Vous êtes sur la page 1sur 3

MPSI B 3 juin 2009

S
Énoncé 4. a. Soit P élément de Rm [X], déterminer l’ensemble des primitives sur I de A2 avec
S = f (P ).
Pour 1 tout entier naturel k, on désigne par Rk [X] l’espace vectoriel formé par tous les Yi
polynômes de degré inférieur ou égal à k. Soit m et n deux entiers naturels tels que b. En déduire une primitive de A2 pour tout élément i ∈ J.
5. Dans cette question, m est un entier strictement supérieur à 6. On donne
m
m > 2, 0<n<
2 A = X3 − X + 1
Soit A un polynôme unitaire de degré n et I un intervalle de R qui ne contient pas de racine
a. Calculer Y0 , Y1 , Y2
de A. On notera
b. Montrer que le polynôme S = X 4 + 4X 3 − 2X 2 − 2X − 1 est dans Imf .
J = {0, 1, · · · , m}, A = X n + an−1 X n−1 + · · · + a1 X + a0 c. Déterminer une primitive de
Soit f l’application de Rm [X] dans R[X] définie par X 4 + 4X 3 − 2X 2 − 2X − 1
(X 3 − X + 1)2
f (P ) = AP 0 − P A0
sans chercher à décomposer en éléments simples.
où P 0 etA0 sont respectivement les polynômes dérivés de P et A.
d. Donner une condition nécessaire et suffisante que doivent vérifier les réels
1. a. Déterminer en fonction de m et n la valeur maximale p du degré du polynôme a, b, c, d, e pour que le polynôme aX 4 + bX 3 + cX 2 + dX + e soit élément de
f (P ). Imf .
b. Montrer que f est une application linéaire de Rm [X] dans Rp [X]
c. Soit Q un polynôme de R[X] tel que QA soit élément de Rm [X]. Déterminer
f (QA)
d. En utilisant une formule de dérivation sur I, déterminer le noyau de f . En déduire
le rang de f
2. Pour tout élément i de J, on pose Yi = f (X i ).
a. Montrer que la famille de polynômes (Yi )i∈J−{n} est une base de l’image de f .
b. En calculant f (A), déterminer les coordonnées de Yn dans cette base.
3. a. Pour tout élément i de J, étudier le degré du polynôme Yi .
b. Déterminer la valeur minimale du degré d’un polynôme S non nul dans Imf .
c. En utilisant la question 1.c., montrer que tout polynôme de Rp [X] divisible par
A2 appartient à Imf
En déduire qu’un polynôme S de Rp [X] appartient à Imf si et seulement si le
reste R de sa division par A2 appartient à Imf .
Pour tout polynôme S de Imf , déterminer alors la valeur maximale du degré de
R.
1 d’après Mines d’Ales 1992

Cette création est mise à disposition selon le Contrat 1 Rémy Nicolai Aales92
Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France
disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/
MPSI B 3 juin 2009

Corrigé c. Un polynôme divisible par A2 est de la forme A2 Q. Il est dans l’image de f car
on peut écrire
1. a. Si s 6= n est le degré de P , celui de f (P ) est s + n − 1. Lorsque le degré de P est
A2 Q = f (AQ1 )
n, celui de f (P ) est au plus 2n − 2. Le degré maximal est alors p = n + m − 1.
b. Linéarité évidente. où Q1 est un polynôme ”primitif” (c’est à dire tel que Q01 = Q.
Supposons P = A2 Q+R avec R dans l’image. Alors, comme A2 Q est dans l’image,
c. Calcul immédiat :
P aussi.
f (QA) = A2 Q0
Réciproquement, supposons P = f (P1 dans l’image. Écrivons la division P =
d. Il est clair que f (P ) = 0 si et seulement si la fonction rationnelle P
A est constante. A2 Q + R de P par A2 . Comme A2 Q = f (Q1 ), R = f (P1 − Q1 ) est aussi dans
On remarque que la fonction est définie dans R car le polynôme A est sans racine l’image.
réelle. Si P est dans le noyau de f , il existe donc un réel λ tel que Pe = λA. e La valeur maximale du degré de R est n = (n − 1) + 1 = 2n − 2.
Attention, la relation précédente est relative à des fonctions. On en déduit l’égalité 4. a. Les primitives de
polynomiale en remarquant que P −λA admet une infinité de racines. Finalement : f (P ) AP 0 − A0 P

P
0
= =
ker f = Vect(A) A2 A2 A
sont les fractions rationnelles
De plus, rg(f ) = dim Rm [X] − 1 = m. P
+C
2. a. On vérifie que A
V = Vect X i , i ∈ J

Yi Xi
b. Pour i ∈ J, une primitive de A2 est A .
est un hyperplan supplémentaire de ker f car il ne peut pas contenir A à cause 5. a. On trouve après calcul direct :
du degré. On en déduit que la restriction de f à V est injective et donc que
Y0 = −3X 2 + 1
Y i i∈J

Y1 = −2X 3 + 1
est libre. Comme elle a le bon nombre de vecteurs, c’est une base de l’image.
Y2 = −X 4 − X 2 + 2X
b. On a déjà vu que f (A) = 0. On en déduit :
b. On peut exprimer S = X 4 + 4X 3 − 2X 2 − 2X − 1 comme combinaison des Yi en
Yn = −a0 X0 − a1 Y1 − · · · − an−1 Yn−1 (pas de terme en ai Yi )
utilisant systématiquement le terme de plus haut degré. On obtient
3. a. On a déjà montré que le degré de Yi est n + i − 1.
S = −Y2 − 2Y1 + Y0
b. Soit S = f (P ) un polynôme non nul dans l’image de f . Montrons que le plus
petit degré possible pour S est n − 1 (= deg(A) − 1). c. On déduit de la question précédente que
Ce degré est atteint pour S = f (1) = −A0 .
Si le degré de P n’est pas n. Alors −X 2 − 2X + 1
A
deg(f (P )) = n + deg(P ) − 1 ≥ n − 1
est une primitive de la fraction proposée.
Si P est de degré n est n et de coefficient dominant λ.
d. D’après les questions précédentes, un polynôme P est dans l’image si et seulement
P = λA + R avec deg(R) < n si il est combinaison des Yi c’est à dire s’il existe u, v, w tels que
f (P ) = f (R) avec deg(f (R)) = deg(R) + n − 1 ≥ n − 1 P = −wX 4 − 2vX 3 − (w + 3u)X 2 + 2wX + v + u

Cette création est mise à disposition selon le Contrat 2 Rémy Nicolai Aales92
Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France
disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/
MPSI B 3 juin 2009

Le polynôme P est donc dans l’image si set seulement si le système suivant (aux
inconnues u, v, w) 

 −w = a

−2v = b




−w − 3u = c

2w = d





v+u=e

admet des solutions. On obtient très facilement que la condition cherchée est

 −2a = d
− + − c = e
b a
2 3 3

Cette création est mise à disposition selon le Contrat 3 Rémy Nicolai Aales92
Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France
disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/