Vous êtes sur la page 1sur 9

Le Thème de la

Religion dans
“Un Coeur Simple”
Maureen Lorho
Introduction

→ Context: Flaubert et le Christianisme

→ Félicité: Sa Dévotion

→ Loulou et le Saint-Esprit: Les Ressemblances

→ Le Passage: Félicité entend pour la première fois l’Histoire Sainte

→ La Conclusion: la Religion dans le Conte


Context
Flaubert Le Christianisme
- Il aborde la religion sous un angle - À cette époque, le
historique et non pas Christianisme est considéré la
philosophique seul “vraie religion”
- Il a un mépris des Églises et des
- Au cours du XIXème siècle, la
prêtres (anticlérircalisme)
religion se détache de plus en
- Il se décrit comme “un mystique
plus de l’État
qui ne croit à rien” (cité d’une de
- La religion catholique devient
ses lettres à Louis Bouilhet de
Jérusalem le 20 août 1850) une religion égale à la religion
- Presque toutes ses oeuvres protestante et juive et non pas
mentionnent la religion supérieure
Félicité
- Félicité représente le Christianisme
- Son âme est simple, et presque sainte, parce qu’elle ne parle presque pas (elle
n’a pas d’avis)
- Elle incarne l’innocence et la charité chrétienne, elle est est bonne, altruiste, et vit
avec peu (page 7, l. 3 et page 15, l. 214)
- Flaubert utilise les notions de simplicité, de sainteté, de foi religieuse et de devoir
(page 7, l. 1)
- Elle pardonne très facilement (l. 564-565) et elle est reconnaissante pour chaque
petit geste de gentillesse (page 35)
- Pendant la communion de Virginie, Félicité se met à sa place
- Son coeur bat dans sa poitrine, sa robe l’habille, sa figure devient la sienne (page
23)
- Félicité continue à aller à l’église pendant tout le livre, ce qui montre sa foi en Dieu
et sa fidélité
Félicité
- Flaubert, en tant qu’écrivain réaliste, croyait que l’écrivain ne devait pas
exprimer ses opinions et avis dans ses propres oeuvres
- La critique de l’église n’est pas explicite, au contraire, il utilise l’ironie et le
symbolisme
- La dévouement à l’église que Félicité trouve à travers l'expérience de la
première communion de Virginie, bien que passionnée et profonde, est
aussi arbitraire et circonstancielle
- Elle rencontre sa foi par hasard parce qu’elle est obligée d'accompagner
la jeune fille (page 20-21) et parce qu’elle veut remplacer Paul
- Il s'agit plutôt d'une réaction émotionnelle aux histoires racontées par le
prêtre (l. 383), pleines d'images familières de la vie à la campagne, et au
mystère et à l'apparat de la cérémonie de la communion
Juxtaposition avec la Famille Aubain
- Pour la famille Aubain, la religion fait partie de leur
vie quotidienne
- Virginie a sa communion
- Virginie va en pension chez les Ursulines
d’Honfleur (page 23)
- La famille Aubain n’a pas la même dévotion pour
leur religion
- C’était commun et “normale” à cette époque là
d’envoyer sa fille pour une éducation religieuse
- Mme Aubain se révolte contre Dieu quand sa fille
meurt (page 33) mais Félicité, au contraire, prend
soin du corps de Virginie et reste près d’elle
pendant deux nuit (page 32)
- Félicité ne se douta jamais de Dieu
Loulou et le Saint-Esprit
- Loulou est le perroquet de Félicité
- Elle l’idolâtre donc elle l'associe au Saint-Esprit
- Dans un passage, Félicité contemple le Saint-Esprit et trouve qu’il
ressemble à un perroquet, avec ses ailes de pourpre et son corps d’
émeraude (page 43)
- En associant le Saint-Esprit au perroquet, Flaubert se moque plus de la
religion, que de Félicité
- Avant sa mort, au début du chapitre V, des cloches sonnent et elle songe
à la procession. Elle l’a décrit, comme si elle y était. Elle l’imagine en
détail (page 48)
- Puis, le livre se termine avec la mort de Félicité. Dans ses derniers
moments, elle voit son perroquet, comme on peut imaginer voire le
Saint-Esprit qui nous accueil au Paradis (page 50)
Le Passage
- Page 20-22
- Elle trouve une autre occupation après que Paul part (l. 366)
- Quand Félicité entend l’Histoire sainte pour la première fois
- Montre sa dévotion à la religion
- Première mentionne de la religion dans le conte
- Décrit très bien ses sentiments et la révélation qu’elle a eu (l. 383)
- Félicité sympathise avec Jésus, elle comprend sa souffrance et la ressent
(l. 384)
- Le passage est réaliste, avec des détails et de noms propres (l. 380)
- Des moments de la Bible sont raconté en détails (l. 383)
- Contrairement à Virginie, Félicité n’a jamais eu l’opportunité d’aller au
catéchisme (elle n’a jamais eu une éducation religieuse)
Flaubert intègre la religion dans la

La Religion dans
vie quotidienne de Félicité. Il décrit
le dévouement de Félicité à travers

le Conte
ses actions. Il se moque
implicitement de l’église à travers
ce dévouement. Il représenta le
Saint-Esprit à travers le perroquet
Loulou, qui est un symbol pendant
tout le livre. On retrouve aussi la
religion chez la famille Aubain.
Virginie et Paul, contrairement à
Félicité, ont eu une éducation
religieuse.