Vous êtes sur la page 1sur 45

UNIVERSITE A.

MIRA – BEJAIA
FACULTE DE TECHNOLOGIE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE

MECANIQUE DES FLUIDES


Travaux dirigés

Version 2019

Abdelhakim BENSLIMANE
Docteur en Mécanique des Fluides
Laboratoire Mécanique, Matériaux et Energétique
Département de Génie Mécanique- Faculté de Technologie
Université A. MIRA de Bejaia
benslimane.ah@gmail.com ; abdelhakim.benslimane@univ-bejaia.dz
A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB
Ce recueil d’exercices et problèmes examens de mécanique des fluides est un support
pédagogique destiné aux étudiants du premier cycle inscrits au département Génie Mécanique de
l’université A. MIRA - Bejaia.
Le recueil rassemble les séries d’exercices de travaux dirigés mais également certains autres exercices
ainsi que des problèmes d’examens sont donnés en exercices supplémentaires.

Ces exercices couvrent les chapitres du polycopié de cours de la mécanique des fluides à savoir :
La statique des fluides.
Cinématique des fluides.
Dynamique des fluides parfaits.
Fluides visqueux incompressible

L’ensemble des exercices et examens devrait permettre aux étudiants de consolider leurs
connaissances et d’acquérir les outils et scientifique nécessaires à leur formation.

Dans la préparation de ce recueil les séries d’exercices de travaux dirigés dispensées et les sujets
d’examens de Mécanique des Fluides à l’université de Bejaia ont été consultés librement ainsi que
d’autres documents en libre accès.

Afin d’améliorer la qualité de ce recueil nous encourageons toutes les critiques et remarques et nous
vous remercions par avance.

A. BENSLIMANE, 2019

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB
Osborne Reynolds : (1842-1912)
Reynolds publie, en 1883, les résultats de ses fameuses
expériences sur l’apparition de la turbulence dans les
écoulements, déterminée par le célèbre nombre qui porte
son nom. Une variante de cette expérience fondatrice est
d’ailleurs encore aujourd’hui proposée aux jeunes
étudiants en travaux pratiques.

Pierre-Simon Laplace: (1749-1827)

Un fluide rare, transparent, compressible et élastique,


qui environne un corps, en s'appuyant sur lui, est ce que
l'on nomme son atmosphère.
Si nous attribuons les phénomènes inexpliqués au
hasard, ce n'est que par des lacunes de notre
connaissance

Leonhard Euler: (1707-1783)

Quelques sublimes que soient les recherches sur les


fluides dont nous sommes redevables à Mrs. Bernoullis,
Clairaut, et d’Alembert, elles découlent si naturellement
de mes deux formules générales qu’on ne saurait assez
admirer cet accord de leurs profondes méditations avec
la simplicité des principes d’où j’ai tiré mes deux
équations, et auxquels j’ai été conduit immédiatement
par les premiers axiomes de la Mécanique. »

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Daniel Bernoulli: (1700-1782)
Daniel Bernoulli expose en 1738 le théorème
fondamental de la mécanique des fluides, qui exprime
de façon simplifiée la conservation de l’énergie d’un
fluide dans une conduite, dans l’ouvrage
Hydrodynamica. Il établit un théorème qui exprime le
bilan hydraulique simplifié d’un fluide dans une
conduite. Il pose ainsi les bases de l’hydrodynamique et,
d’une façon plus générale, de la mécanique des fluides,
science qui est à la base du calcul de l’écoulement d’un
liquide ou d’un gaz dans un espace confiné ou non.

Claude Luis Navier: (1785-1863)


Sa contribution majeure reste toutefois son mémoire sur
les lois du mouvement des fluides en 1822, à l'origine
des équations de Navier-Stokes, équations centrales
pour la modélisation en mécanique des fluides.

George Gabriel Stokes: (1819-1903)


L’équation de Navier-Stokes est l’une des plus
importantes de toute la physique. Si elle n’a pas la
chance d’être aussi connue que E=mc2, elle nous sert
pourtant à prédire la météo, simuler les océans,
optimiser les ailes des avions et même améliorer le
réalisme des jeux vidéo. Bien qu’elle fût établie au
XIXème siècle, elle continue de fasciner les ingénieurs,
les physiciens et même les mathématiciens.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Sommaire :

I. Généralités, propriétés physiques des fluides


II. Statique des fluides (Principe fondamental de l’hydrostatique)
III. Force sur les parois et poussée d’Archimède
IV. Cinématique des fluides
V. Pertes de charge
VI. Fluides visqueux
VII. Similitude et analyse adimensionnelle

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

2ème Année Licence

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 01
(Généralités et propriétés physiques)

Exercice N° 01 :
Soient f un champ scalaire et U x, y, z  un champ vectoriel. Calculer :
 
1. div f U   
et div grad f . Vérifier que : rot grad f  0 

Exercice N° 02 :
Un volume V = 250 l d’un liquide de masse volumique ρ0 = 850 kg/m3 est contenu dans un réservoir
cylindrique de surface de base S = 215 cm2.
1. Déterminer la densité et la masse du liquide dans le réservoir.
2. Déterminer la valeur de la pression, due au poids du liquide, sur le fond du réservoir. Vérifier
que cette pression ne dépend pas de la surface du fond S et déduire la hauteur h du liquide.
3. Donner la valeur de la pression en : bar, kgf/cm2, mmHg, mCE

Exercice N° 03 :
Donner l’unité et la valeur du coefficient µ, appelé viscosité dynamique, d’un fluide visqueux en
mouvement, de masse volumique ρ = 750 g/l, sachant que :
Ft U

S y
Application numérique : S = 50 cm2, Ft = 0.5 N, ΔU = 10 m/s, Δy = 0.5 cm
Déduire la viscosité cinématique donnée par :



z
Exercice N° 04 :

Etablir l’équation d’équilibre (fluide au repos) dans le champ de


pesanteur de l’élément fluide au repos, de masse volumique
constante ρ en forme de parallélépipède de volume dV (dV = dx
dy dz) soumis aux force et sur les surface S1 et S2, y
respectivement. x

Exercice N° 05 :

Calculer la pression absolue en mCE à une profondeur de 1.2 km dans l’océan de masse volumique
ρ = 1025 kg/m3, lorsque le baromètre affiche 75.4 cmHg de densité δ = 13.57.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 02
(Statique des fluides PFH)

Exercice N° 01 :
Un baromètre à mercure de densité δ, placé au sommet d’une montagne, indique 590 mmHg. Au bas
de cette même montagne, un autre baromètre similaire indique 740 mmHg. On suppose que la couche
d’air à une masse volumique ρa constante.
Déterminer l’altitude approximative de la montagne.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, ρa = 1.25 kg/m3, δ = 13.6, g = 9.81 m/s2

Exercice N° 02 :

Trouver la hauteur d’huile de pétrole de densité δ à verser dans


la branche de gauche du tube en U de la figure ci-contre, pour
que le manomètre M indique une pression de -0.02 bar.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ = 0.906, g = 9.81 m/s2

Exercice N° 03 :

Un manomètre différentiel à mercure est fixé entre deux


sections (1) et (2) d’une conduite horizontale où s’écoule de
l’eau. La dénivellation du mercure dans le manomètre est notée
h, le niveau le plus proche de (1) étant le plus bas.
Calculer la différence de pression entre (1) et (2) en kgf/cm2.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ = 13.6, g = 9.81 m/s2, h = 0.6 m.

Exercice N° 04 :

Dans le dispositif de la figure ci-contre, le piston à une masse


m et un diamètre d.
Déterminer la valeur de x affichée par le piézomètre.

Application numérique : m= 12 kg; F= 200 N ;


h= 30 cm ; d = 20 cm

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICES SUPPLEMENTAIRES :

Exercice N° 01 :
Dans le réservoir de droite de la figure ci-contre, la pression
du gaz est de – 25 cmHg.
Quelle est la cote du point (1) dans la branche de gauche,
lorsque le manomètre M indique une pression de 0.16
kgf/cm2.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ1 = 0.8, δ2 = 1.6, δHg = 13.6,
g = 9.81 m/s2

Exercice N° 02 :
Etudier l’équilibre du tube en U de la figure ci-contre,
contenant trois liquides non miscibles.

Application numérique :
ρ1 = 103 kg/m3, ρ2 = 13.6 103 kg/m3, ρ3 = 700 kg/m3,
z0 – z1 = 0.2 m, z3 – z2 = 0.1 m, z1 + z2 = 1 m,
g = 9.81 m/s2

Exercice N° 03 :

Déterminer les hauteurs d’eau (c) et d’huile (h) contenues


dans le cylindre clos de la figure ci-contre, lorsque le
manomètre M affiche une pression PM.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ = 0.8, g = 9.81 m/s2,
a = 1.6 m, b = 1.4 m, PM = 4.71 10 kPa

Exercice N° 04 : (Exam 07/08)

Dans le réservoir clos de la figure ci-contre, calculer la valeur de la


pression affichée par le manomètre M, en kgf/cm2.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ1 = 0.8, δ2 = 13.6, g = 9.81 m/s2,
h = 60 cm, h1 = 30 cm, h2 = 50 cm

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
Exercice N° 05 : (Exam 11/12)
Dans le dispositif ci-contre, le manomètre M indique une
pression de 0.15 bar. Trouver la hauteur d’huile de densité δ
dans la branche de gauche du tube en U.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ = 0.9, g = 9.81 m/s2

Exercice N° 06 :

Dans le dispositif de la figure ci-contre, calculer la différence


de pression entre le point A et le point B.
On donne les densités, respectives, du benzène, du mercure et
du kérosène :
, et

Exercice N° 07 : (Exam 13/14)


Un manomètre différentiel à mercure est fixé entre deux
sections (1) et (2) d’une conduite horizontale de diamètres
respectifs D et d où s’écoule de l’eau.
1. Montrer que la chute de pression est donnée par :
Δp = ρg[(1- δ)Δz +(δ2-δ1)h] avec : Δz = z3 – z4
2. Calculer le débit volumique qv dans la conduite
3. Calculer les vitesses v1 et v2

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ2 = 13.6, δ1 = 0.8, g = 9.81 m/s2, h = 0.1 m,
D = 50cm, d = 5 cm, Δz = 40 cm.

Exercice N° 07 : Exam (17/18)


Deux liquides de masse volumique ρ1 et ρ2 sont en
équilibre de part et d’autre d’une quantité d’eau (ρ) dans un
tube en U. L’une des extrémités est ouverte et l’autre est
fermée par un bouchon cylindrique coulissant de diamètre
d=5cm et de masse m comme indiqué sur la figure ci-contre.
1. Déterminer la relation donnant la masse m en fonction
des masses volumiques ρ, ρ1 , ρ2 et des hauteurs h,
h1 , h2 .
2. Retrouver la masse m lorsque ρ1= 650 kg/m3, h1 = 25
cm, ρ2= 850 kg/m3, h2 = 30 cm et h=0.
3. Si on enlève le bouchon quelle serait la valeur de la

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

Exercice N° 08 :

Dans le dispositif de la figure ci-contre, calculer la pression


effective au point A.

On donne les densités, respectives, de l’huile et du mercure :


, .

Exercice N° 09 : Exam (18/19)

Dans le réservoir de la figure ci-contre, la pression de


l’air affichée par le manomètre M est PM = 1.5 kPa.

1) Calculer la cote z2 dans le tube ouvert C.


2) Calculer la cote z1 dans le tube ouvert B.

Application numérique : ρgazoline= 680 kg/m3 ;


ρglycérine= 1260 kg/m3 ; ρair= 1.2 kg/m3

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 03
(Force hydrostatique et poussée d’Archimède)
Exercice N° 01 :
Le réservoir de la figure ci-contre contient de l’eau surmontée d’une
huile de densité δ.
Déterminer en grandeur et direction les forces hydrostatiques s’exerçant
respectivement sur les parties AB et BC, ayant 1.4 m de large.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, δ = 0.8, g = 9.81 m/s2,

Exercice N° 02 :
Un barrage- poids en béton de densité δ est formé par un prisme
triangulaire OAB tel que sur la figure ci-contre. Trouver la condition que
doit vérifier l’angle au sommer α pour que le barrage ne bascule pas
autour de la droite passant par B en cas de trop plein.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, g = 9.81 m/s2, δ = 2.4,

Exercice N° 03 :
La porte AB de la figure ci-contre, en forme de quart de cylindre de
rayon R, est supportée par des charnières fixées le long du bord
supérieur B et s’appuie sur le fond du canal en A.
Déterminer en grandeur et direction la résultante des actions de pression
exercées sur la porte si sa largeur est notée l.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3, g = 9.81 m/s2, R = 1.6 m, a = 0.5 m, l = 1.2 m

Exercice N° 04 :

Un Cube homogène de densité δ et de côté a, flotte sur la surface de


séparation de deux hydrocarbure de densité δ1 et δ2. Le cube
complétement immergé avec ses arêtes verticales, a sa base inférieure à
une distance égale à 2a/5. Au-dessous de la surface de séparation des
deux liquides.
Calculer la densité du cube.

Application numérique :
δ1 = 0.75 ; δ2 = 1.6

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICES SUPPLEMENTAIRES :
Exercice N° 01 :
La porte de la figure ci-contre à 1.2 m de large et peut pivoter
autour du point B.
Déterminer les actions de l’eau sur la porte.

Application numérique :
ρ = 103 kg/m3 ; g = 10 m/s2 ; OB = 1 m

Exercice N° 02 :
L’eau du bassin de la figure ci-contre agit sur la surface plane
OAB, constituée d’une partie plane OA de forme
rectangulaire et d’une partie plane AB en forme trapézoïdale
de bases a et b et de hauteur AB. On désigne par h la hauteur
de l’eau au-dessus de l’axe A.
1. Soit F1 la force de poussée hydrostatique de l’eau sur la
partie OA. Déterminer le module de la force de poussée F1
ainsi que la position Zc1 de son centre de poussée C1
2. Déterminer le module F2 de la force de poussée agissant
sur la partie AB. Calculer la position Zc2 de centre de
poussée C2

, ,

Exercice N° 03 :
Un bassin d’eau possède quatre parois: trois planes ( OA, BC
et CD) et une courbe AB sous forme de quart-cylindre ,
comme indiqué sur la figure ci-dessous. Largeur du bassin est
L.
1. Déterminer l’expression du module de la force de poussée
hydrostatique F1 s’exerçant sur la partie verticale OA.
2. Soit F2 la force hydrostatique s’exerçant sur AB.
Déterminer l’expression FH2 (Force horizontale). Déterminer
l’expression FV2 (Force verticale)
3. Déterminer le module de la force F3 qui s’applique sur BC.
4. Soit F4 la force qui s’applique sur CD. Déterminer
l’expression du module de la force F4 qui s’applique sur CD.
- Déterminer le poids du fluide qui s’applique sur CD
- Commenter les deux résultats
5. Déterminer les positions des trois centres de poussé COA,
CBC et CCD de ces trois forces respectivement.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
Exercice N° 04 :
Un bassin de largeur b sépare par une plaque plane et
rectangulaire (OA) deux liquides de masses volumique ρ1 et ρ2
à deux hauteurs différentes h1 et h2, comme indiqué sur la
figure ci-dessous.
1. Déterminer le module de la force de poussée hydrostatique
F1 qu’exerce le fluide de gauche sur la plaque verticale
OA.
2. Déterminer le module de la force de poussée hydrostatique
F2 qu’exerce le fluide de droite sur la plaque verticale OA.
3. Déterminer les positions des deux centres de poussé C1 et
C2 des deux forces, F1 et F2 respectivement. Représenter
sur la figure les deux forces hydrostatiques.
4. Pour : ρ1=ρ2= ρ, quel sera le module de la force F
nécessaire à appliquer au point A pour garder la plaque
perpendiculaire au sol (garder l’équilibre et éviter la
rotation autour de O).

Application numérique :
h1=5m, h2=2m, H = 5.5 m et b= 4m

Exercice N° 05 :
Un iceberg de masse volumique ρi flotte dans l’océan de masse volumique ρ avec un volume de 600m3
hors de l’eau. Trouver le volume total de l’iceberg.

Application numérique :
g = 10 m/s2 ; ρ = 1025 kg/m3 ; ρi = 912 kg/m3

Exercice N° 06 :
Un lingot d’or et d’argent pèse 2000 kg. Plongé dans l’eau, il pèse 1860 kg. Déterminer la composante
centisémale en poids d’or et d’argent sachant que les masses volumiques de l’or et de l’argent sont
notées respectivement : ρo , ρa.

Application numérique :
g = 10 m/s2 ; ρo = 19.5 103 kg/m3 ; ρa = 10.5 103 kg/m3

Exercice N° 07 :
Un cylindre creux de diamètre d et de hauteur h pesant 450 kg, flotte verticalement dans l’océan de
masse volumique ρ0.
1. Trouver la masse de plomb de densité δ que l’on doit attacher au fond du cylindre à l’extérieur, pour
l’immerger sur une hauteur de 0.8 m.
2. Quelle serait cette masse si on la mettait à l’intérieur du cylindre.

Application numérique :
g = 10 m/s2 ; ρ=1000 kg/m3; ρ0 = 1.025 103 kg/m3 ; δ = 11.2 ; d = 1.2 m ; h = 1.8 m

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
Exercice N° 08 :
Un tronc d’arbre de densité δ, supposé cylindrique de diamètre D, flotte sur l’eau d’une rivière.
1. déterminer la fraction de volume hors de l’eau
2. Déterminer la longueur minimale l qui supporterait un enfant de 37 kg qui se tiendrait debout sur le
tronc.
Application numérique :
g = 10 m/s2 ; ρ=1000 kg/m3; δ = 0.7 ; D = 40 cm

Exercice N° 09 :
Une sphère creuse en cuivre de densité δ, pèse 30 kg à l’air et 21.5 kg lorsqu’elle est plongée dans une
huile de densité δ1.
Trouver le volume de la cavité creuse de la sphère.

Application numérique :
g = 10 m/s2 ; ρ=1000 kg/m3; δ = 8.9 ; δ1 = 0.85

Exercice N° 10 :
Un cône en bois dur de diamètre de base D et de hauteur h flotte dans un recipient contenant une huile
de densité δ.
Déterminer la hauteur d’immersion du cône si sa densité est notée δ1.

Application numérique :
g = 10 m/s2 ; ρ=1000 kg/m3; h = 20 cm ; δ = 0.9 ; δ1 = 0.8

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 04
(Dynamique des fluides parfaits)
EXERCICE N° 01:
1. De l’eau circule dans une conduite de 3 cm de diamètre, avec une vitesse de 0.2 cm/s. Calculer le
débit volumique. Calculer le débit massique.
2. Soit un fluide incompressible (eau) en écoulement permanent dans un convergent avec un débit
massique qm=60kg/s. Le diamètre d’entrée d1=220mm et le diamètre de sortie d2=80mm. Calculer les
vitesses moyennes à la section d’entrée et à la section de sortie.
3. Dans un divergent de diamètres d’entrée d1=120mm et de sortie d2=180mm circule un gaz. A
l’entrée la masse volumique du gaz est de ρ1=200kg/m3 sa vitesse v1=20m/s. Si sa vitesse à la sortie est
de v2=14m/s, trouver sa masse volumique à la sortie.
4. Dans le réservoir de la figure 1, l’eau entre par la section 1 à une vitesse v1= 5m/s et par la section3
avec un débit q3=0.012m3/s. Si la hauteur de l’eau est constante, déterminer la vitesse de sortie v2.
5. Dans un réservoir à deux entrée et une sortie entre de l’alcool (δ=0.8) à une vitesse v1=6m/s par une
canalisation de diamètre d1=3cm et de l’eau à une vitesse v2=10m/s pareil par une canalisation de
diamètre d2=3cm. La canalisation de sortie d3=6cm. Si l’on suppose que le mélange est parfait et
incompressible calculer la vitesse v3 et la masse volumique ρ3 à la sortie.

B
0

VB

Fig. 1 Fig. 2
EXERCICE N° 02:
Un récipient a une symétrie de révolution autour de l’axe vertical 0Z (figure 2). Le récipient à une
section ouverte à l’air libre de section SA de diamètre dA=2m, le fond du récipient est percé d’un
orifice de faible section SB de diamètre dB=14mm.La hauteur d’eau dans le récipient est égale à H=
2.5m. On suppose que l’eau est un fluide incompressible, non visqueux.
I. Orifice fermé :
1) Déterminer la pression pB au point B.
2) En déduire la valeur de la force F qui s’exerce sur la section SB.
II. Orifice ouvert :
En supposant l’écoulement quasi-permanent (permanence établie pour des intervalles de temps
successifs très courts). vA est la vitesse moyenne d’écoulement de la surface libre et vB la vitesse
moyenne d’écoulement au point B.
1) Ecrire l’équation de continuité. En déduire vA en fonction de vB et du rapport des deux
surfaces.
2) En appliquant le théorème de Bernoulli établir l’expression de vB en fonction des
paramètres du problème.
3) Calculer la valeur du rapport des sections. Commenter le résultat.
4) Calculer vB en utilisant le résultat trouvé dans la question précédente.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICES SUPPLEMENTAIRES :

EXERCICE N° 01:
1. On considère le sang comme un fluide de masse volumique constante (ρsang= 103 kg/m3). Une grosse
artère est assimilable à une conduite circulaire de diamètre d = 8 mm. Un adulte a environ n = 40
grosses artères. Le débit artériel massique total est de q m= 8.3 10 -2 m3/s. Quel est le débit volumique
(qv) dans une grosse artère? Quelle est la vitesse moyenne dans une grosse artère?
2. Le Benzen à une masse volumique de ρ=879 kg/m3et s’écoule dans une conduite de 100 mm de
diamètre avec une vitesse de 3m/s. Calculer le débit volumique. Calculer le débit massique.
4. La vitesse en une conduite de 30 cm de diamètre est de 0.5 m/s. Quelle est la vitesse du jet sortant
d’une buse de 7.5 cm de diamètre fixée à la conduite.
5. Un tuyau de 15 cm de diamètre transportant 80 l/s d’eau. Le tuyau se ramifie en deux branches de 5
cm et de 10 cm de diamètres. Si la vitesse dans la branche de 5 cm est de 12 m/s, quelle sera la vitesse
dans l’autre branche.

EXERCICE N° 02:
Soit un siphon de diamètre d alimenté par un récipient rempli
d'eau, de grande dimension par rapport à d et ouvert à
l'atmosphère.
1. Calculer la vitesse moyenne du fluide en S puis le débit
volume qv du siphon.
2. Donner l'expression de la pression pM au point M en
fonction de h.
3. Représenter l'allure de la pression pM en fonction de h. h
peut-il prendre n'importe quelle valeur ?

Application numérique :
H = 3 m ; d=10mm ; patm= 1 bar

EXERCICE N° 03:
Pour une petite lance à incendie à eau, le diamètre d’entrée est 40 mm, celui de sortie vaut 14 mm. Le
débit est de 250 l/min.
1. En déduire les vitesses d’écoulement du fluide en entrée et en sortie de tuyau.
2. Calculer le débit massique.
Si on considère que l’entrée et la sortie d’eau sont à des hauteurs identiques, la longueur de la lance
étant de 30 m.
3. Calculer la pression p que doit fournir le compresseur du camion
4. Si la lance est orientée verticalement, à quelle hauteur arriverait le jet d’eau si l’on néglige tous
les frottements.
La perte de charge dans les tuyaux est de 1,5 bar pour 100 m (application du théorème de Bernoulli).
5. Calculer la nouvelle pression p’ que doit fournir le compresseur du camion pour compenser la
perte de charge

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICE N° 04:
On considère un nettoyeur haute pression. La pression est de 120 bars et le débit de 8.4 l/min.
1. Quelle doit être la section en sortie de tuyau pour que la vitesse de sortie soit de 140 m/s ?
2. Quelle est la vitesse de l’eau dans le tuyau sachant que la section a un diamètre de 1.2 cm ?
On donne la masse volumique de l’eau ρ=1000 kg/m3, masse volumique de l’air=1.29 kg/m3.

EXERCICE N° 05:
On considère une canalisation AB où s'écoule de l'eau, considérée comme un fluide parfait.
Les diamètres respectifs des canalisations en A et B sont respectivement DA = 11 cm et DB = 9 cm.
Le point B se trouve placé 10 m plus haut que le point A par rapport au niveau du sol.
La pression en A est pA = 5 bars. La vitesse moyenne de l'eau en A est vA = 4 m/s.
1. Faites un schéma où apparaitront les divers éléments connus aux points A et B.
2. Déterminez le débit volumique.
3. En déduire le débit massique.
4. En utilisant l'équation de continuité déterminer la vitesse vB du fluide en B.

La vitesse en A est inchangée et la vitesse en B sera prise de 6 m/s.


5. Ecrire l’équation de Bernoulli et expliciter chacun des termes (grandeurs, unités de chaque terme )
6. Décrire l’opération effectuée par l’équation de Bernoulli (sur quel principe se base-t-elle) ?
7. Faire un schéma où vous indiquerez l’ensemble des grandeurs connues aux deux point A et B
8. Evaluer la pression statique pB en B.
9. Quelle serait la conséquence d’une perte de charge sur les grandeurs du point B (les grandeurs du
point A restant identiques)

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

3ème Année Licence

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 01
(Cinématique des fluides)

EXERCICE N° 01:
Pour un écoulement plan permanent de fluide isovolume :
1. Donner la définition du potentiel des vitesses et de la fonction de courant
2. Donner la définition d’une ligne de courant
3. Montrer que l’équation générale des lignes de courant s’écrit sous la forme : ψ (x, y) = Cst

EXERCICE N° 02:
Le potentiel des vitesses d’un écoulement plan permanent est donné par :

 x, y   axy où a  

1. vérifier l’équation de continuité


2. calculer la fonction de courant et tracer l’allure des lignes de courant. Préciser ce que représente
l’écoulement
3. Trouver le potentiel complexe de l’écoulement
EXERCICE N° 03:
Etudier les écoulements plans permanents définis par les potentiels complexes suivant :

1. F z    2. F z   a logz  z 0 
a 2
z
2
Où a est une constante

EXERCICE N° 04:
On considère l’écoulement stationnaire d’un fluide parfait autour d’un cylindre d’axe horizontal Oz et
de rayon R. La longueur du cylindre est suffisamment grande de sorte que l’on puisse considérer
l’écoulement comme purement bidimensionnel loin des extrémités du cylindre. On néglige
l’accélération de la pesanteur dans ce problème et la pression du fluide vaut p0 loin du cylindre.
Le champ de vitesse de l’écoulement est donné, en coordonnées cylindriques (r,θ), par :

  R2    R2  
v  v 0 1  2  cos  e r  v 0 1  2  sin  e
 r   r 
1. Montrer que l’écoulement est incompressible.
2. Montrer que l’écoulement est irrotationnel.
3. Déterminer le potentiel des vitesses  (r,θ) et calculer son Laplacien.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICES SUPPLEMENTAIRES :
EXERCICE N° 01:
Le champ de vitesse d’un écoulement plan permanent est donné par :
  
v  ax e x  bye y
1. Déterminer en fonction de a seul, le potentiel des vitesses et la fonction de courant
2. tracer l’allure des lignes de courant et les lignes équipotentielles dans le demi plan y>0
3. La vitesse au point M    
2 ; 2 est de 8 cm/s. Calculer la vitesse aux points A  2 ;4 et B3;1

EXERCICE N° 02: (Exam UPEC-UPEM)


Soit le mouvement plan d’un milieu continu fluide défini par le champ des vitesses en variables
  
d’Euler : v  ky e x  kxe y
1. Déterminer les lignes de courant
2. Le point O (0,0) est un point d’arrêt. Décrire le mouvement en son voisinage.
3. Soit la particularité située en A0(-a ;+a). Atteindra-t-elle le point O ?

EXERCICE N° 03:
Un fluide parfait incompressible s’écoule selon l’axe vertical oz. En régime permanent, le champ des
  
vitesses en coordonnées cylindriques est de la forme : v  2kr er  k ' z e z
1. Exprimer la constante k’ en fonction de k.
2. Montrer que l’écoulement considéré est irrotationnel
3. Déterminer le vecteur accélération a en chaque point de l’écoulement.
4. Déterminer le potentiel des vitesses et calculer son Laplacien
5. Déterminer l’équation des lignes de courant et tracer leur allure.

6. Montrer que le caractère incompressible du fluide peut s’écrire : rvr     rvz 
r z

EXERCICE N° 04: (Exam UPEC-UPEM)


On considère l’écoulement plan stationnaire incompressible d’un fluide parfait pesant tel que :
v r  0
v x   y 
 (r ≤ a)  a2 (r > a)
v y   x  
v  
 r
1. a. Vérifier la continuité de la vitesse en r = a.
b. Représenter la vitesse en fonction de r. Déterminer, tracer et orienter les lignes de courant.
2. a. Rappeler l’équation locale de conservation de la quantité de mouvement

b. Remarquant que :
1
2
    
 V V  V    V  V   V , montrer que :

  1 p
V    V   V 2   gz 


2 
1 2 p
 2 V    gz   a  r   A r  a 
2 2 2


c. En déduire que : 
 1 V 2  p  gz  A r  a 

2 
A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB
Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 02
(Pertes de charge)
EXERCICE N°1 :
Une turbine (Figure 1) est alimentée par une retenue d'eau selon le schéma ci-dessus.
L'eau sera considérée comme un fluide parfait incompressible et on supposera que le niveau de l'eau
dans la retenue est constant.
1. Calculer, dans ces hypothèses, la vitesse d'écoulement vC du fluide au point C (c'est-à-dire à
l'entrée de la turbine).
2. En déduire le débit volumique qv de l'eau dans la conduite.
3. Justifier que les vitesses d'écoulement en B et en C sont égales.
4. Calculer la pression pB à l'entrée de la conduite.
5. Calculer la puissance fournie par l'eau à la turbine.
6. Calculer le nombre de Reynolds de l'écoulement de l'eau. En déduire la nature du régime de cet
écoulement.

Application numérique :
Diamètre d de la conduite d'alimentation et de déversoir : d = 700 mm
Pression aux points A, B, C et D : pA = pD =1.01 bar pC = 1.1 bar
Cote des points A, B et C : zA = 363 m zB = 361 m zC = 353 m
–3
Viscosité dynamique de l'eau : µ= 10 Pa·s.

EXERCICE N°2 :
Un circuit de pompage (Figure 2), comporte dans l’ordre de l’écoulement une crépine de coefficient de
perte de charge K1 et un clapet de coefficient de perte de charge singulière K 2 sur une conduite
d’aspiration de diamètre D1 et de rugosité absolue k. Cette conduite de longueur L1 arrive à un coude à
90° de coefficient de perte de charge singulière K3 relié à une pompe. La sortie de la pompe est reliée à
une conduite de refoulement de diamètre D2 et de même rugosité absolue k. Cette conduite de
longueur L2 arrive à un réservoir par un élargissement brusque où la perte de charge singulière est K 4.
Ce circuit doit pomper un débit qv. Zi et pi désignent respectivement l’altitude et la pression au point i.
Les surfaces libres des deux réservoirs restent à une altitude constante et la différence entre ces deux
surfaces h=Z7-Z0. La pression atmosphérique p0 règne au-dessus de ces deux surfaces libres.
1. Le coude ayant un rayon de courbure r = 375mm et un diamètre de section droite D = D1 = 125mm,
calculer son coefficient de perte de charge singulière K3.
2. Calculer la vitesse v1, le nombre de Reynolds Re1 dans la conduite d’aspiration. Identifier son
coefficient de perte de charge λ1 à l’aide du diagramme de Moody ou Colebrook.
3. Calculer la vitesse v2, le nombre de Reynolds Re2 dans la conduite d’aspiration. Identifier son
coefficient de perte de charge λ2 à l’aide du diagramme de Moody ou Colebrook.
4. Déterminer l’expression de l’augmentation de charge Δpi que doit fournir la pompe pour assurer le
débit.
5. Calculer numériquement Δpi et la puissance Pi de cette pompe.
6. Déterminer les expressions puis calculer les pressions p4 et p5 à l’entrée et à la sortie de la pompe.

Application Numérique:
K1 =3 ; K2=1.2 ; K4=1 ; ε=0.1mm ; D1=125mm ; D2=80mm ; L1=15m ; L2=925m ; h=42m; Z4-Z0=6m;
Z4=Z5 ; qv=10 l/s ; υ=10-6m2/s ; ρ=1000 kg/m3
A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB
Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICE N°3 :
Un échangeur de chaleur serpentin d’un plancher chauffant à circulation d'eau est utilisé dans une
habitation (Figure 3). L’eau chaude utilisée, serpente dans le plancher pour chauffer la surface du sol.
Une pompe de circulation de débit volumique qv=0,3 L/s, non représentée dans le schéma, permet de
refouler l’eau chaude qui rentre par la section d’entrée ou la pression est P entrée=8 bar, circule dans le
serpentin en passant par 8 tronçons de tubes rectilignes de section circulaire, de diamètre intérieur
d=10 mm, de longueur L= 3 m chacun, reliés entre eux par 7 coudes à 180°, pour enfin sortir par le
point de sortie ou la pression de l’eau chute à cause des pertes de charge pour atteindre une pression
Psortie qu’on veut déterminer.

Le coefficient de perte de charge singulière ξ= 0,148 pour un coude à 180°. La viscosité cinématique
de l’eau chaude ν= 0,75.10-6 m2/s.
1. Déterminer la vitesse d’écoulement V de l’eau dans le serpentin.
2. Calculer le nombre de Reynolds Re. En déduire la nature de l’écoulement.
3. Déterminer le coefficient de perte de charge linéaire λ. Déduire la perte de charge linéaire hL totale
due aux 08 tronçons rectilignes.
4. Calculer la perte de charge singulière hs totale due aux 07 coudes.
5. En déduire la perte de charge totale Δhtot= hl +hs du serpentin.
6. En appliquant le théorème de Bernoulli entre les sections d’entrée et de sortie, exprimer puis
calculer la pression de sortie Psortie en fonction de Pentrée, ρ et Δhtot.

A
zA
bassin de retenue
B
zB

turbine

zC = z D
C D
déversoir

Figure 1. Figure 2.

Figure 3.
A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB
Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICES SUPPLEMENTAIRES :
EXERCICE N° 01:

Le dispositif suivant vise à alimenter en eau (   1000 kg/m3 et   10 Pa.s) deux réservoirs B et
3

C, situés en hauteur à deux altitudes différentes, à partir d’un réservoir A. Le niveau d’eau dans les
différents réservoirs est supposé constant. Les caractéristiques des conduites L1 , L2 et L3 sont
indiquées sur la figure. En régime établi, les coefficients de perte de charge singulières d’un coude est
ξc=1.5 et d’une vanne ξv=0.5. On peut négliger les pertes de charge singulières. On veut assurer un
débit volumique Qv2=115 l.s-1 dans la conduite L2.
1. Quelle est la nature de l’écoulement dans la conduite L2 ?
2. Calculer les pertes de charge linéaires hl 2 et singulières hs 2 dans la conduite L2.
Pour ce régime d’écoulement le coefficient de perte de charge linéaire est donnée
2
  
par :     2 log 10  D 
  3.17  
  
3. Écrire l’équation de Bernoulli entre le point S et C, puis entre S et B. Déduire la vitesse dans la
conduite L3.
Si U3 = 5.19 m/s. Déduire le débit dans la conduite.
4. Calculer le débit volumique dans la conduite L1.Quelle est la nature de l’écoulement?
En appliquant le théorème de Bernoulli entre A et B, calculer la charge fournie par la pompe, la
puissance fournie par la pompe et la puissance sur l’arbre. Le rendement global de la pompe est
supposé  0.8 .

EXERCICE N° 02:
Une installation hydroélectrique comporte une retenue d'eau amont, trois conduites forcées parallèles
de diamètre 300 cm chacune, un ensemble de turbines, un bassin aval selon le schéma donné en
annexe. Lors du turbinage, le débit-volume total est qv = 217 m3/s. On supposera nulles les vitesses de
l'eau en 1 et en 3.
1. Calculer la vitesse d'écoulement de l'eau dans les conduites forcées.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
2. Calculer le nombre de Reynolds pour l'écoulement de l'eau dans une conduite forcée ; l'écoulement
est-il laminaire ou turbulent ?
3. Calculer les pertes de charge dans une conduite forcée entre les points 1 et 2.
4. Calculer la puissance échangée entre l'eau et le milieu extérieur dans l'ensemble des turbines entre
les points 2 et 3 en supposant qu'il n'y a pas de pertes de charge lors de cet échange.
5. La puissance utile fournie par les turbines est de 1200 MW. Calculer le rendement des turbines.

Application numérique :
viscosité cinématique de l'eau : 10–6 m²/s ; p1 = p3 = 1100 mbar ; p2 = 73 bar ; z1 = 1695 m ;
z2 = z3 = 740 m

retenue amont 1 z1

ées
bassin aval turbines forc
tes
3 dui
con z2=z3
2

EXERCICE N° 03:
Un pipe-line de 50 cm de diamètre intérieur est destiné à transporter du pétrole brut de viscosité
dynamique 0.27 Pa.s et de masse volumique 900 kg/m3 avec un débit-masse de 350 tonnes par heure.
Des stations de pompage sont régulièrement réparties le long de la conduite ; chaque pompe augmente
la pression de 4.5 bar et est actionnée par un moteur de rendement 75 %.
1. Calculer le nombre de Reynolds et en déduire le type de cet écoulement.
2. Calculer la distance maximale entre deux stations de pompage permettant l'écoulement du pétrole.
3. Calculer la puissance de chaque moteur.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 03
(Fluides visqueux)
EXERCICE N° 01:
Etant donné un écoulement laminaire de fluide réel dans une conduite de diamètre D. Le fluide est
newtonien incompressible, l’écoulement est permanent et établi.
1. Ecrire l’équation de continuité ainsi que l’équation de quantité de mouvement projetée sur les trois
axes du système en tenant compte des hypothèses ci-dessus.
2. Résoudre et donner la répartition de la vitesse, déduire l’expression de la vitesse maximale, du
débit et de la vitesse moyenne ainsi que la contrainte de frottement à la paroi.

EXERCICE N° 02:
Etant donné un écoulement laminaire de fluide réel entre deux plans parallèles séparés par une hauteur
H. Le fluide est newtonien incompressible, l’écoulement est permanent et établi.
I. On suppose que la plaque du bas (y = 0) est immobile et la plaque du haut (y = H) animée d’une
vitesse V0.
a- Ecrire les conditions aux limites pour la vitesse en y  0 et y  H
b- On suppose que le gradient de pression est nul dans ce cas (dp/dx = 0). Résoudre et donner la
répartition de la vitesse, déduire l’expression de la vitesse maximale, du débit et de la vitesse
moyenne de l’écoulement.
c- Faire le même travail pour un gradient de pression non nul (dp/dx ≠ 0).
II. Traiter le problème pour le cas particulier V0 = 0 (. On suppose que les deux plaques du bas et du
haut en y  0 et y  H sont immobiles)

EXERCICE N° 03:
On considère deux cylindres circulaires infiniment longs, coaxiaux, de rayons respectifs R1 et R2 > R1.
L’espace annulaire est rempli d’un fluide pesant, newtonien incompressible de masse volumique ρ.
L’axe Oz des cylindres est vertical. Le mouvement du fluide ne résulte que de la rotation uniforme de
chacun des cylindres : ω1 pour le cylindre intérieur et ω2 pour le cylindre extérieur. Le mouvement est
supposé permanent et de révolution (axisymétrique). De plus, on suppose que vz(r, z) = 0.
1. Expliciter les équations du mouvement en coordonnées cylindriques ainsi que les conditions aux
limites correspondantes
2. Résoudre et donner la répartition de la vitesse et de la pression en fonction du rayon.

EXERCICE N° 04:
Soit un écoulement unidirectionnel d’un fluide sur un plan incliné par rapport à l’horizontale d’un
angle α. L’épaisseur de la lame d’eau est (a). L’est est un fluide newtonien incompressible est en
écoulement laminaire, permanent et établi.
1. Tenant compte des hypothèses écrire les équations de quantité de mouvement et de continuité
2. Résoudre pour trouver la variation de la vitesse de l’écoulement. Déduire le débit volumique et la
vitesse moyenne

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICES SUPPLEMENTAIRES :
EXERCICE N° 01:
On considère un écoulement fluide compris entre deux cylindres coaxiaux de rayons respectifs R et
R avec   1. On étudie le cas d’un écoulement de fluide newtonien incompressible de masse
volumique ρ et de viscosité cinématique ν. On néglige le poids du fluide devant les forces de viscosité.
L’écoulement est supposé permanent et établi.
I. Le fluide est mis en écoulement sous l’effet d’un gradient de pression entre l’entrée et la sortie de
P
la conduite  0 . On suppose que les deux cylindres sont immobiles :
x
a. Écrire les conditions aux limites pour la vitesse en r  R et r  R

r
R

kR
x

b. En simplifiant les équations de Navier-Stokes données en annexe :


i) Montrer que vx(r) est solution d’une équation différentielle ordinaire en utilisant les deux
conditions aux limites déjà précisées. ii) Déduire le débit et la vitesse moyenne.
c. Donner l’évolution de la contrainte dans l’espace annulaire. Donner l’expression de la vitesse
maximale, sachant que cette vitesse maximale se produit au point où  rx  0 .

EXERCICE N° 02:
On considère le système constitué d’un fluide visqueux, incompressible, remplissant l’espace compris
entre deux cylindres coaxiaux infiniment longs. Le cylindre intérieur de rayon R1 tourne à la vitesse
angulaire constante ω, alors que le cylindre extérieur de rayon R2 est maintenu fixe.
On considère l’écoulement du fluide permanent et établi.
1. Etablir les équations différentielles qui régissent l’écoulement de fluide.
2. Montrer que la vitesse est de la forme u = ar + b/r est solution. Déterminer les constante a et b.
3. Déterminer les contraintes et en déduire l’expression du couple nécessaire pour assurer une rotation
du cylindre intérieur à vitesse angulaire constante.

EXERCICE N° 03:
Un fluide newtonien et incompressible s’écoule sous l’effet de la gravité sur un plan incliné d’un angle
α avec l’horizontale. L’épaisseur du fluide est constante et égale à h. L’écoulement est stationnaire,
suivant la direction x et de vitesse u(y) indépendante des variables x et z.
1. Ecrire l’équation du mouvement du fluide sous forme vectorielle en supposant que les forces
d'inertie sont négligeables devant les forces de viscosité.
2. Donner les composantes de cette équation sur les directions x et y. En déduire l'expression de la
pression p(y), puis de la vitesse u(y). On suppose que u(y=0)=0.
3. Donner l'expression du débit volumique à travers une section de hauteur h et de largeur unité.
A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB
Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
EXERCICE N° 04:
Soit l’écoulement permanent axisymétrique unidirectionnel d’un fluide newtonien et incompressible
sous l’effet de la gravité dans une conduite cylindrique de rayon R inclinée d’un angle α avec
l’horizontale. Dans le cas d’un gradient de pression nul :
1. Ecrire l’équation du mouvement du fluide sous forme vectorielle en supposant que les forces
d'inertie sont négligeables devant les forces de viscosité.
2. Donner les composantes de cette équation sur les directions. En déduire l'expression de la pression,
puis de la vitesse.
3. Déterminer l’expression de la contrainte tangentielle à la paroi
4. Préciser la position de la vitesse maximale et son expression.
5. Donner l'expression du débit volumique puis déduire la vitesse moyenne.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
SERIE D’EXERCICES N° 04
(Similitude et analyse dimensionnelle)

EXERCICE N° 01:
Une maquette d’avion est réalisée à l’échelle 1/10. Elle décolle à la vitesse de 50 km/h. En négligeant
l’influence des variations du nombre de Reynolds sur Cz (coefficient de portance), calculer la vitesse
de décollage du prototype.

EXERCICE N° 02:
En utilisant l’analyse dimensionnelle, trouver une relation entre la perte de charge linéaire dans une
conduite (Δp) et les différentes variables intervenant dans l’écoulement d’un fluide de masse
volumique (ρ) et une viscosité (µ) dans une conduite de diamètre (D) et de longueur (L).
La vitesse du fluide est U et l’accélération de pesanteur g.

EXERCICE N° 03:
Un écoulement laminaire incompressible et développé entre deux plaques planes dont l’une se déplace
avec une vitesse uniforme U par rapport à l’autre est connu sous le nom d’écoulement de couette.
Dans cet écoulement, la vitesse u(y) en un point dépend de y, de la distance de séparation h entre les
plaques, de la vitesse relative entre les plaques, du gradient de pression dp/dx imposé à l’écoulement et
de la viscosité du fluide. Trouver une relation sous forme adimensionnelle en exprimant U en termes
de variables indépendantes.

EXERCICE N° 04:
On considère la résistance d’une sphère placée dans un écoulement uniforme. Dans ce cas les effets
des forces de gravité pourront être négligés devant les effets inertiels. Les quantités physiques
influençant la traînée T de cette sphère sont : le diamètre d de la sphère, la vitesse U de l’écoulement
autour de cette sphère, la masse volumique ρ et la viscosité dynamique μ. Trouver les nombres
adimensionnels de ce problème.

EXERCICE N° 05:
Considérons un écoulement incompressible d’un fluide newtonien. On désire rendre les équations de
continuité et de Navier-Stokes sans dimension. Procéder à l’adimensionnalisation des équations de
mouvement. Définir les différents nombres sans dimension qui apparaissent.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

ANNEXE A:
(Notations indicielles)
Les composantes d’un vecteur V sont notées Vi i = 1, 2, 3 ; celles d’un tenseur V sont notées Vij , i
= 1, 2, 3 et j = 1, 2, 3.

Tout indice figurant deux fois dans tout groupement multiplicatif implique sommation sur cet indice
(convention d’Einstein) :

i 3
Ai Bi   Ai Bi  A1 B1  A2 B2  A3 B3
i 1

De même cette convention peut être étendue à tout indice figurant dans un opérateur de dérivation
partielle :

Ai j 3
A A A A
B j   i B j  i B1  i B2  i B3
x j j 1 x j x1 x2 x3

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

ANNEXE B:
(Coordonnées cartésiennes)
1. Vecteur

OM  xe x  ye y  z e z

Soit un vecteur arbitraire en coordonnées cartésiennes : V  vi ei  v x e x  v y e y  v z e z

En notation matricielle on écrira parfois :

 vx 
 
V   v y  , d’où le vecteur transposé : V  v x vz 
T
vy
v 
 z

2. Produit scalaire
Le produit scalaire de deux vecteurs :

 vx 
 
U  V  U  V  u x u z  v y   u x v x  u y v y  u z v z
T
uy
v 
 z
Ou en notation indicielle :

U  V  ui ei  v j e j  ui v j ei  e j  ui v j  ij  ui vi

1 i  j
Avec : ei  e j   ij et  ij est le symbole de kronecker avec :  ij  
0 i  j

3. Produit vectoriel
Le produit vectoriel de deux vecteurs :

 uy vy 
 
 uz vz 
 u x   vx  
    u vx   u y v z  u z v y 
U  V  u y   vy     x    u z vx  u x vz 
u   v   uz vz   
 z  z  u vx  u x v y  u y vx 
 x 
 uy vy 
 

4. Produit tensoriel
Le produit tensoriel de deux vecteurs :

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

 ux vx uxvy u x vz 
 
U  V  U  V  u i v j ei  e j   u y v x uyvy u y vz 
u v uzvy u z v z 
 z x

5. Gradient
Le gradient d’une fonction scalaire en coordonnées cartésiennes est donné par:
f f f f
grad f   f  ei  e x  e y  e z
xi x y z

Avec :  est l’opérateur nabla donné par :

 
 
 x 

 
 y 
 
 
 z 
Le gradient d’un vecteur en coordonnées cartésiennes est donné par:

 v x v x v x 
 x y z 
 
vi v y v y v y 
gradV    V  ei  e j  
x j  x y z 
 v v z v z 
 z 
 x y z 

6. Laplacien
Le Laplacien d’une fonction scalaire en coordonnées cartésiennes est donné par:
2 f 2 f 2 f
f   
x 2 y 2 z 2
2 2 2 2
Avec :        
x 2 y 2 z 2

7. Divergence
La divergence d’un vecteur en coordonnées cartésiennes est donnée par:


div V    V 
vi v x v y v z
x j

x

y

z

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

La divergence d’un tenseur d’ordre 2 :

 Axx Axy Axz 


   
 x y z 

div A    A 
Aij
x j
 Ayx Ayy Ayz 
ei  
x

y

z 
 
 Azx  Azy  Azz 
 x y z 

8. Rotationnel
Le rotationnel d’un vecteur en coordonnées cartésiennes est donné par:

 v z v y 
  
 y z 

rot V    V   ijk
v j
xi
v v
ek   x  z 
 z x 
 v y v 
  x
 x y 

9. Operateur d’advection
  
V    vx  vy  vz
x y z
L’advection d’un scalaire

V  f  v x
f
x
 vy
f
y
 vz
f
z
L’advection d’un vecteur

 v x v x v x 
 v x x  v y y  v z
 
 V    vx   z 

  
  
V    V   V    v y   v x
 x
v y
 vy
v y
 vz
v y 
z 

 
V  v  
z  v
y
v
vx z  v y z  vz
v z 

 x y z 

10. Equations de la mécanique des fluides


L’équation de continuité en écriture vectorielle :

  
t
 
 div V  0

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

La projection de l’équation est donnée par :

  v x  v y  v z 


   0
t x y z
L’équation de quantité de mouvement s’écrit :


 V
 t
  

 V  grad  V   div    g

 
La projection de l’équation de quantité de mouvement :

  v x v v v   xx  xy  xz
    v x x  v y x  v z x      g x
  t  x  y z  x  y  z
  v v y v y v y   yx  yy  yz
    vx  vy  vz     g y
y

  t x y z  x y z
  v v v v   zx  zy  zz
  z  v x z  v y z  v z z      g z

  t x y z  x y z
Pour un écoulement de fluide newtonien :

   pI   avec :    D où D 
1
  T

 gradV  gradV 
2



On obtient l’écriture finale connue sous le nom des équations de Navier-Stokes :

  v x v v v  p   ²v x  ²v x  ²v x 
    v x x  v y x  v z x           g x
  t  x  y z  x   x ² y ² z ² 
  v v y v y v y  p   ²v y  ²v y  ²v y 
    vx  vy  vz           g y
y

  t x y z  y  x ² y ² z ² 
  v v v v    ²v z  ²v z  ²v z 
   z  v x z  v y z  v z z    p   

  t x y z  z  x ²  y ²  z ²   g z
 

En dehors des coordonnées cartésiennes, il n’est pas nécessaire d’apprendre les


expressions des opérateurs (sauf peut-être celles du gradient !) ; s’il le faut, l’énoncé les
donnera.

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

ANNEXE C: Coordonnées cylindriques


1. Vecteur

OM  r er  z e z
En coordonnées cylindriques :
 x  r cos 

 y  r sin 
z  z

La base locale en chaque point est donnée par :
er  cos  e x  sin  e y

e   sin  e x  cos  e y

e z  e z
En coordonnées cylindriques les composantes d’un vecteur sont notées :

V  vi ei  vr er  v e  v z e z
En notation matricielle on écrira :

 vr 
 
V   v  , d’où le vecteur transposé : V  vr vz 
T
v
v 
 z

2. Gradient
Le gradient d’une fonction scalaire en coordonnées cartésiennes est donné par:
f 1 f f
grad f   f  er  e  e z
r r  z
Le gradient d’un vecteur en coordonnées cylindriques est donné par:
 v r 1 v r v v r 
 r 
r  r z 
v  v 1 v v r v 
gradV    V  i ei  e j     
x j  r r  r z 
 v z 1 v z v z 
 r r  z 

3. Laplacien
Le Laplacien d’une fonction scalaire en coordonnées cartésiennes est donné par:
1   f  1  2 f  2 f
f  r   
r r  r  r 2  2 z 2

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

4. Divergence
La divergence d’un vecteur en coordonnées cartésiennes est donnée par:
1 rvr  1 v v z

div V    V 
r r

r 

z

La divergence d’un tenseur d’ordre 2 :

 Arr 1 Ar Arz Arr  A 


 r  r   z  r 


  
A 1 A A A Ar
div A    A   r  
r

 z 
 r r  z r 
 Azr 1 Az Azz Azr 
    
 r r  z r 

5. Rotationnel
Le rotationnel d’un vecteur en coordonnées cartésiennes est donné par:

 1 v z v 
 r   z 
 v v 

rot V    V  

r

z r
z


 1 rv  1 v r 
 r r  r  
 

6. Operateur d’advection

    1  v   


v r  v     vz 
 r  r  r  z 
   
V  grad  V    v r

r
 1  v r 
 v     vz
 r  r 
  
z 
 
   v     
vr   vz
 r r  z 
L’advection d’un scalaire

 f  1 f v  f 
v r  v     vz 
 r  r  r  z 
   
V  grad f  V    v r
f
r
 1 f v r 
 v     vz
 r  r 
f 
z 
 
 f v f f 
vr   vz
 r r  z 

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

L’advection d’un vecteur

 v r  1 v r v  v r 
 v     vz
 
 V    vr  
 vr
r  r  r  z


    
  
V  grad V  V    V   V    v   v r
v  1 v v r 
 v     vz
v 


 
V  v  
z
 
r  r 
v v v
r 
v
z


vr z   z  v z z
 r r  z 

7. Equations de la mécanique des fluides


L’équation de continuité en écriture vectorielle :

  
t
 
 div V  0

La projection de l’équation est donnée par :

  1   rvr  1 v  v z 


   0
t r r r  z

L’équation vectorielle de la quantité de mouvement s’écrit :


 V
 t
  

 V  grad  V   div    g

 

La projection de l’équation est donnée par :

  v r v r v v r v2 v r   rr 1  r  rz  rr   
    vr     vz       g x
  t  r r  r z  r r  z r

  v v v v vv v   r 1    z 2  r
   vr     r   vz        g y
  t r r  r z  r r  z r
  v v z v v z v z   zr 1  z  zz  zr
  z  v r    vz      g z
 
 t  r r   z   r r  z r

Pour un écoulement de fluide newtonien :

   pI   avec :    D où D 
1
  T

 gradV  gradV 
2



On obtient l’écriture finale connue sous le nom des équations de Navier-Stokes en coordonnées
cylindriques:

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

  v r v r v v r v2 v r  p   ²v r 1 v r v 1  2 vr 2 v  ²v r 
    vr     vz         r2  2  2    g x
  t r r  r z  r  r ² r r r r  2
r  z ² 

  v v v v vv v  1 p   ² v 1 v v 1  2 v 2 v r  ² v 
   vr     r   vz          2  2  2    g y
  t r r  r z  r   r ² r r r r  2
r  z ² 
  v v z v v z v z  p   ²v z 1 v z 1  2vz  ²v z 
  z  v r    vz       2    g z

  t  r r  z   z   r ² r r r  2
z ² 

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)

ANNEXE D:
(Diagramme de Moody)

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB


Université A. Mira
Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique (2018/2019)
REFERENCES
BENHAMOUDA R., NOTIONS DE MECANIQUE DES FLUIDES , COURS ET EXERCICES CORRIGES ,
2008, CENTRE DE PUBLICATION UNIVERSITAIRE , TUNIS.
AMIROUDINE S ET BATTAGLIA J.L, MECANIQUE DES FLUIDES , COUS ET EXERCICES
CORRIGES , DUNOD, P ARIS , 2011
BASE NATIONAL DES SUJETS D’EXAMENS DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL FRANÇAIS.
S. CHAUSSEDENT, T RAVAUX DIRIGES DE MECANIQUE DES FLUIDES , UFR SCIENCES , UNIVERSITE
D’ANGERS .

A. BENSLIMANE (benslimane.ah@gmail.com) DGM/FT/UAMB