Vous êtes sur la page 1sur 8

Ecole Supérieure DUT Energie Renouvelables ER2 Université Cadi

de Technologie Ayad
Essaouira ESTE Module TD : MCC Marrakech

Exercice1 :
Un moteur à excitation dérivée est alimenté sous une tension constante de 200 V. Il absorbe un courant
I de 22A. La résistance de l’inducteur est r = 100, celle de l’induit R= 0,5 . Les pertes constantes
(collectives) sont de 200W.
1. Calculer les courants d’excitation et d’induit.
2. Calculer la force contre-électromotrice.
3. Calculer les pertes par effet Joule dans l’inducteur et dans l’induit.
4. Calculer la puissance absorbée, la puissance utile et le rendement global.
5. On veut limiter à 30 A l’intensité dans l’induit au démarrage. Calculer la valeur de la résistance du
rhéostat de démarrage.
6. On équipe le moteur d’un rhéostat de champ. Indiquer son rôle. Dans quelle position doit se trouver le
rhéostat de champ au démarrage ? Justifier votre réponse.

Exercice 2 :
Soit une machine à courant continu à excitation indépendante parfaitement compensée. Sa résistance
d’induit est : R= 0,3 . Les pertes collectives seront supposées nulles. On donne à 1200 tr/min :

1. La machine étant à vide et le courant d’excitation étant de 1,5 A, on alimente le rotor par une source de
tension, supposée idéale, de 400 V.
Calculer la vitesse du rotor en tr/min.
2. La machine absorbe un courant de 40 A, le courant inducteur est maintenant de 2,5 A et la tension
d’alimentation de 300 V.
Calculer la vitesse du rotor en tr/min .
3. Le rotor est entraîné par unmoteur thermique à la vitesse de 1000 tr/min, le courant d’excitation est de
2 A.
Calculer la f.é.m. de la machine n°1 à vide.
4. La machine n°1débite sur une machine à courant continu n°2 parfaitement identique et elle aussi
excitée par un courant de 2 A. Cette seconde machine fonctionne à vide.

4.1. Calculer le courant débité par la machine n°1 .


4.2. Calculer la vitesse de la machine n°2.
5. On réduit le courant d’excitation à 1 A sur la machine n°2. Calculer la nouvelle vitesse du rotor.

1
6. Le courant d’excitation des machines 1 et 2 est à nouveau réglé à 2 A. La machine n°2 entraîne une
pompe et lui faisant absorber une puissance de 2 kW. On admettra l’hypothèse simplificatrice selon
laquelle le rendement des deux machines est de 1.
6.1. Calculer le couple résistant opposé par la machine no 1 au moteur thermique dont la vitesse est
toujours de 1000 tr/min.
6.2. Calculer le courant débité par la machine n°1.
6.3. Calculer la vitesse de rotation de la machine n°2.

Exercice 3 :
Un moteur à excitation indépendante à aimants permanents actionne un monte-charge. Il soulève une
masse de deux tonnes à la vitesse d’un mètre par seconde. Le moteur est alimenté sous 1500 V, sa
résistance d’induit est R=1,6. Le rendement de l’ensemble du système est de 70 %. On considérera que
le courant d’excitation est constant. On prendra g = 10m/s2 .
1. Calculer la puissance absorbée par le moteur et le courant appelé lors de la montée.
2. Dans la phase de descente on veut limiter la vitesse à 1 m/s. Calculer le courant débité par la machine
et la résistance RX dans laquelle elle doit débiter.
3. L’induit est à présent court-circuité.
3.1. Calculer la valeur du courant circulant dans l’induit.
3.2. Calculer la vitesse de descente de la masse de deux tonnes.
3.3. Calculer la valeur de E.
3.4. Calculer la puissance dégagée dans le rotor.

Exercice 4 : MCC en régime transitoire


On considère un moteur à courant continu à aimants permanents dont les caractéristiques sont les
suivantes :
tension d’induit : Un = 110 V, résistance d’induit : R = 0,5 Ω, inductance d’induit : L = 75mH, moment
d’inertie de l’ensemble mécanique en rotation : J = 1 kg.m2, couple de pertes mécaniques : Tp=0,7 Nm.
1. La machine tournant à vide on mesure le courant absorbé par la machine : I0 = 1,8 A. En déduire le
coefficient K vérifiant la relation T = K · I
2. En déduire également la vitesse de rotation à vide de la machine.
3. La machine tournant à vide depuis longtemps, on accouple brutalement (au temps conventionnel t = 0)
la charge mécanique représentant un couple résistant : Tr = 13 Nm.
Écrire l’équation différentielle reliant les différents couples à la vitesse de rotation Ω (rad/s) de la
machine.
4. Écrire également la loi de maille électrique de la machine en régime transitoire ainsi que les relations
reliant les grandeurs électriques et mécaniques.
5. Former alors une équation globale reliant la vitesse Ω (rad/s), sa dérivée et la dérivée du courant.
6. Qu’est-il possible de faire comme hypothèse permettant de simplifier cette équation ? (On considèrera
que les évolutions des grandeurs électriques sont rapides devant celles des évolutions mécaniques.).
Utiliser la nouvelle équation trouvée pour résoudre l’équation de la question 3 portant sur la vitesse.
Représenter l’évolution transitoire de la vitesse de la machine.
7. Quel est approximativement la durée du régime transitoire de la vitesse de la machine lors d’un
changement de charge ?
8. Calculer et représenter également l’évolution du courant d’induit i(t).
9. La machine étant revenue à vide depuis longtemps on couple (à t = 0) une charge trop importante qui
bloque le rotor. Calculer alors rapidement la valeur maximale du courant lors du blocage et le temps
nécessaire au courant pour atteindre cette valeur.
À quelle valeur de courant doit-on approximativement fixer les seuils des protections électriques ?

2
Corrigé :
Exercice 1 :

3
Exercice 2 :

4
Exercice 3 :

5
Exercice 4 :

6
7
8