Vous êtes sur la page 1sur 8

1

I- BUT DE L’EXPERIENCE :
 Prendre connaissance d’une méthode de mesure électrique de
température.
 Voire les propriétés des thermocouples et des thermistances.
 Déterminer les courbes caractéristiques de ces deux capteurs.
 Déduire leurs courbes des graduations et leurs fonctions de transfert.

II –RAPPELS THEORIQUES :
II-1 : INTODUCTION :
La température est l’une des grandeurs physiques dont la mesure set la
plus fréquente .cette grandeur détermine en effet de façon décisive les
propriétés de la matière, c’est pourquoi on recherche la mesure précise et le
contrôle parfait des températures.
II-2 / MESURE DE LA TEMPERATURE :

Les méthodes électriques, seules objet de ce TP, sont d’une grande


généralité et d’une mise en œuvre relativement simple .pour repérer des
températures, il fout utiliser un dispositif dans lequel une grandeur mesurable
varie en fonction de la température .on dispose de plusieurs possibilités de
mesure électrique de la température, dont :
 Thermistances et thermocouples :
La résistance électrique d'un conducteur ou d'un semi-conducteur
augmente avec la température. Ce phénomène est à la base du thermomètre à
résistance, dans lequel une tension constante, ou potentiel électrique, est
appliquée à la thermistance, partie sensible du capteur. Pour une thermistance
de composition donnée, la mesure d'une température donnée induit une
résistance spécifique pour la thermistance. Cette résistance peut se mesurer à
l'aide d'un galvanomètre et des circuits de transformation du signal adéquats
permettent de convertir la mesure du courant en mesure numérique directe de
la température.
Différentes thermistances en oxydes de nickel, de manganèse ou de
cobalt sont utilisées pour mesurer des températures entre - 46 °C et 150 °C, et
des thermistances utilisant d'autres métaux ou alliages peuvent être
employées pour des températures plus élevées : le platine, par exemple
(jusqu'à 930 °C).
2

Des mesures de température très précises peuvent être effectuées au


moyen de thermocouples (voir Thermoélectricité), dans lesquels une faible
différence de tension (mesurée en millivolts) apparaît lorsque deux fils de
métaux différents sont réunis pour former une boucle dont les deux liaisons
sont portées à des températures différentes. Suivant le type de thermocouple,
on peut mesurer des températures allant de - 200 °C à 2 300 °C.
Pour les températures très élevées, et pour des milieux agressifs, le
thermocouple doit être protégé dans une gaine d'alumine. Pour accroître le
signal de tension, plusieurs thermocouples peuvent être connectés en série
pour former un thermophile. La tension dépendant de la différence entre les
températures des liaisons, l'une de ces liaisons doit être maintenue à une
température de référence connue, sinon un circuit de compensation
électronique doit être intégré au système pour mesurer la température réelle
du capteur.
Thermocouple, dispositif constitué de deux fils métalliques de nature
différente reliés à leurs extrémités par des soudures. Toute différence de
température entre ces deux points engendre un courant électrique que l’on
peut amplifier et mesurer. Ce phénomène, bien connu en thermoélectricité, est
appelé effet Seebeck, du nom du physicien allemand Thomas Seebeck qui a été
le premier à l’observer en 1821. L’effet Seebeck est généralement présent en
parallèle avec l’effet Peltier (effet inverse de l’effet Seebeck), découvert par le
physicien français Jean Peltier en 1834. L’effet Peltier est un échange de
chaleur entre les deux extrémités d’un thermocouple, initialement à la même
température, lorsque ce dernier est traversé par un courant électrique.
Les thermocouples interviennent principalement dans les mesures de
température où ils jouent le rôle de thermomètres très précis. Certains
thermocouples, constitués de fils de platine et d’alliage de platine-rhodium,
permettent de mesurer des températures très élevées (supérieures à 1 000 °C).
Par ailleurs, les thermocouples sont également employés dans des jauges
servant à la mesure du vide.

III - MANIPULATION :
3

1 Tube protecteur T0 Température de référence fixe

2 Alimentions du fer (220 v ) T Température

C Chauffage

Nous avons mettre le chauffage en matche jusqu'à des que le


thermomètre N°1 affiche une température de 140 c°, on a débranches le
chauffage et on a mesuré la force électromotrice E du thermocouple et la
résistance R de la thermistance en fonction de la température tous les 10°
entre 140° c et 24 ° c. les résultats obtenues sont représentées sur le tableau
suivant :

T ( °c ) E (mv) R (Ω)

140 8.6 80.5


4

130 5.3 111.1


120 4.2 153.4
110 3.3 213.2
100 2.6 295.5
90 2.1 402
80 1.7 560
70 1.3 777
60 1 1063
50 0.7 1470
40 0.4 2035
30 0.1 2838
24 0 3450
Tn=24° En=0 mV Rn=3450 kΩ

IV – INTERPRETATION :

IV. 1 thermistance :
La courbe de la variation de la résistance de la thermistance R en
fonction de la température est représentée sur la figure (IV-1).
On peut remarquer pour que la température augmente la résistance R
est diminuer
VARIATION DE LA RESISTANCE DE LA THERMISTANCE ( R )
EN FONCTION DE LA TEMPERATURE ( T )
4000
3450
3500
3000 2838

2500
2035
R (Ω)

2000
1470
1500
1063
1000 777
560
500 402 295.5
213.2 153.4 111.1
80.5
0
0 20 40 60 80 100 120 140 160

T ( °c )

Figure (IV-1)
IV. 1 .2 la fonction de transfert :
5

A partir de la courbe de la figure (IV-1) on déduit (R) en


fonction de (T)
R (T) = RN exp [B ( 1/T - 1/TN )]
R (T) /T = RN/ T exp[B (1/T - 1/TN)]

IV. 1 .3 Le coefficient B:
On a R(T) = RN exp[B (1/T - 1/TN)]
R(T)/RN = exp [B (1/T - 1/TN )]
B (1/T - 1/TN )= B (1/T - 1/TN )
B =( Ln R(T) – Ln RN) /( 1/T - 1/TN)
RN = 3.45 k Ω , TN = 24°c
T ( °c ) R (Ω) B

140 80,5 108,8487


130 111,1 101,1262
120 153,4 93,3924
110 213,2 85,4592
100 295,5 77,6040
90 402 70,3531
80 560 62,3380
70 777 54,4425
60 1063 47,0912
50 1470 39,3744
40 2035 31,6727
30 2838 23,4329

B = 1/n ∑ Bi i = 1, 2,.......... 12
B = 66,26
IV. 1 .4 La sensibilité :
S = dxs/dxe = dR/ dT
S = (B. RN/ T2)Exp [B (1/T - 1/TN )]

T ( °c ) R (Ω) S

140 80,5 0,4471


130 111,1 0,6648
120 153,4 0,9949
110 213,2 1,5057
100 295,5 2,2932
6

90 402 3,4916
80 560 5,4546
70 777 8,6330
60 1063 13,9049
50 1470 23,1521
40 2035 40,2837
30 2838 73,8919

S = 1/n ∑ Si i = 1,2,........,12
S = 14,55981

IV. 1 .5 L'équation de la température :


R(T) = RN exp [B ( 1/T - 1/TN )]
=> ( 1/T - 1 /TN) = Ln [R(T) – RN]/ B
=> 1/T = Ln [R(T) – RN]/ B + 1/TN
=> T = B.TN / [ TN. Ln (R(T)/RN) +B]

IV. 2 Thermocouple :

IV. 2. 1 : la courbe de la variation de la force électromotrice E aux bornes du


thermocouple en fonction de la température est représentée sur la figure ( IV. 2)

VARIATION DE LA FORCEELECTROMOTRICE ( E ) AUX BORNES DU


THERMOCOUPLE EN FONCTION DE LA TEMPERATURE ( T )
10
9 8.6
8
7
6
5.3
E (mv)

5
4.2
4
3.3
3 2.6
2.1
2 1.7
1.3
1
1 0.7
0.4
0 0.1
0
0 20 40 60 80 100 120 140 160

T ( °c )
7

T = 140°c  E = 8.6 mv
T = 90°c  E = 2.1 mv

8.6 = a*140+ b .... (1)


2.1 = a *90 + b … (2)
(1) – (2)  6.5 = a*50
 a = 0.13

b = 8.6 – a *140
 b = 8.6 – 0.13*140
 b = -9.6

E = 0.13 T – 9.6

La sensibilité :
IV. 2 .3
Tant que la variation de la force électromotrice en fonction de la température
est sous forme d'une droite donc la sensibilité est constante
S = dE / dT = a = 0.13 ou
S = ∆R / ∆T = (8.3 – 5.6) / (111.1 – 80.5) = 0.13

 S = 0.13
IV. 2 .4 l'équation de la température :
E = 0.13 T -9.6
T = E / 0.13 + 73.84

 T = 7.7 E + 73.84
8

V . CONCLUSION :

D'après ce TP on a prendre connaissance sur les méthodes de mesure de la


température, les idées obtenu sont comme suite :
 Pour la thermistance il se fait que connu la valeur de la résistance on
trouve la température directement et on remarque que si R
augmente T descend.
 Pour le thermocouple il se fait que connu la valeur de E on trouve T,
on remarque que si R augmente T augmente aussi.
 Lorsqu’on ait besoin d’une mesure de précision on utilise le
thermocouple.
 Les thermistances sont des bolomètres utilisant des billes semi-
conductrices dont la résistance électrique diminue en fonction de la
température. Ces bolomètres sont largement utilisés pour mesurer le
rayonnement hyperfréquence.
 Elles sont utilisées pour détecter l’énergie thermique émise par des
sources distantes.
 Le phénomène de thermocouple est connue thermoélectricité, est
appelé effet Seebeck, du nom du physicien allemand Thomas Seebeck
qui a été le premier à l’observer en 1821.

- Les thermocouples interviennent principalement dans les mesures de


température où ils jouent le rôle de thermomètres très précis.