Vous êtes sur la page 1sur 1

HISTOIRE DE LA MUSIQUE OCCIDENTALE

1) LE MOYEN-AGE (du Vème au XVème siècle) :

a) Le Chant grégorien : c’est le répertoire liturgique de l’Eglise médiévale, après l’unification faite par le
Pape Grégoire le Grand au VIème siècle. Il s’agit de monodie non accompagnée en latin.

b) Les Troubadours (sud) et les Trouvères (nord) : poètes musiciens chantant des monodies en langue vulgaire (d’Oc ou
d’Oïl) accompagnées de leurs instruments (chants d’amour, chants de croisades,...).Ex : Richard Coeur de Lion.

c) La polyphonie : c’est l’art de superposer deux ou plusieurs voix (Ecole de Notre-Dame) : canon, bourdon puis conduit,
motet et rondeau. Ce travail sur l’écriture des voix est repris par l’Ecole Franco-Flamande.

2) LA RENAISSANCE (XVIème siècle) :

C’est le début de la chanson polyphonique (Josquin des Prés), ainsi que de la chanson française (Clément Janequin). La
musique religieuse cohabite avec la musique profane. La musique souhaite imiter la nature et les sentiments humains
(musique descriptive). Les danses du moyen-âge se développent et se multiplient : pavane, gaillarde, allemande, ... Les modes sont
remplacés par les tonalités. Les instruments anciens sont perfectionnés, et d’autres voient le jour.

3) L’EPOQUE BAROQUE (XVIIème=>1/2 du XVIIIème):

a) L’OPERA: théâtre lyrique rejetant l’idéal polyphonique. Il apparaît en Italie (Monteverdi) et il influencera toute
l’Europe. L’opéra français sera créé par Jean Baptiste Lully (ami de Molière) au service de Louis XIV.

b)Instrumentation : orchestre de taille moyenne, ensemble de cordes (violons) + CLAVECIN.


c)La musique baroque est artificielle, théâtrale, dramatique et excessive. Elle utilise le contraste et l’opposition de
hauteurs, de tempos, de nuances et de groupes instrumentaux (d’où la création du concerto). La musique est au service du beau
chant (on construit le morceau comme un texte: intro.,dev.,conclusion) et la voix est bientôt remplacée par des instruments
perfectionnés en soliste (sonate, fugue, concerto). Compositeurs : Rameau (Fr.),Vivaldi (It.),Bach (Al.),Haendel (Ang.).

4) L’EPOQUE CLASSIQUE (2ème ½ du XVIIIème):

La musique classique simplifie et organise les ?uvres baroques (on fixe des règles, construction précise des formes
musicales) car elle veut plaire à la bourgeoisie dans les nouveaux concerts publics. On distingue la musique symphonique
(symphonie = sonate pour tout l’orchestre, concerto, sonate) et la musique vocale (l’opéra devient plus sobre et plus actuel).
Les instruments se perfectionnent et on en invente de nouveaux : clarinette et piano. Les trois grands compositeurs
classiques sont, dans l’ordre : Franz Joseph HAYDN, puis Wolfgang Amadeus MOZART, et enfin
Ludwig van BEETHOVEN (précurseur du Romantisme).

5) L’EPOQUE ROMANTIQUE (XIXème):

L’émotion domine la raison : développement de la tonalité et des formes musicales qui suivent les sentiments, les pensées
du compositeur (Berlioz, poème symphonique, musique à programme) : pour suivre ces "élans du c?ur" la musique
accélère/ralentit et on invente le crescendo (nuance progressive) correspondant à l’avènement du piano [Chopin, Liszt,
compositeurs et interprètes virtuoses (venant du concerto)]. On utilise tout les instruments dans le grand orchestre symphonique.
Les esthétiques musicales se font plus nationales (on reconnaît une musique suivant son pays) : influence des mélodies
populaires (Espagne : Lalos, Europe centrale : Grieg , Russie : Moussorgsky et Rimsky-Korsakov).
L’opéra italien domine l’Europe avec Verdi, puis Wagner qui invente le concept d’art total.
En parallèle existe l’opéra-comique et l’opérette (Offenbach).

6) Début XXème : « l’art moderne »(post-romantiques et autres)

Les principes musicaux atteignent leurs limites. Debussy, Ravel, ..., et enfin Stravinsky veulent libérer la musique des
conventions. Influence du jazz, du rythme et des musiques exotiques (Orient). Découverte de l’atonalité, du dodécaphonisme, et de
la musique sérielle (en série)[Schoenberg, Berg et Webern]. Mais on pratique aussi le néoclassicisme et le néo-romantisme.
Cohabite avec cette musique dite savante, les musiques populaires (nouveaux moyens de diffusions) et la comédie
musicale (issue de l’opérette).

7) La musique contemporaine :

Depuis 1950 la musique est un lieu d’expérience. Les compositeurs (Xénakis, Boulez, Messiaen) sont des chercheurs,
mathématiciens, ingénieurs utilisant plus des ordinateurs que des instruments (4X à l’I.R.C.A.M.). Invention des musiques
concrètes, électroacoustiques, aléatoires, répétitives, ... Actuellement, les jeunes compositeurs semblent vouloir se rapprocher du
public en composant pour lui ou en expliquant leur musique.
La musique populaire invente la comédie rock et elle s’approprie les découvertes de la musique savante (techno).