Vous êtes sur la page 1sur 10

Pour un discipolat intégré et transformationnel

  En règle générale, les églises locales se mettent d’accord sur un point : la Grande
Mission. Elles ont conscience qu’elles représentent la bouche et les pieds de Jésus-
Christ dans le monde au point de pouvoir réciter sans marmotter Matthieu 28.19, 20.
  Beaucoup de sacrifices ont été consentis jusque-là et nous suivons les traces de
ceux qui ont tant investi en nous. Ils nous ont transmis ce qu’ils ont appris et su.
Malheureusement, combien sont nombreux les disciples qui sont laissés à la merci des
circonstances  ! Combien de disciples culturellement déracinés ont été formatés  !
Combien de disciples de nature angélique, spiritualiste et sentimentaliste ont été
propulsés au nom de Jésus !

Définition d’un discipolat intégré et transformationnel

  Un discipolat intégré et transformationnel est une démarche intentionnelle, une


philosophie de formation de disciples comme centre de tout programme
pédagogique et de toutes activités de l’église locale et de la mission globale. Elle
est axée sur le triptyque : Foi-Connaissance-Actes.

Importance du discipolat

  Le commandement de Jésus est on ne peut plus explicite : Allez, faites des


disciples. Il ne s’agit pas d’aller faire des conversions. Jésus a Lui-même donné
l’exemple du discipolat. En donnant l’ordre missionnaire, Jésus engageait les
disciples dans un processus de formation, une dynamique. 
  Voilà pourquoi, tout programme de discipolat doit nécessairement calqué sur le
modèle de Jésus. Son modèle a fait Ses preuves. Considérant le rôle crucial du
discipolat, Shane Warren soutient:

jecroisodoncjeparle.org
Page 1
Jésus, le Véritable Maître

Le christianisme sans discipolat est un christianisme sans Christ. Ce genre de discipolat

devient plus qu’une idée abstraite, un mythe qui laisse place à la paternité de Dieu, mais

qui omet de faire de Christ son Maître et Seigneur vivant. Sans réel discipolat, on fait

certes confiance à Dieu, mais on ne suit pas véritablement le Christ. La grâce galvaudée

est l’ennemie mortelle de l’Eglise.

— Shane Warren : Le rôle de la direction spirituelle dans le discipolat. cité par Ressources pastorales
Automne 2016 : Le discipolat : Le mandat oublié, p. 5

                                         Jésus, le Véritable Maître

  Si l’Evangile est une bonne nouvelle par définition étymologique et dans la réalité,
il doit être une expérience vécue ici, maintenant et dans la perspective de
l’éternité en toute liberté. Il n’y a que le Fils de l’homme qui affranchit et qui rend
réellement libre.

  L'une des plus graves erreurs de beaucoup de nos conducteurs spirituels est
d’étouffer, consciemment ou inconsciemment, la croissance et la productivité des
disciples qu’ils prétendent préparer pour le royaume de Jésus-Christ. Quand ils ne

les placent pas dans une position d’asservissement personnel, ils pensent pouvoir
se substituer à Jésus comme véritables maîtres, experts exclusifs de la spiritualité
et de l’interprétation des Ecritures.
  Alors qu’augmente de plus en plus le nombre des fidèles, beaucoup de nos
assemblées ne parviennent pas à promouvoir la pensée critique.
Malheureusement, on dirait qu'elles produisent plutôt une spiritualité desséchante,
molle et des extraterrestres. La foi «  chrétienne  » est un domaine trop sensible
pour le traiter avec légèreté.

Windel Benjamin Etienne


Page 2
Jésus, le Véritable Maître

  Jésus n’a jamais confié le discipolat à un quelconque maître terrestre exerçant un


droit de vie et de mort sur aucun de Ses disciples. C’est Lui le chemin, la vérité et
la vie (Jean 14.6). C’est Lui le véritable repos (Matthieu 11.28). Aucun chef religieux
ou ecclésiastique n’a ces attributs. Nous devrions être plutôt ceux qui conduisent
les fidèles aux pieds du Véritable Maître, Jésus-Christ. C’est Lui qui faisait la
promesse solennelle d’être toujours avec Ses disciples.

  Vous, disciples de Jésus-Christ, devez comprendre que la vie éternelle c’est de


connaître l’unique vrai Dieu et Celui qu’Il a envoyé, Jésus-Christ (Jean.17 :3). Sans
vouloir vous enorgueillir et piétiner l’importance cruciale de l’église locale, vous
avez accès directement à Jésus. Vous pouvez construire une relation d’amour avec
Lui en tout lieu et en tout temps.

  La vie chrétienne est réellement une vie de liberté, mais pas d’asservissement ou
d’aliénation. Nous devons la vivre en toute bonne conscience. L’appel au
renouvellement de l’intelligence de la Bible (Romains 12 :2) trouve son sens le plus
profond dans le vécu quotidien du disciple, dans le cadre de son épanouissement
spirituel le plus complet, dans la perspective de l’éternité et de son mode de
rapport avec Jésus-Christ.
  Ce rapport ne nous transforme pas en des êtres égaux à Jésus. Nous demeurons
Ses disciples, à qui nous devons une révérence absolue. Ne vous placez sous
aucune autre seigneurie dans le monde que celle du Christ-mort-ressuscité pour
votre liberté.  Même Lui ne vous contraint pas d’être Son disciple. Il ne vous prive
non plus de vos facultés mentales.  Ne devez rien à aucun leader spirituel si ce
n’est de l’aimer. C’est la seule dette que vous avez envers quiconque.

Pour un discipolat intégré et transformationnel


Page 3
Caractéristiques d’un discipolat intégré et transformationnel

  Je suis convaincu que les conducteurs spirituels sont placés par Jésus pour
encadrer ses disciples à partir de tout ce qu’Il a prescrit. Ils ont l’heureux privilège
de collaborer avec Lui pour paître Son troupeau en toute honnêteté. Ils doivent
être honorés et respectés parce qu’ils veillent sur les âmes des disciples (Hébreux
13.17). Alors qu’ils veillent réellement sur votre âme, vous devez avoir à leur égard
de la déférence !

Caractéristiques d’un discipolat intégré et transformationnel

  Un bon programme de discipolat devrait être (1) intentionnel, (2) relationnel, (3)
holistique, (4) multiplicateur, (5) perpétuel, (6) sincère et pratique.

1) Intentionnel
  Le discipolat devrait être intentionnel parce que c’est notre raison d’être. Faire
des disciples n’est pas une option. C’est une lourde responsabilité. Voilà pourquoi je
prône un discipolat, en plus d’être intentionnel, mais aussi intégré. 
  Tout ce que nous faisons doit s’inscrire dans le cadre de la formation des disciples
de Jésus et pour Jésus. Michael J. Wilkins renforce cette idée en ces termes:

Le discipolat n’est pas seulement un aspect de la mission de l’Église ; elle inclut toutes ses

activités. Faire des disciples commence par une évangélisation intentionnelle qui incite les

gens à évaluer ce qu’il en coûte d’accepter l’appel divin à vivre dans le royaume de Dieu.

Ainsi, ils sont prêts à s’engager et à s’attendre à une transformation personnelle, ce qui est

la vie chrétienne normale.

— Faire des disciples en des temps et des Églises qui changent, publié dans Ressources pastorales
Automne 2016 : Le discipolat : Le mandat oublié p.11, 12

jecroisdoncjeparle.org
Page 4
Caractéristiques d’un discipolat intégré et transformationnel

2) Relationnel
  Relationnel parce que le disciple est d’abord et avant tout dans une relation avec
Jésus. Il fait aussi partie d’une communauté de croyants qu’il est appelé à aimer et
supporter. Nous devons placer les relations humaines au centre de tout. Tissons
des relations saines avec les disciples et soyons présents dans leur vie. Cela fait
appel à un mentorat dynamique. Un discipolat relationnel bâtit une vraie
communauté de croyants ou de disciples du Christ (Jean 13 : 34,35).

3) Holistique
  Le discipolat devrait être aussi holistique parce que le salut en lui-même est
holistique. Jésus s’intéresse au disciple comme un être humain à plusieurs
dimensions. 

  En prenant en compte cet aspect, notamment la dimension cognitive, nous


éviterons l’aliénation sous toutes ses formes.
  Jésus nous a sauvés non seulement pour nous réconcilier avec Son Père, mais
aussi pour nous réconcilier avec la création toute entière.

4) Multiplicateur
  Le discipolat devrait être nécessairement multiplicateur parce que Jésus
s’intéresse à la quantité des âmes, contrairement à ceux que beaucoup de gens
pensent. Il ne veut qu’aucun des pécheurs périsse (2 Pierre 3.9).

  L’approche par multiplication nous invite à former les disciples, des gagneurs
d’êtres humains. Une telle dynamique produira forcément un effet domino.

5) Perpétuel
    Le discipolat devrait être perpétuel parce qu’en fait il ne s’agit pas d’un simple
programme. C’est une dynamique, un processus qui part du bébé qui nait jusqu'à
l'adulte qui se reproduit.

jecroisdonc.jeparle.org
Page 5
Caractéristiques d’un discipolat intégré et transformationnel

    L’une des plus graves erreurs que nous commettons très souvent c’est de
concevoir le discipolat comme un acte ponctuel, une activité, un évènement. Non,
le discipolat existera jusqu’à ce que Jésus revienne enlever son Eglise. Nous ne
cesserons d’être disciples de Jésus. Dans ce contexte, présentant l’évangélisation
et le discipolat comme un processus sans fin, Randy Hurst soutient:

Le cycle de l’évangélisation et du discipolat est complet lorsque les disciples deviennent

des messagers qui évangélisent et font à leur tour des disciples.

— Randy Hurst Le cycle de l’évangélisation et du discipolat : un processus sans fin, dans Ressources pastorales
Automne 2016 : Le discipolat : Le mandat oublié, p.28

6) Sincère et pratique

  La sincérité du discipolat signifie, d’une part, que les faiseurs de disciples ne


doivent en aucun cas se comporter en super héros spirituel infaillible. Leur vie
doit être un livre ouvert dans lequel les disciples (mentees) peuvent lire la grâce 

de Dieu dans leur faiblesse. Nous sommes tous dans le même combat spirituel.
Nous luttons tous avec des tentations dans nos vies. Rester cache derrière un
masque spirituel ne fait qu’entraver le processus et le cycle du discipolat.  
  D’autre part, les faiseurs de disciples doivent présenter la croix aux disciples.
Jésus Lui-même a dit à Ses disciples : « Vous aurez des tribulations dans le monde.
Mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16.33) A ce titre, le constat de
Shane Warren est plus que saisissant :
Ne vous y trompez pas, le discipolat efficace coûte cher, parce qu’il ne peut en aucun cas être
sans croix. L’une des plus grandes tragédies de notre temps est le fait d’agrémenter l’Évangile
pour le rendre plus savoureux. En agissant ainsi, nous ne prêchons plus du tout l’Évangile, mais
plutôt « un autre Évangile » (2 Corinthiens 11.4). Si nous n'y prenons pas garde, nos tentatives
d'adapter l'Evangile à notre culture lui ôtera toute sa puissance de changer cette dernière.  A l'in-

jecroisdonc.jeparle.org
Page 6
Caractéristiques d’un discipolat intégré et transformationnel

verse, l’enseignement de Jésus peut s’appliquer sans aucun problème à toutes les

générations. Il est « le même hier, aujourd’hui et éternellement » (Hébreux 13.8).

— Shane Warren : Le rôle de la direction spirituelle dans le discipolat. Ressources pastorales Automne 2016 : Le discipolat : Le
mandat oublié, p.7

  Cependant, nous devons résister à l’idée de présenter la vie chrétienne comme


un parcours spirituel languissant et misérable. Le côté pratique du discipolat est un
appel à créer un cadre pédagogique accueillant, favorable à un apprentissage
réussi et une croissance assurée. A la manière de Jésus, nous devons être créatifs
dans notre démarche  et encourager la pensée critique pour ne pas produire  des
aliénés.

jecroisdonc.jeparle.org
Page 7
Je crois, donc je parle                     Windel Benjamin Etienne

                                                    CONCLUSION
    Un discipolat intégré et transformationnel n’est pas optionnel. C’est la
quintessence même d’une église locale calquée sur le plan et la philosophie de Jésus
pour faire des disciples sur la terre entière. Un tel discipolat est de nature à
transformer des vies à partir d’un processus excitant, passionnant, intelligent et
dynamique. C’est à ce niveau que l’Evangile transformateur pourra transformer en
retour des communautés à la gloire de Jésus.
    Alors, entrons dans une dynamique de discipolat qui correspond à la vision du
Maître pour transmettre un héritage chrétien sain à la prochaine génération, apte à
engager de véritables dialogues, à produire une défense solide de la foi chrétienne et
à réformer nos sociétés à la gloire de Dieu. Car, comme l’écrit Darrow Miller, si

l’Eglise ne discipline pas la nation, c’est la nation qui va discipliner l’Eglise.[1] Ce qu’il
nous faut aujourd’hui c’est un discipolat intégré et transformationnel.

1. Darrow, MILLER. Faites des nations mes disciples : clés pour une réforme de nos sociétés , Editions
Jeunesse en mission, 2008, p. 193

jecroisdonc.jeparle.org
Page 8