Vous êtes sur la page 1sur 3

Université du Maine                2013/2014 

Licence de Chimie            1ère session Lundi 12 mai 2014 

Chimie et Physicochimie des Surfaces et Interfaces 
En présentiel : Colloïdes et Interfaces (136EN007 / 136EN013) 
En EAD : Chimie & Physicochimie des Surfaces (136EN038 / 136EN046) 

Cours de C. Chassenieux, durée 1h30 : aucun document autorisé. 

Question n°1 : 

Des plaques de silices sont soumises à deux traitements de surface : 

a) Stockage dans l’eau puis séchage sommaire : angle de goutte avec l’eau 30 °.  
b) Stockage dans du toluène puis séchage sommaire : angle de goutte avec l’eau 150° 
 

Des échantillons de sable (assimilés à des sphères de silice pure de rayon r) sont soumis aux 
mêmes traitements 

On constate que lorsque l’on dépose à la surface de l’eau du sable de type a, la totalité de 
l’échantillon sédimente, alors qu’avec un échantillon de type b, les grains les plus fins restent 
en surface.  

1) Expliquer qualitativement la raison de ces comportements différents. 

2) Calculer de façon approchée le rayon maximum des grains qui restent en surface avec le 
sable  de  type  b :  on  écrira  simplement  que  le  travail  de  la  pesanteur  correspondant  à 
l ‘enfoncement du grain dans l’eau est égal et opposé au travail d’immersion (on négligera 
dans cette estimation le travail de la poussée d’Archimède) 

Données : Masse volumique de la silice : 1,9 g/cm3, tension superficielle de l’eau : 73 mN/m 

Question n°2 :  

1) Quelle est la dimension de la tension superficielle d’un liquide ? Quelle est sa signification 
physique ? 

Un  atomiseur  employé  pour  couvrir  les  plantes  de  buée  est  pompé  plusieurs  fois 
transformant 100 cm3 d’eau en un brouillard de gouttelettes de diamètre moyen 50 μm.  

2) Quelle est l’énergie totale nécessaire pour former ces gouttelettes ?  

3) Quelle est la pression à l’intérieur des gouttelettes ? 

Données : Tension superficielle de l’eau =73 mN/m. Loi de Young Laplace P=2/r. 
 

Question n°3 :  

On  prépare  dans  l’eau  une  suspension  à  10  g/l  ,  de  particules  de  silice  colloïdale.  Les 
particules sont sphériques et de rayon 50 nm 

1) Le pH de l’eau est initialement égal à 7 : la suspension est‐elle stable ? Expliquez pourquoi. 

2) On ajoute des traces d’acide chlorhydrique, le pH se stabilise vers 4 : La suspension n’est 
plus stable, la silice se sépare et se rassemble au fond du récipient. Pourquoi ? 

3) On ajoute de la soude et le pH devient égal à 11 : Que se passe‐t‐il ? 

A température ambiante on prépare à nouveau une suspension de cette silice mais dans une 
solution  aqueuse  légèrement  acide  (pH  4)  et  à  10  g/l  de  POE  de  masse  molaire  10  000 
g/mole.  

4) Dans ces conditions la suspension est stable :Pourquoi ? 

5) On chauffe cette suspension à 70°C, que se passe‐t‐il ? 

A température ambiante on prépare à nouveau une suspension de cette silice mais dans une 
solution  aqueuse  légèrement  acide  (pH  4)  et  à  1  g/l  de  POE  de  masse  molaire  500  000 
g/mole.  

6) Quel est l’état du système ?  

7) On considère des particules de silice de rayon 10 micromètres, à pH=7 la suspension est 
elle stable ? 

On  adsorbe,  en  milieu  aqueux,  sur  les  particules  de  silice  de  rayon  50nm,  un  copolymère 
dibloc  poly(diméthysiloxane)  bloc‐polyoxyéthylène  (PDMS‐b‐POE).  Le  POE  est  soluble  dans 
l'eau  contrairement  au  PDMS.  On  dispose  de  copolymères  dont  la  masse  de  PDMS  est  de 
5000 g/mol et celle du POE peut varier de 10000 à 400000 g/mol.  

8) Dessiner en vous justifiant un schéma de la particule entourée de chaînes adsorbées 

9) On ajoute du sel (NaCl) à la suspension de particules de silice colloïdale de rayon 50 nm. 
Expliquer les phénomènes que l’on observe en augmentant la concentration en sel.  

10) Représenter en vous justifiant la courbe DLVO correspondant à la silice seule, ajouter les 
courbes lorsque la concentration en sel augmente.