Vous êtes sur la page 1sur 88

République de Côte d’Ivoire

Union-Discipline-Travail

Ministère de l’enseignement supérieur Ministère de l’Industrie


et de la recherche scientifique

Centre Régional de Formation Supérieure en Métrologie

(CREFSEM)

Mémoire de Fin d’Etude pour l’obtention du diplôme de


MASTER 2 en métrologie

Étude et Simulation de Mise en place d’un banc d’essai


pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Présenté par :

M AKOUPO FRANÇOIS XAVIER


Auditeur en Master 2 de Métrologie

Tuteur de stage Encadreur Pédagogique

Mr SERGE LATTA Dr SOMO COULIBALY

Directeur d’Exploitation à CIM Enseignant- Chercheur à l’INPHB

Première promotion : 2016-2017


Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

DEDICACE
A mon père Akoupo Béché
A ma mère Aka Adèle Epouse Akoupo
A mon Petit frère Akoupo Ben
A ma cherie Anicette Kouamé
A toute ma famille
A tous ceux qui m’ont porté dans leurs cœurs
A tous ceux qui me sont chers

DEDICACE

I
Akoupo François Xavier MASTER en métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

REMERCIEMENTS
PROPOSEMSOMM
AIRETS
Nous ne saurions débuter ce mémoire de fin de cycle sans exprimer notre profonde gratitude et
notre reconnaissance continuelle à toutes les personnes ont contribué à la réalisation effective
du présent mémoire.

Nous tenons à remercier particulièrement :

➢ Monsieur SOMO COULIBALY, Enseignant chercheur à l’INP-HB et notre encadreur


pédagogique pour son soutien et ses conseils ;
➢ Monsieur ROGER AKPE, Directeur Général de la Compagnie Internationale de
Métrologie pour avoir permis notre stage au sein de son entreprise ;
➢ Monsieur SERGE LATTA, Directeur d’exploitation de la Compagnie Internationale
de Métrologie pour ses conseils avisés et son apport critique lors de la rédaction de notre
mémoire ;
➢ Monsieur Jean Paul APPOUTRI, Responsable du laboratoire de Métrologie de CIM ;
➢ Monsieur Kossi Edem AMEWUHO, Responsable du laboratoire de Métrologie de,
Consultant Métrologue à PROCESS INSTRUMENTS Maroc ;
➢ Nos remerciements vont également à l’endroit de tous les professeurs du Centre
Régional de Formation Supérieure en Métrologie de Yamoussoukro, pour la qualité
de l'enseignement qu'ils ont bien voulu nous prodiguer durant notre formation.
Nous terminons nos propos par l’expression notre reconnaissance envers tous ceux qui de prêt
ou de loin ont contribué au notre formation.

REMERCIEMENTS

II
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

AVANT-PROPOS
AVANT-PROPOS

FIGUREST PLISTE
Actes de création de l’INP-HB

DES
L'Institut National Polytechnique Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, en abrégé INP–HB, est
né par Décret 96–678 du 04/09/96, de la fusion de l'École Nationale Supérieure d'Agronomie
TABLEAUXROPOS
(ENSA), l'École Nationale Supérieure des Travaux Publics (ENSTP), l'Institut Agricole de
Bouaké (IAB) et de l'Institut National Supérieur de l'Enseignement Technique (INSET), quatre
établissements que l'on désignait communément sous le vocable Grandes Écoles de
Yamoussoukro. Aujourd’hui, l'INP-HB compte en son sein ; non seulement huit (8) écoles :
• Missions de l’INP-HB :
Définies par le décret 96-678 du 04/09/96, les missions de l’INP-HB sont :
• La formation initiale et la formation continue : formations diplômantes et qualifiantes
de techniciens supérieurs, d’ingénieurs (des techniques ou de conception) dans les
domaines de l’industrie, du commerce, de l’administration, du génie civil, des mines et
de l’agronomie ;
• La recherche appliquée dans les domaines précédemment cités ;
-L’assistance et la production au profit des entreprises et administrations.
• Ambitions de l’INP-HB
Ses ambitions sont à la mesure des espoirs que la nation ivoirienne et la sous-région placent en
lui pour la formation des élites, qui leurs assureront une présence digne dans le concert des
nations du troisième millénaire. Il ambitionne aussi de développer son leadership tant au plan
national qu’à l’échelle sous régionale dans le domaine de la formation et de la recherche
technique et technologique.
• Les écoles et centres de formation de l’INP-HB
Aujourd’hui, l'INP-HB compte en son sein huit (8) écoles que sont :

• Ecole Supérieure d’Agronomie (ESA) ;


• Ecole Supérieure d’Industrie (ESI) ;

III
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

• Ecole Supérieure de Commerce et d’Administration des Entreprises (ESCAE) ;


• Ecole Supérieure des Travaux Publics (ESTP) ;
• Ecole Supérieure des Mines et de Géologie (ESMG) ;
• Ecole de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres (EFCPC) ;
• Classes Préparatoires aux Grandes Ecole (CPGE) ;
• Ecole Doctorale polytechnique (EDP).
Et quatre (4) centres à savoir :

• Centre de Préparation aux Diplômes de l’Expertise Comptable (CPDEC) ;


• Centre d'Excellence Africain des Mines et Environnement Minier (CEA-MEM) ;
• Centre de formation pour l’obtention d’un Diplôme d’Études Supérieures de
Comptabilité et de Gestion Financière (DESCOGEF) ;
• Centre Régional de Formation Supérieure En Métrologie (CREFSEM).
C'est au sein du CREFSEM que nous suivons, sur un (1) an, une formation de Master en
Métrologie. Elle initie au terme de la formation de ses auditeurs, un projet de fin d'Études sur
des thèmes ayant trait à la formation des auditeurs. Celui-ci est sanctionné par un rapport écrit
et soutenu devant un jury d’évaluation pour l’obtention du Diplôme de Master professionnel en
Métrologie. C’est dans ce cadre que nous avons effectué un stage du 06 juin au 06septembre
2017 au sein de la Compagnie Internationale de Métrologie (CIM).

SOMMAIRE

IV
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

SOMMAIRE
DEDICACE ................................................................................................................................. I
REMERCIEMENTS ................................................................................................................. II
AVANT-PROPOS .................................................................................................................. III
SOMMAIRE ............................................................................................................................ IV
LISTE DES FIGURES ............................................................................................................ VI
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................VII
RESUME ............................................................................................................................... VIII
ABSTRACT ............................................................................................................................. IX
INTRODUCTION ...................................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE : APERÇU GÉNÉRAL DU CADRE D’ÉTUDE ................................... 2
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL.................................. 3
CHAPITRE 2 : PRESENTATION DES METHODES D’ETALONNAGE DE
DEBITMETRES ........................................................................................................................ 9
DEUXIEME PARTIE : SIMULATION DU BANC D’ESSAI ............................................... 17
CHAPITRE 3 : ETUDE DE L’EXISTANT ............................................................................ 18
CHAPITRE 4 : SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU BANC D’ESSAI ........................... 24
TROISIEME PARTIE : EXPLOITATION DU BANC D’ESSAI .......................................... 45
CHAPITRE 5 : EVALUATION DES INCERTITUDES ........................................................ 46
CHAPITRE 6 : ESTIMATION ECONOMIQUE DU PROJET .............................................. 55
CONCLUSION ........................................................................................................................ 57
RECOMMANDATIONS ......................................................................................................... 58
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................................. X
GLOSSAIRE ...........................................................................................................................XII
ANNEXES ......................................................................................................................... XVIII

V
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

LISTE DES FIGURES


LISTE DES FIGURES
Référence Titre de la figure………………………………………………………. page
Figure 1.1 Organigramme de CIM…………………………………………………. 5
Figure 2.1 Principe de la mesure du débit par la mesure de la différence de temps
de transit…………………………………………………………………. 11
Figure 2.2 Débitmètre à étalonner dans la section de mesure……………………… 13
Figure 2.3 Banc d’essai gravimétrique……………………………………………… 13
Figure 2.4 jauge de volume de précision…………………………………………… 14
Figure 3.1 Kit du débitmètre OPTISONIC 6300 P………………………………… 18
Figure 3.3 Convertisseur de mesure UFC 300 P…………………………………… 19
Figure 3.4 Capteur monorail………………………………………………………. 19
Figure 3.5 Boîtier de raccordement d’Entrée/Sortie………………………………… 20
Figure 3.6 Principe de mesure………………………………………………………. 20
Figure 3.7 Cuve à eau de CIM………………………………………………………. 21
Figure 4.1 Pompe en circuit ouvert………………………………………………….. 26
Figure 4.2 Pompe en charge………………………………………………………… 26
Figure 4.3 Pompe immergée………………………………………………………… 26
Figure 4.4 Circulateur………………………………………………………………. 28
Figure 4.5 Dispositif monobloc à vitesse variable………………………………….. 28
Figure 4.6 Brides à orifice………………………………………………………….. 33
Figure 4.6 Schéma du banc d’essai…………………………………………………. 35
Figure 4.7 Disposition des rails……………………………………………………… 37
Figure 4.8 Schéma fonctionnel du dispositif de mesure…………………………….. 38
Figure 4.8 Installation de la pompe et des manomètres…………………………….. 42
Figure 4.9 Installation des tuyauteries………………………………………………. 42
Figure 4.10 Installation de protection électrique du banc……………………………. 43
Figure 4.12 Installation du moteur monophasé de la pompe………………………… 44
Figure 4.12 Branchement contacteur Mano et régulateur de niveau sur un démarreur
direct…………………………………………………………………….. 44
Figure 5.1- Diagramme d’Ishikawa………………………………………………… 49
Figure 5.2 déclaration de conformité……………………………………………… 55

VI
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

LISTE DES TABLEAUX


Référence Titre du tableau ………………………………………………………. page
Tableau 1 - choix des débitmètres par type de fluide……………………………... 11

Tableau 2 - choix par performance de mesure …………………………………… 12

Tableau 3 - caractéristiques de pompe du banc d’essai………………………….. 28


Tableau 4 -Coefficient Kac pour accessoires de tuyauterie……………………… 29

Tableau 5 - valeurs possibles de k en fonction du niveau de confiance………… 52


Tableau 6 - Les marges de tolérance en fonction de la classe d’exactitude……... 53
Tableau 7 - récapitulatif des dépenses……………………………………………. 55
Tableau 8 - récapitulatif des calculs sur l’échantillon ……………………………... 56

LISTE DES TABLEAUX

VII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

RESUME
La maitrise des mesures de débits est d’une difficulté majeure en entreprise et dans le
commerce. Cependant, il manque des structures locales avec des équipements adéquats pour
effectuer l’étalonnage de ces appareils. Face à ce problème, la Compagnie International de
Métrologie (CIM) soucieuse d’accompagner les industriels dans la gestion de leur service de
métrologie, s’y est fortement intéressée. De ce fait, notre projet de fin d'étude porte sur l’étude
et la simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage de débitmètres. Dans un
contexte de recherche de solution face à ce besoin grandissant et dans le but d’optimiser les
ressources de CIM, un diagnostic objectif en vue de mener des activités d’étalonnage des
débitmètres s’avérait nécessaire. L’objectif général de ce projet est de proposer un banc d’essai
pour l’étalonnage des débitmètres et de faire une simulation de son fonctionnement. Pour
atteindre nos objectifs, notre démarche méthodologique est basée sur la recherche documentaire
et les enquête dans des entreprises. Les résultats de nos travaux ont conduit à la proposition
d’une procédure d’étalonnage, d’un modèle de certificat d’étalonnage, d’un constat de
vérification des débitmètres, d’un modèle de fiche de relevé de mesure et d’une méthode
d’évaluation des incertitudes de mesure. Nous avons également conçu un outil informatique de
gestion du fonctionnement du banc.
Mots clés :

➢ Banc d’essai
➢ Constat de vérification
➢ Débit
➢ Etalonnage
➢ Evaluation des incertitudes

RESUME

VIII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

ABSTRACT
The mastery of flow measurements is a major difficulty in business and trade. However, they
are not local structures with adequate equipment to calibrate these devices. Faced with this
problem, the International Metrology Company (CIM), which assists industrialists in the
management of their metrology service, was very interested in it. As a result, our study project
focuses on the study and simulation of the establishment of a test bench for calibration of flow
meters. In the context of finding a solution to this growing need and in order to optimize the
resources of CIM, an objective diagnosis in order to carry out calibration activities of the flow
meters proved to be necessary. The general objective of this project is to propose a test bench
for calibration of flow meters and to simulate its operation. To achieve our objectives, our
methodological approach is based on documentary research and surveys in companies. The
results of our work led to the proposal of a calibration procedure, a calibration certificate
template, a flowmeter verification report, a measurement report card template and a method for
evaluating measurement uncertainties. We also designed a computer tool for managing the
operation of the bench.
Keywords :
➢ Verification statement
➢ Flow
➢ Calibration
➢ Assessment of uncertainties

ABSTRACT

IX
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

INTRODUCTION

Les produits du quotidien sont vendus, dosés et facturés sous forme liquide, et/ou gazeuse. Ces
échanges commerciaux impliquent d’importantes sommes d’argent et il est souvent difficile
d’estimer la quantité de fluide vendue, achetée, ou consommée. C’est pourquoi nous utilisons
des débitmètres pour mesurer la consommation. Ces compteurs permettent d’enregistrer la
quantité de fluide et de déterminer le prix à payer. Pour les petites quantités, les erreurs de
mesure ne risquent pas de provoquer des pertes significatives mais pour des pétroliers aux
capacités immenses, la moindre erreur de mesure peut avoir pour conséquence d’énormes
déficits dans la comptabilité finale, parfois au détriment du consommateur, parfois au détriment
du fournisseur. Du coup, il se pose le problème de la maîtrise des débits et des facteurs
d’influence de ces mesures. La surveillance périodique et le contrôle des débitmètres sont alors
devenus une nécessité en entreprise. Et pourtant, un grand nombre d’industriels ignorent
comment assurer la traçabilité de ces équipements de mesures. C’est pourquoi tous les
instruments de mesure doivent répondre à certaines exigences légales. Comment savoir si un
débitmètre est vraiment exact ? L’étalonnage est la seule façon de répondre clairement à cette
question. Mais les activités l’étalonnage de ces instruments sont souvent délicates à mettre en
œuvre. Elles impliquent en effet, l’utilisation d’équipements spécifiques évoluant dans un
environnement de qualité contrôlée. C’est dans cette optique que la Compagnie International
de Métrologie (CIM), soucieuse d’accompagner ces clients dans le suivi métrologique de leurs
équipements de mesure, nous a confié ce projet « Etude et simulation d’une mise en place de
banc d’essai d’étalonnage des débitmètres : cas de CIM ».

L’objectif est de concevoir un banc d’essai capable d’assurer le raccordement métrologique de


débitmètres et de garantir la confiance dans les mesures de nos clients de l’industrie.

Pour mener à bien notre travail nous l’avons subdivisé en trois (3) parties. La première partie
présente l’aperçu général du cadre d’étude notamment le laboratoire de métrologie de CIM. La
deuxième partie consiste à la simulation du banc d’essai en commençant par l’étude de
l’existant suivi du choix de la méthode d’étalonnage utilisée par le banc et la définition de ses
spécifications techniques. La troisième partie est consacrée à l’exploitation du banc.

1
Akoupo François Xavier MASTER en métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Première partie : APERÇU GÉNÉRAL DU CADRE D’ÉTUDE

Première partie :

Aperçu général du cadre d’étude

2
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Chapitre I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL

1. Historique et généralités
1.1. Historique

Crée en janvier 2005 sous le nom d’Assistance Technique en Automation et Métrologie


(ASTECAUM) par un groupe d’Ingénieurs, la société porte depuis 2008 le nom de Compagnie
Internationale de Métrologie (CIM), sous l’impulsion de la forte demande de services en
métrologie. La Compagnie Internationale de Métrologie est située à Cocody Angré Château à
la fin du boulevard Latrille.

1.2. Généralités sur CIM

Compagnie Internationale de Métrologie (CIM) a pour statut juridique de société anonyme à


responsabilité limité (SARL) avec un capital de dix million (10.000.000) FCFA, elle emploie
une trentaine de salariés en Côte d’Ivoire. CIM une société sous régionale qui intervient
principalement en Côte d’Ivoire et Afrique Sud Saharienne. Elle est basée en Côte d’Ivoire avec
des succursales au Sénégal et au Burkina-Faso

2. Les Objectifs et activités


2.1. Les Objectifs

La CIM s’est donnée pour objectif :


➢ d’accompagner les industriels dans leur quête de qualité en leur fournissant tout outil
nécessaire à la maîtrise de la mesure, d’où le slogan « pas de compromis, maîtriser vos
mesures ».
➢ de garantir la bonne qualité de nos prestations afin de satisfaire continuellement nos
clients.
➢ d’offrir des services efficaces pour une productivité efficiente des industriels
Dans le but de parfaire sa mission auprès de sa clientèle, la CIM a tissé des relations de
partenariats avec de grandes entreprises telles que :

3
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

➢ Metler Toledo en 2008 (Partenaire Suisse, n°1 mondial en analyse et pesage en industrie
et laboratoire),
➢ Wika et Testo en 2012 (Partenaires Allemands exclusif dans la distribution des
instruments de Température et de pression),
➢ Leco en 2014 (Partenaire Américain, contrat de distribution des instruments de
détection de toute substance chimique ou organique).
2.2. Les Activités de La Compagnie Internationale de Métrologie (CIM)

Les activités de CIM sont les suivantes :


➢ la réalisation d’opérations d’étalonnage et/ou de vérification des équipements de
contrôle, de mesure et d’essai (ECME),
➢ la vente des ECME,
➢ le service après-vente,
➢ le conseil et la formation aux entreprises.

3. Organisation et gestion

Une bonne organisation passe par une définition claire des responsabilités, de l’autorité et des
rapports entre tous les collaborateurs dont l’activité a une incidence sur la qualité de nos
prestations.
3.1. Organisation

CIM est organisé selon l’organigramme ci-dessous.

4
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Directeur Général

Assistante de
Direction

Responsable Responsable Responsable Responsable Responsable


Qualité Financier Infrastructure Ressources Humaines D’exploitation

Assistante de
Responsable Direction
Logistique

Chef Responsable Responsable Responsable Responsable


Comptable Commercial Recherche et Technique Marketing
Développement
Assistante Assistante
Comptable Commercial Technique
Laboratoire
Responsable
Commercial Laboratoire
Industrie
Techniciens
Commercial Responsable
Services SAV

Techniciens
Figure 1.1- Organigramme de CIM
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

3.2. Description des postes

Les rapports entre les personnes des différents services, les responsabilités et liens hiérarchiques
sont définies.
3.2.1. DGA

En charge du développement des activités de CIM dans la sous-région (Guinée, Togo, Benin,
Burkina, Mali, Niger).
3.2.2. Directeur d’Exploitation

➢ Prospecter, développer et suivre les clients à grands comptes.


➢ Superviser l’administration et la logistique des ventes.
➢ Encadrer toute l’équipe de vente.
➢ Superviser les activités du laboratoire d’étalonnage.
➢ Veiller au savoir-faire technique de l’entreprise, à l’efficacité des moyens de production
et à l’optimisation des installations.
3.2.3. Responsable des Ressources Humaines
➢ Charger du recrutement, des affaires sociales et de la formation en accord avec la
politique définie par l’entreprise.
➢ Identifier les besoins en formation des travailleurs en collaboration avec leurs
Responsables hiérarchiques.
➢ Veiller à l’application des droits du travail par l’entreprise.
➢ Assurer le respect du règlement intérieur et toutes autres dispositions au sein de
l’entreprise.
3.2.4. Responsable Infrastructure
➢ Veiller à l’approvisionnement de son domaine et alerter les personnes compétentes pour
le maintien d’un stock suffisant.
➢ Superviser la réception, l’installation et la vérification de matériel lors de sa première
mise en service.
➢ Superviser les réparations du matériel et leur envoi.
➢ Gérer le parc matériel et logiciel, optimiser son utilisation.
➢ Assurer la veille technologique et suivre les développements informatiques.

6
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

3.2.5. Responsable Financier


➢ Suivre l’activité comptable et financière.
➢ Réaliser des études économiques et financières relatives aux investisseurs de
l’entreprise.
➢ Assurer la gestion du portefeuille, élaborer et suivre la paie
➢ Analyse des données comptables et financières.
➢ Préparer les budgets avec les responsables concernés.
3.2.6. Responsable Laboratoire

➢ S’assurer de la disponibilité du matériel, des consommables.


➢ Vérifier l’intégrité du matériel utilisé et/ou livré.
➢ Mettre au point un protocole en collaboration avec le Responsable Technique et l’équipe
projet.
➢ Superviser le suivi métrologique des appareils.
4. Présentation du service d’accueil

Dans le cadre de notre stage, nous avions été accueillies au service technique de CIM. Nos
travaux ont été effectués dans le laboratoire de métrologie, sous la conduite du responsable
technique et la supervision du Directeur d’exploitation. Le service technique se divise en deux
sous-services que sont : le Service Après-Vente (SAV) et le service de métrologie. Le service
technique est assuré par une équipe de douze (12) personnes, dont un responsable technique,
un responsable de laboratoire, un responsable SAV, six(6) techniciens et trois (3) stagiaires
ingénieurs métrologues. Pour mener à bien ses activités, le service technique s’est doté de deux
laboratoires à savoir le laboratoire de température accrédité et le laboratoire général.

4.1. Laboratoire général

Le laboratoire général est composé du laboratoire de pression, du laboratoire de masse, du


laboratoire débit, du laboratoire couple et force. A cela, il faut ajouter l’atelier de maintenance
pour les SAV.
➢ Le laboratoire débimétrie :
Ce laboratoire est équipé de deux (2) débitmètres ultrasoniques de référence un KROHNE 6300
et un FLUXUS G601, ces deux équipements servent à faire des contrôles sur site.

7
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

➢ Le laboratoire de pression :
Il comprend une balance manométrique et un manomètre étalon, pour les opérations de
vérifications et d’étalonnages.
➢ Le laboratoire de masse

Ce laboratoire est composé de cinq (5) coffrets de poids étalon de classe F1, deux (2) coffrets
de poids étalon de classe E2 et vingt-cinq (25) masses étalons de vingt (20) kg. Ces coffrets
sont utilisés pour l’étalonnage des balances site et au laboratoire.

➢ Le laboratoire couple et force

Pour l’étalonnage et la vérification des presses ou capteurs de force, le laboratoire est équipé
d’une chaine de force étalon d’une capacité de 3000kN. Elle est utilisée pour des travaux au
laboratoire et sur site.

➢ L’atelier de maintenance

Cet atelier est le lieu de maintenance des équipements défectueux des clients. On y fait
également l’ajustage des équipements après réparations ou vérification et/ou étalonnage.
Gestion des consommables et de solution tampons pour étalonnage des PH-mètres font partie
des tâches assignées à la maintenance.
4.2. Laboratoire de température accrédité

Ce laboratoire comprend deux types d’équipements, des équipements sous accréditation dédiés
au laboratoire de température accrédité COFRAC et des équipements qui ne sont pas soumis à
l’accréditation. Deux types de travaux y sont effectués : les travaux sous accréditation avec les
équipements dédiés et dont la plage de mesure est couverte par la portée d’accréditation en
température de CIM (bain marine et sonde PT100, porté -10°C à 80 °C). A l’issue de ces travaux
un certificat d’étalonnage portant le logo COFRAC est délivré. Pour les travaux effectués en
dehors de la plage d’accréditation, les certificats et/constats de vérification délivrés ne
comportent pas de logo COFRAC, seul le logo de CIM y figure. Les équipements de ce
laboratoire sont listés dans l’annexe 1.

8
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

CHAPITRE 2 : PRESENTATION DES METHODES D’ETALONNAGE DE


DEBITMETRES

1. Etude des débitmètres de liquides en utilisation industrielle


Nous allons passer en revue les principaux types de compteurs installés sur des conduites en
charge, en essayant de mettre en évidence leurs qualités et leurs défauts afin de conduire à un
choix judicieux pour un mesurage de bonne qualité.
1.1. Organes déprimogènes – Diaphragme
Le principe de fonctionnement est le suivant : un dispositif créant une forte chute de pression
est intercalé sur la conduite. La mesure de cette chute de pression permet le calcul du débit. La
pression différentielle doit être mesurée avec précision. Ce matériel est facile à réaliser, peu
onéreux, mais l’installation doit respecter des longueurs droites amont et aval importantes.
1.2. Compteurs à turbine
Le principe de fonctionnement des compteurs à turbine, consiste à déterminer la vitesse
d’écoulement du liquide dans le corps du compteur assure la rotation d’une turbine ou hélice.
La vitesse de rotation de la turbine est proportionnelle au débit du liquide. Un système
électromagnétique (capteur) ou un système mécanique avec engrenages transmet au dispositif
indicateur l’information sur le volume de liquide ayant traversé le compteur.
Pour une utilisation correcte d’un compteur à turbine il faut prévoir un filtre en amont sur la
conduite et respecter les longueurs droites amont et aval indiquées par le constructeur.
1.3. Compteur électromagnétique
La condition impérative relative à son emploi est que la conductivité électrique du fluide soit
au moins de 10-6 s/cm.
La mesure de la tension V conduit directement au débit volumique et par suite à l’indication du
totalisateur. Un compteur électromagnétique peut être utilisé avec tous les liquides conducteurs,
même chargés, et le respect des longueurs droites des canalisations n’est pas impératif.
1.4. Compteur à ultrasons
Le principe de fonctionnement est basé sur la mesure de la vitesse du liquide dans la
canalisation. Plusieurs principes physiques sont utilisés mais le plus répandu est celui de la

9
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

mesure par différence de temps de transit. L’onde ultrasonore est transmise de la sonde aval à
la sonde amont et inversement et les temps de transit des ondes dans le liquide peuvent être
mesurés.

Sonde amont(1) L

Sens écoulement a U

Sonde aval(2)

Figure 2.1- Principe de la mesure du débit par la mesure de la différence de temps de transit

L L
𝑇2 = C−𝑈cos(𝑎) et 𝑇2 = C+𝑈 cos(𝑎)

L : distance séparant les 2 sondes


C : vitesse du son dans le liquide
𝑈 : vitesse du liquide dans la canalisation
a : angle de la droite reliant les 2 sondes et de l’axe de la canalisation
T1 : temps de parcours des ultrasons pour aller de la sonde 1 (sonde amont) à la sonde 2
(sonde aval)
T2 : temps de parcours des ultrasons pour aller de la sonde 2 (sonde aval) à la sonde 1 (sonde
L
amont) Si la distance axiale des 2 sondes est D : cos(𝑎) = D

De ces 2 relations on en déduit la vitesse du liquide :


𝐿2 𝛥𝑇
𝑈 = 2𝐷 𝑇 ×𝑇 Avec 𝛥𝑇 = 𝑇2 − 𝑇1
1 2

Une bonne utilisation de ces débitmètres exige de respecter des longueurs droites de
canalisations préconisées et les conditions d’implantation. Ce type de débitmètre peut être
couplé à un micro-ordinateur équipé d’un logiciel définissant les paramètres de l’application et
permettant de suivre en temps réel les différents paramètres de mesure (débit, vitesse
d’écoulement, température du liquide).

10
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

1.5. Compteur à effet Coriolis


Le compteur à effet Coriolis est un compteur massique conduisant à la mesure d’une masse
(kg), le débit étant exprimé en kg/s. L’instrument est constitué par un tube en U dans lequel
circule le liquide. Ce tube est animé d’un mouvement de rotation autour de la branche qui rejoint
les deux extrémités du U. Sous l’action des forces de Coriolis engendrées par le système, le
tube en U se déforme et les capteurs qui mesurent ces déformations transmettent un signal
électrique. La force de Coriolis étant proportionnelle au débit massique, il suffit de réaliser dans
de bonnes conditions l’appréciation des déformations.
Ce matériel n’est pas sensible à la composition chimique du liquide, à sa température, sa
pression, sa viscosité et au profil des vitesses. Il ne nécessite que des longueurs droites peu
importantes et un entretien réduit. C’est un instrument sensible aux vibrations extérieures,
encombrant et coûteux.
1.6. Choix de débitmètres
Les tableaux ci-dessous présentent comment choisir un débitmètre en fonction de la
nature du liquide à mesurer et des performances des débitmètres :
Tableau 1- choix des débitmètres par type de fluide

LIQUIDE GAZ
DEBITMETRES
Propre chargé très visqueux conducteur Polyphasique Propre chargé
chargé
Diaphragme + +
Venturi + +- +- + +-
Débitmètre à + +- +- +
flotteur
Compteur + + + +
volumétrique
Electromagnétique + + + + + +

Vortex + + +
Ultrason + + + +-
Coriolis + + +- +-
Thermique + + +

11
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Tableau 2- choix par performance de mesure

DEBITMETRES Exactitude Dynamique Perte de charge

Diaphragme 0,7 à 2 % 3/1 50 à 90% de ΔPmes

Venturi 0,7 à 1,5 % 3/1 10 à 20% de ΔPmes

Débitmètre à 0,5 à 5 % 10/1 0,0025 à 0,5 bar


flotteur
Compteur 0,5 à 1% 20/1 à 50/1 très variable
volumétrique
Electromagnétique 0,5 à 1% 10/1 Négligeable
Vortex 0,75 à 1,5% 10/1 idem diaphragme

Ultrason 0, 5 à 5% 10/1 à 40/1 Négligeable

Coriolis 0,2 à 0,4 % 25/1 0,004 à 2 bar

Thermique 1% 10/1 Faible

2. Les méthodes d’étalonnage de débitmètres


2.1. La méthode gravimétrique
2.1.1. Le principe de la méthode :
La méthode gravimétrique consiste à calculer le débit massique de référence sur la base des
données collectées (la durée et le masse d’eau mesurée) puis le comparer à la valeur mesurée
par l’équipement à étalonner. Le débit massique est la masse de fluide par unité de temps qui
traverse une section droite quelconque de la conduite.
La formule de calcul est la suivante :
M
𝑄𝑚 =
t

Qm s’exprimé en kg⋅s-1
Avec :
M la masse en kilogramme (kg)
t le temps en seconde (s)

12
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

2.1.2. La description de la méthode :


Lors d’un étalonnage, on détermine selon quelle ampleur une valeur indiquée par un débitmètre
diverge ou non d’un étalon défini. Pour ce faire, l’instrument à étalonner est installé dans la
section de mesure du banc d’étalonnage, puis relié électriquement au système de commande.

Figure 2.2 - Débitmètre à étalonner dans la section de mesure

L’instrument à étalonner et l’étalon (une balance de haute précision) sont liés l’un à l’autre par
un système de tuyauterie formant un circuit. Une pompe assure une circulation d’eau homogène
à travers cette tuyauterie. Un réservoir d’alimentation veille à ce qu’une quantité d’eau
suffisante soit disponible pour l’étalonnage. Les équipements de test les plus importants pour
les bancs d’étalonnage gravimétrique sont la balance et son récipient de pesage. Associés à un
chronomètre, ces équipements sont utilisés pour déterminer le débit de référence.

Figure 2.3- Banc d’essai gravimétrique

13
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Le processus d’étalonnage commence lorsque l’eau arrive dans le système et que le débit ait
atteint la consigne souhaitée. Une fois le débit stabilisé, l’étalonnage peut commencer. Le flux
d’eau est ensuite dirigé à grande vitesse dans le récipient de pesage. Tandis qu’au même
moment le système de commande de l’installation active le compteur électronique de
l’instrument testé. Au terme d’une durée définie au préalable, la mesure est terminée et
l’écoulement de l’eau dans le récipient de pesage est arrêté.

La dernière étape de l’étalonnage consiste à calculer le débit massique de référence sur la base
des données collectées, à savoir la durée et la masse d’eau mesurée. Cette valeur de référence
déterminée avec la balance est comparée à la valeur mesurée par l’équipement à étalonner afin
de définir l’écart entre les deux. Cette comparaison permet par la suite de corriger des
différences infimes en ajustant l’instrument.

2.2. Méthode volumétrique


2.2.1. Principe de la méthode :
Le débit volumique est le volume de fluide par unité de temps qui traverse une section droite
quelconque de la conduite. Sa formule de calcul est la suivante :

V
𝑄𝑣 =
t

Il s‘exprime en mètre cube par seconde (m 3⋅s-1)


Avec V le volume en mètre cube (m3) et t le temps en seconde (s)
Le Principe de l’étalonnage la méthode volumétrique consiste à calculer le débit volumique de
référence sur la base des données collectées puis le comparer à la valeur mesurée par
l’équipement à étalonner.
En réalité, les méthodes gravimétrique et Volumétrique sont liées, car il existe une relation entre
le débit massique et le débit volumique.
M
ρ= → M = ρV
V

En remplaçant M par sa valeur on obtient :

ρV
𝑄𝑚 = → 𝑄𝑚 = 𝜌𝑄𝑣
t

14
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

2.2.2. Description de la méthode :


Cette méthode est similaire dans sa description à la méthode gravimétrique, sauf qu’ici à la
place de la balance (l’étalon dans la méthode gravimétrique), la méthode volumétrique se sert
d’un récipient de mesure.

La quantité d’eau collectée dans ce récipient est mesurée par une jauge de volume de précision.
L’instrument à étalonner et l’étalon (récipient équipé d’une jauge de volume de précision.) sont
liés l’un à l’autre par un système de tuyauterie formant un circuit.

Figure 2.4- jauge de volume de précision


Les équipements de test les plus importants pour les bancs d’étalonnage volumétrique sont le
récipient et la jauge de volume de précision. Associés à un chronomètre, ces équipements sont
utilisés pour déterminer le débit de référence. L’étalonnage consiste à calculer le débit
volumique de référence sur la base des données collectées. Cette valeur de référence déterminée
à l’aide d’une jauge de volume de précision est comparée à la valeur mesurée par l’équipement
à étalonner afin de définir l’écart entre les deux.

2.3. Méthode par comparaison


2.3.1. Principe de la méthode :
Le principe de la méthode est basé sur la comparaison de la valeur mesurée par le débitmètre à
étalonner à une valeur de référence. La valeur de référence est moyennée pour être utilisé
comme valeur de comparaison. Ces appareils sont eux-mêmes étalonnés périodiquement à
l’aide d’étalons de transfert.

15
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

2.3.2. Description de la méthode


D’abord, il est important de réunir l’ensemble des informations fournies par le client pour
garantir une traçabilité de la prestation. Après validation de la prise en charge, le débitmètre à
étalonner est installé sur le banc. Vient ensuite la saisie des paramètres d’étalonnage spécifiques
aux besoins de la prestation. Le banc est configuré en fonction de ces paramètres. L’étalonnage
se fait en standard en trois (3) points couvrants l’étendue de mesure de l’instrument. Suivant la
demande du client et l’écart constaté, un ajustage peut être réalisé, dans ce cas un réétalonnage
sera effectué pour se rassurer de sa conformité métrologique. Un certificat d’étalonnage
conforme à la norme ISO/CEI 17025 est émis avant le démontage de l’équipement.

16
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Deuxième partie:

Simulation du banc d’essai

Deuxième partie : SIMULATION DU BANC D’ESSAI

17
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

CHAPITRE 3 : ETUDE DE L’EXISTANT

1. Présentation de l’existant

Le parc d’instruments de CIM en ce qui concerne la débitmètrie comprend, les équipements


suivants : un débitmètre étalon OPSONIC 6300P dont le certificat d’étalonnage est à jour, un
réservoir et quelques tuyaux.

1.1. Débitmètre OPSONIC 6300P

L'OPTISONIC 6300 P est un débitmètre à ultrasons Clamp On autonome, conçu pour le


montage externe sur des conduites pour mesurer le débit de produits liquides. L'OPTISONIC
6300 P est destiné aux mesures de débit temporaires. Il se compose d'un ou de deux capteurs
de mesure Clamp On et d'un convertisseur de mesure électronique portable. Le débitmètre
OPTISONIC 6300 P est fourni comme unité complète et prête au service, dans une mallette
robuste sur roulettes. Il associe les avantages d'une mesure mobile, directe et rapide du débit de
liquides à la précision (exactitude) et à la fiabilité éprouvée de la technologie à ultrasons de
KROHNE. Il suffit de fixer l'unité de capteur sur la conduite et de raccorder l'unité de traitement
pour pouvoir lire les résultats de mesure.
1.1.1. Description de la fourniture standard

Figure 3.1- Kit du débitmètre OPTISONIC 6300 P


Le kit du débitmètre OPTISONIC 6300 P est constitué des éléments suivants :

18
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

• Convertisseur de mesure UFC 300 P, avec chargeur de batterie / bloc d'alimentation et


collier de serrage

Figure 3.3- Convertisseur de mesure UFC 300 P


➢ Documentation
➢ Clé USB
➢ Agent de couplage
➢ Décamètre à ruban
➢ Sac à dos
➢ Mallette à roulettes Capteurs de mesure en option
➢ Capteur de mesure monorail

Figure 3.4- Capteur monorail

➢ Capteur de mesure monorail pour conduites de DN15...DN150 (½...6")


➢ Capteur de mesure monorail pour conduites de DN50...DN250 (2...10")
➢ Capteur de mesure à deux rails pour conduites de DN200...DN1500 (8...60") Deux
capteurs de mesure de même type peuvent être raccordés simultanément à l'électronique
du convertisseur de mesure pour la mesure de débit à deux faisceaux ou deux conduites.
Le coffret peut recevoir au maximum 4 rails de capteur.

19
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

➢ Boîtier de raccordement d'E/S

Un câble avec boîtier de raccordement d'E/S est disponible en option pour le raccordement
d'entrées/sorties signal telles que sorties impulsions ou courant.

Figure 3.5-Boîtier de raccordement d’Entrée/Sortie

1.1.2. Principe de mesure


Comme deux canoës qui traversent une rivière selon une trajectoire diagonale, les signaux
acoustiques sont transmis et reçus le long d'un faisceau de mesure diagonal. L'onde sonore qui
se déplace dans le sens d'écoulement se propage plus rapidement que celle dans le sens opposé.
La différence de temps de transit est directement proportionnelle à la vitesse de débit moyenne
du fluide.

Figure 3.6- Principe de mesure

1 Sonde A
2 Sonde B

20
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

3 Vitesse d'écoulement
4 Temps de transit de la sonde A à la sonde B
5 Temps de transit de la sonde B à la sonde A
1.2. Le Réservoir
CIM dispose d’un réservoir de capacité inconnue, il est destiné à recueillir de l’eau pour
d’éventuels travaux relatifs à la débitmetrie.

Figure 3.7- Cuve à eau de CIM

1.3. Tuyauteries
La tuyauterie installé pour la conduite de l’eau depuis le réservoir est de type PVC et long de 5
mètre avec DN20 et DN40 sans revêtement interne ni externe.

2. Critique de l’existant
2.1. Le débitmètre OPSONIC 6300P

La contrainte liée au débitmètre étalon OPSONIC 6300P est qu’il ne peut pas être utilisé pour
tous les types de tuyauteries et à tous les diamètres. Ce mode de fonction constitue donc un
critère déterminant dans le choix de la tuyauterie en ce qui concerne notre banc d’essai.

2.2. Le réservoir

Pour l’étalonnage d’un débitmètre il faudra une quantité d’eau suffisante, de ce fait le fus dont
dispose CIM ne peut pas nous permettre d’effectuer de bons étalonnages de débitmètre. En plus,

21
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

nous ne disposons pas de documents techniques du constructeur. Le certificat d’étalonnage


n’est pas été fourni à l’achat fin de se connaitre le volume real de ce fus ainsi que les
incertitudes, la traçabilité n’est pas assurée. Du fait que ce fus en caoutchouc soit exposé au
soleil, il a subi des modifications liées à la chaleur, son volume real n’est donc pas maîtrisé. Un
tel réservoir ne peut pas être utilisé dans la construction d’un banc d’essai pour l’étalonnage de
débitmètre en raison de la maitrise de conditions environnementale et de la traçabilité.

2.3. Tuyauteries

La Tuyauteries est d’un diamètre trop petit (DN20 et 40) et il est vieillissant. Il y a une
combinaison des tuyaux de DN 20 et DN40. Par endroit, les joints sont faits par chauffage.
Cette combinaison de tuyaux n’assure pas une pression /un débit uniforme dans l’installation.
La tuyauterie, telle qu’installée n’est pas adaptée à l’utilisation de notre débitmètre étalon à
ultrason.

3. Présentation du cahier de charge

Tout projet est matérialisé par un Cahier de charges. C’est le document qui liste les différents
travaux à réaliser. Il nous permet d’avoir une plus grande visibilité du projet, tout en précisant
ses attentes et objectifs. Ainsi, pour la réalisation de notre travail, le cahier des charges qui nous
a été soumis nous invite à effectuer les tâches suivantes:

➢ Proposer d’une solution pour la mise en place du banc d’essai


➢ Proposer d’un outil informatique pour l’automatiser du processus de calcul
d’incertitudes et la délivrance de certificat d’étalonnage
➢ Rédiger des documents techniques : procédures d’étalonnage de débitmètre et manuel
d’utilisations du banc d’essai

4. Choix de la solution

Dans cadre de notre projet, nous avons choisi de construire un banc d’essai pour l’étalonnage
de débitmètre, avec pour principe de fonctionnement basé sur la méthode par comparaison, pour
les raisons suivantes :

22
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

➢ L’étude de l’existant montre que nous avons à notre disposition, un débitmètre avec la
traçabilité métrologique assurée, que nous pourrons utiliser comme étalon.
➢ Une des contraintes de notre projet est de concevoir un banc mobil que l’on pourra
utiliser aussi bien au laboratoire que sur les sites des clients ;
➢ Le cout de réalisation est un facteur déterminant dans le choix du principe et de la mode
de fonctionnement notre banc d’essai.

23
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

CHAPITRE 4 : SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU BANC D’ESSAI

1. Description de l’architecture du banc d’essai

Le banc a toutes les caractéristiques métrologiques, les qualités physiques et techniques pour
répondre favorablement à la norme ISO/CEI 17025. Il est prévu pour être installé dans un
laboratoire et peut être transporté sur site pour les travaux d’étalonnage sur site. Le dispositif
est constitué des éléments suivants :

1. Une pompe
2. Des tuyauteries en inox
3. Un réservoir
4. Deux filtres à eau
5. Deux manomètres et deux transmetteurs de pression
6. Un débitmètre étalon
7. Un thermo-hygromètre
8. Une rampe d’installation du débitmètre à étalonner
9. Trois vannes d’arrêt
10. Un ordinateur (enregistrement et traitement des données)
11. Une imprimante pour l’édition des documents métrologiques (CE et CV)
12. Une table d’opérateur (installation de l’ordinateur de commande automatique)
13. Un support en aluminium muni de roulette pour la mobilité du banc
14. Un coffret d’alimentation et de protection électrique
15. Un chronomètre
16. Un système de commande
17. Un dégazeur

24
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

2. Rôle et dimensionnement des constituants du banc


2.1. Rôle et dimensionnement de la pompe
2.1.1. Rôle de la pompe

La pompe est l’un des constituants les plus importants de notre dispositif, elle est à la base de
la génération de débit et assure la circulation du fluide dans la conduite.

2.1.2. Dimensionnement de la pompe

Le choix d’une pompe dépend d’abord de l’usage que l’on veut en faire. Aussi, est-il important
de s’assurer de la nature du liquide à pomper. Une fois la nature du liquide connue, l’on peut
étudier différents critères. Dans le cadre de notre projet, les critères indispensables retenus sont
: le débit, la pression ou la hauteur manométrique totale (HMT) et le type de pompe.
➢ Le débit :
Le débit est le premier élément à prendre en compte dans le choix d’une pompe. Ce critère
traduit le volume horaire maximum dont l’utilisateur peut avoir besoin ou la quantité d’eau
s’écoulant entre la source et son écoulement par unité de temps. Dans le cadre de ce projet nous
voulons une pompe capable de générer des débits jusqu’à 80m3/h, car nos potentiels clients
dans ce domaine utilisent des débits dans cet ordre.
➢ La Hauteur Manométrique Totale (HMT)

Elle est également un facteur important à prendre en considération. C’est la différence de


pression pour une pompe, entre son point d’aspiration et son point de refoulement. Elle dépend
de la hauteur d’aspiration de la colonne d’eau Ha, de la hauteur refoulement Hr, des pertes de
charges à l’aspiration Ja et au refoulement Jr (du fait du mouvement du fluide) et dans certain
cas de la pression utile Pu (ou pression résiduelle, assure la vitesse des sorties) au refoulement.
Sa formule générale est :
𝐻𝑀𝑇 = 𝛥𝑃 = 𝐻𝑎 + 𝐻𝑟 + 𝐽𝑎 + 𝐽𝑟 + 𝑃𝑢 (4.1)
Son unité est en mètre (m)
Quatre (4) cas de figures peuvent se présenter pour le calcul du HMT selon le dispositif :
✓ Premier cas : pompe en aspiration (pompe en circuit ouvert)
𝐻𝑀𝑇 = 𝛥𝑃 = 𝐻𝑎 + 𝐻𝑟 + 𝐽𝑎 + 𝐽𝑟 + 𝑃𝑢 (4.2)

25
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Hr

Ha

Figure 4.1- Pompe en circuit ouvert


✓ Deuxième cas : Pompe en charge
Ici, la hauteur d’aspiration est comptée négativement : Ha < 0

𝐻𝑀𝑇 = 𝛥𝑃 = 𝐻𝑎 + 𝐻𝑟 + 𝐽𝑎 + 𝐽𝑟 + 𝑃𝑢 (4.3)

H Hr
a

Figure 4.2- Pompe en charge

✓ Troisième cas : Pompe immergée


La hauteur d’aspiration est nulle : Ha=0

𝐻𝑀𝑇 = 𝛥𝑃 = 𝐻𝑟 + 𝐽𝑎 + 𝐽𝑟 + 𝑃𝑢 (4.4)

Hr

Figure 4.3- Pompe immergée

26
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

✓ Quatrième cas : Circuit fermé (circulateur)


Il n’y a ni hauteur d’aspiration, ni hauteur de refoulement : Ha = Hr = 0
𝐻𝑀𝑇 = 𝛥𝑃 = 𝐽𝑎 + 𝐽𝑟 + 𝑃𝑢 (4.5)

Figure 4.4- Circulateur

Les pertes de charges à l’aspiration Ja et au refoulement Jr sont déterminées à l’aide d’abaques,


en fonction du débit recherché et de la section de la canalisation (Diamètre Nominal DN). Un
exemple d’abaque est présenté en annexe 2.

Les pertes de charge sont fonction de :

✓ la longueur de la tuyauterie,
✓ la section de la canalisation (Diamètre Nominal DN), et de sa qualité
✓ du débit de l'installation (débit recherché),
✓ des coudes, clapets, vannes et autres accessoires.

Pour ce banc d’essai nous avons choisi le quatrième cas, le circuit fermé (circulateur) mais à un
seul réservoir. Parce qu’il convient à notre besoin de travailler pendant une longue durée, dans
un petit espace (banc mobile), avec le même contenu du réservoir, quel que soit le débit de la
pompe. Il permet de faire l’économie de la tuyauterie, d’eau et d’un deuxième réservoir.

➢ Le type de pompe :

Ce critère renvoie vers les pompes de surface et les pompes immergées. Il est à noter que les
pompes immergées font moins de bruit que les pompes de surface et le choix de l’un ou de
l’autre dépend non seulement du budget, mais aussi du confort espéré.

27
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

2.1.3. Caractéristiques de la pompe proposée

Pour notre Banc d’essai, nous avons choisi la pompe en tenant compte de notre cahier de charge
et de l’étude de marché de nos potentiels clients. Les caractéristiques de cette pompe sont
consignées dans le tableau 3 ci-dessous :

Tableau 3 - caractéristiques de pompe du banc d’essai


débit maxi vitesse puissance dn (mm) type de pression de
m3/h (m/s) (w) Asp ref pompe refoulement (bar)
80 variable 65 50 surface 2,3

débit mini tension fréquence hauteur max


m3/h (v) (hz) (m)
4,5 230 ~ 50-60 110

Figure 4.5 Dispositif monobloc à vitesse variable

Tous ces facteurs énumérés permettent de faire un choix judicieux lors de l’achat d’une pompe
à eau. A défaut des principaux critères retenus pour le choix de cet outil, le besoin auquel sera
destinée la pompe à eau est l’information capitale à mentionner lors de l’achat.

2.2. Le dimensionnement de la tuyauterie et accessoires


2.2.1. La tuyauterie
2.2.1.1. La description de la tuyauterie

28
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Dans notre dispositif, toute la tuyauterie et ses accessoires sont de type inox. La hauteur
dynamique hd représente les pertes d’eau dans la tuyauterie. La formule de Darcy-Weisbach
permet le calcul de la hauteur dynamique :

L 𝑈2
hd = f (4.6)
D 2g
f : coefficient de friction des parois de la tuyauterie
U : vitesse moyenne du fluide (m/s)
L : longueur de la tuyauterie (m)
D : diamètre de la tuyauterie (m)
g : accélération de la pesanteur (m/s2)
Dans le cas où le système de tuyauterie aurait un autre type d’accessoires (vannes, coudes, tés,
jonctions), nous pouvons calculer les pertes de charge dans chaque élément additionnel comme
:
𝑈2
hd = Kac (4.7)
2g

où K ac est un coefficient dépendant du type d’accessoire. Dans le tableau 4, on donne une série
de valeurs de K ac pour différents accessoires.
Tableau 4- Coefficient K ac pour différents types d’accessoires dans la tuyauterie
Accessoire Coefficient K ac
Jonction du réservoir à tuyauterie 0,5
connexion au ras de la paroi 0,5
Jonction de tuyauterie au réservoir 1,0
Coude 45° 0,35 à 0,45
Coude 90° 0,50 à 0,75

2.2.1.2. Dimensionnement des tuyauteries

Le diamètre des tuyauteries peut être estimé en utilisant des tableaux ou des graphes qui
expriment les pertes par frottements en fonction du débit pour chaque diamètre de la tuyauterie.
Il est possible d'obtenir analytiquement les diamètres des tuyauteries de pompage qui

29
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

s’approximent à ceux qui minimisent les coûts des installations par la formule de Bresse : 𝐷 =
K√𝑄
D : diamètre de la tuyauterie (m)
K : coefficient qui varie de 0,75 à 1,40
Q : débit crête de la pompe (m3/s)
𝜋𝐷 2
L’équation de continuité est : 𝑄 = 𝑈 (4.8)
4

Choisir la valeur K équivaut à fixer la vitesse moyenne du fluide (U). Enfin en substituant dans
4
l’équation de continuité la valeur de Q prise de la formule de Bresse, nous avons : 𝑈 = 𝜋𝐾2

Quel que soit la formule employée, les diamètres obtenus diffèrent fréquemment des diamètres
commerciaux. Il suffit de prendre la valeur du diamètre commercial le plus approchée et
d’ajouter les calculs en conséquence.
Dans la conception de ce banc, nous aurons à utiliser 2, 90 mètre de tuyau en inox de DN 50 et
0,45 mètre de tuyau en inox de DN 65.
2.2.2. Les accessoires de la tuyauterie
2.2.2.1. Les filtre à eau
✓ Le rôle des filtres à eau

Le banc comprend deux filtres à eau. L’un est placé en amont de la pompe dans la conduite de
l’aspiration, entre la pompe et le réservoir. L’autre est installé dans le tuyau de retour de l’eau
vers le réservoir juste en dessous de la vanne de remplissage. Ces accessoires protègent la
pompe de l’aspiration des impuretés susceptibles de l’endommager et de créer des perturbations
dans la mesure de débit.

✓ Le dimensionne des filtres

Ces filtres sont choisis en fonction des diamètres des tuyaux et de leur emplacement. Dans ce
projet, les deux filtres sont installés respectivement dans les tuyauteries de DN 50 et DN 65.

2.2.2.2. Vannes d’arrêt et robinet


✓ Rôle des vannes d’arrêt et robinet

30
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Le dispositif comprend trois vannes d’arrêt, un est placé en amont, un en aval de la pompe et le
troisième se trouve à l’entrée de la cuve. Le robinet est monté entre le réservoir et la troisième
vanne d’arrêt. Il permet le remplissage du réservoir à l’aide d’un raccord.

✓ Dimensionnement des vannes d’arrêt

Les vannes d’arrêt sont dimensionnées en fonction des diamètres des tuyaux. Elles sont toues
en inox, celle qui est placée entre le réservoir et la pompe est de DN65 et les deux autres sont
de DN 50.
2.2.2.3. Coude, tés

Le banc est constitué d’un coude 90° et d’un té, tous le deux en inox de DN 50. Le té est choisi
à dessein, il permet de renforcer la solidité de la tuyauterie et limiter les vibrations du système.

2.2.2.4. Bride

Nous utilisons deux (2) brides pour fixer le débitmètre à étalonner sur la section de mesure du
banc. Elles sont choisies en fonction du diamètre du débitmètre à étalonner car elles permettent
d’adapter son diamètre à la tuyauterie. La Figure 4.6 nous montre un exemple :

Figure 4.6- Brides à orifice

Vous trouverez en annexe 3 le tableau des accessoires d’une pompe


2.3. Réservoir d’eau
✓ Rôle du réservoir

Le réservoir contient d’eau qui sera aspirée par la pompe en vue de générer des débits. Il
recueille également l’eau refoulée par la pompe après avoir traversée la tuyauterie. Le réservoir
ferme ainsi le circuit d’eau.

31
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

✓ Dimensionnement du réservoir

Le banc d’essai comprend un réservoir d’eau en fer d’une capacité totale de 1,2 m 3. Il a la forme
d’un pavé droit et contient un revêtement intérieur pour éviter la rouille (l’oxydation). Les
dimensions sont les suivantes :
Longueur L=1,2 m ; Largeur l=1,0 m ; Hauteur H=1,0 m ; Volume 𝑉 = L×l×h
Le réservoir contient trois ouvertures dont deux pour la tuyauterie et une pour l’évacuation
(vidange) de l’eau, après utilisation.
2.4. Manomètre et transmetteur de pression
✓ Rôle du manomètre

Les manomètres et les transmetteurs de pression du banc ont pour rôle d’indiquer la pression
de l’eau en aspiration et au refoulement de notre pompe à vitesse variable. Les manomètres à
cardan affichent la valeur de la pression dans la tuyauterie. L’opérateur les lit pour renseigner
sa fiche de relevée de mesure, lorsque le banc fonctionne en mode manuel. Ces transmetteurs
de pression sont installés aux mêmes points que les manomètres à cardan. Ils servent à indiquer
la pression d’eau dans la conduite et les transmettent à l’ordinateur, dans le cas du mode de
fonctionnement automatique du banc.

✓ Dimensionnement des manomètres et des transmetteurs de pression

Le dimensionnement de ces capteurs est lié à la pression d’aspiration de refoulement de la


pompe. Dans notre projet, la pompe à une pression au refoulement de 3,7 bar, pour pouvoir
contrôler cette pression, nous avons choisi des manomètres avec pour valeur maximale 5 bar.

2.5. Ordinateur (enregistrement et traitement des données)

L’ordinateur centralise toutes les données et les traite en vue de la délivrance de document
(certificat d’étalonnage et/ou constat de vérification) quel que soit le mode de fonctionnement
du banc. Il permet le stockage des données de travaux effectués sur le banc d’étalonnage. Cet
outil sert à collecter, à l’enregistrer les données environnementales et les informations issues de
l’intérieur de la tuyauterie via des capteurs. IL commande la pompe (démarrage, arrêt, variation
de vitesse) en mode de fonctionnement automatique du banc d’essai.

32
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

2.6. Système de commande

Le système de commande comprend des relais, une carte d’acquisition de données et des
capteurs de température, de pression et des convertisseurs analogique/numérique. Il est chargé
de commander la pompe et assure l’échange d’information entre l’ordinateur et les autres
constituants du banc. Il synchronise le temps de démarrage de comptage entre l’étalon et
l’instrument à étalonner.

2.7. Coffret d’indicateurs et de protection électrique

Ce coffret comprend sur sa fermeture les affichages des différents capteurs installés dans le
système, le chronomètre et le bouton d’arrêt d’urgence. A l’intérieur du coffret on y trouve des
disjoncteurs et tous les équipements de protection électrique.
➢ Schéma fonctionnel du banc d’essai

7 8
Figure 4.6- Schéma du banc d’essai
Légende :
1 : coffret d’indicateurs Sens de l’écoulement de l’eau
2 : tableau du schéma fonctionnel Clapet
3 : débitmètre à étalonner 4 : rail de capteurs du débitmètre étalon
5 : cuve ou réservoir d’eau 6 : pompe à vitesse variable
7 : manomètre 8 : vanne d’arrêt
9 : afficheur débitmètre étalon

33
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

2.8 Principe et Mode de fonctionnement


➢ Principe de fonctionnement
A la mise sous tension, la pompe aspire l’eau du réservoir et la refoule avec une pression qui
donne une vitesse à l’eau. Ce mouvement continu de la pompe assure la circulation du fluide
dans la conduite en traversant les deux débitmètres. Notre banc peut fonctionner selon deux
modes :
➢ Mode manuel
Un opérateur met la pompe en marche et l’arrête à travers son bouton power.
Le paramétrage des débitmètres étalons se fait manuellement, les valeurs des conditions
environnementales (pression, température, hygrométrie) sont lues sur chaque équipement par
l’opérateur.

➢ Mode automatique
Ici la pompe est commandée (démarrage et l’arrêt, choix du débit) par l’ordinateur à travers une
carte de commande. Les retours d’information des capteurs du banc sont faits grâce à la carte
d’acquissions de données. Le paramétrage du débitmètre étalon est fait à l’ordinateur, via une
interface construit à cet effet annexe. Les caractéristiques des constituants du banc sont
affichées à l’écran de l’ordinateur.

3. Rédaction de documents techniques


3.1 Procédure d’étalonnage et de vérification de débitmètre
3.1.1 Historique des révisions

Date d’application Version Modification(s)


02/08/2017 00 Création du document
3.1.2 Documents associes
DOCUMENTS INTERNES
– Fiche de relevé de mesure de débit

34
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

DOCUMENTS DE REFERENCES
ISO/CEI 17025 : Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d'étalonnages et d'essais
NF X 07-016 : Modalités pratiques pour l’établissement des procédures d’étalonnage et de vérification
des moyens de mesure.
LAB-ML-GTA-01: Guide technique d’accréditation : Vérification des E.M.L.A.E
NF X 07-012 : Métrologie – Certificat d’étalonnage des moyens de mesure
LAB-GTA-28: Guide technique d’accréditation de débitmétrie gazeuse
MET-A-II-60-20 : Métrologie des débits de liquides
NF ISO 7066-2 : évaluer les incertitudes pour les débits liquides

3.1.3 Validation
REDACTEUR EXAMINATEUR APPROBATEUR
M. XAVIER AKOUPO M. CISSE M. LATTA
Nom, Fonction
Stagiaire Métrologue Assistante Qualité Directeur d’exploitation

Date et Visa

3.1.4 Objet et domaine d’application

Cette procédure a pour objet de décrire la méthodologie d’étalonnage d’un débitmètre sur une
étendue de mesure comprise entre 0 et 80 m3/h de DN 15 à 200.

3.1.5 Méthode de mesure utilisée


L’étalonnage va consister à comparer les indications données par le débitmètre à étalonner, aux
valeurs fournies par le débitmètre étalon (ultrasonique).

3.1.6 Définitions
Générateur de débit :

La pompe à vitesse variable fournit le débit de comparaison permettant de matérialiser les


différents points de mesure nécessaires à l’étalonnage ou à la vérification

35
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Étalon de débit :

mesure matérialisée, appareil de mesure ou système de mesure destiné à définir, réaliser,


conserver ou reproduire une unité ou une ou plusieurs valeurs connues d’une grandeur pour le
transmettre par comparaison à d’autres instruments de mesure.

Étalonnage :

Ensemble des opérations établissant, dans des conditions spécifiées, la relation entre la valeur
de la grandeur indiquée par un appareil de mesure ou un système de mesure, ou les valeurs
représentées par une mesure matérialisée ou par un matériau de référence, et les valeurs connue
correspondantes de la grandeur réalisées par les étalons.

3.2 Matériels utilisés


N’identifiant Désignation
Chaîne de débit (Afficheur +capteur de débit +Câbles pour capteurs)
CIM-D-XXX
Débitmètre KROHNE
CIM-D- XXX Banc d’essai d’étalonnage de débitmètres, jauge d'épaisseur à ultrasons
3.3 Mode opératoire
3.3.1 Opération préliminaires
1. Réunir l’ensemble des informations fournies par le client pour garantir la traçabilité de
la prestation ;
2. Après validation du bon de prise en charge, permettent d’assurer une sécurité humaine,
vérifier l’état du débitmètre à étalonner et l’installer dans la rampe (section de mesure)
du banc prévu à cet effet. Pour ce faire, il faudra adapter son diamètre nominal (DN) à
à la tuyauterie du banc à l’aide des brides ;
3. Relever la valeur du compteur (débitmètre à étalonner) avant l’étalonnage et noter toutes
les remarques sur son état ;
4. Monter le débitmètre étalon en série avec le débitmètre étalon sur la tuyauterie du banc :
➢ Les rails des compteurs doivent est très proches (toucher) le débitmètre à
étalonner
➢ Les placer avec un écart de 120°

36
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Figure 4.7 Disposition des rails

5. Configurer le banc :
➢ Saisir à l’ordinateur les paramètres d’étalonnages spécifiques au besoin de la
prestation
➢ Choisir le mode de fonctionnement
➢ Définir la durée de l’opération de mesure et les débits d’essais
➢ Relever les valeurs des conditions environnementales (Température, Pression,
Hygrométrie)
6. Remplir la cuve (réservoir) du banc avec de l’eau à travers le robinet puis le refermer et
vérifier que le niveau d’eau atteint le trait de jauge afin de disposer d’une quantité d’eau
suffisante pour alimenter le banc ;
7. Brancher la motopompe à vitesse variable et Choisir la vitesse correspondant au point
de la plage de mesure du débitmètre à étalonner ;
8. Ouvrir les trois vannes d’arrêt
9. Mettre la pompe sous tension en actionnant le bouton ON/OFF ;
10. Vérifier qu'il n'y a pas de fuites entre le débitmètre étalon et l'appareil à étalonner, on
peut alors supposer que la même quantité de fluide passent dans les deux appareils ;
11. Laisser le liquide (eau) circuler pendant 5 minutes pour que le débit se stabilise dans la
conduite avant la prise des mesures ;
12. Pendant que le liquide circule dans le système, vérifier l’étanchéité de toute
l’installation ;
13. Relever les mesures des conditions de l’eau dans la tuyauterie :
➢ Température

37
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

➢ Pression ;
14. Se rassurer de la traçabilité des éléments constitutifs du banc (débitmètre étalon,
manomètres, thermomètre, horloge, tuyauterie ont leur certificats d’étalonnage à jour)
3.3.2 Conditions environnementales
Relever la température et le taux d’humidité ambiante relative de la salle
NB :
➢ La température ambiante doit être de : -20 ° C à +100 ° C
➢ La pression minimale doit être de : 2 bars

4 5

6
1
2
3
Figure 4.8- Schéma fonctionnel du dispositif de mesure

1 : Cuve 2 : Tuyauterie 3 : Pompe 4 : Débitmètre à étalonner 5 : Débitmètre étalon


6 : Vannes d’arrêt
3.3.3 Les points à contrôler
L’étalonnage est réalisé en trois (3) points couvrant la plage des mesures du débitmètre à
étalonner. Cinq (5) mesures sont ne prises par point. Si le client ne précise pas les points
d’étalonnage, l’étalonnage est fait aux points suivants :

➢ Un essai à débit faible


➢ Un essai à débit intermédiaire
➢ Un essai à débit élevé
3.4 Réalisation des mesures
1. Remplir le formulaire de relevé de mesure d’étalonnage ;
2. Mettre en marche Le débitmètre étalon et faire la mise à zéro de son affichage ;
3. Programmer le début et l’arrêt de la prise de mesure (comptage) du débitmètre étalon ;

38
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

➢ Mettre le début de la mesure au moins à cinq (5) minutes après la mise sous
tension de la pompe et le début de la circulation de l’eau, pour se rassurer que le
fluide est stable dans la conduite (absence de stabilisateur de débit)
➢ Programmer l’arrêt de la mesure en fonction de la durée prédéfinie ;
4. Relever à nouveau l’index du débitmètre client dès que le débitmètre étalon commence
son comptage, si le débitmètre client ne peut pas être mis à zéro ou s’il n’est pas
programmable :
➢ Si le débitmètre client ne peut pas être mis à zéro, le mettre à zéro dès que le
débitmètre étalon commence son comptage
➢ Si le débitmètre client est programmable, programmer son comptage au même
instant que celui du débitmètre étalon ;
5. On relève l’index volumétrique ou massique du débitmètre à étalonner et on lit le
volume totalisé par le débitmètre étalon après que tout le volume de fluide requis ait
traversé les deux débitmètres pendant la durée prédéfinie ;
6. La valeur totale du volume mesuré par le débitmètre à étalonner est comparée avec la
valeur de consigne et le volume totalisé par le débitmètre étalon, et permet de déterminer
l’incertitude de mesure ;
7. Reprendre cinq (5) fois l’opération pour chaque des débits d’essai ;
8. A la fin du temps de comptage, on arrête la pompe et l’étalonnage est terminé Evaluation
de l’erreur et de l’incertitude ;
9. Un certificat d’étalonnage conforme à la norme ISO/CEI 17025 est émis avant le
démontage du matériel.
L’évaluation des erreurs et le calcul des incertitudes d’étalonnage sont décrits au point 2 du
chapitre 5 du dit mémoire – calcul des incertitudes
3.5 Présentation des résultats
Les résultats d’étalonnage sont consignés dans les documents spécifiques suivants : Certificat
d’étalonnage, Constat de vérification
3.6 Fiche de relevées de mesures

39
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

FICHE DE RELEVE DE MESURE DEBITMETRE

DEBITMETRE CLIENT CARACTERISTIQUES NOM DE LA SOCIETE :


D’IDENTIFICATION : ................. .................. DIAMETRE NOMINAL DE LA CONDUITE (DN) : .............. ..............................................................

DESIGNATION :........................................... EPAISSEUR DE LA CONDUITE :……………………....... CONTACT TECH : ...................................

CONSTRUCTEUR : ...................................... DIAMETRE NOMINAL REVETEMENT (DN) : ………....... N°TEL : .................................................

N° SERIE : ................................................. EPAISSEUR REVETEMENT : ........................................ ETENDUE :...........................................


..............................................................

TYPE D’AFFICHAGE : FLUIDE UTILISE : ……………………………………… POINT A VERIFIER :

1 :..........................................................
Numérique Analogique VISCOSITE DU FLUIDE :………………………………
2 :.........................................................

VITESSE SON DANS LE FLUIDE : ……………………… 3 :........................................................

ETALONNAGE : VERIFICATION : SUR SITE : AU LABORATOIRE :

OBSERVATIONS : .......................................................................................................................................................................
Conditions ambiantes : T°C : ................................................. HYGROMETRIE : ...................
PRESSION : .....................................

Caractéristiques du fluide: T°C : .................................................. PRESSION : .........................

Moyens utilisés Numéro d’identification Numéro CE/CV


Chaîne de débit, débitmètre KROHNE CIM-D-XXX
Banc d’essai d’étalonnage de débitmètres CIM-D-XXX
Procédure utilisée : Procédure d’étalonnage et de vérification des débitmètres
............................................................................................................................................................................................................

ENREGISTREMENT DES RESULTATS


Volume (cuve)
Point de control 1 Point de control 2 Point de control 3

Volume Etalon (Vr)


Initial
Fin
Volume mesure
Client (Vi) Volume
Client
mesuré

NB : relevés de 3 mesures de suite d’un volume d’essai

40
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

OPERATEUR : DATE : SIGNATURE :

4. Mise en œuvre du dispositif : Installation du banc d’essai


4.1 Installation de la tuyauterie et accessoires

L’installation du banc d’essai commence par le montage du support.

Fixer les quatre (4) roues sur chacun des pieds puis monter le support comme l’indique le
schéma fonctionnel présenté plus haut.

Ensuite, placer la plaque sur laquelle se pose la pompe. Installer la pompe en la fixant sur la
plaque support à l’aide des boulons.

Fixer le réservoir en mettant l’ouverture de vidange vers le bas et l’ouverture d’écoulement


orienté vers la pompe.
Installer le clapet de non-retour, l’un des deux manomètres et une vanne entre la pompe et le
réservoir. Ces éléments sont agencés sur un morceau de tuyau de DN 65 tel que le montre la
figure ci-dessous :

Figure 4.8- installation de la pompe et des manomètres


A la sortie de la pompe (le refoulement) placer le second manomètre pour le control de la
pression de refoulement et juste au-dessus, installer une vanne de control dans la tuyauterie de
DN 50.
Vient ensuite le coude auquel est fixée la tuyauterie conduisant à la rampe d’installation du
débitmètre à étalonner.

41
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Figure 4.9- installation des tuyauteries

4.2 Installation du Coffret d’indicateurs et de protection électrique du matériel


Elle nécessite :
➢ La commutation de puissance = contacteur-disjoncteur
➢ Une sécurité contrôlée sur charge = dispositif de relais thermique
➢ Une sécurité contrôlée (court-circuit) = fusible ou dispositif magnétothermique
✓ Le contacteur doit être calibré en fonction de la puissance nominale de la
pompe.
✓ Le relais thermique doit être calibré en fonction de l'intensité absorbée par la
pompe (Ampérage).
✓ Les fusibles du type AM (accompagnement moteur) correctement calibrés ou
dispositif magnétique.
➢ Une installation type doit se présenter de la façon suivante :

Figure 4.10- Installation de protection électrique du banc

42
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

4.3 Conseils pratiques

4.3.1 Réglage du relais thermique

La valeur du réglage ne doit jamais dépasser l'intensité notée sur la plaque signalétique du
moteur. En cas de disjonction, il est impératif d'en rechercher les causes : (blocage de la
pompe, manque de phase, surtension, baisse de tension réseau).
Ne jamais réarmer plus de trois fois de suite sous peine de risque de destruction du moteur.

➢ Branchement du moteur monophasé 230 V

Figure 4.11- Installation du moteur monophasé de la pompe

4.3.2 Branchement d'un contacteur Mano et d'un régulateur de niveau sur un


démarreur direct (DRT), alimentation mono 230 V - bobine 230 V

1. Mettre le relais thermique en place sur les plots 2.4.6.


2. Relier la borne 96 du relais thermique à la borne 5-L3 avec le fil rouge prévu à cet effet.
3. Relier le fil restant libre aux accessoires de commandes choisis comme indiqué à la figure
(4.13). Le dernier accessoire doit revenir sur la borne 95 du relais thermique.
4. Ponter la borne 3-L2 à la borne 6-T3 du relais thermique.

43
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Figure 4.12- branchement contacteur Mano et régulateur de niveau sur un démarreur direct

44
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Troisième partie:

exploitation du banc d’essai

Troisième partie : EXPLOITATION DU BANC D’ESSAI

45
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

CHAPITRE 5 : EVALUATION DES INCERTITUDES

1. Facteurs d’influence de la mesure de débit


1.1. Influence de la pression
Les liquides ne sont sensibles qu’aux très fortes pressions.
1.2. Influence de la température
La température est un facteur d’influence important dans la mesure des débits de liquides ; en
effet, leur volume augmente suivant une loi où intervient la quatrième puissance de la
température. Pour l’eau, la variation de volume entre 4°C et 100°C est de l’ordre de 4 %.
1.3. Viscosité des liquides
La viscosité des liquides est un paramètre d’ordre physique que nous devrons toujours prendre
en compte dans le mesurage des liquides en mouvement. En fonction de la température et de la
pression du liquide, nous distinguons :
1.3.1. La viscosité dynamique (μ)
La valeur pratique de la viscosité dynamique, à température de 20 °C et à pression de référence
de l’eau est 10-3 Pa.s.
1.3.2. La viscosité cinématique
La valeur pratique de la viscosité cinématique, à température de 20°C et à pression de référence,
pour l’eau est 10-6 m2/s.
• La pression fait croître la viscosité des liquides suivant une loi ayant des coefficients variant
avec la nature des liquides.
• La température fait baisser la viscosité des liquides. Ainsi, la viscosité dynamique de l’eau
passe de 1,006.10-6 Pa.s à 0,280.10-6 Pa.s pour une température variant de 20 °C à 100 °C.
Dans ce même intervalle de température, la viscosité cinématique passe de 1,008.10-6 m2/s
à 0,292.10-6 m2/s.

1.4. Écoulement des liquides dans des conduites cylindriques en charge


La vitesse d’écoulement d’un liquide est fonction de la pression hydrostatique qui force le
liquide dans la conduite. Les principaux facteurs intervenant sur le débit d’un liquide circulant

46
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

dans une conduite sont : la vitesse du liquide, le frottement du liquide au contact de la paroi, la
viscosité du liquide et la masse volumique du liquide.
Ces facteurs ont été corrélés dans un paramètre sans dimension, appelé nombre de Reynolds. Il
définit le rapport des forces de vitesse entraînant le liquide aux forces de viscosité freinant le
liquide, soit :
𝜌𝑈𝐷
𝑅= (5.1)
µ
U est la vitesse moyenne ou vitesse débitante, D est le diamètre de la conduite.
Notons que : Q = US avec S la surface de base de la conduite
𝜋𝐷 2
𝑆= (5.2)
4

Un écoulement est caractérisé par une certaine valeur du nombre de Reynolds. Nous distinguons
l’écoulement laminaire et l’écoulement turbulent.
2. L’analyse du processus de mesure
L’analyse du processus de mesure a pour objectif d’établir comment est obtenu, en pratique, le
résultat de mesure. Elle permet de faire un inventaire aussi complet que possible des causes
d’erreurs pouvant s’introduire dans le processus et affecter le résultat. La connaissance de ces
différentes sources d’erreurs permet d’estimer les incertitudes de mesures. Pour déterminer ces
sources d’erreurs, nous nous baserons sur « la Méthode des 5 M » ou diagramme d’Ishikawa.
Cette méthode analyse le processus de mesure et repartie les sources d’erreur en cinq (5)
catégories que sont : le Milieu, la Matière, le Matériel, la Méthode et la Main-d’œuvre. Ce
diagramme est présenté dans le figure 5.1 :

Figure 5.1 - diagramme d’Ishikawa

47
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

3. Calcul des incertitudes


Pour un mesurage donné, les incertitudes sont classées en deux grands groupes : les incertitudes
de type A et les incertitudes de types B.

3.1. Incertitudes de type A


Les incertitudes de type A sont obtenues à partir de la statistique de 𝑛 mesures. Cette incertitude
notée 𝑈𝐴 est liée à la répétabilité des mesurages. Sa formule est la suivante :
𝑈𝐴 = 𝐸𝑟 ×𝐶𝑠 (5.3)
Cs est le facteur de sécurité due au faible nombre de mesures qui est de 3
𝐸𝑟 : L’écart-type de répétabilité et sa formule mathématique est :

2
√∑𝑛𝑖=1(𝐸𝑖 −𝐸𝑚𝑜𝑦 )
𝐸𝑟 = (5.4)
𝑛−1
𝐸𝑚𝑜𝑦 : L’erreur moyenne de mesure pour un essai
∑𝑛𝑖 𝐸𝑖
𝐸𝑚𝑜𝑦 = (5.5)
𝑛
𝐸𝑖 : L’erreur de mesure pour un mesurage
𝐸𝑖 =𝑉𝑙𝑢𝑒 − 𝑉𝑣𝑟𝑎𝑖𝑒 (5.6)
L’erreur de mesure sur un mesurage peut s’exprimer par la détermination de l’erreur relative :
𝑉𝑙𝑢𝑒 − 𝑉𝑣𝑟𝑎𝑖𝑒
𝐸% = ×100 (5.7)
𝑉𝑣𝑟𝑎𝑖𝑒
𝑉𝑙𝑢𝑒 = Valeur lue sur le dispositif indicateur
𝑉𝑣𝑟𝑎𝑖𝑒 =Valeur donnée par l’étalon
3.2. Incertitudes de type B
Elles sont évaluées à partir des informations disponibles sur le système de mesure considéré,
tout en faisant un jugement scientifique. La démarche d’évaluation de l’incertitude d’étalonnage
dépend de l’exactitude de mesure recherchée.
3.2.1. Débitmètre étalon
➢ Incertitude liée à l’incertitude d’étalonnage du débitmètre étalon

2 𝑢 2
UB1 = (2 ) avec u : incertitude d’étalonnage du débitmètre étalon

48
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

➢ Incertitude liée à la dérive du débitmètre étalon


2 D 2
UB2 = (√ ) (5.8) Avec D : dérive du débitmètre étalon
3

➢ Incertitude liée à la résolution l’afficheur du débitmètre étalon


2 r1 2
UB3 =( ) (5.9) avec r1: résolution de l’afficheur de l’étalon
2√ 3
➢ Incertitude liée à la lecture du volume sur l’étalon
U22 = U2.1
2 2
+ U2.2 C’est une incertitude type B
2
U2.1 est l’incertitude sur le volume final
𝑆𝑢𝑝(𝑝,𝑑) 2
2 𝑉
U2.1 =( ) (5.10) Avec p=impulsion, d=échelon,
2√3

V=volume d’essai
2
U2.2 est l’incertitude sur la remise à zéro
𝑝 2
2
U2.2 = ( 𝑉 ) (5.11)
2√3

➢ incertitude liée à la dilatation thermique du débitmètre étalon


2 2 Δ𝐴𝑒
U7.1 = δ𝐴2𝑒 (𝑇𝑒 − 𝑇0 )2 (5.12)avec δα = et
√3

Le coefficient de sensibilité est (𝑇𝑒 − 𝑇0 )=15 °C-1


➢ Incertitude liée à la distance entres les capteurs du débitmètre
ultrasonique U𝐿
d2 2
U𝐿2 = ( ) λ2𝐿 (5.13)
2√ 3

Avec d2 : échelon du décamètre


𝜕𝑄𝑣 𝐿 𝜋𝐷𝐿
Le coefficient de sensibilités est λ𝐿 = )𝑇, 𝐷 = ou
𝜕𝐿 𝐷𝑇1 ×𝑇2 2𝑇

3.2.2. Incertitudes liées aux dimensions de la tuyauterie


➢ Incertitude liée au diamètre de la conduite UD
r2 2
U𝐷2 = ( ) λ2𝐷 (5.14)
2√ 3

Avec r2 résolution de l’afficheur de pied à coulisse à affichage


numérique

49
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

𝜕𝑄𝑣 −𝐿2 𝜋𝑈𝐷


Le coefficient de sensibilités est λ𝐷 = )𝑇, 𝐿 = | | ou
𝜕𝐷 𝐷 2 𝑇1 ×𝑇2 2

➢ Incertitude liée à la longueur de section droite de la conduite U𝐿𝐷


d2 2
2
U𝐿𝐷 =(
2√ 3
) λ2𝐿𝐷 (5.15)

avec d2 : échelon du décamètre


𝜕𝑄𝑣 𝐿 𝜋𝐿𝐷
Le coefficient de sensibilités est λ𝐿𝐷 = )𝑇, 𝐷 = ou
𝜕𝐿 𝐷𝑇1 ×𝑇2 2𝑇

➢ Incertitude liée aux pertes de charges Uℎ𝑑


2
2
hdg
Uℎ𝑑 =( ) λ2ℎ𝑑 (5.16)
2 √3
𝜕𝑄𝑣 𝜋𝐷 2 2×𝑔×𝐷
Le coefficient de sensibilités est λℎ𝑑 = )𝐷, 𝐿 = √𝑓×𝐿×ℎ
𝜕ℎ𝑑 8 𝑑

3.2.3. Incertitudes sur le thermomètre associé au banc


U52 = α2[U5.1
2 2
+ U5.2.1 2
+ U5.3.1 ] (5.17), le coefficient de sensibilité α = 3,45.10-3 °C-1
2 Uthe 2
Avec U5.1 =( ) étalonnage du thermomètre
2

2 dthe 2
U5.2.1 = ( 6√3 ) Affichage numérique du thermomètre

2 Uthe 2
U5.3.1 =( ) absence de données expérimentales
2

3.2.4. Incertitude liée à la dilatation thermique du liquide (eau)


Δα
U62 = δα2 (𝑇𝑒 − 𝑇𝑐 )2 avec δα = , le coefficient de sensibilité (𝑇𝑒 − 𝑇𝑐 )=2 °C-1
√3

Δα est l′étendue autour de la moyenne des valeurs possibles de α en °C-1.


L’incertitude liée à la compressibilité du liquide (négligeable pour eau=5.10-5 bar).
3.2.5. Incertitude liée aux instruments de mesure de pression
➢ Manomètres associés au banc d’essai
U82 = A2[U8.1
2 2
+ U8.2 2 ](5.18),
+ U8.3 A = 8,15.10-4 °C-1 le coefficient de sensibilité ;
2 Umono 2
Avec U8.1 =( ) étalonnage du manomètre ;
2

2 Umono 2
U8.3 =( ) absence de données expérimentales ;
2

➢ Transmetteurs de pression du banc d’essai

50
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

U92 = A2[U9.1
2 2
+ U9.2 2 ](5.19)
+ U9.3 , A = 8,15.10-4 °C-1 le coefficient de sensibilité
2 Utmo 2
Avec U9.1 =( ) étalonnage du transmetteur de pression ;
2

2 dtmo 2
U9.2 = ( 6√3 ) Affichage numérique du transmetteur de pression ;

2 Utmo 2
U9.3 =( ) absence de données expérimentales ;
2

3.2.6. Incertitude liée aux Chronomètre 𝐔𝑻


UT2 = 𝜆2𝑇 [UT.1
2 2 ](5.20)
+ UT.2
2 dchro 2
UT.1 =( ) Affichage numérique du Chronomètre ;
6√3

Uchro 2
U 2𝑇.2 = ( ) absence de données expérimentales ;
2
𝜕𝑄𝑣 −𝐿2 1 1
Coefficient de sensibilités λ𝑇 = )L, D = 2𝐷T [T + T ]
𝜕𝑇 2 T1 1 2

3.3 Incertitude composée du banc d’essai

2 2 2
𝑢𝐺𝐵 = √U𝐵1 + U𝐵2 + U𝐵3 + U22 + U7.1
2
+ U𝐿2 + U𝐷2 + U𝐿𝐷
2 2
+ Uℎ𝑑 + U52 + U62 + U82 + U92 + U 2𝑇 (5.21)

3.4 Incertitude élargie du banc d’essai


𝑈𝑏 = 𝑘×𝑢𝐺𝐵 (5.22)

3.5 Incertitude pour un mesurage effectué sur le banc d’essai


3.5.1 Incertitude liée à la dilatation thermique du débitmètre client
2 Δ𝐴𝑐
U 2𝑇𝐶 = δ𝐴2𝑐 (𝑇𝑐 − 𝑇0 )2 (5.23) Avec δα = , le coefficient de sensibilité (𝑇𝑐 − 𝑇0 )=15 °C-1
√3

S’il est sensible à la température.


3.5.2 Incertitude liée à la lecture du volume sur le débitmètre client
U𝐶2 = U𝐶.1
2 2
+ U𝐶.2 (5.24)
𝑆𝑢𝑝(𝑝,𝑑) 2
2 2
U𝐶.1 est l’incertitude sur le volume final U𝐶.1 =( 𝑉
) .
2√3

avec p=impulsion, d=échelon, V=volume d’essai.


𝑝 2
2 2
U𝐶.2 est l’incertitude sur la remise à zéro U𝐶.2 𝑉
= ( 2√3 ) .

51
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

3.5.3 Incertitude liée à l’incertitude d’étalonnage du débitmètre client


𝑢 2
2
UCE = (2 ) (5.25) avec u : incertitude d’étalonnage du débitmètre client ;

3.5.4 Incertitude liée à la dérive du débitmètre client


2 D 2
UCD = ( ) (5.26) avec D : dérive du débitmètre client ;
√3

3.5.5 Incertitude liée à la résolution l’afficheur du débitmètre client


r 2
2 2
UCR = (2√3) (5.27) avec r1: résolution de l’afficheur de client

3.6 Incertitude type composé


En appliquant la loi de propagation des incertitudes, pour un mesurage effectué sur notre banc
d’essai on peut calculer l’incertitude type composé par la formule suivante :

𝑢𝑐 = √𝑢𝐴 2 +U2𝐺𝐵 + U2𝐶 + U2𝑇𝐶 + U2CE + U2CD + U2CR (5.28)


3.7 Incertitude élargie sur un mesurage
L’incertitude élargie s’obtient en multipliant l’incertitude composée par un facteur
d’élargissement noté k. Le choix de k est fonction du niveau de confiance de l’estimation,
comme indiqué dans le tableau 5. Ainsi l’incertitude globale sur le banc d’essai d’étalonnage
de débitmètres s’obtient, par la formule suivante :

U = 𝑘. 𝑢𝑐 (5.29)
Généralement k est égale à 2, en métrologie.
Tableau 5 - valeurs possibles de k en fonction du niveau de confiance
niveau de confiance p en facteur d'élargissement k
pourcentage(%)
68,27 1
90 1,645
95 1,960
95,45 2
99 2,576
99,73 3
4. Rédaction de documents métrologiques

52
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

4.1 Certificat d’étalonnage


Le certificat d’étalonnage comprend les spécifications de l’équipement client, références de
raccordement du banc, les mesures prise l’lors de l’opération d’étalonnage et les calculs
d’incertitudes. À l’étalonnage, l’erreur de mesure d’un débitmètre est déterminée pour une
certaine étendue de mesure. Elle n’est généralement pas constante et varie avec chacun des
débits d’essai, notamment en raison de la nature de l’écoulement. En plus d’autres
renseignements, elle constitue la partie la plus importante du certificat d’étalonnage en figurant
sous forme d’un graphique (Q en abscisse, E % en ordonnée). Un modèle de certificat
d’étalonnage est présenté en annexe 4 du dit-mémoire.
4.2 Constat de vérification
La vérification consiste en la comparaison des erreurs de mesurages aux erreurs maximales
tolérées ou limites de spécifications fixées.
Les 𝐸𝑀𝑇sont fonctions de la classe d’exactitude du débitmètre et calculées par la formule
suivante :
𝐸𝑀𝑇 = 2×𝑀𝑇×𝑄𝑀𝑀 (5.30)
Avec
𝑀𝑇 : Marge de tolérance applicable aux classes d’exactitude
𝑄𝑀𝑀 : La quantité minimale mesurée du débitmètre
Tableau 6 - Les marges de tolérance en fonction de la classe d’exactitude
Classe d’exactitude Marge de tolérance à Marge de tolérance en service
l’acceptation
0,3 0,2 % 0,3 %
0,5 0,3 % 0,5 %
1 0,6 % 1,0 %
2,5 1,5 % 2,5 %

Pour chaque essai, l’erreur de mesure 𝐸𝑗 est calculée par la formule suivante :
𝐸𝑗 = 𝑉𝑑𝑐𝑚𝑜𝑦 − 𝑉𝑑𝑐𝑚𝑜𝑦 (5.32)

𝑉𝑑𝑒𝑚𝑜𝑦 : la moyenne des indications corrigées, donnée par le débitmètre étalon

𝑉𝑑𝑐𝑚𝑜𝑦 : la moyenne des indications données par le débitmètre client

➢ Etude de la conformité des débitmètres

53
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Les résultats de mesure nous permettent de juger de la conformité d’un équipement à des
spécifications fixées soit par la réglementation, soit par l’utilisateur. Elle consiste à vérifier que
les erreurs d’indication de l’équipement à étalonner se trouvent à l’intérieur d’un intervalle de
tolérance, ou erreurs maximales tolérées (EMT). Cette prise de décision n’est pas sans risque
de déclarer conforme un équipement alors qu’il ne l’est. Ou inversement, rejeter un équipement
qui est conforme. La difficulté dans la déclaration de conformité est imputable aux incertitudes
de mesures. Les débitmètres sont déclarés conformes lorsque pour chaque débit d’essai, les
erreurs de mesurages vérifient la condition suivante :
𝐸𝑗 < 𝐸𝑀𝑇 − 𝑈 (5.33)
La figure ci-dessous présente les zones de prise de décision :

Zone
de
Non-conformité
-U

Zone
de
Doute
+U

}
Zone de conformité
-U

Zone
de
Doute
+U

Zone
de
Non-conformité

-EMT +EM
T
Intervalle de tolérance

Figure 5.2- déclaration de conformité


A la fin de la vérification des débitmètres, un constat de vérification est délivré assurant ainsi
leur traçabilité. En plus la déclaration de conformité, ce document peut contenir les mêmes
informations que le certificat d’étalonnage. Un modèle est présenté en annexe 5.

54
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

CHAPITRE 6 : ESTIMATION ECONOMIQUE DU PROJET

1. Cout du projet
L’évaluation du coût des éléments constitutifs du banc d’essai est récapitulée dans le tableau 7
Tableau 7 - récapitulatif des dépenses
Désignation Prix Unitaire (FCFA) Quantité Coût total (FCFA)
Achat de norme 30000 2 60000
débitmètre à étalonner 1800000 1 1800000
vanne d’arrêt 37000 3 111000
Robinet 10000 1 10000
réservoir d’eau 205000 1 205000
pompe à vitesse variable 1957800 1 1957800
manomètre 45000 2 90000
thermo-hygromètre 220000 1 220000
Capteur de pression 105000 2 210000
Sonde de température PT100 600000 1 600000
Support en aluminium (en mètre) 4300 22 94000
Clapet 75000 1 75000
Tuyauteries en inox (DN60 et DN65) 160000 1 160000
dégazeur 150000 1 150000
filtres à eau 15000 2 30000
Carte d’acquisition de données 350000 1 350000
système de commande 400000 1 400000
tableau du schéma fonctionnel 13000 1 13000
coffret d’indicateurs 95000 1 95000
coffret d’alimentation et 55000 1 55000
de protection électrique
Main d’œuvres 100000 3 300000
Transport et imprévues 50000 1 50000
imprimante 35000 1 35000
Chronomètre 20000 1 15000
ordinateur 220000 1 220000
Coût global 7535800
Coût global du banc de CIM 5285800

55
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Coût du banc en ne tenant pas compte des équipements déjà disponibles


Equipements disponibles à CIM
2. Etude du marché
Dans le cadre de notre mémoire, nous avions effectué une enquête du 16 au 18 août 20017 au
sein de trois (3) entreprises. Ces structures ciblées interviennent dans les domaines du pétrolier,
de la fabrication des boissons gazeuses et de la fabrication de produits d’assaisonnement de
cuisine. Pour des questions de confidentialité, elles ne sont pas citées nommément. Ces visites
nous ont permis de déterminer leurs besoins dans le domaine du débitmètre. Ces potentiels
clients possèdent respectivement en moyenne 25 débitmètres, 12 débitmètres, 8 débitmètres sur
une ligne de production. Ces équipements ont besoin d’être raccordés, suivant une périodicité
d’un an général ou de six mois en fonction de leur utilisation. En raison du nombre important
de ligne de production par entreprise, et de la pluralité des industries en côte d’ivoire et dans la
sous-région, le besoin d’avoir une structure sur place pour l’étalonnage des débitmètres est réel
et imminent.
3. Rentabilité
Les résultats de notre enquête nous permettent de classer ces appareils selon le type de produits
qu’ils mesurent. Il est important de mentionner que la facturation des opérations d’étalonnage
et/ou de vérification des débitmètres est liée au type de produit qu’il mesure. Les calculs
effectués sur notre échantillon, pour une période d’un an sont présentés dans tableau ci-
dessous :
Tableau 8 - récapitulatif des dépenses
Type de Nombre Périodicité Nombre d’étalonnage Prix Totaux
produit d’étalonnage par année unitaire(FCFA) (FCFA)
gaz 9 6 mois 2 270000 4860000
eaux 12 6 mois 2 170000 4080000
Hydrocarbure 17 6 mois 2 250000 8500000
Substances 5 6 mois 2 300000 3000000
chimiques 2 1 an 1 300000 300000
Revenu annuel sur les prestations d’étalonnage pour l’échantillon 20740000
𝐵𝑛 = 𝑅𝑎 − 𝐼𝑣
AN : 𝐵𝑛 = 20740000 − 5285800 (6.1) soit 15454200 FCFA
Bn : bénéfice ou retour sur investissement Ra : Revenu annuel Iv : Investissement

56
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

CONCLUSION

La maîtrise des débits dans l'industrie devient de plus en plus importante en raison des exigences
liées à la qualité, la sécurité, l'optimisation des procédés ainsi qu'à la protection de
l'environnement. Après l’étude des débitmètres utilisés en industrie, des différents principes
d’étalonnage des débitmètres et les méthodes associées, il en ressort qu’il est difficile de
standardiser la métrologie liée à ces débitmètres. Par conséquent, une solution adaptée et sur
mesure est nécessaire pour leur étalonnage. Dans notre projet, nous proposons un banc
d'étalonnage pour débitmètres, capable d’effectuons des étalonnages indépendamment de la
technologie du fabricant. Ce banc satisfaire les contraintes liées à notre cahier des charges. Les
perspectives économiques du projet démontre qu’il sera rentable sur une période d’un an avec
un retour sur investissement très important.

57
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

RECOMMANDATIONS

Dans l’optique d’améliorer de notre travail, nous recommandations suivantes :

➢ Utiliser deux ou trois débitmètres massiques à effet Coriolis comme étalons, de sorte à
prendre pour valeur de référence la moyenne des valeurs de leurs mesures. Ces
débitmètres massiques sont d’une classe de précision très élevée comparativement au
débitmètre ultrasonique utilisé dans notre banc d’essai. Ainsi nous obtiendrons une
meilleure incertitude sur notre banc.
➢ Pour accroitre la capacité du banc, il faudra prévoir plusieurs pompes afin de disposer
de plusieurs plages de débits.
➢ Augmenter la capacité de la section de mesure en vue d’étalonner plusieurs débitmètres
simultanément.

58
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
• LAB ML GTA 01 (édition Avril 2009) « Guide Technique d’Accréditation :
vérification des E.M.L.A.E »
• LAB ML GTA 11 (édition Avril 2009) « Guide Technique d’Accréditation : métrologie
des pressions »
• LAB ML GTA 28 (édition Janvier 2011) « Guide Technique d’Accréditation en
débimétrie gazeuse »
• KROHNE Process Management (édition 2008) « Manuel d’utilisation de KROHNE
6300 »
• FLEXIM production (édition 2013 ) « Manuel d’utilisation FLUXUS G601 »
• MET-A-II-60-20 juillet 2006 Métrologie des débits de liquides
• NF EN ISO 5167-1 (édition 1995) « Mesures de débit de fluides au moyen d’appareils
déprimogènes insérés dans des conduites en charge de section circulaire. Partie 1 :
principes généraux et exigences générales »
• NF EN ISO 6817 (édition 1998) « Mesure de débit d’un fluide conducteur dans les
conduites fermées
–Méthode par débitmètres électromagnétiques »
• AICHOUNI Mohamed (édition 2014) « Métrologie des Fluides et Débitmétrie
Industrielle »
• Jetly(édition 2013) « Formation technique
• LAB - F - 49 (édition 2015) « Procédure d'étalonnage d'une presse CIM »
• Recommandation OIML R117 (édition 1995)

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

X
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

WEBOGRAPHIE

http://www.servinstrumentation.fr/etalonnage.php consulté le 21/06/2017 16H57PRODUITS


https://www.instrumart.com/assets/Krohne-optimass1000-datasheet.pdf consulté le
17/07/2017 08H45PRODUITS

https://www.omega.fr/apprentissage-technique/choisir-debitmetre-massique.html consulté
le 20/08/2017 10H20PRODUITS

http://www.mesures.com/pdf/old/812-GDA-Debitmetres-Coriolis.pdf consulté le
20/08/2017 13H15

WEBOGRAPHIE

XI
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

GLOSSAIRE
GLOSSAIRE
SIGLE ET THEME SIGNIFICATION

E
Ensemble de mesurage (terminologie T1.7 Ensemble constitué du compteur lui-même
recommandation R117 : 1995) et de tous les dispositifs complémentaires et
dispositifs additionnels
Erreur maximale tolérée (EMT), limite Valeur extrême de l'erreur de mesure, par
d’erreur (VIM 4.26) : rapport à une valeur de référence connue,
qui est tolérée par les spécifications ou
règlements pour un mesurage, un instrument
de mesure ou un système de mesure donné.
Etalon de référence (VIM 5.6) Etalon conçu pour l'étalonnage d'autres
étalons de grandeurs de même nature dans
une organisation donnée ou en un lieu donné
Etalon de travail (VIM 5.7) Etalon qui est utilisé couramment pour
étalonner ou contrôler des instruments de
mesure ou des systèmes de mesure.
Etalonnage (VIM 6.11) opération qui, dans des conditions
spécifiées, établit en une première étape une
relation entre les valeurs et les incertitudes
de mesure associées qui sont fournies par
des étalons et les indications
correspondantes avec les incertitudes
associées, puis utilise en une seconde étape
cette information pour établir une relation
permettant d'obtenir un résultat de mesure à
partir d'une indication

XII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Erreur relative Rapport de l’erreur de mesure à une valeur


vraie du mesurande

exactitude de mesure, exactitude (VIM étroitesse de l'accord entre une valeur


2.15) mesurée et une valeur vraie d'un
mesurande
F
Fidélité de mesure, fidélité (VIM 2.15) Etroitesse de l’accord entre les indications
ou les valeurs mesurées obtenues par des
mesurages répétés du même objet ou
d’objets similaires dans des conditions
spécifiées.
Facteur de correction Facteur numérique par lequel on multiplie le
résultat brut d’un mesurage pour compenser
une erreur systématique

GNL Gaz Naturel Liquéfié


GPL Gaz de Pétrole Liquéfié
I
ISO International Organization for
Standardization/ Organisation Internationale
de Normalisation
Incertitude de mesure, incertitude (VIM Paramètre non négatif qui caractérise la
2.26) dispersion des valeurs attribuées à un
mesurande, à partir des informations
utilisées
J

XIII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

justesse de mesure, justesse (VIM 2.14) étroitesse de l'accord entre la moyenne d'un
nombre infini de valeurs mesurées répétées
et une valeur de référence
M

Mesurande (VIM 2.6) grandeur que l'on veut mesurer

mesurage, mesure, (VIM 2.1) processus consistant à obtenir


expérimentalement une ou plusieurs valeurs
que l'on peut raisonnablement attribuer à
une grandeur
O
OIML Organisation Internationale de Métrologie
Légale
R

Résolution d’un dispositif afficheur (VIM Plus petite différence entre indications
4.15) affichées qui peut être perçue de manière
significative.
V

Vérification (VIM 2.24) Fourniture de preuves tangibles qu'une


entité donnée satisfait à des exigences
spécifiées

XIV
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Table des matières


TABLE DES MATIERES
DEDICACE ................................................................................................................................. I
REMERCIEMENTS ................................................................................................................. II
AVANT-PROPOS .................................................................................................................. III
SOMMAIRE ............................................................................................................................ IV
LISTE DES FIGURES ............................................................................................................ VI
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................VII
RESUME ............................................................................................................................... VIII
ABSTRACT ............................................................................................................................. IX
INTRODUCTION ...................................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE : APERÇU GÉNÉRAL DU CADRE D’ÉTUDE ................................... 2
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL.................................. 3
1. HISTORIQUE ET GENERALITES .......................................................................................... 3
1.1. Historique ................................................................................................................. 3
1.2. Généralités sur CIM ................................................................................................. 3
2. LES OBJECTIFS ET ACTIVITES ........................................................................................... 3
2.1. Les Objectifs ............................................................................................................ 3
2.2. Les Activités de La Compagnie Internationale de Métrologie (CIM) ..................... 4
3. ORGANISATION ET GESTION ............................................................................................. 4
3.1. Organisation ............................................................................................................. 4
3.2. Description des postes .............................................................................................. 6
4. PRESENTATION DU SERVICE D’ACCUEIL ........................................................................... 7
4.1. Laboratoire général .................................................................................................. 7
4.2. Laboratoire de température accrédité ....................................................................... 8
CHAPITRE 2 : PRESENTATION DES METHODES D’ETALONNAGE DE
DEBITMETRES ........................................................................................................................ 9
1. ETUDE DES DEBITMETRES DE LIQUIDES EN UTILISATION INDUSTRIELLE ........................... 9
1.1. Organes déprimogènes – Diaphragme ..................................................................... 9
1.2. Compteurs à turbine ................................................................................................. 9
1.3. Compteur électromagnétique ................................................................................... 9
1.4. Compteur à ultrasons ............................................................................................... 9
1.5. Compteur à effet Coriolis....................................................................................... 11

XV
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

1.6. Choix de débitmètres ............................................................................................. 11


2. LES METHODES D’ETALONNAGE DE DEBITMETRES ......................................................... 12
2.1. La méthode gravimétrique ..................................................................................... 12
2.2. Méthode volumétrique ........................................................................................... 14
2.3. Méthode par comparaison ...................................................................................... 15
DEUXIEME PARTIE : SIMULATION DU BANC D’ESSAI ............................................... 17
CHAPITRE 3 : ETUDE DE L’EXISTANT ............................................................................ 18
1. PRESENTATION DE L’EXISTANT ...................................................................................... 18
1.1. Débitmètre OPSONIC 6300P ................................................................................ 18
1.3. Tuyauteries ............................................................................................................. 21
2. CRITIQUE DE L’EXISTANT ............................................................................................... 21
2.1. Le débitmètre OPSONIC 6300P ............................................................................ 21
2.2. Le réservoir ............................................................................................................ 21
2.3. Tuyauteries ............................................................................................................. 22
3. PRESENTATION DU CAHIER DE CHARGE .......................................................................... 22
4. CHOIX DE LA SOLUTION .................................................................................................. 22
CHAPITRE 4 : SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU BANC D’ESSAI ........................... 24
1. DESCRIPTION DE L’ARCHITECTURE DU BANC D’ESSAI .................................................... 24
2. ROLE ET DIMENSIONNEMENT DES CONSTITUANTS DU BANC ........................................... 25
2.1. Rôle et dimensionnement de la pompe .................................................................. 25
2.2. LE DIMENSIONNEMENT DE LA TUYAUTERIE ET ACCESSOIRES ...................................... 28
2.3. Réservoir d’eau ...................................................................................................... 31
2.4. Manomètre et transmetteur de pression ................................................................. 32
2.5. Ordinateur (enregistrement et traitement des données) ......................................... 32
2.6. Système de commande ........................................................................................... 33
2.7. Coffret d’indicateurs et de protection électrique.................................................... 33
2.8 Principe et Mode de fonctionnement .......................................................................... 34
3. REDACTION DE DOCUMENTS TECHNIQUES ......................................................................... 34
3.1 Procédure d’étalonnage et de vérification de débitmètre ....................................... 34
3.2 Matériels utilisés .................................................................................................... 36
3.3 Mode opératoire ..................................................................................................... 36
3.4 Réalisation des mesures ......................................................................................... 38
3.5 Présentation des résultats ....................................................................................... 39
3.6 Fiche de relevées de mesures ................................................................................. 39

XVI
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

4. MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF : INSTALLATION DU BANC D’ESSAI.................................... 41


4.1 Installation de la tuyauterie et accessoires .................................................................. 41
4.2 Installation du Coffret d’indicateurs et de protection électrique du matériel ............. 42
4.3 Conseils pratiques ....................................................................................................... 43
TROISIEME PARTIE : EXPLOITATION DU BANC D’ESSAI .......................................... 45
CHAPITRE 5 : EVALUATION DES INCERTITUDES ........................................................ 46
1. FACTEURS D’INFLUENCE DE LA MESURE DE DEBIT ......................................................... 46
1.1. Influence de la pression.......................................................................................... 46
1.2. Influence de la température .................................................................................... 46
1.3. Viscosité des liquides ............................................................................................. 46
1.4. Écoulement des liquides dans des conduites cylindriques en charge .................... 46
2. L’ANALYSE DU PROCESSUS DE MESURE .......................................................................... 47
3. CALCUL DES INCERTITUDES ........................................................................................... 48
3.1. Incertitudes de type A ............................................................................................ 48
3.2. Incertitudes de type B ............................................................................................ 48
3.3 Incertitude composée du banc d’essai .................................................................... 51
3.4 Incertitude élargie du banc d’essai ......................................................................... 51
3.5 Incertitude pour un mesurage effectué sur le banc d’essai .................................... 51
3.6 Incertitude type composé ............................................................................................ 52
3.7 Incertitude élargie sur un mesurage ............................................................................ 52
4. REDACTION DE DOCUMENTS METROLOGIQUES ............................................................... 52
4.1 Certificat d’étalonnage ........................................................................................... 53
4.2 Constat de vérification ........................................................................................... 53
CHAPITRE 6 : ESTIMATION ECONOMIQUE DU PROJET .............................................. 55
1. COUT DU PROJET ............................................................................................................ 55
2. ETUDE DU MARCHE ........................................................................................................ 56
3. RENTABILITE .................................................................................................................. 56
CONCLUSION ........................................................................................................................ 57
RECOMMANDATIONS ......................................................................................................... 58
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................................. X
GLOSSAIRE ...........................................................................................................................XII
ANNEXES ......................................................................................................................... XVIII

XVII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

ANNEXES

ANNEXES

XVIII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

ANNEXE1 : LISTE DES EQUIPEMENTS DU LABORATOIRE DE CIM


COFFRET DESIGNATION CARACTERISTIQUES ETALON CONSTRUC

CF T 001 SONDE ETALON -70 à 500°C REFERENCE TINSLE

CF T 002 SONDE A RESISTANCE CTP 1000 0 à 500°C TRANSFERT WIKA

CF T 003 SONDE A RESISTANCE PLATINE CTP2000 -200 à 450°C TRANSFERT WIKA

CF T 004 SONDE A RESISTANCE CTP 1000 0 à 500°C TRANSFERT WIKA

CF T 005 SONDE A RESISTANCE TR40 (6) TRANSFERT TINSLE

CF T 006 CHAINE DE TEMPERATURE ETALON -200°C à 850°C TRAVAIL ANTON P

CF M 007 POIDS F1 DE 1 KG à 5 KG / TRAVAIL METTLER TO

CF M 008 POIDS F1 DE 1 KG à 2 KG / TRAVAIL METTLER TO

CF M 009 POIDS E2 DE 1 MG à 1 KG / TRAVAIL METTLER TO

CF P 010 ACCESSOIRE POUR CF-Ph018 / / WIKA

CF T 011 FOUR CDT 9100 (650) 40°C à 650°C TRAVAIL WIKA

CF T 012 FOUR CDT 9100 (650) 40°C à 650°C TRAVAIL WIKA

CF T 013 FOUR CDT 9100 (1100) 200°C à 1100 °C TRAVAIL WIKA

CF E 014 ENREGISTREUR DE TEMPERATURE TRAVAIL EUROTHE


SONDES THERMOCOUPLE TYPE "K" (15) et SONDES -40°C à 200°C et 0°C à EUROTHE
CF T 015 TRAVAIL
PT100 (15) 700°C JUMO

CF T 016 ACCESSOIRE POUR CF-T014

CF TP 017 CHAINE DE TEMPERATURE TRAVAIL WIKA


CALIBRATEUR CPH6400 ET GENERATEUR DE PRESSION
CF P 018 0 à 1000bar TRAVAIL WIKA
D'HUILE CPP1000H

CF P 019 GENERATEUR DE PRESSION A AIR -0,95 à 35bar TRAVAIL WIKA

CF E 020 MULTIMETRE 2002 TRAVAIL KEITHL

CF C 021 CALIBRATEUR PASCAL ET-II-XX TRAVAIL WIKA

CF TP 022 CHAINE DE TEMPERATURE TRAVAIL WIKA

CF T 023 CHAINE DE TEMPERATURE 0°C à 500°C TRAVAIL WIKA

CF T 024 CHAINE DE TEMPERATURE -80°C à 150° C TRAVAIL WIKA

CF C 025 CALIBRATEUR PASCAL ET TRAVAIL WIKA

CF B 026 MICRO BAIN -50°C à 165°C TRAVAIL CONTRO

CF F 027 FORCE ETALON TRAVAIL WIKA

CF T 028 CHAINE DE TEMPERATURE 0°C à 500°C TRAVAIL WIKA

CF P 029 CALIBRATEUR CPH6000 + CAPTEUR CPT6000 0 à 1000bar TRAVAIL WIKA

XIX
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

CF D 030 DEBIMETRE 6300 P TRAVAIL KROHN

CF / 031 TENSIOMETRE 0 à 300 mmHz TRAVAIL SPENGL

CF T 032 KIT DE REGLAGE DE TEMPERATURE 40°C à 200°C TRAVAIL METTLER TO

CF M 033 Masse F1 de 1 kg - 5kg TRAVAIL METTLER TO

CF M 034 Masse F1 de 1 g - 2kg TRAVAIL METTLER TO

CF M 035 Masse E2 de 1 mg - 1kg TRAVAIL METTLER TO

-40°C à 140°C et 15°C à


CF T 036 Thermopuce et Hygropuce TRAVAIL METTLER TO
140°C

CF P 037 Test de pression pour ICS4X9 et ICS6X9 0 à 300 mmHz TRAVAIL METTLER TO

CF T 038 ETUVE IPP 400 -5 à 75°C TRAVAIL MEMME

CF M 039 Masse F1 de 1kg; 2kg; 2kg; 5kg; 10kg TRAVAIL METTLER TO

CF M 040 Masse F1 de 1kg; 2kg; 2kg; 5kg; 10kg TRAVAIL METTLER TO

CF M 041 Masse F1 de 1kg; 2kg; 2kg; 5kg; 10kg TRAVAIL METTLER TO

XX
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

ANNEXE 2 : ABAQUE DE PERTE DE CHARGE

XXI
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

XXII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

XXIII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

ANNEXE 3 - ACCESSOIRES POUR INSTALLATION D’UNE POMPE

Désignation Image Rôle et Entretien


Stabilisateur d’écoulement Rôle
Tranquillise l'écoulement pour une bonne métrologie
(compteur Woltmann axial).
Entretien
Nul.

Filtre (A équiper d’un robinet de Rôle

purge!) Elimine les corps étrangers pouvant détériorer le


compteur.
Entretien
Régulier suivant qualité de l'eau.

Réducteur de pression Rôle


Réduit et stabilise la pression de service.
Entretien
Vérifier la pression de consigne.

Clapet anti-retour Rôle


Protection contre les retours d'eau.
Entretien
Contrôle obligatoire régulier.

Disconnecteur Rôle
Protection contre les retours d'eau sur les réseaux
présentant un risque important.
Entretien
Contrôle obligatoire régulier par du personnel
qualifié.

Bague de plombage Rôle


Empêcher le démontage du compteur par une
personne non autorisée.
Entretien
Nul.

XXIV
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

ANNEXE 4 –MODELE DE CONSTAT DE VERIFICATION

CHAÎNE DE DEBITMETRE

Laboratoire d'Etalonnage CIM


Cocody Angré fin Blvd Latrilles
06 BP 6411 ABIDJAN 06
Tél: (225) 22 50 80 00
Fax: (225) 22 42 86 15
Côte d'Ivoire

Constat de Vérification
N°CVD/ AA/XX_XXX
DELIVRE A:

INSTRUMENT ETALONNE:

N° de série
Désignation : DEBITMETRE : 9B041C19000
N° Identification : G2
Constructeur: ENDESS + HAUSER

Type : NUMERIQUE

Date d'émission: 04/09/2013

CONCLUSION :

L'apparaeil est déclaré NON CONFORME aux spécifications annoncées

Le Responsable du Laboratoire
d'Etalonnage

Ce constat de vérification comprend 3 pages.

XXV
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Ce constat est conforme au fascicule de documentation FD X07-011.


La reproduction de ce certificat n'est autorisée que sous la forme de fac-similé photographique intégral

Constat de Vérification N°CVD/ AA/XX_XXX

1. SPECIFICATIONS DE L'INSTRUMENT

Constructeur: ENDESS + HAUSER Diamètre du conduit DN 50

Type : NUMERIQUE Epaisseur du conduit 2"

Affichage : ANALOGIQUE Type Matière conduit Acier inox

N° de série : 9B041C19000 Fluide dans le conduit Carburant

Plage de mesure: -20°c à 150°c Type de revêtement aucun

Epaisseur revêtement aucun

2. LIEU DE LA VERIFICATION

La vérification a été réalisée sur site

3. METHODE

La Vérification a été effectuée par comparaison avec les indications d'une chaîne de débitmètre étalon
composée d'une paire de sonde ultrason optic et d'un indicateur électronique.
Le débitlmètre est monté sur notre banc d’essai.

4. LISTE DES ETALONS DE REFERENCE - TRACABILITE - RECONNAISSANCE - INCERTITUDES

Chaîne de débitmètre sur le Banc CIM


Certificat d'étalonnage
Constructeur: KROHNE
Type : OPTISONIC 6000 certificat N° DIN 55 350-18-4.2.2
N°Id: CIM-D001 du 01/05/2017
N° serie: A13045794

La désignation des étalons et le numéro d'identification de la procédure utilisée pour cet étalonnage sont consignés sur une feuille de relevé de
mesure archivée dans un dossier comportant un numéro identique à celui du constat de vérification.
La traçabilité de ces étalons est assurée par un raccordement à des étalons de référence eux-mêmes raccordés aux étalons nationaux.

La délivrance de ce Constat de vérification garantit la traçabilité des résultats aux étalons nationaux.

XXVI
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Constat de Vérification N°CVD/ AA/XX_XXX

5. RELEVES DE MESURES

Volume lue Etalon (hl) Volume lue Debitmettre (hl)


Volume dans le
Bac
Total Volume Total Volume
index initial index fin index initial index fin
Etalon debitmetre

25 0,00 25,60 25,60 12,00 35,00 23,00

25 0,00 25,30 25,30 14,00 39,00 25,00

25 0,00 25,50 25,50 12,00 35,00 23,00

30 0,00 30,50 30,50 12,00 41,00 29,00

30 0,00 30,50 30,50 12,00 43,00 31,00

30 0,00 30,40 30,40 25,00 45,00 20,00

35 0,00 35,80 35,80 10,00 55,00 45,00

35 10,00 35,70 25,70 10,00 56,00 46,00

35 0,00 35,90 35,90 11,00 58,00 47,00

RESULTAT DE MESURES

Volume
Erreur Facteur de
Volume dans le moyen
Volume moyen Etalon (Vr) Erreur relative sur correction
Bac Debitmettre
mesure (K)
(Vi)

25 25,47 23,67 -1,80 -7,07% 0,93

30 30,47 26,67 -3,80 -12,47% 0,88

35 32,47 46,00 13,53 41,68% 1,42

NB : les volumes sont en hl

6. OBSERVATION Le résultat ultérieur de ces essais doit être considéré comme valables
que si elles sont dans les limites d'erreur de 0,05%
et / ou la valeur de référence ou dans la limite d'erreur spécifié par le client.

XXVII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

Spécification de l'instrument ou de l'utilisateur :

L'appareil est déclaré NON CONFORME aux spécifications annoncées


Etalonnage réalisé le: 06/07/2017
Etalonnage réalisé par: XAVIER AKOUPO

Fin du constat de vérification

XXVIII
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie
Etude et simulation de mise en place d’un banc d’essai pour l’étalonnage des débitmètres : Cas de CIM

ANNEXE 5 – INTERFACE DE GESTION DU BANC CIM

XXIX
Akoupo François Xavier Auditeur en Master2 de Métrologie