Vous êtes sur la page 1sur 16

25«

Anade.

Yenè de 1921

Boune anade!

L'an 1920 que s'éy ahounat héns l'escu dou desbroum. Que-m troumpi ! Héns l'escu, o ! Dou desbroum, nou !

cô coum û amie

qui a pourtat tan de gauyou en Biarn e pèr Gascougne. Pensats doun. Las counferénees de letradure biarnése a l'Escole Nourmale ! Las hèytes patrioutiques dou Parsâ a Mountané e a Lembeye. E l'arcoélh de tan grane nautat de l'Escole a Maubourguet, hèstes

esmiragglantes, haunous tringlantes a la loéngue e a la pélhe nassiounau, a la Rèyne de l'Escole, causide pèr l'Escole, e qui tan beroyemén a pourtat l'haunou e lou pés de la reyautat. •Puch lou teâtre nouste qui a flamboureyat dab Pansard e Lama- grére, Loti Crit de la Race, Ço qui demoure, La Hilhe de Massicam

pertout oun se cante la

Que s'estera, lou beroy,

au houns

dou

nouste

e Lou

Franchiman

qui

troben toustém

Patrie.

Be

anade de choès : qu'où goarderam.

bedéts

plâ

que

s'at bau

de

goafda lou

soubiéne

d'aquére

1921. Que so qui sera ère?

Autan beroye coum la soue so mieyoune s'ahide. Qu'aneram arrebibe û passât grandious au rebat de la Tou de Mouncade, en Orthez la beroye. Qu'y trouberam, a cade pas, lou soubiéne dou nouste gran patrou lou biscounte Gastou-Febus ; tabé dous yénses debisedous e escribâs : Adrién Planté, Catdet de Hourcadut, Nostradamus, Yan dou Bousquet e Seignor. Deban- teyats pèr û Mayre, aymadou de la tasque e de las tradissious qui l'an hèyte tan amistouse, la yén que-s heran bères aumenances e labéts, encoère û cop, be s'en y parlera dou poun d'Orthez. En Bigorre, que s'y aparie ûe hèyte de grane nautat « l'inaugu- rassiou » dou Musée regiounau de Lourde p'ou Ministre dous Bèths-Ars e l'Escole qu'y aura bère place. E ad arroun la rebiscoulade de la boune aubèrye dou téms passât

pèr la plane e

enta-us touristes, a prêts d'amies ;

e lou

councours

la

mountagne dou biladye escriquat, « le village coquet. »

Tout aquero que ba ha counéche,

flouri, ayma mayemén Biarn

e

Bigorre. Lou cô plèy de gauyou e d'ahide, boune anade doun ta la Patrie,

'

Boune anade ta l'Escole. Boune anade ta-us Escouliès, enta tout so de lou.

Anade dousse e amistouse ta la Rèyne nouste e ta-us boutous d'arrose qui l'an hèyte coum û parterre de rèys. Pramou que eau esta dehèt capulats, dehèt pitats s'ous esperous, enta youi de tan de causes nauticouses.

BIARNÉSES

E

BIARNÉS,

J.-V . LALANNE.

La Soucietat regiounaliste qu'a embitat l'Escole Gastou-Febus enta biéne assiu ha enténe û piupiu de la soue cansou. Gauyou de Biarnés amistous : que-m hè gay de dise-lé gran mercés. Més que serén lous felibres, nou pas feaus més faus e courtés se poudèn decha créde û moumén que biénen hesteya la hèyte de force qui lou rèy de France, Luis, tretzau de noum, e hesou p'ou més de hoèytou de 1620, en yuntan, a maugrat dou sou boulé, lou Biarn dab la France. Biarn qu'ère û puble libre, que-s hesè la soue lèy éth medich, p'ou canè dous Estais : nade charye n'ère lhebade, nade despénse hèyte sounque p'ou sou ourdi. Badoun en las causes suriouses de la poulitique, lou Rèy que prenè l'abis de l'amassade nassiounau. E lous fièrs Biarnés que disèn so qui pensaben chéns nad aute tesic sounque lou dou peys. Que eau drin béde quin resounan s'ou maridadye d'ûe princésse de nouste dab lou duc de Clèves, barran la bie a l'Aleman e demandan l'assoussiance dab û prince de France. Aquéth abis au Rèy qu'éy û mounumén de sayésse, d'esprit e de libre debis qui ûe nassiou e déu esta fière de counserba coum û thesaur. E quoant n'y a de taus en las noustes archibes ! Cerquats-mé parières franquésses au sègle dèts-e-sètau, dou Rhin a la Mâ gascoune e de la Mà dou Nour a la Mâ dou Mieydie. Qu'y trouberéts melèu lou gat de nau coudes. Coustumes, usadyes, libertats, pribilèdyes, lèys de tout escantilh, tout aquero qu'ère serbit pèr ûe loéngue beroy debisante, qui bibè d'ère mediche, chéns emprouns au besî ; qui disè cla coum lou cristau, e nét coum û boutou d'arrose so qui abè a dise. Loéngue benedite qui la may e gourguéye au barso dou may- nadye; qui l'esperan, dab û beroy poutou, e couchcouchéye a l'aurélhe de l'espérante ; e qui lou biélh, en prenén la bie d'ûe nabère patrie, escoute coum ûe ahide de bounhur e ûe counsou- lassiou.

3

Pèr Biarn que disen que l'estére que-s sémble ta-u hust. Biarnés, ourgulhous dous bostes arrepourès, pèr û cop bachats lou cap e dechats biéne lous bermelhous a las poumétes. Luis XIII que-s semblàbe ta-u nouste Henric toutû coum lou coucuth enta l'agasse. Aquéste que yure lou for e que goarde lou respèt de las noustes franquésses. L'aute, la miasse a la bouque e la canaule murtère a la mâ que-s raube lous noustes pribilèdyes e qu'estupe la luts biarnése dab l'escurade de France. Méy qu'aquero encoère, que porte ûe mâ sacrilèdye sus so qui abém de méy precious au mounde, la loéngue nassiounau. Hurousemén lou puble de Biarn que respounou au Rèy puchan :

Lou tou poudé que s'estanque au nouste pourtalè; e, au cout dou hoéc, que sauba l'esprit e l'amne dou Biarn en sauban la soue loéngue. U Biarnés de bou trém e pot doun créde bertadèremén que siem baduts Francés pèr 1620, mercés au boulé malecarous d'aquéth rèy autan mahutre coum chéns counssiénce e chéns haunou ? Nou ! û sinnét balhat de force, en boune yustici, n'a yaméy coundat. Francés qu'en èrem de toustém a yaméy, pèr parentat de races, pèr intrès e pèr aliances. Francés, qu'en èm estais de cô e d'esprit e d'amne desempuch la grane Reboulussiou qui a balhat a la France las libertats e l'ana poulitique dou Biarn antic. E la petite patrie, pèr labéts, que badou tan e tan aymadoure de la grane que lous noustes pouètes qu'an poudut dise e escribe que d'esta Biarnés qu'éy esta dus cops Francés. Toutû aus qui s'estouneran de béde que nous felibres, aymadous de la loéngue de case e de las biélhes libertats dou Biarn, e-s siem amassats oèy dab bous auts, regiounalistes qui hesteyats û die oun ne troubam pas, nous, malaye ! sounque soubiénes de dôu, ad aquéths qu'ous respouneram :

Regiounalistes e felibres ne s'èm pas lhèu apoudyats dou medich pè ; més qu'en bam ta-u proufièyt e ta l'engragn dou Biarn pèr la mediche bie. Prou qu'en y a atau enta que s'abienim amasses.

Arroun û prougram d'acciou coumune dab aquéstes dus dises :

Deberam dou sièti oun s'y hè de tan beroys debis e anam ta-u puble. Puch :

Atendém dous homis poulitiques noustes ûe regiou beroy adou- bade, més ne-s desbroumbim pas la mustre dous pays, Ayde-t-y, moun homi, Diu que t'aydera ! J.-V. LALANNE.

POUESIE

Nèu

La nèu ! Tout trauès dou cèu gris, En tourneja coumo boulugos, Caijen sas flous, gaujous debis. Aubrot tourrad que t'espouïugos, En tchin cas au as-tu lourid Ì Tchin andjoulet, damb sa maneto, En reguinna ta segoutid Sou campèst blanc coum' io niueto Ì

Nèus ! Lou bent da soun poutet

As floucods blancs que sauturlejen,

Saunes d'amou transids pou fred

Que caijen dret e picoutejon. Bous malasis lou san-larè,

E lou parsant que bous eigobio

Quan amantads apèi heure Lou campèst blanc coum'' uio nobio !

La nèu ! Mascagn ! A grans bourroulhs Que la bentorio biroulejo, Amatigo damb sous remoulhs Lou brumbe pèc que cascarejo. Linsso de dol, darrè linsso Oun s'amago sa Doulou horto Tchin Espoèr renauis lou so Dou campèst blanc coum' uio morto !

(Parla de Loumagno)

Crouniquéte

set^ya-

dous

Paul

SABATHÉ.

Reclams

L'Uniou regiounaliste qu'a boulut hesteya lou Ters-Centenari de l'uniou dou Biarn à la France. La brèspe dou dissatte (n dou Mes mourt) que y abou à Lesca counferénce de Mous de Funck-Brentano de Paris e cants biarnés dous escouliès de l'Escole Nourmale. Hens la maytiade dou

diménye,que hasèn à Pau, au Parc Beaumont, l'estrée de la hount

de

dues ores, las hèstes que-s coumpliben

au Castèt. Nou-ns en coste pas de dise que soun estades beroyes.

* # *

ibernibe amie débat

lou sou bèt cèu mounde de choès e counferenciayres e cantayres,

Gabard 1 e, despuch las

Hèstes qui-s debiren à Pau, quoan la sasou

(i) Mous de Simin Palay que déu, dens u N° à biéne dous Reclams, estudia l'obre de Vescultayre Gabard à toutes mas e suban las soues qualitats mayoures : tabé nou-n disém pas mey sus aquere inouguraciou.

hèstes qui sabèn presidades pous biarnés de ley, lou D°u Doleris e Léon Berard, que dében foursadamens sourti depla. E puch, qu'èm au brès dou nouste Henric. En entran hens la Crampe dous Estais e en l'espian acera, au cap de la sale, qui n'aboure pas credénce que lou hilh de la rèyne Yane qu'ère debarat d'acera hore ta èste de l'embit ? Nou s'entenèn pas lous arrenilhets dous sous aussalés ? N'ère pas la sounadisse pregoune dous cors de casse de Yelos ? Nou s'audiben pas la flahute e lou tambouri e las danses d'autes cops ? [Mountagnôus de la balée, bascous dou bascoat e gouyats dou Bic-Bilh, en bèste rouye, culote courte e guetrous, maynades en capulet rouy, yuste prim e chale ffourit, que hasèn passe-carrère e que dansaben : lou

Branlou, lou

Lou pople de Biarn que hasè l'aubade au maye dous biarnés e la lenga de la noyritud, coum dits Pèyre de Garros, la nouste glorie naciounau, qu'ère à l'aunou. Sus l'estrade que retreniben : Aquéres mountines, Roussignoulet, Lou pourtrèyt de ma berière, Duspastous à l'mimbrete, Berouyine, cantades per las daunes de la Schola Cantorum de Mous de Brisset. Lous prumès dou Biarn, lous caps- maysou dou Counselh municipau, dou Counselh yenerau, de la Cour d'appel, dou Lycée que y èren e tabé lous noustes cantadous :

Simin Palay, Eyt, Baudorre. Echemiats per la crampe, oun n'ana- ben pas de pès, be hasè dounc plasé d'y counéche aquéste e gn'aute :

Laborde lou nouste dinerè, A. Lacaze mèste dou nouste libiè, J. Cantou e Pomès de Nay, Eygun d'Aulourou, H. Pouyanne d'Orthez, Lasserre-Capdeville de Baigts, e Casassus e la soue familhe debarats esprès d'Aussau ta ha drin de prousey. E, tabé, Mêle Arnautou qui, bestide coum las maybounes, s'ère hèyte mar-

chante de paperous e de medalhes. Las cantes acabades, Mous Louis Ducla,

de l'ourganisaciou de las hèstes, que parle au noum de l'Uniou Regiounaliste, e en seguide, A. Riquoir, Vanvincq, Castay ; touts que demanden que Pau, lou die oun haran las regious, demouri la

ciutat capitale

Pantalou, lous Gibandriès

qui abou

lou maye pés

de

las

arribères

de l'Adou.

Puch

qu'ère Mous de Berard, ancien menistre, qui-:s lhebabe.

Que-m digouy : « Adès, daban la chourrère de Gabard, que s'y ey hèyt en francés. Que-s coumpren aquero, au Parc Beaumont, passey dous esbagats, dous richards e de l'anglesalhe qui-s pastou- réyen à l'arrayôu, mes, aci enter las murralhes ploumades e fignou- lades pous antics, au miey d'aqueres moumbrances sacrades qu'ey

en léngue mayrane qui debisara. » Ah, maynats, be-m troumpabi you ! Per aco, lou parlamen qui audibi qu'ère coupât de patacs de ma e qu'en èy goardat tan beroy e agradiu soubeni, que l'èy tournât de chourrupa dens lous yournaus de cade die. Per ma fé, qu'ey u discours qui bau d'èste estudiat. Embitat à rememouria lou cop de force doun abè la coupe « le

moins béarnais des

Berard e poudè balha

rasou aus qui disen : « Bibe lou rey ! » permou que-s hé lou rau-

enfants

d'Henri IV »,

6

badou de las libertats biarnéses ; e poudè, aquiu, da tout dret aus qui créden que la datte de 1620 n'ère pas lhèu pla causide ? Nou e nou. Qu'a doun hèyt miélhe que pla. Que s'ey eslurrat sus lous dies de malésse oun lou pech gran se cracabe lou petit. En òmi acoustumat à ha pataqueya louco de las hourrères, qu'a tirât dou puchéu lou hilh desestruc e n'a boulut abé coundes que dab lou pay, dab l'Henricou, dab l'eretè dous Gastous. Qu'en a dit :

« Puisque les dates et les textes nous contraignent d'évoquer un

épisode contentieux

comme la plus décisive de ces années capitales. La réunion du Béarn à la France ou de la France au Béarn remonte à l'avènement d'Henri IV. Cette année-là, un Béarnais, descendant de Saint-Louis, a sauvé la dynastie nationale et l'unité de la patrie. Le Béarn est entré en France pour restaurer la raison publique et le bon sens, qui étaient en très grand péril au pays de Rabelais et de Montaigne. La réunion de notre province se confond avec le service historique qu'elle a rendu à la nation. Telle est la vérité de l'histoire. » Despuch de Mous Léon Berard, qu'ey Mous de Doleris président de las hèstes, qui da lou darrè cop de campane dous discours ouficiaus, per u salut aus hilhs illustres dou Biarn. Qu'abém encoère lou gran gay d'enténe lou dise d'eslame de Daune Filadelfe de Yerde e las bouts amigues de Simin Palay, d'Eyt, de Baudorre. Qu'y debèn esta e qu'ous hen bère arcoelhance.

*

notre choix est fait et nous prenons 1589

#

*

Mes, lou Capdau de l'Escole Gastou-Febus n'y ère pas?

De dòu ha que l'Escole Gastou-Febus,

sou

Capdau, nou sie puyade sus l'estrade. La soue cadière qu'y demou- rabe boéyte.

Se Pau, coume at souhèyten, déu dauneyasus Biarn e Gascougne (e aco nou-s hara pas per u ourdi dou Menistre mes pou boulé dou nouste Pople) nou-s desbroumben que la nouste coumpagnie, quoan nou at semblara, qu'ey ue hourtalésse e qu'ey ue puchance poupularie s'en y-a nade. La Gastou-Febus qu'ey à nouste lou porte-drapèu dou Felibridye, lou Felibridye escole de balentie qui

en

la

persoune dou

cèrque pou bielh Passât lous naus ensegnaméns ;

lou Felibridye bouts 'de la Terre mayrane e amne de la naciou ; lou Felibridye qui hè de cadu dous noustes hilhs, broumbadous de l'istorie dous ancèstres, urous de quoan bençoun, soufrin de

quoan

martiris

sénte » e s'at calé

estoun

bençuts,

apòstous

de

« l'obre

Miquèu'de CAMELAT.

Yocs

flouraus

d'Orthez

Pouesie. a) Sudyèc impausat : Adrien Planté qu'arcoelh lous sous amies dens la ciutat de Gastou-Febus.

b) Sudyècs libres : Pouémis, cantes, sounets, etc.

Prousey. a) Sudyèc impausat : Lou Caddèt de Hourcadut badut

hère bielh ne hè pas mey poulitique, mes coume ayme toustem las beroyes causes dou Biarn, qu'a boulut béde la hèste felibrénque d'Orthez. Qu'y ey anat nou pas mey sus lou bourricou dou mouliè mes sus lou bros de l'arre-hilh, en coumpagnie d'û ahoalh de may- nadyes e de hémnes. Arroun la hèste qu'escriut la soue darrère létre a las dues gazétes d'Orthez. (Que troubaran endiques sus Hourcadut (Eugène Larroque) au n° 2 dous Reclams de 1920, 22 sos

pèr la poste,

demanda 7 u enso de Marrimpouey à Pau).

b) Sudyècs libres: roumans, noubèles, coundes, létres, etc.

Tradicious : Lou cèu, noums d'estéles e credénees poupularies.

Teatre. a) Pèce qui pousque èste yougade au Teatre de la Nature de Cauterés. b) Pèces à l'agrat dous counfrays.

La terre, lous

plants, lous arrasims, lous bis. 5 0 Art gascon : Herrades, filouses, landrès, toupis e toute la baterie qui-s trobe en ue maysou de Biarn e Gascougne, au choès

de cadu. 6° Musique :

accoumpagnamen, sus

aqueste cante poupularie :

4 0 Gloussari dous moûts qui

tagnen

à

la bigne :

Hica u ayre,

dab

ou

chens

Quoan

bos

gagna?

— Quoan bos gagna beroye pastourete,

Quoan bos gagna de goarda lou bestia?

.

E cent escuts moussu que-m eau !

—■ Trop bos gagna beroye pastouréte,

Trop bos gagna de goarda lou bestia !

— Nou-n digues mey, dèche-m esta )

Toute souléte dab moun bestia !

— Bos-te louga beroye pastouréte,

Bos-te louga ta goarda lou bestia i

— E o moussu, you-m lougarèy, \ , .

Boste bestia qu'où goardarèy ! ) 1 '

— U pa d'esclops, u debantau

)

)

,

)

Councours Escoulari

LYCÉES,

ESCOLES

MAYNATS

QUI

NOURMALES,

ESCOLES

SUPERIOURES,

AN

LOU

CERTIFICAT

D'ESTUDI.

*

a) Bira en langue mayrane :

L'Œuvre des

ancêtres

Enfant, ta famille existe depuis longtemps. Tu as eu beaucoup d'ancê- tres que tu ignores. De ces vieux parents, les uns ont vécu dans les forêts de la Gaule, d'autres ont lutté contre les Romains, d'autres encore ont

8

vu arriver les Barbares, et toutes les époques de l'histoire, tes aïeux ont travaillé, lutté, tantôt ici, tantôt plus loin, au hasard de la vie. Dans notre pays, les choses qu'ils ont faites aux champs, ou à la ville, sont innombrables ; beaucoup de gouttes de leur sang, qui est aujourd'hui le tien, ont coulé pour la défense du sol.

b) Bira en francés:

Las

hades

D'autes cops, las hades qu'eren à case dens lou gran bosc de Mourle ;

e per

débat de granes peyres lhebades.

entermiey de las agnestes

daurades e d'ous branous briulets.

Oumbres hoeytibes, hades bounes ou mauhasentes, que las aymabe ou

que las habè pou,

parsa. Bounes, que las bedèn p'ous sés

de May, bapous leuyères, bestides de

tulle blanc, quoan arroudaben à l'entour dous oustaus oun plouraben lous

maynadots fresc baduts ; mauhasentes que miaben a las galihorces e aus biroulets dou briu lou hagar qui las afrountabe.

de la bite de cadu, l'u cop amian

e que boulé coumplasé-las. Qu'eren la pouesie dou

que-s demouraben estuyades

à

l'acès

dous grans cassous touats

L'omi en tout

camina que las

endebinabe

Que belhaben a touts lous mouméns la yoye, e l'aute cop lou dou.

i

Dou

MELIANDE,

c) Counda en léngue mayrane ue leyénde, u counde tad arride, da ue

paye d'istorie de Biarn e Gascougne, ou encoère pintra u bielh mounu- mén, u corn dou païs beroy.

ESCOLES

PRUMÈRES.

a) Bira en léngue mayrane :

Ma petite sœur (ou mon petit frère)

J'ai une petite sœur, une compagne inséparable. Toujours nous marchons ensemble, la main dans la main. Lorsque nos sentiers aboutissent à une de ces planches étroites qui sont les ponts des minuscules rivières, nous nous tenons mieux serrés de peur que l'un ou l'autre ne tombe dans l'eau. Et souvent grâce à cette précaution, nous y tombons tous les deux ensemble.

b) Bira en francés :

La

Nenete

N'éy pas engoére hère grane Qu'ey la mey chine dou troupèt. Despuch la darrère semmane Qu'ey entrade hens l'an nabèt.

En se quilhan sus de las puntes Quoan de la taule ey au bèt ras, Qu'y atrape dap las mas yuntes E la regue dou cap dou nas.

Tirât de WAGNER.

Marna, théthè, qu'ey soun lengatye, Dus moûts, qu'ey prou : qu'ous dits chens dou. E s'ey menin leu sou bagatye Que hé coumprene ço qui bôu.

Quoan eau minya, de l'u ta l'aute Bèc d'auserou, bo mendica, De la mamâ, qu'ayme la haute Labets que l'oelh se bôu cluca.

Despuch la darrère semmane Qu'ey entrade hens l'an nabèt ; N'ey pas engoère hère grane :

Qu'éy la mounaque dou troupèt.

c) Parla

aymat.

en

Andrèu BAUDORRE.

léngue mayrane d'u frayrot, d'ue

serou ou d'u

nèn

DESSI.

qui

a) Lou Caddét de Hourcadut badut abuglc sus la fi, qu'ey miatpou

sou ca Labrit,

b) Herrades, filouscs, etc., coum au n° 5, Art gascon.

Coundicious dou Councours.

a) Que poden councouri tout cadu (à desparts dous mayouraus

dou Felibridye) medich lous felibres mèstes en gay-sabé ou hore councours dous noustes yocs flouraus, sus l'escadénce de las nouces d'aryent de la Gastou-Febus.

b) Lous prêts. De mey que las cinq cents liures auherides per

Mous lou D °u Meillon ta ûe pèce

de teatre que y'abera medalhes,

diplômes e libes se las obres s'at balen.

c) Lous mandadis que dében èste hèyts abans lou r' de May 1921,

so qui bôu dise que la

retardade de quoate més.

Lous de pouesie, teatre e prousey en dues couples, à M. Camelat, segretari, à Arrens (H.-P.) ; la musique, à M. Laborde-Barbanègre abouat, carrère Serviez à Pau ; las coumpousicious dou councours escoulari à M. Andrèu Baudorre, reyent à Sent Yan Poudye (B.-P.) ; lousdessis, à M. E. Lacoste, proufessou del'Escole dous Bèts-Arts, 15, carrère Peyronnet à Bourdèu ; las mustres d'art gaseou, à M. Eugène Larroque, banquiè à Orthez (B.-P.). Nade sinnature. Lous manuscrits que seran coum de coustume, dabanteyats d'u arrepoè ou debise e lou noum que sera estuyat dens u plec barrât. Que recoumandam hère hère aus pouètes l'arcoelh d'Adrien de Planté e aus prouseyadous la darrère létre de Hourcadut. Planté e Hourcadut que soun dus omis qui an mayemén hèyt ta la glori de

la loue ciutat d'Orthez.

teâtre bounê enta Cauterés qu'éy

pèce de

J .-V. LALANNE.

Las

IO

Létres

Lou nouste segretari qu'a

recebude

de

aquéste létre,

e, coume ey

qu'à u

adressade^à touts lous Escouliès

soulet, que-s despacham de l'emprima :

Gastou-Febus,

meylèu

AMIC,

Miela, T 2-1 1-20.

Lous p de Miela, toustem aganits ne m'an pas engoèro minjat! Toutu se pouderé arriba ! Tabès auan de mouri, bous mandi mous testamén :

Enta poudé trouba bien de nauèts counfrays à l'Escolo que-m sémble que caleré ^bouta taus Reclams i° lous membres dou counselh 2° lou noum dous de l'Escolo. En permè, aco que serbiré à counéche lous de qui soun de l'Escolo e

qui entre ets ne se counéchen pas. Après, bien d'amies de nosto obro e de nosto bèro loéngo saberén dab qui pouderen parla d'ero.

nauèts e libes

seren mandats en^boste libiè. Que soun noumbrousis, mémo lous de l'Escolo que ne saben pas lous noums dous counfrays. Per jou, recébi lous Reclams despuch 1913 e seri bien mut se-m caleuo dise un paquetot de noums. Anem, balhat-nous uo listo. U cop d'esquiro e ta Pasques u numéro dambe quauques imadyes : Ey cinquante francs tau dinerè per aco. Tout boste,

E boste[calam neVarresteré pas mes

de

bouta noums

E. BERNÈS-LASSERRE.

Mous de Bernès-Lasserre, que la boste boulentat que sie hèyte !

Enta Pasques

que

daram

en

suberpés la liste

sancére de l'Escole

Gastou-Febus.

M. C.

NABÈTHS

~<@>.

COUNFRAYS

Mlles Labarthe-Fardet (Léontine), à Urdès par Arthez. Labordenave (Aurélie), à Urdès par Arthez. Pinta, à St-Sauveur (H.-P.). MM. Cassou de St-Mathurin (René), 2, rue Henri IV, Pau. Prat (Joseph), instituteur, à Piets par Arzacq. Prat (Fernand), employé à la Compagnie du Midi, à Tarbes. Cazaux (Edmond), instituteur, à Sort ('Landes). Meiilon (D r ), à Cauterets (H.-P,). Martin (Henri), à Vic-Fezensac (Gers). Menot (Louis), à Artix. Camguilhèm (Louis), à Artix. Rey (Albert), à Audejos par Lacq, Somlhève (abbé), curé de Sévignacq par Arudy. Bibes (Adrien), contrôleur des douanes, à Adé (H.-P.) Mendiondo (Pierre), à Labastide-Murat (Lot). Dieusaboo (Paul), à Artix.

Pascau

d'Abadie

Quoan dens la brespade dou 5 de Setéme darrè à Maubourguet, la téle dou Teatre de las Arènes s'ourbibe e que dab lous prumès dises la hourre s'encantabe, aplaudibe, trepabe au yoc dous actous, n'ère pas u sabé-ha badut de fresc que l'Abadie amuchabe, qu'ère meylèu u talent madurat de bèts dies a. Despuch hère d'anades qu'ère dous noustes lou mèste oubrè de Pansard e Lamagrère, d'aquere pèce à l'arride goalhard, esmeligayre. Que s'ère apoudyat dens lous tems pies d'ahide de la « Bouts de la Terre » e, coume aco, dens aquet sé de glorie, que gahabe mey d'ales aus oelhs esmiraglats de dus mile gascous. Qu'abè coumençat coum d'autes bigourdas (lou reyent Portes de Nestiè, lou D ou Dejeanne) en biran fables de Lafontaine e la soue obre : Lou gat, lou sinye e lou froumadye qu'ey de 1910. Tribalh soegnat e prou bergougnous oun quauques bèrs mey esberits e hardits cabélhen per aci, per aquiu. Aqueres fables qu'où debèn plase pusque ta l'an d'après mandabe : La Cigale e la roumigue aus noustes Yocs flouraus. Qu'ère courounade. Mes n'ey pas de la prumère ahutade, e en u birat de ma, qui Abadie arribabe aus darrès barcalhous de l'escale. Gn'aut cop : Lou Mayre de Begole, l'u dous sous yénces coundes, qu'ategn à la medalhe d'aryent. Labets, quoan bed que las couyounades nou soun de passe taus prêts n° 1 que s'atéle à la pouesie lirique : Maytiau d'abor. Malaye encoère ! Aquets alexandris pourgats que caden hens la batsarre d'Aoust 1914 e nou seran ne floucats ne dits à Saubaterre. Mes n'ey pas en aquere pouesie, ne dens la Cante de Maubesi :

E l'auet bist lou Castèt bielh Bagnat de luts e de sourelh ?

qui brounibe dens la cour dou Castèt de Gastou-Febus e de Bibal, n'ey pas dens la Cante estreade à Bic de Bigorre en 1916, à l'aunou dous sourdats mourts ta la Patrie, n'ey pas medich dens l'ayre poupulari de Bigorre, en aqueres rimes d'ue léngue lissade e enlu- side qui caleré cerca lou sinne dou sou talent mayourau. Que soun aco debés hèyts sus coumande, debés castigats e agradables, debés chens pèques coum lous bolen hens lous councours. Quoan Abadie se dèche ana per et medich, maugrat que préngue lous sous coundes à mey d'ue abiade, coupian, tiran e hournin, e tournan coupia, quoan se boute dens ue istorie coume et las be trousse, que sie en bèrs, que sie en prose (qu'eyju dous ^riales qui hèn autapla lou prousey mesurât e rimât coum lou prousey libre) atau tè que s'y escad. Lou sou talent que prabe coum se l'abè caressât e lecat lou sourelh binatè de las costes bigourdanes.

Ï2

Permou n'ey pas u liric ou tan chic ! Brigue n'ey pas lou sau- neyayre qui pèse las obres dou Creadou e cèrque lou perqué de la bite, brigue nou tremoule sus lous abismes de la nouste destinade miseribe e brigue n'ey tapoc lou plagnedou qui s'escoute e counde lous trucs dou sou pos. A yamey escribut couples amourouses e langoureuses ? S'at a hèyt que las s'a goardades tad et. Omi de santat merabilhouse e urous d'èste biu, aquetgouyat (de cinquante cinq ans) qu'a lou parla sarrat, trufandè, replicayre e lous sous dises que s'en ban l'u aperan Faute: Harri, harri chibalet ! Nou-ns y pintre que mounde de talhurs, tire-lignous, marcadès, counselhès municipaus, mayres. curés à qui arriben benalèyes arridéntes, hèytes pègues que lou paysa de nouste be débite à pla- serines dens las espourguères, lous péle-porcs ou dens las bres- pades daban la paderade d'iroles e las boutélhes de bi bourret. Nabarrot d'Aulourou en tandes de repics, e mayemens dens 1' « Après soupa dou presbitèri », Hatouletde Pau dens « Margalidet poumpouse e bère », Peyret de Serres-Castèt dens « Arcencam de Bournos» e despuch : Eugène Larroque, Daniel Lafore e Yan Palay qu'abèn dat la mustre d'aquet arride franc, larye, tringlant qui s'en puye dou mey pregoun de la nouste race e doun u escantilh dous mielhes ey dens lou « Sermou dou Curé de Bidère. » Coume aquets ancèstres, Abadie qu'y tié au coundilhot e yamey n'y hè obre de moussu. S'ey pople, nou-s plagn e nou yudye pas tapoc. Reyent, n'enségne pas. Lou mout cru nou l'a pas hèyt pou souben. Mes, per aco, n'ey pas ne mau emparaulat ne mau-coun- tent. Nou-n bôu pas aus bentourruts electous, nou cride pas lous callats à triple-panse qui-s bénen lou buleti de bote. Nabarrot, qui s'ère mesclat de poulitique e hasè ligaini dab lous liberausde 1830, qu'entrelardabe las cantes de briaguère e de pintère de mey d'u chaire, de mey d'u cop d'urpe aus goubernaméns de Yulhet e de l'auserè maudit de Decéme 1852. Abadie, et, nou hè pas la countre- carre au poudé, à la Republique dous parlamentaris. En de balles que-s trufi dou mayre de Begole, dous counselhès de Yerde, en de balles que dens « Nanon et Nanette » assis sur l'herbette,

ou en d'autes coundes de curé, se badinéye dous brabes parroupias « qui-s truquen hort lou melic » quoan lou capera predique lous espants de las hournères ihernaus, que-s sab estanga prou lèu e nou y-a que lous caps échues qui pertout troben ariques, lous leminès à l'aurelhe delicade qui s'enganen daban la létre de la foutèse e hiquen lou dit sus u bèrs pebut ou sus gn'aut e nou bolen suspesa la hèyte suban lou sou esprit. Bèt die, coundayre qui daunéye, disedou doun la bouts s'en ba dinque au houns de la sale, Abadie que payère per demandes e respounses lou counde de tout païs Pansard, lou galutre que la

13

yoenésse passéye per Carnabal dens las carrères dou biladye e tue sus la place. Actou, qu'a engountrat actous de ley e la pèce que s'ey yougade hère de cops, aqueste abor. Lous Reclams que l'an arcoelhude dab gauyou.

de tourna-n

parla despuch et. Nou cercarèy pas à estima la balou de Pansard coum teatre. L'acte prumé, qu'at diserèy toutu, qu'a plasut hère permou que lou prousey qu'y hè lou tu per tu, sensé trebuc e sensé aloungues ; lou dusau acte qu'ey agradiu pous sous tablèus e lou tresau s'ey drin court, quoan lou léyen, nou-n parech goayre à la representaciou. Lou mounde que saben à Pansard per co e que soun countens dou béde hore de presou, libre coum lous bouhémis ou lous ausèts. Aquere obre que hara cami. E bessè qu'Abadie nou s'estara calameyayre de coundes doun a u beroy hèch e sinnatari d'aquere pèce de nautat. Que balhara bounes cougnades au prèts-hèyt dou teatre nouste. Dab gn'aute mèste qu'ourdech u Caddetou oun se ligaran las coéntes arribades à d'aquet hilh dou crayou d'enyenie de Gabard, D'are enla qu'où hèm la pla-biengude. Qu'èm segus de trouba-y gn'aut cop l'arride brounidou, l'arride de hèste-annau, l'arride à carcanades qui a retrenit, ta la maye yoye dou nouste pople - , sous teatres de Maubourguet, de Cautarés, de Tarbe, de Lembéye

Nou harèy pas à MQUS Y.-B.

Laborde l'afrounterie

Miquèu de ÇAMELAT.

«m*

— —

LA

D1NEROLE

Quoand abi larguât aquéth escantilh de souscripciou, qu'abi proumetut de dise so qui abém hèyt dous sos. La nouste anade que ba de Setéme 1919 au 31 d'Aous 1920. Au més de Yulh, qu'abèn amassât (béde paye 91 dous Reclams) 236 fr.

DESPENUT

Ta 2 medalhes bermélhes

' .

189

20

Las counferénces a Lescar

30

»

8

payes de

méy en 2 N os

90

>

Ue partide de clichés musique

26

70

 

Amasse

coum dessus

236

>

Encoère û cop, gran

mercés aus homis yenerous qui an sabut ourbi la

bousséte. Tourna s'y pousquin !

J.-V. L.

:

'

14

Cops de Calam

Dous pècs, dous maynadyes

Que sabet touts, Diu raercés, quine coénte que y-a pous bourdalats, capbat lous mes d'estiu: la heyére, la seguère, e la batère ! Lou qui-s trobe s'ou caminau, engoére que hè dab las atrunes, e que debarech tri- balh, mes lou qui ey pou miey de las baricoumbes qu'où s'aparie bèt cop

de dalha lous hias dab lou dragou, lous bladas dab pugne!

Diu, dequet batedé ! Quin prèts-hèyt aco ! E lou qui-s trobe drin flac, drin crouchit e pas lhèu trop balén, s'y pod'pas atriqueta. Bère daune qu'at troubabe e que perloungueyabe à cura toupis e à encourdera cébes enta s'esbita drin, mes per dehore, lou mèste que hè coume u tendat e que yutipère, Diu sab !

« Anem, Marie, anem ! N'ès pas pressade ! Haut ! Que sies aci lèste se bos pas que t'ani coélhe ! »

que-t

hicaras à ploura hort e que m'aperaras. >

de bate à

la haus

e

— « Oère,

se dit la hémne

au

sou drolle,

au

cap d'u

chuquet,

E balléu coum lou mèste e la daune que-s hiquen à bate dab l'eslayèt. Bate que bâteras, truque que truqueras.'Lous gras rous que bouléguen, aquets gras qui hèn lou ta bou pa. Mes à péne soun à l'obre :

se cride ta hort qui pod,

lou maynadye en hica lou cap à la frinèste. > Dous pècs, dous briacs e dous maynadyes que-s saben las bertats !

< Hèy mama hèy ! e eau que plouri engoère,

[Paria de Biarn)

Marie-Helène ARNAUTOU.

Un aboucat qu'abèbe un

Lou can de l'Aboucat.

can que s'abè panât

ue bère

bendresque én

un paysan. Moun paysan que se-n ba dise à l'aboucat :

« Moussu, qu'aberi besouy de dus moûts de counsurte.

— So qu'és aco (

— Un can de qui éy í

— Dou meste.

— E se lou can pane en so d'un besin, qui déut paga i

— Lou meste dou can.

— E doun, moussu, que-m debéts dèts liures.

— Jou i

— Bous ! Lou boste can que-m a panât toutare ue bère bendresque e

Poudéts ana bése : que drom e

que-n a per dus cops binte coate ores droumi. > L'aboucat que pague e lou paysan que-s tournèbe bouta lou capèt enta parti.

que se-n a hèyt ue hartère à tout coupa.

-

i 5

« E que-t en bas atau ? s'ou dit l'aboucat.

— Be souy pag-at ?

— Tu, o, mes jou, nou.

— Bous i

— O, jou.

— E so que-b débi i Lou can b'ère lou boste.

— Que-m débes la counsurte. >

Lou paysan que-s grate lou cap ; n'abè pas pensât én aquére :

« E la counsurte coan éy ?

— Bin liures ! »

Lou paysan que-s tourne tira dou boussicot las dèts liures de l'aboucat:

>

que-y boute

dets liures mey de las soues, que pague e se-n tourne.

« Toutun, se disè, ne-m pensèbi

pas

lou

can que s'y gagneré

la ben-

dresque e l'aboucat las

dets liures

!

>

[Parla de Lanes)

C. DAXJGÉ.

Que soy de Peyriguère.

U dimenye d'estiu, Menin de l'Arnautou,

Brabe paysa de Peyriguère, Qu'ère à la gleyse de Goudou, Ta 'nténe la misse darrère.

Aquet mayti de Yulh, que hesèue u caumas,

U d'aquets temps entounerrats qui-b estirasse.

Dens la gleyse hourrats, lous brabes paroupias, Aflaquits per la calourasse, Lous cabelhs sudoulents e lou nas su-u melic, N'entenèuen nat mout de l'ahoegat predic Qui hesè lou curé sus lou Sent de la heste. Touts qu'ensensàuen dab la teste ; Chens bergougne, daubus, su-us siétis aglapats,

Dens lamaysou de Diu, que rounclàuen en pats.

De sa tringlante bouts, lou Curé que clamàue Lous miracles dou Sent ; degu nou l'escoutàue ; Coume Yoan, d'autes cops, au herm que predicàue.

E quoan s'apercebou que lous sués paroupias,

A meytat adroumits, nou-s desbelhàuen pas ; Que-s fâche à tout de bou. Su-u bord de la Cadière,

Dab lous dus pugns de her que tire dus boumbats :

« Grans huguenauts, si dits, que serat touts damnats ! > Nouste Arnautou, sedut au mey de la hourrère, Qu'estenilhe lous bras, que-s hé craca lous os.

E puch que dit tout hort, entre dus badalhos :

< You que m'en f

hóu ! que soy de Peyriguère ! »

[Parla de Bigorre)

P.

ABADIE.

Reclams de perquiu

A la memorie de l'abat J. Bessou.

En ouctoubre qu'an inougurat lou cap de Bessou au sou païs de Bielefranque de Rouèrgue. Arribat esprès de Proubénce lou

capouliè Fallen, que hasè baie lou pouète « Dal brès à la toumbo »

e lou prouseyadou tan beroy de « Countes de la Tata Mannou». De

Toulouse que y'èren en couderilhe : A. Praviel, Rosés de Brousse,

D ou Levrat, Mesplè; de Mountauba, qu'ère puyat Antonin Per-

bosc ha lous adichats au sou gran amie de bèt tems a, au felibre

qui ère anat béde dab Estieu e Vermenouze au sou presbitèri de Sent Andrèu de Najac, au roumiu qui abè seguit u cop ta Malhane, Arle e las Sentes Maries. Qu'ère u òmi gauyous, doun lou prousey délibérât ère u delici,

e qui nou boulé èste encuyoulat dens la cauye francése. Que goar-

dabe dou pople dou Rouèrgue las tradicious, la pensade, la léngue. Aco, qu'at a dit Mous de Perbosc dens u pouèmi dous mayes oun

a prouclamat que :

lou troubadou gran, lou troubadou maye qu'ey lou qui à là terre e s'ey arrapat.

A l'Assouciassiou dous Estudiants moundis.

La yoenésse que dabantéye toustem. Mercés à quauques estu- diants à Toulouse : I. Girard e L. Vidouze, que ban aqueste ibèr ha quauques counferénees sus la literature d'O. Espiats l'endique :

Mous de Raymond Lisop que déu parla de F. Mistrau; lou prou- fessou Anglade, dous anciens Troubadous; lou Dou Labrue dous

prumès felibres; lou nouste amie lou D° u Levrat de l'obre d'Estieu

e de Perbosc ; enfmgues ta que la nouste Terre de soufdats e de

cantayres nou sie desbroumbade, lou Simin Palay qu'anira da ue biste sous pouètes de Gascougne, dou payran Pèy de Garros aus

de oey lou die.

L.

R.

GAUYOUS

mayourau dou Felibridye, que

bié d'èste payran ou coum disen au païs de Besiès : papeta. La soue hilhe, Daune J. Barthélémy que l'a balhat ue nène à qui

an dat lou noum de Yausèpe à la hount batiadére. Digam-lou coum lou pouète Andrèu de Baudorre :

Lou nouste amie René Fournier,

Nenete crech e bèn atau, sies la hade qui bire lou ret de l'oustau !

M. C.

L'Emprimayre Mèste en pè : E. MARRIMPOUEY.