Vous êtes sur la page 1sur 4

OPERATION EXEMPLAIRE D'EFFICACITE ENERGETIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LES BATIMENTS ET COLLECTIVITES

RESIDENCE "GRAND TISSAGE" A BOURGOIN-JALLIEU (38)


CONSTRUCTION NEUVE DE 40 LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX ET D'UN CENTRE D'HEBERGEMENT
POUR LE CLUB DE RUGBY

LLee ccoonntteexxttee

Dans le cadre de sa politique en faveur du


développement durable, de son "Agenda 21" et du projet
européen SHE (Sustainable Housing Europe), l'OPAC
38 a décidé de réaliser cette opération avec une
démarche HQE. L'opération a bénéficié d'aides
financières, spécifiques à la qualité environnementale et
à l'efficacité énergétique, de l'Union Européenne, de
l'ADEME, de la Région Rhône-Alpes, du département de
l'Isère et de la commune de Bourgoin-Jallieu.
Façades sud et sud-est des logements
LLeess oobbjjeeccttiiffss

Pour l'OPAC 38 il s'agissait de :


- produire un habitat de bonne qualité environnementale,
- tout en maîtrisant le couple "loyer + charges",
- et en orientant la démarche HQE vers la performance énergétique pour les usages thermiques (label HPE), la maîtrise
des consommations d'électricité et la valorisation des énergies renouvelables (solaire thermique et photovoltaïque).
Quatre cibles HQE ont été traitées de manière très approfondie : gestion de l'énergie, gestion de l'eau, gestion des déchets
d'activités, chantier à faibles nuisances.
Trois cibles HQE ont été traitées de manière approfondie : relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement
immédiat, gestion de l'entretien et de la maintenance, confort visuel.

LLaa ddéém
maarrcchhee eett lleess m
méétthhooddeess uuttiilliissééeess Façade nord et centre d'hébergement
pour le club de rugby
Les objectifs environnementaux et énergétiques ont été définis dans le programme
environnemental accompagnant le dossier remis aux concepteurs participant au
concours de conception.
Les exigences de l'OPAC 38, définies avec l'aide du cabinet ENERTECH, AMO HQE,
portaient à la fois sur les résultats à atteindre et sur les moyens à mettre en oeuvre.
Parmi ces exigences figuraient :
- la maîtrise des charges de chauffage,
- la maîtrise des débits d'air neuf par l'utilisation de VMC hygroréglables,
- la maîtrise des charges d'eau chaude par une contribution solaire importante,
- la maîtrise du confort d'été (température maximale intérieure inférieure à 27°C pour la température extérieure de
base),
- un bon éclairage naturel (facteurs de lumière de jour minimum de 2% dans les séjours et les cuisines),
- la maîtrise des dépenses d'électricité des parties privatives et des locaux communs par la mise en place de sources
lumineuses performantes, de dispositifs de gestion de l'éclairage et de caissons de ventilation à haute rendement,
- la maîtrise des consommations d'eau par la mise en place de réducteurs de débits, de douchettes à turbulence, de
WC à réservoir double chasse 3/6 litres.

Mise en œuvre par le bureau d'études ADRET, la méthode de


conception de la qualité environnementale, dite par "ateliers de
conception" et inspirée des "workshops" anglo-saxons, a permis
d'affiner progressivement les différents choix, d'implantation des
bâtiments sur la parcelle, de procédés constructifs, de systèmes
techniques, de conditions de confort et de gestion des nuisances.
Ainsi, des simulations de consommations d'énergie, de montant des
charges et de confort d'été ont été réalisées dès les phases amont
du projet, puis validées à chaque étape. Un tableau de bord environnemental décrit les différents choix effectués.
Les équipements de chauffage font l'objet d'un contrat d'exploitation avec garantie de résultats et clauses d'intéressement.

ADEME DBU et DR Rhône-Alpes Page 1/4 Version du 07/02/2007


OPERATION EXEMPLAIRE D'EFFICACITE ENERGETIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LES BATIMENTS ET COLLECTIVITES

Un contrat de Garantie de Résultat Solaire (GRS) a été établi avec les intervenants concernés et un suivi est assuré par
l'ASDER (Association Savoyarde pour le Développement de l'Energie Solaire). De même, l'installation photovoltaïque fait l'objet
d'une garantie de production sur 20 ans et d'un suivi assuré par HESPUL (Association pour les énergies renouvelables et
l'efficacité énergétique basée à Villeurbanne).
Pour l'ensemble des consommations d'énergie, un suivi a été réalisé par le bureau d'études ADRET en 2004 et 2005. Un bilan
des consommations d'eau et d'énergie est effectué annuellement par l'OPAC 38.
Un comité de gestion a été constitué avec le personnel de l'OPAC, le bureau d'études ADRET, l'exploitant de chauffage et
l'association de locataires, pour un travail périodique qui a conduit à la réalisation d'un guide d'utilisation pour les locataires.

LLeess ssoolluuttiioonnss rreetteennuueess eett m


miisseess eenn œ
œuuvvrree

Conception optimisée pour la réduction des besoins d'énergie


L'implantation des bâtiments sur la parcelle permet un développement important des
ouvertures au sud, sud-est, à la fois pour les logements locatifs mais aussi pour le centre
d'hébergement du club de rugby.
Les façades sud-est des logements locatifs sont équipées de vérandas solaires avec
baies vitrées orientées au sud.
La disposition des logements permet une ventilation traversante, et l'évacuation des
apports de chaleur, favorable pour le confort d'été.
Le choix d'une isolation répartie, des dalles de planchers et plafonds en béton, des
refends en béton, apportent une inertie lourde qui permet à la fois la récupération et le
restitution des apports solaires en hiver, mais aussi le stockage de fraîcheur la nuit en
été et sa restitution le jour.

Enveloppe sur-isolée et système de ventilation performant pour la


réduction des pertes d'énergie
Les parois verticales sont en monomur de terre cuite de 37,5 cm d'épaisseur (U = 0,33 à 0,40 W/m².K ), sauf pour le rez-de-
chaussée du centre d'hébergement du club de rugby et le dernier niveau des logements en duplex qui comportent des parois
légères ou isolées par l'intérieur.
Les planchers hauts sont de type toiture terrasse avec dalle béton isolée en mousse de polyuréthane d'épaisseur 90 mm
(U = 0,26 W/m².K) et surtoiture partielle.
Les planchers bas sont isolés par 6 ou 10 cm d'isolant, selon la disposition sur terre-plein ou en vide-sanitaire
(U = 0,43 ou 0,36 W/m².K).
Les portes vitrées à menuiserie métallique sont munies de rupteurs de pont thermique (U = 1,8 W/m².K).
Les baies vitrées à menuiseries bois sont équipées de double vitrage 4/12/4 faiblement émissif (U = 1,7 W/m².K)
Le renouvellement d'air est assuré par des VMC simple flux "hygro B" (grilles d'entrée d'air et bouches d'extraction
hygroréglables).
Le coefficient réglementaire de déperditions thermiques volumiques, GV, est inférieur de 15% à la valeur de référence (RT88).

Systèmes et équipements performants pour la production, distribution et utilisation de la chaleur


Un chauffage collectif a été mis en œuvre, ce qui permet d'optimiser les performances et de limiter les coûts
d'abonnement et de maintenance. L'émission de chaleur dans les logements se fait par radiateurs à eau
chaude à basse température. La génération de chaleur est assurée par une chaudière gaz à condensation avec
brûleur à géométrie variable modulant et à basse émission de NOx (<50mg/kWh). La température de distribution
est régulée en fonction de la température extérieure.
Des réducteurs de débits et des douchettes à turbulence ont été mis en place dans les logements afin d'assurer
une bonne utilisation de l'eau chaude sanitaire sans gaspillage.

Systèmes et équipements performants pour les différents usages de l'électricité


Un ensemble de solutions de Maîtrise de le Demande d'Electricité a été mis en œuvre :
- caissons de ventilation mécanique équipés de moteurs à courant continu et variation électronique de vitesse pour une faible
consommation électrique spécifique (0,16 Wh/m3);
- circulateurs de chauffage, de production d'eau chaude et de bouclage ECS, à variation électronique de vitesse;
- éclairage intérieur des parties communes par luminaires avec lampes fluo-compactes et détecteurs de présence;
- éclairage extérieur par luminaires avec lampes à vapeur de sodium haute pression pilotés par détecteur crépusculaire et
horloge;
- logements équipés de lampes fluo-compactes avec inventaire des sources lumineuses à chaque changement de locataires.

ADEME DBU et DR Rhône-Alpes Page 2/4 Version du 07/02/2007


OPERATION EXEMPLAIRE D'EFFICACITE ENERGETIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LES BATIMENTS ET COLLECTIVITES

Valorisation de l'énergie solaire


60 m² de capteurs solaires thermiques ont été intégrés en élément de surtoiture et assurent le
préchauffage d'un réservoir d'eau chaude sanitaire de 3 000 litres en série avec un réservoir
d'appoint de 750 litres réchauffé par la chaudière gaz. La part des besoins d'E.C.S. assurée par le
solaire est de l'ordre de 48%.
20 m² de capteurs solaires photovoltaïques sont implantés en toiture terrasse et raccordés au
réseau. La production d'électricité est revendue à EDF.
Capteurs solaires
photovoltaïques et thermiques
Dispositifs de suivi des consommations d'eau et d'énergie
Un ensemble de compteurs et sous-compteurs permet le suivi des consommations d'énergie et leur répartition :
- compteur volumétrique de gaz en chaufferie,
- compteurs individuels d’eau froide et d’E.C.S. dans les logements,
- sous-compteurs électriques par usage (VMC, éclairage des communs, éclairage extérieur, éclairage du parking, chaufferie…),
- compteurs d'énergie sur la production d'eau chaude solaire (GRS) et sur l'équipement photovoltaïque raccordé au réseau.
Des fiches de suivi des consommations et des tableaux bilan ont été élaborés par le bureau d'études ADRET pour faciliter la
gestion de l'énergie et l'évaluation des performances.

LLeess pprriinncciippaauuxx rrééssuullttaattss oobbtteennuuss

Le bilan établi un an après réception a fait apparaître une consommation de chauffage plus élevée que prévue. Un suivi
mensuel des consommations a alors permis d'identifier les causes de surconsommations : mauvais réglage de la "courbe de
chauffe", défauts d'équilibrage hydraulique, mauvaise gestion de la VMC, comportements inadaptés des locataires. Des actions
correctrices ont permis de ramener la consommation à 79 kWh/m² en 2005. Cette valeur est conforme aux prévisions et 40%
plus faible que la consommation d'un immeuble de même surface habitable livré dans la même ville en 1994 par l'OPAC 38.
Les charges de chauffage et d'eau chaude sont plus élevées que prévues, du fait de consommations d'eau chaude réelles
beaucoup plus importantes que les prévisions et malgré une production solaire thermique proche de la valeur prévue. En 2005,
ces charges sont néanmoins plus faibles de 17% que celles de l'immeuble livré en 1994, dont les consommations d'eau chaude
sont similaires.
Les consommations d'électricité des parties communes sont plus élevées que prévues, à cause du fonctionnement permanent
la nuit de l'éclairage extérieur (pour des raisons de sécurité) et de performances des caissons de ventilation mécanique
inférieures aux valeurs annoncées par le constructeur. Les bonnes performances des autres équipements, les principes de
commande choisis pour la chaufferie et pour l'éclairage, ainsi que l'absence d'ascenseurs pour cette résidence, permettent
cependant de limiter la consommation à 554 kWh/logement.an (soit 20 % de moins que la consommation moyenne du parc
HLM français estimée à 700 kWh/logement.an).
La production photovoltaïque est supérieure de plus de 20% à la valeur prévue.

LLeess pprriinncciippaauuxx eennsseeiiggnneem


meennttss

La démarche de type HQE, orientée vers l'efficacité énergétique, ne peut pas s'arrêter à la réception. La mise en exploitation
nécessite une implication forte des entreprises de maintenance et des gestionnaires. Une mission d'évaluation après réception
est indispensable pour détecter les éventuels défauts et pour permettre d'engager et de contrôler les actions correctrices.
Un accompagnement est ensuite nécessaire pendant toute la vie du bâtiment pour pérenniser voire améliorer les
performances.
Les contrats types, pour l'exploitation du bâtiment, doivent être adaptés aux exigences d'efficacité énergétique. Les techniciens
d'exploitation des équipements thermiques, le personnel interne de l'OPAC et les locataires doivent être associés à la
démarche pour que les solutions développées en conception et réalisation apportent les résultats attendus.

LLeess ssuuiitteess ddee ll''ooppéérraattiioonn

Pour l'OPAC 38, cette opération est la première livrée après mise en œuvre d'une démarche HQE. Plusieurs opérations ont
suivi, avec une démarche HQE orientée vers l'efficacité énergétique, dont une opération de réhabilitation de 354 logements qui
vient de se terminer à Saint Martin d'Hères. Pour les 3 ans à venir les livraisons de logements de l'OPAC 38 seront supérieures
à 900. La majorité de ces bâtiments sera réalisée selon une démarche de haute qualité environnementale (HQE) avec pour
objectifs de construire des bâtiments durables faisant appel à des matériaux sains, de valoriser les énergies renouvelables et
de diminuer les charges des locataires : cela fait partie de l’Agenda 21 de l’organisme. Pour le bureau d'études ADRET, cette
opération a permis de tester une méthode de conception environnementale et d'évaluation qu'il utilise désormais de manière
systématique. Le bureau d'études a été retenu comme AMO HQE pour d'autres opérations engagées par l'OPAC 38.

ADEME DBU et DR Rhône-Alpes Page 3/4 Version du 07/02/2007


OPERATION EXEMPLAIRE D'EFFICACITE ENERGETIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LES BATIMENTS ET COLLECTIVITES

DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE, OPTIMISATION ENERGETIQUE, VALORISATION DE L'ENERGIE


SOLAIRE ET MAITRISE DES CHARGES

Maître d'ouvrage OPAC 38


• Construction, dans le cadre d'une démarche HQE, de 40 logements sociaux locatifs : 8 T2, 21 T3, 8 T4 (dont 7 en
duplex) et 3 T5. Logements répartis sur 4 bâtiments en R+ 3, avec dernier niveau en duplex.
Type d'opération et • Opération comprenant également un cinquième bâtiment, centre d'hébergement du club de rugby Berjallien, avec
dates de 20 studios et le logement du gardien. Cette partie de l'opération est louée au club de rugby et l'OPAC 38 n'en assure
réalisation pas la gestion.
• Surface habitable totale : 2 737 m² pour les logements sociaux et 772 m² pour le centre d'hébergement.
• Livraison en novembre 2003.
• Europe, Etat, Conseil Régional Rhône-Alpes, Conseil Général de l'Isère, Ville de Bourgoin-Jallieu, ADEME :
aides aux études et aux travaux
Partenaires et leurs
• Bureau d'études ENERTECH (Olivier SIDLER) : assistance à maîtrise d'ouvrage HQE
interventions
• Groupe 6 : architectes
• Bureau d'études ADRET (Daniel FAURE et Yves DOLIGEZ) : bureau d'études fluides et HQE
• Marché de travaux : 3 700 000 € (dont révisions de 120 000 €)
Coût total [€ HT] • Charges foncières : 186 000 €
• Honoraires (études) : 535 000 €
• Aides à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables : 33 660 € de l'ADEME
• Autres aides spécifiques à l’opération HQE : Europe 358 000 €, Etat 124 600 €, CR Rhône-Alpes 99 000 €,
Aides publiques [€]
CG 38 99 400 €, Ville de Bourgoin-Jallieu 40 020 €
• Total des aides : 754 680 €
Référence Référence Valeur Valeur Valeur
Postes de dépenses
OPAC (1) réglementaire prévue 2004 2005
Bilan économique Surcoûts pour la qualité environnementale (2) 148
[€ TTC/m²]
Valeurs exprimées Coût annuel de fonctionnement chauffage 5,05 3,80 4,94 4,17
par rapport à la Coût annuel de fonctionnement E.C.S. 1,91 0,87 0,91 1,65
surface habitable (1) La référence OPAC est un immeuble de même surface, construit dans la même ville, avec chauffage et ECS collectifs
au gaz et livré en 1994. Les valeurs indiquées sont celles de l'année 2005.
(2) Surcoûts estimés à 16% du montant des travaux soit 510 000 € H.T. hors aides.
Référence Référence Valeur Valeur Valeur
Postes de consommation ou de production
OPAC réglementaire prévue 2004 2005
Eau chaude sanitaire (E.C.S.) 1 640 m3 N.D. 1 470 m3 1 307 m3 1 700 m3
Consommation spécifique pour l'E.C.S. 100 kWh/m3 N.D. 53 kWh/m3 87 kWh/m3 90 kWh/m3
Bilan énergie pour Consommation de gaz pour l'E.C.S. (3) 61,6 N.D. 28,5 41,5 54,0
la partie logements Consommation de gaz pour le chauffage (3) 131,8 121,5 81,8 98,0 79,0
sociaux
Electricité pour les parties communes (3) 9,9 N.D. 5,8 N.D. 8,1
Production solaire thermique (3) 0 0 12,3 N.D. 11,7
Production solaire photovoltaïque (3) 0 0 0,73 0,89 0,90
(3) Les consommations d'énergie finale pour l'E.C.S., pour le chauffage et pour les parties communes ainsi que les productions
solaires sont exprimées en kWh/an.m² de surface habitable. Les consommations de gaz sont exprimées en kWh P.C.S.
Impacts environnementaux liés au Référence Référence Valeur Valeur Valeur
Bilans chauffage et à l'eau chaude sanitaire OPAC réglementaire prévue 2004 2005
environnementaux Emissions de CO2 (kg/m².an) 39,6 N.D. 22,6 28,6 27,2
pour la partie
Consommation d'énergie primaire (kWhep/m².an) 193 N.D. 110 140 133
logements sociaux
Valeurs exprimées • Confort d'été : températures maximales calculées par simulation thermique dynamique, 28°C pour un séjour au
par rapport à la dernier niveau et 27,7°C pour une chambre au dernier niveau avec 35,6°C de température maximale extérieure. Les
surface habitable valeurs réelles ne sont pas connues, mais une enquête auprès des locataires donne 30% de personnes trouvant qu’il
fait trop chaud. Ce point sera abordé dans le cadre du comité de gestion HQE.
• Délégation Rhône-Alpes de l'ADEME : Jacques WIART
Informations • OPAC 38 : Michel GIBERT (michel.gibert@opac38.fr) et Benoît JEHL (benoit.jehl@opac38.fr) 04 76 20 50 74
complémentaires • Bureau d'études fluides et HQE - ADRET – Yves DOLIGEZ et Karine PELLEREY- 04 94 10 87 50
• Projet européen Sustainable Housing Europe : http://www.she.coop/france/index_fr.asp

ADEME DBU et DR Rhône-Alpes Page 4/4 Version du 07/02/2007