Vous êtes sur la page 1sur 8

RAPPORT DES ESSAIS DE LABORATOIRE

-Formulation de béton
-Essai de cône d'Abrams

-Essai de compression de béton

Réalisé par :

MR OUSSAMA EL MOUSTAQIM

MR AYMANE AIT BOUJEMAA

MR NAJI ZIYANI

1
I. Matériels et Matériaux
Le Béton est de nos jours le matériau le plus utilisé au monde, plus
que tous les autres matériaux réunis.
Le béton est un mélange précisément dosé de ciment, de
granulats, de sable et d’eau et d’adjuvants qui peut varier en
fonction de ses utilisations.
1) Matériaux

Ciment (7.5kg)

Le ciment joue le rôle de liant du béton hydraulique.


Le ciment est composé d'un mélange en poudre de chaux et de
calcaire argileux qui durcit avec l'eau. Pour faire du béton ou du
mortier, on utilise du ciment gris ordinaire dit de Portland. Il se vend
généralement en sac de 35 kg.

Sable (12.5kg)

On utilise généralement du sable de rivière ou de carrière


débarrassé des impuretés, jamais de sable marin ou de sable de
remblai. Ces derniers contiennent des éléments néfastes pour la
qualité du béton et du mortier.
Les dosages sont donnés la plupart du temps en volume de sable
sec.

2
Eau (3.75l)

Tout comme les autres composants du mélange, l'eau doit être


propre. Le dosage doit faire preuve d’une attention particulière :
trop d'eau dans le béton entraîne la naissance de fissures et une
perte de résistance au moment du séchage.

Gravier (G1(15kg) ;G2(10kg))

Le gravier est composé de particules rocheuses lisses quand elles


sont issues d'une rivière (c'est le gravier le plus recherché) ou
concassées quand elles proviennent d'une carrière.
Il faut impérativement que le gravier soit débarrassé de la boue et
des saletés qu'il pourrait contenir avant de fabriquer le béton.
Il existe différents calibres de gravier. Les plus gros calibres sont
utilisés en général pour les fondations et le gros œuvre.
La résistance du béton sera d'autant plus grande que vous
mélangerez différents calibres de graviers.

3
2) Matériels

Seau Bac à gâcher

Bétonnière

4
Vibrateur a béton moule cylindrique

Cône d'Abrams

5
II. Manipulation détaille

1. Mettre la bétonnière en marche. Pendant qu'elle est


en train de tourner, verser 1/2 à 2/3 de l'eau
nécessaire à la gâchée.

2. Verser le gravier et laisser tourner quelques secondes


pour qu'il soit bien mouillé.

3. Verser le ciment qui va se délayer dans l'eau et se


répartir uniformément autour des grains de gravier.

4. Verser le sable au seau ou à la pelle.

5. En surveillant le mélange, verser un peu d'eau en


complément, sans dépasser le dosage prévu.

6. Le béton doit être onctueux mais jamais mou, et


humide en surface. Si l'on prend une poignée de
béton, celle-ci doit garder sa forme et, si l'on serre la
main, le béton doit rester humide en surface sans
perdre d'eau

7. Verser le béton dans une Bac à gâcher.

6
III. Essai de cône d'Abrams

 But de l'essai :

Le cône d'Abrams permet de contrôler la classe de


consistance du béton que l'on s'apprête à utiliser en
mesurant l'affaissement d'un échantillon...

 Principe de l'essai :
On réalise cet essai sur chantier, en prélevant un
échantillon directement en sortie de la toupie.
Cet essai consiste à réaliser un cône de béton frais au
moyen d'un moule conique, à démouler et à mesurer
l'affaissement du sommet.

 Réalisation de l'essai :
On remplit le cône en 3 couches piqués chacune de 25
coups à l'aide d'une tige métallique de 16mm de
diamètre. On soulève ensuite le moule et on mesure
immédiatement l‘affaissement.

 Analyse des résultats :


A partir de la valeur de l'affaissement du cône (mm),
on détermine la classe de consistance du béton.

7
IV. Essai de compression de béton

-En commence par l’huilage de la surface intérieur du moule


cylindrique après en ferme bien le moule et en coule le béton
frais.
-Apres en utilise le vibrateur a béton pour éviter tout vide dans le
béton et en laisse le béton jusqu'à durcissement et âpres en
décoffre le moule pour donner une éprouvette cylindrique de
béton.

-Le béton doit être âgé de 28 jours pour percer le noyau.


Le principe de l’essai est de soumettre une éprouvette cylindrique,
cubique ou une carotte à une force croissante et constante
jusqu’à rupture de celle ci afin de déterminer sa résistance à la
compression.