Vous êtes sur la page 1sur 27

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOQRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE


SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE DE DJILALI LIABES SIDI BEL ABBES

FACULTE DE SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DEPARTEMENT : ELECTRONIQUE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


Pour l’obtention du diplôme de Licence en Electronique

Intitulé :

L’interrupteur Crépusculaire

Présenté par : - Derouiche Wahid

- Ait Abderahmane Amine

-Aouidet Ilyess

Encadreur : Prof. M. KANDOUCI 

Année Universitaire : 2020 /2021


Sommaire
Introduction générale ...................................................................................1
Chapitre I : Généralités :……………………………………………………………….…2
1 Généralités [1] :.......................................................................................3
l .2 Principe de fonctionnement .................................................................3
I.3 La photorésistance : ............................................................................. 4
I.4 Transistor NPN :.....................................................................................5
I.5 Composants Utilisés :.............................................................................6
Chapitre II : Partie Pratique et Théorique : ................................. 7
II.1 Parie Pratique [ Proteus ]: .................................................................... 8
II. Définition Proteus ................................................................................ 8
II. Mesure de courants................................................................................ 10
II. Mesure de tension ................................................................................. 12
II.2 Tableau de valeurs ............................................................................... 13
II.2 Partie Théorique :................................................................................. 14
II. Étude Théorique..................................................................................... 15
III . Création du circuit imprimé : (Sur TCI) .................................................. 16

III .1.Définition TCI .................................................................................... 16

III.2 Création du circuit imprimé ................................................................ 17

Chapitre III : Réalisation sur la plaque d’essai : ......................... 18

III.1 la plaque d’essai : ................................................................................... 19


III.2 Images réelles du circuit : ........................................................................ 19
III.3 Réalisation du circuit imprimé …………………………………………………......... 20

III.4 Utilisation d’un typon ……………………………………………………………………..... 20

III.5 Etapes de fabrication du circuit imprimé [ Mode Opératoire ) ………….. 21

III .6 Implantation des composants et soudure ............................................. 22

III .6.1 Perçage du circuit imprimé ................................................................ 22

III .6.2 Test des pistes du circuit imprimé..................................................... 22

III .6.3 Utilisation du fer à souder ................................................................... 23

IIII. Conclusion ................................................................................................. 24
Introduction générale :
- L’interrupteur crépusculaire est un module permettant de commander l’éclairage en
fonction de la luminosité.Pour cela,l’interrupteur crépusculaire est équipé d’une cellule
photorésistante qui mesure la luminosité ambiante,l’utilisateur doit régler un seuil à partir
duquel l’éclairage pourra s’allumer.Découvrez le principe de fonctionnement du relais
crépusculaire,son shéma de reccordement et la méthode de réglage du module
photosensible.
Chapitre I :

Généralités
l .2 Principe de fonctionnement :

L'interrupteur crépusculaire permet de commander un circuit d'éclairage en

fonction de la luminosité extérieure, le matin ou le soir. Il est très pratique


pour éclairer une allée ou un jardin.
Un module est installé au tableau de répartition, comme vous le voyez sur le
schéma, et relié à une cellule photo-électrique extérieure. Un contact permet
de couper la phase du circuit d'éclairage. Le seuil d'éclairage est réglable à
l'aide d'une molette. il faut éviter de placer la cellule photo-électrique en face
d'un appareil d'éclairage public ou de luminaires pour ne pas perturber son
fonctionnement.
I.3 La photorésistance :

Le LDR ou la photorésistance est un composant éléctronique dont la


résistance varie en fonction de la lumière perçue.

Le Darlington :

Le transistor Darlington est la combinaison de deux transistors bipolaires1 de


même type (tous deux NPN ou tous deux PNP), résultant en un composant
hybride qui a encore des caractéristiques de transistor2. Ces deux transistors
peuvent être intégrés dans un même boîtier2. Le gain en courant du
Darlington est égal au produit des gains de chaque transistor2,1. Le montage
est le suivant : les collecteurs sont communs et correspondent au collecteur
du Darlington ; l'émetteur du transistor de commande est relié à la base du
transistor de sortie ; la base du transistor de commande et l'émetteur du
transistor de sortie correspondent respectivement à la base et à l'émetteur
du Darlington.

Symbole :

I.4 : Transistor NPN :

Le transistor bipolaire est un composant


électronique de la famille des transistors. Ce
composant est basé sur 2 jonctions PN, qui peuvent
soit être placé pour former une jonction NPN ou
PNP. Pour faire simple sur l'utilité du composant, il est possible de spécifier
que la troisième 3 patte de ce tripôle (composant à 3 pattes) permet de
contrôler le passage du courant entre les 2 autres pattes.
Le transistor bipolaire peut se représenter sur un schéma électronique avec
un symbole d'un composant à 3 pattes, composé des bornes suivantes :

 La base qui permet de commander le passage du courant à travers le


composant
 Le collecteur est la broche par laquelle le courant entre dans le
transistor bipolaire
 L'émetteur est la broche par laquelle le courant sort du composant,
ainsi que le signal de sortie
Les deux régimes :
 Régime de saturation (transistor en commutation) : 
dans cet état le transistor possède 2 états : bloqué ou passant. L'état
est considéré comme bloqué lorsque le courant ne parcourt plus le
composant. L'état est par ailleurs considéré comme passant lorsque le
courant "saturé" circule entre le collecteur et l'émetteur. A noter : ces
2 états distincts permettent d'appeler ce mode de fonctionnement
comme étant celui de l'état de commutation.
 Régime linéaire :
ce régime permet de laisser plus ou moins passer le courant à travers
le transistor.

Figure : Transistor Bipolaire Npn

I.5 Composants Utilisés :


Composant Caractéristiques
-R1 Résistance simple de valeur 180k ohms.

-R2 -- -- -- -- -- ---- -- -- -- -- -- -- 4k7 ohms.

-R3 -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --- 10k ohms.

-R4 -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- - 100 ohms.

-Q1 Un transistor NPN. Ref : BC108.

-Q2 Un transistor NPN. Ref :BC108.

-Photorésistance(LDR)

-RV ---------------------------------- 470k ohms.

-Cell .12Volts

Chapitre II :
Partie

Pratique
Et
Théorique
II.1 Parie Pratique [ Proteus ] :

Avant de passer à la réalisation pratique de notre système nous avons eu


recours à la simulation des différentes parties du système.
Pour cela on a utilisé le logiciel Proteus pour la simulation en électronique.

II. Définition Proteus :

Proteus est une suite logicielle destinée à l'électronique. Développé par la


société Labcenter Electronics, les logiciels incluent dans Proteus permettent
la CAO dans le domaine électronique. Deux logiciels principaux composent
cette suite logicielle: ISIS, ARES, PROSPICE et VSM.
Présentation générale
Cette suite logicielle est très connue dans le domaine de l'électronique. De
nombreuses entreprises et organismes de formation (incluant lycée et
université) utilisent cette suite logicielle. Outre la popularité de l'outil,
Proteus possède d'autres avantages

 Pack contenant des logiciels facile et rapide à comprendre et utiliser


 Le support technique est performant
 L'outil de création de prototype virtuel permet de réduire les coûts
matériel et logiciel lors de la conception d'un projet
: ISIS
Le logiciel ISIS de Proteus est principalement connu pour éditer des schémas
électriques. Par ailleurs, le logiciel permet également de simuler ces schémas
ce qui permet de déceler certaines erreurs dès l'étape de conception.
Indirectement, les circuits électriques conçus grâce à ce logiciel peuvent être
utilisé dans des documentations car le logiciel permet de contrôler la majorité
de l'aspect graphique des circuits.

Partie Pratique :
A l’aide de Proteus, nous avons pu schématiser le montage et prendre les
différentes mesures pour les courants et les tensions.
Figure 1 : montage sous Proteus avec Led éteinte.

Figure 2 : montage sous proteus avec led allumée.


Mesure de courants :

En plaçant un ampèremètre en série avec chaque composant et aux


bornes des transistors.

Figure 3 : montage sous proteus avec led éteinte.

Figure 4 : montage sous proteus avec led allumée.


Mesure de tensions :

En plaçant un voltmètre en parallèle avec chaque composant

. Figure 5 : montage sous proteus avec led éteinte

Figure 6 : montage sous proteus avec Led allumée.


II.2 Tableau de Valeurs :

- Les Valeurs des tensions :


0 1 2 3 4 5 6
R1 6.33 6.33 6.33 6.33 6.33 6.33 6.34
R2 11.8 11.8 11.8 11.8 11.8 11.8 11.3
R3 0.49 0.49 0.49 0.49 0.49 0.49 11.9
R4 0 0 0 0 0 0 0
R5 10.8 10.8 10.8 10.8 10.8 10.8 0
RV 4.96 4.96 4.96 4.96 4.96 4.96 4.97
LDR 0.70 0.70 0.70 0.70 0.70 0.70 0.70
LMP 5.21 5.21 5.21 5.21 5.21 5.21 0
VCe1 0.17 0.18 0.18 0.19 0.20 0.23 0.70
VCe2 11.5 11.5 11.5 11.5 11.5 11.5 0.07
VCe3 6.79 6.79 6.79 6.79 6.79 6.79 12

- Les Valeurs des courants :

1 2 3 4 5 6
IR1 0.03 0.03 0.03 0.03 0.03 0.03
IR3 0.04 0.04 0.04 1.16 1.16 1.16
IR4 4.5 2.48 2.47 4.48 3.46 3.45
IR5 0.04 0.04 0.04 0 0 0
IRV 0.03 0.03 0.03 0.03 0.03 0.03
ILDR 0 0 0.02 0.02 0.03 0.03
ILM 217 217 217 0 0 0
P
IC1 2.46 2.46 2.46 1.66 0.58 0.03
IB1 0.03 0.02 0.01 0 0 0
IC2 0 0 0 1.16 1.16 1.16
IB2 0 0 0 0.66 1.72 2.26
IC3 217 217 217 0 0 0
IB3 0.04 0.04 0.04 0 0 0
IR2 2.46 2.46 2.46 2.32 2.30 2.29
10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%
1 A A A A A A A A E E
2 A A A A A E E E E E
3 A A A A E E E E E E
4 A A A E E E E E E E
5 A A E E E E E E E E
6 A E E E E E E E E E
7 E E E E E E E E E E
8 E E E E E E E E E E
9 E E E E E E E E E E
10 E E E E E E E E E E
11 E E E E E E E E E E
II.2 Partie Theorique :
Conclusion : Conclusion générale Notre travail a été consacré pour l étude et
l réalisation d un interrupteur crépusculaire extinction automatique. Le
montage réalisé permet l allumage d une o plusieurs lampes, dès que la
luminosité ambiant ambian tombe en dessous du seuil ajustable. Une étude
théorique des différents composant ainsi que des différents blocs de cet
appareil nou a servi de complément dans notre cursus

lll.1Définition TCI :

TCI. Logiciel pour les électroniciens, destiné à la conception de circuits


imprimés. Ce logiciel permet de tracer son circuit simple ou double face
rapidement et d'imprimer chacune des couches sur papier ou sur transparent
bureautique (pour obtenir un film directement exploitable).
III.2 Création du circuit imprimé:

Figure 7 : le circuit imprimé coté soudure.

Figure 8 : le circuit imprimé coté Composants.


Chapitre
III :
Réalisation

La Plaque D'essai

III.1 la plaque d’essai :

Une plaquette ou plaque d'essai sans soudures est un outil pédagogique


indispensable pour découvrir l'électronique. Son principal avantage est de
permettre de réaliser des montages rapidement sans souder aucuns
composants.
C'est une plaque en plastique isolant parsemé de plein de trous. Ces trous
sont espacés de 2.54 mm qui est l'espacement standard des composants
électroniques que nous utilisons dans nos montages.

 Les trous permettent d'enfoncer des composants ce qui permettra de le relier


entre eux afin de réaliser le montage à tester.

III.3 Réalisation du circuit imprimé :


Les montages électroniques se réalisent toujours sur un circuit imprimé, c'est-
à-dire un support isolant sur lequel des pistes de cuivre réalisent la quasi
totalité des connexions entre les composants qu'il supporte. Le matériau
utilisé est presque toujours du verre époxy c'est-à-dire un isolant à base de
fibres de verre compressées et imprégnées de résine époxy. Une pellicule de
cuivre très fine (< 100 µm) est fortement collée sur le support.

III.4 Utilisation d'un Tapon :

La méthode la plus utilisée aujourd’hui pour réaliser un circuit imprimé


consiste à utiliser un typon représentant le tracé des pistes que l’on voudra
faire apparaître sur le circuit

L’avantage d’utiliser un typon est double : on pourra facilement fabriquer


plusieurs circuits imprimés identiques « à la chaîne », et il est possible de
réaliser des circuits imprimés complexes, possédant beaucoup de
composants, et demandant une grande précision.

Pour « transférer » le tracé du typon sur la plaque du circuit imprimé, on


utilise des plaques de cuivre photosensibles. Les plaques photosensibles sont
recouvertes d'une couche protectrice photosensible dure et très adhérente,
de couleur bleue-violet et d'une épaisseur de 2,5 microns. Cette couche
protectrice protègera le cuivre lors de la gravure. La couche protectrice est
photosensible, ce qui signifie qu’elle est détruite au contact des rayons ultra-
violets. Pour protéger le cuivre seulement aux endroits contenant des pistes,
on va exposer la plaque photosensible aux rayons ultraviolets, après l’avoir
recouverte avec le typon : ainsi, la couche protectrice photosensible sera
brûlée et éliminée par les rayons ultra-violets à l’extérieur des pistes (là où le
typon est transparent) et demeurera intacte sur les pistes (là où le typon est
opaque).

☞ Pour détruire la couche protectrice photosensible, on expose la plaque recouverte du


typon aux rayons ultra-violets

☞ L’action de supprimer la couche protectrice photosensible s’appelle l’insolation

☞ La machine projetant des rayons ultra-violets sur la couche photosensible s’appelle une
insoleuse.

III.5 Mode Opératoire :

Les Etapes nécessaire pour la fabrication d'un circuit imprimé :


III. Implantation des composants et soudure :
III.6 Perçage du circuit imprimé :
Une fois que la gravure est terminée, vous obtenez sur la plaque des pistes de
cuivre représentant le tracé du typon. Il faut maintenant percer la plaque aux
points où devront être introduits et soudés les composants. Le diamètre de
perçage dépend de la taille des pattes des composants. Pour résumer, on
peut dire qu’il existe 3 dimensions de pattes de composants :

☞ Pour les petits composants (circuits imprimés, fils, etc.) on percera avec un
forêt de 0,6 mm à 0,8 mm ☞ Pour les composants moyens (résistances,
condensateurs, certaines diodes, LED, etc.) on percera avec un forêt de 0,8
mm à 1 mm

☞ Pour les gros composants (relais, bornier de raccordement, certaines


diodes, etc.) on percera avec un forêt de 1 mm à 1,2 mm

III.6.1 Test des pistes du circuit imprimé :

Avant de commencer à souder les composants sur le circuit imprimé, il faut


tester la continuité des différentes pistes, à la recherche d’éventuelles micro-
coupures. Une micro-coupure est une coupure microscopique dans la piste de
cuivre (due par exemple à une raillure), qui ne se voit pas à l’œil nu, pas qui
empêche tout de même la passage du courant. Pour tester la continuité des
pistes, on utilisera un ohmmètre. En cas de micro-coupure réelle, faites une
petite marque au crayon sur l’époxy (et pas sur le cuivre !), à côté de la micro-
coupure : vous réparerez cette micro-coupure au fer à souder, lors de la
soudure des composants 
III .6.2 Préparation des composants :

Avant de souder un composants « à longues pattes », il faudra lui plier les


pattes afin qu’elles rentrent perpendiculairement et parfaitement dans les
deux trous prévus du circuit imprimé. Pour le pliage des pattes des
composants, utilisez une pince plate à bec fin. Les bornes de chaque
composant doivent être accessibles aux pointes de touche d'un contrôleur et
la valeur inscrite sur certains d'entre eux devra être lisible, en respectant le
sens de lecture : de gauche à droite pour les composants horizontaux, et de
bas en haut pour les composants verticaux.
Commencez par la soudure des composants les plus petits, douilles plates,
résistances, diodes, et les plus inaccessibles. Poursuivez par les composants
épais, supports de circuits intégrés, régulateurs, gros condensateurs, en
veillant à la polarisation éventuelle et au positionnement de chacun. Soudez
enfin les fils de connexion après les avoir étamés. Il faut donc commencer par
trier les composants dans l’ordre de soudure.

☞ Ne pas souder directement les circuits intégrés sur le circuit imprimé mais
utiliser les supports au nombre de pattes correspondant. Ces supports
possèdent un ergot de positionnement et devront être soudés dans le bon
sens.
III.6.3 Utilisation du fer à souder :

Pour réaliser des soudures sur circuit imprimé on utilise un fer à souder d'un
puissance comprise entre 25 et 40 watts. La panne, extrémité chauffante, doit
être maintenue propre par un nettoyage fréquent sur une éponge mouillée.
La soudure est constituée d'un mélange d'étain et de plomb. On adoptera un
mélange à 60% d'étain.

Pour souder efficacement il faut maintenir la panne du fer contre les parties
à souder et les chauffer ensemble pendant 2 à 3 secondes puis déposer l'étain
sur les parties métalliques à unir, laisser fondre la soudure pour constituer un
cône et enfin retirer l'étain puis le fer à souder. L’étain ne doit pas être
déposé directement sur le fer, mais sur les pattes des composants qui ont été
préalablement chauffées. Pour obtenir de belles soudures en forme de cône
bien lisse et brillant, il faut chauffer les parties métalliques avant d’appliquer
l’étain, et appliquer l’étain uniquement sur des parties bien chaudes afin qu’il
puisse facilement et naturellement s’étaler et recouvrir toutes la surface à
souder. Attention tout de même, certains composants en plastique craignent
les chaleurs trop élevées (condensateurs, support de circuits intégrés, etc.), il
faut donc parfois être rapide.

☞ Une bonne soudure présente l'aspect d'un cône brillant, lisse et étalé. Une soudure trop
rapide laisse une boule d'étain collée, sans vrai contact avec les composants.

Conclusion :
La réalisation d'un tel type de projet nous a permit d’améliorer et d’exploiter
nos expériences, ainsi d’acquérir de  nouvelles connaissances  théoriques et
pratiques sur de multiples domaines.

Cela permet aussi de développer  notre esprit d’analyse et de découvrir les


problèmes techniques qu'on peut rencontrer pendant la réalisation, on
apprend également l'importance de la communication et le travail en équipe.