru,
de F État-Major Général de F armée roumaine.
i". Pr. NICOLAS GHIKA, Chancelier du Consulat de Roumanie à
Roustchouk, marié en 1888 à MARIE, fille de Léonidas
Patchouri.
$;•. Pr. ALEXANDRE GHIKA, marié en 1891 à MARGUERITE, fille
de Lascar Catargi.
c. PSKC MARIE mariée à Pana Olanesco.
GHIKA,
11. Enfants du Pr. Michel Ghika, G'1 Ban, frère du Pr. Grégoire VIII.
A. Pr. MATTHIEU GHIKA, mort sans enfants.
B. PSSCHÉLÈNE GniKA,plus connue sous le nom de Dora DTstria, auteur
de plusieurs ouvrages, née le 22 Janvier 1829 à Bucharest, mariée
en 1849 au Pr. Koltsofï-Massalsky. Décédée à Florence en 1888.
c. Pr. VLADIMIR GHIKA, marié à ÉLISE née Creczulesco.
D. Pr. GEORGES GHIKA, ancien Ministre de Affaires Étrangères, Mi-
nistre Plénipotentiaire de Roumanie etc. Marié à la PSSI' ZOÉ
Cantacuzène,
heurs enfants :
a. Pr. MICHEL GHIKA, Capitaine d' État-Major, marié à M"e
Vacaresco, fille de Théodore Vacaresco, Maréchal du Palais,
Ministre Plénipontentiaire.
lx Pss'' ADINE GHIKA, mariée à Grégoire Olanesco, Secrétaire
Général du Ministère des Finances.
K. Pssc OLGA GHIKA, mariée au Pr. Grégoire Stourdza, fils du Pr.
Michel Stourdza, Prince Régnant de Moldavie.
53

FAMILLE GHIKA DE MOLDAVIE

NOTICE HISTORIQUE

Les GHIKA de Moldavie descendent du PRINCE GRÉGOIRE GHIKA VI, Prince


Régnant de Moldavie de 1774 à 1777, et de laPssc CATHERINE, fille du Pr. Jacques
Rizo-Rangabé, Grand Spathar, son épouse.
Ils se divisent en deux branches, présumablement issues de deux petits-fils
du P™ Grégoire.
1. CONSTANTIN GHIKA de Comanesti et de Deleni, Chef de la première de ces
branches, avait trois fils et une fille, savoir:
I. DÉMÈTRE GHIKA ( de Comanesti ), marié à Zoé Rosetti.
Il eut trois enfants :
A. HÉLÈNE GHIKA, mariée à un Stourdza.
B. MARIE GHIKA, mariée à un Roznovano.
c. NICOLAS GHIKA, marié à Catherine Plagino, décédée en 1881.
( Voir Famille Actuelle).
II. ALEXANDRE GHIKA, Grand Logothète, marié à Roxane Stourdza, dont
2 enfants:
A. HÉLÈNE GHIKA, mariée
à M. Choubine.
B. Pr. GRÉGOIRE GHIKA X, né à Botochani (Moldavie) le 25
Août
1807. En 1826 il était Hetman, ou Commandant en Chef de la Mi-
lice; en 1842 Secrétaire d' État; en 1843 Ministre des Finances.
Nommé PRINCE DE MOLDAVIE le 16 Juin 1849, il déposa le pou-
voir en Juillet 1856 et se rendit en France, au Château du Mée,
près de Melun, où il s' est tué en 1857. Il avait consécutivement
épousé 1" la Pss0 Hélène Stourdza, fille du Pr.Jean Stourdza, 2" An-
nica Catargi 3" M"" Leroy née Rollin ( Voir Famille Actuelle ).
III. GEORGES GHIKA (de Deleni).
Il eut deux fils :
A. GEORGES GHIKA, mort sans postérité.
B. THÉODORE GHIKA, marié à la Pssc Finarète Stirbey (Voir Famil-
le Actuelle).
IV. CATHERINE GHIKA, mariée 1" à Nicolas Rosetti Roznovano, 2" à Alex.
Stourdza.
.
10*
04

2. Le Chef de la deuxième branche des Ghika de Moldavie eut deux fils:


I. GRÉGOIRE GHIKA, Grand Postelnic de Moldavie, marié à Catherine
Cantacuzène -Pashcano.
Il eut quatre fils et trois filles :
A. GEORGES GHIKA, marié à Hélène Catargi, dont une fille : EUPHRO-
SYNE^ mariée à M. Pallady ; décédée.
B. NICOLAS GHIKA, marié à Hélène Rosetti. (Voir Famille Actuelle).
c. ALEXANDRE GHIKA, disparu à Constantinople.
D. BASILE GHIKA, marié 1 " à Cléopatre Cantacuzène, 2" à Clémence
Grecéano. ( Voir Famille Actuelle ).
E. CASSANDIIE GHIKA, mariée à M. Stourdza
p. EUPHROSYNE GHIKA, mariée à M. Balsch.
G. CATHERINE GHIKA, mariée à M. Vladoyàno.
II. ALEXANDRE GHIKA, Brigadier, chef de la famille des Ghika Brigadir,
marié à CATHERINE, fille du Pr. George Rizo Rangabé, Grand Postel-
nic, et de la PSSG Ralou née Soutzo, son épouse.
Ils eurent trois enfants :
.
A. NICOLAS GHIKA, mort en bas âge.
p.. JEAN GHIKA, marié à Euphrosyne Fileppesco. (Voir Famille A-
ctuelle ).
c. CORALIE GHIKA, mariée vers 1840 à M. Braïloï et morte peu a-
près son mariage.
00

FAMILLE ACTUELLE

1. Enfants de Nicolas Ghika, fils de Démètre Ghika de Comanesti,


I. DÉMÈTRE GHIKA, grand propriétaire, ancien Député né en 1839, ma-
rié à Zoé Lahovarv, née en 1851.
Leurs enfants :
A. MARIE GHIKA, née à Comanesti, district de Bacau, le 2 Février
1870, mariée à Léon Maurocordato, Capitaine d'État-Major et
Attaché Militaire à Vienne.
B. NICOLAS GHIKA, né en 1875.
II. EUGÈNE GHIKA, Député, marié à Catherine de Kiesko,sceur de la Reine
Nathalie de Serbie.
III. GEORGES GHIKA.
IV. NICOLAS GHIKA, ancien Préfet à Bacau (Roumanie ), marié â M"" Rous-
so ( de Bessarabie ).
Enfants:
A. ALEXANDRINE GHIKA.
B- NATHALIE GHIKA.
V. MARIE GHIKA, mariée au Pr. Alexandre Stirbey, ancien officier dans
l'armée française. Morte en 1885.
2. Enfants du Pr. Grégoire Ghika, X, Prince Régnant de Moldavie
1849 — 1856, f 1857.
Du, 1er lit :
I. Pr. CONSTANTIN GHIKA, Conseiller à la Cour de Cassation, marié 1" à
Catherine Balsclie, 2" à Zoé Plagino f.
Ses enfants :
du 1er lit :
A. PSHe MARIE GHIKA, mariée à M. Costesco ( div. ).
B. PS5C ANNA GHIKA, mariée à M. Caligari.
du 2e lit :
c. Pr. GRÉGOIRE GHIKA.
II. Psse NATHALIE GHIKA, mariée l" à Constantin Balsche, 2" au Col. Ale-
xandre Milo, et 3" à Georges C. Filippesco f.
56

III. Pr. JEAN GHIKA, Général, Ministre de Roumanie à S. Petersbourg,


f en 1882.
Sa veuve :
Psse ALEXANDRIN E GHIKA, née Blaremberg.
Leurs enfants :
A. Pr. ALEXANDRE GHIKA.
B. Pr. GEORGES GHIKA, décédé.
c. PS5CELLA GHIKA, née en 1869, morte en 1890.
D. Pr. VLADIMIR GHIKA.
E. Pr. DÉMÈTRE GHIKA.
IV. Pr. ALEXANDRE GHIKA, marié à Adèle Rosetti Roznovano.
Ils eurent trois enfants :
A. Pr. GRÉGOIRE GHIKA, Capitaine de Cavalerie, né le 28 Nbre 1858.
B. Pr. JEAN GHIKA, Capitaine de Génie, né le 26 Août 1860, marié à
Hélène, née Lahovary.
c. Psse LUCIE GHIKA.
V. Pssc CATHERINE GHIKA, mariée à Nicolas Maurocordato, fils d' Alexan-
f
dre Maurocordato, Hetman, né 1816, le 2 Octobre 1869.
VI. F™ AGLAÉ GHIKA, mariée T à Richard Radu Rosetti, 2" à M. Allaux.
du 2e lit :
VII. Pr. GRÉGOIRE GHIKA, Secrétaire de Légation, f à Bucharest le 30 Dé-
cembre 1890.
Sa veuve :
pssC MARIE GHIKA, née de Balaceano.
Enfant :
Pr. ALEXANDRE GHIKA.
VIII. Pr. FERDINAND GHIKA, marié h Alexandrine, fille d' Alexandre Can-
cuzène, Vornic ( div. ).
Enfant :
Psso JEANNE GHIKA.
5. Enfants de Théodore Ghika et de la P"e Finarète née Stirbey, son épouse.
I. CONSTANTIN GHIKA, ancien Secrétaire de Légation, Député, marié 1°
à Sultane Balaceano, 2" à Emeraude Nicolescu Dorobantzi.
Enfants du 1er lit : Deux filles.
IL GRÉGOIRE GHIKA, ancien Préfet de Botoshani.
III. ÉLISE GHIKA, mariée à M. Stourdza, décédée.
4. Enfants de Nicolas Ghika et d'Hélène, née Rosetti, son épouse.
I. NICOLAS GHIKA, mort en bas âge.
IL GRÉGOIRE GHIKA, mort en bas âge.
III. EMILE GHIKA, mort en bas âge.
IV. EUGÈNE GHIKA, marié à. Hélène Cantacuzène.
Leurs enfants :
A. NICOLAS GHIKA.
B. HÉLÈNE GHIKA.
c. EUGÉNIE GHIKA.
V. CLARISSE GHIKA, mariée à M. Resnicek.
VI. SOPHIE GHIKA, mariée à M. Aslan.
VIL EUGÉNIE GHIKA, mariée à M. Cosadini, Député.
5. Enfants de Basile Ghika, marié I" à Gléopatre Cantacuzène,2° à
Clémence Graziano.
du 1er lit :
I. LUCIE GHIKA, mariée à M. Douca.
du 2e lit :
IL BASILE GHIKA, mort en bas âge.
III. GRÉGOIRE GHIKA.
IV. CLÉMENCE GHIKA, mariée à John S1 John.
6. Enfants de Jean Ghika Brigadir et d' Euphrosyne née Filippesco,
son épouse.
I. GRÉGOIRE GHIKA, mort en bas âge.
IL ALEXANDRE GHIKA, Consul Général de Roumanie â Pesth, marié à Ma-
rie Mavroyéni (div.).
Enfants :
A. JEANNE GHIKA, née en 1874.
B. JEAN GHIKA.
C. PIERRE GHIKA.
III. CONSTANTIN GHIKA, mort en bas âge.
IV. GRÉGOIRE GHIKA, Ministre de Roumanie à Berlin, marié à Marietta de
Kiesko, soeur de la Reine Nathalie de Serbie.
Enfants :
A. HENRI GHIKA.
4 i7-\.mf GEORGES GHIKA. *
B> o.G.iSio q«w v\a-n't c-W^u^vc (,A»av« <k V'<
V. EMILE GHIKA, Ministre de Roumanie à Vienne, marié à Catherine
Floresco, fille du Général Floresco, Président du Sénat.
Enfants :
A. GEORGETTE GHIKA.
B. ELISABETH GHIKA.
VI. NICOLAS GHIKA, mort à Paris le 25 Novembre 1873.
HANDZERY
FAMILLE HANDZERY

NOTICE HISTORIQUE

Vers la fin du 17° siècle vivait à Constantinople un riche propriétaire grec,


nommé JEAN HANDZERY, plus connu sous le nom de Bassa Yannaki, ou le Sei-
gneur Jean.
Il eut deux fils et quelques filles.
L' aîné, GEORGE HANDZERY, était Médecin et vivait encore en 1772.
Le second, SAMUEL HANDZERY, né en 1700, entra dans les ordres, devint Arche-
vêque de Dercon en 1731 et PATRIARCHE DE CONSTANTINOPLE en 1763.
GEORGE HANDZERY eut une fille et trois fils :
I. Sa fille, N. HANDZERY, épousa Jacques Néroulos.
IL SAMUEL HANDZERY, entré également dans les ordres, comme son oncle,
devint Archevêque Métropolitain d' Ephèse.
III. Pr. CONSTANTIN HANDZERY, nommé Camarasse ( Chambellan ) du Pr.
Alexandre Ypsilanti en 1788, et plus tard Grand Spathar du Pr. Mi-
chel Soutzo.. Puis il fut nommé Drogman de la Flotte sous le Capitan
Pacha Kioutchouk Houssein, avec F appui duquel il fut créé PRINCE DE
VALACHIE en Novembre 1797 et régna jusqu' au 19 Février 1799, lorsqu' il
fut mis à mort par ordre du Sultan dans son propre palais. Ses enfants
ne se sauvèrent qu' en sautant par les fenêtres, et se réfugièrent dans la
maison de Manuel Braneovan. Il avait épousé la Pss0 ROXANE, fille du Pr.
Alexandre Ghika, Prince Régnant de Valachie, et de Roxane Rizo-Ran-
gabé, son épouse.
Il eut trois fils et deux filles.
1 ) Pr. ALEXANDRE HANDZERY, PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE, qui é-

pousa la Psso SMARAGDÀ, fille du Pr. Grégoire Callimachi, Prince Ré-


gnant de Moldavie. Lors de la Révolution Grecque il. se réfugia à
Odessa, le 5 Mars 1821. On a de lui un dictionnaire de la langue
turque en français.
Il eut deux fils et une fille.
A Pr. GRÉGOIRE HANDZERY, Capitaine d'Artillerie dans F armée
11*
60

grecque, auteur d'un Vocabulaire Militaire, encore en usage en


Grèce, publié en 1847. Mort sans postérité.
B. Pr. CONSTANTINHANDZERY, Grand Logothète, mort sans postérité,
c. Pssc HÉLÈNE HANDZERY, mariée à Constantin Balsche, Grand Lo-
gothète.
2) Pr. MICHEL HANDZERY, qui épousa la Psse ROXANE, fille du Pr. Charles
Maurocordato, Grand Logothète. Décapité le 4 Avril 1821 parles
Turcs. Sans postérité.
3) Pr. TÉLÉMAQUE HANDZERY, Pr. Drogman de F Ambassade Russe à
Constantinople, qui épousa Caroline Von Glasenapp ( Voir famille
actuelle ).
4) Psse CORINNE HANDZERY, mariée au Pr. Grégoire Ghika, Prince Ré-
gnant de Valachie (1822—1828).
5) Pssc HÉLÈNE HANDZERY, mariée à Paul Negroponte.
IV. NICOLAS HANDZERY, marié à Marie, fille de Nicolas Mano, Grand Logo-
thète, dont il eut un fils :
DÈMÈTRE HANDZERY, qui en 1801 était Caïmakam à Fokshani, nommé
par le Pr. Alex. Soutzo de Moldavie.

FAMILLE ACTUELLE

Pr. NICOLAS HANDZERY, fils du Pr. Télémaque Handzery et de la Caroline,


Pssc
née de Glasenapp, né le 6 Décembre 1836. Président delà Régence Royale Prus-
sieneà Liegnitz (Basse-Silesie), Chambellan de F Empereur cl'Allemagne, Membre
de la Diète Germanique.
FAMILLE MANO

NOTICE HISTORIQUE

Famille noble originaire de la Sicile, ou les MANNO étaient, depuis plu-


sieurs siècles, seigneurs et barons de Coddia, Lazzarimo, Coganaro, Mitilabesi,
Cariano, S. Pietro sopra Patti et Scirinda, et tenaient la charge du Vicariat
Général du Val de Mazzara. Le Chef de cette famille, CONRAD MANNO, fut «Con-
dottiere dei Armi » du Roi Charles I d'Anjou contre Frédéric I de Sicile en 1267.
Cependant, d' après certaines chroniques italiennes, cette famille descendrait de
Paolo Mano, qui vivait au Xe siècle, et donna des Gonfalieri, des Sénateurs, des
Evêques etc. à Florence, Païenne, Crémone et Brescia. À Venise on voit un por-
trait en mosaïque à la Cathédrale de S. Marc sous lequel est écrit le nom de
« Aloïsio Mano ». Une branche de la famille passa, anciennement déjà, en Sar-
daigne, où elle s' établit et où elle existe encore sous le nom de Barons Manno ou
Mannini. C est à cette branche qu'appartient le Baron Giuseppe Manno, Sénateur
du Royaume d'Italie en 1867 et plus tard Président delà Cour de Cassation
de Turin, mort en 1872. Il fut F auteur de l'Histoire de Sardaigne.
D'après les Archives de la République de Gênes, conservées dans la Chapelle
Dogale de S. Grégoire, la famille Mano fut parmi celles qui s' établirent à Con-
stantinople au XIV siècle et fondèrent le faubourg de Galata. La charge de « Pro-
veditore» de la Colonie fut héréditaire dans la famille Mano jusqu' à la prise de
Constantinople par les Turcs. La flotte envoyée par la République de Gênes aux
secours de Byzance fut placée sous les ordres du Proveditore Mano de cette
époque, mais ces secours arrivèrent trop tard et ce fut avec peine que la flotte
génoise put être sauvée. La colonie génoise fut alors assujettie, comme le reste
de la ville, et le fils du Proveditore Mano abjura le catholicisme et s'attacha
au Patriarcat Grec et fut chargé de la gérence des intérêts de la population
de Galata. C est de lui que descendrait la famille phanariote des Mano. Au com-
mencement du 16'' siècle un de ces Mano émigra au Péloponnèse, qui était alors
sous la domination vénitienne. C est à cette branche qu'appartenait le fameux
savant helléniste Jacques Mano d' Argos, qui florissait à Constantinople vers
62

1680, où le Patriarche lui décerna le titre de Prince des Philosophes et qui fut
probablement le chef de la famille actuelle.
Vers la même époque s'établit en Macédoine un Jean Mano,/qui, de son/^
fils Emmanuel, eut un petit-fils, Christo Mano, né en 1737 à Cotronitza en Ma-
cédoine, qui se fixa à Vienne (Autriche), où il fonda une importante maison de
commerce, et où il mourut en 1823. C'est de lui que descend la famille actuelle
de Christomano, qui-Zd^-après—eette—généal ogie^-desoendfait aussi-des Manno de If
Sicile, ^ntpdii^re^e^fe-p^riëni-Jes—ajmiûiri-e% que nous reproduisons ici. /

La généalogie de la famille phanariote des Mano est tracée d' une manière
continue jusqu'à MICHEL MANO, né à Constantinople en 1655, qui pourrait bien être
le fils de Jacques Mano d' Argos. Michel fit ses études de médecine en Italie et
vécut à Constantinople, où il écrivit plusieurs ouvrages. Il eut un fils, MICHEL
MANO, appelé Michel-Zadé,Logothète du Patriarcat de Constantinople,né en 1687.
Ce dernier eut trois fils, EMMANUEL MANO, NICOLAS MANO et GEORGE MANO, qui
furent les chefs de trois branches, Moldave, Valaque et Grecque, de la famille Mano.

A. BRANCHE MOLDAVE

EMMANUEL MANO, fils de Michel-Zadé, né à Constantinople en 1717, Logo-


thète, s' établit à Jassy le 22 Avril 1798, sous le règne du Prince Alex. Callimaclii.
11 avait épousé, le 10 Mai 1747, Zafira Caradja, et laissa sept enfants :
1. MICHEL MANO, né le 22 Février 1748, Postelnic, marié à Anna Caripu.
Ils eurent un fils: ALEXANDRE MANO, sans postérité.
2. ANASTASE MANO, né le 23 Mars 1749, mort dans la même année.
3. GEORGE MANO, né le 4 Décembre 1750, mort en 1752.
4. CHARLES MANO, né le 5 Avril 1752, Grand Logothète, établi en Moldavie
en 1798. Marié le 5 Octobre 1774 à Catherine Soutzo, fille du Hetman
Jean Soutzo. Mort en 1809. Il eut seize enfants:
63

I. SMARAGDÀ MANO, née en 1775, morte en 1777.


IL ALEXANDRE MANO, né le 13 Novembre 1776, mort en 1781.
III. CONSTANTIN MANO, surnommé Bondi, Poëte et Avocat, né le 12 Octobre
1777, marié en 1807 à Catherine Erdochim Couzi. ( Voir Famille A-
ctuelle).
IV. ROXANDRE MANO, née le 13 Mai 1781, mariée à Dudesco. Décédée.
V. MANUEL MANO, Grand Hetman, né le 8 Septembre 1782, marié le 17
Janvier 1815 à la P5511Sultane, fille du Pr. Nicolas Mavroyeni, Prince
Régnant de Moldavie, née en 1784, morte en 1855. Mort le 2 Novem-
bre 1841. ( Voir Famille Actuelle).
VI. RALOU MANO, née en 1784, mariée en 1806 à Stourdza et en 1814 à S.
Costaki. Décédée. '
VII. SMARAGDÀ MANO, née en 1874, mariée à Crupensky. Déeédée.
VIII. HÉLÈNE MANO, née le 22 Mars 1785, morte en 1790.
IX. JEAN -JACOB MANO, né en 1786. Moine.
X. ANTOINE-ALEXANDRE MANO, né en 1786. Moine.
XL ZAFIRA MANO, née le 13 Mai 1788, mariée en 1802 à Alex. Rosetti;
Décédée.
XII. HÉLÈNE MANO, née en 1790, mariée 1°, en 1810, à Costaky Conaky, 2°,
en 1817, à Michel Mavroyeni, 3" à Grégoire Soutzo. Morte en 1875.
XIII. GEORGES MANO OU Jordachi, Aga, né le 28 Juillet 1792; marié en
1819 à Anastasie Sarban; mort en 1836. Il eut les enfants suivants:
A. MARIE MANO, mariée à Radu.
B. AGRIPPINE MANO, mariée à Levendi.
c. NICOLAS MANO, mort en 1838 sans postérité.
D. SMARAGDÀ MANO, morte en 1839.
XIV. DÉMÈTRE MANO, Vornic, ne le 19 Mars 1794, marié à Pulchérie Mi-
clesco. Mort en 1866. (Voir Famille Actuelle).
XV. SULTANE' MANO, née en 1797, mariée à Lambrino. Morte en 1868.
XVI. GRÉGOIRE- ARISTARQUE MANO, né le 21 Août 1798. Moine.
5. ALEXANDRE MANO, Logothète, né le 2 Février 1755, mort en 1811. Marié en
1787 à la Pssc Ralou Ypsilanti, morte en 1815 dans le grand incendie de sa mai-
son à Constantinople où 6 de ses enfants et gendres, 7 petits-enfants et 9 servi-
teurs furent brûlés. Ils eurent huit enfants :
L DÉMÈTRE MANO, marié en 1803 à Tarsitza, fille du Hetman Constan-
tin Hurmuzaki-Plagino et de Constantina Ghika. Mort en 1815.11s eu-
rent sept enfants, tous perdus dans F incendie de 1815.
IL SMARAGDÀ MANO, morte en 1815.
III. GEORGES MANO, né en 1792, mort en 1868. Marié en 1842 à Anne
Louise D' O' hyer, Comtesse de Grand Pré, morte à Bucarest le 22
12
64

Décembre 1881. Georges Mano fut Consul de Grèce à Florence, où il


est mort sans postérité.
IV. SULTANE MANO, mariée à Vlangali en 1830.
V. CONSTANTIN MANO, marié à la Ps,<! Roxandre, fille du Prince Nicolas
Mavroyeni de Valachie. Mor.t en 1815 laissant un fils :
ALEXANDRE MANO, mort sans postérité.
VI. ZAFIRA MANO, mariée à Jacques Rizo Neroulo, Ministre de Grèce.
VIL CATHERINE MANO, mariée à J. Negri, morte en 1815.
VIII. JEAN MANO, né en 1788, mort à Bucarest en 1869, laissant un fils
adoptif :
ALEXANDRE MANO, né en 1825, mort à Bucarest en 1874. (Voir Fa-
mille Actuelle ).

B. BRANCHE VALAQUE.

GEORGES MANO, fils de Michel-Zadé Mano, Postelnic, né en 1726, mort en


1777, laissa trois enfants:
1. SMARAGDÀ MANO, née en 1758, mariée en 1786 à Jean Varcanesco, morte
en 1809.
2. GRÉGOIRE MANO, Postelnic, né en 1776, marié à Sevasti Hurmuzaki. Ils
eurent deux filles :
I. MARIE MANO, née en 1813, mariée en 1833 à Nicolas Aristarchi, Ca-
poukéhaya, né en 1799, mort en 1866. Morte en 1888.
.
IL ROXANDRE MANO.
3. MICHEL MANO né en 1762, marié en 1796 à Smaragdà C. Varcanesco. Il
alla en Moldavie en 1779 en qualité de GcI Logothète du Prince Mourousi,
jusqu' en 1784, lorsqu' il rentra à Constantinople. Enfin en 1786 il s' éta-
blit définitivement en Valachie, à la suite du Prince Mavroyeni. Mort en
1838. Il eut douze enfants :
I. ALEXANDRE MANO, né en 1797, mort en 1800.
IL CONSTANTIN MANO, Postelnic, né en 1799, mort en 1835.
III. CATHERINE MANO, née en 1800, mariée en 1814 à Georges Vacaresco,
morte en 1820.
IV. ALEXANDRE MANO, né en 1802, mort en 1826.
V. JEAN MANO, né en 1803, Grand Vornic, Caïmakam de Valachie en
1858, mort en 1874. Marié en 1837 à Anna A. Ghika. ( Voir Famille A-
ctuelle ).
VI. GEORGES MANO, Major, né en 1804, marié en 1827 1° à Anna Heresco
et 2" à Hélène Vilara. Mort en 1846.
VIL GRÉGOIRE MANO, né en 1806, mort en 1829.
65 /

VIII. ANNICA MANO, née en 1807, mariée en 1832 au Colonel russe Théo-
dore Gregorovitch Kotsclioubey. J

IX. ROXANDRE MANO, née en 1810, morte en 1812.


X. NICOLAS MANO, Grand Logothète et Major, né en 1812, marié en 1839
à Marie Gradisteano. (Voir Famille* Actuelle).
XI. DÉMÈTRE MANO, né en 1817, mort en bas âge.
XII. EMMANUEL MANO, né en 1820, mort dans la même année.

BRANCHE GRECQUE

NICOLAS MANO, fils de Michel-Zadé Mano, Grand Logothète, né en 1722, ma-


rié* à Euphrosyne Soultziaroglou Ghika. Ils eurent dix enfants :
1. ALEXANDRE MANO, qui était Grand Logothète du Patriarcat de Constan-
tinople de 1773 à 1781 et épousa la Psso Ralou Soutzo, fille du Prince Mi-
chel-Voda Soutzo. Ils eurent trois enfants :
I. MICHEL MANO, Hetman, Drogman de la Flotte, décapité à Constanti-
nople en 1821. Il avait épousé Smaragdà, fille de Démètre Scanavi,
et laissa trois enfants :
A. ALEXANDRE MANO, mort sans postérité.
B. RALOU MANO, née en 1819, morte en 1838.
c. NICOLAS MANO, né en 1821 (fils posthume), mort en 1878, Lieu-
tenant Colonel d' État-Major dans F armée grecque; marié'1°
à Sapho, fille d' Alex. Dessila, 2° à Marina née Csso Logothète
( veuve de Panayote Soutzo ). (Voir Famille Actuelle ).
II. CONSTANTIN MANO, Consul de Grèce à Odessa, né en 1797, mort en
1855; marié à Elisabeth, fille de Jacques Rizo Neroulo. (Voir Famille
Actuelle ).
2. GEORGES MANO, Hetman, mort en 1831.
3. CONSTANTIN MANO, Hetman, né en 1767. En 1807 il quitta Constantinople
et alla se fixer en Moldavie,où il est mort en 1830. Il y épousa 1° Catherine
Riukiritza, 2° Marie Rosselina. Il eut les enfants suivants :
du 1er lit:
I. EUPHROSYNE MANO.
IL NICOLAS MANO, né en 1816, marié en 1S46 à Marie Boutas (Voir Fa-
mille Actuelle).
du 2e lit :
III. HÉLÈNE MANO.
IV. CATHERINE MANO.
V. ALEXANDRE MANO, né en 1821, mort en 1867, marié à Anna Serban
Paraschiv. ( Voir Famille Actuelle ).
12*
66

VI. MICHEL MANO, né en 1828, mort en 1848.


4. SMARAGDÀ MANO, mariée au Spathar G. Antonaki.
5. DÉMÈTRE MANO, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE, marié à la Pssc
Marie, fille du Prince Nicolas Caradja, Prince Régnant de Valachie. Ils
eurent huit enfants :
I. NICOLAS MANO, mort en bas âge.
II. ALEXANDRE MANO, mort en bas âge.
III. CONSTANTIN MANO, Conseiller de la Légation de Grèce à Constanti-
nople, né en 1784, mort à Athènes le 4 Décembre 1835. Il avait épousé
1° en 1827, à Constantinople,Sevasti, fille de Jacques Argyropoulo,
Grand Drogman, née en 1798, décédée en 1883, 2" à Venise, une Geras-
simo. ( Voir Famille Actuelle ).
IV. NICOLAS MANO, Chargé d' Affaires de Turquie en France, mort à Pa-
ris en 1820.
V. MÏLTIADE MANO, mort en Moldavie sans postérité.
VI. TARSI MANO, mariée à Filippesco.
VIL EUPHROSYNE MANO, née en 1784, mariée à Radu L. Rosetti, Grand Lo-
gothète, morte en 1872.
VIII. CALLIOPE MANO, mariée à Déni être Photila.
6. MARIE MANO, mariée à N. Handzery.
7. CATHERINE MANO.
8. HÉLÈNE MANO, mariée au Postelnic C. Soutzo.
9. SAFTA MANO.
10. CATHERINE MANO, mariée à Racovilza.
67

FAMILLE ACTUELLE
A. BRANCHE MOLDAVE
1. Enfants de Constantin Mano, fils de Charles Mano, et de Catherine,
oiée Couzi, son épouse.
I. EUPHROSYNE MANO, née en 1811, décédée.
IL SMARAGDÀ MANO, née en 1813, mariée à M. Rasty.
III. CONSTANTIN MANO, né en 1815, mort en bas âge.
2. Enfants de Manuel Mano, Hetman, fils de Charles Mano, et de la
Psse SuÀtane, née Mavroyeni, son épouse.
I. MANUEL MANO, Grand Vornic, Aide-de-Camp du Prince Michel Stourd-
za, Membre de la Haute Cour Princière et Avocat etc., né le 4 No-
vembre 1815, marié le 18 Février 1843 à Hélène, fille du Grand Vor-
nic Jean Louka, née en 1821. Mort le 31 Décembre 18S6.
Leurs enfants :
A. JEAN MANO, né le 20 Juillet 1844,Colonel de Cavalerie,marié l°,en
1876, à Sophie C. Soutzo (div.), 2°, le 12 Juin 1888, à ESMERALDA,
fille de George Cretzeano, ancien Ministre, Président de la Cour de
Cassation,Académicienet Poète, et de Aiina,née Mano,son épouse.
B. ASPASIE MANO, née le 24 Janvier 1846, mariée le 3 Mai 1870 à
Nicolas Rashkano, mort le 30 Décembre 1890.
c. RODRIGUE-EMMANUEL MANO, né le H Juillet 1848, Capitaine de
Cavalerie de réserve, marié le 16 Juin 1885 à MARIE, fille de
G. Costa-Foro, ancien Premier Ministre.
D. AGLAÉ MANO, née le 23 Juillet 1849, mariée le 30 Août 1890 à
Constantin .G. Diamandy (div.).
IL MARIE MANO, née le il Avril 1817, mariée en 1835 à C. Crupensky,
morte en Mars 1843.
III. SMARAGDÀ MANO, née et morte en 1818.
IV. CATHERINE MANO, née le 15 Juillet 1819, mariée en 1838 àDem. Skor-
dily d' Athènes. Décédée en 1864.
V. EUPHROSYNE MANO, née le 22 Septembre 1820, mariée en 1839 à Geor-
ges Chryssidis, décédée en 1869.
VI. SMARAGDÀ MANO, née le 22 Juillet 1822, mariée en 1839 à Spyridion
Antoniadés, ancien Ministre en Grèce, décédé.
VII. SAVEL MANO, né le 12 Mai 1824, Général, ancien Ministre de la Guerre
en Roumanie, marié 1" en 1845 à Marie Varnan ( div. ), 2° à Marie
Gamba, décédée en 1876, 3" en 1883 à EUGÉNIE, née Luchidis.
Enfants, du 1er lit :
A. NATHALIE MANO, née le 9 Avril 1846, mariée le 19 Février 1867
à G. Pallady (div.).
68

B. MANUEL MANO, né en 1847, mort en 1849.


c. LUCIE MANO, née en 1848, morte en 1850.
du 2e lit :
D. SULTANE MANO, née le 21 Mars 1865.
du 3e lit :
E. MICHEL MANO, né le 22 Avril 1884.
3. Enfants de Démètre Mano, fils de Charles, et de Pulchérie, née
Miclesco, son épouse.
I. PIERRE MANO, Conseillerà la Cour de Cassation, né en 1823, mort en 1890.
IL CATHERINE MANO, mariée au Pr. Alex. Mourouzi. Décédée.
III. ANASTASIE MANO, décédée.
IV. DÉMÈTRE MANO, décédé.
V. THÉODORE MANO, décédé.
VI. HÉLÈNE MANO, décédée.
VIL CHARLES MANO, né en 1828, décédé.
VIII.. SULTANE MANO, née en 1833, mariée à Alex. Jura ( div. ).
IX. ROXANDRE MANO, née en 1838, mariée au Dr. Alex. Greceano.
X. AGRIVI OU XENIE MANO, religieuse, Supérieure du Couvent d'Adam
( Moldavie ).
4. Fils d' Alexandre Mano, fils adoptif de Jean Mano.
SAVEL MANO, né le 7 Mai 1869, Sous-Officier de Cavalerie dans l'Ar-
mée Roumaine.

B. BRANCHE VALAQUE

1. Enfants de Jean Mano, fils de Michel Mano, Grand Vomie, et d' Anna,
née Ghika, son épouse.
I. HÉLÈNE MANO, née en 1832, mariée en 1863 à C. Cornesco.
II. GEORGES MANO, né en 1833, Général, ancien Président du Conseil des
Ministres; commandait la 3" Division de F Armée Roumaine, qui fran-
chit le Danube au secours de F Armée Russe assiégeant Plevna.. Marié
en 1857 à ALEXANDRINS, fille de C. Cantacuzène.
Leurs enfants :
A. CONSTANTIN MANO, né le 5 Janvier 1871.
B. JEAN MANO, né le 9 Août 1872.
c. ANNE MANO, née le 6 Novembre 1874.
D. GEORGES MANO, né le 25 Décembre 1876.
M. ZOÉ MANO, née le 2 Décembre 1879.
i-'. PIERRE MANO, mort en bas âge.
G. JEAN MANO, mort en bas âge.
H. MARIE MANO, morte en bas âge.
III. ALEXANDRE MANO, né en 1835, marié à MARIE, née Filîchano.
69

IV. CONSTANTIN MANO, né en 1837, ancien Préfet, Sénateur, marié en


1865 à CATHERINE née Cretzulesco.
Leurs enfants :
A. CONSTANTIN MANO, né le 10 Novembre 1865.
B. JEAN né le 19 Novembre 1866.
MANO,
V. DÉMÈTRE MANO, né le 28 Octobre 1845 a Bucarest.
VI. JEAN MANO.
VIL CATHERINE MANO.
VIII. MICHEL MANO.
2. Enfants de Nicolas Mano, fils de Michel Mano, et de Marie, née
Gradestiano, son épouse.
I. ANNA MANO, née en 1840, mariée en 1860 à Georges Cretziano.
IL EUPHROSYNE MANO, née en 1841, mariée en 1865 à Al. C. Catargi.
III. GRÉGOIRE MANO, né en 1843, Directeur des Monopoles de l'État, ex-Di-
recteur des Archives de F État et Directeur G1 du Ministère des Fi-
nances, marié en 1871 à SULTANE, née Cretzulesco.
IV. JEAN MANO, né le 25 Février 1844, Capitaine dans l'Armée Rou-
maine, marié en 1871 à Marie, née Bascovano ( div. ). Mort en 1890.
V. GEORGES MANO, né en 1845, mort en 1857.
VI. SMARAGDÀ MANO, née en 1848, morte en 1850.
VIL NICOLAS MANO, né en 1856, Magistrat, ex-Préfet.
C. BRANCHE GRECQUE

1. Enfants de Nicolas Mano, Colonel d' Etal-Major, fils de Michel


Mano, Hetman.
I. MICHEL MANO, né en 1850, mort en 1852.
IL GRÉGOIRE MANO, né à Athènes le 27 Mars 1851, Chargé d' Affaires de
Grèce à Vienne.
III. ALEXANDRE MANO, né à Athènes le 27 Mars 1852, mort à Vienne le
23 Mai 1883.
2. Enfants de Constantin Mdno, Consul de Grèce à Odessa, fils d' Alexan-
dre Mano G'' Logothète, et d' Elisabeth Rizo, son épouse.
I. MICHEL MANO, décédé.
IL JACQUES MANO, né en 1828, Médecin en Chef des Hôpitaux Militaires
de S. Petersbourg, mort en 1891.
III. JEAN MANO, né en 1829, ancien Procureur G1 de la Cour d'Appel en Rou-
manie, Doyen des Avocats de Jassy. Marié en 1855 à Hélène Voïnesco.
Fils : SAVEL MANO, né en 1862, Magistrat.
3. Enfants de Nicolas Mano, fils de Constantin Mano, Hetman, et de
Marie, née Boutas, son épouse.
I. CONSTANTIN MANO, né en 1847, mort en 1855.
70

IL HÉLÈNE MANO, née en 1848, morte en 1849.


III. PULCHÉRIE MANO,née en 1849.
IV. MATTHIEU MANO, né en 1850, mort en 1851.
V. CONSTANTIN MANO, né en 1851, mort en 1852.
VI. MARIE MANO, née en 1853, morte en 1863.
VIL SMARAGDÀ MANO, née en 1858.
VIII. GEORGES MANO, né en 1864.
4. Enfants d' Alexandre Mano, fils de Constantin Mano, Hetman, et
d' Anna, née Serban Paraschiv, son epoti.se.
I. AGLAÉ MANO, née en 1853.
IL décédé.
NICOLAS MANO,
III. CONSTANTIN MANO, décédé.
IV. DÉMÈTRE MANO né en 1861.
V. HÉLÈNE MANO, née en 1863.
5. Enfants de Constantin Mano, fils de Démètre Mano, et de Sevasti, née
Argyropoulo, son épouse.
I. MARIE MANO, née à Constantinople en 1828, décédée en 1830.
IL DÉMÈTRE MANO, né à Aegine en 1830, mort à Athènes en 1845.
III. CALLIOPE MANO, née à Tri polis le 11 Septembre 1833, mariée à Athènes
le 16 Novembre 1358 à Anastase Varatassi, Avocat.
IV. ALEXANDRE MANO, né à Tripolis le 11 Septembre 1833, ancien Consul
G1 de Grèce à Bucarest et Agent Diplomatique de Grèce en Egypte, ma-
rié 1° en 1858, à Nathalie Schoubine, née à Vaslui en Moldavie le 4 No-
vembre 1837, décédée à Chalcis le 24 Novembre 1867, 2" en 1872,âMA-
RIE, née Gouma.
Enfants :
A. CONSTANTIN MANO, mort en bas âge.
B. ALEXANDRE MANO, mort en bas âge.
c. JEAN MANO, mort en bas âge.
D. THRASYBULEMANO, né à Athènes le 17 Juilet 1863, Lieutenant
d' Artillerie dans F armée grecque.
V. THRASYBULE MANO, né à Constantinople le 16 Novembre 1835, Colo-
nel d' Artillerie dans F armée grecque, Attaché Militaire à Paris, ma-
rié à Paris en Septembre 1868 à ROXANE, fille de G. P. Mavromichali,
née à Athènes en Août 1848.
Enfants :
A. CONSTANTIN MANO, ne à Athènes le 9 Septembre 1869. Docteur
en Droit.
B. PIERRE MANO, né à Athènes le 7 Avril 1871, Elève de l'Ecole
Militaire grecque.
iil
..
FAMILLE MAUROCORDATO

NOTICE HISTORIQUE

La famille MAUROCORDATO, originairement de Constantinople, avait émigré


déjà avant la prise de cette ville par les Turcs, à F île de Chio, occupée dans
ce temps par les Génois. PANTALÉON MAUROCORDATO, un des nobles de Chio, vi-
vait dans cette île au 16° siècle. Son fils, NICOLAS MAUROCORDATO, né en 1599,
vint s' établir à Constantinople, où il s' occupa de commerce. D' une grande
beauté physique et d'un esprit cultivé, il sut se faire agréer par la Psso ROXANDRE
(née en 1605, f en 1684 ), veuve du Pcc Alexandre de Valachie et fille du fameux
Skarlatos Beglitzi, un des Seigneurs grecs les plus influents de son temps, qu' il
épousa en 1635.
De ce mariage naquirent deux fils :
ALEXANDRE MAUROCORDATO, né en 1636, marié en 1670 à SULTANE, fille de
Jean Chrysoscoulo et de la Pss0 Cassandre Elias de Moldavie, son épouse. Savant
et littérateur distingué, il fut Grand Logothète du Patriarcat, GRAND DROGMAN DE
LA SUBLIME PORTE en 1673, Ambassadeur en Allemagne en 1688, où il prit part à
la signature du traité de Carlovitz, et Es AnoppHTQN, ou Ministre Confidentiel en
1698 avec rang d' Altesse Illustrissime. Mort en Moldavie le 23 Décembre 1709.
Le second fils de Nicolas, JEAN MAUROCORDATO,né en 1638, vécut d' une vie
privée et nous savons seulement de lui qu' il eut deux fils, CHARLES MAUROCOR-
DATO et CONSTANTIN MAUROCORDATO, et que ce dernier eut un fils, CHARLES MAU-
ROCORDATO, qui se distingua dans les lettres.
Alexandre Maurocordato ê£ ànoôèntcùv eut trois fils et deux filles:
1. CHARLES MAUROCORDATO,né en 1677, Grand Echanson de Valachie. Il
épousa en 1698 la Psso HÉLÈNE, fille du Pcc Constantin Bassaraba Braneo-
van, Prince Régnant de Valachie. Il mourut le 18 Juillet 1699 à Tirgo-
vist en Valachie sans enfants.
2. Pr. NICOLAS MAUROCORDATO I, né à Constantinople en 1679. Il fut Grand
Logothète du Patriarcat et succéda à son père comme GRAND DROGMAN
DE LA SUBLIME PORTE le 1 Juillet 1698. Il fut nommé PRINCE DE MOLDAVIE
le 6 Novembre 1709. La mort de son père, survenue quelques jours plus
13*
72

tard, retarda son arrivée en Moldavie, et lorsqu' enfin il prit possession


du trône, il ne régna que quelques mois, destitué par les intrigues de
son ennemi politique, le Khan de Crimée, qui était alors à Constantinople.
Nommé PRINCE DE VALACHIE le 10 Janvier 1716, il fut fait prisonnier,
vers la fin de cette année, par les Autrichiens, qui cernèrent soudaine-
ment Bucharest. Après la mort de son frère Jean, il monta de nouveau
sur le trône de Valachie et régna jusqu'à sa mort, survenue le 3 Se-
ptembre 1730. Il fut le premier Prince nommé en Valachie directement
par le Sultan sans la proposition préalable des barons valaques. Il épousa
1° la Psse CASSANDRE, fille du Psso Démètre Cantacuzène, Prince Régnant
de Moldavie, 2°PULCHÉRIE, fille de Thomas Tzouki, noble de Constanti-
nople, morte le 18 Mai 1716,3" SMARAGDÀ, fille de Panayotaki, Grand
Paharnic.
Le Prince Nicolas eut les enfants suivants :
I. Pr. CHARLES MAUROCORDATO, né à Constantinople en 1702, mort à
Bucharest en 1726 sans s' être marié.
IL Pss" HÉLÈNE MAUROCORDATO, née à Constantinople,morte avant son frère
Charles.
III. Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATO,mort en bas âge.
IV. Pr. CONSTANTIN MAUROCORDATO III, né à Constantinople le 27 Février
1711, succéda à son père comme PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE en 1730
jusqu'en 1733, de 1735 à 1740, de 1744 à 1747, de 1756 à 1757 et de 1761
à 1762. En 1733 il fut transféré sur le trône de la Moldavie pour un an,
ainsi que de 1741-3. En 1740, après avoir consulté les Évêques et Ba-
rons du pays, il décréta la «Reforme», ou nouvelle constitution de la
Valachie. Mort à Jassy le 23 Novembre 1769. Il avait épousé en lros
noces SMARAGDÀ, fille du Grand Spathar Radul Cantacuzène. Le 14
Novembre 1732 il épousa en 2",es noces CATHERINE, fille de Constantin
Rosetti, Grand Logothète et Vornic de Moldavie.
Le Pr. Constantin eut les enfants suivants :
du 1er lit :
A. Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATO V, surnommé Delimbey, né en
1742, PRINCE DE MOLDAVIE du mois de Mai 1782 à la fin de
l'année 1785. En 1791 il fut nommé PRINCE DE VALACHIE, qui
était alors occupée par les Autrichiens, et il se rendit au
camp du Grand Vezir en attendant la signature de la paix,
lorsque, cependant, au lieu de lui, le Pr. Soutzo fut nommé au
trône de Valachie. Il épousa la Pssc MARIE, fille du Pr. Jean Cal-
limachi, Prince Régnant de Moldavie, et mourut en 1812 lais-
sant une fille, la Pss0 RALOU MAUROCORDATO,née à Constantinople
en 1779, mariée au Pr. Constantin Mourousi, fils du Pr. Aie-
73

xandre Mourousi, Prince Régnant de Valachie, décédée à A-


thènes le 29 Mars 1860.
B. Psse MARIE MAUROCORDATO, qui épousa George Balsche, Grand
Paharnic, et mourut le 15 Février 1770.
c. Pr. JEAN MAUROCORDATO, qui épousa une fille de Bibica Rosetti
et eut une fille, Psse MARIE MAUROCORDATO, mariée au Spathar
Kotkos.
D. Pssc SMARAGDÀ MAUROCORDATO, morte en bas âge.
E. PSSOCATHERINE MAUROCORDATO,qui épousa le Pr. MichelRakovitza,
fils du Prince Régnant de Valachie Michel Rakovitza le Vieux.
F. Pr DÉMÈTRE MAUROCORDATO,dont descendent les Maurocordato
de Moldavie. Il épousa MARIE de Balsche et eut deux fils :
a. Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATO. ( Voir Famille Actuelle ). -JG
i>. Pr. CONSTANTIN MAUROCORDATO.( Voir Famille Actuelle ).
V. Pr. JEAN MAUROCORDATO IV, quatrième fils du Prince Nicolas, suc-
céda à son frère Constantin comme PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE le.
29 Juillet 1743 et régna jusqu' au 13 Août 1747, lorsqu' il mourut. Il
avait épousé une fille de Dem. Stourdza, Grand Logothète. Il eut
les enfants suivants :
A. Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATOVI, surnommé Firari, né à Con-
stantinople le 1 Juillet 1754, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME
PORTE le 22 Septembre 1782, PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE du
1'"'Janvier 1785 au 3 Décembre 1786, lorsqu'il se réfugia en
Russie. L' Impératrice Catherine de Russie lui conféra le titre
de PRINCE DE L'EMPIRE DE RUSSIE. Il avait le premier conçu le
plan de F Insurrection grecque, que sa fille communiqua, après sa
mort, à son maître, Baïli de Zagora, ami intime de Scoufa, par
F entremise de qui il fut communiqué au Comte Capodistria. Il
avait épousé la PSS(! ZAFIRA, fille du Pcc Régnant de Valachie Ni-
colas Caradja, et mourut à Moscou le 8 Février 1819. Sa fille, la
Pss" CATHERINE MAUROCORDATO, fut nommée Demoiselle d' Hon-
neur de F Impératrice de Russie.
B. Psstl SULTANE MAUROCORDATO, mariée au Grand Drogman George
Caradja, fils du Prince Charles Caradja.
c. Pss<' ROXANE MAUROCORDATO, mariée au Spathar Jean Missios.
D. Pssc CATHERINE MAUROCORDATO,mariée en 1750 au Clouciar Ra-
doucano Cantacuzène-Magoureano.
VI. Psse MARIE MAUROCORDATO, deuxième fille du Prince Nicolas, mariée à
Jean Skarlato, Caissier Général, morte à F âge de 19 ans.
VII. Pr. THOMAS MAUROCORDATO, né le 18 Mai 1716 à Bucharest, mort le
27 Juin de la même année.
74

VIII. Pr, ALEXANDRE MAUROCORDATO,né à Constantinople en 1719. Il épousa


le 21 Mai 1738 à Bucharest SMARAGDÀ, fille de M. Cantacuzène. Mort
à Constantinople en 1790 laissant sept enfants :
A. Pr. NICOLAS MAUROCORDATO, né à Constantinople en 1744, Grand
Ban, épousa à Bucharest en 1784 la Psse SMARAGDÀ,fille du Prince
Régnant de Valachie Nicolas Caradja. Il mourut à Constanti-
nople en 1818 laissant cinq enfants :
a. P5BCTARSIE MAUROCORDATO,mariée à Alexandre Soutzo, Po-
stelnic.
b. Pr- ALEXANDRE MAUROCORDATO, qui prit une si grande part
dans la révolution grecque. Né à Constantinople le 3 Fé-
vrier 1791, il épousa le 20 Janvier 1830 CHARICLÉE, fille de
Jacques Argyropoulo, Grand Drogman de la S. Porte, née
à Constantinoplele 8 Septembre 1808, morte à Paris le 13
Mai 1884. En 1817 il accompagna à Bucharest son oncle
maternel, le Pr. Jean Caradja, nommé Prince de Valachie,
en qualité de Secrétaire. Lorsqu' éclata la révolution grec-
que en 1821, Alexandre Maurocordato était à Pise en Italie
avec le Prince Caradja. Il vint aussitôt en Grèce et fut chargé
de F organisation de la Grèce Occidentale, et le 20 Décembre
1821 il fut élu Président de la première Assemblée Nationale
à Épidaure. Après Favénement du Roi Othon, il fut Ministre
des Finances en 1832, Premier Ministre en 1833, en 1841,
en 1844 et en 1854, Ministre de Grèce à Paris de 1850 à 1854,
Ministre des Affaires Étrangères en 1854 et Ministre de l'In-
térieur en 1855. Mort à Aegine le 6 Août 1865. (Voir Fa-
mille Actuelle ).
c Pssc HÉLÈNE MAUROCORDATO, mariée au Baron Constantin
Vellio.
d. Pssc CATHERINE MAUROCORDATO,mariée à Spyridion Tricoupi,
Ministre de Grèce à Londres, auteur de F Histoire de la Ré-
volution Grecque.
e. Psso EUPHROSYNE MAUROCORDATO, née le 14 Février 1800, ma-
riée le 2 Novembre 1830 au Baron Edouard de Reineck, f le
4 Janvier 1885.
B. Psso EUPHROSYNE MAUROCORDATO, fille aînée du Pr. Alexandre
Maurocordato, mariée à Alexandre Missios, Hetman.
c. Pr. CONSTANTIN MAUROCORDATO, marié à Hélène Chrysoscoulo,
mort sans postérité.
D. Pr. CHARLES MAUROCORDATO, Grand Logothète du Patriarcat en
75

1786. Il épousa la Pssc ANNE, fille du Prince Régnant de Valachie


Etienne Rakovitza. Il eut quatre enfants :
a. Pr. ETIENNE MAUROCORDATO, né à Constantinople en 1790,
marié le 9 Mai 1805 à CATHERINE, fille du Hetman Démètre
Schina. En 1821, lors de la Révolution Grecque, il se réfugia
en Russie. Mort à Athènes. Il laissa deux fils :
a. Pr. JEAN MAUROCORDATO,qui épousa M"e Coumbary.(Voir
Famille Actuelle).
b. Pr. CHARLES MAUROCORDATO, Colonel d' artillerie de la
Garde Impériale Russe. Arrivé en Russie en 1821 avec
son père, il avait été élevé au Collège Militaire aux frais
de F Empereur. Un Ukaze Impérial de F Empereur Ni-
colas 1er de Russie de F année 1852, accordé au Pr.
Charles Maurocordato, reconnaît le titre princier à la
famille Maurocordato. Il épousa Catherine,née Catacazi,
et mourut sans postérité.
c. Pr. DÉMÈTRE MAUROCORDATO,^ en Bessarabie le 8 Octobre
1821, nommé le 13 Février 1863 Ministre des Affaires
Étrangères,et le 8 Juillet 1872 Ministre des Cultes et de
F Instruction Publique en Grèce. Auteur d' un ouvrage
d'Astronomie Populaire, publié en 1871. Marié à Sophie,
fille d' Alexandre Balsche. ( Voir Famille Actuelle).
d. Psso HÉLÈNE MAUROCORDATO,mariée au Colonel Prche-
stavski de F armée russe.
i>. Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATO.
c Pr. CONSTANTINMAUROCORDATO.
«1. Pssc ROXANE MAUROCORDATO,mariée au Pr. Michel Handzery,
fils du Pr. Régnant de Valachie, Constantin Handzery.
E. Pr- GEORGE MAUROCORDATO, Hetman, Grand Ban, marié à HÉ-
LÈNE SOUTZO. Il fut pendu par les Turcs aux fenêtres de sa pro-
pre maison au commencement delà Révolution Grecque, le 17
Avril 1821. Il eut six enfants:
a. Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATO,Hetman et Grand Postelnic
de Moldavie, né en 1784, épousa la Pssc SMARAGDÀ, fille du Pce
Alexandre Mourousi, Prince Régnant de Moldavie. ( Voir
Famille Actuelle ).
i>. Pr. GRÉGOIRE MAUROCORDATO, Cloutchiar.
c. Pr. CONSTANTINMAUROCORDATO,Grand Postelnic de Moldavie.
ci. Pr. JEAN MAUROCORDATO.
e. Pr. DÉMÈTRE MAUROCORDATO.
f. PSbe CATHERINE MAUROCORDATO.
76

F. Pr. JEAN MAUROCORDATO,qui entra dans les ordres sous le nom


de JÉRÉMIE, fut nommé Archidiacre
du Patriarche OEcuménique
en 1776, ensuite Archevêque Métropolitain de Vidine, et enfin
le 3 Novembre 1792 Archevêque de Calcédoine.
G. P5S0 CATHERINE MAUROCORDATO, mariée à Georges Soutzo, sur-
nommé Dragornanaki, Grand Postelnic, fils de Nicolas Soutzo,
Grand Drogman.
IX. Psse SULTANE MAUROCORDATO, fille cadette du Prince Nicolas, mariée à
Démètre Mourousi. Morte à Constantinople.
3. Pr. JEAN MAUROCORDATO II, 3° fils d' Alexandre éÇ djr-o^ônxcov,né à Con-
stantinople en Juin 1684, Grand Logothète du Patriarcat, GRAND DROG-
MAN DE LA SUBLIME PORTE en 1709, PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE le 2 Dé-
cembre 1716, succédant à son frère le Prince Nicolas, qui avait été fait
prisonnier par les Autrichiens, jusqu'au mois de Février 1719, lorsqu' il
mourut et fut enterré dans la Cathédrale de Bucharest. Il avait épousé
le 9 Janvier 1709, ZAFIRA, fille de Démètre Julianos, Grand Logothète, et
eut deux enfants.
I. Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATO, qui fut emmené prisonnier à S.Peters-
bourg, où il aurait épousé une française. Mort à Jassy en 1738 sans
enfants.
II. Pss0 SULTANE MAUROCORDATO,morte en bas âge.
4. P8S<!ROXANE MAUROCORDATO, fille aînée d' Alexandre éÇ d.Tto<3pnToev, née à
Constantinople, épousa en 1693 le Pr. Matthieu Ghika, fils du Prince Ré-
gnant de Valachie Grégoire Ghika.
5. Pssc HÉLÈNE MAUROCORDATO,née à Constantinople, mariée au Pr. Jean Ro-
setti, fils du Prince Régnant de Valachie, Antoine Rosetti.
77

FAMILLE ACTUELLE

Enfants d' Alexandre Maurocordato, Premier Ministre de Grèce, et de


Chariclée, née Argyropoulo, son épouse.
1. NICOLAS MAUROCORDATO,né à Trieste le 16 Novembre 1837, Ministre de Grèce
à Constantinople, ancien Député et Ministre des Cultes et de F Instruction
Publique. Marié à HÉLÈNE, née"de Balsche, née en 1842.
Leurs enfants :
L ALEXANDRE MAUROCORDATO, né le 6 Juin 1860, Sous Lieutenant d' In-
fanterie dans F armée grecque, marié le 29 Avril 1890 à RALOU, fille
de Constantin Mourousi, Capitaine de Frégate. ( div. ).
Leur enfant:
NICOLAS MAUROCORDATO,néle 12 Avril 1891.
IL SOPHIE MAUROCORDATO, née le 24 Février 1864, mariée à Alexandre D.
Soutzo, Chef d' Escadrons de Cavalerie dans F armée grecque.
III. CHARICLÉE MAUROCORDATO, née le 3 Janvier 1866.
IV. GEORGES MAUROCORDATO,né à Corfou le 25 Août 1867, mort à Paris
le 24 Septembre 1883.
2. GEORGE MAUROCORDATO, né le 23 Avril 1839, ancien Ministre de Grèce à
Rome, marié à IRÈNE, née Baronne de Sina, née en 1840, décédée en 1881.
Enfants d'Alexandre Maurocordato,Hetman, et de Smaragdà, née Psse
Mourousi, son épouse.
1. DÉMÈTRE MAUROCORDATO, né le 27 Octobre 1800, mort le 5 Novembre 1839.
2. Pr. GEORGE MAUROCORDATO, né le 13 Avril 1802, mort le 16 Août 1858.
Sa veicve :
Psse MARIE MAUROCORDATO, fille de George Schina.
Leurs enfants :
I. Pssu HÉLÈNE MAUROCORDATO,née en 1843, mariée au Comte Hannibal
Donna, Colonel dans F armée allemande, né le 8 Octobre 1838.
IL Pr. ALEXANDRE MAUROCORDATO, né le 4 Juin 1844, marié le 24 Avril
1883 à LUCIE, fille de Lascar Cantacuzène Pashcano, née à Jassy le 19
Mai 1852.
Enfants :
A. Pss 0 OLGA MAUROCORDATO, née à Popechti Darochkanile. 27 Sep-
tembre 1884.
B. Psso MARIE MAUROCORDATO, née à Popechti Darochkani le 20 Août
1885.

14
78

c. Pr. GEORGE MAURocoRDATo,néà Popechti Darochkani le 24 Juillet


1887.
III. Pr. DÉMÈTRE MAUROCORDATO,né en 1851, ancien Lieutenantde Vaisseau
dans la Marine Russe. Un Ukaze Impérial de F Empereur Alexandre
II de Russie,en date du 2 Juillet 1875, reconnaît de nouveau, en la per-
sonne du Pr. Démètre, le titre princier à la famille Maurocordato. Ma-
rié à MARIE, fille d' Evanghély Baltazzi, née en 1861.
Enfants :
A. Psse SOPHIE MAUROCORDATO, née à Athènes le 14 Mars 1880.
B. Pr. GEORGE MAUROCORDATO,né à Nicolaïeffle 15 Août 1881.
c. Psse ZOÉ MAUROCORDATO,née à Nicolaïeff le 18 Février 1884.
D. Pr. NICOLAS MAUROCORDATO^ né à Odessa le 15 Octobre 1889.
3. ZOÉ MAUROCORDATO,née le 2 Mai 1803, mariée au Colonel Antoine Figu-
f
éra d'Almeida, 23 Décembre 1873.
4. EYPHROSYNE MAUROCORDATO, née en 1810, mariée à l'Amiral George
Tombazi.
5. LUCIE MAUROCORDATO, née le 17 Janvier 1812, mariée le 20 Juillet 1830 à
Etienne Carathéodory, Médecin en Chef du Sultan, né à Andrinople le
17 Mars 1789, fil Avril 1867, morte le 15 Mars 1884.
6. CATHERINE MAUROCORDATO, née en 1820, mariée à Constantin Dossios,
morte en Juillet 1856.
7. Pr. NICOLAS MAUROCORDATO, décédé le 2 Octobre 1869.
Sa veuve :
pssc CATHERINE MAUROCORDATO, fille du Prince Gr. Ghika X, Prince Ré-
gnant de Moldavie.
Enfants :
I. Pr. ALEXANDRE mort sans postérité
MAUROCORDATO,
IL Pssc HÉLÈNE MAUROCORDATO, mariée à M. Ballian. Décédée.
Enfants de Démètre Maurocordato, Ministre des Affaires Etrangères d,e
Grèce et de Sophie, née Balsche, son épouse.
1. CATHERINE MAUROCORDATO, mariée à Paul Diomède.
2. MARIE MAUROCORDATO, mariée à Alexandre Tombazi.
.
Enfants de Jean Maurocordato et d' Aglaé, née Coumbary, son épouse.
1. ETIENNE MAUROCORDATO,mort le 16 Janvier 1890.
Sa veuve:
LAURA MAUROCORDATO,née Perkins, mariée en 1889.
2. IPHIGÉNIE MAUROCORDATO, mariée 1° à M. Antoniadés f, 2" à André Syn-
gros, banquier et Député.
3. CATHERINE MAUROCOHIDATO, mariée à Meleager Athanassiou, Colonel de
Cavalerie.
79

BRANCHE DE MOLDAVIE

Enfants d'Alexandre Maurocordato, ancien Ministre de la Justice, et de


son épouse, née Balshe.
1. ZOÉ MAUROCORDATO, née en 1800, mariée au Pr. George Bibesco, Prince
Régnant de Valachie de 1843 à 1847. Adoptée par sa tante maternelle,
la Psse Braneovan, née Balsche.
2. DÉMÈTRE MAUROCORDATO, ancien Sénateur, marié à MIle Spiro Paul.
Enfants :
I. ALEXANDRE MAUROCORDATO, marié à Mlic Negroutine.
IL DÉMÈTRE MAUROCORDATO.
III. HÉLÈNE MAUROCORDATO,mariée à Constantin Cantacuzène.
IV. PULCHÉRIE MAUROCORDATO,mariée à M. Ghika.
Enfants de Constantin Maurocordato, ancien Ministre, et de son
épouse, née Balsche.
1. ALEXANDRE MAUROCORDATO, ancien Chambellan de la Reine de Roumanie,
Député et Sénateur, marié à Elise Millo.
Enfants :
I. EDGAR MAUROCORDATO, I *'' Secrétaire de la Légation de Roumanie à
Rome, marié à IRÈNE, née de Blaremberg.
Leur fils :
WLADIMIR MAUROCORDATO.^«-A: <-
</p ^ J-l-W^ >- '•' n'*>«~-
IL EMILE MAUROCORDATO,Député, marié à EUGÉNIE, fille de Nicolas Drosso,
Sénateur.
Enfants :
A. CONSTANTIN MAUROCORDATO.
B. MARGUERITE MAUROCORDATO.
III. LÉON MAUROCORDATO, Major d'Etat-Major, Attaché Militaire de
Roumanie à Vienne, né à Cristechti près Jassy le 26 Décembre 1858,
marié à MARIE, fille de Démètre Ghika de Comanesti, née à Comanesti,
district de Bacau, Roumanie, le 2 Février 1870.
Leur enfant :
ZOÉ MAUROCORDATO, née à Vienne le 19/3! Décembre 1890.
IV. EMMA MAUROCORDATO, mariée à Jean Lahovary, député.
V. GEORGES MAUROCORDATO, né à Paris le 21 Avril 1865, ancien Attaché
de Légation, marié le 16 j 28 Octobre 1890 à Vera, fille de Nicolas
Maurogordato et d' Ariane, née Rodocanachi, son épouse.
2. NICOLAS MAUROCORDATO, Général Commandant F armée moldave, marié
à une Dllc Boldos Sotzesco.
Fille :
NATHALIE MAUROCORDATO, mariée à Nicolas Soutzo.
FAMILLE MAVROYENI

NOTICE HISTORIQUE

Les MAVROYENI sont originaires de Paros dans F Archipel Grec. Ils croient
descendre de la famille Morosini de Venise et plus particulièrement de François
Morosini, Amiral et Doge de Venise (1687,), Gouverneur, de Crète et Baïle de Ve-
nise à Constantinople.
DÉMÈTRE MAVROYENI, mort en 1725, avait épousé Kyra Maroussaki de Myconos.
Leur fils:
PIERRE MAUROYENI, fut Vice - Consul d' Autriche à F Ile de Myconos dans
F Archipel Grec. Sa maison, portant la date de 1735, existe encore à Myconos et un
fauteuil doré, ayant appartenu à F ameublement de cette maison, est conservé au
Musée Historique à Athènes. Il épousa Kyra Prépoulina et se fixa à Constanti-
nople, où il eut deux fils et une fille :
1. Le Pr. NICOLAS MAVROYENI, occupa pendant plusieurs années la haute
charge de Drogman de la Flotte. La plus ancienne partie de F Etablis-
sement des Bains à F île de Cythnos ( Thermia ) porte une inscription en
marbre, selon laquelle elle fut construite en 1782 aux frais de Nicolas
Mavroyeni, Drogman de la Flotte. Le Café Communal porte également
l'inscription «1782 Nicolas Mavroyeni». En 1786 il fut élu PRINCE DE VA-
LACHIE et se distingua par la grande sévérité de son gouvernement. En
1788 il fut chargé également de la Principauté de Moldavie et nommé
Général en-Chef de F Armée Turque dans la guerre contre la Russie et
F Autriche. En 1790 il fut décapité par ordre du Sultan à cause des dé-
faites qu'il avait essuyées et de l'occupation de la Valachie par les Autri-
chiens. Un grand tableau de cette époque est conservé à la maison pa-
ternelle à Myconos, où le Prince est représenté entouré de sa Cour. Il a-
vait épousé MARIE, fille de Démètre Scanavi, et il eut trois garçons, qui
ne laissèrent point de postérité, et six filles, savoir :
1. Pr. PIERRE MAVROYENI, qui en 1821 fut exilé de Constantinople avec

sa mère, ses deux frères et deux de ses soeurs ; mort sans postérité.
82

IL PS5C SMARAGDÀ MAVROYENI, mariée au Pr. Charles Callimachi, Prince


Régnant de Moldavie (1806-1821).
III. Pr CONSTANTIN MAVROYENI, mort sans postérité.
IV. Pr. JOSEPH MAVROYEMI, mort sans postérité.
V. Pssc ROXANE MAVROYENI, mariée à Constantin, fils d' Alexandre Mano,
mort en 1815 dans F incendie de la maison paternelle à Therapia.
VI. Psse EUPHROSYNE MAVROYENI, mariée à Constantin Negri, Caïmakam
de Valachie, décapité le 4 Avril 1821.
VIL P5Se SULTANE MAUVROYENI, née en 1784, mariée en 1815 à Manuel Mano,
Hetman, morte en 1855.
VIII. Psso HÉLÈNE MAVROYENI, sans postérité.
IX. Psse RALOU MAVROYENI, mariée à Démètre Soutzo, Grand Comissos.
2. DÉMÈTRE MAVROYENI, Vice- Consul d'Autriche, Voyvode de Mycone, marié
1° à Marie Skordylis, 2" à IRÈNE, née Caloyera. Il eut 18 enfants, savoir:
du 1er lit:
I. PIERRE I MAVROYENI, marié à Mirodo Vambari, dont il eut un fils, nom-
mé également PIERRE MAVROYENI, Représentant des Iles de l'Archipel
à l'Assemblée Nationale de Troezêne.
IL ANGÉLIQUE MAVROYENI ( Angueletta ), mariée à Pierre Cambani.
du 2e lit :
III. ETIENNE MAVROYENI, Grand Logothète, Drogman de la Flotte, marié
à une fille de Constantin Draco Soutzo. Il eut un fils :
NICOLAS MAVROYENI, Spathar en Moldavie, réfugié à Trieste, où il se
maria et eut une fille :
MANDO MAVROYENI, la fameuse héroïne de la guerre de F Indépendance
grecque, qui obtint le grade de Lieutenant-Général,morte en 1848.
IV. JEAN I MAVROYENI, Primat, Juge-de-Paix et Gouverneur de F Ile de
Mycone, Chargé d' Affaires de Turquie à Vienne à deux reprises, un
des Compagnons du fameux Rigas et un des fondateurs de F Hetairie.
Marié à Thérèse Gaertner. Sans postérité.
V. NICOLAS MAVROYENI, Spathar, marié à Zacharie Bâti. Sans postérité.
VI. CONSTANTINMAVROYENI,Spathar, marié à Zacharie Caïris. Sans postérité.
VIL ANTOINE MAVROYENI, marié à Marie Philippine. Sans postérité.
VIII. MICHEL MAVROYENI, marié en 1817 à Hélène Mano, Veuve Conaky.
Sans postérité.
IX. SPILIOTI MAVROYENI, mort célibataire.
X. SPYRIDION Prince Mourousi, marié à la Pssc
MAVROYENI, Secrétaire du
Smaragdà, fille du Prince N. Caradja. (Voir Famille Actuelle).
XL GEORGE MAVROYENI, Conseiller d' État et Sénateur en Grèce, mort en
1844. Il avait épousé Irène Paximadi. (Voir Famille Actuelle).
XII. JEAN II MAVROYENI, marié à Barbara. Sans postérité.
83

XIII. PIERRE II MAVROYENI, dit Babaca, marié à la PsSe Roxane Stourdza, dont
il eut une fille, IRÈNE MAVROYENI, et un fils, nommé également PIERRE
MAVROYENI, Ministre des Finances, Ministre de Roumanie à Constan-
tinople, à Rome et à Vienne, mort en 1887 ; marié lp à Hélène Spiro,
2° à Olga Catargi. (Voir Famille Actuelle).
XIV. MADELEINE MAVROYENI, mariée à L. Valetta.
XV. FLORA MAVROYENI, mariée à Antoine Paximadi, Primat de l'Ile deTinos.
XVI. CATHERINE MAVROYENI, mariée à George Prassakachi.
XVII. HÉLÈNE MAVROYENI, mariée à Léonidas Metaxa.
XVIII. MARIE MAVROYENI, mariée à D. Varlam.
3. IRÈNE MAVROYENI, mariée à George Matza, dont descendent les Matza - Ma-
vroyeni.
FAMILLE ACTUELLE

Branche en Turquie.
Enfants de Spyridion Mavroyeni, fils de Démètre, et de Smaragdà, née
psse Caradja, son épouse.
1. DÉMÈTRE MAVROYENI, décédé célibataire.
2. SPYRIDION MAVROYENI - PACHA, Médecin-en-Chef du Sultan, marié à MA-
RIE, née Calliadés, décédée.
Enfants :
I. ALEXANDRE - BEY MAVROYENI, Ministre de Turquie à Washington, né en
1848.
IL DÉMÈTRE BEY MAVROYENI, Consul Général de Turquie à Marseille,
-
né en 1851, marié â ZOÉ, née Valiéri.
III. HÉLÈNE MAVROYENI, née en 1856, mariée à Jean Ricaki, Vice-Consul
de Grèce.
Branche en Roumanie.
Enfants de Pierre Mavroyeni, fils de Pierre ou Babaca, et d' Hélène, née
Spiro, son épouse en Tcs noces.
1. LUCIE MAVROYENI, mariée à Al. Ventura.
2. MARIE MAVROYENI, mariée 1" au Général Catargi, 2° à Alex. Ghika, Con-
sul Général de Roumanie à Pesth ( div. ).
3. NATHALIE MAVROYENI, mariée 1" à Constantin Soutzo, 2° à Lupu Bogdan.
4. PIERRE MAVROYENI, Consul Général de Roumanie à Odessa, marié à Marie,
née Stamberg.
5. ALEXANDRE MAVROYENI.
Branche en Grèce.
Enfants de George Mavroyeni, fils de Démètre, et d' Irène, née Pa-
oeimadi, son épouse.
1. THEMISTOCLE - ETIENNE MAVROYENI Le nom d'Etienne lui fut donné après
F exécution de son oncle, Etienne Mavroyeni, le Drogman de la Flotte.
Mort en 1870.
Sa veuve :
PÉNÉLOPE MAVROYENI, née Papago.
Leurs Enfants :
L ANDROMAQUE MAVROYENI, née le 25 Mars 1852, mariée à M. Dimitriou,
député, décédée en 1880.
IL PATROCLE - GEORGE MAVROYENI, né le 29 Août 1853, Secrétaire Minis-
tériel de 1''" classe en Grèce.
85

III. DÉMÈTRE- ORESTE MAVROYENI, né le 13 Janvier 1856, Avocat à Ale-


xandrie (Egypte).
IV. TIMOLÉON-PIERRE- CHARILAUS MAVROYENI, né le 23 Juin 1857, Ca-
pitaine d' Artillerie, marié le 21 Avril 1883 à JEANNE, fille de George
Messala, Sénateur, née le 15 Août 1865.
Leur fils :
ETIENNE MAVROYENI, né le 18 Février 1884.
V. CALLIOPE-MARIE MAVROYENI,née le 25 Novembre 1858,décédée en 1865.
VI. IRÈNE MAVROYENI, née le 21 Janvier 1861, décédée en Août 1861.
VIL EVANGÈLE MAVROYENI, né le 10 Avril 1862, officier comptable dans
la Marine Royale hellénique.
VIII. CLÉARQUE MAVROYENI, né le 20 Juin 1864, décédé en 1869.
IX. HÉLÈNE MAVROYENI, née le 9 Janvier 1868.
X. MARIE MAVROYENI, née le 22 Septembre 1869.
XL CLÉARQUE MAVROYENI, né le 10 Janvier 1870, décédé en Août 1888,
2. VIOLENTE MAVROYENI, mariée à M. Yamalaki.
3. MARIE MAVROYENI, mariée à M. OEconomou.
MOUROUSI
FAMILLE MOUROUSI

NOTICE HISTORIQUE

Les MOUROUSI appartiennent à une ancienne famille byzantine. Plusieurs hi-


storiens rapportent que cette famille fut parmi celles qui suivirent Alexis Comnéne
en 1204, lorsqu' il alla fonder V Empire de Trébizonde. Ils habitèrent en Trébi-
zonde un faubourg, qui porte encore leur nom, et s'allièrent à la famille Impériale
elle-même par le mariage d' un des leurs avec la fille du dernier Empereur de
Trébizonde, David Comnéne.
En 1665 ANTIOCHE MOUROUSI revint se fixer à Constantinople. Son fils :
ADAM MOUROUSI, épousa en 1671 la petite-fille du célèbre et puissant Panayote
Nicousse, Grand Drogman de la S. Porte,, le premier grec élevé à ses hautes fon-
ctions. Il eut quatre enfants :
1. GEORGE MOUROUSI, Grand Ban en 1727, épousa SMARAGDA, fille de Constan-
tin Ypsilanti, Postelnic et Grand Rhéteur, et n'eut pas d'enfants.
2. ANTIOCHE MOUROUSI, Grand Postelnic en 1764, eut deux enfants :
I. JEAN MOUROUSI, Postelnic en 1776, Grand Vomie eu 1783 sous le
Pr. Michel Soutzo de Valachie. Il fut un des seigneurs exilés en 1788
à Rhodes par le Pr. Nicolas Mavroyeni. Il eut un fils :
MATTHIEU MOUROUSI, qui entra dans les ordres, devint Archidiacre
du Patriarche OEcuménique, et en 1775 fat élevé au rang de Pro-
tosyngelle.
IL Une fille, mariée au Pr. Jean Bibica Rosetti, Spathar, cousin du Prince
Manuel Rosetti.
3. Une fille, mariée au Pr. Jacques Rizo -Rangabé, Grand Spathar et Ca-
poukéhaya.
4. DÉMÈTRE MOUROUSI, Grand Postelnic, épousa la Psse SULTANE, fille du Pr.
Constantin Maurocordato, Prince Régnant de Moldavie, et eut trois en-
fants:
I. ALEXANDRE MOUROUSI, qui épousa une fille de Nicolas Soutzo, Gd Drog-
man, et dont la fille épousa un Comnéne.
IL ÇATHEBINE MOUROUSI, mariée au Pr. Alexandre Ypsilanti, Prince Ré-
gnant de Valachie en 1774.
III. Pr. CONSTANTIN MOUROUSI I, premier Prince de cette famille, né en
1730, Postelnic en 1765, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE le 19
Septembre 1774, PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE de 1777 à 1782, mort
le 1 Mai 1787 d'un coup d'apoplexie. Il avait épousé une fille du Het-
man Soultziarogiou.
Le Prince Constantin eut huit enfants :
A. Pr. ALEXANDRE MOUROUSI II, né vers 1750, GRAND DROGMAN DE
LA SUBLIME PORTE, PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE en 1790, PRINCE
RÉGNANT DE VALACHIE de 1793 jusqu'en 1796 et de 1799 à 1801 et
de Moldavie de 1803 à 1806. Il épousa ZOÉ, fille de Lascar Ro-
setti, Comissos. II eut cinq enfants :
a. Pr. CONSTANTIN MOUROUSI, né en 1789, nommé GRAND DROG-
MAN DE LA SUBLIME PORTE en 1821, décapité 40 jours après
sa nomination ( 24 Avril ) par ordre du Sultan, sous l'accu-
sation d' avoir favorisé la Révolution Grecque. Il avait é-
pousé la Psse RALOU, fille du Pr. Alexandre Maurocordato,
Delimbey, née à Constantinople en 1779, décédée à Athènes
le 29 Mars 1860. Ils eurent huit enfants :
a. Pr. ALEXANDRE MOUROUSI, Ministre en Moldavie, mort
en Italie en 1873, marié 1° à PULGHÉRIE, fille de Radu
Rosetti, Grand Logothéte, 2° à SMARAGDA, née Balsch.
( Voir Famille Actuelle).
b. Pr. DÉMÈTRE MOUROUSI, marié à MARIE, fille de Con-
stantin Negri, décédée en 1888. Sans enfants.
c. Pr. JEAN MOUROUSI, mort à Paris sans postérité.
d. Pr. PANAYOTE MOUROUSI, qui se distingua dans la guerre
de Crimée en 1854 en qualité de Chef des Volontaires
grecs, mort à Vienne en 1859. Il avait épousé en 1846
AGLAÉ, fille de Constantin Plagino, née en 1829. (Voir
Famille Actuelle ).
e. Pr. CONSTANTIN MOUROUSI, Capitaine de Vaisseau dans
la marine Grecque, Aide-de-Camp du Roi de Grèce, né
à Odessa le 30 Août 1821, mort à Athènes le 15 Février
1876. Il avait épousé HÉLÈNE, fille d' Anastase Mavro-
michali. (Voir Famille Actuelle).
f. Pssc ZOÉ MOUROUSI, mariée à Alexandre Soutzo, fils de Ge-
orge Soutzo le Sauvage.
g. Psse MARIE MOUROUSI, mariée au Pr. George Ypsilanti,
fils du Pr. Constantin Ypsilanti,Prince Régnant de Va-
lachie en 1802.
89

h. Pssc EUPHROSYNEMOUROUSI, mariée à George Cosaki Ty-


paldo, Médecin.
b. Pr. DÉMÈTRE MOUROUSI, deuxième fils du Prince Alexandre,
Secrétaire du Grand Drogmanat de la S. Porte.En i82l,lors
de la décapitation de son frère, le Pr. Nicolas, il réussit à
s' évader à Odessa, déguisé en matelot grec, tandis que la
princesse, sa femme, était arrêtée et jetée en prison. Plus
tard il s' établit dans ses terres à Pekia près de Galatz
(Roumanie), où il est mort en 1844. Il avait épousé Seva-
stie, née Geraki, dont il. eut deux fils et deux filles, soit :
a. Pr. ALEXANDRE MOUROUSI, né à Constantinople le 30 Mars
1817. Membre delà CommissionCentrale, Député, Maire
de Galatz etc., marié 1" à Hermione, fille de George As-
saki (mariée en 2d0 noce à Edgard Quinet ), 2° à Cathe-
rine Mano, 3° à Elise Balsclie, 4° à Adèle Stourdza, née
en 1843. Mort à Galatz le 6 Février. 1878. ( Voir Fa-
mille Actuelle).
b. Pr. CONSTANTIN MOUROUSI, né en 1816, Gentilhomme de
la Chambre de l'Empereur de Russie, marié 1° à Pulché-
rie Cantacuzène,née 1824 -j-1844,2° à Catherine Stourdza,
née en 1826. Mort le 26 Février 1886. (Voir Famille
.
Actuelle ).
c. Pss 0SOPHIE MOUROUSI, mariée à Georges M.Soutzo.Décédée.
d. P*sr ZOÉ MOUROUSI, mariée à Michel Soutzo. Décédée.
c Pr. NICOLAS MOUROUSI, Grand Drogman de la Flotte. Déca-
pité le 6 Mai 1821.
cl. P5Se SMARAGDA MOUROUSI, née le 2 Janvier 1786, mariée à
Alexandre Maurocordato, Hetman, né en 1784, fils de Ge-
orge Maurocordato, Grand Ban. Décédée le 15 Mars 1848.
e. PSSI' EUPHROSYNE MOUROUSI, mariée à Constantin Plagino.
B. Pr. DÉMÈTRE MOUROUSI, deuxième fils du Prince Constantin, né
en 1768, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE en 1808. En 1812
il fut envoyé en mission extraordinaire en Russie pour les négo-
ciations de la paix. A son retour à Andrinople il fut décapité à
Schumla par ordre du Sultan pour avoir cédé la Bessarabie aux
Russes. On lui doit la fondation du Grand Collège Grec de Con-
stantinople. Il épousa une Soutzo et eut trois fils et une fille :
a. Pr. GEORGE MOUROUSI, ofticier clans 1' armée russe, tué au
siège de Varsovie.
i>. Pr. CONSTANTIN MOUROUSI, né à Constantinople le 1 Mars
1795, mort à Athènes le 15 Janvier 1839.
16
90

c. Pr. ALEXANDRE MOUROUSI, qui épousa 1° Hélène Stourdzaf,


2° Catherine Hartoulari, et s' établit à S. Petersbourg, où
il est mort en 1880. ( Voir Famille Actuelle ).
d. Psse N. N. MOUROUSI, mariée à M. Krupensky.
c Pr. GEORGE MOUROUSI, GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE
le 1 Janvier 1792, en 1794, et de 1795 au 6 Août 1796, lorsqu' il
fut exilé à Chypre, où il fut assassiné par ordre du Sultan dans
la fleur de 1' âge, sans s' être marié. ,
D. Pr. PANAYOTE MOUROUSI, Drogman de la Flotte, décapité en 1812
à Constantinople.
E. Psse RALOU MOUROUSI, mariée à M. Calliarchi.
F. Psse ROXANE MOUROUSI, mariée au Pr. Jean Callimachi, Grand
Drogman, fils du Pr. Alexandre Callimachi, Prince Régnant de
Moldavie..
G. Psse CATHERINE MOUROUSI, née en 1767, mariée à Sandaule Eti-
enne Stourdza, décédée le 25 Février 1835.
H. Pssc ANASTASIE MOUROUSI, mariée à Luc Argyropoulo.
.
91

FAMILLE ACTUELLE

Descendants du Pr. Constantin Mourousi, Grand Drogman, fils aîné du


Prince Alexandre Mourousi.
1. Par son fils aîné, le Pr. Alexandre Mourousi.
I. ELISE MOUROUSI, mariée à Thrasybule Zaïmis, Premier Ministre de
Grèce, mort le 27 Octobre 1883.
IL ZÉNAÏDE MOUROUSI, mariée à ThéodoreCallimachi, Député en Roumanie.
III. ASPASIE MOUROUSI, mariée à Spyridion Roma, Ministre de 1' Instru-
ction Publique en Grèce, décédé.
2. Par son quatrième fils, le Pr. Panayote Mourousi.
Sa veuve :
Pssc AGLAÉ MOUROUSI, fille de Constantin Plagino, née en 1829.
Enfants :
I. Pr. DÉMÈTRE MOUROUSI, né le 25 Mai 1847, Capitaine de Cavalerie de
reserve, Député libéral, ancien Préfet de Dorohoi, ancien Préfet de
Police à Bucarest, marié en 1873 à SMARAGDA, fille de Grégoire Can-
tacuzène.
Leurs enfants :
A. Pssc AGLAÉ MOUROUSI, née le 17 Avril 1875.
B. Pr. GEORGES MOUROUSI, né le 10 Mai 1876.
c. Pr. PAUL MOUROUSI, né le 14 Mai 1877.
D. PSSO ALEXANDRINEMOUROUSI, née le 18 Décembre 1883.
IL Pr. CONSTANTIN MOUROUSI, né le 8 Juin 1848, Secrétaire de la Légation
de Russie à Stokholm.
III. Pr. ALEXANDRE MOUROUSI, né le 30 Juillet 1853, Consul de Roumanie à
Roustchouk, marié à Sultane, née de Balaceano.
3. Par son cinquième fils, le Pr. Constantin Mourousi.
Sa veuve :
HÉLÈNE MOUROUSI, fille d' Anastase Mavromichali.
Enfants :
A. GEORGE MOUROUSI, né le 24 Mars 1863, Lieutenant de Cavalerie
dans P. armée hellénique.
B. RALOU MOUROUSI, mariée le 29 Avril 1890 à Alexandre Mauro-
cordato, Lieutenant d'Infanterie. ( div. ).
16*
92

c Mars 1891 à Jean A. Valaoriti, Secré-


ZOÉ MOUROUSI, mariée le 2
taire Général de la Banque Nationale de Grèce.
D. MARIE MOUROUSI, née le 31 Mars 1871, décédée le 21 Avril 1886.
Descendants du Pr. Démètre Mourousi, deuxième fils du Prince Alexandre.
1. Par son fils aîné, le Pr. Alexandre Mourousi.
Sa veuve :
PSSI'ADÈLE MOUROUSI, née Stourdza, née en 1843.
Enfants ; du 1er lit :
I. Pr. GEORGES MOUROUSI, né en 1835, mort à Bruxelles en 1854.
du 2e lit:
IL Pr. OSCAR MOUROUSI, né à Naples en 1842, f en 1889.
du 3e lit :
III. Pr. BASILE MOUROUSI, né
le 10 Mars 1852, s' engagea en 1870 comme
volontaire dans l'armée française; mort àCorfou le 8 Février 1873 par
suite de blessures reçues dans la bataille de Coulmiers
du 4e lit :
IV. Psse MARIE MOUROUSI, née le 14 Avril 1863, mariée le 1 Octobre 1889 au
Pr. Alexandre Couza, fils adoptif du Prince Alexandre Jean I Couza,
Prince Régnant des Principautés Danubiennes, né en 1861, f àMadrid
le 17 Mars 1890.
Pr. SEBASTIEN MOUROUSI, né le 1 Janvier 1 865, Attaché au Ministère des
V.
Affaires Étrangères de Roumanie.
VI. Pr. DÉMÈTRE MOUROUSI, né le 24 Avril 1867, Sous-Lieutenant dans
P armée roumaine.
2. Par son deuxième fils, le Pr. Constantin Mourousi, fie 26 Février 1886.
Sa veuve :
psse CATHERINE MOUROUSI, née Stourdza, née en 1826.
du 1er lit :
I. Pr. ALEXANDRE MOUROUSI, Attaché pour mission extraordinaire au Mi-
nistère des Affaires Étrangères de Russie et Délégué à la Caisse de
la Dette Publique Egyptienne, né le 12 Février 1842, marié le 26 A-
vril 1867 à la P550 AMÉLIE, fille de Paul Zizinia, Consul Général de
Grèce, et de Marie, née Parodie, née le 8 Septembre 1848.
Leurs enfants :
A. Pr. PAUL MOUROUSI, né à Odessa le 21 Avril 1869, Cornette au Ré-
giment desUhlans de la Garde du Grand DucNicolas Nicolaewitch.
B. Psso MARIE MOUROUSI, née à C/ple le 6 Janvier 1871.
c Pr. ALEXANDRE MOUROUSI, né à Galatz le 26 Avril 1872.
D. Pr.CONSTANTIN MOUROUSI, né à Con|ple le 6 Septembre 1873.
E. Pr. DÉMÈTRE MOUROUSI, né à Peterhof le 23 Octobre 1884.
93

du 2e lit :
IL Pr. DÉMÈTRE MOUROUSI, né à Jassy le 2 Juillet 1850, Administrateur
de l'Arrondissement de Soulina, district de Tulcea au Dobrodja (Rou-
manie ), ancien Secrétaire de Légation de Russie, et employé diplo-
matique au Cabinet du Général Gourko pendant la guerre Russo-
turque, sujet roumain depuis le mois de Mars 1883, marié le 27
Novembre 1883 à THÉRÈSE, née Csso Gizyçka, née le 4 Juin 1856.
Descendants du Pr. Démètre Mourousi, Grand Drogman, frère du Prince
Alexandre, et 2e fils du Prince Constantin.
psse cATHERINE MOUROUSI, veuve du Prince Alexandre Mourousi, mort
à S. Petersbourg en 1880, née Hartoulari.
FAMILLE NEGRI

NOTICE HISTORIQUE

Les NEGRI sont d'origine italienne. Un Negri était «Gônfaliere» de Milan


au 15° siècle. C est vers cette époque qu' une branche de la famille émigra à
Constantinople, où elle s'établit dans le faubourg de Galata, habité par une colonie
privilégiée de commerçants génois et vénitiens. Après la prise de Constantinople
par lesTurcs, les Negri adoptèrent la religion orthodoxe et furent bientôt con-
sidérés comme purement grecs. Malheureusement leur histoire pendant toute cette
époque est entièrement perdue. Nous trouvons seulement qu' un Negri accompa-
gnait le Doge Morosini dans la campagne de la Morée et occupa le château de Cla-
rence en 1687.11 nous a été également imposible d'établir le lien de parenté qui doit
exister entre les Negri de la Grèce et ceux qui vivent actuellement en Roumanie.
La généalogie des Negri vivant actuellement en Grèce ne remonte qu'au com-
mencement du siècle dernier. Vers cette époque en effet vivait :
THÉODORE NEGRI, Grand Postelnic, qui épousa Sultane, fille de George Ne-
roulo et de Victoria, née Rizo - Rangabé, son épouse. Ils eurent quatre fils :
1. GEORGE NEGRI, Hetman,. qui fut un des seigneurs phanariotes exilés en
1821 par le Gouvernement Turc. Il était alors dans un âge très avancé.
Il avait épousé Marie, fille de Constantin Draco Soutzo et de Marie, née
Rosetti, son épouse, dont il eut un fils :
THÉODORE NEGRI, Secrétaire du Prince Ch. Callimachi de Moldavie,
Grand Comissos, qui en 1821 prit une si grande part à la révolution
grecque. Nommé Ambassadeur de Turquie à Paris, il débarqua en Grèce
vers la fin de l'année 1821 et fut nomméMembre de l'Assemblée Natio-
nale d'Épidaure et chargé de P organisationpolitique de la Grèce Ori-
entale; le 15 1822 il était nommé Secrétaire d'État. Il mourut à
Janvier
Nauplie le 22 Novembre 1826 sans s'être marié. Par Décret Royal du 3
Septembre 1837 une médaille d'argent,portant les mots «La Grèce Re-
connaissante », fut décernée à la famille de Théodore Negri.
2. CONSTANTIN NEGRI, Grand Postelnic de Moldavie, Caïmakam ou Régent
de Valachie, décapité à Constantinople le 4 Avril 1821.
17
96

Il avait épousé la Euphrosyne Mavroyeni, fille du Pr. Nicolas Ma-


Pssc
vroyeni, Prince Régnant de Valachie, et laissa deux enfants ;
I. NICOLAS NEGRI ( Voir Famille Actuelle ).
IL MARIE NEGRI, mariée au Pr. Démètre Mourousi, fils aîné du Pr. A-
lexandre Mourousi, Prince Régnant de Moldavie. Décédée en 1889.
3. JEAN NEGRI, marié à Catherine Mano, décédée en 1815, dont il eut quatre
enfants: -
I. ALEXANDRE NEGRI, né à Constantinople en 1802, s' établit en Angle-
terre, où il épousa une anglaise et où il est mort en 1876. (Voir Fa-
mille Actuelle).
IL CONSTANTIN NEGRI, Professeur de Mathématiques à P Université d'A-
thènes, né à Constantinople en 1804, mort à Athènes le 15 Juin 1880,
marié à Smaragda Spyro-Paul. ( Voir Famille Actuelle).
III. SULTANE NEGRI, mariée à Démètre Mimi. Décédée.
IV. RALOU NEGRI, mariée à M. Negroutsi de Roumanie. Décédée.
4. ALEXANDRE NEGRI, Conseiller d' Etat en Russie, mort à Odessa en 1856,
marié à la Pssc Hélène, fille du Pr. Constantin Ypsilanti et de la Psse Ra-
lou, née Callimachi, son épouse. Sans enfants.
97

FAMILLE ACTUELLE

Fils de Constantin Negri, Caïmakam de Valachie, et de la Psse Euphro-


syne Mavroyeni, son épouse.
NICOLAS NEGRI, né en 1812.
Enfants de Constantin Negri, Professeur à V Université d'Athènes\ et
de Smaragda, née Spyro-Paul, son épouse.
1. THÉODORE NEGRI, Directeur du Collège Scientifique d'Athènes, né le 22
Juillet 1836, mort le 30 Juin 1888.
Sa veuve :
AGLAÉ NEGRÎ, née Stratigopoulo.
Leurs enfants :
I. SMARAGDA NEGRI, née le 30 Juin 1865, morte le 22 Août 1869.
IL CONSTANTIN NEGRI, né le 4 Juin 1866, mort le 7 Septembre 1866.
III. JEAN NEGRI, né le 19 Novembre 1868, mort le 22 Janvier 1885.
IV. HÉLÈNE NEGRI, née le 21 Janvier 1870.
V. MARIE NEGRI, née le 3 Septembre 1872.
VI. CONSTANTIN NEGRI, né le 10 Septembre 1876.
VIL PÉRICLÈS NEGRI, né le 1 Février 1884, mort le 19 du même mois.
2. ALEXANDRE NEGRI né le 1 Mai 1838.
f
3. PHOCION NEGRI, né en 1840, 1846.
4. HÉLÈNE NEGRI, née le 12 Mai 1841, mariée à M. Notaras.
5. EMILE NEGRI, né en 1842, f 1850.
6. JEAN NEGRI, mort en bas âge.
7. PHOCION NEGRI, né à Athènes le Mars 1846, Député et Ingénieur, ma-
31
rié à HÉLÈNE, fille de Démètre Rizo et de Lucie, née Soutzo, son épouse.
Leur fille :
LUCIE NEGRI.
8. JULIE NEGRI, morte en bas âge.
9. EMILE NEGRI, né le 5 Juillet 1852, marié â Françoise Mercati, née le 15 Sep-
tembre 1863.
Enfants d' Alexandre Negri, fils de Jean Negri et de Catherine, née
Mano, son épouse.
Sa veuve :
ELISE NEGRI.

17*
98

Leurs enfants:
1. ATHÉNODORE NEGRI, Médecin. Décédé.
2. CONSTANTIN NEGRI, Ingénieur.
3. ALEXIS NEGRI, Médecin.
4. EUPHROSYNE NEGRI.
5. HÉLÈNE NEGRI.
R1ZO-RANGABÉ
FAMILLE RANGABÉ

NOTICE HISTORIQUE

Famille byzantine, dont les origines remontent au commencement du 8° siècle.


Vers cette époque, en effet, vivait le PATRICE RANGABÉ, grand-père de l'Empe-
reur Michel Ie1' de Constantinople, originaire de Rancava en Asie - Mineure.
Son fils, THÉOPHYLACTE RANGABÉ, Patrice et Droungaire des Douze-Iles, fut .
un des grands dignitaires de P Empire, qui se révoltèrent en 780 contre P Impéra-
trice Irène, mère de P Empereur Constantin VI, et qui, arrêtés, furent exilés et
ordonnés prêtres.
Le fils de Théophylacte, FLAVIEN MICHEL I RANGABÉ, était Curopalate eta-
vait épousé la Psse PROCOPIA, fille de P Empereur Nicéphore et soeur de l'Em-
pereur Staurace. À la mort de son beau - frère, Michel fut proclamé EMPEREUR
DE CONSTANTINOPLE le 2 Octobre 811. Il régna près de deux ans et, après une
guerre malheureuse contre les Bulgares, il abdiqua le 20 Juillet 813, et se retira
dans un monastère sur P Ile de Proti, où il prit P habit monacal sous le nom
d' Athanase et y vécut jusqu' en 840.
L'Empereur Michel 1er eut cinq enfants:
1. Pr. THÉOPHYLACTE RANGABÉ, né en 793, couronné EMPEREUR DE CON-
STANTINOPLE le 25 Décembre 811, régnant conjointement avec son père.
Il épousa une des filles de Charlemagne, qui fut amenée à Constantinople
en 812 par l'Evèque Michel et les ProtospathairesArsafius et Théognostus,
envoyés par P Empereur Michel en ambassade à Aix-la-Chapelle pour
conclure cette alliance en même temps qu' un traité de paix, et pour re-
connaître à Charlemagne le titre d' Empereur d'Occident. Lors de la de-
stitution de son père, il se réfugia à Athènes,où il existe encore une église
construite par lui. Il eut un fils :
Pr. NICÉTAS RANGABÉ, qui épousa une riche et noble Athénienne de la
famille Rendace, parente de P Impératrice Théodora, épouse de Romain
Lecapène. Nicétas suivit celui-ci à Constantinople et, à son élévation au
trône, fut nommé Magister. En 928 une cabale de Cour le força à se
retirer dans le Monastère de Xiropotami, dont il fut nommé Abbé sous
le nom de Paul. L' Empereur Romain, fit reconstruire ce Monastère à
100

ses frais et en 939 il rendit à Nicétas, ou Paul Rangabé, le Château de


Myrélée, originellement propriété de l'Impératrice Procopia Rangabé,
que Romain Lecapène avait transformé en Couvent de Femmes, ainsi
que P Eglise de la Vierge de l'Arsenal et celle des 40 Martyrs, près des
Thermes de Constantin, et les autres propriétés de la famille Rangabé,
qui avaient été séquestrées par le successeur de Michel I, excepté
le Palais de Mangana, château héréditaire de la Famille Rangabé,
qui resta à la Couronne. L' Eglise grecque a canonisé Paul, abbé de
Xiropotami, sous le nom de Saint Paul Xiropotamino, et célèbre sa fête
le 29 Juillet de chaque année. Le Recueil des Vies des Saints de P Eglise
grecque contient une biographie de S. Paul Xiropotamino.
Il eut deux enfants:
I. PSBC SOPHIE RANGABÉ, qui épousa P Empereur Christophe, fils de l'Em-
pereur Romain Lecapène.
IL Pr. THÉOPHYLACTE RANGABÉ, Magister, dans la lignée duquel se con-
tinua la famille.
2. Pr. STAURACE RANGABÉ, mort en bas âge.
3. Pr. NICÉTAS RANGABÉ, né en 798, nommé à P âge de 10 ans Chef des Hi-
canates, ou Gardes Impériaux, par son grand-père, P Empereur Nicé-
phore. Il entra dans les ordres sous le nom d'Ignace, à la chute de son
père, et devint en 846 PATRIARCHE DE CONSTANTINOPLE.Exilé à Mytilène
en 856, pour avoir voulu s' opposer à la séparation de P Eglise d' Orient
de celle de Rome, à laquelle poussait le parti de Photius, il monta pour
la seconde fois au trône pontifical en 867 et mourut le 23 Octobre 878.
Il construisit des monastères sur chacune des quatre petites Iles des
Princes, nommées, Térébinthe, Néandre, Oxia et Plati. C'est pendant
son pontificat que la nation Bulgare embrassa le christianisme.. Il a été
canonisé par P Eglise Orthodoxe sous le nom de Saint Ignace ; sa fête
est célébrée le 23 Octobre de chaque année.
4 et 5. Psscs GEORGO RANGABÉ et THÉOPHANO RANGABÉ, qui entrèrent au
couvent avec leur mère.
Les descendants du Magister Théophylacte Rangabé servirent principalement
dans P armée byzantine, prenant part aux nombreuses campagnes de cette époque,
jusqu' à la prise de Constantinople par les Croisés en 1204, lorsque la famille Ran-
gabé suivit la famille impériale d' Ange en Acarnanie, où celle-ci fonda le Despo-
tat de P Hellade. En face du château d'Ange ( Angelokastro ) se trouvait le châ-
teau de Rangabé, sis sur des collines, qui portent encore le nom de «Rangaveïka»,
ou Grivas battit les Turcs en 1770.
Un d' eux, le Pr. CONSTANTIN RANGABÉ, fut Anagnoste et Tavolarius de la ville
d'Almyros en Thessalie. Plusieurs documents, signés de lui, ont été publiés dans les
«Actà et DiplomataGrajca Medii/Evi»de Miclosich et Millier, portant la date de 1271.
101

En 1389, lors de la conquête dj la Thessalie par le Sultan Bayezid, les Rangabé


rentrèrent à Constantinople, où ils jouirent de la faveur impériale et occupèrent
les plus hauts postes dans l'armée. Parmi eux se distingua P ami de l'Empereur
Constantin Paléologue, le STRATÈGE PR. RANGABÉ, Général dans P armée byzantine,
qui fut tué pendant le siège de Constantinople par les Turcs, dans la bataille du 6
Mai 1453, après un glorieux duel avec le général turc.
Son fils, le Pr. DÉMÈTRE RANGABÉ, Gouverneur des Iles de P Archipel grec, se
réfugiaà Rome en 1466 avec toute sa famille. Le Vatican possède un Manuscript de
Strabon, qui lui avait appartenu.
La famille Rangabé rentra bientôt après à Constantinople, où nous la trouvons
classée parmi les principales familles phanariotes au commencement du 17e siècle.
Nous y trouvons :
Pr. ÀNDRONIC RANGABÉ, né à Constantinople vers 1625, que plusieurs histori-
ens contemporains (le P" Cantemir, Histoire de l'Empire Ottoman; Fabricius, Bi-
bliotheca Groeca ; et plus tard, Sathas, NeoeAÀnviKn ^lAoloyfa ; A. R. Rangabé,
Histoire de la Littérature grecque moderne ; Cari Iken, Leukothéa etc.) déclarent
être un descendant de P Empereur Michel. Andronic fut Grand Rhéteur et Grand
Chartophylax et il épousa la Pssc HÉLÈNE, fille du Pr. Antoine Rosetti, Prince Ré-
gnant de Valachie en 1676. Il mourut le 24 Janvier 1717. Plusieurs lettres manu-
scrites d'Andronic Rangabé sont conservées au Patriarcat du S. Sépulcre à Con-
stantinople.Une notice biographique sur AndronicRangabé, due à la plume du Grand
Rhéteur Ierax, se trouve à la fin du Codex XXX des manuscrits de la Bibliothèque
OEconomos à Athènes. Andronic avait eu une soeur, OLYMPIE RANGABÉ, qui prit
le voile.
Andronic Rangabé laissa deux fils :
Pr. JEAN RANGABÉ, mort sans postérité, au commencement de P année 1711
ainsi que le prouve une lettre de son frère, Manuel, au Patriarche de Jéru-
salem, datée de cette époque.
Pr. MANUEL RANGABÉ, né à Constantinople vers 1660, nommé successivement
Tzohantar, Aga et Grand Ban de Craïova, marié à la Psse Balassa, fille du Pr.
Constantin Bassaraba Brancovan, Prince Régnant de Valachie. Après P exé-
cution de ce Prince en 1714, Manuel Rangabé fut exilé avec sa femme àKiou-
taya, province de Rizon en Asie Mineure, où ils restèrent trois ans, et leurs
biens furent confisqués. Le surnom de Rizo lui fut donné à son retour, en
souvenir du lieu de son exil, et resta dans la famille. Retiré du service, il s' é-
tablit à Péra ( Constantinople ), où il refit sa fortune dans les affaires. Il vivait
encore en 1737. Plusieurs de ses lettres sont conservées au Patriarcat du S.
Sépulcre à Constantinople.
Il laissa deux fils et une fille, soit :
1. Pr. JEAN RIZO RANGABÉ, dit Mané, ( ou fils de Manuel), né vers
-
1690, Homme de lettres et poète distingué, fit ses études de Médecine
18
102

' et. de Philosophie en Italie,-où"nous trouvons eh ;1717. sa ; signature


.
au dessous; d' un. certificat d'identité de son; cousin, le petit-fils : du
Prince Constantin Bassaraba.;George: Ostowick dédie sa «Batracho-
myomachié » â;«J:eanRizo, très noble fils de.Mané (Manuel)», un
,-poème de Jean Rizo intitulé «La Bataille des Éléments» a été publié
par Em. Legrand, Paris 1869. Mort vers 1760 sans postérité. Il existe
une Oraison Funèbre sur Jean Rizo Mané de Joasaph Cornélius ( Ve-
nise 1788), où il est dit que Porter, Ministre d'Angleterre à Constan-
tinople, exprima hautement sa douleur de la mort de Jean Rizo et de
la perte que la nation grecque venait d' éprouver en lui. Porter n' é-
tait plus Ministre d'Angleterre en 1765.
2. Psse N. N. Rizo - RANGABÉ, mariée à Georges Tyaniti, à qui est dédiée
la «Bosphoromachie»de Momars. Ce fut une femme renommée pour
son esprit et son érudition et qui jouissait d' une certaine influence
dans le monde politique et les ambassades à Constantinople.
3. Pr. JACQUES RIZO - RANGABÉ, né en 1716. Sous les auspices du Prince
Maurocordato il fit ses études en Italie en compagnie d' une dizaine
déjeunes gens des premières familles phanariotes. Grand Spathar, et
en 1751 Grand Capoukéhaya de Valachie et plus tard de Moldavie. Il
fut envoyé en mission extraordinaire en Autriche, où le titre de Prince
lui fut reconnu. C est en grande partie à son influence que fut dû le
premier traité entre la Prusse et la Turquie (1761). Mort en 1774. Il
avait épousé une fille d'Adam Mourousi, chef de cette famille, qui tire
son origine des Comnènes, Empereurs Grecs de Trébizonde. Il eut
trois filles et un fils :
I. Psse CATHERINE Rizo - RANGABÉ, mariée avant 1761 au Pr. Gré-
goire Ghika, Grand Drogman de la Sublime Porte, et plus tard
Prince Régnant de Valachie (1768 -9) et de Moldavie ( 1764 -6
et 1774-7).
IL Psse ROXANE Rizo - RANGABÉ, mariée au Pr. Alexandre Ghika,
cousin du prince Grégoire, Prince Régnant de Valachie (1766-8).
III. Pssc VICTORIA RIZO-RANGABÉ, mariée à GeorgesNeroulo,Camarasse.
IV. Pr. GEORGES RIZO - RANGABÉ, Grand Postelnic de Valachie, ma-
rié à Ralou Soutzo, fille de Nicolas Soutzo, Grand Drogman, dé-
capité en 1769, et soeur du Prince Alexandre Soutzo, le dernier
Hospodar Grec de Valachie. On a de lui une traduction grecque
de P «Aminta» du Tasse, publiée à Venise en 1745. Il eut un fils
unique :
Pr. JACQUES RIZO-RANGABÉ, né en 1779, Grand Postelnic de
Valachie, écrivain et poète distingué. Parmi ses nombreuses
oeuvres poétiques on distingue de très belles traductions en
103

vers grecs des drames de Voltaire et de Racine, plusieurs co-


médies etci II connaissait à fond le Turc, l'Arabe et le Persan
et nous a laissé un grand ouvrage d' archéologie et de topo-
graphie grecque intitulé «les Helléniques». En 1821 il prit
une grande part dans les événements qui précédèrent la guerre
de P indépendance grecque et, après l'expédition malheureuse
; du'Prince.Ypsilanti, il .suivit le Prince Régnant de Valachie
Alexandre Soutzo, son oncle, en Russie, abandonnant sa charge
et une. partie :dé ses biens, qui. furent séquestrés parle Gou-
vernement Turc; Aussitôt après la fondation du Royaume de
Grèce, il vint.offrir ses services à la patrie affranchie. Il épousa
Zoé Lapithi, fille, du Grand PostelnicEustache Lapithi, et mou-
rut le 22 Juillet 1855 à Athènes. (Voir Famille Actuelle).
104

FAMILLE ACTUELLE

Enfants de Jacques Rizo - Rangabé, Grand Postelnic, et de Zoé,


née Lapithi, son épouse.
1. ALEXANDRE RIZO-RANGABÉ, né à Constantinople en 1808, mort âgé
d' un an.
2. ALEXANDRE RIZO - RANGABÉ, né à Constantinople le 27 Décembre 1809,
ancien Ministre des Affaires Etrangères et Envoyé Extraordinaire de
Grèce, Archéologue et Poète, Auteur de plusieurs ouvrages. Marié le 13
Octobre 1840 à Caroline-Christine, fille de James Skene de Rubislaw de
Stoniewood et de Curriebill, née le 24 Novembre 1818, décédée à Genève
le 5 Décembre 1878.
Enfants :
I. CLÉON RIZO - RANGABÉ, né à Athènes le 10 Septembre 1842,
Envoyé
Extraordinaire de Grèce à Berlin, Homme de lettres et Poète. Marié
le 7 Avril 1871 à DOROTHÉE, fille du Baron de Geroltzur Leyen, Mi-
nistre d' Allemagne.
Leur fille :
ELLIE RIZO-RANGABÉ, née le 27 Mars 1872.
IL ARISTION RIZO
- RANGABÉ, né à Athènes le 31 Décembre 1843, mort
le 3 Décembre 1846.
III. CHARICLÈS RIZO-RANGABÉ, né à Athènes le 2 Avril 1845, mort le
30 Juillet 1849.
IV. ARISTIDE RIZO -RANGABÉ, né à Athènes le 23 Avril 1847, Officier du
Génie dans P armée allemande, dans les rangs de laquelle il fit les
campagnes de 1866 en Autriche et de 1870 en France. Il passa ensuite
dans P armée hellénique. Mort à Athènes le 1 Novembre 1878. Il
avait épousé Lucie, fille de Spyridion de Baltazzi.
Leurs filles :
A. SOPHIE RIZO-RANGABÉ, née à Constantinople le 18 Juin 1873.
B. EMILIE RIZO-RANGABÉ, née à Constantinople le 28 Juillet 1874.
c. ALEXANDRA Rizo - RANGABÉ, née à Athènes en 1876, morte dans
la même année.
V. ALEXANDRE RIZO- RANGABÉ, né à Athènes le 17 Novembre 1848,an-
cien Secrétaire de Légation, marié à Elise, fille de Nicolas de Mou-
chine, Consul de Russie, décédée à Cannes le 25 Janvier 1885.
Leurs enfants:
A. EMILIE RIZO-RANGABÉ, née à Athènes le 5 Février 1876, morte
le 27 Avril 1880.
105

B. ZoÉ RIZO-RANGABÉ, née à Genéves le 25 Janvier 1879.


c. ALEXANDRE RIZO - RANGABÉ, né à Athènes le 4 Octobre 1880.
D. NICOLAS RIZO -RANGABÉ, né à Athènes le 5 Avril 1882.
E. ARISTIDE RIZO RANGABÉ, né à Thun le 3 Septembre 1884.
-
VI. EUGÈNE RIZO RANGABÉ, né le 10 Septembre 1850, Officier de Cava-
-
lerie dans armée hellénique. Marié le 5 Octobre 1885 à SARITA-
P
Louise-Zoé Craig - Haie, fille de William Sinclair Craig.
Leur fille:
RALOU RIZO - RANGABÉ, née à Athènes le 20 Juillet 1891, morte en
bas âge.
VIL EMILE RIZO - RANGABÉ, né à Athènes ( Kefissia ) le 11 Juin 1852, Of-
ficier d'Artillerie dans P armée allemande, avec laquelle il fit la
campagne de 1870 en France. Mort en 1873 à Alexandrie.
VIII. ZoÉ Rizo - RANGABÉ, née à Athènes le 20 Février 1854, mariée à
John Russel Bateman, Officier dans la Marine Brittanique, décédée
à Londres en 1878.
IX. OTHON Rizo - RANGABÉ, né à Athènes le 16 Juin 1857, Ingénieur, ma-
rié le 13 Juillet 1888 à Angélique, fille de Sir Constantin Zervouda-
chi, décédée le 11 Septembre 1888.
X. EMILIE Rizo - RANGABÉ, née à Athènes le 7 Octobre 1864, mariée
le 19 Décembre 1890 à Salvator Bibica Rosetti, Officier d'Infanterie
dans P armée hellénipue.
XL HÉLÈNE RIZO - RANGABÉ, née à Athènes le 5 Février 1866, mariée
le 23 Novembre 1887 à Nicolas de Petroff Larionoff, Lieutenant de
Vaisseau dans P Equipage de la Garde de la Marine Russe.
XII. CHARICLÉE RIZO -RANGABÉ, née à Athènes le 5 Février 1866, mariée
le 1 Mai 1884 au Prince Anatole Lobanow de Rostow, Secrétaire de
Légation de Russie.
3. EUPHROSYNE RIZO - RANGABÉ, née à Constantinoplele 25 Décembre 1810,
mariée au Comte Adolphe de Rosen, Amiral Suédois, décédée à Stok-
holm en 1886.
4. RALOU RIZO-RANGABÉ, née à Constantinople en Mars 1813, mariée à
James Henry Skene, Consul d'Angleterre, décédée à Alep (Syrie) en 1869.
FAMILLE RIZO-NEROULO

NOTICE HISTORIQUE

Les NEROULO appartiennent à une ancienne famille de Trébizonde, qui, selon


une tradition, tirerait son origine du. poète Nonnos, qui fleurissait à Alexandrie
au 4° siècle.
Au 17e siècle, lorsque tant de familles nobles grecques furent contraintes par
le Gouvernement Turc à s' établir dans la Capitale de P Empire, JACQUES NEROULO
vint à Constantinople, où il épousa une soeur du Pr. Constantin Handzery, Prince
Régnant de Valachie en 1797. Il eut un fils :
GEORGE NEROULO, Camarasse ( Maréchal de la Cour ) du Prince de Moldavie.
Il épousa VICTORIA, fille de Jacques Rizo - Rangabé, Grand Spathar, et eut quatre
enfants, qui, au nom paternel de Neroulo, ajoutèrent le nom maternel de Rizo,
s' appelant Rizo - Neroulo. Plus tard le nom de Neroulo fut entièrement abandonné
et la famille s' appella seulement Rizo.
1. THÉODORE RIZO - NEROULO, Grand Logothète du Patriarcat, marié à
RALOU, née Hourmouzachi, décapité à Constantinople en 1821, laissant
cinq enfants:
I. CATHERINE RIZO, qui ne s' est pas mariée.
IL CALLIOPE RIZO, mariée à C. Ardouan.
III. EUPHROSYNE RIZO, mariée à Dem. Théoharopoulos.
IV. DÉMÈTRE RIZO, Chef de Section au Ministère des Finances en Grèce,
sans progéniture.
V. ALEXANDRE RIZO, Colonel dans l'armée grecque, mort en 1879, sans
progéniture.
2. JACQUES RIZO 1778. Son éducation fut confiée à son
- NEROULO, né en
grand-oncle maternel, l'Archevêque d' Ephèse. À 20 ans il était Grand
Ecuyer du Prince Ypsilanti. En 1812 il fut nommé Grand Postelnic du
Pr. Jean Caradja de Moldavie. En 1818 Secrétaire du Grand Drogman.
En 1819 Grand Postelnic du Prince MichelSoutzo de Moldavie. Lorsqu'é-
clata la révolution grecque, il se réfugia à Odessa et en 1825 il se
rendit à Genève, où il professa un Cours de Littérature grecque et pu-
blia plusieurs volumes de poésie et d' histoire. En 1832 il vint en Grèce
et fut chargé du portefeuille de P Intérieur au premier Ministère formé
19
108

par lé Roi Othon. Jusqu' en 1841 il fut plusieurs fois Ministre des Affai-
res Etrangères, des Cultes et de P Instruction Publique. Il fut ensuite
nommé Envoyé Extraordinaire de Grèce à Constantinople, où il mou-
rut le 15 Décembre 1849. Il avait épousé ZAPIRA, fille d'AlexandreMano,
Grand Logothète, et laissa neuf enfants :
I. ALEXANDRE RIZO, Capitaine dans la Légion Sacrée du Pr. Ypsilanti,
mort en Italie.
IL CONSTANTIN RIZO, Secrétaire au Ministère de P Intérieur en Grèce,
marié à ZÉLIE, née Bosoyanni. Le journal grec «P Hestia» a publié
dans son N° 116 une lettre de Jacques Rizo - Neroulo à sa belle-fille
Zélie, datée du 26 Mai 1840. (Voir Famille Actuelle)
III. DÉMÈTRE Rizo, Secrétaire au Ministère delaGuerre en Grèce,Agent
Diplomatique de Grèce à Alexandrie, marié à LUCIE, fille de Con-
stantin Soutzo, Hetman. Mort en 1871. (Voir Famille Actuelle).
IV. JEAN RIZO, Capitaine d' Artillerie dans P armée grecque. Auteur
d'un ouvrage d' artillerie intitulé « PHoplique ».
V. MICHEL RIZO, marié à MARIE, née Choubine. (Voir Famille Actuelle).
VI. ELISABETH RIZO, mariée à Constantin Mano, Consul de Grèce à 0-
dessa, né 1797 f 1855.
VIL CATHERINE RIZO, mariée à Anguste Guérin, Chef de Section au Mi-
nistère de la Guerre.
VIII. SULTANE RIZO, Directrice de P Orphelinat «Amalieion», mariée à
Nicolas Costi, Professeur de Médecine à P Université d'Athènes,
décédée le 16 Avril 1885.
IX. EUPHROSYNE RIZO, mariée à Stamos Nacos.
3. MARIE RIZO - NEROULO, mariée à Démètre Scanavi.
4. HÉLÈNE Rizo - NEROULO, mariée à Constantin Soutzo, Kebbapi.
5. SULTANE RIZO - NEROULO, mariée à Théodore Negri, Postelnic.
109

FAMILLE ACTUELLE

Fils de Jacques Rizo - Neroulo et de Zafira, née Mano, son épouse.


MICHEL Rizo, marié à Marie, née Choubine, décédée.
Leurs enfants :
EMILE RIZO, décédé.
LUCIE RIZO.
Enfants de Constantin Rizo, deuxième fils de Jacques Rizo - Neroulo,
et de Zélié, née Bosoyanni, son épouse.
1. DÉMÈTRE Rizo, né à Athènes le 12 Novembre 1843, ancien Préfet en Rou-
manie, marié 1° à Hélène, fille de J. Steege, Ministre des Finances sous le
Prince Couza, 2° à Cléopatre, née Calergi. Sans enfants.
2. JACQUES Rizo, né à Bucarest le 28 Décembre 1844, ancien Attaché de Lé-
gation de Roumanie, marié à ROXANE, fille de Pierre Papparigopoulo,Pro-
fesseur à P Université d' Athènes.
3. MARIE RIZO, mariée à M. Jacovaky.
Enfants de Démètre Rizo, troisième, fils de" Jacques Rizo Neroulo, et de
-
Lucie, née Soutzo, son épouse.
1. EUGÈNE RIZO, Ingénieur, mort en 1887.
2. JACQUES RIZO, Peintre, né le 6 Novembre 1849.
3. HÉLÈNE RIZO, mariée à Phocion Negri, député.
4. MARIE RIZO, mariée à Michel Papparigopoulo, mort en 1888.
ROSETTI
FAMILLE ROSETTI

NOTjICjE HISTORIQUE

La famille ROSETTI était comptée au commencement du 17e siècle parmi les


plus nobles de Constantinople. LASCARIS ROSETTI était en 1629 Grand Logothête
du Patriarcat et il épousait BELLA, fille de Jean Cantacuzène. Il eut un fils :
Pr. ANTOINE ROSETTI, PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE de 1^76 à 1679. Selon
P historien Photino, avant son avènement au trône il était connu par le nom de
Dragan, il était Vornic et habitait sa terre de Poppesti, dans la province de Pra-
hova. Il eut quatre enfants :
1. Pr. ALEXANDRE ROSETTI, mort sans postérité :
2. Pr. JEAN ROSETTI, qui épousa Hélène, fille d' Alexandre Maurocordato,
Grand Drogman, morte en 1722 laissant trois enfants :
I. Pssu MARIE ROSETTI, mariée le 22 Juillet 1714 à Constantin Draco
Soutzo, Grand Logothête et Capoukéhaya du Prince Constantin Mau-
rocordato.
IL Pr. MICHEL ROSETTI, Grand Spathar en 1739 et Grand Chartophylax
en 1741, mort sans postérité.
III Pr. NICOLAS ROSETTI, Grand Spathar en 1753, épousa en 1714 MARIE,
fille du Camarasse George Hetman, belle-soeur du Prince Matthieu
Ghika. Il eut deux enfants :
A. Pr. CHARLES ROSETTI, dit Bibica (le diminutif de Bey, le titre turc
du Prince de Valachie ), qui était Armassis en 1759, ensuite Grand
Spathar et en 1812 Drogman de la Flotte pendant quelques mois.
Origines de la branche Bibica Rosetti. Il eut deux enfants :
a. Une fille, mariée à Jean Maurocordato, fils du Pr. Constantin.
l>. Pr. JEAN BIBICA ROSETTI, né à Constantinople vers 1750, mort
à Bucarest vers 184 0 à P âge de 93 ans. Il s' est marié deux
fois ; 1° à une fille d' Antioche Mourousi, dont il eut deux en-
fants, 2" à Zoé Soultziaroglou, dont il eut sept enfants, savoir :
112.

du 1er lit :
a. Psso SMARAGDA BIBICA ROSETTI, mariée à Constantinople en
1816 au Pr. George Caradja, fils du Prince Jean Caradja
b. Pr. CONSTANTIN BIBICA ROSETTI, qui se battit en Grèce con-
tre les Turcs sous les ordres du Colonel Fabvier et devint
plus tard Préfet en Grèce ; ensuite il émigra en Roumanie,
où il est mort. ( Voir Famille Actuelle ).
du 2e lit:
c. Pr. ALEXANDRE BIBIUA Président de la Cour d'Ap-
ROSETTI,
pel en Roumanie, où il est mort sans postérité.
d. Pr. GEORGE BIBICA ROSETTI, fit ses études militaires à P Ecole
des Ponts et Chaussées en France, prit du service militaire
en Russie, où il se distingua dans la campagne d'Autriche,
et parvint au grade de Général Major. Mort en Autriche en
1875 sans postérité.
e. Pr. CHARLES BIBICA ROSETTI, né en 1809, vint en Grèce en
1827 avec son père..En 1847 il fut nommé Consul de Grèce
à Jannina avec instructions secrètes d'y préparer le soulè-
vement des Grecs, qui éclata effectivement en 1854. Rentré
à Athènes il occupa à plusieurs reprises le poste de Préfet
etc. ( Voir Famille Actuelle ).
f. Pr. ARISTIDE BIBICA ROSETTI, néen 1830, fit ses études en
Roumanie, où il est mort en 1884. Il avait épousé laPsseRo-
XANE, fille du Pr. Ghika. (Voir Famille Actuelle ).
g. mariée à George Rhasy, Mé-
Pssu ARIADNE BIBICA ROSETTI,
decin et Drogman de P Amirauté à Constantinople.
h. Pssc SULTANE BIBICA ROSETTI, mariée à Alex. Ventoura, dé-
cédée bientôt après.
I. Psso IPHIGÉNIE BIBICA ROSETTI.
li. Pssc CLÉOPATRE BIBICA ROSETTI.
B. Ps" EUPHROSYNE ROSETTI, mariée au BoyardGiane.Leur fils, Manuel,
devintPrince Régnant de Valachie en 1770, sous le nom de Prince
Manuel Rosetti.
3. Pr. GEORGE ROSETTI, Brigadier Général, qui eut une fille, Pssc POEONA RO-
SETTI, mariée en 1709 au Pr. George Cantacuzène, fils du Pr. Serban
Cantacuzène, Prince Régnant de Valachie.
4. Psso HÉLÈNE ROSETTI, mariée en 1680 au Pr. Andronic Rangabé, Grand
Chartophylax.
113

Dans la seconde moitié du XVII siècle vivait à Constantinople un ROSETTI, ap-


pelé Cupariu ou P Echanson, par la charge qu' il avait probablement occupée à
la Cour d'un des Princes Phanariotes, qui jouissait d'une immense influence à
la Porte. Il est à présumer que sa famille était originairement la même que celle
de son contemporain, le Prince Antoine Rosetti, Prince Régnant de Valachie de
1676 à 1679, mais la parenté, si réellement elle existait, devait déjà être bien éloi-
gnée, puisque les chroniques n' en font aucune mention. Un décret de P Empereur
Charles d' Autriche, conférant le titre de Comte à un Rosetti, dit que le premier
de cette famille, Jean Rosetti, était d' origine noble italienne. La famille se serait
établie à Constantinople avant la prise de cette ville par les Turcs et aurait de là
passé en Roumanie. Qui fut l'épouse de Rosetti ne nous est pas connu, cependant
vers 1635 une des filles du fameux Scarlatos Beglitzi épousa un Rosetti et il est
bien possible que cela ait été le Cupariu.
Rosetti le Cupariu eut cinq fils :
1. LASCARIS ROSETTI, Grand Spathar, Grand Postelnic et Capoukehaya, Caï-
makam de Valachie pendant la campagne du Pr. Douca contre les Coza-
ques en 1674. Exilé par le Pr. Cherban Cantacuzène à Rhodes, il est mort
peu après son retour d'exil, laissant un fils :
GEORGES ROSETTI, Aga, qui épousa la fille d'Antioche Jora, Hetman.
2. GEORGES ROSETTI, Grand Visternic sous le Pr. Cantemir, Grand Postelnic
de Valachie sous le Pr. Douca, se réfugia en 1693 en Pologne pour ne
pas être arrêté par ordre de ce Prince. Arrêté en 1711 par ordre de Pierre
le Grand et interné à Kiew pendant deux ans. Mort en 1720. Marié à
MARIE, fille du Pr. Dabija, avec laquelle il eut six enfants :
I. C,e NICOLAS ROSETTI, Maître de la Garde Robe du Pr. Constantin Can-
temir, marié en 1705 à ANGUZA, fille du Pr. Constantin Bassaraba
Brancovan, Prince Régnant de Valachie. Créé Comte par Décret de
P Empereur Charles d' Autriche le 25 Février 1733. Il eut deux filles,
ainsi que P atteste le susdit décret :
A. Cssc MARIE ROSETTI, mariée"le 3 Novembre 1738 à Constantin Ard.
zintouyanou, Grand Ban, et
B. CSSCELISABETH ROSETTI.
Du Comte Nicolas Rosetti paraissent descendre aussi les trois bran-
ches actuelles des Rosetti de Valachie, soit :
A. CONSTANTIN ROSETTI, dont les fils firent renouveller la reconnais-
sance de leur droit au titre de Comte par Décret de P Empereur
Ferdinand d'Autriche, daté du mois de Février 1842. Ses enfants
étaient les suivants :
a. Clc JEAN ROSETTI, décédé. (Voir Famille Actuelle).
l>. Cssc EUPHROSYNE ROSETTI, mariée à M. Gradisteano.
c. Ctc CHARLES ROSETTI, décédé sans postérité.
20
114

d. Cte ALEXANDRE ROSSTTI, décédé sans postérité.


e. Cssc ZOÉ mariée à M. Falcoyano.
ROSETTI,
f. Ctc NICOLAS ROSETTI, né vers 1825, vivant. (Voir Famille A-
ctuelle).
B. CHARLES ROSETTI, qui eut un fils, DÉMÈTRE ROSETTI, qui eut un
fils, RADU ROSETTI. ( Voir Famille Actuelle ).
C. ALEXANDRE. ROSETTI, né et élevé à Constantinople, d' où il est
venu en Valachie, où il fut nommé Juge au Divan Princier. Il eut
deux fils :
a. CONSTANTIN ROSETTI, le fameux Chef du parti libéral de Rou-
manie, poète et publiciste révolutionnaire, né à Bucarest en
1816, servit dans la Milice de 1833 à 1836. Publia en 1840 les
«Chants du Bonheur», Chef de Police de Pitesti en 1837. Pro-
cureur au Tribunal Civil de Bucarest jusqu' en 1840. Membre
du Comité Révolutionnaire en 1848, Chef de Police à Bucarest.
Ensuite Directeur au Ministère de P Intérieur. Journaliste à
Paris en 1850 et ensuite en Roumanie. Ministre de P Instru-
ctionPublique en 1860 et en 1866. Député de Bucarest en 1876.
Maire de Bucarest, Ministre de P Intérieur. Président de la
Chambre des Députés etc. Il avait épousé MARIE, née Grant,
née à Guernesey en 1819. (Voir Famille Actuelle)
b. DÉMÈTRE ROSETTI, mort sans postérité.
IL CONSTANTIN ROSETTI, Grand Logothête. Il eut trois fils et une fille :
.
A. ETIENNE ROSETTI, Grand Vornic, eut cinq fils :
a. GEORGE ROSETTI, marié à Marie Catargi. Origine de la branche
Solesco. De ce mariage est ne un fils :
GEORGE ROSETTI, Grand Vornic et Postelnic, marié à Cathe-
rine Stourdza. ( Voir Famille Actuelle ).
b. JEAN ROSETTI, marié à Zafira Mano. Deux fils :
a. BASILE ROSETTI, marié à Catherine Negri, sans enfants, et
b. ALEXANDRE ROSETTI, marié à une Ralet, également sans
postérité.
c CONSTANTIN ROSETTI. Origine de la branche Çiortesco. Il avait
épousé une Beldiman. Il eut trois fils :
a, MATTHIEU ROSETTI, marié à une Miclesco,,sans enfants.
b, BENJAMIN ROSETTI, Evêque de Romon.
c, CHARLES ROSETTI, marié à Catherine Lefter. ( Voir Famille
Actuelle ).
d. ETIENNE ROSETTI. Origine de la branche Balanesco. Un fils:
PIERRE ROSETTI, Grand Logothête de Moldavie, décédé en
1874, marié à une; Lazu. ( Voir Famille Actuelle )
115

e. PIERRE ROSETTI.
B. BASILE ROSETTI, Hetman, Grand Vornic, eut 4 fils et 2 filles:
a. GEORGE ROSETTI, sans postérité.
I>. BASILE ROSETTI, sans postérité.
c. ORESTE ROSETTI, moine.
cl. LASCAR ROSETTI, Grand Vornic, qui eut trois filles :
a. ELISABETHROSETTI,mariée à George Catargi, Grand Vornic.
b. PULCHÉRIE R,OSETTI, mariée à Constantin Cantacuzène,
Grand Vornic.
c. SMARAGDA ROSETTI, mariée à DémètreBogdan,Grand Vornic.
e. AGRIPPINE ROSETTI, mariée à Constantin Stourdza, Vornic.
f. SAPTA ROSETTI, mariée au Pr. Michel Stourdza, Prince Ré-
gnant de Moldavie 1834 - 49.
c. ANDRÉ ROSETTI, Grand Logothête. Origine de la branche Rozno-
vano. Il épousa Marie, fille de Sandu Stourza, Logothête, et eut
un fils :
NICOLAS ROSETTI, Grand Logothête, marié à Catherine, fille de
Constantin Ghika de Comanesti et de Deleni. Il eut un fils :
GEORGE ROSETTI, Grand Logothête, marié à une fille de Georges
Balsche, avec laquelle il eut deux fils :
a. NICOLAS ROSETTI, Grand Logothête, Ministre des Finances
en Moldavie, marié à Marie, fille de Démètre Ghika de Co-
manesti. ( Voir Famille Actuelle ).
b. ALEXANDRE ROSETTI, Grand Vornic, marié à Roxandre
Callimachi. ( Voir Famille Actuelle ).
D. CATHERINE ROSETTI, mariée le 14 Novembre 1732 au Pr. Constan-
tin Maurocordato, Prince Régnant de Moldavie.
III. GEORGES ROSETTI, troisième fils du Grand Visternic Georges Rosetti
et de le Psso Marie, née Dabija, son épouse, Capitaine du Codru.
IV. JEAN ROSETTI, marié à Anguza, fille de Matthieu Filippesco.
V. CATHERINE ROSETTI, mariée àElie Catargi.
VI. VICTORIA ROSETTI, mariée à Pourbule Cantacuzène Magoureano
3. MANUEL ROSETTI, Grand Vornic, troisième fils de Cupariu Rosetti. Ce fut
lui qui fit prisonnier à Bacaû le Roi de Pologne, Stanislas Lescinski, et
le remit au Pr. Nicolas Maurocordato. Marié à IRÈNE, fille de Nicolas
Buhus, dont il eut un fils :
ETIENNE ROSETTI, Grand Vornic, qui eut deux fils-:
I. GEORGES ROSETTI. Origine de la branche Raducano. Il eut trois fils :
A. LASCAR ROSETTI, Grand Comissos, marié à HÉLÈNE, fille de Dimoki,
qui eut deux fils :
a. RADU ROSETTI, Grand Logothête, marié Ie à HÉLÈNE, née Bals-
20*
116

che, à EUPHROSYNE, fille de Démètre Mano, née en 1784,



morte en 1872, dont il eut 7 enfants:
a. PULCHÉRIE ROSETTI, mariée au Pr. Alexandre Mourousi,
fils aîné du Pr. Constantin Mourousi, Grand Drogman de
la S. Porte, décédé en 1873.
b. MARIE ROSETTI, mariée à Théodore Balsche, Caïmakam de
Moldavie en 1857.
c. AGLAÉ ROSETTI, mariée à Periclès Arg3rropoulo, Ministre
des Affaires Etrangères et de P Instruction Publique, Pro-
fesseur et Député en Grèce, né en 1812, fie 16 Décembre
1860, décédée à Athènes le 5 Juin 1871.
d. RADU ROSETTI, Grand Logothête, Ministre des Affaires É-
trangères et de la Justice en Moldavie, né en 1813, mort
en 1872. Il avait épousé 1° ROXANDRE, née André Paul, 2"
AGLAÉ, fille du Pr. Grégoire Ghika de Moldavie. ( Voir
Famille Actuelle).
e. ALEXANDRE ROSETTI, né en 1814, mort en 1860.
f. LASCAR ROSETTI, né en 1816, mort en 1884, Ministre des Fi-
nances en Moldavie.
g. DÉMÈTRE ROSETTI, né en 1820, mort en 1882, marié àFÉ-
LICIE, née Donici. ( Voir Famille Actuelle ).
b. ZOÉ ROSETTI, mariée au Pr. Alexandre Mourousi, Prince Ré-
gnant de Moldavie en 1790 et de Valachie en 1793.
B. ETIENNE ROSETTI, Grand Ban, qui eut un fils :
JEAN ROSETTI, Grand Ban, lequel eut deux fils ;
a. ETIENNE ROSETTI, Grand Vornic.
b. MANUEL ROSETTI.
c. NICOLAS ROSETTI, Grand Vornic, marié à Catherine Costaki; trois
fils:
a. DRACAKI ROSETTI, Grand Vornic,marié à Zoé Stourdza. Us eurent
une fille, CATHERINE \ ROSETTI, mariée à George Donici.
b. BASILE ROSETTI.
c. Comissos.
ELIE ROSETTI,
IL JEAN ROSETTI, deuxième fils du Grand Vornic Etienne Rosetti, eut
deux fils :

A. ETIENNE ROSETTI, marié à MARIE, née Krupenski. Il eut 6 enfants :


a. mariée à M. Rousso.
CATHERINE ROSETTI,
b. RALOU ROSETTI, mariée à M. Krupenski.
c. GEORGE ROSETTI, marié à ZAMRA, née Donici, avec laquelle il
eut six enfants : .
a. CONSTANTIN ROSETTI, ( Voir Famille Actuelle ).
117

b. LASCAR ROSETTI, ( Voir Famille Actuelle ).


c. GRÉGOIRE ROSETTI, ( Voir Famille Actuelle ).
d. VICTORIA ROSETTI, mariée à JEAN COUZA.

e. RALOU ROSETTI, mariée à Théodore Miclesco.


f. ROXANDRE ROSETTI, mariée à Sandu Stourdza.
d. GRÉGOIRE ROSETTI. Origine de la branche Philipesco. Il eut
sept enfants :
a. DÉMÈTRE ROSETTI, marié à Félicie Krupenski (Voir Fa-
mille Actuelle),
b. GRÉGOIRE ROSETTI, sans postérité.
c. ETIENNE ROSETTI, sans postérité.
d. ELISE ROSETTI, mariée à Ernest Stourdza,
e. CATHERINE ROSETTI, mariée à M. Jamoudi (Voir Famille
Actuelle ),
f. HÉLÈNE ROSETTI, mariée à M. Botez,
g. LAETITIA ROSETTI, mariée à Grégoire Tulbury.
e. ETIENNE ROSETTI, sanspostérité.
f. CONSTANTIN ROSETTI, qui eut un.fils :
LUPU ROSETTI, lequel eut un fils :
MICHEL ROSETTI, marié à Aspasie Greciano.
B. GEORGES ROSETTI, deuxième fils de Jean Rosetti, Grand Medel-
nicer. Origine de la branche Tetzeano. Marié à une Heresco, dont
il eut un fils :
DÉMÈTRE ROSETTI, marié à CATHERINE Krupenski. Il en eut
quatre enfants :
a. CONSTANTIN ROSETTI, marié à une Romalo. ( Voir Famille
Actuelle ).
b. JEAN ROSETTI.
c. CATHERINE ROSETTI, mariée à Lupu Vanier.
d. HÉLÈNE ROSETTI, marié à Matthieu Krupenski. ( Voir Fa-
mille Actuelle ).
4. MICHEL ROSETTI, quatrième fils du Cupariu Rosetti, Capoukéhaya de
Moldavie.
5. CHARLES ROSETTI, cinquième fils du Cupariu Rosetti, Capoukéhaya de
Moldavie.
118

FAMILLE ACTUELLE

BRANCHE BIBICA ROSETTI

Enfants de Jean Bibica Rosetti.


I. CHARLES ROSETTI, ancien Préfet et Consul de Grèce, né en 1808,
Son fils :
SALVATOR ROSETTI,Sous-Lieutenantd'Infanterie dans l'armée grec-
que, né le 13 Août 1860, marié 1° à CATHERINE, née Spanopoulo,
décédée le 11 Janvier 1890, 2° à EMILIE Rizo -Rangabé, née le 7
Octobre 1864, mariée le 28 Décembre 1890.
Fille du 1er lit :
ZoÉ ROSETTI, née le 22 Mai 1889.
IL CONSTANTIN ROSETTI, ancien Préfet, mort en Roumanie.
Son fils:
BASILE ROSETTI, Colonel, de Cavalerie dans P armée roumaine,
né le 6 Mars 1839.
III. ARISTIDE ROSETTI, marié à Hortense, née Ghika, mort en Rouma-
nie en 1882.
Leurs Enfants :
GEORGE ROSETTI, Ingénieur,
et trois filles :

ROSETTI DE VALACHIE

1. Enfants de Constantin Rosetti.


I. Ctc NicoLAs ROSETTI.
IL Ctc JEAN ROSETTI, décédé.
Ses filles :
A. CS£0 SULTANE ROSETTI, mariée à M. Cretzeanu.
B. Cïsc ANASTASIE ROSETTI, mariée à M. Filipesco.

2. Enfants de Roxlu Rosetti, fils de Démètre.


I. DÉMÈTRE ROSETTI.
Son fils :
RADU ROSETTI.
119

IL CORALIE ROSETTI, mariée à Paneïott Savesco, Procureur près la


Cour des Comptes.
III. MARIE ROSETTI, mariée à M. Negrutzi.
IV. CATHERINE ROSETTI, mariée à M. Budisteanu.
V. ZOÉ ROSETTI, mariée à M. Beugesco.
VI. ANNA ROSETTI, mariée à M. Maioresco.

3. Enfants de Constantin A. Rosetti et de Marie Grant, son épousé.


I. MIRCTA ROSETTI, né à Paris en 1850, Homme - de'- lettres, décédé à
Bucarest le 20 Juin 1882.
IL SOPHIE ROSETTI, mariée à M. Cornea.
III. VINTILA ROSETTI, Journaliste.
Sa fille :
ALINE ROSETTI.
IV. HORIA ROSETTI.
Ses enfants :
A. CONSTANTIN ROSETTI.
B. MARIE ROSETTI.

ROSETTI DE MOLDAVIE

1" Branche Rosetti - Solesco.

Enfants de George Rosetti, fils de George, Grand Vornic, et de Ca-


therine Stourza, son épouse.
I. CONSTANTIN ROSETTI, marié 1° à RoxandreVentura ( div.'), 2° à Olga
Stoianovici f, 3° à Sophie Donici f.
Ses enfants, du 1er lit :
A. GEORGE ROSETTI, né en 1853, Ministre de Roumanie àBel-
grad, marié à OLGA, née de Giers.
Une fille.
du 2e lit :
B. AGLAÉ ROSETTI, mariéeà Charles Varnor, Directeur de
P Ecole des Ponts et Chaussées à Bucarest.
c. ALEXANDRE ROSETTI, Député, marié à M"e Ghermani.
IL DÉMÈTRE ROSETTI, ancien Préfet, Pr. Président de la Cour d' Appel
de Jassy. marié à ANNA, née Catargi.
III. THÉODORE ROSETTI, Gouverneur de la Banque Nationale de Roumanie,
120

ancien Président du Conseil des Ministres et Ministre de la Justice,


marié à PULCHÉRIE, née Beldiman.
IV. HÉLÈNE ROSETTI, mariée au Pr. Alexandre Couza, Prince Régnant
de Roumanie ( 1859 - 1866).
V. ZOÉ ROSETTI, mariée à M. Lambrinos f.
2" Branche Rosetti - Ciortesco.
Enfants de Charles Rosetti, fils de Constantin, et de Catherine Lefter, son épouse.
I. ALEXANDRE ROSETTI, né le 2 Juillet 1838, Administrateurde l'Arron-
dissement de Babadagh.
II. ETIENNE ROSETTI, Colonel dans P armée de réserve de Roumanie, né
en 1830, marié à MARIE, née Rosetti - Roznovano.
Leurs enfants :
A. ALEXANDRE ROSETTI, Sous-Lieutenant dans P armée de
réserve, né le 5 Octobre 1861, marié à une Conono.
B. MARIE ROSETTI, mariée à Jean Ranet.
c. ETIENNE ROSETTI.
D. LASCAR ROSETTI.
III. CATHERINE ROSETTI, mariée à Grégoire Balsche ( div. ) f.
IV. CHARLES ROSETTI, Sénateur, marié à AGRIPPINE, née Diamandi.
Leurs enfants :
A. ALEXANDRE ROSETTI.
B. ELISE ROSETTI.
c. HÉLÈNE ROSETTI.
5° Branche Rosetti - Balanesco.
Enfants de Pierre Rosetti, fils d' Etienne, et de son épouse, née Lazu.
I. NICOLAS ROSETTI, né en 1829, Ministre des Affaires Etrangères sous
le Pr. Couza, décédé en 1 884 à Paris, marié 1" à Olga Catargi ( div. ),
2° à ALEXANDRINE, née Barcanesco, née en 1844, décédée en 1868.
lueurs enfants :
A. NICOLAS ROSETTI, né le 15 Septembre 1865, marié à
ELISE, née C. Cornesco, née en 1866.
Leur fils :
né le 16 Janvier 1891.
NICOLAS ROSETTI,
B. PIERRE ROSETTI, né le 10 Avril 1868.
II. PULCHÉRIE ROSETTI, mariée à Basile Cantacuzène.
4" Branche Rosetti - Roznovano.
Enfants de Nicolas Rosetti, fils de. George, Grand Logothête, et de Marie
Ghika, son épouse.
I. NICOLAS ROSETTI, né en 1843, marié Ie à Adèle Cantacuzène (div.),
2" à LUCIE, née Vogoridés.
........
121

Enfants du 1er lit :


A. GEORGES ROSETTI.
B. ADÈLE ROSETTI, mariée au Pr. Alexandre Ghika.
du 2e lit:
c. ANTOINE ROSETTI.
D. EMMANUEL ROSETTI.
IL MARIE ROSETTI, mariée à Etienne Rosetti Ciortesco.
-
Enfants d' Alexandre Rosetti, fils de George, Grand Vomie, et de
Roxandre, née Callimachi, son épouse.
I. ADÈLE ROSETTI, mariée 1° à Alexandre Ghika ( div. ), 2e à Georges
Catargi, officier de gendarmerie.
II. GEORGES ROSETTI, Colonel en retraite, Député, marié à ALEXANDRINE,
née Campineano.
Branche Rosetti - Raducano.
5".
Enfants de Radu Rosetti, fils de Radu, Grand Logothête, et de la Ps"
Aglaé Ghika, son épouse.
I. RADU ROSETTI, né à Jassy le 15 Septembre 1853, ancien Préfet de
Roman, marié le 10 Juin 1876 à EMMA, née Bogdan, née à Jassy le
7 Avril 1853.
Leurs enfants :
à Caioutz le 20 Mars 1877.
A. RADU ROSETTI, née
B. HENRI ROSETTI, né à Caioutz le 7 Janvier 1879.
c. EUGÈNE ROSETTI, né à Caioutz le 23 Juin 1881.
D. MADELEINE ROSETTI, née à Caioutz le 25 Août 1882.
II. ANNA ROSETTI, née en 1855, mariée à Georges C. Catargi.
III. MARTE ROSETTI, née
en 1856.
IV. ZOÉ ROSETTI, née en 1861, mariée en 1885 à Alexandre Balsche,Chef
de Division au Ministère des Affaires Étrangères de Roumanie.
V. MARGUERITE ROSETTI, née en 1865, mariée en 1884 à George Bog-
dan ( div. ).
VI. LASCAR ROSETTI, né en 1866.
Fille de Démètre Rosetti, fils de Radu, et de Félicie Donici, son épouse.
PULCHÉRIE ROSETTI, mariée 1e à Léandre Dossios (div.), 2° à Mi-
chel A. Stourdza, Sénateur.
Branche Rosetti - Orasana.
6".
Enfants de Constantin Rosetti, fils de George Rosetti.
I. HERCULE ROSETTI.
II. EMILE ROSETTI.
III. NICOLAS ROSETTI.
122

IV. ELÉONORE ROSETTI.


Enfants de I^ascar Rosetti, fils de GeorgesRosetti.
I. MARIE ROSETTI.
II. ELÉONORE ROSETTI.
Enfants de Grégoire Rosetti, fils de Georges Rosetti.
I. GEORGES ROSETTI.
IL EUPHROSYNE ROSETTI.
III. ELÉONORE ROSETTI.
IV. MARIE ROSETTI.
Branche Rosetti - Philipesco.
7°.
Enfants de Démètre Rosetti, fils de Grégoire, et de Félicie Krupencki, son épouse.
I. BASILE ROSETTI.
IL PIERRE ROSETTI.
III. VIRGINIE ROSETTI.
IV. SOPHIE ROSETTI.
Fille de Grégoire Rosetti, fils, d' Etienne Rosetti.
CATHERINE ROSETTI, mariée à M. Jamoudi.
8°. Branche Rosetti - Tetzeano.
Enfants de Constantin Rosetti, fils de Démètre, et de son épouse, née Romalo.
I. DÉMÈTRE ROSETTI, marié à ALICE, née Jora.
Leurs enfants :
A. CONSTANTIN ROSETTI.
B. MARIE ROSETTI.
c. HÉLÈNE ROSETTI.
IL ANGÉLIQUE ROSETTI, mariée à Georges Aslan (div. ).
Soeur de Constantin Rosetti, fils de Démètre.
HÉLÈNE ROSETTI, mariée à Matthieu Krupenski.
FAMILLE SCHINA

NOTICE HISTORIQUE

La famille Schina, originairement de Byzance, émigra, il y a plus de trois


siècles, à Agrafa et se fixa enfin en Magnésie (Thessalie). Vers le milieu du 17e
siècle nous y trouvons DÉMÈTRE SCHINA, Primat de Magnésie, dont le fils, NICOLAS
SCHINA, né en 1670, fut Vékil ( ou Représentant) de Magnésie à Constantinople et
mourut exilé en Asie Mineure, laissant cinq fils :
1. BASILE SCHINA, né à Constantinople en 1710, savant et littérateur dis-
tingué, se maria deux fois et eut six enfants :
du 1er lit :
I. JOACHIM SCHINA, moine.
IL DÉMÈTRE SCHINA, né vers 1750, devint successivement lor Secrétaire
du Patriarcat, Camminaris, Mectouptzi de Moldavie, Commissos, Agas,
Postelnic, Hetman, Capoukéhaya et Drogman de la Flotte ; mort à
Kisheneff* le 17 Janvier 1842. Il avait épousé Marie, fille du Gd Lo-
gothête Gabriel Fetala, soeur de P ArchevêqueMétropolitain de Ni-
comédie, Mélétius. Ils eurent sept enfants :
A. CATHERINE SCHINA, née en 1787, mariée le 8 Mai 1805 au Pr. Eti-
enne Ch. Maurocordato.
B. MICHEL SCHINA, né en 1787, mort en 1813.
c. HÉLÈNE SCHINA, née en 1797, mariée à Démètre C. Soutzo.
D. ALEXANDRE SCHINA, né le 1er Février 1799, marié le 23 Juin 1823
à la Pssp Marie, fille cadette du Pr. Constantin Ypsilanti, Prince
Régnant de Moldavie.
E. JEAN SCHINA, Camarasse, Grand Postelnic et Capoukéhaya de
Moldavie, né en 1800, marié à la Pssc Augustine Soutzo, soeur du
Prince Régnant de Moldavie, Michel Soutzo.
P. CONSTANTIN SCHINA, né le 9 Mars 1801, fut Commissaire Royal
auprès du S. Synode de Grèce, Ministre de la Justice, Professeur
d' Histoire et Doyen de P Université d'Athènes, Envoyé Extraor-
dinaire et MinistrePlénipotentiaire à Munich et à Vienne, marié
124

à Ancone le 27 Septembre 1834 à Elisabeth, fille du grand juris-



consulte et Ministre d' État en Allemagne, de Savigny, morte à
Athènes en Août ! 835 ; 2° à une Spanopoulo, morte peu après son
mariage; 3° à Constantinoplele 5 Octobre 1847 à Aristée, fille du Gd
Logothête C. Balsche et d' Hélène, née Pss0 Handzery, son épouse,
née à Kisheneffle 8 Novembre 1812. (Voir Famille Actuelle).
G. CATHERINE SCHINA, mariée à D. Dendrino, Clutchar.
du 2e lit :
III. GEORGE SCHINA, Médecin, mort sans postérité.
IV. CONSTANTIN SCHINA, Soudar; Sans postérité.
V. JOASAPH SCHINA, Moine.
IV. RIGAS SCHINA, Caminaris,marié à Hadoula Catsika. Il eut trois enfants:
A. MILTIADE SCHINA, qui embrassa P islamisme et prit le nom de
Horem - bey.
B. JEAN SCHINA.
c. HÉLÈNE SCHINA,qui fut enlevée par les TurCs et épousa un Musulman.
2. ANGE SCHINA, marié à une Tsecatouri, dont il eut deux filles et deux fils :
I. CATHERINE SCHINA.
II. SYNODIE SCHINA, mariée à Jean A. Amountza.
III. DÉMÈTRE SCHINA, mort sans postérité.
IV. ZAFIRIOS SCHINA, marié à Synodie Pappavaïzi Ils eurent quatre en-
fants :
A. THÉOLOGUE SCHINA, marié à Hélène N. Paschouli. ( Voir Famille
Actuelle ).
B. ELEUTHÈRE SCHINA, né en 1810, Lieutenant-Colonel d'Artillerie, le
premier Commandantgrec de l'artillerie de l'armée hellénique après
le départ des officiers Bavarois; mort le 9 Août 1858, sans postérité.
c. SËRAÏNO SCHINA, mariée à G. Caraglano.
D. CATHERINE SCHINA, mariée à Argyre N. Filippidi.
3. JEAN SCHINA, qui épousa une demoiselle d' Ambélakia en Thessalie, et eut
deux enfants :
I. HÉLÈNE SCHINA, mariée à Pappapanoyoti.
IL GEORGE SCHINA, qui s'établit à Constantinople, où il se maria et eut
six enfants :
A. HÉLÈNE SCHINA.
B. MALAMATENIA SCHINA.
c. mariée à Pitzipio.
SMARAGDA SCHINA,

D. ALEXANDRE SCHINA, Médecin, établi à Malte.


E. EUSTACHE SCHINA, qui s'établit à Bucarest. Marié à Smaragda Mar-
culescu. Chef de là branche roumaine de la famille Schina. (Voir
Famille Actuelle ).
.
125

Kyroularis, Directeur de la Bibliothèque Natio-


p. MICHEL SCHINA,
nale de Grèce à Athènes, Auteur d'un Dictionnaire Franco - Grec
etc. Mort à Athènes sans postérité.
4. DIMOS SCHINA, marié à Malamo Carbouni, dont il eut quatre fils :
I. GEORGE SCHINA, marié à Kyratsa I. Arvaniti. Ils eurent cinq enfants:
A. NICOLAS SCHINA, mort en bas âge.
B. DIMOS SCHINA.
c. JEAN SCHINA.
D. ANGE SCHINA. Ces trois frères furent jetés en prison et tués par
les Turcs pour avoir pris part à la guerre d'indépendance grecque.
E. MARIE SCHINA, mariée à C. D. Parissi.
IL DÉMÈTRE SCHINA, marié à une Linardi de Chio. Ils eurent sept enfants :
A. ALEXANDRE SCHINA, Médecin à Constantinople, mort sans postérité.
B. CATHERINE SCHINA, mariée à Sougdouri.
mariée à Hadji Anesti Paraskeva.
c. RALOU SCHINA,
D. TARSIE SCHINA, mariée à Apostole Pappa.
E. ROXANSDRE SCHINA, mariée à Vouzzina.
F. EUPHROSYNE SCHINA, mariée à Pélégrini.
G. MARIE SCHINA, mariée à Alexandre Carathéodory.
III. BASILE SCHINA, marié à Marie Vitoritsa. Ils eurent quatre enfants:
A. ULYSSE SCHINA, mort sans postérité.
B. PERICLÉS SCHINA, mort sans postérité.
c. ZOÉ SCHINA.
D. CHARICLÉE SCHINA.
IV. Un fils mort en Valachie laissant deux fils :
A. GEORGE SCHINA.
B. DÉMÈTRE SCHINA.
5. NICOLAS SCHINA. Il eut quatre fils :
I. DÉMÈTRE SCHINA, épousa une Carbouni de Macrynitsa en Thessalie, et
eut quelques enfants, tous morts en bas âge.
IL GEORGE SCHINA, mort célibataire.
III. JEAN SCHINA, célibataire.
IV. ANGE SCHINA, marié à Marie, fille de George Comitos. Ils eurent un
fils et trois filles:
A. NICOLAS SCHINA, mort célibataire à Volo.
B. ELISABETH SCHINA, mariée à George Polymeri.
c. HÉLÈNE SCHINA, mariée à Nicolas Margariti.
n. GAROUFALIA SCHINA, mariée à Démètre Diamandi.
126

FAMILLE ACTUELLE

BRANCHE GRECQUE
1. Fille de Jean Schina, Camarasse et Gd Postelnic, et d'Augustine, née
Psse Soutzo, son épouse.
MARIE SCHINA, mariée au Pr. George Maurocordato, veuve le 16
Août 1858.
2. Enfants de Constantin Schina, ancien Ministre etc., et d'Aristée,
née Balsche, son épouse.
1. DÉMÈTRE SCHINA, né à Jassy le 9 Novembre 1849, mort le 5 Octobre 1871.
2. HÉLÈNE SCHINA, née à Munich le 12 Octobre 1850, mariée à Periclès Ar-
gyropoulo.
3. Enfants de Théologue Schina et d'Hélène, née Paschouli, son épouse.
1. NICOLAS SCHINA, né le 20 Décembre 1844, Major du Génie dans l'armée
grecque et Député de Thessalie.
2. ALEXANDRE SCHINA, né en 1846, Capitaine d'Artillerie dans l'armée grec-
que, mort en 1884.
Sa veuve :
AMÉLIE SCHINA, née Sidi.
Enfants :
ELEUTHÈRE SCHINA.
DÉMÈTRE SCHINA.
HÉLÈNE SCHINA.
3. SOPHIE SCHINA, veuve d' Othon Bahatori.
BRANCNE ROUMAINE
Enfants d'Eustache Schina, et de Smaragda, née Marculescu, son épouse.
1. CONSTANTIN SCHINA, 1er Président de la Cour de Cassation de Roumanie,
marié à Hélène, née Philitis.
Leurs enfants :
I. PULCHÉRIE SCHINA.
IL EUSTACHE SCHINA.
III. EUPHÉMIE SCHINA.
IV. MICHEL SCHINA.
V. GEORGE SCHINA.
VI. HÉLÈNE SCHINA.
127

VIL NICOLAS SCHINA.


VIII. SMARAGDA SCHINA.
.
réserve, ancien Aide-
2. NICOLAS SCHINA, Chef d'Escadrons de Cavalerie de
de -r Camp du Roi de Roumanie, marié à Olga, née Thanase.
Fils
....... SCHINA.
3. MICHEL SCHINA, Avocat.
4. HÉLÈNE SCHINA, mariée à M. Cantilli, décédé.
5. GEORGES SCHINA, Président de la Courd' Appel de Bucarest, marié à.
Fille :
MARIE SCHINA.
-M---

&;
SOUTZO
m-
m

1
FAMILLE SOUTZO

NOTICE HISTORIQUE

Ancienne famille originaire d'Epire, mentionnée par De La Croix, Ministre de


France à Constantinople, dans son ouvrage «La Turquie Chrétienne»,publié à Pa-
ris en 1695, comme une des dix-huit nobles familles grecques que Mehemet II, le
Conquérant de Constantinople, fit chercher des différentes provinces où elles s'étai-
ent réfugiées et les obligea à rentrer et à se fixer à Constantinople en leur accor-
dant des privilèges et des immunités. Du Verdier, parlant des bibliothèques qui
existaient en son temps à Constantinople,dans son «Supplementum Epitomes Biblio-
thecse Gesnerianae», publié à Lyon en 1585, fait mention de la riche collection de
manuscrits appartenant à un JEAN SOUTZO de Constantinople.
Le nom primitif de la famille parait avoir été celui de DRACO, et c'est par ce
nom que les Princes Soutzo ont toujours été désignés dans les Décrets Impériaux
turcs. D'après Byzantios (l'auteur d'un grand ouvrage sur Constantinople), le
nom de Soutzo viendrait de Soudji, ou distributeur des eaux de la ville, un de leurs
ancêtres ayant rempli ces fonctions à Constantinople. Cependant il a été trouvé der-
nièrement dans une Eglise près de la ville de Madytos en Thrace un sarcophage en
marbre portant P inscription byzantine de « MQKIOS MQKIOY SOTSOT », ce qui
ferait croire que cette famille était déjà connue sous ce nom à l'époque des der-
niers Empereurs de Constantinople.
Le Chef de la famille actuelle des Soutzo, DIAMANTAKIS DRACO SOUTZO, vivait
au 17° siècle et avait deux fils :
1. CONSTANTIN DRACO SOUTZO, qui était Grand Spathar et Capoukéhaya en
1711, fut nommé Grand Logothête le 22 Février 1738 et épousa le 22
Juillet 1714, MARIE, fille du Pr. Jean Rosetti et de la PSSD Hélène, née
Maurocordato, son épouse. Ils eurent cinq enfants :
I. ALEXANDRE SOUTZO, Grand Chartophylax et Grand Sluger, pendu
en 1759 à la porte de sa maison par ordre du Grand Vezir, par-
cequ' il avait voulu empêcher que deux de ses servantes ne devien-
nent par force musulmannes. Il avait épousé TARSI, fille de Nicolas
Maurocordato, Grand Ban. Il eut deux fils:
130

A. GEORGE SOUTZO, surnommé le Sauvage, qui en 1784 était Grand Clu-


ger; marié àARGYRiE,néeSoultziaroglou,dont il eut quatre enfants :
a. CONSTANTIN SOUTZO, Gd Hetman. Nous avons un Document signé
par lui en cette qualité en 1814. En 1844 il publia une tradu-
ction grecque des « Etudes Religieuses etc.» d'Alexandre Ch.
Stourdza; mariéà EUPHROSYNE, fille du Pr.Alexandre Callimachi.
Leur fille, LUCIE SOUTZO, épousa Démètre Rizo Neroulo.
I>. SEVASTIE SOUTZO, mariée à M. Stefanopoli-Comnène.
c DÉMÈTRE SOUTZO, Procureur R,oyal près la Cour de Cassation en
Grèce, marié à SMARAGDA, fille de Constantin Soutzo ; mort en
18p 5. (Voir Famille Actuelle).
d. ALEXANDRE SOUTZO,Présidentdu Sylloguedes Lettres Grecques,
né le 25 Mail 802, mort le 25 Décembre 1870, marié à ZOÉ, fille de
Constantin Mourousi, Grand Drogman. ( Voir Famille Actuelle).
B. CONSTANTIN SOUTZO, appelé Cotsakitsa ou Imeros,Gd Spathar, marié
à ARGYRIE, fille de D. Scanavi, dont il eut trois enfants :
a. DÉMÈTRE SOUTZO, professeur, marié à Hélène, fille de Démètre
Schina, Hetman, née en 1797. Il eut un fils, CONSTANTIN SOUTZO,
Chef de Section au Ministère des Affaires Étrangères de Grèce,
mort sans postérité en 1880.
i>. JEAN SOUTZO, surnommé Doutas, Préfet en Grèce, marié à
DESPINA, née Perveli ; mort sans postérité.
c ALEXANDRE SOUTZO, mort sans postérité.
IL NICOLAS SOUTZO, successivement Grand Logothête, Grand Postelnic,
Grand Capoukéhaya et le 28 Septembre 1768 GRAND DROGMAN DE
LA SUBLIME PORTE, décapité le 29 Août 1769, soupçonné d' avoir favo-
risé l'insurrection du Péloponnèse de connivence avec les Russes.
Marié à une Chrysosculo, dont il eut huit enfants :
A. Pr.ALEXANDRE SOUTZO, né vers 1750,GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME
PORTE en 1799, PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE de 1800 à 1802. En
1802, après la fuite de son oncle, le Pr. Michel Soutzo,il fut nommé
en même temps, pendant trois mois, PRINCEDEVALACHIE.I1prit une
grande part dans les événements qui précédèrent P insurrection
grecque. Marié à EUPHROSYNE, fille du Pr. Charles Callimachi. Mort
le 18 Janvier 1821, laissant huit enfants:
a. Pr. NICOLAS SOUTZO, Grand Logothête de Moldavie, né à Con-
stantinople en 1799, se réfugia en Transylvanie en 1821.À son
retour il devint Secrétaire d'État sous l'Administration du Gé-
néral Kisseleff. Il publia en 1850 la «Statistique de Moldavie».
Marié à CATHERINE, fille de Constantin CantacuzènePashcano,
dont il eut trois enfants :
131

a. Pr. CONSTANTIN SOUTZO, dit Costica, mort à Bacau en 1890


sans postérité.
b. Pr. ALEXANDRE SOUTZO, marié à le Pssu Ghika de Trifesti.
( Voir Famille Actuelle ).
c. Psse EUPHROSYNE SOUTZO, mariée au Pr. Constantin Caradja,
fils du Pr. George Caradja ( Voir Famille Actuelle).
l>. Pr. GEORGE SOUTZO, marié à MARIE, fille d'Alexandre G. Canta-
cuzène Pachcano. Sans enfants.
c Pr.JEAN SOUTZO, Professeur à l'Université d'Athènes, né en 1803,
mort le 15 Mars 1890. Marié en 1835 à HÉLÈNE, fille du Pr. Mi-
chel SOUTZO, Prince Régnant de Valachie, décédée le 9 Avril
1868. (Voir Famille Actuelle).
cl. Pr. CHARLES SOUTZO, Général dans l'armée grecque, né à Bu-
charest en 1808, fit ses études militaires à Munich, Sous-Lieute-
nant dans l'armée grecque en 1830, Aide-de-Camp du Roi O-
thon, en 1837 Maréchal de la Cour, en 1844 Secrétaire Général
du Ministère de la Guerre, en 1853 Ministre de la Guerre, en
1864 Maréchal de la Cour sous le Roi Georges. Inspecteur Gé-
néral de l'armée grecque, mort en Mai 1887. Marié à NADINE,
fille d'Alexandre Cantacuzène. ( Voir Famille Actuelle ).
e. Pr. DÉMÈTRE SOUTZO, Colonel de Cavalerie,Commandant de Place
à Athènes, mort le 11 Février 1871; marié à ELISE, née Kru-
penski, née le 18 Janvier 1821, morte le 12 Octobre 1877. (Voir
Famille Actuelle).
f. Pss" LUCIE SOUTZO, mariée à EmmanuelArgyropoulo, fils de Luc
Argyropoulo et d'Anastasie Mourousi son épouse. Décédée peu
de temps après son mariage.
g. Pssc RALOU SOUTZO, mariée au Baron George Méïdan.
li. Pr. GRÉGOIRE SOUTZO, né en 1776, marié à Catherine, fille de
Constantin Conaky et d'Hélène, née Mano, son épouse. Compa-
gnon du Prince Ypsilanti dans sa Campagne de Moldavie en
1821. (Voir Famille Actuelle).
B. RALOU SOUTZO, mariée à George Rizo-Rangabé, Grand Postelnic
de Moldavie.
c. GEORGE SOUTZO, surnomméDragomanaki, marié à CATHERINE, fille
d'Alexandre Maurocordato. Il eut cinq enfants •:.
a. ALEXANDRE SOUTZO, Grand Camarasse du Pr. Alexandre Soutzo,
son oncle.
i>. JEAN SOUTZO, Aga du Pr. Alexandre Soutzo, marié à VICTOIRE,
née Scanavi ( Voir Famille Actuelle ).
e. SMARAGDA SOUTZO, mariée à George Vlahoutsi.
132

cl. RALOU SOUTZO.


e. DÉMÈTRE SOUTZO, Comissos, marié à la Pssc RALOU, fille du Pr.
Nicolas Mavroyéni, Prince Régnant de Valachie ; Deux fils.
a. NICOLAS SOUTZO, marié le 13 Octobre 1843 à Chrysanthe A-
xanderson, mort en 1888. (Voir Famille Actuelle).
b. GRÉGOIRE SOUTZO, marié à ATHINA, fille de Procope Benizelo,
Primat d'Athènes. Il eut deux enfants, MARIE SOUTZO et CON-
STANTIN SOUTZO, morts sans postérité.
D. SULTANE SOUTZO, mariée à Constantin Harito.
E. VICTOIRE SOUTZO, mariée à N. Ventoura.
p. HÉLÈNE Sourzo, mariée à Alexandre Soultziaroglou.
G. MARIE SOUTZO, mariée à Michel Racovitza.
H. N.N. SOUTZO, mariée à Alexandre Mourousi, fils de Démètre Mou-
rousi, Gû Postelnic et de Sultane, née Maurocordato,son épouse.
i. MELETIOS SOUTZO, Archevêque de Brousse, exilé en 1821.
III. Pr. MICHEL SOUTZO, né à Constantinople vers 1730, GRAND DROGMAN
DE LA SUBLIME PORTE en 1782, PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE de 1783
à 1785, et de 1791 à 1792, PRINCE RÉGNANTDE MOLDAVIE de 1793 à 179 5.
En 1801 nommé de nouveau au trône de la Valachie, il dut bientôt
se réfugier en Transylvanie, où il est mort en 1802. Marié à la Psse
SEVASTIE, filledu Pr. Jean Callimachi, Prince Régnant de Valachie,
dont il eut trois fils et une fille, soit :
A. Pr. JEAN SOUTZO, Grand Spathar, mentionné dans un Décret de son
père en 1784.
B. Pr. ALEXANDRE SOUTZO, GRAND DROGMANDE LA SUBLIMEPORTE en 1802,
décapité le 19 Octobre 1807, comme penchant vers la politique
française. Marié à MARIE, fille d'Eustache Lapati, Postelnic. Il eut
trois enfants :
a. Pssc SEVASTIE SOUTZO, mariéeau Général Nicolas Mavro f-
b. Pr. GRÉGOIRE SOUTZO, mort le 30 Mars 1829, sans postérité.
e. Pr. CONSTANTIN SOUTZO, Ministre des Finances en Valachie le 14
Août 1856; marié à SEVASTIE, fille de Charles Ghika, Grand Ban.
c. Pr. GRÉGOIRE SOUTZO, qui vivait encore en 1821. Marié à SEVASTIE,
née Dudesco, dont quatre enfants :
a. Pr. MICHEL SOUTZO, né à Constantinople en 1784, Secrétaire du
Grand Drogman Jean Caradja en 1812, GRAND DROGMAN DE LA
SUBLIME PORTE en 1817, PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE de 181S en
1821. Le 31 Mars de l'année dut se réfugier en Bessa-
1821 il
rabie par suite de l'expédition malheureuse du Pr. Ypsilanti,
qu'il avait secourue des forces armées de la Principauté et de
toute sa fortune privée. Arrêté en Autriche, il fut enfermé pen-
133

dant 4 ans à Goritz. Arrivé en Grèce il fut nommé Envové


Extraordinaire à Paris et plus tard à S. Petersbourg. En 1839
il rentra en Grèce et fut nommé Conseiller d'État, mais l'année
suivante il donna sa démission et rentra dans la vie privée. Mort
à Athènes le 12 Juin 18fi4. Marié à ROXANE, fille du Pr. Jean
Caradja. ( Voir Famille Actuelle ).
l>. Pr. CONSTANTIN SOUTZO, Postelnic,.marié à ROXANE, née RACO-
VITZA, dont cinq enfants:
a. Psso SEVASTIE SOUTZO, née le 1 Mars 1821, f le 11 Septembre
1845; mariée à Panayote Soutzo* : . •.
b. Psse SOPHIE SOUTZO, née en Roumanie le 30 Janvier 1830, f
à Athènes le 20 Octobre 1847.
c. Pssc SMARAGDA SOUTZO, mariée à Démètre Soutzo, fils de
George Soutzo, morte le 28 Avril 1874.
d. Pr. GRÉGOIRE SOUTZO, Sénateur en Roumanie, marié à IRÈNE,
née Hadji Moscho. (Voir Famille Actuelle).
. •
e. Pss" EUPHROSYNE SOUTZO, mariée à Pierre Mavromichali, f.
c. Pr. NICOLAS SOUTZO, Capoukéhaya, marié à M"" Filïppesco (Vvo
Nicolescu). ( Voir Famille Actuelle ).
d. Pssc AUGUSTINE SOUTZO, mariée à Jean D. Schina, Postelnic et
Capoukéhaya de Moldavie.
D. P 550MARIE SOUTZO, mariée à Jacques Argyropoulo, Gd Drogman.
IV. DÈMÈTRE SOUTZO, Commissos, quatrième fils de Constantin Draco
Soutzo, dit Kebapi ; mort en 1820. Marié à HÉLÈNE, fille de George
Rizo Neroulo, dont il eut sept enfants :
A. MICHEL SOUTZO, Consul à Salonique, mort jeune. Il avait épousé
HÉLÈNE, née Balassaki, et laissa deux enfants :
a. ANDROMAQUE SOUTZO, mariée 1° à Théodore Zografos, et 2° à M.
Pappaïoannou.
I>. CONSTANTIN SOUTZO, mort en bas âge.
B. DÉMÈTRE SOUTZO, Officier de la Légion Sacrée du Pr. Ypsilanti,tué
à la bataille de Dragatzan en 1821.
c. ALEXANDRE SOUTZO, poète satyrique, né en 1803 à Constantinople,
mort le 4 Juillet 1863 à Smyrne, sans postérité.Parmi ses oeuvres
nous noterons, le Compte Rendu ; la Circulaire; Discours au Con-
seil des Ministres ; Pétition au Président ; Ménippée ; le Porte-
feuille poétique ; la Révolution du 3 Septembre ; le Miroir de
1845 ; le Panorama de l'Assemblée Nationale; la Guerre d'Orient;
l'Exilé ; le Prodigue ; l'Errant etc.
D. PANAYOTE SOUTZO, né à Constantinople en 1806, poète dramatique,
auteur du «Voyageur», du «Messie», de P «Ode à Miaoulis» etc.
23
134

nommé en 1839 Secrétaire Général du Conseil d'État. Mort à A-


thènes le 25 Octobre 1868. Marié 1° à Florence Kopanitsa, 2° à
Sevastie Soutzo, fille de Constantin Soutzo, 3° à Marika, Csse Logo-
thête. II. eut trois enfants
du 1er lit:
a. ASPASIE SOUTZO, mariée à Jean Melissinos.
du 2e lit :
b. CONSTANTIN SOUTZO, mort jeune.
du 3e lit :
c. JEANNE SOUTZO, mariée à M. Stravopodi.
E. LUCIE SOUTZO, mariée 1° à Alexandre Dessila, 2° à George Ainian.
p. CATHERINE SOUTZO, mariée à Sp. Valetta. On a d'elle une traduction
des «Dialogues de Phocion» de Marly, publiée à Jassy,
G. EUPHROSYNE SOUTZO, mariée à Alexandre Aedypidès, Gouverneur
de Province en Grèce. ^vAoj^h^
•V. Une fille de Constantin Draco Soutzo)••^p^usaT~Ëtienne Mavroyéni,
Drogman de la Flotte.
2. DÉMÉTRASCO SOUTZO, nommé Grand Secrétaire en 1739, Grand Comissos
le 9 Février 1739.
135

FAMILLE ACTUELLE

Branche Soutzo Sauvage.


1. Fils de Démètre Soutzo, 2e fils de George Soutzo le Sauvage.
CONSTANTIN SOUTZO, né à Athènes en 1841, ancien officier de Cavalerie en
Grèce, marié 1° en 1869 à NATHALIE, fille de Pierre Mavroyeni, Ministre de
Roumanie (div. 1871 ), 2° à MARIE, née Roïlo.
Ses enfants ;
du 1er lit :
I. DÉMÈTRE SOUTZO, né à Jassy en 1870, élève à l'Ecole Militaire en
Grèce.
du 2e lit :
IL GRÉGOIRE SOUTZO.
2. Enfants d'Alexandre Soutzo, 3e fils de George Soutzo le Sauvage.
I. ALEXANDRE SOUTZO, ancien Secrétaire de Légation de Grèce, marié à
NATHALIE, fille du Pr. Jean Soutzo, ancien Ministre de Grèce.
IL MARIE SOUTZO, mariée à Oscar Barthe, ancien officier dans la Marine
Française.
Branche Aleco - Voda Soutzo.
1. Enfants du Pr. Nicolas Soutzo, fils aîné du Prince Alexandre Soutzo.
I. Pr. ALEXANDRE SOUTZO, marié l°à la Pssc Ghika (de Trefesti) f, 2° à
Ses enfants ;
du 1er lit :
A. NATHALIE SOUTZO.
B. MARIE SOUTZO, décédée.
c. EUPHROSYNE SOUTZO, mariée au Cap. Costesco Nelo. Décédée.
du 2e lit:
D. NICOLAS SOUTZO, Ingénieur, marié à une fille d'Alexandre Catargi.
E. EMILE SOUTZO, Ingénieur, marié 1° à Sonta, fille de George de
Bozlad ( div. ) 2e à une Dllc Urascu.
IL Pssc EUPHROSYNE SOUTZO, mariée au Pr. Constantin Caradja, fils du
Pr. George Caradja, décédé.
2. Enfants de Jean Soutzo, Profeseur à l'Université, 3e fils du Prince
Alexandre Soutzo.
I. ROXANE SOUTZO, mariée à Georges Cozaki Typaldo, ancien Secrétaire
de Légation et Député.
23*

136

II. EUPHROSYNE SOUTZO, mariée à Démètre J. M. Soutzo, ancien Attaché


de Légation.
3. Enfants de Charles Soutzo, Général de Division, 4e fils du Prince
Alexandre Soutzo.
I. ALEXANDRE SOUTZO, Colonel de Cavalerie de l'armée grecque, né le 1
Janvier 1836.
IL .DÉMÈTRE SOUTZO, Ingénieur de lr<! classe au service du Gouvernement
Grec, ancien Maire de la ville d'Athènes, marié 1° àEuPROSYNE, fille
de Jean Mavro,.f le. 29 Juin 1877,.2" à OLYMPIE, née Meletopoulo.
Ses enfants du 2e lit :
A. CHARLES SOUTZO, né le 29 Août 1882.
B. ELPIS SOUTZO, née le 30 Septembre 1883.
c. NICOLAS SOUTZO, né le 2 Avril 1885.
D. MARIANNE SOUTZO, née le 28 Novembre 1887.
III. ELISE SOUTZO, décédée le 9 Janvier 1877.
IV. HÉLÈNE SOUTZO, décédée.
V. EUPHROSYNE SOUTZO, décédée.
VI. SOPHIE SOUTZO, décédée.
4. Enfants de Démètre Soutzo, Colonel de Cavalerie, 5e fils du Prince
Alexandre Soutzo:
I. CATHERINE SOUTZO, mariée au Chevalier de Strautz, Consul G1 d'Au-
triche à Jérusalem.
IL MARIE SOUTZO, née en 1845, décédée le 17 Octobre 1862.
III. EUPHROSYNE SOUTZO, née en 1850, mariée à Pierre de Kartchewsky,
Consul G' de Russie à Marseille.
IV. NATHALIE SOUTZO, née le Ie1' Avril 1852, décédée le 15 Mai 1852.
V. ALEXANDRE SOUTZO, né le, 11 Mai 1855, Chef d' Escadrons dans la
Cavalerie Grecque, marié à SOPHIE, fille de Nicolas Maurocordato,
Ministre de Grèce.
Leurs enfants :
A. HÉLÈNE SOUTZO, née le 30 Janvier 1886.
B. ELISE SOUTZO, née le 28 Octobre 1888.
c. IRÈNE Soutzo, née le 6 Octobre 1890.
5. Enfants de Grégoire Soutzo, fils cadet du Prince Alexandre Soutzo.
I. ALEXANDRE SOUTZO, marié .CI...ÎLUCÀ^ XUCJIIAÊ^I
II. MICHEL SOUTZO, marié à Zoé D. Mourousi.
III. NICOLAS SOUTZO, marié à Nathalie, fille de Nicolas Maurocordato.
fleurs enfants :
A. DÉA SOUTZO.
B. GRÉGOIRE SOUTZO.
137

c. GISÈLE SOUTZO.
IV. GRÉGOIRE SOUTZO, marié à HÉLÈNE, fille de Constantin Soutzo, petite-
fille du Prince Michel-Voda Soutzo (div. ).
Enfants :
A. CONSTANTIN SOUTZO.
B. CATHERINE SOUTZO.
c. GEORGE SOUTZO.
Branche Soutzo Dragomanaki (frère d'Aleco^-Voda).
1. Enfants de Jean Soutzo, Aga, et de Victoire Scanavi, son épouse.
I. ALEXANDRE SOUTZO, Chef de Section au Ministère des Affaires Étran-
gères de Grèce, mort en1869.
II. NICOLAS SOUTZO, né à Con/ple en 1823, Colonel du Génie dans l'armée
grecque, Député, décédé à Athènes le H Décembre 1884. Marié le 13
Février 1 848 à ANNICA, fille de Nicolas Soutzo.
III. GEORGES SOUTZO, Colonel du Génie dans l'armée grecque, né à Odessa
en 1824, marié à PÉNÉLOPE, née Hatériadès.
Leurs enfants :
A. ALEXANDRE SOUTZO, Consul de Grèce, né en 1857.
B. CONSTANTIN SOUTZO, Avocat, né en 1859.
c. NICOLAS SOUTZO, né en 1864.
D. HÉLÈNE SOUTZO, née en 1875.
E. PÉRICLÈS SOUTZO, né en 1876.
IV. PÉRICLÈS SOUTZO, Médecin en Chef de l'armée grecque, né le 30 0-
ctobre 1829, marié à HÉLÈNE, fille de Georges Ralli, Professeur à
P Université et Ministre en Grèce.
; Leurs enfants :
A. ELISE SOUTZO, ancienne Demoiselle d'Honneur de S. A. R. la
Princesse Royale de Grèce, mariée le 2 Juin 1891 au Marquis
de Prat de Nantouillet, Ministre d'Espagne à. Athènes.
B. CATHERINE SOUTZO, mariée à Emmanuel Camara, banquier;
c VICTOIRE SOUTZO.
. , ......
D. MARIE SOUTZO.
E. NICOLAS SOUTZO, décédé.
V. CLÉOPATRE SOUTZO, mariée à Démètre Drossos, décédée.
2. Enfants de Nicolas Soutzo, fils de Démètre Soutzo, Comissos.
I. DÉMÈTRE SOUTZO, né le 31 Juillet 1844, marié à ASPASIE, née Mavro-
mati ( ci-devant Proko ), décédée le 31 Juillet 1886.
Leurs enfants :
A. NICOLAS SOUTZO, né le 15 Juillet 1881.
B. CHBYSANTHE SOUTZO, née le 13 Octobre 1882.
138

II. MASSINCA SOUTZO, décédée.


III. CHARICLÉE SOUTZO, décédée.
IV. ALEXANDRE SOUTZO, né en 1847.
V. HÉLÈNE SOUTZO, née en 1849.
Branche Mihal-Voda Soutzo.
1. Enfants du Pr. Michel Soutzo, Prince Régnant de Valachie.
I. Pr. JEAN SOUTZO, ancien Ministre de Grèce à S. Petersbourg, né le 30
Août 1813, marié à CATHERINE, née d'Obrescoff, décédée le 8 Avrill874.
Leurs enfants :
A. MICHEL SOUTZO, mort à l'âge de 11 ans à S. Petersbourg.
B. NATHALIE mariée en 1865 à Alexandre A. Soutzo,
SOUTZO,
ancien Secrétaire de Légation.
c. DÉMÈTRE SOUTZO, né en 1849, ancien Attaché de Légation, ma-
rié à Euphrosyne, fille de Jean Soutzo, professeur à l'Univer-
sité d'Athènes.
D. ROXA.VE SOUTZO, née en 1852, mariée à Marc Caradja, Comman-
dant d'Artillerie, mort le 27 Octobre 1885.
E. HÉLÈNE SOUTZO, née en 1854, mariée à Alexandre Argyropoulo,
Commandant d'Artillerie.
IL Pr. GRÉGOIRE SOUTZO.
Sa fille :
pssc MATHILDE SOUTZO.
III. Pr. GEORGE SOUTZO, marié à HÉLÈNE, fille d' Alexandre Stourza.
Leurs enfants :
A. Pr. GEORGE SOUTZO, Lieutenant de Cavalerie en Roumanie, né
le 16 Janvier 1862, marié à Mllc Et. Grecéano.
B. Pssc HÉLÈNE SOUTZO.
c. Pssc MARGUERITE SOUTZO.
D. Pssc MARIE SOUTZO.
IV. Pr. CONSTANTIN SouTzo-Dudesco, Capitaine de Frégate dans la Marine
grecque. Sorti de l'Ecole Navale de Brest, il a fait l'expédition de S.
Jean d'Ulloa avec le grade d'Enseigne au service français, marié à
CATHERINE, née Mihalesco.
lueurs enfants :
A. Pss 0 MARIE SOUTZO, mariée à Ernest Edmond Goodwin.
B. Pr. GEORGE SOUTZO, mort en bas âge.
o. Pssc HÉLÈNE SOUTZO, mariée 1 ° à Grégoire G. SOUTZO, 2° à Louis
Blanc, architecte.
D. Pr. JEAN SOUTZO, Ingénieur, né à Ulmeni (Roumanie) le 21
Juillet 1856, marié à Zoé Grecéano.
139

I^eur fille :
Psse HÉLÈNE SOUTZO, née à Ulmeni le 4 Août 1884.
E. Pssc SOPHIE SOUTZO, mariée au Colonel J. Mano, fils du Général
George MaiiOj ancien Premier Ministre de Roumanie (div. ).
F. Psse CONSTANCE SOUTZO, décédée en 1890.
G. Pssc PAULINE SOUTZO, mariée à Michel Pyrrhus Vlahoutzi.
H. Pr. MICHEL SOUTZO, mort
en bas âge.
i. Psso NADINE SOUTZO, mariée à M. Fundatzeano ( div. ).
K. Pr. CHARLES SOUTZO, mort en bas âge.
VI. RALOU SOUTZO, mariée à Pierre Papparigopoulo, Professeur à l'Uni-
versité d'Athènes, décédé le 27 Février 1891.
V. HÉLÈNE SOUTZO, née le 17 Août 1818, décédée le 29 Août 1879, mariée
à Jean Soutzo, fils dn Prince Alexandre Soutzo, Professeur à l'Uni-
versité d'Athènes.
VIL MARIE SOUTZO, mariée à Constantin Zographos, ancien Ministre à S.
Petersbourg f.
2. Fils de Constantin Soutzo, frère du Prince Michel Soutzo.
Pr. GRÉGOIRE SOUTZO, Sénateur, marié à IRÈNE, née Hadji Moscho,
décédée à Bucarest le 28 Septembre 1891.
3. Enfants de Nicolas Soutzo, frère du, Prince Michel Soutzo.
I. MICHEL SOUTZO, Officier du Génie dans l'armée grecque, mort sans '
postérité.
IL JEAN SOUTZO, Officier d'Artillerie dans l'armée grecque. Mort sans
postérité.
III. ALEXANDRE SOUTZO, marié à MARIE, née Obedeano.
Leurs enfants :
A. GRÉGOIRE SOUTZO.
B. ALINE SOUTZO, mariée à M. de Werbrouck.
c. ELISE SOUTZO..
D. EUGÉNIE SOUTZO, mariée à Sir Betzold.
IV. OTHON SOUTZO, marié à CONSTANCE, née Contourato.
Leurs enfants :
A. NICOLAS-OTHON SOUTZO, né à Bucarest le 5 Juillet 1858, marié
le 16 Novembre 1889 à Marie, née D. Bermden, née le 23
Mars 1870.
lueurs fils :
JEAN-NICOLAS-OTHON SOUTZO, né le 27 Août 1890.
B. ETIENNE SOUTZO, né le 12 Mars 1860, Inspecteur de Police de
1ro classe, marié à MARIE, née A. Floresco.
c. DÉMÈTRE SOUTZO.
140

D. GRÉGOIRE SOUTZO.
E. VLADIMIR SOUTZO.
.
P. HÉLÈNE SOUTZO.
V. CONSTANTIN SOUTZO, mort sans postérité.
VI. ELISE SOUTZO, mariée à Charles Ghika, fils du Pr. Grégoire Ghika,
Prince Régnant de Valachie en 1822-8.
VIL NATHALIE SOUTZO, décédée.
VIII. ANNICA SOUTZO, mariée à Nicolas Soutzo, fils de Jean Soutzo, Aga.
STOURDZA
FAMILLE STOURDZA

NOTICE HISTORIQUE

Vieille famille valaque descendant de JON VLAD TOURZO OU STOURDZA, HO-


SPODAR de Transylvanie en 1432, Duc d'Almassu et de Fagarassu, (Voir «La
Romanie, ou histoire, langue, littérature, orographie et statistique des peuples de
la Langue d'or, Ardiliens, Valaques et Moldaves, résumés sous le nom de Romans,
par Vaillant, 1844». Son fils, BALITZA STOURDZA, épousait en 1494 une dame nom-
mée Semina. (Voir les Documents d'Etienne le Grand). Ils eurent deux enfants :
MARIE STOURDZA et PHILIPPE STOURDZA. Celui-ci laissa deux fils :
FÉTU ( ou Théodore ) STOURDZA, sans postérité, et JEAN STOURDZA, Het-
man, qui épousa une Princesse Neaçhsa Huhulei.
Ils eurent un fils, DÉMÈTRE STOURDZA, qui fut Vestiar de Moldavie et qui
eut trois enfants :
BASILE STOURDZA, dont la fille, THÉODOSIA STOURDZA, épousa Démètre
Corbeano.
BARBO STOURDZA, Cneaz, sans postérité.
MATTHIEU STOURDZA, Grand Vestiar de Moldavie, marié à une soeur du
Prince George Etienne Voda. Ils eurent sept enfants :
1. VASILCA STOURDZA, mort sans enfants.
2. ALEXANDRA STOURDZA, mariée à Préda Paladi, Armasse.
3. ÊLIE STOURDZA, Stolnic de Moldavie, marié à Safta, fille du Prince Petre-
tzeïco de Moldavie. Le Prince de Transylvanie, Michel Apafi, donna à
Élie Stourdza le 28 Février 1679 les armoiries que portent actuellement
ses descendants. Élie Stourdza laissa une fille, MARIE STOURDZA.
4. THÉODORE STOURDZA, Grand Spathar de Transylvanie, sans postérité.
5. MARIE STOURDZA, mariée au Pr. Grégoire Ghika, Prince Régnant de Mol-
davie de 1662 à 1672.
6. SAPTA ou CASSANDRA STOURDZA, mariée à Grégoire Habasesco.
• 7. GYRIAQUE STOURDZA, Paharnic, dont descendent toutes les branches
actuelles de cette famille. Il épousa Anitsa Prajasco et eut sept enfants :
I. JON STOURDZA, Sulger, eut sept enfants :
24»
142

A. BARBO STOURDZA, Sterpo, sans postérité.


B. CATHERINE STOURDZA, mariée à Jon Bogdan.
c. SOSTE STOURDZA, marié à Angutsa, fille de Catargi, Sterpo. Sans
postérité.
D. ANASTASIE STOURDZA, devenue religieuse et nommée Nathalie.
E. MARIE STOURDZA, mariée à un Clucer.
p. MICHEL STOURDZA, marié à la fille d'Élie Costachi. Il eut trois
enfants :
a. GEORGES STOURDZA, marié 1 " à une Paladi, 2° à Catherine
Il eut un fils, CONSTANTIN STOURDZA, marié à Marie, fille de
Cherban Cananao, dont il eut deux enfants :
a. GEORGES STOURDZA, Vornic, marié 1° à Cassandra, fille de
i .v Grégoire Ghika, Gd Postelnic de Moldavie, 2" à Smaragda,
-fille de Jon Paladi, Vornic. (Voir Famille Actuelle).
b. BÀLASSA: STOURDZA, mariée à Etienne Catargi de Dobreni,
Vornic.
Ij. PARASICEVIE STOURDZA, mariée à Thomas Diamandi, Ban.
c. SMARAGDA STOURDZA, mariée à Costachesco Dudeano.
G. SANDU STOURDZA, Logothête, marie à Safta, fille de Théodore Pa-

.
ladi, Visternic. Ils eurent: six enfants:
.
a. JON STOURDZA, Logothête', marié à Eudocie, fille d'Andronic
Caliarchi FlorescorVisternic. Ils eurent cinq enfants :
a. GEORGES STOURDZA, Logothête, marié à Hélène Rosetti,
,
dont il eut cinq enfants, qui ne laissèrent pas de postérité,
soit :
a. SAPTA STOURDZA, mariée à Grégoire Crupenski, Aga.
b. SMARAGDA' STOURDZA, mariée à Manuel Miclesco.
.-.'' c. SAFTA STOURDZA, mariée à Matthieu Raslicano, Spathar
d. GEORGES STOURDZA, Vornic, marié -1" à Catherine, fille
de Constantin Cantacuzène, 2° à Elise, fille de'Docsaki
Hurmuzaki ( de Dulcesti); mort sans enfants.
e. LASCAR STOURDZA^ Hetman, marié à Zoé, fille de Nico-
las Balsche; sans enfants.
: b. ZOÉ STOURDZA, mariée à Jean Callimachi, Paharnic.
c. DÉMÈTRE STOURDZA, Logothête, Ministre de Commerce et
des Travaux Publics après le Prince Couza et sous le
Prince Hohenzollern, marié 1;'à Sultane, fille de Nicolas
Ventura, Postelnic, 2" à Hélène, fille de Théodore Balsche,
Losothète. Origine de la branche Miclauseni. Démètre
Stourdza laissa huit enfants, soit:
143

du 1er lit: ';....'.


a. SAFTA STOURDZA, mariée à Etienne Stourdza, Spathar.
b. ROXANDRE STOURDZA, mariée à Georges Stourdza,
Hetman.
du 2e lit : ' ;'
.
c. THÉODORE STOURDZA, Logothête de Gioseni, marié à
Safta, fille de Constantin: Talpan, sans enfants.
d. CONSTANTIN STOURDZA, Vornic, marié à Agrippine, fille
de Basile Rosetti, Logothête. ( Voir Famille Actuelle).
e. ZoÉ STOURDZA, mariée ; à Drakaki Rosetti, Vornic.

g.
Logothête. •:.-.'
f. PULCHÉRIE: STOURDZA, mariée:à

CATHERINE STOURDZA,
Nicolas Cantacuzène,

mariée à Georges Rosetti-


Solesco, Postelnic.
.
h. ALEXANDRE STOURDZA, marié à Catherine, fille de Con-
stantin Stourdza de Ruginvasa, Logothête. (Voir Fa-
mille Actuelle).
d. SANDU STOURDZA, Spathar, qui sur son lit de mort devint
moine et fut nommé Sava.
e. CATHERINE STOURDZA, mariée, à Démètre Stourdza.
l>. DÉMÈTRE STOURDZA, Logothête, marié à la Pssc ROXANDRE, fille
du Pr. Grégoire Ghika. 1-1 eut cinq enfants :
a. CHARLES STOURDZA, boyard de Moldavie sous le Prince
Mourousi; il passa ensuite au service de la Russie, après
le traité de Jassy du 29 Décembre 1791, et il y fut nommé
Général, Conseiller d'État et Gouverneur de la Bessarabie.
Mort en 1816. Il avait épousé la PSs" Sultane, fille du Pr.
Constantin Mourousi, Prince Régnant de Moldavie, décé-
dée le 8 Mars 1839. Il eut cinq enfants :
a ALEXANDRE STOURDZA, né à Jassy le 18 Novembre 1791,
Diplomate et Conseiller d'État en Russie, auteur d'un
grand nombre d'ouvrages sur l'église orthodoxe et un
des plus zélés -promoteurs de l'indépendance grecque.
Il avait épousé i" en 1816 une noble demoiselle russe,
Hélène morte en 18.17, 2" en 1819 Elisabeth,
,
fille du Dr Huiland, Médecin du Roi de Prusse. Mort
le 13 Juin 1854, laissant une fille, MARIE STOURDZA,
née en 1320, mariée en 1811 au Pr. Eugène Gagarine,
morte le 13 Juin 1854.
b ROXANDRE STOURDA, née à Constantinople en 1786, De-
moiselle d'Honneur de l'Impératrice de Russie, mariée
144

au Général Comte Edling, morte à Odessa en 1844.


c. CONSTANTIN STOURDZA, mort en bas âge.
d. SMARAGDA STOURDZA, morte en bas âge.
e. HÉLÈNE STOURDZA, morte en bas âge.
b. ZOÉ STOURDZA, mariée à Manuel Brancovan, Ban.
c. SMARAGDA STOURDZA, mariée à Nicolas Philipesco.
d. MARIE STOURDZA, mariée au Pr. Démètre Maurocordato.
e. GRÉGOIRE STOURDZA, Logothête, marié à la Pssc Marie, fille
du Pr. Grégoire Callimachi, Prince Régnant de Moldavie.
Ils eurent trois enfants :
a. HÉLÈNE STOURDZA, mariée 1° à Alexandre Ghika, Lo-
gothête. Leur fils, Grégoire, fut Prince Régnant de
Moldavie en 1849. au Général Harting.

b. ROXANDRE STOURDZA, mariée 1" à Georges Balsche,
Hetman, 2" à Pierre Mavroyeni, Vornic.
c. Pr. MICHEL STOURDZA, né à Jassy en 1795, nommée,
PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE en 1834 jusqu'en 1849,
mort à Bade en 1885, marié 1" à Safta, fille de Basile
Rosetti, Logothête, 2° à la Pssc Smaragda, fille du Pr.
Etienne Vogoridès. ( Voir Famille Actuelle ).
c CONSTANTIN STOURDZA, Vornic, troisième fils du Logothête
Sandu, marié à Marie, fille de Constantin Razo. Ils eurent 4
filles : '
a. THÉODOSIE STOURDZA, mariée à Constantin Balsche, Vornic.
b. HÉLÈNE STOURDZA, mariée à Basile Neculcea.
c. SAFTA STOURDZA, mariée à Manuel Conaki, Vornic.
d. CATHERINE STOURDZA,mariée à Michel Stourdza, Logothête.
d. ETIENNE STOURDZA, Logothête, marié à Roxandre Mamona,
dont il eut un fils :
SANDU STOURDZA, Vistiernic, marié à la Psse Catherine, fille
du Pr. Constantin Mourousi. Mort le 7 Janvier 1758 lais-
sant deux enfants :
a. SMARAGDA STOURDZA, mariée à Alexandre Balsche de Dum-
braveni.
b. CONSTANTIN STOURDZA de Ruginvasa, Logothête, marié 1"
à Hélène, fille de Georges Cantacuzène Pashcano, 2° à
Marie, fille de Démètre Ghika. (Voir Famille Actuelle).
e. CATHERINE STOURDZA, mariée à Lupu Bogdan.
f. MARIE STOURDZA, mariée à André Rosetti, Logothête.
IL MARIE STOURDZA, fille ainée du Paharnic Cyriaque, mariée à Jon
Buhus, Logothête.
145

III. ANGELUSSA STOURDZA, mariée à Grégoire Jorga.


IV. SAFTA STOURDZA, mariée à Matthieu Philipesco.
V. ANASTASIE STOURDZA, mariée à Manuel Chrysoverghi.
VI. SANDU STOURDZA, Grand Cupariu, qui eut quatre fils :
A. BASILE STOURDZA, marié à la fille de Solomon Costaki, dont il eut
six enfants :
a. SOLOMON STOURDZA, mort sans postérité.
t>. SANDU STOURDZA, Spathar, marié à Marie Bogdan. Six enfants:
a. HÉLÈNE STOURDZA,mariée à Etienne Costandaclu, Baharnic.
b. EUPHROSYNE STOURDZA, mariée à Constantin Aslan, Vornic.
c. BALASSA STOURDZA, mariée à Cherbàn Cananao.
d. DÉMÈTRE STOURDZA, Spathar, marié à Catherine, fille de
Jon Stourdza, Logothête, dont il eut quatre enfants :
a. PIERRE STOURDZA, marié à Marie, fille de Démètre Ghika.
( Voir Famille Actuelle ).
b. VOCHIUSA STOURDZA, mariée à Michel Emandi, Postelnic.
c. MARIE STOURDZA, mariée à Démètre Rashcano.
d. ANASTASIE STOURDZA,mariée à Constantin Jorga, Hetman.
e. Pr. JON STOURDZA, PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE de 1823
à 1828, marié à Catherine, fille de N. Rosetti, Logothête.
11 laissa cinq enfant:

a. Pr. NICOLAS STOURDZA, marié à Marie, fille de Démètre


Ghika. Il eut trois filles ; la Pss" CATHERINE STOURDZA,
née en 1826, morte en 1891, mariée au Pr. Constantin
Mourousi, Gentilhomme de la Chambre de l'Empereur
de Russie ; la P55e ZOÉ STOURDZA, mariée à JEAN CAN-
TACUZÈNE ; la Psse PULCHÉRIE STOURDZA, mariée à M. de
Keschko (mère de la Reine Nathalie de Serbie), décédée.
b. Pr. GEORGES STOURDZA, marié à Hélène, fille de Georges
Catargi. Il eut deux fils; le Pr. GEORGES STOURDZA et le
Pr. GRÉGOIRE STOURDZA ( Pastravanu), morts tous deux
sans postérité.
c. Pr. ALEXANDRE mort sans postérité.
STOURDZA,
d. Pr. CONSTANTINSTOURDZA, mort célibataire en 1867.
e. Pssc HÉLÈNE STOURDZA, mariée 1° au Pr. Grégoire Ghika X,
Prince Régnant de Moldavie en1849, 2° à Alexandre
Balsche.
/l MANUEL STOURDZA, devenu Moine.
c MARIE STOURDZA, fille ainée de Basile, mariée à Prajesco.
<l. CATHERINE STOURDZA.
146

e. CONSTANTIN STOURDZA,: •Spathar^ marié à Catherine Cantacu-


zène, dont:il eut quatre enfants :. .
,'•'"

-,;:
fille de Démè-
•1.:-:-^..\-EffflNNEV:STb'URDZA',/SpatJ.iar,:'maH'êàSafta,

- :tre STOURDZA, Logothète\, avec laquelle il eut trois enfants:


- :. : ; ;a. ALEXANDRE. STOURDZA, Vornic, marié a Smaragda, fille
de Nicolas Constandacki. (Voir Famille Actuelle)
b. ROXANDRE STOURDZA,mariée à Panayote Catargi,Spathar.
.. ,:
• j v :.; ( ? c.'ELISABETH
STOURDZA, Religieuse.
,:'&;.•..JON STOURDZA, marié à-Ilinca Gostandacki, sans postérité.
;.
;:..-:• :ç.-. CONSTANTIN STOURDZA, Postelnic, surnommé Salomon,
j :,- marié à Ralou, fille de Charles Mano, Logothête, dont il
'-.:"' :'. yent six enfants:: :v '•' ;
:; a.: SAFTA STOURDZA,
mariée à Jean Ralet.
b;. .CATHERINE STOURDZA, Religieuse,

c. ELISABETH STOURDZA,-Religieuse.
:: ; d; CHARLES STOURDZA, marié à Smaragda, fille de Jon Pa-
ladi. (¥ôir Famille Actuelle).
:.".e. BASILE STOURDZA, Caïmakaim Pr. Président de la Cour
-.: de.Cassation, mort en 1873 • marié 1" à Catherine, fille
de: Lupu .Balsche, 2° à Zulnie, fille de Pierre Negri,
Grande Maîtresse de la Reine de Roumanie. ( Voir Fa-
mille Actuelle).
f, Pr. CONSTANTIN STOURDZA, mort sans postérité.
^.HÉLÈNE STOURDZA, mariée à
Miclescu. '

t*. ALEXANDRE STOURDZA, marié à une Cocea, sans postérité.
ALEXANDRE STOURDZA,deuxième fils du GdCupariu Sandu Stourdza,
: B.
eut trois enfants :
a. PARASKEVIE STOURDZA.
Ix MARIE STOURDZA, mariée à un Callimachi.
c SANDU STOURDZA, Stolnic, marié à Catherine, fille de Grégoire
Arghyri, dont il eut deux enfants :'
a. JONITSA STOURDZA, Caminar, marié à Catherine, fille de
Manuel Conacki, Vornic, sans postérité.
b. SAFTA STOURDZA, mariée à Nicolas Balsche.
c ELIE STOURDZA, Sulger, eut un fils :
MICHEL STOURDZA, Logothête,-marié à Catherine, fille de Con-
stantin Stourdza, Vornic. Ils eurent trois enfants :
a. CONSTANTIN STOURDZA, marié à Catherine, fille de Constantin
Ghika de Comanesti et de Deleni, Logothête. Ils eurent deux
enfants :
a. SMARAGDA STOURDZA, mariée à Alexandre Balsche.
147

b. HÉLÈNE STOURDZA, mariée au Pr. Alexandre Mourousi,


mort à S. Peterbourg en 1880.
I». JON STOURDZA,Brigadier, sans postérité.
e. ALEXANDRE STOURDZA, Vistiernic, marié à Hélène, fille de
Démètre Ghika de Comanesti, Vistiernic. Ils eurent deux
enfants :
a. ALEXANDRE STOURDZA,de Helestieni.(Voir FamilleActuelle).
b. OLGA STOURDZA, mariée au Pr. Obolensky.
D. GEORGES STOURDZA, qui eut un fils :
JONITSA STOURDZA, mort sans postérité.
VIL THÉODORE STOURDZA, fils cadet du Paharnic Cyriaque Stourdza, laissa
un enfant :
MATTHIEU STOURDZA, Camarasse, mort sans postérité.
148

FAMILLE ACTUELLE

Enfants de Georges Stourdza, Vornic, et de 1° Cassandra Ghika, 2° Sma-


ragda Paladi.
.
du 1er lit:
1. GRÉGOIRE STOURDZA, marié à Olga, fille de Nicolas Rosetti de Calugara.
Enfants :
I. NICOLAS STOURDZA, décédé.
IL ADÈLE STOURDZA.
III. MARIE STOURDZA.
IV. GRÉGOIRE STOURDZA.
2. CATHERINE STOURDZA, mariée à Donici, décédée.
3. CONSTANTIN STOURDZA, décédé.
du 2e lit :
4. MILTIADE STOURDZA, marié à Hélène, fille de Pavel Stoïanovici, décédé.
Sa fille :
ASPASIE STOURDZA.
5. ALEXANDRE STOURDZA, décédé.
Enfants de Constantin Stourdza, Vomie, et d'Agrippine, née Rosetti,
son épouse.
1. JON STOURDZA, mort en bas âge.
2. CLÉOPATRE STOURDZA, mariée à Jon Paladi, dé cédée.
3. DÉMÈTRE STOURDZA, marié à Elise, fille de Théodore Ghika de Deleni,
décédée.
Leurs filles :
I. HÉLÈNE STOURDZA.
IL EMMA STOURDZA.
III. HENRIETTE STOURDZA.
4. MARIE STOURDZA, mariée à Jon Costachi Latescu (Boldur ).
5. ESMERALDA STOURDZA, mariée à Jon Ventoura.
6. ANNA STOURDZA, mariée à Georges Negruzzi.
7. OLGA STOURDZA, mariée à Jean Duca.
Enfants d'Alexandre Stourdza de Miclauseni, Vomie, et de Catherine,
née Stourdza, son épouse.
1. DÉMÈTRE STOURDZA, Sénateur, ancien Ministre, Secrétaire Général de
l'Académie roumaine, marié à Zoé, fille de Jean Cantacuzène.
Leur fils :
ALEXANDRE STOURDZA.
149

2. HÉLÈNE STOURDZA,mariée 1° à Basile Beldiman, 2°


au Pr. Georges M. Soutzo.
3. ZOÉ STOURDZA, mariée à Démètre Balsche de Dumbraveni.
4. MATTHIEU STOURDZA, mort le 15 Mars 1870.
5. GEORGES STOURDZA, marié en 1868 à la Psse Marie, fille du Pr. Jon Ghika.
Leur fille :
CATHERINE STOURDZA.
6. ROXANDRA STOURDZA, mariée à Alexandre Balsche d'Adjud, décédé.
Enfants du Pr. Michel Stourdza, Prince Régnant de Moldavie, et de
1° Safta Rosetti, 2° Smaragda Vogoridés.
du 1er lit :
1. Pr. DÉMÈTRE STOURDZA, marié à Catherine, fille d'Alexandre Stourdza de
Berlad.
2. Pr. GRÉGOIRE STOURDZA,né à Jassy en 1821, Membre de l'Assemblée Mol-
dave, Orateur, servit dans l'armée turque et fut nommé en 1853 Pacha
turc sous le nom de Muhlis-Pacha, marié .1° à Olga, fille de Michel Ghika,
2° à Catherine Turculetz.
Enfants ; dulit : 1er
I. Pr. DÉMÈTRE STOURDZA, mort en 1872.
IL Pssc HÉLÈNE STOURDZA, mariée à Michel A. STOURDZA, Sénateur, décédée.
III. Pssc OLGA STOURDZA, mariée à Manuel Conaki Vogoridés, décédée.
du 2e lit :
3. Pr. MICHEL STOURDZA, mort en bas âge.
4. P,sc MARIE STOURDZA, mariée au Pr. Constantin A. Gortchakofï, Ministre
de Russie ( div. ).
Enfants de Constantin Stourdza de Ruginvasa, Logothête, et de 1" Hélène
Cantacuzène Pashcano, 2° Marie Ghika.
du 1er lit :
1. CATHERINE mariée à Alexandre Stourdza de Miclauseni.
STOURDZA,
2. SEVASTIE STOURDZA, mariée à Démètre Buhus, décédée.
3. ALEXANDRE STOURDZA, marié à Marie, fille de Jean Soutzo, décédé.
Ses enfants :
I. ALEXANDRE STOURDZA. •
IL CHARLES STOURDZA.
III. OLGA STOURDZA.
4. GEORGES STOURDZA, Major, décédé.
du 2° lit :
5. OLGA STOURDZA, décédée.
6. ELISE STOURDZA, mariée à Sackelaridis, ancien Consul Général de Grèce
à Jassy.
25*
150

Enfants de Pierre Stourdza et de Catherine, née Balsche, son épouse.


1. THÉODOSIE STOURDZA, mariée à J. Giurgea, décédée.
2. CONSTANTIN STOURDZA. marié à une fille de Jean Miclescu, décédé.
Enfants :
I. JEAN STOURDZA.
II. NICOLAS STOURDZA.
III. CATHERINE STOURDZA, mariée à Constantin Miclescu,
IV. CONSTANTIN STOURDZA.
3. BARBO
- DÉMÈTRE STOURDZA, marié à Catherine Obréano, décédé.
Sa fille :
ADÈLE. STOURDZA, mariée au Pr. Alexandre Mourousi de Pekia.
4. SANDU STOURDZA, marié à Roxandre, fille de Georges Rosetti, décédé.
.
Enfants :
I. PIERRE STOURDZA.
II. GEORGES STOURDZA.
III. DÉMÈTRE STOURDZA.
IV. LASCAR STOURDZA.
V. PANAYOTE STOURDZA.
VI. THÉODORE STOURDZA.
VIL SANDU STOURDZA.
VIII. PULCHÉRIE STOURDZA.
IX. ROXANDRE STOURDZA.
X. THÉODORE STOURDZA.
5. JON STOURDZA, marié 1" à Pulchérie, fille de Michel Jamandi, et 2° à une
fille de Théodore Aslan. Décédé.
Son fils, du 1er lit:
PIERRE STOURDZA.
6. THÉODORE STOURDZA.
Enfants d'Alexandre Stourdza, Vomie, et de Smaragda, née Constandald,
son épouse.
1. CATHERINE STOURDZA, mariée au Pr. Démètre Stourdza.
2. MARIE STOURDZA, mariée à Manuel C Epureanu, décédée.
3. ETIENNE STOURDZA, marié 1" à Anastasie Jamandis 2° à Joséphine, fille de
Constantin Negri.
Enfants du 2e lit :
I. NICOLAS STOURDZA.
II. ALEXANDRE STOURDZA.
4. JEAN STOURDZA, ancien Député, Avocat.
O.MICHEL STOURDZA, ancien Officier, Sénateur, marié 1° à Hélène, fille du
Pr. Grégoire Stourdza, 2" à Pulchérie, fille de Démètre Rosetti.
151

6. DÉMÈTRE STOURDZA, Député.


Enfants de Charles Stourdza et de Smaragda, née Paladi, son épouse.
1. CONSTANTIN STOURDZA, marié à Elise, née Miclescu (Tacuta).
Enfants
I. GEORGES STOURDZA.
IL CHARLES STOURDZA.
2. JON STOURDZA, mort en bas âge.
3. HÉLÈNE STOURDZA, mariée 1° au Dr Varnav, 2° au Général Georges Adrian.
Fnfants de Basile Stourdza et de 1° Catherine Balsche,
2" Sa veuve :
ZULNIB STOURDZA, née Negri, Gde Maitresse dé la Reine de Roumanie.
Enfants ; du 1er lit : .
1. OLGA STOURDZA, mariée à André Spiru, décédée.
2. ERNEST STOURDZA, marié à Elise, fille de Grégoire Rosetti.
Leurs enfants :
I. ADRIEN STOURDZA.
IL BASILE STOURDZA.
III. HENRIETTE STOURDZA.
3. EMMA STOURDZA. mariée à Démètre Donici, décédée.
4. EUGÉNIE STOURDZA, décédée.
5. MARIE STOURDZA, mariée 1" à Alexandre, fils adoptif du Pr. Constantin
Stourdza, 2" à Constantin Aslan.
6. BASILE, STOURDZA, décédé.
7. EMILE STOURDZA, marié à Pulchérie Paladi, décédé.
du 2e lit :
8. RODOLPHE STOURDZA, Consul Général de Roumanie à Constantinople.
9. CONSTANTIN STOURDZA, Ingénieur.
Enfants d'Alexandre Stourdza de Heleshtieni.
1. MICHEL STOURDZA.
2. MARIE .STOURDZA.
FAMILLE YPSILANTI

NOTICE HISTORIQUE

Les YPSILANTI appartiennentà une ancienne famille byzantine, qui avait déjà
donné un Patriarche à Constantinople, JEAN XIPHILINOSYPSILANTI, en 1064, et qui
suivit Alexis Comnéne, lorsqu'il alla fonder l'Empire de Trébizonde en 1204. Elle
occupa toujours une haute position. Au 13e siècle nous trouvons un THÉODORE
XIPHILINOSYPSILANTI, Grand Chartophyjax de l'Eglise, et GEORGE XIPHILINOS YPSI-
LANTI, Patriarche de Constantinople. En 1390 ils s'allièrent à la famille impériale
elle-même par le mariage du Grand Domesticus CONSTANTIN XIPHILINOS YPSILANTI
avec la Pssp EUDOXIE, fille de l'Empereur Manuel COmnène.
ANTIOCHE YPSILANTI, vint s'établir à Constantinople en 1665, avec son fils,
CONSTANTIN YPSILANTI. Celui-ci eut deux fils :
1. THÉODORE YPSILANTI, Camarasse des Salines, qui épousa CASSANDRE,
fille du Postelnic Tzanneto. Ils eurent un fils.
ATHANASE YPSILANTI COMNÉNE, Médecin en Chef du Grand Vezir Redjip
Pacha, Grand Spathar et Capoukéhaya du Pr. Grégoire Ghika de Vala-
chie, auteur de l'Histoire de la Turquie depuis la prise de Constanti-
nople jusqu'en 1789, lorsqu'il est mort. Il eut une fille, ELISABETH
YPSILANTI, qui mourut vers 1845 sans s'être mariée.
2. JEAN YPSILANTI, dit Hadji-Jean, riche négociant, qui jouissait d'une
certaine influence auprès des Turcs. Il fut néanmoins exécuté vers 1740
comme étant du parti allemand et avoir conseillé l'abolition du patri-
arcat serbe d'Ipek. Il laissa deux fils :
I. MANUEL YPSILANTI, Premier Fourrier et favori du Grand Vezir
Ibrahim Pacha de 1700, à 1730, mort sans postérité.
IL, CONSTANTIN YPSILANTI, Aga, Hetman, Grand Rhéteur, Postelnic du
Prince de Moldavie Michel Racovitza. Il eut trois enfants :
A. SMARAGDA YPSILANTI, mariée en 1727 à George Mourousi,
Grand Ban.
26
154

B. CASSANDRE YPSILANTI, mariée à Diamantis Razos, Grand Postelnic.


c. JEAN YPSILANTI, Aga et GRAND DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE, qui
négocia en 1759 le premier traité entre le Turquie et la Prusse,
marié à SMARAGDA, née Mamona, née en 1708, f en 1807. Il eut
un fils :
Pr. ALEXANDRE YPSILANTI, né en 1726, Grand Postelnic, GRAND
DROGMAN DE LA SUBLIME PORTE en 1769, PRINCE RÉGNANT DE VALA-
CHIE de 1774 à 1785. À l'expiration de son règne, qui est appelé
par les historiens «l'âge d'or de la Valachie», il se réfugia en
Autriche, où il resta jusqu'à la conclusion de la paix en 1796,
lorsqu'il fut de nouveau appelé sur le trône jusqu'en 1798,lorsqu'il
abdiqua.Décapité le 13 Janvier 1807. Il avait épousé CATHERINE^
fille de Démètre Mourousi, soeur du Pr. Constantin Mourousi,
Prince Régnant'de Valachie. Ils eurent trois enfants :
: a. Pr. CONSTANTIN YPSILANTI, né en 1760, GRAND DROGMAN DE LA
SUBLIME PORTE en 1796, PRINCE RÉGNANT DE MOLDAVIE en Novem-
bre 1797, jusqu'en Février 1801, PRINCE RÉGNANT DE VALACHIE
le 14 Octobre 1802, réfugié en Russie le 16 Août 1806, ayant
appris que le Gouvernement Turc avait décidé sa perte. La
Russie ayant occupé la Valachie, il fut bientôt après réintégré
sur le trône de la Valachie par l'Empereur de Russie et re-
connu par la Turquie, qui, sur la demande des barons moldaves,
le nomma aussi PRINCE DE MOLDAVIE. Il gouverna cette prin-
cipauté pendant sept mois par un Gaïmakam, Constantin Nègri,
et se retira ensuite à Kiew en Russie, où il mourut en 1816
d'un coup d'apoplexie. Il avait épousé en premières noces
RALOU, fille du Pr. Alexandre Callimachi, et en deuxièmes noces
ELISABETH, née Vacaresco, qui fit preuve d'un grand enthousi-
asme pour la révolution grecque et pour l'expédition comman-
dée par son fils, le Pr. Alexandre, en 1821. H eut les enfants
suivants :
du 1er lit :
a. Psso HÉLÈNE YPSILANTI, mariée à Alexandre Negri, Conseil-
ler d'État en Russie, mort en 1856.
du 2e lit:
b. Pr. ALEXANDRE YPSILANTI, né en 1792, Capitaine de la Garde
Impériale de Russie en 1810, Colonel en 1813, lorsqu'il se
distingua à la bataille deLeipsig, où il perdit la main droite,
Aide-de-Campde l'Empereur de Russie en 1815, Général de
Brigade en 1817, Chef de la Révolution grecque de 1821,
mort à Vienne le 9 Janvier 1828 sans postérité.
155

c. Pr. NICOLAS YPSILANTI, officier dans l'armée russe; un des Chefs


dans la Phalange Sacrée commandée par son frère Alexandre,
emprisonné en Autriche avec son frère de 1821 en 1829. Mort
bientôt après sans postérité.
d. Pr. DÉMÈTRE YPSILANTI, Représentant du Chef de la Révolution
grecque au Péloponnèse, Président du Sénat en 1821, Président
de la Chambre en 1822, mort à Nauplie au mois d'Août 1832.
e. Pr. GEORGE YPSILANTI, officier dans l'armée russe, officier dans
la PhalangeSacrée de son frère Alexandre.Emprisonné avec son
frère en Autriche de 1821 en 18 29. Mort peu après. Marié à MARIE,
fille du Pr. Constantin Mourousi, Grand Drogman. Leur fille,
SOPHIE YPSILANTI, épousa le Comte Roma.
f. Pr. GRÉGOIRE YPSILANTI, marié à CHARICLÉE, fille de Nicolas
Scanavi, mort en 1835.
g. P5SC CATHERINE YPSILANTI, mariée à Gabriel Catacazi.
h. Psso MARIE YPSILANTI, mariée le 23 Juin 1823 à Alexandre Schinaj
fils du Hetman Démètre Schina, né le 1 Février 1799.
h. Pr. DÉMÈTRE YPSILANTI, né en 1762, fit son éducation-enAllema--
gne et rentra à Constantinople en 1782, où il mourut bientôt après
' sans postérité.

c pse RALOU YPSILANTI, mariée à Alexandre Mano> Grand Logothête


156

FAMILLE ACTUELLE

Enfants du Pr. Grégoire Ypsilanti, dernier fils du Pr. Constantin


Ypsilanti, Prince Régnant de Valachie.
1. Psëe ELISABETH YPSILANTI, née à Odessa le 27 Septembre 1834.
2. Pr. GRÉGOIRE YPSILANTI, Ministre de Grèce à Vienne et à Paris, né à
Slatodoub (Russie) le 17 Septembre 1835, mort à Paris le 20 Février
1886; marié à Vienne le 23 Novembre 1862 à HÉLÈNE, fille du Baron
Sina de Hodos - et - Kizdia, née le 12 Mars 1845.
Leurs enfants :
I. Psse CHARICLÉE YPSILANTI, née à Paris le 8 Octobre 1863, mariée à
Vienne le 10 Janvier 1882 à Philippe-Ernest-Marie,Prince hérédi-
taire de Hohenlohe - Schillingsfùrst, né le 5 Juin 1853, Capitaine de
Cavalerie dans l'armée prussienne.
IL PS6éIPHIGÉNIE YPSILANTI, née à Paris le30 Juin 1869, mariée à Vienne
le 25 Novembre 1888 à Albert, Comte de Pappenheim.
III. Pr. CONSTANTIN YPSILANTI, décédé.
IV. Pr. EMMANUEL YPSILANTI, né à Paris le 30 Avril 1877.
V. Pr. THÉODORE YPSILANTI, né à Vienne le 10 Novembre 1881.
ADDENDA ET ERRATA

Page 9 — Ralou Aristarchï,épouse de Jean OEkiadès, est morte à Constantinople


le 2 Janvier 1892.
» 19 — Ajouter aux enfants du Pr. George Cantacuzène Pashcano «D. Pss" Hé-
lène Cantacnzène Pashcano, mariée à Constantin Stourdza,
Logothête».
» 35 — Ajouter aux enfants de Constantin Cantacuzène et de Zoé Slatineano,
son épouse, les suivants :
IL Grégoire Cantacuzène, Célibataire.
III. Adolphe Cantacuzène, Pr. Président de la Cour d'Appel,
marié à Catherine, née Yarka, dont deux fils. ......
IV. Alexandra Cantacuzène, mariée en 1857 au Général
Georges Mano, ancien Président du Conseil des Ministres.
» 39 — Après «Pssc Marie C»i*adja, qui épousa André Dimopoulo de Nau-
plie », ajouter «décédée à Athènes le 17 Décembre 1891».
» 49 — À la fin du paragraphe concernant le Pr. Grégoire Ghika III, ajouter
«Il avait épousé Zoé »
» 53 — Constantin Ghika de Comanesti et de Deleni était «Logothête». Son fils,
Démètre, était «Vistiernic». La fille de ce dernier, Hélène, épousa
«Alexandre» Stourdza, «Vistiernic ».
» » —La fille de Constantin Ghika, Catherine, épousa en 2CS noces «Constan-
tin» Stourza.
» 54 — Cassandra Ghika épousa «Georges» Stourdza, «Vornic».
» 56 — Elise, fille de Théodore Ghika, épousa «Démètre» Stourdza.
» 63 — Ralou Mano, épousa «-Constantin» Stourdza, «Postelnic».
» 69 — Ajouter les enfants suivants de Jean Mano, Capitaine, et de Marie, née
Bascovano, son épouse :
A. Midiel Mano, né en 1873, Elève à l'Ecole Militaire de Rou-
manie.
B. Jean Mano, né en 1877.
» 70 — Après «F». Thrasybule
Mano etc. Lieutenant d'Artillerie» ajouter
«marié le 26 Décembre 1891 à Catherine, fille de Pierre Camara, ban-
quier».
» 72—A. Pr. Alexandre Maurocordato V, surnommé Delimbey, est
né en 1732.
» 73 —Avant «B. PS5GMarie Maurocordato, qui épousa George Balsche»,
écrire du 2e lit: »
«
» » — Après «a. Pr. Alexandre Maurocordato» ajouter «Ministre de
de la Justice, né vers 1775, mort en 1858, marié à Catherine, née Bals-
che».
158

» » -—Après «b. Pr. Constantin Maurocordato» ajouter «Ministre,


né en 1780, mort en 1850, marié à Cassandra, née Balsche».
» 75 — Après «a. Pr. Alexandre Maurocordato, Hetman et Gd Postel-
nic etc.» ajouter «Mort en Moldavie le 7 Avril 1856 ».
», 76 -— Après «5. Psse Hélène Maurocordato, mariée au Pr. Jean Ro-
setti» ajouter «morte à Constantinople le 6 Mars 1722».
» 77 — Ajouter aux enfants d'Alexandre Maurocordato, Pr. Ministre de Grèce,
les suivants :
Nicolas Maurocordato.
Elpinice Maurocordato.
Cimon Maurocordato.
Amélie Maurocordato.
morts tous les quatre en 1837 à Munich.
» » — La PS6e Marie, veuve du Pr. George Maurocordato, est fille de «Jean»
Schina.
» 79 — Le nom de P épouse d'Alexandre Maurocordato, ancien Ministre etc.
était « Catherine », née Balsche.
» » —Après «2° Démètre Maurocordato», corriger comme suit: «né
en 1810, Sénateur, marié à Euphrosyne, née Sp}rro Paul, décédée».
» » —Son fils aîné s'appelait «Démètre», il est né en 1846 et a épousé Elise,
née Negrutzi, dont il a plusieurs enfants.
» » — Son deuxième fils est Alexandre
Maurocordato.
» » — Ajouter aux enfants d'Alexandre Maurocordato,
ancien Ministre etc.
les suivants :
3. Alexandre Maurocordato, né en 1812, marié à Pulché-
rie, née Lambrino, décédée.
4. Marie Maurocordato, mariée à Beldiinan, décédée. '
» » — Reporter la ligne sur Pulchérie Maurocordato
à la fin de la page,;
celle-ci ayant été fille de Constantin Maurocordato. Son mari s'appe-
lait «Théodore» Ghika. Ils sont tous deux morts.
» » — Le nom de l'épouse de ConstantinMaurocordato,
ancien Ministre, était
«Cassandra» née Balsche. Son fils, Alexandre, est né en 1820. Le fils
de celui-ci, Edgar, est né en 1857. Le fils d'Edgar, Wladimir, est né
en 1889.
» » —Emile Maurocordato est né en 1858. Ses deux enfants sont nés: Con-
stantin en 1888, et Marguerite en 1891.
» » —Nicolas Maurocordato est né en 1811, il est mort en 1873, et sa femme
s'appelait Esmeralda, née Boldos Sotzesco, décédée.
» » — Alexandre Maurocordato, ancien Chambellan de la Reine de Rou-
manie, était le cadet des enfants de Constantin Maurocordato.
» 90 — Ajouter aux enfants du Pr. Constantin Mourousi I « i. Psso Sultane
Mourousi, mariée au Général Charles Stourdza,Gouverneur de Bes-
sarabie, décédée le 8 Mars 1839 ».
» 105 — Le mariage d'Emilie Rizo-Rangabé eut lieu le 28 et non le 19 Dé-
cembre.
INDEX
PRÉFACE Page I
FAMILLE ARGYROPOULO
Notice Historique » 1
Famille Actuelle » 5
FAMILLE ARISTARCHI
Notice Historique » 7
Famille Actuelle » 9
FAMILLE CALLIMACHI
Notice Historique » H
Famille Actuelle » 14
FAMILLE CANTACUZÈNE
Notice Historique »• 15
Famille Actuelle » 31
.
FAMILLE CARADJA
Notice Historique » 37
Famille Actuelle » 42
FAMILLE GHIKA
Notice Historique » 45
.
Famille Actuelle » 51
FAMILLE GHIKA DE MOLDAVIE
Notice Historique » 53
,
Famille Actuelle » 55
FAMILLE HANDZERY
Notice Historique » 59
,
Famille Actuelle » 60

.............
.
FAMILLE MANO
Notice Historique » 61
Famille Actuelle » 67
FAMILLE MAUROCORDATO
Notice Historique » 71
Famille Actuelle » 77
FAMILLE MAVROYENI
Notice Historique » 81
Famille Actuelle » 84
FAMILLE MOUROUSI
Notice Historique » 87
Famille Actuelle » 91
160

FAMILLE NEGRI
Notice Historique Page 95
Famille Actuelle • » 97
.
FAMILLE RIZO—RANGABÉ
Notice Historique » 99
Famille Actuelle . . . . . . » 104
FAMILLE RIZO - NEROULO
Notice Historique » 107
Famille Actuelle » 109
FAMILLE ROSETTI
Notice Historique » 111
,
Famille Actuelle » 118
FAMILLE SCHINA
Notice Historique » 123
Famille Actuelle » 126
FAMILLE SOUTZO
.
Notice Historique » 129
Famille Actuelle » 135
.
FAMILLE STOURDZA
Notice Historique » 141
Famille Actuelle » 148
FAMILLE YPSILANTI
Notice Historique » 153
Famille Actuelle » 156
ADDENDA ET ERRATA » 157
INDEX » 159
..IKK-