Vous êtes sur la page 1sur 18

Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011

Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours


_____________________________________________________________________________________________________________________

LE RESEAU RECIPROQUE

L’introduction de l’espace réciproque simplifie énormément de nombreux problèmes en


cristallographie et en diffraction. Le réseau réciproque associé est constitué, comme le réseau
direct, de points imaginaires appelés nœuds. C’est une convention géométrique dont il est
possible de se passer. D’ailleurs, on lira dans beaucoup d’ouvrages qu’il n’a pas de signification
physique. L’auteur de ces notes ne partage pas ce point de vue. Plutôt que de donner d’emblée
sa définition et ses caractéristiques, nous allons le construire pas à pas pour figurer de manière
simple les familles de plans réticulaires. Certaines de ses propriétés seront précisées ; les
applications en diffraction sont exposées dans le complément de cours correspondant.

Les concepts d’espace et de réseau réciproques ne sont pas au programme de Mesures


Physiques. Elles complètent toutefois utilement les notions abordées en « Structure des
Matériaux » (SDM, S1) et « Caractérisation des Matériaux » (CDM, S4). On pourra être amené
à les utiliser au cours de certains projets en laboratoire. En outre, ces notes seront utiles à ceux
qui poursuivront leurs études en science des matériaux. Les prérequis pour une bonne
compréhension sont :
- le cours de maths du semestre 1 de Mesures Physiques (produit scalaire, produit
vectoriel et produit mixte) ;
- le cours de structure des matériaux du semestre 2 de Mesures Physiques
(téléchargeable sur les pages Mesures Physiques du site de l’IUT d’Annecy).

1- Construction du réseau réciproque-


Dans un réseau direct, chaque famille de plans réticulaires (h k l) est constituée d’un nombre
infini de plans parallèles distants de dhkl, distance interréticulaire. Elle est donc entièrement
définie par la direction perpendiculaire à l’ensemble des plans et par dhkl. On se propose de
figurer matériellement l’ensemble des plans d’un réseau en représentant, pour chaque famille,
sa direction et sa distance interréticulaire.

1.1- Détermination des vecteurs du réseau réciproque-

Soit un réseau direct dont la maille primitive est définie par les trois vecteurs de translation a, b
et c (Fig. 1). Nous allons considérer successivement les familles de plans (1 0 0), (0 1 0) et (0 0
1) et les représenter de manière simple.

Si chaque famille est définie par une direction et une distance interréticulaire, on peut la figurer
par un vecteur. Ainsi nous représentons la famille de plans (1 0 0) par un vecteur a* normal à
ces plans, donc normal à b et c, et dont la longueur est l’inverse de leur écartement. Cet
écartement est égal à d100 = OA1, A1 étant la projection de l’extrémité de a sur l’axe défini par
a*. La longueur de a* est donc donnée par :

a * ⋅ OA 1 = a * ⋅ d100 = 1 (équation 1)

1
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

Enfin, le sens dans lequel on porte a* sur la normale est tel que le trièdre a*, b, c est direct.

Figure 1. Construction du réseau réciproque. Le vecteur a* est normal aux plans de la famille (1 0 0), sa
longueur est l’inverse de leur écartement d100 et son sens est tel que a*, b, c forment un trièdre direct. On
procède de même pour la définition de b* et c*.

Toutes ces conditions sont exprimées en notation vectorielle par les trois équations :

a * ⋅a = 1 a * ⋅b = 0 a * ⋅c = 0 (équations 2.1 à 2.3)

Les vecteur b* et c* sont définis de la même manière en considérant cette fois les familles de
plans (0 1 0) et (0 0 1) : b* est normal aux plans de la famille (0 1 0), sa longueur est l’inverse
de leur écartement et son sens est tel que a, b*, c forment un trièdre direct … et on obtient
naturellement 6 autres relations :

b * ⋅a = 0 b * ⋅b = 1 b * ⋅c = 0 (équations 2.4 à 2.6)


c * ⋅a = 0 c * ⋅b = 0 c * ⋅c = 1 (équations 2.7 à 2.9)

Portons maintenant les trois vecteurs a*, b*, c* à partir d’un point quelconque appelé origine de
l’espace réciproque. Le réseau de points imaginaires bâti sur ces trois vecteurs constitue le
réseau réciproque du réseau direct.
Peut-on trouver des relations mathématiques simples qui permettent de trouver a*, b*, c* à
partir de a, b, c ? La réponse est naturellement oui.
Puisque a* est normal à b et c et que a*, b, c forment un trièdre direct, on peut écrire :

a* = α (b Λ c ) (équation 3)

où α est un réel strictement positif. Il ne nous reste plus qu’à trouver α qui peut s’écrire
encore :
a*
α= (équation 4)
bΛc

2
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

Le volume de la maille définie par a, b, c est égal au produit mixte de ces trois vecteurs :

V = a ⋅ ( b Λ c) (équation 5)

Il s’écrit encore :
V = OA 1 ⋅ ( b Λ c ) (équation 6)

soit :
V = OA 1 ⋅ b Λ c (équation 7)

puisque les vecteurs OA1 et bΛc sont parallèles. A partir des équations 1, 4 et 7, on obtient :

1
α=
V
Donc finalement :
a* =
1
(bΛc ) (équation 8.1)
V

De même, on démontre facilement les deux relations complémentaires :

b* =
1
(cΛa ) (équation 8.2)
V
c* = ( a Λ b )
1
(équation 8.3)
V

1.2- Relations algébriques-

Le volume de la maille du réseau réciproque V* est donné par :

V * = (a * Λ b * ) ⋅ c * (équation 9)

qui peut s’écrire également :

1  1
V * =  (b Λ c ) Λ (c Λ a ) ⋅ (a Λ b )
1
V V  V

ou encore :
1
V* = ((b Λ c ) Λ (c Λ a )) ⋅ (a Λ b ) (équation 10)
V3

En utilisant les identités de Lagrange :

u Λ (v Λ w ) = (u ⋅ w ) v − (u ⋅ v ) w
(u Λ v ) Λ w = (u ⋅ w ) v − (v ⋅ w )u

3
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

on développe l’expression 10 :

V* =
1
[((b Λ c ) ⋅ a )c − ((b Λ c ) ⋅ c )a]⋅ (a Λ b)
V3
V * = 3 (V c ) ⋅ (a Λ b ) =
1 1
V V

Le volume de la maille du réseau réciproque est l’inverse du volume de la maille du réseau


direct. Toujours en utilisant les relations de Lagrange, nous allons exprimer les vecteurs du
réseau réel en fonction des vecteurs du réseau réciproque.

1
(b * Λ c * ) = 1  1 (c Λ a ) Λ 1 (a Λ b )
V* V * V V 
1
(b * Λ c * ) = 1 [(c ⋅ (a Λ b )) a − (a ⋅ (a Λ b ))c]
V* V
1
(b * Λ c * ) = a
V*

En procédant de même pour les autres produits vectoriels, on obtient les relations suivantes :

1
a= (b * Λ c * )
V*
1
b= (c * Λ a * ) (équations 11.1 à 11.3)
V*
1
c= (a * Λ b * )
V*

qui sont en tout point semblables aux équations 8.1 à 8.3. Elles montrent tout simplement que
« le réseau réciproque du réseau réciproque est le réseau direct ». Les relations fondamentales
pour la définition du réseau réciproque sont rappelées ci-dessous.

1 1
a* = (b Λ c ) a= (b * Λ c * )
V V*
1
b* = ( c Λ a )
1
b= (c * Λ a * )
V V*
c* = ( a Λ b )
1 1
V
c= (a * Λ b * )
V*
V = (a Λ b ) ⋅ c V = (a * Λ b * ) ⋅ c *

4
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

1.3- Réseaux réciproques des différents systèmes cristallins-

Réseaux réciproques des réseaux directs cubiques, tétragonaux et orthorhombiques.


Les réseaux directs cubiques, tétragonaux et orthorhombiques ont en commun que les angles
entre les vecteurs de translation qui les définissent, a, b, c, sont égaux à 90°. Prenons le cas le
plus général d’un réseau orthorhombique (a b ; b c ; c a). L’équation 8.1 devient :

1 a 1 a
a* = ⋅ bc ⋅ = ⋅ (équation 12)
abc a a a

Le vecteur a* est donc parallèle à a, de même sens et de longueur 1/a. De même, le vecteur b*
est parallèle à b, de même sens et de longueur 1/b ; le vecteur c* est parallèle à c, de même
sens et de longueur 1/c (Fig. 2).

Figure 2. Vecteurs de translation d’un réseau orthorhombique et de son réseau réciproque.

Pour un réseau direct tétragonal (a = b), a*, b*, c* sont parallèles à a, b, c et de même sens. a*
et b* ont pour longueur 1/a ; c* a pour longueur 1/c.

Enfin, pour un réseau cubique (a = b = c), les trois vecteurs du réseau réciproque ont la même
longueur 1/a. Ils sont parallèles aux vecteurs du réseau direct et de même sens.

Réseau réciproque du réseau direct hexagonal.


Le réseau hexagonal est défini par a = b et γ = 120°. Le vecteur a* est, par définition, normal à
b et c. Sa longueur est déduite sans difficulté de l’équation 8.1 :

1 1 2
a* = ( b Λ c) = ac = (équation 13)
V 2 3 a 3
a c
2

Le vecteur b* est normal à c et a et de même longueur :

1
b* = ( c Λ a) = 2 (équation 14)
V a 3

5
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

a* et b* se trouvent dans le plan défini par a et b et forment un angle de 60° (Fig. 3). Le vecteur
c* est normal à a et b donc parallèle à c ; sa longueur vaut :

1 1 3 1
c* = a Λb = a2 = (équation 15)
V 2 3 2 c
a c
2

Figure 3. Vecteurs de translation d’un réseau hexagonal et de son réseau réciproque.

Réseau réciproque du réseau direct monoclinique.


Le réseau monoclinique est défini par a b, b c, c a et β 90°. Le vecteur a* est, par
définition, normal à b et c. Sa longueur vaut :

a* =
1
( b Λ c ) = 1 bc = 1 (équation 15)
V abc sin β a sin β

Le vecteur c* est normal à a et b et de même longueur :

c* =
1
( a Λ b) = 1 (équation 16)
V c sin β

a* et c* se trouvent dans le plan défini par a et c et forment un angle de π - β (Fig. 4). Le


vecteur b* est normal à a et c donc parallèle à b ; sa longueur vaut :

1 1 1
b* = cΛa = ac sin β = (équation 17)
V abc sin β b

6
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

Figure 4. Vecteurs de translation d’un réseau monoclinique et de son réseau réciproque.

Réseau réciproque du réseau direct trigonal.


Le réseau trigonal est défini par a = b = c et α = β = γ. Les calculs dans cette maille sont moins
directs et on préférera souvent passer par la maille hexagonale de volume trois fois supérieur.
Cette maille multiple est définie par :

Ah = a − c
Bh = b − a (équations 18.1 à 18.3)
Ch = a + b + c

et contient trois nœuds en 0, 0, 0 ; 1/3, 2/3, 1/3 ; 2/3, 1/3, 2/3 (Fig. 5). Le réseau réciproque est
alors construit à partir du réseau direct hexagonal. Nous savons que le choix d’une maille
multiple entraîne des extinctions systématiques que l’on trouve en calculant le facteur de
structure, c’est à dire l’absence de certains nœuds.

Figure 5. Maille primitive trigonale et maille triple hexagonale correspondante.

7
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

2- Signification du réseau réciproque-


Le vecteur a*, de coordonnées (1,0,0) dans la base (a*,b*,c*), est perpendiculaire aux plans de
la famille (1 0 0) et de longueur 1/d100.
De même b* est perpendiculaire aux plans de la famille (0 1 0) et de longueur 1/d010.
Enfin c* est perpendiculaire aux plans de la famille (0 0 1) et de longueur 1/d001.

Que peut-on dire du vecteur Hhkl = h a* + k b* + l c* ?


Considérons la famille de plans (h k l). Le plan de cette famille le plus proche de l’origine du
réseau direct coupe les axes définis par a, b, c en A, B, C (Fig. 6) tels que :

a b c
OA = OB = OC =
h k l

Figure 6. Relation entre Hhkl et le plan de la famille (h k l) le plus proche de l’origine.

Les vecteurs
b a c b a c
AB = − BC = − CA = −
k h l k h l

appartiennent à ce plan et sont perpendiculaire à Hhkl. En effet :

b a k h
Hhkl ⋅ AB = (h a * + k b * +l c * ) ⋅  −  = − = 0
k h k h
l k
Hhkl ⋅ BC = − = 0
l k
h l
Hhkl ⋅ CA = − = 0
h l

8
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

Le vecteur Hhkl est donc normal aux plans de la famille (h k l). Calculons sa longueur. Soit n le
vecteur unitaire Hhkl / | Hhkl | (Fig. 6). Nous avons d’une part :

= a cos (n, a ) = a hkl = d hkl


a 1 1 d
n⋅ (équation 19)
h h h a
h
et d’autre part :
n⋅
a
=
1
(h a * +k b * +l c * ) ⋅ 1 a = 1 (équation 20)
h Hhkl h Hhkl

Le vecteur Hhkl = ha* + kb* + lc* est donc perpendiculaire aux plans de la famille (h k l) et son
module est l’inverse de la distance interréticulaire, dhkl. Il y a donc correspondance entre une
famille de plans (h k l) du réseau direct et le vecteur Hhkl du réseau réciproque. Ce résultat
général est valable pour tous les systèmes cristallins. Considérons maintenant le nœud du
réseau réciproque Phkl tel que :

OPhkl = Hhkl (équation 21)

Là encore, il y a correspondance entre la famille de plans (h k l) du réseau direct et le nœud


Phkl du réseau réciproque. A chaque famille de plans du réseau direct, on associe un nœud du
réseau réciproque (Fig. 7). Nous avons ainsi répondu au problème posé. Les utilisations du
réseau réciproque en diffraction sont exposées dans le complément de cours « diffraction ».
Nous allons maintenant montrer quelques relations utiles en cristallographie.

Figure 7. Correspondance entre familles de plans du réseau direct et nœuds du réseau réciproque.

9
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

L’établissement des expressions littérales de dhkl est beaucoup plus simple lorsqu’on utilise le
réseau réciproque. On part de la relation :

1 2
2
= Hhkl = Hhkl ⋅ Hhkl (équation 22)
d hkl

Réseau monoclinique :

1 h2 k2 l2 2hl cos β
= 2 + 2 + 2 − (équation 23)
2
d hkl a sin β b
2
c sin β ac sin 2 β
2

Réseau orthorhombique :

1 h2 k 2 l 2
2
= + + (équation 24)
d hkl a2 b2 c 2

Réseau tétragonal :

1 h2 + k 2 l 2
2
= + 2 (équation 25)
d hkl a2 c

Réseau trigonal :

1
=
(h 2
) (
+ k 2 + l 2 sin 2 α + 2 (hk + kl + lh ) cos 2 α − cos α )
d 2
hkl (
a 2 1 + 2 cos 3 α − 3 cos 2 α ) (équation 26)

Réseau hexagonal :

1
=
(
4 h 2 + k 2 + hk
+
l2 ) (équation 27)
2
d hkl 3 a2 c2

Réseau cubique :

1 h2 + k 2 + l 2
2
= (équation 28)
d hkl a2

10
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

3- Plans et rangées-
On définit dans le réseau direct des rangées passant par un nombre infini de nœuds.
Considérons la rangées particulière qui passe par l’origine et le nœud de coordonnées u, v, w.
Sur cette droite se trouvent une série de nœuds équidistants : 0,0,0 ; u,v,w ; 2u,2v,2w ;
3u,3v,3w … Par chaque point du réseau passe une droite parallèle qui contient une rangée
identique de points. La rangée particulière passant par l’origine est l’axe [u v w]. Si u, v et w ne
sont pas premier entre eux, on divise par leur plus grand commun diviseur. Par exemple, l’axe
[2 4 6] n’est autre que l’axe [1 2 3]. Le vecteur dans la direction de l’axe est ua + vb + wc.

Considérons une famille de plans (h k l) parallèles à l’axe [u v w ]. Dans ce cas la normale aux
plans est nécessairement perpendiculaire à l’axe ce qui se traduit par :

(h a * +k b * +l c * ) ⋅ (u a + v b + w c ) = hu + kv + lw = 0 (équation 22)

Si un axe [u v w] est parallèle à une famille de plans (h k l) alors hu + kv + lw = 0.

Considérons maintenant deux familles de plans non parallèles (h1 k1 l1), (h2 k2 l2). Déterminons
l’axe [u v w ] qu’elles ont en commun. Nous avons :

u a + v b + w c ⊥ h1 a* + k1 b* + l1 c*
et u a + v b + w c ⊥ h2 a* + k2 b* + l2 c*
donc u a + v b + w c // (h1 a* + k1 b* + l1 c*)Λ(h2 a* + k2 b* + l2 c*)

Un rapide calcul faisant appel aux équations 11.1 à 11.3 donne :

(h1a* + k1b* + l1c*)Λ(h2a* + k2b* + l2c*) = 1/V [(h1k2 - h2k1)c + (l1h2 - h1l2)b + (k1l2 - l1k2)a]

L’axe parallèle aux deux familles de plans (h1 k1 l1), (h2 k2 l2) est [h1k2-h2k1 l1h2-h1l2 k1l2-l1k2].

De même, on montre que les indices du plan réticulaire parallèle aux deux rangées [u v w] et [u’
v’ w’] sont :
h = w’ v – v’ w
k = u’ w – w’ u
l = v’ u – u’ v

Retrouvez ce résultat pour vous exercer !

11
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

4- Le cas des réseaux non primitifs-


Nous avons vu que le réseau réciproque d’un réseau direct cubique primitif de paramètre a
était un réseau cubique de paramètre 1/a. Considérons maintenant un réseau direct de mode
faces centrées et de paramètre a. Il y a des nœuds au sommet des mailles et au centre des
faces. Nous avons vu en cours qu’un tel réseau conduisait à des extinctions systématiques - le
facteur de structure est nul - lorsque h, k et l n’étaient pas de même parité. Dans le réseau
réciproque, cela signifie que les nœuds correspondants « disparaissent ». La figure 8 est une
projection suivant c* du réseau réciproque d’un réseau direct cubique faces centrées. Seuls les
nœuds pour lesquels h, k et l sont de même parité ont été reportés.

Figure 8. Réseau réciproque d’un réseau direct cubique faces centrées ; projection suivant c* avec n∈ℤ.

A la lumière de cette représentation de l’espace réciproque, on constate que l’ensemble des


nœuds non éteints forme un réseau cubique corps centré de maille 2/a : les nœuds d’indices
pairs en vert sont placés aux sommets des mailles, les nœuds d’indices impairs en rose au
centre des mailles.

Le réseau réciproque d’un réseau direct cubique faces centrées de paramètre a est un réseau
cubique corps centré de paramètre 2/a compte tenu des extinctions systématiques.

Cette propriété est démontrée sans utiliser les extinctions systématiques en annexe I.

Remarque importante :

On préférera toujours utiliser la maille multiple du réseau de Bravais


correspondant en précisant et en utilisant les extinctions systématiques du
réseau réciproque.

12
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

Considérons maintenant un réseau direct corps centré de maille a. Seuls les nœuds du réseau
réciproque de maille 1/a dont la somme des indices h + k + l est paire sont présents. Les autres
sont éteints. La projection de ce réseau réciproque suivant c* indique que les nœuds présents
forment un réseau cubique faces centrées de maille 2/a : les nœuds d’indices pairs en vert sont
placés aux sommets des mailles, les nœuds avec deux indices impairs en rose au centre des
faces.

Figure 9. Réseau réciproque d’un réseau direct cubique corps centré ; projection suivant c* avec n∈ℤ.

Le réseau réciproque d’un réseau direct cubique corps centré de paramètre a est un réseau
cubique faces centrées de paramètre 2/a compte tenu des extinctions systématiques.

Le tableau suivant donne les réseaux réciproques des différents réseaux non-primitifs.

RESEAU DIRECT RESEAU RECIPROQUE


Cubique F a Cubique I 2/a
Cubique I a Cubique F 2/a
Tétragonal I a, c Tétrgonal F 2/a, 2/c
≡ Tétragonal I √ 2/a, 2/c (rotation 45°)
Orthorhombique F a, b, c Orthorhombique I 2/a, 2/b, 2/c
Orthorhombique C a, b, c Orthorhombique C 2/a, 2/b, 1/c
Orthorhombique I a, b, c Orthorhombique F 2/a, 2/b, 2/c
Monoclinique C a, b, c, β Monoclinique C 2/a, 2/b, 1/c, π - β

13
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

Examinons maintenant le cas du réseau trigonal. Nous avons vu qu’il était plus simple de
travailler avec une maille hexagonale de volume trois fois supérieur définie par :

Ah = a − c
Bh = b − a
Ch = a + b + c

et contenant trois nœuds en 0, 0, 0 ; 1/3, 2/3, 1/3 ; 2/3, 1/3, 2/3 (Fig. 5). Ce choix conduit à des
extinctions systématiques dans le réseau réciproque du réseau direct hexagonal. En effet, le
facteur de structure Fhkl s’écrit comme le produit d’un terme lié au motif et d’un terme lié à la
présence de trois nœuds dans la maille. Ce dernier s’écrit :

 − 2iπ
1 + exp (h + 2k + l ) + exp − 2iπ (2h + k + 2l )
 3   3 

ou encore :
 − 2iπ
1 + exp (h − k + l + 3k ) + exp − 2iπ (2h − 2k + 2l + 3k )
 3   3 

soit :
 − 2iπ
1 + exp (h − k + l ) + exp − 4iπ (h − k + l )
 3   3 

Il est nul si h – k + l = 3n + 1 ou 3n + 2 et vaut 3 si h – k + l est un multiple de 3. Ainsi dans le


réseau réciproque du réseau direct hexagonal, seuls les nœuds pour lesquels h – k + l = 3n
sont présents.

Rappel :

Quand on a le choix, on préférera toujours utiliser la maille multiple du réseau de


Bravais correspondant en précisant et en utilisant les extinctions systématiques du
réseau réciproque. Les calculs y sont souvent beaucoup plus simples.

14
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

ANNEXE 1 -

Réseau réciproque du réseau cubique faces centrées-

Nous allons montrer sans avoir recours aux extinctions systématiques que le réseau réciproque
d’un réseau direct cubique faces centrées est un réseau cubique corps centré. Pour cela, nous
allons repasser dans le réseau direct primitif.

Le réseau direct cubique faces centrées a pour vecteurs de translation a, b et c de longueur a.


La maille contient 4 nœuds en 0 0 0 ; ½ ½ 0 ; ½ 0 ½ ; 0 ½ ½. Le réseau primitif correspondant
(1 nœud par maille) est défini par les trois vecteurs A, B, C joignant l’origine du réseau et les
centres des trois faces contiguës (Fig. 10) :

A=
1
(a + b )
2
B = (b + c )
1
2
C = (c + a )
1
2

Figure 10. Maille multiple cubique faces centrées et maille simple rhomboédrique.

Ces trois vecteurs ont même longueur a/√2 (demi-diagonale de face) et forment des angles de
60° entre eux. En effet :
A ⋅B =
1
(a + b ) ⋅ (b + c ) = 1 a 2
4 4
A ⋅ B = A B cos(A,B) = cos(A,B)
a a
2 2
d’où :
cos(A, B) =
1
2

15
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

La maille primitive est donc trigonale avec A = a/√2 et α = β = γ = 60°.

Déterminons A*, B* et C*.


3
Le volume de la maille primitive est V = a /4. Elle contient en effet un seul nœud alors que la
maille multiple en contient 4. On montre par ailleurs sans difficulté que :

1
A* = ( B Λ C ) = 43 1
(b + c ) Λ (c + a ) = 12 (a + b − c )
V a 4 a
B* = ( C Λ A ) = 3 (c + a ) Λ (a + b ) = 12 (− a + b + c )
1 4 1
V a 4 a
C* = ( A Λ B ) = 3 (a + b ) Λ (b + c ) = 12 (a − b + c )
1 4 1
V a 4 a

Ces trois vecteurs ont pour module √3 / a et forment un angle dont le cosinus vaut -1/3. Nous
avons donc un réseau trigonal mais également un réseau cubique corps centré de maille 2/a.

Preuve

Soit un réseau réciproque cubique corps centré de maille 2/a de l’espace réciproque. Il a pour
vecteurs de translation :

2a
A* =
aa
2b
B* =
aa
2c
C* =
aa

Le réseau primitif correspondant est donné par les trois vecteurs joignant l’origine et les centres
des trois mailles voisines :

1
A* = (A * +B * −C *) = 12 (a + b − c )
2 a
B* = (− A * +B * +C *) = 2 (− a + b + c )
1 1
2 a
C* = (A * −B * +C *) = 2 (a − b + c )
1 1
2 a

16
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

ANNEXE 2 -

Formulaire-

Vecteurs du réseau direct et du réseau réciproque

1 1
a* = (b Λ c ) a= (b * Λ c * )
V V*
1
b* = ( c Λ a )
1
b= (c * Λ a * )
V V*
1
c* = ( a Λ b ) c=
1
(a * Λ b * )
V V*
V = (a Λ b ) ⋅ c V = (a * Λ b * ) ⋅ c *

a * ⋅a = 1 a * ⋅b = 0 a * ⋅c = 0
b * ⋅a = 0 b * ⋅b = 1 b * ⋅c = 0
c * ⋅a = 0 c * ⋅b = 0 c * ⋅c = 1

Distance interréticulaire

1 2
2
= Hhkl = Hhkl ⋅ Hhkl
d hkl
1 h2 k2 l2 2hl cos β
Réseau monoclinique : = 2 + 2 + 2 −
2
d hkl a sin β b
2
c sin β ac sin 2 β
2

1 h2 k 2 l 2
Réseau orthorhombique : 2
= 2 + 2 + 2
d hkl a b c
1 h2 + k 2 l 2
Réseau tétragonal : 2
= + 2
d hkl a2 c
1
=
(h 2
) (
+ k 2 + l 2 sin 2 α + 2 (hk + kl + lh ) cos 2 α − cos α )
Réseau trigonal :
d 2
hkl (
a 2 1 + 2 cos 3 α − 3 cos 2 α )
Réseau hexagonal :
1
=
(
4 h +k 2 2
+ hk ) l
+
2

2
d hkl 3 a2 c2
1 h2 + k 2 + l 2
Réseau cubique : 2
=
d hkl a2

17
Mesures Physiques Annecy – Philippe Galez - 2011
Structure et Propriétés des Matériaux / Le Réseau Réciproque Complément de cours
_____________________________________________________________________________________________________________________

Vecteurs des réseaux réciproques

Les angles qui ne sont pas mentionnés sont égaux à 90°.

a 1 c
Réseau monoclinique : a* = b* = c* = β* = π − β
sin β b sin β

2 1
Réseau hexagonal : a* = b* = c* = γ * = 60°
a 3 c

1 1 1
Réseau orthorhombique : a* = b* = c* =
a b c

1 1 1
Réseau tétragonal : a* = b* = c* =
a a c

1 1 1
Réseau cubique : a* = b* = c* =
a a a

18