Vous êtes sur la page 1sur 4

Faites-nous confiance

Cher-e-s Calédoniens,

Nous sommes restés longtemps silencieux même si nous avons tout écouté, tout entendu.

Depuis des mois, s’abat sur nous une véritable tempête de critiques souvent infondées et
violentes. Nous avons même été menacés, insultés et agressés.
Et les violences se poursuivent à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Nous avons entendu certains expliquer que la présence d’un « grand industriel » est
absolument nécessaire pour réussir notre entreprise. Ont-ils donc oublié que nos frontières
sont fermées depuis des mois ? Aucun soutien d’aucune sorte ne nous a été apporté et nous
avons réussi seuls à conduire la transformation de nos opérations.
Est-ce qu’ils veulent dire que les 3 000 personnes, majoritairement calédoniennes, de toutes
origines et de toutes opinions politiques, sont des amateurs ? Méconnaissent-ils notre pays à
ce point ?

Beaucoup d’entre nous sont là depuis le début, voilà déjà 20 ans. Nous connaissons
parfaitement le terrain pour la mine, le procédé pour l’usine et surtout, la stratégie de
production dans sa partie technique.
L’appui d’un partenaire international est utile pour partager les meilleures pratiques
techniques, sur le plan commercial et sur le plan financier, notamment pour les futurs
investissements.

Mais la meilleure équipe pour mener les opérations industrielles est celle qui a su apprendre
de ses erreurs, trouver les solutions et qui continue à vouloir faire mieux. Cette équipe est en
place, c’est NOUS, tous les employés de Vale NC et tous les employés sous-traitants.
Au lieu de susciter la haine, la violence et l’acharnement, notre histoire devrait au contraire
être une source d’inspiration.

Il en est de même pour l’environnement et la sécurité. Nous sommes coupables d’avoir passé
plus de temps à agir pour protéger et sécuriser plutôt qu’à expliquer.
Nous partageons la même terre, le même air. Nous travaillons au pied du barrage. Nous
nous baignons dans le même lagon, nos enfants grandissent sûrement avec les vôtres, pour
beaucoup d’entre nous, nous sommes « familles ». Pensez-vous vraiment que nous sommes
vos ennemis pour mentir sur la solidité du barrage, sur la pollution de l’air et du lagon ?

Notre barrage est fiable, sûr et protégé. Nous ne polluons pas les cours d’eau, nous ne rejetons
pas d’acide dans le lagon.

Vale Nouvelle-Calédonie est d’abord une opération calédonienne. Nous pouvons devenir
une industrie calédonienne, profitable pour toutes et tous. Ce projet est porté par les
employés et le management, pratiquement tous calédoniens.

Nous sommes responsables. Au quotidien, nous veillons sur notre sécurité, nous développons
nos compétences et nous n’oublions pas l’implication de notre travail avec les enjeux de la
terre sur laquelle nous opérons. Cet esprit de responsabilité est une garantie pour l’avenir, un
héritage qu’il ne faut pas perdre pour le transmettre mais c’est aussi notre fierté à tous.

La première richesse de ce complexe industriel, ce n’est pas le gisement ou le procédé mais


bien les équipes qui sont capables de produire le NHC. D’une usine pilote nous sommes en
passe d’en faire un projet rentable. Depuis des années, nous, pour la plupart enfants du pays,
avons fait des études, acquis de l’expérience et aujourd’hui toute la compétence pour y
arriver. Nous pouvons être fiers de ce chemin ensemble .

« Mettre en sommeil » notre site industriel revient à licencier plus de 3000 personnes même
si 400 d’entre nous resteront provisoirement pour effectuer les opérations de maintenance
et prévention environnementale.
Ce n’est pas une solution, c’est un sacrifice inutile de ce qui fait la véritable valeur de cette
terre : les femmes et les hommes qui y vivent.

Nous comprenons que le temps politique n’est pas le temps industriel, mais pourquoi les
opposer ?
Si l’activité se poursuit dans le sud, en même temps que les discussions politiques, personne
n’aura perdu. Aucun espoir ne se construit sur un tel sacrifice.
La seule issue passe par la confiance.

Nous sommes des industriels Calédoniens, responsables et compétents. Nous respectons


l’environnement dans lequel nous vivons et travaillons, qu’il s’agisse de la terre ou des
Hommes. Nous représentons à la fois la mémoire et l’avenir industriel du massif de GORO.

Nous sommes capables, mais pas sans vous. C’est la raison de cette lettre. Sans vous, nous ne
pourrons rien faire et ce rêve sera détruit avant même d’avoir pu exister.

Faites-nous confiance.

Les salariés de Vale Nouvelle-Calédonie et des sous-traitants


Les 62 Premiers signataires :

• Marie-Louise TAXIER, élu du Comité d’entreprise


• Vincent TUUFUI, élu du Comité d’entreprise
• Floryse PAIMAN, élu du Comité d’entreprise
• Sandra FALELAVAKI, élu du Comité d’entreprise
• Ghislain CLAVEL, élu du Comité d’entreprise
• Corentin BONNET, élu du Comité d’entreprise
• Jean-Michel ZEIWE, élu du Comité d’entreprise
• Marcel NGAIOHNI, élu du Comité d’entreprise
• Robert HNINE, élu du Comité d’entreprise
• Sarah CHARTONNIER, élu du Comité d’entreprise
• Cyndie BULE, délégué du personnel
• Alexis FALEMATAGIA, délégué syndical
• Charlène WEISSE, représentante syndicale du Comité d'Entreprise
• Frédéric LE GUILLOUX, délégué du personnel
• Vailolomoli LEILUA, délégué du personnel
• Jean-Christophe WANAXAENG, représentant syndical du Comité d'Entreprise
• Steeve GRASSI, délégué du personnel
• Guy WANESSE, délégué du personnel
• Arnaud POUATEBE, délégué du personnel
• Hary MILOUD, délégué du personnel
• Ieleneo ULISALA, délégué du personnel
• Xavier CANEL, représentant syndical du Comité d'Entreprise
• Virginie MANUKULA, élu du CHSCT
• Stan JEAN, élu du CHSCT
• Lionel LEPRESTRE, élu du CHSCT
• Sandrine LAMBRIGOT, salariée de Vale Nouvelle-Calédonie
• Bernard ELIE, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Denis LOUSTALET, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Thierry CRASTES, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Didier VENTURA, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Xavier DION, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Michel HADDAD, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Maureen BRESIL, salariée de Vale Nouvelle-Calédonie
• Laurent FRENETTE, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Maryse Dinne, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Vincent REUILLARD, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Laurence MAKOWSKI, salariée de Vale Nouvelle-Calédonie
• Laurent LIONNET, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Anthony MARCHAND, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Sylvain DAVID, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Antonin BEURRIER, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Frédéric TIREL, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Olivier ROUSSEAU, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Gwenael FREOUR, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Guillaume TARTAR, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Jean-François POLUTELE, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Mickael CABON, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Christophe LAVILLE, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Yann VESSILIER, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Régis PLAZA, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Jean-François REUILLARD, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Franck NEWMAN, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Miguel CARRACO AUGUSTO, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Charles TELEGRAND, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Mathias VIDAL, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Daniel RONEICE, salarié de Vale Nouvelle-Calédonie
• Jean-Claude VOUTI, SERVICAL, sous-traitant de Vale Nouvelle-Calédonie
• Giovanni TALAFILI, GTCO SARL, sous-traitant de Vale Nouvelle-Calédonie
• Robert ATITI, GIE de YATE, sous-traitant de Vale Nouvelle-Calédonie
• Priscilla TALAFILI, STRT, sous-traitant de Vale Nouvelle-Calédonie
• Jérémy ATITI, SUDAPPRO, sous-traitant de Vale Nouvelle-Calédonie
• Jean Pierre AGOURERE, DJA NIMERES, sous-traitant de Vale Nouvelle-
Calédonie