Vous êtes sur la page 1sur 9

Gouvernance mondiale des risques et capacités du G20, 

G8 et
du BRICS
Les défis de la gouvernance mondiale génèrent une demande de gouvernance mondiale de la
part des institutions internationales multilatérales qui ne peut être satisfaite par l'offre
disponible. Les priorités nationales des États membres des institutions internationales
façonnent également la demande d'action collective. La capacité des institutions à forger un
consensus et à prendre des décisions collectives peut être transformée en offre de
gouvernance mondiale. Le pays qui préside une institution doit aligner les deux types de
demande (risques mondiaux et priorités des membres) sur la capacité de l'institution et ses
priorités, intérêts et capacités nationaux. La chaire devrait également être guidée par une
évaluation comparative de l'efficacité des institutions internationales traiter des problèmes
mondiaux spécifiques.

Cette approche permet au président d'élaborer un programme innovant sur la base d'une


analyse comparative des capacités des institutions plurilatérales au sommet (ISP) telles que
le Groupe des Sept ou Huit (G7 / 8), le Groupe des 20 (G20) et les BRICS (Brésil, Russie,
Inde, Chine et Afrique du Sud) pour répondre aux défis mondiaux prévus. Sans restreindre la
flexibilité du président, il offre la possibilité d'étendre la coopération entre les présidences,
telles que la troïka du G20 des résidences p sortantes, actuelles et entrantes. Cela contribue
également à améliorer la coordination entre les institutions. Ainsi, pour la Russie, qui devait
présider le G20 en 2013, le G8 en 2014 et les BRICS en 2015, une séquence des trois
présidences a présenté une occasion unique d'influencer les processus mondiaux
en équilibrant les conditions externes et les priorités nationales.

Ce chapitre propose une approche prospective et sensible à la demande de la définition de


l'agenda et de la prise de mesures de l'ISP, plutôt que l'approche dominante consistant à se
concentrer sur les sujets de base, à voir ce qui n'est pas discuté et à réduire ou réduire le
reste. Il soutient que le travail de chaque institution devrait aborder les risques et les défis les
plus pertinents pour ses missions et ses capacités. L'agenda du G20 devrait se concentrer sur
la gestion des risques économiques. Le G7 / 8 devrait donner la priorité
aux risques géopolitiques et technologiques. Le programme innovant à long terme du
sommet des BRICS devrait aborder les risques sociétaux. Une telle approche servira de base
solide pour une division du travail qui maximise la contribution des trois institutions pour
surmonter les faiblesses en gouvernance mondiale. Cependant, des risques systémiques
surviennent, tels que de graves disparités de revenus, les conséquences négatives imprévues
de la réglementation, la négligence prolongée des infrastructures et l'extrême volatilité des
prix de l'énergie et de l'agriculture. Ces risques exigent une coopération et une coordination
entre le G7 / 8, le G20 et les BRICS. Un juste équilibre entre la coopération et la division
du travail renforcera les capacités des institutions à gérer les risques mondiaux.

Méthodologie

Pour identifier les défis mondiaux, ce chapitre s'appuie sur les conclusions des septième et
huitième éditions des rapports sur les risques mondiaux publiés par le Forum économique
mondial (WEF2011, 2012). Cette analyse annuelle des risques pour la décennie à venir, une
initiative du Réseau de réponse aux risques du WEF depuis 2006, a été utilisée parce que,
premièrement, elle identifie les problèmes mondiaux les plus importants et leurs
interconnexions, et contribue à la compréhension des objectifs difficiles de la communauté
internationale et les trois institutions examinées ici. Deuxièmement, les rapports du WEF
de 2011 et 2012 ont identifié les inégalités économiques et les échecs de la gouvernance
mondiale comme les risques les plus urgents. Ces risques « influencent à la fois l'évolution de
nombreux autres risques mondiaux et inhibent [la] capacité d'y répondre efficacement
» ( WEF 2011, 6). La gestion globale des risques est entravée par un paradoxe du XXIe
siècle: `` les conditions qui rendent une meilleure gouvernance mondiale si cruciale
- intérêts divergents, incitations contradictoires et normes et valeurs différentes - sont
également celles qui rendent sa réalisation si difficile, complexe et désordonnée » (WEF 2011,
6). Le G20 était considéré comme « le développement le plus prometteur de la gouvernance
mondiale », mais il n'a pas prouvé son efficacité (WEF 2011, 6).

Les cinq catégories de risques identifiées - économique, sociétal, géopolitique, technologique


et environnemental - figurent à l'ordre du jour du G20, du G7 / 8 et des BRICS. Une
meilleure compréhension des priorités et des capacités de chaque institut permet ainsi de
formuler des propositions susceptibles d'améliorer l'efficacité de leur gouvernance. En outre,
les résultats de l’analyse prospective des risques globaux peuvent constituer une base
objective pour soutenir les positions et propositions de la présidence concernant l’ordre du
jour de l’institut, lors des discussions avec ses partenaires.

Ce chapitre évalue les capacités du G20, du G7 / 8 et des BRICS à gérer les risques futurs. Il
s'appuie sur l'analyse des documents officiels et des décisions prises lors des sommets et dans
d'autres formats institutionnels. Les 25 risques présentant le plus grand nombre
d'indicateurs « d'impact et de probabilité » ont été analysés (voir l'annexe 5.A). Ils
comprennent sept risques environnementaux, sept géopolitiques, six économiques, quatre
sociétaux et un technologique. Les documents qui ont été évalués étaient les documents du
G20 issus du premier sommet de 2008 à 2013, tous les documents du G8 émis entre 1998
(année où la Russie a rejoint l'institution en tant que membre à part entière) et 2013, et les
documents BRICS émis entre les pays étrangers. La réunion des ministres des affaires
étrangères en 2008 et le sommet en 2013. Pour le G8, l'importance d'un risque dans le
passé a donc été prise en compte, mais l'évaluation a été avant tout sur la base des risques
inscrits à l'ordre du jour entre 2009 et 2013, après le début de la crise financière mondiale
qui a conduit à de nouvelles formes de coopération et modifié les agendas des institutions
multilatérales.

L'importance d'un problème a été évaluée sur une échelle de un (faible importance) à trois
(forte importance). L'importance a été jugée élevée si elle était non seulement délibérée dans
les documents de l'institution et que les dirigeants se mettaient d'accord sur une direction,
mais aussi si les dirigeants prenaient des engagements spécifiques ou créaient des formes
spéciales de coopération pertinentes au sein de l'institution. Si un risque et une action
collective associée étaient identifiés et que des engagements spécifiques étaient pris sans
mécanismes de mise en œuvre, son importance était évaluée comme moyenne (un score de
deux). Un faible niveau d'importance a été attribué aux risques qui ont été mentionnés mais
non traités par les dirigeants par des décisions ou des mandats concrets.

Tout d'abord, les catégories de risque globales les plus pertinentes pour la mission de chaque
institution ont été identifiées. Ensuite, les risques ont été vérifiés et ajustés en fonction de
leur niveau d'importance pour les agendas actuels. Les catégories ont ainsi été
complétées par les risques les plus importants pour chaque établissement. La comparaison
des catégories pour chaque institution a permis de proposer des recommandations pour les
agendas du G20, du G7 / 8 et des BRICS qui aspirent à renforcer leurs capacités de
gouvernance.
Risques mondiaux

Des évaluations d'experts de 50 risques mondiaux ont été réalisées en 2012. La probabilité et


l'impact potentiel de chaque risque ont été estimés sur une échelle de cinq points (voir
l'annexe 5.B).

Un centre de gravité, qui est le risque ayant la plus grande importance systémique,
a été identifié pour la catégorie, comme suit:

• déséquilibres budgétaires chroniques (économiques), exacerbés par une inflation ou une


déflation ingérable, des crises de liquidité récurrentes, une négligence prolongée des
infrastructures, des déséquilibres chroniques du marché du travail et une mauvaise gestion
du vieillissement de la population;       

• les émissions de gaz à effet de serre (environnementales), exacerbées par une pollution


irrémédiable, un échec de l'adaptation au changement climatique et des conditions
météorologiques extrêmes persistantes;       

• l'échec de la gouvernance mondiale (géopolitique), positionné au centre du système,


exacerbant d'autres risques d'importance systémique, et affecté par tous les autres risques, en
particulier la corruption omniprésente enracinée, les États fragiles critiques, l'échec de la
résolution diplomatique des conflits, la réaction contre la mondialisation et terrorisme;       

• une croissance démographique non durable (sociétale), liée à des migrations non gérées,
une urbanisation mal gérée, des problèmes non résolus dans des États fragiles critiques, une
mauvaise gestion du vieillissement de la population, des crises de pénurie alimentaire et une
mauvaise gestion de l'utilisation des terres et des voies navigables; et       

• défaillance des systèmes critiques (technologiques), exacerbée par les cyberattaques, les


incidents massifs de fraude ou de vol de données, la désinformation numérique massive, le
terrorisme et la négligence prolongée des infrastructures.       

Les principaux groupes du système de risque mondial, qui comprennent des risques dans
plusieurs catégories, sont liés par les "connecteurs critiques" d'une grave disparité des
revenus, d'une défaillance financière systémique majeure, des conséquences négatives
imprévues de la réglementation et de l'extrême volatilité des prix de l'énergie et de
l'agriculture. Tous les connecteurs critiques relèvent de la catégorie économique.

Clusters mondiaux de risque dans le contexte de chaque institution

La gouvernance mondiale des risques peut être plus efficace si elle est abordée de
manière systémique. Cela signifie que la coopération dans le cadre du G20, du G7 / 8 et des
BRICS doit se concentrer sur les grappes de risques pertinentes de chaque institution. Les
éléments centraux de chaque cluster sont les risques d'importance systémique. Les
principaux risques qui y sont liés, y compris les plus importants d'un point de vue critique,
peuvent appartenir à plusieurs clusters. Ainsi, le risque de graves disparités de revenus est un
lien essentiel reliant les grappes économiques, géopolitiques et sociétales aux déséquilibres
budgétaires chroniques, à l'échec de la gouvernance mondiale et à la croissance
démographique insoutenable en tant que centres de gravité respectifs. Un autre exemple est
le risque d'une défaillance financière systémique majeure reliant les grappes économiques,
géopolitiques et technologiques, avec une défaillance critique des systèmes comme centre de
gravité dans le latte r. La volatilité extrême des prix de l'énergie et des produits agricoles est
un lien essentiel reliant les grappes sociétales, géopolitiques et environnementales. Le
quatrième lien critique - le risque de conséquences négatives imprévues de la réglementation
- relie les clusters technologiques, géopolitiques et environnementaux. Pour de
tels risques, une décision est requise concernant le mode de coopération, d'engagement ou de
division du travail de l'institution. Une telle approche systémique des grappes de risques
s'applique bien à l'analyse du G20 et du G8, comme illustré ci-dessous.

G20

Le risque de déséquilibres budgétaires chroniques est le centre de gravité de la catégorie


économique. Le cluster des déséquilibres budgétaires chroniques contient tous les risques
d'importance systémique - les connecteurs critiques, ainsi que les risques d'inflation ou de
déflation ingérables, de crises de liquidité récurrentes, de négligence prolongée des
infrastructures et de déséquilibres chroniques du marché du travail (voir la figure 5.2). Tous
les risques de ce cluster appartiennent à la catégorie économique. Le risque d'échec de la
gouvernance mondiale, qui est au cœur de la catégorie des risques géopolitiques, est
également inclus dans le cluster des déséquilibres chroniques. Le risque géopolitique
de corruption généralisée et enracinée est étroitement lié , qui est également inclus dans le
cluster des déséquilibres budgétaires chroniques.

Les risques économiques font partie de l'agenda du G20 depuis son lancement. Les priorités
du G20 comprennent la réforme du système monétaire et financier international et la
recherche de nouvelles formes de réglementation du secteur financier. Alors que l'action
collective vise à surmonter les lacunes de la gouvernance mondiale, en renforçant les
réglementations existantes et en en créant de nouvelles, le G20 ne prête pas suffisamment
attention au risque de conséquences négatives imprévues. Dans la perspective du sommet de
Los Cabos de 2012, le Conseil de stabilité financière ([FSB] 2012) a présenté un rapport
aux dirigeants du G20 sur les effets imprévus potentiels des réformes réglementaires dans les
marchés émergents et les économies en développement. Cependant, les documents de Los
Cabos ne contenaient aucune décision sur les recommandations et les questions abordées
dans le rapport. La déclaration mentionnait seulement l'utilité d'un suivi plus approfondi et
d'un `` dialogue entre le CSF, les normalisateurs, les institutions financières internationales
et les autorités nationales

La relation du G8-G20 dans la gouvernance mondiale

EMDE [marchés émergents et économies en développement], pour faire face aux


conséquences imprévues importantes en tant que propriété sans préjudice de notre
engagement à mettre en œuvre les réformes convenues » (G20 2012). À Saint-Pétersbourg en
2013, les dirigeants ont franchi une étape supplémentaire en invitant le FSB à surveiller
l'impact des réformes de la réglementation financière sur l'offre de financement des
investissements à long terme (G20 2013b).

L'approche systémique oblige également le G20 à se concentrer davantage sur la question de


la disparité des revenus, qui n'est pas encore bien établie parmi ses priorités. La disparité des
revenus a été soulevée pour la première fois sous la présidence française en 2011 dans
le cadre de la « dimension sociale de la mondialisation » (G20 2011). Cependant, aucune
décision spécifique n'a été prise. La question a été soulevée lors de la présidence mexicaine de
2012 dans le contexte de la stimulation de l'emploi.
À Los Cabos, les dirigeants ont reconnu l'importance d'établir au moins des socles de
protection sociale minimaux dans chaque pays, mais encore une fois, ils n'ont pris aucun
engagement sur cette question. Le Partenariat mondial pour l'inclusion financière, lancé par
le G20 lors du sommet de Séoul en 2010, a approuvé l'ensemble d'indicateurs de base de
l'inclusion financière du G20 en 2013, ce qui peut être considéré comme une étape vers la
réduction de l'écart de répartition des revenus. Pourtant, là aussi, aucun engagement
spécifique n'a été pris .

Dans la déclaration de Saint-Pétersbourg, les dirigeants du G20 ont déclaré leur


détermination à promouvoir une croissance inclusive, se sont engagés à redoubler d'efforts
pour soutenir des marchés du travail inclusifs et ont souligné leur détermination à travailler
ensemble pour parvenir à une croissance forte, durable, équilibrée et inclusive (G20 2013b,
2013a). Cependant, il est nécessaire de renforcer la coordination et la coopération
du G20 pour réduire l'écart de répartition des revenus à la fois dans et entre les pays, un
besoin qui a été explicitement déclaré par le Civil 20 Task Force on Inequality (2013) dans ses
propositions de lutte contre les inégalités économiques présentées au G20 pendant
la présidence russe.

Compte tenu des priorités du G20, le risque sociétal de sécurité alimentaire s'est


ajouté au cluster des déséquilibres budgétaires chroniques. Ce risque est lié au connecteur
critique, à savoir le risque économique d'une extrême volatilité des prix de l'énergie et de
l'agriculture.

Par conséquent, le programme de base du G20, qui se concentre sur la maîtrise des risques
économiques, devrait être complété par une coopération qui réduit le risque de disparité
croissante des revenus. Les conséquences négatives imprévues de la réglementation méritent
une attention sans faille du G20 et les efforts pour surmonter les crises de pénurie
alimentaire doivent être consolidés.

G8

Le cluster des risques géopolitiques fait partie des priorités du G7 / 8 (voir la figure 5.3). Il est
basé sur le risque d'échec de la gouvernance mondiale et englobe quatre risques
géopolitiques: l'échec de la résolution diplomatique des conflits, les États fragiles critiques, le
terrorisme, la corruption généralisée enracinée et un risque sociétal - les conséquences
négatives de la mondialisation. Le cluster comprend également trois connecteurs critiques de
la catégorie économique: l'inégalité des revenus , une défaillance financière systémique
majeure et les conséquences négatives imprévues de la réglementation. Les risques
géopolitiques et sociétaux font partie des priorités traditionnelles du G7 / 8. Depuis que
les dirigeants du G20 ont commencé à se réunir, le G20 a assumé la priorité traditionnelle du
G7 / 8 dans la lutte contre la corruption. Cependant, étant donné que ce risque est un facteur
majeur pour surmonter l'échec de la gouvernance mondiale, il devrait également rester à
l'ordre du jour du G7 / 8.

L'interdépendance entre les risques géopolitiques et économiques d'importance


critique suggère que le G7 / 8 ne doit pas abandonner l'agenda économique. Lors du sommet
de Camp David de 2012, les dirigeants du G8 ont explicitement ramené l'économie à leur
ordre du jour, consacrant 29% de leurs délibérations à l'économie. Il s'agissait d'une
augmentation significative par rapport aux années précédentes: 2,4% en 2011, 0,34% en
2010, 10,56% en 2009 et 1,97% en 2008. Leurs décisions concernaient principalement les
domaines de l'assainissement budgétaire et des réformes structurelles au sein des membres. ,
visant à faciliter la reprise économique. À Lough Erne en 2013, les dirigeants du G8 ont élargi
l'agenda économique. Ils se sont engagés à prendre des mesures pour restaurer la confiance,
encourager les investissements et la création d'emplois, soutenir la reprise et réduire les
déséquilibres mondiaux. Ils se sont concentrés sur la facilitation du commerce, la lutte contre
l' évasion fiscale

et éviter , élever les normes mondiales de transparence dans les industries extractives
et augmenter l'offre de données gouvernementales ouvertes dans un certain nombre de
catégories clés (G8 2013). Cependant, ils ont accordé une attention insuffisante aux
problèmes de répartition des revenus, de défaillance financière systémique majeure et aux
conséquences négatives imprévues de la réglementation.

Sur la base de l'analyse des priorités du G8, le cluster géopolitique a été complété par les
risques géopolitiques du crime organisé enraciné et la prolifération de nous armes de
destruction massive, les risques sociétaux de pénurie d'eau et de nourriture, et le risque
environnemental des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Si ni le G20 ni le G7 / 8 ne donnent la priorité aux risques des conséquences imprévues de la


réglementation et de la disparité des revenus, il est évident qu'au moins une de ces
institutions devrait se saisir de ces questions. Il existe deux approches possibles. Le premier,
compte tenu de la division du travail entre le G20 et le G7 / 8 dans les domaines auxquels
appartiennent les clusters de risques respectifs, est de renforcer la coopération pour
surmonter ces risques dans le cadre du G20. Les membres du G7 / 8 concentreraient alors
leur agenda sur les risques géopolitiques, tout en travaillant simultanément à résoudre des
problèmes tels que l'écart de revenu, les échecs financiers systémiques majeurs
et les conséquences inattendues de la réglementation au sein du G20. Ces questions peuvent
également être classées par ordre de priorité dans l'agenda du G7 / 8 si nécessaire.

La deuxième approche consiste à inclure les questions des conséquences imprévues de la


réglementation et de la disparité des revenus dans l'agenda du G7 / 8. L'objectif primordial
du G7 / 8 serait donc de surmonter le risque d'échec de la gouvernance mondiale, à travers la
gouvernance des risques géopolitiques, sociétaux et économiques.

Le cluster des risques technologiques peut également contribuer à un nouvel agenda du G7 /


8. Le risque critique de défaillance des systèmes prend rapidement de l’importance. Après la
catastrophe de Fukushima au Japon en Mars 2011, les dirigeants du G8 ont demandé à
l'Agence internationale d'énergie atomique à revue les normes existantes et envisager le
développement ou la modernisation des centrales nucléaires et les exigences d'exploitation
dans les zones dangereuses ou autrement sismiquement dangereuses. Ce risque, cependant,
concerne des systèmes d'une importance critique en plus de la sécurité nucléaire. La sécurité
des systèmes d'information, par exemple, a été abordée par le G8 lors du Sommet de
Deauville 2011 dans le cadre de la sécurité des réseaux et des services sur Internet.

Ce cluster comprend les risques technologiques de désinformation numérique massive,


les cyberattaques et les incidents massifs de fraude ou de vol de données, le risque
géopolitique du terrorisme et le risque économique de négligence des infrastructures. Elle
comprend également deux risques économiques d'une importance cruciale : une défaillance
financière systémique majeure et les conséquences imprévues et négatives de la
réglementation. Le cluster des risques technologiques est étroitement lié au cluster des
risques géopolitiques. Ainsi, ces deux clusters interconnectés peuvent constituer les priorités
de l'agenda du G7 / 8. Les questions politiques et sécuritaires clés à l' ordre du jour du G7 /
8 devraient donc être complétées par une coopération visant à réduire les risques du cluster
technologique.

L'agenda des BRICS englobe les trois groupes de risques (voir la figure 5.4). Cependant,
contrairement au G7 / 8 et au G20, l'agenda des BRICS est largement diffusé entre les
clusters et le niveau de priorité de chaque risque sur l'agenda diffère radicalement.

Les pays BRICS ont renforcé leur coordination sur les questions financières et économiques
dans la période d'après-crise. Ainsi, leur agenda se concentre sur le risque de déséquilibres
budgétaires chroniques au centre de la catégorie économique. Les pays BRICS, qui ne
connaissent pas de déséquilibres budgétaires chroniques mais considèrent ce risque comme
une menace mondiale, coordonnent leurs positions sur cet agenda. Ils et leurs
collègues membres du G20 « ont désigné le G20 comme le principal forum de [leur]
coopération économique internationale» (G20 2009). En conséquence, la gestion du cluster
des risques économiques est à l'ordre du jour des BRICS et du G20. Pour les BRICS, les
décisions sont prises au sein d'une composition très restreinte, ce qui justifie la perception du
groupe comme un forum politique de coordination des positions des membres au sein du
G20. Cette stratégie est viable du point de vue des membres du BRICS, mais elle peut susciter
une méfiance à l'égard du f orum parmi d'autres pays, y compris d'autres membres du
G20. La création des BRICS en tant qu'institution de gouvernance mondiale exige son propre
programme positif, visant à créer des biens publics mondiaux.

Compte tenu de l'analyse des risques mondiaux, l'agenda des BRICS devrait favoriser la
gouvernance du cluster des risques sociétaux, avec le risque de croissance démographique
non durable comme centre de gravité. Ce cluster comprend également le risque sociétal de
pénuries alimentaires et les risques environnementaux liés à l'urbanisation incontrôlée et à
la mauvaise gestion de l'utilisation des terres et des voies navigables. Elle est également
liée aux deux risques économiques d'importance critique que sont la volatilité des prix des
matières premières et la disparité des revenus, qui sont déjà à l'ordre du jour des BRICS. Le
dialogue sur la gestion de l’urbanisation a commencé sous la présidence d’India lors du
sommet de Delhi de 2012 et a abouti au lancement du Forum d’urbanisation des
BRICS. La gestion de l' utilisation des terres et des voies navigables a été abordée lors du
premier sommet du BRIC à Ekaterinbourg en 2009, avant que l'Afrique du Sud ne devienne
membre, dans le contexte de discussions sur les effets de l'évolution des conditions agro-
écologiques sur la sécurité alimentaire. Les deux questions continuent d' être discutées par
les hauts responsables du BRICS en marge des forums internationaux pertinents liés
au développement durable , à l'environnement et au climat . La pertinence de ces risques
augmente par rapport aux objectifs de développement des infrastructures auxquels sont
confrontés les pays BRICS et d'autres économies en développement. La qualité de la gestion
des ressources naturelles et terrestres pourrait devenir un critère pour les projets de
développement d'infrastructures sélectionnés par la Banque de développement des BRICS,
étant donné que son objectif est de lever des `` ressources pour des projets d'infrastructure et
de développement durable dans les BRICS et d'autres économies émergentes et pays en
développement. '(BRICS 2013).
Ainsi, sans renoncer à ses priorités de coopération fondamentales d'amélioration de
la gouvernance mondiale et de coordination sur la gouvernance du cluster des risques de
déséquilibres budgétaires chroniques, les BRICS peuvent façonner un programme innovant à
long terme pour contrôler tous les risques sociétaux.

Conclusion : propositions pour les agendas du G20, du G7 / 8 et des BRICS

Cette analyse des principaux risques mondiaux et des missions du G20, du G7 / 8 et des
BRICS, ainsi que des capacités de ces institutions à gérer les principaux défis de la
gouvernance mondiale, conduit à plusieurs conclusions pour leur efficacité.

Premièrement, chaque institution devrait orienter ses efforts vers la réduction des risques des
catégories les plus pertinentes pour sa mission et ses capacités. L' agenda du G20 devrait
donc se concentrer sur la gestion des risques économiques; le G7 / 8 devrait donner la
priorité aux risques géopolitiques et technologiques; et les BRICS devraient développer un
programme à long terme qui aborde les risques sociétaux.

Deuxièmement, l'agenda de chaque institution devrait intégrer les catégories de risques


pertinentes qui ont été négligées ou insuffisamment traitées; otherwi soi ces risques et leurs
catégories augmenteront et être aggravée à l'avenir.

Troisièmement, le programme du G7 / 8 devrait inclure les risques technologiques, en


particulier les défaillances critiques des systèmes. L'ordre du jour peut être renforcée en
complétant les priorités géopolitiques avec économiques centres de gravité, comme
la principale défaillance financière systémique et Seve re disparité des revenus.

Quatrièmement, l'agenda économique du G20 peut être renforcé en incluant de graves


disparités de revenus et les conséquences négatives imprévues de la réglementation, et
en accordant une attention accrue au risque sociétal de crises de pénurie alimentaire et au
risque économique de volatilité extrême des prix dans l'énergie et l'agriculture.

Cinquièmement, le programme des BRICS devrait se concentrer sur la gestion des risques
sociétaux d'une croissance démographique non durable et des crises de pénurie alimentaire
et sur les risques environnementaux d'une urbanisation mal gérée et d'une mauvaise gestion
de l'utilisation des terres et des voies navigables.

Sixièmement, une approche par catégorie devrait être adoptée pour fournir une base solide
pour répartir le travail entre ces trois institutions du sommet en fonction des
différentes catégories de risque , afin de maximiser la contribution de chaque institution pour
surmonter les échecs de la gouvernance mondiale . Les domaines de coopération,
principalement sur les connecteurs critiques les plus importants du point de vue
systémique, devraient être définis (voir Figure 5.5). Plusieurs risques sont déjà à l'ordre du
jour des trois institutions, notamment l'échec de la gouvernance mondiale et un échec
financier systémique majeur. Les risques économiques de crises de liquidité récurrentes,
d'inflation ou de déflation ingérables, de déséquilibres chroniques du marché du travail et de
volatilité extrême des prix dans l'énergie et l'agriculture sont déjà à l'ordre du jour du G20 et
des BRICS; la corruption est à l'ordre du jour du G7 / 8 et des BRICS; et la question des crises
de pénurie alimentaire figure à l'ordre du jour du G20 et du G7 / 8.

Septièmement, la coopération et la coordination devraient être assurées entre le G20, le G7 /


8 et les BRICS sur les connecteurs critiques de la grave disparité des revenus, des
conséquences négatives imprévues de la réglementation et de la négligence prolongée des
infrastructures, qui relèvent à la fois et les catégories technologiques.

Un juste équilibre entre la coopération et la division du travail renforcera les capacités des


trois institutions dans la gestion des risques mondiaux.