Vous êtes sur la page 1sur 8

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

qui pilote la construction des ouvrages olympiques


(piscines, village olympique...), principalement en
JO 2024: des accusations de propos
Seine-Saint-Denis, l’un des départements le plus
racistes et misogynes créent une crise pauvres de France, sur lequel est censé « ruisseler »
interne l’événement mondial.
PAR JADE LINDGAARD ET ANTTON ROUGET
ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 19 AVRIL 2021 La Solideo, qui rassemble à ce jour plus d’une
centaine de salariés, travaille sous le contrôle étroit
de l’État, à travers son délégué interministériel aux
Jeux olympiques et paralympiques (Dijop). Elle est
présidée par Anne Hidalgo, la maire de Paris. Ce
qui n’a pas empêché que s’y développent, depuis
près de trois ans, des propos et comportements
discriminatoires, ainsi que nous avons pu le recouper
Nicolas Ferrand, directeur général exécutif de la Solideo, lors de la présentation de la
sur la base de témoignages et documents.
maquette du village olympique, en novembre 2019. © Stéphane DE SAKUTIN / AFP
Questionnée par Mediapart, la Solideo ne détourne pas
Insultes anti-roms, préjugés sur les habitants de Seine- le regard du problème. Au contraire, elle indique que
Saint-Denis, comportements sexistes... Notre enquête les « propos inqualifiables rapporte#s par Mediapart
révèle des troubles graves et répétés à la Solideo, n’ont aucune place dans cet e#tablissement ». Même
l’établissement public chargé de la construction des si elle avait déjà connaissance d’une grande partie
ouvrages olympiques. Après l’envoi de nos questions, de nos informations, la Solideo annonce, en réponse
trois salariés ont été suspendus et un audit diligenté. à nos questions, qu’elle diligente une « enquête
Des alertes internes, remontées jusqu’au cabinet interne », confiée au « de#ontologue externe »,
d’Anne Hidalgo, n’avaient pourtant pas provoqué un afin « d’appre#cier la ve#racite# des faits nouveaux
grand émoi jusque-là. rapporte#s ».
L’inclusion, l’ouverture aux autres et la tolérance : Au vu des conclusions de cet audit, des mesures «
voilà les valeurs véhiculées par les Jeux olympiques individuelles qui s’imposeront seront prises et tous
et paralympiques (JOP) de Paris en 2024, à en les enseignements seront tire#s pour renforcer encore
croire les deux têtes de pont de l’événement, le [le] dispositif », ajoute la Solideo. Dans l’attente,
triple champion olympique Tony Estanguet, patron du des « mesures conservatoires ont e#te# prises, trois
comité d’organisation, et la maire socialiste de Paris, salarie#s ont e#te# suspendus ».
Anne Hidalgo.
Le sujet est également suivi de près par la mairie
Sauf que derrière cet affichage bienveillant, la réalité de Paris, dont le cabinet a été avisé de certains
semble brutale. Selon des informations de Mediapart, comportements, mais aussi par les services du premier
une des structures essentielles à la réussite des Jeux fait
depuis des mois face à de graves dysfonctionnements
internes, teintés d’accusations de racisme, sexisme et
homophobie.
La Solideo n’est pas le plus connu des outils sur
lesquels s’appuie l’État, dans sa course effrénée pour
que tout soit prêt pour accueillir athlètes et spectateurs
à l’été 2024. Cet établissement public d’aménagement,
spécialement créé pour l’occasion, n’en reste pas
moins une clé de voûte du projet, puisque c’est lui

1/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

ministre (avant d’être nommé à Matignon, Jean Castex Une partie des 50 salariés ayant participé au
était délégué interministériel aux Jeux olympiques et déplacement reviennent à Paris stupéfiés par les
paralympiques). « blagues », qu’ils jugent déplacées, prononcées
par le responsable des relations institutionnelles de
la Solideo, Benoît Piguet, un fonctionnaire ayant
notamment travaillé dans le passé aux côtés de l’actuel
préfet de police de Paris Didier Lallement.
Deux membres de la Solideo saisissent alors le
directeur général exécutif de la Solideo, Nicolas
Ferrand, qui avait d’ailleurs prévenu ses équipes en
Nicolas Ferrand, directeur général exécutif de la Solideo, lors de la présentation de la ces termes lors du recrutement de M. Piguet, en avril
maquette du village olympique, en novembre 2019. © Stéphane DE SAKUTIN / AFP
2018 : « Benoît, il a un certain caractère. S’il prend
Les problèmes internes sont principalement localisés trop de place, n’hésitez pas à me le dire.» En ce mois
à la Drics, la direction des relations institutionnelles, de janvier 2019, après le séminaire, M. Ferrand répond
de la communication et de la sécurité de la Solideo, aux deux salariés qu’il va « dire à Benoît de se calmer
même s’ils ont inévitablement rejailli sur le reste des ».
équipes. D’autant plus que tout le monde travaillait
Après une réunion du CSE (comité social et
dans le même open space jusqu’à la mi-2019.
économique, où siègent représentants du personnel et
« Tout le monde, en interne, a forcément entendu direction), le directeur général réaffirme aussi, avec
parler de ces propos envers les populations racisées, son secrétaire général, en des termes très généraux,
les femmes, et une certaine vision de la Seine-Saint- qu’ils ne tolèrent aucun propos discriminatoires au
Denis », déplore un ancien salarié, qui n’a souhaité sein de l’établissement. Sollicité, Benoît Piguet n’a
s’exprimer qu’à la condition de rester anonyme (voir pas retourné notre demande d’entretien. Également
notre Boîte noire). « C’étaient des “blagues” sur les interrogée sur la gestion de cet épisode, la Solideo n’a
homos, sur les Noirs, sur les Arabes et sur les femmes pas répondu précisément.
à longueur de journée », ajoute un autre.
L’établissement public nous a simplement indiqué,
Plusieurs témoins nous ont par exemple déclaré avoir sans entrer dans les détails, que « par le passe#,
entendu les phrases suivantes, prononcées par un petit certains des propos rapporte#s par Mediapart ont
groupe d’hommes en responsabilité : « Qu’est-ce de#ja# e#te# porte#s a# la connaissance de la
qu’on va aller aider les Noirs en Seine-Saint-Denis ? Direction ge#ne#rale ». À chaque fois, la Solideo
», ou alors, au sujet de la ministre des sports Roxana aurait fait « le choix de l’exemplarite# en informant,
Maracineanu (ancienne championne de natation) : pre#venant et sanctionnant ». Elle indique ainsi
« Elle a le cerveau abîmé par le chlore dans les avoir déjà prononcé, « dans le respect du droit des
bassins. » La Solideo n’a pas souhaité nous préciser salarie#s », des « sanctions disciplinaires » et «
si les responsables contestent avoir tenu ces propos. rappels à l’ordre ». En 2018, la structure avait aussi
Contactés séparément, les salariés en question ne nous
ont pas répondu.
En janvier 2019, un séminaire d’entreprise de trois
jours à Valmorel (Savoie) — étonnamment organisé
dans des chalets loués à la famille d’un des deux
CGefi (contrôleurs financiers) dépêchés par Bercy
pour veiller au bon fonctionnement de la structure —
crée un point de bascule au sein de la Solideo.

2/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

renoncé à titulariser un agent du service informatique, Devant les journalistes, M. Ferrand ajoute qu’il
qui utilisait l’expression «niakoué » pour parler des faut distinguer un enjeu « d’efficacité », pour que
personnes originaires d’Asie de l’Est. « l’athlète arrive à l’heure à sa compétition », et « un
enjeu de sécurité pour les délégations très exposées
(Américains, Israéliens), et donc il ne s’agit pas qu’on
ait un convoi qui soit arrêté à un feu rouge». Comme
si la protection des sportifs passait devant les besoins
des habitants, et comme si ces derniers étaient une
menace pour les athlètes. Effroi en interne : «Il y a un
effet de groupe entre quelques personnes, qui partent
du principe qu’en Seine-Saint-Denis il s’agit d’une
Site du futur village olympique, à Saint-Ouen, en février 2021. (JL) population à risques. Mais ils ne représentent pas
Après le séminaire de Valmorel, l’atmosphère se du tout ce que pensent les équipes opérationnelles»,
calme quelque peu en interne, selon plusieurs témoins. insiste un salarié.
La Solideo déménage aussi dans de nouveaux locaux, Près de 80% des équipements pérennes des Jeux
dans lesquels tous les salariés ne se côtoient plus dans de 2024 (piscine olympique, village des athlètes,
le même open space. La Drics dispose désormais de village des médias, échangeur routier, bassin
son propre espace. Ce qui diminue la propagation des d’entraînement) sont programmés en Seine-Saint-
«blagues» imposées au collectif, « même s’il fallait Denis. L’ « héritage » des JO dans l’un des
encore en supporter au moins une par semaine », selon départements où les investissements publics ont le plus
une salariée d’un autre service. manqué historiquement est à la fois une promesse
Avant cela, le sujet du déménagement, justement, avait vis-à-vis des élus du département et un pilier de la
donné lieu à de nouvelles tensions en interne. Alors communication olympique.
que la possibilité d’un déplacement dans le 93 est Les relations entre les collectivités locales du 93 et
mise sur la table, un responsable lance, selon plusieurs la Solideo sont donc régulières et sensibles. « Avec
témoins : «On ne va pas aller en Seine-Saint-Denis. eux, ça se passe très bien, c’est un acteur très proche
Les femmes ne pourront pas rentrer le soir sans de nous », répond le département aux questions de
prendre le risque de se faire violer.» L’établissement Mediapart à ce sujet. Ils se rencontrent tous les 15
public est, de fait, resté dans Paris et n’a pas franchi le jours en « comités de site ». Une fois par mois,
périphérique, contrairement au comité d’organisation Nicolas Ferrand retrouve Stéphane Troussel, président
(Cojo), qui a fait le choix de s’installer à Saint- du département, et Mathieu Hanotin, maire de Saint-
Denis. Denis. Le maintien dans Paris intramuros des bureaux
Le mépris à l’égard de la Seine-Saint-Denis atteint
des niveaux tels qu’il déteint parfois dans les prises
de position publiques. Comme le 15 octobre 2020,
quand le directeur général Nicolas Ferrand explique en
conférence de presse que si les travaux de l’échangeur
de l’A86, dans le quartier Pleyel, sont abandonnés,
« on a un sujet compliqué à traiter avec Paris 2024
». Cette infrastructure routière est attaquée en justice
par des riverains et l’association de parents d’élèves
FCPE 93 car elle ferait passer une bretelle d’autoroute
à quelques mètres d’un groupe scolaire de 700 élèves
(voir notre enquête).

3/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

de la société chargée de la livraison d’ouvrages de Ces chiffres auraient-ils pu être supérieurs ?


l’autre côté du périph’ n’a pas froissé l’exécutif La Solideo a-t-elle manqué de volontarisme ou
départemental. d’engagement ? Sollicité à ce sujet, le département
de la Seine-Saint-Denis considère que « les objectifs
sont dans les clous, et qu’il n’y a pas de retard. On
est plutôt dans une bonne dynamique ». Mais pour les
métiers de service (sécurité, restauration, nettoyage,
accueil…), la plupart des marchés restent à attribuer.
Nicolas Ferrand, directeur général de la Solideo, avait
l’habitude de commencer ses réunions par le décompte
Collage contre les destructions occasionnées par les JO de
du nombre de jours avant la date de livraison des
2024, sous un abribus de Saint-Ouen, en novembre 2020. (JL) ouvrages. À la demande des collectivités, il a ajouté
Malgré son titre de directeur des relations le calcul du nombre d’emplois créés, pour valoriser la
institutionnelles, Benoît Piguet ne participe pas à ces prise en compte des enjeux sociaux pour le territoire
réunions. Au point que lorsque le département a voulu et soigner ses relations diplomatiques.
joindre en urgence la Solideo début avril, la justice « Elle a couché pour y arriver »
ayant suspendu le chantier du village des médias,
Les habitants du 93 et les populations d’origine
le cabinet de Stéphane Troussel ne connaissait pas le
étrangères ne sont pas les seules visées par certaines
numéro de portable du chef de la Drics.
personnes à l’intérieur de la Solideo. Des témoins
Pourtant, les sujets sensibles à discuter entre acteurs rapportent ainsi que le commissaire Jean-Marc Vidal,
institutionnels ne manquent pas. Comme, par exemple, en détachement pour s’occuper de la sécurité à la
le déplacement des 224 résidents d’un foyer de Drics, aurait déclaré, en abordant en réunion le risque
travailleurs immigrés pour céder la place à un de ZAD sur les chantiers des JOP, qu’il craignait
bâtiment de services et de bureaux construit par la mobilisation d’« écolo-djihadistes ». Sollicité par
Eiffage et Nexity dans le futur village des athlètes. Mediapart, le commissaire Vidal n’a pas souhaité
Pour la Solideo, c’est Isabelle Vallentin, la numéro répondre en raison du déclenchement de l’enquête
2, qui a suivi les négociations au sein du comité interne.
de pilotage mis en place pour organiser leur départ
Le 21 janvier 2020, selon d’autres témoignages et
vers des modulaires. Les habitants rencontrés par
un document écrit, un autre membre de la Drics
Mediapart ont apprécié sa manière d’échanger avec
déclare au sujet de la directrice de la mission JOP de
eux, malgré leur désaccord de fond avec les conditions
l’intercommunalité Pleine Commune : « Elle a couché
de leur déplacement.
pour y arriver.» D’une manière générale, les femmes
Pour le département, le nœud de la relation avec la sont, dans leur dos, régulièrement traitées de « connes
société de livraison des jeux concerne l’« insertion » ou appelées « la petite ». Ce qui poussera même un
sociale » des chantiers. Une charte l’engage à signer responsable du Cojo, dont les relations avec la Solideo
25% des marchés avec les très petites entreprises sont inflammables, à signaler à deux reprises à Nicolas
(TPE) et PME du territoire, et à réserver 10% des Ferrand le comportement de membres de la Drics à
heures de travail aux habitants du 93 éloignés de l’égard d’une de ses salariées.
l’emploi. Fin février, sur 150 millions d’euros de
Les réunions avec le directeur des relations
marchés déjà passés, 30% de l’objectif TPE-PME était
institutionnelles de la Solideo sont en effet
réalisé, selon nos informations. Et 9% de celui sur
parfois éprouvantes pour les jeunes femmes qui y
l’insertion – pour un total de 398 contrats.
participent, selon plusieurs témoignages recueillis par
Mediapart. L’une d’entre elle, salariée d’une autre

4/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

structureassociée au projet olympique, à un rang Le commissaire Vidal, qui envoie le montage sur la
hiérarchique inférieur à celui de M. Piguet, se souvient boucle SMS de la Drics, la commente de la manière
d’un « call » où Benoît Piguet ignorait ses questions et suivante : « Les pauvres », commentaire suivi de
se comportait comme si elle n’était pas là. quatre émoticônes « mort de rire ».
À une autre occasion, c’est une collaboratrice Un autre jour, Jean-Marc Vidal réveille cette fois ses
trentenaire qui devient la risée des hommes rassemblés collègues de la Drics, un mercredi à 3h07, en leur
autour d’elle. Une femme décrit une scène où le chef envoyant une photo d’une strip-teaseuse derrière des
de la Drics hurle contre une collaboratrice dans un verres d’alcool : « Pink Paradise [un club derrière
couloir. Elle dit l’avoir entendu prononcer des paroles les Champs-Élysées — ndlr] avec mes collègues de
à caractère sexiste ou misogyne à plusieurs reprises. la BRP [Brigade de répression du proxénétisme —
Au point d’avoir demandé, et obtenu, de ne plus se ndlr]. On débriefera demain.» Ce message nocturne
retrouver en réunion avec Benoît Piguet. Un cadre est accompagné de trois émoticônes « clin d’œil ».
administratif d’une autre structure se souvient que ses Quelques jours plus tard, le 28 octobre 2019, au
collaboratrices étaient mal à l’aise quand elle devait se cours d’une réunion de la Drics, la directrice de la
rendre à la Solideo. communication entend les propos suivants, au sujet
En septembre et octobre 2019, sur une boucle de l’envoi d’une délégation olympique en Arabie
SMS interne à la Drics, des messages témoignent saoudite : « Moi j’ai très envie d’aller dans ce pays
de comportements en roue libre. Un premier SMS pour y voir des salopes… des salopes voilées.» Un
comparant Brigitte Macron à une guenon—au moment second collègue de la Drics répond alors : « Ce sont
où le président brésilien d’extrême droite Jair des salopes, c’est un pays super ! Et je te dis pas pour
Bolsonaro insulte Mme Macron sur son physique—est les PD, le problème est réglé là-bas, ils restent pas PD
partagé aux sept personnes qui composent le groupe. plus de 24 heures car après on les bute!» Un troisième
confirme : «Ça, c’est vrai.»
Ces éléments ont été consignés dès le lendemain dans
un rapport d’incident écrit par la directrice de la
communication, qui a depuis quitté ses fonctions et
n’a pas souhaité répondre à Mediapart. « Je tiens à
vous préciser que ce n’est pas la première fois que
des propos misogynes, racistes et homophobes sont
échangés au quotidien [...], créant un climat malsain
et de peur diffuse », décrit-elle dans son rapport, en
Image diffusée dans la boucle de messages de la Drics. © Document Mediapart expliquant que ces « propos, attitudes, agissements
Un second message cible cette fois les populations répétés illégaux [la] mettent mal à l’aise, dégradent les
roms : il s’agit d’un montage photo, qui tourne depuis conditions de travail et mettent en danger [s]on bien-
des mois sur des sites d’extrême droite (voir ci-contre). être au travail ainsi que celui des collaborateurs qui
On y voit Leonarda Dibrani, jeune Kosovar de 15 n’osent pas en parler ».
ans expulsée du territoire avec sa famille sous la
Le 3 janvier 2020, le secrétaire général de la Solideo
présidence Hollande, en pleurs avec le commentaire
lui répond, par mail, qu’il en a « parlé au DG avant les
suivant: « Depuis qui y a grève SNCF plus possible
vacances » : « Le sujet est suffisamment préoccupant
pick-pocket c’est misère ».
pour ne pas le taire, et pour caler un modus operandi
pour faire cesser ce qui n’a pas lieu d’être sur le lieu
de travail et qui ne doit pas être subi par les autres
salariés », explique le secrétaire général.

5/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

Un mois plus tard, le 3 février 2020, le sujet des propos de la crise de croissance de la Solideo, partie de
et messages à caractère sexiste, raciste et homophobe rien en 2017 (les premiers agents travaillaient avec
est, selon nos informations, discuté en réunion de leurs ordinateurs personnels), et qui n’a ensuite
direction. À la suite de quoi le responsable de la Drics, pas bénéficié d’un accompagnement spécifique. «
Benoît Piguet, est convoqué par le secrétaire général, S’ajoute à cela une surcharge de travail inhérente à
le vendredi 7 février. ce type de projet. Côté opérationnel, les gens sont
éreintés, ce n’est pas possible », ajoute-t-il.
À l’automne 2020, les tensions internes de la Solideo
s’ébruitent. La situation dans laquelle se trouve
l’établissement public fait l’objet d’une attention
particulière à la Dijop (reprise par le préfet Michel
Cadot après la nomination de Jean Castex à Matignon),
mais aussi à la mairie de Paris. Dans ce jeu
institutionnel feutré, tout le monde réfléchit à la porte
Sur les berges du canal Saint-Denis, en novembre 2020. (JL)
de sortie la moins dommageable pour l’image des
Quelles ont été les conséquences formelles de cet Jeux. Ce qui aboutit à la situation suivante : personne
entretien ? La Solideo ne nous l’a pas dit. Il n’en reste ne bouge.
pas moins que l’établissement public n’a pas poussé
À l’étage supérieur, Matignon indique à Mediapart
très loin ses investigations. Il n’a, par exemple, même
que Jean Castex — qui, en tant que Dijop, avait
pas cherché à accéder à l’ensemble des messages
des entretiens hebdomadaires avec Nicolas Ferrand
échangés sur la boucle de SMS de la Drics. Une source
jusqu’à ce qu’il soit nommé chef du gouvernement
informée estime que la direction de l’établissement «
en juillet 2020 — « n’a jamais eu connaissance de
n’a pas voulu faire de vagues », au regard notamment
tels dysfonctionnements ni des actes et comportements
de la nécessité de « se concentrer sur les objectif »,
décrits par Mediapart ».
alors que « nous sommes extrêmement contraints par
les délais » de construction des ouvrages olympiques. Ce qui n’est pas le cas de la mairie de Paris. Alerté
en octobre 2020, le cabinet d’Anne Hidalgo récupère
Enterré, le dossier est néanmoins remonté à la surface
le rapport écrit de la directrice de la communication
un an plus tard, lorsque le CSE ouvre une enquête pour
début novembre. Sollicitée par Mediapart, la mairie
des soupçons de harcèlement sur la directrice de la
de Paris confirme avoir été saisie par deux canaux
communication ayant rédigé le rapport. Dans le cadre
différents et avoir reçu le rapport, mais explique
des auditions de l’enquête CSE, une autre salariée de
qu’elle ne pouvait pas aller plus loin, la Solideo n’étant
la Drics affirme à son tour avoir été témoin de «propos
pas un organe municipal. « Nous n’avons pas reçu
jugés homophobes, dégradants, racistes à l’encontre
de saisine formelle [de la personne ayant adressé
des salariés ou des partenaires », selon son compte-
le rapport — ndlr], malgré nos relances », ajoute
rendu d’audition de novembre 2020. Sur ce point non
la mairie, en insistant sur le fait qu’Anne Hidalgo,
plus, la Solideo ne nous a pas dit quelles conséquences
présidente de la Solideo, n’a pas été personnellement
elle en avait tirées.
avisée de la situation par son cabinet. De l’art d’ouvrir
En interne, les propos discriminatoires viennent le parapluie au bon moment.
perturber des équipes déjà éreintées par l’ampleur de
« Nous sommes un établissement public à durée
la tâche. « Les équipes opérationnelles font un travail
déterminée » : c’est ainsi que Benoît Piguet avait
remarquable, elles sont respectueuses et dévouées,
décrit la Solideo à Mediapart, pendant un entretien en
mais leur travail est sali par le comportement de
mars 2019. « Cela n’existe nulle part ailleurs. On a
quelques-uns », dénonce un ancien salarié. Un autre
cette spécificité-là ». Créé en 2017, il disparaîtra en
considère que ce qu’il s’est passé est le résultat

6/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
7

2025. En février 2021, lors d’une nouvelle rencontre, Chargé des questions de sécurité à la Solideo,
il signale que la Solideo a déjà traversé plus de la le commissaire Jean-Marc Vidal n’a pas répondu,
moitié de son existence. Une structure gouvernée par en raison de l’enquête interne diligentée. Le chef
les délais, tendue vers un seul objectif, sous les coups de la Drics, Benoît Piguet, n’a pas retourné nos
de boutoir d’un compte à rebours infernal: livrer à sollicitations.
temps les ouvrages olympiques. La mairie de Paris a pour sa part répondu à nos
À partir de cet été, le rythme devrait encore questions par téléphone, jeudi 15 avril, le service de
s’intensifier avec le démarrage des principaux communication du premier ministre par mail, vendredi
chantiers de construction des JO de 2024. Avec son lot 16 avril.
de tâches et de stress supplémentaires à encaisser pour Le contrôleur général économique et financier (CGefi)
les salariés de cette entreprise commando. ayant loué les chalets de Valmorel ne nous a pas
Boite noire répondu. Sa femme, qui s’occupe aussi de la location
Pour cet article, nous avons parlé à 21 personnes, des chalets, n’a pas souhaité répondre, quand nous
rencontrées physiquement ou jointes par téléphone, l’avons appelée.
parfois à plusieurs reprises. Presque toutes ont requis Prolonger
l’anonymat, pour ne pas mettre en danger leur Réponse de la Solideo à Mediapart (réponse
poste, ou celui de collègues, ou ne pas interférer expurgée des points 3, 4 et 5, relatifs à des marchés
avec l’organisation des Jeux. Plusieurs témoignages publics non abordés dans cette enquête) :
recueillis sont adossés à des documents que nous
La Solideo, soucieuse de faire preuve de transparence,
avons pu consulter.
a fait le choix de re#pondre a# ces questions en
Nous avons sollicité la Solideo le 6 avril, afin de lui respectant, d’une part, le droit des salarie#s mis en
soumettre l’ensemble des informations recueillies au cause a# faire valoir leurs explications dans le respect
cours de notre enquête. Conformément à sa demande, des garanties du droit du travail et, d’autre part, au
nous lui avons adressé, le 12 avril, une liste de 24 regard des re#gles garantissant le secret des documents
questions précises. Nos questions portaient à la fois internes.
sur le comportement de salariés (avec des questions
Certaines questions e#tant pose#es en des termes
dédiées) et sur la réaction de l’établissement public
ge#ne#raux, la Solideo ne souhaite pas apporter
face aux dysfonctionnements internes.
davantage de pre#cisions.
La Solideo nous a répondu par écrit le 16 avril (réponse
La Solideo entend qu’il soit acquis qu’elle ne laissera
à retrouver en intégralité sous l’onglet Prolonger).
pas ternir ni de#stabiliser son action et que, par
L’établissement public ne nous a pas indiqué si voie de conse#quence, elle re#serve ses droits dans
les salariés concernés contestaient nos informations. l’hypothe#se ou# son honneur et sa conside#ration
Nous avons donc contacté individuellement plusieurs se trouveraient mis en cause par la publication
d’entre eux pour recueillir leur version des faits. annonce#e.

7/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
8

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

8/8