P. 1
9 Flexion Sect en T ELUet ELS EC2

9 Flexion Sect en T ELUet ELS EC2

|Views: 79|Likes:
Publié parUsthb Rili

More info:

Published by: Usthb Rili on May 03, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/23/2013

pdf

text

original

1

FLEXION : M s
Cas des sections en T
Calcul aux E.L.U.
Vérification aux E.L.S.
Sections minimales
ΕΝ 1992 ΕΝ 1992 ΕΝ 1992 ΕΝ 1992− −− −1 11 1− −− −1 ( 1 ( 1 ( 1 (EC2) )) )
E.L.U. SECTION 6
E.L.S. SECTION 5
Cours
Séance 9 : FLEXION : M
6. États-limites ultimes (ELU)
6.1 Flexion simple et flexion
composée
7. États-limites de service (ELS)
7.2 Limitation des contraintes
7.3 Maîtrise de la fissuration
7.3.2 Sections minimales
d'armatures
7.3.3 Maîtrise de la fissuration sans
calcul direct
7.4 Limitation des flèches
7.4.2 Cas de dispense du calcul
E.C. 2
Section 5 et 6
Flexion M σ σσ σ
Séance 9 : Poutres (section en T)
Calcul E.L.U.
Vérifications E.L.S. et calculs E.L.S.
Dispositions constructives : Armatures minimales
2
EC2 Acier et Béton + Adhérence
Adhérence
EC0 et EC1 Sollicitations E.L.U. M
u
, N
u

Sollicitations E.L.S. M
ser
, N
ser

Charges permanentes
Charge variable de base
Charges variables d’accompagnement
Intérieur : Matériaux
Extérieur : Actions
∑ ∑
≥ >
+ + +
1 1
, , 0 , 1 , 1 , , ,
" " " " " "
j i
i k i i Q k Q P j k j G
Q Q P G ψ γ γ γ γ
3
www.inforgenie.ca/ci/softek_fr.html
4
Modélisation numérique des poutres en Té
5
Poutre en T
Terminologie EC2




Il est possible pour une section en travée
d’une poutre d’associer une partie de la
dalle du plancher (les hourdis) à la
nervure afin de reprendre les efforts de
compression en partie haute de la poutre.
La section en T obtenue est alors
beaucoup plus résistante.



b
eff

b
w

nervure
hourdis
Table de
compression
Plancher
Retombée
de Poutre
6
En raison du monolithisme des réalisations en Béa, les nervures et poutres de
renfort de dalles ne sont pas toujours calculées comme des poutres rectangulaires
mais bien comme des poutres en Té, en considérant que la dalle « collabore » à la
flexion de la nervure en tant que « semelle » comprimée. La surface de
compression offerte par cette dalle est très importante et permet donc un
dimensionnement particulier.
7 8
LARGEUR COLLABORANTE : largeur de la table de compression
La largeur de dalle participant effectivement à la flexion de la nervure n'est pas facile à
déterminer. On conçoit aisément que les parties de la dalle travaillent d'autant moins qu'elles
sont plus éloignées de l'axe de la poutre et que la dalle est mince vis-à-vis de la nervure.
En fait, des études ont montré que la détermination de la largeur efficace (ou collaborante) beff
de dalle dépendait des paramètres suivants:
• nervure isolée ou non
• système statique de l'élément (Iso- ou Hyperstatique)
• mode d'application des charges (Réparties ou Concentrées)
• rapport de l'épaisseur de la dalle à la hauteur utile de la poutre
• rapport de la longueur de l'élément entre points de moment nul à la largeur de la nervure
• rapport de la longueur de l'élément entre points de moment nul à l'écartement entre
nervures
La valeur L
0
, ou distance entre points de moment nul est la longueur de flexion positive (dalle
comprimée) dans le cas d'une poutre hyperstatique. La largeur collaborante ne peut bien sûr
dépasser la largeur réelle de la table, soit, dans le cas de nervures multiples, l'entredistance
entre celles-ci.
9
Largeur de table de compression
(Poutres en Té)
b
eff,i
b
eff,i-1
10
Largeur participante des tables de compression (EC2 5.3.2.1)
11
(1)P Dans le cas des poutres en T, la largeur participante de la table
de compression – sur laquelle on peut admettre des conditions de
contraintes uniformes - dépend des dimensions de l'âme et de la
table, du type de chargement considéré, de la portée, des conditions
d'appui et des armatures transversales.
(2) Il convient d'établir la largeur participante de la table de
compression en fonction de la distance l
0
entre points de moment
nul.
Note : Pour la longueur l
3
de la console, il convient de ne pas dépasser la moitié
de la portée de la travée adjacente ; et il convient par ailleurs de limiter le
rapport de deux portées adjacentes à des valeurs comprises entre 2/3 et 1,5.
Largeur participante des tables de compression (EC2 5.3.2.1)
12
TABLE DE COMPRESSION
La largeur de la dalle qu’on peut associer à
une poutre est définie par une largeur
notée b
eff
:
l
0
représente la distance entre point de moment nul
b
i
représente la demi portée de la dalle entre poutres

+ =
i eff w eff
b b b
,
0
0
,
0,2
10
2 , 0 ℓ

× ≤ + × =
i i eff
b b
13
Flexion simple : Sections en T
(avec table de compression)
E.L.U. : États Limites Ultimes
E.L.S. : États Limites de Service
d
x
u
A
b
w
b
eff
h
f
h
Calcul en Flexion : Cas de la section en T
14
Pivots à l’E.L.U. en Flexion : A et B
d x
u
× = α αα α
Dans les diagrammes, les dimensions sont normées par la hauteur utile d.
Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
d x
u
× =α αα α
15
Soit une section en T soumise à un moment
fléchissant sollicitant M
sd
Les efforts internes M
rd
doivent au moins
équilibrer le moment sollicitant de calcul M
sd
E.L.U. M
rd
= M
sd
= M
u











d
h
f

b
eff
b
w

A
h
x
u

f
cd

0,8 . x
u

N
s

Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
z = d - 0,4.x
u
z
16
R.S. pour le béton
Les équations suivantes sont valables dans le cas où l’axe neutre se situe
dans la nervure (en-dehors de la table de compression) : on a alors 0,8 . x > h
f
Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
Bilan des efforts normaux sur la section
Nervure comprimée N
bc
(N) = 0,8 . x . b
w
. f
cd
Hourdis comprimés N
bc
(H) = (b
eff
– b
w
) . h
f
. f
cd
Aciers tendus N
s
= A . f
yd
Equilibre de la section : P.F.S.
N
u
= 0 = N
bc
(N) + N
bc
(H) - N
s
M
u
= M/c.d.g.A = N
bc
(N) . (d – 0,4 . x) + N
bc
(H) . (d – h
f
/2)
17
Moment de référence : M
Tu
La section considérée est à calculer en section
en T, si l’axe neutre se situe dans la nervure.
Pour cela, on évalue le moment repris par la
seule table de compression, M
Tu
0,8 . x
u
= h
f
|
|
¹
|

\
|
− × × × =
2
f
cd f eff Tu
h
d f h b M
Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
18
Discussion : M
u
> ? < M
Tu
• Si M
u
≤ M
Tu
alors 0,8 . x ≤ h
f
(l’axe neutre est
dans la table)
Calcul d’une
section
rectangulaire de
dimensions b
eff
* h
Attention : d peut diminuer, prendre d <= 0,9 x h
d
x
A
s1
=A
b
w
b
eff
h
f
h
• Si M
u
> M
Tu
alors 0,8 . x > h
f
(l’axe neutre est dans la nervure)
Calcul d’une section en T
Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
19
Calcul d’une section en T
M
u
> M
Tu
et donc 0,8 . x > h
f
d
x
A
b
w
b
eff
h
f
h
Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
20
Méthode de calcul d’une section en T à l’E.L.U.
La section est décomposée comme suit :


= +




nervure ( N ) Hourdis ( H )

Sollicitation agissante
M
u
= M
Nu
+ M
Hu


Aciers tendus
A = A
N
+ A
H


Avec: • M
Hu
= ( )
( )
Tu
eff
w eff f
cd f w eff
M
b
b b h
d f h b b ×

=
|
|
¹
|

\
|
− × × × −
2

• M
Nu
= M
u
- M
Hu


Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
21




cd w
Nu
u
f d b
M
× ×
=
²
µ

) 2 1 1 ( 25 , 1
u u
µ α × − − × =
z = ) 4 , 0 1 (
u
d α × − ×


yd
Nu
N
f z
M
A
×
=
yd
f
Hu
H
f
h
d
M
A
×
|
|
¹
|

\
|

=
2


Section totale d’aciers : A
s1
= A = A
N
+ A
H


Armatures équilibrant M
Nu

Armatures équilibrant M
Hu

Calcul des armatures (section en T à l’E.L.U.)
Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
22
Remarques :
• Dans cette méthode de décomposition de la
section en T en deux sections fictives, les
hourdis travaillent à leur maximum et équilibrent
M
Hu
. La nervure doit équilibrer le surcroît de
moment M
u
– M
Hu
.
• Il peut arriver que le béton de la nervure soit
insuffisamment résistant et nécessite alors
l’ajout d’armatures comprimées (cas très peu
probable).
Calcul en Flexion à l’E.L.U. : Cas de la section en T
23
Flexion simple : Sections en T
(avec table de compression)
E.L.U. : États Limites Ultimes
E.L.S. : États Limites de Service
d
y
1
A
b
w
b
eff
h
f
h
Calcul en Flexion : Cas de la section en T
24
• La justification porte sur les contraintes
– un état limite de compression du béton
– un état limite de traction des armatures
• La justification porte sur les une ouverture
limite des fissures (w
MAX
≈ 0,2 à 0,4 mm).
Mais il faut aussi vérifier les armatures minimales !
• La justification porte sur la flèche
Poutres en T en flexion simple à
l’E.L.S.
Principe du calcul
Calcul en Flexion à l’E.L.S. : Cas de la section en T
25
Justification des contraintes
• Combinaison d’action rares G + Q
• Béton en compression
σ σσ σ
ccMAX
= f
b1
= k
1
x f
ck
= 0,6 x f
ck
dans les parties exposées à des
environnements correspondant aux
classes d'exposition XD, XF et XS
• Acier en traction
σ σσ σ
stMAX
= f
s1
= k
3
x f
yk
= 0,8 x f
yk
Calcul en Flexion à l’E.L.S. : Cas de la section rectangulaire
26
Justification de l’ouverture des
fissures
• Combinaison d’action quasi-permanente
G + Ψ ΨΨ Ψ
2
x Q
• Ouverture maximale des fissures
w
MAX
= 0,2 à 0,4 mm
Φ ΦΦ Φ
MAX
et s
t MAX
pour les armatures pour ne
pas faire de calculs en respectant A
mini
Calcul en Flexion à l’E.L.S. : Cas de la section rectangulaire
27
Nota Bene : Annexe Nationale France
0,3 mm devient 0,25 mm en XC2 à XC4
0,2 mm en XD1, XD2 et XS1, XS2
0,15 mm en XD3 et XS3
E.L.S.
28
E.L.S.
29
Section minimale d'armature (EC-7.1)
A
smin
.σ σσ σ
s
= k
c
.k.f
ct,eff
. A
ct
A
ct
: Aire de la zone de béton tendu.
La zone tendue est la partie de la section dont le calcul montre
qu'elle est tendue juste avant la formation de la première fissure,
σ
s
: Contrainte maximale admissible = f
yk
,
f
ct,eff
: Résistance à la traction du béton effective au moment
supposé de la formation des fissures ( ≈ 3 MPa)
Dans les cas les plus courants l’EC2 conseille : f
ct,eff
= f
ctm
E.L.S.
30
Justification des flèches
• Combinaison d’action quasi-permanente
G + Ψ ΨΨ Ψ
2
x Q
• f/l < 1/250 en général
• Pas de calcul si l/d respecte des
conditions particulières. (cf. cours sur
hypothèses E.L.S.)
Calcul en Flexion à l’E.L.S. : Cas de la section en T
31
Calcul des contraintes à l’E.L.S.
dans une section en T
Les données sont :
• Les sollicitations (M
u
et M
ser
) sous combinaison choisie
(rares pour les contraintes et quasi-permanentes pour
l’ouverture des fissures)
• La géométrie de la section(b
eff
, b
w
, h, h
f
, d, d’)
• Les contraintes limites des matériaux (f
b1
, f
s1
  Tableau
7.2 EC2)
• Les sections d’armatures (A et A
c
)
La justification consiste à montrer que :
• la contrainte de compression du béton σ σσ σ
bcMAX
≤ ≤≤ ≤ f
b1
• la contrainte dans les aciers tendus A σ σσ σ
st
≤ ≤≤ ≤ f
s1
Calcul des contraintes à l’E.L.S. dans une section en T
32
Section homogénéisée réduite
α αα α
e
= n = 15 pour l’acier
non prise en compte du béton tendu











σ σσ σ
bcMAX



y
σ
pente K = (σ
bc
/y
1
)
d
h
f

b
eff

b
w

A
s1

h
y
1

Soit σ σ σ σ = K x y avec K : coefficient de la droite de contrainte ramené à du béton,
donc σ σσ σ
bcMAX
= K x y
1
et σ σσ σ
s
/ n = K x (d - y
1
)

On définit une section homogénéisée (ramenée à du béton) pour que le diagramme des
contraintes ci-dessus soit encore applicable.

n est le coefficient d’équivalence acier/béton pris en général égal à 15
Calcul des contraintes à l’E.L.S. dans une section en T
Pour un calcul plus précis, remplacer n=15 par n = α
e
∈ [ 6 ; 24 ]
33
Position de l’axe neutre y1
La valeur de y
1
est donnée par l’équation
d’équilibre de la section en effort :
( ) 0
)
2
( ) (
2
1 1
1
2
1
= − × × × −
− × × − × +
×
×
y d A n K
h
y h b b K
y b
K
s
f
f w eff
w
Or K ≠ 0 → →→ → équation du deuxième degré dont la
solution mécaniquement acceptable (y
1
)
est unique
y
1
Calcul des contraintes à l’E.L.S. dans une section en T
Σ ΣΣ ΣF/x = 0
34
Moment quadratique de la
section homogénéisée : I
1
Le moment d’inertie est calculé par rapport à l’Axe
Neutre de la section homogénéisée réduite.
)² (
3
) (
) (
3
1 1
3
1
3
1
1
y d A n
h y
b b
y b
I
s
f
w eff
eff
− × × +

× − −
×
=
I
1
Calcul des contraintes à l’E.L.S. dans une section en T
35
Calcul de M
ser
En Flexion simple M est constant dans la section, M
ser
calculé à la fibre neutre donne :
( )
( ) ( )
( ) [ ] ( )
1 1 1
1
1
1
1
1
1
3
2
2
) (
3
2
2
y d y d K A n
h y
h y
K h y b b
y
y K
y b M
s
f
f
f w eff
eff ser
− × − × × × +
|
¹
|

\
|
− × ×
(
¸
(

¸

(
¸
(

¸

× × − × − −
|
¹
|

\
|
× ×
|
¹
|

\
| ×
× × =
Soit en simplifiant : M
ser
= K x I
1
Calcul des contraintes à l’E.L.S. dans une section en T
K=M
ser
/ I
1
36
Expression des contraintes normales
La distribution des contraintes dans une section droite suit la loi
σ σσ σ = M
ser
/ I
1
x y
contrainte dans le béton
contrainte dans les aciers tendus
1
1
y
I
M
ser
bcMAX
× = σ
) (
1
1
y d
I
M
n
ser
st
− × × = σ
Calcul des contraintes à l’E.L.S. dans une section en T
37
Et pour une section rectangulaire !
Pour une section rectangulaire…
prendre les mêmes formules
avec b
eff
= b
w
= b
( ) 0
2
1 1
2
1
= − × × × −
×
× y d A n K
y b
K
s
)² (
3
1 1
3
1
1
y d A n
y b
I
s
− × × +
×
=
M
ser
= K x I
1
d’où les contraintes…
38
EFFET DE LA POUTRE EN TE
Si l'on compare comment un même moment de flexion est repris par les forces internes entre
une poutre rectangulaire et une poutre en Té, on peut, en utilisant des notation symboliques de
lettres majuscules F et Z pour représenter de grandes valeurs et f et z pour les faibles valeurs,
mettre en évidence l'effet de la dalle en tant que semelle de compression. A égalité d'effort de
flexion, une poutre en Té peut donc être moins haute. On remarque en conséquence que les
efforts internes y sont importants, ce qui, du coté de l'acier amplifie encore l'inconvénient
technologique évoqué ci- avant de positionnement des armatures.

39
Exercice flexion section en T (EC2)
Matériaux
• Béton C25/30
• Acier B500B

Chargement
Charge variables réparties : q = 10kN/m
2

Immeuble d’habitation ψ2 = 0,3

Environnement : XC2

Simplification α = n = 15


Pour la section la plus sollicitée
• Déterminer les armatures
longitudinales à l’E.L.U.
• Faire une vérification de cette
section vis-à-vis des E.L.S.
• Faire un schéma de ferraillage

40
Exercice flexion section en T (EC2)
à faire chez vous !
? Φ 25 en acier B500B
Béton C25/30
Calcul de A
u
pour :
1. M
u
= 800 kN.m
2. M
u
= 1000 kN.m
3. M
u
= 1200 kN.m
4. M
u
= 1400 kN.m
Conclusions
Pour Mu =1000 kN.m
M
ser_rare
= 714 kN.m
M
ser_quasi permanent
= 450 kN.m
vérifier la section choisie aux E.L.S.
m MN
h
d f h b M
f
cd f eff Tu
. 976 , 0
2
2 , 0
5175 , 0 7 , 16 2 , 0 7 , 0
2
= |
¹
|

\
|
− × × × =
|
|
¹
|

\
|
− × × × =
A vérifier !
,

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->