Vous êtes sur la page 1sur 89

 

CENTRE DES INGENIEURS ET TECHNICIENS


DES TRAVAUX PUBLIQUES ET DES MINES
(CI2TPM)

PROJET DE FIN D’ETUDES


ETUDE TECHNIQUE DU BARRAGE KPEKPAN  
DANS LE DEPARTEMENT DE DIDIEVI  

ANNEE DE SOUTENANCE 2016

Présenté par :

M. TAH Onflin Louis Serge

Elève Ingénieur des Techniques des Travaux Publiques


Option Hydraulique et Environnement

Encadreur Pédagogique Encadreur Technique

M. KOUASSI Djanhan Patrice Mlle. TOURE FANTA


   
Enseignant à l’INP-HB  Ingénieur  des Techniques en 
Hydraulique et Environnement 
 
Chargée d’Etude  (ONDR- SIA) 
 
AVANT PROPOS
Le Centre des Ingénieurs et Techniciens des Travaux Publics et des
Mines(CI2TPM) a été créé en 1997 par l'Ecole de Formation Continue et de
Perfectionnement des Cadres (EFCPC) de l'Institut National Polytechnique Félix
Houphouët-Boigny (INP-HB).
Il a pour objectif de diplômer ou de qualifier, par des formations en cours du
jour et du soir les cadres et techniciens des secteurs publiques et privés
nationaux et sous régionaux dans plusieurs spécialités dont celle des ingénieurs
des techniques des travaux publiques options hydraulique et environnement.
A la fin de chaque niveau de formation, les auditeurs sont soumis à un thème
de réflexion qui leur permet de fournir un rapport de fin d’études qui fait l’objet
d’une soutenance.
C’est dans ce cadre qu’il nous a été donné de réfléchir sur le thème suivant :
ETUDES TECHNIQUES DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT
DE DIDIEVI
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

REMERCIEMENTS
 
Nous saisissons l’occasion de ce mémoire pour exprimer notre
reconnaissance à toute
l’équipe dirigeante et au corps enseignant de l’EFCPC, ainsi qu’à l’ONDR.
Durant notre étude, nous avons bénéficié de soutien dont la nature varie
selon les personnes, mais qui nous ont été très utiles tant dans la
réalisation des travaux liés à l’étude que dans la rédaction de ce mémoire.
Ces personnes nous ont apporté leur concours matériel, financier et moral. Elles
nous ont prodigué des conseils et nous ont fait partager leurs connaissances et
expériences. C’est donc avec fierté que nous leur adressons nos
remerciements, tout en espérant que chacune d’elles trouvera en ces mots la
sincérité de notre gratitude face aux gestes posés en notre faveur.
Je tiens à remercier plus particulièrement:
 M. BANDAMA Directeur de l’Unité d’Exécution de Projet (UEP), Dimbokro
(ONDR)
 M. BALLO LACINE chargé d’Etudes à l’UEP Dimbokro (ONDR)
 M. KOUASSI DJAHAN PATRICE, enseignant à l’INPHB
 M. KANGOU IGNACE DESIRE ALBERT Chef de division génie rural à
l’ANADER
 M. N’TAKPE TOMPSON ROCHEREAU Chef de service régional génie rural à
l’ANADER
 M. ALLA KARL NELSON, chargé d’études infrastructures à l’ONDR
 M. MAMADOU DIALLO CELLOU, spécialiste en irrigation et en gestion des
ressources en eaux au projet Pol de Croissance de Bagré (Bagrepol)
Ouagadougou, Burkina Fasso
 Mme. TOURE FANTA Epouse BAMBA, Chargée d’études infrastructure à
l’ONDR

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
1
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

SOMMAIRE
PROJET DE FIN D’ETUDES ......................................................................................................................................... 0
AVANT PROPOS ............................................................................................................................................................. 0
1. INTRODUCTION ............................................................................................................................................... 0
1.1. OBJECTIFS VISES ......................................................................................................................................... 1
1.2. PROBLEMATIQUE ....................................................................................................................................... 2
1.3. METHODOLOGIE ......................................................................................................................................... 2
2. GENERALITES ................................................................................................................................................... 4
2.1. ZONE DU  PROJET ........................................................................................................................................ 4
2.1.1. LOCALISATION ET ACCES DU SITE ................................................................................................................... 4
.  5
2.1.2. RESEAU HYDROGRAPHIQUE ................................................................................................................. 5
2.1.3. LE RELIEF ET LE COUVERT VEGETAL .................................................................................................. 6
3. ETUDES TOPOGRAPHIQUES ..................................................................................................................... 7
3.1. COURBE HAUT VOLUME SURFACE ......................................................................................................... 8
3.1.1. METHODES D’ETABLISSEMENT DES COURBES HAUTEUR-VOLUME ET HAUTEUR-SURFACES . 9
4. ETUDE GEOLOGIQUE ET GEOTECHNIQUE ....................................................................................... 10
4.1. GEOLOGIE ................................................................................................................................................... 10
4.1.1. LES FORMATIONS GEOLOGIQUES ...................................................................................................... 10
4.2. GEOTECHNIQUE ........................................................................................................................................ 11
4.2.1. CARACTERISTIQUES DES SOLS DE FONDATION .............................................................................................. 11
4.2.2. MATERIAUX D’EMPRUNT ET TYPE DE BARRAGE............................................................................................. 12
4.2.3. CONDITIONS DE STABILITE .......................................................................................................................... 12
5. CLIMATOLOGIE .............................................................................................................................................. 12
5.1. CARACTERISTIQUES CLIMATIQUES .................................................................................................... 12
5.2. LES PRECIPITATIONS ....................................................................................................................................... 13
5.3. ANALYSE FREQUENTIELLE DES PLUIES (CF. ETUDE UEP DIMBOKRO) .............................................. 14
5.4. LES TEMPERATURES ....................................................................................................................................... 14
5.4.1. HUMIDITE DE L’AIR .................................................................................................................................... 15
5.4.2. L’EVAPOTRANSPIRATION ............................................................................................................................. 16
5.4.3. INSOLATION ................................................................................................................................................ 17
6. ETUDE HYDRAULOGIQUE ......................................................................................................................... 18
6.1. BASSIN VERSANT ............................................................................................................................................ 18
6.2. APPORTS ANNUELS D’EAU DE RUISSELLEMENT .............................................................................................. 20
6.3. PERTES D’EAU DE LA RETENUE ....................................................................................................................... 21
6.3.1. PAR EVAPORATION ...................................................................................................................................... 21
6.3.2. PAR INFILTRATION DANS LA CUVETTE ET A TRAVERS LA DIGUE ...................................................................... 22
6.3.3. PAR DEPOTS SOLIDES .................................................................................................................................. 23
6.4. CRUES CARACTERISTIQUES ............................................................................................................................ 23
6.4.1. CRUE DECENNALE ...................................................................................................................................... 23
6.4.2. CRUE DE PROJET ........................................................................................................................................ 23
6.4.3. LAMINAGE DES CRUES ................................................................................................................................. 24
6.5. BESOINS EN EAU ............................................................................................................................................. 24
6.5.1. CYCLES CULTURAUX ................................................................................................................................... 24
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
2
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
6.5.2. BESOINS AGRICOLES.................................................................................................................................... 24
6.5.3. CALCUL DU DEBIT D’EQUIPEMENT ............................................................................................................... 25
6.5.4. ESTIMATION DE SURFACE CULTIVABLE ET SIMULATION D’UTILISATION DE LA RETENUE ........ 25
7. ETUDE DE LA DIGUE ET DES OUVRAGES ......................................................................................... 28
7.1. TYPOLOGIE DE LA DIGUE ................................................................................................................................ 28
7.2. EXPLOITATION DE LA RETENUE ...................................................................................................................... 29
7.3. CARACTERISTIQUES DU CORPS DE DIGUE ....................................................................................................... 29
7.3.1. REVANCHE ET COTES CARACTERISTIQUES .................................................................................................... 29
7.3.2. PENTES DES TALUS ...................................................................................................................................... 29
7.3.3. PROTECTION DES TALUS ET CRETE ............................................................................................................... 30
7.3.4. LARGEUR EN CRETE ET LARGEUR EN BASE .................................................................................................... 30
7.3.5. FONDATION ET DRAIN DE PIED AVAL ............................................................................................................ 30
7.3.6. LONGUEUR ET VOLUME DE DIGUE ............................................................................................................... 32
7.4. EVACUATEUR DE CRUES ................................................................................................................................. 32
7.5. OUVRAGES ANNEXES...................................................................................................................................... 33
7.5.1. OUVRAGE DE PRISE AGRICOLE ET DE VIDANGE DE FOND .............................................................................. 33
7.5.2. OUVRAGE D’ACCES A LA PRISE D’EAU .......................................................................................................... 34
7.5.3. BUTEE ET FOSSE DE PIED AVAL .................................................................................................................... 34
7.5.4. ECHELLE LIMNIMETRIQUE DE SUIVI DU PLAN D’EAU................................................................................ 35
7.5.5. PUITS DE DECOMPRESSION.......................................................................................................................... 35
8. MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX .................................................................................................. 35
8.1. PROGRAMME DES TRAVAUX ........................................................................................................................... 36
8.2. EXCAVATION .................................................................................................................................................. 37
8.2.1. ASSISE DU BARRAGE .................................................................................................................................... 37
8.2.2. COUPURE ETANCHE .................................................................................................................................... 37
8.2.3. EVACUATEUR DE CRUE................................................................................................................................ 37
8.3. PREPARATION ET MISE EN PLACE DES MATERIAUX ......................................................................................... 38
8.3.1. PLANCHE D'ESSAI........................................................................................................................................ 38
8.3.2. PREPARATION ET MISE EN PLACE DES MATERIAUX DU CORPS DE LA DIGUE .................................................... 38
8.3.3. MATERIAUX FILTRANTS - TAPIS DRAINANT .................................................................................................... 40
8.3.4. ENROCHEMENTS - DRAIN DE PIED ................................................................................................................ 40
8.4. DERIVATION ET OUVRAGES PROVISOIRES ....................................................................................................... 40
9. DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF ................................................................................................. 40
10. NOTES DE CALCUL ................................................................................................................................... 44
10.1. CARACTERISTIQUES DU BASSIN VERSANT....................................................................................................... 44
10.2. APPORTS ET CRUES DE PROJET ........................................................................................................................ 47
10.2.1. ETUDE DES APPORTS .............................................................................................................................. 47
10.2.2. ETUDE DES CRUES ................................................................................................................................. 48
10.3. DIMENSIONNEMENT DE LA DIGUE ................................................................................................................... 49
10.3.1. REVANCHE AU-DESSUS DES PHE ............................................................................................................ 49
10.3.2. AUTRES CARACTERISTIQUES ................................................................................................................... 49
10.4. EVACUATEUR DE CRUES ................................................................................................................................. 50
10.4.1. PRINCIPE ............................................................................................................................................... 50
10.4.2. LAMINAGE DE CRUE ............................................................................................................................... 50
10.4.3. CHENAL D’EVACUATION ......................................................................................................................... 53
10.4.4. DRAIN DE PIED AVAL .............................................................................................................................. 63
10.4.5. FOSSE DE PIED....................................................................................................................................... 65
11. DESSIN DES OUVRAGES ET PLANS ................................................................................................ 67
 
 
 
 
 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
3
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
 
 
 
 
 
 
SIGLES, ABREVIATIONS ET PETIT LEXIQUE 
 
AMCI  :  Aménagements de Côte d’Ivoire 
ANADER : Agence Nationale d’Appuie au Développement Rural 
APD  :  Avant-Projet Détaillé 
BNETD  :  Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement 
FCFA  :  Franc de la Communauté Financière Africaine 
HT/HD  :  Hors Taxes/ Hors Douanes  
IT  :  Ingénieur des Techniques  
INP-HB  :  Institut National Polytechnique Félix Houphouët-BOIGNY 
ml  :  mètre linéaire 
ONDR  :  Office Nationale de Développement du Riz 
OPM  :  Optimum Proctor Modifié 
PEN  :  Plan d’Eau Normal 
PHE  :  Plan des Hautes Eaux 
PNR  :  Programme National de Riz 
SAHARA : Société d’Aménagements Hydro-Agricoles, Rural et d’Assainissement 
PFE  :  Projet de Fin d’Etudes 
TN  :  Terrain Naturel 
TTC  :  Toutes Taxes Comprises 
UEP  :  Unité d’Exécution du Projet 
 
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
 Bnetd, 2007 : Mémoire technique, Mobilisation de l’eau d’irrigation par barrage, cas
du site de Mama
 Groupe Ecole Eier-Etsher, formation poste universitaire. Petits barrages en terre.
 Touré Fanta 2013 : Mémoire de fin d’Etudes, thème, définition d’une stratégie de
gestion de l’eau d’irrigation : cas du périmètre de Kpôkpô
 WOGNIN Elloh Erick de Venceslas, 2013 : Mémoire de fin d’Etudes, thème, Thème
: Suivi de l’exécution des ouvrages et équipements du barrage de Kpôkpô (Gazibouo,
S/P ISSIA)
 De boissezon 1984 Eier : Hydraulique, écoulement à surface libre

LISTE DES TABLEAUX

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
4
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Tableau 1 : Cordonnées géographiques du barrage Kpékpan……………………………………….


Tableau 2 : Données Courbe H(V)
Tableau 3 : Répartition mensuelle des pluies à la station de Bouaké (1990-2000) (en mm)…..
Tableau 4 : Répartition mensuelle des températures à la station de Bouaké 1990 à 2000 (en °C).
Tableau 5 : Répartition de l’Humidité relative moyenne mensuelle de 1990 à 2000 (en %)……….
Tableau 6 : Répartition de l’ETP moyenne mensuelle à Bouaké de 1990 à 2000 (en mm)………..
Tableau 7 : Répartition mensuelle de l’insolation moyenne de Bouaké de 1990 à 2000 (en h)…
Tableau 8 : caractéristiques du bassin versant……………………………………………………….
Tableau 9: Apports en eau de ruissellement (m3) suivant les fréquences ………………………..
Tableau 10 : Evaporation moyenne sur la retenue (mm)…………………………………………….
Tableau 11 : Besoins en eau des cultures en année quinquennale sèche (m3/ha) ………………..25
Tableau 12 : Simulation de la gestion de la retenue (2eme cycle) ……………………………….….27
Tableau 13 : Simulation de la gestion de la retenue (1er cycle) ………………………………….….27
Tableau 14 : devis quantitatif et estimatif, partie 1 ………………………………………………..……42
Tableau 15 : devis quantitatif et estimatif, partie 2 …………………………………………..…………43
Tableau 16 : Données de la courbe hypsométrique…………...……………………………………….47
Tableau 17 : Calcul fréquentiel des apports …………………………………………………….………48
Tableau 18 : Calcul de la revanche…………………………………………………………………….49
Tableau 20 : Condition d’écoulement dans l’évacuateur de crue ……………………………….....57 
 
LISTE DE FIGURES
 
 
LISTE DES TABLEAUX
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
5
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
 
FICHE SYNOPTIQUE DU BARRAGE
A- LA RETENUE  
 
1. Cote du fond du lit mineur :  194,70 m   
2. Niveau de retenue normale :  202 m 
3. Niveau des plus hautes eaux :  203,9 m 
4. Volume de retenue normale :  7 716 735,55 m3    
5. Aire en retenue normale :  m3 
2 61,99 ha 
B- LE BARRAGE
1. Type :  Terre homogène en graveleux latéritiques argileux 
2. Couronnement :  700 m 
3. Longueur en crête :  1474,67 m 
4. Largeur en crête :  5 m 
5. Talus :  Aval : 2 H/1V ; Amont : 2,5 H/1V 
6. Hauteur max. sur fondation :  13,12 m 
7. Hauteur max. sur TN :  9,62 m 
8. Volume de la digue :   373 894,46 m3    
9. Volume des excavations :  m3 
18695 m3 
10 
C- L’EVACUATEUR DE CRUE
1. Crue de projet (Q100)  163 m3/s ; débit laminé   82,09 m3/s 
2. Type :  Déversoir latéral à seuil libre 
3. Longueur de déversement :  57 m 
4. Charge maximale :   0,9 cm  Revanche : 100 cm 
5. Cote seuil :  202,00 m 
6. Implantation :  Rive droite 
7. Coursier :  Béton armé, section rectangulaire, largeur 16 m, longueur 120 m 
8. Restitution :  Bassin de dissipation à ressaut type II en béton armé 
9. Volume bétons :  3347 m3 
10. Volume des excavations :  108665 m3 
rrrrrrrrrjjjkljn   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

   
   
   

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
6
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
FICHE SYNOPTIQUE DU BARRAGE-SUITE

D- LA VIDANGE DE FOND
1. Implantation :  Rive gauche sous la digue 
2. Type :  Conduite en acier enrobé de béton 
3. Longueur conduites :  49,29 m 
4. Côte de calage à l’entrée :  196.70 m 
5. Restitution :  Bassin de type impact 
6. Pente :  1% 
7. Dimension conduite  Dn 800 
8. Equipement hydromécanique : 
  1 vanne de garde Dn 800; 1 vanne de vidange papillon Dn 500 
 
9. Prise d’eau :  1 piquage avec vanne Dn  800 
E- OUVRAGES DIVERS
1. Echelle limnimétrique (cote  zéro)  20 ml 
2. Escalier d’accès aux vannes   60  marches 
3. Puits de décompression  4 puits de 5 m de profondeur 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
7
 
1. INTRODUCTION
 
 
L'agriculture constitue la principale source de croissance de l'économie
ivoirienne. Elle représente 34% du PIB et fournit 70% des emplois nationaux.
Conscient de cette prépondérance du secteur agricole, le Gouvernement a mis
en œuvre plusieurs stratégies de développement de ce secteur. Dans le Plan
Directeur de Développement Agricole (PDDA) 1992-2015, il définit les objectifs
majeurs de la politique sectorielle agricole entre autres :
√ amélioration de la productivité et de la compétitivité du secteur agricole ;
√ recherche de la sécurité alimentaire ;
√ diversification des productions agricoles.
√ Réduction de la pauvreté
En ce qui concerne la production rizicole, la Côte d’Ivoire, malgré ses atouts, se
trouve dans une situation d’importation massive pour répondre aux besoins
de plus en plus croissant de la consommation intérieure de riz. La production
nationale de riz est inférieure à la moitié de la demande depuis plus de trois
décennies malgré les différentes politiques de développement de la filière riz. La
crise alimentaire de 2008, a été à la base de la mise en place d’une
Stratégie Nationale de Développement du Riz (SNDR) qui a fait l’objet
d’adoption par le Gouvernement en Juin 2008. Cette Stratégie de 2008 a
été révisé pour en corriger les insuffisances afin de répondre effectivement
aux objectifs de satisfaction de la totalité de la demande locale de riz
par la production nationale, de constitution d’un stock de sécurité et
d’exportation du surplus de production. La SNDR révisée s’inscrit bien dans
les Plans et Programmes du Gouvernement à savoir le Plan Directeur de
Développement Agricole (PDDA), le Document de Stratégie de Réduction de
la Pauvreté (DSRP) et le Programme Nationale d’Investissement Agricole
(PNIA).La SNDR révisée est élaborée sur la base du modèle de la Coalition
Africaine de Développement du Riz (CARD) qui comprend l’ensemble des
Pays Africains producteurs de riz et l’ensemble des Partenaires au
développement.
C’est donc à travers l’aménagement des périmètres , la réhabilitation de bas-
fonds et la construction de barrages hydro-agricoles que les projets rizicoles
contribuent à atteindre la couverture nationale des besoins en riz, et de ce
fait à la recherche de la sécurité et de l’autosuffisance alimentaire des
populations.
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Ce présent document traite du thème de la mobilisation de l’eau d’irrigation par
barrage. C’est l’étude d’avant-projet détaillée du barrage « Kpékpan » dans le
département de Didiévi.

1.1. OBJECTIFS VISES


De façon spécifique il s’agira, sur la base d’études topographiques, géotechnique
et hydrologiques réalisés en partie par UEP Dimbokro:
- de déterminer les caractéristiques et la capacité de la retenue d’eau (ou
du barrage)
- d’estimer les besoins en eau et de trouver une adéquation entre les
surfaces irrigables en aval et le volume d’eau disponible et mobilisable
dans la retenue
- d’estimer les pertes en eau
- de dimensionner la digue et sa fondation et ses protections, de vérifier sa
stabilité
- de calculer la crue laminée
- de dimensionner l’évacuateur de crue (chenal d’emmené déversoir, chenal
d’écoulement, coursier, chenal de restitution, bassin de dissipation…)
- de dimensionner la conduite de prise/vidange, le bassin de
tranquillisation……
- de proposer un mode d’exécution des travaux
- De faire le devis quantitatif et estimatif des travaux
- D’établir les plans des ouvrages.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
1
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
1.2. PROBLEMATIQUE
 
La région du Bélier située au centre-est de la Côte d’Ivoire accuse une période
sèche prolongée au cours de l’année. Elle dispose quand même d’une forte
potentialité de ressource en terre de bas-fond handicapée par des difficultés
d’approvisionnement en eau d’irrigation du fait de cette situation évoquée
plus haut et surtout du manque ou de l’insuffisance d’infrastructures de
mobilisation des eaux de surface.
Le développement des cultures constitue donc un problème d’importance
majeure qui se heurte fréquemment au grave obstacle de la disponibilité
aléatoire en eau. Seule l’irrigation est susceptible de pallier le déficit en eau
qu’accusent les cultures et par voie de conséquence de permettre une
amélioration appréciable des rendements. L’insertion de l’irrigation dans les
techniques culturales conduit inéluctablement à la création de périmètres
irrigués. Elle demande par ailleurs la disponibilité d’une ressource en eau qui
satisfasse les besoins.
Ainsi, dans le souci d’améliorer les conditions de vie des paysans et de
leur permettre de s’auto-suffire au regard de la politique du gouvernement en
matière de développement rural et afin de réduire les disparités régionales, le
Gouvernement Ivoirien a initié la création d’exploitations agricoles intensifiées
avec la maîtrise de l’eau. Plusieurs études de projet ont été réalisées à
cet effet, au nombre desquelles s’inscrit cette étude de barrages.

1.3. METHODOLOGIE
 
Nos travaux se sont appuyés en grande partie sur Le projet
d'aménagement hydro-agricole du Fromager, mené par le groupement
BNETD/UEP-DALOA, dans le cadre du plan de relance de la riziculture initié par
l’Etat ivoirien.
La méthodologie de travail adoptée pour mener à bien notre étude, se
présente comme suit :
o Une recherche documentaire et de données climatiques a eu lieu à
l’ONDR, à l’UEP Dimbokro, au BNETD, sur le site de 2IE en ligne, à la
SODEXAM
o Entretien avec des responsables des structures et entreprises qui

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
2
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Interviennent dans le secteur tels que l’ANADER, AMC, SAHARA;
o Consultations de sites internet ;
o Investigation au bureau (ONDR Abidjan, UEP Dimbokro) : elle a
consisté à la recherche et à l’exploitation des documents disponibles
qui nous ont orientés dans l’élaboration du plan de notre étude ;
o Visite de terrain : elles ont été effectuées aussi bien sur le
Site de la rivière Kpékpan près de Raviart (dans le département de Didiévi)
que sur d’autres sites de barrages déjà construits tel que le site du
Barrage Gonflable de Mbahiakro, l’aménagement de Niouriho et de Mama
(gagnoa), le barrage de Ndrikro sur l’Atofou (Dimbokro).
De même, nous avons utilisé certains logiciels informatiques dont les plus
importants sont :
o Autocad 2008 pour
- la conception de plans, le planimétrage (mesure de surfaces) du bassin
versant, des surfaces englobées par les courbes de niveau, de la
cuvette ;
- le tracé des profils en long et en travers de l’axe de la digue et du chenal
évacuateur ;
- la lecture, les modifications et l’impression des plans et dessins ;
 Google earth pour la localisation des sites, l’estimation des distances,
la pré-analyse de la végétation et du relief du site, la prise de vue
satellitaire des sites des barrages de nihouriho, Ndrikro, Mama pour
analyse comparée ;
 Covadis pour les profils en long et en travers
 ARCGIS pour analyse spatiale plus approfondie et géo-référencement ;
 Microsoft Office Excel pour les calculs et les analyses de données
numériques, la programmation des itérations et de formules de
calcules;
 Microsoft power point
o Rédaction du document

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
3
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

2. GENERALITES

2.1. ZONE DU PROJET

2.1.1. LOCALISATION ET ACCES DU SITE


 
Le site du barrage de KPEKPAN est situé dans le département de DIDIEVI, à 4,5
Km de la localité de Raviart, sur le cours d’eau KPEKPAN, qui est un affluent de
la rivière KAN (affluent principal du N’zi).
Les coordonnées géographiques de l’axe de la digue sont :
Tableau 1 : Cordonnées géographiques du barrage Kpékpan

Points X Y Z (m)

S6 288 283.925 821 230.881 206.80

S10 288 567.004 823 029.907 207.70


 
 
 
Figure 1 : Localisation de Didiévi 
 

 
 
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
4
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Figure 2 : Localisation du site 
 

 
.

2.1.2. RESEAU HYDROGRAPHIQUE


 
Le site du barrage est situé en amont de la confluence des cours d’eau KAN et
du KPEKPAN qui sont deux cours d’eau d’inégale importance. L’axe de la digue
du barrage est situé sur le second (KPEKPAN) à environ 2,5 km de la confluence.
Le KPEKPAN comprend, au niveau de la cuvette du barrage, deux affluents dont
l’un en rive gauche et l’autre en rive droite. La cuvette se développe le long du
cours d’eau principal dans une direction générale Est-Ouest et a une longueur
(Fetch) de 3 Km.

Figure 3 : Hydrographie du bassin du Nzi  

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
5
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

2.1.3. LE RELIEF ET LE COUVERT VEGETAL

Le relief du département est peu accidenté avec par endroit des collines et des
chaines granitiques. Les accidents topographiques les plus significatifs sont le
mont Kpohoun à Attêkro, le mont N'de à Bongo Kouassikro et le Kanoumou dans
l'espace compris entre les rivières M'bandaman et Kan Ba. L'altitude moyenne
est comprise entre 100 et 200 m. Le département de Didiévi constitue une zone
de transition entre les zones forestières du Sud et les grandes savanes qui
commencent à se dégager au Nord du département et qui annoncent déjà les
paysages soudaniens où les essences ligneuses cèdent le pas aux formations
herbacées. Cette zone de transition est constituée d'arbres mais surtout
d'arbustes, comprenant parfois un matériel ligneux plus ou moins important, et
la forêt semper virens. Les réserves forestières non défrichées n'existent

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
6
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
presque plus. C'est le domaine de la savane arborée plantée de rôniers et de
fromagers. On rencontre également des forêts galeries le long des cours d'eau
ainsi que des bandes ou îlots de forêts sur les terrains argileux ou frais. Dans
son ensemble, la végétation du département de Didiévi est un paysage de
savanes caractérisé par l'alternance de petits massifs boisés et de forêts
galeries.

Figure 4 : image satellite du site  

Figure : vue du couvert végétale, du relief et du sol de Raviart.

3. ETUDES TOPOGRAPHIQUES

Au niveau de la cuvette du barrage projeté, la pente est relativement faible


(0,3%) et le cours d’eau principal, coule dans une direction Est-Ouest sur un lit
mineur de 2 mètres de largeur environ, occupé par des matériaux et éléments
fins (sable argileux).
La topographie des versants, constitués essentiellement de sable argileux, est
relativement douce avec des pentes comprises entre 1% et 3%. Le resserrement
de la vallée au niveau du site est caractérisé par une largeur en fond de vallée

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
7
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
importante de 500 mètres, et est dominé par deux rives à pente faible et ayant
une hauteur inférieure à 20 mètres.
Au niveau de l'axe, la vallée est dissymétrique avec la rive gauche plus longue.
Les pentes des rives sont faibles. Elles sont de 2,5 % en moyenne en rive droite
et de à 1% en moyenne en rive gauche.
La retenue présente une superficie de 262 ha environ. La capacité de stockage
de la cuvette est présentée par les courbes hauteur surface et hauteur volume
ci-après.
Le lit mineur n’est pas très bien mis en évidence et le point le plus bas se trouve
à la cote 194,70.

3.1. COURBE HAUT VOLUME SURFACE


 
Le tableau ci-dessus donne les volumes et les superficies de la retenue suivant
les cotes.
Tableau 2 : Données Courbe H(V)

Hauteur Volume Volume Cumulés


Cote (m) Surface (m²)
(m) Partiel (m³) (m³)

194,70 0,00 - 0 0

195 0,30 1 972,35 295,85 295,85

196 1,30 120 924,24 61 448,30 61 744,15

197 2,30 321 952,14 221 438,19 283 182,34

198 3,30 569 191,96 445 572,05 728 754,39

199 4,30 1 380 869,30 975 030,63 1 703 785,02

200 5,30 1 798 262,24 1 589 565,77 3 293 350,79

201 6,30 2 214 311,76 2 006 287,00 5 299 637,79

202 7,30 2 619 883,76 2 417 097,76 7 716 735,55

203 8,30 2 923 530,70 2 771 707,23 10 488 442,78

204 9,30 3 183 912,96 3 053 721,83 13 542 164,61

205 10,30 3 526 224,97 3 355 068,97 16 897 233,57

206 11,30 4 033 540,22 3 779 882,60 20 677 116,17

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
8
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

3.1.1. METHODES D’ETABLISSEMENT DES COURBES HAUTEUR-VOLUME ET


HAUTEUR-SURFACES

Ces courbes caractéristiques de la retenue donnent les différents volumes


d’eau et les surfaces pour chaque courbe de niveau de la retenue. Le volume
partiel Vi compris entre deux courbes de niveau successives est donné par la
relation (Si-1+Si)*H/2 Avec :
Vi : Volume d’eau entre les courbes de niveau i-1 et i ;
H : Dénivelée entre les deux courbes de niveau i-1et i soit H i-Hi-1;
Si: Surface du plan d’eau correspondant à la courbe i, (Hi) ;
Si-1: Surface du plan d’eau correspondant à la courbe i-1, (Hi-1)
Ainsi, en appliquant ces relations pour chaque hauteur du plan d’eau, on
détermine la surface du plan d’eau en fonction de sa hauteur. Nous avons
construit ainsi le graphique H=f(V) point par point. C’est la courbe Hauteur
Volume de la retenue. Puis nous avons construit le graphique H=f(S) qui
est la courbe Hauteur-Surface.

Les courbes hauteur/surface et hauteur/volume sont fournies à la page


suivante.

COURBE HAUTEUR/SURFACE
207
206
205
204
203
202
Cote (m)

201
200
199
198
197
196
195
194
- 50,00 100,00 150,00 200,00 250,00 300,00 350,00 400,00 450,00
Surface (ha)

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
9
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

COURBE HAUTEUR/VOLUME
207,0
206,0
205,0
204,0
203,0
202,0
Cote (m)

201,0
200,0
199,0
198,0
197,0
196,0
195,0
194,0
- 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22
Volume (millions de m3)

4. ETUDE GEOLOGIQUE ET GEOTECHNIQUE


 

4.1. GEOLOGIE

4.1.1. LES FORMATIONS GEOLOGIQUES


 

Le département de Didiévi est situé sur le socle précambrien et appartient


au domaine du Baoulé-Mossi. On rencontre les formations géologiques
suivantes :

 Le complexe éburnéen : ce sont essentiellement les granodiorites, les


granites à biotite (exploité dans le village de Boli de façon industrielle), les
granites intrusifs-syénite-monzonites-diorites et les granites à biotite
homogène. Il représente la majorité des formations du département
(environ 70% du territoire).
 Les unités du birimien : le birimien est représenté dans le département
par les metasédiments : schistes, quartzites, roches à manganèse (plus
de 25% du territoire). C'est sur ces metasédiments que coule le Kan Ba
jusqu'à Didiévi où il emprunte le domaine des granites à biotites.
 L'unité géologique de l'archéen représentée par les migmatites
anciennes-granites migmatitiques. Elle représente moins de 2% du

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
10
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
territoire et se trouve à l'Ouest du département à environ 10 km de Didiévi
sur la route Didiévi-Bouaké.

Ces formations géologiques conduisent à la formation d'un contexte


hydrogéologique caractérisé par deux types d'aquifères; un aquifère d'altérites
et un aquifère fissuré ou fracturé.

Les conclusions de l’étude géotechnique peuvent être résumées comme ci-


dessous :

4.2. GEOTECHNIQUE

4.2.1. CARACTERISTIQUES DES SOLS DE FONDATION

En fond de vallée, côté rive droite, sous 10 cm de terre végétale, on a 1,50 m


de sable argileux et côté rive gauche, 0,70 m du même matériau. Les couleurs
de ces matériaux sont variées. les soles en dessous de 1,50 m sont parfois
composés de sables fin peu argileux. Il existe aussi un dôme de carapace
latéritique de 1,20 m de profondeur. Il y a une couche de sable propre entre
0,7 et 3,40 m de profondeur pour atteindre des horizons très peu perméables
ou imperméables.
La base des sols perméables à semi perméables se situent donc au-delà de 3,50
m de profondeur.
En résumé, en fond de vallée, les sables propres et les sables argileux rencontrés
sont perméables sur toute leur épaisseur et doivent être recoupés par une
tranchée étanche jusqu’à 3,50 m de profondeur au minimum (0,5 à 1,0 m
d’ancrage dans les soles imperméables).
Sur les versants, en rive droite, nous avons une alternance de sables propres de
couleurs variées sur une profondeur moyenne de 1,65 m.
On retiendra en rive droite la nécessité de réaliser une tranchée parafouille
traversant les sables argileux et les sables propres qui pourraient être
susceptible de perméabilité. On descendra donc vers les terrains plus
imperméables après une profondeur de 2,5 m, soit une pénétration de 0,8 à
1,0 m .

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
11
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
En rive gauche, le même type de terrain qu’en rive droite est rencontré. On
réalisera là une tranchée parafouille de 1,0 m de profondeur pour atteindre les
sols plus imperméables.

4.2.2. MATERIAUX D’EMPRUNT ET TYPE DE BARRAGE


 
Les matériaux d’emprunt disponibles à proximité du site de barrage sont
essentiellement constitués de graveleux latéritiques argileux sous une
profondeur de 0,45 m et d’une épaisseur de 62 cm. L’examen des
caractéristiques géométriques (limite d’atterberg, granulométrie, Proctor) des
matériaux d’emprunt reconnus montre que La digue du barrage de Raviart sera
donc homogène, constituée essentiellement de matériaux graveleux latéritiques
argileux.

4.2.3. CONDITIONS DE STABILITE


 
Vu la bonne portance des sols de fondation (voir en annexe), et la hauteur
relativement faible du barrage, on pourrait retenir en amont et en aval des
fruits de 2 H pour 1V.
Sur la base du coefficient de sécurité qui est de 1,5 et de C= 2T/m² et φ=32°
dans les sables argileux et graveleux latéritiques compactés, les matériaux
seront compactés à une densité égale à 95% de l’Optimum Proctor modifié aussi
bien en partie courante que sur les 40 derniers centimètres.

5. CLIMATOLOGIE

5.1. CARACTERISTIQUES CLIMATIQUES

Le département de Didiévi présente également, à l'image de sa végétation, un


climat de transition caractérisé par quatre saisons comme en zone forestière :
deux saisons de pluie et deux saisons sèches. Le climat qui y règne est de type
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
12
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
baouléen avec une grande saison des pluies (Mars-Juin) suivi de la petite saison
sèche (Juillet-Août) et une petite saison des pluies (Septembre-Octobre) suivi
de la grande saison sèche (Novembre-Février).

5.2. LES PRECIPITATIONS


 
En se référant aux données de la station de Bouaké la plus proche du site, les
précipitations moyennes annuelles de 1990 à 2000 sont irrégulières et varient
de 6,3 mm à 152 mm avec une moyenne annuelle de 1 029,2 mm. Les
répartitions moyennes mensuelles sont données dans le tableau 1 et figure 2 ci-
après.
Tableau 3 : Répartition mensuelle des pluies à la station de Bouaké (1990-2000)
(en mm)

   Janvier  Février  Mars  Avril  Mai  Juin  Juillet  Août  Septembre  Octobre  Novembre  Décembre   
MOYENNE 
19.21  31.27  72.83  133.27  127.41  124.21  94.76  120.65  152.03  102.15  45.06  6.37 
(1990-2000)   
max  111.30  116.90  191.60  219.40  177.80  235.60  209.40  191.70  196.10  192.90  136.20  27.70   
min  0.00  0.00  1.20  50.20  67.80  42.70  29.70  24.80  97.90  30.20  0.00  0.00   

Source : SODEXAM

variation des pluies moyennes mensuelles de


Bouaké (mm)
152,03
133,27 127,41 124,21 120,65
94,76 102,15
72,83
45,06
31,27
19,21
6,37

Figure 2 : Répartition mensuelle de pluies moyennes à Bouaké (1990-2000)


(en mm)

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
13
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

5.3. ANALYSE FREQUENTIELLE DES PLUIES (CF. ETUDE UEP DIMBOKRO)


 

Une analyse fréquentielle de la série des pluies annuelles à une loi statistique (loi
de Gumbel) a permis de déterminer les pluies annuelles de différentes fréquences :
 pluie centennale sèche : 782 ;
 pluie cinquantennale sèche : 827 ;
 pluie décennale sèche : 955 mm ;
 pluie quinquennale sèche : 1 028 mm ;
 pluie moyenne : 1 168 mm ;
 pluie quinquennale humide : 1 307 mm ;
 pluie décennale humide : 1 380 mm ;
 pluie cinquantennale humide : 1 508 mm ;
 pluie centennale humide : 1 554 mm.

5.4. LES TEMPERATURES


 
La répartition moyenne, maximale et minimale des températures de la
station de Bouaké de 1990 à 2000 sont présentées dans le tableau 2 et
figure 2 suivants :

Tableau 4 : Répartition mensuelle des températures à la station de Bouaké 1990


à 2000 (en °C)

  Janvier  Février  Mars  Avril  Mai  Juin  Juillet  Août  Septembre  Octobre  Novembre  Décembre 
MOYENNE (1990-2001)  27,18  28,23  28,39  27,58  26,58  25,34  24,30  24,20  24,54  25,40  26,03  26,13 
Max  28,60  29,80  30,60  31,20  27,50  26,10  24,90  25,20  25,00  26,10  26,50  26,70 
Min  26,20  26,90  27,20  26,70  26,00  24,60  23,50  23,70  24,00  24,80  25,50  25,40 

Source : SODEXAM

La figure 3 ci-après représente la répartition moyenne mensuelle de la


température de Bouaké (1990 à 2000)

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
14
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Répartition moyenne mensuelle de la temperature (°C)
28,23 28,39
27,18 27,58
26,58
26,03 26,13
25,34 25,40
24,30 24,20 24,54

Figure 3 : Répartition mensuelle de la température moyenne à Bouaké (1990-


2000) (en °C)

5.4.1. HUMIDITE DE L’AIR


L’humidité relative moyenne annuelle oscille entre 51,7% et 73,3 %
pendant la saison sèche et entre 83,2% et 62,5 % pendant la saison
pluvieuse.
L’humidité moyenne est relativement régulière comme présenté ci-dessous :

Tableau 5 : Répartition de l’Humidité relative moyenne mensuelle de 1990 à


2000 (en %)

  Janvier  Février Mars  Avril  Mai  Juin  Juillet Août  Septembre Octobre Novembre Décembre 

MOYENNE (1990-2001)  51,69  54,03  62,55 73,17 76,49 80,20 82,82 83,23  82,36  78,50  73,34  64,63 

max  67,50  67,00  71,00 78,00 82,90 85,00 88,00 87,00  89,00  80,00  79,00  75,60 

min  30,00  44,00  30,60 70,00 66,00 78,00 79,00 80,00  78,00  76,00  68,00  46,00 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
15
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Répartition de l’Humidité relative mensuelle
(en %)
80,20 82,82 83,23 82,36 78,50
73,17 76,49 73,34
62,55 64,63
51,69 54,03

Figure 4 : Répartition de l’Humidité relative moyenne mensuelle de 1990 à


2000 (en %)

5.4.2. L’EVAPOTRANSPIRATION
 
L’Evapotranspiration Potentielle (ETP) moyenne annuelle est de 1614,8
mm. Sa répartition mensuelle de 1990 à 2000 à la station de Bouaké est
donnée dans le tableau 4 et figure 5 ci-après.

Tableau 6 : Répartition de l’ETP moyenne mensuelle à Bouaké de 1990 à 2000


(en mm)

  Janvier  Février  Mars  Avril  Mai  Juin  Juillet  Août  Septembre  Octobre  Novembre  Décembre 
MOYENNE 
143,04  153,45  164,20  149,03  138,33  123,44  109,09  106,54  113,04  122,78  124,88  118,95 
(1990-2000) 
max  163,00  182,00  207,00  164,00  149,00  132,00  117,00  117,00  126,00  138,00  141,00  133,00 
Min  114,10  126,20  134,40  125,60  118,80  114,00  94,40  94,10  98,90  111,80  107,50  92,00 

Figure 5 : Répartition de l’ETP moyenne mensuelle de Bouaké de 1990 à 2000


(en mm)

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
16
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Répartition de l’ETP moyenne mensuelle (en mm)

153,45 164,20
143,04 149,03 138,33
123,44 113,04 122,78 124,88 118,95
109,09 106,54

 
 
 

5.4.3. INSOLATION

La durée d’insolation moyenne annuelle de station de Bouaké de 1990 à 2000


est fournie dans le tableau 5 et figures 5 ci-après :
Tableau 7 : Répartition mensuelle de l’insolation moyenne de Bouaké de 1990 à
2000 (en h)
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Moy (1990-2000) 237,9 232,6 222,4 204,8 203,2 142,9 92,8 88,3 98,5 174,2 196,7 209,1
max 265,5 264,5 243,1 233,5 238,8 185,1 128,0 124,8 154,0 224,0 248,9 232,8
Min 194,3 201,8 193,0 187,9 177,1 100,6 72,2 64,8 68,0 154,7 162,0 188,0

Figure 6: Répartition de l'insolation moyenne


annuelle de Bouaké de 1990 à 2000
300,0
250,0
200,0
150,0
100,0
50,0
0,0

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
17
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

6. ETUDE HYDRAULOGIQUE
 
 
L’étude hydrologique permet de caractériser le bassin versant, d’étudier les
CARACTERISTIQUES SYMBOLE UNITE VALEURS
SUPERFICIE BV Sbv km² 82.2
COEFFICIENT D'ABATTEMENT K 0,82
PERIMETRE BV (km) P km 38.81
RECTANGLE EQUIVALENT
Longueur L km 13.54
Largeur l km 6.07
INDICE COMPACITE Kc 1.21
TYPE DE BASSIN bassin allongé
ALLONGEMENT MOYEN km 1.49
LONGUEUR RESEAU HYDROGRAPHIQUE L rh km 88
DENSITE DE DRAINAGE Dr km/km² 1.07
PENTE LONGITUDINALE Il m/km 6.9
PENTE TRANSVERSALE It m/km …….
DENIVELLEE DH m 98
INDICE GLOBAL DE PENTE Ig m/km 5.3
INDICE DE PENTE CORRIGE Igcor m/km 5,3
CLASSE DE PENTE Ri R3
CLASSE DE PERMEABILITE Pi P4
COEFFICIENT DE RUISSELLEMENT Kr % 21,25
TEMPS DE MONTEE
Tm min 347

TEMPS DE BASE Tb min 1911


apports d’eau de ruissellement, d’estimer les pertes d’eau et de déterminer les
crues caractéristiques contre lesquelles les ouvrages hydrauliques devront être
protégés.

6.1. BASSIN VERSANT


Les caractéristiques du bassin versant de la retenue de KpéKpan se présentent
comme suit :
Tableau 8 : caractéristiques du bassin versant

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
18
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

- la superficie (Sbv) et le périmètre (P) du bassin versant ont été mesurés


sur la carte IGN M’BAHIAKRO 1c au 1/50.000è
- la longueur (L) et la largeur (l) du rectangle équivalent ont été obtenues
par la résolution du système d’équations suivant :
2  ( L  l )  P et L  l  Sbv
- le coefficient de ruissellement décennal, le temps de montée et le temps
de base ont été déterminés à partir des abaques tirés de « Maîtrise des
crues dans les bas-fonds, petits et micro-barrages en Afrique de l’Ouest »
respectivement aux pages 365, 368 et 369.
- la détermination des autres caractéristiques du bassin versant est
présentée en annexe.

Figure 6 : limite du bassin versant de raviart

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
19
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
6.2. APPORTS ANNUELS D’EAU DE RUISSELLEMENT
 
En l’absence de mesures directes de débits sur la rivière Kpékpan, les
écoulements annuels ont été estimés par la méthode de COUTAGNE. Celle-ci est
basée sur la superficie du bassin versant et sur l’analyse des moyennes de
paramètres climatiques tels que la pluie et la température.
Les apports moyens annuels calculés par cette formule à l’exutoire constitué par
l’axe du barrage sont de 7 221 743,97 m3 en année de pluviométrie moyenne,
de 3 434 567,07 m3 en année décennale sèche et de 12 213 821,74 m3
en année décennale humide.
pour des coefficients moyens d’écoulement Ke respectifs de 8 %, 4%, et 11%.
Ces apports sont supérieurs aux prélèvements et pertes dans la retenue qui
s’élèvent à 11 941 367 m3, soit une différence de 272 455 m3.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
20
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Tableau 9: Apports en eau de ruissellement (m3) suivant les fréquences

 
 Pluviométrie  Températures   Volume 
   Superficie   D Déficit    Ke Coeff 
ANNEE   moyenne  moyennes   L   d'écoulement 
OCCURRENCE   (Km2)   d'écoulement   d'écoulement  
annuelle (mm)   annuelles  annuel (m3)  
(°C)  
                         1                                     1 277 
100  82,2             781,95   
27,0     959,15     766,41     0,02     561,47    
                         1                                     1 759 
50  82,2             827,17   
27,0     959,15     805,76     0,03     767,91    
 SECHE  
                         1                                     3 434 
10  82,2             955,26   
27,0     959,15     913,48     0,04     567,07    
                         1                                     4 593 
5  82,2          1 028,23   
27,0     959,15     972,34     0,05     874,88    
                         1          1                         7 221 
 MEDIANE   2  82,2          1 167,83   
27,0     959,15     079,97     0,08     743,97    
                         1          1                       10 370 
5  82,2          1 307,43   
27,0     959,15     181,27     0,10     461,88    
                         1          1                       12 213 
10  82,2          1 380,40   
27,0     959,15     231,81     0,11     821,74    
 HUMIDE  
                         1          1                       15 758 
50  82,2          1 508,49   
27,0     959,15     316,78     0,13     461,14    
                         1          1                     17 098 
100  82,2          1 553,70   
27,0     959,15     345,68     0,134     963,19    
 
 

6.3. PERTES D’EAU DE LA RETENUE

Les pertes d’eau de la retenue sont constituées essentiellement des pertes par
évaporation, par infiltration à travers la digue et dans la cuvette et la perte de
capacité due aux dépôts solides.

6.3.1. PAR EVAPORATION


 
Faute de données d’évaporomètre de Piche et d’évaporation bac classe A, les
pertes par évaporation sur la retenue ont été évaluées de la façon suivante :
- l’évaporation pendant une décade est nulle lorsque la pluviométrie de cette
décade est supérieure à l’ETP
- dans le cas contraire, l’évaporation de la décade considérée est la
différence entre les valeurs de l’ETP et de la pluviométrie
On considère que la pluie qui tombe directement sur le plan d’eau de la retenue
compense les pertes par évaporation pendant la période considérée.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
21
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
L’évaporation annuelle est d’environ 1566.8 mm repartie mensuellement comme
ci-dessous indiqué dans le tableau 11.

Tableau 10 : Evaporation moyenne sur la retenue (mm)


 
janvie févrie septembr
MOIS mars avril mai juin juillet août octobre novembre décembre
r r e Total
PUIE 98,4 148,7 157,3
11,43 46,75 158 108,35 86,2 145,87 137,88 57,12 17,53
S 5 5 9
153,4 164, 149,0 138,3
ETP 143,04 123,44 109,09 106,54 113,04 122,78 124,88 118,95
5 2 3 3
494,6
| 65,7
131,61 106,7 0,28 0 0 0,74 20,34 0 0 67,76 101,42
− | 5

Les pertes par évaporation enregistrées pendant les mois de décembre, janvier
et février constituent environ 69% de l’évaporation annuelle. Ces pertes sont
maximales au mois de janvier durant lequel on observe l’un des plus faible taux
d’humidité relative. Elles sont pratiquement nulles pendant les mois d’avril à
juillet et de septembre à octobre.
La superficie du plan d’eau varie de 13 ha à la cote de prise (195 ,70 m) à 260
ha environ à la cote PEN (202 m).
En considérant une moyenne de plan d’eau de 123,5 ha au cours de l’année, on
obtient un volume évaporé d’environ 613 301 m3/an.

6.3.2. PAR INFILTRATION DANS LA CUVETTE ET A TRAVERS LA DIGUE


 
Les pertes par infiltration dans la cuvette varient beaucoup et sont maximales
dans les premières années de mise en eau du barrage. Mais au fil des ans, le
colmatage né des dépôts et la saturation du sol réduisent considérablement
l’infiltration qui atteint alors un certain équilibre.
Dans ces conditions et en tenant compte des apports directs de pluie sur la
retenue, ces pertes peuvent être estimées en moyenne à 1 mm/jour, soit 450
775 m3/an pour une superficie moyenne annuelle de plan d’eau de 123,5 ha.
Les infiltrations à travers le corps de digue et dans les fondations sont de
10 837,81 m3/an environ (cf. 9.7). Les pertes totales par infiltration sont donc
d’environ 461 613 m3/an.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
22
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
6.3.3. PAR DEPOTS SOLIDES
 
Les particules de terre transportées et accumulées dans la retenue au cours du
phénomène érosion – transport – sédimentation constituent les dépôts solides.
Ils diminuent la capacité de la retenue par comblement du fond.
Le volume de ces dépôts est estimé par la formule du CIEH-EIER dite de
GRESILLON : V  D  S où D  700( P / 500) 2, 2 .S 0,1 avec :
- S = superficie du bassin versant en km²
- P = pluviométrie moyenne annuelle en mm
- D = dégradation spécifique annuelle en m3/km²/an
- V = volume des dépôts en m3/an
Avec un bassin versant de 82,2 km² et une pluviométrie moyenne annuelle de
1029 mm, le volume annuel des dépôts est de 7562 m3, soit environ 378 120
m3 au bout de 50 ans pris comme durée de vie de l’ouvrage.

6.4. CRUES CARACTERISTIQUES


 
Le calcul de crues est une étape importante dans le dimensionnement de
l’évacuateur de crue du barrage. Les paramètres nécessaires à sa détermination
sont :
- la pluie maximale journalière annuelle de fréquence décennale P10
- la superficie du bassin versant Sbv
- l’indice global de pente Ig
- le coefficient de ruissellement décennal Kr10

6.4.1. CRUE DECENNALE


 
Avec des classes de pente et de perméabilité respectives de R3 (indice de pente
compris entre 5 et 10 m/km) et P4 (bassin perméable en zone forestière), le
temps de base est de 32 h et le coefficient de ruissellement décennal de 21,3%.
La crue décennale est estimée par la méthode déterministe dite de Rodier-
Auvrey et vaut alors 66 m3/s environ.

6.4.2. CRUE DE PROJET


 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
23
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
La crue de projet ou crue centennale Q100 est déterminée à partir de la formule
Q100  2,5  Q10 donnée par l’étude de faisabilité. Avec Q10 = 66 m3/s, la crue du
projet est Q100 = 163 m3/s.

6.4.3. LAMINAGE DES CRUES


 
Le laminage de la crue de projet se fait à partir de l’équation de continuité
programmée sur tableur Excel. L’hydrogramme de crue considéré est
l’hydrogramme triangulaire schématique dit de Grésillon.
Avec une longueur déversante de 57m, le débit laminé par la retenue est de
82,09 m3/s pour une charge sur le seuil d’environ 90 cm.

6.5. BESOINS EN EAU


 
Les besoins en eau agricoles constituent l’essentiel de la sollicitation de la
retenue à construire. L’estimation des besoins des cultures permettra de faire
une simulation de l’utilisation du stock d’eau mobilisable par la retenue afin
déterminer une certaine adéquation entre la superficie irrigable et la portion du
stock d’eau utilisable. Il s’agit de satisfaire au moins deux cycles de riz par an.

6.5.1. CYCLES CULTURAUX


 
Les cycles culturaux retenus tiennent compte des habitudes de la zone en
matière de riziculture inondée et sont calés de sorte à bénéficier au mieux de la
pluviométrie. Ainsi les cycles suivants ont-ils été retenus :
- Riziculture : cycle 1 de janvier à mai et cycle 2 de juillet à novembre.
Les cycles de riziculture sont de 120 jours maximum, soit 12 décades à partir
du repiquage, bien qu’il existe des variétés de cycles plus courts. Le calendrier
d’irrigation devra être adapté à chaque variété en début de cycle.

6.5.2. BESOINS AGRICOLES


 
Les besoins agricoles sont constitués des besoins en eau du riz sur 2 cycles
annuels.
Ces besoins ont été calculés en considérant la pluviométrie de l’année
quinquennale sèche de sorte à subvenir correctement à ceux de l’année
moyenne.
(Voir calcul des besoins en eau du riz et de la tomate en annexe)
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
24
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Tableau 11 : Besoins en eau des cultures en année quinquennale sèche (m3/ha)

RIZICULTURE

CYCLE 1 14562,91

CYCLE 2 8422.47

TOTAL ANNUEL 22985,38

6.5.3. CALCUL DU DEBIT D’EQUIPEMENT


 
Le débit fictif continu (Dfc) est le débit qu'il faudrait fournir à chaque hectare
du périmètre s'il devait être alimenté, sans interruption, 24 heures sur 24.
Le Dfc est donné par l'expression suivante :

BB * 1000
DFC 
3600 * 24 * Nj
BB : Besoins brutes de la période considérée (décade)
Nj : durée de la période = 11
On considère la décade où les besoins sont maximaux : c’est la dernière
décade du mois de janvier (premier cycle culturale), BB= 1926,2 m3/ha

DFC=2,03 l/s/ha

DFC  24  Nj
On en déduit le débit maximum de pointe : DMP 
f  Nh
f = nombre de jour d’irrigation de la semaine : 6
Nh= durée d’irrigation : 18 h

DMP= 3,15 l/s/ha

Qe  DMP  S =630 l/s nous allons adopter le débit de 1000 l/s pour

6.5.4. ESTIMATION DE SURFACE CULTIVABLE ET SIMULATION


D’UTILISATION DE LA RETENUE

6.5.4.1. Estimation de la surface cultivable


 
Pour nous assurer du remplissage effectif du barrage, nous considèrerons les
apports en ruissèlement pour l’année médiane. Ces apports s’évaluent à
7221743,97 m3 (VApp) qui correspond à la côte 201,80 m.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
25
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Pour avoir une première approximation de la surface irrigable par le barrage,
nous déduisons de ce volume des apports :
- la tranche d’eau morte qui correspond au volume d’eau en dessous de la
prise que nous avons fixé à la côte 196,20 (cf. courbe H=f(V)) soit
Vm =114 767 m3 :
- Le volume des pertes par infiltration soit Vinf =461 613 m3.
- Le volume des pertes par évaporation sur la retenue soit VETP =613 301
m3.
Le volume disponible pour l’irrigation sera donc Vdisp= VApp- (Vm+ Vinf+ VETP)
Soit Vdisp= 6 032 062,97 m3.
Le volume des besoins en eau par hectare pour les deux cycles étant égale à
VB= 22985,38 m3, la surface de terre irrigable est estimée par le la formule
Vdisp
suivante : S Irr  = 262,4 Ha, nous prenons 200 Ha pour plus de sécurité. On
VB
obtient ainsi 4 597 075,16 m3 d’eau à mobiliser annuellement.

6.5.4.2. Simulation d’utilisation de la retenue


 
En deuxième approximation, nous allons procéder à une méthode graphique sur
la courbe H=f(V) pour vérifier l’adéquation de la capacité de la retenue avec les
besoins en eau, aussi en tenant Compte des différentes pertes :
- Nous sommes partis de la courbe Hauteur-Volume ;
- Nous avons dressé un tableau des besoins en eau pour chaque
mois de la période d’exploitation ainsi que les pertes mensuelles ;
- Connaissant l’état de la réserve hauteur-volume au début du mois,
nous avons déterminé l’état à la fin du mois après avoir pris en
compte les besoins totaux à satisfaire pendant le mois et les pertes ;
- Nous avons procédé ainsi de mois en mois jusqu’à la fin de la période
correspondant au cycle culturale de la culture;
- La date de départ de la simulation est fixée à la fin de saison de pluie au
moment où la retenue est à son remplissage maximal (juillet);
- Connaissant la cote en début de saison culturale, la superficie à
irriguée, le total des besoins pour chaque mois ainsi que le total des
pertes, nous avons commencé à faire la simulation en donnant l’état de
la réserve au début et en fin de chaque mois. Les pertes exprimées en
hauteur d’eau (mm) sont reportées suivant l’axe vertical des hauteurs.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
26
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Les besoins en eau sont en revanche exprimés en volume (m3) et apparaissent
de ce fait parallèlement à l’axe horizontal des volumes. La simulation de
l’utilisation de la retenue d’eau a été faite sur la base de quelques hypothèses :
- la retenue d’eau est pleine en fin juin,
- nous supposerons que la culture du riz est pratiquée sur une superficie
de 190 ha en 2 cycles (Juillet- Novembre et Janvier – Mai)
- les pertes par évaporation et par infiltration de la période de décembre
et juin (mois sans apport en eau) ont été prises en compte,

Tableau 12 : Simulation de la gestion de la retenue (2eme cycle)


Demandes janvier février mars avril mai juin
Infiltrations +
145,1 154,2 165,4 170,2 149,8 158,7
ETP (mm)
Besoin en eau
997562,09 616165,03 966392,16 203660,13 0 0
d’irrigation (m3)

Tableau 13 :Simulation de la gestion de la retenue (1er cycle)


Demandes juillet août septembre octobre novembre décembre
Infiltrations + ETP
125,4 125,1 128,9 143,3 137,5 141
(mm)
Besoin en eau
676300,65 171155,23 512705,07 172055,56 68052,29 0
d’irrigation (m3)

La simulation est positive et nous donne un excédent de 162 921 m3 d’eau au-
dessus de la réserve d’eau inutilisable. Cette quantité d’eau peut irriguer environ
7 ha. Si nous tenons compte des erreurs de la méthode graphiques et que nous
voulons maximiser la surface cultivable, on peut considérer que le barrage peut
irriguer 200 HA soit 4 597 075,16 m3 d’eau.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
27
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

7. ETUDE DE LA DIGUE ET DES OUVRAGES


 
 
Cette partie décrira les caractéristiques de la digue (matériaux d’emprunt,
typologie, profondeur d’ancrage, forme et protection des talus, longueur et
hauteur de digue, le tapis drain…) et les ouvrages hydrauliques qui
accompagnent un barrage de retenue d’eau. Il s’agit notamment de l’évacuateur
de crues, des ouvrages de prise et de vidange rapide, la butée et fossé de pied
aval….

7.1. TYPOLOGIE DE LA DIGUE


 
Conformément aux recommandations et résultats de l’étude géotechnique du
site de ce barrage, on retient que la digue sera en remblai de terre homogène.
On a en effet une granulométrie continue pour les matériaux des zones

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
28
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
identifiées pour les emprunts. Ce type de granulométrie est favorable au
compactage de digue homogène.

7.2. EXPLOITATION DE LA RETENUE


 
La méthodologie de conception adoptée consiste à faire varier la hauteur de la
digue de sorte à pouvoir alimenter toute la superficie exploitable du point de vue
topographique et pédologique, soit au maximum 200 ha en riz et.
Les besoins et pertes de la retenue au cours d’une année sont constitués des :
- besoins agricoles (4 597 075,16 m3)
- pertes par évaporation (550 312 m3)
- pertes par infiltration (461 613 m3)
- pertes de capacité par dépôts solides (283 250 m3en 50 ans)

7.3. CARACTERISTIQUES DU CORPS DE DIGUE


 

7.3.1. REVANCHE ET COTES CARACTERISTIQUES


 
La revanche est une tranche comprise entre le PHE et la crête du barrage. Sa
détermination tient compte de la hauteur des vagues qui se forment sur le plan
d’eau et la projection de l’eau vers le haut du barrage due à la vitesse de
propagation des vagues.
La cote de prise doit être au moins égale à la cote atteinte par les dépôts solides
au cours de la durée de vie de l’ouvrage, soit environ 196,20 m.
La cote du plan d’eau normal (PEN) est obtenue à partir de la courbe hauteur-
volume. En projetant le volume des besoins et pertes de la retenue (environ
6 032 062,97 m3) sur cette courbe, on obtient une cote PEN de 201,80 m soit
une charge d’eau au-dessus de la cote minimale du terrain naturel (194.70 m)
de 7,10 m pour un plan d’eau d’environ 261 ha.
Au passage de la crue du projet, la charge sur le seuil est de 90 cm et la revanche
étant de 1,12 m, la cote crête de la digue est à 204,40 m.
La hauteur totale de la digue est donc de 09,62 m en considérant un décapage
de terre végétale de 30 cm sur toute l’emprise de la digue.

7.3.2. PENTES DES TALUS


 
La digue proposée est une digue homogène de hauteur 9,62 m environ. Les
résultats géotechniques indiquent une granulométrie continue des matériaux
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
29
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
constitutifs du remblai. Cela permet de prendre des pentes de talus amont de
2,5H/1V et aval de 2H/1V.

7.3.3. PROTECTION DES TALUS ET CRETE


Talus amont
Le talus amont est protégé contre le batillage (action érosive des vagues) par
une protection par enrochement en vrac ou rip-rap déversé posé sur une couche
filtrante (couche de transition en graveleux latéritique suffisamment grossier).
Pour une hauteur des vagues de 1,09 m, on prévoit une couche d’épaisseur 20
cm. Pour être stable, ce filtre doit être tel que D50  0,30 m.
La moitié des enrochements doivent avoir une masse unitaire supérieure ou
égale à 42 kg.

Talus aval
Le talus aval sera protégé par enherbement (gazon) sur une couche de terre
végétale de 20 cm d’épaisseur. Cette protection est facile de mise en œuvre et
d’entretien.
Crête de digue
La crête de la digue, qui sert de piste rurale, sera recouverte sur une épaisseur
de 20 cm, de graveleux latéritiques sélectionnés et compactés avec une énergie
minimale de 95% de l’Optimum Proctor Modifié.
On optera pour un dévers de 3% vers l’amont afin d’éviter toute stagnation d’eau
sur la crête.

7.3.4. LARGEUR EN CRETE ET LARGEUR EN BASE


 
La largeur en crête devra être suffisante pour autoriser la circulation car la digue
permettra de désenclaver la rive gauche du marigot. Sa détermination est faite
à l’aide de formules empiriques entre autres celle de Knappen et Pierce. La
largeur retenue est arrondie à 5 m.
Avec une hauteur de digue de 9,62 m, une largeur en crête de 5 m et des pentes
de talus comme indiqué en 7.3.2, on a une largeur en base d’environ 49,29 m.

7.3.5. FONDATION ET DRAIN DE PIED AVAL


 
L’étude géotechnique recommande en fond de vallée le recoupement des
niveaux de sable argileux et de sable propre par une tranchée étanche qui
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
30
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
descendra à environ 3,50 m. sur les versants, on réalisera une tranchée
parafouille de 2,5 m de profondeur par rapport à la plateforme existante dans la
zone des sables meubles (susceptibles d’être le siège de perméabilité en grand).
Le drain de pied aval intercepte les infiltrations dans le massif et rabat la ligne
phréatique à l’intérieur du remblai afin d’éviter la formation d’une surface de
suintement qui risque d’être à l’origine d’un renard, phénomène très
préjudiciable pour la stabilité de la digue. Il est disposé dans la partie avale du
massif et au contact de celui-ci avec les fondations.
Il a été calculé par la méthode simplifiée de la parabole de Kozeny (voir
graphique) pour une digue homogène. Son épaisseur est fonction du débit de
fuite à travers le massif et les fondations.
Compte tenu de la faible hauteur du barrage, le drain de pied aval est un tapis
drainant continu sur toute la longueur de l’emprise de la digue. Le tapis drain a
une longueur égale au 1/3 de la largeur de la digue au profil considéré.
La largeur maximale du filtre est 16 m et constitué d’une couche supérieure de
20 cm de sable, d’une couche moyenne de 30 cm de gravier et d’une couche
inférieure de 20 cm de sable.
NOTA : Quelles que soient les estimations du projet, la tranchée d’ancrage
devra obligatoirement être descendues jusqu’à la rencontre d’une
couche imperméable.

figure 7 : Ligne de saturation

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
31
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

7.3.6. LONGUEUR ET VOLUME DE DIGUE


 
La hauteur totale sur fondations de la digue est de 9,32 m et tient compte d’un
décapage de 30 cm de terre végétale sur toute l’emprise. Ce qui implique que la
digue est haute de 9,62 m au-dessus du terrain naturel. La longueur en crête
est de 1474,41 ml environ.
Le volume de graveleux latéritiques argileux à mettre en œuvre pour cette digue
est d’environ 373 894,46 m3.

7.4. EVACUATEUR DE CRUES


 
Le barrage sera protégé contre la crue du projet estimée à 163 m3/s par un
évacuateur placé en rive droite et dimensionné en tenant compte de l’effet de
laminage de la retenue.
L’ouvrage proposé permet de laminer la crue du projet à environ 82,09 m3/s
avec une charge de 90 cm. Il comprend :
- un chenal d’amenée en contre-pente régulière jusqu’au radier de
l’évacuateur à la cote PEN, soit 202 m. Ce chenal est non revêtu, de section
trapézoïdale avec une largeur en base de 57 m et des talus de 1/1.
- un radier submersible en béton armé dosé à 350 kg/m3 de 57 m de large,
20 cm d’épaisseur et de 5 m de long flanqué de deux rampes d’accès de
pente égale à 10% pour permettre le passage des véhicules. La pente
longitudinale du radier sera uniforme et égale à 0% vers l’aval.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
32
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
- un chenal d’écoulement de15 m de long de forme trapézoïdale avec une
largeur de 57 m des talus de 1/1. Il fait directement suite au seuil
déversant avec une pente de 2,2 m/km tel que le régime y soit fluvial.
- un convergent de 103 m de long faisant passer la section d’écoulement de
47 m à 16 m de largeur en base. Il est en terre ks =50
un coursier de section trapézoïdale de 1,48 m de profondeur, 16 m de largeur
et de 120 m de long suivant une pente de 5 % et au mieux en déblai. Il est en
béton ks =70. Le coursier sera aménagé avec des joints de construction tous
les 12 mètres de longueur.
- Le coursier fait suite au chenal d’écoulement et aboutit dans un bassin à
ressaut.
.
- un bassin à ressaut de type II de 16 m de largeur et 10,50 m de longueur.
Le chenal de restitution avec une largeur et une profondeur variables permet de
conduire les eaux vers le lit mineur loin du pied aval de la digue. La pente donnée
au chenal de restitution est conditionnée par la topographie.
La jonction entre le bassin de tranquillisation et le lit mineur sera protégée sur
une longueur de 5 m par un tapis d’enrochements de 50 cm d’épaisseur. Pour
être stable, ce tapis d’enrochement sera posé sur une couche de tout-venants
gravillonnaires de 20 cm d’épaisseur. La granulométrie de ces matériaux
gravillonnaires devra vérifier les conditions de filtre suivantes :
- Enrochement : D50  300 mm
- Tout-venant : D85  15 mm

7.5. OUVRAGES ANNEXES


 
La construction d’un barrage agricole nécessite qu’on prévoit certains ouvrages
pour, non seulement protéger la digue (évacuateur, fossé et butée de pied et
vidange), mais aussi pour rendre son utilisation plus agréable (prise, échelle
limnimétrique et escalier d’accès à la prise).

7.5.1. OUVRAGE DE PRISE AGRICOLE ET DE VIDANGE DE FOND


 
Le barrage sera équipé d’une prise avec vanne à l’aval. La prise devra alimenter
deux canaux primaires pour l’irrigation des cultures en aval.
Cet ouvrage est dimensionné pour délivrer le débit d’équipement du périmètre
en période de pointe sous une charge de 50 cm. L’ouvrage est tel qu’en toute

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
33
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
période de l’année la prise puisse délivrer le débit requis pour l’irrigation et
permettre la vidange partielle de la retenue dans un temps acceptable (un mois).
Il sera équipé d’une vanne à l’aval, restituant dans un bassin de tranquillisation
et comprendra :
- à l’entrée de la conduite un entonnement est aménagé avec insertion
d’une grille métallique glissante et une réservation pour le logement d’une
vanne batardeau. La cote de vidange est à 196,20 m.
- une chambre de vannes au pied de l’escalier d’accès
- une conduite en acier de 800 mm de diamètre, de 45,40 m de long enrobée
de béton dosé à 300 kg/m3 avec des écrans d’étanchéité en amont du
drain tapis filtrant de 60×60×50 cm en béton ordinaire espacés de 6 m et
posée suivant une pente uniforme de 1%.
- des vannes de restitution dans le lit mineur (vidange) et des vannes de
piquage pour l’irrigation sur chaque rive. toutes ces vannes sont
verrouillées en position fermée.
- Un bassin de dissipation d’énergie de type impact à la sortie de la vanne

7.5.2. OUVRAGE D’ACCES A LA PRISE D’EAU


 
Un escalier d'accès sera construit au droit de la prise aval afin de faciliter l'accès
à la chambre de vanne à partir de la crête de la digue.
La hauteur des marches sera de ….. cm avec une largeur de 30 cm. La dalle de
l'escalier à une épaisseur de 15 cm, inclinée suivant la pente du talus aval de la
digue. La longueur inclinée des escaliers est celle du talus aval au droit de la
prise, soit environ 20 m. Ses caractéristiques sont les suivantes :
- largeur de l’escalier : 1,20 m
- hauteur des marches : 15 cm
- largeur du giron : 30 cm
- nombre de marches : 55
Les escaliers seront munis de garde-fous constitués de tuyaux de fer creux de 5
cm de diamètre.

7.5.3. BUTEE ET FOSSE DE PIED AVAL


 
Pour contenir et canaliser les eaux de ruissellement au pied du talus aval, il est
prévu une butée et un fossé de pied aval dont les caractéristiques sont les
suivantes.
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
34
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
La butée de pied sera constituée d’enrochements latéritiques de 20 à 30 cm
d’épaisseur et disposés à la main conformément au plan sur une hauteur de 2m.
Le fossé de pied sera en terre et en déblai, construit au pied du talus en aval de
la butée de pied du barrage pour évacuer, vers le lit mineur, le débit de
ruissellement sur le talus aval et le débit de fuite à travers le massif de digue.
De section trapézoïdale, ce fossé a une largeur en base de 60 cm, une
profondeur de 100 cm et des pentes de talus de 1/1.

7.5.4. ECHELLE LIMNIMETRIQUE DE SUIVI DU PLAN D’EAU


 
Afin de suivre l’évolution du plan d’eau dans la retenue, trois (03) échelles
limnimétriques seront installées sur les deux rives et au droit de la prise amont.
Le zéro de ces échelles sera calé à la cote de la prise, soit 196,20 m.
Elles indiqueront la charge d’eau mobilisable par la prise, à tout moment, pour
l’irrigation gravitaire en aval.

7.5.5. PUITS DE DECOMPRESSION


 
Quatre (04) puits de décompression, dont deux sur chaque rive, équipés de
piézomètres sont nécessaires pour lutter contre les sous-pressions éventuelles
qui pourraient naître sous la digue.
Ces puits, de diamètre 140 mm, sont situés en aval du fossé de pied et exécutés
sur une profondeur de 5 m. Les piézomètres sont crépinés sur une hauteur de
1,0 m.

8. MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX


 
Le soin apporté à l’exécution d’un barrage, quelque soit sa taille a une
importance capitale sur la pérennité de l’ouvrage. Aussi on ne saurait insister
assez sur la nécessité de pourvoir le chantier du barrage en matériel et en
personnel qualifiés à même de veiller à ce que les travaux soient exécutés selon
les règles de l’art, que les matériaux de construction soient conformes aux
spécifications et le chantier soit correctement organisé (succession des
opérations, programmation des approvisionnements, contrôle, surveillance...).

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
35
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
8.1. PROGRAMME DES TRAVAUX
 
Parmi les aspects qui caractérisent un barrage de petite ou moyenne importance,
il y a la possibilité de l’édifier en une seule saison estivale. Pour les rivières
habituellement à sec, on fait ainsi l’économie des travaux de dérivation des eaux
et des ouvrages provisoires.
Pour ce barrage, il serait souhaitable de terminer l’édification de la digue avant
l’arrivée des premières crues, pour éviter les retards que peuvent engendrer
celles-ci sur les travaux.
De ce fait, on pourra commencer à la fin de la saison humide pour exécuter les
travaux hors du lit, préparation des rives et terrassement de l’évacuateur. Les
travaux dans le lit (fouilles, pose de la vidanges...) se feront durant la saison
sèche.
Le planning prévisionnel de réalisation des travaux est donné ci-après. La durée
prévue pour la réalisation de l’ensemble des travaux est de 24 mois.
La succession des opérations de chantier et l’échelonnement des travaux
pourront suivre l’ordre suivant :
- installation de chantier
- implantation de la digue, de l'évacuateur de crue, de la vidange
- décapage du terrain
- aménagement des accès
- terrassements pour l'évacuateur de crues
- terrassements pour la vidange (tranchée, entrée et sortie de vidange)
- préparation des zones d'emprunt
- creusement de la tranchée parafouille en rives.
- génie civil de l'entrée de vidange
- mise en place de la conduite
- génie civil de sortie de vidange (chambre de vanne, bassin et canal)
- préparation des matériaux filtrants et drainants
- exécution du remblai en rive
- mise en place des équipements hydromécaniques
- creusement de la tranchée parafouille au niveau de brèche
- exécution du remblai de la brèche
- exécution du remblai de la brèche jusqu’à la crête
- génie civil de l'évacuateur
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
36
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
- travaux de finition, remise en état des zones d'emprunt, revêtement de la
crête et aménagement de l'accès.

8.2. EXCAVATION
 

8.2.1. ASSISE DU BARRAGE


 
On veillera à ce que le barrage ne soit en aucun endroit assis sur un terrain
contenant des racines végétales et que l'emprise de la digue présente une
surface assez régulière.

8.2.2. COUPURE ETANCHE


 
Le creusement de la coupure étanche dans la partie centrale nécessitera
l'utilisation du bulldozer.
La profondeur préconisée sur les plans est une profondeur minimale qu’il faudra
atteindre. Il appartient bien évidemment au chantier de déterminer la
profondeur nécessaire.
La tranchée sera ensuite nettoyée de tous débris de roches altérées.

8.2.3. EVACUATEUR DE CRUE


 
L'évacuateur de crue nécessitera un volume d'excavation d'environ 16700 m3.
Cette opération devra commencer le plus tôt possible. Le terrain,
essentiellement meuble sera excavé au bulldozer. Une partie des déblais pourrait
être réutilisée dans le corps de la digue.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
37
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

8.3. PREPARATION ET MISE EN PLACE DES MATERIAUX


 

8.3.1. PLANCHE D'ESSAI

Afin de déterminer les conditions optimales du compactage des argiles


marneuses, on réalisera une aire d'essai de 10 m x 20 m environ. On commence
par déterminer l'épaisseur de couche maximale permettant d'atteindre la densité
maximale en un nombre de passes minimales.
Pour cela, et pour chaque cas, on mettra le sol en place à la teneur en eau
optimale déterminée par les essais de laboratoire, et on variera l'épaisseur de
couches (20-25-30-40 cm avant compactage). Pour chaque épaisseur de
couche, on compactera toute la longueur de l'air à 6 passes, les 3/4 de la
longueur à 8 passes, la moitié à 10 passes et le dernier à 12 passes. Dans chaque
quart on procédera à 3 mesures de la densité.
Une fois déterminés, l'épaisseur de couche maximale et le nombre de passes
minimales, on procédera au compactage dans ces mêmes conditions des argiles
à différentes teneurs en eau, par exemple à wopt -3% ; wopt -2%; wopt +2%
à wopt + 3% dans 5 portions de l'aire d'essai. On mesurera dans chaque portion
en 3 points les densités obtenues, ce qui permettra de déterminer la teneur en
eau optimale et la densité maximale de référence.

8.3.2. PREPARATION ET MISE EN PLACE DES MATERIAUX DU CORPS DE LA DIGUE


 
La zone d'emprunt doit être décapée d'abord sur une profondeur d'environ
30cm. Cette opération a pour but d'éliminer la végétation et la terre végétale
existantes. La teneur en eau naturelle des matériaux à prélever des zones
préconisées est en principe inférieure à la teneur en eau optimale.
Dans le cas où la zone d'emprunt présenterait des nappes d'eau, les matériaux
d'emprunt doivent être extraits en dehors de ces nappes.
L'humidification se fera de façon homogène par aspersion d'eau : il s'agit de
mettre en rizière la zone à exploiter quatre jours à l'avance. On décapera ensuite
la surface supérieure trop humide et on extraira le matériau en profondeur à
l'aide d'un bulldozer.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
38
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
La mise en place sera effectuée par des couches de même épaisseur (30 cm)
sauf pour les premières couches reposant sur le rocher dont l'épaisseur ne devra
pas dépasser 15 cm.
Le compactage se fera par des couches voisines de 25cm (après compactage).
La densité obtenue après compactage doit être au moins de 95% de la densité
maximum obtenue au laboratoire (densité Proctor). Pour assurer une bonne
liaison entre les couches successives et éviter une anisotropie importante, celles-
ci doivent être sacrifiées et humidifiées. La scarification se fera à l'aide des dents
de la niveleuse tandis que l'humidification se fera à l'aide de camions citernes
équipés de douchettes arrières ou par arrosoirs (main d'oeuvre).
La teneur en eau de compactage devra être strictement contrôlée. La teneur en
eau de référence étant celle qui sera déterminée à la planche d'essai. La teneur
en eau requise est de wopt +2.
La correction de la teneur en eau ne devra pas dépasser 3% sur le barrage. La
majeure partie de la correction devra intervenir dans les zones d'emprunt.
La correction sur le barrage, sera faite par :
- séchage par hersage si les matériaux sont trop humides
- humidification par pulvérisation d'eau puis homogénéisation par
scarification si les matériaux sont trop secs.
Si la correction s'avère impossible ou dépasse 3%, les matériaux seront enlevés.
Après le compactage de la couche, la surface sera maintenue humide de façon
à éviter toute dessiccation ou fissuration superficielle.
Pour les recharges, on veillera tant que possible de disposer les matériaux les
plus fins près du noyau au contact des filtres et dans les couches les plus basses,
et les matériaux grossiers dans les parties hautes et près des parements.
La qualité et la sécurité du barrage exigent une vérification permanente de la
bonne mise en œuvre des matériaux au fur et à mesure de l'exécution.
Concernant les argiles limoneuses, les contrôles consisteront en :
1. à la zone d'emprunt : teneur en eau et granulométrie 
2. au barrage :
 
* Avant compactage : 
 . Teneur en eau 
 . Efficacité de la scarification entre couches 
 . Épaisseur de couche 
 

* Au cours du compactage : 
 . Nombre de passes du compacteur 
 . vitesse du compacteur 
 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
39
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
* Après compactage :  
 . Densité et teneur en eau 
La tolérance sur les teneurs en eau spécifiques est de 2%

8.3.3. MATERIAUX FILTRANTS - TAPIS DRAINANT


 
Les matériaux filtrants et drainants pourront provenir des matériaux tout-venant
moyennant les vérifications nécessaires de leur aptitude à la confection des
filtres et des drains. Le compactage pourra être réalisé au moyen de rouleau
vibrant pour atteindre une densité relative de 75%. Les filtres pourront être mis
en place à l'avancement en veillant à bien compacter le matériau filtrant.

8.3.4. ENROCHEMENTS - DRAIN DE PIED


 
Les enrochements nécessaires à la protection du talus amont et à la confection
du drain de pied proviendront de carrières à ouvrir dans les affleurements situés
au voisinage du site.
Les enrochements devront être déversés des moins grossiers au plus grossiers.
La finition sera faite par rangement individuel des blocs et il ne devra apparaître
ne plage fine, ni blocs isolés en relief par rapport au parement.

8.4. DERIVATION ET OUVRAGES PROVISOIRES


 
Il sera prévu une dérivation provisoire de la rivière pour palier au problème de
l’écoulement en saison des pluies. la conduite de la vidange de fond servira pour
évacuer le surplus des eaux stockées à l’amont.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

9. DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF


 
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
40
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
 
 
 
Tableau 14 : devis quantitatif et estimatif, partie 1
 
MONTANT F CFA
DESIGNATION UNITE QUANTITE PU / HT
HT/HD
ff  
601 849 040            150 462 260 
INSTALLATION DE CHANTIER                 0,25   
ff  
121 954 300              30 488 575 
Amené et replis de matériels                0,25   
Implantation des ouvrages et études 
ff   24 960 000                6 240 000 
d'exécution                 0,25   
Installation du laboratoire de contrôle   ff                0,25      82 800 000              20 700 000 
Sous-total installation de chantier 207 890 835
DIGUE
Défrichement ha                  12           500 000                6 000 000 
Décapage m²          71 920,0                 185              13 305 200 
Déblais m3            15 135               2 250              34 053 750 
Graveleux latéritique compacté m3          303 175               2 800            848 890 000 
Filtre m3              8 960             14 500            129 920 000 
Drain m3              8 960             35 000            313 600 000 
Enrochements pieds de talus aval m3                 730             27 500              20 075 000 
Fossé bétonné m              1 464             45 000              65 880 000 
Rip-rap m3              7 382             27 500            203 000 000 
Grave sableuse m3              3 971               7 600              30 178 909 
Enherbement talus aval m²            16 749               1 000              16 749 091 
Sous-total digue 1 681 651 950
EVACUATEUR DES CRUES :
Excavations (déblai) m3            20 504              2 250              46 132 875 
Béton de propreté m3                 360             90 000              32 400 000 
Béton armé 350 kg/m3 m3                 640           115 000              73 600 000 
2
Coffrage grossier m                 112              7 000                   784 000 
3
Coffrage fin m                 156              8 200                1 279 200 
Coffrage joints de construction m²                 100             12 000                1 200 000 
Armature Kg            48 000                 900              43 200 000 
Enrochements de protection m3                  55                   27                      1 485 
Perré maçonné m2                 252             27 500                6 930 000 
Sous-total évacuateur des crues 205 527 560  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
41
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
 
 
Tableau 15 : devis quantitatif et estimatif, partie 2
 
VIDANGE /PRISE :
Excavations terrain meuble (déblai) m3                 707              2 280                1 612 286 
Fourniture et pose de conduite en acier  ml
    1 375 379              62 442 207 
Dn800                   45   
Fourniture et pose de vanne papillon Dn800   u                    2      40 957 265              81 914 530 
Enrochement m3                  29             27 500                   784 771 
Sables m3                  10             23 500                   241 714 
Béton de propreté m3                  10             90 000                   900 000 
Béton armé 350 kg/m3 m3                  55           115 000                6 325 000 
2
Coffrage grossier m                  73              7 000                   511 000 
2
Coffrage fin m                 145              8 200                1 189 000 
Armatures Kg            10 875                 900                9 787 500 
Grille métallique U                    1           550 000                   550 000 
Batardeau U                    1        1 800 000                1 800 000 
Ferronnerie Kg              1 650              2 200                3 630 000 
Galvanisation Kg              1 100                 900                   990 000 
puis de decompression U                    8        1 800 000              14 400 000 
Escalier marche                  60             55 000                3 300 000 
Echelle limnimétrique ml                  28             50 000                1 400 000 
191 778 008
TOTAL GENERAL HT/HD 2 286 848 353
TVA (18%)         2 698 481 057 
TOTAL TTC 2 698 481 057  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
42
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
43
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
10. NOTES DE CALCUL
 

10.1. CARACTERISTIQUES DU BASSIN VERSANT


 
Les caractéristiques du bassin versant sont déterminées soit à partir des cartes
topographiques, soit par des formules empiriques ou alors par des abaques.
- la superficie (Sbv) et le périmètre (P) du bassin versant ont été mesurés
sur la carte IGN M’BAHIAKRO ….. au 1/50.000è
- la longueur (L) et la largeur (l) du rectangle équivalent ont été obtenues
par la résolution du système d’équations suivant :
2  ( L  l )  P et L  l  Sbv
- le coefficient de ruissellement décennal, le temps de montée et le temps
de base ont été déterminés à partir des abaques tirés de « Maîtrise des
crues dans les bas-fonds, petits et micro-barrages en Afrique de l’Ouest »
respectivement aux pages 365, 368 et 369.
- le coefficient d'abattement K, déterminé par l'équation simplifiée de
161  0,042  Pan
Vuillaume (1974) : K  1   log Sb
1000
- l’indice de compacité de Gravelius Kc est déterminé par la relation
P
Kc  . Kc = 1 pour un bassin circulaire et ce bassin est d’autant plus
2 Sbv
allongé que Kc > 1.
- l’allongement moyen de Caquot est défini par
plus long parcours L
a 
côté du carré équivalent Sbv
- la densité de drainage Dr est définie comme le rapport entre la longueur
totale du réseau hydrographique et la surface du bassin versant, soit

Dr 
 Li
Sbv
- classe de perméabilité P3
- classe de pente R3
- la pente longitudinale (Il) est obtenue en éliminant 20% de part et d’autre
de la longueur du cours d’eau principal, les 60% restant sont rapportés à
la différence de niveau du cours d’eau. Elle vaut …… m/km
- la pente transversale (It)

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
44
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
- l’indice de pente (Ig) est obtenu à l’aide de la formule Ig = H/L (H est
la dénivelée entre les points correspondant à 5% et 95% de la courbe
hypsométrique et L est la longueur du rectangle équivalent).
On Ig = 5,3 m/km
- l’indice de pente corrigé est la moyenne entre Ig et It et vaut 5,3

figure 9 : Abaque pour la détermination du coefficient de ruissellement

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
45
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
46
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Tableau 16 : Données de la courbe hypsométrique

Altitude Z
Classe d'altitude S dans la classe Z % S dans la (m) % S au-dessus
(m) (km²) classe Z de l'altitude Z
< 200 2,78 3,38% 196 100%
200 à 220 13,54 16,47% 200 96,62%
220 à 240 18,26 22,21% 220 80,14%
240 à 260 26,68 32,45% 240 57,93%
260 à 280 18,33 22,30% 260 25,48%
> 280 2,61 3,18% 280 3,18%
281 0,00%
 
Données de la courbe hypsométrique
 

295

275
Altitude Z (m)

255

235

215

195
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%
% de la superficie au dessus de l'altitude Z
 

10.2. APPORTS ET CRUES DE PROJET


 

10.2.1. ETUDE DES APPORTS


 
Les apports en eau susceptibles d’arriver par ruissellement dans la retenue du
barrage de sur le Kpékpan sont donnés par la formule : V  1000  Ke  Pan  Sbv
avec :
- V : volume des apports en m3
- Ke : coefficient d’écoulement
- Pan : pluie annuelle en mm

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
47
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
- Sbv : superficie du bassin versant en km²
Le coefficient d’écoulement s’obtient à partir du déficit d’écoulement donné par
0,7
la formule tropicalisée de TURC : D  (0,3  ) P  (1  Ke) P

0,9 
(300  25T  0,05T 3 )²
- D : déficit d’écoulement en mm
- T : température moyenne annuelle en °C
1
D’où Ke  0,7(1  )

0,9 
(300  25T  0,05T 3 )²

10.2.2. ETUDE DES CRUES


 
Le barrage de KPEKPAN sera édifié à l'aval d'un bassin versant ayant une superficie
de 82,2 km2.
Les résultats des estimations des apports au droit du site (cf. études
hydrologiques), sont indiqués dans le tableau ci-après :
Tableau 17 : Calcul fréquentiel des apports
DEFICIT COEFFICIENT
OCCURRENCE PLUIE
ANNEE HYDRIQUE D'ECOULEMENT APPORT (m3)
(ans) (mm)
(mm) Kr (%)
1 276
100 781,95 766,4110 1,9877
882,22
1 758
50 827,17 805,7616 2,5881
782,14
SECHE
3 432
10 955,26 913,4731 4,3739
575,54
4 591
5 1028,23 972,3412 5,4352
256,05
7 217
MEDIANE 2 1167,83 1079,9727 7,5230
661,19
10 364
5 1307,43 1181,2678 9,6495
630,30
12 207
10 1380,40 1231,8138 10,7640
004,48
HUMIDE
15 749
50 1508,49 1316,7787 12,7086
528,57
17 089
100 1553,70 1345,6850 13,3885
468,06
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
48
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Les débits de crue décennale et centennale ont été déterminés à partir de la


méthode ORSTOM. Les valeurs obtenues sont indiquées dans le tableau ci-
dessous :

Période de retour (ans) 10 100

DEBITS RETENUS (m3/s) 66 163

Avec Q10 = 66 m3/s, la crue du projet est Q100 = 163 m3/s.

10.3. DIMENSIONNEMENT DE LA DIGUE


 

10.3.1. REVANCHE AU-DESSUS DES PHE


 
La digue de Raviart est orientée Nord-Sud donc soumise aux vents dominants
de direction S-SW et N-E.
Tableau 18 : Calcul de la revanche
PARAMETRES METHODES RESULTATS
Direction de vent défavorable S-W
Vitesse du vent (V) 40 km/h
Fetch à la cote PEN (F) Mesuré sur le plan de la cuvette 3,16 km
Hauteur des vagues (hv) Abaque US Army Corps of Engineers 0,50 m
Vitesse de propagation des vagues (Vp) Formule de Gaillard : Vp = 1,5+2xhv 2,5 m/s
Revanche (R) R = 0,75xhv + V²/2g 1,12 cm

10.3.2. AUTRES CARACTERISTIQUES


 
- Cote crête Zd = cote PEN + Hauteur de déversement (h) + Revanche (R)
Zpen = 202 m ; h = 90 cm ; R = 1,12 cm, donc Zd = 204,02 m
- Hauteur digue Hd = Zd – ZTN + hauteur décapage
ZTN = 194,7 m ; hauteur décapage = 30 cm ; donc Hd = 9,62 m
- Largeur de digue Ld par trois formules suivantes :

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
49
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Formule de Knappen Ld  1,65 Hd = 4,65 m

Formule de Peerce Ld  1  1,1 Hd = 4,42 m

Autres formules Ld  3,63 Hd  3 = 5,12 m

On retient une largeur de digue de 5 m.

10.4. EVACUATEUR DE CRUES

10.4.1. PRINCIPE
 
L’évacuateur du barrage est dimensionné pour une crue de projet de
caractéristiques :
- débit maximum : 163 m3/s
- temps de base : 1257,5 min
- temps de montée : 416,17 min
-

10.4.2. LAMINAGE DE CRUE


 
Le phénomène de laminage des crues est la transformation de l'onde de crue
entre un point amont et un point aval d'un cours d'eau. Il a pour effet de
diminuer le débit de pointe (le débit Qcm entrant dans la retenue) en
répartissant le volume de la crue dans le temps et dans l’espace sur le plan
d’eau. Ceci est possible grâce au stockage temporaire d’une partie du volume
de la crue dans la retenue d'un barrage (laminage artificiel). Ainsi, le débit
arrivant sur le déversoir de l’évacuateur (Qem) est plus faible.
Un barrage crée un laminage positif sur les crues : la pointe de crue en aval d'un
barrage (en l'absence de manœuvre de ses organes hydrauliques) est toujours
inférieure (au moins faiblement) à la pointe de crue en amont de sa retenue.
Ce phénomène est représenté par l’hydrogramme qui est le graphique de la
variation temporelle du débit d'écoulement d'eau, mesurée en un point du bassin
versant. Il est représenté par le graphique suivant :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
50
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Figure10 : Hydrogramme de crue
 

 
 
Il s’agit donc de dimensionner l’évacuateur de crue, non avec Qcm=Q100 qui
représente la crue de projet, mais avec Qem qui est le débit laminé.
Si on suppose que la quantité d’eau stockée dans la retenue est égale au volume
d’eau entrant moins le volume d’eau sortie sur un intervalle de temps infiniment
petit, on peut écrire :
dZ Qcm (t )  Qem ( Z )
S r ( Z )dZ  Qcm (t )dt  Qem ( Z )dt soit  qui est l’équation
dt S r (Z )
différentielle du laminage.
Avec :
- S r (Z ) = plan d’eau pour la côte Z
- Qcm (t )dt = débit entrant à l’instant t
- Qem (Z ) = débit au déversoir dépendant de Z

Plusieurs méthodes existent pour résoudre cette équation différentielle :

Nous utiliserons la méthode du coefficient X0 ou méthode EIER CIEH pour résoudre


cette équation:

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
51
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Qem : débit maximum évacué
Qcm : débit maximum de l’hydro-gramme de crue.

Si la hauteur évacuée est fixé, on calcule L1 sans tenir compte de l’effet de


laminage.

- Qem  mL1 h 2 g h 3 / 2
Qcm
- L1 
mL1 h 2 g h 3 / 2
m 2 gL21Q 3 cm t 3 m
- X0 
S3
Avec

- S : Surface du plan d’eau (m²)


- tm : Temps de montée des eaux (s)
- Qcm : Débit de pointe de la pluie en (m³/s)
- Li : longueur du seuil déversant
- g=10m/s²
- m : (0,4 seuil épais) coefficient de forme du déversoir

on calcul log10 X0
On obtient sur l’abaque Qen/Qcn= (Figure 45), c'est-à-dire Qen= 1Qcn et on
calcul L2
² ² ³
L2= 1× on calcul X02 = puis log10X02 ; on obtient 2 et
√ ³
L3= et ainsi par itération successive jusqu'à obtenir une valeur

convergente L.
L’abaque de la figure (45) donne les limites de validité de la méthode X0.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
52
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Figure 45 (source EIER-CIEH abaque de détermination de l’effet de laminage par rapport à la


crue la plus forte)

Cette courbe a été discrétisé sur tableur Excel, et le débit laminé et la longueur
correspondant du déversoir ont été déterminés par un programme d’itération.

10.4.3. CHENAL D’EVACUATION

10.4.3.1. Chenal d’écoulement

Il Fait directement suite au déversoir, généralement de Longueur faible, de pente


faible, avec un écoulement fluvial. La profondeur normale yn se détermine par
la formule de Manning –Strickler : Q  KSR 2 / 3 I 1 / 2 ce qui donne l’expression du
Q 3 / 5 (b  2 y 1  m 2 ) 2 / 5
tirant d’eau pour un canal trapézoïdale : y  ( ) avec
K s I 0, 5 bm y
- Q : débit (m3/s)
- K : coefficient de rugosité de Manning Strickler
- L : largeur du canal
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
53
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
- m : fruit des berges
- b : largeur au plafond
L’écoulement devant être fluviale, on s’assure que cette inégalité y n  y c est
Q2
vérifiée, avec y c  3 . yn est la profondeur normale et yc est la
g (b  my c ) 2
profondeur critique. On s’assure aussi que la pente critique est supérieure à la
Pente du canal.

10.4.3.2. Convergent

Figure11: Evacuateur de crue

Figure 11 
C’est un canal de transition, en entonnoir , entre le chenal d’ecoulement ou le regime est
fluvial et le coursier ou le regime doit être torentiel. A la section de contrôle, le tyrant d’eau
doit être critique .
Si L1 = Largeur du chenal d'écoulement, L2 = Largeur du coursier, L = Longueur du
convergent, l = Largeur du convergent (variant de L1 à L2) et yn = tirant d'eau nomal
calculé plus haut, on a les relations suivantes : En 1ère approximation on
prend L2 ≥2(yn+0,3) on vérifier la valeur de L, L ≥ 2,5*(L1-L2).
On s’assure que y n  y c dans le convergent et y n  y c à la section de contrôle (L2 sur la
figure 46).

10.4.3.3. Coursier

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
54
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
On applique la même formule de Manning-Strickler qu’au 1.1.1.1.1. on vérifie
cette fois ci que y n  y c
- tirant d’eau : y = 48 cm
- vitesse : V = 9,61 m/s
La profondeur critique correspondant au débit laminé est calculée par
approximations successives par l’expression :

Q 2 (b  myc )
3
g
yc 
b  myc
On obtient yc = 1,73 m. Cette profondeur critique est supérieure au tirant d’eau
normal. L’écoulement dans le chenal sera donc torrentiel, ce qui nécessite une
dissipation d’énergie avant le rejet dans le lit mineur du cours d’eau.
Les caractéristiques du chenal sont à la figure 47

10.4.3.4. Restitution
La restitution sera dimensionnée pour un débit autre que le débit laminé.
L’hypothèse est que la spéculation qui est celle du riz peut accepter une
immersion de 72 heures sans être détruite.
Reprenons donc l’expression du débit maximum de ruissellement dans le bassin
versant (Cf. étude hydrologique) et remplaçons le temps de base par le temps
d’immersion du riz :
16,7  ( Pm10  Kr10  S )
Qp  2,6 
Tim Avec Tim= 4320 min (72h ou 3 jours)
Cela donne QP= 17,50 m3 (voir les dimensions du canal dans le tableau)

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
55
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
56
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Tableau 20 : CONDITIONS D'ECOULEMENT DANS L'EVACUATEUR DE CRUE
                             
                         
Cote  Cote  Largeur  Pente 
Désignation  Débit  Pente   Tirant  Tirant  Vitesse  C.Manning  Fruit  
amont  aval  Longueur  en   du 
entre PT  des 
   Q(m3/s)  (m)  (m)  base (m)  fond   critique  d'eau  critique  V(m)  Ks 
(m)  berges 
                  I (%)  Jc (%)  Yn (m)  Yc (m)        m 
Chenal d'amenée  89,09  308,45  308,80   -  57   -  .  .  .  .  35  1 
Déversoir  89,09  202,00  202,00  0,5  57  0,00  .  0,9  .   -  70  1 
Chenal d'écoulement  89,09  202,00  201,97  15  57  0,22  0,15  0,75  0,59  1,9  35  1 
Convergent  89,09  201,97  201,74  103  57  0,22  0,15  0,75>Y<1,33  0,59>Y<1,39  1,90>Y<3,86  50  1 
converg-coursier  89,09   -  201,74   -  57-16  0,5  0,62  1,33≥Y<53  1,39≥Y<139  3,86≥Y<9,77  50  1 
Coursier  89,09  201,74  195,74  120  16  5  0,31  0,57  1,39  9,77  70  0 
Bassin de dissipation  89,09  195,74  195,74  10,5  16  0  .  1,21   -   -  70  1 
Ch.de restitution  17,5  195,74  195,20  206,89  5  0,26  0,6  147  0,96  1,83  35  1 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
57
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

10.4.3.5. Bassin de Dissipation à ressaut

Moyen très efficace pour dissiper l'énergie de l'eau et la rendre avec une
vitesse compatible avec la stabilité des berges à l'aval.
La forme du ressaut et ses caractéristiques dépendent directement du
Nombre de Froude

Figure12 : Bassin de dissipation à ressaut

Figure 48

Nous utilisons la methodologie suivante :


On se donne comme hypotheses :
- g(m/S²) =10
- Hauteur de seuil Ho(m) =0,5
- Charge au dessus du seuil h (m) =0,9
- Débit au dessus du seuil Q(m3/ =82,09
- Longueur de déversement Ld (m) =16

On determine ces differentes variables par iteration :

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
58
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
v2
V  2 g (0,8( H  h  )  y1 )
- 2g c’est la vitesse dans le bassin pour

l’écoulement torrentiel
Q Q
- y1  on déduit que y1  c’est le premier tirant
LV v2
L 2 g (0,8( H  h  )  y1 )
2g
conjugué, avant le ressaut, pour l’écoulement torrentiel.
- H=H0+D
V
- F c’est le nombre de froude qui représente le rapport entre la
gy
vitesse de l’écoulement et la vitesse de propagation des ondes à la
surface de l’eau.

- y2 
y1
2
 
1  8F 2  1 . C’est le second tirant conjugué obtenu dans le ressaut

(ecoulement fluviale)
- D  y 2  y n , D étant la profondeur du bassin et yn étant le tirant d’eau
en aval du bassin pour y n  y 2 .
L
- La valeur de est déterminée par abaque et on déduit la longueur du
y2
bassin L. Figure 49
-

figure 49

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
59
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Avec F = 2,58 ; V = 6,98 m/s, on choisit le bassin à ressaut de type II pour plus
de sécurité. Les caractéristiques de ce bassin sont :
- Longueur = 10,50 m
- Largeur = 16 m
- Hauteur des blocs chicanes = 50 cm

y1 (m) 0,39

y2 (m) 1,74

Froude (m/s) 3,46

D (m) 1,44

Longueur du bassin 10,50


(m)

V (m/s) 6,86

10.4.3.6. Chenal de restitution

(voir tableau) 

10.4.3.7. Ouvrage de prise et vidange


 
Le dimensionnement de la prise d’eau consiste :
- à fixer le diamètre des conduites
- à déterminer les caractéristiques des bassins de dissipation.

10.4.3.8. Diamètre de la conduite


 
On détermine le diamètre de la conduite pour que :
- le débit d’irrigation soit délivré pour une charge minimale de 50 cm
- la vidange partielle se fasse avec une charge d’eau moyenne de 2,4 m au-
dessus de la prise
- les vitesses dans la conduite soient limitées à 5 m/s pour réduire les
surpressions consécutives à une manœuvre brutale des vannes (coup de
bélier)

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
60
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
On détermine le diamètre permettant de délivrer le débit d’équipement sous la
charge minimale de 50 cm. On détermine les pertes de charge totale de
l’ouvrage grâce au raisonnement suivant :
L’équation de Bernoulli entre la surface du plan d’eau au droit de l’entrée de la
conduite et la sortie en aval est la suivante :
u12 p u2 p
Z1   1  Z 2  2  2  J . On a v1  p1  p 2  0 , Z1- Z2 = ΔH et J = j + js L’équation
2 g g 2 g g
u 22
devient H   j  js
2g
J est constitué des pertes de charges linéiques et des pertes de charge singulières js. Selon
la formule de Chézy appliquée aux conduites circulaires, le débit en fonction du rayon
1
hydraulique et de k (rugosité de la conduite = , Ks étant la rugosité dans la formule de
ks
1/ 2
 1 3/8  j
Manning Strickler) s’exprime comme suite : Q D   ce qui donne
45 / 3 k L
410 / 3 Q 2 L U 2  Ki
j . On à j s  , ce qui nous donne l’égalité suivante :
 2 K s2 D 16 / 3 2g

U2 410 / 3 Q 2 L U 2  K i
H   
2 g  2 K s2 D16 / 3 2g

Avec :
- U : vitesse dans la canalisation = 5 m/s
- H : charge disponible
- L : longueur de la conduite (48,29 m)
- D : diamètre
- g : = 9,81 m/s-²
- Ks : coefficient de Manning – Strickler = 80 pour l’acier
- Ki : coefficient des pertes de charges singulières
 K1 = 0,35 dégrilleur
 K2 = 1 passage conduite réservoir avec sailli dans réservoir
 K3 = 0,31 coude à 90°
 K4 = 0,34 vanne ouverte
 K5 = 1 élargissement brusque à la sortie de la conduite
D’où :

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
61
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
 1   Ki 4 
 16Q ² i 4 3L 
D (  )
  ² H 2g ²
4
3 
 K s D 
Cette formule permet de calculer le diamètre par itérations. Pour :
- un débit d’équipement de 1000 l/s à délivrer sous une charge de 60 cm
On retiendra 800 mm de diamètre et on vérifie si la vitesse en pleine charge,
obtenue à partir de l’expression ci-dessous est inférieure à la vitesse admissible.
H
U max 
1   Ki
i 44 / 3 L
 ² 4/3
2g Ks D

On a, pour 7,10 m de charge sur la prise, une vitesse d’environ de 5 m/s. Le


diamètre de 800 mm convient donc parfaitement.

10.4.3.9. Caractéristiques du bassin de dissipation


 
Dans ce type de bassin, la dissipation est réalisée par le choc du jet incident sur
un écran vertical traversant le bassin de part en part. Le jet réfléchi vers l’arrière
heurte le jet incident et crée des tourbillons qui absorbent l’énergie.
Il est dimensionné pour le débit de vidange correspondant à la charge maximale
et pour la vitesse maximale de 5 m/s.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
62
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

10.4.3.10. Ecrans anti-renard


 
La conduite sera munie d’écrans anti-renard, en amont du drain tapis filtrant,
1
dimensionnés avec la règle de Lane Lv  Lh  CH :
3
- Lv longueur des cheminements verticaux de l’eau
- Lh longueur des cheminements horizontaux de l’eau = 48,29 m
- C = 2 pour les sables argileux
- H =charges d’eau max au-dessus de la prise est de 7,1 m
Avec 5 écrans on obtient Lv > 1,9 soit 20- cm comme hauteur de chaque écran.
On retient pour les écrans anti-retard les dimensions de 60x60x50 cm.

10.4.4. DRAIN DE PIED AVAL


 
Le drain de pied est dimensionné pour intercepter le débit de fuite à travers le
massif et les fondations. Le dimensionnement consiste à :
- calculer le débit de fuite à travers la digue et les fondations
- déterminer l’épaisseur du drain

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
63
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
10.4.4.1. Débit de fuite
 
Le débit de fuite à travers un barrage se compose de deux types d’infiltration :
celle au travers du corps de la digue et celle au travers de la fondation.
Débit de fuite à travers la digue
La digue est homogène et constituée de graveleux latéritiques argileux. Le débit
de fuite à travers la digue est donné par l’expression : q1  S  K1  H
L
- K1 : perméabilité horizontale du corps de digue en graveleux latéritiques
argileux compactés : 1,8 10-8 m/s
- S : longueur mouillée du parement amont : 19,92 m
- H : hauteur d’eau en amont du barrage (PEN) : 7,1 m
- L : longueur moyenne de la ligne de courant : 29,33 m
Le débit de fuite à travers le corps de digue est donc q1  0,87 x 10-7 m3/s/ml
soit environ 391l/h pour 1250 ml de digue.
Débit de fuite à travers la fondation
TF
Ce débit est calculé par l’expression : q2  K h H
B  2F
- H : hauteur d’eau en amont du barrage (PEN) = 7,10 m
- T : épaisseur de la couche perméable sous la digue = 4m
- B : largeur en base de la digue = 49,29 m
- F : profondeur de la parafouille en fond de vallée = 3,5 m
- Kh : perméabilité horizontale des couches de sable argileux et de la
carapace des fondations = 2,4 10-6 m/s
Le débit de fuite à travers la fondation est q2  1,51 x 10-7 m3/s/ml. Le débit
total de fuite vaut : q1 + q2  2,38 x 10-7 m3/s/ml. Ces débits sont moyens mais
non négligeables malgré la présence des écrans para fouilles.

10.4.4.2. Epaisseur du filtre


L’épaisseur du filtre est donnée par l’étude géotechnique : pour évacuer le
qL
double du débit de fuite par l’expression : e  2
K
- e: épaisseur du filtre (m)
- L: longueur du filtre  16.43 m (1/3 de la largeur en base)
- K: perméabilité du filtre  2 10-4 m/s
On obtient après calcul une épaisseur de filtre e 30 cm.
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
64
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Pour réduire les risques de perte de perméabilité du sable, on réalisera un filtre
zoné composé de deux couches de sable de 20 cm d’épaisseur chacune, séparées
par une couche de gravier lavé de 40 cm d’épaisseur.

10.4.5. FOSSE DE PIED


 
Le fossé de pied aura à canaliser et évacuer, vers le lit mineur du marigot, le
débit maximum de fuite à travers la digue et le débit de ruissellement sur le
talus aval.
Le débit de ruissellement sur le talus aval de la digue a été estimé par la méthode
CIA
rationnelle basée sur l'équation suivante :  Q    
360
- Q = débit en m3/s
- Cr = coefficient de ruissellement sur le talus = 95%
- i = intensité de la pluie (mm/h)
- A = surface du talus (ha)
La détermination de l'intensité de pluie est faite à l'aide de la formule empirique
de MONTANA suivante :  I  a  Tc b  
- a =75 cxbxb
- b =0.5
- Tc temps de concentration en mn
Le temps de concentration quant à lui a été calculé par la formule de KIRPICH: 
1 L1,15
Tc   
52 H 0, 38
- L = plus long chemin hydraulique (21,73 m)
- H = différence de niveau entre le fossé et la crête de la digue (9,62 m)
Avec un temps de concentration de 0,280 minute on obtient une intensité de
pluie de 141,8 mm/h. Le coefficient de ruissellement est quant à lui estimé à
95% compte tenu de la forte pente du talus.
Avec une surface de talus de 2,69 ha, le débit au pied de la digue, à évacuer par
le fossé, est d'environ 112 l/s.
Le débit de fuite à travers la digue est de 0,130 l/s, ce qui est négligeable par
rapport au débit de ruissellement sur le talus aval. Le débit maximum au pied
de la digue, à évacuer par le fossé, est donc d’environ 112 l/s.
Le fossé est dimensionné avec la formule de Manning-Strickler :

2 2/5
Q 3 / 5 (b  2 y 1  m )
y( )
K s I 0, 5 bm y
TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
65
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

b
Pour une section hydrauliquement favorable, on a  y  ( 1  m 2  m) pour
2
Q
m=1 on deduit que b  1,756  ( )3 / 8
ks I
- Avec Ks=35
- I=2/1000
- Q=0,112 m3/s
On aura un canal trapézoïdal de talus 1/1 en terre avec :
- Largeur en base 60 cm
- Profondeur 1 m.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
66
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
11. DESSIN DES OUVRAGES ET PLANS
 
 

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
67
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
68
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
69
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
70
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
71
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

ANCRAGE

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
72
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
73
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
74
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
75
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Figure 1 : Barrage de Mama dans la regon de Gagnoa : la retenue plaine

Figure 1 : Barrage de Ndrikro dans la région de Dimbokro : la retenue ne se rempli pas

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
76
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Figure 1 : Barrage de NdNihourio département de gueyo au centre ouest : eutrophisation de la


retenue, assaichement.

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
77
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

Tableau n°12-2 Calcul des besoins en eau du cycle 2

Mois JUILLET AOUT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DÉCEMBRE


Décade 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3

N° Nombre de jours 10 10 11 10 10 11 10 10 10 10 10 11 10 10 10
Opérations culturales et stades Préparation de sol et
Repiquage Tallage Montaison Epiaison - Maturation recolte
égétatifs Pépinière
1 Volume d'eau de saturation (mm) 60,00

2 Profondeur d'immersion (mm) 30,00 60,00 60,00 0,00 50,00 100,00 100,00 150,00 90,00 30,00 0,00 0,00
3 Changement du niveau d'eau (mm) 30,00 30,00 0,00 -60,00 50,00 50,00 0,00 50,00 -60,00 -60,00 -30,00 0,00
volume d'eau d'évapotranspiration
4 36,78 34,81 35,97 34,47 35,21 38,53 38,12 37,44 36,92 39,56 39,00 41,14 39,46 38,46 36,27
ETP(mm)
5 coefficient de culture(Kc) 0,60 0,80 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,15 1,15 1,08 0,90 0,90
Demande en eau du riz ETM(mm)
6 20,68 28,17 38,53 38,12 37,44 36,92 39,56 44,85 47,31 42,62 34,61 32,64
(4)*(5)
Percolation ou Volume d'infiltration
7 50,00 50,00 55,00 50,00 50,00 50,00 50,00 50,00 55,00 50,00 50,00 50,00
souterraine = 5*(nombre de jours)
Volume d'eau nécessaire(mm)
8 60,00 100,68 108,17 93,53 28,12 137,44 136,92 89,56 144,85 42,31 32,62 54,61 82,64
(1)+(3)+(6)+(7)
9 Pluie moyenne décadaire (mm) 18,25 18,05 28,45 47,35 31,98 53,72 52,68 58,50 55,96 29,43 24,72 24,18 13,26
10 Précipitation effective(mm) 17,50 17,30 27,00 44,20 30,00 49,60 48,70 53,30 51,50 27,80 23,50 23,10 12,80

11 Besoins net d'irrigation (mm) (8)-(10) 42,50 83,38 81,17 49,33 0,00 87,84 88,22 36,26 93,35 14,51 9,12 31,51 69,84

12 Efficience d'irrigation (%) 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65

Besoins en tête de réseau ou besoins


13 65,38 128,28 124,87 75,89 0,00 135,14 135,72 55,78 143,62 22,32 14,03 48,48 107,45
bruts (mm) = (11)/(12)

Besoins en tête de réseau ou besoins


14 653,85 1 282,80 1 248,74 758,92 0,00 1 351,38 1 357,23 557,85 1 436,15 223,25 140,26 484,83 1 074,51
bruts (m3) = (13)*10
15 Débit fictif continu (DFC l/s/ha) 0,69 1,48 1,45 0,80 0,00 1,56 1,57 0,65 1,66 0,23 0,16 0,56 1,24
Débit maximum de pointe
16 (DMPl/s/ha) (18 h/24) et 26jours 1,07 2,31 2,25 1,24 0,00 2,43 2,44 1,00 2,59 0,37 0,25 0,87 1,93
/mois
17 Besoins totaux (BT) (m3/s) 10 569,77

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
78
 
Mémoire de Fin d’études - DIMENSIONNEMENT DU BARRAGE KPEKPAN DANS LE DEPARTEMENT DE EFCPC
DIDIEVI

 
Tableaux n°12 : Calcul des besoins en eau du riz à la station météorologique de Bouaké
Tableau n°12-1 Calcul des besoins en eau du cycle 1

Mois JANVIER FEVRIER MARS AVRIL MAI JUIN


Décade 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3

N° Nombre de jours 10 10 11 10 10 8 10 10 11 10 10 10 10 10 11 10 10 10
Opérations culturales et stades Préparation de sol et
Repiquage Entretien recolte
égétatifs Mise en place
1 Volume d'eau de saturation (mm) 130
2 Profondeur d'immersion (mm) 30 60 60 0 50 100 100 150 90 30 0 0
3 Changement du niveau d'eau (mm) 30 30 0 -60 50 50 0 50 -60 -60 -30 0
volume d'eau d'évapotranspiration
4 36,57 39,38 43,48 44,19 45,35 51,21 47,44 49,13 48,6 46,56 46,71 48,72 46,37 42,72 43,12
ETP(mm)
5 coefficient de culture(Kc) 0,6 0,8 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,15 1,15 1,08 0,9 0,9
Demande en eau du riz ETM(mm)
6 26,51 36,28 51,21 47,44 49,13 48,60 46,56 53,72 56,03 50,08 38,45 38,81
(4)*(5)
Percolation ou Volume d'infiltration
7 50 50 40 50 50 55 50 50 50 50 50 55
souterraine = 5*(nombre de jours)
Volume d'eau nécessaire(mm)
8 130,00 106,51 116,28 91,21 37,44 149,13 153,60 96,56 153,72 46,03 40,08 58,45 93,81
(1)+(3)+(6)+(7)
9 Pluie moyenne décadaire (mm) 5,00 5,18 21,04 12,98 17,09 28,78 45,35 50,31 38,21 50,26 45,50 45,75 63,24
10 Précipitation effective(mm) 4,8 5 20 12,5 16,4 27,2 42,3 47 36 46,7 42,3 42,4 57
Besoins net d'irrigation (mm) (8)-
11 125,20 101,51 96,28 78,71 21,04 121,93 111,30 49,56 117,72 0,00 0,00 16,05 36,81
(10)
12 Efficience d'irrigation (%) 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65

Besoins en tête de réseau ou besoins


13 192,62 156,18 148,12 121,1 32,369 187,58 171,23 76,246 181,1 0 0 24,69 56,63
bruts (mm) = (11)/(12)

Besoins en tête de réseau ou besoins


14 1926,2 1561,8 1481,2 1211 323,69 1875,8 1712,3 762,46 1811 0 0 246,9 566,3
bruts (m3) = (13)*10
15 Débit fictif continu (DFC l/s/ha) 2,03 1,81 1,71 1,75 0,37 2,17 1,80 0,88 2,10 0,00 0,00 0,29 0,60
Débit maximum de pointe
16 (DMPl/s/ha) (18 h/24) et 26jours 3,15 2,81 2,67 2,73 0,58 3,38 2,80 1,37 3,26 0,00 0,00 0,44 0,93
/mois
17 Besoins totaux (BT) (m3/s) 13478,56

TAH O. Louis Serge- Elève Ingénieur des techniques des TP option Hydraulique et Environnement 
79