Vous êtes sur la page 1sur 131

UNIVERSITÉ D’ORAN

FACULTÉ DES SCIENCES


DÉPARTEMENT DE CHIMIE
LABORATOIRE DE SYNTHESEORGANIQUE APPLIQUEE

MEMOIRE

Présenté par

Abderrahim BENKADDOURI

Pour l’obtention du diplôme de Magister en Chimie


Spécialité : Chimie Organique

Etude des huiles essentielles de l’Opuntia ficus-indica


Région de Mascara

Soutenu le 08 Décembre 2011 devant la commission d’examen

Mr M MAZARI Professeur Université d’Oran Es-Senia Président

Mme A DJAAFRI Professeur Université d’Oran Es-Senia Examinatrice

Mr M. BOUCHEKARA Professeur Université de Mascara Examinateur

Mr B. MEDDAH Professeur Université de Mascara Rapporteur


Résumé

Longtemps marginalisée, la culture du figuier de Barbarie est à la mode dans plusieurs


Pays.
Dans ce cadre, et dans le but de contribuer à la valorisation de cette culture, nous nous
sommes intéressés à l’étude de quelques propriétés physico-chimiques des graines, des fleurs et
de leurs huiles essentielles.
On a étudié le rendement, la composition chimique, les propriétés antibactériennes et
antifongiques des huiles essentielles extraites à partir des deux parties de la plante. La teneur
moyenne en huile essentielle des leurs et des grains de l’Opuntia ficus-indica sont
respectivement 0,54 %, 0,27% par rapport à la matière sèche des deux parties. Vingt neuf
composés ont été identifiés par CG/MS ; Nitrous acid, cyclohexyl ester (23,97%) et Octane, 4-
ethyl- (17.84%) constituent les principaux composés de l’huile essentielle des fleurs mais il
existe des constituants intéressant a faible pourcentage tel que O-Cymene (1.29 %), γTerpinen
(1.06 %), α Terpinol (1.25%) et Pulegone (0.52 %).
Par contre, soixante dix composés ont été identifiés à partir des grains par CG/MS dont les
composants majoritaires sont : Thymol (5.02%), Phenol,2,4-bis(1,1-dimethylethyl)- ( 6.62 % ),
Octane, 4-ethyl- (10.44%) et 1-Dodecene(10.01%).
Une activité antibactérienne vis-à-vis de dix microorganismes utilisés de deux huiles
essentielles a été enregistrée.
Un screening phytochimique a été également réalisé sur les fleurs et les graines.

Mots-clés: Opuntia ficus-indica, figuier de barbarie, biomolécules actives, huile essentielle, CG/MS,
propriétés physico-chimiques, phytochimie, activité antimicrobienne.
Remerciements
Je remercie tout d’abord le bon DIEU qui m’a donné
Le courage et la volonté d’achever ce travail.
J’exprime mes profonds remerciments et ma reconnaissance à
Mme A. Derdour, Directrice du L.S.O.A et Professeur à l’Université
d’Oran Es-sénia pour la confiance, ses précieux conseils et sa
disponibilité
Mes sincères remerciements à Monsieur M.M. Mazari professeur
à l’Université d’Oran Es-sénia pour ses précieux conseils, et d’avoir
accepté d’assurer la présidence du jury de mon mémoire de magistère.
Je tiens à exprimer ma très grande considération et ma vive
reconnaissance à Mr B.Meddah, professeur à la Faculté des Sciences de
la Nature et de la Vie, Université de Mascara, pour sa patience et sa
disponibilité.
Je remercie Mme A.Djafri, professeur à l’Université d’Es-Senia
pour ses précieux conseils et sa disponibilité et d’avoir accepté de faire
partie du jury de mémoire.

Je remercie Mr M. Bouchekara, professeur à la faculté des sciences,


université de Mascara, pour sa disponibilité et d’avoir accepté de faire
partie du jury de mémoire.

Mes sentiments de reconnaissance et mes remerciements vont également


à mes amis et collègue sans oublier Mr R Ait Elhoucine et R Desdousse
de l’Université de Jijel et à l’encontre de toute personne qui a participé
de prés ou de loin directement ou indirectement à la réalisation de ce
travail.
Dédicace

Je dédie ce modeste travail à La mémoire de mes parents


et mon Fils Norelhabibe Que le bon dieu leur
Accorde sa miséricorde

A ma femme et mes enfants


Mohamed, Mahdi et Ikram

A mes beaux parents pour


Leur soutien

A tous mes collègues et


Mes ami(e)s.
Table de matière
Remerciement
Dédicace
Sommaires
Liste des figures
Liste des tableaux
Introduction……………………………………………………………………………………………………. 01

Partie I : Partie Bibliographiques


I. La phytothérapie
I.1. Rappels botaniques………………………………………………………………………………………. 02
I.1.1. Définition de la botanique……………………………………………………………………………. 02
I.1.2. Classification des plantes…………………………………………………………………………….. 02
I.1.3. Structure générale de la plante………………………………………………………………………. 03
I.1.3.1. Organes végétatifs………………………………………………………………………………….. 03
I.1.3.1.1. Racine………………………………………………………………………………………………. 03
I.1.3.1.2. Tige …………………………………………………………………………………………………. 03
I.1.3.1.3. Feuille………………………………………………………………………………………………. 04
I.1.3.2. Organe s reproducteurs……………………………………………………………………………. 04
I.1.3.2.1. Fleur………………………………………………………………………………………………... 04
I.1.3.2.2. Fruit………………………………………………………………………………………………… 05
I.1.3.2.3. Graine………………………………………………………………………………………………. 05
I.2. Phytothérapie…………………………………………………………………………………………….. 05
I.2.1. Définition de la phytothérapie……………………………………………………………………….. 05
I.2.3. Avantages de la phytothérapie……………………………………………………………………….. 06
I.3. Pouvoir des plantes……………………………………………………………………………………… 06
I.4. Récolte et conservation des plantes médicinales…………………………………………………….. 06
I.4.1. Récolte des plantes médicinales……………………………………………………………………... 06
I.4.2. Respect de l’environnement et de la loi…………………………………………………………….. 07
I.4.3. Matériel…………………………………………………………………………………………………. 07
I.4.4. Que récolter?............................................................................................................................ 07
I.4.5. Récolte des différentes parties d’une plante ………………………………………………………. 07
I.4.5.1. Fleurs…………………………………………………………………………………………………. 07
I.4.5.2. Fruits …………………………………………………………………………………………………. 08
I.4.5.3. Graines ………………………………………………………………………………………………. 08
I.4.5.4. Feuilles ………………………………………………………………………………………………. 08
I.4.5.5. Bourgeons ……………………………………………………………………………………………. 08
I.4.5.6. Tiges ………………………………………………………………………………………………...... 08
I.4.5.7. Ecorces ………………………………………………………………………………………………. 09
I.4.5.8. Racines ………………………………………………………………………………………………. 09
I.4.5.9. Plante entière ……………………………………………………………………………………..... 09
I.4.5.10. Quand récolter? …………………………………………………………………………………… 09
I.4.6. Conservation des plantes médicinales ……………………………………………………………... 09
I.4.6.1. Séchage ………………………………………………………………………………………………. 09
I.4.6.2. Conservation ………………………………………………………………………………………… 10
II. Généralités sur le figuier de barbarie 11
II.1. Historique et systematique…………………………………………………………………………….. 11
II.1.1. Origine…………………………………………………………………………………………………. 11
II.1.2. Développement de l’Opuntia en Afrique :……………………………………………………….... 11
II.1.3. Appellations du figuier de Barbarie………………………………………………………………... 11
II.1.4. Le figuier de Barbarie dans le monde végétale…………………………………………………… 11
II.1.5. Classification …………………………………………………………………………………………. 12
II.2. Importance agro économique du figuier de barbarie…………………………………………….... 12
II.2.1. Utilisation des fruits………………………………………………………………………………..... 12
II.2.2. Utilisation des raquettes……………………………………………………………………………... 13
II.2.3. Utilisation des fleurs………………………………………………………………………………..... 14
II.3. Propriétés médicinales…………………………………………………………………………..…….. 15
II.3.1. Hémostatique……………………………………………………………………………………..…… 15
II.3.2. Diététique……………………………………………………………………………………………… 15
II.3.3. Antidiabétique…………………………………………………………………………………….…… 15
II.3.4. Obésité……………………………………………………………………………………………….… 16
II.3.5. Cellulite………………………………………………………………………………………………… 16
II.3.6. Hyperglycémie (excès de sucre dans le sang) ………………………………………………….… 16
II.3.7. Hyperlipidémie (taux élevé de cholestérol) …………………………………………………….… 16
II.3.8. Artériosclérose (durcissement des artères). ……………………………………………………… 17
II.3.9. Digestion, fonction hépatique………………………………………………………………….…… 17
II.3.10. Ulcères gastriques et désordres gastro-intestinaux…………………………………………..… 17
II.3.11. Nettoyage du colon…………………………………………………………………………..……… 17
II.3.12.Anxiolytique…………………………………………………………………………………………… 18
II.3.13.Femmes enceintes……………………………………………………………………….…………… 18
III. les substances actives 19
III.1. Les huiles essentielles……………………………………………………………….………………… 19
III.1.1. Définition ……………………………………………………………………………………..……… 19
III.1.2. Méthodes d’extraction ……………………………………………………………………………… 19
III.1.2.1. Enfleurage et Macération………………………………………………………………………… 19
III.1.2.2. Expression …………………………………………………………………………………….…… 19
III.1.2.3. Hydrodistillation ………………………………………………………………………………..… 19
III.1.2.3.1. L’entraînement à la vapeur sèche ……………………………………………………….…… 19
III.1.2.3.2. L’extraction aux solvants volatils………………………………………………………..…… 20
III.1.3. Composition chimique des huiles essentielles…………………………………………………… 20
III.1.4. Localisation………………………………………………………………………………………...… 22
III.1.5. Rôle des huiles essentielles ………………………………………………………………………… 22
III.1.6. Les principaux domaines d’application……………………………………………..…………… 22
III.1.6.1. Alimentation………………………………………………………………………………..……… 23
III.1.6.2. pharmacie…………………………………………………………………………………..……… 23
III.1.6.3. Parfumerie et cosmétique …………………………………………………………..…………… 23
III.1.6.4. Aromathérapie ……………………………………………………………………………….…… 23
III.1.7. La toxicité ……………………………………………………………………………………….…… 24
III.2. Les composés phénoliques…………………………………………………………….……………… 24
III.2.1. Généralités……………………………………………………………………………… …………… 24
III.2.2. Les Acides phénoliques……………………………………………………………………………… 26
III.2.3. Les flavonoïdes ……………………………………………………………………………….……… 26
III.2.3.1. Définition…………………………………………………………………………………………… 26
III.2.3.2. Intérêt biologique des flavonoïdes…………………………………………………….………… 27
III.2.4. Les Tanins…………………………………………………………………………………………..… 28
III.2.5. Les stilbènes…………………………………………………………………………………..……… 28
III.2.6. Lignanes………………………………………………………………………………………….…… 28
III.2.7. Saponines……………………………………………………………………………………...……… 29
IV. Evaluation de l’Activité antimicrobienne 30
IV.1. Les micro-organismes pathogènes…………………………………………………………………… 30
IV.1.1 Escherichia. Coli ……………………………………………………………………………..……… 30
IV.1.1.1. Taxonomie……………………………………………………………………………………..…… 30
IV.1.1.2. Maladies provoquées par Ecoli……………………………………………….………………… 30
IV.1.2. Staphylococcus aureus…………………………………………………………………….………… 31
IV.1.2.1. Classification ……………………………………………………………………………………… 31
V.1.2.3. Pouvoir pathogène naturel………………………………………………………………………… 31
IV.1.3. Salmonella…………………………………………………………………………………………..… 32
IV.1.3.1. Taxonomie……………………………………………………………………………..…………… 32
IV.1.3.1. Pouvoir pathogène naturel…………………………………………………..…………………… 32
IV.1.4 Enterococcus faecalis………………………………………………………………………………… 33
IV.1.4.1. Classification……………………………………………………………………………….……… 33
IV.1.4.2. Pathogénique…………………………………………………………………………….………… 33
IV.1.5 Enterobacter cloacae………………………………………………………………………………… 33
IV.1.5.1 classification………………………………………………………………………………………… 34
IV.1.6. KLesiella pneumonia………………………………………………………………………………… 34
IV.1.6.1 Classification………………………………………………………………………………..……… 34
IV.1.6.3 Physioâthologie…………………………………………………………………………..………… 35
IV.1.7. Bacillus subtilis…………………………………………………………………………….………… 35
IV.1.7.1. CLassification……………………………………………………………………………………… 36
V.1.7.2. Pathogenèse……………………………………………………………………………….………… 36
IV.1.7.2. Pseudomonas aeruginosa………………………………………………………………………… 36
IV.1.8.1.Classification……………………………………………………………………………..………… 37
IV.1.8.2. Pathogenèse………………………………………………………………………………………… 37
IV.1.9 Candida albicans…………………………………………………………………………...………… 37
IV.1.9.1. Classification……………………………………………………………………………….……… 38
IV.1.9.2. Pathogènése ……………………………………………………………………………………..… 38
IV.2.Les agents anti bacteriens……………………………………………………………………………… 38

Partie II : Partie expérimentale


V. Matériels et méthodes
V.1. Matériels…………………………………………………………………………………………….…… 39
V.1.1. Matériels végétale………………………………………………………………………………….… 39
V.1.2. Équipements…………………………………………………………………………………………… 39
V.1.2.1. Chromatographie phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CPG/SM)………. 39
V.1.2.3. Spectrophotomètre UV visible …………………………………………………………….……… 40
V.1.2.4. lecteur microplaque ………………………………………………………………………..……… 40
V.1.3.Matériel biologique …………………………………………………………………………………… 41
V.2. Les méthodes……………………………………………………………………………………..……… 41
V.2.1. L’extraction des huiles essentielles ………………………………………………………………… 41
V.2.2. Analyses physico-chimiques…………………………………………………………….…………… 43
V.2.3 Etude chromatographique par CCM …………………………………………………..…………… 45
V.2.4 Dosage des polyphénols totaux par le réactif de Folin-Ciocalteu ……………………………… 45
V.2.5. Détermination de teneur en sucres totaux ………………………………………………………… 46
V.2.6. Etudes phytochimiques…………………………………………………………………..…………… 46
V.2.6.1. Tanins………………………………………………………………………………………………… 46
V.2.6.2. Flavonoïdes………………………………………………………………………………….……… 47
V.2.6.3. Saponosides ……………………………………………………………………………...………… 47
V.2.6.4. Stérols et triterpenes ………………………………………………………………….…………… 48
V.2.7. Etude et évaluation de l’activité antimicrobienne…………………………………..…………… 48
VI. Résultats et discutions 50
VI.1. Détermination des rendements (Matériels végétale) ………………………………..………….… 50
VI.2. Détermination des rendements (huiles essentielles) …………………………………………….… 50
VI.3. Analyse physico-chimique ……………………………………………………………………………. 51
VI.4. Etude chromatographique par CCM ………………………………………………….………….… 53
VI.5. Etude photochimique…………………………………………………………………………...……… 54
VI.6. Dosage des polyphénols totaux ……………………………………………………………………… 54
VI.7 Taux de sucre …………………………………………………………………………………………… 55
II.8. Analyse chromatographique par CG/MS des huiles essentielles………………………………… 55
VI.8.1.Composition chimique des huiles essentielles des fleures ……………………………………… 55
VI.8.2. Composition chimique des huiles essentielles des graines …………………………….…….… 58
VI.9 Etude et évaluation de l’activité antimicrobienne ……………………………………………….… 61
VI.9.1. activité des huiles essentielles des fleures …………………………………………………..…… 61
VI.9.2. activité des huiles essentielles des graines………………………………………..……………… 66
VI.9.3 Calcule de la CMI et CMB pour les souches étudiées …………………………………..……… 71
VI.10. Conclusion ……………………………………………………………………………………….…… 72
Conclusion générales………………………………………………………………………………………… 73
Références bibliographiques………………………………………………………………………………… 74
annexes………………………………………………………………………………………………….……… 80
Liste des figures
Figure I.1 : Organisation du monde végétal………………………………………………….. 3
Fig. III.1: Structure de quelques substances rencontrées dans les huiles essentielles……….. 21
Fig III.2 Les différentes classes des composés phénoliques…………………………………. 25
Figure III.3 Esters hydroxycinamiques………………………………………………………. 26
Figure III.4: Motif flavan (a) et flavon(b) et numérotation systématique……………………. 26
Figure III.5 Structures chimiques de quelques stilbènes…………………………………….. 28
Figure III.6 Structures chimiques des lignanes et des entérolignanes……………………….. 29
Figure III.7 Campestérol…………………………………………………………………….. 29
Figure V.1 Schéma principe photomètre a flamme………………………………………….. 40
FigureVI.1 Présentation du rendement des différant partis du fruit…………………………. 50
FigureVI.2 Présentation des rendements des huiles essentielles…………………………….. 50
FigureVI.3 Evaluation de l’extrait sec totale………………………………………………… 51
FigureVI.4 Evaluation du taux de l’humidité………………………………………………... 51
FigureVI.5 Evaluation du taux des cendres de différentes parties de la plante……………… 52
FigureVI.6 Evaluation des taux de minéraux dans les différentes parties de la plante……… 52
FigureVI.7 Evaluation du taux de polyphénols totaux………………………………………. 54
FigureVI.8 Evaluation du taux de sucres de différentes parties de la plante………………… 55
FigureVI.9 Le chromatogramme huiles essentielles des fleurs……………………………… 55
FigureVI.10 Structure de quelque compose trouvés dans HE des fleurs……………………. 56
FigureVI.11 Structure des composants majoritaires des HE des fleurs……………………… 57
FigureVI.12 Le chromatogramme huiles essentielles des grains…………………………….. 58
FigureVI.13 Structure des composants majoritaires des HE grains…………………………. 60
FigureVI.14 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche E faccalis S…….. 61
FigureVI.15 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche E coli ATCC 25922. 61
FigureVI.16 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche B S ATCC 6633….. 62
FigureVI.17 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche P A ATCC 10145… 62
FigureVI.18 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche P hemdelberg S… 63
FigureVI.19 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche E C ATCC 13047… 63
FigureVI.20 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche S A ATCC 6538….. 64
FigureVI.21 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche P A ATCC 27853… 64
FigureVI.22 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche Klebsiella P S….. 65
FigureVI.23 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche Candida albicans. 65
FigureVI.24 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche E faccalis S 66
FigureVI.25 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche E coli ATCC 25922. 66
FigureVI.26 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche B S ATCC 6633….. 67
FigureVI.27 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche P A ATCC 10145… 67
Suite Liste des figures
FigureVI.28 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche P hemdelberg S… 68
FigureVI.29 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche E C ATCC 13047… 68
FigureVI.30 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche S A ATCC 6538….. 69
FigureVI.31 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche P A ATCC 27853… 69
FigureVI.32 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche Klebsiella P S….. 70
FigureVI.33 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche Candida albicans. 70

Liste des tableaux


Tableau II. 1 : Composition de la figue de barbarie Opuntia ficus‐indica…………………… 13
Tableau II. 2: Comparaison de la composition des cladodes avec d’autres aliments………... 14
Tableau III.1: Prévention de certaines maladies par les flavonoïdes………………………… 27
Tableau V.1 : les souches bactériennes classée Gram+ et Gram-……………………………. 41
Tableau VI.1 : Les propriétés physiques des huiles essentielles…………………………….. 53
Tableau VI.2 : Facteur de rétention et couleur des HE fleurs………………………………... 53
Tableau VI.3 : Facteur de rétention et couleur des HE grains……………………………….. 53
Tableau VI.4 : Caractérisation des composés phénoliques des plantes etudiées…………….. 54
Tableau VI.5 : Composition huiles essentielles des fleurs…………………………………... 56
Tableau VI.6 : Composition huiles essentielles des grains…………………………………... 58
Tableau VI.7 : Calcule CMI et CMB………………………………………………………… 65

Liste des photos


Photo II.1 Opuntia ficus-indica………………………………………………………………. 12
Photos II.2 fruits……………………………………………………………………………… 12
Photos II.3 Raquettes………………………………………………………………………… 13
Photos II.4 Les fleurs……………………………………………………………………….. 14
Photo V.1 grains……………………………………………………………………………… 39
Photo V.2 fleurs……………………………………………………………………………… 39
Photo V.3 GCMS-QP2010…………………………………………………………………… 40
Photo V.4 Spectrophotomètre UV visible SHIMADZU UVmini 1240……………………... 40
Photo V.5 Lecteur microplaque TECAN SPECTRA………………………………………... 41
Photo V.6 : Microplaque 96 puits……………………………………………………………. 49
Introduction
Introduction

Introduction

A l’origine, la nature constituée essentiellement de végétaux, servaient d’alimentation aux


animaux et aux hommes peuplant la terre. Mais à coter de cette fonction nutritionnelle, l’homme
découvrit bien d’autres fonctions que pouvaient lui procurer ces plantes ; médicinales, l’entretien
de l’environnement, économique et industrielle.
Plusieurs pays, y compris l’Algérie sont soumis, depuis plus d’un quart de siècle, à une sévère
sécheresse aux conséquences néfastes sur l’agriculture et l’activité économique de ces pays.
Cette sécheresse a permis de porté attention à cette plante miracle ayant des intérêts
alimentaires, fourragers, écologiques, médicinaux et industriels.
Elle est parmi les espèces culturales résistantes au stress hydrique et tolérantes aux sols
pauvres, l’Opuntia ficus-indica a permis la mise en valeur des terres marginales et des zones
arides et semi‐arides qui n’étaient pas cultivées. Son adaptation à divers climats et sols, a permit
à la plante de répondre efficacement lorsqu’elle est utilisée dans la lutte contre l’érosion.
L’un des objectifs du concept de développement intégré et durable fixé par les nations unies
(programme des nations unies pour le développement PNUD) en collaboration avec la FAO vise
l’augmentation des potentialités agricoles des zones arides, Cela pour affronter les aléas
climatiques.
Notre travail consiste à mettre l’accent sur les différentes parties de cette plante en particulier
les fleurs et les grains tout en valorisant leurs intérêts phytothérapetiques.
La phytothérapie connaît à ce jour un essor important du fait de la découverte de plus en plus
croissante d’extraits de plantes efficaces dans le traitement de différentes maladies.
L’utilisation d’extraits de plantes est une pratique courante en médecine traditionnelle
africaine.
Aujourd’hui, l’organisation mondiale de la santé (O.M.S) estime que 80 % des populations
africaines se soignent avec des remèdes naturels, et 25% du médicament produit et
commercialisée dans le monde provient des plantes médicinales.
Dans le cadre du développement de nouveaux agents antidiabétiques d’origine végétale, des
enquêtes ethnobotaniques ont révélées l’utilisation d’une centaine de plantes médicinales pour le
traitement du diabète. Parmi ces espèces, Opuntia ficus-indica (famille des Cactaceae).
Dans notre étude, nouas avons récolté les fleurs durant les mois de Mai a Juin de l’année 2009
et les grains à partir des fruits murs durant les mois Juillet et Aout de la région de Sidi Daho dans
la Wilaya de Mascara.
En premier lieu, nous avons effectués des analyses physico-chimiques sur le fruit puis nous
avons procédés à l’extraction des huiles essentielles des fleurs et des graines par différentes
méthodes, et les analyser a l’aide d’un CGMS pour connaitre la composition de ces huiles et
ensuite tester leur activité biologique notamment microbienne et fongique sur des différentes
souches.

1
I. La phytothérapie
Partie Bibliographique La phytothérapie

I. La phytothérapie

I.1. Rappels botaniques :


C’est une description synthétique et surtout anatomique, des parties essentielles d’une plante.

I.1.1. Définition de la botanique :


La botanique est une science qui étudie les végétaux, du grec «Botanie»: qui signifie plante ou
végétal, leur morphologie et leur fonctionnement [1].

I.1.2. Classification des plantes :


La classification des plantes ou systématique végétale constitue une branche de la botanique.
Le nombre des plantes étant très important et pour faciliter leur étude, les plantes sont classées,
en tenant compte :
 De la présence ou non de fleurs.
 De la constitution de leurs organes reproducteurs et végétatifs.

L’ensemble des végétaux à fleurs forme le sous-règne des «Phanérogames» (du grec
phaneros= visible, gamos=mariage).
Les phanérogames se divisent en 2 embranchements:
 les angiospermes (angio=vase, sperme=semence) dont les graines sont enfermées
dans un fruit.
 les gymnospermes (gymno=nu) dont les graines ne sont pas enfermées dans un
fruit.
Les angiospermes sont classent a leur tour en monocotylédones et en dicotylédones voir
(Figure II.1).

2
Partie Bibliographique La phytothérapie

Règne végétal

Plantes vasculaire Plantes non vasculaire

Cryptogames Phanérogames Thallophytes Bryophytes

Gymnospermes Angiospermes

Monocotylédones Dicotylédones

Figure I.1 : Organisation du monde végétal [2]

I.1.3. Structure générale de la plante :


La plante contient 2 parties:
 Une partie aérienne qui comprend feuilles, tiges, fleurs et fruits.
 Une partie souterraine qui comprend les racines.

Pour la division biologique, il y a :


 Organes reproducteurs fleurs, fruits (et graines).
 Organe végétatifs feuilles, tiges et racines [1].

I.1.3.1. Organes végétatifs


I.1.3.1.1. Racine
La racine est la partie basale de l’axe de la plante. Dans une racine souterraine
normalement, on distingue 4 zones qui sont la coiffe, la zone de croissance, la zone pilifère et la
zone subéreuse [12].

I.1.3.1.2. Tige :
La tige relie les 2 organes fondamentaux « feuilles et racines »; elle assure le transport
des constituants entre les racines et les feuilles et inversement. De plus, elle assure des fonctions
mécaniques (en servant de support au feuillage dont l’orientation se fait par rapport à la lumière
optimale) [3].
La tige est constituée de 2 parties: la tige prin cipale et les ramifications la grappe
(ramification indéfinie) et lecyme (ramification définie) [4].

3
Partie Bibliographique La phytothérapie

Il existe diverses formes de tiges.


 Tiges aériennes: tige s dressées, tiges rampantes, tiges grimpantes, tiges
succulentes.
 Tiges souterraines : rhizomes, tubercules, conne, bulbes.

I.1.3.1.3. Feuille :
La feuille est le système rythmique de la plante, l’organe où les dilatations-rétractions
sont les plus apparentes dans les formes. La feuille est parfois appelée «le poumon de la plante ».
En présence de lumière, l’air se dissout dans la feuille et l’assimilation du gaz carbonique permet
le dégagement d’oxygène.
La feuille est généralement de couleur verte, du fait de la présence de chlorophylle,
celle-ci permet à la feuille de remplir sa fonction vitale de «synthèse chlorophyllienne ».

La feuille prés ente différentes portions:


 le limbe: surface verte parcourue par les nervures.
 le pétiole: qui est relié au limbe et la tige.
 la gaine ou base élargie de pétiole.

Pour distinguer les feuilles, on peut prendre en considération les critères suivants:
 La déviation du limbe
 le contour général du limbe.
 le bord du limbe.
 la dis position des nervures ou nervation.

La forme des feuilles est en rapport :


 avec le milieu o ù elles vivent.
 avec la fonction qu’elles remplissent [4].

I.1.3.2. Organe s reproducteurs :


I.1.3.2.1. Fleur
La fleur est issue pour partie de la tige et pour partie de la feuille; elle est, à la fois,
l’organe de reproduction et une sorte d’enveloppe qui protège l’accomplissement de la sexualité.

La fleur se compose, en allant de l’extérieur vers l’intérieur:


 d’organes accessoires : pédoncules, bractées.
 d’organes protecteurs: sépales, pétales.
 d’organes reproducteurs: étamines, ovaires.

4
Partie Bibliographique La phytothérapie

Les fleurs sont parfois utilisées comme produits alimentaires: les câpres dans du
vinaigre, comme plantes médicinales en principe contre les rhumes: le coquelicot, la mauve, la
violette et comme plante à parfum : la rose, le jasmin et la violette [5].

I.1.3.2.2. Fruit
Après la fécondation, l’ovaire se développe en un fruit qui contiendra une ou plusieurs
graines. Les autres parties du gynécée et de la fleur disparaissent généralement.
La croissance de l’ovaire est due à une substance de croissance «I’auxine» responsable
du gonflement de l’ovaire.
Parmi les types fondamentaux des fruits, on distingue:
Les fruits simples, les fruits multiples et les fruits composés [6].

I.1.3.2.3. Graine
La graine est un organe végétal provenant de la transformation de l’ovule fécondé.
L’albumen est le tissu nourricier de l’embryon ; on distingue les graines albuminées et les
graines disalbuminées ; les graines sont utilisées dans l’alimentation.

I.2. Phytothérapie :
I.2.1. Définition de la phytothérapie
La définition de la phytothérapie est très simple «traitement par les plantes » (du grec
«Phytos», qui signifie plantes, et « terapera » traitement. Parler des plantes médicinales et de
leurs vertus est d’une importance capitale pour l’être humain. Pour la survie sanitaire de sa
lignée, l’homme doit cultiver, protéger et mieux connaître son environnement premier qui est la
nature. « Les plantes nous offrent gratuitement plus de composés nouveaux que tous les
chimistes du monde ne pourraient jamais en synthétiser pendant mille ans d’efforts Non
seulement les composés fabriqués par les plantes sont infiniment plus variés que ceux dont nous
disposons à l’heure actuelle; mais ils sont toujours mieux tolérés par l’organisme, parce qu’ils
sont le produit naturel de la chimie de la vie… » [7].
Malgré la clarté de sa définition, la phytothérapie est souvent confondue avec l’homéopathie
ou du moins sans faire ressortir les différences. La phytothérapie existe depuis que le monde est
monde et tire ses ressources exclusivement des plantes en utilisant des posologies courantes et
classiques.
L’homéopathie, par contre, est une discipline d’apparition récente, introduite par
Hahnemann, il y a deux siècles environ; qui consiste à traiter les maladies par l’administration
de produits issus du règne animal, végétal ou minéral, qui produisent sur l’homme sain des
symptômes semblables à ceux que l’on veut combattre chez l’homme malade et cela à doses
infinitésimales [8].

5
Partie Bibliographique La phytothérapie

I.2.3. Avantages de la phytothérapie


Toutefois, malgré les énormes progrès réalisés par la médecine moderne, la phytothérapie
offre de multiples avantages. De tout temps, à l’exception de ces cent dernières années, les
hommes n’ont eu que les plantes pour se soigner, qu’il s’agisse de maladies bénignes, rhume ou
toux, on plus sérieuses, telles que la tuberculose ou la malaria.
Aujourd’hui, les traitements à base de plantes reviennent au premier plan, car l’efficacité des
médicaments contre les bactéries a diminué et les virus se sont peu à peu adaptés aux
médicaments et leur résistent de plus en plus; c’est pourquoi on utilise à nouveau l’absinthe
chinoise (Artemisia annua) et surtout son principe actif pour soigner la malaria lorsque les
protozoaires responsables de la maladie résistent aux médicaments La phytothérapie qui propose
des remèdes naturels et bien acceptés par l’organisme, est souvent associée aux traitements
classiques [9].
Elle connaît de nos jours un renouveau exceptionnel en Occident; spécialement dans le
traitement des maladies chroniques, comme l’asthme ou l’arthrite. De plus, les effets secondaires
induits par les médicaments inquiètent les utilisateurs, qui se tournent vers les soins les moins
agressifs pour l’organisme. Et on estime que 10 à 20% des hospitalisations sont dues aux effets
secondaires des médicaments chimiques [10].

I.3. Pouvoir des plantes


Les plantes médicinales présentent pratiquement le seul arsenal thérapeutique à disposition
des guérisseurs traditionnels qui soignent dans certains pays du tiers monde (plus de 80% de la
population). Dans les pays industrialisés de l’Europe, la consommation des plantes médicinales a
doublé durant les deux dernières décennies [11].
L’action de la phytothérapie sur l’organisme dépend de la composition des plantes.
Depuis le XVIII° siècle, au cours duquel des savants ont commencé à ex traire et à isoler les
substances chimiques qu’elles contiennent, on considère les plantes en fonction de leurs
principes actifs [10].

I.4. Récolte et conservation des plantes médicinales


I.4.1. Récolte des plantes médicinales
La nature est une source très riche en plantes médicinales dont la récolte est à la fois utile et
agréable. La récolte des plantes médicinales ne pose pas de gros problèmes. L’essentiel est de
bien les connaître et de savoir les distinguer [7].

 Identification des plantes :


Reconnaître les plantes sans se tromper est évidemment essentiel. Pour distinguer les
espèces qui se ressemblent, il faut se procurer un guide des fleurs sauvages e t afin d’éviter toute
intoxication, ne jamais cueillir une plante dont on n’est pas sûr [10].

6
Partie Bibliographique La phytothérapie

Pour les Anciens, de nombreuses plantes pouvaient être distinguées grâce à ce qu’ils
appelaient la «signature » (signum : signe). Ils pensaient que la forme ou la couleur du végétal
suffisait pour indiquer clairement son emploi et ses propriétés.
Ainsi, les plantes à suc jaune, telles que la chélidoine, par exemple, guérissaient les maladies
du foie, les plantes à suc rouge, telles que le millepertuis, guérissaient les maladies du sang, etc.
Très souvent l’empirisme inspiré tombait juste, mais souvent, aussi, seule une solide confiance
apportait les résultats exemptés.
Quoi qu’il en soit, les indications fournies par la forme, la saveur, l’odeur et la couleur sont
les seules caractéristiques qu’il est possible de retenir pour choisir les végétaux, à l’exclusion
d’une analogie ou de légendes plus ou moins persistantes [7].

I.4.2. Respect de l’environnement et de la loi


Si des espèces comme la grande ortie (Urtica dioïca) peuvent être récoltées dans la nature, un
grand nombre d’autres plus rares, sont en voie de disparition.
De nombreux pays ont interdit la cueillette des plantes sauvages, certaines espèces bénéficiant
d’une protection spéciale. Certes, il est possible, dans certains pays, de cueillir les plantes
médicinales, mais il est préférable de s’abstenir pour ne pas diminuer les chances de survie de
l’espèce [7].

I.4.3. Matériel
Utiliser, si possible, un plateau en bois ou un panier ouvert pour y déposer les plantes, ce qui
évite de les abîmer. Dans la nature, un sac à dos en toile (évitez le nylon) sera plus pratique. Pour
la coupe, utiliser un couteau bien affûté ou des ciseaux pour ne pas abîmer la plante. Il est
conseillé d’enfiler les gants de jardinage pour protéger les mains contre les plantes piquantes ou
allergènes.

I.4.4. Que récolter?


Récolter uniquement des plant es saines. II faut éliminer toute plante abîmée qui risque de
rendre toxique la préparation médicinale. Pour éviter toute confusion ultérieure, ne pas mélanger
les éléments coupés provenant de plantes différentes [10].

I.4.5. Récolte des différentes parties d’une plante


I.4.5.1. Fleurs
Les fleurs doivent se cueillir avant d’être fanées et fécondées, ce qui se traduit par le
flétrissement des pétales. On les récoltera par temps sec et après que la rosée soit évaporée .Il y a
plusieurs exceptions à ces règles, c’est ainsi que l’on cueille à l’état de boutons la camomille, le
tussilage, la rose de Province, la violette, l’arnica, qui se montrent plus actives dans cet état
qu’en plein épanouissement.

7
Partie Bibliographique La phytothérapie

I.4.5.2. Fruits
Les fruits seront récoltés suivant qu’ils soient charnus ou secs. Les fruits charnus sont
cueillis peu avant leur maturité complète car ils ne doivent pas être trop mûrs.
Les fruits secs, tels que follicules de séné, capsules de pavot, piments... etc. doivent être
récoltés dès qu’ils ont acquis leur plein développement, juste avant leur dessiccation naturelle.

I.4.5.3. Graines
Les semences ou graines, se récoltent dès leur maturité et suivant la nature de la plante; s’il
s’agit de g raines telles que celles des melons, courges, coings…etc. Il y a lieu de les recueillir
avant la décomposition de la pulpe, sous peine de fermentations pouvant les altérer.
En revanche, pour les semences comme celles du datura, ricin, moutarde, anis..., on pourra
effectuer la récolte au maximum de dessiccation, mais avant que celles-ci ne se soient échappées,
bien sûr. Les graines trop petites pour être récoltées isolément, comme celles de la plupart des
graminées, des crucifères, des ombellifères ou des légumineuses, le seront en bouquets sur leurs
tiges, dont on les détache par battage au dessus d’un linge ou papier.

I.4.5.4. Feuilles
Les feuilles se cueillent, en principe, au moment où la plante se couvre de boutons, c’est-à-
dire juste avant l’éclosion des premières fleurs. Avant cela, elles sont trop aqueuses et après,
elles ont cédé une bonne partie de leurs principes actifs au profit des fleurs. Cette règle présente
elle aussi quelques exceptions et c’est le cas pour la centaurée, la mercuriale par exemple dont
les feuilles sont plus actives à l’époque de la floraison. Lorsque les feuilles et les fleurs
contiennent les mêmes principes actifs, comme c’est le cas pour les labiacées, il est souhaitable
d’attendre la floraison.

I.4.5.5. Bourgeons
Les bourgeons doivent être cueillis au début du printemps lorsqu’ils commencent à se
développer (sapin, bouleau et peuplier). On veillera à les faire très bien sécher pour éviter qu’ils
ne moisissent.

I.4.5.6. Tiges
Les tiges se récoltent généralement à l’automne au moment de la chute des feuilles,
période où la plante est stabilisée et cesse d’élaborer les sucs actifs. En revanche, la tige
d’angélique se récolte en juin- juillet.

8
Partie Bibliographique La phytothérapie

I.4.5.7. Ecorces
L’écorce se prélève soit en automne, soit au printemps. Pour cela, il suffit de pratiquer
deux incisions longitudinales, pour détacher sans peine l’écorce en lanières. Les écorces seront
prises sur des arbres et des branches qui ne seront ni trop jeunes ni trop vieux.

I.4.5.8. Racines
Les racines, rhizomes et bulbes doivent être déterrés en fin d’automne ou au printemps
naissant. Ces é poques sont choisies parce que, au printemps, la végétation élabore de nouveaux
sucs et en automne parce que ceux-ci redescendent dans les racines, après la fin du cycle, avant
l’apparition du froid qui interrompt l’élaboration des diverses substances. Il semblerait cependant
que l’automne soit la meilleur e période pour procéder à la récolte, celle où les plantes sont les
moins aqueuses, se sèchent et se conservent mieux. Cela, bien entendu, pour toutes les plantes
bisannuelles et au-delà. Si le végétal est annuel, on procédera à la récolte avant qu’il ne se fane et
meure.
Les racines devront être correctement mondées et pour cela on les lave en prenant soin de
ne pas blesser l’épiderme. Les radicelles, les parties radicelles et les parties abîmées seront
enlevées. Ensuite, pour faciliter la dessiccation, on les coupe en rondelles ou on les fend et enfin
on les enfile sur des ficelles [7].

I.4.5.9. Plante entière


La plante entière est souvent récoltée car les principes actifs se trouvent dans toutes les
parties du végétal. Suivant les cas, on récoltera avant la floraison ou en pleine époque des fleurs.
On évitera d’arracher les racines en coupant la tige à quelques centimètres du pied.

I.4.5.10. Quand récolter?


Récolter les plantes par temps sec, plutôt par une matinée bien ensoleillée, lorsque la rosée
s’est évaporée. Les plantes cueillies dans de bonnes conditions climatiques et au moment de leur
pleine maturité ont une teneur très élevée en composants actifs.

I.4.6. Conservation des plantes médicinales


Il existe diverses méthodes de conservation, les plus courantes et les plus simples étant le
séchage à l’air ou au four. Un endroit chaud et sec est l’idéal. Poser toujours les plantes sur du
papier journal. Une fois séchées, les plantes se conserve nt plusieurs mois dans un sac ou un pot
en verre teinté on dans un sac en papier kraft [10].

I.4.6.1. Séchage
Le séchage est une place extrêmement importante dont la qualité du produit est conservée.
Cette opération, qui permet d’éliminer l’humidité des végétaux, doit être effectuée

9
Partie Bibliographique La phytothérapie

immédiatement après la cueillette. Les plantes cueillies doivent être étalées dans une pièce bien
aérée, sur des toiles de jute ou de coton, les différentes espèces étant bien séparées. Sauf
indication contraire, elles ne seront pas exposées directement aux rayons du soleil. En effet, elles
risqueraient alors de perdre de nombreuses propriétés, à cause de la volatilisation de nombreuses
substances [12].
Bien entendu, si les plantes sont salies par la terre ou autre, il sera nécessaire de les nettoyer,
de les laver et de les sécher soigneusement. Cela est particulièrement vrai pour les racines, il est
conseillé de couper ces dernières en petits morceaux pour en accélérer le séchage, mais aussi pou
r vous éviter la peine de les découper, une fois qu’elles auront séché et qu’elles auront donc durci
à cause de la déperdition d’eau.
Si la plante a été cueillie tout entière, on peut aussi l’étendre sur un fil tendu, comme on le fait
avec le linge. Tout au long de cette opération, qui peut durer jusqu’à une semaine, voire deux et
il faut retourner périodiquement les plantes [10].

I.4.6.2. Conservation
Une fois que les plantes seront séchées, passez immédiatement â la phase de conservation,
a fin d’éviter que la poussière ne s’accumule inutilement. A cette fin, procurez-vous des sachets
de papier, des boites en fer blanc, des sacs en plastique (sauf pour les espèces contenant des
huiles éthérées) et des bocaux en verre.
Vérifier toujours, au bout de quelques temps, que la condensation ne s’est pas formée sur
les parois des récipients car cela constitue un symptôme de mauvais séchage. Si vous voulez
sauver votre cueillette, vous devrez immédiatement faire.

10
II. Généralités sur le
figuier de barbarie
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

II. Généralités sur le figuier de barbarie

II.1. Historique et systematique


II.1.1. Origine :
C’est une plante originaire des régions arides et semi‐arides du Mexique et le sud des Etats
unis, qui a été introduite en Europe et en Afrique du Nord vers le 16ème siècle par les
expéditeurs [13].

II.1.2. Développement de l’Opuntia en Afrique :


Au 19ème siècle, le comte Andrien de Gasparin, un personnage considérable, s’intéressa lui
aussi au figuier de Barbarie. Par ses analyses originales de l’économie rurale et par son
enthousiasme employé à la diffusion des techniques nouvelles, il contribua beaucoup à
l’application des sciences exactes à l’agriculture.
Considérant le figuier de barbarie comme la providence des pays pauvres au sol aride, il
voulut développer sa culture en Afrique du Nord et y créer des nopaleraies, notamment en
Algérie [14].

II.1.3. Appellations du figuier de Barbarie


Le Nopal c’est le nom mexicain de la plante, vient du nom Nochtili en nahuatl, langue
classique des Aztèques. Opuntia, son appellation savante, vient du latin Opuntius, d’Oponte [13].

II.1.4. Le figuier de Barbarie dans le monde végétale :


Le règne végétal, de par sa richesse et sa diversité, peut être classé en deux grandes
catégories : les plantes vasculaires et les plantes non vasculaire voir (Figure I.1).
L’opuntia ficus-indica elle fait parti de la famille des Cactaceae, ordre Caryophyllales, sous
classe Caryophyllidae, classe Magnoliopsida. Dans la famille Cactaceae apparait le genre
opuntia, subdivisé à son tour en quatre sous-genres : platyopuntia, Cylindropuntia, Tephrocactus
et Brasiliopuntia. Le sous-genre platyopuntia comprend de 150 à 300 espèces décrites, dont la
série des ficus-indicae qui comprend l’opuntia ficus-indica Mill. [14]
L’opuntia ficus-indica est parmi les cactées, celle qui a la plus grande importance
agronomique, tant pour les fruits comestibles que pour les raquettes qui peuvent être utilisées
comme fourrage ou comme légumes. [15]

11
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

II.1.5. Classification :
Règne : Plante
Embranchement : Magnoliphyta
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Cayophyllide
Famille : Cactaceae
Genre : Opuntia
Espèce : ficus-indica
Photo II.1 Opuntia ficus-indica
II.2. Importance agro économique du figuier de barbarie
L’adaptation du figuier de barbarie aux conditions désertiques et semi‐désertiques lui permet
de constituer une culture à intérêts écologiques et socio‐économiques indéniables. Il constitue un
bouclier contre la désertification et l’érosion des sols. Cette plante est utilisé comme aliment Ils
sont en général consommés frais, très rafraîchissants et nutritifs. Ils sont utilisés dans fabrication
des confitures et les boissons. Le cactus est considéré comme une réserve fourragère sur pied; il
peut constituer un appoint alimentaire pour les périodes de transition en été et en automne et lors
des années de sècheresse [16].

II.2.1. Utilisation des fruits


Les fruits du figuier de barbarie sont plus au moins gros (30 à 150 g), bacciformes ou
piriformes (4‐9 cm), verdâtres et deviennent jaune à rouge à maturité, à pulpe molle juteuse,
sucrée, contenant dans un mucilage de nombreuses petites graines.

Photos II.2 fruits


Ils sont, en général, consommés frais, très rafraîchissants et nutritifs. Ils se caractérisent par
rapport aux autres fruits par un pH relativement élevé (pH ≈ 5.6). La totalité des sucres présents
dans le fruit sont constitués de glucose et de fructose dans un rapport de 18:1.
Ce rapport est considéré comme une spécificité de la figue de barbarie si on le compare à
celui des autres fruits (rapport de 1:1 dans les oranges par exemple). La teneur totale en acides
aminés libres (257 mg/100g) est largement supérieure à la teneur moyenne des autres fruits à
l’exception des raisins de table et des agrumes qui contiennent une teneur identique. [17, 18]
12
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

Tableau II. 1 : Composition de la figue de barbarie Opuntia ficus‐indica [19].

Constituants Fruit (%) Pulpe et graine (%) Pulpe sans graine (%)
Eau 80.0 84.5 83.6
Protéines 1.0 1.3 0.8
Lipides totaux 0.7 1.3 0.3
Glucides disponibles 14.8 8.0 10.8
Fibres brutes 2.3 4.4 3.6

Récemment, dans certains pays (Italie, Mexique, Chili...), le fruit est conditionné
industriellement et stabilisé par différentes méthodes (froid, séchage, chaleur) ou transformé en
jus, miel (miel de tuna), boissons alcoolisés, confiture, colorant alimentaire. [20, 21, 22]

II.2.2. Utilisation des raquettes


 Production fourragère
Le cactus est considéré comme une réserve fourragère sur pied; il peut constituer un
appoint alimentaire pour les périodes de transition en été et en automne et lors des années de
sècheresse [23].

Photos II.3 Raquettes

En effet, sa production en matière sèche varie de 12 à 16 tonnes/ha en fonction des


régions. En terrain irrigué, cette production peut atteindre 30 tonnes/ha ce qui fait du cactus
l’espèce la plus productive des zones arides: 1,37kg/m2/an pour le cactus et 0,71kg/m2/an en
moyenne pour d’autres espèces. [24]
Une fertilisation azotée et phosphorique améliore sa valeur nutritive et sa
productivité en biomasse. [25]
Cependant ce fourrage est pauvre en protéines et en lipides. Il présente un rapport
calcium/phosphore élevé et il est riche en glucides, en eau et en vitamines. Il a ainsi une valeur
fourragère moyenne de 0.06 à 0.08 UF/kg de raquettes (UF (Unité Fourragère) = 1820Kcal). [23, 26]

13
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

Tableau II. 2: Comparaison de la composition des cladodes avec d’autres aliments [27]

Nature du fourrage Matière sèche Matière Hydrate de Matière


(%) Azotée (%) Carbone (%) Grasse (%)
Foin de luzerne 91.4 10.6 39.0 0.9
Atiplex 23.3 2.8 5.9 0.1
Maïs ensilé 26.3 1.1 15.0 0.7
Pulpes de betterave sucrière 9.4 0.2 6.4 0.1
Cladodes de l’Opuntia 10.4 0.6 5.8 0.1

 Production maraîchère :
Les jeunes pousses d’Opuntia, appelées “Nopalitos” sont consommées comme
légume au Mexique et dans le sud des Etats Unis. Elles sont riches en vitamine C et en Calcium
et leur valeur nutritive est proche de celle de la laitue et des épinards. [21, 28]
 Utilisations médicinales :
En Australie et en Afrique du Sud, l’effet hypoglycémique des “Nopalitos” est utilisé
dans le traitement des diabètes non dépendants de l’insuline. Le mucilage isolé des raquettes
permet de réduire le cholestérol total dans le sang. Les femelles des cochenilles Dactylopins
coccus costal ou Dactylopius opuntiae cockerell, qui prolifèrent sur des raquettes de l’Opuntia
ficus‐indica, sont utilisées pour la production d’un colorant de couleur rouge le carmin ou l’acide
carminique. Ce colorant (E‐120) est très utilisé par les industries alimentaires, cosmétiques et
médicinales. Récemment au Mexique et en Afrique du Sud, des producteurs ont adopté des
systèmes de production intensifs en micro‐tunnels pour la culture de ces cochenilles [29]

II.2.3. Utilisation des fleurs


Avec un calendrier apicole qui dure 7 mois (mars‐septembre), l’activité des abeilles a lieu sur
les fleurs de l’Opuntia ficus‐indica pendant 3 mois (avril‐ juin), ce qui permet de développer
l’apiculture en parallèle. Les rendements des ruches sont de 1 à 4 litres de miel. [40]

Photos II.4 Les fleures

Les fleurs sont aussi utilisées à des fins médicinales. En effet, les capsules des corolles des
fleurs séchées sont utilisées comme remède du dysfonctionnement de la prostate (hypertrophie

14
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

bénigne de la prostate), et aussi comme régulant diurétique. [30] En Sicile, le thé préparé avec les
fleurs de l’Opuntia ficus‐indica est utilisé comme traitement contre les douleurs rénales. [31]

II.3. Propriétés médicinales


L’Opuntia ficus-indica a fait partie depuis des siècles de la médecine empirique et populaire.
L’antique formulaire des plantes médicinales de la pharmacopée aztèque contenait déjà
l’essentiel de ce que nous savons aujourd’hui des propriétés de la plante.
En Afrique du Nord comme au Mexique, on utilisait les articles hâchés sous forme de
cataplasmes dans le pansement des foulures, des entorses et dans la réduction des fractures.
Les médecins coloniaux préconisaient l’Opuntia dans le traitement des abcès, des cors, des
durillons, des furoncles et de toutes les inflammations digestives et cutanées.[32]
Dans son Catalogue des produits de l’Algérie affirme que les raquettes chauffées et appliquées
en cataplasme sont efficaces comme calmant et résolutif contre la goutte. Pour les nomades du
Sahara, la raquette était au même titre que l’Aloès, la plante des premiers soins. [32]
La décoction des racines d’Opuntia et l’infusion de ses fleurs font partie des plantes utilisées
au Maghreb et au Moyen-Orient dans le traitement des diarrhées, des coliques, de la dysenterie.
La recherche moderne a non seulement confirmé les vertus du Nopal, que la médecine
traditionnelle seule reconnaissait jusqu’à nos jours, mais découvre chaque année de nouvelles
propriétés.

II.3.1. Hémostatique
Excellent hémostatique car le pectate calcomagnésien qu’on extrait des tiges accélère
nettement le temps de coagulation du sang et abrège les temps de saignement.
Son action serait même supérieure à celle des pectines ayant servi de termes de comparaison
dans les expériences, sans doute à cause de la teneur notable en Calcium et Magnésium. [33]

II.3.2. Diététique
Le Nopal semble agir efficacement à la fois sur les graisses et sur les sucres. La racine
d’Opuntia Ficus-indica est également considérée comme un excellent diurétique.
Frais, le Nopal contient près de 90 % à 93 % de son poids en eau. Déshydraté, 15% de son
poids est composé de fibres, en plus d’une quantité élevée de pectine et une grande variété de
minéraux et de vitamines, notamment B et C. [34]

II.3.3. Antidiabétique
Des études scientifiques démontrent qu’absorbé avant le repas, le Nopal est un antidiabétique
efficace dans des cas d’hyperlipidémie (ou de diabète sucré).

15
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

II.3.4. Obésité
En captant et dissolvant les sucres et les graisses transitant par l’estomac et l’intestin, le Nopal
contrarie voire empêche leur assimilation normale par l’organisme.
Cette faculté de résorber l’excès calorique d’une alimentation trop riche permet aux personnes
aux rondeurs excessives de rétablir et de régulariser leur poids sans se soumettre à un régime
trop strict ou consommer des diurétiques puissants et autres médicaments dangereux.
Pris à jeun, avant les repas, le Nopal, très riche en fibres, se révèle un coupe-faim naturel. Il
rassasie le boulimique qui mangera naturellement moins, ce qui l’aide à diminuer son poids sans
souffrir.
Les 17 acides aminés du nopal (sur les 22 du corps humain), dont huit sont essentiels,
contribuent par leurs éléments nutritifs très diversifiés à remettre sur pied les personnes
carencées, et à leur redonner l’énergie nécessaire pour mener une vie normale. [33]

II.3.5. Cellulite
Les protéines végétales dont le Nopal est abondamment pourvu aident le corps à éliminer
l’excès aqueux de certains tissus cellulaires, diminuant ainsi la rétention d’eau, dont la cellulite
représente l’une des conséquences les plus fâcheuses. [35]

II.3.6. Hyperglycémie (excès de sucre dans le sang)


Le Nopal, par sa forte teneur en fibres régularise et freine l’assimilation des molécules de
sucre tant au niveau de l’estomac que de l’intestin ce qui induit une diminution du taux de sucre
dans le sang.
Selon le Dr J.R. Robert, certaines enzymes faisant partie de sa structure chimique agiraient
comme une insuline naturelle.
On a constaté que le bêta-carotène (vitamine A), la vitamine C et les vitamines B1, B2, B3
contenues par la plante, combattent souvent avec succès les dangereux effets secondaires d’un
excès de sucre dans le sang tels que : la détérioration de la vision, des vaisseaux sanguins et des
tissus nerveux. [36]

II.3.7. Hyperlipidémie (taux élevé de cholestérol)


De par sa teneur élevée en fibres et en gommes, le Nopal est réputé pour son action bénéfique
d’interception des graisses dans l’estomac et dans l’intestin, abaissant ainsi les niveaux de
cholestérol et de lipides (graisses) dans le sang à leurs proportions normales. [37]
Le Nopal évite ainsi l’accumulation exagérée des graisses dans le sang des personnes sujettes
à risques en améliorant la microcirculation artérielle et veineuse. Il contribue à la prévention des
problèmes cardiaques en régulant la tension.
D’autres recherches sur la niacine (vitamine du groupe B3), présente dans le Nopal ont
démontré qu’elle a pour effet de transformer le mauvais cholestérol (LDL) en bon cholestérol
(HDL) [13].
16
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

II.3.8. Artériosclérose (durcissement des artères).


Les acides aminés et les fibres, en particulier le principe antioxydant des vitamines A (bêta-
carotène) et C que contient le Nopal ont pour effet de diminuer le risque de détérioration des
parois artérielles et la formation de plaquettes graisseuses.
Des chercheurs indépendants spécialisés en ethnomédecine ont remarqué que des populations
du tiers-monde habituées à consommer des figues de barbarie semblaient préservées de
l’artériosclérose et de l’artérite [38].

II.3.9. Digestion, fonction hépatique


Les fibres du Nopal, comme la plupart des fibres végétales de qualité, régularisent le transit
intestinal. Elles préviennent l’organisme de la constipation. Les vitamines A, B1, B2, B3 et C,
présentes naturellement dans le Nopal, ses sels minéraux (calcium, magnésium, sodium,
potassium, fer) et ses fibres (sous forme de lignine, de cellulose, d’hémicellulose, de pectine, de
mucilages et de gommes, contribuent avec les 17 acides aminés présents, à désintoxiquer
l’organisme en général et plus particulièrement le foie.
Selon des études cliniques, le Nopal éliminerait l’excès d’ammoniaque accumulé dans
certains organes. Il combattrait avec succès les radicaux libres. Il neutraliserait en partie les
toxines qui affaiblissent notre système immunitaire suite à une surconsommation d’alcool ou de
tabac. [13]

II.3.10. Ulcères gastriques et désordres gastro-intestinaux


L’association des fibres végétales du Nopal et de l’effet protecteur de son mucilage parvient à
brider la production excessive d’acidité et préserve la muqueuse gastro-intestinale. Cet effet
tampon tempère la naissance des colites, ces douloureuses inflammations du colon éprouvées par
les intestins fragiles. Le Nopal agit comme un amortisseur du pH de l’estomac et de l’intestin. Il
atténue l’agressivité des aliments crus, trop acides ou trop épicés, de l’aspirine et d’autres
substances chimiques.
Absorbé sous forme d’extrait ou de jus frais, sans adjonction d’eau ou de sucre, le Nopal est
le meilleur ami de l’estomac et de l’intestin. [39]

II.3.11. Nettoyage du colon


Nous l’avons déjà souligné : le Nopal contient des fibres alimentaires “solubles” facilitant le
transit intestinal, mais il contient également des fibres “non-solubles” c’est-à-dire
“inassimilables”, qui absorbent l’eau des déchets, accélèrant en douceur le transit tout en
régulant ses mouvements. [13]

17
Partie Bibliographique Généralités sur l’Opuntia ficus-indica

II.3.12.Anxiolytique
Par sa capacité, tout à fait remarquable de rééquilibrer le système nerveux, le Nopal est un
tranquillisant naturel, apportant calme et sérénité à un organisme stressé. Des chercheurs ont
suggéré que ce serait à la berbérine et à un autre alcaloïde encore indéterminé dont on a
découvert des traces dans la plante que l’on devrait cette action bienfaisante [13]

II.3.13.Femmes enceintes
Chez les Aztèques, les femmes enceintes consommaient le Nopal sous toutes ses formes car il
était considéré comme le meilleur des fortifiants et un excellent galactogène.
Durant le temps de leur grossesse et lorsqu’elles allaitent leur enfant, il est une tradition bien
établie chez les femmes de certaines tribus indiennes de boire du jus de figue ou, lorsque la
saison de fructification est passée, une décoction de fleurs séchées ou de racines d’opuntia ficus-
indica.
La valeur nutritive de la plante, sa richesse en vitamines, en enzymes et en oligo-éléments
indispensables à l’organisme est aujourd’hui largement reconnue.
D’importants groupes alimentaires élaborent du lait et des yaourts enrichis au Nopal destinés
aux jeunes mères tandis que des laboratoires réputés préparent des comprimés de Nopal à partir
d’extraits de plantes fraîches, que prescrivent avec succès de très grands thérapeutes. [34]

18
III. les substances
actives
Partie Bibliographique Les substances actives

III. les substances actives

III.1. Les huiles essentielles


III.1.1. Définition :
Les huiles essentielles sont des mélanges de composés aromatiques des plantes, qui sont
extraites par distillation par la vapeur ou des solvants. [41]
C’est la sécrétion naturelle de la plante. Elle est élaborée par ses organes sécréteurs qui
sont localisés dans les différentes parties des plantes. Le terme « huile » provient du fait.
[46]

Pour la 8eme édition de la pharmacopée française (1965), les huiles essentielles (essences
huiles volatiles) sont : « des produits de composition généralement assez complexe
renfermant les principes volatils contenu dans les végétaux et plus ou moins modifiés au
cours de la préparation. »[42]

III.1.2. Méthodes d’extraction :


III.1.2.1. Enfleurage et Macération :
Cette technique, la plus ancienne, très coûteuse et peu employée aujourd'hui. On
l’emploie pour des fleurs sensibles, ne supportant pas un chauffage trop élevé, comme par
exemple le jasmin, la violette et la rose. Les fleurs sont mises à macérer dans des graisses
ou des huiles et chauffées (bain-marie ou soleil) et étalées sur des châssis en bois pendant
plusieurs jours. Une fois gorgés de parfum, les corps gras sont filtrés au travers de tissus de
lin ou de coton. Les huiles sont ensuite lavées à l’alcool pur, filtrées et évaporées.

III.1.2.2. Expression :
C’est une technique simple où les écorces des agrumes sont pressées à froid pou
extraire leurs huiles essentielles.

III.1.2.3. Hydrodistillation :
La distillation est la méthode la plus employée pour extraire les huiles essentielles.
Les extraits végétaux sont chauffés jusqu’à ébullition; l’huile essentielle s'évapore
alors avec les vapeurs dégagées, puis est condensée (elle redevient liquide lorsqu’on la
refroidit) et séparée de l’eau.

III.1.2.3.1. L’entraînement à la vapeur sèche :


Pour éviter certains phénomènes d'hydrolyse sur des composants de l'huile
essentielle ou des réactions chimiques pouvant altérer les résultats, le procédé de
l'entraînement à la vapeur sèche a été mis au point. La masse végétale repose sur une grille
vers laquelle la vapeur sèche est pulsée. Les cellules se distendent et les particules d’huile
19
Partie Bibliographique Les substances actives

se libèrent. Ces dernières sont alors vaporisées et condensées dans un serpentin réfrigéré.
La récupération de l'huile essentielle est la même que dans le cas de l'hydrodistillation.
III.1.2.3.2. L’extraction aux solvants volatils :
Cette technique est elle aussi utilisée avec des fleurs ne supportant pas la chaleur,
la distillation ne convient que pour les végétaux dont le rendement en huile essentielle est
suffisamment important, les solvants très volatils par exemple l'éther, et L'hexane qui
s'évaporent rapidement sont employées. Le solvant lave la matière première qui subira
après décantation et concentration, une distillation partielle. Ce solvant volatil est alors
séparé de la "concrète" par filtrage, puis glaçage de –12°C á –15°C. La précieuse substance
ainsi obtenue est à nouveau filtrée et concentrée à faible pression.

III.1.3. Composition chimique des huiles essentielles :


Les huiles volatiles sont les mélanges très complexes, les constituants sont
principalement des monoterpènes et des sesquiterpènes de formule générale (C5H8) n. les
composés oxygénés dérivés de ces hydrocarbures incluent des alcools, des aldéhydes, des
esters, des éthers, des cétones, des phénols et des oxydes. On estime qu'il y a plus de 1000
monoterpènes et 3000 de structures sesquiterpènes. D'autres composés incluent des
phenylpropanes et des composés spécifiques contenant le soufre ou l'azote [43]. La figure
III.1 présente la structure de quelques composants retrouvés dans l’huile essentielle.

20
Partie Bibliographique Les substances actives

CH3 CH3
OH

OH O
OH
H3C CH3 H3C CH3
para-cymen-9-ol piperitenone
carvacrol thymol

- pinène

-terpinène limonène  -terpibène sabinéne thujoone (+)-3-carène

(-)-  -pinène

OH
-myrcene linalool
-elemene
-humulene
H

H
(-)- cuparene
E--famesene (+)- thujopsene
(-)-E --caryophylene
H

-sesquphellandrene. (-)-- bisabboiene

Fig. III.1: Structure de quelques substances rencontrées dans les huiles essentielles. [44]

21
Partie Bibliographique Les substances actives

III.1.4. Localisation:
Les huiles essentielles se trouveent dans des glandes minuscules situées dans des
différentes parties de la plante :

 Les sommités fleuries du basilic, de la lavande ou de la menthe.


 Les rhizomes du gingembre.
 Les racines de la réglisse
 Les graines de la muscade.
 fruits de l’anis, du fenouil ou de l’orange.
 du rosier.
 Les feuilles de l’eucalyptus, du laurier.
 Les écorces du cannelier.

Elles sont souvent plus concentrées dans les fleurs et les graines. Dans une même
plante, ces huiles peuvent exister à la fois dans différents organes. La composition
chimique pouvant varier d’un organe à un autre. [45]
Les trichomes glandulaires sont les sites primaires de la biosynthèse d'huile essentielle,
et les plantes qui manquent de telles structures spécialisées synthétisent et amassent
seulement des traces de monoterpènes. En conséquence, la dynamique du développement
de ces structures ainsi que le processus sécréteur d'huile et le mécanisme ont une incidence
directe avec la production de l'huile le potentiel du système producteur. [47]

III.1.5. Rôle des huiles essentielles :


Les spécialistes considèrent les huiles essentielles comme des sources de signaux
chimiques Permettant à la plante de contrôler ou réguler sont environnement (rôle
écologique) : attraction des insectes pollinisateurs, action répulsive sur les prédateurs,
inhibition de la germination des graines.
Rôle défensif protection du bois contre les insectes et les champignons, action répulsive
contre les animaux herbivores.
Beaucoup de végétaux contiennent des huiles essentielles ou des substances voisines
mais, en pratique, peu d’espèces sont utilisées.

III.1.6. Les principaux domaines d’application :


Par leurs diverses propriétés, les plantes aromatiques et leurs essences trouvent leur
emploi dans de multiples domaines :

22
Partie Bibliographique Les substances actives

III.1.6.1. Alimentation :
Les vertus antiseptiques, et en même temps les propriétés aromatisants des essences
s’utilisent quotidiennement dans les préparations culinaires, et donnent aux condiments et
aux aromates leurs saveurs.
Par ailleurs, le pouvoir antioxydant de certaines essences permet la conservation des
aliments en évitant les moisissures. [48]

III.1.6.2. pharmacie :
Beaucoup d’huile essentielles ont des propriétés médicinales qui ont été utilisées en
médicine traditionnelle depuis des temps très anciens et qui sont largement répandues ; par
exemple :
 L’huile essentielle de menthe poivrée : utilisée contre les maux de tête.
 L’huile essentielle d’arbre à thé : est un antiseptique à large spectre.
 L’huile essentielle de clou de girofle : est un analgésique puissant, comme
antiseptique, et pour un certain nombre d’usages médicinaux. [49]

Les huiles essentielles ont un grand intérêt en pharmacie. Elles s’utilusent sous forme
de préparations galénique et dans la préparation d’infusion. Aussi, elles s’emploient pour
leurs propriétés aromatisantes pour masquer l’odeur désagréable des médicaments destinés
à la voie orale. [49]
Plus de 40% des médicaments sont à base de composants actifs issus de plants. De
nombreuses huiles se trouvent dans la formule d’un très grand nombre de produits
pharmaceutiques : sirops, gouttes, gélules…

III.1.6.3. Parfumerie et cosmétique :


Les propriétés odoriférantes des huiles essentielles confèrent à ces derniers une
consommation importante en parfumerie et en cosmétique. Elles présentent environ 60%
des matières premières de l’industrie des parfums, du parfumage des savons et des
cosmétiques [50]

III.1.6.4. Aromathérapie :
La pratique de l’aromathérapie entant que science de la santé était pratiquement
tombée dans l’oubli jusqu’à ce qu’elle renaisse graduellement au cours du 16eme et 17eme
siècle. Actuellement en Europe, l’aromathérapie (la science de l’application des huiles
essentielles) est pratiquée et enseignée.
On notera la présence d’huile essentielle dans les préparations en baume, huile de
corps, de bain calmant, relaxant,…etc. Il faut signaler que les sportifs se traitent également
par les essences. [48]
23
Partie Bibliographique Les substances actives

III.1.7. La toxicité :
Les huiles essentielles sont des médicaments. Elles sont toxiques à fortes doses et
peuvent induire des troubles très graves (coma, cirrhose hépatique, épilepsie…). La
toxicité des huiles essentielles est assez mal connue. Il manque des données sur leurs
éventuelles propriétés mutagènes et cancérogènes.
Certains constituants des huiles essentielles administrés à fortes doses comme les
cétones provoquent des crises épileptiques et des effets secondaires tels que les nausées,
céphalées…etc. [51]

III.2. Les composés phénoliques


III.2.1. Généralités
Les composants phénoliques sont des métabolismes secondaires caractérisés par la
présence d’un cycle aromatique portant des groupements hydroxyles libres ou engagés
avec des glucides.
Ils sont présents dans toutes les parties des végétaux supérieures (racines, tiges, feuilles,
fleurs, pollens, fruits, grains et bois) ; et sont impliqués dans de nombreux processus
physiologiques comme la croissance cellulaire, la rhizogénèse, la germination des graines
et la maturation des fruits. [52]
Les composés phénoliques (acides phénoliques, flavonoïdes simples et
proanthocyanidins) forment le groupe des composés phytochimiques le plus
important des plantes. [53]
Les composants phénoliques sont des molécules biologiquement actives, [54] ils sont
largement utilisée en thérapeutique comme vasoconstricteurs, anti inflammatoires,
inhibiteurs enzymatiques, antioxydants et antiradicalaires, antimicrobiens. [55;56]
(Figure III.2)

24
Polyphénols

Phytostérols /
Acide phénolique Flavonoides Tanins Stilbènes Lignanes Saponines
Phytostanols

Polymères de flavonoides
OH Resvératrol Glycosides
HO OH OH
OH
Triterpénique
HO O CH2
OH CH2CO
OH HO O
COOH OH
HO
OH O
OH
Acide Gallique HO
OH
OH
OH
HOOC
HO
O O CH2OAc
HO OH OH O
Trans-resveratrol
CH3 O CH2OH

CH3 Matairésinol O O H
HO
CH2CH
Tanins condancés
Saponine de Soja Campestérol

Flavones Flavonols Isoflavones Dihydrofavonols Flavonones Anthocyanidines Flavanols

OH OH OH
OH OH OH OH OH
HO O
HO O HO O HO O
+
HO O HO O HO O
OH

OH OH OH OH
OH O
OH O OH O OH OH O OH O OH OH

Chrysine Quercétine Génistéine Dihydroquercétine Naringénine Cyanidine Catéchine

Fig III.2 Les différentes classes des composés phénoliques


Partie Bibliographique Les substances actives

III.2.2. Les Acides phénoliques :


Les acides phénoliques sont contenus dans un certains nombre de plantes agricoles et
médicinales. [57] Ils dérivent principalement de l’acide benzoïque ou de l’acide cinnamique,
composés d’un squelette à sept carbones. D’autres composés phénoliques sont également
présents, comme les dérivés d’esters hydroxycinnamiques possédant une structure du type
C6-C3. Les composés les plus fréquents sont l’acide p-coumarique, l’acide t-caféique l’acide
t-fertarique et l’acide t-sinapique. [58]

O
1 COOH Esters hydroxycinamiques R1 R2
R
O CH Acide t-caféique OH H
CHOH Acide p-coumarique H H
HO Acide t-fertarique OCH3 H
COOH
2
R Acide t-sinapique OCH3 OCH3

Figure III.3 Esters hydroxycinamiques

III.2.3. Les flavonoïdes


III.2.3.1. Définition
Le terme flavonoïde regroupe une très large gamme de composés naturels
polyphénoliques. On distingue différents types de noyaux (figure III.4) : flavones, flavonols,
flavanones, flavanonols, flavanes, flavan-3-ols, flavylium, chalcones, aurones, isoflavones,
isoflavonols, isoflavanes, ptérocarpanes, coumaronochromones, 3-arylcoumarines,
coumestanes, roténoïdes etc. Les flavonoïdes ont tous une origine biosynthétique commune et
par conséquent, possèdent tous un même squelette de base de quinze atomes de carbones
constitué de deux unités aromatiques, deux cycles en C6 (A et B) reliés par une chaîne en C3.
3'
2' 4'

8
9 O 2 5'
7 1 1'
O 6'

6 4 3
10
5
O

Figure III.4: Motif flavan (a) et flavon(b) et numérotation systématique

Les flavonoïdes font partie d’une classe de composés naturels largement répandue chez les
végétaux. Ils sont très présents dans les feuilles, les graines, l’écorce et les fleurs de plante,
abondants dans les légumes feuilles et présents dans les aliments d’origine végétale (légumes,
céréales, légumineuse, fruits, etc.) et les boissons (vin, thé, cidre bière, cacao, etc.). Cette
présence est en grande partie influencée par des facteurs génériques et des conditions
environnementales. [59]

26
Partie Bibliographique Les substances actives

III.2.3.2. Intérêt biologique des flavonoïdes


La teneur en flavonol et en flavone des aliments végétaux est fortement influencée par
des facteurs tels que la variation du type de croissance, la saison, le climat et le degré de
maturité. [59] La teneur en composés phénoliques des plantes est également influencée par des
facteurs tels que la germination, le degré de maturité, la variété, le traitement et le stockage.
La plupart des flavonoïdes diététiques dans les aliments sont des 3-O-glucosides ou des
polymères, mais peuvent également exister sous formes aglycones. Il est estimé que la prise
moyenne des flavonoïdes par l’homme est comprise entre 25 mg/jour et 1 g/jour. [60]
Les flavonoïdes présentent de nombreuses activités : antioxydantes, anti-inflammatoires,
inhibitrices d’enzymes, et prévention des maladies cardiovasculaires. Pharmacologiquement,
les aglycones sont particulièrement efficaces. Certains ont des activités hépatoprotectrices,
diurétiques, vasodilatatrices, antibactériennes, chimoprotectrices, anti-inflammatoires,
antidiabétiques, inhibitrices de l’aldolase réductase et antiallergiques. [61; 62; 63]
Une synthèse de quelques études concernant l’action des flavonoïdes pour la prévention de
maladies est présentée dans le tableau III.1.

Tableau III.1: Prévention de certaines maladies par les flavonoïdes


Flavonoïdes Activités Références
Différents types de flavonoïdes (flavones, Activité antifongique, antivirale, [64]
isoflavones, flavonols…) antibactérienne.
Rutine Inhibition de l’hypercholestérolémie [65]
chez des souris sous régime
hypercholestérolémiant.
Différentes sous classes de flavonoïdes et Diminution du niveau de LDL, [67]
aliments riches en flavonoïdes (chocolat, diminution de la pression sanguine
thé noir, thé vert, soja, cacao)
Différentes classes de flavonoïdes et Diminution de l’oxydation des LDL [68]
aliments riches en flavonoïdes du plasma et du sérum.
Inhibition de l’oxydation des lipides
et des protéines
Apport élevé en flavonoïdes Diminution du risque de mort par [69]
maladie coronarienne chez les
femmes ménopausées
Catéchine Prévention de la mort par [70]
cardiopathie ischémique
Quercétine, rutine limitation de la peroxidation des [71]
lipides dans les fractions
lysosomales. Activité antioxydante
grâce à sa localisation dans les
membranes.
catéchine, épicatéchine , Inhibition de radical DPPH, [72]
épigallocatéchine, épicatéchine gallate, inhibition de l’oxydation du LDL
gallate d’épigallocatéchine, myricétine,
quercétine, apigénine, kaempférol, et
lutéoline
Différentes classes de flavonoïdes Activité antitumorale [73]

27
Partie Bibliographique Les substances actives

III.2.4. Les Tanins


Les tanins sont des polyphénols que l'on trouve dans de nombreux végétaux tels que les
écorces d'arbre et les fruits (raisin, datte, café, cacao...). Leur structure complexe est formée
d'unités répétitives monomériques qui varient par leurs centres asymétriques, leur degré
d'oxydation. [74]
Les tanins sont divisés en deux groupes :
· Les tanins condensés, formés de proanthocyanidines (sous forme d'oligomères)
· Les tanins hydrolysables, esters des acides phénols et de glucose.

III.2.5. Les stilbènes


Les stilbènes sont des composés phénoliques contenant au minimum deux noyaux
aromatiques reliés par une double liaison, formant un système conjugué. Cette particularité
leur confère une grande réactivité due à la résonance des électrons sur la totalité de la
molécule. [75;76]

R1
Stilbènes R1 R2
OH Pterostilbène OCH3 OCH3
Resvératrol OH OH
Picéide OGlc OH
R2

Figure III.5 Structures chimiques de quelques stilbènes.

III.2.6. Lignanes
Les lignanes sont caractérisés par une structure C6-C3-C3-C6. Le matairésinol et le
sécoïsolaricirésinol sont les lignanes les plus étudiés. Ces deux molécules ne possèdent pas
d’activité œstrogénique, mais peuvent être converties par la flore intestinale en entérodiol et
entérolactone (figure III.6), appelés entérolignanes, qui eux possèdent une activité
œstrogénique. [77]

28
Partie Bibliographique Les substances actives

O O
H3C H3C OH
O
OH
HO HO
OH

Matairésinol Sécoïsolaricirésinol
O O

OH OH CH3 OH

Enzymes Intestinales
Bactériennes

O
HO HO
OH
O
OH

Entérolactone Entérolactone
OH CH3

Figure III.6 Structures chimiques des lignanes et des entérolignanes [78]

III.2.7. Saponines :
Principaux constituants de nombreuses plantes médicinales, les saponines doivent leur
nom au fait que, comme le savon, elles produisent de la mousse quand on les plonge
dans l’eau. Les saponines existent sous deux formes, les stéroïdes et les triterpénoїdes. La
structure chimique des stéroïdes est similaire à celle de nombreuses hormones humaines
(œstrogène, cortisone), et de nombreuses plantes qui en contiennent ont un effet sur l’activité
hormonale. [10, 75]
L’igname sauvage (Dioscorea villosa) contient des saponines stéroïdes à partir
desquels on synthétisa la pilule contraceptive. Les saponines triterpénoїdes, contenues dans la
réglisse (Glycyrrhiza glabra) et la primevère (Primula veris), ont une activité hormonale
moindre. Elles sont souvent expectorantes et facilitent l’absorption des aliments. [10, 75]

22
21 28
20 24
12
18 17 23 25
11
13 27
1 16
19 9
2 8 26
14
10 15
3
5 7
HO
4 6

Figure III.7 Campestérol [76]

29
IV. Evaluation de l’Activité
antimicrobienne
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

IV. Evaluation de l’Activité antimicrobienne

Les maladies infectieuses ont de tout temps accompagné l’homme, mais celui-ci ne le sait que
depuis à peine plus d’une centaine d’années, nous l’avons dit. Les manifestations cliniques des
maladies infectieuses ne furent, sauf cas particulier, que tardivement individualisées et leurs
causes restèrent ignorées jusqu’au milieu du 19eme siècle, époque de la naissance de la
Microbiologie. [79]

IV.1. Les micro-organismes pathogènes :


Bien que des millions de micro-organismes de différentes espèces, vivent dans la nature avec
les êtres humains, qu’elles soient bénéfiques à l’hôte ou même essentielles dans certains cas; Le
système immunitaire présents dans le corps humain, le protègent contre des microbes capables
de provoquer des lésions. [80]
Cependant, des bactéries pathogènes sont capables de provoquer des maladies (en changeant
la structure ou le fonctionnement normal de l’hôte) en infectant leur hôte, ce changement qui
peut être lié aux effets des métabolites microbiens. [80]
Les bactéries capables d’infecter des hôtes normaux en bonne santé sont considérées comme
de vrais pathogènes ; les pathogènes opportunistes ne provoquent des maladies que chez les
hôtes initialement malades. [80]

IV.1.1 Escherichia. Coli


Escherichia coli, également appelé colibacille ou E. coli, est une bactérie intestinale des
mammifères très commune chez l'être humain. Découverte en 1885 par Théodore Escherich,
dans des selles de nourrissons, c'est un coliforme fécal généralement commensal. Cependant,
certaines souches d’E. coli peuvent être pathogènes entraînant alors des gastro-entérites, des
infections urinaires, des méningites, ou des septicémies. [81]

IV.1.1.1. Taxonomie :
Régne : Bactéria
Enbrechement : Proteobacteria
Classe : Gamma Proteobacteria
Ordre : Enterobacteriales
Famille : Enterobacteriaceae
Genre : Escherichia
Espèce : Escherichia coli [82]

IV.1.1.2. Maladies provoquées par Ecoli


 Infections urinaires : la majorité des infections urinaires de la femme jeune observées
en pratique de ville est due à E. coli.

30
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

 Miningites néo-natales : les souches en cause possèdent le plus souvent un antigène


polysaccharidique.
 Supurations diverses : les E. coli de la flore fécale peuvent être en cause dans des
péritonites, des colicystites, des salpingites, septecimies. [83]
 Infections intestinales : Les diarrhées infectieuses à E. coli peuvent revêtir des formes
différentes en fonction des facteurs de virulence, dans le cas des souches d’E. coli
entérohémoragiques elle causent une diarrhée hémorragique qui peut être compliquée
du syndrome hémolytique – urinique – non invasif ; ils produisent de puissantes
cytotoxines actives. [83]

IV.1.2. Staphylococcus aureus


S. aureus se présente sous l’aspect de cocci Gram positif de diamètre 0.8 à 1μ en diplocoques
ou en amas « grappe de raisin », inconstamment capsulés mais perdent progressivement leur
capsule en culture.
S. aureus se développe rapidement sur les milieux usuels, s’accommode à de grandes
variations de pH (4.8 – 9.4) et de température de croissance (10 – 45 C°). La plupart des souches
élaborent un pigment donnant une couleur dorée à la colonie. Il est capable de croître en milieu
hyper salé « clapman » et de survivre longtemps dans le milieu extérieur.
Les genres de Staphylococcus aureus sont aéro-anaerobie, doté de catalase, oxydase,
cytochrome, gélatinase, fermentant de nombreux sucres sans dégagement de gaz, produisant des
entérotoxine (hémolysines, enzymes). [84]

IV.1.2.1. Classification :
Règne : Bactéria
Division : Firmicutes
Classe : Bacilli
Ordre : Bacillales
Famille : Staphylococcaceae
Genre : Staphylococcus
Espèce : S. aureus

V.1.2.3. Pouvoir pathogène naturel


S. aureus est l’espèce la plus fréquemment rencontrée chez l’homme au cours des
processus pathogènes. Les staphylococcies sont essentiellement caractérisées par des lésions
suppuratives et nécrotiques, elles s’accompagnent de lésions veineuses caractérisées par une
thrombose septique. [83]
 Infections cutanées, sous cutanées, et muqueuses : Furoncle, anthrax, panaris, abcès,
peuvent évoluer de façon isolée ou entraînent des septicémies. [87]
 Infections de la sphère ORL : Sinusité, otite, angine, mastoidite.

31
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

 Les septicemies : Souvent secondaires des formes précédentes, elles sont fréquentes
(30 à 35% des septicemies sont redoutables surtout chez les sujets ayant une résistance
diminuée et chez les nourrissons. [87]
 Le syndrome de choc toxique staphylococcique : Il associe fièvre, hypotension, rash
maculaire érythémateux suivi d’une desquamation scarlatiniforme et souvent de
diarrhée. [88]
 Les intoxications alimentaires stapylococciques : Sont causées par l’ingestion
d’entérotoxines préalablement fabriquées dans l’aliment souillé par ces bactéries. [88]

IV.1.3. Salmonella
Eberth en 1880 découvre l'agent responsable de la fièvre typhoïde dont la culture de la
bactérie a été possible en 1884 par Gaffky.
Depuis les premières observations rapportées par Eberth jusqu'à nos jours, le genre
Salmonella n'a pas cessé de présenter une importance considérable dans les domaines
vétérinaires et sur le plan médical, tant par les pertes économiques dues à la maladie animale,
que par la forte incidence chez l'homme ; des fièvres typhoïdes et des toxi-infections alimentaires
à salmonelles. [89]

IV.1.3.1 Classification :
Règne : Bacteria
Division : Proteobacteria
Classe : Gammaproteobacteria
Ordre : Enterobacteriale
Famille : Enterobacteriaceae
Genre : Salmonella

IV.1.3.1. Pouvoir pathogène naturel [90]


 Les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes : Les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes sont
provoquées par des Salmonella, dites majeures en raison de la gravité de la pathologie
qu'elles provoquent. Elles sont ingérées par voie oral avec une boisson ou aliment
contaminé.
 Gastro-entérites à Salmonella : Les Salmonella sont ingérées avec une boisson ou un
aliment contaminé (cas sporadiques) ou après contamination fécale-orale, souvent par
les mains sales (épidémies de collectivités d'enfants). Il peut s'ensuivre des infections
purement digestives, les gastro-entérites. Celles-ci se traduisent par de la diarrhée, des
vomissements et de la fièvre.

32
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

IV.1.4 Enterococcus faecalis


E. faecalis est un microorganisme non-mobiles et anaérobies facultatives; il fermente le
glucose sans production de gaz et ne produisent pas une réaction de la catalase avec du peroxyde
d'hydrogène. Il peut produire une réaction pseudocatalase si elles sont cultivées sur gélose au
sang. La réaction est généralement faible. E. faecalis affiche hémolyse gamma (γ-hémolyse). Il
produit une réduction du lait de tournesol, mais ne se liquéfie pas la gélatine. Croissance du
milieu nutritif est compatible avec l'être anaérobies facultatives
E. faecalis est une bactérie commensale à Gram positif, habitant le tube digestif des humains
et d'autres mammifères. Comme d'autres espèces du genre Enterococcus, E. faecalis peut causer
des infections mortelles chez l'homme et le singe, particulièrement dans un environnement
hospitalier : le haut niveau de résistance naturelle aux antibiotiques de la bactérie contribue à sa
pathogénicité.

IV.1.4.1. Classification
Règne : Bacteria
Division : Firmicutes
Classe : Bacilli
Ordre : Lactobacillales
Famille : Enterococcaceae
Genre : Enterococcus
Espèce : Enterococcus faecalis

IV.1.4.2.Pathogénique
Enterococcus faecalis peut causer des endocardites, ainsi que des infections de la vessie,
de la prostate ou de l'épididyme. Les infections du système nerveux ont plus rares.
E. faecalis est résistant à de nombreux agents antibiotiques communément utilisés
(aminoglycosides, aztréonam, céphalosporines, clindamycine, les pénicillines semi-synthétiques
nafcilline et oxacilline, ainsi que le co-trimoxazole). L'exposition aux céphalosporines est un
facteur de risque particulièrement important pour la colonisation et l'infection aux entérocoques.

IV.1.5 Enterobacter cloacae


Enterobacter cloacae est une bactérie à Gram négative, bactérie en forme de tige qui a des
flagelles péritriches, est doté de catalase et pas de production d’oxydase, et anaérobie facultative.
La bactérie synthétise la bêta-galactosidase, la dihydrolase arginine, l'ornithine
décarboxylase, dégrade de citrate, réduit des nitrates, et Voges-Proskauer réaction.
La production de lysine décarboxylase, le sulfure d'hydrogène, uréase, désaminase
tryptophane et l'indole est négative. L'acide est produit à partir de nombreuses sources de
carbone. Réactions à bon nombre de ces tests biochimiques mais est obtenu en utilisant la galerie

33
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

API 20E bandes (Analytab Products). En outre, E. cloacae de produit pas de désaminase
phénylalanine et de la dégradation pectate. [91]
Enterobacter cloacae pousse bien sur des supports standards bactériologiques sur les quels des
pigments jaune et violet ne sont pas produits. Les colonies sont tan crémeuses sur l'extrait de
levure-dextrose agar-calcium carbonate, et roses foncés à la Bourgogne, avec des marges
translucides sur gélose au chlorure de tétrazolium. Miller-Schroth moyen est utile pour les
projections initiales, en raison de la réaction positive (colonies orange) d’E. cloacae sur ce
milieu. [92]

IV.1.5.1. Classification
Régne : Bacteria
Division : Proteobacteria
Classe : Gamma Proteobacteria
Ordre : Enterobacteriales
Famille : Enterobacteriaceae
Genre : Enterobacter
Espèce : Enterobacter cloacae

IV.1.6 Klebsiella pneumonia


Klebsiellae ont également été incriminés dans les infections nosocomiales. Sites les plus
courants comprennent les voies urinaires, des voies respiratoires inférieures, des voies biliaires et
des plaies chirurgicales. Le spectre des syndromes cliniques comprennent la pneumonie, la
bactériémie, la thrombophlébite, infection des voies urinaires (UTI), choléocystite, diarrhée,
infections respiratoires hautes, infection de plaie, une ostéomyélite, et une méningite. La
présence de dispositifs invasifs, la contamination de l'équipement de soutien respiratoire,
l'utilisation des cathéters urinaires, et l'utilisation des antibiotiques sont des facteurs qui
augmentent le risque d'infection nosocomiale avec des espèces Klebsiella. Sepsis et choc
septique mai suivent l'entrée d'organismes dans le sang provenant d'une source de liaison. [93]

IV.1.6.1 Classification
Règne : Bacteria
Embranchement : Proteobacteria
Classe : Gamma Proteobacteria
Ordre : Enterobacteriales
Genre : Klebsiella
Espèce :Klebsiella pneumonie

34
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

IV.1.6.3. Physiopathologie
La défense de l'hôte contre l'invasion bactérienne dépend de la phagocytose par les
granulocytes neutrophiles et l'effet bactéricide du sérum, sous la médiation en grande partie par
des protéines du complément. Les deux parcours classique et suppléants voie de l'activation du
complément ont été décrits, mais celui-ci, qui ne nécessite pas la présence d'immunoglobulines
dirigées contre des antigènes bactériens, semble être la voie plus active dans les infections
pneumoniae K. Des données récentes provenant d'études précliniques suggèrent un rôle pour la
myéloperoxydase des neutrophiles et des lipopolysaccharide-binding protein dans la défense de
l'hôte contre l'infection K. pneumoniae. Myéloperoxydase des neutrophiles est pensé à la
médiation d'inactivation oxydative de l'élastase, une enzyme impliquée dans la pathogenèse de
tissus différents qui détruisent les maladies. Lipopolysaccharide-binding protein facilite le
transfert des composants de la cellule bactérienne vers la paroi des cellules inflammatoires. Les
enquêteurs ont montré des taux élevés d'infection expérimentale chez la souris déficiente dans les
gènes qui régulent l'expression de ces 2 agents [94].
Ils possèdent une capsule de polysaccharides, qui est le principal déterminant de leur
pathogénicité. La capsule est composée de polysaccharides complexes acides. Sa couche massive
protège la bactérie de la phagocytose par les granulocytes polynucléaires. En outre, la capsule
empêche la mort bactérienne causée par des facteurs sériques bactéricides. Ceci est réalisé
principalement en inhibant l'activation ou de l'absorption des composants du complément, en
particulier C3b. Les bactéries produisent également des adhésines multiples. Ces mai être
fimbriae nonfimbrial, chacun avec une spécificité des récepteurs distincts. Ceux-ci aident les
micro-organismes à adhérer aux cellules de l'hôte, ce qui est crucial pour le processus infectieux.
[95]

IV.1.7 Bacillus subtilis


Bacillus subtilis métabolise une grande variété de sources de carbone et sécrète de grandes
quantités d'enzymes industriellement importants. Bacillus subtilis est une bactérie qui est utilisé
comme fongicide sur les fleurs et les graines d'ornement, et sur les semences agricoles y compris
les semences pour le coton, les légumes, les arachides et le soja. La bactérie colonise le système
en développement racinaire de la plante et donc rivalise avec certains organismes de la maladie
fongique. L'utilisation du fongicide ne devrait pas nuire à l'homme ou l'environnement. [96]
Bacillus subtilis est une bactérie à Gram positive, en forme de baguette et endospore formant
bactérie aérobie. On le trouve dans le sol et le pourrissement du matériel végétal et il n'est pas
pathogène. Il est l'un des plus étudiés gram-positive bacteria. Une caractéristique qui a suscité
beaucoup d'intérêt chez B. subtilis est sa capacité à se différencier et de former des endospores.
Plusieurs souches de B. subtilis connexes sont utilisées dans la production commerciale
d'enzymes extracellulaires, tels que l'alpha-amylase B. amyloliquefaciens. D'autres souches
produisent des toxines d'insectes, d'antibiotiques et d'antifongiques de peptide, dont certaines ont
été utilisées en protection des cultures agricoles. B. subtilis forme des colonies qui sont ternes et

35
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

mai être ridée, crème au brun et, lorsqu'elle est cultivée dans un bouillon ont une pellicule
cohérente, souvent avec un arrangement unique.
Le génome de B. subtilis contient plusieurs gènes dont on prévoit qu'elles codent pour des
protéines qui appartiennent à la superfamille des cupins. Cupins sont des protéines qui sont liés
aux protéines végétales stockage des semences qui se replient en bêta petits barils.. Son génome
de 4.214.810 de paires de base comprend 4100 gènes codant des protéines. [97]

IV.1.7.1 Classification
Régne : Bacteria
Division : Firmicutes
Classe : Bacilli
Ordre : Bacillales
Famille : Curculionoidea
Genre : Bacillus
Espèce: spizizenii
Nom scientifique: - Bacillus subtilis spizizenii

V.1.7.2. Pathogenèse
B. subtilis n'est pas considéré comme pathogène pour l'homme, mais elle contamine les
aliments, qui peut provoquer rarement une intoxication alimentaire. B. subtilis produit une
enzyme protéolytique le subtilisine. Les spores B. subtilis peuvent survivre à l'échauffement
extrême qui est souvent utilisé pour cuire la nourriture, elle peut causé rupines - un collant, la
production de polysaccharides à chaîne longue - dans la pâte à pain gâté induit a une cohérence
filandreuse bactérienne. [98]

V.1.8 Pseudomonas aeruginosa


Pseudomonas aeruginosa est une bactérie commune qui peut causer des maladies chez les
animaux et les humains. On le trouve dans le sol, l'eau, la flore cutanée et la plupart des
environnements artificiels à travers le monde. Elle prospère non seulement en atmosphère
normale, mais aussi avec peu d'oxygène, et a ainsi colonisé de nombreux milieux naturels et
artificiels.
Il utilise une large gamme de matériel biologique pour l'alimentation; chez les animaux, la
polyvalence permet à l'organisme pour infecter les tissus endommagés ou les personnes dont
l'immunité est réduite. Les symptômes de ces infections sont généralisés l'inflammation et la
septicémie. Si colonisations ce genre se produisent dans les organes du corps qui jouent comme
les poumons, les voies urinaires et les reins, les résultats peuvent être mortels. [99]

36
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

IV.1.8.1.Classification
Règne : Bacteria
Embrechement : Proteobacteria
Classe : Gamma Proteobacteria
Ordre : Pseudomonadales
Famille : Pseudomonadaceae
Genre : Pseudomonas
Espèce : Pseudomonas aeruginosae

IV.1.8.2. Pathogenèse
Un opportuniste, pathogène nosocomial des sujets immunodéprimés, P. aeruginosa infecte
habituellement les voies pulmonaires, des voies urinaires, les brûlures, les blessures, et provoque
également des infections du sang d'autres C'est la cause la plus fréquente des infections de
brûlures et de l'oreille externe (otite externe), et est le colonisateur le plus fréquent des dispositifs
médicaux (par exemple, les cathéters). [100]
Pseudomonas peuvent, dans de rares circonstances, la communauté de cause à
pneumonies, ainsi que les pneumonies sous ventilation assistée, étant l'un des agents les plus
fréquemment isolé dans plusieurs études. Pyocyanine est un facteur de virulence de la bactérie et
a été connus pour causer la mort chez C. elegans par le stress oxydatif. Toutefois, les recherches
indiquent que l'acide salicylique peuvent inhiber la production pyocyanine. [101]
Une personne sur dix infections nosocomiales ont de Pseudomonas. Patients atteints de
fibrose kystique sont prédisposées à l'infection à P. aeruginosae dans les poumons. La cause la
plus commune des infections à graver est P. aeruginosae. Pseudomonas est également une cause
fréquente d'infection post-opératoire chez les patients kératotomie radiale chirurgie. L'organisme
est aussi associé à la lésion de la peau ecthyma gangrenosum. Pseudomonas aeruginosae est
fréquemment associée à une ostéomyélite impliquant des blessures par perforation du pied,
semble résulter de l'inoculation directe avec P. aeruginosae via le rembourrage en mousse
trouvée dans les chaussures de tennis. [101]

IV.1.9 Candida albicans :


Candida albicans est l'espèce de levure la plus importante et la plus connue du genre
Candida. Elle provoque des infections fongiques (candidiase ou candidose) essentiellement au
niveau des muqueuses digestives et gynécologiques.

37
Partie Bibliographique Evaluation de l’activité antimicrobienne

IV.1.9.1. Classification
Règne : Fungi
Division : Ascomycota
Classe : Saccharomycetes
Ordre : Saccharomycetales
Famille : Saccharomycetaceae
Genre : Candida
Nom binominal : Candida albicans

IV.1.9.2. Pathogènése :
Les candidoses sont une cause importante de mortalité chez les patients immunodéprimés
comme les patients atteints du sida, les patients cancéreux sous chimiothérapie ou après
transplantation de moelle osseuse. Les candidoses orales et œsophagiennes sont fréquentes chez
le patient atteint du sida.
Lorsque Candida s'infiltre dans le flux sanguin, l'infection devient systémique et on parle
alors de candidémie ; Les candidémies sont caractérisées par une mortalité de l'ordre de 40%.
C. albicans peut donner également une multitude d'autres infections car il s'agit d'un pathogène
opportuniste très polyvalent, il peut être responsable d'infection superficielle cutanée, causer un
érythème fessier chez les nouveau-nés, une bronchopneumonie et/ou une pneumonie, une
vaginite, une balanite ou être responsable d'infections profondes.
C. albicans est un organisme vivant à l'état naturel sur la peau, dans la bouche et le tube
digestif de l'être humain. On le retrouve chez 80% de la population, et il n'entraîne
habituellement aucune maladie ou symptôme en particulier. C'est un organisme commensal
saprophyte.
Au laboratoire médical, la culture en boîte de Petri des Candida donne des colonies qui sont
grandes, rondes, de couleur blanche ou crème (albicans signifie 'blanchâtre')

IV.2.Les agents anti bactériens :


Il est essentiel de détruire les micro-organismes ou inhiber leur développement de manière à
minimiser leurs effets indésirables tels que la détérioration de la nourriture et les maladies.
Agents physiques ; la chaleur soit par voie humide ou sèche tue facilement virus et bactéries,
la filtration elle permet de réduire la population microbienne jusqu’à la stérilisation, les
radiations proches de 260 microns sont utilisés pour stériliser l’air, l’eau.
Agents chimiques les composés phénoliques ce fut le 1er antiseptique et désinfectant utilisé
largement, les alcools bactéricides et fongicides mais non sporicides, les halogènes ; l’iode sert
comme antiseptique de labo et le chlore est un désinfectant pour l’eau de consommation.
Chimiothérapie antimicrobienne Les agents chimio thérapeutiques tuent les micro-organismes
pathogènes en inhibant leur développement à des concentrations suffisamment faibles pour éviter
d’occasionner des dommages chez l’hôte.

38
V. Matériels et
méthodes
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

V. Matériels et méthodes

V.1. Matériels :
V.1.1. Matériels végétale :
Les éléments utilisés dans notre étude sont :
 Le fruit : la récolte elle a été faite durant les mois juillet et aout dans la région sidi
daho prée de la ville de mascara.
 Les grains : elles sont récupérée apprêt épluchage du fruit, en le passant dans un
broyeur a légumes a la fin en récupère le jus d’un coter et les grains de l’autre, les
grains sont lavée avec l’eau distillée et séché a l’ambre dans endroit airée.
 Les fleurs récoltées aussi de la même région durant les mois mai et juin 2009 séché à
lambre dans le laboratoire.

Photo V.1 grains Photo V.2 fleurs

V.1.2. Équipements :
V.1.2.1. Chromatographie phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse
(CPG/SM) :
CG. L'analyse des huiles essentielles a été effectuée à l'aide d'un chromatographe
Shimadzu GC - 2010, muni d'un détecteur à ionisation de flamme équipé d'une colonne
capillaire en silice fondue de 25 m × 0.25 µm, de type SE 30. La programmation de
température va de 55 à 250 °C. Le gaz vecteur est l'Hélium, avec un débit de 0.77 ml/min et
une pression de 24.4 kPa.
Le couplage CG/SM a été effectué sur un appareil Shimadzu GCMS – QP 2010,
opérant sous pression d'hélium avec un débit de 0.6 ml/min, le potentiel d'ionisation est fixé
à 70 eV. Les températures d’injection et de détection est respectivement de 200 et 250 °C.
La combinaison de ces deux techniques d’analyse CPG/SM permet de séparer les composants de
l’échantillon et d’identifier chaque composant, donc de faire une analyse complète aussi bien
qualitative que quantitative du produit à analyser.

39
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

Photo V.3 GCMS-QP2010

V.1.2.2. Photomètre a flamme :


Le spectrophotomètre de flamme utilise est de marque jenway modèle PFP7 équipé de
filtres pour 5 éléments Na, K, Ca, Ba, Li. Alimenté de gaz butane et l’air a l’aide d’un
compresseur.
Filtre

Cellule
Echantillon Bruleur Photoélectrique Indication

Rayonnement Bande
Nébuliseur
polychromatique Sélectionnée

Figure V.1 Schéma principe photomètre a flamme

V.1.2.3. Spectrophotomètre UV visible :


Le dosage des sucres a été effectué à l’aide d’un spectrophotomètre UV visible de marque
SHIMADZU modèle UVmini 1240.

Photo V.4 Spectrophotomètre UV visible SHIMADZU UVmini 1240

V.1.2.4. lecteur microplaque :


Le suive de l’activité microbienne a été réalisé grasse au lecteur microplaque 96 puits de
marque TECAN SPECTRA qui a le même principe que le spectrophotomètre visible.

40
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

Photo V.5 Lecteur microplaque TECAN SPECTRA

V.1.3.Matériel biologique :
L’activité antimicrobienne des deux huiles essentielles, extraites à partir des fleures et des
grains de la plante étudiée, a été réalisée sur neufs souches bactériennes Gram+ et Gram- et une
levure (Tableau). Ces souches utilisées sont largement rencontrées dans diverses pathologies,
chez l'homme.

Tableau V.1 les souches bactériennes classée Gram+ et Gram-


Gram+ Gram-
Souches Enterococcus faecalis sauvage Salmonella heidelberg sauvage
Bactériennes Bacillus spizizenil ATCC 6633 Klebsiella pneumoniae sauvage
Staphylococcus auréus ATCC 6538 Pseudomonas aeruginosa. ATCC 10145
Escherichia coli ATCC 25922
pseudomonas aeruginosae ATCC 27853
Enterobacter cloacae ATCC 13047

Souche Levure Candida albicans sauvage

V.2. Les méthodes


V.2.1. L’extraction des huiles essentielles
 Hydro distillation :
Les huiles essentielles sont des composants volatiles, la distillation est largement la
méthode la plus utilisée pour leurs obtentions à partir de plantes aromatiques.
Le principe de l’hydro distillation consiste à porter à l’ébullition l’eau distillée et les parties
végétales (fleures et grains) contenues dans un ballon en verre, puis à condenser les vapeurs
émises dans le réfrigérant et à recueillir le liquide formé par condensation qui sera enrichi en
produit volatil pendent une durée de quatre heures.

41
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

En principe, la séparation de l’huile essentielle du distillat se fait après un repos de ce


dernier au réfrigérateur, l’huile essentielle est conservée au frigo à 4 °C. Le rendement de l’hydro
distillation (rendement des huiles essentielles) est calculé selon la formule suivante:

Masse des l’huiles essentielles (g)


Rendement (en %) = X 100 [19]
Masse initiale de la matière végétale sèche (g)

Les fleures de l’opuntia ficus-indica ont été découpées en morceaux, Elles sont ensuite
mises dans un ballon en verre avec de l'eau distillée l’ensemble est porter a ébullition, et la
quantité utilisée des fleures c’est 50g.
Les grains de l’opuntia ficus-indica sont broyer a l’aide d’un broyeur de marque IKA
ensuite mise dans un ballon dans ce cas la masse utilisée c’est 100g.
L’huile essentielle est alors entraînée par la vapeur de l'eau portée à ébullition. Cette
vapeur est ensuite condensée en passant par un condensateur (réfrigérant).
Le liquide recueilli résulte en un distillat avec une couche d'huile mince à la surface qui
sera par la suite extraite après repos du liquide au réfrigérateur pour 24 heures.
 Entrainement a la vapeur :
La plupart des huiles essentielles sont obtenues par distillation et entraînement par la
vapeur d'eau.
Le but est d'entraîner avec la vapeur d'eau les constituants volatils des produits bruts. La
vapeur détruit la structure des cellules végétales, libère les molécules contenues et entraîne les
plus volatiles en les séparant du substrat cellulosique. La vapeur, chargée de l'essence de la
matière première distillée, se condense dans le réfrigérant avant d'être récupérée dans un
erlenmeyer au bout de quatre heures et le rendement est calculer par la même formule [19].
Les fleures de l’opuntia ficus-indica ont été découpées en morceaux, Elles sont ensuite
mises dans un ballon en verre, et dans l’autre ballon en mis de l’eau distillée une foi le système
relié en porte l’eau distillée a ébullition, et la quantité utilisée des fleures c’est 50g.
On a procédé de la même manière pour les grains après broyage de 100g de grains dans
un broyeur de marque IKA.
L’huile essentielle est alors entraînée par la vapeur d'eau portée à ébullition qui passe du
premier au deuxième. Cette vapeur est ensuite condensée en passant par un condensateur
(réfrigérant).
Le liquide recueilli est mis au réfrigérateur pour 24 heures qui sera par la suite extraite
après repos.
 Extraction par chromatographie liquide- liquide :
Les principes volatils ne se dissolvent que très partiellement dans l’eau et l’essence peut
être séparée par décantation du distillat après refroidissement. Le liquide obtenu est mis au
réfrigérateur pendant 24h. Pour séparer l'huile essentielle de l'eau, on ajoute du NaCl avant de

42
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

procède a une chromatographe liquide-liquide dans une ampoule à décanter avec un solvant
organique apolaire dans notre cas nous avons utilisé le cyclohexane, une fois la phase organique
récupéré on ajoute du Na2SO4 pour éliminer les traces d’eaux et en filtre
 Purification des huiles essentielles :
On introduit la phase organique dans le rota à vapeur sous vide pour séparer le solvant
des huiles essentielles on règle la température à 40°C car c’est la température la plus basse
possible sous vide qui permis l’évaporation du cyclohexane.

V.2.2. Analyses physico-chimiques


 Détermination de l’extrait sec total (EST) :
Selon AFNOR (1986), la matière sèche ou l’extrait sec total est la masse restante après
dessiccation complète.
Le principe de dosage consiste à l’étuvage à 105°C des prises d’essai dont le poids de
chacun d’elles est 10g. Le poids est mesuré deux heures après l’étuvage, puis une heure jusqu'à
l’obtention d’une masse constante après 24 heurs, puis placé dans un dessiccateur pour
refroidissement, on suite déterminé EST par la formule suivante :

P1 – P0
T (EST %) = x 100
P2 – P0

P1 : Le poids de l’échantillon et de la capsule après dessiccation.


P2 : Le poids de la prise d’essai et de la capsule avant dessiccation.
P0 : Le poids de la capsule vide.
EST : L’extrait sec total.
 Détermination la teneur en eau (humidité) :
Elle est déterminée directement à partir de la teneur en extrait sec total par la formule
suivante :
H (%) = 100 – EST (%)

 Détermination de la teneur en cendres [Afnor, 1986]


Cette méthode permet la minéralisation de la matière organique par incinération dans un
four à moufle où l'incinération se fait à une température de 600°C à 625°C jusqu'à la
combustion complète de la matière organique et l'obtention de cendres blanchâtres.
On pèse une prise de 10g de l’échantillon dans une capsule en porcelaine qui sera mis
dans le four à moufle a une température de 600°C à 625°C pendant 6 heures. A la fin on
obtiendra une cendre blanchâtre.

43
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

Le taux de cendre est calculé par la formule suivante :

M0 – M1
Taux de Cendres en (%) = x 100
P
M0 : La masse de la capsule avec les cendre (après l’incinération).
M1 : La masse de la capsule vide.
P : La masse de la prise d’essai.

 Détermination du pH : [AFNOR, 1986]


La mesure du pH a été effectuée in situ à l’aide d’un pH -mètre. Après avoir rincé
l’électrode en verre, à l’eau distillé, on introduit dans le jus. Après stabilisation de l’aiguille, on
note la valeur du pH.
 Dosage des minéraux Na+, K+, Ca2+:
Mode opératoire :
L’analyse des sels minéraux a été réalisée comme suit:
Après incinération de 100g des différentes parties de la plante fruit, jus, graines et fleures a
une température de 600°C en récupère les cendre, dans des fioles a 100ml et en complet jusqu’au
très de jauge.
Filtrer la solution à analyser sur papier filtre (Wattman) dans une fiole jaugée de 100ml ;
Lire au spectrophotomètre à flamme, après avoir établir à partir d’une gamme étalon une
courbe d’étalonnage qui permet de traduire la relation entre la DO et la concentration pour
chaque élément : Na, K, Ca, allant de 1g-0,0625g (annexe).
 Propriétés physiques des huiles essentielles :
a-Densité
La densité relative à 20°C d’une huile essentielle est le rapport de la masse d’un
échantillon d’huile essentielle à 20°C de masse (m1), à une masse (m2) d’eau distillée à 20°C du
même volume.
Mode opératoire :
On détermine la masse relative au pycnomètre vide (m0), ensuit en remplis le pycnomètre
avec eau distillée (m1), apprêt le pycnomètre avec l’échantillon (m2) à l’aide d’une balance de
précision a une température de 20°C. Elle est donnée par la formule.

m2 – m0
d20 = m1 – m0

b-Indice de réfraction
L’indice de réfraction d’une substance est le rapport entre le sinus de l’angle
d’incidence et le sinus de l’angle de réfraction d’un rayon lumineux monochromatique (raie D du
sodium) qui traverse la substance à une température constante de 20°C.

44
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

Mode opératoire :
On détermine l’indice de réfraction nd20 par la lecture directe sur un réfractomètre
d’Abbe classique.
Après nettoyage des surfaces du prisme et étalonnage de l’appareil, on dépose à l’aide
d’une pipette 2 gouttes d’huile essentielle au milieu du prisme.
On observe dans l’oculaire 2 plages, une sombre et une claire séparée par une bande plus
au moins irisée ; l’intersection du réticule sur la ligne de séparation est amenée par le
bouton de droite, puis les irisations sont supprimées. La valeur est indiquée par l’échelle de
lecture.

V.2.3 Etude chromatographique par CCM :


La chromatographie sur couche mince (CCM) met en jeu des phénomènes physico-
chimiques, basés sur le pouvoir d’adsorption. La vitesse de progression de chaque des
constituants du mélange entraîné par le solvant n’est pas la même. Par conséquent, il se forme
des spots révélés au moyen de l’UV ou de réactifs colorés.
Nous avons utilisé deux systèmes de migration sur une plaque 20x20 de Gel de silice
60F254 de marque MERCK

Système1 : Butanol / Acide acétique / Eau (4/1/5)


Système2 : Cyclohexane / Acétone (2/1)
On a choisie le système 2 car il a donnée la meilleure séparation. La révélation des spots se
fait à l’aide de l’UV et la Vanilline 1%.

V.2.4 Dosage des polyphénols totaux par le réactif de Folin-Ciocalteu :


Le matériel végétal utilisé c’est les grains et les fleurs, les grains sot réduit en poudre grâce a
un broyeur de marque IKA, les fleurs sont découpée en petit morceau avec un bistouri.
Les polyphénols sont extraits par macération de 1g de matière végétale, dans 40 ml de
solvant organique (acétone 80%), pendant 24h à 4°C et a l’abri de la lumière pour empêcher la
dégradation des composés phénoliques. Après centrifugation, le surnageant contenant les
polyphénols est récupéré. On procède à une deuxième extraction identique sur le culot. Les
surnageant sont réunis avant d’être concentrés à sec dans un rota vapeur sous vide.
L’extrait sec est dilué dans de l’eau pour obtenir une absorbance finale comprise entre 0,5 et
1. On réalise une gamme étalon en milieu aqueux de concentrations de 0 à 20µg/ml avec un
polyphénol témoin (acide gallique). Pour réaliser le dosage, 500µL de réactif de Folin-Ciocalteu
dilué 10 fois dans de l’eau bidistillée sont ajoutés à 100µL d’extrait dilué ou de point de
gamme. On ajoute ensuite 400µL de Na2CO3 (75g/L). Le blanc de la réaction ne contenant pas
de polyphénol est réalisé comme le point 0µg.ml-1de la gamme. Les mélanges réactionnels,
correspondant à chaque point de gamme et échantillon, sont agités et incubés 5 min à 40°C.

45
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

250µl, sont distribués en triplicata dans des micros cuve. La lecture de l’absorbance à 735 nm
se fait grâce à un spectrophotomètre de marque SHMADZU modèle UV mini 1240, calcule la
concentration moyenne des polyphénols présents dans les extraits végétaux en µg équivalent
acide gallique/ml.

V.2.5. Détermination de teneur en sucres totaux :


Les sucres totaux sont déterminés selon la méthode de Dubois et al. (1956) dont le principe
repose sur la réaction suivante : l acide sulfurique concentré provoque, à chaud, le départ de
plusieurs molécules d eau à partir des oses. Cette déshydratation s accompagne par la formation
d’un hydroxy-méthylfurfural (HMF) dans le cas d hexose et d un furfural dans le cas d un
pentose. Ces composés se condensent avec le phénol pour donner des complexes colorés (jaune-
orangé). L intensité de la coloration est proportionnelle à la concentration des oses. La densité
optique est mesurée à 488 nm à l aide d un spectrophotomètre SHIMADZU modèle UV mini
1240.
Ajouter à 1 ml d échantillon, 1 ml de phénol à 5% et 5 ml d’acide sulfurique concentré. Agiter
et laisser reposer 10min à température ambiante.
Incuber au bain marie à 30°C pendant 20 min.- Mesurer la coloration jaune orangé à 488 nm,
les valeurs obtenues sont traduites en concentrations de glucose par référence à une courbe
d’étalonnage préalablement établies.

V.2.6. Etudes photochimiques


La solution à analyser est un infusé à 5 % préparé avec 100 ml d'eau distillée bouillante sur 5
g de poudre de drogue.
V.2.6.1. Tanins
Dans un tube à essai contenant 1 ml de l'infusé, ajouter 1 ml d'une solution aqueuse diluée
de FeCl3 à 1%. En présence de tanins, il se développe une coloration verdâtre ou bleu noirâtre.
 Tanins catéchiques :
Ajouter à 5 ml d’infusé, 1 ml d’alcool chlorhydrique (5 ml d’alcool 95° C, 5 ml d’eau
distillée, 5 ml d’HCl concentré) concentré, le tout porté à ébullition pendant 15 minutes. En
présence de tanins catéchiques, il y a formation d’un précipité rouge soluble dans l’alcool
amylique.
 Tanins galliques :
Ajouter à 30 ml d’infusé 15 ml de réactif de Stiasny (10 ml de formol à 40 %, 15 ml
d’acide chlorhydrique concentré). Chauffer au bain-marie à 90°C pendant 15 minutes. Filtrer le
précipité et saturer le filtrat de 5 g d’acétate de sodium pulvérisé. Ajouter 1 ml goutte à goutte
d’une solution de FeCl3 à 1 %. L’obtention de précipité montre la présence de tanins galliques.
Filtrer et saturer 10 ml de filtrat d’acétate de sodium. Ajouter quelques gouttes de FeCl3 à 1 %.

46
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

Le développement d’une teinte bleue noire indique la présence de tanins galliques non précipités
par le réactif de Stiany.
V.2.6.2. Flavonoïdes
Ce sont des pigments universels des végétaux responsables de la coloration des fruits, des
fleurs et parfois des feuilles.
A 5 ml d'infusé présentant une coloration plus ou moins foncée, ajouter un acide (5 ml de
H2SO4) puis une base (5ml de NH4OH).
Si la coloration s'accentue par acidification puis vire au bleu-violacée en milieu basique, on
peut conclure à la présence d'anthocyane.
 Réaction à la cyanidine :
Introduire dans un tube à essai 5 ml de l’infusé, ajouter 5 ml d’alcool chlorhydrique
(éthanol à 95 %, eau distillée, HCl concentré à parties égales en volumes); puis quelques
copeaux de magnésium et 1 ml d’alcool isoamylique.
L’apparition d’une coloration rose orangée (flavones) ou rose violacée (flavonones) ou
rouge (flavonols, flavanonols) rassemblée dans la couche surnageante d’alcool isoamylique
indique la présence d’un flavonoïde libre (génine).
Les colorations sont moins intenses avec les hétérosides flavoniques.
La réaction est négative avec les chalcones, les dihydrochalcones, les aurones, les
catéchines et les isoflavones.
 Leucoanthocyanes :
Effectuer la réaction à la cyanidine sans ajouter les copeaux de magnésium et chauffer
pendant 15 mn au bain-marie. En présence de leucoanthocyanes, il se développe une coloration
rouge cerise ou violacée. Les catéchols donnent une teinte brune rouge.

V.2.6.3. Saponosides :
Introduire 1g de poudre dans un erlenmeyer de 250 ml. Ajouter 100 ml d’eau distillée.
Maintenir à ébullition pendant 15 mn. Filtrer et après refroidissement ajuster à 100 ml.
Dans une série de 10 tubes à essai numérotés de 1 à 10, introduire successivement 1,
2,3,…,10 ml de décocté. Ajuster le volume de chaque tube à 10 ml avec de l’eau distillée.
Agiter chaque tube dans le sens de la longueur du tube pendant 15 secondes à raison de 2
agitations par seconde en maintenant le tube fermé à l’aide du pouce. Laisser reposer 15 mn et
mesurer la hauteur de la mousse. Si celle-ci est inférieure à 1 cm dans tous les tubes l’indice est
moins de 100. La dilution dans le tube ou la hauteur de la mousse est égale a 1cm représente
l’indice recherché.
Si la hauteur de la mousse est supérieure à 1 cm dans les tubes, dans ce cas il est nécessaire
de préparer une nouvelle série de dilution de la décoction et recommencer le processus de
détermination.

47
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

100
Indice de mousse =
N° du tube
V.2.6.4. Stérols et triterpenes :
Introduire dans un tube à essai 1g de poudre et 20ml d’éther. Boucher, agiter et laisser au
réfrigérateur pendant 24 heures ; puis filtrer sur papier filtre, ensuite compléter à 20ml avec de
l’éther.
Réaction de liebermann-Buchard : Evaporer jusqu’à sec dans une capsule 10ml d’extrait,
dissoudre le résidu dans 1ml d’anhydride acétique plus 1ml de chloroforme. Recueillir dans deux
tubes à essai, l’un servira de référence. A l’aide d’une pipette, déposer 1 à 2ml de H2SO4
concentré au fond du tube à essai, ne pas agiter. A la zone du contact des deux liquides il y a
formation d’un anneau rouge brunâtre ou violet, le surnageant deviens vert ou violet révèle la
présence de stérols et de triterpènes.

V.2.7. Etude et évaluation de l’activité antimicrobienne


V.2.6.1 La technique de la cinétique microbienne en microplaque
Cette méthodes consiste deux étapes : La revivification et calibrage des souches
microbienne et L’ensemencement de la microplaque
 Revivification et calibrages des souches :
Tout d’abord, il faut décongeler les souches microbienne conservées et les laissant à
une température ambiante
Pour les souches bactériennes :
- On prépare une culture bactérienne jeune de 18 à 24h pour chaque souche sur une
gélose nutritive incubée à 37°C.
- Après incubation , on prépare dans un bouillon nutritive , une suspension bactérienne qui
atteint une densité optique égales à une 70% à une langueur d’ondes 620nm, mesurée à l’aide
d’un spectrophotomètre d’absorption moléculaire.
Cette densité optique (70%) correspond à une charge microbienne qui égale 2 x10 8
germes/ml.
Pour la souche de Candida albicans qui représentes la flores fongiques dans ce travail , On
procède les même étapes mais à la place de la gélose nutritive , on mit le gélose sabouraud et
à la place de bouillon nutritive on mit Sabouraud liquide .
 Ensemencement de la microplaque
La cinétique de croissance microbienne est réalisée en duplicata , en microplaque ,
dans chaque puits est introduit 50µl de bouillon nutritive et 50µl de l’extrait étudier .A
partir du premier puits , on prend 50µl du mélange et on la met dans le deuxième puits et du
troisième au quatrième …. Et ainsi de suite jusqu’à l’épuisement des puits, a fin de réaliser
une série de dilution à ½. On ajoute en dernier 50µl de la suspension microbienne et suivie

48
Partie Expérimentale Matériels et Méthodes

par spectrophotomètre de marque TECAN et lue à 0h, 2h, 18h, 24h, 48h et 72 heurs à une
longueur d’onde égale 620nm.

Photo V.6 : Microplaque 96 puits

49
VI. Résultats et
discutions
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI. Résultats et discutions


VI.1. Détermination des rendements (Matériels végétale):
Les rendements des différentes parties du fruit par rapport au fruit brut (fruit avec la
peau) suite à l’épluchage du fruit on a obtenu un rendement de 55% du fruit épluché par rapport
au fruit entier, en même temps en a obtenu un rendement de 37% de jus et 5% des graines par
rapport au fruit entier pour mieux valoriser les résultats obtenus qui sont présentées dans
l'histogramme suivant :

60

50
Rendement (%)

40
fruit epluché
30 jus
grains
20

10

Figure VI.1 Présentation du rendement des différentes parties du fruit

VI.2. Détermination des rendements (huiles essentielles):


Les taux de rendement d’extraction des huiles essentielles des fleurs et des graines par la
méthode d’entrainement à la vapeur et suivie par une extraction liquide - liquide par le
cyclohexane de la phase aqueuse a donnée des rendements faibles pour les fleurs d’une valeur de
0.54% et encore beaucoup plus moins pour les graines de 0.27%.

0,6

0,5
Rendement (%)

0,4
fleurs
0,3
grains
0,2

0,1

Figure VI.2 Présentation des rendements des huiles essentielles

50
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI.3. Analyse physico-chimique :


 Détermination de l’extrait sec total :
Le taux de l’extrait sec varie d’une plante à l’autre suivant le type de sol et le climat;
selon sa composition en matière organique et minérale et nous avons obtenues les résultats
exprimées dans l'histogramme suivant:

100
90
80
Extrait sec total EST (%)

70
60 fruit
50 graines
40 fleurs
30
20
10
0

Figure VI. 3 Evaluation de l'extrait sec total

 Détermination de la teneur en eau (humidité) :


D’après les analyses effectuées sur les différentes parties de la plante la teneur moyenne
en eau varie d’une partie à l’autre; on remarque que le fruit renferme une grande quantité d’eau,
les fleurs moins que le fruit et les graines une quantité minime.
90
80
70
60
Humidité (%)

fruit
50
graines
40
fleurs
30
20
10
0

Figure VI.4 Evaluation du taux de l’humidité

51
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Détermination de la teneur en cendres :


On trouve que le taux de cendre varie d’un échantillon à l’autre, on remarque que les
graines ont un pourcentage supérieur par rapport aux autres parties de la plante ; ensuite viennent
les fleurs et en dernier le jus.
1
0,9
0,8
0,7
Cendres (%)

0,6 fruit
0,5 graines
0,4 fleurs
0,3
0,2
0,1
0

Figure VI.5 Evaluation du taux des cendres des différentes parties de la plante

 Détermination du Ph :
On a mesuré seulement le pH du jus et on a obtenu un pH= 6.14
 Dosage des minéraux Na+, K+, Ca++ :
Les taux des minéraux varient d’une plante à l’autre et même d’une partie à l’autre
suivant le type et la composition du sol.
70

60
Concentration(mg/100g)

50

40 jus

30 graines
fleurs
20

10

0
Na Ca K

Figure VI.6 Evaluation des taux de minéraux dans les différentes parties de la plante

D’après les résultats obtenus, on a un taux élevé de Ca et Na dans les graines par contre le K a
une quantité importante dans les fleurs et le jus.

52
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Propriétés physiques des huiles essentielles :


Tableau VI.1 : Les propriétés physiques des huiles essentielles
Densité (d20) Indice de réfraction (nd20)
H.E Fleurs 0.953 1.487
H.E grains 0.704 1.507

VI.4. Etude chromatographique par CCM :


Les résultats de la séparation des constituants de l’huile essentielle dans un système
Cyclohexane / Acétone (2/1) ainsi que leur détection à l’aide des différents révélateurs sont
reportés respectivement sur les tableaux :

Tableau VI.2 : Facteur de rétention et couleur des HE fleurs


Spots Rf UV Vanilline 1%
1 0.285 254 Rose
2 0.375 254 Mauve
3 0.490 254 Jaune
4 0.575 254 Mauve
5 0.660 254 Mauve blanchâtre
6 0.694 366 Brun

Tableau VI.3 : Facteur de rétention et couleur des HE grains


Spots Rf UV Vanilline 1%
1 0.130 254 Verdâtre
2 0.220 254 Mauve
3 0.351 / Rose
4 0.450 254 Mauve
5 0.565 254 Brun blanchâtre
6 0.648 / vert

Les résultats obtenus révèlent que les graines et les fleurs contiennent certaines substances
identiques.

53
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI.5. Etude photochimique :


Les résultats obtenus sont exprimés dans le tableau suivant :

Tableau VI.4: Caractérisation des composés phénoliques des plantes étudiées

Plantes
Composés phénoliques grains fleures
Tanins Galliques + +
Catéchétiques - +
Flavonoïdes Anthocyanes / /
Flavones + +
Génine + +
cathécole + +
Saponosides - -
Stérols et triterpenes + +

VI.6. Dosage des polyphénols totaux :


La figure 7, représente les défiants taux de polyphénols présent dans les fleurs, les grains
et le jus de fruit de l’opuntia ficus-indica exprimés en équivalent d’acide gallique pour 1g de
matière sèche, on remarque que les fleurs retiennent une quantité importante par rapport au jus et
les graines et cela est dû a la richesse des fleurs en flavonoide .

25

20
mg eq .ac. gallique/gMS

15 fleurs
grains
10 jus

Figure VI. 7 Evaluation du taux de polyphénols totaux

54
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI.7 Taux de sucre :

30

25
Taux de sucre (%)
20
jus
15 grains
fleurs
10

Figure VI.8 Evaluation du taux des sucres des différents partis de la plante

La teneur en sucre varie d’une partie à l’autre, d’après les analyses effectuées, on
remarque que les graines retiennent un grand pourcentage de sucre par rapport aux fleurs et le
jus, c’est une plante est riche en sucre.

II.8. Analyse chromatographique par CG/MS des huiles essentielles:


L’identification des produits a été faite, en comparant leurs temps de rétention et
spectres de masse avec ceux des composés de référence de la littérature emmagasinés dans la
base de données de l’appareil. En effet, 100% de la composition chimique de l’huile
essentielle des fleurs et 100% celle des graines ont été déterminées.

VI.8.1.Composition chimique des huiles essentielles des fleurs :

Figure VI.9 : Le chromatogramme des huiles essentielles des fleurs

55
Partie Expérimentale Résultats et discutions

Tableau VI.5 : Composition huiles essentielles des fleurs

Peak R.Time Area Area% Height Height% Name Base m/z


1 2.196 458360 4.19 123254 4.85 methyl- 3 heptane 43.05
2 3.298 3525263 32.25 609657 23.97 nitrite cyclohexylique 57.00
3 3.995 151043 1.38 38215 1.50 diméthyl-2,4 hexane 43.05
4 4.284 981964 8.98 268686 10.56 isopropyl cyclohexane 82.10
5 4.533 38242 0.35 13817 0.54 propyl cyclohexane normal 83.10
6 4.806 98947 0.91 27230 1.07 isopropyl-4 heptane 57.05
7 4.987 43214 0.40 8651 0.34 isopropyl-4 heptane 57.05
8 5.379 1609168 14.72 453728 17.84 éthyl-4 octane 57.05
9 5.562 114139 1.04 26610 1.05 triméthyl-2,3,4 heptane 57.05
10 5.648 140254 1.28 31567 1.24 hexadecane 57.05
11 5.821 110645 1.01 22061 0.87 méthyl-3 nonane 57.10
12 6.002 95258 0.87 21750 0.86 éthyl-3 diméthyl-2,5 hexene-3 97.10
13 6.075 121592 1.11 20114 0.79 bromo-1 méthyl-3 cyclohexane 97.10
14 6.398 57911 0.53 9860 0.39 / 97.10
15 6.492 40372 0.37 7068 0.28 / 69.05
16 6.734 420832 3.85 131031 5.15 décane 43.05
17 6.963 118334 1.08 32838 1.29 ortho-cymene 119.10
18 7.262 46572 0.43 13358 0.53 cyclopentyl-2 ethanol 68.05
19 7.585 315258 2.88 81551 3.21 nitrite cyclohexylique 57.00
20 8.297 82430 0.75 26982 1.06 gamma-Terpinen 93.10
21 8.683 97821 0.89 28198 1.11 cis trimethyl-5 α,α ethenyltetrahydro-5 furanmethanol-2 59.05
22 9.228 57261 0.52 21368 0.84 cis trimethyl-5 α,α ethenyltetrahydro-5 furanmethanol-2 59.00
23 9.738 771671 7.06 145158 5.71 nonanal 57.05
24 10.896 521691 4.77 155857 6.13 méthyl-4 nonane 57.05
25 12.338 32134 0.29 10833 0.43 ester isobutyl pentyl d’acide sulfurique 57.05
26 13.140 102986 0.94 31745 1.25 alpha Terpineol 59.05
27 14.793 42248 0.39 13113 0.52 Pulegone 81.05
28 18.033 547278 5.01 134286 5.28 dicyclohexyl-1,1’ 82.10
29 39.577 189790 1.74 34970 1.37 acide dicarboxylique benzene di(methyl propyl -2) 149.10
10932678 100.00 2543556 100.00

Les résultats montrent que les produits majoritaires sont des hydrocarbures mais il existe
d'autres produits intéressants en petite quantité comme le ortho Cymene, alpha Terpineol,
gamma Terpinen et le Pulegone

CH3 CH3
O
CH3 CH3 CH3
CH3
H3C H3C OH H3C
CH3 CH3 CH3

ortho cymene γ terpinen α terpinol pulegone

Figure VI.10 Structure de quelques composés trouvés dans l’HE des fleurs

56
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 La composition chimique des produits majoritaires :


CH3

CH3
H3C CH3
N
CH3 O O

méthyl-3 heptane nitrite cyclohexylique isopropyl cyclohexane

CH3
H3C
CH3
H3C H3C

éthyl-3 octane décane


H3C CH3

H3C O
CH3

nonanal méthyl-4 nonane

dicyclohexyl-1,1'
Figure VI.11Structure des composants majoritaires des HE fleurs

57
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI.8.2. Composition chimique des huiles essentielles des graines :

Figure VI.12 : Le chromatogramme huiles essentielles des grains


Tableau VI.6 : Composition huiles essentielles des grains
Peak R.Time Area Area% Height Height% Name Base m/z
1 2.072 1172095 0.27 502651 0.47 méthyl-4 Heptene-1 43.05
2 2.169 2246062 0.51 814553 0.76 méthyl-3 Heptane 43.05
3 2.737 1947422 0.44 664933 0.62 chloro benzene 112.05
4 3.007 1557431 0.35 463214 0.43 ethyl benzene 91.10
5 3.146 939859 0.21 288171 0.27 para-Xylène 91.10
6 3.225 17214897 3.91 3861586 3.62 cyclohexanone 55.00
7 3.422 3562565 0.81 1136569 1.07 cyclooctatetraene1,3,5,7 104.10
8 3.567 2027079 0.46 313656 0.29 heptanal 44.05
9 3.645 1026812 0.23 285002 0.27 éthyl-1 méthyl-3 cyclohexane 97.10
10 3.983 2733744 0.62 949222 0.89 nonane 43.05
11 4.107 615050 0.14 207302 0.19 bromo benzene 77.05
12 4.272 2377713 0.54 819001 0.77 cyclohexane 82.10
13 4.520 1035985 0.24 352853 0.33 propyl cyclohexane 83.10
14 4.582 1516663 0.34 463068 0.43 benzaldehyde 106.10
15 4.701 661753 0.15 120572 0.20 diméthyl-2,4 decene-1 57.05
16 4.803 2424423 0.55 671820 0.63 méthyl-7 tridecane 57.05
17 4.968 1243386 0.28 310812 0.29 diméthyl-2,3 octane 57.05
18 5.162 1316305 0.30 157143 0.15 diméthyl-2,6 octene-2 69.10
19 5.387 34529619 7.84 11128248 10.44 éthyl-4 octane 57.05
20 5.559 3570430 0.81 821794 0.77 méthyl-4 nonane 57.05
21 5.643 3271388 0.74 890239 0.84 méthyl-2 nonane 57.05
22 5.728 1750323 0.40 439874 0.41 isotridecanol 55.05
23 5.821 2303716 0.52 713803 0.67 méthyl-3 nonane 57.05
24 5.940 969457 0.22 251584 0.24 triméthyl-1,3,5 benzene 105.10
25 6.003 1837661 0.42 580581 0.54 trans methyl-1 (methylethyl-1)-4 Cyclohexane 97.15
26 6.088 3217474 0.73 638270 0.60 methyl-1 (methylpropyl-2)-3 cyclopentane 55.05
27 6.176 787945 0.18 264651 0.25 methylpentyl-3 cyclohexane 83.10
28 6.355 13348133 3.03 4174905 3.92 décene-1 41.05
29 6.453 2294005 0.52 283099 0.27 décene-1 55.05
30 6.744 19135785 4.35 6210605 5.83 décane 57.05
31 6.843 10640965 2.42 2683035 2.52 acetaldehyde benzene 91.10
32 7.232 2772643 0.63 292863 0.27 methyl-1 propyl cyclohexane 55.05
33 7.561 5431298 1.23 1123188 1.05 cyclohexyl-4 tridecane 57.05

58
Partie Expérimentale Résultats et discutions

34 7.725 2014445 0.46 217712 0.20 ester heptadecyl propyl d’acide carbonique 105.05
35 8.812 1634637 0.37 475546 0.45 octanol-1 56.05
36 8.883 844659 0.19 252647 0.24 méthyl-5-propyl-5 nonane 71.10
37 9.052 1350233 0.31 237622 0.22 éthyl-2 diméthyl-1,4 benzene 119.10
38 9.726 11675908 2.65 2692682 2.53 nonanal 57.05
39 10.227 1669646 0.38 457330 0.43 tétraméthyl- 1,2,3,4 benzene 119.10
40 10.349 2524226 0.57 700887 0.66 tétraméthyl- 1,2,3,4 benzene 119.15
41 10.471 2158892 0.49 662760 0.62 undecane 57.05
42 10.622 609771 0.14 193302 0.18 diméthyl- 3,7 decane 57.05
43 10.911 16486752 3.75 4901505 4.60 méthyl- 4 nonane 57.05
44 11.497 994847 0.23 251852 0.24 tétraméthyl- 1,2,3,4 benzene 119.15
45 11.797 1507722 0.34 435491 0.41 nonenal-2 (E) 43.05
46 12.343 1625096 0.37 446510 0.42 éthyl-5 décane 57.05
47 12.667 763067 0.17 155011 0.15 nonen-2 ol-1 (Z) 57.05
48 12.873 2696175 0.61 552687 0.52 éthyl-1 heptyl-2 cyclopropane 56.05
49 13.159 1284432 0.29 316387 0.30 méthyl-2 octanol-1 57.05
50 13.423 1506589 0.34 315935 0.30 dioxy-1,1' décane 57.05
51 13.564 921103 0.21 167330 0.16 alpha pentanol-1 cyclopropene 135.05
52 13.922 1798087 0.41 296518 0.28 décanal 70.10
53 14.222 43394293 9.86 10665172 10.01 dodécene-1 43.05
54 14.692 10265639 2.33 2830517 2.66 dodécane 57.05
55 17.423 1435436 0.33 101678 0.10 Oxabicyclo-9 nonan-3,3,1 ol-2 81.05
56 17.690 1291480 0.29 355778 0.33 (dimethylethyl-1,1)-2 phenol 135.10
57 17.841 3202871 0.73 745392 0.70 methylacetophenone-3 hydroxy-4 150.15
58 18.027 26398912 6.00 5348737 5.02 thymol 135.15
59 18.287 2431869 0.55 405009 0.38 dodécadienal-2,4 (E,E) 81.05
60 18.963 1113770 0.25 320111 0.30 tridécane 57.05
61 22.394 664930 0.15 170647 0.16 3-méthyl-3 undecene-5 (E) 70.10
62 22.709 42112628 9.57 9190650 8.63 tétradecene-1 43.05
63 22.902 5793966 1.32 1021679 0.96 caryophyllene 93.10
64 23.142 4421392 1.00 798996 0.75 tétradecane 57.05
65 24.208 659687 0.15 168254 0.16 alpha caryophyllene 93.10
66 27.011 45498286 10.34 7050049 6.62 di-2,4 (dimethylethyl-1,1) Phenol, 191.15
67 32.426 26663059 6.06 5015154 4.71 heptadécene-1 43.05
68 32.877 625009 0.14 135130 0.13 hexadécane 57.05
69 38.762 763525 0.17 139875 0.13 methyl-1 (methylethyl-1)-1 nonyl-2 cyclopropane 70.10
70 38.958 17935617 4.07 5382977 5.05 nonadécene-1 97.10
440218742 100.00 106544386 100.00

La composition chimique de l’huile essentielle des grains est constituée d' hydrocarbures et
d'aldéhydes.

59
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 La composition chimique des produits majoritaire :

H3C
CH3
O H3C
H3C O
cyclohexanone éthyl-4 octane décene-1

H3C CH3

CH3
H3C CH3
décane méthyl-4 nonane
CH3
H3C

H3C CH3
CH3 OH
dodécene-1 thymol
H3C CH3
HO
CH3
H3C CH3
H3C
CH2 CH3
tétradécene-1 di-2,4 (dimethylethyl-1,1) Phenol

H2C CH3
héptadécene-1

H3C CH2
nonadécene-1

Figure VI.13Structure des composants majoritaires des HE grains

60
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI.9 Etude et évaluation de l’activité antimicrobienne :


Les résultats obtenus par la méthode de microplaque, quatre-vingt seize (96) fruits semblent
révélateurs d’apprêt, selon les spectres car elles montrent un net effet sur les souches suivantes :

VI.9.1. activité des huiles essentielles des fleurs :


L’activité antimicrobienne, des huiles essentielles des fleurs de l’Opuntia ficus indica sur des
différentes souches, est représentée dans les graphes suivants :

 Enterococcus faccalis sauvage

9
T
LogUFC/ml

8 C=50%
C=25%
C=12,5%
7
C=6,25%
C=3,13%
6
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.14 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche E faccalis S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin)
On note que 3.13%, 6.25%, 12.5 et 25% n’ont aucun effet sur la croissance de la souche
par contre la concentration 50% a joué un rôle bactériostatique.

 Escherichia coli ATCC 25922

9
T
Log UFC/ml

C=50%
8 C=25%
C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.15 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche E coli ATCC 25922

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais les
concentrations 25% et 50% à un effet bactériostatique.

61
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Bacillus spizizenii ATCC 6633

9
T
LogUFC/ml
C=50%
C=25%
8
C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.16 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche B S ATCC 6633

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13% et 6.25% n’ont aucun effet sur la croissance mais ont un effet
bactériostatique à 12.5%.

 Pseudomonas aerugenosues ATCC 10145

9
T
Log UFC /ml

C=50%
C=25%
8 C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.17 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche P A ATCC 10145

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13% et 6.25% n’ont aucun effet sur la croissance mais les
concentrations 12.5%, 25% et 50% à un effet bactériostatique.

62
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Salmonella hemdelberg sauvage

9
T
Log UFC/ml
C=50%
C=25%
8 C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%

7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.18 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche P hemdelberg S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
On note que 3.13%, 6.25% et 12.5 n’ont aucun effet sur la croissance de la souche par
contre la concentration 25% a joué un rôle bactériostatique.

 Enterobacter cloaeae ATCC 13047

9
T
LogUFC/ml

8 C=50%
C=25%
C=12,5%
7 C=6,25%
C=3,13%
6
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.19 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche E C ATCC 13047

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
On remarque qu’il n y a aucun effet bactériostatique est détecté a 50% les autre
concentrations n’ont aucun effet.

63
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Staphylococus aureus ATCC 6538

9
T
Log UFC /ml C=50%
C=25%
8 C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.20 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche S A ATCC 6538

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
On note que 3.13%, 6.25%, 12.5 et 25% n’ont aucun effet sur la croissance de la souche
par contre la concentration 50% a joué un rôle bactériostatique.

 Pseudomonas aerugenosues ATCC 27853

T
Log UFC /ml

C=50%
8 C=25%
C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.21 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche P A ATCC 27853

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Pour cette souche aucun effet sur les déférentes concentrations.

64
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Klebsiella pneunomiae sauvage

9
T
Log UFC /ml C=50%
8 C=25%
C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.22 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche Klebsiella P S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais la
concentration 25% à un effet bactériostatique.

 Candida albicans sauvage

T
C=50%
LogUFC/ml

8 C=25%
C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.23 l’influence des HE des fleurs sur la croissance de la souche Candida albicans S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Pour cette souche de levure aucun effet sur les déférentes concentrations.

65
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI.9.2. L'activité des huiles essentielles des graines :


L’activité antimicrobienne, des huiles essentielles des graines de l’Opuntia ficus indica sur
des différentes souches, est représentée dans les graphes suivant :

 Enterococcus faccalis sauvage

9 T
Log UFC/ml

C=50%
8 C=25%
C=12,5%
7 C=6,25%
C=3,13%
6
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.24 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche E faccalis S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin)
On note que les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5 n’ont aucun effet sur la croissance de
la souche par contre il existe une concentration comprise entre 12.5 et 25% qui joue un rôle
bactériostatique.

 Escherichia coli ATCC 25922

9 T
C=50%
Log UFC/ml

8 C=25%
C=12,5%
7 C=6,25%
C=3,13%
6
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.25 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche E coli ATCC 25922

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
On note que les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5 n’ont aucun effet sur la croissance de
la souche par contre il existe une concentration comprise entre 12.5 et 25% qui joue un rôle
bactériostatique.

66
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Bacillus spizizenii ATCC 6633

9
T
Log UFC/ml 8 C=50%
C=25%
7 C=12,5%
C=6,25%
6 C=3,13%
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.26 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche B S ATCC 6633

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais ont un
effet bactériostatique a 25%.

 Pseudomonas aerugenosues ATCC 10145

9
T
Log UFC/ml

C=50%
8
C=25%
C=12,5%
7
C=6,25%

6 C=3,13%
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.27 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche P A ATCC 10145

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais il existe
une concentration entre 12.5%, 25% à un effet bactériostatique

67
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Salmonella hemdelberg sauvage

9
T
Log UFC/ml 8 C=50%
C=25%
7
C=12,5%
6 C=6,25%

5 C=3,13%
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.28 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche P hemdelberg S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
On note que 3.13%, 6.25% et 12.5 n’ont aucun effet sur la croissance de la souche par
contre la concentration 25% a joué un rôle bactériostatique.

 Enterobacter cloaeae ATCC 13047

9
T
Log UFC/ml

8 C=50%
C=25%

7 C=12,5%
C=6,25%
C=3,13%
6
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.29 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche E C ATCC 13047

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais il existe
une concentration entre 12.5%, 25% à un effet bactériostatique

68
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Staphylococus aureus ATCC 6538

9
T
Log UFC/ml 8 C=50%
C=25%
7 C=12,5%
C=6,25%
6 C=3,13%
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.30 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche S A ATCC 6538

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25%, 12.5% et 25%n’ont aucun effet sur la croissance mais il
existe une concentration entre 25%, 50% à un effet bactériostatique

 Pseudomonas aerugenosues ATCC 27853

9
T
C=50%
Log UFC/ml

8
C=25%
C=12,5%
7
C=6,25%
C=3,13%
6
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.31 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche P A ATCC 27853

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais il existe
une concentration entre 12.5%, 25% à un effet bactériostatique

69
Partie Expérimentale Résultats et discutions

 Klebsiella pneunomiae sauvage

9
T
Log UFC/ml C=50%
8
C=25%
C=12,5%
7 C=6,25%
C=3,13%
6
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.32 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche Klebsiella P S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais il existe
une concentration entre 12.5%, 25% à un effet bactériostatique

 Candida albicans sauvage

9
T
c=50%
Log UFC/ml

8 c=25%
c=12,5%
c=6,25%
c=3,13%
7
t=0 t=2 t=18 t=24 t=48 t=72
Temps(h)

Figure VI.33 l’influence des HE des grains sur la croissance de la souche Candida albicans S

Le témoin a subit une croissance normale en représentant les différentes phases de


croissance (latence, exponentielle, stationnaire et de déclin).
Les concentrations 3.13%, 6.25% et 12.5% n’ont aucun effet sur la croissance mais il existe
une concentration entre 12.5%, 25% à un effet bactériostatique

70
Partie Expérimentale Résultats et discutions

VI.9.3 Calcule de la CMI et CMB pour les souches étudiées :

H.E Fleurs H.E Graines


N° Souches
CMI CMB CMI CMB
1 Enterococcus faccalis sauvage 25% - 50% / 12.5% - 25% /
2 Escherichia coli ATCC 25922 25% / 12.5% - 25% /
3 Bacillus spizizenii ATCC 6633 12.5% / 25% /
4 Pseudomonas aerugenosues ATCC 10145 12.5% / 12.5% - 25% /
5 Salmonella hemdelberg sauvage 25% / 25% /
6 Enterobacter cloaeae ATCC 13047 50% / 12.5% - 25% /
7 Staphylococus aureus ATCC 6538 50% / 25% - 50% /
8 Pseudomonas aerugenosues ATCC 27853 / / 12.5% - 25% /
9 Klebsiella pneunomiae sauvage 25% / 12.5% - 25% /
10 Candida albicans sauvage / / 12.5% - 25% /

71
Partie Expérimentale Résultats et discutions

Conclusion
Les résultats obtenus montrent que l’Opuntia ficus-indica, qui est très répondues dans la
région de Mascara, est d'une richesse nutritive, fourragère et en huiles essentielles qui dépendent
du mode d’extraction et joue un rôle très important dans le rendement, dess principaux
constituants de ces huiles essentielles.
Le contrôle de leurs propriétés physico-chimiques pourrait favoriser leurs utilisations
dans les produits cosmétiques.
A des concentrations bien déterminées l’huile essentielle extraite à partir des fleurs de
l’Opuntia ficus-indica a montré une activité antibactérienne contre quelques bactéries testées
telles que : Enterococcus faccalis sauvage, Escherichia coli ATCC 25922, Bacillus spizizenii
ATCC 6633, Pseudomonas aerugenosues ATCC 10145, Salmonella hemdelberg sauvage,
Enterobacter cloaeae ATCC 13047, Klebsiella pneunomiae sauvage, et l’huile essentielle
extraite à partir des grains on montré une très bonne activité inhibitrice contre les bactéries
testées et même une levure telle que : Candida albicans.

72
Conclusion et
perspectives
Conclusion

Conclusion et perspectives

Dans un contexte général de valorisation alimentaire et thérapeutique du figuier de


barbarie, nous nous sommes intéressés lors de cette étude au fruit et les huiles essentielles des
grains et des fleurs; nous avons pu faire une enquête sur l’utilisation traditionnelle auprès des
marchants des plantes médicinales au souk hebdomadaire de Maoussa willaya de Mascara ou
on a constaté que les fleurs séchée et les rhizomes de l’Opuntia ficus-indica sont vendu a fin
de les utiliser pour la prostate, la diarrhée, les coliques et le diabète.

En procédant à une recherche bibliographique approfondie sur les plantes de


différentes régions, pour qu’on puisse les prendre comme repère et comparer nos résultats car
il est indispensable de définir rigoureusement l’identité et la qualité de l'extrait qui sert à la
préparation des médicaments.

L’analyse qualitative et quantitative des différents constituants des huiles essentielles


utilisant la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (CG/MS)
et leurs propriétés physico-chimiques définissent l’identité de l’essence; ces données
permettront de contrôler la qualité de l’essence afin de l’insérer dans la pharmacopée.

Les résultats de l’activité biologique montrent que les deux huiles essentielles ont des
CMI à des concentrations bien précises sur les souches bactériennes. Ce qui nous amène à
dire que nos huiles ont une activité bactériostatique sur certaines bactéries testés. Par contre
l’huile extraite à partir des grains possède, en plus de l’activité bactériostatique, une activité
antifongique contre la Condida albicans.

Les analyses physico-chimiques effectuées montrent que les fruits ont une valeur
nutritionnelle importante mais elles doivent être compléter par le dosage des protéines, les
vitamines et les analyses microbiologiques que nous préconisons de les réaliser
ultérieurement.

De plus, l’étude photochimique réalisée nous a permis de détecter quelques


métabolites secondaires tels que: les flavonoïdes, les tanins, les terpènes et les stérols dont
nous nous proposerons plutard de les isoler et les identifier.

73
Références
Bibliographiques
Références Bibliographiques

Références Bibliographiques

[1] Jean-Prost, P. 1997. La botanique. Applications agricoles et horticoles. 5° Edition Paris, Edition
J.B. Ballière. Vol 02, 184p.
[2] Guignard, J.L. 1993. Abrégé de botanique. Masson ed.
[3] Luttge, U; Bauer, G. 1997. Botanique 2° édition, Paris Edition Lavoisier TEC DOC, Vol.1,
588p.
[4] Hammiche, V. 1988. Systématique et morphologie botanique. Alger, OPU
[5] Belkhiri, A. 2000. Cours Pratiques de Pharmacognosie.1°Année Pharmacie
[6] Madaci. 2004. Cours de Botanique. Pharmacie. Université de Constantine.
[7] Bardeau, F. 1973. La pharmacie du Bon Dieu, Paris, Edition Stock, Vol.01, 334p.
[8] Moatti, R ; Fouron, R ; Donadieu, Y. 1983. La phytothérapie : thérapeutique différente. Paris,
Edition Librairie Maloine S.A., vol. 01, 245p.
[9] Hamdi Pacha, Y ; Bekhiri, A ; Benazzouz, M ; Benhamza, L ; Bensegni, L. 2002. 1- Evaluation
de l’activité cicatrisante suite à des brulures expérimentales de quelques plantes algériennes.
Rev. Méd. Pharm. Afr. Vol. 16-2002. 1-8.
[10] Iserin, P. 2001. Encyclopédie des plantes médicinales. London ypogly Edith Ybert, Tatiana
Delasalle- Feat. Vol 01, 10-17, 132, 335p.
[11] Hostettmann, K. 1997. Tout savoir sur le pouvoir des plantes sources de médicaments.
Lausanne, édition Favre S A, vol. 01, 239p.
[12] Ticli, B. 1997. L’herbier de santé. 1’édition, Paris, Edition VECCHI SAO, 01.206 p.
[13] Schweizer, M. 1997 Docteur Nopal, Le médecin du bon dieu. Edition APB (Aloe Plantes et
Beauté). Paris (France).
[14] Brian, R. 1930. De l’opuntia dans les états anxieux, Paris.
[15] Scheinvar, L. 1995. Taxonomy of utilized opuntia. In: Barbera, G., Inglese, P and E, Pimienta-
Barrios (eds.). Agro-ecology, cultivation and uses of cactus pear. FAO. Rome (Italy): 20-27.
[16] Shoop, M.C; Alford, E.J; Mayland, H.F; Range Mgmt, J. 1977. 30, 12‐16.
[17] Askar, A; El‐Samahy, S.K; Dtsch. Lebensm.‐Rundsch. 1981. 77 (8), 279‐281.
[18] Stintzing, F.C; Schieber, A; Carle, R. 2001. Eur Food Res. Technol. 212 (4), 396‐407.
[19] Annonyme. 1993. Table de composition des fruits exotiques. Dans Répertoire général des
Aliments. Pp.122‐124.
[20] Hamdi, M. 1997. Bioprocess Eng. 17 (6), 387‐391.
[21] Mohamed‐Yasseen, Y; Barringer, S.A; Splittstoesser, W.E; J. 1996. Arid Environ. 32 (3),
347‐353.
[22] Dominguez, L.A. 1995. Food Sci. Technol. Int. 1 (2&3), 65‐74.
[23] Shoop, M.C; Alford, E.J; Mayland, H.F; J. Range Mgmt. 1977. 30, 12‐16.
[24] De Cortazar, V.G; Nobel, P.S. 1992. J. Am. Soc. Hor. Sci. 117 (4), 558 ‐ 562.
[25] Gonzalez, C.L ; J. 1989. Arid Environ.16, 87‐94.
[26] Russel, C.E; Felker, P. 1985. Econ. Bot., 41, 433‐445.
74
Références Bibliographiques

[27] Poupon, J.E. 1975. Cactus et ressources fourragères. Dans Amélioration et aménagement des
parcours forestiers. MAMVA.
[28] Saenz, C. 2002. Acta Horticulturae, 581, 253‐263.
[29] Pimienta‐Barrios ; E, Ciencia. 1993. 44 (3), 339‐350.
[30] Palevitch, D. 1994. Int. J. Att. Comp. Med.
[31] Park, E.H; Kahng, J.H; Sang, H.L.K.H; Shin and K.H. 2001. Fitoterapia. 72 (3), 288 ‐ 290.
[32] Faivelay, R. 1920. Contribution à l’étude des cactées opuntiées, Paris.
[33] Diacono, H., Massa, V. 1948. Annuaire pharmacie française.
[34] Bouquet, J. 1921. Emploi médicinal de l’Opuntia en Afrique du Nord, in Bulletin de la Santé
de Pharmacologie.
[35] Garnier, Gabriel ; Bézanger-Beauquesne, Lucienne ; Debraux, Germaine. 1961. Ressources
médicinales de la Flore française, Vigot, Paris.
[36] Hobschette, A. 1929. Les cactacées médicinales, Thèse de Doctorat.
[37] Cern, P. 2003 clinical stadies, in vivo.
[38] Morgan, Ph; Spencer-Johns, R; Carruso, S. 1987. Ethnomédecine bulletin.
[39] Valnet, J. 1985. traitement des maladies par les légumes, les fruits et les céréales. Pp : 276 –
277.
[40] Habibi, Youssef. 2004. Contribution à l’étude morphologique, ultra structurale et chimique de
la figue de barbarie Les polysaccharides pariétaux: caractérisation et modification chimique.
These Doctorat, Université Joseph Fourier.
[41] Smallfield, B. Introduction to growing herbs for essential oils, medicinal and culinary
purposes. Crop & Food Research. Number 45, 4p. 2001.
[42] Bruneton, J. 1993. Pharmacognosie et phytochimie. Plantes médicinales. Paris, France:
Lavoisier. 278 - 279.
[43] Svoboda, K.P; Hampson, J.B. 1999. Bioactivity of essential oils of selected temperate
aromatic plants: antibacterial, antioxidant, anti-inflammatory and other related pharmacological
activities. Plant Biology Department, SAC Auchincruive, Ayr, Scotland, UK., KA6 5HW.
[44] Chen, C-N; Weng, M-S; Wu, C-L; Lin, J-K. 2004. Comparison of Radical Scavenging
Activity, Cytotoxic Effects and Apoptosis Induction in Human Melanoma Cells by Taiwanese
Propolis from Different Sources. CAM. 1(2), 175-185.
[45] Bernard, B. 1995. La nature des arômes et des parfums, Edition Estem pp: 42.
[46] Roulier, G. 1990. Les huiles essentielles pour votre santé : traité pratique d’aromathérapie.
Propriétés et indications thérapeutique des essences de plantes, Editions Dangles.
[47] Sharma, S; Sangwan, N. S; Sangwan, R. S. 2003. Developmental process of essential oil
glandular trichome collapsing in menthol mint. Current Science. 84 (4-25), 544-550.
[48] Arvy, M.P ; Gallanlin, F. 2003. Epices aromates et condiments, Edition Belin, pp : 18.
[49] Sallé, J-L. 1991. « Les huiles essentielles », synthèse d’aromathérapie et introduction à la
sympathicothérapie. Editions. Frison-Roche, Paris, 21.

75
Références Bibliographiques

[50] Sylvie, Verbois. 2003. Huiles essentielles et parfums qui guérissent et qui relaxent ; Edition :
Trajectoire, pp : 97.
[51] Rahili, G. 2002. La forêt algérienne. Institut national de la recherche forestière, Alger, (04),
pp : 29-31.
[52] Boizot, Nathalie ; Charpentier, Jean-Paul. 2006. Méthode rapide d'évaluation du contenu en
composés phénoliques des organes d'un arbre forestier, INRA-Amélioration génétique et
physiologie Forestières, Laboratoire d'analyses biochimiques, le cahier des techniques de
l'INRA, P 79, 80.
[53] Beta, T; Nam, S; Dexter, J. E; Sapirstein, H.D. 2005. Phenolic Content and Antioxidant
Activity of Pearled Wheat and Roller-Milled Fractions. Cereal Chem. 82(4), 390–393.
[54] King, A; Young, G. 1999. Characteristics and occurrence of phenolic phytochemicals .Journal
of the American dietetic association, 99:213-218.
[55] Bahorum, T. 1997. Substances Naturelles actives. La flore Mauricienne .une source
d’approvisionnement potentielle Food and Agricultural Research council Mauritias pp 83-94.
[56] Cetkovic, G; Canadanovic-Brunet, J; Djilas, S; Savatovic, S; Mandic, A; Tumbas, V.
2008.Assessment of polyphenolic content and in vitro antiradical characteristics of apple
pomace. Food Chemistry, 109:340-347.
[57] Psotova, J; Lasovsky, J; Vicar, J. 2003. Metal chelating properties, electrochemical behavior,
scavenging and cytoprotective activities of six natural phenolic. Biomed. Papers 174-153 p.
[58] Sarni-Manchado, P ; Cheynier, V. 2006. Les polyphénols en agroalimentaire, Lavoisier,
Editions Tec & Doc, 398 p. (ISBN 2-7430-0805-9)
[59] Lugasi, A ; Hóvári, J ; Sági, K.V ; Bíró. L. 2003. The role of antioxidant phytonutrients in the
prevention of diseases. Acta Biologica Szegediensis 47, 119-125.
[60] Wang, J; Mazza, G. 2002. Effects of anthocyanins and other phenolic compounds on the
production of tumor necrosis factor á in LPS/IFN-ã-activated RAW 264.7 macrophages. J.
Agric. Food Chem. 50, 4183-4189.
[61] Sharma, B; Viswanath, G; Salunke, R; Roy, P. 2008. Effects of flavonoid-rich extract from
seeds of Eugenia jambolana (L.) on carbohydrate and lipid metabolism in diabetic mice. Food
Chem., 110, 697-705.
[62] Mercader, A. G; Duchowicz, P. R; Fernández, F. M; Castro, E. A; Bennardi, D. O; Autino,
J.C; Romanelli, G. P. 2008. QSAR prediction of inhibition of aldose reductase for flavonoids.
Bioorgan. Med. Chem., 16, 7470–7476.
[63] Cushine, T.TP; Lamb, A.J. 2005. Antimicrobial activity of flavonoids. Int. J. antimicrob. Ag.
26, 343-356.
[64] Cushine, T.TP; Lamb A.J. 2005. Antimicrobial activity of flavonoids. Int. J. antimicrob. Ag.,
26, 343-356.
[65] Ziaee, A ; Zamansoltani, F ; Nassiri-Asl, M ; Abbasi, E. 2009. Effects of rut in on lipid profile
in hypercholesterolaemic rats. Basic Clin. Pharmacol. Toxicol. 104, 253-258.

76
Références Bibliographiques

[67] Hooper, L; Kroon, P.A; Rimm, E.B; Cohn, J.S; Harvey, I; Le Cornu, K.A; Ryder, J.J; Hall,
W.L; Cassidy, A. 2008. Flavonoids, flavonoid-rich foods, and cardiovascular risk: A meta-
analysis of randomized controlled trials. Am. J. Clin. Nutr. 88, 38-50.
[68] Lotito, S. B; Frei, B. 2006. Consumption of flavonoid-rich foods and increased plasma
antioxidant capacity in humans: Cause, consequence, or epiphenomenon? Free Radic. Biol.
Med., 41, 1727-1746.
[69] Yochum, L; Kushi, L.H; Meyer, K; Folsom, A.R., 1999. Dietary flavonoid intake and risk of
cardiovascular disease in postmenopausal women. Am. J. Epidemiol., 149, 943-949.
[70] Arts, I.C; Hollman, P.C; Feskens, E.J. 2001. Catechin intake might explain the inverse relation
between tea consumption and ischemic heart disease: the Zutphen Elderly Study. Am. J Clin
Nutr, 74, 227-232.
[71] Nakagawa, K; Kawagoe, M; Yoshimura, M; Arata, H; Minamikawa, T; Nakamura, M;
Matsumoto, A. 2000. Differential effects of flavonoid quercetin on oxidative damages induced
by hydrophilic and lipophilic radical generators in hepatic lysosomal fractions of mice. J.
Health Sci., 46, 509-512.
[72] Hirano, R; Sasamoto, W; Matsumoto, A; Itakura, H; Igarashi, O; Kondo, K. Antioxidant
ability of various flavonoids against DPPH radicals and LDL oxidation. J. Nutr Sci Vitaminol.,
47, 357-362.
[73] Kosmider, B; Osiecka, R. 2004. Flavonoid Compounds: A Review of Anticancer Properties
and Interactions with cis-Diamminedichloroplatinum (II). Drug. Dev. Res., 63, 200-211.
[74] Hemingway, R W. 1992. Structural variation in proanthocyanidins and their derivatives. In:
Lpant polyphenols: synthesis, properties, significande. Hemingway R W, Laks P. E. New York.
[75] Bruneton, J. 1999 Pharmacognosie, Phytochimie – Plantes médicinales – Techniques et
documentations, 3ème Edition, Lavoisier, p.3, 111, 159, 197, 205, 336, 385, 623.
[76] Nacef, S; Tekaya-karoui, A Ben Jannet, H; Mighri, Z. 2008. Identification de phytosterols,
d’un acide triterpenique, d’un O-heteroside et une coumarine dans la partie aerienne de la plante
convolvulus dorycnium L. poussant en Tunisie J.Soc.Alger.Chim., 18(2), 159-171 Journal de la
Société Algérienne de Chimie.
[77] Setchell, K.D.R; Lawson, A.M; Borriello, S.P; Harkness, R; Gordon, H ; Morgan, D.M.L ;
Kirk, D.N ; Adlercreutz, H ; Anderson, L.C; and Axelson, M. 1981. Lignan formation in man --
microbial involvement and possible roles in relation to cancer. The Lancet ii: 4-7.
[78] Duncan, A.M; Phipps, W.R; and Kurzer, M.S. 2003. Phyto-oestrogens. Best Pract Res Clin
Endocrinol Metab 17(2), 253-71.
[79] Jean-Pierre, Dedet. 2007. La microbiologie, de ses origines aux maladies émergentes Dunod,
Paris, ISBN 978-2-10-050806-8 p1.
[80] Nicklin, J. 2000. L’essentiel en Microbiologie Edition BERTI.
[81] Kenneth, Todar. 2004: "The Good, the Bad, and the Deadly". Web Review of Todar's Online
Textbook of Bacteriology (SCIENCE Magazine- June 4, - Vol 304: p. 1421).

77
Références Bibliographiques

[82] http://en.wikipedia.org/wiki/Escherichia_coli
[85] Ryan, KJ; Ray, CG. 2004. Sherris Medical Microbiology (4th ed.). McGraw Hill. ISBN 0-
8385-8529-9.
[87] Whitt, Dixie; Salyers, D; Abigail, A. 2002. "14". Bacterial Pathogenesis: A Molecular
Approach (2nd ed.). USA: ASM Press. ISBN 1-55581-171-X.
[88] Cenci-Goga, BT; Karama, M; Rossitto, PV; Morgante, RA; Cullor, JS. September 2003.
"Enterotoxin production by Staphylococcus aureus isolated from mastitic cows". Journal of
food protection 66 (9): 1693–6. PMID 14503727.
[89] Bornert, G. 2000. Le poulet sans salmonelles : mythe ou réalité ? Revue Méd. Vét. 151(12),
1083-1094.
[90] Service de Bactériologie polycopie Bactériologie DCEM1 2002 – 2003 Faculté de médecine
Pier et Maie Curie Université Paris-VI P63-64.
[91] Lockhart, SR; Abramson, MA; Beekmann, SE; et al.Oct 2007. Antimicrobial resistance
among Gram-negative bacilli causing infections in intensive care unit patients in the United
States between 1993 and 2004. J Clin Microbiol. ; 45(10):3352-9.
[92] Hidron, AI; Edwards, JR; Patel, J; Horan, TC; Sievert, DM; Pollock, DA. Nov 2008: NHSN
annual update: antimicrobial-resistant pathogens associated with healthcare-associated
infections: annual summary of data reported to the National Healthcare Safety Network at the
Centers for Disease Control and Prevention, 2006-2007. Infect Control Hosp Epidemiol. ;
29(11):996-1011.
[93] Nordmann, P; Cuzon, G; Naas, T. 2009. The real threat of Klebsiella pneumoniae
carbapenemase-producing bacteria. Lancet Infect Dis. 9(4):228-36.
[94] Miftode, E ; Dorneanu, O ; Leca, D ; Teodor, A ; Mihalache, D ; Filip, O ; et al. Apr-Jun 2008.
[Antimicrobial resistance profile of E. coli and Klebsiella spp. from urine in the Infectious
Diseases Hospital Iasi]. Rev Med Chir Soc Med Nat Iasi. ;113(2):478-82.
[95] Tu, YC; Lu, MC; Chiang, MK; Huang, SP; Peng, HL; Chang, HY; et al. May 11 2009.
Genetic requirements for Klebsiella pneumoniae-induced liver abscess in an oral infection
model. Infect Immun.
[96] Euzéby, JP. 2008. "Bacillus". List of Prokaryotic names with Standing in Nomenclature.
http://www.bacterio.cict.fr/b/bacillus.html. Retrieved 2008-11-18.
[97] Noirot, P. 2007. " Replication of the Bacillus subtilis chromosome ". Bacillus: Cellular and
Molecular Biology (Graumann, P. ed.).Caister Academic Press. ISBN 978-1-904455-12-7.
http://www.horizonpress.com/bac
[98] Madigan, M; Martinko, J. 2005. Brock Biology of Microorganisms (11th ed.). Prentice Hall.
ISBN 0-13-144329-1
[99] Ryan, KJ; Ray, CG. 2004. Sherris Medical Microbiology (4th ed.). McGraw, Hill. ISBN 0-
8385-8529-9.

78
Références Bibliographiques

[100] Cooper, M; Tavankar, GR; Williams, HD. 2003. "Regulation of expression of the cyanide-
insensitive terminal oxidase in Pseudomonas aeruginosa". Microbiology 149 (Pt 5): 1275–84.
doi:10.1099/mic.0.26017-0. PMID 12724389.
[101] Prithiviraj, B; Bais, H; Weir, T; Suresh, B; Najarro, E; Dayakar, B; Schweizer, H; Vivanco,
J. 2005. "Down regulation of virulence factors of Pseudomonas aeruginosa by salicylic acid
attenuates its virulence on Arabidopsis thaliana and Caenorhabditis elegans.". Infect Immun 73
(9): 5319–28. doi: 10.1128/IAI.73.9.5319-5328.2005. PMID 16113247

79
Annexes
Annexes

Annexes
Spectres MS caractéristiques des différents constituants des deux huiles essentielles

 Spectre HE des fleures :

Peak#:1 R.Time:2.2(Scan#:18)
MassPeaks:21
RawMode:Averaged 2.2-2.2(17-19)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:2 R.Time:3.3(Scan#:112)
MassPeaks:36
RawMode:Averaged 3.3-3.3(111-113)
BG Mode:Calc. from Pea

Peak#:3 R.Time:4.0(Scan#:172)
MassPeaks:16
RawMode:Averaged 4.0-4.0(171-173)
BG Mode:Calc. from Peak

80
Annexes

Peak#:4 R.Time:4.3(Scan#:197)
MassPeaks:24
RawMode:Averaged 4.3-4.3(196-198)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:5 R.Time:4.5(Scan#:218)
MassPeaks:11
RawMode:Averaged 4.5-4.5(217-219)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:6 R.Time:4.8(Scan#:241)
MassPeaks:15
RawMode:Averaged 4.8-4.8(240-242)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:7 R.Time:5.0(Scan#:257)
MassPeaks:8
RawMode:Averaged 5.0-5.0(256-258)
BG Mode:Calc. from Peak

81
Annexes

Peak#:8 R.Time:5.4(Scan#:291)
MassPeaks:27
RawMode:Averaged 5.4-5.4(290-292)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:9 R.Time:5.6(Scan#:306)
MassPeaks:13
RawMode:Averaged 5.5-5.6(305-307)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:10 R.Time:5.6(Scan#:314)
MassPeaks:16
RawMode:Averaged 5.6-5.7(313-315)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:11 R.Time:5.8(Scan#:329)
MassPeaks:10
RawMode:Averaged 5.8-5.8(328-330)
BG Mode:Calc. from Peak

82
Annexes

Peak#:12 R.Time:6.0(Scan#:344)
MassPeaks:10
RawMode:Averaged 6.0-6.0(343-345)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:13 R.Time:6.1(Scan#:350)
MassPeaks:17
RawMode:Averaged 6.1-6.1(349-351)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:14 R.Time:6.4(Scan#:378)
MassPeaks:9
RawMode:Averaged 6.4-6.4(377-379)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:15 R.Time:6.5(Scan#:386)
MassPeaks:8
RawMode:Averaged 6.5-6.5(385-387)
BG Mode:Calc. from Peak

83
Annexes

Peak#:16 R.Time:6.7(Scan#:407)
MassPeaks:18
RawMode:Averaged 6.7-6.7(406-408)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:17 R.Time:7.0(Scan#:426)
MassPeaks:13
RawMode:Averaged 6.9-7.0(425-427)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:18 R.Time:7.3(Scan#:452)
MassPeaks:13
RawMode:Averaged 7.3-7.3(451-453)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:19 R.Time:7.6(Scan#:480)
MassPeaks:22
RawMode:Averaged 7.6-7.6(479-481)
BG Mode:Calc. from Peak

84
Annexes

Peak#:20 R.Time:8.3(Scan#:541)
MassPeaks:15
RawMode:Averaged 8.3-8.3(540-542)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:21 R.Time:8.7(Scan#:574)
MassPeaks:21
RawMode:Averaged 8.7-8.7(573-575)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:22 R.Time:9.2(Scan#:621)
MassPeaks:18
RawMode:Averaged 9.2-9.2(620-622)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:23 R.Time:9.7(Scan#:664)
MassPeaks:28
RawMode:Averaged 9.7-9.7(663-665)
BG Mode:Calc. from Peak

85
Annexes

Peak#:24 R.Time:10.9(Scan#:764)
MassPeaks:22
RawMode:Averaged 10.9-10.9(763-765)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:25 R.Time:12.3(Scan#:887)
MassPeaks:11
RawMode:Averaged 12.3-12.3(886-888)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:26 R.Time:13.1(Scan#:956)
MassPeaks:23
RawMode:Averaged 13.1-13.2(955-957)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:27 R.Time:14.8(Scan#:1098)
MassPeaks:16
RawMode:Averaged 14.8-14.8(1097-1099)
BG Mode:Calc. from Peak

86
Annexes

Peak#:28 R.Time:18.0(Scan#:1375)
MassPeaks:29
RawMode:Averaged 18.0-18.0(1374-1376)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:29 R.Time:39.6(Scan#:3222)
MassPeaks:18
RawMode:Averaged 39.6-39.6(3221-3223)
BG Mode:Calc. from Peak

Les conditions chromatographiques

===== Analytical Line 1 =====


[GC-2010]
Column Oven Temp. :55.0 °C
Injection Temp. :250.00 °C
Injection Mode :Split
Flow Control Mode :Linear Velocity
Pressure :24.4 kPa
Total Flow :17.7 mL/min
Column Flow :0.77 mL/min
Linear Velocity :35.0 cm/sec
Purge Flow :1.5 mL/min
Split Ratio :20.0
High Pressure Injection :OFF
Carrier Gas Saver :OFF
Splitter Hold :OFF
Oven Temp. Program
Rate Temperature(°C) Hold Time(min)
- 55.0 3.00
3.0 120.0 5.00
5.0 180.0 0.00
< Ready Check Heat Unit >
Column Oven : Yes
SPL1 : Yes
MS : Yes
< Ready Check Detector(FTD) >
< Ready Check Baseline Drift >
< Ready Check Injection Flow >

87
Annexes

SPL1 Carrier : Yes


SPL1 Purge : Yes
< Ready Check APC Flow >
< Ready Check Detector APC Flow >
External Wait :No
Equilibrium Time :0.0 min
[GC Program]
[GCMS-QP2010]
IonSourceTemp :200.00 °C
Interface Temp. :250.00 °C
Solvent Cut Time :2.00 min
Detector Gain Mode :Relative
Detector Gain :0.00 kV
Threshold :1000
[MS Table]
Group : 1
Start Time :2.00min
End Time :40.67min
ACQ Mode :Scan
Interval :0.70sec
Scan Speed : 625
Start m/z :40.00
End m/z :450.00
Sample Inlet Unit :GC
[MS Program]
Use MS Program :OFF

88
Annexes

 Spectre HE des grains :

Peak#:1 R.Time:2.1(Scan#:7)
MassPeaks:35
RawMode:Averaged 2.1-2.1(6-8)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:2 R.Time:2.2(Scan#:15)
MassPeaks:34
RawMode:Averaged 2.2-2.2(14-16)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:3 R.Time:2.7(Scan#:64)
MassPeaks:35
RawMode:Averaged 2.7-2.7(63-65)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:4 R.Time:3.0(Scan#:87)
MassPeaks:41
RawMode:Averaged 3.0-3.0(86-88)
BG Mode:Calc. from Peak

89
Annexes

Peak#:5 R.Time:3.1(Scan#:99)
MassPeaks:37
RawMode:Averaged 3.1-3.2(98-100)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:6 R.Time:3.2(Scan#:106)
MassPeaks:41
RawMode:Averaged 3.2-3.2(105-107)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:7 R.Time:3.4(Scan#:123)
MassPeaks:52
RawMode:Averaged 3.4-3.4(122-124)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:8 R.Time:3.6(Scan#:135)
MassPeaks:24
RawMode:Averaged 3.6-3.6(134-136)
BG Mode:Calc. from Peak

90
Annexes

Peak#:9 R.Time:3.6(Scan#:142)
MassPeaks:27
RawMode:Averaged 3.6-3.7(141-143)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:10 R.Time:4.0(Scan#:171)
MassPeaks:37
RawMode:Averaged 4.0-4.0(170-172)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:11 R.Time:4.1(Scan#:182)
MassPeaks:15
RawMode:Averaged 4.1-4.1(181-183)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:12 R.Time:4.3(Scan#:196)
MassPeaks:30
RawMode:Averaged 4.3-4.3(195-197)
BG Mode:Calc. from Peak

91
Annexes

Peak#:13 R.Time:4.5(Scan#:217)
MassPeaks:23
RawMode:Averaged 4.5-4.5(216-218)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:14 R.Time:4.6(Scan#:222)
MassPeaks:40
RawMode:Averaged 4.6-4.6(221-223)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:15 R.Time:4.7(Scan#:233)
MassPeaks:37
RawMode:Averaged 4.7-4.7(232-234)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:16 R.Time:4.8(Scan#:241)
MassPeaks:43
RawMode:Averaged 4.8-4.8(240-242)
BG Mode:Calc. from Peak

92
Annexes

Peak#:17 R.Time:5.0(Scan#:255)
MassPeaks:28
RawMode:Averaged 5.0-5.0(254-256)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:18 R.Time:5.2(Scan#:272)
MassPeaks:28
RawMode:Averaged 5.2-5.2(271-273)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:19 R.Time:5.4(Scan#:291)
MassPeaks:50
RawMode:Averaged 5.4-5.4(290-292)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:20 R.Time:5.6(Scan#:306)
MassPeaks:47
RawMode:Averaged 5.5-5.6(305-307)
BG Mode:Calc. from Peak

93
Annexes

Peak#:21 R.Time:5.6(Scan#:313)
MassPeaks:46
RawMode:Averaged 5.6-5.7(312-314)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:22 R.Time:5.7(Scan#:321)
MassPeaks:36
RawMode:Averaged 5.7-5.7(320-322)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:23 R.Time:5.8(Scan#:329)
MassPeaks:40
RawMode:Averaged 5.8-5.8(328-330)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:24 R.Time:5.9(Scan#:339)
MassPeaks:40
RawMode:Averaged 5.9-6.0(338-340)
BG Mode:Calc. from Peak

94
Annexes

Peak#:25 R.Time:6.0(Scan#:344)
MassPeaks:33
RawMode:Averaged 6.0-6.0(343-345)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:26 R.Time:6.1(Scan#:351)
MassPeaks:45
RawMode:Averaged 6.1-6.1(350-352)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:27 R.Time:6.2(Scan#:359)
MassPeaks:37
RawMode:Averaged 6.2-6.2(358-360)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:28 R.Time:6.4(Scan#:374)
MassPeaks:48
RawMode:Averaged 6.3-6.4(373-375)
BG Mode:Calc. from Peak

95
Annexes

Peak#:29 R.Time:6.5(Scan#:383)
MassPeaks:33
RawMode:Averaged 6.4-6.5(382-384)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:30 R.Time:6.7(Scan#:408)
MassPeaks:53
RawMode:Averaged 6.7-6.8(407-409)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:31 R.Time:6.8(Scan#:416)
MassPeaks:79
RawMode:Averaged 6.8-6.9(415-417)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:32 R.Time:7.2(Scan#:449)
MassPeaks:59
RawMode:Averaged 7.2-7.2(448-450)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:33 R.Time:7.6(Scan#:478)

96
Annexes

MassPeaks:51
RawMode:Averaged 7.6-7.6(477-479)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:34 R.Time:7.7(Scan#:492)
MassPeaks:47
RawMode:Averaged 7.7-7.7(491-493)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:35 R.Time:8.8(Scan#:585)
MassPeaks:53
RawMode:Averaged 8.8-8.8(584-586)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:36 R.Time:8.9(Scan#:591)
MassPeaks:23
RawMode:Averaged 8.9-8.9(590-592)
BG Mode:Calc. from Peak

97
Annexes

Peak#:37 R.Time:9.1(Scan#:605)
MassPeaks:48
RawMode:Averaged 9.0-9.1(604-606)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:38 R.Time:9.7(Scan#:663)
MassPeaks:58
RawMode:Averaged 9.7-9.7(662-664)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:39 R.Time:10.2(Scan#:706)
MassPeaks:53
RawMode:Averaged 10.2-10.2(705-707)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:40 R.Time:10.3(Scan#:717)
MassPeaks:59
RawMode:Averaged 10.3-10.4(716-718)
BG Mode:Calc. from Peak

98
Annexes

Peak#:41 R.Time:10.5(Scan#:727)
MassPeaks:38
RawMode:Averaged 10.5-10.5(726-728)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:42 R.Time:10.6(Scan#:740)
MassPeaks:33
RawMode:Averaged 10.6-10.6(739-741)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:43 R.Time:10.9(Scan#:765)
MassPeaks:63
RawMode:Averaged 10.9-10.9(764-766)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:44 R.Time:11.5(Scan#:815)
MassPeaks:42
RawMode:Averaged 11.5-11.5(814-816)
BG Mode:Calc. from Peak

99
Annexes

Peak#:45 R.Time:11.8(Scan#:841)
MassPeaks:52
RawMode:Averaged 11.8-11.8(840-842)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:46 R.Time:12.3(Scan#:887)
MassPeaks:38
RawMode:Averaged 12.3-12.3(886-888)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:47 R.Time:12.7(Scan#:915)
MassPeaks:44
RawMode:Averaged 12.7-12.7(914-916)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:48 R.Time:12.9(Scan#:933)
MassPeaks:46
RawMode:Averaged 12.9-12.9(932-934)
BG Mode:Calc. from Peak

100
Annexes

Peak#:49 R.Time:13.2(Scan#:957)
MassPeaks:59
RawMode:Averaged 13.1-13.2(956-958)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:50 R.Time:13.4(Scan#:980)
MassPeaks:59
RawMode:Averaged 13.4-13.4(979-981)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:51 R.Time:13.6(Scan#:992)
MassPeaks:58
RawMode:Averaged 13.6-13.6(991-993)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:52 R.Time:13.9(Scan#:1023)
MassPeaks:60
RawMode:Averaged 13.9-13.9(1022-1024)
BG Mode:Calc. from Peak

101
Annexes

Peak#:53 R.Time:14.2(Scan#:1049)
MassPeaks:61
RawMode:Averaged 14.2-14.2(1048-1050)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:54 R.Time:14.7(Scan#:1089)
MassPeaks:52
RawMode:Averaged 14.7-14.7(1088-1090)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:55 R.Time:17.4(Scan#:1323)
MassPeaks:42
RawMode:Averaged 17.4-17.4(1322-1324)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:56 R.Time:17.7(Scan#:1346)
MassPeaks:68
RawMode:Averaged 17.7-17.7(1345-1347)
BG Mode:Calc. from Peak

102
Annexes

Peak#:57 R.Time:17.8(Scan#:1359)
MassPeaks:61
RawMode:Averaged 17.8-17.9(1358-1360)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:58 R.Time:18.0(Scan#:1375)
MassPeaks:95
RawMode:Averaged 18.0-18.0(1374-1376)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:59 R.Time:18.3(Scan#:1397)
MassPeaks:74
RawMode:Averaged 18.3-18.3(1396-1398)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:60 R.Time:19.0(Scan#:1455)
MassPeaks:44
RawMode:Averaged 19.0-19.0(1454-1456)
BG Mode:Calc. from Peak

103
Annexes

Peak#:61 R.Time:22.4(Scan#:1749)
MassPeaks:38
RawMode:Averaged 22.4-22.4(1748-1750)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:62 R.Time:22.7(Scan#:1776)
MassPeaks:103
RawMode:Averaged 22.7-22.7(1775-1777)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:63 R.Time:22.9(Scan#:1793)
MassPeaks:72
RawMode:Averaged 22.9-22.9(1792-1794)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:64 R.Time:23.1(Scan#:1813)
MassPeaks:48
RawMode:Averaged 23.1-23.2(1812-1814)
BG Mode:Calc. from Peak

104
Annexes

Peak#:65 R.Time:24.2(Scan#:1905)
MassPeaks:55
RawMode:Averaged 24.2-24.2(1904-1906)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:66 R.Time:27.0(Scan#:2145)
MassPeaks:132
RawMode:Averaged 27.0-27.0(2144-2146)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:67 R.Time:32.4(Scan#:2609)
MassPeaks:69
RawMode:Averaged 32.4-32.4(2608-2610)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:68 R.Time:32.9(Scan#:2648)
MassPeaks:40
RawMode:Averaged 32.9-32.9(2647-2649)
BG Mode:Calc. from Peak

105
Annexes

Peak#:69 R.Time:38.8(Scan#:3152)
MassPeaks:37
RawMode:Averaged 38.8-38.8(3151-3153)
BG Mode:Calc. from Peak

Peak#:70 R.Time:39.0(Scan#:3169)
MassPeaks:79
RawMode:Averaged 38.9-39.0(3168-3170)
BG Mode:Calc. from Peak

Les conditions chromatographiques


===== Analytical Line 1 =====
[GC-2010]
Column Oven Temp. :55.0 °C
Injection Temp. :250.00 °C
Injection Mode :Split
Flow Control Mode :Linear Velocity
Pressure :24.4 kPa
Total Flow :17.7 mL/min
Column Flow :0.77 mL/min
Linear Velocity :35.0 cm/sec
Purge Flow :1.5 mL/min
Split Ratio :20.0
High Pressure Injection :OFF
Carrier Gas Saver :OFF
Splitter Hold :OFF
Oven Temp. Program
Rate Temperature(°C) Hold Time(min)
- 55.0 3.00
3.0 120.0 5.00
5.0 180.0 0.00
< Ready Check Heat Unit >
Column Oven : Yes
SPL1 : Yes
MS : Yes
< Ready Check Detector(FTD) >

106
Annexes

< Ready Check Baseline Drift >


< Ready Check Injection Flow >
SPL1 Carrier : Yes
SPL1 Purge : Yes
< Ready Check APC Flow >
< Ready Check Detector APC Flow >
External Wait :No
Equilibrium Time :0.0 min
[GC Program]
[GCMS-QP2010]
IonSourceTemp :200.00 °C
Interface Temp. :250.00 °C
Solvent Cut Time :2.00 min
Detector Gain Mode :Relative
Detector Gain :0.00 kV
Threshold :1000
[MS Table]
Group : 1
Start Time :2.00min
End Time :40.67min
ACQ Mode :Scan
Interval :0.70sec
Scan Speed : 625
Start m/z :40.00
End m/z :450.00
Sample Inlet Unit :GC
[MS Program]
Use MS Program :OFF

107
Annexes

Les réactifs

Folin : Le réactif est constitué par un mélange d’acide phosphotungstique (H3PW12O40)


et d’acide phosphomolybdique (H3PMo12O40). Il est réduit, lors de l’oxydation des
phénols, en un mélange d’oxydes bleus de tungstène et de molybdène (Ribéreau-
Gayon, 1968). La coloration produite, dont l’absorption maximum est comprise entre
725 et 750 nm est proportionnelle à la quantité de polyphénols présents dans les
extraits végétaux.
Vanilline :
Vanilline……………………….1g
Méthanol……………………….50ml
Bouillons nutritif :
Extrait de viande……………….5g
Peptone……………………..…10g
Chlorure de sodium…………….5g
pH=7.2
Gélose nutritif :
Peptone de viande……………..10g
Extrait de viande………………03g
Extrait de levure……………….03g
Chlorure de sodium……………05g
Agar……………………………18g
pH=7.3
Gélose Sabouraud :
Neopeptone……………………10g
Glucose……………………...…20g
Agar…………………………....20g
pH= 6.5
Sabouraud liquide :
Neopeptone……………………10g
Glucose……………………...…20g
pH= 6.5

108
Annexes

Préparation des solutions

Dosage des sels minéraux : Na+, K+, Ca2+.


 Solution mère d’étalon Na  :
2,54 g Nacl /1l H 2O distillée équivalent à 1g Na  .
Dilution :
 20ml de la solution mère, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution1  200mg Na  .
 50ml de la solution1, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution2  100mg Na  .
 50ml de la solution2, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution3  50mg Na  .
 50ml de la solution3, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution4  25mg Na  .
 50ml de la solution4, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution5  12.5mg Na  .

 Solution mère d’étalon K  :


1,91g Kcl /1l H 2O distillée équivalent à 1g K  .
Même dilution.
 Solution mère d’étalon Ca 2  :
2,77g Cacl2 /1l H 2O distillée équivalent à 1g Ca 2  .
Même dilution.

Dosage des sucres :


Solution mère d’étalon de glucose :
1g de glucose /1l H 2O distillée
Dilution :
 20ml de la solution mère, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution1  200mg/l.
 40ml de la solution mère, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution2  400mg/l.
 60ml de la solution mère, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution3  600mg/l.
 80ml de la solution mère, ajuster à 100ml par H 2O distillée. Solution4  800mg/l.

109
Annexes

Les Courbes d’etalonages

Courbe d’étalonnage Na+

Courbe d'etalonnage Na+ y = 0,0055x + 0,0169


R² = 0,9957
1,2
1
0,8
DO

0,6
0,4
0,2
0
0 50 100 150 200 250
Concentration mg/l

Courbe d’étalonnage Ca++

Courbe d'etalonnage Ca++y = 0,0163x + 0,0046


3,5 R² = 0,9996
3
2,5
2
DO

1,5
1
0,5
0
0 50 100 150 200 250
Concentration mg/l

Courbe d’étalonnage K+

Courbe d'etalonnage K+ y = 0,0045x + 0,0134


1 R² = 0,9972

0,8
0,6
DO

0,4
0,2
0
0 50 100 150 200 250
Concentration mg/l

110
Annexes

Courbe d’étalonnage

courbe d'etalonnage glucose


y = 0,0036x + 0,0151
R² = 0,9771
5
4
Absorbance

3
2
1
0
0 200 400 600 800 1000 1200
Concentration mg/l

111