Vous êtes sur la page 1sur 39

Gestion des opérations de maintenance

IMM 115
Cours 5 et 6: Comportement du matériel en
service
Pascal CLÉMENT, ing., M. ing.

Département de génie mécanique


ÉTS

Cours 5 et 6: Comportement du matériel en service

• Sûreté de fonctionnement
Fiabilité
Disponibilité
Maintenabilité
Sécurité
• Étude de fiabilité

Taux de défaillance
λ (t)

λ(t)=const

Temps
Fiabilité en maintenance industrielle
L’ingénierie de la fiabilité n’est pas une discipline en soi. Elle est la
somme et le résultat de l’intégration d’activités très diverses
relevant de la compétence de chacun.
Dans un contexte ou le « risque zéro » n’existe pas plus que le
« zéro défaut », on a progressivement mis au point des
techniques d’optimisation permettant de trouver le meilleur
compromis entre le gain apporté versus les moyens
nécessaires à l’amélioration.
L’amélioration de la fiabilité s’appuie sur l’analyse des défaillances.
Le terme défaillance englobe toute forme de non-conformité à
un critère de performance défini.

Source: Smith D., Fiabilité, maintenance et risque

© Pascal CLÉMENT IMM 115 3

Catégories de défaillances

Défaillances catalectiques
 Complètes et soudaines
 Rupture brusque
 Difficile d’observer la dégradation
 Impossible d’utiliser une maintenance conditionnelle

Défaillances par dérives


 On voit progresser la dégradation
 Usure, frottement
 Adaptées aux techniques de surveillance en
maintenance conditionnelle (prédictive)

© Pascal CLÉMENT IMM 115 4


Fiabilité en maintenance industrielle - Historique

Au XIXième siècle, la maintenance des équipements consistait


essentiellement à corriger les pannes lorsqu’elles
survenaient.
Au milieu du XXième, les concepts de maintenance industrielle
et de fiabilité apparurent. Les premières méthodes étaient
élaborées. Souvent, on se contentait de surdimensionner
afin d’accroître les niveaux de fiabilité.
Aujourd’hui, les contraintes environnementales, sociales et
économiques font de ces concepts une partie intégrante
de l’industrie. Ils sont enseignés dans les écoles et
correspondent à une terminologie précise:
« La sûreté de fonctionnement »
© Pascal CLÉMENT IMM 115 5

Définition – Sûreté de fonctionnement


La sûreté de fonctionnement d'un système peut être définie
comme étant la propriété qui permet à ses utilisateurs de
placer une confiance justifiée dans le service qu'il leur
délivre.
L'utilisateur peut être un individu tel que l'Opérateur ou le
Superviseur, ou un autre système matériel / logiciel ayant
des interactions avec le système considéré.
La sûreté de fonctionnement regroupe les activités
d'évaluation de la Fiabilité, de la Disponibilité, de la
Maintenabilité et de la Sécurité (FDMS) d'une organisation,
d'un système, d'un produit ou d'un moyen. Ces propriétés
sont différentes mais complémentaires.
Sources: www.alaide.com et www.wikipedia.org

© Pascal CLÉMENT IMM 115 6


Définition – Fiabilité

Fiabilité (Reliability)
Aptitude d’une entité à accomplir une fonction
requise,
 dans des conditions données,
 pendant un intervalle de temps donné.

Le terme fiabilité est également utilisé pour


désigner la valeur de la fiabilité et peut être
défini comme une probabilité.

Un exemple de mesure de fiabilité est le MTBF


(Mean Time Between Failures: temps moyen
entre défaillances).

© Pascal CLÉMENT IMM 115 7

Définition – Disponibilité

Disponibilité (Availability)
Aptitude d´une entité à être en état d´accomplir une
fonction requise,
 dans des conditions données,
 à un instant donné ou pendant un intervalle de temps donné,
 en supposant que la fourniture des moyens extérieurs nécessaires
soit assurée.
Cette aptitude dépend de la combinaison de la
fiabilité, de la maintenabilité et de la logistique de
maintenance.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 8


Définition – Disponibilité
Lorsqu’on étudie la fiabilité, on s’intéresse non seulement à la
probabilité de panne, mais aussi au nombre de pannes et, en
particulier, au temps requis pour faire les réparations. Dans cette
perspective, deux nouveaux paramètres de la fiabilité deviennent
notre centre d’intérêt. La disponibilité est la probabilité qu’un
système soit disponible pour être utilisé à un moment donné du
temps.
Cette définition est proche de celle de la fiabilité, sauf que le
système demandé doit fonctionner à l’instant (t) et non sur une
période de temps (0 à t). A(t)

t
Temps

© Pascal CLÉMENT IMM 115 9

Définition – Disponibilité

• Lorsqu’un système est réparé de manière continue, soit par un


programme d’entretien ou de maintenance, la disponibilité de
l’équipement tend à devenir constante.
A(t) Effet de stabilité causé par
une action de maintenance
pertinente qui stabilise le
système.

t
Temps
Exemples
 Équipements industriels: A = 70%
 Réseau électrique urbain: A = 99,99%
 Air Bag: A = 99,99%

Lorsqu’il y a trop de «9», on préfère utiliser l’indisponibilité (1-A).


© Pascal CLÉMENT IMM 115 10
Définition – Disponibilité
• Pour des systèmes réparables, une quantité fondamentale est la disponibilité.
Elle est définie comme suit:
A(t) = probabilité qu’un système fonctionne de façon satisfaisante au moment t.

A(t) est donc la disponibilité ponctuelle. Cependant, dans certaines situations, il


est important de connaître la disponibilité par intervalles. Elle est définie
comme : T
1
T ∫0
A(T) = A(t ) dt

L’intervalle de temps entre 0 et t peut être la durée de vie utile d’un équipement
ou le temps requis pour accomplir une mission particulière. Cette disponibilité
est aussi appelée disponibilité par mission. Néanmoins, ces formules
mathématiques s’appliquent lorsqu’on ne peut pas se servir de la formule
simplifiée:
MTBF
A =
MTBF + MTTR
© Pascal CLÉMENT IMM 115 11

Disponibilité des machines


Disponibilité: C’est la probabilité de bon fonctionnement d’un
dispositif à l’instant t. Elle représente le pourcentage de temps
pendant lequel une machine est en mesure d’accomplir sa tâche.
D (t )

µ
µ +λ

Temps ( t )

L’étude de la disponibilité D(t) permet d’optimiser le stock de pièces de


rechange, le nombre de réparateurs et l’organisation du service de
maintenance.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 12


Disponibilité des machines
L’analyse approfondie de la disponibilité se fait par l’utilisation des
graphes de Markov :

-P(i,i+1)-P(i,i-1)

P(i+1,i) P(i,i-1)

-P(i+1,i) -P(i-1,i)
D(i+1) D(i) D(i-1)

P(i,i+1) P(i-1,i)

© Pascal CLÉMENT IMM 115 13

Disponibilité des machines

Disponibilité d’un système élémentaire:

 On fait l’hypothèse que le changement d’état répond à une loi


exponentielle à taux de défaillance et de réparation constant.

Système

Graphe de Markov

© Pascal CLÉMENT IMM 115 14


Disponibilité des machines
λ: Probabilité de passer de l’état de marche à l’état de panne :
λ = 1/MTBF ≈ 1/MUT
µ: Probabilité de passer de l’état de panne à l’état de marche :
µ = 1/MTTR ≈ 1/MDT

© Pascal CLÉMENT IMM 115 15

Disponibilité des machines


Le système d'équations différentielles à résoudre est: λ

d
D (1, t ) = D ( 0, t ) × µ − D (1, t ) × λ
dt -λ
D(1): Sain D(0): Déf

d
D ( 0, t ) = D (1, t ) × λ − D ( 0, t ) × µ
dt µ
La solution, en utilisant les transformés de Laplace, donne:
µ λ
D (t ) =
−( λ + µ )⋅t
+ e
λ+µ λ+µ
La disponibilité d'un système est caractérisée par la probabilité de fonctionnement
qui se stabilise dans le temps vers une asymptote. D(t)

Pour une durée t infinie, seul le terme constant reste, en


µ
considérant MUT ≈ MTBF et MDT ≈ MTTR on obtient : µ +λ

µ MUT MTBF
D (t ) = = ≈
λ + µ MUT + MDT MTBF + MTTR
Temps (t)

© Pascal CLÉMENT IMM 115 16


Disponibilité simplifiée des machines
Hypothèses:
 Le système de production travail sous forme de ligne.
 L’arrêt d’une machine entraîne celui de la ligne (système série).
 Chaque machine est caractérisée par un taux de défaillance λi et un
taux de réparation µi.
 Le taux de défaillance global est égale à la somme des taux de
défaillance des composants: λsys = Σλi
 Chaque MTTR est pondéré par son taux de défaillance.
 On suppose que le temps d’arrêt est négligeable devant le temps de
bon fonctionnement: MUT ≈ MTBF.
 On suppose que le temps d’arrêt est égale au temps de réparation:
MDT ≈ MTTR.
© Pascal CLÉMENT IMM 115 17

Disponibilité simplifiée des machines


Disponibilité pour un système série de n composants:

Le taux de défaillance moyen du système est la somme des taux de chaque composant :

Rsys = R1 ⋅ R2 ⋅ ... ⋅ Ri ⋅ Rn = e λ1 e λ2 ⋅ ... ⋅ e λi ⋅ e λn = e λ1 + λ2 + ...+ λi + λn


n
= e ∑ i ⇒ λ sys = ∑ λi
λ
Rsys
i =1
Le temps de réparation moyen du système est défini par :
 λi 
∑ ( MTTR ⋅ λ ) ∑  µ 
i  1
MTTRsys = =
i i
=
∑λ i ∑λ i µsys
© Pascal CLÉMENT IMM 115 18
Disponibilité simplifiée des machines
Disponibilité pour un système série de n composants:

La disponibilité du système peut être calculée approximativement par :

µsys
µsys µsys 1 1
Dsys = = = =
µsys + λsys µsys λsys λsys n
λ
+ 1+ 1+ ∑ i
µsys µsys µsys i =1 µi

© Pascal CLÉMENT IMM 115 19

Disponibilité simplifiée des machines


Disponibilité pour un système série de n composants:

Si on considère la disponibilité de chaque composant comme étant définie par :


1
Di =
λi
1+
µi
Alors, la disponibilité du système peut être exprimée en fonction de la disponibilité de
chaque composant:
1
Dsys = n
 1 
∑   − n +1
i =1  Di 

© Pascal CLÉMENT IMM 115 20


Exercice 5.1 - Disponibilité

Une usine de production est composée de trois


machines, un tour T, une fraiseuse F et une
rectifieuse R, opérant en série. La moyenne des
temps de bon fonctionnement MUT est
respectivement 150h, 200h et 100h. La moyenne des
temps d’arrêt est respectivement 4h, 6h et 1h.
Calculez la disponibilité de l’usine.

Réponse: 93.7%

© Pascal CLÉMENT IMM 115 21

Augmentation de la disponibilité
MUT MTBF
La disponibilité est définie comme : D = ≈
MUT + MDT MTBF + MTTR
On peut améliorer la disponibilité :

 En augmentant le MTBF, soit en utilisant des composants plus fiables ou en


appliquant les redondances.
 En diminuant les temps de réparation MTTR (Utilisation d’éléments
maintenables, modulaires, aide au diagnostique, arbres de maintenance).
 En améliorant la logistique (diminuer MDT, attente) (gestion des pièces de
rechange, GMAO, participation des opérateurs, TPM, simplification des
procédures administratives)

© Pascal CLÉMENT IMM 115 22


Définition – Maintenabilité

Maintenabilité (Maintainability)
Dans des conditions données d´utilisation, aptitude
d´une entité à être maintenue ou rétablie,
sur un intervalle de temps donné,
dans un état dans lequel elle peut accomplir une
fonction requise,
lorsque la maintenance est accomplie dans des
conditions données,
avec des procédures et des moyens prescrits.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 23

Définition – Maintenabilité
La maintenabilité est un des attributs de la sûreté de fonctionnement.
La maintenabilité d'un système traduit son aptitude aux réparations et
aux évolutions, la maintenance devant être accomplie dans des
conditions données avec des procédures et des moyens prescrits.

Un exemple de mesure de maintenabilité est le MTTR (Mean Time To


Repair : temps moyen de réparation ou de restauration du système dans
l'état de bon fonctionnement).
Source: www.alaide.com

© Pascal CLÉMENT IMM 115 24


Définition – La Maintenabilité

• La maintenabilité est la probabilité qu’un


système en panne soit remis en état de
fonctionnement sous certaines conditions
dans un temps donné, quand une action de
maintenance est entreprise.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 25

Définition – La Maintenabilité

• 1940: La maintenance est un coût inévitable (essentiellement corrective).


• 1950: Premiers efforts de modélisation pour réduire le coût de maintenance.
• 1970: La défense américaine impose une approche qui inclut le cycle de vie
dans le coût de ses contrats, forçant ainsi l’utilisation de la fiabilité ET de la
maintenabilité.

En ce qui concerne la maintenabilité, le temps de réparation est une variable


aléatoire qui résulte de différents facteurs tels que l’habileté des agents de
maintenance et la disponibilité des pièces de rechange.
La maintenabilité tend à suivre une distribution log-normale. Entre autres, l’effet
d’apprentissage va faire diminuer le MTTR.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 26


Définition – La Maintenabilité
Un grand nombre de facteurs influencent la détermination du
MTTR. Ces facteurs vont de l’habileté à diagnostiquer la cause de
la panne jusqu’à la disponibilité de l’équipement et du personnel
requis pour suivre les procédures de réparation.
Dans certains systèmes mécaniques, les causes de panne sont facilement
identifiables. Si une valve ne s’ouvre pas ou bien une pompe arrête de
fonctionner, on peut facilement l’apercevoir. Le début de la réparation consiste
à extraire la composante en panne du système et installer la nouvelle
composante.
À la différence des pannes mécaniques, si un ordinateur tombe en panne, le
temps de diagnostic constituera la partie principale du temps de réparation.
M(t)

t
Temps
© Pascal CLÉMENT IMM 115 27

Maintenabilité des machines


Maintenabilité: c’est l’aptitude d’un système à être maintenu ou
rétabli dans la fonction prévue dans des conditions données.
M (t )

Temps ( t )

La fonction de Maintenabilité M(t) d’un dispositif représente la


probabilité qu’il soit réparé avant le temps t. C’est une fonction
asymptotique non-décroissante.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 28


Maintenabilité – Taux de réparation
Le taux de réparation associé est µ(t). On peut faire l’analogie entre
µ(t) et λ(t).
µ(t)×dt représente la probabilité qu’une réparation soit terminée
entre t et t+dt, sachant qu’elle ne l’était pas à l’instant t.

d
M (t ) g (t )
µ ( t ) = dt =
1 − M (t ) 1 − M (t )

g ( t ) est la densité de probabilité de réparation : M (t )
∂t

© Pascal CLÉMENT IMM 115 29

Maintenabilité – Temps moyen de réparation

Le temps moyen de réparation MTTR est le quotient du temps cumulé de


réparation pour maintenance corrective par le nombre total d’interventions :
n

∑ ( N ⋅ λ ⋅T )
i i i ∞
MTTR = i =1
n
ou MTTR = ∫ (1 − M ( t ) )
∑(N ⋅λ )
i =1
i i
0

N i : Nombre de composants i
λi : Taux de défaillance du composant i
Ti : Estimation de la durée totale des tâches de réparation
( Incluant les temps de diagnostique (td ), réparation (tr ) et vérafication (tv ))

© Pascal CLÉMENT IMM 115 30


Maintenabilité – Temps moyen de réparation

On peut utiliser ce tableau pour estimer le temps moyen de réparation :

Taux de Durée totale


Identification du Durée du Durée de la Durée de la
défaillance du d'intervention: λi × Ti
composant i diagnostique: td réparation: tr vérification: tv
composant i: λi Ti=td+tr+tv

Composant i

Composant n
Total ∑λi ∑(λi × Ti)
MTTR ∑(λi × Ti) / ∑λi

© Pascal CLÉMENT IMM 115 31

Exercice 5.2 - Maintenabilité

Une petite usine comprend trois types machines: A,


B et C. Les quantité de chacune sont
respectivement: 3, 2 et 5. Leur taux de défaillance et
temps de réparation associés sont respectivement:
1х10-4 déf/h et 2 hres, 2х10-5 déf/h et 4 hres et 3х10-6
déf/h et 8 hres. Calculez le MTTR moyen de l’usine.

Réponse: 2.48 heures

© Pascal CLÉMENT IMM 115 32


Maintenabilité – Taux de réparation
Intervention de courte durées
On peut supposer une loi exponentielle pour le fonction de
maintenabilité M(t) avec un taux de réparation constant :
1
M ( t ) = 1 − e− µ⋅t où µ=
MTTR

Interventions nombreuses de durées moyennes


On peut supposer une loi log-normal dans ce cas pour la fonction
de maintenabilité M(t).

© Pascal CLÉMENT IMM 115 33

Évaluation de la maintenabilité
12 points à considérer dans l’évaluation de la maintenabilité :
 Standardisation
 Accessibilité
 Facilité de remplacement
 Interchangeabilité
 Identification
 Testabilité
 Aide au diagnostique
 Appréciation du risque de défaillance (λ ou criticité AMDEC)
 Méthode de détection de l’usure (Prédictif ou conditionnel)
 Documentation accessible
 Complexité du système
 Qualification et nombre du personnel de maintenance
© Pascal CLÉMENT IMM 115 34
Évaluation de la maintenabilité
On peut attribuer à chaque critère une note entre:

 0 (Très inacceptable)
 0.5 (Acceptable)
 1 (Très bon)

Si la moyenne est supérieure à 50%, la maintenabilité du


système est jugée suffisante.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 35

Amélioration de la maintenabilité
Soit MDT, le temps d’arrêt et MTTR, le temps de réparation.
Les temps actifs MTTR de maintenance corrective comprennent:
 Les temps de diagnostique
 Les temps de localisation de la panne
 Les temps de démontage et remontage
 Les temps de réparation ou changement
 Les temps de contrôle et de remise en route
La moyenne des temps d’arrêt MDT comprend:
 Les temps d’arrivée des dépanneurs
 Les temps de préparation
 Les temps de réparation (MTTR)
 Les temps administratifs
Tous ces temps sont sujets à amélioration pour la Maintenabilité
© Pascal CLÉMENT IMM 115 36
Amélioration de la maintenabilité

Amélioration des temps de diagnostique:


 Il est important d’avoir une documentation à jour et facile à
utiliser pour localiser la panne.
 Des capteurs intégrés et une bonne programmation du
système de données aideront à localiser a panne.
 Les arbres de défaillances aideront également.
 Les méthodes d’analyse systématique sont des outils
efficaces (ex: Chaîne de défaillance théorique, AJA, 5
pourquoi, 6 m, cause à effet, est - n’est pas…)

© Pascal CLÉMENT IMM 115 37

Amélioration de la maintenabilité

Amélioration des temps de réparation:


 Le démontage des pièces doit avoir été prévu à la
conception.
 L’AMDEC permettra de détecter les pièces à risque. Si on a
une pièce à risque, le nombre de pièce à démonter doit être
limité à 10. On doit éviter l’utilisation d’outillage spécial. La
documentation doit être près de la machine.
 On doit prévoir l’accessibilité. La norme X-60-301 prescrit
les dimensions pour les mains, la tête, les bras et le corps.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 38


Amélioration de la maintenabilité

Amélioration des délais d’intervention:


 L’AMDEC permet d’avoir prévu la réparation.
 On doit éviter les outillages spéciaux.
 Les pièces d’usure doivent être disponibles et stockées
proche de la machine.
 Les procédures administratives doivent être réduites au
minimum.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 39

Actions d’amélioration de la maintenabilité

 Réduction de la durée de détection des pannes:


 Dispositifs de contrôle de fonctionnement normal (voyants)
 Dispositifs de recherche de défauts (Alarmes, voyants)
 Réduction de la durée de diagnostique:
 Conception en blocs fonctionnels
 Fonctionnements isolés de sous-systèmes
 Tests individuels
 Réduction du temps de contrôle:
 Unités de test

© Pascal CLÉMENT IMM 115 40


Actions d’amélioration de la maintenabilité

 Réduction de la durée des temps de réparation:


 Meilleure accessibilité
 Utilisation de fixations mécaniques simples
 Prévoir des unités interchangeables
 Utiliser une conception standardisée
 Réduction du risque d’accident:
 Prévoir des fusibles
 Tolérances connues
 Avoir des systèmes de protection

© Pascal CLÉMENT IMM 115 41

Définition – La Sécurité
Sécurité (Safety)
Éviter les situations dangereuses pour les opérateurs, les
utilisateurs et l’environnement.
Qu’est-ce que la sécurité?
• Elle consiste à identifier les défaillances qui sont potentiellement
dangereuses.
• Elle utilise la notion de probabilité d’occurrence (taux de
défaillance) et de criticité.
Risque inacceptable

Criticité

Risque acceptable

Probabilité d’occurrence
© Pascal CLÉMENT IMM 115 42
Étude de fiabilité: Objectifs

• La durée de vie d’un produit est une variable aléatoire.


• Répondre aux questions suivantes:
 Quelle est la durée de vie d’un produit pour
fonctionner sans pannes?
 Quelle proportion du produit va faire défaillance avant
la fin de la garantie?
 Quelle période de garantie peut on donner à un
nouveau produit?
 Quand doit-on effectuer les travaux de maintenance
ou remplacer une pièce?

© Pascal CLÉMENT IMM 115 43

Les besoins pour établir la fiabilité

• Spécifier la fonction du produit


• Établir ce qu'est une défaillance (bris,
consommation trop importante, manque de
confort)
• Établir les conditions d'accomplissement de la
tâche
• Exprimer la fiabilité comme probabilité en
fonction du temps

© Pascal CLÉMENT IMM 115 44


Définitions des variables

No:nombre de composants initiaux


Ni: nombre de survivants au temps ti
ni: nombre de composants qui vont faillir entre les
instants ti et t i+1
∆ti: intervalle de temps observé
∆ti = ti+1 - ti

© Pascal CLÉMENT IMM 115 45

Fonction de défaillance f(t)

 La fonction de défaillance f(t) est représentée par le quotient du nombre de


défaillants ni par intervalle de temps sur le nombre d’éléments initiaux No.
ni
f ( ti ) =
N0 ×∆ti
F o n c t io n d e d é f a i ll a n c e

0 ,0 7

0 ,0 6

0 ,0 5
f(t) (%)

0 ,0 4

0 ,0 3

0 ,0 2

0 ,0 1

0
0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500
he ure s

© Pascal CLÉMENT IMM 115 46


Exercice 5.3

Soit 1000 moteurs mis en observation sous


fonctionnement. Au bout de 2000 h, on constate
600 bris, au bout de 2100 h, 650 bris et au bout de
2200 h, 700 bris.
Tracez la fonction de défaillance.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 47

Fonction de défaillance cumulée F(t)

La fonction de défaillance cumulée F(t) est représentée par le quotient du nombre


de défaillants à l’instant t par rapport au nombre de composants initiaux No.

N0 − Ni
F ( ti ) =
N0
Fo n ctio n cu m u lé e d e d é f aillan ce

1
0,9
0,8
0,7
0,6
F(t)

0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
0 50 0 10 00 1 50 0 2 00 0 2 500 30 00 35 00
He u r e s

© Pascal CLÉMENT IMM 115 48


Exercice 5.3 (Suite)

Soit 1000 moteurs mis en observation sous


fonctionnement. Au bout de 2000 h, on constate
600 bris, au bout de 2100 h, 650 bris et au bout de
2200 h, 700 bris.
Tracez la fonction de défaillance cumulée.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 49

Fonction de fiabilité R(t) (probabilité de survie)

• La fiabilité R(t) est la probabilité P pour que le système


remplisse sa mission entre l'instant 0 (P=1) et l'instant t.
C'est une fonction décroissante du temps qui tend vers 0.
• La durée de vie t peut s'exprimer en heures, semaines,
cycles, km, etc..
L o i d e f i a b i l it é

0 ,9

0 ,8

0 ,7

0 ,6

0 ,5

0 ,4

0 ,3

0 ,2

0 ,1

0
0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500

heures

© Pascal CLÉMENT IMM 115 50


La fiabilité et le Taux de défaillance

• Généralement, la fiabilité est définie comme la


probabilité qu’un système fonctionne
adéquatement pendant une durée donnée de
temps sous des conditions d’opération
particulières. Dans ce chapitre, on aborde la
fiabilité comme une fonction du temps, et ceci
renvoie à la définition du Taux de défaillance.
• On ne peut pasR(t)parler de fiabilité sans faire
référence aux pannes. De cette façon, en
examinant la dépendance du Taux de défaillance
par rapport au temps, on gagne une Temps
© Pascal CLÉMENT
meilleure
t
IMM 115 51
compréhension sur la nature des pannes.

Fonction de fiabilité R(t) (probabilité de survie)


La loi de distribution R(t) représente la proportion de survivants N(t) par rapport au
nombre initial No à chaque instant.

Ni
R ( ti ) = ou R ( ti ) = 1 − F ( ti )
N0
Elle doit être établie:
o Soit empiriquement à partir d'échantillons (laboratoires ou
conditions d'utilisation) ou bien
o Semi-analytiquement à partir d'hypothèses sur le profil de vie,
basées sur l'historique (par exemple, la durée de vie suit une loi
exponentielle; les mesures d'inspection suivent une loi
normale,etc.)

© Pascal CLÉMENT IMM 115 52


Exercice 5.3 (Suite)

Soit 1000 moteurs mis en observation sous


fonctionnement. Au bout de 2000 h, on constate
600 bris, au bout de 2100 h, 650 bris et au bout de
2200 h, 700 bris.
Tracez la fonction de fiabilité

© Pascal CLÉMENT IMM 115 53

Taux de défaillance

C'est la probabilité, par unités de temps ou d'usage, de voir le


système tomber en panne dans les instants qui suivent ti (∆ ti).
C’est une prédiction faite à l’instant ti.
Il dépend par conséquent du temps t où on se trouve.
 Il s'exprime comme le quotient du nombre d'unités défaillantes
(ni) par unités de temps (∆∆ti) par le nombre de survivants (Ni) au
temps (ti) considéré.
ni
λ ( ti ) =
∆ti × Ni
Le taux de défaillance moyen est utilisé comme une mesure de la
fiabilité d'un produit.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 54


La fiabilité et le Taux de défaillance

La variable indépendante est le temps de panne (t). La fiabilité R(t) se


définit comme:
R(t) = 1 – F(t)
où F(t), fonction de défaillance cumulée, est la probabilité que le
système tombe en panne avant t = ti.

En dérivant cette équation, on obtient une équation fort utile pour la


détermination du Taux de défaillance (vitesse des pannes):
d
f(t) = − R(t)
Taux de défaillance
λ(t)
dt
Le Taux de défaillance λ(t) se définit comme:
λ(t)=const
f(t)
λ (t) = Temps
R(t)
© Pascal CLÉMENT IMM 115 55

La fiabilité et le Taux de défaillance

• D’autre part, on peut exprimer le temps moyen de bon fonctionnement comme:


MTBF = ∫ R (t ) dt
En termes pratiques, le Taux de défaillance est le nombre de défaillance par
λ) est l’inverse du MTBF:
unité de temps. Le taux de défaillance (λ
1
λ (hrs −1 ) =
MTBF (hrs)

Des exemples de systèmes fiables : centrale nucléaire, système spatial /


militaire.
Systèmes peu fiables : Windows Me (MTBF ≈ 2.56 hrs), Internet, jouets
«Dollarama»,…

© Pascal CLÉMENT IMM 115 56


La courbe baignoire (Bathtub Curve)

• Le comportement du Taux de défaillance est très bien représenté par les


caractéristiques de la courbe baignoire. En effet, la courbe baignoire, est une
caractéristique omniprésente chez les êtres vivants comme dans les dispositifs
d’ingénierie, et une partie importante de la terminologie provient des études de
démographes portant sur la distribution des taux de mortalité.

Total Fin de vie


(usure)
λ

Défauts de jeunesse
(rodage)
Vie utile

Temps
© Pascal CLÉMENT IMM 115 57

La courbe baignoire (Bathtub Curve)


• La courte période de temps du côté gauche de la courbe est une région où les Taux
de défaillance sont élevés, mais décroissants. Cette région est définie comme la
période de mortalité infantile. Dans cette région, les pièces et les équipements
défectueux tombent en panne parce qu’ils n’ont pas été fabriqués ou construits
adéquatement.
• La section du milieu de la courbe baignoire contient le plus petit et le plus constant
Taux de défaillance. Cette section est connue comme la vie utile de dispositif ou de
la pièce. Ce comportement constant et plat est révélateur de pannes aléatoires.
• La partie droite de la courbe correspond à des Taux de défaillance croissants.
Pendant cette période, les pannes dues au vieillissement deviennent dominantes.
• Cette courbe exprime la jeunesse, la maturité et le vieillissement d’un système.
Total Fin de vie
(usure)
λ

Défauts de jeunesse
(rodage) Vie utile

Temps
© Pascal CLÉMENT IMM 115 58
Taux de défaillance
•Il peut augmenter, être constant ou diminuer dans le
temps. C'est un indice de qualité de la maintenance.
•Si la loi est exponentielle, le taux de défaillance est
constant et suffit à lui seul à définir la fiabilité du système.
•Le taux de défaillance s ’exprime comme le quotient de la
fonction de défaillance f(t) sur la fonction de fiabilité R(t):
ni
f(t) N × ∆ ti ni × N 0 ni
λ (t) = ⇒ λ (t i )= 0 = =
R(t) Ni N 0 × ∆ti × Ni ∆ti × N i
N0
© Pascal CLÉMENT IMM 115 59

Exercice 5.3 (Suite)

• Soit 1000 moteurs mis en observation sous


fonctionnement. Au bout de 2000 h, on constate 600
bris, au bout de 2100 h, 650 bris et au bout de 2200 h,
700 bris.
• Tracez la fonction du taux de défaillance.
• Déterminez la probabilité du nombre de bris dans les
prochaines 100 heures après avoir opéré 2100h.
Réponse: 0.001429 défaillances/heures

© Pascal CLÉMENT IMM 115 60


Détermination expérimentale du taux de défaillance

• La détermination expérimentale du taux de défaillance


nécessite un grand nombre de données sur une période
très longue (toute la plage de durée de vie).
• Ceci est impossible pour des mécanismes nouveaux ou
lorsque il y a un manque d ’information statistique.
• La méthode de l ’actuariat permet de déterminer le taux
de défaillance en cas de données partielles, sous
hypothèse que le nombre d ’éléments mis en
fonctionnement soit suffisant.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 61

Méthode de l’actuariat

• Il n ’est pas utile de commencer l ’observation au temps


0 pour appliquer la méthode.
• Le taux de défaillance est calculé par intervalle de temps
comme précédemment.
• L’intervalle de temps est définit comme le temps
maximal d ’observations divisé par le nombre de classe.
• Le nombre de classes est calculé comme la valeur la
plus appropriée entre r = √(Σ
Σn) ou r = 1 + 3.3 log n
• Il est recommandé de regrouper les données pour avoir
au moins 5 défaillances par classes.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 62


Exercice 5.4
Sur 100 lampes, on note les temps de bon fonctionnement de
chacune sur 2500 heures. On note un bris au bout de 100 h, 175 h,
200 h, 250 h, 275 h, 350 h, 450 h, 535 h, 700 h, 775 h, 850 h, 925 h,
1020 h, 1080 h, 1250 h, 1310 h, 1450 h, 1501 h, 1580 h, 1650 h, 1700
h, 1815 h, 2050 h, 2150 h, 2275 h, 2350 h, 2430 et 2500 h.
Tracez la fonction de fiabilité R(t), la fonction de défaillance f(t) et
le taux de défaillance.
Déterminez le taux de défaillance moyen et le MTBF associé

Réponse: 0.00011388 défaillances/heures (en maturité)


MTBF = 8781 Heures

© Pascal CLÉMENT IMM 115 63

Taux de défaillance décroissant

On retrouve ce type de défaillance sur des équipements qui vont


durer après avoir réglé tous les problèmes, comme, par exemple,
les logiciels (dont on règle les problèmes au fur et à mesure), les
structures (dont la conception est révisée jusqu’à ce que la
résistance soit mise au point), etc.

Te m ps

© Pascal CLÉMENT IMM 115 64


Taux de défaillance croissant
On retrouve ce type de défaillance dans les pièces d’usure, les
freins, les amortisseurs d’impact, les caoutchoucs et toute
pièce sujette à la dégradation.

Te m p s

© Pascal CLÉMENT IMM 115 65

Courbe en baignoire
Taux de défaillance

Te mps

© Pascal CLÉMENT IMM 115 66


Période de jeunesse

A titre de prévention, on pratique un déverminage: consiste à


mettre en fonctionnement pendant un certain temps (168 h par
exemple) les composants que l’on veut livrer au client (période de
rodage).
 suite au déverminage, le taux de défaillance diminue en fonction
du temps (composants viciés au départ, malfaçon lors de la
fabrication, élimination des faiblesses).
 défauts de fabrication ou de matériaux
 Les produits sont réparés ou jetés.
 Si cette période est trop longue, le contrôle de qualité est
déficient.
 La durée de cette période indique la durée d’ essais
destructifs

© Pascal CLÉMENT IMM 115 67

Période de vie utile (maturité)

 le taux de défaillance λ(t) est constant (matériel


électronique) ou légérement croissant (matériel
mécanique).
 la loi de fiabilité R(t) est exponentielle
décroissante.
 Les défauts proviennent d'accidents
(catalectiques) ou de charges excessives.
 Le type de maintenance peut être préventif,
systématique ou correctif.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 68


Période de vieillissement

dégradation importante par dérives.


 le taux de défaillance augmente à cause
du vieillissement (usure, fatigue)
 période où il faut surveiller le matériel,
on applique la maintenance préventive
conditionnelle.
 La période de transition permet de
déterminer les dates de remplacement
des pièces et de maintenance.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 69

Période de vieillissement

Durant cette période, on peut définir un taux de


défaillance limite définissant un seuil d’usure à
ne pas dépasser, afin de prévoir les dates
d’entretien préventif et d’arrêt de l’équipement.

© Pascal CLÉMENT IMM 115 70


Principe de maintenance conditionnelle

Taux de défaillance limite

Temps
Date de
maintenance

© Pascal CLÉMENT IMM 115 71

Temps moyen avant (ou entre) défaillances

MTTF : Moyenne de durée de vie pour les produits non réparables.


MTBF : Temps moyen entre les défaillances ou espérance
mathématique des défaillances pour les produits réparables.
n

∑t i
∑ (t × n )
MTBF 1 = i =1
ou MTBF 2 = i i

n n
n : Nombre d ' unités défaillantes dans l ' échantillon.

Note1 ti : Temps auquels les unités ont failli.
 Hypothèse : toutes les unités ont subi au moins une défaillance.

2
Note : Voir légende acétate 35.

MTBF représente la surface totale sous la courbe de R(T).


Égal à la réciproque du taux de défaillance (lorsqu’il est constant).
© Pascal CLÉMENT IMM 115 72
Temps moyen entre les défaillances (MTBF)

Notion essentielle quand la durée de vie est exponentielle.


Notion insuffisante pour les autres profils de vie.
Définitions lorsque le matériel est réparable
MTTR: temps moyen pour réparer
MDT: temps d’arrêt total
MUT: Temps de fonctionnement
MTBF = MDT+MUT
Très souvent, on supposera que MTBF = MUT

© Pascal CLÉMENT IMM 115 73

Définitions

Les trois niveaux de l’arborescence concernés par FMD


• Les équipements industriels inventoriés sont tous des
système réputés « réparables » et, à ce titre, pris en
responsabilité par la maintenance . Les trois niveaux de
caractérisation FMD d’un équipement sont regroupés au
tableau ci-dessous.
Propriétés Caractéristique FMD
Ensemble Toujours réparable Disponibilité
Modules Réparables ou consommable Maintenabilité et Fiabilité
Composant Consommable, parfois Fiabilité
réparable

© Pascal CLÉMENT IMM 115 74


Les indicateurs opérationnels FMD

MTTF Mean time of first failure Temps moyen avant première défaillance;
MTBF Mean time between failure Temps moyen entre deux défaillances
successives;
MDT / MTI Mean down time Temps moyen d’indisponibilité ou temps
moyen d’arrêt propre
MUT Mean up time Temps moyen de disponibilité
MTTR Mean time to repair Temps moyen de réparation

Mise en Première Début d’inter- Remise en


service défaillance ventions service Deuxième
défaillance

Bon fonctionnement Attente Réparation Bon fonctionnement


MTTR
MDT MUT Durée
MTTF MTBF d’usage

© Pascal CLÉMENT IMM 115 75

Les indicateurs opérationnels FMD

Caractéristique Analyse correspondantes


Arborescence d’un
système
R (t ) M (t ) D(t )
Ensemble Réparable MTBF MTTR A0
Module interchangeable Réparable MTBF MTTR ×
Consommable MTTF × ×
Composante Consommable MTTF × ×

Mise en Première Début d’inter- Remise en


service défaillance ventions service Deuxième
défaillance

Bon fonctionnement Attente Réparation Bon fonctionnement


MTTR
MDT MUT Durée
MTTF MTBF d’usage

© Pascal CLÉMENT IMM 115 76


Exercice 5.5

• Sur 37 moteurs mis sous test, on observe 1 bris


entre 0 et 1000h, 4 bris entre 1000 et 2000 h, 7 bris
entre 2000 et 3000 h, 12 bris entre 3000 et 4000 h,
11 bris entre 4000 et 5000h et 2 bris entre 5000 et
6000h. Calculez le MTBF.

Réponse: 2919 h

© Pascal CLÉMENT IMM 115 77