Vous êtes sur la page 1sur 346

--

o'/

CoursdeI'EcoleNationale desPontset Chaussées

fY:t 1-

fofolrrrot,mt,ots$

S-"9

CONCEPTIONDESPONTS

Anne BERNARD-GELY Jean-Armand CALGARO

Avec la participation de

Jean-Louis MICHOTEY

TlneSSeS6]6Ë*-6-Gl"-_

l-onts

et chaussées

033233

Chezle même éditeur :

Projetet constructiondesponts par J.A. CALGAROet M. VIRLOGEUX - Généralités Fondations- Appuis- Ouvragescourants (1991,2'éd ) - Analysestructuraledestabliersde ponts(1994,2'éd.)

Conceptionet calcul desstructuresde bâtiment (1992) par H. THONIER

Les bétonsà hautesperformances(1992,2'éd. revueet corrigée) sousla tlirection de Y.MALIER

Le bétonprécontraintaux états-limites (1992,2'éd. revueet coûigée) par H. THONIER

Granulats ( 1990) sousla direction de G. ARQUIE et C. TOURENQ

Constructionsmétalliquesciviles et industrielles(1988) par P. BOURRIER, T. FOULT, Y.LESCOUARC'H

Le bétonhydraulique ( 1988,2"éd.) sousla direction de J. BARON et R. SAUTEREY

Granulatset bétonslégers( 1986) sousla direction de M. ARNOULD et M. VIRLOGEUX

Le bétonjeune compterendude colloque

La durabilité desbétons(1992) souslo directiondeJ. BARONetJ.-P.OLLMER

La précontrainte(1992) par R. LACROIX, J. PERCHAT, R. CHAUSSIN et A. FUENTES

Toutereproductionmêmepartiellede cet ouwageestinterdite.Une copieou reproduction par quetqueprocédéque ce soit, photographie,microfilm, bandemagnétique,disqueou autre,constitueunecontrefaçonpassibledespeinesprévuespar la loi du 1l mars 1957sur la Drotectiondesdroits d'auteur.

o 1994

T\f

eSSeSedb--F;;ffi.t-;

et chaussées

l6nts

ISBN2-85978-215X

4s.ruede.un,!er.i,e.7s0o7 pARrs

DépartementÉdition de I'Assoliadon Amicale des ln8énreursAnciensEIèver de l EcoleNationâledesPontsel

Chaussées-

\

Sommaire

Chapitre| : Unebrèvehistoiredes ponts

Chapitre2

Chapitre3

La démarchede conceptiond'un pont

L esthétiquedesponts

Chapitre4 : Lespontsà poutrespréfabriquées enbétonprécontraint

chapitre5 : Lespontsen bétonprécontraint construitsenencorbellement

Chapitre6 Lespontsenbétonprécontraint construitsparpoussage

Chapitre7 : Conceptionetconstructiondespontsmétalliques

Chapitre8 : Conceptionetconstructiondespontsà haubans

Chapitre9 : Actionsdynamiquessurlesponts

Bibliographie sommaire

Lexiquefrançais-anglais

Unetabledesmatièresdétai ée figure à lafin de I'ouvrage.

Préface

C'està un voyagedansle domainedesgrandspontsquelesauteursnousconvient.

Leurs compétenceset leur expériencepédagogiquerendentce

vol,ageagréable.

ur"

Le pari de réaliser un manueld'accèsfacile, alors quela réalisntiond'un ouvraRe

degéniecivil, pour lequellesformessontchaque fois

masseénormede connaissancesel de soins,a ététenu,

L'option prise par les auteurs de ne traiter que de I'essentielet du nouveau I

concourLAprès un rappel historique qui sera prolongé dans d'autres

nous sommesguidéspour choisir une solution.Its

lysésavecclarté. Chacundesprincipaux typesde grand pont ulilisésaujourd'hui

différentes, ^"t ", orrr"

chapitres,

aspectsesthétiquessont ana-

pour despoftées supérieuresà la vingtainede mètresesrtaité dans

Après uneprésentation du dimensionnementgénéral,se développeun inveitaire

desproblèmesde conceptionet de réalisation spécirtquesà chaquetype.lzs méthodes deprise encomptedesactionsdynamiquesdu ventet desséismesterminent I'ouvrage.

unerevue

desprincipales questionsqu'il doit examiner ltt réussited'un ouvragedépendde

spécialistetrouveraéga-

lementdanscelivre desréférencesprécisesà desdispositionsparticulières,récim- mentadoptéeset réussies. Je souhaiteque ce livre, qui limite les développementsmathématiquesau strict nécessairede cequi peut êtreexprimédansle langagecourant, (lttire aussil,atten- tion desgénéralistesqui,par curiositéou nécessité,doiventun jour ou I'autres'inté-

resserà de grantlsponts. Ilspourront ainsi s'informer de I'évolution récented.'un domainespectaculairedu géniecivil et mieux comprendrelespréoccupations des inpénieurs.

un chapitre.

L'ingénieur y

trouvera,sousune forme condenséeet de

lecture facile,

I'adéquationdenombreutdétailsà I'objectifpoursuivi.Le

La Défense,le 2l février 1994

Piene MAYET vice-présidentdu Conseilgenéral desPontset Chaussées

Avant-propos

Le présentouvrage.constituele principal supportécrit du coursde conceptiondes pontsdispenséà I'Ecole nationaledespontset chaussées.Il s'agit bien d'un cours, et non pasd'un traité : le lecteurn'y trouverapastouteslesréponsesaux questions

qu'il peutseposer.La difficulté,dansla rédactiond'un cours,estdelimiter le propos

à I'essentielpour aboutiràun documentpratiqueet detaille raisonnable.Il estalors bienévidentquetouslestypesd'ouvragesnepeuventêtreabordés: cecoursn'exa- mine que la conceptiondesplus classiquesd'entre eux, et celade manièresynthé- tique car chaquechapitrepourrait,à lui seul,faire I'objet d'un livre.

En fait, si ce coursrestede taille raisonnable,c'est parceque de nombreuxsujets sontdéjàtraitéspar ailleurs,notammentles fondations,les appuiset les ouvrages de petite et moyenneimportance.Il est donc principalementconsacréaux grands ouvragesmêmesi le chapitre3, traitantde I'esthétiquedesponts,couvreégalement lesouvragescourantspourdonneràI'exposéuneplusgrandegénéralité.Il s'adresse auxélèvesdesécolesd'ingénieursqui sedestinentau secteurprofessionneldestra- Yauxpublicset auxingénieursdébutantsqui veulentdécouvrirle domainedesponts. Bien évidemment,la consultationde la documentationtechniqueestindispensable pourI'approfondissementdesconnaissances.Une bibliographiesommaireestindi- quéeà la fin deI'ouvrage: elle necomprendqu'un nombrelimité deréférencesqui noussemblentreprésenterle "fonds documentaire"indispensabledetout ingénieur qui veutsespécialiserdansla conceptiondesponts.NoussaisissonsI'occasionpour remercierchaleureusementI'excellente revte "l'lndustria Italiû.nadel Cemento" qui nousadonnéI'autorisationdereproduirecertainesillustrationstiréesdesmono- eraphiesqu'elleapubliées.

Le demierchapitreabordeunequestiontrèsdélicate: celledesactionsdynamiques

appliquéesaux ouvragesd'art. Il nousa sembléutile de donnerau lecteurquelques basespourlui permettred'apprécierla complexitédu problèmeet,peut-être,I'inciter

à approfondirce sujetpassionnant.

LESAUTEURS

CHAPITRE1

Unebrèvehistoiredesponts

1.1 - LES PONTSPRIMITIFS

"Nous autres, cirilisatioûs, noussavonsmaiûetulût

que nous sommesmortelles" Paùl Val&y, Uariété

Lespontsprimitifs nesupportaientvraisemblablementqu'unecirculationpiétonneetdevaient répondreà desbesoinslocaux(franchissementd'une rivière ou d'un ravin). Leur construc- tion faisaitappelaux matériauxtrouvéssurplace: lianes,bois,pierres.On peutsefaire une idéede leur conceptionen examinantlesouvragesconstruitsdanslesrégionsrestéesprati- quementisoléesdu restedu monde(fig. l.l ).

ne fait aucundoutequeles pontsen lianesont étéconstruitsbien avantle premierarcen maçonnerie,mêmesi cesdeux typesd'ouvragesont étéprécédéspar desarchesnaturelles deroche,commeon entrouveen Ardècheou à Lexington (Virginie). Les élémentsporteurs des passerellessuspenduesprimitives étaientdescâblesformés de lianesou de bambous tressés,attachésà chaqueextrémitéà desrochersou à destroncsd'arbres.La conceptionla plussimpleconsistaità netendrequ'un seulcâbleà traversI'obstacleà franchir,poftantune nacelletiréepar descordes.Un autresystèmeétaitconstituédeplusieurscâblessupportant une sortede hamacréaliséavecdes lianes.Ce n'était pastrèsconfonable pour marcher Aussi, les passerellesles plus élaboréescomportaient-ellesun platelageen bois constitué de rondinsassemblés,accrochésaux câblespar de véritablessuspentesen lianestressées. On rencontreencorece type de pont en Afrique et en Asie (fig. L2).

10

CONCEPT]ONDESPONTS

Fig. /-/ - Pont en bois en lnde @hùh SETTLA).

Fig. 1.2 - Pont en bambousur le Minchiang (Chine), (Consrruit au Xe siècle, reconsrruità l,idenriqueen l g"0à, dém;li en l9?4).

Uûe brèw histoirc deponts

Les premiersponts en piene étaientconstituéspar une grossepierre assezplate, formant dalle,reposantsul deuxappuis.Leur portéeétaitnécessairementtrèslimitée du fait du poids de cettedalle et de la mauvaiserésistanceà la traction de la pierre. Une passerellede ce type, construiteen 850 av. J.-C., existe encoreà Smyme. Ce ains ponts primitifs furent construitsde la façon suivante.Des pienes,convenablementtaillées,étaientdisposéesde pan et d'autre de I'obstacleà franchir en lits horizontaux,chaqueassisedépassantlégère- mentI'assiseprécédentejusqu'à ce que lesdeux paniessoientassezrapprochéespour que l'intervalle puisseêtre couvert par une seulepierre. On obtenait ainsi des ouvrages,per- nlettantde franchir de faibles portées,ayant I'apparencede voûtes.C'est ainsi que furent réaliséesdesportesd'assezgrandesdimensionsou la couvertured'édifices en Egypte,en Grècearcharqueou dansla civilisation précolombienne.

La portéedespasserellesen bois,bien que supérieuredu fait de la meilleure résistancedu bois à la traction par rapporl à la pierre,fut, au départ,limitée par la longueurdes troncs d'arbres.Toutefois,la possibilitéde réaliserdesassemblagesa progressivementpermisde franchirdesponéesplusimponantes.

I.2. LESPONTSEN BOIS

Le bois possèded'excellentescaractéristiquesmécaniqueset permetdes assemblages.Ce matériaua donc permis,dèsl'Antiquité, de construirede véritablesponts,assurantle pas- sagede chariotslourdementchargés.Le systèmele plus simple consistaitévidemmentà confectionnerdestravéesassezcourtes,avecdes troncsd'arbresen guisede poutres,liés entreeux et recouvertspar un platelage.Les piles pouvaientégalementêtreen bois,consti- tuéesde pieux battusdansle fond de la rivière et formantce queI'on appelleunepalée,ou en pierre.

Hérodotenousa laisséla descriptiond'ouvragestrès importantssur le Nil et I'Euphrate, construitsplus de vingt sièclesav.J.-C.,constituésd'une suitede travéesen bois et repo- santsur des piles en pierre.Nous connaissonsaussile pont de Darius sur le Bosphore,et celui de Xerxèssur lesDardanelles,construitsau VIe siècleav.J.-C.,constituésde travées en bois reposantsur un grandnombrede bateaux.

Les Romainsont construitun tlès grandnombrede pontsenbois. Césaraurait,dit-on, réa- lisé enhuitjours un ouwage surle Rhin pour aller écraserlesGermains,en 55 av.J.-C.I-es Romainsaméliorèrentconsidérablementla techniquede constructionen bois, notamment en renforçantlespoutresprincipalesau moyende braconsobliques.Ce système,introdui- santune pousséesur les appuis,apparentaitces ouvragesaux arcsen maçonnerieet aux pontsà béquillesactuels.

Mais la découvertedesassemblagesleur permit deconstruiredesouvragesfort complexes. De cesouvrages,il ne nousresteguèrequedeuximages: celledesbas-reliefsde la colonne

l2

CONCEPTIONDESPONTS

Trajane,qui monuentle pontconstruitparTrajansurle Danubeen 105d'une longueursuÉ- rieure à I 100 m, constitué d'une suite d'arcs en bois reposantsul des piles épaissesen maçonnerie,et celled'une mosaïquedu forum descor?orationsà Ostie,repÉsentantun pont debateauxsurle Rhôneà Arles. Paraitleurs,lesécritsnousrévèlentI'existencedequelques autres,commele pontSubliciusàRome,initialementconstruitenboissousle règned'Ancus Martius au VII' siècleav. J.-C. Il fut probablementreconstruiten rnaçonneriesousl'Em- pire.

Jusqu'auXVII'siècle, de nombreuxfranchissementsfurent construitstantôten bois,tantôt en pierre.Mais raressont ceux qui ont pu résisteraux guerreset aux incendies.Citons le magnifiquepont de la Chapelleà Luceme en Suisseet celui de I'Accademia à Venise.

Au coursdesXVIII. êt XIX. riè"tes,on construisitunegrandevariétéde pontsà voûtesen bois car ce matériaude constructionétait sanscontestele plus éconornique.Des structures rianguléesen bois furentutilisées,notammentlors dela constructiondesgrandeslignesde chemindefer Mais cespontsétaientfragileset nepouvaientsupporterquedeschargeslimi- tées.De plus,ils nerésistaientguèreauxcruessaufsi leurspileséaient enmaçonnerie.Tou- tefois,en France,les premierspontsferroviairessur la Seinefurent réalisésdansce maté- nau et le pont de Grenelleà Parisétait encoreen bois en 1874.

A partir de 1850,I'usagede la charpentetomba en désuétudeen Europe,sauf en Suisse,

paysd'élection descharpentiers,ou pour réaliserdespontsd'intérêt local. par contre,on

continualongtempsaux Etats-Unisà employerle bois,principalementpour la construction descheminsdefer tf,anscontinentaux,entrepriseentre1870et 1880,et notammentpoul cette

grandeaventureque fut la traverséedes MontagnesRocheuses,L ingénieur Howe

immortalisé,dansle Nouveau Monde, par I'invention de ûeillis en bois. On peut citer le

ColossusBridge, d'une poftéede 104m, sur la rivière Schuylkill.

s'est

De nos jours, le bois estpafois utilisé pour construiredespetitspontsréservésaux piétons

ou à un faible trafic local en zonemontagneuse(fig. 1.3).

1.3 - LES PONTSEN MAçONNERTE

Dânsles pontsen maçonnerie,les voûtessontconstituéesde pienes tailléeset assemblées

de telle sorteque lesjoints soientà peuprèsperpendiculaires à I'intradoset soienten per-

manencecomprimés(d'ailleurs, ils ne sauraientrésisterà un quelconqueeffort detraction). Elles permettent d'augmenterconsidérablementla portéeainsiquela capacitéportantedes ouvrages.Cependant,la constructiondesvoûtesestcomplexe: on doit poserlespierressur

un échafaudageprovisoire appelé cintre.

Lorsquela voûteestterminée,on peutenleverle cintre : leseffortsdecompressionpeuvent alors se développer.La conshuction du cintre a toujours poséde nombreux problèmes:

approvisionnement en bois, confecton d'appuisen rivière, résistanceaux crues.

\

Une hrèvehistnirede ponts

Fi8. /

i

- Passerellesuspendueen bois (Savoie) Ohota JAC).

Fig. /

1

Pont romain datantdu let siècleav.J.-C. (Aoste

lTalie)tphtùrIAC).

14

CONCEPîION DESPONTS

La pierreet la maçonnerieont étéutiliséespour desouvragesimportantset durablesdepuis la plus hauteAntiquité jusqu'au débutdu XXe siècle,et même jusqu'à tout récemmenten Chine, pendantla révolution culturelle. Quelques voûtesfur€ntréaliséesen Egypte et au Moyen-Orient.Mais ce sontlesÉrusquesqui généralisèrentle procédé,vers800 a.v.J.-C., pourdescouverturesdegalerieset pour desponts.A I'autrebout du monde,lesChinois ont égalementemployéla voûtedepuisdestempstrèsreculés.Les Carthaginoisréalisèrentdes ponts en arc brisé comme celui de Martorell, dont la portéeatteignait 37,3 m, et qui fut construitprèsde Barcelone(Espagne)au tempsd'Hannibal.

Ce sont surtoutles Romainsqui développèrentlesvoûtesen pierre(fig. 1.4).Ils voulaient, eneffet,pour desraisonséconomiqueset militaires,desitinérairessûrset utilisablesentoute saison.Dans les ponts romains,les voûtesétaienttoujourscirculairesou ûès prochesdu demi-cercle.Les pontsétaientsouventdesouvragesmonumentauxaux archesconstituées depienes"de grandappareil",c'est-à-direde grosblocsde50 à60 cm dehauteurDansles ouvragesà plusieursarches,cesdemièresétaientconstruitesles unesà la suitedesautres avecle mêmecintle. C'estpourquoi,cespontscomportaienttoujoursdespilesépaissespour résisteràla pousséedeI'archedéjàconstruite.l€s voûtesétaient,le plussouvent,consfuites paranneaux,c'est-à-direpartrancheslongitudinalesaccoléeslesunesauxautres,et lespiles étaientpercéesd'ouies afin d'alléger la structureet augmenterla capacitéd'écoulementen casde crue.

Lespontsdela Romeantiquesurle Tibreméritentuneattentionparticulièrepourleurscarac- téristiquestechniques.De nos jours, certainssontencoreen servrce:

- le pont Aelius (ou pont SainfAnge), construitpar I'empereurAdrien en 136et dont les archescenûalessontd'origine ;

- le pont Aurelius, construiten 109av.J.-C.,détruit en 792 par unecrueet reconstruiten t479 par le papeSixte IV (dont il portemaintenantle nom) ;

- les deux ponts de l'île Tibérine, à savoir le pont Cestius(aujourd'hui pont San Barto- lomeo), construit entre40 et 30 av. J.-C. (fig. 1.5) et le pont Fabricius (aujourd'hui pont Quattro Capi), construiten 62 av.J.-C.avecuneportéede 24,80m (fig. 1.6) ;

- le pont Aemilius, premierpont enpierreconstruiten 179av.J.-C.,dont il nerestequ'un fragmentappelé"PonteRotto".

En France,le pontJulien surle Coulon prèsd'Apt (lig. 1.7)et, surtout,le pontdu Gard,pro- bablementconstruit sousle règned'Auguste et comportanttrois étagesd'arcadessur une hauteurde 49 m, restentdestémoinsexceptionnels.

Le pont du Gard a étéconstruiten quatreanneauxet le cintre a étéappuyésur desassises enpieûe formantsaillie à la partiesupérieuredespiles afin d'en diminuer Ia taille. Comme autresouwages exceptionnels,on peut citer le pont d'Alcantara en Espagne,construiten 106par Trajan et dont les arches,hauteset majestueuses,ont une portéede 27,50 m, et l'aqueduc de Ségovie,construit vers la même époqueet comportant 128 archeset deux élagesd'arcades.

Fr8./.5

PunlCesliu\a RomerAilr {4,,x./.

t5

FiB. /.6 ' Pont Quattro Capi à Romet,1/rr.,t/a,/t

16

CONCEPTIONDESPONTS

Fi8.,1.7- PontJuliensurleCoulonprèsd'Apt Ohok, G.senafut.

La sobriétédesarcsenpleincinaedespontsromainsdela premièreépoqueétaitsouventcom-

penséeparlefastedemajestueuxarcsdetriompheérigés,enchaqueextlémité,pourrendrehom-

mageaupersonnageàI'originedelaconstruction.Ladeuxièmeépoque,enfielesIIeetVesiècles,

voitI'appadtiond'uneparticularitéquiserarepriseà lafin duMoyenÂge:

lage"deI'arc,dontl'intérêtestàlafoistechniqueetesthétique:oncommenceparconfectiolner

unarcmincequi sertdecintreàlaposed'un secondarc,cetteopûationpouvant,d'ailleurs,être renouveléeplusieursfois.Le premiercintreestdoncbeaucouppluslégerques'il devaitsup- porterle poidsdela constructioncomplète.On a conservéûèspeud'exemplesdecestyle,et

cettepénurieenouvragesintactsn'afaitques'aggraver jusqu'au Xe siècle.

ledouble .,clave-

LesRornainsdéveloppèrentégalementI'emploid'un cimentnaturelappelépouzzolane, pourfabriquerdubétonsousI'eauafindeconfectionnerdesfondations,etla techniquedu caisson(enbois)pourcreuserle solensiteaquatiqueetconsfuirelespilesà sec.Le pont Saint-AngedeRome(pontAelius),construitil y aplusde 1800ans,franchitle Tibresur desfondationsexécutéesà I'abridecaissons.Maisla principalecausederuinedesponts romains,outrele fait de guerre,fut la destructiondesfondationspar affouillement.

Lespontsdu MoyenÂge sontcaractériséspar desvoûtesen arcbrisé(ou en ogive).

Eneffet,letxacéenarcbrisépermenaitdediminuerlatailleducintre,surtoutlorsqu'onuti-

lisait la techniquedite dudoubleclavelageprécédemrnent decrite.I-esarcsbrisés,exerçant deseffortsdepousséemoindres,permettaientderéduirelatailledespilesetdesculéesmais

Une brève histoire de ponts

t7

présentaientI'inconvénientd'accentuerledosd'ânedupont.Lesarcsbrisésfurentemployés parlesAnbes,sansévolutiondela technique, jusqu'au XIX siècle.I-epremierexemple, enEurope,estceluidupontd'EspalionsurleLot,construitàl'époquedeChademagne.En fait,pendantlafin deI'EmpireRomainetlehautMoyen-Age,trèspeudepontsenmaçon- neriefurentconstruitsen Europeoccidentale.

Au IXesiècle,la FrancesubitlesassautsrépétésdesVikingsqui tententd'envahirle pays enremontantl€sfleuvesversI'intérieurdestenes.I-epouvoircentraldécidealon la construc- tion depontsfortifiésdestinésà stopperla marcheven le suddesassaillants.Cesponts furentd'uneparfaiteinutilité carlesVikingsétaienttrèshabilespoursortir leursnaviresde I'eauafindecontoumerI'obstacle,maisleurprincipen'endemeurepasmoinsintéressant.

Parmiles ouwageslesplus importants,citons un pont (malheureusement disparu)qui fut conshuitvers860surla SeineàPont-del'ArcheorèsdeRouen.

Cen'estqu'auXIe sièclequelesmarchands,et surtoutlesmoines,semirentàconstruire

desponts,essentiellementpow établirdesitinérairessûn ven leslieux depèlerinage(Rome, Saint-JacquesdeCompostelle)ou tr)our relierlesmonastèresauxchâteaux(Angers,Blois,

Tours

époque,avecdoubleclavelageet ouies.Certainspontsétaientfortifiéspourdéfendreles cités,commele pontValentrédeCahors(1308)(fig. 1.8),etlesseigneursimposèrentsou-

ventdespéages.UndespluscélèbresrestelepontSaint-BénézetsurleRhône,prèsd'Avi-

gnon,construitde ll7'l à 1187surd'anciennespilesromaines.La difficultétechniquede réalisationde cepontrésidaitdansla lalgeurdu fleuye.En effet,le Rhôneétaitalorsla

réunionderuisseauxcapricieuxquis'étendaientdesrempartsactuelsjusqu'àlatourdeVil-

leneuveJès-Avignon,plusieurscentainesdemètresau-delà.Laconstructiond'unpontétait alon considérêcornmeuneæuyredebienfaisancepuisqu'elleévitaitlesaccidentscausés lols destrayerséesparbacsou lorsdescrues.Ainsi,participerà unetelleæuvredonnait droità desindulgences,parexempleunediminutiuondetrente jours du séjourauPurga- toire,ou le droitdemangerdesæufspendantle Carême! Pourcetteraison,Bénézet,qui seraplustardsanctifiéet donnerasonnomaupont,eut-il I'idéederecourirà la charité publiquepourréunirlesfondsnécessaires,recueillisgrâceà la quêtedela confrériedes

Frèrespontifes.Cettetechniquedefinancementserareprisepourla constructiondu pont

Saint-EspritàBayonne,quidureravingt-cinqans(unexploitpourl'époque).Citonségale-

voientle jour à ûaversle pays.Leurinspirationestromainedela deuxième

)qui

mentle Old l-ondonBridgesurla Tamise,à Londres,commencéen I t76 et qui,pendant plusde600ans,supportauneruecornmerçanteetrésidentielleréputée.Il survécutaugrand

incendiedeLondresen1666malgréleravagedesonextrémiténord.Il nefut démoliqu'en

1831,dateàlaquelleSirJohnRennieconstruisitlenouveaupont.

Au XIIIe siècleapparaissentdespontssurlesquelssontconstruitsimmeubleset moulins. Lesvillessonteneffetlimitéesparuneenceinteprotectrice,et le coûtdecetteprotection seressentsurle prix destenains.Chaquemètrecarrégagnéestdoncprécieux.Deplus,le pontestunpointdepassageobligé,d'oùI'intérêtquepeuventretirerlescommerçants.

CONCEP'IIONDESPONTS

lig. /.E- PolrtValcnlféàCahors rrrr, tÉ-7RAl

Lesnraisonssontgénéralenrcntconstruitessurlcspilcs,commesurle pontd'Angcrs.Lcur

disparitionnefait suiteà aucunproblèmetechnique.maisaruncquêtedesajubritéurbainc.

au désirdeconserveruneperspectivcsurle fleuve

cateur.cequi sembleincoolpîtiblcavccle déversementdircctdcslatlinesdecesoraisons "coupables" dansleseauxfluviales.La disparitiondesfbttificatiulspcnnct,enoutre,l'exten- siondc la ville horsdcsremparts.ce qui nc justilie plusuneconslructionaussidensedu

ccntrc.ct provoqucla clisparitiondecesponts-rucsauXIll'siècle.

qucl

on souhaiterait.de plus,purifi-

Quanl lux rnouljns.lescontraintesexcrcécssurJespalcslorsdcscruesou dela circulation debloc: deglacclorsdesdébâcler (lc \lt')en A!r ct.rrlunc fcriode froide)rendaientaléa- toire l équilibredc: piles.On a doncrapiclcmenlpréfér'éla solutionde noulins-bateaux anclé\surleshcrgcs.

I-eXIV' siècleestccluidcs fonts li)rliliés.avecponl-icviscl châteauà I'entréedu pont,ou bientour-portcdonnut l occasionde préleverunetaxcau passage.ll en iut ainsidu pont Valentréù Cahors,avecuneli)rnlcun peudiilérentedcsvoûtcsenarcbrisé,probablement sousI'iniluencc desconstrucliorrsorientalesqui attcindrontleur apogéesousI enrpire turc.C'esten J377queiut construitlc pontdeTrezzoen Italie,avccuneportéede72 m, et qui resterale recorddeportéependantcinqsièclesI

Un hrÈrehisîaircde paats

L uchite.turemédiévales'inspirt & cele deséglises.C'estainsiquesedéveloppentquelques nffinemcntsdânsIâdécorâtioDdesponts.commelescordonsd'archivolte.oudenouveues formespourles avant-becs(triangles,ou amandespoul le pont Saint Mârtial deLimoges), dcsârchesplusélancées:auXV"siùle.lespluslonguesatteigneni40à50 m d'ouveture.

A laRenâissance,onabandonnapeuàpeulesarcsbrisés.LespontsfurenlâlorscoDsidéÉ!

commedesoeuvresd'an : ils commcncèrcntà ê1rcdécoréset leurslignesfurent affinées. Un exempleillustrantla confianceilimitée qùecoDnutceitepériodedânsledéveloppement delâùechniquefut laprcpos;tiondeLéonarddeVincideconstruiEunevottcd'unepoftée totalede 240 m surlâ Come d'Or à Conslânlinoplc.A Florence.le PonteVecchio (vers1350),quisedressetoujourssurl'Amo,ful éclipséparleponldeSantaTrinira(1569) âvccsestrcis arcsenansedepanier,dontle rapporrhauteur-porréeétaitde I à 7, âul;eu du rappo hâbitoeldc I à 4.

En 1588,le projet deAnronio daPontefut âcceplépoul le potu du Rialto à Venise -

arc

bÀscirculaire,supportantun tablierde23m delarge.bordédeboutiquesct d'uneportéede

27m âu-dcssùsduGrûd Canal.Poursoutenircepontdansle solalluvionnâiredeVenise, onenlbnça6 000pieuxdcboisà uncproiondcurdc3,35rn souscbacunedesculées.A Pads,le pontNotreDame(fig. 1.9),construitde 1500à 1507parlc frèreJoconde(dont seulcslcsârchesderivefurentconleséesà la suireduremplacement,en 1902,destrois archescentralespârunârcrnélâlliqùcdc 60m d'oùvcnurccnviron)et le PonrNeuf(ûg. l.l0). commencéen 1578sousle règnedeHemilll etterminéen 1604souslerègnede HenriIY sonttousdeuxdesponts-voûtesenmaçonnerieenjambant1âSeine,etconslitucnt desexcmplcscélèbfesdecettepériode.

Au XVII' sieclenaquitl'Écoleliançaise: Colbenconfiaàdesingénicursetarchitecteslâ conceptionetl'entretiendespontsetdesroutes,enmêmetempsqu'il opérâuncccntràli sationdespouvoirs.C'estàinsiquelutcrééleCorpsd€sPontsetChaussées.L aspecttch- niquedelâconstructionpril le passul l'ârchit€cture: onassistâalorsàdepemaneDtesinno vationsafin d'élancerlesarchesprincipales.

On abândonnaâinsi progressivementla construcrionsegmentéearchcpù ârcheet pile prr

pile. En efiet, cettemérhodeimposâitdespiles câpablesde suppofierles crorLs créésp.rr

unearohesurunseulappui,tandisquel'archeellemêmedevaitêtreconçuepourêtreèu|o-

équilibrée.Enconstruisrn{d'xbordtoutcslespiles,puiseninstallânlI'ensembledutablier

etdesar€hesenunseulremps,onputobtenirdespilesplusmincesetdesarchesplùsélan

iee\. C e\l ceuemelhodequedereloppaPerunelrI708 I7o:lr.fondareurdel L.ole dc. Ponlsc1ChâusséesenI747,auseindeI'E olepârisicnnc.Il réâlisâunevinglained'ouvruges rlèshardisde1761à 1791.Enconstruisântsimultânémentl'ensembledesvoûtcs.il obtint desarchessuûaisséesdegrandepoftéeet unamincissementspectaculairedespiles.Au nombrcdeseschefsd'ûuvrc,onpeutcitcrIcpontdcNcuillysurh Scine,lepontdePont Sainte-MaxencesxrI'Oiseetsondemierouvrage,leponrdelaConcorde(179I ) (iig. L 11).

20

CONCEPTIONDESPONTS

Fip. /.9 - Pont Notre-Dameà Paris(2/toro./Ac).

Fig. ,/./0 - tæ Pont-Neû àP^is Ohotô JAc).

Une brève histoire de ponts

2I

Fr8. -1.11 - PontdeLa Concordeà Paris(proroJAcl-

I-e développementdescheminsde fer fut à I'origine de la constructiond'un grandnombre de ponts.Du fait desfaibles pentesadmissibleset desimportantsrayonsde courburedes tracés,il fallut multiplier les viaducspour franchir les vallées.Ces viaducssont générale- ment constituésd'une successiond'arcs de plein cintre de faible ouverture,avecdespiles quelquefoistrèshautes.Les plus beauxouvragesont étéconstruitsà la fin du XIX' siècle par Séjouméqui portala techniquedespontsen maçonnerieà un ultime staded'évolution. Cherchantà allégerla structure,il réduisitla voûte à un arcrnincesurlequels'appuyentde multiplesvoûtessecondaires: le pontAdolpheauLuxembourg,construilen 1903,constitue un bel exemplede cettenouvelle technique,avecune portéede 85 m, battantle recorddu pont de Trezzovieux de cinq siècles,et qui seradépasséde 5 m quelquesannéesplus tard par le pont Plauenen Allemagne.Professeurà l'École desPontset Chaussées,il a écrit un ouvragemagisûalilj.nttrléGrond.esUoûr€J,en six volumes.Mais c'est le chantdu cygnede la constructionen maçonnerie: depuis 1950,plus aucungrandpont en maçonnerien'a été constrult.

I.4 - NAISSANCEDESPONTSMETALLIQUES

fhistoire despontsmétâlliquesestliée à l'évolution continuedesmatériauxemployés.La /onte fut le premiermatériaumoderneemployé pour la constructionde pontsdèsla fin du XVIII'siècle en Angletene. Sa résistanceà la traction étanttrès faible, elle ne permit de construirequedespontsen arc travaillanten compression.Le premier pont en fonte fut le

22

CONCEPT]ONDESPONTS

Coalbrookdale,construiten 1779pâr AbrahamDarby III surla Sevemet comportaitcinq arcsparallèlesde30,5m deportee.Unetrentained'ouvragesenfontefurentainsiconstruits danscepaysavant1830,le plusimportantétantceluideSunderland,en 1793,qui atteignait 72 m de portée.Touscespontss'inspiraientétroitementdesformeset destechniques employé.espourlespontsenmaçonnerie,maisla plupartd'entreeuxeurentunefiès faible

duréedevie, carla fonteétaitun matériaufragile.D'ailleurs, on demeurarelativementcir- conspecten Franceet dansle restede I'Europe vis-à-vis de ce matériau. Quelque$ ponts importântsfurentnéanmoinsconstruits: à Paris,seulssontrestésle pontSully(fig. 1.12)

et la passerelledesArts avantsarécentereconstructon.

A parthdesânnées1840,la possibilitédeproduireindustriellementduÊr laminéincita les

constructeursà concevoirdespontsen tôle. Pluscherquela fonte dont il était issu,le fer présentaitI'avantaged'unebonnerésistanceàla tractionet d'unegrandeductilité.Iæspre-

mièresapplicationsfurentdespontssuspenduspardeschalnesdefer. Iæ pont Széchenyià Budapest(fig. l.13) donneunexempled'un telpont: achevéen 1848,il fut reconstruità I'identique aprèsla SecondeGuerremondiale.tæ fer permit égalementla confectiondes premièrcspoutresàâmespleines.Aprèsl'effondrement,en 1847,dupontdechemindefer enfonteconstruitun anplus tôt à Chester,sonconstructeur,RobertStephenson,conçutun typed'ouvrageplusfiable.Il construisitd'abordlepontdeConway (1848) avecunepoutre desectionrectangulaireentôle,à I'inérieur delaquellepassaientlestrains,puisle célèbre BritanniaRailway Bridge (1850),franchissantla Menai au paysde Galles: il comportait quatretravéesde70, 140,140et 70 m deportées.Mais cettesolutionfut rapidementaban- donnéeauprofit depoutrestrianguléespermettantunenotableéronomiedematière.C'est

F,8. 1.J2 - I-e pont Sully à Paris Oho'o tAC).

Une brèvehistoirede ponts

l-.i

aux Etats-Unisqueles poutrestrianguléessedéveloppèrentle plus rapidement,en s'inspi- rant despontsen bois : cette techniqueapparuten Europevers 1850.Les ouvragespi()n_ niersfurent le viaducdeCrumlin, en Angleterre,et celui de Fribourg,en Suisse( l g57), qui présentaientla particularitéd'être dotésde piles en fonte.

Bien sûr,le fer, sesubstituantsimplementà la fonte,a étéemployépourconstruiredesarcs mais il a surtoutpermis de créerdes arcstriangulés,notammentles deux grandsviaducs

d'Eiffel : le pont Maria Pia à Porto (fig. L14) avecuneportéede 165m.

;

(1877) et le viaduc de Garabit sur la Truyère û984)

Après I'invention du convenisseurBessemer,en 1856,puis desprocédésSiemens-Marrin, en 1867,la productionindusrielle de I'acier s'estrapidementdéveloppée.L acier,possé- dant descaractéristiquesmécaniquesbien supérieuresà cellesdu fer, a permis un allége- ment des structures.Il a progressivementremplacéle fer danstous les typesd'ouvrages:

pontsà câbles,pontsà poutreset pontsen arcs.Le premiergrandpont en acier fut le Saint Louis Bridge ( 1874)surle Mississipi.Conçu parJamesB. Eads,il comportaittrois arcsde plusde 152m deportéechacun.Nombreuxfurent lesouvragesenarc,d'une portéevoisine de 150m, construitsen acierversla fin du XIX. siècte.Citons,en particulier,le pont AlexandreIII àParis(fig. 1.15),construitpourI'Expositionuniversellede 1900,dontl'élé- gancetrent autantà la forme trèstenduede son arc qu'à la richessede sa décoration.Les arcsétaientquelquefoisencastrés,maisle plussouventarticulésaux naissances.lls pou- vaient être dotésd'une troisième aniculation en leur centre,comme dans le cas du pont AlexandreIII.

La grandeinnovationde I'extraordinairepont du Firth of Forthen Écosse(1882-1890) (fig. I .l6) fut la constructiondedeuxtravéescantileverde 521 m chacuneforméesdedeux consolesde207m etd'une travéeindépendantede 107m, supportantunedoublevoieferrée. La structurc,en ûeillis, comportaitdespoutes maîtressesconstituéesde tubesd'acier

r.5 - NAISSANCEET DÉVELOPPEMENTDU BÉTON ARMÉ

Dèsla fin du III' siècleav.J.-C.,lesRomainsutilisaientdescimentsconstituésparunmélange dechauxetdecendresvolcaniquesdela régiondePouzzoles.Ils furentutiliséspourconsauire desarcsmaiscettetechniquedisparutaveclesgrandesinvasionsdesIV. et V" siècles.Les ciments naturelsne furent redécouvertsqu'à la fin du XVllI. siècleet il fallut attendrelc débutdu XIX' sièclepour que lescimentsanificiels voient le jour grâceau FrançaisLouis Vicatet à I'Anglais Apsdin.Leur productionindustriellene démarreraqu'en 1850. par ailleurs,le principe desarmaturesremonteà I'Antiquité: on kouve deschaînagesde bois ou de fer dansles constructionsanciennesmésopotamienneset assyriennes.Des goujons métalliquesfurent employéspour réaliserla jonction entre les pienes (port de Carthage). Mais le bétonarméfut réellementmis au point au coursde la secondemoitié du XIX. siècle.Lesplusgrandsarcsmétalliquesdu mondesontle Kill Van Kull à New-York ( I93 I ) (510m) cl le pontdeSydney(1932)(503 m).

24

CONCEPîION DESPONTS

Fi8.,1.,1-t- PonrSzéchenyiàBudapest rptur"./Ac).

FiB. /. /4 - Viaducde GNabit trh,t,,stt R^).

Une brète histoirc de ponts

*'ol

i;æ

:lffr

lig. /./-i - PontAlcxandreIII à Padst/rù,,r1ar.

f rg. /. /6 - Pontdu Firth ol Fonh en Ecosse//,r,r)JETrAl

26

CONCEPTIONDESPONTS

En I849, Lambot construisitunebarqueen mofiier de ciment armé.En

lisa uneterrasseavecdesprofilésmétalliquesenrobésdebéton.Monier déposalespremiers

brevetspour le bétonarméde 1867à 1873.A partir de 1890apparurentles premiersponts en bétonarmé : il s'agissaitessentiellementde pontsen arc couléssur descintresen bois.

1g52,Coignetréa_

En l9l l, Hennebiqueconstruisitle pont du Risorgimentoà Rome,qui

atteignâit100m de

ponée (fig. 1.17).Après la PremièreGuene mondiale, la constructionde pontsen béton arméde grandeponée redémarrade plus belle, notammenten FrancesousI'impulsion de deuxremarquables ingénieurs: Albert Caquotet surtoutEugèneFreyssinet.Ce demier mit au point la techniquedu décintrementpar vérins,consistantà créer unecomDressiondans I'arc demanièreàcequ'il sesoulèvedequelquescentimètresdu cintreetquecelui_cipuisse alors être enlevésansrisques.Cettetechniquefut employéepour la première fois pour le

décintrementdu pont surle Veurdre ; à I'occasiondece projet,Freyssinetréalisaunearche d'essaide 50 m de portéeet de 2 m de flèche seulement.

Les records se succèdèrent: pont de La Caille (Haute-Savoie),

137m, et le majestueuxpont de plougastel (Finistère), en 1930,avecsestrols arcsde 186m. Les recherchesportant sur I'utilisation du béton armé conduirontà la découverte

en 192g,avec un arc de

d'un nouveaumatériau: le bétonprécontraint.

De nosjours, le bétonarméconservesonintérêtdansla constructiond'un grandnombrede petltsouvragesou de trèsgrandsarcs.Deux exemplesI'illustrent bien : le pont de Glades- ville dânsla régionde SydneyenAushalie, construiten 1964avecuneportéeprincipalede

305 m, et su out I'extraordinairepont de Krk en yougoslavie, construiten

portéeprincipale de 390 m (fig. 1.18).La

du XX" siècleà causedu coût du cintre, a retrouvéun intérêtéconomiquepour le franchis_ sementdegrandesbrèchesgrâceà la méthodedeconstructionenencorbellementayechau_ banageprovisoire.

19g0avecune

constructiondesarcs,abandonnéeversle milieu

r.6 - NAISSANCEET DÉVELOPPEMENTDU BÉTON PRECONTRAINT

C'est EugèneFreyssinetqui, dès 1928,jeta tesbasesde ce nouveaumatériauet en définit

ouvragesmodestesfurent

les principes essentiels,encorevalablesde nos jours.

euelques

réalisésavantla secondeguerremondiale,maisle premiergrandpont enbétonprécontraint fut le pont de Luzancy (Seine-et-Mame), conçujuste avantla demièreguere mondialeet

achevéen 1946.Il avait uneportéede55 m et fut entièrementpréfabriquéà l'aide de vous- soils en bétonprécontraint, mis en placepar desmoyensmécaniquessansaucunclntre. ll fut suiyi par cinq autrespontssimilaires.égalementsur la Mame, de 74 m de portée.

Une brèvehistoirede pontt

27

Flg. /. / 7 - Ponrdu Risorgimentoa Rome ,phul, J,4(,.

Frg. 1.18- Pontde Krk en ex Yougoslavie,en constructiontplôr,r{c).

28

CONCEPTIONDESPONTS

Le bétonprécontraint est associéà rliversesformes et diversmodesde construction. pour

lespetitesportées,les formes

con^structionsurcintre.Dansla gamme

préfabriquées précontraintes et les ponts poussés constituent des solutronsrntéressantes.

Dansla gamme desgrandesportées,le

méthodedeconstruction enencorbellement. L€premierpontconstruitseloncettetechnique

fut

de l14m.

courantessontla dalle et Ia dalle nervurée,associéesà une

desmoyennespor.tées(30

à50 m), lesponts àpoutres

bétonprécontraint est essentiellement associéà

la

achevé à Worms en Allemagne en 1952, avecune portéeprincipale ibrt respectable

En Europe,à la fin desannées1970,le

bétonprécontraint règnede façon quasr-exclusive

m

environ, et couvrantla trèsgrande

autres-continenh, tout particulière-

le

m. IæsÉtats_Unissecontentèrent,au départ,d,aàopter

un largeusage,en particulierpour la LouiJane q"ui.este,avecses3Ekm,

vers iOtO, qu,its adoptentles

en encorbellementlui leur

est actuellement détenupar

sur.un vastedomainede portées, allantjusqu'à 200

majorité des ponts. Il s'estégalementrépandusur les

ment en Amérique du Sud et en Asie. Le record de portée

pont de Gatewayen Australie, avec260

l1

réalisation en 1956du pont surle lac pontchartrain en

dtt

préfabriquées dont ils feront

1:"qilo"

ttutres

le pont le plus long du monde.Ce n'est que bien plus tard,

autrestechniques de réalisation,en particulier la construction

permettra d'exécuterdesouvragesde dimensionsimDosantes.

I.7 - LES PONTSMODERNESEN ACIER

L'amélioration, aufil

desdécennies, dela qualité et dela régularitédefabncationdel,acier,

jointe à une augmentation du coût destypesd'ouvrages. Les poutres à

de la main-d'æuvre, a Ànduit à une évorutionsensible

âmespleines se sontprogressivement substituéesaux

s'était produit au rnilieu du XIX. siècle.A l,ori_

boulonnage.Rapidement, le nyetagea remplacé

màndiali, la soudurea commencé à iaire

développement decettetechnique: les

poutres tnangulées, à I'inverse de ce qui

gine, les assemblages étaientréaliséspar

le boulonnagepuis,peu avantla demièreguene

sonapparition.De nombreuxaccidentsont limité le

souduresétaientcassantespar tempsfroid (rupture fragile).

poussées ont permis de

supplantéle rivetage. Un autre

égalementdéveloppé : il consisteà

cité,comprimant lespièces à assemblerpar

I'assemblagepar frottement despiècesI'une surI'autre.

Desrecherches technologiques

résoudrecesdifficultés et la soudurea, de nosjours, complètement

mode d'assemblage,par boulonsà hàuterésrstance,s,est

employerdesboulonsen acier à hautelimite d,élasti_

un serage contrôlé,et assurantla résistance de

L-allégementprogressifdes tabliersa rendunécessairecelui

de l'élément qui portela

deleurcouverture,c,est_à_dire

Çp"a

a"

: la

de "ouuertures connecteurs,et

chaussée.Danslespremiersponts metalliques,ta couvertureétait

les piècËsdu pont; ou en tôles

en bois, enmaçonnerie (voûtains de briques appuyéi sur

embouties.De nosjours, on ne

dalle en bétonarmé.solidariséeauxpoutres

qui participe

rencontrspratiquement que A"l*

en acierpar I,intermédiaire

à la résistance d,ensembledu tablier à lâ flexion, et la daiie onnotrooe.

L'nebrèvehitoire de pont:

29

Cettedemièreest constituéepar une tôle de 12 à l4mm d'épaisseur,raidie dansles deux directions: transversalement par des Poutres appeléespiècesdepont et longitudinalement par desraidisseurssoudésou /o48e,"ors.Les pontscomportantune dalle de couvertureen

bétonarmé sont appelésoss.ttures,nixtes: leur domained'emploi. en dehorsdesponts à câbles,vajusqu'à90 m deportéeentravéesindépendantesetbienaudelàentravéesconti- nues.Lestabliersà dalleorthotropene sontéconomiqucsquepour destrèsgrandesportées. Citons l'élégant viaduc de Martiguesen Francc,pont à béquillesprésentantune portéede

f l0m, et la travéecentraledu pont deRio Niteroi au Brésil, avecla portécrecordde 300 m.

1.8 - LES PONTSSUSPENDUS

Dès le débutdu XIX" siècle,de nombreuxingénieurscrurenttrouver une solution particu-

lièrement économiquepour franchir les grandesbrèches Les premiers ponts suspendus virent le jouq avecun tablier en bois et une suspensionconstituéede câblesou de chaînes

de fer forgé.En 1826,le pont de la Menai, en Angleterre,franchissaitdéjà 177m d'un seul

jet. En France,Seguinconstruisitunecentainedepontsentle 1823et 1850.L usagedecâbles

à fils en fer parallèlespermit d'augmenterles portées: pont de Fribourg en Suisse(1834)

avcc27I m, et pontde WheelingsurI'Ohio ( 1849)avec308 m. Mais de nombreuxacci- dents,dus à la trop grandesouplessedestabliersen bois et à la conosion descâblesinsuf-

fisammentprotégés,conduisirentlesingénieurseuropéensàconsidérerlespontssuspendus

avecunegrandeprudence.

Le pont suspendude Brooklynà Manhattan (fig. I .19)'projetéparJohnA. Roeblinget conskuit aprèssa mort, de 1869et 1883,par son fils marquale retour en tbrce desponts suspendus.Avec uneportéede487 m, il était unefois et demiepluslong quetouslesponts construits jusque là. Il avait six voiesde circulationet un trottoir ; les quatrecâblesprinct- pauxfurentmis en placesuivantuneméthodeutiliséepar la suitepour touslesgrandsponts suspendusconsûuitsaux EtatsUnis.Pouréviterlesincidentsrésultantd'oscillationspro- voquéespar le vent ou la circulation, une carcasserigide en acierfut incorporéeau tablier

surtoutesalongueur.

A I'aubedu XX'siècle,les États-Unisselancèrentdansla constructionde pontssuspendus

gigantesques.En 1931,le pontGeorgeWashingtonàNew York,construitparAmmann,avec unetavée centralede I 067 m faisait plus que doublerles portéesalorsexistantesSix ans plus tard,le pont du GoldenGateà SanFrancisco (fig. 1.20),conçuet construitpar Joseph Strauss,portaitce recordà I 280 m. La grandeélégancede seslignes,le sitegrandiosequ'il marque,I'exptoit techniquequ'a représentésaconstructionont fait decetouvragele pontle pluscélèbredu monde.Bien d'autrespontssuspendusde moindreportéeont égalementété construitsaux États-Unis,avecunetendanceconstanteà augmenterla finessedu tablier.En 19.!0fut achevéle pont deTacomadansl'État deWashington.qui présentaitun tablierpar- ticulièrementélancé. Quelques moisaprèssamiseenservice,il semit à oscilleret à sevriller sousl'effet d'un vent modérémaisconstant, jusqu'à soneffondrementcomplet.

30

CONCEPTIONDESPONTS

Cetaccident,qui fit grandbruit dansle mondescientifiquedet'époque,mettaitenévidence un phénomène alorsinconnudesingénieurs: l'instabilité aéroélastiquedespontsà câbles, c'esGà-direle couplageentrelesmouvementspropresdu tabtieret leseffetsdu vent. plu_ sieursponts,dont le GoldenGate,furentrenforcésà la suitedecetaccidentet touslesponts construitsultérieurementfirent I'objet d'étudesaérodynamiquestrèspoussées.

Dansles ponts suspendusrécents,le tablier métalliqueà dalle orthotrope,dont la section transversaleesttestéeen souffleriecommeuneaile d'avion, aremplacéle tablierentreillis.

La suprématiede la techniquebritanniquedansle domainedespontssuspendusestconsa- créepar la constructiondu pont surla Severn( 1966),du premierpont d'Istambul (Turquie) (1973) et surtoutdu pont sur la Humber,achevéen 1980,dont la portée centralede I 410 m constituele recordmondialactuel.Cerecordn'estqueprovisoirecarle Japons'est lancé,depuisquelquesannées,dansla constructiond,un projet grandiose: relier les îles Honshûet Shikokupartrois itinérairesparallèles,grâceà vingt pontsdegrandeportée,dont la plusimportantemesureraI 990m, la longueurcumuléedecesouvragesatteignant30 km. Enfin, de nombreusesétudesont déjàétémenéespour la constructiond'un pont suspendu franchissantle détroit de Messineen Italie par uneportéeprincipalede I'ordre de 3 000 m.

I.9 - LES PONTSA HAUBANS

Le principe des ponts à haubansest aussiancienque celui des ponts suspendus,mais ce type d'ouvragenecommençaà êtreréellementdéveloppéquedurantla première moitié du XX' siècle,nota-rnmenten France,avecles pontsconçuspar Gisclardet le pont de Lézar_ drieux (Côtes-du-Nord) qui fut transformé,en 1924,de pont suspenduen ponr à haubans sansinterruption de la circulation. Citons également,à titre de curiosité, le remarquable

pont transbordeurde Marseille (fig. l.2l) pendantIa SecondeGuene mondiale.

construiten 1889par Amodin et, hélas,détruit

Ce n'estqu'aprèscetteguerrequelespontsà haubansacquirentleurslettresde noblesse.Les

premières réalisationsimponantesvirentle jour

dorf (fi9. 1.22)construitsdanslesannées1950.Lespremierspontsà haubanscomponalentun tabliermétalliqucde façonà diminuerle poids.Mais I'ingénieuritalien Morandi réalisaplu- sieursouvrageshaubanésavectablierenbéton,dontle plusimponantestceluideMacaraiboau Venezuela,avecplusieurstravéesde235m.Lespontsàhaubansdelapremièregénération étaient caractérisésparuntablierépais(doncrigide)et un faiblenombredehaubans.

enAllemagne,aveclestroispontsdeDùssel-

La Francesemblait se tenir frileusement à l'écart du développementde cette technique lorsque,presque simultanémentau milieu des années1970,deux ouvragesremarquables viendrontbattrele recordmondial de portéedansleur catégorie: le pont de Saint_Nazaire enLoire-Atlantique(fig. 1.23),à tabliermétallique,avecuneportéede404 m, et le pontde Brotonne,en Seine-Maririme,à tablier en béton,avecune portéede 320 rn (fig. 1.24).Ce derniermarque,dansle domainedespontshaubanésà tablieren béton,uneétaDedécisive.

Une brève histoire de ponts

3t

Flg. 1.,19- Pont de Brooklyn à New york /phoût.M.conte).

Fig. 1.20 - Pont du Golden Gate à San Fran cisco tphôt.)J.M.Conte).

32

FiB. 1.21

CONCEPTIONDESPONTS

1.

l\11

l |.i|h,.|||

.

4|s

63

Pont transbordeurde Marseille (ËdE!E/ii)

Fip. /.22 - Pont à haubansde Kniebûcke à Dûsseldorft,rtratr' "recl

L-trcbrèw histoirede ponts

FrÉ.,1.2J- PonrdeSainr-Nazairerptr,r,,si rnl,.

FiB. 1.24- Pontde Brctonnesur la Seine {/,h,k)caûpeionB.mùrd).

34

CONCEPTIONDES PONTS

Touslesrecordssonttemporaires: le développementdespontsàhaubansnefait ques'acé- lérersurtouslescontinentscar,enêvitantla constructiond'énormesmassifsd'ancrage,ils font reculerle domained'emploiéconomiquedespontssuspendus.Ainsi, enFrance,la constructiondupontdeNormandie,surla Seine,avecun tabl.ierprincipalementmétallique dansla travéecentralede 865m de longueur,esten voie d'achèvementet les travauxdu pont Tatara(avec 890m deportéecentrale)ont débutéauJapon.

CHAPITRE2

La démarchede conceptiond'unpont

"Ne fie ditespas queceproblème estdifficile. S'il n'était pas difficile,

ce ne seraitpas un problème.',

MaréchalFoch

La conceptiond'un pont résulte,le plus souvent,d'une

est l'optimisation techniqueet économique de l'ouvrage

démarcheitérahve dont l,objectif

de franchissement projeté

vis-à-

vis deI'ensembledesconûaintesnaturelles et fonctionnellesimposées, tout enlntégrantun

certainnombred'exigences de qualité

conduiteparun ingénieu expérimenté et

sujétionsd,exécution, et

économiques et

de ce bref

chapitreestdedonneraulecteurunevued,ensembledesdifférentsélémentsdu programme

matérialisant cettedémarche.

originaleslorsquese posentdes problèmes de complexité inhabituelle. Le but

capabled'une hardiesseréfléchiedansla recherchede solutons à ia fors

divers.typ€sd'ouvrages,de leur prédimensionnement et de leurs

imaginatif,possédant unebonneconnaissance des

architecturaleou paysagère. L étuded,un piojet est

2.I .LA RECONNAISSANCE DU SITE

L'étude d'un pont ne peut

néesdu franchissement. Les

bonnesconditionssontdétailléesci-aDrès.

être entrepriseque lorsqueI'on disposede l,ensemble desdon_

informationsindispensablespoui engagercetteétudedansde

36

CONCEPTIONDESPONTS

2.1.1Implantationet caractéristiquesd'ensembledel'ouvrage

En rasecampagne,I'implantation d'un ouwaged'art est souventfixée par le projet routier qui l'englobe,maisrarementdemanièreimpérative,et I'oPtimumrésultegénéralementd'un compromisentreplusieursexigencesqui peuventetrecontradictoires.læ projeteurroutier établit sonprojet en optimisantglobalementle tracéde la sectiondont il a la charge.Si ce tracénecomprendpasd'ouvrageexceptionnel,le poidslinancier despontsest.enprincipe, faible devantcelui desterrassements.Parcontre,s'il s'agit de franchir une grandebrèche ou un fleuve, I'implantation du pont ou du viaduc doit être examinéeavecsoin.La situa- tion la plus favorableseprésentelorsqu'unecollaborationefficaces'instaureentrele spé- cialistede la routeet celui desouvragesd'art.

En milieu urbain,leschosesseprésententdifféremment.Lesconhaintessontgénéralement beaucoupplus sévèresqu'en rasecampagne,qu'il s'agissede la constructiond'un ouvrage neuf ou de la reconstructiond'un pont ancien.Dans ce demier cas,le pont existantpeut quelquefoisêtreutilisé pour supporterlesétaiementsdu nouvelouvrage; il peutégalement arriver que les anciennesfondationsou les appuissoientconservés,éventuellementaprès renforcement,pour porterle nouveaupont dont on changesimplementle tablier

Lescaractéristiquesgéométriquesdoiventêtredéterminéesavecsoin.Ellesdépendentessen-

tiellement de la naturede la voie portée,mais peuventêtre lé8èrementmodifiées,afin de

simplifier le projet du pont, améliorer son fonctionnementmécaniqueou offrir une plus grandeliberté dansle choix d'un type d'ouvrage dont le mode d'exécutioncomportedes exigencesparticulières(par exemple,pont mis en placepar poussage.Cf. chapitre6).

Les questionsde biais et de courburedoiventêtreexaminéesavecattention.En règlegéné- rale,lesgrandsouvragesdoivent,danstoutela mesuredu possible,êtreprojetésdroits; un biais,mêmemodéré,compliqueI'exécutionet induit un fonctionnementmécaniquequi peut s'écanersensiblementdesmodèlesdecalcul dela résistancedesmatériauxusuelle,surlout lorsqu'il s'agit de grandsouvragesconstruitspar phases.Mais raressont les ouvragesde petiteou moyenneimponancequi neprésententpasdebiais,surtoutlorsqu'ilssontimplantés sur les cheminssecondaires.Les valeursde biais extrêmesdoivent êûe évitéescar le coût despontscroît considérablementet de plus en plus vite avecle biais, Si. pour un ouvrage courant,un biais trèsaccuséne peutêtreévité,il y a intérêtà en choisir une valeurproche decertainesvaleurs(biaisnormalisés)pourlesquellesle modèlemathématique,mis aupoint parle SETRA et servantdebaseaucalcul,serapprochele plusdela réalité(on rappelleque Ie biais,expriméen grades,estdéfini par l'angle entrel'axe dela voie portéeet la direction deslignesd'appui du pont; ainsi,un pont droit Présente un biais de 100gr).

[,es ponts à courbureprononcéedoivent resterrareset mêmeexceptionnelsen rasecam- pagne,où I'on peutpresquetoujoursleséviter aisémentsi l'on y penseen tempsvoulu. Si un pontcourbenepeutêtreévité (ou s'avèrela solutionla plusrentable),on chercheraà lui

Ia démarche de conception d'un pont

-17

donnerure géométrie compatibleavecle modedeconstructionenvisagé: parexemple,cette

géométrie ne serapasexactementla même selonqu'il

d'un pont à poutes précontraintes ou d'un pontpoussé.Ce; questio;s

de l'étude desdifférentstypesd'ouvrages,dani les chapitresqui suivent.En tout état de

cause,il convientde veiller à

de réduireleseffons de torsiondanslestravées.

s'agit d,un

p;nt en ossaturemixte,

serontévoquéeslors

choisirdesrayonsde courbureaussigrandsquepossible, afin

Enlln, la que-stionde la longueur,ou mêmede I'existence,du pont doit

grès

leverséles-donnéesde la comparaisonenûe le coût

l absencede contraintesmajeuresd,ordre esthétiqueou

le plus souventIa solution la moins chère.Cependant,un iemblai neutraliseune bandede

terresd'autantplus

agricore.I est alois prêféraule dà projeterun

viaduc avecdestravéesde portéesmodérées.

les tenes en questionont une grandevaleur

importantequesahauteurestgrande: ceci peutposer desproblèmes si

êtreposée: lespro-

accomplisaucoursdesdemièresdécenniesdansI'exécutiôndesterrassements ont bou-

d'un pont et celui d,un remblai et, en

hydraulique,le remblai

constitue

2.1.2Le recueildesdonnéesnaturelles

La visitedeslieuxparI'ingénieurchargéd,unprojetestplusqu,unesimpleformaliré:c,est

uneétapeessentiellede

rappelésci-après.

ce projet.Les principauxrenseignemèntsà recueillir surplacesont

2.1.2.ILe lopographie

Il convientde disposerd'un

relevétopographiqueaussiprécisquepossible, avecl,indica_

possibilités d'accès,ainsi

tion derepèresde niveau.La vue en prandu sitedoit indiquerlei

queles airesdisponiblespour lesinstallationsdu chantier,les stoôkages,etc.

2.1.2.2L'hydrologie

il estindispensabled,en connaîte parfai_

solide,charriageéventuelde chocs,le plui granddanger

plus iréquËnted,effàn_ fondatiônspermettent

d'éviter ce type d'accident,mais ra connaissancede ra hauteurd'affoui ement auvoisinagedesappuisestindispensablepourconduirerescarculsjustificatifs avei iotentielle le niveau

sûr,à limiter autantque

possiblele nombre des appuisen site aquatique,pour d'évidentesraisonséconomiquès.

de rigueursouhaitable.D'une manièregénérale, on cherchera,bien

drementde ponts sur un cours d'eau. Les techniquesmodernesde

Dansle casdu franchissement d'un coursd'eau,

tementle régime : fréquenceet importancedescrues,débit

corp-sflottantssusceptiblesde heuner les piles. Mis à part les

résidedansles affouillements,qui furent, par te passé,la causela

2.1.2.3 lA reconnaissancegéotechnique

La reconnaissancegéotechnique doit êtremenéedepair

par étapessuccessives: à partir d'une cartegéologique, ou des résultatsde

sancegéologiquegénéraledu tracéroutier incluant le projet de pont, un premier choix du

avecl'élaborationdel,avant_projet,

la reconnàis_

J8

CONCEPTIONDES PONTS

type d'ouvragepeut ètreeffect\téo prio,'i, comportantuneou plusieursesquisses: c'est le stadede l'étude préliminaire.Cettepremièreorientationpermetde localiserles sondages qui ferontI'objet dela reconnaissancenormalelors del'établissementdeI'avant-projet.Les sondagescomprennentdescarottagesavecprélèvementsd'échantillonsintacts,desessais pressiométriqueset des essaisau pénéhomètre.Des techniquesde reconnaissanceplus sophistiquées(sismique-réfraction,parexemple)peuventêtrenécessairesdanscenainscas, parexemplepourla recherchedeplansdeglissement Potentiels danslesformationsdepente en zonemontagneuse.Les résultatsde la reconnaissancesont interprétéspar un experten mécaniquedes sols,qui recommandeun mode de fondation, un niveau à atteindreet un niveaude sollicitationdu sol ànepasdépasser.A partir decesdonnées,unchoix plusprécis peutêtrefait,qui doit permettredefixer définiûvementla conceptiond'ensembledel'ouvrage projeté.Au niveaudu soldefondation,uneattentionparticulièredoit êtreapportéeauxacci- dentstels quefailles ou karsts,qui peuventdonnerlieu à desmajorationsde coût énormes à l'exécution s'ils n'ont pasétédécelésen tempsutile.

Il faut noterquela précisionrequisepour I'analysedu terrainde fondationcréeun obstacle à la présentationdevarianteslorsquecelles-cicomportentun chângementdela localisation desappuis: lors dela comparaisond'une varianteavecle projetdebase,il y a lieu d'ajouter au prix decelle-ci le supplémentde dépenseà prévoir pour les sondagescomplémentaires, et de tenir compteéventuellementdu délai nécessairepour lesmettreenoeuvreet lesinter- préter. On tiendra compte, enfin, le cas échéant,du mode de fondation retenu pour des ouvragesvoisins,et de leul comportement,qui peut être la sourcede renseignementspré- cieux.

2.1.2.1Lesoctionsnaturellessusceptiblesde solliciter unpont

Outre I'action d'un coursd'eau mentionnéeplus haut,Iesauhesactionsnaturellessuscep- tibles de solliciter un pont sontles suivantes:

- le vent,dont la forcepeutêtreaccruedansle casd'une valléeencaissée ;

- la neigeet la glace ; les séismes,considéréscommedesactionsaccidentelles ;

- la houle dansle casdu franchissementd'un estuaireou d'un brasde mer,ainsi que les embruns,et de façon générale,I'action agressivede l'atmosphèremarine. Dans ce derniercas,desdispositionsconsûuctivesappropriées(enrobagesdesacierspas- sifs,choix d'un bétonà hautesperformances)doiventêtreexaminéesen détail.

2.1.3Lesdonnéesfonctionnelles

Afin denerien omettre,il convientdedresserà l'avancela liste desdonnéesindispensables pour entreprendrel'étude ; cetteliste comprend:

le tracéen plan ;

- Ie profil en travers,tenantcompte éventuellementd'élargissementsultérieurs(cepen- dant,il est souventillusoire de tenir compteà l'avancede cettepossibilité,car le prix d'un

I-q démarche de conception d'un pont

39

ouvrageélargissableesthès peudifférent de celui de I'ouvrage construitdirectementavec salargeurdéfinitive) ;

- le profil en long ;

- leschargesd'exploitation, normaleset exceptionnelles ;

- leshauteurslibreset ouvenuresà réserver(route,voie fenée, voie navigable) ;

- la qualitéarchitecturale ;

- les sujétionsde construction,qui peuventêtrede naturetrèsvariée: délaisde construc- tion, coût relatif de la main-d'æuvre et des matériaux,disponibilité des granulats et du clment,etc.

2.2 - CHOIX DU TYPE D'OUVRAGE

2.2.1La problémâtiquedu choix

Pourfranchir unebrèchedonnée,le concepteurrecherchenormalementla solution la plus économiquerespectantles contraintesimposéesdont la naturepeutêtre trèsdiverse. pour aboutiraumeilleurchoix, il doit d'une partbien connaîtrel'éventail dessolutionspossibles, avecleurssujétions,leurslimites et leur coût, et d'autre part êtreen mesurede recenseret d'évaluerlescontraintesavecla plusgrandeprécisionpossible,afin delimiter aumaximum lesaléaspendantl'exécution.

Dansle domainedesouvragesd'art, commedansbien d'autresdomaines,la solutiond'un problème n'est pasunique,En général,un maîtred'æuvreétablitun dossierdeconsultation desentreprisessurla based'un projetplutôt classique,faisantappelà destechniqueséprou- vées.Le modedeconsultationsuit,la plupan du temps,la procéduredeI'appel d,offresres- trelnt,avecou sansconcours.S'il n'y a pasdeconcours,le règlementparticulierde I'appel d'offres peut autoriserles enheprisesà présenterdesvariantesde conceptionou d,exécu- tion : la concurrencen'est ainsi pas limitée, ce qui constituepour le maître d'iÊuvre une garantied'obtenir un prix raisonnable.Chaqueenheprisesaitqu,elle ne peut devenirtitu_ laire du marchéque si elle remetuneoffre financièrementattractive,et comme lesprix de revient unitairesdes matériauxet de la main-d'ceuvresont sensiblementles mêmespour tous,elle va chercherà surclassersesconcunentsparla supérioritéde satechniqueet I'ori- ginalité de sesidées.Les variantesde conceptiondonnentsouventlieu à des projetsplus tendus,et certainsmaîtresd'æuvrepensent,parfoisàjustetitre,qu'ils constituentun danger par le dsque techniquequ'ils comportent.Certes,par le passé,un certainnombrede pro- jets-variantes présentéspardesentreprisesont donnélieu àdesdésordres.Mais cen'est pas la procédurede I'appel d'offres avecvariantesqui doit êtremiseen cause: I'ouverturedes variantesfavorisela compétitiontechniqueentle lesentreprises.Mais cesvariantes,surtout lorsqu'ellessonttrèsoriginales,doiventêtreétudiéesavecbeaucoupde soinau momentdu jugement desoffres, ce qui supposeI'intervention d'un bureaud'étudestrèscompétentet possédantlesmoyensdecalculappropriéspourenvériherrapidementla viabilité.Enrésumé,

10

CONCEPTIONDESPONTS

lesentreprisesdoiventpouvoir exprimerleur créatiYitéet leur imaginationsousle contrôle d'un maitre d'(Êuvrecompétent.

En tout étardecause,lesvariantcsmineuresd'exécutiondoiventtoujoursêtrepossibles.En etÈ1.chaqueentreprisespécialiséedansla constructiondespontsdisposede matérielsspé-

cillques : poutresde lancement,coffiages,équipagesmobiles,avancbecsmétalliques'sys-

tèmesde

qui nesontsouventquedesimplesadaptationsduprojetdebaseétab1iparle maîtred'ouvrage'

foussage, etc.,qu'elle chercheàréutiliser,cequi I'amèneàconcevoirdesvariantes'

2.2.2Un bref panoramadesprincipauxtypesd'ouvrages

La portéed'un ouvrageàuneseuleouverturc,ou la portéedéterminante (c'est-à-direla plus lonlue) d'un ouvrageà plusieursouvertures,estun facteurdéterminantdu type d'ouvrage'

bienqu'elle constituesouventelle-mêmeI'un desélémentsprincipauxdu choix Nous pas- sonsen reuue,ci-après,les différentstypesde pontsdont certainsserontétudiésen détail

dansles chapitres qui suivent

premièrecatégorieest celle des petits

passagessousremblai, util