Vous êtes sur la page 1sur 16

CALCUL ET DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE

F1 F2 F3 F4 F5
g4 q 4 g5 q 5
q1 g1 q2 g2 q
3 g3

T1 T2 T3 T4 T5
a0 a1 0,39 a2 3,48 0,3 7
a3 2, 83 0,4 4
a4 2,01 0, 63
a5
3, 11

3,0 1 3 ,37 3,85 3, 27 2,6 4

Figure 1 : Schéma de calcul de la poutre BM.11 (Mezzanine)

Charges réparties Charges concentrées


g  kN m  q  kN m  g  kN  q  kN 
T1 25.31 3.99 * * *
T2 36.06 7.62 F1 3.53 0.93
F2 4.77 0.86
T3 33.54 5.15 F3 782.82 113.15
T4 36.56 5.62 F4 723.47 102.64
T5 30.89 F5 4.81 4.38 0.53
Tableau 1 : valeurs des charges appliquées
I. CHOIX DE LA METHODE DE CALCUL :
Vérification des hypothèses de calcul :
1er hypothèse : Les charges d'exploitation sont modérées c'est-à-dire où :
Q : somme des charges variables.
G : sommes des charges permanentes.
Q  2  G
Vérifient : 
Q  5 kN m
2

Q 2.5
Q = 2,5 kN m ²  ; G = 5,26 kN m ²    0.48  2
G 5.26
2ème hypothèse : La fissuration est peu préjudiciable.
3ème hypothèse : Les différentes travées ont des inerties variables.
4ème hypothèse : Nous devons vérifier la condition suivante sur les portées :
Li
0.8   1.25
Li  1

2
Vu que la condition sur l’inertie des travées n'est pas vérifiée, on applique la méthode de
CAQUOT minoré en multipliant les parts des moments sur appuis provenant des charges
permanentes par un coefficient égal à  2 3 .
Le pré dimensionnement de la section de la poutre se fait en se basant sur trois critères :
l l  l 
 La flexibilité :  h    je choisi la hauteur  h  soit égale à  
12 16  14 
Travée T1 T2 T3 T4 T5
l  m 3.01 3.37 3.85 3.27 2.64
h  m 0.21 0.24 0.28 0.23 0.19
Tableau 2 : dimensions des travées

 La résistance à la flexion :
Pour ne pas mettre d'aciers comprimés, il faut que bu < lu
M 0u
Avec bu : le moment réduit : bu  où M 0u : le moment dans la travée de référence
b  d 2  f bu
(isostatique, soumise aux même charges que la travée étudiée).
lu : Le moment réduit limite
f e  400MPa   l  0.67; l  0.39
Fixons la largeur des poutres soit b  40cm je trouve par la suite hauteur de la section de la
M 0u
poutre   h  : h  2
0, 4  0,92  lu  f bu
Appliquant le principe de superposition pour déterminer les moments dus aux charges
concentrées et à la charge répartie.
Rappel :
o Soit M 0u : le moment en travée à l'ELU de la poutre isostatique associée est : (
P l2 F a b
M 0u  u dans le cas d’une charge repartie) et ( M 0u  dans le cas d’une
8 L
charge concentrée)
o l : la portée de la poutre

q g
F

Figure 2 : poutres isostatiques

Travée T1 T2 T3 T4 T5
M 0u  kN  m  45.47 88.168 444.32 466.52 41.52
h  cm  15.9 23 49.8 52 15.2
Choix de h 21 31 51 61 21
Section  cm²  40x21 40x31 40x51 40x61 40x21
Tableau 3 : valeurs des sections

2
 Résistance à l'effort tranchant :
Vu
La poutre étant dimensionnée en flexion, il faut vérifier :  u  u
bd
f c28
où b  0.4m; d  0.189m  ;  u  inf(0, 2  ;5MPa)  3.34MPa
b
60.42 103
u   0.799MPa   u  3.34MPa
0.40  0.189
Nous avons retenu pour la largeur de la poutre ( b  40cm correspondant à la largeur de
poteau). Pour la hauteur de la poutre elle est variable selon les travées (voir tableau 3)
II. CALCUL DES SOLLICITATONS :
Les charges  F1 ; F2 et F5  proviennent des raidisseurs et ont des valeurs négligeables par
rapport aux celles des  F3 et F4  . Dans la suite de calcul, elles seront négligées.
1. Les moments extrêmes sur appuis :
Pour déterminer les moments sur appuis nous considérons uniquement les deux travées
adjacentes à l'appui étudié en remplaçant les deux travées réelles par deux travées fictives et
nous appliquons la méthode de trois moments.
'
La longueur réduite de chaque travée li est :  
l  l : Pour une travée de rive.
i
'

li'  0.8  l : Pour une travée intermédiaire.


Le théorème des trois moments est appliqué à l'appui  i  est donné par la formule suivante :
l'w  l' le'  le' Pe  l'3e Pw  l'3w
M i 1   w  M
 i  M i 1   
6  E  Iw  3  E  Iw 3  E  Ie  6  E  Ie 24  E  I e 24  E  I w
En tenant compte du fait que Mi-1 = Mi+1= 0
 Les moments dus à des charges réparties sont :
 K K 
M i    M w' e  M e' (1  e ) 
 D D 
Pw  lw'2 Pe  le'2 Iw Ie
En posant  : M  '
et M e 
'
avec K w  ' ; K e  '  et D  K e  K w
w
8.5 8.5 lw le
Ie ; I w : les moments d'inertie de la section de béton seul
 Le moment du aux charges concentrées est :
 K  K 
M i    M w'  e  M e'   1  e  
 D  D 
1 a  a   a  1 a  a   a 
En posant : k w   'w   1  'w    2  'w   ; ke   'e  1  'e    2  'e 
2.125 lw  lw   lw  2.125 le  le   le 
M w'   k w  Pw  lw' et M e'   ke  Pe  le'

 Calcul des coefficients  K :

2
Travée b  m h  m  
I m4 l  m l'  m  
K m3
T1 0.40 0.21 3.087 104 3.01 3.01 1.026 104
T2 0.40 0.31 9.93 104 3.37 2.696 3.68 104
T3 0.40 0.51 44.21 104 3.85 3.08 14.35 104
T4 0.40 0.61 75.66 104 3.27 2.616 28.92 104
T5 0.40 0.21
3.087 104 2.64 2.64 1.169 104
Tableau 4 : valeurs des coefficients K
1-1 Les moments extrêmes sur l’appui 2 :

q1 g1 q2 g2

3, 0 1 2 .7

Max
Figure 3 : combinaison donnant M a 2
La charge globale (en tenant compte du poids propre de la poutre) est :
2
Pu1  qw  1.35  (25.31  2.1)  1.5  3.99  30.654 kN m
3
2
Pu 2  qe  1.35  (36.06  3.1)  1.5  7.62  46.674 kN m
3
M a 2  51.4KN .m ; M aser2  37.2KN .m
ult

1-2 Les moment extrêmes sur l’appui 3 :


F3
g2,q2 g3,q3

M ault3  158KN .m
M aser3  115KN .m

Max
Figure 4 : combinaison donnant M a 3
1-3 Les moments extrêmes sur l’appui 4 :

M ault4  302KN .m
g3,q 3
F3
g4,q4
F4

M aser4  219KN .m

Max
Figure 5 : combinaison donnant M a 4

1-4 Les moment extrêmes sur l’appui 5 :

2
F3
g4,q4 g5,q5
M ault5  40.45KN .m
M aser5  29.58KN .m

Max
Figure 6 : combinaison donnant M a 5
Appuis
a1 a2 a3 a4 a5 a6
M u ( KN .m) -5.21 -51.4 -158 -302 -201 -4.82
M ser ( KN .m) -3.77 -37.2
-219 -115
-147 -3.49
Tableau 5 : valeurs des moments sur appuis à l ' ELU et l’ELS
2. Les moments en travées :
L'expression du moment dans la travée  i  à l'abscisse  x  à partir de l'appui gauche  w et
 x  x
droite  e  est donnée par : M  x     x   M w  1    M e  
 l l
Cas de charge uniformément répartie : Cas de force concentrée :

PG c.c+ PQ c.c
Q

l
a b
ai ai+1
ai ai+ 1
l

q l x2 P b  x P a b
  x  xq alors M Max    x 
2 2 L L
Tableau 6 : le moment de la travée isostatique
2.1- Les moments extrêmes de la travée 1 :
1ère combinaison :

q1 g1 g2
M Tmax
1
ult
 31.6kN .m
M Tmax
1
ser
 23kN .m
3,01 2.7

Max
Figure 7 : combinaison donnant M T 1

2ème combinaison :

g1 g2 q2

3,01 2.7
2
M Tmin
1
ult
 27.1kN .m
M Tmin
1
ser
 19kN .m

min
Figure 8 : combinaison donnant M T 1
2.2- Les moments extrêmes de la travée 2 :
1ère combinaison :

Fg3

g1 g2 q2 g3

3,01 3.37 3,85

Max
Figure 9 : combinaison donnant M T 2
M Tmax
2
ult
 40kN .m ; M Tmax
2
ser
 29kN .m
2ème combinaison :

F3

g1 q1 g2 g3 q3

3 ,0 1 3 .37 3 ,8 5

min
Figure 10 : combinaison donnant M T 2
M Tmin
2
ult
 31kN .m ; M Tmin
2
ser
 23kN .m
2.3- Les moments extrêmes de la travée 3 :
1ère combinaison 

F3 F g4

g2 g3 q3 g4

3 ,3 7 3 .85 3 ,27

Max
Figure 11: combinaison donnant M T 3
M Tmax
3
ult
 201.7kN .m ; M Tmax
3
ser
 147.7kN .m

2ème combinaison :

Fg3 F4

g2 q2 g3 g4 q4

3,37 3. 85 3 ,27

2
M Tmin
3
ult
 179kN .m
min
Figure 12: combinaison donnant M T 3 M Tmin
3
ser
 132.5kN .m
2.4- Les moments extrêmes de la travée 4 :
1ère combinaison 

Fg3 F4

g3 g4 q4 g5

3 .8 5 3 ,2 7 2.64

Max
Figure 13: combinaison donnant M T 4
M Tmax
4
ult
 404.6kN .m ; M Tmax
4
ser
 295.3kN .m
2ème combinaison:

F3 Fg4

g3 q3 g4 g5 q5

3.85 3,27 2.64

min
Figure 14: combinaison donnant M T 4

M Tmin
4
ult
 345.4kN .m ; M Tmin
4
ser
 255.8kN .m
2.5- Les moments extrêmes de la travée 5 :
1ère combinaison 

g4 Fg4 g5 q5

3,27 2.64

Max
Figure 15: combinaison donnant M T 5
M Tmax
5
ult
 26kN .m ; M Tmax
5
ser
 19kN .m

2ème combinaison :
g4 q4 F4 g5

3,27 2.64
M Tmin
5
ult
 22.4kN .m
M Tmin
5
ser
 16.6kN .m
2
min
Figure 16: combinaison donnant M T 5
2-6 Récapitulation :

Travée T1 T2 T3 T4 T5
M uMax  kN  m  31.6 40 201.7 404.6 26
Max
M ser  kN  m  23 29 147.7 295.3 19
x  m 1.23 2.93 2.84 1.61
Tableau 7 : valeurs des moments maximaux en travées

Travée T1 T2 T3 T4 T5
M Min
ult  kN m 27.1 31 179 345.4 22.4
Min
M ser  kN m 19 23 132.5 255.8 16.6
x  m 1.23 2.93 2.84 1.66
Tableau 8 : valeurs des moments minimaux en travées
3. Efforts tranchants :
La détermination de l’effort tranchant maximal sur appui G i est assurée par le chargement
des travées adjacentes .
Les efforts tranchants sont calculés en tenant compte des moments sur appuis évalués par la
méthode CAQUOT minorée.
Ces efforts sont calculés à partir des formules suivantes.
M  M i 1 M i 1  M i
V wi  V 0w  i et V ei  V 0e 
lwi l ei
Avec : V0w et V0e : Efforts tranchants à droite et à gauche sur l'appui G i des travées de
référence en valeurs algébrique.
M i 1 ; M i et M i 1 : moments sur appuis avec leurs signes.
Travée T1 T2 T3 T4 T5
Appuis a1 a2 a3 a4 a5 a6
Position D G D G D G D G D G
Vu  kN  48 -71.5 90.2 -106 131.5 -1283 337 -1025 84 -54
Tableau 9: valeurs des efforts tranchants
III. CALCUL DES SECTIONS DES ARMATURES :
1. les armatures longitudinales :
a. Sur Appuis :
Pour les appuis de rive, il convient de disposer des aciers supérieurs pour équilibrer un
moment au moins égal : M ap  0,15M 0
 Appui 1  :
Sollicitations : M u  32kN .m; M ser  23kN .m
f e  400MPa :   e  1, 73 0 00 ;  e  0, 67; lu  0,39

2
Mu 32  103
bu    0.0158  lu  0.39  Asc  0
0.40   0.189   14.166
b  d 2  f bu 2

Le calcul est identique pour les autres appuis, on a le tableau suivant qui donne la section des
armatures des différents appuis
Appui a1 a2 a3 a4 a5 a6
M u  kN .m  -5.21 -51.4 -158 -302 -40.45 -4.82
d  m 0.189 0.279 0.459 0.549 0.189 0.189
Mu 0.005 0.032 0.06 0.097 0.038 0.005
bu 
b0  d 2  f bu
Z  d  1  0, 6bu  0.188 0.274 0.442 0.517 0.185 0.188
Mu 0.8 5.39 10.28 16.8 6.3 0.765
Au   cm² 
zb  f su
f b  d 0.91 1.347 2.217 2.65 0.91 0.91
Amin  0, 23  t 28 0
fe
Acier choisit 5HA8 5HA12 5HA14 10HA16 5HA14 5HA8
5HA10
Section  cm²  2.51 5.65 11.63 20.11 7.7 2.51
Tableau 10 : valeurs de section des armatures sur appuis
b. En travées :
Le tableau suivant donne la section des armatures en travées :
Travée T1 T2 T3 T4 T5
M u  kN .m  31.6 40 201.7 404.6 26
d  m 0.189 0.279 0.459 0.549 0.189
Mu 0.029 0.025 0.077 0.130 0.024
bu 
b0  d 2  f bu
Z  d  1  0, 6bu  0.186 0.275 0.438 0.506 0.186
Mu 4.88 4.18 13.24 23 4.02
Au   cm² 
zb  f su
f b  d 0.91 1.347 2.217 2.65 0.91
Amin  0, 23  t 28 0
fe
Acier choisit 5HA12 5HA12 5HA14 10HA16 5HA12
5HA12 5HA12
Section  cm²  5.65 5.65 13.35 25.75 5.65
Tableau 11 : valeurs de section des armatures en travées
2.1. Arrêts des barres :
Pour les travées ( T1 ; T2 et T5 ) on ne dispose que d’une seule nappe par la suite il est de bon
usage de la prolonger au-delà des appuis pour assure les aciers de glissement.
Par contre pour les travées  T3 ; T4  on a plus qu’une nappe alors le calcul des arrêts de barre
doit être fait pour des raisons économiques.
- 3ème Travée :

2
Les arrêts de barre sont définis par les distances  x1  et  x2 
Moment résistant du deuxième lit (5HA12) : M 1  A l  f su  Z b
Avec : A l  5.65cm ²; Z b  0.438m
400
M 1  5.65  104   0.438  0.086MN .m  M 1  86kN .m
1,15
 x  x 
M  x     x   M w  1    M e  
 li   li 
Le moment de la travée isostatique :
ql  x  x2
Pour la charge répartie :   x   q
2 2
 F b  x
0  x  a    x   l
Pour la charge concentrée : 
 a  x  b    x   F  a  1  x 
  l
La position à partir de laquelle commence la 2eme nappe est x 1 telque M t 1  x   M 1
Après résolution nous trouvons les valeurs suivantes :   x   219.904  x  26.502  x ²
 x  x
M T 3  x   219.904  x  26.502  x ²  77  1    230   M 3  86
 3.85  3.85
 x 1'  5.72m
D’où :  "
 x 1  1.07 m
Nous avons : x1  x1  08h alors x 1  1.07   0.8h   1.07   0.8  0.51  x 1  0.67m
"

5HA 8 5 HA 16 5 HA 16

5 HA 14
a3 0,65 5 HA 12 a4
3,85

Figure 17 : arrêt de barre pour la troisième travée


ème
4 Travée :
Comme on peut remarquer on a trois nappes dans la quatrième travée.
Le moment résistant du premier lit  5 HA16  est :
M 4  Al  f su  Z b avec : Al  10.05cm²; Z b  0.5839m
M 4  10.05 104  348  0.5839  0.1886MN .m  M 4  188.602kN .m
M T 4  x   28.895  x ²  305.949  x  230
La position  x1  à partir de laquelle commence la 2 eme nappe est :
M TMax
4
 x   M 4 par suit x1  1.614   0.8  0.61  1.126m  x1  1.1m
La 3éme nappe  5HA14  correspond à une section  Al  7.69cm² 
M 4  Al  f su  Z b  156.258kN  m

2
M T 4  x   28.895  x ²  305.949  x  230
Position  x1  à partir de laquelle commence la 3eme nappe est tel que : M T4  x  M 4
Max

Qui nous donnée après résolution les racines suivantes x  1.465m


'
1

x1  1.465   0.8  0.61  0.977 m alors x1  0.95m


2. Armatures transversales :
1ère Travée :
5  qMax
V uMax  48kN ; Vured  VuMax  h
6
Charge uniformément répartie :
5 
q Max  40.15kN  V ured  48    40.15  0.21  40.97kN
6 
 Vérification du béton :
V 48  103
u  u   0.635MPa
b  d 0.40  0.189
Nous avons une fissuration peu préjudiciable et   90 0 ce qui conduit à :
 f 
 u  inf  0, 2  c 28 ;5MPa   3.34MPa alors  u  0.635MPa   u  3.34MPa ; Vérifiée
 b 
 Armatures transversales : Règle de couture (B.A.E.L)
At  s  b0    u  0,3  k  f t 28 
red

 avec    900
St 0,9  f et   sin   cos  
- At : Section de la nappe des armatures transversales
- S t : L'espacement entre deux nappes consécutives mesurées parallèlement à la fibre
moyenne.
- K  0 : si la fissuration est très préjudiciable ou en cas de reprise de bétonnage quelque soit le
type de sollicitation
- K  1: Flexion simple ; fissuration préjudiciable ou fissuration peu préjudiciable et sans
reprise de bétonnage.
40.97  103
f et  f e  235MPa et  ured   0.54MPa
0.4  0.189
At 1.15  0.4   0.54  0,3  1  2.1
 0
St 0,9  235  1
 Le pourcentage minimal des armatures transversales est :
 At  0.4  b0 0.4  0.4
     6.808 104 m² m
 St min f et 235
 Le diamètre des aciers transversaux :

l  12mm

 h 210
t  min    6mm
 35 35
 b0 400
10  10  40mm
On choisi  t  6mm ;

2
on dispose d’un cadre et 3 épingles ce qui correspond à une section At  5  6  1.41cm²

0.40

0.21 At = 5x Ø6

5 HA 8
5 HA 12

Figure 18 : coupe transversale


L'espacement limite
7cm  St  St  min  0,9d ; 40cm;15lmin si A sc  0 S t  min  17.01cm ; 40cm   17cm
1.41104
St 0   0.207m  20.7cm  St  17cm
6.808 104
Soit S t 0  15cm .
Nous avons deux types de charge :
5
- Charge répartie :V u  V u   q Max  h
red Max

6
 h
0.si .a  2

 2a h 3h
- Charge concentrée : Qu   Qu .si .a   a 
red

 3h 2 2
 3h
Qu ; si .a  2

Avec : - At  Section des nappes des armatures transversales
- At  5   6  1.41cm ²

Le tableau suivant présente les résultats de calcul des armatures transversales (selon la
méthode de CAQUOT).
Travée T1 T2 T3 T4 T5
Appuis a1 a2 a3 a4 a5 a6
Position D G D G D G D G D G
V u  kN  48 71.5 90.2 106.1 131.5 1283 337 1025 84 54

Pu  kN m  40.15 40.15 60.11 60.11 53 5 57.79 57.79 48.92 48.92

2
Fu  kN  * * * * 1226.5 1226.53 1130.65 1130.65 * *

Puréd  kN m  7.02 7.026 15.53 15.52 22.527 22.53 29.38 29.37 8.56 8.56

Furéd  kN  * * * * 1226.5 593.2 1130.65 543.7 * *

V ured  kN  42.97 64.47 74.67 90.58 108.97 724.28 307.63 525.09 75.44 45.44

d  m 0.189 0.189 0.279 0.28 0.459 0.459 0.549 0.55 0.189 0.189

 ured  MPa  0.568 0.853 0.669 0.809 0.594 3.94 1.4 2.39 0.99 0.6

 At St 0  <0 4.84 0.846 3.88 <0 71.83 16.71 38.19 7.81 <0

cm² m
St 0th  cm  29.13 166.67 36.34 5.6 avec 8.44 10.53 avec 18.05
At  8 8 At  8 8
S t  cm  17 17 25 25 40 40 40 40 17 17

Sto  cm  choisi 15 15 15 15 15 8 10 15 15

Tableau 12 : récapitulatif des armatures transversales en cm²

IV. VERIFICATIONS DIVERSES :


1. Vérifications des contraintes normales de béton à L’ELS :
La quatrième travée est la plus sollicitée en service sous un moment égal à
M ser  295.9kN  m équilibré par une section d’armature égale à 25.75cm 2
Nous devons vérifier que :  bc   bc et A st  A min
M ser
-  bc   y1 et  bc  0, 6  f c 28  0, 6  22  13, 2MPa ; avec
I SRH AN

- I SRH AN : le moment d'inertie de Section Rendue Homogène par rapport à l'Axe


Neutre.
- SRH : la section totale du béton comprimé 15  A sc  A st 
- y1 : c’est la position de l'axe neutre :

 y1  est la racine positive de l'équation : b  y12  15 Asc   y1  d '   15  Ast   d  y1   0


2
b
Asc  0; (pas d'acier comprimé) ce qui conduit à l’équation :  y12  15 Ast   d  y1   0
2
avec : Ast  25.75cm²; b  40cm; d  61  2,5  58.5cm
0.2  y12  0.038625  y1  0.02259  0 La résolution nous donnée y1  25.315cm
- le moment d'inertie de la Section Rendu Homogène par rapport à l'axe neutre :
b
I SRH AN   y13  15 Asc   y1  d '   15 Ast   d  y1 
2 2

3
b 3
Nous avons  Asc  0  ce qui nous donnée I SRH AN   y1  15  Ast  d  y1   64.166 10 m
2 4 4

3
3
M ser 295.9 10
Par suit  bc   y1   0.253  11.674MPa   bc  15MPa les contraintes
I SRH AN 64.166 104
du béton sont vérifiées.
- Condition de déformation :

2
Nous vérifions la flèche de la quatrième travée :
h 1
 
 l 16  M 0 : moment de la travée de référence
h 1 M t 
   avec  M t : moment maximal en travée
 l 10 M 0  A : section des aciers tendus en travée
 A 
4, 2MPa
 
b0  d fe
M 0  470kN .m; M t  M ser
Max
 295.9kN .m
 h 0.61 1
   0.186   0.0625
 l 3.27 16
h 1 295.9
Par suite :   0.186    0.0629
 l 10 470
 A 25.75 104 4, 2 MPa
   0.01   0, 0105
 b0  d 0.4  0.585 400 MPa
2. Étude des appuis :
2.1 Vérification du béton de la bielle d'about :
a. Appui de rive :  a1 
- Acier de glissement :
Au droit de l'appui de rive la présence de l'effort tranchant Vu  exige l'existence d'une
Max

force de traction : N st 0  Vu
Max

V uMax
Nous devons vérifier la condition suivante : A g 
f su
Avec : A g : L’acier de glissement
48  103
V uMax  48kN ce qui nous donnée A g   1.38  104 m ²  1.38cm ²
348
Nous prolongeons la nappe inférieure  5 HA12  5.65cm²  dans l’appui.
- Vérification de la bielle :
Nc 0,8 f c 28
 bielle   b  .
Nous devons vérifier que :  a  b
   b0
 2

Nous substitutions N c  2 Vu
red

dans l’expression   bielle  alors nous trouvons
2 VMax
 bielle  u
.
a  b0
Avec : V u  sup V uMax
Max Max
, D ; V u ,G


a  c  2cm  enrobage  a  27  2  2.5  22.5cm
2  48  103
 bielle   1.58MPa   b  13.34MPa  : la contrainte de la bielle est vérifiée.
0.225  0.27
b. Appuis intermédiaires :
- Aciers de glissement :

2
Mu Mu
V uMax
,G  V uMax
,D 
0,9  d 0,9  d
A gG  ; A gD 
f su f su
Remarque  : si A g  0 donc il est de bon usage de prolonger la nappe inférieure.
Travée T1 T2 T3 T4 T5
Appui a1 a2 a3 a4 a5 a6
Position D G D G D G D G D G
V u  kN  48 71.5 90. 106 131.5 1283 337 1025 84 55

Mu -5.21 -51.4 -51.4 -158 -158 -302 -302 -40.45 -40.45 -4.82

 kN .m 
d  cm  18.5 18.5 28.5 28.5 48.5 48.5 58.5 58.5 18.5 18.5

A g  cm ²  0.48 0 0 0 <0 16.98 0 27.24 0 0.75

solution  5HA12 5HA12 5HA16 5HA12 5HA14 5HA14 5HA16 5HA16 5HA12 5HA
5HA12 5HA16 12
5HA14

Solution : prolongerles nappes suivantes sur l’appui.


- Vérification de la bielle
2  VuMax 0.8  f c 28
nous devons vérifier que  bc    13.34MPa
a b b
Largeur de 27 40 40 40 40 45 45 45 45 27
l’appui (cm)
a  cm  22.5 35.5 35.5 35.5 35.5 40.5 40.5 40.5 40.5 22.5

 bc  MPa  1.06 1 1.26 1.5 1.85 15.8 4.16 12.6 1.04 1.22

3. Armatures de relevage (armatures en bateau) :


Pour la reprise des forces concentrées (l’effort tranchant est maximal), nous prévenons à leurs
droits des barres de relevage définies comme suit :

2
Poteau

Armatures de montage

40.?
Armature en bateau
45°

Armatures transversales Armatures longitudinale

Figure 9 : détail d’armature en bateau


Fu
As  ; Avec  su  f su  348MPa
2   su
o 3ème Travée : Fu  1226.53kN
1226.53 103
As   24.92cm ²  As  24.92cm ² Soit As  10 HA16  5HA12  25.75cm²
2  348
Donc en dispose 10 HA16  5HA12 au niveau d'application de la charge concentrée.
ème
o 4 Travée : Fu  1130.65kN
1130.65  10 3
As   22.97cm ² Soit As  10 HA16  5HA10  24.02cm²
2  348
Donc en dispose 10 HA16  5HA10 au niveau d'application de la charge concentrée.