Vous êtes sur la page 1sur 10

Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

ETUDE DU PORTIQUE

Introduction

Le dimensionnement d’un ouvrage de génie civil passe tout d’abord par sa


modélisation en une structure qui constituera le squelette porteur de l’ouvrage. On distingue
deux grands types de structures parmi lesquelles on a la structure en portique. En général, les
portiques sont préconisés par rapport au 2ème type (murs porteurs) pour, entre autres leurs
légèreté. Les portiques sont assez légers et par conséquent leurs nœuds sont sujets aux
déformations dues aux efforts horizontaux (vents, séismes…). Il faut donc être capable de
maîtriser ces déformations pour mettre en place les dispositions utiles pour assurer une longue
vie à notre ouvrage. Nous comprenons donc l’importance de l’étude du portique et surtout de
ces déformations.
Il est question pour nous ici de :

 Calculer un déplacement d’un point en utilisant le théorème I de Castigliano.


 Calculer une réaction hyperstatique en usant du théorème II de Castigliano.
 Vérification expérimentale des résultats théoriques

Exemple de dispositif expérimental

il existe une multitude de dispositif permettant de déterminer les caractéristiques ci-dessus


dans un portique, nous pouvons par exemple avoir :

Rappels théoriques

Un portique est un système composé de barres horizontales (traverses) et de barres


verticales (montants). Si ces éléments constitutifs sont situés dans un même plan, on a à faire
à un portique plan. Tel est le cas de figure en présence dans cette étude.
1
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

Ici, nous avons à faire à un portique simple (constitué de deux montants et une
traverse) donc un système ouvert (un système ouvert est un système qui ne présente de
contours fermés).

Analyse de la structure

Analyse externe
Soit n= le nombre d’équations de la statique. ( égal à 3 pour un système plan).
m= le nombre d’inconnues de liaisons de la structure.
La comparaison de m et n nous donne trois cas de figures :
Si Dext  m  n   , on a un système extérieurement hypostatique (instable)
Si Dext  m  n   on a un système extérieurement isostatique.
Si Dext  m  n   on a un système extérieurement hyperstatique.
Analyse globale
Dg  m  n
i 
m   k i .mi
i

mi = type de liaison (dans le cas des liaisons rigides m=3, liaisons articulée m=2, appui
simple m=1, bord libre m=0).
k i = nombre de liaisons de type mi .
n=le nombre d’équation de la statique obtenu en écrivant l’équilibre de tous les sous-
systèmes.
Trois cas de figure se présentent aussi :
Si D g   on a un système globalement hyperstatique
Si D g   on a un système globalement isostatique
Si D g   on a un système globalement hypostatique
Ayant ces deux degrés (global et externe), on peut avoir le degré interne
Dint  Dg  Dext .
La détermination des déplacements et des réactions d’appuis hyperstatique peut se
faire à l’aide des théorèmes énergétiques. Nous nous appesantirons ici sur le théorème I et II
de Castigliano.

Enoncé du théorème de CastiglianoI

Considérons un système soumis à un système de forces et couples, l’energie interne du


système étant exprimée en fonction à l’aide de toutes les forces et de tous les couples
extérieurs, on a :
La dérivée du potentiel interne par rapport à l’une des forces extérieures appliquées est
égale à la projection du point d’application de cette force suivant sa ligne d’action :
W
 i
Fi
La dérivée du potentiel interne par rapport à l’un des couples extérieurs appliqués est
égale à la projection de la rotation du point d’application de ce couple suivant son axe
W
 k
k

Enonce du théorème de Castigliano II

2
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

Considérons un système soumis à un système de forces et couples, l’énergie interne du


système étant exprimée en fonction à l’aide de toutes les forces et de tous les couples
extérieurs, on a :
La dérivée partielle de l’énergie de déformation du système par rapport à la
déformation fi donne la force Fi
La dérivée partielle de l’énergie de déformation du système par rapport à la
déformation  i donne le couple i .

N.B : ce théorème est généralement utilisé pour déterminer les réactions d’appuis dans les
systèmes hyperstatiques.

L’énergie d’un système soumis à un système de charges extérieurs est donnée par :

  N T M
W     ds
  EA GA EI 
Avec
N = effort normal
M = moment de flexion
T = effort tranchant
E = module d’élasticité longitudinal
I = moment d’inertie de la section droite
G = module d’élasticité transversal
A1= section réduite
A = aire de la section

En général, on négligera l’effet de l’effort normal et de l’effort tranchant dans le calcul


de l’énergie des systèmes tels que les portiques, on aura alors :

 M 
W  ds
  EI 

Etude du portique isostatique

Modèle statique

3
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

B x C F
y +

y
a

x
Repère global

HA
A D

VA VD

Analyse statique

Analyse externe
Portique articulé en A (donc deux inconnues de liaisons) et simplement appuyé en B (donc
une inconnue de liaison).
n=2+1=3 inconnues de liaisons
m= 3 (système plan)
On est dans le cas Dext       système extérieurement isostatique
Analyse globale

Dg    k i .mi   n

(n étant le nombre d’équations de la statique obtenu en écrivant
 i  
de tous les systèmes).
NB : chaque système est constitué par une barre. Donc n=3 x 3 = 9.

Dg     x  x   x      

Par conséquent, il s’agit d’un système globalement isostatique

Validité des hypothèses de liaisons de liaisons en A et D en fonction du dispositif


expérimental

Les appuis du système pourrait être décrit comme suit :

-D’un côté, on a un appui placé sur un train de roulement qui peut donc entraîner l’appui, on
conclut que le déplacement horizontal n’est pas bloqué ( u   donc une inconnue de liaison).
De plus l’assemblage est munie d’un boulon, qui permet de relier le montant à l’appui, qui

4
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

autorise donc une rotation en ce point (    donc inconnue supplémentaire). Contrairement


aux deux premiers cas, le déplacement vertical de l’appui n’est pas possible par qu’il repose
sur un plan horizontal et solide (v  ) .
On a donc à faire à un appui simple
-De l’autre côté, nous avons l’appui qui est fixé dans une sorte d’entaille en forme de V. (cette
disposition empêche cette fois les déplacements horizontal et vertical mais non la rotation).
On a donc (u  ; v  ;  ) .
On a donc à faire à un appui double ou articulation.

Etude statique du portique soumis à la charge F en fonction de a et de c

L’analyse statique faite plus haut montre que nous avons à faire à un système isostatique,
nous allons utiliser les équations de la statique pour déterminer les réactions aux appuis et par
suite les moments dans les barres.
a) les réactions aux appuis
Le Principe Fondamental de la Statique nous donne
F ext   H A  F  ()
 
V A  V D  ( )

M A ( Fext )    a.F  c.VD  ()

Les équations (1), (2) et (3) nous donnent :

H A  F
a
V A  V D   F .
c

b) Expression du moment fléchissant le long du portique

En utilisant le repère local, on obtient :

Sur [AB] M ( x )  H A .x   F . x
a
Sur [BC] M ( x )  H A .a  VA .x   F .a  F . .x
c
Sur [CD] M (x)  

On a le tableau récapitulatif suivant :

Tronçon X M(x)
AB 0<x<a -F.x
BC 0<x<c -F.a.(1-x/c)
CD 0<x<a 0

c) Energie interne du système

5
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

 a x  

 M c
    F  .a  F  a  c 
W   ds    F . x  
dx     c    EI     
F .a.   dx 
 EI  EI       

F a 
W  a  c
 EI

Calcul du déplacement horizontal à l’aide du théorème de Castigliano

Afin de déterminer le déplacement horizontal par la méthode I de Castigliano, il est


nécessaire d’introduire une force fictive horizontale afin de respecter les conditions
d’application de ce théorème ( et nous allons l’annuler par la suite).
On a le schéma suivant :
b

B x C F
y +

y
a

x
Repère global

HA HD
A D

VA VD

En appliquant le PFS, on a cette fois :

F ext   H A  H D  F  ()
 
V A  V D  ( )

M A
( Fext )    a.F  c.VD  ()

Les équations (1), (2) et (3) nous donnent :

H A  ( F  H D )
a HD est la force fictive.
V A  V D   F .
c
Moment fléchissant :

Sur [AB] M ( x )  H a .x  ( F  H D ).x

Sur [BC] M ( x)   H A .a  V A .x
a
 ( F  H D ).a  F . .x
c

6
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

Sur [CD] M ( x)  H D (a  x)

W   M  M
D   (  ds)   H .M .ds
H D H D 
H D  EI EI D

On établit alors le tableau suivant :

Tronçon M ( x) H D 
M ( x )
H D H D 

AB - F.x -x

BC
 F .a  F .
a
.x
a
c
CD 0 ax

Et on a :

 a c
 a   F .a  F .a ².c
D   ( F .x.x).dx    F .a  F . c .x .a.dx    
EI   
.

F .a ²
D   .a  .c 
.EI

Etude du portique hyperstatique

Modèle statique

7
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

B x C F
y +

y
a

x
Repère global

HA HD
A D

VA VD

Degré d’hyperstaticité

Analyse externe
Dext =n-m
= 2+2-3 (car on deux appuis articulés)
Dext =1
On a à faire à un système est extérieurement hyperstatique de degré 1
Analyse globale

Dg    k i .mi   n

(n étant le nombre d’équations de la statique obtenu en écrivant
 i  
de tous les systèmes).
NB : chaque système est constitué par une barre. Donc n=3 x 3 = 9.

D g     x     x       
Dg  Dext On a donc un système intérieurement isostatique
Et par conséquent notre système est globalement hyperstatique de degré 1

Application du théorème II de Castigliano

Méthodologie

Nous allons fixer H D comme inconnue hyperstatique et déterminer les autres


réactions d’elle.
Ensuite, ayant une articulation en D, on peut déduire que le déplacement horizontal est
nul.
On pourra alors notre théorème et déduire la valeur de H D .

a) Calcul de H D
8
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

H D étant maintenant considérée comme une force connue et appliquée au système, on aura
alors un pseudo système isostatique et par conséquent, on peut appliquer le Principe
Fondamental de la Statique.
Il faut noter que le calcul sera identique fait plus haut pour le calcul du déplacement en D
sauf qu’on ne posera plus H D   .
On obtient le tableau suivant :

Tronçon M ( x) M ( x )
H D
AB  (F  H D )x -x

BC a
 ( F  H D ).a  F . .x
a
c
CD H D .( a  x) ax

W   M  M
D   (  ds )   H .M .ds = 0
H D H D 
H D  EI EI D

a c
 a  a

    F  H D .x  .dx    F  H D .a   F x  dx   H D . a  x  dx


   c  

a c
  ( F  H D ).  ( F  H D ).a  .c  F .a . .
 
Après regroupement, on a :

F
HD  

Application numérique


F  N  HD    , N H D  , N


F   N  HD     N H D   N

Conclusion :

Au terme de cette étude, nous pouvons dire que nous avons assis les connaissances
acquises en cours de Résistance des Matériaux. Il aurait été davantage bénéfique si nous
étions passés à l’expérimentation.

9
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année
Département de Génie Civil Rapport de Travaux Pratiques de RDM

Références : Résistances des Matériaux par la pratique Jean Roux Edition Eyrolles
Cours de calcul de structures 4 GC ENSP
Cours de Béton Armé 4GC ENSP

10
ème
Rédigé par MBARGA, NDOUA, TOUSSI 4 année