Vous êtes sur la page 1sur 2

Séquence 3

Montesquieu, L’Esprit des lois


« L’esclavage des nègres »
I) Introduction

1. Situation
A – Contexte :
a) historique : le siècle des Lumière débute avec la mort de du Roi Soleil ; déclin et chute de la
monarchie absolue : la période trouble de la fin du règne de Louis XIV est suivie d’un
relâchement de l’autorité de la Régence, et sous Louis XV, le pouvoir perd sa crédibilité ;
Louis XVI tente d’engager des réformes, mais les difficultés financières du royaume et la
misère du peuple provoquent la convocation des états généraux, puis la Révolution ;
l’aristocratie est affaiblie au contact des idées philosophiques, triomphe de la bourgeoisie.
b) Culturel et social : siècle marqué par une ouverture sur le monde (on s’intéresse à l’Amérique, à
l’Orient) favorisée par le commerce et les grandes explorations (le commerce triangulaire (aboli en 1794)) ;
effervescence intellectuelle avec découvertes en astronomie, en chimie, progrès industriels ; dans les domaines
artistiques : mouvements baroque et classique subsistent + le rococo et le néoclassicisme ; domaine social :
salons tenus par les bourgeois éclairés, clubs et cafés, journaux et gazettes….
c) Littéraire : l’emploi métaphorique du mot lumière désigne la raison appuyée sur les sciences, par
opposition à l’obscurantisme des superstitions ; idées des lumières : tolérance, liberté, raison, égalité, progrès,
modèle anglais ; la littérature est une arme au service du combat pour les idées, les écrivains l’utilisent pour
changer les mentalités, ils s’attaquent aux problèmes de société (misère, connaissance (résolu avec
l’Encyclopédie)) ; nouvelles formes d’expression littéraire : conte philosophique (prétexte face à la censure),
romans épistolaires (Liaisons dangereuses de Laclos), lettres philosophiques, discours traités et essais, théâtre
d’idée qui met en scène les grands problèmes du XVIIIe siècle (injustices, inégalités) par ex. chez Beaumarchais.

B – Biographie Montesquieu : 1689-1755 ; après études solides chez oratoriens, entre dans la magistrature ;
caractère heureux, aimait l’étude des sciences, goût du naturalisme, habile dans l’art de parler ; surtout philosophe
social, moraliste de la société du XVIIIe siècle ; en grand admirateur de la grandeur, de l’éloquence, de la vertu
romaine, il écrit ses Considérations sur la cause de la grandeur des romains et leur décadence ; son œuvre
majeure : en 1748 l’Esprit des lois => immense thèse de sciences politiques, il y prône un système semblable au
gouvernement anglais ; en 1721 paraissent roman Lettres persanes.

C – L’œuvre L’Esprit des lois : publié en 1748 à Genève ; 26 volumes qui portent chacun un titre ; immense
succès ; Montesquieu y repense un système politique et invente la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et
judiciaire pour qu’ils se fassent mutuellement contrepoids : marque la supériorité du gvnmnt anglais (« il faut que le
pouvoir arrête le pouvoir ») ; l’œuvre est attaquée par le Pape, la Sorbonne : Montesquieu la défend dans
l’Encyclopédie.

D – L’extrait : « De l’esclavage des nègres » (livre XV) = thème de l’esclavage (à l’époque, notion très
présente puisque commerce triangulaire c-à-d le commerce d’esclaves quoi)

2. Lecture

3. Intérêt général :
Dénonciation violente et courageuse de l’esclavage et mise en scène de son irrationalité à travers l’ironie d’un faux
plaidoyer de l’esclavage.

4. Plan :
I) 1° axe : la structure du plaidoyer
II) 2° axe : la fermeté d’un réquisitoire
III) 3° axe : la force d’un pamphlet

II) Développement

1° axe : la structure du plaidoyer

A – structure :
Plaidoyer qui commence par une hypothèse : « si »
+ conditionnel et subjonctif imparfait => évoquent situation improbable, traduisent avec ironie ce discours de
soutien de l’esclavage.

B – énumération des arguments :


Chaque argument correspond à 1§:
 Historique: l’extermination des peuples d’Amérique conduit à l’esclavage des peuples d’Afrique
 Economique: les Européens ont besoin de se procurer du sucre à bas prix
 Raciaux: lié au physique (couleur et nez) => cette apparence répugnante implique forcément esclavage !!
 Sociologique: leur trait de comportement => la pacotille a de la valeur à leurs yeux => défense de la relativité
culturelle et critique du «sens commun»
 Religieux: les noirs ne sont pas des hommes, donc le christianisme autorise leur condition d’esclave
 Politique: si c’était un pb, les rois s’en seraient occupé => lâcheté, insouciance

2° axe: fermeté d’un réquisitoire

La signification profonde du texte transparaît à travers le plaidoyer.


A – Arguments irrationnels
 arguments inacceptables, odieux, qui font référence à des préjugés: la démonstration se détruit elle-même
 les arguments n’ont aucune valeur
 «princes et rois» st en faute et st inutiles => constat sévère, réquisitoire implacable.

B – montée en puissance du réquisitoire implicite


Monte graduellement en puissance: au début => sérieux; puis ironie, puis sérieux, puis amer, puis sévère, puis
EXPLOSION DE L’INDIGNATION (2 derniers §)  à la fin du texte, le lecteur est convaincu de l’absurdité et de
l’horreur de l’esclavage.

3° axe: force d’un pamphlet => brillant jeu d’artifice en matière de procédés

antiphrases, § insérés successivement, dimension grotesque, la caricature, le burlesque (peau & cheveux,
Egyptiens, bons chrétiens…)

III) Conclusion

Au 18e, l’arme est une arme au service du débat d’idées  à travers un plaidoyer, c'est à dire défense de
l’esclavage => réquisitoire, dénonciation implicite de l’absurde, de l’horreur, de l’injustice qui débouche sur
mouvement général qui aboutira à une vaste sensibilisation des esprits & abolition de l’esclavage +
dénonciation de l’Eglise & du pouvoir qui tolèrent l’esclavage.
Thèmes de la liberté et de l’oppression : Montesquieu est le premier à dénoncer les horreurs du colonialisme
 Candide chap. 19