Vous êtes sur la page 1sur 23

Les principes bibliques 

économiques au regard du développement d'un pays       p.1

    Il n’est ni une démarche dénuée de sens ni une pratique dégradante de


recourir à la révélation spéciale de Dieu adressée aux humains pour essayer

de trouver des éclairages et enseignements convaincants relatifs à des


thématiques qui auraient de nature à intriguer les esprits. 
    Sans prétendre que la Bible réponde à toutes nos préoccupations, parmi
certaines des thématiques majeures dont elle aborde se trouve l’économie.
   L'économie n’est pas un sujet tabou dans la Bible, quoique cette dernière soit
loin d’être 66 livres contenant des théories scientifiques sur le sujet. Dans

cette optique, Howard Dayton, cité par Patrick Morley, a dénombré environ 500
versets bibliques sur la prière et plus de 2 350 sur la façon de gérer son argent
et son patrimoine[1]. Par conséquent, de ces versets découlent évidemment
des principes économiques.

   Les principes bibliques économiques mis en rapport avec le développement


d’un pays constituent un champ de réflexions assez passionnant. Ceci étant

dit, une démarcation de ces principes d’avec les réalités sociales, plus
précisément le développement d’un pays, constituerait une attitude que Dr.
Richard B. Ramsay qualifie de schizophrénie intellectuelle[2].  Pour le chrétien,
du point de vue de la Bible, il n’y a pas une vie spirituelle d’une part et une vie
sociale ou économique d’autre part. 
    Mais, le respect des principes bibliques économiques peut-il garantir le

développement d’un pays  ? Pour y répondre, ma démarche consistera  :


premièrement à développer les principes bibliques économiques, prenant
d’abord en compte les concepts principe et économie  ; deuxièmement, 
essayer de cerner le concept de développement d’un pays à partir de certains
indicateurs et troisièmement, mettre en relation les principes bibliques

économiques et lesdits indicateurs pour pouvoir tirer une conclusion. 

Je crois, donc je parle


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays           p.2

La notion de principe

    Les principes bibliques économiques méritent d’être repérés et définis afin


d’être étudiés avec minutie. Tout d’abord, faut-il préciser que la notion de
principe est polysémique. Il s’avère nécessaire de mettre en exergue deux

acceptations possibles.
    D’une part, le mot principe désigne un fondement théorique relatif au
fonctionnement d’une chose. A bien comprendre cette définition, un principe
n’est pas quelque chose de vague. Au contraire, il joue un rôle prépondérant,
consistant à servir de socle en vue du bon fonctionnement d’une chose ou d’un
domaine.
   D’autre part, un principe désigne une règle de conduite, une loi. Cet aspect
est fondamental dans la mesure où un principe, une loi, ayant un caractère
général et impersonnel, sert à régler une conduite, une attitude. Il en de même
de l’économie. Celle-ci est régie par des principes.

La notion d’économie

    Stricto sensu, le concept économie vient du mot grec  «  oikonomia  »,


signifiant gérance. Les deux mots grecs qui le composent sont  : «  oikos  »,
maison et « nomos », loi. Il s’agit de la loi qui régit la maison. Par extension, le
terme évoque l’idée de gérance et d’administration. En d’autres termes,
l’économie est l’art de bien gérer les ressources de la maison. Cette définition
étymologique concorde de manière parfaite avec la pensée biblique. Cette
pensée consiste à considérer Dieu comme étant le propriétaire de la terre et

l’homme n’en est que le gérant.

Jecroisdoncjeparle.org
Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays        p.3

    Lato sensu, l’économie est une science sociale qui étudie l’ensemble des
comportements humains liés à la production, à la distribution et à la
consommation des biens et des services dans un pays. L’économie est ici

saisie dans le sens macro. 


    La définition fait ressortir un aspect éthique fondamental  : le comportement
des individus par rapport aux ressources. Cela requiert de la gérance. C’est
dans cette optique que N. Gregory Mankiw définit l’économie de la manière
suivante  : «  L’économie, c’est l’étude de la manière dont la société gère ses
ressources rares »[3]. 
   La nécessité de l’intendance dans ce cas provient du fait que non seulement
Dieu soit le véritable propriétaire des ressources dont nous disposons, mais
aussi le fait que celles-ci soient rares et les besoins que les hommes
cherchent à assouvir sont illimités. Dans cette optique, les principes bibliques
économiques sont à considérer.

Quelques principes bibliques économiques

    Les principes bibliques économiques peuvent être définis comme étant un


ensemble de règles intemporelles décelées à travers les Ecritures relatives à

la gérance des ressources ou à la richesse que Dieu confère à son peuple ou


ses serviteurs. 
   A cet effet, parlant de la Bible, Hélèlene Farelly souligne : « Elle présente des
principes intemporels, même s’ils ont été écrits à une époque où on ne se
posait pas les questions de l’économie mondialisée d’aujourd’hui, et où l’idée
même de spéculations et de crise financière était inconcevable. »[4] 
   Parmi les grands principes liés à l’économie que la Bible édicte d’une façon
ou d’autre, il convient d’en mentionner les plus remarquables.

jecroisdoncjeparle.org
Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p. 4

Le principe du travail ou de l’industrie

    C’est un principe biblique économique incontournable. Selon Robertson

McQuilkin, le travail est un cadeau de Dieu […][5] Avant la chute, Dieu a donné


à Adam tout comme à sa femme un mandat d’ordre culturel consigné en
Genèse chapitre 1e  au verset 28, qui dispose  : «  Dieu les bénit, et Dieu leur

dit  : soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez  ; et


dominez sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre ». 
   A partir d’un tel verset faisant de l’homme un être économique, il est évident

que celui-ci est appelé à diminuer le chaos par la production des richesses
pour sa vie et l’utilité commune. Nous devons comprendre à partir de là que le
travail n’est pas une conséquence du péché ou de la chute.

    Vue l’importance du travail, en 2 Thessaloniciens chapitre 3 au verset 10,


Paul lance une mise en garde aux chrétiens en ces termes : « […] Si quelqu’un

ne veut pas travailler, qu’il ne mange non plus. » 


   Il est clair que la paresse, l’irresponsabilité et le refus de produire sont des
attitudes formellement réprimées par la Bible. C’est le travail que Dieu a
institué pourque l'homme puisse produire de la richesse et gagner sa vie à
partir des talents et habiletés qu’Il nous donne à tous. Aucun être humain n’est
dysfonctionnel.

 Le principe du respect de la propriété privée

    Ce principe est formellement consacré dans le huitième commandement


trouvé en Exode 20 au verset 15, des milliers d’année avant d’être consacré
par l’article 17 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.[6]  Ce
commandement divin stipule : «  Tu ne déroberas point». Juridiquement, le vol

se définit comme étant la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui. En


effet, Dieu interdit un tel acte par la mise en valeur du droit à la propriété
privée. 

Windel Benjamin Etienne


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.5

   Les différentes dispositions consignées dans le livre de l’Exode par rapport


au jubilé consacrent le principe du respect de la propriété privée. Certes, ce
principe renvoie à la liberté d’exploiter les ressources, mais sans nous inviter à
nous transformer en force oppressive.
   Le principe s’inscrit dans le cadre de l’intendance. D’ailleurs en Genèse 2 au

verset 15, Dieu met en relief  le fait que l’homme doive cultiver et garder le
jardin. Plus tard, au peuple d’Israël, en Lévitique chapitre 25 au verset 23, Dieu
faisait ainsi connaître sa volonté: « Les terres ne se vendront pas à perpétuité ;

car le pays est à moi, car vous êtes chez moi comme étrangers et comme
habitants. »

Le principe de la bonne gestion en tant que tel

    Il parait à première vue tautologique le fait de considérer la bonne gestion


comme un principe biblique économique, tenant compte de la définition même

de l’économie. Cependant tel n’est pas le cas. 


    Dans la pensée biblique, la gestion est intimement liée à la productivité.
Cette idée est belle et bien ressortie dans la parabole des talents trouvée en
Luc 19, notamment aux versets 22-24. 
    En outre, la saine intendance  est fille de la sagesse dans la mesure où
l’intendant prend conscience de la rareté des ressources, notion fondamentale

en économie. Cette prise de conscience du côté limité des ressources n’annule


en aucun cas la preuve de compassion ou de partage dont le bon gestionnaire
doit faire montre.

Le principe de la compassion

Je crois, donc je parle


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.6

    Sans la coller une étiquette de socialisme ou de quoique ce soit, la Bible


encourage le partage, l’exercice de la compassion à l’endroit des pauvres, des

laissés-pour-compte et des démunis. 


    A première vue, la compassion ne semble rien à voir avec l’économie.
Cependant, elle y est bien au cœur, car elle pose le problème de la distribution,
de la redistribution des richesses ou même des profits. Cela parait absurde et
même un non sens en ce 21ème siècle où il y a une course folle vers la
richesse, l’accumulation effrénée des profits, très souvent au détriment de

l’autre et de la collectivité. 
   C’est dans cette optique que Hélène Farelly, réfléchissant sur l’injonction que
la Bible nous fait d’être compatissants envers les autres, même dépourvu de
richesse selon le monde, écrit: «  L’éthique économique individuelle fondée sur

la Parole de Dieu est une route semée d’embuches, elle ne semble pas
naturelle, quelle que soit l’époque. [7]  »

   La Bible regorge de textes évoquant l’idée de compassion. Mais le texte de


Deutéronome 15, aux versets 7 à 10, me retient l’attention quand Dieu dit: « S’il
y a chez toi quelque indigent d’entre tes frères, dans l’une de tes portes, au
pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu ne fermeras point ton cœur et tu ne
fermeras point ta main devant ton frère indigent. Mais tu lui ouvriras ta main, et
tu lui prêteras de quoi pourvoir à ses besoins […]» Ici, l’idée de solidarité est
bel et bien soutenue. 
    A cet effet, intervient un autre principe biblique économique fondamental, à
savoir la justice.

Le principe de la justice

jecroisdoncjeparle.org
Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays      p.7

    La justice occupe une place non négligeable dans la sphère économique. 


Elle doit être comprise à partir de deux domaines particuliers que la Bible elle-
même soutient. Il existe plusieurs formes de justice. 
    D'abord, la justice judiciaire, consistant à rendre une juste justice dans les
Tribunaux. Elle évoque l’idée de l’égalité devant la loi. Ainsi, en Exode chapitre
23 au verset 23 il est écrit: «  Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal ;

et tu ne poseras point dans un procès en te mettant du côté du grand nombre,


pour violer la justice. » 
   Cette notion de justice est fondamentale à partir d’un important renforcement
trouvé en Proverbes chapitre 14 au verset 34 où il est dit:  «  La justice élève

une nation […] ». A Hélène Farelly de souligner : «  La justice et l’équité sont


des clés proposées par Dieu pour encourager des relations économiques et
sociales harmonieuses.»[8] Quand la justice fonctionne bien, cela est profitable
à la santé de l’économie.  Par contre, quand elle est offerte aux plus offrants,
les investisseurs se font rares.

    Ensuite la justice distributive. Elle consiste à donner à chacun ce qui lui


revient, c’est-à-dire selon son mérite et parfois selon ses besoins, en tenant

compte des différences existant entre les individus. Dans ce contexte, si les
différences, en termes de situations inégales de départ, ne sont pas prises en
compte, cette justice peut être qualifiée d’injustice. C’est à ce point
qu’intervient sans doute la notion de justice sociale, fondée sur l’équité.
   Par contre, enfin la justice commutative. Elle consiste à rendre à chacun ce

qui lui est dû en ignorant les différences entre les individus, qu’il s’agisse de
pauvres ou de riches.

Windel Benjamin Etienne                Je crois donc je parle


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.8

   Dans le corps social, faut-il récompenser les hommes et les femmes selon
leur contribution, leur mérite ou selon leurs besoins ? Laquelle de ces
perceptions est soutenue par la pensée biblique ? Tenant compte du principe du
travail comme vertu, il semble que la Bible met en garde contre tous les

socialistes ou marxistes qui auraient tendance à déposséder les riches ou les


industrieux de leur propriété. A chacun selon le fruit de son travail.
     Nous voyons clairement en Deutéronome 24 aux versets 10 à 22 que Dieu
demandait formellement à Israël de protéger les mercenaires, les droits de
l’étranger, de l’orphelin et de la veuve. 

    Sans encourager quiconque dans la paresse, Dieu nous invite à voler au


secours des plus faibles, les aidant à sortir de leur précarité. Tout le monde a
le droit de vivre et d’avoir le nécessaire. Tout le monde doit être aussi
responsable. Voyons en dernier ressort le principe de l’égalité.

Le principe de l’égalité

    La révélation biblique a l’art de faire de l’équilibre quand il s’agit de

l’économie. Un tel équilibre se voit entre la propriété privée soutenue par le


capitalisme et l’égalité comme une valeur chère au socialisme. Par-dessus
tout, il est indéniable que l’égalité soit un principe biblique important.
   Le principe de l’égalité évoque l’idée que dans le corps social il y a égalité de
chance ou de réussite. Mais c’est plus profond que ça. Car il faut créer les

conditions pour que cette égalité soit effective.      


    La Bible ne semble favoriser aucun individu ou classe. Le mandat culturel
cité dessus soutient cette idée. La Bible soutient l’égalité dans les partages et
le respect des droits de chacun, surtout des plus vulnérables.
Malheureusement, tenant compte des tristes réalités des sociétés humaines,

Jésus reconnait qu’il y aura toujours des pauvres.  Il y aura toujours des
multinationales et des puissances  impérialistes qui opprimeront les plus fai-

jecroisdoncjeparle.org                     jecroisdoncjeparle@gmail.com
Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays    p.9

bles. Il y aura toujours des cultures qui resteront sous-développées à cause de

la fausseté du fatalisme. Il y aura toujours des peuples qui refuseront


d’assumer leurs responsabilités de développement. Il y aura toujours et surtout
des gens qui refuseront de travailler et de faire des efforts pour sortir du verrou
de la pauvreté.
   Les notions de principe, d’économie et de principes bibliques étant évoqués
et sommairement développés, il convient maintenant de développer la notion de

développement d’un pays.

La notion de développement et ses indices

   A l’heure actuelle, les pays sous-développés ou tiers-mondistes s’intéressent


au développement et ceux des pays développés s’attachent de tenir le
standard et même d’être développés indéfiniment dans un contexte mondial où
les pays sont très compétitifs par rapport au marché.

    Sur le plan étymologique, la notion du développement vient de deux mots


latins, à savoir  : ‘’de’’, signifiant cessation, négation et ‘’velare’’, couvrir,

envelopper. C’est le fait de ne pas envelopper, de faire croître, de donner de


l’ampleur.
    Le développement est une notion assez vaste. Dans cette veine, il importe
de souligner qu’il y a une différence entre développement et croissance
économique. Cette dernière notion est une composante du développement

pouvant être mesurée à partir de plusieurs indicateurs clés, comme  : le


produit  Intérieur Brut (PIB), le Produit National Brut (PNB), l’Indice de
développement humain (IDH), etc.
   Bernard Bret  définit le le développement en ces termes : « Le terme déve- 

Windel Benjamin Etienne


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays    p.10

loppement, utilisé dans les sciences humaines, désigne l’amélioration des


conditions et de la qualité de vie d’une population, et renvoie à l’organisation
sociale servant de cadre à la production du bien-être.[9]  » A partir de cette
définition, force est de faire deux constats  : d’une part, quoique l’aspect
économique soit fondamental en développement, celui-ci évoque d’autres

facteurs. D’autre part, le développement s’inscrit dans le cadre d’une


population. 
    Sur le plan macroéconomique, dans notre travail,  le développement est
circonscrit dans le cadre d’un pays.
    Beaucoup de spécialistes soutiennent que le développement d’un pays se

mesure à partir de trois (3) indicateurs majeurs. Premièrement il faut penser au


développement économique. Cet indicateur du développement concerne la
création de richesses et la réussite économique d’un pays. Cette croissance
économique se voit à partir du produit national brut(PNB), incluant le Produit
Intérieur Brut qui mesure la production de richesse d’un pays. 
   En effet, un pays qui ne produit pas de la richesse ou si son PNB est faible

n’est pas sur le chemin du développement. De ce fait, le développement


économique marche de pair avec l’industrialisation. 
    La non-productivité donne naissance à une importation excessive de
ressources nocive à la santé de l’économie nationale. Telle est la situation des
pays dits pauvres. Pour produire et augmenter des biens, il faut des

compétences, des outils de travail modernes et sophistiqués. Pour y arriver, il


faut nécessairement du capital.
    Cependant, cette croissance économique doit être maitrisée, sinon elle ne
contribuera pas au développement d’un pays. Elle doit contribuer et viser le
développement humain. D’où le deuxième indicateur, à savoir le développement
social.

jecroisdoncjeparle.org                     jecroisdoncjeparle@gmail.com
Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.11

    L’aspect social tient compte de l’amélioration des conditions humaines,


notamment des habitants. Il s’agit d’un indicateur clé, car la croissance
économique n’est pas synonyme de développement humain. Le bien-être de

l’humain doit être pris en compte. C’est-à-dire, les indicateurs sociaux


s’articulent autour de la démographie, de la santé, de la nutrition, de
l’éducation, etc. Le tout contribue à augmenter l’espérance de vie. C’est à ce
niveau qu’on peut commencer à parler de développement durable. 
   Voilà pourquoi, dans les pays sous-développés, les inégalités sociales sont

plus criantes que dans les pays développés, quoique, selon la loi de Kuznets,
les inégalités augmentent avec le développement avant de diminuer. 
    Toutefois, l’indicateur de développement social met surtout en évidence la
possibilité d’intégration de l’individu dans la société.
    Cette possibilité d’intégration vise non seulement la longévité de manière
saine, mais aussi l’accession à la connaissance et à l’information et le fait de

bénéficier des ressources assurant un niveau de vie décent. C’est à juste titre
qu’on dit que le développement social se mesure à partir d’un critère ultime, à
savoir, l’Indice de Développement Humain (IDH). Voilà pourquoi, dans la
logique de développement d’un pays intervient un troisième indicateur,
l’écologie.

    L’écologie est au cœur des débats contemporains depuis la fameuse


conférence de Stockholm en 1972 et de manière plus récente, la COP21, la
conférence internationale sur le climat, Paris 2015. Elle devient une
préoccupation mondiale.

Un pays qui veut connaître le développent doit se soucier des questions


environnementales ou des changements climatiques. Dans le cas contraire,

Marc Saint-Laurent donne ce qui peut advenir  en ces termes:  « [...] Une

croissance économique peu soucieuse de l’environnement aurait des consé-

Pour nous supporter et tout commentaire, envoyez-nous votre message sur jecroisdoncjeparle@gmail.com
Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.12

quences désastreuses.[10] »  
    L’être humain vit et agit sur l’environnement. Ses actions sont très souvent
destructrices au profit d’un anthropocentrisme impitoyable. Il s’agit de
l’écocide. Voilà pourquoi le développement d’un pays s’accompagne d’une prise
en charge de l’environnement dans la dynamique de l’équité
intergénérationnelle. D’où, la nécessité d’évaluer les principes bibliques

économiques pour voir si leur respect garantit le développement d’un pays.

Le respect des principes bibliques économiques versus développement

    Pour savoir si le respect des principes bibliques économiques définis et

développés plus haut dans le cadre de ce travail garantit ou non le


développement d’un pays, il convient d’analyser leur mode d’application.
   Les principes bibliques économiques sont émanés de contextes historiques,
socioculturels et économiques différents de ceux du XXIème siècle. Par
conséquent, l’anachronisme est à esquiver en ce qui concerne le

développement d’un pays. C’est à raison qu’André Néher, cité par Jean-Paul
Maréchal, soutient  : « […] arracher à des principes anciens toute leur
signification dans ce qu’elle a d’éternellement valable et de faire surgir, ainsi,
dans des contextes renouvelés, leur indestructible et constructive jeunesse»
[11].

   A partir de cela, à titre d’exemple, le mandat culturel qui consacre largement


le principe du travail ou de la production doit se comprendre à partir de l’idée
première de Dieu avant la chute de nos premiers parents. Il a plu au Dieu
Créateur de donner à l’être humain l’ultime responsabilité de dominer sur la
création. Par conséquent, il s’agit d’un principe transversal, s’inscrivant dans
notre nature de créatures de Dieu.

Jecroisdoncjeparle.org
Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.13

   L’important, c’est plutôt la mise en application. Ainsi, il est tout à fait normal
d’être préoccupé par le principe du partage ou de la compassion. Il serait
fallacieux et gratuit de dire que la Bible soutient le socialisme par le simple fait
qu’au premier siècle tous ceux qui étaient sauvés aient mis en commun tous

leurs biens, comme il est dit dans le livre des Actes. 

    Une telle compréhension de la sagesse herméneutique et exégétique

dont il faut faire montre par rapport aux principes bibliques économiques

renvoie toutefois à considérer l’influence historique de ceux-ci sur un

échantillon, quoique faible, de certains pays.

     Influence de principes bibliques sur le développement de certains pays

    Les principes bibliques économiques ont eu ou ont encore une certaine


influence sur le développement de certains pays du monde.
    Israël est un peuple qui retient l’attention par rapport aux progrès énormes
qu’il connait dans certains domaines non-négligeables comme la technologie et

la médecine, même devant la puissance mondialement imposante


américaine. Force est de constater comment l’Etat hébreux a parvenu à juguler
la crise de la Covid-19 à partir d’une compagne massive de vaccination.
   Devenu un Etat en 1948 par l’Organisation des Nations Unies (ONU), Israël
met en application le grand mandat culturel consigné dans la Torah. Non placé
sous un régime théocratique, avec une population estimée à 8 904 373

d’habitants dont 6 104 000 Juifs en 2014[12] et d’un territoire exigu de 20 770
Kilomètres carrés et préalablement très désertique, ce peuple comprend qu’il
faut agir sur la terre pour qu’elle puisse fructifier. 

Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays      p.14

   Non seulement ce peuple croit dans le travail, mais aussi dans le commerce.
C’est à juste titre que le Rabbin Ken Spiro souligne : «  De fait, les fondateurs
de l’Etat d’Israël moderne, même s’ils n’étaient pas religieux, étaient
profondément imprégnés de la conviction que le peuple juif tient son héritage
de la Bible et que c’est elle qui le relie à sa terre. »[13]

    L’héritage de la sagesse de la Bible, notamment de la Torah par rapport à


l’économie parait incontournable dans le développement d’Israël. Il n’y a pas
qu’Israël à être influencé par les principes bibliques économiques, mais aussi
les Etats-Unis.

   Les Etats-Unis sont, en toute vraisemblance, un pays fondé sur des valeurs

bibliques ou judéo-chrétiennes, notamment sur certains principes 


économiques, comme le travail, la liberté, la justice, la propriété privée. Le
peuple américain est reconnu pour son sens du travail. Ce sens est dans une
certaine mesure dû au respect de ces principes.

    Dans cette veine, quoique très critiquée et même controversée, l’œuvre de


Marx Weber intitulée l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme a sa place
dans le débat. 

    En fait, Marx qui n’était pas chrétien,  essaie de montrer que l’esprit du
capitalisme moderne a une certaine affinité avec l’éthique protestante calviniste
américaine. Cette forme de capitalisme repose du même coup sur une
rationalité dans l’utilisation des ressources. L’essence de tout ça c’est que le
respect des principes bibliques économiques contribue au développement de

ce pays. Par exemple, le principe de la liberté est considéré comme un droit


divin.

   Quoique le peuple américain ne soit plus ce qu’il était en termes du respect


de la morale chrétienne, l’organisation des grands pouvoirs de l’Etat laisse
entrevoir une juste compréhension de la nature déchue des humains. 

Windel Benjamin Etienne                 Je crois, donc je parle


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.15

    Ce peuple est aussi connu pour sa générosité, plus précisément son sens
de partage ou de compassion.
    D’autres peuples ayant eu un certain respect des principes bibliques
économiques méritent aussi une certaine attention.

    Certains pays de l’Europe ont connu un certain niveau de développement


grâce au respect des principes bibliques économiques, soit par l’influence du
protestantisme, comme l’Ecosse, la Suisse, surtout sous l’influence des

travaux considérables de Jean Calvin, soit par celle du catholicisme comme la


Belgique, avec évidemment des dérives suite à l’implication honteuse et
abominable de Léopold II dans la traite d’esclave, en particulier au Congo.

    Par contre, quoique les morales religieuses, peu importe leur genèse,
influencent le comportement et le développement des pays, il est tout à fait de
bon ton de passer en revue la situation de certains développes sans une base

de morale chrétienne.

   Tout d’abord, il ne saurait être une aberration de considérer les deux géants
du continent asiatique, en l’occurrence le Japon et la Chine. Du point de vue
religieux, la Chine est plus influencée par le bouddhisme, bien qu’il y ait de plus
en plus une faible influence du christianisme surtout par rapport à la
missiologie chrétienne. Tandis que le Japon est surtout influencé par le
Shintoïsme. 

    La Chine est aujourd’hui considérée comme la deuxième puissance


économique mondiale et tacle les Etats-Unis pour devenir la première. Le
Japon, avec un territoire exigu, soumis à de sérieuses contraintes climatiques,
un archipel formé de 6 800 îles, occupe aussi une place imposante sur
l’échiquier économique mondial. Donc la Chine et le Japon sont des pays

développés non nécessairement influencés par la religion chrétienne.

Visitez notre site jecroisdoncjeparle.org


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays    p.16

   La Russie, plus ou moins d’idéologie socialiste, autrefois l’URSS soumis au


régime communiste, n’est pas soumis au respect des principes bibliques
économiques. Pourtant elle est aujourd’hui classée parmi les pays émergents

du monde et pays de puissance nucléaire comme la Chine. C’est aussi le


même constat pour l’Inde, pays émergent influencé et soumis au respect des
principes de l’Hindouisme.
    Par conséquent, les principes généraux relatifs à l’économie qu’évoque la
Bible méritent d’être cernés, pesés, sous-pesés pour une actualisation de
qualité. Chacun de ces principes donnés dans des contextes particuliers reflète

la volonté du Dieu Créateur pour ses créatures, notamment pour un pays, pris
comme un ensemble organisé et fondé inéluctablement sur des principes. 
   La croissance économique dans toutes ses dimensions, étant au cœur des
activités multiples d’un pays, est un indicateur incontournable au
développement de celui-ci. Cependant, elle n’est pas le seul facteur ni non plus

synonyme de développement.

Je crois, donc je parle


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays     p.17

CONCLUSION
    De ce qui précède, sans accuser la Bible de soutenir un système
économique quelconque, à mon humble avis, le respect de ses principes liés à
l’économie garantit le développement d’un pays, qu’il s’agisse du travail, de la
justice et autres. Ils ne sauraient être ni allergiques ni un handicap au

développement de quel que soit le pays. Leur respect engendre forcément des
conséquences positives et fructueuses. Il suffit de les appliquer avec sagesse.
   Il est tout à fait impossible qu’un pays puisse épouser le Théisme biblique ou
la vision biblique du monde sans être réformé et développé. Les valeurs judéo-
chrétiennes sont de nature à provoquer et engendrer le progrès (scientifique) et
le développement dans ses multiples aspects.  Darrow Miller, dans la préface

de son grand classique, renforce cette idée, basée sur le travail du docteur
Landis.

Le Docteur David Landis de l’Université Harvard a passé 50 ans de sa vie à

étudier le développement économique. L’un de ses cours s’appelle « La

richesse et la pauvre des nations-pourquoi certaines sont-elles si riches et

d’autres si pauvres ? » Il affirme que c’est l’éthique judéo-chrétienne qui

conduit au développement des nations.

— Darrow Miller : Faites des nations mes disciples : Clés pour une réforme de nos
sociétés, Ed. Jeunesse en mission, 2008, p.9

   Il semblerait que même si beaucoup de pays développés ne sont pas ou plus
reconnus comme des pays chrétiens, les valeurs judéo-chrétiennes ou les
principes bibliques relatifs à l’économie et au développement ont exercé, de
manière consciente ou non, une certaine influence sur leur développement.

Je crois, donc je parle


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays    p.18

   Toutefois, le développement d’un pays n’est pas forcément conditionné par le


respect des principes bibliques économiques. D’ailleurs, à la question : qu’est-
ce qui contribue au développement d’un pays ou pourquoi certains pays se
développent et d’autres non ?, les principes bibliques économiques ne sont pas
forcément les premiers à prendre en compte.  C’est tout à fait évident que le

développement de certains pays dans le monde n’est pas forcément,


explicitement et institutionnellement dû à leur respect. 
   Le développement d’un pays passe par la prise en compte d’un ensemble de
paramètres. Cependant, les humains sont créés à l’image de Dieu. Même si un
politicien ou un leader ne se soumet pas à Dieu ou Ses principes, l'image

politique de Dieu en lui le rend automatiquement capable d’organiser l’espace


social et de travailler au bien-être de son peuple. 
    Mais, le développement d’un pays non base sur le respect des principes
bibliques économiques ne court-t-il pas le risque d’aboutir à des crises
éthiques?

Visitez notre site pour plus de ressource jecroisdoncjeparle.org


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays    p.19

SOURCES
Farelly,  Hélène Existe-t-il une économie chrétienne? Marne-la-Vallée Cedex 2 :

éditions Farel, France., 2009

Maréchal, Jean-Paul. L’éthique économique de la Bible


https://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2005-3-page-66.htm

MCQUILKIN, Robertson. An introduction to biblical ethics. Illinois: Tyndale


House Publishers, USA, 1995

MILLER, Darrow : Faites des nations mes disciples : Clés pour une réforme de
nos sociétés, Ed. Jeunesse en mission, 2008

MORLEY, Patrick. L’homme dans le miroir. Lyon: éditions: Clé, France., 2007

RAMSAY, Richard. Intégrité intellectuelle, [s.l.d]

SAINT-LAURENT, Marc. Environnement et créativité. Montréal : éditions

Mediaspaul, Canada, 1994

SPIRO, Ken. La terre promise

http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=6

L’économie c’est quoi ?

http://www.nbbmuseum.be/doc/infosheets/fiche_information_FR_01.pdf?
v20120919

http://www.terredisrael.com/ISRAEL_populations.php

http://www.hypergeo.eu/spip.php?article511, article, Développement définition

________________________

[1] Patrick, Morley.  L’homme dans le miroir (Lyon: éditions Clé., 2007),  p. 172.

Visitez notre site pour plus de ressource jecroisdoncjeparle.org


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays    p.20

[2] Richard B., Ramsay. Intégrité intellectuelle [s. d. l], p. 1

[3] L’économie c’est quoi ?


http://www.nbbmuseum.be/doc/infosheets/fiche_information_FR_01.pdf?
v20120919

[4] Hélène Farelly, p.12

[5] Work is a gift of God […]

Robertson,  McQuilin. An introduction to biblical ethics (Illinois : Tyndale


House, USA, 1995), p. 388

[6] L’article stipule:   1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a
droit à la propriété.
                                2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

[7] Hélène Farelly, p. 37

[8] Ibid, p.39

[9] http://www.hypergeo.eu/spip.php?article511, article, Développement


définition

[10] Marc Saint-Laurent. Environnement et créativité (Montréal : Mediaspaul,


Canada., 1994), p.8

[11]  Jean-Paul Maréchal. L’éthique économique de la Bible


https://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2005-3-page-66.htm

[12] http://www.terredisrael.com/ISRAEL_populations.php

[13] Ken, Spiro. La terre promise, cours d’histoire Juive # 5

http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=6

Visitez notre site pour plus de ressource jecroisdoncjeparle.org


Les principes bibliques économiques au regard du développement d'un pays    p.21

©Tous droits réservés, Je crois, donc je parle, 2021

Ouvrages publiés, disponible sur Amazon

 - Faiseur de disciples ou Faiseur d’aliénés ? Petit traité d’éducation chrétienne


du nouveau disciple.

 - Une pédagogie chrétienne adaptée aux néophytes spirituels

Visitez notre site pour plus de ressource jecroisdoncjeparle.org


Les Principes bibliques économiques

au regard du développement d'un pays

   Il semblerait que même si beaucoup de pays développés ne sont pas ou plus
reconnus comme des pays chrétiens, les valeurs judéo-chrétiennes ou les

principes bibliques relatifs à l’économie et au développement ont exercé, de


manière consciente ou non, une certaine influence sur leur développement.

   Il est tout à fait impossible qu’un pays puisse épouser le Théisme biblique ou
la vision biblique du monde sans être reformé et développé. Les valeurs judéo-
chrétiennes sont de nature à provoquer et engendrer le progrès (scientifique) et

le développement dans ses multiples aspects.

Windel Benjamin Etienne


B.Th, M.Ed, Juriste
Missionnaire en Afrique de l'Ouest
Coach en leadership et en éducation chrétienne
Promoteur du site : jecroisdoncjeparle.org