Vous êtes sur la page 1sur 2

Problème 1: Essai oedométrique sur un sable

On soumet un échantillon de sable à un essai oedométrique qui donne les résultats suivants :

Masse sur le plateau (en kg) 0 24,52 73,56 171,70 367,90


Tassement (mm) 0 0,04 0,12 0,25 0,41

L’oedométre a une section de 38,5 cm2, l’échantillon a une une hauteur initiale de 24 mm.
1/ On demande de construire le diagramme oedométrique et de calculer les modules
oedométrique (en daN/cm2) correspandant aux différents intervalles de contraintes.
2/ On demande également de calculer la pente du diagramme oedométrique (en daN/cm2)
pour les deux derniers intervalles de charge et de la comparer au module oedométrique.

Problème 2: Essai oedométrique sur une argile


On soumet un échantillon d’argile à un essai oedométrique qui donne les résultats suivants :

Contraintes (daN/cm2) Tassement (mm)


0 0
0,1 0,02
0,2 0,03
0,4 0,05
0,8 0,10
1,6 0,19
3,2 0,43
6,4 1,09
12,8 1,78
1,6 1,58
0,4 1,43
0,1 1,22

Au début de l’expérience, la hauteur de l’échantillon est de 25 mm et son indice des vides de


1,01. On demande de construire le diagramme oedométrique (e-lgσ) et de calculer l’indice de
compression Cc ainsi que le module oedométrique correspondant à l’intervalle de contrainte,
6,4 daN/cm2 - 12,8 daN/cm2 (au chargement). On comparera ce module avec le module
instantané pour la contrainte de 6,4 daN/cm2. On déterminera la pression de consolidation
d’une manière classique dans le diagramme e-lgσ.

1
Problème 3: calculs approchés de l’indice de compression Cc et du tassement d’une
argile normalement consolidée

Au droite d’une construction projetée, des sondages ont révélé que le sol était constitué d’une
couche de sable fin de 10,60 m d’épaisseur surmontant une couche d’argile molle de 7,60 m.
la nappe aquifére est à 4,60 m sous la surface.
La densité déjaugée est de 1.04. La densité de sable mouillé situé au-dessus de la nappe est de
1,76.

On est assuré que l’argile est normalement consolidée. La teneur en eau naturelle est de
w=40%, la limite de liquidité est wL=45%, la densité des particules solide est de 2,78.
La construction projetée augmentera la contrainte actuellement exercée sur l’argile de 1,2
daN/cm2. On demande le tassement moyen de la couche d’argile (on évaluera l’indice de
compression par la formule de Skempton, et l’on calculera la pression initiale au milieu de la
couche d’argile).