Vous êtes sur la page 1sur 118

Mémoire de fin d’étude

Institut Supérieur de Commerce


et d’Administration des Entreprises
ISCAE

Option : Finance & comptabilité

Mémoire de fin d’étude

Thème :
Mise en place des normes IAS-IFRS :

« L’impact de la conversion aux


normes IFRS sur l’actif corporel et
incorporel de Maroc Telecom »

Stage de fin d’étude au pôle Central-Finance de Maroc Telecom

Réalisé par :
Mlle Salma DACHI
Professeur encadrant
Mr Abdou DIOP

1
Mémoire de fin d’étude

Remerciements………………………………………………………..…5
Préambule…………………………………………………………..…….6
Introduction………………………………………………………….…..7
Chapitre introductif……………………………………………..….…9
I- Présentation de la problématique et des normes IAS-IFRS
1-Problématique…………………………………………………..…….10
2-Présentation des normes IAS-IFRS………………………………..….…11
a-La normalisation comptable internationale et son adoption par l’Union
VFFFFFFFFFFeuropéenne………………………………………………….….…11
b- Objectifs des normes IAS/ IFRS …………………………….…..…..13
c- Les opportunités conséquentes du passage aux normes IAS/IFRS………..…14
d-Les IAS/IFRS un levier de croissance pour les éditeurs………………..….15
II- Présentation de Maroc Telecom
1-Fiche signalétique………………………………………………....16
2-Evolution historique et réforme des télécommunications au Maroc…...……17
3-Aperçu historique………………………………………………….….19
4- Environnement de Maroc Telecom …………………………….………19
a- Cadre économique, institutionnel et juridique………………………......19
b- Les acteurs environnant Maroc Telecom………………………...….…20
5- La nouvelle organisation de Maroc Telecom…………………….……….21
a- Organigramme de Maroc Telecom…………………………….……..21
b- Commentaire de l’organigramme………………………..........…….22
b1 -Les pôles fixe et Internet et pôle mobile……………………..…22
b2 - Le pôle des réseaux et service………………………….…..…23
b3 -Le pôle administratif et financier…………………...…..……..23
Première Partie- La gestion comptable de l’actif corporel
et incorporel……………………………………………….…...........…25
I- Gestion comptable de l’actif corporel et incorporel selon les IFRS.…25
1-Classification comptable.…………...............................................…25
a-Immobilisations corporelles et incorporelles …………….............…25
a1- Immobilisations corporelles……………….....…........…25

2
Mémoire de fin d’étude

a2- Immobilisations incorporelles………….......................…28


b-Les immobilisations prises en location…………........................…31
c- Dépenses Ultérieures relatives à une immobilisation..…….............…33
2-Evaluation comptable…………...................................................…35
a-Evaluation initiale- Coût d’entrée………….…………….............35
a1- Immobilisations corporelles...….................................…35
a2- Les contrats de location………......................................…36
a 2.1 -Les contrats de location dans les états financiers du preneur….....36
a 2.2-Les contrats de location dans les états financiers du bailleur……..38
a3- Immobilisations incorporelles…………............................…39
b-Evaluation postérieure à la comptabilisation initiale…………..............…41
b1 -Traitement de référence…………..................................…41
b2 -Autre traitement autorisé……….....................................…41
b3-Réevaluations…………..............................................…41
c-Amortissement- Dépréciation d’actif….…...............................…43
c1- Immobilisations corporelles…………..............................…44
c2- Immobilisations incorporelles…………............................…46
d- Mises hors service et sorties………..........................................…47
d1- Immobilisations corporelles…………..............................…48
d2 -Transactions de cession-bail………………………...........…48
d3- Immobilisations incorporelles………………………..........…49
II- principaux points de divergences avec le CGNC marocain…….......50
1- Les immobilisations corporelles ……………………………................50
a- Définition….........................................................................50
b- Traitement comptable …...........................................................50
b1- Valeur d’entrée …........................................................51
b2- La valeur d’inventaire…........................... ......................52
b3- La correction de la valeur….............................................53
b3 .1L’amortissement...................................................53
b 3.2- Les provisions pour dépréciation ...............................54
2- Les immobilisations incorporelles ….................................................55
a- Définition….........................................................................55
b- Traitement comptable ……………………………….................56
b1- Coût d’entrée …..........................................................57
b2- Amortissement…………………………………................58
3- Les immobilisations prises en location …............................................59
a-La location financement .............................................................59

3
Mémoire de fin d’étude

...............................................................60
a1- Comparaison
a2- Impact sur le résultat.......................................................61
b-La location simple ...................................................................61
b1-Définition ...................................................................61
b2- Traitementcomptable ......................................................61
Conclusion de la première partie...................................................62
Deuxième partie- L’impact des normes sur l’actif
immobilisé de Maroc Telecom ...................................................................64
I- Gestion du patrimoine immobilisé à Maroc Telecom : Division des
Immobilisations....................................................................................65
1-Organigramme de la Division Immobilisation........................................66
2-Gestion comptable du patrimoine immobilisé : Système ABEL...................66
3-Propriétés immobilières de Maroc Telecom...........................................68
4-Propriété intellectuelle de Maroc Telecom............................................68
5-Retraitement des IFRS à Maroc Telecom..............................................70

II- Incidences sur l’information financière...............................................75


1-Immobilisations corporelles .............................................................76
a- Le montant des immobilisations brutes pourrait être modifié......................76
b-Toutes les dépenses qui prolongent la durée d’utilité d’un actif doivent être
dddddddimmobilisées. ........................................................................77
c-Les immobilisations corporelles doivent être découpées en
« composants »................................................................................77
d-Les durées d’amortissement et les bases de calcul pourraient être
modifiées.......................................................................................78
e-Plus de transparence.................................................................78
2-Immobilisations incorporelles............................................................78
a- La valeur brute des immobilisations pourrait être modifiée.......................79
b- Amortissement et dépréciation des immobilisations incorporelles ..............80
c- Affectation des immobilisations incorporelles (et des goodwills) aux unités
dddddgénératrices de trésorerie (UGT) ......................................................80
d- Activation obligatoire de toutes les dépenses de développement respectant
ddddddcertains critères .......................................................................81
.......................81
e- Information financière plus détaillée et plus transparente
3- Amortissement des immobilisations ..................................................82
a- Une augmentation probable des dépréciations comptabilisées...................82
b- Une présentation différente des pertes de valeur au compte de résultat .........83

4
Mémoire de fin d’étude

...............................................................83
c- Plus de transparence
4-Immobilisations prises en location..................................................84
a- L'identification d'un contrat de location en tant que contrat de location-
qqqfinancement ............................................................................84
b- Locations simples: linéarisation des loyers et des avantages reçus ...........85
c- Des informations à fournir plus abondantes et plus qualitatives ..............86
d- Application des autres normes à l'actif comptabilisé chez le preneur dans le
dddcddddd cadre d'un contrat de location-financement ....................................86
III-Incidences sur l’organisation.............................................................87
1-Immobilisations corporelles.............................................................87
2-Immobilisations incorporelles............................................................87
3- Amortissement des immobilisations...................................................88
4-Immobilisations prises en location .....................................................89

IV- Incidences sur les systèmes d’information..........................................90


1-Immobilisations corporelles..............................................................90
2-Immobilisations incorporelles............................................................91
3- Amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles.................92
4-Immobilisations prises en location .....................................................92

V- Jugement général sur le processus en cours..........................................94


1-Les changements principaux apportés par les IFRS..................................95
2-Enjeux des IAS –IFRS....................................................................97
3- Impact de la « juste valeur » ...........................................................98
a- Champ de la juste valeur............................................................98
b- Incidence de la juste valeur..........................................................99
c- Critique de la juste valeur.........................................................100
4-Les conditions de réussite au passage aux normes IAS-IFRS....................101

Conclusion de la deuxième partie...............................................106


Conclusion....................................................................................107
Bibliographie...............................................................................109
Annexes..........................................................................................110

5
Mémoire de fin d’étude

Remerciements

Mes remerciements les plus sincères vont à ceux qui ont apporté
leur précieuse contribution à l’élaboration de ce travail.

Je ne saurais assez remercier ceux qui ont notamment guidé


mes pas en me prodiguant conseils et critiques.

Je remercie plus particulièrement mon encadrant Monsieur


Naoufal El Kadmiri pour tout le temps qu’il m’a accordé et toutes
les explications qu’il m’a fournies.

J’aimerai aussi exprimer ma gratitude envers tout le


personnel du pôle Central-Finance de Maroc Telecom pour son
amabilité et sa sympathie.

Que madame Nezha El Alami et monsieur Yassine Kissouni


trouvent ici l’expression de ma profonde reconnaissance.

Finalement, je tiens à rendre un grand hommage à tout le


corps professoral de l’ISCAE pour son enseignement de qualité.

6
Mémoire de fin d’étude

Préambule

Afin de renforcer les acquis théoriques reçus à l'Institut Supérieur de


Commerce et d'Administration des Entreprises lors de la quatrième année,
j'ai effectué un stage à Maroc Telecom pendant la période allant du 14
janvier au 17 mars 2005.

Ce stage a constitué une étape très importante dans ma vie


estudiantine et s’est avéré fructueux à plusieurs niveaux. Il était aussi pour
moi une occasion qui m'a permis d’approfondir mes connaissances en
comptabilité approfondie et en gestion financière.

En effet, cette expérience m’a permis d’acquérir une approche globale


concernant le processus de travail au sein du pôle Centrale-Finance
notamment en matière du projet de conversion aux normes IAS/IFRS.

Les relations humaines que j’ai pu nouer avec les responsables de


cette direction ont été des plus enrichissantes.

Ainsi, si l’on considère l’objectif d’un stage comme étant la


familiarisation de l’étudiant avec les procédés et les outils qu’il sera amené
à utiliser dans son avenir professionnel, cette opportunité doit être saisie et
mise à profit afin d’améliorer les connaissances et être au diapason des
mutations et évolutions que connaît notre pays.

7
Mémoire de fin d’étude

La globalisation des échanges impose aux acteurs économiques l’utilisation d’un


langage commun. En matière d’information financière, ce besoin est particulièrement vrai.
Depuis environ 30 ans, de nombreux pays ont participé au développement de normes
comptables internationales dont la vocation est d’être appliquées au plus grand nombre.

Sous l’impulsion de l’International Accounting Standards Board (IASB), ces


normes d’abord qualifiées de comptables et désormais considérées comme des standards
d’informations et de reporting financier, posent un certain nombre de questions sur leur
mise en application au regard des normalisations nationales existantes.

Au sein de l’Union Européenne, cette situation se traduit aujourd’hui par


l’obligation, à compter de 2005, pour les sociétés cotées de respecter et d’appliquer ce
référentiel international dans le cadre de l’établissement de leurs comptes consolidés.
Toutefois, les entités qui n’entrent pas dans ce périmètre devront respecter les décisions
prises par chaque pays membre qui pourra maintenir les normes nationales en vigueur,
imposer l’application des standards internationaux ou encore rendre ces choix optionnels.

Toutes les sociétés cotées devront donc établir leurs états financiers consolidés
selon le référentiel IFRS à compter du 01/01/2005, pour des raisons de comparabilité, les
états financiers 2004 devront être présentés en IFRS impliquant des retraitements de
première adoption sur le bilan d’ouverture de l’exercice. Les filiales des groupes
consolidés devront sur cette même période, produire des informations comptables et
financières conformes aux principes énoncés par les IFRS pour des raisons de reporting
interne de consolidation.

Maroc Telecom, l’opérateur historique de télécommunications du Royaume du


Maroc, a lancé en décembre 2004 son processus d’introduction en bourse sur la place de
Casablanca à l’issue duquel il sera également procédé à l’admission de ses actions sur le
Premier Marché d’Euronext Paris S.A.

Avec l’arrivée du groupe Vivendi Universal, Maroc Telecom doit désormais,


appliquer le règlement européen n°1606/2002 applicable aux sociétés cotées sur les
Bourses de valeurs de l’Union européenne (UE) et conformément au normes IAS- IFRS,
les comptes consolidés de Maroc Telecom sont, depuis le 1er janvier 2005, établis selon
les normes comptables internationales (IFRS).

8
Mémoire de fin d’étude

Maroc Telecom est donc amené à modifier son système d’information comptable,
à former son personnel, à communiquer aux utilisateurs les comptes et les répercussions
des nouvelles règles IAS sur ses résultats et sa situation financière. Cependant, il faut
noter que le CGNC reste d'application obligatoire pour les comptes individuels de Maroc
Telecom en raison notamment de leur connexion avec la fiscalité.

Face à ces changements, ce mémoire a pour objectif d’analyser l’impact des


normes IAS- IFRS sur les immobilisations corporelles et incorporelles de Maroc
Telecom.

En effet, les immobilisations corporelles et incorporelles constituent une part


importante de l’actif total de IAM et par conséquent elles sont importantes dans la
présentation de sa situation financière.

D’où l’importance d’analyser l’impact de la conversion aux normes IAS/IFRS sur


l’actif immobilisé de IAM.

Le thème qui m’a été proposé répondait donc parfaitement à mes attentes et m'a
permis non seulement d'appréhender le fonctionnement de Maroc Telecom mais aussi
d'apprendre à utiliser les notions théoriques enseignées à l'Institut Supérieur de Commerce
et d'Administration des Entreprises dans un cadre professionnel.

Le présent mémoire comprend deux parties :

La première est consacrée à la gestion comptable de l’actif corporel et incorporel


comportant deux chapitres :
 la gestion comptable des immobilisations selon les IFRS (classification et évaluation
comptable) ; et
 les principaux points de divergences avec le CGNC marocain.

Le deuxième partie, quant à elle, va porte sur « l’impact des normes IAS/IFRS sur
l’actif immobilisé de Maroc Telecom » (gestion du patrimoine immobilisé à Maroc
Telecom, incidences sur l’information financière, sur l’organisation et sur le système
d’information de IAM).

9
Mémoire de fin d’étude

CHAPITRE
INTRODUCTIF

10
Mémoire de fin d’étude

I- Présentation de la problématique et des normes


IAS-IFRS
1-Problématique

Avec l’arrivée du groupe Vivendi Universal, Maroc Telecom doit désormais,


appliquer le règlement européen n°1606/2002 applicable aux sociétés cotées sur les
Bourses de valeurs de l’Union européenne (UE) et conformément au normes IAS- IFRS,
les comptes consolidés de Maroc Telecom sont, depuis le 1er janvier 2005, établis selon
les normes comptables internationales (IFRS).

Certaines normes et interprétations importantes, qui seront en vigueur au 31


décembre 2005, ont été publiées dans leur version définitive par l’IASB plus tardivement
qu’initialement prévu, voire ne sont pas encore publiées. Compte tenu de l’émission
récente de certaines normes et interprétations IFRS, de leur faible mise en pratique et d’un
nombre limité d’interprétations, certaines transactions sont encore en cours d’analyse. Les
impacts dus au passage aux normes IFRS ne sont donc pas encore exhaustifs et d’autres
impacts, en cours d’analyse, pourront être probablement induits par le nouveau référentiel.

Maroc Telecom doit donc accélérer sa mise en conformité avec les normes
IAS/IFRS. En effet, elle a déjà lancé son projet de conversion aux normes IAS/IFRS. Ces
normes vont entraîner des modifications en profondeur de l’information financière, du
système d’information et de l’organisation de IAM.

L’adaptation et le développement de son système d’information et de ses


procédures internes semblent donc nécessaires. Elle doit donc adapter son progiciel de
consolidation-reporting aux IFRS. Cet outil, qui est le vecteur de l’information financière,
est en effet le premier visé par les chantiers informatiques IFRS.

Concernant la formation, un programme ambitieux est dressé, mais qui reste encore
à réaliser. L’effort de formation porte essentiellement sur le pôle Central-finance, et en
priorité sur les services comptables. Le service « consolidation » au sein de la direction de
comptabilité semble présenter un besoin de formation moins marqué car il est davantage
sensibilisé aux normes internationales.

Les immobilisations corporelles et incorporelles constituent une part importante de


l’actif total de Maroc Telecom et par conséquent elles sont importantes dans la
présentation de sa situation financière.

En effet, le patrimoine immobilisé de IAM est constitué :

11
Mémoire de fin d’étude

 des installations de commutations, les câbles, le matériel informatique, le matériel


et mobilier de bureau, taxiphones, véhicules de transport, biens fonciers, le
matériel de transmission, bâtiments, terrains…
 269 marques et noms commerciaux (marques protégées et demandes de marques),
2 brevets, et un modèle. Maroc Telecom dispose également d'un département de
recherche et développement qui travaille sur les produits de la Société.

D’où l’importance d’analyser l’impact de la conversion aux normes IAS-IFRS


sur l’actif immobilisé de Maroc Telecom. Cependant, le référentiel marocain reste à ce
jour obligatoire pour IAM, ce qui l’obligerait à mener les deux référentiels en parallèle.

2-Présentation des normes IAS-IFRS

a- La normalisation comptable internationale et son adoption par l’Union


européenne

Les normes comptables internationales, désignées dans ce recueil sous le sigle


IFRS (International Financial Reporting Standards), ont été élaborées depuis 1973 par un
organisme de droit privé créé à l’initiative de quelques membres de la profession
comptable, appelé d’abord International Accounting Standards Committee (IASC)
jusqu’en 2001 puis International Accounting Standards Board (IASB) depuis cette date.

L’IASB est un organisme privé de droit britannique, basé à Londres et contrôlé


en totalité par l’IASC Foundation (IASCF), une fondation basée aux Etats-Unis et
financée à la fois par des grandes entreprises industrielles et de services, par des firmes
d’audit et par des organisations internationales et publiques.

Depuis 2001, le document intitulé «IASC Foundation Constitution» régit les


processus de gouvernance et de nominations au sein de l’IASCF et de l’IASB. L’IASB
comprend 14 membres, dont 12 permanents et 2 à temps partiel, nommés par les 19
Trustees de l’IASCF2.

Les normes produites par l’IASB sont nommées International Accounting


Standards (IAS) lorsque leur première publication est antérieure à 2001 (IAS 1 à IAS 41),
et IFRS (numérotées, à ce jour, de 1 à 5) pour les normes postérieures à 2001. A celles-ci
s’ajoutent les textes d’interprétation produits par des organismes annexes de l’IASB,
désignés comme SIC avant 2001 et IFRIC depuis cette date.

Le document intitulé «cadre pour la préparation et la présentation des états


financiers» (IASB Framework) complète ces textes mais, à la différence des précédents, ne
fait pas formellement partie du corpus des normes IFRS. Il n’a du reste pas été révisé
depuis sa rédaction en 1989 et se trouve aujourd’hui en relatif décalage avec le texte des
normes elles-mêmes: notamment, la notion clé de « juste valeur » (fair value), présente

12
Mémoire de fin d’étude

dans la plupart des textes des normes IAS et IFRS, ne fait l’objet d’aucune référence dans
le Framework.

La décision européenne d’adopter les normes internationales en 2005 remonte


aux débuts de la Commission Prodi, plus précisément à une communication de la
Commission publiée en juin 2000 dans la foulée du sommet européen de Lisbonne tenu en
mars de la même année. Le schéma d’adoption proposé dans cette communication a
ensuite été approuvé par le Conseil (à l’unanimité) et le Parlement européen (le 12 mars
2002: 492 voix pour, 5 contre, 29 abstentions), et a été formellement inscrit dans le droit
communautaire par un Règlement du Parlement et du Conseil le 19 juillet 2002 (règlement
n°1606/2002).

Ce texte court définit à la fois le calendrier d’application, à partir de l’exercice


2005 pour les comptes consolidés des sociétés européennes cotées, et le mécanisme
d’adoption des normes. Selon ce dernier, chaque texte proposé par l’IASB doit être
approuvé au cas par cas par l’Union européenne, après consultation d’un organisme
externe d’expertise (European Financial Reporting Advisory Group ou EFRAG, de droit
privé) et réunion d’un comité (le comité européen de réglementation comptable ou
Accounting Regulatory Committee) votant à la majorité qualifiée.

En application du règlement 1606/2002, l’Union européenne a formellement


adopté, en septembre 2003, l’ensemble des normes IAS et interprétations SIC existantes à
l’exception des normes IAS 32 et 39 relatives aux instruments financiers.

Par ailleurs, la norme IFRS 1 (première application des IFRS) a été adoptée le 6
avril 2004, et la norme IAS 39 l’a été le 19 novembre 2004, à l’issue de longs débats et au
prix de l’exclusion (carve-out) de deux de ses dispositions, portant sur les questions
complexes et disputées de la comptabilité de couverture et de «l’option de juste valeur».
Les normes IAS 32, IFRS 2 à IFRS 5, ainsi qu’une série de révisions des normes IAS
précédemment adoptées, ont fait l’objet d’avis favorables de l’EFRAG et leur adoption
par la Commission est attendue.

Périmètre d’application : la réforme IAS peut être qualifiée de reforme de place

La réforme IAS dépasse le cadre des seules sociétés cotées, en effet elle peut être
appliquée :

13
Mémoire de fin d’étude

 aux filiales de groupes cotés qui seront appelées à appliquer les recommandations de la
maison mère ;
 aux sociétés non cotées faisant appel public à l’épargne ;
 Une extension est possible à l’ensemble des comptes (consolidés et sociaux) pour les
sociétés cotées et à l’ensemble des sociétés

b- Objectifs des normes IAS/ IFRS

Les IAS-IFRS sont des normes comptables internationales établies par un


organisme international: l’IASB, reposant sur un cadre conceptuel ayant pour principal
but de créer un unique « langage » de l’information financière à travers le monde.

Les normes IFRS sont également un ensemble cohérent et complet de normes pour
l’établissement des états financiers.

En effet, ces normes définissent les concepts de base:


 Définition des actifs et passifs ;
 Conditions de comptabilisation ;
 Modes d’évaluation

Elles constituent un appui à la démarche de convergence avec les normes des


pays, notamment des Etats-Unis, et ont pour objectif d’obtenir une information
financière correcte, complète et transparente, améliorant la pratique existante

L’adoption des IAS/ IFRS au 1er janvier 2005 s’est faite sur la base de la « plate-
forme stable » (ensemble des normes publiées avant le 31 Mars 2004). Toutefois les
normes continuent à évoluer (modification/création) et ces changements sont à prendre en
compte depuis le 1er janvier 2005.

Les normes IAS/IFRS visent à fournir aux investisseurs et aux marchés des étalons
communs, normalisés et surtout précis de l'activité des entreprises. Elles sont édictées par
l'IASB.

Aujourd'hui, les normes IAS/IFRS sont devenues la nouvelle lingua franca


comptable de l'Union européenne depuis leur adoption par le règlement du 19 juillet 2002.
A priori réservées aux grands comptes.

Les normes comptables internationales IAS/IFRS s'appliqueront d'abord aux seuls


groupes cotés en Bourse, qui doivent retraiter leurs données comptables et financières
avant le terme du 1er janvier 2005. Suivront les filiales de ces grands comptes, puis les
PME, sous la pression des échanges avec les banques ou avec les clients importants qui
sont des donneurs d'ordres.

14
Mémoire de fin d’étude

c-Les opportunités conséquentes du passage aux normes IAS-IFRS

Parmi les avantages, il faut citer l’objectif originel de la norme qui est de favoriser
la comparabilité des comptes au niveau européen. Aux yeux des investisseurs, ce point est
fondamental. Les normes nouvelles vont entraîner à terme des règles de calcul et de
présentation standardisées. De la même manière, elles vont homogénéiser le calcul
d’éléments parfois complexes comme le contenu du chiffre d’affaires ou le traitement du
goodwill.

L’adoption des normes IFRS permettra également de sortir d’un système comptable
ancien essentiellement marqué par l’enregistrement des opérations au coût historique, et
de mieux rendre compte de la réalité économique.

Si l’approche bilancielle semble l’emporter, elle a des incidences en termes de


lecture mais aussi en termes d’élaboration des comptes.

Au-delà du contenu des normes et de leur aspect technique, il y a tout lieu de penser
que les entreprises vont devoir s’adapter, réfléchir à l’évaluation de leurs actifs et trouver
des solutions pour gérer efficacement l’application des nouvelles règles. Il est d’ailleurs
fréquent que ce type de réflexion, de remise à plat, conduise à une amélioration des modes
opératoires et des contrôles.

La mise en oeuvre des nouvelles règles peut alors présenter des opportunités de
dépasser le strict cadre réglementaire et d’optimiser le fonctionnement des entreprises.

15
Mémoire de fin d’étude

Ces travaux de remise à plat, d’évaluation et plus globalement de réflexion peuvent


conduire les entreprises à mettre en évidence une meilleure appréhension des risques, ce
qui participera à l’amélioration de la perception de l’entreprise par les investisseurs.

d-Les IAS- IFRS un levier de croissance pour les éditeurs

En effet, cette perspective est du pain bénit pour les éditeurs et les prestataires de
services, qui voient dans ces nouvelles normes un levier de croissance important. Car,
pour les appliquer, les entreprises devront faire évoluer leurs progiciels de gestion. A
commencer par les applications de gestion des immobilisations (IAS 16), qui doivent être
conformes au principe de la juste valeur, c'est-à-dire tenir compte de la durée de
consommation des biens, notamment aux fins d'amortissement. IAS 16 modifie également
le périmètre fonctionnel des applications de comptabilité générale, qui doivent être
capables d'identifier tout département générateur de trésorerie. Les progiciels devront
aussi valoriser les stocks, d'après les règles de l'IAS 2, c'est-à-dire selon leur valeur
réalisable nette, règlent qui incluent, par exemple, des frais généraux directs tels que le
transport.

L'impact le plus important est imputable aux normes IAS 14, qui imposent une
documentation très détaillée des investissements, par secteur d'activité et par zone
géographique. Cela suppose de s'équiper en systèmes décisionnels, ou au minimum de
disposer d'une base de données métier qui centralise ces informations. Ceci afin de
pouvoir restituer aux investisseurs ou aux banques des indicateurs de performances
normalisés. Pour les entreprises qui disposent déjà d'un SGBD métier, la réorganisation
seule de données déjà existantes suffira.

16
Mémoire de fin d’étude

II- Présentation de Maroc Telecom


1-Fiche signalétique

 Dénomination sociale: Itissalat Al Maghrib. Elle exerce également son activité


sous les noms commerciaux « IAM » et « Maroc Telecom »
 Secteur d’activité:Télécommunications
 Forme juridique: Société anonyme à directoire et conseil de surveillance
 Date de création: 25 Février 1998
 Chiffre d’affaire en 2004:17,922 milliards de DH
 Capital social: 8 790 953 400 dirhams
 Numéro de registre de commerce : RC Rabat 48 947.
 Exercice social : du 1er janvier au 31 décembre
 Effectif: 13 414 salariés.
 Siège social: Avenue Annakhil, Hay Riad-Rabat/ Maroc
 Organisation: elle s'articule autour de 4 pôles :
- Fixe & Internet
- Mobiles
- Réseaux & Services
- Administratif & Financier
 Actionnaire majoritaire : Le groupe Vivendi
 Législation applicable : La Société est régie par le droit marocain, en particulier
par la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes, ainsi que par ses statuts. Le droit
français des sociétés commerciales ne lui est pas applicable.
 Objet social : La société a pour objet conformément à son Cahier des Charges
d’opérateur et en vertu des dispositions légales et réglementaires en vigueur :
 d’assurer le service universel, dans les conditions définies par les lois et règlements
en vigueur ;
 d’établir et/ou d’exploiter des infrastructures, réseaux et services de
télécommunication de toutes natures.

Information complémentaire : Entrée en bourse

Maroc Telecom, l’opérateur historique de télécommunications du Royaume du


Maroc a lancé en 2004 son processus d’introduction en bourse sur la place de Casablanca
à l’issue duquel il a été également procédé à l’admission de ses actions sur le Premier
Marché d’Euronext Paris S.A.

Modalités de l’opération

 Offre : Jusqu’à 130 985 210 millions d’actions


 Actionnaire cédant : Le Royaume du Maroc

17
Mémoire de fin d’étude

 Places de cotation : Bourse de Casablanca et Euronext Paris


 Fourchette indicative de prix : 54,60- 68,25 dirhams par action
 L’actionnariat de Maroc Telecom, en pourcentage du capital, se présenterait
comme suit :

2-Evolution historique et réforme des télécommunications au Maroc

En 1913, le secteur des télécommunications a connu la signature de la convention


Maroco -Française ayant créé l'Office chérifien des PTT auquel a été dévolu le monopole
de l'Etat en matière des télécommunications. Depuis lors, les télécommunications ont été
gérées sous forme de monopole naturel sevrant principalement comme moyen de
quadrillage militaire et policier de la population.

Les quelques Administrations civiles qui étaient éparpillées sur le Royaume


(Centraux téléphoniques manuels- Autocommutateurs) étaient mises principalement au
service des besoins des notables et des grands fermiers se situant principalement dans le
Maroc utile.
Après l'indépendance, l'Administration se devait de changer de vocation en passant d'un
établissement au service des besoins militaires et sécuritaires du colon à une institution de
développement économique, d'intégration sociale, de diffusion de l'information et de
désenclavement des zones et des couches les plus défavorisées.

L'année 1956 a connu le lancement par le Maroc d'un vaste programme d'extension
et de modernisation de réseau de télécommunications. Il a aussi mis fin à l'existence de
plusieurs concessions étrangères dans le pays comme la concession qui a été accordée à la
société Telefonica. La création d'un budget annexe durant la même année (1956) a marqué
la volonté de l'Etat de se doter d'une nouvelle structure adaptée à la réalité du secteur
d'après l'indépendance et des spécificités différenciant les prestations des services de
télécommunications des autres produits non marchands rendus par l'Etat et ce, par
l'individualisation des comptes des PTT dans le budget général de l'Etat et l'octroi aux
responsables du secteur d'une autonomie de gestion beaucoup plus souple pour procéder

18
Mémoire de fin d’étude

aux adaptations et opérer les prévisions qui étaient nécessaires. Ce but n'a pas été
malheureusement atteint, car le budget des PTT a été soumis aux mêmes principes
comptables et budgétaires régissant les autres services de l'Etat à savoir, l'administration
des tarifs, le versement obligatoire de l'excédent au budget général, l'obligation de fournir
des services publics à faible rémunération sinon gratuitement.

Devant cette situation, le secteur a connu la création en 1978 d'une Commission


ad'hoc qui était chargée de se pencher sur la recherche des moyens à même d'assurer
l'équilibre au secteur. Les travaux de cette commission ont abouti à la création en 1984, de
l'Etablissement Public à Caractère Commercial et Industriel dénommé ONPT. Cet
établissement et en sus de sa qualité d'EPIC a été investi des pouvoirs très larges pour
exercer un monopole absolu en matière des télécommunications.

Forte de cette structure plus souple, l' ONPT s'est attelé depuis sa création à la
lourde tâche d'aménagement du territoire en moyen de communication, de suivi de la
technologie des télécommunications et de désenclavement des zones et des couches qui
restaient longtemps marginalisées. Il a entrepris à cet effet un vaste programme de
modernisation et d'extension du réseau visant à résorber le retard accumulé durant les
années antérieures. Malgré les assouplissements apportés par la structure d'EPIC, la
formule s'est vite butée sur des problèmes structurels mettant en cause le monopole de
l'Etat dans ce secteur stratégique. En effet, l'ONPT souffrait de plusieurs blocages ayant
toujours greffé sa marge de manœuvre. Il s'agit essentiellement de sa soumission à un
contrôle financier très rigoureux et à une ponction fiscale très lourde.

Ces blocages institutionnels et organisationnels accentués par les mutations qui ont
touché le secteur des télécommunications mondial depuis le mouvement de
déréglementation amorcé aux USA en 1984, à savoir l'abolition des monopoles publics,
l'institution de nouveaux organes de régulation et de contrôle du secteur, la convergence
entre les technologies des télécommunications et de l'information, le développement de
nouveaux supports de transmission et de commutation et l'apparition de nouveaux services
à valeur ajoutée ont rendu nécessaire une restructuration du secteur.

Le Maroc a commencé donc et depuis le début des années 90 a prospecter les


meilleures formules à même de déréglementer son secteur de télécommunications et faire
participer le capital privé national et international aux projets de développement des
réseaux et des services des télécommunications de façon, à faciliter l'intégration de
l'économie nationale dans son environnement mondial et encourager le développement de
la société de l'information. Trois options se sont alors présentées pour lui:

 Une déréglementation « forte et rapide » ;


 Une déréglementation « partielle et progressive » ;
 Et/ou une déréglementation« minimale et symbolique ».

19
Mémoire de fin d’étude

Il a opté finalement pour une déréglementation forte et rapide qu'il a adopté dans le
cadre de la loi n° 24-96 relative à la poste et aux télécommunications. Cette loi ayant
abolit le monopole de l'Etat dévolu à l'ONPT depuis 1984 a ouvert à la concurrence tous
les services et infrastructures des télécommunications.

3-Aperçu historique

La naissance de MAROC TELECOM ou bien « ITTISSALAT AL MAGHRIB» est


parvenue après plusieurs transformations, dont les grandes étapes sont les suivantes:
 1892 : création du premier service postal Chérifien par Moulay Hassan
 1913 : création de l'Office Chérifien des PTT
 1924 : publication du dahir relatif au monopole de l'Etat en matière de télégraphie
et de téléphone, avec ou sans fil
 1956 : création du Ministère des Postes Téléphone et télégraphe 1964 reprise de la
concession téléphonique de la zone Nord
 1967 : pose du premier câble sous-marin entre Tétouan et Perpignan 1969 reprise
de la concession téléphonique de Tanger
 1970 : introduction de la transmission par satellite INTELSAT (Station Séhoul)
 1971 : automatisation du service Télex
 1972 : installation du premier central électronique à Rabat (Métaconta)
 1976 : installation du premier central numérique à Fès (EIO)
 1984 : création de l'Office National des Postes et Télécommunications
 1987 : introduction de la radiotéléphonie mobile analogique (NMT)
 1991 : ouverture du service de transmission de données X.25,
 1992 : mise en service du premier câble sous-marin à fibre optique
 1994 : ouverture du service GSM
 1995 : lancement du service Internet
 1997-1998 promulgation de la loi 24-96 et des décrets d'application relatifs aux
télécommunications
 1998 : création d'Itissalat Al-Maghrib S.A.
 1999 : lancement de la carte prépayée pour le mobile JAWAL
 2000 : lancement du site portail Menara; le nombre d'abonnés au service GSM a
dépassé celui du Fixe
 2004 : introduction de Maroc Telecom en bourse

4- Environnement de Maroc Telecom

a- Cadre économique, institutionnel et juridique

De part le monde, placés sous le signe du monopole pendant de nombreuses décennies,


les réseaux de Télécommunications se sont ouverts, à partir des années 1980, à une
concurrence modérée. Cette concurrence a porté surtout sur les terminaux, les services et

20
Mémoire de fin d’étude

sur les nouveaux produits comme le téléphone mobile. Elle est restée marginale sur les
infrastructures fixes.

Dans les années 1990, l'avènement des autoroutes de l'information, la généralisation de


l'image et du multimédia, la naissance de nouveaux marchés très porteurs semble imposer
aux opérateurs de nouveaux modèles économiques construits sur la concurrence.

Le Maroc ne fera pas défaut à cette dynamique avec l'installation d'un nouvel opérateur
de téléphonie mobile en Avril 2000. On a donc assisté à une concurrence agressive entre
Maroc Telecom et Méditél. Le jeu de la concurrence bipolaire s'est caractérisé par deux
phénomènes: dynamisme du marché et dévaluation progressive des prix. Maroc Telecom
évolue donc dans un marché dynamique avide de nouveauté même s'il affiche ces derniers
temps quelques signes d'essoufflement. Le marché de l'Internet est aussi un marché en
pleine expansion. Maroc Telecom tire profit de sa position monopolistique dans le marché
de la téléphonie fixe et de l'Internet, situation qui s'achèvera en 2004 avec la vente d'une
licence de téléphonie fixe.

b- Les acteurs environnant Maroc Telecom

 Les fournisseurs: Maroc Telecom possède une multitude de fournisseurs dans


plusieurs domaines se divisant en :
- Des fournisseurs de téléphones: fixes, portables, publiques ou taxiphones comme
Nokia, Siemens, Ericsson, Motorola…
- Des fournisseurs d'installations techniques: de câbles, BTS: Antennes et
installations annexes, BSC : installations contrôlant les BTS et les MSC :
installations de transmission comme Nokia, Ericsson.
- Des fournisseurs de services: s'occupant des installations techniques ou de la
réparation des téléphones comme: Cofimag, Sicotel, Limiatel, Setelec.

 Les concurrents: Sur le marché de la téléphonie fixe, Maroc Telecom jouit d'une
position monopolistique. Par contre sur le marché de la téléphonie mobile, Maroc
Telecom connaît une rude concurrence avec Méditél. Sur le marché de l'Internet,
Maroc Telecom possède un avantage de taille face au, petites Start-up fournisseurs
d'accès à Internet puisque c'est Maroc Telecom qui leur fournit l'accès au net.

 Les clients: Aujourd'hui Maroc Telecom possède plus de 5.7 millions de clients
dans le Maroc soit 1.1 millions abonnés au fixe et 4.6 millions au GSM.

 L’Etat: Il existe deux organismes s'occupant de la régulation et de la


réglementation de marché des télécoms au Maroc: le SEPTTI (le secrétariat d'Etat
aux Postes, Télécommunications et Technologies d'Informations) et l'ANRT
(Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications ).
5- La nouvelle organisation de Maroc Telecom

21
Mémoire de fin d’étude

Dans un monde en perpétuel mouvement et un environnement caractérisé par une


concurrence grandissante pour le partage des parts de marché, l'entreprise, même
performante au plan de la gestion des ressources, ne peut se développer sans une vision
stratégique claire des enjeux qui l'attendent et une profonde motivation de vouloir être
toujours à la pointe de l'innovation et du progrès.

Maroc Telecom a traduit cette volonté affirmée dans la nouvelle organisation de


ses services, avec le souci de répondre à quatre préoccupations essentielles:
 La nécessité d'une relation commerciale plus proche et plus à l'écoute du client;
 Un besoin d'innovation tant au niveau de la gamme des produits que de leur
qualité;
 Une volonté de confirmation de son professionnalisme hérité d'une tradition et d'un
savoir-faire de longue date, doublée d'un atout de proximité et de notoriété;
 Une recherche d'optimisation de la gestion de ses ressources avec, pour objectif, la
réduction de ses coûts de revient pour être toujours plus compétitive.

a- Organigramme de Maroc Telecom:

22
Mémoire de fin d’étude

b- Commentaire de l’organigramme
Maroc Telecom a connu plusieurs changements concernant son statut juridique,
entraînant des modifications dans l'organisation de sa structure interne. Après avoir été
sous tutelle ministérielle, sous le statut d'office national et entreprise semi publique, elle
est aujourd'hui une entreprise privatisée. Cette nouvelle étape de l'existence de Maroc
Telecom, a occasionné de nouveaux changements dans son organisation interne.
Cette restructuration stipule l'affectation des directions importantes qui sont la
Direction Centrale Réglementation et communication, la Direction Centrale Ressources
Humaines, la Direction Organisation et Qualité et la Direction du Contrôle Général, qui
sont rattachées au président du directoire.
La taille de l'entreprise et l'important flux d'information exigent une structure avec
des organes régionaux qui centralisent l'information et qui décentralisent la prise de
décision. Il existe donc sept directions régionales qui sont: Rabat, Casablanca, Fès,
Agadir, Marrakech, Oujda, Meknes. Chacune de ces directions régionales est composée
de quatre divisions: Division Ressources, Division Infrastructures, Division Facturation,
Division Clientèle. La principale mission de ces directions régionales et des divisions qui
les composent est le recensement, la centralisation et la transmission de l'information,
mais aussi la prise de décision dans les affaires courantes (gestion de stock,
approvisionnement, gestion du personnel, achat de fourniture ou de matériel léger .. .).
Les directions régionales s'occupent, par le biais de la division Clientèle, de la
gestion et du contrôle des agences commerciales qui représentent la base de l'entreprise et
le point de contact avec le client. La division Ressources a pour aussi la gestion des
ressources humaines et la gestion du stock. Les directions régionales comprennent aussi
un service financier qui centralise l'information pour la transmettre au service financier
central. La division Infrastructure fait office d'une direction des achats et de la logistique
car, elle prend les décisions d'achat et d'équipement en matériel léger et transmet les
besoins en matériels lourds et coûteux à la direction centrâle des achats et de la logistique.
La quatrième division qui compose la direction régionale est une direction technique: la
divisions de Facturation. L'activité de cette direction, comme l'indique son nom, est
d'élaborer les factures. Elle s'occupe aussi du contrôle des installations techniques.

L'information recensée, triée et centralisée au niveau de la direction régionale est


transmise aux directions des pôles: du fixe et de l'Internet, du mobile, des réseaux et
services, et administratif et financier.

b1 -Les pôles fixe et Internet et pôle mobile:


Ils ont des structures similaires. Ils possèdent leurs propres directions de marketing,
de gestion de ressources humaines et de contrôle de gestion. Ces pôles jouissent d'une
certaine autonomie car, hormis les décisions relatives aux finances, les pôles du fixe et
Internet et du mobile détiennent les décisions de commercialisation de promotion,
d'embauche.
b2 - Le pôle des réseaux et service:

23
Mémoire de fin d’étude

C'est un pôle technique. Il s'occupe de la maintenance et de la mise en place des


installations de transmission. Il s'occupe aussi de la facturation; d'offrir de nouveaux
services aux clients (SMS, restriction, WAP...).
b3 -Le pôle administratif et financier:
Il a cinq grandes missions: l'audit financier, le contrôle de gestion, la comptabilité et
le financement, la mise en place de systèmes d'informations performants, la gestion des
affaires juridiques et le contrôle des engagements.

Direction Générale du
Pôle administratif &
Financier
Division Audit Division Ressources
Financier Humaines

Division Centrale
Finance

Division Achat & Division Juridique


logistique

Direction Contrôle
de Gestion
Division Contrôle Division Système
des Engagements & d’Information
Paiement
Direction
Comptabilité

Division
Comptabilité
Générale

Division
Comptabilité
Fournisseurs

Division
Immobilisations

Division Trésorerie

24
Mémoire de fin d’étude

Direction Comptabilité

La direction comptabilité a pour mission la tenue des écritures comptables


journalières et l'édition des différents états de synthèse dont le Bilan, CPC, ESG, etc.. . .
Elle est constituée de trois divisions:

 La Division Comptabilité Fournisseurs:

Afin de gérer la multiplicité et le poids des opérations comptables intervenant avec


les divers fournisseurs, Maroc Telecom a mis en place une Division Comptabilité
Fournisseurs. Cette division s'est vue attribuée deux fonctions: la comptabilisation des
opérations relatives au compte Fournisseur (Achats, dettes fournisseurs, paiement...), et le
traitement des affaires courantes avec les fournisseurs.

En amont, les directions font part de leurs besoins en achats à la direction des
Achats et de la Logistique qui lance les contrats ou les bons de commandes. Ces derniers
sont transmis à la Division Comptabilité Fournisseurs.

Après l'étape de la vérification, la Division du Contrôle des Engagements et des


Paiements établit un titre de paiement par un ordre de virement.

 La Division Immobilisations

Maroc Telecom possède un patrimoine considérable de part l'importance des


installations techniques et de l'immensité de son patrimoine foncier d'où la nécessité d'un
organe dont l'occupation sera le suivi du flux comptable des biens immobilisés. Ce
patrimoine est donc géré de manière comptable par La Division Immobilisations.

 La Division Comptabilité Générale

Ce service s'occupe de plusieurs opérations inhérentes au processus comptable. Sa


mission inclut la gestion des charges du personnel, la fiscalité, le calcul du chiffre
d'affaires et comme son nom l'indique, l'élaboration des documents comptables et des états
de synthèses.

25
Mémoire de fin d’étude

Première Partie
La gestion comptable de
l’actif corporel et incorporel

26
Mémoire de fin d’étude

I- Gestion comptable de l’actif corporel et


incorporel selon les IFRS
1-Classification comptable :
a- Immobilisations corporelles et incorporelles
Selon les nouvelles normes IAS-IFRS un actif est une ressource:
 contrôlée par une entreprise du fait d’événements passés; et
 dont des avantages économiques futurs sont attendus par l’entreprise.

a1- Immobilisations corporelles

Les immobilisations corporelles constituent souvent une part importante de l’actif


total d’une entreprise et par conséquent elles sont importantes dans la présentation de sa
situation financière. De plus, le fait de savoir si une dépense représente un actif ou une
charge peut avoir un effet significatif sur la présentation des résultats des activités d’une
entreprise.

L’IAS 16 impose de comptabiliser une immobilisation corporelle en tant qu’actif


lorsque cet actif satisfait aux critères de définition et de comptabilisation d’un actif du
cadre de préparation et de présentation des états financiers.

Un élément d’immobilisation corporelle doit être comptabilisé en tant qu’actif


lorsque:
 il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet actif iront à
l’entreprise; et
 le coût de cet actif pour l’entreprise peut être évalué de façon fiable.

Pour déterminer si un élément satisfait au premier critère de comptabilisation, une


entreprise a besoin d’apprécier le degré de certitude attaché au flux d’avantages
économiques futurs sur la base des indications disponibles lors de la comptabilisation
initiale. L’existence d’une certitude suffisante que les avantages économiques futurs iront
à l’entreprise demande que l’on s’assure que celle-ci recevra les avantages attachés à cet
actif et assumera les risques associés. Cette assurance n’existe en général que lorsque les
risques et avantages ont été transférés à l’entreprise. Avant que cela se produise, la
transaction pour acquérir l’actif peut en général être annulée sans pénalité importante et en
conséquence, l’actif n’est pas comptabilisé.

Le second critère de comptabilisation est en général aisément satisfait parce que la


transaction d’échange attestant l’acquisition de l’actif permet d’identifier son coût. Dans
le cas d’un actif produit par l’entreprise pour elle-même, une évaluation fiable du coût

27
Mémoire de fin d’étude

peut être faite à partir des transactions conclues avec des tiers extérieurs à l’entreprise
pour l’acquisition des matières premières, de la main d’oeuvre et autres composants
utilisés au cours du processus de construction.

Pour identifier ce qui constitue une immobilisation corporelle distincte, un


jugement est requis pour appliquer les critères de la définition aux circonstances
particulières ou à des types spécifiques d’entreprises. Il peut être approprié de regrouper
des éléments de faible valeur individuelle, tels que les moules, outils et matrices et
d’appliquer les critères à la valeur globale.

La plupart des pièces de rechange et des matériels d’entretien sont habituellement


inscrits en stocks et comptabilisés en charges lors de leur utilisation. Toutefois, les pièces
de rechange principales et le stock de pièces de sécurité constituent des immobilisations
corporelles si l’entreprise compte les utiliser sur plus d’un exercice. De même, si les
pièces de rechange et les pièces d’entretien ne peuvent être utilisés qu’avec une
immobilisation corporelle et qu’on s’attend à ce que leur utilisation soit irrégulière, elles
sont comptabilisées en immobilisations corporelles et amorties sur une période ne
dépassant pas la durée d’utilité de l’actif lié.

Dans certains cas, il est approprié de répartir le coût total d’un actif entre ses
différents éléments constitutifs et de comptabiliser chaque élément séparément. Tel est le
cas lorsque les différentes composantes d’un actif ont des durées d’utilité différentes, ou
qu’elles procurent des avantages à l’entreprise selon un rythme différent nécessitant
l’utilisation de taux et de modes d’amortissement différents.

En ce qui concerne la constitution de provisions pour dépenses de grosses


réparations, elles sont désormais interdites par la norme IAS 16.

Le comité d’Interprétation de l’IASC dans l’interprétation 23 prescrit que les


dépenses de révisions ou d’inspections majeures intervenant à intervalles réguliers pour
permettre l’utilisation normale de l’immobilisation, doivent être comptabilisées en
immobilisation corporelle lorsque l’entreprise a identifié comme un composant distinct de
l’actif un montant correspondant à une inspection ou révision majeure et l’a amorti sur la
durée qui s’écoule entre deux révision majeure. Il est également nécessaire que les
avantages économiques futurs associés à l’actif iront à l’entreprise et que le coût de ce
composant puisse être évalué de façon fiable.

28
Mémoire de fin d’étude

Critères de classification : Immobilisation corporelle


Un actif est classifié comme une immobilisation corporelle si :
 il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet actif iront à
l’entreprise;
 L’existence d’une certitude suffisante que les avantages économiques futurs
iront à l’entreprise demande que l’on s’assure que les risques et avantages
sont transférés à l’entreprise.
 le coût de cet actif pour l’entreprise peut être évalué de façon fiable.
 Ce critère est en général aisément satisfait parce que la transaction
d’échange attestant l’acquisition de l’actif permet d’identifier son coût.

a2- Immobilisations incorporelles

Une immobilisation incorporelle est un actif non monétaire identifiable sans


substance physique, détenu en vue d’une utilisation pour la production ou la fourniture de
biens ou de services, pour la location à des tiers ou à des fins administratives.

L’IAS 38 impose à une entreprise de comptabiliser une immobilisation incorporelle


(à son coût), si et seulement si:
 il est probable que les avantages économiques futurs attribuables à l’actif iront à
l’entreprise; et si
 le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

Cette disposition s’applique, que l’immobilisation incorporelle soit acquise à


l’extérieur ou qu’elle soit générée en interne. IAS 38 contient des critères de
comptabilisation supplémentaires pour les immobilisations incorporelles générées en
interne.

Il est fréquent que les entreprises consacrent des ressources ou assument des passifs
pour l’acquisition, le développement, le maintien ou l’amélioration de ressources
incorporelles telles que des connaissances scientifiques ou techniques, la conception et la
mise en place de nouveaux procédés ou systèmes, licences, propriété intellectuelle,
connaissance du marché et marques commerciales (y compris les noms de marques et
titres de publication). Des exemples courants d’éléments incorporels entrant dans ces
rubriques générales sont les logiciels, brevets, droits de service des prêts hypothécaires,
relations avec les clients ou les fournisseurs, fidélité des clients, parts de marché et droits
de distribution.

Tous les éléments décrits au dessus ne répondent pas à la définition d’une


immobilisation incorporelle qui suppose un caractère identifiable, le contrôle d’une
ressource et l’existence d’avantages économiques futurs. Si un élément couvert par la
présente norme ne satisfait pas à la définition d’une immobilisation incorporelle, les

29
Mémoire de fin d’étude

dépenses engagées pour son acquisition ou sa production en interne sont comptabilisées


en charges lorsqu’elles sont encourues.

 Caractère identifiable
La définition d’une immobilisation incorporelle impose que cette immobilisation
soit identifiable afin de la distinguer clairement du goodwill. Une immobilisation
incorporelle peut être clairement distinguée du goodwill si cette immobilisation est
séparable. Une immobilisation est séparable si l’entreprise peut louer, vendre, échanger
ou distribuer les avantages économiques futurs spécifiques attribuables à l’actif sans se
séparer également des avantages économiques futurs résultant d’autres actifs utilisés dans
la même activité génératrice de produits.

 Contrôle
Une entreprise contrôle un actif si elle a le pouvoir d’obtenir les avantages
économiques futurs découlant de la ressource sous-jacente et si elle peut également
restreindre l’accès des tiers à ces avantages. La capacité d’une entreprise à contrôler les
avantages économiques futurs d’une immobilisation incorporelle résulte normalement de
droits que l’entreprise peut faire appliquer par un tribunal. En l’absence de droits, la
démonstration du contrôle est plus difficile.

 Avantages économiques futurs


Les avantages économiques futurs résultant d’une immobilisation incorporelle
peuvent inclure les produits provenant de la vente de biens ou de services, les économies
de coûts ou autres avantages résultant de l’utilisation de l’actif par l’entreprise. Par
exemple, l’utilisation d’une propriété intellectuelle dans le cadre d’un processus de
production peut réduire les coûts futurs de production plutôt qu’augmenter les produits
futurs.

Critères de classification : immobilisations incorporelles


 Le caractère identifiable,
 Sous le contrôle de l’entreprise
 Source d’avantages économiques futurs
 le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.
 Le goodwill généré en interne ne doit pas être comptabilisé en tant qu’actif.
Dans certains cas, une dépense est encourue pour générer des avantages
économiques futurs mais cette dépense n’aboutit pas à la création d’une immobilisation
incorporelle satisfaisant aux critères de comptabilisation de la présente norme. Cette
dépense est souvent décrite comme contribuant au goodwill généré en interne. Le
goodwill généré en interne n’est pas comptabilisé en tant qu’actif car il ne s’agit pas d’une
ressource identifiable contrôlée par l’entreprise et pouvant être évaluée de façon fiable à
son coût.

30
Mémoire de fin d’étude

 Immobilisations incorporelles générées en interne (recherche et développement)


Il est parfois difficile d’apprécier si une immobilisation incorporelle générée en interne
remplit les conditions pour être comptabilisée. Il est souvent difficile:
 d’identifier si, et à partir de quand, il existe un actif identifiable qui générera des
avantages économiques futurs probables; et
 de déterminer de façon fiable le coût de l’actif. Dans certains cas, le coût pour
générer une immobilisation incorporelle en interne ne peut pas être distingué du
coût pour maintenir ou accroître le goodwill généré en interne ou du coût pour la
conduite des affaires courantes.

Pour apprécier si une immobilisation incorporelle générée en interne satisfait aux


critères de comptabilisation, une entreprise classe la création de l’immobilisation dans :

 Phase de recherche

Aucune immobilisation incorporelle résultant de la recherche ne doit être


comptabilisée. Les dépenses pour la recherche doivent être comptabilisées en charges
lorsqu’elles sont encourues.

La présente norme estime que, lors de la phase de recherche d’un projet, une
entreprise ne peut démontrer l’existence d’une immobilisation incorporelle qui générera
des avantages économiques futurs probables. Ces dépenses sont donc toujours
comptabilisées en charges lorsqu’elles sont encourues.

 Phase de développement

Une immobilisation incorporelle résultant du développement (ou de la phase de


développement d’un projet interne) doit être comptabilisée si, et seulement si, l’entreprise
peut démontrer tout ce qui suit:
 la faisabilité technique nécessaire à l’achèvement de l’immobilisation incorporelle
en vue de sa mise en service ou de sa vente;
 son intention d’achever l’immobilisation incorporelle et de l’utiliser ou de la
vendre;
 la façon dont l’immobilisation incorporelle générera des avantages économiques
futurs probables.
 la disponibilité de ressources (techniques, financières et autres) appropriées pour
achever le développement et utiliser ou vendre l’immobilisation incorporelle; et
 sa capacité à évaluer de façon fiable les dépenses attribuables à l’immobilisation
incorporelle au cours de son développement.

Lors de la phase de développement d’un projet, une entreprise peut, dans certains
cas, identifier une immobilisation incorporelle et démontrer que cet actif générera des
avantages économiques futurs probables. Cela tient au fait que la phase de développement

31
Mémoire de fin d’étude

d’un projet se situe à un stade plus avancé que la phase de recherche.

La disponibilité des ressources nécessaires à l’achèvement, l’utilisation et


l’obtention des avantages d’une immobilisation incorporelle peut être démontrée, par
exemple, par un plan d’activité montrant l’existence des ressources (techniques,
financières et autres) nécessaires et la capacité de l’entreprise à mobiliser ces ressources.

 Les marques, titres de journaux et de magazines, et autres éléments similaires en


substance générés en interne ne doivent pas être comptabilisés en tant
qu’immobilisations

La présente norme considère que les dépenses pour générer en interne les marques,
titres de journaux et de magazines, listes de clients et autres éléments similaires en
substance ne peuvent pas être distinguées du coût de développement de l’activité dans son
ensemble. Par conséquent, ces éléments ne peuvent pas être distinguées du coût
comptabilisé en tant qu’immobilisations incorporelles.

b-Les immobilisations prises en location

Un contrat de location est un accord par lequel le bailleur cède au preneur pour une
période déterminée, le droit d’utilisation d’un actif en échange d’un paiement ou d’une
série de paiements.

La définition d’un contrat de location s’étend aux contrats de location d’un actif qui
contiennent une disposition donnant au locataire la possibilité d’acquérir la propriété de
l’actif sous réserve de remplir des conditions convenues. Ces contrats sont parfois appelés
contrats de location avec option d’achat

Le commencement du contrat de location est la date de signature du contrat de


location ou, si elle est antérieure, la date d’engagement réciproque des parties sur les
principales clauses du contrat de location.

La durée du contrat de location désigne la période non résiliable pour laquelle le


preneur s’est engagé à louer l’actif ainsi que toutes périodes ultérieures pour lesquelles le
preneur a l’option d’obtenir la poursuite de son contrat de location moyennant ou non le
paiement d’une somme complémentaire dans la mesure où, dès le commencement du
contrat de location, on peut avoir la certitude raisonnable que le preneur exercera son
option.

 Classification des Contrats de location

La classification des contrats de location adoptée par l’IAS 17 se fonde sur le degré
d’imputation au bailleur ou au preneur des risques et des avantages inhérents à la propriété

32
Mémoire de fin d’étude

d’un actif loué. Les risques incluent les pertes éventuelles résultant de la sous-utilisation
des capacités ou de l’obsolescence technologique ainsi que des variations de la rentabilité
dues à l’évolution de la conjoncture économique. Les avantages peuvent être représentés
par l’espérance d’une exploitation rentable sur la durée de vie économique de l’actif et
d’un gain résultant d’une appréciation de sa valeur ou de la réalisation d’une valeur
résiduelle.

Un contrat de location est classé en tant que contrat de location-financement s’il


transfère au preneur la quasi-totalité des risques et des avantages inhérents à la propriété.
Un contrat de location est classé en tant que contrat de location simple s’il ne transfère
pas au preneur la quasi-totalité des risques et des avantages inhérents à la propriété.

Dans la mesure où la transaction entre un bailleur et un preneur repose sur un


contrat de location commun aux deux parties, il convient d’utiliser des définitions
cohérentes. L’application de ces définitions aux circonstances spécifiques à chacune des
parties peut parfois conduire le bailleur et le preneur à classer un même contrat
différemment.

Qu’un contrat de location soit un contrat de location-financement ou un contrat de


location simple dépend de la réalité de la transaction plutôt que de la forme du
contrat.

Les exemples de situations qui conduiraient normalement à ce qu’un contrat soit


classé en tant que contrat de location-financement sont les suivants:
 le contrat de location transfère la propriété de l’actif au preneur au terme de la
durée du contrat de location;
 le contrat de location donne au preneur l’option d’acheter l’actif à un prix qui
devrait être suffisamment inférieur à sa juste valeur à la date à laquelle l’option
peut être levée pour que, dès le commencement du contrat de location, on ait la
certitude raisonnable que l’option sera levée;
 la durée du contrat de location couvre la majeure partie de la durée de vie
économique de l’actif même s’il n’y a pas transfert de propriété;
 au commencement du contrat de location, la valeur actualisée des paiements
minimaux au titre de la location s’élève au moins à la quasi-totalité de la juste
valeur de l’actif loué; et
 les actifs loués sont d’une nature tellement spécifique que seul le preneur peut les
utiliser sans leur apporter de modifications majeures.

Les indicateurs de situations qui, individuellement ou conjointement, pourraient


conduire à classer un contrat en tant que contrat de location-financement sont les suivants:
 si le preneur peut résilier le contrat de location, les pertes subies par le bailleur
relatives à la résiliation sont à la charge du preneur;

33
Mémoire de fin d’étude

 les profits ou pertes résultant de la variation de la juste valeur de la valeur


résiduelle sont à la charge du preneur (par exemple sous la forme d’une diminution
de loyer égale à la majeure partie du produit de cession à la fin du contrat de
location); et
 le preneur a la faculté de poursuivre la location pour une deuxième période
moyennant un loyer sensiblement inférieur au prix du marché..

Les contrats de location de terrains et de constructions sont classés en tant que


contrat de location simple ou location-financement, de la même manière que pour les
contrats de location portant sur d’autres actifs. Toutefois, le terrain présente la
caractéristique d’avoir normalement une durée de vie économique infinie et, s’il n’est pas
prévu d’en transférer la propriété au preneur à l’issue de la durée du contrat de location, le
preneur ne reçoit pas la quasi-totalité des risques et des avantages inhérents à la propriété.
Un versement initial effectué à ce titre représente des pré-loyers qui sont amortis sur la
durée de contrat de location conformément aux avantages procurés.

Le classement du contrat doit être fait à l’origine du contrat. Il n’est pas revu
pendant la durée du contrat sauf dans le cas où le preneur et le bailleur modifient ensuite
les dispositions du contrat de telle sorte qu’il aurait été classé différemment, si ces
modifications étaient intervenues au commencement de la location.

c- Dépenses ultérieures relatives à une immobilisation

Les dépenses ultérieures au titre d’une immobilisation corporelle ou incorporelle


après son acquisition ou son achèvement doivent être comptabilisées en charges
lorsqu’elles sont encourues, sauf:

Les dépenses ultérieures relatives à une immobilisation déjà comptabilisée doivent être
ajoutées à la valeur comptable de l’actif.
 s’il est probable que ces dépenses permettront à l’actif de générer des avantages
économiques futurs au delà du niveau de performance défini à l’origine; et
 si ces dépenses peuvent être évaluées et attribuées à l’actif de façon fiable.
Si ces conditions sont satisfaites, les dépenses ultérieures doivent être ajoutées au coût de
l’immobilisation.

Les dépenses ultérieures sont donc seulement comptabilisées à l’actif lorsque ces
dépenses améliorent l’état de l’actif au-dessus de son niveau de performance défini à
l’origine.

Des dépenses de réparations ou d’entretien des immobilisations corporelles sont


encourues afin de restaurer ou de maintenir les avantages économiques futurs qu’une
entreprise peut attendre du niveau de performance défini à l’origine de l’actif. En tant que
telles, elles sont en général comptabilisées en charges au moment où elles sont encourues.

34
Mémoire de fin d’étude

Le traitement comptable approprié des dépenses encourues postérieurement à


l’acquisition d’une immobilisation corporelle dépend des circonstances qui ont été
retenues lors de l’évaluation et de la comptabilisation de l’immobilisation corporelle
correspondante et du point de savoir si la dépense ultérieure est recouvrable. Par exemple,
lorsque la valeur comptable d’une immobilisation corporelle tient déjà compte d’une perte
au niveau des avantages économiques, la dépense ultérieure pour reconstituer les
avantages économiques futurs attendus de l’actif est incorporée dans son coût, à condition
que la valeur comptable n’excède pas la valeur recouvrable de l’actif. Un exemple
pourrait être l’acquisition d’un immeuble nécessitant une rénovation. En de telles
circonstances, les dépenses ultérieures sont ajoutées à la valeur comptable de l’actif dans
la mesure où elles pourront être récupérées par l’utilisation future de cet actif.

Les dépenses ultérieures relatives à une immobilisation incorporelle inscrite au


bilan sont comptabilisées en charges si elles sont nécessaires au maintien de l’actif à son
niveau de performance défini à l’origine. La nature des immobilisations incorporelles est
telle que, dans bon nombre de cas, il n’est pas possible de déterminer s’il est probable
qu’une dépense ultérieure augmentera ou maintiendra le niveau d’avantages économiques
que l’entreprise obtiendra de ces actifs. De plus, il est souvent difficile d’attribuer
directement ces dépenses à une immobilisation incorporelle particulière plutôt qu’à
l’ensemble de l’activité. Par conséquent, des dépenses encourues après la comptabilisation
initiale d’une immobilisation incorporelle acquise ou après l’achèvement d’une
immobilisation incorporelle générée en interne, ne sont que rarement rajoutées au coût de
l’immobilisation incorporelle.

Les dépenses ultérieures au titre de marques, titres de journaux et de magazines,


listes de clients et autres éléments similaires en substance (que ceux-ci soient acquis à
l’extérieur ou générés en interne) sont toujours comptabilisées en charges afin d’éviter de
comptabiliser le goodwill généré en interne.

Critères de comptabilisation : Dépenses ultérieurs


Les dépenses ultérieures relatives à une immobilisation déjà comptabilisée doivent être
ajoutées à la valeur comptable de l’actif.
 s’il est probable que ces dépenses permettront à l’actif de générer des avantages
économiques futurs au delà du niveau de performance défini à l’origine; et
 si ces dépenses peuvent être évaluées et attribuées à l’actif de façon fiable.
Si ces conditions sont satisfaites, les dépenses ultérieures doivent être ajoutées au coût de
l’immobilisation.

35
Mémoire de fin d’étude

2-Evaluation comptable

a- Evaluation initiale- Coût d’entrée

a1- Immobilisations corporelles

Une immobilisation corporelle qui remplit les conditions pour être comptabilisée
en tant qu’actif doit être initialement évaluée à son coût.

Les immobilisations corporelles peuvent être comptabilisées soit :


 au coût d’acquisition pour les biens acquis à titre onéreux ;
 au coût de production pour les biens produits par l’entreprise pour elle-même

 coût d’acquisition

Le coût d’une immobilisation corporelle est constitué de son prix d’achat, y compris les
droits de douane et taxes non récupérables, et de tous les frais directement attribuables
engagés pour mettre l’actif en état de marche en vue de l’utilisation prévue; toutes les
remises et rabais commerciaux sont déduits dans le calcul du prix d’achat. Exemples de
frais directement attribuables:
 le coût de préparation du site;
 les frais de livraison et de manutention initiaux;
 les frais d’installation; et les honoraires de professionnels tels qu’architectes et
ingénieurs;

Lorsque le règlement de l’acquisition d’une immobilisation corporelle est différé


au-delà des conditions habituelles de crédit, son coût est le montant correspondant à un
paiement comptant; la différence entre ce montant et le total des règlements est
comptabilisée en charges financières sur la période de crédit, à moins qu’elle ne soit
incorporée dans le coût de l’actif selon l’autre traitement autorisé par IAS 23, Coûts
d’emprunt.

Les frais administratifs et autres frais généraux ne sont pas un élément du coût des
immobilisations corporelles, à moins qu’ils puissent être spécifiquement attribués à
l’acquisition de l’actif ou à la mise en état de fonctionnement de l’actif. De même, les
frais de démarrage et les frais similaires de pré-exploitation n’entrent pas dans le coût
d’un actif, sauf s’ils sont nécessaires pour mettre l’actif en état de fonctionnement.

Les pertes opérationnelles initiales encourues avant que l’actif parvienne à la


performance prévue sont comptabilisées en charges.

36
Mémoire de fin d’étude

 coût de production

Le coût d’un actif produit par l’entreprise pour elle-même est déterminé en utilisant
les mêmes principes que pour un actif acquis. Si l’entreprise produit des actifs similaires
en vue de les vendre dans le cadre de son activité normale, le coût de cet actif est en
général le même que le coût de production des actifs destinés à la vente.

Il s’agit des éléments suivants :


 coût d’acquisition des matières et fournitures : utilisées pour la production de
l’élément ;
 charges directes de production : il s’agit de tous les frais directs engagés
nécessaires à la mise en état de fonctionnement de l’immobilisation. Ils sont
ainsi à incorporer : les coûts de préparation du site, les frais de livraison et de
manutention initiaux, les frais d’installation ou les honoraires d’architecte ou
d’ingénieur ;
 Charges indirectes de production « dans la mesure où elles peuvent être
raisonnablement rattachées à la production du bien ».

En conséquence, tous les profits internes sont éliminés pour arriver à ces coûts. De
même, les coûts anormaux de gaspillage de matières premières, de main d’oeuvre et
d’autres ressources encourus pour la production d’un actif par l’entreprise pour elle même
ne figurent pas dans le coût de cet actif.

La valeur comptable des immobilisations corporelles peut être diminuée du montant des
subventions publiques applicables, selon IAS 20, Comptabilisation des subventions
publiques et informations à fournir sur l’aide publique.

Le coût d’un actif détenu par un preneur dans le cadre d’un contrat de location-
financement est déterminé selon les principes fixés dans IAS 17, Contrats de location.

a2- Les Contrats de location

a2..1-Les contrats de location dans les états financiers du preneur

 Contrats de location-financement

Au bilan du preneur, les contrats de location-financement doivent être comptabilisés à


l’actif et au passif pour des montants égaux, au commencement du contrat de location, à la
juste valeur du bien loué ou, si celle-ci est inférieure, à la valeur actuelle des paiements
minimaux au titre de la location. Pour calculer la valeur actuelle des paiements minimaux
au titre de la location, le facteur d’actualisation est le taux d’intérêt implicite du contrat de
location si celui-ci peut être déterminé; sinon, le taux d’emprunt marginal du preneur doit
être utilisé.

37
Mémoire de fin d’étude

Les paiements minimaux au titre de la location sont les paiements que le preneur est, ou
peut être, tenu d’effectuer pendant la durée du contrat de location, à l’exclusion du loyer
conditionnel, du coût des services et des taxes à payer par le bailleur et à lui rembourser.

Le taux d’intérêt implicite du contrat de location est le taux d’actualisation qui donne, au
commencement du contrat de location, une valeur actuelle cumulée des paiements
minimaux au titre de la location, et de la valeur résiduelle non garantie égale à la juste
valeur de l’actif loué

Les transactions et autres événements sont comptabilisés et présentés en fonction de leur


substance et de leur réalité financière et non pas seulement de leur forme juridique. Alors
que la forme juridique d’un contrat de location est le fait que le preneur peut n’acquérir
aucun titre légal sur l’actif loué, dans le cas de contrats de location-financement, la
substance et la réalité financière sont le fait que le preneur acquiert les avantages
économiques de l’utilisation de l’actif loué pour la majeure partie de sa durée de vie
économique et qu’en échange il s’oblige à payer pour ce droit un montant
approximativement égal à la juste valeur de l’actif augmentée de la charge financière
correspondante.

Si ces transactions de location ne se reflètent pas au bilan du preneur, les ressources


économiques et le niveau des obligations d’une entreprise sont sous-évalués, ce qui a un
effet de distorsion des ratios financiers. Il convient donc qu’au bilan du preneur un contrat
de location soit comptabilisé à la fois comme un actif et comme une obligation
d’effectuer les paiements futurs au titre de la location. Au commencement du contrat de
location, l’actif et le passif correspondant aux paiements futurs au titre de la location sont
portés au bilan pour les mêmes montants.

Les frais directs encourus par le preneur en vue du contrat sont intégrés dans la valeur de
l’actif.

Les paiements au titre de la location doivent être ventilés entre la charge financière et
l’amortissement du solde de la dette. La charge financière doit être répartie sur les
différentes périodes couvertes par le contrat de location de manière à obtenir un taux
d’intérêt périodique

Le montant amortissable d’un actif loué est affecté à chaque exercice comptable de la
période d’utilisation escomptée sur une base systématique et cohérente avec la politique
d’amortissement appliquée par le preneur aux actifs amortissables dont il est propriétaire.
Si l’on a la certitude raisonnable que le preneur deviendra propriétaire de l’actif à la fin du
contrat de location, la période d’utilisation retenue est la durée d’utilité, sinon l’actif est
amorti sur la plus courte de la durée du contrat de location ou de sa durée d’utilité.
Pour déterminer si un actif loué a subi une dépréciation, c’est-à-dire si les avantages
économiques futurs escomptés de cet actif sont inférieurs à sa valeur comptable,

38
Mémoire de fin d’étude

l’entreprise applique la norme comptable internationale traitant de la dépréciation des


actifs. Cette norme indique comment une entreprise doit procéder à l’examen de la valeur
comptable de ses actifs, comment elle doit déterminer la valeur récupérable d’un actif et
quand elle doit comptabiliser ou reprendre une perte de valeur.

 Contrats de location simple

Pour les contrats de location simple, les paiements au titre de la location (à l’exclusion
du coût des services tels que l’assurance et la maintenance) sont comptabilisés en charges
dans le compte de résultat sur une base linéaire à moins qu’une autre base systématique de
comptabilisation soit représentative de l’échelonnement dans le temps des avantages
qu’en retirera l’utilisateur, même si les paiements ne sont pas effectués sur cette base. Le
profit cumulé des avantages reçus de la part du bailleur doit être comptabilisé comme une
diminution de charges locatives sur la durée du bail sur la même base.

a2..2--La comptabilisation des contrats de location dans les états financiers du


bailleur

 Contrats de location-financement

Le bailleur doit comptabiliser dans son bilan les actifs détenus en vertu d’un contrat
de location-financement et les présenter comme des créances pour un montant égal à
l’investissement net dans le contrat de location.

L’investissement net dans le contrat de location est l’investissement brut dans ledit
contrat diminué des produits financiers non acquis

L’investissement brut dans le contrat de location est la somme des paiements


minimaux au titre de la location d’un contrat de location-financement du point de vue du
bailleur, majoré de toute valeur résiduelle non garantie revenant au bailleur.

Les produits financiers non acquis sont la différence entre:


 la somme des paiements minimaux au titre de la location financement du point de
vue du bailleur majorée de toute valeur résiduelle non garantie revenant au bailleur;
et
 la valeur de la somme ci-dessus, actualisée au taux d’intérêt implicite du contrat de
location.

La valeur résiduelle non garantie est la portion de la valeur résiduelle de l’actif loué
dont la réalisation par le bailleur n’est pas assurée ou qui est garantie uniquement par une
partie liée au bailleur.

Dans un contrat de location-financement, le bailleur transfère la quasi-totalité des

39
Mémoire de fin d’étude

risques et des avantages inhérents à la propriété juridique; en conséquence, il comptabilise


le paiement à recevoir au titre de la location en remboursement du principal et en produits
financiers pour se rembourser et se rémunérer de son investissement et de ses services.

La comptabilisation des produits financiers doit s’effectuer sur la base d’une


formule traduisant un taux de rentabilité périodique constant sur l’en cours
d’investissement net restant du bailleur, tel que défini dans le contrat de location-
financement.

Les paiements au titre de la location correspondant à l’exercice sont imputés, à


l’exclusion du coût des services, sur l’investissement brut résultant du contrat de location
pour diminuer à la fois le montant du principal et le montant des produits financiers non
acquis.

Lors de la négociation et la rédaction d’un contrat de location, le bailleur encourt


souvent des coûts directs initiaux tels que commissions et honoraires juridiques. Pour les
contrats de location-financement, ces coûts directs initiaux sont encourus en vue de
dégager des produits financiers et sont soit comptabilisés immédiatement en résultat soit
imputés aux dits produits financiers sur toute la durée du contrat de location.

 Contrats de location simple

Les actifs faisant l’objet de contrats de location simple doivent être présentés au
bilan du bailleur selon la nature de l’actif.

Les revenus locatifs provenant des contrats de location simple doivent être
comptabilisés en produits de façon linéaire sur toute la durée de contrat de location.

Les coûts, y compris l’amortissement, encourus pour que les revenus locatifs soient
acquis sont comptabilisés en charges.

a3- Immobilisations incorporelles

La comptabilisation d’un élément en tant qu’immobilisation incorporelle impose


qu’une entreprise démontre que l’élément satisfait:
 à la définition d’une immobilisation incorporelle ; et
 aux critères de comptabilisation décrits précédemment

Une entreprise doit apprécier la probabilité des avantages économiques futurs en


utilisant des hypothèses raisonnables et documentées qui représentent la meilleure
estimation par la direction de l’ensemble des conditions économiques qui existeront
pendant la durée d’utilité de l’actif.

40
Mémoire de fin d’étude

Pour apprécier le degré de certitude attaché aux flux d’avantages économiques


futurs attribuables à l’utilisation de l’actif, une entreprise exerce son jugement sur la base
des indications disponibles lors de la comptabilisation initiale, en accordant un poids plus
important aux indications externes.

Une immobilisation incorporelle, tout comme l’immobilisation corporelle, doit


être également évaluée initialement à son coût.

Si une immobilisation incorporelle est acquise séparément, le coût de cette


immobilisation incorporelle peut généralement être évalué de façon fiable. C’est le cas en
particulier lorsque la contrepartie de l’achat est sous forme de trésorerie ou d’autres actifs
monétaires.

Le coût d’une immobilisation incorporelle comprend son prix d’achat, y compris


les droits d’importation et taxes non remboursables, ainsi que toute dépense directement
attribuable à la préparation de cet actif en vue de l’utilisation envisagée. Les dépenses
directement attribuables incluent, par exemple, les honoraires au titre de services
juridiques. Le coût est établi net des remises et rabais commerciaux.

 Le coût d’une immobilisation incorporelle générée en interne

Le coût d’une immobilisation incorporelle générée en interne comprend toutes les


dépenses pouvant être directement attribuées, ou affectées sur une base raisonnable,
cohérente et permanente, à la création, la production et la préparation de l’actif en vue de
l’utilisation envisagée. Ce coût inclut, s’il y a lieu:
 les dépenses au titre des matériaux et services utilisés ou consommés pour générer
l’immobilisation incorporelle;
 les salaires et autres coûts liés au personnel directement engagé pour générer
l’actif;
 toute dépense directement attribuable pour générer l’actif, tels que les droits
d’enregistrement relatifs à un droit et l’amortissement des brevets et licences
utilisés pour générer l’actif; et
 les frais généraux nécessaires pour générer l’actif et pouvant être affectés à cet
actif de façon raisonnable, cohérente et permanente.

 Comptabilisation d’une charge

Les exemples des dépenses comptabilisées en charges lorsqu’elles sont encourues


incluent:
 les dépenses au titre des activités de démarrage (coûts de démarrage) à moins que
dépenses ne soient incluses dans le coût d’une immobilisation corporelle selon IAS
16. Les coûts de démarrage peuvent représenter des frais d’établissement tels que

41
Mémoire de fin d’étude

des frais juridiques et de secrétariat encourus pour la constitution d’une entité


juridique, les dépenses au titre de l’ouverture d’une nouvelle installation ou d’une
nouvelle activité ou les dépenses engagées pour entreprendre de nouvelles
opérations ou lancer de nouveaux produits ou procédés (coûts pré-opérationnels);
 les dépenses de formation;
 les dépenses de publicité et de promotion; et les dépenses de relocalisation ou de
réorganisation de tout ou partie d’une entreprise.

 Interdiction d’inscrire à l’actif des charges comptabilisées antérieurement

Les dépenses relatives à un élément incorporel qui ont été initialement


comptabilisées en charges par l’entreprise dans ses états financiers annuels antérieurs ou
ses rapports financiers intermédiaires antérieurs ne doivent pas être incorporées dans le
coût d’une immobilisation incorporelle à une date ultérieure.

b- Evaluation postérieure à la comptabilisation initiale

b1 -Traitement de référence

Après sa comptabilisation initiale en tant qu’actif, une immobilisation corporelle ou


incorporelle doit être comptabilisée à son coût diminué du cumul des amortissements et du
cumul des pertes de valeur.

b2 -Autre traitement autorisé

Après sa comptabilisation initiale en tant qu’actif, une immobilisation corporelle ou


incorporelle doit être comptabilisée à son montant réévalué, à savoir sa juste valeur à la
date de la réévaluation, diminué du cumul des amortissements ultérieurs et du cumul de
pertes de valeur ultérieures. Les réévaluations doivent être effectuées avec une régularité
suffisante pour que la valeur comptable ne diffère pas de façon significative de celle qui
aurait été déterminée en utilisant la juste valeur à la date de clôture.

b3-Réevaluations

La juste valeur des terrains et constructions est en général leur valeur de marché.
Cette valeur est déterminée sur la base d’une estimation effectuée en général par des
évaluateurs professionnels qualifiés.

La juste valeur des installations de production est habituellement leur valeur de


marché déterminée par estimation. Lorsqu’il n’y a pas d’indications de la valeur de
marché en raison de la nature spécialisée des installations de production et du fait que ces
installations sont rarement vendues, sauf dans le cadre d’un transfert de l’activité, elles
sont évaluées à leur coût de remplacement net d’amortissement.

42
Mémoire de fin d’étude

La fréquence des réévaluations dépend des fluctuations de la juste valeur des


immobilisations corporelles ou incorporelles ayant été réévaluées. Lorsque la juste valeur
d’un actif réévalué diffère significativement de sa valeur comptable, une nouvelle
réévaluation est nécessaire. Certaines immobilisations peuvent connaître des mouvements
importants et volatils de leur juste valeur, nécessitant une réévaluation annuelle. D’aussi
fréquentes réévaluations ne sont pas nécessaires pour les immobilisations qui enregistrent
des mouvements peu importants de leur juste valeur. Dans ce cas, une réévaluation tous
les trois ou cinq ans peut être suffisante.

Si une immobilisation est réévaluée, le cumul des amortissements à la date de la


réévaluation est:
 soit retraité au prorata de l’évolution de la valeur brute comptable de l’actif, de
sorte que la valeur comptable de l’actif après réévaluation soit égale à son montant
réévalué;
 soit déduit de la valeur brute comptable de l’actif et la valeur nette est retraitée
pour obtenir le montant réévalué de l’actif.

Lorsqu’une immobilisation est réévaluée, toute la catégorie des immobilisations


corporelles dont fait partie cet actif doit être réévaluée.

Lorsque la valeur comptable d’un actif augmente par suite d’une réévaluation,
l’augmentation doit être créditée directement en capitaux propres sous le libellé écart de
réévaluation. Toutefois, une réévaluation positive doit être comptabilisée en produit dans
la mesure où elle compense une réévaluation négative du même actif antérieurement
comptabilisée en charges.

Lorsque la valeur comptable d’un actif diminue à la suite d’une réévaluation, cette
diminution doit être comptabilisée en charges. Toutefois, une réévaluation négative doit
être directement imputée sur l’écart de réévaluation correspondant dans la mesure où cette
diminution n’excède pas le montant comptabilisé en écart de réévaluation concernant le
même actif.

L’écart de réévaluation compris dans les capitaux propres peut être transféré
directement dans les bénéfices non distribués lorsque l’écart est réalisé. La totalité des
écarts peut être réalisée lors de la mise hors service ou de la sortie de l’actif. Toutefois,
une part de l’écart peut être réalisée à mesure que l’actif est utilisé par l’entreprise; dans
un tel cas, le montant de l’écart réalisé est la différence entre l’amortissement basé sur la
valeur comptable réévaluée de l’actif et l’amortissement basé sur le coût d’origine de
l’actif. Le transfert de l’écart de réévaluation aux réserves ne passe pas par le compte de
résultat.

43
Mémoire de fin d’étude

c- Amortissement- Dépréciation d’actif

L’IAS 36 impose d’estimer la valeur recouvrable d’un actif chaque fois qu’il existe un
indice qu’un actif a pu perdre de la valeur. Dans des cas spécifiques, une norme
comptable internationale applicable à un actif peut inclure des dispositions pour effectuer
des examens supplémentaires. Par exemple, l’IAS 38, impose que la valeur recouvrable
des immobilisations incorporelles et des goodwills amortis sur plus de 20 ans soit
estimée chaque année.

L’IAS 36 impose de comptabiliser une perte de valeur (un actif s’est déprécié) lorsque
la valeur comptable d’un actif est supérieure à sa valeur recouvrable. Une perte de
valeur doit être comptabilisée dans le compte de résultat pour les actifs comptabilisés au
coût et traitée comme une diminution de réévaluation pour les actifs comptabilisés à leur
montant réévalué.

L’IAS 36 impose également d’évaluer la valeur recouvrable comme la valeur la plus


élevée entre le prix de vente net de l’actif et sa valeur d’utilité:
 le prix de vente net est le montant qui peut être obtenu de la vente d’un actif lors
d’une transaction dans des conditions de concurrence normale entre des parties
bien informées et consentantes, après déduction de tous les coûts marginaux directs
de sortie; et
 la valeur d’utilité est la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs estimés attendus
de l’utilisation continue d’un actif et de sa sortie à la fin de sa durée d’utilité.

La valeur recouvrable doit être estimée pour chaque actif pris individuellement. Si cela
n’est pas possible, l’IAS 36 impose à une entreprise de déterminer la valeur recouvrable
de l’unité génératrice de trésorerie à laquelle l’actif appartient. Une unité génératrice de
trésorerie est le plus petit groupe identifiable d’actifs dont l’utilisation continue génère des
entrées de trésorerie qui sont largement indépendantes des entrées de trésorerie générées
par d’autres actifs ou groupes d’actifs

Pour tester la dépréciation d’une unité génératrice de trésorerie, l’IAS 36 impose de


prendre en compte le goodwill et les actifs de support (tels que les actifs du siège social)
qui sont liés à l’unité génératrice de trésorerie.

S’il existe un indice qu’un actif a pu perdre de la valeur, la valeur recouvrable de


l’actif pris individuellement doit être estimée. S’il n’est pas possible d’estimer la valeur
recouvrable de l’actif pris individuellement, une entreprise doit déterminer la valeur
recouvrable de l’unité génératrice de trésorerie à laquelle l’actif appartient.

Les principes de comptabilisation et d’évaluation des pertes de valeur d’une unité


génératrice de trésorerie sont les mêmes que ceux utilisés pour un actif pris
individuellement.

44
Mémoire de fin d’étude

Une perte de valeur doit être comptabilisée pour une unité génératrice de trésorerie si,
et seulement si, sa valeur recouvrable est inférieure à sa valeur comptable. La perte de
valeur doit être répartie, afin de réduire la valeur comptable des actifs de l’unité, dans
l’ordre suivant:
 en premier lieu, au goodwill affecté à l’unité génératrice de trésorerie (s’il y a lieu);
 puis, aux autres actifs de l’unité au prorata de la valeur comptable de chacun des
actifs de l’unité.

Lors de la répartition d’une perte de valeur, la valeur comptable d’un actif ne doit pas
être ramenée en dessous du plus élevé de:
 son prix de vente net (si on peut le déterminer);
 sa valeur d’utilité (si on peut la déterminer); et
 zéro.

c1- Immobilisations corporelles

Le montant amortissable d’une immobilisation corporelle doit être réparti de façon


systématique sur sa durée d’utilité. Le mode d’amortissement utilisé doit refléter le rythme
selon lequel les avantages économiques futurs liés à l’actif sont consommés par
l’entreprise. La dotation aux amortissements de chaque exercice doit être comptabilisée en
charges à moins qu’elle ne soit incorporée dans la valeur comptable d’un autre actif.

A mesure que les avantages économiques représentatifs d’un actif sont consommés par
l’entreprise, la valeur comptable de l’actif est réduite pour refléter cette consommation,
généralement en constatant une dotation aux amortissements. Une dotation aux
amortissements est constatée même si la valeur de l’actif est supérieure à sa valeur
comptable.

Les avantages économiques représentatifs d’une immobilisation corporelle sont


consommés par l’entreprise principalement à travers l’utilisation de cet actif. Toutefois,
d’autres facteurs, tels que l’obsolescence technique et l’usure d’un actif alors qu’il reste
inutilisé, conduisent souvent à la diminution des avantages économiques auxquels on
aurait pu s’attendre à disposer grâce à cet actif.

En conséquence, l’ensemble des facteurs suivants doit être pris en considération pour
déterminer la durée d’utilité d’un actif:

 l’usage attendu de cet actif par l’entreprise. Cet usage est évalué par référence à la
capacité ou à la production physique attendue de cet actif;
 l’usure physique attendue, qui dépend des facteurs d’activité telles que les
cadences auxquelles est utilisé l’actif et le programme de maintenance de

45
Mémoire de fin d’étude

l’entreprise, et les soins apportés et la maintenance de l’actif en dehors de sa


période d’utilisation;
 l’obsolescence technique découlant de changements ou d’améliorations dans la
production, ou d’une évolution de la demande du marché pour le produit ou le
service fourni par l’actif; et
 les limites juridiques ou similaires sur l’usage de l’actif, telles que les dates
d’expiration des contrats de location.

La durée d’utilité d’un actif est définie en fonction de l’utilité attendue de cet actif
pour l’entreprise. La politique de gestion des actifs d’une entreprise peut faire intervenir la
sortie d’actifs au bout d’un délai précis ou après consommation d’une certaine quantité
d’avantages économiques représentatifs de cet actif. En conséquence, la durée d’utilité
d’un actif peut être plus courte que sa vie économique. L’estimation de la durée d’utilité
d’une immobilisation corporelle est affaire de jugement basé sur l’expérience qu’a
l’entreprise avec des actifs similaires.

Les terrains et constructions sont des actifs distincts et sont traités distinctement en
comptabilité, même lorsqu’ils sont acquis ensemble. Les terrains ont normalement une
durée de vie illimitée et en conséquence ne sont pas amortis. Les constructions ont une
durée de vie limitée et en conséquence, sont des actifs amortissables. Une augmentation
de la valeur du terrain sur lequel est édifiée une construction n’affecte pas la
détermination de la durée d’utilité de la construction.

Le montant amortissable d’un actif est déterminé après déduction de la valeur


résiduelle de l’actif. Dans la pratique, la valeur résiduelle d’un actif est souvent peu
importante et en conséquence, est insignifiante dans le calcul du montant amortissable.
Lorsque le traitement de référence est adopté et qu’il est probable que la valeur résiduelle
sera importante, la valeur résiduelle est estimée à la date d’acquisition et n’est pas
ultérieurement augmentée des changements de prix. Toutefois, lorsque l’autre traitement
autorisé est adopté, une nouvelle estimation est faite à la date de toute réévaluation
ultérieure de l’actif. Cette estimation est basée sur la valeur résiduelle constatée à la date
de l’estimation pour des actifs similaires qui sont parvenus à la fin de leur durée d’utilité
et qui ont été exploités dans des conditions similaires à celles dans lesquelles l’actif sera
utilisé.

La dotation aux amortissements pour un exercice est en général comptabilisée en


charges. Toutefois, dans certaines circonstances, les avantages économiques représentatifs
d’un actif sont intégrés par l’entreprise dans le cadre de la production d’autres actifs, au
lieu de constituer une charge. Dans ce cas, la dotation aux amortissements fait partie du
coût de l’autre actif et est inclus dans sa valeur comptable. À titre d’exemple,
l’amortissement des installations de production est inclus dans les coûts de fabrication des
stocks.

46
Mémoire de fin d’étude

c2- Immobilisations incorporelles

Le montant amortissable d’une immobilisation incorporelle doit être réparti de façon


systématique sur la meilleure estimation de sa durée d’utilité. Il existe une présomption
qui peut être réfutée que la durée d’utilité d’une immobilisation incorporelle n’excède pas
vingt ans à compter de la date à laquelle l’actif sera prêt à être mis en service.
L’amortissement doit démarrer lorsque l’actif est prêt à être mis en service.

Dans de rares cas, il peut exister des éléments probants et convaincants indiquant que
la durée d’utilité d’une immobilisation incorporelle aura une durée spécifique supérieure à
vingt ans. Dans ces cas, la présomption selon laquelle la durée d’utilité n’excède
généralement pas vingt ans est réfutée et l’entreprise:
 amortit l’immobilisation incorporelle sur la meilleure estimation de sa durée
d’utilité;
 estime la valeur recouvrable de l’immobilisation incorporelle au minimum une fois
par an, afin d’identifier toute perte de valeur ;et
 indique les raisons pour lesquelles la présomption est réfutée ainsi que le(s) facteur
(s) ayant joué un rôle important dans la détermination de la durée d’utilité de
l’actif.

Puisque les avantages économiques futurs d’une immobilisation incorporelle sont


consommés au fil des ans, la valeur comptable de l’actif est diminuée pour refléter cette
consommation. Pour ce faire, on répartit de façon systématique le coût ou le montant
réévalué de l’actif, net de toute valeur résiduelle, en charges sur toute la durée d’utilité de
l’actif. L’amortissement est comptabilisé, qu’il y ait eu (ou non) une augmentation, par
exemple, de la juste valeur ou de la valeur recouvrable de l’actif. Pour déterminer la durée
d’utilité d’une immobilisation incorporelle, il faut considérer plusieurs facteurs,
notamment:
 l’utilisation attendue de l’actif par l’entreprise et le fait que cet actif peut (ou non)
être géré efficacement par une autre équipe de direction;
 les cycles de vie caractéristiques de l’actif et les informations publiques concernant
l’estimation des durées d’utilité de types similaires d’actifs qui sont utilisés de
façon similaire;
 l’obsolescence technique, technologique ou autre;
 la stabilité du secteur d’activité dans lequel l’actif est utilisé et l’évolution de la
demande pour les produits ou services générés par l’actif;
 les actions attendues des concurrents ou des concurrents potentiels;
 le niveau des dépenses de maintenance à effectuer pour obtenir les avantages
économiques futurs attendus de l’actif et la capacité et l’intention de l’entreprise
d’atteindre un tel niveau;
 la durée du contrôle sur l’actif et les limitations juridiques ou autres pour son
utilisation telles que les dates d’expiration des contrats de location liés; et

47
Mémoire de fin d’étude

 le fait que la durée d’utilité de l’actif dépend (ou non) de la durée d’utilité d’autres
actifs de l’entreprise.

Compte tenu de la rapidité de l’évolution technologique constatée, les logiciels et bon


nombre d’autres immobilisations incorporelles sont sujets à l’obsolescence technologique.
Il est donc probable que leur durée d’utilité sera courte.

Le mode d’amortissement utilisé doit traduire le rythme de consommation par


l’entreprise des avantages économiques de l’actif. Si ce rythme ne peut être déterminé de
façon fiable, le mode linéaire doit être appliqué. La dotation aux amortissements doit être
comptabilisée en charges à moins qu’une autre norme comptable internationale permette
ou impose de l’incorporer dans la valeur comptable d’un autre actif.

Différents modes d’amortissement peuvent être utilisés pour répartir de façon


systématique le montant amortissable d’un actif sur sa durée d’utilité. Ces modes incluent
le mode linéaire, le mode dégressif et le mode des unités de production. Le mode
d’amortissement utilisé est choisi sur la base du rythme attendu de consommation des
avantages économiques de l’actif; il est appliqué de façon cohérente et permanente d’un
exercice à l’autre, sauf si le rythme attendu de consommation des avantages économiques
à retirer de l’actif change.

L’amortissement est généralement comptabilisé en charges. Toutefois, les avantages


économiques représentatifs d’un actif sont parfois intégrés par l’entreprise dans la
production d’autres actifs au lieu de constituer une charge. Dans ces cas, la dotation aux
amortissements fait partie intégrante du coût de l’autre actif et elle est incorporée dans sa
valeur comptable. Par exemple, l’amortissement des immobilisations incorporelles
utilisées dans un procédé de production est incorporé dans la valeur comptable des stocks.

d- Mises hors service et sorties

d1- Immobilisations corporelles

Une immobilisation corporelle doit être éliminée du bilan lors de sa sortie ou lorsque
l’actif est hors d’usage de façon permanente et que l’entreprise n’attend plus d’avantages
économiques futurs de sa sortie.

Les profits ou les pertes provenant de la mise hors service ou de la sortie d’une
immobilisation corporelle doivent être déterminés par différence entre les produits de
sortie nets estimés et la valeur comptable de l’actif et doivent être comptabilisés en
produits ou en charges dans le compte de résultat.

Lorsqu’une immobilisation corporelle est échangée contre un actif similaire, le coût de

48
Mémoire de fin d’étude

l’actif acquis est égal à la valeur comptable de l’actif sorti et ne s’accompagne ni de gain
ni de perte.

Les immobilisations corporelles qui sont retirées du service actif et restent détenues en
vue de leur sortie figurent pour leur valeur comptable à la date où l’actif est retiré du
service actif. Au moins à chaque fin d’exercice, l’entreprise teste la dépréciation.

d2 -Transactions de cession-bail

Une transaction de cession-bail est une opération par laquelle le propriétaire d’un bien
le cède à un tiers pour le reprendre à bail. Le paiement au titre de la location et le prix de
vente sont généralement liés car ils sont négociés ensemble. La comptabilisation d’une
opération de cession-bail dépend de la catégorie du contrat de location.

Si une transaction de cession-bail débouche sur un contrat de location-financement,


l’excédent éventuel les produits de cession par rapport à la valeur comptable ne doit pas
être immédiatement comptabilisé en résultat dans les états financiers du vendeur-preneur.
L’excédent doit, au contraire, être différé et amorti sur la durée du contrat de location.

Si l’opération de cession-bail débouche sur une location-financement, la transaction


est pour le bailleur un moyen d’accorder un financement au preneur, l’actif tenant lieu de
sûreté. C’est pourquoi il ne convient pas de considérer un excédent des produits de
cessions par rapport à la valeur comptable comme un produit. Un tel excédent est différé
et amorti sur la durée du contrat de location.

Si une transaction de cession-bail débouche sur un contrat de location simple et s’il est
clair que la transaction est effectuée à la juste valeur, tout profit ou perte doit être
comptabilisé immédiatement. Si le prix de vente est inférieur à la juste valeur, tout profit
ou perte doit être comptabilisé immédiatement; cependant, si la perte est compensée par
des paiements futurs inférieurs au prix du marché, elle doit être différée et amortie
proportionnellement aux paiements au titre de la location sur la période pendant laquelle il
est prévu d’utiliser l’actif. Si le prix de vente est supérieur à la juste valeur, l’excédent
doit être différé et amorti sur la durée d’utilisation.

d3- Immobilisations incorporelles

Une immobilisation incorporelle doit être décomptabilisée (éliminée du bilan)


lorsqu’elle est sortie ou que l’on n’attend plus aucun avantage économique futur ni de son
utilisation ni de sa sortie ultérieure.

Les profits ou pertes résultant de la mise hors service ou de la sortie d’une


immobilisation incorporelle doivent être déterminés par différence entre les produits nets
de sortie et la valeur comptable de l’actif et doivent être comptabilisés en produits ou en

49
Mémoire de fin d’étude

charges dans le compte de résultat. Si une immobilisation incorporelle est échangée contre
un actif, le coût de l’actif acquis est égal à la valeur comptable de l’actif sorti et il n’y a ni
profit ni perte.

Une immobilisation incorporelle qui est mise hors service et détenue en vue de sa
sortie est comptabilisée pour sa valeur comptable à la date à laquelle elle est mise hors
service. L’entreprise procède à des tests de dépréciation d’actifs, au minimum à la clôture
de chaque exercice et comptabilise en conséquence toute perte de valeur.

50
Mémoire de fin d’étude

II- Principaux points de divergences avec le CGNC


marocain
L’application de normes internationales va générer pour les entreprises marocaines des
ajustements ou des changements de méthodes par rapport aux règles comptables
marocaines actuelles. Les principaux écarts trouveront leur origine dans des règles du
CGNC.

Cette partie traite la comparaison des règles d’évaluation des immobilisations. Elle est
d’une importance particulière puisqu’elle traite la composante la plus importante dans la
plus part des entreprises.

1- Les immobilisations corporelles :

a- Définition

La législation marocaine définit les immobilisations corporelles comme étant des


« éléments de l’actif (physique) appartenant à l’entreprise et destinés à être conservés
durablement par celle-ci (hors éléments d’exploitation)».

L’IAS 16 ajoute à cette définition la précision que cet actif doit être destiné « à la
production, la fourniture de biens ou de services, la location ou bien à des fins
administratives ». Cette précision ne constitue pas une contradiction ou une divergence
avec la définition donnée par le CGNC marocain.

La même norme (IAS 16) conditionne l’enregistrement d’un actif dans les
immobilisations corporelles à la double condition suivante :

 Le coût de l’actif peut être évalué de façon fiable ;


 Il est probable que des avantages économiques futurs associés à cet actif iront à
l’entreprise ».

Cette double condition existe aussi chez le CGNC qui exige que l’information
comptable soit pertinente et fiable.

b- Traitement comptable

Les deux référentiels comptables exigent l’évaluation des immobilisations lors de


leur entrée en patrimoine.

b1- Valeur d’entrée :

51
Mémoire de fin d’étude

Les deux législations (marocaine et internationale) préconisent une même manière


de comptabilisation des immobilisations corporelles, soit :
 au coût d’acquisition pour les biens acquis à titre onéreux ;
 au coût de production pour les biens produits par l’entreprise pour elle-même.

Toutefois, il existe une divergence entre les deux législations concernant l’intégration
de certaines charges accessoires dans le coût d’acquisition. D’après le CGNC, les droits
de mutation, les honoraires, les commissions et les frais d’actes ne doivent pas contribuer
à la valeur comptable des immobilisations corporelles, tandis que la norme IAS 16
n’exclut aucune dépense pouvant être considérée comme « frais directs engagés pour
amener l’immobilisation à l’endroit où elle se trouve et la mettre en état de marche pour
l’usage auquel elle est destinée ».

La raison du refus par les comptabilités marocaine et française d’intégrer lesdits


frais dans le coût d’acquisition des immobilisations corporelles est que ces frais sont
considérés par les deux législations comptables précitées comme étant « non représentatifs
d’une valeur vénale ». Quant à l’IAS 16, elle prévoit, avec une logique financière (de
trésorerie) que toute dépense directement affectée à l’acquisition de l’immobilisation fait
partie de sa valeur d’entrée au bilan.

Le traitement des autres frais accessoires fait état d’accord entre les deux
référentiels. Ainsi, ils sont incorporables au coût d’acquisition, selon les deux référentiels,
les frais d’installation nécessaires pour mettre le bien en état d’utilisation, à l’exclusion
des coûts de démarrage (frais d’essais et de mise au point) qui sont à classer parmi les
charges de l’exercice qui leur a donné naissance.

Les deux législations comptables (CGNC et IAS 23), privilégient l’inscription en


charges des frais financiers liés à l’opération d’acquisition d’immobilisation. Toutefois,
les deux référentiels autorisent l’intégration desdits frais dans le coût d’acquisition de
l’immobilisation, à condition que :
 l’emprunt soit spécialement destiné au financement de l’acquisition en
question ;
 l’acquisition soit durable (plus de douze (12) mois).

En ce qui concerne le coût de production, les deux législations comptables (CGNC


et IAS 16) définissent le coût de production comme la somme de toutes les dépenses
générées par le processus de production.

Les deux référentiels comptables n’admettent, que sur des conditions spéciales,
l’inclusion dans le coût des immobilisations produites des :
 frais de démarrage ;
 dépenses de pré exploitation.

52
Mémoire de fin d’étude

Ces conditions spéciales peuvent être soit le caractère direct de ces frais, soit les
spécificités de l’activité de l’entreprise.

Pour le traitement des immobilisations acquises par voie d’échange , le CGNC


stipule que « les immobilisations acquises par voie d’échange entrent en patrimoine de
l’entreprise à la valeur actuelle du bien cédé, présumée égale à celle du bien acquis ou à la
valeur actuelle dont l’estimation est la plus sûre ».

L’expression « estimation la plus sûre » revient à retenir la valeur de celui des deux
actifs qui présente la plus grande objectivité (par référence à un marché par exemple).

Quant à l’IAS 16 révisée, l’évaluation du coût d’entrée des immobilisations


acquises par voie d’échange est la suivante:

 une immobilisation corporelle, acquise par échange contre un bien de nature


et/ou de valeur différente, est entrée en patrimoine à la valeur vénale du bien
acquis ;
 une immobilisation corporelle acquise par échange contre un bien semblable
servant à des fins analogues dans la même tranche d’activité et ayant une valeur
actuelle semblable, est évaluée à la valeur comptable du bien donné en échange
(ajusté le cas échéant pour tenir compte des spécificités du contrat d’échange).

La divergence qui existe entre les deux référentiels sur ce point réside dans le fait que
le CGNC considère l’échange des immobilisations comme une opération de cession suivie
d’une acquisition. Tandis que l’IAS 16 révisée n’admet cette solution que lorsque les
immobilisations échangées sont dissemblables.

La raison de cette différence découle du fait que lorsque les immobilisations à


échanger sont semblables, la plus value qu’une entreprise pourrait dégager de l’opération
d’échange en utilisant la méthode de « valeur actuelle », pourra être assimilée à une
réévaluation partielle ce qui n’est pas admis par le cadre comptable de l’IASB.

b2- La valeur d’inventaire

Le CGNC et les normes IAS prévoient que les entreprises ont l’obligation de tenir
des inventaires au moins une fois par exercice comptable. Lors de cet inventaire,
l’entreprise procède à l’évaluation de ses immobilisations avec l’hypothèse de continuité
d’exploitation.

Lors de l’inventaire, le CGNC oblige l’entreprise à déterminer « la valeur actuelle »


de chaque immobilisation. L’équivalent de ce concept dans les normes IAS est fourni par
l’IAS 36 qui parle d’une « valeur recouvrable ». Les deux concepts signifient la valeur la
plus élevée entre la valeur du marché (son prix net) et la valeur d’utilité économique qui

53
Mémoire de fin d’étude

est la somme des cash flow résiduels actualisés.

La détermination de la valeur d’inventaire découle de la comparaison de la « valeur


actuelle » (valeur recouvrable) et la valeur nette d’amortissement (valeur comptable pour
l’IAS 36) telle que fournie par le plan d’amortissement. La procédure de détermination est
la suivante:

 si la valeur actuelle est supérieure ou égale à la valeur nette d’amortissement :


par prudence, la valeur d’inventaire est la valeur nette d’amortissement (valeur
comptable pour l’IAS 36) ;
 si la valeur actuelle est inférieure à la valeur nette d’amortissement : la valeur
d’inventaire est la valeur actuelle (ou valeur recouvrable) avec la constatation
de la dépréciation au compte de résultat comme amortissement ou provision.

A l’arrêté des comptes, la valeur comptable nette de l’immobilisation est la valeur


d’inventaire telle que définie dans ce paragraphe.

b3- La correction de la valeur :

La correction de la valeur d’entrée ou de la valeur comptable nette de


l’immobilisation se fait lorsque à la date de l’arrêté comptable, la valeur actuelle se trouve
considérablement inférieure à la valeur nette d’amortissement (ou valeur comptable selon
l’IAS 36):

 si la dépréciation constatée est définitive, l’entreprise enregistre la différence


dans le compte de résultat sous forme d’amortissement ;
 si la dépréciation constatée n’est pas définitive, l’entreprise constate une
provision.

b3 .1-L’amortissement:

Pour le CGNC « l’amortissement est la répartition de la différence entre la valeur


d’entrée et la valeur résiduelle sur la durée d’utilisation de l’immobilisation ».

Cette définition ne diffère pas de celle donnée par l’IAS 16 révisée qui le considère
comme « la consommation des avantages économiques liés à un actif (…) le montant
amortissable est réparti de façon systématique sur la durée d’utilité de l’actif ».

Il est à remarquer que le montant amortissable pour le CGNC est égal à la valeur
d’entrée moins la valeur résiduelle, ce qui correspond bien à la consommation des
avantages économiques de l’actif consommés pendant la durée d’utilité de cette
immobilisation, telle que définie par l’IAS 16 révisée.

54
Mémoire de fin d’étude

La constatation de l’amortissement (dépréciation ou consommation) peut se faire


dans les deux référentiels comptables d’une manière linéaire ou dégressive. En revanche,
le CGNC diffère de l’IAS 16 révisée en ce qui concerne la troisième méthode
d’amortissement où il prévoit exceptionnellement la méthode progressive, tandis que
l’IAS 16 révisée prévoit le mode des unités de production. Les deux législations
comptables incitent les entreprises à choisir parmi ces méthodes celle qui convient le
mieux au rythme de la dépréciation.

Il découle du calcul de l’amortissement, la détermination de la valeur nette


d’amortissement à comparer suivant les deux référentiels avec la valeur actuelle de l’actif
(valeur recouvrable pour l’IAS 36). On signale ici une légère divergence qui consiste à ce
que la constatation d’amortissement exceptionnel ou d’une provision pour une moins
value n’est prévue par le plan comptable marocain que si cette moins value est notable et
durable, alors que cette condition n’est pas prévue par l’IAS 36.

Une autre divergence à signaler concerne l’évaluation individuelle d’un élément


d’actif. En effet, l’IAS 36 prévoit la possibilité d’effectuer cette évaluation en « unités
génératrices de trésorerie » (UGT), tandis que le CGNC prescrit que « les éléments
constitutifs de chacun des postes de l’actif et du passif doivent être évalués séparément ».

b3.2- Les provisions pour dépréciation :

Les provisions pour dépréciation constituent, pour les deux référentiels, la


constatation d’une perte de valeur d’actif jugée réversible. La norme IAS 36 impose de
reprendre une perte de valeur comptabilisée au cours d’exercices antérieurs « si et
seulement s’il y a eu un changement dans les estimations utilisées pour déterminer la
valeur recouvrable de l’actif depuis la dernière comptabilisation d’une perte de valeur ».
Si aucune dépréciation de valeur n’est constatée durant les exercices antérieurs, la
provision n’est reprise que dans la mesure où elle ne conduit pas à constater une valeur
comptable d’un actif supérieure à celle qui aurait été déterminée pour cet actif par le biais
du plan d’amortissement.

Autre principale différence entre les normes marocaines et les normes IFRS en
matière d’immobilisations corporelles concerne la comptabilisation des provisions pour
grosses réparations.

En effet, au Maroc, le CGNC autorise la constitution de provisions pour dépenses


de grosses réparations alors que ces dernières sont interdites par la norme IAS 37.

2- Les immobilisations incorporelles :

a- Définition

55
Mémoire de fin d’étude

Ce chapitre exclue le traitement des immobilisations en non valeur car ces


derniers ne figurent pas au bilan au sens des normes IAS, selon les IFRS, les dépenses les
concernant sont immédiatement passées en charges de l’exercice qui leur a donné
naissance.

Le CGNC définit le contenu des comptes 2220 (brevets, marques, droits et valeurs
similaires) et 2230 (fonds de commerce) comme suit :
 2220 : « correspondant aux dépenses faites pour l’obtention de l’avantage
représenté par la protection accordée pour certaines conditions à l’inventeur, à
l’auteur ou au bénéficiaire de droit d’utilisation » de ces éléments ;
 2230 : « constitué par les éléments incorporels : clientèle, achalandage, droit au
bail, nom commercial et enseigne».

L’absence d’une définition du concept « immobilisations incorporelles », dans le


cadre comptable marocain, nous mène directement à comparer les différences de
traitements comptables entre les deux référentiels.

En ce qui concerne les frais de recherche et de développement, selon le


CGNC, il s’agit des « dépenses qui correspondent à l’activité réalisée par l’entreprise pour
son propre compte en matière de recherche appliquée et développement. En sont donc
exclus les frais entrant dans le coût de production des commandes passées par des tiers »1.

La législation comptable française, et la marocaine aussi, opère une distinction


entre la Recherche fondamentale, la Recherche appliquée et le Développement.

 La Recherche fondamentale regroupe « les travaux qui concourent à l’analyse


des propriétés, des structures, des phénomènes physiques et naturels en vue
d’organiser en lois générales, au moyen des schémas explicatifs et de théories
interprétatives, les faits dégagés de cette analyse »2.

 La Recherche appliquée «est entreprise, soit pour discerner les applications


possibles des résultats d’une recherche fondamentale, soit pour trouver des
solutions nouvelles permettant d’atteindre un objectif déterminé choisi à
l’avance. Elle implique la prise en compte des connaissances existantes et leur
extension dans le but de résoudre des problèmes particuliers ».

 Le Développement «est l’ensemble des travaux systématiques fondés sur des


connaissances obtenues par la recherche ou l’expérience pratique, effectuées en
vue de la production des matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou
services nouveaux ou encore leur amélioration substantielle » 2.

1
M. ABDELADIM & Abelaziz TALBI, « Le plan comptable marocain », page 294.
2
P. DUFILS & C. LOPATER, « Mémento pratique comptable », ed : Francis LEFEBVRE , page 737.

56
Mémoire de fin d’étude

L’IAS 38 révisée définit les activités de recherche et développement comme suit :

 La recherche correspond au « travaux originaux conduits avec l’objectif


d’acquérir une connaissance technique et une compréhension des nouvelles
technologies ».
 Le développement consiste en « la mise en œuvre de plans et d’études pour la
production de matériaux, appareils, produits, procédés, systèmes ou services
nouveaux ou fortement améliorés, en application de découvertes réalisées ou
de connaissances acquises avant le commencement d’une production
commerciale ou d’une utilisation en interne ».

Ainsi, il n’apparaît aucune différence entre les définitions des deux référentiels en
ce qui concerne le concept de recherche et développement.

b- Traitement comptable

La comparaison entre les deux référentiels doit souligner avant tout le caractère très
détaillé de la norme comptable IAS 38 par rapport au CGNC dans le traitement des
immobilisations incorporelles.

Concernant le traitement comptable des dépenses de Recherche et Développement,


le CGNC marocain préfère, comme règle générale, l’enregistrement des frais de recherche
appliquée et du développement dans les charges de l’exercice au cours duquel ils sont
engagés. Cependant, le Code permet, comme méthode acceptée, leur inscription à l’actif
sous réserve de la réunion des conditions suivantes :

 les projets de Recherche et de Développement doivent être nettement


individualisés et leur coût distinctement établi pour être réparti dans le temps à
l’aide notamment d’une comptabilité analytique appropriée ;
 chaque projet doit avoir, à la date d’établissement des états de synthèse, de
sérieuses chances de réussite technique et de rentabilité commerciale et
financière.

Les normes IAS préconisent une approche différente, puisqu’elles rendent


obligatoire :

 l’inscription à l’actif des frais de Développement remplissant les conditions


détaillées dans la première partie du mémoire (probabilité de générer des
bénéfices futurs faisabilité technique…etc).

 L’inscription en charges de tous les frais de Recherche et autres frais de


Développement ne pouvant être pris à l’actif.

57
Mémoire de fin d’étude

Plusieurs remarques peuvent donc être constatées :

 Le CGNC permet, dans un traitement accepté, l’activation des frais de Recherche


appliquée et du Développement, tandis que la norme IAS 38 ne permet en aucun
cas la comptabilisation des frais de Recherche parmi les actifs de l’entreprise. La
position de la norme IAS 38 est justifiée par le fait que les frais de Recherche ne
peuvent pas répondre à une condition essentielle de l’immobilisation, qui est celle
de la probabilité raisonnable de générer des fonds ultérieurs.

 De plus, les conditions exigées par la norme IAS 38 pour l’activation des seuls
frais de Développement sont beaucoup plus strictes que celles formulées par le
CGNC pour la même raison.

 Le CGNC fixe un délai, jusqu’à la date de l’arrêté des comptes, pour pouvoir
démontrer la réalisation des conditions requises afin d’activer les frais de
Recherche et Développement et déterminer rétroactivement le montant de cette
immobilisation. Tel n’est pas le cas pour l’IAS 38 qui stipule qu’ils ne peuvent pas
être inscrits à l’actif que les dépenses postérieures à la connaissance du caractère
activable des frais de Développement, les coûts enregistrés en charges avant ce
moment ne sont pas à contenir dans le coût d’entrée en immobilisation des frais de
Développement.

b1- Coût d’entrée :

Pour les méthodes d’évaluation, le CGNC ne précise pas des modalités


particulières pour les immobilisations incorporelles, ils subissent donc les mêmes règles
d’évaluation du coût d’entrée que les immobilisations corporelles.

Il découle de la comparaison des règles d’évaluation des immobilisations


incorporelles selon le CGNC et l’IAS 38 les remarques qui suivent :

Le coût d’entrée des immobilisations incorporelles est déterminé selon l’IAS 38 :


 soit par les coûts diminués du cumul des amortissements (méthode
préférentielle);
 soit par le montant réévalué dit de juste valeur, moins le cumul des
amortissements et pertes des valeurs (méthodes autorisées).

Le CGNC n’accepte que la première méthode, qui est celle de la valeur comptable
diminuée du cumul des pertes de valeur.

L’amortissement des immobilisations incorporelles est prévu par l’IAS 38 sur la

58
Mémoire de fin d’étude

durée d’activité de l’immobilisation.

Le CGNC ne déroge pas à cette règle en définissant la durée d’amortissement


comme la plus courte entre la durée de vie et celle d’utilisation.

Ainsi, les deux référentiels se concordent généralement sur le traitement des


immobilisations incorporelles sous réserve des dispositions relatives aux frais de
recherche et développement.

En ce qui concerne les frais de Recherche et Développement (R&D), le CGNC


ne prévoit aucune règle spécifique précisant leur évaluation. Les méthodes d’évaluation de
leur valeur d’entrée, selon le CGNC, sont donc les mêmes que celles retenues pour les
immobilisations corporelles produites par l’entreprise pour elle-même. Il s’agit des règles
servant à calculer le coût de production comme une somme de :

 coût d’utilisation des matières consommées ;


 charges directes ;
 fractions de charges indirectes de production.

Les intérêts des capitaux empruntés pour financer la fabrication d’une


immobilisation peuvent être inclus dans les coûts de production lorsqu’ils concernent la
période de fabrication.

Il n’apparaît donc pas de divergence entre les deux modes d’évaluation du coût
d’entrée des frais de R&D en ce qui concerne les éléments à prendre en considération.

b2- Amortissement

Le mode et le traitement comptable de l’amortissement des immobilisations


incorporelles est le même que celui des immobilisations corporelles, toutefois, il est à
souligner que selon le CGNC, les frais de Recherche et Développement doivent être
amortis sur une durée maximale de cinq (5) ans avec une exception de pouvoir prolonger
ce délai jusqu’à la limite de « la durée d’utilité de ces actifs ». Quant à l’IAS 38, elle
stipule que tout incorporel doit être amorti sur sa durée de vie, celle-ci étant présumée
inférieure à vingt (20) ans.

En effet, l’amortissement est calculé pour un actif dont l’utilisation par l’entreprise
est déterminable, cette utilisation se déterminant au travers de la consommation des
avantages économiques attendus de l’actif. Autrement dit, si un actif permet de générer
pendant une durée limitée des avantages économiques pour l’entreprise (des recettes, des
moyens d’exercer son activité, ..) elle est amortissable sur la durée de « consommation » ;
à contrario, un actif qui n’a pas cette durée de vie limitée n’est pas amortissable.

59
Mémoire de fin d’étude

C’est ainsi que l’on peut distinguer des biens amortissables de biens non
amortissables comme des fonds de commerce.

Les normes internationales considèrent que l’amortissement est la répartition


systématique du montant amortissable d’un actif sur sa durée d’utilité. Ceci conduit à
considérer par défaut que tous les biens sont amortissables.

La différence primordiale va résider dans l’amortissement des fonds de commerce,


marques et autres éléments incorporels qui peuvent représenter dans les comptes des
entreprises des valeurs significatives. Ainsi, à partir des normes IAS, la durée de vie
présumée des fonds de commerce est de 20 ans.

Il est à signalé que contrairement à l’IAS 36, le CGNC ne donne aucune précision
sur les modalités et pratiques de détermination de la valeur d’usage pour les
immobilisations corporelles et incorporelles, en particulier en ce qui concerne la notion
d’unités génératrices de trésorerie, ou d’exemples d’application permettant de faciliter sa
mise en œuvre.

3- Les immobilisations prises en location :

a- la location financement

Il s’agit de l’une des grandes divergences qui existent entre le CGNC et la norme
IAS 17. L’origine de la divergence réside dans la différence du rôle du bilan dans
l’analyse. Si le rôle assigné au bilan par le CGNC marocain est de fournir une information
sur la situation patrimoniale de l’entreprise, en y incorporant tous les éléments détenus
juridiquement par l’entreprise, le cadre de l’IASB estime que le bilan doit servir à
l’évaluation de la situation financière de l’entreprise en y incorporant tous les éléments qui
aident l’entreprise à dégager des avantages économiques futurs, abstraction faite de la
forme juridique de la détention desdits éléments par l’entreprise.

La position du cadre de l’IASB est justifiée par le principe de « la prééminence de


la substance sur la forme » qui privilégie la propriété économique sur la propriété
juridique. En revanche, le CGNC a rejeté ce principe en privilégiant la forme juridique de
détention sur sa forme économique.

Les raisons de cette divergence résident dans la différence du principal utilisateur à


servir selon l’un ou l’autre référentiel. En effet, le CGNC privilégie les établissements de
crédit en leur fournissant l’information sur les actifs détenus juridiquement par
l’entreprise pour servir comme gage à leurs crédits octroyés. A l’opposé, le cadre
comptable de l’IASB essaye de servir plutôt l’investisseur sur le marché financier en lui
présentant au bilan les éléments qui permettent à l’entreprise de générer des flux de
trésorerie indispensables à l’évaluation des titres.

60
Mémoire de fin d’étude

a1- Comparaison :

- Lors de la signature du contrat

L’IAS 17 prévoit que, sous certaines conditions, le bien acquis en location-


financement (crédit-bail) est comptabilisé parmi les immobilisations de l’entreprise
locatrice avec l’enregistrement d’une dette correspondante à son passif. Le CGNC
n’autorise pas cette comptabilisation puisque le bien acquis en crédit bail n’est pas une
propriété de l’entreprise locatrice.

- Au cours de la durée du contrat

Selon l’IAS 17, le bien est amorti, soit sur la durée d’utilisation, s’il est certain que
le preneur deviendra propriétaire à la fin du bail ; soit sur la plus courte durée entre la
durée d’utilisation et celle du bail. Les loyers sont comptabilisés en distinguant la charge
financière et le remboursement du principal. La charge financière doit être répartie sur les
différents exercices pendant la durée du bail de façon à obtenir un taux d’intérêt constant
sur le solde restant dû en passif au titre de chaque période.

Selon le CGNC, les redevances du crédit- bail sont comptabilisées en charge.

- Cas particulier de cession du contrat de bail

Selon l’IAS 17, tout éventuel excédent des produits de cession, par rapport à la
valeur comptable chez le preneur, doit être différé et amorti sur la durée du contrat de
location. Selon la même norme, l’opération est un moyen pour le bailleur de financer le
preneur. C’est pourquoi il ne faut pas considérer la plus value dégagée comme un profit
réalisé immédiatement. Selon le CGNC, le produit réalisé suite à la cession du contrat est
égal au prix de cession.

- Lors de la levée de l’option d’achat

Pour l’IAS 17, il s’agit de l’extinction de la dette, le bien étant enregistré déjà à
l’actif à sa valeur résiduelle.

Pour le CGNC, le bien est porté au bilan de l’acquéreur pour son coût d’acquisition
qui est généralement le prix convenu dans le contrat de bail. Le bien, étant une nouvelle
immobilisation, est amorti sur la durée d’utilisation estimée lors de la levée du contrat.

a2- Impact sur le résultat

Malgré les grandes différences de traitement entre les deux référentiels comptables

61
Mémoire de fin d’étude

concernant le contrat de crédit-bail, il n’existe aucun impact sur le résultat net de


l’exercice présenté par chacun d’entre eux, puisque la redevance comptabilisée comme
charge chez le CGNC correspond bien à la somme de l’amortissement et de la charge
financière prévue dans les charges par l’IAS 17.

b- La location simple

b1- Définition

Selon l’IAS 17 « les contrats de location simple désignent tout contrat de location
autres que les contrats de location –financement ». Ce sont des contrats de location qui ne
satisfont pas les conditions nécessaires pour être considérés comme des contrats de
location – financement.

Cette définition ne comporte pas de divergences avec la location telle qu’appliquée


au Maroc.

b2- Traitement comptable

Les deux référentiels (CGNC & IAS17) s’accordent sur le traitement comptable
suivant :

 Chez le preneur :
Le bien loué ne figure pas dans le bilan du preneur. Le compte de résultat
enregistre en charges, les locations et charges locatives.

 Chez le loueur :
Le bien donné en location figure toujours dans le bilan du loueur. Celui-ci doit
constater les amortissements le concernant. Les revenus relatifs à la location doivent être
passés dans les produits du compte de résultat.

Conclusion de la première partie


Devant les exigences de l’ouverture économique internationale que le Maroc a
choisi d’adopter, celui-ci ne peut qu’admettre l’adoption des normes comptables
internationales IAS/IFRS. C’est ce qui a été d’ailleurs recommandé par le rapport ROSC
de la Banque mondiale (2001) et le rapport du Groupement français : Conseil National de
le Comptabilité, Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes et Conseil
Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.

La question est de savoir comment et quand le moment sera opportun pour une
éventuelle adoption ?

62
Mémoire de fin d’étude

Pour répondre à la première question, il nous faut tout d’abord examiner les
différentes formes d’adoption dont on dispose. Ils existent trois formes d’adoption des
normes de l’IASB :

 Adoption au plan national des normes IAS/IFRS ;


 Adoption des normes IAS/IFRS comme complément des normes nationales ;
 Adoption des normes IAS/IFRS comme substitut aux normes nationales.

La première solution consisterait à remplacer les normes nationales par les normes
internationales. Elle a été adoptée dans 8 pays : Croatie, Chypre, Lettonie, Koweït, Malte,
Oman, Pakistan, Trinidad & Tobago 3. Il existe plusieurs variantes de cette solution : des
normes nationales sont développées sur des sujets non couverts par l’IASB, ou ces normes
sont parfois modifiées pour tenir compte des circonstances locales.

Cette solution semble impossible dans le cas marocain qui dispose déjà d’un cadre
comptable solide. Le CGNC a pu assurer l’équilibre d’information entre les préparateurs
et les utilisateurs de l’information durant sa durée d’existence. Il a rempli des fonctions
spécifiques dans l’environnement économique, légal et social.

La deuxième solution qui préconise d’adopter les normes internationales comme


compléments des normes nationales à travers :
 La réconciliation formelle avec les normes internationales, dans des tableaux de
passage, des principales grandeurs comptables telles que le résultat et les capitaux
propres. Cette solution pose un problème de comparabilité et de pertinence du fait
que les utilisateurs des informations comptables auront le choix entre les grandeurs
établies à l’aide des règles locales ou celles établies à l’aide des normes
internationales.
 Retraitement intégral des états financiers. Ceci signifierait la publication de deux
séries de comptes : nationaux et internationaux. Cela pose les mêmes problèmes de
la solution précédente.
 Ajouter des informations, aux états financiers nationaux, établies à l’aide des
normes internationales.

La troisième solution, qui consiste au remplacement de la réglementation


comptable nationale par la réglementation internationale au moins pour les états financiers
consolidés , semble avoir plus de chances d’être la plus apte aux exigences de
l’harmonisation comptable internationale et ce pour plusieurs raisons :
 C’est cette même solution qui sera adaptée par l’Union européenne (notre plus
grand partenaire économique) ;

3
C. Simon et H. Stolowy, « vingt ans d’harmonisation comptable internationale », 25 janvier 1999.

63
Mémoire de fin d’étude

 Les normes comptables internationales concernent les comptes consolidés ce qui


correspond bien au remplissage de la faiblesse de la réglementation locale en la
matière ;
 C’est cette même solution qui a été préconisée par la Banque mondiale et le
groupement français susvisé ;
 Cette solution aurait des effets bénéfiques sur la relance du marché financier
marocain.

Toutefois, l’adoption des normes comptables internationales à toutes les catégories


d’entreprises ne parait pas avoir des effets bénéfiques sur l’augmentation de la qualité de
l’information comptable. En effet, les besoins de publication des petites et moyennes
entreprises, qui visent à minimiser le résultat net de l’exercice (plus perçu comme une
base imposable), ne paraissent pas conformes à ce que propose les normes IAS/IFRS qui
cherchent à présenter un résultat net attirant les investisseurs sur le marché financier.

Ainsi la convergence de la comptabilité marocaine vers les normes comptables


internationales IAS/IFRS suscite les interrogations suivantes :

 Jusqu’à quel point l’application totale des normes IAS/IFRS réussira dans un
contexte économique et culturel non approprié ?
 L’application partielle des normes IAS/IFRS, ne conduirait-elle pas à une
dualité entre l’image fidèle pour les grandes entreprises et celle pour les petites
et moyennes entreprises ?
 Enfin, quel serait le degré de satisfaction des entreprises marocaines, compte
tenu du besoin d’information, tenant compte des changements qu’impliquerait
l’alignement de la comptabilité marocaine sur les normes IAS/IFRS ?

64
Mémoire de fin d’étude

Deuxième Partie
L’impact des normes IAS-IFRS
sur l’actif immobilisé de Maroc
Telecom

65
Mémoire de fin d’étude

I- Gestion du patrimoine immobilisé à Maroc


Telecom : Division des Immobilisations
Maroc Telecom possède un patrimoine considérable de part l'importance des
installations techniques et de l'immensité de son patrimoine foncier d'où la nécessité d'un
organe dont l'occupation sera le suivi du flux comptable des biens immobilisés. Ce
patrimoine est donc géré de manière comptable par la Division Immobilisations.

Le patrimoine immobilisé dont s'occupe ce service est constitué des installations de


commutations, les câbles, le matériel informatique, le matériel et mobilier de bureau,
taxiphones, véhicules de transport, biens fonciers, le matériel de transmission (BTS:
Antennes et installations annexes, BSC : installations contrôlant les BTS et les MSC :
installations de transmission.

Les principales missions attribuées à cette division sont: le recensement et


l'inventaire du patrimoine, le suivi et le rapprochement comptable et le suivi physique des
immobilisations.

Cette division a donc pour objectif de justifier les montants qui figurent dans l'actif
sous forme de matériel immobilisé.

Elle se répartit en deux services (gestion de mise en service et gestion de mise des
encours) qui sont inséparables et dépendants.

Les services se répartissent à leur tour en plusieurs sous services selon la nature de
l'immobilisation, c'est ce qui justifie la particularité du travail effectué par chaque agent.

Parmi les agents de la division, on peut citer:


 Le responsable du mobile ;
 Le responsable du fixe ;
 Le responsable du matériel informatique ;
 Le responsable de terrains et constructions ;
 Le responsable de calcul des dotations d'amortissement.

66
Mémoire de fin d’étude

1-Organigramme de la Division Immobilisation

Division Immobilisation

Service Gestion des Immobilisations Service Analyse et suivi des


-Mise en service du mobile : encours
commutation et transmission -Suivi et analyse de l’encours central
-Mise en service du fixe et Internet : (Fixe, Mobile et Internet)
commutation, transmission du fixe -suivie analyse de l’encours relatif
-Mise en service : foncier, matériel du aux domaines : foncier, matériel et
bureau, matériel informatique, divers mobilier du bureau, matériel
matériel et outillage et véhicules. informatique et autres.
-Administration de la base des
Immobilisations, suivi des transferts,
mise en rebut, dépréciation, fiscalité
liée aux immobilisations, codification
analytique, calcul d’amortissement.

2-Gestion comptable du patrimoine immobilisé : Système ABEL:

A l'exception des autres divisions de la comptabilité, la division immobilisation ne


possédait pas un système intelligent ce qui entraînait un certain retard en matière
d'informatisation.

Vue donc, la complexité des travaux réalisés à ce niveau, et pour remédier à ce


problème la Direction des Immobilisations a réalisé un système ABEL qui a été octroyé
avec les systèmes AP (Account Payable) et GL (le Grand Livre).

Parmi les objectifs de ce système on peut citer:


 il permet le calcul des dotations d'amortissement.
 il permet de stocker l'ensemble des informations concernant les immobilisations.
 il facilite les tâches des agents de la Direction des Immobilisations.

Malheureusement, ce système qui opérationnel depuis 2004 et était réalisé avec la


collaboration de l'entreprise française « GUILLIMO» ainsi que d'autres intervenants n’a
pas pu être mis en place en totalité.

 Procédure

La gestion comptable du patrimoine immobilisé, elle suit plusieurs étapes:

67
Mémoire de fin d’étude

 La Direction Achat envoie à la Direction des Immobilisations une copie du contrat


d’achat.

 La division comptabilité générale envoie à la Direction des Immobilisations la saisie


faite sur AP et GL plus les copies des factures.

 La Direction des Immobilisations établit la fiche de valorisation prévisionnelle


pour distinguer le hard (immobilisation corporelle) du soft (immobilisation
incorporelle) en pourcentage, et procède à une validation théorique (c'est-à-dire
l'évaluation du coût total en devise).
Coût total=fournitures + prestations

 Suite à l'envoie de la situation récapitulative (situation mensuelle des mises en


service) et la fiche classeur par le chef technique du centre, la Direction des
Immobilisations procède à la valorisation réelle, c'est à dire l'évaluation du coût
total en DH pour chaque centre, en prenant compte du montant des frais
accessoires et le taux de change qu'il faut actualiser chaque mois. Le montant des
frais accessoires (frais de droit de douane, de transit et l'ODEP) va être réparti au
prorata des lignes de service et ce en multipliant par le coefficient (coefficient =le
montant de mise en service le montant facturé).

 La Division Immobilisations reçoit en premier lieu des fiches de mise en service


provenant des directions régionales. Ces fiches sont envoyés après installation de
l'immobilisation et comportent le nombre d'unités d’œuvres et le prix brut.

 Après la transmission de l'ensemble des fichiers à l'agent responsable des


dotations, il procède dans un premier temps à la fusion de tous les fichiers et saisit
alors les données sur une application informatique (système ABEL) qui calcule
automatiquement le montant de l'amortissement de l'immobilisation.

 Les données sont alors transmises au système AP (organe centralisateur des


données comptables de Maroc Telecom).

 Le journal de virement

Il est établit à chaque arrêté, qui est généralement annuel, mais suite à une demande
des directeurs d 'IAM , le service peut procéder à un virement provisoire vers le sixième
mois, et ceci en vue d'avoir une idée sur la situation actuelle des mises en service et des
encours. Cependant le virement définitif qui sera enregistré au niveau de la comptabilité
générale est celui relatif au 31/12.

68
Mémoire de fin d’étude

3-Propriétés immobilières de Maroc Telecom

Pour les besoins de l'exploitation de ses réseaux et pour ses fonctions


commerciales, support et administratives, Maroc Telecom est implantée sur près de 4 500
sites (bâtiments, terrains, etc.) répartis sur l'ensemble du territoire marocain dont 3 350
sites loués et 1 150 appartenant comptablement à Maroc Telecom.

Les 1150 sites concernent essentiellement des sites historiquement détenus par le
Royaume du Maroc et transférés automatiquement par ce dernier à Maroc Telecom lors de
sa constitution en 1998, conformément à la loi 24-96 via son apport en nature, étant
précisé qu’à cette date, les titres de propriété n’étaient pas disponibles en raison de retards
dans l’accomplissement des formalités d’immatriculation et d’enregistrement auprès de la
conservation foncière.

Maroc Telecom entreprend actuellement ces régularisations afin de disposer


formellement de la propriété juridique. L’achèvement de ces opérations administratives
est prévu pour la fin du deuxième semestre 2005, étant précisé que ce calendrier est
indicatif dans la mesure où la régularisation de ces sites dépend notamment de la durée
des démarches administratives.

Il convient de noter que, d’une part, aucun incident n’a été constaté sur les
régularisations opérées à ce jour et que, d’autre part, l’évaluation des coûts inhérents à ces
opérations (paiement de droits d’enregistrement) et / ou les risques financiers éventuels
susceptibles de naître de la contestation de ces titres sont jugées non significatifs.

Les commissaires aux comptes ont attiré l’attention sur ce sujet dans leurs rapports
sur les comptes annuels depuis 1998 en réservant leur opinion faute d’avoir une
information portée à l’attention des actionnaires notamment dans l’ETIC. Cette réserve est
reprise sous forme d’observation dans la certification des comptes consolidés dans la
mesure où l’annexe aux comptes consolidés fait état de la situation.

Par ailleurs, il convient de noter que les biens meubles et immeubles affectés aux
oeuvres sociales relevant du domaine privé de l’Etat ou appartenant à l’ONPT n’ont pas
été transférés à la Société. Ils le seront dès que les formalités prévues par la loi 24-96
(articles 108 et 109) relative à la poste et aux télécommunications seront accomplies.

4-Propriété intellectuelle de Maroc Telecom

Au 31 décembre 2003, Maroc Telecom détenait quelques 269 marques et noms


commerciaux (marques protégées et demandes de marques), 2 brevets et un modèle.

Itissalat Al Maghrib, Maroc Telecom, Jawal, El Manzil, Kalimat, Menara, Fidélio,


les pages jaunes de Maroc Telecom, Maghribcom et Mouzdaouij comptent parmi les

69
Mémoire de fin d’étude

principales marques et noms commerciaux qui sont la propriété du groupe au Maroc.

Le premier brevet, déposé en 1997, concerne la réalisation complète avec prototype


d’un dispositif d’extrémité de transmission numérique TNR. Cet équipement est utilisé
pour le raccordement des clients au réseau numérique à intégration de service de Maroc
Telecom Marnis et a été à l’origine de l’introduction du réseau numérique jusqu’au client.

Le deuxième brevet, déposé en 1999 concerne la réalisation complète avec


prototype d’un dispositif de télé-affichage via un réseau de radio messagerie nommé
RAKKAS.

Cet équipement sans fil permet d’afficher les informations bancaires, boursières ou
autres sur n’importe quel site couvert par le réseau de radio messagerie RAKKAS. Le
modèle déposé en 2002 concerne la mise en oeuvre d’un nouveau design des abris
téléphoniques pour publiphone à installer dans les lieux publics. Ce design a été étudié
pour l’environnement marocain et tient compte entre autres des contraintes mécaniques,
électriques, électromagnétiques (décharges électriques, rayonnement, orages) et sonore
pour permettre à l’usager une utilisation confortable et en toute sécurité du publiphone.
Cet abri est actuellement largement déployé par Maroc Telecom.

Les marques, noms commerciaux et les brevets détenus actuellement par Maroc
Telecom sont protégés sur tout le territoire national pour une durée de 20 ans
(indéfiniment renouvelable) à compter de la date de leur dépôt. Cette durée a été réduite à
dix ans (indéfiniment renouvelable) à partir du 17 décembre 2004, date d’entrée en
vigueur de la nouvelle loi n°17-97 sur la protection de la propriété industrielle et
commerciale.

Maroc Telecom s'attache à prendre toutes les mesures à la fois nécessaires et


opportunes afin de protéger les marques, les brevets et le modèle qu'elle a développés.

Maroc Telecom dispose également d'un département de recherche et


développement qui travaille sur les produits de la Société. Ces recherches aboutissent
généralement à l’introduction de nouveaux produits et/ou services ou à des
transformations ou améliorations des produits existants, sans pour autant que ces travaux
puissent être considérés comme des inventions ou des procédés brevetables. Ces
perfectionnements apportés à une invention protégée peuvent faire l’objet d’un dépôt en
vue de leur protection par un titre appelé certificat d’addition dont les formalités de dépôt
sont identiques à celles du brevet principal.

IAM lance actuellement auprès de ses collaborateurs un concours d’innovation


visant à primer les meilleures idées ou projets avec, le cas échéant, des débouchés pour la
Société en termes de dépôt de brevet, marque ou modèle.
Les droits d’utilisation des marques et noms commerciaux concédés à Maroc

70
Mémoire de fin d’étude

Telecom sont décrits dans les contrats de service conclus avec ses contractants. Certains
contrats de vente de services et produits du Pôle Mobile et du Pôle Fixe et Internet de
Maroc Telecom confèrent aux revendeurs le droit d’exploiter les marques de Maroc
Telecom pendant la durée d’exécution du contrat et conformément à la procédure
convenue entre les parties.

En outre, la marque « Maroc Telecom » a été déposée en France en 1997 par un


tiers pour désigner des services de télécommunication, des équipements pour le traitement
de l’information et des ordinateurs.

5-Retraitement des IFRS à Maroc Telecom

Avec l’arrivée du groupe Vivendi Universal, Maroc Telecom a entrepris une


analyse des actifs de ses réseaux fixe et mobile. A l’issue de cette analyse, ont été
enregistrées des dotations exceptionnelles aux amortissements et provisions
comptabilisées dans le poste «Charges et produits exceptionnels ».

Elles comprennent les effets de l’opération d’harmonisation des durées


d’amortissement avec celles retenues par le groupe Vivendi Universal, l’incidence de
dysfonctionnements dans les process de mise en service des immobilisations et enfin la
prise en compte des conclusions d’inventaires opérés à cette date sur ces actifs des réseaux
fixe et mobile mettant en évidence des risques de réalité ou d’obsolescence.

 Normes IFRS

En application du règlement européen n°1606/2002 applicable aux sociétés cotées


sur es Bourses de valeurs de l’Union européenne (UE) et conformément à la norme IFRS1
«Première adoption des normes IFRS en tant que référentiel comptable», les comptes
consolidés de Maroc Telecom sont, depuis le 1er janvier 2005, établis selon les normes
comptables internationales (IFRS).

Afin de publier cette information comparative, Maroc Telecom a préparé un bilan


d’ouverture au 1er janvier 2004, date de transition aux normes IFRS, point de départ pour
appliquer ces normes et date à laquelle les incidences liées à la transition seront
enregistrées, principalement en capitaux propres.

Le projet de conversion aux normes IFRS initié au cours du quatrième trimestre


2003 comprend principalement les phases suivantes :

 Une première phase de « lancement » a permis de modéliser la conduite du projet,


d’y affecter des ressources, et de sensibiliser et former les principaux acteurs.

71
Mémoire de fin d’étude

 Une seconde phase de diagnostic a permis d’identifier les principales différences


entre les méthodes comptables appliquées par Maroc Telecom (normes comptables
françaises) et les normes comptables internationales (IFRS).

 La troisième phase d’évaluation des impacts de la conversion aux normes IFRS est
en cours de finalisation.

La dernière phase de mise en oeuvre des modifications induites par le changement


de référentiel porte notamment sur la production d’un bilan d’ouverture au 1er janvier
2004 et la mise en place d’une procédure pour la production régulière de comptes IFRS en
2005, avec comparatifs 2004.

Certaines normes et interprétations importantes, qui seront en vigueur au 31


décembre 2005, ont été publiées dans leur version définitive par l’IASB plus tardivement
qu’initialement prévu (l’IASB s’était initialement engagé à publier les derniers textes
applicables en 2005 au plus tard le 31 mars 2004). Compte tenu de l’émission récente de
certaines normes et interprétations IFRS, de leur faible mise en pratique et d’un nombre
limité d’interprétations, certaines transactions sont encore en cours d’analyse. Les impacts
dus au passage aux normes IFRS ne sont donc pas encore exhaustifs et d’autres impacts,
en cours d’analyse, pourront être probablement induits par le nouveau référentiel.

 Les principales divergences identifiées à ce jour peuvent se résumer comme


suit :

 Suppression de l’amortissement des écarts d’acquisition et mise en place de tests


de dépréciation selon les dispositions des IFRS 3, IAS 36 et 38 ;
 Différences des modalités de reconnaissance du chiffre d’affaires et des coûts
d’acquisition des clients notamment selon les dispositions des IAS 2 et 18 ; en
particulier comptabilisation des subventions abonnés en moins du chiffre d’affaires
«ventes d’équipements » à hauteur de la marge brute qu’elles dégagent, en charge
de période pour le solde ;
 Règles de présentation et d’évaluation des immobilisations corporelles et
incorporelles et des stocks selon les dispositions des IAS 2, 16, 36 et 38 ;
 Reventilation du résultat exceptionnel en résultat opérationnel et financier
 Classement bilanciel des actifs et passifs financiers, et leur évaluation à la juste
valeur ou selon la méthode du coût amorti selon les cas.

72
Mémoire de fin d’étude

Retraitement des immobilisations de Maroc Telecom selon les IFRS

Sujet Traitement actuel Traitement IFRS Traitement


US GAAP
Cartes SIM Les cartes SIM sont  Les cartes SIM sont Idem IFRS
comptabilisées en inscrites en immobilisations
charges de l’exercice de incorporelles encours lors de
consommation. leurs acquisition et sont
reclassées en immobilisations
définitives amortissables sur 2
ans lors de leurs activations.
Les cartes SIM remplissent les
conditions de l’IAS 38 révisée
pour être considérées comme des
immobilisations incorporelles :
 Les cartes SIM sont
nécessaires à la mise en place
d’un abonnement qui génère
des avantages économiques
futurs ;
 Le coût des cartes SIM peut
être mesuré d’une manière
fiable ;
 Les cartes SIM sont
séparables, dans la mesure où
les abonnements peuvent être
cédés, concédés, échangés
conjointement avec le contrat
d’abonnement ;
 Les cartes SIM sont la
propriété se l’opérateur et
durant la période
contractuelle de
l’abonnement, au minimum,
l’abonné est lié au réseau
auquel il a souscrit.
L’opérateur détient donc le
contrôle des avantages
économiques sur la période
contractuelle de
l’abonnement ;
 La carte SIM est nécessaire
pour mettre l’abonnement en
fonction, dont des avantages
économiques futurs sont
attendus.

73
Mémoire de fin d’étude

Pièces de Les pièces de rechange Idem IFRS


Les pièces de rechange sont
rechange sont comptabilisées en jugées utilisables sur plus d’un
charges de l’exercice exercice et dédiées au matériels
de consommation. les concernant. Par conséquent,
elles doivent, selon l’IAS 16,
être comptabilisées avec leurs
équipements respectifs.
 les pièces de rechange
acquises dans le cadre du marché
d’acquisition d’équipement
suivent les mêmes règles de mise
en service et d’amortissement des
équipements liés ;
 les pièces de rechange
acquises dans le cadre d’un
marché spécifique aux pièces de
rechange sont mises en service
immédiatement et amorties sur la
durée résiduelle des équipements
liés ou bien sur leur durée
d’amortissement initiale si
l’information sur la durée
résiduelle n’est pas disponible.

Câbles et Les achats des câbles Les câbles et MRL sont utilisables Idem IFRS
matériel et MRL sont sur plus d’un exercice et par
comptabilisées en conséquent :
réseau locaux charges de l’exercice  les câbles et MRL sont inscrits
et reclassées en en immobilisations encours dès
immobilisations leur acquisition ;
définitives par la  leur amortissement commence
constatation de la au moment de la mise en service
production de la liaison et s’étale sur 10 ans.
immobilisée.

74
Mémoire de fin d’étude

Changement Les durées Les durées d’amortissement Idem IFRS


des durées d’amortissement comptable doivent correspondre
pratiquées répondent aux durées d’utilité probables des
d’amortisse
plutôt aux exigences équipements. Pour des besoins
ment fiscales. d’harmonisation des durées entre
les filiales du groupe VU, IAM a
changé la durée d’amortissement
comptable des familles
suivantes :
RVA hard hors VMS de 8 à
4;
VMS de 8 à 6 ;
Pylônes de 20 à 15 ;
Environnement de 10 à 8.

75
Mémoire de fin d’étude

Reclassement Les softs sont C’est le caractère dédié ou non Idem IFRS
des softs non comptabilisés avec le dédié des softs aux hards qui
hard si les valeurs détermine la comptabilisation des
dédiés
d’acquisition ne sont softs :
pas distinguées.  Les softs non dédiés aux hards
doivent être comptabilisés en
les softs du réseau immobilisations incorporelles ;
fixe sont comptabilisés les softs dédiés aux hards
avec les hards les doivent être comptabilisés en
concernant ; immobilisations corporelles.
les softs du réseau
mobile sont répartis La grille d’analyse des softs
entre softs utilisée pour distinguer les softs
comptabilisés avec les dédiés et ceux non dédiés
hards les concernant comportait les questions
(BSS) et softs suivantes :
comptabilisés  Le logiciel est-il
séparément des hards indispensable au bon
(NSS et RVA). fonctionnement de la
machine à laquelle il est
intégré ?
 Peut-on distinguer le coût du
logiciel de celui de la
machine avec laquelle il
fonctionne ?
 Le logiciel est –il
physiquement indissociable
de la machine à laquelle il est
intégré ?
 Est-il possible de
désinstaller le logiciel de la
machine et de le réinstaller
sur une autre machine ?
Résultats de l’analyse :
Softs du réseau mobile sont
jugés non dédiés aux hards à
l’exception de ceux relatifs aux
BTS ;
 Softs du réseau fixe sont jugés
dédiés aux hards ;

76
Mémoire de fin d’étude

II- Incidences sur l’information financière


Lourd, complexe, coûteux… Le passage aux normes IAS-IFRS au 1er janvier 2005
est certainement tout cela. Face à l'ampleur de la tâche, des entreprises cotées ont déjà mis
en place une organisation spécifique.

Mais le changement de normes est aussi un formidable levier pour l'émergence d'un
marché financier. Ce chantier qui concerne près de 5 millions d'entreprises en Europe (les
7000 sociétés cotées de l'Union Européenne, les filiales de groupes européens cotés, les
groupes non cotés émettant des titres de créance négociables sur un marché réglementé de
l'Union européenne, les filiales de groupes européens non cotés dont le pays autorise ou
impose l'utilisation des IAS-IFRS…) est un enjeu considérable pour toutes les parties
prenantes: dirigeants, actionnaires, auditeurs, analystes financiers. Cet enjeu est d'autant
plus fort que la quarantaine de normes IAS-IFRS constitue plus qu'un formidable
changement de référentiel. Elles rejettent les évaluations fondées sur la convention ou
l'apparence et se donnent pour but de mieux traduire la réalité économique d'aujourd'hui.
Elles devraient contribuer à renforcer l'efficacité du marché intérieur européen, à réduire
le coût de collecte des capitaux pour les sociétés, à redonner confiance aux investisseurs et
in fine à améliorer la compétitivité et la croissance des entreprises.

Quand bien même l'application des IFRS apporte une source de transparence
accrue pour l'ensemble des acteurs du marché, elle n'en constituera pas moins un défi de
taille puisqu'elle impliquera une refonte des rapports publiés et dont la tâche ne se limite
pas à un simple exercice technique de retraitement des comptes selon de nouvelles
méthodes d'évaluation et de présentation de l'information. Il s'agit d'une opération qui
s'inscrit dans le cadre d'un projet multidisciplinaire dont les impacts se feront sentir à tous
les niveaux de l'entreprise.

Les projets de conversion aux normes IFRS impliquent une transformation radicale
de la philosophie et du langage financier. Autant dire que la réussite d'un tel projet ne
pourra aboutir que grâce aux efforts conjugués de l'ensemble des parties concernées.

L'application des nouvelles normes signifie donc de produire des états financiers
beaucoup plus documentés et détaillés qu'ils ne l'étaient jusqu'ici.

Le sujet est donc stratégique. Ce sont les entreprises qui se montreront les plus
transparentes et qui accompagneront le mieux leurs publics dans la compréhension de
l'impact de ce changement qui en sortiront gagnantes.

D’où l’importance de mesurer les impacts que les nouvelles normes ont déjà eu, ou
vont avoir, sur plusieurs fonctionnements clés de l'entreprise: son organisation interne, sa
stratégie comptable et financière, sa communication financière et son système
d’information.

77
Mémoire de fin d’étude

Les changements impliqués par l’adoption du référentiel de l’IASB vont se traduire


par des impacts touchant les choix stratégiques et organisationnels de l’entreprise:

 un renforcement de la communication sur la performance sectorielle nécessitant


des outils analytiques adaptés à la stratégie de communication financière des
groupes,
 une approche économique des transactions entraînant des modifications sur les
modes d’évaluation et de comptabilisation des opérations,
 une analyse régulière du patrimoine nécessitant de recourir à des techniques
d’évaluation pour valider les valeurs comptabilisées,
 une analyse approfondie des engagements sociaux, environnementaux,
commerciaux et financiers qui devront être traduits ou mentionnés dans les états
financiers
 la valorisation de certains actifs et passifs en « juste valeur » impliquant la prise en
compte de positions latentes en résultat ou en capitaux propres,
 ou encore le développement des informations qualitatives, quantitatives et
prospectives à fournir en annexe.

1-Immobilisations corporelles

Les principales incidences de l’application de l’IAS 16 sur l’information financière


portent sur les points suivants :
 Le montant des immobilisations brutes pourrait être modifié ;
 Toutes les dépenses qui prolongent la durée d’utilité d’un actif doivent être
immobilisées ;
 Les immobilisations corporelles doivent être découpées en « composants » ;
 Les durées d’amortissement et les bases de calcul pourraient être modifiées.

a- Le montant des immobilisations brutes pourrait être modifié

Selon IAS 16, une immobilisation corporelle est un actif, c'est-à-dire «une
ressource contrôlée par une entreprise et dont les avantages économiques futurs sont
attendus par l’entreprise ». Cette définition qui ne fait référence à la notion de
patrimoine/propriété sous-jacente des principes marocains peut conduire à l’augmentation
ou la diminution des immobilisations corporelles. En particulier :

 Les coûts devront être immobilisés dès qu’ils peuvent être évalués de façon fiable
et qu’il est probable que les avantages économiques futurs qu’ils procureront iront
à l’entreprise ;
 Tous les frais directement attribuables font partie du coût de l’immobilisation,
comme le coût de préparation du site, les frais de livraison et de manutention
initiaux, les frais d’installation ; les honoraires des professionnels tels

78
Mémoire de fin d’étude

qu’architectes et ingénieurs, le coût estimé du démantèlement et transport de


l’actif, et de rénovation du site dans la mesure où ce dernier est comptabilisé en
tant que provision selon IAS 37.
 Les frais de démarrage et les frais similaires de préexploitation n’entrent pas dans
le coût d’un actif, sauf s’ils sont nécessaires pour mettre l’actif en état de
fonctionnement. Les pertes opérationnelles initiales encourues avant que l’actif
parvienne à la performance prévue sont comptabilisées en charges ;
 Un crédit fournisseur « gratuit » ou avantageux au regard des conditions de marché
devra se traduire par une diminution de coût.

Les entreprises au Maroc comptabilisent, sur la base de la facture d’achat, en


immobilisations corporelles les biens dont ils sont juridiquement propriétaires et dont la
valeur unitaire excède un certain montant. Ce dernier critère d’origine fiscale n’existe pas
dans la norme et le caractère significatif doit être analysé globalement. Par ailleurs,
certains coûts énumérés précédemment ne sont pas retenus dans la base amortissable des
immobilisations. L’incidence sur la valeur des immobilisations peut donc varier selon les
entreprises.

b- Toutes les dépenses qui prolongent la durée d’utilité d’un actif doivent être
immobilisées.

L’IAS 16 indique que les dépenses ultérieures relatives à une immobilisation


corporelle déjà comptabilisée doivent être ajoutées à la valeur comptable de l’actif
lorsqu’il est probable que des avantages économiques futurs, au-delà du niveau de
performance défini à l’origine de l’actif existant, iront à l’entreprise.

Ce traitement peut conduire à comptabiliser de nombreuses réparations


actuellement comptabilisées par Maroc Telecom en charge comme des remplacements
d’actifs. Dans ce cas, l’augmentation des montants immobilisés se traduira par une
augmentation des charges d’amortissement. Toutefois, dans le même temps, et en sens
contraire, on observera une diminution des charges d’entretien. En conséquence,
l’application de l’IAS 16 aura un impact sur la nature des charges mais l’impact sur le
résultat net de Maroc Telecom ne sera pas nécessairement significatif.

c- Les immobilisations corporelles doivent être découpées en « composants »

L’IAS 16 impose de comptabiliser distinctement les différents éléments constitutifs


d’une immobilisation appelés « composants » lorsqu’ils ont des durées d’utilité différentes
ou lorsqu’ils procureront des avantages à l’entreprise qui seront consommés selon un
rythme différent. Ce mode de comptabilisation aura des incidences sur la gestion des
immobilisations de Maroc Telecom mais les incidences sur les montants immobilisés
varieront en fonction des caractéristiques de l’activité et des actifs de l’entreprise.
d-Les durées d’amortissement et les bases de calcul pourraient être modifiées

79
Mémoire de fin d’étude

Une immobilisation doit être amortie sur sa durée d’utilité et la base de calcul de
l’amortissement doit tenir compte de la valeur résiduelle attendue en fin d’utilisation.

L’IAS 16 précise que la durée d’utilité est :


 Soit la période pendant laquelle l’entreprise s’attend à utiliser un actif
 Soit le nombre d’unités de production ou d’unités similaires que l’entreprise
s’attend à obtenir de l’actif.

L’application de ces actifs aura une incidence pour la plupart des entreprises
marocaines en générale et sur Maroc Telecom en particulier utilisant généralement les
durées de vie (et non les durées d’utilité) et ne tiennent pas compte des valeurs résiduelles,
(on notera qu’un certain nombre d’entreprises utilisent les durées « fiscales » qui sont
souvent des durées fondées sur des usages professionnels).

Ces deux dispositions ont des incidences nécessairement inverses et chaque


entreprise devra déterminer si l’impact net est important.

e- Plus de transparence

Les informations demandées par l’IAS 16 sont généralement fournies par Maroc
Telecom. Néanmoins, celle-ci devra développer les informations sur les durées
d’amortissement et perte de valeur dans la justification des variations d’immobilisations.

Elle devra donc déterminer si les incidences résultants des analyses ci-dessus sont
significatives et si une évolution de sa communication financière doit être envisagée.

2-Immobilisations incorporelles
Les principales incidences de l’application de l’IAS 38 sur l’information financière
portent sur les points suivants :

 La valeur brute des immobilisations pourrait être modifiée.


 Amortissement et dépréciation des immobilisations incorporelles
 L’affectation des immobilisations incorporelles (et des goodwills) aux unités
génératrices de trésorerie.
 L’activation obligatoire de toutes les dépenses de développement respectant
certains critères
 Une information financière plus détaillée et plus transparente.

a- La valeur brute des immobilisations pourrait être modifiée

80
Mémoire de fin d’étude

Les immobilisations incorporelles selon l’IAS 38 doivent répondre aux critères


suivants :
 L'actif doit être identifiable et doit donc pouvoir être clairement distingué du
goodwill.
 Les coûts doivent être immobilisés dès qu'ils peuvent être évalués de façon fiable et
qu'il est probable que les avantages économiques futurs qu'ils procureront iront à
l'entreprise (lAS 38.19 et suivants).
 En cas d'acquisition dans le cadre d'un regroupement d'entreprises, cet actif peut
être évalué d'une façon suffisamment fiable pour être comptabilisé séparément.

L’IAS 38 précise par ailleurs que les goodwills générés en interne au même titre
que les marques, titres de journaux, magazines et autres éléments similaires en substance
ne peuvent être comptabilisés en tant qu'actifs car leurs coûts associés ne peuvent être
dissociés du coût de développement de l'activité en tant que telle.

L'application de ces critères peut ainsi conduire Maroc Telecom à :

 Reclasser certains actifs incorporels


En application des principes marocains, Maroc Telecom comptabilise séparément
du goodwill des actifs incorporels (marques : Jawal, El Manzil, Kalimat, Menara,
Fidélio...) qui ne sont pas amortissables. Certaines de ces immobilisations incorporelles
ne seront pas considérées comme «identifiables» au sens de l’IAS 38 et devront être
regroupées avec le goodwill. Cependant, compte tenu de la révision de l’IAS 22 qui
prévoit la suppression de l'amortissement du goodwill, les incidences sur l'information
financière et l'impact sur le résultat seront souvent négligeables.

 Modifier la comptabilisation initiale de ces actifs


L’IAS 38 précise que le coût d'entrée doit inclure tous les coûts directement
attribuables à l'actif y compris, les taxes non récupérables. Les immobilisations
incorporelles acquises sont en général comptabilisées sur la base du seul prix d'achat. La
valeur d'entrée devrait donc être modifiée pour intégrer par exemple les droits
d'enregistrement, les frais de dépôt et certains honoraires.

 Annuler les charges à répartir sur plusieurs exercices


Les diverses charges à répartir, appelées également charges différées ou à étaler,
devront également être analysées à la lumière d'IAS 38 pour déterminer si elles peuvent
être reclassées en actifs incorporels ou annulées. En effet, elles ne pourront être
maintenues à l'actif que si elles peuvent être qualifiées de coûts de développement et si les
critères d'inscription sont remplis. Dans tous les cas, les dépenses de nature publicitaire ne
pourront être activées car elles ne peuvent être directement affectées à un projet et
contribuent au développement de l'entreprise dans son ensemble.

81
Mémoire de fin d’étude

 Annuler les actifs incorporels créés en interne


Par ailleurs, Maroc Telecom qui avait reconnu à leur actif des marques et autres
éléments développés en interne devra corriger ses immobilisations incorporelles car ces
éléments créés en interne ne peuvent pas être inscrits à l'actif selon l’IAS 38. En effet,
l’IAS 38 indique que les marques, titres de journaux ou autres éléments similaires en
substance ne peuvent être comptabilisés en tant qu'immobilisations incorporelles car ils
ne peuvent être distingués du coût de développement dans son ensemble.

b- Amortissement et dépréciation des immobilisations incorporelles

L’IAS 38 précise qu'une immobilisation incorporelle doit être amortie sur sa durée
d'utilité et qu'il existe une présomption que la durée d'utilité n'excède pas vingt ans.
L’IASB propose de supprimer cette présomption dans le projet de révision de la norme et
de classer les immobilisations en deux catégories selon leur durée de vie qui peut être
finie ou indéfinie.

Maroc Telecom qui a des immobilisations incorporelles acquises non amorties


(comme des marques par exemple) à l'actif de son bilan devra donc s'interroger sur la
durée d'utilité de ces immobilisations dans la mesure où elles sont identifiables
séparément du goodwill.

Les immobilisations qui ont une durée de vie indéfinie devront faire l'objet d'un test
de valeur. L’application de l’IAS 38 révisée n'aura pas systématiquement une incidence
sur les valeurs au bilan et sur le résultat car les principes sous-jacents correspondent aux
principes qui ont conduit à ne pas amortir certaines immobilisations incorporelles au
Maroc. En revanche, tout amortissement et/ou perte de valeur (qui correspond à une
consommation ou une perte de valeur de l'actif) devra être classé en résultat opérationnel
et non sur la dernière ligne du compte de résultat.

c- Affectation des immobilisations incorporelles (et des goodwills) aux unités


génératrices de trésorerie (UGT)

Les immobilisations incorporelles à durée de vie indéfinie et les goodwills doivent


faire l'objet d'un test de dépréciation systématique : IAS 36.

Pour réaliser ce test, il est nécessaire d'affecter aux unités génératrices de trésorerie
les immobilisations incorporelles et les goodwills. Cependant, il est possible de regrouper
les UGT pour effectuer les tests de valeur, mais ce regroupement ne peut se faire au-delà
du segment (tel que défini par IAS 14, Information sectorielle). Cet exercice peut conduire
à modifier la valeur de certains actifs incorporels dans le cadre de la première application
des normes IFRS, mais cette analyse menée à un niveau plus fin que celui généralement
pratiqué en référentiel français peut également augmenter la comptabilisation de pertes de
valeur dans le futur.

82
Mémoire de fin d’étude

Cette affectation peut également avoir une incidence sur la valeur des incorporels
(y compris goodwill) identifiés sur une entité étrangère car la variation de change n'aura
pas d'impact sur la valeur en devises de ces incorporels.

d- Activation obligatoire de toutes les dépenses de développement respectant


certains critères

L’IAS 38 impose l'activation des coûts issus de la phase de développement d'un


projet si un certain nombre de critères sont remplis. L'application d'IAS 38 aura une
incidence pour toutes les entreprises qui engagent des frais de recherche et
développement.

L'application d'IAS 38 se traduira donc généralement par une augmentation du


montant des immobilisations incorporelles, avec une incidence potentielle sur le résultat
opérationnel (les charges de développement seront remplacées par une charge
d'amortissement).

e- Information financière plus détaillée et plus transparente

L’IAS 38 en cours de révision prévoit la publication d'un certain nombre


d'informations et, en particulier, il convient d'indiquer le montant des immobilisations
générées en interne ou non, le montant des immobilisations à durée de vie indéfinie et les
immobilisations à durée de vie finie, avec la durée d'utilité retenue. Il faut également
expliquer les variations dans un tableau (reprenant le montant brut, les amortissements
cumulés et la charge de l’exercice).

La norme prévoit également de distinguer l'amortissement de la perte de valeur


dans la justification des variations d'immobilisations. Par ailleurs, des informations sur les
unités génératrices de trésorerie et les tests de dépréciation devront être fournies au titre
d'IAS 36.

Maroc Telecom devra donc déterminer si les incidences résultant des analyses ci-
dessus sont significatives et si une évolution de sa communication financière doit être
envisagée.

3-Amortissement des immobilisations


Les principales incidences de l'application de l’IAS 36 sur l'information financière
portent sur:

 une augmentation probable des dépréciations comptabilisées du fait, en particulier,


du caractère obligatoire des tests de valeur en cas d'indices de perte de valeur, de

83
Mémoire de fin d’étude

modalités de calcul plus précises et du niveau auquel l'existence de ces pertes de


valeur doit être recherchée;
 une présentation différente des pertes de valeur au compte de résultat;
 plus de transparence car plus d'informations à fournir.

a- Une augmentation probable des dépréciations comptabilisées

 Des critères précis qui rendent le test obligatoire

Maroc Telecom a constaté que, compte tenu de la précision avec laquelle les
indices de déclenchement d'un test de perte de valeur sont décrits dans la norme, les
circonstances dans lesquelles elle serait conduite à comptabiliser des pertes de valeur
seraient probablement beaucoup plus nombreuses qu'auparavant.

En effet, aujourd'hui, des pertes de valeur sur les actifs corporels ne sont souvent
comptabilisées que dans le cadre de restructurations et/ou d'abandons d'activités.

Demain, les analyses devront être menées dès que certains indicateurs (changement
dans l'environnement technologique, économique ou juridique, variation des taux
d'intérêt...) laissent penser que les actifs ont pu perdre de leur valeur.

Il faut en outre souligner que, si, en l'état actuel de la norme, un test ne doit être
systématiquement effectué qu'en présence d'indices de perte de valeur ou pour les
immobilisations incorporelles en cours et les immobilisations incorporelles amorties sur
une durée supérieure à 20 ans, les projets de révision de normes en cours prévoient de
généraliser cette obligation pour les goodwills et les immobilisations incorporelles à
durée de vie indéfinie (qui ne seront plus amortis).

 Des modalités de calcul plus détaillées

Le détail avec lequel les modalités d'évaluation, tant du prix de vente net que de la
valeur d'utilité, sont décrites, conduira certainement à une plus grande rigueur dans la
détermination du montant des pertes de valeur, en réduisant la place laissée à l'arbitraire et
à la subjectivité.

 Un niveau d'analyse plus fin

Les analyses ne pourront plus être effectuées au niveau global de l'entreprise mais
devront être réalisées au niveau des unités génératrices de trésorerie auxquelles les actifs
(corporels ou incorporels, y compris le goodwill) peuvent être rattachés.

En affinant le niveau auquel les tests de valeur sont réalisés, les normes

84
Mémoire de fin d’étude

internationales suppriment ainsi, en pratique, la possibilité de compensation entre des


pertes de valeur et des appréciations de valeur et rendent en conséquence obligatoire la
comptabilisation de pertes de valeur dans des circonstances dans lesquelles aucune perte
n'est comptabilisée en principes français.

b- Une présentation différente des pertes de valeur au compte de résultat

Compte tenu des modèles de présentation du compte de résultat proposés par la


norme IAS 1, Présentation des états financiers, et de l'absence de résultat exceptionnel
dans les normes internationales, l'ensemble des amortissements et des pertes de valeur
comptabilisés doit être présenté au sein du résultat des activités ordinaires dans le compte
de résultat.

c- Plus de transparence

L’IAS 36 impose de fournir de nombreuses informations qui ne sont généralement


pas fournies aujourd'hui par les entreprises.

Il faut également souligner que les informations requises par la norme en vigueur
devraient être complétées dans le projet de révision actuel.

En effet Maroc Telecom devra fournir des informations nombreuses sur les unités
génératrices de trésorerie auxquelles sont rattachés des goodwills et/ou des
immobilisations incorporelles à durée de vie indéfinie. En particulier, des informations sur
les estimations et hypothèses utilisées devront être fournies.

Ce type d'informations est le plus souvent considéré comme sensible par les
entreprises. Chaque entreprise devra donc déterminer si les incidences résultant des
analyses ci-dessus sont significatives et si une évolution de sa communication financière
doit être envisagée.

4-Immobilisations prises en location


La majorité des entreprises participant au projet traitent les contrats de location-
financement dans leurs comptes consolidés comme des immobilisations, Cependant, il
faut rappeler que cette méthode de comptabilisation est optionnelle au Maroc.

En outre, certains contrats considérés comme des locations simples en principes


marocains pourraient devoir être requalifiés de location- financement en application de
l’IAS 17.

Par ailleurs, Maroc Telecom aura à compléter les informations à fournir tant pour
les contrats de location-financement que pour les contrats de location simple.

85
Mémoire de fin d’étude

Les principales incidences d'IAS 17 sur l'information financière identifiées dans le


cadre du groupe de travail portent sur:

 l'identification d'un contrat de location en tant que contrat de location-


financement ;
 la linéarisation des loyers et avantages dans le cas des locations simples ;
 des informations à fournir plus abondantes et plus qualitatives ;
 l'application des autres normes à l'actif comptabilisé chez le preneur dans le cadre
d'un contrat de location-financement.

a- L'identification d'un contrat de location en tant que contrat de location-


financement

On notera que les normes marocaines ne précisent pas les critères de retraitement
des locations-financements et toutes les entreprises (y compris celles qui comptabilisent
les immobilisations acquises en location- financement à l'actif) doivent s'assurer que les
critères qu'elles appliquent sont conformes à IAS 17.

Pour qu'un contrat de location soit considéré comme un contrat de location-


financement, un seul critère doit être vérifié en application d'IAS 17 : il s'agit du transfert
de la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété de l'actif loué.

Le transfert de propriété in fine n'est qu'un des exemples donnés par IAS 17 de
situations qui conduiraient normalement à ce qu'un contrat de location soit classé en tant
que contrat de location-financement. D'autres exemples (non exhaustifs) comprennent: les
contrats donnant au preneur l'option d'acheter l'actif loué dans des conditions telles que,
dès le commencement du contrat, il existe une raisonnable certitude que l'option sera
levée; les contrats qui couvrent la majorité de la durée de vie économique résiduelle de
l'actif; les contrats au titre desquels la valeur actualisée des paiements minimaux s'élève au
moins à la quasi-totalité de la juste valeur de l'actif; ou les contrats concernant des actifs
d'une nature tellement spécifique que seul le preneur peut les utiliser sans leur apporter de
modifications majeures.

Compte tenu de l'application, en substance, du seul critère énoncé ci-dessus


d'identification des contrats de location-financement en IFRS, il est très probable que
l'application de l’IAS 17, même par les entreprises qui retraitent déjà les contrats de
location-financement selon les textes marocains, conduise à retraiter de nombreux
contrats.

De la même manière, les précisions apportées par l’IAS 17 dans la détermination


d'éléments tels que le taux d'actualisation à utiliser, les paiements minimaux ou la durée
d'un contrat pourraient aboutir au même résultat. En effet, Maroc Telecom qui retraite les
locations-financements, utilise un taux d'actualisation qui ne correspond ni au taux

86
Mémoire de fin d’étude

implicite du contrat ni à leur taux d'endettement marginal. L'utilisation d'un taux différent
ou la modification de calcul des paiements minimaux pourraient conduire à retraiter
comme des locations-financements certains contrats.

En conséquence, l’entreprise pourrait connaître des impacts importants suite à


l'application de l’IAS 17, tant sur le bilan (et en particulier sur l'endettement) que sur le
résultat (par la substitution d'une charge d'amortissement et d'une charge d'intérêt à une
charge de loyer).

Le retraitement d'un nombre plus important de contrats en location-financement


pourrait également avoir des effets sur le respect par l’entreprise des éventuelles clauses
d'exigibilité anticipée «covenants» de leurs dettes financières et, d'une manière plus
générale, sur la mise en œuvre de toute clause contractuelle fondée sur des éléments
impactés par l'application de la norme. Par exemple, en cas d'acquisition ou de cession de
société, l'impact de ces retraitements pourrait avoir un effet sur le prix des transactions
lorsque les contrats prévoient des clauses d'ajustement de prix déterminé en fonction de
l'endettement (sauf à avoir défini contractuellement des principes comptables de référence
autres que les IFRS dans les contrats d'acquisition ou de cession).

b- Locations simples: linéarisation des loyers et des avantages reçus

L’IAS 17 impose la linéarisation des loyers de locations simples ou leur


comptabilisation sur une autre base systématique représentative de l'échelonnement dans
le temps des avantages qu'en retirera l'utilisateur, même si les paiements ne sont pas
effectués sur cette base (par exemple dans le cas de loyers progressifs ou différés).

Le profit cumulé lié aux avantages reçus de la part du bailleur doit être
comptabilisé comme une réduction de la charge locative sur la durée du bail sur la même
base, en application de l'interprétation SIC, Avantages dans les contrats de location
simple.
c- Des informations à fournir plus abondantes et plus qualitatives

En ce qui concerne les locations-financements, les informations requises par l’IAS


17 sont plus étendues que celles requises par les nonnes françaises.

En particulier, l’IAS 17 demande de fournir une information sur la valeur


actualisée des paiements minimaux au titre des contrats, l'indication séparée des loyers
conditionnels payés dans l'exercice ainsi que la description des principales dispositions
des contrats de location (notamment en ce qui concerne la base de détermination des
loyers conditionnels, l'existence d'options de renouvellement ou d'achat et leurs termes et
conditions d'indexation, ou les restrictions imposées par les contrats concernant les
dividendes, l'endettement complémentaire ou d'autres locations).

87
Mémoire de fin d’étude

En ce qui concerne les contrats de location simple, la norme l’IAS 17 exige un


niveau d'information comparable à celui donné pour les contrats de location-financement,
alors que les textes comptables français n'exigent en revanche aucune information
particulière les concernant.

d- Application des autres normes à l'actif comptabilisé chez le preneur dans


le cadre d'un contrat de location-financement

Comme indiqué précédemment, l’IAS 17 impose chez le preneur la


comptabilisation d'un actif au bilan dans le cas d'un contrat de location-financement. Cet
actif est soumis à toutes les règles applicables aux actifs selon les nonnes IFRS. A ce titre,
IAS 16, Immobilisations corporelles, IAS 36, Dépréciation d'actifs et IAS 14, Infonnation
sectorielle, s'appliquent donc à l'actif pris en location-financement.

Les difficultés relatives à l'approche par composantes (IAS 16), au raisonnement


par unité génératrice de trésorerie (IAS 36) ou à l'affectation des actifs aux secteurs (lAS
14) sont donc soulevées pour l'immobilisation objet de la location au même titre que pour
tous les autres actifs de l'entreprise.

Maroc Telecom devra donc déterminer si les incidences résultant des analyses ci-
dessus sont significatives et si une évolution de sa communication financière doit être
envisagée.

En effet, un certain nombre d'indicateurs comme, par exemple, le ratio


dettes/capitaux propres, la couverture des frais financiers par le résultat d'exploitation ou
le retour sur capitaux investis, peuvent être modifiés de façon significative.

88
Mémoire de fin d’étude

III- Incidences sur l’organisation


L’adoption des IAS est un événement majeur qui doit mobiliser le management de
Maroc Telecom et l’ensemble des directions.

Les différences de valorisations, la traduction comptable d’évènements de gestion


différents ou décalés dans le temps imposent donc une intégration renforcée entre services
opérationnels et techniques et les fonctions comptables et financières.

Les fonctions comptables et financières vont donc faire l’objet d’une évolution
profonde. Ce changement est dû :
 à la convergence des comptes individuels vers les IAS/IFRS ;
 aux nouveaux principes d’évaluation ;
 à la refonte du plan de compte (Utilisation d’un seul plan de compte multinorme
avec production des normes IAS/IFRS par retraitements)
 à l’évolution du reporting financier

1-Immobilisations corporelles
Il est important de relever qu'il n'existe pas de corrélation systématique entre
l'impact financier et la difficulté de mise en œuvre d'une norme.

 Transfert de responsabilités

Plusieurs dispositions de la norme conduiront nécessairement à transférer vers les


opérationnels des responsabilités qui étaient antérieurement assumées par des
comptables/fiscalistes. . En particulier, l'intervention des opérationnels sera nécessaire
pour :

 valider les composantes du coût des immobilisations (frais directement


attribuables),
 valider la durée et le mode d'amortissement des immobilisations, voire de chacune
des composantes des immobilisations,
 déterminer si les dépenses engagées peuvent être immobilisées,
 revoir régulièrement les durées et modes d'amortissement et les valeurs résiduelles,
ainsi que la valorisation des immobilisations non utilisées.

2-Immobilisations incorporelles

Concernant les immobilisations de Maroc Telecom, plusieurs dispositions de la


norme conduiront nécessairement à transférer vers les opérationnels des responsabilités
qui étaient antérieurement uniquement assumées par des comptables. En particulier,
l'intervention des opérationnels (juristes, responsables des entités opérationnelles,

89
Mémoire de fin d’étude

chercheurs, - etc.) sera nécessaire pour:

 déterminer la nature de l'immobilisation incorporelle et en particulier définir sa


durée d'utilité;
 réaliser l'affectation des immobilisations incorporelles aux UGT ;
 examiner au minimum à chaque clôture les durées d'utilité des immobilisations
incorporelles;
 identifier, au sein d'un projet de recherche et développement, les dépenses
engagées au titre de la phase de développement qui remplissent les critères
d'activation;
 fournir les informations non comptables nécessaires.

3- Amortissement des immobilisations

L'application de la norme va demander la participation de personnes n'appartenant


le plus souvent ni aux services comptables ni à la direction financière.

En effet, la mise en place d'unités génératrices de trésorerie, permettant de suivre


les valeurs des actifs, implique la participation des opérationnels en sus de la participation
des services comptables et de la direction financière.

Le rôle des hommes du plan et de la stratégie, du contrôle de gestion, voire des


opérations devrait être primordial pour l'identification et la composition des unités
génératrices de trésorerie, et la préparation des projections de flux de trésorerie utilisées
pour calculer les valeurs d'utilité.

Ces flux doivent être estimés pour un actif dans son état actuel et ne doivent pas
inclure des entrées ou des sorties de trésorerie futures attendues des résultats d'une
restructuration envisagée dans laquelle l'entreprise n'est pas encore engagée ou des
dépenses d'investissement futures qui amélioreront ou accroîtront le niveau de
performance d'un actif au-delà de son niveau de performance défini à l'origine.

En cela, et, le cas échéant, par le niveau de détermination des unités génératrices de
trésorerie, ces projections de flux de trésorerie se distinguent des budgets opérationnels et
prévisions généralement disponibles dans les entreprises.

Les propositions de révision de la norme IAS 36 prévoyant en outre de valoriser,


pour les besoins de la réalisation des tests de valeur, les actifs et les passifs des unités
génératrices de trésorerie auxquelles sont affectés des goodwill à leur juste valeur, le rôle
d'intervenants externes à la direction financière devrait s'en trouver encore accru.

90
Mémoire de fin d’étude

4-Immobilisations prises en location

Dans la perspective de la conversion aux IFRS, Maroc Telecom doit dès


aujourd'hui:
 procéder au recensement et à l'analyse de ses contrats en cours (un retraitement
rétroactif complet étant requis dans le cadre de la première application des IFRS) ;
 analyser le traitement comptable des nouveaux contrats à la lecture des IFRS ;
 préparer leur communication financière sur les incidences de l'application de la
norme IAS 17 sur la présentation de leurs états financiers et leurs ratios clés;
 procéder à la revue de leurs engagements contractuels (notamment «covenants» sur
l'endettement ou clauses d'ajustement de prix en cas d'acquisition/cession de
sociétés) portant sur des éléments sur lesquels l'application de la norme IAS 17
aura des incidences.

En termes d'organisation, ceci implique en particulier:


 la formation de tous les intervenants aux exigences des normes IFRS et en
particulier des opérationnels;
 la participation des opérationnels à l'analyse des contrats (ce qui peut conduire à la
décentralisation du retraitement comptable des contrats de location effectué
souvent en central), afin d'être en mesure d'apprécier, au plus près des transactions,
leur substance et de déterminer les paiements minimaux ;
 la participation des opérationnels dans le traitement par les équipes financières de
ces contrats et des problématiques liées (dépréciation, répartition sectorielle
notamment), y compris la collecte des informations à fournir.

Mais ces nouvelles contraintes sont également porteuses d'opportunités à travers un


meilleur suivi:
 du retour sur investissements locatifs,
 et des engagements contractuels.

91
Mémoire de fin d’étude

IV- Incidences sur les systèmes d’information


La norme IAS prévoit des modifications de certains mécanismes de consolidation et
surtout la publication plus fréquente et plus détaillée d'informations permettant de mieux
apprécier la valeur réelle du patrimoine de l'entreprise, les risques qu'elle encoure et
l'évolution de son marché.

La mise en conformité des comptabilités avec les normes IAS va donc avoir des
conséquences fortes sur les systèmes informatiques.

1-Immobilisations corporelles

Les incidences relatives aux immobilisations corporelles concernent principalement les


applications informatiques liées au suivi des immobilisations et au système de
consolidation/ reporting.

Il faudra en effet tenir compte:


 de l'approche par «composants» (ventilation initiale et comptabilisation des
remplacements),
 de la valeur résiduelle,
 de l'intégration des éléments de faible valeur unitaire (éventuellement regroupés).

Un impact majeur sur les applications de suivi et de gestion des immobilisations

La mise à niveau des systèmes sera donc concentrée sur le paramétrage des données
(ex. : durées), la codification des catégories d'immobilisations (lien avec la notion de
secteur développée par l’IAS 14, Information sectorielle), leur capacité à intégrer
(volumétrie) de nouveaux «sous-groupes» d'immobilisations.

Le système de gestion des immobilisations devra donc permettre :


 d'individualiser les immobilisations et de les rattacher à des groupes (approche «par
composants» d'immobilisation avec des durées d'amortissement différentes) ;
 des multi-valorisations et des multi-dépréciations (double référentiel) ;
 de suivre par secteur (selon lAS 14) les immobilisations et les charges
d'amortissement.
 Gérer un double référentiel

Des considérations fiscales imposeront également le plus souvent le maintien de deux


référentiels, l'un pour les comptes individuels et l’autre pour les comptes consolidés
(problématique des durées d’amortissement ou des provisions pour grosses réparations par
exemple)

92
Mémoire de fin d’étude

2-Immobilisations incorporelles

Les réflexions sur la mise en conformité des systèmes d'information devront notamment
couvrir les thèmes suivants :

Pouvoir identifier et isoler les données concernées :


 Identification dans les systèmes des actifs concernés par la norme et lien avec les
impacts des normes lAS 36 et lAS 14.
 Dès l'origine, identification dans les systèmes de ce qui doit être comptabilisé au
titre des coûts de développement: coûts internes/coûts externes.
 Aptitude des outils existants à suivre et valoriser les coûts de projets de
développement activables et amortissables.

 Gestion de plusieurs référentiels :

Les immobilisations incorporelles gérées par la direction des immobilisations seront


désormais soumises à des traitements différents selon le référentiel choisi (comptes
individuels/comptes consolidés - IFRS, US GAAP).

L'application de gestion des immobilisations doit donc permettre:


 la prise en compte et le suivi de la dépréciation de valeur pour les immobilisations
non amortissables,
 les multivalorisations et les multidépréciations résultant de la gestion de plusieurs
référentiels y compris la saisie de champs complémentaires, - l'affectation aux
UGT pour permettre les tests de dépréciation.
 La mise à niveau des systèmes sera donc concentrée sur : - le paramétrage des
données (ex. : durées), la codification des catégories d'immobilisations (lien avec la
notion de secteur développée dans lAS 14, Information sectorielle)... ;
 leur capacité à intégrer (volumétrie) de nouveaux. «sous-groupes»
d'immobilisations.
 Des considérations fiscales imposeront également le plus souvent le maintien de
deux référentiels, l'un pour les comptes individuels et l'autre pour les comptes
consolidés (problématique de la durée d'amortissement, de la réévaluation des
actifs, par exemple).

 Adapter le format de reporting :


Aménagement du système de collecte et remontée des informations nécessaires à
l'élaboration des annexes.

93
Mémoire de fin d’étude

3-Amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles

Les problématiques liées aux dépréciations d'actifs concerneront principalement les


applications informatiques liées:à la comptabilité générale et analytique, à la gestion des
immobilisations, au reporting / consolidation.

 Pouvoir disposer de données consolidées, issues de différentes sources

Les réflexions devront couvrir, notamment, les domaines suivants:


 Identification et synthèse des données constitutives d'une VGT (comptabilité
générale/comptabilité analytique, budgets...).
 Eléments permettant d'identifier les immobilisations corporelles et incorporelles
concernées par d'éventuelles dépréciations (gestion d'un double référentiel) et leur
suivi dans le temps.

 Adapter les formats de reporting

D'une façon générale, les participants considèrent, que la norme lAS 36 va les obliger à
redéfinir ou mettre en place un nouveau système de reporting avec toutes les difficultés et
contraintes liées à cet exercice:

 D'une part, par la nécessité de disposer d'un reporting spécifique lié aux VGT et
flux prévisionnels. L'alimentation des données de ce reporting nécessitera de revoir
la collecte, le paramétrage et le formatage des états.
 D'autre part, par la nécessité de remonter des informations qualitatives (de type
littéraire) dans la «liasse de reporting», en particulier pour l'indication des
«événements et circonstances qui ont conduit à comptabiliser ou à reprendre [une]
perte de valeur» importante ou des «pertes de valeur qui sont globalement d'un
montant significatif». Il en est de même pour la «description des unités
génératrices de trésorerie».

4-Immobilisations prises en location

Pour Maroc Telecom, les problématiques liées aux contrats de location concerneront
principalement les applications informatiques liées:

 à la gestion des immobilisations,


 à la comptabilité générale et analytique (reporting - sectoriel),
 au système de consolidation et de reporting groupe.

94
Mémoire de fin d’étude

 Gestion d’un «multi» référentiel :

L’entreprise devra tenir compte en particulier de la nécessité de gérer un triple


référentiel (comptabilité marocaine, comptabilité IFRS et fiscalité).

 Mettre en place les outils de suivi et de retraitement des contrats de


location- financement :

Les réflexions devront couvrir, notamment, les domaines suivants:


 Identification des contrats de location-financement (immobilisation/dette).
 Prise en compte des actifs dans les systèmes de suivi des immobilisations et des
dettes financières.
 Calcul des retraitements des contrats de location- financement.

 Adapter les formats de reporting

Revue du système de reporting pour présenter les informations (qualitatives et


quantitatives) à fournir pour les locations-financements et les locations simples.

95
Mémoire de fin d’étude

V- Jugement général sur le processus en cours


L’application des normes IFRS améliorera sensiblement la cohérence et la transparence
de l’information financière mise à la disposition des analystes et des investisseurs.
L’adoption de ces normes traduit une tendance de fond vers la création d’un langage
commun pour les marchés financiers européens.

Pour être atteint plus efficacement, cet objectif suppose d’être mis en œuvre rapidement
et s’accommode mieux d’un changement immédiat que d’une évolution graduelle. De
plus, une évolution progressive nécessiterait une série de changements qui risqueraient
d’entraîner des distorsions sensibles des pratiques comptables sur une période plus longue
que ne le fera la réforme globale prévue.

A moyen terme, ces nouvelles normes devraient améliorer la transparence de


l’information financière conformément aux souhaits des investisseurs mais il est vrai que
ce changement risque de créer une certaine confusion à court terme tout particulièrement
si les explications données par les sociétés ne sont pas suffisamment claires et
exhaustives.

Le caractère critiquable de la notion de fair value (approche discrétionnaire en cas


d’absence de référence de marché) et l’absence de véritables normes transnationales (la
comparabilité réelle ne sera effective, au mieux, qu’à long terme) constituent les
principaux risques associés à l’adoption des nouvelles normes IFRS.

La bascule entre l’ancien et le nouveau système le 1er janvier pourrait entraîner un pic
de stress lié à la perte des repères historiques (un an seulement de retraitement des
comptes), la relative imprévisibilité des changements (beaucoup de sociétés reconnaissent
« ne pas être prêtes »), la méconnaissance de certaines méthodes (certains référentiels ne
sont pas finalisés) et l’amplitude des variations des grands agrégats (fonds propres
notamment).

Un autre aspect du problème, généralement moins commenté, provient de la nature des


différences qui peuvent être :
 définitives (suppression du goodwill), ce qui amène légitimement tous les analystes
externes à retenir les nouvelles normes (convergence des retraitements),
 ou transitoires (IAS 38 sur les incorporels qui permet la capitalisation et
l’amortissement d’une partie de la R&D), ce qui pousse les analystes à un
retraitement partiel des comptes de façon à neutraliser l’impact des différences
transitoires au niveau de la marge opérationnelle.

96
Mémoire de fin d’étude

1-Les changements principaux apportés par les IFRS

Parmi les apports des normes IFRS, il faut citer l’objectif originel de la norme qui est de
favoriser la comparabilité des comptes au niveau européen. En effet, les normes
nouvelles vont non seulement entraîner à terme des règles de calcul et de présentation
standardisées, mais aussi homogénéiser le calcul d’éléments parfois complexes comme le
contenu du chiffre d’affaires ou le traitement du goodwill.

L’adoption des normes IFRS permettra également de sortir d’un système comptable
ancien essentiellement marqué par l’enregistrement des opérations au coût historique, et
de mieux rendre compte de la réalité économique.

Au-delà du contenu des normes et de leur aspect technique, il y a tout lieu de penser que
les entreprises vont devoir s’adapter, réfléchir à l’évaluation de leurs actifs et trouver des
solutions pour gérer efficacement l’application des nouvelles règles. Il est d’ailleurs
fréquent que ce type de réflexion, de remise à plat, conduise à une amélioration des modes
opératoires et des contrôles. La mise en oeuvre des nouvelles règles peut alors présenter
des opportunités de dépasser le strict cadre réglementaire et d’optimiser le fonctionnement
des entreprises.

Ces travaux de remise à plat, d’évaluation et plus globalement de réflexion peuvent


conduire les entreprises à mettre en évidence une meilleure appréhension des risques,
ce qui participera à l’amélioration de la perception de l’entreprise par les investisseurs.

Ces nouvelles normes vont également contribuer à la confiance des investisseurs,


néanmoins, une phase d’appropriation et d’acceptation des nouvelles méthodes
comptables sera nécessaire pour passer d’une philosophie reposant sur le principe de
prudence et d’image fidèle à une comptabilité plus prospective (abandon progressif du
coût historique), donc nécessairement plus subjective et plus complexe.

C’est pourquoi le rôle de la communication financière des sociétés cotées sera


déterminant pour expliquer, justifier et clarifier un certain nombre de choix
méthodologiques spécifiques.

On peut s’attendre à l’apparition de phénomènes de décote ou de prime boursière liée à


la qualité non seulement de l’information, mais aussi de la communication comptable.

Les tests de dépréciations et les fluctuations induites par les calculs de juste valeur
conduiront à accroître la volatilité des soldes comptables et créeront un risque nouveau
lié aux doutes sur la pertinence même des comptes. Il ne faut pas sous-estimer l’élément
psychologique.

L’accent mis sur la comparabilité est essentiel. La comparabilité internationale bien

97
Mémoire de fin d’étude

sûr, mais aussi la comparabilité interentreprises avec l’abandon de toute normalisation


sectorielle, et aussi la comparabilité intertemporelle avec une approche plus rigoureuse du
traitement des changements de méthodes comptables d’un exercice à l’autre. Tout cela
permettra, à moyen terme, d’atteindre une compréhension améliorée et plus détaillée des
informations publiées.

 Changements liés aux immobilisations corporelles : IAS 16, IAS 17

Les changements principaux liés aux immobilisations corporelles peuvent être résumés
comme suit :

 La comptabilisation des actifs en comptabilité marocaine se fait au coût historique,


avec possibilité de réévaluation. En IFRS, ces réévaluations doivent être régulières
et homogènes (applicables à l'ensemble des actifs similaires), mais ne s’appliquent
pas nécessairement à la totalité des actifs ;
 Les différents composants d’un actif sont traités comme des éléments séparés s’ils
ont des durées d’utilisation différentes ou procurent un avantage économique selon
un rythme différent ;
 Décomposition des immobilisations en éléments constitutifs et traitement des
retraits partiels ;
 Changement du mode d’amortissement ;
 Inventaire et recollement avec les services techniques ;
 Regroupement des immobilisations en Unités Génératrices de Trésorerie ;
 Regroupement des immobilisations par secteur d’activité et géographique ;
 Contribution et consommation individuelles aux moyens et résultats de
l’entreprise ;
 Biens acquis en location financement .
14
 Changements liés aux immobilisations incorporelles : IAS 38

Les changements principaux liés aux immobilisations incorporelles (IAS 38)


peuvent être résumés comme suit :

 La norme IAS 38 précise les règles d’activation en immobilisation des frais de


logiciels ;
 Notions de probabilité d’avantages économiques futurs attribuables à l’actif et
d’évaluation du coût de l’actif de façon fiable ;
 Pour les actifs générés en interne, notion de protection juridique ou de «séparabilité
»;
 En ce qui concerne la recherche/développement, les nouvelles normes imposent
que la recherche reste en charge et ne soit pas inscrite à l’actif. Le développement
étant, pour ce qui le concerne, intégré à l’actif du bilan, les coûts de développement

98
Mémoire de fin d’étude

sont donc capitalisés quand la faisabilité technique et commerciale du bien a été


établie.

 Changements liés à la dépréciation d’actifs : IAS 36

 En cas de risque de perte de valeur, les normes IFRS définissent la juste valeur
d'un actif comme le majorant de la valeur d'usage et de sa valeur nette de revente.
Si un prix net de revente ne peut être déterminé, la valeur d'usage est alors retenue.
La mesure de la valeur d'usage inclut les flux financiers futurs qui vont affecter
l'utilisation du bien ;
 Les valeurs doivent être déterminées pour chaque actif. Si cette individualisation
n'est pas possible, l'entreprise doit déterminer la valeur par le plus petit ensemble
identifiable d'actifs ;
 Croisement entre secteurs d’activité et zones géographiques.

2-Enjeux des IAS –IFRS

La mise en place des nouvelles normes aura des conséquences complexes sur le
fonctionnement et la rentabilité des sociétés.

Tout d’abord, l’adoption des normes IFRS entraîne une modification des règles
de consolidation. Le fait que le seuil de détention soit désormais fixé en droits de vote
aura une influence sur la composition des groupes, surtout pour ceux qui veulent
consolider leurs filiales en intégration globale.

En normes IFRS, de nombreux éléments de performance affectent directement les


capitaux propres. Actifs et passifs sont calculés à leur valeur de marché ("juste valeur")
et la réalité des opérations doit prévaloir sur la présentation juridique. Ce qui pourra
entraîner une forte volatilité des résultats.

Ce nouveau langage privilégie l'analyse du bilan à celle du compte de résultat,


avec à la clé des profits qui seront globalement en hausse et des capitaux propres en
baisse.

Le véritable problème est relatif à la complexité des normes. Leur contenu, leur
nombre va entraîner un coût d’intégration élevé, ce qui ne manquera pas de peser sur la
rentabilité des entreprises concernées. Dans ce coût d’intégration, on trouve bien sûr les
développements informatiques à effectuer, la formation des personnels, ainsi que le
recours à des consultants extérieurs pour qui le passage aux nouvelles normes constituera
une opportunité d’accroissement d’honoraires.

99
Mémoire de fin d’étude

Pour toutes les sociétés, la nécessité de décomposer le compte d’exploitation


entre zones d’activités et zones géographiques va obliger à révéler au marché les
activités rentables et celles qui ne le sont pas. Il s’agit d’une véritable nouveauté pour les
groupes, laquelle pourrait avoir des impacts sur leur composition. Les activités
ostensiblement déficitaires pourraient voir leur cession accélérée. D’autre part, les
informations détaillées à communiquer sur les zones d’activité vont exposer les sociétés
qui l’appliqueront strictement à dévoiler leurs prix de transfert. Cela peut avoir des
conséquences vis-à-vis de l’administration fiscale en cas de contrôle.

Au-delà du coût d’intégration et des conséquences techniques du passage aux


nouvelles normes, les analystes financiers évoquent le risque d’un accroissement de la
volatilité. En effet, l’homogénéisation des comptes ne sera pas forcément atteinte
immédiatement, compte tenu de la latitude laissée aux entreprises au niveau du bilan
d’ouverture. Il est probable que cette homogénéité ne sera acquise qu’au bout de plusieurs
années.

L’adoption des normes IFRS, avec la généralisation de la fair value calculée sur le
principe d’actualisation de cash flows futurs, vise à améliorer l’information prévisionnelle
donnée à la fois aux créanciers, sur le principe que la valorisation optimale d’un bilan est
relative à sa mobilisation immédiate, et aux investisseurs, réputés plus sensibles à la
réalité « économique » qu’à la réalité juridique ou fiscale.

3- Impact de la « juste valeur » sur les immobilisations

a- Champ de la juste valeur

a1- Immobilisations corporelles

Dans la norme IAS 16 relative aux immobilisations corporelles, il est possible de


réévaluer une catégorie d’immobilisation corporelle, à la différence de la norme
marocaine où la réévaluation doit porter sur l’ensemble des immobilisations corporelles et
financières, ce qui est dissuasif. La nouvelle norme devrait donc favoriser la pratique des
réévaluations d’actifs.

La notion de juste valeur est assez restrictive et semble se limiter à la valeur vénale
lorsqu’il existe un marché de référence des actifs (notamment immobiliers) ou à la valeur
de remplacement pour les actifs industriels.

Il est en effet souhaitable que les actifs d’exploitation demeurent comptabilisés à


leur valeur historique et qu’ils soient amortis sur leur durée réelle d’utilisation. En règle
générale, les actifs industriels ont une valeur individuelle peu pertinente et c’est à la
communauté financière de déterminer la rentabilité qui découle de leur utilisation. Or pour
ce faire, il est indispensable que cette dernière dispose de l’indication de leur prix de

100
Mémoire de fin d’étude

revient réel. L’extension potentielle de la juste valeur aux actifs d’exploitation, basée sur
des modèles d’actualisation de revenus futurs, serait nuisible pour la compréhension et la
modélisation des marges des sociétés non financières.

Il serait en revanche tout à fait intéressant de disposer en annexe de la valeur de


remplacement des immobilisations corporelles et des gains de productivité éventuels qui
seraient générés par le rajeunissement de l’outil de production.

a2- Immobilisations incorporelles

Selon le principe du coût historique, la notion d'actif se justifie par sa combinaison


avec les autres ressources dans la coordination économique durable, située et finalisée
qu'est l'entité entreprise, sans avoir recours à l'actualisation de flux de trésorerie seulement
espérés. Elle s'appuie plutôt sur des conventions fiables de capitalisation et
d'amortissement des dépenses correspondantes.

De ce point de vue, la norme IFRS 38 consacrée aux actifs immatériels est


critiquable parce qu'elle finit par refuser, en ce qui concerne les ressources immatérielles
créées en interne, toute reconnaissance comptable d'actif immatériel à plusieurs dépenses
de ce genre, tels que la recherche, les frais de démarrage d'une activité, les coûts de
formation du personnel ou les frais de publicité. Elles doivent être comptabilisées en
charges dans le compte de résultat. Cette norme semble alors relier la fiabilité de la
mesure à l'existence d'une valeur de marché, plutôt qu'à une valeur d'usage productif,
contrairement au cadre conceptuel (Framework) de l’IASB qui reconnaît bien le statut
d'actif à toute ressource dont le potentiel demeure utile à l'entreprise, directement ou
indirectement.

b- Incidence de la juste valeur

L’utilisation de la juste valeur n’est pas sans poser des problèmes parmi lesquels :

 une volatilité accrue du résultat et des fonds propres, le long terme (principe de
prudence) étant sacrifié au profit du court terme, ce qui peut déboucher sur une
déconnexion vis à vis de la réalité économique au plan micro-économique
(notamment dans la comptabilisation des instruments financiers) et peut-être sur un
changement comportemental des créanciers et des investisseurs (au plan macro-
économique) en renforçant le caractère procyclique des tendances de marché : plus
les bilans se dégradent à l’instant t, plus le crédit sera cher en t+1 ;

 des modalités pratiques de mise en oeuvre rendues difficiles en l’absence de


données «objectives » de marché (recours à des modèles « internes »), ce qui
soulève la question de savoir comment les comptables, dont la tâche première n’est

101
Mémoire de fin d’étude

pas de valoriser des entreprises, vont pouvoir s’acquitter de cette fonction.


Eventuellement, des formations complémentaires devraient pouvoir être imposées.

La frontière entre comptabilité et analyse financière se trouve brouillée: il n’est


pas évident que les deux parties soient mutuellement gagnantes. Il est probable que les
analystes financiers aient à jouer un rôle critique vis-à-vis de la nouvelle fonction
d’évaluateurs, qui sera exercée de fait par les comptables.

c- Critique de la juste valeur

La généralisation du principe de la juste valeur dans les nouvelles normes


comptables IFRS amène les analystes financiers à formuler un certain nombre de
critiques :

Selon le principe de la juste valeur, les comptes des entreprises doivent considérer
des valeurs de marché (et donc s’affranchir du principe des coûts historiques). Cette
approche tente de rapprocher les financiers et les comptables mais surtout de réconcilier
les entreprises et les investisseurs.

L’idée est en effet de permettre aux utilisateurs des comptes (investisseurs,


analystes, etc.) de mieux appréhender la valeur grâce à l’information comptable et
finalement de mieux saisir la « réalité » de l’entreprise. Ce principe pose cependant de
nombreuses questions conceptuelles et pratiques en ce qui concerne sa mise en oeuvre.

L’évaluation des entreprises est certes fondée sur un corpus théorique mais relève
largement de pratiques et nécessite l’estimation de nombreux paramètres. Par exemple, les
composants du taux d’actualisation (nécessaires à l’actualisation des flux) comme le coût
des fonds propres reposent sur l’estimation de paramètres comme le bêta ou la prime de
risque de marché qui diffèrent largement selon les modalités retenues pour leur calcul.
Comment dès lors établir une méthodologie acceptable par tous alors que la théorie
financière ne donne pas de réponse définitive? Comment s’assurer que les entreprises
utiliseront les mêmes techniques de valorisation?

En outre, la conjoncture économique est instable et influe cependant de manière


notable sur les valorisations des entreprises. Dans ce contexte, si le bilan d’une entreprise
pouvait constituer une «photographie» de la vraie valeur de l’entreprise, il est probable
que le temps de développement de cette photographie (de l’ordre de plusieurs semaines à
plusieurs mois) suffirait à la rendre décalée par rapport à sa «vraie » valeur.

Les normes comptables actuelles prennent déjà en compte le principe de «la juste
valeur» mais de manière asymétrique. En effet, seules les baisses de valeur doivent
aujourd’hui être comptabilisées. Ce traitement vise à atteindre l’objectif premier des
comptes individuels, à savoir le calcul prudent d’un bénéfice servant de base de

102
Mémoire de fin d’étude

distribution et d’imposition. Ce traitement est en revanche moins adapté aux comptes


consolidés dont la seule finalité est de donner une bonne information. Les analystes
financiers peuvent ainsi se demander s’il ne serait pas préférable de comptabiliser d’une
façon symétrique hausses et baisses de (juste) valeur.

Les nouvelles normes internationales proposent une comptabilisation plus


symétrique. Dans certains domaines, cette comptabilisation est obligatoire, et elle est
optionnelle dans d’autres. Pour autant, ce traitement comptable permet-il de produire une
meilleure information? Il est permis d’en douter. La juste valeur étant basée sur des
valeurs de transaction sur un marché, l’évaluation de la plupart des actifs et passifs ne
correspondra plus à leur valeur d’usage. S’il apparaît justifié d’évaluer à leur valeur de
marché des actifs destinés à être prochainement cédés (par exemple, des valeurs
mobilières de placement), il est beaucoup plus discutable de comptabiliser une
immobilisation à sa valeur de marché si elle a vocation à rester la propriété de l’entreprise.
Il est d’ailleurs probable que la qualité de l’information comptable se dégraderait
davantage si on évaluait tous les actifs et passifs à leur valeur de marché/juste valeur
comme cela a été proposé dans les projets dits «full fair value».

En fait, cette comptabilisation correspondrait à la valeur de liquidation de


l’entreprise, ce qui est contraire au principe comptable de continuité qui s’applique
d’ailleurs aux normes IFRS («cadre conceptuel». En conséquence, les analystes financiers
pensent qu’il convient de limiter la juste valeur aux seuls actifs et passifs destinés à être
vendus dans un futur proche.

4-Les conditions de réussite au passage aux normes IAS-IFRS

Les conditions de réussite dépendent de la capacité des entreprises à anticiper, à


former et à informer.

Le risque principal semble lié au manque de moyens : informatiques, de formation


notamment. A ce titre la formation aux IFRS a souvent été gérée de manière centralisée
par la nomination d’un «Monsieur IFRS» ou par la création d’un comité de réflexion.

Le besoin va bien au-delà. L’assimilation des nouvelles normes comptables impose


des efforts de formation et de conduite du changement sous forme de conduite de projets
dans bien des cas. Le recours aux cabinets de consultants a de bonnes chances de se
renforcer. On peut d’ailleurs s’interroger sur les capacités des cabinets de consultants eux-
mêmes à absorber la charge de missions qui leurs seraient confiées.

Les analystes financiers ne peuvent faire l’impasse du risque de marché. On peut se


demander si les marchés ont intégré l’impact de cette révolution comptable. Une partie
des sociétés concernées par l’adoption des nouvelles normes anticipe d’ailleurs une
volatilité accrue des cours boursiers. A ce titre, il y a lieu de distinguer nettement deux

103
Mémoire de fin d’étude

phases.

La première, qui pourrait durer deux ans, correspondra aux travaux d’assimilation
et de progressive homogénéisation par rapport aux options prises dans le bilan
d’ouverture. Il est probable que la volatilité sera accrue par manque de visibilité.

La deuxième période devrait dépendre essentiellement de la capacité de l’entreprise


à communiquer une information de qualité et accompagner la sortie de leurs chiffres.

Les responsables à Maroc Telecom ne pourront empêcher, à terme, que les


publications trimestrielles du chiffre d’affaires et du résultat opérationnel soient des
facteurs d’augmentation de la volatilité si certains intervenants se focalisent sur le court
terme au détriment de l’analyse bilancielle proposée par les nouvelles normes. Mais
globalement, il ne semble pas que les émetteurs soient tentés de se concentrer sur les
objectifs de court terme, la philosophie des nouvelles normes étant bien de rééquilibrer
l’approche bilancielle par rapport à une approche de résultat.

Maroc Telecom a déjà réfléchi aux solutions qui s’offrent à elle pour appliquer les
nouvelles normes. En théorie, tout est fait pour que la qualité et la lisibilité des comptes
soient meilleures. Cependant, tout dépend des moyens qu’elle dégage dans le domaine
informatique, en formation et surtout en communication. Elle doit faire un effort de
pédagogie marqué, principalement au moment du bilan d’ouverture.

Le premier point concerne le champ d’application de la notion de juste valeur.


Compte tenu du choix laissé aux entreprises quant à la méthode de détermination de la
juste valeur, on peut craindre une plus grande difficulté dans la comparaison des comptes
d’une entreprise à l’autre. Il est quasi-certain que l’on voit émerger des experts en
évaluation, sur lesquels il faudra s’appuyer, sans avoir la possibilité pour les analystes de
critiquer leurs méthodes ou leurs modèles internes.

Le recours à des modèles internes, s’il est une source de divergences entre sociétés,
va aussi favoriser l’émergence d’une zone de certification dans laquelle vont s’engouffrer
les cabinets de consultants. Ce point peut soulager les analystes qui n’auront
vraisemblablement pas le temps de fouiller l’analyse et auraient du, sinon, se contenter de
contrôles de cohérences sur les taux retenus par les modèles.

Cette remarque sera valable aussi pour les goodwills, dont l’évaluation passera par
la notion d’«impairment test » pour laquelle les sociétés auront sans doute recours à des
experts internes. Cette nouvelle méthode d’évaluation se substituera aux amortissements
sur de très longues périodes antérieurement pratiqués.

En ce qui concerne la recherche/développement, les nouvelles normes imposent

104
Mémoire de fin d’étude

que la recherche reste en charge et ne soit pas inscrite à l’actif. Le développement étant,
pour ce qui le concerne, intégré à l’actif du bilan.

A ce sujet, deux difficultés peuvent se faire jour : la classification des dépenses de


recherche et développement en charges ou en actifs risque de se heurter à
l’incompréhension des opérationnels qui devront être sensibilisés à ce sujet.

D’autre part il va être difficile d’évaluer ces nouveaux postes d’actif. Comment
déterminer la valeur actuelle des flux futurs ? Quelle sera la bonne méthode ? Tout repose
aussi sur la manière dont l’entreprise va communiquer, dire quelles sont les normes qui
vont les impacter.

Il est fort probable que les marchés réagiront négativement si des sociétés qui sont
soumises au passage aux normes IFRS ne se dotent pas des moyens nécessaires à la
communication.

Les sociétés vont devoir communiquer plus largement et répondre aux questions
des analystes sur les impacts, sur les coûts. Alors que la place sera confrontée à un
phénomène de rupture dans les bases disponibles, les analystes vont peut-être, dans un
premier temps, revenir à des considérations moins financières que par le passé en
examinant la qualité du management, la qualité de la stratégie, la mise en oeuvre du
gouvernement d’entreprise. Sur tous ces points, il est clair que l’émetteur qui
communiquera très tôt sur les impacts que ces nouvelles normes ont sur ses comptes aura
un avantage.

 Recommandations sur la transition aux normes IAS-IFRS

 Audit et conseil

Une intervention d'audit ou de conseil est probablement à conseiller dans tous les cas,
vus les problèmes techniques qui seront rencontrés et l'absence vraisemblable d'un
spécialiste de la consolidation et des normes IAS dans l'entreprise.

Cette intervention portera sur un état des lieux, incluant non seulement les pratiques de
consolidation, mais aussi les circuits de remontée de l'information.

L'expertise sera également précieuse en matière d'évaluation de la valeur des biens et de


la description des risques, tels qu'ils sont envisagés dans les normes IAS.

Système d’information

Le passage aux nouvelles normes comporte également un important volet de mise


en place informatique.

105
Mémoire de fin d’étude

Il se situe à trois niveaux principaux


 dans les applications existantes qui devront être "upgradées" et/ou reparamétrées,
 dans les autres applications (stock, gestion commerciale...), qui deviendront la source
d'informations pas ou peu exploitées directement jusque-là,
 au niveau du reporting, qui prend une dimension nouvelle.

Suivant les cas, l’entreprise aura intérêt à s'adresser aux éditeurs des applications (qui
proposent pour la plupart ce type de prestations), ou à un généraliste qui saura prendre en
compte tous les aspects du système d'information.

Cette intervention peut être l'occasion de remettre à plat tout le système (c'est parfois
même indispensable).

 Système d'information du groupe

La remontée d'informations en provenance des filiales de Maroc Telecom (Casanet


et Mauritel), impose pour l’entreprise la remise en question du système d'information.
L'homogénéisation des solutions, l'instauration d'un dialogue permanent entre ses filiales
sont indispensables. Outre la résolution des problèmes techniques, IAS/IFRS impose une
modification de la culture du groupe.

 Gestion des immobilisations

Beaucoup de points diffèrent entre le CGNC et les IAS/IFRS sur la façon de


considérer les biens et de gérer leur immobilisation :

 les méthodes de calcul de l'amortissement ;


 la façon d'historiser ces opérations ;
 les locations financières considérées comme des charges ou des
immobilisations ;
 le découpage de certains biens suivant leurs composants ;
 la gestion des valeurs résiduelles.

Outre des modes opératoires qui diffèrent, les immobilisations étant considérées sur
des périodes étendues, un travail lourd de retraitement et de vérification des données
historiques est prévisible.

 Le reporting

Le reporting est au coeur de la réforme et se traduira par un élargissement de la


fonction comptable.

106
Mémoire de fin d’étude

De nouveaux outils doivent être déployés pour extraire des données qui
échappaient jusqu'alors à l'établissement des rapports financiers et les présenter suivant les
nouvelles exigences :
 établissement de la juste valeur,
 classification des instruments financiers,
 réduction des délais de production des états réglementaires.

 Le système de consolidation

Le système de consolidation doit être capable de travailler pendant la période de


transition suivant deux référentiels. C'est déjà le cas pour beaucoup d'outils (par ex. en US
GAAP et French GAAP).

Les problèmes à régler restent toutefois nombreux :


 construction du nouveau référentiel (généralement à partir de modèles
préfabriqués),
 mise au point et apprentissage des nouveaux mécanismes de consolidation
internes,
 et surtout, dans les filiales, standardisation et augmentation du niveau de
remontée d'informations.

107
Mémoire de fin d’étude

Conclusion de la deuxième partie


Le passage aux nouvelles normes est essentiellement vécu, pour le moment, comme
une source de coût supplémentaire par les sociétés concernées. Les avantages à attendre
de la mise en place des nouvelles normes ne sont pas encore perçus.

Il est vrai qu’il est difficile de statuer aujourd’hui sur l’équilibre


fidélité/comparabilité obtenu dans les normes IFRS. En effet, la comparabilité ne sera pas
acquise immédiatement, ce n’est qu’au bout d’une période d’environ deux ans que les
différents intervenants disposeront du recul nécessaire pour apprécier les effets bénéfiques
de la réforme.

En théorie, les analystes devraient avoir moins de retraitement à effectuer, mais on


ne pourra examiner l’impact du choix des méthodes que lorsque celui-ci aura été fait. Il
faut souligner à ce propos le développement du rôle des cabinets de consultants,
augmentant d’ailleurs le coût global du passage aux nouvelles normes.

La stabilité globale des marchés financiers ne devrait pas être impactée par le
passage aux nouvelles normes pour peu que le principe de base qui est d’améliorer la
visibilité soit rapidement intégré.

Néanmoins, une phase d’appropriation et d’acceptation des nouvelles méthodes


comptables sera nécessaire pour passer d’une philosophie reposant sur le principe de
prudence et d’image fidèle à une comptabilité plus prospective (abandon progressif du
coût historique), donc nécessairement plus subjective et plus complexe.

C’est pourquoi le rôle de la communication financière des sociétés cotées sera


déterminant pour expliquer, justifier et clarifier un certain nombre de choix
méthodologiques spécifiques. On peut s’attendre à l’apparition de phénomènes de décote
ou de prime boursière liée à la qualité non seulement de l’information, mais aussi de la
communication comptable.

108
Mémoire de fin d’étude

Il est difficile d’anticiper l’impact du passage aux nouvelles normes sur l’analyse
financière durant la période de transition. Il est clair que Maroc Telecom devra passer
beaucoup de temps à expliquer les écarts résultant du passage de ses comptes actuels à
ceux qui résulteront de l’application des nouvelles dispositions, avec établissement d’une
double comptabilité (anciennes et nouvelles normes).

Il apparaît évident que les normes IAS-IFRS ont été élaborées dans le but de
satisfaire à l’intérêt général. En ce sens, il est important de rendre la présentation des
comptes beaucoup plus détaillée que ce qu’il est prévu afin d’éviter une perte
d’information par rapport à la situation actuelle.

Le passage aux nouvelles normes doit donc accroître le niveau d’information des
investisseurs et non l’inverse. Il est clair que toute perte d’information est nuisible à la
confiance des marchés.

L’assimilation des nouvelles normes comptables impose des efforts de formation et


de conduite du changement sous forme de conduite de projets dans bien des cas. Le
recours aux cabinets de consultants a de bonnes chances de se renforcer. On peut
d’ailleurs s’interroger sur les capacités des cabinets de consultants eux-mêmes à absorber
la charge de missions qui leurs seraient confiées.

Une partie des sociétés concernées par l’adoption des nouvelles normes anticipe
d’ailleurs une volatilité accrue des cours boursiers. A ce titre, il y a lieu de distinguer
nettement deux phases.

La première, qui pourrait durer deux ans, correspondra aux travaux d’assimilation
et de progressive homogénéisation par rapport aux options prises dans le bilan
d’ouverture. Il est probable que la volatilité sera accrue par manque de visibilité.

La deuxième période devrait dépendre essentiellement de la capacité des


entreprises à communiquer une information de qualité et accompagner la sortie de leurs
chiffres.

Les analystes financiers ne pourront empêcher, à terme, que les publications


trimestrielles du chiffre d’affaires et du résultat opérationnel soient des facteurs
d’augmentation de la volatilité si certains intervenants se focalisent sur le court terme au
détriment de l’analyse bilancielle proposée par les nouvelles normes.

109
Mémoire de fin d’étude

Mais globalement, il ne semble pas que les émetteurs soient tentés de se concentrer
sur les objectifs de court terme, la philosophie des nouvelles normes étant bien de
rééquilibrer l’approche bilancielle par rapport à une approche de résultat.

Maroc Telecom doit donc poursuivre l’intégration des normes IFRS et la


rationalisation des processus en 2005, et bien au-delà, car elle sera confrontée à un double
défi: assurer le reporting financier dans les normes IFRS et faire face aux modifications
importantes prévues au cours des années futures. Car à ce stade, l’objectif pour toutes les
entreprises, c’est d’assurer la mise en application correcte des normes IFRS et de franchir
la ligne d’arrivée.

110
Mémoire de fin d’étude

Ouvrages :

 ABDELADIM M. & TALBI A., « Le plan comptable marocain », DL 21/1993 ;


 Le Code Général de Normalisation Comptable ;
 « Les normes comptables internationales » par : compagnie nationale des commissaires
aux comptes, Conseil national/ Ordre des Experts- Comptables et des Comptables agréés,
Conseil supérieur ;
 « Maîtriser l’essentiel des IFRS objectif 2005 », sallustro, supplément du numéro 789 ;
du 14 juin 2004 ;

Articles :
 Les points de vue des investisseurs sur l’adoption des normes IFRS : « Recueil
d’opinions » coordonné par Nicolas Véron, associé fondateur, Etudes et Conseil pour
l’Information Financière (ECIF)- 15 décembre 2004 ;

Sites Internet :

 www.maroctelecom.ma
 Guide de conversion aux IAS-IFRS
 Articles de bfinance.fr (documents anonymes):
- « Certains Etats militent en faveur d’une adoption partielle des normes IAS/IFRS dans
l’union européenne », source : Compte rendu petit déjeuner bfinance –date : 30-04-2003 ;
- « Passage aux normes IAS/IFRS : fortement motivés, les grands groupes européens sont
pourtant en retard dans leur préparation et leur anticipation » date 14-06-2002 ;
- « Principes comptables fondamentaux : ce qui va changer avec les normes IAS » ,
date :27-09-2001 ;
- « Passage aux normes IAS : la comptabilité ne sera plus jamais ce qu’elle est », date 31-
05-2001 ;

111
Mémoire de fin d’étude

ANNEXES

112
Mémoire de fin d’étude

Annexe 1- Informations sur Maroc Telecom

Dans le cadre de la privatisation de Maroc Telecom, Vivendi Universal a acquis


une participation de 51 % de la Société à la suite d'un appel d'offres organisé par le
Gouvernement du Royaume du Maroc pour le choix d’un partenaire stratégique.

La structure juridique simplifiée (Vivendi Universal détenant sa participation


indirectement au travers de sa filiale Vivendi Telecom International) du groupe est la
suivante :

Public Salariés

14,5% 51% 34% 0,5%

Casanet assure la gestion du portail Internet Menara de la Société. La


contribution de Casanet au chiffre d'affaires consolidé de Maroc Telecom n'étant pas
significative, Casanet n'est pas consolidée par la Société.

Mauritel SA, acquise le 12 avril 2001 par Maroc Telecom, est l'opérateur
historique de télécommunications en Mauritanie. GSM Al Maghrib est un distributeur des
produits et services mobiles, fixes et Internet de Maroc Telecom.

Organisée en Directions Générales, Centrales et Régionales autour de ses


métiers et services, Maroc Telecom regroupe d’une part des activités opérationnelles
Mobile et Fixe et Internet et, d’autre part, des fonctions supports, Réseaux & Services et
Administratif & Financier. A cette structure s’ajoutent deux Directions Centrales chargées
l’une de la Réglementation et de la Communication, et l’autre des Ressources
Humaines.

111
Mémoire de fin d’étude

Annexe 2 : Glossaire

 CGNC: Code Général de Normalisation Comptable ;


 IAS : International Accounting Standards;
 IFRS: International Financial Reporting Standards;
 IASB: International Accounting Standards Board; Conseil des normes comptables
internationales Il s’agit du comité exécutif de l’IASC
 IAS: International Accounting Standards committee; Comité des normes comptables
internationales. Cet organisme est chargé de favoriser l’émergence des règles comptables
globales.
 IFRIC: International Financial reporting Interpretation Committee) Comité d’interprétation
des normes d’informations financières internationales.
 SIC : Standing Interpretations Committee;
 CNCC : Compagnie nationale des commissaires aux comptes;
 CNC : Conseil National de la Comptabilité (marocain ou français) ;
 ADSL: Asymetrical Data Subscriber Line ; Technologie ayant pour objet de transmettre des
débits élevés sur la ligne de l'abonné, simultanément à une communication téléphonique. Le
débit est asymétrique, c'est-à dire plus élevé dans le sens entrant chez l'abonné que dans le
sens sortant.
 ANRT : Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications
 Carte SIM :(Sigle de Subscriber Identity Module). La carte SIM est indispensable au
fonctionnement d'un téléphone mobile. Elle contient notamment les informations
d'identification sur l'abonné, un code PIN de verrouillage (instructions visent à bloquer l'accès
à la carte).
 MMS : (Multimedia Messaging Service) Version multimédia du SMS permettant de joindre de
véritables fichiers multimédias au message texte : vidéos, sons, images en haute résolution.
 Prépayé: (services) : Formule dans laquelle l’utilisation des services est payée avant leur
consommation (des services gratuits peuvent également être inclus dans cette formule).
 Roaming: Cette fonction permet à un utilisateur qui se trouve à l'étranger d'émettre et de
recevoir des appels à partir du réseau d’un autre opérateur que celui auprès duquel il a
souscrit l’abonnement.
 SMS: (Short Message Service) Message écrit, limité à 160 caractères, échangé entre
téléphones mobiles

112
Mémoire de fin d’étude

Annexe 3 : Matrice de passage des immobilisations corporelles et


incorporelles

Classe 2 : Les normes IAS ne prévoient pas de compte dans le


bilan pour les immobilisations en non valeur. Selon
Immobilisations en non valeur le CGNC, les dépenses correspondant à ce type
d’immobilisation sont à enregistrer parmi les charges
de l’exercice qui leur a donné naissance. Ces
dépenses ne satisfont pas la deuxième condition
(Partie II, Chapitre I) d’immobilisation ; à savoir la possibilité pour
l’entreprise de tirer de ces dépenses des avantages
économiques futurs.

Immobilisations incorporelles Ce type d’immobilisations est traité par la norme


(Partie II, Chapitre I, Section I) IAS38.

Immobilisations corporelles Les immobilisations corporelles sont traitées par la


*amortissement norme IAS16. La dépréciation est l’objet de la norme
*Provision dépréciation IAS36.
(Partie II, Chapitre I, Section III)

113
Mémoire de fin d’étude

Annexe 5: liste des IAS/IFRS

(Source: www.iasb.org; juillet2003)

114
Mémoire de fin d’étude

115
Mémoire de fin d’étude

Annexe 6- Tableau de l'impact d'IAS sur le système d’information des


entreprises

.
D'après un document OTIA (groupe Teamlog)

116