Vous êtes sur la page 1sur 3

Le fils du Général De Gaulle:”La France a

miné l’Algérie par ses éléments du MALG”


by admin • December 18, 2012 • 12 Comments

Le General De Gaulle, Ferhat Abas Et le colonel Lotfi

«Notre Algérie va échouer entre les mains des colonels, autant dire des
analphabètes. J’ai observé chez un grand nombre d’entre eux une tendance
aux méthodes fascistes. Ils rêvent tous d’être des Sultans au pouvoir absolu.
Derrière leurs querelles, j’aperçois un grave danger pour l’Algérie
indépendante. Ils n’ont aucune notion de la démocratie, de la liberté et de
l’égalité entre citoyens. Ils conserveront du commandement qu’ils exercent le
goût du pouvoir et de l’autoritarisme. Que deviendra l’Algérie entre les
mains de pareils individus ? Il faut que tu fasses quelque chose pendant qu’il
est encore temps… », a-t-il prédit.(Le Colonnel Lotfi s’adressant à Ferhat
Abbas)
Le fils du général de Gaulle a rapporté dans son dernier livre «Mon père De Gaulle», une
confidence lourde de sens faite par son père : «Nous avons laissé 140.000 harkis infiltrés
dans les rangs de l’ALN». Etait-ce au nez et à la barbe du «…génie» Boussouf et de ses
«Marocains du MALG».Lisez svp:

1-Les malgaches Notamment la première promotion nommée promo Larbi Ben m’hidi sont
issus, en règle générale, de familles de réfugiés, de fonctionnaires au service du
gouvernement marocain ou, accessoirement, de commerçants et d’agriculteurs établis au
Maroc de longue date. La petite bourgeoisie, pour utiliser une formulation marxiste. Voici
quelques noms connus de cette fameuse promotion des Marocains du MALG : Hadjadj
Malika, Miri Rachida, Hamid Ghozali, Abdessmed Chellali, Berri Mustapha, Mohamed
Semache, Kerzabi Smail, Abdallah Khalef (Kasdi Merbah), Abdelkader Khalef (Kamel),
Ali Tounsi (Ghouti),Ahmed Zerhouni(Ferhat),Hadj Azzout (Nacer),Mohamed Laâla
(Kaddour),Abdelhamid Temmar ( Abdenour), Hassan Bendjelti (Abderezak),Boualam
Bessaïeh (Lamine) etc…

2-Deux riches familles marocaines ont offert leurs maisons et leurs fermes pour abriter les
stages du MALG. Il s’agit des familles Benyekhlef et Bouabdallah. L’un des fils
Bouabdallah est actuellement le PDG d’Air Algérie.

3-Dès la proclamation de l’indépendance le 5 juillet 1962, le clan d’Oujda fomente son


premier coup d’Etat en destituant violemment le GPRA (Gouvernement Provisoire de la
République Algérienne).

4-Selon une source bien informée, le vrai non de Ahmed Benbella serait Ahmed ben
Mahjoub ben Embarek qui serait un marrakchi de père et de mère. Sa biographie officielle
le fait naître à Maghnia, mais le culte du mensonge du pouvoir algérien est tel qu’il est
permis d’en douter.

5-Zerhouni a créé le Service Action commandé par le sinistre Abdallah Benhamza. Ce


tortionnaire, qui avait fait des aveux à la presse par la suite, était chargé de réprimer
durement les opposants communistes et berbéristes. Kasdi Merbah, les frères Zerhouni, Ali
Tounsi et tous les marocains formés par Boussouf et structurés dans la SM ont semé la
terreur au sein de la population.

6-Autre exemple: Le général Salim Benabdallah dit Slim, «né en 1938 à l’Ouest». De la
même génération que Zerhouni, il a occupé des fonctions stratégiques en qualité de
Directeur des Relations Extérieures au MDN de 1990 à 1996. Cette structure du
renseignement coiffe l’ensemble des attachés miliaires affectés dans les ambassades
Algériennes. En 1999, Bouteflika lui confie la direction du protocole en voulant de faire de
lui le maître de la sécurité et la protection présidentielle (DSPP).Le DRS l’en a empêché en
maintenant à la présidence un autre « Marocain du MALG », le général Hassan Bendjelti dit
Abderezak dont le mensonge officiel fait croire qu’il est le seul officier supérieur originaire
du Sud ,en raison de son bronzage prononcé.

7-Le système de cooptation des nominations en Algérie a introduit de nombreux marocains


dans les rouages stratégiques de l’Etat. Un des plus célèbres est l’actuel directeur de cabinet
de la présidence Moulay Mohamed Guendil El Meknessi qui n’aurait acquis la nationalité
Algérienne qu’en 1972. Avant d’être nommé à de si hautes responsabilités par Bouteflika, il
a longtemps été la cheville ouvrière du ministère de l’intérieur ou il a grimpé tous les
échelons ( Chef de DaÏra, Wali, Chef de cabinet, secrétaire général).

8-Le Colonel Bencherif a estimé le nombre d’Algériens rentrés du Maroc en 1962 à pas
moins de 10 000 hommes entraînés uniquement pour prendre le pouvoir et mettre au pas
tout opposition intérieure avec la bénédiction du pouvoir Gaulliste.

9-On ne peux pas parler des planqués des frontières, sans évoquer le nomde l’actuel
président du sénat Abdelkader Bensalah l’actuel président du sénat.Celui-là même qui
risque de devenir président de la république en cas de décés ou d’empêchement de
Bouteflika.Abdelkader Bensalah serait d’origine marocaine. Il aurait acquis la nationalité
algérienne par naturalisation en septembre 1965, à l’âge de 24 ans peu de temps avant d’être
nommé diplomate à l’ambassade d’Algérie en Egypte.

10-Voici un échantillon de craintes exposées, en 1959, par le colonel Lotfi à Monsieur


Ferhat Abbas alors président du GPRA (gouvernement provisoire de la république
algérienne) : « Notre Algérie va échouer entre les mains des colonels, autant dire des
analphabètes. J’ai observé chez un grand nombre d’entre eux une tendance aux méthodes
fascistes. Ils rêvent tous d’être des Sultans au pouvoir absolu. Derrière leurs querelles,
j’aperçois un grave danger pour l’Algérie indépendante. Ils n’ont aucune notion de la
démocratie, de la liberté et de l’égalité entre citoyens. Ils conserveront du commandement
qu’ils exercent le goût du pouvoir et de l’autoritarisme. Que deviendra l’Algérie entre les
mains de pareils individus ? Il faut que tu (Ferhat Abbas) fasses quelque chose pendant qu’il
est encore temps… », a-t-il prédit