Vous êtes sur la page 1sur 15

Stratégie nutritionnelle de santé digestive et

générale
PAR ISALLEN · PUBLIÉ 30 JUILLET 2018 · MIS À JOUR 23 SEPTEMBRE 2018
Santé : Notre alimentation moderne est transformée, dénaturée,
dévitalisée, frelatée, polluée... Non seulement elle ne remplit plus sa
fonction nourricière et de préservation de la santé de notre organisme,
mais elle est devenue source de maladies modernes, dites maladie de
civilisation, que la médecine moderne n’arrive pas à enrayer. Revenir à
une alimentation telle que Dieu nous l’a prévue, et à un mode de vie
conforme aux sunan, ces lois qui régissent la Création et règlent notre vie
sur terre, est la condition sine qua non pour lutter contre les maladies
chroniques dégénératives.
— Rachid Messoudi

INTRODUCTION
Nous devons bien comprendre que notre santé se maintient, non pas par les médicaments des
compagnies pharmaceutiques (Big Pharma), mais par une alimentation naturelle telle que Dieu nous
l’a créée : c’est-à-dire biologique, non transformée, non raffinée, sans engrais chimiques, sans être
aspergée d’insecticides et d’herbicides et sans additifs alimentaires et colorants. Si on transforme
notre nourriture un tant soit peu, notre corps ne la reconnait pas, car sa structure n’est plus celle que
Dieu a établie à l’origine pour être accepté par nos cellules. Raffiner ou transformer nos aliments un
tant soit peu, c’est comme si on disait que Dieu n’a pas bien fait les choses et que l’homme les fait
mieux. Cette attitude de l’homme qui s’érige en dieu sur terre est celle de la civilisation occidentale
depuis la révolution industrielle. C’est précisément à partir de ce moment-là que les fameuses « 
maladies de civilisation », les maladies chroniques dégénératives invalidantes ont surgi, causent
toujours des ravages et la médecine occidentale chimique ne trouve aucune solution pour les
enrayer. On se demande même si les médicaments en usage courant ont été créés pour guérir…

Télécharger l’article en PDF.


Télécharger le Fichier PDF  en Arabe.
Informez-vous et vous constaterez que je ne dis pas
des bêtises.
À la fin de leurs études, les médecins prêtent le sermon d’Hippocrate de soigner avec désintérêt et
sans nuire aux patients. Hippocrate est considéré aujourd’hui comme le père de la médecine
occidentale moderne qu’on utilise dans nos pays. Hippocrate disait pourtant : « Que ton alimentation
soit ton médicament ». Mais la médecine moderne et une bonne partie des médecins ont « oublié »
cette recommandation, sous l’influence du tout chimique qui remplit les poches des compagnies
pharmaceutiques occidentales (informez-vous des grands scandales des médicaments qui ont tué
des milliers de personnes au 20e siècle et qui continuent de tuer — prenez vos responsabilités et
évitez d’en être victime un jour !). C’est dire que lorsqu’on est malade le premier réflexe, après
certains traitements naturels initiaux (recommandés ici pour vous, ou bien prescrits par un praticien
de médecine naturelle), c’est de revenir à une alimentation naturelle non polluée, non transformée.
Revenir à certaines notions de base dans l’alimentation et dans le mode de vie, vous permettra de
traiter avec une efficacité étonnante un grand nombre de maladies. « L’alimentation d’hier doit
prendre une grande place dans la médecine de demain », nous dit le docteur Jean Seignal et qui a
passé une bonne partie de sa vie à étudier les relations entre alimentation et santé.
C’est-là le but de l’émission Dwakoum fi Yeddikoum d’Al-
Magharibia.
En effet, à travers cette émission, nous visons à informer les Maghrébins, partout où ils se trouvent,
et à leur donner les moyens de se prendre en charge dans la vie quotidienne en vue d’éviter
les maladies graves ou de les soigner. Il s’agit pour nous, en somme, de responsabiliser les
gens les malades comme les bien-portants, leur faire prendre conscience que ce sont eux les
responsables de leur santé et non pas le médecin, que ce sont les remèdes de la nature, de leur
cuisine et leur mode de vie qui les protègent des maladies et non pas les médicaments chimiques
dont la plupart ont des effets secondaires très néfastes. De nos jours, les maladies graves se
répandent rapidement, discrètement encouragées par certains milieux idéologico-financiers, et si
nous ne prenons pas nos responsabilités vis-à-vis de nous-mêmes et de nos familles, nous le
paierons très cher en tant que personnes, familles et peuples. Alors, n’attendons pas qu’un cancer
frappe dans la famille pour ensuite nous faire intoxiquer avec la chimiothérapie ou bien nous faire
griller avec la radiothérapie…
Avancer aveuglément vers le précipice ?

Informons-nous et regardons les statistiques :


nous verrons que ni la chimio ni la radiothérapie ne guérissent vraiment, mais, au contraire, ils nous
font beaucoup plus de mal que la maladie elle-même. Un cancer sur deux est dû à de mauvaises
habitudes alimentaires, nous dit le professeur Henri joyeux, vieux routier de la cancérologie. Alors,
allons-nous continuer à faire preuve d’irresponsabilité, d’inconscience même si notre conduite nous
mène fatalement au danger ? Allons-nous continuer à jouer avec le feu, à faire la politique de
l’autruche et avancer aveuglément vers le précipice ?

En définitive
Le but de notre émission est de remettre en cause notre culture de dépendance totale sur le
médecin et sur les médicaments chimiques. Nous devons développer chez nous tous une culture du
« compter sur soi-même » en premier lieu, de faire de la prévention. Évidemment, lorsqu’une
maladie grave se développe, revenir à une alimentation saine ne suffit pas à elle seule. Les patients
doivent, dans ce cas, d’abord et avant tout consulter le médecin conventionnel et éventuellement
faire les analyses requises. Mais, la médecine conventionnelle peut s’avérer impuissante : le
médecin n’arrive pas à poser un diagnostic certain, ce qui arrive souvent ; les médicaments prescrits
s’avèrent inefficaces ou bien causent des effets secondaires dangereux… C’est à ce moment-là qu’il
faut agir, sans attendre qu’une maladie devienne impossible à traiter, pour se faire traiter par des
médications et thérapies naturelles. Dans ce il faudra une consultation en bonne et due forme chez
un praticien diplômé en thérapies naturelles, un traitement bien personnalisé et un suivi.
Ce qu’il faut bien se mettre dans la tête d’emblée c’est que les maladies chroniques
dégénératives, une fois déclarées, ne sont pas une fatalité inévitable.
Le docteur Alexandre Salmanoff, médecin privé du leader soviétique Lénine et de sa
famille, et fondateur de la capillothérapie, affirme qu’il n’y a pas de maladies
incurables.

Nous sommes de cet avis également, car les preuves de guérisons dans des pathologies lourdes ne
manquent pas, même dans les cancers qui font des ravages.

Des médecins et des praticiens en médecines naturelles ici en Occident, et même dans nos pays du
Maghreb, ont guéri des cas classés comme‘incurables ».

Dans notre modeste pratique, qui allie une formation médicale allopathique (médecine moderne) et
les traitements naturels, nous avons eu des résultats spectaculaires, inespérés chez des patients
souffrant d’obésité, d’hypertension, d’hypercholestérolémie, de diabète type
2 (ces quatre pathologies vont ensemble en général), ainsi qu’un cas de lupus érythémateux
disséminé juvénile, un cas d’Alzheimer (vielle de 84 ans) et un cas de Parkinson (vielle de 78 ans)
pour ne citer que ceux-là.
Guérisons obtenues sans utilisation de médicaments chimiques ! Cela rappelle le médecins-
chirurgien José Avendano de l’hôpital de Cusco (Pérou) qui a utilisé le chou
(pensez-vous, le chou !) comme médicament dans son service hospitalier pendant 10 ans et a
guéri de nombreuses pathologies lourdes, « des guérisons 100 % naturelles — l’usage des
médicaments ou produits chimiques a été proscrit – bon marché, seulement du chou pour à peine
quelques euros au plus et sans effets collatéraux ! »  1

Mais, les gens doivent prendre conscience que leurs santés est d’abord et avant tout entre leurs
mains, qu’ils peuvent faire beaucoup de choses, par eux-mêmes, chez eux, dans leur vie
quotidienne, et sans médicaments pharmaceutiques, pour éviter ces maladies ou pour les soigner
avant même, dans bien des cas, de penser à voir le médecin. C’est bien trop facile, dira-t-on. C’est
en fait très facile ! Simplement à la base, il faut :
1.  prendre conscience de l’importance incontournable de l’alimentation saine, c’est-à-dire
naturelle, biologique, non transformée et non polluée par des produits chimiques ;
2.  avoir le désir, la volonté et la détermination de changer nos habitudes alimentaires et notre
mode de vie. La clef de ce changement est la correction nutritionnelle et du mode de
vie : sans changement des habitudes alimentaires et du mode de vie, on ne
peut pas éviter les maladies chroniques et dégénératives, dites justement « 
maladies de civilisation ». Nous répétons que la médecine moderne n’arrive pas à enrayer ce
type de maladies par les médications synthétiques, ce qui la conduit à les juger comme « 
incurables ». Peut-être cela convient-il également à Big Pharma, ces compagnies
pharmaceutiques occidentales dont le profit se chiffrait à plus de 500 milliards de dollars en
2004). Hippocrate, le « père de la médecine moderne » dit : « Il y a des maladies qui ne
se soignent que par l’alimentation », entendons par là une alimentation biologique,
saine, non frelatée tel que Dieu l’a créée pour l’humanité. Répétons qu’il dit également : « Que
ton alimentation soit ton médicament ».
La réforme alimentaire est l’épine dorsale de notre médecine naturelle. Cette médecine est dite
holistique, c.-à-d. qu’elle est la médecine de l’homme total : elle traite l’individu  en tant qu’un
2

tout  organisé fonctionnant en harmonie comme une horloge la maladie comme symptôme n’est pas
sa priorité. Elle n’aborde pas le patient comme un ensemble d’organes que l’on soigne séparément
(les maladies du foie traitées séparément des maladies de l’estomac, séparément des troubles
cardiaques, séparément des conditions neurologiques, séparément des désordres hormonaux,
séparément des affections ostéo-articulaires, etc.). Fondamentalement, notre médecine holistique
est ce qu’on appelle une médecine de terrain : elle cherche à trouver puis à traiter les
causes profondes des déséquilibres de la santé et non pas à soigner les maladies qui sont, en
réalité, l’aboutissement final de ces causes. C’est ce qui a fait dire au célèbre docteur Alexandre
Salmanoff ci-haut mentionné : « La question n’est pas de trouver un traitement pour
une maladie bien définie, mais de restaurer le corps endommagé du patient,
indépendamment du diagnostic. »

COMMENT SE TRAITE-T-ON ET COMMENT


GUÉRIR ?
Quand on aborde la question de guérir, on est confronté à un grand problème
double :
1. Notre alimentation moderne — on l’a déjà dit — est raffinée, dénaturée, dévitalisée et
polluée par les engrais chimiques, les pesticides, les insecticides et les fongicides ; par les
colorants de gâteaux et de pâtisserie, les additifs alimentaires de tout genre, y compris
les perturbateurs endocriniens (MSG, Bisphénol A, etc.), les métaux lourds : tous énormément
nocifs à la santé à plus d’un titre, voire facteurs de cancérisation, de maladies neurologiques…
Notre nourriture est déficiente et chimique de ce fait, donc normalement impropre à la
consommation : c’est un cocktail explosif dans notre organisme, qui justement mène
inévitablement à la dégénérescence du corps humain qui se traduit par les maladies chroniques
dégénératives : cancers, polyarthrite, sclérose-en-plaque, Alzheimer, Parkinson, maladies du
colon, etc. Il faut donc procéder à une correction de notre nutrition, à une réforme
alimentaire comme condition incontournable si l’on veut retrouver notre santé perdue, et en
même temps, éliminer de notre vie les facteurs de perturbation : produits chimiques de tous
genres à la maison, perturbateurs endocriniens, ondes
électromagnétiques… Ce changement doit être à vie si l’on veut bien se porter
et éviter les maladies modernes dites de civilisation.
2. Mais la réalité est que les gens n’ont pas le désir, la volonté et la détermination de changer
les habitudes incompatibles avec la nature, incompatibles avec le rythme naturel de la vie,
incompatible avec le régime ancestral sain de nos grands-parents, régime oublié ou considéré
comme désuet, voire méprisé. Conditionnés à consommer tout et n’importe quoi, les gens
préfèrent attendre de tomber malades pour ensuite compter, aveuglément, sur le médecin
comme détenteur ultime de la solution miracle à leurs maux, et sur les médicaments de synthèse
qui devraient être le dernier recours ou seulement l’acte médical d’urgence. Ceux qui sont dans
cette catégorie doivent bien réfléchir aux conséquences… et nous ne pouvons pas les aider.

Les conseils qui suivent couvriront aussi bien les pathologies digestives que bien
d’autres ennuis de la santé générale.
Plus précisément les pathologies suivantes : troubles du colon et de l’estomac — gaz
intestinaux — cholestérol — triglycerides – hypertension — obésité/surpoids — diabète
type 2 — rhumatismes et arthrose — hyperplasie de la prostate — foie gras (stéatose
hépatique) — affections de la peau, et  bien d’autres symptômes systémiques « 
bizarres » que la médecine conventionnelle n’a pu élucider.
LES RECOMMANDATIONS
JEÛNE THÉRAPEUTIQUE
Note : N’adoptez pas ce jeûne avant de consulter votre médecin si vous souffrez d’une maladie
importante, ou si votre médecin vous a prescrit de ne pas jeûner
Pour commencer une réforme alimentaire, il faut commencer par détoxifier notre corps, « déboucher
les tuyaux intérieurs ».
On fait cela avec un jeûne partiel (thérapeutique) de 3 à 56 jours selon sa capacité personnelle. Ce
jeûne est très possible et on ne mourra pas de faim : des expérimentations menées depuis les
années 1930 ont montré que l’on peut jeûner jusqu’à 45 jours d’affilée juste en buvant uniquement
de l’eau… et faire disparaître des maladies jugées incurables.
Même le Cheikh al-Albani est connu pour avoir jeûné pendant 40 jours. Et des patients ont pu guérir
la colite ulcéreuse hémorragique, des maladies mentales (schizophrénie, etc.), les maladies ostéo-
articulaires en jeûnant pendant un certain nombre de jours.
En 1956 le docteur Bertholet qui a expérimenté ce genre de jeûne jusqu’à 40 jours en prenant
uniquement de l’eau, déclara : « Le jeûne est une opération sans couteau, ce qu’il ne
guérit pas, rien ne peut le guérir. » Depuis, les études et expérimentations scientifiques
qui confirment ces affirmations font légion.
Pendant ces jours de jeûne, ne prendre que :
1.  Eau minérale : Ajouter à deux litres d’eau un/deux citrons fraîchement pressés (le citron
n’est pas acide dans l’estomac). Boire le tout dans la journée (environ un verre de cette eau
toutes les heures.
2.  Jus de légumes : à extraire à l’aide d’un extracteur de jus. Utiliser de préférence : céleri +
fenouil + concombre + carotte + persil + 1gousse d’ail. Remplacer le concombre par le chou
et/ou la betterave, l’épinard et le cresson en cas d’anémie ou de cancer. Prendre un verre 3
fois/jour et jusqu’à 12 verres en cas de cancer (cure Gerson, cure de Breuss). Extraire le jus
fraîchement à chaque fois, car il s’oxyde très vite et donc ne se conserve pas, même au frigo.
Cette approche permet de complètement détoxifier le corps, éliminer les carences dues à une
mauvaise alimentation et redonner à l’organisme les moyens physiologiques pour combattre les
maladies. Le jeûne thérapeutique prolongé bien mené n’affame pas, il redonne la santé et l’énergie.
Au bout de 5 jours, on sera étonné de l’amélioration spectaculaire — je dis bien spectaculaire — de
notre santé. On peut refaire ce jeûne à chaque fois que l’on tombe malade ou bien
occasionnellement par mesure préventive pour éviter les maladies.
APRÈS LE JEÛNE : Corriger l’alimentation
Cette correction nutritionnelle, on dit aussi « reforme alimentaire », est la condition fondamentale
pour que l’on puisse recouvrer une santé perdue. Sans elle, aucun espoir de guérir de ces maladies
chroniques invalidantes. Il faut se mettre bien dans la tête que les médicaments du toubib ne
changeront rien à vos maladies chroniques ; pire encore, les médications chimiques ne sont pas
naturelles à notre organisme (et à celui des animaux) ; notre corps les accepte mal et elles finissent
par nous empoisonner, ce qui nécessitera d’autres médicaments qui causeront d’autres effets
secondaires pour lesquels il faudra d’autres médicaments et… le malade entre dans le cercle
infernal qui peut le délabrer progressivement et mettre fin à ses jours. Ainsi, pourquoi ne pas faire
les efforts nécessaires pour revenir à une alimentation naturelle et a un mode de vie tel qu’Allah
nous les a prévus alors, comment corrige-t-on l’alimentation ?
1 — Supprimer les Trois Blancs
Ce sont des denrées transformées (action contre les sunan ou lois cosmiques), dévitalisées (contre
les sunan), dénaturées (contre les sunan), polluées (contre les sunan)., ce qui en fait les causes
premières des maladies chroniques dégénératives.
Les Trois Blancs sont :

1. Farine blanche  : On lui a arraché ses principaux nutriments. Je parle de la


baguette, du couscous blanc, du Bercoukès, des macaronis, des spaghettis, etc. Il
faut faire l’effort de chercher et trouver (ou faire) de la farine complète et le
couscous complet.
2. Sucre blanc : et les produits dont il fait partie  : pâtisseries, confiseries, jus,
Gazouz, Pepsi et Coca Cola, etc.Pour sucrer, on peut recourir au miel pur ou au sirop
de dattes (pour les gâteaux).
3. Sel blanc : lui préférer le sel de mer où… du Sahara.
Ces trois denrées ont été raffinées, dénaturées et dévitalisées, dépossédées de plusieurs des
minéraux, diastases et vitamines qui en font partie. Elles n’ont donc pas une grande valeur
nutritionnelle en réalité et, au contraire, sont devenues les sources fondamentales des dérèglements
intestinaux et de l’organisme tout entier. Retourner à ces denrées dans la composition naturelle que
Dieu leur a donnée = redonner à votre corps tous les nutriments qui maintiennent votre santé. Si
vous dites « où va-t-on les trouver ? », cela veut dire que vous ne voulez pas faire l’effort de penser
à quoi faire, car vous n’avez pas vraiment pris conscience de l’ampleur du problème. La
transformation par l’homme de ces denrées naturelles de base est en fait un défi au Créateur qui a
créé toutes choses dans la perfection à notre intention. C’est comme si on lui disait : « Dieu, tu n’as
pas parfait les choses que tu as créées ; nous savons mieux que toi et nous allons les transformer à
notre façon. Il va sembler bizarre à certains que l’on puisse raisonner de cette manière, et pourtant
c’est là le fond du problème : Dieu a créé l’univers et lui a mis en place les sunan, ces lois
cosmiques de la Création, pour le régir. Ce sont des lois naturelles que l’être humain ne peut
changer. Si on tente de les transgresser, on paie le prix : par exemple, qui tenterait de sauter du 14e
étage ? On ne le fait pas parce que la loi de la pesanteur est une loi cosmique (sunna kawniya) que
personne ne peut transgresser.

2 — Donner la priorité aux légumes


Crus en salade, en soupe/potage, cuits-vapeur, en ragoûts.

Les crudités doivent constituer 70 % de nos repas : il s’agit de préparer des salades variées avec
des légumes aussi importants que la betterave, la carotte, le cèleri, la tomate, l’oignon, l’ail, le navet,
le chou. Les 30 % restant peuvent se composer de :

1. Légumes cuits vapeur et servis avec citron/vinaigre de pomme et huile d’olive non
transformée, ou bien sautés (plutôt que frit) dans un peu d’huile d’olive. Il faut penser aux
pommes de terre en robe des champs, au chou, chou-fleur, céleri, poireau
2. ragoûts (djouaz, tadjines) cuit dans très peu d’huile d’olive et pas trop longtemps ;
3. plats cuits au four.
4. Viande plutôt blanche que rouge, biologique autant que possible. En consommer peu à
cause des produits chimiques cancérigènes utilisés dans l’élevage des volailles et des vaches
(voir le rapport de l’OMS — Centre international de Recherche sur le Cancer — concernant la
viande rouge et les viandes rouges transformées, 26 octobre 2015). Préférer à la viande, dans la
mesure du possible, les poissons, surtout les gras (sardines, hareng, thon, etc.).
3 — Les épices
Ils sont d’une importance capitale : surtout cannelle, girofle, gingembre, cumin, carvi et curcuma.
Leur utilisation quotidienne dans l’alimentation est un très bon préventif du des maladies digestives
et du cancer entre autres. Pour plus d’information sur les épices, voir mes émissions Dwakoum fi
Yeddikoum (Almagharibia channel/Playlist/Dwakoum fi Yeddikoum).

4 — Le cas du chou : médecin du pauvre


NOTE : Les personnes souffrant d’insuffisance thyroïdienne doivent utiliser le chou avec
précaution, ou consulter d’abord leur médecin, car il peut freiner la glande thyroïde.
Les propriétés thérapeutiques du chou sont innombrables et nous ne pouvons ici que vous donner
les principales. Consulter des livres pour plus de précision.

Ce qu’il faut retenir du chou en priorité :


C’est un GRAND et TRÈS IMPORTANT reminéralisant, reconstituant, réparateur général à
essayer dans toutes les affections chroniques et dégénératives, prises intérieurement en salade, en
jus fraîchement extrait à la centrifugeuse, ou en application externe en sur les affections de tout
genre.
C’est un remède à une multitude de désordres et de problèmes de santé :

 Affections digestives : ulcères gastriques et du duodénum, indigestion, colite, gastrite,


etc.
 Également : fatigue générale, diabète, anémie et une foule d’autres déséquilibres de santé.
 Concernant la colite (ulcéreuse ou non), le Dr Jean Valnet propose ce qui suit :
en application externe, 3 ou 4 épaisseurs de feuilles sur le ventre chaque soir, à garder toute la
nuit. Intérieurement, on prend 1, 2 ou 3 verres par jour entre les repas jusqu’à la cessation des
symptômes. Poursuivre aussi longtemps que nécessaire. Mais si la durée dépasse un mois, faire
une pause d’une semaine puis reprendre jusqu’à amélioration. On peut mélanger le jus de chou
avec le jus de carotte pour en améliorer le goût.
 Problèmes hépatiques et vésiculaires, cirrhose hépatique :
stimulant dans l’insuffisance hépatique, apaisant les douleurs dans les coliques et favorisant
l’élimination dans les troubles de la vésicule biliaire. Appliquer sur la région du foie 3 ou 4
épaisseurs la nuit et maintenir jusqu’au matin. En applications externes, le chou décongestionne
et rétablit la circulation sanguine là où les feuilles sont appliquées (foie, cœur, bas ventre,
pancréas, etc.).
 Rhumatisme, goutte, varices, douleurs musculaires, hémorroïdes,
lumbago, sciatique :
prendre 4 ou 5 feuilles, enlever la cote centrale et les repasser rapidement avec un fer à
repasser ensuite les appliquer chaud sur l’endroit affecté et les maintenir en place pendant
quelques heures (ou bien toute la nuit).
MÉTHODE : 
1. En cuisine : ne pas faire bouillir le chou dans l’eau. Par contre, l’utiliser en salade finement
coupé avec huile d’olive et citron.
On peut le faire cuire à la vapeur douce sans trop cuire ;
2. Le prendre en jus (fraîchement extrait à chaque fois — un/deux verres par jour). À couper
avec du jus de carotte et quelques gouttes de citron si vous trouvez le goût insupportable.
3. À l’extérieur en cataplasme sur les blessures, endroits enflammés  ou douloureux, les
3

congestions pelviennes (métrites, règles douloureuses, etc.) : Enlever la cote centrale de trois à
cinq feuilles, les repasser au fer et les placer sur les endroits affectés. On peut aussi les
ébouillanter quelques minutes dans de l’eau très chaude avant de les utiliser. Dans ce dernier
cas, utiliser les feuilles de chou le soir et maintenir toute la nuit ; répéter jusqu’à obtention des
effets voulus.
4. Pour les masques de beauté (femmes et hommes !), faire des cataplasmes de chou pillé et
les maintenir toute la nuit (visage/coup, etc..) ; pour les affections de la peau, recourir aux lotions
de suc de chou pour baigner les parties affectées.
5 — L’Oignon
Grand stimulant général (nerveux, hépatique, urinaire) ; régulateur de la glycémie (antidiabétique),
dépuratif, décongestionnant pelvien (anti-prostatique — voir plus loin la recette), entre autres effets.

MÉTHODE : Son acide phosphorique fait pleurer, mais c’est lui qui pénètre dans le sang et aide à
le purifier des bactéries diverses et autres déchets qui s’y accumulent.
6 — L’huile
Celle du commerce (l’huile « sans goût », etc.) a été dénaturée pour lui permettre de ne pas
s’altérer à l’air, à la lumière et à la chaleur lors du stockage. Mais comme telle, elle ne convient pas
à notre organisme. Donc utiliser très peu d’huile pour la cuisson — si vraiment on ne peut pas s’en
passer.
Par contre, deux cuillerées 3 fois/jour d’une huile d’olive de qualité, non raffinée, doivent être
utilisées directement dans votre propre assiette une fois votre repas servi. De cette façon, l’huile
d’olive est d’un grand bénéfice pour la santé.
7 — Les boissons gazeuses et jus du commerce :
Pleins d’additifs chimiques entre autre.
Les éviter, car ils détraquent le système digestif et polluent l’organisme à long terme.
Préférer de la limonade fraîche au citron, à la cannelle, au gingembre, etc. (les recettes algériennes
et maghrébines anciennes existent et sont excellentes pour le système digestif en particulier — à
vous de les faire revivre.) – Jus fraîchement exprimé de carotte : 1 ou 2 petits verres/jour loin des
repas. À alterner avec les autres jus de légumes si vous en prenez.

8 — Repas :
En résumé, donner la place de choix aux : salades très variées (incluant le chou) + citron + huile
d’olive.

 Le petit déjeuner : dois, normalement, être le repas principal, un repas copieux ; c’est
l’essence pour le « voyage » de la journée : céréales complètes fraîchement moulues, crues ou
cuites, fromage blanc maigre, huile d’olive bio, noix, noisettes, fruits de saison ;
 Déjeuner : Djouaz/grillades + grande salade variée avec huile d’olive et citron ;
 Dîner : très léger, car on n’a pas besoin de « remplir l’essence » pour aller dormir et quand
le corps est fatigué. Donc bouillon léger (comme décrit plus bas) + fruits de saison — et pas plus
tard que 18 – 19 heures si possible. Ceci est particulièrement recommandé à ceux qui ont
dépassé la cinquantaine.

PROSTATE : l’hyperplasie bénigne de la prostate


L’hyperplasie ou « gonflement » de la prostate est très courant principalement après la soixantaine.
Voici un remède facile à faire et à utiliser. Il décongestionne la prostate et vous vous sentirez mieux.
Mais il ne dispense pas du médecin :
Prendre sept (7) oignons de taille moyenne avec leur peau (ne pas les éplucher). Entiers ou coupés
en deux n’ont pas d’importance. Vous les faites bouillir dans un litre et ¼ d’eau à feu doux pendant
20 minutes. Boire tout le liquide dans la journée. Répéter l’opération pendant 3 – 5 jours.

EN GÉNÉRAL
 Précéder chaque repas, si possible, par un grand verre d’eau chaude (5 min avant le repas) ;
 Diminuer la consommation de pain, même complet ;
 Éviter les conserves autant que possible ;
 Privilégier les salades et légumes crus (environ 60 %) et cuisson à la vapeur/au four/en
grillade/en ragoûts (40 %) ;
 Citron + huile d’olive tous les jours ;
 Djouaz varié cuit avec très peu d’huile d’olive, plusieurs fois/semaine surtout pour le
déjeuner. Surtout ne pas trop cuire (20 min) et à feu doux ;
 Poulet cuit/rôti ou poisson 1 ou 2 fois/semaine. Peu de viande ;
 Fruits autant qu’on peut se permettre ;
 Épices importantes : Habbat Hlawa, Qarfa, Qrounfoul, Zandjabil, Korkom, Kemmoun,
Besbès, Carouiya, Felfel Akhal… en fait, toutes les épices de Rass-El-Hanout ;
 Bouillon de céleri + poireaux + oignons + carottes + navets + persil + épices. Surtout pour le
dîner pour que le réveil soit facile le matin ;
 Prendre le temps de manger, d’apprécier ce que l’on mange ;
 Ne pas manger lorsqu’on est en colère, sous stress ou sous un choc émotionnel : boire de
l’eau froide plutôt.
 Eau : Boire 2 litres d’eau au moins/jour, additionnés de citron fraîchement pressé.
 Coucher : Pas plus tard que 23 heures, car cette heure est importante pour un sommeil
réparateur.

PLANTES MÉDICINALES
 Tisanes en décoction : (un jour sur deux) : Faire bouillir 15 min 2 s bâtons de cannelle
(Qarfa) + deux clous de girofle (qrounfoul) dans un litre d’eau. Boire le tout en 4 fois dont une au
coucher (normalement sans sucre, mais si on aime les boissons sucrées, utiliser un bon miel).
À alterner avec :
 Tisane en infusion pour le soir : (un jour sur deux) : Mettre une cuillerée à café d’un mélange
de camomille (babounedj), de lavande (khuzama) et de basilic (hbaqq) dans une tasse. Verser
de l’eau bouillante ; couvrir et laisser infuser 8 min ; passer et boire. 3 fois/jour loin des repas
dont une au coucher ; voir un herboriste localement pour vous conseiller des plantes du pays.
Également pour bien digérer et perdre des kilos :
 Tisane des quatre graines « chaudes » : Habbat Hlawa (anis) + Kemmoun (cumin) + karwiya
(carvi) + Bèsbès — 5 g de chaque à faire infuser une heure dans un litre d’eau bouillante.
Prendre 3 – 4 tasses/jour.
Note : Tisane à utiliser 3 à 4 fois par jour et surtout lors d’un jeûne thérapeutique.
Résultat : perte de poids et autres soulagements.
Ce sont-là des conseils de base très efficaces. Si vous les suivez proprement, votre
santé s’améliorera très vite — wa al-chifa’ min « indi Allah.
Si, malgré tout, après trois semaines cela ne marche pas pour vous, il vous faudra une
consultation et une prescription bien personnalisées.

MOT DE LA FIN
Si vous avez bénéficié de ces conseils, écrivez – nous pour partager votre expérience avec les
téléspectateurs d’Al-Magharibia et surtout, faites-nous des du’as. Mais ayons tous conscience du fait
que dans le Coran, Allah nous dit : “En vérité, Dieu ne change rien à l’état d’un peuple jusqu’à ce
qu’il change ce qui est en lui-même.”

Bonne santé.

L’émission Dwakoum fi Yeddikoum sur la chaîne Almagharibia est diffusée chaque


vendredi à 15h.30 (heure de Londres) et répétée plusieurs fois dans la semaine. Toutes les
émissions enregistrées peuvent être consultées sur le site internet de la chaîne.
La chaîne insiste sur le fait que l’émission ne vise pas à donner des ordonnances
personnalisées, car toute ordonnance est strictement personnelle et, de ce fait, nécessite une
consultation en bonne et due forme du patient chez un praticien qualifié en médecine naturelle. Que
cela soit bien clair, s’il vous plait!
Wa Allahu Huwwa al — Chaafi
Rachid Messoudi
Phytothérapeute clinique  Londres
Avicenna Clinic of Medical Herbalism
Finchley House, 707 High Road, London N12
0BT, United Kingdom
Email: phyto.clinic@gmail.com
www.alternatives-in-healthcare.co.uk

Télécharger l’article en PDF.


Télécharger le Fichier PDF  en Arabe.

1. Texte de présentation de la conférence de Dr. José Avendano. Vendredi 26 juin 2015 à 19h00. Université de Liège, Faculté de Philosophie, des lettres et des arts. Voir

http://www.medicatrix.be/conference-medecine-naturelle-perou/
site: 

2. Du Latin individuum, celui qui est « indivisible »

3. Le chou peut dans certains cas exacerber l’inflammation. Si cela s’avère être le cas, arrêter son utilisation.