Vous êtes sur la page 1sur 270

11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Page 1

Textes traduits pour les historiens Volume 31

L'histoire arménienne
attribué à Sebeos
traduit, avec notes, par RW THOMSON Historique
commentaire de JAMES HOWARD-JOHNSTON Assistance
de TIM GREENWOOD
PARTIE I. TRADUCTION ET NOTES

Liverpool
Université
presse

T
T

Page 2

PRÉFACE vii

TRANSCRIPTION D'ARMÉNIEN viii

ABRÉVIATIONS ix

INTRODUCTION
I. Contexte historique [JH-J] xi
(i) L' Arménie dans l'Antiquité tardive xii
(ii) Relations entre les grandes puissances xv
(iii) Fin du sixième siècle xviii
(iv) La dernière grande guerre de l'Antiquité xxii
(v) Les conquêtes arabes xxvi
II. Le texte arménien [RWT] xxx je
(i) Les manuscrits xxxi
(ii) Contenu du texte v xxxii
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 1/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
(iii) L'attribution aux Sebeos xxxiii
a) Sebeos l'évêque xxxiv
(b) Le texte des historiens ultérieurs xxxv

(c) L' histoire d'Héraclius xxxvi


(iv) La date de l'histoire de Sebeos xxxviii
(v) Sebeos dans la tradition de l'écriture historique arménienne
xl
a) Ses prédécesseurs xl
(b) Caractéristiques communes et différences x lii
(c) Le balayage géographique xliii
(d) Le but de l'écriture historique x liv (vi) Caractère littéraire
(a) La Bible xlix
(b) L'utilisation de discours et de lettres III
(c) Chronologie de Sebeos lviii

Page 3

VI
TABLE DES M ATIÈRES

III. Sebeos comme historien [JH-J] lxi


(i) Sources lxv
(ii) Traitement éditorial lxx
(iii) Valeur de l'histoire de Sebeos lxxiv Note au lecteur lxxix

TRADUCTION ANNOTÉE [RWT] 1

DEUXIEME PARTIE

COMMENTAIRE HIS TORIQUE [JH-J] 155


introduction 155
I. Section I: 64-105 (Notes 1-24) 158
II. Section II: 106-134 (Notes 25-51) 193 III. Section III: 134-177 (Notes 52-83) 233

BIBLIOGRAPHIE
Textes 289
II. Littérature secondaire 295

INDICES
I. Citations et allusions bibliques [RWT] 311
II. Termes techniques [TWG] 315
III. Noms personnels arméniens par famille [RWT] 333
IV. Noms personnels [RWT] 337 V. Index géographique [RWT] 345
VI. Notes historiques [JH-J] 353

PLANS 357
1. L'Asie occidentale à l'époque d'Héraclius (610-642)
2. L'Arménie à l'époque d'Héraclius (610-642)
3. L'Arménie à l'époque d'Héraclius: les terres centrales
4. Proche-Orient (topographie)
5. Arménie et pays voisins (topographie)

Page 4

PRÉFACE
La traduction de l'Histoire attribuée aux Sebeos arméniens est une
entreprise. James Howard-Johnston [JH-J] travaillait depuis un certain temps
sur les sources arméniennes pour l'histoire de la première moitié du VIIe siècle
dans le contexte du conflit byzantin-sassanide et des premières conquêtes musulmanes.
Lorsque Robert Thomson [RWT] est arrivé à Oxford en 1992, nous avons lu ensemble
parties de l'histoire de Sebeos. En 1994, nous avons été approchés par le Dr M ary
Whitby au nom des éditeurs de textes traduits pour historiens avec le
suggestion que nous préparions une version anglaise du texte arménien classique

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 2/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
pour cette
avec des série.sur
notes Nous
des avons décidé
questions que RWT
d'intérêt préparerait arménien,
spécifiquement une traduction
tandisduque
texte
JH-J
ajouter un commentaire historique général replaçant ce travail dans le contexte général de
Histoire du Proche-Orient de l'époque.
Bien que le résultat soit un produit commun dans lequel les auteurs ont consulté
les uns les autres régulièrement, responsabilité première pour le rendu anglais avec le
les notes d'accompagnement appartiennent à RWT. Le commentaire historique de JH-J est
imprimé séparément après la traduction, organisé par sections plutôt que par
notes discrètes à des points individuels. Notre espoir est que le lecteur sans
connaissance de l'arménien sera en mesure d'utiliser ces preuves dans un délai raisonnable
une mode fiable, non seulement en la plaçant dans une perspective plus large, mais en notant également
en même temps les nombreux problèmes dans le texte arménien tel qu'il est venu
à nous.
Nous sommes grandement redevables à Timothy Greenwood, non seulement pour la corrélation
les différentes sections pour la version finale du manuscrit, mais aussi pour le
Index des termes techniques et pour de nombreux commentaires perspicaces tout au long du
préparation du livre. Le Nubar Pasha Fund de l'Université d'Oxford a
a fourni un soutien généreux dans la préparation du livre. Les cartes 1-3 ont été
préparé par le professeur RH Hewsen, cartes 4-5 par JH-J.
RWT, JH-J Oxford,
Septembre 1998

Page 6
5

INTRODUCTION

I. CONTEXTE HIS TORIQUE

Le texte traditionnellement attribué à Sebeos appartient à une toute petite entreprise de


chroniques existantes composées dans la chrétienté au septième siècle. C'était
écrit à la fin de la première phase des conquêtes islamiques, quand il y avait
faiblir perceptible dans l'avancée jusqu'ici irrésistible des forces arabes et
l'espoir est monté parmi les chrétiens qu'ils pourraient se réveiller du cauchemar, que
les triomphes de l'islam s'avéreraient éphémères.
La tâche que Sebeos s'était fixée était d'enregistrer les événements qui avaient conduit à ces
catastrophes. Dans une brève section préliminaire, il remonte à la fin du Ve siècle,
relier son sujet à celui couvert par son historique immédiat
prédécesseur, tazar P'arpets'i. Son propre sujet principal, cependant, était le règne de
le roi sassanide Khosrov II (590-628) ou, comme il le dit, `` l'histoire de la
Khosrov destructeur et ruineux, maudit par Dieu ». Il est décrit comme un brigand
qui dirigea le raid des Aryens sur le monde, qui consuma par le feu le
tout l'intérieur [de la terre], perturbant la mer et la terre ferme, pour provoquer la destruction
la terre entière ».
Le thème de Sebeos n'était pas étroit. Il ne s'est pas confiné à un compte
des affaires arméniennes dans les moments difficiles, mais a plutôt cherché à couvrir
développements contemporains de l'histoire nationale et des relations mutuelles
Les deux grands voisins de l'Arménie, l'empire perse, gouvernaient depuis sa
ré-institution au début du IIIe siècle après JC par la dynastie sassanide, et le
Empire romain oriental. Son point de vue était persan plutôt que romain, comme on le fait
clair par sa propre définition de son sujet. Le règne du dernier grand sassanide
roi forma le cadre de son récit souvent détaillé de la guerre,
la diplomatie et la politique au cœur de son histoire. L'Arménie a été présentée
implicitement en tant que partie intégrante d'un monde persan, qui a fourni des
Arméniens avec une plus grande arène où ils pourraient obtenir une réelle distinction.

Page 7

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 3/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

M ais il y a aussi une forte dynamique dans l'histoire de Sebeos en tant que récit
s'accumule jusqu'à la disparition soudaine de l'empire sassanide et l'effondrement de la
ordre mondial familier entre 635 et 652. Il divise ces événements dramatiques
en trois phases distinctes, chacune posant

Page 8

Xll CONTEXTE HISTORIQUE

différentes menaces pour l'Arménie: il y a d'abord eu une période de coopération étroite


entre les grandes puissances dans les années 590 ce qui leur a permis de faire pression
plus efficacement que jamais sur la noblesse arménienne et pour extraire de grandes
des forces combattantes pour le service lointain; puis l'Arménie est devenue le théâtre principal de
guerre dans les phases initiale et finale du dernier grand conflit entre le rival
empires (603-630); enfin, l'Arménie a ressenti la force de l'expansion de l'Islam depuis
dès 640 et par la suite a dû à tout moment tenir compte de l'immense
potentiel militaire du califat.
Les deux aspects du thème principal de Sebeos nécessitent une introduction. Arménie
doit être placé dans un cadre plus large du Proche-Orient et la force de ses liens avec
La Perse doit être évaluée. Puis l'ordre mondial de l'antiquité tardive, avec ses deux rivaux
pôles impériaux (persan et romain), et les tensions auxquelles il a été soumis
les cinquième et sixième siècles doivent être esquissés, avant qu'un récit sommaire ne soit
donnée des trois dernières phases de l'histoire du Proche-Orient ancien couvertes par
Sebeos.

(i) L'Armé nie dans l'Antiquité tardive

L'Arménie dans l'antiquité constituait la composante la plus importante de la Transcaucasie. 1


Occupant un terrain varié de chaînes de montagnes enchevêtrées, de grandes coulées de lave
et riches plaines alluviales, les Arméniens étaient une puissance plus redoutable que
leurs voisins du nord, les Ibères et les peuples hétérogènes du
Caucase, et avait attiré les Albanais à leur est dans leur orbite culturelle. M ais
La Transcaucasie dans son ensemble n'était pas, et n'est pas, bien délimitée de la
monde environnant. Physiquement, il agit comme une chaussée géante reliant les deux
les centres de pouvoir des hautes terres du Proche-Orient, le grand Iranien et le moindre
Plateaux anatoliens. De ces deux mondes voisins, c'était l'est, l'Iran,
qui pourrait exercer plus facilement une influence sur l'Arménie. En classique
antiquité, l'Arménie avec le reste de la Transcaucasie a été transformée en un grand
le nord-ouest des empires successifs centrés sur le plateau iranien, le
Achéménide, le parthe et le sassanide. Pour leur propre sécurité, chacun des
ces empires nécessaires pour contrôler le Caucase et le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 4/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

1 La Transcaucasie est une désignation pratique, bien que moderne, pour le monde complexe adossé
le Caucase, comprenant, à la fin de l'Antiquité, Abasgia, Lazica, Suania, Ibérie, Albanie et Arménie.
Le point de vue est celui du nord, depuis les steppes qui ont généré de formidables puissances nomades, plus
que capable de menacer les peuples vivant au-delà des montagnes du Caucase.

Page 9

хш
SEBEOS

atterrit sur lui, et les faits bruts de géographie qui ont fait
impératif a également rendu cela possible. La steppe sur la rive caspienne est facilement
accessible depuis l'Iran proprement dit et lui-même offre un accès facile à l'intérieur profond
de Transcaucasie, le long des vallées ouvertes des rivières Kur et Araxes qui
arc autour de la redoute sud-est de l'Arménie (Karabakh moderne) et courir vers
bassins versants lointains à l'ouest. M ême l'empire romain à son apogée pouvait
n'exercer qu'une hégémonie éphémère au-delà de ces bassins versants et se contenter
avec pas plus d'un quart de l'Arménie dans la partition convenue avec Sasanian
Perse en 387.
L'influence perse s'est infiltrée en Arménie au cours des siècles et peut
être considérée comme omniprésente dans l'Antiquité tardive lorsque les sources autochtones nous fournissent
avec une première vision claire des institutions et de la culture arméniennes. Les nobles,
nakharars, qui ont façonné la vie politique arménienne étaient un bref de l'aristocratie perse
petit. Ils dirigeaient un ordre social clairement stratifié et étaient eux-mêmes utilisés
aux gradations soigneuses du statut aristocratique qui avaient évolué autour du
M onarchie sassanide. Leur culture courtoise était éloignée mais néanmoins
modelé par celui de la cour perse. Les grandes occasions sociales étaient les mêmes
et étaient régis par une étiquette similaire. Les grandes chasses ont contribué à développer et
maintenir les prouesses de combat nécessaires pour maintenir le statut de noble individuel
familles avec un flux constant de prestige. Les banquets ont permis plus et moins
maisons nobles pour afficher leur puissance et par leur généreux divertissement à
renouveler et renforcer leurs liens avec leurs amis et leurs adeptes. Sur ceux-ci et d'autres
les occasions que les ménestrels pourraient commémorer les réalisations passées de la famille,
récits d'actes héroïques de guerre, d'intrigues interminables, dans lesquelles
la ruse jouerait un rôle à côté de la valeur. 2
Une force compensatrice a commencé à jouer sur la société arménienne dans la quatrième et
cinquième siècles, alors que le christianisme prenait racine. De nouvelles connexions religieuses ont été
établie, avec la Syrie et l'Anatolie, qui, à plus long terme, effilocheraient
dépendance culturelle et idéologique de longue date vis-à-vis de la Perse. Vers le milieu du cinquième
siècle, l'opposition entre la nouvelle foi, tirant sur l'Arménie de la
à l'ouest, et son orientation séculaire traditionnelle vers l'est a produit une
tension. M ais l'emprise de la Perse n'a pas été rompue. Quand les Sassanides ont craqué
le christianisme et a fait de l'observance des rites zoroastriens une condition pour
préférence, les chefs de la résistance armée ne pouvaient échapper à la
attraction de l’Iran. L'existence politique et individuelle était presque inconcevable

2 Garsoian, « P rolegomena - et« The Locus » .

Page 10

xiv CONTEXTE HISTORIQUE

en dehors de l'empire des Aryens. Il faudrait encore un siècle et trois


grandes guerres entre les puissances chrétienne et zoroastrienne, avant leur partage
la religion a donné aux Romains une réelle emprise diplomatique sur l'Arménie. 3
Alors que la culture laïque persane et un code persan de conduite aristocratique
exercé une grande influence en Arménie, ils ne pouvaient pas entièrement façonner le comportement
et le monde de la pensée des nakharars. Héritiers d'une culture locale distinctive,
s'abriter derrière une barrière de la langue (perméable mais néanmoins barrière),
vivant dans un paysage particulièrement fragmenté que la neige et le froid
l'hiver se décomposait chaque année en ses parties constituantes, les nakharars étaient
exceptionnellement particulariste. La localité, le gawar, dont il y avait environ 200,
était le premier. La famille noble locale, sa famille élargie maintenue par un
système d'héritage qui n'autorisait aucune aliénation de propriété ou de droits par
lignées féminines, a maintenu son statut au sein de la ou des localités sous son contrôle
en adhérant aux valeurs aristocratiques traditionnelles et en concurrençant les
nakharars des localités voisines pour le prestige et le pouvoir (principalement sous la forme
des adeptes et de la richesse disponible). L'Arménie antique tardive était une terre dans laquelle
la seigneurie locale était bien développée plus d'un demi-millénaire avant de prendre
racine dans le nord-ouest de l’Europe. Il a signalé sa présence et sa durabilité par le
l'utilisation généralisée des noms de famille et par l'émergence du château comme le nodal
point de puissance nakharar . Bien sûr, certains de ces éléments cohésifs, ancrés localement
les familles nobles ont acquis et conservé un plus grand prestige et un plus grand pouvoir que les autres, mais
pas même la plus grande des familles - à l'époque de Sebeos les M amikoneans - ne pouvait
exercer plus qu'une autorité atténuée et persuasive sur les intermédiaires et

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 5/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
moindre sorte de nakharar. L'ordre social aristocratique en Arménie était naturellement
résistant à l'autorité supérieure, que ce soit de l'intérieur ou de l'extérieur de l'Arménie, et
devait se révéler particulièrement résilient et tenace à la fin de l'Antiquité et au début
moyen Âge. 4

3 bazar 136-9,166-9.
4 localités: Hewsen, « Introduction» . Structure sociale arménienne en général: Toumanoff, Etudes 11 ^ —41
(une enquête entachée par un recours fréquent au langage légaliste du féodalisme européen médiéval). Bar sur
héritage féminin: Adontz / Garsoian 141-54 (interprétation erronée d'une mesure limitée visant à imposer le droit romain de

héritage sur la plus romanisée des quatre provinces romaines d'Arménie comme attaque générale sur une clé
élément du sy stème nakharar ).

Page 11

xv
SEBEOS

(ii) Re lations e ntre le s grande s puissance s

L'accord perso-romain de 387 qui a entraîné la partition de


L'Arménie a inauguré plus d'un siècle de coexistence pacifique. Les combats ont éclaté
à deux reprises seulement, mais les deux crises ont été rapidement et avec succès
désamorcé. Cette phase de symbiose était un phénomène remarquable, compte tenu de la
religions antithétiques établies des deux puissances, leurs affrontements impériaux
idéologies et la frontière fragile et artificielle séparant leur riche mésopotamien
et les provinces syriennes. Conflit récurrent et de grande ampleur au siècle précédent
et demi avaient démontré qu'ils étaient uniformément appariés en ressources et
qu'au fil du temps, la course aux armements multipliait le nombre de
forteresses des deux côtés de la frontière dans le principal théâtre mésopotamien de
guerre, il y avait de moins en moins à gagner de la guerre et à un coût croissant.
M ais le rapprochement a été précipité par les événements du monde steppique. le
irruption soudaine de nomades altaïques dans la moitié ouest de l'Eurasie au milieu
du quatrième siècle a amené des forces combattantes redoutables à
les frontières nord des deux puissances sédentaires à leur tour - les Chionites contre les
extrémité nord-est de l'empire sassanide (Khurasan médiéval) du
350, les Huns en Ukraine à partir des 370 d'où ils ont perturbé
modèles romains établis de longue date de gestion des clients en Europe de l'Est et
furent bientôt capables d'attaquer les deux moitiés de l'empire. Il ne fait aucun doute que
Le danger croissant venant du nord a sensibilisé les élites gouvernantes des deux empires
de leur intérêt commun en tant qu'États ordonnés du sud sédentaire et civilisé
veillé à ce qu'ils restent attachés à l'hébergement de 387 longtemps après
il avait été atteint. 5
Pourquoi alors les relations se sont-elles détériorées vers la fin du cinquième siècle? C'était
pas comme si les deux parties étaient conduites dans des directions différentes par des
considérations. Au contraire, alors qu'une grande enclave chrétienne se consolidait
aux côtés de l'importante communauté juive babylonienne de la basse M ésopotamie,
exigeant une juste considération et l'obtenir de la plupart des rois, les anciens
l'antagonisme entre le dualisme zoroastrien et le monothéisme chrétien était
en sourdine. 6 En même temps, il y avait une

5 Général sur les relations perso-romaines, IVe-début VIe siècles: Blockley, East Roman Foreign
Politique, Howard-Johnston, « Les grandes puissances» ; Whitby, empereur Maurice.
6 Brock, `` chrétiens '', qui, cependant, tend à suivre les sources romaines en soulignant les crises
Les relations perso-romaines et les accès de tension intérieure qui en résultent entre le gouvernement sassanide et
ses sujets chrétiens.

Page 12

xvi CONTEXTE HISTORIQUE

convergence entre les structures sociales et économiques des deux


côtés: l'urbanisation s'est accélérée dans les principaux territoires du plateau iranien
Empire sassanide, encourageant leurs propres élites à prendre une place initialement modeste
à côté de l'aristocratie cour-centrée de longue date; et un nouveau gouvernement
classe de magnats de cour avec des connexions trans-méditerranéennes et ramifiées
des propriétés foncières s'interposaient entre l'autorité impériale et les villes
l'empire romain oriental. 7 Le principal facteur de déstabilisation est à rechercher dans le
même quartier étranger, le monde nomade des steppes eurasiennes, qui avait
provoqué la longue période de bonnes relations. Catastrophe en Asie centrale en
484 - une défaite écrasante de toute l'armée de campagne sassanide par les Héphtalites, les
mort du roi, Peroz, qui commandait, et une période humiliante de

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 6/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
statut tributaire ultérieur - institué une
crise au sein de l'empire sassanide. Les croyances traditionnelles et le social traditionnel
l'ordre est menacé sous le règne de Kawat I (488-531). Kawat a montré
agilité politique considérable, perdue, récupère alors son trône et recourt à la
arme ultime de nombreux régimes autocratiques assiégés - une aventure étrangère
qui pourraient lier des groupes d'intérêt fractionnés et rassembler une riche récolte de
butin et prestige pour étayer sa position.
Un seul événement a donc amorcé le dénouement de bonnes relations entre
les empires sassanide et romain oriental - l'invasion soudaine de Kawat en grande force
à l'automne 502, à travers le secteur romain d'Arménie, puis au sud à travers le
Taureau dans le nord de la M ésopotamie où il assiégea et captura Amida, le
la plus grande ville de la zone frontalière de Rome. Deux ans de contre-offensive soutenue,
impliquant peut-être la plus grande armée jamais déployée par les Romains en un seul
campagne, contraint les Perses à rendre Amida (pour un prix) en 505 et à
accepter un armistice à la fin de 506. Le statu quo a été rétabli mais pas la bonne volonté
nécessaire pour le maintenir. 8
La guerre 502-505 a été la première de cinq guerres, chacune plus grande et plus grande
en intensité que la précédente, qui devaient de plus en plus dominer le Proche
Est au sixième et au début du septième siècle. Un long intermède de paix inquiète,
utilisé par les Romains pour renforcer leur position diplomatique sur le nord et
flancs sud des zones de conflit ainsi que pour améliorer la
défenses du sud-ouest

7 Howard-Johnston, « Les grandes puissances» 206-11; P. Heather, « Nouveaux hommes» .


8 Christensen, L'Iran 292-1, 334-53.

Page 13

XVll
SEBEOS

L'Arménie, a été suivie par leur guerre de vengeance (527-532), la deuxième de cette
série de guerres et pas plus réussie que la première. Par la suite politique
les conditions dans la steppe ont continué d'être un facteur primordial pour façonner les relations
entre les empires: la disparition du pouvoir hephtalite par 540 assurément
a encouragé Khosrov I (531-579) à lancer sa propre attaque surprise contre le
Romains cette année-là et de provoquer ainsi un troisième conflit beaucoup plus long qui
devait durer la meilleure partie de deux décennies; la création par les Turcs dans les années 550 de
un empire à cheval sur toute l'Asie centrale a forcé Khosrov à faire
d'importantes concessions diplomatiques afin d'assurer une paix durable dans le
à l'ouest et mettre un terme formel à la troisième guerre avec le traité de paix de 561;
enfin c'était une initiative diplomatique turque, offrant aux Romains une alliance
contre la Perse, qui a tenté Justin II (565-578) de faire la guerre en 572,
inaugurant un quatrième combat prolongé et intensif (572-591). le
les conséquences étaient fatales. Car, en acceptant une action offensive conjointe avec le
grande puissance nomade du nord, Justin a tranché le seul lien fort de
intérêt commun liant les deux empires, et la guerre elle-même allait
désastreusement mal dès le début.
Il y avait d'autres facteurs contributifs. À la fin du cinquième siècle,
Le christianisme corrodait les affinités traditionnelles de l'Arménie avec la Perse (et
mesures antichrétiennes sévères introduites par les Perses au milieu de la
cinquième siècle s'est retourné contre lui). Il y avait donc un danger réel et croissant que le
Les Romains pourraient peut-être attirer de plus en plus de Transcaucasie chrétienne dans
leur sphère d'influence, exposant ainsi l'Iran lui-même à une menace croissante
lignes d'attaque faciles. 9 Loin au sud, en Arabie, le rapport de force a favorisé
les Perses. Ils avaient construit un système étendu et efficace de bédouins
les alliances, gérées principalement par une dynastie de clients privilégiés,
les Nasrides de Lakhm, de Hira, sur le bord de l'allu- mésopotamien inférieur
vium. Au début du sixième siècle, les forces arabes dirigées par le Lakhm
étaient clairement supérieurs à l'éventail de clients arabes locaux protégeant le désert de Rome
façade, exposant ainsi la Syrie et la Palestine à des attaques directes à travers la
désert. Les deux menaces militaires croissantes, que pour les Sassanides dans le nord, et que
aux Romains du sud étaient durs

9 Deux défections ont démontré que le danger était réel dans les années 520: le nouveau roi de Lazica,
Tzath, est venu à Constantinople pour le baptême et l'investiture en 521 ou 522; le roi ibérique, Gurgen,
a transféré son allégeance aux Romains vers 525 (Greatrex 132-3 137).

Page 14

xviii CONTEXTE HISTORIQUE

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 7/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

à contrer: aucune des deux arènes ne présentait de sérieux obstacles naturels à une
attaquant; le cordon de fortifications protégeant la Syrie et la Palestine, institué à
la fin du IIIe siècle avec la fonction de police des mouvements le long de la
frontière du désert, avait été éclaircie et ne pouvait pas faire face à une attaque en
Obliger; et il y avait une pénurie dangereuse de défenses artificielles en Arménie
qui aurait pu réduire la perméabilité de la zone frontière et agir comme un
dissuasion efficace contre les attaques.
Conscience mutuelle de la vulnérabilité croissante sur un flanc et tentante
perspectives de gain de l'autre, introduit une sensibilité nouvelle et dangereuse et
volatilité des relations internationales. Quelque chose qui ressemble à un grand jeu développé
sur toute la longueur de leur frontière mutuelle, chaque côté cherchant à gagner ou
contrer un avantage. M ais malgré tous leurs efforts, les Perses
leur prise de possession temporaire de Lazica dans les années 540 (avec le long terme
possibilité de menacer Constantinople par mer) et pour les Romains dans leur
atteindre une domination éphémère du désert du nord dans les années 550 à travers
leurs nouveaux clients arabes prééminents, les Ghassan, la position géopolitique au
l'ouverture de la quatrième et avant-dernière guerre perso-romaine en 572 était
avait été au début du sixième siècle. 10 M ais les attitudes avaient été
durcie, notamment par une militarisation croissante des deux sociétés instituées
par les programmes de réforme des jeunes dirigeants rivaux dans les années 530, Khosrov I et
Justinien I, qui poursuivait le même objectif d'augmenter les rendements fiscaux par différents
veux dire."

(iii) Fin du sixiè me siè cle

Le premier événement notable du passé récent enregistré par Sebeos fut le


assassinat du gouverneur militaire ( marzpan ) de Persarménie en février
572 par les insurgés arméniens, qui a déclenché le quatrième conflit perso-romain
du siècle. Il accélère ensuite tout le cours de la guerre, notant
fugitivement quelques engagements qui ont eu lieu en Arménie, afin de clôturer
rapidement avec le premier épisode substantiel de son récit, la convulsion politique
de l'empire sassanide (589-591) qui mit fin à la guerre. De cela
point sur il fournit un régime relativement riche et varié de notices historiques, presque

10 Whitby, empereur Maurice 197-202,207-18,250-4.

Page 15

xix
SEBEOS

entièrement axé sur la fortune de l'Arménie, les troupes arméniennes et noté


Nakharars arméniens au cours des deux décennies et demie suivantes, avec un
digression importante dans l'histoire intérieure sassanide. Puisque sa couverture est à la fois
fragmentaire et parfois arrangé de manière déroutante, il est nécessaire de donner un
résumé historique de la période. 11
Les principales raisons de la détérioration évidente des relations des
les grandes puissances du sixième siècle ont été décrites ci-dessus. Le turc
l'initiative diplomatique de 568/569 a été le principal déclencheur de la quatrième guerre. M ais
il se passait bien d'autres choses à l'époque, alors que le grand match atteignait son apogée. Justin
II était en contact secret avec des dissidents en Persarménie où
les loyautés étaient maintenant si effilochées qu'il y avait une réelle perspective de
tout le pays agité en rébellion contre la domination sassanide. Le vieux Khosrov I
Anush Ёгиап («de l'âme immortelle») était, cependant, plus que son match. Il
contre-attaqué diplomatiquement dans le sud, imposant une domination directe sur le sud
L'Arabie en 570/571 et, à l'été 573, réussit à suborner le Ghassan,
Les principaux clients arabes de Rome. Dans le nord-est, il réussit, par des moyens inconnus,
d'interrompre ou d'arrêter l'attaque turque (il n'y a aucune preuve qu'elle s'est matérialisée
cue en 573). Bien que les Persarméniens se soient levés en 572 et aient réussi, avec
L'aide romaine, en s'emparant de la capitale, Dvin, la rébellion fut contenue. Puis dans
573, l'armée de Khosrov a balayé l'Euphrate (le Ghassan ayant fondu)
et a pris l'armée romaine par surprise près de Nisibis, tandis que le Lakhm, la Perse
Des clients arabes ont fait irruption en Syrie. La victoire globale obtenue en
cette campagne a permis aux forces perses, au cours des années suivantes, de
se concentrer sur le rétablissement du contrôle ferme de Persarmenia (atteint à la fin
de 577) puis de prendre l'offensive au sud du Taurus. Après un intermède
en 579, lorsque les combats cédèrent à la diplomatie, les Romains lancèrent une offensive
de leur propre (580-581) qui a abouti à une attaque directe sur
La M ésopotamie, mais les défenses perses se sont révélées très efficaces. Par la suite la guerre
s'installe dans l'un de l'attrition dans le nord de la M ésopotamie.
Au fur et à mesure que les 580 avançaient, les deux puissances étaient confrontées aux problèmes de leur nomade
voisins sur d’autres frontières. Les Avars entreprirent la conquête des Balkans,
descendant la vallée du Danube puis, à partir de l'automne 586,
attaquer Thrace. Les dégâts qu'eux et leur slave

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 8/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

11 Whitby, Empereur Maurice 138-82 (Balkans), 250-307 (P roche-Orient), complété par des
notes 4,5,7-12,15-19,22-24 ci-dessous.

Page 16

11 Jones, le dernier Empire romain 1 278-85; Rubin, «Réformes».

Page 17

XX CONT EXT E HIST ORIQUE

causée par les voisins était si grave que les troupes ont dû être redéployées
front oriental en 587. A peu près au même moment, les Sassanides ont été contraints de
déployer une grande armée de campagne, sous le commandement de Vahram Ch'obin, dans le nord-est
pour faire face aux T urcs. La tension de la longue guerre se révélait désormais des deux côtés. Premier romain
les troupes de l'Est, irritées par certaines mesures d'économie annoncées en 588, ont organisé une
mutinerie en sourdine, ou ralentissement militaire, se limitant principalement à défendre leur
positions. Puis une crise plus grande éclata dans l'empire sassanide sous le nom de Vahram Ch'obin
revenait victorieux de l'est. À la fin de 589, il s'est rebellé contre Khosrov
fils et successeur, Ormizd, rendu impopulaire par le contrôle strict de la
administration et des dépenses imposées par la guerre. Alors que l'armée de Vahram avançait
une route détournée sur la capitale, Ctésiphon, les loyalistes sassanides ont déserté Ormizd pour
rassemblement autour de son fils Khosrov II Aprucz ('victorieux'), intronisé le 15
Février 590. Mais comme sa position militaire n'était pas plus forte que celle de son père, il
fut bientôt contraint de fuir vers le territoire romain et de demander l'aide romaine pour
récupérer son trône. Après de longs débats et en échange de très
concessions territoriales en T ranscaucasie, qui étendraient la domination romaine sur la
plus grande partie de l'Arménie et de la péninsule ibérique, les Romains se sont engagés à sa cause
à l'été 590 et, en collaboration avec les forces loyalistes perses, le rendit
puissance dans une opération bien planifiée mise en œuvre l'année suivante.
La décennie suivante a été témoin d'un degré sans précédent de coopération entre
les grandes puissances, qui limitaient considérablement la liberté de manœuvre traditionnellement
apprécié par les nakharars. Il n'y avait plus de refuge sûr de l'autre côté de la frontière depuis
ceux qui étaient tombés sous le coup de l'un ou l'autre ensemble d'autorités impériales. S'il y avait un
danger d'insurrection armée (comme en 594, dans le secteur persan), le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 9/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
les forces militaires des deux côtés se combineraient pour l'étouffer. Les politiques aussi étaient
harmonisé. Les deux empires ont cherché à attirer un nombre substantiel de combattants dans
leur service. Ainsi, ils ont tous deux amélioré leur propre puissance militaire et rendu
L'Arménie un peu plus souple. Il n'était pas question, cependant, de leur cadre
pour démanteler l'ordre social traditionnel, hiératique et particulariste de l'Arménie (un
plan attribué à l'empereur Maurice par Sebeos). Romain et persan
les autorités ont travaillé avec plutôt que contre les structures existantes. Le plus haut
les commandes ont été attribuées aux membres des plus grandes familles, Mushel
Mamikonean au service romain, Smbat Bagratuni en sassanide. Des unités entières étaient
recrutés sous le commandement de leurs chefs traditionnels, les nakharars

Page 18

xxi
SEBEOS

des localités d’où ils venaient. Il y avait aussi un élément de concurrence dans
le processus de recrutement qui a fonctionné à l'avantage des Arméniens. Ce n'était pas facile de
allouer toutes les familles nakharar , en particulier les plus grandes avec des connexions ramifiées,
proprement à l'un ou l'autre secteur. Certains avaient donc la possibilité de choisir dans quel
l'armée pour la servir et l'exercer. Certains membres juniors de la famille mamikonéenne
ainsi, tout comme un petit groupe de nakharars réfractaires et potentiellement dangereux qui étaient
offrit un choix d'autorité impériale à laquelle se soumettre en 594.
Il y avait des différences d'approche. Les Romains, avec un besoin plus urgent de
des troupes supplémentaires, en raison de la grave crise persistante dans les Balkans, étaient prêtes
pour appliquer plus de pression. Ils ont institué trois campagnes de recrutement distinctes. Le premier était
une mesure d'urgence mise en place avant la fin de la guerre à l'est, en réponse
aux succès d'Avar en 586, qui ont finalement provoqué une résistance armée, menée par
Smbat Bagratuni en 589. Le second faisait partie de la réorientation militaire
possible par les événements de 589-591, des troupes étant levées en Arménie pour rejoindre
les forces régulières romaines et les contingents arméniens transférés de la
à l'est jusqu'aux Balkans pour une contre-offensive soutenue contre les Slaves à partir de 593.
Là, ils ont servi sous Mushel Mamikonean, jusqu'à sa mort dans une lourde défaite
infligés par les Avars en 598. Enfin, dans un effort pour réparer les pertes subies
puis, des ordres ont été donnés pour lever une nouvelle force et trente mille ménages ont été
ciblé. Pas anormalement, il y avait une réticence considérable à répondre. le
Les Perses, en revanche, s'appuyaient davantage sur les incitations financières et la comparaison
attraction du service en Iran par rapport aux Balkans inconnus et dangereux. Même
ainsi, ils ont également rencontré une résistance à une occasion (en 594) et, plus tard, ont perdu
Force arménienne, stationnée à Ispahan, lorsqu'elle a déserté en masse au rebelle Vstam.
Les Arméniens ne risquaient donc pas de perdre leur semi-indépendance
dans la décennie suivant la restauration de Khosrov sur le trône sassanide en 591. Le
Les Romains étaient trop préoccupés par les problèmes militaires urgents dans les Balkans et
en Italie pour faire autre chose que d'extraire des troupes d'Arménie, tandis que Khosrov II
ne pouvait pas se permettre d'aliéner la population de ce qui restait de Persarménie, maintenant
que les Arméniens s'étaient enfin libérés de leur longue durée idéologique
dépendance de la Perse. Quant aux Romains et aux Perses, le rapport de force
déplacé sensiblement en faveur de ce dernier. Les forces rebelles de Vstam, Khosrov
oncle maternel, qui avait brièvement défié Khosrov sur le terrain en 595 avant d'être
refoulé dans les montagnes d'Elburz,

Page 19

xxii CONTEXTE HISTORIQUE

furent finalement vaincus en 601 (par une armée commandée par Smbat Bagra-
tuni). La position intérieure de Khosrov était remarquablement sûre, étant donné la
circonstances de son avènement, tandis que celle de son bienfaiteur M aurice était
se détériorer sous le stress d'une guerre incessante.

(iv) La de rniè re grande gue rre de l'Antiquité

Une mutinerie de l'armée de campagne des Balkans a précipité un coup d'État contre M aurice en
Novembre 602. M aurice a été exécuté avec ses fils (avec le possible
à l'exception de l'aîné, Théodose, qui aurait échappé).
Khosrov, qui devait son trône à M aurice, pouvait revendiquer toutes les
mobiliser cet hiver. M ais outre son désir naturel de venger son protecteur

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 10/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
et allié, il y avait des raisons d'État qui l'encourageaient à partir en guerre: le
les concessions territoriales extraites par M aurice avaient gravement affaibli la Perse, non
uniquement en accordant aux Romains la moitié de la Transcaucasie mais aussi en
leur donnant le contrôle de toute la longueur du Taureau arménien et donc de
les routes directes reliant les théâtres de guerre arménien et mésopotamien.
Les circonstances étaient également propices: les Turcs étaient entrés dans une phase de politique
introversion (qui durera jusqu'en 614) et il est vite devenu évident qu'il
était une opposition généralisée au régime du nouvel empereur, Phocas, qui
était susceptible de perturber les préparatifs militaires romains.
La guerre perso-romaine de 603-630 fut la dernière, la plus longue et la plus
violente des conflits combattus par les deux empires à la fin de l'Antiquité. Puisque c'est
la pièce maîtresse de l'histoire de Sebeos et il fournit beaucoup de valeur, si à
fois disloqués, des informations, il vaut la peine de les décrire en détail. 13 Le
le lecteur du texte et de ses notes historiques associées pourra ainsi placer
épisodes individuels dans leur propre contexte historique.
Il y avait trois phases clairement différenciées à la guerre. La première,
s'étendant des actions d'ouverture du printemps 603 à la fin de l'été 610, était un
phase d'attrition. Sans distractions sérieuses sur son nord ou nord-est
frontières face aux steppes, Khosrov a pu concentrer ses forces
l'ouest. Ses objectifs initiaux, la forteresse avant menaçante de Dara en
le nord de la M ésopotamie et les territoires

13 Ce qui suit est un résumé des conclusions tirées m Commentaire historique, nn 25-45,
47 ci-dessous. Une analyse complète de la troisième phase est présentée dans Howard-Johnston, 'Heraclius' P ersian
Campagnes » .

Page 20

XX111
SEBEOS

en Transcaucasie qu'il avait été contraint de céder aux Romains en 591,


atteint au cours des trois premières années de combat. Puis, après un recrutement généralisé
en 606, il lance simultanément des offensives majeures dans les deux théâtres de
guerre avec des forces qui étaient maintenant probablement considérablement plus grandes et certainement
mieux motivé que les forces romaines qui leur font face. En 610, l'ensemble de la
Le secteur romain de l'Arménie et le nord de la M ésopotamie étaient aux mains des Perses.
Seul l'Euphrate, la ligne de défense la plus intime des Romains, se tenait entre
eux et l'intérieur de l'Anatolie dans le nord ou les riches provinces de Syrie et
Palestine dans le sud.
Les divisions politiques au sein de l'empire romain oriental ont contribué à la
Succès persan en 603 et 604 - depuis le commandant en chef des Romains
Le Proche-Orient s'était rebellé contre le nouveau régime de Phocas au centre et
coopéra avec les Perses, privant ainsi la garnison assiégée de
Dara de toute perspective de soulagement dans un délai raisonnable. Un deuxième tour de
conflit, cette fois beaucoup plus large dans sa portée, a fatalement affaibli le
effort défensif en 610. Le gouverneur de l'Afrique du Nord, l'aîné Héraclius, avait
a lancé une révolte visant à renverser le meurtrier et successeur de M aurice
Phocas environ deux ans plus tôt. La révolte avait progressivement pris de l'ampleur, comme
L'Egypte a été conquise et la propagande anti-gouvernementale
effet considérable sur la Syrie et la Palestine. Il a maintenant culminé dans un naval direct
attaque de Constantinople qui, en l'occurrence, rencontra peu de résistance et installa
son commandant, le jeune Héraclius, comme empereur en octobre 610.
couverture de ces événements dramatiques et distrayants, les Perses ont traversé la
Euphrate et envahi le nord de la Syrie, atteignant la côte méditerranéenne
au-delà d'Antioche. Un an plus tard, ils se sont enfoncés profondément en Anatolie et ont saisi
Césarée de Cappadoce. C'étaient les campagnes d'ouverture de la deuxième
phase de la guerre (610-621), une phase dans laquelle le rythme de l'avance perse
s'est nettement accélérée une fois qu'une nouvelle menace turque en Asie centrale
contré avec succès à la fin de 615.
L'empire romain était maintenant divisé en deux. Le haut commandement militaire
a été gravement gêné par le fait de devoir compter sur le transport maritime pour déplacer des troupes
entre l'Anatolie et les provinces au sud de la tête de pont perse dans le nord
Syrie. Les Perses détenaient l'initiative stratégique et pouvaient frapper à volonté contre
l'une des deux moitiés de l'empire. Cette situation difficile a été rendue
permanent lorsque le contre-poussée d'Héraclius de 613, visant à récupérer une terre
couloir dans la région de

Page 21

XXIV CONTEXTE HISTORIQUE

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 11/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Antioche
Les Perses ont a échoué
fait bon et leur
usage de il a été contraint
position, les de se replier
premiers sur l'Anatolie.
à traverser le la Syrie
le sud de
(Damas est tombé en 613) à la limite nord de la Palestine où ils ont fait
Césarée leur base avant. Leur attention est restée concentrée sur le Proche-Orient
en 614, où ils ont attaqué et capturé Jérusalem. Dans les années suivantes, il
oscillait entre les deux agrégats restants du territoire romain en Asie, en
une manière qui a réussi à dérouter les Romains et à les empêcher de
anticipant les futurs mouvements persans. En 615, l'Anatolie a été traversée par un
force expéditionnaire qui a atteint le Bosphore. En 616, la Palestine était
mis sous domination directe perse, dans une opération impliquant probablement un
démonstration de force et grande dextérité dans la manipulation des différents locaux antagonistes
groupes religieux. Une double invasion de l'Anatolie en 617 semble avoir agi comme un
opération de diversion à grande échelle avant l'invasion réussie de l'Égypte. le
L'emprise romaine sur l'Égypte était appréciée lorsque Alexandrie est tombée en 619.
deux ans, l'ensemble de l'Égypte avec ses immenses ressources était solidement détenu par
les Perses.
L'Égypte était le plus riche des prix capturés dans la deuxième phase de la guerre.
Les Perses pouvaient désormais compléter leurs propres ressources par celles des
tout le Proche-Orient romain alors qu'ils planifiaient la troisième et dernière phase de la guerre.
De leurs positions avancées sur l'Euphrate supérieur et en Cilicie, ils
prêt à envahir l'Anatolie et à avancer vers le centre nerveux de la
Empire romain, Constantinople. Ils avaient pris contact avec les nomades Avars
qui avait établi un État puissant en Europe de l'Est, centré sur la
Plaine hongroise, et avait l'intention de coordonner les opérations avec eux. En premier
les choses se sont déroulées comme prévu. Les Perses ont attaqué de l'est en 622 et
entreprendre la conquête systématique de la lisière nord du plateau anatolien,
tandis qu'une force d'avancée réduisit l'armée de campagne romaine, sous l'empereur
Le commandement personnel d'Héraclius, en Bithynie où il exerçait.
Héraclius a peut-être réussi à éclater et à gagner un mineur
succès, mais il fut bientôt contraint de se dépêcher de retourner à Constantinople lorsque le
Les Avars ont attaqué en force dans l'ouest. L'avance perse a continué le suivant
année, atteignant le segment nord-ouest du plateau anatolien où
Ancyra a été capturée. Héraclius a été détenu à l'ouest, engagé dans la
tâche difficile et périlleuse d'essayer de rafistoler les relations avec les Avars.
Puis vint l'un des renversements de fortune les plus étonnants des annales de
guerre. Héraclius s'est détaché de son propre territoire et

Page 22

XXV

SEBEOS

attaqué avec ce qui restait des armées de campagne romaines. Les troupes qui avaient
subi défaite après défaite dans les deux premières phases de la guerre avait maintenant été
transformé en une force bien entraînée, rapide et très motivée.
La plus grande réalisation d'Héraclius était de reconstruire leur moral. Ce qu'il a fait
à l'aide d'un thème développé par des ecclésiastiques arméniens au moment de
La résistance armée de l'Arménie à l'imposition forcée du culte zoroastrien
au 450-451. La guerre, insista-t-il, était une guerre sainte; la mort au combat apporterait
la couronne de martyre à ses hommes et l'accès direct aux récompenses de
paradis. Au printemps 624, il envahit la Transcaucasie, où il devait rester pour
près de deux ans, causant autant de dégâts et de perturbations que possible,
déjouer les trois armées perses envoyées pour le piéger en 625,
convoquant les chrétiens du nord pour aider l'empire chrétien en son heure de
besoin, et s'efforçant d'amener l'empire turc ressuscité dans la guerre contre le
Côté romain. Il a survécu à la crise suprême de la guerre en 626, lorsque deux
Les armées perses ont envahi l'Anatolie et une force avar massive assiégée
Constantinople, et retourna en Transcaucasie en 627. Les Turcs avaient répondu
son appel et était intervenu, occupant l'Albanie et envahissant la péninsule ibérique.
Héraclius rencontra le Yabghu Khagan, vice - roi du souverain suprême de la
Empire turc, en dehors de Tbilissi (Tp'khis), que l'armée turque était
assiégeant, au cours de 627. Le but du sommet était évidemment de
planifier des opérations conjointes contre les Perses. Puis Héraclius s'est déplacé vers le sud
vers les montagnes du Zagros, sa sécurité et celle de ses troupes garanties par
la présence d'une force turque massive. En octobre, alors que l'hiver approchait, le
Les Turcs se retirèrent au nord, et Héraclius, d'un coup audacieux qui prit les Perses
complètement par surprise, frappé au sud à travers les montagnes, a remporté un
victoire dans la région de Ninive (le 12 décembre), et avança rapidement vers
la région métropolitaine, sapant ainsi le prestige de Khosrov et
encourager l'opposition à lui à la cour et dans le haut commandement militaire.
Après deux mois de pressions militaires et politiques soutenues, Khosrov a été
déposé dans un putsch pratiquement sans effusion de sang , dirigé par son fils aîné Kawat П, le
la nuit du 23 au 24 février 628. Aussitôt le nouveau roi demanda la paix.
Les négociations se sont avérées difficiles, mais finalement les forces d'occupation perses
évacué le Proche-Orient romain (en 629). Le retour de la paix et la victoire de
l'empire chrétien sur son adversaire zoroastrien ont été officiellement célébrés
le 21 mars 630 lorsque Héraclius fit une entrée cérémonielle à Jérusalem
ramenant les fragments de la Vraie Croix de la captivité perse.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 12/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Page 23

XXVI
CONTEXTE HISTORIQUE

(v) Les conquêtes arabes

Telle est l'histoire dramatique de la dernière grande guerre de l'Antiquité, à laquelle


Sebeos est l'un des témoins les plus importants. C'était une guerre totale. Chaque
antagoniste a engagé toutes les ressources disponibles, matérielles, humaines et idéologiques,
à la lutte. Les puissances nomades du nord, Avars et Turcs, ont été attirées
dans, et il y a eu des répercussions importantes dans l'ouest et le sud. As East
Le prestige romain a chuté dans le monde méditerranéen et ses
arrière-pays nord, les peuples non romains se sont installés dans l'ancien
les territoires ont été libérés de la soumission idéologique à l'empire. En Arabie
aussi, les nouvelles du nord s'imposaient dans l'esprit des hommes. Les établis
l'ordre mondial était manifestement en train de s'effondrer, signe clair pour certains que la fin
le temps était proche. Un sentiment de catastrophe imminente était un élément important au début
prédication de M uhammad, avant la Hijra («émigration») à M édine en 622. En
les paroles à court terme de M uhammad n'ont eu un effet profond et transformateur que sur
ses auditeurs immédiats à la M ecque, mais avant longtemps ils refondraient la politique
ainsi que des idées dans une région importante d'Arabie, et les conséquences de cette
affecterait l'ensemble de l'Eurasie occidentale.
Rarement, voire jamais, dans l'histoire de l'humanité, l'ordre politique
une vaste zone a été transformée si radicalement en si peu de temps que celle de la
Proche-Orient dans les deux décennies qui ont suivi la mort de M uhammad en 632. Le
exploits extraordinaires de la république néerlandaise à la fin du XVIe et du XVIIe
les siècles sont minuscules en échelle, tandis que les seuls phénomènes
l'antiquité classique, l'essor et l'expansion de la Grèce ou de Rome, ont été lents
processus comparé à celui de la oumma (communauté musulmane) fondée par
M uhammad.
On ne peut douter de la signification des conquêtes arabes qui
le thème central de la troisième et dernière partie de l'œuvre de Sebeos. Les établis
l'ordre mondial binaire en Eurasie occidentale a été détruit en quelques coups. Les deux
principales ressources agricoles du Proche-Orient, les alluvions mésopotamiennes
et la vallée du Nil, ont été annexées. Le pouvoir militaire sassanide a été brisé et le
l'empire a absorbé le tout. L'empire romain oriental a été dépouillé de son riche proche
Provinces de l'Est et refoulées derrière les défenses montagneuses d'Anatolie,
maintenir une indépendance précaire à un coût économique et culturel élevé
la marge du nouvel empire islamique. Cet empire, initialement légèrement gouverné
d'un petit nombre de bases militaires largement séparées,

Page 24

xxvii
SEBEOS

a commencé à acquérir une véritable emprise bureaucratique sur ses sujets dès la fin du
septième siècle. Il a créé un vaste marché unique dans lequel sans entraves
l'entreprise marchande a stimulé trois siècles de croissance économique et
urbanisation extensive dans l'intérieur du continent (y compris la Transcaucasie).
Les idées pourraient également circuler largement et relativement librement (en dehors de l'Arabie, où
L'Islam a été imposé). Confiants dans la force intellectuelle et religieuse de leur
confession, les Arabes ont laissé sa propagation aux forces du marché culturel (avec un peu
help) et ces forces se sont révélées remarquablement efficaces au cours de la prochaine
générations. 14
Les causes d'un phénomène aussi extraordinaire ne sont pas difficiles à identifier. Premier
et avant tout, il y avait l'impulsion donnée par la nouvelle foi avec ses
monothéisme impressionnant et austère. Cela ne devrait pas surprendre
à propos d'une coalescence de groupes fractionnés basés sur la parenté sur une
proportion de l'Arabie, ni qu'elle a induit une discipline sans précédent et
engagement chez les soldats qui savaient qu'ils étaient les agents terrestres d'Allah et
mettaient en œuvre son plan pour l'humanité. L'hésitant, les escarmouches
le caractère de l'engagement bédouin traditionnel a été mis de côté. Le petit, basique
unités de vie bédouine, familles élargies mobiles, fluides, adaptables,
selon un code de valeurs partagé dans un cadre de tribus lâches,
ont été soudés ensemble en grandes forces de combat efficaces. 1: 1 Ce processus avait
déjà mis en marche par les actions des puissances organisées, perses et
Roman, à la périphérie de l'Arabie. Alors qu'ils cherchaient à projeter leur influence
dans l'intérieur par le biais du lien de clients arabes, le flux de favoritisme et d'argent
ont affecté l'ordre social traditionnel, renforçant l'autorité, induisant une plus grande
cohésion sociale - un effet qui s'est répercuté vers l'extérieur dans ce qui était

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 13/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
système concurrentiel et segmentaire.
Une fois la bonne coagulation obtenue et une grande cavalerie très motivée
les forces pourraient être déployées depuis l'Arabie, les deux empires voisins
étaient stratégiquement vulnérables. La façade du désert de Rome était en vigueur
indéfendable, compte tenu de sa longueur, l'absence de défenses naturelles (en dehors de la
redoute naturelle centrale des hauteurs du Golan, Jabal Hawran et les
harras), et l'avantage des lignes intérieures dont jouissent les Arabes. La Perse était dans un
position plus forte, avec une ligne de défense naturelle le long de l'Euphrate et des canaux
et des canaux d'irrigation empêchant le mouvement dans les alluvions centrales. M ais le
Les Sassanides comptaient

14 Kennedy, prophète ; Donner, Conquêtes ; Lombard.


15 Lancaster et Lancaster, « Tribal Formations» .

Page 25

XXV11 CONT EXT E HIST ORIQUE


1

encore plus que les Romains sur les clients arabes pour garder le désert
approches et le nouveau système de clientèle multiple, introduit dans la première décennie
du septième siècle au lieu de leur dépendance précédente à un seul et premier client
(le Lakhm), n'était pas insensible à l'appel de l'Islam. Avec plusieurs groupes clés
changeant de camp, la défense avant perse a été gravement affaiblie et les Arabes
acquis de précieuses connaissances locales pour les guider à travers le pays irrigué
au-delà de l'Euphrate.
L'importance du phénomène de l'expansion arabe peut être incontestable,
et le processus peut être susceptible d'être expliqué dans les lignes suggérées ci-dessus, mais
le processus lui-même est difficile à documenter. Car un doute sérieux a été jeté sur la valeur
des documents volumineux sur les conquêtes présentés dans les sources islamiques, et
il y a très peu de matériel non islamique d'une valeur démontrable à mettre à sa place. 16
C'est un vide que Sebeos peut partiellement combler, comme l'ont réalisé deux islamistes de premier plan
il y a plusieurs années. 17 C'est le plus grand service rendu par Sebeos jusqu'à nos jours
les historiens. Avec l'aide des informations qu'il fournit, il devient possible
d'analyser le processus d'expansion, de le décomposer en une série de
campagnes, et pour déterminer dans quelle mesure elles ont été planifiées et
coordonné. C'est une tâche entreprise dans les notes historiques de la troisième section de
Les travaux de Sebeos, dont les résultats peuvent être résumés comme suit.
Le compte rendu des événements de Sebeos, complété par d'autres sources chrétiennes,
suggère fortement que les forces musulmanes étaient concentrées contre un seul grand
cible à la fois. Ce fut d'abord la Palestine et la Syrie, qui furent ouvertes à l'invasion
et l'occupation par au moins trois batailles livrées en 634 et 635. Puis ce fut le tour
de Mésopotamie, où une poussée initiale dans les alluvions en 636 a conduit à un
contre-attaque désastreuse sassanienne en hiver 637-638 et la chute de la capitale,
Ctési- phon. dans la première moitié de 640 (elle-même suivie, dans les deux ans, par la
conquête du Khuzistan). Les cibles suivantes étaient l'Égypte, largement dépassée par la fin du printemps
641 (lorsque la question de savoir s'il faut ou non poursuivre la résistance a contribué à
grave crise politique à Constantinople), et le plateau iranien, conquis
au coup par coup 643-652 après la bataille de Niha- baguette (642) avait ouvert pratique
routes d'invasion. Enfin, les forces ont été regroupées pour un grand assaut terrestre et maritime
sur l'empire romain croupion en 654.

16 Noth / Conrad.
17 Crone / Cook, Hagar ism 8.

Piste 26

XXIX
SEBEOS

Il est évident, même à partir de ce plus bref aperçu, qu'il y avait


coordination des opérations, ce qui implique à son tour une planification stratégique globale.
De là, sans aucune autre preuve, on pourrait légitimement en déduire que
l'autorité effective était exercée à partir du centre, vraisemblablement par le
les leaders reconnus de la communauté musulmane, les successeurs de Muhammad, les
Califes Rashidun. Le fait qu'ils aient exercé une autorité politique est clairement indiqué par Sebeos
(ils sont désignés rois et sont supérieurs à Muawiya, le redoutable gouverneur de
Syrie). Il déclare également sans ambiguïté qu'ils étaient en charge générale de l'armée
planification, une proposition de réorientation des forces de l'extrémité nord-est de
Iran (après la défaite, la fuite et la mort du dernier souverain sassanide, Yazkert III, en 652)
à la Méditerranée, avec ce qui restait de l'empire romain oriental désigné
leur prochaine cible. Il y a trois références distinctes à la gestion du calife de
ce processus complexe. La conclusion inéluctable que l'islam naissant

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 14/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
la communauté avait des pouvoirs de type étatique qui étaient très efficaces en temps de guerre
occasion trop de surprise. Après tout, plus d'un siècle plus tôt, Yusuf, dirigeant juif de
Himyar (522-525), avait démontré la capacité organisationnelle du préislamique
l'Arabie du sud dans une série d'opérations bien coordonnées qui ont imposé son autorité
sur le Yémen dans quelques mois. La royauté effective n'était pas nouvelle en Arabie. 18

Sebeos termine son histoire avec une ruée vers les informations récentes et contemporaines
événements dans son large champ de vision. Tout tourne autour des avancées de
Arabes, qui ont frappé l'Arménie pour la première fois en 640 et 643. Parallèlement au bilan
Succès arabes, on rend compte des réactions en Perse, T ranscaucasie et
l'empire romain oriental. Alors que la crise continuait et s'intensifiait, il y avait
désaccord croissant sur la manière de répondre à la fois parmi les nobles arméniens et
dans le cercle de gouvernement à Constantinople. Puis, en 654 et 655, le soulagement est venu. UNE
série de revers - avant Constantinople, en Cappadoce, dans Media, Iberia and the
Caucase - a donné un espoir éphémère aux non-musulmans.
À court terme, l'espoir était justifié. Le monde musulman a implosé. UNE
une lutte prolongée (656-661) pour la prééminence s'est déroulée entre
Le cousin et gendre de Muhammad 'Ali, qui avait le soutien de ° f important
intérêts en Arabie, en Irak et, initialement, en Égypte, et à Muawiya solidement ancrés en
Syrie et Palestine. Les Romains, ou

Robin, « La Tihama» .

Page 27

XXX
CONTEXTE HISTORIQUE

Byzantins comme nous devrions maintenant les appeler (maintenant qu'ils ont été réduits
à un état croupion), ont saisi l'occasion d'affirmer leur autorité sur Trans-
caucasienne et unir ainsi la chrétienté orientale face à l’islam. M ais, comme
Sebeos note dans l'un des trois postscripts, la guerre civile s'est terminée dans le
victoire globale de M uawiya, impliquant un peu plus d'effusion de sang
selon lui, ce qui est admis par les traditions islamiques. Le succès de M uawiya
augure mal pour l'avenir.
Avant longtemps, les Arabes étaient à nouveau les maîtres politiques de la Trans-
Caucase. Ils ont repris leur mouvement vers l'extérieur, avec Byzance comme leur
cible la plus prestigieuse et la mieux placée. Les Arméniens avaient
apprendre à fonctionner dans le nouveau monde islamique, en s'appuyant finalement sur
les solidités montagnardes, la seigneurie locale profondément enracinée et la nouvelle religion qui
ils s'étaient imprégnés du monde romain à la fin de l'Antiquité pour maintenir leur
identité et semi-indépendance. Les Byzantins entraient dans une ère longue et sombre
de lutte militaire, dans laquelle l'engagement sans réserve du paysan
masse de la population et les techniques de combat de guérilla devaient jouer un rôle
partie. 19

19 Laurent / Canard; Whittow, Byzance orthodoxe.

Page 28

II. LE TEXTE ARMÉNIEN

(i) Le s manuscrits

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 15/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Le texte traduit ci-dessous
Constantinople a été
en 1851 sous le publié pour la première
titre «Histoire fois
de l'évêque par T'adeos
Sebeos M ihrdatean en
sur Héraclius».
Puisque l'élément dans les deux manuscrits qu'il a utilisés n'a ni auteur ni titre,
l'attribution nécessite quelques explications. En fait, M ihrdatean n'a pas été le premier à
pense qu'une œuvre perdue mentionnée dans les textes arméniens médiévaux avait été
découvert. Brosset dans son rapport de voyages en Arménie et en Géorgie en
1847-1848 avait déjà brièvement décrit le travail, notant que de l'avis de
Jean Chakhatounof [Yovhannes Shahkhaf unean] c'était l'histoire de
Sebeos. 1 Shahkhat'unean avait ainsi identifié le texte en 1833 dans sa description de
un manuscrit écrit en 1672 dans le monastère de Jean-Baptiste à Bitlis, maintenant
dans le M atena- daran, non. 2639. 2 Dès 1831, dans une lettre du 15 mai,
il se réfère à la description de la construction de l'église de Zuart'nots '' dans le
Histoire de Sebeos ». 3
Ce manuscrit, M at 2639 [désormais A] était l'un des deux M SS utilisés
par M ihrdatean pour son édition de 1851. L'autre était un ancien M S, daté de 1568,
qui a maintenant disparu. A reste le plus ancien témoin survivant de la
Histoire attribuée à Sebeos, et de lui toutes les autres copies connues en découlent. C'est un
manuscrit célèbre, contenant des textes d'autres historiens, et le plus ancien
textes complets de Lazar P'arpets'i et Koriwn. 4 Les abbés du monastère de
Saint Jean-Baptiste, Amir- dolu, "a joué un rôle important dans la préservation
d'œuvres historiques arméniennes en faisant des copies d'anciennes, maintenant perdues,
codex. 5 5 Corruption d' Amlordi, «fils du stérile».

1 Brosset, Rapports 49-55.


2 La description de Shahkhat'unean est dans Mat 3801; voir Abgaryan, Ananun 27.
3 Abgaryan, Ananun 15, nl P our la construction de Zuart'nots'see 147.175.
4 Des fragments antérieurs de ces écrivains, mais pas des textes complets, sont connus.
5 Mat 2639 a été copié à partir d'un texte en ancien script oncial [erkat 'agir, d' où la confusion de
e lettres M et T], qui manquaient de quelques pages; voir la description dans Abgaryan, 32. P our le

rôle de ce monastère dans la préservation des textes arméniens voir Akinean, Bateshi Dprots'e.

Page 29

ХХХ LE TEXTE ARM ÉNIEN


11
L'état actuel de A ne correspond cependant pas à
celle du manuscrit écrit en 1672. La première description
a été faite vers 1675 par Vardan Balishets'i, qui avait fait rédiger le M S. Il
listes: Agat'an- gelos, M ovses, Elishe, l'histoire de Nerses [Catholicos], tazar
P'arpets'i, Khosrov. 7 En revanche, dans la description de l'État membre, puis à
Ejmiatsin, dans le catalogue de 1828 établi par M anuel Gyumush- khanets'i,
son contenu est répertorié comme: Agat'angelos, M ovses Khorenats'i, Elishe, tazar, 'un
Histoire anonyme », x Koriwn. Examen plus minutieux de la SP par Abgaryan
a indiqué que le [sans titre] Koriwn, Life ofMash tots ' est dans une main différente
de celle des éléments précédents. Il a été écrit par un Grigor dont la main est
reconnaissable dans d' autres manuscrits et qui est né en 1670. 8 Par conséquent , la
La SM originale s'est terminée par le «Khosrov» de Vardan. La raison de cette attribution est
inconnue. 9

(ii) Conte nu du te xte

Avant que la discussion ne porte sur l'identité de l'historien, il peut être utile
brièvement pour décrire le texte en question. M ihrdatean a divisé le texte, qu'il
publié en 1851 comme `` Histoire de l'évêque Sebeos sur Héraclius '', en trois
sections, bien que le manuscrit A ne comporte pas de telles divisions. Les deux premiers
les sections qu'il attribue à un «anonyme»; seule la troisième section a-t-il intitulé
«Histoire de Sebeos». M ihrdatean a noté qu'il y avait quelques titres dans le texte
de son manuscrit, mais qu'il était lui-même responsable de la division du
troisième section en 38 chapitres et pour l'information dans les en-têtes de ceux
chapitres. Dans son édition de 1939 de l'Arménien

7 Abgaryan, « Remarques» 209.


8 Abgaryan, « Remarques» 210-11.
9 P lusieurs Khosrov sont connus. S'il s'agit du nom de l'auteur supposé, le seul plausible
ce contexte est un « historien Khosrov» mentionné par son nom uniquement dans les listes d'historiens arméniens par
Kirakos Gandzakets'i du XIIIe siècle et Mkhit'ar Ayrivanets'i du XIVe siècle.
Voir la discussion dans Abgaryan, Ananun 26. Shahkhat'unean mentionne dans une lettre du 25 avril 1847
au Catholicos Nerses qu'il a entendu parler d'un texte de Khosrov dans un MS à Astraxan (Abgaryan, ibid). Mais
aucune Histoire de Khosrov n'a jamais été mise au jour. Abgaryan (`` Remarques '') avait suggéré que l'auteur
peut-être Khosrovik, un clerc du septième siècle de l'église de St Hfip'sime. Cette opinion il
rétracté plus tard.
Si « Khosrov» est le titre de l'ouvrage, il est plus approprié que [History of] « Heraclius» , mais le fait toujours
ne pas couvrir l’ ensemble de cette histoire. P our l'importance du shah Khosrov dans le livre, voir le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 16/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
section ci-dessous, « Sebeos comme historien» , lxii.

Piste 30

XXX
SEBEOS je vais

texte, M alkhasean a subdivisé certains de ces 38 chapitres, créant un total de 45


pour l'Histoire et 52 pour l'ensemble du texte. Dans l'édition critique, Abgaryan
a conservé les divisions et les rubriques de M alkhasean.
Les deux premières sections de M ihrdatean n'étaient pas entièrement nouvelles pour les chercheurs
Histoire arménienne. La première, maintenant communément appelée `` l'histoire primaire '',
propose une version du règlement de l'Arménie par l'éponyme arménien
ancêtre Наук 'et ses fils, plus un récit de la montée des Parthes, qui
ont des parallèles avec les informations données par M ovses Khorenats'i. 10 Le second
présente une liste des rois des Arméniens, des Perses et des Grecs, ainsi qu'un
compte de l'origine du clan mamikonean, basé sur M ovses et
le dernier Step'anos Taronets'i (Asolik). 11
C'était la troisième et majeure partie du texte publié par M ihrdatean qui
était nouveau. 12 Pour la première fois, une source précieuse pour l'histoire de l'Arménie dans le
le sixième au septième siècle est devenu disponible. En outre, cette nouvellement
le texte découvert a fourni beaucoup d'informations concernant le byzantin-iranien
conflit de cette période, l'effondrement de la dynastie sassanide et le début
conquêtes des musulmans. Par conséquent, cette Histoire 'sur Héraclius' par 'évêque
Sebeos 'a été une source fréquemment citée pour les historiens du début
M ondes byzantin et musulman ainsi que de l'Arménie, non seulement pour ses particularités
perspective mais aussi parce que les sources contemporaines en grec sont rares et
l'écriture historique en arabe commence plus tard. 13

(iii) L'attribution aux Se be os

En 1828, l'œuvre qui nous intéresse était encore «une histoire anonyme». M ais en
Liste de Shahkhat'unean de 1833 b cela devient Patmut'iwn (kartsi)

10 MX, Livre I.
11 Ces deux courtes sections ne sont pas incluses dans la traduction ci-dessous. P our les rendus disponibles
dans les langues occidentales, voir Bibliographie: Textes, sv Sebeos.
12 Dans l'édition d'Abgaryan, la section I compte 8 pages, la section II à 9 et l'Histoire propre à 113
pages. L'histoire commence au chapitre 7, qui est le « P rologue» de Mihrdatean.
13 P our l'importance historique de cette histoire, voir la section ci-dessus, `` Contexte historique '',
xi-xii, xxvi-xxx. La première traduction en allemand par Hiibschmann était fragmentaire. Le texte est
généralement cité du rendu français de 1904 par Macler. Mais toutes les traductions faites avant le
l'édition critique et le commentaire textuel complet de G. Abgaryan (publié en 1979 à Erevan) sont maintenant
dépassé. Ni la traduction italienne de Guger- otti, ni la traduction anglaise incomplète de
Bedrosian, a un commentaire.

Piste 31

8 Patmut'iwn mianhelinak ; voir Abgaryan 32. Le court travail sur Nerses ne serait pas trop
difficile à négliger.
15 Également dans Mat 3801, qui contient la liste de Manuel Gyumushkhanets'i.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 17/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Piste 32

XXXIV
LE TEXTE ARMÉNIEN

Sebeos, «l'histoire (supposée), Sebeos». Tous les doutes avaient


mis de côté en 1837, alors que dans une autre liste l'élément est clairement décrit comme
«[L'histoire] de Sebeos, évêque du Bagratunik», sur l'empereur
Heraclius ». 16 Cette attribution a été acceptée par Brosset, bien qu'il note que
le texte dans le MS était anonyme. 17
Il faut distinguer ici trois points. Un Sebeos, évêque de la
Bagratunik 'au septième siècle est connu; une «Histoire sur Héraclius» est
mentionné par plusieurs auteurs arméniens; et un historien Sebeos apparaît dans
quelques listes d'historiens arméniens. Ainsi était Shahkhat'unean correct dans
rassembler ces trois points: identifier l'Histoire dans Mat 2639
avec l'Histoire sur Héraclius, en supposant que cela a été écrit par Sebeos,
et affirmant que ce Sebeos était l'évêque Sebeos du Bagratunik '?

fa) Sebeos l'évêque


Le nom Sebeos n'est pas attesté en arménien sauf pour un évêque du
Bagratunik 'qui était l'un des signataires des chanoines du conseil de
Dvin tient en 645, «la quatrième année de Constans le pieux roi». 18 Son nom
apparaît comme numéro 8 dans la liste des 17 évêques sous le Catho- licos Nerses
III qui a confirmé douze canons en matière de discipline ecclésiastique. Il
n'est pas attestée autrement. Même la forme originale 'Eusebios' est seulement trouvée
une fois: à Agat'angelos, comme le nom d'un de ces fils de prêtres païens
que Grégoire l'Illuminateur aurait fait évêques de divers
Régions. 14 Si l'auteur de notre texte était en fait cet évêque, qui avait été
participant au concile de Dvin où des questions ecclésiastiques importantes
ont été discutés, il est remarquable qu’il n’y ait pas fait référence. le
identification de ce Sebeos connu avec l'auteur d'une histoire attribuée à
un Sebeos - qui n'a pas encore été montré comme étant le texte traduit ci-dessous -
reste simplement une supposition.

16 Dans le même Mat 3801, f.98a; voir Abgaryan 33.


17 Vu.l ci-dessus. Cependant, Brosset a commis une erreur lorsqu'il a affirmé que l'historien John
Catholicos (dont le nom arménien est Yovhannes Draskhanakertts'i) nomme Sebeos. John était
familier avec le texte - voir ci-dessous, xxxv - mais ne le nomme jamais.
18 P our la date, voir Mahe, « L'eglise» 472. P our le texte des canons et la liste des participants
évêques, voir Kanonagirk 'Hayots' II 200-15.

Piste 33

XXXV

SEBEOS

(b) Le texte des historiens ultérieurs


Le premier historien arménien à chevaucher Sebeos 19 est Lewond de la fin
huitième siècle, dont la propre histoire commence avec les invasions musulmanes de
Arménie. Dans les quatre premiers chapitres de son travail, il y a des parallèles avec le
compte rendu des événements à Sebeos, mais pas de citations directes. 20 Pas avant le dixième
siècle est-ce que quelqu'un cite mot pour mot Sebeos, pour l'histoire du neuvième siècle
par Shapuh Bagratuni - que l'on pourrait supposer contenir du matériel
pertinent pour l'histoire antérieure de cette famille - est perdu. Peu de temps après 905 T'ovma
Artsruni a écrit un compte rendu détaillé des origines et des exploits de l'Artsruni
famille noble dans la région du lac de Van. Il était redevable à de nombreux plus tôt
écrivains, qu'il n'hésite pas à adapter à ses propres fins. De nom
il ne mentionne que Movses (Khorenats'i), Koriwn et Elishc parmi
Auteurs arméniens. 21 Mais aucune de ses sources n'a copié aussi exactement
Sebeos, qui est sa principale source pour les campagnes d'Héraclius contre

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 18/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
L'Iran, la chute de la dynastie sassanide et les premières avancées musulmanes. 22
Plus tard dans le même siècle, le Catholicos Yovhannes Draskhanakertts'i
composé une Histoire qui est unique en arménien, étant la composition de
un homme qui a lui-même joué un rôle majeur dans les événements décrits. Yovhannes
a quelques brefs commentaires qui montrent une connaissance du travail de
Sebeos, mais son intérêt premier était dans l'histoire de son temps.
Le point important à noter est qu'aucun de ces historiens - ni plus tard
écrivains qui abrégent leurs prédécesseurs, comme Step'anos de Taron
écrivant juste après l'an 1000, ou le chroniqueur Vardan du treizième
siècle - suggèrent jamais que leurs informations proviennent d'un auteur

19 Nous utilisons le nom « Sebeos» pour l'auteur de cet ouvrage sans préjudice de son exactitude.
`` P seudo-Sebeos '' serait inapproprié, car un tel titre implique que l'Histoire a été délibérément
imposé à un auteur précédent appelé Sebeos. P our des raisons similaires, le titre `` P seudo-Movses '' pour le
L'histoire de Movses Khorenats'i est inappropriée, car il n'y avait aucune personne bien connue de ce nom
dont l'autorité pourrait être revendiquée pour une composition ultérieure. Les histoires de Sebeos et de Movses sont
par des inconnus.
20 Les parallèles avec des passages de Sebeos trouvés dans des auteurs ultérieurs sont notés dans le commentaire. P our
Lewond voir xxxix, xlii ci-dessous.
21 Il a utilisé, mais ne nomme pas, Agat'angelos, le Buzandaran , Sebeos, Lewond. P our
textes non arméniens dont il a connaissance en traduction, voir l'Introduction à Thomson, Thomas Artsruni.
22 L'histoire de T'ovma a été composée peu après 905, bien qu'une série de continuateurs ultérieurs
l'histoire de la maison Artsruni jusqu'au début du XIVe siècle. Détails de la
les emprunts de Sebeos sont inclus dans le commentaire de la traduction anglaise de T'ovma par
Thomson; voir Bibliographie: Textes, sv T'ovma Artsruni.

Piste 34

19 Aa 845.

Piste 35

xxxvi LE TEXTE ARM ÉNIEN

nommé Sebeos. M ême si ce n'est pas courant pour l'arménien


les historiens de citer leurs sources par leur nom, les historiens antérieurs sont souvent mentionnés

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 19/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
assez pour que ce silence soit remarquable.

(c) L'histoire d'Héraclius

Pourtant, bien que les écrivains ultérieurs ne citent pas un historien `` Sebeos '' par son nom comme source
- bien qu'un Sebeos soit mentionné dans certaines listes, comme nous le noterons ci-dessous - il y a
références à une «Histoire d'Héraclius». Le premier vient du travail d'Ukhtanes
de la fin du Xe siècle. Son Histoire n'a pas survécu dans son intégralité. M ais dans le
deuxième partie, qui traite de la séparation de l'Arménien et du Géorgien
églises, il cite cette `` Histoire d'Héraclius '' pour des informations sur Smbat
Bagratuni, marzpan de Vrkan sous le shah Khosrov II Parviz. 24 L'auteur
qu'Ukhtanes cite écrivait à l'époque de Smbat, c'est-à-dire au tournant du
sixième et septième siècles, car il déclare: `` Et maintenant, pour les temps présents, ... il
est très utile et ... fournit avec son aide notre [peuple] d'Arménie ».
Ukhtanes ne précise pas si ce passage, écrit par un
contemporain de Smbat, doit être interprété comme une déclaration de l'auteur du
`` Histoire d'Héraclius '', ou si elle provenait d'une source antérieure utilisée par
auteur. En tout état de cause, la citation de `` l'histoire d'Héraclius '' ne
proviennent du texte identifié par M ihrdatean comme `` Sebeos '', même s'il fait référence à
figure importante de ces derniers travaux.
En outre, d'autres extraits de `` l'histoire d'Héraclius '' ont survécu
collections de lectures liturgiques. 25 Leur version des événements sous le règne de
Héraclius est repris par le dixième siècle M ovses Daskhur- ants'i, 26 si il
ne mentionne ni ce titre ni un auteur. Il est donc clair qu'une œuvre historique
traitant d'Héraclius existait en arménien, que seuls les fragments ont
survécu, et qu'il n'était pas identique au texte désormais attribué à «Sebeos».
Néanmoins, le nom d'un auteur Sebeos n'est pas inconnu des médiévaux
Historiens arméniens. Beaucoup d'entre eux avaient conscience d'écrire dans un
tradition historiographique. Lazar P'arpets'i, par exemple, écrivant au
début du sixième siècle, cite spécifiquement

24 Ukhtanes, partie II, ch.35.


25 P our ces textes, voir Mahe, « Critical Remarks» .
26 Également connu sous le nom de Kalankatuats'i, II10.

Piste 36

SEBEOS xxxvii

Agat 'angeloset P'awstos Buzand comme ses prédécesseurs, considérant le sien


travailler pour être la troisième histoire de l'Arménie. 27 Au temps de Step'anos Taronets'i,
largement connu sous le nom d'Asoiik, qui a composé son histoire au début de la
XIe siècle, ces listes s'étaient naturellement allongées. Asoiik indique que
Eusèbe de Césarée et Socrate Scholas- ticus étaient les deux principales étoiles
de l'historiographie grecque. Parmi les Arméniens, il énumère ensuite: Agat'angelos,
M ovses Khorenats'i, Elishe, Lazar P'arpets'i, P'awstos Buzand, Sebios, 'auteur
de l'histoire d'Héraclius ', Lewond, Shapuh Bagratuni, John Catholicos, et
«puis moi, à mon tour». 28 Dans la liste d'Asolik, le placement de P'awstos, qui
décrit les événements du quatrième siècle et avait déjà été cité par Lazar, est
particulier; mais tous les autres écrivains sont répertoriés dans l'ordre chronologique de la
contenu de leurs livres.
Samuel d'Ani, dont la Chronique remonte à 1180, suit cette liste
étroitement. Après Eusèbe et Socrate chez les Grecs, `` dans notre nation ''
étaient Agat'angelos, M ovses Khorenats'i, Elishe, Lazar, 'Heraclius, décrit par
évêque Sebeos ', Lewond, Shapuh, John Catholicos, Step'anos Asoiik. UNE
génération plus tard M khit'ar, également d'Ani, termine sa liste d'historiens arméniens
avec Samuel; mais il complète la liste avec plusieurs œuvres passées par Asoiik
et Samuel. Il court: Lerubna, Agat'angelos, P'awstos Biwzandats'i, l'Histoire
de Nerses, Koriwn, M ovses Khorenats'i, Lazar P'arpets'i, Elishe, Shapuh,
«Sebeos, qui est [l'histoire] d'Héraclius», l'histoire de l'Aluank »,
Lewond, John Catholicos, Asoiik, Aristakes Lastivertts'i, Kozern, Samuel. Dans
au XIIIe siècle, l'historien Kirakos mentionne dans sa propre liste `` Sebeos on
Heraclius ». La plus longue de ces listes est celle de M khit'ar Ayrivanets'i, dont
Chronique descend en 1328. Il mentionne lui aussi Sebeos - sous une forme plus proche de la
forme grecque originale, «Ewsebi [os], sur Héraclius» - bien qu'il le place après
Shapuh.
À partir de ces listes, et des références à une `` Histoire d'Héraclius '' déjà citée,
non seulement une «Histoire d'Héraclius» était connue pour avoir existé, mais son auteur était

27 tazar 2-5. La brève vie de Mashtots 'par Koriwn, qu'il connaissait et citait, il n'a pas
considérer comme une Histoire au sens propre du terme.
28 Asoiik 11. Il convient de noter qu'ici et plus tard Mkhit'ar Anets'i et Kirakos
l'orthographe du nom Sebeos suit une forme abrégée du rendu arménien du grec
Eusebios; Mkhit'ar Ayrivanets'i a « Eusebi» .

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 20/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Piste 37

reconnu comme un certain évêque «Sebeos». Il n'est donc guère surprenant que lorsqu'un
texte traitant du sixième et

Piste 38

XXXVlll LE TEXTE ARM ÉNIEN

le septième siècle est venu à la lumière, Shahkhat'unean aurait dû


supposé que c'était ça. 29 M ais les deux difficultés demeurent. Citations verbatim
de notre texte ne sont jamais identifiés comme par Sebeos; et le texte connu sous le nom de
«History of Heraclius» propose une version différente des événements. L'auteur et
le titre original de cet ouvrage publié sous le titre «Histoire de Sebeos» reste inconnu.

(iv) La date de l'histoire de S ebeos

Dans le texte traduit ci-dessous, il y a plusieurs remarques exprimées dans le premier


la personne. Ces commentaires d'auteur ne résolvent pas le problème de la paternité.
La plupart d'entre eux ne sont que des allusions rhétoriques au sujet en cours -
des phrases telles que `` M aintenant, je vais raconter ..., que j'ai mentionné ci-dessus.
dirai-je? ..., je vais maintenant parler de ..., comme je l'ai dit plus haut ». Dans un esprit chrétien
humilité l'auteur évoque «mon histoire insignifiante». Bien qu'il ne le fasse pas
se réfère spécifiquement à l'Arménie comme `` notre '' terre (à la première personne), il se place
fermement dans la tradition des historiens arméniens. Au début, en ce qui concerne
événements du règne de Yazkert II, il déclare: «Tout ce qui a été écrit par d'autres».
Ce sont les historiens Elishe et tazar P'arpets'i qui avaient décrit la rébellion
de 450-451, la mort de ses protagonistes dirigés par Vardan M amikonean, et le
martyre du clergé capturé. Leurs œuvres précèdent celle de 'Sebeos' dans le
M S 2639. Notre auteur procède ensuite à la synthèse des sujets à traiter par
lui-même de la fin du Ve siècle au succès des musulmans
contre l'Iran et Byzance au milieu du VIIe siècle: `` Tout cela, je voulais
vous raconter succinctement à travers ce livre ». 30
Il semble indiquer qu'il vit - ou prétend vivre - proche de l'époque
décrit. Car il énumère les généraux persans qui étaient venus en Arménie jusqu'à
le temps présent ». 31 Cependant, cette liste n'atteint que la fin du règne de
M aurice; près de 60 ans se sont écoulés depuis l'adhésion de M uawiya comme
calife, avec lequel finit l'Histoire. Alors le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 21/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

29 Son attribution était plus justifiée que l'identification d'un texte jusque-là inconnu comme étant le
Histoire de Shapuh Bagratuni en 1921. Shapuh avait traité de la fortune des Bagratides, alors que le texte
publié par G. Ter-Mkrtch "ean et M. Ter-Movsesean était un recueil de contes fabuleux traitant principalement
avec la maison Artsruni de Vaspurakan. Voir la Bibliographie: Textes, sv Le conteur anonyme.
30 Voir 66.

31 Voir 70; pour la liste 71.105. Pour d'autres listes, voir également 111 et 113.

Piste 39

xxxix
SEBEOS

phrase vient de sa source. 32 Plus près de la fin de l'Histoire, quand


décrivant la visite de l'empereur Constans II à Dvin en 653, Sebeos blâme
le Catholicos Nerses pour une position pro-Chalcédonienne: il a `` perverti le vrai
foi de saint Grégoire [l'Illuminateur], que tous les Catholicoi avaient préservée
une base solide dans l'église de Saint-Grégoire à aujourd'hui ». 33 C'est possible
que cette description de la visite de l'empereur a été écrite par un témoin oculaire, car
le récit de la conversation privée de l'empereur avec un évêque qui tenta de
éviter de communiquer avec les Grecs est l'un des épisodes les plus marquants de la
livre. M ais si cet évêque était `` Sebeos '', si l'historien est
répéter la version d'un informateur, ou s'il s'agit d'une conversation imaginaire
le style des conversations du shah à Elishe, ne peut être prouvé. Un autre
l'indication que l'auteur écrivait près de l'époque décrite est son
référence aux témoins oculaires des premières attaques musulmanes en Iran et plus à l'est. 34
Les écrivains ultérieurs ne nous aident pas à dater cette Histoire avec plus de précision. Il est cité à
longueur par T'ovma au début du Xe siècle. M ais, comme indiqué ci-dessus, la première
les parallèles de Lewond ne sont pas des citations textuelles. Donc, l'existence du
L'histoire dans sa forme actuelle avant 900 ne peut être démontrée par des
preuve. Néanmoins, la connaissance personnelle de l'auteur des circonstances
de l'époque, et en particulier des détails de la culture iranienne, serait surprenant
celui qui a vécu deux siècles après la disparition de la dynastie sassanide. Bien que
Sebeos est prêt à donner foi aux contes improbables qui favorisent le chrétien
église - comme le baptême de shah Khosrov Anushirvan - sa crédulité fait
pas prouver une date tardive. Il est plus intéressé par les actes de bravoure fougueux que par
des descriptions soigneuses des campagnes. Ses histoires vivantes confondent souvent le
chronologie progressive du récit dans son ensemble. M ais le livre se veut
une représentation d'événements proches de son temps et la mise en œuvre immédiate de
providence prédite par le prophète Daniel, plutôt que comme
réflexion avec un but précis, comme le sont les Histoires d'Elisée et de
M ovses Khorenats'i. Un parallèle plus étroit serait le Buzandaran.

32 Pour ces sources, voir la section ci-dessous, « Sebeos as Historian» , lxi-lxxvii.


33 Voir 167.

34 Voir 139.

Piste 40
xl LE TEXTE ARM ÉNIEN

(v) Se be os dans la tradition de l'é criture historique armé nie nne

a) Ses prédécesseurs

Sebeos était conscient d'écrire dans une tradition de l'historiographie arménienne. Il


peut donc être utile de considérer ces travaux dans le contexte plus large de
Les historiens arméniens avant et juste après son temps. Aux fins de la
présent argument Je suppose que cette Histoire a bien été écrite dans le
seconde moitié du septième siècle. Et je ne traiterai que de M ihrdatean
Partie III, le long récit du cinquième au milieu du septième siècle qui est
traduit ci-dessous. Plus gênante sera la question des dates à
assigné à certaines des autres grandes histoires arméniennes.
La bourse contemporaine n'est pas convenue sur l'ordre de composition de la
les premières histoires arméniennes, encore moins sur leur datation précise. Puisque mon but est
mettre en évidence certaines caractéristiques du travail de Sebeos au moyen d'un
comparaison, il n'est pas immédiatement urgent de donner des réponses définitives à ces
des questions. Pour les besoins de l'argumentation, je ferai ce qui suit
hypothèses:
1. La première œuvre historique composée en arménien était la vie de l'inventeur
du script arménien, M ashtots ', écrit par son élève Koriwn en moins d'une décennie

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 22/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
de la mort du maître. 3 " 1 M ashtots 'est mort en 439/440, mais on ne sait pas quand
Koriwn est mort (ou quand il est né). La courte biographie de Koriwn a été utilisée par
Agat'angelos, qui a écrit la description classique de la conversion de l'Arménie;
mais ce dernier ne nomme aucun auteur arménien, puisqu'il est censé être
l'écriture avant l'invention de l'écriture arménienne. Koriwn est mentionné pour la première fois
par nom dans Lazar P'arpets'i et M ovses Khorenats'i.
2. L'histoire d'Agat'angelos n'a pas été écrite en grec par un contemporain de
les événements qu'il décrit, en tant qu'auteur de la rédaction arménienne survivante
réclamations. La première recension arménienne n'est désormais connue que par le grec et
Traductions en arabe. 35 Le texte arménien qui subsiste est une refonte ultérieure, qui
à son tour a été traduit à nouveau en grec et

35 Les parallèles entre les différentes rédactions sont notés dans l'Introduction à Thomson,
Agathangelos , où chaque section est analysée. Voir aussi Garitte, Agathange et Winkler, 'Our
Connaissance actuelle » . Sauf indication contraire, les références dans ce livre se réfèrent au texte arménien,
Aa; pour une discussion plus approfondie, voir Bibliographie: Textes, sv Agat'angelos.

Piste 41
xl
SEBEOS je

Arabe. La première référence arménienne explicite à 'Agat'angelos'


comme auteur, et donc à la seconde rédaction, se trouve dans tazar P'arpets'i,
écrit juste après 500. La première version est généralement supposée dater de
le dernier tiers du cinquième siècle. 36 L'auteur du Buzandaran connaissait
avec une version écrite de la conversion de Trdat et le travail de Gregory, mais il
ne mentionne pas un auteur «Agat'angelos». 3 L'histoire de l'Arménie chrétienne
suite à la mort du premier roi converti, Trdat, et de saint Grégoire le
Illuminateur jusqu'à la division du pays vers 387/390 a été installé en
un travail appelé le Buzandaran Patmut «iwnk», ou «Histoires épiques». C'est
mentionnée par Bazar comme la deuxième Histoire de l'Arménie et attribuée par lui à
un certain P'awstos, qui est par ailleurs inconnu. Ce travail aussi était probablement
composé dans le dernier tiers du cinquième siècle; son dernier critique le place dans le
470s. 37
4. Les travaux de M ovses couvrent une histoire beaucoup plus large.
Khorenats'i, qui se réfère à ces trois historiens précédents. Sa propre histoire
place l'Arménie dans le contexte de l'histoire du monde antique en incorporant
M atériel légendaire arménien dans le cadre de la Chronique de
Eusèbe, et raconte l'histoire jusqu'à la mort de M ashtots ». Réclamations de M ovses
avoir été un disciple de M ashtots ', donc son travail daterait de la seconde moitié
du cinquième siècle. M ais son utilisation de textes connus seulement plus tard en arménien - car il
utilisé des traductions arméniennes, pas les originaux - a conduit à de sérieux doutes sur
cette date. De plus, bien qu'il soit de loin le plus savant de l'arménien
historiens, avec le plus large éventail de sources écrites étrangères, il a mis son savoir
à la cause de la famille Bagratuni qui n'est pas devenue prééminente
Arménie jusqu'au VIIIe siècle. La datation des Khorenats'i reste très
contesté, mais sa composition correspond mieux au début du huitième qu'à la fin du cinquième
siècle. 38 Cependant, la question n'est pas directement significative pour une comparaison
le style et les intérêts de Sebeos avec cet auteur énigmatique.
5. Lazar P'arpets'i est un personnage connu, qui a joué un rôle dans les événements de sa
temps et a écrit une Histoire de l'époque où le Buzandaran se termine jusqu'à
l'élévation de Vahan M amikonean comme gouverneur perse

36 Thomson, ibid., Et Garso'fan, EH 11, avec des références à la littérature antérieure. Dans Wink- ' er s
u ne analyse des versions sans date est proposée pour la rédaction arménienne survivante.

37 Garso'fan, EH \\.
38 Examen des preuves dans Thomson, Moses Khorenats'i et Mahe, Mo'ise de Khorene.
notons que les deux premières parties du texte de Mihrdatean, l '« Histoire primaire» et la « Chronique» ,
0 ont un lien avec Movses.

Piste 42
35 Revue de la bourse précédente à Winkler, Koriwns Biographie, esp. 81 pour la date du
Biographie.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 23/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Piste 43

xlii LE TEXTE ARM ÉNIEN

(, marzpan ) pour l'Arménie en 485. Vahan était le patron de tazar et


héros; son histoire et une lettre d'accompagnement (se défendre contre
accusations portées par des ennemis personnels) ont été composées autour de 500. Le milieu
section de l'histoire de Lazar traite de la révolte de 450-451 qui a été menée par
L'oncle de Vahan, Vardan M amikonean. À cette révolte, Elishe a consacré une
livre.
6. L' histoire de la guerre arménienne par Elishe prétend avoir été écrite par un
témoin oculaire. Il a de nombreux accords verbaux avec la version de Lazar, tels que
listes identiques de personnes, ce qui ne peut être le simple hasard. Aucune source commune n'est
connu; la question est plutôt la priorité d'un compte par rapport à l'autre.
Elishe n'est pas attestée autrement, sauf dans les légendes ultérieures. Son compte est plus
facilement expliqué comme une élaboration de la version plus brève de Lazar, dans laquelle il a traité
avec l'occasion spécifique comme paradigme pour des questions plus générales du
l'interaction de l'État et de l'Église et le problème de la fidélité à un non-chrétien
souverain. 40 Il est devenu le récit accepté de la révolte contre l'Iran sassanide
et l'expression standard des valeurs morales arméniennes, très citées et
fait écho jusqu'à nos jours.
7. L'histoire de Lewond traite des musulmans et de l'Arménie, se chevauchant à
le début avec la fin de Sebeos et se terminant par l'élévation de
Step'anos comme Catholicos en 788. Aucun des historiens précédemment nommés n'est
mentionné dans le livre. Bien que rien ne soit connu de Lewond, et la date de
certains des documents inclus dans son Histoire ne sont pas clairs, l'ouvrage a été cité
verbatim par T'ovma Artsruni juste après 900. Un rendez-vous peu après 790 pour Lewond
est généralement acceptée.
Il n'est pas nécessaire de prolonger cette liste. Il n'y a pas d'historiens de
au neuvième siècle, l'œuvre de Shapuh Bagratuni étant perdue. Seulement avec T'ovma
Artsruni peu après 900, la tradition historiographique recommence
sérieuse, et au moment de Step'anos Asolik juste après 1000, elle était devenue
coutume de lister les prédécesseurs de l'auteur. 41 Revenons à Sebeos.

(b) Caractéristiques communes et différences

La première caractéristique que Sebeos partage avec de nombreux historiens vient de


mentionné est qu'il est une figure sombre. Les identités de tous les premiers Arme-

40 Thomson, Introduction à Eiishe.


41 Voir ci-dessus pour ces listes.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 24/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Piste 44

xlii
SEBEOS je

les historiens niens, à l'exception de Koriwn et de tazar, sont


inconnue. Cette lacune a ensuite été comblée par des récits légendaires, aucun plus élaboré
que celles qui décrivent les activités de M ovses Khorenats'i pour le compte de
Orthodoxie arménienne. 42 M ais il n'en demeure pas moins que bien que le Buzandaran et
les histoires d'Agat'angelos, d'Elishe, de M ovses, de Lewond et de T'ovma peuvent être
datables dans certaines limites, ils ne peuvent pas être attribués à des auteurs connus de
d'autres sources. Il n'est donc pas du tout étonnant qu'un compte rendu des événements couverts
par notre texte devrait en fait être anonyme. Des traces survivent d'un travail différent, le
«Histoire d'Héraclius». Asolik a attribué cela à un Sebeos dont il dit
rien. Samuel d'Ani l'appelle un évêque. Les auteurs modernes ont naturellement identifié
lui avec l'évêque du Bagratunik 'qui a assisté au concile de Dvin en 645.
M ais l'identification n'est pas plus sûre que celle de P'awstos - l'auteur du
Buzandaran selon Lazar - avec l'évêque P'awstos mentionné trois
fois dans ce texte.

(c) Le balayage géographique

Où Sebeos diffère de ses prédécesseurs et de beaucoup de ses


successeurs, est dans le balayage géographique de son récit. Historiens arméniens
sont bien entendu conscients de la position dangereuse de leur pays entre les
de plus grandes puissances de l'empire romain et de l'Iran sassanide (ou du califat plus tardif).
Événements dans ces terres à l'est et à l'ouest, ou dans le Caucase au nord et en Syrie
au sud, sont mentionnés lorsqu'ils sont pertinents pour la fortune de l'Arménie comme
un ensemble ou des Arméniens éminents individuels. Récits de visites arméniennes à
la cour sassanide sont particulièrement répandues, puisque tous les historiens sont issus
plus grand secteur de l'Arménie sous la suzeraineté iranienne. [En effet, les faits que le
a été inventé en Arménie iranienne, et que M ashtots avait des problèmes avec
Les autorités romaines sur l'utilisation de l'arménien au sein de l'empire soulignent le
prééminence culturelle de ce secteur oriental après la division d'environ 387. 43 ]
M ais Sebeos consacre beaucoup d'attention aux événements en Iran, à Byzance et au début
L'empire islamique qui n'a pas eu d'impact direct et immédiat en Arménie,
bien qu'à long terme, les Arméniens aient naturellement ressenti leurs effets. M ovses
Khorenats'i avait un

42 L'activité légendaire de Movses a été intégrée aux contes sur David, le 'Invincible'
philosophe; voir Kendall et Thomson, David xv-xvii.
43 Souligné par MX, III 57, développant Koriwn, ch.16.

Piste 45

xliv LE TEXTE ARM ÉNIEN

vue à plus long terme de l'histoire dans le temps, prenant comme sujet le
toute l'histoire arménienne depuis les descendants de Noé jusqu'à la mort de
M ashtots ». M ais il n'a pas longuement parlé des événements survenus à l'étranger. Sebeos
est donc atypique, même si ses intérêts étrangers sont plutôt dans des épisodes dramatiques
que la couverture continue des événements.
Les histoires arméniennes sont généralement intitulées Patmut'iwn Hayots ', généralement
traduit par «Histoire de l'Arménie». L'expression est cependant ambiguë car dans
arménien classique Наук ' [nominatif de Hayots'] peut désigner soit le peuple
ou la terre. En tout état de cause, les intérêts des auteurs dépassaient rarement le
élite dirigeante, laïque et ecclésiastique. Ils se sont concentrés sur le personnel
les fortunes et les prouesses des membres des grandes familles, et n’en
l'ensemble de la société comme leur mission. Sebeos ne fait pas exception. Pour la période qu'il couvre
il n'y avait pas de monarchie arménienne pour fournir un point central pour le récit, et
Sebeos indique clairement que l'Arménie n'était pas une politique unifiée. Il se concentre
sur les grandes familles dont les princes jouent les rôles prééminents - les M ami-
les konéens, les Bagratunis et les Rshtunis. Ceux-ci, et tous les autres nobles
maisons, chacune a ses propres agendas politiques à des moments différents. Ils réagissent à
conditions; la seule cohérence dans leurs politiques est celle de saisir chaque
possibilité de préserver leurs libertés individuelles. Alliances avec l'empereur ou
les shah sont faits et cassés apparemment au hasard, et on profite de
chaque revers de fortune dans les empires à l'est et à l'ouest. Une telle lutte pour
la survie est typique de l'histoire arménienne et ne se limite pas à la sixième et
septième siècles.
Les historiens étaient bien conscients de la désunion habituelle des Arméniens. 44
Les politiques contradictoires des familles nobles sont ainsi souvent décrites, et une
lit fréquemment des princes refusant de se joindre à une rébellion ou combattant aux côtés
l'étranger contre ses compatriotes. À cet égard, le récit de
Sebeos fait écho au Buzandaran antérieur et aux histoires d'Elishe et de Lazar.
Néanmoins, des points de vue plus larges sont fréquemment proposés par les historiens

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 25/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
par le biais de discours. Cela sera traité ci-dessous.

(d) Le but de l'écriture historique


Les historiens arméniens indiquent généralement d'une manière ou d'une autre le but derrière
leur composition d'un compte rendu écrit des événements décrits. le

44 Ce thème revient souvent; cf. Thomson, Ehshe 89 et notes.

Piste 46

xlv

SEBEOS

attern a été établi par le premier écrivain de ce type, Koriwn, dans la longue préface de son
biographie de M ashtots ». Deux aspects peuvent être distingués: la volonté expresse de
un mécène ou une personne en position d'autorité qui commande l'auteur, et
la propre motivation de l'auteur. Que ce dernier ne soit que le reflet de la
les ordres du patron ne sont pas nécessairement clairs. Koriwn prétend écrire au
à l'ordre de Yovsep ', les derniers suppléants du patriarcat pendant la
rébellion de 450. Et rares sont les histoires arméniennes qui ne sont pas consacrées
à un patron.
La plus explicite de ces dédicaces est celle de Lazar P'arpets'i à Vahan
M amikonean. Ils se connaissaient depuis l'enfance, bien que leur
les positions étaient à peine égales. Vahan a soutenu plus tard bazar en difficulté avec
ses supérieurs ecclésiastiques. En remerciement, Lazar a dédié son travail à Vahan,
dont la carrière est décrite dans la troisième partie de l'Histoire et dont
la nomination comme marzpan d'Arménie constitue l'apogée de tout le livre.
D'autres dédicaces précoces sont destinées à des personnes moins connues, à l'exception de
L'affirmation peu plausible d'Agat'angelos selon laquelle le roi Trdat lui-même a commandé le
Histoire. 45 Élisée dédie son histoire à un certain David M amikon, prêtre,
qui est par ailleurs inconnu. Puisque le héros de l'œuvre est Vardan M amikonean
(oncle du Vahan vient d'être mentionné), une dédicace à un membre de cette famille est
Naturel. Le dédicataire de l'histoire de M ovses Khorenats'i est également
obscur. M ovses dit qu'il a été invité à entreprendre ce travail par un certain
Sahak Bagratuni. Il y a plusieurs Sahak Bagratunis enregistrés, mais le
la date incertaine de la composition de l'histoire de M ovses rend l'identification
impossible. Le point important, cependant, est que l'intérêt de Bagratuni est
clairement indiqué au début. Comme indiqué précédemment, cette histoire est explicitement et
implicitement un encouragement de cette noble famille - se concentrant sur sa supposée
Origine juive, son importance en Arménie depuis la lointaine antiquité, et
rôle de premier plan joué plus récemment par ses princes - dans la mesure où
les historiens arméniens antérieurs sont corrigés en faveur des intérêts bagratides. le
la véritable proéminence des Bagratides à la fin du VIIIe siècle se reflète dans la
dédicace par tewond de son histoire à un Shapuh Bagratuni - bien que
Shapuh n'est pas mentionné dans le texte ou dans d'autres sources historiques. 46
À cette tradition générale de dévouement à un mécène, il y a deux inter-

45 Voir ci-dessus pour la date probable de la recension survivante du texte arménien de gat
angelos. À ce moment-là, Trdat était mort depuis plus d'un siècle.
46
P our sa place dans le radical Bagratid voir Toumanoff, Dynasties 113.

Piste 47

xlvi LE T EXT E ARMÉNIEN

exceptions notables : le Buzandaran et l’histoire de Sebeos. À la fois


cas les auteurs inconnus étaient étroitement associés aux intérêts ecclésiastiques;
ils étaient également intéressés par les actes notables de valeur martiale des principaux princes. Mais
aucun des auteurs ne suggère ouvertement qu'il a été encouragé dans sa tâche par
une personne d'une autorité supérieure.
Qu'ils soient commandés ou non, les auteurs d'œuvres historiques arméniennes
offrent généralement d'autres réflexions sur leurs motivations. Koriwn indique qu'il avait
avait déjà planifié un enregistrement \ yishatakarari \ de son professeur Mashtots, à travers
que l'Arménie avait obtenu un script accordé par Dieu, lorsque l'ordre de Yovsep
est arrivé avec les encouragements de ceux qui avaient été ses camarades. Il a aussi
défend son entreprise au motif que tout au long de la Bible les bonnes œuvres de
les hommes et les femmes pieux sont loués afin que d'autres puissent imiter leurs actes. 47 Le
les saints eux-mêmes n'ont pas besoin de plus de gloire, mais son récit, celui de Koriwn, sera
un exemple encourageant [awrinakk'ajalerits '].
L'auteur de la recension arménienne d'Agat'angelos qui a survécu cite souvent
ou adapte Koriwn, sans reconnaissance; des finalités identiques sont ainsi exprimées
dans sa préface et son épilogue. Les versions grecque et arabe de la première rédaction,
cependant, terminez simplement par la déclaration de l'auteur selon laquelle il a composé cette
narratif, ayant été témoin oculaire, afin que ses lecteurs puissent eux-mêmes pratiquer

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 26/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
ces nobles actions et deviennent agréables à Dieu. Lazar parle aussi d'encourager
les lecteurs à imiter les vertus des hommes spirituels et les actes des vaillants précédents
Hommes. 48
Les vertus spirituelles et profanes sont différenciées par Elishe et Movses
Khorenats'i. Pour le premier, le salut de son âme est primordial, bien que ce
ne peut pas être séparé du sort du peuple arménien dans son ensemble. Il explicitement
note qu'il a enregistré les vices de son méchant, Vasak prince de Siwnik ', de sorte que
les lecteurs éviteront une telle conduite et s'attacheront au bien. La mort de Vardan le
champ de bataille pour la défense des libertés traditionnelles arméniennes est proclamé
la mort du martyr qui apportera le salut immédiat. L'écriture de l'histoire a donc un
but moral - l'encouragement de la vertu et la réprobation du vice - qui est
liée à la défense non seulement de l'Église arménienne mais plus particulièrement de
T raditions arméniennes. Ceux qui aiment le prince Vasak ont refusé de soutenir la révolte
contre la suppression d'Arme-

47 Koriwn, chap. 2, 34; voir Mahe, « Une legendimation scripturaire» .


48 Lazar 5.

Piste 48

xlvii
SEBEOS

Les libertés niennes ne sont pas simplement des traîtres à leur pays, ce sont des apostats du
Foi. Cette interprétation des motivations de ceux qui se sont joints à la rébellion de 450
a eu un impact plus important sur les générations futures, même jusqu'à aujourd'hui, que
le récit plus simple des mêmes événements à Lazar.
L'attitude de Movses Khorenats'i est plutôt orientée vers les vertus séculières
par lequel les grandes familles nobles revendiquaient la supériorité dans leurs perpétuelles rivalités.
L'ancienneté de son pedigree devait correspondre à la splendeur de son
les actes de prouesse militaire des ancêtres et les actes de gouvernement sage. À ces égards,
inutile d'ajouter, la famille Bagratuni excellait particulièrement. L'histoire a donc comme
son but premier est l'enregistrement des grandes actions pour l'émulation de la réussite
générations; les actes d'opprobre doivent être évités. Movses ne nie pas le spirituel
des valeurs ou des actes de piété qui donnent de bons exemples. Mais dans une plus grande mesure que
autres historiens arméniens, son intérêt réside dans le monde séculier.
Le manque de but exprimé dans le Buzandaran et le Sebeos est donc
inhabituel. Les deux auteurs se considèrent comme poursuivant une démarche historio- graphique
tradition - qui était naturellement plus pleinement développée à l'époque de Sebeos que
lorsque l'auteur du Buzandaran a qualifié son œuvre de brique encastrée dans le mur de
une construction plus grande. 49 Il se peut que Sebeos ait supposé que les buts de l'histoire
avait déjà été suffisamment exposé par ses prédécesseurs. Son successeur
Lewond n'a certainement pas ressenti le besoin de s'expliquer: la sortie d'un dossier précis
était une justification suffisante.

(vi) Caracté ristique s litté raire s

Bien que les historiens arméniens mentionnent souvent leurs prédécesseurs, 50 qu'ils nomment rarement
leurs sources pour les événements spécifiques décrits. Dans certains cas, l'historien prétend
ont été un témoin oculaire, amenant le lecteur à supposer qu'aucun
compte existait. Dans le cas d'Agat'an- gelos, l'affirmation d'un témoin oculaire est manifestement
faux. On ne sait rien d'Elishe, et son histoire est probablement postérieure à celle de
Lazar. Ce dernier! Est le premier écrivain connu à connaître personnellement
les

49 Buzandaran Ш 1.
50 Comme, par exemple, bazar dit qu'il continue les œuvres d'Agat'angelos et de P 'awstos.

Piste 49

xlviii LE TEXTE ARM ÉNIEN

héros de son histoire, bien que les événements de la première section de


son travail a eu lieu bien avant sa naissance.
Le cas de M ovses Khorenats'i peut sembler différent, en ce qu'il
font référence aux œuvres d'écrivains arméniens antérieurs, à savoir Agat'angelos et
Koriwn, et à des sources étrangères, Josephus and the Ecclesiastical History of
Eusebius. D'un autre côté, il ne reconnaît pas sa grande dette envers le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 27/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Buzandaran, attribué
tazar lui-même. à P'awstospas
Il ne mentionne parnon
le bazar
plus et
lesplus tardde
œuvres lesPhilon
écrivains arméniens, ou à
et Socrate
Scholasticus dont il a emprunté, ou la Chronique d'Eusèbe sur laquelle
il comptait beaucoup. En fait, plusieurs de ses références à d'autres écrivains sont trompeuses
et tendancieux, car il prétend trouver autorité pour ses propres interprétations de
événements connus dans ces auteurs précédents. 51 C'était l'exception, pas la règle, pour un
L'historien arménien doit préciser sa source d'information. 52
De même, les dettes littéraires des écrivains arméniens n'ont jamais été
reconnus: par exemple, les emprunts au roman d'Alexandre par
M ovses, l'adaptation de vies de martyrs syriens par Elishe, ou la retouche de
Koriwn par Agat'angelos. Il n'est donc pas surprenant que Sebeos parle peu de son
propres sources. Il se réfère une fois à des informations de témoins oculaires sur la
L'expansion musulmane en Iran et au-delà, bien que son propre récit
les événements sont très sommaires. 53 Et il cite longuement la réponse arménienne à une
lettre de l'empereur sur des questions théologiques, qu'il indique avoir été
placé sous la garde du Catholicos. 54 Sinon, Sebeos n'indique pas
qu'il a utilisé toute source écrite, soit pour des informations spécifiques sur les événements, soit
comme base des différentes lettres qu'il inclut dans son Histoire. 55

51 Détails dans l'introduction à Thomson, Moses Khorenats'i.


52 Lorsque T'ovma Artsruni cite Sebeos mot pour mot, il n'identifie pas sa source. Il savait probablement
l'œuvre en tant que composition anony me, bien qu'il n'ait pas suggéré qu'il copiait en fait un
Compte.
53 Voir 139.
54 Lettre, voir 148-161; conservée par Catholicos, 168. Pour l'authenticité de la lettre telle que rapportée par
Sebeos, voir ci-dessous.
55 La discussion suivante concerne principalement Sebeos et son utilisation des textes arméniens. le
la question des sources étrangères dont il a pu disposer est traitée dans la section `` Sebeos as
Historien ', lxvi-lxx.

Piste 50

xlix
SEBEOS

(a) La Bible

Certains des épisodes dramatiques du récit de Sebeos dépendent de la Bible


parallèles, un exemple notable étant l'envoi de lettres insultantes au
l'empereur à Constantinople et sa réaction. Puisque pour tous les auteurs arméniens le
La Bible était la ressource littéraire par excellence, les thèmes de ces livres 56
apparaissent constamment. En effet, le vocabulaire biblique est si répandu qu'il est souvent
difficile de décider si un parallèle est évoqué, ou si l'historien
s'est naturellement exprimé de cette manière sans autre nuance voulue.
Citations explicites de la Bible, données sous forme de citations directes
souvent identifiés, se produisent fréquemment. On les trouve plus particulièrement dans
correspondance ecclésiastique, comme dans l'échange de lettres entre les
Catholicos Komitas et M odestos de Jérusalem. Les citations explicites forment également un
aspect important de l'argument théologique. La défense arménienne contre
les efforts pour les mettre en communion avec les Grecs sont naturellement étayés
par des citations identifiées comme provenant de la Bible.
Dans les citations narratives et les allusions aux auteurs bibliques ne sont pas
généralement identifiés. Sebeos utilise l'imagerie biblique pour le banal ainsi que le
spectaculaire. Il ne semble pas avoir de signification profonde qu'en décrivant une victoire
il déclare: `` Le Seigneur a renforcé sa miséricorde pour Héraclius ce jour-là, de sorte que
ils les ont massacrés à un homme. Л 57 Ou que, en décrivant le traité
entre T'eodoros Rshtuni et M uawiya, il devrait faire précéder le texte de son
propre commentaire: 'T'eodoros, avec tous les nobles arméniens, a conclu un pacte avec
la mort et a contracté une alliance avec l'enfer, abandonnant l'alliance divine ». 58
On peut douter que Shah Khosrov ait cité le psautier dans son
lettre à Héraclius l'invitant à soumettre: `` Car si vous descendez dans les profondeurs de
la mer, je vous étendrai la main et vous saisirai ». 59 Un tel langage, si un
citation directe ou simplement une allusion aux Écritures, est venu naturellement à l'arménien
clercs. Il est cependant à noter qu'il y a beaucoup moins de livres bibliques
allusions dans la première partie de l'histoire de Sebeos que

56 C'est-à-dire l'Ancien et le Nouveau Testament, ainsi que des livres maintenant inclus dans les `` Apocry phes '' tels que
Maccabées. La grande majorité des auteurs arméniens, y compris les historiens, étaient des ecclésiastiques qui auraient
appris une grande partie de la Bible par cœur et entendu les textes répétés chaque jour et chaque semaine dans les offices religieux.
57 Voir 126; cf. Ps. 102.11.
58 Voir 164; cf. Est. 28.15,18.
59 Voir 123; cf. Ps. 138,8.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 28/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Piste 51

1 LE TEXTE ARM ÉNIEN SEBEOS

dans la deuxième partie traitant d'événements plus proches de son temps. Son récit les royaumes n'étaient pas explicitement identifiés. Pour Sebeos, le premie
concernant le shah Khosrov et les Arméniens de cette époque rappelle davantage le royaume des Grecs; le second, l'ours, était le royaume de la
les «gestes» des M amikonéens tels que décrits dans le Buzandaran. Un peut Les Perses sassanides, les M èdes et les Parthes; le troisième, le léopard, ét
soupçonner qu'en citant ou en faisant référence à des contes connus de la tradition orale, royaume du nord, Gog et M agog; 63 le quatrième royaume est celui du
Sebeos était moins enclin à les élaborer avec des citations bibliques; quand M usulmans, «qui consumera la terre entière». (Arméniens qui ont vécu po
décrivant dans ses propres mots des événements plus proches de ses jours son recours à les invasions ultérieures des Turcs puis des M ongols ont mis à jour Daniel
l'imagerie biblique est devenue plus fréquente. 60 vision. L'interprétation ultérieure des quatre bêtes dans la vie de Nerses, p
À l'occasion, le récit est agrémenté de matériel biblique où le exemple, est assez différent.) Pour Sebeos, la puissance du nouvel empire
le lecteur pourrait involontairement considérer le passage comme un simple récit. Donc, semblait beaucoup plus grand que celui de l'Iran sassanide, dans l'orbite du
en décrivant l'attaque musulmane de Constantinople pour laquelle M uawiya avait Les Arméniens avaient vécu jusqu'à cette époque. 64
préparé une vaste armada, Sebeos énumère les divers engins de siège qui avaient été Non seulement Daniel, mais d'autres prophètes aussi avaient prévu l'ap
arrimé à bord des navires. M ais ces armements ont été retirés directement de Les musulmans; les Arabes étaient de la souche d'Abraham d'Ismaël, fils d'
le récit du siège de Jérusalem dans I M acabees, 6.51. Les livres de Dans la Genèse, il avait en effet été déclaré que `` ses mains seraient sur to
Les maccabées étaient particulièrement populaires en Arménie. Les historiens ont souvent rendu avait également parlé de leur invasion en se référant à la tempête venant du
des comparaisons entre les M accabées et leurs héros arméniens, et Sud. 65 Bien que la relation des Arabes avec les Juifs en tant que fils d'Abra
souvent emprunté des images militaires pour leurs propres besoins. Par conséquent, il serait de mères différentes était un thème biblique repris par tous les commentat
être téméraire de déduire du récit de Sebeos des événements de 653/654 que le le premier Arménien à décrire leurs incursions dans son propre pays, Sebe
Les musulmans ont reçu des machines pour lancer le feu grec. sur les prophéties scripturaires d'application plus large qui ne s'appliquaie
Le plus important du point de vue de l'écriture de l'histoire est celui de Sebeos leur nouvelle vigueur en tant que musulmans.
utilisation de la prophétie. Comme indiqué ci-dessus, Sebeos n'énonce aucune morale ou À l'origine, Sebeos a terminé son histoire avec un rappel de prophétie
but politique auquel son Histoire pourrait servir. Néanmoins, il a clairement les avertissements de catastrophes à venir constituaient un nouveau départ
pensait que les événements se produisent dans le cadre du plan de Dieu; et ce plan avait été L'histoire d'Agat'angelos résiste avec une vague description de St
obscurément esquissé dans des déclarations prophétiques. Son livre se terminait à l'origine par Les dernières années de Gregory. Bien que l' enseignement de saint Grégoi
citations du Deutéronome décrivant les catastrophes à venir, et un retour à section intitulée `` Histoire '' - s'était terminée par le thème de la seconde v
paroles de la vision de Daniel des quatre bêtes. 61 La quatrième bête qu'il identifie n'a pas été placé dans un contexte historique concret. Le Buzandaran se te
avec les musulmans, et prévient ses lecteurs que le jour de la destruction est proche. déclin politique de l'Arménie après la division du pays en
Et comme beaucoup d'historiens arméniens ultérieurs, Sebeos blâme de tels étrangers Sphères iraniennes, mais
invasions sur les péchés de ses compatriotes. 62
60 Voir l'index des citations et allusions bibliques: leur fréquence augmente considérablement 63 Gog et Magog ne sont pas mentionnés ailleurs à Sebeos. Il identifie le roy aume du nord avec

description de la montée de l'islam et des conquêtes musulmanes. Cela se reflète également dans l'utilisation de la prophétie par Sebeos, les Baby loniens (c'est-à-dire les Perses), 162, et les met en contraste avec les Arabes au sud.

pour lesquels voir ci-dessous. Ainsi les exploits de Mushel Mamikonean ou de Smbat Bagratuni ont peu de 64 L'identification du quatrième roy aume de Daniel comme celui des Arabes est une caractéristique m

parallèles. Apocalypse de Pseudo-Méthode, composée en 691/692; voir l'introduction à l'édition du sy riaque

61 La dernière page semble être un ajout ultérieur, décrivant la fin de la guerre civile musulmane et la paix texte par Reinink.

apporté par Muawiy a. Il ne semble pas logique que Sebeos termine son récit historique sur le thème 65 Voir 162. Cf. Gen. 16.12; Est. 28.15,18.

de paix, puis ajoutez la prophétie des désastres à venir. On suit donc l'ordre du MSS et non
le texte imprimé en Abgary an. Voir plus loin 175 n.923.
62 Voir 162.

La vision de Daniel des quatre bêtes est exposée plus en détail par Sebeos
à l'occasion de la défaite musulmane des Sassanides en 642. Les quatre bêtes
étaient associés dans Daniel, chapitre 7, à quatre royaumes successifs, mais là

Piste 52

lii LE TEXTE ARM ÉNIEN

aucun parallèle biblique n'est vu. La description d'Elishe du


la rébellion de 450/451 se termine par l'éloge de la vertu des femmes en Arménie,
privés de leurs hommes qui avaient été tués au combat ou étaient encore
emprisonné en Iran. Seul Lazar arrive à un point culminant triomphant avec un biblique
thème, établissant un parallèle entre la nomination de Vahan M amikonean comme
Marzpan et David intronisent Salomon comme son successeur. Le ton pessimiste
de Sebeos, cependant, devient courant plus tard. John Catholicos se termine le
le triste thème de l'oppression due aux péchés des Arméniens. Calamité et
le repentir est fréquemment repris par la suite, le plus dramatiquement par Aristakes
Lastivertts'i. En revanche, un genre optimiste de prophétie arménienne consistait à
se développer plus tard, en prévoyant l'éventuelle libération de l'Arménie et la restauration
de la monarchie arsacide et de la lignée des patriarches descendant de St
Gregory. 66 Sébéos, cependant, n'a pas un tel message consolante.

(b) L'utilisation de discours et de lettres

Tous les historiens arméniens, à l'exception de Koriwn dans sa vie de Mash tots ',
considéraient que cela faisait partie de leur métier littéraire de mettre en valeur le récit avec des discours,
soliloques, lettres et messages. De tels dispositifs ont non seulement animé l'histoire,
ils ont donné à l'historien l'occasion d'exprimer la motivation de son
personnages de manière naturelle. L'utilisation la plus subtile du discours rapporté est peut-être
trouvé chez Elishe, qui en présentant des discussions entre Shah Yazkert et son
conseillers rend leurs persécutions contre les Arméniens plus compréhensibles
question d’intérêt de l’État. Le lecteur ne doit pas supposer qu'Elishe était présente à
audit public, ou qu'il a obtenu d'une manière ou d'une autre une trace de ce qui a été dit:
les discours de shah et les conseils de ses conseillers étaient un artifice littéraire. Simi-
larly à Lazar les longues négociations entre Vahan M amikonean et le shah
les représentants donnent à l'auteur l'occasion de réfléchir au problème général
de conflit entre les loyautés politiques et religieuses. Il n'y a donc pas a priori
hypothèse concernant les discours ou messages dans Sebeos que ceux-ci représentent
rien de plus que des techniques littéraires similaires pour animer le récit et
faire ressortir les personnalités et les motivations de ses protagonistes.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 29/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Sa catégorie
Lorsque la plus àévidente
Peroz réfléchit de dispositif
sa stratégie pour fairerhétorique est celle du soliloque.
face à l'Arménie,

66 Voir, par exemple, Sanjian, « Contemporary Armenian Elegies» .

Piste 53

liii
SEBEOS

en même temps avec une attaque des Kushans, ou quand Khosrov I


Anushirvan se dégage de sa responsabilité personnelle dans la rébellion de
Vardan en 572, de tels passages sont à peine extraits de témoins oculaires mais sont
les paroles de Sebeos lui-même. 67 D'autre part, Sebeos rapporte également des histoires qui
lui est venu complet avec de tels rapports. Dans l'histoire de la découverte d'un
fragment de la Vraie Croix un rêve joue un rôle important. La relique était
conservé dans une église appartenant à la famille Dimak'sean; son origine miraculeuse
serait connu de ses possesseurs et il est peu probable que ce soit l'invention de
Sebeos. 68
Il existe de nombreux discours et conversations de ce type à Sebeos. Quand la source
des informations de Sebeos sur les événements décrits sont inconnues, il est impossible
pour décider si la conversation faisait déjà partie de l'histoire telle qu'elle a été transmise à
lui, ou s’il a embelli un récit plus clairsemé. Quand shah Khosrov II
demanda l'aide de M aurice contre son général rebelle Vahram, étaient les
consultation avec le sénat, leur rejet de l'appel de Khosrov - sur le terrain
que les Perses sont une nation trompeuse, ce qui semblerait plausible à un
L'écrivain arménien - et la sur-décision de l'empereur sur leurs conseils font tous partie de la
informations qui ont atteint Sebeos? 69 Il montre certainement une connaissance
débats à Constantinople à l'occasion ultérieure du général persan Shahen
négociations avec l'empereur Héraclius en 615. 70
La fortune du roi Khosrov et ses relations avec l'Arménie sont les principales
focus de la première moitié de cette histoire. 71 Sebeos porte une attention particulière à la
actes héroïques des princes arméniens pendant son règne, notamment le comportement de
M ushel M amikonean et les loyaux services de Smbat Bagra- tuni. De tels `` gestes ''
rappellent les exploits des princes mamikonéens dans le Buzandaran. 2
Ils seraient transmis de bouche à oreille jusqu'à ce qu'ils soient mis par écrit par Sebeos.
M ais si les échanges entre les
67 Voir 67,69. Cf. aussi la « réflexion intérieure» d'Ormizd et sa décision de demander l'aide des Arabes 74; les
plan d'Atat Khorkoruni pour faire venir les Huns, 87.
68 Voir 98-99.
69 Voir 76. Les comptes grecs n'ont pas de parallèles exacts.
70 Voir la section ci-dessous, « Sebeos comme historien» , lxxii.

71 Pour cette raison, certains chercheurs considéraient que le titre de l'ouvrage était une `` Histoire de Khosrov '' plutôt que
une « Histoire d'Héraclius» qui a moins de place dans le récit. Voir Abgary an, 'Remarques' pour une revue de
ces opinions.
72 L'intérêt pour les contes héroïques concernant les princes mamikonéens et les relations avec
e shahs est la caractéristique la plus significative partagée par Sebeos et l'auteur du Buzandaran.
ee sp. Toumanoff, 'The Mamikonids and the Liparitids', où il discute des Mamiko-
Пеап

bairns d'origine chinoise, pour ce thème épique.

Piste 54
liv LE TEXTE ARM ÉNIEN

shah et le prince arménien faisaient partie intégrante de la


récit au moment où il atteignit Sebeos, ou s'il développa lui-même le récit, est
impossible à dire. 73 Dans le cas du martyre de Sargis et Varaz
Vahewuni, leurs derniers mots ont probablement fait partie de l'histoire originale,
étant donné la longue tradition des récits de martyrs en arménien. 74
Une distinction entre les discours rapportés, qui sont des inventions littéraires, et
les lettres signalées ne sont pas claires. Depuis plusieurs des lettres auxquelles Sebeos
fait référence étaient des documents officiels du catholicisme arménien, et depuis
Sebeos avait des informations détaillées sur les événements au centre de l'Arménien
église, on ne peut pas supposer que toutes ces lettres sont son invention. M ais ni
peut-on nécessairement supposer qu'ils sont tous pris textuellement et intégralement
copies dans les archives arméniennes.
Le fait que les archives patriarcales contenaient de nombreuses lettres importantes ressort clairement de
la collection connue sous le nom de Livre des Lettres. Première édition dans un
mode en 1077, il a ensuite été agrandi avec de nombreux ajouts. 75 Ce
collection contient une partie de la correspondance entre prélats arméniens
et leurs homologues grecs, syriens et géorgiens, ainsi que d'autres documents
importance théologique. Le Livre des Lettres n'offre aucune preuve directe
des documents cités par Sebeos, mais indique que ces lettres étaient
en effet conservé pour référence et utilisation ultérieures. M ême si l'échange entre les
le patriarche de Jérusalem M odestos et le Catholicos Komitas n'est pas mentionné

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 30/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
par d'autres
les allées sourcesfréquentes
et venues arméniennes, ce n'est pas
d'Arméniens un argument
à Jérusalem contre sonsont
en pèlerinage authenticité.
bien le
attesté dans une variété de sources. 76 Bien que la réponse de Komitas à un appel à
l'aide financière est gardée, les relations glaciales entre les Grecs de Chalcédoine
et les Arméniens au début du VIIe siècle expliquent son échec à faire un
contribution.
La lettre la plus élaborée citée par Sebeos est la défense de l'arménien
orthodoxie du Catholicos Nerses et de ses évêques, qui a été
empereur Constans II est envoyé Dawit 'en 649, mais pas réellement envoyé à
Constantinople. Il est plausible que le Catholicos n'ait pas répondu à la
la demande de l'empereur que les Arméniens réalisent une union de foi avec les
Les Grecs. Sebeos indique clairement que Nerses

73 Voir 80ff, 104.


74 Voir 89.
75 Voir la description dans Tallon, Livre 16-20.
76 Voir les notes relatives à la traduction de ces lettres ci-dessous. 116ff.

Piste 55
lv
SEBEOS

avait des tendances pro-grecques, qu'il cachait effectivement à ses compatriotes. 77 Si


Nerses, sous la pression de ses évêques, a signé un document confirmant la
position traditionnelle arménienne en opposition à l'orthodoxie impériale, il
ont été embarrassés de l'avoir fait montrer à Constans. C'était donc
commodément «conservé dans l'église» - c'est-à-dire dans les archives patriarcales. 78 Le
la question ici est de savoir si le long document cité par Sebeos est un
compte rendu exact de la réponse arménienne comme convenu et signé par les évêques,
ou une réécriture par notre historien d'une lettre réelle. Il est peu probable que ce soit un total
fabrication car il joue un rôle majeur dans la visite incontestablement authentique de
Constans II en Arménie en 653.
L'argument de base de cette lettre est que les Arméniens ont préservé
la vraie foi, dont le credo de Nicée est la pierre de touche. L'orthodoxie du
Les Arméniens ont été reconnus par les shahs Kawat et Khosrov I. Plus tard, lors d'un
discussion à la cour sassanide de Khosrov II, non seulement la vraie foi de
les Arméniens retrouvés scellés dans les archives perses, le patriarche de Jérusalem
déclara que les conciles de Nicée, de Constantinople et d'Éphèse confirmèrent
le credo arménien, alors que le concile de Chalcédoine n'était pas conforme
avec la vraie foi. Ce conseil avait [supposément] été dirigé par Théodoret, qui
était de l'avis de Nestorius. 79 Selon cette lettre, les Arméniens avaient
a appris la vraie foi de saint Grégoire `` presque trente ans '' avant
confirmé au concile de Nicée et reconfirmé à l'occasion du roi
Trdat et saint Grégoire rencontrant l'empereur Constantin à Rome. La foi de
Saint Grégoire est inscrit dans le `` Livre de Saint Grégoire '' - c'est-à-dire l'histoire de
Agat'angelos et surtout cette section connue sous le nom de «Enseignement». 80 Le credo
comme cité n'est pas la formule de Nicène, cependant, mais le standard arménien
credo, qui est étroitement lié à la pseudo-Athanasienne 'Hermeneia eis ton
symbolon 'et le deuxième credo d'Épiphane. 81 Le

77 Voir 167: 'Il a perverti la vraie foi de saint Grégoire ... [et] brouillé le pur et cristallin
des eaux'.
78 Pour le dépôt de documents confessionnels similaires dans un monastère, voir Movses Das- khurants'i,
Livre III, chapitre 9. [TWG]
79 Voir 150. Que Théodoret était « responsable» de Chalcédoine apparaît pour la première fois dans le Livre des Lettres dans le
début du VIIe siècle, 119. Il est souvent anathématisé dans des documents antérieurs, comme dans la lettre de Catholicos
Babgen, 48 ans, à l'occasion du premier sy node de Dvin en 505.
80 Dans sa forme actuelle, telle qu'utilisée par Sebeos, cette partie du texte ne peut pas être antérieure à la fin du cinquième
siècle.
И Voir Denzinger, Enchiridion pour le texte, et Kelly, Creeds pour une discussion de ces croy ances grecques.

Piste 56

Ivi LE TEXTE ARM ÉNIEN

seul l'écrivain grec cité à l'appui de la position arménienne est


Cyrille d'Alexandrie.
En ce qui concerne la confirmation par le shah persan de l'orthodoxie arménienne,
Flusin a démontré qu'il ne faut pas confondre cela avec un débat tenu au
Cour sassanide en 612 connue de sources syriaques. Lors d'un rassemblement antérieur
en présence de deux évêques arméniens, probablement détenus entre 605 et 609,
Khosrov s'est montré favorable aux M onophysites. Pas seulement
étaient-ils une minorité importante en Iran, ils étaient dominants en Syrie et

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 31/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Arménie que le shah était en train de récupérer. Cette discussion à
Cour a été réécrit plus tard en termes de la question de Chalcédoine, qui n'avait pas
était la préoccupation directe de Khosrov à l'époque. 82 D'autres parties de la lettre reflètent également
thèmes trouvés dans les textes arméniens anti-Chalcédoniens. Il est cependant à noter
que les différences de rituel liturgique, qui occupent une place si importante dans d'autres
lettres, sont ignorées. Cela renforce l'authenticité du document, à
moins dans ses grandes lignes. Un adaptateur ultérieur de la lettre n'aurait pas omis de
soulignent les erreurs des Grecs dans leur manière de communion en utilisant
pain au levain et eau mélangée au vin dans la tasse. Nerses aurait
minimisé ces différends. 83
Du point de vue de l'historiographie arménienne, cette lettre de défense
l'orthodoxie est remarquable comme étant la première du genre. Bien sûr, Sebeos avait à l'esprit, et
en effet cité de, l' Enseignement de saint Grégoire. M ais ce document dans le
L'histoire d'Agat'angelos n'était pas ouvertement une défense contre le credo de
une autre église. C'est un texte important, consacrant de nombreux points standards
de la tradition théologique arménienne et les remettre dans la bouche de
Grégoire devant le conseil de Nicée. Ses cibles implicites peuvent être relues dans
il. Cependant, les historiens arméniens avant Sebeos n'incluaient pas spécifiquement
tracts polémiques anti-grecs dans leurs histoires. 84
Non pas que les historiens arméniens aient ignoré la théologie. L'auteur du
Buzandaran est préoccupé par les dangers de l'arianisme, contre lequel

82 Flusin, St Anastase , II, 114-18. Reste à savoir si le texte cité par Sebeos reflète une
véritable défense composée par Nersès et ses évêques en 649, ou si cette lettre est la création de Sebeos
lui-même.
83 Pour une analy se plus détaillée de la lettre, voir Thomson, « The Defense» .
84 Je passe sur des documents comme la Manifestation attribuée à John Mandakuni, qui traite de
la question d'une ou deux natures en Christ, et la longue correspondance entre les autorités grecques
et les théologiens arméniens à partir du Ve siècle, puisque le contexte ici est celui des œuvres historiques.

Psaumes 57

lvi
SEBEOS je

son héros Nerses combattit vaillamment. M ovses Khorenats'i


souligne l'hérésie de Nestorius, condamnée au concile d'Ephèse. 85
Lazar et Elishe citent la défense du christianisme prétendument envoyée au shah
Yazkert. M ais c'est une répudiation de la religion persane plutôt qu'une
défense de l'orthodoxie de Nicée. Dans la lettre de Léon III incluse dans le texte de
tewond, 86 la défense du christianisme est également d' ordre général; pas de spécifique
La position arménienne est défendue contre d'autres groupes chrétiens. dans le
travail du dixième siècle de Jean Catholicos deux lettres théologiques sont incluses: une
de Nicholas M ystikos de Constantinople au Catholicos, et un de John
à l'empereur Constantin Porphyrogenitus. 87 Ni l'un ni l'autre ne traite de la division
questions de foi et de pratique. Pas avant Asolik [Step'anos de Taron] et le même
plus tard, M atthieu d'Edesse fait de longues déclarations polémiques des défenseurs arméniens
de la foi apparaissent. Le discours de M atthieu, attribué au roi Gagik II avant
l'empereur à Constantinople, est auteur; 88 la lettre de Khach'ik trouvée dans
Asolik a un parallèle dans le Livre des Lettres * 89 Comme la lettre de Sebeos, ces
les documents concernent les divisions théologiques introduites par le
concile de Chalcédoine.
Sebeos cite de nombreux autres documents, non de nature théologique, dont
l'authenticité est moins facile à évaluer. Les plus significatifs sont discutés
au dessous de. 90 En l'absence de toute preuve parallèle - comme il en existe, par exemple, avec
en ce qui concerne les négociations entre Shahen et Héraclius - il reste deux
problèmes. Le document est-il basé sur un texte écrit réel, ou au moins verbal
accord? Et même si cela est probable, le libellé est-il celui de l'original ou
Le propre de Sebeos? Que M uawiya et le prince arménien T'eodoros Rshtuni sont venus
à un accord

85 MX Ill 61. Il note que les dirigeants de l'église arménienne n'étaient pas présents à ce conseil.
86 L'existence de cette lettre attribuée à Léon III est attestée dans des sources grecques et latines; pour le
Arménien voir Mahe, « tewond» .
87 Yovhannes Draskhanakertts'i, ch.LIV.
88 Voir Gouillard, 'Gagik 1Г.
89 Asolik III 21, indique que la lettre qu'il cite a été envoy ée au commandement de Khach'ik, l'Arménien
Catholicos, en réponse à une lettre du métropolite de Sébaste. La lettre du Livre des Lettres 302-22,
déclare qu'il a été écrit sur les ordres de Khach'ik par Samuel Kamrjadzor (un théologien réputé intéressé par
questions liturgiques). Les textes ne sont pas identiques. Que dans Asolik est basé sur une catena des autorités compétentes,
voir Dedurand, Citations patristiques '. Celui attribué à Samuel a moins de citations directes, bien que certains
des mêmes Pères sont mentionnés.
90 Voir la section ci-dessous, « Sebeos comme historien» , lxiii-lxx.

Psaumes 58

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 32/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Iviii LE TEXTE ARM ÉNIEN

aux termes de la soumission arménienne est entièrement


plausible, vu la manière dont Sebeos l'attaque. Que les Arméniens étaient
autorisé à payer des impôts, après une remise de trois ans, `` autant que vous le pouvez
souhait », 91 semble moins probable. La promesse de Vahram de donner de vastes étendues de terre à
les Arméniens en échange de l'aide dans sa rébellion est à nouveau plausible. M ais a fait
M ushel utilise des images bibliques élaborées dans sa réponse - comme il sied à un savant
un religieux comme Sebeos - ou la réponse du prince arménien était-elle plus directe? 92
Il est peu probable que Shah Khosrov qualifie ses propres sujets persans
'impie', 93 ou que sa lettre à Héraclius a été délibérément formulée en
réminiscence de la description par Isaïe de l'ultimatum de Sennachérib aux Juifs. 94
La lettre de M aurice à Khosrov les exhortant à s'unir pour exterminer la
Arméniens, qui fait écho aux sentiments du conseil du sénat à M aurice
concernant les Perses, est intrinsèquement invraisemblable. Il reflète cependant un
vision arménienne compréhensible des attitudes des deux empires envers
leur pays. 95 Le message musulman
Héraclius que la Palestine était à eux, puisqu'elle avait appartenu à Abraham, et le
plainte des soldats romains selon laquelle les Arméniens les considéraient comme impies
parce qu'ils ont accepté le concile de Chalcédoine 96 Chacune des lettres et
les documents cités par Sebeos doivent être considérés séparément à la lumière de ses
rôle dans le récit et des preuves externes.

(c) Chronologie de Sebeos

Les premiers écrivains arméniens, Koriwn, Agat'angelos et l'auteur du


Buzandaran, ne prêtez pas beaucoup d'attention aux questions de datation exacte. Elishc et
Lazar sont plus prudents, utilisant les années royales des shahs sassanides comme
repères. Le seul historien arménien à avoir consacré une attention particulière à
la chronologie est M ovses Khorenats'i. Influencé par les concepts antiques tardifs de
l'historiographie, ainsi que l'exemple particulier de la Chronique d'Eusèbe , il
souligne que non seulement les événements doivent être correctement datés, mais l'écrivain doit
procéder dans un strict chronolo-

91 Voir 164.
92 Voir 77-79.
93 Voir 85.
94 Voir 123.
95 Voir 86.
96 Voir 136.148.

Piste 59

li
SEBEOS X

manière gique. Autrement dit, les événements doivent être mentionnés à la


point approprié dans le récit. 97 Depuis que M ovses a intégré dans son récit un
beaucoup de matériel qui était descendu oralement, dépourvu de tout
cadre historique, il a fait un effort particulier pour dater et expliquer ces légendes,
en plus de créer des sources arméniennes antérieures, comme Agat'angelos, plus
précis. 98 Sebeos, mais ne montrant aucune connaissance de M ovses et de son
L'histoire se rapproche le plus en donnant des indications fréquentes et précises de date.
En revanche, le récit de Sebeos ne progresse pas de manière claire
mode chronologique. Bien qu'il y ait un fil conducteur dans le travail
ce qui est progressif, Sebeos s'égare fréquemment. Il peut avancer ou
en arrière, car son attention est attirée par une association d'idées - une procédure
explicitement condamné par M ovses. Puisque Sebeos n'avertit pas le lecteur de
de telles digressions, une référence à `` l'année prochaine '' quand il revient à son original
le sujet peut ne pas faire référence à l'année qui vient d'être mentionnée, mais à l'année de l'histoire originale.
Au début et à la fin de son œuvre, Sebeos fait de brèves remarques sur son
approche du sujet. En atteignant le règne de Khosrov II, il donne une précision de
les désastres infligés au monde par ce «brigand Sassaman». 99 Il dit que
il 'racontera [charets'itsj les' contes [araspels] ' des événements destructeurs par
des moyens de « conte [vipasa- nelovY La tige ombles fait référence au récit; mais
afaspel en arménien rend le mythos grec et vep rend epos ou historia.
Ces expressions arméniennes soulignent le contenu du livre. Sebeos est
intéressés par les contes et les histoires, qui sont la principale caractéristique de la première partie du
Histoire du règne de Khosrov II. Le caractère épisodique de son
le travail ressort clairement. Bien que les sections de son histoire soient généralement datées de
l'année de règne du shah ou de l'empereur, il est à noter qu'en décrivant le
les prouesses de M ushel M amikonean sous le règne de M aurice Sebeos ne donnent aucune date.
Les exploits de ce prince rappellent les `` gestes '' des mamikonéens qui
zone

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 33/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
97 Voir l'introduction à Thomson, Moses Khorenats'i.
98 P ar exemple, en datant l'introduction du culte des idoles en Arménie, MX II12; ou avec
en ce qui concerne la date de restauration de Trdat, MX II82: `` Nous avons fait une enquête détaillée et avons constaté que
Trdat a gagné le trône la troisième année de Dioclétien. Agat'angelos n'avait donné aucune date ni
nommé l'empereur.
99 Voir 72.

Piste 60

lx LE TEXTE ARM ÉNIEN

caractéristique marquante du Buzandaran . 10 ° On ne s'attendrait pas à des contes


de cet acabit, qui peut être venu à Sebeos de bouche à oreille, pour avoir une
sortir ensemble.
À la fin de l'Histoire, il reprend le thème du récit progressif. 101
Il s'excuse d'avoir établi de manière inintelligente les détails de `` l'ordre
[karg] de cette histoire ». L'expression karg est soulignée par l'ancien Lazar,
qui entreprit `` d'arranger dans l'ordre les multiples fortunes de l'Arménie '', et
qui fait l'éloge de l'exposition, kargadrut'iwn charits ' [' ordre du récit ']
de son prédécesseur Agat'angelos. 102 Ainsi, même si Sebeos s'intéresse avant tout
contes, il est conscient de la nécessité d'une progression ordonnée dans le récit.
M alheureusement, la narration introduit des incertitudes dans le
cadre chronologique de son Histoire dans son ensemble.
Comme noté ci-dessous, 103 les digressions qui semblent confondre la chronologie
ont généralement un sens littéraire dans la mesure où Sebeos suit une histoire jusqu'à son
conclusion logique; là où il s'en tient à une chronologie stricte, le thème est souvent perdu.
Le problème est que son retour à un thème original est rarement marqué aussi clairement que
est souhaitable. Un autre trait déroutant est qu'il ne distingue pas toujours
sans équivoque les différents participants aux événements. 'Ils' et 'eux' peuvent suivre
confusément dans un paragraphe, et parfois seul le sens général indique
quel est le sujet et quel est l'objet. Une telle ambiguïté est une caractéristique commune
d'écriture arménienne.

100 Cf. ci-dessus, xli, xliv-xlvi, pour le parallèle entre Sebeos et le Buzandaran à cet égard.
101 Voir 176.
102 Lazar 2.
103 Voir la section ci-dessous, « Sebeos comme historien» , lxiii-lxiv.

Piste 61

III. SEBEOS COMME HISTORIEN


Sebeos (né probablement vers le début du septième siècle, décédé après
661) s'est fixé une tâche exigeante. Le monde plus vaste dans lequel l'arménien
les dirigeants avaient dû manœuvrer avec subtilité et détermination pour maintenir leur
la semi-autonomie avait changé de toute reconnaissance au cours de sa vie. Une multitude
des forces politiques et culturelles avaient été et étaient toujours à l'œuvre - le centripète
attraction de la seigneurie arménienne au niveau de la localité, tensions entre rivaux
Les confessions chrétiennes dans la chrétienté orientale en général, la formidable armée
puissance qui pourrait être projetée en Arménie et au-delà par sa grande
voisins, romains, persans et arabes, conflits politiques qui pourraient éclater
dans un conflit sanglant dans les territoires de ces puissances voisines,
l'intrusion d'un nouveau monothéisme de rechange avec une capacité extraordinaire de
mobiliser ses adhérents pour la guerre. M ême à une grande distance, treize ans et demi
des siècles plus tard, il est difficile pour l'observateur moderne de comprendre
une longue rupture de l'ordre mondial de l'antiquité tardive à la fin du sixième et
début du septième siècle. Combien plus difficile alors cela a-t-il dû être
Sebeos avec des changements de toutes sortes le regardant de si près.
Sebeos n'a pas reculé devant la tâche, en se limitant à une
ensemble délimité de localités. Son histoire était à grande échelle, atteignant
englobent toute l'étendue géographique des trois grands voisins de l'Arménie.
Guerre romaine dans les Balkans, perse en Asie centrale et arabe le long du
tout le périmètre de leur empire en expansion relevait de sa compétence, ainsi que

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 34/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
politique de haut niveau dans leurs centres et leurs actions en Arménie. Pas plus que
Sebeos réduit son travail en se limitant à un compte rendu de l'actualité,
écrire les nouvelles au fur et à mesure qu'elles lui venaient, avec peut-être une courte introduction
section sur l'histoire récente - un travail qui aurait approximativement
la troisième section finale de son texte. Non, il a cherché à comprendre la forme générale
des événements, la séquence causale qui se cache en eux, en se retirant
M ontée arménienne
572 et le déclenchement d'une longue guerre entre les grandes puissances dont le
se lever était le premier acte. Il a ainsi fourni un contexte à la

Piste 62

Ixii SEBEOS COMME HIST ORIEN

T roubles persans de 589-591 qui se sont terminés par l'installation par


les Romains de Khosrov II sur le trône sassanide.
Bien sûr, les forces surnaturelles ont joué un rôle dans les affaires humaines (miracle-working
des reliques figurent dans le texte et un grand miracle, la tempête qui a sauvé
Constantinople en 654), mais, pour Sebeos, le long intermède entre la création et
les derniers jours en était une dans laquelle les causes matérielles, surtout les décisions politiques
et les actions des individus, ont joué un rôle majeur dans la formation des événements. Et des agents
au travail dans un passé récent, l'un d'eux a été désigné comme le principal moteur, Khosrov II
Apruez. Son règne et la grande guerre avec les Romains qu'il initia en 603 furent
donc placé au centre de l'histoire. Pour être compris, cependant, ce
Le noyau centré sur Khosrov devait être encadré par un compte rendu de la
circonstances ayant conduit à son adhésion et un compte rendu complet de l'élaboration de la
forces destructrices déclenchées par lui qui ont montré peu de signes de détente à l'époque
De l'écriture. Telle était la raison d'être de l'histoire de Sebeos, comme il le montre clairement [72]. Ses
L'impressionnante portée chronologique et géographique témoigne d'une réelle
développement historique de sa part, une reconnaissance tacite que les événements ne
être compris à moins qu'une attention particulière ne soit accordée aux liens de causalité et à l'interaction
de forces diverses affectant le monde entier dans son champ de vision sur une grande
bande du passé récent.
Si les prouesses d'un historien doivent finalement être jugées en fonction de la mesure dans laquelle il
comprend les processus historiques et peut offrir une explication cohérente ou un ensemble de
explications de ce qui s'est passé, puis Sebeos, sans prétention bien qu'il soit comme un
historien, devrait être classé haut. L'historien moderne peut chercher à compléter
les causes politiques avec les causes sociales et économiques, mais l'importance des
la prise de décision et les actions militaires qu'elle initie sont indéniables. Sebeos
aussi a essayé de regarder au-delà de la politique et de la guerre, mais il a plutôt regardé vers le bas, et
ce qu'il pouvait discerner, avec l'aide des prophéties de Daniel et d'Isaïe, a fait
lecture sombre. Le monde visible avec toutes ses turbulences était très proche de sa fin. le
Le jour du jugement arrivait à grands pas sur l'humanité, grande et petite,
Arméniens et étrangers, peuples conquis et conquérants arabes.
Le test des pouvoirs analytiques et explicatifs d'un historien n'est que le dernier d'une
série de tests qui devraient être effectués sur son jugement historique. Il y a
trois étapes antérieures de la formation d'une œuvre d'histoire, à chacune desquelles son
les performances peuvent être mesurées. Les premières sources doivent être rassemblées, évaluées et
extrait de carrière. Un historien peut être

Piste 63

lxiii
SEBEOS

jugé par le degré de perspicacité critique manifesté dans le choix de ses sources et
sélection de matériel parmi eux. Plus la discrimination entre
des informations fiables et peu fiables, plus un historien sera estimé. Ensuite il
doit rassembler des éléments de preuve individuels pour présenter une image cohérente et intelligible
récit des événements. Des compétences rédactionnelles compétentes à ce stade sont essentielles. T roisièmement, il
devrait être impartial, ne devrait pas permettre à ses propres sentiments, aussi intenses qu'ils soient
peut être, qu'il soit généré par des attachements sociaux ou des opinions profondément enracinées,
influencer son écriture. A côté de la crédulité, la partialité est le grand ennemi de l'histoire, et son
l'éradication doit être le but de l'historien, aussi difficile qu'il soit à réaliser

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 35/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
complètement.
Sebeos a déjà été regardé au travail dans la section précédente (II.
Texte arménien). Il a été démontré qu'il était prêt à utiliser le plus haut
qualité du matériel source - documents. L'exposition de la monophysite arménienne
la foi qu'il incorpore dans son texte [148 161] a été jugée grande,
noyau authentique datant de 649. 1 La même confiance peut être mise dans le
l'authenticité de deux prétendues lettres qu'il inclut, de Modestos, agissant
chef de l'église de Jérusalem après la déportation du patriarche Zakaria en 614,
et le Catholicos Komitas [116-121 avec nn 35 et 36]. 2 Le premier écrit ce que
est en fait une apologie pour les autorités perses en charge de Jérusalem,
sur la reconstruction et l'interdiction de l'immigration juive dans la ville. Le dernier
répond prudemment avec des généralités, dans lesquelles se cache son refus de contribuer à
le coût de la reconstruction. La seule explication de la substance et du ton de ces
lettres, c'est qu'elles ont été écrites, comme elles prétendent être, par des contemporains vivant
sous l'œil vigilant des autorités sassanides. Si Sebeos les avait concoctés, il
aurait sûrement fait usage de la propagande que les chrétiens avaient laissée voler
une fois qu'ils avaient entendu la nouvelle de la chute de Jérusalem. Le matériel faux peut également
ont été identifiés (les conseils de Maurice à Khosrov sur le traitement de l'Arménie en 591
[86 avec n. 15], l'ultimatum 624 de Khosrov à Héraclius [123 avec n ° 38]), mais le
la présence de longs documents, incorporés apparemment entiers, inspire un bon degré
confiance dans le lecteur.
Le schéma général de la reconstruction de l'histoire de Sebeos a été esquissé. le
le cadre extérieur est chronologique. Le récit avance

1 Thomson, « La défense» .
. ^ Les citations font référence à des notes historiques numérotées, qui se trouvent dans la partie II. Histor- lca '
Commentaire.

Piste 64

Ixiv SEBEOS COM M E HISTORIEN

du point de départ choisi par Sebeos en 572 au moment de la rédaction


dans les années 650. Comme on pouvait s'y attendre, le volume de matière augmente à mesure que le narra-
tive approche puis entre dans la période où Sebeos était au travail. le
les avis sont les plus complets et les plus fréquents depuis deux ans et demi, à partir de 653
au milieu de 655, couvert dans le texte principal (qui est ensuite mis fin
avec une péroration finale et trois avis de mise à jour, évidemment ajoutés plus tard
et étendre la couverture à 661 [175-176]). M ais, comme cela a été observé,
alors qu'il y a une progression chronologique générale, la chronologie est ignorée à
de nombreux points dans le récit. Il semble alors qu'il y ait une seconde filiale
principe organisateur, qui est thématique. Ainsi Sebeos est prêt à suivre
fortune d'un individu bien au-delà du point atteint dans son récit général
(Par exemple, la carrière de Smbat Bagratuni au service persan de 599/600 à sa mort en
616/617 [96-104] ou celle de son fils Varaztirots dans les années 640 [143-144]).
De même, il peut regrouper des événements répartis sur plusieurs années en un seul
arène géographique (par exemple, des épisodes impliquant Théodosiopolis de 607 à
609/610 [111-112]). Il y a donc des lancers en avant (et, plus
occasionnellement, en arrière) qui perturbent la progression chronologique des
Le récit de Sebeos, lui donnant par endroits un air disjoint et saccadé (comme le montre le
section précédente).
Néanmoins, lorsqu'il est placé dans le groupe de pairs de ses prédécesseurs
et successeurs immédiats parmi les historiens d'Arménie, Sebeos peut tenir
le sien sur les deux premiers tests de base, le choix du matériel source et l'éditorial
méthodes. Quand il s'agit de la troisième étape de la formation de l'histoire et de la
devoir de l'historien de lutter contre les préjugés, Sebeos s'en démarque. Avec deux notables
exceptions, son dossier sur le catholicosat d'Ezr (réprimandé pour avoir cherché à
sur une réconciliation avec l'église chalcédonienne de Constantinople
[131-132 avec n ° 49]) et quelques critiques acerbes de Nersès III [167], Sebeos
réussit à garder son historique cool et objectif. En particulier, comme
a été observé, il évite de montrer de la partialité envers un quelconque princier arménien
house, permettant plutôt aux projecteurs de sélectionner une succession d'acteurs de premier plan
de différentes familles. Il était manifestement un homme d'église, tant il est imprégné de
Bible, qui a réussi à éviter des enchevêtrements aristocratiques particuliers ou,
taux, pour éviter de les révéler dans son récit.
L'examen minutieux de la substance de l'histoire de Sebeos entrepris dans le
les notes historiques qui forment la seconde partie de cet ouvrage permettent de
élargir et approfondir ces enquêtes préliminaires. Élucidation soigneuse de
avis individuels, comparaison du matériel de Sebeos avec

Piste 65

lx

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 36/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
SEBEOS v

celle fournie par d'autres sources d'une valeur démontrable, et


prise en compte des contextes des épisodes rapportés - les trois principales fonctions
le commentaire historique - démasquez plusieurs autres sources utilisées par
Sebeos, révèlent un peu plus les pratiques éditoriales impliquées dans la reconstitution
ensemble son récit et, surtout, fournir un contrôle externe sur le
exactitude et objectivité de son histoire. Les remarques suivantes rassemblent un
nombre de suggestions, qui sont dispersées dans les notes historiques. Pour plein
justification de plusieurs des conclusions proposées ici, le lecteur est renvoyé à la
note (s) historique (s) pertinente (s), où les preuves sont présentées en détail et
les arguments sont développés dans leur intégralité.

(i) S ources

Sebeos fait un usage intensif plutôt qu'occasionnel du documentaire


sources. Outre les trois cas clairs, déjà mentionnés, dans lesquels l'ensemble
les documents sont reproduits dans le texte, il existe de nombreux autres passages qui
montrer des signes de se baser sur des documents. Les documents en question étaient de
d'origine officielle, une majorité d'entre eux persans. Puisque l'empire sassanide avait un
appareil bureaucratique de gouvernement pleinement développé, il ne devrait
surprise que des avis officiels et des communiqués aient été publiés et diffusés
largement, tout comme ils l'ont fait dans le monde romain contemporain, ni que les copies
atteint l'Arménie et ont été conservés dans une archive (très probablement celle du
Catholicosate à Dvin) où Sebeos les a trouvés.
Deux documents s'annoncent par leur forme. Le premier est une longue lettre
de l'usurpateur Vahram Ch'obin à M ushel M amikonean en 591, qui est
incorporé dans le texte [77-78]. Les conditions généreuses offertes par Vahram dans un
tentative de détacher les forces arméniennes de la coalition soutenant Khosrov II
fait sens dans les circonstances. Avec la bataille imminente et ses propres forces
en infériorité numérique, il était vital d'affaiblir le camp adverse. Il n'y a rien dans le
lettre pour faire douter de son authenticité. Le second est la liste des persans
gouverneurs et commandants militaires en Arménie de 572 à 627, que Sebeos
a rompu et distribué à travers son texte. 1 Tous les détails sont enregistrés dans un
manière systématique

1 Douze gouverneurs sont listés dans un premier long préavis [70-71], couvrant la période 572-602, ° f qui
cinq réapparaissent dans un doublet ultérieur [105]. Les nominations des six suivants, tous sauf un militaire actif
commandants (602/603-ca.615), sont notés aux points appropriés dans le récit du persan
opérations sur le théâtre arménien [107-111]. Enfin vient un

Piste 66

Ixvi SEBEOS COMME HIST ORIEN

- le nom du titulaire, la durée de son mandat et tout notable


réalisations ou revers. Puisqu'il aurait fallu des recherches minutieuses par
Sebeos pour rassembler ces détails et le format dans lequel ils sont présentés est en désaccord
avec celle d'une chronique, on peut conclure que Sebeos a pris l'information,
déjà soigneusement emballé, à partir d'un registre officiel, qui avait été tenu à jour en
une charge laïque ou ecclésiastique à Dvin aussi longtemps que les Perses ont exercé
autorité en Arménie.
Il est évidemment plus difficile de détecter la présence de matériel documentaire si un
le document original a été vidé pour son contenu. L'indicateur clé n'est plus
forme (puisque cela a été écarté) mais la précision du détail et la lucidité
caractéristique des documents. Inévitablement, le processus d'identification de ce matériel
devient plus conjectural. Mais certains sondages donnent des résultats encourageants. dans le
les notes historiques, les résumés de documents suivants ou basés sur des documents
des passages sont identifiés: (i) le traité définissant les termes du statut de client de l'Arménie
convenu par T 'eodoros Rshtuni avec Muawiya, gouverneur de Syrie, en 652/653 [164];
(ii) un avertissement formel de ne pas entrer en Arménie, émis par Muawiya à l'empereur
Constans II en 653 [165], qui visait à renforcer sa résolution et à faire en sorte que
il était en Arménie plutôt que d'organiser la défense de ses propres territoires centraux en
la saison de campagne suivante; (iii) l'ultimatum de Muawiya à Constans II, sur le
veille de son attaque terrestre et maritime sur l'Anatolie et Constantinople en 654 [169-170]; (iv)
un ensemble de communiqués persans sur les combats dans le théâtre de guerre du nord
(Arménie et Anatolie orientale) entre 603 et 611 [107-112] - c'est le plus
conjecturale de ces suggestions, puisque les traces positives d'un tel matériel n'ont
été détecté à un moment donné [110].
La mesure dans laquelle il peut être légitime d'extrapoler à partir de ces instances
doit être laissé à l'appréciation du lecteur individuel. Qu'il peut y avoir plus plutôt
que moins de matériel documentaire caché dans le texte de Sebeos est suggéré par le
après examen. Discours mis dans la bouche des protagonistes traditionnellement
a fourni aux historiens classiques et à leurs homologues arméniens antiques tardifs une
manière d'injecter leurs propres commentaires dans le récit des événements et de montrer
hors de leur compétence littéraire. Dans le cas de Sebeos, cependant, les mots mis dans le discours direct peuvent

liste restreinte des quatre derniers, se terminant par ЁгосЬ Vehan qui a été tué à la bataille de Ninive le 12 décembre
627 [113].

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 37/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Piste 67

lxvii
SEBEOS

être démontré, à au moins une occasion, reposer sur une base documentaire solide . le
l'occasion était une crise aiguë en 615, quand un grand corps expéditionnaire persan avait
atteint le Bosphore et Héraclius sortit pour négocier avec les Perses
commandant, Shahen. Des concessions extraordinaires et humiliantes sont faites par
Héraclius dans le discours mis dans sa bouche par Sebeos [122-123]. En effet, il propose de
faire de l'empire romain un État-client perse et donner au roi perse le droit
pour investir un client-dirigeant de son choix. La corroboration de ces termes consiste à remettre
le Chronicon Paschale (707-9) qui reproduit textuellement et intégralement le
La déclaration officielle du Sénat de la position romaine envoyée par la suite aux Perses.
Il existe un certain nombre d'autres points de correspondance révélateurs entre le discours
et le document. Il ne fait aucun doute que Sebeos avait accès à un
rapport, émanant des autorités romaines ou perses, sur la
négociations et qu’il l’a transformée en discours. Si du matériel documentaire
peut se frayer un chemin dans un discours, il peut avoir pénétré imperceptiblement dans de nombreux
parties de son récit des événements.
Une source d'un autre type, une biographie de Smbat Bagratuni, a déjà été
identifiés et comparés aux `` gestes '' qui, comme Nina Garsoian
soutient, a apporté une contribution substantielle aux Histoires épiques, composées à la fin
cinquième siècle (cf. Le texte arménien ci-dessus). Smbat a eu une carrière mouvementée, d'abord en
Roman, plus tard dans le service persan. Quatre longs avis [91-93,96-104] traitent de quatre
différentes phases de sa vie: son rôle de premier plan dans une rébellion ratée provoquée par Roman
politique de recrutement en Arménie et sa punition ultérieure (589), son service comme
marzpan de Vrkan (599 / 600-606 / 607), six ans ou plus de retraite en Arménie,
et son mandat du commandement suprême dans le nord-est (614-615). Le matériel a
de toute évidence été extrait et abrégé d'une seule source, puisque les quatre avis
ont plusieurs caractéristiques en commun. Ils sont orientés biographiquement et
le ton élogieux. Diverses réalisations de Smbat sont mises en lumière: c'est un homme de
physique puissant qui accomplit des exploits héroïques en tant que jeune homme (contre des bêtes sauvages
dans l'arène de Constantinople) et dans la vieillesse (un duel avec un commandant ennemi);
c'est un bon général, dont les succès sur le terrain lui valent de grands honneurs à la
Cour sassanide; et il est un chrétien pieux, intéressé (c'est sous-entendu) au sort de
Déportés chrétiens qu'il rencontre dans les terres frontalières sassanides, heureux de recevoir
un fragment de la Vraie Croix récupéré sur un champ de bataille, et refondateur de la
église Saint-Grégoire à Dvin. Avec moins d'emphase sur la faible ruse, plus sur la piété,

Piste 68

SEBEOS COMME HIST ORIEN


lxviii

et aucune dissimulation des revers subis par le héros (exil vers


Afrique du Nord, une défaite à Vrkan et une autre aux mains des T urcs), le
la biographie de Smbat est plus arrondie que les `` gestes '' sous-jacents aux histoires épiques
et teinté d'éléments hagiographiques. Son analogue le plus proche est une biographie de
Juansher (mort en 668), la figure dominante en Albanie du Caucase pendant et après la
phase initiale de l'expansion arabe, largement utilisée par Movses
Daskhurants'i.
Il existe de nombreuses informations de grande qualité sur Roman
affaires que Sebeos a assurément tirées de sources romaines, mais seulement dans un cas
une provenance spécifique peut-elle être suggérée avec une confiance raisonnable. Il y a un
correspondance générale entre les récits d'Héraclius de Sebeos et de T héophane
deux contre-offensives nordiques de 624-626 et 627-628, ce qui indique l'utilisation d'un
Source commune. Il existe des différences dans leur couverture, attribuables à des
sélections de matériel, Sebeos étant un peu plus économe, mais il y a une
similitude entre les manières dont les deux auteurs présentent les opérations, en
notamment ceux de 625 et automne-début hiver 627-628 [nn.39 et 42]. Fort
la preuve de leur dépendance à une source commune peut être obtenue si leurs comptes
un seul épisode, une attaque surprise contre le quartier général persan en hiver 625-626,
décrits en détail dans les deux textes, sont comparés [n.40]. La source commune
peut peut-être être identifié comme une histoire officiellement sponsorisée des deux ensembles de
campagnes, elles-mêmes basées sur les dépêches de l'empereur, destinées à
circulent largement dans le Proche-Orient chrétien. 1
La troisième partie du texte de Sebeos, consacrée aux événements récents et actuels, n'est pas
sensibles à la dissection critique à la source comme les deux premiers. Le flux d'informations

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 38/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
atteindre Sebeos a augmenté de façon marquée et provenait de plusieurs quartiers différents.
Il a fallu plus de travail éditorial pour intégrer ce matériel dans son histoire. Alors plus
indicateur évident, forme, disparaît, et certaines caractéristiques distinctives de la substance sont
obscurci. Il existe également une pénurie relative de matériaux primaires comparatifs utiles
qui pourrait avoir suggéré des connexions entre Sebeos et d'autres sources existantes.
Le seul recours est de se tourner vers les caractéristiques internes du matériau de Sebeos et de ses
disposition dans son texte, pour voir si des blocs de matériau distinctif peuvent être identifiés,
sur la base de l’objet et de l’approche générale. C'est une entreprise périlleuse,
mais justifiable s'il le peut

1 Howard-Johnston, « Histoire officielle» .

Piste 69

lxix
SEBEOS

aider à établir un modèle de disposition du matériel dans le texte et expliquer les transitions
entre les sujets, ce qui peut être brusque.
Quatre ensembles de matériaux distinctifs, répartis dans le texte dans un petit nombre de
blocs séparés, sont identifiés dans les notes historiques. Entre eux ces quatre types
du matériel remplit une grande partie du récit traitant des événements suivant la fin
de guerre ouverte entre Perses et Romains au début de 628. Il est impossible de
démontrer que l'un d'entre eux correspond à une source écrite spécifique, indépendante
utilisé par Sebeos, même si une telle hypothèse rendrait plus facilement compte de leur
existence. Par souci de clarté, chaque ensemble a reçu une étiquette et provisoirement
identifiés comme provenant d'une seule source. Dans l'ordre de leur contribution à
Le texte de Sebeos, ce sont: (i) la source persane, qui donne un aperçu du persan
la politique et la guerre après la mort de Boran en 632 et qui peut avoir pris
forme au Khuzistan [nn.46, 54, 56, 59, 67]; (ii) la source Dvin qui prend fin
l'intérêt pour la politique de la cour romaine, le rôle joué en eux par des
Les Arméniens et leurs répercussions en Arménie [nn 50, 51, 55, 58, 60, 61, 66]; (iii)
la source Rshtuni, qui donne un compte rendu détaillé des exploits militaires de son
sujet principal, T 'eodoros Rshtuni [nn 51, 55, 62]; et (iv) la Palestine Source,
qui se limite à l'histoire régionale et montre un biais anti-juif marqué
[nn 52, 53, 57].
Tel est le transport des sources primaires, depuis longtemps disparues, d'un chalut de
Texte de Sebeos. Ils font une liste impressionnante. Sebeos s'est acquitté de l'obligation fondamentale de
recherche plus que compétent. Son histoire intègre une grande variété de
matériau généralement fiable. Les sources identifiables les plus discutables sont les
biographies de Smbat Bagratuni et T 'eodoros Rshtuni, mais même elles ont fourni
suffisamment de détails pour permettre au lecteur de suivre la carrière de ses sujets et de faire
jugements indépendamment de la poussée élogieuse des textes. La principale critique
ce qui pourrait être nivelé, c'est que Sebeos est trop avare avec certaines de ses sources,
que sa sélection de matériaux est trop restreinte. C'est frustrant quand, par exemple,
Smbat Bagratuni disparaît de la vue en 589 ou peu de temps après comme un exil en
Afrique du Nord, pour réapparaître dix ans plus tard en tant que nouveau gouverneur perse de
Vrkan, sans aucune explication sur la façon dont son transfert au service persan a été
effectué et comment il a gagné la faveur de Khosrov. C'est alors très trompeur
lorsque le dernier morceau de matériel extrait et abrégé de la biographie, sur
Le plus grand rendez-vous de Smbat, au 614-615, est placé après ce qui, à première vue,
semble être une brève visite en Arménie à la fin de son mandat du marz-

Piste 70

SEBEOS COM M E HISTORIEN


Ixx
panate de Vrkan en 606/607, et référence est faite à la
passage d'un seul hiver intermédiaire [100 avec n.21].
Des excisions propres et de simples juxtapositions de ce type sont des fonctionnalités régulières
du travail de Sebeos. Cependant, la plupart des transitions sont clairement visibles et
peu susceptible de dérouter le lecteur. Le matériau lui-même, en grande partie enrichi de
détail extrait de sources documentaires, a été judicieusement sélectionné.
Il n'y en a peut-être pas autant qu'on le voudrait, mais ce qu'il y a inspire
confiance.

(ii) Traite me nt é ditorial

Sebeos a limité son travail sur les matières premières qu'il avait rassemblées à celui de

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 39/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
abrégé et arrangement. Il n'a pas cherché à pulvériser ses sources et
puis de combiner certains de leurs restes en poudre dans un nouveau mélange de son
propre conception. Il ne s'est pas non plus efforcé d'impressionner ses lecteurs avec ses compétences littéraires
et apprendre, polissant ainsi tout ce qu'il a pris de ses sources avec un
couche externe d'écriture fine. Il pouvait écrire couramment et vivement, comme il l'a montré dans
ce qui était probablement une pièce d'autobiographie (l'auditoire de l'évêque récalcitrant
avec Constans II à Dvin en 653 [167-168]), mais l'écrivain céda au savant
et il se contentait du modeste rôle de transmettre, en
forme abrégée, matériaux précieux qu'il avait trouvés dans des sources qu'il
de confiance. Il est donc possible de discerner les contributions individuelles de son
sources et le modèle que ces contributions individuelles apportent à son travail
dans son ensemble.
Dans la mesure où il peut être jugé - principalement par la cohérence et l'intelligibilité des
les avis qui en résultent - le travail d'abrégé a été effectué avec compétence.
Il y a, comme on le verra, quelques passages dans lesquels trop a été
compressé ou dans lequel le matériel relatif à des épisodes séparés mais similaires a
été confondues, mais ce sont vraiment des exceptions. Le même généralement
une conclusion favorable est tirée sur la structure globale de l'histoire de Sebeos.
Le principe primordial dans la disposition de ses avis discrets est
chronologique. Les dates dispersées avec parcimonie dans le texte marquent un
progrès chronologique. La majorité (14) sont persans, prenant la forme de
nombre d'années de règne des rois individuels. À partir de 572, ils établissent un
série de points fixes s'étendant jusqu'à la défaite et à la mort du dernier roi,
Yazkert III, en 652. Dans la troisième section, ils sont complétés par des
Dates du règne romain (neuf au total) et deux qui calibrent les événements de
La mort de M uhammad en 632. Un extérieur

Piste 71

lxxi
SEBEOS

un cadre chronologique est ainsi construit, dans lequel les avis individuels
sont, pour la plupart, correctement placés.
Sebeos, cependant, ne s'est pas laissé tyranniser par le temps, brisant
des séquences d'événements dans différentes arènes dans des avis annuels soignés . Excepté
le problème d'assigner tous les événements, dont beaucoup ne sont pas datés dans ses sources, à un
année spécifique, cela aurait fait un saccadé, parfois moins intelligible
récit. Les problèmes qui peuvent résulter d'une adhésion trop étroite à
la chronologie peut être illustrée à partir de l'épisode Vahewuni (une rébellion en
Persarmenia en 594/595, qui a mal tourné). Plutôt que de continuer l'histoire à
ses dénouements de part et d'autre de la frontière (la suppression romaine d'un
rébellion par un groupe, le stationnement d'un autre groupe par les Perses à
Ispahan et leur désertion ultérieure), Sebeos a divisé son matériel en
trois avis placés à chronologiquement appropriés et nécessairement séparés
place dans son texte [87-88, 89-90, 94 avec n ° 15]. Brisé comme ça, l'histoire est
dur à suivre. Le lecteur est mieux servi, dans l'ensemble, s'il est étroitement lié
le matériau est groupé ensemble, à condition qu'une indication soit donnée qu'un
l'avis individuel a poussé en avant (ou en arrière) au-delà de son
voisins. Sebeos le fait normalement: ainsi une date (616/617) est donnée pour Smbat
La mort de Bagratuni après son rappel du nord-est, montrant que cette plus longue
de lancers en avant a bondi de 17 ans dans le futur depuis son point de départ,
La nomination de Smbat à Vrkan en 599/600 [96-104 avec nn. 19-21]; De même,
Sebeos montre clairement qu'il rompt avec la chronologie stricte en datant le
deux événements ultérieurs qu'il accroche sur une notice, correctement placée, sur le
capitulation de Théodosiopolis en 607 [111-112 avec n.30]; la même chose est vraie de
son bloc consolidé (et compressé à tort) de matériel du Dvin
Source sur la politique constantinopolitaine et arménienne dans les années 640 [142-145
avec nn.60 et 61], qui reçoit une date terminale (645/646), et est suivie
par un avis, tiré de la source Rshtuni, à propos d'un revers arabe antérieur
Arménie, soigneusement datée de 643 [145-147 avec n ° 62].
Il y a cependant plusieurs endroits où quelque chose ne va pas avec Sebeos
édition: (a) quatre avis ont été délogés de leur place,
perturber le flux chronologique; (b) deux avis sont excessivement compressés
et inexact; et (c) il y a trois cas de confusion. La plupart de ces
les erreurs sont vénielles, mais l'une est grave et fait des dégâts considérables à Sebeos
compte rendu de la deuxième phase de la dernière guerre perso-romaine. Le suivant
résumé énumère ces erreurs éditoriales majeures avec des explications telles que
peut être offert:

Psaumes 72

Ixxii SEBEOS COM M E HISTORIEN SEBEOS

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 40/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
(a) (1) Le premier des épisodes enregistrés impliquant Srabat Bagratuni, son n.38]. Des similitudes superficielles entre les phénomènes qu'il enregistre pe
opposition active à la politique de recrutement romaine en Arménie et à ses ont induit Sebeos en erreur en les amalgamant.
sort, a été déplacé de sa position correcte en 589 (date fournie par (2) Deux étapes distinctes dans la carrière de Valentinus, les Romai
Theophylact Simocatta) et associé au second recrutement des Romains homme fort militaire au début des années 640 - sa démarche réussie exigeait
conduire en Arménie au début des années 590 plutôt que le premier (en hiver 586-587 après pouvoirs accrus pour la poursuite de la guerre contre les Arabes en 642/643
un automne désastreux dans les Balkans) [91-93 avec n. 17]. et son échec pour le trône en 644/645 qui s'est terminé par sa mort - ont
(2) Un avis extrêmement laconique sur une avancée perse, sous le fusionnés dans un seul avis daté de 642/643 [142-143 avec n ° 60].
commandement de Shahen, jusqu'à Pisidie dans le sud-ouest de l'Asie M ineure [113 avec Cela ressemble à un lancer en avant trop court et trop court.
n.32], a été égaré bien avant plutôt qu'après un récit du (3) Éléments relatifs à l'attaque conjointe Perse-Avar contre Consta
L'avance des Perses vers le Bosphore en 615 [122-123]. Cela peut être en partie tinople en 626 ont été greffés sur un long préavis sur l'avance de Shahen à
attribués aux dommages causés à cette partie du texte de Sebeos par la fusion des le Bosphore en 615 et ses négociations ultérieures avec Héraclius
l'invasion 615 avec le siège Persan-Avar de Constantinople en 626 ((c) (3) [122-123 avec le n ° 37]. Cela a de graves conséquences: la plus grande cris
au dessous de). la guerre pour les Romains a été éliminée de sa place en 626;
(3) Un déplacement similaire d'un épisode mieux rapporté du même événements importants de la décennie précédente, lorsque les Perses ont con
était probablement une autre conséquence de cette confusion: Philip- picus l'emprise de la Palestine et de l'Egypte envahie, sont passés sous silence; et
contre-attaque en Persarménie qui a réussi à forcer Shahen à événements mentionnés ci-dessus, sont soit déplacés ((a) (2) et (3) ci-dessus
retirer du Bosphore en 615 [114 avec n.33] a été mis bien au-dessus chauves, sans référence à leur contexte complet (le premier d'Héraclius
deux ans plus tôt, avant le couronnement du fils aîné d'Héraclius, Héra- clius contre-offensive de 624-626 [124-126]). Cette fusion ressemble à un
Constantine, le 22 janvier 613 ( Chronicon Pascale 703-704). acte éditorial délibéré et interventionniste. Sebeos, probablement incapable d
(4) Le désordre s'est glissé dans le récit de Sebeos sur l'Arménien Les armées perses atteignant le Bosphore dans deux attaques offensives dist
composante de la grande offensive anti-romaine lancée par les Arabes en 654. au cours d'une guerre, alors qu'ils ne l'avaient jamais fait jusqu'ici dans l'Anti
La demande formelle de T'eodoros Rshtuni pour l'aide arabe et l'armée abandonna sa retenue habituelle, devint audacieux et fit un terrible,
les succès qui ont suivi en 654 sont rapportés deux fois [169, 172, 173 avec n ° 73]. erreur inexcusable.
Il est difficile de rendre compte du détachement de la deuxième paire d'avis de la Avec cette exception flagrante (et la grande perturbation qu'elle a
d'abord, à moins que Sebeos ne commence à lutter pour se tenir au courant de la presse Récit de Sebeos sur les événements environnants), Sebeos a reconstitué son
événements et était simplement en train d'écrire des informations au fur et à mesure qu'elles le rejoignaient. à partir de ses matières premières assemblées de manière artisanale. Ses autr
(b) (1) Immédiatement après avoir constaté la prise de pouvoir de Phocas en 602, Sebeos sont relativement peu nombreux et peuvent être expliqués sans amener son g
présente un casting sur les circonstances qui ont conduit à sa chute huit compétence en tant qu'éditeur en question. Sebeos était conscient de ses éch
ans plus tard [106 avec n ° 26]. Beaucoup a été emballé dans un court préavis, écrivant à la fin [176]: «J'ai peut-être arrangé les détails de cette histoire en
l'histoire étant quelque peu brouillée dans le processus. Le cast-forward n'est pas non plus conformément à la pensée inintelligente de mon propre esprit, et non en
marqué avec une date. conformément à la grâce digne de la connaissance ". Il reconnaît ainsi
(2) Un avis très compressé donne un compte rendu inexact de la à la fois que la tâche de combiner ls preuve panaché était difficile et qu'il était
règne court de (Héraclius) Constantin III en 641 (réduit de plus de cent pas toujours réussi. Il ls les excuses d'un éditeur consciencieux, qui inquiète
à quelques jours et se terminant par son meurtre [140-141 avec n ° 58]). sur ses erreurs père que de se vanter de sa performance générale. le
(c) (1) Trois épisodes distincts ont été combinés dans un avis mis à jour ce dernier jour re ader est, cependant, a frappé beaucoup plus par ses succès
623: le couronnement de (Héraclius) Constantin III bébé en 613, son les échecs -
désignation comme chef d'État nominal à l'occasion de
Départ d' Héraclius pour sa première campagne en Asie M ineure en 622, et Héraclius '
deuxième départ au début de sa première contre-offensive (624-626) [124 avec

Piste 73

lxxiv SEBEOS COM M E HISTORIEN SEBEOS

par la cohérence générale de son récit des deux longues guerres menées par le les phases de la guerre sont très considérables: notamment, sa couverture dé
grandes puissances et par l'imbrication réussie de plusieurs intrigues dans le campagnes en Arménie, et un exposé succinct des circonstances qui ont con
intermède entre eux et lors du balayage final vers sa propre journée. à l' attaque perse contre Jérusalem.
(iii) Ce n'est pas inattendu, puisqu'ils peuvent dépendre d'une source commu
(iii) Valeur de l'histoire de S ebeos est une correspondance étroite entre les récits de Sebeos et de Théophane su
Opérations d'Héraclius du printemps 624 à l'hiver 625/626 [124-126 avec
Compte tenu de la qualité généralement élevée des sources sélectionnées par Sebeos et
nn.39-41]. Bien que Sebeos soit le récit le plus clairsemé, il fournit beaucoup
montage généralement compétent de sa part, il y a peu de raisons de douter du
(en particulier géographique) absents des théophanes, ainsi que
fiabilité d'une grande partie de son histoire. M ais des tests doivent être effectués pour voir si
des pointeurs supplémentaires vers la stratégie des deux côtés. Récit d'Hérac
cette foi est justifiée. C'est l'une des principales tâches entreprises dans le
la deuxième contre-offensive (627-628) concorde aussi bien avec celle de Thé
notes historiques. Partout où la couverture de Sebeos chevauche celle des autres
[126-127 avec n ° 42]. Corroboration supplémentaire, relative aux deux série
sources de valeur avérée, une comparaison est faite, pour tester sa fiabilité. le
campagnes, peut être obtenu à partir du résumé de George of Pisidia de Hera
les résultats de toute une série de comparaisons de ce type confirment, voire renforcent
réalisations, Héraclias et les principales sources orientales.
debout comme savant et historien.
(iv) Une pénurie comparative de sources persanes rend plus difficile le test d
Les tests les plus utiles sont ceux qui peuvent être effectués sur une longue période
matériel sur l'histoire sassanide ultérieure, à l'exception de deux épisodes - la
étendue de texte, sur le lien des avis connexes, prenant un ou plusieurs de haute qualité,
fin février 628 (rapporté de manière assez détaillée dans plusieurs sources or
sources indépendantes comme commandes. Les résultats sont uniformément bons, sauf pour
perte de M ésopotamie (636-640) sur quel matériel supplémentaire précieux
ces passages déjà discutés où le montage à la main est discernable.
est fourni par M ovses Daskhur- ants'i. Les avis de Sebeos sur les deux peuv
Ils établissent à la fois l'exactitude de la version des événements de Sebeos et l'étendue des
corroboré sur tous les points essentiels [127,137 avec nn.43, 54].
sa contribution de matériel non reproduit ailleurs.
(v) Pour les conquêtes arabes et les réponses chrétiennes (à Constantinople
(i) Le récit de Sebeos sur la déposition et la mort d'Ormizd (589), l'appel de
Arménie), il y a très peu de matériel comparatif à apporter à Sebeos
son fils fugitif, Khosrov II, pour l'aide romaine et sa restauration (591) [73-80]
récit relativement complet. M ais les éléments qui peuvent être récupérés fou
peut être corroboré sur plusieurs points clés par le récit plus complet de Theophylact
une certaine confirmation. Ainsi le récit de Sebeos sur l'invasion de la Palesti
Simocatta, ainsi que des avis épars dans les sources orientales. Sebeos ajoute
complète celle de Chron. 724, les deux victoires et l'occupation ultérieure
informations uniques sur le processus politique menant à la chute d'Ormizd, sur
qu'il rapporte s'accorder sans difficulté entre une victoire antérieure près de G
les conditions auxquelles les Romains ont apporté leur soutien à Khosrov, et (probablement)
et l'invasion ultérieure de la Syrie notée laconiquement par la chronique [135
sur les vaines tentatives de Vahram pour gagner la force arménienne commandée par
n.53]. Une occasion de vérifier la version de Sebeos de l'histoire politique rom
M ushel M amikonean [nn 8-11].
vient après Héra- c | mort de ius en 641: bien que, comme on l'a montré, il y a
(ii) La chronologie de Sebeos peut plus facilement être testée en comparant les dates données
une certaine confusion de matériel, l'idée maîtresse de son récit peut être corr
dans la première partie de sa deuxième section: deux sources irréprochables
d'après les avis tirés de Nikephoros, Jean de Nikiu et Théophane [140-
autorité chronologique, le Chronicon Paschale et la Chronique à 724,
'41 , 142-143 avec les nn 58,60].
complété par la vie de Théodore de Sykeon et la brève histoire de
Nikephoros, entre eux corroborent ses dates pour les adhésions de Phocas
et Héraclius (donné en années royales de Khosrov II) [106, 112-113 avec nn 25,
31], le siège et la capture de Dara (603-604) [107 avec n.27], l'échec
blocus de Césarée de Cappadoce (611-612) [113 avec n.31], et la chute de
Jérusalem (614) [115-116 avec n ° 34]. Comme cela a déjà été montré, Heraclius '
la position de négociation du 615 est rapportée avec une précision et une précision impressionnantes.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 41/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Les propres contributions de Sebeos à une reconstruction moderne du premier et demi

Piste 74

lxxvi SEBEOS COMME HIST ORIEN

Un examen attentif du texte de Sebeos démontre ainsi sa


vaut. Un niveau généralement élevé de précision historique est atteint. Il y a
des passages de moindre qualité, où quelque chose a mal tourné dans le processus éditorial,
mais ils sont isolés et ont été identifiés. Le crédit, bien sûr, n'appartient pas
beaucoup à Sebeos lui-même quant à ses sources. Son rôle était de les laisser parler pour
eux-mêmes, limitant ses interventions éditoriales à des abrégés et à des arrangements.
Sa retenue est impressionnante. Il considérait Khosrov comme le principal agent du changement sur
terre, le destructeur de l'ordre établi. Dans un passage de commentaire éditorial sur
son avènement [72], il l'appelle un brigand, destructeur et ruineux, maudit par Dieu.
Ces sentiments, cependant, ne sont pas autorisés à s'infiltrer dans l'histoire proprement dite, où
il garde un ton remarquablement impartial et s'abstient même de chanter
La mort de Khosrov.
Sebeos montre une maîtrise de soi éditoriale égale en confinant sa vision globale,
que le monde touchait à sa fin, à un petit nombre d'interjections éditoriales.
Celles-ci marquent et commentent des moments historiques cruciaux - l'adhésion de Khosrov
(590), la bataille de Nihawand (642) qui détruisit l'empire sassanide comme un
État unitaire, un épisode important de la crise politique romaine continue
provoqué par les conquêtes arabes (651), et la péroration finale. Il y a un
résonance eschatologique à la langue utilisée, dans le premier éditorial sur Khosrov
[72], des succès militaires de Khosrov ('la colère évoquée d'en haut et la colère
enflammé ci-dessous; les torrents de feu et de sang ... le cri des démons et le rugissement de
dragons ') et des invasions arabes dont il est tenu responsable (' un tourbillon
raser les montagnes et les collines, déchirer les plaines ... '). Les deux images de feu (inquiétantes
la mer et la terre ferme) et le tourbillon sont ramassés et étendus dans les trois derniers
passages de commentaire. L'exposition complète du thème eschatologique vient dans le
deuxième éditorial [141-142] sur «la terrible calamité du brigand ismaélite qui
feu à la mer et à la terre '', dans lequel les Arabes sont identifiés comme le quatrième de Daniel
des bêtes. Le feu et le vent se fondent dans le vent chaud mortel soufflant du sud et
brûlant les beaux arbres des vergers nouvellement plantés, une tempête envahissant l'ensemble
terre, dans le troisième éditorial [161-162], tandis que le lien entre les
l'expansion et la fin du monde est renforcée à la fin du texte principal [176-
177] par l'image du feu utilisé par les deux, jaillissant de la colère de Dieu et allumé
le désert.
Il y a une passion évidente, plus que compréhensible compte tenu des circonstances,
dans ces passages composés par Sebeos, mais il est écrit

Piste 75

lxxvii
SEBEOS

retour et non autorisé à affecter le récit proprement dit. C'est seulement quand il vient à la
question de la doctrine chrétienne, qui déterminerait si les Arméniens
obtiendrait le salut, que Sebeos relâche son emprise sur lui-même. Il insère un long
défense de la confession monophysite, interrompant ainsi son récit de tir rapide
des conquêtes arabes [148-161], et il écrit un compte rendu mensonger de la
négociations qui aboutirent à une union temporaire de l'Église arménienne avec le
patriarcat de Constantinople en 631, le présentant comme une initiative personnelle du
Catholicos, Ezr, plutôt que la décision réfléchie d'une assemblée générale du clergé
et laïcs [131-132 avec n ° 49].
À deux exceptions près, ce massage des faits et un éditorial malavisé
intervention qui a causé d'importants dégâts, Sebeos a joué le rôle modeste de
émetteur de matériel provenant de sources sélectionnées. Cet effacement de soi de l'historien
de son histoire plus que celle de l'anonyme Constantinopolitain
auteur de Chron. Pasch. , qui, une génération plus tôt, a compilé sa version finale
section contemporaine presque entièrement composée de documents, de bulletins officiels et
extraits d'eux. Le jugement de Sebeos était tout aussi valable - d'où son inclusion d'un
quantité substantielle de matériel documentaire - mais l'éventail de ses sources et de ses
la couverture était bien plus grande. L'histoire de Sebeos allie ainsi solidité et gamme, et est
bien présenté dans un format qui atteint un équilibre généralement réussi entre
cohérence thématique et progression chronologique. Connexions causales dans et
entre différents ensembles d'événements sont ainsi rendus visibles.
La contribution de Sebeos à notre connaissance de la fin de l'antiquité classique est
supérieur à celui de toute autre source existante unique. Sans lui, nous saurions
très peu de l'histoire de sa patrie au cours de quelque 80 années dramatiques et

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 42/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
ont une vision beaucoup plus fragmentée de la montée et de la chute des fortunes sassanides au cours de la
période. Il remplit un certain nombre de blancs importants dans la couverture par d'autres sources de
la dernière guerre entre les empires rivaux. Il donne quelques aperçus fascinants de
La politique romaine à une époque de crise. Mais son texte doit être chéri avant tout comme
présentant le récit le plus fiable et chronologiquement précis du monde arabe
conquêtes et fournir des informations uniques sur les circonstances ayant conduit à
première guerre civile arabe. Sebeos a apprécié que le monde familier soit détruit
en son temps. Il l'a pris comme un signe indubitable que le temps lui-même était très proche de sa
fin, et, par ses interventions éditoriales soigneusement contrôlées, a donné un sombre
urgence à l'histoire qu'il a racontée.

Psaumes 76

NOTE AU LECTEUR
La traduction suivante a été faite à partir de l'édition critique du texte
préparé par GV Abgaryan intitulé Patmut 'iwn Sebeosi (Erevan, 1979). Cette
le travail sera appelé partout «Abgaryan». Les chiffres en gras dans le
traduction et ailleurs représentent les numéros de page dans l'édition d'Abgaryan,
pas les numéros de page de ce livre.
Les numéros de chapitre et les titres sont entourés de crochets
car ils n'apparaissent pas dans le M SS d'origine et sont du XIXe siècle
ajouts. Étant donné que l'arménien d'origine de Sebeos peut être très
ambiguë, par souci de clarté, certains mots ont été ajoutés au texte;
ceux-ci sont également indiqués entre crochets.
La translittération des noms propres est un problème perpétuel, notamment
parce que le texte lui-même est incohérent dans son orthographe. En général, la norme
La forme arménienne a été rendue dans la traduction bien que bien connue
les individus et les lieux en dehors de l'Arménie ont reçu leur
des noms; ainsi M uawiya plutôt que M awias et Jérusalem plutôt qu'Erusalem.
Pour faciliter la référence aux traductions anglaises disponibles, les textes arméniens sont
cité par chapitre ou section où de telles divisions existent - par exemple Agat'angelos, le
Buzandaran, etc. Lorsque seuls les numéros de page du texte arménien sont indiqués,
ceux-ci sont clairement indiqués dans la version anglaise donnée dans la bibliographie.
Certaines sources arméniennes ne sont pas disponibles en anglais, et certaines n'ont jamais
été traduit du tout.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 43/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Piste 77

TRADUCTION ANNOTÉE

[64]

[CHAPITRE 7] 1

[L'Arménie après l'extinction du règne des Arsacides. Contenu du


Histoire actuelle, de la rébellion de Vahan à la montée des Ismaélites et
leur règne de l'Égypte à la Perse]

Quand l'époque du règne arsacide déclina en Arménie et sous le règne du roi


VRAM CHÂHPOUH a pris fin, 2 la course de la Kark'edovmayi 3 empire gouverné
par-dessus. Il entreprit un plan terrible et épouvantable, de concert avec le
venimeux 4 et les plus importants Chaldéens 5 et tous les principaux nobles de son
royaume, pour enlever les fruits de la piété de la terre d'Arménie. Par là, il
n'a gagné aucun profit mais a été grandement blessé, et la piété s'est épanouie plus glorieusement
que jamais.
Je me réfère à l'époque du règne du maléfique Yazkert, 6 et [65]

1 Macler commence sa traduction ici; Gugerotti a choisi d'inclure tout le texte arménien précédent dans
sa traduction. P our les sections précédentes, voir le texte arménien, xxxii-xxxiii ci-dessus. Le chapitre
les titres ne figurent pas dans le manuscrit original mais proviennent d'éditeurs modernes.
2 Le roi Vramshapuh d'Arménie [401-417? ] Fut brièvement suivi par son frère aîné Khosrov
[bazar 18; MX, Livre III, ch.55], puis son fils Artashes [422-428? ]. bazar décrit longuement le
efforts des nobles arméniens pour le déposer. La famille Arsacid a été dépossédée dans sa sixième année,
et les marzpans persans ont gouverné par la suite. P our ce titre, voir Index II ci-dessous et EH 544.
3 Kark'edovmayi: Abgaryan, n.ll8, andToumanoff, Studies 189, donnent des tentatives antérieures pour expliquer
ce mot comme une erreur. Abgaryan suppose que c'est une corruption de ch'ar k'aw- deayts ', ' evil
Chaldéens » [voir n ° 5 ci-dessous]. Frendo, 'Sebeos' 6, n ° 12, prend le mot comme une confusion de
Carchemish et Carthage. Cependant, Kark'edovn est associé à la P erse dans le texte arménien
of'The Seventh Vision of Daniel ', Ankanon Girk' \, 244. Voir aussi Macler, Apocalypses 63.
4 Venomeux : darnashunch » ,« soufflant amèrement, cruel » . Il est généralement associé au temps hivernal,
mais la NBHL le note une fois comme appliqué à Hérode. Le 172, il est appliqué au dirigeant musulman.
5 Chaldéens: magiciens, AG 318. Ils sont stressés comme les conseillers du shah [ Buzandaran, Livre
IV, ch.54], et associé au magisme [Elishe 15]. Voir également 72.
6 Yazkert II, shah de P erse [438-457].

Piste 78

2 SEBEOS

comment il a voulu détruire les rites de Dieu; comment le vaillant


Nobles arméniens et chef de la maison mamikonéenne, le fanatique de Dieu
Vardan a appelé `` le rouge '', 7 à l'unisson avec ses compagnons guerriers entièrement armés et
leurs troupes, se sont armées pour la bataille, prenant le bouclier de la foi, et
mettant en place comme un fort zèle de cuirasse pour la parole divine étaient des témoins oculaires
pour ainsi dire, voyant sous leurs yeux la couronne envoyée d'en haut. 8
C'est pourquoi ils méprisaient la mort, estimant qu'il valait mieux mourir sur la voie divine.
Comment l'armée perse a avancé sur eux avec une grande force; et comment ils ont accompli
leur propre martyre en les attaquant. Comment les saints martyrs du Christ

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 44/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
capturés par les païens 9 ont accompli leur propre martyre à Apr-Shahr près de
la ville de Nishapur à l'endroit appelé T'eark'uni 10 - tout ce qui a été écrit par
d'autres, comme l'indique cette même Histoire. 11
D'un autre côté, tout le mal qui s'est produit au temps de Peroz; 12 Vardan
la rébellion contre Khosrov et la révolte des troupes perses contre Ormizd;
la mort d'Ormizd et le règne de Khosrov; la mort de M aurice et le
règne de Phocas; la prise d'Egypte et le massacre d'Alexandrie; les
invasion d'Héraclius dans les régions du nord au roi des T'etals; les
envoi d'une énorme multitude de peuples; le raid grec sur Atrpatakan,
leur pillage

7 Vardan Mamikonean est le héros des Histoires d'Elishe et de tazar. Sebeos est le premier à utiliser le
épithète « le Rouge» , dont il n'explique pas le sens. Les surnoms ne sont pas courants dans le classique
Textes arméniens, mais cf. Vardik de Mokk 'sur 138 ci-dessous, qui a servi de guide. Il s'appelle Aknik, 'petit
œil'. La maison mamikonéenne était la plus importante d'Arménie jusqu'au septième siècle; voir EH
385-6.
В P our le zèle de ces Arméniens pour le martyre, voir esp. Elishe 100.114, et t, azar 67. Les troupes ont fait

pas voir les couronnes pendant la bataille, mais pour l'imagerie cf. Elishe 150; bazar 68,72.
9 C'est-à-dire le clergé emmené en Iran comme captif après la bataille d'Avarayr.
10 T'eark'uni est mentionné pour la première fois par Sebeos; cf. Thomson, Elishe 30. tazar, 96101, appelle le site
Rewan; T'.A., 79 ans, fait référence au désert d'Apar. Abgaryan, n.120, suppose que le nom est une corruption de
orkoch'iwr ark'uni, « qui s'appelait royal» .
11 Ie Elishe et tazar. Leurs œuvres précèdent Sebeos dans le MS original. Mais le sens de 'ça
même Histoire » n'est pas claire, à moins qu'il ne s'agisse d'un titre général pour l'histoire des martyrs.
12 Sebeos implique que personne d'autre n'avait décrit les événements après la mort des martyrs, donc
ignorant l'histoire du bazar.
Des notes pour les personnes et les lieux suivants seront données lors de leur apparition dans le récit de Sebeos. Mais
le texte survivant de Sebeos ne fait pas référence à une invasion d'Héraclius parmi les T'etals. T'ovma
Artsruni cite parfois une version plus longue de Sebeos. Soit notre texte actuel est défectueux, soit Sebeos
a pris cette liste de sujets à une source qu'il n'a pas suivi exactement. P our le problème de la
sources utilisées par Sebeos, voir le commentaire historique.

Piste 79

HISTOIRE

et butinet retour par P'aytakaran; la venue du perse un Tiy de


l'est pour les attaquer; la bataille qui [eut lieu] au pays d'Aluank '; les
retour de l'empereur à la ville de Nakhchawan et bataille d'Archesh. les
retour de l'empereur sur son propre territoire; encore une autre attaque contre
Khosrov; la bataille de Ninive; le raid sur la ville de Ctésiphon; le retour à
Atrpatakan; la mort de Khosrov; le règne de Kawat; le traité entre le
deux rois; l'abandon du territoire grec; le retour de la Croix divine à
la ville sainte. Puis après cela l'excitation d'une colère énorme; les dernières catastrophes de
le brigand au sud; et comment les armées d'Ismael étaient inopinément
agité, et en un instant vaincu le pouvoir des deux rois, saisit
d'Egypte jusqu'au-delà du grand fleuve Euphrate [66] et jusqu'à la frontière de
Arménie, et depuis le rivage de la grande mer occidentale jusqu'à la cour royale de
les Perses, toutes les villes de la M ésopotamie syrienne, et Ctesiphon et Veh
Artashir 3 et M arand, Hamadan, jusqu'à la ville de Gandzak et le grand
Hrat 13 dans la province d'Atrpatakan - tout cela je souhaitais vous raconter
succinctement à travers ce livre. 14 "

[CHAPITRE 8 | 15

[La rébellion de Vahan contre Peroz. Mort de Péroz et règne de Kawat. Vahan est
nommé marzpan d'Arménie. Mort de Kawat et règne d'Anushervan
Khosrov. Rébellion de Vardan. La bataille et la défaite de Khosrov avec lui.]

Dans les années de Peroz, roi de Perse 16, il y eut une suppression de tous les
privilèges et rituels et usages du christianisme. Une tribule si sévère

13 C'est-à-dire le Grand Feu, maintenant Takht-i Suliman; Hewsen, ASX 266, П.198А, et Schippmann,
Feuerheiligtumer 349-50. P our le culte du feu, voir Russell, Zoroastrianism, ch.15.
14 Livre: gir, 'document'. Si Sebeos déclare que la mort de Vardan est décrite par `` les autres '', mais seulement lui
décrira les années de P eroz, il [ou sa source ici] ignore délibérément tazar ou est
ignorant cette histoire.
15 Ch.l à Macler.
16 459 ^ 184. P our son attitude anti-arménienne, voir tazar 108-68, esp. 166.

Piste 80

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 45/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

13 Veh Artashir: Sur la rive droite du Tigre, ainsi nommée vers 230, l'une des cinq villes qui
composé la capitale sassanide; cf. Veh-Khosrov sur 69. Les autres villes étaient Seleu- cia, un Grec
fondation, Ctésiphon d'origine parthe, et Vologesias, fondée en 69 après JC, au sud de Séleucie sur la
canal royal reliant le Tigre et l'Euphrate. La forme arménienne standard pour Ctésiphon est Tisbon;
voir EH 594.

Piste 81

4 SEBEOS

la persécution et le mépris assaillirent les princes, qu'ils jetèrent


loin d'eux-mêmes le joug de la servitude. Les M amikonean Vahan se sont rebellés,
expulsé les Perses et pris le pouvoir par la force. 18
Puis le roi Péroz envoya contre lui une grande armée de Huns. 19 Il leur a donné
des ordres stricts de tuer le rebelle et de mettre tous les mâles à l'épée. Le Sparapet
Vahan s'est empressé de s'opposer à lui avec 30 000 hommes armés d'élite. Ils étaient
tracé contingent face contingent et ligne face à face. 20 Et ils
se sont rapidement attaqués au son de la trompette dans la plaine de
Geran. 21
Puis la Parole divine vint à leur aide. Le vent a créé une intense
tempête de poussière autour des armées et la déversa sur les Perses, entourant
eux comme avec une obscurité épaisse à midi. 22 Un terrible massacre a eu lieu le
des deux côtés, et on ne pouvait pas distinguer les cadavres des morts - ni
Soldat persan ni arménien. Cependant, l'armée arménienne a gagné en force
et vaincu l'armée perse par un massacre. Après avoir poursuivi la fuite
survivants, ils sont revenus totalement victorieux. 23
Ce Vahan a également recueilli l'hommage de l'Arménie et a restauré le

18 Vahan Mamikonean [no. 17 in HAnjB] est le patron et le héros de l'histoire de bazar. Il a tenu par
droit héréditaire le titre de sparapet, 'commandant en chef [pour le titre voir Index II ci-dessous, sv' commander '

et EH 560-1], mais ne fut nommé marzpan qu'en 485 sous le règne de Valarsh, 67 ci-dessous. Le titre
marzpan, `` gouverneur d'un district frontalier '', a été remis aux gouverneurs de l'Arménie perse, qu'ils soient

Perses ou arméniens indigènes; voir Index II ci-dessous et EH 544. Cf. également au-dessous de 96, 111. Pour le Mamikonean
house, voir EH 385-6, Toumanoff, Studies 209-10.
19 Les Huns du nord du Caucase sont fréquemment mentionnés dans les premiers historiens arméniens; cf. Hewsen, ASX
246, n ° 82A. À l'occasion, ils ont soutenu les Arméniens et les Géorgiens contre les Perses, cf. bazar 117-26.
Puisque le paragraphe suivant se réfère uniquement aux Persans, certains ont été tentés de remplacer « Huns» par « Persans» - c.-à-d.
« Peroz, roi des Perses, a envoy é une grande armée ...» . Voir Abgary an n. 129.
20 Contingent: gund, pour le sens militaire du « détachement, bataillon» voir EH 529. Chakat [voir ^ G 186],
« front» , est le terme arménien standard pour une ligne de bataille.
21 Geran: Ce site n'est pas mentionné par d'autres auteurs arméniens. C'est peut-être dans le domaine du moderne
Geran river in Aluank ', pour lequel voir Hewsen, ASX 262, П.166А. T'.A., 84 ans, appelle le champ de bataille Eriz,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 46/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
suivant bazar.
22 L'obscurité à midi: Il existe plusieurs parallèles bibliques, mais pas dans le contexte de la bataille. Cf. également
l'obscurité de midi qui provoqua la conversion du roi Mihran d'Ibérie; K'art 'lis Ts'khovreba: Q, 109; V, 58.
23 De nombreuses descriptions de bataille de Sebeos contiennent des ornements rhétoriques similaires,
de nombreux historiens arméniens; cf. EH Annexe V, « Formules épiques et bibliques» 586-96.

Psaumes 82

5
HISTOIRE

grandeséglises que les Perses avaient ruinées dans la ville de Valarshapat 24 [67)
et à Dvin et à M zrayk ', et dans de nombreux endroits en Arménie. Et il a renouvelé
encore la prospérité de la terre.
M aintenant, bien que le roi de Perse Peroz ait souhaité rassembler une autre armée pour
attaquer l'Arménie, mais il n'en a pas eu l'occasion; pour les nouvelles de l'ennemi ont donné
pas de répit dans la région des K'ushans et de cette frontière, puisque le roi des
K'ushans lui-même marchait contre lui avec une grande armée. 25
Puis, rassemblant ses troupes, il alla s'opposer à lui en toute hâte. Il a dit: 'Je
ira d'abord le vaincre; puis, à ma guise, je retournerai en Arménie.
Que mon épée ne les épargne pas, hommes ou femmes. M archant rapidement, il est arrivé à
affrontez l'ennemi à l'est. Il y a eu une terrible bataille. Ils ont vaincu et
détruit l'armée perse, donc pas un seul d'entre eux ne s'échappa ou
fuite. Le roi Peroz est également mort dans la bataille avec ses sept fils.
Puis son fils Kawat régna sur le pays de Perse. 26 Parce que le pouvoir de
sa nombreuse armée avait été brisée, il ne voulait pas engager la guerre avec
n'importe qui, mais fait la paix de tous côtés. Il a également conclu un traité avec les Arméniens,
convoqua Vahan à la cour et l'honora grandement. Il lui a accordé le
bureau de marzpan du pays 27 et de la principauté des M amikoneans. 28
Il a reçu un serment de pleine soumission et l'a expédié paisiblement à son
propre pays.
Après Vahan, son frère, le patrik Vard a occupé le poste pendant un court

24 Pour les actions de Vahan cf. YD XVI3. Valarshapat était la capitale Arsacid de l'Arménie, remplacée par
le centre administratif par Dvin après la fin de la monarchie. Il est devenu le centre religieux à la fin
quatrième siècle, après Ashtishat, en raison de son association avec saint Grégoire l'Illuminateur, bazar, 157,
se réfère à Vahan restaurant la ville qui « avait vieilli» [ pas « détruite» ]. Voir Khatchatrian , L'Architecture
Arménienne 87 pour la cathédrale et sa restauration en 484/485. Mzray k 'n'est pas en tazar ou autre arménien
sources.
25 Voir le bazar 155-6 pour l'attaque de Peroz contre les « Hephthalites» . Elishe, 11 ans, appelle les K'ushans « Huns» .
Les auteurs arméniens utilisent souvent ces termes de manière inexacte; voir Thomson, Elishe 63, n ° 5.
26 Kawat I: 488-531. Sebeos omet Valarsh [484-488], mentionné explicitement par bazar 178 et par YD
XVI5.
27 C'est le point culminant de l'histoire de Bazar, qui dit que Valarsh a nommé Vahan et ne mentionne pas
Kawat.
28 Puisque Vahan était le chef de cette noble famille, la reconnaissance officielle de son droit héréditaire comme
Sparapet est probablement destiné.

Piste 83

6 SEBEOS HISTOIRE

temps, puis est mort. 29 Après lui, des marzpans persans vinrent. M ais les Arméniens étaient M ais soudain un grand tumulte s'abattit sur eux. Car les Perses avaient
incapable de faire la guerre et est resté soumis au marzpan Suren église Saint-Grégoire, qu'ils avaient construite près de la ville, en entrepôt.
et Vardan seigneur des M amikoneans. 30 Ils [les Grecs] l'avaient incendiée et brûlée. Donc un grand tumulte
Puis dans la 41 e année du règne de Khosrov, 31 fils de Kawat, Vardan leur est arrivé. 40
se sont rebellés et ont rejeté la soumission à la domination perse à l'unisson avec tous les Puis M ihran M ihrewandak 41 les a attaqués avec 20000 soldats et de nom
Arméniens. Ils ont tué le marzpan Suren, le prenant par surprise dans la ville de éléphants. Il y eut une grande bataille dans la plaine de Khalamakhik '. 42 Ils
Dvin, a saisi beaucoup de butin, et a tourné leur allégeance aux Grecs. 32 vaincu l'armée perse avec d'énormes pertes, les mettre à l'épée, et
A cette époque, avant cet événement, un certain prince Vahan, prince du pays de pris d'eux tous les éléphants. M ihran s'est échappé avec quelques hommes
Siwnik ', s'était rebellé et avait fait sécession des Arméniens. 3 " 1 Il a demandé retourné dans leur propre pays.
Khosrov, roi de Perse, pour déplacer le divan 34 du pays de Siwnik ' C'est le Vardan contre lequel le roi perse, appelé Anush Ёгиап
de Dvin à la ville de P'aytakaran, 35 ans et qu'il pourrait placer cette ville dans le Khosrov, 43 ans, est venu en personne avec une foule de soldats entièrement
recensement 36 [68] d'Atrpatakan, de sorte que le nom des Arméniens ne serait plus éléphants. Il a marché à travers la province d'Artaz, a traversé Bagrewand,
appliqué à eux. Et l'ordre a été exécuté. passé par la ville de Karin. 44 Poursuivant sa route, il vint à M élitène et
Puis le roi grec 37 fit un serment avec les Arméniens et confirma la campé en face. 45
même pacte qui avait été conclu entre les deux rois - Le matin du lendemain, avec une grande promptitude, ils rédigèrent
contingent face au contingent et ligne à ligne, 46 et engagés les uns les autres
29 tazar ne mentionne que Vard Mamikonean [n ° 1 dans HAnjB ] du vivant de Vahan, et ne
utilisez le titre patrik. Toumanoff, Dynasties 331, place sa mort en 510/511. P our le titre byzantin de 38 Voir Aa 877 pour les détails de cet accord, qui est fréquemment mentionné en arménien
patrician, patrik [AG 371], voir ODB, sv L'utilisation ici implique une pratique du septième siècle, pas celle de les historiens. P acte: ukht, comme Elishe 72; ukht dashanats » à Buzandaran, III 21; dashink
le cinquième siècle. La lettre de défense de l'orthodoxie arménienne, 155-160 ci-dessous, souligne la visite de Trda
30 P our Suren, voir Justi, no. 15, où des références à des sources byzantines sont également données. Vardan [non. Constantine et le pacte. P our le développement de cette légende chez les auteurs arméniens, vo
11 en HAnjB] était le petit-fils de Vard. « Constantine et Trdat» .
31 Khosrov I: 13 septembre 531-février 579; donc juillet 571 à juillet 572. 39 P our l'église Saint-Grégoire, voir Khatchatrian, L'Architecture Arménienne 53-8. Sebeos
32 Sur cette rébellion de 572 et l'acceptation de la communion avec les Grecs par Vardan et les décrit ci-dessous sa restauration, 100, et son achèvement, 112.
Catholicos Jean II [que Sebeos ignore], voir Jean d'Ephèse, P t. Malade, Bk. 2,18-23, et Garitte, 40 Sebeos, comme de nombreux auteurs arméniens, n'indique pas toujours clairement qui f

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 47/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Narratio 175-212. YD, XVI19, suit Sebeos, mais Asolik, II2, se développe. Il appelle Suren Chihr verbe et qui est l'objet. Ici, je considère que le « tumulte» est celui entre les Grecs et les Armén
Vshnasp [AG 49], un parent de shah Khosrov, qui a maltraité les épouses de nobles arméniens et a été la référence aux P erses explique simplement comment l'église était devenue un entrepôt. Il y a
tué avec l'épée par Vardan le 22 Areg dans la 41e année de Khosrov, le septième de Justinien, ie obscurités similaires plus tard. Cf. Le texte arménien, lx ci-dessus.
23 février 572. Asolik ajoute que lorsque Vardan se réfugia à Constantinople, Justinien nomma le 41 Mihran: Voir Justi, Mithrana, n ° 13. Il n'est pas mentionné en dehors de Sebeos.
porte principale de Sainte-Sophie « la porte des Arméniens» . 42 Khalamakhik ': comme aussi 70. Bien que cette bataille soit mentionnée par des écrivai
33 Vahan: n ° 19 à HAnjB. P our la maison de Siwnik, voir EH 408-9 et Toumanoff, Studies 214. YD XVI22, le site est inconnu. Il semble être près de Dvin.
P our cet événement, voir Toumanoff, ibid., Adontz / Garso'ian 172; et plus en détail Garitte. Narratio 43 Khosrov 1:13 septembre 531-février 579. P our le nom, voir AG 20.
211-13, qui accepte la datation d'Akinean entre 552 et 557. 44 Artaz est à Vaspurakan; voir Hewsen, carte ASX 66. Bagrewand est à Ayrarat; voir Hew
34 Divan : chancellerie, centre administratif, AG 143 ^ 1. carte 69. Karin [Théodosiopolis, Erzerum]; voir Hewsen, carte ASX 61.
35 P 'aytakaran: voir Hewsen, ASX 59 [carte, 60A] et 253 ^ 4. 45 Melitene: une correction de P atkanean pour i teli du MSS; Abgaryan n.140. La capture
36 Recensement: shahrmar, Adontz / Garsoi'an 435, n ° 14; Eransahr 122, n .3. MacKenzie, Pahlavi Melitene par Khosrov en 576 n'est pas mentionné dans d'autres sources arméniennes.
Dictionnaire , explique le mot comme un composé de shahr, « terre, pays» et mar - hamar, « compte» . 46 Comme 66. Le vocabulaire de Sebeos pour les scènes de bataille est très standardisé; ce
Sebeos utilise l'équivalent arménien, ashkharhagir, décrivant le même événement plus tard, 175. noté ci-dessous.
37 Justin II, 15 novembre 565-5 octobre 578.
les bienheureux Trdat et Constantin. 38 Il leur a donné une armée impériale en
soutien. Lorsqu'ils eurent reçu l'armée, ils attaquèrent la ville de Dvin; après
un siège ils l'ont détruit de haut en bas, et ont expulsé les troupes perses
qui y étaient stationnés.

Psaumes 84

8 SEBEOS

Dans la bataille. La bataille est devenue intense sur la face de la terre, et le


le conflit est devenu très dense. Le Seigneur a livré le roi perse et toute son armée à
défaite. Ils ont été mis en déroute devant leurs ennemis par l'épée, et ont fui devant eux
avec de grandes précipitations. Ne sachant pas les routes à prendre pour s'envoler, ils sont allés jeter
eux-mêmes dans le grand fleuve appelé Euphrate. L'eau gonflée emportée
la multitude de fugitifs comme une foule de sauterelles; 47 Peu de gens ont pu sauver
eux-mêmes ce jour-là. Mais le roi avec quelques hommes s'est échappé par la peau de ses dents, 48
se réfugier dans les éléphants et la cavalerie. Il a fui par Aldznik » 49 et renvoyé
à sa propre résidence.
Ils ont saisi tout leur camp avec les trésors royaux. [69 | Ils ont capturé le
reine et les femmes, 50 ans et s'approprièrent tout le pavillon [royal], et le pavillon d'or
transport de grande valeur, serti de pierres précieuses et de perles et était
appelé par eux la «glorieuse» voiture. M Le feu que le roi
continuellement emmené avec lui pour obtenir de l'aide, ce qui était plus
important que tous les autres incendies; il a été appelé par eux At 'ash. 51 Cela a été éteint
dans la rivière avec le movpet-movpetan et un autre hôte des plus éminents
personnes. " 3 En tout temps, Dieu est béni.

47 Criquets: marakh. Bien que la comparaison soit courante dans l'Ancien Testament, il n'y a pas
parallèle pour être balayé de cette façon.
48 P eau de ses dents: mazapur, « s'échappant par un cheveu» , expression arménienne très courante; cf.
173.
49 Aldznik ': sur la rive est du Tigre; voir Hewsen, ASX51, carte 60A.
50 Reine: bambishti, AG 116-17. Femmes: banukan [AG 117], pour le zbanakn du
MSS, d'abord corrigé par Carrière sur le parallèle de Buzandaran III 21, V 2. Garso'ian, EH 308,
note que cette phrase est peut-être devenue un cliché, bien qu'il y ait un parallèle étroit avec la victoire de
Galère en 297.
51 Feu: Hrat \ voir 66 pour cet incendie à Atrpatakan. At'ash, AG 92.

Piste 85

HIST OIRE 9

[CHAPITRE 9] 52

[La croyance au Christ et le baptême d'Anusheruan Khosrov. Les marzpans persans


et les généraux venus en Arménie après Vardan jusqu'à la fin du règne sassanide]

Ce Khosrov, qui s'appelait Anush Ёгиап, 53 pendant la période de son règne


avant cette rébellion restauré la terre, parce qu'il était un amoureux de la paix et
promoteur de la prospérité. Lorsque cette rébellion s'est produite, 54 désormais il était
poussé et excité à la colère, se jugeant irréprochable au motif que:

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 48/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
était un père pour tout le pays et non un maître, et je me souciais d'eux tous comme
fils et amis. Alors maintenant, dit-il, Dieu cherchera [vengeance pour] ce sang de
leur.' Ce Khosrov, pendant le temps de son règne, ferma les cols du Chor et
de l'Aluank »; 55 il captura le roi des Égériens, et s'empara d'Antioche par les armes
en Pisidie. 56 Les captifs, il s'installe à la résidence royale.
Il a construit une ville et l'a nommée Veh Anjatok 'Khosrov, 57 qu'ils appellent
Shahastan-i Nok-noy. Il a également capturé Dara 58 et Kalinikos, et saisi dans un raid
la région de Cilicie.
Il a occupé le trône pendant 48 ans. 59 Au moment de sa mort, la lumière du divin
La parole brillait magnifiquement autour de lui; car il croyait au Christ, disant ce qui suit:
croyez en un seul Dieu, qui a créé le ciel et la terre, que le

52 Macler, ch.2.
53 Je suis le texte d'Abgaryan dans ces variations mineures de l'orthographe.
54 C'est-à-dire la rébellion de Vardan, 67.
55 Le col du Chor est l'un des cols littoraux au sud de Darband; celle de l'Aluank 'est due
au nord de Shemakha; ils doivent être distingués de l'autre passage principal à travers le Caucase, le
Dar-i-Alan; voir Hewsen, ASX 122-3. P our la région Aluank ', ibid., 57-9, carte 60.
56 Antioche sur l'Oronte est prévu, limogé en 540. « P isidia» semble être un inconscient
réminiscence des Actes 13.14. Égérie: Lazica, la zone disputée entre Byzance et l'Iran dans le
règne de Justinien. P our les sources grecques, voir Toumanoff, Studies 255.
57 Veh Anjatok ', une corruption de Veh a: Antioche, ' mieux qu'Antioche '. Veh-Antioche de Khosrov
a été fondée en 540, l'une des cinq villes de la capitale sassanide; c'était la ville des déportés
du territoire byzantin. Cf. Jean d'Éphèse III 6,19; MD II10. Nok-noy: corrigé par Markwart,
'Nachtrage' 301, de l' Oknoy du MSS.
58 P our l'importance de Dara voir aussi 107. P our sa capture en 573 cf. Jean d'Éphèse III 6.5-8.
59 Voir n ° 31 ci-dessus. Khosrov Anushervan est loué par Jean d'Éphèse III, 6,20, en tant qu'ami de
Chrétiens, mais il n'implique pas qu'il s'est converti au christianisme! Cf. aussi Histoire nestorienne 147.
Cependant, YD, XVI 34-6, et Vardan, 59 ans, suivent Sebeos. Cf. 85 et '49 -151 ci-dessous pour Khosrov
II L'attitude de P arviz envers les chrétiens.

Psaumes 86

51 P avillon . mashaperchan, AG 192, EH 544. Carriage \ despak, AG 140. Transport royal:


despakp'arats ', se référant au roya \ p'ark' qui protégeait le roi légitime d'Iran. Sur ce
concept important voir Garso'ian, « The Locus» , et d'autres réf. dans EH 552.
53 Éteint: allumé: « noyé» , hetdzaw. P our le sarcasme arménien sur le culte du feu et le
noyade offire cf. Elishe 175-6. Movpet-movpetan, AG 195, « chef mobilisé» (c'est-à-dire mage); les
la forme arménienne standard est mogpet, voir n ° 62.

Psaumes 87

dix SEBEOS HISTOIRE

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 49/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Les chrétiens professent adorer: Père et Fils et Saint-Esprit. Car il est seulement pays d'Arménie: déraciner, déterrer, exterminer et détruire sans pitié
Dieu, et nul autre que celui que les chrétiens adorent. la terre. Il est arrivé, mais la population a survécu en restant quelque part da
Il a ordonné à ses serviteurs d'envoyer le mogpet royal 62 [70] dans des endroits éloignés forteresses inaccessibles ou en fuyant vers des terres reculées. Cependant, b
en service, et de retirer les autres de la résidence royale. Il a convoqué le incapable de s'échapper parce qu'ils [les Perses] ont mis l'épée et tués ceux
l'archevêque, qui s'appelait Eran Catholicos, 63 ans et fut baptisé par lui. Il qu'ils ont trouvé. Il a fait la guerre dans la péninsule ibérique et a été vaincu.
a ordonné la célébration de la liturgie 64 dans sa chambre et les préceptes de la Arménie et saisi Angl par un faux serment.
Évangile à lire, et il a communiqué dans le corps et le sang de vie P'ilippos, seigneur de Siwnik ', 73 a mené une bataille à la ville 74 et à Kha
le Seigneur. Puis il prit congé du Catholicos et de l'Évangile du Seigneur, et makhik ', et une autre bataille à Vanand au village d'Ut'mus. Dans les deux il
l'envoya chez lui. vaincu. Il est resté sept ans et est parti. 75
Puis, après quelques jours, il s'endormit dans sa bonne vieillesse. Les chrétiens ont pris Puis le roi Anush Ёгиап Khosrov est venu lui-même, comme je l'ai dit, e
son corps et l'a placé dans le sépulcre des rois. Son fils Ormizd a régné grande bataille à M élitène dans laquelle il fut vaincu; 76 puis il est parti.
après lui. 65 [71] Puis vint Tam Khosrov. 77 Il a fait deux campagnes: une à Basean à
M aintenant, ce sont les généraux du roi perse qui sont venus les uns après les autres Bolorapahak où se rejoignent les M urts et les Araxes; et un à Bagrewand à
à cette terre d'Arménie: de la rébellion de Vardan seigneur de la Kt'ni. 7s Dans les deux , il a remporté une magnifique victoire. Il est resté de
M amikoneans, fils de Vasak, jusqu'à nos jours. 66 Certains ont été tués défunt.
batailles, certains se sont battus, 67 autres ont remporté une victoire et sont partis. Puis vint Varaz Vzur; 79 il a mené une bataille à Vanand dans le village de
Quand ils ont tué le marzpan Suren, la même année 68 est venu un certain Ut'mus, où il a d'abord été vaincu, puis victorieux. Il est resté pendant
Vardan Vshnasp; 69 mais il n'a pu accomplir aucune entreprise. Il un an et est parti.
est resté un an et est parti. Puis vint le grand aspet parthe et Pahlaw . 80 Il a fait un
Puis vint Golon M ihran 70 avec 20000 soldats entièrement armés et de nombreux
71 Forces: chambar, allumé. « camp» , AG 186-7.
72 Voir ci-dessus, n ° 19, 25.
62 Mogpet: AG 195, le chef mobilisé ( mage). C'est la forme arménienne standard; cf. n.53. 73 P 'ilippos [no. 1 en HAnjB] s'est probablement opposé à Golon. Toumanoff, études 214 indiq
63 Eran: corrigé par P atkanean du er et du MSS sur la base de Vardan, 59 ans; c'est-à-dire le était le prince président 574-576.
Catholicos d' Iran. P our le titre, voir AG 39; cf. également 150-151, en référence au règne de Khosrov 74 Ie Dvin, le centre administratif de l'Arménie. Sebeos implique que la bataille de Dvin et de
II. Là Sebeos déclare que Kawat et Khosrov avaient scellé la foi écrite des Arméniens! P our Khalamakhik 'était le même; cf. n.42 ci-dessus. Vanand est à Ayrarat; Hewsen, ASX 65, carte 69.
L'intérêt byzantin pour le christianisme en P erse voir Mango, « Deux Etudes» 117. Ut'mus n'est pas attesté autrement.
64 Liturgie: zham, qui signifiait à l'origine le service « Heures» . La NBHL se réfère uniquement à la 75 He: on ne sait pas si P 'ilippos ou Golon est destiné. Le chiffre sept est faux si c'est le
dernier; voir Commentaire historique.
Mashtots ' pour ce sens.
76 Voir ci-dessus 68, pour la bataille de Melitene. Ici, l'ordre des pages du Vorlage de ^ est en
65 Ormizd IV: février 579-déposé, février 590.
désordre: après « Khosrov» , le texte continue « Vndoy emprisonné» en 73 ligne 13 de l'édition
66 Ie Vardan II, 67 ans, pas le Vardan immortalisé par Elishe. Vasak: HAnjB, n ° 10. 'Jusqu'à la
Voir la numérotation des folios en marge de cette édition. L'édition de P atkanean suit le MS.
temps présent » : le dernier général mentionné est Hoyiman 71, 105 du temps de Maurice. Les généraux
f 77 Tam Khosrov: AG 87, pour le nom; et voir plus loin Whitby, l' empereur Maurice 263.
ont été suivis par les gouverneurs. Sebeos peut donc prendre ses informations d'un précédent écrit
78 Bolorapahak et Kt'ni ne sont pas attestés dans d'autres sources.
source composée beaucoup plus tôt que son propre livre.
79 Voir AG 71-2; Justi 350.
67 Batailles livrées: paterazmets'an. Il n'y a pas de variante au texte, mais pour le sens
80 P art'ew = P ahlaw, AG 633-5. C'était la famille à laquelle les Arsacides arméniens étaien t allés:
Macler proposa des partets'an, 'furent vaincus', à la suite de Carrière; voir Abgaryan n.152-
Aa 32, MX II 71-2. Voir 73 ci-dessous. Aspet, « commandant de la cavalerie» ; vo ir EH 509, pour
68 Ie 572; voir ci-dessus, 67.
69 P our le nom, voir AG 83; Justi 353; appelé Vahram par YD XVI23. références aux bureaux iranien et arménien.

70 Voir AG 49 pour les variantes du nom dans les historiens arméniens ultérieurs. Cf. Justi 374 sv Wlon
- soit le même Mihran que le 68.
éléphants. Il avait avec lui de nombreux auxiliaires des forces 71 des innu-
races méritables qui habitent le long du Caucase montagneux - les races du
Huns 72 - et aussi un ordre du roi d'extirper les hommes de la

Psaumes 88

12 SEBEOS

campagne à Shirakawan 81 et a été victorieux. Il est resté sept ans et


défunt.
Puis le marzpan Hrahat, 82 ans qui est allé à Nisibis S3 comme allié à lui
les gens au combat. Là, ils ont été vaincus, puis ont remporté une victoire
de là, il a mené une autre campagne à Bznunik 'à Tsalka- jur 83 et a été
victorieux. Il est resté quatre ans et est parti.
Puis vint le marzpan Hratrin Datan. 84 Par la suite, les Perses furent
incapable de résister au combat l'armée grecque. En son temps, Ormizd a été tué, et son
le fils Khosrov régna. Il est resté deux ans et est parti.
Puis les gouverneurs persans 85 vinrent, jusqu'à la fin de la paix entre
Perses et Grecs et entre les deux rois M aurice et Khosrov.
Puis [vint] Vndatakan Khorakan. Les troupes perses l'ont tué à
Garni, 86 ans et après s'être rebellé, se rendit à Gelumk '. Puis M erakbut;
puis Yazden; puis Butmah; puis Hoyiman. 87

81 Dans la province de Shirak à Ay rarat; Hewsen, ASX carte 69. L'emplacement exact est incertain.
82 Pour le nom, AG 48; pour le bureau, n. 18 ci-dessus.
83 Tsalkajur n'est pas attesté ailleurs; mais pour divers sites avec des noms de tsatik 'fleur', voir AON
435. Bznunik 'se trouve à Turuberan, sur la rive nord-ouest du lac Van; Carte 62A de Hewsen, ASX .
84 Ie Hratrin, fils de Dat, AG 36. Ormizd IV: février 579-février 590. Khosrov II: février
590-février 628.
85 Governors: sahmanakalk », au sens similaire à marzpan, mais non utilisé dans un sens technique. Dans Aa
873, le mot est assimilé à bdeashkh. Pour ces seigneurs frontaliers, voir EH 516-17. Pour la fin de la paix voir
plus bas.
86 La célèbre forteresse de l'époque Arsacide au nord-est de Dvin, AON 365. Gelumk "est Gilan.

87 Cette liste est reprise sur 105. Ici ара, « alors» apparaît à tort entre Vndatakan et Khorakan.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 50/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Une personne est prévue, puisque Khorakan et Nikhorakan doivent être identifiés [voir AG 57 et Justi 220].
même si Sebeos donne dans les deux listes des lieux différents pour sa mort [Garni et Dvin], Pour Merakbut
[Merkut, 105] voir AG 53; Yazden, AG 55; Butmay, AG 33; Hoy iman, AG 48.

Psaumes 89

1
HISTOIRE
3

[72]

LIVRE CHRONOLOGIQUE Histoire royale 88

Conte des Aryens, 89 raid dans le monde par le brigand sassanide Apruez
Khosrov, qui a consumé par le feu toute la [terre] intérieure, perturbant la mer
et la terre sèche, pour apporter la destruction sur toute la terre.
M aintenant, je vais raconter de façon narrative l'histoire 90 des événements destructeurs
qui est arrivé au monde: la colère évoquée d'en haut et la colère enflammée
ci-dessous; les torrents de feu et de sang, et les raids des brigands; les
attaques mortelles, le cri des démons et le rugissement des dragons, 91 les races
de Chaldéens 92 et d'hommes descendants de géants, de braves cavaliers armés,
d'est en ouest, du nord au sud. [Je décrirai] ceux du sud, 93
suscités avec une grande passion, s'attaquant les uns les autres, et l'accomplissement de la
commande de la colère du Seigneur contre le monde entier. Comme le tourbillon ils
s'est levé et a éclaté 94 pour tout détruire à l'intérieur, pour raser les montagnes et les collines,
déchirer les plaines, écraser en morceaux les pierres et les rochers sous les talons de
leurs chevaux et leurs sabots piétinant.
Je vais donc vous raconter l'histoire du Khosrov destructeur et ruineux, maudit
par Dieu.

88 Livre chronologique: matean zhamanakean, un caique sur la chronographe grecque . Histoire roy ale:
Abgary an, n ° 166, note diverses histoires perses ultérieures dans lesquelles Khosrov II et Vahram Ch'obin figurent
en bonne place: le Khoda-nama, le Fihrist et le Shahnama. Cette rubrique figurait dans le manuscrit.
89 Des Ary ens: ariakan. Bien que l'adjectif arménien puisse également signifier `` vaillant, héroïque '', le
le contenu est iranien.
90 Conte: araspel; de manière narrative: vipasanelov. Pour ces termes appliqués à l'écriture historique, voir
Thomson, Moses Khorenats'i 11. Ici Sebeos indique le caractère épisodique de son récit.
91 Dragon: vishap , pour lequel voir MX I 30. Eznik associe la vishap au diable. Ici il se tient
pour le shah, comme dans Elishe 44. Dans Ezéch. 29.3 Pharaon est le grand vishap.
92 Pour les Chaldéens, voir ci-dessus, n ° 5.
93 Les musulmans, dont les invasions ont suivi la chute de l'Iran sassanide. Le thème des invasions du
'sud', prophétisé dans l'Ancien Testament, figure en bonne place en dessous de 161 162.
94
Cf. Est. 28,15a, 18b. Les versets 15b et 18a sont cités ci-dessous 164, concernant le pacte de T'eodoros
avec les musulmans.

Piste 90

83 Nisibis: La forme arménienne de Nisibis est différemment orthographiée en Sebeos. Ici Mrtsuni, ailleurs
Mrtsuin , ou plus généralement Mtsbin. Il est à distinguer du site précédent Mtsurn, qui avait
disparu au cinquième siècle. Voir EH 479-80.

[72]

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 51/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Piste 91

14 SEBEOS

[CHAP ITRE 10] 9 6

[Le règne d'Ormizd et le massacre des nobles. Vahram


Mirhewandak bat le Mask'ut'k '. Ormizd est en colère contre sa petite part de
butin. Les troupes de Vahram se rebellent contre Ormizd et font de Vahram leur roi. le
attaque de Vahram sur Ormizd. Les nobles tuent Ormizd et nomment son fils
Khosrov comme roi. Le vol de Khosrov de Vahram.]

Il est arrivé après la mort de Khosrov fils de Kawat que son fils Ormizd 97 a régné
sur tout le pays des Perses. Sa mère, appelée Kayen, était la fille [73] de
le grand Khak'an, roi des Pétales, 98 et la femme de Khosrov, son père. Bien que
très distingué bien que ses ancêtres paternels, il était encore plus remarquable et
féroce 99 de son côté maternel. Car il a éliminé tous les nobles et les anciens
lignes 100 et maisons [princières] originales du pays de Perse. Il a tué le grand
asparapet, le Parthe et Pahlaw, qui descendait du criminel Anak's
progéniture. "" Des précepteurs l'avaient emmené du brigand Khosrov, roi de
Arménie, et a fui à la cour de leur roi, en territoire persan. Le roi a présenté
lui avec les cadeaux promis à son père Anak, en restaurant son parthe d'origine et
Pahlaw [terres], l'a couronné et honoré, et l'a fait second dans le royaume.
Ce sparapet avait deux fils, l'un appelé Vndoy et le second Vstam. 101
[Ormizd] fit emprisonner Vndoy à Gruandakan. 102 Vstam

96 Macler, ch.3.
97 Ormizd IV, ci-dessus n.85.
98 T'etals: ici T'etalats'ik ', comme si T'etal était un nom de lieu. Les T'etals sont associés à la zone
des K'ushans, comme ci-dessous et Elishe 18. P our le titre de leur roi, Khak'an, AG 159; pour Kayen voir
Justi 151.
99 P lus féroce: gazanagoyn. Gazan, « bête sauvage» , est une épithète courante pour le shah; cf.
Élisée 7.
100 lignes anciennes: nakhnik ', allumé. 'les ancêtres'.
101 Sebeos n'indique pas combien de générations s'étaient écoulées entre l'époque d'Anak et celle de
sparapef, pour le titre, n.18. P our ces noms, AG 85.
102 Gruandakan: non attesté par ailleurs.

Psaumes 92

15
HIST OIRE

s'est échappé et s'est enfui. Il a déclenché quelques guerres à cette époque pour son propre compte.
Il arriva à ce moment-là qu'un certain Vahram Merhewandak, 103 prince de la
régions orientales du pays de Perse, ont vaillamment attaqué l'armée des T 'etals
et occupé par la force Bahl 104 et tout le pays des K'ushans jusqu'à l'autre côté
du grand fleuve qui s'appelle Vehrot et jusqu'au lieu dit Kazbion. 105
Car il passa au-delà de la lance du vaillant Spandiat, dont les barbares disent
qu'ayant atteint cet endroit pendant la guerre, il enfonça sa lance dans le sol. 106
Puis ce Vahram, livrant bataille au grand roi du Mazk'ut'k 'qui était en
cette région au-delà du grand fleuve, 107 a vaincu la multitude de son armée et tué
leur roi dans la bataille. Il s'est emparé et s'est approprié tous les trésors de ce royaume.
Puis il a envoyé des lettres avec les nouvelles au roi perse par l'intermédiaire de ses messagers, et un

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 52/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
petite partie du butin des énormes [74] trésors acquis du pillage
de l'expédition, comme un gage de ces précieuses choses de son contrôle. 104 Et tous les
trésor qu'il accordait à ses troupes selon le mérite de chacun.
Maintenant, quand le roi Ormizd a vu les messagers qui étaient venus avec la nouvelle, et
avait lu la lettre de salutation de l'armée, et avait reçu les cadeaux - la part du butin
du précieux trésor royal - bien qu'il fût extérieurement joyeux et plein d'humour
les hommes, mais intérieurement il s'est exclamé avec colère: `` La fête est extrêmement grande, et je
reconnaissez le gage de cette partie. Mais de si grands trésors ce n'était pas juste
envoyer au tribunal [simplement] cela.
Puis au lieu d'une lettre de salutation, il a ordonné qu'une lettre soit écrite en

103 Vahram: AG 78, c'est-à-dire Vahram Ch'obin. Merhewandak, ou Mihrewandak, 'serviteur de Mithra',
AG 52. TA, 85 ans, résume le récit de Sebeos.
104 Bahl, c'est-à-dire Balkh, est nommé par Sebeos la capitale, shahastan, des K'ushans; cf. Bu-
zandaran V 7, 37.
105 Le Vehrot est l'Oxus. Kazbion est le Gozbon de l' ASX [Hewsen, ASX 74], assimilé par
Marquart avec Diz-i-rojin [Eransahr 89], qui est associé à la légende de Spandiat; voir suivant
Remarque.
106 Voir MD II 40-1, pour le `` monstre sauvage gigantesque '' invoqué comme Dieu par les Huns, appelé
Aspandiat par les P erses. Autres réfs [non arméniens]. dans AG 74, et voir plus loin Tchukasizian,
« Echos» 324—5. Barbares: barbarosk », pas le mot arménien habituel pour les étrangers. Le grec
mot peut impliquer une source grecque [? ].
107 Le M azk'ut'k 'sont liés avec le Honk ' et placé sur la frontière nord de Virk ' un nd
Aluank 'par le Bu: andaran III 5-7. Discussion supplémentaire sur ce nom énigmatique dans EH 389-90. TS,
III 6.9-14, fait référence à l'attaque de Vahram contre les "Turcs", c'est-à-dire les Huns, dans le Caucase.

Piste 93

101 Voir Aa 32, pour Anak comme P arthe et P ahlaw. Selon la tradition arménienne Anak
assassiné le roi Khosrov [père de Trdat] dans la seconde moitié du troisième siècle. Après qu'il eut lui-même
tué par vengeance, un de ses fils a été ramené en P erse; l'autre, Gregory [le futur
« Illuminateur» d'Arménie], a été emmené sur le territoire grec; voir Aa 34. Zenob appelle le premier fils Suren,
et décrit sa carrière ultérieure, 70-1. Les terres d'origine d'Anak sont le chignon ashkharh d'Aa 32.
109 Contrôle: allumé. 'règle.'

Épisode 94

16 SEBEOS

termes très en colère, qu'il a expédiés par une société de

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 53/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
auxiliaires et gardes
trésor entier. Ils sontroyaux, ontavec
allés et110 ordre d'aller
commencé à l'armée
à l'exiger. Puisettoutes
de saisir le
les troupes étaient
galvanisé. Ils ont tué les [serviteurs] de confiance du roi, se sont rebellés de son service,
et installé Vahram comme leur roi. Ils ont scellé un serment selon leur
Douane. 111 A l'unisson, ils revinrent de l'est et se dirigèrent vers l'Asorestan 112 en
ordre de tuer leur roi Ormizd, d'éliminer la maison de Sasan et de confirmer
Vahram sur le trône royal. Rapidement, ils ont uni leurs forces et sont partis, prenant un
multitude de personnes orientales courageuses et guerrières.
Alors qu'une telle confusion embrouillait le pays de Perse, Yovhan
patrik et une armée grecque maintenaient la ville de Dvin assiégée, 113 l' attaquant
avec des catapultes, et étaient sur le point de détruire le mur. M ais quand cette nouvelle
arrivés, ils l'ont abandonné et sont partis, se dirigeant vers Atrpatakan. 114
Ils ont pris le contrôle 115 de tout le pays et ont mis tous les hommes et toutes les
l'épée. Prenant tout le pillage et les captifs et le butin, ils sont retournés à leur
Propre terre.
Lorsque la nouvelle de ce tumulte parvint à la cour sassanide et Ormizd le
Roi perse, pas un peu de peur ne l'enveloppa. Invoquant ses nobles qui étaient
à la cour royale et aux compagnies d'auxiliaires et de sauveteurs, il a décidé
prendre le trésor royal et tout le personnel 116 de la cour royale et traverser
le grand fleuve Tigre par le pont-ponton à Vehkawat 117 et couper le
câbles du pont. Il

110 Auxiliaires: hamaharz, « aide de camp» , AG 111. Gardes: p'ushtipan , EH 554. Les deux sont
lié à nouveau ci-dessous.
111 Ie avec du sel; voir également ci-dessous, 78. 83.128. Cf. Buzandaran IV 53.
112 Ie nord de la Mésopotamie; EH 449.
113 Yovhan: John Mystacon; pour sa biographie, voir PLRE III. sv n ° 101, 679-81 et Whitby,
Empereur Maurice 277. Dvin: n.24. Catapultes: mek'enay, AG 365, le méchane grec , en arménien a
terme général pour les machines de siège; voir aussi 171 n.889. Cf. aussi MX Ill 28, pour le mek'enay dit
'âne'. Voir plus loin Marsden, artillerie grecque et romaine, 1969 et 1971.
114 Atrpatakan: Atropatène, Hewsen.4iS.Y63, 178, n.132, carte 73.
115 Contrôle saisi: lastets'in. Le verbe signifie normalement 'arranger' et la racine en dernier est utilisée
les planches d'un radeau, 75 ci-dessous. Le HArmB cite ce sens dans les traductions de Basile et Chrysostome.
mais dans aucun autre texte arménien original sauf Sebeos ici.
116 P ersonnel: ambokh, « foule» .
117 Vehkawat: au sud de Ctésiphon. P our son emplacement, voir Morony, Iraq 147, et carte, 127.
P ont- ponton : zom, AG 350. Cf. également n.525.

Psaumes 95

17
HISTOIRE

olanned pour se réfugier dans la multitude de l'armée du roi des


. u n 8 Arabes.
[75] M ais cela n'a pas été le cas. Pour les conseillers du roi et les auxiliaires
et les gardes ont pris conseil et ont décidé de tuer Ormizd et de s'installer comme roi
son fils Khosrov.
M aintenant parce que la reine, 118 mère du prince royal et fille de cela
asparapet qui était un noble de la maison des Parthes décédé, 119
[était] soeur de Vndoy et de Vstam, et Vndoy lui-même était un sage et
homme prudent et vaillant de cœur, ils prévoyaient de le libérer et de faire de lui leur
chef et chef de l’entreprise. En allant à la forteresse de Gruandakan, ils
l'a libéré ainsi que tous ceux qui étaient emprisonnés avec lui. Ils ont envoyé un
messager 120 avec des chevaux très rapides, et a écrit à son frère Vstam [demandant
lui] de venir au lieu de leur entreprise en toute hâte. Il rapidement
arrivée.
Là réunis à la salle royale 121 tous les nobles, généraux et troupes qui
étaient présents à ce moment-là. Entrant dans la chambre royale, ils s'emparèrent du roi Ormizd;
aussitôt ils ont fermé les yeux sur place et l'ont ensuite tué. Ils
installa son fils comme roi sur le pays de Perse, et commença à faire
les préparatifs du vol au-delà du grand fleuve Tigre.
Peu de jours plus tard, Vahram arriva rapidement, comme le coup d'un aigle. 122
Comme Khosrov était un jeune garçon au moment où il [commença à] régner, ses oncles
Vndoy et Vstam l'ont emmené et ont traversé le grand fleuve Tigre par le
ponton-pont, puis coupez les câbles du pont. Quand Vahram est arrivé,
il s'empara de tout le palais, du trésor et du harem royal, 123 et installa
lui-même sur le trône du royaume. Il

118 Voici la mère de Khosrov; « le prince royal» rend shaphoy.


119 Qui était mort: L'arménien est pluriel, bien que le sens se réfère à l' asparapet décédé ,
pas la maison des P arthes.
120 Messenger: surhandak, un mot courant qui rend les tachudromos.
121 Hall: dahlich \ Elishe, 136, déclare que c'était le lieu de rassemblement des plus grands nobles;
MX, III 55, implique qu'un banquet a eu lieu dans le dahlich. Cela contraste avec le privé
« chambre» , seneak du roi. Ormizd a été tué en février 590.
122 Swoop of an eagle: khoyanal artsui, une comparaison populaire, par exemple 108 ci-dessous; cf. Thomson, Moïse
Khorenats'i 186, n ° 3.
123 Harem: kanays , « femmes» par opposition aux épouses royales, tiknayk », comme 127; à 85 la nuance est
pas clair.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 54/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Psaumes 96

118 Arabes: Tachikk ', dérivé du nom de la tribu Tai, AG 86-7. Après la montée de l'islam,
le mot est venu pour signifier « musulman» , et a été appliqué aux P erses, et particulièrement aux Turcs. P our l'Arabie comme
Tachkastan, voir 134 et n ° 589.

Épisode 97

18 SEBEOS

a ordonné que des planches de bois soient attachées ensemble, et a traversé la rivière en
ordre de capturer Khosrov.
Ce dernier n'a pas pu s'arrêter de peur. Après avoir traversé, ils
continué en vol, en délibérant sur la route s'il vaudrait mieux aller à
le roi des Arabes ou au roi des Grecs. Puis ils ont estimé qu'il valait mieux
se réfugier auprès du roi des Grecs: `` Car s'il y a de l'hostilité entre
[nous], disaient-ils, mais ils sont chrétiens et miséricordieux; et quand ils prêtent serment
ils ne peuvent pas être faux à ce serment. Prenant la route directe vers l'ouest, ils
entra dans la ville appelée Khalab et s'y arrêta. 125
[76] M ais il [Vahram], bien qu'il ait traversé la rivière, était incapable de
les rattraper. Ils retournèrent à Ctésiphon. 126

[CHAPITRE 11]

[Lettre de Khosrov à l'empereur Maurice. La décision du sénat. Maurice


envoie Khosrov une armée de soutien. Deux lettres de Vahram à Mushel et à son
réponse. La bataille dans laquelle l'armée de Vahram est vaincue. Le vol et la mort
de Vahram.]

Puis le roi Khosrov envoya au roi M aurice 127 hommes de premier plan avec des cadeaux, et
a écrit comme suit: `` Donnez-moi le trône et le rang royal de mes pères et
les ancêtres; envoyez-moi une armée de soutien avec laquelle je pourrai vaincre mon
ennemi; et restaure mon royaume; [alors] je serai votre fils. Je vais vous donner le
régions de Syrie - tous Aruastan jusqu'à la ville de Nisibis 128 - et du pays de

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 55/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

125 Ie Alep. TS, IV 10.4, dit que Khosrov est allé à Circesium. Le ChroniconAnonymum,
19-20 nomme Naaman comme le leader arabe vers lequel Khosrov pensait fuir; cf. Whitby, empereur
Maurice 297-8. P our les légendes de la conversion de Khosrov, voir Goubert 173-5. Selon le plus tard
Histoire arménienne de Taron 158. Khosrov s'est enfui en présence de Maurice et a été baptisé en
Foi chalcédonienne [!] Avant de revenir avec une armée pour regagner sa terre.
126 Ctesiphon: Sebeos varie entre Tisbon et le Tizbon plus habituel.
127 Éminent: chokh , impliquant riche et puissant, comme dans IV Royaumes 10.6, `` les grands hommes de
la ville'. T'.A., 85-6, suit Sebeos pour sa version de ces événements.
128 Aruastan est la région autour de Nisibis, Beth Aramaye; Hewsen, ASX 159. P our la variante
orthographes de Mtsbin, cf. n.83 ci-dessus.

Psaumes 98

1
Arménie la zone de l' autorité de Tanuter 129 jusqu'à Ayrarat et la ville de 9
Dvin, et jusqu'au rivage
HISTOIRE

0 du lac de Bznunik ' 130 et à Arestawan; et une grande partie du terrain 0 f


Iberia, en autant que la ville de Tp'khis. 131 Observons un pacte de paix entre nous
jusqu'à la mort de nous deux; et que ce serment soit assuré entre nous et entre
nos fils qui régneront après nous.
Puis le roi rassembla tout le sénat 132 et leur demanda leur avis. Il a dit: 'Le
Les Perses ont tué leur roi Ormizd et installé son fils comme roi.
l'armée a installé quelqu'un d'autre comme roi à l'est. Il est venu avec une grande armée
et s'est emparé du royaume pour lui-même. Le jeune fils de l'ancien est venu me voir
fuite et cherche de nous une armée de soutien, et promet d'agir ainsi. M aintenant
que devons-nous faire? Sommes-nous d'accord? Est-il convenable d'être d'accord ou non? Puis ils ont dit:
« Il ne convient pas d'accord, parce qu'ils sont une impiété 133 nation et tout à fait
trompeur. Dans leur détresse, ils font des promesses, mais quand ils émergent
plus calmes [fois], 134 ils renient. Nous en avons souffert de nombreux maux. Laisser
ils se massacrent et nous serons soulagés. 135
À ce moment-là, le roi Khosrov était en grand danger et a vu la mort avant son
yeux; car il s'était échappé de la gueule du lion 136 mais était tombé dans la
bouche d'ennemis d'où il n'y avait pas de fuite.
M ais le roi a rejeté l'avis du sénat. De lui-même, il a envoyé son
gendre P'ilipikos 137 et lui fit apporter une réponse favorable. Il a reçu
un serment de sa part, et lui a donné une armée royale [77 | en soutien: Yovhan patrik

129 Tanuterakan ishkhanut'iwn, souvent appelé tanuterakangund. C'est la zone dans laquelle tcmuter
[« chef de maison ou de famille» , EH 563] la coutume a prévalu et a été utilisée comme nom général pour une grande partie de
Arménie perse; Adontz / Garsoi'an, 180-2.
130 Ie Lake Van. Arestawan sur la rive nord-est était le site de la pêche royale; EH 445.
131 Tp'khis est l'orthographe arménienne standard pour Tiflis, vieux Tp'ilisi géorgien , 'chaud', c'est-à-dire chaud
ressorts. La description ultérieure du territoire abandonné, en dessous de 84, ajoute des détails supplémentaires.
132 Snklitos, généralement des sinklitos, les Grecsunkletos, AG 379-80. Le pluriel est utilisé sur 124 pour
« sénateurs» .
133 Impious: anawren, `` sans loi ni religion '', couramment appliqué par tous les écrivains arméniens
les P erses.
134 Détresse ... calme: pour le contraste entre nehit'iwn et andorr, P s. 4.2.
135 P our ce dernier sentiment cf. la lettre de Maurice à Khosrov, 86 ans, concernant les Arméniens!
136 Comme Dan. 6.27, P s. 21.22, etc.
137 P 'ilipikos: p'esay, comme ci-dessous 114 et T'.A. 86, signifie « gendre» ou « époux» ; mais
P 'ilipikos était le beau -frère de Maurice, ayant épousé sa sœur Gordia. Voir PLRE III,
1022-26, sv P hilippicus, n ° 3; Nikephoros, ch.2; Grumel 361. P our sa carrière voir aussi Flusin, St
Anastase II, 85-6.

Psaumes 99

de la région d'Arménie, et Nerses stratelat de Syrie 138 avec son armée.


Ils ont passé en revue -

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 56/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

138 Yovhan: Cf. n.113 ci-dessus, TS, IV 15.2. Nerses: Il semble être le même Nerses décrit
comme zawravar, « général» , en Syrie, 106-107 ci-dessous. Voir PLRE III, 933-35, sv Narses,

Piste 100

20 SEBEOS

trois mille cavaliers en centaines, en milliers, en bataillons


selon leurs bannières. 39
Ils ont accepté de rassembler les troupes de la terre d'Arménie qui à l'époque étaient
à portée de main. Ils passèrent en revue - environ 15000, les bataillons de chacun des nobles,
par centaines, par milliers, par bataillons, selon leurs bannières. 1 Tous ces
étaient des guerriers d'élite entièrement armés, brûlant de courage comme le feu, qui ne
hésiter ou tourner le dos. Leurs visages étaient des visages de lions; la rapidité de
leurs pieds comme la rapidité des gazelles en vitesse sur les plaines. 2 avec
promptitude et en toute préparation ils se mirent en route.
Puis le rebelle mihrats'i , 3 prenant son armée, les éléphants et tout le royal
trésors, partit et atteignit Atrpatakan. Ils campèrent à peu de distance de
dans la province de Vararat. 4
Puis Vahram a écrit une lettre à Mushel 5 et aux autres nobles arméniens, qui
s'est déroulé comme suit: `` J'aurais supposé que pendant que je luttais contre votre
ennemis, vous seriez venu de votre région pour m'aider, afin que vous et moi
l'unisson pourrait éliminer ce fléau universel 6, la maison de Sasan. Mais voici, toi
se sont rassemblés et sont venus contre moi au combat pour aider cet homme. Pourtant je
n'aura pas peur de vos dignes romaines assemblées 7 qui se sont élevées contre moi.
Quant à vous, Arméniens, qui manifestez une loyauté déraisonnable, n'est-ce pas
maison de Sasan détruit votre terre et votre souveraineté? Pourquoi autrement vos pères
rebelles et se dégagent de leur service, combattant jusqu'à aujourd'hui pour votre
pays? Alors tu as attaqué

1 P our une évaluation de la force militaire arménienne, voir Toumanoff, Studies 234-43.
2 Leurs visages ... plaines: I Chr. 12.8, des troupes de Gadite qui ont rejoint David [sauf que l'Ancien
Testament a « montagnes» pour « plaines» ].
3 Ie Vahram, appelé au-dessus de M; 7; rewandak.
4 Cette province d'Atrpatakan n'est pas attestée dans d'autres sources arméniennes.
5 Ie Mushel Mamikonean [HAnjB, n ° 12], qui occupait de plein droit la charge de sparapei,
commandant en chef. P our des légendes ultérieures concernant ce Mushel, voir Goubert 192-7.
6 Fléau: paluhas, allumé. 'Châtiment'.
7 Dignes : erits'ants ', qui signifie' ancien ', d'où' presbytre, prêtre '. Cette épithète sarcastique peut
signifie littéralement « prêtres» comme soi-disant anticonformistes. Roman: hrovmayets'i, w№ Sebeos utilise ainsi que
voyn, « grec» , pour les Byzantins.

Épisode 101

21

HIST OIRE

moi pour abroger tant de services 147 des vôtres. Car jChosrov devrait-il être le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 57/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
vainqueur, ces deux en concert vous élimineront. Mais que ça te semble bon de
retirez-vous d'eux, rejoignez-moi et prêtez- moi assistance. Si je serai
victorieux, je jure par le grand dieu Aramazd, par le seigneur Soleil et la Lune, par le feu
et de l'eau, [78] par IVlihr et tous les dieux, 14s que je vous donnerai le royaume de
Arménie, un d qui vous le souhaitez , vous pouvez faire roi pour vous - mêmes. Je renoncerai
pour toutes les terres de l' Arménie jusqu'au Caucase 149 et le col de la
Aluank '; et du côté de la Syrie, Aruastan, Nisibis, et ne Shirakan 150 comme autant que
les frontières des Arabes, parce que le vôtre était dans le temps de vos ancêtres; 151 dans
l'ouest, jusqu'à Césarée de Cappadocia. Je ne présumerai pas de passer au-delà
[Mt.] Zarasp. 152 Que le trésor de ce royaume des Aryens soit compté
suffisant pour vous et moi; et contentez-vous de cela jusqu'à ce que votre royaume soit
rétabli.
Conformément à leur tradition, le sel était enveloppé et scellé avec le
missive. 153
Quand ils ont reçu la lettre et l' avaient lu, ils ont fait aucune réponse à la
message, et ils ne l'ont pas mentionné à beaucoup de gens, parce qu'ils avaient peur de
désunion. 154
Puis il écrivit à nouveau une seconde lettre: `` Je vous ai écrit pour vous en séparer ,
compter suffisamment pour vous et moi tout ce pays et tous les T REAS Ures de cette
Royaume. Vous n'avez donc pas voulu m'écouter, car vous n'avez pas répondu au
proposition. Je suis désolé pour toi, dit-il, parce que demain matin je montrerai
vous avez blindé 155 éléphants, et
147 Services: vastaks, terme très courant pour désigner les devoirs des Arméniens envers le shah, a souligné
par Elishe 11,46, etc. tazar 49. Cf. 81 ci-dessous.
148 P our de tels serments cf. Elishe 44.185; MX II 19.
149 La chaîne de montagnes du Caucase: Kapkoh en arménien.
150 Nor Shirakan est la province frontalière arménienne au nord d'Adiabene, EH 483-4. Nisibis:
Mtsruin; pour l'orthographe cf. n.83 ci-dessus.
51 Voir Aa 842 pour les frontières de l'Arménie censées être couvertes par la prédication de Saint Grégoire
activité: de Satala à Atrpatakan, du Dar-i-Alan à Nor-Shirakan!
'52 Sur la frontière ouest de P arskahayk ', le mont moderne. Seyah, les anciennes portes médianes de
Strabon, XI 13.8, voir Hewsen, ASX 178, n ° 133.
153 Cf. 74 ci-dessus.
154 La désunion, anmiabanut'iwn ou discorde des princes arméniens est un thème commun
écriture historique rménienne. Cf. les commentaires du patriarche Sahak dans tazar 23, ou «ishe 89-90,
et 87, 92, etc. ci-dessous.
Щ 55 Blindé: vars est difficile. Var signifie `` flamboyant '', mais les notes de la NBHL utilisent plus tard ^ re il semble

rendre le grec barus, « lourd» , donc « puissant» . Mais dans son récit « ® Sebeos, T» . A. a des vareals,
'blindé'. P arce que demain matin: les MSS sont corr-

Épisode 102

n ° 10. HAnjB , sv n ° 16, ne donne aucune autre référence. Stratelat, du grec, se trouve dès
le Buzandararf, voir EH 561-2.
139 Des centaines ... de bannières: voir EH 522 pour les bannières, les tirages et les armoiries, et 529 pour le gund,
« bataillon ou contingent» . Cf. également 94 ci-dessous.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 58/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 103

22 SEBEOS

eux une armée de guerriers armés qui pleuvra sur vous fer
flèches lancées à la main, lances en acier trempé, 162 fléchettes, de leur
arcs puissants, jeunes hommes forts, entièrement armés pour repousser 163 [vous], rapide arabe
chevaux, haches et épées en acier trempé, et coups autant que possible
nécessaire pour vous et Khosrov.
M ushel a répondu comme suit: `` La royauté 164 vient de Dieu, et il l'a donnée à
qu'il souhaitait. M ais vous devez être désolé pour vous-même et non pour nous. je
te connais pour un fanfaron. Vous n'avez pas confiance en Dieu, mais en bravoure et
la force des éléphants. M ais je te dis que, si Dieu le veut, demain le combat
d'hommes vaillants vous envelopperont, et ils éclateront sur vous et la multitude
de vos éléphants comme les nuages les plus violents du ciel. De là-haut
sera un effrayant écrasement | 79] et clignotant; les guerriers vous assaillent sur blanc
chevaux 165 avec de lourdes lances, et pénétreront votre hôte comme des éclairs de
feu clignotant, qui tombera du ciel sur terre et brûlera
broussailles des plaines et des forêts, vertes et sèches. 166 Car si Dieu
volonté, une tempête féroce soufflera votre pouvoir comme la poussière, et le royal
le trésor retournera au palais.
Il y avait avec eux que Vndoy et Vstam que j'ai mentionnés ci-dessus,
et environ 8 000 troupes montées perses.
Le matin du lendemain, alors que le soleil frappait le
horizon, ils se sont dressés, la ligne de front face à la ligne de front, et se sont écrasés contre chacun
autre au combat. Puissant était le choc au milieu de la mêlée. Ils se sont battus
de l'aube au soir, et les deux parties sont devenues fatiguées dans le conflit. 167

162 Lances: shawaruns [shtiaruns in T'.A.], Autrement non attesté. Shawar est une sorte de
roseau.
163 P our repousser: vanelots ', que je prends comme participe futur, pas comme gen. pi. du passé
participe. La lecture est une correction pour les valnelots ' du MSS; voir Abgaryan n.210.
164 Royauté: Le MSS a mardasirut'iwn, 'bienveillance', mais Abgaryan
t'agaworut'iwn, à la suite de T'.A. 87. Le thème est tiré du P s. 21.29, où 'royauté' est ark'ayu-
t'iwn.
165 Guerriers célestes sur chevaux blancs: Le thème se trouve dans T'.A. 148 et fréquemment ш
l' histoire de Taron. Cf. II Масс., Chs3,5,10,11, Zech. 1.8.
166 Cette phrase a été corrompue de diverses manières dans le MSS. Je suis Abgaryan s
texte. Il existe divers parallèles bibliques, par exemple Is. 40.24.
167 Comme dans la plupart des historiens arméniens, des parallèles pour les scènes de bataille peuvent être trouvés
Version arménienne des Livres des Maccabées. P our le soleil frappant l'horizon, cf. Je Масс.
6.39.

Épisode 104

23
HISTOIRE

Le massacre était si sévère que d'épais flots de sang coulaient pour irriguer
toute la terre. La force rebelle n'a pas pu résister à l'armée grecque et s'est enfuie.
M ais ce dernier les a poursuivis jusqu'à ce que la nuit soit sombre, dispersant des cadavres
sur les plaines et les routes. Beaucoup ils ont tué avec leurs épées, et beaucoup
capturé. Liant leurs mains derrière le dos, ils les ont amenés devant le
Roi.
L'hôte d'éléphants s'est enfui avec force. M ais la noblesse armée,
galopant à sa poursuite, 168 transpercèrent par-dessous l'armure des cavaliers qui étaient
sur le dos des éléphants. Ils se sont battus sans peur et intrépidité. Après
tuant de nombreux éléphants et leurs cavaliers et maîtres, de force ils ont fait demi-tour
la multitude d'éléphants. Ceux-ci ont été présentés au roi.
Puis ils ont attaqué le campement de l'armée de Vahram. Dans sa tente était le
trésor royal et tous les trésors innombrables et immensément précieux de la
Royaume. Ils ont tout pillé. Avec leurs épées, ils ont coupé en morceaux le
nombreux coussins dorés 169 au décor somptueux et varié. [80 | Ils sont allés
dans [différentes] directions, phalange par phalange, 170 une multitude de chameaux et
mules transportant leurs charges. Ils étaient tous remplis d'un énorme butin. Puis le
L'armée perse a rassemblé pas un peu du trésor dispersé et l'a restitué à
leur trésorerie. Grâce à cette victoire, le roi Khosrov a été renforcé ce jour-là
sur tous ses ennemis, et son règne fut confirmé.
Il a ordonné à la multitude de cavaliers capturés et d'éléphants d'être
dépouillé, les mains liées sur les épaules, et d'être piétiné sous les pieds de
les éléphants. 171 Ils n'ont pu trouver aucune trace de Vahram, car il avait
s'est échappé et s'est enfui. Il est allé se réfugier à Bahl Shahastan, 172 où par
L'ordre de Khosrov, il a été mis à mort par son peuple.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 59/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

168 Noblesse: azatagund, pour lequel voir EH 513. À la poursuite: zhet , lit. 'après eux'. Il semble
que les éléphants se sont éloignés de l'armée grecque / arménienne, quoique dimeal, ' char- Sing,
implique normalement contre l'ennemi.
169 Coussins: gahoys, utilisés pour « trône, banquet» ; EH 525.
170 P halanx: p'aiang, AG 386. Le sens des ikofmans, « dans [différentes] directions / régions» , • s
pas clair.
171 P our ce châtiment infligé aux Arméniens par les P erses, voir tazar 72-3; plus loin
références dans Thomson, Etishe 99, n.4.
« 66 Ie Balkh; voir ci-dessus, n.105. Où: urew, pour les orpes, `` as '', du MSS, anemenda-
UonbyMalkhasean; voir Abgaryan n.214, et T'.A. 88. P our la défaite de Vahram en 591 et son
'ght à l'est voir le commentaire historique.

Épisode 105

upted, et cette lecture a été proposée par Malkhasean, basée sur la version en T'.A. 87; voir
Abgaryan n.206.

Épisode 106

24 SEBEOS

[CHAPITRE 12)

[La tromperie de Khosrov contre Mushel. Accusation du grec


princes concernant Khosrov à l'empereur Maurice. Maurice défend Khosrov
et appelle Mushel au palais. Khosrov donne à l'empereur les terres
selon la promesse du pacte.]

Cela s'est produit dans les jours qui ont suivi la fin de cette grande bataille, alors que le roi Khosrov était
assis dans sa tente et l'armée perse campait autour de lui, et le grec
L'armée était éloignée d'eux par une journée de voyage, campée séparément avec le vaste
montant de leur butin, et tous ses plus grands nobles se tenaient en présence de
le roi, que le roi a commencé à parler, en disant: 'Y aurait-il jamais eu dans un
terre royale quelqu'un qui a pu saisir un autre roi, son ennemi, le pilleur de
son royaume, qui ne voulait pas le tuer et exterminer toute la lignée masculine de son
pays, mais préfère le prendre en adoption, le couronner, l'honorer de violet
[robes], vaincre ses ennemis, l'installer sur le trône du royaume, lui donner

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 60/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
trésor royal de ses propres trésors, et le libérer pour suivre son propre chemin en paix?
Pourtant, de tels cadeaux que mon père le roi Maurice m'avait accordés, que personne parmi
l'humanité pourrait donner à son propre fils bien-aimé. Certains d'entre eux ont répondu: `` 0 roi,
vivre pour toujours. 167 Nous ne savons pas s'il serait juste d'être reconnaissant ou non.
Car chaque royaume est protégé par ses trésors, et ils ont pris pour butin tous les
trésors de ce royaume.
Le roi répondit et dit: Les trésors de mon royaume | 81] J'en tirerai
d'eux avec leurs propres trésors accumulés, parce que tout cela est à moi. Mais pour
moi c'est le plus important, que ce traître 168 s'est échappé et s'est enfui. C'est un homme courageux
et peut une fois de plus rassembler une autre armée parmi les vaillantes nations de l'Est.
Ils lui ont répondu en disant: `` Ils ont libéré ce traître, parce que nous avons vu avec
nos propres yeux que Mushel Mamikonean l'avait capturé, mais lui a donné un cheval et
bras et laissez-le partir. Ils ont dit cela parce qu'ils étaient mal disposés contre lui.
Car quand ils virent son courage cruel, 169 ils furent terrifiés et leur cœur était
incliné loin de

167 Cf. la salutation persane à Neh. 2.3.


168 Ie Vahram. Traître: tiraseats ', ' haïr son seigneur ', appliqué dans Bazar, 23 ans, à l'inconscient
Arméniens.
169 Courage: haways. Ceci est un hapax \ voir HArmB, sv, pour le sens et Abgaryan, n.215, pour
modifications proposées.

Épisode 107

25
HIST OIRE

lui- Le roi ne comprenait pas du tout ce que pouvait signifier cette déclaration, car il
était un jeune garçon et immature. Il ne se souvenait pas non plus du tumulte de ces troupes, 170 mais
pensa à ces faux mots et dit: `` Que Mushel soit convoqué ici et soit
pieds et mains liés, jusqu'à ce que j'informe l'empereur de lui.
En même temps, il ordonna la rédaction d' une lettre 171 et expédia l'un de ses
messagers à Mushel. «Venez vite, dit-il, une question très importante a
surgi. Il a ordonné à ses gardes en disant: `` Soyez prêts, de sorte que quand il viendra et que je
vous signalera de ma main, vous pouvez immédiatement tenir ses mains derrière [son
retour] et le lier. Mais soyez prêt, car c'est un homme vaillant, et peut-être
soit il mourra lui-même, soit il me tuera. Et s'il devait mourir lui-même, je le ferai
doivent rendre compte de lui à l'empereur. Il a donné une commande similaire à la
gardiens de porte: 'Veillez à ce que lorsque Mushel arrive à la porte de ma tente, vous
retirer de sa taille sa ceinture et son épée, en disant qu'on n'est pas autorisé à entrer
devant le roi portant les armes.
Ainsi, pendant que [Mushel] faisait une comptabilité et un examen parmi ses soldats pour
voir le nombre de vivants et morts, ceux qui étaient tombés dans la bataille, le messager
vint avant lui, le salua et lui offrit la lettre. Mushel a pris la lettre et
lui dit: «Est-ce un salut de paix? Le messager a répondu: `` C'est une salutation et
paix; et je ne sais rien d'autre que ce qu'il m'a été commandé de
vous convoquer à la hâte. Puis aussitôt il s'équipa comme pour la guerre, car
il a estimé que peut-être une action militaire avait eu lieu, ou un cadeau serait
lui offrit en échange de ses efforts. 172 Il a emmené avec lui 2000 hommes entièrement armés
parmi les nobles et les non-nobles, 173 qu'il savait dignes d'honneur
et en quelle équitation il avait confiance.
[82 | Il [Khosrov] avait écrit à son sujet également au patrik Yovhan pour laisser
lui aller. Alors ce dernier lui ordonna de partir équipé

170 Tumulte de telles troupes: khrovut'iwn aynpisi zawrats'n. Ce n'est pas clair; peut-être Sebeos
désigne les perturbations qui se sont produites naturellement lorsque les troupes arméniennes et perses étaient proches
contact.
171 Lettre: yetkar, non attestée devant Sebeos; voir AG 198-9. Juste en dessous, il est mentionné par le
mot commun t 'uft'.
172 Efforts: vastaks, les tâches et devoirs dus au shah; voir n ° 147 ci-dessus.
173 Nobles et non-nobles: azat, anazat. Bien que la cavalerie arménienne était dans la ma en
composé de nobles [voir azatagund au n. 162 ci-dessus], les non-nobles n'étaient pas limités au service à pied;
voir EH 554-5, sv ramikspas.

Épisode 108

26 SEBEOS HISTOIRE

comme il était, et il 174 leur a ordonné de tout mettre sur les bras. Il a lui-même mis son Le roi était effrayé et incertain; par peur, il n'osa pas donner
propre armure. Ainsi ils se sont équipés et sont partis. commande comme il l'avait prévu, ou pour dire quoi que ce soit - important ou
M aintenant, quand ils étaient entrés dans le camp et avaient approché le royal se retourna et quitta précipitamment la tente. Ils lui ont apporté son cheval; il a
pavillon, 175 il a été confronté à un ordre de ne pas procéder en si grand nombre, défunt. Quand le roi a vu cela, il a été très effrayé et a souhaité

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 61/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
mais de les afficher [la plupart] à l'extérieur et de se présenter au roi avec quelques cacher son complot. Il s'est levé du trône, a couru à la porte de la tente, est allé
Hommes. dehors, et a envoyé un noble de premier plan après lui. Il lui avait apporté du s
Il n'a pas accepté de le faire, mais est allé avec ses forces près de la porte de la un serment, 178 et l'a convoqué, en disant: 'Afin que vous puissiez partir d'ici av
tente royale. L'armée perse a encerclé la tente, entièrement armée. Démontage honneur et respect, et ne comptez pas dans votre esprit que nous avons d'autre
de son cheval, il est allé à la porte de la tente avec 50 hommes. Ses troupes intentions envers vous.
restés tels qu'ils étaient, armés et chacun sur son cheval. Le roi était effrayé, Il ne le souhaitait pas, mais s'en alla. Puis il a planifié ceci contre eux: à
et toute son armée. Ils ont commencé à cacher leur tromperie. Quand il a atteint la porte la troisième heure pour attaquer la tente et le tuer. Et il a donné l'ordre à ses tro
de la tente, les portiers se sont approchés et ont dit: `` Enlevez votre ceinture et qui se tenaient armés autour de la tente de Khosrov. M ais 179 lui et ses troupes
épée et retirez votre armure, car il n'est pas autorisé à entrer à leurs sens; ils ont renoncé à leur sédition proposée et sont partis.
présence ainsi vêtue. Un soupçon est entré dans son cœur, et il a commencé à se préparer Alors qu'ils étaient en route, l'un des gardes du roi les rencontra.
et se prépare à s'échapper. Il a répondu aux portiers en disant: Ils l'ont saisi et l'ont emmené avec eux. M ushel l'a menacé d'un
jeunesse J'ai été élevé par mes ancêtres et mes ancêtres comme compagnon serment, qu'à moins qu'il ne lui dise le complot contre lui, il serait tué.
rois; et maintenant je suis arrivé à la cour royale et au lieu de la formalité. 176 Puis, lui ayant fait jurer le serment de ne pas le remettre à
Dois-je mettre de côté mon armure et enlever ma baldaquin et ma ceinture, ce que je n'ai jamais le roi, il a tout raconté. Le lendemain matin, il est allé à la cour
défaire dans ma propre maison en fête? Ou devrais-je reconnaître la malveillance de du patrik Yovhan, le vit et raconta tous les méchants [plans], apportant
les Perses? Il a ordonné à l'un de ses jeunes hommes de courir et d'avancer transmettre l'officier 180 des gardes, qui s'est également levé et a raconté tous les
ses troupes en appui, et lui-même s'est retourné pour repartir. qui s'était produit. Les princes et toute l'armée étaient en émoi; mais
Le roi fut informé qu'il ne souhaitait pas entrer de cette façon, mais qu'il avait se souvenant du serment et de la perturbation de l'empereur, ils n'ont pas fait
fait demi-tour et est parti. Le roi a commencé à cacher sa perfidie et a dit: question publique. Ils ont dit qu'ils allaient écrire au roi et l'informer de tout
que ce plan soit abandonné. Laissez-le venir comme il le souhaite. Car il était un jeune, ces événements méchants. M ais M ushel déclara devant eux tous: `` À moins qu
et la force de son armée était faible et modeste. Ils l'ont rappelé, est tué, à travers lui tout le territoire de l'empire romain sera
disant: «Il vous a ordonné d'entrer comme vous le souhaitez. Il est retourné, détruit.'
disant: «Laissez-moi voir quelle faveur le roi des rois a l'intention de m'accorder. Puis ils ont préparé des cadeaux - une grande partie du butin de leur souve
Il entra dans la tente en présence du roi avec sept hommes, tomba sur son couronnes et un diadème serti d'émeraudes et de perles, une grande quantité d'o
visage, fit obéissance au roi, 177 et se leva. Le roi n'a pas argent, pierres précieuses rares et [84] robes élégantes parmi les vêtements
174 Comme souvent à Sebeos, le sujet n'est pas clair; cf. Introduction II, Le texte arménien lx. que les rois persans utilisaient pour leur parure, et royal
Vraisemblablement ici Mushel est destiné.
175 Pavillon: mashkaperchan , comme 69, n ° 51. 178 Sel: comme ci-dessus.

176 Formalité: handes , allumé. « examen» , comme juste au-dessus de Mushel avec son armée. Le sens exact ici n'est pas » 79 Mais: le texte a vasn zi ,« parce que » , ce qui n'a guère de sens.
clair. 180 Officier: ostikan, utilisé pour « préfet ou gouverneur» , EH 551.

177 A fait obéissance: lit. « a embrassé le sol» . Pour ce rituel devant le shah ou des officiels importants cf. 97,

152. Pour l'expression, voir Thomson, bazar 298, erkrapagut'iwn. Tends la main: bazar, 172 ans,
décrit la politesse du shah lorsque Vahan est venu au tribunal; cf. aussi Elishe 44.

étendre sa main comme précédemment pour recevoir [83] et le saluer, mais s'assit d'un air maussade
comme il etait. Et ils se sont tenus là de cette façon perverse.

Épisode 109

SEBEOS HISTOIRE
28

chevaux avec leur propre équipage royal. Après avoir préparé ces cadeaux, ils ont envoyé [85]
avec un messager apportant la nouvelle, notant également une accusation [CHAPITRE 13] 186
contre le roi Khosrov; et ils expédièrent avec les cadeaux quatre cents cavaliers.
Khosrov a été informé: Ils ont retiré de vos trésors une partie du [La piété de la reine Shirin. L'ordre de Khosrov de rester ferme da
butin comme un trésor pour leur roi, et ont écrit une accusation concernant religion]
tu.' Amèrement en colère, Khosrov a envoyé des troupes après eux pour les attraper en chemin
Il eut de nombreuses épouses 187 selon la tradition de leur magisme.
et de tuer M ushel rapidement et secrètement; prenant le trésor royal, ils étaient
a également pris des épouses chrétiennes; l'un d'eux était une très b
pour lui apporter. Les officiers grecs ont appris trop vite ces événements
du pays de Khuzastan, nommé Shirin. Elle était la reine, le chef
et a envoyé une force très puissante après eux. Quand ils les ont rattrapés, ils ont laissé
femme. 188 Elle a construit un monastère et une église près de la rés
pas une seule évasion. Et le mot de cela n'est pas sorti. Prendre le trésor, 181
y établit des prêtres et des ministres. 189 Elle a nommé des allocatio
ils l'ont apporté au palais dans une grande joie.
l'argent pour les vêtements du Trésor; elle l'a orné d'or et d'argent. A
Le roi a reçu les cadeaux et a envoyé une lettre de remerciements profonds à travers un
la tête haute, elle a prêché hardiment l'Évangile du royaume au roya
messager de son. Il leur a écrit d'abandonner cette intention d'accuser les
tribunal. Aucun des plus grands chaldéens n'a osé ouvrir la bouche
roi: 182 'Si vous ne prenez pas soin de sa personne, je le chercherai auprès de
grand ou petit contre un chrétien.
tes mains.' Il a également écrit au roi pour les libérer tous avec merci.
M ais quand les jours se sont accomplis et qu'elle a atteint la fin
Puis le roi Khosrov leur fit des cadeaux selon le rang de chacun et
des mages convertis au christianisme furent mis à mort en martyr
les a écartés de lui. Il partit lui-même d'Atrpatakan et atteignit
des endroits variés. 191
Asorestan, sa propre résidence royale. Il a été confirmé sur le trône de la
Il donna un ordre en disant: `` Qu'aucun impie n'ose se converti
royaume, et il a exécuté sa promesse de cadeaux pour l'empereur. Il a abandonné
Christianisme, et aucun des chrétiens à l'impiété, mais que chacun r
à eux tous Aruastan jusqu'à Nisibis; et la terre d'Arménie qui était
ferme dans sa propre tradition ancestrale. 192 Et quiconque
sous son contrôle, [à savoir] le tunnel du Tanutérakan jusqu'au fleuve Hurazdan, 186 Macler, ch.4.
la province de Koteik 'jusqu'à la ville de Garni et jusqu'à la rive du 187 Épouses: kanayk ', femmes ou épouses? Cf. n.124 ci-dessus.

lac de Bznunik 'et jusqu'à Arestawan, 1S3 et la province de Gogovit jusqu'à 188 Reine, épouse principale: Bambishn, tikin des tiknats. Voir EH 514 pour cette double ex

Justi 302, avec des références au grec et à d'autres sources, et Goubert 176-8. Sur 151 ci-dessous
Hats'iwn et M aku. 184 La région du Vaspurakan gund 185 était soumise à la
un adhérent de l'église arménienne! Cf. TS V 13.7-14.11 pour Khosrov et Shirin: Khosrov deman
Roi perse. Parmi les nobles arméniens, la majorité était en grec
saint Serge d'accorder un enfant à Shirin et a envoy é des cadeaux au sanctuaire. Khuzastan est S
189 Ministres: pashtoneay est ambigu, éclairé. « ministre» , plus précisément « diacre» .
181 Trésor: Le MSS lisait zawm, `` l'armée '', modifiée en zawarn par Akinean et acceptée par
190 Allocations: rochik, « allocation ou salaire» ; voir EH 555, pour divers exemples.
Abgary an n.222.
191 Macler déclare que cette phrase est « évidemment interpolée» . Il fait référence à une
182 Ie Maurice passe sous silence l'intention de Khosrov de tuer Mushel. Anastase II, 118-27, 'Marty rs sous Chosroes', note que bien qu'il y ait eu des marty rs chrétiens pe
183 Jusqu'à Arestawan: le texte a ts \ 'up to', ainsi que T.'A. 88; mais Zaminean, P atkanean et règne, Khosrov n’était pas un persécuteur zélé.
Adontz / Garso'ian readr, c'est-à-dire l'accusatif, « et Arestawan» . 192 Le shah utilise la description arménienne de la religion persane! Voir n ° 133 pour anaw
184 Pour la zone cédée cf. ci-dessus, 76. T '. A., 88, et YD, XVI40-1, suivent Sebeos ; la version tradition: hayreniawrenk ». Ceci est un grand thème de l' histoire de Elishe, tirée des livres d
chez Vardan, 59 ans, c'est quelque peu différent.
Maccabées. Voir l'introduction à Thomson, Elishe 12.
185 Vaspurakan est attesté pour la première fois au début du septième siècle Ashkharhats'oyts '; voir Hewsen. ASX
179-81. Dérivé du persan wcispuhragan, « principal, spécial» [Mac- Kenzie, Palilavi Dictionary 88],
il fait référence à une zone à l'est de la ligne séparant les secteurs perse et romain de l'Arménie.

secteur, et quelques-uns dans le persan. Il a également cédé une grande partie du territoire de
Géorgie jusqu'à la ville de Tp'khis. M ais les parents? convoqué ce M ushel à
le palais, et il ne vit plus son pays.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 62/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

30 SEBEOS
Épisode 110
ne souhaite pas détenir sa religion ancestrale, mais en rébellion abandonne sa religion ancestrale
traditions, mourront. Maintenant, à la fête du dimanche des Rameaux 193, ils allaient de
Le monastère de Shirin, avec d'autres chrétiens, à la porte de l'appartement royal, et
ils liraient l'évangile comme un acte d'adoration. 194 Ils recevraient des cadeaux de
le roi et partez. Et personne n'a osé rien dire contre eux.

[CHAPIT RE 14 | 195

[L'empereur Maurice demande à Khosrov le corps du prophète Daniel.


Les miracles qui se sont produits en apportant le corps.]

Il arriva à cette époque que le roi grec demanda au roi perse le


cadavre de ce mort qui était gardé dans la ville de Shawsh, dans le trésor royal,
placé dans un récipient en bronze. 196 Les Perses l'appelaient [le corps de] Kay Khosrov,
et les chrétiens ont dit que c'était celle du prophète Daniel. Le roi Khosrov a ordonné à son
demande d’être honoré. Mais la reine Shirin était très perturbée par ces événements.
Comme elle ne pouvait rien faire pour changer [86] la volonté du roi, elle a ordonné à tous les
Chrétiens du pays à implorer le Christ avec des jeûnes et des prières pour que cela [source de]
grace 197 ne doit pas être expulsé du pays.
La population entière s'est rassemblée à cet endroit; avec des demandes ferventes et larmoyantes
se lamente qu'ils ont supplié le Christ d'empêcher [son départ]. Ils ont apporté des mules pour cela et
une voiture royale, 198 ont pris [le corps] et sont partis. Mais quand ils étaient sortis
la porte de la ville, tout à coup les sources qui montaient au milieu de la ville et
coulé dehors, séché. Toute la population avec des soupirs et des lamentations
l'a suivi.

193 Dimanche des Rameaux: otogoméen , l' éloge grec ; voir AG 368.
194 Comme acte de culte: pashtmamb; cf. MX III49. de Sahak `` observant '' les religieux
règle.
195 Macler, ch.5.
196 Conteneur: awazan , en termes chrétiens, « font» ; cf. la « cuve d'airain» , dans Ex. 30.18. Shawsh:
Susa. Abgaryan, n ° 230, ajoute des références à la tradition ultérieure concernant Daniel dans Muslim and Jewish
écrivains. Selon YD, XXVI 24, le sparapet Smbat a été tué à la cour du calife en 855
et enterré dans la tombe de Daniel. Kay Khosrov: le héros de l'épopée iranienne.
197 P our la grâce, charis, dans les os des saints voir Lampe, sv leipsanon. Cf. le fragment de
la Croix, 98 ans, comme source de grâce.
198 Transport: despak, AG 140.

Épisode 111 HIST OIRE 31

Il arriva que lorsqu'ils s'étaient éloignés de trois stades 99 de la ville,


tout à coup, les mules attachées à la litière se sont arrêtées et personne n'a pu les déplacer
de l'endroit. 199 Revenant brusquement en arrière, ils ont franchi de force
foule et les troupes, et a couru dans la ville. Quand ils sont entrés dans la porte de la ville, le
les eaux de la rivière ont été libérées et coulaient, et les sources jaillissaient en
l'abondance comme avant.
Ils en informèrent rapidement l'empereur. 200 Il a fait apporter des offrandes
[le cadavre] et leur a ordonné d'agir comme il le souhaitait. Ils l'ont laissé et sont partis.

[CHAPIT RE I5] 201

[Le complot perfide de Maurice pour vider l'Arménie des princes arméniens. le
fuite de nombreux princes du secteur grec de l'Arménie vers la Perse.]

A cette époque, le roi des Grecs, Maurice, ordonna qu'une lettre d'accusation soit
écrit au roi de Perse concernant tous les princes arméniens et leurs troupes:
Ils sont une race perverse et désobéissante, dit-il; ils sont entre nous et causent
difficulté. 202 Maintenant viens, je ramasserai les miennes et je les enverrai en T hrace; 203 vous rassemblez
les vôtres et ordonnez-leur d'être emmenés à l'est. S'ils meurent, nos ennemis meurent; s'ils tuent,
ils tuent nos ennemis; mais nous vivrons en paix. Car s'ils restent dans les leurs
terre, nous n'aurons pas de repos. 204
Ils étaient tous les deux d'accord. L'empereur a commencé à donner des ordres qu'ils devraient rassembler
tous et les a envoyés en T hrace. Il a fortement insisté [87 [que la commande était
effectuée. Et ils ont commencé à fuir cette région et à se soumettre aux Perses,
surtout ceux dont la terre était sous son autorité. Il les a tous reçus avec
honneurs et leur a été décerné

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 63/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

199 P our les mulets tirant une voiture avec des reliques s'arrêtant, cf. Royaumes I, 6,14; Aa 811;
P seudo-Shapuh 67; Step'annos Orbelean, ch.50.
200 Empereur: kaysr , pas Khosrov. Bien que ce terme latin soit courant en arménien pour désigner le
empereur de Byzance [EH 537-8], Sebeos se réfère généralement à lui comme « roi» , t'agawor ou ark'ay. Cf.
également n.664.
201 Macler, chapitre 6.
202 Cause des problèmes: pltoren , allumé. « ils sont boueux» . Cf. le proverbe d'Eznik 358, « le ressort est
brouillé de la source » , concernant Marcion.
203 T'rake. La forme plus habituelle T'irak apparaît sur 104.105.
204 Cf. le sentiment du sénat sur les P erses, 76.

199 Stade: asparez, la longueur d'un stade; AG 109; EH 508-9.


Épisode 112

Épisode 113

32 SEBEOS

cadeaux plus grands que ceux de l'empereur. Surtout quand il a vu


leur fuite de l'empereur, avec encore plus d'affection il voulait les gagner
à lui-même.

[CHAPITRE 16]

[L'auditeur vient avec un grand trésor pour attirer les princes arméniens de
le secteur grec. Les princes s'emparent du trésor. L'unité des deux rois
contre les voleurs. Réconciliation; certains des princes vont aux Perses,
et d'autres aux Grecs.]

Maintenant, quand le roi de Perse a vu la fuite de ces hommes de l'empereur, il a envoyé


en Arménie l'auditeur 206 de Vaspurakan avec beaucoup de trésors et de nombreux honneurs,
que de cette manière il pourrait les soumettre à son propre service. L'auditeur est allé à
L'Arménie accompagnée du trésor sur de nombreux chameaux.
Lorsque Samuel Vahewuni et d'autres de ses compagnons sont allés à sa rencontre et
l'ont rencontré aux confins du pays d'Atrpatakan, ils ont saisi le trésor
mais épargné la vie de l'auditeur. Ils étaient les suivants: Atat Khorkhoruni, Samuel
Vahewuni et Mamak Mamiko- nean, Step'anos Siwni, et Kotit, seigneur de la

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 64/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Amatunik ', et T 'eodoros T rpatuni, 207 et environ deux mille cavaliers. Ils avaient
a estimé que: «Avec ce trésor, nous ferons nôtres les Huns. 208 Réception
soutien d'eux, nous ferons la guerre contre les deux rois, et par la force restaurer notre
posséder des terres pour nous. Mais quand ils ont atteint la ville de Nakhchawan, 209 leurs plans de
l'unité dissoute. Ne se faisant pas confiance, ils se sont répartis le trésor et
campé au fen appelé Chahuk. 210

206 Auditeur: hamarakar , le fonctionnaire des finances de l'Arménie perse, Adontz / Garso'ian 180; cf. AG 80.

207 Atat : HAnjB. n ° 3. Pour la maison Khorkhoruni, EH 429 et Toumanoff, études 208-9. Samuel:
HAnjB , n ° 8. Pour la maison Vahewuni Toumanoff, Etudes 215. Mamak: HAnjB , no.l. Step'anos: HAnjB ,
n ° 16. Kotit: le seul en HAnjB. Pour la maison Amatuni, voir EH 346-7, Toumanoff, Studies 197-8.
T'eodos dans le MSS ici [HAnjB, no.l], mais T'eodoros ailleurs. Pour la maison Trpatuni, voir Toumanoff,
Études 199.
208 Les Huns au nord du Caucase; cf. n.19 ci-dessus. Ici, le MSS lisait zHayastans, « Arménie» !
« Huns» est la correction de Malkhasean; voir Abgary an n.236.
209 Sur les Araxes et à la frontière de l'Arménie et de la Perse; cf. 105. Pour cette ville importante, voir EH 482;
Hewsen, ASX 63A, 65, carte 66.
210 Chahuk est un quartier de Siwnik '; Hewsen, ASX65. Pour la méfiance mutuelle arménienne, cf. 78, n ° 154.

Psaumes 114

33
HIST OIRE

L'auditeur est allé au tribunal et a informé le roi [88] de tout ce qui s'était ouvert; les
les paroles de l'empereur furent confirmées. 211 Puis le roi Khosrov a ordonné qu'une lettre soit
écrit à l'empereur; il a demandé un ar mon de soutien et renvoyé en Arménie
l'auditeur de Vaspurakan. Puis il [l'empereur] ordonna au général Héraclius, 212
qui était stationné en Arménie, pour prendre ses troupes et marcher contre elles en guerre. Alors
les forces des deux rois se sont réunies dans la ville de Nakhchawan. Maintenant, quand
ces armées s'étaient unies contre eux [les rebelles], ils ont commencé à envoyer des messages à
eux, qu'il ne devrait pas y avoir de bataille et d'effusion de sang entre chrétiens,
mais ils devraient renoncer à leur folie et se soumettre à l'autorité du roi. Et
ils le leur confirmèrent par un serment: «Vous n'avez rien à craindre du roi».
L'auditeur ajouta: Le roi des rois m'a envoyé vers vous, et je vous ai apporté le
T résor. Vous n'avez rien à craindre du roi des rois. Et il a juré de
conformément à leur coutume. 211
Ils ont commencé à vaciller et à se séparer l'un de l'autre. Mamak Mamikonean,
Kotit, seigneur des Amatunik ', et Step'anos et encore d'autres en leur compagnie
les a abandonnés. Se déclarant innocents à l'auditeur, ils ont soumis leur
forces à l’autorité du roi de Perse. Mais Atat Khorkhoruni et Samuel
Vahewuni s'est enfui avec ses propres troupes. En passant par le village appelé Sawdk ', 213
ils atteignirent le pays des Aluank 'et se dirigèrent vers les Huns. Après avoir traversé la rivière
appelé Kur, ils campèrent sur sa rive.
Les autres atteignirent également le bord de la rivière et campèrent du côté le plus proche. Puisque
ils n'ont pas pu compter sur les forces 214 ^ des Huns, ils ont alors demandé un serment
du roi des Grecs et soumis à lui. Certains sont allés voir l'auditeur et
retourné dans leur propre pays. L'auditeur a rassemblé tous les princes arméniens et
des soldats du secteur persan. Les exhortant avec des supplications et doux
paroles, il les a tous réunis et a formé divers contingents. 215 Il est parti
[eux] dans ce pays avec quelques [troupes] et sont partis: 'Jusqu'à ce que je donne

211 Ie lettre de Maurice, 86.


212 Le général, père de l'empereur; voir PLRE III, sv n ° 3, 584-6. Cf. Whitby, empereur Maurice
230-3.
213 À l'intérieur des terres depuis le coin sud-est du lac Sevan, où il y a un passage dans l'Arts'akh; voir Hewsen,
ASX 193, n. 196.
214 Forces: ehambar, « camp» , d'où « armée ou force» ; AG 186-7.
215 Divers contingents: gunds gunds; cf. n.20.

Épisode 115

213 Ie avec du sel; voir 74 ci-dessus.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 65/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 116

34 SEBEOS

des nouvelles de vous, a-t-il dit, et un ordre vient [pour vous] de rester là-bas.
Car il avait compté que d'autres viendraient à eux et augmenteraient [leur
nombre]. 217
M ais l'empereur convoqua à la hâte Atat Khorkhoruni avec ses troupes au
palais. Il lui a accordé des compliments et des honneurs, lui a donné de nombreux
cadeaux, et l'envoya en Thrace.

[891

[CHAPITRE 17] 218

[La rébellion de certains princes du secteur grec et leur mort. Ennemis


du côté thrace menacent l'empire grec.]

Du côté grec, les nobles Vahewuni 219 se sont rebellés - Samuel que j'ai
mentionnés ci-dessus, Sargis, Varaz Nerseh, Nerses, Vstam et T'eodoros
Trpatuni. Ils prévoyaient de tuer le conservateur 220 alors qu'il séjournait dans un spa 221 pour
être guéri d'une maladie, près de la ville de Karin. M ais il l'a appris d'une manière ou d'une autre et
a fui pour se réfugier dans la ville. Ils ont attaqué le spa, mais ne l'ont pas rencontré.
Puis ils ont pillé tout ce qu'ils rencontraient, ont pris beaucoup de butin et sont allés à
la terre inaccessible de Korduk ', avec l'intention de tenir ces forteresses. 222
L'armée grecque les poursuivit, avec le général Héraclius et Hamazasp
M amikonean. 223 Lorsqu'ils [les fugitifs] furent arrivés près de la forteresse,
ils traversèrent la rivière appelée Jerm 224 par le pont qui

217 Voir 94 ci-dessous pour la suite.


218 Macler, chapitre 7.
219 Nobles: sepuhk ', utilisé pour les nobles qui ne sont pas chefs de famille, voir EH 558-9. Samuel:
87. Sargis: HAnjB , n ° 5. Varaz Nerseh: HAnjB, n ° 3. Nerses: HAnjB, n ° 18. Vstam: HAnjB, n ° 2.
220 Conservateur: korator, AG 360. P our ce bureau byzantin voir l' ODB, sv
221 Spa: ijermki ; Abgaryan, n ° 241, fait suite à la correction de Malkhasean pour les ijermi du MSS.
P our les sources chaudes de cette région, voir Hewsen, ASX 59,153, n.25.
222 L'adjectif amur, également utilisé comme substantif, `` forteresse '', peut être utilisé pour un site, `` imprenable,
forte » , ou d'une région montagneuse,« inaccessible, sûre » ; cf. EH 506. Ce n'est pas toujours clair à Sebeos
s'il s'agit d'une forteresse ou d'une région [comme Gelam, 95] . Le verbe amranam signifie 'retrancher
soi-même, se réfugier dans un lieu sûr » .
223 Hamazasp: HAnjB, no. 16.
224 Le Jerm, c'est-à-dire le fleuve « chaud» , est un affluent du Tigre, le Bohtan-su; AON 331, Hewsen, ASX
map 64. Dans la vallée du Jerm se trouvait une forteresse appelée Zrayl célèbre pour son imprégnabilité
[amrut'iwn].

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 66/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 117

35
HISTOIRE

s'appelle le pont de Daniel. Ils ont détruit le pont et se sont postés


au défilé pour défendre le site du pont. Ils [les Grecs] se sont arrêtés au
rive du fleuve et s'est demandé ce qu'ils devraient faire. Puisqu'ils n'ont pas trouvé de gué,
ils avaient l'intention de revenir, quand de façon inattendue un prêtre itinérant
les a rencontrés. Ils ont saisi le prêtre et lui ont dit: `` M ontre-nous le gué
la rivière, sinon nous vous tuerons. Il a dirigé l'armée et a souligné le gué
au dessous de. Toute l'armée a traversé le gué. Certains d'entre eux gardaient la forteresse
de l'arrière, certains tenaient la tête de pont et l'entrée de la vallée, 225 tandis que
d'autres sont entrés dans la forteresse et les ont attaqués. Il y a eu un terrible massacre,
mais ils ont réussi à les exterminer.
Dans la bataille, ils ont tué Nerses et Vstam et Samuel, qui n'a pas fait peu
carnage autour d'eux. M ais Sargis et Varaz Nersch ils ont capturé avec certains
autres. Ils les ont amenés dans la ville de Karin et leur ont ensuite coupé la tête. À
au moment de la décapitation, Varaz Nerseh dit à Sargis: «Tirons au sort,
ils tueront les premiers. M ais Sargis a dit: «Je suis un vieil homme et un pécheur; Je t'en supplie
accorde-moi ce cadeau. Laissez-moi avoir ce petit réconfort que je ne vois pas votre mort.
Puis ils lui ont coupé la tête en premier. M ais T'eodoros Trpatuni s'est échappé et a fui vers le
cour du roi perse. | 90] Il a ordonné qu'il soit lié et remis à
ses ennemis soient mis à mort. Et avec une grande cruauté, il le fit torturer.
Les ennemis de la région de Thrace ont pillé le royaume. Avec leur
énorme multitude de troupes, grâce à des campagnes rapides 226, ils voulaient
éliminer le royaume et la nation de l'empire romain, et régner
eux-mêmes sur la capitale royale.

ICHAPITRE 18] 227

[Maurice rassemble une armée contre les Thraces. Il nomme Mushel


Général mamikonean. Au début, les Grecs vainquent leurs ennemis; mais le second
temps où ils sont battus dans une grande déroute. Le meurtre de Mushel.]

225 Entrée de la vallée: dzoraberan, « vallée-embouchure» , non attestée ailleurs. Depuis composé
les noms se forment si facilement en arménien que les hapax legomena sont courants; T'ovma Artsruni
L'histoire est particulièrement remarquable à cet égard.
226 Grâce à des campagnes rapides: i dzern hapcheppaterazmats 'n. Hapchep signifie normalement 'rapide,
urgent » , plutôt que« l'incessant » de Macler. P our ces raids Avar de 583, 586-588, voir Whitby,
Empereur Maurice 140-55.
227 Macler, ch.8.

Épisode 118

36 SEBEOS

À cette époque, le roi des Grecs a donné l'ordre de rassembler tous ses
troupes de la région orientale, car il y avait la paix et il n’avait aucun problème
Syrie de l'empire perse. Il leur ordonna tous de traverser la mer et de se rassembler
les régions de T hrace contre l'ennemi. Il a en outre commandé toute la cavalerie
d’Arménie à se réunir, et les nobles en chef, 228 [et ceux] qui étaient
expérimenté et capable de rester ferme et de combattre dans la ligne de
lanciers. Il a également ordonné que d'autres forces soient amenées du pays d'Arménie en
un grand nombre, tous disposés et de stature élitiste; 229 à former en
bataillons et que, équipés d'armes, ils devraient tous traverser la terre de T hrace
contre l'ennemi, et Mushel Mamikonean comme leur général.
Ils sont donc allés attaquer les peuples qui occupaient les régions occidentales sur le
rive du grand Danube. Il y a eu une guerre féroce à propos de cette terre.
La puissance de l'ennemi a été écrasée devant l'armée grecque, qui les a mis à
vol à travers le Danube. Ils ont eux-mêmes rapidement envoyé un messager portant
nouvelle de la grande victoire de l'empereur et de tout le palais.
Ils [l'ennemi] ont fait des raids dans la partie intérieure du pays, ont traversé
quelques endroits étroits, et ravagé tout le pays. Quand ils sont venus face à face,
il y a eu une grande bataille. Ils ont vaincu l'armée grecque et les ont détruits avec
grand massacre, les mettant en fuite devant eux. L'ennemi occupait [91] le
place étroite devant eux, les a vaincus avec l'épée, et ils étaient à peine
capable de s'échapper pour se réfugier dans les solidités 230 du pays de T hrace. Ils ont capturé
Mushel Mamikonean, l'a lié à un arbre très haut dans la forêt et l'a tué. UNE
un grand nombre de nobles et de troupes arméniennes ont été exterminés et massacrés
Ce jour là.
Puis une fois de plus le roi rassembla une autre armée et lui ordonna simplement d'agir
la défensive. 231

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 67/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

228 nobles en chef: ishkhans nakhararats ', lit. « princes de nobles» .


229 Volonté : kamov, « volontaires» ? De stature élite: entrov hasakv, hasak peut faire référence à la stature ou
l'âge, « dans la fleur de l'âge» .
230 Solidités : amurs ; voir n ° 222; « zones sécurisées» plutôt que « forteresses» .
231 Acton la défensive: zgusanalanjants ', lit. « prendre soin d'eux-mêmes» .

Épisode 119

37

HIST OIRE

[CHAPITRE 19] 232

[L'ordre de l'empereur Maurice de prêcher le concile de Chalcédoine en


les églises d'Arménie. Division du siège du patriarcat.]

Encore un autre ordre est venu de l'empereur, de prêcher le conseil de Chalcédoine


dans toutes les églises du pays d'Arménie, et de les unir dans la communion par
son armée. Mais les clercs 233 des églises arméniennes ont fui vers un pays étranger. Beaucoup,
ignorant le commandement, ils ont tenu bon et sont restés impassibles. Mais beaucoup
d'autres, balancés par l'ambition, unis par la communion. Puis la vue de la
Le catholicosate a été divisé en deux: l'un nommé Movses et l'autre Yovhan -
Mouvements dans le secteur persan et Yovhan dans le grec. 234
Yovhan s'est uni en communion avec eux; mais Movses n'aurait pas du tout
contact avec eux. Tous les vaisseaux de l'église Saint-Grégoire de Dvin ont été pris 235
et placé en lieu sûr dans la ville de Karin. Par la suite, il lui-même [Yovhan]
a été emmené en captivité au pays de Perse, dans la capitale Ahmatan. 236

232 Macler, chapitre 9.


233 Clercs: mankunk 'ukhli. Manuk est « enfant, jeune, serviteur, soldat» ; ukht est « alliance, clergé».
L'expression doit se référer aux clercs en général, il n'y a pas d'équivalent au syriaque benai
qeyama en Arménie. La phrase est citée [sv ukht] dans la NBHL comme se produisant dans Socrates VII20,
mais il n'apparaît pas dans le texte imprimé. Il serait cependant plus logique dans le contexte de renvoyer
aux congrégations. Cf. 154, n ° 757.
234 P our l'attitude arménienne à l'égard de la définition christologique de Chalcédoine, voir Sarkis- sian, The
Concile de Chalcédoine. Une scission définitive avec l'église impériale de Constantinople n'a pas eu lieu
jusqu'au deuxième concile de Dvin en 555. Sur cette division territoriale, avec un pro- Chalcédonien
Catholicos dans le secteur romain et catholicos anti-Chalcédonien dans le persan, voir Garitte,
Narratio 225-54. Movses est Movses II, Catholicos 574-604; pour sa mort, voir 100 ci-dessous. Yovhan
[Jean] était de Kogovit [Gogovit] à Ayrarat, qui avait été cédé à Maurice et était donc maintenant
en territoire romain; voir 84 ci-dessus et 112 pour sa mort. La division est décrite plus en détail par
YD, XVII14-16.
235 Ont été prises: le MSS a lu zor taran, « qu'ils [le pi impersonnel arménien]. Macler
a proposé la correction: zor tar [aw YovhJan, 'que Jean a pris', mais il
semble inutile.
236 Ie Hamadan, Ecbatana, AG 17. P our la captivité et la mort de Jean, voir ci-dessous, 112, et Narratio
263-5.

Psaumes 120
38 SEBEOS

[CHAPITRE 20] 237

[Une autre commande de l'empereur pour rassembler des troupes d'Arménie


et envoyez-les sous le commandement de Sahak Mamikonean et Smbat Bagra-
tuni. Smbat fait demi-tour; et son plan de rebelle. Smbat est capturé et amené à
Constantinople. Une sentence est prononcée contre lui pour être jeté dans l'arène.
Les exploits de Smbat là-bas et sa miséricorde. Son exil ultérieur à
Afrique.]

À ce moment-là, un autre ordre est venu de l'empereur de chercher à nouveau et


trouver de la cavalerie armée d'élite arménienne, au nombre de 2000, et les mettre sous
deux hommes sûrs, et de les expédier à la hâte.
[92] Ils ont recherché et choisi 2000 hommes armés et ont mis ces 2000
sous deux hommes fiables: 1000 à Sahak M amikonean et 1000 sous le
commandement de Smbat Bagratuni, fils de M anuel. 2;! S Ils ne les ont pas envoyés par
le même itinéraire, mais expédié Sahak M amikonean avec mille via
Sebastea, et Smbat Bagratuni avec les [mille] autres via la région de
Khaltik '. 238 Sahak partit, amena ses troupes au palais et présenta
lui-même au roi.
M ais quand Smbat a atteint Khaltik ', il a reculé, 239 parce que sa force avait
avoir peur en route, ne pas vouloir se rendre à cet endroit 240 en conformité

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 68/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
à la demande du roi. Le roi a été informé de ces événements. Puis à travers
lettres et messagers de confiance, il a promis avec serment de le renvoyer
rapidement dans son propre pays avec un grand honneur. Il a également promis une grande
récompenses et cadeaux aux troupes, et de cette façon il les a cajolés en
réconciliation. Ils ont procédé dans l'unité et se sont présentés au roi.
Le roi a entièrement équipé les troupes et les a expédiées aux frontières de
Thrace; Smbat il a renvoyé en grand honneur au pays de son propre peuple avec
beaucoup de cadeaux.
Puis, une fois de plus, les nobles arméniens restants commencèrent à s'unir, et

237 Macler, ch.10.


238 Khahik 'est dans la région de Lazica à l'ouest de la rivière P hasis; Hewsen, ASX 57.
239 Baulked: brnanay, lit. « tenu ferme» .
240 Ie Thrace.

Épisode 121

39
HISTOIRE

cherchait un moyen de se soustraire au service du roi des Grecs et


introniser leur propre roi, afin qu'eux aussi ne soient pas obligés de mourir
régions de Thrace, mais pourraient vivre ou mourir pour leur propre pays. Leur intention
les plans n'ont pas acquis une unité ferme entre eux; mais certains d'entre eux ont informé
contre les autres et apporta la nouvelle du complot à l'oreille du roi. Puis ils
dispersé ici et là et volé. 241
Puis les messagers royaux sont arrivés avec des mandats, 242 ont arrêté Smbat avec
sept autres hommes, et l'amena devant le roi. Quand ils avaient été
examinés dans le tribunal bondé, 243 condamnations ont été prononcées contre eux pour être
dépouillé et jeté dans l'arène. 244
C'était un homme gigantesque de 245 stature et beau d'apparence, fort
et de corps solide. C'était un guerrier puissant, qui avait démontré son
bravoure et force dans de nombreuses batailles. Telle était sa puissance que quand il est passé
à travers des forêts denses sous de forts arbres sur son cheval aux grandes pattes et puissant,
saisissant la branche d'un arbre, il la tiendrait fermement, et serrant avec force
ses cuisses et ses jambes autour du milieu du cheval, il le soulèverait | 93] avec ses jambes
du sol, de sorte que lorsque tous les soldats ont vu cela, ils ont été stupéfaits et
étonné.
Alors ils l'ont dépouillé, l'ont vêtu d'une culotte, 246 et l'ont jeté dans le
arène comme proie pour les bêtes sauvages.
Ils ont relâché un ours contre lui. M aintenant, il est arrivé que lorsque l'ours
l'a attaqué, il a crié fort, a couru sur l'ours, a frappé son front avec son
poing, et l'a tué sur place.
La prochaine fois, ils ont relâché un taureau contre lui. M ais il a saisi les cornes de
le taureau ... a poussé un grand cri 247 ... et quand le taureau s'est
lutte, il a tordu son cou et a cassé les deux cornes au-dessus de sa tête. Perdant
force, le taureau recula et se retourna pour fuir. M ais il a couru

241 P our la désunion arménienne, cf. 78, n. 1 54 ci-dessus.


242 Warrants: hrovartaks, AG 184, signifiant « une lettre officielle» .
243 Tribunal: hraparak, un lieu public de réunion où des enquêtes ont eu lieu; cf. Élisée 27.
244 Arena: kiwnikn, AG 357, la kunégion grecque . Le HArmB note uniquement son utilisation dans Sebeos. le
sept autres hommes semblent avoir échappé au combat; voir la fin de 93.
245 Gigantesque: anéanti , « monstrueux» , comme dans MX, 19 ans, des géants descendants des premiers dieux.
246 Culottes: andravartis, comme Ex. 28.42.
247 Il semble y avoir une lacune; Abgaryan, n.261, note plusieurs émendations, mais aucun ls
totalement convaincant.

Épisode 122

238 Abgaryan distingue deux Smbats Bagratuni, tout comme le HAnjB. sv no.l 3 et 14. Mais
le Smbat qui fut exilé en Afrique semble être identique à celui qui servit plus tard le shah; voir
plus bas 96, et Toumanoff, Dynasties 111. Voir aussi Commentaire historique. P our Smbat
carrière voir aussi Goubert 197-204. P our la maison Bagratuni voir EH 362-3 et Toumanoff, Studies
201-3. Manuel: HAnjB, n ° 10. Sahak: HAnjB , n ° 29.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 69/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 123

40 SEBEOS

après lui, saisit sa queue et s'accrocha au sabot d'un de ses pieds. Il


arracha le sabot, qui restait dans sa main. Le taureau s'est enfui loin de lui,
avec un pied nu.
La troisième fois, ils ont relâché un lion contre lui. Il est arrivé que lorsque le
le lion l'a attaqué, il a obtenu un tel succès du Seigneur qu'il s'est emparé de
l'oreille du lion, il l'a montée. Puis saisissant son tuyau à vent, il étrangla le lion
et l'a tué. Le rugissement de la grande foule remplit le pays et ils demandèrent
miséricorde du roi.
Lassé de la lutte, il s'assit sur le lion mort pour se reposer un peu. Puis le
la reine tomba aux pieds du roi et le pria de lui faire miséricorde, car
auparavant, cet homme était cher au roi et à sa femme, et ils avaient appelé
lui leur [fils] adoptif. Il a été étonné de la force de l'homme et
dureté. Entendant les supplications de sa femme et de tout le palais, il
lui a ordonné d'être miséricordieux.
Puis ils l'ont emmené se laver dans les bains. Ils l'ont lavé et vêtu,
et l'a convoqué à la fête royale. Après un court laps de temps, pas si
beaucoup de la mauvaise volonté du roi mais de la calomnie des rivaux, il leur a ordonné de
être mis sur un bateau et être exilé vers des îles lointaines. Puis il [lui] a ordonné de
traverser l'Afrique 249 et se faire rendre tribune 250 parmi les soldats qui y étaient.

[94]

[CHAPITRE 21] 251

[Khosrov convoque au tribunal par lettre les nobles que le commissaire aux comptes avait laissés. Il
leur montre de grands honneurs et installe leurs troupes dans la ville d'Ispahan.]
252

Quant aux nobles et aux troupes du côté persan, j'ai mentionné plus haut que le
l'auditeur est parti et les a laissés jusqu'à ce que le commandement royal

249 P our l'Afrique comme lieu d'exil, cf. 133 ci-dessous. Lui: il n'y a pas d'objet au verbe, donc c'est
ne sait pas si Sebeos se réfère ici uniquement à Smbat. Il n'y a pas de référence à l'exil dans TS Ш 8.6-8,
qui met les prouesses de Smbat dans l'arène et la clémence de l'empereur avant la déposition d'Ormizd
par Vahram.
250 Tribune: Le MSS a lu i bun, `` naturel, original '', que Malkhasean a amendé au tribunal sur
la base de la version de ces événements dans la Chronique de Mkhit'ar Anets'i.
251 Macler, ch.ll.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 70/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Épisode 124

HISTOIRE 41

arrivée. Puis les courriers 252 sont arrivés avec des lettres les convoquant tous ensemble au
Cour royale. Ce sont les nobles et les troupes qui accompagnaient chacun
contingent et bannière 253 à la cour du roi perse Khosrov au sixième
année de son règne: 254
Premièrement: Gagik M amikonean, fils de M anuel;
Deuxièmement: Pap Bagratuni, fils d'Ashot l' Aspet;
Troisièmement: Khosrov, seigneur des Vahewunik ';
Quatrième: Vardan Artsruni;
Cinquième: M amak M amikonean;
Sixième: Step'anos Siwni;
Septième: Kotit, seigneur des Amatunik ', 255 et d'autres des nobles avec
leur. Lorsqu'ils atteignirent l'Asorestan et le site de la cour royale, ils
se sont présentés au roi. Il les reçut joyeusement, et avec une
la splendeur les a favorisés avec les honneurs. Il a ordonné aux plus grands nobles d'être
conservés à la cour royale, les allocations de 256 à payer sur le trésor, à donner
leurs quartiers, et convoqués chaque jour au banquet royal. Il
ont ordonné à leurs troupes d'être stationnées sur le territoire d'Ispahan, et qu'elles
doit être pris en charge de manière amicale avec toute la volonté.

[CHAPITRE 221 257

[Le meurtre de Vndoy. La fuite et la rébellion de Vstam, et son départ vers le


régions des Parthes.]

A cette époque, le roi Khosrov a décidé de se venger de la mort de son père


de ces nobles qui l'avaient tué. 258 Premièrement, il a voulu condamner son
oncles maternels. Il a ordonné à Vndoy, celui que j'ai mentionné ci-dessus, d'être
arrêté, lié et tué. M ais son frère Vstam ne se trouvait pas au
cour royale à cette époque. Bien qu'il

252 Courriers: peshaspikk », comme Buzandaran III 21. P our le terme, AG 230.
253 Contingent et bannière: gund, tire ; voir ci-dessus, nn 20,139.
254 Ie 594/595.
255 Gagik: HAnjB, no.l. Manuel: HAnjB, n ° 9. P ap: HAnjB, n ° 5. Ashot aspet '. HAnjB, n ° 9.
Khosrov: HAnjB, n ° 13. Vardan: HAnjB, n ° 13. Mamak: HAnjB, no.l. Step'anos: HAnjB, n ° 16.
Kotit: le seul non attesté dans le HAnjB.
256 Allocations: rochiks, comme 85 ci-dessus et n ° 190.
257 Macler, ch.12.
258 P our la mort d'Ormizd, voir ci-dessus 75.

Épisode 125

252 Au-dessus de 88.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 71/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 126

42 SEBEOS

le convoqua trompeusement avec de nombreuses supplications, comme s'il était


ignorant la mort de son frère, il a néanmoins été informé d'une manière ou d'une autre
ne tomba pas dans son piège trompeur, mais se rebella et se réfugia dans le
terre inaccessible de Gelam. Il rassembla toutes leurs troupes et les mit sous son
propre commande.
Se rendant dans la région de Reyy 260 lors d'un raid, il a pillé toutes les nombreuses terres de
l'empire perse. Puis le roi Khosrov prit sa propre armée et alla attaquer
lui; l'armée de l'empereur était avec lui. Il y avait une bataille rangée entre
eux au pays de Reyy. Dans cette bataille, les troupes arméniennes ont effectué quelques
actes de bravoure, en voyant que le roi était encore plus étonné.
M aintenant parce que le rebelle n'a pas pu résister, il s'est réfugié dans la montagne
territoire où il s'est retranché. 261 De cette façon, aucune des deux parties n'a vaincu le
autre, ils sont donc retournés sur leur propre territoire. Le rebelle Vstam est allé à la
terre sécurisée de Gelam, puis de là, il se rendit dans les régions du
Parthes, à la terre d'origine de sa propre principauté, 262 afin de faire sous
son propre contrôle les troupes de cette région et ayant été ainsi [renforcé] pour
revenir.
Le roi marcha vers Asorestan et atteignit sa propre résidence royale,
accompagné des princes des nobles arméniens.

[CHAPITRE 23] 263


[La mort des nobles arméniens qui étaient en Asorestan. Le meurtre de Kotit
Amatuni à l'instigation de Khosrov. La rébellion de l'armée arménienne
qui était stationné à Ispahan. La saisie du trésor de l'auditeur, et
départ de certains dans le pays des Parthes à Vstam.]

A ce moment-là eut lieu la mort des princes arméniens [suivants]. Au


cour royale Gagik M amikonean et Khosrov, seigneur de la Vahe- wunik ', est mort un
mort naturelle. M amak M amikonean, envoyé en Arménie concernant l'armée, comme
dès qu'il est arrivé à la ville de Dvin est mort après seulement quelques jours. Step'anos
Siwni a eu une dispute avec son oncle paternel

260 P our l'orthographe, voir AG 70. Selon l' ASX, les deux principales villes des médias étaient
Re et Aspahan; Hewsen, ASX 74.
261 Se retranchit: amranayr. P our le sens de l' amour [cf. 'inaccessible' juste
ci-dessus] et ses dérivés voir n.222.
262 Son origine parthe a été soulignée au-dessus de 73.
263 Macler, ch.13.

Épisode 127

43

HISTOIRE

Sahak concernant la principauté. 264 Sahak a écrit un bref de condamnation


contre lui et l'a scellé de son propre sceau, celui de l'évêque de sa maison, 265
et aussi avec les sceaux des autres princes de Siwnik ', pour rappeler au roi la
crime de leur rébellion.
[96] Le roi ordonna alors à Step'anos d'être lié et jeté en prison. Ils
s'est coupé la tête pendant le jeûne de la Semaine Sainte. 266
Après avoir envoyé Kotit comme messager à Nisibis, il ordonna à la cavalerie de se coucher
embuscade dans la plaine. L'attaquant comme des brigands, ils l'ont tué sur la route.
M ais leurs troupes qui étaient stationnées au pays d'Ispahan, 267 quand elles
appris ce qui s'était passé, se sont rebellés et ont pillé la terre. Ils ont pris le royal
trésor qui était dans la maison de l'auditeur, qui avait été amassé de la
impôts de cette terre, et partit pour la forteresse dans le pays de Gelam. 268 de Peroz
l'armée arriva à sa poursuite et en mit quelques-uns à l'épée. Certains d'entre eux
se sont suicidés de peur d'être capturés, tandis que d'autres se sont à peine échappés et ont pris
refuge dans la terre sécurisée de Gelam. Ne rencontrant pas Vstam là-bas, ils sont partis
pour le pays des Parthes et se sont présentés devant lui.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 72/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
[CHAPITRE 24] 269
[Smbat Bagratuni est nommé marzpan de Vrkan. Il soumet les rebelles et
établit le bon ordre au pays de Vrkan.]

Il est arrivé à ce moment-là que Smbat Bagratuni est devenu agréable aux yeux de
le roi Khosrov. 270 Il lui a donné le marzpanate du pays de

264 P rincipauté: tanuterut'iwn; pour tanuter voir n ° 129 ci-dessus. Sahak: HAnjB, n ° 30.
265 C'est-à-dire l'évêque de la maison noble de Siwnik '. P our l'organisation épiscopale arménienne,
basé sur les familles nakharar et non sur les villes, voir la discussion dans Garso'ian, « City» 79.
Crime: vnas, allumé. « mal, dommage» .
266 Jeûne réel: ibun ahihats'sn [at, 'sel', chapeaux ', ' pain '].
267 Ie ceux des nobles énumérés sur 94 ci-dessus.
268 P eroz: perozakan. Macler soupçonne que quelque chose ne va pas et suggère `` persan '' ou
« victorieux» [de l'étymologie]. Il semblerait plus simple de supposer que ce P eroz était un
général qui n'est pas mentionné ailleurs à Sebeos.
269 Macler, ch.14.
270 Mkhit'ar Anets'i, ch.17, identifie ce Smbat avec le Smbat qui a été exilé, 92-93
au dessus de; mais il renverse l'ordre, mettant le service de Smbat pour le shah avant ses escapades en
Constantinople. Mkhit'ar dit que Smbat est mort à Tizbon. YD, XVII. suivi d'Asolik et

Épisode 128

Vardan, se réfère uniquement au service de Smbat pour le shah. P our un examen des différentes opinions, voir
Abgaryan n.272.

Épisode 129

44 SEBEOS

Vrkan, 271, le fit prince sur toute cette région, et le favorisa même
plus d'honneurs et d'autorité. Il a entassé de l'or et de l'argent sur lui et l'a vêtu
dans des vêtements chers et splendides. Il lui a donné la ceinture et l'épée qui avaient
appartenait à son propre père Ormizd. Il a mis sous son contrôle le persan et l'arménien
troupes, et lui a ordonné de se rendre au pays de sa nomination.
A cette époque, les terres appelées Amal, Royean, Zrechan et Tapara- stan 272 avaient
se sont rebellés contre le roi perse. Il les a vaincus au combat, les a frappés avec le
épée, et les soumit au roi perse. Il a établi

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 73/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
prospérité sur toute la région de son marzpantate, parce que cette terre avait été ravagée.
[97] Il y avait dans ce pays une communauté déportée 273 "d'Arménie et installée
au bord du grand désert qui s'étend de T 'urk'astan et
Delhastan. 274 Ils avaient oublié leur propre langue, perdu l'usage de l'écriture et
manquait de l'ordre sacerdotal. Il y avait aussi là un groupe de Kodrik 'qui avait été
pris captif avec nos propres hommes; et d'ailleurs pas quelques-uns de l'empire grec
et de la région de Syrie.
La communauté de Kodrik était des infidèles. 275 Mais sur les chrétiens, il brillait
une grande lumière. Ils ont été confirmés dans la foi et ont appris à écrire et à parler
Langue. Un certain prêtre parmi eux, nommé Abel, fut nommé à
rang sacerdotal dans ce pays. 276

271 Marzpan : pour ce bureau, voir n ° 18 ci-dessus. Vrkan est au sud-est de la mer Caspienne. Sur
100 Sebeos déclare que Smbat a occupé le poste pendant huit ans: 595-602 selon Toumanoff.
Dynasties 111. Whitby, l' empereur Maurice 127 accepte 595 comme date probable de la nomination de Smbat
comme marzpan; mais voir n ° 298 ci-dessous.
272 Taparastan se trouve sur la côte sud de la Caspienne. P our Amal et Royean, voir Eransahr 136;
pour Zrechan, ibid. 125.
273 Communauté expulsée: azgn gerealk ». Je prends le chant, azg pour désigner les captifs [dans le pi.]
étant un groupe d'une origine ethnique.
274 Delhastan est Dehistan, Eransahr 94. Asolik, II 2, et Vardan, 60 ans, ajoutent: « appelé Sagastan» .
275 Est-ce que Sebeos signifie le Kotri dans le sud-est de l'Iran [cf. Eransahr 187], ou le Kordrik 'sur
la frontière d'Asorestan? P our le problème de ce dernier nom, voir Hewsen, ASX 170-4. Dans la seconde
cas « infidèle» , anhawat, pourrait indiquer qu'ils sont chrétiens et non en communion avec les Arméniens.
276 Rang sacerdotal: karg k'ahanayut'ean. Ie Abel était déjà ordonné, donc un 'presbytre',
erets ', et maintenant nommé à un statut officiel par Smbat. YD, XVII3-6, élabore sur ceci, appelant
lui un « évêque» ; et Asolik, II2, ajoute: « depuis lors, ils sont attachés au siège de saint Grégoire» .
P our plus de références à des informations ultérieures, voir HAnjB, sv Abel, n ° 2.

Épisode 130

45
HIST OIRE

ICHAPITRE 251277

[L'attaque de Vstam en Asorestan contre Khosrov et sa mort en route à travers le


trahison de Pariovk, roi des K'ushans. La dispersion de l'armée de Vstam. le
bataille du marzpan Smbat avec le (peuple de) Gehim et sa défaite.]

Il arriva à ce moment-là 2 78 que Vstam se soumit aux deux rois de la


K'ushans, Shawk et Pariovk. 274 Rassemblement de toutes les troupes des régions du
à l'est, il a attaqué l'Asorestan avec une armée nombreuse et puissante afin de tuer Khosrov
et saisit son royaume pour lui-même. Ses forces étaient [postées] à droite et à gauche à un
distance de lui; et le roi des K'ushans, Pariovk, soutenait derrière
lui. Puis le roi des K'ushans planifia la trahison. Il est venu devant lui avec
quelques hommes, et en descendant de son cheval, il a fait obéissance sur son visage sept
fois. 2811 L'autre s'avança et lui ordonna de remonter à cheval. Mais il
lui avait tendu un piège sur la route. Pariovk lui dit: `` Offrez à votre escorte de se retirer
de vous, afin que je dise plusieurs paroles de conseil avec le roi. 281 Il n'a pas
perçoivent sa trahison, ainsi commanda à ses hommes de s'éloigner de lui. Pendant qu'ils
continuaient le long de la route en parlant, tout à coup ceux en embuscade ont émergé
leurs places, a frappé Vstam et l'a tué. Pariovk, rencontrant ses troupes comme
arrangé, 282 les ont immédiatement informés. Ils sont allés à la poursuite, sont venus et ont saisi
La femme de Vstam [98] et tous ses bagages et marchandises, puis rapidement fait demi- tour et
défunt.
Plus tard, quelques jours plus tard, la nouvelle parvint à toutes les troupes. Ils étaient
découragés, perdent leur solidarité mutuelle et partent chacun chez eux. Dans comme
manière que l'armée Gelum qui l'accompagnait se rendit aussitôt
bastions 283 de leur propre terre. Ces hommes arméniens qui s'étaient rebellés
Ispahan 284 et a rejoint Vstam, est allé
277 Macler, ch.15.
278 Lorsque Smbat est devenu marzpan , 599/600.
279 Voir Eransahr 83 ^ t, pour ces rois dans la tradition iranienne ultérieure. P our la rébellion de Vstam voir
Goubert 283-7.
280 Obeisance: lit. « embrassa le sol» ; voir ci-dessus 82, n.177.
281 Ie P ariovk traite Vstam comme son supérieur royal. Suite : ambokh, allumé. 'foule'.
282 Comme arrangé: zhamadir leal, allumé. « avoir fait un rendez-vous» . Le Chronicon Anon- ymum 16,
déclare que Vstam a été tué par un « Turc» .
283 Bastions : amurs, ou peut-être « régions [sûres]» . Sur ce mot voir ci-dessus, n ° 222.
284 Dans Ispahan: i Spahan, qui est la correction d'Akinean suivie d'Abgaryan; le MSS tous
lire i Smbatay, 'from Smbat', voir Abgaryan n.284. Ces troupes de Kotit et

Épisode 131

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 74/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

46 SEBEOS

avec eux. Lorsqu'ils ont atteint le pays appelé Komsh, 290 qui
li es derrière Vrkan de l'autre côté de la plage qu'il traverse, et était venu à la
village appelé Khekewand, ils ont été opposés par Shahr Vahrich 291 et Smbat,
marzpan de Gurkan, avec une grande [force]. L'armée des Gelumk 'n'étaient plus
de deux mille. Il y a eu une bataille à cet endroit. Ils ont vaincu l'armée perse,
les mettre en fuite et les poursuivre. Beaucoup ils ont tué, et beaucoup ils ont capturé.
Puis ils sont revenus et ont campé près du site de la bataille, ces Arméniens avec
leur. Beaucoup sont morts parmi les soldats et parmi les Arméniens qui étaient avec le
marzpan Smbat.

[CHAPITRE 26] 292


[La découverte d'un fragment de la Croix du Seigneur à travers une vision.]

Maintenant, trois mois avant que cette bataille n'ait lieu, un certain homme avait un rêve et
en a pris conscience. Son nom était Yovsep '. `` Un homme, dit-il, de merveilleux
l'apparence est venue et m'a dit: "Une bataille aura lieu dans trois mois,
et beaucoup tomberont dans la bataille. Mais allez sur le site de la bataille, et ce sera un signe
pour toi. Vous verrez un homme tombé à la surface de la terre, et son corps sera
brille parmi tous les cadavres. Allez prendre pour vous tout ce que vous voyez à côté
lui. Et faites attention, dit-il, de ne pas oublier cette source de grâce, 293 parce qu'elle est
miraculeux. '"Il se leva et s'en alla, et quand il atteignit l'endroit, il trouva tout aussi
avait été dit dans la vision. Car ils avaient dépouillé celui-là et tous les corps. 294 He
avait avec lui un sac en cuir sur son épaule. Maintenant, son corps gisait au milieu du
cadavres. Il s'est approché et a pris [99] le sac. Il a vu qu'il y avait une boîte en argent dans
il, et une croix à l'intérieur, en

290 Komsh est au sud de Tabarastan; AG 46, Eransahr 71-2.


291 Il n'est pas attesté autrement; pour le nom, voir AG 59-60.
292 Macler, chapitre 16.
293 Cette source de grâce: zshnorhn zayn, à partir du corps de Daniel, 86. Ceci est omis dans A, mais trouvé dans le
ancien MS [maintenant perdu] utilisé par Mihrdatean; voir Abgary an n.286.
294 Il y a plusieurs références dans les historiens arméniens à la pratique de spolier les morts après une
bataille; voir Thomson, Etishe 77, n.9. A cette occasion le diakaputk 'a raté le sac en cuir, shagoyr
mashkelen. Shagoyr, « sac» , n'est pas attesté ailleurs dans les textes classiques, mais est utilisé en arménien moderne.

Épisode 132

47

HIST OIRE

qui était
un grand fragment de la croix du Seigneur. Il s'est signé avec, un nd
le prenant alla rejoindre ses compagnons.
Toutes les troupes ont quitté cet endroit et se sont rendues dans les forteresses de leur propre pays.
Puis le roi a demandé à Vahrich à la cour, et a envoyé un grand merci à Smbat parce que
il avait combattu loyalement, et quand vaincu avait n ot abandonné son poste , mais avait seulement
fui après tous les autres.

[CHAPITRE 27] 295


[Une autre bataille de Smbat avec l'ennemi à Taparastan et sa victoire. Smbat est
plus honoré que tous les marzpans. Smbat arrive en Arménie. Le [
re] construction de l'église Saint-Grégoire à Dvin. Le catholicosat d'Abraham
Rshtuni.]

Lorsque l'année suivante arriva, 296 toutes les forces de l'ennemi se rassemblèrent
et alla camper dans la province de Taparastan. Smbat a également rassemblé le sien
troupes et les a attaqués au combat. Le Seigneur Dieu a livré l'armée des ennemis en
La main de Smbat. Il les a tous mis à l'épée, et les survivants ont fui vers les leurs
Régions. 242 Ensuite, ceux qui étaient avec eux 297 ont demandé un serment et un pacte, et sont venus avant
Smbat; et que Yovsep 'était avec eux. Maintenant Yovsep 'tenait sa découverte devant
de lui [Smbat], a décrit la vision, et a parlé des nombreux signes qui avaient été
travaillé parmi les barbares. Alors Smbat se leva et fit une génuflexion devant lui;
s'en emparant, il se signa avec. Il l'a confié à un certain homme béni,
Mihru, 298 qu'il avait mis en charge de sa propre maison comme un serviteur fiable; il était
de la maison des Dimak'- seank '. Il l'a donné à l'église dont les prêtres de
sa maison servait. 299 Puis le roi lui a envoyé une lettre avec beaucoup de remerciements, beaucoup
l'honora et le promut au-dessus de tous les marzpans de son royaume. Il a envoyé à
lui toutes [sortes de] vases de service en or, robes royales, diadèmes dorés,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 75/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
295 Macler, ch.17.
296 Après la rébellion de Vstam, probablement 601.
297 C'est-à-dire les Arméniens d'Ispahan.
298 Pour le nom, voir AG 54; c'est le seul attesté dans le HAnjB. Pour la maison Dimak'sean voir EH
369 et Toumanoff, Studies 204. Bienheureux: eraneli , peut-être « notable» .
299 Pour le clergé de la maison cf. l'évêque de la famille noble au-dessus de 95. A servi: unin, allumé.
« possédé, tenu» .

Épisode 133

Step'anos [96], qui a rejoint le Vstam, s'était rebellé contre Khosrov et non contre son marzpan Smbat.
Arutiunova-Fidanjan, «ISmbatay» suppose qu'ils étaient des Arméniens de Chalcédoine.
292 Les descriptions de bataille de Sebeos contiennent de nombreux clichés; cf. nn.23, 516. Voir plus loin l'annexe V dans EH
586-96, « Formules épiques et bibliques» .

Épisode 134

48 SEBEOS

bas 296 sertis de pierres précieuses et de perles. Son fils,


appelé Varaz tirots ', qu'il avait élevé comme l'un de ses propres fils 297 et était
respecté de toute la cour royale, il nomma majordome, pour servir le vin à la
roi lui-même.
[100] Smbat a tenu le marzpanate de ce pays pendant huit ans.
un ordre vint le convoquer avec beaucoup d'honneur à la cour royale. Le roi
lui a demandé de visiter son propre pays dans la 18e année de son règne. 298
Puis il demanda au roi la permission de [reconstruire] l'église de St
Gregory qui était dans la ville de Dvin. 299 Parce que la fin des catho- licos M ovses
était mort, et il n'y avait pas de vardapet à cet endroit, 300 il chercha à la hâte
permission du roi. Lorsque l'autorisation a atteint son pays, il
ont fait une demande concernant les cathèdres suprêmes, 301 qu'ils pourraient nommer à
c'est un évêque comme gardien de l'Église et primat de son rôle salvifique. 302 Ils
installé Abraham, l'évêque de Rshtunik ', sur le trône patriarcal. 303 Puis
ils ont commencé à poser le

296 Bas: zangapanak, AG 149.


297 Cela fait référence à la pratique des garçons étant élevés dans d'autres familles nobles ou royales: le maître de
la famille était le jour , l'enfant son san. Voir EH 521, avec bibliographie. Les jeunes hommes de la
même âge wer e snndakits », que 143; voir aussi 112. Varaztirots » : HAnjB, no.l.
298 La 18e année de Khosrov est 606/607. On ne sait pas combien de temps Smbat était à la cour avant
retour en Arménie. Ses huit années comme marzpan ont-elles commencé en 599? Dates de Toumanoff, 595-602 [as
n.271 ci-dessus], semblent trop tôt.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 76/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
299 P our l'église voir 68. YD, XVII7-10, indique que l'édifice précédent avait été construit en
briques et bois, alors que cette église était construite en pierres polies et cimentée avec du mortier de chaux.
Voir plus loin Khatchatrian, L 'Architecture Armenienne 55-8.
300 Sebeos passe au-dessus des locum-tenens 604-607, Vrt'anes [HAnjB, n ° 7], célèbre pour un traité
sur les images; voir Der Nersessian, « Apologie» . Movses II était mort en 604; voir 91 et Garitte, Narratio
258-9. Dans cet endroit: i telwojn yaynmik, où tout le MSS lisait i telwojn yaynosik, 'à l'endroit
parmi eux.' Sur la correction, voir Abgaryan n 295. Teli pourrait aussi signifier « position, rang» . Vrt'anes
est appelé k'rt 'ol, ' orateur, savant, poète 'dans le Livre des Lettres, mais pas vardapet, ' enseignant, érudit '. P our
ce rang dans l'église arménienne voir EH 567 pour l'histoire ancienne, et Thomson, 'Vardapet' pour son
développement ultérieur.
301 Cathedra suprême: à 'ou mets, le' grand trône '.
302 L'évêque comme tuteur: tesuch'khnamol. Tesuch ' est' superviseur ', c'est-à-dire un rendu littéral
d' épi-skopos; khnamol, « attentionné» . P rimate: arajnord, `` chef '', utilisé à la fois dans la vie laïque et ecclésiastique
situations. De son rôle salvifique: p'rkut'ean iwroy, que je considère comme une institution.
Gugerotti rend: « e dirigesse il restauro di essa» , c'est-à-dire le bâtiment. Mais p'rkut'iwn signifie 'salut',
pas « restauration» .
303 Abraham: Catholicos de 607 à 609/610; il est mort dans la 21e année de Khosrov, 111-112 ci-dessous.
P our sa carrière, voir Garitte, Narratio 258-68. P our la province de Rshtunik ', voir EH 487-8 et
Hewsen, ASX 185, n ° 146.

Épisode 135

49
HISTOIRE

fondation de l'église. Il a rassemblé des maîtres tailleurs de pierre et les a placés


surintendants fiables, et leur a ordonné de l'amener à un rapide
conclusion.
Le commandant de la forteresse et du marzpan a écrit une lettre de plainte à
le roi, déclarant: `` Il est très proche de la forteresse et il y a danger d'un
ennemi.' L'ordre revint du roi: `` Que la forteresse soit démolie,
et l'église construite à cet endroit même. Amen.

[CHAP ITRE 28] 3 0 4

[Smbat est de nouveau convoqué à la cour perse, est honoré de la fonction de


tanuter qui est appelé Khosrov-Shum, et est envoyé contre les K'ushans. le
Nobles arméniens qui l'ont accompagné. Un petit bataillon de Perses est
entouré par les K'ushans et vaincu à cause de la désobéissance de
Datoyean. Le meurtre de Datoyean. Smbat en combat simple tue le roi de la
K'ushans. Le vol de l'armée K'ushan. L'armée perse pille leur
pays. Smbat est convoqué au tribunal avec une grande splendeur.]

Quand l'hiver fut passé et le printemps venu, les messagers arrivèrent


avec des lettres et l'a convoqué avec une grande splendeur à la cour royale. Il
est allé se présenter au roi au [lieu] appelé le Grand
Dastakert. 305 En entrant dans la salle extérieure, il était assis sur un tapis et
un pahlak, 306
1101] Puis le roi lui conféra la fonction de tanuter appelé Khosrov
Shum, 307 le vêtit magnifiquement d'un chapeau et d'une robe de soie tissée d'or,
l'exalté énormément avec un collier serti de pierres précieuses, un collier et de l'argent
coussins. 308 Il lui a accordé le petit ministère des Finances, 309 le
administration du pays. Il lui a donné

304 Macler, ch.18.


305 Ce terme désigne en général le domaine royal [EH 520, Flusin, St Anastase II, 244], mais
ici spécifiquement au palais de Khosrov II. Voir plus loin l'article Daskara dans EI II, col.165-6.
306 La signification de pahlak est inconnue. Hall extérieur: éclairé. 'sortir dans le hall', mais non
il est fait référence à une chambre intérieure d'où il pourrait « sortir» .
307 Khosrov Shum: « joie de Khosrov» , AG 214. un titre non donné aux autres Arméniens. Autre part
Sebeos utilise le tanuter dans un contexte arménien, comme 76.
308 Collier, collier: chambar, AG 186-7 , gumartak, AG 130. P our les coussins en argent, cf. 79, n ° 163.
309 P etit ministère des Finances: vacharn p'ok'r. Voir Abgaryan n.300 pour diverses opinions. Dans
ce contexte vachar est plus plausiblement rendu `` finance '' que par son général

Épisode 136

50 SEBEOS HISTOIRE

trompettes à quatre touches et gardes pour sa cour parmi les serviteurs royaux. hors de T'urk'astan du pays d'Ewilat via les gymnosophistes, le Shamn
Il rassembla pour lui une armée redoutable contre le pays des K'ushans et Brahmn, et se jette en Inde. 316 Camping sur la rive du fleuve, ils ont envoyé
à l'est, et il lui a dit de faire du marzpan qui lui plairait. Donc il raids vers l'ouest; et à l'improviste, ils ont entouré la tkomopolis,
parti, atteint la terre voisine de son ancien commandement, Komsh, 310 car le village était entouré d'un fort mur. 317 Puis Smbat a commandé ses 300
convoqué à lui-même de Vrkan sa propre armée d'origine de compatriotes, et les hommes se réfugient dans le fort au centre du village. Il monta à cheval,
est allé directement à l'est. et avec trois hommes - dont les noms étaient Sargis Dimak'sean, Sargis Trpatuni,
Ce sont les princes des nobles arméniens qui l'ont rejoint avec chacun et l'un des hommes armés du village qui était monté, appelé Smbatik 318 -
son contingent et sa bannière: 311 Varazshapuh Artsruni; Sargis Tayets'i; s'élança précipitamment, atteignit la porte, coupa l'écrasement de
Artavazd et Vstam et Hmayeak Apahuni; M anuel, seigneur d'Apahunik '; soldats, et s’est échappé. Les 300 qui s'étaient réfugiés dans le fort au milieu de
Vram, seigneur de Golt'nik '; Sargis Dimak'sean; Sargis Trpatuni; 312 et autres de le village a attaqué les troupes [de l'ennemi]. 319 Le commandant de leur force

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 77/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
les nobles. Ses troupes étaient environ 2 000 cavaliers de cette terre. 313 Il a vu que était un certain prince persan nommé Datoyean, [nommé] par le royal
l'armée K'ushan s'était répandue en raids sur le visage de tout le pays. commander. 320
M ais quand ils ont appris sa nouvelle, ils se sont réunis et sont partis. Il M aintenant, bien que Smbat, c'est-à-dire Khosrov Shum, lui ait envoyé un m
suivit à sa poursuite et les rattrapa rapidement. Quand ils ont vu qu'il il ne voulait pas obéir mais sortit pour se battre contre eux. Cependant, ils
les avait poursuivis, ils se tournèrent vers lui en ligne de bataille; ils ont attaqué chacun vaincu les troupes perses et mettre Datoyean en fuite. Ils ont eux-mêmes envoyé
autre dans un assaut mutuel. L'armée K'ushan a tourné en vol et a été vaincue des raids et des incursions jusqu'aux confins de Reyy et de la province
par l'armée de Khosrov Shum. Beaucoup d'entre eux ont été tués et beaucoup ont fui. Il d'Ispahan. Après avoir pillé toute la zone, ils sont retournés dans leur camp.
se retira et campa à Apr Shahr, dans la province de Tos; et avec 300 hommes Lorsqu'une commande est venue de la grande Khak'an au Chembukh, 321 ils
a pris ses quartiers dans le village fortifié appelé Khrokht. 314 traversa la rivière et retourna dans leur propre pays.
Puis les rois des K'ushan ont demandé de l'aide pour eux-mêmes au grand Puis un inspecteur de la cour est venu à Smbat et Datoyean, un certain
Khak'an, roi des régions du Nord. 315 Une foule de 300000 sont venus à leur noble dont le nom était Shahrapan Bandakan. 322 Tous les
soutien, et a traversé la rivière appelée Vehrot, [102] qui vient
316 Le Vehrot est l'Oxus. Selon les Ashkharhats'oyts ', Soukry 46 [cf. Hewsen, ASX15], le
Les Perses ont appelé le Vehrot P'ison. Le P'ison se forme près des gy mnosophistes, qui s'appellent Shamn et

sens du « commerce» . La phrase suivante, `` administration du pay s '', divan ashkharhi, est en apposition Brahmn par les Perses. Voir plus loin Eransahr 148. La rivière Ewilat est introduite à partir de Gen. 2.11, qui

et semble l'expliquer. décrit le P'ison. Pour les théories arméniennes ultérieures sur ces fleuves, voir les textes cités par Abgary an n.305.

310 Pour Komsh, voir 98. n.285. Atteint: ehas, une correction de Patkanean pour les i Hays, 'en Arménie', de 317 Komopolis: giwlak'alak », traduit juste au-dessus par« village fortifié » ; voir n.314. Fort: amrut 'ean; pour
l'ambiguïté de la racine amour voir ci-dessus, n.222.
le MSS.
318 Ce Smbatik n'est pas attesté ailleurs; HAnjB, sv no.l. Hommes armés: zinakirk ', ' porteurs d'armes ',
311 Contingent et bannière: gund ew drawsh. Pour ces expressions cf. 94, n ° 254. Varazshapuh, HAnjB,
signifiant généralement le gardien qui portait les armes d'un noble.
n ° 3. Sargis Tay ets'i: HAnjB, n ° 7. Pour la maison de Tay k 'voir Toumanoff, Etudes 231, n ° 285, et pour le
319 De l'ennemi: le texte a « le sien» , qui fait vraisemblablement référence à l'armée de Khak'an.
région, EH 493-4.
320 Datoy ean: le commandant, hramanatar, d'une force de secours, pas le commandant du 300. Pour le
312 Artavazd: HAnjB, n ° 17; Vstam: HAnjB, n ° 3; Hmay eak: HAnjB, n ° 8; Manuel: HAnjB, 110.8. Pour
nom voir AG 36; Justi 82. Son activité en tant que général persan est mentionnée ci-dessous, 108. Bien que dans ce
la maison Apahuni voir Toumanoff, Etudes 199, et la région, EH 444. Vram: HAnjB, n ° 3. Pour la maison
épisode, il est mis à mort, cela s'est produit « peu de temps» avant la propre mort de Smbat en 616/617. Sur 108 Sebe
de Golt'n voir Toumanoff, Etudes 203-4, et pour la région, EH 465. Sargis Dimak'sean: HAnjB, n ° 8. Sargis
décrit une invasion perse antérieure de l'Arménie.
Trpatuni: HAnjB, n ° 9
321 Chembukh: voir Eransahr 247 pour les différentes formes de ce mot dans d'autres sources; c'est un titre, pas un
313 Cette terre: c'est-à-dire Vrkan.
Nom personnel. Voir aussi Dowsett, Movses Dasxuranc'i 83, n ° 4 [at II, 11].
314 Apr Shahr est près de Nishapur, cf. 65. Pour Khrokht voir Eransahr 66, et pour la province de Tos,
322 Pour le nom, voir AG 59; Justi 276. Inspecteur: k'nnol, participe actif du verbe k'nnel, 'to
Eransahr 74-5. Village fortifié: k'alak'agiwl, une interprétation littérale de la komopolis grecque . Le sens du k'alak '
enquêter'. La forme habituelle est k'nnich », « celui qui mène une enquête » .
est une enceinte fortifiée, comme le montre clairement la description de Khrokht juste en dessous. Voir en général, EH 527, sv
giwlak'alak ', 535-6, sv k'alak'.
315 Pour le titre Khak'an, voir ci-dessus 73 n.98.

Épisode 137

52 SEBEOS

les troupes survivantes ont disculpé Smbat. Mais Datoyean était lié à la
cour et mis à mort par le roi.
Puis Smbat a rassemblé l'armée et l'a réarmée. Il a également apporté de nombreux autres
troupes à son soutien, et alla attaquer la nation des K'ushans et des Hephtalites
Roi. 323 Ce dernier s'est déplacé contre lui avec une force armée importante. Ils ont atteint le
champ de bataille et a tracé leurs lignes les unes en face des autres. Puis le roi de K'ushans a envoyé un
message à Smbat, disant: `` Quel avantage y a-t-il qu'un tel hôte entre au combat, ou que
nos armées soient détruites? Et comment ma et votre valeur seront-elles reconnues? Viens, laisse moi
vous battre seul. Je viendrai comme un champion de mon côté, et toi du vôtre, afin que
aujourd'hui ma valeur peut vous être connue. 324 Puis mettant sa main sur son cœur, 325 "il
dit: «Voici, je suis prêt à mourir. [103] Venant de chaque côté, ils ont rapidement
se sont confrontés. Entre les deux lignes de bataille, ils se sont battus. Ils
n'ont pas pu surmonter immédiatement l'autre, car ils étaient tous les deux des hommes
gigantesque force de 326 et entièrement recouvert d'armure. Mais l'aide est venue d'en haut: l'armure
du roi K'ushan, une cotte de mailles de Bahl et une cuirasse solide, 327 a été divisé par Smbat
lance, et il l'a puissamment frappé comme un cadavre au sol et l'a tué. Quand son
l'armée a vu leur roi [tué], ils ont été terrifiés et se sont retournés en fuite. Les autres ont poursuivi
avec des attaques de cavalerie jusqu'à Bahl, la capitale des K'ushans, et ils ont pillé
tout le pays: Harew, Vatages, tous

323 Hephtalite: Hep't 'aleay. C'est la seule référence dans Sebeos aux Hephtalites; cf.
Eransahr 66-7: le roi des K'ushans est d'origine "hephtalite", soumis au Khak'an.
324 P our le terme akhovean, `` champion '', et les nombreux exemples de combat unique devant
armées préparées pour la bataille voir Thomson, Armenian Version 47, n.77. Les exemples précédents incluent le
défi du souverain des Goths à l'empereur, Aa 39; le combat unique de Manuel et
Meruzhan, Buzandaran V 43.
325 Son cœur: allumé. 'lui-même.
326 Force gigantesque: skayazawr, à partir de Trdat, Aa 202, ou de Наук ', YD I 20. Champions en
les combats simples sont normalement appelés « géants» dans les chroniques géorgiennes; cf. également MXII 82,85.
327 Armure: amrut'iwn, lit. 'protection'; cf. n.222 ci-dessus pour les significations de l' amour. Cotte de mailles:
vertamut, corrigé par Abgaryan n.312 de la vertewamut du MSS sur la base de la version
de ces événements à Simeon Aparants'i. Le mot est suivi de bahlak , un hapax: Acharéen, HArmB ,
sv, le traduit par « gants» . Abgaryan le rend comme `` de Bahl '' - bien que ak ne soit pas un adjectif régulier
fin. Cuirasse solide: kur zrahin, zrah est la « cuirasse» de I Thess. 5.8. Cf. Buzandaran V 37,
où il est traduit par Garso'ian par `` armure '', mais il n'est pas inclus dans sa vaste discussion sur
armes et armures, EH 568-72.

Épisode 138

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 78/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
53
HISTOIRE

Tokhorastan et Talakan. 32 ^ Il a également capturé de nombreuses forteresses qu'il a incendiées.


Puis il revint avec une grande victoire et beaucoup de butin, et alla camper dans le
province de Marg et Margrot. 328

Les messagers portant la nouvelle sont rapidement parvenus au roi Khosrov et décrits dans
plein les actes de bravoure qui avaient eu lieu. Le roi Khosrov était heureux et grandement
se réjouit, et il a ordonné à un grand éléphant d'être décoré pour l'amener à la salle [de la
palais]. 329 Il a également ordonné à son fils Varaztirots d'être promu, qui a été appelé par
le roi Javitean Khosrov. 330 Il a ordonné que des trésors soient distribués à son hôte. 331 et
il lui écrivit une lettre de profonde gratitude, le convoquant à la cour en grand honneur et
splendeur.

ICHAPITRE 29] 332

[La mort de Smbat. Rébellion des nobles arméniens des Perses et


leur soumission aux Khak'an.]

Lorsqu'il s'était approché à moins d'un jour de la cour royale, le roi a ordonné à tous
les nobles et son armée sortent à sa rencontre. 333 Il a ordonné aux auxiliaires " 11 'de
rencontrez-le avec un beau cheval 334 de l'écurie royale avec équipage royal. Alors il a procédé
avec une grande splendeur et gloire et se présenta au roi.
En le voyant, il l'accueillit avec joie et lui tendit la main. Il
[Smbat] lui baisa la main et tomba sur son visage. 335 | 104] Puis le

328 Marg est Marv, et Margrot est Marv-rud, « Marv sur la rivière» ; Gyselen, Géographie 85. Le
l'emplacement de ce dernier n'est pas clair; voir Barthold, Historical Geography 35.
329 Hall: dahlich, comme ci-dessus 75, n.122
330 Javitéen: « éternel» . P our le titre, voir AG 68.
331 Hôte: ambokh , allumé. 'foule'. Il a été utilisé le 102 pour la « presse» des soldats près de la porte; mais un
une armée plus disciplinée est prévue ici.
332 Macler, ch.19.
333 Jour de voyage: awt \ habituellement awt'ewan. Cf. Elishe 44, où un persan de premier plan sort pour
saluez les Arméniens.
334 Cheval fin: nzhoyg, souvent utilisé pour les chevaux des écuries royales, par exemple Buzandaran IV 12.
335 P our le rituel de salutation cf. 82-83.

Épisode 139

328 P our ces régions aux confins nord-est de l'empire sassanide, voir Eransahr 64-7.
P our Bahl en tant que capitale des K'ushans, cf. 73, n ° 105.
335 Auxiliaires: awzandakk ', ' assistant, helper ', non attesté dans la NBHL comme terme pour un groupe
de soldats.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 79/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 140

54 SEBEOS

le roi lui dit: `` T u as fait ton devoir 33est loyalement et nous sommes
vous en sommes très reconnaissants. Désormais, plus de soucis pour faire la guerre, mais reste ici,
près de. Prenez, mangez et buvez, et consacrez-vous à notre bonheur. 338 Il était le
troisième noble dans le palais du roi Khosrov, et après y être resté peu de temps
il mourut la 28e année de son règne. 339 Ils ont amené son cadavre au pays de
Arménie à son sépulcre ancestral, et l'a placé dans une tombe dans le village de
Dariwnk ', qui est dans la province de Gogovit. 340
Puis ils se sont rebellés et se sont soumis au grand Khak'an, roi des régions de
le nord, sous le 341 chinois Chepetukh. Ils sont allés de l'est à l'ouest
à travers les régions du nord pour rejoindre l'armée de ce Chepetukh au commandement
de leur roi le Khak'an. En passant par le col de Chor avec de nombreuses troupes, ils
est allé aider le roi des Grecs. 342

[CHAPITRE 30] 343

[La fuite d'Atat Khorkhoruni du service aux Grecs; son refuge avec
Khosrov et être honoré par lui. Puis sa rébellion de

338 Bonheur: urakhut'iwn; cf. la signification du nom persan de Smbat, Khosrov Shum, n ° 307
au dessus de.
339 Ie 616/617. Cf. YD XVII17-18.
340 Le fils de Smbat y a également été enterré, en dessous de 144. Dariwnk 'est orthographié différemment en arménien:

Darewnk ', Daroy nk' et Darawnk 'sur 145; voir Hewsen, ASX2U. C'était auparavant un arsacide
place forte, pas une possession des Bagratides; EH 459. Gogovit est une orthographe courante pour Kogovit. Tombeau:
tapan , peut-être « cercueil» . Le mot est utilisé pour l'arche de Noé.

341 chinois: chenastan , lit. « Chine» avec une fin de nom de lieu. Cependant, les Chenk ' sont dans le
Caucase, selon Zenob, 22 ans, et Vardan, 37 ans, et peut peut-être être identifié aux Tsans. Mais ils
étaient souvent confondus avec - ou délibérément interprétés comme - les Chinois; cf. MX II 81, qui donne le
Famille mamikonéenne une origine 'Chen' élaborée en termes de la description de la Chine dans le
Ashkharhats'oy ts '.
342 Ce paragraphe semble déplacé; voir Abgary an n 321. Macler note que c'est le seul
référence à Sebeos aux Khazars aidant Héraclius dans sa guerre contre Khosrov II. Mais le passage

ne fait référence à aucune personne en particulier; le 65, Sebeos avait déclaré qu'il décrirait `` l'invasion de
Héraclius dans les régions du nord au roi des T'etals ', une promesse non tenue à moins que ce paragraphe
appartient à cette section perdue. Dans le chapitre suivant, nous sommes sous le règne de Maurice. Pour le col de Chor voir 69,

n.57 ci-dessus. Chepetukh: une variante de Chembukh [102, n ° 321 ci-dessus]; voir Markwart, Siidarmenien 385.
343 Macler, ch.20.

Épisode 141

55
HIST OIRE

fchosrov et sa mort. Les gouverneurs perse et grec en Arménie dans les années
de paix entre les deux rois.]

jsfow que dirai-je de plus sur Atat Khorkhoruni et sa nouvelle rébellion? 345
C'était un grand patrik, raison pour laquelle le roi lui ordonna d'être convoqué à
le palais; il est donc allé le voir avec soixante-dix hommes. Il l'a magnifiquement honoré et
ceux qui l'accompagnent d'un accueil digne et approprié. Il lui a donné
des vases d'or et d'argent et de très nombreux trésors.
Il lui a ordonné de se rendre en T hrace pour [rejoindre] ses troupes. Il a pris congé de la
roi et est parti. Mais alors qu'il était encore en chemin, il a décidé de se rebeller et d'aller à
le roi perse. Se détournant de la route, il se dirigea vers la côte, et
rencontrant un bateau, il dit aux marins: `` Emmenez-moi de l'autre côté,
parce que j'ai été envoyé sur une tâche importante par le roi. Il a dupé les marins,
qui l'a fait traverser. [105) Il est immédiatement parti et s'est rendu rapidement
Arménie. Personne ne connaissait l'itinéraire qu'il avait emprunté jusqu'à ce qu'il ait parcouru plusieurs jours
de la côte. Puis, d'une source, ils ont appris son départ, et les troupes de
diverses villes sont allées à sa rencontre. Mais ils n'ont pas pu s'opposer à lui. Dans
Huit ou dix places, il a combattu en chemin et a remporté la victoire sur tous,
bien que sa force diminue progressivement. De cette façon, il a rapidement atteint
Nakhchawan. Les Perses le reçurent et il se sécurisa dans la forteresse. 346
Puis le stratelat 347 rassembla toutes ses troupes, monta et encercla complètement
la forteresse.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 80/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Le roi Khosrov
Parsayenpet a été informé de ces événements et il a envoyé contre eux le
34S avec une armée. Quand l'armée s'est approchée, ils [les Grecs]

a quitté la ville et est parti. Il se rendit rapidement chez le roi perse, qui le reçut en
amicalement, l'honora grandement, lui donna des trésors et autorisa une
allocation 144 du trésor.

345 Cf. 87-88 ci-dessus et Goubert 206-8. L'empereur avait accordé les honneurs à Atat, mais Sebeos le fait

pas se référer plus tôt au titre de patrik.


346 Cf. 87-88 pour Nakhchawan marquant la frontière. Sécurisé: amranayr ; cf. n.222 ci-dessus.
347 Le titre grec stratelat, AG 382, est utilisé à la fois pour les commandants by zantins et les généraux arméniens,
EH 561-2. Macler identifie ce général avec les Nerses, stratelat de Sy rie, envoy és par Maurice pour aider Khosrov
- comme ci-dessus 77.
348 Ce titre ne se trouve qu'à Sebeos; AG 59, 507. Cf. Shahrayeanpet, 111, n ° 397 ci-dessous.

349 Allocation: fochik, comme ci-dessus, n ° 190.

338 Vous avez fait votre devoir: vastakets'ar. Vastak, « service, tâche» , est le terme standard pour le
les obligations militaires des nobles arméniens envers le shah, par exemple Elishe 19, tazar 137; et cf. au-dessus de 77, n. 147.

Épisode 142

56 SEBEOS

Un an plus tard, M aurice mourut et Phocas devint roi. 350 He [Atat]


a décidé de se rebeller et d'aller voir le roi grec. Il a commencé à organiser
Chevaux arabes et pour préparer les armes, et amené des brigands. 351 Nouvelles de ce
atteint les oreilles du roi, et il lui a ordonné d'être lié les pieds et les mains, et de
être tué par des gourdins. 352
Ce sont les gouverneurs 353 pour le royaume perse pendant les années de ce
traité en Arménie et dans la ville de Dvin: Vndatakan Nikhorakan - le Persan
les troupes l'ont tué à Dvin et sont allées en rébellion à Gelumk '. Puis M erkut; puis
Yazden; puis Butmah; puis Yemann. M ais du côté grec: d'abord
Yovhan patrik; puis Herakl; le général Sormen, jusqu'à treize ans 354 du
traité était en place.
Un ordre est venu de l'empereur: `` Trente mille cavaliers, dit-il, sont mes
prélèvement 355 sur le pays arménien. Alors que 30000 ménages 356 soient rassemblés
de là pour moi et s'établit au pays de Thrace. Il a envoyé Priscus en Arménie pour
cette tâche. Pendant ce temps, la nouvelle d'un grand trouble arriva, et Priscus partit
avec la plus grande urgence. 357

350 Maurice est tué le 23 novembre 602, et P hocas proclame le même jour. Le quart d'Atat
d'allégeance est liée à la rébellion de l'armée en Thrace qui a mis P hocas sur le trône,
106 ci-dessous. Comme je viens de l'expliquer, les troupes d'Atat faisaient partie de l'armée byzantine en Thrace.
351 brigands: srikays, comme dans MX II 8, de brigands à Mokk ". Le mot vient du latin
sicarius, « assassin» , via le grec.
352 Cudgels: birk ', fréquemment mentionné comme une forme de torture, par exemple Aa 74.
353 gouverneurs: sahmanakal, voir ci-dessus 71, pour la liste avec orthographe divergente de certains noms,
et n.86, pour la signification du mot.
354 Treize ans: le traité ne spécifiait pas 13 ans, mais était illimité; cf. 76 ci-dessus pour le
termes. La période concernée est de la première année de règne de Khosrov, 589/590, et son accord avec
Maurice en échange de l'aide contre Vahram. P our les généraux grecs cf. 74 [Jean], 88 [Héraclius]; mais
c'est la première référence dans Sebeos à Sormen [ie Suren, PLRE III, 1208]. Il apparaît dans le livre de
Lettres 90-8, où il est appelé stratelat et Hayots 'zawravar, ' général d'Arménie '. Voir plus loin
Garitte, Narratio 230.
355 Levy: vzenakal , un hapax, de vzean, « bien» .
356 ménages: l'adj. erdawor; pour le nom erd voir la description des déportations par
« familles» à Buzandaran IV 55.
357 Ie P riscus se précipita vers Constantinople à la mort de Maurice. Il n'est plus mentionné dans
Sebeos.

Épisode 143

5
7
HISTOIRE

1106 |

[CHAPITRE 311 358

[Le meurtre de l'empereur Maurice et le règne de Phocas. Rébellion de la


les généraux Heraclius et Nerses de Phocas. Le siège d'Urha par l'armée de
Phocas et de Dara par l'armée de Khosrov. Arrivée de Khosrov pour assister
Urha; il s'empare de la ville et revient avec Théodose, fils de Maurice. le
capture et destruction de Dara par Khosrov. Capture de JJrha par l'armée de
Phocas et le meurtre de Nerses.]

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 81/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Dans la 14e année du roi Khosrov, la 20e année 359 du règne de M aurice, le
L'armée grecque dans la région de Thrace s'est rebellée de l'empereur et installée comme
leur roi un certain homme appelé Phocas. Ils allèrent à l'unisson à Constantinople,
tua le roi M aurice et ses fils, et installa Phocas sur le trône du
Royaume. Puis ils retournèrent dans les régions de Thrace contre l'ennemi. le
l'empereur M aurice avait un fils nommé T'eodos. Une rumeur répandue sur l'ensemble
pays que T'eodos avait échappé et s'était rendu auprès du roi perse. 360 Puis là
n'était pas une petite agitation dans l'empire romain - là dans la capitale royale, et dans le
ville d'Alexandrie en Egypte, et à Jérusalem et Antioche. Dans toutes les régions du
terre, ils ont pris l'épée et se sont massacrés.
Le roi Phocas a ordonné à tous les rebelles qui étaient déloyaux envers son règne d'être
massacré. Beaucoup ont été mis à l'épée dans la capitale royale. Il a envoyé un certain
le prince Bonos avec une armée contre Antioche et Jérusalem et toutes les régions de
cette terre. Il est venu, a attaqué Antioche et Jérusalem avec l'épée, et
exterminé la grande population des villes de ce pays. 361

358 Macler, ch.21.


359 Quatorzième année: corrigé par Abgaryan du « 23» du MSS sur la base de T'.A. 88.
La 14e année de Khosrov est 602/603, la 20e de Maurice est le 14 août 602/603. Maurice a été tué
le 23 novembre 602.
360 Théodose était co-régent à partir du 26 mars 590. Théophylact Simocatta termine son histoire avec
l'histoire [qu'il croit être fausse] que Théodose était toujours vivant et que Khosrov prétendait
conserver la mémoire pieuse de Maurice: « C'est ainsi que la guerre de P erse a été attribuée à sa naissance» , TS VIII
15.7.
361 La grande population: lit. « toute la multitude» . Il n'est pas clair si cela signifie qu'il a exterminé
la population, ou détruit toutes les villes. Bonos - c'est-à-dire Bonosus, Comes Orien- tis 609-610 [PLRE III,

Épisode 144

sv n ° 2, 239-40] - n'est plus mentionné dans Sebeos; le titre ishkhan, 'prince' est très vague dans
Arménien.

Épisode 145

58 SEBEOS

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 82/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Puis le général Héraclius avec son armée, qui était dans les régions de
Alexandrie, s'est rebellée contre Phocas et a pris de force le pays de
Egypte. Dans la région de la Syrie, le général Nerses s'est rebellé en Mésopotamie, et avec
son armée a pris le contrôle de la ville d'Urha. 362 Une armée vint l'attaquer, et
ils gardèrent la ville et son armée assiégées.
[107] Lorsque le roi Khosrov en apprit la nouvelle, il rassembla toute l'armée
son armée et marcha vers l'ouest. En atteignant la ville de Dara, il assiégea et
l'a attaqué. Dans la région de l'Arménie, il rassembla des troupes et [nomma] un certain
grand prince Juan Veh comme leur commandant. 363 Puis le roi Khosrov a divisé [son
forces] en deux parties. Une partie qu'il a laissée là-bas dans la ville; avec l'autre partie il
lui-même marcha contre l'armée qui assiégeait Urha. Les attaquer
de façon inattendue à l'aube, il en mit certains à l'épée, d'autres en vol. Certains
a sauté dans l'Euphrate et a péri;364 les autres ont été dispersés en vol.
Alors le roi Khosrov s'approcha de la porte de la ville afin de pouvoir l'ouvrir pendant
lui pour entrer à l'intérieur; et ils ont ouvert la porte. Mais Nerses a habillé un jeune en royal
garb, plaça une couronne sur sa tête et l'envoya vers lui en disant: 'Celui-ci est le fils de
le roi Maurice, T 'eodos; as-tu pitié de lui, comme son père en avait pour toi.
Avec une grande joie le roi Khosrov le reçut, puis retourna dans la ville de Dara. Il
gardé [la jeunesse] avec lui avec l'honneur royal. Il a assiégé Dara pendant un an et un
moitié. 365 Ils ont creusé les fondations de la ville sous le mur; et ayant
détruit le mur, ils ont capturé la ville et ont mis tous [les habitants] à l'épée.
Prenant le butin et le pillage de la ville, ils retournèrent à Ctésiphon, 366 parce que son
l'armée était fatiguée et épuisée par la bataille pour la ville. Une autre armée de
Le territoire grec a atteint Urha, a attaqué et a capturé la ville. Arrêter Nerses,
ils l'ont tué et ont versé du sang. 36 '

362 Héraclius est le père du futur empereur Héraclius. Qui était: le pronom relatif pouvait faire référence
soit à Héraclius, soit à l'armée, « qui était» . Nerses, ici appelé га- wravar est le stratelat mentionné sur
77, voir n ° 138. Urha, sy riaque Urhay, est le nom le plus courant d'Edesse en arménien, bien qu'Edesia se trouve

dans Movses Khorenats'i et Koriwn.


363 Juan Veh: pour le nom, voir AG 69. Justi, 123 ans, ne note aucune autre référence à lui autre que Sebeos.
Ici, le nom est orthographié Jovanan dans le MSS.
364 L'Euphrate proprement dit ne passe pas par Edessa; la rivière autour des murs est le Daisan. Si la
Euphrate est vraiment destiné, ce fut une longue poursuite.
365 Ie 603 en 604.
366 Pour les formes arméniennes de Ctésiphon voir ci-dessus 76. n. 126.

Épisode 146

HIST OIRE
59
[CHAPITRE 32 | 367

[Bataille sur la plaine d'Elevard et défaite perse. Un autre


bataille dans la plaine de Shirak et la défaite grecque. Une troisième bataille à Tsalkotn. f'eodos
Khorkhoruni se rend au général persan; il va à la cour royale puis
est tué.]

Or Juan Veh, qu'il avait envoyé avec son armée en territoire arménien, atteignit le
province d'Ayrarat et la ville de Dvin en hiver. [108] Il y est resté,
reposant ses troupes, jusqu'à l'arrivée du printemps. 368
Puis l'armée grecque s'assembla dans la komopolis Elevard. 369 L'armée perse
les attaqua et une bataille eut lieu dans la plaine d'Elevard. Ils ont vaincu le
L'armée perse et les a détruits avec un grand massacre. Ils ont tué le général dans le
bataille, mettre les survivants en fuite et les poursuivre. Après avoir pillé le persan
camp, ils sont retournés à leur propre campement qui était sur la rive du fleuve appelé
Les Horomotes
371

marg.
Lorsque l'année suivante arriva, alors que le roi Khosrov attaquait toujours la ville
de Dara, une autre armée perse rassemblée en territoire arménien, avec Datoyean comme
leur général. 172 L'armée grecque s'est rassemblée dans la plaine de Shirak, au village
appelé Shirakawan / 73 Ils y sont restés quelques jours, eux-mêmes alarmés
le conflit interne 370 et terrifié par un assaut par un ennemi étranger. Le persan
l'armée se précipita sur eux comme le piqué d'un aigle. 371 Puis ils ont abandonné le
site de leur camp et traversé de l'autre côté de la rivière sur le

367 Macler, chapitre 22.


368 La date n'est pas claire: Sebeos implique que cela s'est produit pendant que Khosrov assiégeait Dara; mais vois
Commentaire historique.
369 Elevard est dans la région d'Ejmiatsin; voir HHSTB , sv Il n'est mentionné que par Sebeos. Pour le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 83/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
term
370
k'alak'agiwt, 'komopolis', voir n ° 314.
Conflit interne: les troubles qui ont suivi le meurtre de Maurice. « Interne» rend entani, « domestique» .
371 Shirakawan a été mentionné ci-dessus, 71. Pour la province de Shirak voir Hewsen, ASX 214-15, carte
69.

Épisode 147

367 Pas le sang de Nerses, mais un massacre général.


371 Ie 'pré des Romains';, 4CW445. YD, XXIV 27, déclare qu'il appartenait à la
Catholicosate.
372 Cela s'est produit avant les événements décrits en 102, lorsque Datoy ean a été mis à mort. Cela s'est produit
à la 19e année de Khosrov, soit 607/608, alors que le siège de Dara a eu lieu cinq ans plus tôt.
375 C'est une comparaison très courante chez les historiens arméniens; cf. n. 123 ci-dessus.

Épisode 148

60 SEBEOS

plaine appelée Akank ', 376 tandis que l'armée perse s'approcha d'eux
poursuite. Il y a eu une bataille dans le village appelé Getik. 377 Alors que ces [armées]
élaboraient leurs lignes pour affronter et approcher l' autre, les habitants
de la province s'était réunie dans la forteresse d'Erginay. 378 Une multitude de jeunes
des hommes en sortirent et tombèrent sur leurs arrières avec des faux et des faucilles. Ils
causé de grandes pertes, fait [beaucoup] de blessés, 374 saisis de butin et de butin, et
retourné à leur propre forteresse.
Vaincue au combat, l'armée grecque a fui devant eux. Ce dernier, à sa poursuite,
en tua beaucoup et les laissa éparpillés sur les plaines et les routes. Les quelques survivants
fuite. Puis ils ont pris le butin et sont retournés dans leur propre camp. Quand ils ont vu
les pertes survenues, ils ont attaqué la forteresse à l'unisson, l'ont capturée,
et massacré beaucoup avec l'épée. Beaucoup ont sauté [du mur]
de peur, tandis que certains sortaient par la porte qui s'ouvrait sur le bord de la rivière,
et s'est enfui. Tous les autres, ils ont conduit en captivité. Ce jour-là [la population de]
33 villages ont été capturés de cette forteresse; et de la même façon ils les ont pris
tous en captivité. Ils rassemblèrent [109] tout le butin de la province, et leurs
l'armée est revenue à Atrpatakan.
Puis Senitam Khosrov est venu. 379 L'armée grecque s'est réunie et s'est installée
Tsalkotn, près du village appelé Angl par lequel passe la rivière Aratsani. 380
Détruisant le village de l'autre côté, ils ont fait une fortification autour
se. Leur général était T'eodos Khorkhoruni. 381 L'armée perse
est venu et a campé près d'eux à leurs arrières. Les premiers [les Grecs], effrayés, à
a d'abord parlé avec eux pour la paix. Ils ont proposé que la bataille soit évitée, et
ils abandonneraient la forteresse

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 84/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

376 P laine d'Akank ": dasht d'Akanits, près de la jonction de l'Akhurean et des Araxes; HHSTB,
sv et A ON 395.
377 Il existe plusieurs villages de ce nom, qui signifie « ruisseau» ; , 4CW418.
378 P lus généralement orthographié Arginay, célèbre plus tard comme le siège du Catholicos; voir HHSTB, sv
et Yovhannesean, sv
379 Ce général persan est également mentionné par Tabari; voir AG 73. Justi, sv, ne donne pas d'autre
les références.
380 P our le village d'Angl voir A ON 399, et pour la province de Tsalkotn, 435-6. L'Aratsani
est un affluent de l'Euphrate; AON 404. La version arménienne de P seudo-Callisthenes, le
Alexander Romance , à 199, note que l'Aratsani a sa source à Angl; mais il n'y a pas de verbal
parallèle avec Sebeos.
381 C'est la seule référence dans les sources arméniennes à ce T'eodos, HAnjB, n ° 3.

Épisode 149

6
HIST OIRE 1

et partez paisiblement. M ais ensuite ils ont convenu [entre eux],


et la proposition n'a pas été confirmée. Faisant confiance à leur fortification, ils
pensaient pouvoir accomplir quelque chose. Le lendemain, l' armée perse
les a attaqués. Pas un seul d'entre eux n'avait mis ses bras ou sellé son
cheval. Et si quelqu'un avait lui - même armé ou sella son cheval, les dispositifs de retenue 382 de
les princes montèrent, enlevèrent les bras, blessant gravement les hommes, et coupèrent le
sangles de chevaux avec l'épée.
L'armée perse est venue et a formé leur ligne adverse près d'eux sur
côté de la plaine. La multitude de leur force d'archers a tiré [leurs arcs]
et vida leurs carquois sur eux, perçant de leurs flèches tous les hommes et
les chevaux aussi. Les chevaux, qui étaient attachés à leurs boxes à la porte de chaque
tente, tout est devenu agité; ils ont piétiné les tentes et tout le camp. le
l'ennemi a percé la fortification et s'est déversé dans le camp; il y avait un terrible
abattage. [Les Grecs] ont détruit une section [du mur] et se sont échappés
vol, certains à pied et d'autres à cheval. 383 T'eodos Khorkhoruni ont pris
refuge et retranché dans la forteresse.
[Les Perses] y sont restés cette nuit-là dans le camp des autres. dans le
matin, ils ont envoyé un message qu'ils devraient abandonner la forteresse et partir
avec leurs bagages et tout leur équipement. Ils [les Grecs] ont accepté de le faire.
Le troisième jour, ils ont ouvert la porte de la ville, et ils sont tous partis
selon les termes de l'accord. M ais le général persan a convoqué
T'eodos Khorkhoruni et lui dit: 'Je n'ai pas le pouvoir de te laisser partir
sans autorisation royale, mais je vous ferai traduire en justice. Cependant, je vais
n'écrivez que des mots gentils à votre sujet au roi - comment vous avez agi sincèrement et
loyalement, car vous avez livré leur armée entre nos mains de cette manière; et alors
comment vous avez livré la forteresse sans problème et la terre [110] en
soumission de votre propre volonté. Il a écrit selon cette promesse et l'a fait
devant les tribunaux. Le roi Khosrov le reçut amicalement et nomma un
une allocation pour lui et une allocation d'habillement 384 de la

382 Retainers : mankunk » ,« jeunes hommes » , souvent utilisés pour les jeunes ou les soldats. Il est utilisé des clercs, à
91, n ° 233.
383 À cheval: hetsealk 'yankumuli dii. Ankumuli est obscur; voir Abgaryan n.346, pour divers
corrections et suggestions. Gugerotti traduit: « su cavalli non allenati» ; Macler: 'a poil sur des
chevaux » .
384 Allocation: rochik, comme ci-dessus, n ° 190. Indemnité d'habillement: handerdzagin , non attestée dans le
NBHL \ mais les cadeaux de vêtements élaborés sont fréquemment mentionnés, par exemple 101 à Khosrov Shum.

Épisode 150

379 Ou « abandonné les blessés» . Seul le paragraphe suivant indique quelle armée a été attaquée.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 85/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 151

62 SEBEOS

T résorerie. Mais plus tard, un soupçon de trahison a surgi et il a ordonné


le tuer. Dans la forteresse de Angl il 386 installé un commandant; puis rassemblement
ses forces, il marcha lui-même vers l'intérieur et soumit la terre.
Après cela, il y eut à nouveau une bataille dans la région de Basean. 387 Il a vaincu
et a expulsé les Grecs, et les mettant en fuite, il les a poursuivis dans leurs propres
territoire. Il a capturé les villes d'Angl, Gaylatuk ', Erginay et à Dara la ville de
Tskhnakert. 388 Lorsqu'un ordre est venu du roi, il est parti.

[CHAP ITRE ЗЗ] 3 8 9

[Khosrov envoie Khofeam avec une grande force en Asorestan, et Ashtat avec
T'eodos fils de Maurice en Arménie. Tous les Asorestan et la Mésopotamie sont
soumis aux Perses. Ashtat bat les Grecs et attaque Karin. T'eodos
se révèle aux habitants de Karin. Karin est remise. Le général
Shaken vient à Karin; émigration de la population de Karin vers Ahmatan.
Mort du Catholicoi Yovhan et d'Abraham; Komitas est installé sur le
trône. Capture de Césarée de Cappadoce par Secoué et meurtre de
Vasak Artsruni.]

Puis le roi Khosrov revint de Dara et reposa à nouveau son armée. 390 He
rassemblé encore une autre armée de troupes; et envoyé à travers le territoire d'Asorestan un
force grande et très puissante avec Khofeam, appelé Erazman, comme leur général. 341
Il leur a donné l'ordre suivant: 'Recevez de manière amicale ceux qui
soumettez-les et maintenez-les dans la paix et la prospérité. Mais mettez à l'épée ceux qui peuvent
offrir resis-

386 P as Khosrov, qui était à Dara; Sebeos revient au général persan.


387 Sur les Araxes supérieurs, près de la frontière; A ON 362-3.
388 villes: ces lieux sont tous appelés k'atak ', ce qui signifie un site attendu ; d'envisager ces sites
car des « villes» au sens de centres substantiels seraient trompeuses; cf. n.400 ci-dessous. Angl et
Erginay ont été mentionnés ci-dessus, n ° 381 378; Gaylatuk ', AON 416. C'est la seule référence à
Tskhnakert selon le HHSTB sv
389 Macler, chapitre 23.
390 Après la chute de Dara, probablement au début de la campagne au printemps
607.

Épisode 152

63
HIST OIRE

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 86/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
tance et fais la guerre. Dans les régions d'Arménie, il a envoyé Ashtat Yeztayar avec un grand
l'armée, 391 et comprenait avec lui le césar T 'eodos, le soi-disant fils de Maurice.
Prenant l'hôte de ses troupes, Khoream se rend sur le territoire d'Asorestan; sur
atteignant la Mésopotamie syrienne, ils ont assiégé la ville d'Urha [111] et l'ont attaquée.
Mais les [Edessans], à cause de la multitude des troupes [perses] et de leur victoire
dans les combats, et comme ils n'avaient aucune attente de salut de nulle part,
parlementé pour la paix, et demanda le serment de ne pas détruire la ville. Puis,
ayant ouvert la porte de la ville, ils se soumirent. De même Amida, et T 'ela, et
Rashayenay, et toutes les villes de la Mésopotamie syrienne se sont volontairement soumises et ont été
préservé dans la paix et la prospérité. Ils sont allés à la ville d'Antioche, et ceux-ci aussi
volontairement soumis à toutes les villes et à leurs habitants, fuyant l'épée
de Phocas.
Ashtat Yeztayar est arrivé aux frontières de l'Arménie dans la dix-huitième année de la
règne [de Khosrov]. 392 L'armée grecque se rassembla dans la province de Basean, et en
une manière encore plus effrayante l'attaqua. Il y a eu une grande bataille à Du et à Ordru. 393
Ils ont vaincu l'armée grecque et les ont écrasés avec un grand massacre. Beaucoup sont morts en
la bataille, et le nombre de ceux qui ont été tués dans la plaine ne pouvaient être comptés. Il
les poursuivit jusqu'à la ville de Satala; puis rassemblant [ses forces] il campa
autour de la ville de Karin et a lancé une action militaire contre elle. Ils étaient opposés
de l’intérieur pendant un certain temps, et le massacre causé par ces
à l'extérieur. Alors le césar T 'eodos s'avança, disant: «Je suis votre roi. Ils ont ensuite
acquiesça et ouvrit [la porte]. Les chefs de la ville sont sortis et ont présenté
eux-mêmes à lui. En revenant, ils persuadèrent la ville qu'il était vraiment T 'eodos,
fils de Maurice. Puis, ayant ouvert la porte, ils se soumirent. Il a posté des gardes
là, puis alla s'emparer de Dzit'arich, la ville de Hash- teank ', et Satala et
Arastiay et Nicopolis, et sont partis. 394

391 Ashtat Yeztayar; voir AG 20, 55. Justi, 47 ans, ne donne aucune référence sauf Sebeos et AsoKk
[citant Sebeos]; à Vardan, 60 ans, il s'appelle Ashot! César: cf. n.201 ci-dessus.
392 Ie 606/607.
393 Deux villages de Basean à la frontière perse / romaine, A ON 245. Le second est plus
généralement orthographié « Ordoru» .
394 Dzit'arich: c'est-à-dire Citharizon; voir Howard-Johnston, « P rocopius» 221 et AON 446. « The city»
ici signifie peut-être « la [principale] ville» . P our la province de Hashteank 'voir Hewsen, ASX 155, n.31.
Arastiay, entre Sataia et Nicopolis, n'est pas mentionnée dans d'autres sources arméniennes.

Épisode 153

391 P our le nom Khofeam, « heureux, glorieux» , voir AG 42-3; Firazman est un titre, AG 69. Il était
également appelé Shahr Varaz, cf. 125 ci-dessous. P our de nombreuses références à ce célèbre général, qui a capturé
Jérusalem en 614 et usurpé le trône en 630, voir Justi 95, sv Ferruhan, n ° 9.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 87/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 154

SEBEOS
64
Puis vint Shahen Patgosapan, 396 passant par la ville de Karin. À
le capital Dvin comme marzpan est venu Shahrayeanpet. 397 Shahen rencontre-
tered l'armée grecque dans la province de Karin. Engageant la bataille, il les a frappés
avec l'épée, et les a expulsés du pays en fuite.
M aintenant, dans la vingt et unième année du roi Khosrov 398, il lui ordonna [112] de
retirer les habitants de la ville de Karin et les installer dans la capitale
Ahmatan. 399 Avec eux furent emmenés de force en captivité les bienheureux et les vieillards
Catholicos Yovhan avec tous les vases de l'église. Après sa mort là-bas, son
corps a été amené au village d'Awan, à l'église qu'il avait construite
lui-même. 400 Cette même année, le bienheureux Catholicos Abraham mourut également. 401 après
ce dernier évêque Komitas de Taron, qui était du village d'Alts'its'awan,
succéda au trône patriarcal; et en son temps la construction du
l'église Saint-Grégoire a été achevée. 402
Dans la 20e année du roi Khosrov 403 Shahen a fait une incursion, attaquant le
régions de l'ouest et atteignant Césarée de Cappadoce. Puis le chrétien
les habitants de la ville ont quitté la ville et sont partis. M ais les Juifs sont sortis pour se rencontrer
lui et soumis. Il est resté dans cette ville pendant un an. Ils ont saisi 404 Vasak
Artsruni, fils de Sahak le prince de la
396 Puis: ара. Probablement dans la 19e année de Khosrov. Shahen Patgosapan: voir AG 59 et Justi 274, n ° 6 pour
références supplémentaires à ce général. En grec, Saitos. Voir aussi Flusin, St Anastase II, 84-5.
397 Capitale: ostan; voir EH 551, pour ce terme comme domaine « roy al» . Il a ensuite été utilisé pour le centre de
administration politique. Marzpan: voir n.18 ci-dessus. Shahray eanpet est un titre, pas un nom personnel; voir AG 59,

et cf. Parseanpet au-dessus de 105. La deuxième partie de ces titres, Ayenbed, est un titre pour un haut fonctionnaire en charge
d'une province ou d'une institution religieuse; voir Gy selen, Géographie 34. Shahr est « pay s» ou « ville» ; Pars est le
région de ce nom.
398 Sebeos passe ici à 609/610 avant de revenir à l'année précédente dans le paragraphe suivant.
399 Capitale: shahastan cf. n.105. Pour ces événements cf. Y D. XVII 21-22.
400 Pour la captivité de Yovhan [John], voir 91 ci-dessus, et Garitte, Narratio 263-5. Awan - ce qui signifie
`` ville '' mais ici est définie comme un giwf, `` village '' - était du côté romain de la frontière après la division de 591

et le siège du catholicos pro-Chalcédoine. Voir 91 pour la division. C'est maintenant une banlieue d'Erevan. Pour
l'église voir Architettura Armena, n ° 39.
401 Abraham: voir ci-dessus 100.
402 Komitas: Catholicos 609 / 610-628; pour sa carrière, voir Garitte, Narratio 266-77,431. Le nom est
diversement orthographié en Sebeos. Alts'k 'à Aragatsotn, province d'Ay rarat [ AON 397], était célèbre comme le site de

la nécropole roy ale d'Arsacid, EH 437. Pour l'église Saint-Grégoire de Dvin voir 68, 91 et 100.
403 Ie 608/609.
404 Un an. Ils ont saisi: le texte de l'édition d'Abgary an est gâté ici. La lecture ztari mi. kalan z
Vasakn est de l'édition de Patkanean.

Épisode 155

HISTOIRE 6
5
Artsrunik ', 405 et l'a tué en face de la porte de la ville sur un
traverser. Bien qu'il ait causé de nombreuses pertes à l'armée perse, tous les
Les troupes perses le pleuraient pour sa bravoure et sa bravoure; comme il était un puissant
et grande jeunesse, et surtout parce qu'il avait été élevé parmi eux, et avait
été formés par eux à leur manière. 406 Alors ça
407

arrive.

[CHAPITRE 34] 407


[Khosrov refuse de conclure un traité; une bataille près de Césarée; fuite des Grecs.
Shaken prend Melitene. Généraux persans en Arménie. P'ilippikos fait une incursion
dans Ayrarat et revient en vol. Heraclius fonde son propre fils
Constantin sur le trône du royaume et se rend en Asorestan. Sa défaite par
la ville d'Antioche. La terre de Palestine se soumet à la souveraineté perse.
Rébellion de la ville de Jérusalem, sa capture et un effroyable massacre. Captivité
de la croix. Ordre du roi Khosrov de reconstruire Jérusalem.]

22 [nd année J de Khosrov; premier d'Héraclius 408

Il arriva à ce moment-là qu'Héraclius rassembla les troupes qui étaient dans le


régions d'Egypte, dans la 22e année du règne de Khosrov. 409 Voile à travers le
mer, ils atteignirent Constantinople. [113] Après avoir tué le roi Phocas, Héraclius
assis son propre fils sur le trône du royaume, et fait la paix dans l'ensemble
terre.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 88/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

405 Vasak et Sahak ne sont mentionnés qu'ici et n'apparaissent pas dans l' Histoire de T'ovma Artsruni; voir
HAnjB, sv Vasak, non. 14, Sahak, n ° 28. Notez que `` prince '' rend ici nahapef, voir Index of Technical
Termes. Croix: p'ayt, « bois» , utilisé d'une croix pour la crucifixion ou d'un gibet pour la pendaison; cf. 123.
406 Élevé [parmi eux]: sneal, voir n ° 297 ci-dessus pour cette coutume. Moy ens: hrahang, qui peut se référer
à la fois à l'entraînement militaire et phy sique et à l'enseignement universitaire.
407 Macler, ch.24.
408 Cette phrase est dans le MSS, contrairement aux en-têtes des chapitres; mais il ne peut pas revenir à l'auteur.
409 Héraclius a été proclamé le 5 octobre 610, qui était la 22e année de Khosrov [610/611].
Sebeos ne distingue pas sy stématiquement l'empereur de son père, le général Héraclius. Ici, il implique
qu'Héraclius père, le général, installa son fils Héraclius comme empereur. Mais Nikephoros, ch. 1, indique que
Héraclius unique a été envoy é par son père, qui ne sont pas venus à Constantinople lui - même.

Épisode 156

407 Ayspesevsa. On ne sait pas si cela fait référence à la mort de Vasak, ou à Sebeosis disant `` trop pour ça ''
avant de procéder.

Épisode 157

66 SEBEOS

Quand Héraclius devint roi, il envoya des messagers avec des


trésors et lettres au roi Khosrov pour demander la paix dans un
de manière attentionnée. Le roi Khosrov n'était pas du tout disposé à l'écouter, disant:
mon royaume est à moi, et j'ai établi 411 T 'eodos, fils de Maurice, comme roi. Mais ça
on est devenu roi sans notre permission et nous offre notre propre trésor en tant que
cadeau. Cependant, je ne renoncerai pas tant que je ne l'aurai pas pris à ma portée. Prenant le
trésor, il a ordonné à ses messagers d'être tués, et n'a fait aucune réponse à son
les propositions.
Puis Héraclius rassembla ses troupes, campa autour de la ville et empêcha
les raids. Mettant son armée sous le commandement d'un certain conservateur , il
lui a ordonné d'agir défensivement et est allé lui-même chez lui. 412
Ils ont assiégé la ville de Césarée pendant un an; l'armée perse était pressée
pour la nourriture, il n'y avait pas non plus de fourrage pour la multitude de leurs chevaux. Quand ils ont atteint
les chaudes journées d'été et la campagne était remplie de vert frais

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 89/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
la végétation, 413 ils mirent le feu à la ville, et sortant en force vainquirent les Grecs,
les mettre en fuite et les poursuivre. Puis ils sont entrés sur le territoire arménien, et le
L'armée perse a hiverné en Arménie.
Shahen fut convoqué à la hâte à la cour du roi perse. Le roi
lui a ordonné de retourner immédiatement à l'ouest. Prenant son armée, il atteignit le
ville de Karin aux jours d'été. Puis marchant sur Melitene, il l'a capturé et
l'a soumis. Il a continué et a rejoint l'armée de Khoream, qui était en
la région de Pisidie 414
Au capital Dvin est venu remplacer Shahrayenpet, Parseanpet
Parshenazdat; puis Namdar Vshnasp; puis Shahraplakan. Il a combattu dans une bataille
Perse et a gagné. Puis ЁгосЬ Vehan. 415 C'est lui qui a poursuivi

411 J'ai établi: le temps aoriste, comme dans tous les MSS et dans T'.A. 88; un futur [nstuts'its 'pour
nstuts'i ] aurait plus de sens.
412 Conservateur: comme aussi n ° 577. Un fonctionnaire administratif chargé de la propriété impériale, voir
Lampe, sv Ici P riscus est destiné; mais voir le commentaire historique pour son titre actuel et
position à l'époque. La ville serait Césarée en Cappadoce; voir la page précédente pour Shahen's
attaque.
413 Frais: sernets'an. Voir ser'n dans la NBHL pour des utilisations similaires. L'imagerie du printemps est un
thème arménien populaire, cf. Enseignement 641-57.
414 P our les problèmes de datation des événements dans ce paragraphe, voir le Commentaire historique.
415 P arseanpet est un titre; voir 105 ci-dessus. P arshenazdat: AG 67; Justi 244. Namdar Vshnasp: AG
56; Justi 220, avec d'autres références. Shahrplakan: AG 59, avec d'autres références; Justi 276. Eroch
Vehan: ЁгосЬ est une correction pour le Chroch du MSS; voir Abgaryan n 378. P our le nom,
« chanceux» , voir AG 70, avec d'autres références, et Justi 267; il est à nouveau mentionné ci-dessous, 126
n.518.

Épisode 158

6
HIST OIRE 7

le roi Héraclius en Arménie jusqu'aux frontières de l'Asorestan, jusqu'à


il y eut une
416
grande bataille à Ninive, dans laquelle il tomba lui-même et tous ses

armée.
[114] Alors le roi Héraclius a nommé un certain prêtre P'ilippikos comme général. Cette
P'ilippikos avait été le gendre de l'empereur Maurice, 416 et ayant
a exercé le commandement pendant longtemps, il était habitué à remporter la victoire en
bataille. Mais soudain, il avait décidé à l'époque de Maurice de couper les cheveux de son
chef, 417 prennent le sacerdoce et deviennent soldat dans le clergé de l'église. Par
compulsion Héraclius le nomma général et l'envoya à l'est avec un grand
armée. Marchant via Césarée de Cappadoce, il atteignit le pays d'Arménie, le
province d'Ayrarat, et campa dans la plaine de la ville de Valarshapat.
Avec une vitesse rapide à travers des messagers très rapides, l'ordre du roi est arrivé. 418 Avec
il pressa vivement son armée de le poursuivre et d'exterminer l'armée sans
une trace. Marchant très rapidement, ils atteignirent la province d'Ayrarat et campèrent sur
la rive des Araxes, avec l'intention de rejoindre la bataille le lendemain. En même temps,
pendant la nuit, P'ilippos 419 prend l'initiative dans la province de Nig: contournant la
à l'arrière du mont Aragats, il passa par Shirak et Vanand près de la ville de
Karin, et atteint sa propre frontière 420 Mais l'armée perse n'a pas pu poursuivre
avec n'importe quelle vitesse, parce qu'il était fatigué du long et si dangereux
voyage - car de nombreuses troupes avaient péri en chemin, et depuis les chevaux de
beaucoup avaient été tués, ils ont dû marcher à pied. Mais ils se sont arrêtés pendant quelques jours,
puis a procédé doucement et

416 Ensuite: pour la chronologie, voir le commentaire historique. Son-in-law: p'esay, comme 76, n.137;
beau-frère est destiné.
417 P our la tonsure cléricale, voir Lampe, sv keiro. Clergé: ukht, allumé. 'alliance', mais largement utilisé pour
'le clergé'. Cf. le rôle de T'ornik, un moine géorgien dans la Lavra sur le mont Athos, qui a été rappelé à
dirigez l'armée byzantine contre Bardas Skleros.
418 Ordre d'Ie Khosrov; Sebeos revient sur le récit de la page précédente. Messagers:
surhandak , qui rend le grec tachydromos; cf. Thomson, Moses Khorenats'i II 30, n ° 5.
419 L'orthographe du nom n'est pas cohérente en Sebeos.
420 Nig est au nord-est d'Aragats, voir Hewsen, ASX10, 217 et la carte 69. Vanand est à l'ouest de Shirak.

Épisode 159

416 La bataille de Ninive eut lieu le 12 décembre 627; voir 126 ci-dessous.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 90/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 160

68 SEBEOS

atteint l'Asorestan. Ils ont campé au même endroit où ils avaient été
précédemment; et s'étalant à droite et à gauche, ils ont saisi et occupé l'ensemble
terre.
A cette époque, Héraclius fit roi de son fils Constantin; il l'a mis en charge
du sénat, le confia à tous les magnats du palais, et le confirma sur
le trône de son royaume. 422 Lui-même, ayant adopté le titre de général, avec
son frère T 'eodos rassembla la multitude de ses troupes et partit pour l'Asorestan, pour
la région d'Antioche. Il y a eu une grande bataille en Asie, et le sang du
des soldats 423 'coulaient abondamment par la ville d'Antioche. Il y a eu un terrible tumulte
et le conflit, et le massacre sans limites dans la confusion. Les deux côtés ont succombé à
épuisement. Cependant, les Perses ont gagné en force, ont mis les Grecs en fuite et
les poursuivit et remporta vaillamment la victoire. [115] Une autre bataille a eu lieu près de
le col de l'entrée de la Cilicie. Les Grecs ont frappé la force perse de 8.000
hommes entièrement armés dans le conflit, mais se sont ensuite retournés en fuite. Le persan
armée, fortifiée, s'empara de la ville de Tarse et de tous les habitants de la province
de Cilicie. 424
Puis toute la terre de Palestine s'est volontairement soumise à l'assujettissement aux Perses
Roi; en particulier les survivants de la race des Hébreux, se rebellant 425 contre la
Chrétiens et embrassant la rancœur ancestrale, ont causé un grand tort parmi les
multitude de fidèles. Ils sont allés vers eux [les Perses] et ont fait une union étroite
avec eux. À cette époque, l'armée du roi perse était campée à Césarée de
Palestine; leur général, appelé Razmiozan, qui est Khoream, 426 parlemente avec
Jérusalem qu'ils devraient volontairement se soumettre et être laissés dans la paix et la prospérité.
Au début, ils [les habitants de Jérusalem] acceptèrent et se soumirent. Ils ont offert
au général et aux princes [persans] de splendides cadeaux. Ils ont demandé des
officiers, 427 qu'ils installèrent au milieu d'eux pour

422 Sebeos revient sur le thème du 113. La date est le 22 janvier 613. Constantin s'appelait aussi
Heraclius; voir Nikephoros, ch.5. T'eodos : Théodose, pas Théodore, comme dans Abgaryan n.382.
423 soldats: Abgaryan, n ° 385, corrige les zawravarats'n, `` généraux '', du MSS à za-
wrakanats'n.
424 Sebeos remplit son récit de clichés. P our ces événements, voir le commentaire historique.
425 Rebelling: apstambealk ', comme des Juifs à Rom. 11h30-31.
426 P our Khoream, voir ci-dessus 110; pour le titre Razmiozan, AG 69. Cf. les commentaires de MD
sur ce qu'il appelle « ces noms fantaisistes» , II10, où il décrit la chute de Jérusalem.
427 Officiers: ostikans , comme n. 180 ci-dessus.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 91/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 161

69
HIST OIRE

garde la ville. Mais après quelques mois se sont écoulés, alors que toute la masse d'ordinaire
les gens étaient complaisants, 428 les jeunes de la ville ont tué les officiers du persan
roi, et se sont rebellés contre son autorité. Puis il y a eu la guerre
entre les habitants de la ville de Jérusalem, juifs et chrétiens. Le plus grand
nombre de chrétiens avaient le dessus et tuèrent beaucoup de juifs. Le survivant
Les Juifs ont sauté des murs et sont allés à l'armée perse. Puis Khoream, c'est
Erazmiozan, rassembla ses troupes, alla camper autour de Jérusalem et assiégea
il. Il l'a attaqué pendant 19 jours. Après avoir creusé les fondations de la ville d'en bas,
ils ont fait tomber le mur.
Le 19e jour [du siège], dans le mois de Margats ', qui était le 28 du
mois, dans la 25e année du règne d'Apruez Khosrov, dix jours après Pâques, le
L'armée perse a capturé Jérusalem. 429 Pendant trois jours, ils passèrent l'épée et tuèrent
toute la population de la ville. Et ils sont restés dans la ville pendant 21 jours. Puis ils
est sorti et a campé à l'extérieur de la ville 430 et a brûlé la ville avec le feu. | 116 | Ils
additionné le nombre de cadavres tombés, et le total des tués était de 17000
gens; et les vivants qu'ils ont capturés étaient 35 000 personnes. Ils ont également arrêté
le patriarche, dont le nom était Zak'aria, et le gardien de la Croix 431 Dans leur
à la recherche de la croix porteuse de vie, ils ont commencé à les torturer; et de nombreux
clergé qu'ils ont décapité à ce moment-là. Puis ils leur ont montré l'endroit où il se trouvait
caché, et ils l'ont pris

428 Toute la masse des gens ordinaires: amenayn ramik kachafats'n. Ramik signifie le commun
peuple, ni noble [ azat ], ni clergé, voir EH 554; kachar est « groupe ou assemblée» . Jeunes:
mankunk », cf. n.383 ci-dessus. La phrase pourrait éventuellement se lire: `` Alors que les jeunes de tous les
les gens ordinaires de la ville étaient unis, ils tuaient ... » mais ce serait plutôt tortueux.
429 La 25e année de Khosrov est 613/614. En 614, le 28 des Margats serait le 19 mai; mais en
cette année-là, P âques était le 30 mars. Il semblerait que Sebeos compte depuis le jour de l'Ascension, pas
P âques; en 614, le jour de l'Ascension était le 8 mai. Flusin, St Anastase II 156, note que Jérusalem était
capturé entre le 17 et le 20 mai. mais que « dix jours après P âques» reste problématique. Selon
le texte géorgien d'Antiochus Strategius, VIII 5, Jérusalem a été capturé 21 jours après le 15 avril.
YD, XVII 25-6, ne donne aucune date, tandis qu'Asolik omet la chute de Jérusalem. T'.A., 89 ans, dépend de
Sebeos.
430 P endant 21 jours ... en dehors de la ville: ajouté par Abgaryan à partir de la version dans T'.A. 89.
431 Voir ci-dessous 149, pour Zak'aria (Zacharias) en captivité. Gardien de la Croix: kha- ch'apan,
non attesté dans la NBHL \ mais c'est une restitution exacte du grec staurophylax, le gardien du
Traverser à Jérusalem; voir Lampe, sv Clergy Oust ci-dessous]: pashtoneayk ', lit. `` ministres '', souvent utilisé pour
diacres.

Épisode 162

70 SEBEOS

loin en captivité. L'argent et l'or de la ville ils ont fondu


et amené à la cour du roi.
Puis un ordre est arrivé du roi d'avoir pitié de ceux qui avaient
prisonnier tombé, pour reconstruire la ville et y rétablir [ses habitants] en
le rang de chacun. Il a ordonné aux Juifs d'être expulsés de la ville. Et ils
exécuta promptement le commandement du roi avec une grande empressement. Ils ont nommé un
certain archi-prêtre 432 sur la ville du nom de M odestos, qui écrivit au
terre d'Arménie comme suit.

[CHAPITRE 35] 433


Au Seigneur Komitas

À mon Seigneur Komitas, très bon, bienheureux et spirituel, archevêque et


métropolite du pays d'Arménie, M odestos, humble prêtre et
locum-tenens de Jérusalem. 434
'Béni soit Dieu et le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, Père de miséricorde et
Dieu de toutes les consolations, qui nous a consolé dans sa grande compassion pour tous nos
afflictions » 435 dans la venue de votre troupeau. Car ne nous a-t-il pas consolés dans leur
arrivée? D'abord, en nous rappelant les voyages antérieurs qu'ils ont fait au
sites vénérables de Jérusalem 436 Deuxièmement, parce qu'il

432 Arch-prêtre: erits'apet [rendant exactement archiéreus], comme de saint Basile avant sa consécration
dans Buzandaran IV 7. Modestos est orthographié Mogestos dans tous les MSS de Sebeos, mais confusion entre g
et d en écriture arménienne est courant. Modestos a servi de suppléants pour Zacharias, qui avait été

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 92/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
emmené en brièvement,
seulement captivité; voir 116. La
et décéda ledate de la mort630.
17 décembre de Zacharie est inconnue;
Voir Flusin, Modestos
St Anastase a servi
II, 170, n.77 de patriarche
et 316, n.90.
433 Macler, ch.25. Le titre 'Au Seigneur Komitas' est en A. Ces lettres ne sont pas incluses dans le
recueil connu sous le nom de Livre des Lettres, mais ces lettres concernent des questions doctrinales,
tandis que la lettre de Modestos est une demande d'aide financière. Dans sa réponse Komitas studieusement
ignore ce point. YD, XVII27-9, ne mentionne pas cet échange, malgré son intérêt pour
affaires ecclésiastiques. Asolik, II 3, note la lettre de Modestos, mais pas de réponse.
434 Komitas: voir 112 ci-dessus. La lettre a été envoyée en grec; ark 'episkopos et metropawlit ne sont pas
titres arméniens standard pour leur évêque suprême, mais sont appliqués à Léontius de Césarée en Aa 820.
Le `` métropolite '' grec est normalement rendu kat 'olikos dans le livre des canons arméniens
[. Kanonagirk "]; cf. Aa 804 où Leontius est également ainsi décrit. Locumtenens: telapah, souvent utilisé
au sens de « légat, député» ; cf. 133 ci-dessous, des empereurs comme « vicaires» de Dieu.
435 II Cor. 1.3-4.
436 P our le pèlerinage arménien en Terre Sainte, voir les œuvres de Stone, Hunt et Maraval en
la bibliographie. Garitte, Narratio 140, note une source tardive à l'effet que

Épisode 163

7
1
HISTOIRE

satisfait notre esprit à leur venue, et nous avons reconnu que Dieu n'avait pas
nous a complètement abandonnés. M ais vraiment, ce même Dieu qui est le nôtre est parmi nous,
nous montrant à travers ces choses ses grandes œuvres qu'il a accomplies
[de] avant les âges jusqu'à maintenant. Bénissant sa puissance et ses merveilles, nous
répétez la parole de Paul: «Que vos œuvres sont magnifiques, Seigneur. Tout
vous avez fait avec sagesse. Ses jugements sont en effet insignifiants, et ses
chemins inaccessibles. Car qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été
son conseiller; ou qui lui a accordé un prêt et il le remboursera [117]? Pour tous
les choses viennent de lui et par lui et en lui. A lui soit la gloire pour toujours,
Amen.' 437
M aintenant parce qu'il a rendu nos adversaires amicaux et nous a accordé pitié et
miséricorde devant tous nos ravisseurs, tueurs du Seigneur et des Juifs, qui pensaient que
en tourmentant celui-ci 438 ils insulteraient à nouveau celui qui était tourmenté
pour nous, notre Seigneur Jésus-Christ et vrai Dieu, et qui a
guerre et brûlé ces lieux honorables - la philanthropie de Dieu était heureuse de
expulser 439 les de sa propre ville sainte, Jérusalem. Ceux qui voulaient le faire
leur propre habitation est ordonnée de ne pas y habiter du tout, ni de compter
digne de le voir. Ils se rendent compte que le [site du] honorable et adorant
la passion et sa tombe sainte et vivifiante et le saint Golgotha ont été
glorieusement renouvelé, la splendeur de chacun restaurée. 440 Sur l'apprentissage par
de nombreuses inscriptions que le culte divin et la mère des églises, Sion, et
[le site de] son Ascension et - pour dire en un mot - tous les lieux de culte ont
renouvelés, ils sont envieux, non pas pour le bien mais avec l'envie naturelle de
leur ancêtre Caïn. 441 Car souvent, ils ont essayé; avec de nombreux pots-de-vin qu'ils cherchaient
permission d'entrer dans le saint

après le deuxième concile de Dvin en 555, Nerses II avait interdit aux Arméniens de visiter Jérusalem.
437 Rom. 11,33-36; le premier verset est adapté de P s. 103.24.
438 Celui-ci: sora. P uisque l'arménien n'a pas de distinction de genre grammatical, il n'est pas clair
si Modestos se réfère à ses propres tourments, ou à ceux de Jérusalem, comme étant une image de
Christ. Après `` ravisseurs '', l'arménien a le pronom relatif, ou, `` qui '', et met les deux noms suivants
dans le cas accusatif. Mais il n'y a pas de verbe pour l'action des P erses contre les Juifs.
439 Expulser: Abgaryan, n ° 399, suit la correction de awarats'uts'anel, 'ravage', faite par
Malkhasean et autres, à awtarats'uts'anel.
440 Cette dernière phrase n'est pas claire. La reconstruction de Modestos est décrite dans Antiochus, XXIV 10, mais dans
termes vagues.
441 P our la malédiction sur Caïn, voir Gen. ch.4.

Épisode 164

72 SEBEOS

ville. M ais ils n'ont pas été rendus dignes, étant empêchés par Dieu qui
nous a punis, `` non conformément à nos actes '', 442 mais par sa pitié paternelle
afin de nous ramener à la régénération.
En décrivant ce miracle, nous vous réjouissons. La reconstruction de
ces lieux de culte ne sont pas dus à l'injustice ou à la ruine mais à sa miséricorde,
par lequel il a élevé ce monde et lui a accordé la connaissance de lui-même.
Ainsi, comme vous l'avez dit, 443 par la grâce de Dieu à travers vos saintes prières, tous les
les églises de Jérusalem ont été rétablies et sont en service. Il y a de la paix là-dedans
ville de Dieu et ses environs, car ils vous informeront face à face, tout comme
votre peuple aimant le Christ a vu. Car tout cela [dépend] de son auteur; les
les actes ne sont que dans le corps, mais le pouvoir ne provient pas de mains humaines, c'est-à-dire
tout le monde se vante de 444 devant lui. 'Puisqu'il est notre paix', 445 "celui qui crée
tout, comme vous l'avez dit, et le renouvelle comme dans la lutte actuelle - puisse-t-il faire
nous heureux par vos saintes prières, en prêchant sa paix au saint
églises et en nous accordant des pasteurs et des prélats pour ses églises. Puisse-t-il
vous persuader de prier sans cesse pour nous, et de ne pas du tout renoncer à vous souvenir

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 93/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
et nous rappelant [118] et les pauvres de Jérusalem, et en accomplissant tout ce qui est
nécessaire. Si c'est possible, étendre votre pieux zèle au secours de
reconstruire les [sites de sa] passion vivifiante, afin que nous puissions atteindre ce bien
fin et les cadeaux souhaités. M ais je prie aussi ta sainteté paternelle et le saint
évêques avec vous, pour lire cette lettre avant eux. 446

[CHAPITRE 36]

Ceci est une copie de la lettre que les Arméniens ont écrite à l'empereur en
Jérusalem 447

442 Cf. II Tim. 1.9.


443 Modestos semble se référer à une lettre qui lui a été envoyée par Komitas avec le dernier groupe de
P èlerins arméniens; à cela, il répond maintenant en demandant de l'aide pour la reconstruction. Les visiteurs arméniens
aura donné à Komitas de plus amples détails « face à face» . P our la restauration de Jérusalem sous
Modestos voir Flusin, St Anastase II, 175-9.
444 Eph. 2,9; mais Modestos lit 'tout le monde', amenayn marmin, pour le 'n'importe qui', ok ', c'est
du texte biblique arménien et grec.
445 Eph. 2.14.
446 Eux: vraisemblablement les congrégations d'Arménie.
447 Ce titre est dans le MSS, mais tous les éditeurs ont suivi la rectification de Mihrdatean de
Modestos 'au lieu de' à l'empereur '. Cependant, ce bref paragraphe ne fait pas partie de la
réponse à Modestos, mais un fragment de lettre de caractère triomphant, égaré ici et tout à fait
inapproprié au contenu de la lettre de Modestos! Voir le commentaire historique.

Épisode 165

73
HISTOIRE

Le son de la grande trompette évangélique [soufflé] par l'ange nous appelle


par cette lettre qui est arrivée de la ville divinement construite, `` qui
nous annonce une grande joie. 448 C'est pourquoi 'les cieux se réjouissent, et que la terre
exulter'; 444 que l'Église et ses enfants se réjouissent de leur gloire. Alors laissez-nous tous avec
voix unie chante les louanges angéliques, répétant: `` Gloire au plus haut à Dieu,
et la paix sur la terre, la bonne volonté de l'humanité. 4 "' 0

La réponse du Seigneur Komitas

Par la grâce de Dieu, de moi le chef-évêque, 449 et de tous les orthodoxes


évêques et prêtres, diacres et lecteurs, et de toutes les congrégations de ce
terre d'Arménie, à vous 'qui avez été affligés et opprimés, battus et
puni ', 450 mais protégé et caressé, consolé et aimé par le céleste
Père. Vénérable frère M odestos, pour vous et toutes les églises de Jérusalem
Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu et la paix soient
multiplié. 451
Premièrement, nous remercions Dieu pour les consolations avec lesquelles il vous a consolé, alors
afin que vous puissiez, vous aussi, consoler ceux qui sont dans toutes les afflictions. 452 pour
voici, nous aussi, par [119] ta consolation qui nous est parvenue, avons été
consolé des nombreux troubles, des afflictions douloureuses et des tourments cruels
qui nous opprimaient. M ais 'Dieu est fidèle', 453 qui a réconforté avec son
pitié paternellement tous les troupeaux de croyants par cette [lettre] de la vôtre, et
oublions notre tristesse à travers la joie de cette nouvelle et le reportage de la
reconstruction et paix

448 P s. 95.11. Divinement construit, astuatsakert, un adjectif commun, utilisé même du corps humain.
449 Chef-évêque: episkoposapet , un titre traditionnel, voir EH 523. Notez que Sebeos épelle le
nommez Komitas de différentes manières.
450 Il y a ici des réminiscences pauliniennes, mais pas de citation exacte.
451 Une fusion de Rom. 1.7, II Cor. 13.13, et I P et. 1.2.
452 II Cor. 1.4. Tous les MSS et P aul ont « nous» pour le premier « vous» . La correction, qui fait
meilleur sens du contexte, remonte à Zaminyan; voir Abgaryan n ° 403.
453 I Cor. 1.9, et ailleurs.

Épisode 166

449 P s. 95.11.
450 Lk. 2.14. Le titre suivant est également en ^ 4.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 94/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 167

74 SEBEOS

de Jérusalem. 441 Mais le prophète nous interpelle, en disant: 'Console, console


mon peuple, dit Dieu; prêtres, parlez au cœur de Jérusalem et consolez-la,
parce qu'elle était pleine de détresse. 456 Dieu s'est approché de vous comme fils, parce que:
«Que le Seigneur aime, il l'avertit. 457 Qui serait un fils que son père
n'avertirait pas? 'Car grâce à ses blessures nous avons été guéris, et le
le châtiment de notre paix était en lui. 458
Mais sachez ceci, frère bien-aimé, aucune petite consolation n'a été apportée à notre
les gens par le va-et-vient de ces voyages 459 Premièrement, parce qu'ils ont tout oublié
les troubles et la tristesse de ce pays. Deuxièmement, parce qu'ils ont nettoyé leurs péchés
par le repentir, le jeûne et la miséricorde, à travers des voyages sans sommeil et agaçants
jour et nuit. T roisièmement, parce qu'ils ont baptisé leur corps dans l'eau de la sainteté,
dans les courants ardents du Jourdain, 460 d' où la grâce divine se répandit sur tous les
univers. Car dans le désir de leur cœur [les pèlerins] ont voyagé autour du Mont
Sinaï, 461 qui à l'époque de Moïse était proche de Dieu, [répétant] ami à ami
la parole prophétique: `` Venez, montons à la montagne du Seigneur et au
maison du Dieu de Jacob. 462 Mais plus important encore, répétons le
dicton apostolique: `` Pour approcher le mont Sion et la cité du Dieu vivant, le
Jérusalem dans le ciel, et [à] la myriade d'anges et les églises du
premier-né inscrit dans le ciel »; 463 pour voir le trône de Dieu au-dessus de la terre,
observant 'Dieu le juge de tous' assis dans le tabernacle céleste et sur la base
qui a reçu Dieu 464

456 est. 40.1-2.


457 Heb. 12.6.
458 est. 53.5, mais avec inversion des clauses; la première partie ici est reprise dans I P et. 2.24.
459 Aller et venir: ert'ewek, c'est -à- dire des pèlerins arméniens, pour lesquels voir ci-dessus n.436.
460 Le baptême du Christ a allumé le feu dans le Jourdain; voir Lampe, sv baptisma, F. Cf. aussi l' enseignement,
Aa 544.
461 Allumé: « ils répandent le désir de leur cœur autour du mont Sinaï» . Répéter: un verbe est nécessaire
ici. Abgaryan, n ° 405, suggère aselov, parallèle aux asasts'nk ', ' répétons-le, juste en dessous.
462 Est. 2,3; Michée, 4.2.
463 Heb. 12,22-23; Komitas n'identifie pas spécifiquement P aul comme l'auteur des Hébreux. 'Dieu
le juge de tous » poursuit cette citation.
464 Base: khariskh; la référence est au tabernacle dans Ex. chs26-7.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 95/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 168

7
HIST OIRE 5

Maintenant que celui d'en haut a `` détourné son visage de nous '', 465 et `` le
le soleil nous a regardés de travers », 466 nos âmes ont en effet été désobéissantes et troublées.
«La justice [appartient] au Seigneur notre Dieu, et à nous la honte de face». 467 Mais quand le
la bonté de Dieu a voulu dans sa bienfaisance donner de la douceur à ceux qui avaient
été abattu par sa sévérité, 468 nous étions submergés dans sa grande profondeur. (120]
Pour cette image de l'Évangile, avec des bouches incessantes et des langues inquiètes, laissez-nous
bénissez notre Seigneur Jésus-Christ, le bienfaiteur, le prodige et le distributeur de
cadeaux. 469 Car bien que ce jour de ton jugement par l'épée et le feu fût si effrayant
et sévère, mais le sage architecte, 470 qui vous a choisi et purifié comme l'or dans le
fournaise, que la même chose renouvelle une fois de plus sa gloire sur vous et accomplisse sa merveilleuse
consolation en vous.
Tout cela, notre cher ami 471 nous a déjà raconté dans sa description du
descendant de Sion à Jéricho - celui qui est tombé entre les mains de voleurs qui
l'a dépouillé, et après avoir infligé de nombreuses blessures, il est parti à moitié mort.
Les prêtres en voyage le virent et passèrent; Juifs et lévites et impies
le vit et passa 472 Lui-même voyagea, s'approcha avec pitié, lia son
blessé, et lui a accordé la miséricorde et son sang vital. Il a instruit l'huile et
du vin à verser sur lui et [sa blessure] à être ligotée, afin qu'il soit guéri.
Voici, ils le virent amené dans cette auberge et guéri; et quant aux trois dahekans 473
qu'il a donné à l'aubergiste, voici que vous avez en main des dispositions libérales. Et
quoi que vous dépensiez pour lui, il vous le rendra à son retour.
Désormais, que Sion ne se lament pas et que Jérusalem ne pleure pas 474 Car voici le Christ le
le roi est arrivé pour les sauver et les consoler. Mais la couronne de

465 Les P saumes, passim.


466 Adapté du morceau 1.5.
467 Baruch 1.15.
468 P our le contraste entre douceur et sévérité, voir Rom. 11.22.
469 Image: nkaragir, comme Heb. 1.3. Les épithètes du Christ ne sont pas bibliques, mais elles sont largement attestées
dans les écrits théologiques arméniens.
470 Architecte sage: I Cor. 3.10, Heb. 11.10.
471 Cher ami: sirelin , le « fils bien-aimé» des évangiles.
472 Mais dans Lk. 10h30-37 seuls un prêtre et un lévite sont mentionnés comme passant. Komitas
continue en identifiant le Christ et le Bon Samaritain.
473 Lk. 10.35 fait référence à « deux dahekans» . Il n'y a pas de variantes dans le texte de Sebeos; peut-être
Komitas avait en tête les « trois pains» de Lk. 11.5 dans le cadre de la demande d'un ami.
474 Cf. Zech. 1,17; pas une citation exacte.

Épisode 169

456 Rapport de ... de: « reconstruction» et « paix» ont été assimilés au cas instrumental.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 96/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 170

76 SEBEOS

votre consolation est complétée 476 par les fleurs de sa passion. Et sa mort
sera un diadème de consolation sur votre tête. Les mauvais fils des Juifs étaient
beaucoup de douleur et de dépérissement, mon ami, parce que les arbres chrétiens -
que dans leur folie ils abattent avec des haches à travers insensées
bûcherons 477 - voici, ont donné des pousses et se sont multipliés. Et celui
en haut a rempli [Jérusalem] d'oliviers et de palmiers, que le
les enfants des crucificateurs ne seront plus dignes de voir.
M ais vous, `` frères '', selon le dicton apostolique, `` réjouissez-vous de la
Seigneur, [121] tenez ferme, soyez consolé, soyez uni, faites la paix. Et que Dieu
que la paix et l’amour soient avec vous. 478 Amen.

[CHAPITRE 37 [
[Construction de l'église de Hrip'sime]

Dans la 28e année du règne d'Apruez Khosrov 479 le Catholicos Kumitas


démoli la chapelle 480 de St Hrip'sime dans la ville de Valar- shapat, car
le bâtiment était trop bas et sombre que saint Sahak avait construit, le patriarche et
Catholicos d'Arménie, fils de St Nerses.
M aintenant, alors qu'ils démontaient le mur de la chapelle, de façon inattendue
il a été révélé une perle royale lumineuse et incomparable, c'est-à-dire la
corps virginal de la sainte dame Hrip'sime. Parce qu'ils l'avaient démembré
membre de membre, 481 St Grégoire l'avait scellé avec son
476 Terminé: bolori. Puisque bolor peut signifier « cercle» , l'image d'un diadème est intensifiée. Fleurs de:
tsatkats'u, allumé. 'floraison'. Cet adjectif semble être un hapax, bien que la terminaison -ats'u soit courante. Du Christ
la couronne d'épines est souvent assimilée à des fleurs; voir Lampe, sv stephanos.
477 Cf. Mt. 3.10, Lk. 3.9 pour la « hache posée à l'arbre» . Le berger d'Hermas, Similitudes III IV,
établit un parallèle entre les arbres qui fleurissent et perdent leurs feuilles et les justes et les pécheurs; mais non
la relation avec Jérusalem y est évoquée. Voir ci-dessous 162. pour une répétition du thème à la lumière de la
raids.
478 II Cor. 13.11.
479 Ie 616/617.
480 Chapelle: maturn, « marty rion, sanctuaire» ; AG 363-4. L '« église» dans le titre est tachar, « temple» mais le
le titre n'apparaît pas dans le plus ancien MSS. Pour l'histoire de ce sanctuaire et de cette église, avec des références à d'autres
Textes arméniens, voir Khatchatrian, L'Architecture Armeni- enne 32-3 [auquel YD XVII27-30 pourrait être
ajouté], Sahak, Catholicos 387-439, n'est mentionné ici qu'à Sebeos; voir Garitte, Narratio 87-94. Pour
Nerses, lui-même patriarche 353- 373, voir EH 395-6.
481 Sebeos cite Aa 198 pour le démembrement de Hrip'sime. Selon Aa 760 Gregory
enveloppa chacun des marty rs dans ses vêtements, les plaça dans des cercueils séparés et les scella avec le sceau
du Christ. Le scellement par Sahak n'est pas mentionné avant Sebeos.

Épisode 171

HISTOIRE 77

bague; comme l'avait aussi avec sa bague le bienheureux Sahak Catholicos d'Arménie, n ot
oser l'ouvrir. Il [Komitas] l'a aussi scellé avec sa propre bague, qui était digne
sceller une telle perle avec le troisième anneau de trois fidèles [prélats].
О perle, non née de la mer, mais une perle née de descendance royale, élevée en
le sein de la sainteté et dédié à Dieu. 'Le juste avait
désirait te voir ', 1 et la bienheureuse Komitas' était vouée à l'amour pour
, 483

tu.
La hauteur du bienheureux était de neuf paumes et quatre doigts. 2 L'ensemble
la région du nord, 3 agitée [par la découverte], est venue au culte; et la guérison de tous
[types de] maladies ont été affectées pour de nombreuses personnes malades. Il a construit l'église et
a laissé le bienheureux à l'air libre, à cause de l'humidité des murs, jusqu'à ce que le
mortier séché. Puis elle fut enfermée dans son lieu de repos.
Il a également soulevé le toit en bois de la cathédrale sainte, 4 et a renouvelé le
mur instable. Il a construit le toit en pierre. Cela s'est produit dans les années de Yovhanik,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 97/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
prêtre du monastère de la sainte cathédrale. 5

1 Mt. 13.17.
2 Y D., XVII28, et Asolik, II 3, suivent Sebeos. Mais Vardan, 61 ans, dit que Hrip'sime avait dix paumes
et quatre doigts de haut; il ajoute que saint Grégoire avait neuf palmiers et le roi Trdat onze palmiers! Palm: t'iz,
généralement mesurée de la pointe du pouce à la pointe de l'index tendu.
3 Les auteurs arméniens appellent souvent l'Arménie la région du « nord» .
4 Cathédrale: kat 'olike. Pour ce terme voir Khatchatrian, L'Architecture Armenienne 85, et pour le
cathédrale de Valarshapat, 86-92. Il souligne que le dôme était en pierre depuis le début, bien que le
Lettre qui conclut l'Histoire de tazar, 186, se réfère en termes vagues à la `` structure en bois '' de la
l'église [pas nécessairement le dôme] qui avait été endommagée par un incendie au cinquième siècle. Peut-être qu'il a construit le
toit en pierre: shineats 'zk'arayarksn, fait référence à une reconstruction ou une restauration.
5 Yovhanik n'est pas attesté autrement, sauf par Asolik citant ce passage, HAnjB, n ° 2. Prêtre du
monastère: vanats «erets», qui se réfère non pas à l'abbé, mais à un grade supérieur; voir NBHL, sv

Épisode 172

St Gregory ... ring: Abgary an, n ° 412, note d'anciens fragments et des citations ultérieures de cette phrase à
étay er son texte imprimé. Le MSS disait : ew eranelisrboyn Grigoriknk'ealma- taneaw iwrov, 'et le
le bienheureux saint Grégoire l'avait scellé de sa propre bague » . Cf. le texte séparé, 'Découverte de St Hrip'sime's
Relics ', imprimé en Abgary an 419-20 qui a une description plus élaborée de l'état du cadavre.
483 Chanson. 2.5. Pour une traduction des hy mnes composés par Komitas en l'honneur de Hrip'sime voir
Tommaseo, Agatangelo 209-22.

Épisode 173

78 SEBEOS

[122]

[CHAPITRE 38 [ 488

[Khoream vient prendre Constantinople; supplication d'Héraclius; ordre de


Khosrov pour prendre la ville. Dans une bataille navale, la force perse est détruite.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 98/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Lettre insolente de Khosrov à Héraclius. Heraclius installe Constantine sur le
trône du royaume et va à Césarée. De là, il envahit l'Arménie
et prend Dvin, Nakhchawan et Gandzak. Khoream attaque Héraclius.
Manœuvres adroites d'Héraclius; il détruit petit à petit les Perses.]

A cette époque, 489 Khoream marcha avec son armée à Chalcédoine et campa
face à Byzance; son intention était de traverser et de s'emparer de la capitale.
M aintenant, quand l'empereur Héraclius vit les brigands qui étaient venus
détruire son royaume, il s'est lié d'amitié et les a honorés à contrecœur comme
méritoires et chers invités. Il est allé à sa rencontre avec des cadeaux et a donné
magnifiques cadeaux au général et aux princes. Il a distribué 490 dons à
l'armée, et la nourriture et les provisions à toutes les troupes pendant sept jours. Lui-même
s'embarqua sur un bateau, resta en mer et discuta avec eux comme suit:
souhaitez-vous faire, et pourquoi êtes-vous venu à cet endroit? Sûrement tu n'as pas
considérer la mer comme une terre sèche, y faire la guerre? Dieu est capable, s'il le souhaite, de
séchez-le avant vous. 491 M ais prenez garde de ne pas plaire à Dieu, et
les profondeurs de la mer vous demandent vengeance. Car il ne t'a pas donné la victoire
à cause de votre piété, mais à cause de notre impiété. Nos péchés ont amené cela
sur, et pas votre valeur. Qu'est-ce que votre roi cherche de moi, qui ne
faire la paix avec moi? Veut-il abolir mon empire? Ne le laisse pas essayer,
parce que Dieu l'a établi et que personne ne peut le détruire - sauf que si c'est le cas
semble bon à Dieu, que la volonté de Dieu se fasse.
S'il dit: J'installe un roi pour vous, qu'il installe qui il

488 Macler, chapitre 26.


489 Ch. 34 avait pris fin avec la prise de Jérusalem en 614. Les chapitres intermédiaires traitent de
la reconstruction de Jérusalem, et la construction de l'église St Hrip'sime en 618. P our la date
voir le commentaire historique.

490 Dons: hrogs , le grec roga; AG 362.


491 Cf. Josh. 2.10. Nikephoros, ch.6, décrit la parade sur les bateaux et prononce le discours de
Shahen, mais ne cite pas les paroles d'Héraclius. Chron. Pasch., Sa 615, ne prononce aucun discours.

Épisode 174

79
HISTOIRE

souhaite, et nous l'accepterons. M ais cherche-t-il à se venger du sang de


M aurice? Dieu a cherché cela des mains de Phocas à travers mon père
Héraclius. 492 M ais il a encore soif de sang. Pour combien de temps ne sera-t-il pas rassasié
avec du sang? Les Romains n'ont-ils pas pu le tuer et détruire l'empire du
Perses quand Dieu l'a remis entre nos mains? M ais il [M aurice] eut [123] pitié
sur lui. Je lui demande la même chose: réconciliation et amitié. moi aussi
demandez de vous trois choses; alors écoute-moi. Retirez de ma terre le feu et
épée et captivité; et de ces trois choses vous tirerez profit, parce que
vous ne souffrirez pas de la famine et les impôts royaux ne seront pas perdus. Voici, je vais
envoyez à votre roi une lettre avec des cadeaux, pour lui demander la conciliation et la paix
avec moi.' Ils ont reçu les cadeaux et ont accepté d'agir conformément à son
demande.
Le roi perse a accepté les cadeaux apportés par l'empereur, mais il l'a fait
ne pas renvoyer les messagers. Il a ordonné à son armée de traverser par des navires pour
Byzance. Après avoir équipé [les navires], il a commencé à se préparer pour une bataille navale avec
Byzance. Les forces navales sont sorties de Byzance pour s'opposer à lui, et là
fut une bataille en mer dont l'armée perse revint honteuse. Ils avaient
perdu 4000 hommes avec leurs navires, et ne se hasarda pas à entreprendre
entreprise.
Au cours de la 34e année du roi Khosrov, il écrivit une lettre à Héraclius comme suit:
'Khosrov, honoré parmi les dieux, seigneur et roi de toute la terre, et
progéniture du grand Aramazd, à Héraclius notre insensé et insignifiant
serviteur. 444
Vous n'avez pas souhaité vous soumettre à nous, mais vous vous appelez

492 Idem 113 ci-dessus. Sebeos déclare qu'Héraclius pere a tué P hocas. La version de ces événements
dans T'.A., 90, ajoute ici: « Et s'il cherche la terre, voici la terre devant vous. Que nous le souhaitons ou non,
Dieu nous l'a pris et l'a remis entre vos mains. S'il cherche des villes, voici de grandes murailles
villes. [Si] d'autres trésors, qu'il le dise et j'en donnerai autant que sa main pourra en saisir. P ourtant il n'a pas
souhaite écouter, mais [a toujours soif de sang ...] » . Depuis T'.A. cite généralement Sebeos de près, c'est
plus vraisemblablement que cela découle du texte de Sebeos que de T'.A. ici élargi sa source.
493 T'.A. ajoute 91: « P uis l'armée est partie et a hiverné en Syrie» . Nikephoros, chs6-7, dit que
Khosrov était en colère contre la conduite de Shahen et l'a tué; mais c'est une fable, voir la note ad loc de Mango.
494 34e année: 622/623. T'.A., 91 ans, suit Sebeos. Il est rare d'avoir des titres aussi élaborés dans
Histoires arméniennes. Celles données ici à Khosrov ne sont pas similaires à celles de Shapuh dans MX Ill 17
et 26 [et là 'le fils d'Aramazd' est Julien], Il n'y a pas non plus de parallèle avec les titres de Darius dans son
lettre à Alexandre [dans le P seudo-Callisthenes arménien, 143], sauf qu'Alexandre est appelé « mon
serviteur'.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 99/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 175

80 SEBEOS

seigneur et roi. Mon trésor qui est avec vous, vous dépensez; mon
les serviteurs que vous fraudez; et ayant rassemblé une armée de brigands, vous donnez
moi pas de repos. Alors n'ai-je pas détruit les Grecs? Mais tu prétends avoir confiance en ton
Dieu. Pourquoi n'a-t-il pas sauvé Césarée et Jérusalem et la grande Alexandrie
de mes mains? 495 Ne savez-vous pas maintenant que je me suis soumis à moi-même
la mer et la terre ferme? C'est donc seulement Constantinople que je ne pourrai pas
effacer? Cependant, je vous pardonnerai toutes vos offenses. "Lève-toi, prends ton
femme et enfants et venez ici. Je vous donnerai des domaines, des vignes et
oliviers dont tu pourras gagner ta vie. " 496 Et nous te regarderons
avec amitié. Que votre vaine espérance ne vous trompe pas. Pour ce Christ qui
n'a pas pu se sauver des Juifs - mais ils l'ont tué en pendaison
lui sur une croix 497 - comment la même chose peut-elle vous sauver de mes mains? 498 "Pour si
tu descends dans les profondeurs de la mer ", 499 Je tends la main et
saisissez-vous. Et alors tu me verras d'une manière que tu ne désireras pas.
[124] Lorsque l'empereur Héraclius a reçu cette épître, il lui a ordonné de
être lu avant le patriarche et les magnats. Entrer dans la maison de Dieu,
ils étendirent la lettre devant le saint autel. Ils sont tombés sur leurs visages à la
terre devant le Seigneur et pleura amèrement, afin qu'il puisse voir les insultes
que ses ennemis lui avaient infligées. 500
Héraclius et tous les sénateurs ont décidé d'installer Constantin, fils de
Héraclius, sur le trône du royaume; c'était un jeune enfant. Héraclius
fait des préparatifs pour emmener sa femme et se rendre à l'est. A cette époque 501 ils

495 La prise d'Alexandrie n'a pas été mentionnée ci-dessus; pour Césarée voir 112, Tarse et
Jérusalem, 115. La version en T '. A., 92 ans, élargit cette liste de villes, ainsi que le message en général.
T'.A. a un verbe singulier: « P ourquoi n'a-t-il pas [c.-à-d. Dieu] pas sauvé ...» mais le MSS de Sebeos a un pluriel
qui doit se référer aux Grecs. La lecture de T'.A. correspond mieux au contexte.
496 Levez-vous ... vivant: comme le message de Sennachérib, Is. 36.16-17, là sans 'femme et
les enfants. Ordis, ici rendu « enfants» , pourrait être « fils» .
497 Croix: p'ayt, 'bois', comme n ° 405 ci-dessus. Suspendu: kakheal. Abgaryan, n ° 423, imprime Za-
la correction de minean pour l' ekapeal, « binding» , du MSS.
498 Sebeos continue d'adapter le message de Sennachérib, Is. 36.19-20.
499 Cf. P s. 138.7-10, pour le thème. T'.A., 92 ans, a « filets» pour « main» , qui rappelle Ezech. 12.13.
500 Sebeos continue d'adapter Isaïe, 37.1, 14. Cf. aussi la description de l'attaque musulmane contre
Constantinople, 170 ci-dessous, lorsque Constans était empereur.
501 A cette époque: vraisemblablement l'année royale 622/623 [le 34 de Khosrov] mentionnée ci-dessus.
L'orthographe de Constantin en arménien se confond facilement avec celle de Constans: ici Kostandos,
mais sur 114 et 140 Kostandin. Voir ci-dessus 114, pour Constantin en tant que co-dirigeant en 613. Le premier d'Héraclius
l'épouse et la mère de Constantin était Eudocia. Cf. MD II 10-13 pour les campagnes d'Héraclius.

Épisode 176

8
HISTOIRE 1

confirmé encore plus [en toute sécurité] Constantin dans le royal


dignité selon l'accord précédent.
Alors Héraclius fit des préparatifs avec sa femme et les eunuques et
princes de la cour. Il a célébré Pâques à Constantinople, et le
matin après le jour de Pâques a navigué à Chalcédoine. Il a ordonné à son armée de
se rassembler à Césarée de Cappadoce. Lui-même a voyagé de Chalcédoine,
atteint Césarée et dressa sa tente au milieu du camp. Il
a ordonné à toutes les troupes d'être convoquées et la lettre à lire devant elles,
et il a décrit sa sortie pour les rejoindre. Bien que l'armée était
troublés par les paroles, 502 néanmoins ils étaient très joyeux à son arrivée.
Ils lui ont souhaité la victoire et ont dit: `` Où que vous alliez, nous sommes avec vous
se lever et mourir. 503 Que tous vos ennemis deviennent poussière sous vos pieds, comme
le Seigneur notre Dieu les efface de la surface de la terre et enlève
les insultes lui ont été payées par les hommes. Héraclius a marché avec 120.000 pour aller 504 à
la cour du roi perse. Il a voyagé à travers les régions du nord,
en direction directe de la ville de Karin; et ayant atteint Dvin à Ayrarat,
il l'a ravagé et Nakhchawan. Se rendant à Gandzak à Atrpatakan, il
détruisit également les autels du grand Feu qu'ils appelèrent Vshnasp. 505
Le roi Khosrov a rappelé à la hâte son armée qui se trouvait sur le territoire grec pour
venez à son aide. Car bien qu'ils aient équipé ses chevaux et qu'il ait mis
sous le commandement de Shahen Patgosapan, 506 mais son armée était petite
et ils n'ont pas pu opposer de résistance. Il a stocké ses trésors à
Ctésiphon, et se prépara pour la fuite.
| 125] Puis l'armée perse atteignit Nisibis à grande vitesse. le
l'empereur Héraclius fut informé que Khoream était venu à Nisibis; 507 il
a pris ses troupes et ses captifs, renvoyés par le terrain difficile de

502 Vraisemblablement les mots de la lettre de Khosrov.


503 Cf. Ruth, 1.16-17.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 100/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
504 P our aller: ert'al, un infinitif de but. C'est la correction de Zaminean pour ewert'eal ', et
allé ', dans le MSS; voir Abgaryan n ° 425.
505 La liste des lieux attaqués par Héraclius est plus longue en T '. A. 92. Ce Gandzak dans les médias doit être
distingué du Gandzak plus au nord, le Elizabetpol / Kirovabad moderne; Hewsen, ASX
266. D'autres références au Fire Vshnasp sont toutes postérieures, AG 85. C'était l'un des principaux sanctuaires du
L'empire sassanide et le feu particulier du roi; EH 463-4 et Schippmann, Feuerheiliglumer
349-50. Cf. ci-dessus 66,69, où il est décrit comme Hrat et At'ash.
506 P our Shahen, voir ci-dessus 111, n ° 396.
507 Khoream est mentionné pour la dernière fois en revenant `` avec honte '' de son attaque infructueuse contre
Constantinople, 123. Terrain difficile: amur ashkharh ; pour l' amour, voir ci-dessus, n ° 222.

Épisode 177

82 SEBEOS

Médias, et atteint P'aytakaran. Khosrov a été informé qu'Héraclius


s'était retiré et avait atteint P'aytakaran, et avait l'intention de passer dans la péninsule ibérique via
Aluank '. Il ordonna à son général Shahr Varaz 508 de lui barrer la route. Il rapidement
est venu à Ayrarat, est entré dans Gardman pour s'opposer à lui, et a campé en face de lui à
l'autre T igranakert. 509 Shahen avec 30000 soldats sont arrivés et ont campé derrière
Héraclius dans la ville de T igranakert. Donc ces derniers ont campé de ce côté, et le
ancien de ce côté; 510 et le camp d'Héraclius était entre les deux.
Quand Héraclius vit qu'ils l'avaient mis entre les deux, il se retourna contre
l'armée à ses arrières. Il frappa aussitôt avec force et les mit en déroute. Il a marché
par Tslukk ', 511 "et s'est échappé à travers le terrain montagneux jusqu'à la plaine de
Nakhchawan en hiver.
Shahr Varaz avec son armée, et Shahen avec ses survivants, le poursuivirent. Mais il
traversé le gué de la rivière Araxès à la ville de Vrnjunik ' 512 et campé dans son
des champs. L'armée perse est arrivée, mais n'a pas pu traverser le fleuve ce jour-là.
Héraclius atteignit Bagrewand, traversa Apahunik 'et campa au village
appelé Hrchmunk ». 513 Shahr Varaz dispersa ses troupes sur Aliovit. Lui-même,
ayant sélectionné 6000 guerriers entièrement armés, a pris un poste dans la province de
Archesh à l'attendre, afin qu'il puisse tomber sur le camp d'Héraclius au milieu de la
nuit.
En envoyant des éclaireurs, Héraclius a appris que Khoream était venu et mentait
l'attendons. Puis Héraclius, de la même manière, a choisi les hommes d'élite et l'élite
chevaux, et l’a attaqué avec 20 000 chevaux. En atteignant Ali, il est tombé sur l'avant-garde
de 500 hommes. 514 Il les a d' abord massacrés.

508 Shahr Varaz était un titre de Khoream; voir 110, n ° 391.


509 À ne pas confondre avec l'ancienne capitale de Tigrane le Grand, dont le site [dans le
région de Martyropolis / Silvan] est toujours contestée; EH 494; Mango, 'L'inscription histor- ique de
Martyropolis » dans« Deux Etudes » ; et Sinclair, « Le site de Tigranokerta» . P our Gardman, à Aluank ',
voir Hewsen, / 45X 260-1, carte 60.
510 P uisque Sebeos parle d'un point de vue arménien, Shahr Varaz était au nord, et
Shahen au sud, « derrière» Héraclius.
511 Tslukk « est à Siwnik» ; Hewsen, ASX 65, carte 66A. Alors Héraclius marcha plein sud, puis
sud-ouest.
512 Vrnjunik » , A ON 472; il n'est pas mentionné dans les Ashkharhats'oyts '.
513 Hrchmunk » n'est par ailleurs pas attesté. Apahunik ', Aliovit et Archesh sont au nord du lac de Van;
AON 329-30; Hewsen, carte ASX 62A.
514 Ali, près d'Archesh: AON 396, pas dans les Ashkharhats'oyts '. Vanguard: yarajmartik, `` troupes de
la ligne de front » , comme Elishe 118. Mais quatre lignes plus bas, peshopa, en persan - puisqu'un persan parle;
MacKenzie, Dictionnaire Pahlavi 6% , peshobay, « leader, avant-garde» .

Épisode 178

8
HIST OIRE 3

Mais l'un des cavaliers s'est échappé et a apporté la mauvaise nouvelle à Khoream
à Archesh: «L'ennemi vous a attaqué; et ils ont massacré l'avant-garde
à Ah. Khoream était en colère contre l'homme et lui a ordonné d'être lié les pieds et les mains,
disant: «Jusqu'à présent, Héraclius me fuyait. Je suis maintenant arrivé avec un tel
armée, et ne me fuira-t-il pas? De tels mots étaient encore dans sa bouche quand ils
tout d'un coup les attaquaient, entouré la ville 515 sur trois côtés, ensemble [126] le feu,
et brûla la multitude des soldats. Si quelqu'un en sortait en vol, il
l'a immédiatement saisi et tué. Aucun d'entre eux n'a survécu, car le terrible incendie
les a tous consommés. Mais Shahr Varaz s'est échappé ^ 516 monté sur un triste cheval. En cela
façon il a échappé à ses troupes qu'il avait rassemblées dans la province d'Aliovit.
Héraclius prit le butin et le pillage de leur camp, et revint avec un grand
la victoire atteint la région de Césarée. Shahr Varaz le poursuivit rapidement. Mais parce que
son armée était fatiguée, il décida d'interposer [entre elles] de nombreuses provinces pour que
son armée pouvait se reposer et se rééquiper. Marchant vers la région d'Asie, 517 ils se sont dispersés
et s'y est attardé.
Puis Héraclius prit son armée et retourna en Arménie. En passant par Shirak,
il atteignit le gué de la rivière Araxès; ayant traversé la rivière par la ville de
Vardanakert, il pénétra dans la province de Gogovit. 518 Roch Vehan et le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 101/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
L'armée perse pensait qu'elle s'était enfuie. Mais il a continué sa marche vers le
province d'Her et de Zare- baguette, 519 directement vers Ctésiphon pour attaquer
Khosrov. Ce n'est qu'après avoir pénétré les frontières d'Atrpatakan que la nouvelle
rejoindre Roch Vehan. Il prit son armée et le poursuivit jusqu'à la ville de Nakhchawan.
De cette façon, il marcha rapidement jour et nuit jusqu'à ce qu'il se soit approché de lui. le
ce dernier est passé de l'autre côté du mont. Zarasp, au pays d'Asorestan. 520 Ils
le poursuivit de près. Mais ils

515 Archesh est appelé а к'atak ' car il était fortifié. Cf. nn 314 388 et 400 ci-dessus.
516 Qu'il y avait des survivants d'une bataille dans laquelle tout le monde a été tué est une rhétorique commune
motif; cf. n.292. P our la formule du roi fuyant seul à cheval, voir EH 591-2.
517 Ie Anatolie occidentale.
518 Vardanakert: il y a deux villes de ce nom, AON 471. Gogovit est au sud de Shirak,
au sud de la rivière Araxès et à l'ouest du mont Masis. P our Roch Vehan, voir ci-dessus 113, n ° 415.
519 Her et Zarewand à P arskahayk ', au nord du lac Urmia, sont généralement traités comme une seule province
dans les sources arméniennes; A ON 338; Hewsen, ASX 63, carte 64A.
520 Zarasp: cf. ci-dessus, 78, n. 152.

Épisode 179

84 SEBEOS

tourné vers l'ouest, et il est allé à Ninive. 521 D'autres troupes sont venues
le soutien de Roch Vehan de la cour royale, des hommes choisis parmi l'ensemble
Royaume. Unissant leurs forces, ils poursuivirent Héraclius. M ais Heraclius les a attirés
jusqu'à la plaine de Ninive; puis il se retourna pour les attaquer avec une grande force.
Il y avait de la brume sur la plaine et l'armée perse ne se rendit pas compte qu'Héraclius
s'était retourné contre eux jusqu'à ce qu'ils se rencontrent.
De cette façon, le Seigneur a renforcé sa miséricorde 522 pour Héraclius ce jour-là, ainsi
qu'ils les massacrèrent à un homme et tuèrent leur général dans la bataille.
Entourant les survivants, 523 ils voulaient tous les tuer. M ais ils ont fait un
appel: 'Seigneur aimant Dieu et bienfaisant, ayez pitié de nous, bien que nous soyons
pas digne de miséricorde ». Puis Héraclius leur ordonna de les laisser partir. Et Héraclius
ordonné des raids sur la terre.

[127]

[CHAPITRE 39] 524

[Le vol de Khosrov à Vehkawat. Heraclius prend Ctésiphon et retourne à


Atrpatakan. Le retour de Khosrov à Ctésiphon et son assassinat. Son fils Kawat
règne et conclut un traité avec Héraclius, les deux gardant leur ancienne
limites.]

Puis Khosrov le roi perse a fui à travers le fleuve Tigre à Vehkawat et a coupé
les câbles du pont-ponton. 525 Héraclius est arrivé et a campé à proximité,
en dehors de la ville de Ctésiphon; il a brûlé tous les palais royaux autour de la ville.
Puis il se rendit à Atrpatakan avec tous les bagages et l'armée de son armée, car
Héraclius était troublé par la peur de Khoream. Cependant, Khoream n'est pas venu
au secours du roi Khosrov,

521 L'utilisation de pronoms sans identification du sujet, courante chez les écrivains arméniens, peut être
déroutant dans de tels passages. Le sens émerge du contexte. Voir le texte arménien, lx.
522 Ps. 102.11.
523 historiens arméniens mentionnent souvent les survivants, bien que toutes les troupes aient été tuées `` à un homme ''
[Juge. 6.16], comme ci-dessus n.516. Pour de telles formules décrivant la déroute totale de l'ennemi, voir EH 590-1. T'.A.,
94, cependant, indique qu'il y avait 4 000 survivants. Cf. le récit de la bataille dans MD II 12; il donne non
nombre de victimes, mais dit que les Perses « ont été dispersés comme de la poussière dans un ouragan» .
524 Macler, ch.27.
525 Pour le pont-ponton de Vehkawat cf. ci-dessus 74, nl 17. La date est le 27 décembre 627
(Théophane 321).

Épisode 180

8
HISTOIRE 5

mais est resté là où il était à l'ouest. Alors le roi Khosrov


rentra chez lui et ordonna la réparation du ponton. M ais le roi
harem 526 et fils et le trésor et l'écurie des chevaux royaux sont restés à
Vehkawat.
Khosrov a commencé à rassembler les nobles survivants et leur a adressé
condamnations redoutables: `` Pourquoi n'êtes-vous pas mort sur le champ de bataille plutôt que

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 102/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Venez à moi? Pensiez-vous vraiment que Khosrov était mort? Puis ils ont pris
conseil ensemble et dit: `` Bien que nous ayons échappé à l'ennemi, il y a
pas d'échapper aux mains de cet homme. M ais viens, pensons à quelque chose. Puis
ils ont juré l'un à l'autre; et traversant de nuit le pont pour
Vehkawat, ils en ont pris le contrôle et ont posté des gardes dessus. Ils ont fait son
fils Kawat roi, 527 et enleva secrètement les chevaux avec lesquels Khosrov avait
venez à Ctésiphon.
M aintenant, quand la nouvelle de cette bagarre est arrivée à Khosrov, il était secoué de peur
et terrifié. Il a cherché un cheval; mais en entrant dans l'écurie, ils n'en trouvèrent pas.
Le roi Kawat est venu et a traversé avec toutes ses troupes. Puis le roi Khosrov,
se déguisant, entra dans le jardin royal; et passer sous un épais buisson de
fleurs, il était caché. Lorsque le roi Kawat est venu, il a ordonné une recherche à faire.
En entrant dans le jardin, ils l'ont trouvé. Ils l'ont saisi et l'ont amené à
le hall. 528 Le roi Kawat a donné l'ordre, et ils l'ont tué. Quant à Khosrov
fils, les nobles ont dit: `` Il n'est pas juste de les épargner, car ils élèveront un
rébellion.' Puis le roi Kawat a donné un ordre et ils les ont tous tués en même temps
temps, 40 hommes. Et il a réclamé pour lui les femmes et les trésors et royaux
stable.
Puis le roi Kawat commença à consulter les nobles de son royaume:
[128] «Il faut conclure un traité avec l'empereur et renoncer à tous les

territoire de son empire. 524 Faisons la paix dans toute la région. Ils
convenu à l'unisson d'agir ainsi. Puis le roi Kawat a ordonné qu'une lettre de salutation soit
écrit à Héraclius, et il abandonna tout son territoire. Il a fait serment de
lui, scellé au sel et apporté avec

526 Harem: kanays, « femmes» ; vu. 124 pour la distinction entre harem et épouses.
527 Kawat II: il a adhéré à la déposition de Khosrov le 24 ou 25 février 628. Le récit de ces
événements à T'.A. 95 est plus détaillé.
528 Je l'ai amené à la salle: atsin i dahlich andr. Abgary an, n ° 440, corrige le MSS, atsin dahich, 'ils
amené un bourreau » , sur la base de T'.A. 95. Voir également MD II 13 et Dowsett's nl à 92. Pour dahlich, voir

au-dessus de 75, n ° 122. Pour les différents récits de la mort de Khosrov, voir les notes de Mango à Nikephoros ch.15.

Épisode 181

529 Territoire: sahmanes, lit. 'les frontières'.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 103/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Épisode 182

86 SEBEOS

la lettre; et il a envoyé un certain prince Rashnan 530 avec de magnifiques cadeaux à


confirmer cet accord avec lui.
M aintenant, quand Rashnan est arrivé, lui a donné la bonne nouvelle, a présenté la lettre,
et a offert les cadeaux, le roi Héraclius et toute son armée ont grandement remercié Dieu.
Alors le roi Héraclius ordonna la libération de la multitude de captifs et tous les
pillage à laisser derrière. Il a écrit une alliance solennelle et confirmé la paix
avec un serment. Il a envoyé un de ses nobles supérieurs, qui a été appelé
Eustathe, 531 avec de magnifiques cadeaux. Et il a honoré Rashnan, l'a douché
avec des trésors précieux, et l'a renvoyé. Lui-même a voyagé paisiblement vers
sa propre place.
Eustathius est venu avec les cadeaux en présence du roi Kawat; il a présenté
la lettre, et a offert les cadeaux. Le roi Kawat le reçut joyeusement. Une fois de plus
il confirma avec lui les termes de la paix et des territoires divisés par la
serment des lettres. Il a scellé le sel avec Eustache comme précédemment, selon le
ancienne [coutume] de leurs rois. 532 En sa présence, il a ordonné que [une lettre] soit écrite
à Shahr Varaz, qu'il devrait rassembler ses troupes, revenir en Perse, et
abandonner le territoire grec - bien que ce dernier n'ait pas souhaité obéir à cet ordre.
Ils ont envoyé Eustache chargé de trésors, et il est parti.

[CHAPITRE 40] 533

[Varaztirots 'est nommé marzpan d'Arménie. K'ristop'or est installé sur le


trône du Catholicosat, et après lui E: r. Mort de Kawat; règne du
le jeune Artashir. Khoream, à la demande et avec l'aide d'Héraclius, prend
Ctésiphon, tue Artashir et se dirige lui-même. Il rend la croix du Seigneur au
Les Grecs. Meurtre de Khoream; règne de Bor, sœur de Khosrov, d'Azarmidukht,
et d'Ormizd pendant de courtes périodes, puis de Yazkert, le fils de Kawat.
Fragmentation de l'empire perse.]

Puis le roi Kawat a convoqué Varaztirots ', fils de Smbat Bagratuni appelé
Khosrov Shum, et lui a donné le bureau de tanuter. 534 [129] Il
530 Rashnan: P our le nom, AG 70. Justi, 259, note d'autres références. L'échange de lettres est
noté par Nikephoros, ch.15 et Chron.Pasch. sa 628.
531 Eustathius: Yustat '. Voir P ZJ? £ III, sv n ° 12 472.
532 Cf. 74, nl 11. Coutume: un mot est probablement tombé après « vieux» , qui est le dernier
wordoff.525bin / l.
533 Macler, chapitre 28.
534 Cf. au-dessus de 101, où Sebeos assimile la fonction de tanuler à celle de Khosrov Shum; pour
lanuter voir n ° 129. YD, XVII 32, se réfère simplement au bureau de marzpan.

Épisode 183

87
HISTOIRE

lui a fait du marzpan et l'a envoyé en Arménie avec [autorité sur] tous ses
possessions ancestrales afin de maintenir le pays dans la prospérité. Quand il est venu
en Arménie, toute la terre des Arméniens le reçut joyeusement. M ais parce que
le bienheureux Catholicos Komitas était mort et ce poste était vacant, 535 il
a pris conseil avec eux tous pour trouver quelqu'un de digne. Ensuite, sous la direction
de T'codoros seigneur des Rshtunik ', ils ont choisi un certain ermite, de la maison
d'Abraham, dont le nom était K'ristop'or. 536 Ils l'ont installé comme Catholicos,
mais il s'est avéré être un homme fier et hautain dont la langue était comme un
épée. 537 Il a suscité beaucoup de problèmes et a créé des conflits entre l' aspet 5ii et
son frère par sa calomnie.
Il a occupé le trône du patriarcat pendant deux ans; et en troisième année
des plaintes ont été déposées contre lui. Ils ont rassemblé tous les évêques et princes
et a tenu une enquête. Deux hommes venaient de sa propre famille et ont témoigné sur
lui devant toute la multitude. Puis ils ont envoyé quelques évêques et
lui enleva le capot 538 du rang de grand prêtre, le congédia de son
position, et l'a expulsé dans le déshonneur. Ensuite, ils ont rapidement installé en tant que
Catholicos Ezr de la province de Nig, 539 qui au temps des bienheureux
Komitas avait été le gardien de [l'église de] Saint-Grégoire. C'était un humble
et homme doux, qui ne voulait provoquer la colère de personne; et non
un mot indécent sortit de sa bouche.
M aintenant, alors que le roi Kawat planifiait la prospérité du pays et
désireux de faire la paix dans toutes les régions, ayant vécu pendant six mois, il
décédés. Ils installèrent comme roi son fils Artashir; c'était un jeune

535 Komitas était mort à 628, cf. 112 ci-dessus, et Garitte, Narratio 268. Vacant: anhra-
manatar, qui semble être un hapax. Hram ( an) atar est courant dans les contextes laïques et religieux
en tant que « dirigeant, commandant» , EH 532-3; cf. Mihrnerseh comme hramatar dans Elishe 24. P our l'étymologie, voir
Nyberg, Manuel de Pahlavi, SM .framatar, et Gyselen, Geographie yi -% , framadar. YD, XVII 33-8,
abrégé ces questions d'église.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 104/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
536 T'eodoros: HAnjB , n ° 6. P our la maison Rshtuni, EH 402, et Toumanoff, études 213.
Abraham avait été évêque de cette famille, puis Catholicos, 100 ci-dessus. K'ristop'or HI, Catholicos
628-630; voir Garitte, Narratio 300-1.
537 P s. 56,5.
538 Le titre d' aspet appartenait à la maison Bagratuni [EH 509], d'où ici Varaztirots 'est
prévu. Conflit créé: allumé. « jette une épée» .
539 Ezr: 630 pour dix ans, Garitte, Narratio 301. P our Nig, voir 114, n ° 421 ci-dessus. Gardien
: p'akakal, lit. « titulaire de la serrure» ; cf. le Greekkleidophylax.

Épisode 184

539 Hood: p'aketn, AG 386.

Épisode 185

88 SEBEOS

garçon. 541 Puis Héraclius écrivit à Khoream comme suit: `` Votre roi Kawat
est mort, et le trône du royaume est venu à vous. Je te l'accorde,
et sur votre progéniture après vous. Si une armée est nécessaire, j'enverrai à votre
assistance autant de [troupes] que vous pourriez avoir besoin. Faisons un pacte entre moi
et vous avec un serment, par écrit et avec un sceau. 542 Puis Khoream était facilement
persuadé, et il abandonna Alexandrie. 543 Prenant toutes ses troupes, il a rassemblé
les en un seul endroit. Puis il les a quittés et est allé en personne avec quelques [soldats]
la place désignée qu'Héraclius lui avait proposée. En se voyant
ils se sont grandement réjouis. Puis Héraclius lui a juré qu'il lui donnerait
royaume, et l'a promis de même à ses fils après lui, et une force aussi grande que
pourrait être nécessaire. Il a fait sa principale demande de lui le porteur de vie
Croix qu'il avait emmenée en captivité depuis Jérusalem. Puis Khoream jura
lui disant: «Quand j'arriverai à la cour royale, j'irai immédiatement | 130 | faire un
cherchez la croix et vous la fera apporter. Je ferai aussi un
accord sur la frontière, là où vous le souhaitez. Alors faites la confirmation de
ceci par écrit, avec un sceau et avec du sel. Et il a demandé une petite force de
lui. Puis ils ont pris congé l'un de l'autre.
Puis Khoream, prenant l'armée de son armée, se rendit à Ctésiphon. Il a commandé
certaines personnes pour tuer le jeune roi Artashir, et lui-même s'est assis sur le royal

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 105/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
trône. Tous les principaux hommes de la cour ou de l'armée dans lesquels il ne pouvait placer
confiance qu'il a ordonné de passer à l'épée, et d'autres qu'il avait pris en
Héraclius. Puis le bienheureux 544 Héraclius envoya des hommes fiables à Khoream pour le
Croix du Seigneur. Après avoir cherché avec une grande diligence, il l'a finalement donné à la
les hommes qui étaient venus. Ils l'ont pris et sont partis aussitôt. Il leur a également donné non
peu de cadeaux, et avec une grande joie il les envoya avec honneur. 545

541 Six mois: sept mois selon MD II 13. Voir le commentaire historique.
Artashir a régné de la fin de 628 au 27 avril 630; références supplémentaires dans Justi 35, n ° 27.
542 P our le pacte d'Héraclius avec Khoream [Shahrvaraz] voir Mango, « Deux Etudes» 111. T'.A., 96,
abrégé le compte en Sebeos. [La traduction anglaise de la lettre en T'.A. 96 par Thomson est
défectueux, car plusieurs lignes sont tombées entre « doit» et « convenu» à la ligne 17 de 162.]
543 Au lieu d'Alexandrie, T'.A., 96, énumère: Jérusalem, Césarée en P alestine, toutes les régions de
Antioche et les villes de ces provinces, Tarse en Cilicie et la plus grande partie de l'Arménie.
544 Bienheureux: cf. la description d'Héraclius au début du chapitre suivant.
545 La récupération de la croix par Héraclius en personne est décrite très différemment dans Thomson,
« Conteur anonyme» 186-8. T'.A., 97 ans, déclare que la croix était toujours « dans son emballage d'origine» .
Voir aussi Nikephoros ch.17.

Épisode 186

89
HISTOIRE

Un jour, Khoream a revêtu une robe royale et s'est assis sur un cheval
faire un tour 546 de l'armée pour se montrer. Soudain, ils l'ont attaqué de
derrière, l'a frappé et tué. Ils ont installé comme reine Bor,
La fille de Khosrov, qui était sa femme; 547 et ils ont nommé ministre en chef
à la cour Khorokh Ormizd, qui était prince de la région d'Atrpatakan. 548 Puis
ce Khorokh a envoyé [un message] à la reine 549 : «Devenez ma femme». Elle a accepté,
en disant: «Venez avec un seul homme à minuit, et je réaliserai votre souhait.
Se levant à minuit, il partit avec un seul assistant. M ais quand il est entré dans le royal
palais, les gardes de la cour sont tombés sur lui, l'ont abattu et l'ont tué. le
la reine a tenu le trône pendant deux ans et est morte. Après elle [a régné] un certain
Khosrov de la famille de Sasan; 550 et après Khosrov, Azarmidukht,
La fille de Khosrov; 551 et après elle, Ormizd, petit-fils de Khosrov, qui
L'armée de Khoream s'est étranglée. 552 Puis régna Yazkert, fils de Kawat, petit-fils de
Khosrov, qui a gardé le royaume dans la peur [de lui-même]. 553 Pour l'armée du
L'empire perse avait été divisé en trois parties: une force en Perse et la
est; une force était celle de Khoream dans la région d'Asorestan; et une force dans
Atrpatakan. M ais son règne était à Ctésiphon, et tous l'honoraient à l'unisson.
Amen. 554

546 Lit. « circulant parmi» .


547 La femme de Ie Khoream. P our d'autres références, Justi 70, no.l.
548 P our le nom Khorokh, AG 43, autres références dans Justi 96. Ministre en chef: hrama- natar
dans le texte imprimé, mais hramatar dans le MSS. Voir le n ° 535 ci-dessus.
549 Queen: bambishn, comme n ° 50.
550 Voir Justi 135-6, n ° 24, avec d'autres sources. Sur la succession déroutante voir l'historique
Commentaire.
551 Azarmidukht: P our le nom AG 38. Elle était la fille de Khosrov II, pas du précédent
règle, Justi 54.
552 Ormizd: Justi 9, n ° 32.
553 Yazkert III, 632 à 652; voir Justi 148, no. 10, pour d'autres références.
554 Amen: Abgaryan, n ° 450, suit la correction de Mihrdatean de l' utilisation ou ays ё du MSS.
T'.A., 98, ajoute: « Ici, la prophétie de Daniel est pertinente» et il abrégé Dan. 2,31 ^ t5. T'ovma
puis saute directement à sa description des origines de l'islam et du début de la domination arabe;
cf. 134. Sebeos prend la triple division de l'armée perse le 137.

Épisode 187

90 SEBEOS

[131]
[CHAPIT RE 41 | 555

[Retour de la croix du Seigneur à Jérusalem. Le Catholicos Ezr, contraint par Mzhezh


Gnuni, accepte le concile de Chalcédoine et reçoit en cadeau le sel [-mines] de
Kolb. La querelle de Varaztirots avec les princes d'Atrpatakan; le plan de Mzhezh
pour le tuer; sa fuite vers Héraclius par qui il est honoré. La trahison de
Athalarikos contre son père Héraclius; Varaztirots 'ne rejoint pas le

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 106/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
conspirateurs; son exil. Davit 'Saharuni est nommé curopalat. T'eodoros
Rshtunip préserve la terre d'Arménie en toute sécurité.]

Lorsque le roi Héraclius , béni, pieux et regretté 556, avait reçu le


Sainte Croix du Seigneur, il a rassemblé son armée avec un cœur ardent et heureux. Il est parti avec
toute la suite royale, honorant la découverte sainte, merveilleuse et céleste, et
l'a apporté à la ville sainte, avec tous les ustensiles de l'église qui ont été sauvés de
les mains de l'ennemi dans la ville de Byzance. 557 Il n'y avait pas peu de joie à ce sujet
jour où ils sont entrés à Jérusalem. [Il y avait] le bruit des pleurs et des gémissements; leur
des larmes coulaient de la ferveur impressionnante de l'émotion de leur cœur et de la
déchirant les entrailles du roi, des princes, de toutes les troupes et des habitants de
la ville. Personne n'était capable de chanter les chants du Seigneur de la peur et de l'agonie
émotion du roi et de toute la multitude. Il l'a remis à sa place et a mis
tous les ustensiles des églises à leur place, et distribué l'aumône 558 et l'argent pour
encens à toutes les églises et habitants de la ville.
Il a lui-même continué son voyage directement en Mésopotamie syrienne afin de
assurer son emprise sur les villes des frontières. La frontière a été confirmée comme
même qui avait été établi à l'époque de

555 Macler, chapitre 29.


556 Lamenté tardivement : erjanik, « bienheureux, heureux» , généralement du défunt. Sebeos revient maintenant en mars
630.
557 Sebeos n'avait pas mentionné ci-dessus que les vases d'église avaient été enlevés pour des raisons de sécurité
Constantinople; il se réfère aux Perses qui fondent l'or et l'argent qu'ils ont trouvés à Jérusalem 116. Deux
des textes arméniens ultérieurs font revenir Héraclius avec la Croix via l'Arménie: Pseudo-Yovhannes mamikonean,
279-82, [du texte arménien] en ce qui concerne l'origine de la Croix et Tsitsarne; et Pseudo-Shapuh
[Le conteur anonyme], 59-67, à propos de la croix de Hats'iwn.
558 Aumône: awrhnut'iwn, allumé. « bénédiction» , mais « aumône» dans II Cor. 9.5., Et cf. Lampe, sv eulogia, F. Pour la
récupération de la croix, cf. Frolow, « La vraie croix» .

Épisode 188

HIST OIRE 91

Khosrov et Maurice. 559 La Croix du Seigneur est restée dans la ville divinement construite jusqu'à
la seconde prise de Jérusalem par les fils d'Ismaël. Il est ensuite allé en vol vers le
capitale avec tous les vaisseaux de l'église. 560 Puis le général grec Mzhezh
Gnuni 561 est venu d'Arménie, 562 et a pris le contrôle de toutes les terres selon le
frontière convenue. Il a dit au Catholicos Ezr de se rendre à lui sur le territoire de la Grèce
frontières, et de communiquer avec l'empereur. 563 'Sinon, nous ferons pour
nous-mêmes un autre Catholicos, [132] et détenez-vous votre autorité sur le
côté.' Le Catholicos n'ayant pu quitter le territoire de son autorité, il
a demandé une déclaration de foi du roi. 564 Immédiatement, un document a été envoyé à
lui écrit de la main du roi, anathématisant Nestorius et tous les hérétiques; mais ça l'a fait
pas anathématiser le concile de Chalcédoine. Le Catholicos est allé au pays de
Asorestan, rendit visite au roi et communiqua avec lui. Il a demandé au roi pour le
sel [-mines] de Kolb 565 en cadeau; et recevant ce cadeau, il est rentré chez lui avec une grande
la cérémonie. Par la suite, il résida dans le camp grec

559 Voir ci-dessus 76, 84.


560 Voir ci-dessous 136. Cf. n ° 448 ci-dessus pour Jérusalem comme « construite par Dieu» . Pour le vol de la Croix cf. le
Conteur anonyme 71: « La Croix a décidé d'aller à Constantinople. Selon Nikephoros ch. 18,
Héraclius a envoy é la croix à Constantinople immédiatement après son retour à Jérusalem et
adoré là-bas.
561 Mzhezh est un nom trouvé principalement dans la famille Gnuni; HAnjB, n ° 2 pour ce Mzhezh, et aussi
PLRE III, sv Mezezios, 887-8. Pour la famille Gnuni, qui est passée du nord du lac de Van à By zantine
territoire voir EH 374-5, ToumanofT, Studies 205.
562 Arménie: Hayastan erkir, c'est-à-dire l'Arménie romaine. En arménien classique, Hayastan n'est pas utilisé seul
pour 'Arménie' mais en apposition avec erkir, ashkharh ou un autre nom.
563 Pour cet acte forcé de communion, voir Garitte, Narratio 304-7. Il faisait partie de la continuité romaine
pression sur les Arméniens à l'intérieur de leurs frontières pour se conformer à l'Église impériale. Mais pas de succès permanent
a été atteint. Cf. la division antérieure entre les mouvements catholiques arméniens pro et anti-Chalcédoine
et Yovhan, 91 ci-dessus.
564 Déclaration de foi: dzernark hawatoy, une expression standard. Le 'document' envoy é est appelé tumar ,
à partir du « Tome» de Leo.
565 Le célèbre Kolb se trouve à Gugark ', au nord-est d'Ay rarat. D'autres sources ne font pas référence aux mines de sel
Là. Mais Hewsen, ASX 211, fait référence à une ville de Kolb dans le quartier Tsakatk 'd'Ay rarat [sur la rive droite de
les Araxes juste en dessous de la jonction de l'Axurean], maintenant appelé « Tuzluca» . Cf. Honigmann, Ostgrenze 192.
Puisque tuz signifie « sel» en turc, c'est peut-être l'endroit auquel Sebeos se réfère. C'était près de Maurikopolis. lequel
peut avoir été la capitale de la Basse Arménie by zantine [Hewsen, ^ 5 ^ 215, n.279], et aurait été un
endroit correctement protégé pour un catholicos pro-Chalcédoine. Ezr ne se sentait clairement pas en sécurité sans un solide
Présence by zantine. Y D., XVIII, ajoute une longue réprimande d'Ezr par Yovhan May ragmets'i. Vardan 61, tourne
La « tromperie» d'Ezr [selon YD] dans son « ignorance» .

je

Épisode 189

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 107/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

92 SEBEOS

jusqu'à ce que le général satisfasse ses vœux et établisse des détachements de


soldats et la distribution de magasins sur tout le territoire.
Maintenant l' aspet Varaztirots ', appelé par les rois Jawitean Khosrov, 566 fils du
le grand Khosrov Shum, a apporté une prospérité complète à toute la terre d'Arménie. Mais
il ne se soumit ni ne fit allégeance au grand prince d'Atrpatakan qui fut appelé
Khorokh Ormizd, ni après lui à son fils Rostom, qui était prince dans le
territoire d'Atrpatakan. 567 Il y a eu une grande altercation entre les deux. Puis le
Le général grec Mzhezh a commencé à calomnier sur l' aspet au prince Rostom qui
était à Atrpatakan. «Qu'il ne reste pas en Arménie; sinon il y aura super
dissension entre les deux rois. Alors il a envoyé son frère comme animal de compagnie de darik 5M pour aller et
hiver chez Dvin, puis arrêtez l' aspet et ramenez-le. Mais parce que tout le
L'armée perse aimait l' Aspet, l' un des princes lui donna un avertissement fort et
dit: "Faites attention à vous, car demain ils vous arrêteront." Alors l' aspet,
emmenant sa femme et ses enfants, s'enfuit de nuit et se rendit à Taron. 568 En arrivant là-bas,
il rassembla ses troupes et demanda un serment au roi Héraclius de ne pas
le retirer de sa propre terre. Ayant reçu un serment fiable, il est allé rencontrer
lui au pays d'Asorestan. Alors le roi Héraclius lui jura et dit:
avec moi un peu de temps, alors je vous enverrai avec grand honneur dans votre pays. Il
l'honorait plus que tous les patriotes qui étaient dans son royaume. De retour à
le palais, il lui a donné des résidences royales, des coussins d'argent, 569 et de très nombreux
trésors. Et son fils Smbat était cher au chambellan d'Héraclius. 570
[133] Ceci est la mauvaise action, un grand crime, attribué à 571 le fils du
empereur Héraclius, dont le nom était Athalarikos, qui étouffait 572 la

566 Pour ce titre, voir 103, n ° 331; aspet, comme n ° 538 ci-dessus.
567 Khorokh: ci-dessus 130. Pour d'autres références à Rostom, voir AG 71; Justi 263, no.ll.
568 Sebeos implique que les Bagratunis étaient déjà aux commandes de Taron, bien que Tou- manoff, études
202, met cela plus tard.
569 Coussins: gahoyk ', un don commun, cf. 101.144; pour le terme voir n.163.

570 Chamberlain: senekapet, EH 557-8. Pour Smbat voir Toumanoff, Dynasties 112 et HAnjB, n ° 16
avec de nombreuses références à d'autres sources arméniennes.
571 Attribué à: eleal i + acc. cas, pas « commis par» .
572 Qui étouffait: Abgary an, n ° 457, corrige le i Khorkhoruneats ', du MSS à ou kholkholeats'.
Athalarikos n'était pas un membre de la famille Khorkhoruni, mais un fils bâtard de l'empereur! Pour l'intrigue
voir Nikephoros, ch. 13 et ch.24.

Épisode 190

93
HIST OIRE

cœur de son père et détruit sa splendide âme et la beauté de son visage, et


était la cause de sa propre [destruction] ^ 74 et celle de beaucoup. Car il a rejoint T héodore,
le neveu d'Héraclius appelé Magistros, et de nombreux magnats de la ville et
Vahan Khorkhoruni. 573 Ils ont tous conspiré pour tuer Héraclius et mettre son fils
Athalarikos sur le trône du royaume. Varaztirots ', fils de Khosrov Shum
Smbat, a été impliqué dans ce complot, mais il n'a pas accepté le meurtre du roi et
ses fils. Il a plutôt dit: «Vous les appelez vicaires de Dieu; 574 donc il n'est pas juste de parti-
cipez dans cet acte, et je ne me joindrai pas à vous dans ce complot.
Les détails de l'intrigue ont été transmis intégralement à l'oreille du roi par un certain
conservateur, 575 qui avaient été impliqués dans le complot. Quand le roi le savait avec certitude,
il ordonna que le lendemain matin, son fils et son neveu et tous leurs
les compagnons conspirateurs soient arrêtés et leur nez et leur main droite coupés.
Mais à l' aspet il a envoyé un message: `` En échange de votre action ainsi envers moi, et
ne voulant pas mettre la main sur ma vie 576 et celle de mes fils, je ne mettrai pas ma main
la main sur vous ou vos fils. Mais va et reste où je t'ordonnerai, et je le ferai
ayez pitié de vous. Bien que ses partisans criaient souvent: `` Laissez-le mourir '', pourtant il
ne voulait pas en tenir compte. Mais il a ordonné que lui et sa femme et ses enfants soient emmenés
à une île et à la ville de contrainte qu'ils appellent «Exil». 577
Dawit 'Saharuni, 578 que Mzhezh a arrêté et
envoyé au palais. Mais en chemin, il a coupé ses liens et

573 Theodore: fils du frère d'Héraclius Theodorus [pour qui voirPLRElU, sv no. 163, 1277-79 et

que Sebeos appelle à tort Théodose sur 135]. Vahan Khorkhoruni n'est attesté qu'à Sebeos , HAnjB.
n ° 31.
574 Vicaires: telapah, allumé. « locum-tenens» , d'après Modestos, 116. Pour le concept cf. Dvornik, politique
Philosophie II, 627: « l'empereur est le vicaire de Dieu» . Ibid. 616-20, pour les vues d'Eusèbe de Césarée
concernant Constantine.
575 Conservateur, n ° 412.
576 Vie: lit. « sang» , un usage arménien commun.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 108/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
577 Exil: ak'sor, AG 301; Sebeos utilise le nom commun comme nom de lieu. L'Afrique est destinée, comme il est clair
à partir de 143: le retour de Varaztirots. Cf. 93 également , où son père est exilé. Nikephoros, ch.24, notes
qu'Athalarikos a été envoy é à l'île de Prinkipos et Théodore à Gozzo (Malte).
578 Pour Dawit 'voir HAnjB, n ° 16; pour la maison Saharuni, EH 404. et Toumanoff, Studies 214.
Thierry, « Héraclius» , note son rôle dans la restauration de la Croix et la construction de l'église de Mren.
Toumanoff, Studies 214, note qu'on ne sait rien de cette famille après Dawit '.

Épisode 191

568 Le MSS a lu garik'pet [voir Abgary an n ° 454], un formulaire interrogé par Hiibschmann, AG 34. Le bon
la forme est donnée par Marquart, Eransahr 112 au n.6. Voir aussi MacKenzie, Dictionnaire Pahlavi, sv darigbed,
« surintendant du palais» .
574 Destruction: korusl. Le mot n'est pas dans le MSS mais a été ajouté par Abgary an, n ° 458, pour le
par souci de sens.

Épisode 192

94 SEBEOS

tué les hommes qui l’escortaient. Il est revenu et s'est uni sous
son commandement l'armée arménienne. Attaquer M zhezh Gnuni le général grec,
il a vaincu et tué à la fois Varaz Gnel Gnuni. 581 Puis il a pris pour
commande lui-même l'armée avec l'accord et le soutien de toutes les troupes.
Puis le roi, à la demande des princes, le fit prince sur tous les
territoires [d'Arménie], lui a décerné le titre de curopalats, et
l'a confirmé à son service. 42 Il a occupé le poste pendant trois ans avec une grande
magnificence; puis, discrédité par ses soldats, il fut expulsé. | 134 | Puisque toutes
les nobles 582 ont été désunis, ils ont ruiné cette terre d'Arménie. M ais seulement le
prince pieux et vaillant de la province de Rshtunik ', T'eodoros, a gardé les troupes
de sa région dans une disponibilité continue, et par une attention constante jour et nuit
conformément à sa noble sagesse, il n'infligea pas peu de pertes à ses ennemis.
En construisant l'île d'Alt'amar, à partir de là, il a sauvé de nombreuses provinces. 583

[CHAPITRE 42] 584

[L'abolition de la (ligne) sassanide qui avait tenu le pouvoir pendant 542 ans. le
Les Juifs se livrent aux Ismaélites. L'apparition de Mahmet et son
unissant les Ismaélites. La première bataille entre les Grecs et les Ismaélites en
Saoudite. Défaite des Grecs; ils prennent la Croix en fuite vers Constantinople.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 109/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Les Ismaélites dominent l'Égypte; une autre armée d'Ismaélites prend Ctésiphon.
Éclipse du royaume des Perses. Mort d'Héraclius et le règne de son
fils Constantine. Entrée des fils d'Ismael en Arménie. Capture de Dvin et
captivité

581 Varaz Gnel n'est pas mentionné ailleurs, et c'est la seule personne attestée avec ce double nom:
HAnjB. sv Gnel est un nom commun dans la famille Gnuni.
582 Nobles: azatk \ cf. nn.162.173 ci-dessus. Le terme nakharar [EH 549-50] n'est pas utilisé dans les autres
section de cet historique [enregistrer sur 137.144. 148. 149].
583 Construire: shineal , pas `` s'installer '', car le prince de Rshtunik 'y avait un château dans le quatrième
siècle, Buzandaran III 8. De là: et, ce qui implique « là» . Mais Alt'amar est petit et 'composé
en grande partie de calcaire gris » [Hewsen, ASX 185, n.147], ne pouvait donc pas supporter une population importante. Probablement
T'eodoros en a fait une base sûre. YD, XIX 4, est moins positif.
584 Macler, ch.30. La traduction de Sebeos par Hiibschmann, Zur Geschiehte Armeniens commence ici.
T'.A .. 98, reprend son récit basé sur Sebeos.

Épisode 193

9
5
HISTOIRE

de 35 000 hommes de Dvin. Bureau de patrik de T'eodoros Rshtuni. Les Ismaélites


piller de nombreuses terres jusqu'aux frontières de l'Inde.]

Je parlerai de la souche d'Abraham, non du libre mais de celui né de


la servante, au sujet de laquelle la parole divine infaillible s'est accomplie:
les mains sur tous, et les mains de tous sur lui. 0X6
Puis les douze tribus de tous les clans 585 des Juifs allèrent se rassembler à
la ville d'Edesse. Quand ils virent que l'armée perse était partie de
eux et avaient quitté la ville en paix, ils fermèrent la porte et se fortifièrent
dans. Ils n'ont pas permis à l'armée de l'empire romain d'entrer parmi eux.
Puis le roi grec Héraclius ordonna son siège. Quand ils ont réalisé
qu'ils étaient incapables de lui résister dans la bataille 586, ils ont parlementé pour la paix avec lui.
Ouvrant les portes de la ville, ils allèrent se tenir devant lui. Puis il a commandé
de partir et de rester dans l'habitation de chacun, et ils sont partis. Prendre le désert
routes, ils allèrent à Tachkastan, 587 aux fils d'Ismaël, les convoquèrent à
leur aide et les a informés de leur relation de sang à travers le testament de
Écriture. " 40 M ais bien que ces derniers aient été persuadés de leur relation étroite,
pourtant ils n'ont pas pu aboutir à un accord au sein de leur grand nombre,
parce que leurs cultes étaient séparés les uns des autres.
| 135 | A cette époque 588 un certain homme parmi ces mêmes fils d'Ismaël
dont le nom était M ahmet, un marchand / 589 comme si par ordre de Dieu semblait
eux comme un prédicateur [et] le chemin de la vérité. Il leur a appris à reconnaître le Dieu
d'Abraham, surtout parce qu'il a été appris et informé dans l'histoire de
M oïse. 590 M aintenant parce que le

585 Tribus, clans: azgk \ ts'etk '; pour les noms voir ci-dessous.
586 Lit. « quand ils ont réalisé que nous sommes incapables» . Il est courant en arménien d'insérer directement à la première personne
discours au milieu d'un récit ou d'un discours rapporté.
587 Le pay s des Tachiks, qui sont des Arabes nomades; voir 74, nl 18 (Arabie).
588 Asolik. II 2, date l'apparition de Muhammad à la 12e année de Dawit 'Sahar- uni, la 68e
année de l'ère arménienne [qui a commencé le 11 juillet 552], donc 619/620.
589 Marchand: t'angar, AG 303; Abgary an corrige le MSS t'ankangar sur la base de la version en
T '. A., 99.
590 Histoire de Moïse: Movsisakanpatmut'iwn, comme dans Koriwn, ch.2, 24, le Pentateuque. Pour l'arménien
opinions sur Muhammad et son enseignement voir les textes rassemblés dans

Épisode 194

582 C'est la première utilisation du titre ishkhan, « prince» d'Arménie. Pour le titre voir Ter- Ghevondian,
« Prince d'Armenie» . Dawit ', prince d'Arménie 635-638 (7), fut également le premier à être intitulé curopalates , pour
quel titre voir ODB, sv
586 Gen. 16.12b; selon le v.12a, Ismaël, fils d'Agar la servante, serait un 'homme sauvage', qui
est utilisé dans Pseudo-Méthode des Ismaélites, XI3,17.
590 En tant que fils d'Abraham, les Juifs de Sarah, les Arabes d'Ismaël. Les Arméniens ont également dérivé
les Parthes d'Abraham par l'intermédiaire de sa femme Ketura [Gen. 25,2]; MX II 68. Ceci est souligné dans
Yachakhapatum Chark ' XX 228, et dans tewond, ch. 1.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 110/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 195

96 SEBEOS

le commandement venait d'en haut, en un seul ordre, ils se sont tous réunis dans l'unité de
religion. Abandonnant leurs vains cultes, ils se tournèrent vers le Dieu vivant qui avait
est apparu à leur père Abraham. Mahmet a donc légiféré 544 pour eux: ne pas manger
charogne, ne pas boire de vin, ne pas parler faussement, et ne pas s'engager dans la fornication. Il
dit: 'Avec un serment, Dieu a promis cette terre à Abraham et à sa postérité après lui pour
déjà. 395 Et il fit ce qu'il avait promis pendant ce temps-là, tandis qu'il aimait Israël.
Mais maintenant, vous êtes les fils d'Abraham, et Dieu accomplit sa promesse de
Abraham et sa postérité pour vous. N'aimez sincèrement que le Dieu d'Abraham, et partez et
saisissez votre pays que Dieu a donné à votre père Abraham. Personne ne pourra
vous résister au combat, parce que Dieu est avec vous.
Puis ils se sont tous rassemblés à l'unisson 'd'Ewila jusqu'à Sur, qui est en face
Egypte'; 600 et ils sont partis du désert de P'aran, 12 tribus selon les tribus de
les familles de leurs patriarches. Ils ont divisé les 12000 hommes, comme les fils de
Israël, 601 dans leurs tribus - mille hommes de chaque tribu - pour les conduire dans la
terre d'Israël. Ils partent, camp par camp selon la ligne patriarcale de chacun:
'Nabeut', Kedar, Abdiwl, Mabsam, Masmay, Iduma, Mase, K'oldad, T 'eman, Yetur,
Nap'es et Kedmay. Ce sont les tribus d'Ismael. 602 Ils ont atteint Erabovt 'de
Moab sur le territoire de Ruben, car l'armée grecque avait campé en Arabie / 99 Falling
sur eux de façon inattendue, ils ont mis

600 Gen. 25.18. P 'aran est associé à Agar, la mère d'Ismaël, dans Gen.21.21, et avec le 12
tribus d'Israël en Num. 31.4.
601 Num. 31.4-5.
602 Gen. 25,13-16. Cette liste ne se trouve pas dans YD, T'.A. ou Asohk; mais Vardan, 63 ans, copie Sebeos.
Mabsam: Le MSS a Mosamb , plus Mast , ce qui fait 13 tribus! Abgaryan, n ° 469, suggère que Mast
entré le texte comme une corruption de Mase, et que la forme correcte a été ajoutée plus tard. Mais ce n'est pas
expliquer sa position dans la liste.

Épisode 196

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 111/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
97
HIST OIRE

les à l'épée, et mettre en fuite T 'eodos le frère de l'empereur Héraclius.


Puis ils sont revenus et ont campé en Arabie.
Tous les restes du peuple des fils d'Israël rassemblés et unis
ensemble;603, ils formaient une grande armée. Suite à cela | 136 | ils ont envoyé des messages à
le roi grec, en disant: 'Dieu a donné cette terre à notre père Abraham comme héréditaire
possession et à sa semence après lui. Nous sommes les fils d'Abraham. Vous avez
occupé notre terre assez longtemps. Abandonnez-le pacifiquement et nous n'entrerons pas dans
votre territoire. Sinon, nous vous demanderons cette possession avec
intérêt.' 604
Mais l'empereur n'était pas d'accord. Il n'a pas répondu de manière appropriée à leur
message, mais dit: «Cette terre est à moi, votre héritage est le désert. 605 Entrez
paix sur votre terre. Il a commencé à rassembler des troupes, environ 70000, nommé général
au-dessus d'eux, l'un de ses eunuques de confiance, et leur ordonna d'aller en Arabie. Il
leur a ordonné de ne pas se battre avec eux, mais de veiller à leur propre défense jusqu'à ce qu'il
aurait dû rassembler d'autres troupes pour les envoyer à leur secours. Mais quand ils ont atteint
le Jourdain et traversé en Arabie, ils ont quitté leurs camps sur la rive du fleuve et sont allés
à pied pour attaquer leur armée. Ces derniers ont posté une partie de leur force en embuscade soit
côté, et disposa la multitude de leurs tentes autour de leur camp. Amener le
troupeaux de chameaux, ils les ont attachés autour du camp et de leurs tentes, et ont lié leurs
pieds avec cordons. C'était la fortification de leur camp. Les autres, bien que fatigués
de leur marche, ont pu pénétrer à certains endroits dans la fortification de la
camp, et a commencé à les massacrer. De façon inattendue, ceux qui étaient en embuscade se sont levés
de leur place et les a attaqués. La peur du Seigneur tomba sur l'armée grecque, et
ils tournèrent en vol devant eux. Mais ils ne pouvaient pas fuir, à cause de la densité de
le sable, puisque leurs pieds s'enfonçaient jusqu'aux tibias; et il y avait une grande détresse de
la chaleur du soleil et l'épée de l'ennemi les poursuivaient. Alors tous les généraux sont tombés et
ont été tués. Le nombre de morts était de plus de 2000. Quelques-uns d'entre eux se sont échappés
et a fui vers un lieu de refuge.
Ils [les Ismaélites] 606 traversèrent le Jourdain et campèrent à Jéricho.

603 Bien que ce soient les fils d'Ismaël qui envoient la lettre suivante à Héraclius, T'.A., 101,
indique que les Juifs et les Ismaélites se sont unis, « formant une grande armée» . P our ce passage voir Hoyland,
« Sebeos» . Cf. ROM. 9.27,11.5.
604 Intérêt: tokos, AG 384: pour le thème, Mt. 25,27, Lk. 19.23.
605 Les Ismaélites vivaient dans le « désert» , Gen. ch.37.
606 Comme souvent ci-dessus, le sujet n'est pas clairement exprimé. Le terme 'Ismaelite' n'est pas réellement utilisé
par Sebeos jusqu'à 137 [sans tenir compte du titre de ce chapitre].

Épisode 197

Thomson, « Muhammad» . Sebeos est le premier à décrire l'islam et les points de vue présentés sont disparates.
594 Légiféré : awrinadre. L'épithète la plus courante pour Muhammad en arménien est awrensdir,
'législateur'; cf. les nomothètes grecs . Notez également que 'religion' dans la phrase précédente est awrenk ',
« lois» , expression standard de la religion chrétienne, et en particulier chrétienne arménienne. C'est un
thème majeur dans Elishe, basé sur les Maccabées. Carrion: mereloti, comme Lev. 5.2, etc.
595 Cf. Gen. ch.15.
599 Rabbath Moab, à l'est de la mer Morte, appartient à Ruben: Josh. 13.14.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 112/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 198

98 SEBEOS

Puis la crainte à leur sujet s'abattit sur tous les habitants du pays, et ils tous
soumis à eux. Cette nuit-là, les habitants de Jérusalem ont pris la fuite de la croix du Seigneur
et tous les ustensiles des églises de Dieu. Embarquant sur la mer à bord de navires, ils
les amena au palais de Constantinople. 604 Puis, ayant demandé un serment
d'eux, ils se sont soumis à eux.
Mais le roi grec ne pouvait plus lever de troupes pour s'opposer à eux. Alors ils se sont divisés
leurs forces en trois parties. Une partie est allée en Egypte et a saisi [le pays] dans la mesure où
Alexandrie. Une partie était au nord, opposée à l'empire grec. Et dans le
scintillant [1371 d' un oeil, ils ont occupé [la terre] du bord de la mer aussi loin
comme la rive du grand fleuve Euphrate; 605 et de l'autre côté de la rivière [ils
occupé] Urha et toutes les villes de Mésopotamie. La troisième partie [alla] à l'est,
contre le royaume de Perse.
Le royaume perse a été éclipsé à ce moment-là, et leur armée a été divisée en
trois parties. 606 Puis l'armée d'Ismaël, qui s'était rassemblée dans les régions du
à l'est, alla assiéger Ctésiphon, parce que là résidait le roi perse. le
armée du pays des Mèdes réunie sous le commandement de leur général
Rostom, 607 80 000 hommes armés, et a marché pour se battre avec eux. Puis ils sont partis
la ville et traversé de l'autre côté du fleuve T igre. Les autres ont également traversé la
rivière et les a poursuivis de près, mais les premiers ne s'arrêtèrent pas avant d'atteindre leur
propres frontières, le village appelé Hert'ichan. 6l, x Ces derniers appuyaient fort derrière eux,
et ils campèrent dans la plaine. Le général arménien Mushel Mamikonean 608 , fils
de Dawit ', était également là avec 3 000 hommes entièrement armés; et le prince Grigor, seigneur de
Siwnik ', avec mille. Une attaque mutuelle s'est ensuivie. L'armée perse a fui avant
eux, mais ils les ont poursuivis et les ont portés à l'épée. Tous les grands nobles 609

604 Cf. la version du vol de la Croix sur 131 ci-dessus, et n ° 560. tewond consacre son premier chapitre à
cette défaite grecque et la conquête musulmane de la Palestine, alors que YD, XIX 7-8, écarte ces événements dans un
quelques lignes. T'.A., 102, abrégé Sebeos.
605 Le libellé rappelle les terres promises à Josué à Josh. 1.4.
606 Voir ci-dessus 130.
607 Rostom a été mentionné pour la première fois ci-dessus 132.
608 Mushel: HAnjB. n ° 14. Dawit ': HAnjB, n ° 13. Grigor: HAnjB, n ° 29. Il est également mentionné plus tard
sources et le Livre des Lettres.
609 Nobles: nakharar, voir n ° 583 ci-dessus.

Épisode 199

99
HIST OIRE

ont été tués, et le général Rostom a également été tué. Ils ont également tué Mushel avec
ses deux neveux et Grigor seigneur de Siwnik 'avec un fils. Les autres se sont échappés
vol vers leur propre pays.
Lorsque les survivants de l'armée perse atteignirent Atrpatakan, 610 ils se rassemblèrent
ensemble en un seul endroit et installé Khorokhazat 611 comme leur général. Il s'est empressé de
Ctésiphon, a pris tous les trésors du royaume, les habitants des villes, et
leur roi, et se hâta de les amener à Atrpatakan. Après leur départ et
avait parcouru une certaine distance, de manière inattendue l'armée ismaélite les a attaqués. Terrifié,
ils abandonnèrent les trésors et les habitants de la ville, 612 et s'enfuirent. Leur roi
a également fui et s'est réfugié avec l'armée du sud. Mais ces [les Ismaélites] ont pris
tout le trésor et retourné à Ctésiphon, prenant aussi les habitants des villes,
et ils ravagèrent tout le pays.
Puis le bienheureux Héraclius acheva sa vie à un bon âge. Les jours de son
règne étaient de 30 ans. 613 Il a fait jurer à son fils Constantin d'exercer [la miséricorde] 614

sur tous les transgresseurs qu'il avait ordonné de s'exiler et de les restaurer [138 |
à la place de chacun. Il lui a également fait jurer au sujet de l' aspet qu'il le ferait
le ramener ainsi que sa femme et ses enfants, et l’établir dans son ancien rang. 615 'Si
il devrait souhaiter aller dans son propre pays, je lui ai juré. Ne laisse pas mon serment
être faux. Relâchez-le et laissez-le partir en paix.
Héraclius mourut et son fils Constantin régna. Et personne n'a été choisi comme
général en terre d'Arménie, 616 parce que les princes étaient désunis et avaient
séparés les uns des autres.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 113/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

610 Marquart, Eransahr 113, rend `` quand les survivants des troupes perses d'Atrpatakan
réunis..mais le texte est clair tel quel.

611 Khorokhazat: AG 43; Khorazat dans MD II18. Justi, 97 ans, donne de nombreuses sources islamiques.
612 Ville: singulier ici, pluriel en haut et en bas.
613 Heraclius est décédé le 11 février 641, 30 ans à compter d'octobre 610. Cf. Nikephoros ch.27: Héraclius
avait 66 ans; il a régné pendant 30 ans, 4 mois et 6 jours. Constantin III a régné du 11 février au 24
Mai 641. L'entrée concernant Héraclius et Constantin interrompt l'ordre chronologique des
récit; l'attaque de Dvin qui suit eut lieu en 640.
614 Miséricorde: olormut'iwn. Ce mot n'est pas dans le MSS, bien que le sens l'exige. Ab- gary an, n ° 472,
ajoute cette correction de Malkhasean, qui est basée sur la même phrase à 143, ligne 12 [de l'arménien
texte].

615 Pour l'exil des Varaztirots, voir ci-dessus 133.


616 Général: le titre de sparapel, `` commandant en chef '', avait été à l'origine le privilège de la
Famille mamikonéenne; EH 560-1; cf. n.18 ci-dessus. Mais ici et juste au-dessus de Sebeos utilise le terme plus large
zawravar.

Épisode 200

608 C'est dans la région d'al-Hira, Eransahr 113, nl, où se trouvait al-Qadisiy y a. Sebeos est
décrivant la célèbre bataille du 6 janvier 638. Voir également MD II18. Pour cette bataille décisive, voir l'historique
Commentaire.

Épisode 201

100 SEBEOS

Une armée destructrice est venue d'Asorestan le long de la route de


Dzor 618 au pays de Taron; ils l'ont saisi ainsi que Bznunik 'et Aliovit.
Poursuivant leur marche vers la vallée de Berkri 619 par Ordspoy et
Gogovit, ils ont débouché à Ayrarat. Aucune des troupes arméniennes n'a pu
apporter la grave nouvelle à la ville de Dvin, 620 sauf trois des princes qui
est allé rassembler l'armée dispersée - T'eodoros Vahewuni, Khach'ean
Arawelean et Shapuh Amatuni. 621 Ils ont fui vers Dvin, et en atteignant le
le pont du M etsamawr 622 l'a détruit, après avoir traversé pour répandre la nouvelle en
la ville. Ils ont réuni dans la citadelle tous les habitants de la province
venu pour le millésime des vignes. M ais T'eodoros est allé à la
ville de Nakhchawan.
Lorsque l'ennemi 623 atteignit le pont de M etsamawr, il ne put traverser.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 114/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
M ais ils avaient pour guide Vardik, prince de M okk ', qui s'appelait Aknik. 624
Puis traversant par le pont du M etsamawr ils ont infligé toute la terre
avec des raids, et a recueilli beaucoup de butin et de nombreux captifs. Ils sont venus et
campé à l'orée de la forêt de Khos- rovakert. 625
Le cinquième jour, ils ont attaqué la ville. Il a été livré dans leur

618 Il y a plus d'un Dzor. 'vallée'. C'est peut-être le col de Bitlis, le Dzor du
Buzandaran , EH 469.
619 Berkri est juste au nord-est du lac Van, A ON 341, pas dans le texte de l' ASX. Ordspoy est un hapax.

peut-être identique à l'Ordspu mentionné ci-dessous 145.


620 Ici, Dvin, la capitale administrative, est étonnamment décrite comme un awan. Depuis qu'il a été muré
se qualifie comme un k'alak ' [pour lequel voir n ° 314], comme juste ci-dessous. Voir également Commentaire historique.
621 Ces trois éléments ne sont mentionnés que dans Sebeos. T'eodoros: HAnjB, n ° 7, Shapuh: HAnjB, n ° 4. C'est
le seul exemple du nom Khach'ean. Pour la maison Arawelean, voir ToumanofT, Studies 199.
622 Le Metsamawr est une large rivière marécageuse qui se jette dans les Araxes du nord qui a changé son
cours au fil des siècles; Hewsen, ASX 70. Ce célèbre pont est mentionné pour la première fois dans Aa 33, 206.
623 L'ennemi, t'shnamin, qui est suivi dans le MSS par le non-sens В us hay, voir Abgary an
n.475. Il suppose que c'est la dittographie de t 'shnamin, mal comprise par les scribes ultérieurs.
624 Vardik, HAnjB, no. 1, n'est mentionné qu'ici. Pour la maison de Mokk 'voir Touman- off, études

182. Sebeos ne précise pas pourquoi les musulmans n'ont pu traverser le pont brisé que sous sa direction.
Aknik , « petit œil» , doit être un surnom [cf. Karmir de Vardan, 65 ci-dessus]; ce n'est pas attesté ailleurs. Akn
peut également signifier `` pierre précieuse, gemme '' et diverses formes dérivées des noms féminins sont attestées par le
treizième siècle.
625 Cette célèbre réserve de chasse de la plaine de Metsamawr a été créée par le roi Khosrov au quatrième
siècle; Buzandaran III 8; EH 502.

Épisode 202

dix
1
HISTOIRE

mains parce qu’ils l’entouraient de fumée. Au moyen du


la fumée et le tir des flèches ont repoussé les défenseurs du mur.
Après avoir installé des échelles, ils ont monté le mur, sont entrés à l'intérieur et ont ouvert le
porte de la ville. L'armée ennemie s'est précipitée à l'intérieur et a mis la multitude de la ville
population à l'épée. Après avoir pillé la ville, ils sont sortis et ont campé
dans le même campement. C'était le 20 du mois Tre, un vendredi. 626 après
restant quelques jours, ils sont partis par le même chemin qu'ils étaient venus, menant
loin de l'armée de leurs captifs, 35 000 âmes. 627 M aintenant le prince d'Arménie, le
seigneur de Rshtunik ', était en embuscade dans la province de Gogovit, et il
les a attaqués avec quelques hommes. M ais il n'a pas pu | 139 | pour leur résister et s'enfuir
avant eux. Ils l'ont poursuivi et ont tué la plupart d'entre eux. Puis ils ont procédé à
Asore- stan. Cela s'est produit dans les années du Catholicos Ezr. 628
En raison de cette bataille, un ordre est venu de l'empereur [accordant]
le commandement de l'armée sur T'eodoros, seigneur de Rshtunik ', avec le grade
de patrik. Tout cela a été réalisé par le Catholicos Nerses, qui en
629

la même année succéda au trône du catho- licosat à la place du


Catholicos Ezr. 630
M aintenant, quand les fils d'Ismaël sont allés à l'est du désert de Sin, 631
leur roi Amr 632 ne les accompagna pas. Être victorieux dans

626 Le 20 de Tre était équivalent au 6 octobre dans les années 640-643. Mais seulement en 640 était le 6 octobre
un vendredi.
627 âmes: ogi. Dans le titre de ce chapitre [un ajout ultérieur] le nom masculin arche \ "hommes", a été utilisé.
le nombre 35 000 est identique à celui de ceux capturés de Jérusalem, 116 ci-dessus! Pour les captifs
voir YD XIX 10; tewondch.3. Mais Asolik. II2, associe les 35000 à la deuxième attaque contre Dvin en 95
[646/647]; la première attaque, dans laquelle T'eodoros Rshtuni a été impliqué, date de 86 [637/638]. Le septième
le canon du troisième concile de Dvin [tenu en 645] traite de la question des seconds mariages contractés par
ceux dont les conjoints d'origine avaient été emmenés captifs à cette occasion. Il ne donne aucun nombre, se réfère simplement
à « beaucoup d'hommes et de femmes» . Voir le Livre des Canons arméniens, Kanonagirk «Hayots» II 205-6.
628 Voir ci-dessus 129. Il fut Catholicos pendant dix ans à partir de 630; voir n ° 540.
629 Commandement de l'armée: zawravarut'iwn \ cf. n.138 pour г awravar.
630 Nersès III, connu sous le nom de shinol, « le constructeur» . Garitte, Narratio 339, date son mandat 642-662,
acceptant l'an 642 pour le raid sur Dvin.
631 Désert du Sin: au nord de la mer Rouge, à ne pas confondre avec le Sinaï. Voir les nombreuses références au péché

dans Exode et Nombres pendant les 40 ans d'errance des « enfants odsraer». Puisque ordi signifie à la fois `` fils ''
et "enfant", Sebeos peut ici établir délibérément un parallèle entre les "enfants" d'Israël et de
Ismael.
632 Ie 'Umar, calife 634-644. Ici Sebeos utilise le terme t'agawor, généralement appliqué au romain
empereur [ou kaysr ]. Juste en dessous, il appelle le calife ark'ay , qui est plus couramment utilisé pour le sassanide
shah.

Épisode 203

102 SEBEOS

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 115/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
bataille, ils ont vaincu les deux royaumes; ils ont occupé [la terre] de
L'Égypte jusqu'à la grande montagne du Taureau, et de la mer occidentale jusqu'aux Médias
et Khuzhastan. Puis ils ont pénétré avec les armées royales dans les frontières d'origine de
le territoire d'Ismael. Le roi ordonna de rassembler des navires et de nombreux marins,
traverser la mer au sud-est: vers Pars, Sakastan, Sind, Krman, [et] le pays de
Kuran et Makuran 633 jusqu'aux frontières de l'Inde. Alors les troupes ont rapidement fait
préparatifs et exécuté leurs commandes. Ils ont brûlé toute la terre; et prendre
butin et pillage, ils sont revenus. Après avoir fait des raids sur les vagues de la mer, ils
sont revenus chez eux.
Cela nous a été dit par des hommes qui avaient été emmenés captifs au Khuzhastan, [de]
Tachkastan. 634 Ayant été eux-mêmes témoins oculaires de ces événements, ils ont
compte pour nous.

ICHAPIT RE 43] 635

[Concernant les Juifs et leurs méchants complots]

Je parlerai également des complots des Juifs rebelles, qui après avoir obtenu l'aide de
les Agarènes pendant un bref moment, 636 décident de reconstruire le temple de Salomon.
T rouvant l'endroit appelé Holy of Holies, ils l'ont reconstruit avec la base et la construction 637

comme lieu de leurs prières. Mais les Ismaélites, envieux d'eux, les expulsèrent
de cet endroit et a appelé la même maison de prière leur propre. Puis l'ancien construit
dans un autre endroit, juste au pied du temple, un autre endroit pour leur

633 Kuran et Makuran se trouvent souvent en arménien pour une région éloignée, par exemple Elishe 159; voir
Eransahr 31-3 pour plus de détails. Makuran est à l'est de Krman sur la rive de la mer des Indes; Hewsen,
Carte ASX 73. Le MSS disait : Srman et Turan. Abgaryan, n ° 479, fait suite à la correction de
Hiibschmann.
634 Vers le Khuzhastan [de] Tachkastan: i Khuzhastan Tachkastan ?. L'absence de préposition
avant que Tachkastan n'ait suscité diverses explications; voir Abgaryan n ° 480. Ces deux phrases
semblent provenir de la source de Sebeos.
635 Macler.ch.31.
636 C'est la première utilisation par Sebeos de 'Agarènes' pour les musulmans, qu'il appelle habituellement
« Ismaélites» ou « fils d'Ismaël» . Sebeos n'utilise pas le terme `` Sarrasins '', populaire dans les textes ultérieurs, ou
aylazgik ', ' étrangers ', repris du terme utilisé dans l'Ancien Testament arménien pour décrire
P hilistins.
637 Base et construction: khariskh, shinuats, qui semblent impliquer un bâtiment construit sur un
P late-forme. Sebeos fait référence à la construction de la mosquée d'al-Aksa à l'époque d'Umar. P our le
impact sur les chrétiens du dernier Dôme du Rocher [commencé ou terminé en 691/692], voir Reinink,
Pseudo-Méthode , Introduction à la traduction, xx-xxii.

Épisode 204

dix
HIST OIRE 3

prière. [140] Là, ils ont proposé leur complot diabolique, désireux de remplir
Jérusalem de bout en bout avec le sang et pour exterminer tous les chrétiens de
Jérusalem.
Or, un homme parmi les grands d'Ismaël vint adorer à la
lieu de leur prière seul. T rois des principaux Juifs l'ont rencontré; ils avaient
tué deux porcs qu'ils avaient amenés au lieu de prière, et dont ils
s'était dispersée sur les murs et le sol de l'immeuble. Quand l'homme les a vus, il
s'arrêta et leur dit quelque chose. Ils ont répondu, sont passés à côté de lui et sont partis.
Dès qu'il est entré à l'intérieur pour prier, il a vu la mauvaise action, et aussitôt
se retourna pour saisir les hommes. Comme il ne pouvait pas les trouver, il se tut et partit
domicile. Ensuite, de nombreuses personnes sont entrées, ont vu le crime et ont annoncé la nouvelle à la ville.
Les Juifs ont informé le prince que les chrétiens avaient souillé le lieu de prière. le
prince donna un ordre et ils rassemblèrent tous les chrétiens. Pendant qu'ils étaient
dans l'intention de les mettre à l'épée, l'homme vint, se tint devant eux et dit:
Voudrais-tu verser tant de sang injustement? Ordonnez à tous les Juifs de se rassembler, et je
désignera les coupables. Quand ils les eurent tous assemblés, il entra dans
parmi eux et a identifié les trois hommes qui l'avaient rencontré. Après les avoir saisis, ils
les a condamnés avec des peines effrayantes jusqu'à ce qu'ils révèlent le complot. Parce que leur
prince était parmi les Juifs, il a ordonné de tuer six hommes, les
de l'intrigue. Les autres qu'il a laissés rentrer chez eux.

[CHAPIT RE 44] 638

[La mort de Constantin et le règne d'Héraclius, fils d'Héraclius par son second
femme. Valentinus vient à Constantinople et s'installe comme roi Constans, fils de
Constantine. Guerre entre Perses et Ismaélites dans la province des Médias, et
défaite des Perses. Le brigand ismaélite selon la prédiction de
le prophète Daniel. Mauvais complot de Valentin et sa mort. Retour d'exil de
l' aspet, fils de Shum Khosrov. T'umas saisit Teodoros par tromperie et l'envoie
liens avec Constantinople. T'eodoros est confirmé et retourne en Arménie avec le
grade de général. L' aspet fuit Constantinople, mais se soumet à nouveau au
Grecs avec le titre de curopalates; sa mort. Division de l'armée

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 116/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

638 Macler, chapitre 32.

Épisode 205

104 SEBEOS HIST OIRE

oflsmael en trois sections et leur invasion d'Ayrarat, la région de bête à l'épée. Capturant 22 forteresses, ils ont massacré tous les êtres vivants
Sephakangund et Aluank ».] leur.
Qui pourrait décrire la terrible calamité du brigand ismaélite qui a mis le feu à
A la mort d'Héraclius, son fils Constantin régna, et il nomma général mer et terre? Cependant, le bienheureux Daniel avait plus tôt prophétisé un tel désa
sur son armée Valentinus, qui s'appelait Arsacide. 639 Il a ordonné à ses troupes d'aller à qui est arrivé à la terre. Par quatre bêtes, il a indiqué les quatre royaumes qui
l'est. surgirait sur terre. 645 Tout d'abord le royaume de l'ouest, la bête dans l'homme
| 1411 Constantin régna [seulement] quelques jours. Il a été mis à mort dans un complot de forme, qui est celle des Grecs. Cela ressort clairement de son dicton: `` Les ailes épa
sa propre belle-mère Martine, épouse d'Héraclius. 640 Alors Héraclius régna, fils de ont été cueillis, et ils ont été exterminés de la terre. 646 Il parle de la
Heraclius par Martine Augusta, parce que Constantin est [né] de son premier extermination de l'idolâtrie diabolique: `` Et il se tenait comme aux pieds d'un homm
femme. 641 Quand Valentinus [a entendu] ce qui s'était passé, il l'a attaqué avec son cœur d'un homme l'a reçu. 647 'Et voici, la seconde bête était comme un ours, et elle
armée à Constantinople. Ayant saisi Martine, il lui a coupé la langue puis se tenait d'un côté », 648 à l'est; [142] il signifie le royaume sassanide.
l'a tuée avec ses deux fils. Il a installé comme roi Constans, fils de Constantin, et trois côtes dans sa bouche », 649 les royaumes des Perses, Mèdes et Parthes. Cette
l'appelait Constantine du nom de son père. 642 Puis il s'assembla lui-même est clair d'après ce qu'ils lui disaient: `` Lève-toi, mange la chair de plusieurs '', 650 co
ses troupes et est allé à l'est. mangé, comme tous le savent. «Maintenant, la troisième bête était comme un léop
Cela s'est produit la première année de Constans, roi des Grecs, et la dixième oiseau dessus, et la bête avait quatre têtes. 651 Il signifie le royaume du nord, Gog
année de Yazkert roi des Perses, 643 que l'armée perse de 60000 entièrement armée et Magog et leurs deux compagnons, à qui a été donné l'autorisation de voler
des hommes se sont rassemblés pour s'opposer à Ismael. Les Ismaélites mis sur le terrain contre eux puissamment en leur temps dans les régions du nord. 'La quatrième bête était effray
40 000 armés d'épées; 644 et ils se sont battus les uns contre les autres dans la province étonnant, et ses dents étaient de fer, et ses griffes de bronze. Il a mangé et est entré
des médias. Pendant trois jours, la bataille a continué, tandis que l'infanterie des deux côtés morceaux et écrasé les restes sous le pied. 652 Ce quatrième, issu du sud,
diminué. Soudain, l'armée perse fut informée qu'une armée était venue est le royaume d'Ismaël, tout comme l'archange l'a expliqué: `` La quatrième bête, la
soutien des Ismaélites. Les troupes perses ont fui leur camp tout au long de la le quatrième royaume se lèvera, qui sera plus grand que tous les [autres] royaumes; e
volonté
639 Toumanoff accepte son origine Arsacid; Dynasties 89, et PLRE III, sv no 5, 1354-55, pour
Valentinus, prétendant à l'empire mort en 644.
640 Constantin III régna du 11 février au 24 mai 641. Sa mère était la première épouse d'Héraclius,
Eudocia. Belle -mère: le MSS a mawre, `` mère '', qu'Abgaryan confie à mawrue, 645 Ce qui suit est basé sur Daniel, ch.7, bien que là les royaumes ne soient pas identifiés. Au ch
« belle-mère» , à la suite de YD XIX 22, et plus tard des historiens arméniens. Martine: la deuxième référence Daniel identifie les Mèdes, les P erses et les Grecs. Dans la vie de Ners 94, les quatre royaumes sont:
au nom est une correction par P atkanean pour le Mawrineay du MSS, Abgaryan n.483. Elle était celui de l'aigle - les Mèdes; celui de l'ours - les Babyloniens; celui du léopard - les P erses; les
la nièce d'Héraclius; Nikephoros, ch. 11, qualifie le mariage d'incestueux. quatrième - les Romains.
641 Heraklonas, Heraclius II, régna de mai à la fin de septembre 641. Ce qui suit 646 Dan. 7.4a.
« entendu» , lueal, est la correction d'Abgaryan; voir son n ° 484. 647 7.4b.
642 Constans II P ogonatos a régné en septembre 641 septembre 668. 648 7.5a.
643 La dixième année de Yazkert III [632-652] correspond à 641/642. 649 7.5b.
644 Armé d'épées: suseramerkats » ,« avec des épées tirées » . C'est courant dans l'ancien 650 7,5b suite
Testament, mais pas trouvé dans les historiens arméniens classiques. MD, II 18, décrit la bataille de 651 7.6.
Nihawand en 642, et appelle son site Beklal. Dans la province des Médias: I Marss gawari, une forme curieuse, 652 7.7. Griffes de bronze: comme dans le texte critique de Cowe, Daniel , pas dans Zohrab; discu
ce qui a conduit à supposer qu'il existe une province d'Iran appelée Mars, non identique à Mark ',
à Cowe, 396-9. Voir également 177 pour la même citation.
le nom arménien des médias.
nuit. Les survivants de l'armée ismaélite les ont attaqués le matin, mais ils
n'a trouvé personne dans le camp. Répandant des incursions à travers tout le pays, ils ont mis l'homme et

Épisode 206

106 SEBEOS

dévore la terre entière. 653 'Et les dix cornes, les dix rois,
survenir. Et après eux s'élèvera un autre qui est plus grand dans le mal que tous les précédents
ceux '; 654 et ce qui suit dans l'ordre.
Dans la deuxième année de Constans, 655 petit-fils du bienheureux Héraclius,
Valentin avait l'intention de tromper le sénat par la sophistique 656 et de s'élever à
rang royal, pour qu'après s'être couronné, il puisse ainsi exercer son
commander. Il a augmenté le fardeau de la soumission sur les habitants de la ville; et
joignant de nombreuses autres troupes aux 3000 hommes armés qu'il avait emmenés avec lui, il
a assuré sa défense. Puis les hommes de la ville se sont rassemblés dans la sainte église de Dieu
autour du patriarche, et lui a dit de supprimer le fardeau de la soumission. Ils ont envoyé
[mot] à Valentin pour supprimer cette oppression, mais il ne voulait pas en tenir compte.
Un des princes était là, appelé Antonin; il dit à Valentin: 'Qu'est-ce que c'est
union et complot de la leur? Comment ont-ils osé envoyer des propositions aussi audacieuses à
tu? Mais si vous me donnez la permission, j'irai détruire leur union et leur complot. Et
Je les chasserai chacun à sa place, afin que votre volonté s'accomplisse.
Il a dit: "Allez et faites ce que vous avez proposé." Il se leva et partit avec mille hommes.
Lorsqu'il est entré dans l'église, il a commencé à punir leurs dirigeants avec le
bastinado. [143] Le patriarche s'est levé et a dit: 'Il est inapproprié et mal
faites une telle chose dans cet endroit. Antonin l'a attaqué et lui a donné un coup sur le
mâchoire, en disant: «Gardez votre place. Alors la foule fut excitée et ils tombèrent sur lui.
Ils l'ont traîné de force par le pied au milieu de la ville et l'ont brûlé
avec du feu. Valentin fut informé et un tremblement le saisit. Immédiatement le
la foule descendit sur lui, et le traînant hors de sa maison lui coupa la tête.
Emmenant à l'endroit où ils avaient brûlé Antonin, ils l'ont brûlé aussi

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 117/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
le même endroit. Ils confirmèrent Constans sur le trône du royaume;

653 7.23. La quatrième bête, le quatrième royaume: corrigé par Abgaryan, n ° 492, sur la base de
Daniel, pour « la bête du quatrième royaume» dans le MSS. Cette interprétation des quatre royaumes,
se terminant par l'Islam, n'est pas attesté avant Sebeos. Hoyland, Voir l'islam comme les autres l'ont vu 535, dessine
attention au fait que les quatre royaumes ne sont pas successifs mais sont associés aux quatre
quarts de la terre.
654 7.24. P seudo-Méthode, X-XI, indique que les fils d'Agar se battront avec les Romains
après la destruction de la P erse. Ce texte est postérieur à Sebeos, datant de la dernière décennie du
septième siècle.
655 Ie 642/643.
656 Sophistie: chartarut'iwn , « art ou compétence» , en particulier rhétorique.

Épisode 207

dix
7
HIST OIRE

et ils ont fait général un certain T 'eodoros, un des princes arméniens loyaux
parmi ceux du secteur grec. 6:17
Quand ce dernier prit le commandement, il pria le roi comme faveur personnelle à
ayez pitié de ceux qu'il avait exilés en Afrique, surtout en ce qui concerne l' aspet,
fils de Smbat appelé Khosrov Shum. 657 Dieu adoucit le cœur du roi, et il
ordonna de les amener à la cité royale. Il les a reçus comme amis de la
royaume, et désigna son fils Smbat comme premier spat'ar parmi tous les spat'ars et
kandidat, 65 8 Et puis il l'a rétabli dans son ancien grade dans la cinquième année de son
règne. De même [il a promu] Vahan Khorkhoruni et d'autres encore. 659 Il a envoyé à
Arménie, un certain prince appelé T 'umas. 660 Quand ce dernier est arrivé, il n'a pas souhaité
rompre le pacte entre l'empereur et le prince des Mèdes. Il a tout apporté
les princes en accord avec lui-même, allèrent chez le prince des Mèdes et firent
propositions de paix à lui. Il a reçu de lui de nombreux cadeaux, et lui a promis avec
un serment qu'il ferait amener T 'eodoros en obligations au palais, parce qu'il
était le prince d'Arménie. 661 Puis il est retourné dans l'armée arménienne.
Quand il [T 'eodoros] atteignit le pays de Kotayk ', 662 soudainement ils attaquèrent
lui, le saisit et le lia, et le fit conduire devant le roi. Mais quand le roi
Constans 663 a entendu parler de cela, il était très troublé, car ce n'était pas par son
commande qu'il était lié. Alors il lui ordonna d'être libéré de ses liens et
que le bref d'accusation

657 Voir ci-dessus 133, pour l'exil des Varaztirots » .


658 P our Smbat, petit-fils de Smbat, voir la lignée familiale dans Toumanoflf, Dynasties 112, et
HAnjB , n ° 16. Spat'ar : pour spatharios et kandidatos voir l' ODB, sv; ils se réfèrent tous les deux aux membres
du garde du corps impérial. La cinquième année est 645/646. La chronologie ici est confuse; pour un
interprétation voir le commentaire historique.
659 Vahan a été mentionné ci-dessus 133.
660 T'umas n'est pas mentionné dans d'autres sources arméniennes. Le titre 'prince', ishkhan, pourrait faire référence
soit au bureau, soit au statut; peut-être rend-il ici l' archonte grecque . Le 'prince des Mèdes' est
distingué du calife, le « roi d'Ismaël» . Cf. 172 ci-dessous. P our une identification suggérée de
ce prince des Mèdes voir le commentaire historique.
661 Il s'agit de T'eodoros Rshtuni, et non de l'Arménien mentionné plus haut sur cette page. P our son
nomination comme patricien et général voir 139.
662 Kotayk 'est dans le centre d'Ayrarat, la région de la capitale moderne Erevan; Carte de Hewsen, ЛИГ
69.
663 Ici, Constans s'appelle ark'ay, pas t'agawor , comme dans la phrase précédente; voir n ° 632. Cf.
n.201 pour le titre « César» .

Épisode 208

657 Ce T'eodoros doit être distingué du seigneur de Rshtunik '; il ne semble pas être
autrement attesté dans des sources arméniennes. Loyal: hawatarim, « digne de confiance» ou « confiant» .

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 118/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 209

108 SEBEOS

être lu. Quand il a réalisé la tromperie, il lui a ordonné d'être


convoqué en sa présence; il l'a reçu de manière amicale et avec le
honneur en raison de son titre princier. Il a nommé pour lui une allocation et une nourriture 665
du trésor. Puis il ordonna à T'umas d'être convoqué; il ne permettait pas
lui pour entrer dans le palais, mais avait une enquête tenue à l'extérieur. Ils ont acquitté
T'eodoros, seigneur de Rshtunik ', selon ses propres mots, et la justice a été rendue dans son
qui concerne. Quant à T'umas, ils l'ont dépouillé de son rang par déshonneur. Puis le
aspet et T'eodoros, seigneur de Rshtunik ', se sont rencontrés et ont versé des larmes sur chacun
le cou de l'autre, car ils avaient été élevés ensemble 666 à la cour de Khosrov, roi
de Perse.
[144] Cependant, l' Aspet n'a pas été en mesure de se soumettre à l'autorité du
Grecs, mais j'ai pensé à un truc. Il a demandé au roi Constans l'autorisation de
envoyer quatre hommes de sa famille en Arménie pour lui apporter ses biens. Le roi
lui a ordonné d’obtenir la permission. M ais il s'est déguisé, a pris trois hommes
avec lui, et en arrivant au bord de la mer a montré le permis royal. Il est monté à bord d'un
navire et traversé la mer. Voyageant rapidement comme un oiseau il a rapidement atteint
Tayk ', et s'y retranchit, parce que le peuple de Tayk' 667 reçut
lui avec joie.
Ensuite, aucune petite perturbation ne s'est produite en terre d'Arménie. Pour
aussitôt le commandement royal parvint au général arménien pour sécuriser tous les
routes et fouiller toutes les forteresses du pays. Puis il est devenu connu que
il était venu en Arménie et s'était retranché à Tayk '.
Puis le général grec T'eodoros, avec [le soutien des) princes de la
l'armée et les nobles d'Arménie, ordonnèrent l'envoi du Catholicos Nerses
aspet, pour lui apporter un serment de bonne foi qu'ils lui demanderaient le
rang de prince du pays, 668 et que sa femme et ses enfants soient amenés à
lui.
Le Catholicos est allé et a confirmé le serment avec lui qu'il ne
voyager ailleurs. Puis il est revenu; et ils ont écrit au roi

665 Allocation: rochik, comme ci-dessus, n ° 190. Sustenance: endunelut'iwn, pas un terme technique, « entretien» .
666 Élevés ensemble: snndakits '\ cf. l'habitude d'élever de jeunes nobles dans la maison ou la cour d'autrui,

n.297.
667 Tay k 'était à l'origine une terre mamikonéenne, mais était arrivé au Bagratunik' au huitième siècle;
EH 493. Voir AON 276-8; Hewsen, Л .ST carte 68A.
668 Le grade de prince, ishkhan, d'Arménie était alors tenu par T'eodoros Rshtuni, qui a été démis de ses fonctions
du bureau à l'insistance du « prince des médias» .

Épisode 210

dix
9
HISTOIRE

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 119/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Constans [lui demandant] de faire ce qu'il avait promis conformément
avec le serment. Car l' aspet avait écrit au roi comme suit: 'Je suis votre
serviteur, et je n'abandonne pas du tout votre service. M ais parce que certaines personnes
m'a dit: "Tu dois retourner d'où tu es venu", 669 donc j'ai eu peur
et s'est enfui. M ais maintenant, si vous me jugez digne, je servirai loyalement et vivrai et
meurs pour ta piété. Puis le roi Constans lui ordonna de devenir curopalat
et recevoir une couronne de ce rang et du rang de prince du pays. Et
il ordonna d'envoyer sa femme et ses enfants avec un grand éclat; et il avait pris à
lui coussins d'argent avec d'autres cadeaux magnifiques. 670
Alors que l'édit lui donnant le rang de curopalate était en route,
soudain une maladie l'a frappé et il est mort. Ils ont pris son corps et l'ont apporté
pour l'enterrement auprès de son père à Dariwnk '. 671 Le roi nomma son fils aîné,
dont le nom était Smbat, au rang de son père, lui donnant son ancêtre
position de tanuter et d' aspet, et il le fit drungar de son armée. 672 Il a donné
lui [145] une femme de la maison des Arsacides, parmi les siens
parents, 673 et l’a envoyé au camp dans son armée. Après cela, il a expédié
T'eodoros, seigneur de Rshtunik ', en Arménie avec un grand honneur, et
lui la même autorité de général, que les princes d'Arménie ou non
devrait le souhaiter. Il est venu et a été rétabli dans le même poste.
Lorsque l'année suivante vint autour de 674 l'armée ismaélite est venue à Atrpa- takan
et divisé en trois. Une division [est allée] à Ayrarat, une division à la région de
Sephakan gund , 675 et une division à Aluank '. M aintenant ceux de Sephakan gund
répandre des raids sur toute cette région avec l'épée,

669 Ie retour à l'exil en Afrique; voir 133, n ° 579.


670 Coussins en argent: pour de tels cadeaux cf. 79. n ° 163, 101, n ° 308 et 132, n ° 570.
671 Voir ci-dessus 104, n ° 341.
672 Ancestral: bnik, « le sien» , c'est-à-dire le sien par droit ancestral. Pour tanuter voir n. 129, aspet n.80, et pour le
Titre by zantin Drungarius, un haut grade militaire, ODB, sv
673 Cela implique une connexion Arsacide dans la maison d'Héraclius; voir Toumanoff, Studies 192-3, et

idem, « Les Héraclides» . Après « Arsacides» , le MSS lisait « et» . Abgary an, n ° 509, pense que ceci `` et '' ment
maladroitement avec le prochain « et» , et suppose que quelque chose est tombé avant « envoy é» .
674 Sebeos revient sur son récit des raids musulmans. C'est septembre 642-août 643, pas l'année
après la mort de Varaztirots en 645. Voir ci-dessus 141 pour l'attaque de la première année de Constans.
675 Sephakan gund: Cette expression désignait à l'origine le « contingent spécial [militaire roy al]» , EH
529. Elle a été appliquée à une zone géographique de la province de Turuberan; AON253-4. Voir également 166.

Épisode 211

110 SEBEOS

et a pris le pillage et les captifs. Ils se sont réunis à Herewan 676 et


ont attaqué la forteresse, mais n'ont pas pu la prendre. Ils sont venus à Ordspu, 677 et il
aussi ils étaient incapables de prendre. Ils sont partis et ont campé à Artsap'k ', face à la
forteresse au bord de l'eau. Ils ont commencé à attaquer la forteresse, mais ont souffert de nombreux
pertes de la forteresse. Ces [défenseurs de la forteresse] avaient à leur arrière un
sortie en haut sur le côté du sommet qui s'appelle Kakhanaktuts '. 678 Donc
certains hommes descendirent de la forteresse pour chercher de la
forteresse de Darawnk 'une force à leur soutien. Smbat Bagratuni, fils de Varaz
Sahak, 679 leur a donné 40 hommes. En partant de nuit, ils entrèrent dans la forteresse, mais
n'a pas gardé l'endroit. Quand les Ismaélites ont découvert le lieu d'entrée] ils
suivit le même chemin et entra dans la forteresse. Ils ont tenu la place jusqu'à ce que le
M atin. Ils ont saisi dix gardes de l'endroit pendant qu'ils dormaient et les ont tués. 680

[146]

[CHAPITRE 45] 681

[T'eodoros Rshtuni frappe les Ismaélites et libère le butin et les captifs


qu'ils avaient pris à Artsap'k '. Une autre armée d'Ismaélites frappe avec le
épée d'Ayrarat aux frontières de Tayk ', Iberia et Aluank'. Bataille navale par
Constantinople et défaite désastreuse des Ismaélites. L'empereur Constans
fait la paix avec Muawiya. Construction de l'église au nom des anges.
Accusation par l'armée grecque contre les Arméniens concernant des questions de
Foi. Commande de

676 Cela ne semble pas être Erevan, trop à l'est. Abgary an. n.512, suggère Her ew et, ie
« [Ils se sont rassemblés en] Elle, et là ...» .

677 Probablement identique à Ordspoy, 138, n ° 619. Les musulmans se déplacent dans la zone au nord du lac
Van. Artsap'k 'se trouve à Kogovit, au nord-est de Turuberan; Hewsen, ASX 218, n ° 296. Voir le récit de ce même
raid dans tewond ch.3.
678 Ce nom de lieu n'est par ailleurs pas attesté. Abgary an, n ° 515, suggère `` sommet '', saroyn pour le
Asorenay du MSS. La phrase n'est pas du tout claire. Darawnk 'est Dariwnk', comme ci-dessus au n.341, au centre de
Kogovit; Hewsen, ASX 211.
679 Aucun autre Varaz Sahak n'est attesté. Ce Smbat n'est probablement pas le même Smbat Bagratuni juste
mentionné comme enterrant son père Varaztirots « à Dariwnk» [à une date ultérieure],
680 Le récit de Sebeos n'est pas clair. Il semble laisser entendre que les musulmans ont tenu le lieu d'entrée pendant la nuit
et capturé la forteresse principale à la première lumière. Le récit dans tewond, ch.3, déclare qu'ils ont saisi l'ensemble
forteresse pendant la nuit.
681 Macler, chapitre 33. Le titre du chapitre suivant rompt complètement la séquence narrative.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 120/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 212

11
1
HISTOIRE

Constans pour faire l'union de foi avec les Romains. Conseil d'église concernant
la question de l'union.]

Dans la deuxième année de Constans, dans le mois Hori le 23e jour du mois,
un dimanche à l'aube, 682 les Ismaélites ont poussé un cri dans la forteresse d'un bout
à l'autre, et mettez-les à l'épée. Beaucoup ont sauté et ont été tués.
Ils ont fait descendre les femmes et les enfants de la forteresse, dans l'intention de
les massacrer. Les captifs ne pouvaient pas être comptés, et il y en avait beaucoup
bétail. Le lendemain matin, le général d'Arménie, T'eodoros, les a attaqués avec
son armée; tombant sur eux 683, il leur infligea un énorme massacre. Il y avait
3000 hommes entièrement armés, l'élite de toutes les troupes ismaélites, et aucun n'a survécu
sauver quelques-uns qui se sont échappés à pied et ont trouvé la sécurité dans la tourbière. 684 Le Seigneur a sauvé
ce jour-là, la multitude de prisonniers des mains des Ismaélites, et il
écrasé Ismael avec un grand massacre. Deux princes d'Ismael ont été tués,
Ot'man et Ogbay, 685 et ce fut une grande victoire pour le général arménien. le
Le général arménien avait pris à Constans de la bataille 100 chevaux sélectionnés comme un
cadeau. Lorsque le roi les reçut, lui et tout le palais étaient très heureux, et
il a rendu un grand merci.
Alors l'armée qui était dans la région d'Ayrarat a frappé avec l'épée comme
loin jusqu'à Tayk ', Iberia et Aluank', prenant butin et prisonniers. Il est passé à
Nakhchawan pour [rejoindre] l'armée qui attaquait la forteresse de
Nakhchawan. Cependant, ils n'ont pas pu le supporter. Ils ont pris la forteresse
de Khram; 686 [147] ils ont massacré [sa garnison] avec l'épée, et ils ont pris
captive les femmes et les enfants.
Puis le [général] sur le territoire de la Palestine 687 a ordonné à de nombreuses flottes d'être
préparé. Il est monté à bord d'un navire et a entrepris une attaque sur Constantinople. le
la bataille navale n'a pas réussi pour lui, car l'hôte de

682 En 643, le 23 Hori était le 10 août, un dimanche.


683 T'eodoros ... eux: pas dans le MSS, mais fournis par Abgary an, n ° 521, à partir d'un XVIe siècle
fragment dans Mat 1343.

684 Fen: Shamb; aucun nom de lieu de ce ty pe n'est trouvé dans A ON ou A SX. Il y a un fen non loin au nord de
Dariwnk '; Abgary an, n.522, note le « Fen de Kogovit» sur la carte G6 d'Eremy an. Hayastane.
685 Ogbay : Ogomay dans le MSS; corrigé par Abgary an, n ° 523, sur la base de tewond, ch.3, qui
mentionne ensemble Ot'man et Ogbay.
686 Khram: AON 435; sur les Araxes au-dessous de Nakhchawan.

687 Ie Muawiy a, « Mawias» en arménien, nommé plus loin dans le paragraphe. Flottes: nawa- tormits dans le
pluriel.

Épisode 213

112 SEBEOS

leur armée lui opposa des navires et les détruisit en haute mer.
Ils en ont repoussé beaucoup par le feu et en ont chassé beaucoup en vol. Cependant, le roi Constans
était terrifié, et il a estimé qu'il valait mieux rendre hommage et faire la paix à travers
ambassadeurs, et attendez son heure pour que, par la propitiation de Dieu, il puisse
regardez la terre et ayez pitié d'eux. Il a commencé à parler pour la paix à travers
ambassadeurs, 688 et les Ismaélites ont encouragé les Grecs à compléter les termes de
le traité. Mais le roi grec Constans, parce qu'il était jeune, 689 n'avait pas le
pouvoir de le faire sans l’accord de l’armée. Il a écrit à Procope
qu'il devait l'accompagner à Damas pour rencontrer Muawiya, prince des Ismaélites
armée, et conclure les termes du traité conformément aux vœux de l'armée. Alors
quand Procope a vu le commandement royal et a entendu l'opinion de l'armée, il
est allé avec eux à Damas, à Muawiya le prince de l'armée ismaélite. Il
a indiqué le montant de l'hommage et discuté de la frontière. Il a reçu le traité et
défunt. 690 A cette époque, Nerses le Catholicos d'Arménie décida de construire son
résidence à proximité des églises sacrées de la ville de Valarshapat, sur la route sur laquelle
- disent-ils - le roi T rdat avait rencontré saint Grégoire. 691 Là, il construisit une église au nom de
les anges célestes, 692 qui étaient apparus comme une multitude d'armées célestes dans le
vision de saint Grégoire. Il a construit l'église comme un grand édifice, 693 incomparablement
merveilleux, digne de l'honneur divin auquel il l'a consacré. Il a apporté de l'eau,
dirigé [un canal] de la rivière, 694 et mis en culture tout le terrain accidenté. Il
planté des vignes et des arbres, et entouré sa résidence d'un haut mur, magnifiquement
construit, à la gloire de Dieu.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 121/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

688 Et attendez ... ambassadeurs: P as dans le MSS, mais ajouté à partir du fragment de Mat 1343; voir
Abgaryan n.526.
689 Constans est né le 7 novembre 630.
690 Sebeos ne précise pas la durée du traité: mais voir 164, 'après trois ans de paix
traité était pleinement passé, il [Muawiya] ne souhaitait plus faire la paix ... » et 169 pour une seconde
référence à cela.
691 Aa 817, où Trdat attend de rencontrer Gregory au retour de ce dernier de Césarée comme premier
évêque d'Arménie. P our la vision de Gregory, voir Aa 731-55.
692 Anges: zuart 'nots \ lit. « des vigilants» . P our cela comme un nom pour les anges voir Lampe, sv
egregoros ; cf. l' ira syriaque . Voir Khatchatrian, L'Architecture Arménienne 68-9,84, pour ce célèbre
église et la monographie en arménien de Mnats'akyan. La construction de l'église a commencé
en 644. mais pas achevé jusqu'à la fin des années 650; voir ci-dessous 175.
693 En tant que grand édifice: barde: shinuatsovk 'Jit. 'avec des constructions hautes (pi.)'; cf. n.637.
694 Du K'asakh, affluent des Araxes qui coule par Valarshapat; voir YD XIX
47-8.

Épisode 214

11
HIST OIRE 3

Mais ce dragon rebelle n'a pas tardé. 695 Désirant à travers son
tromperie pour combattre avec Dieu, il a travaillé pour soulever des persécutions sur les églises de la
terre d'Arménie. [148] Car dans les années du roi Constans, petit-fils d'Héraclius, il
mis en jeu sa mauvaise ruse, 696 faisant des troupes grecques en Arménie 697 sa
complices, puisque les Arméniens n'ont jamais reçu les Romains en communion en
le corps et le sang du Seigneur. Alors ils ont écrit une plainte 698 à Constans, le Grec
roi et au patriarche: `` Nous sommes considérés comme impies dans ce pays, car
ils considèrent le conseil de Chalcédoine et le tome de Léon comme une insulte à Jésus
Christ, et ils les anathématisent. 699 Puis le roi, avec le patriarche, a donné un
commande, et ils ont écrit un édit aux Arméniens qu'ils devraient effectuer une union
de foi avec Rome et ne doit pas mépriser le concile et ce Tome.
Il y avait là un homme de la province de Bagrewand, du village de
Bagawan, qui a appris l'art de la philosophie, s'appelait Dawit '. 700 Il a commandé
l'envoyer en Arménie, afin qu'ils puissent abandonner leur opposition. Tous les
évêques et nobles d'Arménie se sont réunis à Dvin en présence des
Catholicos Nerses et le pieux général arménien T 'eodoros, seigneur de Rshtunik '.
Ils ont vu les ordres du roi et entendu les arguments du philosophe, qui a soutenu
la doctrine de la T rinité avec la distinction selon le livre de Leo. Quand ils
l'avaient entendu, ils n'étaient pas d'accord pour changer le véritable enseignement

695 Ie Satan; cf. Rév.12.9, Lampe, sv drakon et Enseignement, Aa 280.


696 Cf. II Cor. 11.3.
697 Arménie: la correction de P atkanean, basée sur Asolik II 2, pour le `` pays des Grecs '', je
Ashkharhin de Yunats, du MSS; voir Abgaryan n.531.
698 P lainte: ambastanut'iwn, « une accusation formelle, une accusation» .
699 P our le rejet arménien de Chalcédoine et du Tome de Léon, voir le Livre des Lettres, esp.
53, la lettre syrienne à Nersès II; 56, sa réponse, et 60, 67, les lettres d'Abdisho à Nersès II à l'époque
du second concile de Dvin en 556. Voir aussi Garitte, Narra- tio 130-75. P our des informations générales,
Sarkissian, le Conseil de Chalcédoine, et pour une enquête détaillée sur l'implication arménienne dans
le concile de Chalcédoine lui-même les articles plus récents de Garso'ian, « Séparation» . `` Rome '' juste en dessous est
Constantinople.
700 Bagawan: Bagrawan dans le MSS, mais corrigé par Malkhasean sur la base d'Asolik II 2;
voir Abgaryan n ° 534. Cela avait été un site païen important, FH 452. P our Dawit ', HAnjB, non. 19;
Asolik, II 2, lui attribue diverses œuvres. Si ce David a vécu en permanence
Constantinople, ou était en visite pour étudier, comme beaucoup d'Arméniens, n'est pas connue; il appartenait clairement à
le parti pro-chalcédonien.

Épisode 215

114 SEBEOS

de saint Grégoire pour se conformer au tome de Leo. Ils ont tous décidé de faire un
réponse à la lettre. 701

[CHAPIT RE 46J
Copie de la réponse à la lettre apportée en Arménie par Constans, roi de la
Romains, que les évêques arméniens et le Catholicos Nerses ont écrit, avec le
nobles et le général Teodoros, seigneur de Rshtunik '.

La véritable et orthodoxe Lettre de Nicée je vous prie

vous qui détenez la foi chrétienne, lisez, О amoureux de Dieu.

Nous avons un commandement des prophètes inspirés et des apôtres du Christ de prier
avec des supplications pour votre pieuse règle, | 149 | et pour tous les princes et troupes, et
surtout tout votre palais divinement protégé, dans lequel s'est reposé l'amour de Dieu

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 122/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
et la grâce des dons divins repose clairement sur vous. 702
Car voici, ce royaume est plus grand et plus puissant que tous les royaumes
qui n'est pas sous le contrôle des hommes, mais couronné par la main droite de Dieu, qui
personne ne peut supplanter sauf le royaume du Christ. De même aussi le saint
le grand sacerdoce, [soutenu] par la grâce de Dieu, les nobles 703 et le Christ aimant
armée. Nous, nous glorifiant à la lumière de votre pieuse règle, sommes restés impassibles dans la
au milieu des rois méchants et impies de Perse. Car quand ils ont enlevé le royaume
et détruisit toute l'armée du pays d'Arménie, et prit en captivité des hommes et
femmes, posant leur épée brillante sur les survivants, ils

701 Ce rassemblement à Dvin en 649 [quatre ans avant la visite de Constans II en Arménie dans son
douzième année, septembre 652-septembre 653] n'est pas mentionnée dans la Narratio pro-Chalcédoine .
Mahe, 'L'eglise' 473, souligne que la réponse arménienne n'a pas été envoyée à Constans, car le
La copie originale scellée était toujours chez Nerses en 653 - comme Sebeos le déclare 168 ci-dessous. Asolik, II2, donne un
résumé de cette lettre jusqu'à la fin de 151 du texte d'Abgaryan. Il n'est pas cité par d'autres arméniens
écrivains. Abgaryan note que le titre suivant est dans le MS.
702 Cf. Moi Tim. 2.2,1 P et. 2.17. Le ton flatteur de cette lettre est intensifié en dessous de 151 152. Il est
à noter que dans son désir d'apaiser l'empereur, l'auteur évite les questions de division du rituel -
qui figurent en bonne place dans d'autres telles lettres de cette période. Sur la lettre en général voir Thomson,
La Défense » .
703 Nobles: ici nakharar \ voir n.583.

Épisode 216

11
HIST OIRE 5

a tenté de nous convertir à leur erreur. 704 Mais ils n'ont pas pu bouger
nous; plutôt, «les impies avaient honte de leur propre vanité». 705 Finalement Kawat et
Son fils Khosrov a ordonné: 'Que chacun ait sa propre foi, et que personne n'opprime
les Arméniens. Ce sont tous nos sujets. Laissez-les nous servir avec leur corps; mais comme
pour leurs âmes, Lui seul sait qui juge les âmes. 706 En outre, Khosrov [fils] de
Ormizd, après la prise de Jérusalem, commanda à tous les évêques des régions de
l'Est et d'Asorestan pour se rassembler à la cour royale, et il a dit: `` J'entends cela là
sont les deux côtés des chrétiens, et l'un excommunie l'autre parce qu'ils
ne le jugez pas juste. Alors laissez-les se rassembler à l'unisson à la cour royale, dans l'ordre
afin qu'ils puissent confirmer ce qui est orthodoxe et rejeter ce qui est erroné. 707 Tous les
les évêques et les prêtres et tous les croyants de ces régions se sont rassemblés; et il
nommé sur eux comme préfets Smbat Bagratuni, appelé Khosrov Shum, et le
médecin-chef royal. 708 * Il y avait là aussi en captivité Zakarias le patriarche de
Jérusalem, 709 et de nombreux autres philosophes qu'il avait emmenés captifs du
ville d'Alexandrie. Le roi Khosrov a ordonné d’élucider [la question]
justement, et pour informer le roi de la vérité.
Ils se sont tous rassemblés dans la salle royale et il y a eu un tollé. Pour certains étaient
orthodoxe dans la foi par les annales et le sceau des anciens rois; 710 pendant

704 Sebeos avait mentionné ci-dessus 64 65, la fin de la monarchie arsacide et le Sasa- nian
persécutions.
705 P s. 24,4; cela n'est pas cité dans les récits classiques de l'oppression sassanide par Elishe et
tazar.
706 P our l'accord entre Kawat I et Vahan, voir 67. Khosrov Anushervan est supposé
le baptême est décrit au 69 ci-dessus.
707 Un tel débat n'a pas été mentionné par Sebeos ci-dessus. P our le thème des débats cf. Etishc
15, de Yazkert, et en termes généraux Cameron, 'Disputations' et Lewis / Niewoh- ner,
Religionsgesprache.
708 P réfet: ostikan, comme ci-dessus, n ° 180. Médecin-chef: bzhshkapef, AG 120-1. Gabriel de Singar est
probablement destiné, un monophysite noté et le droslbed [Mackenzie, Pahlavi Dictionary, sv
drostabed, médecin-chef]. Il a lancé un débat théologique en présence de Khosrov; voir le
Synodicon Orientate, 562-98, Histoire Nestorienne, 528-9, et le Chronicon Anonynum, 23. Mais
cela a eu lieu en 612, c'est-à-dire avant la prise de Jérusalem. Voir Flusin, St Anastase II, 114-18 pour un
discussion de ce passage; pour le contexte général, Flusin, St Anastase II, ch.4, 'Chosroes et les
Chrétiens » .
709 Voir 116 pour la captivité de Zacharias [après la prise de Jérusalem en 614]. Voir MD II 14
pour la captivité du Catholicos d'Aluank ', Viroy, à la cour de Khosrov où il jouissait de la reine
La faveur de Shirin.
710 Orthodoxe: Ullap'arut 'ean, un caïque sur l' orthodoxie, où doxa est lu comme « gloire» ; cf. les
Syriaque tris subha. Record: gir, 'document', c'est-à-dire un certificat scellé par un shah précédent.

Épisode 217

116
SEBEOS

d'autres étaient Nestoriens, et beaucoup d'autres d'une profusion de sectes.


| ISO] De plus, le grand rabbin 7 "s'avança et dit: 'Que cet homme ne
être appelé Dieu. ' Et ils rapportèrent ses paroles au roi.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 123/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
Le roi répondit et dit: `` Par l'ordre de qui est-il venu à cela
endroit? Qu'il soit battu et partez. De même, il a commandé une autre multitude de
les sectes à expulser du tribunal. Il a ordonné que seuls [les conseils
de] Nicée, Constantinople, Éphèse et Chalcédoine devraient être examinés.
Il se trouve qu'il y avait là deux évêques d'Arménie, des hommes de confiance
qui avait été envoyé pour informer le roi de l'oppression du pays -
Komitas, évêque des M amikoneik ', 711 et M att'eos des Amatunik'. Ils
y avait préparé avec eux le livre de saint Grégoire . 712 ' 3 Le roi ordonna
leur demander: «Au temps de quels rois ces conciles ont-ils eu lieu? Ils
répondit: «Le concile de Nicée a eu lieu au temps de Constantin; celui de
Constantinople au temps de Théodose le Grand; celle d'Éphèse à l'époque
de Théodose le M oins; et celle de Chalcédoine au temps de M arcien. le
le roi répondit et dit: `` Les commandements de trois rois semblent être plus
corrects que ceux d'un. Quand le roi comprit concernant Nestorius,
qui il était et d'où, et à quel conseil, et ce qu'il avait dit, il ordonna
les Nestoriens doivent être expulsés du tribunal. Il a également posé des questions sur la
concile de Chalcédoine: "Qui étaient les dirigeants?" Ils l'ont informé de
tout, et dit: `` A Nicée et à Constantinople, les rois Constantin et
Théodose le Grand eux-mêmes; mais à Ephèse, Cyril évêque d'Alexandrie;
et à Chalcédoine l'évêque Théodoret, qui était de l'avis de
Nestorius. 713

711 Komitas est devenu Catholicos en 609/610 après Abraham; voir 112. P our les différentes orthographes de
son nom voir le HAnjB, sv no. 1. Au moment de ce débat - c'est-à-dire avant 609 - il était évêque de
Taron, qui était la terre mamikonéenne, dans laquelle les Bagratides se déplaçaient maintenant. Matt'eos est seulement
mentionné ici et dans la récapitulation d' Asolik , HAnjB , n ° 6.
712 Cela semble être une version d'Agat'angelos, dans laquelle seul le concile de Nicée est
mentionné.
713 Théodoret est souvent anathématisé dans le Livre des Lettres, par exemple 48. Mais pour son être le leader à
Chalcédoine voir Timothy Aelurus, 200, et le livre des lettres, 119, Movses Tsur- tavi, 'Causes de la
Quatrième Conseil des Dyophysites » . Le même point est souligné par Zachariah Rhetor dans son
Histoire ecclésiastique III 1.

Épisode 218

11
HISTOIRE 7

Le Catholicos appelé Eran 714 et d'autres


les évêques d'Asorestan, d'Aruastan, du Khuzhastan et d'autres pays; Pour qui
raison pour laquelle le roi Khosrov a ordonné la démolition de toutes les églises et
qu'ils devraient être mis à l'épée, à moins qu'ils n'abandonnent leur erreur et
suivez le chemin royal.
Ceux qui [soutenaient] Chalcédoine incluaient Viroy, Catholicos d'Aluank ',
et de nombreux autres évêques du territoire grec, 715 et les princes qui avaient
soumis au roi perse. | 151 | Par conséquent, il a ordonné à une dispute 716 d'être
tenu, et a demandé un compte des deux parties concernant Nicée sous
Constantin, Constantinople sous Théodose le Grand, Ephèse sous
Théodose le M oins, et Chalcédoine sous M arcien, et que tout
devraient être étudiés et rendus intelligibles. Quand il savait tout
fiable et avait vraiment compris, il les a interrogés en disant: `` Pourquoi le
les trois premiers ne disent pas deux natures avec distinction 714 comme la seconde? C'est clair
qu'il faut se diviser en deux et dire deux rois, pas un. Car je suis de
deux natures - que ce soit de mon père et de ma mère, ou de mon âme et de mon corps. M ais
la divinité, si elle n'est pas en tout lieu et ne peut pas être ou causer quoi que ce soit
souhaite, quelle sorte de divinité est-ce?
Puis il ordonna à Zakarias, le patriarche de Jérusalem et le philosophe
de la ville d'Alexandrie 717 pour être interrogés, afin qu'ils puissent déclarer la
vérité avec un serment. Ils ont répondu en disant: `` Si nous ne nous étions pas détournés de
Dieu, alors il en colère ne se serait pas détourné

714 C'est-à-dire le Catholicos « Nestorien» d'Iran; cf. 70, n ° 63. Asolik l'appelle « Anna» , le syriaque Hanan.
Dans sa discussion de cette lettre Flusin, Si Anastase II. 115, note qu'il y avait un poste vacant dans le
Catholicosate de 609 jusqu'à la mort de Khosrov.
715 Ie ceux qui avaient été emmenés en captivité après les invasions perses du début du septième
siècle. P our Viroy, voir MD II 14; HAnjB , n ° 2. Il a passé 25 ans en état d'arrestation au tribunal persan
[603-628], mais a conservé son titre de Catholicos. Asolik ajoute « le Catholicos d'Iberia» avant Viroy.
716 Contestation : p'ayk'ar, cf. Elishe 170, 175, avant un martyre. Voir idem, 15 ans, pour un
« examen» , handes, des différentes religions. P our de telles disputes à l'époque de Khosrov, je vois Jean
d'Éphèse VI 20.
717 Sur 149, Sebeos mentionna plusieurs « philosophes» d'Alexandrie. Mais Alexandrie n'était pas
capturé jusqu'en 619; Flusin, St Anastase II. 116.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 124/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 219

711 Grand rabbin: hreapet, allumé. « Chief Jew» , une correction de Malkhasean pour le hayrapet,
« patriarche» , du MSS; voir Abgaryan n.544. La seule référence à ce terme dans la NBHL est Asolik
II2, qui répète ce récit de Sebeos. Asolik ajoute « et Severians» après « Nestorians» .
718 Avec distinction: bazhanmamb, allumé. « par division» . Le terme arménien rend le grec
diairesis, pour son importance dans la christologie de Théodore de Mopsuestia et Nestorius,
voir Lampe, sv, II. A2. P our l'opposition arménienne à la division des natures, cf. Livre de lettres 39;
la manifestation attribuée à John Mandakuni; et les nombreuses entrées dans Timothy Aelurus et le
Knik 'Hawatoy [Sceau de foi],

Épisode 220

118
SEBEOS

de notre part. Mais maintenant, dans la crainte de Dieu, nous déclarerons la vérité devant vous.
La vraie foi est celle qu'ils ont déclarée à Nicée au temps des bienheureux
Constantine. En accord avec cela, [les conseils] de Constantinople et
Éphèse. En conformité avec ceux-ci est la vraie foi des Arméniens. Mais qu'était-ce
déclaré à Chalcédoine n'est pas d'accord avec eux, car Votre bienveillance a
appris.' 720
Le roi ordonna qu'une fouille soit faite dans le trésor. Ils ont trouvé le vrai
la foi de Nicée écrite, qui avait été scellée avec l'anneau du roi Kawat et
son fils Khosrov, et ils ont réalisé la conformité avec lui de la foi de l'Arménie. 721
À cet égard, le roi Khosrov a ordonné: `` Tous les chrétiens qui sont sous mon autorité
devrait avoir la foi de l'Arménie ». Ceux qui se sont conformés à la foi de l'Arménie en
les régions d'Asorestan étaient Kamyishov le métropolitain 722 et dix autres évêques,
et la pieuse reine Shirin, et le vaillant Smbat, et le grand médecin-chef. Puis
le roi Khosrov a ordonné qu'une copie de la foi orthodoxe soit scellée avec sa propre bague et
déposé au trésor royal.
Alors maintenant, 'parce que Dieu nous a délivrés de la servitude à l'empire de
ténèbres ', 723 et nous a rendus dignes de la domination de votre cité céleste, combien le
est-il plus juste pour nous de jouir de cette paix à propos de laquelle nous devons demander à
Christ Dieu pour votre règle pieuse et aimante de Dieu pour qu'elle reste impassible pour toujours, comme
les jours du ciel sur la terre 724 avec une grande victoire, [152] régnant sur l'ensemble
univers, mer et terre. Bien que vous soyez dans le corps de la race humaine, vous
occupez la place du trône divin. Et la lumière de la gloire de ton amour pour Dieu
la règle a imprégné tout ce qui est en dessous - vous qui êtes couronnés du ciel,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 125/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
720 C'est l'argument arménien standard, souvent répété dans le Livre des Lettres et
exprimée dans la lettre de Babgen, 48-51, lors du premier concile de Dvin en 506. Voir aussi Mahé,
'L'eglise' 460.
721 Bien que Sebeos ait noté le baptême de Khosrov. 69 70, il n'y a pas fait référence auparavant
document.
722 Kamyishov, évêque de Beth Dasen; AG 294, pour le nom. Il mourut en 609, Flusin, St Anastase
116. Il apparaît dans le Livre des Lettres 218, dans une liste d'évêques à la demande desquels Komitas a écrit son
II,

lettre « On Faith» . Là, huit autres évêques sont nommés plus « beaucoup d'autres» , ainsi que Smbat. P our Shirin,
Épouse chrétienne de Khosrov II, voir 85 [bien qu'il n'y soit pas suggéré qu'elle ait la foi du
Arméniens]; pour le « médecin-chef» , voir 149. n.708.
723 Col. 1.13. Sebeos se détourne de son récit pour s'adresser à Constans. L'épithète 'céleste
city ', erknak'atak' , car Constantinople n'est pas attestée dans la NBHL.
724 Ici se termine la citation de ce document dans Asolik.

Épisode 221

11
HIST OIRE 9

vous la vantez de tous les chrétiens par la puissance du signe divin de la croix, vous
qui ressemble au pieux serviteur de Dieu, au divinement gracieux, au vaillant et
victorieux, le bienheureux sauveur Héraclius, votre grand-père, qui a sauvé
cruel bourreau 72 ^ le monde entier - que Christ Dieu bénisse maintenant à travers
Votre piété.
Quant à l'enquête que vous avez ordonnée de faire sur l'unité de
la foi, et la déclaration de profession de piété que vous nous avez envoyée votre
serviteurs indignes, quand nous l'avons vu, nous avons offert l'obéissance 725 et avec une grande joie
glorifié le Christ et béni sa bienfaisance. Maintenant, de la manière suivante, nous avons
appris la vérité de la foi. L'évangéliste Jean dit: `` Au commencement était le
Parole, et la parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 726 Et la même chose encore
dans son [épître] catholique dit: «Qui était dès le commencement, dont nous avons
entendu, à qui nous étions effectivement des témoins oculaires, à qui nous avons regardé; et nos mains
"70 pieds * 70Q

touché la parole de vie. «Voici, la parole s'est faite chair. Et la vie était
révélé; et nous avons vu et rendu témoignage et décrit pour vous la vie éternelle qui
était avec le Père et nous est apparu. 727 Le même Jean dit dans son évangile: 'Non
on a vu Dieu. 728 Et Paul dit: `` Que personne de l'humanité n'a vu, ni ne peut
à voir.' 729 Pourquoi alors dit-il: `` Nous étions vraiment des témoins oculaires '', et: `` De qui
on a regardé; et nos mains ont touché la parole de vie ', et:' Qui était avec le Père
et nous est apparu »? C'est très génial, comme en fait cela doit être en ce qui concerne le
divinité; pourtant c'est très humble et bienveillant à l'égard de la nature humaine. Maintenant
il est clair qu'il décrit l'incarnation de Dieu, comme la parole du Seigneur
déclare: «Celui qui m'a vu a vu le Père». 730 `` Moi '', dit-il, comme un seul et non
«nous», comme deux. Là, il ne parle que de la divinité: `` Qui seul possède
immortalité, habitation

725 Obeisance: erkrpagul'iwn ; voir n ° 177.


726 Jn. 1.1. Les citations suivantes du Nouveau Testament ne sont pas prises comme un bloc de
lettres arméniennes antérieures.
727 IJn. 1.2.
728 Jn. 1.18.
729 Je Tim. 6.16b.
730 Jn. 14.9.

Épisode 222

725 Sauveur: p'rkul'enagorts, allumé. « salvifique» . Il n'est attesté qu'ailleurs en arménien du


corps salvifique et sang du Christ. Grand-père: Hawun , une correction par Abgaryan, n ° 559, pour le
hawrn, « père» , du MSS. Bourreau: dahich, souvent utilisé des P erses dans le contexte de
martyres.
728 I Jn. 1.1.
729 Jn. 1.14.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 126/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 223

120 SEBEOS

dans une lumière impressionnante et inaccessible ».» 4 Alors qu'ici [il parle] de
l'humanité et la divinité, parce que l'invisible n'apparaît pas, mais dans le visible
nous avons vu l'invisible; puisque dans le visible [était] la nature paternelle divine et le
nature maternelle humaine. [153 | Car la nature paternelle était unie à l'humain
la nature dans une union immuable. 71 "'Une forme a été engendrée, Dieu et homme, comme un
lampe. 734 [Paul] de Tarse déclare: «Il y a un Dieu et un médiateur entre
Dieu et l'humanité. ' 735 `` Il n'y a plus de médiateur d'une seule personne '', 736 parce que le
l'unité vient des deux - comme par l'union d'Abraham et de Sarah Isaac est né. De même
Le Christ est né du Saint-Esprit et de Marie, une seule nature par une
union sans confusion, 737 ineffable selon Dieu du Père, et parce qu'elle
la virginité n'était pas perdue.
Ainsi, le Seigneur Jésus-Christ est un, Dieu et homme. La vie accrochée à la croix 738

devant les yeux [du peuple] selon la déclaration prophétique: «Par les blessures de qui nous
étaient tous guéris ». 739 De cette manière aussi, le bienheureux Jean déclare l'union dans son
catholique [épître], disant: «C'est lui qui est venu avec le feu, l'Esprit et le sang, Jésus
Christ. Non seulement avec de l'eau, mais avec du sang et de l'eau. Et c'est l'Esprit qui
rend témoignage, parce que l'Esprit est vérité. Ce sont les trois qui témoignent: Esprit
et l'eau et le sang. Et les trois sont un. [Même si] nous devions en avoir
témoignage de l'humanité, sûrement le témoignage de Dieu est plus grand qu'il a témoigné
concernant son Fils. 740 'Il est mon Fils bien-aimé en qui je me complais. Écoutez-le. 741
Il n'a pas divisé [le Fils] en deux natures et deux personnes et deux esprits. 742 Mais
en disant «il» et «lui», il a rendu l'unité claire. Tout comme le même évangéliste
démontre en disant: 'Le

734 Lampe: chrag , voir Lampe, sv lyxnos, pour cette image. Forme: lesak, rendu eidos ou
morphe.

735 Je Tim. 2.5.


736 Gal. 3.20.
737 Unconfused: anzang , voir Lampe, sv asygxytos.

738 Croix: / г'ау », comme n ° 405.


739 Est. 53,5; Je Pet. 2.24.
740 Je Jn. 5,6-9; notez les variantes textuelles de ce passage dans Metzger, Textual Commentary.
741 Mk. 9,7; cf. Mt. 3,17, Mk. 1.11.
742 Minds: mitk '\ pour les références à cette dispute théologique, voir Lampe, sv nous.

Épisode 224

HIST OIRE 12
1

L'Esprit, l'eau et le sang, et les trois ne font qu'un. Et ailleurs, il dit:


«Le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. 743 Voici, Jésus-Christ est Fils
de Dieu et de l'homme, 744 et les deux ensemble [sont] une seule nature. Maintenant, que la divinité
est incorporel et immortel est clair pour tous. Mais c'est plus rempli d'émerveillement et

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 127/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
bienfaisance, merveille et signe d'un grand amour pour les hommes - que l'incorporel était
incarné, et l'invisible a été vu, l'intouchable a été touché, le
intemporel avait un commencement, 745 le Fils de Dieu devint fils de l'homme et rejoignit son
l'humanité à la grandeur de sa divinité.
Maintenant, l'apôtre de Dieu a mentionné son humiliation lui-même `` jusqu'à la mort et
la mort de la croix ». 746 'Alors que nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu
| 154] par la mort de son Fils ». 744 Il dit encore: `` Qui n'a pas épargné le sien
Fils, mais pour le bien de nous tous l'a remis ». 747 Et encore: 'S'ils avaient su,
ils n'auraient certainement pas crucifié le seigneur de gloire. 748 De plus: 'Dieu a envoyé
son Fils à l'image d'un corps de péché pour le péché; et il a condamné le péché en
le corps.' 749 Qu'est-ce que c'est «qu'il a condamné»? Cela signifie qu'il a retenu celui qui
avait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire Satan ». 750 Que dirait alors le Seigneur au
ouvriers de la vigne? 'Quand le moment de la récolte était arrivé, il a envoyé son
serviteurs aux ouvriers pour recevoir ses produits. Mais les ouvriers ont saisi son
serviteurs; certains ils ont torturé, certains ils ont lapidé et certains ils ont tué. Puis il a envoyé
son propre fils, en disant: Peut-être seront-ils honteux par mon fils. Mais le
ouvriers, quand ils virent le fils, dirent: "Celui-ci est l'héritier; venez, tuons-le, et
l'héritage sera à nous. "Et le chassant de la vigne, ils tuèrent
lui.' 751 Non seulement le Fils de Dieu est la parole, il est à la fois la parole et la chair,
et la chair de la parole ensemble. Car bien que la chair soit homme, elle est aussi Dieu.
Donc, ceux qui depuis le début étaient

743 I Jn. 1.7.


744 De l'homme: mardoy, comme dans le texte de Mihrdatean. Il y a une erreur d'impression en Abgaryan [ anmardoy],
deux lignes consécutives se terminant ew an-.
745 C'est le ... début: le thème, mais pas la formulation exacte, de I Jn. 1; cf. Enseignement, 377-9. le
terme «rejoindre», khafnel est à la base de l' enseignement.
746 Phil. 2.8.

747 Rom. 8.32.


748 I Cor. 2.8.
749 Rom. 8.3.
750 Heb. 2.14.
751 Matt. 21.34-39.

Épisode 225

734 Je Tim. 6.16a.

735 Immuable: anp'op'okheli , un caïque sur atreptos. L'adjectif grec habituel qualifiant le
l'union est asygxytos; voir n ° 739 ci-dessous.
749 Rom. 5.10.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 128/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT

Épisode 226

122 SEBEOS

témoins oculaires et serviteurs de la parole, ont enseigné à leurs disciples


clairement. Et ils ont à leur tour transmis la même chose à leurs disciples, et
en outre confirmé cette même tradition par écrit. 755
Beaucoup d'apôtres ont reçu l'ordination épiscopale: comme Justin,
Enanklitos et Clément à Rome; 756 Ananias à Alexandrie; Simon Cléophas
à Jérusalem; Denys l'Aréopagite à Athènes; et l'autre Denys dans
Corinthe; et l'autre Timothée à Ephèse; et Titus en Crète; et Polycarpe dans
Smyrne d'Asie; et Euodia, c'est-à-dire Pierre, à Antioche; et Irénée de Gaule,
disciple de Polycarpe, dans l'église de Lyon. Plus un autre nombre infini
multitude d'évêques et de prêtres merveilleux et d'orateurs inspirés, philosophes,
et admirable clergé 757 de l'église, qui a scellé par écrit la vraie foi de la
l'église dans leurs églises respectives avec l'exposition apostolique.
Il ressort clairement du concile de Nicée qu'ils étaient tous pleinement disciples, qui
avait reçu [la foi] des apôtres et confirmé la même chose à Nicée.
[155] Car ils ont dit concernant le Fils: La même nature du Père, à travers

que tout a été créé au ciel et sur terre; qui pour nous et pour
notre salut s'est fait homme. 758 ' 8 De même, saint Grégoire a appris de son
prédécesseurs et nous a appris: `` Qui croyait au corps, il leur a fait
connu sa divinité; et ceux qui ont trébuché à cause de la chair ont nié le
la nature. Car il était incarné dans une seule nature, et il a rejoint et uni cette
l'humanité avec sa propre divinité, l'immortel avec le mortel, afin qu'il puisse
liez tous les hommes indissolublement à sa divinité immortelle. 759
Nous gardons donc notre foi, non pas comme étant définis par des personnes très récentes, mais comme nous
l'ont reçu des saints apôtres par l'intermédiaire de notre patriarche saint Grégoire, qui
instruit le roi Trdat et les princes d'Arménie presque

755 Mais l' Enseignement, 699-700, attribue les Évangiles à la toute première génération, la
« témoins oculaires» .
756 Les apôtres et leurs évêchés sont pour la plupart tirés de la version arménienne d'Eusèbe,
Histoire ecclésiastique. P our ces trois, voir III 21. Ananias: II 24; Simon: III 32; Denys le
Aréopagite: Actes 17.34; Denys à Corinthe: III 32; Timothée et Tite: III 4; P olycarpe: III 36;
Euodias: III 22 [l'ajout de P ierre est une erreur dérivée d'un malentendu du texte syriaque;
l'arménien n'a pas été traduit directement du grec]; Irénée: V 5.8. De Gaule: lire galliats'i, pour th
egalileats'i 'de Galilée', dans le texte.
757 Clergé: mankunk »; cf. n.233 ci-dessus. Il est à noter que l'auteur ne fait aucune référence à
les origines du christianisme en Arménie.
758 Le libellé n'est pas exactement identique à celui du Credo 156 ci-dessous.
759 Sebeos cite l' Enseignement 369 385, mais ajoute: « Car il était incarné dans une seule nature» .

Épisode 227

12
HISTOIRE 3

30 ans avant Constantine. 760 De même St tewond, le grand


archevêque de Césarée, où saint Grigorios a été élevé et éduqué, qui
en effet, il l'a ordonné prêtre 761 - il a lui aussi confirmé la même tradition.
Une deuxième fois [la foi a été confirmée, quand] les pères saints et vrais
assemblé à Nicée sur l'ordre du roi Constantin qui aime Dieu; 762
et ils ont enlevé tous les délires de la secte impie et ont semé la vraie foi
dans le monde entier. Présent il y avait St Rstakes, fils de saint Grégoire,
qui a reçu les préceptes de la foi du saint conseil et du grand roi
Constantin, qu'il a apporté et présenté au roi Trdat, qui aime le Christ
et le saint patriarche Grégoire, ainsi que les préceptes du bienheureux
Constantine. 763 Sur ce point, nous restons fermes, et nous estimons que la même chose est suffisante pour
enseignement de la foi juste selon le dicton: `` Ne changez pas la
limites de la foi que vos pères ont établies. 764
Encore une troisième fois 765 [la foi fut confirmée] lorsque le roi Trdat se prépara
et prit avec lui le saint évêque Grigorios, et son fils l'évêque Rstakes, et
sur le plan militaire, les quatre plus hauts gradés de son palais, et avec 70 000
des hommes, chefs d'élite de toutes ses provinces, se rendirent à Rome pour voir Constantin.
Lorsqu'ils se virent, il présenta saint Grégoire à Constantine; et il
se prosterna aux pieds de saint Grégoire pour être béni par lui. Puis
ils ont accepté comme intermédiaire la foi au Seigneur Jésus-Christ. Et avec un
serment les deux rois se sont unis, gardant pour toujours une paix mutuelle sûre
entre

760 Agat'angelos ne date pas la conversion de Constantin. Il déclare simplement que Gregory est devenu
évêque en 17e année de Trdat, après 15 ans de prison. MX, II 91, date le règne de Trdat à la troisième année de
Dioclétien, soit 286/287. Selon Aa 872, Trdat et Gregory ont rencontré Constantin longtemps après la
la conversion de ce dernier, mais avant Nicée.
761 Gregory a été élevé à Césarée: Aa 37, où l'orthographe grecque Grigorios est utilisée. P our

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 129/270
11/10/2020 L'histoire arménienne attribuée à Sebeos TT
L'ordination de Grégoire, voir Aa 800-5, où Agat'angelos ajoute « épiscopat» après « sacerdoce» .
762 Le texte ne fait pas référence au deuxième concile de Nicée, mais est mal formulé. le
signifiant 'une seconde fois [la foi a été confirmée, lorsque] les saints pères se sont réunis ...' émerge de
le paragraphe suivant, où l'adverbe « quand» a un sens assez clair.
763 P our Aristakes à Nicée, voir Aa 884-5; après avoir ramené la foi, dit Agat'angelos,
Gregory 'a fait des ajouts à ces canons éclairants, rendant encore plus glorieux son propre voir de
Arménie'. Agat'angelos ne se réfère pas aux préceptes de Constantin; l'empereur a simplement avoué le
Foi.
764 P rov. 22.28, avec « de la foi» ajouté!
765 Troisièmement: une correction d'Abgaryan, n ° 566, pour le `` second '' du MSS qui répète le
« deuxième» du paragraphe précédent.

Épisode 228

124 SEBEOS

leurs deux personnes royales. Ils nous ont confirmé une fois de plus la vérité de la
foi que l'esprit saint avait fondée en nous. 766
| 156 | Nous ne reconnaissons pas les autres conseils tenus ailleurs. Et nous considérons comme
suit: que votre palais aimant Dieu détient le fondement de votre foi de la
béni Constantin et le concile de Nicée. Que tous ceux qui acceptent plus de
que - même s'il est un ange du ciel 767 - soit un anathème. Donc, tous les enseignants du
Eglise qui excellait dans les compétences philosophiques et comprenait la vision divine,
ont reçu une véritable fondation des saints apôtres, c'est-à-dire de vous. 768 l' ont
répandre l'Évangile dans le monde entier. Notre saint et vrai catholicos
Grégoire, élevé et éduqué à Césarée de Cappadoce, nous a enseigné cette doctrine, en
que nous sommes restés immobiles jusqu'à présent. 769 En plus de lui, nous avons comme
enseignants les saints pères, orateurs de la vérité, qui ont tous professé Nicée: Justin,
Denys, Victor, évêques de Rome, et Denys d'Alexandrie, Pierre le martyr,
T héo- philus, Athanase, Cyrille évêque d'Alexandrie, Basil évêque de Césarée,
Gregory Nazianzenus, Grégoire de Neocaesarea le prodige, Grégoire de
Nyssa, le frère de Basile, et d'innombrables autres pasteurs de l'orthodoxie en harmonie
avec ceux-ci, dont la vie est bien connue. 770
Maintenant, parce que les ennemis de la piété ont souvent attaqué et ruiné notre terre,
comme ils ont détruit la population de notre pays, ils ont également exterminé les
testaments et vardapets de l'église. Maintenant notre

766 P our cette visite, qui est souvent rappelée dans la littérature arménienne, voir Aa 873-7, et
Thomson, « Constantine et Trdat» . Mais selon toutes les recensions d'Agat'an- getos, le voyage
à « Rome» a précédé le concile de Nicée [bien qu'une des versions grecques, appelée Vg, omet Nicée;
voir Garitte, Agalhange 270 pour un synopsis des variantes]. La progression: Césarée, Nicée, Rome,
appartient à Sebeos, pas à sa source. Mais sur 160 ci-dessous, la visite à