Vous êtes sur la page 1sur 69

Guide d’élevage

semi-intensif de

poulets
de chair
Remerciements

Les auteurs tiennent à remercier chaleureusement plusieurs


membres, travailleurs et administrateurs de la Coopérative
Fédérée pour leur disponibilité ainsi que pour les précieuses
Rédaction SOCODEVI informations qu’ils nous ont transmises.

Photos SOCODEVI

Illustrations  Pierre Dutil

Graphisme  Pouliot Guay graphistes

© SOCODE VI, 2013

w w w. s o c o d e v i . o r g

Réalisation de

Avec la contribution financière du gouvernement du Canada


Table des matières

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

1. LA BIOSÉCURITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Le contrôle des mouvements entre les poulaillers . . . . . . . . 11
Le contrôle des oiseaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Les règles générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
La gestion sécuritaire des pesticides . . . . . . . . . . . . . . 13

2. LES REGISTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

3. LE CYCLE DE PRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
La préparation du poulailler . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Trois jours avant l’arrivée des poussins . . . . . . . . . . . . . 18
La veille de l’arrivée des poussins . . . . . . . . . . . . . . . . 19
L’arrivée des poussins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
La première semaine suivant l’arrivée des poussins . . . . . . . 24
L’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
L’alimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
La température . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
La lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
La litière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Les fientes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Les problèmes de santé chez les poussins . . . . . . . . . . . . . . 28
Passer les poussins de la pouponnière au poulailler . . . . . . . 29
Les soins aux poulets : de la 2e à la 7e semaine . . . . . . . . . . 30
L’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
L’alimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Nourrir les poulets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
La lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
La température . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
La ventilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
La litière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Les soins de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
La préparation des oiseaux à l’abattage . . . . . . . . . . . . . 46 Produits de santé animale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Le nettoyage et la désinfection du poulailler . . . . . . . . . . 48 Vitamines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Nettoyage et réparations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Alvitrolitros 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Désinfection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Hepavex 200 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Contrôle des insectes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Agromed . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Contrôle des rongeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Inventaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Trouver des signes de la présence des rongeurs . . . . . . . . . . . . 53
7. CONSTRUCTION DU POULAILLER . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Élaborer un programme de lutte contre les rongeurs . . . . . . . . . . 55
Procédures de contrôle des rongeurs . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Le choix du site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Le vide sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Le bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
L’équipement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
4. LE BIEN-ÊTRE DES OISEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Les réservoirs d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
L’observation – comment faire? . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Les distributeurs d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
Lorsque l’on détecte un signe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Le système d’alimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
Les oiseaux à risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 L’entreposage des moulées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
5. LA SANTÉ DES OISEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 L’éclairage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
La ventilation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
La vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Le chauffage pour les poussins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Avant d’administrer le vaccin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Méthodes d’administration des vaccins . . . . . . . . . . . . . . . 63 RÉFÉRENCES CONSULTÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Gouttes oculaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Vaccination dans l’eau de boisson . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 ANNEXE 1 – REGISTRE DE SUIVI DE L’ÉLEVAGE . . . . . . . . . . 86
Gestion des déchets pharmaceutiques / vétérinaires . . . . . . . . . . 64 ANNEXE 2 – REGISTRE DES VACCINS DISPONIBLES . . . . . . . . . 87
Les maladies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 ANNEXE 3 – REGISTRE DES QUANTITÉS DE MOULÉE . . . . . . . . 88
La diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 ANNEXE 4 – TEMPÉRATURE RESSENTIE EN FONCTION
DE L’HUMIDITÉ RELATIVE . . . . . . . . . . . . . . 89
L’ascite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
ANNEXE 5 – LISTE DE VÉRIFICATION EN FONCTION DE L’ÂGE
Rachitisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 DES OISEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
6. PRODUITS UTILISÉS POUR L’ÉLEVAGE . . . . . . . . . . . . . 67 ANNEXE 6 – ÉVALUATION DE L’ÉTAT DE SANTÉ DES POUSSINS
D’UN JOUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Produits de nettoyage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
ANNEXE 7 – LITIÈRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Eau de javel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
ANNEXE 8 – FIENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Iode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
ANNEXE 9 – PROBLÈMES DE SANTÉ CHEZ LES POUSSINS
Aviyodox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67 ET LES JEUNES POULETS . . . . . . . . . . . . . . 98
Dyne-o-might . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 ANNEXE 10 – CONSOMMATION QUOTIDIENNE EN EAU DES POULETS . 100
CID 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 ANNEXE 11 – É LABORATION DE LA MOULÉE
Despadac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 ET COMPOSITION NUTRITIONNELLE DE QUELQUES
Virkon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 INGRÉDIENTS DE BASE . . . . . . . . . . . . . . 101
TH4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2 0 1 3 • Ta b l e d e s m a t i è r e s

4 5
Le calcul de chaque aliment dans la moulée finale . . . . . . .
Carré de Pearson simple sans ingrédient fixe . . . . . . . . . . . .
101
102
Liste des tableaux
Carré de Pearson simple avec au moins un ingrédient fixe
ne contenant pas la composante considérée . . . . . . . . . . . . 104
Carré de Pearson simple avec au moins un ingrédient fixe
contenant la composante considérée . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Tableau 1.
Triple Carré de Pearson pour deux spécifications nutritionnels . . . . . 110
Quelques problèmes liés à l’alimentation des poussins
Les aliments fournissant principalement de l’énergie . . . . . . 119 et les causes possibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Les aliments fournissant principalement
des protéines végétales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Tableau 2.
Température idéale pour les poussins en fonction de leur âge
Les aliments fournissant principalement (température mesurée à 5 centimètres au-dessus de la litière) . . . . 27
des protéines animales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
La granulométrie de la moulée . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Tableau 3.
Éléments nutritifs essentiels dans l’alimentation des poulets,
La densité du maïs dans l’alimentation . . . . . . . . . . . . . 121
leur fonction et leur provenance . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
ANNEXE 12 – QUELQUES ASPECTS DU COMPORTEMENT Tableau 4.
DES POULETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Évolution de la consommation d’aliments chez le poulet de chair,
Les sens d’une poule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 en fonction du sexe des oiseaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Les sons émis par les poules . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Tableau 5.
Le comportement de groupe des poules . . . . . . . . . . . . . 123 Consommation alimentaire des poulets en fonction de l’âge
et de la température dans le poulailler (en grammes) . . . . . . . 34
ANNEXE 13 – PLANCHES ANATOMIQUES ET MALADIES . . . . . . 124
Tableau 6.
ANNEXE 14 – TABLEAUX DE CONVERSION . . . . . . . . . . . . 130 Exigences alimentaires des poulets de chair . . . . . . . . . . . 35
Tableau 7.
Type de moulée et disponibilité en fonction de l’âge des oiseaux
à Padilla, en Bolivie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Tableau 8.
Programme de lumière recommandé . . . . . . . . . . . . . . . 41
Tableau 9.
Programme de lumière utilisé à Padilla, en Bolivie . . . . . . . . 41
Tableau 10.
Température idéale pour les poussins en fonction de leur âge
(température mesurée à 5 centimètres au-dessus de la litière) . . . . 42
Tableau 11.
Les soins de santé administrés aux oiseaux dans les élevages
de Padilla, en Bolivie, en 2013 . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013

6
Tableau 12.
Les besoins fondamentaux d’un poulet et exemples d’actions
Introduction
qui permettent de combler ces besoins. . . . . . . . . . . . . . 60
Tableau 13.
Liste des produits qui devraient être dans l’inventaire
(les quantités doivent être établies pour chaque élevage) . . . . . . 71
Pour être rentable, l’élevage de poulets de chair demande une attention
Tableau 14. constante de la part de l’éleveur envers ses oiseaux et une excellente régie.
Avantages et inconvénients associés à chaque type de système Ce guide présente, de façon assez détaillée, toutes les étapes d’une bonne
pour la distribution de l’eau dans un poulailler. . . . . . . . . . 77
régie, incluant la biosécurité, la préparation du poulailler et l’arrivée des
Tableau 15. nouveaux poussins, les soins quotidiens devant leur être prodigués ainsi que
Variation de la hauteur de la source lumineuse (sans réflecteur) le nettoyage et la désinfection du poulailler une fois que les poulets ont été
en fonction de la puissance de l’ampoule et de l’intensité désirée menés à l’abattoir.
au niveau des oiseaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Il semble important, dès l’introduction, de souligner l’importance du bien-être
animal dans l’élevage du poulet de chair. Ce n’est pas une question philoso-
phique. Des oiseaux dont les besoins fondamentaux sont comblés, sont des
oiseaux en santé, qui ne sont pas nerveux ou stressés et qui ont, de ce fait,
une bonne courbe de croissance. Les aliments qu’ils mangent sont utilisé pour
leur croissance et non pas pour surpasser une maladie ou un stress. C’est une
des clés de la rentabilité d’un élevage de poulet de chair.
Depuis longtemps, les éleveurs sont préoccupés par la productivité de leurs
troupeaux et leur santé. Mais de plus en plus, ils sont préoccupés par le compor-
tement des oiseaux. Le comportement des oiseaux changera si ces derniers
sont stressés, malades, inconfortables, etc. Il est bon d’apprendre à identifier
les changements de comportement des oiseaux pour identifier très rapidement
une situation indésirable et y apporter les correctifs nécessaires. Les plus
grandes pertes financières dans un élevage de poulets de chair proviennent
plus souvent d’un petit problème chronique qui n’est pas identifié que d’une
épidémie.
Ce guide s’adresse à des éleveurs, des praticiens et des techniciens désirant
conduire un élevage semi-intensif de poulets de chair en climat tropical, à
basse ou moyenne altitude. Tout au long de ce guide, il y aura des encadrés
qui présenteront les pratiques particulières aux élevages menés en moyenne
altitude (environ 2 500 mètres au-dessus du niveau de la mer). Mais le contenu
théorique du guide pourra servir de référence pour toutes les autres zones.
Il apparaît cependant primordial que chacun puisse adapter le contenu de ce
guide en fonction des expériences acquises dans sa région et se conforme aux
recommandations des experts en santé animale, en ce qui a trait aux soins de
santé devant être apportés aux oiseaux.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013

8
1.  La biosécurité

L’objectif de la biosécurité est simple : éviter l’apparition et de le développe-


ment des maladies pendant l’élevage des poulets.
Pour être efficace, les règles de biosécurité doivent être suivies par tout le
monde qui évolue dans et autour des poulaillers, et en tout temps.
On peut regrouper les règles de la biosécurité en trois groupes : le contrôle des
mouvements entre les poulaillers, le contrôle des oiseaux et les règles géné-
rales de contrôle de la biosécurité.

L e con t rôle d es m ou vem en t s en t re les p oul a iller s


Généralement, les maladies sont transmises d’un poulailler à un autre par l’en-
tremise des personnes qui y travaillent. Ainsi, il est très important de contrôler
les mouvements entre les poulaillers. Voici quelques règles de base :
• Verrouiller les portes de chaque poulailler lorsqu’il n’y a pas de
supervision;
• L’éleveur doit toujours porter des bottes de caoutchouc propre et
qui auront été préalablement désinfectées dans le bain de pied
prévu à cet effet avant d’entrer dans le poulailler;
• L’éleveur doit disposer d’un habit de travail et de bottes en caout-
chouc exclusifs à chacun des poulaillers où il travaille; cet habit
de travail ainsi que les bottes doivent toujours être utilisés pour
entrer dans le poulailler spécifique et enlevés avant de sortir du
poulailler;
• Le bain de pied à l’entrée de chaque poulailler doit toujours être
propre, sans matière organique, et doit contenir de l’iode ou un
autre produit utilisé à cette fin (éviter l’eau de javel). Nettoyer
l’éponge et changer la solution du bain de pied au moins deux fois
par semaine ou dès qu’elle est sale;
• Tous les visiteurs doivent avoir désinfecté leurs bottes à l’entrée de
chaque poulailler, avoir désinfecté leurs mains et porter des vête-
ments propres avant d’entrer dans un poulailler;
• Exiger que le vétérinaire, ainsi que tout autre technicien qui entre
dans le poulailler ait désinfecté leur bottes dans le bain de pied; et,
idéalement, porte des sacs plastique par-dessus leurs bottes. Le
vétérinaire, ainsi que tout autre technicien qui visite le poulailler
doit avoir des vêtements propres;
1 1
• Lorsque l’éleveur travaille dans plusieurs poulaillers, il doit toujours L es rè g les g énér ales
commencer ses visites par les poulaillers où les oiseaux sont sains • Toujours nettoyer et désinfecter en profondeur un poulailler à la fin
et en santé, en prenant soin d’aller des oiseaux les plus jeunes d’un élevage et respecter les règles d’un bon vide sanitaire avant
vers les oiseaux les plus vieux. Peu importe l’âge des oiseaux, les d’entrer de nouveaux oiseaux dans le poulailler;
poulaillers où il y a des oiseaux malades doivent toujours être
visités en dernier. • Ne pas fumer à l’intérieur du poulailler;
• Les éleveurs ne doivent pas élever de poules dans leur propre • Toujours entrer dans un poulailler avec des bottes et les mains
maison; désinfectées;
• Les équipements qui doivent être transportés d’un poulailler à un • Nettoyer chaque jour les abreuvoirs des oiseaux;
autre doivent être lavés et désinfectés avant d’entrer dans un • Changer régulièrement l’eau des réservoirs, 2 fois par semaine, et
nouveau poulailler. ­s’assurer que l’eau est toujours propre à la consommation et de
bonne qualité;
L e con t rôle d es ois eau x • Nettoyer les réservoirs avant d’y ajouter des vitamines ou des vaccins.
• Ne jamais mélanger des oiseaux d’âges différents ou de diffé-
rentes origines dans un même poulailler; L a g es t ion s é c ur it a ire d es p es t ic id es
• Les oiseaux sauvages, et surtout les poules domestiques, sont un • Éviter l’entreposage de tels produits en achetant seulement les
facteur de propagation des maladies. Ne jamais laisser entrer d’oi- quantités requises pour une utilisation quasi immédiate.
seaux sauvages (ou domestiques) dans les poulaillers; • Si de tels produits chimiques doivent être entreposés, ceux-ci
• Mettre en place un programme permanent et toujours actualisé de devront l’être dans leurs contenants d’origine avec étiquettes,
lutte contre les rongeurs. Les rats et les souris sont porteurs de hermétiques, dans un endroit spécifique, sécuritaire, à plancher
parasites, de bactéries ou de virus. Sans compter que la vermine étanche et assez aéré où ils ne risquent pas de contaminer les
mange de grandes quantités d’aliments normalement destinés aux semences, la nourriture, l’eau, les boissons et les êtres vivants.
poulets. Attention, les produits chimiques pour tuer les rongeurs • Des précautions pour un usage sécuritaire de ces produits dange-
ne devraient jamais entrer en contact avec les sacs d’aliments pour reux s’imposent : toujours respecter les instructions du manufactu-
les oiseaux; rier qui apparaissent sur les contenants des produits; porter tous
• Sur le site de production avicole, interdire l’entrée de chiens, de les équipements de protection requis et éloigner les personnes ne
chats ou autres oiseaux domestiques. Il peut y avoir un chien pour portant pas d’équipements de protection et les animaux; ne pas
l’éleveur / gardien, mais ce chien ne doit jamais sortir du site d’éle- manger, fumer ou boire en manipulant ces produits; se laver et
vage ni entrer en contact avec des oiseaux sauvages; laver l’équipement et le matériel associé avec de l’eau et du savon
• Les carcasses d’oiseaux doivent être ramassées tous les jours et le plus vite possible après le traitement; ne jamais déverser les
leur nombre doit être inscrit dans les registres à cet effet. Il est pesticides ou les eaux de rinçage de l’équipement et du matériel dans
important de s’en débarrasser convenablement (en les brûlant, les ou près des sources d’eau, ou d’autres zones sensibles ou de valeur.
compostant ou les enterrant de façon sécuritaire et selon les procé-
dures établies1) et de ne pas laisser traîner les carcasses autour des
bâtiments, car elles sont sources de maladies.

1 En les brûlant de façon sécuritaire et en minimisant la fumée et autres émissions


dans l’air; ou en les compostant selon une procédure adéquate et dans un site
propice; ou en les enfouissant dans une fosse étanche et hermétique, à l’écart
des animaux et de sources d’eau, ou autres éléments vulnérables.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • La biosécur ité

12 13
2.  Les registres

Les registres tiennent une place importante dans un élevage avicole. Le plus
important d’entre eux est certainement le registre de suivi de l’élevage
(annexe 1). Ce registre permet de suivre l’état de santé générale du troupeau.
Ce registre doit être complété chaque jour avec des données concernant le
nombre d’oiseaux morts (lorsqu’il y en a) et la consommation quotidienne de
moulée et, si possible, la consommation quotidienne en eau. C’est également
sur ce registre que des informations complémentaires peuvent être inscrites
comme l’arrivée tardive des poussins, la présence de maladies, les produits de
santé utilisés, d’autres intrants comme la litière, etc.

Les deux autres registres servent, quant à eux, à s’assurer que l’inventaire
permet de subvenir aux besoins à venir des oiseaux. Il y doit ainsi y avoir un
registre des vaccins dont dispose l’éleveur dans le réfrigérateur (annexe 2),
ainsi qu’un registre des quantités de moulées présentes dans le dépôt
(annexe 3).
Les registres sont des outils de travail importants qui permettent à l’éleveur,
et tout autre intervenant venant appuyer l’éleveur dans son travail, à poser un
diagnostic rapide sur l’état de santé du troupeau et prendre rapidement des
mesures correctrices si nécessaire.
Les registres doivent toujours être remplis de façon claire et lisible.
3.  Le cycle de production

Obtenir la rentabilité avec un élevage de poulets de chair est un défi de tous


les jours. Les soins apportés quotidiennement aux oiseaux, la qualité et la
quantité de nourriture qu’ils ingèrent, l’absence de maladies, le respect des
règles de la biosécurité et d’un vide sanitaire sont autant de points qui doivent
être minutieusement observés pour qu’un troupeau d’oiseaux sorte rapidement
du poulailler au bon poids et qu’un autre troupeau puisse prendre sa place dans
le poulailler.
On nommera « cycle de production », toutes les étapes depuis la préparation
du poulailler pour l’arrivée des poussins jusqu’au vide sanitaire de ce même
poulailler. Un cycle de production comprend ainsi les étapes suivantes :
• La préparation du poulailler
• L’arrivée des poussins
• Les soins à prodiguer aux poussins la première semaine
• Les soins à prodiguer aux poulets, de la seconde à la dernière
semaine d’élevage
• La préparation à l’abattage
• Le nettoyage et la désinfection du poulailler
• Le vide sanitaire

L a prépar a t ion du p oul a iller


La préparation du poulailler se fait généralement le jour précédent l’arrivée
des nouveaux poussins. C’est une étape cruciale dans l’élevage du poulet de
chair puisque les taux de mortalité les plus importants surviennent au début
et à la fin de la vie des oiseaux. Il est donc primordial de bien recevoir les
poussins, dans un environnement accueillant pour eux, et en leur prodiguant
les soins adéquats.
Il est ici considéré que le poulailler et tous les équipements ont déjà été
nettoyés et désinfectés, et que le vide sanitaire de 7 à 10 jours sans oiseau a
été respecté. C’est dans cet environnement seulement que l’on peut préparer
l’arrivée des nouveaux poussins.
Trois jour s av an t l ’ar r ivé e d es p ous s ins b. Placer environ 8 cm de litière dans chaque pouponnière. La litière
1. Placer une éponge propre dans le trou à cet effet au pas de la porte devrait être soit de la ripe de bois, soit de la coque de riz. Lorsque
d’entrée du poulailler, ainsi que la solution désinfectante nécessaire. la litière est installée trois jours avant l’arrivée des poussins, la
Cette solution pourrait être, par exemple, un bouchon d’Aviodox (iode) litière a le temps de sécher avec une ventilation minimale.
dans un sceau d’eau. Dans tous les cas, suivre les directives inscrites
sur le contenant. Deux fois par semaine, l’éponge devra être nettoyée
la solution désinfectante changée.

3 3

L a ve ille d e l’ar r ivé e d es p ous s ins


1. Mettre en marche les chaufferettes environ 12 heures avant l’arrivée
des poussins pour que la température soit entre 29 et 32 °C. Il faut
une chaufferette dans chaque pouponnière. Afin de bien ajuster la
2. Confectionner la pouponnière température, il faut toujours se référer à la température ressentie,
en fonction de l’humidité relative (voir les chartes à l’annexe 4) et
a. À l’aide de grandes plaques de bois pressé, confectionner une
augmenter ou réduire la ventilation et / ou la puissance des chauffe-
pouponnière de 3 mètres de diamètre. Chaque pouponnière de
rettes en fonction de la température et de l’humidité relative.
cette dimension peut accueillir 500 poussins. Préparer le nombre
de pouponnières nécessaire en fonction du nombre de poussins
à recevoir.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

18 19
2. Placer les mangeoires dans les pouponnières, à raison d’une mangeoire 6. Placer, à l’entrée du poulailler, une paire de bottes propres et un habit
pour 100 poussins. de travail propre.
7. Placer une bouteille de désinfectant pour les mains à l’entrée du
poulailler.
8. Placer en évidence la nouvelle feuille du registre « suivi de l’élevage ».

L’ar r ivé e d es p ous s ins


Le suivi d’un élevage de poulet de chair demande des soins quotidiens et une

3 3
attention puisque les soins changent en fonction de l’âge des oiseaux. Afin
de vous assurer de ne rien oublier, une liste de vérification a été placée à
l’annexe 5. Au début de chaque journée, en un seul coup d’œil, vous pourrez
constater s’il y a des soins particuliers à donner aux oiseaux en fonction de
leur âge.

1. À l’arrivée des poussins et pendant 21 premiers jours, les lumières


doivent être allumées 23 heures par jour. En ce qui concerne l’inten-
sité lumineuse requise, consulter la section 7.
3. S’assurer que les poussins auront facilement et en tout temps accès 2. L’éleveur, aidé d’une autre personne, doit d’abord compter les poussins
à l’eau. un à un avant de les placer dans la pouponnière. Si l’éleveur sépare les
a. Placer des abreuvoirs pour les poussins dans les pouponnières, à poussins en fonction de leur sexe, c’est au moment du comptage que
raison de 3 abreuvoirs pour 500 poussins. se fait le sexage. Les poussins femelles sont placés dans une poupon-
nière tandis que les poussins mâles sont placés dans une autre.
b. Pendant les jours (5-7 jours), l’eau ajoutée dans les abreuvoirs sera
idéalement à 15 °C (plus ou moins 3 à 4 °C). ᏀᏀ Le comptage des poussins est très important puisqu’il permettra
de suivre exactement le taux de mortalité des oiseaux en cours
c. Placer des briques sous les abreuvoirs. Pour les 5 premiers jours,
d’élevage;
ces briques seront posées directement sur le sol de façon à ce que
les abreuvoirs soient accessibles pour les poussins. Ces briques ᏀᏀ Si la mortalité des poussins est trop élevée à leur arrivée, il faudra
devraient normalement empêcher l’eau qui déborde des abreuvoirs en discuter avec le vendeur de poussins et/ou revoir les procédures
de détremper la litière. de réception des poussins.
d. S’assurer que les lignes d’eau sont fonctionnelles dès l’arrivée des 3. Les cages ayant servies au transport des poussins sont tapissées de
poussins. papier journal. Ce papier journal doit être mis au compost ou brulé le
plus rapidement possible. Les cages, quant à elles, sont remises au
4. Si la température extérieure est froide et/ou si le bâtiment se
transporteur.
réchauffe mal, placer des bâches plastiques autour de la pouponnière
pour augmenter la chaleur. Attention, cette pratique peut par ailleurs 4. La première eau disponible pour les poussins devrait être à une tempé-
réduire la qualité de l’air. L’éleveur doit veiller à garder un juste équi- rature idéale de 15 °C (plus ou moins 3 à 4 °C). L’éleveur y aura addi-
libre entre température et ventilation. tionné des électrolytes pendant les 4 premiers jours et des vitamines
pour les trois jours suivants (jour 6, 7 et 8 après l’arrivée des poussins).
5. Dans chaque pouponnière, placer un ou deux thermomètres au niveau
du dos des poussins et pas trop près de la chaufferette. 5. Une fois les poussins relâchés dans le bâtiment, vérifiez la tempéra-
ture et leur distribution toutes les deux heures environ (Figure 1) :

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

20 21
ᏀᏀ Les poussins se répartissent sur l’ensemble de l’espace disponible : 6. La moulée formulée pour les poussins (B-1) doit être disponible dès
température et ventilation sont bien réglées; ­l’arrivée des poussins.
ᏀᏀ Les poussins s’agglutinent en certains endroits (sous les chauffe- 7. Environ 24 heures après l’arrivée des poussins, l’éleveur doit vérifier
rettes), sont peu actifs, ne se mettent pas à circuler ici et là et ont si les poussins ont bien bu et bien mangé. Les poussins sont norma-
l’air apathiques : la température est trop basse; lement très actifs à ce stade. Si tout se passe bien, ils boivent et
ᏀᏀ Les poussins évitent certains endroits : il y a peut-être là des mangent tout le temps. Pour s’assurer que les poussins boivent et
courants d’air; mangent :
ᏀᏀ Les poussins sont étalés par terre, ailes étendues, semblent haleter ᏀᏀ Il faut sélectionner 20 poussins et palper délicatement leur jabot.
et commencent à pépier : il fait trop chaud ou il y a trop de dioxyde Avec l’expérience, l’éleveur saura si le poussin a consommé de l’eau

3 3
de carbone dans l’air ambiant. et/ou de la nourriture.
ᏀᏀ Si ce test démontre que 18 poussins et plus ont consommé de l’eau
FIGURE 1. et de la nourriture, tout se passe bien.
LA RÉPARTITION DES POUSSINS EN FONCTION DE LA TEMPÉRATURE AMBIANTE
ᏀᏀ Par contre, s’il y 17 poussins et moins qui ont effectivement
consommé de l’eau et de la nourriture, l’éleveur doit se poser des
✖ ✖ ✖✖ ✖ questions. Les causes peuvent être multiples : température pas
✖ ✖✖ assez ou trop élevée, humidité suffisante ou insuffisante, eau et/
✖ ✖
✖✖✖ ✖ ✖✖ ou moulée difficilement disponible (trop haute, placée au mauvais
✖✖ ✖ ✖ ✖ endroit, manque d’eau), etc.
✖✖ ✖ ✖
Trop froid ✖ ✖
✖ ✖ ✖
✖ ✖✖ ✖ ✖
✖✖✖ Trop chaud
✖✖✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖✖✖
✖ ✖✖ ✖ ✖
✖ ✖ ✖
✖ ✖✖ ✖ ✖ ✖
✖✖ ✖
✖ ✖
Courant d’air ✖
Idéal

8. Évaluez l’état de santé général des poussins. Sélectionnez 20 poussins


au hasard et remplissez la grille qui se trouve à l’annexe 6. S’il y a trop
de poussins en mauvais état, parlez-en avec le fournisseur.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

22 23
9. La litière doit être propre et sèche en tout temps. L’éleveur doit • L’hypochlorite de sodium est généralement utilisé pour chlorer l’eau
enlever la litière humide (puis la composter dans un lieu propice ou la de boisson, et une concentration idéale de chlore libre au bout de
valoriser en l’offrant ou la vendant à des producteurs / productrices) la ligne d’eau est de 3 à 5 ppm2.
et ajouter de la nouvelle litière. Il se peut que la litière devienne ᏀᏀ avoir un pH de 5 à 6.
humide sans qu’il n’y ait de problème dans l’élevage. Les premiers
jours, les poussins utilisent des abreuvoirs qui sont près du sol et • Si l’eau est « dure », il vaut mieux privilégier un mélange d’acides
beaucoup d’eau peut se retrouver autour des abreuvoirs. Si la litière organiques (acide acétique ou acide citrique) et inorganiques
est humide / mouillée partout, il faudra à ce moment se poser d’autres (acide phosphorique par exemple) pour réduire le pH. Il est à noter
questions sur l’état de santé des poussins (annexe 7). que les acides organiques ont un rôle positif sur le métabolisme
des oiseaux.
10. L’éleveur doit s’assurer qu’il n’y a pas de courant d’air dans le bâtiment.
3 ᏀᏀ Même si l’éleveur désire conserver la température relativement
élevée dans le bâtiment, il est important de changer l’air à l’inté-
• Si l’eau est douce, on peut alors utiliser des acides organiques
seulement. 3
rieur du poulailler afin d’évacuer l’ammoniac (cause d’ascitis) et de • Placer les briques sur la litière de façon à surélever un peu les
dioxyde de carbone (toxique). abreuvoirs. Normalement, la majeure partie des poussins doit main-
tenant boire aux tétines directement.
ᏀᏀ Si la ventilation est assurée par l’ouverture de bâches sur les
fenêtres, l’éleveur doit s’assurer qu’il y a un léger changement d’air, • L’éleveur additionne des électrolytes à l’eau de boisson pendant
sans qu’il y ait de courant d’air ou un refroidissement trop brusque les 4 premiers jours et des vitamines pour les trois jours suivants
du bâtiment. Ce n’est pas avant deux semaines de croissance des (jour 6, 7 et 8 après l’arrivée des poussins).
poulets que les bâches pourront être grandement ouvertes.
L’a l i m e n t a t i o n
ᏀᏀ Si le bâtiment bénéficie d’un ventilateur, ce dernier pourra
être légèrement démarré le 4e jour après l’arrivée des poussins. • Donner de la moulée aux poussins 3 fois par jour, à volonté. Les
Cependant, les bâches plastiques doivent rester fermées. poussins doivent toujours avoir de la moulée à leur disposition.
Il vaut mieux en donner plusieurs fois de petites quantités pour
L a prem ière s ema ine s uiv an t l ’ar r ivé e d es p ous s ins éviter le gaspillage de la moulée.
• Les poussins peuvent rapidement développer des comportements
L’e a u anormaux par rapport à leur alimentation, consultez le Tableau 1
pour en connaître les causes possibles.
• Laver les abreuvoirs deux fois par jour; ils doivent être vidés et
nettoyés toujours au même endroit de façon à ce qu’il y ait le moins
de risques de contamination possible autour des poulaillers;
• S’assurer que les poussins ont de l’eau propre à volonté;
• L’eau donnée aux poussins (et aux poulets plus tard) doit être :
ᏀᏀ fraîche, environ 15 °C
ᏀᏀ être chlorée pour éviter toute contamination par des
microorganismes.

2 Pour y arriver, on peut utiliser de l’eau de javel à une concentration de 4 à 5 %


d’hypochlorite de sodium; à raison de 0,1 ml d’eau de javel dans un litre d’eau
(laisser reposer 30 minutes). Cela équivaut à 2 gouttes d’eau de javel dans un litre
d’eau ou encore à 2 litres d’eau de javel pour désinfecter l’eau d’un réservoir de
20 000 litres.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

24 25
TABLEAU 1.  TABLEAU 2. 
QUELQUES PROBLÈMES LIÉS À L’ALIMENTATION DES POUSSINS TEMPÉRATURE IDÉALE POUR LES POUSSINS EN FONCTION DE LEUR ÂGE
ET LES CAUSES POSSIBLES (température mesurée à 5 centimètres au-dessus de la litière)

Problème Causes possibles Âge du poussin Température Température


Il reste plus de particules grossières dans les • Signe d’un problème de santé (nb de jours) sous la chaufferette dans le poulailler
mangeoires que de particules fines 1 31 °C 26 °C
Les poussins picorent copieusement les murs • Affections intestinales
3 30 °C 25 °C
et mangent peu • Mauvaise formulation de la moulée
5 29 °C 25 °C
Les poussins rejettent à l’extérieur de la • Granulés trop durs et trop secs

3 3
mangeoire, le grain, les granulés ou les deux • Dosage inadéquat d’une des céréales 7 29 °C 25 °C
(trop ou pas assez) 9 27 °C 25 °C
• Affections intestinales (comme la coccidiose
11 26 °C 24 °C
ou dysbactériose par exemple)
14 26 °C 24 °C
La température 16 25 °C 24 °C
18 25 °C 24 °C
• Les poussins ont besoin de chaleur, mais ces besoins diminueront
graduellement au cours de leur vie. Le Tableau 2 présente la tempé- 20 24 °C 24 °C
rature idéale de la pouponnière en fonction de l’âge des poussins. 22 24 °C 23 °C

• Il ne devrait pas y avoir une différence plus grande que 2 °C entre 24 23 °C 23 °C
la température idéale et la température réelle. Source : MacAssociates, 1993
• La température a une influence importante sur la consommation
de moulée. S’il fait trop chaud, les poussins ne mangeront pas La lumière
suffisamment et prendront ainsi du retard dans leur croissance. Par • Dès le 5e jour, et jusqu’au 10e jour inclusivement, les lumières
contre, s’il fait trop froid, les poussins mangeront plus mais ne doivent être fermées 4 heures chaque nuit.
prendrons pas plus de poids pour autant. Ce qui représente une
dépense additionnelle en nourriture. • Cette réduction de la lumière entre le 5e et le 10e jour inclusive-
ment, a pour objectif de ralentir un peu la croissance des oiseaux
• Pour s’assurer que la température ambiante correspond aux besoins afin qu’ils se développent normalement et ne développent pas, dans
des poussins, il faut prendre la température rectale de 20 poussins les semaines qui suivent, des problèmes de santé en raison d’une
pris au hasard. Le thermomètre utilisé en est un pour bébé avec le croissance excessive.
bout le plus petit possible. Bien nettoyer le thermomètre (idéale-
ment avec de l’alcool) entre chaque prise de température.
ᏀᏀ La température rectale normale d’un poussin est de 40,5 °C. La Attention !
moyenne de la température rectale de 20 poussins devrait donc À Padilla, en Bolivie, la période critique pendant laquelle la durée de la
osciller entre 40 et 41 °C. lumière est réduite n’est pas la même. En raison de l’altitude, les oiseaux ne
ᏀᏀ Si la température rectale moyenne des poussins est en dessous développent pas ces problèmes de santé au même moment. C’est pourquoi le
de 40 °C ou au-dessus de 41 °C; il faudra ajuster la température programme de lumière a été adapté. Consulter le tableau 9 pour connaître le
programme de lumière à Padilla.
des couveuses et/ou la température ambiante. 4 heures suivant
un tel ajustement, il est bon de reprendre la température rectale
de 20 autres poussins pris au hasard afin de s’assurer que les
correctifs apportés permettent de régler la situation.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

26 27
La litière Pa s s er les p ous s ins d e l a p oup onnière au p oul a iller
• Une bonne litière doit toujours être sèche et légèrement souple. Les poussins se développent rapidement et il n’est pas rare que vers le 7e jour
suivant leur arrivée, l’espace dans la pouponnière soit trop petit pour eux.
• L’éleveur doit retirer la litière mouillée/humide sans attendre et la C’est alors que l’éleveur peut enlever le cercle de la pouponnière pour que les
remplacer par de la litière sèche. poussins aient plus d’espace.
• Après enlèvement de la litière, celle-ci sera valorisée (offerte/
• L’agrandissement du cercle de la pouponnière se fera environ 7 jours
vendue et/ou compostée dans un lieu propice). Un lieu propice au
après l’arrivée des poussins. C’est normalement vers le 26e jour que
compostage est à l’écart des animaux et de sources d’eau, d’aliments
les poulets occuperont la totalité de l’espace du poulailler.
ou autres éléments vulnérables, de préférence sur une surface
étanche où il est possible de recueillir les liquides que cela pourrait • S’il fait froid, cet agrandissement peut attendre un peu. Des oiseaux
3 générer, et à l’abri de quantités importantes de précipitations. plus vieux régulent mieux leur chaleur.
• Avant d’agrandir l’espace des poussins, il faudra ajouter de 6 à 8 cm
3
Les fientes de litière dans tout le poulailler. Idéalement, cette litière aura été
• Les fientes fraîches en disent beaucoup sur l’état de santé des placée deux à trois jours avant l’enlèvement des murs des poupon-
poussins. Un poussin en bonne santé, bien nourri et bien soigné nières pour que la litière soit bien sèche. Il est préférable de mettre
produit des fientes bien nettes. Si vous observez des fientes qui une bonne épaisseur de litière dès le début puisqu’elle restera ainsi
vous semblent anormales, c’est qu’il y a un problème. Consultez plus facilement sèche et souple tout au long de l’élevage.
l’annexe 8 pour évaluer les fientes de vos oiseaux et les causes • Les abreuvoirs et les mangeoires au sol seront enlevés en même
possibles d’un dérèglement intestinal. temps que les murs des pouponnières. Il est admis qu’après ce
temps, les poussins pourront s’abreuver d’eux-mêmes aux tétines.
Les problèmes de santé chez les poussins • La moulée servie aux poulets est toujours la moulée B1. Ce sera
• La plupart des pertes de poussins (suite à des maladies ou des cette moulée qui leur sera servie jusqu’au 21e jour.
mortalités) ont lieu dans les 7 premiers jours. Les poussins doivent
avoir à boire et à manger en tout temps et il préférable de conserver
la température de la pièce plus haute que plus basse. Un jeune
poussin ne peut pas réguler sa température, et s’il ne mange pas, il
va se refroidir et mourir.
• Si vous observez des poussins dont le développement est anormal,
qui sont malades ou même morts, consultez l’annexe 9 pour iden-
tifier les causes potentielles de ces problèmes. Il ne faut pas
attendre, pour réagir, d’avoir plusieurs poussins en mauvais état.
Vaut mieux rapidement identifier les causes possibles et mettre en
place les actions nécessaires.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

28 29
L es s o ins au x p oule t s  : d e l a 2 e à l a 7 e s ema ine ᏀᏀ Le poulet doit y avoir accès en tout temps
ᏀᏀ Si l’abreuvoir est trop bas, il y a plus de risques que l’eau soit
L’e a u
contaminée par les fèces des oiseaux
L’eau est l’élément nutritif le plus important dans la vie d’un poulet. Sans ᏀᏀ Si l’abreuvoir est mal ajusté et qu’il y a beaucoup de pertes
eau, un poulet meurt en quelques heures seulement. Les poulets doivent donc d’eau, la litière sera humide, voire mouillée. Une situation que
avoir, en tout temps, accès à de l’eau de qualité (propre et sans pathogène). l’on cherche à éviter.
Pour avoir accès à de l’eau propre, c’est-à-dire ne contenant ni pathogène ni
contaminant il faut d’abord s’assurer que l’eau en elle-même est de qualité
et ensuite que les réservoirs extérieurs et les abreuvoirs ne constituent pas

3 source de contamination de l’eau. Pour cela il faut :


• Les réservoirs d’eau à l’extérieur :
3
ᏀᏀ Doivent être nettoyés chaque jour. Le nettoyage est assuré en
vidangeant le reste de l’eau hors du réservoir une fois par jour.
ᏀᏀ en cas de traitement avec des antibiotiques, les réservoirs
d’eau à l’extérieur ne sont nettoyés que deux fois dans la
semaine.
• Le système d’approvisionnement en eau et les abreuvoirs :
ᏀᏀ Si le système d’approvisionnement en eau est un système de
tétines, il n’y a presque pas d’entretien à faire. Il faut simple-
ment s’assurer que les pipettes fonctionnent bien, c’est-à-dire
que les poulets s’abreuvent facilement à toutes les pipettes.
ᏀᏀ Si le système d’approvisionnement en eau en est un avec des
auges ou des tuques (cloches), ils doivent impérativement
être nettoyés tous les jours. Les abreuvoirs de ce type sont
souvent souillés par les fèces des oiseaux, des plumes, etc. Ces
abreuvoirs peuvent ainsi potentiellement devenir des sources
de contaminants extrêmement dommageables pour la santé
des oiseaux. Il faut toujours nettoyer les abreuvoirs à l’exté-
rieur du poulailler et dans un endroit désigné à cette fin; un
endroit qui est à la fois accessible à partir des poulaillers et
qui ne contaminera pas les autres poulaillers s’il devait y avoir
L’accès en tout temps est assuré par un approvisionnement continu en eau et un problème de santé dans le poulailler.
l’ajustement de la hauteur des abreuvoirs. La quantité d’eau consommée par les oiseaux varie en fonction de leur âge
• Il est important de toujours s’assurer que les abreuvoirs sont à la et de la température. Pour consulter les quantités d’eau consommée par
bonne hauteur, en fonction de la croissance des poulets. Et cette 1 000 poulets par jour, en fonction de leur âge et de la température, consultez
hauteur sera ajustée en fonction du type d’abreuvoir utilisé. ­l’annexe 10.
• La hauteur des abreuvoirs est importante pour plusieurs raisons :

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

30 31
L’a l i m e n t a t i o n
TABLEAU 3.
ÉLÉMENTS NUTRITIFS ESSENTIELS DANS L’ALIMENTATION DES POULETS,
L’alimentation des poulets doit être telle qu’elle répond aux besoins nutrition- LEUR FONCTION ET LEUR PROVENANCE
nels de l’oiseau, afin d’atteindre les objectifs de croissance et de productivité
de l’élevage. Ces objectifs sont également financiers puisqu’il est évalué que le Éléments nutritifs Fonctions Provenance
coût de l’alimentation représente 70 à 80 % des coûts totaux de production du Hydrate de carbone • Source d’énergie • Céréales (principalement)
poulet. Afin de combler ses besoins alimentaires, l’alimentation du poulet doit
contenir 6 classes d’éléments nutritifs qui sont présentés dans le Tableau 3. Protéine • Synthèse des tissus • Légumineuses
(particulièrement les muscles), • Tourteaux
des enzymes et des hormones, • Protéines animales (farine
des plumes et des œufs. de sang, de poisson, etc.)

3 3
• Fournissent également un
peu d’énergie

Gras • Source d’énergie • Contenu dans les autres


• Source essentielle d’acides gras aliments de la ration
pour divers processus biologiques
de l’organisme

Vitamine • Contrôle des processus • Généralement fournit


biologiques de l’organisme par les suppléments
• Nécessaires, en petite quantité,
pour une bonne croissance et une
bonne santé générale
Minéraux • Contrôle des processus • Généralement fournit
biologiques de l’organisme par les suppléments
• Nécessaires, en petite quantité,
pour une bonne croissance et une
bonne santé générale
Eau • Solvant universel qui permet le • Eau (propre et de qualité)
transport des nutriments et des
métabolites utilisé ou produits
par l’organisme
• Intervient dans différentes
réactions biochimiques
essentielles au maintien de la vie

La quantité de l’un ou l’autre de ces éléments nutritifs nécessaire à une bonne


croissance des poulets varie en fonction de différents facteurs : la génétique,
l’âge, le sexe, le stade de reproduction, la température ambiante, le type de
bâtiment, la santé et les objectifs de production.
En fonction de l’âge et du sexe des poulets, la quantité d’aliment consommé
varie. Le Tableau 4 présente la consommation hebdomadaire des poulets
en fonction de leur âge et de leur sexe. La quantité d’aliment ingéré peut
également varier, au-delà du sexe, en fonction de la température ambiante
(Tableau 5). Finalement, en fonction de l’âge des poulets, la formulation de
l’aliment doit changer pour répondre aux besoins physiologiques de l’oiseau
spécifiques à chacun de ces stades de croissance (Tableau 6).

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

32 33
TABLEAU 4. TABLEAU 6.
CONSOMMATION ALIMENTAIRE HEBDOMADAIRE DES POULETS EXIGENCES ALIMENTAIRES DES POULETS DE CHAIR
EN FONCTION DE L’ÂGE ET DU SEXE (en grammes)
Phases
Consommation hebdomadaire (g) Consommation cumulative (g) Éléments nutritifs et énergie
Âge Début Croissance Finition
(jours) Sexes Sexes 0-3 semaines 4-6 semaines 7-8 semaines
Femelles Mâles Femelles Mâles
mélangés mélangés
Protéine brute (%) 23,0 20,0 18,0
7 131 135 133 131 135 133
Acide aminés
14 273 290 281 404 425 414
Arginine (%) 1,25 1,10 1,00
21 444 487 465 848 912 879

3 3
Lysine (%) 1,10 1,00 0,85
28 642 704 673 1 490 1 616 1 552
Méthionine 0,50 0,38 0,32
35 738 960 849 2 228 2 576 2 401
Méthionine et cystine (%) 0,90 0,72 0,60
42 1 001 1 141 1 071 3 229 3 717 3 472
Tryptophane (%) 0,20 0,18 0,16
49 1 081 1 281 1 181 4 310 4 998 4 653
Histidine (%) 0,35 0,32 0,27
56 1 165 1 432 1 298 5 475 6 430 5 951
Leucine (%) 1,20 1,09 0,93
63 1 246 1 577 1 411 6 721 8 007 7 362
Isoleucine (%) 0,80 0,73 0,62
Source : NRC, 1994 Phénylalanine (%) 0,72 0,65 0,56
Phénylalanine et tyrosine (%) 1,34 1,22 1,04
TABLEAU 5. Thréonine (%) 0,80 0,74 0,68
CONSOMMATION ALIMENTAIRE HEBDOMADAIRE DES POULETS
EN FONCTION DE L’ÂGE ET DE LA TEMPÉRATURE DANS LE POULAILLER (en grammes) Valine (%) 0,90 0,82 0,70
Glycine et sérine (%) 1,25 1,14 0,97
Température du poulailler
Âge (jours) Proline (%) 0,60 0,55 0,46
10 °C 21 °C 32 °C 38 °C
Acide linoléique (%) 1,00 1,00 1,00
7 118 118 115 111
Énergie métabolisable (kcal/kg) 3 200 3 200 3 200
14 318 290 280 277
Calcium (%) 1,00 0,90 0,80
21 468 455 426 535
Phosphore disponible (%) 0,45 0,35 0,30
28 659 634 585 605
Vitamines ajoutées
35 846 805 713 665
Vitamine A (U.I./kg) 9 000 7 500 7 500
42 1 050 1 006 872 786
Vitamine D (U.I./kg) 1 500 1 200 1 200
49 1 274 1 196 1 021 904
Vitamine E (U.I./kg) 20 15 15
56 1 414 1 317 1 126 977
Niacine (mg/kg) 40 40 40
Source : North y Bell, 1990
Acide pantothénique (mg/kg) 14 10 10
Riboflavine (mg/kg) 5,5 4,0 4,0
Ménadione (mg/kg) 1,5 1,5 1,5
Thiamine (mg/kg) 2,2 2,0 2,0
Pyridoxine (mg/kg) 4,0 3,5 3,5

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

34 35
• Un mélange de suppléments qui fourniront le reste des éléments
TABLEAU 6.
EXIGENCES ALIMENTAIRES DES POULETS DE CHAIR
nutritifs essentiels à la croissance du poulet (vitamines, minéraux,
etc.). Encore ici, deux options existent :
Phases
ᏀᏀ il existe des mélanges préfabriqués de ces suppléments (géné-
Éléments nutritifs et énergie Début Croissance Finition ralement appelés « premix ») qui contiennent le dosage exactes
0-3 semaines 4-6 semaines 7-8 semaines
d’éléments nutritifs complémentaires en fonction des phases
Acide folique (mg/kg) 0,85 0,30 0,30 de croissance du poulet; ou,
Biotine (mg/kg) 0,20 0,10 0,10
ᏀᏀ il faut se procurer chacun des éléments nutritifs complémen-
Vitamine B12 (mg/kg) 0,013 0,010 0,010 taires et les mélanger à la ration du poulet.

3 3
Choline totale (mg/kg) 1 600 1 300 1 300
Il existe des logiciels qui permettent d’ajuster la quantité des différents ingré-
Éléments mineurs dients en fonction de leur composition nutritionnelle. Si vous ne pouvez pas
Manganèse (mg/kg) 66,0 66,0 66,0 avoir accès à de tels logiciels ou ne pouvez pas demander de conseils à un
Fer (mg/kg) 96,0 96,0 96,0 spécialiste de l’alimentation avicole, il est tout de même possible de fabri-
Cuivre (mg/kg) 8,0 8,0 8,0 quer une ration correcte pour les poulets. Différentes grilles ont été placées
Zinc (mg/kg) 60,0 60,0 60,0
en annexe (11) qui présentent les valeurs nutritionnelles standards de divers
aliments couramment utilisés pour l’alimentation des volailles. Un exemple
Sélénium (mg/kg) 0,20 0,20 0,20
de calcul pour préparer une ration pour vos poulets est ensuite présenté dans
Iode (mg/kg) 0,42 0,42 0,42 la même annexe. Toujours dans la même annexe, il y a un tableau et une
Éléments majeurs méthodologie permettant d’évaluer la granulométrie de la moulée qui aura été
Magnésium (mg/kg) 600 600 600 préparée. La grosseur des particules affecte directement la quantité de moulée
Chlorures (mg/kg) 1 500 1 500 1 500 qui sera consommée par les poulets. C’est donc un autre facteur à prendre en
Sodium (%) 0,17 0,17 0,17 compte lorsque la moulée est fabriquée localement.
Potassium (%) 0,50 0,50 0,50 Si la moulée de vos poulets a été produite localement, il faut savoir qu’elle
Source : NRC, 1994 peut être conservée un mois (4 semaines), au maximum. S’il fait chaud, cette
durée de conservation peut être encore moindre, de deux à trois semaines
Pour alimenter les poulets, il y a principalement deux options. La première maximum. L’huile contenue dans les tourteaux non-stabilisés rancit. La
consiste à acheter la moulée déjà préparée. Ce type d’aliment contient déjà consommation d’huile rancit par les oiseaux provoquent des diarrhées, ce qui
le dosage exact d’énergie, de protéines (et d’acides aminés), de vitamines, de n’est pas souhaitable. Ainsi, il est important de calculer les rations nécessaires
minéraux, etc. qui convient à chacune des phases de croissance des poulets. pour les poulets, en fonction de leur âge et de la température, pour ne pas
gaspiller de moulée. Soyez donc assuré de ne préparer que les quantités néces-
La seconde option consiste à procéder soi-même à la fabrication de la moulée
saires, idéalement pour deux semaines.
des poulets. Pour la fabrication de la moulée, il faut avoir en main :
• Des céréales qui fourniront de l’énergie et un peu de protéines :
maïs, blé, sorgho, orge, etc.
• Une source de protéines: des légumineuses (soya, pois, etc.), des
tourteaux (soya, arachide, canola, etc.), de la farine de sang et de
poisson, etc.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

36 37
Nourrir les poulets
En fonction du stade de croissance des poulets, vous savez maintenant :
1. quel type de moulée convient à vos poulets; et,
2. vous pouvez estimer la quantité de moulée qui sera consommée quoti-
diennement par vos poulets.

3 3

La règle de base pour nourrir les poussins et les poulets est simple, il doit
toujours y avoir de la moulée disponible dans les mangeoires. Pour que les
oiseaux prennent rapidement le poids escompté, il faut les nourrir à volonté.
Les tableaux présentés précédemment ne vous servent donc qu’à estimer les
quantités de nourriture dont vous aurez besoin, au minimum.
Pour que la nourriture soit disponible pour les poulets, il faut également les
mangeoires soient ajustées à la bonne hauteur. L’illustration suivante présente
la hauteur à laquelle devrait se trouver les mangeoires en fonction de la taille
des poulets. Si les mangeoires sont trop hautes, les poulets n’auront pas accès
à la nourriture. Si les mangeoires sont trop basses, il risque d’y avoir conta-
mination de la nourriture par les fèces des oiseaux ou encore du gaspillage.
La hauteur des mangeoires doit donc être vérifiée quotidiennement. Lorsque
la hauteur des mangeoires est modifiée, il faut prendre quelques instants et
observer les poulets pour s’assurer qu’ils ont bien accès à la nourriture.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

38 39
• Le poulet ne perçoit pas les mêmes longueurs d’onde que l’humain,
Attention ! le type de lumière utilisé dans les élevages est donc très impor-
À Padilla, en Bolivie, le régime alimentaire des oiseaux a été légèrement modifié tant. Ce sont les ampoules incandescentes qui sont recommandées.
pour tenir compte des problèmes de santé spécifique aux oiseaux élevés en Les fluorescents ne sont pas recommandés puisqu’ils sont perçus
altitude. Ainsi, les oiseaux de Padilla verront leur moulée réduite en protéine comme une lumière intermittente par les poulets, ce qui induit un
plus rapidement que le programme qui est normalement recommandé. De plus, stress et nuit à leur croissance.
entre la 22e et la 31e journée, la moulée doit être retirée 3 heures par jour. Le
Tableau 7 présente les périodes auxquelles sont associées chacune des moulées,
• L’intensité lumineuse dans le poulailler doit permettre aux oiseaux
ainsi que la période quotidienne de retrait de la moulée lorsque nécessaire. Cela de localiser les trémies et les abreuvoirs. Forte en début d’élevage,
a pour objectif de réduire l’incidence de l’ascite chez les poulets. Les mangeoires l’intensité est réduite progressivement, à partir de l’âge de 7 jours.
peuvent alors simplement être élevées au-dessus des poulets. Finalement, à Les sources lumineuses doivent être placées de manière à éliminer
3 partir du 32e jour, les poulets auront accès 24 heures par jour à la moulée dite
de finition (B3).
les points d’ombre et à fournir une intensité d’éclairage adéquate au
niveau des oiseaux. La section 7, présente la hauteur des ampoules
3
par rapport au sol en fonction de la puissance de l’ampoule (watts)
afin d’obtenir deux différentes intensités lumineuse.
TABLEAU 7. ᏀᏀ Il est à noter qu’à l’élevage de Padilla en Bolivie, l’intensité
TYPE DE MOULÉE ET DISPONIBILITÉ EN FONCTION DE L’ÂGE DES OISEAUX
À PADILLA, EN BOLIVIE
lumineuse ne varie pas en cours d’élevage. Pour chaque
poulailler de 10 m × 10 m, il y a 4 ampoules de 60 Watts chacune.
Âge de l’oiseau (jours) Type de moulée Disponibilité • Les ampoules doivent être régulièrement nettoyées pour fournir
1-21 B1 – Début • 24 / 24 heures l’intensité lumineuse requise.
22-31 B2 – Croissance • 21 / 24 heures • Le programme de lumière recommandé est présenté au Tableau 8.
• Chaque jour, les mangeoires sont levées
au-dessus des poulets pendant 3 heures
Programme de lumière recommandé; alors que le programme de
lumière utilisé à Padilla, en Bolivie, est présenté dans le Tableau 9.
32 à la fin B3 – finition • 24 / 24 heures

TABLEAU 8.
La lumière PROGRAMME DE LUMIÈRE RECOMMANDÉ

• La lumière est en relation directe avec la quantité de moulée que Âge des poulets (en jours) Durée de la période avec lumière
consomment les poulets. S’il fait noir dans le poulailler, les poulets 1à4 23 heures
ne mangent pas, ils dorment. S’il y a toujours de la lumière dans le
5 à 10 20 heures
poulailler, les poulets mangent tout le temps, ce qui peut causer
des troubles de digestion (plus particulièrement un problème avec 10 à la fin 23 heures
la régulation du sucre dans le sang). Lorsque les lumières sont
allumées en permanence et que les poussins mangent en continu, TABLEAU 9.
le débalancement du sucre dans le sang peut provoquer la cécité PROGRAMME DE LUMIÈRE UTILISÉ À PADILLA, EN BOLIVIE
(le poussin devient aveugle) puis la mort, subitement. La mortalité
Âge des poulets (en jours) Durée de la période avec lumière
associée à ce débalancement peut être élevée (pouvant atteindre
1 à 2% en une seule nuit) et les poussins qui meurent n’ont aucun 1 à 21 23 heures
signe visible de problème de santé quelconque. Une seule heure de 21 à 31 Pas de lumière artificielle,
noirceur par jour, règle généralement ce problème. seulement la lumière du jour
31 à la fin 24 heures

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

40 41
La température Les ventilateurs devraient fonctionner en continu, 24 heures par jour. La
température sera régulée en fermant ou en ouvrant les bâches plastiques.
La température qui était initialement à 31 degrés sous les chaufferettes à l’ar- L’éleveur doit savoir quand lever ou abaisser les bâches qui recouvrent les
rivée des poussins doit être réduite, graduellement. Le Tableau 10 est repris fenêtres, en fonction de la température à l’intérieur du poulailler, de la direc-
ici pour présenter la température idéale à laquelle devrait être exposée les tion du vent et du comportement des poulets. Lorsqu’il fait chaud, laisser
oiseaux en fonction de leur âge. entrer l’air dans le poulailler doit parfois être le premier travail de la journée.
Alors qu’à d’autres moments, il faudra ouvrir et fermer les bâches deux à trois
TABLEAU 10. fois par jour pour que la température à l’intérieur du poulailler soit relative-
TEMPÉRATURE IDÉALE POUR LES POUSSINS EN FONCTION DE LEUR ÂGE ment constante.
(température mesurée à 5 centimètres au-dessus de la litière)
À tout moment, la répartition des poulets dans le poulailler devrait être
3 Âge du poussin
(nombre de jours)
Température
sous la chaufferette
Température
dans le poulailler uniforme. Si les poulets n’occupent pas certaines parties du poulailler, c’est
qu’il y a un problème. Et souvent, ce problème en est un de ventilation :
3
1 31 °C 26 °C
3 30 °C 25 °C • Les poulets sont apathiques => il fait trop chaud ou il y a une
5 29 °C 25 °C concentration trop élevée de certains gaz dans l’air. Faire parti-
7 29 °C 25 °C
culièrement attention les premiers jours suivant l’arrivée des
poussins. Comme il est alors désiré de maintenir une température
9 27 °C 25 °C
trop élevé, il ne faut pas pour autant arrêter ou trop réduire la
11 26 °C 24 °C ventilation. Bien qu’il soit alors désiré de maintenir une tempéra-
14 26 °C 24 °C ture plus élevée, il ne faut pas pour autant arrêter ou trop réduire
16 25 °C 24 °C la ventilation.
18 25 °C 24 °C • Les poulets sont regroupés les uns près des autres => il fait trop froid
20 24 °C 24 °C • Les poulets n’occupent pas certaines sections du poulailler => il y
22 24 °C 23 °C a des courants d’air
24 et + 23 °C 23 °C
La ventilation, la température et le degré d’humidité relative d’un bâtiment
Source : MacAssociates, 1993 sont trois facteurs qui doivent se gérer ensemble, et auquel l’éleveur doit
porter une attention constante. L’humidité relative a une influence sur la
La ventilation sensation de chaleur. En consultant l’annexe 4, il est possible de constater que
La ventilation a pour objectifs de : pour une même température, une humidité relative plus élevée augmentera la
sensation de chaleur ou la température ressentie. Lorsque cela est possible,
• évacuer à l’extérieur du bâtiment l’ammoniac et l’humidité l’éleveur peut gérer la température de son poulailler en fonction de la tempé-
• faire entrer de l’air dans le poulailler pour renouveler l’oxygène rature ressentie.
• garder la litière sèche
• réduire la température
Cela peut paraitre simple, mais assurer une bonne ventilation tout en conser-
vant une bonne température et sans créer de courants d’air est un véritable
défi pour les éleveurs de poulets. L’accumulation d’ammoniac dans les bâti-
ments d’élevage provoque de graves problèmes de santé, comme des troubles
respiratoires divers, l’ascite et la cécité.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

42 43
Dès que la litière se dégrade, c’est-à-dire qu’elle devient mouillée,
collante, ou qu’il y a trop de fèces de poulets, elle doit être impérative-
ment changée.
• Si la litière est humide et/ou collante, dans tout le bâtiment ou une
partie du bâtiment, c’est qu’il y a un problème. Consultez l’annexe 7
pour vous aider à trouver la cause de ce problème.
• Enlever la litière près des mangeoires s’il y a de la nourriture
mélangée à la litière. Sinon, les poulets mangeront les grains à
l’extérieur de la mangeoire et ils mangeront en même temps de la

3 litière ce qui entrainera des problèmes digestifs et de la diarrhée.


3

La litière

La litière devrait toujours être propre et sèche, car une litière humide constitue
un risque pour la santé des oiseaux.
La litière qui est jetée en cours d’élevage est compostable. À la fin de l’élevage,
Une bonne litière : alors qu’il faut sortir toute la litière du poulailler, elle peut être rapidement
• est composée de sciures de bois (ripe) ou de coques de riz; vendue aux producteurs agricoles de la région, ou compostée dans un site
propice à cela. Rappelons qu’un site propice au compostage en est un qui est à
• doit toujours être propre, sèche et légèrement souple. Elle ne doit l’écart des animaux et de sources d’eau ou d’aliments ou autres éléments vulné-
pas trop coller aux mains ou aux chaussures; rables, de préférence sur une surface étanche où il est possible de recueillir
• doit avoir une épaisseur de 8 cm la première semaine de vie des les liquides que cela pourrait générer, et à l’abri de quantités importantes de
oiseaux et environ 6 cm par la suite; précipitations.
• deviendra chaude au toucher lorsque les oiseaux atteignent
11 jours, c’est leur chaleur qui réchauffe la litière;
• doit être propre et sèche si une densité de 10 oiseaux / m2 est
respectée.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

44 45
Les soins de santé 2. ne soient pas stressés; des oiseaux qui ont été stressés lorsqu’ils ont
été attrapés au poulailler ou dans le transport auront une chair trop
Les soins de santé incluent les vaccins et autres produits de santé animale qui ferme, voire dure.
sont systématiquement administré aux oiseaux.
3. n’aient pas de blessures; si l’attrapage des oiseaux est fait brusque-
Les vaccins ne sont pas obligatoires dans les élevages de volaille, mais ils ment, les pattes peuvent être blessés et la chair portant des marques
permettent de réduire de façon importante les risques d’épidémie. Il est impé- de contusion ne sera pas commercialisable.
ratif de consulter un vétérinaire afin d’élaborer un protocole de vaccination Voici donc quelques conseils pour attraper les oiseaux sans leur causer trop
adéquat, en fonction de la zone de production et des maladies qui sont les de stress :
plus courantes dans la zone. Les vaccins peuvent avoir des effets secondaires
indésirables sur les poulets (qui réduisent temporairement leur croissance). Il • Attendre la nuit, les poulets voient moins bien (ou pas du tout en
3 faut donc s’assurer de ne donner que les vaccins nécessaires. fonction de l’intensité ou du type de lumière utilisé) et ils ne se
sauvent pas lorsque l’on veut les attraper; 3
Attention ! • Utiliser une lumière rouge, soit une ampoule incandescente ou une
lumière frontale. Cette lumière n’est pas perçue par les poulets et
Le Tableau 11 présente les vaccins qui sont présentement recommandés pour
ils seront ainsi beaucoup plus faciles à attraper;
l’élevage de Padilla, en Bolivie. Pour les doses recommandées et le détail des
méthodes d’administration, consulter la section 5 sur la vaccination, ainsi que • Attraper les poulets par les pattes, sans serrer les cuisses ou les
la section 6 sur les produits de santé animale. ailes. Serrer les cuisses ou les ailes peut provoquer des contusions
aux muscles du poulet et rendre la chair impropre à la consommation.

TABLEAU 11.
LES VACCINS ADMINISTRÉS AUX OISEAUX DANS LES ÉLEVAGES
DE PADILLA, EN BOLIVIE, EN 2013

Âge des poulets Méthodes


Type de soins Maladie contrôlée
(jours) d’administration
12 Vaccin (Bursa Blen-M) Gumboro Gouttes oculaires
16 Vaccin (Avinew) New Castle Eau de boisson

L a prép ar a t ion d es ois eau x à l ’aba t t a g e


Afin de prévenir les problèmes de contamination à l’abattoir, le retrait de la
moulée doit être effectué entre 8 (minimum) et 12 heures (maximum) avant
l’expédition des oiseaux à l’abattoir. Cependant, l’eau doit demeurer disponible
en tout temps !
L’éleveur a investi beaucoup de temps et d’argent tout au long de la période
de croissance des oiseaux. Leur vente à l’abattoir représente généralement la
paye de l’éleveur. C’est en fonction du nombre d’oiseaux qui seront tués et de
la quantité de chair commercialisable que sera payé le producteur. Il apparaît
alors impératif que les oiseaux arrivent à l’abattoir :
1. soient en bonne santé; des oiseaux malades seront déclassés parce
que leur chair ne sera pas commercialisable.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

46 47
L e ne t t oya g e e t l a d és infe c t ion du p oul a iller • Nettoyer le poulailler avec la machine d’eau à haute pression, dans
Le nettoyage et la désinfection du poulailler ont pour objectif d’éliminer ou laquelle on placera la quantité recommandée de détergent (savon).
réduire au maximum la présence de pathogènes provenant de l’élevage qui Le nettoyage doit s’effectuer de l’endroit le plus propre au plus
vient de se terminer. Toutes les étapes décrites ici doivent être appliquées pour souillé, en commençant par le plafond et en poursuivant avec les
s’assurer que la prochaine bande de poulets entre dans un poulailler propre. murs puis le sol.
• Il est important de gratter et de brosser les surfaces lors du
Nettoyage et réparations nettoyage, car c’est le moyen le plus efficace pour éliminer le
biofilm, une agrégation de bactéries qui adhèrent à la surface et
Le nettoyage est l’étape la plus importante pour réduire la population micro- deviennent très résistantes aux désinfectants.
bienne. Lorsqu’il est bien effectué, 90 % des bactéries du milieu sont élimi-
3 nées. C’est une procédure essentielle avant la désinfection puisque la plupart
des désinfectants sont inefficaces en présence de matières organiques. Ce 3
sont alors des détergents qui sont employés pour le nettoyage et non pas
des désinfectants.
• Sortir toute la litière du poulailler, dès que le dernier poulet a
quitté le poulailler. Idéalement, la litière est vendue aux produc-
teurs agricoles ou à tout le moins elle leur est donnée. Si elle doit
rester sur les lieux d’élevage, elle doit être placée dans un endroit
éloigné des poulaillers pour être compostée. Rappelons qu’un site
propice au compostage en est un qui est à l’écart des animaux et
de sources d’eau ou d’aliments ou autres éléments vulnérables, de
préférence sur une surface étanche où il est possible de recueillir
les liquides que cela pourrait générer, et à l’abri de quantités impor-
tantes de précipitations.
• Vider et nettoyer les réservoirs à moulée, brosser et laver l’équipe-
ment utilisé durant l’élevage.
• Gratter les croûtes qui peuvent rester sur le plancher et le bas
des murs.
• Débarrasser de toute poussière les murs, les plafonds, les sépara-
tions de broche, les poutres, les prises d’air, les ventilateurs et les
ampoules électriques.
• Nettoyer l’entrée des poulaillers, les salles de travail et d’entreposage.
• Réparer tout ce qui doit l’être dans le poulailler : changer les
ampoules brûlées, clouer les planches qui se seraient déclouées,
attacher les bâches, etc.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

48 49
• À l’extérieur du poulailler, désinfecter les mangeoires, les abreu-
voirs et les autres équipements avec de l’eau de javel et rincer à
l’eau claire.

3 3

Désinfection

Pour être efficace, la désinfection doit être effectuée sur des surfaces bien
propres. Il faut attendre idéalement 5 jours entre le nettoyage (étape précé- Contrôle des insectes
dente) et la désinfection du bâtiment.
Les ténébrions
Il est particulièrement important, à cette étape, d’être vêtu d’un habit de
protection complet : chapeau à larges rebords, lunettes, masque, chandail à
manches longues, pantalons longs par-dessus les bottes, bottes de caout-
chouc et gants. Les produits qui sont utilisés pour la désinfection contiennent
des produits toxiques qui sont aussi nocifs pour la santé que des pesticides.
On doit aussi veiller à leur entreposage sécuritaire, c’est-à-dire dans leurs
contenants d’origine avec étiquettes, hermétiques, dans un endroit spécifique,
sécuritaire, à plancher étanche et assez aéré où ils ne risquent pas de conta-
miner les semences, la nourriture, l’eau, les boissons et les êtres vivants.
• Avec un bon niveau de pression, rincer toute la canalisation servant
à abreuver les poulets. Cela permettra d’enlever la terre et les parti-
cules qui pourraient éventuellement bloquer les tétines.
• Rincer de nouveau la canalisation, cette fois avec de l’eau de javel
et du CID 2000 (ou tout autre produit destiné à la désinfection des
canalisations d’eau).
• Rincer une dernière fois la canalisation à l’eau claire. • Le ténébrion est un coléoptère de couleur brun rougeâtre à noir et
• Fumiger la totalité du poulailler avec un produit désinfectant, mesure de 5,5 à 7 mm de longueur à l’état adulte.
comme le Despadac ou Virkon.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

50 51
• Il se retrouve principalement dans la litière, le long des murs et Contrôle des rongeurs
des poteaux.
1. La présence de rats et de souris dans et autour des poulaillers constitue
• Les ténébrions sont porteurs de plusieurs virus pathogènes
un véritable problème. Parmi ceux-ci notons :
(Gumboro, maladie de Marek, maladie de Newcastle), coccidioses
et bactérie (E. coli, Salmonella). La transmission des maladies ᏀᏀ Dégradation des bâtiments de ferme (bois, plastique, etc.) et des
­s’effectue via l’ingestion des ténébrions par les oiseaux. Les oiseaux équipements (mangeoires, fils électriques, etc.)
mangent autant les ténébrions adultes que les larves. ᏀᏀ Consommation de moulée; une colonie de 100 rats peut manger
• En cours d’élevage, si vous observez des ténébrions (adulte ou l’équivalent d’une tonne de moulée, par an, qui devrait normale-
larve), un insecticide autorisé doit absolument être pulvérisé ment être destinée aux volailles

3 3
avant le prochain élevage. Pour contrôler les ténébrions, un insec- ᏀᏀ Contamination de la moulée pour les oiseaux, un rat contamine en
ticide contenant l’un ou l’autre de ces ingrédients actifs (nom moyenne 10 fois la quantité de nourriture qu’il a mangée via les
commercial est inscrit entre parenthèse) est recommandé : permé- fèces, l’urine et les poils
thrine (Dragnet FT, SuperFog), cyfluthrine (Tempo) ou malathion
ᏀᏀ Biosécurité, les rongeurs sont porteurs d’environ 45 maladies
(Vetoquinol). Suivre les directives inscrites sur le contenant du
produit et utiliser toutes les mesures de protection pour l’appliquer 2. Il y a des rats et des souris presque partout. C’est le degré d’infesta-
de façon sécuritaire. tion qui est différent d’un élevage à l’autre. Les signes d’une infes-
tation sont nombreux, mais ce que l’on repère le plus facilement ce
ᏀᏀ L’application sécuritaire des pesticides implique d’utiliser un
sont les fèces que les rongeurs laissent un peu partout derrière eux.
équipement de pulvérisation non défectueux et qui n’a pas
Il sera utile d’observer, dans le cadre d’un programme de lutte contre
de fuites, ainsi qu’un habit de protection complet (chapeau à
les rongeurs, quels sont les parcours qu’ils utilisent fréquemment, les
larges rebords, lunettes, masque, chandail à manches longues,
endroits où ils font leurs nids, etc.
pantalons longs par-dessus les bottes, bottes de caoutchouc
et gants). Il importe également de ne pas manger, fumer ou 3. Pour estimer la population de rongeurs on peut utiliser cette
boire en manipulant ces produits, et d’éloigner les personnes approximation :
ne portant pas d’équipement de protection et les animaux. On ᏀᏀ Il y a des signes de la présence d’un rongeur (fèces, matériel
doit se laver et laver l’équipement et le matériel associé avec rongé, sacs de grains percés, etc.) => entre 1 et 100 rongeurs
de l’eau et du savon le plus vite possible après le traitement.
ᏀᏀ Il est possible d’apercevoir un rongeur à l’occasion, le soir et/ou
On ne doit jamais déverser les pesticides ou les eaux de rinçage
la nuit => entre 100 et 500 rongeurs
de l’équipement et du matériel dans ou près des sources d’eau,
ou d’autres zones sensibles ou de valeur. Par ailleurs, on évitera ᏀᏀ Des rongeurs sont observés toutes les nuits et parfois le jour =>
l’entreposage de pesticides en achetant seulement les quantités entre 500 et 1 000 rongeurs
requises pour utilisation quasi immédiate; en cas d’entreposage, ᏀᏀ Des rongeurs sont observés de jour comme de nuit =>
toujours entreposer les pesticides dans leurs contenants d’ori- jusqu’à 5 000 rongeurs
gine avec étiquettes, hermétiques, dans un endroit spécifique,
sécuritaire, à plancher étanche et assez aéré où ils ne risquent Trouver des signes de la présence des rongeurs
pas de contaminer les semences, la nourriture, l’eau, les bois-
sons et les êtres vivants. Bien que les rongeurs ne soient pas visibles, il y en a presque toujours. Il est
ainsi toujours utile de faire des inspections visuelles à la recherche des signes
que laissent les rongeurs derrière eux.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

52 53
1. Identifier les espaces où les rongeurs pourraient être présents : silos, Aliment ou produit non alimentaire Effets lors de l’exposition aux rayons UV
salles de conditionnement des grains, espace de fabrication de la
moulée, élevages, entreposage des aliments, etc. Farine à haute teneur en gluten Fluorescence naturelle
Farines de fruits à coque Fluorescence naturelle
2. Faire le tour de ces espaces avec une puissante lampe torche.
Farines de légumineuses Fluorescence naturelle
a. Regarder soigneusement sous les palettes et les sacs, dans les Son Fluorescence naturelle
coins, vérifier les petits espaces dans les murs et les portes par
Maïs et pop-corn Fluorescence naturelle
lesquels pourraient passer les rongeurs, près des sources d’eau
Blé Fluorescence naturelle
(même si c’est un appareil défectueux qui dégoutte), près des aires
d’alimentation des animaux, etc. Amidon Fluorescence naturelle

3 3
Épices Fluorescence naturelle et extinction
b. Chercher des crottes, des sacs rongés, des matériaux utilisés par
les rongeurs pour faire leur nid, des poils près des trous dans les Sac de jute Extinction
murs et les planchers, etc. Sac blanchi Éclat blanc naturel
Lubrifiants – huiles et graisses Fluorescence naturelle bleu/blanc à jeune/brun
c. Si des sacs doivent être déplacés, des meubles ou des objets, s’as-
surer que cela n’entraînera pas la perte des signes recherchés. Broc et bocal Fluorescence naturelle jaune
Détergents et blanchissants Fluorescence naturelle blanc
3. Lorsque des signes dénotant la présence des rongeurs ont été décou-
Déchets contenant du sulfure Fluorescence naturelle bleu/blanc
verts, il est possible d’utiliser une lampe portative à ultraviolet ou
« lampe noire » pour découvrir des traces d’urine.
Élaborer un programme de lutte contre les rongeurs
a. Attendre la nuit complète ou plonger les pièces inspectées dans
l’obscurité totale ou quasi-totale 1. Il faut identifier si les rongeurs présents sur la ferme sont des souris
b. Les taches fraiches d’urine sèche présentent une fluorescence ou des rats, ou encore les deux. La façon la plus simple est d’identifier
bleu-blanc, tandis que les taches plus anciennes peuvent être les fèces :
jaune-blanc • les fèces d’une souris sont de la grosseur d’un grain de riz
c. Les taches de rongeurs sont généralement une série de goutte- • les fèces d’un rat sont de la grosseur d’une fève
lettes, parce que ces animaux ont l’habitude d’uriner en se dépla- 2. Il faut bloquer / boucher toutes les ouvertures du bâtiment, même les
çant; il se peut cependant que l’animal urine alors qu’il est arrêté plus petites, avec des matériaux que les rongeurs ne pourront pas
et la tâche sera alors très pénétrante attaquer comme un tissu de laine d’acier ou un treillis métallique.
d. Attention, certaines denrées alimentaires, certains matériaux et Il faut éviter le plastique, le bois ou la laine isolante puisque les
certains produits chimiques peuvent avoir une fluorescence natu- rongeurs n’en feront qu’une bouchée. Tout le bâtiment doit être minu-
relle. Le cas des épices est particulier, certaines épices provoquent tieusement inspecté puisque les rongeurs se faufilent dans de très
l’extinction des rayons UV et les taches d’urine ne seront donc pas petites ouvertures :
décelables sur le produit en tant que tel. Le tableau ci-dessous • un rat peut se faufiler dans une ouverture de 1,2 cm (1/2 po)
recense les produits et articles ayant cette particularité. • une souris peut se faufiler dans une ouverture de 0,6 cm (1/4 po)
3. Placer des trappes et des pièges le long des voies de circulation
des rongeurs.
• Lors de la mise en place des trappes et des pièges pour la première
fois, il peut être intéressant d’attendre la fin d’un élevage de
volaille. Les rongeurs chercheront davantage leur nourriture et
bougeront plus, augmentant ainsi les chances de passage au niveau
des trappes et des pièges.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

54 55
• Il vaut mieux placer les trappes et les pièges avant de procéder • Les trappes et les pièges doivent être placés non armés et sans appât
avec les étapes 4 et 5. Inverser ces étapes risquerait de provo- pendant 4 à 5 jours, pour que le rongeur s’habitue à la présence de
quer un déplacement des rongeurs qui ne suivront plus leurs voies ces nouveaux objets. Ensuite, ils seront appâtés et armés.
de circulation habituelles pour se déplacer, rendant le programme • Il faut vider les trappes et les pièges tous les jours, dans le cas
moins efficace. d’infestation modérée à grave ou au moins deux fois par semaine si
• Faire un plan des bâtiments d’élevage puis indiquer les endroits où l’infestation est moins importante.
les trappes et les pièges seront installés. • Lorsque l’on retire un rongeur d’une trappe ou d’un piège, il faut
• La lutte peut être mécanique (avec des trappes) ou chimique (en utiliser des gants et le jeter dans un endroit loin des élevages et
plaçant un poison dans un piège), ou une combinaison des deux. désigner à cet effet. Toujours se laver les mains après une telle

3 3
• Si la lutte est mécanique, il faut savoir que : opération.
ᏀᏀ Les rats préfèrent la viande et le poisson frais; mais aussi les • Si au bout de quelques semaines, il n’y a plus de rongeurs dans
fruits frais et les grains les trappes ou les pièges, il faut songer à les déplacer et/ou à
varier les types de trappes/ pièges et appâts. Les rongeurs s’habi-
ᏀᏀ Les souris préfèrent le fromage, le beurre d’arachide et tuent et développent une crainte des trappes et des appâts après
les grains un certain temps.
• Si la lutte est chimique : 4. Éliminer les cachettes et les nids des rongeurs
ᏀᏀ On sélectionnera cette méthode de lutte lorsque la lutte • Il faut que le matériel autour des bâtiments d’élevage soit bien
mécanique présentera des limites importantes. rangés, éviter les piles de matériau de construction, les vieux sacs
ᏀᏀ On limitera l’usage de produits chimiques au minimum requis. d’aliment empilés les uns sur les autres, etc. Ce sont autant d’en-
ᏀᏀ Il peut être utile d’ajouter un petit contenant d’eau dans droits que les rongeurs adopteront pour se cacher et faire leurs nids.
le piège, près de l’appât empoisonné pour que le rongeur • Conserver le matériel à au moins 24 cm des murs et surélevé du sol
consomme plus. de 24 à 30 cm.
ᏀᏀ Un piège peut facilement être construit avec des tuyaux de • S’il y a des toiles enroulés autour ou sur le bâtiment, pour la venti-
PVC de 100 mm en forme de T. lation par exemple, il faut les dérouler régulièrement.
ᏀᏀ Des précautions pour un usage sécuritaire de ces produits • Garder les abords des bâtiments propres, et couper les herbes
dangereux s’imposent : toujours respecter les instructions régulièrement.
du manufacturier qui apparaissent sur les contenants des 5. Éliminer les sources d’eau et de nourriture
produits; ne pas manger, fumer ou boire en manipulant ces
produits; minimiser les contacts directs et se laver les mains • Fermer de façon étanche les robinets qui fuient, remblayer les trous
après installation; éviter l’entreposage de tels produits en d’eau et recouvrir les drains ouverts.
achetant seulement les quantités requises pour utilisation • Placer la moulée dans des endroits bien fermés, éviter le gaspillage
quasi immédiate; en cas d’entreposage, toujours entreposer de nourriture sur le sol et jeter rapidement, dans un lieu sécuri-
les pesticides dans leurs contenants d’origine avec étiquettes, taire, les oiseaux morts.
hermétiques, dans un endroit spécifique, sécuritaire, à plan- • Si les aliments ne peuvent être placés dans un lieu à l’abri des
cher étanche et assez aéré où ils ne risquent pas de conta- rongeurs, il convient de bouger les sacs régulièrement et garder les
miner les semences, la nourriture, l’eau, les boissons et les alentours propres pour éviter que les rongeurs n’y fassent leurs nids.
êtres vivants.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le c ycle de produc t ion

56 57
Procédures de contrôle des rongeurs 3
4. Le bien-être des oiseaux
Étapes
1. Installer des pièges à rat / souris suivant le plan des locaux (zone de
réception, de triage, de calibrage et d’emballage, zone de stockage
des emballages, etc.)
Le bien-être de l’animal n’est pas une question philosophique. Le bien-être
2. Identifier les différents pièges au moyen de numéros d’ordre sur un des oiseaux devrait être au cœur des préoccupations de l’éleveur. Si l’oiseau se
plan et y poser des appâts sent bien, il sera en meilleure santé, aura une meilleure courbe de croissance
3. Veiller à ce que les pièges à rat / souris soient bien protégés pour et arrivera au poids espéré dans les temps espéré; ce qui veut dire que les

3 éviter toute contamination des produits ou du personnel


4. Contrôler journellement les pièges et veiller au renouvellement des
objectifs financiers de l’éleveur seront atteints.
Des oiseaux dont le bien-être n’est pas pris en compte seront malades, chétifs
appâts4 autant que nécessaire et les taux de mortalité au sein du troupeau seront beaucoup plus élevés,
5. Renseigner les résultats des prises sur le tableau ci-après : jusqu’à entraîner de lourdes pertes financières pour l’éleveur.
Signature Il est également important de souligner que les pertes financières les plus
Date No du piège Résultats Observations
du contrôleur élevées ne résultent pas toujours d’un problème majeur. Un petit problème
chronique, qui n’est pas réglé et qui se répète tout le temps, peut avoir de
lourdes conséquences sur les oiseaux et par le fait même sur le bilan financier
de l’élevage. C’est pourquoi il importe de porter une attention constante aux
oiseaux et à leur environnement.

L e v id e s anit a ire
• Le vide sanitaire complète le programme d’hygiène. Il permet de
détruire les microorganismes qui ont échappé à l’action de la désin-
fection, mais qui sont plus vulnérables aux agents physiques tels
que la déshydratation.
• Le vide sanitaire consiste à laisser le bâtiment vide après la désin-
fection – sans humain et sans oiseau – pour une période minimum
de 7 jours et au mieux de 10 jours.

Pour s’assurer du bien-être des poulets, il faut s’assurer que leurs cinq besoins
3 Tiré de COLEACP. 2011. Cahier technique 6.2 Systèmes d’autocontrôle – la méthode fondamentaux sont comblés en tout temps (Tableau 12).
HACCP : principes et mises en place. 24 p.
4 En cas d’utilisation d’appât, s’assurer qu’il est sélectif et qu’il ne constitue pas une
source de contamination pour les produits et pour le personnel.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013

58
• Restez un moment devant la porte du poulailler avant d’entrer dans
TABLEAU 12.
LES BESOINS FONDAMENTAUX D’UN POULET ET EXEMPLES D’ACTIONS
le bâtiment, écouter le bruit des poules : y a-t-il quelque chose de
QUI PERMETTENT DE COMBLER CES BESOINS. différent ?
Besoin Actions pour combler les besoins
• En entrant, prenez le temps de respirer et de sentir : il y a peut-être
une odeur différente qui pourrait être causée par les fientes ou une
Absence de faim, de soif ou • Fournir en tout temps une eau propre et fraîche
de malnutrition ventilation déficiente ?
• Servir l’alimentation requise, tant au point de vue
de la quantité que de la qualité • Une fois à l’intérieur, regardez et écoutez : est-ce que les poules
Absence d’inconfort climatique • Contrôler la poussière et l’ammoniac (litière en bon état) réagissent différemment à votre présence, cette réaction est-elle
ou physique • Assurer le maintien d’une température et d’un taux plus ou moins intense qu’à l’habitude ?
d’humidité relative correspond au stade de croissance
des oiseaux (ventilation adéquate) • Attardez-vous à la température, est-ce qu’il fait aussi chaud ou
Absence de douleur, de • Adopter et appliquer un système de suivi de la santé moins chaud que d’habitude ? Vérifiez les thermomètres.
blessures et de maladies des oiseaux (observer les signes qu’ils envoient) • Regardez le troupeau dans son ensemble :
• Suivre le plan de vaccination
• Éliminer rapidement tout oiseau trop petit, émacié, faible ᏀᏀ comment est-il réparti dans l’espace
des pattes, infirme ou malade
ᏀᏀ quelle utilisation fait-il des différentes parties du bâtiment

4 Liberté d’exprimer des


comportements normaux
Absence de peur et de stress
• Respecter les densités d’élevage

• Toujours exécuter les opérations quotidiennes à la même


ᏀᏀ y a-t-il des endroits qui sont évités notamment en raison d’une
différence de température
4
chronique heure pour réduire le stress chez les oiseaux • Regardez chacune des poules :
• S’assurer qu’il n’y a pas de rongeurs et/ou des prédateurs
qui peuvent entrer dans le poulailler ᏀᏀ En quoi certaines se distinguent-elles des autres
• Avertir les oiseaux avant d’entrer dans un poulailler (par ᏀᏀ Prenez les oiseaux qui semblent différents et inspectez-les de
exemple, toujours frapper avant d’entrer à la même porte
et de la même manière) plus près; est-ce un cas isolé ou le signe d’un problème plus
• Éviter le stress social entre les sujets en contrôlant général et sous-jacent
l’intensité lumineuse afin de prévenir le cannibalisme
• Surveillez le système de distribution d’eau et les mangeoires; véri-
fiez que tous les oiseaux y accèdent. S’il y a un ou des oiseaux qui
L’obs er v a t ion – comm en t f a ire ? courent dans tous les sens sans but, c’est qu’il y a peut-être un
Surveiller de près le comportement des oiseaux et leur consommation quoti- problème d’accès aux abreuvoirs et/ou aux mangeoires.
dienne de nourriture et d’eau. Un changement ou une baisse subite (dans la • Observez les fientes : les poulets doivent produire des fientes de
consommation d’eau et/ou de nourriture) constitue un signal d’alarme, même deux types, intestinales et caecales. Les fientes intestinales sont
si aucun signe clinique n’est encore apparent. Il faut immédiatement cerner le solides, sous une couche blanche d’urates. Une fiente caecale est
problème et le corriger. plutôt une pâte, ferme et luisante, dont la coloration va du brun au
vert foncé. Une fiente est anormale si elle est d’un blanc laiteux,
Observer le comportement des poulets et y détecter des changements demande verte, jaune ou orange, ou si elle contient du sang. De même si
un peu de temps. Mais avec le temps et la patience, vous pourrez rapidement elle n’est pas assez ferme, trop humide, mousseuse, ou mal digérée
et facilement reconnaître des changements dans le comportement des poulets. (couleur ou aliment encore visible). Des photos sont présentées à
L’annexe 12 présente diverses informations concernant les poulets comme une l’annexe 8 pour vous aider à évaluer si les fientes sont normales
description de leurs sens, des sons qu’ils émettent et quelques aspects de leur ou non.
comportement social.
Faites appel à tous vos sens !

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Le bien-être des oiseaux

60 61
L or s que l’on d é t e c t e un s ig ne 5. La santé des oiseaux
Se poser successivement les questions suivantes :
1. Que suis-je en train de voir, d’entendre, de sentir, de toucher ?
2. Quelle en est la raison, comment l’expliquer ?
3. Que dois-je faire ? Est-ce que je dois agir ou j’attends ? L a v a c c in a t io n
4. Quelles sont les actions à poser ?
5. Est-ce que mes actions ont provoqué le changement désiré ? Avant d ’administ re r le vacc in

Les oiseaux à risque • S’assurer que le vaccin a toujours été conservé dans un endroit frais
et sec ou dans un réfrigérateur, à l’écart de contaminants poten-
Il y a toujours des oiseaux à risque au sein d’une exploitation; des oiseaux tiels et sans s’infiltrer dans l’environnement. Pour éviter le gaspil-
dont la croissance est plus lente par exemple. Ils seront les premiers à souffrir lage, il est préférable de commander les vaccins, médicaments et
des maladies, des pénuries d’eau et autres carences. Ils constituent ainsi des antibiotiques en petites quantités, en estimant bien les besoins.
signaux d’alarme que quelque chose ne va pas. • Vérifier que la date de péremption n’est pas dépassée. Pour éviter
4 Si l’oiseau présente des risques pour les autres oiseaux, il vaut mieux le mettre
à part ou l’éliminer.
le gaspillage, toujours utiliser les produits par ordre de dates
d’échéance (en commençant par les dates d’échéance les plus
rapprochées).
• Vérifier que l’on donne le bon vaccin : lire l’étiquette et vérifier si
elle correspond au programme prescrit.
• La quantité de vaccin doit correspondre au nombre d’oiseaux à
vacciner.
• S’assurer que les oiseaux sont en bonne santé. Il faut retarder de
quelques jours l’administration d’un vaccin s’il y a un problème de
diarrhée dans le troupeau, par exemple.

Mé thode s d ’administ rat ion de s vacc in s

Gouttes oculaires
• Identifier un agent de dilution (généralement de l’eau distillée)
avec lequel sera mélangé le vaccin. Il doit être gardé au réfrigéra-
teur avec le vaccin, puisqu’il doit être froid au moment d’y ajouter
le vaccin.
• Mélanger le vaccin avec l’agent de dilution froid, peu de temps
avant l’administration.
• Déposer une goutte de mélange (vaccin + agent de dilution) sur
le globe oculaire ou le conduit nasal à l’aide d’un compte-gouttes
calibré. Tenir le flacon bien verticalement, en évitant le contact

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013

62
avec les muqueuses. La présence de colorant (recommandé pour cet • Il est recommandé de déposer les médicaments, antibiotiques et
usage seulement) permet de visualiser la bonne administration de vaccins périmés, ainsi que les fioles de vaccins, dans un contenant
la solution vaccinale. spécifique, de plastique résistant (pour éviter les coupures et les
• Jeter les fioles de vaccin selon les procédures recommandées (voir fuites) et hermétique (avec un couvercle bien fermé). La capacité
plus bas). de stockage du contenant sera déterminée en fonction de la taille
de l’élevage et de la fréquence de transport des déchets pharma-
ceutiques / vétérinaires (ou moins une fois par année).
Vaccination dans l’eau de boisson
• Lorsqu’un tel service existe, il est recommandé de retourner les
• L’éleveur doit se laver les mains ou porter des gants. produits périmés et fioles de vaccins aux fournisseurs, ou à un
• L’eau ne doit pas contenir de désinfectant, ni de chlore, pendant au service local / régional de santé (ceux-ci ont parfois accès à un inci-
moins 48 heures avant la vaccination. nérateur spécialisé ou à un site d’enfouissement propice). Sinon,
les contenants ayant recueillis ces déchets particuliers peuvent
• Les oiseaux doivent être privés d’eau 2 à 3 heures avant la vacci- être amenés au site d’enfouissement le plus près qui dispose d’une
nation (en fonction de la température extérieure – l’idée étant cellule spécifique à l’enfouissement de déchets biomédicaux. Il
qu’ils aient soifs lorsque l’eau sera de nouveau disponible; pas de importera de vérifier les procédures à suivre auprès de l’entité
les déshydrater). responsable des opérations du site d’enfouissement. Les conte-
• Nettoyer les abreuvoirs utilisés pour les poussins, puisque les nants spécifiques de plastique résistant et hermétique peuvent
vaccins seront administrés dans ces abreuvoirs. être ramenés sur le site ensuite.
• Ajouter 30 grammes (2 c. à table) de poudre de lait écrémé par 10 • Si les deux dernières options ne sont pas possibles, on pourra
litres d’eau. Les protéines contenues dans le lait neutralisent les utiliser un incinérateur spécialement conçu pour ces déchets, selon
résidus de désinfectant; elles protègent aussi le vaccin contre le les standards minimaux de l’OMS, et qui aura été préalablement

5 5
choc physique de la dilution dans une grande quantité d’eau. construit sur votre site.
• Ajouter le vaccin et bien mélanger.
• Jeter les fioles de vaccin selon les procédures recommandées (voir L es mal ad ies
plus bas). L’annexe 13 présente diverses planches permettant d’identifier les parties
• L’administration du vaccin se fait dans les abreuvoirs qui étaient d’une poule, les organes internes, le squelette, ainsi qu’une liste exhaustive
utilisés pour les poussins. de toutes les maladies qui peuvent s’abattre sur les poulets. Ne serons toute-
fois présentés ici que les principales maladies ayant cours dans la plupart
Gestion des déchets des élevages.
pharmaceutiques / vétérinaires
La diarrhée
• Les déchets pharmaceutiques et vétérinaires sont considérés des
déchets biomédicaux. De tels déchets doivent être gérés de façon La diarrhée ou la présence de fientes suspectes peut avoir plusieurs causes.
particulière parce qu’ils présentent des risques importants pour la Pour évaluer les fientes des oiseaux, consultez l’annexe 8.
santé et l’environnement.
• Tous les déchets pharmaceutiques et vétérinaires (les médicaments, L’a s c i t e
antibiotiques et vaccins périmés, ainsi que les fioles de vaccins) L’ascite est définie comme étant une rétention de liquide dans un ou plusieurs
doivent être soigneusement conservés dans un endroit à part, isolé espaces abdominaux. Chez les oiseaux, le fluide s’accumule principalement
jusqu’à leur destruction autorisée. Ces déchets ne doivent pas être autour du foie et du cœur.
mélangés aux autres types de déchets générés sur le site.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • La santé des oiseaux

64 65
Lorsque les besoins en oxygène augmentent chez les oiseaux, le sang doit
être pompé plus rapidement par le cœur pour accroître la circulation sanguine
6. Produits utilisés pour l’élevage
aux poumons. La pression sanguine augmente dans les poumons et dans les
vaisseaux sanguins reliant le cœur aux poumons. Cette augmentation de pres-
sion sanguine porte le nom d’hypertension artérielle pulmonaire et accroît la
pression du côté droit du cœur; le muscle cardiaque s’épaissit et s’élargit en
réponse à l’augmentation de travail. Il en résulte une insuffisance du côté droit
du cœur et l’ascite. P ro duit s d e ne t toya g e
Les principales causes de l’hypertension pulmonaire sont la croissance rapide, Eau de javel
l’altitude, un niveau d’ammoniac élevé, l’augmentation de la demande d’oxy-
gène causée par une température trop basse par exemple et l’augmentation du L’eau de javel est une solution d’hypochlorite de sodium, utilisée comme
débit cardiaque provoquée par un manque d’oxygène. produit désinfectant. Elle est très efficace pour désinfecter l’eau et les équi-
pements d’élevage (abreuvoirs, mangeoires, tuyaux, etc.), lorsqu’il n’y a pas
Pour prévenir l’ascite, il faut diminuer le taux de croissance, ce qui peut être de matière organique. Autre avantage, l’eau de javel est un produit très
fait en modulant la durée d’éclairage et la disponibilité quotidienne de nour- abordable.
riture. Pendant toute la durée de l’élevage, il faut à la fois bien ventiler et
maintenir une température adéquate. L’eau de javel ne peut pas, par contre, être utilisée pour les bains de pied (à la
porte du poulailler) puisque c’est un produit volatil. De plus, elle ne doit
Rachitisme jamais être utilisée en même temps que les vaccins.

C’est généralement un désordre nutritionnel qui empêche la bonne formation Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
des os. Les os des jambes se courbent et le poulet a alors du mal à tenir debout exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau.

5 et à marcher correctement. Le rachitisme est causé par un déficit ou un déba-


lancement du calcium, de la vitamine D3 ou du phosphore. Ce débalancement Iode
peut provenir de l’alimentation qui est elle-même incomplète ou mal formulée,
Un autre produit désinfectant efficace et abordable. Recommandé pour le bain
de certains médicaments ou des moisissures.
de pied à l’entrée du poulailler, la désinfection du bâtiment et de l’équipement
Pour une calcification normale des os, le calcium et le phosphore doivent être d’élevage (abreuvoirs, mangeoires, etc.). Ce produit se retrouve fréquemment
fourni dans l’alimentation selon un ratio de 2 :1. De plus, comme la vitamine dans d’autres produits utilisés pour la désinfection en aviculture (Aviyodox,
D3 joue un rôle important dans l’absorption du calcium, elle doit être ajoutée Dyne-o-might).
dans la moulée. La calcification des os est un processus constant, un déficit
Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
peut alors être corrigé lorsque le problème est détecté très tôt.
exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau.
Certaines toxines contenues dans les moisissures peuvent également interférer
avec la bonne absorption du calcium, surtout lorsque les moisissures sont Aviyodox
observées sur les aliments donnés aux poulets. S’il y a présence de moisissures
sur les aliments, ces derniers ne devraient pas être donnés aux poulets. Si Ce produit est une solution de 2,5% d’iode.
certains de ces aliments ont été donnés aux poulets, les prochaines rations Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
d’aliments devraient contenir de 3 à 4 fois les quantités de vitamine D3 exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau.
données normalement, de façon à corriger le problème causé par les moisis-
sures précédemment ingérées par les poulets.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013

66
Dyne-o-might TH4

Complexe d’acides organiques et d’iode, qui est très efficace même en présence Ce produit est un puissant désinfectant qui détruit (ou réduit drastiquement)
de matière organique. C’est ainsi le seul produit qui peut être utilisé pour les virus, les champignons et les bactéries. Comme pour tout autre produit
désinfecter le poulailler en cours d’élevage. Il faut être très prudent lors de la désinfectant, il est important de s’habiller adéquatement avant d’en faire
préparation et de l’utilisation de ce produit puisqu’il est très corrosif. l’utilisation : chapeau à larges rebords, lunettes, masque, chandail à manches
longues, pantalons longs par-dessus les bottes, bottes de caoutchouc et gants.
• S’emploie à la fin d’un élevage pour désinfecter le bâtiment,
surtout lorsqu’il y a eu des maladies graves, comme la salmonelle Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
par exemple. exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau.
Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau. P ro duit s d e s an t é animale
Vitamines
CID 2000
Il y a plusieurs types de vitamines sur le marché (composition, présenta-
Ce produit, à base de peroxyde d’hydrogène et d’acide peracétique, sert à tion, etc.). Le plus important est de toujours suivre les doses recommandées.
détartrer et à assainir les canalisations d’eau. L’achat de petits contenants est recommandé pour s’assurer de la fraîcheur et
Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses de l­’efficacité du produit (toujours vérifier les dates de péremption).
exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau. Voici quelques exemples de vitamines que l’on retrouve sur le marché et la dose
recommandée :
Despadac
• Vitaminosol : 40 ml de produit pour 100 litres d’eau
Ce produit est un puissant désinfectant qui détruit (ou réduit drastiquement) • Hydrovit : 25 ml de produit pour 100 litres d’eau
les virus, les champignons et les bactéries. Comme pour tout autre produit • Agrovit (en poudre) : 25 grammes de produit pour 100 litres d’eau
désinfectant, il est important de s’habiller adéquatement avant d’en faire (à mélanger préférablement dans les réservoirs)
l’utilisation : chapeau à larges rebords, lunettes, masque, chandail à manches
longues, pantalons longs par-dessus les bottes, bottes de caoutchouc et gants. Alvitrolitros 1

6 6
Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses Mélange complet de vitamines et d’électrolytes, principalement utilisé pour
exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau. aider les jeunes poussins arrivés avec du retard ou en piètre état. Ce produit
peut aussi être utilisé après la vaccination, suite à la présence de maladies
Virkon dans le troupeau ou suite à l’utilisation d’antibiotiques.
Ce produit est un puissant désinfectant qui détruit (ou réduit drastiquement) Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
les virus, les champignons et les bactéries. Comme pour tout autre produit exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau.
désinfectant, il est important de s’habiller adéquatement avant d’en faire
l’utilisation : chapeau à larges rebords, lunettes, masque, chandail à manches
longues, pantalons longs par-dessus les bottes, bottes de caoutchouc et gants.
Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2 0 1 3 • P r o d u i t s u t i l i s é s p o u r l ’é l e v a g e

68 69
Hepavex 200
TABLEAU 13.
LISTE DES PRODUITS QUI DEVRAIENT ÊTRE DANS L’INVENTAIRE
Ce produit permet de nettoyer et protéger le foie, améliorer les fonctions (les quantités doivent être établies pour chaque élevage)
digestive et le métabolisme énergétique des oiseaux. Il est utilisé principale-
ment pour combattre l’ascite dans les élevages de Padilla, en Bolivie. Produits Quantité
• Donner l’équivalent de 1 ml par litre d’eau de boisson, pendant 4 à Produits nettoyants
5 jours. Eau de javel
Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses Iode
exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau. Aviyodox
Dyne-o-might
Agromed CID 2000

Antibiotique qui contient des sulfamidés qui sont très efficaces contre Despadac
diverses bactéries et les microorganismes pathogènes qui se retrouvent dans Virkon
les systèmes digestifs, respiratoires et urinaires. Cet antibiotique ne peut TH4
être utilisé dans les 5 derniers jours de vie des poulets. Il y aurait alors des Produits de santé animale
résidus dans la viande, rendant la chair impropre à la consommation.
Vitamines
La dose à utiliser est la suivante : Alvitrolitros 1
• L’équivalent de 1 gramme de produit pour 3 à 5 litres d’eau de boisson, Hepavex 200
ou Agromed
• 50 grammes de produit dans un réservoir de 200 litres d’eau de boisson. Vaccin Avinew

• Poursuivre le traitement de 3 à 5 jours. Vaccin Bursa Blen M


Diluant pour les vaccins
Lire soigneusement et attentivement l’étiquette pour connaître les doses
exactes à utiliser et la dilution nécessaire du produit dans l’eau.

6 Inven t a ire
Avant de démarrer un nouvel élevage, il est important de s’assurer que l’on a, en 6
inventaire, tous les produits nécessaires. La liste indiquée dans le Tableau 13
est fournie à titre indicatif seulement et devrait être bonifiée en fonction de
vos besoins et du nombre d’oiseaux en élevage.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2 0 1 3 • P r o d u i t s u t i l i s é s p o u r l ’é l e v a g e

70 71
7. Construction du poulailler

La construction d’un poulailler est un projet important qui nécessite une


bonne planification avant le début des travaux. Le bâtiment et l’équipement
influencent directement l’efficacité de la production avicole et, par le fait
même, la rentabilité de l’entreprise. Le confort des oiseaux doit toujours être
l’objectif premier.
Il est préférable de choisir l’équipement (lignes d’eau, ventilation, type de
mangeoires, lumière, etc.) avant de construire, de façon à ce que le bâtiment
soit bien adapté à l’équipement. Une planification adéquate tiendra également
compte du nombre d’oiseaux qui seront élevés en même temps, et des possi-
bilités d’expansion. De plus, une bonne planification visera à minimiser les
risques de conflits avec d’autres activités aux alentours, les risques pour la
santé des populations avoisinantes ainsi que les effets négatifs possibles sur
l’environnement.

L e c hoix du s it e
Idéalement, le site de construction :
• est assez élevé et facile à drainer
• est sur un sol stable, qui n’est ni fragile, ni érodé, ni pentu, ni
susceptible à des inondations ou autres intempéries et où les eaux
souterraines sont profondes
• est facile d’accès (livraison des poussins, de la nourriture, accès
aux marchés, etc.)
• est éloigné d’autres élevages avicoles (si possible)
• est éloigné de zones résidentielles
• est suffisamment éloigné de plans d’eau et cours d’eau pour en
minimiser les risques de contamination
• possède un accès à de l’eau de qualité, disponible toute l’année,
sans nuire à l’approvisionnement en eau d’autres usagers et usagères
• possède un accès à l’électricité
• proche des marchés
• peut être bien fermé (murs d’enceinte, grillage, porte d’entrée
verrouillée, etc.)
Idéalement, le bâtiment : ᏀᏀ Qu’il y ait en plus un espace qui agira à titre de vestibule
(zone de biosécurité pour le changement des bottes et des
• est conçu pour un élevage (et pas un poulailler compartimenté pour habits, entreposage de la nourriture, du petit matériel de
différents types d’élevage) l’éleveur, etc.)
• possède des murs et un toit pour protéger de la pluie et du froid ᏀᏀ Qu’il y ait dans un des poulaillers au moins, un réfrigérateur.
• possède des ouvertures suffisamment grandes pour assurer une Le réfrigérateur est essentiel, ne serait-ce que pour conserver
bonne ventilation les vaccins, les diluants et les antibiotiques.
• a une surface étanche, facile à laver et qui minimisent les écoule- • L’orientation du bâtiment doit être prévu de façon à :
ments vers le milieu naturel et les sols. ᏀᏀ ce que les vents dominants frappent l’extrémité du bâtiment
avec un angle
L e bâ t im e n t ᏀᏀ ce que les ouvertures dans le bâtiment soient suffisamment
grandes et orientées dans le sens des vents dominants pour
assurer une bonne circulation d’air
ᏀᏀ ce que les vents dominants n’entraînent pas de nuisances
(sous forme d’odeurs par exemple) vers des résidences ou
locaux communautaires
• Que le toit soit suffisamment large et long pour empêcher la pluie
d’entrer dans le bâtiment (que ce soit au niveau des entrées d’air
ou de la porte d’entrée)
• Que le plafond soit suffisamment haut pour permettre une bonne
ventilation
• Les fondations du bâtiment
ᏀᏀ Le plancher, une fois terminé, doit être plus élevé que le sol
ᏀᏀ le plancher doit être recouvert de béton. L’idéal étant de
placer une couche de grosses pierres et de roche qui seront
recouvertes de béton. Le recouvrement doit être le plus lisse
possible pour éviter l’accumulation d’eau en cours d’élevage
Il est recommandé de faire appel à des professionnels pour élaborer les plans
du poulailler. Voici quelques caractéristiques qui pourront être fournies à ces ᏀᏀ un trou rectangulaire doit être aménagé, dans le béton, devant
professionnels afin que le bâtiment conçu réponde aux besoins d’un élevage la porte d’entrée afin d’y déposer, plus tard, l’éponge qui
de poulets : servira à désinfecter les bottes des éleveurs

7 • Il doit y avoir au moins 30 mètres entre chaque poulailler sur un


même site
ᏀᏀ La fondation doit être plus grande que le bâtiment de façon
à ce qu’il y ait une « galerie » tout le tour du bâtiment d’une 7
largeur d’environ 1 mètre. Idéalement, cette galerie possède
• Le bâtiment doit être suffisamment grand pour : une légère pente vers l’extérieur de façon à ce que l’eau ne
ᏀᏀ Accueillir tous les poulets à élever en même temps, selon la reste pas près des murs du bâtiment. En plus de permettre aux
densité maximale recommandée de 10 poulets/m2 éleveurs de se promener tout autour du bâtiment sans avoir les
pieds dans la boue, cette galerie aide à stabiliser la fondation
du bâtiment.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Construc t ion du poulailler

74 75
• Les murs doivent être construits avec des briques cuites recou- • Être simple et fonctionnel
vertes de béton. • Être accessible aux oiseaux dès leur arrivée
ᏀᏀ Il est très important que le plancher et les murs soient facile- • Posséder des conduites d’eau d’une taille proportionnelle au débit
ment lavables, et d’eau requis
ᏀᏀ Que le bâtiment dans son ensemble ne permette pas l’entrée • Comporter un compteur d’eau (à la fois pour connaître la quantité
des rongeurs : il doit donc être étanche et construit avec des d’eau consommée par les poulets et la quantité d’eau totale utilisée
matériaux ne pouvant être détruits par les rongeurs. lorsque celle-ci doit être payée à la municipalité par exemple), des
• Le toit : indicateurs de pression et un filtre
ᏀᏀ devrait être fait de tôle, de façon à assurer son étanchéité
TABLEAU 14.
ᏀᏀ pourrait être peint en blanc pour qu’il y ait moins de chaleur AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS ASSOCIÉS À CHAQUE TYPE DE SYSTÈME
transmise à l’intérieur du poulailler POUR LA DISTRIBUTION DE L’EAU DANS UN POULAILLER

ᏀᏀ devrait être légèrement isolé pour réduire la quantité de Système Avantages Inconvénients
chaleur transmise à l’intérieur du poulailler Auges • Niveau d’eau visible • Eau en contact avec l’air et les
poussières
ᏀᏀ devra être conçu en fonction du système de ventilation retenu • Simplicité et fiabilité
• Coût peu élevé • Système nécessitant plus de main-
• Si le poulailler possède de grandes fenêtres pour la ventilation, d’œuvre et de nettoyage
celles-ci devraient être recouvertes d’un grillage pour empêcher • Risques de dégât d’eau plus élevés
l’entrée d’oiseaux sauvages, de rongeurs, etc. Tuques • Système peu dispendieux • Eau en contact avec l’air et
(cloches) • Peu encombrant les poussières
• Prévoir un système avec des fils d’acier tressé et des poulies, pour • Système nécessitant plus de
• Hauteur facile à ajuster
accrocher les lignes d’eau, les mangeoires, les thermomètres; des main-d’œuvre et de nettoyage
• Humidifie l’air
équipements qui devront être ajustables en fonction du stade de • Risques de dégât d’eau plus élevés
croissance des poulets. Buvettes • Niveau d’eau visible • Système nécessitant une bonne
(coupes) • Aucun nettoyage requis régie (hauteur et pression)
• Coût élevé
L’é quip em en t • Eau plus fraîche grâce à un
faible volume qui se renouvelle • Certains modèles sont encombrants
rapidement et nuisent à la circulation des
L e s ré s e r voir s d ’e au • Ajustement rapide de la hauteur oiseaux
• Peu de risques de dégâts d’eau
La température idéale de l’eau pour les poussins comme pour les poulets
Tétines • Eau propre, non contaminée par • Nécessite une excellente régie
est d’environ 15 °C. Si les réservoirs sont nécessaires, pour assurer un l’environnement (hauteur et pression d’eau), surtout
approvisionnement constant d’eau aux poulaillers, il peut être judicieux • Aucun nettoyage requis au démarrage
• Peu d’entretien • Coût élevé
de les peindre en blanc ou de les recouvrir d’un petit toit pour les protéger
• Peu de risques de dégâts d’eau

7 du soleil. • Système fiable

En Bolivie, le système utilisé est celui des tétines (Ziggity). Il est constitué
7
L e s dist r ibute ur s d ’e au
d’un tuyau continu attaché à un support de métal. Ce tuyau est muni de petits
Il existe plusieurs systèmes de distribution de l’eau : les auges, les tuques, les distributeurs d’eau qui ressemblent à des tétines. L’espacement entre deux
buvettes (coupes) et les tétines. Le Tableau 14 présente les avantages et les tétines varie de 20 à 30 cm. Avec ce système, les bâtiments de 12,2 mètres
inconvénients de chacun de ces systèmes. Un bon système de distribution de de largeur ou moins doivent posséder trois lignes d’eau. L’eau est placée dans
l’eau doit :

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Construc t ion du poulailler

76 77
des réservoirs en hauteur à l’extérieur du bâtiment, elle passe ensuite par un
TABLEAU 15.
régulateur de pression puis s’écoule dans les tuyaux afin d’être toujours acces- VARIATION DE LA HAUTEUR DE LA SOURCE LUMINEUSE (sans réflecteur)
sible pour les oiseaux. EN FONCTION DE LA PUISSANCE DE L’AMPOULE ET DE L’INTENSITÉ DÉSIRÉE
AU NIVEAU DES OISEAUX
L e systè me d ’alime ntat ion Hauteur de la source lumineuse Hauteur de la source lumineuse
Puissance de par rapport au plancher pour par rapport au plancher pour
En Bolivie, le système retenu pour l’alimentation est celui des mangeoires l’ampoule (watts) obtenir une intensité lumineuse obtenir une intensité lumineuse
conique à remplissage manuel. de 5,4 lux (m) de 10,8 lux (m)
15 1.1 0.7
L’e n t r e p o s a g e d e s m o u l é e s 25 1.4 0.9
40 2.0 1.4
Sur le site, il est important d’avoir une capacité de stockage minimale de 7
jours. Il faut donc prévoir une pièce assez grande, soit à l’intérieur de chaque 60 3.1 2.1
poulailler ou un endroit commun à l’extérieur des poulaillers. Si cette dernière 75 3.2 2.3
option est retenue, il faut que ce site soit central pour faciliter le transport 100 4.1 2.9
quotidien de la nourriture.
Point extrêmement important, l’entreposage des moulées doit se faire dans un La ventilation
endroit à l’abri des rongeurs. Les rongeurs constituent une véritable menace La ventilation est très importante dans un bâtiment d’élevage. Les objectifs
qu’il convient de prendre très au sérieux. Consulter la section 3 (nettoyage et d’une bonne ventilation sont de :
désinfection du poulailler) pour élaborer un programme de lutte aux rongeurs.
• maintenir la litière sèche
L’é c l a i r a g e • changer l’air dans le bâtiment pour renouveler l’oxygène
• maintenir une température adéquate
Le système d’éclairage est conçu pour :
• évacuer l’ammoniac
• fournir un éclairage adéquat et uniforme
• évacuer l’excès d’humidité
• permettre de régler la durée d’éclairage
Un spécialiste en ventilation pourra conseiller l’éleveur sur le type de venti-
• permettre de varier l’intensité lumineuse en cours d’élevage lation le plus adapté aux conditions climatiques locales et en fonction des
matériaux qui seront utilisés pour la construction du bâtiment.
Dans tous les cas, il faut proscrire l’utilisation de lumière provenant des néons/
fluorescents. Ce type de lumière est perçu par les poulets comme étant une Retenons ici que pour qu’il y ait un échange d’air dans un bâtiment, il faut qu’il
lumière intermittente, ce qui représente une source de stress pouvant réduire y ait un différentiel de pression entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.
leur productivité. Deux grandes fenêtres ouvertes du même côté d’un bâtiment ne permettront
pas qu’il y ait un échange d’air suffisant à l’intérieur du bâtiment. Il faut idéa-
7 L’intensité lumineuse dans le poulailler doit permettre aux oiseaux de localiser
les trémies et les abreuvoirs. Les sources lumineuses doivent être placées de
lement qu’il y ait une entrée d’air et une sortie d’air, et qu’il y ait une force
appliquée à l’entrée ou à la sortie pour qu’il y ait une circulation d’air. Cette
7
manière à éliminer les points d’ombre et à fournir une intensité d’éclairage « force » peut prendre plusieurs formes :
adéquate au niveau des oiseaux. Forte en début d’élevage (35 lux maximum),
l’intensité lumineuse diminuera progressivement à partir du 4e jour pour • utiliser une trappe dans le toit du bâtiment pour évacuer l’air chaud
atteindre 5 lux au 21e jour. naturellement ce qui induira une pression négative à l’intérieur du
bâtiment; par une autre ouverture sur le côté du bâtiment, l’air
extérieur entrera forcément dans le bâtiment pour que la pression
se rétablisse automatiquement.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Construc t ion du poulailler

78 79
• utiliser un/des ventilateurs qui expulsent l’air hors du bâtiment; ce Le chauffage pour les poussins
qui encore une fois provoquera une pression négative à l’intérieur
du bâtiment et un appel d’air. Il faut toujours s’assurer qu’un chauffage d’appoint est disponible pour les
poussins :
• utiliser un/des ventilateurs qui font entrer de force l’air à l’inté-
rieur du bâtiment; ce qui créera une pression positive à l’intérieur • 1 chaufferette au gaz propane (éleveuse) pour 500 poussins
du bâtiment, forçant une certaine quantité d’air à l’extérieur de • entreposage sécuritaire du propane pour éviter explosions et feux
celui-ci.
• s’assurer qu’il y a suffisamment de gaz et que la chaufferette fonctionne
Une façon simple et économique d’assurer une bonne ventilation d’air
• la hauteur en fonction de la température et de la répartition des
consiste  à :
poussins
ᏀᏀ Penser et construire le toit en y aménageant une trappe qui
peut s’ouvrir ou se fermer selon les besoins. Cette trappe, À Padilla, en Bolivie, les chaufferettes sont placées :
située au faîte du toit, laisse sortir l’air chaud.
• à 60 cm du sol de l’arrivée des poussins à 14 jours
ᏀᏀ Penser et construire les murs (au moins deux d’entre eux) en • à 70-75 cm du sol de 15 à 28 jours
y aménageant des trappes longitudinales à deux ouvertures
(l’une vers le bas et l’autre vers le haut) pour que l’air puisse
entrer dans le bâtiment.
ᏀᏀ Bien grillager l’ensemble de ces ouvertures pour ne laisser
aucun espace aux rongeurs et autres oiseaux qui voudraient
entrer dans le bâtiment.
L’annexe 4 présente divers niveaux de température ressentie en fonction de
l’humidité relative et la vitesse de l’air. Afin d’estimer rapidement la vitesse de
l’air dans un bâtiment, rappelons que la flamme d’un briquet ne bouge pas à
0 m/s et qu’elle s’éteint à 1 m/s; entre les deux, l’angle de la flamme et l’expé-
rience devrait fournir une bonne indication de la vitesse de l’air.
Finalement, rappelons que l’éleveur doit en tout temps s’assurer qu’il n’y a pas
de courant d’air à l’intérieur du bâtiment. Les courants d’air sont identifiables
en observant la dispersion des oiseaux dans le poulailler.

7 7

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Construc t ion du poulailler

80 81
Références consultées

Aviagen. 2009. Ross broiler management manual. Scotland (UK).


Aviagen. 2009. Ross broiler nutrition supplement. Scotland (UK).
Bestman, M., Ruis, M. Heijmans, J. and van Middelkoop, K. 2011. Signes de
poules : guide pratique de l’observation des volailles. Zuthphen (Pays-Bas).
Conseil des Productions Animales du Québec (CPAQ). 2003. Guide aviculture.
Éditions CRAAQ : Québec.
Commission canadienne des grains. Petit ténébrion mat (Alphitobius diaperinus
Panzer). Site web : http://www.grainscanada.gc.ca/storage-entrepose/sip-irs/
lmw-ptm-fra.htm
Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation. 2009. Exemple Carré
de Pearson. Site web : http://www.c2000.ulaval.ca/pearson.html
Gravel, M. 2009. Guía de crianza de pollo. Rapport de stage, SOCODEVI.
INRA, CIRAD and FAO. Feedepedia. Site web: http://www.poultryhub.org/
Ministry of Agriculture and Food of Ontario. Rodent control in livestock and
poultry facilities. Site web : http://www.omafra.gov.on.ca/english/livestock/
dairy/facts/10-077.htm
Ministry of Agriculture and Food of Ontario. Checklist to Implementing an
Effective Poultry Biosecurity Plan.
National Research Council (NRC). 1994. Nutrient requirements of poultry:
ninth revised edition. National Academy Press: Washington D.C.
Poultry hub. Site web : http://www.poultryhub.org/
Ravindran, V. Poultry feed availability and nutrition in developing countries.
Poultry development review. FAO: Rome.
Ruest, N. 2007. La désinfection: une mesure essentielle. Le Producteur de Lait
Québécois. Pp. 36-37.
Sanchez, A., Plouzeau, M. Rault, P. et Picard, M. 2000. Croissance musculaire et
fonction cardio-respiratoire chez le poulet de chair. INRA Production Animale
13 (1) : 37-45.
SOCODEVI. 2010. Guia de crianza de pollo parillero. Rapport interne, SOCODEVI.
Sonayia, E. B. et Swan, S. E. J. 2004. Production en aviculture familiale.
Rome :  FAO.
Annexes
ANNE X E 1 ANNE X E 2
Re g is t re d e s uiv i d e l ’élev a g e Re g is t re d es v acc ins d isp onibles
ACTIVITÉ NOM DU NOM DU NOM DU NOM DU NOM DU
REGISTRE  D'ÉLEVAGE  DES  POULETS  DE  CHAIR APAD-­‐PADILLA DATE
POULAILLER:  _____ Entrée Sortie PRODUIT PRODUIT PRODUIT PRODUIT PRODUIT
LOT:  ____________ DATE  DE  RÉCEPTION:  _________________ POPULATION  INITIALE:  _______________
PROVENANCE:  _________ ÉLEVEUR:  ______________________________

Date Jour Mortalité Consommation   Date Jour Mortalité Consommation  


Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée
0 50
1 51
2 52
3 53
4 54
5 55
6 56
7
UTILISATION  DE  LA  LITIÈRE
Date Jour Mortalité Consommation   Unité   Quantité
Date Description
Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée mesure par  jour cumulée
8
9
10
11
12
13
14

Date Jour Mortalité Consommation   CONSOMMATION  DE  GAZ


Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée Unité   Quantité
Date Description
15 mesure par  jour cumulée
16
17
18
19
20
21

Date Jour Mortalité Consommation  


Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée
22
23
24 VACCINS  UTILISÉS
25 Unité   Quantité
Date Description
26 mesure par  jour cumulée TOTAL
27
28
EN INVENTAIRE
Date Jour Mortalité Consommation  
Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée
29
30
31
32
33
34
35
PRODUITS  VÉTÉRINAIRES  UTILISÉS
Date Jour Mortalité Consommation   Unité   Quantité
Date Description
Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée mesure par  jour cumulée
36
37
38
39
40
41
42

Date Jour Mortalité Consommation  


Par  jour Cumulée Par  jour Cumulée
43
44
45
46
Annexes

Annexes
47
48
49

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

86 87
ANNE X E 3 ANNE X E 4
Re g is t re d es quan t it és d e m oulé e Température ressentie en fonction de l’humidité relative
ACTIVITÉ POULAILLER POUR LES OISEAUX DE 0 À 17 JOURS D’ÂGE
DATE DÉPÔT TOTAL
Entrée Sortie 1 2 3 4 Temp. Humidité relative Température ressentie selon la vitesse de l’air
(°C) 40 % 50 % 60 % 70 % 0 m/s 0,1 m/s 0,4 m/s 0,7 m/s 1 m/s
40 % 41 39 33 27 21
50 % 45 43 37 31 25
37
60 % 52 50 43 37 31
70 % 55 53 47 41 35
40 % 39 37 31 25 19
50 % 43 41 34 28 22
36
60 % 47 45 39 33 27
70 % 54 52 46 40 34
40 % 38 36 29 23 17
50 % 40 38 32 26 20
35
60 % 44 42 36 30 24
70 % 49 47 41 35 29
40 % 36 34 28 22 16
50 % 38 26 30 24 18
34
60 % 41 29 33 27 21
70 % 45 43 37 31 25
40 % 34 32 26 19 13
50 % 36 34 28 22 16
32
60 % 38 36 30 24 18
70 % 41 39 33 27 21
40 % 31 29 23 17 11
50 % 32 30 24 18 12
30
60 % 34 32 26 19 13
70 % 35 33 27 21 15
40 % 28 26 20 14 8
50 % 29 27 21 15 9
28
60 % 30 28 22 16 10
70 % 31 29 23 17 11
40 % 26 24 18 12 6
50 % 27 25 19 13 7
26
60 % 27 25 19 13 7
70 % 28 26 20 14 8
40 % 24 22 16 10 4
Annexes

Annexes
50 % 25 23 17 11 4
25
60 % 25 23 17 11 5
70 % 26 24 18 12 6

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

88 89
Annexes

35
37

26
32

25
28
36

30
34
(°C)
Temp.

40 %
40 %
40 %
40 %
40 %
40 %
40 %
40 %
40 %
40 %

50 %
50 %
50 %
50 %
50 %
50 %
50 %
50 %
50 %
50 %

60 %
60 %
60 %
60 %
60 %
60 %
60 %
60 %
60 %
60 %
Humidité relative

70 %
70 %
70 %
70 %
70 %
70 %
70 %
70 %
70 %
70 %

41
41
41

47

24
31
35
31
45
49
45

26
27
27
26
32
43
39
52

25
25
55

28
28
36
36

30
29
38
38
38

34
34
54

40
44
0 m/s

90
POUR LES OISEAUX DE PLUS DE 17 JOURS D’ÂGE

41
41
41

47

35

24
31
31
45
49
45

26
27
27
26
32
43
39
52

25
25
55

28
28
36
36

30
29
38
38
38

34
34
54

40
44
0,1 m/s

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r •
51

37
35
37
35
37

24
24
31
33
33
53

27
26
26
27
43
39

25
25
28

23
30
29
30
42
38

34
46
54

40
40
40

48

44
44
0,4 m/s

© SOCODEVI,
2013
41
51
41
47

37
37
37

45
35

24
24
31

27
26
27
32
32
33

21
21
43
39

22
22
25
28
36

20
23
23
30
30
50

34
34
40
0,7 m/s

17
47

37

19
19
24
24
31
31
33

27
27
27
32

21
21

18
18
22
25

28
36

20
20
23
29
30

42

38
38

34
34
34

40
48
44
Température ressentie selon la vitesse de l’air
1 m/s

Température réelle (°C)

Humidité 37 36 36 35 34 34 33 33 32 32 31 31 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 24 24 23 23 22 22 21
Température ressentie (°C)
30 38 37 36 36 35 34 33 33 32 31 31 30 29 29 28 28 27 26 26 25 24 24 23 23 22 22 21 20 20
35 39 38 38 37 36 35 34 33 33 32 31 31 30 29 29 28 27 27 26 26 25 24 24 23 22 22 21 21 20
40 41 40 39 38 37 36 36 34 33 33 32 31 31 30 29 28 28 27 26 26 25 24 24 23 23 22 21 21 20
45 43 42 41 40 39 37 36 36 35 33 32 32 31 31 30 29 28 27 27 26 26 25 24 24 23 22 22 21 20
50 45 43 42 41 40 39 38 37 36 35 33 32 32 31 30 29 29 28 27 27 26 25 24 24 23 23 22 21 21
55 48 46 44 43 42 40 39 38 37 36 34 33 32 32 31 30 29 29 28 27 26 25 25 24 24 23 22 21 21
60 51 49 47 45 43 42 41 39 38 37 36 34 33 32 32 31 30 29 28 27 26 26 25 24 24 23 22 22 21

©  S OCODE V I, 65 54 52 50 48 46 44 42 41 39 38 37 36 34 33 32 31 31 30 29 28 27 26 25 24 24 23 23 22 21

91 70 55 53 51 48 47 44 48 41 39 38 36 35 34 33 32 31 31 29 28 27 26 26 25 24 23 23 22 21
75 54 52 49 47 46 43 41 39 38 36 36 34 33 32 31 30 29 28 27 26 25 24 24 23 22 22
80 54 52 49 47 46 43 41 39 37 36 36 34 32 31 31 29 28 27 26 25 24 24 23 22 22
85 55 50 49 47 46 43 41 39 38 36 35 33 32 31 30 28 27 26 26 25 24 23 23 22
2013 • Annexes

90 54 52 49 47 44 43 41 39 37 36 34 33 31 30 29 28 27 26 25 26 24 23 22

Jamais
7 jours
14 jours
21 jours
28 jours
35 jours

Annexes
Annexes
Âge des oiseaux
1 3 5 7 9 11 14 16 18 20 22 24 28 31 35 42 49
(jour)
Eau – à volonté x x x x x x x x x x x x x x x x x
Nourriture (type) B1 – Début B2 – Croissance B3 – Finition
ANNE X E 5

Nourriture
3a
(retrait heure/jour)
Nourriture (g/jour)
19 19 19 19 40 40 40 66 66 66 96 96 121 121 153 169 185
(sexe mélangés)
Température (sous la
31 30 29 29 27 26 26 25 25 24 24 23
chaufferette) (°C)
Température (dans le
26 25 25 25 25 24 24 24 24 24 23 23 23 23 23 23 23
poulailler) (°C)
Lumière (heures/jour) 23 20 23
Vitamines x x x x x

92
Électrolytes x x
Vaccins x x
Antibiotique x

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r •
Facteur de croissance x
a :
v rai pour l’élevage de Padilla en Bolivie en raison des problèmes liés à l’altitude;
pour les autres, la nourriture doit être disponible 24 / 24 heures

© SOCODEVI,
2013
Liste de vérification en fonction de l’âge des oiseaux

Poussin 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Réflexe (mettre le poussin sur le dos)
0 = le poussin met plus de 3 secondes à se redresser
1 = le poussin met moins de 3 secondes à se redresser
ANNE X E 6

Yeux
0 = fermés et ternes
1 = propres, ouverts et brillants

Ombilic
0 = ombilic ouvert, souillures sur les plumes
1 = clos et propre

Pattes
0 = jarrets rougis ou enflés, malformation
1 = couleur normale et non gonflées
©  S OCODE V I,
93 Bec
0 = bec rougi et narines sales
1 = bec propre et narines closes

Duvet
2013 • Annexes

0 = humide et poisseux
1 = sec et luisant

Température
0 = sous 38°C ou au-dessus de 41,1°C
1 = entre 40 et 40,8°C

TOTAL DES « 1 »


(Score maximum 7)
Évaluation de l’état de santé des poussins d’un jour

Annexes
ANNE X E 7
Lit ière
Une bonne litière doit toujours être sèche et légèrement souple. Elle ne doit
pas trop coller aux mains ou aux chaussures. Quand les poussins atteignent
11 jours, la litière devient chaude au toucher, par la chaleur animale.
20

Si la litière est humide et/ou collante, dans tout le bâtiment ou une partie
du bâtiment, c’est qu’il y a un problème. Le tableau ci-dessous présente les
19

différents problèmes pouvant survenir avec la litière et les causes possibles.


18

Problème Causes possibles


17

La litière est humide avant • La température de la litière est trop basse; ou,
le 11e jour • Le système d’abreuvement fonctionne mal
(fuites ou débordements).
16

Les poussins sont mal répartis Les zones où la litière est trop humide ne sont pas
dans le bâtiment fréquentées par les poussins et le sol demeure froid
15

puisqu’il n’y a pas de chaleur animale; la litière risque


de se dégrader davantage.
La litière est en mauvais état Il y a trop de variations d’intensité lumineuse à
14

sous les lampes travers le bâtiment. Les poussins évitent les endroits
avec trop de lumière venant du dessus, la litière s’y

Additionner les points obtenus par chacun des poussins = __________

Faire la moyenne = (total des points) _________ / 140 = __________


refroidit et la condensation commence.
13

Il y a des bandes entières C’est souvent la conséquence d’une mauvaise


de litière dégradée circulation de l’air; ce qui conduit les poussins à se
12

répartir différemment dans le bâtiment. Dès que les


poussins s’absente d’une zone, la litière se dégrade
et ainsi de suite.
11

La litière est humide partout Les causes peuvent être multiples :


TOTAL DES « 1 »
(Score maximum 7)

après le 11e jour


1 = le poussin met moins de 3 secondes à se redresser

• Mauvaise formulation de l’aliment, entraînant des


0 = le poussin met plus de 3 secondes à se redresser

fientes trop liquides;


• Litière trop froide, créant de la condensation;
• Ventilation inadaptée;
0 = ombilic ouvert, souillures sur les plumes

0 = jarrets rougis ou enflés, malformation

• Poussins malades (produisant des fientes humides);


0 = sous 38 °C ou au-dessus de 41,1 °C

• Nuits trop longues. Les poussins restent couchés


1 = couleur normale et non gonflées

trop longtemps sur la litière.


1 = propres, ouverts et brillants

1 = bec propre et narines closes


0 = bec rougi et narines sales

0 = humide et poisseux

1 = entre 40 et 40,8 °C
0 = fermés et ternes

1 = clos et propre

1 = sec et luisant
Température
Annexes

Annexes
Poussin

Ombilic
Réflexe

Pattes

Duvet
Yeux

Bec

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

94 95
ANNE X E 8 Fientes cæcales
F ien t es
Les fientes cæcales doivent être brun foncé et collantes, non liquides. Si la
Les fientes fraîches en disent beaucoup sur l’état de santé des poussins. Un couleur devient plus claire, la digestion n’est pas optimale et trop de nutri-
poussin en bonne santé, bien nourri et bien soigné produit des fientes bien ments restent encore à l’extrémité de l’intestin grêle. Ils vont fermenter dans
nettes. Si vous observez des fientes qui vous semblent anormales, c’est qu’il y le cæcum et donner des fientes cæcales trop liquides. La qualité des fientes
a un problème. peut être évaluée en fonction des photos ci-dessous.
Les poussins, poulets et poules produisent deux types de fientes, les fientes
intestinales (celles que l’on remarque normalement) et les fientes cæcales.
Vérifiez séparément les fientes normales (intestinales) et cæcales.

Fientes intestinales

Une fiente de bonne qualité doit pouvoir être ramassée et roulée dans votre
main. Bien sûr, cela ne s’applique pas aux fientes cæcales. Si les fientes ne se
présentent pas de façon bien nette, cela signifie que les poussins ont froids,
sont en train de tomber malades ou que la nourriture n’est pas adaptée. La
qualité des fientes peut être évaluée en fonction des photos ci-dessous.

Fientes suspectes

S’il y a des fientes suspectes, c’est que la digestion est incomplète. Il est
important de consulter un professionnel pour obtenir un diagnostic précis
puisque plusieurs causes sont possibles :
• Trop de protéines ou trop de produits protéinés riches en potassium
dans l’aliment.
• Problèmes intestinaux causés par une flore intestinale anormale en
conjonction avec coccidiose, clostrides, E. coli, etc.
• Infections virales.
Annexes

Annexes
G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

96 97
ANNE X E 9 Le poussin (ou le poulet) est mort
Problèmes de santé chez les poussins et les jeunes poulets
En cas de mortalité, la première chose à faire est de déterminer le niveau
La plupart des pertes de poussins (suite à des maladies ou des mortalités) ont de pertes auquel vous êtes confronté. Vérifiez de quelles parties du bâti-
lieu dans les 7 premiers jours. Les poussins doivent avoir à boire et à manger ment viennent les oiseaux morts. S’agit-il principalement d’oiseaux mâles ou
en tout temps et il préférable de conserver la température de la pièce plus femelles ? Leur mort peut-elle être considérée comme soudaine ? Observez la
haute que plus basse. Un jeune poussin ne peut pas réguler sa température, et façon dont reposent les cadavres : on peut y trouver une indication de la cause
s’il ne mange pas, il va se refroidir et mourir. de la mort.
Si vous observez des poussins dont le développement est anormal, qui sont En cas de mort subite, on a affaire à un poulet en excellente condition, le
malades ou même morts, consultez les tableaux ci-dessous pour identifier les jabot plein. Les oiseaux qui meurent à la suite de maladie se reconnaissent
causes potentielles de ces problèmes. Il ne faut pas attendre, pour réagir, à leur fonte musculaire, leur petite crête ratatinée et à leur peau desséchée,
d’avoir plusieurs poussins en mauvais état. Vaut mieux rapidement identifier facile à observer au niveau des pattes.
les causes possibles et mettre en place les actions nécessaires.
Caractéristiques des oiseaux morts Causes possibles
Le poussin est toujours vivant
Repose sur le ventre ou sur le dos Désordre métabolique. Se produit
essentiellement entre 2 et 5 semaines.
Signe visible Raison possible Essayez de résoudre le problème par la
conduite d’alimentation.
Oiseaux mal développés • Difficultés à trouver de l’eau et de la nourriture
Sur le dos avec les ailes étendues, Syndrome de la mort subite. Le cœur du
• L’aliment de démarrage a été consommé trop
souvent une patte en l’air poussin s’arrête, il saute en l’air et retombe
rapidement
mort sur le dos, parfois sur le ventre.
Genre de problème qui ne peut être résolu dans le cadre Ralentissez légèrement le taux de croissance
du cycle de production en cours en atténuant la lumière, jusqu’à descendre
Torticolis divers • Inflammation cérébrale. La cause peut être une sous un taux de perte de 0,05 % par jour.
infection bactérienne (salmonelles, streptocoques, Bien développé avec un jabot plein. À un âge plus avancé, la mort subite provient
entérocoques) ou fongique (Aspergillus fumigatus) État général mauvais à passable, d’une sollicitation excessive du cœur en
Poussins boiteux • Infection bactérienne à la salmonelle, abdomen plein de liquide raison d’une mauvaise circulation sanguine.
streptocoques, entérocoques ou E. coli. Sur le ventre, cou allongé, pattes Inflammation de la paroi ou des valves
Une infection bactérienne à cet âge est souvent liée à la en arrière cardiaques (endocardite). Dans certains cas,
qualité des œufs mis à éclore ou aux conditions régnant on voit une boiterie, par exemple à cause
dans le couvoir. Par la suite, la gravité du problème est d’une embolie d’origine inflammatoire. La
essentiellement fonction de la qualité des soins apportés. patte est froide au toucher.
Poussins recroquevillés, • Les poussins ont pris froid Position « du phoque » : sur le ventre, Pour certains aviculteurs, la mort subite est
plumes dressées cou étendu, pattes en arrière, bec le signe d’une bande de bonne qualité…
mi-clos et souvent un morceau de
Plume en « hélicoptère » • Syndrome de malabsorption. Ce syndrome résulte
litière dans le bec
d’un désordre intestinal précoce dans lequel les
nutriments nécessaires ne sont pas absorbés par
l’oiseau dans les proportions correctes.
Apportez un coup de pouce avec des compléments en
vitamines et minéraux. Veillez à désinfecter bien à fond
avant le cycle suivant.
Cloaque entouré de fientes • La cause est souvent une infection bactérienne
Annexes

Annexes
séchées sérieuse ou une affection virale des reins.
Le mieux est d’enlever ces poussins de la bande.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

98 99
ANNE X E 10 ANNE X E 11
Cons omma t ion quo t id ienne en eau d es p oule t s Él abor a t ion d e l a m oulé e e t comp os it ion
La consommation varie en fonction de l’âge des poulets et de la température nut r it ionnelle d e quel ques in g ré d ie n t s d e ba s e
ambiante. Pour consulter les quantités d’eau consommée par 1 000 poulets par
Le calcul de chaque aliment
jour, en fonction de leur âge et de la température.
dans la moulée finale
CONSOMMATION QUOTIDIENNE D’EAU EN LITRES POUR 1 000 POULETS, La démarche utilisée pour élaborer de la moulée pourrait se résumer à ceci :
EN FONCTION DE L’ÂGE DES OISEAUX ET DE LA TEMPÉRATURE DU POULAILLER
1. Identifier les besoins de vos oiseaux, en fonction de leur âge (voir le
Température du poulailler tableau 6 – Exigences alimentaires des poulets de chair).
Âge (semaine) 10 °C 21 °C 32 °C 38 °C 2. Calculer la quantité de moulée à préparer (en fonction de la consom-
1 30 30 34 38 mation de vos oiseaux et de la durée de conservation de la moulée
2 45 61 98 182 – maximum un mois).
3 72 95 197 360 3. Calculer la quantité d’ingrédients fixes que vous devez ajouter à votre
4 98 133 273 492 mélange. Ces ingrédients, que l’on nomme souvent premix, peuvent
5 133 174 356 644 être :
6 163 216 416 757 a. Un ensemble déjà préparé d’acides aminés, de minéraux et de vitamines
7 189 254 462 837 b. Un ensemble que vous aurez préparé (en fonction des besoins de
8 216 288 473 863 vos oiseaux) d’acides aminés, de minéraux et de vitamines.
Source : North y Bell, 1990 4. Relever la composition nutritionnelle des aliments à votre disposition
(taux de protéine et d’énergie principalement).
5. Définir le calcul et le Carré de Pearson qui correspond à votre situation.

Vous avez… Vous utiliserez…

• Deux ingrédients à intégrer, • Carré de Pearson sans ingrédient fixe


sans autre ingrédient fixe
• Deux ingrédients à intégrer, • Carré de Pearson avec ingrédients fixes
avec un ingrédient fixe ne contenant ne contenant pas la composante à
pas la composante à considérer considérer
• Deux ingrédients à intégrer, • Carré de Pearson avec ingrédients fixes
avec un ingrédient fixe contenant la contenant la composante à considérer
composante à considérer
• Trois ingrédients à intégrer, • Triple Carré de Pearson
en équilibrant à la fois la protéine
et l’énergie
Annexes

Annexes
G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

100 101
6. La façon la plus commune est de calculer le mélange d’ingrédients La théorie L’exemple
variables qui permettra à votre moulée d’avoir les bonnes teneurs en X = la valeur recherchée en PB 18
protéine et en énergie. Ensuite, l’ingrédient fixe, ou le premix, sera
A = la valeur en PB de l’un des deux ingrédients servant à préparer la 8,5
ajouté au mélange sans tenir compte des valeurs déjà présentes dans moulée. Par convention, c’est la valeur la plus petite qui est placée en A.
les ingrédients de base.
B = la valeur en PB de l’autre ingrédient servant à préparer la moulée 48,5
7. Les grains entiers doivent être moulus avant d’être mélangés aux autres C = la valeur de B – X = 48,5 – 18
ingrédients. La granulométrie doit alors être prise en compte (voir la = 30,5
section à la suite des explications relatives au Carré de Pearson).
D = la valeur de X – A = 18 – 8,5
8. Tous les ingrédients sont mélangés ensemble et servis aux oiseaux. = 9,5

Carré de Pearson simple sans ingrédient fixe


Étape 3
Dans cet exemple, on présentera le cas d’un mélange de maïs et de tourteau de
soya pour faire 1 000 kg de moulée à 18 % de protéines brutes (PB). La valeur de C et de D correspondent à des parties de chacun des ingrédients
qui entrer dans le mélange final de la moulée.
Étape 1 • On devra avoir C partie de l’ingrédient A dans le mélange total de
On sait que : moulée qui lui est de C + D
• On devra avoir D partie de l’ingrédient B dans le mélange total de
• Le maïs a une teneur en PB de 8,5 % moulée qui lui est de C + D
• Le tourteau de soya a une teneur en PB de 48,5 % Pour calculer la quantité de chacun des ingrédients dans la composition finale
• Le mélange final devra avoir une teneur de 18 % de PB, soit 180 kg de la moulée, il faut transformer les parties de chacun des ingrédients en
de PB dans 1 000 kg de moulée quantité. Ainsi, dans notre exemple :
La valeur de 18 % est comprise entre la teneur en PB du maïs (8,5 %) et celle 30,5
y kg de maïs = × 1 000 kg = 762,5
du tourteau de soya (48,5 %), il est alors possible de solutionner un Carré 40
9,5
de Pearson. z kg de tourteau de soya = × 1 000 kg = 237,5
40

Étape 2 Étape 4
Il s’agit maintenant de remplir le Carré de Pearson. Il s’agit ici de vérifier les valeurs calculées en remplissant le tableau ci-­­dessous.
Il est impératif de toujours vérifier que les bons calculs ont été réalisés. Sinon,
A C cela pourrait être dramatique pour les oiseaux… et l’éleveur !

Quantités PB PB
Ingrédients
(kg) (%) (kg)

X Ingrédient A
Ingrédient B
Total
Annexes

Annexes
B D

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

102 103
Si l’on reprend notre exemple, on trouvera ainsi : Étape 1
On sait que :
Quantités PB PB
Ingrédients
(kg) (%) (kg) • Le maïs a une teneur en PB de 8,5 %
• Le tourteau de soya a une teneur en PB de 48,5 %
Maïs 762,5 8,5 64,8
Tourteau de soya 237,5 48,5 115,2
• Le mélange final devra avoir une teneur de 18 % de PB, soit 180 kg
de PB dans 1 000 kg de moulée
Total 1 000 - 180,0
Par ailleurs, les 2 % de minéraux diminuent la portion totale de maïs et de
Exemple de calcul pour la quantité de PB de l’ingrédient maïs : tourteau (les ingrédients variables) entrant dans le mélange. Il faut ainsi
8,5 PB calculer la quantité de minéraux qui entreront dans la moulée pour obtenir la
y kg de PB de maïs = × 762,5 kg de maïs = 64,81 PB
100 kg de maïs quantité totale d’ingrédients variables composeront le mélange. À partir de
z kg de PB de tourteau de soya = 48,5 PB × 237,5 kg de tourteau = 115,19 PB
cette nouvelle quantité, on calculera un nouveau pourcentage de protéines qui
100 kg de tourteau devront être fournies par les ingrédients variables.
• La quantité de minéraux dans la moulée correspond à 2 %, ce qui
Carré de Pearson simple avec au moins correspond à 2 kg / 100 kg de moulée ou 20 kg / 1 000 kg de moulée.
un ingrédient fixe ne contenant pas • 1 000 kg de moulée – 20 kg de minéraux = 980 kg d’ingrédients variables
la composante considérée • Les ingrédients variables doivent apporter 18 % de PB, soit 180 kg
de PB / 1 000 kg de moulée.
Dans ce cas, la moulé contient un ingrédient fixe mais qui ne contient pas la
composante désirée. • Par contre, on sait maintenant que les 180 kg de PB doivent être
apportés dans 980 kg d’ingrédients variables; le nouveau pourcen-
C’est le cas lorsqu’est ajouté un mélange de vitamines et de minéraux par tage de PB devant être apporté par les ingrédients variables est
exemple qui sont souvent mélangés dans un support (écales de riz, rafles de donc de :
maïs, etc.). Ce support n’est pas inerte, mais on ne connaît pas sa composition 180
% PB de la moulée = × 100 = 18,37
nutritionnelle. On prendra alors pour acquis que leurs apports sont nuls. 980
Il est important de conserver deux décimales pour éviter des erreurs d’arron-
Lorsque l’ingrédient fixe ne dépasse pas 10 kg / 1 000 kg de moulée, l’ingrédient dissement. La valeur de 18,37 % est comprise entre la teneur en PB du maïs
est tout simplement ignoré. Le Carré de Pearson simple sans ingrédients fixes (8,5 %) et celle du tourteau de soya (48,5 %), il est alors possible de solu-
sera alors utilisé pour calculer la composition des deux ingrédients entrant tionner un Carré de Pearson.
dans la moulée et l’ingrédient fixe sera simplement ajouté au mélange. Par
contre, dès que l’ingrédient fixe dépasse 10 kg / 1 000 kg de moulée, la quantité Étape 2
des autres ingrédients qui fourniront les protéines et l’énergie doivent être Il s’agit maintenant de remplir le Carré de Pearson.
ajustée en conséquence.
A C
Dans cet exemple, on présentera le cas d’un mélange de trois ingrédients pour
faire 1 000 kg de moulée à 18 % de protéines brutes (PB) :
• maïs (8,5 % PB)
• tourteau de soya (48,5 % PB) X
• 2 % de minéraux
Annexes

Annexes
B D
G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

104 105
La théorie L’exemple Si l’on reprend notre exemple, on trouvera ainsi :
X = la valeur recherchée en PB 18,37
Quantités PB PB
A = la valeur en PB de l’un des deux ingrédients servant à 8,5 Ingrédients
(kg) (%) (kg)
préparer la moulée. Par convention, c’est la valeur la plus petite
qui est placée en A.
Maïs 738,2 8,5 62,75
B = la valeur en PB de l’autre ingrédient servant à préparer 48,5
la moulée Tourteau de soya 241,8 48,5 117,27

C = la valeur de B – X = 48,5 – 18,37 Minéraux 20,0


= 30,13 Total 1 000 – 180,02
D = la valeur de X – A = 18,37 – 8,5
Exemple de calcul pour la quantité de PB de l’ingrédient maïs :
= 9,87
8,5 PB
y kg de PB de maïs = × 738,2 kg de maïs = 62,75 PB
100 kg de maïs
Étape 3
48,5 PB
z kg de PB de tourteau de soya = × 241,8 kg de tourteau = 117,27 PB
La valeur de C et de D correspondent à des parties de chacun des ingrédients 100 kg de tourteau
qui entrer dans le mélange final de la moulée. Carré de Pearson simple avec
• On devra avoir C partie de l’ingrédient A dans le mélange total de au moins un ingrédient fixe
moulée qui lui est de C + D contenant la composante considérée
• On devra avoir D partie de l’ingrédient B dans le mélange total de Dans ce cas, la moulé contient un ou plusieurs ingrédients fixes dont on
moulée qui lui est de C + D connait pour au moins un d’entre eux la valeur nutritionnelle en la composante
Pour calculer la quantité de chacun des ingrédients dans la composition finale désirée. C’est le cas lorsqu’est ajouté un ingrédient à la moulée pour en faci-
de la moulée, il faut transformer les parties de chacun des ingrédients en liter son agglomération (granulés). Le blé est souvent utilisé pour cet objectif
quantité. Mais attention, la quantité totale des ingrédients variables est de et on connaît sa valeur nutritionnelle.
980 kg et non plus de 1 000 kg. Ainsi, dans notre exemple :
Lorsque l’ingrédient fixe ne dépasse pas 10 kg / 1 000 kg de moulée, l’ingrédient
y kg de maïs = 30,13 × 980 kg = 738,2 est tout simplement ignoré. Le Carré de Pearson simple sans ingrédients fixes
40
z kg de tourteau de soya =
9,87
× 980 kg = 241,8 sera alors utilisé pour calculer la composition des deux ingrédients entrant
40 dans la moulée et l’ingrédient fixe sera simplement ajouté au mélange. Par
contre, dès que l’ingrédient fixe dépasse 10 kg / 1 000 kg de moulée, la quantité
Étape 4 des autres ingrédients qui fourniront les protéines et l’énergie doivent être
Il s’agit ici de vérifier les valeurs calculées en remplissant le tableau c­ i-­dessous, ajustée en conséquence.
sans oublier l’ingrédient fixe. Il est impératif de toujours vérifier que les bons Dans cet exemple, on présentera le cas d’un mélange de trois ingrédients pour
calculs ont été réalisés. Sinon, cela pourrait être dramatique pour les oiseaux… faire 1 000 kg de moulée à 18% de protéines brutes (PB) :
et l’éleveur !
• maïs (8,5 % PB)
Quantités PB PB • tourteau de soya (48,5 % PB)
Ingrédients
(kg) (%) (kg)
• 2 % de minéraux
Ingrédient A
• 10 % de blé (11,5 % PB)
Annexes

Annexes
Ingrédient B
Ingrédient fixe
Total

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

106 107
Étape 1 Étape 2
On sait que : Il s’agit maintenant de remplir le Carré de Pearson.
• Le maïs a une teneur en PB de 8,5 % A C
• Le tourteau de soya a une teneur en PB de 48,5 %
• Le mélange final devra avoir une teneur de 18 % de PB, soit 180 kg
de PB dans 1 000 kg de moulée
• Les ingrédients fixes contribuent à réduire la quantité nécessaire X
d’ingrédients variables (le maïs et le tourteau de soya), mais aussi
de PB.
Pour calculer le pourcentage de PB qui devra être apporté dans la moulée par
les ingrédients variables, il faut déduire les quantités totales et de PB fournis B D
par les ingrédients fixes.
En termes de quantité totale : La théorie L’exemple
X = la valeur recherchée en PB 19,15
• La quantité de minéraux dans la moulée correspond à 2 %, ce qui
A = la valeur en PB de l’un des deux ingrédients servant à préparer la moulée. 8,5
correspond à 2 kg / 100 kg de moulée ou 20 kg / 1 000 kg de moulée. Par convention, c’est la valeur la plus petite qui est placée en A.
• La quantité de blé dans la moulée correspond à 10 %, ce qui corres- B = la valeur en PB de l’autre ingrédient servant à préparer la moulée 48,5
pond à 10 kg / 100 kg de moulée ou 100 kg / 1 000 kg de moulée. C = la valeur de B – X = 48,5 – 19,15
• 1 000 kg de moulée – 20 kg de minéraux – 100 kg de blé = 880 kg = 29,35
d’ingrédients variables D = la valeur de X – A = 19,15 – 8,5
En termes de quantité de PB : = 10,65

• Le blé a une teneur de 11,5 % de PB, soit 11,5 kg de PB / 100 kg de blé.


Étape 3
• Il y aura 100 kg de blé dans la moulée, il y a déjà un apport de
11,5 kg de PB. La valeur de C et de D correspondent à des parties de chacun des ingrédients
• La moulée doit contenir 180 kg de PB au total. Les ingrédients qui entrer dans le mélange final de la moulée.
variables devront donc fournir 180 – 11,5 kg de PB = 168,5 kg de PB. • On devra avoir C partie de l’ingrédient A dans le mélange total de
• Il faut ramener ce chiffre à un pourcentage pour l’inclure dans le moulée qui lui est de C + D
Carré de Pearson : • On devra avoir D partie de l’ingrédient B dans le mélange total de
168,5 moulée qui lui est de C + D
% PB de la moulée = × 100 = 19,15
880
Pour calculer la quantité de chacun des ingrédients dans la composition finale
Il est important de conserver deux décimales pour éviter des erreurs d’arron- de la moulée, il faut transformer les parties de chacun des ingrédients en
dissement. La valeur de 19,15 % est comprise entre la teneur en PB du maïs quantité. Mais attention, la quantité totale des ingrédients variables est de
(8,5 %) et celle du tourteau de soya (48,5 %), il est alors possible de solu- 980 kg et non plus de 1 000 kg. Ainsi, dans notre exemple :
tionner un Carré de Pearson.
Annexes

Annexes
y kg de maïs = 29,35 × 880 kg = 645,7
40
z kg de tourteau de soya = 10,65 × 880 kg = 234,3
40

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

108 109
Étape 4 Pour illustrer ce type d’utilisation du Carré de Pearson, utilisons un exemple.
Nous voulons faire 1 000 kg de moulée incluant trois ingrédients variables :
Il s’agit ici de vérifier les valeurs calculées en remplissant le tableau c­ i-dessous, blé, maïs et soya intégral chauffé. Cette moulée devra apporter 20 % PB et
sans oublier l’ingrédient fixe. Il est impératif de toujours vérifier que les bons 3 200 kcal ME/kg. Les différents apports de chaque ingrédient variable sont
calculs ont été réalisés. Sinon, cela pourrait être dramatique pour les oiseaux… les suivants :
et l’éleveur !
% PB kcal ME/kg
Quantités PB PB
Ingrédients
(kg) (%) (kg) Blé 11,5 3 120

Ingrédient A Maïs 8,5 3 350

Ingrédient B Soya intégral chauffé 37,0 3 300

Ingrédient fixe (1)


Ingrédient fixe (2) Étape 1
Total
Il faut d’abord s’assurer qu’il existe une combinaison d’ingrédients variables
permettant d’atteindre les besoins en protéines et en énergie de la moulée
Si l’on reprend notre exemple, on trouvera ainsi : désirée. Pour cela, il peut être utile de faire un graphique en positionnant
chaque ingrédient variable en fonction de sa teneur en énergie et en proté-
Ingrédients
Quantités PB PB ines, ainsi que les besoins pour la moulée finale (figure 2). En traçant des
(kg) (%) (kg)
droites entre chaque ingrédient variable, on constate qu’aucune combinaison
Maïs 645,7 8,5 54,88 de deux ingrédients variables ne permet d’obtenir une moulée avec 20 % PB et
Tourteau de soya 234,3 48,5 113,64
3 200 ME (kcal/kg).
Minéraux 20,0 – – Par ailleurs, tous les points à l’intérieur du triangle reliant les trois ingrédients
Blé 100,0 11,5 11,5 variables est une combinaison possible de ces trois ingrédients. Comme les
Total 1 000 – 180,02 besoins sont à l’intérieur de cette surface, on peut conclure qu’il existe un
mélange des trois ingrédients variables qui permettra de combler à la fois les
Exemple de calcul pour la quantité de PB de l’ingrédient maïs : besoins en énergie et en protéines.
y kg de PB de maïs = 8,5 PB × 645,7 kg de maïs = 54,88 PB
100 kg de maïs
Il faudra maintenant faire successivement trois Carré de Pearson pour déter-
48,5 PB miner la combinaison des trois ingrédients variables :
z kg de PB de tourteau de soya = × 234,3 kg de tourteau = 113,64 PB
100 kg de tourteau • le premier Carré de Pearson servira à déterminer quelle est la
Tr iple Car ré de Pe ar s on combinaison entre le maïs et le soya permettant d’obtenir 20 % PB
pour deux spécifications nutritionnels • Le second Carré de Pearson servira à déterminer quelle est la combi-
naison entre le blé et le soya permettant d’obtenir 20 % PB
Le Carré de Pearson est un outil permettant de solutionner un problème unidi-
mensionnel, comme c’est le cas lorsque la moulée est ajustée pour une seule • Le troisième Carré de Pearson servira à déterminer quelle est la
composante (protéine OU énergie). Il peut cependant être plus utile d’ajuster combinaison entre ces deux premiers mélanges permettant d’ob-
la moulée pour deux composantes simultanément (protéine ET énergie). Pour tenir 3 200 kcal/ka d’énergie (sachant que les deux précédents
mélanges fournissent toujours 20 % PB, il est alors possible de faire
Annexes

Annexes
cela, il est nécessaire d’ajouter un troisième ingrédient variable à la moulée. On
passe alors d’un problème unidimensionnel à un problème bidimensionnel. Pour un mélange de ces deux combinaisons qui aura toujours 20 % PB et
solutionner un tel problème, il faut utiliser trois Carré de Pearson successivement. 3 200 kcal/kg d’énergie).

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

110 111
La théorie L’exemple
FIGURE 2.
ILLUSTRATION DE LA VALEUR NUTRITIONNELLE DE CHAQUE INGRÉDIENT VARIABLE X = la valeur recherchée en PB 20
AFIN DE SAVOIR S’IL EST POSSIBLE DE TROUVER UNE COMBINAISON DE CES TROIS
A = la valeur en PB de l’un des deux ingrédients servant à préparer la 8,5
INGRÉDIENTS PERMETTANT D’ATTEINDRE LES BESOINS.
moulée. Par convention, c’est la valeur la plus petite qui est placée en A.
B = la valeur en PB de l’autre ingrédient servant à préparer la moulée 37
3400
Maïs C = la valeur de B – X = 37-20
3350 Soya intégral = 17
B chauffé D = la valeur de X – A = 20-8,5
ME (kcal/kg)

3300
= 11,5
3250
Besoins
3200 A C Étape 4
D
3150 La valeur de C et de D correspondent à des parties de chacun des ingrédients
Blé
qui entrer dans le mélange final de la moulée.
3100
0 5 10 15 20 25 30 35 40 • On devra avoir C partie de l’ingrédient A dans le mélange total de
PB (%) moulée qui lui est de C + D
• On devra avoir D partie de l’ingrédient B dans le mélange total de
Étape 2 moulée qui lui est de C + D
Le premier Carré de Pearson servira à déterminer quel est le mélange entre le Pour calculer la quantité de chacun des ingrédients dans la composition finale
maïs et le soya permettant d’obtenir 20 % PB. On sait que : de la moulée, il faut transformer les parties de chacun des ingrédients en
• le maïs a une teneur de 8,5 % PB quantité. Ainsi, dans notre exemple :
• le soya intégral chauffé une teneur de 37 % PB y kg de maïs = C × 1 000 kg
(C+D)
• la combinaison recherchée pour ces deux ingrédients est de 20 % PB, 17 × 1 000 kg = 596,5
soit 200 kg PB / kg de moulée y kg de maïs =
28,5

Étape 3 z kg de soya = D × 1 000 kg


(C+D)
Il s’agit maintenant de remplir le Carré de Pearson. z kg de soya = 11,5 × 1 000 kg = 403,5
28,5
A C
Étape 5
Il s’agit ici de vérifier les valeurs calculées.

X Quantités PB PB
Ingrédients
(kg) (%) (kg)

Maïs 596,5 8,5 50,7


Annexes

Annexes
Tourteau de soya 403,5 37,0 149,3
B D Total 1 000 – 200

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

112 113
Exemple de calcul pour la quantité de PB de l’ingrédient maïs : Étape 8
y kg de PB de maïs = 8,5 PB × 596,5 kg de maïs = 50,7 PB
100 kg de maïs La valeur de C et de D correspondent à des parties de chacun des ingrédients
37,0 PB qui entrer dans le mélange final de la moulée.
z kg de PB de soya = × 403,5 kg de soya = 149,3 PB
100 kg de soya • On devra avoir C partie de l’ingrédient A dans le mélange total de
moulée qui lui est de C + D
Résultat du 1er Carré de Pearson
• On devra avoir D partie de l’ingrédient B dans le mélange total de
596,5 kg de maïs + 403,5 kg de soya intégral chauffé = 1 000 kg de moulée à 20 % PB moulée qui lui est de C + D
Pour calculer la quantité de chacun des ingrédients dans la composition finale
Étape 6 de la moulée, il faut transformer les parties de chacun des ingrédients en
Le deuxième Carré de Pearson servira à déterminer quel est le mélange entre quantité. Ainsi, dans notre exemple :
le blé et le soya permettant d’obtenir 20 % PB. On sait que : y kg de blé = 17 × 1 000 kg = 666,7
25,5
• le blé a une teneur de 11,5 % PB
z kg de soya = 8,5 × 1 000 kg = 333,3
• le soya intégral chauffé une teneur de 37 % PB 25,5
• la combinaison recherchée pour ces deux ingrédients est de 20 % PB,
soit 200 kg PB / kg de moulée Étape 9
Il s’agit ici de vérifier les valeurs calculées.
Étape 7
Il s’agit maintenant de remplir le Carré de Pearson. Ingrédients
Quantités PB PB
(kg) (%) (kg)
A C
Maïs 666,7 8,5 76,7
Tourteau de soya 333,3 37,0 123,3
Total 1 000 – 200

X
Exemple de calcul pour la quantité de PB de l’ingrédient maïs :
y kg de PB de blé = 11,5 PB × 666,7 kg de blé = 76,7 PB
100 kg de blé
z kg de PB de soya = 37,0 PB × 333,3 kg de soya = 123,3 PB
B D 100 kg de soya

La théorie L’exemple Résultat du 2e Carré de Pearson


X = la valeur recherchée en PB 20 666,7 kg de blé + 333,3 kg de soya intégral chauffé = 1 000 kg de moulée à 20 % PB
A = la valeur en PB de l’un des deux ingrédients servant à préparer la moulée. 11,5
Par convention, c’est la valeur la plus petite qui est placée en A.
Étape 10
B = la valeur en PB de l’autre ingrédient servant à préparer la moulée 37
Il s’agit maintenant de trouver la combinaison entre les deux mélanges,
Annexes

Annexes
C = la valeur de B – X = 37-20
= 17
qui possèdent tous deux une teneur de 20 % PB, qui permettra d’obtenir
3 200 kcal/kg ME. Il faut déjà connaître la teneur en énergie de chacune de
D = la valeur de X – A = 20-11,5
= 8,5
ces combinaisons.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

114 115
Mélange #1 Étape 12
• 596,5 kg de maïs = 3 350 kcal/kg ME La valeur de C et de D correspondent à des parties de chacun des ingrédients
• 403,5 kg de soya intégral chauffé = 3 300 kcal/kg ME qui entrer dans le mélange final de la moulée.
• On devra avoir C partie de l’ingrédient A dans le mélange total de
Quantité (kg) Kcal/kg Kcal total moulée qui lui est de C + D
Maïs 596,5 3 350 1 998 275 • On devra avoir D partie de l’ingrédient B dans le mélange total de
Soya intégral chauffé 403,5 3 300 1 331 550 moulée qui lui est de C + D
Total 1 000 – 3 329 825 Pour calculer la quantité de chacun des ingrédients dans la composition finale
ME 1 3 329,8 de la moulée, il faut transformer les parties de chacun des ingrédients en
quantité. Ainsi, dans notre exemple :
Mélange #2
y kg de mélange #2 = 129,8 × 1 000 kg = 866,5
• 666,7 kg de blé = 3 120 kcal/kg ME 149,8

• 333,3 kg de soya intégral chauffé = 3 300 kcal/kg ME z kg de mélange #1 = 20 × 1 000 kg = 133,5


149,8

Quantité (kg) Kcal/kg Kcal total


Étape 13
Blé 666,7 3 120 2 080 104
Il s’agit ici de vérifier les valeurs calculées.
Soya intégral chauffé 333,3 3 300 1 099 890
Total 1 000 – 3 179 994 Quantités ME ME
Ingrédients
ME 1 3 180 (kg) (kcal/kg) (kcal/ 1 000 kg)

La teneur en énergie de chacun des mélanges est donc : Mélange #1 133,5 3 329,8 444 528,3
Mélange #2 866,5 3 180 2 755 470
• Mélange 1 = 3 329,8 kcal/kg ME
Total 1 000 – 3 199 998,3
• Mélange 2 = 3 180,0 kcal/kg ME
Exemple de calcul pour la quantité de kcal dans les ingrédients variables :
Étape 11 y kcal pour le mélange #1 = 3 329,8 kcal × 133,5 kg du mélange #1 = 444 528,3
1 kg du mélange #1
Il s’agit maintenant de remplir le Carré de Pearson. y kcal pour le mélange #2 = 3 180 kcal × 866,5 kg du mélange #2 = 2 755 470
1 kg du mélange #2
La théorie L’exemple
La combinaison identifiée des deux mélanges fournit 3 199 998,3 kcal pour
X = la valeur recherchée en PB 3 200
1 000 kg de moulée, ce qui revient à 3 200 kcal/kg de moulée.
A = la valeur en PB de l’un des deux ingrédients servant à préparer la moulée. 3 180
Par convention, c’est la valeur la plus petite qui est placée en A.
B = la valeur en PB de l’autre ingrédient servant à préparer la moulée 3 329,8 Étape 14
C = la valeur de B – X = 3 329,8 – 3 200
La dernière étape est de calculer la quantité exactes de chacun des trois ingré-
= 129,8
dients variables entrant dans la moulée, telle que définie par la réalisation
Annexes

Annexes
D = la valeur de X – A = 3 200 – 3 180 des trois Carrés de Pearson. Pour cela, il faut calculer la quantité de chaque
= 20
ingrédient variable au sein du mélange final.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

116 117
L e s a lim e n t s f o u r n is s a n t p r in c ip a l e m e n t d e l ’é n e r g ie
mélange #1 mélange #2
(1 000 kg) (1 000 kg) Protéine Énergie Phosphore
Calcium Lysine
Aliment brute métabolisable disponible
= = (%) (%)
(%) (kcal/kg) (%)
596,5 kg de maïs 666,7 kg de blé
+ + Maïs 8.5 3 350 0.02 0.08 0.26
403,5 kg de soya 333,3 kg de soya Blé 11.5 3 120 0.04 0.13 0.31
Sorgho 8.8 3 288 0.04 – 0.21
Orge 11.0 2 640 0.10 0.05 0.40

133,5 kg du mélange #1 L e s a lim e n t s f o u r n is s a n t p r in c ip a l e m e n t


+ d e s p r o t é in e s vé g é t a l e s
866,5 kg du mélange #2
= Protéine Énergie Phosphore
1 000 kg de moulée Calcium Lysine
Aliment brute métabolisable disponible
(%) (%)
contenant 20 % PB et 3 200 ME (kcal/kg) (%) (kcal/kg) (%)

Tourteau de soya 48.5 2 440 0.27 0.22 2.96


Soya intégral chauffé 37.0 3 300 0.25 – 2.25
x kg de maïs = 596,5 kg de maïs × 133,5 kg du mélange #1 = 79,6
1 000 kg du mélange #1 Tourteau de coton 40.9 2 320 0.20 – 1.59

x kg de soya = 403,5 kg de soya × 133,5 kg du mélange #1 = 53,9


1 000 kg du mélange #1 L e s a lim e n t s f o u r n is s a n t p r in c ip a l e m e n t
x kg de blé = 666,7 kg de blé × 866,5 kg du mélange #2 = 577,7 d e s p r o t é in e s a n im a l e s
1 000 kg du mélange #2

x kg de soya = 333,3 kg de soya × 866,5 kg du mélange #2 = 288,8 Protéine Énergie Phosphore


Calcium Lysine
1 000 kg du mélange #2 Aliment brute métabolisable disponible
(%) (%)
(%) (kcal/kg) (%)

Pour obtenir 1 000 kg de moulée contenant 20 % PB et 3 200 ME kcal/kg, Farine de poisson 60.0 2 820 5.11 – 4.51
il faut donc : Source (tous les tableaux ci-dessus) : NRC, 1994

• 79,6 kg de maïs
L a g r a nu l om é t r ie d e l a m o ul é e
• 577,7 kg de blé
• 342,7 kg de soya intégral chauffé Matériel nécessaire
• Série de 6 tamis qui s’emboîte les uns dans les autres
(Tamis US no. 6, 8, 12, 16, 20, 30)
• Un échantillon représentatif de 200 grammes des céréales
Annexes

Annexes
concassées et prêtes à être mélangées au reste de la moulée
• Une balance digitale, avec une précision de 2 décimales au gramme

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

118 119
Méthode
La règle du pouce
1. Emboîter les 6 tamis
2. Tamiser l’échantillon pendant 7 minutes Si vous n’avez pas accès aux tamis, il faut savoir que la grosseur moyenne idéale
d’une particule de maïs pour l’alimentation des poulets est l’équivalent
3. Peser les quantités recueillies dans chaque tamis et les inscrire dans d’un grain de maïs coupé en 4.
le tableau ci-dessous.
4. Il existe des tableurs permettant de calculer la grosseur d’une parti-
cule moyenne de la moulé. Si un tel tableur est à votre disposition, L a d e n s it é d u m a ïs d a n s l ’a lim e n t a t io n
suivez les étapes ci-dessous. Sinon, aller directement au point 5. La qualité du maïs utilisé dans la fabrication de la moulée est très importante.
a. Comparer le résultat obtenu pour « la grosseur de la particule De façon générale, plus le grain de maïs est dense et plus il sera énergétique.
moyenne » et le comparer à la valeur référence pour le poulet de Deux données sont donc importantes à vérifier avant d’acheter de grandes
chair « 1800-2200 microns » quantités de maïs : la densité des grains et le pourcentage d’humidité.
b. Si le résultat obtenu est inclus dans l’intervalle « 1800-2200 », la Les standards utilisés au Québec mentionnent qu’un maïs de qualité :
moulée est correcte
• A une densité minimale de 700 grammes / litre
c. Si le résultat obtenu est plus grand que « 2200 », la moulée est
trop grossière • A un contenu maximal en humidité de 14,5 %
d. Si le résultat obtenu est plus petit que « 1800 », la moulée est trop fine Pour mesurer la densité des grains, voici une méthode toute simple :
e. Si la moulée n’est pas de la bonne grosseur, il faut ajuster la • Identifier un contenant d’un litre avec une large ouverture (cela
moulange pour se rapprocher du résultat visé, puis reprendre les peut être une bouteille d’eau en plastic dont on a coupé le goulot
étapes 1 à 4. pour que l’ouverture soit large et sur laquelle on fait une marque
lorsqu’elle contient 1 litre d’eau)
Tamis Ouverture Poids Pourcentage du Pourcentage
(US no.) (mm) (g) poids total (%) cumulatif (%)
• Peser le contenant et inscrire le poids
• Remplir le contenant de grains de maïs jusqu’à la marque de 1 litre
6 3.35
• Peser de nouveau le contenant et inscrire le poids
8 2.36
12 1.70 • Soustraire au poids de la bouteille pleine, le poids de la bouteille vide
16 1.18 • Le poids restant est le poids d’un litre de maïs => xx grammes/litre
20 0.85 Pour mesurer le contenu en humidité, il faut cependant un appareil qui a été
30 0.60 conçu pour cela.
Plateau Lorsqu’il est temps d’acheter un nouveau lot de maïs, il vaut toujours
TOTAL 100 100 mieux choisir le maïs plus dense au détriment d’un maïs moins dense. Un
maïs qui est aussi, idéalement, exempt d’insectes !
5. Il est difficile d’évaluer simplement à l’étude des chiffres du tableau
précédent si la grosseur moyenne des particules est bonne dans le
mélange. Une règle du pouce pourrait être qu’environ 60 % des parti-
cules de la moulée devraient rester dans les deux premiers tamis et
Annexes

Annexes
environ 15 % dans les deux derniers tamis.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

120 121
ANNE X E 12 • Gloussement – chant : une poule glousse pour exprimer un souhait
Q uel ques a sp e c t s du comp or t em en t d es p oule t s ou un besoin, juste avant de pondre, dans l’attente de la nourriture
ou quand la porte s’ouvre par exemple. Un gloussement persistant
L e s s e n s d ’u n e p o ul e indique la frustration.
• Caquetage : les poules produisent un caquet d’avertissement
• L’odorat – le nez : L’odorat des poules est développé mais pas à mi-voix quand un danger se précise. Quand celui-ci s’éloigne,
autant que celui des mammifères. Les poules se servent de leur le caquètement se fait plus sonore. On peut parfois entendre un
odorat pour trouver leur nourriture et reconnaître les individus de caquètement bruyant chez des poules qui viennent de pondre.
leur propre espèce. Elles savent reconnaître différentes ­substances
à haute concentration telles que l’ammoniac ou le dioxyde de • Cri de frayeur : quand une poule est attrapée, elle peut pousser
carbone, et cela leur occasionne même des douleurs lorsque les de grands cris. Elle peut continuer jusqu’à ce que vous la reposiez
concentrations sont plus fortes. par terre.
• La vue – les yeux : une poule peut distinguer plus de détails et • Cri de douleur : le cri de douleur ressemble au cri de frayeur mais
de couleurs que l’homme, et faire davantage d’observations à la moins fort. On peut l’entendre quand une poule est empoignée ou
seconde, comme percevoir le clignotement d’un tube fluorescent à qu’elle se fait arracher une plume. En général, c’est un cri isolé.
105 Hz. Elle voit la lumière ultraviolette et est plus sensible que • Écarte-toi ! Divers sons sont émis par les poules dans toutes sortes
nous aux autres couleurs. de situations, qui se traduisent par « écartes-toi » ou « hors de
• L’ouïe – les oreilles : les poules perçoivent plusieurs sons, mais pas mon chemin », lorsqu’elles se font bousculer par exemple ou qu’un
les sons très aigus au-delà de 10 000 Hz. humain pénètre dans une zone de grattage.
• Le goût – la langue : les poules ont moins de papilles gustatives • Cris d’alarme : ces cris diffèrent en fonction de la menace, qu’elle
que l’homme mais peuvent distinguer le sucré, le salé, l’acide et soit aérienne ou terrestre, plus ou moins terrifiante.
l’amer. • Roucoulement : une poule roucoule juste avant de s’endormir, s’il
• Le toucher – le bec : le bec d’une poule est sensible aux contrastes lui semble encore voir ou entendre quelque chose.
(dur/mou, chaud/froid), aux différences de textures (lisse/rugueux)
et à la douleur. L’extrémité du bec est la zone la plus sensible. Le L e c omp o r t e m e n t d e g r o up e d e s p o ul e s
limer ou le couper est donc douloureux.
La poule est un animal social. Elle reconnait environ 80 individus de son
• Les vibrations transmises par le sol et par l’air : des organes espèce et sait quels individus sont dominants au sein d’un petit groupe. Dans
sensoriels situés dans les pattes et, dans une moindre mesure, dans un groupe trop important, les poules sont incapables de distinguer claire-
la peau, permettent aux poules de déceler des vibrations trans- ment une hiérarchie de picage. Les groupes importants ont tendances à se
mises par le sol et par l’air. Elles peuvent ainsi détecter des préda- subdiviser en plus petits groupes dont les membres se connaissent entre eux
teurs qui rôdent dans l’obscurité. et observent une hiérarchie de picage établie. Ces sous-groupes vont généra-
lement rester dans des zones spécifiques du bâtiment avicole. Des individus
L e s s o n s é m is p a r l e s p o ul e s sans appartenance à un groupe et sans place définie dans une hiérarchie de
picage vont et viennent d’une zone à l’autre. Les poules plus grosses, ou avec
Il y a 30 sons différents émis par les poules. Être capable de distinguer ces sons les plus grosses crêtes, ont un rang plus élevé. Les poules les plus faibles ou
permettra de distinguer rapidement nombre de signaux. Des sons inhabituels celles qui sont piquées par les autres tenteront de se réfugier, de se cacher.
comme le reniflement, sont souvent un signe de maladie. Voici la description Lors des inspections, surveillez ces endroits pour mieux visualiser le problème
d’une partie de leur répertoire.
Annexes

Annexes
s’il y en a un. Pour prévenir ce comportement, il peut être possible d’aménager
des lieux de repos, des refuges, etc.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

122 123
ANNE X E 13
Pl anc hes ana t om iques e t mal ad ies

L a m o r p h o lo g ie d e l a p o ul e L e s o r g a n e s in t e r n e s

Crétillon

Crête Lobe
Narine
Bec

Tubes bronchiques Oviducte


Bouquet d’oreille Grande faucille
Œil Poumon
Oreillon Petites faucilles Gros intestin
Larynx Cæcum
Ligne du dos Ovaire
Trachée Rein
Barbillon Œsophage

Camail
Plastron
Jabot
Petite couverture Rectrices Cœur Cloaque
Grande couverture Foie Mesentère
Proventricule Intestin grêle
Poitrine Lancettes
Vésicule biliaire Duodénum

Rémiges secondaires Pancreas


Rate
Cuisse Gésier
Talon
Éperon
Tarse

Doigt
Annexes

Annexes
G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

124 125
Le squelet te Maladies du système respiratoire

Maladie Âge Signes cliniques Histopathologie Recommandations

Bronchite À tout âge • Râles, • Trachée • Vaccination


infectieuse éternuements, • Poumons
écoulements
Crâne nasaux et
oculaires
Bec Influenza À tout âge • Mortalité de plus • Tous les organes • Éradication
de 50% • Quarantaine
Main • Lésions de • Maladie à
Doigts congestion, déclaration
d’hémorragie, obligatoire
de nécrose
dans plusieurs
Vertèbres organes et
téguments
Avant-bras Omoplate Maladie de À tout âge • Râles, • Trachée • Vaccination
(cubitus, radius) Newcastle éternuements, • Poumons • Éradication
écoulements
Bras • Cerveau • Maladie à
nasaux et
(humérus) déclaration
oculaires
Caracoïdes obligatoire

Clavicules Syndrome 3à6 • Tête enflée, • Trachée • Antibiotiques


Bassin infectieux de semaines éternuements,
(fourchette) • Poumons • Vaccination contre
Fémur la tête enflée et plus conjonctivite, la bronchite
• Peau (tête)
écoulement nasal
Bréchet Aspergillose Moins de • Difficultés • Poumons • Iode organique
3 semaines respiratoires • Cerveau • Vérifier l’hygiène
Tibia et péroné sévères du couvoir si les
Pubis • Nodules blancs oiseaux ont moins
(fourche arrière) dans les de 3 jours
poumons • Problème de régie
Métatarse
• Signes nerveux si les oiseaux sont
(os canon)
parfois âgés de plus de
4 jours
Annexes

Annexes
G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

126 127
Maladies du système digestif Maladies des systèmes lymphoïdes,
hémopoïétiques et nerveux
Maladie Âge Signes cliniques Histopathologie Recommandations
Maladie Âge Signes cliniques Histopathologie Recommandations
Hépatite 3 semaines • Foie volumineux, • Foie • Infection
et plus jaunâtre avec secondaire; Maladie 3à6 • Bourse de • Bourse de • Vaccination
pétéchies, protéger le système de Gumboro semaines Fabricius* Fabricius
ecchymoses et immunitaire par la atrophiée • Reins
foyers de nécrose vaccination contre
• Augmente la • Thymus
• Diarrhée jaunâtre la maladie de
susceptibilité aux
ou noirâtre Gumboro
autres infections
Syndrome de 2à6 • Retard de • Proventricule, • Multivitamines (E. Coli, réovirus,
malabsorption semaines croissance foie, intestins et minéraux etc.)
– maldigestion marqué • Bien désinfecter Maladie À tout âge • Paralysie : • Organes avec • Vaccination à 1 jour
Coktail de
virus et de • Aliments mal et fumiger le de Marek extension des tumeurs : peau, dans l’œuf
bactéries digérés dans poulailler après membres nerfs, cerveau,
l’instestin, le passage des • Pâleur, bourse de
avec filaments oiseaux affectés amaigrissement Fabricius, foie,
orangés rate
• Enflure des nerfs
• Os friables périphériques
Salmonellose Tout âge • Diarrhée • Foie • Antibiotiques
• Déshydratation • Intestins Maladie de la peau
• Somnolence • Cæcums
• Foyers de nécrose
sur le foie Maladie Âge Signes cliniques Histopathologie Recommandations
Coccidioses Tout âge • Diarrhée, avec • Intestins • Anticoccidiens :
sang ou non prévention et Dermatite Vieux • Gales jaunâtres • Peau • Éviter
• Cæcums de la hanche poulets sur la peau, au l’entassement
• Pâleur, retard traitement
(Scabby hip) niveau de la des poulets
de croissance hanche

Maladies su système cardiovasculaire Maladie des os (myoarthrosquelettique)

Maladie Âge Signes cliniques Histopathologie Recommandations Maladie Âge Signes cliniques Histopathologie Recommandations
Syndrome 2 semaines • Abdomen rempli • Foie • Améliorer la Rachitisme 1 semaine • Tous les os sont • Os longs • Bonne
de l’ascite et plus d’un liquide • Poumons ventilation, trop et plus mous mais ne se supplémentation
jaunâtre d’ammoniac brisent pas en vitamine D3
• Reins
• Difficultés • Diminuer la vitesse • Difficultés à se et en calcium
• Cœur
respiratoires, de croissance mouvoir
apathie • Programme
• Congestion d’éclairement
des poumons • Litière propre et sèche
Syndrome 7 à 10 • Oiseaux morts • Foie • Programme
de la mort jours sur le dos • Cœur d’éclairement
Annexes

Annexes
subite et plus • Les plus beaux • Diminuer la vitesse
• Poumons
sujets sont de croissance * La Bourse de Fabricius est une petite glande localisée dans la dernière partie du
• Reins
atteints cloaque des oiseaux. Elle est tapissée par la muqueuse intestinale qui forme de
• Intestins dilatés nombreux plis.

G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

128 129
ANNE X E 14 Énergie
Tableau x d e conver s ion 1 calorie (cal) 4,184 joules (J)
Longueur – distance 1 joule (J) 0,239 calorie (cal)

1 mètre (m) 3,281 pied (pi) 1 kilocalorie par kilogramme (kcal/kg) 4,184 mégajoules par kg (MJ/kg)

1 pied (pi) 0,305 mètre (m) 1 joule (J) 0,00095 british thermal unit (BTU)

1 centimètre (cm) 0,394 pouce (po) 1 british thermal unit (BTU) 1 055 joules (J)

1 pouce (po) 2,54 centimètres (cm) 1 kilowattheure (kWh) 3 412,1 british thermal unit (BTU)

1 kilomètre (km) 0,621 milles (mile) 1 british thermal unit (BTU) 0,00029 kilowattheure (kWh)

1 mille (mile) 1,609 kilomètres (km)


Pression
Superficie 1 livre par pouce carré (psi) 6,895 newton par mètre carré (N/m2)
6,895 pascal (Pa)
1 mètre carré (m2) 10,76 pieds carrés (pi2)
0,06895 bar (bar)
1 pied carré (pi2) 0,093 mètre carré (m2)
1 bar (bar) 14,504 livre par pouce carré (psi)
1 hectare (ha) 10 000 mètres carrés (m2)
105 newton par mètre carré (N/m2)
1 hectare (ha) 2,471 acres (acre)
105 pascal (Pa)
1 acre (acre) 0,405 hectare (ha)
100 kilopascals (kPa)

Volume 1 newton par mètre carré (N/m2) 1 pascal (Pa)


1 newton par mètre carré (N/m2) 0,000145 livre par pouce carré (psi)
1 litre (l) 0,22 gallons (gal)
0,264 gallons US (gal US)
Densité d’élevage
1 gallon (gal) 4,54 litres (l)
1 pied carré par oiseau (pi2/oiseau) 10,76 oiseaux par mètre carré
1 gallon US 3,79 litres (l) (oiseau/m2)
1 gallon (gal) 1,2 gallon US (gal US) 10 oiseaux par mètre carré (oiseau/m2) 1,08 pied carré par oiseau
1 mètre cube (m3) 35,31 pieds cubes (pi3) (pi2/oiseau)
1 pied cube (pi3) 0,028 mètre cube (m3) 1 kilogramme par mètre carré (kg/m2) 0,205 livre par pied carré (lb/pi2)

Poids Température
1 kilogramme (kg) 2,205 livres (lb) Température (°C) 5/9 (Température °F – 32)
1 livre (lb) 0,454 kilogramme (kg) Température (°F) 32 + 9/5 (Température °C)
1 gramme (g) 0,035 onces (oz)
1 once (oz) 28,35 grammes (g)
1 quintal espagnol 101,5 livres (lb)
46,04 kilogramme (kg)
1 tonne métrique (t) 1 000 kilogrammes (kg)
Annexes

Annexes
G u i d e d ’é l e v a g e s e m i - i n t e n s i f d e p o u l e t s d e c h a i r • © SOCODEVI, 2013 ©  S OCODE V I, 2013 • Annexes

130 131