Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

et Hiroshima, l’esclavage des Noirs et le génocide


des peuples autochtones. « Sinon, d’où viendrait le
En diplomatie aussi, une ère du clash
PAR FRANÇOIS BOUGON
mouvement Black Lives Matter ? », a-t-il lancé.
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 25 MARS 2021

La rencontre entre les délégations chinoise et américaine le 18


mars à Anchorage (États-Unis). © Frederic J. Brown/pool/AFP
La rencontre entre les délégations chinoise et américaine le 18
mars à Anchorage (États-Unis). © Frederic J. Brown/pool/AFP Peu après, à Anchorage, en Alaska, des délégations
L’entrée en matière de Joe Biden sur la scène américaine et chinoise ont commencé à se parler.
internationale semble s’inscrire dans la continuité de De manière peu traditionnelle et plutôt rugueuse. Les
son prédécesseur au moins sur un point: montrer Américains, parmi lesquels le chef de la diplomatie
ses muscles et ne pas hésiter à recourir à l’insulte. du gouvernement Biden, Antony Blinken, ont en effet
À l’heure de la diplomatie Twitter, elles fusent d’entrée de jeu mis les sujets qui fâchent – Xinjiang,
rapidement. Hong Kong et Taïwan – sur la table quelques jours
Est-ce la pandémie qui porte sur les nerfs ? Ou bien une après avoir adopté de nouvelles sanctions en raison
volonté de marquer clairement le changement entre les de la politique de Pékin dans l’ancienne colonie
présidences de Donald Trump et de Joe Biden ? Ou britannique.
tout simplement un passage à un autre monde, dans Ces discours offensifs ont entraîné une réponse ferme
lequel les Chinois, soutenus par les Russes, contestent (et longue pour le premier) du conseiller d’État Yang
ouvertement la domination américaine ? Jiechi et du ministre des affaires étrangères Wang Yi
Un peu de tout cela sûrement. En tout cas, le climat (on peut voir ici la séquence dans sa totalité).
se tend sur la scène internationale. Les insultes fusent Le premier, visiblement ulcéré, s’est plaint du ton des
de toutes parts, donnant l’impression qu’on renoue remarques préliminaires américaines, jugeant qu’ils
avec une certaine chaleur verbale propre à la guerre avaient rompu avec les « protocoles diplomatiques ».
froide – lorsque les États-Unis étaient, aux yeux de Il a regretté également que les États-Unis veuillent «
Mao Zedong, un « tigre de papier » et qu’il s’agissait parler à la Chine de manière condescendante depuis
de lutter contre les « chiens courants de l’impérialisme une position de force ». « C’est de ma faute, a-t-
américain ». il dit, en présence de la presse, selon un compte
Joe Biden, le nouveau président américain, a ouvert les rendu publié par le Département d’État. Lorsque je
hostilités. Interrogé par un journaliste de la télévision suis entré dans cette salle, j’aurais dû rappeler à la
états-unienne ABC la semaine dernière, le successeur partie américaine de faire attention à son ton dans nos
de Donald Trump a approuvé le terme de « tueur » remarques préliminaires respectives, mais je ne l’ai
pour qualifier le dirigeant russe Vladimir Poutine. pas fait. La partie chinoise s’est sentie obligée de faire
Ce dernier a répondu en ayant recours ironiquement ce discours à cause du ton de la partie américaine. »
à la formule enfantine : « C’est celui qui dit qui Les hauts responsables des diplomaties américaine
l’est. » Le dirigeant russe a eu aussi beau jeu de et chinoise ne nous avaient pas habitués à une telle
renvoyer les Américains à la face sombre de leur joute rhétorique en introduction de leurs débats et en
histoire : les bombes nucléaires lâchées sur Nagasaki présence de la presse.

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Comme le souligne Sylvie Bermann, ancienne de Symbolic Insult in Diplomacy: A Subtle Game of
ambassadrice de France en Chine et en Russie et Diplomatic Slap (L’insulte symbolique en diplomatie:
présidente du conseil d’administration de l’IHEDN un jeu subtil de gifle diplomatique, non traduit).
(Institut des hautes études de défense nationale ) :«On Côté russe, poursuit-il, « la déclaration de
était plutôt habitué à l’inverse. On commençait par des Biden a bien été perçue comme une insulte
banalités devant les photographes et les journalistes inacceptable. La Russie a rappelé son ambassadeur à
pour les enregistrements, puis, une fois qu’ils étaient Washington. Néanmoins, Poutine lui-même s’est sorti
partis, on entrait dans le vif du sujet. » Désormais, on diplomatiquement de cette situation, en souhaitant
attaque bille en tête d’abord, en public, puis on discute, à Biden une bonne santé et en lui offrant une
peut-être plus calmement, à huis clos. discussion ouverte. En même temps, il y a eu beaucoup
En effet, preuve peut-être qu’on est entré dans une de rhétorique anti-américaine en Russie, même
nouvelle ère, selon un responsable américain cité récemment, et cette tendance risque de s’accentuer».
par le New York Times, «la discussion s’est calmée Bref, comme le dit Sylvie Bermann, en ces temps
après que les journalistes eurent quitté la pièce et où les représentants des pays s’inquiètent tant de leur
cela a débouché sur une conversation de fond qui opinion publique, « on ne parle pas à l’autre, on parle
a duré bien plus longtemps que prévu». On s’étripe à soi-même ».
devant témoins, puis on s’écoute. Une diplomatie du
Un des aspects de cette situation nouvelle est le
spectacle à l’heure de l’information en continu et
rôle important que jouent les réseaux sociaux, en
des réseaux sociaux. Et un monde aussi où, comme
particulier Twitter. Pour Jérémie Cornut, professeur
l’explique l’historien Pierre Grosser, chercheur au
au département de science politique de l’Université
Centre d’histoire de Sciences Po Paris et auteur
Simon Fraser à Vancouver au Canada, « Donald
de Traiter avec le diable ? Les vrais enjeux de
Trump a ouvert la boîte de Pandore ».
la diplomatie au XXIe siècle(Odile Jacob, 2013),
« l’idée, côté russe et chinois, est de ne plus rien laisser « Cet usage de Twitter comme conduite diplomatique
passer ». atypique trouve son origine chez lui », poursuit
l’auteur de l’ouvrage Les Excuses dans la diplomatie
On peut donc en déduire que ce «spectacle» est américaine (Les Presses de l’Université de Montréal,
destiné à un public bien particulier, celui des opinions 2014). D’autres chefs d’État ont emboîté le pas à
publiques respectives. Biden, accusé par Trump l’ancien président états-unien (2017-2021).
d’être trop mou durant la campagne, a désormais à
cœur d’afficher sa fermeté face aux deux rivaux du La spontanéité propre à ce réseau social n’aide pas
moment, la Chine et la Russie, le premier défiant la à construire un débat policé et respectueux. Le point
domination américaine, le second soupçonné d’avoir Godwin y est vite atteint. Et beaucoup oublient ce
tenté d’influencer le résultat des élections. conseil de bon sens : « Think before you tweet »
(« Pensez avant de tweeter »). Preuve en est l’attitude
«Du point de vue des Américains, il est peu de plus en plus agressive des diplomates chinois qui
probable que la déclaration de Biden soit perçue ont fortement investi à partir de 2019 ce réseau social
comme une insulte, mais plutôt comme une prise américain interdit en Chine. Et ils se sont mis à
de position du nouveau président en tant qu’homme répondre à partir d’avril 2020 et de manière agressive
politique dur et doté de principes. L’interview et aux critiques adressées à la Chine sur sa gestion de la
la déclaration de Biden concernant Poutine étaient pandémie du Covid-19.
principalement destinées à un public national»,
souligne le professeur Alisher Faizullaev, diplomate D’où leur surnom de « loups guerriers », en
à la retraite et chercheur indépendant, auteur référence au film à succès en Chine, Wolf Warrior
2, qui dépeint un Rambo chinois affrontant sans

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

relâche des méchants occidentaux en Afrique (lire La dernière fois, mardi 23 mars, pour les insultes
ici « Diplomatie chinoise : de l’“esprit combattant” relayées sur le compte Twitter de l’ambassade envers
au “loup guerrier”», analyse de Marc Julienne, le chercheur de la Fondation pour la recherche
responsable des activités Chine au centre Asie de stratégique, Antoine Bondaz, qualifié de « petite
l’Ifri, et de Sophie Hanck, assistante de recherche au frappe », « hyène folle » et « troll idéologique ».
Centre Asie de l’Ifri). Selon l’AFP, le directeur Asie du ministère des
Dans ce domaine, le représentant de Pékin en France, affaires étrangères, Bertrand Lortholary, lui a signifié
Lu Shaye, s’est particulièrement distingué. Interrogé que les « méthodes de l’ambassade, la tonalité
sur cette qualification de «loup guerrier » dans de sa communication publique étaient parfaitement
une émission de France 2, M.Lu s’est demandé si inacceptables et franchissaient toutes les limites
« les Occidentaux préfèrent que la Chine ait une communément admises pour une ambassade, où
“diplomatie d’agneau”». qu’elle se trouve ».
« La diplomatie chinoise est toujours en phase avec On pourrait s’inquiéter et se demander si ces tensions
notre temps, a-t-il expliqué. Notre diplomatie, soi- et ces insultes peuvent dégénérer en conflits plus
disant de “loups guerriers”, n’est pas définie par ouverts. Pas sûr, car on reste dans le domaine du
nous. Cette étiquette est collée par les autres. Je symbolique. « Aux XXe et XXIe siècles, aucune insulte
comprends bien qu’ils ne soient pas habitués au n’a conduit à des affrontements militaires, rappelle
style de la diplomatie actuelle de la Chine. Parce Jérémie Cornut. Sur les réseaux sociaux, l’insulte
qu’auparavant, ils étaient habitués [au fait] que devient certes plus facile, mais elle est aussi plus
lorsqu’ils attaquaient la Chine, cette dernière n’y rapidement oubliée. »
répondait pas. Mais maintenant, c’est tout à fait Et cette diplomatie offensive reste de la diplomatie.
différent. » Sous l’égide de Xi Jinping, la politique de La manière est certes un peu rêche, mais le dialogue
profil bas édicté par Deng Xiaoping à la fin des années se poursuit malgré tout. Bref, juste une guerre de
1970 a été mise au rebut. (gros) mots... Cependant, pour Alisher Faizullaev,
En poste précédemment au Canada, où il s’était fait cette manière d’utiliser l’insulte, si elle peut servir
remarquer par ses attaques contre les politiques, les à montrer la détermination des interlocuteurs et à
chercheurs et les médias, accusés d’être antichinois, « calmer le public national » – « comme si deux
Lu Shaye a poursuivi sur la même veine dans la bagarreurs préféraient échanger des obscénités plutôt
capitale française au point d’être convoqué à deux que de se battre avec leurs poings » –, « même dans
reprises par le Quai d’Orsay. une telle situation, il existe un risque d’escalade du
conflit ». Un jeu dangereux en des temps volatils.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

3/3