Vous êtes sur la page 1sur 424

@,;tecteui clu, ttaductio-n.6 'et ~ eotie~onda-nce e't1.

a1~te
~'nan<M6 l'<ff~,1u:1e @ttonia-1-i,.

1
BEl)ROS KERESTEDJIAN
,
NIATERI1\lJX
POUR UN DICTION·N_AIR. E
Él,YM 0 LO(~ I QUE
DE LA LANGUE TURQlJE
CONTENANT L'ÉTYMOLOGIE
DES rvtOTS DE LA LANGUE TURQUE OTTOMANE ET ORIENTALE
ET L'ORIGINE DES MOTS ÉTRANGERS DÉRIVES
DES LANGUES SÉMITIQUES, INDQ-IRANIENNES, CLASS IQUES
ET EUROPÉENNES
PUBLIÉ PAR KEREST HAIG
SUIVI DE
GLANURES ÉTYMOLOGIQUES DE MOTS FRANÇAIS D'ORIGINE
INCONNUE OU DOUTEUSE

t1
_-:-_J

AivfSTERDAïVI

PHILO PRESS
1
1 1971
11·
1

l
J>J
f ISBN 90 6022 036 6
i. REIMPRESSION 1971 DES EDITIONS DE LONDRES i 912 & CONSTANTINOPLE 1891
i
.,f
PRINTED IN THE NETHERLANDS

J
i
1
i
,
MATERIAUX
POUR UN DICTIONNAIRE
ETYMOLOGIQUE
DE LA LANGUE TURQUE

..
...
u

NOTE DE L'ÉDITEUR

LA publication de ce livre est un pieux hommage, renc,lu


par ses neveux Kerestedjiari· B_erdj~ ·çt. Haig, ~ 1a ·~émo_ire
de l'auteur, qui, à sa mort,_. le. fe.~r-~· f~'gliâ.... à - l'éi~t
..~
-·..·de
.......,..
manuscrit, parmi d'autres ouvrages appelés à paraître par. la
suite, notamment "l'Étymologie de la langue arménienne";
c'est, du · moins, le désir des héritiers de les publier après
celui-ci, auquel, comme cela par~issait être l'intention de
l'auteur, ils accordent le premier rang.
C'est qu'en effet, Bedros Effendi Kerestedjian, dans
ses fonctions de directeur des traductions et de la corre-
spondance étrangère au ministère qes finances de l'Empire
Ottoman, pendant une quarant{ine d'années, avait eu
chaque jour l'occasion de constater combien un dictionnaire
étymologique de la langue turque serait précieux aux
étudiants, aux philologues, et à tous les amis de cet idiome
riche et imagé. Et voilà pourquoi, malgré l'énorme travail
imposé par ses fonctions officielles, travail dont il s'acquittait
avec une consdence et un zèle qui ne se sont jamais
démentis, il n'hésita pas à entreprendre ce labeur colossal
que so.n énergie sut achever heureusement.
Nous ne nous dissimulons pas que cette édition serait
inqiscutablement plus parfaite si l'auteur en avait lui-même
surveillé l'impression et corrigé les épreuves. Affirmons
cependant, que l'éditeur n'a rien épargné de ses soins et de
;on temps, pour l'avoir, du n1oins, identique au manuscrit.
On n'a pas hésité à ajouter, comme supplément de cette
édition, l'intéressant ouvrage que l'auteur édita en 1891
'
;ous le titre de Glanures Etymologi'q~es, démontrant des
origines orientales pour quelques mots français d'origine
inconnue ou douteuse.
iv NOTE DE L'ÉDITEUR

A part les explications étymologiques, le lecteur trouvera


beaucoup de matières intéressantes-mots étrangers intro-
duits et conservés tels quels dans la langue turque, locutions
adverbiales et onomatopéiques, particules intensives, thèmes
verbaux, etc.-et il lui sera facile, après avoir parcouru les
pages de ce livre, de reconnaître la scrupuleuse probité
scientifique de l'auteur et de comprendre l'admiration que
lui avaient vouée ses professeurs et confrères, d'abord,
lorsqu'il étudiait à Paris en 1855 à l'Ecole arménienne
Mouradian, puis, à Londres et enfin, à Constantinople.
Cet homme de bien, ce savant disciple des lettres, non
seulement professait le noble idéal d'être utile au monde
savant et à l'humanité, mais il aimait et servait loyalement
la nation à laquelle les évènements l'avaient rattaché, et
c'est avec ce sentiment qu'il poursuivit son œuvre.
Ce dictionnaire, qu'il eut été heureux de voir de son
vivant entre les mains de tous ceux qui sont appelés
à cultiver les langues o'rientales, facilitera considérablen1ent
leurs études et leurs recherches.
C'était le vœu de rauteur, c'est ·le plus cher désir de ses
neveux qui s'estimeront amplement recon1pensés de leurs
peines si le résultat espéré est atteint.

LONIJH.ES, le 31 Juillet, 1912.


I

PREFACE
1. L'humble travail que nous offrons aux linguistes
s'occupant d'études orientales, n'a point la prétention
d'être un ouvrage étymologique proprement dit. Il n'est
ni plus ni moins que ce qu'indique son titre: un recueil
de matérîaux destinés à faciliter, en partie, la compilation
d'un dictionnaire étymologique de la langue turque
(orientale et occidentale).
11. Les n1ots marqués d'un astérisque sont ceux qui
n'appartiennent pas au fonds turc, mais qui, par nécessité
ou par superfétation, ont acquis droit de cité dans cette
langue. On sait que le turc, et plus spécialement Je
dialecte occidental ou ottoman de cette langue, se
compose de trois éléments principaux : ~~
------------
ment dit, l'arabe, et le persan. C'est dans les domaines
-- --- ------
religieux, judiciaire, scientifique et li ttéraire que pré-
dominent les vocables et expressions empruntés à l'aral>c
et au persan. Quant aux emprunts faits aux autres
langues, ils portent principalement sur les term es
n1ari ti1nes, commerciaux, financiers, industriels et agricoles,
qui se sont imposés à l'adoption des hordes turco-tatares,
dès que leurs incursions victorieuses curent fini par les

--------
~ol corn1uis et les mettre en contact avec
· la civilisation occidentale.
---
Certains termes hétérot!ènes
semblent remonter même à une époque encore ...... plus
éloignée ; ce fait n'a rien qui doive surprendre, si l'on
considère, qu'indépendamment des relations __
·-·---existant entre
tatares et byzantins, la conquête et l'occupation, bien
...

antérieures, de la Bactriane par les Macédoniens (320


...... - -
!_ 12.Q_fi!:l.a. av. J :~:~' su ivies de l'invasion des Saces,
ont pu déjà exercer une certaine influence sur les
Vl PRitFACE

mœurs et les idiomes des différentes peuplades de l'Asie


Centrale.

III. Pour les vocables d'origine turque (ottomane


et tchéghataï), nos comparaisons n'ont pas été restreintes
aux seules langues agglutinantes. D'amples matériaux
ont été recueillis dans le champ des autres grandes
divisions de langues et, principalement, de celle connue
sous la dénomination collective d'indo-européenne. La
théorie de l'unité originelle des langues doit fournir notre
unique excuse pour ce procédé insolite.
Après les travaux remarquables de savants tels que
~~~~~~-~ ~a}.dt J.. a.~~~el}1 • ~ath~!11J-.~_epsius, ~.,
bon nombre de linguistes en sont arrivés à ne plus
considérer cette théorie con1me une hérésie scientifique.
En effet, les études analytiques, qui ont été poursuivies
jusqu'ici exclusivement dans les limites infranchissables
tracées au domaine de chaque groupement, loin d'aboutir,
comme on s'y attendait, au rejet complet de la théorie dont
il s'agit, ont plutôt fourni de nouveaux éléments de preuve
en sa faveur, et les conclusions qui se dégagent successive-
ment de ces études c.ontribuent, de plus en plus,. à aplanir
la voie aux travaux synthétiques appelés à consacrer
définitiven1ent le principe de la comn1unauté d'origine de
tous les idion1es connus.
Dans un ouvr<i;ge intitulé ~Les prùtcifaux problèrnes de

----
{a science du lang_-a,!(e, l'éminent théologien et linguiste
allemand, le Dr. Giesswein, considère, fort judicieusement,
les langues comme l!s rayons d'un seul et même cercle,
lesquels, à n1esure qu'il s'éloignent du point centra],
s'écartent davantage les uns des autres.
M_~~ avait déjà fait pressentir, dans ses~
!!!:!:- la scù1nce du lan,!?_age, l'inanité d'assigner, par principe,
des origines différentes aux langues dont les éléments
matériels et morphologiques sont, en apparence, essentielle-
ment distincts. " Les linguistes qui s'en vont répétant,
l'l-t l~FACE Vll

dit-il, que)'impo3sibilité de dresser une table généalogique


de toutes ks lan.~·u es démontre clairement que le langage
humain n'a pas pu avoir une origine commune, ne font . là
qu'une de ces assertions dog1natiques qui entravent la libre
111arche de la science indépcndantc."
Ces paroles doivent constituer, à la fois, notre justi-
fication et notre ckvise.
1V. Nous avons pris pour type le turc, ottoman et
tchégataï, parcequïl est plus cultivé et, conséquemment,
plus répandu et mieux connu que ses autres congénères.
Nous avons placé, côte à côte, les vocables a ppartenant
à chacun de ces deux dialectes, en inarquant seulement
les mots vieux-turcs par des parenthèses ou par les
abréviations t. or1 (turc oriental ).
La n~cessité de rendre cet opuscule aussi pe u
volumineux que possible, ne nous a pas permis de faire
ressortir, tant soit peu, pour chaque vocable turc, l'alliance
radicale ou les concordances phonétiques des mots com-
parés; pour peu que l'on se soit occupé de linguistique,
on saura relever assez facilem ent ces points essentiels.
Nous laissons donc entièrement aux savants spécialistes
le soin d'opérer, s'il y a lieu, un triage judicieux dans les
différentes données qui nous ont paru de nature à les guider
dans la fixation de l'étymologie du vocable proposé.
Pas n'est besoi n de faire observer, du reste, que
comparaison n'implique pas touj ours parenté ou filiation ;
les hypothèses ne sauraient être bannies du cadre d'un
travail de cette nature. Selon la parole autorisée de
A. Hovelaques, "le linguiste doit parfois se laisser guider
par de pures et simples préso mpt\ons, sans pourtan t que
celles-ci puisse.nt peser sur ses ~onclusions." "Quelque
répugnance que j'éprouve ponr les étymologies con-
jecturales," écrit d'autre part J1,4les llaissac, " je ne puis
renoncer aux hypothèses appuyées d'arguments respect-
ables; la science n'a pas d'aucre origine que ce procédé."
...
Vlll PRÉFACE

V. Afin de satisfaire autant que possible aux exigences


de la langue turque, nous avons cru devoir adopter, plus
ou moins fidèlement, l'ordre alphabétique turc qui s'établit'
comme suit:
A, E, 1, 0, Eu, U, Ou, Y, B, P, T (ou Th, qui se
prononce souvent comme d), Dj, Teh, Kh, D, R, Z, S
(ou Ç), Ch, Gh, F, Q (ou C), K, G, N (nasalisée), 1 L, 1V1,
N, V, H.
Soit, en tout, huit voyelles et vingt-deux consonnes.
Dans la transcription des mots turcs en caractères
français, l'orthographe a été adaptée plutôt à la pro-
nonciation qu'à la construction n1ême du mot. Toutes les,
lettres doivent être prononcées.
En g~néral, nous avons conservé les valeurs des
caractères français, tels que u, eu, ou, g (toujours dure),
j, n (ng, comme dans 'rang', 'seing', etc.), ch, h (toujours
aspirée), y (comrne en polonais, ou comme l'a roumain ou
l'e n1uet français, dans son intonation la . plus sourde).
BEDROS KERESTEDJIAN.

1
L'éditeur n'a pas pu trouver parmi les M SS. le groupe des mots com-
mençant par N (nasalisée).
NOTIONS PHILOLOGIQUES ET
É1'YMOLOGIQUES
ÉTVMOLocm.-Par ce mot, qui vient du grec €Tvµ,oç =vrai, et
"A.oryoi;; = discours, on est convenu de désigner cette science, partie ·
fondamentale de la linguistique et guide toujours utile de l'éthno-
graphie, qui consiste à remonter à la source des mots, à les suivre
dans leur dérivation, à les <lépouiller des altérations qui sont
venues les travestir, à étudier tous les changements qu'ils ont subis
et à les ramener ainsi à toute la simplicité de leur forme primitive.
Il n'est pas une science qui ait été plus diversement comprise
et qui soit devenue l'objet de systèmes plus étranges et plus
contradictoires.
Mr Villemain a donc eu raison d'écrire qu'elle est, selon le
caractère des recherches dont on la fait le but, ou bien une
curiosité futile et même paradoxale, ou bien, au contraire, une
étude féconde qui, d'un côté, tient à la partie la plus obscure de
l'histoire, de l'autre, à l'analyse de l'esprit humain, à l'invention
<les langues, à la perfection de la parole.
Bien plus, suivant le même écrivain, l'étymologie considérée
dans toute son étendue, l'étymologie complète et analytique, peut
devenir l'histoire de toutes les autres langues pour arriver à
celle-là seule <lont on étudie les origines.
C'est dire à quel point son domaine est immense et comment,
étant surtout ~1e sc~~~~Earaison, elle n'est possible que
par la réunion tardive de tous les éléments qui peuvent l'éclairer.
Avant d'arriver à poser sur une large base la science étymo-
logique, il a fallu lui faire traverser bien des siècles d'erreurs, tous
signalés par des systèmes plus hésitants, plus incomplets et
surtout plus absurdes les uns que les autres. L es Grecs, par
~

exemple, qui s'en occupèrent beaucoup, mais sans jamais com-


prendre quel pouvait être son intérêt historique et littéraire,
restreignirent, presque toujours, l'étymologie à l'étude exclusive
~gu~. Ne soupçonnant p~s qu'iT -pôt~ ;v~ir-~1; (di;m;y
type duquel le leur avait pu découler, ils tiraient toute la langue
grecque d'elle-même, et, comme Platon le tenta dans le Cratyle,
ils parvenaient parfois à se le prouver par une suite de dérivations
forcées, mais ingénieuses, et en épuisant en tours de force toutes
\~
x NOTIONS PHILOLOGIQUES ET ÉTYMOLOGIQUES

les finesses de la plus subtile ~_l?Èysiq~~ appliquée à l'étude


des langues.
La science moderne s'est étonnée de tous ces efforts adroits,
mais elle ne les a pas moins mis à néant ; elle a prouvé que tous
ces mots dont Platon avait fait des composés et <les dérivés grecs,
venaient tout simplement de radicaux hé_!:>raïgues ou sanscrits, et
l'on a pu se convaincre ainsi que l'étymologiste philosophe, en se
faisant trop exclusivement grec dans ses recherches, s'était laissé
dominer, comme on l'a spirituellement remarqué, par un préjugé
semblable à celui des Athéniens s~-~=-~-~Xa_!lt nés de l_a. .Jer~ qui_!e~
Eortait.
Platon, dans son travail d'analyse sur la langue grecque, ne
s'était pourtant pas seulement préoccupé des dérivés, il avait
aussi, parfois, voulu remonter aux radicaux ; mais, comme il ne
connaissait pas les langues sources de la sienne, ni le sanscrit, ni
l'hébreu, il erra toujours dans le vide. Il eut pourtant une pensée
vraie, mais applicable seulement à une langue mère, ce que du
reste il pensait qu'était la langue grecque: c'est que les mots,
dans l'origine, ne durent pas être imposés arbitrairement, mais

-----
déterminés, au contraire, par un secret rapport de forme et surtoyj:
de son avec la chose ~xprimée: "Suum a natura rebus in esse
nomen," dit-il dans le Cratyle, " . . . quandum. 1zomù1um proprù-
tatem ex rebus z'pst"'s ùinatam esse," etc., et il donna ainsi la
première idée de l'étymologie ~ laquelle on sera
bien forcé de revenir quand on aura à agir sur les langues
radicales et non plus seulement sur les idiomes de formation
secondaire.
Dans tous les âges de la littérature grecque, on comprit l'utilité
des travaux étymologiques ; mais toujours aussi, par l'absence de
bases solides et certaines, cause des erreurs de Platon, on n'en fit
que des prétextes à dissertations oiseuses, à thèses subtiles et
vaines. ~~ surtout s'y donnèrent, aussi bien que les
jurisconsultes qui, par excès de conscience, ne voulaient jamais
employer dans leurs lois un mot dont ils ne savaient pas la
provenance légale. C'est d'après ceux-ci que Cicéron établit
l'étymologie de FIDÉLITÉ, "mot qui vient," dit-il, "de ce que la
fidélité consiste à faire ce qu'on dit ou plutôt, ce qu'on promet:
Credamusque quz'a FIAT quod dz'ctum est appellatam FIDEM."
Quelques grammatistes du temps de Plutarque, qui s'en moqua
finement, se firent grands 'extracteurs', comme eût dit Rabelais,
et surtout. imperturbables inventeurs d'étymologies. Ceux de
l'école d'Alexandrie, en tête desquels marchait Aristarque, firent
plus encore, et n'arrivèrent aussi qu'à des erreurs plus min~tieuses.
NOTIONS PHILOLOGIQUES ET ÉTYMOLOGIQUES XI
.'

Quoique travaillant sans criterium sûr, ils voulaient donner quand


même la raison de tous les mots ; mais, par tous leurs immenses
efforts, ils n'arrivèrent qu'au ridicule de ce Chrysippe dont Cic~ron
a dit en le raillant : "JI.[agnam molestiam suscepit Chrysippus,
redde_re rationem omnium verborum." Les historiens et les
géographes tombèrent dans le même travers pour ce qui regardait
les noms des lieux et des villes; ce sont ceux-là surtout qui firent
voir combien l'imagination des Grecs savait être féconde, mêm.e
dans les choses où elle avait le moins à faire. On sait, dit à ce
propos Mr Letronne, qu'ils ~'étaient jamais embarrassés pour
donner une origine à leurs villes ; ils avaient bientôt forgé un
héros du même nom, ou inventé une petite circonstance qui
fô~~nissait,-toi.it-dé--suite, une étymologie plus ou moins naturelle.
Cette méthode aussi commode que vicieuse,. se retrouve chez les
étymologis.tes latins, chez ceux du moyen-âge, et même elle n'est
pas tout à fait perdue de notre temps.
Varron, Festus, Verrius Flaccus, et tous les grammatistes de
Rome, qui relevaient directement <;le ceux de la Grèce et qui
avaient de droit hérité de leurs erreurs en fait d'étymologie,
procédèrent comme avait fait P laton, Chrysippe, et les autres.
Tous leurs efforts n'aboutirent qu'à un ressassement inutile de
tous les mots latins, décomposés par ~;ïlabes le~~~ apr~ l~s
autres, pour se recomposer ensuite les uns par les autres : ce ne
fut qu'un· long travail de la langue latine remaniée en tous sens
et retournée sur elle-même.
Quelques-uns, dont Lucilius s'est tant moqué, et qui voulaient
au contraire accoler à chaque mot latin une origine grecque,
s'épuisèrent en sübtilités plus fausses eticore et qui ne sont
comparables qu'à ces élucubrations des éplucheurs d'étymologies
du Moyen-âge et de la Renaissance, qui voulaient retrouver dans
l'antiquité toute notre langue française, les uns prenant parti pour
le latin, les autres pour le grec.
Ceux, au moins, des grammatistes romains, qui avaient voulu
tirer la langue latine d'elle,même, étaient arrivés parfois à des
analyses habiles, à des synthèses heureuses qui, peu à peu, les
avaient même amenés à la découverte de '' ~K~.~-~
~ science dont nous trouvons les rudiments dans
Festus et dans Verrius Flaccus, et qu'on eut le tort de pousser
trop loin dans ses déductions et d'exagérer chez nous au XVImc
siècle.
Mais, nous le répétons, ceux qui voulurent extraire tout Je
latin du grec, cherchant l'origine du tout dans la plus mince et
la plus nouvelle de ses parties, n'aboutirent qu'à des résultats
Xll N OTIONS I>IIILOLOGIQUES ET tTYl\IOLOGIQUES

ridicules, dont se moqua la science et dont s'indigna l'orgueil


national. Il y eut de vie ux Romains qui, par haine de ce système,
rejetèrent tous les mots ayant une allure quelque peu hellénique.
Tibère, par exemple, fit faire le procès au mot emblema, accusé
<l'être grec, et le fit rayer du latin par arrêt du Sénat (Suétone,
Tib. cap. 7 I ).
Pendant toutes les périodes littéraires du Moyen-âge, que la
connais:-;ance des langues orientales ne fait qu'effleurer lors des
Croisades, mais ne pénètre pas, et où l'on semble avoir à honneur
de m~pri se r souverainement les idiomes du Nord, pour s'en tenir
à la vieill e routine du latin et du grec, la science étymologique ne
fait pas le moindre progrès. (Voir: Le G/ossqJre__ _5:1.e J..~~!l. d e
Garlande ( zde moitié du ~c siècle) ; les écrits ·de Henri Estienne
(xv1<= siècle) ; l'ouvrage de l'or léanais Trippault, de Maigret, de
l'abbé Dangeau, de Duclos, de Fauchet, d'Etienne Pasquier, et de
Ménage ( 1680) dont le Dictionnaire fut continué par La Monnoye
et par Duchat.)
Peu de temps après que Ménage eut publié son Dictionnaire, ·
la linguistique commença à faire des progrès; enfin, le domaine de
l'étymologie s'étend et s'ag randit de tous les idiomes noyveaux dont
elle ab<:>rde l'étude. Mais, par malheur, chaque langue nouvelle-
ment étudiée reste longtemps comme le monopole du savant
qui a entrepris cette étude, et qui, pour se faire plus d'honneur de
sa science, se fait un devoir d'accroître l'importance de la chose qui
en est l'objet. Pour lui, l'idiome qu'il étudie devient naturellement
la source de tous les autres. Guichard Mosino, Thomassino,
µarcequ'ils savent l'hébreu, veulent prouver que c'est la souche
de toutes les langues conn ues. .@teliu""aj parcequ'il est hongrois
de naissance, et que sa science est d'hébraïser, fait aussi dépense
d'une énorme érudition pour démontrer que rhébreu et le hongrois
dérivent l'un de l'autre. Les auteurs anglais de l'histoire universelle
se prenne nt d'une même passion pour le hongrois et veulent
prouver qu'il existe entre Jui et le celtique la plus intime affinité.
Gorop Becan va plus loin: "c'est d'un patois, c'est du flamand
qu'il fait l'idiome primitif."
Le président <le Brosse, s'occupant des làngues primitives,
avait ingénieusement avancé, - suivant en cela l'étymologie
onomatopéique de Platon et de Nigidius,-que les mots n'ont pas
~té institués par convention ; qu'ils ont dû être, dans' l'origine,
conformes à la nature des choses.
V ers le même temps, Court de Gébelin avait de nouveau
arrêté la marche de la science avec ses systèmes arbitraires et
capricieux et ses dictionnaires soi - disant étymologiques.
NOTIONS PHILOLOGIQUES ET ÉTYMOLOGIQUES x111

Quelques excellents mémoires du recueil de l'Académie des


I11scriptions n'avaient rien fait pour rétablir l'étymologie dans la
bonne voie, même ceux de Larcher, qui avait pourtan t émis sur
cette science les plus saines iàées. Il disait, qu'avec la fili ation
des termes d'une langue, on sent celle des i<lées et des con-
naissances d'un peuple, les progrès qu'il a faits dans les lettres,
les sciences et les arts, et l'on acquiert plus de facilité pour la
parfaite intellige nce des auteurs ancien s.
Mais un système embrassant complètem ent toute la science
étymologique était encore une utopie. A la fin du xvue siècle,
l'Acadé mie française, publiant son Dictionnaire, e n avait rejeté les
étymologies, par une défiance prudente pour le peu de certitude
de ce lles qui étaient alors en cours. Un siècle après, \tV illiam
Jones disait encore: "quant aux rapports des mots entre eux,
à leurs ressemblances et à leurs dissemblances apparentes, il faut
s'en rapporter pour cela à l'instinct des étymologistes."
Ainsi, à défaut de système certain, l'étymologie n'était qu'une
su ite d'intuitions plus ou moins subtiles et capricieuses. C'est ce
qu'elle a enfin cessé d'être, grâce aux profondes études des savants
Je l'Europe depuis un dem i-siècle, grâce surtout aux travaux des
linguistes de l'Allemagne du Nord, à la tête desquels ont marché
Frederick Schlegel, J acob Grimm Bo p, et le Danois Rask.
- -cesîiôtfOns acqu ises vers le même temps sur les langues d u
Nord et de l'O rient jusque là inaccessibles, et dont l'étude nous
a, tout d'un coup, mis a découvert la source principale des langues
grecque et lati ne, le grand travail de M r. Raynouard sur les
idiomes dérivés de celle-ci et sur la gé néalogie complète des
langues celto-romalnes, ont aussi puissamment contribué à aplanir
la route- et à forffi;;f1a base sur laquelle s'est établi le premier
!'ystème étymologique solide et rationnel.
Ce système consiste à distinguer d'abord trois sortes de mots :
Ceux de forme simple et primitive, les RADICAUX ; ensuite, les
CO:\fPOS~:s, fa its des débris de plusieurs radicaux ; puis. les DÉRIVÉS,
radicaux plus ou moins altérés ·dans leur forme ou seulement dans
leurs dés inences.
L 'étymologiste do it soigne usement établir la différence de ces
trois espèces: quand il opère sur les composés, montrer tous les
éléments radicaux qui les ont formés; quand il s'occupe, au
contraire, d'un mot dérivé, le dépouiller de ses altérations, de ses
désinences étrangères. Lorsqu'on est ainsi revenu a u radical, et
qu'on le tient dans toute sa pureté première, il faut lui-même le
prendre à part, chercher son origine, dire son histoire, en procédant
pour lui par l'étude éthnographique et historique, comme on
\'7
xiv NOTIONS PHILOLOGIQUES ET l~TYMOLOGIQUES

a procédé pour les autres par la philologie et la grammaire. Mais,


dans cette recherche du radical, il est beaucoup d'erreurs dont on
doit se garder. Il ne faut jamais adopter comme radical ou
THÈME,- ainsi que disent les étymologistes-, un son vague
n'appartenant à aucun dictionnaire, n'ayant la forme ni d'un
verbe, ni d'un substantif, ni d'un adjectif, et qui, au lieu d'être un
mot véritable, n'est que le rudiment d'un . mot, ou bien, comme l'a
dit Mr Edel. Duméril, l'expression d'une intuition à laquelle ne
s'associe aucune idée de gen~~ni d~_nombre, de te~2s ni de mode.
Tous les radicaux, enfin, doivent être ou une interjection, c'est-
à-dire, exprimer un sentiment quelconque, ou un verbe, c'est-à-dire,
désigner un acte, une modification réelle de l'existence, ou une
appellation substantive et adjective, c'est-à-dire exprimer une idée;
de telle manière que ces radicaux, ayant chacun leur sens propre,
puissent eux-mêmes, par leur ensemble, former une langue, la plus
simple, la plus naturelle de toutes, la langue primitive.
Procéder autrement, se laisser même prendre à des apparences
d'expression, voir, par exemple, un sens, un mot radical sous
chaque son, c'est tomber dans l'erreur de ces philologues égyptiens
du temps d'Hérodote, qui, cherchant quelle avait dû être la langue
primitive du monde, et ayant, pour cela, tenu un enfant loin de
toute société, prirent pour un mot phénicien le premier cri (beccos)
qu'il poussa et qui n'était en réalité qu'une imitation du bêlement
des chèvres dont on avait fait ses nourrices.
Si l'on travaille sur une langue de formation secondaire, c'est-à-
dire faite avec les débris des idiomes types plus ou moins disparus,
il faut d'abord savoir combien de langues primitives ont eu part
à cette forma~ion, et <lans quelle proportion chacune d'elles y est
venue apporter son contingent. Avant de chercher aussi à quel
idiome on pourrait reporter le radical dont on demande la source,
on doit être bien sûr de le tenir dàns toute sa pureté première, la
moindre altération pouvant le dénaturer au point de faire attribuer
à l'une de ces langues ce qui appartient à l'autre.
Lorsqu'il y ·a doute et qu'un mot semble appartenir à telle
langue aussi bien qu'à telle autre, il faut opter, comme Mr. Leo
conseille de le faire dans les Gloses Ma/béchiques, c'est-à-dire,
regarder qu'un mot appartient plutôt à la langue où il a de
nombreux dérivés qu'à celle où il reste isolé.
L'étymologiste ne doit pas s'effrayer, non plus, des différences,
plus apparentes que réelles, qui existent souvent entre un dérivé
et son radical.
Il est certain, comme l'a dit Mr. Ampère, que des mots dont
la physionomie semble, au premier coup d'œil, complètement
\v
NOTIONS PlllLOLOGIQUES ET ÉTY~IOLOGIQUES XV

différente, ont un rapport très réel. Ce savant cite comme


exemple le mot JOUR (qui, ce n'est pas douteux, dit-il, vient de
dies, diurnus, (l'italien) g·ior110, (vieux français) for), et ROSSIGNOL
(dont la racine est fucus, lucini'a, luciniola, (l'italien) ussignuolo).
La cause de ces étonnantes différences est le plus souvent dans
les formes sèches, précises et écourtées qu'affectent les langues
moderne5, par opposition aux formes harmonieuses, pleines et,
pour ainsi dire, luxuriantes en voyelles sonores! que revêtaient les.
langues anciennes.
Le génie des idiomes modernes est de toujours retrancher,
d'atténuer et d'amaigrir, en taillant, soit dans les syllabes initiales~
soit dans les désinences. Il ne lui faut plus des images, mais des
- - -----·-------....-~-.-----·-----
idées ;__i! ~~9-~ig:1~_!_<::>.~E5.. J_l Y~-~._Q-~2iK!!.~~ Les langues ont
commencé par être une peinture et une musique; elles finissent
par être un algèbre. C'est ainsi, par exemple, que le mot s>
harmonieux des Latins eleemoSJ'na ( EÀ.f1JftO<:TvvTJ), est devenu, en
passant par le vieux français almosne, le dur vocable anglais a/ms
que la prononciation mutile même encore en le proférant âms.
Il faut bien se ga rder aussi des systèmes d'étymologies faciles
qui n'approfondissent rien et s'arrêtent, pour ainsi dire, à la surface
des langues connues, de peur d'avoir à scruter des idiomes plus
ignorés. C'était la méthode de Ménage. I 1 est bon, par exemple,
de ne pas voir tout le latin dans le grec; il faut en chercher encore
les origines dans !'étrusque et dans l'osque. De même pour les.
langues dites celto-romaines, telle que la nôtre, par exemple, ce
n'est pas le latin seul qu'il faut interroger sur les origines. Langue
de troisième maiq, il dérivait d'id io1:nes reposant eux-mêmes sur
une langue fondamentale: le celtique, souche commune des idiomes
de 1' Etrurie, d'où le latin devait sortir, et de la langue ga uloise
dont se forma la nôtre.
B. K.


TABLE DES ABRl~VIATIONS
ad.f. adjectif. q.v. voyez ce mot.
if. comparez. . subst. substantif.
coma. commerce. 1. terme.
e.g. par exemple. /. mzl. terme militaire.
ex. exemple. 1. naut. terme nautique.
ùl., ibid. le même. 1. or 1• turc oriental.
nz"~. moderne. 1. oll. turc ottorr.an.
1
or • oriental. vqy. voyez.
pl'. pluriel.
'
TABLE DES MATIERES

1
'
NOTl-: DE L'EDITEUR Ill-IV

PRÉFACE (PAR L'AUTEUR) V-VIII

~OTIONS PHILOLOGIQUES ET ETY~fOLOGIQUES IX-XV

TABLE DES ABRÉVIATIONS XVlll

'
DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DE LA LANGDE

TURQUE (QUELQUES MATÉRIAUX POUR UN) 1-339


'
MOTS ETRANGl·:RS INTRODUITS ET CONSERVÉS
TELS QUELS DANS LA LANGUE TURQUE 341-55
LOCUTIONS ADVERBIALES ET ÜNOMATOPÉIQUES. 357-9
PARTICULES INTENSIVES 360-1
THJ~:MES VERBAUX 362-4

11
,
GLANURES ETYMOLOGIQUES DE MOTS FR:\:t\ C:\IS
,
D'ORIGINE INCONNUE ET DOUTEUSE r-.F
TABLE ALPHABÉTIQUE .

'
f
L
I
/

QUELQUES MATERIAUX POUR UN

DIC'l'IONNAIRE E'T\TMOLOGIQUI~

DE I .. A L.ANGUE 1'UH.OUE ,.;,,;

n
A -,
(),; Aï = Lune, et Mois lunaire .
.::;
(Comme en allemand 111ond et 111011at, ou anglais moon
.
et 111onth; berbère (Kel-oui) ayaglt = lune et mots ; persan
~

mah = id., id.)


Cf. assyrien ea = dieu de la lune; sumérien adu = id .,
et aku = la lune; polynésien aï = feu ; sanscrit agni = i<l. ;
gallinomero oho = id. ; chinois youéï = lune.
Pour la concordance littérale du sumérien adu avec le turc
ai: voyez J~.Ï nyaq. Enfin comparez le grec 'J,;,, nom donné
dans l'antiquité à la lune par les habitants cl' Argos, dont
le premier roi, Inachus, fonda une ville appelée Iopolis.
Voici ce qu'on lit . au ch. xxii de la Chronique byzantine
de Jean, évêque de Nikia, ouvrage composé en Egypte au
vii siècle, et dont 11. Zotenberg a donné une traduction faite
sur la ·version éthiopicirne <l'e la paraphrase arabe executéc
au commencement du xvii siècle (fonds éthiopien de la
Bibliothèque Nationale):" Inachus, de la race de Japhet, qui
n:gnait du côté de l'Occident, Je premier roi d'Argos, honorait
la lune. Il en fit une divinité et fonda une ville appelée
'Iopolis' du nom de la lune; car les habitants d'Argos, par
mystère, donnent à la lune encore aujourd'hui Je nom d'Io.
Il construisit un temple, institua <les sacrifices, y plaça une
statue de la lune en argent, et y fit graver cette inscription:
) 'Iw µ<iKatpa ÀaµwaêYTJcf>opE" Uourn. Asiat., December, 1877).
} ~ = (1") ~de la n1ain, (2°) ~~du pied. t,,î
..
Voy. et cf. JY.' ayaq.
*Aya: grec~ féminin de a1yt.o~ = saint. t,,\
..
(1'\f Ce mot précède indistinctement les noms de localités
t_,lJ
clédicés autrefois ;l des saints, tels que: 4.Ï 11;1a-tho11/rmgh
2
J
A T

( aryior; 8€oÀ6'yor;, soit, St. J ean l'Evangéliste) = Ephèse ;


LiWi~ 4,Î aya-stifanos (W'jior; ~TÉcf>avor;), village situé dans
les environs de Constantinople ; ~_,l-. ~J aya-maoura =
Leucade (une des îles ioniennes); etc.
Ayaz = Serein,_Givre.
Cf. allemand eis = glace; oude (Caucase) ij = neige; zend
. . = g 1ace.
1Sl -------
*(Ayazll_!a = Source ou puits sacré possédant des vertus AA) ~J
thérapeutiques.
Du grec m"e a:ylauµa = sanctuaire.
fl Ayaq = Pied.
Î La forme (primitive ?) de ce vocable, telle qu'on la
rencontre dans les l11scriptions de l'Orkhon, semble être
adaq. Dans quelques dialectes le d se serait régulièrement
transformé en y, comme dans les idiomes i ndo-européens.
Quelques autres dialectes y ont substitué la lettre :; ou s:
ainsi, jtJJaïg!!:J'r = étalon, en t. or1 et ott., figure comme
adgllJl1' dans les Inscriptions précitées, et comme asqyr dans
les dialectes soïot, koibal, etc., qui connaissent également notre
mot aïaq sous la forme a:;aq. Selon les déchiffrements de
MM. Vilh. Th2mse11 et Radloff, on trouve dans les mêmes
1nscri ptions les formes : o._udymag, pour JAY,.)\ ouyoumaq = •
~ormir; J!Ed!!_g, pour <Y.~ JY.Y. yaJ'llq = piéton; ea'gtt f;\
pour i~\ eJ1ou_::- bon ; cadyrmaq, pour JAJ?.Ü cayir~1Ulq =
garder ; oudlouq, _J?_üUr-J]~.J \ ouïlouq = cuisse ; todmaq,
pour ~_,b doï111ag_ = être rassasié ; qody, pour_ui~
coyi = t. or1 en bas.
Cf. l'expression 1.5.;i..S)Y,. yu::i coyou = la face par terre,
\ (tomber) Je visage contre terre; d'aucuns écrivent y,.; ~j.Y..
., yu::iu coyou (pour ~y,.; ~.jY.. ;1u:;ini crryoub) = mettant son
/ visage (par terre) ; de même, t. or' d.; _r.:. yèr coyau = par
terre. Le mot qody existe aussi en ouighour, et ~ignifie 'en
( bas', 'en aval' (d'un fleuve); on peut le rapprocher du grec
Ka:rw = enbas.
A;1aq peut être comparé : au mexicain uoc = pied ; }
à l'arménien w.p (pl. u!/!lrwtJ.i!) = id. ; au -;iceari., (Amériq~)
alzgh = id. ; au japonais ntcllè ; et au matai l.?aki = id.
.

A
G 4
I
T

Aoul (t. or1) =Village, Campement. JJT


=
Cf. grec aiJ~i~ habitation, étable, parc ; latin et italien
au/a = cour ; malgache va/a =
village ; arménien fiiL'L et ,;

t,_Jro'L= id.
*Aboné =Abonné et Abonnement.
/ Du fran~ais, id.
Nombreux sont les mots étrangers introduits tels quels
dans le dialecte ottoman du turc. Nous en donnons une
liste succinte à la fin de cet ouvrage.
,
*Ably (t. naut.) = Ecoute, Corde attachée à la voile. ~ï
Du grec mne µu:1rÀLOV = corde, dérivant lui-même du bas-
latin capu.lum =id. L 'arabe ~ se rattache à ces vocables.

Aparma.q = Enlever, Saisir, Dérober. ..


~..).
\,Ï
Cf. arménien wUftLlrL = id. ; sanscrit arb' et rab' = saisir ;
grec à7Taupaw et ap7Ta~w = arracher, enlever ; ~ erip_ere et
- -
@Pere = id. ; vieux haut-allemand harpen = saisir, harponner,
accrocher.
At = Cheval. ~t
A supposer que ce mot turc représente la racine du verbe ·
=
ü---DÎ atlamaq sauter, il y aurait lieu de le rapprocher
du sanscrit atya, qu0 ig!!ifie 'marcheur', 'cheval' (de at1
=
atnmi marcher d'une façon continue) ; il en est de même
de cet autre mot sanscrit kranta = cheval, participe présent
du verbe kram =marcher; et de l'hébreu o~o (st2s) = cheval,
et~~~ (s~s~ ou (.fris')= sauter (de joie).
Ata = Père. \JÎ
Cf. sumérien dd et ta = id.; lapon et )longrois atya =id. ;
.basque aita = id. ; chinois (Changhar) ah-tt'alt = id.; médique
=
(ou néo-susien ?) ale ou hate id. ·; hittite atu =grand, seigneur ;
makua (Afrique Orientale) atiti ou athit/d = père; finnois
isa = id. ; samoyède (de Y énissér) ese = i<l. ; mongol e/zeke =
id.; albanais tale = id.; berbère (de Touat et de Gourara)
iddi = id. ; circassien yat et tad = id. ; chaldéen et et etf = id. ;
cambodgien ta = areul, ancêtre.
Cf. encore: _gr~èhTa =père; italien (du Tessin) ' atta =
= =
id. ; irlandais et gaélique nthair id. ; ~atin atnvus bisareul ;
italien (de Bergame) tata = père ; russe téta et otelz = id.
5 /
A T
NOTA. De même que le terme ~~ baqa dans l'Asie Ant~rieure, le terme
\ii ata s'emploie, dans l'Asie Centrale, ·comme un titre de respect et de
révérence. Ainsi, l'on dit : liT ~ lt/kim ata = ' Monsieur' le M~ecin ;
\iÏ ~ séyid ata = ' Papa '-SlyZ:d (ou Cid, c'est-à-dire, descendant du
Prophète).
,
*Atérina =espèce de poisson, Joël, Epi, E psel.
Du grec âBEptV'TJ (italien aterina) = id.

~ Atmaq =Jeter, _ ~
.. ·\
dont l'intransitif ~ 1 at;1lmaq = se jeter, s'élancer
~l.:ti at/amaq = sauter (voy. d), et ~T at; chmaq 1

=se disputer, se quereller.


Cf. grec chni> = s'élancer, et 008€00 = ( 1°) se disputer, et 'i;
(2°) se lancer.

Adjy (Mjygh) = ( i 0
) Amer; (2°) Douleur, Peine,
ChaQ"rin. ,.
<..> J'qf,'
Cf. grec ax~ id. ; au11 = id. ; anglais ache = douleur. J
*Akhtapot = Polype, Poulpe.
Du grec o1'Ta7T'ov<; (modernisé en o1'Ta7roÔt) = id.
*Akhlat = Poire sauvage.
Du grec àxpas- (génitif àxPaÔo<;) et latin achras = poirier
sauvage.

{i Akhor = Écurie, Étable.


'/
Cf. arménien w/unn.. = id. ; le vieux haut-allemand skiura (d'où
le bas-latin scuria et le provençal escura) ne parait pas étranger
à ce mot turc. Cf. aussi le ~u_et<; =
lieu de ré?nion.
Akhor (ou akhour) est commun au turc et au persan.

Akhound = Seigneur, ' Dom ' ; ' Magister.'


014
.{-t- <"Cf. _grec apx,wv chef, magistrat, (génitif cipxovTo<;).
0- Dans sa remarquable histoire d' Un empereur byzantin
du Xe siècle (p. 344), Mr. Schlumberger dit que, dans la
correspondance officielle de la Chancellerie Impériale de
Byzance, les chefs magyars étaient désignés sous le nom
de Archontes des Turcs.
··~-------~-----~
6 (
A T

Le titre d 1 'Akhound 1, synonyme du latin magister,


s'applique de nos jours exclusivement aux lettrés et aux
ministres du culte, chez les Persans et les Turcomans, au lieu
de ~j \~. La forme .)J):>. klzound n'est usitée qu en
1

persan.
Une autre forme écourtée de ce vocable nous semble
~tre le mot turc _,:>.T a_klwu, titre respectueux donné aux
vieillards, et qui s'emploie seulement dans la locution
l: ~ _,:>.T akltou baba.
Si l'origine grecque d' 'Akhound' n'était pas agréée,
nous proposerions l'élamite nakhunte, titre traditionnel des
souverains de l'Elam, et dont on trouve aussi la trace dans
le chinois nai'-hwang-û; ou bien encore, le lycien khy1ïta,
dont le sens, au dire du savant professeur norvégien, feu
Sophus Bugge (Lykisclze Studien, ii, p. 16, Christiania, 190 1 ),
serait 'le premier', 'le plus marquant', et qui correspondrait
au celtique kintu =' le premier'. Mais le mot 'akhound'
existe aussi en chinois sous la forme a!LOung. Mr. Déveria
a trouvé dans les rescrits impériaux mongols le terme ,grkoiis
L - désignant les prêtres ~oriens du KhathaY et du Tangout.
Ad (At) = Noni. (~~~
Cf. hébreu li'N et arabe ~J = signe; fidji (Polynésie)
yadlui = nom.
Araba = Voiture.
I~ ~ =
Cf. grec apµ,a chariot de combat, char, (racine ap(J) et
=
arp°' veho ). L'orthographe ~r usitée autrefois par les
Turcs et actuellement, par les Arabes, ne se justifie par
aucune considération étymologique.
~I\ Un autre vocable grec apaf3or; (=roulement), pourrait •
lt
~1.. aussi s'appliquer à notre mot turc.
A titre de simple curiosité, nous citerons le•vieux mot
français carabas, sorte d'omnibus du xviiic siècle, qui voyageait
entre Paris et Versailles, ainsi appelée du nom du marquis
de Carabas.
fc Aramaq = Chercher. .. 'Î
i..JA ')
~ Cf. grec ÈpÉ°' et Ëpoµai = id.; basque arnttt =
rechercher,
examiner ; arménien nrn"blrL = chercher, fureter, scruter.
A -
.\

~ *Aria (t. nau t.) = Éven ter les voiles, en lâchant les
écoutes.
' De l'italien arz'a = air.
Ary = Abeille.
Cf. sanscrit dli ( == ala) ==abeille, scorpion, et dr& = alène;
kabyle3!!l' = guêpe; basque erle = abeille.
~ry, Aroun, Arygh (t. or1) = Pur, Net. ?:?} t~,J t~}
Cf. grec àpeirov - meilleur; sanscrit arya =
pur; grec lepoç
= saint, sacré; basque aratza = pur; a11emand rez'n = id.
!\ 'X: Arich = La chaîne d'un tissu.
(~ De l'arménien w1L/;f_ = id. ; l'expression '[_L.ë__,:Î ' ~-?}
arich vl arghad.f ( = chaîne et trame), correspond au persan
'°'J!) jü et à l'arménien 1111L/;f_ IL. [Jlr'Lw.,,.
Ce mot arménien est composé d~ wn.. = à, et de l;f. =
descente. Les locutions adverbiales de même composition
2 sont assez nombreuses dans cette langue. Nous citerons,
1.
entre beaucoup d'autres, wn_zlr,,_ == de biais ; w1Llrpft = auprès;
w11.fni.11.), = derrière, à côté.
Quant à l'introduction de ces sortes d~expressions dans
le langage populaire turc, surtout dans les provinces, nous
croyons qu'elle ne date que de la conquête de l'Asie Mineure
par les Ottomans. Dès cette époque, les populations de
. plusieurs provinces ne parlèrent plus que le turc, mais en se
servant d'un certain nombre de mots de leur propre langue,
dont les équivalents turcs leur étaient inconnus. Tels sont,
par exemple, les mots-
~J?:)")° apryl (à7Tpl'>..t0r;), pour ~\...,.~) nisan = avril.
~ tchémen = _cumin; de t_wJ'w.,, = id., pour l'arabe
Q ~ kemmoun.
l r~ t'ô .+<. u ~ pétek = ruche (d'abeilles); de 1filr/;J-w~ = id., pour
I.:.}~~ covan.
( ~ tétz'k =détente (de fusil); de /;J-w[Jfi~ == manicula.
'
~)~ pot = pli, ride, froncis ; de 1fin/;J- = id., pour
J,~).JY, bourouchouq.
fJ --t_&geum == étable, bouverie ; de 'fnJ' = id., pour
JJ }:>. t fr sygltyr ak!toury.
d;;Jf mertek = moise, lambris; de J'wl''fw~ = id.
/

A
8
(~ -, '

.J-

.
(A.
\.W ') vt-.$\ e~~le ou _ë_ egid.f =crampon ;
l. .)
de w~/rl.l synonyme
du persan Jf]. aked.f =
id.
'\.. dr'.!. mérek = grenier à foin ou à pai!le; de J'wpwf- =
fenil, pour Jli
~ samanlyq. "' .... ~.. "
k? u 0 zangho-ud.f _ ~eau ; de J.wJ'w~nL. = id.
G)/ JiJ{ (t. or1) = porte ; rideau servant de porte à une
tente ; de 'fn'-fL'b == porte ; département officiel (le turc
compor't e aussi ce dernier sens).
~~ lterk = terre arable, ou champ labouré ; de )lsl'ft =
labour, )lrp~lrL = labourer, pour L..t"..\..)J uadas.
IL ~.J dlrek = tiroir ; de 'fwpwft = id., pour j f geuz ou
~., tchekmé.
~-UJ ltédik = colybes ; de )wurp~ =
blé grillé, pour
'[l.._;,li cavour11u1d.J: ou ~} fin·k == id.
~,;.. \ erechki = espèce de saucisse ; de lrpz}~ ou
lrplrl.urfi~, pour J~~ soud.fouq = id.
~)~ ~\.:;
calad.foch == ~orte de mets ; de 'f"UL wâ'oz.. ,
synonyme du persan i..)~IS' kiald.fouclt.
C\.. l.:)l.-.}-• 111azman == crinier ; de ,rwrz_J;11'b = tisseur de crin.
pour le persan •--:-A.:;y• moutab qui s~ecrit aussi ~li)...
moutaf = id.
() ~r mezgeb ==filet (coiffure) ; de ,f~11L!Jw"I = lien d~
\~ cheveux, pour le' turc · ~~,/j terkeb, ou· le persan 'i..}J~~
gisoupouc/1, ou C'.' ~~..: serag-ltoudj == id.
f'\ ~.l~ bedrttk = mèche; de "lwuil'nJ~ = id., ~our l'arabe
~ fétil ou le persan ~IS' kialé = id.
~~ tzmbek = tambourin; de {JJ'pnt~ = id.
GJ ~f!b llirmek = pousser en avant; de ) 1,frL, form e
vulgaire de /11plrL = id.
Aryq = Maigre. '--'~.) 1
Cf. arménien wl'"'-'f (arouq) = maigre, sec, stéfile; grec
âpuio5 = id. et faible, chétif, malingre. C( encore: basque
l(l_};gal = maigre; pakhya ( N épal) ltan)1aco = id.

1\ Artmaq =Croître, Augmenter. ,


\) ) CL sanscrit 1'1'd == id.; arménien ( 1°) Jnp7/rL =id. ; (2'')
nLn.â'w'liu1L = pousser, croître (plante, etc.); (3°) 1111Lw111u/'bwL=

a ug menter.
A -\
t) Ardydj =Grive. ~iJ)t
-
(;t.V Cf. grec 8pTuE = caille ; arménien wrur"JUI - = alouette.
*Arch -(terme militaire)= Marche!
(J
1
Du français, id. La suppression de la labiale dat"~ le
V turc a également lieu en français, sur le champ des
manœuvres.
Comme exemple de ces altérations, comparez le terme de
commandement turc ))':....!~ lzastour ! =portez armes! pour ('v "

.J ~ ~~ rast-dour ! =
tenez--=:-vous droit 1
Arq (Arygh) = Rigole, Canal. <?:?.}>J} /
iV Les turc-persan lè) ergha et ) li) _!rghab_ portent le
.,_; même se11s. ·
Cf. latin elix et bas-latin rigus = ruisseau ; grec pvaE =id. ;
berbère (de Figuig) targa = fossé d'irrigation (la lettre t est
formative de substantifs). Cf. à 'autre part, l'arménien wtLn'- le
français 'arrugie ', le russe réka = rigole, et le hongrois drok =
fossé, tuyau, conduit, aq-ueduc.
frr. Arca = -~
D D ern.è re. ' LI.J
z-
/ Cf. assyrien arkatu = suite, arrière; hébreu M~'1~ == id. ;
= ''
grec paxii; d os.~
&) McoudY!l{t. or 1
) = l umeau. _<;)i1 v l-'>J \.D...)\ .. ,,.:; T /'
!,)-,/.)
V Les deux premières syllabes de ce mot bizarre donnent
le nom de nombre arménien lrp~n,_ ( = 2), lequel doit
nécessairement constituer l'élément principal du vocable qui
nous occupe. La dernière syllabe a toutes les apparences
d'une particule affixe, analogue au français ain dans' quatrain',
'dizain',' douzaine', etc. Or, l'expression dont se servent les
Arméniens pour désigner 'jumeau', 'jumelle' est lrp~nc.nrlr"'~
qui reproduit exactement le mot turc, à la différence près du
changement (par erreur des copistes?) du) (r) en i.) (d).
.... ~quri>== De travers. . ~;;r- 1_
CJ~ Cf. basqu~ oquerra __?bligl!_e, de travers. (Cf. 4-Sf\ éyrz:)__
\J La pronondation populaire de ce vocable est ...s).?. t
EÏqyryj voy. ~a
@ Armaq (t. or1) == Être fatigué, Las, Exténué. .. Î
~.)
Le turc ottoman n'en connait que Je substantif verbal
(

A T '

/
~) argh)'ll, qui s'emploie toujours accompagné de son
synonyme l.:J~)):'. yorghoun. Voy. c.J-•.J t~ harmaq.
::+: Armoz = Fentes produites dans la carène du navire et ;)... , 1
~ .;
-
"
' que l'on garnit d'étoupes en calfatant.
Du latin ar11ws ==jointure, emboîture.
[. Azyq_; Provisions de bouche, Vivres, Victuailles.
\V Cf. latin csc,z ==id. ;_d'où.le vieux français' aiche' et' èche'==
appitt. Voy. et cf. v' ack
Azmaq = Se développer, Croître dén1esurément ;
1

(. -- d'oü ~.L-.;Î azJJtan- =gigantesque.


Cf. arménien wtf/rL == croître; grec augavw =id.; latin a11gco;
- ...-<- -

et sanscrit 1 al.:s = id.


1

rl=maq porte aussi le sens de: déborder, s'emporter,


commettre des excès, d'où ~jÎ a:;ghyn =emporté, violent,

- -
fougueux; furieux; débordé, débauché. Dans l'expression
(..,;.,..j t ~Ji.) dcnclt a~maq (avoir ...une pollution nocturne), deuch, u"/ 1

"" est pour' progéniture' (cf. V)iJ J,~ = deu./ dcuclt == proles);'V''-~
et non pour duclt, rêve ou songe, qui ne donnerait aucune
idée adéquate de cet accident naturel, tandis qu'avec deuclt,
on saisit clairement le fait d'un' débordement séminal'.
\f:) (,,~. .,. f~sav (t. or1) =Cheval rétif et indomptable. ··., -''-- .\,~!~ JL.iï
\J Cf. latin sar<Jtes = sauvage, féroce ; assyrien izr.u = violent.
--=-- -
Ach =Aliment, Nourriture
(D'ott ~Ï aclu(jy = cuisinier); w-_,\ ~ ac!t-évi =
cuisine, etc.
Cf. ~crit aca = nourriture, aliment ; thibétain tclltl =
viande ; latin esus =
aliment (d'où le français 'ai~es' = 7
provisions, commodités); allemand aa_s = pâture ;~abe t..fo.~ 1

aïc!t =aliment, pain ; arménien ~"'S = id.; dialecte des


Abdals de Keria (Kachgharie) aasit e_àin.1
1
Ce mot se trouve dans un article de l\I r. Pelliot inséré au .Journal
Asiatique de Janvier-Février, 1907, et traitant des Abdâls de ·Païnap;
il semble être d'origine indienne. Mais l'article en question mentionne
certains autres vocables usités par les Abdâls, qui ne sauraient être
0

rapportés à aucune langue connue. A q uel groupement ethnique appar.


tiendraient donc ces Abdâls? •
:\Ir. Pelliot dit qu'ils se donnent à eux-mêmes le nom de ~ éinolq . . . ou
de C'iïainan( Quant au nom d'Abdâl, "le fait qu'il s'applique," ajoute+il,
" :\ des gens qui font, parfois, métier de relig-ieux mendiants, sans que
A / T
d'ailleurs ils se donnent ce nom à eux-mêmes, me parait en faveur d'une
étymologie par (J\~\) Abddl =moine religieux."
On voit par ce qui précède, ainsi que par quelques autres détails
rapportés par l'auteur de l'article précité, que cette petite tribu se réclame
de toute autre origine que celle attribuée aux autres habitants du pays.
Et d'abord, ce nom de Héinou rappelle celni de 'Hioung-nou' appliqué
aux Huns par les Chinois. ,.
Selon la relation de Mr. (;renard, prédécesseur de Mr. Pelliot dans ces
régions, les Abdâls de Keria et de Chertchen "vivent à l'écart, méprisés du
--- 7
\

reste de la population qui les accusent, à tout le moins, d'hérésie, et refusent


de s'allier à eux par mariage':.* Ils formeraient donc ainsi une caste à part,
redoutés ou honnis par leurs concitoyens et généralement traités en vrais
parias, comme tout peuple aborigène vaincu et dépossédé de son territoire.
Que les Abdâls refusent de se donner à eux-mêmes ce nom qui, par une
malencontreuse homophonie av~c un mot arabe, possède un sens plutôt
injurieux, cela s'explique par l'acception même de la seconde forme plurielle
du mot arabe, soit ~~ expression qui, dans l'usage, s'applique
couramment et exclusivement aux aliénés. J~~
Et puis, ainsi qu'on vient de le voir, les Abdâls ne seraient pas, par ltat,
des derviches, ou religieux mendiants. On ne les reconnaîtrait même pas
comme des nrnsulmans orthodoxes. Il s'en suit que ces Abdâls ne seraient
point des abdal (J\..>..?\) au sens propre de ce mot arabe, mais bien les
descendants de la grande nation des Abdèles de Théophylacte et des
'Hephthal' des historiens arméniens, c'est à dire des Ephthal(ites) ou
' Huns blancs '.i
Si telle était l'origine réelle de cette petite tribu, il y aurait intérêt
à rechercher les affinités linguistiques des quelques termes propres au
vocabulaire de ces Abdèles, cités par MM. _Grenard_et Pelliot, tels ue
cha1noul et me~! = nourriture ; dakh ou degli = bon ; jdonifi[J= m.elon ;
gholang = abrjcot ; pamak = pêche ; parsk = aveugle ; ~~- (ou ;
miçala =ciel; hatta = ville; hip = feutre; dagha = individu qui n'est ni
abc1â1 ni chinois ; zom = chinois ; J~ =oreille; tmc = poisson et blanc ;
/chifl =cuiller ; ~adliq = têtière de bride ; .tcltlman = livre et soleil ; ~
goitre; rasait = calvitée; ùar = poire ; khicha = carotte ; noclt = oignon;
~ aigre; WinJA = difficile; JSPwout)= vieux.; testa = peur; fbasta]=
enterrement(?).
Enfin, MM. Pelliot et Grenard citent des mots communs aux Abdâls et
aux T siganes; no ~a~s répandus en Kachgharie et connus là-bas sous le
nom de 'tOTi o u d'Agha) Ces derniers seraient-ils aussi les restes infimes
de quelque tribu alliée aux Héinou?
* Mission scientifique dans la Haut~-Asie, tome ii, pp. 308- 15, Paris, 1898. )
+ E. Specht, "Mémoire sur les Indo-Scythes et Ephthalites" (Journal ~
Asiatique, 1883); Drouin, "Mémoire sur les Huns-Ephthalites, etc.''
(Muséon, 1895) ; Vincent A. Smith, "The Kushan or Indo-Scythian Period
of Indian History" (Journ. Roy. As. Soc., January, 1903).

(:\ / Dérivé: ~~Ï (t. or 1) = manger; cf. sanscrit aç et ad=


\JJ id.; grec €o-8€w et eÔ€tv. = id.; latin esito et edere = id. ;
gothique z'i~~;·; vieux haut-;iîemand ezzan; gallois J'SU = id. ;
~ersan l..:)~\-0 =manger et boire.
A
/
î
;,,/.
Achy = Vaccin, Greffe, Ente.
Le Lehdjli Osmani d'Ahmed Véfik Pacha, fait dériver ce
mot du verbe ÙAJ~T acltyrmaq =transporter d'un endroit
à un autre; dérober, soustraire, etc.
,, Nous comparerons ce mot turc au zend achi = œil ;
à l'arménien mt_(.p) = id. (prononcé généralement aclt(k),
d'où l'arménien oriental ou caucasique 1.:1z._6L = voir) ; sanscrit
1 ~ ; grec OCTCT€ ; lithuanien akis; russe otclti, etc.
Pour l'analogie, nous citerons le laf:in ùzoculo et l'allemand
aügeùt = inoculer, enter.
( Nous croyons encore que ce mot turc, au sens de 'œil ',
) entre dans le composé -~J~ gzmeclt =soleil (m. à m. 'œil
=
) du jour'), et dans le t. or1 i../:y, 1 ayaclt lune.
Voy.~/ g1111ech.
Achyq = Osselet.
~J Cf. sanscrit axa =osselet, dé oblong; arménien .Js'f = id.
(~ Achmaq =Franchir, Saillir.
Cf. grec oxeuw =couvrir la femelle. Voy.~_,\.
"'(!

Agha = Sieur, Chef, Supérieur, M!lître.


/ (Ce mot s'écrit aussi \Jî aqa, surtout chez les Persans.)
} Cf. grec àryo<; = id. ; mantchou agu. et pehlevi alzu = maître ;
( hébr~! aç ~t, duquel on peut rapprocher le verbe turf:
~I aglmzaq =s'élever, monter.
{ Dans les Jnscnptio11s de l'Orkhon, aqan porte le sens de
( père, de même que agha, en Vacout.
Aujourd'hui, les Turcs ottomanes donnent le titre d'Agha-
Beï au frère aîné, lequel en t. or1 s'appelle~\ aké (ou ~\ lké)
et i._?;" \ edji, ( ~ \ i11i étant le frère cadet). -
Cf. le japonais a-ke = frère aîné.
-- -
Aghadj (Yeghadj) =Arbre, Bois. . (~~?.) 1 .-,
_u:
(:_
Cf. quichua luztclui et satclza = id. ; cauixaM gazo =bois ;
sumérien giclt = id.; sanscrit gdcèa et agdccà = arbre (m. à m .
'qui ne se ment pas'); malgache lzazo = id.; georgien sec/'
ou seclzi = bois ; dacien qeg€ ; circassien dzig = arbre ; tharou
-
sttltaitz =arbre; hébreu -
(Bengale) galclt = id. ; basque l!aga = perche, bâton, et
rv=id.; coctch (Bengale)gnctc/z = id. ;
tchentsou (Inde centrale) gats = i<l.; annénien /uwl_ =croix
A I T
(que l'on désigne souvent par ,, fu-LwifiwJm" ou simplemen~
.fr"!Jur = bois ; cf. persan ) J = bois, arbre, d'où }-.pt = . -~
pendu) ; atta.kapa kagg =arbre; agaumidr saisi= id. .....::;,..t>.r~ -
Le t. or1 '[_~ yigltadj désigne aussi une mesure itinéraire
égale, en moyenne, à six kilomètres; dans certaines contrées
elle est synonyme de parasange, soit, trois fois la distance
à laquelle un homme, placé entre deux autres, peut se faire
entendre d'eux ; enfin, dans certaines autres contrées elle
1 équivaut à une _Q~.
L'usage qui existait, autrefois, chez certaines tribus
nomades, de prendre pour unité de mesure itinéraire l'espace
couvert par un javelot, ou ...djérid
::.---
(de bois de palmier), lancé
à la plus grande distance possible, a peut-être donné lieu à la
qualification de cette mesure par zigltadi (' boi~ ').
Voy. .J_}i carou.
1 (} / ~) = ~remier lait, 7rpwToryaXa, Colostra. )_,il ./
Cf. berbère (du Rif) agll)' =lait.
Ce mot turc serait-il allié au persan }if aghar. = com-
fmencement(?).
[ 1Aghy,z = Bouche.
:\
.
t aoa
Noghaï et bachqyr avouz et aos = id. ; latin 2L= id. ; basque
==
id. ; chinois (Canton) hau = id. ; zend (Avestique)
aoiïh =id.; australien angka = id. ; sak (Birmanie) àngsi =id.
(u' Aghry (Aghryq) =Douleur, Maladie. CJ:..J-Î) '-';iî
~Ù Cf. latin œgror = id.; grec arypoç; == id.
----·-~-~---
*Aghystos = Août. vJ;.. . . .èÎ
Du latin august:ts, par l'intermédiaire du grec a1Y-yovuTor;.
~ghyl (Aïl) = Bercail, Bergerie, Parc de moutons, etc. 1 (J~î)<}l.ëî
{) Cf. grec ~r; e~ avX~ =étable, parc; latin @ (dans o-vile, ~J
bovile, caprile). Le lati~ eau/a_- bercail, etc., et le grec
à~e"A.7J = troupeau de bœufs, semblent être alliés à notre mot
turc. Voy. et cf. J_,î aoui.
1 La forme agliyl ou nghil existe aussi en persan, avec le même sens.

(\Aghry Dagh = Le mont Ararat. tlb i.j"_)ï


~ Les lexicographes ne sont pas d,accord sur l'interprétation
de ce nom. Les uns identifient agliry avec aghyr =lourd,
A ' 14 / î

massif. D'autres y voient une forme variée de_iri =grand,


majestueux. D'aucuns, enfin, opinent pour le mot t. or1
- E!!~ (syn. de -;;;o~ = ptÏ_!}; et ils expliquent ainsi l'appella-
tion consacrée de 'Sainte Montagne'. Au reste, ce ne sont
- --.. - -
pas les qualifications qui manquent à ce massif. Et d'abord,

~) Ararat peu~ signifier' malédiction de tremblement', ou 'éclat


du coureur', selon qu'on l'interprète par l'hébreu ou le syriaque.
~--
L'explication de ce nom par les langues ariennes donne
encore un nombre de significations différentes. Ainsi, aghry
, pourrait être rapproché du grec arypto<; = sauvage, à cause
de l'aridité et de la sécheresse qui caractérisent cette
montagne, que les oiseaux ne fréquentent guère. D'ailleurs,
.,, la dénomination persane de JJr 'J~ kioultt' 111alirouq =
'montagne brûlée', vient à l'appui de cette hypothèse.
Mentionnons, pour mémoire, le mot exotique lifÏ
agltria (=montagne) introduit dans le persan.
D'autre part, si l'on considère que la dénomination
d' Aghry-Dagh s'applique au plus haut pic du massif, on est
porté à en rattacher l'origine au zend ad./ra, correspondant
au grec aKpTJ = -----
pic, sommet, et au berbère akarYOU = tête.
On aurait ainsi l'explication de l'~xpression 'Montagne à
pic', par laquelle on traduit habituellement 'Aghry-Dagh '.
Nous laissons de côté la définition d'aghry p~r û}\
égri = 'penché', à cause de l'inclinaison légère de ce pic
élevé.
Enfin, selon quelques savants, Agftyy ne serait autre que
Aqori, nom georgien d'un village situé sur le flanc de la
montagne et disparu pendant l'éruption volcanique de 1840.
Ce village aurait donné son nom à la montagne.

·/ ~ghmaq =Monter, S'élever. -


~'

\
Cf. sumérien aka =élever ; égyptien atchi =s'élever ; karen
~

!!!/!..a= élever ; ~ 1 aimaq ( =s'élever) est une .autre forme


du vocable qui nous occupe .

. 6 (+oroz *Aforoz = Excommunication, Mise au ban.


\. Du grec à<f>opurµ,or; = id.
/"
( ' l s
A (; T
/
-
0U Aq = Blanc.
De là Ü"..Jt..;Ï agharmaq, verbe intransitif = ( 1°) blanchir,
(2°) ppindre (le jour).
-\
'-'

Cf. le grec au'Yh = l'aube. L'idée de blancheur, inhérente


à ce vocable, se dégage du grec m"c aÙryov = 'œuf ', qui en
procède ; il en est de même de l'arabe ~ béfo ( = œuf),
qui est allié à vO~ béya:; = blanc; cf. encore l'assyrien pi:S"z2 =
blanc et aube, et le latin nlba ( fém. cl'albus = blanc), qui
s'emploie pour dés igner l'aube, dans l'expression nlba dies.
De même, le verbe turc aghar111aq = blanchir (en parlant du
point du jour) a son pendant dans l'expression latine cœlum
a/be( ou albente ccelo. Enfin, le composé persan ~~ ~~
sipiclé-dem = l'aube, le point du jour, signifie mot à mot,
' le moment de blancheur.'
Notez encore l'analogie que présente le kymri (de
;? •
l'Armorique) gwcnn = blanc, avec le mot turc L:.-'f> gun = J<>Ur.
Dérivé: ~~-'\ ~qtdta = asprc, petite monnaie d'arge nt, d'ot1
l'expression et#\~=' boui;se ù'aspr.e s ', usitée autrefois
pour désigner un e 'unité de compte dont . la valeur était,
or<linairem e nt, de piastres 500.
II est très-probable que cet usage de compter par
'bourses' c hez les Turcs ait été e mprunté par ceux-ci aux
Grecs, qui l'ont pris . des Romains, dont les En~pereurs
l'avaient porté d e Rome ~t Constantinople. Ce fait est
prouvé par une lettre (Î~C<;n,-._t~~;1tin à Céciiien, évéque de
Carthage, rapportée par Eusèbe (! li'st. ecdés., xi, ch. vi ) et
par Nicéphore ( t. viii, ch. xlii ).
I
Aqcham = Soir.
Q. Cf. ossète akltsav = nuit; sumérien u}an =crépuscule du soir.
D'après la définition qu'en donn e nt les lex iques, ce mot
turc ~erait composé de JÎ âq =blanc, et r+~ c!tam = soir (ce
dernier mot étant persan). On ne pourrait mieux exprimer
le '~l?usc~' du soir; mais nous hésitons à admettre une
étymologie qui se base sur l'accouplement d'un mot turc
,,--- ·- -- -- - -- -- - -
avec un mot étranger à cette langue, nonobstant l'existence
d'expressions telles que )~\ id1g11:::ar, _ )L.\ émekdar,
~J~b da_yi:;adé, etc., consac rées µar 1111 long usa~e.
'
16
A T

Akiou (t. or1) Personne, Individu.


=
Cf. su~en ufiu = homme ; arménien '!/! = quelqu'un ;
permien aïka =
homme; mexicain oquitcli = id.; médique uggi
et akka = id. ; yéso oikyo et tarakai okkaï = id. ; kanuri et
kanem koa = id. ; krépi outchou = id.; serawulli yugo = id .;
aïno (de Camtchatka) okkaïytt = id.; roukheng youkkya = id. ;
grec "'""w = spectre, croquemitaine, ou ElKwv = image.

*l\.fiyrmaq = Braire.
Du grec O"(Kwµ,ai, transformé (en grec moderne) en ..
/ '~ = 1'd .
"fKapu~6J

*Al = ( 1°) Ecarlate (du persan J\ dl =


i<l.). V· JÏ
1 (2°) Fièvre puerpérale (dans l'expression ~4 Jt- ~(.1/I
· dl basmaq = att<1que d'd/).'
Cf. sumérien a.lai et assyrien a!u = sorte de démon. 11
existe en turc certaines autres expressions analogues, con-
cernant l'action des esprits malfaisants, tel~s que ~4 ?.
dfûm basmaq =attaque de dfins; ~4 .,r.il aglt_yr basmaq =
attaque <l'incube, (t. or1 ~~4 ~ cara-bascan = id.), etc.
1A considérer les moyens superstitieux employés en Orient pour préserver
l'accouchée de cette maladie dangereuse, on sèrait porté à chercher ailleurs
l'origi ne <le ce tte de~nière locution.
~ eLAladja .::; Bigarré, 13ariolé. ~~ï et ~t
Cf. mongol a/a!]_ = id. ; grec alôXor; = id.
La t erminaison dja dans alruifa est une particule
atténuative.
f!ù.aï = H.égiment, Troupe.
Cf. grec €ÏÀ'TJ =escadron (d'où EiXapx'TJc; = che f d'esca-
=----
dron ); latin a/a = l'aile d'une armée.
A lai signifie aussi ' affluence', 'multitude', 'c::ortége ',
•procession'. Cf. grec a">...ta = groupement ou rassemblement.
~

*Alabanda (t. naut.) = Être à la bande (pencher d'un 1~\..~Î


côté).
= id.
D e l'italien alla-ba11d11
*Alarga = A distance, au large, à l'écart. 1
1
De l'italien alla larga.
1
Cf. le français al arguer'.
1 ~
A T
Î
*Alafranca = Selon l'usage des Européens. ~~~T
De l'italien alla franca. D'où l'expression levantine 'à la ·
franque ', comme: ' heure à la franque: 'vêtement à la
franque,' etc., opposée à l'expression ' à la turque ' (.ü.J_,:;~Ï
a!atourca).
~ (t. or1) = Vacarn1e. . u 1 )l.~ W /
CJ Du grec àXaXa == cri de guerre ; àXaXa~eiv = pousser ce
V' cri de guerre. D'aucuns expliquent ce mot turc par l'arabe
' Allah! Allah ! '
Cf. l'arménien "''L"''l"'~ = bruit, vacarme, cri, vocifération.
~(Yalav) =Flamme. y ,,._llo vJ @ ,,
/ C'est le radical du t. orl ~Q yillmek et ~~ -
yalymaq == briller, luire, resplendir.
Cf. médique (ou néo-susien ?) lu.va == brûler ; anglo-saxon
œlan == id.; latin _(ad)oler~ brûler une offrande sur l'autel.
Cf. encore: grec. .fJXto~ z soleil ; arménien "L'l•/i et iur4'(/i)
= id.; aymara tu;Tid.; persan~ liv = id. (équivalent de
l'arménien m/,L l du latin div(um), de l 'arabe~
~
dhaOU =jour,
lumière, clarté). Voy. et cf. y~~.
Notez que le t. or1 yalav porte également le sens de
'banderole' (de drapeau, de lance, etc.) de même que
' flamme ', en français, signifie la banderole, ou le petit
("'., étendard qui flotte au haut des mâts des navires.
lJ *~esta = Prêt. UT
= préparer, apprêter.
De l'italien allestire
':<: Alevra (t. de bourse) == Vente ou achat 'à livrer' ;

~1 ' ~~_,H alevrad.fy = agioteur, spéculateur de fonds


\J publics.
Du fran<sais 'à livrer '. 1 Dans certains ouvrages turcs
figure l'expression ~)~Î (m. à m. achat-vente) dans le sens
d'arbz'trage, tant en terme de bourse que de commerce.
Quelques autres termes de finance et de bourse sont
également usités tels quels d.a ns la langue turque; nous
nous contenterons d'en citer les plus usités, . tels que:
Consolid (titre de rente consolidée) ; !mission ; cote ;

1 Avec adjonction de la particule turque dji, qualification de profession.


c
A
tJ 18
'

I T
amortz' ; prùne ; avance ; report ; déport ; liquidation ;
conversion ; fondo ( = fonds publics) ; lotaria ; istilant:.
(stellage); valoutad.fi ( = courtier de bourse); z'sconta (ou
si11conta) =escompte ; bono ( = bon); bordereau; bila11tclto
( = bilan); borsa (=bourse); pu11to (=point, unité); caparn>
(arrhes, denier à Dieu); cambio (=change); million ; milliard;
agio; pia::.za ( = place, marché) ; arbitrage; effectif; coupon ;
promesse; panga ( = banque); etc.
~

Alyd · = Azerole, Alise. """ ~;:-


Cf. vieux haut-allemand eliza et allemand aise ou else (dans
elsebeere = Cratcegus tor111ù1alis) == id.
L'arménien UILn'lf porte la même signification.
*Albora (t. naut.) = Arborer. ~_,~ï
De l'italien albero = mât.

/ lAlpj= Héros, Vaillant.


C( le celtique alp, racine exprimant une idée d'élévation
physique ou morale.

(,,) , ~ltchy (Yaltch~ =Gypse, Argile


\J Cf. grec apyt">-..oc; et latin argilla = id.
Ce rapprochement nous parait d'autant plus justifié, que
le radical àpryor;, qui forme la base du mot grec, se retrouve
égale.ment clans J'altcltou, qui est un dérivé de ~Y.
yalymaq briller, resplendir.
r. ~
/ 1AJcab (t. or)
1
= Mouflon.
Cf. péruvien alpaca =espèce de lama, propre à l'Amérique
du sud.
Almaq = Prendre. ~ff
Cf. grec _ÉÀw_, a~_ow, et ~Àetv = prendre; d'où aÀÙn,oµat =
être pris, et aÀW<Ttt; = prise, conquête ; ~Oc; =~ être pris,
prenable. Qui ne connait le cri lugubre €ci>-..w ~ '71'0À1.c; ('la
ville est prise'), dont retentit la 'Cité Reine', au moment de
sa prise par le Conquérant?
C( encore: arpw = ravir et apvuµat =obtenir; arménien
wn.°llnLL = prendre, recevoir; sanscrit ada =id. ; tharu (Népal)
/nia= id. ; bodo (Bengale) la= id.; garo ( ibid.) le, !au= id.;
kami (Birmanie) la= id.; laos (Siam) au = id.
A T

Ana=Mère.
Cf. ostiaque et ~rQj$ an)!a == id. ; lapon !!!.! = id. ; tonghouz
gp.f_= id.; touareg annaï =id.; berbère (Ahaggar) anna = id. ;
mexicain ~=id.; sak (Birmanie) anu =id. ;
mithan-naga (Bengale) annu =id.; tablung-naga (ibid.) onu =id.
C( encore: basque crm~urric~ ; oudi (Caucase) nana=
mère; amboyna (dial. Malai) ùza, et tuléhu (id.) i"naï =mère.
Au Thibet, les nonnes ou religieuses s'appellent\ anzl;
cf. le bas-latin nonna, au mot 4 niné, q.v.
*Anakhtar == Clef.
@ Du grec àvot.tcT~p(tov), du verbe àvo{ryru =j'ouvre. Le
nom t;_ or 1 de la clef est _}~î atchar = il ouvre, ou, ouvreur,
/ et ji;:J atchqou = instrument pour ouvrir.
['1*Anadolou = l'Asie Mineure, l' Anatolie.
\V
derechef, et
___
?AvaTOÀ.ry == le Levant, l'Orient, l'Est, (de ava ==
Du grec ..____
TÉ"A.À.w = naître).
*Anason == Anis.
Du grec av'T}Bov et avt.<J"OV id. ; latin anethum et
a11ùum =id.
*Anafor =Contre-courant.
Du grec àvacf>opa (modernisé en ù.vacpopt.) = id.
Antéri ou Antari == Cotillon, Jupe, Soutane. ~_,,\~ou ~,::.ïÎ
Cf. sanscrit antarîya =
vêtement de dessous, opposé
à uttan'ya ; l'italien a, de même, sottana == vêtement de
dessous, opposé à soprabùo. (i.S).:..:..c est la forme arabisée de
notre vocable.)
*Antica = Antiquité ; Objet rare et curieux. ~..:;.jï
De l'italien antz'ca == antique.
* Andjelica = Angélique (plante).
De l'italien angelica == id.
Les Turcs, ainsi du reste que les Arabes et les Persans
ont emprunté tels quels au grec ou au latin, la plupart des
noms de plantes médicinales. Nous n'en faisons figurer que
quelques-uns dans le présent recueil.
~ And (Ant)
lJ'
Serment. =
C( assyrien adu == id. ; allemand eid et anglais oatli == id. --
(~\) ~\
/1 ,~
A b/ î

*Angaria = Corvée. t?J\Nî


Du grec m DC
aryryapHa == 1•d ., et aryryapta":,w
t I > IY,
= c 0 n-
traindre, forcer. La vieille langue a aryryapo<; == courrier
persan à cheval, d'où àryryapEvw == obliger quelqu'un à servir
comme un anapor;. L'italien aussi possède les mots a11garia
et angheria == travail forcé.
*Avara (t. naut.) = Poussez au large! Larguez!
De l'italien à varo = lancez à la mer !
*Avariat =Avarie et Avarié. ~l,,.JJ

De l'italien avaria et avariato.
Ces mots n'ont pas ici le sens qu'on leur attribue aujour-
d'hui en langage médical.
- ~=Niais, Nigaud, Stupide, Dupe, Gobe-mouche,s.
Comme forme et comme sens, nous avons ici un mot qui
se rapproche singulièrement de l'arménien wLw~w~ avanaq ==
0
G 'ânon', 'bêta'. Notons, cependant, que, d'après les lexico-
graphes turcs, c'est un substantif verbal de ~} avynmaq
= être facilement persuadé, dont le thè~transitif est .,
~JJÏ avoutmaq (t. or1 JW~ dj'ouvatmaq et JW~
youvatmaq) ~cer d'illusions, amadouer, et dont une
autre forme, en turc oriental, est ~li_,, ou.namaq =
acquiescer à, consentir. Ce verbe peut être comparé
à l'arménien )wc.w"bf1L = consentir, acquiescer.
/ -.!.oudjJ = La Paume de la main.
Cf. berbère efous = main.
Avoud_j se rattache, somme sens, au mot turc ) L} apaz
p~ d'où ~ apar.lamaq == s'emparer, enfever,
ravir. Ce dernier vocable parait être allié, à son tour,
=
à l'arménit'\n w{i paume (de la main), d'où u11frw.f.lrL ou
)w1/uu.fllrL = ravir, enlever, dérober. ·

~J Avly = Cour (de maison, etc.).


\.) Cf. grec aÎiÀ~ = id. ; ~ au@ = id. Voy. et cf. J_,î ~
Aha = Tiens ! Voilà ! l~ î
~ C( arménien ,,,)w = id. ; sanscrit ilta = ici ; grec lôou =
tiens ! voici !
2 1

E \

f'f Eyu (Etgu) = Bon, Bien. (_J~\) J~\


.\ij Cf. grec EV, latin ~u / arménien ~nJ .et fin~ois hyz:'a = id.;
japonais 12- = bon, bien, ex. yo dekzta = c est bien fait ;
ube = juste, vrai, convenable; persan y_r>- = bien, bon.
Voy. et cf. ~ yeg.'
Une autre forme de éyu se retrouve dans le t. or 1
~\ ~ 11/J = COI1Venable, Séant. Le
~
y •• h
/ Selon la forme turc-orientale ,f;\ etgu signifierait, à
:J première vue, 'chose qu'il convient de ~ ou faisable,' et
1
proviendrait du verbe ~\ etmek = faire. Pourtant, ce
(
/
dernier verbe aurait donné régulièrement la forme J~f
) etgu, avec le sens absolu d' 'action'; cf. J~ _;l\ O
1
alghou birgu =achat et vente, (des verbes c}-J\ almaq =
prendre et "':S'l..,p bermek = donner); }?.L sayou -:-- calcul
(de Jl..t.~ saïmaq =calculer, dénombrer);"' J.rsergu =
étalage, exposition (de dv.r sermek = étaler, déployer);
~L sag_hou = lamentatiQ.!l_ (de ~L saghymaq = se
lamen~er) ; ~l.J arïghou = souci, soin (de ~)~L;
caighourmaq = se soucier), etc.
Eyetmek (Aïtmaq) = Dire, S'exprimer. (JL~:Î) <..!..(,.~\
Ce verbe est d'un emploi courant en turc oriental. Les
exemples abondent dans le . Ch:_djéréj__Turki, dans le
f!.abernaml etc. l!)::-~ 1 1...:--..i~ !:!!_~<]Zn parle sincère-
ment!
En turc ottoman, cependant, il est tombé en désuétude,
sauf la 3c personne sing. du prétérit, J~I éyetdi = il dit,
ou, dit-il, fit-il, qui se rencontre encore dans les ouvrages
datant du siècle dernier. De nos jours, il n'est guère usité
que dans l'expression familière '-5~\ ~\ éyetmé imdi =
'ne dis donc pas', correspondant à la locution 'vous ne
dites pas cela!' ou à l'anglais 'you don't say so ! ' Par une
confusion facil~ à expliquer (~\ etmek = faire, pour


E
'
~ \ lyetmek = dire), cette locution familière s'est trans-
formée, dans le langage vulgaire, en ûo.M.?, \ ~ ~ yapma
ùndt" = 'ne fais donc pas!' (du verbe ~ ~ yapmaq, syn.
L de etmek). On sait, du reste, qu'en français l'on se sert
souvent de l'expression 'fit-il', pour 'dit-il'.
C( grec l!_Ùoaro = dire, parler, et àelow = chanter
(voy. ~:'f aïty11{)_ ; sumérien é = parler, dire; sanscrit vad =
id.; thaksya (Népal) iyato = id . ; ~= dire, affirmer.
Notons incidemment l'homophonie des mots sanscrits
·uad = parler et vad = pousse r:i et celle des mots turcs
eyetmek = parler et yümek ou itmek = pousser.
Eylémek = Faire.
C( copte ell, eili, et eiri = faire.
_., Eïlenmek (t. or1), Tourner, Se tourner, dl+'J L \
D'où IJ ~ \ eyllné cercle, rond, et peut-être aussi \.:.'~~ \
ou ~~ yilan = serpent.
Cf. gr~ !_LÀw et fÀL(J(J~ = tourner, d ot1 1..Àig = hélice;
1

etA.uw (au passif) = se tortiller, ramper; latin volvo =tourner;


arménien 'ÇnLn{lrL = id.

Euté = Delà.
Cf. hongr~is ode= de ce côté-là; t. or 1 ÛJ'(j)\ =id.; d'où
r ~.)l(j)\ eutgermek et t. ot tn d...JiJ\ eutermek =faire passer
au-delà, faire traverser ou transiter. Pour la formation de
ÛJl(j_,\ eutgén." = de là, cf. û.J~\ ilgén· =en avant; i..SJ~~~
0
' ( bergéri = en delà ; û_;~\ itchgéri = dedans ; etc .
~ Û)~J\ eutgéri représente l'ancienne forme de û.}J\
1
...

.J euturu = par suite de ... ; i..SJ~\ t"lgéri donne l'orthographe


primitive de û}:.\ t'léri = en avant, et Û.J~ bergéri est l~
prototype de JJ. béru = depuis. Voy. J~ glru.

1
Ebé = Sage-femme, Accoucheur.
l Peut-être est-ce une altération du t. or1 &.J \ lpé = sœur
aînée, l'application de termes tels que mère, sœur, frère, etc.,
aux personnes qui nous rendent des services familiers ou
intimes, n'étant pas insolite dans certaines langues. Ainsi,
cf. grec mne µaµµ'I'} = grand'mère et µaµ11.~ = sage-femme ;
bulgare baba= ( 1, grand'mère, (2' sage-femme.
E \

Pris isolément, ébé peut être comparé au japonais uba =


vieille femme, nourrice ou 'nounou'. Dans certaines
-.

/
' grand'mère '.
-
provjnces de l' Anatolie aba s'emploie dans le sens de

L'allemand heben signifie: lever, relever, soulever; d'où


- -
lzebamme = sage-femme, correspondant à l'italien levatri'ce =
id., du verbe levare =lever, efc. Voy. et cf. k,~ lavouta.

{; Et = Chair Viande. ( ~ \) c_::..)\


lY . Cf. su~érien ittt:k =id. ; makua (dialecte nègr:_2_!'t~· =chair. ..

·/ Etik (Eutuk) = Botte, Soulier, (~ .. \) ~\


>.YJ ..
D'où ~~ tchedik, soit tf-' ~ = intérieur et ~\
( étik = botte ; donc, 'bottine,' que les dames turques
portaient autrefois avec la 'babouche', sorte de mule, sans
talon, destinée à la rlll!. La botte que les hommes portaient
chez eux s'appelait ~ mes!, pardessus laquelle ils
mettaient également des 'babouches' pour sortir. Mest et
tclzedik et babouche ont été supplantés aujourd'hui par les
bottes européennes et les galoches, sauf toutefois dans
certaines provinces de l'Asie Mineure, où l'on continue
à les porter.
Cf. zend aothra = soulier, botte; arménien o'f (pl. o'fnJ$) =
id. ; lithuanien autawas =id. ; grec oùôwv; et latin udo = soulier .

--
..-Edjé, Titre familier que l'on donne aux personnes âgées.
Ahmcd Vefyk Pacha, et, après lui, Chemseddin Sami bey
(: expliquent ce mot par 'vieillard', et le donnent pour une
forme éçourtée de u~b. !tadjï = pélerin (de la Mecque).
ifj,. Dans son remarquable ouvrage Inscriptions de l'Orkhon
déchiffrées (p. 24, note 2), Mr Vilh. Thomsen traduit, bien
/ que sous réserve, les mots atcham, ajJa!_!!, par 'mes . aYeux'
ou 'ancêtres'. Mr Radloff confirme de son côté cette
version. Nous considér<;:>ns comme identique çe mot vieux-
turc atclza avec l'edjë que nous examinons. Par suite, nous
ne saurions reconnaître à ce dernier le sens de 'E._élerin '.
Nous ne pourrions non plus l'identifier avec le t. or 1 6; \
edjl qui signifie 'mère' ou 'vieille femme'.

L
/
E \

- Edinmek = Acquérir.
Cf. lapon adnem = acquisition. Cf. aussi vieux haut-
.
allemand weidanjan = chasser, pâturer, d'où l'ita.tien guadaguarc
=gagner.

Er (Iyr ou Aïr) = Ho1nme.


Cf. basque ar = mâle; assyrien uru = h omme ; arménien
WJ(I = id., et n[I (pl. nrbwr) = individu, personne; matai ltflr,

urun, et orang = homme ; sakalava olo = id. ; calmouq


arre = id.; mongo..!_ ere = individu, personne; quichua nt1lfl
homme, mari.
Cf. encore grec
~
appEv
= mâle ; datin vir, dont le sen;-;,
-~-

au propre et au figuré, correspond exactement à celui du


mot turc. p~-r5 .J/ wi~>'d-
Ex.: JJï u~' ~~) ~ Jl~~ 6-.J.:.~..:SC
.JY.. u .t.,.i'
.. ~t.,. ->' . ,
.. .... ~ _,/ .. .. ~~
.. .. ~u L..J..
Yakhchy(rglza yakhcltylyq lier kichinin ichi tur;
Yamanlygha yaklzcliylyq er lûclzi11in ichi tur :
"Rendre le bien pour le bien est le fait de tout homme ;
Rendre le bien pour le mal est le fait d'un brave homme."
Voici la version ottomane de cet adage :
JiJ ~?.\ ~iJT) ~.%' ill,..~ J'-' ~\ ~;ï /J ~,,.:,' ~~=:'
Eylig/ eylik her admit ichz' dir;
/(emligt' eJ-lik er adam ichi dir.

primitive; ---
Ï 1'fO.S Grec 1jpwç, latin /urus, et allemand herr, dans leur acception
- persan ~Jlb hérou = brave; égyptien kit~ = prince;
wolof gor =homme; gaéliqueLear = mttle; lycien er= homme;
polyn~ ourou = le premie~10mme <lans la cosmogonie
të1ïtienne; vieux germanique erih, rik = homme; magyar féry =
id. ; sélenga et khorin ere = id . ; tonquin ire = id.
On peut égalemen t citer ici l'anglo-saxon vere (dans
11 erewoif, allemand wiilzr-woif = ÀUKll1 Bpw7roi;), a~uel 1 sont '
alliés; vieux haut-allemand ltwer et allemand wcr = qui.
Cf. enfin : australien 11ire, tupi 11an1, samoyède ltuweri =
h omme ; égyptien hir = quelqu'un ; georgien eri = peuple ;
tombouctou lwr, faslaha ira, et bhumidj horro = homme (l'arménien
<:n1rnJ ( = nom d'homme) serait-il allié à ces derniers
,·ocablcs ?).
E / \

~ (t. or1) = Citadelle, Forteresse. ~\


')
(w Cf, grec lpt<o< = fortification, rempart; arménien .J"'l'f =
v étage, demeure, résidence.
Ce mot érek est commun au persan et au turc.
lë'...ft~ p >0
Er
~, = ur. 0.>...J \ ~0,J,.,,..\ _(.:.)J)'
Q c / (). l l'l Cf• . = 1'd •
allemand rein ; grec t€pov
f '
= sarnt, sacré.

•Erdjin (t. or1) = Division territoriale, District.


Cf. latin regio (génitif regionis) = région. (Vo}·ez ~l..::;
toumau, syn. de erd.fi'n dans certaine~ localités.)
La lettre r ne s'emploie jamais comme initiale dans les
mots turcs.
'*Erzymaq (t. or1) Valoir, Coûter.
= ~j)
Du persan__(.:.)~?J) = id. Cf. arménien u111JlrL (mjel) = id.
NOTA. Il existe ainsi un certain nombre de thèmes verbaux persans et
arabes aàoptés par les Turcs, tels que: v•11; } arzoulamaq = désirer (du
persan ,J} = désir) ; J..l);î azarlamaq = réprimander (du persan hï =
réprimande) ; ~ll'_/..; tekrcirlamaq = réitérer (de l'arabe J.~(J = répétition) ;
cJ..!,-o\> hazyrlamaq = préparer (de l'arabe ,1.ôl> = prêt, présent) ; v.o.il.:.p.
khochlanmaq = être content, satisfait (du persan v.P- = agréable, bon,
plaisant); t. or1 ~~b...J:! sustaiiJzaq = être affaibli (du persan 1.!....-..1 =faible);
t. or1 ~hl,> kholzlanmaq = désirer, souhaiter (du .persan 1.:.1~Y. = id.) ;
t. or1 :::Li;J letch!émek = disputer (de l'arabe .,} = dispu.~; t. or1 ~JU-.
myscamurq = railler (de l'arabe ~ = objet~e raillerie) j v~"' da!ab-
symaq = être en rut (de l'arabe ~ = désirer); cJ•'5~pak!amaq = nettoyer
~
(du persan d~ = net, propre) ; ~1.L selamlamaq = saluer (de l'arabe
tl.. = salut, salutation).
Nous pourrions prolonger cette liste, mais nous nous bornerons à présenter
ici quelques autres coll)posés verbaux, en usage chez les Abdals de Païnap
(Turkestan chinois), dont la formation est encore plus ·curieuse que ceux .
indiqués plus haut, savoir: ~y.,w kuchadlamaq =ouvrir (du persan 1.:,1JW = 01.,\)_>l.c>k . ., ..t>~I
-1,i;~·u•>f
zu tj ·id.)_; ~'i.:.J guch!amaq = enten~re
......--
(du persan 1.:.1~J =id.); c} ..;f= khormaq = ~4 ~, ~ ,

. ~J 1 manger (du persan 1.:.1-'J.P- = 1d.) ; ~t:;..,} guroukhlamaq_ = se sauver, l-' ·Y j


u impératif .r_,} guroukh (du persan i;rS:.:.} = s'êrlfuir, se sauver) ; cr'I~ 01. \J• ').7
gumchudlamaq~- vidër-: (du persan L:.I~ r~ =être perdu).

~*Erghat = Ouvrier, Manœuvre.


~ Du grec Ép"fJ.T1J< = id. (du verbe lnoµa< = travailler).
\'\) Erkedj (Iregh) = Bouc, Bouquetin. <f!~' ( t;:.' et ~~.;~') i)
/ C( latin hircus = id.
QErkek =
) l ("--
Mâle.
\) Berbère (de Touat) ergaz ou et'J'az - homme.
cf. -{; \ erked.f.
E
\J
\ .. (~ 26 / r
'
Erna ou Eren (t. or1) = Source, Rivière. 0) ou li)
Cf. accado-sumir raêne = flots coulants ; malgache rano =
eau ; latin Arntts et Rhenus, noms de rivières connues.
Cf. aussi 'Rion' = le Phase, fleuve du Caucase.
~

}~sen (t. or = Sain,


1
)
- .....__ -------- ~I
D'où~~:\ esenlemek = souhaiter bonne santé ; dire,
'portez-vous bien,' en se séparant; ~Q:.~I esenlik = santé,
bien-être.
Cf. le russe yaçnina = beau temps, temps serein. Voy. !..:)!. ~
SaJ'tn .
.Esnaf.
Ce mot est une des formes plu ri elles de l'arabe u:...o S)''if
ou sanf = classe, catégorie, genre, sorte, etc. Il s'emploie
en turc pour désigner les divers corps d e commerçants, . '
'
d'industriels,d'artisans, etc., généralement connus en O ccident
sous la dénomination de 'ghildes' ou de 'corporations'.
Mais est-ce bien là l'origine de ce terme, dans l'acception
sus-énoncée? Et n'y a-t-il pas lieu de se demander si ce
f
n'est pas plutôt une imitation homophonique du mot grec
_gvvapEta = union?
Nous serions d'autant plus endin à nous ranger à cette
hypothèse, que les chambres de jurande de nos corporations
portent aussi un nom étranger, c'est-à-dire, !7'} londja)
forme nasillée de l'italien loggia = cham brc, etc.
On sait, d'ailleurs, qu'eu Europe, les corporations sont
reconnues, non point comme une 'classe' ou une subdivision
distincte de la population, mais bien comme des confréries,
ou des colleG:tivités d'individus de même profession, exerçant
le même métier, abstraction faite de toute cln ssification
sociale. Ainsi, par exemple, e n Allemagne, c'est par
l'expression t'nnung que sont désignées ces compagnies
professionnelles; les anglais les nomment ( companies' ou
'trade·unions'; le mot 'guild' lui-même (allemahd gilde)
porte le sens de 'con fréric de métier'.
C'est à tort, croyons-nous encore, que le terme es11af
a été appliqué en Turquie à la classe 1110J'enne de la
popula tion, par opposition aux de~1x a utres classes; non
27
E \

moins arbitrairement et abusivement qualifiées, selon nous, .


de .J~ kibar, ou ~\ aghniya (les 'grands' ou les 'riches')
et dè ~Sü foucara (les 'pauvres'), distinctions que, soit dit en
passant, la loi islamique.n'a ni créées, ni sanctionnées.
'
/ Ech = Paire, Compagnon, Pair, Pareil, Semblable, Egal. J.' . ou~\
'

Cf. grec Ï<Toç = égal ; d'où l<Ta~w = égaliser, assimiler, et


~ latin equo = id. ; de même, en t. or1 ~' échmek_
V appareiller, joindre, unir.
C . encore : zend hacha = compagnon ; sanscrit sak'a = id ..;
pehlevi (ham )ichak = id. ; sumérien ses = frère.

*Echpeh = Arrogant, Fier, Matamore.


1
,
~z.ha?'' Du persan t...~\ ispeh, forme contractée
(ou ~~~ sipah) = militaire, ~
On assimile ce mot turc avec le superlatif arabe~\
\._ ~0!!!J!:_ = plus ressemblant, plus conforme!

,:«Echek (lchek) = Âne. (d ~\) d..:i\


Cf. arménien l;z... = âne, et fiLnL~ ou /.z...iu~ = ânon. Le
_ radical /;z_ éch, _gui fait d éfaut en turc, est allié au latin ~~uu!:
Le mot échek ( = âne) exprime, en composition, toute
chose grossière, rude, ou démesurément grand; ainsi,
~} ~\ échek arysy (=abeille d 'âne) désigne le frelon
et la guèpe; 0....:~~ ~\ échek kestanési (=marron
d'âne) désigne le fruit du marronnier sauvage; ~l~ d~ \
échek chacasi· (=jeu d'âne) indique les jeux de mains (que
le proveF-be qualifie de 'jeux de vilains'). De même, en
Asie Centrale, J~.Y' d~ \ échek moundjaq signi fie 'ver-
roterie grossiè~eou c ommune, ; JJ! dLl..:,' échek qol =
'v,:/i'' le médius, etc.
u On sait que, chez certains autres peuples, le nom du
\
cheval sert à former · 1es composés de. cette nature. Telles
sont, par exemple, les expressions anglaises: horse-cloth, horse-
chestnut, horse-laugh, liorseplay, et en grec L7T7TOCTfÀtvov =
céleri sauvage ; t7T7Toµapa8pov = cresson de cheval ; etc., etc.
Mais le chev2.1 étant très-est imé chez les orientaux, son
nom n'a pu naturellement se prêter à ces comparaisons peu
flatteuses.
/
E \

\': - Ec~filt = Al1er à l'amble, ~ d-...!.1


/
( D'où . ( ..!. ' lchkùz = cheval qui va à l'amble. Echmek
\Y ~
1 forme, avec ~JJ?. yortmaq (q.v.), l'expression ~~
échmich yortmouch, qui s'emploie pour qualifier une personne
ayant parcouru beaucoup de pays et acquis une grande
expérience.
Cf. sanscrit ês, éJê =aller; z'f, zsyâmi = id. ; ik', êkâmi· = id. ;
zend âs = aller vite, et ish = aller; grec a'fouw = se précipiter,
se ruer, et orxoµa:. = s'en aller. Voy. ~:-:-.!.' échùzmek.
o Egri = Oblique, De travers.
(\ Cf. persan Y,._;J' evriv = id. (variété de ~)' virib) ;
\\) anglais wry = id. ; finnois waara = crochu, courbe ; arménien
' ,f_pl;Uf (adj.) = oblique, d<=! 'travers, de biais; fourvoyé,
dévoyé, détourné.
Egri (ou egrik) ne peut venir du verbe égmek ( = plier, / r') y f

0
r
courber), non plus que bugri ne saurait dérive~ de ~J~
bukmek ( = tordre, plier) ; les participes ou adjectifs verbaux
de ces verbes sont d)?.' éyuk et dJ)'! bukuk, respectivement.
Efé = 'fitre appliqué aux Zéïbeks, descendants des
.,, ·•
-·oj (_

(~ anciennes milices des provinces cl' Aïd in et de


\ Brousse. Il équivaut à 'monsieur'.
On a toujours considéré ce mot comme une abréviation
de w_~ntfi. ' monsieur,' titre qui se donne généralement
aux personnes littrées, aux princes du sang, aux magistrats,
etc. · Il est notoire, cependant, que ce dernier titre ne s'est •
substitué à celui de agha dans le colloque ordinaire des
grandes villes, que depuis un nombre d'années relativement
peu considérable. Il n'est guère usité dans les provinces, où
les campagnards se qualifient toujours de agha. Dès lors,
le mot ifé, dont l'emploi est vieux et limit~ au bas peuple, ne
peut avoir été tiré de éfendi par les populations rurales, qui
n'ont jamais pu songer à s'affubler de ce titre d'honneur.
Il faut donc chercher ailkurs l'origine de ce vocable, ~
lequel constitue plutôt un terme de mépris dans les grands
centres. Or, on sait que les provinciaux:, lorsqu'ils adressent ..
la parole à un inconnu, lui donnent souvent le titre de ~-t...:.
amdj<'e (dim. de l'arabe te àm) = oncle paternel, ou de ~.'~
dayi = oncle maternel. Le premier de ces vocables, qui
est d'une origine étrangère au turc, est d'introduction
--~-- -- -- -
2
E

1
'
et t. or1 J',.J,-_..1 esghourouq = éternument ; f-.\ esku et t. or ,...s'I ekstt. =
vieux; d...wj,\ eugrenmek et ~J,1 eurgenmek =apprendre; ( ;!.J' eudund.f et
t. 1 r:.rJJI euntud' et °'J~'' eund'ud =emprunt; r:.~ bad.f et t. or 4- df êba =
or 1

taxe ; - ~ ballchyq et t. or1 0~~ tchalpy_q = marécage ; ~d teprenmek et


t. or 1 U-W~;f tyrbanmaq :;:= s:agiter ; ~e- tcheumlek et ~C: tcheulmek =-
pot ; J~\J_yaghmou.r et t. or1 J~V.._yamghour = pluie, etc.
Egrek = Rigole, Arrugie. y y;.. v~
Cf. grec puag = ru, ruisselet.
·~y o Egmek = Incliner.
Cf. arménien ')u,~/rL = id. ; sanscrit anc = recourber, d'où
anca et ancuza = crochet ; latin ansa = anse ; arménien
/ ~.Pl.rL = inclit~er. courber, plier, affaisser.
~·;:;.-...'f' J• 'J
~ El = Mair~\~~- ~, 1 !U· J\
\J Cf. lalin'~a = p.ile ; géorgien hélt' ou klzélt' = main; grec
= coude, bras.
~
/ ~ -
wÀÉVrJ, latin ulna, allemand ellen
= Belle-sœur (femme de frère).
1 Cf. assyrien altu = épouse.
~ Eltchi (Yaltchouq) = Envoyé, Légat, Ambassadeur. <J,,.;1~) ~\
Ce mot peut être envisagé sous trois aspects différents,
/ savoir: @ Comme un composé de~.' il ou el= tribu, peuple,
pays, et de ~ tchz' = suffixe d'attribution ou de profession;
donc, " représentant d,une contrée ou d,une nation."
(2°) Comme une. forme participiale de d.1?, yelmek =
courir, d'où~ yelùl;ï o~ ~· yeldjz' (cf. . ._iJ.!. yilqy et UJil?.'
t'lqy) = coureur ou courrier; il ne faut pas perdre de vue que
les envoyés n,ont pas toujours été les diplomates sédentaires
qu'ils sont de nos jours, .et qu'anciennement ils étaient
souvent chargés de,....missions temporaires actives et faisaient
fonctions de messagers. Enfin @,
comme un vocable
,, spécial, représenté par la forme t. ore J~l:. yaltchouq, et
signifiant 'envoyé', 'légat' ; dans ce cas il répondrait au
grec laÀTOî = id. (du verbe laÀÀro = envoyer, expédier,
dépêcher), et il serait ainsi allié au verbe transitif ~l;,\
éy!etmek ( = faire expédier, faire éconduire), probablement
par l'intermédiaire d'un prototype obsolète ~ \ eylémek =
emmener, conduire, envoyer; qu'il ne faudrait pas éonfondre
avec son homonyme ~\ eylémek, signifiant ' faire',
'exécuter'. Cf. à ce propos le latin t'llatio = action de
porter ou de conduire.

..........................................
/
E \

CJElma =Pomme.
v Cf. grec µiJ'A.ov et latin malum = id. (par inversion).
(~ Emnllik (t. or1) = Lenteur.
1.1/ Cf. latin 1110!/itia = mollesse. ·
Ce mot est d'origine ouïghoure.
/.11 *Enayi = Peu exercé, Novice. )'.eV\'o)' i~~·\j'
.§ Cf. grec vi]ïç = ignorant, sans instruction ni expérience.
Le t. or' ~\.;~ yanayi, signifiant 'autrui', 'étranger',
semble être identique avec ce mot t. ote.
/ 1 ~= Petit (d'un fauve). ~\
1f Cf. hébreu pj~' = nourrisson; grec Zvtç = un enfant, un
J fils ; égyptien nex = e nfant ; malai a11aq = id.; samang aneg =
id. ; russe vnouk = petit-fils.
Existe-t-il une relation quelconque entre ce vocable turc
et le vieux français eng__e = race, espèce, d'où engeance, ainsi
que le vieux verb~ enger = procréer, produire, auquel répond
parfaitement le verbe turc ~(~\ éniklemek = faire des
petits?
~ / ·:<:~~diné = ?e là, .De ce. lieu.
V Cf. armemen w-i,qf/b = 1d.
. *Engébé Terrain accidenté, plein d'obstacles.
= 2
/ - Forme nasalisée de l'arabe ~ acabé = id.
!:'1 *~n_gérek ou Engélek =Vipère. ~\"ou s.t1 ·
l)' ~ Cf. grec érrx/>..v<; et ÈryXÉ'Avov = anguille ; latin an.guis =
ri serpent, et anguilla = anguille (ou petit serpent).
\19 *Enginar = Artichaut. _}1.il
Du grec ~ivapa (modernisé en àry1Cwapà) - id. ; latin
dnara =id.
/ ®!](Ouï) = Maison. . (u-J\) )'

0
1

J
g Cf babylonien et médique (ou néo-susien?) è = maison; iaponai~
iyé = id. ; chinois uh . id.; lycien u, uva, et uve = maison
(selon S. Bugge, Lykische Studien, ii, 1901); curetu et jupua
(Brésil) utÏ = id. ; bribri (Costa Rica) hu = id. ; tombuctou
(Afrique) hu = id. ; autres dialectes africains, ho, huo, oa,
ua = id.
En ourghour et dans les Inscriptions de l' Orkhon le mot
turc que nous examinons est écrit eb, correspondant à ube,
-
E / \

autre forme des mots lyciens rapportés plus haut. A propos


de la forme eb susvisée, il est à remarquer que le signe
' cunéiforme ::=~T se lit, à la fois, é.s' (=assyrien büu) et ~ =
~

cavité, maison, nid.


1
V ~Y· et cf. \y.._l'!!!J!!!. = nid, et 6-.?J \ ~ = tente ; t. or1
J)\ J' 1:.._q ouï ('maison blanche ') = tente qyrghyz, comme
en Kachgharie· sous le nom persan cJ \>.....W nlmedkhané =
maison de feutre.
' (\
\fi Ey_!.~ = Tourner, Retourner.
\'/ Ce verbe répresente une autre forme de d""J.,y.::;- tché-
vt"rmek, q.v.
Cf. grec "fVpow et ryvplsw = id. ; bas-latin 11zvare, italien
girare = id ; fidji et polyuésie win: = tourner.
~\
'
Û
*~~d. .
1 (1°) Corruption du persan~\ endjume11, dans la locution
r~_,I ~~_,\ evd;ïmend olalem = formons un cercle, tenons
une réunion. (2°) Altération du persan ~) erdjémend =
respectable, sage; dans la locution 0 ?.i.}t:; ~l.i bir evd;ïmend
cadyn = une dame bonne ménagère, une excellente maîtresse
de maison. , ) -' \, '<t
.~1- ~~
<t.i c-o'° ..q
,, Evlek et Avlaq_ = Rigole, Sillon, Raie. J~J\ et d.l_,\
, Cf.· grec aVÀ.ag (et grec mne aÙÀ.aKt) = chenal, rigole, biez,
0,.. tranchée; grec aÀo~ = id. Cf. encore le latin alveus, au sens •
de canal, rigole, gouttière.
On pourrait rapprocher de ce vocable turc le français '
havelée (terme de saunier) = sillon dans l'aire. Dans ce
cas la prosthèse de l'aspirée ne serait pas sans précédent:
·cf. horde et son prototype _,~) ordou. ; lwppe et le latin
upupa, etc.

~vvet (Evva) = Oui ! ( ~,\) ..::..:!\


Cf. vieux persan avatha = éUns1; ~nscrit l va = id. ; zend
aeva = id. ; malayalma UV1.Ja = oui ! latin a zo = id. ; arménien
U1Jn dyô = id. ; arabe~' eywa = id. ; japonais haï = oui ! "
Cf. encore le latin oppido avec evvet.
Pehlévi a1.1ad et parsi awad = excellent! ~mirable ! persan
11
m c ' " ' ejid = id.
/
, c\ ---
~

Iyé (t. 'or1) = Seigneur, Maître. .. ~-·'...


(\t')
~\_r\~I iyésiz it =chien sans maître ; d .. ~\ igbnek
et~~\;,\ t'yélemek =dominer, (cf. l'anglais to lord it over one).
Cf. sumérien ai= père; basque iau(na) = maître, seigneur;
grec !rt...f(µwv) 1 = prince, seigneur, et ~ryÉoµat = commander,
gouverner. Cf. encore tamil eui'a (pl. e1tJ ar) = ' seigneur',
1

terme d'un usage courant dans la conversation; persan 0 .::;\


id;ï = mon seigneur. ·- -
En mongol iigé (ou z'éké) signifie ' grand', ams1 que
<'l l'atteste Ebul-Ghazi ( Cliedjéréi Turkz', p. 43)-
9 ),ly, \:.)~ lfJ\ ))JJ'j J..;i J~,.. "'~~.' ~ .
Ce vocable serait-il une forme mitigée de li 1 agita o u ~\
!!!l!!- (q.v.), et présenterait-il une affinité quelconque avec -------
' Inca', ancien titre des chefs aborigènes du Pérou?
~

Cf. enfin l'arménien Ul~UIÎI dans les composés w~wÎlwLn/'


= illustre; U1~u/Lw~lïm1L = marquant, éminent (poste), et le
japonais ,-ikai
..r-
· grand.
l µwv contracté de 7}µwv? Pour l'adj onction du pronom, comparez les
expressions: fran çaises 'monseigneur ', 'madame', et les expressions arabes
li~ séidina et \:.:... sitna, etc.

Cf. latin lacus = id. Ce mot~semble pas appartenir a u


fonds turc, où 'lac' est d ésigné par J_,~ ge!!l. La voyelle
initiale donne de la vraisemblance à cette hypothèse. Voy.
et cf. J:'J. 1
Ihlk. (!JbukJ = (1°) Huppe (oiseau); (2°) Crête (de (dJ~J\)~\
~ coq, etc.).
~ Dans le sens de 'huppe' (oi seau) ce mot s'écrit aussi, en
t. or 1 d,~~~ pupuk, et se rapproche a insi du persan _Yv)-!.
Cf. grec €1roy., et latin upupa = huppe (oiseau); arménien
Jn"ln"I = id., et /un"ln"I = toupet, touffe ou boucle (de
cheveux). ..... ·· "" '
~{ '

*!Esi!! = Jante. vro'\ ~\


.. .,
Du grec ày.li; (génitif àtiôoi;) = id.
D
1
(
j ~ jlt
1

= Chien.
V C( Menacer) ~\ idlty; (Ghdamès et
berbère (Beni
Zenaga) idlty et ' odi·; (Ksours) i·di· = chien; naikoudé et
colami (Inde centrale) atte =id.
, 1
2 ~ (t. or1) = Déc_hjrer, ~t~~, La~er. ~-~-(../~:'
Cf. vieux-anglais teren et anglo-saxon teran = id. ; allemand
G '
zerren = taillader et zerreissel/ = lacérer.
/, / @;mek = Pousser (verbe actif).
Cf. médique (ou néo-susien?) hutto =envoyer; grec w8w
(/ ou &BE<J) = pousser; sanscrit 1Jad = id.
~mek = Faire.

(
\j
.
f ~ 1 Cf. médique (ou néo-susien ?) hutta =faire. Quant au
rapport des deux acceptions 'faire' et 'envoyer' qui
s'attachent au mot médique, comparez les mots turcs
correspondants: ~' ev!emek = faire, et ~:J.J \ e11etme!..··
= envoyer. .. ..::--- .. Ô)
Itch = Intérieur, Dans. ~I
Cf. grec etcrw et €crw = id.; lapon sis = dedans ; japonais
utchi = id. ; gyarung (frontière chinoise) ug u. = i ~l. ; sunwar
(Népal) aga= id.
O Itchmek = Boire. ~\
Cf. berbère (Sergou ) ~ = id.; touareg ( Aouelimmiden) '"*
ésou. = id. ; basque cdrm = id. ; circassien rechwey . id.
Cf. encore grec ëôw et latin edo = manger; grec ÈuB[Hv =
id.; gaélique ; 1su et allemand essen = id. Quant à la rclatfon
des acceptions 'boire' et 'manger ', corn parez Je persan ~..).JJ:>..
klt0rden = boire et manger; brahui ku.nal~h = id., id. ; singalais
nawa = id., id., etc.
.,_ Idi ( t. or1) = Maître.
~;'j .....: ~ \ idi cout = possesseur de félicité. Cf. sanscrit
adi = premier1 suprême; adipâtz' = domination -.
Cf. encore sanscrit id o u ind = gou \'erner, tenir Je
pouvoir; ~éd~bJ!lonie.nl)_adu gouverneur, sou verai11 ;
phénicien édoun = seig neur; berbère (de Figuig) iddz' = père ;
(cf. anglais sire= p~re) ; ouïghour idouk!tou = prince1 sou\·crait1__.-
ou Er = 'fôt, De bonne heure. 1
;~ ·
Cf. anglo-saxon gellrtl et anglais J'Orè =jadis; gothique
air= tôt; grec ~p (ou €ap) e t latin ver = printemps; ~pt et
~€pw<; = de bonne heure ; vieux anglais )l{lre, anglais ere et fore,
I
(f 35
/

allemand vor = avant; anglais ea11Jy) = tôt; vieux haut-allemand


êr, êrro = plus tôt, de ~eilleure heure.

ql 7
~o~aq ou Y! rlamaq_(t. ori-) = Chanter.
D'où ~~yrlayec(Jy
(vulgo ~~' tla!:__id.fil
~~ou ~·-•Jfl\
= chanteur, ambulant, mendiant,
Cf. g~ec €Ïpetv = dire; arménien
li11'fb-L = chanter. Voy. et cf. 1. r.. ·
En t. or '~ ; era.ou = chanteur; troubadour, barde.
1 1

Iri (hik) = Grand, Gros. (~?'..f::\) J;?. \


Cf zend 3ru et vou.ru = large, vaste; grec €Ùpu et €Ùpur; =
if id. ; sanscrit uru = id. ; vieux-persan uru = grand, large.
r Iriii ·= IVlatière purulente, Pus. ~i \ ou d:..r.'.\
~ Cf. I~ vi'rus = poison; arménien lrrr = pus; g~ et
V oppo<; = sécrétion séreuse, sérosité.
*Iryal = Réal (monnaie d'Espagne).
De l'italien rea.le = id.
REMARQUE. Le turc et ses congénères ne possédant pas de mots
commençant par un (r) ou par un (/), les vocables d'emprunt qui ont pour
initiale une de ces. consonnes, sont toujours précédés d'une voyelle : ex. ("Ml
ouroum, pour poµaîos, c'est-à-dire Grec du Bas-Empire} '!m1 ourouba, pour
roba= vêtement; c,1~1 ilimon, pour "A.1µ6YT1 (persa~) =citron;
;j,1 ulufer = { 1°) nénuphar, (2°) "A.ou;p&.p1ov ( = boni ton) ; ~.J,1 euréké = que- 'l
nouille, pour p&1ea ; etc.

t< ~g!l~ ou !!_gh!\V (t. or 1


) = Ruisseau, Torrent, Rivière. ,k) et k)
/ij Cf. bas-latin rzgus= ruisseau (du latin rz'vus) ; cf. latin
1.
V ngare = arroser.-----
( . . .l lrghanmaq t t. or1) = S'agiter, Se mouvoir, Bouger.
/f C( grec ~ et ?_pryas~ = j'agis, je travaille ; d 'où
V lE_ry_<lT'YJ'i. = ouvrier, ~J_ I ergltat; arménien bp~ = travail,
l.abeur, dont le pluriel 1r1,4m. ~.f!
. = travail d'enfantement.
(Jo Irmaq = Rivière, Source, Ruisseau. .
lJ Cf. '}imac ~ nom de fleuve au Pérou, d'où la dénomina-
tion de la ville de ' Lima'.
...-"'---

Irmek = Atteindre, Mûrir.


rJ Cf. basque·~= maturité; latin rego, eri'go =atteindre;
lY grec -~= id.; allemand rez'chen = id.
'~' peut être considéré comme une forme adoucie
de ~vannaq, q.v.
D2
1 /
._!-
......,, ~

( . *~ = Gruau. v) ......c-

\ 1\) De l'arménien lrpJn1..4 = id.


'.I Le Camousi Turki fait dériver ce mot du verbe ~)::
rarmaq = fendre4 en s'appuyant sur la forme variée ~,..,;~
y irmyq de ce mot.
*Izbandid = Bandit; Homme fortement bâti, (cf. ~..:.j
./
\.J, '· )
/ ,/ ..
~..).J,.J
• 1 ;' .,,.
De l'italien bandito = bandit, brigand.
r: iJ
0
/'- ,
1
@. ~zbéj= Hutte,. T a udis.
Cf. babylonien ou sumérien isib = séjour ; coréen tsibu -
maison ; slave isba = cabane.
l *I~ = Fra mbo ise. \1 1
• .•/ " .
.\
,,.1
\) Du grec a-µéoupov = id.
Les Turcs connaissent ce fruit sous le nom de k?~:; ~Ï
aghatch-tchiléKi = fra ise d'arbre. -
I \g(t. or1) = Chef, M aître. . A • • •

r Cf. zend ahu et sanscrit asu = id.; de meme, sanscrit 1çci =


maître, seig~ (de ù; = do~er); hébreu ~.h~ (iclt) = hom~e;
hittite z'si = haut, être élevé.
Bien que turc oriental, le mot J'S est également usité par
) les turcs ottomans, mais seulement d ans ce dicton populaire :
)l;Î ~~ ~' ~;;\~.J.J L.S:..~\ yssi!Ji aghyrla;1a1t itiné kémik
l atar = " quiconque respecte le maître, jette un os à son
chien".
1 ~ (t. or ) = _Q9eur, Parfum.
1
..).::\ et V"":':I
Cf. grec oa-µ~ et oôµ>} =odeur; latin od (or)= id. Cf. encore
grec oS-11 = - ~vaise odeur, et o~w = sentir ; arabe v->- =

sensation ; arménien <;nur = odeur.
~ IBsi (lssygh) = Chaleur, Chaud. ( ~') - \
0
Cf. assy.!len t~ ; latin Hesus_QJJ-ÉE!.} - ~inité
gauloise représentant le ' ~ ' ou Apollon, principe du
feu et de la cha~ ; cf. 'Vesuvius '. L'allemand heiss et
ses congénères i~o-germaniques sont aussi altiés à notre
mot turc.
Cf. encore sanscrit Pi. et ~· = être brûlant~ brûler ;
11s11a = chaud, brtîlant.
~

*Ispati (t. de jeu de cartes) = Trèfle. J~I


Du grec crrraô{ov = épée, (à cause de la forme de cette
I

·~/
37
I I
figure, qui ressemble à la poignée d'un sabre, tout aussi bien
qu'à une trèfle).
REMARQUE. Le génie des langues oural-altaïques se refuse à l'emploi
d'une double consonne au commencemenJ des ·m ots" surtout d'origine
étrangère. Une loi euphonique, qui régit également, mais en partie, le
basque, le magyar, le berbère, !e tamil, et jusqu'à. certains idiomes du
continent africain, exige l'introduction d'une voyelle, soit avant, soit entre
deux consonnes i.nitiales.
Pour la première forme, nous citerons le turc t'skélli transcription de
l'italien scala ; 1 le hongrois lstallo, de l'allemand stall et iskola, du latin .
schola ; le basque arropa, de l'espagnol ropa (la lettre (r) tenant lieu de i
cdnsonne double), etc. l
Notons, toutefois, que cette particularité idiomatique n'est point l'apanage
exclusif du groupe~ touranien ; elle s'étend tout aussi bien au persan et \ 1

surtout, à quelques-uns des idiomes néo-latins, tels que l'espagnol et le


français, où elle s'applique spécialement aux vocables dont le prototype latin
com mence par une (s) suivie d'une autre consonne: ainsi, scribere est devenu
\
' écrire' ; species, ' espèce,' etc. _
Pour la deuxième forme, uous mentionnerons les mots turcs .ftlémeng,
.ftlouri, birlmita, qui transcrivent respectivement, (1°) le néerlandais vlaming
= flamand, (2°) le grec mne c/>1'.oupl = sequin, ou ducat d'or, et (3°) l'italien I
brillante = un brillant.
1
Il est intéressant de constater que la.forme turquisée de ce mot existait
dans le latin populaire iscala, pour scala = escalier, échelle.

*Isparos = ·spare ou Dentex (poisson).


Du grec <J7Tapor; = id. ; latin sparus.
*Ispartcha = A foi son, A profusion. t...:>)L..J
. .,
De ! 'italien sparso (du verbe spargere) = épars. 1
.(.~ (./Z>. \,,
*Ispentchar Pharn1acien. \ > ~ ~" ~) ~ ·.
=
~'
0
)-.>- ) .. .,
De l'italien spez iale = apothicaire.
*Ispitalia = Hôpital, H os pi ce.
De l'italien ospedale ou ospitale = id.
*Ispir = Palefrenier. o-~ ~--P·'-'s.'
De l'italien sbz'rro = sbire.
*I sprrl
. . = E' perv1er.• , -1 1\
"'J·V•vl'~ \.JlY_, .
--; (.)Y,' V

Cf. italien sparvùre, allemand spe1-ber, du vieux haut-allemand


sparawari =id.
*Ispirto = Alcool.
De l'italien spù·ito (di vino) = id.
*Ispinoz = Pinson. ..
)~
\
Du grec u7T{vor; = id.
<\.
I
'\
/
~~Isporta = Panier, Éventaire. Ab))~.\
De l'italien sporta (latin sporta) = iJ.
~i<Istacos = Homard.
Du grec Ù<TTaKOS' = id .
':~Istalia = Staries, Jours de planche. ,_
,,, ......1'.. _,: \

De l'italien staria ; 4h...;~ ;.. = sures taries, de l'italien


contrastaria.
/ ::\' Istanbol ou Islambol = N 0 1n de la ville de
Constantinople.
Le premier est une abréviatio n ùc la phrase grecque €i-;
~T~v 7T'OÀ.LJ!.i 'à, ou, dans la ville,' expression fort u s itée par
les !3y z~ntin~ ~ Constantinople était la v·itle par
excellence.
Quant au second, c'est une forme altérée du premier,
mais ayant un sens qui peut se traduire par' abondant en
musulmans'. Cette dernière dénomination <le la capitale
d e l'Empire Ottoman, très en vogue autrefois, est tombée
aujourd ' hui en désuétude.
( ::\ OTA. Ces sortes d'adaptation s de noms sont assez fr~t1uentes en turc.
Ainsi, le mot' coupon', qui déri,·e du verbe couper, s'est transformé, d;ins
l'usage, en c.>\,; coj;an (du \'erbe v~J; copm11q = se détacher)= qui se dùache ;
de mème , le mot drague, qui ,·ient de l'anglais !frag et dredge, portant le sens

-
de 'traîner', a été adopté tel quel, mais sous la forme essentiellement turque de
~~ {cmrq, = ~ne et [ Ût Ç_au, ou ~e, (<le .;-.Y, jaramaq = peig~1er, i~r,
liratt:V, puis, par adaptation, (jragye. Voy. et cf. encore, ).>.(..\ Uslmdiir,
._;\;...,\ es11aj, A\, llalyhser, ~\!. ;~ Bulglzar-Daglty, c.>iJ; tu/1111, c.>\(.~
d.Jamlkùm, etc. Une des plus curieuses adaptations onomastiques e:st celle
l de Oz!/ 'L!_:ara-keui~ nom d'un quartier de Galata (faubourg de C~tan tinoplç);
sa signification littérale es t ' y illage ou quartier noir'. Or, .,cara constitue

-
tout simplement une corruption de 'Chiara' (soit, 'Santa Chiara,' ancien
nom génois d'une des portes maritimes de ce faubourg ), joint à keui' =
quartier, ou villrtge. Bref, le quartier de la 'Porte de Santa Chiara' est
de\'enu le' quartier noir'. Enfin la ville de Néo-Césarée (da ns le vilayet cle
Sivas) est devenu ;~ Nik.wr, que d'aucuns expliquent par 1Vik-hiss,ir = •
belle forteresse.
On't été également travestis certains noms essentiellement orientaux, tels
que ~.il\ ~s' Taht d-cal'a, nom d'un quartier de Constantinople, et signifiant
'sous la forteresse', tourné en Ml.i csi Tahta-ca/l = fortere sse de bois ; de
même ~ ..sfa.-t.1lfâi-djari cal'asJi = tOrtë'"resse de l'eau courante; vieille
forteressesituée p-;:ès de l'embouchure deia'"K ier Noire et ainsi nommée

-
à cause de la E!Oximité d'une belle source d'eau ; or, dans la bouche <lu
-
peuple ce nom est devenu U"'IJJJ ;~ Afadjczr ca/essi = forteresse ho1igroise ;
~ \..:.~ ....;.,~ Siavuch j;aclza-l chiftligi ~ferme de Siya vu ch Pacha (située dans
les envi ron s de Constantinople), travesti en J.1~ u.!.~ vJ~ Tchaouch-bac/1y
39
I .

lclzifllt/;i = f~ du chef des huissiers ou d es ch ~:i:; Mcur.pcxdipi (vi llage


des environ! (le C~n tin<.5p!ë), travesti en J,/. )~ =village de cuivre.
Pour ce qui esl des noms de lieux formés surie type de ' l s tanbot ', nous
pou von·s ci ter encore, ,.:._<_,;,/ ,r.znik (d e ffr N(Katetv ) =--= N icée i ._,. ,(;1.::....1 fsl<mke:(i'
( de flr .. ~v Ké.)v) =Cos (Pîle de); "!..1,j\;...\ fsta ndia o u Standia fde i;!s r~v 6.1à) =
Dia, ilôt situé non lo in de ia côte nord de l'île de Crète; ·'~.li l-:rm id: 0 11
vulg;lirem.ent, lznim/d (de flr N1Koµ11olav ) = Nicoméd ie.
En fin, n_ous t rouvons dans ie Compendium Hz"storiarum (ed. de Bonn, ii.
$80, :1 8 ·;9), de Georges C ed renus, auteur byzantin d u xi~ siècle, la focw ''
' Iv'a n' (€is To "It3av) pour désigner l ~i lle de Van , la voyelle préfixée n'étant
:i.~qnc la particuie (/,) des cas datif et locatif de l'atm é nien . .
D'après K oelle (<\weu r de l'ouvrag e intitulé T artare et Turc), lstambuzd
ne serait qu' une contrac tion, adoptée par les Turcs, dn nom de 'Cons tant i-
nople', an?.logu e à lskender pour 'Alexandre '.
Les nombreux exemples que nous venons de ra pporter ne semblent p;i.s
confirmer cette d ern ière opinion.
':<:Istankeuy = Nom de l'île de Cos de !'Archipel. - (,· \..
W).,._ .......,..) 1
I) e 1,expres s10n
. grecque '
EL<\ ' rr , '
'Tr)V n.w = a
Cos. Vov. et
cf. i.:..J~\..o
::-fistavrid = Sansonnet (poisson). .,
_,.'J" .,; î..
'-.....: t
D u grec mnc cnauptÔt ou ŒTavpE?,Ô1, = id.
'x'lstavroz = Croix.
Du grec aTaupÙ<; = id. Le mot arménien /uwL_ = croix,est
égaleme nt usité en turc, comme aus ~ i en persa n.
:;{.Istérek = Styrax. ./
... ' ..
""-- .
.,..
../

Du grec crTupa~ = id. Le vra i nom turc du baume de


styrax (!St ~L/:} carag-unlul~; il s'a ppelle en arabe
' l ;..
..
..
A.U\.,..i ~ ..._...

,;;:Istéka = Bâton ou Queue de billard.


De l'italien stecca = id. Cf. allemand stock et anglais
.. ~ 1, -
·--.. l,Ja·' ~• 0·1~ .
...:rf•/,.(,/\'. ;

.,.
I.stémc.t-: ,-=.,
v· OUH)Ir, 1 • D esirer.
, . . ,,
~)...,.~;;.....: '
@ Cf. sanscrit is, ù:'éa11u' = id.; iStu et i'.Nt' = désir; ccrrc-
sponda nt a u tt::c 2..G\ ~'.stek = dés ir.
'~'lsthidia ==~· I-i uüre. ,c,.. ...'v .::..~ \
~./

Du grec orT"ïpdô-.ov (grec mne cnpEtfn) =id.


';{' Istif = A rrimage, Estivage. ~-''
Du grec r:r-rotf317 (d'où le verb~ ŒTot,f:Jasw, italien sth;are, et
latin stipare
serrer, presser).=
Cf. sanscrit stûpa et stamba = tas-1_ ~~ et st!f:1.râmi" =
amonceler, entasser, amasser.
1 I
J~ 1 *:[§tifil = Composition amiable, Conciliation. ·
Selon le Camousi Turki, ce mot serait la contraction
de l'expression grecque mne d~ TO cptÀUCOV = à l'amiable,
amicalement.
*Istimara = Jaugeage, Veltage. b
./
1 \......-;. .... \

De l'italien stùnare = év(lluer, estimer; de là LS~~\.,..::.._,\


istimaradjz' = jaugeur.
*Istinqa (t. naut.) = Cargue! ~\
De l'italien stinga = id., im perf. de stingere = serrer,
presser, carguer (puisque 'carguer les voiles', c'est en faire
une charge (ou 'cargue'), un paquet). Le grec moderne a
emprunté ce verbe sous la forme <TTt"fKâpœ = je cargue.
*Istourpa (t. naut.), Faubert. ~J,::.•.J
De l'italien stroppa = id.
'
*Istralia (t. naut.), Etai. w\ ... \
.. r-
De l'italien straglio = id.
,
*Istrongilo = Mendole, Cagarel (poisson).
Du grec <TTPO"f"fUÀa = id.
*Iscara = Gril, Chantier.
Du grec E<T'X,apa et <TKapa = gril, et (grec m c) (}Kap't ::::_
11

chantier. Cf. assyrien sigantv =cage. 'SP' t1-<fl / ,

*Iscarpélé (t. de n1enuiserie et d'équarrissage)= Ciseau. ~Jl;i.J


De l'italien scarpello = id.
*Iscarpin = Escarpin.
De l'italien scarpino (diminutif Je scar/'a = soulier).
*Iscartcha = Bondé.
Forme diversifiée de ~.)~.J t'spartcha, qx.
'
*Iscarlat = Ecarlate.
Cf. italien scarlatto, espagn9\ escarlat, anglais scarlet, et
allemand scharlach = id. :1
La plupart des lexicographes font dériver ce mot
du persan ~b ~""' sacadat!t = drap., alias \.../f~~ Lt:>
d.fmnéi Nakhdfevani = vêtement de Nakhdjevan ; puis,
'couleur.'
Ce vocable ne semble pas appartenir au fonds persan.
(l 41
I \ 1
'- lJ
1
/

*lscarmoz (t. naut.) = Tolet, Cheville, Scalme.


Du grec uKaÀµoç = id. ; italien scalmo.
*Iscaribil = Sor~e de jeu de cartes.
Du français 'briscambille' ou 'brusquembille '.
*lscandil (t. naut.) = Sonde.
(L'instrument chirurgical du même nom s'appelle en turc
sonda, comme en italien.)
Du grec mnc <J'Kavô~Xt; tiré lui-même de l'italien sca11daglio =
sonde.
*Iscopamare (t. naut.) = Basse-bonnette (petite voile qui
rase la mer).
Du grec m"c u1w7raµapa, emprunté de l'italien scuopamare
ou scopamare = qui balaie la mer.
'
\/{lscotaj (t. naut.) = Ecoute.
°<.'i.ù Du grec mnc UKOTa = id., tiré lui-même d e l'italien scotta =
e. hale- bas, drisse, écoute.
·~Iscorpit = Scorpène, Rascasse (poisson).
Du grec mnc <J'KOp7rtÔt = id., scorpion de mer.
Ce vocable turc désigne également le 'scorbut'.
*lsconta = Escon1pte.
De l'italien sconto = id., d'où 6.hi_,k...N st'nconta, vieille forme
de ce vocable, tombée en désuétude.
(;\ *Iscoudji (t. or1) = Espion, Guetteur.
1/) Cf. arménien ~u~ITL = surveiller, veiller,
veilleur, surveillant.
. *Ise oufa et Uskuf = Bonnet. -
'\.,..'_Y
r.~'1<
'0t Î D e l'italien scuffia = bonnet (de nmt).
. .
1 / /A,. )
G
1 Cf• grec aKou<f>o<;
,. = 1•d • (a }J'1e a' <nca~o<; ; l'arabe a ~y
.. • (
j ouffyet = couvre-chef, en général ; hébreu 11:iip, v:it;,SJ!!_lui_ ')_
casque. Cf. aussi le bas-latin cuphia, le vieux haut-allemand
~a et ~a = mitre; le français çgiff! et escoffeon et le
vieux anglais coif; l'espagn.ol ~a et._.EJ.fi.a et l'italien cuffione
(coiffure féminine).
On sait que les lexicographes rapportent généralement
l'origine de ces mots néo-latins, au latin cuppa =coupe, gobelet,
( v~se ; à cause de la sim ilitude de forme (cf. galea = casque, et
..._ ga!eola = vase).
42
I
/
>A<Iscoumri = Scon1bre, Maque reau (poisson).
Du grec utcoµ/3poi; = id.
f<.e I.e·.~
~~11;1'p
,~ = Échelle, Escale, D é barcadère.
tg1>û.I<"<- De l'italien scala, d 'où grec mne uJCa). .a = id.
lsl~é!é sig nifie aussi 'échafaud age '; il est imité du grec
m uKa'Awu{a = id. E nfin, l'italien sca!a est couramment usit é
11
.:

en t urc, co mme t erme musical, pour ex primer la ' gamme '.


,:l< Iskemlé = Tabouret, Escabeau.
4 1 x.o..w..~f a . D u latin scamme!lttm o u smbellum (diminutifs de scamnum )
= id . ; grec m nc uJCaµvl , italien scanno et scanne/Io, allemand
sdtemel = id.; russe çkamié = id. iJ:- li~
Ich (Uch) = Préfixe dé monstra tif, < L.t.;:;.~ \ ) ~.:J 1
/-- S ervant à ,préciser ou à marquer, comme le latin lue o u
hœc. En t. ote il s e j oint au pronom démonstra tif bou2 e t
.@ form e le composé_i~~\. i"cltbou = ceci, ce, (e n t. or', il se
f

pro no nce uchboz~ ); il y a aussi le m9t ~é- = voilà,


composé de i"ch et de té= là (c ( \..lb 4.J té (ou dé) ·ha ! éq ui vale nt
aü ~, lequel pourrait ê tre comparé a u latin isto, car
cette préposition turque porte aussi le sens de' d on c','~
~qQQj '. Cependant, en t. or' il sert à former e ncore les
r composés J_,..!i_,\ uchol = celà, celui-là ; tt~l~J\ udœndjé =
au tant q ue- ccla; l..x..~_,\ uclzcndé = e n c~à ; - -.\.~.il:i .\
~- V ,___-
11Cftendaq = de cette faço n-là. - '·
C f. grec oi; = ceci, celà ; sanscrit esas = ceci ; géorgien is = i
m ê me ; enfin, latin z's et id, gothique is, allemand es, anglais it, ~
hongrois az = ce (là) ; arménien "'Ju = ceci.

1 Ich = Action, A.ffaire, Acte, Travail. V"':'.


A '

Cf. japonais wa:::a = t ravail, action, e xéoution ; persan tt~~J,


p iclté = affaire.

~
i(.~;- Ich y q = Clarté, Clair, Jour. ~!.
.. " \
C f. sumérien azag = brillant ; zend uchl = lumière; sanscrit
l.
>.!"

!.!!.I!!± = le point du jour, l'aurore ; grec ~wç = id.


~ -~'· I chyl ou !chyn_ = L ue ur. ~~:\ ou J~~?.\
'\.,.j" ,, ,_.___._-
/ J C f. étrusgue usil = A po llon ; grec <T€À<tr» = brille r-; anglais
1J
\r~) to s/U:ne = id. D e ces rac ines turqu es son t fo rmés les verbes
J.-·\~\ 1'cfaJ !damaq et (t. or1) dl.. L.t..~.1 iclmém ek = brille r.
1

C f. e nco re sumérien sir= l umiè re, et Je radi cal arménien


1_um. (dans z_wn.w1..f,'L = rayo et 'liwn (d ans 'ZÎ,111t.U1f-1UJfJ = id .).
43
I / '-5\
)ut. {L ~
s. ;c 1" 't
j~\ ~c~ (t. or1Y= Espèce de roseau ou de canne. ~\
Cf. sanscrit t'xu = canne à sucre.
1
( >l>i--' !chkii (t. or ) = Chaîne, Entrave. .
1
l (f • f, Cf. anglais shaclde = id.; vieux anglais schakkJ'll =id.; anglo-
' /+ Il \ saxon sceacu l = 1.<l . ; hollandais
. seha k el = anneau d e c 11ame.
"
11

Voy.~ chikil.
':fichma!. = _?igne_ (de l'œil). /
,W\
~IL""'~ v- De l'arménien Îlz_ J;,,l' = id.
'
*Ighraphou = Oiseau de proie, Epervier.
Cf. latin grypu.s = vautour; espagnol grifo et italien griffo =
griffon.
; *Ighryb (t. de pêche) = Une seine, Un
Du grec 'YPÎ7Tor; = id.
Iki = Deux. "\~ j
Cf. basque oguei = vingt; gallinomero ako = deux ; quic}Jua

-
yskaï = id.; karen ki, angka kaï, sgau-karen khi= id.; géorgien
OZi = vingt ; grec €ÙCaS (grec mne €tKO<:rt) = id.

Q I~= 1igui(h. - ~ J .1
Cf. vieux haut-allemand skina = id.
6 Igdé (Tchigdé) = Jujube.
Cf. grec lTÉa =
saule (genre dicotylédone dialypétale,

! comme le jujubier). Le jujube s'appelle l.;)'::>..J;; tébérlèhozw


en persan, et yL.:. u.nnab en arabe. La variété que repré-
~' sente le mot turc igdé est le fruit du jujubier odoriférant,
que les persans connaissent sous le nom de il..i I~,.;-- tchobdmzé
\ ou ~ sind.fid, d'où le distique-
j~;!b ~-: ~ L~ i.:-J,>.f.:; .J..àj
'.:Jj>-_.r.J ~\ ~)~ '.:).}?...}~ ~./~
''Le sindjid n'a point la vertu du téberkhou1!, bien qu'à le
voir, ce dernier ressemble au sind.fid."
C.J En Kachgharie sf!!J!;.i!!._désigne l~
Iiilémek = Gémir. ~.~\
/ "
'7, Cf. persan i..::r.~-\-[m~i = lamentation, gémissement; assyrien ..__.r.,. ~ \
unninntt = id.; arménien ~f1"b/ibwL = soupirer, geindre.
I /
!% ~ _Il (Euyl) =
1
. Pays .
., f" Cf. basque erria = pays ; chaldéen eré = id. ; .thibétain yul =
~.' id. ; assyrien âlu =ville, village; sumérien uri =le pays accadien.
SCf. ~_,\ eulké =.contrée, région, pays; c'est la forme t. or1 de
I \,notre vocable, avec le suffixe diminutif.
. "_Iyl (Yilou) = Peuple, Tribu, Gens.
/ ., ~ Iyl fait au pluriel i)'lat '-.::.)~\; de même que~~! big fait
ë' ~ , '-.:..)~ bzgiat ( = grands) et ~W. fait '-.:..)~ (- ~gne­
ments, nouvelles). En t. ottn vulgaire iyl se prononce ,J.t
gzl, et, sous cette forme, il s'ajoute aux noms de famille, comme
~.\ Ahmed gil =la famille 'Ahmed ', .J~~ J.w-t,,. ~k
Dourmouch gil = la famille ' Dourmouch ', etc.
Cf. gaéliquefidl = tribu, famille, peuple; grec~= clan,
tribu ; de là ~ correspondant exactement au turc
~ ~l-bach;1.
Cf. encore sumérien illat = troupe; grec fÀ.77 ou €t°À17 =foule,
---- _________....--- i

troupe ; santali _ (Inde Centrale~i = une génératiot)


d'hommes; arabe ~ = tdbu (ce mot semble être une forme
arabisée du turc gil) ; berbère (Ghat) alis = homme; arabe
- ~ - · Jî
al= famille, race.
C( aussi grec <ÎÀtatoJ = se grouper; ·E">..Àài; et ·EÀÀuÔa
(qui se rapprochent de ~~~.1); pûis,.H">..oTEç, dont l'étymologie
1
est encore à trouver, et qui semble désigner les autochtones
( ~ ~ 1). En lycien ttene corresponu à e">..À17v.
Ilé (Ilaï et Ilen) = Avec, Ensemble, Et. (~)?.\et ...s~:D &J.:\
Les langues turques ~'ayant p3 s de mot pour la con-
jonction et, c'est la préposition zté (et par élision,lé ou la) qui
la remplace, ex . ...sr} 11.i?,I J~~ yéchil ilé qyrmyzy= vert et
rouge; ~ Al..J..êJI oghloumla qyzym = mon fils et ma fille,
etc. En t. or' cette préposition s'emploie souvent sous forme
de suffixe adverbiale, ex. ~~~li tanglaï = de bon matin;
._s~~ tiriklaï= pendant q~ est en vie, etc.; sous cette
dernière forme le t. ottn ~mploie d.j layù~ ou ~:(!.YiJ?:
comme ~~ sabahlayzn ·= da1~tmée; ~- ~\
akchaml~ dans la soirée, ou vers le soir, et~
c<l.
. . . . . ..
.. J. bilé.
Le manque de la conjonction et est également supplée
I
~ 45 ' ....',
~ ·

par l'adverbe 1 ,j> ~ da,Yzi (~ 0 ili tqglli) précédant la phrase.


Il a pour équ'ivalent le bulgare taka = aussi.
- Quant à ilé, i!ai", ilén, cf. gaélique le = avec; thibétain la et
,,---- -
da = id. ; javanais !an = et; laos (Siam) le = id.; ho et kol
(Inde Centrale) Io = avec; leptcha (Sikkim, Bengale) la= et; .
vayou (Népal) le= ici.

~'t!lendj (t. or1) = Malédiction, Imprécation. _


~"'' ...... ).,)
u_ \:... ï ·• '
\J / Du verbe...~J-:.~ ile!!!-!!'ek maudire. C( grec eÀ€"fXOç; =
blâme e t tA€ryxw = déshono rer.
[.~ ollyq = Tiède.
~ Cf. anglo-saxon t..i.Jltuc =id.; anglais lul.:e __
... _,,. =id.; allemand !auig
~
(keit) = tiédeur.
( ,,, ..L e diminutif de notre mot turc, soit ~~' ilydjé (pour
i_ ~.\ /ilyglul/a), signifie ' thermes ' ou ' eaux thermales',
'bains'.

~
ri Ilghamaq = Courir. _ ·; , ~liL'
/ -
............ 1
~-.// _. ..
D'o ù)-.~~?. l ilgl!ar = pas accéléré, course.
Cf. assyrien alaktt = action de marcher, marche; sanscrit
valg1 valgând_ = aller par sauts et par bonds; anglais to wa!I.:
= marcher; allemand wallen = id.; tamachek elkem = suivre.
- - -.,
2..:...s-
~
-
(d ) llqy ou Yelqy (t. or 1
)= Troupeau de cheva ux, etc. 0i..~~: ou ~..i~?.'
V} Cf. grec àyÉÀ'Y'J = id. ; basq~ ellzi = troupeau ; kabyle
éelli = id.
Cf. encore tchouvachet'viliklt = troupeau; allemand jlug = id.;
anglais floc_! = id.
)'- "
( i / Ilké et Oulous (t. or 1) =Peuple, Tribu, Fan1ille, Clan. li:;}-)' et~\
'Y Cf. grec (éolien) lJÀx.oç; (pour oxÀoç;) = multitude, populace,
foui~ j àoÀ/\hç; =id. (ào/\Àltw = se rassembler en foule); Àaoç; =
peu pie ; ~llemand leute = id .
./

Cf. encore latin vulgu.s, allemand volk, et anglais folk -


populace, foule, peuple. . . ..,
/ /'9~"' / 1/
Ilmek = N œud. /ô ~v' >" :.;J ' , - ,: ( {\ .\
<.J -':'.,,; ~)
Cf. grec €rÀÀw, fl/\uw, et €°tÀÉw = serrer, lier, rouler, tordre,
envelopper ; €ÏÀo\ Uen ; cf. le turc d.J.,,' ilik = bouton-
nière, d'où d~\ iliklémek = boutonner.
Comme verbe 3..J.?. \ i'lmek signifie 'faufiler', d'où \..S~;J?. \
------ I :;
~/~yi ~ ,).
_;.r/
I

iHnti = faufilu~ ; la forme réciproque ~1:.1 z'lichmek

~ f équivaut à s'attacher ou s'attaquer, d'où 3 i J?.\ ilichik =

l\*Imbat = Vent du sud-ouest.


\} Cc mot est une contraction de l'expression 1.....~t~ t·~ nim
baty, qui signifie 'demi-sud '. L'explication de ce vocable
par l'expression persane I.)\~ t~ nim-bad ( = demi-vent) n'est
pas admissible.
r~· _,,. Imek = Être. J.. \
\l: Verbe d éfectif dont quelques temps seuls sont usités,
comme i":'.' im = je suis, ~~' 1:dù1t =j'étais,~ ~A-?.' ùnich =
il a été, d:.'
z"ken = étant, t-,....?.' i"sé = s'il est (conjugués avec
les trois personnes au singulier et au pluriel).
Cf. grec Ëw et €lµt = être; sanscrit as, asnu: = id; ; lithuanien ~
* esmi, l.atin esse= id.;•japonais !:!:._ être, existence; aisyrien iSû = ~......-~ \.:"!"".""
/f?) être,· bei:bère (Chaouiya) ems = être. \J'_ ,... , ,· -~""'" ·.f:'"" /1 .,..
~ 'i ' ~-
.~
-""; convo1ter.
• t>.&·., "'...... C\~ .
'V - .V \,.
q-· 1;._I" ' -3') r:;:o.; .,._,,....
,L '> ~ or1<y r,-Q, ?,.- ~ l ' c."
/ ~ = (Yv ......,-" c..- • ~ ~ ..f 0
)(/?> .( \ .::.. S::.....ï;-t-?.I
'} )."\i-'\î) I Cf. ~~ec < I
tµEip~ = d'es1rer,
. .
aspirer à; la~ =
. . ad mirer,
.
\J estimer, priser.
Imyzghanmaq = Sommeiller, S'assoupir. ·
~ Kiranti, waling, rodong, kalunga, et dungmali (Népal or1e) ùnsa =
dormir; tchepang (Népal) yemsa, emtché = id.; vayou (ibid .)
imtché = id.
-
of In = Antre, Caverne, Tan~ Repaire. ,I
i:.;..

~
1
1 Cf. kame (Brésil) ·i n =maison; islandais Ù'{nJ.. = id.; sumérien
et assyrien unu = demeure ; berbère (Ghat) i'hnen = maison ;
anglo-saxon ùm = id. ; grec €VV~ = lit, nid, demeure ; €l'À€o~ =
( tanière; j~ponais ana = un trou, une fosse, une caverne.
l. Au sens d'habitation notre mot turc pourrait être
\ rapproché du verbe anglo-saxon wmiian = habiter, demeurer,
( séjourner, et, à. ce point de vue, il constituerait la racine du
ï verbe turc ~!. \ i·;mzek = d escendre, mettre pied à terre,
L loger en voyage. Cf. l'arménien ftk.u/bpL = la.
\J Inek = V ache.
~I
Cf. sanscrit enaka =antilope. Voy. l.:)~t:.?. yénéken. Cf. slave
ionétz = génisse.
__........_
-----
/
I I
/

Ci10\ lni et Inek (t. or1) = Frère cadet. w~\ et~'


IJ Cf. basque anay= frère; samang (Malacca) inak =frère aîné..
. \ lndjittnek = Vexer, Tourmenter,_ Incommoder. ~'
~ l~étroit,
e
l Cf. )atir:_ ail/{!!_ = id. ; allemand engen = mettre à

---
h la gene.
A rem a rquer la relation existant, d'une part, entre le
radical de notre verbe ~ et le mot ~~\ ·ùuijé = fin ,
ténu; et, d'autre part, entre le verbe latin a11go et l'adjectif
~

~ qu i signifie ~igu' ou 'étroit'.

fd / Indjuk (t. or 1) = Couteau. Ji •


.
w. / •.s:v \ ..

lJ Cf. grec €~;xor; = un sabre.

)Jflvmel{) .= Courir, Se __s!_~_péc~~-r: _ ~.J,


,, ..
Cf. sanscrit av = aller et J'ava ou java = vitesse; latin eo =
§ ) al ler; gre~ éw = aller, venir; Eiµ,t = id.; lithuanien eimi = aller.
Cf. encor~ latin§ = z~ = aller; zend ~V et z' et yâ = aller;
r
) grec t17µi = a ller ver:; ; sanscrit,Œ,Yg , z'rygâm~ = all e r, se mouvoir;
secumne{iew!iJ = se hâter, se dépêcher, et gewa =courir.
0
/

0 (Pronom) = Il, Lui, Elle.


-- ------=---- -----
o,
Cf. hébreu N~rt (ou) = lui; arabe JJb ; zend lzô =id. ; grec ~' TO ;
--
~
darhi et bhramu (Népal~= id. ; ahom (Siam) liéu = id.
- --
persan .J \ , slave _f!!!i. thibétain kho = id. ; singalais ohu = id. ;

Pour obvier aux hiatus éventuels, ·ce"-pronom turc s'écrit


J
aussi sous la forme ~ (comme t' bo;,_pour f. bou = ce,
et J,..;i chol, pourr chou = cela), et peut être mis ainsi ~n ·
comparaison avec le latin die, le lezghi zt, et le suan~thi
aile = il, lui. Voy. _Y. bou.

:J/ *Oïa = Crochet ou Point d'Orient ; Dentelle à l'aiguille, ...


L,) '
(~ " I ou milanaise, pour bordure et garniture.
\Y On attribue généralement à ce mot une origine turque,
"\__c:>-~~ en le faisant d ériver du verbe ~J\ oïmaq = ciseler, graver,
~'f ,,,.,/ ..l.. .creuser, fouiller, etc; Mais ce dernier donnerait régulière-
~c-{c-~oCO ment la forme ~J\ oïma, plutôt que oïa. Nous ne pouvons
e-~ donc p<utager cette opinion, et nous faison s dériver oïa, du
grec mne ou1a = lisière, bord, bordure d'étoffe; corruption
du grec ancien <fla ou wta = id.

; Oba = (1°) Tente de non1ades, longue et divisée en


plusieurs con1partin1ents spacieux ; ( 2°) Famille de
no1nades.
Ce vocable entre dans le composé ~,r geutc/1ébé =
tribu nomade (pour geutcher oba = tente qui se transporte2,
qui a pour synonyme cet autre composé 1.)J\ 1 :;; )? geutcher
év!t' ( = possesseur de maison qui se déplace) = nomade.
Cf. ~ = clan ; radjmahali (Inde ce!!!,rale) a-va =
maison (voy. et cf. J\ év); dialectes de l'amérique du sud, ..
ajupa = hutte.

Obour = Gourmand. .J.Y.J \


Cf. sanscrit tlg]'f.1- = ogre; français 'ogre'; (mutation des
labiales et des gutturales).
Ce mot turc peut être une corruption du persan ,)l-!J\ evbar,_
0

participe présent de ~~.J~J\ evbariden = dévorer, avaler,


se gaver.
- t'V~. t,a~f>
1
\
*Obous = 0 bus. \.."~? 'J..,'1' '<"- 1 ()'-(

De l'espagnol obtt.'J = id. ; cf. allemand ltaubitzc et anglais


ltowitzer.
tJ Ot = H erbe. -,/
, .. '·'
Cf. arménien /unur = id. anglais weed = id. ; anglo-saxon
weod =id.
'

r.) Ot =Feu.
Cf. chinois yat._= soleil ; ~mérien utu,_(utuki) = id. ; hébreu
ï~N =tison, brandon; gallinomero ada _ soleil ; japonais tlzwa. =

- -
feu ; grec aiôw = allumer, brûler; gothique eit = feu; mantchou
J!!!! = id.; catchari (Bengale) od = id.; limbu (Népal) oj_ =
lumière; zamucu yot = feu ; yacout wot = id.
L'arménien nLJ'f désigne Pluton, ou, selon Néandre cl~
Byzance, ~ or, ce dernier nom est allié au persan Lfo.JI
-atech =feu.
J_O~agh = Ten_!e princière,
G Pavillon. .
Cf. arménien o/J/rw~=chambre (du verbe o{cJ.6L =demeurer,
passer la nuit; d'où o{cJ!rLw4b =auberge); latin œdes =maison,

-
demeure ; huastec ata = maison ; aymara uta = id. ; maya
-
otoclt = id. ; chaldéo-syriaque oda =chambre (emprunté probable-
~en t à la forme turque contractée li_,\ ou 41_, \ oda, actuelle-
~ent usitée pour 'chambre'); malabar et malayalim ( Inde
méridionale) vidu et vz'ta = maison ; yerukala (Inde centrale)
vudu = id. ; santali (ib~d .) odah = id.
Otouz =Trente.
Cf. pakhya (Népal) tis = id. ; gondi, gayeti, et radjmahali
(1 nde centrale) _tisJùa = id.
~ ouL Otoullt= Bois à brûler. ~;_,t ou ~Y·'J\
\Jj Cf. vieux haut-allemand witu, et a~!._o-saxon PJUdu = bois;
nordique ved = id.
Cf. encore : mongol modon = arbre ; tchouvache wodda =id. ;
chavante (Amérique du Sud) wede = id. ; tchicriaba (ibid.)
ode = id. L'a!_abe ~t: ottd signifie 'bois'.
La forme t. or 1e otoun a porté l'illustre auteur du Le!td.féi
Osmanz.' à faire dériver ce mot de ot = feu, et à l'expliquer
E
I
0

par 'matière dont on fait du feu ','combustible'. A ce point


de vue, on peut comparer ce vocable turc avec le sanscrit
êda = bois, et généralement, tout corps qui a la propriété c.le
brûler.

~ = Fortification, Citadelle. .JJ\


(j Cf. accado-sumir uru = ville; assyrien ar, aïr, et al1t = id. ;
hébreu i'V = id. ; basque ili, hi'ri = id. Ji J)' or begi =
commandant d'une forteresse ou castrophylax. pn sait
qu'anciennement une 'forteresse' désignait, par métonymie,
la 'ville' même qu'elle était destinée à protéger: comparez
l'allemand burg, l'anglais castle, l'arménien p.lrl''f ou .f!"llI.!!l.J!, le
géorgien ka!aki, etc., qui servent à former 'des noms de ~illes.
Voy. r...JN.i-J. berglwus.
Les lexicographes turcs font dériver du mot or, cité
ci-haut, le nom de l'illustre Orkhan Gazi. Dans ce cas,
Orkhan serait plutôt un titre; nous croyons, cependant, qu'e
19

o{
t; l
1
,,N
la première syllabe de ce nom signifie 'jour' et qu'elle est
alliée à l'hébreu or= lumière, et à l'arménien O[' = jour.
. · ~ 'J \ Au sens de 'fosse' ou de " silo' .JJ \ or se rapproche de
z l'arménien .çnl' = fosse, puits, ou unr = trou ; aussi bien que
du grec 0'€tpor;, du latin süo, et du japonais uro= trou, cavité.
Quant à la préfixation d'une sifflante, si fréquente dans les
langues indo-européennes, et qui représente l'accent initial,
nous rapporterons, entre autres, le grec il">-..1] et le latin sylva ·;
1]µtO'ur; = latin se11d ; €vor; = latin senex ; o">...Kor; = latin su.lcus ;
=
grec aÀ.r; latin sa!.
Le mot or signifie aussi ~' un lieu élevé, et,
dans cette acception, il peut être comparé à l'arménien ./_1r1,,
au pehlévi éver ou éber = supra; au russe ior = endroit élevé;
grec lJpor; = montagne; hébreu -ir, = id. ; slave gora = id.;
persan VJ \ évra = fortin.

Oran ::::; Mesure, Forme, Retenue, Discrétion.


t,,J Cf. grec ovpor; ou opo) = limite, règle ; arménien ol'l;'b =
, (1°) loi, ordre; (.2°) manière, forme; le diminutif de ce mot,
01 1/,'bw~ signifie 'modèle', 'échantillon', 'exemple', 'pareil',
'semblable'; d'où le turc ..:_(;.J) 1 eurnek = id.
0 ,,,
. *Oria = Car-rea&:1 (t. de jeu de cartes). ~.JJ'
De l'italien ori (pluriel de oro) = id.
~ ~9rdo~ = Armée, Corps ~·armée, Camp. J~J'
. , Prototype du lrançais liorde et du russe orda.
'· \J Cf. le latin or<k, dont l'acception initiale est •ordre',
'V •rang•. •série•, ' file'; puis, •rang de soldats'; et comme
chaque colonne formait probablement un corps de _troupe,
une compagnie, ordo a également pris le sens de 1 troupe'.
On/011 est souvent confondu dans les lexiques avec ,.,.JJ\
011rda ou \j 12' ourla = tente servant de gynécée aux chefs
mongols; d'où ~ 1-;_;}-·-;,~;d~-blgi =chef du gynécée.
Nous préférons assigner à ·ce vocable une origine différente,
en l'assimilant _avec ~J.JJ\ ourout,, ou &.::.J.;)!.J'Ollrt, q.v.
*Orsa (t. naut.) =Bouline. L.J.:'
f'>i ~5;.;; De l'italien or.=-a =id. ~)! \-.JJ \ orsa-pod/a = pencher de
V~'J"':-<'(\.
()
5
droite à gauche, et vice versa; au figuré: dodeliner,dondiner,
osciller, tituber, chanceler, avoir une démarche irrégulière, une
allure anormale ou indécise:
•orkinoz = Épaulard, Orque, Narwha_l. JH._.J\
Du latin orca = id., introduit en turc sous la forme grécisée
op1C1jvoç; crec 8pvE (génitif 8pvrtoç) = id. ; japonais t1n1ka = le
dauphin. ·
", ,r ~gnci\W (t. or1) = Ingénu, Pur, Bon.
~ri cr.• ~V'f'7Jç
~ , = . ou a1,oç
sain, ,, = samt.
.
tJ / Oghouch = Petit-fils. \,,;!Y.J'
!tl,Y; Cf. grec vioç = fils; berbhe (Beni-Menacer) ayaU! = petit-
· · fils; do. (Ghdamès) ; 011 =
1
fils; do. (Tamzight) ~011 = petit
garçon. Voy. et cf. ~J\.

0 Oghoul (Ovoul, Oui) = Fils, Enfant. . <JJ\ ~JJJ\) J.:J'


·Ç; : Cf. h~br(u ~'V = enfant ; ~en a6il = id_:j_ sum&ien i/Jila. · . · ···.
\J id. ; gailique oçai/ = id. ; pllois ogl = id . . Le mot turc \:.JJ.:J'
. oghlan. =garçon, dérive de ogho11/.
Quant à la forme oui (ou ()()t1/), elle figure dans les souhaits ..
, ,
que les Tatare$' de la Crimée adressent ordinairement à
l'amphitryon après un festin, et dont voici la formule-
E2

·. .!
. .
( 1
i

0
·'
/

1 •

__..J'. ~,.,I•.,J•
I • \ ..... .,J'
~· ••

1
1,

Allahumm/ ! t1cluf.yr .'a~lui)'r .1 0;1w11rgluz1!. mai bo!suun 1

Toghourg!zait oul bolsoun / Djaw /..'l1ai!ar:.g/1a)l r;· bolsom1 .'


(Lillalt el-fatiha.)
" Ô Die u ! accorde· l 'abondancc et la pro fusion l
Que ton échine soit grasse !
Que ta progéniture soit un fil::; l
Qu,il devienne un héros capable de mettre l'e n nem i en ckro utc ~ .1
Ore mus ~ " 1
Et dans ce prm·erbe tata re- ~~ v 1
1
\ , .. "(:..1 ,, ' "· 'i : /.11 __
1.,..-) :' )4./..!, ~ . :: ~- "'-~ ..) : ~) .,__.~ ' --. ·1
D;àr~n;it)'IL ou/ou boladjlgl1yJw !1a_:·d1 l/u1it/~)J{ /J(?/. 1

"Pl ut6t qu e d'êt re le fils d 'un indigent, so i:-; l' e:-:clan~ d 'un r icha rd. ''
On sait que. selon la prononciation et l'o r : 1w~ raph~ d v..;
Tatares (de Crimée), djr;_,, est pour .l 'd7', et r(;"anj f;st p o u1:
J ar!_;•.
1

0 '-'0ghouldyroq \ t. o ri ) Bou targ-ue, Cav iar; (Euf:-; = ·~ .. .. :..


~ \
\0 de muges o u .d·~stu~geons sé~hés
Dl! grec
saiés.
rnn- .f!Y'fOTll.J!!..XOI} ~-:
:t,
H.l.; ;_a u·yu11, grec rn'" =- <i-:t! f, et
'-"~ ,,_. ../ .,;

Tltpixcr; = salaison ).
l'o ur la formation du mot, cf. 1upo•aptxo~- = rne~·~ d(;..;
pau ,:res~ com p o sé de fro n-;age et clïn ~~1 l·<l ic1:h ~.c1k· . . .

/ Oghry = V oleur. .· ,
7
'
Cf. basque 01wrg . l . ; berbère (".,
L ei iag·a 1î ./':. "':'. )'(i /IJ;-?! C.'I r =

G
a - 1c.
voler, et b cr!:lè:1::: ': :'.Izabi, Chaouïa, e t 13m!gie) .../-~ .r!:.·t'r :~ i.J.

/ Oghlan = Garçon .
Cf. '.:Es!Ealien (occidentai ) .!?!.!!_fang __ cn f'.~! ~ ~. C hez le~
I\'Iongols ogldan dés ig ne les princes de Ja famille régnan ~ c,
d~ méme que le terme 'infan te' ( = infant, infante) con-
stitu e le titre des filles o u fiis puînés des sou ve rains
';
d'Es pagne et d u P ortu g al. L e mot arabe-(~~ gmdam qui 1

semble ètre ::i. llié au turc rwldt~1:,


Ô
sis.:n;ne 'ieune ::;arcon.' et
V ~;;______;'---"~'""""--'-..=_
/
0

'serviteur' ou 'esclave~ Il est fort usité aux Indes et


en Perse.

()Oq = ,Timon (de voiture).


1
· Cf. sanscrit iça le manche de la charrue, ou le timon.

l
10
(
t®= Flèche.
Cf. grec à~v' = pointu, aigu ; aKl<; = pointe, et wKv' =
..
..,)J .'
.'i
0 'J
prompt; latin o ciÜs = rapide ; sanscrit acu = id. ; zend dsu. =
iclut--------
id., et...___ >
= projectile, trait. ----------- ,,.._. -

Cf. encore: grec lo, =trait; vieux persan isu, et sanscrit


icl!!_t = id.; cabecar (Amérique centrale) ukawu = flèche.
o Ocoumaq = Lire, Réciter, Crier.
C( sanscrit 'i.'aé = parler, réciter, appeler, invoquer; latin
voco = id. ; arménien n'flrl, 'fn~L = id.

~ .. Olouq = Tuyau, Gouttière, Biez, Chenal. ··-' 1


..,).)')

r Cf. grec oÀKoç, et latin su/eus = sillon, traînée. Le mot


~_,\ evfék =sillon, raie, traînée, est une forme variée du
lY vocable que nous examinons. Voy. ce dernier mot.

o *Olta = Ligne de pêcheur. Lli


'..'
Du grec mue /3Ô'A.Ta = id. Ce vocable grec s'emploie
égaleme nt dans le sens de 'bordée',' louvoyage', et il vient
de l'italien volta, emprunté par le turc sous la forme t\::J_,\ ofta.
La suppression de la labiale initiale se voit également
dans les mots t~-'' oufaklt, pour 'Valaque' ; ~~~ ladica,
pour 'Vladica' (titre des anciens prince-évêques du Monté-
négro); A.lü ~ langa, pour 'Vlanga ', nom d'un quartier de
/"\ Stamboul.

J *{>mouz = Épaule. •
. JY-J
1

Cf. grec wµoç; = id. Le t. or l-._,\ 011111a, ou tl..J\ oumaglt


1

signifie '~ '· .....::_--- -


*Omréla = Parasol.
De l'italien ombre!fa = ombrelle, (latin umbefla = parasol).
1
On = Dix.
C
Y
d.

Cf. basque eun = cen_.!. On connait l,imperfection des


termes de numération usités par un grand nombre de peuples
/

peu civilisés, chez lesquels le dix et le cent (dix fois dix )


sont souvent confond us. yoy. et cf. i.:.}~ san et~ sen.
\
7> >'l.< Qntcha (Eungé) = Once (poids).
Du latin uncia, grec oÙryK ia = id.
o Ova = Plaine.
Cf. allemand ai1, = id., d'où au eroclts ( = auroc h), 'bœuf de
plaine,' i.e. le bœuf sauvage des plaines de la Pologne et des
steppes de Russie.
Eu · /

/ ( :.; tj reproc he , n~p rimande, (d e raqmaq


caqyndj = =
cog n er, fra pper, tape r, g o u rm a nd e r). •
/ ~L..J \ ou1;wndj = ;spérance, (de i.:';;.,.......J~ ou11mt:uz = es pérer).

~~E~me~ (a u tre form~ de_ ~ ':>jj! tcurémek, q .\' .'/ =


1
S e proclui t·e, P ullul e r, Croî tre, e t Se m ult ipJ.ier.
Cf. japonais 2zr;;,,= croî tre, surg ir, pousser ; _snmêrien ?tnt -
e nfante( ; a rménien ,;n'-['lU~""'L = se déve lopper, 'S e fort ifier, s'en
g n u s:-e r.

\y - .. E ur1.k e'
~
' - =
T)'-ec:
' . r.r r'
.c cuu J.
..
..:..... . .. ' \
D e ].italien J"t'cca = ;·uche . r ; cl.- IT ., . " J ../ •

g yarung ·, h lDe !. ) n r,ç11 =-=


j)l(:r rc. L a c'.ipJH,} : 1~_,;uc in i tÎé!lc de
!l CJtrC \·üc<tbk t urc rc:np;i1.
u n rùle Durci:1cnt cu1;l1011ique dc\·a11t la icttrt , ' ;·. m;i
:. • .. ..,,. ,, J.

n'cxi,tc. cr}r:1mè : ni~'.alc. clan<; aucun mc1t fonci~:n.: rncnr ~ ure.

_
\' n )-. ~ /171 1 /f/l/i ON:·cJ!t/'. ?, etc.

/ EuruÎl t. o r :·i = Bianc. Brilla nL. /. . . . . .


,,'J J
,,1.' •

Eurtinek
(. 1·
,_ . grec u p-yVi -
---
:0.7.
'
-----
Cc> u\·ri r.
.
- ----
•'
IJia:1c.
/ ..
-~ : , . \
. .
;./

cr. sanscrit 'ï. '/ï((/, î.' Jït d( l!// / = id.

/ Eursélén1ek = ( 1·.1 Us<::r, Fr ipp cr, C h i fonn ér:


Â:
(// {'">'
-.....=_' •\1T c.,l 1J11 f..' J-)P ,''
'-· · ,
l )) c.lLLt
" ' " "I'-"'•· 1. y'·\
)! l

...:.~:u;1 t«>u t e
;w·ibao ili t é, cc \'c' rl.Jc ~c rat t;tch(..: :·t ::• tr;cnw
origine qt;c cclL: d1.:s \'è rbc .~ C<"11T•.: ...;jJ· >l1 da11 t s fran çai5 ' fr1 ·.~ ..;;:; c:r '
et ' r0sscr '.
-l:..,,1
· . n ..) ek -- .,,.
.... . 1..,·,<.:"
...... r, r r~s~,c r, Tricoter. .___.. . . ,.__,1_..
• / 1

0
I
• ( , ,-
- •
O' f PÇ
l:> - id., et latin SrJ"<J = joilldrc Otl
•- i~i..;c:~:blc .
1
. _),' · \ ..'-~..'•-' ·.
- .._·1 t 0 '. ··· ·· ·
f_...- t { , .' # -.._. f ( •- •
l • 1 ~ \ L' " ' " Io , { .. --- f.._ 1·e ...:..:e,
• J oJ t 1··1· r··~> 1.. • ••
- ._ _ ....:..,,.' \' -.:- 1;

)l<d·a i t ;t\·oir q<1c l qu e :Jti nité :\\'CC l e fran~ais (Jr/ll, cl'o rigi 1\<.:
in co nnue: e t désig nant k c:tb lc auq uel est a t tac h ,~e la bouée
cl ' t t ne ancre. 1\ o u s me n t ÏO!l !H..'l'O i1 :->) p o ur m<:rnrJ Îrf: , i 'arrnénièn
, t -•rz. fr111'1, = lc.iJ ~ "t n éc.. l1·11~ ...' ' r.,1)1·
\., cl• c-, ~.; l '. ·1. .. .'· "' \' CC c.lc
ic1: 1 '"'
l ( 1 ...... ( •• ir
::""> 1·on·
' ). ' ( · •c:} c <·J ,.( 1n.::. •
' • ~ ""' ·' 1·1?.
- t .'~ . >

,
': . ..:.....: "'' . . ..~ ------
T" l l l'll "'l ·F.
- \.· 1. ·,·i.~_'1_~ ·_: \.1 ·. ~ . .•, 1 ·r<Jc·1,·· 1
'-· 1f'
:. r~'cl1
.c, . (·lr1t~ .1J l c)." l •
,· , ,,..,. '
1 i · /. ,
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~'~'--
----~....
.......--
iiiii~-J. ... . .
Eu . \
J

~) façon, (dans les composés adverbiaux, .rwl''l~ol'l;;'rl = humaine-


W· ment, {"'J'-L.Lol'~=convenablement,etc.); auquel correspond
1 le turc \;J~'' ora11 = mesure, forme, proportion.
Ne pas confondre eurnek avec z:..t'J.;J ge11rl11ek = chose
vue et usitée, exemple, précédent, du verbe~.;/ geunnek

e
=voir.

ou Ouz = ~nce, Entite. jJ'


Cf. grec oùula = id. ; latin @ e11tia - essence ; sumérien
€9J= unique, seul.

Euz = Jus, Essence. )J \


()
\& ""'
Cf. latin;us = id.; assyrien et sumérien us= sang (et 11zu =
chair); arménien )nJ'L = suc, jus ; sanscrit yt2sa = id., etjusd =
bouillon, potage ; japonais zut' = moelle ; mexicain ez = sang ;
sunwar ttsi, et ako osi, 1 et camacan iso = sang; basque odola =
id. ; hébreu iazti = sueur ; kalka et selenga ouso11 et oso = eau ;
chemmesyan use = id. ; noby (Nubie) ossy = id.
Cf. encore : anglo-saxon ~· <l'où l'anglais ooze = jus ;
français vesott =jus de la canne à sucre; grec v&~ =eau,
~pàtt = humide; latin unda, udus, 11d (dans pa/udis), et und
.. (dans ar11ndo) = id. ; anglo-saxon ydhtt, et slave voda = eau ;
arménien ./.f111 = eau courante, dont le dim. 1f.!pw~ = ruisseau ;
finnois_vesi, et hongrois viz = eau.

/ ,E uzgé (t. or')= Autre; (A.::-'$j_,\ euzgld.fé =séparément). ~jJ' ou ~jJ'


@ Le radical jJ\ 11:; ou ouz nous semble identique avec
l'arménien nJtr = séparé, autre ; d'où m. .trwliwl = dev~nir
étranger, se séparer, s'aliéner, correspondant au verbe turc
~~-'' ouzamaq_ =s'éloigner, d'où dérive J~J\ ouzaq =
. éloigné, distant, loin. Cf. encore : sgau-karen (Siam) yizi =loin.

~ Euzlémek .,- Aspirer à, Désirer. ~tJj_,,


Cf. arménied parlé .#1-t'-L = id. ; anglais Io wisk = id. ;
. allemand wünschen = id. ; sanscrit va11é = id.
,
<\.., - *Euchni (t. o r1) = E pa_u1e.
Cf. arménien nc.ul'I = id.
/

Eu G •
_) \ Eu

Efilmz = Bœuf. Eul et Heul (t. ci


Cf. grec oxo<> = porteL~ ; o n sait q ue chez les !JCuples, 0\,1 Cf. sanscrit ôll •
les che,·aux sont ra:·es. on se sert de bo.:ufs pour porter les rain humide, m. ·
fardeaux, etc. romanche orée = i.
{ Cf. sanscrit .!.!:!JE! et r·axas = bœuf: latin ~ = vache } Dérivé:~'"
\_gothique aultsus, allemand oclts, e t anglais ~ = bœuf. __) = inonder, et '"1
Cf. encore, ~
= .~.I
@)
V
,,.,. Euktché T alo!1 .
Cf. arménien ~n"Â, ~rrifw~ = id . ; persan ..:.f;f = id.
·•· _, hébreu vol = gr;;:
flw<:ius = fle uve

/ *Euksé = Gluau. Eulmek = 'Meur


'f:' . . 1
Du g rec tç;O\, et laun .:·;scus=g.u. Cf. grec oÀÀI
m·ourir, et luit =.
/' ~ = Orphelin.
Cc mot se co:npcse cie ...:.....) \ mg et de l'affixe pri\·at if
.J-" Sl1.~· ou -~'"::" Eug est un~n-;-\'ê,riée du t. o r1 .:.:..-\ou
t~..\ 11/clw = rnère, dont l'équi\'alent figure dans les
l11sc;-/j11' tt'on~·
di: [ Crlfti1n , sous la forme eu..,trl
h
= rntre
m:. ·, O!l
y trouve également Ci(f, a\·cc le m<'.:me sens. Q ua nt ~
ou arlja, 'm.'.:rc,' ce mot rt:prêsente b forme femininc de
aqa = père, (aqrw dans les h script1":11s précitées). Voy. 1
lnsaiptùms dL l'Orl.:,~on d/.;h~tlrli:s. par \ïih. Thomsen, i
Hclsingfors, 1896. Cf. <_;:; \ ct(P.

J
- Eugm,ek = Lout r. faire la louange d::- quelqu'un. ..
Cf. grec O/KOW = :d.; latin t?ltf;iO = id.

/ fE;iiJ= 1!'') A vant, D e,·;mt; ( 2~) [~0:1. P ropice ; ~ ...:_(. , \)


....
J.I
....
( 3'') Droit, La Drnite.

~
D 'o'u 1es ve r.)es:
\
.&
.~....?"
"-'
). 1 '
(J1111i1UJ
'.i
"" ;; .n rnc.1orer.
,, .
, I"
'
!)l'O:mercr,
p:·ü~rcsscr; ~;:... , 1S1 1 ~fiarmrul =: am~iiorer. ajuster, arranger;
::1 - ./- - -- /
J ._;,:,,: '.) ,I rcmeU1e (d'u ne :1i:ibùi<' ,', regagner la
(Jiialmnq_,= se
-;~u1:t':: et les compc~.~::>: J JS'.i Clolqo! =main droite: __;.•~ \
' < J ./

nd' . .- = cir<•ite-et-gnuche, crois<5. -


(" .. .
_ : . SU!IH:nea 'i - ;: ··;,·" · basoue . ;: = b on ; grec 6)v =
floris,;rict, v igol!ïl'Ux . ··:·.:i, r~ei: .iapor.a!s 1:;: = b o nne chance.
bonne for tune.
P om l'analogie de~ ::en<;, cf. latin d,-.:H;· 'oppo:-;.; à sinistcr)
(lU :)~O?te e.t AU hgun.:.
/
Eu

r ~t Heul (t. or1) = (1°) Humidité, (2°) Humide. J~ et J,\


f Cf. sanscrit ôla et ôlla = id. ; grec ëÀo~, l~ù~, et ElÀv~ = ter-
{)~ rain' humide, marécage ; \basque ur = eau, et ouria = pluie 1
V., romanche orée = id. ; assana et kotove (Sibérie) ouri = id .
) Dérivé: dWj.,,I eulutmek=humecter; cf. arménien n'l.!!'L/,L
/ = inonder, et -n'-'lfu = torrent ; japonais uruu = être humide.
Cf. encore, allemand pfuhl, et anglais pool= marais, mare;
hébreu vol= gran~humidité, averse; latin pluvia = pluie, et
jluvius = fleuve; tuléhu (dialecte malai) ou/a = pluie.

r Eulmek = Mourir, Trépasser, Décéder.


(~ Cf. grec oÀÀVW et OÀÀVµt = périr, se perdre; basque il=
\J mourir, et hi'll = décédé.

/
1
./

0 /
Gl\Y /
1),

_,\

/ *Utruk = I'v1 ensong e.


0. ~ Cc mot parait être un e fo rme atténuée du persan t).J..)
\1) Il\\ duroug-fl =men songe, a\'ec prosthèse de la \·oyclle euphonique.

Utmek. (Outmaq) = Vain cre, G acrne


<:::>
r rau
'
J· eu, • etc. ). (~··k ;,I
/
) ,,_:_f.,,.;, j
Prononciation vul g a ire, J'Ollflll(l<J. Cf. zendJ.........:::;,, ·u d, e t sanscrit
J'ltdlL = corn bat t re ; grec oùni.w = frappe r, et ?lTTa.rJJ .:_ \·a incrc.
En ce qui concern e la différence phonétique q ui sc..:
rem arq ue dans la forme turc-ori e ntale d e ce \·c rbei nous
rappellerons que les m utati o ns d es 1ettre..; fortes en faible s.
et vice versa, sont frég ue n tes dan s Jes cl e u x di Cl k ctes. :\ i nsi,
t. ott ...:._.~),.)
11 · / ::':?
{!llfZ'OLl/lc,.: = se
l fi er, c:e,·i ent t. or·1 ~·\ • ~..
_r
' V (..,;' . """"" ,,.,;,,/

covm zlllao. Cf. e ncore : t. o tt" • g-c:nt = derrière, e t t. or ·


----~ ~ -~-------
,,.;_.,1 •• :?
_, ;~ \:! caï ru ; t. ot t (....~~'. J'tglnn rlq = entélsser, et t. or 1 ~<'. .....~ \,
11

ugmck ; t . o tf' ·.; ')L:..::.. t:;hJ·r!laq = L=tJTnx, <.::t t. nr 1 ..:_(;_: .....f..s


----------'""'---"""--'~----------- ., d ..
gigirtc/..'.
D e m éme, t. o t t" ~(";-:-{ frt.:bcnn d· e t ......~,. .•_./ '7"7: j .'::J'ban11 1l!J
\ fi ""'
cren;r ; t . o r1 ~ . /1
·. . ... ,,)
d ,{
,.) r;. r)'t' n 11,·k e t . .:. .-.. .1...!.. «0N~ ·a nï1<?q
"
1
.,, ........ .../ ../,,/

pàlir, blr~mir; t. 1»tt" ...:__( é·, .1 llï/..ï1zcl et. ~!. ~ 01 ro;1l <1<J - ...... .J ../ _J

craind re, a\·oir peur; .:_( .. ... ' 1! n!l«1~· et ·~~~H'. . I {Jlflùu llicUJ
. / :? .
hurle r; ~-"'.. , a.)a.:' /Jcug11 nnr!.: et ~:.: ... ~~-· t'•'~~:h_J'nlifl<J =c rie r ;
~~d !t'prcnmch c: t (....~; 1,·: Il;, do ,.,..<7lll!i (UJ se rë m ucr,
s'aaite
h
r ) bo u(:er ·, t . o r ~(..,.,:;._. \ ;,,,-. ..; .. ·/· et t 0 <+
"-J
1
/ •• • . 1 I l...
'· 0- "-"'
~ - ,
11
- . .•
..,..1·•• •
J' 1 . ;/ ~
J ertmaq = oec 11rer; '--'-~~<' :~~· ,ç, ·~ · ·, ;li! c'I.-
1
{:'. t '-~..J .))!
couroumaq = se d essécher; ..:_( ...~:·, ; iïr,çurmck et (....~ .5 \
-
m0-r1;wq = mugi r,
. br<. uïe; ~) ; / . . ...' 11 (1 '!~.. 1n11c1:. el .._~··\....:;J \

1"
ousmnnaq = s'ennuyer, ê tre las, cll:~ol: ~l: ; ....:...>.~ .:..:.· ..) déJ1é111ek
.. 1 ~ ' ]' ' ' / '/
e t L..., .. ...:.....:- SJ'ltaJ/lrrq=essayer, 1nettre a c.: preuve; ._> .... . __,..r'--J~
pusl.:urmek et'-'~./.:;._:, fj cltq)'rJJwq = ja iili r.1

Utch = Trois .
Cf. accado-sumir essr; et .2.l.!.J.. = id. (d'où <uskamma = 1

troisième) ; huasteca otc/4 = id.; maya <Xh = ici .


u
@*Uren = Désert, Plaine aride et inhabitée. l.:.i_JJI
Cf. persan l.:J~) = endroit désert, ruiné ; latin ruina = id.
Ï

r.y-Urumek et Ouloumaq = Hurler. JA}_,\ et ~J.J)' -


~ Cf. grec wpuw et ÛÀ.aw = id. ; arménien nn},UIL = id. Tous .
ces q1ots sont imitatifs. c 'f't- 0 1t"°' c?. r?i - "')
t. ~ "('\ l~ ~ ~ ' \-,:, a" ' - '" \.. ' i;> \ ~ <..> <.. ..

1
Urung (t. or1) = Lucarne de tente. ~).J)'
(:\ Cf. grec oùpavoc; __çiel; car le mot turc signifie aussi
~ 'brillant',' lumineu~ '. Pour l'analogie comparez l'expression
française ' ciel de lit'.
Ce mot turc-ouïghour figure également dans les Inscrip-
tions de l' Orklzon, avec l'acception de 'ciel ', 'brillant', etc.
Voy. ~).)~. yarou111aq.
Cf. arménien 1lJ1U1b •tente, /11npw~ =tabernacle, et JnL-pw't =
pyramide, ou, objet de forme pyramidale; sanscrit varzma =
le ciel, ou le Maître, le souverain du ciel.

{;' Urkmek = S'éffaroucher. ~.J)'


.& Cf arménien b-1,4'tm..L = craind re; grec pvyéw = être horrifié,
trembler; cf. p{"/or:; et latin frigor = frémissement.
.. ~.JJ-; corqmaq est une autre forme de ce verbe turc.

j'Urgendji =Mousseline très-claire fabriquée à 'U rgendj' A-''


{\ (ville du Khanat de Khiva, connue également sous le nom
''·v de' Khayouq' ou 'Khiva ').
Nous voyons dans ce vocable turc, l'origine du mot
francsais organdi, dont l'étymologie ne figure pas dans les
dictionnaires. Cf. le da?nas, l'indienne, le perse, le madras,
la gaze (cl u nom de la ville de Gaza, en Palestine), la
mousseHne (de l\1ossoul), le cachemire (de Cachemire), le
lalwre (châle, de Lahore), le cilice (de Cilicie).

(;( Urmek (t. or1) = Enfler (en soufflant)


\) et ~'.J'\ urunmel~ ==Se gonfler, S'enfler, Bouffir.
Cf. arménien nLTL~n'-f_ = id. Voy. et cf.))\ our. /

\J l
\m 1 Uzmek = Arracher, Déchirer.
Cf. l'arménien /u'f!L = id.; le ~umérien khas = brisement;
enfin, l'arabe t)> kluz' =couper, scinder, séparer.
Voy. J~J' osmaq.
u /
( 1 /
Uzmek =Causer de la peine, de la gêne · Rendre malade.
U Intransitif ~)_,\ uzuJmek = faire_ une redlllte (en
ûs, 21.Sâ:m: =
- (,J maiadie), ê!re gê né, ve x Lpeiné.
rv être malad e, s'irriter, (à l'actif, ' irriter,' 'blesser').
grec ()ôuv(l)µ,ai = souffrir ; latin -vexare
Cf.

=
sanscrit
Cf. encore,
vexer, tourrnen ter,
\

etc. ; · rménien <;[rL~/rL ou /,f,L~PL = être émacié.

*Ustupu = É, toupe, Bourre.


D u grec aTU7r7J, et grec m"e t7TOV1T1Tl = id. ; latin et italier:
. 1
stuppa, que les ara bes ont ad opté 8. ussi, sous la form.e ~.1-:~ .
"-
/~
oustoubba.
t
r.:-i"' *Ustudj = Trousse de chirurg ien, de barbier, de
veten naire, etc.
I ' • '

De l'italien astuccio = étui.


Ce mê me mot, prononcé istoud;: porte le sens àe ~­
dents, et représente l'italien stu::::z'ca(-dentz'), qui a la mê me
sign ification, et qui dérive du verbe stu:;:;z'carc = piquer. ou.
picoter légèremen t, d onc, 'pique-dents,' iden tique à l 'anglais
tootl!pz'ck, et à l'allemand :;almstochcr.

*Uskudar = ' Scutari '.


Faubo urg de C onsta ntin ople, situé à proximi té de
l'e mplacement de l'ancienne 'Chry sopoiis >, sur la cô te
asiatique du Bosphore.
I\ 9us ne n ous arrête rons pas à l'étynrnlogie fantai s iste;
) ~ ~<.) csku -dar = '\·ieille demeure', tirée de la sitl..!a~:on
de ce gros faubourg, par la p op ulati on turque , o ;·ig-inairc dt..~
l'Asie, l::ur contrée primitive.
Il existe, en persan, un mot identique signifiant : ( l '')
station de poste; ( ~ 0 ) rela i ; (3°) co urrier, valise posté\ ie.
Scutari se rvait) autrefois, de poin t èe départ aux c2.rn\-21t:es
se rendant en A s i ~ :\! ineu re, en Perse, et en _!.\rabie.
On sait c1u'au m o°'·e n-~1':!?. c'est sur une des !1auteurs des
,,,/ .... J '

e 11\'irons de Scutari qu' était étaulie la station-terminus <l'une


longue série de sémaphores, s 'étendant j usqu'ù Tarsus e11
Cilicie, <.:t se rv a nt à transmettre avec rapi dité les o rdre::;
érnéli·,ant de Byzance.
Il ne nous scm ble pas déplacé c:e rapporter ici ropinion
d' un c itoyen am é ricain, fe u Dr. Lo ng, ci-devant professe ur au
'Robert College' de Constantino ple, au suj et de l'étymologie ..

\
·,
u
de 'Scutari'. Selon ce sayant, le nom du faubourg en
question ne serait autre qu'une abréviation de scutarii
( = escutaires), pluriel de scutarius = 'officier du Qalais .',
'porte-bouclier' (Du Cang~), nom d'un~ _ légion créée par
Constantin le Grand pour faire partie de ·sa garde impériale,
et qui avait son quartier-général sur la hauteur de Scutari
(quartier ldjadié).
Cette explication est c011firmée par Mr. Spiridion D.
Papachristo, qui dit dans se-s Notes d'hz'stoire et d'archéologie,
publiées dans le journal anglais Levant Herald, de Con-
stantinople, que le nom ancien de Cltrysoupolis, étant tombé
en désuétude, fut remplacé chez les historiens byzantins par
celui de !KouTapwv, 'Scutarion' (du latin scutus = bouclier). '
'place des porte-boucliers,' parceque cette ville servait d e
centre aux grandes forces militaires. C'est de là que vient
le nom turc ' U skudar '. La forme francisée de Scutarion est
'Escutaire '.
Ces définitions sont également adoptées par Mr. le
Dr. Mordtmann.

\ r Usmek (t. or1) = Croître, Grandir. ~)\


\) Cf. sanscrit va;~ == croître ; zend ucs == id. ; grec aÜ~w, et
latin augeo == id. ; l,ithuanien aug1~, anglais to wax, gothique
wahsj'an, vieux haut-allemand wahsan, allemand wachsen ==id.
Voy. et cf. ~jT.

~\ / Usmek = S'habituer, Apprendre.



1{; Cf.arménien m ..uu/bfL == 1"d • ; allemand wissen
. .
=savoir. Voy.
V")\ ous.

('
1
Uchmek ~Ouchmaq) =Se précipiter sur quelque- (~J\) ~)\
~J
/

. chose, ou vers quelque endroit; Se réunir. _


Cf. grec àùnrw == se ruer, se jeter sur. (Voy. et cf. ~ 1
achmaq.) Sumérien uJms = foule, rassembl~ment, ré_u_ni.QD.

Ukmek (t. ~r 1 ) = Entasser, Accumùler. ~)\


Cf. grec /yy1Cow ==augmenter le volume, élargir. (Voy. et
cf. dx) Une autre forme de ce verbe est~ yighmaq.

Ugez =Corme, Sorbe.


Cf. le persan )Jr give/ = alise ou azerole.
w (~
/
\.,
u

*Ugendéré == Aiguillon de bouvier .


L a voy elle initiale nous parait euphonique. Cf. sa:1scrit
kandcrra = aiguillon de cornac ; grec /3ov1Cei·Tpov = ai g uillon
de b ouvier.
I
Uleng (t. ori) = Prair)e. i..:..,(J. \
../

Cf. grec Ë'Aor:; = id. On trouve aussi d uru da ns iç


m ê m e sens.
(

Uluch (t. or1) Part, Portion.


=
D u verbe ~YJ\ ulechmek = se partager, se . ré partir;
t . ott0 J.,....:..jy. beu!uclz111ck.Cf. gothiqu~ lz!auts, vieux haut-
allemand !do::; o u lt!u:;, nouveau haut-allemand loos = lot , part.

;;;~ Ulufer .= corruption du · persan


( 1°) _;J_; nzïu/er - ·
. / ../ ..
K énuphar, Nymphée.
' î\ ilufe r ' est le no m d' u ne petite rivière d e Brousse
(B.i th ynie) ; ~ 2° ) nom du Bonito n, o u Hu ge ( poisson ) : d u
grec Àovif>aplov = id.

Un = S o n, V oi x, R enommée. ~·)
\
C f. grec cpw 1n] = so n, \·oi x; latin SOllUS = id.; japona is Ù4. . =
son, b ruit.
Déri -: és : t . o r 1 ~(.. \ ._(•• \ und,:mcl.: = \·ocare ;
u ndudj z·, gui s'écrit au ss i-:- JJ...S \ u i'1dudj = crie ur.

1
Ou

Jf1oum~ = Dormir.
~ Cf. grec la6. = id.
La forme ~.J"J' ouàou111tUJ_, qui se trouve ~ans les
lnscri'Jtlons tk f Orlllum, peut être comparée au pec f~6' =
dormir.
0ui1amaq (t. or1) = lPenser, Délibérer.
1
. (\ D'o4 ~,_,_,,, 011ila111a = conf~ence!.-conse!I; syn. de,_;\!..:.$
zy lt1i1gadl.. Cf. grec fJov'MV"' =délibérer, conférer, se concerter,
et /Jov>..~ = conseil, conférence.
'"' o·unouq = Partie intérieure de la cuisse.
fç~
\U Cf. sanscrit ~ =
cuisse ; arabe ~J werek = hanche,
cuisse ; arm&ieai "L"-1! = tibia.
.
·'\ Out = Bœuf. kJ' ou c;.:.'
~/1
l
- cr.• -~ueM = l•d • ; -"ow01S
•..1• . tt • "d "d
tlal01l1' = 1 • ; grec m tJ"'O' = l •
._,. ac 0, t- -
L'arménieai · otf1~ = moutons (dont le singulier •'lit n'est
point usité), semble être allié au mot turc. Cf. japonais
11slzi = bœuf, o-uslzi = taureau.
/\

(.· 1 Oudj = Extrémité, Bout. .


~ · Cf.oude (Caucase)~, et arménien '""t =id.
1

Dérivé : ~J' otulJra = isolé, écarté (endroit).

{
~.,•
\ Oudjour (t. or) = Accomplissement d'un présage,
Temps propice, Auspices.
~ Du latin augur(ium).
Ce mot turc pourrait être une form~ variée de .JY.J \
011glw11r = bonheur, bpnne chance, fortuité heureuse. Cf.
grec otipioç = propice, favorable.

~ / Our = Tumeur. . ·
\~ · Radical du verbe t. or1 c.!5t....JJ \ unntk = gonfter, souffler,
~- 4'oh ~s J ' ' tlruR = enfté.
1
Cf. ..;lénieai •i_n/,L = s'enfler, d'où nwJa = tumeur; latin
VaY/IS = pustule j crec dEfp0> = Soulever, élever, SC SOUiever;

F
Ou

...
tamil urutclu: = ron de ur ; assyrien en1 = grossesse, et u r!t -
vulve, (c f. ' motte' en français) ; grec oppo\ = croup!011 :
arménien nLn...f! et n'z.J! = ,podex> cl unes , anns; malagassa vouli =
na tes.
1 Le t. or 1 uruk = prune et abri cot, correspond au t. ott"
1 J:.} én'/,> 0:.1 /n11~ == prune. , ,1
; 'Oura ou Eura ou Eur = Borne, Elévation ck terre ,. \ OU 1,,
_.; ,/ ,,/•

arrondie pour serv ir à b dén1arcation des 1i mires.


C f. grec opw1·, et latin or<?== limite, borne. ,!
*Oura (t . o r1, terme milre)- Arri ère-gare.le. "
,/•

Du grec
) \ , '
ot·pa = q uc ue, et oupœy1a == .' 1
arnere- 6 <nc c. 'l ~ ll....,
"'

cf. encore, le japonais ura == l'arrière) et .l 'arabe _,;./


i, , ~ ~.
, ' :., -
1a --
oerric re.
l . '

\~,.. Oura 1
l t.'ror J = Exclamation de surp nse o u cL.!i"Jprobcttiori.
(_ r. anglais Ill! rra lt .1
:l':- Ourouba = \ · êtem e n t.
D e 1..1taher.
. '
n1t1a =.. 1c .
· 1

*Ouroubié = Roupi e (monnaie des Indes l.


Du sansc;-it n !/')'il = o r, argent. m c. . r rn,~ ic ( l:~

Cf. f c'O!llÙl CÎ C /' <'OIS.


bl:ta iJ.
Ourouq ( t. or') :.·:= Orig in e:. Race. F<Lrn il le .
~. • · .l
1

~
.'.: - ·
..lj ·• • • • ·
._.., ~,...,. ,.,,,
c)lfl"{ l /frl
.._
Cl ;.;} Ji<.> : -:.,.·\.J..' .,) \...__-""/""
:J<l
... -
l'tlc -1! =:. j)él. r Cll b /

1 l 1 . ' {'
oun)n,g·11 /(llth1t11 ==te nant c1e a r é1cc o u c c lél :c:·.r:1 '. 1c:. c c:-;t- a· .. 1 ' •

di r c' ' <1 !)l)<HCiH é,' • ;d; ié . : ' ;.:_,.. L.. ' . \ ou J'(I !( ~··hli lli/1?1j 7 :=..: ·"'~
.. 4. ........ ..,,, _,,,,,,..,, •

multipl ie r. fo !rt.~ :-:ouche ; de Ll>pe ut-être _~~\...:.,;_~· c'1u~çlw1(/1 == f


g c nitrix. procrcatrix. \ -u) cz cc rno t. '
,,.1
'--'·,... h. asque
• 1•/ · 1-!....!!.
1
--
- - ., · ~ • • I-t·
1 dCJJ. C . am 01,,.".
.v c) --
- 0 1.·Ji->.
, .; J.1e r.- r-11··1 ;1·· ·
", ..u..., 1...,v, ' ' " '· . 1~ .
1
anc~ ~. ,_·..: ; japo:1ais ; .,/ = race, c:>1,ècc, classe, 6 C!!re.

'::'Ouromn == Grec (~;o umis ~l l 'aut o ri tl~ de ];1. \~ ouvcilc


:J ~ome ) , 'H. ornain.'
Du grec P 01µa.îo :;. En t. or 1 k : m u t mtro1tm po r~c. a us:;i k
sen s de 'taie nt :ni litaire:: ', ' habileté co nso111 méc c_Ll :1s l'art <!:..~
la g uerre 1 ; sans do ute p;tr al lu ~; ion à la str«~ t C. g i c su pé ricu 1··. .:
d es forces mi l i t a i re~ byzlu1tin cs.
La clipht on ~uc préfixé:c est e xigée p;:ir l~s règl es
eu p ho n iq ues d u turc 1
qui ne: [)l):-:sèdc pas de: mut:; co m~
11l CllÇU ! l p:tr _,' /' .
Ou

f\ / Ouroun (t. or1) = Domicile, Siège. ~J.JJI


~ ~li)_,'
ournatmaq == caser, établir. Cf. ~rec oùpavo<; ==
tente ; arménien ./_rw~ et /11n11w'b id. =
/ Ourghadji (t. or1) = Femn1e. ~G.J_,I
n Cf. grec op"fus == fécond, fruc tueux.
(U
,.._,..
Nous croyons que .l'on peut voir dans ce mot un dérivé
de LJ4 lliJ.JJ' ouroughlamaq == croître et multiplier. Voy.
JJ.JJ \ 011rouq. Il s'écrit aussi ,.._?:-Y.) JWghoud;ï. . Le sens
général de ce vocable est 'femelle'.
~ Ourmaq ou Vourmaq = Frapper, Blessef.
Cf. latin ferire = id. ; arménien ~wrnLL = id. (arm. vulg.
~Ul/'lrL = id.).
(î 1 Ouz (t. or1) = Forn1e syncopée de if.;I og·houz, et signifiant
\ij ' Bon ' ' Excellent '.
Cf. grec ~tç ou €Dç = bon, brave ; O<J'to<; = saint; zend
yaos = pur (d'où l'avestique yaozhdâo = purification). Voy.
),~ yaouz.

Q
1 Ouzaq = Loin, Distant.
Voyez Af;,I
.\ .' .'
..
\,,;' , / ./

... euzgé.
(\ Ouzoun = Long. · 0)j)'
V1 Cf. santali (Inde centrale)~~; hongrois ~oss-:-u =id.
\
, . , Ous ~ Intelligence, Raison.
r'J r'où
111

i.J.:,'
ously = raisonnable. Cf. arménien nLl. =
\....V_ intelligence, esprit ; persan ~,~ = id. Cf. encore, arménien
nLu(UlbfrL) = apprendre ; grec l'<J'1']µt = savoii·; allemand w issen =
id. ;--sumérien zu == instruction.
(î Ousoun (t. or1) = Eau, Liquide.
(U
V
Cf. matai sugnie = rivière; ujo (Afrique) osuo ==pluie; nobi
• --'-- - --
(,Nubie) ossi =eau, et assi :-- rivière. Voy. et cf. J~·
Le vocable ousoun est commun au t. or 1 et au l\1ongol.
/ Ousmaq (t. or1) = Arracher la chair des os. ··~\
(\ Cf. t. ottn ~ j~ yuzmek == écorcher, enlever la peau. ~ '
\~ Cf. l'arménien Joz.!7v Joz..nmlrL =
d~pecer, découper, (ce
\j dernier correspondant au t. or ~\.!>_,\ ouchatmaq =mettre
1

en pièces), q. v.
·~··-·----·----·----------------------:--------:------

\
Ou
.1
1
Ouchatmaq (t. or = Mettre en morceaux, Concasser.
)

Cf. arménien Joz._lrL et Joz._UlurlrL = id.


Nous voyons une form e variée <le cc verbe dans ·le t. or'
_, ··~J \ ousmaq. Voyez ce mot.

Oughan et Oughoun ( t. or1) =Le Ciel, ou la Divinité. ,' -. •.,,,/..=...,,/• \. et 1..::'..:,


'.
,,
Il a le m<?:me sens que Tafiry, mais il n'est pas d 'un usagl;
aus::>i fréquent, ni d\u1e lignée aussi respectable que cc;
dernier, qui remonte ~t l'accado-sumfricn. (Voy. Taù1y. )
Cependant, si l'on s'en ti ent à l'étymologie entrevue par
Ch. Sami Bey, auteur <lu Camousi T11rli, ougkrn serait une
forme contractée du grec '121(,rnvoç-l\)céan céleste.. l'infini. ia
divinité que la mythologie nous repr~s en te comme ~11touran~
l~ monc~et pn:siclant à !'immensité des m ~ Cette même
forme contractée se reproduit clu reste..: (:gai ement cLrns le
grec .fl-yr1v, qui, selon le <li re de Phérécydc rap porté par
Clément d' ..\lexandrie, s'appliquait à l'u11e de;-; deux parties
constitutives <lu globe: l'' O céa11 ', opposé ~l' Cê', dé:-;ignanl
la partie terrc;-;trc. ·
Quant it la nature d ivine a!tribuéc ù l'Océ;i11, t.: llc Sl~
retrouv e d.t11s les traditions de presque t uus les J>l'. .ll!'J<..: .. ,
ci\·ilisés d e l'antiquité. On sa it qu'Orphée et lf om~rc lu r
attribuaien t l a paternité des d ieux cux··méme.-;, et que l ' (1(l~a11 __)
cosmique (le \-aruna, !'Ouranos, !'Ether) coi1stitt1ait Fesscncc
divine.
D 'a1)rè.-; \-irgilc:· aussi l ' O céa n est !c père de to ut c1.. qui
existe: "Occanum . . . patrcm rc rurn ' 1 ( Georg-. iv, 382 ).
::\ous mcntionncrons 1 e n dernier lieu, ie .l'./u primordi ;ti de
la t héogo nie é;yptienne, qu i n'est nutrc q ue J' oc/rrn rosmr"que ',
1

l' · é th er 1 u n i\·ersc l.
- - - - - - - - -·
Dans su11 accept ion de 'ciel ', n ot re vocable-qui s'écrit ,
au ssi i.:•.} .::. gk w tout co urt-i:;:;; rrait encore étrc r,tpproché
de l'accado-sumérien au == cielJ ou du phr:ygien ry/wo ::; ==brillant.
Enfin, il se présente une autre hypothl:s<.:, consi;-;ta11t
à rattacher l'origine de notre mot tu rc à l'anecdote _' Oannès ',
die u ichthyo morphe, civilisateur de !'ancienne Chaldée et de
l'Asie Occidentale. Ce nom: qui dérive de l'accadien ' Ea-
Khan ' ( == 1 Ea le p oisson>, Ea étant la déesse de la lune),
peut s'être transmis, par tradition, au même titre qu e
'Dingir' ( == Ta1/ry), aux peuples de race tour~~nienne, avec
un se11s plus u11i\·e rsc l.
Ou _J \
/

Nous terminerons cet article par quelques autres


rapprochements. Selon Ovide, l'Océan céleste, d'où tout
découle, s'appelle ~Janus'. Ce dieu représente également
le 'chaos', et, suivant Macrobe et Arnobe, il est le dieu-
Soleil, ou le Soleil lui-même.
Cf. encore, le sanscrit gagana = ciel; maya kaa1l =id. ;
quichua kon = =
Dieu ; berbère igenni ciel ; russe oghon = feu
(cf. l'empyrée).

fJ ft! u!J ( t. or 1
) = ~ réciséme.n t, Même (adj.). .. __:,
\~ J)'.J~' 1..S' ~ ~ 4S J}iJr.r ~~ v) ·I.:)~
D;ïnan vech Semercand mevdjoudlouq,

(ù Ki qylmich bina any Jskender ouq.


" Samarcand se dresse semblable au paradis, car il a été bâti
par Alexandre même."
Cf. basque auk =ce(ci); tchingtangya (Népal) oko =id.;
allemand et.'gen = propre, même.
Ouq semble être une variante de j ,, euz ou ouz, q.v.

/ Ollîlil (t. or1) = Montagne. ~J\


(y Cf. .laos (Siam) loi= id. Le turc possède ce mot en
commun avec le mong.Q). Cf. grec 8w = montagne.

*Oulaq = Courri.~r, Bête de somme. J~J \


~( Cf. thibétain \(Ju/ah =gens qui convoient les voyageurs.
\':) Ce mot est-il de la même origine que J~J\ oulaq (=chose
que l'on peut atteindre aisément, ou que l'on a sous la main),
~ lequel dérive du ~erbe ~ ~_,' oulanmaq == se rattache.r,. . s:..u.uir,
" \ s~joindre, s'enchaîn~r, ou ~~)l..!!_ulachmaq == se rejoindre,
se rencontrer, et d'où dérivent d)l
011/mn = grou~ escouade,
et _~~J' oulach _jonction, attache? Dans ce cas, oulaq ==
courrier, dériverait de ~.J~ ~.,, \ oulaclzdyrmaq = fa_ii:_~
a_tteindre, faire parvenir.
Quant à la forme, cf. les adjectifs et substantifs verbaux
J~t; catchaq (=fugitif), de'-'~t:; catchmaq= fuir; .41.:; -..
caïp_aq_J_ glissant), de &--~Ll caïpamaq gliss':r; uj~~ -.
yaraq ( = outil), de J.--t~Y. yaramaq == être utile; JL..Y. yamaq -..
(=adjoint), de ~l..Y,yamanmaq ==accoster; ,.:;\~Y,yaïdaq -
(t. or1), cheval de main, bateau remorqué, objet de rechange,
1

c
!J
l
1
'J
1
f~ ( 79 )
\
1
1.
Ou )
1
'
1

de ~(.....':. J ùl/mek == tra îner, con<l uire; Jl?J \ OJ'llaq (:;:::


1

fringant, in constant), de "-'~.. l:.J\ oynamaq == jouer; d;_;; q)'t7tj


( = cruel 1 vio :cnt), de J~ qymaq = ( I") hacher, (2'') maltrai ter,
ne pas épar::~ne~· ; J~1).;! t]J'Vraq ( = to,1:<l u, accorte,~), cÏc
. ~- .. ·-' .....! q;· : _y rmaq ==tordre, friser, ~boucler; ,.......·~\r~ 00111/aq
'-' _,. •• _J.. - J

( = cecrcp1l
I I t t 11 ' ) 1 "... \ty
, ~a eux, ram o 1, cc<..a.
• A
7 ~
) ..:' uou11{rmm7== 1
LOtn.)er
'

en enfance, r_Z!_cloter; etc.


Oulou (Oulough) = Grand.
~ Cf. égyptien 111: =grand, chef; vieux persan Il!.]!:_= grand,
\J large; sumérien gulrl = id. ; aku (A fri que ) <1!11 = chef; étrus~
<lfO/O = ici.
Dérivé : ~ (11t!a!maq = g ra ndir, croi Lrc.
1
1 Ounamaq ( t. or ) = Consentir, Con,·cnir, ..-\d mc tlrc.
Cf. italien m11mirc: =consentir; anglais Io 0:. 11 = a\·oue!'; 1

anglo-saxon llilllflll = accorder, permettre; allemand f!.iJ/ll/Ot =;


tolére r ; arménien )"11111~'/'L == conse11tir, a cqu ic:-;ccr; japonais
1m = exclamation d'assentimen t ou cl'approbati o11 . E x.:

. . .:. .'l............
\ '.\ · .. \
,;.,..~· .
=/
'----~-' ..s...-" ~

.._._,./. \ ·
,~, .
·· 1 ·
l .::
1 ..
. .. . . - ·
_,./ .. ,/ •'_./ • • .• _,, 1...,..J
'·,
• '1
1 \ ..4 .. l(;..':':"'·~ .-/-
\ • \..\. ) :.. \
~ i_:.\ "'" .. ::;:- i,.;....·~'~' . ~:;- ,..__,, ~_,.' '-.
1 ....._ : )....
\ .. )
J "Je me résigne au feu d e J'c11fcr, 1nai s je ne :-- aur;us c:i!du;-cr
le fe u de vo tre éluig11cmc11t;
J e sup p(Hternis la perte de ma t ète ~ mai s JC ne saurai:-;
souffri r votre séparat icrn."
?\ otre mot turc est un e forme con t r;.1.ctéc cle .-......__..-
• • '
"/
1

q. V.

~
diJOUJ/ Jl/Ocj,

1 Ouvanmaq ( t. o r ) = D e.: \'(:~ ni r îai ble, Etre parai ysé.


1

J cr. chinois 01L<7llg = person ne ~tffaiblie par la ~;ouffrance;


persan .J ~~ = faib le,
mai gre, mali 11 g re ; vieux haut-allemand
:,«ll0Jt ==diminuer, déc roître;
1
anglais f< } -z.:.•1me == cléchoi ri
défailli r, décliner, décroître.
'*'
.:>
Cf. encore, persan J:>../ = incli0ent, û
j);t ll\Te, m isérable .
Jfv Ouncan ( t. o r Ânon, P o ulain; 1
) = .
1 ...
""-' ..
1

f[,\/ (allié ~t k,\(...:\ ù1gùm = cilamcllc).


\
1..- /

Cf. sa mang ( ~Ialacca ) t., 1 01m.~·


. /
c11(a11t; allemand j1t11g, et =
anglais )'ù1t11g == JCUne; persan 1.-"-'~.:;-- t(/t!ll/[ ==j eune chamea u
;

qu i n';1 p .i int cnco1·c po rtt: d e Î;mJt...;:tll.


~
/
Y..a = Oui ! Certes !
Cf. grec ~ = adverbe d'affirmation; javanais iya = oui 1
murmi (Népal) ya =id.; ho, kol (Inde centrale) eya =id. ;
vieux haut-allemand;a = id. ; gothique et nordique ;a
= id.; anglo-
saxon geâ, et anglais yea = id.

(\ Ya = Exdamation d'étonnement ou de contrariété.


1
\j\ Cf. grec la ! ou ela ! latin vah ! français bah !
, Yaïan (Yaïang) = Piéton. ci.:_(;Y,Y,) ~Y.Y.
('( Cf. sanscrit yâyùz = qui va, allant (du verbe yd, ydmi =
~ aller); circassien yago = id.; carung_(frontières chinoises)
yeyen =id.; gurung (Népal) yaï =id. ; tharu (ibid.) 4Jat!Ja =id.
Ce mot turc s'écrit aussi Y,Y,ya;·a et en. t. or 1 JY,Y,yayaq.
(\ / [Yap f = Lentement, Doucement. '-'l:
., ..
\ ~J Cf. grec ~7rio~ = doux, ca]me. En t. ~\ yp signifie
or1
\) 'convenable', 'commode', 'bien adapté', 'seyant'.

1 Yapraq (Yafraq) = Feuille. . 'J~Y.) J~'-;.


Les deux lettres y (p) et w (f) permutent en t. or ex.: 1;

J~~ topraq et J'.Ji tofraq = terre ; J~_,b topouq et J~i


tofouq =cheville ; ~~ youpqa et AA;;; youfqa =mince, tend r~,
fin, délicat; ~\::.ii caftan et ~l.,,l:; caftan = manteau, etc.
- - - ~ · - -
i Cf. berbère (Figuig).}\ afer = feui~e; arabe J.JJ varaq =
. •< . . . -
1d. ; ~!:_san ~J. ~erg_ = id.
/

/ Yapmaq_= i!.:) Fermer,' Couvrir; ~ Bâtir, Fabriquer, ~l:


Faire, Exécuter.
D'où le verbe réciproque~ Y. yapychmaq = se coller,
adhérer. . -
Dérivé: y_,Y,yapott =bâtisse, construction; ~'y,yapyq =
capote portée autrefois par les Janissaires, housse. Voy.
<.JA ~ \i capamaq.
Cf. l'arménien ~u11/mLL OU ~u11/mLQu1"blrL = fermer ; f.1.f.lrL =
id. ; ~w•filJL = se colJer.
\

- 72
y

~ Yad (Yat) = Privé, Séparé, Étranger.


Cf. latin vid(uo) = priver.
(\ Yadamaq (t. or1) = Devenir faible, sans force.
'l} Cf. arménien 1fmnfoL =id.; sanscrityadas = maladie.

Yar (Djar) = Précipice, Rocher à pic. C)~> .J~


0 D'où le proverbe: .J~Ji
i,;f ..}<!.~)\ .J~ynr
outchdoughy
gu1u' tozar, "le rocher ne soulève de la p~ ière que le jour
où il s'écroule."
Cf. basque arri = pierre; arménien JtuJIL = rocher; ~umérien.
ar= coliine; égyptien !tir et hébreu i~ lzar =montagne; sanscrit
giri, et zend gaïn' = id.; slave gora, et géorgien gon: = id. ;
finnois wuori = id.
/
Les Russes emploient ce mot turc sous la forme · y.ale
( = roche r, rivage esc~_i{.

Y ara = Plaie. ~~ '...1..

Q Cf. arménien ,g1,


plaie.
= id., wpw~ = cicatrice ; malgache ;;ara=

L'étymologie avancée par les lexiques turcs, d'aprè~


laquelle J'ara constituerait une autre forme de'--'~~..)~ ymJ q 1

( = ft!nte, cre\·asse, fissure ), et sera it ainsi un participe de


<...-~~ J'ar111aq ( = fendre), cette étymologie, diso ns-nous, ne
saurait être soutenue en présence <lu verbe (....~ ~~~ J'aralamaq
( = blesser), où ; 1ara présente évidemment le caractère d'un
nom substantif proprement dit. Autrement, s i l'étymologie
par '-~.J~ J'aryq était correcte, il y aurait eu des infinitifs,
formés sur le même type, avec d'autres dérivés analogues,
tels que'--'~~\ atch;1q (de '--'~~T atcltmaq = ouvrir); (]~ -'"'~
basyq (de(....~~ basmaq = fouler, presser, comprimer); <.?,~
q;11yq (de 0~ qyrmaq = briser, casser) ; etc., dont il n'existe
pas d'exemple dans le turc.

~ , Yaroumag (t. or') = Briller.


('est une forme variée de(....~\;, 1 q. \·. Cf. arménien tllUn.fü =
y Q®
1 ~ =Demain.
f.i Cf. grec aiip1.011 = id.; la terminaison i.;J!. in étant forma~
\y d'adverbes, JY. yar serait le vocable radical, correspondant
exactement au grec aiip (autre forme de àcdç) = latin aur(ora).
On peut, du reste, rapprocher ce radical de son synonyme
~' ir = tôt, de bonne heure, (voy. ce m'9t), et dans ce cas, .
i.:/...J~ yaryn<levrait être tr~duit par 'lrp"'t = de bon matin,
de bonne heure, comme l'arménien {_w•J}Lr qui est de même
formation et porte le même sens. Cf. l'anglais early · id.
Quant aux expressions adverbiales de même forme, nous
citerons entre autres : ~ yegin (de d;__yeg) _ préférabLe_;
~Y. yaqyn (de .JY,yaq) =proche; d.J~yazy!:_(deJ~yaz)_
e~ été; ~ qychyn (~e ~ qyck) =en hiver; i.:i»)../.
guzin (d_:_Jf guz) = en automne; ~~ qytchyn (de tf
qytch) =à reculons; ~' itckz'n (de~\ itch) =à l'intérieu!:__;
i.:;!.)~J gunduzin (de )~J~ gunduz) = pendant_!_e jour, dan~
la journée.
. /Yargh~ = Gros poulet.
J Cf. arménien 1~11LIT~ = id.

t
" t Yarcanat (t. or = Chauve-souris.
W
1
)
M. à m. Sepµo1T-repa, ou 'aile de cuir': de ~.JY. yary =
cuir, et '-=.)\j Ü canat = aile. Cf. l'arménien J'wzjw@-/11- = id.
Il en est de même du hongrois bô'regér = id.
/ Yarmaq = Pièce de Monnaie, d'Argent. ··L. li
..J '.) ..
\'-:J Cf. arménien z(!T1,.rw~ =blanc. Cf. aspre, <le aaTrpov = petite
1
'' pièce blanche de monnaie.
/ Yasa ou Yasagh (t. or1) = Loi. tL~ ou Li~
\) Cf. ~.!!.mérien
us= ordre, commandement ; latin jus et fas.
Voy. et et l!-.1~~ yousoun.
Le mot yasaq a pris, en t. ote, le sens d'interdiction, de
V" défense, de prohibition, et 2asaqdjy, celui de gendarme faisant
J: · fonction .d 'avant-coureur des hauts personna~ En russe
J'açak signifie 'imp~t ', et spécialement 'tribut ~IJ_J2elleter_ie~,
e1_yaçatchik = percep_!~ur d'impôt.
/ Yasonn (t. or1) Os.
= ~~Y.
Q Cf. hébreu c~ '!S!!.!.!.., et arabe _,t:, c = id. (n pour m ).
1
Cf. encore sanscrit asthi =id.; grec ou-rÉov, et latin osteum =os.
r

74
y

(\ / Yasy (~asca),, = Pl~t, Aplati, Uni, P!ane.


1 f(J Cf. grec uro~ = 1d. ; hébreu yaclza = id.
l
, tl' Yach = Humide, Frais. u ,;:.\.1..
(0 Cf. égyptien as
= eau ; finnois wesi, et hongrois vis = eau ;
~V opatoro ( Amérique septentrionale) ouaclz = id. ; vieux haut-
allemand wazzar, et allemand wasser = id. ; anglais water = ea u,
et waslz = marais, bourbier ; italien guazzo = ' gouache ',
peinture à la détrempe; honduras ouaclt et guaclz = eau ;
chemmesyan waaclz = pluie ; siah-poch wacli = pluie ; polynésien
usa = pluie. Cf. encore, a rménien iu'-fz_ = humeur, fluide, ~y c,
sé rosi té.
Yaclt est le radical de ~~. yéckil = vert, et porte en
/ t. or 1 le sens de 'j~t '. Cf. c~mrique gwas = jeune
)
homme.
A '

/ Yach = A ge (radical de , y.\...:)..>. yachamaq = vi\·re). '·l· 1


1..,,-- ..
r \
'-0 Cf. égyptien ves = principe vital, vie, âme.
1
" '~Yachmaq = Voile ou Voilette des fen1mes. ~
.. ·" \V
--+-;
..
De l'arménien i[U/z_wJu,~ = id. ; cf. persan è""'\.!i cltamé
G
'
V
'~ \.!i ~ b_a cllfl-1.L11_ = id.
illl

Yagh = Beurre, Huile.


Cf. chinois (Canton )y:aou = hui le.
?\ e pas confondre ce vocable tuïc avec ,L~ J'aglz, aut re
forme d e Jl' ')'aW = ennemi, qui s'écrit au ssi ; b- djaw . Vov.
,,
ces mots .
./ Yagh ou Yav (t. or1) = Ennen1i. -' ~ ou ~ ~ - 1
Cf. hébreu .:l'~ haïr, et .:l '~~ 'ih'èblt = ennemi ; ~ssyrien 1
1
l
ai.a.u.b = enn:emi, (aïoub zli = ennemi des dieux ) ; anglo~saxon
fiilt, et anglaisfoe =enn e mi. ..
A côté de _1 av = ennemi, le t. or1 possède le mot v:~?.-J ~'.
1

J trdchin = hôte ; tout comme le latin lwstis - ( l )_eJ1nemi,


0
1

( 2°) étran[>'~·.
75
y

C\ ( formé le verbe ~1'JJY. yavouqlamaq = fiancer (m. à m.


- 'établir un rapprochement').
Cette même racine sert à la formation des mots : ~;Y,
; 1aqy}t (préposition' et adverbe)= près, (cf. pour la forme d.:JY.
yaryn = demain, d.j Y. yazyn ·en été, etc.); ~1'l~
yaclach11Laq =se rap-procher, et ,~li ;1aqych111aq = seoir,
convenir, (pour l'analogie des sens cf. grec ~K&J, l!cuvw, et
iKv€oµat = s'approcher, venir, arriver, et, seoir, être con-
venable).
Cf. encore, grec aryxt =proche, et €ryryur; =id., d'où €ryrylt;w =
\. ( ap.pro~h~r, et €ryryuaw =fiancer, a p~arente~; €ryryvT17r; =parenté;
f\ latm ·mc(wus) = proche. Voy. Jy,yan ou i.:.JY.YfW.
(, '1oYaca = Collet, Rive, Flanc, Côté, Côte. "'-'L..
~/ cfuapona1s
• • yot.:o
1.
= co t e, fl anc.
A I

['
1
vYaqmaq = Brûler, Allumer. , ~L·..
v-·-
\!.,J Africain ya11g = feu.

~ ,.Yaii (Yanghy) = Côté, De côté.


· Cf. grec aryxt = proche, È"f'}'V') = id.
\\ Yaîiaq =Joue.
1
\j Cf. zend a"ùuï.:a = front, visage; sanscrit anika = id. ; latin
gena, et italien guancia = joue.
.r. Yalab = Lustre, Éclat, Scintillation.
\V1 Cf. latin {llba = blanc; assyrien labanu = blancheur.
~é rivé ~~Y. yalabymmz = scintille r, miroiter. Voy. et
cf.J~I a/av.
(\ / Yaly = Rivage, ~aison bâtie au bord de la mer.
\j.) Du gr~c a.l:t~ÀoC\ = bord de la mer.
On fatt denver ce mot turc du verbe c..Yt~Y. yalamaq, =
1

---
lécher, et l'on explique 1 a/)!_ par 'endroit léché par la mer'.
1

Nous ne saurions nous rallier à cette explication.


1 Yalyii = Éclair, Lueur, (rac. de J,.ll~~Y. q.v.).

~
Cf. finnois walo = lumière; hongrois vilag = id. ; kolami
( 1nde centrale) velaug= id.; singalais (Inde méridionale)elzya =
id. ; javanais w u/an = la lune; serpa (N égal) ou/a = id. ; gyami
(frontière_chinoise) yoliang =id.; matai bu/an= id.
Cf. encore, grec fJaÀoç = verre, d'où (à cause de son éclat)
le grec m"e ua.Àls~ = briller, luire.
y

Yalymaq (Yilémek et Yalyfilamaq) = (~~Y. et ~<L,.~) '--'~~


Briller, Luire.
Cf. assyrien ~lju = brillant ; égyptien iaj = éclat ; tamil
vellai = blancheur; grec €ÏÀ'YJ = splendeur. Voy. ."-'~))~:-.
yaroumaq = luire, qui est une autre form ~ ~~~ yal;·maq.

~...
. t

Yam (t. or1) = Cheval de relais. ... -..


i
1,
/
.J D'où WY. J'amtchz· = courrier.
Cf. chinois ma= cheval; thaï ma= jument; birman m;rùi =
cheval.
En t. ott" et en russe _J am se prend dans le ~sens de
1

'station de poste',' relais', et yamtch.y ou yamtchJ1k po:;til~,


courrier.
Yamaq =Adjoint, Aide, Auxiliaire, Con1pagnon, Assistant.
Cf. sanscrit J'a7llaÂ'a = camarade. Cependant, J'amaq parait
être un dérivé du verbe turc L.;.....J t.... ~. J'mnanmaq = se
rapprocher,i accole!:_, accoste_!:_.
Yaman = Mauvais, IV1échant, Cruel, Terrible. ~'~.
Cf. latin ùnmanù = féroce, horrible; assyrien "lùmiu = id.
( pe rmutation de la palatale et de la linguale) 1 ; berbère ( Rif)
J'afan = laid. ~ l:)~ ya111an-J1aklzclt;1 = bon ou mauvais ;
cette locution est altérée pa r le bas peuple, en - ~ l:)~
;1avan yaqc!t;1, qu'il explique par 'fade et aigre' (aliment).
On qualifie de L:Jl...:. u~Î ad)' ; aman, tout ce qui e st
1

immonde, tel que le cochon, etc. Dan s certaine partie de la


Turquie d'Asie, cette e xprcs~ion s'applique aussi à l'~bri c ot.
<\ ~ 1
Cf. le turc ~!.~ youï111aq et le latin /uo, grec >..ovw ; turc ft y er et basque
• \ !JE:. C::= t~rrtl_j Turc ~ou.ffct latin lana. ~ lai ~ · t. or1 1
.!.n .. ·~ x echmck et
~ latin_{axo. -~_v ?Y· auss i 1.1..1,! x m.1ach_!!.

Yamri et Y~i = Convexe, Bosselé, Arrondi. '-'.J-J?. et ~J"'~:


Cf. latin camurus = recourbé. Voy. et cf..J~ canbour.
~ / Yanpouri_= Oblique, de Biais.
Cf australien (idiome occ 10 ) J'a m bo1! - recourbé <:.rochu.
Voy. et cf. ......;..~ rt.:mb.mtx - - - :=::___~~~-----------
(
(~ 77
y

G' oYavac~ = L~nt, Doux_, Lentement, Doucement.


~ C f. arménien Jn'-l. = 1<l.
':~Yavacha = Morailles, Serre-nez.

~
/ Du persan ~'} lévaclté = id. Le 11om esse 11tielleme11tv-
turc de cet instrument est J.V.).j.JY bourou11douro11q (m. à m.
serre-nez ou pince-nez), qui · est colllpo:;é du même radical
que le français' moraillcs ', oli 11Lor (e n provençal ) correspond
h 0).J)~ ljounmn = museau.
De même que la lettre) (r), la lettre J (/)ne saurait figurer
co mme initiale clan s les mots turcs. Aussi, dan s la con-
ve rs ation, le p euple confond-il volontiers.) (r ) ou J (!) et w (y).
On prononce, par exemple, w-~~: J'aqJw<fJ, au lieu de w-:.lj~
!a<JY'].U' = propos oiseux, bavardage ; r_f.;J lcngcd;: au lieu
<~.:..:: J e11g.:dj
1
= crabe ; i..:J ~} J.:!..s<!!_t11, au Jieu de.. _ ~,,..;:'7'.
J 'OS01t1t mousse ( plante) ; J_;l..i:.)~ .. ; arghara, pou ~ b}~ ~
= 1

)'11ïg lwra = c riaillerie, vaca rme ; ._sfi,Ï aÏ<JJ'ry, pour w.).f)


arcoury = e n biais, oblique, de travers ; 1.)'"'~ //fadmt_, pour
~)~.) ra/admt = o.:uf à la coque h d emi bouilli.
Et dan s ks autres lang ues, ces 1p utations se remarquent
entre: persan t_~:. ; 011glt
1
et arménien L"'-tr = joug ; turc '-"-._,•J:'.
}'Oltlllaq et latin luo = laver; turc ~(• .J.?_ J édé111ek et allemand
-
!l'itcn = guider ; italien be/Io, /Jdla, et italien dialectal brio et
1

beia. Cf. e ncore, grec Ïryôri pour ÀÉryÔoç = mortier, et i:ï(3w pour
Aeï{3w = d égoutter, etc.

/ Yavé = Égaré (se dit du bétail, etc.).


Cf. anglais 'W<lif, et vieux français gaif = objet égaré et non-
réclamé ; 'chose gaive '= id.
Y aTl est commun au turc et a u persan, qui le prononce
~~ ) '<ifé. Mais le verbe v~•))~ ; avoumaq, d'où il dérive, est
1

tchéghataï e t signifie 'se perdr~ '; il est synonyme du t. occ 1


~~. yitmck, d'où J,~ yituli: = p e rdu,.

( /' Yavouz = Violent, Cruel, Brave (c'est-à-dire, vaillant, . l,


J) ..
I&
~ et honnête).
Ce mot peut être considéré comme une variété de · ~)?.
y oba::: = rustre, rude, sauvage. Cf. latin sœvus = féroce, c~ucl:
rude, . viole11 t.
y

Yavrou (Yarpou) = Petit (d'un oiseau, d'un


(,\j \ I .
rumrn.ant, etc.).
Cf. grec 7raÛpo~, d'où latin parvus = id.
/ Le t. or 1 yarpou ou yarpy porte au ssi le sens de ' moitié ',
mais d ans ce cas il déri;z de m ê me ,que le t. otei j?..JY.
yary m ( = id.), du verbe f..,v.2\;. J 1armaq = fendre; cf. t. or 1
~ tilim (t. ote ~..,, ditim) = tranche, qui d érive de Jl+L:;
tilmek = trancher.
L'h omonymie entre ces d eux voca bles est donc du e à une
simple fortuité, comme, par exemple, dans les mots allemands
k alb (anglais calf) = veau, et /ialb (anglais half ) = moitié.

c~ Yahéï = Exclamation de j oie. . ~~.


C f. grec lœx/} = cri ; laü = h o ! d'où laxw et la1.:x Éw = crier.

/ ~ (t. or1) = Place, Endroit, L ocali té, Lieu,


"T' •
.l erra1n.
Cf. arménien lrui/,'l = id : ; sanscrit tala . te rrain.

Yédi = Sept.
Cf. javanais pitu=id.; telugu (I nd e m éridio nale) $dlL= id.;
singalais hataï = id . ; gondi et gadaba ( Inde ce ntrale) yetu et
Jledu = id.; madi (ibid.) ;1cdu =id. ; badaga et couroumba (Inde
m é ridionale) _fdlu = id.

/ fYedmeKl = Traîner, Conduire, G uider.


D'o ù t. o tt 0 J.J.J yédek et t. o r 1 i.:;\~\;. )'aidaq = cheva l
de main, batea u à la t raîne ou à la remorq ue, h abits etc., de
rechange.
Cf. grec oÔrJryw = guider, mener; italien guidare = id .
Voy. et cf. d_,...)){ gudmek.

(~. c\) Yer (Djer) = Endroi t, Lieu, T erre, T e rrai n.


\liv C f. grec tfpa terre; chaldéen arà = id . ; albanais arè =-=
=
champ ; latin area = surface, p l ~ce un ie ; gaélique ar :_ champ ;
sanscrit irâ et ilâ = la t erre ~c f. ~rc J:'. \ il..:__Ïv ) ; australie
méridionale Jiaïl = terre, terrain ; ~ittite sz'r pays ; arménien
ibur = localité, endroit, campag n e ; thibétain J'ar = vaste.
C f. e ncore, le vieux anglais to ear = Ja bo u rer, d 'où Je mot
eartli = te rre.
y

. . .Yeragh ou Iragh = Loin, Eloigné, Distant. ,:\.JI ou,:\ ...


~..; .. i... I ···
JYott "-'~~ J'eratmaq ou ~~i\1 ~'. J'Cragltrm11aq
éloigner, expulser.
Ycn~t;lt ou J'eraq est la forme minorative clu .r.:. J'c,r =
loin, avec l'affixe de comparaison J~ raq o u J_;_rtk ( voyez
ces derniers) ; il est de même formati o n que J~I aqnrq (de
j aq) = blanchfttrc ; J~;;\:; C<llJ 1'rUJ (de
1
J'-' qa(J') = un pc~­
dense; ~ "~:\ i11djt'rc!.: ( de ~ \ iudjé) = un peu fin ou
mince, etc.
Quant à la forme ë.r.:\ iragh, qui constitue l'orth ograp he
usuelle de ce mot, bien qu'incompatiblc avec la lo i d'euphonie
des voyelles, cette forme irrégulière n'est cependant pas
.. ir
insoli te, su rtout en t. or 1 où l'on écrit concurremment: ,.;.J\
et_..r.?. J'ir = e ndroit, place; ~'&...·~.'_,·ir!amaq et ;?:,:·'»,.;~':.Ji.erlama1;
= chanter; . J.~\ iglmwq et. 'Ô'. yfghmaq = entasse~}·;
~:\ ip et~~'. J'ZP =corde; ~ igrc11J1u:!.: et ~(..j ,~:
_;:1i;-r~111Jtr!.: = ~tre dégoûté; ~J~ iltirz'ln et,~'. ~ ye~d.J'l]'lll =
ecla. 1r; l.:-'~\ tian e t 1.:.)l~:J'e mt = serpent; ~\·e ' il!Jiram<!.!J
et '-''&.,,.•\;:'.'~~ J1a!d)1ramaq = briller, luire, scintiller; ~JI
ugsck et,,_:_,~:'. J'lll[Sek = haut,, élevé; 0 ~~\ 1'/tchi et JJ~~:
J'altd10uq _ambassadeur; <::_~.! i,g-hadj et z::~ yegltadj =
arbre; dl altc!ty et)~~'. J'<lltcltou = gypse; W.::\.;\ àta; i et 1
~
/ t .::?, \.;.\;. ; mtt!:Yi = novice, intrus;
1

Cf. hélÂ..que urnm = loin .; arménien <)fnLfi = id.; vieux haut-


al}&mand ft!rn1, anglo-saxon feor, islandais .ffarri, gothique fairr<l
= id. Cf. encore, sanscritgarŒ.f__ id., et gre~7rÉpav =au-d elà ;
pour '-'~~ J'irat11;,aq = éloigner, cf. grec EÏp"fw = exclure,
tenir loin.

(" 1 Yechmek (t. or1) = DénouerJ Relâche r. :


~_,
/ I

{' 1 à Cf. latin la:ro = id.


X/Yeïni, Yaïni, et Yeuiiul (t. or') = Lég·er. ,J.0)!. et 0'. ou ~ ~{!
tv Cf. thibét;ain ra11g -1.!tz = id. ; allemand wenig = peu; anglais
7..0a11e = dfüoissaucc, affaiblissement, diminution.

0~ Yeg = Bon, ·Excellent, Préférable.


~ D'où ~:'. J'tgùt = id.
Cf. japonais 1'0Ï = ?on ; arménien<)'!/ = id. (en composition ; ;
y

zend hu, et sanscrit su, (ce dernier est un préfixe, comme


l'arménien <;,1Jt et porte le même sens).
(. ,,,. yégen = Neveu. ~
1 Cf. tongouz orotong akz'n = frère ; t. or 1 ~~ tckin = neveu ;
cf. anglais kin = proche parent, allié.

~ / Yeî!mek ou Yend ·mek = Vaincre.


•/
~\JOU~. .-·.. ; / ?'
...
J Voy. ~ying.

o Yel = Vent.
C( grec a€"'A.>...a = ouragan, et Aro"'A.o,- = Eole (le dieu des
vents); tamoul vali =vent; anglais gale= rafale. Cf enfin,
grec ~CÎ.À.1J = tempête.

V~/*Yéla Yél~ (t. or1) = Hé là! Viens! li.. li..


~\ Cf. grec eÀa eÀ.a = id. Cette interjection existe aussi en
bulgare, d'où elle semble avoir été introduite dans le t. or1•
Elle est également usitée dans la langue persane comme
synonyme de ~ Y. et de l'arabe J~ Jlitï = viens, viens l
D'ailleurs, ces interjections peuvent avo ir été altérées de l'a;abe
ill~. illY, yallah yallah, qui s'emploie dans le sens de i allons !'
' dé pêchons-nous ! ' etc.

îélL(_Y elek) = Crinière.


Cf. basque illea et u!ea = poil, cheveux ; égyptien ûal =
abonàante chevelure ; grec oÙÀ.oc; et tou"'A.oc; = laine, d ll\·et;
mentawey aléi, et poggi aü = cheveux ; nordique u!l = p o il.
Cf. encore-, grec Ëpwv, e t arménien <;ir = cheve ux. Voy. ~ qy!.

!YehriekJ = Courir. ~..


Cf. sanscrit il, zlântz' = aller; grec ÈÀ.aw et È"'A.auvw = aUe r,
avance r ; gothique ülu = se hâter ; murmi (Népal) y m· =
marcher, courir. Cf. encore, ~end ere = a ller, s'élancer :
chaldéen avel = s'en a ller ; vieux haut-allemand gilan et giljan =
courir; allemand eilen = se hâ ter, et wal/cn = marcher. Enfin ,
latin volare = voler.

Y elva = Caille ou Bécasse.


Cf. l'arabe '-'".L selva = cai lle. ------
j
y
G
Yémek = Manger.
Cf. ~rec ry€uw = goûter, manger.

(\ /
Yénéken. (t. or1) = Unicorne, ou 'Rhinocéros.
~ Cf. telugu (Inde centrale) 11énuga, = éléphant. Cf. le turc
l ; ~' inek = vache.
rY Yéfii (Yang, Yanghy)., Neuf, Nouveau,
1{j Frais, Récent.
\j Cf. latinjuven(ù)= jeune; 7un(ior)= id.; lithuanien.J_gu~ =
id. Voy. etc( iF
gendj.

'~engé
~
= (1°) Femme du frère aîné, ou de l'oncle ;
\} (2°) Paranyn1phe.
C( samoyède (dialecte ostyaq) figa1iga = sœur aînée;
.f'zge1ïgé = sœur cadette.
1
1 Yibarmaq (t. or ) = Envoyer.
.. L
~.)v'."."::
~ ·cr.. assyrien sip_arru = id. ; sanscrit ydpaydmi = id.; grec
i'a7TTW == id. ~à o«~ "'H 'Î'
~ .
r 1Yipru; (t. or1) = Vessie de musc. 'lf- -\,"h- '<>:t~Jl­
L...,
.J ., ....
De l'arabe ~ 'abfI = composition d'essences ~ri-
férantes, ambre, musc.

*Yissa = Hisser.
. De l'italien ùsa, impératif de issare = hisser; suédois hùsa,
et bas-allemand hissen = id.

Yig (t. or1) = Mauvais, Desagréable, Faible, J\:Iaigre. ~


1
Cf. zend dgq = mau\·ais, méchant ; grec axo~ = mal,
~~ maladie, tristesse ; persan JI eg = malheur, calamité. Cf.
encore, chinois ouang = personne maigrie par la souffrance;
persan J.:;J veng = misérable, chétif; anglais weak_ = faible,
et ache = mal, douleur, souffrance.

1/ Yigit = Jeune ho.mme, Brave, Preux. ~- .. .


\~1 Cf. assyrien i/.:du = fort (et i·di = force); noby (Nubie)
V igui'd, et berbère (Timimoun et Timisakht) ouggid = homme;
b~rbère (Zenaga) ùlj = id. Cf. encore, grec 'YJtOeor;; = jeune
homme, ou ~'YÉT?J<; = chef, qui marche en tête.
G
y

o Yil - A nnée . 1
'j

\~ C f. zend yâre =
id. ; étrusque avz.'l = âge, et rit = année ;
grec ~À/,~ (grec m ne ~ÀllcLa) = âge; persan Jt.; sat, et alarodien
sal = an née; mon g ol d:::z'l =id. ; arabe havit= id.; marawi Jy--
yawale = id. ; allemand jahr, et anglais J'et}Z = id.
Il est p robable q ue J il s oit un dérivé de J'elmek =co urir,
1

de m ê me que ]e zcndJ :âre dé rive de ) 'â a lJer,- et ti)~ lt -


-~\'UI~ dérive de av ~ àîki"-~ ---------- , ~ ..
oYilan (Djilan) = Se rpent.
Cf. javanais u l, z = id. ; grec EÙ/uj = ver (de Eit...iJw =
G
ramper).
Le m o t '-'~~~. J'zlandjyq, d iminutif de J i!a111 s'emploie 1

p ou r désigne r l'inflammation su peI:_fici ell c _d~J~ ~peal_Lç_onrnJ_~


sous le nom <l 'érysipèle. ·
Il nous semble que cette accept ion n e saurait con\·enir
à la nature, ni ml:me à ]'app are nce extérieure de cette
affect ion. ~ ous inc linon::; d o nc à cro ire que ;·zia11r(;j·q c~t
une corruption de ~~J~ J'ila7..·djjg _ _pet ite fl amm~ i ;·da1·
/ est Ja fQrm_e_ vjeuK Jl!!.que d_e_ .~\ a/av). Le sens de ' feL! ou
de 1 flamme', qui s'attache à la dénomination de cette
inflammation, dans presque to utes les lang-ues, Yient, . du
re::>te, à l'appui de notre manière de \·oir. Cf. le français ·feu
:;acré' o u ' feu de St. r\ntoine ', l'italien gcro/>iro ( = llù:ropyr,
soit l.cpov r.ûp = feu :;ac ré ), etc.

~
Yiné (Yéné) = En core, D t recb ef. ( \...: '....: ) .:-:.....•
' C f. grec Ù11t1 , dans les formations \'Cr~alcs tcl:cs que:
Jva{31.uw =reve ni r à la vie; iwa1ca\Éw =rappeler ; r~11a1-Ltµv1;0Kw
= se rappeler, remémore r; r'waµop<f>cîw = rc ror m cr, etc.
.. ;/
.
C
~ Ying ( t: or ) = , S u pé~i or~ té, Prépo.ndé rance. ~l ictoire.
1
'--'""-~.
'.
-i • ((. grec ll l tc1) = VICt0 1re; latin 7Jl!ZC(l'l'C) = \'é.ill1CrC.
7 . -
D env<..::
l . ,
~.:..:".':,
; /
J'mg mch
!
0 '0_ J'Cll!!.'!:!l.. vaincre cr.
arménien 1:_'ü~zilL = so umettre; subjuguer.

~/Yiv = Coulisse (de chassis, de porte, etc. ), R a inure. ..........


,/

Ce m ot est allié à •\ ../


cv et ~t \, /. .J. J 'Ollt.'a, q.
. v.
Yobaz =Rustre, Sau,·age, (autre forme de ; . ~'.yaz101sq.v. ) .
/
. . ..
.' 1••
· ../"
Cf. bas-latin j obago et j obagio = coolie, esclave appliqué
à la culture du sol ; japonais J'ébisv1( = sau ,·ages. - ---
y

r /*Yortou = Fête.
\~ , Du grec Éopn] = id.

/
Yortmag_ (t. or1) = Trotter, Courir. --~.JY..
~) , ,, D'où µ ,t: ,.~?. ;1ortaoull = coureurs. Cf. arménien ~nl''ff,.L =
\y id., et 1r11[cJ wL = aller.
J....i:.J,;, J'Orgha =cheval trotteur, est un dérivé de ~.JY..
yortmaq.

(} Yordam = Célérité, Agilité dans le travail ; et par


\!} extension, Habileté, Bon ordre, Ostentation.
Ce mot, qui a l'apparence bizarre d'un nom propre grec
/' (Iopôàv = J ourdain), est une altération dut. or ~\~\ ildam =
1

yjtesse, agilité, promptJ agile, et_c. Ex.:

u:~l (' \~. \ J. ...\.i 1.5'J-e- ,_sf .J ~ \:;

~('~ _r>-\ )_,_l_,~ ~)


\.
r... u )..;:)-
( i..$.l_Y

Tapar kio11ï tclievg hiandyn ildamlyq,


Vétikin boulour akhyr aramlyq.
" La balle prend du mail la vitesse,
Mais elle trouve à la fin le repos."
Alz'-Chir-Nevaï.

~
')·, oYormaq = Fatiguer, Lasser, Harasser. .
c_Y-f_JY,,
v Cf. :i.nglais to weary = fatiguer, exténuer, et to worry = ·
harasser.
""
/ Yosoun = Mousse, Lichen.
<J Allié à t>arabe d::..~\ uc/md ( persan ~\ uclzné) = id., d'où le
bas-latin usnea = usnée, lichen des arbres, des pierres, etc. ; et
l'arménien oz__"Lu{j.
('I

\ij,.YoghQ_ur_t = Caillebotte.
Cf. gaélique et irlandais g rutlt = id. ; écossais crud, et anglais

r\~J Yocary
-· curd = id.

= En haut.
v Voy. A:::>;J?. ;mdjé.
• ,,
..
'

y Q ~

o Yoq =. N.on, Néant.


Cf. grec oÙK et oùxL = id. ; arménien nL = id. ; mongol uge1: =
id. ; mantchou aka = id.; abor miri et sibsagar miri (Ben~e
oriental_e)-1Ma = id.
( \ Yol = Route, · Chemin, Voie.
\0 ~ C_f. arménien nLIJ..fi = id. ; lithuanien ulyczia = id. ; albanais
oudh, et grec oôo~ = id.
Dérivé: Lw..'ill,;. __ .zollamaq envt?yer (littt ' .!Jlie ttre ~n
route'), correspondant exactement à l'arménien Jn'-riiur41rL;
cf. vieux slave sulaû = id.

0 Yoloun (t. or = 1
) Moelle d'os.
\ ~ Cf. arménien nL'lf:'L = id.; n'L'b = épine dorsale et moelle
r \. épinière.
•. 1
\ 1 \/ Yolmaq = Arracher les poils, Epiler, Plumer. I ~.J
...... J"

0 Cf. latin vello = id. ; arménien fvifrL = id. ; arabe ~Jj =


arracher; anglais to cul! = cueillir.
*Yonghai: = Espèce de guzla à trois cordes.
Du nom des ' Hongrois', qui jouaient de cet instrument.
Cf. Û.J~ boulgarz', instrument de musique propre aux
'Bulgares'.
'
F
~
Yudji = Haut, Elevé.
....,...--/ ,4

(\ Propremént ~)"!. yugc{;ë; c'est une autre forme de ~Y..


\j· yugse_! = id.; to.us deux ont ~?ur rad ical d'y.. yug, d'où t. or~
Û.J~~.yugghart, et t. ottn û.JL~ yoqary = en haut, ( voy. )~
géru); ~!_f,:J yocouch montêe ou descente, pente, ramp~
Ainsi que nous le faisons observer à l'article ; 1eragh, le y
permute avec u dans le radical y ug, et devient J,1 ug, cl'o.ù
~~' ugsek. Ug pourrait être comparé avec le grec üt(oc;)=
haut, élevé.
Cf. encore, sanscrit ucca
= haut, élevé, et udhata = éJe.llé-_ ;
zend usa = en haut ; allemand hoc!t, et anglais higli = haù t;
sing.a.lais usa = id.; .ü!nonais okz' = grand ; gaélique uclt = ha ut ;
carnatic ( Inde méridionale) outclw = id.
Dérivé : ~J:'. yudjelmek =s'élever, se hausser, dont les
deux autres formes sont (t. or1) (....~~) 10114Jalmaq, et (t. ote)
~_%yukselmek.
y

;-'Y.yrimek = Marcher, Se ruer sur . . .


Cf. zend ere =se ruer, se précipiter sur .. ; latin irruo =
id. ; grec Èpwéw et àpou~ = id. ; h_ébreu art]__= cheminer ;
arménienJ"Lf"uL = courir, se précipiter sur ... ; grec powµa1, =
se hâter, se dépêcher ; anglais to lmrry = id. ; hongrois yar =
se mouvoir, marcher; telugu uruktt = courir; murmi yar =
marcher, courir; makua (Afrique orientale) uroa = aller.-
Dérivé : ~ 1'?. yuruJ.ç_ = marcheur, et, par extension,
nomade, tribu errante ; ~)Ji. yuruyic4:_ = irruption, attaque.

~Yuz (Uz) = Figure, Face.

0 t. ott
Cf. basgue autza = id. ; latin os = fi gure; (au sens de
'bouche ', ce mot latin peut-être comparé au t. or'J)J Ï avou::,
..r.J
11
agltyz = bouche); sanscrit âsya. = figure, face; ako
odstt = id.; wiandot ayezttsa = front.
C f. enfin, latin visus, d'où vieux français vis = visage ; grec
ot = œil, visage.
P our la mutation du Y.. J'U en _,I u, ou, nous citerons:
~jy,.yuzuk et (t. or1) ~jJ\ uzuk. =anneau, bague ; i.:_Uy
y11ksek et (t. or1) ~W.,, \ ukse!.: =haut; ±;,,\ ouïcou et (t. or1)
/ ):;;,....)?. youklzou ou J oucou =som meil; /..::;-)?. yudjé et (t. or1) l::--J'
1

udjé = grand, etc.; ~?. y uk = faix, poids, et (t. or1) ~I


u!.: = id. ; ~ \ ip = cord e, et (t. or 1) ~~ = id. Voy. ~...r.?.
J'iragli.

(J,.Yuk = Poids, Charge.


\!J Cf. grec O(ICO'\ = id., et ÔKvoi:; = fatigu e. Voy. et cf. ~y
J!..Ogh. Cf. encore, anglais lug =id. (dans luggagt· = bagage).

(1 Yuksek = Haut, Élevé.


\5 Voy. k:;-J?. yu dji.

Q--Youïan (t . or1) = Faux, l\1ensonger. ·


.1-Jr l).J4, 0\!,.t: y ouïan yalghan seu:;ler = des propos faux
et mensongers. Cf. latin va.nus = vain, non-fondé.

Rr Youria =
1
Allez-y ! Sus !
\J Cette interjection se compose de Û.J)?. yunt (impératif de
~:))?. yurumek = m archer), et de l'interjection l!b ha =
hé! ohé! allons!
.Y

0 GJYourt ·(Omout) =Lieu d'habitation, Domicile, Résidence. <..:..'.JJ?.


\~ \ Cf. basque orde =lieu; .assyrien urta =la mère patrie; C..:.-').J)\)
~ allemand od = localité, endroit, emplacement; russe iorta. =
. tente des nomad es; arménien /;l''l: = maison, foyer.
En t. or1 ~.J ,,,1 orda signifie, 'tente ou pavillon servant de
gynécée à un che f de tribu.' Ce m ot, transcrit en IJ.J) 1 orta,
a pris en t. ottn le sens de 'bataillon ' (des ] anissaires ).
Pour l'an al ogie des sens, comparez l'étymologie mise en
avant par Storm (Romania, i, 490) pour le bas-latin troppus
( =troupe), qu'il rattache au germanique tltorp, torp (auj. do1f =
village), dont le sens premier a été, assemblée, multitude,
troupe, troupeau.
Le terme yourt s'applique auss i au ' tro u de }'aiguille'.
Pour l'analogie nous citerons, entre autres, le synonyme
français clzas, forme masculine d e diâsse ( = ce qui enserre
ou cncl ôt), laquelle a pour origine le latin capsa = ca isse,
coffret, boîte, etc. Yourt, au se ns de 'chas', a poLfr
équivalent le persan ~ suft.

(;r / Yousoun (t. or 1) = Loi, Règ le, 1Y1ode.


\j Cf. sumérien us = Qrdœ, çgm m and ement ; latin jussu71l ;
grec OCTlOc; et ocria = !gi_diviD_ e, (opposé au droit humain ,
ô[1wwr;). L 'expression .J)J~.:J L:J~J?. (YoTïSoun!oUroUiJ = c'es t la
loi, correspond a u grec oa{a ÈcrT{.

~~ o Y ouf = Fi 1
Cf. grec loû = oh ! ou f! h élas ! Ce mot turc sert ü
former l'inte rjection L)?. J'Ouha = li uée ! (co rn posée de
J'Ouf (avec la chute d u fa ) et de G IM := ho !).

Youîi (Djouîi) = Laine-:.


Cf. slave vouna = i . ~. ; grec m"~ ryou11a, et latin gumta =
fourrure; carib (Amé ri q ue) 10u = che\'eux; sanscrit Û1'?tâ =
laine, to ison 1 feutre, poil.

'X<Yoular = Licou. \1
.) ~)~.
1

""
D u g rec €V1"r;pa .
= renes.
Yotùaf =Avoine.
Cf. b. asque o I1il ou ol oa = • 1 ; grec
ic. > '\
ouA.aL /
ou ''> 1
Ol\.al = orge
grossière ; cabyle a/11 = blé.
- - ----~-------
y

n/ ~. (t. or1) - Guide.


UJ Forme primitive de jJ.èJj qylaghouz = id., q.v. Dans
l'Jnscriptt'ons de l'Orkhon, nous trouvons la forme yalabatch_,
qui se rapproche plutôt du t. or1 C"~ yelvadj et de l'ouïghour
yalavatch = e_!1voyé, messager.

(\ ~Youmaq et Youïmaq = Laver.


\Y C( latin luo = id. ; arménien LnLUIL = id.

/~=Nid. .
(~ CC ~hinois ouo = id. ; basque oea ou okea = id.; turc (de
~ Sibérie) ouïa = id.
Il nous semble que ce mot turc, aussi bien que)\ év =
maison, et Jj. yiv, = rainure, remontent à une seule et même
origine.
' .
~Yeghent (t. or1) Eléphant.
=
Cf. mongol diaghan = id. ; l'on a déjà vu que !..'.z_ permute
avec le 4/ dan-5'" certains dialectes turco-tatares.
Cf. encore, le grec ryL"fa<; (génitif ry/JyavTo<;) = géant,
(l'éléphant étant, en effet, le plus grand des mammifères
terrestres actuellement existants).

.(0 Yegmaq = Démolir, Ruiner.


Cf. sumérien uku = renverser.
i------
1
1

'
!\

&B ~
cJ· Ba = Exclamation affirmative, ou emphatique.
Cf. basque bai et ba = oui ! zend bd et · bât, ( particules
affirmatives) = oui ! certes ! en effet ; grec <f>ry = id. ;
lithuanien ba, et slave bo = id. ; arménien p.c/i et p.~ = certes!
oui-da! Ces derniers vocables, qui signifient aussi ' c'est
dit', 'il a dit', sont alliés a u sumérien pâ = annoncer,
proclamer.
Baï = Sorcellerie, Charme.
Cf. grec µar·;da, et latin magz'a = magie. Dérivé : ~ ~
baïmaq (qui est une autre forme de ~il..i.4 bag/t!amaq =
lier) = charmer, ensorceler; cf. sanscrit vayâmi, et latin v ieo =
lier, nouer. Cf. &--b4 bagltlamaq.
Bayer = Coteau.
Cf. zend gairz' = montagne; slave gora = id.
Baba = Père.
\J Cf. grec 7ra7r7ro~ = grand-père; arménien UfW"'f = id. ; latin
pappa, et grec 7ra7r?Ta~ = père nourricier, du sanscrit pâ =
nourrir.
De même que dans beaucoup d'autres langues, ce vocable
turc s'appl ique, à titre de vénération, aux personnes âgées,
etc. A insi, ~~ ~).JiJ dervicli baba signifie 'vénérable
derviche'; ~4 ~ bekdji baba =• p apa' gardien, etc. Voy.
a.JiJ dédé.

rf *Babafingo (t. naut.) = Perroquet.


De l'italien pappafico = id .
.\ / Bat (t. or1) = Prompt.
Cf. basque fite = id. ; français vite.
*Bata.ria = Batterie (d'artillerie).
De l'italien·batteria = id.
~ Batou (t. or 1)
Vigoureux, Fort.
=
Cf. sanscrit pa tu = id.
B u.

, Batour (t. or1).


D Abréviation de .J.fi\~ bakltatour, d'où le persan .)~~
\~ béhadyr = brave, preux, vaillant. Ces vocables ont leur
éqÙivalent dans le russe bog/talyr = héros.
Cf. encore, mantchou batu1;u = id. ; nordique hvatr = hardi,
actif, énergique; javanais batara = titre de vénération qui
précède les . nom ~ des divinités, et qui correspond_ au sanscrit
bltattdra = respectable, adorable.
(\
".Les 'Baturu,'," dit de Harlez ("Règlement_ militaire
( ~) de l'Empereur Kia-King": Journ. Asiat., Janvier, 1889),
"forment, en Chine, une classe à part, une sorte de légion
d'honneur ou d'ordre de mérite. Ce titre est donné pour
exploits de guerre. Les Baturu ont, e n outre, le droit de
porter une plume de paon."
L'expression bd.tour ou bâtn:. était, et est encore, fort
usitée dans l'Asie Centrale. La formule consacrée chez les
vieux Turcs, pour se porter des toasts dans les festins et
les joutes bachiques, était: ~ dav safia batyr = "à
ton tour, mon brave!" ou, "je te défie, ô brave!"
Ce mot bakhatyr seraitjl une réminiscence des anciens
Bactri ou Bactriens, proches parents des Parthes et, comme
eux, renommé:; pour leur bravoure?
Quant à la contraction de bakhatyr en batour, elle n~est
pas sans exemple dans le turc oriental: cf. Jt:; caân ou
~t:;G... /~haqa~ontracté en L:JG... khan ; l:.'Yw caglzatou11;
trongué en ~,JG... /(/tatoun; 1 \S'~,,~ khudaveudighiar, en
.) ~.:>... khunkiar, cy:;.
*Batlydjan = Aubergine. ~~
De ~~~4 forme arabisée du persan ~tL;l~ patingian =
id. Le nom grec mne de ce légume est µavTsava. Tous ces
mots, du reste, dérivent du sanscrit vatùï.gana = auber~.
Batman = Mesure de capacité, Litre. ~W4 ou ~~
L'étymologie donnée par Ahmed Vefik Pacha, ayant pour
base le grec ~µtCTuç-, ~µtva (=mesure de capacité en usage
chez les Grecs et les Romains), d'où le français 'mine ~
( = ! setier) et l'arabe~ menn ( = 2 rytl), joint au mot vieux
turc ~4 bat = fort, s~lid~rapid~ nous parait vraiment trop
recherchée. Nous_préférons rapporter ce mot au persan AJ~
B [0
p éima11é = ( r 0 ) co upe, ( 2°) me~u re de capacité, don t le
prototype pehlévi patmanaq s'est con servé da ns l'arménien
ù wwJw'bU1~ (tra nscrit da ns les le xiques , par un e e rreu r d e
1
co piste, so us la forme "f"'Lndu/Lw~) a vec le s<Zns d e g ra nd e
coupe, g rand vase à bo ire. ·
Batmaq = S ombre r, S'enfoncer, Être subn1ergé, C ouler
à fond.
Cf. sanscrit l>âd o u 1·âd = plo nger, ba ig ner; grec f3a7TTW =
id. ; vieux haut-allemand badô!l ; nordique bada, et anglo-saxon
bat/lian = id.
Déri\·é : Jli4 bataq = m a ra is, ma récage ; cf. l'arabe égyptien
ks::-~ batiltat (pl. G ~ bata_J'ZÏL ) = id.
Cf. enco re, Je grec m e {3ouTu.) = plonger, tremper.
11

Y Badjaq = Va let de j eu de cartes. ··b-G


i..) . .
De l'arabe J~ ( pl. w_;~~) = pio n (aux éc hecs), et, a u
pluri el, 'fantass ins,' dérivan t lui-mêm e d u persan ~-.)~~ =
piéton. L 'expressio n turque JJ~'. J~\~ païtaq yolott = sentier

-
é troi t, m. à m . ' \·oie de p ié to n ', provient de la mê me orig ine.
l\<iais voyez a uss i ~ \~ patéka. Cf enco re, l'italien paggio =
page, procédant d u grec 7ratôi'ov = jeune ga rçon, et jeu ne
esclave.
'
/ Badjy = ( 1°) S œ ur aînée, ( 2°) E pouse, Femme_.
(~ --~ Cf. sanscrit IJagùJJ' - femm e (e n général), sœ ur (co-
\, hé:-itière) ; b'ag-ni = id.
Cette double a ccept io n de notre m ot turc se ret ro uve
égalemen t dans la langue d e l'ancie n ne E gy pte, où les m ots
ex p rim ant 'sœur , et 'épouse' étaien t synony mes. Q ue l
égyptolog ue ne co nnait, e n effet, ce refrai n fame ux des
litanies cha ntées par les an cie ns E gy ptien s pen d ant les
mystères Isia qu es: "C'est mo i, Is is , ta sœur, to n épo use,
viens!" De là, sans d o ute enco re, le d ou ble sens at tri b ué
pa r la Bible a u x paroles du patriarche Abraham, qual ifian t
s a fem me de 'sœu r ', afi n de la sous t ra ire à la passion des
sou vera ins de l'Egypte et de la Palestine, lesquels, charmés
de la gran d e bea uté d e Sarra, ava ient vo u lu l'é pouse r.
,*Baderna (t . naut. ) = Baderne.
De l'italien badcrna ; bas-breton badern = id.
B

*Barata = Béret, Toque. 40'')li.


D e l'italien berretta = barrette.
(V Barac = Bra~e.
arménien p=i1w~ = id.
-...._____... -
Cf. vieux haut-allemand braccho; allemand bracke = id .

( \ 'X<~ca = ~ue, Masure.


1
~' ) De l'italien baracca = id.
"' Barymaq = Protéger. ..
~..J.
li
ri
" J
Cf. sanscrit vârayâ11lt' = couvrir, cacher; bas-latin _parase =
mettre à couvert, protége r, (d'où les expressions para-petto =
parapet, et para-sole = parasol).
*Barbata = Barbette.
De l'italien barbetta.
':i:Bartcha = Barque (de guerre). ~.J~
Du bas-latin bargia = barge. ,-~
Ne pas confondre ce mot avec le t. or1 A:;-.,1G bartcha ={ '
tout, tous, et qui correspond au t. ott0 ~~)' oland/a. (/
*Barda = Hern1inette. ~~.J~
Voy. lli~
*Barca Barque .
O
. \,
=
D e l'italien barca. A l'imitation du grec m"c ce mot turc se
prononce aussi varca, çle même que l'arménien vulgaire 1f!.ul!f!"U
qui p orte le même sens; cf. le vieux français ourque. Voy. et
cf. ~..)4 bar/cita.
'X<Bazen = Basin (étoffe).
Du français = id. Voy. u-jl:;'f~ pampazi.
*Bastarda = Galère de moyenne g randeur.
De l'italien bastarda.
Ci ';"Baston = Canne, Bâton, Badine.
~ De l'italien bastone = id.

Û
·~ Basmag_ = Eouler, Presser, Imprimer, Battr~monnaie). .. L
~.
'r) . C( grec 7TaTÉw et 7TiÉsw = id.; {Jautr;; = pl_an te du pied ;
hébreu oo:i basas = foul er aux pieds, piétiner ; latin pi'so =
piler, battre. Cf. encore, l'arabe u1J
= id. ; grec m"e 7TaTw =
mettre le pied, fouler, d'où 7TaTwµa = étage, ou plancher,
B .
'-'

correspondant au turc c..,...,..0...04 basamaq = échelon, degré,


marche, pas (de la porte).
· De basmaq dérive le russe baena = diplôme d'or des
Khans; ~ basma, en turc, désigne une cotonnade
imprim ée, indienne, chint ou tcltintz.
Bacli = Tête.
(~ Cf. hongrois tee(;:_-:- id. ; anglo-saxo!!_ peac = sommet, pic ;
theburskud et sumetchou /Jiclta = tête.
4 •

De badt vient le verbe -~1 b4 bacltar111a~ = terminer,


mener à bout, achever, et dont une autre forme se retrouve
dans le verbe ~J~ bed/ermel~, q. v.
Ne pas confondre bacharmaq avec ~~4 bacldamaq =
commencer.
Cf. l'anglais pash (syn. de pate) = tête. (Voy. TVinter's
Tale, comédie de Shakespeare, Acte I, scène ii, ligne 152.)
r *Bachmaq = Soulier, Botte.
(), Cf. persan ~, vec!tmek = botte de cuir. ·Le russe
bachmak ( = soulier, savate, sabot) est un dès nombreux mots
turcs qui ont été incorporés dans les langues slaves.
C( encore, le persan ~ becluné = cuir non-ouvré.
/ Bagh (Baghou) = Lien, Liasse. . d)
(Jilt) \.._ "
Le mot turco-persan t.ry. boghtcha (q.v. ) serait-il un
diminutif de bagh? C( gaélique bag = paquet ; anglais bag_ =
sac ; vieux français bague = bagage; cymrique bazdt, et breton
beach = paquet, fardeau; arménien . p.w'l = annexe, connexe,
attaché, lié; allemand pacl~ = paquet.
Dérivé: ~k4 bagldamaq = lier, nouer, attacher. Cf.
sanscrit paçà;·âmi = id.; latin pago (ou tango ). Voy. et cf.
~~ baïmaq.
/ Baghdamaq = Nouer, Replier, Entortiller, Croiser ;
autre forme de c.,...,..)1;4 baghlamaq, (voy. t4 bagh).
Dérivé: l.1?'~4 baghd,1ch ( pour~\~ baglula-yt"clt ) = être
assis les jambes croisées, à la manière des tailleurs; l'ortho-
graphe l!'..I~ bagltdac(.;· n'est pas correcte. Cf. le- grec
7ra1<.Tow = lier, nouer.

;*Baghan (t. or1) = Agneau. ...:Jl:-4


~' Cf. russe baran = mouton, bélier; latin pecus = mouton.
(
I

!
1
.1
@
B \\_/' ~

/ o.Baghyrmaq = Crier, Vociférer.


[ 1. j Cf. latin vagj_re = ~r; f!!!.!iio = barrir; latin (populaire)
\Y bragere et bragu!are = ~ et ~er ; arménien "lnn.wL =
vociférer, crier.
'<Baghla:g, = Oie sauvage, (ou Cormoran ?).
( ·\ On peut rapprocher de ce mot, le grec 7reÀeKàv = pélican,
\V
\J qui s'appelle en turc ~; ,~~ saca couclio11, m. à m. 'oiseau
porteur d'eau'. En russe baklmz signifie 'cormoran'.
~ Baca = Batracien.
r. . ~_Y.- -k ~ caplou-baca = tortue, rn. à m. 'grenouille à
./ '\ \.~ c9rapac~_ , ; AJ~.Ji_ cor-baca = crapaud, m. à m. 'grenouille
i \\! à f~q' ; AJ4 V"i tos-baca = tortue, m. à m. ' grenouille
' en ve_QQQ.~
a_ 1 .'•
C( sanscrit bëka = grenouille; persan J~ et ~ = id. ;
landoro (Afrique) gbegbe = id.; cabecar (Costa Rica) bakwi =
id. ; latin bufo = crapaud.
Ce même vocable baca, écrit et prononcé ~ bag(ta, signifie
/ ' écaille' (de tortue), et sert à désigner les objets fabriqués
avec cette matière. Le persan k>-4 bakha = tortue, parait
être emprunté du turc bagha.
(\ *Bacalar (t. naut.) = Pi~ce
courbe, les deux côtés du trou )IJ4
·\:) du gouvernail sous la poupe.
De l'italien baca!ar = id.
_ Bakhchy (t. or1) = Troubadour, Musicien et Chanteur.
( \ Cf. sanscrit b!takta = dévot, pieux. Les lamas ou prêtres
\~) buddhistes sont connus, en général, sous le titre de bakhsc!ti.
Chez les Mo~c:.!: 1 ce titre équivaut à celui de ' pocteur ',
et il s'applique ~ux médecins, aux lettrés, et aux astrologues.
Les' bakchis' étaient en grand honneur à la cour des princes
mongols. Marco Polo les appelle bacltsi1 et O<leric de
--~--
Pordenone albassi (en y joignant l'article arabe al): Les
- -
historiens byzantins les connaissaient sous la dénomination
r·\ de llatis..
\ ~\ Baqmaq = Regarder.
\_'v Cf. basque begi = œq. ; sanscrit paçydmi = voir, et paçya
( = turc J~) = vois ! Voy. et cf. ~~klémek.
B
/

f1· Banca= Banque. ~\..


De l'italien banca. Ce mot se prononce généralement
pa11ga, à l'imitation de l'italien panca = siége, banc, c'est-à-dire,
le 'comptoir' où s'asseyaient autrefois les changeurs de mon-
naies dans les places de commerce.
De là: fa 4 banker ou pangër = banquier, aussi de l'italien
ba11chiere, que le bas peuple _en Tu rquie prononce p mrger;
...::...'_;}.iLl~ pangarot = banq uerout ier (italien bancarotta =
banqueroute).

o *Bandéra = Bannière, Pavillon.


De l'italien bandiera = ban dière. Cf. allemand bande, et bas-
latin band11m = id. L 'arabe ..).:..~ bend ( pl. ->r,) = étend ard, qui
se trouve dans l'expression ~ J J:-1 tabl 'lié bend ( = tambour
et drapeau, emblêmes de comm a ndement chez les Orientaux
\ et les Arabes), se mble procéder de la même origine que les
deux derniers vocables sus-énoncés.

(~ (\ *Bavoul = Bahut.
Cf. celtique bahu = · c ü ffre dont le dessous est fait en rond ;
italien baule = m alle, coffre ; russe baoul = bahut.

\ Bé = Ô, Ohé, Holà.
Cf. sanscrit bobo, interjectio n pour appeler ; vieux khmer
(Cambodge) va, appellatif d'un enfa nt o u d'un homm e de
peu; à-va = hé là bas ! dis-d onc! Cette loc ution correspond
exactement au turc è':•Î à-bé = hé ! holà !

~ Beyeq (Meyegh) = l\Ioustache. ( . ) ..


~~
Cf. grec 7rW"f'JJV = barbe ; javanais fiki = id.

Bebek = ( 1°) Bébé, ( 2°) Poupée, (.1°) Pu p ill~ (de l'œil) .


Cf. Iatinpupus ( féminin fttpa) = enfant,pupula ou pupil/a
=la pupille d es y e ux, C:quivalant au t. o r 1 ~Ç t":'Y b11bet!jt'k
=petit bébé, c'est-à-dire, p run elle de l'œil, e t à l'italien putùta=
bambine, et futt'na dd/'occ/11'o = prunelle àe l'œil. Cf. enco re,
l'arabe~\ l,,;)L,j\ insrw-11l-aï1t = 'l'h omme de l'œil ', c'est-à-
dire, la pupille de J'œil, et le persan ~ ~~ merdumel.:i
tc/1crl1m ( = lt0Jmt11ot!us oculi) = la p~urit.:lle de l'œil.
/

(Tou-hou). Plus tard cette ville appartint aux Ourghours,


~~rmoires;;iatzfs à l'Asie, 1826, P...:. 35·~ t suiv.).
Cf. grec 7TOÀt') = ville, et persan ~ pehl = id. Voy. Jy.
bolou.
ni c:Balyq = Poisson.
~ Cf. égyptien barj = id. ; sanscrit patajg_a = marsouin (du
Gange); russe belugq = espèce de marsouin; malai baie=
baleine ; grec cpa'A.'YJ = id. ; nordique hvalo = cétacé ; persan
J~ et J~ = id.; allemand wal (jisclt), anglais wha!e = id.;
secamne (Amérique du nord) pala = id.
0
1
:Balta (:Balca) = Hache. <A.iil4) ill4
~ 1
Cf. sumérien bal, assyrien paluJ et babylonienpilaqqu = id.; zend
baroîtra = fendoir ; vieux haut-allemand barta = instrument
tranchant; vieux français et néerlandais barde = hache, comme
dans hallebarde. ·
Cf. encore, grec 7re/\e1w<), et sanscrit pàraçu = hache.
0
'i :Baltchyq = Bourbe, Boue, l\1arécage.
\~ Cf. basque balxa = boue; grec 7T'Y}Àoç = id., et /3a'A.Toç =
-~-----
marais ; latin palus = id. Cf. enfin, le français bauge = ( 1°)
gîte fangeux du sanglier, (2°) mortier de terre grasse.

t0 ,
o*:Bàlykesser, Ville de l'Asie l\tiineure.
Corruption du grec llaMuiv K&,npov. Des deux formes
travesties de ce composé grec, la première (Balykesser ou
.)~~ ou A4

Balykessir, ~J4) a l'air de signifier' abondant en miel',


tandisque la seconde (BalJ•qhi'ssar) veut dire '~itadelle-
poisson'.
\ oBamp = Grosse corde d'un instrument de musique.
1 Cf. arménien p.wJjz. = voix de basse; persan .t! ban = grosse
\;
corde d'un instrument musical, opposée à _;.U zz'r.
1
\.,
0 Bamp-téli = Poils de \a barbe qui poussent au bord de la J:i ~~
lèvre inférieure. ·
Cf. grec 7rcL7T7roc;, et latin pappus = id.
r o*Banboul-oty = Bétel. J)' J)~4
\\ 'Banboul' est une altér;tion du persan J)~ tenboul,
synonyme de l:.1\~ pan; c'est le sanscrit tâmbtUa, qui a donné
naissance au mot persan et à son imitation turque.
....
B ~

\ 1
1

Banca = Banque.
De l'italien banca. Ce mo,t se prononce généralement
prwga, à l'imitation de l'italien panca = s iége, banc, c'est-à-dire,
le 'comptoir' où s'asseyaient autre fois les changeurs de mon-
naies dans les places de commerce.
De là: p~ banker ou panger = banquier, aussi de l'italien
ba11chz'ere, que Je bas peuple !=!n Turquie prononce panger;
~_,,}i.i~ jJallgarot = banquero utier (italien ba11carotta =
banqueroute).

tJ *Bandéra = Bannière, Pavillon.


De l'italien bandiera = bandière. Cf. allemand bande, et bas-
latin band111n = id. L'arabe ...)..;..-: bend (pl. ->r,) = étendard, qui
se trouve dans l'expression ~ J ~ labl 1.1é bend ( = tambour
et drapeau, emblêmes de comma ndement chez les O rientaux
\ et les Arabes), semble procéder de la même origine que les
deux derniers vocables sus-é noncés.

(~ (.) *Bavoul = Bahut.


Cf. celtique balm cüffre dont le d esso us est fait en rond ;
italien baule = malle, coffre; russe baoul = b;:drnt.

\ Bé = Ô, Ohé, Holà.
Cf. sanscrit bobo, interjection pour appeler ; vieux khmer
(Cambodge) va, appeilatif d'un enfant ou d'un homme de
peu ; à-va = hé là bas ! dis-donc! Cette locution correspond
exactement au turc '":'Ï à-bé = hé ! holà!

f:J Beyeq \Meyegh) = 1\Ioustache. ( . ) ..


~~
Cf. grec wwrywv = barbe ; javanais fiki = id.

Bébek = ( 1°) Bébé, ( 2°) Poupée, (3°) Pupille (de l'œi1).


Cf. latin pupus ( féminin j>upa ) = enfant, pupula o u /m/n'/la
= la pupille d es y e ux, é q uivalant au t. o r' ~t~y, bu bcrlj ik
=petit bt:bé, c'est-à-dire, prune lie de l 'œil, et à l'italien put/na=
bambine, d f11tù1a dd/'occh/o = prunell e de l'œil. C f. enco re,
l'arabe ~I l.;.)L,j 1 ù1sa11-11!-ain = 'l'ho mme de l'œil ', c 'cst-à-
dire, la pupille de l'œil, et le persan ~ ~(...,,~ 11/erd umeki
tdtcr!mt ( = lwmu11c11b1s oculi) = la p~ur H.: l l e de l'œil.
B .
'-'

(''1 ~ Bebr ou Béber, Babir, Bébur. ..)~ t..r.'4 tr,


\}j = nom turco-persan d'un carnassier hybride, tenant du lion
et .dl! tigre, mais beaucoup plus grand, plus fort, et surtout,
plus féroce que ces deux espèces, et portant dans le pelage
des traces de raies comme celles du tigre, mais ayant une
queue plus courte. · Les lexiques turcs et persans n'en
donnent pas une description plus détaillée. Cet animal
quasi-fabuleux ne se rencontre, selon ces dictionnaires, que
dans les continents de l'Asie et de l'Afrique.
/ De bébur vient le verbe turc d...:.lc blburlenmek = faire
le bébur, c'est-à-dire, s'enorgueillir.
Sauf quelques détails, la description qui précède répond
parfaitement à celle de l'hyène. Nous comparerons donc
beber ou babz'r avec l'assyrien barbaru = hyène, ou même avec
le russe vepre = sang! ier, aussi bien qu'avec babt'russa =
cochon-cerf des îles malaises.
Enfin, si l'on considère que le véritable nom turc de l'hyène
est ~l\.Jr: syrtlan, on arrive à la conclusion que bébr n'appar-
tient pas au fond turc.
Quant au gaulois bebtr (Revue celtique, ii, I 27), d'où le
latin bebrum, on sait qu'il est le prototype du français 'bièvre',
qui désigne le castor; il ne peut donc s'appliquer au fauve ·
redoutable décrit plus haut.
f'\'-vtBedjermek = Accomplir, Achever, En venir à bout.
Ce mot turc est synonyme de J.,,. JH bitirmek (t. or1
dl-...)\0)'! butgermek) =achever, finir. Cf. sanscrit vikaromi
= exécuter; ~rménien ~wuuu116L = achever, exécuter, et
t/§111116L = id. ; persan ~.)..)~ = id. Voy. i.}i4 bach.
~*Betcho = Interjection usitée par les pâtres albanais pour
appeler une chèvre ou un mouton.
Cf italien becco = bouc; grec f3~"1J = chèvre, bique.
e *Bédénos (t. or1) = Coq.
Du grec m"e 71'ETftJIO) = id. ; cf. le russe pltoukh = coq.
~ Beraghou (t. or1) = Petit enfant.
Cf. latin parvus, et italien pargo(lo) = id.
1 Béré = Cicatrice, Meurtrissure, Ecchymose.
Cf. arménien 1[1;11 = plaie.
JI
B

,/ Bérou (Béïri)_ = Ancien, Vieu~.

G . Cf. zend paourvyq = antique, primitif, archaïque; sanscrit


purâ = jaùis, et purâ~ta = ancien, archaïque; latin porro =
autrefois; japonais buri = pendan_~, depuis, aprè~.

o *Berber = Barbier, Coiffeur. ..)


. / · .,/ ·
-'
De l'italien barbiere.
On assigne à ce mot une origine persane. Le véritable
mot persan pour ' barbier', c'est ~.!}..r sertù·ach, m. à m .
'rase-tête ·.
Quant à barbier, on sait qu'il dérive du latin barba, d'où
. les expressions françaises barbon, barbu, bm-biche, imberbe, _
"' .
'1 . ..,,.

ébarber, barbifier, etc.

( *Berghous et Bourgaz = Tour, Château fort. )·k,.., et , ..,.,...;_.


./..I• ""' .) ..,/ •

\ ) Du grec -rrvpryo~. Ce mot sert à former un grand nombre


de toponymes, de même que son synonyme arabe .JL:.:.- et
l'allemand burg. Voy. et cf. Jy,
bolou.

'*'Ber~mot ou Belgamot= Fruit du bergamotier. ~~ou~~].'


Du français bergamote.
Ce mot désigne aussi, en français, une petite espèce de
poire fondante très-parfumée, que l'on appelle en turc
M3sttp_Jta Beg armoudou, o u simplement Beg armoudou,
d'où la forme altérée italienne ( pera) bergamotta, devenue en
français bergamote.

Berk (t. or1) = Solide, Fort.


De l'arménien "/Pr~ = id. (rad. du verbe "!r~lrL = con-
stri11gt'···e), ou flUlr~ = fort, piquant, âcre.
Le t. ottn J; pek = ( i 0 ) dur, ( 2°) très, fort, est une
contraction du mot t. or1 susindiqué.
Nous signalerons l'existence, en arabe, de l'adjectif J~
berrak (forme intensive de J ~ berkou) - celui qui est
ferme, solide.

*Bez = Glande, Ganglion.


Corruption de l'arabe ~ befr: = id., et œuf.

*Bezélia = Petits-pois. ~ -.~


. '
.; · ··
De l'italien pisel/o = id.
B

(~,6 Bézémek = Orner.


\~ Cf. pehlévi pédtano = orner ; arménien "1'1('1,frL = id.
, Besi = Alimentation, Nutrition.
------ Cf. sanscrit pusyâmi = être alimenté, croître, posa et
puhi = nutrition, alimentation, croissance, pôsayâmi =
nourrir, alimenter; correspondant au turc d,..~ besilemel~
= id. ; arménien pnL111, pnt..~ ou pn.1~ = nourriture, et pnt..~lrl -
nourrir.
0Bech = Cinq.
Cf. lapon wit, finnois wiisi, et basque bost = 5 ; tuschiphtclu: =
5 ; aymara ppis/.:a = 5. Cf. encore, sanscrit paitc'an, lithuanien
penki, grec wÉvTE, gothique fimf, breton pemp, irlandais cuig, latin
.,,__.
,quinque = 5 ; persan i!,= id.
Il y aurait peut-être un rapprochement ii établir entre
notre mot turc et le natchez is/Jeche = main, et cltpedi = 5.
On connait le rapport existant entre le nombre 5 et les cinq
doigts de la main, rapport que l'on relève, entre autres, dans
les mots persans -t~ pend.f = 5, et ~~J, pentché = griffc,
patte, main.
/ *Beksimet = B.iscuit_. ._)L.~
i~ · Du grec m'" ?Ta/;aµU./iiov = id. Les Persans emploient
~· également ce vocable sous la forme c>~ bel.:sumat.
c Bekléme~ = Garder, Faire la garde, Veiller, Surveiller, ~
/(i Attendre.
{V D'o~ ~ bekc(j.i --. ~~r<le, ~ardien, veillcu.~, factionnaire.
v Le racl1cal.Q.ci est allie a celui du verbe, ,._..,l, baq(maq) =
regarder, observer, et peut être comparé, au germanique
waclt = éveillé, alerte, radical de wacltcn = être éveillé,
garder, faire la . garde ; à l'arménien "lw~lrL = garder, sur-
veiller, observer. Cf. encore, le latin 11igilare = veiller.

,?.Beg (Big et Baï) = Grand, Chef. <u~ et~)~

I
(~) Cf. chinois pé = prince, grand oncle paternel ; vieux persan
1V . baga = divinité ; arménien P""f = id.
1

En t. ott ~ brg constitue, comme on sait, un titre


0

honorifique: agita-bey désigne un frère aîné; bop-begi· = chef


de clan. Le t. or' baï s'emploie en général pour 'grand ' ;
112
B

rv ~ ainsi : i.S4 '-').,.-.' = grands dignitaires ; ~ i.S4 baï-bitché =


grande dame; v~4 baï-couch =grand-duc (oiseau), etc.
Voy. et cf. d,z beuyuk.
c Bel = Bêche, Pelle. ~
Cf. latin pala = pelle. Voy.~~ pala.
Ce mot est commun au turc et au persan ; dans cette
dernière langue il s'écrit et se prononce bil. ~J~
tchatal bel= hoyau, (m. à m. houe fourchue ).

~/
Bel bel = Bouche bée.
Ces deux particules-en apparence sans ~ignification
déterminée-précèdent le verbe ~4 baqmaq = regarder, e t
forment ainsi la locution bel bel bacmaq = regarder bouche
bée, jeter des regards ébahis et niais sur quelque chose.
Cf. sanscrit p__tl, pîlâmi = être stupéfait; copte bal= œil.
Disons, à ce propos, qu'un grand nombre de termes vagues,
usités dans les locutions de n'importe quelle langue, ont
presque invariablement pour po~nt de départ des vocables à
sens preg_s. Citons, entre beaucoup d'autres, la locutio n_
française' à la gueue leu leu', modification de l'ancienne forme ---
'~~ la queue l~_ky' ( = '~ la q~ue du loue'). Voy. dfi tug.
r( Ben (Men) Je, Moi..
= . . . . (~) d.
,~ Cf. persan L.:j"9 = id. ; finnots mtna = id. ; gondi (Inde
\~ centrale) manu = id.
On sait que dans les divers modes de la conjugaison des
verbes t. orx la eremière personne, du singulier et ~_.e!_~rie~
se place en entier à la fin du thème verbaj. Ainsi l'on .
dit ~)~' édermen = je fais, tand isque le t. ott" dit c.r~~'
lckrim; ~;~' édermiz = nous faisons, dont l'équivale nt
t. ott0 est)_,~ , éderiz ; ~ .x..;,\ étdimiz_ = nous fîmes, et t. ott"
d~ \ étdik; ~d bertimiz = nous donnâmes, et t. ott"
J~J verdik, etc. ·
NOTA. Dans un grand nombre de mots les labiales fo rtes et faibles
permutent en t. ott11 et or1 ; ainsi, t. ott11 ;.i bouz = glace, devient j,.. mou.§
en t. or1 ; )f-1.i bouynouz = corne, devient Jh moun;.;iottz; Ji.
beiiiz = teint
(du visage), devient ~ 111in,t;iz; ~ pichik = chat, devient i.!f,.:.Y!..muc/!JJfl_ ;
'.li gubré = fumier, engrais, devient •r4 gmnrt; ~ biyiq = i11oustache,
devient?:.. • miyiq; .J,..~pamouq = coton, devient ~ ma.mouq; i.:...~ biii =
mille. devient i:.f.:-. mùi ; vFzt. boundjouq = verroteries, devient f \~
mynd.faglt ; i;..J"'y. boufia!maq = être pâmé, être suffoqué, devient ~
mouiialmaq ; , ;.1~ ba~hdach = man ière de s'asseoir, comme les tailleurs, les
B
: ~.,· -

jambes croisées, devient i~.J':;- mardalc , ~ysyq = ltl eté, faiblesse,


devient~ mouzouq; ~ e11 =grain de beauté, devient~ mdi; ~
cl1 ôinmek = monter (à cheval), se mettre à califourc hon, devient~~· minmek ;
~;J.i ôeugurmek = beugler, mugir, devient i:.>...f:,~ me11.t::urme/.:; ~ bcyin =
• cerveau, cervelle, devient Cl#~ meyin ; ~you11a!aq = rond, devient ~
youmalaq ; ~bouiialmaq ::: être suffoqué, devient v-J\(;~ mou1ird111aq =
être languissant ou affaibli ; t. or1 ~~bite/tin et cJ!~ 111itc!tin = singe.

On sait, <lu reste, que ces permutations ne sont pas · rares


dans quelques autres idiomes; cf. français beugler et meugler;
latin marmor et français marbre ; grec µvuTa~ et {3uuTa~; arabe
iJ...,. mecca et ~ becca = la Mecque ; ~y.\i-. macdonès et
v-îy>·J4 bacdonès = persil ; ~ bacara, et turc ~ macara =
poulie.

0
*Bévata Virole en forme de poulie sans languette.
=
De l'italien bigutta = id.
r
fr Bit = Pou.
lT Cf. latin pedis (pediculus) = i<.~.
,
1 BitY-et Bitik (t. or')= Lettre, Billet, Missive, Ecrit, etc. ~et~
Cf. j~p_onais fuda = carte, étiquette, placard, affiche. Cf.
encore, le grec 7TtTTaKtov = brevet, diplôme, lettre; d'où
l'arménien "lf"nw~ = id.
Dérivé : .._~ bitikd:fi = l:crivain, scribe.
Bitik semble être un substantif verbal de~ bitmck =
écrire, dont le correspondant t. ott" est ~ ~ ya::maq (pour
J:+.!.~_l!!!Ïmaq = étendre ; cf. l'expression française 'coucher
sur le papier' ; quant à- la substitution du j au ._s cf. ._s~ ;1aï
et)~l:'.az été).
Penc(;ïk d::d.J titre possessoire <l'un esclave, serait.il une
variante nasalisée de bitik? L'auteur du Camousi Turki se
demande aussi si le mot Berlikdzï ( = Chancelier du Divan
Impérial) ne ser~it pas une forme altérée de Biti/(dji.

1 Bitmek (Butmek) = Pousser, Se produire, Végéter, <JW'1) ~


Crohre. /
Cf. sanscrit pufydmi = id. ; arménien pnLuw);/iL = i<l., et
•/iPPfiL = fleurir, bourgeonner, germer; grec <f>vr€V(J) (au
passif) = être engendré, naître, pousser, se produire.
A ces mots se rattacherait, peut-être, le vieux français
) 'bouter', d'où '~ou ton '.
B
(V
\)

( Bidjin ou Midjin (t. or1) = Singe. . ~ ou~-:'~~


(~ . C( la~ pisinnus = petit ~arçon, ?~m.bin ' ; berbèr~ (Kel-o~ï)
· bzddou = smge; bagrima ( Afrique) bztt = td.; grec 7T'tBrJICO<; = td.
..c> Bitchmek = Faucher, Couper.
,\ - - -
~\.J
.. ,_, . ..
( 1 Cf. sanscrit piéêayâmi = diviser, fendre, découper ; 8id,
bëdami = fendre, briser; latin mesP·rJ = faucher, moissonner.
De bitchmek dérivent : Jbî.~ bitchaq = couteau ; ~
}itchim = coupe (d'habit), forme; ~ = scie.
f / Bir=Un. J. 'r.
J (Voy, l;Ji et ~. v Ji) Cf. lithuanienpirm~ etlatin_primus=
premier; grec 7T'f?.WTO<; (s uperlatif de 7rpo ) = id. ; zend _fJ_aurvg--- - -
et paoiryô = id.
0
*Birzola = Cotelette, Riblette. ~ •-J
)j..r-·• ~
De l'italien braciola = id.
rù Biz = Pointe. . ..,,, ...
;.i
...
~

~V Cf. vieux haut-allemand spii, et anglais spike= pointe; pzke =


pique; gallois pzg = pointe; armoricain pik = pique ; breton belt,
et gallois becc = bec ; breton bez, et gallois bys = doigt.
oBiz (Miz) = Nous. ( •
r. ) .)•;.t r.•
Cf. grec i}µeîs = id. ; hongrois mi', et finnois me= id.;
tchentsu (Inde cen traie) ha me = id. Voy. d ben.

( I Bilé (Bilen.) = Avec, (autre form e de il.,' zlé). (.~...


~ ...
»~... ~
Cf. arménien pw'L = uuv, cum.
~ La langue turque n'ayant pas de mot pour la conjonction
et, celle-ci est remplacée par i'lé ou bilé= avec. Ai nsi,
l'expression ~\.;' ~' ~44 babam z'/é anam, d oit se traduire
par ' mon père et ma mère ' ; j.é_, l l:.)~ ..._r.. \ iyni bzlen
oghoul = 'le frère cadet et le fils', etc.
/ Bilik ou Pilig = Poussin, (autre forme de t±i.pilù:l:f, q. v.).
\) Ce mot, successivement répété, sert à appeler les poules
et les poulets. Voy. d.:::--J
kutchuk.
\ Binmek = Monter (un cheval), Enfourcher.
l\ \
~. Cf. grec fJalvw = monter, saillir ; fJtvÉ.w = id .
.1- *Boyar = Boyard.
~ Du slave boïar= seigneur; (but.g are boler_, transcrit comme
boliade par les historiens byzantins).
B

/ !!_oyou]!. = Cou.
Cf. malgache 110::01mg, bali bahong, sounde bioullang = cou ;
arménien r/}'J!! = id.
*Bo~nik = Campagnard bulgare. ~..· ..Y,
Du slave voi'nouk. Vulgairement, ~ (du verbe
voïom11an = se battre) signifie en bulgare 'soldat'.
...___ Le voïnik
slave, désigne l'homme en état de porter les armes. La milice.

- -
serbe s'appelle voïska.
Selon Hammcr, l'armée ottomane comptait autrefois
dans ses rangs un corps de 6,ooo bulgares, mahométans, ou
chrétiens, destinés à faire le service cie valets ou de pale-
freniers. Ce corps fut créé par Mou rad I en I 376. En
temps de paix 800 voïnouqs se rendaient à Constantinople,
chaque année, pour mettre au vert les chevaux du souverain,
des officiers du palais, etc. Voy. et cf. voïvode.
/ Bota (t. or1) = Enfant, Petit. I·· .
u &-
~

D'où ~)lit' botlamaq = enfanter, mettre bas. Cf.


sanscrit btUa = fils, et pôta_ petit d'un animal ; V(l/u =jeune
garçon; grec wal, (génitif, waiÔo<>) = enfant; latin pusus,
putus, et pusz'o = petit garçon ; fetus = progéniture; italien
putto = bambin.
Cf. e ncore, géorgien bù(;i' = enfant, fils; laze bitchy = id.;
\ otho~iébutsi fi id.; '<lpersan = ~~ i~.; k'urd' de tpeps . id.; slave
1;ztc1t, cossais it::: = t . ; esthonien poza = t ., e ozs = garçon.
( Voy. et c f. •"J
\:..'"'
pidi.
J
De botri <ll:ri ve aussi le vieux turc .,)y-''~ bodouq_ = le petit
du chameau.
Le mot bot<l porte encore le sens de tendron (de
plante). Ex.:
_.:/.·. :; ~• ~.:-<A:>
., ., \~ \ . /.~'Yr
_( .
. •
~ \;)• \_,)!._.
. .. \ ..,~
~.. ...:y.. ~
y.fb
"Là, les lièvres alertes, à la course rapide, se précipitaient
impétueusement de dessous chaque tendron."
Cf. grec cf> unis = jeune plante.
*Bodji (t. naut.) = Exclamation pour faire virer.
De l'italien poggiare = virer, tourner; ainsi l'on dit, poggia
a dcstra = virez à droite ; poggia a sùn·.ura = virez à gauche.
1
Voy. \....,_)_, \ orsa.
__
__/"
B

'\..... *Bodjourghad = Vindas, Cabestan.


Du grec fpryar17r; = id., précédé de l'italien poggia = virez ;
(\ -de là le vocable grec m"e µ7T'or,Epry<lr17r:; = cabestan.
\, \ ~o~sama~ (t. or1) = Sanglote r.
Cf. l'arménien •f"LJ.4foL et J'!}~ftL = être suffoqué par les
1
\.}

sanglots ; grec f3~x.w = tousser.


*Bodroum =Cave.
Du grec inroôpoµ~ = excavation sous terre, clapier, terrier.
/ Bora = Orag~. .
\ .De l'italien borea = vent ~u nord (e mprunt~ au grec f3opÉ~ç -
(\) = td.) ; celtique bru = pluie ; provençal bruma, et français
\ bruine = pluie fine.: Nous ne pouvons nous empêcher de
rapprocher de ces mots néo-latins le mongol borohn = pluie.
1 Voy. ~~.Y. et ~L=.~..Y. = cyclone, tornado, tourbillon.
II est à noter que le mot boura ou bouran se rencontre
dans les JnscrzptionL Jk L_Orkhon. avec le sens de ' 2..@.ge',
'pluie', etc. En Istrie et en Dalmat ie le vent du nord
s'appelle bora.
"" _*Boranitcha = Bateau plat de pêche fluviale.
Du bulgare, id.
'""\

(] O' Boron =Tube, Tuyau, Trompette.


( Y Cf. grec 7ropor:;, et latin porus = conduit, passage ; russe
borov = tuyau de poêle.
Bordj = Dette, En1prunt.
Cf. allemand borgen = emprunter ou prêter.
Ce mot turc se reproduit en vieux russe sous la forme
bortch, et avec le sens d'impôt.
o *Borda = Flanc de navire.
De l'italien borda = id.
o Boz = Gris, Cendré.
Cf. ~ue baza = noir ; grec <f>ato<; = brun, bis ; italien
biso et bigio, et fr~s bis et beige, portug~ buzio = bis, gris
noirâtre; bas-latin busius = fauve.
*Boghatch~ = Pâtisserie en forme de pain plat légère-
ment beurré.
Cf le bas-latin focacia = pain cuit sous la cendre, fouace;
B .
'->

italien focaccia, et espagnol ltogaza = id. Cf. le dicton italien


'dare pan perfocaccia '.
· Nous mentionnerons pour mémoire _le mot t. or 1 ,_lèJ:t_
bogha, inséré dans le dictionnaire de \Pavet de Courteille, \
avec le sens de 'pain mince', et <lont le diminutif aurait
~.
1
*Bforhmé let. oNttn ~lêd·~ bogéhaf~fl·d
~ ~~ = . om une toue e coton.
Cf. espagnol bocaci = boucassin.

~ ~ogho~((~1~.:'.:nd 2c~~f"..ng1ais b11ck, et sanscrit bukkd = bouc;


cf. turc lèy,· bougha = taureau.
/ ]!.oghtcha = Liasse, Paquet, Ballot.
Ce mot est commun au turc et au persan. Quant à son
origine, elle est revendiquée par : (1°) le turc, qui le fait
dériver du verbe ~,; boghmaq = serrer, étrangler1 d'où
~Y. boghoum = n~ud, nodosité, articulation, et ~WJ-!
boghmac(ja ou 4...#'~ .. boghtclza = liasse; (2°) le persan,
qui possède le radic~l tY. bouglt = paquet, e1:veloppe, dont
le dipimîfif fait ~~)-! boughtcha, ou A...~J-! boghdjamé
(composé de bough = enveloppe, et djamé = vêtement, habit,
linge); enfin, (3°) le gaulois latinisé bulga =sac (sacculos scorteos,
selon Festus), qui se présente en vieux français sous la forme
boge ou bouge, et dont le diminutif bo11gette a donné plus tard
budget.
Nous ne mentionnerons qu'incidemment le grec mne
µ-1r(yyov = 'liasse', tiré du persan, ainsi que l'arabe ~ bokcha,
qui n'est qu'une transcription de notre vocable t. ote.
1 Boghry, Boghra, Bogho~ (t. or1) =Chameau en rut..JY.J-! t YY- ,w/Y
('. Cf. hébreu '1iM.!l biihitr = jeune homme Rlein de fq_rc~,
( yJ correspondant à l'a~ békir = id.
\U )
En t. or 1 boghra comporte aussi le sens de 'mets de
Jar~~~.. '~spèce de purée', et à ce point de vue, il rappelle le
mot françaï? 'püreër; a ont l'étymologie n'est pas encore bien
définie. Nous ferons observer, à ce propos, que, grâce au
développement des communications internationales, certains
noms de plats orientaux se sont introduits dans les langues
occidentales, tels que pilau, couscoussou, kébab, halva,
yoghourt, · etc.
B

(\ Boq = Excrément (en général). J,-.'


\U Cf. anglais mue!.:= iù., et bog = fange, bourbe, mare, (d'o ù
boJ[housc. = cabinet d'aisance); latin [oex = excrément, et
baca = cr utt in de chèvre ou de m ou ton ; sanscrit busa =
fiente sèche d e vache.
On a dit, " le latin, dans les m ots, brave l'hon nêteté ";
avouons que c'es t un peu le cas de toutes les langues, clans
certaines circo nstances d o nn ées. Ce vocable, si peu poétique,
mais dont l'éq ui vale nt frança is s 'est déjà réhabilité sous la
plt1tnl'. du plus fameux rom ancie r-p oète du xixc siècle, sert à
remplacer, dans le parler vul gaire turc, en le ur donn ant une
é nergie laconique, des expressions telles que: 'sans im-----
purtance.' 'sans valeur,' 'sans p ro fit,' ' mauvais,' 'inutile-.
ment,' 'danger,' ' complication,' 'conséquence f;1cheusc,'
'hardes et chiffo ns,' etc., etc.

ri
y
·
= ( r0 )
. (2°) Abondan t.
Large,
Cf. sanscrit pula grand , vaste, et /mnt = nombreux ;
=
grec 7roÀu et 'TrOÀÀ.1] = id. ; australien ( ocd) boui et boula =
abondance ; tamil pel = beau co up; alle~d voll~ et a nglais
full= plein ; ersan ~~ !ml. = "bondant, e n grande qu an ti té
(d'o ù J;...~ /;ulkùwu: = qui a beaucoup <le <lés irs o.u d'aspira-
tions); russe polno = p leinem ent; latin plus, arménien Jne•L =
nom b rcu x, beaucoup.
'~Bolou1 Vocable formatif de noms de vi1lcs.
l J Ex.: i-)'~ G/libolou.( = Gallipol i) ; J
.Y.~ Tirébolou ( =
V Tripoli du P o nt ) ; Jr.-i~ Ymnbolou; Jy,A::..~-' Aklttabolou ;
Jy,~ K!taïrébolou ; J_,~k....,j Castmnbolou Jy ~\
l11ébo!ou, etc. Du grec 7TuÀ.Lr; = ville.
/ Bolmag (t. or 1) = Être, Devenir:
Syn. de ~' \ 0!111aq.J seu 1 usité en t. ott", sauf tians la
locution dAl.: bilél.:i111_, contractée du t. or' ~~)! bo!akù!!_. et
qui est une autre forme de ~ AlJ_I ola l.:i, correspondant au
persan__b~ boul.:i = qu'il soit! qu 'i l advienne! pllit au c iel
que . . . -etc.
Cf. grec 7rÉ'A.w ou 7r€Àoµai =être, devenir.
.o *Bonéta = Bonnet.
De l'italien bonnetta, ou de l'espagnol bonete; car ce mot
t urc désignait autrefois la coiffure p.trticul ière au x Israélites
()'
B
~ @

espagnols, et dont la disparition est due à l'influence


réformatrice de l'illustre famille A. Camondo de Con-
stantinople. Voy. ~ ~) \J cavéza.
(\ oBeuru_ (t. or1) = Loup. i...S.J.Y.
1
Cf. arménien pnf'/; = hyène; latin fera = bête sauvage; on
sait qu'a.ux yeux du peuple le loup est la 'bête féroce' par
excellence. Cf. australien ( occ1) boreang_ = chie n.
11 Beuyµk (Biyik) = Grand, (variété de~ big~, .q.v.). (~) d.r.:'
(\ Cf. islandais mieuk = grandement ; grec µÉryaç = grand ;
111
anglais big = gros.
Pour la mutation du b en m, voy.,J bi:;.
o Beurté (t. or1) = Cheval de charge. t.:i__;J~
\1 Cf. latin burdo = bête de somme, mulet ; français bardot, et
J italien bardotto = bête de som me.

9 Beurek = Sorte de gâteau.


Ce mot est commun au turc et au persan ; cf. sansc.rit
pûrikâ = sorte de pâtisserie sans levain et frite. L e français
brioche pourrait être allié à notre mot turc. Le persan
possède aussi le mot ~,, burl, qui porte le même sens.

© Beugur = Flanc, Côte, H ypochondre.


Cf. dialectes de l'Australie (occ'e) bou.11goul boungalla, et
boukar/g = lombes.
Les d érivés de ce vocable turc sont : ( 1°) J,S~ beug rek =
rognon, reins; (2°) ~::1(,..1 beugrzt/1f! (p;ut-être t..f~sJ::'
beugrektché = petit rog non) = d olic, phaséole ; espèce d e
haricots nains. Le beugrek turc s'est transformé e n russe
en boubreg_ = rognon (des animaux) .
. ( 1 '7 . ,?
o B eugurmek . (Mungurmek) = Beug1er, M ug1r. (~ Vf_JJ.).jJ..... ) ""-"~Y_,~
......
Nous considérons ce verbe com me une onomatopée, ne
pouvant naturellement lui attribuer l'origine buculus que l'on
assigne à son synonyme français 'beugler', dont cependant
l'identité, comme sens et comme lettre, avec notre mot tu rc
n'a pas besoin d'être signalée. Cf. au reste 'me ug le r ', et
voy. d-.~ mélémek.
Beug_urmek et J..~__,, eugurmek sont synonymes.
B

Beulmek = Partager, Di viser.


~ D'où ~)'! beulu~ = détachement (de soldats), peloton,
Ü
l compagnie; (cf. rus~olke = régiment); ~~ beulmé =
cloison, séparation. Cf. sanscrit bt'ldmi = fendre; sumérien
r
balag = séparer, divisè_r.; assyrien balangt! =action de diviser;
û~\ ;;_ ~bilé = partager; russe pol = moitié.

, / Bu = Tarentul~ (que les Persans nomment ..r./4.J..l:>..


~ J r. kha yegz'r et~-> dtylé1nek).
Ce mot turc ne nous semble pas représenter le n·om
générique de cet insecte venimeux ; nous serions enclin
à y voir une sorte d'exclamation enfantine, exprimant la
terreur qu'inspire la vue d'un objet effrayant ou hideux.
Ainsi envisagé, on pourrait le comparer au gallois l!Jy = objet
1 de terreur; à l'anglais!!,.!!,{_ (dans ' bugbear ', ' bugaboo '), etc.
D 'ailleurs, beu ! est une exclamation terrorisante, d 'un emploi
courant chez les Turcs, comme bua (en italien) et bobo (en
français) le son, pour exprimer un mal ou une douleur.
(\ *Buyan ou Biyan (vulg_o Miyan) keuku Jj '..;.)~ou ~Ç7 -
\ ~ = Racine de réglisse.
Du latin radix pœonia.
Le 'jus de réglisse' s'appelle J4 ~~ mzyan bdly.
1 / But11n =
(
Entie~
Cf. zirianicn .bu4. et votiak budes = tout; basque betlte= plein.
/ *lludj6 = Budget.
( 1 Du français budget. . Ce mot présente une homonymie
\) fortuite avec le turc AF'J-! boghtché = paquet, rouleau, liasse.
Mais voyez ce dernier mot.
('\ Budju = Épouvantail, Croquemitaine.
(\ 'V Cf. koaaia bogie = id.; anglais bogey ou bogy = spectre,
revenant.
Buz (t. or1) = Tissu de lin.
Du grec fJvuuor;, latin byssus.
Cf. encore, hébreu ~! bü~= lin, étoffe de lin ; arabe) bezz =
cotonnade, étoffe ; aanacrit vas = vêtement, étoffe ; arménien
plr~lr'L = étoffe fine de lin.
B

éf) Buk (t. or 1


) = Bois, Forêt.
'\ Cf. allemand busclz, bas-latin boscus, néerlandais bos, anglais
bush= id.
' Le persan possède ce mot sous la forme~ bek et avec
( le sens de·' maquis' ou ' maki'.
(~1- 0uksé (t. or') = Partie du corps supérieure à la ceinture,
(V 1
Poitrine, Dos.
Ce vocable existe aussi en persan, sous la forme
~ buksé.
Cf. le bas-latin busca_ = tronc d'arbre, bûche, et par
/ analogie, tronc humain ; (ce mot dérive, comme on sait,
,( du latin boscus ou buscus = bois, d'où allemand ~, . et anglais
y é_~s!z; le persan a ~ biché). Selon Gachet, Je bas-latjn busca
(ou, par la transposition des consonnes médiales, bucsa) se
serait transformé en bus/a ( = arbor ramis truncata), et de là
/ serai_e nt venus le provençal bus_t, l'italien busto~ et !~ _ français
buste, qui traduisent exactement notre \'Ocable turco-persan.
~-: Bugé = Taon.
\ ') Cf. grec fv'ia et grec mne µv'i"fa = mouche. Ce mot s'écrit
\. aussi ~~X bugélek, d'où la forme invertie ~~J kupélek
du turc or 1•
Bnkmek = Tordre, Courber, Plier.
Cf. sanscrit bùj, b'ufami = courber, et bak = tordre ;
gothique bug= incliner, courber; gaélique bac et boglt = tnrdre,
plier, ployer ; nordique buga = id.; cymrique bachu = plier,
tordre ; vieux haut-allemand biugan et bogen = courber ; allemand
beugen et bzïcken = id.
/ Bugri = Recourbé, Crochu.
( ,~ .Cf sanscrit 'z:akra = id. ; telugu (In.de méridionale) vancara
\-' - 1d.; français bancal et bancroclte = id.
*Bunek (t. or1) = Arrhes. '-oa,~)
C( latin pignus = gage ; anglais pawn = id. ; persan dJi
bu11ek = signe, indice.
Ç\ Bou (Bol) = Ce, Cette.
\) Cf. sumérien bi = id . (ex.: ttd-bia = en ce joill}; médique
11bbo et appo =ce (neutre); kiranti (Népal) wo =ceci; newar
r.l
,~
B .J

(ibid.) wo = cela; bodo (Bengale) imbo = ce ; kurgi (Inde


méridionale) ivu = id.
La liquide qui termine la forme t. or 1 de ce prono m
démonstratif et de ses deux autres congénères J~ chol
et J)\ ol = celà, ou celui-là, ne semble pas faire essentielle-
ment partie de ces vocables; elle parait remplir plutôt un
rôle euphonique consistant, très-probablement, à prévenir les
hiatus dans des expression s telles que bou-ourg h an = cette
corde, o-adam = cet homme-là, etc.
On est amené à cette conclusion, en présence du pronom
personnel persan .,,, o = il, lui, qui correspond au turc ol = id.,
et des pronoms d ~monstrntifs slaves; savoir: ~erbe evo, eto2_
eno ; bulgare sôï, toï, noï; vieux-russe z'eto, oto, v oto. Il es t vrai
que le bulgare EOss4_de également les formes sol, toi, nof; dans
les expressions solkuva = ~utant que ceci, tolkuva = autant
que.celà, et uolkuva = autant que celui-là; mais cette va rié té
ne semble pas avoir une origine très-ancienne.
[" &;sout (Fout ·et Pout) = Gigot, Cuisse.
'--
(C'J-!
-.....
et C'_,_;) ~.Y.
L Cf. sanscrit pl1tt] = les fesses ; grec 7roÔwv = pied ; hova 1·itsy,
sakalava vity, et malai betis =jambe; anglais.foot, allemand ji1ss=
pied ; japonais oido = (haut de la) cuisse, gigot.
Boudjac = ( 1°) Coin, (2°) Région, Contrée. Jb:-.Y.
(\ Comme Jb:-7 ) \.j'l_j tatar-bouri.fag!ty = la région des
1· \ Tatares, c'est-à-d ire , la ' Bessarabie'. Ce vocable parait
avoir la même acception que le russe oukraïna ou le gothique
111arl.:a.
Cf. basque muga = frontière. Nous croyons, cependrrnt,
qu e bomijaq procède de la même origine que l'arménien 1//,1lw~
= territoire, régi o n. Cette orig ine se trouverait-elle dans le
zend vnt>jo _? (Cf. l'expressiotl géographique bactricn nc :
arJ1ana vm:fo = la station des a ryas.) Cf. encore, grec ÙYy'Y)
( = région, demeure), auquel nous pourrions assimiler le turc
J~J\ odjaq = foyer, domici le ; comme dan s la locutio n :
JJ?. ~ c;::J\J_,\ otou odj(~t;lty )'Oq ='qui n'a n i feu ni lieu '
( m . a m. 111 .oycr ') .
, ' . r
. '
/ Boudamaq . = Emonder, E !attu
,, cr.
Cf. latin p11to = ici. ; arménien JocnlrL = id .

... ' .
B
CJ w ~
.

~· Boudyq = Putois. \,)


.. .j.J
.
Cf. sanscrit jJ'/Uika = putois, du verbe pûy = puer, pourrir ;
latin pueo = id., d'où putacius = putois (à cause de l'odeur
infecte qu 'il exhaJe).
Jlouran et Bouragh~ .(t. or1) = Tempête, Tourbillon. ~k)y, et ~~Y
~ C( coréen fouran et paran = vent. Bouran et bourak
~~ existent aussi en russe avec le même sens. Bouran, bouraglian,
sont des participes présents du verbe ~..J.Y. bourmaq =tordre,
tortiller, e t désignent ainsi, propreme nt, ' un vent impétueux
qui souffle en t ournoyant'; de même que -~\.ë\1'\ ouraghan =
coup de vent impétue ux, ouragan, (en t. or1 l;))~)\ urgun =
tempête, typhon), est le participe présent de Z,;;..,....J)' ourmaq =
frapper. Notons, pour mémoire, que la plupart des lexico-
g raphes font venir ou1'ag-an de la langue des Caraïbes, dans
laquelle hurakan désignait le dieu de la tempête, et dont
l'~sp irée initiale s'est conservée dans le huracan espagnol, et le
furactio portugais. Voy. et cf. ~ .y, bora.
*Bourina (t. naut.) = Bouline.
De l'italien buri·na = id. Le français bouline semble être
une forme altérée de l'anglais' bowline '.
oBourout.. (t. or1) = Moustache. _. ,...
I •• +
~,,,~.
1

Cf. allemand bart = barbe ; anglais beard = id. ; bulgare et


russe brada et borodie = barbe, poil, menton.
Bourout est d'orig ine persane ; il est allié à J.I \
ébrou = sourcil : cf. l'expression J.f. \ ..)\.;- tc!tar ebrou (litt•
'à quatre sourcils ') = éphèbe, jeun e homme pubère, dont
les moustaches viennent d'avo ir l'épaisseur de ses sourcils.
Ce mot s'écrit aussi J i burozt, et sous cette dernière fo rm~ il
porte spécialement le sens de 'mous tache'.
/ Bouroun ( t. or1) = Ava nt.
(\ ('U~..t! bourna, et .hJ: bouroungjzy =premier, ci -devant. )
\ \) Ce mot semble avoir pour radical le nom de nombre ..J.
bir = un. Cf. grec wpo, 7Tpf:z,• = avant, àevant; wpwrJV =
d'abord ; 7rpwt et 7Tovpvov = de bonne heure; zend paurva =
pre mier, avant; paouru;1è = d'abord, ava nt; paourvim =
commencement, origine ; sanscrit pûrva = avant, et puras
= devant, avant, en face; vieux persan paruva, slave privu,
B

latin prius = i<l., <.:t primus ; grec 7rpoµoç = premier; 7rapo~ =

c~
l,'Û
. dès l'avant, et 7ropf)(tJ = en avant ; lycien przya = premier
sanscrit pra, et indo-européen pro, lithuanien pra, gothique fra
irlandais fur, slave pro = dcv;1 nt, en avant ; allemand vonl =
devant ; anglais forr, afort" br.fore, etc.
Cf. encore, zendfratema, vieux persanfratama, parsipahlum,
et pehlevipahrt2m (adj. num 1) =le premier, le meilleur. Bouroun
signifie aussi 'commencement', ex.:~ r.5'JJ! l.:)J gun bournou
hilé = d ès la pn.:mière apparition <lu jour, (Babernamé, p. 326).
Comme expression géographique bouroun signifie 'cap'; j
ainsi: JJJ. ~\ u.mid bournou ='Cap de (bonne) espérance'; 1
1
1 l..:.i')J~ j)'! bo= bouroun = cap g ris, etc. 1
~
1 / Bouroun (Mouroun) ~ Nez. <<:.1J_;rl "-'J.J.Y. 1
(\ Cf. grec 7Tp_wv et 7Tpriwv = éminence, sommet; 7Tf1JV~~ =
'~ penché en avant ; latin pronus = id. Cf. encore, l'espagnol
morro, le grec m"c µovp1J, provençal mor, et vieux français mourre
= m·useau.
On sait que le radical 11zor ou 1nour est généralement
répandu dans les langues néo-latines; nous citerons, entre
autres, le français 111oraz'lles = tenaill~ qui -servent à pincer
le nez des chevaux difficiles à ferrer.
Pour la mutation des labiales, voy. d. ben.
/ Bowmaq = Tordre.
C( arabe ~ t
berrem = id.; ex.: µ )\
<:-/. berremt rryqbete
= tordre le cou. Cf. encore, vieux anglais wrien = tordre,
et wry ou awry = tordu. tors ; arménien "ll'~lrL = tordre,
entortiller.
De cc verbe vient )Ji bourou et y=J:i ~ bourount,y_ =
colique, tranchées. De même. l.:)~_Y. bour<m { = vent orageux
suivi de neige) est un substanti f verbal de bourmaq.
. ~}Bouz (Mouz) = Glace.
( (·.~) ...,
j~ )~~

Cf. yerukala (Inde centrale) 111us11nu = froid.


(
Bouzaghy = Veau, Faon.
l'~ Cf. grec /3oûç = l>œuf; latin bos = id. De même, grec
µoa"X.O\ =veau; arménien ,/;,,lft = id.
La forme primitive turque parait être ~~y bou::aglt ou
J~Y, bouzaq, le suffixe agit ou aq étant la part icule diminuti ve.
B .
'-'

(\ Bough = Vapeur.
'lu Cf. anglais fog = brouillard ; persan ~ = id. ; arménien
,ri:,, = id.
Bough = Ch~f,_ Seigneur.
D•où ~4 bach-bough = commandant en chef. Cf.
~J slave bogh = Dieu. Quelle affinité pourrait-il exister entre
u ce dernier mot et le vieux turc /Jr meu~gu ( = qui dure,
Dieu), d'où le nom propre ,_s~ ) t j Y!- meungu - berdt'
(='Dieudonné,' correspondant au t. ottn '-5~) '~ khuda-
verdz', ou t.S'-?.J.,J ill \ allahverdz) ?
~=Taureau.
Cf. basque bi'ga = génisse ; anglais bull= taureau, et buck,
allemand bock, (anglo-saxon bucca) = le mâle de certains
ruminants, spécialement, des chevreuils, chamois, etc. ; russe
vol = taureau.
C\'-- *Boughada = Lessive.
' De l'italien bucato = id. ; cf. français buée, espagnol et
provença..l bugada = id.

()*Boucal = Bouteille.
De l'italien boccale; français et espagnol bocal; vieux français
cv boucal; bas-latin baucale ; grec fJau1Ca°'A.tov = vase de terre ou
de cuivre à goulot étroit ; grec mne fJau1CaÀt<; = carafe.
t Boulissa = Titre d'honneur,
accordé autrefois aux femmes israélites établies en Turquie.
On explique ce mot par l1expression hébraïque n~~:i Ji'-,V~
• - - - - ;I"'

pat!!_eth (hab-bayz'tlt) = maîtresse (de maison), prononcé boletz.


On sait que chez les juifs allemands, le kametz a la valeur
de o, tandisque chez les juifs espagnols, il exprime le son
de a. De même, les israélites allemands donnent au taph
le son de tz ou s.
Baaleth correspond à l1assyrien bélt"t = dame, qui est le
féminin de béluv = seigneur. C( arabe ~ b'al = maître,
époux mari, dont le féminin fait ~ b'alet.
Qnoulout = Nuage.
· Cf. anglo-saxon brodlt = vapeur.
B

0 *Boulgar-daghy = Nom d'une des montagnes


composant la chaîne du Taurus.
Cette dénomination turque, qui s ignifie m. à m. ' le m o nt
des Bulgares ', es t une altération de ~U, l.iy. boug {w daglty
= 'le mont <lu Taureau', traductio n du nom grec de cette
chaîne de montagnes, dont les de ux autres massifs se
nomment tl1 ~Ï ala-daglt, et Ê_l.b j,jJY,. y oldou:::-daglt. f.

() 'x'Boulgari = Pe tit instrument de mus ique à cordes.


De .J~ boulgar =bulgare. Cf. )~i.i,?, y1mgha1:.
~ :J«Bounatcha = Bonace, Calme.
De l'italien bonaccia (dialecte vénit ie n bona::::::a ) = id.
o *Bragha (t. naut. ) = Brague.
De l' italien braga = id.
>K<Bratcha (t. naut.) = · Brasser, 1 'ourner les vergues de .i.~~
façon que le vent donne dans les voiles.
De l'italien bracciare = brasser.
~ *Branda (t. naut. ) = Branle, Hama c.
De l'italien branda = id. 1
0 *Brouchko = Piquant (vin ). ~ 1 !
T---').f. •
De l'italien brusco = aigre; ( le synonyme français brusque
dérive de ce dernier).
( *Brytchka = Voiture légère à un cheval. J..iGs:•
,... f
1

Du russe brz's/.:,i = cabriolet, petite calèche.


Paï = Part, Portion, Lot. "-..,

t(
Cf. sanscrit bâ..f = portion, partage ; arménien pUl'f = id.
( \}
Dans l'acception de ' part du butin', ce mot turc a été
arabisé en j [éï = butin (synonyme. de ~; gltanimet).
Paï d ésigne en hindoustani la 192c partie de la roupie,
monnaie d'argent des Indes anglaises. ( On sait que la roupie
se subdivise en 16 anas, et l'ana en 12 pais.)
Dans le Turkestan chinois un ~ ~ paya (ou ~ ~ vaya)
équivaut à un tenga (soit o,r o kopecks à Kachghar).
/ Païtaq = · Cagneux, A jambes arquées.
(,\ Cf. latin vatius = id. Au jeu d'échecs païtaq désigne le
\1J 'pion ', et il dérive du persan s~~ piyadé, arabisé (par
!',intervention du pehlevi) en ,·~\ ~ baidaq = fantassin, piéton.
Cf. encore, malai pada, et javanais podo = pied ; grec 7roui;
(gén. 7roôoç) = id.
o*Païdos = Relâche, Cessation de travail. V"")
~\..,
...,
/ Ce mot nous parait être composé de JV paï, impératif du
y

·n verbe persan ~~l~ payiden = rester, s'arrêter, durer, et de


[ VWJ~ dos pour dost = ami; le set.1S du mot serait donc 'arrête
ou cesse, ami!' Quant à l'élision de la consonne finale,
cf. les mots : ~,j\;. yades, pour 1..::••••,••J..)Y, yad-est = ' gage
to uché!' (m. à m. 'c'est une remémoration'); v?t)~ padaclL,
pour ~ \'-"~ padacl1t = récompense.
~ *Papara = Espèce de soupe de pain.
Ce terme s'emploie ordinairement au figuré pour désigner
toute <J'lose insipide ou répugnante. Du latin papparium =
aliment des enfants qu'on sèvre, bouillon.
Papara est allié à ~~lapa, q.v.
y

o *Papazi = Born basin .


. Du grec mn~ 7raµ,7rat1) = basin.. Or, 'basin' est une forme
tronquée de 'bombasin ', lequel dérive du grec {3aµ,f3aKiov =
coton, d'où le bas-latin bambacium.
I 2
p u,.

1 g- *Papas = Prêtre.
Du grec 7ra7r7raç = id.
Par suite d'une identité de forme, ce mot, da ns le langage
du bas peuple, est confondu avec LtW~~ païas = paillasson
(du français 'paillasse', pour ' pai llas son ').
r~ *Papaghan = Perroquet, Papegai. 1..:) ~"I I

De l'italien pappagallo = id.


*Papi (t. or 1) = Canard.
D u grec 1n"c \ = caneton, canette, et
7ra7r7r'
'
7TU7T7rta = cane
et canard.
Pat ~V
.• '1
V

Mot imitatif <lu bruit d'une explosio n, de la chute


soudaine d'un objet lourd, ou de l'ap plication vigoureuse
et sonore d'un coup. Il équivaut aux interjections et
onomatopées françaises vlan, pan, paff, patatras.
Dérivé: "';...lJ\..i patlamaq = crever, éclater, faire explosion.
1 •

Ne pas confondre ce mot (comme on le fait souvent par


ignorance, ou sciemment, par malice) avec œll,j·_'1 bot!mnaq
= enfanter, mettre au monde; i...S~~ patyrdy (d~~l~
patyrdamaq) = bruit de pas, vacarme, brouhaha; ce mot a
pour variantes .i..S~ l..J tajJ)!__rdy ou ~~~li tapy_ldY..
Cf. arménien U/UUP'1L = crever, faire explosion ; sanscrit
pâta = chute, et pâtayâmi = choir.
*Pata = Égalité de parties (au jeu).
De l'italien patta (du verbe pattare = égaliser) = paix,
quitte; 'parie pat/a' = quitte à quitte.
*Patates = Pomme de terre, Patate.
De l'italien batatas = id. Signalons encore l'arabe ~\...\..)
bedet, synonyme de ~L..S' kemet = truffe.
/ *Pataq = Coup, Horion.
D'où le verbe J.--tlili~ pataq!amaq_! reproduction exacte
<le l'italien batacchiare. = bâtonner, administrer la bastonnade.
Ce dernier vient de bataccltia ( = coup de bâton), tiré lui-
méme de batacclzio = trique. Cf. aussi, Je grec mnc 7rararyf, =
claque, choc, d'où 'Tre&Ta"fÉw et 7raraqqw = battre ; Je russe
batog = ?upplice de la bastonnade.
p u.,

I *Pataca = Écriteau, Etiquette.


Du grec 7rtTTu1uov = index. Cf. arménien "l/iu11u~ = lettre.
Ce mot turc n'est qu 'une variante de i...i:ti biti (t. or1 ~';..)_
}it~k) =écrit, missive, lettre, billet. ba-ns l'Asie Mineure ce
mot se prononce fitiq.
(} *Patik (expression enfantine) = Soulier.
Ce mot d érive du verbe grec 7raTt., = marcher, fouler.
Mais cf. aussi le persan~~ = sandale, et le russe péta = pied.

*Patyca = Grèbe.
De l'arménien pw'f/,~ = petit canard.

*Patrona = Vice-a1niral, et Vaisseau du m ême.


De l'italien padronc = pavillon du vice-amiral.

; *Patryq = Patriar~he. . . . .., 1,...


'-'··T°
Du grec 71'aTpiapx_17~ = id. ; arménien "ltuuip/uur.p = 1d.
Le mot <Y:J~ batrJ'q sert à désig ner aussi un 'patrice'
dans les ouvrages historiq ues arabes de l'époque byzantine.

*Paracata (t. de pêche) = Palancre ou Palangre. ~ü\,l


. / .,

Du grec m c 7rapœyaT1] = id.


0

· *Parakit = Loch.
De l'italien barchetta = bachot, barquette.

O *Part = Ve ntre, Panse. ~,l,


_,, .,
Cf. matai prout = ventre, et isi prout = le contenu du
ventre, c'est-à-dire, 'les boyaux'; arménien "lnl1u1 = nombril ;
cf. encore, le grec 7rp~Ow = gonfler, enfler.

(~*Parsa = Collecte faite par les acteurs, après une ,t_: '..)
:J .,
~ représenta tion , dans les théâtres forains.
· On explique généralement ce mot exotique par l'italien
farsa = farce, c'est-à-dire : 'il danaio o la mercede della
farsa,' soit le denier ou la récompense de la farse.
Notons, pour mémoire, le persan c1;.w.Jl~ parsa = qu émanderie.
Nous nous permettons de signaler encore, le grec
<f>apuoi;, et le latin pars = part, portion; donc l'ex pression
~14_,b u-?.c1;.w.J~ parsayt' toplamaq, pourrait se traduire par
p ,.
"'-'

'faire la quête de la part' (revenant aux acteurs, à titre de


rétribution ou de rémunération).
Doit-on voir, ~nfin, dans ce mot, une altération <le l'italien
borsa = bourse, et donner à la locution susénoncée le sens de
' faire circuler la bourse '?
*Pastav = Pièce de drap.
Du polonais, id.

*Pascalia = Pâques. ~~
•• y

Du grec 7T'aO'xaÀ.tà = id. . La fête de Noël est désignée_ -----T


chez les Turcs par l'expression 'petites Pâques', tandisque la
fête de Pâques prend le nom de' grandes Pâques'.
*Pala= · Épé·e coùrte et large, Rame (d'embarcation). .,
De l'italien pala = pelle, aube de roue, palet"' ~. Cf. latin
pala = pelle, bêche, omoplate; malgache fala ou ampala =
plat, paume (de la main) ; batta et maghindano palak = id. 1
1

l
Cf. enfin, l'assyrien pala = glaive ou hache.
Palaz = Caneton. )
. ~lJ.,
. Cf. latin fuiix =foulque (espèce de poule d'eau); grec
1T'wÀ.o~ = petit d'oiseau ; Golfe St. Vincent et Port Philippe
1

pallo -_ oiseau. Cf. ~ pilid:f.


'
*Palastoupa = Ecouvillon.
De I'italienpalo-stopa =·· Cm. à m.)' perche à étoupe'.
*Palasca = Giberne.
Du hongrois, id. Mais cf. aussi, le bas-latin pilasca = vas
vinarium ex corio (Isidore), d'où le français flasque= poire
à poudre des chasseurs.
*Palamar = Amarre, Cable, Haussière.
Du grec mne 7T'aÀ.aµapi = id.

*Palamoud (poisson) = Pélamide.


Du grec 7T'aÀ.aµuôa = espèce de thon.
*Palamoud = Gland (de chêne), Valonnée.
Du gre-c /3aÀ.aviôi = id. N.~ pas confondre ce mot turc
avec le nom du poisson 'pélamide', qui s'écrit de la même
.'
mamere.
p w
't

0;;~Palanca = Retranchement formé de pièces de bois.


Du latin palanga = pieu, d'où le français palanque = camp
retranché défendu par des murailles-·de pieux.
· Notre mot turc est emprunté d_u hongrois; il en est de
même de plusieurs autres termes militaires et de fortifications.
<Y*Palanco = Palan. . ~.,
···H,
De l'italien, id.

/ -
b ouq = @ ton.
(fam, ~

Du grec {3aµ.,{3aKwv = id. ; italien bambagio = id. Cf. le


latin bombix, et grec {3oµ{3u~ = soie. Le persan ~ penbé =
coton, se rattache à ces derniers.
L'orthographe m e J~ pamouq n'est par recommandable.
0

*Panayir =Foire.
/ Du grec 7TaV~"fUptS (grec m e 0
7TaV'l'}"fVP") = panégyrie.
Ce
inot est composé de Trdv = tout, et à"jup[ç = réunion ; fête ou
assem blée de toute la Grèce, qui se tenait à Athènes tous les
cinq an s. Cicéron (ad Attic.) traduit ce mot par 11undinœ,

}f
c'est-à-dire, marché, ou foire, sens qui s'attache a ux panayir
de nos jours.
*Pandjour = Abat-jour, Persienne. _)~'.,
.\.
~\ ' Du français abat-jour.
La nasalisation du vocable turc est
~ due à l'influence .de~~ pend.féré ( = fenêtre), q.v.
*Panco = Banc, Table.
De l'italien banco et panca = banc. Le mot turc ~ péké
(q.v.) sera it-il une corruption de ces vocables italiens?
*Palanga = Palanque, Palissade.
De l'italien palanca = id. Voy. ~ .féleng.
*Palavroz = Fanfaron, Vantard. .
J)_))
~\
;
Du grec TraÀ.af3oi;; = sot. Cf. espagnol palabra = parole.
Péï = Arrhes, Denier à Dieu.
Cf latin pignus = gage; italien pegno = id.
*Petchéta = Serviette.
(" /
1 D e l'italien ~ piécette (sous-entendu di lino = de
·~ linge). Cf. encore, l'italien pezzoto = voilette (de femme).
Ce mot est également usité dans le sens de peseta,
monnaie d 'argent espagnole.
p

*Pédavra = Bardeau, Volige, La tte .


Du grec 7rfraupov = id.

*Pérésé = N iveau (mesure d e maçon, de cha rpentier, d e


paveur, etc. ).
Au figuré, pérésé s'emploie da n s le sens d e 'situation',
' éta t ', ' point', etc.
Pérésé ne présente pas le ca rac t è re d 'u n voca ble
essentiellement turc. Le persan n'o ffr e pas, no n plus, un
terme analogue. Serait-ce donc un m o t affilié au grec
. ~~ -;

7rap,aor; = égal, sur Je même pied ?

*Pérémé = Bac.
Du grec 7rÉpaµa = ( 1°) gué, (2") b ac, trail le.
Pe ut-être y aurait-il que lq ue fil ia ti on ent re ces m ots et
l'allemand pralun, l'anglais prame, e t le danois pram = so rte de
fo rt bateau à rames et à vo iles, à fond pla t, des ti né au
.
transport des troupes et de l'artillerie .
Enfin, l'antique biremis sera it-il po ur quelq ue chose d ans
la forma ti o n du m ot qui nous occu pe?
*Perens = Prince.
Uu français, id. Ce mot est d 'intro<luc ti 0n récente ; on se
se rva it autrefois du· mot~~ pirintclt, .e m p runté à l'allemand
prinz . Quant à l'expression ~ f{jJ, pirùttdz be)'ligi =
princ ipauté, elle est formée du m o t italien prùtcijJe, avec
affi xe de la pa rticule qualificative hl.:. On d isa it au tre foi s
~ tf..1: -"l.i.r• m onaco j>iri11tch béy!igt = la Princ ipat· té de
M o naco.
*Perouca = Perruque.
De l'italien parrucca. De là a ussi .JIS)..J~ p erou/.:iar = coiffeur,
qui reproduit exactement l'italien perntccllicre = perr u quier.

Pek = Très, Fort, Solide, Dur.


Cf. rh;eto-romancb fig = (adverbe) très; latin 'i' l:r: = d iffici k -
m e nt, à peine. Voy. et cf. ~ berk

*Péké = Banc.
Du persan .)~~\ pagialt = marchepied, b a n c. Mais, voy. e t
cf. _,.ii ~ panco.
-------
p

*Pestil = Pâte de fruits écrasés et séchés en lames


minces.
Du latin pastilla, pluriel du neutre pastillum, racine pasta,
(Màrcus EmpirZ:Cus). On peut rapprocher également le
moyen haut-allemand wastel, et le breton gwastel = gâteau.
~Pelté = Gelée (mets).
f . Du persan b''-'}\~ = id. Cf. grec 7rOÀToç et 7TOÀcpo~ =
bouillie ; latin puls, pultis, pulpa, pulmentum.
Pénir = Fromage.
Cf. arménien"/'""'/'/' = id. ; persan~ pénÙ' = id.
*Pentafil = Quintefeuille.
Du grec '71'€VTa<fwÀÀov = id.
*Pendjéré = Fen ê tre.
Du persan pend.fer = cage, grillage, e t, par extension,
',fenêtre à grillage.' Cf. aussi, sanscrit pùi.fara = cage.
=1:'Pendjik = 'l'itre de possession d'un esclave. ~
... "'
Du grec 7TtTTa"to11 = brevet, bref. Voy. ~ bitil.:.
:t:'Piata = Assiette. ..y

De l'italien piatto = plat, plateau, assiette.


;.<:Pianco = Loterie. y;···w
••y

De l'italien b1anco = blanc, couleur des lots gagnants,


d'après le système de loterie pratiqué autrefois dans certaines
parties de l'Italie, au moyen d'un jeu de cartes, dont les unes
étaient blanches, les autres noires.
Pidj = Petit, Chétif, Enfant. ('-!
Cf. sanscrit vatsa = petit (d'animal) ; persan ~ betclté =
id. ; géorgien bosclty = e nfant; cymrique bach = petit, et bidan =
homme faible ; gaelique hidcaclt = menu, et bidein = petite
créature ; ossète hidjiaou = enfant ; écossais beg ou bcag =
petit.
'x'Pidé = Pain plat, Fouace. ··~

Cf. sanscrit pinda = galette, gâteau, et pifta = gâteau ;


grec 7r1JTTa, et italien pr=.:-a = id.
Peut-on voir dans le mot turc &JJ'-'_,; fodoula = ' pain de
munition', un diminutif de pitt<l (=pizza), soit,pittula?
' ,.
Cf. encore, l'arabe ~;~,; flùl = panis sub cinere coctus.
r
i \ 122
p
\. \)

*Piratchol = Voiture légère.


De l'italien biroccinu = sorte de phaéton à deux roues.

Piré (Burké) = Puce. (~.JY > ~J~·


Cf. malgache parasi = id.; latin pu/ex (gén. pulicz's) = id. ;
bulgare bala = id. ; espagnol pulga, et italien pulce = id.
*Pirébolou = Propolis.
Du grec 7rpÔ7To'A.1,t;; = matière résineuse et odorante colorée
en brun rougeâtre, clo nt les abeilles se servent pour tapisser
leurs ruches et pou r en boucher les trous. Le véritable nom
turc de cette matière balsamique est J~ '-' ou J'.,k daval ; les
Arabes l'appellent ~...1..,.. moum = cire.
,:<:Pitindj = Riz.
D e l'arménien Pl'fi'bJ. = id. ; sanscrit 1•rz'hi = id . ; persan t(./.,
/ perendj et rff gurind;: (comme dans l'expression~·
gurùulj bée/tir = riz au lait).
*Pirindj = Laiton, Bronze.
De l'italien bron:;ç; espagnol brollce.
Ce mot est commun au persan et au tu rc.
*Pirpiri = Mesquin, Vulgaire, De basse classe.
Du persan i..S.f..f. = barbarin, originaire de la Barbarie. En /

effet, pi·rpiri correspond exactement au terme argotique


français 'bohème'; ainsi, l'expression ~W ....s..r..,r, pirpiri
qyafeti ( = costume de 'bohême ') s'employait, autrefois, par
opposition à ~,;~~ Jl.!. ~ paclzaly qyafétz' = costume de la
suite des 'pachas ' e t autres hauts dignitaires.
Quant au terme ' barbarin ', il est à noter qu'en Perse les
Tziganes étaient souvent appelés berber, par suite de la
croyance, partagée du reste par d'autres peuples, que leur
lieu d'origine était l'Egypte ou les pays . voisins de cette
contrée. En Turquie même on - les appel le ~ q)'bty =
Copte, de préférence à tchz'ngiané, qui est un ter me de
mépris. On sait que l'espagnol gùano, et l'angl~s gipsy
signifient également' Egyptien'. V oy. ,0 \.(..~ tchingiané.
*Pirpirim = Pourpier.
Cf. latin pu./lt'pedem = id. ; arménien sfrr4'l'lrJ. = id.
Q 123
'-'
p ·•·

'X:Pirlanta = Brillant (pierre précieuse).


De l'italien />rilla11te = i<l.
rl>is = , Malpropre.
I\)
' Cf. sanscnt
· v1s.. = ore1ure. Au sens de' ladre ',pis reproduit
le mot persan~~ = lèpre.
*Pisi = Limande (poisson).
Du grec yrJo-o-l = id., carrelet, plie.

'~Piscot = Biscuit, Biscotte.


De l'italien biscotlo = id. Le mot turc pour 'biscuit' est
..)~ pel~simad, ou, selon l'orthographe arabe b~ ,
baqsimath; grec m"c 7ra~11µ,u8wv = id.

1
*Pichi (Pichik) = Chat. (~~) ~
~ (Voy. ~· mych)'q.) Du persan ~)~ poucltek =id.;
arabe~ biss = chat (dont le <lim. ~ buséin = chaton, et
~ buséïnct = petite chatte), d'où malgache bosy et piso =
chat. Cf. allemand pus, anglais puss, hollandais pous.
En t. or 1 une sourici~re s'appelle ~~ ~ taklita-
pichik = chat de bois.
*Pichtof = Pistolet.
De l'italien pistula = id.
Pichmek = Cuire.
Cf. égyptien pcs = id. ; sanscrit paé, paéâ111i = icl. ; grec
7reo-uw et '/n]vw = id. ; latin coquo = id.

*Pilaki = l\1 ets préparé à l'huile et à l'ognon.


Cf. grec 7rÀ.aKoÛç = tourte.
*Pilantcheta = Instrument destiné à la levée des plan s.
Du français planchette = id.
~ Pilidj = Poussin.
u C( latin pullus = petit d'un .animal ; pulli ga flùzacei =
poulets. Cf.~ bilik = id., et voy. j~\i, pala:::.
Pinacop ou Pinacot = Vaisseau de bois oblong, c..:;.)):;\:..~ ou YJ!~
muni de cavités rondes dans lesquelles on dispose les boules
de pâte de pain destinées à être portées et cuites au four.
Du grec 7Tt11aKWT~ = id.
124
p

*Pinez = Pinne marine. ~


::...,..,
....
Du grec 7rtvva, et italien pinna = id . La sifflante finale du
turc imite la forme plurielle du mot grec.
*Pinéklemek = Faire un léger somme. JJ..(;...J .. y

Du persan ~ pinéki = somnolence, assoupissement.


Le véritable verbe turc, portant le même sens, est ~li~\
imizghanmaq. Cf. l'italieµ peunù:hella · un petit somme.
Pinti = Chiche, l\lesquin, Malpropre.
Cf. sanscrit pina = crasseux ; . grec. . 71'tVO'\ = crasse, et
71'tvwô11r; = sale, crasseux ; ou bien, grec 7rÉv11r; = pauvre,
indigent, dont le génitif fait 7rEvrJTOç.
*Poïraz = Vent du nord. .)·J..J.
I J ),
Du grec f3opiar; = aquilon, tramontane. L'inversion des
lettres médiales, qui se remarque dans la transcription turque
de ce vocable, forme la contrepartie de la prononciation
( défectueuse <le certains mots turcs par la classe illetrée des
autres races. Ainsi, les mots turcs ~~T aïran, J.!r-~ baïraq,
JJ.f...Y. bouïrouq, JJJ..j couïrouq; prennent dans la bouche
) du bas-peuple· arménien ou g-rec, les formes, a·r ian, bari'aq,
bounouq, et couriouq; tandisque, de leur côté, les Turcs pro-
\
noncent les mots J.=..Jl::-tchariek, b~.J)_:;... khoriat, d~Ji
tirùiqi, comme tchéïrek, khoïrat, et tiyraki.
*Pota = Coupelle, Creuset.
De l'italien potta = pot ; suédois potta = id. Cf. encore,
allemand topf, et provençal topi = pot.
*Potir = Verre (à eau, etc.). pJJ~
Du grec 7rOT~ptov = coupe, verre, vase à boire.
*Potour = Sorte de braie étroite et collante, .JJ"J~
qui descend jusqu'aux pieds, tandisque ~Y,-> d1zlt'k est
une braie large descendant jusqu'aux genoux.
Nous croyons voir dans potour une imitation du grec
1To&lp11t; = 'qui descend jusqu'au x pieds', (sous-entendu
7repurKEÀ'itt ou f3pa1e't.).
Il nous serait difficile de voir dans potour un dérivé de
pot ( = pli), ainsi que le prétendent quelques lexicographes,
125

w'l

• en fondant cette étymologie sur les plis que ce vêtement


formerait aux genoux. Mais, outre que ces plis n'existent
point dans la plupart des f' <Jtours, co nfectio nnés généraleme nt
de gros feutre, la forme même de ce mot est insolite, car,
dans ~e cas, pot aurait dû donner la forme adjectivale ~)~
p ot/ou ( = plissé) et non pas potour.
'x'Podja = Poge, Tribord.
De l'italien poggia = ici. J---~ ~~ pod;~llamaq, oscille r,
rouler, se ballotter. Voy. Li./,_,, orsa, et ~.Y. bodji.
':<:Potch = Coccyx. -)·'
...:.:· .,

Sanscrit f>uÙ-:a = queue (e n gé néral ) ; arménien "fnl_ = id.;


grec 7TV"/1f = croupe.
;;:'Posa = Sédiment.
Cf. grec V7rO<TTacn' = id.
Postal= Soulier larg e à quartier ; Fille ou femme publique.
( Ces d~tx acce ptions se retrouvent exacteme nt dan s le
m o t arabe~:~ lzy:::a = (1°) sandale ; (2°) femme, (" parcequc,"

! \
explique le Tadj-ul-arou s, "elle est 'foulée , co mme la
sandale ,, ; il en est de même du mot turc Jl::JIJ ca/taq =
( 1°) selle, et (2°) femme de mauvaise vie).

Posta = ( I0 ) Poste, Courrier; ( 2") Voyage. A::.-:J.),


Ce dernier sens se retrouve accessoirement dans le
français ' poste , = dépôt d e chevaux de rechange, statio n d e
relais.
*Pomza = Pierre ponce.
De l'italien pom ice = i cl.
*Poupa = Poupe.
De l'italien poppa = id.
,
>X'Poupla = Duvet, Edredon.
Du grec 7ro{nrouÀov = id.
~~ = Chevelure frisée, Frisure.
" Du grec <f>pl~, <f>pt~à,, et bas-latin frigium = id.
Poursouq = Blaireau, Taisson.
Cf. russe barsouk = id.
t
1
~
*Pousoula = Boussole, Billet.
De l'italien bussola = boussole. Cf. russe pisoufeka = petit
billet.

' *Poul =
I

Ecaille de poisson.
Du grec <f>oJ...lc; = écaille.

*Poul = Flan, Paillette, Pain à cacheter. JJ~


Cf. grec <f>vJ...J...011 = feuille ; italien foglz"a = id. ; français
paillon et paillette, bas-latinfollis = monna ie de cuivre.
*Poul = Obole. J')., 1
1

D'où JJ~ )j .=er p ouf = obole d'or. Ce mot est commun


au turc et au persan. Il est emprunté au grec 0{30/...or;;, d'où
aussi l'arabe ~ (pl. l,.w.,Ll) = monnaie, et le t. or 1 ~~
ba(ych = somme d'argent. -..._
*Poul = Timbre mobile.
Du latin bulla, grec mne {3oûf...Xa = sceau, timbre.

*Poullouq = Charrue fouilleuse.


Du hindoustani pelough = charrue ; de là aussi, l'anglais
plouglt (prononcé plaou) = id. Les Russes ont égaleme11t
adopté ce voca ble, sous la forme ploug.

Puruz = Effiloche. .
j))).,
)

Cf. ·latin pilus = poil, et français peluche et .filoclie.

Puskurmek = Souffler de l'eau avec la bouche. ~("f_.J~Y.,


Ce mo t est allié à (..,;.,.fa fychqynnaq = jaillir, d'où
~ fycltqy = excrément. Cf. grec <f>v<J'w = souffler; Y.7'xw
= id. ; arménien 1fn/11/rL = vomir ; Y.vxow = insuffler (la vie,
l'âme).
,X<Pykhty = Caillot, Coagulu1n.
Peut-être du persan ~: pukhté = cuit. C( grec 7T''TJIC'TYJ =
caillé, (lait) pris; 7T"7JKToi; et 7T"1J"fETor;; = glace, gelé~, compacte,
figé, coagulé, condensé, épais ; sanscrit pakti = cuisson.

*Pyravlyq (t. or1) = Servitude, Esclavage. ~J).;~


Cf. latin baro, que le scolias te Cornutus traduit par servus
mzlitum, ou' goujat d'armée', et auquel il attribue une origine
gauloise.

l
127
p,

*Pyrty
- (Pyrtyl) = Ba2"age.
'-' (j;~ ) . . .s..r.,
..
La locution ...J...J~ ._~_r- hyrty pyrty, correspond exactement
au français 'hardes et fardes'.
Cf..arabe ~~ ferdé = liasse ; grec <jJopTOi;, <jJopTlov = charge,
fardeau ; allemand bzïrde, et anglais burthen = charge, faix ;
espagnol fardo = paquet; grec (3p'i8oi::; = charge, fardeau, et
vieux français .farde! = fardeau ; persan ~tJ..)~ ba1•dan =
ustensiles, bagages, meubl~s.
>X'Pyrnar = Yeuse.
Cf. albanais (Guègue) prinos, prinarz' = id.
:t:'Prasa = Poireau.
Du grec wplt<Tov = id., d'où aussi l'arménien ull'wu.

~'Pranga = Travaux forcés dans la chaîne.


De l'italien bra11ca = nœud de chaînes servant à lier autant
d'esclaves qui suffisent à une galère.
Cf. encore, l'anglais brank = id. ; allemand prang-er =carcan.
':!:prouva = Proue.
De l'italien prua = id.
*Platchka = Butin, Razzia. ., V

De l'albanais platchka = effets, hardes, bagages, meubles.


*Placa = Ecueil à fleur d'eau, Récif. cti )!,,.,
De l'italien plaga = plage.
*Placa = Plaque d'acier,
dont se servent les forgerons pour aplatir les tôles.
De l'italien placca = plaque, lame.
*Plania = Rabot, Plane.
Du français plane = id.
T b ou u
r\ 'u ~ï = Poulain. ûl1
\J Siamois thaï= cheval ; batta duai =id. ; africain daw =zèbre.
· Taouq (Taqouq et Tékhacou) = Poule. <;~et J;;u,) J_,11
(
\J Mongol takia =id. ; tatare takhia =oiseau ; berbère tekahit=
1 poule ; sanscrit {lalmka =poule d'eau ; italien ta;è/1-ino =dindon. j~
*Tabia (t. milre) = Retranchement. ~lb
1

De l'arabe ~ = ranger les troupes en bataille former 1

les rangs, ranger les pièces du jeu des échecs. ' .


Mais, cf. le japonais daz'ba = fortin, bastion, fortification.
':<:Tabla = Plateau, Table. il...b :
Du latin tabulum, tabula = id.
1
1
Tapmaq (t. or1) = Trouver: u.._._,lb
.,
--=-- 1
Cf. sanscrit pat (par inversion) = id.; grec -ruw = prendre; .
.,,,. ------
espagnol topar = rencontrer.
. -- 1)

"-.:.__ '-----
, Tapmaq = Adorer, Porter un culte, Servir.
Cf. sanscrit sap = honorer, adorer, servir ; grec qef)w =
venérer, révérer, et OwTrEUW = servir, adorer.
Cf. en outre, l'égyptien tiiatt =adoration (d'où probablement
l'arabe w'} taw1if = tourner autour d 'un édifice sacré en
s igne de vénération et de respect). ~e japonais totobu signifie
révérer, vénérer, respecter, estimer.
LI lb tatou = service
· Dérivés : ..I" - - ou 'servitude',
......___ ___ se rattachant
aux propriétés foncières qui font partie du domaine de
l'Etat, et en ~pensa!~ de laquelle il est perçu une
c~aine rétribution anticipée, contre la remise d'un titre, lors
~ ac~ de l'immeuble; "":"~l.:i tapghad.J: mot ouïghour
signifiant 'vénérable', ' auguste~iîUStrê';les vieux Turcs
--=-
désignaient par ce nom la Chine et les Chinois.
Au sens de révérence ou de vénération, tapou ou tabough
désigne aussi une formalité im posée, a utrefois, aux délinquants
d'un certain rang, et qui consistait à se tenir debout, nu-tête,

1
fi) I 29
.b ou~

.,
devant le souverain ou ses ministres, en se tenant ou, plutôt,
en se tirant les oreilles, et à exprimer humblement des
excuses et demander pardon. C'était donc une sorte
d'amende honorable sèche ou non-publique, pratiquée dans
l'Asie Centrale et en Perse.

... __, = Nom donné aux populations d'origine iranienne


Tat
de l'Asie Occidentale, qui ont fusionné avec le peuple
;'\,
1L1 · 'furc, comn1e les Tadjik.
\y Prise en mauvaise part, cette dénomination était appliquée
anciennement, par les Turcs, aux Kurdes et aux Persa:!s qui
leur étaient soumis. Cf. le grec 8~ç (pl. 8ijuç = thètes) =
mercenaire, serf; équivalent du 'prolétaire' à Rome. Les
Thètes constituaient la dernière classe du peuple athénien, et
Solon les avait exclus de la magistrature. Tat, en russe,
porte le sens de, voleur, larron.
f) Ce mot est considéré par quelques· auteurs comme le
(li singulier de '~ nom d'une tribu mongole.
} Est-il besoin de rappeler ici que l'orthographe tartare,
jadis usitée en Europe, n'est pas correcte, malgré l'assertion
du Dr. Koëlle, appuyée par E. Pears (The Destruction of the
Greek Empire, p. 52, note), d'après laquelle ce nom ethnique
nous viendrait des Chinois qui, ne pouvant prononcer la
lettre r, l'auraient supprimée dans la première syllabe; car,
tf) dans ce cas, on se serait attendu à la voir supprimer aussi
U dans la dernière. Le fait est que les annales . chinoises nous
ont transmi~ cette dénomination sous la sim pie forme ..___..-
ta-ta .
*Tatoula = Stramonium.
Du hindoustani datura (sanscrit dattlzûra), nom commun et
spécifique d'une stramoine.
r1~q = ~n~r, G.r~.!_~er, c,~e_r._.
l~ Cf. grec TE{pw, et latin lero = gratter, frotter; arménien urluz..6L
= écorcher.
Dérivé: J~ taraq
= peigne, grattoir, râteau, herse.
0 Taramaq = ·Furet~r, Scruter. _
(Dans l'expression ~~l:i y~~l arayoub taramaq =se
livrer à des recherches ou perquisitions minutieuses.) Cf.
grec 817paw = rechercher.
K
(
T l ~) .b ou ü

'!-'~rtma9. (t. or
1
C'i ) = Lancer. .
1 /
~/ Cf. vieux haut-allemand tart= lance; nordique dan~adlzr= id.;
· anglo-saxon darodlt, bas-breton dard, et anglais dart = id. De là,
le verbe 'darder' = lancer.
r*Tarkhana = Conserve de farine mêlée de caillebotte.
\ Du grec rpwryava ou Tparyava = semoule.
*Tarkhandil = Vaisseau à trois mâts.
Du grec rpll«l.Tap1011 = id.
*<Tarkhon = Estragon.
Du grec ÔpaK011Tto11 = id.; allemand dragu11, italien tmgo11e,
et arabe ~':>_> tarkltozm.
l\ Tasamaq (t. or1) = Être essouHé, fatigué, suffoqué.
J\J---=-cr. arménien {awuUIL = id.
*Tasma = Courroie, Bande, Collier.
Du grec ÔÉ<rµa =lien, et ÔÉ<nµo11 = ligature, bandage. Ce
dernier a été arabisé en ~_,•.)J = brodequin.
Tach = Pierre.
Cf. grec X.âaç, Àâ\', et bas-breton !eaclt = pierre, auxquels se
rattachent l'anglais lias et le français liais = pierre calcaire
d'un grain fin et compacte. On sait qu'aucun mot originaire-
ment turc, ne commence par une linguale; on n'ign o r e pas,
non plus, qu'entre beaucoup de langues les dentales et les
linguales permlltent. Voy. 0 ~ daban.
A comparer encore : basque . as= roc; latin saxum =pierre;
sumérien taq et dix = pierre; grec roîxo\' = mur, mu rail le ;
allemand driclt, et anglélÎ;S di!.:e.= digue. L'arménien uwL ( =pierre)
représente la forme invertie du grec Àâ\' (comme le grec "fttÀa
= latin lac, et comme, par co ntre, latin cab: = grec Àtt~, etc. ).
['\ 'l:achaq = Testicule.
\J Cf. hébreu 1~~ oft-tfdi = id.; sanscrit tixna/.:a = scrotum, et
1.:iisaka = œuf et testicule.
{iJ Tagha (t. or1) = ~.Ea!e~1el ; ( t. ott" ~\b dayi.) i..i~; ou ~li
\ LJ De ce voca.b~.e t. or~.~érive ~_::'.~ taglwi:-::é = tante mater-
nelle; ~o_!t ~. ou_~__ te~/, _q.v.
11

Cf. grec BE'io) = oncle paterne l et maternel ; hébreu ,,.,


dod!t, et syriaque doda = id.
I 3I
T .k ou u

,;1:Taflan (autre forme de /Je/né, q. v.) - Laurier cerise.


Du grec oâ<fw17 = laurie r.
Taqyé, = Calotte.
Cf. italien tocca, et français toquet = id., qui .'dériYent du

--
cymrique /(le = coiffure.
>K'Tacoz = Bloc, Tronc, Souche.
Cf. italien !f!!E! = talon (de soulier) ; espagnol et portugais
tacon = id. ; grec m 11c TaKoc; = bloc de menuis ier, d'où TaKoÛvt
= patin ou sandale de bois ; français taquet = bloc d e
menu1s1er. -
Selon to utes les probabilités, ce mot doit avoir pour
origine le latin taxus, primitif in usité de !_axi/11_!:1 = petit bloc,
petit cube.
>-{<Tacounia = Patin ou sandale de bois. ~~L-
Du grec mne TaKOÛIJ(, = id. Cf. l'italien r;occolo . patin de
bois (allié au latin socculus). Voy.j.,-'lb taco::.
(,' ~ = Attacher, Accrocher.
\J) Cf. espagnol '.!:.!.!!3J,r, italien attaccare, français _attaquer, etc.
La racine tac, qui sert à la formation de ces mots néo-latins,
et qui est commune aux lang ues celtiques et germaniques,
forme aussi la base de notre mot turc. Elle signifie 'chose
qui fixe' ou 'chose fixée'.
Tafir ou Tengri = Dieu, le Ciel.
Du sumérien !)ingù- = Dieu, Ciel. Selon les traditions
mongoles, rapportées par B. Bcrgmann, dans son " Ex posé
des principaux dogmes thibétains et mongols" Uourn . .rl.siat..
Octobre, 18 23), "<want le commencement de toutes choses, il
existait clans les régions s upérieures du ciel d es ÊTR ES DIVIN~
( T engliri)." Ce même no m, au sens de 'ciel', se trou vait
dans la langue des Hioung-Nou (Huns), e t les Chinois le
transcrivaient par tchen-li, dans le fameux titre royal tchen-li
kou - tou - clten - yu = 'majestueux fils du ciel'. (Voi.r
BabJ1lonian and Oriental Records, t. ii, p. 277, par Terrien
de la Couperie. Voir aussi Sse-111atsien, par Chavannes, t. i,
p. 66, et Visdelou, d' Hcrbelot, etc.)
Chez les Turcs de l' Altaï, Die u s'appelle !engere
Kaïrakan = ' Dieu (ou le Ciel ) providentiel', (Kaïrakan, ou
---- K 2
Tou D k ou u

~,, étant le participe présent de <....Yt_;?.Ü cayirma__q =


prendre soin, q.v.). .......______
;:_----
Cf. encore, persan .J~.J
1 .f .. .
tengwr = n·1eu ; sokpa (F ront1ere
.,
chinoise) thenggre = ciel ; amoy et thibétain parlé teng = au-
dessus, supérieur; gurung (Népal ) ttmri = id.; serpa (ibid.)
tyang = id.; limbu (ibid.) thang = id.
En t. or 1.JJf.jY tungiour signifie' fée', 'spectre'. M. Je B"
Carra de Vaux, dans un article remarquable inséré aux
numéros du 2 I et 22 Mai, 1908, du Levant Herald, cite le mot
étrusq~e ten, signifiant Dieu. Ce vocable est allié au chinois
tien = ciel, premier principe de toutes choses.
Le sumérien dùttrir a pour contrepartie gingira = déesse.
l:> - ~
(\ Taîimaq (t. or 1) = Admirer, S 'étonner. ·
\\ Cf. grec Bauµ.a~Hv = s'émerveiller ; Baµ{3oc; = étonnement,
V stupeur.
Ne pas confondre ce verbe avec Jl+..ili tan111aq (t. or 1) =
nier, renier, qui est une variété de ü...JJ~ deim111ek = t?urner
·Everbe intrans.), se tourner, revenir sur ses pas, se dédire,
manquer à sa parole, ren oncer à, désavouer, abjurer, renier
(sa foi), se convertir.

(~ *~Du ~~u~:x:::e, ~:7.u(:étaphoriquement, ' \•ague ') ; )


.~lJ

~ !!J~gol ta/aï= mer. . Ce mot est également usité, dans le


même sens, chez les Turcs septentrionaux; ex.: aqqan qany
talaïpoldy = "le sang qui coulait devint une mer" ( Radloff,
Probe d. Voll~stit, i, p. 84, v. 858).
Dalaq = Rate. J~\1
Cf. sanscrit kâ!aka = le viscère noir, le foie. --{'"
· Ne pas confondre ce mot avec J~IJ, da!aq (substantif ~)~
,l verbal de J.-.~\1 dalamaq (~. orl Jl;]Li ) = butiner, piller, t-_/
saccager) = butin, prise, capture, (s'applique généralement
aux jeunes filles capturées dans les incursions ou razzias en
pays ennemi). Voy. JL.. ~L,· ta!amaq.
*Taliamar (t. naut.) = Taille-mer.
De l'italien tagliamare = poulaine.
G *.~a = Voiture, Calèche. .. 11 1
.~~

\\ Du russe tc!tga = chariot, charrette, brouette.


@En t. or 1 ~ tclg0- = brouette.
T .k ou <..::...•

[ *Tamar ou Damar = Veine. .Jw,,


t) L'auteur du Camousi Turki suppose que ce mot dérive de
l, \Il f
~aq ( = degoutter), par rapport aux pu sat1ons
1 •
des vàisseaux artériels. Nous inclinons à voir dans ce m ot
un dérivé de l'a~ tamere tu.!11 ~·
Mentionnons, pour mémoire, le sanscrit d'â.m ani = veine,
artère.
(.\Tamou (Tamough) = l'Enfer. <t~\.:n _,,..lb
1
1J Cf. sanscrit !amas, et lithuanien tamsa = ténèbres; assyrien
damu = obscurité ; zend temrwlt = id.; pehlevi !am = ténèbres;
~glais fiiJ1J = obscur. Cf. encore, sanscrit ~i = ~
nuit obscure ; chaldéen tiamat = les eaux de l'abîme, le chaos ;
égyptien tùw = le Hadès.
Tu!!!gha ou Il_amgh~ = Timbre, Sceau, Étiquette. ~
~ En thibétain d!tamgha désigne un cachet. En t. or 1, outre
v le sens de 'sceau', le mot tamglta désigne, sous différentes
tonnes, les rescrits émanés des souverains de l'Asie Centrale;
ex. : ~ Ji âl-damglw = sceau vermeil ; ~\ altoun-
damglta =sceau d'or (chrysobulle); ~ l,J cara-damglta =
sceau noir, etc. Le terme~~ tamglzad.f ou-1::.LM; taglmtad;;
s'applique à une sorte de droit de douane ou d'octroi, dont
l'acquittement est attestée par une marque. Ce terme a pris,
en r~. la forme lf!:.!.llo.fn!!!, avec le sens de 'douane'.
['amaC!!:._en mong~l, est le nom donné à une réquisition
à présentation d'un acte scellé.
Ces acceptions se retrou vent dans la définition du mot
~ tamg-ha en persan, savoir : ( 1°) timbre, (2°) droit de
passage ou de transit, pé<1g-e qui est perçu à l'entrée des
défilés, etc.
Ici se place une observation à propos de l'origine du mot
'douane' (italien dogmza), qui' est restée douteuse.
On le fait dériver du ~~divan, lequel, au sens
général de ' 1bureau ', peut s'appliquer à tout autre bureau
administratif] Nous hasarderons l'étymon damghakhana =
bureau de tirnbrage. Pour l'abréviation, cf. balcon, contracté
de tlik>.. ~~ b~la-li:hana; darsa11a ( = arsenal), de ~U\ .J\~
dar ussanaa ; "barbacane, de (.J \.>.. f:~ berbakhi-khané = égout,
tuyau, etc.
r

T
lv 134
b ou 1.::..)

Enfin,e tamghaq (ou è.i... l.b) désigne, en t. or 1, la


fourrure du cou ~ re~rd, du lynx, etc., recherchée pour sa
finesse et dont on fait des collections, en paquets de 30 ou
40 pièces chacun, pour la confection de pelisses. Or, selon
Du Cange, le terme ~-latin. tùnbriu!!J (de même que timbre
en français) s'appliquait à un certain nombre de peaux de
martre ou d'hermine; cf. de m(,ne, l'allemand zimmer, qui
désigne un paquet de 40 peaux, et qui n'est qu'une forme
germanisée de tz:mbrium. Selon toute apparence, le tamgha,
ou 'tim~re ', spécialement apposé sur les paquets de fourrures
dont il s'agit, pour en marquer la provenance, a dû motiver
leur dénomination sus-énoncée.
En ce qui concerne le nombre 40, voici, en substance, ce
qu'en dit Dal, dans son dictionnaire bien connu : "Jusqu'à
nos jours, les peaux de martre zibeline se vendent par soryk
ou soroéok ( = fourrure entière). Tout soroéok se trouve
enfermé dans un fourreau (sorocka). Or, en russe, copOK"h
signifie 40, et copoqf\a = chemise, (ou coiffe). Ce dernier mot
servait, dans l'origine, d'unité de compte pour le dénombre-
ment des peaux, et il conserve cette acception spéciale
jusqu'aujourd'hui. Ce même terme se retrouve dans Je
nordique sous la forme serkr, équivalant à 5 timbres, chaque
timbre renfermant 40 peaux."
Quant à l'étymologie de lU.:i tamgha, M. le Prof. A.
Vambery, s'appuyant sur la forme ouïghoure tamka (tamia?)
= 'goutte', 'cachet', donne dans son Dictionnaire étymo-
logique, l'explication suivante:-
"Autrefois, pour la ~on ou la ~e d'un
contrat bilatéral où d'un acte officiel, on y laissait tomber
quelques gouttes de sang. Celles-ci furent lu
placée_~_i:~ar la couleur rouge (dt-tamga)."
Il est vrai que.. ~lï tam (ou__(!:i__!Ë.n). première syllabe du
mot tamgha, porte le sens de' goutte', d'où ~\J tammaq ou
~1..\J tamtamaq = dégoutter, tomber go~à goutte, et
~ '
~\.:; tamyzmaq = égoutter. En général, c'est la forme
41..\J ou W dam/a qui se présente avec le sens de 'goutte'
dans la plupart des dialectes. Les Russes se servent aussi
du mot tamga (=sceau ou cachet).
135
k ou u

*Tanboura = Théorbe, Luth à long manche, Mandore,


'Banjo.'
Du grec 7ravôoûpa = instrument de musique à~rois cordes.

':î= Tanboul (vulgo, Bambou! otou) = Bétel, Tamboux.


Du sanscrit tamb11/,r, = noix d'arec, bétel.

Tanymaq Connaître.
=
Ce mot, par sa racine, se rattache au persan ~'..,)
tfanùten = savoir, connaître, à l'arménien ~u1'r.toPw"b1uL et
;{.,,"bwlfrL = id., etc . .
Cf. sanscrit jiï.â, jânâmi, grec ryvw, albanais zân et dzân =
j'apprends, je connais, etc.

:;<=Tandour = ..'-\ppareil de chauffage oriental,


co nsistant en une table quadrangulaire sous laquelle est
placé un brasero. Elle est recouverte d'une large couverture
ouatée qui sert à envelopper les jambes des personnes assises,
pour se chauffer, su r les sofas qui entourent la table.
Tandoztr est une corruption du persan arabisé .Jr' tennour
= four, étuve, foyer, cheminée.

(''! Tav = O,.s:casion Qropice, ·Ch~ favorable. lYioment J\b


-~
1
opportun.
Y~'._.!\b tavynda =? point. Qui n'a entendu répéter en
Orient l'ad age _:~.d~~·' ~~_,\b .J~ dl11ûr tavynda,
1dz tclzaglzynda, m. à m." le fer (sous-entendu,' doit être battu')
quand il e~t chaud, et l'affaire (doit se faire) au moment
o p po rtun ", cc qui correspond au proverbe français : "il faut
battre le fer quand il est chaud"?
Ce mot n'est autre que le persan yl; tab ou _,tJ tav =
'chaleur ' identique avec l'arménien mw•'f• et le sanscrit 03:!3:- et
1

tapa= id.

~\lil Tavan = Plafond.


U Cf. finnois taïwas = ciel ; gyarung ( Frontière chinoise)
teumeun ou tumon = id. ; thulungiya (Népal) dwamu = id. ;
kiranti (ibid.) dwam = id. ; khoÏbou thangwan = id.; kapwi
tangban = id.
T .k ou C>

Tavchan = ( 1°) Lièvre ; ~~Jtk


lt\
\'\)
(2°) Grec originaire des îles io nie nnes ou de la mer E g ée
·et professant la religion catholique ; ( 3'') artisan qui s'occupe
de travaux fin s de menuiserie; (4'') j eune danseur public.
Nous ne no us occuperon s pas de la première acce pt io n de
ce vocable. don t l'o rthograph e e n t. o r 1 es t l.;JÜi...!i))\b tavouc/1ka11
(p.p. de L~,, lï tavouclwMq o u "-'~·, ,L: sa v ouclnn aq =
s 'esquiver, s'en fu ir précipitam men t), et qui a po u r syn on ~· me
1.:)~~ COJ an, q.v.
1
-
Les trois autres acceptions· figuréès ' (?) du mot qui no us
occupe peuve nt être ramenées à un e se ule et même orig ine. ____ _
Comme ·lm.JCh a it sert à désigne r les ins ul ai res d 'origine
f; recque, qui ont' ém ig ré' da ns les t ro is con tinen ts co n ~ t it u an t
la Turq uie- pa r o pposition au x roums o u élè11os, au t och to nes
de la Thrace, d e l':\ sie Mineure, ou d e la Grèce-on a cru voi r,
dans cette d ésig nation, une abré \·ia tion de A da tavch a ny
( m. à m. 'lièvre insulaire') = •lapin', par oppositio_n a u
' lièvre' cont inent al proprement d it . O n sait, du res te, q u'il
existe dans l' A rchipel au N. d e T énéd os, un gro upe d' ilô ts
connu so us la dé no mination de Taouclu111- A dassi (ou, 'île
d es lapins').
Nous ne partageons pas cette ma nière de voir . Il no us
semble que les lé poridés sont absolument étrange rs a u se ns
du mot ta-uclwn, lequel doit plutôt viser le caractère e x otique
des 'imm igra nts 1 ins ulaires établi s d a ns certaines p a rti es de
(- l'Em pire. S elo n cette hyp oth èse, ttwclzan serait un e fo rm e
·) ' corrompue de l'arabe l.;J\..:..tl, tafd1tm =ém igration , e t ém ig ra n t
~11 taficlt. Cf. parmi d e no mbreu x exemples, la dés ig na ti on
1 populaire falasha ( = émigré), qui s'a pplique à une certa ine
p~rtie de la population de l'Abyssinie, issue d'une ancienne
colonie israélite établie en Ethiopie.
La dén ominatio n de ta-uchtu1 , do nt l'usage date déjà de
plu sieurs s i ècl e~, s'applique su rt out a ux menll1s1e rs et
co rdonniers, orig inaires de !'Archi pel o u des îles ioniennes.
O n sai t que le s indus tries d o nt il s 'agit o nt co nstitué de tout
te mps, en Turqu ie, la spécialité incontestée de ces insulaires .
L 'applicatio n d e cette même déno mination au x je un es
d anseurs est d ue. probablement, au fait qu 'en Turquie
137
'[ b ou~

d ' Europe, l'art chorég raphique fut, ab antiquo, l'apanage des


Grecs et des Albanais, dont les jeunes artistes étaient,
presque toujours, invités aux noces et aux fêtes ou
réjouissances publiques.
Trn:chan est l'appellation spéciale d'un jeune danseur,
tandisqu'une danseuse (généralement de race t zigane) est
appelée fclzengj_. Une troupe de danseurs des deux sexes
s'appelle _{.: eutchei.
,

(t *Tavla = Ecurie.
Du latin stabu!um = étable. L'é tymologie tirée d e
tavlanmaq = s'eng raisser (d es bestiaux ) ne nous parait guère
fo ndée.

*Tavla ou Tavlou = D amie r du jeu de trictrac.


Du latin tabula = planche, ais ; italien tm•ola = tabl e ;
espagnol tabla = tabl e, et jeu de trictrac, (d ans ce dernier sens,
tabla provient du latin tabella = échiquier, d'où aus:=;i le vieux
français tave!c = id.). L e grec m e Ta{3"A..i est emprunté au turc.
0

f\ Tavlanmaq = S 'eng ra isser (en parlant des bestiaux).


1 1 ~
\J Selon Ahmed V éfi k Pacha, le m ot turc.J~ tb davar ou tavar
serait un dérivé d e ce verbe. ~
Cf. ~nscrit t l:f = croître, grandir; tiv, tivâmi' = deve nir
g ros et gras ; thwa = g ros.

r;Téyun (Tiyin) = É cureuil. ( ~) i.;,~;;


l~ Cf. chinois t ù ro-/zoen = martre (zibel ine); japonais lt:11 -
/'vlustela 111elamp us, ma rtre.

(. Tépé (Tupé) = Colline, l\'lonticule, l\I a melo n, Som111et.


\!) cr. mongol dt1bo = colline ; t. or 1 J ~-:-J'°' dombaq et ~,~ \i.)
daban = id.; ossète tsrmb = pic (de montag ne); latin teba =
colline; égyptien teb = tête; géorgien thaw i = id. ; siamois twa =
id. ; ka tuwi' = id.
Cf. encore, sanscrit stûpa = monceau, tertre, tumulus ; grec
Tuµ,{3or;; = id.; latin tumba = tombea u, et bulgare tumba =
monticule, mamelon ; hongrois domb = iJ. ; allemand topp,
anglais top et tip = sommet, cime ; copte tpé = élevé (et rtpé
= action d'élever). Pali tùpa = sorte de tour ou de mausolée,
T .k ou ~

l de forme pointue, élevée en l'honne ur de bouddhistes


éminents, et appelée ordinairement tope.
1
l
On pourrait également rapprocher cle t,.; ); tupé, le grec
Àocpor; =colline. On :Sai t que ! et t ou d permutent souvent
d'un idiome à l'autre.
*Tepsi = Plateau, Cabaret.
Du grec &'fr,,, = id. ; berbère ( Reni Menacer) w~jl cdltebsi
= assiette, plat.
{\ ~epm!k = Regimber, .Ruer, Taper, Dauber.
; / ..
~·.,
V/ Cf. arménien {JnUf'1L = dauber; sanscrit t11p, tôpâmi = id. ;
grec TV7rTW = frapper, dauber ; anglais tu dab, et anglo-saxon
dubban = id. ,_;_~ ~~ kltora tepmek = danser.
Dérivé : ~· tepmé = coup de pied.
(\ Teyré (t. or1) = Branche d'une famille, d'une tribu. 'r. ..
\...'1] ---- Cf. arménien fJ"tJrw/Jnm.f! = proches, unis par des liens de
parenté; radical {Jw1r avec l'affixe de relation nm ; le p
intercalaire figure pour l'euphonie.
..
l].r = ~ r. J
Cf. persan_} ter = humide, (d'ol.1 . ./ ~ = larme, m. à m.
' moîteur de l'œil '); nordique tar = larme, et anglais tear = id.
r'\. ~(<~ = Sauce à l'ail,
- composée de noisettes pilées et de concombres hachés.
Les lexicographes considèrent ce vocable turc comme une
forme altérée du persan Ê!~~j téddouglt = sauce composée
de cresson ou autres herbages frais, et de caillebotte : ~.:.; tiré
est le terme persan pour verdure, légume, et ...È;i.) doug!t = l ait
caillé, caillebotte.
-..._ .....___ Ce composé est de ml:me formation que
'CJ~~ chirdouglt = mets composé de lait et de caillebotte,
a ppelé aussi s~ kémesk en persan ; )~~ cltira.'J en arabe ;
et _y.11_;,f keurémez en turc
L'arabe.)~.}: tarator est pris di rectement du turc.
Ters = À l'envers, À rebours.
Cf. latin verso = revers, envers ; et dorsu,m = dos.
f\ _. ~ = Fiente, Crottin.
\O.) ~) terslémek = fienter. Cf. arménien Pl'lri! = bouse ;
'J vieux français troches = fumées ct 'hiver des cerfs et d'autres
bêtes fauves.
(0 139
T k ou~
' ()..~
S ,t. G

T~ = Courroie fixée par derrière à la selle pour


Q
JI attacher les trousses.
Cf. latin tergum = dos, derrière; nouvelle irlande taruk -
id. ; ,géorgien zrougé = id. ; magyar tm~k = queue.
Tek = Impair, Unique . .
un ; birman la~ = un ; tahiti et maori
1
____, Cf. thibétain «!!:.i2. =
ta/U: = un.
(\ Téké = Bouc.
'\!.) Cf. géorgien tk!ta = chèvre ; sanscrit idikka = bouc sauvage,
bouquetin ; .l!:.~~~ = bouc ; lithuanien tekis = id. ; allemand
.
::;iege = c h'evre.
L'hébreu ~~n tiiiS et l'arabe~ téïs =bouc, semblent être
alliés au turc o.f...; téké. On peut en dire autant de l'assyrien
tésu, mentionné dans les tablettes cunéiformes, à propos des
outres a u moyen desquelles on traversait les rivières. Voy.
(\ et cf. JlS' kellek. Cf. encore, grec èl:rnryor;; = un bouc.

I Le mot télté porte aussi le sens de 'crevette' ; dans ce


cas, on sous-entend le mot J.J
dlitiz = mer, soit ~ili;/..)
dénis téklsi = bouc de mer, correspondant au français
'crevette' ou 'chevrette', qui n'est autre que le latin capretta,
c'est-à-dire, 'petite chèvre.' (Cette étymologie, avancée
naguère par Diez pour 'crevette ', trouve a insi une démon-
stration collatérale d a ns l'id en tité des cieux vocables turcs
sus-énoncés.) V O)'· et cf. ~-' • S /r:/rlvit.
••J_/

Les Persans appellent la crevette, ~ Ï ~ mâddt-âbi =


'sauterelle aquatique'.
(\*Tékir = Tigre, Tacheté comme un tigre.
\!) Cf. grec Tl-yp1.s = tigre ; latin tz/;ris.
__ Tekré
, --
......___...._ ou Téker-(t. or1) = Roue, Cercle, Cerceau. L .. : ou
~··
1
~
(..:;
..
((J D'ou ~ tekerc{fek, ou s-<~ te!.?erlr:k= roue de voiture,
l et ~ tekerlen m ek =ro uler, d~ring~er; ..rC·~-(; tckt·r-
me/k er = en d~gnngo
' . 1ant. ~

Cf. sanscrit éakra =cercle, roue, disque. (Voy. et cf. J?fe-· )


*Tekfour et Tékir = Souverain! <·; et •Jill
~ r /
De l'arm~nien {Jm'fw'-nr =tête couronnée, roi, correspondant
au persan J, 1 z::.'V =porte-couronne (dont il n'existe, cependant,
C~')
140
T' .k ou~

pas de trace dans cette dernière langue, qui possède, par


contre, le composé synonyme )~\.J· tadjdar).
(\ *Tekné = Cuve à lessive, Cuvier.
\ \) Du grec ">-..€KaVTJ = cuvette. Ce mot turc s'applique à to ut
J ce qui présente une forme conca\•e, comme la coque d 'un
.......__
navire, le pétrin, etc.
Tegzé (Tegheyzé) = Tante maternelle. (~\.è.J ) ?
(Formes féminines dut. orl ~ ou~0"~ =oncle maternel.)
Cf. le grec Oeta, féminin ·de 8€'ioit = oncle paternel, et l'italien
zia = tante, fém. de zio = 'oncle'.
Cf. grec TTJBir; = tante (maternelle ou paternelle) ; Oeta =
id., dont le diminutif en grec ffine est 8€t~Tsa, identiq Ue au - ______,...-..-
t. ottn tégzé (ou teyzé, car la lettre ~( g) placée entre deux
lettres, en t. ottn, se prononce généralement comme y ;
cf. r,:f"..r.f~ degirmen ou deyirmen; 0",~\ egn: Olt eJ ri; 1~f~
..,~ ~
1

begzadl ou beyzadé, etc. Cette mutation de gutturales se


retrouve également dans certains idiomes indo-germa niques.
/ Cf.allemandtag e t anglais ~ ; allemand sageu et anglais say, e tc.) .
....__
*Tel = Fil.
De l'arménien fiJ/rL = id. ; d'où fiJ.lrL Wlf/'lrL (m. à m. ' mettre
le fil') = suggérer. Cf. le persan ~; = corde, et l'arménien
{JlrlL = fil de laine (correspondant au persan }:ï tnr = fil).
1

*Télatin = Cuir de Russie.


Du russe telatina = veau.
*Telvé = l'v1arc de café.
Cf. grec -ré<f>pa = cendres. Ce mot turc semble être
emprunté à l'arabe JaJ thejl =sédiment, marc, ou ~_,:.) tenvet =id.
fr" *~l = Fondement, Base.
1 ~ I , Du grec Bt:µÉÀtov = id. Cf. aussi, s~, et
.v assyrien témennu = fondement, pierre angulaire.
~

*Tembeku = Tabac persan, ' Tombac.' ..."'W·


./
' ..
De 'Tabago ', nom de l'une des petites Antilles d 'où cett e
plante fut apportée en Espagne. De là l'arabe ~ tabaqa,
signifiant feuille de tabac.
La forme nasalisée de ce vocable a donné naissance , à la
'[ b ou ü

supposition qu'i l se co mpose de J lt:n =corps et d~ pak =


pur; de là le quatrain-
.JJ~ w '--:~ y ~Ll; .) .,~ ~y,j
...>,~ Jl>-j ~..) · · ..;..i ~..>L
.J •.r V.J . .

J~ t-~ ~~ .) ~ ~W-J r..


..,,~ ,...:,...<\, ~'.>. , . ~· SL.:..:ï L
,/ I './~./· •

" Prends d u café : tu auras un es prit pénétrant ;


Bois du vin : cela réjouira ton cœ ur;
Sauf la pipe, ne che rche point d'autre ami intime ;
Le tombilc te purifi era corps et â me."
Temregi = Dartre. ~i s b-i t~ - ~1~ Y.
C f. sanscrit tâmra = so rte de lèpre.
*Tenbel = Pa resseux. 1 • ·:
~
Du persan~\:':.:.:.< = id., avec la chute du d'initial.
*Tenté = Tente, Tendele t.
Du bas-latin tenta = id., cl'oli grec m "c TEvTa , et italien tenda.
( *Tenké (t. or1) = l\1onnaie de l'Asie Centrale.
(V
1
C f. grec oav<i"'l = petite monnaie persane, valant un peu
plus qu'un e obole. Cf. encore, sanscrit ta7ka = monnaie;
armemen qw~,~ = petite monnaie; persan ~(;\,) arabisé en
J; \...) dmt)'q = id. ; russe densn = monnaie de billon.
(:i Titirémek = Trembler, Grelotte r. ;

~·~
/ ..
'd Cf. grec TapTapisw = id. ; allemand =itfrnt = id. ; anglais
to slmddcr = id. ; arménien [<Jp[J1Lf1J' = vibrer, et uw11u1Lw1f'=
trembler, grelo tter.
~= Particule imitati ve et inte nsive, J·..l~· e t,.1-::J..
employée spécialement dans la locu tion..,;..;..: ..1~ tir tt'r ou
~~ J_r.;
J..1~ ti'ril tiril titràne/.: = g re lotter, trembler
de to us ses membres. Cf. sanscrit Ir = trembler.
*Tire = Fil d e coton blanchi.
S~lon Ahmecl Véfyq Pacha, du français 'tiré' (pour
'fi l tiré'?). Cf. anglais tltuad = fil ; allemand draltt = id.
(du vieux haut-allemand drât).
*Tirémenti = Térébinthe (essence de).
Du grec T€pÉ/3i118oc;, latin tercbi11tlms.
1

·r i
\_,V
( i
.b ou u

>X:Tirkhos = Espèce de sardine, Célerin.


Du grec TPlXtoç; ( Tpix[aç; ) = id.
>.:: Tiftik Poils soyeux des chèvres d' Angora, Laine tl ne.
=
/ ..,
;

-~
Du persan ~ teftil.: = duvet qui sè trouve sous le:->
poils des chèvres.
Le Dzmousi Turki fait dériver ce mot du verbe arabe
~ tiftil.: ( rac. J;;j) = carder.
(\ Tik et Dik (t. or 1) = Bas, Sous, Dessous.
\\,J · Cf. arménien uiw~ = id.; persan J ; tek = ici. .... ____ _
Ce mot turc s'écrit <lussi ~ tikin et ~ tiki; ex. :

~ ~~Li ~~~ _r YJ.JJ::.~\ . L\;,.~· 1..J~


~ ~' 1-Th J."'._).J~ l,;.)~w_, 1 ~iJ_;~ ~y>
" Assis sous le rosier, j'ai toujours pensé à toi en pleurant;
Sois exe mpte de tout chagrin, et délivre-moi de mes soucis!"
Tilme,!t (t. or1)
(\ = Trancher, Fendre (en longueur).
lYoù ~ tzHm (t. ote ~iJ dilùn) = tranche. Cf.
\ ~.
' V
arménien 9 trl.!!'-L = fendre ; grec O'/\.aw = rompre, fendre ;
gothique dai{/1111 = partager ; italien tagliare = tail 1er ; français
détailler, allemand tlzeileu, et anglais to deal = id. ; sanscrit dallWZ
= partie, pièce, morceau ; lithuanien dalz's = part; irlandais
fodaiùm = je divise ; latin do!o = hacher (d'où le français
\ 'doloire').
(
't\
\1
Tim et Tum (t or1) = Édifice à coupole. '
·Ji Cf. grec Ôwµa = ( I '') maison, (2") église à coupole. Voy.
et cf. r-lb dam.
(l\v.~. 1~rCf.ou Démir tâmra
= F er.
sanscrit = cuivre rouge ou rosette ; sokpa
(Frontière chinoise) tlwmar = fe r.
QTobolgha = Casque . .....____
Cf. hébreu C'~~::l~ = tiares ou mitres.
(~" !'__~ =Ramassé,. Réuni. Rond, Balle, Boulet.
\U / Cf. le bas-latin ~lS = fai::;ceau .
(\ 'i<'Topouz = l'v1assue, 1\1asse d 'a rme s. . .J _L
.) .; ., r
~,,j Cf. l'arabo-persan ~.Y..) debl>ous = id.
/)
143
T
{jj .k ou u

(;'Topouq Cheville du pied.


= J~_,b
\v Cf. malgache tombouc = pied.
r---Tokhtamaq (t. or') = Durer, Persister, Patienter. Jl.~_,;
ll/ , .Le radical. toklt correspond à l'arménien uin~ = durée,
reststance, patience, persistance; mn~"'L = durer, endurer,
résister.
Dérivé: ~,.\~J; tok!ttamiclt, nom propre correspondant
au latin Perpetuus. C'est aussi le nom d'une famille de la
grande tribu turcomane 'Téké '.
1)*Tor = Lacs, E mbûche. .J_,1:
!.() · Cf. grec Bopo<; = sac, filet.
('21Toraq ( t. or1) = Fromage. J~Y
U Cf. grec TU,OO<; = id.
Î' Toroun = Petit-fils. . L.:JJ.J_,b
(CV Cf.~mérien tur= fils; arménien {r}nn.."b =petit-fils. Cf. encore,
grec 8oporo; = SEt·ŒN GÉNITALE; (on sait que dans le langage
biblique 'semence' désigne la postérité). Voy. et cf. ~·Y
teuré.
~j Tortou = Sédin1ent, Lie, lVlarc. ,
\~ Cf. anglais !!!!,d et dirt = id. ; persan ~)->,et arménien 'lfii1m =
id. ; basque tortica = lie de vin ; grec TpuÇ = id.
Enfin, le français 'tourteau' ( = résidu de tou~e graine
soumise à une fabrication quelconque) ne parait pas étranger
au vocable que nous examinons. L'arabe ûijJ~ ·durdiy est
vraisemblablement emprunté au persan.
*Torpido = Torpille.
De l'anglais torpedo = id. ; d'où lorpedo-catclter = chasse-
torpilles, qut: les turcs écrivent et prononcent comme l'anglais.
)J'OTA. Disons, une fois pour toutes, que les termes de marine et
d'instruments de fabrique que étaient empruntés, autrefois, à l'italien, sont
aujourdhui pris généralement de la langue anglaise : les officiers instructeurs
de la marine et des fabriques impériales, en Turquie, étant depuis près d'un
siècle recrutés en Angleterre.
r Toz = Poussière.
0 Cf. sanscrit tusta = id. ; anglais dust = id.
J
(À Tosoun = Jeune taure~u, ~une homme robuste.
C Cf. arménien pnJ./11... "b = petit d 'un animal; italien tostJ =
enfant, petit garçon.
k ou C>
1
1

( \ Tostoghan ou Tostacan (t. or1) = Dol, Jatte. ,).ii.::....b ou "'k...y •


\.Jd~ratio1~~an ~·'~~; ou . ..;):.:S.'4 - plateau,
cuvette ou bassin ; cf. arménien uiwl..u'"'~ = jatte, grande coupe,
( m. à m.' petit bassin').
Ce mot a été arabisé sous la forme ~,~:~ thyclztykltan
= plateau. ~ ous croyons que Je russe 'i!.:_1_!3!J ( = gobelet) est
emprunté au turc.
lr\ Toghyz (t. or 1
) = Enfant, Petit.

1
..
'
\~ ~ . -
ou fille), postérité.
I
....___, = enfant (fils
Du grec TÔKoç; et TÉKvov = ici. ; sanscrit tôka

Toq = (1°) Compact, Epais, Dru, Serré (tissus, etc.).


Allié, dans ces divers sens, à '--'~ syq = resserré, pressé,
~t à Fa.r abe '--'~ > = id. ; (2°) rassasié.
Cf. allemand d/ck = épais, dru ; anglais tltù:k, et suédois
tjock = id. ; arménien w1.11n.f! = plein, cl ru (épis, etc.).
Toq parait être le radical de ~b tyqmaq, comme syq
l'est de '--'~ syqmaq.
(\ ,;{:~ = Trinquer, Choc des verres.
Cf De ~'italien blocca, imp~r~.tif du verbhe ~et . touch er.
1
.
11,J aussi e ver e russe tc1101.:at = entrec oquer,
. rmquer 1es
verres. Voy. i..::...:\j...1;} tucat.
'X<Toca (Taca)' = Boucle, Crochet. (cG\l,)~jb
[':
( ' . -----
.......____....
Cf. irlandais .f:!.E_i = broquette; anglais !!.!E!_ = id. ; français
i / taquet = crochet. Le radical de tous ces vocables se retrouve
iJ ~-
\ dans l'italien attacc,lre, et le français attaclter.
La forme t. or1c cle notre mot semble être un dérivé
de '--'~....J\1 0 cmaq = accrocher, attacher. Cf. cGJj zoca
(=hameçon), qui semble être une autre forme de toca.
r" ;;;<Tocat_= Soufflet, Claque.
ll\I Ce mot parait être emprunté à l'italien tocctito = 'touché',
'J c.:t avoir, par conséquent, une relation indirecte avec le verbe
.. 1 .
r
turc '--'-..,.;,..J IOCùltlllll<ltj = toucher; car, les vocabl<..!S turcs,

ottn ou or1, e:--:primant ·soufflet', sont : ~~ labantcl1é;


)~ cluwtar; J1~L dtaplrq '~cf. l'arménien w1fLl;;'L) ! i..::...:~L::i
dltlpat (cle l'italien CtJ/<ila ou du persan i..::...:~~ '..:;-- tcltap,1t?) ;
. ~...:::....! boc/1rq ; , ~l; l<lsl.:1 ou ~,li tarsdi:i.
1,
- ...I· - - - \.,.;: _,.

En russe tt'oul.:at signifie' frapper doucement sur un corps


dur'. \' oy. et cf. :..:_(,.;~..) dcugmek = battre.
(J
\j
145
'[ 1, ou~

,Tocounmaq ou Docounmaq = Joucher, ~r, ~· ~y


Ç La foime réciproque de ce verbe est,_,~;;}> docouckmaq,
dont le subst. v~b. ~docouch s'emploie ordinairement
à la' suite de ~ich, subst. verb. de J.4rJ
dégichmek
=échanger, troquer (q.v.), dans la locution i_;jY, i..fo./rJ
dégich docouch = échange, troc. On sait que . la lettre
~
v
(ch.in) s'intercalle dans les verbes turcs pour leur donner le
sens de mutualité d'action.
Cf. latin !_!l.go, ~ango = toucher; hébreu VR':' taqà' = id. ;
grec Btl'tYaV(JJ = toucher, tater.
~

Le radical onomatopée toc, dont est formé notre verbe Î


turc, est commun à un grand nombre de langues. Voy. et J
Î y
cf. AJ toca, et ~rJ degmek.

(ÎTolos = Voûte, Cintre. )~~ ;:_9' ( t...;w};


lV Du grec 86>...oÇ = voûte, dôme~ ~e. La prononciation
vulgaire de ce mot est tonoR,·.

~er, ~e,
(\î.olghàniaq (t. or1) = Ceindre. 0.._.,~f
1
. IJ -------c-r-Iatin torquere =
id.
L'orthographe de ce verb~ en t. ottn est ~ dolamaq,
d'où ~~i: do/ab = roue (hydraulique, etc.), armoire ou
buffet tournant.
( ~Tomata ou Domates = Tomate. ~l..Jb ou AJl..J~
Du mexicain tomatl; catalan tqmatec = id.

( ;)(<T.Qm..ar = Rouleau de parchemin ou de papier.


1(} Du grec -r~v, diminutif de r..oµ,oç = volume.

r Iomag.. (variété de Jl..J-;- tchomaq) = Gourdin, Massue,


Û Battoir.
Nous rapprocherons de ce mot l'algonquin toméhag
(communément écrit tomaltawl~) = sorte de massue en bois,
de z pieds de longueur, qui sert d'arme de combat aux J.ndiens
de l'Amérique septentrionale.

~omal~q ou T.Qmbalaq =Gros, Ramassé, Boulot. J ~~i· ou J ~l-.fi


f)
\
Cf. latin tumulus.
NOTA. Dans le Vilayet de Castambol, la pêche (fruit) s'appelle~\~,;~?!.__
tuglu lombalaq ( =' boulot velu').
L
.....

T b ou ü

*Tombac = Chrysocale, Similor, Tombac. -.L.')k


IW •
L'origine de ce mot semble être le malai ta111bâJ;11 =cuivre :
italien lolllhacc,1, et portugais tambac1i = t <J mbac .
~"'fl>mbala = Culbute.
(, ... I) e l'italien tombait> = id.
V:t:·Tomboul = (enfan t ) ~· .
Cf. anglais d1tmpl111g = petite personne grassouillette; ..
dwfif et i!_~if)'~s.
..., ·~
(\
~Tomroudjaq = ~on, Surgeon, Bouton d'arbr<:. (]~il
~· r---
Ce mot c..:st un dimin utif de: •. -•')k tomrouq = id. Cf.
l..:'.J' .L -
latin 1.!!.!JLor =enflure, ~ur, et t1tbercubt111 = tubercule.
Teuré = Pousse, Rejeton, Surgeon .

(~
..______ ./ d .
1Yoli r..:_-..._~fi ~/.: = naitre, provenir, se pro u1re, d
1.:)).JY o u ~.J}' tor01m = petit-fi ls. ~(..~\ c uTémcl.: e s t une

·'
sumérien uru = -
aüîi·e forme de tcurhncl.:. Nous comparerons le premier au
e~~ ~cond2 égale_!l1 e~t, . ~~ien
t11i· = fils, petit; médique tur = id.; latin lltrio =jeune branche;
~ ... ,.
grec ~' = SEME:'\ (;J~NIT.\LE; arabe t'-7'.,J..j = progcn1ture, race,
postl:ri té. Vü)'· ./••
\.......:; t1·rd, •.••
~
1~m.• et J dru!. Cf.
'-'.;....;.J
J.;.)
e ncore, arménien uml'I' = jt:une branche, d'oli 1nn111,/;L = pousser
des rej eto ns; chaldéen i1 ddr, et hébreu ïii d(Jr = génération.
':<'Tutun = (1°) Fumée, ( 1'') Tabac.
Dans cette dernière acception, nous croyons que /11/1111
© est une imitation de f</mz, nom brésilien de cette plante,
<1riginaire de l'Amérique. Il nous est, en c..:ffot, difficile de
COllCcvoir qu'une PLANTE f.SSE:-JTIELl.El\IENT !\IÉI>ICINAl.E soit

dénomn;iée simplement ' fumée', par la raison qu'on en


fume auss i les feuilles c!csséchées. D 'ail le11r:->, le mut fé/1111
était couramment usité en France pendant le..: premier sièck:
de son infroduction en ce pays; témoin cc quatrain, inséré
sous lllH.: gravurt: de l'époque, représ'c:11ta11t deux mou:-qw.:tairc~
rtttablés, dont l'un aspin.: avec délices les bouffées d'une pipe.
tandisquc l'autre ~';1pp rétt: it l>nir<: le co11tc11 11 d'1111 \·erre qu'il
tient en main : -
.. !\my, prand cette pipe, elle est bi<.:n ;; Jlumée,
k nt: goustay iamais de sy d ouce fumée.
Cc lieu 110us est comode e t le temps <>portun:
Dt: pui." que ic m't:xcrcc il prn.ndre du pétun.''
T .k ou <.:...i

Du temps d'Ambroise Paré, le mot pétun était déjà tombé


en désuétude et remplacé par les expressions: CATHÉRINAIRE,
ou .MÉDICÉE, ou HERDE À LA 'ROYNE ', à l'ambassadeur, à tous
maux, de Ternabon, du grand prieur, herbe sainte, etc.
Qui peut dire; cependant, que l'usage, cet 'arbître
souverain ', n'ait pas consacré métaphoriquement le terme
tutun, dès l'origine, au sens de 'tabac'? Cf. par exemple
.
les mots francais 'bon bon' = toute sorte de sucreries, et
'plaisir' = espèce de p~tisscrie légère roulée en cornes, etc.
Quant à sa première acception, tutttn peut être rapproché
du persan iJ).) doud, lequel s'emploie aussi au sens de 'tabac',
comme dans le distique irrégulier suivant:-
:{! yÏj\ ~k...J ~ ~
t '°'J~ ) } ~~yÎjt
"J'ai fe rmé mes lèvres et ma bouche contre L' EAU
,un~RE (les boissons alcooliques) ;
au lieu de L'EAU AMÈRE, je me suts arrêté à la
FU~If:E AMÈRE (le tabac).
Il

Cf. le persan ~....J-.) = cheminée et pipe, et l.:JJ.)y>-~)J =


fumer.
Le grec Ka7Tvo<; ( = fumée), au sens moderne de 'tabac ',
est une traduction pure et simple .du turc tutun = id. Cc
dernier est, du reste, admis depuis longtemps dans les
vocabulaires russe et bulgare, sous la forme tioutioun.
Signalons ici un fait curieux: l;cxpression turque JJ \ ~~.)):'
bouro1t1l-otou (litt. 'herbe au nez' ou 'médicament pour le /
/ ! nez'), qui désigne le tabac à priser, n'est usitée, de nos jours,
))
"· que par les Arabes, sous la forme tronquée ~YI:.' bounzoti,
tandisque les Turcs eux-mémes se servent, pour le t'ném e
objet, d u terme arabe "'.~;;\ çufiyé (litt. 'nasale').
~

rs~ = l&i, Règle, Co1:suétude. ..


\l
T-
D e l'hébreu ilïir.ï tûrii, d'où l'arabe ~ \'.) ,J\ le 'Pentateuque',
~
et le pehlévi daritm'/ = 'porte de justice', ou, comme qui

Tug
.___ = Plume, Duvet. -
dirait aujourd'hui, 'palais de justice' ; assyrien Nrtn = loi.

(cî
U
c:.
~ .
nordiqu~ dii1~ = ~ u~~t..; allemand dmtn.e, et anglais dow11 =id.
L expression V"Y ~:J IUJ' tus = poils et cheveux, est un
exemple de ces accouplements de mots synonymes, et plus
L2
T k ou u

ou morns homophones, si nom breux dans les langues


orientales. En voici quelques-uns : .....r.Y. i...SY. boy bos =
taille et port ; ~.J~ .J y tor top = ~:am assé et serré ;
Y)"' ûr' soy sop = parents et alliés; J4! ~lJ cab catchaq=
vases et ustensiles ; )'~ (_;; j ~ conou cofzchou =hôtes et voisins ;
~Y. ~Y. yat yaraglt = arm ures et armes; ~ jt~ bcil= bet=
/ teint et mine; --=-')'!~ J~ tclwul tchapout =haillons et
guenilles ; J::;y::- uJ~ tcho!ouq tclzod/ouq =petits et enfants,
i.e. famille ; '-'~~ '-'~.J~ tclwrpyq tclz;1rp)"q = tortu et
rogné; ~~ JV ~ tckmaq tclteumlek = plats et pots,
i.e. batterie de cuisine; JJ., J..fb herty perty= hardes et
fardes; Ji...r., Ji_r.. yertyq per~yq = déchiré et râpé.
Il en est d'autres, cependant, et en nomb re incalculable,
dont le second membre est une particule puremen t im itative
de son et dépourvue de sens, et qui tient lieu de la locution
latine et cœtera. Telles sont les expressions, J-:y,,
J-:1
eski puski = des vieilleries; ~_)Y, ~_)~ partclza pourtclta =
des lambeaux; ~ t":l: qylyd/ mylyd/ = des épées, etc. ;
Jl:i~ Jl:i~ yataq malaq = des lits, etc. ; .JI.)~ .JI.)~ tchad)1r
madyr = des tentes, ·etc.
C( aussi, les locutions analogues persanes C:::~ ~~ lterdj
merci;· = pêle mêle ; .L• .JL: tar mar = dispersé et épars ;
~~ &.-:li tasa vasa ,.; peine et chagrin ; C
J /__ ked/ ou
med/ = de ·travers, à l'envers. à rebours.
Tun (t. or1) = Nuit.

C~ : ';.;)J J 1,;..,fliy
tunégun =
';.;.J_,J tun u gun =nuit et jour;
hier; ~6.l.iji t1mlémck = passer la nuit; JJy tune!.: =
perchoir, bâton de volière.
) Cf. russe ten = ombre; anglais dun = obscur; allemand
dunkel = sombre, et dü11ster = brume.
Touï (t. or') = Réjouissance, fête, Festin ;
( pl. 1.;..iy.Ji tuyun, qui est de mème format ion que l:J)?.)! coyoun,
pl. de ,_s~ co"t' = mouton). Le t. ottn ne connait que la forme
plurielle seule de ce vocable soit 1.:.-~.J dugmz, et l'empl oie au
sens de •noces '. Voy. et cf. ._;Ji coi'. ,
Cf. mongol tawa = fête, et thibétain dlte-V<l = réjouissance ;
sanscrit di"u = jouer, s'amuser ; grec 8o{v'YJ = fête, festin
arménien cno'b taon = fête, solennité : sumérien dû = se réjouir.
149
T 1, ou c,,

r;'i*Toutoum. (t. or') = Aigre,. Acide.' Sumac.


~ . De l arménien [J[Jm.. = aigre, acide.
(\ Toura- = Tortis, Écheveau (de fil, etc.).
lW Ahmed Vefik Pacha en fait un dérivé du verbe ~~_,b
( lorlamaq = ramasser, réunir (rac . .Jf
tor).
. Quel rapport y a-t-il entre ce vocable et le français toron=
\ assemblage de plusieurs fils de caret (gros fil à fabriquer les
cordages) tournés ensemble?
" On peut admettre, dit A. Scheler, que tor ( = latin

1
. tortum), étant devenu un mot d'usage populaire, ait pu
engendrer le dérivé toron, comme tour ( = turnus) a fait
touret."
c\ (. Cf. grec Topo<; = corde, et latin !!!!!!! = petite corde, lien
'-V ( pour atbiëner la vigne). Mentionnons, pour mémoire,
l'arabe ~ tourra = boucle de cheveux.
-
*Tourfanda = Prin1eurs, Fruits ou légumes hâtifs,
r~
l}J
\ Précoces.
Du persan ~~)_} ten.'e11dé = id. Ces vocables ne sauraient
1.x.J.

dériver de l'arabe ~. . ..b touifet = neuf, récent, rare.


Le persan tervendé a pour synonymes ~Y térahi et ~J~i
nevbavé.
()*Tournure = Objet de toilette, .JY.J:
·. {;' de forme arrondie, ferme et élastique, que les dames
attachent sous leurs robes, au-dessous des rems. Il dérive
du même mot en français.
NOTA. La tournure n'étai t point inconnue aux dames del' Arabie; témoin
le mot iJ4="1 id.Jazet, qui, d'après les lexiques arabes, signifie: "un petit
coussin dont les femmes se servent pour élargir en apparence leurs parties
postérieures.»
Touz = Sel.
Cf. dhimal (Bengale) dese = id. ; sokpa (Frontière Chinoise)
tavoso =id.
Tough = Queue de cheval ou de yak (Bos grunnz'ens), ty ou ff
sorte d'en.s eigne formée d'une, de deux, ou de trois queues
de chevaux attachées au bout d'une demi-pique, et que l'on
portait autrefois devant les Pachas. La triple queue était
l'indice du grade le plus élevé. Dans l'Asie Centrale,
T

~Wi_ tocsaba (altération de ~L:, ffi touglt saltibi =


possesseur de touglt) constituait le titre d'un chef de
régiment, et ~ ~ tough begi ou JJW:J tocsaoul,
désignait le chef des porte-enseignes de la garde.
La queue du YAK, attachée à une longue hampe, formait
le fanion ou le drapea u des officiers du rang de pansad (chef
de 500 hommes) et au-dessus. Elle servait même, quelquefois,
à marquer les sépultures des santons illustres.
Les queues, ou les crinières de chevaux se portaient aussi,
autrefois, sous forme de panache de casque, et cet usage
semble avoir une origine fort ancienne, ains i qu'en fait foi
l'expression homérique 'hippocome' ('à crinière de cheval'),
~.

épithète qui s'appliquait à un cimier orné de crinières


chevalines, pareil à celui du casque porté par les dragons de
nos 3ours.
L'étendard formé du même appendice caudal remonte
également à une haute antiquité. Sur les cylindres de
Persépolis, on voit la Divinité, figurée sur une sorte d'anneau
ailé, adorée par le roi, derrière lequel le takabara (porteur de
taga, ou queue de cheval) porte la queue de cheval, ou le
chasse-mouches.
C'est donc dans le vieux persan taga que nous voyons
l'origine de notre mot toug}z. L'assimilation de ce dernier
avec le mot ~ ~g ou tudJ = plume, duvet, ne nous
semble guère soutenable, à moins qu'on ne veuille y voir un
synonyme, ou un dérivé, du latin tu/a, auquel Végèce attribue
le sens d'' étendard fait de plumes '. Cf. encore, grec <ro/311 =
queu·e de cheval, plumet de casque fait de crins; latin Juba=
crinière, aigrette de casque; arménien lrn"I = houppe, touffe,
gland ; persan d,; = touffe de cheveux; allemand schopf et
zopf =id. Pour la mutation des gutturales en labiales, voyez
et comparez les exemples rapportés au mot t\k
daglt.
!'~ughr~ = Chiffre ou 1\1onogramme, bien connu, des
souverains ottomans.
Il se place· en têtè des édits, decrets, rescrits, et proclama-
tions impériaux. Il consistait autrefois en une ligne courbe
représentant la signature du monarque. Quelques lexico-
graphes voient dans le mot toughra, une variété de J_,_r:fi
151

T .k ou~

toghroul ou Jfa tougltrul ( = sacre, ou faucon), et ils


affirment que la silhouette de cet oiseau, aux ailes déployées,
constituait anciennement chez les Turcs le blason impérial,
l'emblème de la souveraineté (de même que l'aigle, ou le
coq, chez les nations de l'Occident).
Ne clisp?sant pas des moyens de contrôler l'exactitude de
cette définition, nous ne pouvons que l'accueillir avec réserve.
En fait, · le tou.gltra présente aujourd'hui · exactement
l'empreinte d'une main grand ouverte, un peu perichée à
droite, avec le pouce, ornementé, émergeant du côté gauche,
le petit doigt allongé du côté droit, les trois doigts médianes
réunis, dirigés en haut, et la paume à la base; le tout formé,
comme on sait, de l'entrelacement savant et gracieux <les
noms du souverain régnant, de ses augustes père et aïeul, et
de la formule sacramentelle, semper. 111dor (Wb ...}bJ\ el-
mosajfer daïma ).
L'histoire nous appr~nd que l'usage de trernper la main
ou le doigt dans une couleur, et d'en marquer l'impression
sur les écrits, pour en attester l'authenticité, a été Sllivi de
tout temps par les chefs Tatares, et par d'autres peuples
asiatiques.
Parmi · les antiquités découvertes par la professeur
Hilprecht dans les ruines de Nippur (Babylonie), il se trouve
des tablettes datant du viie et du ve siècle avant J.-C., et
contenant respectivement les écritures de deux maisons de
banque, Egibi et fils, et Murashu, ainsi que quelques contrats
conclus par eux a\'ec leurs clients. Ces documents portent
le cachet et la signature, c'est-à-dire, l'empreinte du pouce,
des contractants. Une des tablettes dont il s'agit fait voir
jusqu'à 30 de ces empreintes digitales.
Les Fagh-four (fils du Ciel) de Chine signaient Jeurs
rescrits, etc., en y appliquant leur pouce trempé dans l'encre
rouge. Ses Ministres usaient de l'index pour tracer, au lieu
de signature, un trait courbe, lequel, dans l'Asie Antérieure,
s'est transformé plus tard, pour les signatures vézirielles, en
un caractère arabe, de conformation analogue, constituant
opportunément la lettre initiale ou finale du mot ("~
malou.m ( = connu). Ce mode de souscription, fort usité
152

T .b ou ü

.
autrefois dans les pièces de correspondance vézirielles, est
restreint de nos jours à certaines circulaires, lettres d'invita-
tion, etc.
Le chef des bouJdhistes du Tibet, le Dalaï-Lama, en guise
de signature, place sur les documents officiels, l'empreinte de
sa main trempée dans du vermillon.
Lorsque le sultan Osman, chc::f de la dynastie des
souverains Ottomans, eut à signer l'acte par lequel il prétait
serment d'allégeance au sultan seldjoukicle, Ghyasuddin
Messoud, qui l'investissait de la dignité de Beg (ou prince),
il y apposa sa main en s'écriant,\Togliry dyr /- 'c'est juste';
paroles d'où certains auteurs se plaisent à tirer l'origine du
mot touglzra. .
Le célèbre historien Baron Purgstall von Hammer rapporte
que, lors de la ratification du traité de corn merce conclu
avec la République de' Dobro-Venedik' (Raguse), le sultan
Mourad I, trempa sa main dans l'encre et l'apposa en têt.c
de cet acte diplomatique. Cela se passait en l'an 767 de
l'hégz're, soit I 36_s A.D.
On lit dans !'Histoire de Timour Beg·, que Timour scella
de l'empreinte de sa main rougie, le diplôme par lequel il
donnait à Ramazan-Zadé la souveraineté des provinces
Ottomanes de l'Europe.
Aux Indes les titres de transfert d'imme ubl es dèvaieut
porter, naguère, l'empreinte du pouce des contractants et
des témoins. Cette façon de signer se nomme, en persan
.f. 11 • / /. • / ' ' d u d orgt.

~ .l::l.::>- 1.:tiatlz e11g11c1tt = ecnture
A

Les annea ux dont les anciens hellènes se servaient en guise


de sceau ou de cachet personnel,s'appelaient 'doigt' (Ô<Î1eru/\.o~).
Au Japon, depuis des siècles, tous les documents d'Etat
doivent être munis de l'empreinte rouge du pouce. du
souverain régnant.
Enfin naguère, en Chine, lorsqu'un voyageur s'ad ressait
aux auto rités pour obtenir un passeport, on end uisai t d'une
certaine couleur la paume de sa main, et on en , prenait
l'e mpreinte :'ll r une feuille de papier fin. Ce document ,
. 1 ,1~ 1 ,.: :,·.1ucl 011 i,iscrivait le nom du porteur, lui servait de
passèpürt o fficiel.
T k ou u

L,opportunité d'introduire en Europe l'usage de l'identi-


fication individuelle au moyen de l'empreinte du pouce, se
présenta, il y a près de 80 ans, à l'esprit pratique d'un
allemand, le Dr. Purkinje; 45 ans plus tard Sir William
Herschel, le célèbre astronome anglais, alors attaché au
service du Gouvernement des Indes, publia un livre pré-
conisant l'adoption de cette mesure. Enfin, il y a une
douzaine d'années, sur l'initiative du Dr. Francis Galton,
professeur à l'Université d'Oxford, secondé par Edouard
Henry, alors Inspecteur général de Police aux Indes, les
autorités policières de l'Angleterre adoptèrent définitivement
le système de découvrir les criminels récidivistes au moyen
de l'empreinte de leur pouce, système aussi sûr, mais bien
moins compliqué, que celui du service anthropométrique créé
par l'ingénieux Mr. Bertillon.
L'idée de 'doigt' qui s'attache au mot tuugltra (cf. kltatti
e11gucht)1 doit porter le linguiste à diriger ses recherches dans
cette voie. Nous nous bornerons à signaler le malgache
tongro = doigt.
1

~ *Toughla = Brique.
Du latin tegula = tuile; italien tegole = id. ; d'où aussi le
grec mne TOV/3Àov = brique.

' Toul (t. or1) = Désinence qualificative atténuante,


01 -
\· comme dans J~I agltemtoul = blanchâtre, J~)-~
sarymtouJ =jaunâtre, J~Y,yacliymtoul=verdâtre, J~J/
g eukumtul = bleuâtre, etc. Cf. grec mne 8wp'ia, et arménien
P.vt' =nuance, ton, cou leur, teinte, (comme dans ulLwfJ'!J!' =
tirant sur le · noir; uUf/1U1w~UJ{Jvt' = tirant sur le blanc ;
Fl-'lJl'IU[éJm-fu = de nuance foncée; zf~UIP.'lJl' = roussâtre, etc.) .
.La lettre ~ (m) intercalaire est explétive dans les mots
turcs susvisés. Voy. et cf. .......~ si:.

~Touloum = Outre (recipient en cuir).


',) D u grec TvÀtµor;
' = b ourse d e cmr.
. 'uiQ
v- ..)i,oS
Le mot J}.,1 tolouq ( = peau d'animal écorchée entière
pour faire une outre) est une forme variée de touloum.
(
> ''
154
\l\)
.k ou ü

( L.,::~Touloumba = ( r ") Pompe. (2'') Trombe, ( 3°) Espèce


·U cle pâtisserie.
De l'italien trumb<l = pompe, trombe ou tourbillon .
.._____________
Quant à la pâtisserie désignée .r-ar ce vocabl~ turc, ce
dèrnÎer est une corruption de ·~}) ::1t!oubié ou, selon l'ortho-
g raphe persane Wj :::u!/ibz"a. On pourrait encore le
rapprocher de t~ ku!enbt! autre mot persan, désignant la
pâtisserie connue sous le nom de 'plaisir '.
î
*Tournan = Culotte.
1
Du persan~.:)~ l!mbtrtt - id .

()\ Tournan (t. or1) = Pro vince, L)istrict.


\ Ce terme est corn mun au turc et au per:;an ; dans ce
dernier, il s~ ..... ..J tttmeu . \.:.,.,i:_), et il s'applique
aux districts ayant cent villages dans le rayon de leu r
circonscription. 11 corresponù au ,\.:..S'J~ perldné des I ncles.
Un gouvernement provincial se compose d'un nombre · de
toumans et de beu!uks ou di visions.
Cf. latin do111inium = d omaine.

0 Touna = le 'Danube '.


~.J Cf. sanscrit duni = rivière. Cf. le t. or 1 '-".,.J tcu - t or rent,
cours d'eau bruyant ; arménien Po'b ( = {ilwL'b ) - torrent,
averse.
1v"'
-"\;!<y-A
t \î)"~
~"',Typ typ (Tim tim), Onomatopées exprimant ( ï "")~~ r- r. . . .. .
\, \.r
-1"
~'O ,.
le bruit d'une goutte de liquide qui tombe.
~e,..,,. -./ Elles sont suivies du verbe <,j,..,..L \b dam!amaq =d égoutter,
dont elles constituent la racine. C f. sanscrit tip = tombt·r
goutte à goutte.

Typ typ (Tym tym) =Tomber goutte à goutte. ( ~ ~)~~ ~~


Cf. sanscrit tip = id., distiller; tim =être humide, et ttma =
moîteur.

*Traconia = Vive (poisson). . .. ' 1


~Yr
Du grec ôpa"ôvnov = id. Le dictionnaire Camousi Turki
fait dériver ce mot de -rpa:xovpo<;, espèce de raie-fami lle des
trygonidées.
( .
1
L. ) 1 5s
V

T' .k ou u

*Trinket (t. naut.) = Trinquet.


De l'italien trinchetto.
. t~ Tyrbenmek (t. or1) = S'agiter, Se trémousser (autre
U Yforrt~e de ~J-iJ teprenntek et '-'~~.;::- tchyrpJmmaq).
l Cf. grec Tap/3€w = id.
Tyrys = Allure au pas (t. d'équitation).
·1 Cf. sanscrit taras = rapidité, vélocité; trx, trzâmi = aller,
se mouvoir; grec TPÉX,w = courir, et Topoc; = prompt; vif, aigu.
Cependant, en s'en tenant strictement au sens de ce mot
turc, on pourrait y voir une forme contractée du persan ~.J..)
durust = droit, juste (a1lure).
Tyryl = Gue nilles, Objets sans valeur.
Cf cymrique dryll = lambeau ; breton tru/ = chiffon ;
nordique dril = déchet; francsais drilles = vieux chiffons et
rognures serv a nt à fabriquer le papier.
Tyryl s'emploie aussi dans l'acception de 'pauvre hère ',
'misérable', et comme tel, il pourrait être comparé à l'anglais
•(
thrall = esclave.

*Tyrpan = Faux (instr. arat.).


-
Du grec ôphravov et Ôperrav71 = iù. (<lu verbe ÔpÉ7rw =
faucher).
Ce mot turc pourrait, cependant, être une forme variée de
~~.J:-- tcltyrpa11, nom verbal de '-"~K tch;11-pmaq = couper,
d'où ~ ;::- tchyrpy = branche coupée, cordeau. Pour la
mutation des consonnes initiales, cf. grec Ô<tKvw, et turc'-'~...!~
tc!tacmaq = mordre ; grec ÔÉpµa, et persan 1,....:>::,./ ,.
tdtcrm =
peau, cuir.
*Tyrpana = Espèce de raie (poisson ).
Du grec Ôpe?Tavtov = id. (ainsi nommé à cause de sa queux
tranchante comme une 'faux'). Voy. 1..:.-'l~_.}-- tyrpa11.
'\

1u *Tyrtyl = Ver, Chenille.


De l'arménien fdJ'/JnL/' = id.
*Tyrfa = Aliment in1pur et prohibé
(chez les Israélites et les Persans). De l'hébreu 9~~ tarif=
impur, opposé à..,~~ kàst'r= pur.
•• T
T 1, ou u

*Tyrcaz = Barre de porte. ) I.:;_}


A ltéré du persan V""\J:':J'-' dérivas = id. ; les Persans
emploient aussi, da ns ce sens, les mots ~J) /ervéré et ~-'.JJ.}
/ er verdé.
Tyrnova e t Tarnau (t. or1) = Petit cours d 'eau.
Cf Tarn, Drin, Taro.

1 ~yqll:\M = Boµrrer, Fourrer, Presser, S e rre r. ..


'-'~..'.'. '
\r ": '~ Allié à~ syqmaq =presser, serrer, gêner. Voy. J_,k toq.
Dérivé: j~ tyqnaz= trapu. L'arménien {J{ulrl (=couver)
ne semble pas être radicalement étranger à notre verbe t urc,
au sens primordial de presser, serrer, fouler.
Tylaq = Chamelet, Jeune chameau, Enfant, Petit. J~
..
Cf. arménien uul..wJ = enfant.
r ~et Tynlamaq = Rendre ou émettre un son , ~ U et~
l~ Proférer une parole.
Cf. latin tinnire et tintinare = tinter ; sanscrit {tan, iianâ mi
=rendre un son ; latin tonus, et grec -rovor;; = to n, son ; arabe ~
lant'n = écho ; chinois tchin = voix. Cf. (j.-.1:..~ tcliynlamaq,
autre forme du verbe qui nous occupe.
Dja, Djé = D ésine nce adverbiale .A>-.
qui se place à la fin des 111ots (s ubstantifs, adject ifs, et
verbes); elle se pronon ce d.fa ou dj/, selon qu'elle se trouve
jointe à un vocable à voyelles fortes ou douces.
En voici les différentes acceptions:-
( 1") 'Comme,' 'à la manière de': ex. ~_;; tur/,:d.fé =en
turc, à la - -manière
-- des Turcs ; ~·~ f?!.~.u-
l;f
==- selon moi;

·~~ mcrd-d.f/ = comme un brave ; ~~·~)::;- tclzodjouqdja


= puérilement, d'une manière enfanti~?~·
(2") '_..~ peu j)rès,' 'un peu': ~ 1 aqdja =blanchâtre
~\ élc?cl!idjé = acidulé, aigrelet. Ce suffixe donne
souvent au mot qu'il suit, le sens de 'suffisance', d' 'abon-
da1ice ' même, comme dans ~-~ tachf.yd.fa = pierreux
( nom de localité); ~~l::;- tchamlydja = sa pinière (id.);
·~j-~ cozloudja = lie~ phmté de noyers (id.); ~\ ylydja
= eaux thermales (de~~\ yf.)'gh = tiède); J~~\ ysyd.faq
- chaud (pou r ~\--isid.fé o u ~.:~\ isigluija - s uffisam-
ment chaud).
(3°) 'J us~e,' (dans cette acception, notre suffixe se
transforme souvent en J~ d.faq ou ~ d.fck): ~b
cltama-d.fa, ou J~ t-.. .. b cliama - djaq = jusq u'à Damas ;
~ -~~~ akclwma-dja = jusqu'au soir. Ne pas confondre
ces particules avec les affixes diminutifs '-'~ d.faq, djyq, ou
cl;ouq, et ~<:.::: d.fck, djïk, ou djuk, corn~ d~ ""'~ .J) ~
yavroudj~1q = petiot, petiote ; ~~ éiT) adjyq = petit rocher;
1

~~~J?i CO?t)IOztdjouq =petit p~~~L~ gdùtdjÏI.:= petite


bru, belette ; ~~,=:-,! kutclmclji1k = tout petit, etc.
(4'') '~tant à,' 'en fait de,' '<ill point de vue de ': ''':::'·: )_,/i
servetd.fl = au point de vue <le la richesse; A~" i) vl,-::ù1tlji:
~

quant au poids. ;:;


(5") 'Par,' ·<le la part de': ~J..\ c11iùl;.é = par-devant;
·~l.,.. evvelclji! = d'avance; ~··c..f>- /m/..:ztmetdj/ = de la part
<le l'Etat, par l'autorité. -
''
Dj

(6°) ''f ant,' '~1tant': .~Y. boundja et t~__r clwimdfa = 1


1
autant que ceci ou cela; ~))Y. yuzlerdj/ = par centaines ;
1

~)\ oland.fa = autant qu'il y a.


(t ') 'Lorsque,' 'dès qu~' : (~~ .J déyindjé = aussitôt qu'il
eut dit ; L\~. , ,~ gcunau(jé = dès qu'il Je vit.
.._ .,,_,, .1 ,/

(8") 'Chaque fois': t~~.J dédi/.:djé = chaque fois qu'il


dit ou disait; _C......_
..~i.).JJ ge11rd1tl.:cljt! =chaque foi s qu'il voit ou
voyait. etc.
Nous comparerons la particule enclitique dont noti:-.
1 >
venons d'indiquer les différents emplois: (a) dans sa première
acception, avec le suffixe grec "h (a"fryÀ.tKry, ryaÀ.l\.tKry ) et avec
le latin cè (mzglicè, gal!icè) ; (b) dans sa deuxième acception,
avec le mongol tchin, suffixe correspondant à la désinence
'âtre'; (c) dans sa trobième acc:eption, avec le persan t.ï l<l
1
( = jusque), à la différe nce près, que cette préposition se
place avant, tandisque son srnonyme turc se met aprl:s
d
le mot qu'il limite. La mutation des lettres t et dj se
retrou\'e, du reste, dans le suffixe turc W.J dek, autre forme
de ~ d_;F.k (v<triari.te de ~ djé), dont il est fait mention
ci-dessus. Quant aux particules dim inutives turques citées
dans ce même paragraphe, elles procède nt de la mêm e
origine que le persan ·~ tclzé. et les particules grecques T~ct
et 1el ou Ka, etc.
'X<Djaba = Gratis.
De l'italien gia/!ha = id. ; on d itJ "lül'i !av(,rato di giahbrr,"
c'est-à-dire," tu as travaillé pou r ri en."
( ::\e pas confondre ce mot ;1,·cc le persan~ d;ïl>a = taxe, t1
''
1

im1)ôt: forme intervertie de _L•


\.:.. . /JmH
';/

. o;:' Djadjyq = Salade ""';,;_;-\..:>-


.. . .
(~ faite avec du lait ct1illé et des concombres hachés.
Cf. sanscrit dâdil.:a = mets pn:paré a \ 'CC du lait caillé, (de
darù = caillebotte).
' t

':·:'Djarta = Flatuosité, V é ntosité , Gaz sortant d~ corps '


avec grand bruit.
Altérati on de l 'arabe t.1,..: .::aria= id.; ~ . .b :::ort est aussi
..,1 ..,/ . /

une forme turque altérée cle ce ,·ocable a rabe. auquel correspond


le persan;~..) ::1'béglu>11r. '
Dj

1 t'Djardjar = Machine à battre le blé. .J~.J~


C( arménien 'lfw11.lÎu11L.f! = id.
r Djarlamaq (t. or1) = Crier, Proclan1er. (......_...~.J~
l\ (j D'où ~.J~ djardjy = crieur public. La racine .J~ djar
= voix, peut se comparer au sanscrit kar = crier, appeler ;
vieux haut-allemand ltaren =id.; arménien 3uuL =discours, parole;
hébreu Nil~ kiirii' =crier ; sanscrit gi'r= clameur ; latin garrio =
T T

crier ; grec 1eaÀ.É<tJ = appeler; berbère (Kçour) car = crier;


irlandais gair, et gallois gcr = id.; grec "liJpuç; = voix, et K?JPV~ =
héraut. Cf. enfin, italien darlarc = bavarder, et vieux anglais
galan = chanter.
*Djagh = Rais, Rayons de roue.
De l'arménien z<frL'L' -illr'L = branche ; arménien provincial lÎu11L
= barreau.
*Djamékian = Chambre réservée dans les bains turcs,
à l'usage des personnes aisées, pour se déshabiller. C'est
une altération du persan~\(,.\.::; djamégiah = garderobe. Mais
le peuple ·a vu dans la première partie de ce composé persan
le mot Î~ djam, 'vitre,' et il en a forgé le vocable 1..:)1.(,.~
djamékimt, pour exprime r: ( 1°) la chambre réservée, citée
ci-dessus; (2°) une vitrine; (3°) une serre chaude (pour
plantes). La formation de ce vocable étant irrégulière,
d'auct~ns en ont fait un composé de r-l:; = vitre, et l.:.JK... =
lieu, demeure. Or, ·on sait que ce compusé n'existe pas en
persan, qui ne possède que la forme t'J~\.::::- djamld1a11é =
\ maison vitrée, laquelle sem blc être le seul prototype de
djam ékùw.
L'origine persane de ce vocable ressort, du reste, de
l'existence d'un autre mot persan de même formation ,
e mprunté par les Turcs, soit 1..:)\...\..-.~ djamédan (m. à m.
g-ar<lcrobe) = portemanteau, malle, valise; que les Russes
ont aussi adopté sous la fornie tchémodan.
~:{"Djandarma = Gendarme. .., ~ \ ::>-.
(Vf 1\

Du français, id. Par une coïncidence curieuse, la langue


persane nous offre w1 mot homophone et presque homonyme,
dans le composé)~\.::; d:fmidar ou .J"-·'tJ\.::; djanédar = ~x~r­
sonne portant des armc::s, porte-armes.
r-...
r \
160
~)
Dj

~ Djavlaq = Nu, Chauve. J~JG:--


". V1J . Cf. latin calva = chauve ; allemand kahl = nu ; anglais
(a!low = oiseau qui n'a pas encore ses plumes. J~.;­
tchJplaq = nu, et J~ _,l: m 'vlcrq = décortiqué, sont les variante
e t synonyme de ce mot turc.
De même que dans .certains dialectes des idiomes néo-
latins, chez les Albanais et chez certains insulaires de
I' f\ rcbipel méditerranéen, ainsi du rn,5te qu'en persan, la
mutation de l'explosive en sifflante ou en chuintante n'est
pas un phénomène rare en tprc ; en voici quelques
1

exemples : J~~ tcltyngl1raq = sonnette, clochette, et


J~~ qounghraq = id. ; ~ tcltentmek = entailler,
éb réch er, et Jw~ gcdmeli: = id. ; '-'~ l.;--- tcltapmaq = piller,
(d'où J~\~ tc!tafonl = sac, pillage), et '-'~l:; capmaq =
ravi r; '-'~~_;::- tcltyrpmaq = rogner l'extrémité, et ~_}
qyrpmaq = couper les bouts, tondre ; J.fiJ~ tchotouq - -
f
tronc d'arbre, et dy kutuk = bûche, souche, bloc; &.~.J ~
tduurpé = marcassin, et J.....'..Jf ke11rpé = tendre, tendron ,
jeune ; '-'~~ tdtfghJ rmaq = appeler, et ,}-~~ qyghyrmaq
1

= id. ; '-';....Jl.;--- tclwtmaq = réunir, joindre, et ~l:; catmaq =


adjoindre, ajol1ter; ~.k:- djrû:maq = se dédire, se désiste r,
'faire faux bond,' et '--~ l: caïtmaq = revenir, retourner, ou
~~t:; caimaq = glisser, et ~\.:: taïmaq = se détourner,
glisser; ~\~ tcltacmaq = enfoncer (un clou) en fr~ppant
dess11s, battre le briquet, et ~IJ caqmaq = taper, battre,
enfoncer ; i...:-0,.):;:- tch/vi'rmrk = tou rner, retourner, et
J-~?.j q)1vyrmaq = tordre, tortiller; i...:_(..).J)~ tchurumek =
pourrir, et ~~jJ coun,1111wq = se dessécher, sécher; '-'~-'\j
cav1J1aq ( t. or 1) = cha::;ser, pour:-;uivre, et ~~"fJL, s<Zv11wq =
congédier, mettre à la porte ; J~ (j)' I = poil, crin, et J_,~
!chou! (et persan 1.J~ djitl ) = tissu <le crin ; de même, pers!ln
J')~ guva!, et turc J\_J:;- tdurua! = sac de crin; i...Sj!L.Jf~
tclœ11/;cr-stzqJ'.'::J', po ur ~~)L jLl /.:01gcr-strqy.-::y =masticatoire
préparé avec le suc de l'M tich;rnt sauvage (!.:c11ger,, arménien
4w"lu1wn.) ; û_.r~~~ tcltrmgl~1 1 JJ', pour ._.:-1~;\_S' kùlllgltyry = ville
du vilayet de Castambol (Asie l\Iineure), ancienne' Ga11gra';
· ....,,/./
.• J.l> .,
. .• J.t:;
tdzm•!ouq, ..._,./ ../
(z a7·/011t1 = !)etit-fils, arrière 1)etit-lîls;
'J

,'-'..,/
\.;.>.Jv t> ..; _../
1
tdw!!iwu!, (J..i:.!) •• j qm.'1'1t =calomnie, médisance.
.,,,./
Dj

Veut-on, enfin, connaître l'opinion des savants de l'Asie


Centrale sur cette particularité dialectale? Voici ce qu'en
dit l'illustre Ebul-Ghazi, dans son Ched/éréi Turki (ou
Généalogie des Turcs), p. I 3, édition de Kazan.
.J~.J-'~-'' ~id wlj d.4.:1 ~·W/~ ~ ~
"Par suite de l'inaptitude de leur langue, les gens du
peuple articulent la lettre caf comme 4;ïm."
On sait que, dans plusieurs dialectes arabes, la lettre
d/ùn se prononce comme une gutturale ; de là, peut-être, les
formes '-:-'?. 4Jëreb, et y_} kéreb; ~ 4;ëmel, et J..s'
kémel; ~~ 4Jëdem, et ~~ kédem, etc.
(Ù Djet Jt. or1) = Bohémien, Tzigane. ~
~ (Voy . .Jb.::- tchytaq.) Cf. sanscrit /Jëta = vil, bas, et éêta =
serviteur.
*Djendéré = Pressoir.
\ Du grec ICUÀ.tvôpor; = calandre, machine à tabiser les
etoffes. Voy. et cf. .J~ silz'ndr.'r et .J~ kelender. Les
Persan·s, qui possèdent également ce vocable, le prononcent
d/undéré, ce qui est plus conforme à l'orthographe du
prototype grec.
Djiber ou Djiver (t. or1) = Chamois, Bouquetin. ..;~ ou~
Cf. latin caper = chèvre ; assyrien sapparu = gazelle mâle ;
polonais z ubr = bœuf sauvage, bison; mon khapa = chèvre.
Ce mot t. or1 semble être allié à l'arabe fa- 4Jefr =
chevreau de 4 mois qui commence à paître, (pl. _}k:-' et)~·).
, f; *pji~r ou Djiver ( t. or1) = Agile, Actif. J~ ou~
l,, Altération du persan y~ = habile, actif; arménien l1wp"ffr~
= id. (avec suffixe diminutif).
*Djidji = Joujou, Jouet, Colifichet, Babiole.
Cf. persan _,.::;_y; djoud.fou = id. ; italien giugillo = id.
*Djidjim = Espèce d'étoffe en laine pour tapisserie. ~
Du persan ~\;:;<V"~) (pélasi)d/a4Jïm = id.
tfJ Djilav (t. or 1
) = Devant, Avant, Tête. _,4-
Cf. slave glava = tête. Ce mot est allié au latin globus et
à l'arménien 'llnL/11 ( = tête).
M
\ 162

l)j t,)

*Djiniviz = Génois.
De l'italien Genovesc = id.
NOTA. En Turquie, tout monument ancien dont la date ou l'origine es t
inconnue, est généralement a ttribué aux d_jinh.1iz ( Gênois, dont plusieurs
colonies existaient dans le territoire du Bas-Empire). Le prestige qui , dans
l'esprit du vulgaire, s'attache à ce nom, provient de ce que la première
syllabe, djin, évoque précisément le souvenir de ces ' génies' fabuleux qui
jouent un si grand rôle en Orient. En somme, le terme oriental d.Jiniviz
correspond à peu près à celu i de cyc!oplen, en usage ch ez les peuple s
occidentaux.

*Djindi = Cavalier. -''."-''1-:.,z-:::::_,;:::y._~


Ce mot, dont l'origine d.evra être rec~erchée dan s 1-arabe ·
t..$~ d;imdi = soldat, troupier, (de ~~ d:Jund = arm ée),
a formé le nom cL'une plac e, autrefois célèbre à Starnboul,
située sur la plage de Coum-Ca po u e t connue, d ans le bas-
peu ple, sous la d énomination erronée de ~~ djmdji
(mqdam), '(place de) l'exorciseur.' C'est à cette place que se
réunissaient, n<lguère, les cavaliers, pour se livrer au jeu de mail.
Cf. l'espagnol ginete = écuyer, caval ier habile.
*Djivada = Boulon;
De l'italien c!tiavarda = id.
*Djivadyra = Beaupré.
De l'italien civadiera (?).
r '~Djivélek = ( I '') Petit d'un chamea u, chamelet; (2 °) ~.:••<h~
I .
\j Jeune apprenti attaché au corps des janissaires, Cadet.
Dans toutes ses deux acception~ le mot qui nous occu p e
peut avoir été tiré d u persan ~IJ:::- djuvanek = garçonnet.
Mais cf. encore; le persan d.Jly.> dui:alek = serviteur hindou,
cool.ie; ainsi que l'arménien 3/rd,-,1/,~ = petit 1utin, (ce mot est
le diminutif de 3f,'-'"'L = spectre, être informe, goule).
Pour l'analogie du sens de ce dernier mot, cf. l'anglais imp
= (1 °) lutin, farfadet; (2°) enfant, surtout i enfant terrible ',
ou ' petit diable', 'diablotin'.

~\ Djochmaq = Bouillonner, Déborder. ..


'-'..,.......::>
,\

.) .

"\J Cf. persan~~~ = bouil lonn er ; vieux anglais gusclten =


jaillir, anglais to guslt (forth) = id. ; allemand g iesscn = verser,
répa ndre; arménien /um..JlrL = faire irru p ti on, et )nulrL = verser,
é pa ndre.
(1
1 1
1
( 103

't-Djomboul = Boue liquide.


Cf. sanscrit fembâla = b0ue, fange; jamba/ini = rivière.
:1.' Djon_ta (t. <le tailleur) = Chanteau. Ah,;y;:-
1
) \ De l'italien giunta = r allonge, appendice.
Signalons ici, sans cependant vouloir établir aucune
affin ité étymologique avec ce mot italien, l'existence en
t. or 1 du mot .._sl..i~ djontaï, ou Jl..iy;- tchontal.:=poche
cc> u ~ue dans Je basq ue d'un vêtement d'où le t. ott"
~ \~ tc!tanta = sac, portefeuille.

:t:' Djeumerd = Génére ux. ~.r:-


C0ntracté du persan~\_,.;:;- djuvmzmerd= libéral, généreux.

Djudjé (Tchutchek) = Nain.


Le t. or1 tcltutclzel.: signifie aussi 'poussin', et dans cette
acceptio n il est allié au persan ~~ = poussin, d'où l'arménien
provincial m c ~{iJ = bambin. Voy. et cf. aussi v'6::-:-J?,-
0

t'-lwdjouq ( oui]~&: tcltotclzaq). - -


Cf. l'italien (dialecte d'Ombrie) ciuco et àucliiuo =bambin,
et cucco = mignon, garçon favori; sanscrit çzf! = enfant, petit
(d'animal).
Djudjuk (t. or') = Délectable, Doux, Tet ou Pis.
Ce m()t s'écrit aussi ~~r sutclm!.:.

0 C f. sumérien /di (dont notre mot turc semble être une


forme redoublée) = dcmx ; sunwar ( i'\épal) djùlji, magar (ibid.)
djioutclw, horpa ( Frontière chinoise) tltutlw = doux ; hébreu
('
~~ siis = agréable ; sanscrit svad, persan JJ=>- , basque g o:::o,
J allemand siiss, anglais sweet = id. ; grec r}ôu~, hongrois edt:s = id.
De ml:me, hébreu i i dâdlt, arménien U1/1ui et ~/,~,grec Tfr871,
berbère zù;é, mexicain tsitsitl, persan~ tclmtclm, amboyna (<liai.
l\falai) susu, allemand :;it:·.;e = mame lle, mamelon, tet

r t Djunbuch = Dive rtissement, Festin. ~


UJ Ce mot ne doit pas être confondu avec le persan~;;
dju.nbiclt = mou vement (<lu ver be \.:./~ = bo uger). .
Not re mot turc est une simple imitation du grec o-vµ,-rrouwv,
latin symposium= acti on de boire ensemble, banquet, festin, etc.
Cf. le sanscrit sampéti, qui est le prototype des mots grec
et latin sus-lnoncls.
M2
Dj ( _

(~ Djunduk = Bec, Museau.


Cf. arménien ~urnL9 = bec (d'oiseau ).
*Djouroum = Multitude, Banc (de poissons).
Cf. latin turma = troupe, foule, multitude. Cf. encore,
l'italien ciurma, et le français clu'ou.rme = réunion des forçats
d'un bagne. L'italien ciurmaglia = populace, est formé de
czurma.
*Djoumba = Saillie.
1. Altération nasillée de l'italien gibbo = bosse, protubérance .
Djyryq = La plus petite pièce divisionnaire
de la monnaie de billon d 'Autriche, autrefois en circu-
lation dans l'Empire Ottoman.
Ce mot semble être une corruption de d~ tcltéïrek =
quart, désignant la pièce qui représentait la quatrième partie
d'un sou (pfennig) ou lzeller, soit, par assimilation, la plus ·
infime fraction monétaire en cours.
Djyrdjyr = Grillon, Cigale. r..r:
Cf. assyrien ~ar~ant = grillon ; araber r sursur (pI.r~)
= cigale.

Djyz (onomatopée) = Bruit aigu produit par la viande ~


grillée.
On peut rapprocher de ce mot le verbe arménien ~fi1Ln'-L =
brûler. (Voy. et cf. jf keuz.) Le grec m e T<TOÛ'w ( = douleur
11

cuisante ressentie après une brûlure), d'où Tuoû,tµov = cuisson,


nous semble allié au persan~~ soukhten, d'où V)~ souzich
= brûlure.
Djygh et Djyghy (t. or 1) = Cri, Gémissement. . t .
~e~~
Cf. arménien 'l{[.ft et i!i/.1_ = id.

C
1,

,..~ Djygha = Couronne, Aigrette, Panache.


. . Cf. thibétain jva = bonnet; sanscrit cikhd = aigrette.
)
Cf.
("", encore, latin galea = casque.
\l) Djylyq = Pourri (œuf) .
Cf. arménien J.n'!fu(fiL ) = pourrir, se liquéfier.
·rch

Tchaï (Saï) = Rivière, Fleuve.


Le circassien te/taï semble être emprunté au turc.
~ Cf. limbu (Né pal) te/toua = rivière; thotchou et takpa
(Frontière chinoise) tehalt =eau, et tehilt =rivière; dhimal et
garo (Bengale) tchr: = eau et rivière. L'allemand see et ses
congénères sont alliés à notre mot turc; (quant à l'acception
de ' mer' de ces d erniers, cf. persan ~J'"' déria = mer et fleuve).
Nous assimilons également à tchaï les noms de rivières Tay
(en Ecosse) et Tage (Tagus) en Espagne.
Les règles phonétiques permettent également de mettre
ici en ligne de comparaison le japonais kawa = rivière, et
o-gawa =un ruisseau; auxquels nous adjoignons le vieux français
(d'origine basque) gave= torrent, cours d'eau de montagne,
latinisé en gabarus. (Gave est un nom commun aux rivières
du Béarn : cf. 'Gave d'O loron ', 'Gave de Pau', 'Gave de
Mauléon'.) Le t. or' ~))~ tehavoun = to rrent, rivière, etc.,
appartient à la même catégorie <le vocables. Voy. ce mot. -
( f Tchaï = Thé.
. 't
'-1/
1 D u chinois
· teh"
a = .d1 • ; en R uss1e
. aussi. on se sert d u mot
tchaï pour désigne r le thé. Les japonais emploient le même
vocable.

*Tchap = Calibre, Module.


"i) De l'arménienl_u11fr = mesure.

(,î*Tchapa = Houe, Hoyau, Ancre. _ ., .


\.l) De l'italien zappa ou du grec mne -rua'TT't= id.; cf. grec
uKa7TaV'T} = houe, pioche (peut-être de uKa'TT'-rw =fouir, creuser).
Isidore rapporte le latin sappa = hoyau. De là~ sûrement,
l'italien zappa, et le français sape.
Dérivé: ~~~ tcltapalamaq, ou c.,,;,J~~ tc/iabalamaq =
se donner de la peine, s'efforcer, piocher (au figuré).
(~ 166
Teh

*Tchapaq = Barbeau (poisson d'eau douce).


Du russe tclzébàq = id.
~ *Tchapari (t. de pêche) = Arondelle, Corde garnie
d'hamecons.
'
De l'italien chiappare = accrocher, saisir, attraper.
C, *Tchaparyz = Obstacle.
.\~ Altéré d u persan~~) ~ (tchep-u-rast) = gauche et
·~
).) .,.
droite, au sens de 'croisement', 'traverse', etc.
Tchapmaq = Courir. .. ~
LJÂ"! .,
( D'où ~ \.;-- tclzapqyn = galopin, cheval qui va à J'amble.
C( l'arménien ~lr"llrL = se dépêcher, courir; sanscrit éap ou
kap et éamp, éambâmi = aller, se mouvoir, capala = rapide,
agile ; équivalant au kavi kapala = cheval, d'où latin
caballus, etc.
De tclzapmaq dérive J~ ~ tchapoul = pillage, sac ; pour
l'analogie, cf. le français voler ( = enlever, dérober), qui dérive
directement du latin volare, ou plutôt, :·nvolare = ' voler sur',
c'est-à-dire, faire incursion, dérober, enlever.

- Tchat.

l~
Racine du verbe tur~~ tf hatlam!Jif = se fêler,
éclater, et du substanti'f IJC; tcltatal = fourche et fourchu.
Cf. sanscri~ éatdmi = fendre, diviser, briser.
Tchat es~ aussi une onomatopée marquant le bruit d'un
choc, ou d'un objet qui se brise avec fracas. Cf. les locutions
adverbiales: sanscrite éataéata = avec un bruit répété, et
persane ~ = cliquetis; arménien 2iwJPPL = éclater,
faire explosion, craquer, se fêler, se gercer.
*Tchatra-nat...a = Locution adverbiale, ~~ ~~~
~ - ~
) )~ 0

qui s'emploie pour désigner la connaissance très-imparfaite


1
) 1 d une langue, ou le très-petit nombre de mots que l'on peut
\ \J dire dans une langue.
Nous croyons que ces deux vocables sont altérés du
bulgare tchetir - pet = 'quatre' 'cinq'. Conséquemment,
l'expression tf:.r' ~~ ~~ ~:; turkdjé tchatra patra
seuylerim, éqllivaudrait à "je ne connais que quelques mots
en turc ".
Teh

Tchatmaq =Joindre, Couvrir, Bâtir, I-I eurter, Se joindre,


S'unir, Se heurter.
. D'<>Ù d\~ tc~at;1 = ~toiture, et .J'""~ tcltadyr = tente.
Cf. sanscrit éad = couvrir, et .....___
éâda ou c'âdis = toit de
chaume, couverture ; persan ~ tclz/tou = couverture. Cf.
encore, le vieux turc ~ ~ = escalier, échelle,
échafaudage ; c'est une autre forme de J~ tchaty ; le persan
r::-- tchétou (~),s'il n'est une altération de~ tchét~,
pourrait être également considéré comme un emprunt fait
au turc.
Pour la mutation dialectale du 7.:' tchim, en ~ chz"n, cf.
.: t"._? . :t'.4~ 1..:::.
~ geutchmek et ~i geucluzuk = se transporter,
émigrer; ~pat et <..:.-'\J~ c!tapat = s~e;
~~ chaclwiaq et~~~~ tchaclimaq = s'étonne,r; ~
t'cliaghynnaq et 6:,_~ chaghyrmaq = appeler, inviter, etc.
Exemple du turc de Crimée:
~'.JG ~.~~ &S_r.- 1.:Jlè~l::i
M..::.J'.. '.J ~ d _,/.:::-. ~
. ...J li. ~_,/..::>- , • il~ L.r ~ L!i
. ..., (
"Ne commets pas une action honteuse en ne ·te rendant pas
au lieu où tu es invité ;
Et ne te mets pas dans une situatiqn gênante en te rendant
là où tu n'es point invité."
(;:,_T~ur = .A ctif, Débrouillard, Adroit, Agile,
\3.J Habile, 1ngénieux.
Cf. sanscrit 0:.!:!J:.a et zaltr = id.; arabe ~chatyr = id. ; .
italien cùU"done = e mpressé, affairé, remuant.
r\J) T~ (Tchéter) = Tente, Parasol, Voilette.
~ Cf. ~rec 1efrap1s et 1eiôapt'I, et latin ddarù = tiare ; hébreu
~) .J'""~

il}f
ketlzer (celer) = couronne 1 ; sanscrit ëatra = parasol,
(/
l
ombelle; c2dis = couverture, toit de chaume 2 ; russe cltater=
1 On sait que, dans ses origines, l'ombrelle était l'e mblème du pouvoir
souverain. De même que dans l'ancienne Egypte, en Perse, et en Chine,
le parasol a été et est encore considéré de nos jours, comme une marque
de dignité dans certaines parties de l'Asie et de l'Afrique. " Le seigneur
de l'ombrelle'' était 1 ~ titre que se donnaient les princes mahrattes de
l'Inde, il y a à peine une soixantaine d'années. Autrefois, les rois de la
Birmanie s'intitulaient " le souverain des chefs portant le parasol".
.a Voy. ~~ tcltatmaq.
Teh

tente, pavillon, et tchadra = voile des femmes musulmanes.


Cf. encore, arabe .JJ..::>... khydr= voile, couverture, d'où c>~~
moukhaddérat =dames voilées (c'est-à-dire, chastes, pudiques,
modestes), corresponciant à l'expression persane b'->f. ~\.
Enfin, tclzadyr désigne, en ordou (langue vulgaire de
l'Inde), une large écharpe dont on se couvre la tête et le corps.
Cf. sanscrit kavari = couvré-chef.

Tcharpmaq = ( i 0
) Frapper, (2°) Enlever, Ravir . ..
~.)
l>
..
l'
Cf. latin carpere = enlever, sai sir ; grec ap7T'u,Hv - id.
Voy. etc( ~_r.- tchyrpmaq.

·i *'!'chadùia = Évolution de colonnes volantes.


D'où ~ tclzarkhadjy = voltigeur. Cf. grec K.LpKoç
I •

-..:._____.
tchù-gé.
.____. ---
et KpiKoç = éercle, anneau; latin circus (et circa).· Voy.~
.___..,.

\.\ *Tchatcharon = Hâbleur, Fanfaron, Empressé.


\\) De l'italien ciaccherone = bavard ; ciacciarone = personne
qui fait !'empressé, et que l'anglais qualifie de busybody. .~ -
)ï) .
Tcharyq = Sandale. ~.J.,
.. 6.
Cf. hébreu ,~.,~ srokh =courroie (de 1!~ sarakh = entre-
lacer, lier) ; arménien urplr/u = sandale, sabot. Les Persans
disent ~~ tcharugh ou tcharuq.

(?Ü Tchagh = F?ériod~L_Âgt!>-


~l Cf. chinois ts.ai'- = an née ; médique taka = temps, vie;
sanscrit kdla = temps ; japonais saï = année (d'âge). Cf.
(I encore, mongol tsak = temps; japonais u-sai = id.
\ Ce mot turc a été emprunté aussi par les Persans, sous
les formes & et J~ et peut-être a ussi par les H.usses, sous
la forme tchaç = heure, temps.
&
En t. or1 tchag!t porte le sens de' compte ', 'nombre ',
et il est synonyme de ~L sayz· = nombre, dérivé du verbe
~L saïmaq = dénombrer, compter.

C ,Tchaca ou Tchagha (t. or 1) = Enfant, Petit, Bambin.' Ai~ ou~~


'W L 'expression t. or 1 Ai~· ~li bala-tchaglta ( =marmaille
famil le), corres pond exactement a u t. ottn J~Y~ Jf)::;-
\ tclto!ouq tc/LtJdj~1 uq. Le mot k~ tclt0gl1a représente une
CîV 169

variété du vocable qui nous occupe; il s'applique aux petits


des animaux sauvages.
Cf. grec ToKo<; = progéniture ; mentawey toga = enfant ;
arménïen UJ'l_UIJ = id.
/\T chaqy = Petit couteau, Canif.
l/t1J~-- -.~ous ne croyons p.as pouvoir ramener ce mot au verbe
~l;i-- tchaqmaq = fenr, frapper.
1

Cf. persan Jl;i--


= canif; sanscrit éakusa = sorte de glaive
droit et mince; dialecte de l'île de Tarakaï tchako, et kamtchadale
tclzuaka = couteau.
,
,rTchaqyr = Epervier.
~; C( arabe fa
= faucon, autour; arménien uw~tL = id. ; bas-
(
V latin sacer, d'où le français sacre = id. Cf. encore, le persan
~ chekré = tout oiseau dressé pour la chasse, et ~
tcherglz = faucon, allié au grec KlpKo<o = espèce d'épervier
à vol circulaire.
Quant à la distinction spéciale que s'attache au nom de
cet oiseau de proie (cf. sacer ales, et l'allemand weihe = milan,
du vieux haut-allemand wz.ho= sacré), elle se retrouve également
dans l'expression _rJ\_..r.b tyr ul hourr = 'l'oiseau noble', par
laquelle les Arabes désignent le faucon.
(\Tchaqyr (Tchagh!1") = Vin.
··v .Cf. hébreu i:lt!'
,. .. sëkhar =liqueur fermentée, d'où grec <:TLK€pa,
et l~tin sicera. Vieux espagnol szgra, valaque cigheariu. L'arabe
fa sékr ( = ébriété) est allié à tous ces vocables, qui
paraissent dériver d'une origine sémitique. En russe tchikltir
signifie 'vin nouveau qui n'a pas assez fermenté'.
~ l:ç~l = Caillou, Galet, Rocaille.
lV Cf. latin calx, dont le dim. fait calculus = id.
l\.'.Iais c( aussi l'anglais s:_hingle = galet, caillou.
(' Tchacmaq = ( 1°) Frapper, Cogner; (2°) Briller, Re-
\ c1 splendir.
\Li D'ou~~
' "1 l
tc1zaqyn = ec l air.
. I
Le composé ~w "11
~~
.. ,

tchacmaq-tachy (m. à m. pierre à frapp~) = silex.


Cf. sanscrit c'af, c'afâmi = frapper, heurter; et kas ou kaç =
briller, resplendir.
Tcliacmaq est une forme variée de caqmaq, q.v.
'fch

Tchaqmaq = Mordre, Piciuer; au figuré, Comprendre, ~~~


Saisir.
( Dérivé: t. or' ~l!l~ tc~aqan ( t. ott" 1..:-'~ tclwglzan ou 0~
tclziyan) = scolopendre: m. à m.' mordant'.
Cf. grec. ÔqKvw, et sanscrit danç = i<l.; aymara ktcltaca =
<
J dent. L'expression triviale grecque T<JaKovw = attrappcr,

( happer, semble avoir donné à notre verbe turc- s'il n'est lui-
même emprunté à ce dernier-le sens vulgaire de 'boire'.

Tchan = Cloc he.


Cf. chinois tclwifog, et annamite chuông = grosse cloche de
pagode; arménien 11:.u"b'f = id., dont le dim. 'l"''b'f"'~ est
seul usité. Le vieux turc J!;i_,.; congraq = cloche, et t. ott"
J~ tchynghraq = sonnette, grelot, peuvent être comparés
avec le sanscrit jœy/.:rta = grelot que l'on porte aux pieds ;
persan ".J.(ij zntgul et tJ~j ;;eugulé = cloche, clochette,
grelot ; japonais /mne = cloche. Cf. encore, sansc rit kac =
rendre un son, claquer, d'où kaçâ = fouet.

( Tchalqa (t. or')= Dos, . (1....,,_..w~ tchalqasida =sur le dos).


0 fCf. arménien z_ "'L"'~ = i<l.
/. l'our la mutation de la chuintante, cf. (t. or1) _l:,...
~ .
tchatch
\ pour '[L:, satch = cheveu ; J~~ tc/zatchaq pour J\.;-~
[ satchaq = ( Iù) auvent, (zù) frange; JL.~~ tchatchramaq
pour~~ sytckramaq = sauter, etc.

Tchalmaq (Talamaq) = Frapper, Dérober. ((.)Alti,) u.-J~


Du verbe turc ta!amaq = p iller, saccager, dérive l.:J~\.:;
talan = sac, pillage; Jfil, ta!aq = prise, butin ; U'.dlk ~ qyr.:
ta!aglry = captive (fille), prisonniè re.
Cf. persan ~..Y\.J ta!iden = piller ; sanscrit tu!, tô!âmi =
enlever; latin /ollo = emporter, enlever; vieux haut-allemand
r.:a!on et =alen = voler, dérober; grec '&r/>...Éoµ.at = détruire,
fair<.: du mal, et uv\ow =pi\ Ier, voler, S<lccager ; arménien 1/-/rl'lrl
= capturer, emmener comme priso nnier; cf. la l_ocution
1lr1,frL 'f"l' 'filrv avec sa co rrespondante turque ,.._,~ 1 ~ '-:-'} l~
\.
tc/1n!yb tc!tyrpmaq. Voy.'-'~~ tcltyrpmaq.
Au sens <le 'frapper', not re vc1 be turc pourrait être
comparé au verbe français taler= frapper ; d'où 'taloche' =
~ 171
'Teh

. "'\ coup de main sur la tête (vulgo 'calotte'), et 'talmouse' =


soufflet.
Voy. et cf.~ tcltelmek, forme atténuée de tcltalmaq.
Le mot tchalmaq porte aussi le sens de '-~.jou~ ',·adjoindre';
de là dérive le nom verbal MJb..- ., tchalma = sorte de turban
partiellement brodé. Ce mot a ét_é_i_n-troduit, tel quel et avec
le même sens, dans le ~e.
Il est également synonyme avec ~)lb dalamaq =mordre:
J_,' ~lê~~ tclzalaglzan otou=ortie (m. à m.' herbe mordante'),
d'où J_,r ~l.~r~~.' ysyrghan otou = id.; cf. le dicton:
ûiJ~ ~Js A:'' ûi.)l\1 ~\;~' ysyrgltan dalady, ébé geumed.;ï
yalady = "l'ortie a mordu et la mauve a léché" (les morsures
et en a atténué les effets cuisants).
Voici quelques autres dérivés de tcltalmaq : ~ tclialy11J
= ~r grave et affecté, gourme; tranchant (d'épée, etc.);
Jl~ tchalyq = balafre, de biais ou de travers, oblique;
~~ tcltal)'chmaq = travailler.
Enfin, tchalmaq signifie aussi 'faire resonner en frappant',
'jouer d'un instrument de musique.': cf. sanscrit kal = sonner,
résonner, ou grec taÀ.À.€tv = pincer les cordes d'un instrument,~
d'où taXnjpiov. Dérivé: ~\;-- tchalglty = musique, instru-
ment de musique. '
Î\
t r" *Tchamytch = Raisin sec.
lJ De l'arménien l._wJ'fiL = id.

f1; Tchamour = Boue, Fange.


iJ
Cf. basque cimaurr.a = id. ; mongol cltabor =
id. ; provençal
camoi's =id. ; français cambouis= id. ; vieux nordique gormr = id.

(,\ Tchanaq = Terrine, Bol, Crâne.


\.V Cf. arménien 'fu/114 = crâne. Pour l'analogie, cf. l'arabe
~ gomngoumet = crâne, coupe en bois ; ce dernie r

d'où aussi le turc ~ coumco1111ta· = id.


t Cf. aussi, le grec KO"f')(!J, latin concha = conque, d'où aussi
conche =auge (dans le Poitou et le Centre).

( *Tchantchan = Bavard.
l) D e l''1ta1·1en ctanczare
• . = b a vard er.
Teh

',rchav (Sav) = Vogue, Renommée, Rumeur. <_,l..i) J~


~\ Cf. chinois kao = proclamation, et tchao' = <lecret ; sanscrit
'U çabda = clameur (allié à l'~abe i..:.;.) ~ sawt = bruit, son, voix).
Voy. et cf. a.J Lo sava. ---.__/
'
" *Tchavela = ~e. ~_,~
1 ;/
1 ~talien ciambe/la = tout objet tressé ayant la forme
V de gimblettes. Mais cf. sanscrit k uvéni = nasse, panier
à poisson.
Tchavoun (t. or1) = Torrent, Rivière. 1..:JJJ~
{~) Nous considérons l..:J~ sihoun (rivière du Turkestan ,
l ( alias 'Syr Daria') comme une forme variée de tchavoun.
Pour les vocables correspondant à ce dernier, nous renvoyons
le lecteur au mot û~ tchaï.
Tchavoun se prend aussi au sens de pluie, comme dans
ce proverbe turco-tatare:

~~~ ~)~~ _)'µ, ~)~ ~~L.i


} .J).JiJ ~' ~~ ~ ...,J ~iJ ~;'
( "Le laboureur demande la pluie, le voyageur la sécheresse.
C'est Dieu qui donne à chacun des deux sa part."
Nous croyons que Savus (la Save, rivière d'Autriche) et
Saucona (la Saône, rivière de France), ne sont pas étrangers
au mot turc qui nous occupe.

Tché, Particule affixe t. or1, formative du féminin.


(). Exemples: W agha= monsieur, ~W aghatché =
\Ul dame; ~ big= seigneur, chef, ~ bitchl (pour bigtchl)
\. l = dame, et ~ û~ baï-bitclzé = grande dame ; ~\jj conan =
cheval de 2 ans, ~'ûj conantcha =jument do.
Il se peut que cette particule féminisante soit identique
avec · le suffixe dim. persan ~ tché, appliqué, selon les idées
orientales, au sexe 1''AIBLE ou DÉFECTUEUX.
Mais cf. l'h~breu li~ fssa (icha) = femme.
T •

~Tchépitch = Çhevreau d'une année.


([\ Ce mot semble être une corruption de l'arabe ......~ kébeclt
'\J (hébreu ~:l~
...., klbhls) = agneau d'une année. -
Q173
Teh

, Tchépin ou ~j!_bin = Moust~~e. ~ou~


V Cf. latin tabanus = t~;·-;alai taboun - guêpe.
'X<Tchété = Bande (de brigands).
De l'albanais, id.
*Tchétélé = Taille,
petit morceau àe bois, dont se servent les gens du peuple
pour marquer, par des incisions, Je nombre des unités reçues
( ou livrées par eux.
Dans son Leltdjéi Osman1:, Ahmed Véfik Pacha considère

G tcltété!é comme une forme variée de &.\\:;.~ tchatalé ou Jli~


tchatal = objet fourchu, et il en donne cette définition :
"deux pièces de bois que l'on taille ensemble."
En effet, les petits commerçants, tels que les bouchers,
les boulangers, les porteurs d'eau~ les marchands de vin, etc.,
se servaient autrefois d'un petit bâton, fendu en deux parties
r égales, sur lesquelles vendeur et acheteur faisaient simul-
([ tanément des coches, ou de petites entailles pour marquer les
\Y quantités de viande, de pain, le nombre des seaux d'eau, de
litres ou de verres de vin fournis ; puis, chacun reprenait et
conservait son morceau.
Si telle est réellement l'origine de ce mot, comment
expliquer alors l'existence en bas-latin du terme cedu!a (d'où
l'italien, l'espagnol, et le provençal cedola, puis le grec mnc

/
r
TIJ"€Ôou"-a) = taille, et qui semble provenir du latin schedula?
NOTA. Chez les Arabes, l'instrument qui sert à ce mode primitif de
tenir les comptes, s'appelle i~.1:<:- djt!ridet (de ~r.- d_jérid ='bâton de palmier',
\
\
~
, auquel on faisait des coches). Ce même vocable sert à désigner aujourd'hui,
'.i\June matricule, un registre, un bulletin, etc. (Cf. yl-,s,I\ ;~'°" djéridet el-llisab=
'registre ou livre de compte'; ~,,1_,..,l1 i~r.- djt!rùlet el-havadis = 'bulletin de
nouvelles', i.e. ' journal' ou 'gazette ' ; ~l!:ll ï~r.- djt!ridet e!-tt!kia/if ='rôle
\
ou matricule des contribuables '.)
I~ Selon toute apparence, le nom même de l'impôt dite TAILLE, dont se
!~( trouvaient grevés autrefois, les roturiers en France, provenait de ce que,
dans l'origine, les collectenrs de cet impôt se servaient cFune taille de bois, j
pour marquer leurs encaissements. En pays turcs la taille s'appelle ...;}
kerti ou ~} kertik (du verbe .:..f..,.jj !.:crime/.: = tailler). Dans l'Asie
Centrale on se sert généralement <le l'expression persane '-="Y:' ~ /,.'/uztti-
( tclt0b (m. à m. 'écriture de bâtonnet').
\ ~ . *Tchetch (t. or1) = Nasse (de pêche).
" De l'arménien 9 w'b9 = filet, rets.
(,-· Tchédik = Botte.
,t)
'F ---v;y~~' étik.
~ 174
Teh

r~
\l, *Tchérez = Desse rt, Fruits secs. i r>
/J y

Du grec ~17poi; = sec. \

Tchéri (Tchérik) = Soldat ; (~.._r.::- ) ,_sK

~
0
<\;\
\
\ d'uù ....s__r.- ~ yéni tchéri
'. •
Janissaire. '
= nou\"elle milice, c'est-à-di re,

Cf. sanscrit éaraka = i:.ô<lcur, espion, vagabond . On con nait


la triste réput ation acquise, au m oyen âge, et chez ce rtains
pe uples de l'ancien monde, par les milices indisciplinées, ces
bandes d'aventuri e rs mercenaires, qui se mettaient au service
de qui les payait le mieux, et que l'histoire a flétris sous les
dénominations <le routiers, de malandrins, et de condottieri.
Le persan ~~ tcharik = garde qui accompagne et
surveille la caravane, e~t, vraisemblableme nt, le même mot
que le turc tchérz'k.
*Tchergé = Hutte de tzigane, Petite hutte appelée
'calenderi '.
Cf. sanscrit grha = maison.
*Tchervéta (vulgo Cherbeta) = Turban. c0../...l
••>-·1

De l'italien giro-vetta (?). Le vra i nom turc de cette


coiffure est &...J~ tcltalma, ou ~-)~ saryq. Les russes ont
emprunté du turc le mot tclzalma.
'X<Tchek = Chèque.
De l'anglais cltec!.: ou clieque. Notons ici, p ou r 11H.:moi re,

1 que le mot perso-indien J.:;- tclœl.:, don t les Arabes ont fait
i..:_G, sa/.:, signifie un 'acte', un 'document', et dans cette
acception il est synonyme <le C'~ bl'rat, mot arabe qui
signifie' patente',' di plôme', 'brevet', d'où ~~\ ~ léifet-
ul-bérat = fête musulmane q uc l'on célèbre la nuit du 1 5c
jour du mois de Clzâban, et que k:s Persans nomment
~ ~ clzeb-z"-tclzek = 'nuit du diplôme' (sous-ente ndu,
'de la rémission des péchés': ~,~ = immunité, quitus).
Tchekmek = Tirer, Peser. ,,_:_,<...~
Cf. vieux haut-allemand ~ucltoll et allemand .:ùfi,·1t = tirer ;
arménien J.'fbL = id.
Dérivé: ....$~::;- tchéki = ancien poid:-; de 100 ocques st.;rvant
au pesage <lu buis de chauffage.
Teh
0 175

*Tchékidj = Marteau.
(JiJ Du persan ~Jl;--- tchakioulclt=grand marteau de forgeron._
Ce dernier est dérivé lui-même du verbe turc ~l;--- tchaqmaq
= battre, enfoncer des clous. Voy. ce mot.
Tchegné (Tchengé) = lVIâchoire. <lDb.) ~
rv Cf. nordique ke~ma = id.; grec ryÉvu~ et ryÉV€tOV = id.; persan .. . ..
4..il;---=id. (ce mot semble être d'origine turque); allemandkznne,
et anglais chùt = menton ; latin gena = la joue; persan &..f
ketché = mâchoire inférieure.
'
Tchéleb = Dieu. ('-'~b.)
• y
~
• ...

Cf. sumérien khilibu (ou cliilibou) = id. (correspondant


LU à l'assyrien iluv).
Ahmed Véfik Pacha traduit tcheleb ou tchalap par' croix',
et le fait dériver de l'arabe ~ J_., salib, ou du persan~~=
croix. Selon lui, le culte de la Croix, introduit en Asie
Centrale par les missionnaires Chrétiens, aurait rendu le mot
tcltalab synonyme de taliry ! Ce vocable se serait conservé
dans la langue, avec la dite acception (?), même après l'avène~
ment de l' islam, témoin cette formule dont l'usage s'est
maintenu jusqu'à nos jours: ~' .J ~~~ ~~U, J~~
yoqdour tapadjaq, tchalabdir andjaq: "il n'existe d'autre
Etre-adorable, que tchalab." On sait, du reste, que ces
paroles traduisent exactement celles en arabe qui forment
la première partie de la formule constituant la profession
de foi des musulmans. De tchalab vient l'adjectif ~
tcllélébi = homme pieux et distingué, gentilhomme, prince,
seigne ur, etc. Ce titre était porté autrefois par les princes
de la famille impériale ottomane. Il est tombé en désuétude
aujourd'hui, et l'on ne désigne actuellement sous ce titre, que
les chéïkhs de l'ordre des M evlévis de Konia (Iconium) en
Asie Mineure.
A considérer l'usage, jadis fort répandu, de cette quali-
fication honorable parmi des Turcs musulmans, l'étymologie
avancée par l'auteur du leltd.fé-i-.osmant' nous parait d'autant
plus contestable, que l'hérésie des staurolatres n'est jamais
entrée dans la prédication des missionnaires nestoriens. qui
ont pénétré autrefois, dans un but de prosélytisme, dans lts
'!'ch

pays habités par les races mongoliques. L'acception de


' Dieu', qui se ratt ache à Tchalab, est d'ailleurs consacrée
par la constatation u nanime cle tous les lexiques antérieurs
à celui d'Ahmc<l Véfik Pacha.
1
(~ *Tchéleng J:J.>
= Aigrette.
IJu grec aHÀf'Y'Yt'\ = es pèce de tiare en or ou en argent. .Tl 1

Tche~m~k = Culbuter, Renverser. J~,:


Cf. grec a-KEÀÎ'w =
donner un croc en jambe, s upplanter; Î
arménien 'fLlrL = rouler, surpasser; vieux nordique ta!= dol. f 1
Considén: comme synonyme de ~l> tchalmaq, dont il 1·
-'!..--
représenterait une forme atténuée, notre verbe tchelmek ,' .l
pourrait étre comparé au latin tollo, dans ses acceptions de f
renverser, détruire, biffer, abroger, etc. · .f
, . 1l
Tchemtchek (Tchumtché) = Ecope, Vase à puiser. (~J~) ~ "I
\\ Cf. sanscrit lamasa = vase en forme de cuiller. Le grec i
1
v m"c uay..U."" = écope, vase à puiser, pourrait bien être
1

emprunté a u turc, de mê me que le russe ichoumitchka =


écumoire, cuiller à pot. t•
Tcliumlclté, qui s'écrit aussi t-.~ existe également dan s i1
la lang ue persane avec le sens de plat o u ass iette de bois. •
,
f
1 i
Tchentmek = Entailler, Ebrécher. J_.... ~ ~I
r,V Cf. grec "EvTÉro = piquer, percer ; arménien ~U11sv ~U1U11rl = ' "

id., d'où 4'bUJ.t11nn3 = plectrum, qui s'éc:.it aussi ~urllUJn9 ; latin


scindo = co uper. Voy. et cf. 0 g edmel.J et .<.-~L
sandjmaq.

\c *Tchevghar (t. or' ) - Paire de bœufs d'attelage.


Du grec SEÛ')'O'\ = paire, dim. ~Evyapwv = id.
f Tchévirmek = Tourner, Détourner.
\. Forme transitive du verbe~~ tc/tz'vmek = dévier, se
déto urner clu but visé (se dit <l'une flèche). Dérivé: b_J~
tcltevré = pourtour. Voy. et cf. J..,...JY.. \ évinnek, qui est
un e form e a ffaiblie de tcltév t'rmek.
NOTA. U ne <les parti cularités d ia lectales du turc c onsiste à. remplac er
la lettre in it iale, voyelle ou dentale , d' un certain nombre de mots, soit par
une explosi ve, o u pa r les fr icat ives tclt o u dj. soi t pa r une s ifflante, ou p~r
la c h uintante i lt. En \'Oici q ue lques ex emples : ~l ou ~=b o tte ,
Teh

chaussure ; ~~,1 ou JWJ!~ = s'embrasser ; 1~\ ou •4 = espèce de


g jujube; ~j.,.I ou dW~ = être dégôuté ; dW~1 ou ~4:- = expédier;
r'~' ou ,.~ = rapide ; ~.t.tl ou ~ = sucer ; d \..~\ ou d\..~ =
pleurer d,oucemenl ou en cachette ; ~,;%\ ou i:.>...);~ = tourner ; Jl.1\i ou
~'-:- = piller, dérober ; V-.1\..,ï ou v-.l\..~ = égratigner ; ,;.l}J; ou t~ =
clochette, sonnette ; d\..»,ï ou "'4~ = demander ; i:.J...h ou "'4)~ =
devenir fou ; i:.>....riY." ou i:.>....1~~ = retourner, renverser ; ,i.,_ ou ,1:.;- = ennemi ;
v•lit\J.. ou "'4Ut\:- = laver; 1.hJ'4J! ou iJ.1'4~::- = poing; 0~ ou dl;r. = cœur;
~~r--1 ou V4l\.ê~ = épargner, refuser ; ~#.\i ou "'4'"r.:i = s'agiter,
frétiller; v..lt;,I ou c,;..JJ~ = être tortillé, tordu ; ~ll!.,\i ou V-.\.:.,U = s'affaiblir,
s'énerver ; <J4!\i ou <J4!U = glisser ; ~ ou <.J':IU = bonnet ; i.;...~,;;. ou
~,ï:::- = s'entrechoquer ; t.:J,;.:i# ou i.::.1~ djoughrat = caillebotte, lait caillé.

Pour la mutation des explosives en fricatives, voy. J~J~


d.favlaq.
(\ *Tchéyjk = A~, Leste, Adroit.
1
V Corruption du persan ~l> tc~abuk = id. ; cf. arménien
'lfUIUfn'-~ = id . Cf. encore, le persan~ ,!éb~ = léger, leste,
agile.
*~~ = Indienne, Perse, Cotonnade imprimée.
Ce mot est d'origine indienne; il n'a aucune relation avec
le mot turc ~ tchit = haie, que le Lehd;éi Osmani' identifie
avec le premier, en les faisant dériver tous deux du verbe
(..,.....:;l;--- tclia/.1~1aq, q.v.
Le français cltz't et l'anglo-allemand tchiutz sont également
imités de l'indien. Quant à la dénomination de' perse', elle
est due à ce que ces toiles peintes étaient aussi fabriqu ées en
Perse, d'où elles s'exportaient en pays occidentaux. Aujour-
d'hui, er .:>sont généralement appelées en Turquie~~ bas ma,
c'est-à-dire, 'imprimé.'
I',
t( f Tchitcha (t. or1) = 1'ante ~ernelle,
y _.,

LU/ J et à Samarkand, tante maternellè. Cf. bulgare tchitchio =


oncle paternel ; russe tetka = tante. Dans le Kharezm,
tchücha signifie' sœur aînée'. Voy. et cf. teyzé. ?;
Tchitchek = Fleur.
r:, Cf. ~ ;i~~~Jïçà~ := id., de f~ {ff =fleurir, briller. On
\lJ· sait que la lettre ~ se prononce tch chez les Caranes; il est
donc loisible de lire ce mot hébreu tchitcltah. Nous croyons que
le persan ~:;- tc!tétchek (prononcé aussi tchutchuk), signifiant
'rose', est imité de l'hébreu. Quant aux deux sens der~~ {ÏÇ
N
f'· 178
( 1

Teh \

nous citerons l'arabe ,.if = fleurir et luire. Cf. encore, sokpa


(Frontière chinoise) tcltitchuk = fleur; mongol tsitsz·k = id. ;
~lave tchvietclzé. = id., et berbère esd;ïk =;id.
Du turc tchitcltek vient, sans doute, le mot Tc:rtTaët1<1ov
(tsitsakion), nom d'un vêtement, d'origine turco-tatare, orné
de figures de fleurs, que devaient porter les empereurs
byzantins, par dessous le {.E._gio'!__ et la chlamJ!!i.e, pendant la
cérémonie de leur couronnement. Voir Je 'Livre des céré-
monies" de Constantin Porphyrogénète.

*Tchiroz = Maquereau bâtard, Gascanel, Saurel.


Du grec mne T<7Lpor; = id., (peut-être une forme altérée de -
~17por; = 'sec ', au sens de ' maigre', 'desséché', etc.).

*Tchîrghé (t. or') = Sattue, Troupe de r_abatteurs à la


chasse. , ~c\Z>\'
On entend par ce vocable-commun d'-:iilleurs au t. or 1 et
au persan-un cercle de chasse, que forment des soldats de
toutes armes, et qu'ils resserrent en se rapprochant les uns
des autres et finissant par se donner la main.
Cf. sanscrit c'alg:a = cercl e, mouvement circulaire; persan
~ = ~ e, roue ; latin circus et circa.

0
T.Q..hizm~k (filzma_g.) = Bayer. (JI.,~)~~
\~ Cf. arménien 'ftrlrL =id.; latin (in)cidere (supin (ùi)cisum,
d'où (in )àsio = incision ) = tailler, faire une incision; grec
(jx,·s"' = ùéchirer, trancher, fendre.
(\Tchich = Uri ne.
\\) Du persan ~b cliadt = id.; allemand (vulgaire) seiche= id.
Le t or1 possède le verbe ~~:"'" tclt1sch11uk = uriner;
imité peut·être du persan l,,;)~b-::_ id ... .

(\. Tchichek (~r1 ) = Levreau. d~>


•• y

\/ Cf. sanscrit fafa et Stlfal~ = lièvre ; russe =ae:r = id.;


allemand !tase, et anglais hare = id.

(' Tchig = Cru. - W->


....
\~J
\J
Cf. amoy (parlé) tchin = id.; sokpa (Frontière chinoise)
tchhikthe = id.; birman (littéraire) tchim = id.
Teh

Tchil = Luisant, Flan1bant neuf, ~


('-.

( '1 (se dit des r.ièces de monnaies toute:-; n ~ u 1: e<: ; tdzi! s ignifie
\\j'
~ aussi 'gris', 'de couleur gr~e '.
-=--
Cf. basque zil, radical de ::i/ar ( m. à m. : b~<t : !ch c i)Ï·:!rre ') =
argent; gaéli;; geai= blanc ;. persan J~ = ck dc~1 x co~deurs;
russe tc1.!:!!lé = cheval gris, bigarr~.

*Tchilek = Frai se. ~....


w
1
\
Il ne nous a pas été possible de troU\·er, d ans les autres
langues, un vocable analogue au nom turc de ce fruit, si ce
n'est l'arménien ITLUl4 ou f;LUILf = fraise. On a d éjà pu voir au
mot ,.:_~?.y;- tcliévi"rmek, que la substitution d'une fricative
ou d'une e~plosive à la voy elle initiale est une particularité
propre à certains dialectes turco-tatares.
Ce fruit des zônes tempérées ne semble avoir été connu
que fort tard d es nomades turco-tatares, qui ont dû le
désigner, soit par le nom qu'il portait dans son pays
d'origine, soit d'après la dén o mination d'un fruit semblable
qu'ils avaient déjà pu connaître dans leurs p~régrinations.
La cerise était tout indiquée pour cette assimilation, témoin
le grec xaµaucÉpaao<; ( m. à m. 'cerise de terre'), leque l, selon
. toutes les apparences., désignait une espèce de capron. I_l
serait donc permis de supposer que le latin ceresi'a (trans-
formé en italien ci/z'cgi11) ait pu donner naissance au mot
tc/uleg. Reste à d éterminer la \·oie par laquelle ce terme
se se rai t introduit dan s ia la ngue turque.
Faut-il rappeler que le latin fragum ( pl. fraga ), d'où
l'italien frag a, .fraJ?,'ùla, et le grec cppu:youÀ.a, n'est, en définitive,
qu'un d é rivé de frag r(). par conséquent, une sorte de
qualifica t if, e t qu 'i l · n e s"'urait é tre con~idéré comme un
nom partic u lie r à Ct;! fruit?
· On :-;ait, du reste, que la fraise, même dans les pays
où elle se produit, porte souvent le nom d es fruits présentant
une - conformation plus ou moins analogue. Ainsi, .par
e~emple, les Arabes l'appellent ~.J~' ~i tout-11/-ard
· ( · !EÙre de ter~, et les Allemands erdbeere ( = baie de
. terre). . Le mot Koµapo~ ( = arbouse) désignait autrefois la
fraise chez les Grecs ; c'est ce qui a donné lieu probablement
N2
r- \ 180
/ ~J

à la dénomination d'' arbre à fraises' que les Français


appliquent encore à l'arbousier, également dénommé straw-
berry-tree, c'est:à-dire, arbre à fraises, par les Anglaises,
et erdbeerbaum ( = id.) par les Allemands. En turc, la
framboise s'appelle _Jl::t
~kJ aghad.f tchilegi = fraise
d'arbre, ou\ r:;~ ~2 altou-toudi = mû~e des gazelles, ou
J;.Jf.Y. J _ sou/tant· beugurtlen = mûre royale ( fruit
du Rubus fruticosus, ou mtîrier d es haies).
Notons encore, que l'arménien /,Lw~ désigne aussi le fruit
d e l'arbousier, tandisque le terme fuJnrn'-'f (dont le sens
littéral est 'petite pâte', mais qui, en réalité, n'est qu'une
imitation homophonique du grec Koµa.poç = arbouse) désigne
spécialement la fraise; qu'enfin, l'expression latine fragrron
s'applique, à la fois, et à l'arbousier, et à la plante de la
fraise.
Que dire, enfin, du français capron ou caperon, tiré d u
bas-latin capero, et signifiant 'petit chaperon' ou 'petite tête ' ?
(\
1 REMARQUF- Par suite d'une erreur de copiste, l'expression di r.! yir
,,
"'' tou# (traduction turque de l'arabe vô;11 r.:.Jy =mûre de terre) a été trans-
formée, dans certains lexiques, en i.Ji r-"' sir touti = 'mûre d'ail', expression
dépourvue de sens, malgré cette explication fantaisiste, que l'on y join t :
" à cause de sa saveur alliacée."
Il est évident que le ~ tchilek, décrit comme suit dans ces mêmes
lexiques: "fruit granulé comme la mûre; arrivé à maturité, il est d'un rouge
foncé et d'une saveur douce et acidulée "-ce fruit, disons-nous, ne saurait
être que la 'fraise ', et partant, la 'saveur alliacée', qu'on se plait à 1ui
attribuer pour justifier sa fausse dénomination, ne pourrait nullement convenir
à ce fruit agréable.
Nous croyons utile, à ce propos, de prémunir les étudiants contre le
danger de consulter avec trop de confianci:. les d ictionnaires vieu x-turcs,
dont quelques-uns pullulent d'erreurs typographiques. Nous signalerons
entre autres, pour mémo i re~ les mots suivants : ~'' pour l.,,J,I = sur, dessus ;
~}pour .,;.M!} =impur; )i-1 pour~\= sans profit; ~I pour _r-J.;1 = soudain;
1,:1!~1 pour 1,:1!,r.-(il = soudain ; ~~I pour ~'=-!I = bâiller ; ~-
mot arabe) = 'passer la nuit'; J;,l pour d,;,1 ou ..:.f,,;,1 = mensonge; i~! pour.
;.,1 mot arabe) = poivre;.7;1 ,r~ pour ~"JJtt = mOrier sauvage; (}J"r. pour
J_,.r. =poing; V..~ pour~~= être foulé aux pieds; ~) pour ~;
· (mot arabe)= vacarme ; ~,.. pour (""'r (mot persan) = hébété; V'-Ai pour
V..~= jaillir, sourdre; ~\i pour ~..J~,'li = cribler; w~ pour w~ =
quand; l.:),},,..J pour f.:)j~ = tard ; rr--~ pour ù:J-i =bec d'oiseau ; J\i~j
pour Jl;Jtj = saule rouge ; J~~ pour J~~ = caïman ; ~~1 pour ~~ =
rocher escarpé ; d~,... pour d~r-- = lentille ; ~ pour d~ = prunelle
de l'œil ; J_,. pour d ~ = labourage ; vi~ pour u-~ moment de se coucher ;
i;.:;U\:l\( pour ~\:)~ .,. aduler, flagorner; ~i~\! pour i.:..s:;L.\t = large : 4.:.1\t:1..s)Y.
pour 4.:.1~,;..s)Y. ""' renversé, face contre terre.
Teh
0 181

Tchim = Gazon.
Cf. égyptien sem = herbe.
*Tchima (t. naut.) = Amarre. ....
~

De l'italien cima = le bout de l'amarre.


*Tchimdik =· Pincure.

Du grec m c ruuµ7rrJµa = id., du verbe rauµ7T'w = pincer.
0

Cf. sanscrit sampîda = compression, du verbe sampiday4mi =


comprimer.
*Tchimchir = Buis. ..~.~
J.. "
Ce vocable semble être une variété du persan ..>~.!i
chi111chad = id. Cf. russe samscltit = buis.
'G Tchin (t. or 1
)=Juste, Vrai, (opposé à ~W.:. yalghan =faux).
( Cf. japonais sltin = id. ; chinois tcltên = vérité, et tcltùi =
vrai, (ex. tchifi cl.fin = homme plein de droiture et de

l sincérité) ; thibétain ten = vrai ; latin sanus, auquel correspond


let. or 1 ~' esen et ~L s1~yin, q.v.
(\T_chiné ou Tchuné (t. or1) = Loup. J:Jr:- ou~~
U/ Mongol «fhùid = id. C( latin ~ et grec s - chien;
arménien z_nL"b = id.
· *Tchingiané =Tzigane, Bohén1ien.
On pe ut voir dans ce mot, encore inexpliqué, la forme
plurielle du persan 0~ tchengi (soit au pluriel, tchengian),
danseur public, musicien, chanteur; professions auxquelles
s'adonnent généralement ces nomades d 'origine indienne.
Il a pour équivalents l'espagnol gitanos, l'anglais gipsy,
l'italien zingara, le vénitien cingano (cf. tchiugaué), l'allemand
zigeuner, le roumain rolllanischel, et le magyar P haraoh népek =
peuple de Pharaon.
Toutes ces dénominations semblent attribuer aux
s/ bohémiens une origine cQ!ll.ique. Cela ne peut se référer,
tout au plus, qu'à la route suivie par ces tribus errantes dans
leurs .m igrations vers le continent européen. Et pourtant, en
Egypte ~éme, le bohémien est désigné so~s la dénomination
de ._s/ g~.ed.fn:- peut-être, du t. or1 _r.~" qytchyr = mulet,
d'où .._r;-ft' qytchyrd;ï= muleti~r. En admettant, cependant,
leur origine hindoue, on peut être fondé à considérer leur nom
182

Teh

tcllingùwé comme une altération de tchandnla, désignation


appliquée aux 'parias' dans les livres brahma niques.
Diso ns ici, pour mémoire, que de récentes investigations
tendent à fi~er la patrie primitive des tziganes sur les confins
d e l' Afg h:::nista n et du Beloutchistan, où leurs congé nères
sont connus, de nos jours, sous l'appellation de û.J} /ouri (ou
J_,l.S' kia·v ouli = originaires de ](z'abyl ou Caboul). La tribu
1
des L ouri a la réputation d'être composée de vagabond s,
chanteurs et mendiants, tous individus sans foi ni loi. Or,
dans certai nes parties de la Syrie, le bohémien est connu
sous le nom de û _)fi nouri. Cette appellation, q u i se trouve
également usitée dans quelques villages a rméniens d'Ismidt
( Nicomédie), n'est évidemment qu 'une altération de û ..Jf
lourz',"ou de Jj
louli, qui en est une variante, et qui en Asie
Centrale constitue la d énomination commune des tz iganes ;
(cf. l'expression ~.,:;G.. J} luuli khatou.11 = une diseuse de
bonne aventure). Cette tribu pourrait dcmc être considérée,
au moins, co mme un des éléments qui composent la popula-
tion nomade dont nous nous occupons. Chez les Turcomans,
ils sont nommés ~ d.fut, et à Damas , i..}) ::utty (pl. bj
z utt). Dans la province d' A lep. on les désig ne sous le nom
de ~ilt; q;1rbati ( = venus des Carpathes), lequel d'ailleurs
fait pendant aux appellations bien connues de 'bohémiens'
et de 'romanischels '. En t. or1 les tziganes sont aussi
nomm és J~~ k iriclw1al, d o nt l'origine nous est inconnue.
Ainsi que n ous l'avons déjà dit au mot ~:r.-~~ pirpiri,
'tclllngùrné ' étant un te rme injurieux , il est de bon ton d'y
s ubs tit ue r Je mot ,J:.~ q~l'l't;' ( = copte, égyptien ), ou 0 ~ )li_,,
car11-(Jg-hlmt ( = m<\ure), ou b ien encore ;-( ~ j cara-gueu:r
.._ I ./.,,/ _..;

( = µ.aiipér~L" ).
Les t zig anes qui se ~nt mêlés aux Arméniens, dan s
certaines provinces de 1' Asie Mineure, sont connus par ces
d e rn iers so us la désigna tion de boscha ( peut-être pacha),
dans un se ns iron iq11e, comme le t itre de aga ( mon!ï ieur)
donné aux tz ig anes de K ach~harie, --el t> n :vr r. G re nard (JV/isSion
sde11t~1it;1tt d1111s.la Haute .·lsie, Pa ris . I 898).
. . ~,

Th
C l Vl = L n)U .
C f. arménien µL·"/ è t ufLb,, = id. L 'italien :::,·rpcr. s ig nifir1.11 t
'co rn· . n c' • p;t-; • 11g ina· renk11 t é t ranger au mot c:rc.

- - - -- - - ------
Teh

~*'tchiyjt = Indigo. · --
\~ / Cf. latin lividus = couleur de plomb, gris-blellâtre. Le
persan ~ li/ed.f (cl 'où le grec À.ouÀ.aKtov ), et l'arménien Lt;.'L,;,~ =
indigo, semblent être alliés au latin /r:vidus. Cf. enco1'è, le
'-- vieux haut-allemand w.e it .( = le pastel des teinturiers), <;l.'pù .Je
j'\, français VOUÈDE ou GUÈDE.
·VTchivmek = S'écarter du but (une flèche).
Cf. arménien z_&·' lfL = dévier, sortir de sa direction . . "'t e
(\ verbe est ]a forme neutre de tchévinnck ou tchivirmek, q.v.
"tu Tchoban = ~~g~r. .
.
,
!.:)µ . = id. Cf. sumérien siba = pa.s teur.
Du persan l.:)~Js et
-
1 ~

©i Tchopour (t. or)= Faon. ·' ,


~ Cf. assyrien sapparu = gazelle mâle ; sumérien chicca-b~~ =
,, id. Voy. et cf. .J~ d.fiber. Tchopour est une variété de
A:.J~ tc!torpa = marcassin.
*Tchotoura = Sorte de dame-jeanne.
l~ De grec xvTpa et KVOpor; = 'p ot de terre ; KOTUÀ.?] = écu·e lle ;
ilV latin scu.tra = id., d'où le diminutif scutella.
Cf. encore, l'italien ciotola = gobelet, coupe, sorte de tasse
ou de gamelle en bois.

1~~ !Tchotouq = Grosse .racine d'arbre faisant saillie


terre; (forme vanée de J)if kutuk, q.v.).
hors de

Cf. allemand stock, et anglo-saxon staca = pieu, d'où vieux


• français estoc= pieu, tronc d'arbre; et anglais stake = pieu,
poteau. L'italien cz'oco ( = bûche) est allié à ces vocables.
· {1 rchodjouq = Enfant. '-'~y;
V Cf. grec TOKO<; = id. ; . mentawey toga = i<l. Voy. et cf.
t, ~y; d:fudjé.
Tchod.fouq parait être une forme variée du "persan J.:;-J
kioutcltek = petit, d'où aussi le turc !.:utcku.k = id.
Le t. or ~:;--J:;-- tchotc!tgha = cochonnet, petit cochon, est
une modificatiqn de tchocl:fouq; les Russes !'ont adopté sous
la forme tchouchka.
1 *Tchotchgha (t. or
1 1
) = Cochonnet. ~• . ):::>
i,J} Ce mot semble être une variété du t. or' .j\=;--y;- tclt0!cltaq et
t. ottn k:;~ djud;ë et Jy>;-J~ tcliod:fouq = petit, nain, bambin,
enfant. Mais cf. russe tc!touchka = jeune cochon.
Teh

*Tchorab = Chaussette, Bas. - ~ y~~ ·


De l'arabe Y.J~ d.fevreb, d'où Je persan Y.J/ gevreb = id. ; ·
arménien 'f"Lf'Uf"lJ = chaussette. L'arabe y?, d.fz'rab signifie
'sac de peau '.
( \ *Tchoraq = Salin, Improductif (terrain). ·
l ,) . Du persan ~J~ chourl = id, (terre) impropre à la culture.
*Tchorba = Soupe, Tisane, Bouillon, Potage.
Corruption du persan ~~.Jr!i clwurbadf ou ~.Jr!i chourba. =
id. ; litt. 'mets salé'; ~ bti ou ~ ·z:a signifie ' rnets '.
Ex.: Ltr cltirba = riz au lait ; ~J~ kédouba = étu\·éc de
courges; ~l.. mastba et~~= sipidba = soupe à la caille-
botte; ~j ou \Jf.J ziroa =soupe à l'ail; ~J"' dou.~hba =-=
mets à la caillebotte, connu en pays turcs sous le nom de
vî ~jY, bozdfa-ach, ou 'mets grisâtre'; \~ pinouva =
\
mets au fromage; ~ kéberba = mets aux câpres.
Tchoq = Beaucoup, Abondant.
1 \ Cf cymriquegc~ =abondance; basque tchoet so =beaucoup;
'\j
hongrois soq = id.; amoy (parlé) tchoq = id.; arménien iln/u =
abondant, copieux, riche; allemand schock = grande quantité ;
San Luis Obispo tsékhu = beaucoup ; grec '71'Utevoç = id. ;
arménienJn'f'b (pl. Jn'f11i:ü.p) = id.

Tcholaq = Manchot, Estropié.


~ Cf. grec KouÀÀoç = id., et uKo'Aioç = tortueux, recourbé,
oblique. Voy. JliJ~ tclt0naq.
r Tchonaq (t. or 1) = Défectueux des cornes ou des oreilles.
\:\ Cf. arménien t_w'b'f. =défectueux, taré. Le t. ott J~~ 0

tcho/aq e~t une autre forme de tclzonaq. Ce mot peut bien


être allié au persan i! gunt(j = bossu, et à l'arménien ,1,,'bt_
= estropié, défectueux. .
~Tcheuru (t. or1) = Servante.
Cf. grec KÔp17 = jeune fille, et arménien 'flrr1' = esclave.
(\ Tcheukmek = S'affaisser, Se plier, S'ageno~iller, Se ~~
\ ~ déposer (en parlant du sédiment d'un liquide, etc .) .
Dérivé : i..S~y;- tcheukundi = dépôt, sédiment. Cf.
arménien 'f'Z!ftL = s'agenouiller, et ~.f!frL = s'affaisser, se courber,
se plier ; sanscrit leu./, kôéâmi = se courber, être courbe ;
persan ~~ tchouk = action de plier les genoux pour s'asseoir
(se dit des chameaux).
~ \_ *Tcheumez = Élève et serviteur de derviche.
Jj Cf. latin comes = camarade, compagnon.
·*Tchoul o q = Bâton, Baguette.
Cf. latin cippus et scipio = id. ; anglais spoke = rai (de
roue); arménien f.!'•L = branche, et 8 nL"f = bâton. Le persan
y_,;- tchob = bâton, baguette, et surtou t son diminutif
~tcltobek, présente la plus grande analogie avec notrè
mot turc.
*Tchoubouq - Pipe.
fr, ) Allié au l~~n tubus = tube, pipe, tuyau cylindrique. Le
lll mot t. or1 correspondant à 'pipe' est ~ SJ'/JCa, lequel est
allié au grec <TKrJ7rWV = bâton ; de Cl! mot procède Jl..J~
sipcarmaq = boire en sirotant, synonyme du moyen haut
allemand supfen.
Les Russes ont adopté, tel quel, le mot tchoubouq ( = tuyaµ
de pipe). On peut aussi comparer le russe cipovka =
D~,o ~) chalumeau, et le turc r....s"';.: ,sipcy= fifre. sifflet, et sensu. obsca:uo,
,.. masturbation.
La définition de tchoubouq par d~J:;- tcho/;d.: (<lim .. du
persan YJ:;- tcl1ob = bâton, que le vu lgaire prononce djob) ne
nous semble pas bien fondée.
*Tchoud = Non1 de peuple, spécialement appliqué aux
races finnoises.
Cf. gothique thiudtl = peuple; nordique thiôd, et anglo-saxon
tlœod = id. Ces vocables correspondent au latin ïc11to11cs.
Djevanber, auteur géorgien, mentionne ks 'Tzound' (ou
'Dzowd',selon les Arméniens), nom d'une peuplade caucasique
subjuguée par Alexandre le Grane!.
On peut encore rapprocher de ' Tchoud ', les 'Jutes'.
peuplade alliée aux Got hs, qui donna son nom à la Chersonèse
cimbrique. Le nom de 'Goth ', lui-même, ne parait pas

--
étranger à notre mot, et si l'équation se= tc!t ou ch était ad mise,
(cf. bas-latin lu.dus scaccorum = jeu des Chahs ou rois, c'est-à-
dire, d'échecs), en ce cas, les Scythes aussi rentreraient dans
le giron de la grande famille tchoudique.
'f.ch
l
'(__

\cJ *Tchouca = .P rapj étoffe). i;J:;--

r\' ~ho~al =
-
Cf. sanscrit çuka

Armure.
= étoffe, toile ; allemand tuclt et ::eug = id.

J'-'~
· \ \) Cf. sanscrit.(aga/a = id.; nordique diigl = armes.
-
\~ *~al = Vase ou pot de terre.
- J_~J~
~ Cf. grec arca">..."A.[ov = bol, pot ou jatte ; sanscrit à duka = id.
~ (par inte rversion syllabique).
'\)*Tchou! = Tissu de crin. JJ~
1 · Emp rn nté à l'arabe
... __
J~---- = id. Cf. turc ~ qyl.

\ *'.i:_chounamaq = Partir, Se mettre en rou te. Jl.lir;-


1 Cf. arménien ~JiL = id.
*Tchytaq = Homme de basse extract10n, Tzigane, .. L>
1.) .,
'Bohême,' 'Apache.'
( Ce mot semble être une ~Itération
du persan tl.::...:i = bandit,
< brigand ; cf. le t. or' ~~ caracd;ï = voleur de grand
chemin, appliqué aux tziganes émigrés, par voie de Perse, en
Mésopotamie, en Syrie, et en E6ypte. Mais cf. encore le
sanscrit écta!.:a = goujat, éeta = serviteur, et staga = voleur;
le russe tcltouda/~ = homme bizarre, g<lillard, faiseur de niches.
Voy. et cf. 4..i ~ tchingiaué.

1\ / Tchyr_tchyr =
~ ( 1°) variété du ~ ~dirnfi.;J!r (q. v.); (2") mot imitatif cl u
bruit produit par une faible chute d'eau, ou du murmure d'un
ruisseau ; (3°) une crécelle.
Cf. le japonais gara-gara = roulement (bruit de), crécelle.

Tchyrpmaq.

r~
Forme contractée de ~.Jl;- ldltlrpmaq (voy. ce mot) =
(1°) taper légèrement; ( 2°) ro~ner, tailler, sc ulpter; ( 3°)
dérober.
Au neutre, ce verbe devient '-'~F tcltyrpymmzq =
s'agi ter, se trémousser. Voy. \..'....<W 4P" tyrbcnmd..:.
r
l Dérivés : ~J~ tc!tyrpy = coupe, coupur,~, rognure,
~ cord eau ; ~.;?: tchy~ foulon, blanchisseur.
\ Quant à la première acception, voy. et cf. tclwrpmaq. Au
,. • sens de 'tailcr ', 'rogner', cf. les latins sculpo et sca!po, et grec
Teh

~ 'Y°'A.v<f>eu1
= id. Voy. et cf. ~.} qyrpmaq. Pour dérober,
~·( 'chiper,' cf. l'anglais to crib = voler, dérober, to gripe = saisir;
allemand greifen = id. ; sanscrit grabh, et grec 'YP'7Tl~ro =
s'emparer de . . . ; persan~../= saisir; arménien 'fr""-lrl =
id., et ,,JrrcfilrL = emporter, ravir ; français gripper.

/q~Tchynnik, Nom d'une source thermale si~e dans le ~. . .~


_y vilayet de Conia (lconium). . ·
De l'arménien tlrrJirLft = source thermale, bain. Les mots
correspondants turcs seraient, ylyd.fa et caploud.fa.
- - - --·-·-·- ~:

*Tchyfyt (autre forme de l'arabe ..>JY!. y~houd) = Juif. ...::..:r::-


La malencontreuse cons.o nnance qe ce vocable avec
l'arabe iJy;?.'" d.fouhoud = reniement (de la foi), lui a fai~
attribuer un sens injurieux dans le lat:Jgage ~ulgaire. Et ·
pourtant, on n'ignore pas que la mutation de y en d.f ou tch
n'est pas insolite dans certains dialectes du t. or1, et notam- ·
ment dans celui de la Crimée, où ~ yil (année) s'écrit et
se prononce ~ d.Jil; .J~ yar (rocher) = .Jb;- d.far; )~ yav
· (ennemi) = )~ d.Jcw, etc. · Le nom de ; ehoudi est donc 1

devenu régulièrement i...siJJ~ d.fe!toudi ou (par la trar!s-


formation de .l'aspirée en labiale, et la suppression du suffixe
de relation) d.fefuut ou tchifout.
Le latin .fudœus a également subi des transformations
analogues dans les langues néo-latines. ,, ~'°-<'
~\ a·../'- \, o
r,~T~hycry_q = Rouet, Dévidoir. ~o ~~ :XIY"" ·
2..r;-
L0 Cf. s~g!t éakra__ . roue d.e_.p.otier, etc. ; arménien z(w/111urU1~
- id., contracté en turc, en~--y::; d.fé/gé = devidoir.
t::> '\.•~
Tchynlamaq = Retentir, Résonner. J~ c:-.,\<!i~~~ If- - L>.
> '";!; > '-"'"' ..•

0 Cf. sanscrit éan, é:inâmi = rendre un son, retentir, swanâmi


= sonner, résonner, retentir; lithuanien zwanu, latin sonnn.
Voy. et cf. ~ tynmaq. (( encore, sanscrit çiii/ = tinter,
çin.fa = tintement.

.. '. ' . ·... ; ...


. ... .. ~
·',. .,, .. ··' .
1 ~ .. : •
Kh -.
(" *Kharar = Grand sac de crin.
l) Corruption de l'arabe ~Y
gltyraret = id. Ce mot semble
êt re radicalement allié au vieux haut-allemand !1ara, et au nordique
haera = tissu de poil; cf. l'allemand haar beulel = sac de crin.
*Khakha = Nigaud, Niais, Benêt, Gâteux.
Ce mot doit procéde r de la même origine que le grec
m"e xaxaç = id., et le français argotique gaga, même sens.
Khazàr = Grande scie. \. . '
.J'r
Cf. sanscrit kadara = scie.
, t
Khachlamaq = Faire bouillir, Echauder. · , '-'~l.!ib..

l Cf. arménien /uu'l'l.lrL = id. Pour l'élisio n de la linguale,


cf. le persan I..:)~ kécltiden et l'armén.ie~ ./!wrz..lrL = tirer ;
~~-=~ pasiden et l'arménien UfWf'')frL = v~ïl'ler, garde r; ...:...'~~~
per-;~ tièlencl. l'arménien Ufwz..inlrL = ado~éi:, ser~j;r/etc.
Dans le colloque familier les ·~!Tur~~'"' évitent so uvent
l'emploi de la lettre ,., si elle ne s; ;~r.€uve pas entre deux
voy~lles : ~ls disent ~1~\/ as~~m, .:f/11,g_ li~u de ~L) :;rs!a~
Î') ( = Iton) ; di pek, 1)our uJ be/rk .(l i= solide. fort); ~ g11!!e,
~
\
l,
?
pour ~y gur!é ( = boulet).
---- ----
...I• . '

~
Jt,
*Khalat = Câble, Amarre. ~.
~
bh
Cf. grec KaÀ.wç = id.
*Khamin = Fraude, Larcin.
Cf. arabe d- gabin ·= dol, lésion ; 1n pour b. Voy. d ben.
*Khani = Serrau (poisson ).
Du grec xavvt} = id. ; italien canna = id.
*Khaviar = Cav iar.
D e l'italien cavia!c = id.
() >ï.•Khavra = Temple israélite, Synagogue. ·
\ D e l'hébreu :i~~l) (ttbhrùh =id. (de i~r:i (uïbl1'Jir = se réunir,
s'associer, se liguer).
Kh .
'(_
., 1.

Khotoz = Aigrette, Panache, Coiffure de femme.


~<\. Ce mot semble être une altération du t. or1 LJ-l'li'_; coutas
·~c.t~ak. La queue de ce ruminant, semblable à celle du
che; al, fixée à une hampe, formait une enseigne d'honneur
chez les Turcs. Voy. et cf. ~ tough. Le même appendice
caudal, tressé et arrangé en panache, constituait autrefois,
chez les Turcs, une sorte de coiffure féminit1e, aujourd'hui
démodée, mais dont les vestiges, de dimensions fort réduites
et de matières différentes, se retrouvent encore dans la
coiffure des dames âgées.
Cf. toutefois, le sanscrit éuda = aigrette, diadème, tiare ;
vieux persan khauda, et persan m e iiJ_r>-. khoudé = bonnet;
0

anglais hood =capuchon, chaperon.


Le russe koutdç = houppe, semble être emprunté au turc.
*Khoriat = Rustre, Rustaud, Goujat.
Du grec xwpia-r17ç = campagnard, manant, rustre, rustaud,
goujat.
*Khortlaq = Revenant, Loup-garou, Vampire.
(Û Selon Ahmed Véfik Pacha, ce mot turc serait un derivé
de _JA"b.J~ khortlamaq='grogner' (comme un sanglier, etc.),
désignant le sourd murmure qui sort des tombeaux des
trépassés en peine, selon la croyance populaire, et le loup-garou
étant reconnu à ce bruit.
Nous croyons pouvoir attribuer à khortlaq une origine
slave ; cf. tchèque vlkod/ak = sorcier transformé en loup,
revenant, (de volk = loup, et dlak = poil, laine) ; bulgare
vrkdlak = id. ; polonais vi/colaq = id. ; grec mnc f3pvK.0Àa1C1<'1<;
= loup-garou.
En t. or' c'est le verbe ~y,y>- khobolmaq qui exprime la
transformation d'un trépassé en lycanthrope. Nous pouvons
établir un rapprochement entre ce verbe, et l'allemand kobold
=farfadet, ainsi que l'arménien /u/i"!frLfi~ = fantôme, cauchemar,
incube, succube.
*Khorkhor =Fontaine d'un débit abondant et incessant. .J~.J):>.
De l'arabe.JI.>._/- kharkhar .:_ eau qui coule en abondance.
On peut citer ici le sumérien khalkhal = cours impétueux des
eaux, et khalkhalla = bouillonnant.
Kh .
t:
o *Khoudek = Poulain de l'âne.
C( persan d.Jf et arm~nien ~mnUI~ = petit. Voy. et cf.
d..:;-J kutchuk.
*Khouni = Entonnoir, Chantepleure. ...}J:>..
= id. Cf. le persan ,.:Jb_,:>.. = id.
Du grec xo<i1117 et X'.c1VfÎOv

*Xhyrpalamaq (pour Khyrpallamaq ?) = Harasser, '-'~~l~r>-


Froisser, Gourmander, Tancer, Maltraiter.
De l'arménien /uwrpUlifrL = ( 1°) cribler, (2°) harceler,
éprouver, vexer. Ce verbe a pour racine /uwrpwL, qui est le
. même mot que le sémitique J4,; = .crible. Le sens figu ré
de /uwppw,frL serait, 'secouer vi?lemment, comme _dans . un
crible', selon l'expression évangélique (Luc xxii, 3 r ).
'
f'\ *Khyrty·J!I!1Y .- Bagages, Menus objets <l'habille-
~ ment ou d'ameublemen~ usés.
Ces deu?' ~ermes vont ensemble et sont synonym~s. Le
premier est une modification du second, qui est lui-même
une variante de l'arabe ~.J_)ferdé = paquet, ballot. La _forme
vieux turque de · ce mot est ~...r! pyrtyl, ou ~ pylftr, ou ·(en
dialecte de l'Azerbaïdjan) ):::J~ pa!tar. La première de ces
formes correspond au vieux français et au provençatfarde/, et au
diminutif espagnolfardillo.
En somme, khyrty-/>yrty équivaut littéralement à l'ex-
. .•

pression 'hardes et fardes'.


-- .--
[\ Khyz . Élan, Essor, 1mpulsion, Intensité, Surcroît
l\) . d'ar:deur
.. , '
ou
. de vélocité .
• ~
.. . . Cf. vieux haut-allemand heiz, . et allemand ltei'.ss = . chaleur.
... .: l .. . . .. .

Pour l'ai1alogie, cf. l'expression 'chaleur d'action', et l'anglais


heat,: ., au
. sens d'élan, d'ardeur, d'où dead heat, etc.
.. .. .

*~~ll.ym = Nasil~eur. · . .: . . '


. '
\. ... ·:De,J'~aQe ~ khenklun = nasiller. i' ~ . ; : ; . ,.
~

., ·: .

' .
(iJ
D b ou)

('\ Da (Dé) = Suffixe du locatif. ·


\U .. Il' correspond, au grec ôe =en, dans, (cf. ovpavovôe = au
ciel); au géorgien da (marque du datif local); à l'anglais at;
au matai di; au lycien te ( = nte) =dans ; au chinois (Pékin) !saï;
au .brahui et à l'amoy (parlé) ti'; au kiranti et rodong (Népal)
da; au munipuri (Bengale) da; . au kami (Birmanie) ya ..; au
sumérien ta (ex. emtUn = pri~Q!l,_~nnunta - dans .@. Q.!:Î~o~).
Da et Dé, Conjonction copulative affixe,
équivalant au latin et et que. Elle correspond au grec
/ -re et ô€, et s'emploie comme ceux-ci ; remarquez, par
exemple, l'identité de construction d'une phrase telle que
.J~L.. ~iJ J.s)( ~~ dft. yerin dè geukun dè maNkidir '
'' Il est le maître de la terre et des cieux,, ; et de cette
·expression homérique : llanjp àvôpwv Te· 8ewv -fe = " le père
des hommes et des dieux" (que les Latins ont traduit par
Pater· ho11dnumque deûmque).
Cf. encore, basque da, ta...f.ta :::- et; persan i..S~\ idi = aussi;
·géorgien da = et ; ostiak ta ·= id. ; berbère (Figuig) de ( .J
préfixe) :___ id.; thotchu (Frontière chinoise) tah, dah = id. ;
bhutani (Bengale) da= id.; sgau karen et puo karen (Siam) daw
et dai =id.
Dayi Oncle n1aternel. ·
=
Voy. · ~t; taglza.
Dayi = Seigneur, Gouverneur~ · ' Dey' ..s!. \1
(c'est-à-dire, le daJ1i' ou gouverneur d' A Iger, de Tûnis,· etc. ).
Selon notre opinion, ce vocable n'a aucune relation avec
~\k dayi (t. or' ~t; taglza ou -û~ taglz;ï) .= 01~s1~·' ~~ter~èi.
Ceux qui soutiennent cette dernière acception voudraient
voir dans dayi (oncle), en tant qu.e. titre .donné pa;r le :. Cafife
. · eL les souverains des. grands· ·E.t~ts mus,ulmé\n~,. a:u:x pr.inces 4' • ' •

·. régnants des provin-ces :nahqroétanes de moindr~- impprtance,


. une. -.qualification analogue · ~ll -mot · 'coqsi.n ' · µsi~~ :: r~ntre
. ..
souverains · européens.. ~ • "• .., ;; :· ' l . . , ' .. ' -
' 4 •• • ' : ' • . ~}

i
.
~
~

.. ..
••
..
,··
1\
D ' J
,j .k ou )

Notons que le terme dayi s'applique aussi aux personnes


vaillantes, vigoure~ses, et, vulgairement, caba-dayi ( = gros
dayt) comporte, à peu près, le même sens que' matamore'
ou 'rodomont'.
Pour notre part, nous comparerions plutôt ce terme a vec
le grec 111r11Ji; ou Tayor; = commandant ou gouverneur (du
verbe Ta'YÉœ = gouverner), qui était un titre porté spéciale-
ment par le gouverneur de ]a Thessalie. ·
Cf. encore, chinois.!~ et japonais cj_q.i,_ = grand ; arabe ~.)
s!E.l =fils adoptif (c( l'expression 'cousin' citée plus haut).
_ Il ne faut pas confondre ce dernier mot avec cette autre
expression arabe ~\..,) daïy = prieur, que l'on a considérée
un moment comme l'origine de dey; cette opinion fut
abandonnée plus tard.

Daban :;:: Plante du pied, Rouleau, Herse.


UJ"''"
-~Cf. arménien et UJ w tfuull = uni, plat, herse ; polonais
lapa =patte; lapon lapa = plante du pied; persan ~ lep =
soufflet, gifle; gaélique lapadlt = patte ; kurde ~ ~ = li erse.
On sait que les lettres let d permutent entre elles, d'une
- --:--- ..._
langue indo-européenne à l'autre. Ainsi, le primitif dac,ru
( = larme) fait en grec ÔaKpv, et en latin lacry(ma); le grec
ÀÉ"fœ donne en latin dico; du sanscrit devara ( = beau-frère)
procèdent l'arménien "'"lJl/l'' le grec Ôa~p, et le latin levir; en
regard du grec ÀÉ7ror; ( = écaille) l'arménien place p1rq, ;
à l'italien bel/a correspond le calabrais bbedda, comme à ste!la,
stidda. Enfin, le persan ~ liv ( = le soleil) a pour contre-
partie l'arménien UJ/,L (=jour) _; et le persan ~'y.'.~ divan (=salle)
s'écrit aussi ~1~ lt'van (en arabe).

Dad (Tat) = 'saveur, Goût.


Cf. talain (Siam) tat = doux.
(" *Dadis, Terme enfantin,
qui s'applique aux premiers essais d'un bébé à marcher;
c'est le même mot que le français dada = id. Cf. l'jxprcssion
anglaise Io dade a cliild = apprendre à marcher à un enfant.
Ce vocable turc, ou sa forme, semble avoir été introduit
dans cette langue, par l'intermédiaire du grec moderne.
1) .b ou ~

. :QaAY cpadtlt) = Bonne ou Gouvernante (d'enfants). <d. A.>) ~'-'1'-'


~ Ce mot se prend aussi au masculin, pour désigner un
lJ vieux , serviteur chargé du soin d'un ou de plusieurs enfants;
dans ce cas, il est synonyme de ~~ la/a, vocable persan, et
forme liquidée de ~dada (féminin), lequel, avec ~dadou
(masculin), constituent les prototypes persans, du turc ~
de l'arabe (vulgaire)~ dadet = bonne d'enfants, du grec

- ---
m"c ôaôà = id., du russe doili, de l'allemand latte, et de l'anglais

··-dad = père.
La forme primitive des mots persans susvisés, (dada, dadou.),

-
se retrouve dans ~.1'-' da)'é (ou da;'aq, fÇl rtne arméno-pehlévie) au
sens de 'nourrice', d'où aussi le turc 4.?, U, dayé; tous ces mots
sont, d'ailleurs, foncièrement alliés au grec Ta-yisw = nourrir, et
à l'arménien q.ftbL = téter.
Cf. géorgienJ!É_· et tf!.!!!!, sanscrit ,qttâ = mère; ~ = terme
de caresse, correspondant à 'mon cher' ou 'mon bon', adressé
aux parents et aux familiers; malabar .!.!!:.:!j_. = mère; yerukala
tayi, et rutluq dai = id.
*Dara = Tare, Déchet. ~lb
De l'italien tara= id.; (ce dernier procèderait lui-même
de l'arabe e,_>, tari!t = chose de rebut rejetée ou enlevée).

111
l!_arymaq (t. or1) = Emporter, Emmener, Porter.
\.() Cf. arménien urw'bf,L = id., qui se conjugue avec un /' (r)
dans tous ses modes, sauf l'imparfait.
Dach (Tach) = Compag non, Compère. <Jil.:;) vu, ou v'""
Ex.: L.P\~J?. J'o!daclt = compagno n de route; u;J.x.:~l;
carJl/ldaclt = frère,' . ( m. à m. 'compagno n d'abdomen') ;
v'""" adaclt (pour ad-dadt ) = homonyme.
Cette particule existe aussi en persan, ex. l..t.;'.;i\) A;;~,:;.....
l.:/ioc?jt/taclt = compagn o n de service, serviteur d'un même
r
\ <\ maître; LP~ klzaïltach = fai sant partie d'un m ême corps
(de trou Pë5,ëtc.). C ( grec fT7Jr; = camarade.
Dagh (Daou) = Montagne.
Cf. chinois tltaï = ici. ; sanscrit !!J = icl. ; babylonien tahv =
Q icl. ; copte taou = id. ; sokpa tai·a, et sak tako = ici. ; touareg
adgltaglt = id. On sait que les lettres t_ (gh) et) (v) per-
mutent en turc (ott et or 1) : cf. O:li .1 o/af!lt
11

~./ .... et •\.:;. \ otav =


./~

- 0
194
D ~ou)

pavill_01, grande tente ; ~_,!_ cogha et ~ cova = seau,


(t. or 1 li); ~)'! bouzaglt e t J_~t-' bouzaw =veau ; JÇ
~: qyragh e~ )~ qyraw = g ivre; 8 1
q; laglt. et ~ qy~
fil, t rancl1àn t ; ~ l:;)'! boucag h et J'ü)'! boucaw = entraves ;
J.i:.J \__qghoul et JJ) \ owoul = fil s, enfant ; -~· coglzmaq et
.d ca w maq = chasser, pours ui vre ; .(.~ l aghadj et
(tchouvach) é_:v; z__= a rbre, bois; &_yagh et ~; 1av =en nemi ;
1

~~ tchyghyldy et ~~~ d;j1vyldy = ~a_zou i lle l?-1ent ;


j.,-ê1' qylaghyz et ) JJ )lj q;·lawuz = guide ; .&.. qyghyld;ym
et t~rJ qyv; ld;ym = étincelle ; ~).\ ogltmaq et '-"~J..\
1

ovm aq = frict.ionner. ~ -~ soghouq_ et ~ savouglz ou ~


savoud;· = froid ; ~ aghyz et j JJ 1 a1•ouz = .~he ; -~
.. "-----"
coghouq et ~ covouq =creux.
- Ces m uta tions des g utturales e n labiales, et vice versa,
ne sont pas, on le sait, du d om aine exclusif des idiomes
touranie ns; e lles existe nt tout aussi bien da ns les lang ues
indogermaniques; cf. entre autres : allemand lad!!!; et anglais
to la!!g!j (pro noncez /,if) = rire ; allemand rauh et anglais rough
(pron. reuf) = rude ; bas-allemand tage et tau et anglais .tougl:_
(pron. teuf) = dur ; vieux hollandais ~ = peau, et anglais
s~ ( pron. sleuf) = id. (de serpent) ; anglais cough (pron.
cD/) = tou x ; trough (pron. trii/ ) = au ge.

(; *pagh~ = V-il-lise.
\v Cf._ grec t~!~E.9S = corbeille, pa11ier.
La mutation de l en gh n'est pas saris exe mple. Elle es t
très-fréquente e n arménien. Pour le turc, cf. en tre autres,
ê Y. yaghdou = éc lair, de ~~~Y.
Q flamboy er.
---=--
ya!dyramaq = briller, luire,

w Daii (Tang) = Aube, Aurore.


D 'où t. or 1 ~ lJ J.ang_[a = demain. Cf. sumérien ~ =
(~l;) ~Lk 1

jour; ~ave du11, den = id. ; javanais dina = id.; anglais dawn. = (1
id.; africain diang = id.; tesuque (A mérique septen triona le) 1
tahn ~ icC; s~alais dina = id. ; inde centrale din, et néPêl d ini
= id. Cf. encore, allemand t~g; et anglais ft.EJ!.., = jour; g éorgien
dghè, et cir.çassien-.terg lia = sole il ; cambodge 0!:!{_aY.. = jour ; ~
t angivay = id.; t~a = sole il ; tchèque den =jour; r~sse
..___ =id .
den
~ 195
l) .k ou )

Dal (Tal) = Branche. <Jln J\-.)


({J Cf. grec 8aÀÀo<;, latin tlzallus, et français talle = branche qui
pous-se au pied d'un arbre. Cf. encore, latin talea = bâtonnet,
et gothique vaelus = id .
.Q_ai ou daly signifie aussi 'dos', 'épaule', comme dans la
locution ~~ 4 \-.) dal;•na binmek = poursuivre, tracasser
quelqu'un.

*Dalaï (t. or1) = l\1er. ~~\-.)


Cf. grec 8/,ÀaJua = id.; persan Jli =lac. Voy.j~·li talaz.

l\Dalaq = La rate.
~J cr:
viscère noir').
- --
sanscrit kâltik(t_ = le fuie, (de kala =noir, soit: 'le

*Dalia (t. de jeu, ou de compte).


On désigne par ce vocable le chiffre total convenu dans
(
1
un jeu, pour constituer 'la partie' o u l\1nité de compte qui
est adoptée dans certaines ventes, <.:t que l'on marque
\
s uccessi\'ement de part et d'autre. D'ordinaire, c'est le
\ nombre 10, 100, ou 1000 qui constitue le da/ia . Ahmed
Vlfik Pacha fait dériver ce terme du grec (T€Àeto<;=accompli,
\ ou TeÀo<; = fin?). Nous croyons devoir en attribuer la paternité
à l'italien taglia = taille, (anglais tall.J
1
) .

Chaque fois que Je nombre déterminé se reproduit clans

i
le pesage ou Je dénombrement des articles achetés ou vendus,
la personne chargée de cette opération fait aussitôt pointer
ou marquer ce nombre en s'écriant, "dalia ! '' Ce mot se
trouve être alors l'impérati f du verbe italien tagliare, et signifie
' fais une entaille' (' tagiz'a ') !
or~ *Dalian = Bordigue, lVIadrague.
!J' '
1..(
Il est malaisé de tirer au clair l'orig ine de ce mot turc.
v A supposer que, dans les eaux turques, ce mode de tendre
~~ les filets pour Ja pêche, soit d'invention italienne, on peut
J expliquer dalian ou talian, par 'ltalia.110' (sous-entendu,
paretaio). Le changement du t ou tli en d ne fait aucune
difficulté, attendu qu'il a cours également dans d'autres
langues ; ex. : allemand tag et anglais da)' ; allemand dieb et anglais
thiif, etc.
Oz
D b ou)

C\ Dalgha = Vague, Flot.


\\J Cf. albanais va!yé = id. ; sanscrit va!gdmi = bondir, sauter ;
tara~ga = onde, flot, vague.
Da/glza pourrait être un radical varié ~u verbe ~\Ji.H~
tcha/camaq = agiter, remuer. ....._____-
( , -!>!lm = Toit, Terrasse ou Plateforme (de maison).
\l1 ( Le grec ~ signifie maison, terrasse, plateforme de
V ~! maison ; au dire de St. Jérôme, il porte aussi le sens de
' toit ' : " Do ma, in orienta/ibus provinciis, ipsum dicitur quod
apud Latinos tectum." Russe dom= maison ; gaélique daùnlz =
id. ; persan ~ tùn = maison, résidence ; sanscrit__{ldma_ =
l demeure, habitation, maison ; latin doJJtuS = maiso n. Voy. et
cf.r,.\b damyz.
Damyz Domicile (selon Ahmed Véfik Pacha). . l.b
= r.
Cf. latin domus, d'où domesticus, correspondan t à
' ~
ülr,-1.b
damyz!yq = animal domestique gardé à l'étable et destiné
à la reprod uçtion de la race. Le vieux français damesche est
également dérivé du latin domestù:us.
Mais, cf. le sumérien dumuzi = re ·eton. Avec cette accep-
tion le mot turc damyzlyq indiquerait proprement le 'mâle
reproducteur 1 par excellence.
(\ Dd.n ou Den = Particule affixe du cas ablatif.
\ {\ \ Elle est identique au grec~ comme dans avw8év = de
U
1
haut, Ë<1'w8€v = par dedans, oùpavôflêv = du ciel, etc. Elle
correspond, au géorgien itlza, au javanais dene, au chinois
(Changhar) fang, au thulungga (Népal) dang, etc.
Dana= Veau.
Cf. persan ~ ~ djané = le petit des bestiaux ; malgache
.(
zanak-omby (soit, zanak = petit, omby = bétail) = id.
*Dandini = Action de faire sauter un bébé dans les bras
ou sur les genoux.
Cf. français dandiner et dodùier = balancer, bercer ; anglais
,_ dandling, et italien dondo/are = id.
1
' Dav = ( 1°) Paroli, (t. de jeµx de hasard):
~.j )\'°" dav démck = faire paroli, c'est-à-dire, doubler ]a
\ mise ou l'enjeu.
Ici, dav peut être rapproché du sanscrit de7.J =jeu.
D l, ou )

(2°) Toast: ,.}~ ~ _,'4.> dav safia batyr = 'dav à toi


l>rave ! ' Cette locution t. or1e était généralement usitée dans
les buveries, et signifiait 'je bois à ta santé', ou 'à ton tour
de boire'.
Dans cette dernière locution J~ mot dav parait comporter
1
le sens d' 'invitation', d' 'appel'; et comme tel dériver du
1
verbe t. or1 JL..\~\ indémek = inviter, d'où)\~?.\ t'ndav =
invitation. Celui-ci représenterai~ le prototype de ce dav ou
ta1,, moyennant la chute de la pre~ière syllabe qui s'explique,
du reste, aisément par la fusion des palatales.
(\ (3°) Provocation, défi: ~ftJ"-> A:~~.f. biY kims~vé
/
Ci) dav ocoumaq = crier 'dav' à quelqu'un, c'est-à-dire, lui porter
~ un défi, le provoquer.
On pourrait voir dans ce dernier le zend zava = provo-
/\ cation, cri de défi. La substitution de la palatale à la
( ~ \ sifflante ne fait aucune difficulté, attendu que les ex emples
V en abondent, surtout dans le persan. Cf. .J.).~ p édher ou
pézer et .J~~ péder = p_ère ; .)',; ~ bradlier ~u brazer et
.Ji.)~ brader = frère; .J~l adher ou azer et ...J~\ âder = feu ;
µ
.).;~ ki~g:Jtedh -5}.E__k/ag.!te?_ ~t ...\.ê.l.S' kiaghed = papier;
l.:unbedlt ou kunbez et .},-·) kunbed = voûte, dôme, coupole;
~dlz 9u cliaz et_ ~L.:i chad_=joyeux; J~l=:- d:fadhou ou
djazou et Ji.)~ djadou = sorcier ou sorcière ; ~~) fériadli
ou firiaz et '"'Y.) fériad = cri de détresse, lamentation ;
..)1.::-i\ U_!!_q_dh ou ustaz et '-'~' ustad = maître, précepteur,
professeur, (la sifflante en a survécu dans le pluriel arabisé
~;;l..:\ ésatiz).
Davar = Bétail.
Cf. arménien UJnLw[' ou 'fnLwr = bétail, tant gros que petit,
Q et 'LnLw[' (qui ne s'emploie qu'au diminutif 'LnLwrwft) =gros
bétail ; grec Tavpor;;, et arabe .J ~ ou .J ~ = taureau ; géorgien
t:;ou.ari = mou ton.
A. Véfik Pacha tire ce· vocable de~~) \k tavlanmaq =
~r; .J~lb voudrait donc dire,' qui s'engraisse.' Nous
ne ~ urions nous ranger à sa manière de voir, ni quant à la
forme. ni surtout quant au sens de notre mot turc, attendu
que cet ' définition pourrait s'appliquer à tout le règne
a nimal.
D b ou:

Davou! (t. or 1) = Ten1pête.


.f Cf. sanscrit tumula = agité, tumultueux ; latin tumultus =
tumulte; grec 8uEÀÀa =ouragan, bou1:rasque; persan ct.l_,.J devlé
,. = id. ; suomi tuul = vent. Cf. aussi, le vieux français teouiller
ou touiller = brouiller, troubler, (cf. 'tourbillon ').

Davou! = Grosse-caisse, Tambot..r.


Cf. italien tamburo, et persan~ tébz"r = id.

w Une autre forme de ce vocable, c'est J~...> duval, qui


dés igne le' tambour' employé dans la broderie, et qu'Ahmed
Véfi k Pacha fait dériver d e l'arabe }.J delv = seau.
L'arabe~ tabl= tambo ur, ne nous semble pas appa rtenir
au fond de cette langue. Cf. latin tympmzum (grec -ruµ7ravov )
ou typanum = tambour de basq ue, ou tambou rin ; arménien
PJ'p(nL~) = tambour, allié au turc ~~ t1mbek = id.

*Davloun = Pont inférie'ur d'un navire.


Cf. français tabloz"n = plateforme de madriers pour placer
les canons.

Dé ou Di (interjection) Alions ! Hé donc!


=
Elle équivaut ex actement au grec ô,j, et s'emploie comme _
1ui ; ainsi, €a ôr] = ' vjens donc!' rend le turc ~.J '-'15 gel dè,
ou ~.J Üb ha dè (euphoniquement, haï dè). Ce.tte locution
hellénique se traduit en grec m c par eÀa .ôà !
0

Sous la forme ,_s:J dz", ce mot représente l'impératif du


verbe ~~.J démeli = dire.

(\ Dédé = Grand-père, Aïeul. ~.J.J


~ Ce terme (qui fait \.:)IS'.J...> didég/an a u pluriel) s'applique
~

aussi aux derviches (ou moines ) des couvents, et devient dès


lors l'équivalent des termes 'dom ', 'fra ', 'pater', etc.,
employés en Euro ~. ~ Voy.~~· baba.)
Cf. anglai!_ dad = père; bulgare _déd~ g rand-père; grec

\
_j-rTa_ id. ; ~ père; russe téta = papa, et died=
grand-père ; ~abe ..>.>,- diedd = id., d o nt la féminin ;s~

Oll aïeule, et dada;:_= père. ----


d.feddé, a d on né naissance au x termes malgaches dady_ = areul
L'arménien uru11n = père, ou aïeul,
est également un mot emprunté.
~ 199
b ou.)

f Dédek ou Dadek (t. or 1) = Servante, Esclave,


l,V Odalisque.
Cf. grec BeTo<; = adoptif (fille, fils, etc.). On sait que, chez
les musulmans, les esclaves mâles et femelles, sont considérés
~ comme membres de la famille. L'esclave né dans la maison
L s'appelle ~_,b doghma = natif, (en arabe ~J vélie!= id_.).
0néré = Ravin.
U Cf. sanscrit darâ = vallée, crevasse, cavité, grotte ; anglais
dale, et allemand thal = vallée. Cf. encore, latin lira = sillon.

f?J *Déri (Téré, Téri, Térik) = Cuir, Peau. (~:r-3 t Jpi t ~) ,,_s.J.J
1
v- j/' Du grec Ôopa, ÔÉpo<;, Uppa~ = id.; cf. aussi ôipµa, allié au
persan ~~ tcherm.
Cf. encore, latin tergus = peau ; arménien inlrtL = id. ; toduva
'- (Inde méridionale) torra = id.

*Desti = Cruche.
Du latin testu = un pot de terre ; italien testo =pot à fleurs.

*Defter = Cahier, Liste.


\, \ Du grec Ôtcf>8€pa = cuir préparé pour écrire, opposé à
·/ ÔÉppetr;; = cuir brut.
En russe devter signifie 'diplôme', 'patente ', 'brevet'.

*Defné = Laurier. A;..j.J


Du grec ôacf>v11 = id.; d'où l'arabe JJ-> dijly = id., lequel
(\ a donné naissance à ~~ tajlan, q.v.

~ek -;' Ruse, Manigance. d.J


' Cf. anglo-saxon lac =jeu, et persan ~ = plaisanterie.

~· Degmek (Tegmek) = Toucher légèrement, k:J\..y) w..+f.j


\\) Atteindre, Valoir (c'est-à-dire, 'atteindre' un prix,
(
\ 'être à la hauteur' d'une valeur déterminée).
Dérivés: (t. or') J{;i tégu = aventure, chance, hasard,
~ coïnddence, fortuité, atteinte ; (t. ote) d.J degmé ou deymé
=fortuit, casuel, éventuel ; ~iJd.J deymédé=' c'est incertain',
ou 'aléatoire' (locution qui correspond, à peu près, au grec
TUX.'IJPO\); cr.!iJ
déyin (t. or1 ~~ téyi1l) = jusqu'à; t. ott°
J) .k ou )

_/-> déger crpers. srng. de l'indicatif) = valeur (litt . 'il


atteint ').

~)
En intercalant la lettre de réciprocité(~ chùi), on obtient
n. . .
la forme ~,,,) dégt'chmek (t. or' ~.~.. ~i~; té~ichmek) =
\J changer, convertir, transformer, troquer, d'où la locution
i,..)jjJb ~,,,) dégich tocouch = échange, troc.
C( grec Btl'f''fUV(J) = toucher légèrement, atteindre ; latin
tango= toucher; gothique tekan, et allemand (populaire) ticken =
toucher, toquer; Tvyxav(J) = advenir, arriver, choir; d'où
:~X'l . ~~rt, chance. Voy. ~} tocoun maq.

Gf Deruz 1\T1niz) = La mer.


Cf. hongrois tengcr = eau ; anglais tank = réservoir, bassin.
r. .. ..r
(·Li) ./J
_~
Déli - Fou. ---- J ->
Cf. allemand toll = id.; latin (d'origine osque) da!it:us = id.
Delmek (Telmek) = Trouer, Percer, Perforer. (~<~) ~J
Cf. grec upÉw = id.
*Démet = Faisceau, Gerbe, Botte.
Du grec Ôeµanov (verbe ÔÉveiv = lier) = liasse, faisceau, etc.
Dénémek = Essayer. ~iliJ
Cf. latin tentare = id.
Voy. et cf. ~lb tanymaq, qui en est une autre forme.
Dévirmek (Tivurmek, l <dt..J_}~ t JL-..JJf;; ,JL-._)~) ~J..J?.~

Tégurmek, Tékrumek) j =Culbuter, Rouler, Renverser.


Voy. ~_)~ tchévirmek, qui en est une forme variée.
De la racine fa téker viennent ~fa tékerlek = roue,
rond ; W tekré (variété de ~_)r.:;- tchevré) = pourtour, (cf.
arabe V'"'
dairé = id.); enfin, le turc ~lb taq/a = culbute, 'v~-v
saut périlleux, dériverait-il aussi, sous une autre forme, de
cette même racine? Le verbe ~fa téli:erlenmek =
dégringoler, semble reproduire, et ·comme lettre et comme
sens, la forme inusitée ~ l;\k taqla!amnaq.
Cf. arménien {Jw'"-éL et urw"f"'L"L = culbuter, rouler,
renverser; arabe .J~~ dévr = cycle, tour, circuit (auquel est
radicalement allié le latin torno = tourner, façonner au tour) ;
assyrien târu = tourner ; hébreu S:i-,
daî.•rzl = faire tourner,
correspondant à J.,.) autre form e du mot arabe précité.
( \ 201

}) w .k ou ~

Ditmek (Titmek) = Carder, Effiler.


Cf. grec Tl>..Àw, et anglais to tease = id. ; arménien 9 ,,./rL =
déchirer, écorcher, arracher.
1 Didik = Action de s'asseoir.
Cf matai duduk = s'asseoir; thibétain hdug = id.

/' l>ire~ (Tirek) = Poutre, Mât. (~..J;;) ~J?."'


(, U [ Cf. malai dirik = arbre ; sanscrit dru = id. (cf. ' arbre de
'/ couche', 'arbre de moulin', 'arbre vertical', etc.); russe
dérevo ou drévo = arbre; latin trabs = poutre et arbre; grec
- rpacf>11E.
*Diren (Direnek) = Fourche, Trident.
~

Cf. grec rptvaE ou 8plvaE = id.

(J Dirmek (Tirmek) = Ramasser, Recueillir ; <dY> ~..r..~


UJ .~ (comme dans la locution~.J~J?."'d.-...r..~ dennek devchurmek
( =recueillir et ~amasser):· Dérivé: t. or: ~# tiri~n = glanure.
Cf. grec BEpt..~w = m01ssonner (de 8Epor; = moisson).

f'\Dizmek = Ran?er, Al'.gner, C~ordonner. . ..:S:..r-..i


~U C( grec ~ = id.; arméruen 'fwulrL = td., et W"LlrL =
entasser.

~ Jlich (Tich) = Dent. (~) ~~


LV Cf. grec JC'Telç = dents incisives, et oôour; = dent; latin dens, .
sanscrit danta, lithuanien danlz's, anglais tooth = id. (pl. t.!!!!!:)·

( Dik, Tik, Daq = Particules affixes de comparaison. J'~ (~l ~"'


\Y ( Ex. ~~}J\ eulugdik = semblable à un mort ; J\~\
andaq = comme cela ; J'~r moundaq = comme ceci ;
J\~\j caïdaq = comment ou comme quoi?
) Elles · correspondent au persan ~i.J dis = semblable ;
\ ex. ~~A:,l>. khayedis (m. à m. 'semblable à un œuf ') =
espèce de champignon comestible.
l Cf. russe tak = ainsi ; latin sic = id. Considérant que les
/ lettres l et d permutent fréquemment, on p~ut encore
{ rapprocher de notre vocable turc, l'allemand lick, et l'anglais /y,
\ terminaisons adverbiales, le grec X{K, dans ~XL1tof; et ·rr1)\.(Kor;,
etc., et le latin lis, comme dans ta/i's et qua!is, etc.
D 1 ou~

Dik (Tik) = Droit, Raide, Escarpé.


Cf. arménien sfis =pieu, piquet, raide, dressé ; de là 991rL =
dresser, ériger ; correspondant au turc ~.J dikmek =
planter, dresser, ériger, ficher, fixer.

*Dikilé = ·Vêtement de dessous à manches courtes.


Cf. latin tegi/lum.
Ce mot turc n'a aucun rapport avec Je verbe J..,.t..;.J
dikmek = coudre.

Dikmek (Tikmek) = ( 1°) Planter, (2°) Coudre.


Pour le premier sens cf. arménien ur"b~/,L = planter; qu ant
au second, cf. basque tegi...:... lie n ; ~__!!.Ldeg = id. ; latin !igo =
lier, attacher. Pour l d, voy. V.lb tacli.
Peut-être, ne messierait-il pas d'établir un rapprochement
entre dikmek =coudre, et ~iJ diken (ou 1.:)\5....;i tiken)= épine.
Celui-ci serait, ainsi, un participe présent de dikmek =
coud re. On sait, en effet, que dans · l'antiquité (e t même de
I nos jours en pays peu civilisés) certaines épines tenaient lieu
I d'aiguilles. T elle est, par exempl e, l'épine dite ~ara/,
produite par une sorte d 'acacia, et dont certaines populations
du nord de l'Afrique se servaient et se servent encore, pour
coudre ensemble des cuirs destinés à la confection de
souliers, etc.

Dil (Til) = Langue.


\ Cf.vieuxdacien (selo n D ioscoride)Ô<tÀ.Àa=langue; patagonien
del = id.; australien talang e t tale = id.; mantchou ilengou, et
toungouz ilenga = id.; latin lingua = id.
\ Le dimin utif ~.j dz'/djik = ( 1°) épiglotte, (2°) KÀ.EtTOpli;;;
dans ce de.r nier sens le sanscrit a yônilinga (et ;1ôninâsâ).

~ilé__mek (Tilém~k et ~m~"q) = ( Jl.~ et ~<l.4ï) ~ "~: ~


Souhaiter, Solliciter, Implorer;
• ~~..> dilenmell =mend ier~ dilek (t. o r~ tilaw ) =
dés ir, so uhait. Cf. grec 8ÉÀ.w =vouloir, désirer, et À1,À.aioµ.at =
désire r ardemment. Pour la muta tio n des linguales en
palatales, voy. ~~ daba11.
D .k ou )

& )i'~
,'J r
1
Dindj (Tindj) = Robuste, Vigoureux. (
C( zend tantcho = solide, ferme ; anglais stanch = bien
c?nditionné, .ferme ; sanscrit tufl,j, tu1i/d11d = être vigoureux,
1
, vivre.

(\ D~j ou~ = ':[o~.


~J Le radica l ~ boule, balle, et tout objet sphérique
ou conique, a ses équivalents d ans les langues occidentales.
Cf. l'allemand topf = pot et toupie; provençal -.......:.-
~
topi = id. ; anglais
top = t o upie ; nordique top = bouchon ; vieux français lq_!fp on = •
id., et to11Pi!J = pot ; etc.

(~ Doghour.maq (Toghourmaq) = Enfanter, Procréer, (~.J_,i.y·) ~J_,.ë.J~


\.!J Donne r le jour, Accoucher.
Cf. grec -r~
I t ' _= i"d. ; d' ou\ 1
ToJCo <; = na issance,

intérêt (voy. et cf._dy), ~t TÉKvov = fils.


~ Doghrou = Droit, Juste.
Cf. australien (occidental ) 42!_1-rgoul = id .

t
". -
(, Docouz = N euf (nombre).
ÜJ Cf. thibétain (li ttéraire) dg u = id. ; takpa ( Frontière chinoise)
dugu = id.; khari naga ( Be ngale) teku = id.; singpho (ibid.)
tsekhu = id. ; kami ( Birmanie) tako .= id. /
./

·'.vD~ = Tisser.
' Cf. grec uuxw = faire, fabriquer.
ii :Q_olamag = Rouler autour, Enrouler.
~

l
(\
Voy . ~~
tolg hamaq.
Domalmaq = S e bomber, Faire saillie, S e gonfl er. ._e:..Jl.__,_, ou ~~ l.Jb
11~0 Dérivé: l:.J~l._,-.) domalan = truffe, tubercule, tumeur. Il
no us semble qu e J~_.Tf)b tomourd.faq o u ~J..T'_,b to11~rout(;}q
= pousse, germe, bourgeon, surgeon, est rad icalem e nt all ié à
no tre verbe, de mê me que l 'arabe~~ dummel= tumeur) et les
mo ts turcs ~ji tumsek = protubéra nt, et J~_,.~ tomchouq
= b~c recourbé (d'oiseau).
Cf. le latin tumeo, tumesco = se gonfle·r , s'enfler ; tumor =
tumeur, enflure, etc."

C!
V Dombay = Ee1nel.le du buffle.
Cf. sanscrit tambâ et tan!f.É. = vache.
1) le ou )

Don = \ J. Caleçon; (2°) Vêtement; (3°) Poil ou couleur


0
)

(des animaux).
Cf. grec Ôuvw = vêtir; anglais to don= se vêtir; latin tu11ica
= tunique, et tonus= to n, nuance.
Dérivé: '-';.:.....;l,jj- dv1tmu11aq = se parer, se vêtir, ~'é qui pe r;
d'où M..i li..1.b donmwuz (l'orthographe actuelle est ky. ~) =
'équipement', c'est-à-dire, flotte; (cf. l'espagnol armada= id.).

Deurt = Quatre. .. ' ,...'


..__..
.;

Cf grec urpa;; -:- le nombre 4.

peu_g-mek (Tukmek) = Battre, Taper. (J~_::;) ~<..tJ~


Cf. sanscrit tu.f, tô.ftÎmi, et tôdâmi = fra pper, battre ; latin
tago et tango = toucher (de la racine onomatopée tag ou tac,
m odalité vocale de toc, d'où le thème verbal t urc deug) ;
thibétain ton11g = battre ; sumérien du = battre, pilonner ;
assyrien dakû = id. ; arménien 'lnifrlrL et [Jn"flrL = id.
?'
;r,: Deugen = Planche à dépiquer, ..;.;-J-..
' 1

armée de silex et traînée par une paire de bœu fs.


\cJ Ce mot est généralement tiré du verbe ~ do1gmek
=battre. Nous le croyons allié au grec ~ (écrit aussi
rvTav17) = tribull a, machine à battre le blé, batteuse.
('\
(
~ J P.rogéniture, ~nfa~t.
-
Cf. sumérie-; dt2 = enfant; grec 8opor;
Voy. et cf. b~'..I,.:; teuré ou ~./,.:,; teur.
= SE~rF:N c;(:: NITALE.

Durtmek (Turtmek) = Pousser.


Cf. latin trudo = id.; arménien 7 l''flïL = id.
' I \~ Durl!l ou Turlu (Tourlough) =Divers, De différentes
' 1 \" sortes o~le~ - - -- -
En éliminant le suffixe /" ou /ough, (voy. J
/y), qui sert /
à former, sur des radica ux de s ubstantifs, <les adjectifs
indiquant CE QUI co~rPùS E ET COXSTlTUE, CE QUI POSSÈDE, ou
EST DOUÉ DE; il reste un radical dur (ou plutôt tur) que nous
) croyons pou voir ra pprocher du grec m e Bwptà = couleur, et
0

d e l'arménien /J'!}p = ici.


T ur serai t d o nc ainsi un e forme variée du t. ..Q!..1 Jfi

----
t,>uf = teint, ton, (correspondant a u suffixe minoratif o u
l) .b ou .)

affaiblissant latin aster ), comme dans J_,::.~Ï aghy mtoul =


blanchâtre, J~~L sarymtoul -:: jaunâtre, J~2} caramtoul
= n ? irâtre, J~Y. yachymtoul .:.. ve rdâtre, etc. L ,interca-
lation de la labiale est motivée par !,exigence de l'euphonie.

( Duchmek (Tuchmek) = Tomber,; (hofr, Échoir, (l.:..5Wy) ..:..S:....:.._,~


\\) Adven~r. , . ·. ·
Dérivés: ~J"" duch1ch (vulgo duclieclt = 'double six ',
par analogie au chiffre le plus él evé des dés dans le jeu d u
1 trictrac) = ~~c~.. ~~~ ~Jé. I
Cf. latin cadentia = id., qui procède de cadere = c hoi.r ; d e
mê me que l'allemand 1mfa// = accide nt, es t un co mposé d e
; fa/leu = choir ; L.t~J"" duclt (L)i !_tuch) = 0 _ve, 5_9~e; cf.
l'arabe W ~ vaq itr. = id., d e _t_b VOU <J!!!l' = tomber, choir,
r advenir. Cf. le grec TU'}'Xtivw = échoir, advenir, d 'où TV'X,7J =so rt.
Voy. et cf. i.:...Mt..,
degmek.
~ Dugun = Ma ri age, N oces, Fête.
~J Voy. i...S}i to11ï.

(( ;D ugmek (Tugmek) ou Dugumlémek i..:...G.AL.._h~ ou < J~_,; ) ~..>


~ = Nouer, Boutonner.
Dé'rivés : C-J~~ dugum = nœud, e t ~~ dugmé = bouton.
C f. grec ÀU"fOW = lier, attacher, et latin ligo = id. ; arménien
L~f,.L
et ~'-'flrL = id. Pour la mutation des linguales et des
dentales, voy. ~\b tach.

(\*Dumen = Gouvernail.
(\J De l'italien timone·(latin temo, gén. temon.ZS).

Dun = Hier.
Voy. l.:)fi tun.

~ Dunbek (Tunbek) - Petite timbal e en forme de (~. y") J_j


._,.. .)
( \ gourde.
~ Une au tre forme de ce mot turc est ~J~ d1111bélek , o u
~~ dubélek.
Cf. sanscrit tumba et tttmbaka = longue gourde, Cucurbita
l11gt!11aris; persan.:_~,.) dzmbek= pe tite timbale; grec T vµ,7ravov
= tambour (de TU7TW = frapper, battre); italien timballo =
timbale.
2o6
D b ou)

*Duvaq (Duvadj) = (1°) Voile de mariée; (2°) Placenta. (<.::~""') J\,..>


Cf. grec 8u:\.aKiov=( 1°) sac, bourse; (2°) placenta; arménien
~"L'Lw~ = laq11eu.s.
Ce mot se traduit en persan par ~.J~ tcltarc/ub ou
~.J~~ tchadyrcheb = large pièce de toile dont se couvrent
les femmes persanes dans la rue, et qui correspond au ~~
féradjé des femmes turques. Ces dernières, cependant,
portent également aujourd'hui des couvertures semblables,
qui s'appellent ~.J~ tcharchaf.
En t. or1 J'Ji tuvaq et J4.fi toubaq = couvercle (de
casserole, etc.).

Do~dou (Touty) = <Jfi) J.jY~


( Titre que l'on donnait autrefois aux dames âgées et aux
l.,,}
vieilles bonnes musulmanes, ainsi qu'aux dames chrétiennes.
Tombé en désuétude depuis une cinquantaine d'années, il ne
subsiste guère aujourd'hui que dans quelques vieux ménages.
tl a été remplacé, pour les dames musulmanes, par le titre
~ \.>.. khmzJ'11Z (fém. de khan), et pour les chrétiennes, ou les
non-musulmanes, par celui de i--'~l-. 'madame'.
On confond généralement doudou, à cause de son ortho-
graphe et de sa prononciation, avec le persan ~_}, touty ou
~_,b toutek = perroquet. Il serait superflu, croyons-nous,
de faire observer que l'inconvenance de qualifier une dame
de 'perruche', suffirait, à elle seule, pour faire justice d'une
étymol~gie pareille. Le mot foUJi., comme on le voit ci-
dessus, est essentiellement turc ~cheghataï), et signifie~·­
~e ', ou 'grande tante', et par extension, 'madame.'
Cependant, à titre de mémoire, nous comparerons doudou

~
à l'hébreu irJi, {./§dhâlt = ~ (fém. de.,;, dodlt = oncle).
Ce mot dod porte d'ailleurs le sens d' 'aimer', d' 'amour'; /
puis, d'' aimé' et de 'chéri' ; on connait le pforiel dodayùn =
mandragores, plantes érotiques, philtres INSPIRANT L'AMOUR.
~J vedd et ~'~) vidad _:_ amour, affection, attache-
( Cf. arabe -....;;.- ~ -
ment, et ~ védoud = Dieu (l'affectueux par.excellence).
(\ Dourmaq = Se tenir debout.
\ ~ Cf. malai dirz· =id. ; thotchou ( Frontière chinoise) toron= id.
Ce verbe comporte aussi le sens de rester, s'arrêter,
(;) 207
D ' k ou~

~ séjourner ; sous ce rapport, il peut être rapproché du sanscrit


\ \J ~nce ; anglais to larry = s'arrêter, s'attarder. Cf.
arménien 'f"'ffl, {iJ.w11.frL, 'fUl'fUlf'/1L = id., et séjourner; s~n
~éside nce, habitation.

Doum.an = Brume, Fun1ée.


(- ---~C( sanscrit dltûma, et zend cl.!!:!!!!!_an =
brouillard, brume.
1
1
\ lj Sont également alliés à notre mot turc, le grec Buw, Bûµa
,..
(d'où Buµtûw = enfumer, fumiger), et latinfumus = fumée.

~-*'Dyzman
V
= ~
Cf. grec Ôucrµavr}~ = épais, lourd.
-

'
l 1

La langue turque ne possède pas de mot essentiellement


turc commençant par J (r ) ni par J (l ). Les mots étrangers
comm ençant par ces lettres, introduits dans le turc, pre nnent,
pour l'euphonie, une voyelle initiale. Voy. et cf. J ~) iryal.
Le peuple confond parfois les lettres J(l) et.) (r) ; ainsi,
le verbe d.+5'~ sirkmek ( = secouer) s'écrit généralement
~~ silkmek; le mot arabe l:J\r
unwan ( = titre hono ri-
fique) s'écrit et se prononce souvent chez les T urcs \.!J\_,h ulvan.
Dans le langage parlé, la lettre r disparait, quelquefois, si
elle n'est pas entre deux voyelles; ex. : i.!-,)L\ aslan pour l:JL_)
arslan =lion ; ~lj casmaq pour (..;~_):; carsmaq =écourter.
Voy. ~~ l>. khach!amaq.

Ra= ~
\) Particule suffixée aux pronoms dem onstratifs y, bou = ce,
~ chou = cela, _,l o = celui-là, pour eu former les adverbes
' de lieu ~-'~ boura = ici, ~~ choùra = ici près, et ~JI ora =
là, là-bas.
Nous comparerons cette particule à la préposition
sumérienne ra = à. On pourrait également voir une connexité
entre ce suffixe et le I' (ou r doux) arménien, dans les ad verbes
U1JU('1 IUJ'f('I IU t 'l/I = ici, là.

*Radikia = Chicorée. w_.._,1


.. .. ')
De l'italien radicohio = id .
*Rastyq = Poudre d'antimoine, J(ohl, Collyre fait de noir
cl'antin1oine, Surmé.
'
Altération du persan ~\,
_,,, raskliout = id.
./
Raq, Rek = Suffixe minoratif ou affai blissant, ~_) ( J 1'J
{0 (co rres pon dant à la dési nence latine aster). Cf. sumériep âka,
·\i (\\ \ dans l'ex pression ara-âka = jaunâtre, et le tu~
~ \Jl sar)'-n 1q = id., (ou J~)L., sarymtyraq, avec intercalatio n
r
cl u (m) eu phon iq L.t:; \'uy. i...;-: si, s uffixe). Cf. B~ ycrag!t.
I~

*'Rampa (t. naut.) = Abordage (en combat naval).


De l'italien rampa = griffe, (par allusion aux grappins avec
lesquels on accrochait le vaisseau ennemi dans l'abordage),
d'où le verbe français 'aramber ' = jeter les grappins sur un
bâtiment.
*Retchel = Confiture, Compote. . J.ii--.J
Du persan J~.J rùchal (aussi .Jl.::f'...J ritchar et .J~l litchar
ou J~~ litchal) = i<l.
La lettre .J (r) est souvent remplacée par J (l) et vice
versa, comme par exemple, dans ~'"'W léfadan, pour l.;)\~.J
rufédan (qui en arabe désigne un œuf à demi bouilli, à la
coque); ~'-'f lodra, pour l'italien rottolo (mesure de capacité
pour liquides); le nom propre JJ~,~~ Trandaboul, pour
'Brandebourg';>.} tyrtyr = ( l chenille, (2) cannelure,
0
)

pour J;i'_>, tyrtyl; ,J~;~ pyrtyl (t. ott = bagage, pour t. or 1


0
)

A pyltyr = id. ; ~.J~ (t. or 1) = hache, pour t. ott ill~ =id.


0

Ce .Phénomène se remarque, du reste, dans d'autres


langues; ex. français 'ombre' et 'umble' (poisson du genre
saumon).
Rézé = Gond. ~).J
Commençant par une lettre qui ne peut servir d'initiale
aux vocables essentiellement turcs, ce mot présente un
caractère exotique. Nous le comparerons, faute de mieux,
au suahéli (Afrique orientale) riza = diaîne de porte. ·
*Riala = Contre-amiral, ou Vaisseau du contre-amiral.
Du français réal (autre forme de royal), dans 'galère réale',
qui désignait, autrefois, la première ou la principale galère
du roi.
*Ringa = Hareng. ~.:.)

De l'italien ari11ga = id.


*Roca = Sorte de cresson, Roquette des jardins (plante
potagère).
De l'italien ruca et ruclietta, grec péuca = id. (empruntés du
latin eruca).
*Roufié = Rouffe, Gale éphémère des enfants à la mamelle. w.. ').J
De l'italien rofia, ru/a, rujf = escarre, gale, malpropreté.
p
)

La lettre) (z) se rencontre peu souvent dans le tu rc


oriental. Elle est ordinairement rem placée par la lettre
V" (s), surtout dan s les modes négatifs. En voici quelq ues
exemples:
A qly bir che; é yetmès
1

Cand ou couroutiferq etmès


Cogharsaii hitch yéré g itmès
Nadan zlé hemr<llt boldoum.
"Son esprit n'arrive à rien;
Il ne distingue pas le s ucre de la caillebotte;
Si tu le chasses, il ne va nulle part,
Je suis devenu le compagnon de route d'un imbécile."

*Zar = Dé (à jouer) .
Cf. grec 'TE<J'O'apa = quatre (par rapport à la forme
quadrangulaire des six côtés du dé).
Ce v ocable turc n'est p as étranger à la formation du mot
français 'hasard', qui, anciennement, désignait une sorte d e
jeu de dés ; d'où, métaphoriquement, 'corriger le hasard ' =
tricher au jeu.

Zar = Pellicule.
Cf. birman sare = peau.
*Zarghana = Congre,
Du grec opaKatvtc; = id. ; ie mot sanava ( = orphie) existe
aussi en grec moderne.

*Zaghar = ·Limier, Chien de chasse.


Cf. basque zakur, et géorgien zaghly = chien ; mingrélien
d.foghori = id. ; styrien zoaggl = chienne. Cf. encore, le grec
sarypeuc; = bon chasseur.

*Zafra ou Safra = Lest. ~ ~ou~ i·


J ".f)
De l'italien zavorra =id., dérivant lui-même du latin saburra.
z
*Zacon = Règle.
Du russe zakon = loi.
*Zengin = Riche, Opulent.
--=--
G
Q
) On peut rapprocher ce mot du persan~ sengin =
lourd, qui s'emploie, au figuré, dans le sens de' considérable',
'abondant', 'fort', etc. ; exemples: 41.JJ-"__,_; ~ "'5).1
touï sengin fermoudé = " il commanda force réjouissances'' ;
0 ,... $
~..,J y \ ~t:.V>'" tchechméi abi sengin = source d'eau con-
sidérable ou abondante; ~L µ lechkeri sengin = armée
forte ou nombreuse, etc.
./
*Zevzek = Homme léger et frivole. ~·.
')))
(f) Altération .du persan J.:-. ..:_~ sébuk-seng = id. (m. à m.
' de poids léger').
. .
Nous citons pour mémoire l'arabe t_'-'y.) d!tawdhakh =
indolent, paresseux, faible.

*Zibidi = Voyou, Va-nu-pieds, Truand.


Cf. arabe u.X..~ sibindi' (pl. ~ ~) = homme de rien.

*Zifiri = Sombre.
0 elS\j J~j zzfiri carafilyq = nuit sombre ; cf. grec
so</>epo~ = sombre. Nous croyons que ce mot turc est
indépendant de ~j zijir = crasse, qui se forme dans un
tuyau de pipe et qui est de couleur noire.

*Züos (t. popylaire) = Rien, Néant.


Du grec utcpvo~ ou uoµ<f>o~ = vide.

*Zil = Cymbale, Castagnette.


C( sanscrit/a/lt' = id., d'où le persan Jj zil, origine de notre
mot turc.

~
*Zybyn = Veston.
Cf. italien giubbone = veste, pourpoint; provençal et espagnol
-
~G ~
.fubon =jupon et pourpoint. Selon Freytag, ces vocables
dérivent de l'arabe .i::::::_ dj'ubbet = vêtement de dessous en
coton:. Aujourd'hui, ce mot arabe désigne une sorte de
ho.uppelande à larges manches. Mais en arabe '-:)YJ zibou11
signifie camisole. ·.,.,~\
Y.-~
P2
( ), 212

z \1 •
_)

*Zolota =Ancienne pièce d'argent, de la valeur de 30 paras. 41-}Jj


Ce mot fait penser au latin solùius, monnaie d 'or ou
d'argent de valeur variable.
Le florin zlote était une monna ie polonaise.
En slave zolota (russe zoloto ) signifie 'or', d'où le nom d e
Zalatna, ville de Transylvanie, à cause d es gisements aurifères
qui se trouvent dans le voisinage de cette ville.

*Zubbé = Sot, Fat, Dandy, Freluquet, Petit-maître. w·


.. ,,)
Cf. vieux flamand fobbe = insu/sus, ignavus, obtusus homo.
Voy: et cf. ~~ hoppa.
*Zybqyn (Sabghoun) = Harpon. <~;:i~) ~)
Cf. grec utfluVTJ et UV'flWTJ'i = javelot; persan ~)j = id.
V oy.-et cf. JJ~ sungu.

*Zyrzop = Fou, Toqué.


Cf. grec Keptuù'o/ = fat.

*Zyrva '= Soupe légère à l'ail.


Au fig uré, 'homme ou chose insipide,' 'sans fonds,' 'sans
·consistance.'
Du persan 4.)j (ara.bisé en ~4Jj ) = id.; peut-être faudra it-il
lire ~ ; (pour la mutation des sifflantes, cf. liJJ) zounw.
pour i...S'\j.J~ sournaï = cor, clairon; ~~j zympara, pour
~~ sunbaré =émeri; 4.!.5}~ Stfluk, pour ~j zéluk =
sangsue, etc.).
Zyq (t. or1) = Âme.
Cf. sumérien zi = esprit, vie, et zig= vivant; :;a.nscrit;ïva =
vie, âme vivante et individuelle; persan i...>j ze;' = âme, vie ;
grec ~œ~ ·= vie.

... ( *Zymba = Emporte-pièce, Poinçon. l-.·


. ')
1 '
t Du persan ~ sunbé =forêt (de~~ sunbiden =perforer).
*Zymbyrty, Onomatopée indiquant les vibrations ~,rj
C~ imprimées par le plectre aux instruments à cordes.
Cf. hébreu ~T zammlr = chanter avec un instrument. Le
fran~ 'timbre ' = son, semble être apparenté à notre mot
turc.
213

z
,
*Zympara = Eme ri.
Corruption du persan b'~~ sunbadé ( = id.) arabisé en
~~~ sunbadedj, ou '[.~~ ~ !tadjer su11baded:f. La sub-
stitùtion d'un.) (r) à l'original ..> (d) a donné lieu aux formes
\. orthographiques : (1°) ~~ simparé, d'où l'explication
fantaisiste 'menuaille d'argent', et (2°) ~~ sumparé, d'où
la définition non moins imaginaire de ' gratte-sabot'.

*Zyvané = Tu be qui entre dans un tuyau.


Du persan 4-i ~j zébané = languette. Mais cf. le grec
au/3rrv11 = un étui à flûte.
s iJ ou~

(\ Sayin (t. or1) = Bon, Agréable.


\~\} ( Ce mot est commun au mongol, où il a le sens de 'beau',
d'' excellent' C.:I. \.- ) ; cf. allemanc! schiin = beau.
\ Cf. encore, latin sanus = sain ; voy. ~\ esen.

f. . Sayry (t. or 1) = ·Malade, Souffrant.


\ ~ ~
( Cf. anglo-sa~on sar = m.alade; gothique sair, et anglais sore=
douleur; arménien Lfwr = id.

CSaban = Charrue.
\u. - Cf. grec crcf>r}v - coin, ébuard (par rapport au soc de la
char.rue).
Ce mot turc est usité couramment en Russie, pour
l désigner une charrue à deux roues.

*Saboun = Sa von.
Du grec crœrrwvtov, latin sapo, gen. saponis = id.
Au sujet de l'étymologie de ce mot, qui est commun
fcô à la p~upart des langues, et dont le correspond ant t. or' est
\q ~ atc!tmalyq (m. à m.' chose destinée à OUVRIR', c'est-à-
1 dire, à nettoyer la peau ou à la DECOUVRIR, en enlevant les
impuretés), les lexicographes ne sont pas d'accord entre eux.
Les uns en font remonter l'origine au latin sebum = 1 suif',
les autres y voient un mot ~aulois, en s appuyant sur un
1

passage de Pline, qui attribue aux Gaulois l'invention de cet


objet de première nécessité, considéré par les Anglais comme
le 'symbole suprême de la civilisation '.
Il ne serait peut.être pas sans intérêt de mentionner
que, d'après une légende arabe, c'est à un chéikh, nommé
Abderrahman el Bouni, que devrait revenir l'honneur d'avoir
inventé la composition de cette pâte merveilleuse. Le nom
même de celle-ci viendrait à l'appui de cette assertiqn. Car,
selon la même légende, les p re miers qui se servirent du
savon, en furent tellement satisfaits, qu'ils s'écrièrent :
s
w 215

'-"' 0 u '-""

dJ~\ ~--,\.~\ ésabé-l-Bouni, c'est-à-dire, 'El Bouni a bien


rencontré,' d'où, par contraction, sabbouni ou saboun.
Ce bon chéikh, s'il a jamais existé, pourrait, tout au plus,
prétendre à l'honneur d'avoir été, sinon l'inventeur, du moins
un des premiers importateurs du savon en Arabie.
f'\ Sapan = Fronde.
(~.J , Sanscrit xi'pa1}i = projectile (de xtp = lancer); grec u<f>€11-
Ôov17 = fronde.

(jj
*~~~a (t. nau t.) = Bordée.
Au figuré, 'forte réprimande,' 'gronderie,' 'saboulée';
cf. l'expression française 'une bordée d'injures'.
De l'italien sabordo = sabord, embrasure au bordage d'un
vaisseau par , où l'on tire le canon.
(' Satchmaq = Epandre, Répandre. ~L,
liJ ( Cf. sanscrit sié, sinéd~!'!.l: = id.., auquel on pourrait égale-
ment comparer~ sytc!tmaq = cacare, d'après le même
rapport analogique existant entre c.Yt)LlJ .fycltqyrmaq -
·jaillir, et~ fychqy = excrément, déjection fécale.
(\.
1
Satch = Cheveux, Chevelure.
U Cf. sumérien sik = id. ; circassien tchhatsey = id. ; cambodge
sac = id. ; mexicain tzotz = iù. ; quichua socco = id.

~ Cf. en outre: sanscrit kaca = chevelure, e:_ sa/a = crinière;


anglais shag = cheveux touffus ; arménien 61-l;u = cheveux.
·*Saravéla (t. naut.) Action de serrer les voiles.
=
De l'italien serra-vele = id .

*Sarpa = Serpe (poisson). '
'De l'italien serpa.
r Sary (Sarough) = Jaune. (~)L) W.JL,
LÜ ~ Cf. sumérien ara et â~ti. =jaune, jaunâtre; sanscrit han: =
jaune ; zend zaïri = jaune-: clair ; pehlévi zarîn = jaune ;
arménien z_1.11n. = id. ; mongol sira = id. ; anglais sear, sallow, et
sorrel = id. Enfin, cf. français saur, sor, et sauret = jaune
brunâtre; vieux grec aùpov, et latin aurum = or.
f':sarp = Escarpé. Yr
~ Cf. nordique s!i?ar1?p1:r;~u~ \\aut-allemand scaif, allemand schaif,
anglais sharp, et frJ.~ escar}'f! et escarpé.
Cf. encore, latin asper = âpre, rude, raboteux.
216

s
..
~.)
L-

l
j (

J~
Cf. hébreu î~! =iiqtin = id.; l'arabe ,J.J ::aqan', signifie
également ' menton' et 'barbe'; le gothique e t le nordique
tag l = cheve ux, ou touffe de cheveu x, queue, correspondent
à l'allemand :;age! = id. '
f
(~ 217
s ~ou(..)'-'

*S.~.!!Q_Q_ur = Monitor. .J~


Genre de reptiles sauriens, Varanus Niloticus (arabe J.J)
wara~).
Cf. grec u1etry1eoç, latin scincu_:. . scinque.
---
(\ *Sacangour = Tulle fin, Mousseline, Organdi.
. ..
.)~
, L~ Vraisemblablement, du nom de 'Salengore ', ville de la
péninsule malaise.
*Saco = Manteau.
Du gr~~
. ----
uaryoç, --- = casaque militaire,
- . saga, sagum.
........- latin ____
..
saie ;
pt?
~

hébreu saq = ~!lice. Quant au grec UUKICO<;, il désigne une


'dalmatique', c'est-à-dire, le vêtement d'office des diacres.
*~~.QQ1~ta = Cornet de projectiles à canon, Mitraille. ~;L,
De 1'italien _~q_c_fq{etta --- petit·-sâc.

, ~Saqsy = Pot à fleurs. u--'L


\1, - - Du franÇais saxe, plus le suffixe de relation
= de ....s (i)
\i provenance ~ax_oflne ; d'où ~~L saxonia = porcelaine
de Saxe. - - --........_____ _

*Saqyz = Mastic, Résine du lentisque ; Nom de l'île de jL


Scio, qui produit le mastic.
Du persan jLsékiz= id., contracté lui-même du grec µauTLX,'YJ·
Safi-. &
Vocable qui forme la première syllabe des mots: l.:J~
sanson = molosse ou dogue, (cf. anglais bloodhound = chien
de sang ou sanguinaire), et .JL..L safisar = fouine (ce petit
carnassier insatiable, si redouté des ménagères).
Nous comparerons ce vocable, qui n'est jamais employé
seul, au mantchou sengi =sang ; latin sa11guis, et sanscrit fÔ~za =
sang. Nous en voyons la trace dans le verbe ~lliülc
sanyqlatmaq, terme de fauconnerie, synonyme de ~l.Ji.i '-'
canyqsatmaq ou ~ )\Ji.i '-' canyqlatmaq =faire désirer le sang ;
il se dit du faucon que l'on 'acharne', avant de le mener
à la chasse.
\ Sal = Radeau. J L,
Cf. sanscrit dlu = radeau, flotte de bois. Pour la sifflante
préfixée, voy.J-'' or.
s
*Salaspour = Toile à doublure.
Du nom de la ville indienne d'où s'exportait autrefois ce
tissu. Cf..)~ sacanglwur.
*Salamoura = Saumure, Marinade.
De l'italien salamoia = id. ; espagnol sa/muera = id. Com-
posé de sal = sel, et du latin murz·a = saumure. Le grec
ti'A.µupir; a la même signification.
*Saliar ou Salia = Salive, Bave. ~Lo:, ou .)~Li
Du grec m"e qa;>u,ov (gr. q{{'A.or;) = id.
*Saliangoz = Limaçon, Escargot. · ... UL
)~··
Du grec qaXta"fKO<; = id.
,\J *Saloz = Faible d'esprit, Aliéné.
\ Du grec ~Xor; = nia-ïs, stupide. Pour la sifflante initiale
voy. _))' or.
*Saltabarba (t. naut.) = Saintebarbe.
De l'italien santabarbara = id.
*Saltamarca = Sorte de jaquette courte.
On l'écrit aussi dL (ou ~Lo:,) salta tout court.
Le Camousz· Turkz· explique ce vocable par l'italien Santo
Marco, en s'appuyant sur le fait que ce vêtement était porté
autrefois par des marins (Vénitiens?) qui lui avaient donné
le nom du saint pa.tron de leur ville natale.
Nous voy ons plutôt dans ce mot une corruption du
composé saltinbarca = saute-en-barque, sorte de veste légère
de canotier; (cf. saltaletto, m. à m. 'saut-du-lit', sorte de
polaca ou jaquette en calicot que les femmes endossent au
saut du lit).
Salqyn (t. or1) = Fronde.
Cf. anglais sHng = id. ; islandais sliingva = fronder, lancer.
Salqyn ne doit pas être confondu avec ~Lo:, salghyn =
maladie contagieuse, épidémique, bien que tous deux dérivent
du verbe J-JL:, (t. orl ~L) = ( 1°) lancer, (2°) fondre sur,
attaquer.
Tout a ut re est le mot turc ~"""' s'a!qyu = jou r ou
endroit frais ou rafraîchi par la brise; celui-ci est la tran-
scription d u t. or1 ~\silli sa!can = endroit exposé aux vents
frais. Voy. et cf. t. o r1 '-'~\..., sa/;'tJ.
frv 219

s "'-""' 0 u LJ'I

Sallamaq = Branler, Balancer, Remuer, Faire bouger, ~~~


fr{ "' Agiter.
1f' lJ' Cf. sanscrit éal, éaldmi = vaciller, chanceler, branler; grec
\ ua'A.ow, ua'A.atyf.<JJ, et ua'A.euw = bal~n~er, remuer, bercer, agiter;
ua'A.oç = roulis} houle. Cf. encore, sanscrit valayami = agiter,
-----
ébranler.
Salmaq = Lancer, Jeter (des fondements, etc.) ;
( 1°) ~l,
f0.. (2°) Se ruer, Se précipiter, Fondre sur, Courir sus.
~l' ~ Cf. sanscrit sa!, saldmi = aller; grec a:>+..Xoµ,at = sauter,
( assaillir ; latin salio = id. ; lithuanien selu = id. ; anglais to sally,
\ et arménien uLw"bwL = voler, s'élancer; français saillir, d'où
assaillir.
~1v Dérivés: ~l, salyq = signalement, - - message,
- avertisse-
. .
(Ù ~t (litt. 'chose lancée'); ~l, salghyn = (1°) ~~?ô.t,
(2°) épidémie; t. or1 ~L salyq et salygh = (1°) javeline,
-- - -
projectile, (2°) i!11pÔ_!.
-
*Samatia, Nom d'un quartier de Constantinople; wl..,..,
(les Grecs le prononcent Psamatlzia ou Ypsomatheia).
On n'est pas d'accord sur l'étymologie de cette dénomina-
tion. La première forme s'appliquerait au rivage de ce
quartier, situé sur la Marmara, et dériverait de ,Yaµ,a8ia =
grève, plage sablonneux (de ,Yuaµ,µ,oi; = sable, cette partie
de la ville étant connue . des Byzantins sous le nom de
Àtµ~v = port ou rade).
La seconde forme, qui parait être plus discutable, se
composerait de Üo/oi; = élevé, haut, et de µa{}17<ni; = instruc-
tion; donc, 'lieu des hautes études,' par allusion, peut-être,
~u fameux conve nt de St. Jean Stoudius, situé à l'emplace-
ment actuel de la mosquée ' Mirakhor ', non loin de
Psamathia, et qui avait été l'aima mater d'une pléiade de
savants théologiens.
*Samsoun, Ville de Turquie d'Asie. > '
~~"""
Du grec eli; :4µ,tuwv. Voy. ~JJ hw\ lstankeuy.
~;. ~ (t. or1) = Dénombrement, Recensement ; ~L:
\V ~ d'où l'expression dl...)/ \.:)L san geürmek = passer (des
troupes) en revue.
l Cf. le japonais .san =calcul, compte ; magyar szam = nombre.
s
Ce mot vieux turc semble être le radical de ~L, sanmaq
- conjecturer, supposer, croire, prend re pou r, présumer,
juger, opiner, compter, estime r, penser.
Au sens <le considération, dignité, estime, égard, smt
constitue le radical de JL..l; ~ sanamaq = respecter, honorer ;
le russe çan ( = dignité) semble être emprunté au tu,rc.

San ou San Jaunisse ou Rouille des blés.


= JL, ou 1.:Jl:
Du persan .:~ )Jcngé = id. ; arménien J,u'b'f = id., et 9 ul'!t -

éphélid e, tache de rousseur, lentigo.

Sanyq et Sanghy = Excrément.


cr. sanscrit sanas = ici.
'
(" . ,:~santour = 1'ympanon ou Epinette; (forme vulgaire.J#.r:
\ '- \ sountour).
\U Du grec '/raÀ:rr}pwv = psaltérion, ou '/rtBupa = zither.
Santour s'écrit aussi .J~ semtour; mais le vrai nom
turc de cet instrument musical c'est l.:Jli.)i~J'alougltan. Voy.
~~ yatmaq.
Le mot santour a donné naissance à l'expression J.J#~
sountour!ou = pompeux (mariage, enterrement, etc. ).
Sandjmaq = Piquer, Ficher. u~L.:
.
Cf. grec KEVTEW = id. ; arménien
~mlrL = id.
Dérivé: ~~L sandjy= douleur lancinante, mal au ventre,
colique ; Jt~L sandjaq = bannière, drapeau, étendard
(parceque les drapeaux d'infanterie étaient fichés en terre au
camp en avant du centre du bataillon ).
*Sandal = Bois de santal. J~
Du grec cravTaÀov, sanscrit éandana = id. Le vieux turc
l.:J\~ tchz.ndan, même sens, est emprunté directement au
chinois tchùitan = id. ; arménien 'llu1"L 1 w"b = id.

*Sandalié = Chaise.
Cf. latin sedile = siège, banc, dont le pluriel est sedilia.
Ce mot a été arabisé, par nasalisation, en JI~ avec le
sens de 'trône' pour les souverains non-musulmans, le mot
propre~ takht étant rése rvé à la qualification du trône
des souverains orientaux et musulmans.
s
\
Sanmaq = Penser, Estin1er, Conjecturer. C&.JL) '--'~L:
ru Cf. arabe Ji:
= id.; sanscrit çmïk = penser, se douter,
0 soupçonner; çaflka = doute, soupçon, (correspondant au
substantif verbal du turc y l:,). Voy. et cf. t. or' ~L san.
Sava = Message, Annonce, Nouvelle.
(~ 1 Voyez )l;--- tclwv, qui en est une autre forme.
1 (
1
/ Cf. latin sagus (fém. saga) = prophétie, divination, pré-
\.Y diction, bonne nouvelle.
Dérivé: .._<;-,~_.Jrtvdjï ou L.?~~)~ savad.fi = messager,
prophète, évangéliste ; même mot que i..?-J ~ tchavd.fy.
Dans les inscriptions de l'Orkhon ë t en
ouïghour, not1 e
vocable turc se présente sous les formes, sab et saw.
Savaq (terme populaire) =
----- ----
Étourdi, Gauche, 1Y1aladroit,
') Idiot, Fou.
J Par sa forme, le mot savaq se réclame du verbe v;;.,..)~
savmaq = écarter, congédier, chasser, repousse r, cesser, finir.
Mais, cf. le japonais tawake = sot, nigaud, niais.
Il n'y aurait rien d'invraisemblable, pourtant, à ce que
savaq füt une corruption du grec ua{Jo<; (dans son acception
moderne) = sot, idiot. On sait qu'anciennement ce mot grec
désignait les ministres de Sabazios, dont ils célébraient la
fête en é nergumènes, au cri sans cesse répété de" eùoî ~afJo'i !"
Quant à l'origine de uafJoç, le célèbre assyriologue,
Prof. A. H. Sayce, croit pouvoir la faire remonter au hittite
si-ouas = 'celui de la dance', ou 'prêtre dansant'. Il
rapporte encore à ce dernier les mots saba, sava, et saoa des
Grecs, le sapa des Assyriens et des Egyptiens, et le subbi
des lettres de Tell-el-Amarna, (Proceediugs of the Society of
' Biblz'cal Archeology, Novembre, 1905, p. 209).

Savmaq = Congédier, Renvoyer, Chasser, Repousser, ..


(JA)
~

ri. Écarter.
~JJ Voy.~_,'.; dont notre mot est une forme sifflante.
De savmaq dérive ~)~ savouchmaq = s'en aller,
s'esquiver, dont une variété se retrouve dans ~~
sivichmek. Nous rapportons aussi au prototype savmaq, le
verbe J.'t..JJ~ savourmaq = vanner, disperser, et JJ..JJ~
savourouq =étourdi, écervelé. Voy. J~~ savaq.
222

~ Sépet = Panier d'osier.


· Cf. ,~yrien Sippatu =jonc, papyrus ; hébreu 9~0 ~ûpli = id . ;
....:,:.._,,...,
.,

arabe ~ ~ = sporta ; persan iJ~ séved = pani~r.

( Sepmek et Sépilémek
V
Tanner, Corroyer.
= ~ et~
Cf. grec ô€yw, &y€w = préparer les peaux, corroyer,
t rend re mou en mouillant.
i *Setré = Redingote, Surtout. ~
Du persan ~)->Li sadlré =vêtement des Parses ou G uèbres.
Ce mot turc n'a aucune analogie avec l'arabe ? sétr =
couvrir, cacher.
*Sédia = Chaise à porteurs.
_De l'italien sedz'a = chaise. Faisons remarquer ici, en
passant, que le mot turc ..r.. ..\-: sédir ( = sofa o u divan), que les
lexiques donnent comme une corruption de l'arabe)~ sadr
( = place d'hon neur), pourrait bien n'être, en d éfinitive, qu'un
emprunt fait a l'italien sedile = siège. Nul n'ig nore, en effet,
que, naguère, le sédz'r é tait le seul siège connu et communé-
ment usité dans toutes les maisons levantines, et n'avait
point particulièrement le caractère d'une place d'honneur ou
privilégiée.
( Sérin (Seyrun) = Fraîcheur du soir ou du matin.
1 Cf. latin serenus = temps clair eL~~ provençal seren, et
\ '}
italien (de Naple) serena = vapeur froide du soir,' serein,' ce
dernier se produisant ordinairement par un temps clair e t
frais ; 1e ' serein', proprement dit, s'appelle en turc j y} ayaz,
de Io.SI ây = ' lune ', parceque la fraîcheur humide qu'il
désigne ne se produit généralement que dans les nuits d 'hiver
vivement éclairées par la lune.
Cf. aussi le japonais saeru = avoir froid, être fril eux.
a• ·ri 1Serpmek (Sépmek) = Asperger, Répandre.. (...,:5'~) ~r-
Cf. grec U7rELpw = semer, répand re ; arménien u1/111..lrL =
é tendre, répand re; latin spargere ou spergere = répandre,
épa rpiller, disperser, je te r ça et là.
Sert (Seird) = D ur, Fort, Ferme. (.J_r.) ~..r
C( l'arménien ulrr,,, = solide, ferme, fo rt. Voy. et cf.
..:...:) J cari.
s
r', Sès = Voix, Bruit.
1
\ .'
\ L,J Cf. arménien lwL(/r<-'L) = bruit, et z_l_(n<-~) = bruit, tumulte,
_____
brouhàha ; sumérien ses
.--.·- = murmurer tout bas.

(
~ *Segmen = Ancien soldat d'un des régiments des ~.w
,\ janissaires., Troupe légère de l'ancienne armée otto-
\) mane, Soldat irrégulier.
Ce vocable est emprunté au persan r.:Jl~ segban = veneur,
troupier ; puis, vagabond.
Nous pouvons rapprocher de ces mots: l'italien saccommmo
= goujat, valet d'armée, pillard, et l'allemand schachmann =
voleur, brigand.

:r,:Sélin (t. or1) = Cresson. ..L:


~ ··..
Du grec <TÉ"'Atvov = id. Les Persans ont également adopté
ce vocable, sous la forme 0r,l~ sali'oun et r.:J~ sélinoun.

*Sémaver = Bouilloire.
Du slave samo·var = id.
D'aucuns voudraient voir dans ce mot un composé persan
de r-L sam = feu, et ..J} aver = portant; (on sait que ce
réci pient porte le feu dans son sein). Cf. .J~ se11under =
salamandre, que l'on explique également par r-L sâm = feu,
e t ..J.JJ' ender= dedans, par suite de la résistance momentanée
de ce lézard à l'action du feu, grâce au liquide visqueux qui
exsude de son corps.

*Semer = Bât.
i) Du grec <Taryµaptov = id. (de <Taryµa = charge de bête de
somme, bagage); le grec mne a <Taµapt.

Sen et ~al_!, Autres formes de__~J' on = dix ; . r.:JL


i~ "'W.., seksen = quatre-vingt, ~t- "'Wl, docsan = quatre-
~ vingt-dix (soit, se/dz sen _ huit dix, et docouz san = neuf dix ).
Cf. l'arménien uw'b san, dans .f!Uwll ksan = 20, et un1...'b SO,U1l,
dans lrrlrun,:i, eresoun = 30, .[!wn.wum:L karasuun = 40, etc.

Sen = Tu, Toi.


~ Cf. géorgien .fen = id.; laze skan = id.; basque zchuen, et
\ finnois sina = id. ; grec uu = id.
~J
224
l ',
s ~ ou '-""'

*Sévas (t. or 1) = Eloge, Louange.


Du persan vw~ sipas = id. ; cf. grec ui/3ai:; = respect,
vénération, et yr}cf>w = faire cas, compter, avoir de la
considération. Aujourd 'hui vw'r.-i
sivas .d ésigne 'Sébaste ',
ville de l'Asie Mineure, chef-lieu du' vilayet' du même nom.
Sevmek = Aimer.
Cf. sanscrit ( Védique) JÏV etjinv = id.
Si-, Suffixe pronominal déte rm inatif.
Ex. ~ ~ baba= pè re, u-i~ ~ babasy = son père ; y~._( ge11du =
Iui1 U-:Jr.}·S gendusi = sa personne (l ui-même) ; \,;\ ana =
mère, u-i\.i \ a11asy = sa m~re.
Cf. latin se, pronom accusa tif de sui; esthonien se = le
même, lui-même ; assyrien su, sa = son, sien, ex. zumru =
\·entre, zumurfu = son ventre; ablu = fils, ablusu = son fil s ;
(cf. arabe lb hou, luz, hi = son, sa, et persan J; ech, particule
possessive).
Si-, Suffixe adverbial.
Ex. ~ yéchz'/ =vert, ... l ..~ • yechilsi= verdâtre, tiran t
~....

sur le vert. Souvent, p our l'euphonie, ce suffixe est précéd é


d'un ~ (m): ex . '..:.Jr.J;; courchozm = plomb, ~r.J~
courchounymsi = semblable à du plomb ; ,,_s)~ sary =jaune,
~)~ sarymsi = jaunâtre; etc.
Cf. le latin ~ = ainsi, de cette manière, et l'affixe
atténua tif anglais ish (dans greem'sh = verdâtre, garislt =
couleur criarde, et;), correspondant à la désinence f;~ise
âtre (du latin qster).
L 'idée de 'nuance', de 'teinte ', qui se rattache à ce
suffi xe, permet de le comparer a u chinois chê ou ssé =couleur ;
thaï sê = id.
Cette même particule si, sert à former les verbes
désidératifs et simu lati fs, tels que J.---Ly ·sousamaq = être
altéré, avoir soif; ~..._·~/ g!tar;1bsamaq = devenir quasi
é tranger à quelqu'un, et, par conséquent, porter le désir de
le revoir; J ;•t ..... ~l; canyqsamaq = être altéré de sang;
.:_(.~}} g11/u111sém d.: = fai re semblan t de rire, sourire ;
..:_(• .:~~..))~ geurul-tséme/~· = dés irer voir ; ÜAW)~ tclzoq-
'<lllltlq = tro uver trop abo ndant ou trop nombre ux .
/
(
\ 1 225
s
*Sia = Ramer à rebours ou dans la direction du sillon de L..w
l'embarcation, 'scier.'
Dè l'italien scia = sillon, d'où sciare = scier (t. nautique).
r Sipmek, Sypcarmaq (t. or1) = Buvotter, Imbiber, J.--t)Ji~ d..+.,- l

~ Boire ~ peütes g?rgé.es, Humer.


l Cf. l anglais to szj> _: 1d.
~ipala~~9. (t. ~r1 ) = Palper, Toucher, Caresser, Frotter. ~ ~~
Cf. arménien z_t/1/rl = id. ; sanscrit éap, éapâmi = caresser,
calmer.
Sipa!amaq dérive de J~ sipaw = action de ~rait~r avec
d_o u~eur cares~Lchoyer.

*Sitil = Coquemar, Bouilloire.


JJu latin situ/a = id.
On fait dériver généralement ce mot turc, de~ satyl =
écuelle, forme arabisée du persan ~set! = ici.
*Siri (t. or 1) = f ~eJ_y its.
Cf. grec !!_!.PO}, et latin _s_~ry.!S = fosse destinée à la conserva-
tion d ll blé ; arménien unp = trou ; espagnol et français si'lo =
fossé pour conserver le grain.
*Sirto = Farandole, Branle (sorte de danse).
Du grec (xopoi;) uupToi; = id. ; m. à m. (danse)' traînante'.
Siz = Vous (pl. de ~ sen, q. v. ).
Cf. zend yûs, gothique jus, lithuanien jûs, et latin vos = vous.
L'arménien J.lrcz_ est l~ datif pluriel de 7 nL. -

(:.JSiskenmek (t. or 1) = Se réveiller en sursaut et avec JW~


\lU\ . te rreur.
J Cf. arménien unu~lUL = avoir horreur, être horripilé, avoir le
fri sson.

\
~iji {t. or1) = Fosse, T on1 beau. ~ ou ~
r; Cf. vieux ~r (Cambodge) sin = couche; anglais sink =
\,U égout; arménien uli'b(lr"'~)
= une antre, une chambrette à
coucher ; lycien ti-seni = mausolée.
~

l
iiimek = Se digérer, S'affaisser, Se poser.
'"-- C r. all~n = s'e; foncer; anglais to sillk =id. + ,1..

W ,,.
Q
..,
1~-r-1· ~F-
ba L. ~ •V'ID 1
i 4-~('wvat v.tJ,.I r~ b t
0~4~Jf ;_Jo-t-ô ~4 'vvVÀ.1
-- - - - - - - - - - - - - - -
90.-z.wtt>'t,
_,_....___ -
ô u
~c_.(:l..b ,,1.-~j
s

*Silinclir = Cylindre. .J...\:L


..
De l'anglais cylinder. Ce mot turc ne s'emploie que pour
désigner le 'cylindre' d e la machine à vapeur. Voy. Jill
kéünder.

*Simid = Semoule, Gimblette.


Du grec <J€µ{ÔaÀt8, et grec m e. <JEµvyÔa/....1, = latin simila,
0

fleur de la farine, gruau, qui sert à préparer la pâtisserie


connue sous le nom de' gimblette' (ou simid en turc); enfin,
sanscrit samîda = fleur de farine.
Sùnid est un mot commun . au turc et à l'arabe .
*Simsar = Courtier.
~ De l'italien sensale (latin censarium) = id. Le mot corre-
spondant en langue persane est)~ sipsar ou i.>l......L: si/sad. ·
Les Arabes se servent également du mot .JL..-i swtsar,
avec la même acception.

*Sinavon = Synagogue.
Du grec uvvary<iYYTJ = id. Voy. et cf. ~)b.. havra.
Selon les Israélites du rite portugais-espagnol, ce vocable
serait composé de deux mots hébreux signifiant' feu brillant'
- .. ~~
(rlJ) .. ës nogëah ).

*Sini = Plateau rond serva nt de table à manger.


Cf. grec uavlc;- = tablette, planche; ou latin cœna = table.
Certains lexicographes voient dans ce mot la forme
arabisée de ~ tchini ( = chinois), et ils en concluent
à l'origine chinoise de ce meuble. Il es.t vrai que l'existence,
dans la langue arabe, du mot~ syniyyé ( =grand plateau),
donne quelque vraisemblance à cette interprétation.
Ce vocable est commun au persan, où il s'écrit ~ sini,
comme en turc.

*Sinior = Monsieur.
De l'italien signore = id.
Autrefois, on donnai t ce titre à tous les Européens
indistinctement. Aujourd'hui, on ne l'accorde qu'aux
Israélites. Les Européens sont qualifiés de 'mousiou'
( Monsieur) ou tchélébi ( voy. ce mot).
s JOU~

*Sinor = Confin, Limite, Borne. .J~ ou.J~


Du grec ctuvopov = id.
*Sintina ·= Sentine.
De l'italien sentz"na = id.
*Sindjef = Frange, Bordure, Garniture.
Cf. grec uunf3or; = frange.
\,\Sivri = Pointu.
\1) Cf. s~ns~rit ti~ra, et zend. tz"zya ou tigra .. p~intu, ~céré,
(persan f,:i tzz); vieux persan tigra (persan m"e p. tzr) = fleche;
médique tigra = pointu ; 'tigra kltaouda' = bonnet pointu,
(ép~_~hète des Hittites).
Le mot tigra (transcrit ~"' par les sémites) forme le
nom du fleuve 'Tigre', le rapide.
Cf. encore, sanscrit t/tjJYa = soc ; zend suwra = id. ; assyrien
z akru = pointe ; syriaque lr:>?
C>
= id.
Soy = Race, Lignée, Famille. ....SJ,..,
Cf. japonais zok11 = famille, tribu, clan.
Soyoulmaq (t. or1) = Se traîner, Ramper.
ry D'où 0~_,:.~ soyoulghan =lézard, peut-être aussi, lombric,
l ou ver de terre, qui s'écrit l.;)~J"' :wghouldfan, et que certains
lexiques font dériver de ~__,J)~ soroulmaq = s'introduire,
entrer (en terre?).
Une autre forme de ce verbe se rencontre dans~~·~)?.)'
oyoulghamaq =serpenter. Voy. d-..J~ tchévirmek. Cf.
polynésien to/(J, et fidjien dolo = ramper ; arménien un'LiuL = id. ;
grec uupw = id.; .sanscrit ~ru = couler.
*Soïtari = Bouffon, Loustic.
Cf. irlandais solaire = fat ; ou bas-latin sortiarii = sorciers
de basse classe (Hincmar) ; ou grec ucfrupor; = satyre; ou
enfin, latin sutela = -artifice, tour.
L'explication de ce vocable par ....s_i:..!f.,..J s'atéri = tribadique,
selon le Lehdféi Osmani, nous semble inadmissible.
*Soba = Poêle.
Du bas-latin stuba ou stujfa = chambre à bains, d'où
l'italien stufa = étuve ; anglais stove = poêle. La chute du
t dans le turc est due aux exigences de l'euphonie.
(~ 228
s

'. Sopa = Gros bâton, Gourdin, Trique.


( r\J C( arménien 9nl..U[ = bâton ; persan YJ::-

(' l
tchob = id.; au X
Indes, les porte-massues sont appelés)~>::- tchobdar.
Soghan = Oignon.
t\J Cf. sanscrit sukanda = id. Le per~ t~ sukh, l'arménien
un/11, et le latin caepa, d'où le français cive = id., sont alliés
à notre mot turc. Notez q lle celui-ci se prononce aussi sovan.
. Solouq = Souffle. Jf r
\ Cf. arménien u'Ln/u = ( 1°) vènt léger, zéphyr, ( 2°) houle,
(\ J correspondant au turc i..:J\.ifr' soloughan (forme participiale de
\J '-';.,.,}.r:' soloumaq = être haletant ou essouflé). Cf. encore,
géorgien souli = âl_!le _;. vieux haut-allemand seula et allemand...__ --.__. .
--....__
selle, anglais soul = id.
Pour l'analogie, cf. le latin anima, de iyEµor; = souffle,
l'arabe ~ nifes = souffle, et ~ nefs = principe vital ; car,
le 'souffle', c'est la 'vie' : ÙtSpiravit spiraculum, dit la Bible
(Genèse ii, 7); grec ifux~ = ~e, et ifrvxw = s,euffler; latin
spz'ro = id., et spt'rt'tus = esprit ; arménien 111"bJ.'h = ( 1°) âme,
(2°) souffle.
*Som = le poisson appelé Saumon . ~r'
Contracté du français 'saumon' (salmonem). Voy. l.:)r~
somoun.
(\." *~ = Bloc, Masse solidifiée. ~r'
l Cf. ~ som gumuch = argent massif; ~ som
altoun = or massif. C( grec ~ = corps.
*Somoun = Miche. l.:)_rM'
Du grec 'o/ϵlov = id.
( *Somoun (t. de métallurgie et de commerce) = Masse de
L-J plomb ou d 'étain sortie de la fonte.
On dit ...}r.r:' 1.:)~.Jj · courchoun somounou = saumon de
plomb. Du français 'saumon' = id., par analogie avec la
forme d u poisson du même nom.
'\ *Sontyrach ou Sontradj (t. de maréchalerie) z;:~ri ou v1kr'
= Bute, ou Boutoir.
Du persan ~~ sumtirach = rogne-corne (soit, rogr.e-
pied).
Lr' ou~

*Sonda = Sonde, (t. naut. et chirurgical).


De .l'italien sonda = id.
Seuylémek = Dire.
Cf. berbère siouel = parler.
*Subek = Urinal attaché au berceau des bébés. · ~.~
De l'arabe~ séibi'k = id.
*Subié = Orgeat, Lait d'amande.
Cf. l'italien zuppa = soupe.
(" Sup (t. or1) = Balai,.
{C d'<)Ù J~J~_J-J supurgu, et t. ott ~J~ supurgé = id.
0

\ ) Cf. anglo-saxon swapan, et anglais to sweep = balayer, t. ott0


d....J~r> supunnek = id.
Sut = Lait.
Cf. zend /,hsvipta = id. ; kurde (Zaza) = sat, et kurde
(Chighni) suwd = lait.
On peut également rapprocher de sut, l'allemand süss =
doux ·; cf. le persan r,
chir. = lait, et i.;1..,r. chzrin = doux,
'comme le lait.'
~utchl_!lt (t. or1) = Doux.
Cf. allemand süsz = id. Voy. ~~)~ d;iuijuk.
*Surtuco =Redingote, Stambouline, Surtout.
Du grec uoupToÛKwv = surtout; russe çertouk = id.
La terminaison en ko tient du bas-latin totus, dans le
composé supertotus = surtout, la dentale changé en gutturale,
comme, inversement, dans 'paletoque ', devenu plus tard
'paletot'.
Surmek ou Surumek = Pousser devant soi,
(f'\:J Traîner.
Ce dernier s'écrit aussi ~ill'J.J_J-J suruklémek.
Dérivés : ~~ suru (t. or 1 d.,.n::: suruk) = troupeau;
k surgu = verrou, herse; l:J ,~J):!!.. .surgun = exil, pousse,
rejeton ; l!).J-':: surum = débit, cours, écoulement, consom-
mation; ~~-surud;·u = (1°) qui écoule, (2°) postillon.
Cf. grec !!_VP?!, = traîner, d'où (xwpor;) ..!!.!!!!!à" = branle,
s
farandole, que les Turcs connaissent sous le nom de sirto.
l\ Par une coïncidence bizarre, ~a ( = boisson émétique
\Y ou purgative) s'accorde exactement avec le turc M..J_r-i surmé
(dans l'expression ~ surmé ilad.fy =remède ou
médicine drastique).

( Surtchmek = Chopper, Broncher. ~.J~


{\) Cf. arménien l!'i'1L = changer, tourner, se renverser.

\\. Suzmek = Filtrer.


~\,; Cf. sanscrit su = exprimer, extraire ; {uéy et ~uéyâmi =
--\ distiller, exprimer un suc; r;,uéi =clair, transparent; latin
sudo = suer, et sugere = sucer; grec Üw = humecter, pleuvoir.
Voy. et cf.~~ -syznraq.-
\ *Suluk = Sangsue. -- ------~~
Lj Du persan ~j = id.; cf. aussi, hébreu :i;,~S~ 'alüqii =
T - :

0.
\ id., et sanscrit falukâ = id.
. , \ *Sulugen = Minium.
\)
Cf. sanscrit çrygâra = id.; arménien u1''1ftn'b = id.
\l *Sulumen (t. de chim. ) = Sublimé (en général).
De l'arabe J ~ suleymani ( = bic~lorure de mercure),
qui semble être une imitation du latin sublimatus.

l\ S.nmmek et ~k (t. or 1
) = Sucer, Téter ~~et~_,..-:
\ "~ (en parlant des petits de la race ovine). Formes variées du
t. ote ~ 1 .!.!!!!!!!-!
= sucer, téter, absorber ; d..-...Jrr>
sumurmek = id.
Cf. arménien /uJ'lrL = boire, et français humer (que Diez et
Scheler considèrent comme une onomatopée).
Cf! encore, latin sumon = téton.
,
*Sunger = Eponge.
Du grec cr</>~or;, dim. u<f>o'Y'Yaptov = id.
Sungu = Baïonnette.
Cf. grec utryuv7J<; = lance, dard. Voy. ~)
zypqyn. '
l Dans les inscriptions de l'Orkhon, ce mot sungu se
présente sous la forme sunug = lance; l'ouïghour a sunguk
= id. ; japoaaia suki = bêche.
~ 23 1
s

!\Sou (Soub) Eau, Rivière, Sève.


= (y_,_,)~
\\) Mongol usu = id. ; ouïghour suv, et thibétain tcltlzu, tonghouz
ousso'u, calm~ 011ssoun, et yukahiri ouché = id.
Cf. sanscrit suaa· = eau, suc, et sava~ = liquide, eau, sève,
suc; circassien psu = eau ; chinois cltouï = id. ; sokpa wassu et
usu = id. ; serpa et limbu tclioua, kiranti .tchawa, khari naga et
angami naga atsu et zii = id. ; fanti nsu, et avekvom esonh = id.
Cf. encore, arménien ~nt/_= mer ; vieux nordique saup, sup, et
vieux haut-allemand sauf, sa/, et nouveau haut-allemand saft = jus ;
berbère (Rif et Ouargla) sou = boire; japonais sui (touj o urs
dans les composés) = eau ; latin sapa = sève.
*Soupia = S eiche.
) Du grec <TTJ7TLa, latin sepia = id. ; ~ sépia désigne la
liqueur noirâtre e mployée e n peinture sous ce nom.
Soutch = F a ute, Péché, Délit.
Cf. sanscrit dôsa = id. ; hébreu ~i~ sô! = s'écarter, trans-
gresser, manquer, pécher.
*Sousta-.
I Interjection que l'on adresse aux toutous, pour les con-
traindre à 'faire le bea u', c'est à dire, à se tenir d ebout sur
leurs pattes de derrière. De l'italien su! o u sla su! = id.

0 Sousmaq = Se taire,
(et .Y..J~~ sousdourmaq = faire taire, rédu ire au silence).
Cf. grec aisw = id.; sanscrit tuf, tusyâmi = se calmer,
---=---
s 'apaiser ; anglais to hus!t __ :~ ta ire.
sr soughly (t. or1) = Rôti, ~à .1~--~~o_çAh~.
Cf. sanscrit çtUya et çû!zka = viande rotl e à la broche,
(~ûla = broche de fer, lance, pique). A ces vocables nous
pouvons comparer, d'autre part, le grec aov/3>....ià = brochée
( o-ov/3"Aa = broche).
*Soulina (t. de marine) = Couteau de mer,
(sorte de coquillage long et plat). Du grec aov"Ai]va = id.
r Soung!!Q.ur = Faucon, Autour, Gerfaut.
UJ '-- Voy. d l;--- -··~~~f!qyr, dont notre mot est une forme
nasalisée. Cf. ~ fa = id., et persan ~ send.fer = un
oiseau de proie. ---
s
w 232

~ou(..)'"'

\~ Sounmaq = Offrir, Présenter.


~ Cf. sanscrit ~·= id.; arménien J.o'blrl = id.

~ *Souvouria ou Sighouria = Couramment,


\ SJ
t-:.• .. ..
Sans obstacle,
··( se dit du cours ou de la circulation des monnaies, etc.).
On peut assimiler ce mot soit au persan ~~ chehréva =
inonnaie courante, soit à l'italien sz'curo = sûr.

(\ Sypa = Ânon, Petit de certains ruminants.


~ · Cf. abkhaz spau = fils, en fa nt ; sanscrit i;âva ou sâvq = peti-tc - ---·

C\,· d'un animal; arabe~ = enfant.


\;\J Sypalmaq (t. or 1) = ~,Gliss~r, Trébucher, Tomber.
Cf. grec u<f>aÀÀw = id.

\j) Sytchramaq (Sékrimek) = Sauter. (d~fa) ~~


(Voy. et cf.~ sekmek et ~fa segirtmek =courir.)
J Cf. grec <J'Ka{pw et <J'Ktpnl.w = sauter, gambader. ·
Le t. or ~..r-èL: saghJw!ca (t. ott JSft tchékirgé) =
1 0

sauterelle, est allié au Yocable que nous examinons.

( Sytchmaq == Cacare. , ~
V"''7--
\
1
Cf. sanscrit si/, sinéâmi = asperger ; (pour l'analogie,
} cf. turc~ fychqy = excrément, de ~fa .fycftqyrmaq =
jaillir, sourdre).
Cf. encore, vieux haut-allemand scisan, et allemand scheùsen,
anglais to shit, lithuanien ssikti, et danois skide, qui ont la même
signification que Je mot turc que nous examinons.

*Syra = Ordre, Rang, Série.


Du .grec <1'€tpà = id. Cf. arabe ~.JY"'1 souret (pl.)~ su1.1er) =
id. Cf. encore, l'arménien l."'l' = rangée.
Dérivé: W.J~~ syravary= en ordre, sur une même ligne.

(\ Syrma = ~r, Passementerie tressée de fil d'or. ~f


\U Cf. grec dpµ,oc; =série, concatination (de dpw = tr~sser).
Pour la prosthèse de la sifflante, voy ..J) 1 or.
Ce mot turc est entré dans le grec m0 c, sous la forme
O'"vpµ,a = fil métallique, d'or ou d'argent. Serait-ce un dérivé
de a-vpw = tirer, à 'où, pa r extension, étirer (à la filière) ?
s
0 233
~ouv

!' 1Syzmaq = Faire un som1ne, Dormir.


cr.. sanscrit sas, sasmt· =
\eu
.,

Syzmaq =
----
Transsuder, Suinter.
·d
1 •

\~ . -
C( latin sudo = suer, transpirer ; vieux haut-allemand suizan,
et nouveau haut-allemand schwitzen = id. ; anglais to sweat = id. ;
---
persan _l:.J"''.: ·".i)j_ = id. ; grec VO"tr;, et anglais to ooze ; néerlandais
sweeten = se couvrir de moiteur.

0\
r ') Syghyr = Bœuf.
li Cf. sanscrit ca"kkara = id.; ca~kara = taureau.
[ 'Syqaq (t. or1) = Gazelle, Sazga tartarùa. , ~

~ J Cf. sumérien fiqqa = bouc; persan ~l!i c/zak = id.; vieux


v--;;--

haut-allemand zilû = chevreau; allemand ziege = bique ; copte


shie = id. ; Voy. et cf. ~· téké.

OSym~. = Briser, Tuer.


V Cf. grec Ou€tv = tuer.
·" ,Synamaq = g_prouver, Essayer, Scrute!,
'J\J (autre forme de~~'-' denemek, et ~lb tanymaq, q.v. ).
Cf. vieux haut-allemand ~(allemand sz'nn) =sens, sentiment;
latin sento = sentir ; arménien ~tlrL = inspecter, examiner,
pal per, ~âter. Cf. encore, berbère (Gourara et Touat) sen ou sin
~ ; ~llemand#e~anglais ~n=id.; arménienJ?'btlrL=
observer, prendre connaissance, examiner.
(\[i Syva = Enduit (de mortier, etc.). \
~-
l~
i

Cf. arménien ~lrq, = id. ; ~~ns~u_ti'~- - crépi, mortier,


enduit.
Ch

Ch, Ich, Ouch-, S uffixe fonn atif


d'une certaine c lasse de su bstan tifs verbaux, à l'imitation du
p~ , tels que : ,_;.~ gidiclt = marche, allure ( Ju verbe
,..:_~ gitmek = aller); V).J)\ ourouch = battement, coup,
(du verbe'-'~~\ ourmaq = frapper), etc.
Cf. les terminaisons grecques en -unç, -outr;, -17aïs, dans
ryÉvv17u1,ç, /3a:1rnaiç, etc.

Chaï (t. or1) = Une bonne affaire, Chose profitable.


Cf. :1rI.J,lénien z_ru<; = bénéfice, profit, avantage, gain; persan
~~ = fruit; ~onais saï= ri chesse, trésor.
'~ Chayaq = Sayette, Escot, Sorte de serge.
C f. latin sagum = nom d'une étoffe (selon Diefenbach,
'Or. Eur.' ), d'où bas-latin saia = pawu" speci'es.

'~ Chabraq = Housse, Chabraque.


De l'allemand schabracke = caparaçon, housse.
Ce mot s'écrit aussi J~l-:;--- tclwpraq.

t Chapat (t. or 1) = Gifle, Soufflet.


\\' Cf. .~anscrit f{ti!f!.~P-e/a = la main ouverte, la ma111
- avec les doigts étendus.
=:i'Chapchal (Chafchal) = Lâche, Flottant, En
déso rdre, Informe.
Cf. grec m'"' ~ = ~s~e) (serait-ce un
. emprunt fait a u turc?).

L. *Chapqa
\,/
= Chapeau (en général).
-
Du ~zatè = schako.
Chatyr = Valet de pied.
C f. hébreu lii~ .l.t!jJJJ_ = id. ( par inversion des lettres).
Les lexiques fon t dériver ....,..bl.1. clwtyr du substan~if arabe
...:.:..: ,~ clwtaret = vivacité, agilité, allégresse. En persan
-L ____________..----....__._______. - - - -- - - - - - - - -
Ch

chatyr sig~stafier ', 'coquin', _' ~e~r ', valet de p~.


Nous comparerons ces vocables avec le sanscrit k~attr =
occupé de son ouvrage, écuyer, cocher, eortier.·
-· ----
------
*Charanpol ou Chrampo = Gabion, Palissade. ~~ou' J~~
Du hongrois, id.
f~haryldamaq = S'écouler avec bruit (l'eau, etc.). ~'~.J~
LV On peut y voir une onomatopée formée de -~~ charyl
bruit d'un torrent ; mais cf. sanscrit zar, zard11u' = couler,
s'écouler; zaraydmi = répandre, faire écouler.
Charqy = Chanson.
1
r\ Cf. sanscrit sargf!_ = chant d'un poème. Ce mot turc,
(j expliqué par l'arabe Jr ( = oriental), nous semblerait
insolite dans la bouche des 'Orientaux'. Il n'en est pas de
même du terme ....}_) turki', par exemple, qui, tout en
s'appliquant à la même classe de mélopées, spécifie au moins •
le peuple qui l'a inventé. ,J
*Chafil = Petite auge de bois qui sert à conserver le miel.
Du grec cncacp17 = auge. La lettre finale du mot turc
semble être parasite.
(\*Chaca = Plaisanterie, Jeu. ..
1) ( 1
Cf. italien gz'uoco = id. Le t. or porte 4 tclzéké, au lieu
- ) :le; chaca, et l'expression t. ott0 c ~~ ~~ chaca-chouca,
'badinages et plaisanteries,' est transformée en 1$'T."'" 4
! tcheké-tchuké, en t. or1• Pour la mutation des initiales, voy.
~~ tclzatmaq.
Nous croyons que l'arabe \Ji..::i chaca ou '-=-'J~ chécavet
= 'scélératesse', d'où l'on fait dériver ce mot turc, n'a aucun
rapport avec celui-ci, à moins que ce ne soit au sens de
'mauvaise plaisanterie', ou de 'jeu de mains (jeu de vilains)'.
Notons, pour mémoire, que le mot ~ chékz'l est
~ployé couramment en Algérie, au sens de 'blague', de
' plaisanterie ', ou, se1on Dozy, d'' agacerie amoureuse'.
Serait-ce une imitation du vocable turc qui nous occupe?
Chaclaban = Prestidigitateur, Jongleur. ~~~~
Corruption de ~~ ~ thahlévend.
1
Voy. ~} lévend, au
sens d'' agile ', etc.
Ch

*Chali = Camelot.
C'est le mot persan J~ cita! ( = cltâle), avec l'affixe de
relation. Mais c( grec laaÀ7J = vêtement de poil de chèvre.

Chalvar = Pantalon bouffant, Grègues.


Ce mot semble emprunté du persan. Il se prononce
-!~l;- tchalbar dans le turkestan chinois, et s'écrit J~.r serval
(pl. ~J~) en arabe. T ous ces vocables semblent dériver de
a-apa/3apa mot grec empru nté au vieux persan et désignant
le m ême vêtement ; è e là aussi l'hébreu sarebbalin = culottes,
braie. Le français sarabale, e t le russe cltaravdrei, d érivent des
mêmes sources.
Le véritable .t::i.om de ce vêtement en tcheghataï est
~l::...::i \ ic1I.t.a.JL.

*Chamandra = ( 1°) Bouée, (2°) Porte-mèche.


Du grec <J7)µavT~pwv (et grec mne <r7JµavToÛpa) = signe,
marque.

Chébek = Espèce de .singe, Cercopi thèque.


\ r Cf. sanscrit kap·i = singe ; grec K~fJoç; et tee'i'!Tor; = id.; arabe
W'0 ~ u..J =id.; vieux haut-allemand affo, e t anglais ape =id.; abor miri et
) sibsagar miri (Bengale) sibeh et cltibelz = id. ; guyane cltameck =
' sapajou.

Chébek pourrait être allié au vieux perse spaka = chienne,


d'où l'arménien wu"/1uHw'b) =meute, et le russe sabak =chien.

fi, *Chérit = Galon, Pas.sen1ent, Soutache.


lv ~ Corruption de l'arabe ~~
cltarJ't. Cf. sanscrit sarit ou
~ sarat = fi 1, et grec uHp~ = corde, bande ; italien serta = \
guir,lande.

*Chira = Moût.
Du grec ~ = vin nou veau bouilli; fatin 2.irœu111. = id.;

·-
sanscrit z ira = suc.
Chira est un vocable commun au turc et au persan.
En kachgharie ~~ chiré désigne le t hé, et ' ~~
chz'rétchiz (m . à m. ' chose à thé ') = théière ; cf. _r.:;--.._;:; 1
atechtchz'z ( m. à m. 'chose à feu ') = all umette et j:~~ .
païtchi::: (m. à m. 'chose à pied ') = fer à cheval.
Ch
Q 237
V

*Chiringa = Seringue.
De l'italien siringa = id., dérivé lui-même du grec avp1,-y'=
chalumèau.
~ Chich = Broche, Brochette, Rapière, Aiguille à tricoter.
U Cf. sanscrit çikha == poi~e, d'ot1 persan f:::_!ikh == broche
de fer. .._____
*Chüra = Chiffré (télégramme, etc.).
Du français chiffré. On sait que le mot 'chiffre' est
d'origine sémitique. L'hébreu i~C s~pher ='écriture', 'livre·,
a pour équivalents, arabes: (1°) ..JL sifr =id., (2°) _).~ syfr=
vide, zéro, et (3°) fa- djifr = système de signes cabalistiques
usités dans l'art de la divination chez les Arabes, surtout
avant l'avènement de l'islam. C'est de cette dernière
acception ·qu'est tiré le sens d' 'écriture secrète' attribué au
mot 'chiffre' en français, et aux mots cifra ou cifera en italien.
La deux.L_ème acception énoncée ci-haut s'est conservée dans
le cipher anglais, et le cifrè roumain. Enfin, l'acception. de
'signe numérique', qui est propre au mot qui nous occupe,
procède du sens d'' écriture', appliqué à ses originaux
séfl}itiques, et de la valeur numérique des lettres de
l'alphabet dont se compose l'écriture.
*Chikil (t. or') = Anneau, Bague. ~
© êf. s~ =cercle; grec ~v~~oç =id.; arménien
zl1~'L ou lfif.'L = boucle, agrafe.
Le persan ~ chikil, et l'anglais shackles = entrave (pour
chevaux, etc.), ne semblent pas étrangers aux précédents.
Chikil nous parait être le prototype de ~' ichkil =
~

d~culté, embar~l.. d_9ute ; il correspondrait, dans ce sens,


à l'arabe Hili- ouqdet = nœud, difficulté, etc.
f\ Chimchek = Éclair.
~ • Cf. basque .chimz"sta = id. ; sanscrit samufat = flambant,
luisant.
l
*Chine! = Sorte de manteau sans manches.
Cf. français chenille = vêtement négligé du matin. (Ce
dernier serait-il une altération de l'allemand sclmell, au sens de
'vêtement dont on s'affuble À LA HÂTE, au saut du lit'?)
Ch

(r'*Chinik = Mesure de capacité pour les denrées.


\~ Du grec xo'Lvt~ = id. (grec mne (j0LVt1'tOV = id., chenic).
Choudroun (t. or1) = Rosée, Pluie fine.
,-

Cf. latin sudor


...............
= sue ur.
:s,2.._-
*Chyp (dans la locution chyp déyu = vivement) ._....._
.... •
s'emploie généralement (comme les expressions onomato-
péiques hop, zyp, tchat, pat, tchyt, tac, etc.) dans le langage
vulgaire, pour ajouter l'idée de célérité à l'action que l'on
relate.
Ce mot dérive du persan ~.:i chep = vitesse, hâte, c9rre--
spondant à l'arménien 'l(l,"I = id., et Pw+ = force, impétuosité~
élan.

'è,'
Chyrlaghan = ·Huile de Sésame.
Ce mot est · une corruption d u persan chz'ré roughe11,
0ti~
) expression pléonastique, portant le même sens, où le terme ·
~~ J:J.J roughen ( = huile) est redondant, !'HUILE DE SÉSAME étant
0 désignée dans cette langue par le seul mot ~~ chz'ré, ou,
selou la forme arabisée '[_~ chz'red.f.
Comme ce ter.me s'emploie presque toujours, en turc,
sous la forme doublement pléonastique de JY. 0li~
chyrlaghan yaghy ='huile chyrlaghan ', d'aucuns ont eu
l'idée que chyr!aghan pourrait être un participe du verbe turc
~~ chyrlamaq = produire un murmure pendant l'écoule-
ment ou l'ébullition-en parlant des liquides.
Cf. le persan 0~J..!i chorz'den = bruit produit par la chute
abondante des eaux.

-
-
'
0

Gh
l
Gha, Ghé, Gia, Gé (t. or1), Particule suffixe du datif.
En t. ottn eile se trouve ·adoucie en é, yé, a, ya.
Ce signe du datif est commun à un grand nombre de
langues. Nous citerons le sumérien ge (ex. zdge = à toi, ou
ton); basque /w, affixe du génitif; chinois kih, kd, kwo = à;
albanais nga = à; pehlevi ghan = vers ; russe k' = à ; grec ÔE
(ex. aÀ.aÔ€ = vers ou à la mer); annamite et siamois ke, kyo =
à; telugu /.:u, la'= à; malabar ku = à; uraon gai'= à; matai ka,
akan = à ; plu sieurs dialectes non-aryens de l'Inde centrale,
,,.--
k, ge,ga, k e = id.
Le japonais ga constitue également un affixe du génitif,
ex. kimi ga J'O = le règne de }'Empereur.
La préposition russe l.•o ( == ve1~s, à, chez) s'emploie avec le
datif.'
Voici des exemples de ces suffixes turcs :
~,~ ~~ ~~4 J~/ '-'~' \ij~f;.:,\
\:s.::".-7
1
. ) .. 't · I ' ? : / . t . J--::--fl::.··l··l·I:: . ··
)..:.:.J w ) ~...:i u
.. "
.. . .. >J ~! \A) \A)~

"A celui qui s'abaisse (s'humilie) abaisse-toi (incline-toi),


jusqu'à ce que ta tête touche la terre;
A celui qui fait le hautain, fais en de même, jusqu'à ce que
, /

ta tête'"atteigne Je ciel" (prov.). è>e- :),:f'. \)


co< v ro
*Ghaïtan = Cordonnet. ~ (jv( ,jj
(..) ~) /
Du latin catena = chaîne.
*Ghaïda = lVlusette, Cornemuse.
Du bulgare gaïda, et grec mne ryKaiôa = id.
*Ghabia (t. naut.) =Hune, Gabie.
) De l'italien gabbia = id .

1\ Ghar.
t1t} Particule qui, de même que sa forme contractée ar, con-
\ stitue la terminaison du nom de certains peuples d'origine
touranienne, tels que Tatar, Avar, Boulghar, Escuar, Khazar,
Gh
.
l
Hounghar, Tzounghar, etc. Elle entre également dans les
composés turcs orientaux ..JW \;. bera11ghar = aile droite
(d'armée), et .JW~ d.féva11ghar =aile gauche,- expressions
auxquelles, en passant, nous assimilons le japonais skingari =
arrière-garde. D'autre pa~t, dans la langue des aborigènes
de l'Australie occiden~~hqr signifie '._peuele ', 'tribu';
(notez que dans les dialectes turcs du nord de l'Asie, yon
s'emploie dans le sens de' peuple', ou de ' gens domestiques').
Cette même terminaison se remarque, enfin, dans les
noms de certaines tribus non-aryennes de l'Inde centrale,
sous la forme haçl (prononcez ltar), mot qui, chez les Santalis,
la plus considérable de ces tribus, signifie "homme', et se
trouve allié au mongol ere, er.
Il n'est pas invraisembl~ble que cette particule ghar soit
1 1,
1
1
employée enclitiquement pour désigner une 'collectivité', un
1r
~ l 'groupement', à l'instar de cette autre particule ouïghoure
V !!.!!!!:. ou.$!!.!!_., qui se rencontre dans ifgun ou alku_n = 'peuple',
et dans le mot ùuyigunim ( = mes frères cadets) des
lnscnjtt'ons de (_O!fh:._~) A ce point de vue, ghar serait
com~rable à J.~e~ 2~ de l'arménien lriu11
(comme dans ne""'l'' fblriue, etc.).
Il est à remarquer qu'en thibétain le mot ghar comporte le
sens de ' _camp' ou 'campement'.
Notons, enfin, que le mot ghar se trouve encore dans
l'oudi, idiome de l'une des petites tribus caucasiques, au sens
de '.fu', ou'~', et qu'il forme les composés: ~ar
(fils de frère)= neveu; ~glzar (fil s de sœur) = id.;
~ (fils d 'oncle maternel) = cousin, etc. 1 D'après
cette acception, ~..bar signifierait ' fils de huns '; f!.E!!:fgltar
'enfants du Volgc:t,' etc.
1
Ces mots sont puisés dans l'ouvrage, intitulé Le pays des A/vans
(ancienne Albant'e) et ses voisins, du Dr. Magar Barkhudariantz ( 1893, Tiflis,
typographie Charatze, 2 I Rue N icolaïevskaïa).

*Ghardian et Vardian = Gardien. ~Y.~~ et ~Y.~)~


De l'italien guardiano = gardien, garde. Voy. et cf.
~__,J\~~ vardagosta.
*Gharghara = ·Gargarisme.
Du grec mne ryapryûpa, italien gargansmo = id. Cf. le persan
-:sJ ~ garara = id.

1
Gh
l
*Ghalata, Nom d'un faubourg de Constantinople.
De l'italien calata, et génois caladda = descente (du verbe
calare = descendre lentement) par rapport à la situation de
ce faubourg-, qui se trouve au pied de la colline de Péra,
habitée, autrefois, par la colonie commerçante des Génois.
Ce s.o nt ces derniers qui ont donné à ce centre commercial,
et au port dont il est flanqué, le nom de 'Caladda ', changé
plus tard en 'Galata'. Ce même verbe italien a donné aussi
le terme de manège français calade = terrain en pente, sur
lequel on fait travailler µn cheval pour le dresser. Cf. grec
xaÀac.> = faire /descendre, CALER (t. nautique).
Pour cc qui est de la mutation du c en g, on en trouve
des exemples, dans ~\j caléta ( = biscuit), qui dérive de
g l'italien galetta; ~\j candja ( = croc, gaffe), de l'italien gancio;
cf. encore, le français galoubet, qui est une autre forme de
calumet (ou chalumeau); KaÀaµaptov et galimard.
*Ghaloch = Galoche. L.)_,ni ....
De l'italien galoscia (tiré lui-même du grec KaÀo7ToÔt.ov =
soulier <le boi ~ = id. ,...
Pour la mutation de la labiale en sifflante, cf. sepia et
'sèche' ; propius et ' proche' ; apium et ' ache ' ; traube et
'trochit '.
*Ghangha =Con~'~
Du chino~"tl:~
Ghavgha = Tumulte, Vacarme.
Cf. persan ltJs gevgia = id., et grec Kpavy~ = id.
*Ghodjouq = Manteau doublé de fourrure. .. . ~.:.
i.).T • ,;
Du bulgare codjouldt = id.
*Ghordjata (t. naut.) = Hune supérieure.
De l'italien gorgiata = collerette.
/ Ghomena = Câble de l'ancre, Amarre.
i De l'italien gumina ou gomena = id. ; cf. français gomè11e ou
/ ' = 1"d •
gumene \,v -r 'l>of"?'"(i.

*Ghourghour = Gargouille111ent, Borborygme. . .


.JY'.Jr
Cf. grec 1'opKopvyµo<; et {3opf3optrfµo<; = id.
*Ghourouch = Piastre, L'unité monétaire turque.
"On sait que St. Louis, à son retour d'Egypte, réforma
complètement la monnaie de France, qu'il la porta à un
R
Gh
.-
(_

très-haut titre et transforma en une monnaie réelle le 'sou ',


qui jusqu'à lui n'avait eu qu'une valeur idéale. Le sou
d_'argent s'appela, dès lors, 'gros tournois' (turonus grossus ),
et le denier, 'petit tournois.'
"Le nouveau type se répandit bientôt dans toute la
France et dans le reste de l'Europe. Il fut imité par les
Croisés en Palestine, et, dès les premières années du xrve
siècle, on vit paraître succe~sivement, le grossus argentùunsz's
( = gros de S trasbourg), les Grossi Delphin ales ( = Gros d 11
Dauphiné), puis, les Gros de Prague, de Pologne, de Bohème,
de Hongrie; plus tard, les' Groat' d'Angleterre, d'Ecosse, etc.
"A insi, la dénomination de 'Grossus ', tout en consenant
sa forme radicale intacte et entière, devint grosso en italien,
grosclten en allemand, garach en hongrois, grosz en slave, ·
ghourouch en turc, et qyrch ou gyrch en arabe (<liai. égyptien)."
(Belin, Histoire économique de la Turquie.)
Le français gourde = piastre forte de la valeur de 6 francs,
est aussi une corruption de grossus, à moins toutefois qu'il
ne vienne de l'espagnol gordo = gros (dérivé lui-même du
latin gurdus).
bo-"' (l-)
*Ghourq (Courq) = Poule couveuse. e- lc"
1
(J.J_,.J) J.Ji-
Du persan ~ guruk = id. Cf. ossète kharq = poule ;
gaélique cearc = id.; grec mne KoÛpKo~ = coq d'Inde; russe
kuritsha = poule ; lithuanien kurka = id. Ghourq désigne
aussi, familièrement, le dindon.
Au fond, notre mot turc, aussi bien que le persan, puis le
grec KoÛpKo~, paraissent être des vocables imitatifs, formés
respectivement d'après le gloussement de ces gallinacés.
Ghydjyr ou Qytchyr (t. or1) = Mulet. ..r.# ou~
D'où i.s.-.d qytchyrd;ï= muletier, tzigane. Voy._>ü catyr.
Ghoughouq = Coucou. Jrr
Cf. sanscrit kuhaka = id.; grec J(OJCKvE = id. Pas n'est
besoin de faire observer que le nom de cet oiseau n'est qu'une
imitation de son cri monotone.
Gydyqlamaq = Châtouiller. ..
'-.Y"'
li~
..
Cf. arménien /uurur'L/,L = id.
'thyrtlaq = Gosier.
Cf. sanscrit k.rka = larynx ; arménien fu1Lt_iuv = id.
F
.
i...J

*Farbala = Falbala.
/ De l'italien falpalà et falbalà = id. Mais comparez aussi
le saxon faifalla = les plis d'un vête.ment, d'où l'anglais
furbelow = falbala.
..
· / *Farfara = Goguenard, Plaisant.
1
11.r_r
Cf. italien farfal!a = papillon, et métaphoriquement,
évaporé, léger, d'où farfatola = esprit léger; fanfano =
hâbleur. Cf. grec 7rep7repot:t = léger, versatile, babillard, et
arabe )J) feifar = loquace, bavard.
*Fasoulia = Haricot. 4-.J .
..~
Du grec cf>au11Xoi; (grec m c cf>auoûX1a) = id.
0

*Fachca =.. _ Bandelette, Lange. ~


Du grec mnc cpaCTKcà = id.

*Falaca = Gros bâton en bois,


de la longu~ur d'un mètre, portant, au milieu, une forte
corde attac~e en arc par les deux bouts, dont on se servait
autrefois, dans les écoles, dans les prisons, et même sur les
places publiques, pour administrer la bastonnade sur la
plante des pieds des délinquants, que l'on faisait coucher
sur le dos.
Du latin phalangœ ou palangœ = fortes barres ou gaules,
servant au transport de gros fardeaux, palanches; grec
cf>aXal'fYeit = id. Le grec m c cpci:>-..a'Y'Yait = férule, est emprunté
0

au turc.
Dans la plupart des lexiques, falaca est donné comme
un mot arabe, provenant de la racine verbale ~ feleq ou
f flleq = fendre, d'où ~ falaq = instrument de supplice,
~omposé de deux gros bâtons, attachés par une corde, entre
lesquels on serrait les pieds des malfaiteurs, pour leur
appliquer la bastonnade.
H.2
244
w
.
F

/ *Falla = Lumière d'arme à feu.


De l'italien.fogna = trou. Ce mot italien est employé en
turc pour désigner ' amorce ' (de canon).
J •Falionoz = Baleine. ·
Du grec <f>a"'Aaiva = id.
*Fanos = Lampion.
Du grec <t>avà, = lampe, lanterne, d'où Je dim. <f>avaptov =
fanal. Voy ..Jt:.J .fener.
*Fantazia = Pompe, Faste, Embarras.
De I'espagnol.fantasza, et grec mne <f>avTaaia = id.
On sait qu'en Algérie, cette expression s'applique à un e
sorte de tournoi ou de carrousel.

*Féradjé = Surtout porté par les femmes rnusulmanes. &,.:>\j 1

' .J
De l'arabe ~_} .féred;ïé = mantelet. Ce mot a été
transformé, en t. or1, en ~.) .féred;'z = ( 1°) tente, ( 2°) tenture
confectionnée par les femmes; et, en russe, en .férézi = habit
de fête des paysannes russes.
*Fermasc>n = Franc~macon.
~

De l'italien.frammassone = id.
Ce terme a une acception plutôt injurieuse dans la langue
turque, il s'emploie dans le sens d'' impie', d' 'athée'.
*Ferméné = Veston orné de passementeries, Gilet rond A.:.A)
soutaché.
Du français 'parement' (dérivé, lui-même, du latin para-
mentum = ornement) = garnitures du devant d'un habit,
d'une manche, etc. ~

*Fesliken = Basilic (herbe odoriférante). ~


Du grec /3au,ÀtK~ = id.

*Félenk (vulgo ~ .felek) = Chantier.


Cf. grec mne cpaÀdr'rt" = palanque (par analogie avec les
blocs de bois s ur lesquels porte la qui lle d 'un n~vire en
construction ou en radoub). Cf. sanscrit phalaka = planche.
*Féner = Lanterne, Fanal. .) w
Du grec <f>avapwv = id.
245
w•
,
*Fitil = Mèche, Etoupille.
De l'arabe~ fétil = tordu, tors (fil, corde).
Dans la locution ~l..J J.:iJ fitil vermek ( = exciter,
inciter), fitil se prend dans l'acception <l'étoupille, et signifie
mot à mot 'donner (ou, mettre) l'étoupille'. Il en est de
même de la locution~ w~\ aldy fitili (m. à m. l'étoupille
en a pris, sous-entendu 'feu') = cela est en pleine activité, en
plein .fQnctionnement, au propre et au figuré; se dit d'un
incendie, d'une tempête, de l'emportement de quelqu'un, du
zèle, et de l'assictuité d'un travailleur, etc.
Ce mot arabe a été adopté aussi, tel quel, par le grec mne
<f>Tl~t, et par le russe jitil.

C\*Fidan = Plant (jeune sujet destiné à être repiqué ou


\JJ nouvellement planté).
Du grec .~ e~ov = jeune plante.
Cf. aussi, grec 7T'€Ôavo~ = petite plante, et 7TÉS7J = cep, ou
1
'pied de vigne.
*Fidé = Nouvelle ou jeune plantation, Pépinière, Plant.
Du grec cpuTEta = id. ; cpvrupiov = pépinière. Voy. ~\~
fi dan.
*Fira = Déchet,>:Discale.
Du grec m c <f>upa=id., d'où cpupalvw=éprouver du déchet.
11

Cf. français frai·= usure, diminution du poids des monnaies.


Dans ces acceptions, ce mot serait d'origine latine, tandisqu'au
sens de 'tare', il viendrait du persan ~ firé = excédent,
surplus.
*Firerik = Européen. >":. _...:;,.-'\:
Du français franc, et vieux haut-allemand franco = libre,
adjectif qui a servi à la dénomination du peuple 'Franc '.
De ce mot dérive l'arabe t()\ efrend;: devenu synonyme
d'étranger.
*Firfiri = Pourpre.
..
Wff
Dujrec 7ropcpupa = id.
*Fistan - Robe, Jupe, Cotillon, Fustanelle.
Cf. espagnol fustan = futaine, espèce d'étoffe croisée ;
italien fitstagno = étoffe de coton (avec laquelle on con-
fectionnait les fustanelles greco-albanaises ).

\
F w
.

*Fiské = Croquignole, Chiquenaude, Pichenette.


C( italienpicchio=id. Quant à l'expression~\~~ · ;
fiské chamdany = petit bougeoir à mèche, servant à allumer
les bougies dans les mosquées, turbés, etcj nous ne royons
pas que .ftské représente ici le même mot que précédent ;
nous l'identifions plutôt avec le ~ a = mèche; pour
l'analogie des sens cf. l'anglais matçh = mèche et allumette.
*Fisket = Sifflet.
--
---
De l'italien .ftschio et fischietto
*Fichek ou Ficheng = Fusée, Cartouche.
Du ~ = pièce de feu d'artifice.
= id.
d· .~. ;ou~

Dans la seco!:_lde forme de ce mot turc, qui est précisément


celle préférée du bas peuple, le (~) uoun médial e st adventice,
et sert, soi-disant, à satisfaire à l'euphonie. L'intercalation de
cette lettre n'est d'ailleurs pas rare dans certains autres mots,
tels que .;i.:; qy!yndj pour & qylydj=épée; ~ tchileng
pour ~(~ tchilek = frai se ; t{i toundj pour z::_fi toudj =
bronze; d-.D.'i tufenk pour J.j; tufek = fusil, etc.
*Fik = Dolic, Sorte de haricot sauvage. <\ ~
Cf. grec cpaKij = lentille. Le mot fik (ou fig) est commun
au persan et' au turc; la véritable forme persane en est
~,;finé.

*Filama (t. naut. ) = Flamme. ,)Y\-:. ~~


Du français .flamme = longue banderole au bout des mâts ;
italien fiamma = id.

*Filémeng . Flamand, Hollandais.


1
Du néerlandais vlamùzg, et vieux français jlame11g = id.

1 Filiz = Rejeton, Bourgeon, Surgeon, Pousse, Vrille, r.lJ


Filet (de vigne).
Cf. grec é'Xt~ = id., ou latin vitis = id.
*Filinta = Mousquet.
I
C f. anglais flint = briq uet.
*Filo = F lotille . _1 ;.
/ ~
Contracté de l'italien flotta =flotte. Le motfilo lui-même
est italien et signifie 'petit nombre ', 'petite quantité'.
247
F w•

*Fino = Un toutou, Un petit chien de bonne race.


De l'italienfino = fin.
*Foïa · Feuille mince de métal (doré, etc.), employée en li .
sertissage pour augmenter l'éclat des joyaux, etc.
De l'italienfog/ia = feuille.
··"
/ "*'Fotograf = Un photographe, ou Une photographie. wy~_,.;
De l'italien fotografo. Il est à noter, qu'en général, les
t
mots se rapportant à de nouvelles inventions, dans le
domaine scientifiqur ou industriel, sont adoptés tels quels
dans la langue t. otee; tels sont, entr'autres : TÉLÉPHONE,
PHONOGRAPHE, TÉLÉGRAPHE, GRAMMOP.HONE, BICYCLETTE, AUTO-
MOBILE, VÉLOCIPÈDE, CINÉMATOGRAPHE ; voyez la liste insérée
à la fin de ce volume.

/ Fodoula = Pain de munition. ~J~_,.;


Cf. sanscrit vaedala = gâteau sans levain. Voy. aussi
~~ pidé:.:_ 'l )J
*Fora, 1° (t. naut.) = Déferler, Déployer les voiles, Mettre · ~_,.;
toutes voiles dehors; 2° (t. de jeu de cartes) = N'avoir
plus de cartes en main, Sortir du jeu.
De l'italienjit0ri J hors.
; *Foroz · Pêche faite en une seule fois.
.
)J.JY
Du grec <f>opa = fois. Voy. et cf. iJ~) voli.

*Foga (t. mil.) = Feu!


De l'italien fuoco = feu. Au figuré, ce mot turc signifie
'fougue',' élan',' emportement', et il dérive de l'italien/oga =
impétuosité, fougue.
*Fol = Nid (de poule). J_,.;
Du grec cpw>..fà ou cpw>..'T}à = id.
ct..j •
*Fonia = Amorce (de canon). .. 'Y
Voy. 41.J falia.
*Fouta = Pagne, Tablier, Serviette.
De l'arabe Ab_,.; foula = id.
Cf. le japonais yute = pagne. Voy. ~_,.; foutchy.
.
F '--'

*Foutchy = Tonneau, Barrique.


De l'italienfusto = fût, futaille. Le mot DJ_,; fouta ( = id.)
est une forme variée de foutchy. Grec mne /3uTLoV = baril.
*Fourtcha = Brosse, Pinceau. 4.>- ...;
,. JT •
Du grec f3oûpT<Ta = brosse, tiré du bas-latin brustia, d'où
l'espagnol .broza.
*Fouroun = Four.
Du grec cf>oûpvo", latin furnus, et italienforno = id.
*Fourtouna = Tempête.
De l'italienfortuna = fortune (de mer).
*F~uf~~ . , "· f qyfn!aq portatif.
Du grec cf>w/3oû = id. ; cf. arménien pm[_ = fourneau.

*Founta = Cautère, Exutoire, F onticule, Fontanelle.


De l'italien fonte = fontaine, d'où fon t z'co!o et fontanella =
petite fontaine, c'est-à-d ire, . exutoire, cautère; grec mnc
povTav€ÀÀ.a = id.
*Founda (t. naut.) = Fond.
De l'italien fonda = id.
Futmek (t. or 1) = A voir foi, Croire, A voir confiance.
Cf. latin.fido = id.
Fyrr, Onomatopée indiquant le mouvement de vitesse,
soit en rotation, soit en locomotion.
Cf. l'arabe ) ferr = fu ir; l'anglais whirr et hurr = bruit
que font les ailes d'un oiseau prenant son vol; allemand quer!en,
et anglais whirl = tourner rapidement.
Il ~xiste un vieux verbe français 'bourrir ', qui indique le
bruit des ailes d'une perdrix, s'échappant brusquement.
De ce radical turc sont formés : ~~) fyrlamaq = bondir,
s'élancer; J\~..} fyryldaq = toupie, girouette; JV /yr!aq =
toupie, frétillant, pétulant; (cf.
~?.~~) fyrdolayi = tou t autour.
t ~J~ pyrlanglryd.f =toupie);
· ,
Fyrt fyrt, Onomatopée désignant l'acte de souffler l'air 1...:.)) ï.:.J}
par les naseaux (en parlant des chevaux, etc.).
Cf. sanscrit prof, proiâmi = id., e t hennir.

F '-'

*Fyrcatin = Frégate.
De l'italienfregattino = id.

*Fysca = Renflé, Spongieux.


Du grec cf>oûu1Ca = vessie, bulle, pustule, cloche, vésicule,
boursouflure. Certains lexicographes confondent ce mot
avec ~ fiské, 'q.v.
'
Fynty = Vacarme, B9usin, Trouble, Emeute. ~
.') ;.? Terme familier, corruption de l'arabe k.::..; jitnet = sédition,
~5 "· etc.
Ce mot, qui se rencontre jusque dans le dialecte turc de
l'Azerbardjan, présente la plus grande analogie avec le russe
Lyon vinte = mutinerie, révolte, rébellion.

*Fyndyq = Noisette. ~~
/

1 :J: Du grec 7TovTucov (sous-entendu, Kapuov) = (noix) du


0;r ') Pont; car, c'est des ports situés sur le littoral méridional du
Pont-Euxin que s'exportent les noisettes les plus estimées.
Cf. l'expression J~ '-'?....\:.J fyndyq sitchani = souriceau
(m. à m. 'souris ~ noisette'), qui, en grec, se nomme
7TovTucoç; (Pon tique?), transformé en 7TtvHKo dans le dialecte
cappadocien.
Cf. encore le terme Jp\ '-'?.~ fyndyq altounou = petite
monnaie d'or en cours, autrefois, dans l'Empire Ottoman;
ainsi nommée, selon quelques auteurs, par suite de sa
petitesse qui avait motivé son assimilation à une noisette.
Cependant, Séïd Murtéza (auteur du Tadj-el-Arous),
parlant <le d~ boundouqy ( = un habit ou une pièce d'étoffe
de lin ou de drap), dit que, selon son opinion, la dénomina-
tion de cette étoffe lui vient du pays de sa fabrication, soit
µ~.~H (El-Bou11douqyet) = Venise. Or, ce même mot
boundouqy désigne, en arabe m"e, le sequin de Venise (pl.
i;iJ~); d'où aussi le turc Jp\ J...\:.J f;·ndyq a/touny (c'est-
à-dire, Jp\ ~iJJ) venediq a!tounou = 'pièce d'or de
Venise').
Le mot fyndyq ( = i:oisette) est également employé par
les Persans, qui le prononcentfoundouq.
.
F w

*Frandjela = Pain mince et long.


Du vieux français frageol = petite flûte, flageolet ; on sait
que le mot 'flette 1
désigne encore, en français, un pain
très-long.
*Flouri = Ducat d'or.
De l'italien fiorino, nom d'une monnaie florentine ~ui était
marquée d'une FLEUR de lis. Le. ducat de Hongrie (ou
d'Allemagne) s'appelait madjar flourisi ou madjar altounou.

~· .
0\
..
J cou Q
""
Q et_ K-Lettres affixes formatives du participe passé ;
Ex. : d~ bildik = (personne) connue, une connaissance ;
~~ya11yq =brûlure, brûlé, etc.
j
d ét J

Cf. les particules suffixes médiques ik, ak, uk, dans riluk =
écrit ; tirik =d it ; turnanak =informé. (Oppert, La Langue
~
. des !!f
Ji!_es.)
l\ caanmaq (t. or1) = Flamber, Prendre feu.
\~ Voy. et cf. d~Js guymek, qui en est une forme variée.
J
(\ Caï = Vent d'orage, Ouragan.
\lJ Cf. sanscrit vayu = vent d'orage ; arménien ~UfJu = vent
impétueux ; mongol khouï = tourbillon; grec Ka-ra11y[ç = vent
d'orage. \
L'homophonie des mots arabes 15.J rih (=vent) et t).J rouh
( = esprit, âme), aussi bien que dµ,.grec av€µor; ( = vent) avec
Je latin animus ( = âme), nous engage à mettre ici en ligne
de comparaison, l'allemand geist ( = esprit), et l'anglais gust

( = coup de vent).

(\ Caï et Cayou (t. or1) = Lequel? Comment? ~


~J Cf. latin qui, quœ, quod, et grec KÎJ, forme ionienne de wjj ou }
7r0t = id.

'
(\ Caya = Récif, Ecueil.
\~
.,·· ~

Cf. géorgien kwa = rocher; finnois kiwi = pierre; espagnol


cayos = écueil, récif; vieux français caye = récif, banc de sable ;
~ = enclos, barrière ;~~n = bancs de
roches sous l'eau.
Notre mot turc dérive-t-il du verbe ~.l; caïmaq =glisser?
( c( latin lapis = pierre, de lapsio = tomber, faillir).

*Caïtas = Baleine. LW l.h..;


..
D u grec I
KrJTO'\ = ce'tace.
I

falionos. (

..
r

c '9
\Y
(J
l
('\ ( Cayermaq Se soucier de, Avoir soin de, A voir de la
=
sollicitude pour, Protéger.
. Cf.:~in cu~~L~~re (ou to take care
som de ...
o/)= prendre

Dérivé: _,A?. Ü caïghou = souci.


- - -=- - --
*Cayech = Lanière, Courroie, Sangle.
De l'arménien ~wlfi = peau, cuir. Cf. russe koj'a = peau.
*Caïghana = On1elette.
Corruption clu persan 4\.>.
= id., (de \>. contracté de
A:,\>. = œuf, et Y suffixe de relation).
r Cayeq = Nacelle, Esquif, Canot, Caïque.
~ Ahmed Véfik Pacha fait dériver ce mot régulièrement du
rverbe ~ \:; caïmaq = glisser.
f En Groënland cayaq est le nom d'une embarcation légère
employée pour la pêche.
C( ~ ca..E,g", et ~ollanAAïs.....kaag = ' cague 11 ' quaiche 11 ou
'caiche '. A côté de ces vieilles formes françaises de notre
1
; - mot turc, il y a lieu de placer aussi ' 2..Clrgue ".des barques
:

, longues, semblables aux ~ turques 11 (Voltaire).


~ L'espagnol carraca = caraque, désigne une sorte de navire
/
\Y du xvie siècle, et E_ayuco = un canot léger.
Enfin, ce même vocable turc existe dans le Samoyède \
et ses congénères du Nord, et semble appartenir au fond )
touranien.
; Mais cf. encore: égyptien kek = barque; nordique !_ogg,
koggi et lloggr = bateau d e pêche ; vieux anglais f!!ff = id. ;
/ ~~ = navire à deux mâts, de 100 à 250 tonnes de
capac1te.
A supposer, cependant, que le y, dans cayeq, ait été
substitué à un d primitif ( voy. JY.Î ayaq), il y aurait lieu \)
caudica,
j alors de comparer ce mot avec le latin ........___ ... lequel, selon
Aulu Gelle, Papias, et Isidore, est synonyme de navicula.
Le sens primitif en serait 'radeau' (pièces de bois liées
ensemble), d'où caudz'caria navis et caudiceus !embus.
\?J Caïmaq (Taïmaq) = Glisser. (LJA!.\:i ) ~t;
( Cf arménien uw<Ç/rL = id. C f. ~ d.faïmaq = se désister,
\ se dédire, 1 enoncer à, et J-•J~ djavmaq = dévier du but,
t" ....
c
's'écarter du point visé; faire fiasco (J---.~)~ d.favlamaq). Ces
/ derniers ne sont que des variétés du t. or 1 ~\j' taïmaq,
( indiqué ci-dessus.
~::___:aï11t!!_tJ_ dérivent ~~.\J cayaq ou ü:.\J -~aJ'__eq, _q.v.'.2 ~~ J
/
f
r._l;i~ï111ad.f ..obl'..que (yeux~; p~is, k -::\J caïpaq =
glissant (de ~lJ cazpymaq, variété de cmmaq), etc.
--
--........__.---

(\ Cayin = Hêtre.
---
d,.IJ
~ Cf. latin fagus = id., d'où faginus, et français fatne = fruit
_ _ du hêtre (vieux françaisfaïne).

r Cab = Vase, Réci pi en t. 1......)1.J


LJ Cf. grec Kvµf3?:J., . et l~tin faP.z's = id. ; grec Ka15.a{3or; et latin
cacabus = bouilloire, pot.
Cf. encore l'arabe ~ baquet, cuvette.
Dans la locution turque jl:;-\J y\J cab c;;Jdtaq ( = vaisselle
et ustensiles de ménage), Je mot catchag<dont le sens radical
( = fuyard ou contrebande) ne préséri"te aucun rapport avec
celui de la locution susénoncéeÀarait êt re une forme altérée
du persan.}~~ !date/un" = o~~ de ménage.

*Cabaq = Courge, Citrouille, Gourde.


CLit;al~e!lJg.P_qccza = caboche.
L'analogie que présentent

Q
V
, J. · les grosses cucurbita~ées av~~- une tête n'a pas besoin d'être
démontrée. Cf. 'chou-cabus' et 'laitue-cabusse' (de cqp_ttt =
_tête) = chou-pommé et laitue-pommée. .
Dans le dialecte turc de l'Azerbaïdjan cabaq signifie front,
devant, partie antérieure, d'où le verbe ~ l:J cabaq- Il
lachmaq = se confronter, se présenter, faire face; ~~~
cabaqynda =devant lui, etc. Voy. et cf. Jl~j coppal.
(;)
Le turc jJ~.i' copoz nous parait être une forme variée de
· cabaq. Il signifie ( 1°) gourde et (2°) une sorte de guitare
primitive et rustique à 1 ou 2 cordes, connue chez les Persans
sous le nom de h_r, berbat (Jittt poitrine d'oie, à cause de la
forme de cet instrument); ce dernier semble être allié
d'ailleurs au latin barbitos ( = lyre à sept cordes), car il se
lit aussi barbu!.
Cf. encore, espagnol calabaza = citrouille, calebasse, et
calabacin = petite citrouille.

(
254
c ~
-
'
\' Cabouq = Ecorce. ~
\j.i Cf. vieux haut-allemand ~ = cosse, silique. Voy. et c f.
wj cof.
('; *Capaq = Navire ponté, Galion à double pont. J.w
\ ll Cf. grec <TKa</>~ (avec aphérèse de la sifflante) = navire.
/ Capamaq = Fermer.
1
- Cf. arménien /uw1fiw"hlrv ~wl[rnc..9w"b/,L = id., /uifilrL et, par
inversion des lettres, 1fiw~lrL = id. (ce dernier a donné la forme
moder