Vous êtes sur la page 1sur 2

Elections CTOS 2020 - Liste A menée par PAUL POANIEWA

Recours suite à l’AG du CTOS du 16 mai 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le CTOS assigné à comparaître devant le tribunal

Nouméa le 28 juillet 2020

Persévérance et ténacité
Dès le soir de l’AG du CTOS du 16 mai dernier, nous avons communiqué notre volonté de
porter un recours face aux nombreuses irrégularités constatées lors de cette AG. Nous avons
d’abord saisi le CNOSF, comme le précise l’article 24 des statuts du CTOS.
Cependant, de façon aussi étonnante que rapide, le CNOSF a déclaré notre requête
irrecevable arguant du fait que la commission de conciliation du CNOSF ne statuerait que sur
les décisions prises par les fédérations et non, apparemment, sur les litiges liés aux élections
des CTOS. Cette contradiction avec l’article 24 des statuts du CTOS nous interroge sur
l’opérationnalité des nouveaux statuts du CTOS, ou tout du moins de cet article.
Quoi qu’il en soit, après avoir épuisé les voies de recours internes, nous avons continué de
travailler avec notre conseil afin de constituer notre dossier juridiquement et porter l’affaire
devant la justice. En effet, les irrégularités motivant notre recours ont été analysées par
plusieurs juristes et il ressort qu’elles ont parfaitement pu influencer un scrutin au résultat serré.

Audience prévue le lundi 3 août 2020


Par conséquent, nous avons saisi les tribunaux compétents (en l’occurrence le tribunal de
première instance de Nouméa) par le biais de notre avocate. L’audience a été programmée
par le tribunal au lundi 3 août 2020.
Nous nous satisfaisons du fait qu’enfin, un juge va pouvoir statuer sur notre requête en
annulation de cette AG du CTOS du 16 mai 2020 émaillée d’incidents et d’irrégularités, et dire
si tout ce qui s’est passé est normal ou pas.
Pour rappel des motifs de notre recours :

• La validité du droit de vote et la légitimité à siéger à l’AG de plusieurs ligues.

• Des modalités de vote ne respectant pas le scrutin secret demandé par les statuts du
CTOS et susceptibles d’entraîner des erreurs (16 bulletins nuls).

• Un incident volontairement provoqué par le président de séance pour influencer le vote


à venir.

• Non-respect du protocole électoral annoncé.


• Pas de commission de vérification ou de commission de surveillance électorale
clairement identifiée.

• Non-respect du déroulé de l’ordre du jour avec des interventions non prévues et de


nature à influencer l’assemblée.

• L’iniquité des documents de campagne (utilisation abusive des emblèmes du CTOS).

Nous sommes particulièrement satisfaits de pouvoir enfin être entendus par les tribunaux
compétents pour obtenir réponse à nos questions quant à la régularité et la sincérité de l’AG
et des scrutins du 16 mai 2020 au cours desquels nous considérons que le choix des ligues a
été confisqué par des pratiques qui entachent l’honneur et l’image du mouvement sportif
calédonien.