Vous êtes sur la page 1sur 77

CHAPITRE IV :

PROCÉDÉS

CRYOGÉNIQUES

I – EXEMPLES INTRODUCTIFS ET CONTEXTE

Liquéfaction des hydrocarbures légers (100 à 190 K)I – EXEMPLES INTRODUCTIFS ET CONTEXTE Liquéfaction de l’air et séparation des constituants de l’air (50

Liquéfaction de l’air et séparation des constituants de l’air (50 à 100 K)Liquéfaction des hydrocarbures légers (100 à 190 K) Liquéfaction de H 2 et vide supra (10

Liquéfaction de H 2 et vide supra (10 à 50 K) 2 et vide supra (10 à 50 K)

Liquéfaction de He et supraconductivité (< 10 K)de l’air et séparation des constituants de l’air (50 à 100 K) Liquéfaction de H 2

INSTALLATION DE LIQUÉFACTION DU MÉTHANE

Terminal méthanier :

refroidissement et liquéfaction préalable au transport (Q F = 200 MW) Chargement : 4 jours

Source : WWW 401

(Q F = 200 MW) Chargement : 4 jours Source : WWW 401 Source : WWW
(Q F = 200 MW) Chargement : 4 jours Source : WWW 401 Source : WWW

Source : WWW 402

Transport sous forme liquide ( 1 atm et –161°C)

75 000 tonnes

150 000 m 3 GNL

90 000 000 m 3 gaz NTP

3

LIQUÉFACTION ET DISTILLATION DE L’AIR

Unité industrielle de liquéfaction et de séparation par distillation des gaz de l’airLIQUÉFACTION ET DISTILLATION DE L’AIR Réservoirs séparés de stockage pour l’azote liquide et l’oxygène liquide

Réservoirs séparés de stockage pour l’azote liquide et l’oxygène liquideet de séparation par distillation des gaz de l’air Applications en métallurgie, santé, micro-électronique,

Applications en métallurgie, santé, micro-électronique, environnement…des gaz de l’air Réservoirs séparés de stockage pour l’azote liquide et l’oxygène liquide Source :

et l’oxygène liquide Applications en métallurgie, santé, micro-électronique, environnement… Source : WWW 403 4

Source : WWW 403

AZOTE ET OXYGÈNE LIQUIDES – GAZ PURS

Azote et oxygène liquide, argon et autres gaz purifiésAZOTE ET OXYGÈNE LIQUIDES – GAZ PURS Métallurgie, santé, micro-électronique, environnement, propulsion… Source :

Métallurgie, santé, micro-électronique, environnement, propulsion…LIQUIDES – GAZ PURS Azote et oxygène liquide, argon et autres gaz purifiés Source : WWW

gaz purifiés Métallurgie, santé, micro-électronique, environnement, propulsion… Source : WWW 404 Source : WWW 405 5

Source : WWW 404

gaz purifiés Métallurgie, santé, micro-électronique, environnement, propulsion… Source : WWW 404 Source : WWW 405 5

Source : WWW 405

5

Source : WWW 409
Source : WWW 409

HYDROGÈNE LIQUIDE

Moteur cryogénique Vulcain du lanceur Ariane 5

LIQUIDE Moteur cryogénique Vulcain du lanceur Ariane 5 Station service prototype Source : WWW 406 Source

Station service prototype

cryogénique Vulcain du lanceur Ariane 5 Station service prototype Source : WWW 406 Source : WWW
cryogénique Vulcain du lanceur Ariane 5 Station service prototype Source : WWW 406 Source : WWW

Source : WWW 406

Source : WWW 407

Source : WWW 408

6

HÉLIUM LIQUIDE

Collisionneur LHC du CERN à Genève Aimants supraconducteurs température d’exploitation = 1,9 K

Genève Aimants supraconducteurs température d’exploitation = 1,9 K Source : WWW 410 Hélium liquide Source :

Source : WWW 410

Hélium liquide

Genève Aimants supraconducteurs température d’exploitation = 1,9 K Source : WWW 410 Hélium liquide Source :

Source : WWW 411

II – DONNÉES THERMODYNAMIQUES

DIAGRAMMES ET TRAJETS

Équations d’état très spécifiques pour les très basses températureII – DONNÉES THERMODYNAMIQUES DIAGRAMMES ET TRAJETS Utilisation des profils thermodynamiques « généraux » proposés

Utilisation des profils thermodynamiques « généraux » proposés par les logiciels de simulation (ProSim, Aspen et similaire) avec circonspectiontrès spécifiques pour les très basses température Préférer les bases de données et modèles «

Préférer les bases de données et modèles « propriétaire » (Praxair, Air Liquide, Air Products, Linde…)de simulation (ProSim, Aspen et similaire) avec circonspection Divers diagrammes et bases de données thermo Coolpack…

Divers diagrammes et bases de données thermoles bases de données et modèles « propriétaire » (Praxair, Air Liquide, Air Products, Linde…) Coolpack…

Coolpack…« propriétaire » (Praxair, Air Liquide, Air Products, Linde…) Divers diagrammes et bases de données thermo

8

1 – DIAGRAMME DE PHASES

Spécificité liée à ce que les fluides manipulés sont disponibles dans le domaine hypercritique

Supercritique Pression Solide Liquide Triple Vapeur Température Hypercritique
Supercritique
Pression
Solide
Liquide
Triple
Vapeur
Température
Hypercritique
dans le domaine hypercritique Supercritique Pression Solide Liquide Triple Vapeur Température Hypercritique 9

COORDONNÉES CRITIQUES

 

P (bar)

T (K)

Hélium 4

2,27

5,20

Hydrogène

13,13

33,19

Azote

34,00

126,20

Oxygène

50,43

154,58

Argon

48,98

150,86

Air

37,71

132,55

 

P (bar)

T (K)

Méthane

45,96

190,45

Ethane

48,84

305,35

Dioxyde de carbone

73,83

304,21

Eau

220,64

647,10

POINTS TRIPLES

 

P (bar)

T (K)

Hélium 4

N’existe pas

Hydrogène

0,072

13,85

Azote

0,1253

63,16

Oxygène

0,00152

64,22

Argon

0,687

103,28

Air

 

63

 

P (bar)

T (K)

Méthane

 

90

Ethane

 

90

Dioxyde de carbone

5,184

216,55

   
   

Eau

0,00612

273,16

HÉLIUM SUPERFLUIDE

Quand T < 2,17 K : superfluideHÉLIUM SUPERFLUIDE 4 He = boson ( 3 He = fermion) Bosons : particules dans des

4 He = boson ( 3 He = fermion) 4 He = boson ( 3 He = fermion)

Bosons : particules dans des états quantiques particuliers absence d’interaction entre atomes absence de viscosité absence de viscosité

Source : WWW 412

"YouTube helium superfluid" http://www.youtube.com/

watch?v=2Z6UJbwxBZI

12

2 – DIAGRAMME ENTHALPIQUE DU MÉTHANE

Critique P = 46,0 bar t = – 82,7°C 13 Source : COOLP 301
Critique
P = 46,0 bar
t = – 82,7°C
13
Source : COOLP 301

LOGICIEL COOLPACK

LOGICIEL COOLPACK Source : COOLP 301 Calcul de points Tracé de diagrammes R50 (CH 4 )

Source : COOLP 301

Calcul de points

Tracé de diagrammes R50 (CH 4 ) R170 (C 2 H 6 ) R744 (CO 2 ) R728 (N 2 ) R732 (O 2 ) R740 (Ar) R729 (Air)

http://www.ipu.dk/English/IPU-

Manufacturing/Refrigeration-and-energy-

technology/Downloads/CoolPack.aspx

DTU Lyngby (DK)

TéléchargementTéléchargementTéléchargementTéléchargement librelibrelibrelibre

version 1.50

14

3 – DIAGRAMMES DE L’AIR

Pseudocritique P = 37,7 bar t = – 140,6°C N 2 plus volatile que O
Pseudocritique
P = 37,7 bar
t = – 140,6°C
N 2 plus volatile que O 2
Si t = – 183°C
N 2 : P Sat = 3,655 bar
O 2 : P Sat = 1,009 bar
15
Source : COOLP 301

DIAGRAMME ENTROPIQUE DE L’AIR

isenthalpe Allure des isenthalpes à haute pression Refroidissement possible par détente isenthalpe si T <
isenthalpe
Allure des isenthalpes
à haute pression
Refroidissement
possible par
détente isenthalpe
si T < – 100°C
16
Source : COOLP 301
25 K Source : WWW 413 4 – DIAGRAMME T-s DE L’HÉLIUM (NBS) 20 K
25
K
Source : WWW 413
4 – DIAGRAMME
T-s DE L’HÉLIUM (NBS)
20
K
Enthalpie résiduelle
nulle à T > 20 K
Pas de
refroidissement
possible par
détente isenthalpe
si T > 20 K
15
K
10
K
Critique
P = 2,27 bar
t = – 267,95°C
5
K
17
3
K

III – CYCLES THERMODYNAMIQUES

POUR LA LIQUÉFACTION

III – CYCLES THERMODYNAMIQUES POUR LA LIQUÉFACTION Etudier les évolutions thermodynamiques des fluides qui permettent

Etudier les évolutions thermodynamiques des fluides qui permettent leur liquéfaction

Source : WWW 414

fluides qui permettent leur liquéfaction Source : WWW 414 Liquéfaction de l’air Source : WWW 415

Liquéfaction de l’air

Source : WWW 415

leur liquéfaction Source : WWW 414 Liquéfaction de l’air Source : WWW 415 Liquéfaction des hydrocarbures

Liquéfaction des hydrocarbures

1 – TRAVAIL THÉORIQUE MINIMUM

Exemple de l’air1 – TRAVAIL THÉORIQUE MINIMUM Comp. isotherme Détente isentrope Le travail théorique minimum vaut la variation

Comp. isotherme1 – TRAVAIL THÉORIQUE MINIMUM Exemple de l’air Détente isentrope Le travail théorique minimum vaut la

Détente isentropeTHÉORIQUE MINIMUM Exemple de l’air Comp. isotherme Le travail théorique minimum vaut la variation d’exergie

Le travail théorique minimum vaut la variation d’exergieExemple de l’air Comp. isotherme Détente isentrope Température 25°C (°C) 1 atm Compression isotherme 25

Température 25°C (°C) 1 atm Compression isotherme 25 4 1 0 Q 0 à T
Température
25°C
(°C)
1 atm
Compression isotherme
25
4
1
0
Q 0 à T 0
– 25
w
=
(h
h )
T (s
s )
– 50
A
3
1
0
3
1
w
=
ex
- ex
– 75
A
3
1
– 100
– 125
– 150
194,4°C
– 175
Entropie
1 atm
2
(J/kg/K)
3
– 200
0
1000
2000
3000
Source : COOLP 301
Détente isentrope

2 – CYCLES À RENDEMENT THÉORIQUE MAXIMUM

Voir chapitre II – Installations motrices à vapeur – § IV-2-22 – CYCLES À RENDEMENT THÉORIQUE MAXIMUM Cas d’un gaz parfait   Q = (T)dT =

Cas d’un gaz parfaitII – Installations motrices à vapeur – § IV-2-2   Q = (T)dT = dU +

 

Q

=

(T)dT

=

dU

+

PdV

=

Cycle de Carnot

(T)

=

Cycle de Stirling

(T)

=

Cycle de Ericsson

(T)

(

( c ) T ) c dV P V V
(
c
)
T
)
c
dV
P
V
V

n c

0

nc

V dT

+

V (isotherme, isochore)

=

nc

P (isotherme, isobare)

T

T

C

F

Q

T

T A C B C Q F D
T A C B C Q F D

A

C

B

T A C B C Q F D
T A C B C Q F D

C

T A C B C Q F D
T A C B C Q F D
T A C B C Q F D
T A C B C Q F D
T A C B C Q F D
T A C B C Q F D
T A C B C Q F D
Q F

Q

F

T A C B C Q F D

D

s

Les trajets B A et C D doivent se déduire l’un de l’autre par translation horizontale ! A et C D doivent se déduire l’un de l’autre par translation horizontale !

Céder en un point du cycle ladéduire l’un de l’autre par translation horizontale ! chaleur prélevée en un autre point, à même

chaleur prélevée en un autre point, à même température

20

MOTEUR STIRLING ET GÉNÉRATEUR STIRLING

MOTEUR STIRLING ET GÉNÉRATEUR STIRLING Moteur Stirling (Voir Chapitre II – § IV-2-2) Source chaude (flamme)

Moteur Stirling (Voir Chapitre II – § IV-2-2)

Source

chaude

(flamme)

(Voir Chapitre II – § IV-2-2) Source chaude (flamme) Q C Stirling (gaz) Q F W
Q
Q

C

Stirling (gaz)
Stirling
(gaz)

Q

F

§ IV-2-2) Source chaude (flamme) Q C Stirling (gaz) Q F W Générateur thermodynamique Stirling Source

W

§ IV-2-2) Source chaude (flamme) Q C Stirling (gaz) Q F W Générateur thermodynamique Stirling Source
§ IV-2-2) Source chaude (flamme) Q C Stirling (gaz) Q F W Générateur thermodynamique Stirling Source

Générateur thermodynamique Stirling

Source

chaude

(ambiante)

thermodynamique Stirling Source chaude (ambiante) Q C Stirling (He) Q F W Source froide (ambiante) Source
Q
Q

C

Stirling (He)
Stirling
(He)

Q

F

Stirling Source chaude (ambiante) Q C Stirling (He) Q F W Source froide (ambiante) Source froide

W

Stirling Source chaude (ambiante) Q C Stirling (He) Q F W Source froide (ambiante) Source froide

Source

froide

(ambiante)

Source froide (air liquide)

21

CYCLE DE STIRLING (1)

Ne pas confondre avec le moteur à cycle de Stirling (qui produit du travail) Cycle décrit dans le sens horaireCYCLE DE STIRLING (1) P B Q C Q I C A T Ch Q I

P B Q C Q I C A T Ch Q I Q D T
P
B
Q
C
Q
I
C
A
T
Ch
Q
I
Q
D
T
F
Fr
V
Détente

Ici, on utilise un cryocooler ou réfrigérateur (qui consomme du travail) et permet de faire passer de la chaleur (Q F ) d’une source froide vers une source chaude (Q C ) Cycle décrit dans F ) d’une source froide vers une source chaude (Q C ) Cycle décrit dans le sens antihoraire

CYCLE DE STIRLING (2)

Fluide non condensable (H 2 ou He)

Fluide non condensable (H 2 ou He)

Compression isotherme Refroidissement isochore Détente isotherme Réchauffement isochore

Compression isotherme Refroidissement isochore Détente isotherme Réchauffement isochore

Q C échangé avec de

Q

C échangé avec de

l’eau (ambiante)

Q I échangé au sein du cycle (régénérateur)

Q F – source froide (– 195°C)

– utilisé pour liquéfier de l’air

à pression atmosphérique

P B Q C Q I C A T Ch Q I Q D T
P
B
Q
C
Q
I
C
A
T
Ch
Q
I
Q
D
T
F
Fr
V
Détente

Source : VICH 401

CYCLE DE STIRLING (3)

Position Piston A

Position Piston B

Volume (P A – P B )

P A

R

P B

Position Piston B Volume (P A – P B ) P A R P B 1-2
Position Piston B Volume (P A – P B ) P A R P B 1-2
Position Piston B Volume (P A – P B ) P A R P B 1-2
Position Piston B Volume (P A – P B ) P A R P B 1-2

1-2 – Compress. isotherme

P A

R

P B
P B

Q C

) P A R P B 1-2 – Compress. isotherme P A R P B Q

2-3 – Refroidiss. isochore

Q I

P A

P B B

P A R P B Q C 2-3 – Refroidiss. isochore Q I P A P
P A R P B Q C 2-3 – Refroidiss. isochore Q I P A P
P A R P B Q C 2-3 – Refroidiss. isochore Q I P A P
P A R P B Q C 2-3 – Refroidiss. isochore Q I P A P

3-4 – Dét. isotherme

Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A

Q F

P A

R P B

Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A
Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A

4-1 – Réchauff. isochore

Q I

P A
P
A

P B

Refroidiss. isochore Q I P A P B 3-4 – Dét. isotherme Q F P A

24

MACHINE DE PHILIPS À CYCLE DE STIRLING (1)

Piston compresseur (supérieur) compresseur (supérieur)

Piston balayeur (inférieur) balayeur (inférieur)

Le gaz traverse le régénérateur régénérateur

(fil de cuivre – = 20 µm – 800 m/cm 3 )

en passant d’un compartiment à l’autre Q F Condensation de l’air au contact de la
en passant d’un compartiment à
l’autre
Q
F
Condensation
de l’air au
contact de la
culasse froide
Q
I
Q
C
Eau de
refroidissement
Source : WWW 263
P B Q C Q I C A T Ch Q I Q D T
P
B
Q
C
Q
I
C
A
T
Ch
Q
I
Q
D
T
F
Fr
V
Détente

25

MACHINE DE PHILIPS À CYCLE DE STIRLING (2)

Source : VICH 401 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Piston compresseur
Source : VICH 401
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Piston compresseur
Bielle principale
Bielle du balayeur
Réfrigérant à eau
Régénérateur (fil cuivre)
Piston balayeur
Culasse de condensation
Réservoir d’hélium
Moteur électrique

CRYOCOOLERS STIRLING

Source : WWW 416

Source : WWW 416

50 à 100 K – 0,5 Watt froidCRYOCOOLERS STIRLING Source : WWW 416 Vision nocturne, guidage de missiles… Information publiée tronquée Alim.

Vision nocturne, guidage de missiles…STIRLING Source : WWW 416 50 à 100 K – 0,5 Watt froid Information publiée tronquée

Information publiée tronquéeK – 0,5 Watt froid Vision nocturne, guidage de missiles… Alim. électrique 12 ou 24 Volts

Alim. électrique 12 ou 24 Voltsguidage de missiles… Information publiée tronquée InfraRed Associates Compressor, regenerator … Helium, 50

InfraRed Associates Compressor, regenerator … Helium, 50 à 100 K Compressor, regenerator … Helium, 50 à 100 K

Air Liquide Pulse tube Stirling cryocooler 2 pistons oscillants en opposition avec moteurs linéaires Piston déplaceur sur Pulse tube Stirling cryocooler 2 pistons oscillants en opposition avec moteurs linéaires Piston déplaceur sur ressort en oscillation à sa fréquence propre Hélium, 10 à 80 K

Source : WWW 417

27

3 – CYCLE À DÉTENTE SIMPLE (LINDE)

Cas de l’air Température 25°C (°C) 1 atm 25 2 Compression 1 Compression isotempérature à
Cas de l’air
Température
25°C
(°C)
1 atm
25
2
Compression
1
Compression
isotempérature
à ≥ 100 bar
0
25
– 50
Echangeur
froid
– 75
– 100
Détente
isenthalpe
3
– 125
– 150
Séparation
2 phases
194,4°C
– 175
Entropie
1 atm
Séparation
(J/kg/K)
Recyclage
du refus de liquéfaction
200
5
4
6
0
1000
2000
3000
4000
28
Source : COOLP 301

MACHINE DE LINDE (1895)

MACHINE DE LINDE (1895) Grand prix de l’exposition universelle (Paris – 1900) Source : WWW 418

Grand prix de l’exposition

universelle (Paris –

1900)

Source : WWW 418

MACHINE DE LINDE (1895) Grand prix de l’exposition universelle (Paris – 1900) Source : WWW 418

Source : WWW 419

MACHINE DE LINDE (1895) Grand prix de l’exposition universelle (Paris – 1900) Source : WWW 418

SCHÉMA DU CYCLE À DÉTENTE SIMPLE

Compression refroidie à ≥ 100 bar 100 bar

Echangeur froid gain thermique (Q = m q) si mal isolé Q = m q) si mal isolé

Détente isenthalpebar Echangeur froid gain thermique ( Q = m q) si mal isolé Séparation 2 phases

Séparation 2 phasesgain thermique ( Q = m q) si mal isolé Détente isenthalpe Recyclage du refus de

Recyclage du refus de liquéfactionm q) si mal isolé Détente isenthalpe Séparation 2 phases (Débit m) 3 V Echangeur «

Séparation 2 phases Recyclage du refus de liquéfaction (Débit m) 3 V Echangeur « boîte »

(Débit m)

3
3

V

Echangeur « boîte » froide(Débit m) 3 V 6

6
6
(Débit m) 3 V Echangeur « boîte » froide 6 5 Q Production (Débit m L
5
5
(Débit m) 3 V Echangeur « boîte » froide 6 5 Q Production (Débit m L

Q

Production (Débit m L )

Q Ref

2
2

Ref.

Ref. K
Ref. K

K

Ref. K

Compression

multiétagée

refroidie

) Q Ref 2 Ref. K Compression multiétagée refroidie Séparateur W 1 Alimentation (Débit m L

Séparateur

W

1
1

Alimentation (Débit m L )

Refus recyclé (Débit m – m L )

Performance limitéemultiétagée refroidie Séparateur W 1 Alimentation (Débit m L ) Refus recyclé (Débit m – m

CYCLE À DÉTENTE SIMPLE EN DIAGRAMME Log(P)-h

Trajet transcritique 3 2 Fluide supercritique 132,55 K 37,7 bar Boîte froide Production Gaz recyclé
Trajet transcritique
3
2
Fluide supercritique
132,55 K
37,7 bar
Boîte
froide
Production
Gaz recyclé
1
Séparateur gaz-liquide
5
4
6
31
Source : COOLP 301
Détente vanne

RENDEMENT DU CYCLE À DÉTENTE SIMPLE

y = fraction liquéfiée 4 6 m L y = = 5 6 m Bilan
y
=
fraction liquéfiée
4
6
m
L
y
=
=
5
6
m
Bilan sur la partie froide (boîte, détente et séparateur )
(refus totalement réchauffé)
m h
+
(m
m
)h
m h
=
m q
L
5
L
1
2
(
h
h
)
q
1
2
y
=
(
h
h
)
1
5

Importance de l’isolation de la boîte froideL 5 L 1 2 ( h h ) q 1 2 y = ( h

Importance de diminuer h 2 : augmenter la pression (cf. isenthalpes), mais W C o m p augmente ! 2 : augmenter la pression (cf. isenthalpes), mais W Comp augmente !

SCHÉMA DU CYCLE À DÉTENTE FRACTIONNÉE

CompressionSCHÉMA DU CYCLE À DÉTENTE FRACTIONNÉE multi-étagée refroidie Boîte froide non détaillée : échangeur

multi-étagée

refroidie

Boîte froide non détaillée :DÉTENTE FRACTIONNÉE Compression multi-étagée refroidie échangeur multi-circuits Performance améliorée

échangeur

multi-circuits

PerformanceBoîte froide non détaillée : échangeur multi-circuits améliorée Compression Q multiétagée (Débit m) ref,2

améliorée

Compression Q multiétagée (Débit m) ref,2 3 2 refroidie Ref. V1 K2 7 Echangeur «
Compression
Q
multiétagée
(Débit m)
ref,2
3
2
refroidie
Ref.
V1
K2
7
Echangeur
« boîte »
froide
W 2
10
Sépa. 1
9
8
V2
Q ref,1
Q
4’
Sépa. 2
K1
W 1
6
5
1
Ref.

Production (Débit m L )

Alimentation (Débit m L )

CYCLE À DÉTENTE FRACTIONNÉE

Recyclage partiel à pression intermédiaire 3 2 Recyclage MP Boîte froide 8 7 9 10
Recyclage partiel
à pression
intermédiaire
3
2
Recyclage MP
Boîte
froide
8
7
9
10
Boîte
froide
Production
Recyclage BP
1
Séparateur gaz-liquide
5
4’
4
6
34
Source : COOLP 301
Détente 2
Détente 1

4 – CYCLE À EXPANSION (CLAUDE)

G. Claude (1902)4 – CYCLE À EXPANSION (CLAUDE) Co-fondateur Q ref 3 Echangeur boîte froide et moteur de

Co-fondateur4 – CYCLE À EXPANSION (CLAUDE) G. Claude (1902) Q ref 3 Echangeur boîte froide et

CYCLE À EXPANSION (CLAUDE) G. Claude (1902) Co-fondateur Q ref 3 Echangeur boîte froide et moteur

Q ref

3
3

Echangeur boîte froide et moteur de détente

2
2

Ref.

Ref. K

K

Ref. K
3’ 4 6 5 T
3’
4
6
5
T

V

W T

Q

de la société Air Liquide

Compression

multiétagée

refroidie

la société Air Liquide Compression multiétagée refroidie Séparateur W K 1 Alimentation (Débit m’ L )

Séparateur

W K

1
1

Alimentation (Débit m’ L )

Production (Débit m’ L )

Refus recyclé (Débit m – m’ L )

TRACÉ DU CYCLE À EXPANSION

Cas de l’air Température 25°C (°C) 1 atm 25 2 1 2 détentes 0 en
Cas de l’air
Température
25°C
(°C)
1 atm
25
2
1
2 détentes
0
en parallèle
Détente adiab.
25
irrev. avec W
Détente
avec travail
sur une partie
(domaine gaz)
3’
50
Détente H
3
Détente
isenthalpe
sur l’autre
partie
– 125
– 150
194,4°C
– 175
Entropie
1 atm
(J/kg/K)
– 200
5
4
6
0
1000
2000
3000
4000
Source : COOLP 301

RENDEMENT DU CYCLE À EXPANSION

y' = fraction liquéfiée 4 6 m' 5 6 m Bilan sur la partie froide
y'
= fraction liquéfiée
4 6
m'
5 6
m
Bilan sur la partie froide (boîte, moteur, vanne et séparateur )
(refus totalement réchauffé)
m' h
+
(m
m'
)h
m h
=
m q
+
W
L
5
L
1
2
W
y'
=
y
+
y'
>
y
(W
<
0)

y' =

=

L

(

h

1

( h 1 h 5 )

h

5

)

Meilleure performance pour un débit au compresseur inchangé !< 0) y' = = L ( h 1 h 5 ) Permet de diminuer la

Permet de diminuer la pression en sortie du compresseury' = = L ( h 1 h 5 ) Meilleure performance pour un débit au

CYCLE À EXPANSION EN DIAGRAMME Log(P)-h

Cas de l’air 3 3' 2 132,55 K 37,7 bar Boîte froide Production Alimentation 1
Cas de l’air
3
3'
2
132,55 K
37,7 bar
Boîte
froide
Production
Alimentation
1
5
4
6
38
Source : COOLP 301
Détente vanne

CYCLE À MOYENNE PRESSION

Permet un fonctionnement à plus basse pression Pas de passage dans le domaine supercritique 3
Permet un fonctionnement à plus basse pression
Pas de passage dans le domaine supercritique
3
3'
2
132,55 K
37,7 bar
Production
Alimentation
6
1
5
4
39
Source : COOLP 301
Détente vanne

IV – ORGANES SPÉCIFIQUES

POUR LA CRYOGÉNIE

Turbines cryogéniquesIV – ORGANES SPÉCIFIQUES POUR LA CRYOGÉNIE Échangeurs cryogéniques Réservoirs et cryostats Source : WWW 420

Échangeurs cryogéniquesSPÉCIFIQUES POUR LA CRYOGÉNIE Turbines cryogéniques Réservoirs et cryostats Source : WWW 420 Source : WWW

Réservoirs et cryostatsPOUR LA CRYOGÉNIE Turbines cryogéniques Échangeurs cryogéniques Source : WWW 420 Source : WWW 421 Source

cryogéniques Échangeurs cryogéniques Réservoirs et cryostats Source : WWW 420 Source : WWW 421 Source :

Source : WWW 420

cryogéniques Échangeurs cryogéniques Réservoirs et cryostats Source : WWW 420 Source : WWW 421 Source :

Source : WWW 421

cryogéniques Échangeurs cryogéniques Réservoirs et cryostats Source : WWW 420 Source : WWW 421 Source :

Source : AL 401

40

1 – TURBINES CRYOGÉNIQUES

Source : WWW 424

1 – TURBINES CRYOGÉNIQUES Source : WWW 424 Source : WWW 423 Cryo-expander conventionnel Paliers hydrodynamiques
1 – TURBINES CRYOGÉNIQUES Source : WWW 424 Source : WWW 423 Cryo-expander conventionnel Paliers hydrodynamiques

Source : WWW 423

Cryo-expander

conventionnel

Paliers hydrodynamiques à gaz

Source : WWW 422

Paliers magnétiques

(30 000 rpm – 300 kW)

: WWW 422 Paliers magnétiques (30 000 rpm – 300 kW) Habituellement associé à un alternateur

Habituellement associé à un alternateur électrique ou un compresseur

41

CRYO-EXPANDER DIPHASIQUE ET ALTERNATEUR

Source : WWW 426

CRYO-EXPANDER DIPHASIQUE ET ALTERNATEUR Source : WWW 426 Diphasique Mélange liquide- vapeur en sortie Source :

Diphasique Mélange liquide- vapeur en sortie

Source : WWW 425

Diphasique Mélange liquide- vapeur en sortie Source : WWW 425 Couplés à un alternateur Source :

Couplés à un alternateur

Source : WWW 427

Diphasique Mélange liquide- vapeur en sortie Source : WWW 425 Couplés à un alternateur Source :

Monophasique

42

CRYO-EXPANDERS EN PLACE

Cryo-expander et alternateur à l’entrée de la boîte froide

Source : WWW 429

à l’entrée de la boîte froide Source : WWW 429 Source : WWW 428 Cryo-expander et

Source : WWW 428

de la boîte froide Source : WWW 429 Source : WWW 428 Cryo-expander et compresseur dans

Cryo-expander et compresseur dans l’industrie du gaz naturel

2 – ÉCHANGEURS BOBINÉS ET À PLAQUES

Faisceaux de tubes Cu ou Al enroulés en hélice autour d’un noyau central en plusieurs
Faisceaux de tubes
Cu ou Al enroulés en
hélice autour d’un noyau
central en plusieurs nappes
Très grande compacité et
grande surface d’échange
Possibilité de 3 fluides ou
davantage
Dans l’exemple
A = calandre
B = tubes
C = tubes
44
Source : TI 401

ÉCHANGEUR À TUBES EN COURS DE BOBINAGE

Source : AL 401

ÉCHANGEUR À TUBES EN COURS DE BOBINAGE Source : AL 401 Voir TI – J 3

Voir TI – J 3 601 – 11 à 13

DE BOBINAGE Source : AL 401 Voir TI – J 3 601 – 11 à 13

Liquéfaction méthane = 5 m h = 55 m Aire = 40 000 m 2

Zone échange Tubes rainurés
Zone échange
Tubes rainurés

T

5 K

= 5 m h = 55 m Aire = 40 000 m 2 Zone échange Tubes

Source : WWW 430

45

Connexions Tubes lisses

ÉCHANGEURS À TUBES SPIRALÉS PUIS BOBINÉS

Source : AL 401
Source : AL 401

Gradient d’échange entre tubes et calandre inférieur à 0,5 KÉCHANGEURS À TUBES SPIRALÉS PUIS BOBINÉS Source : AL 401 Cryogénie H 2 ou He Existe

Cryogénie H 2 ou He 2 ou He

Existe avec plusieurs nappes de spiraleset calandre inférieur à 0,5 K Cryogénie H 2 ou He Dans l’exemple, faisceau de 6

Dans l’exemple, faisceau de 6 tubes spiralés puis bobinésentre tubes et calandre inférieur à 0,5 K Cryogénie H 2 ou He Existe avec plusieurs

ÉCHANGEURS À PLAQUES

Plaques à ondes soudées (Fives Nordon)ÉCHANGEURS À PLAQUES Plaques spiralées (Air Liquide) T : 2 à 5 K Source : WWW

Plaques spiralées (Air Liquide)À PLAQUES Plaques à ondes soudées (Fives Nordon) T : 2 à 5 K Source :

T : 2 à 5 K T : 2 à 5 K

Source : WWW 431
Source : WWW 431

Source : WWW 432

soudées (Fives Nordon) Plaques spiralées (Air Liquide) T : 2 à 5 K Source : WWW

Source : AL 401

soudées (Fives Nordon) Plaques spiralées (Air Liquide) T : 2 à 5 K Source : WWW

47

3 – RÉSERVOIRS ET CRYOSTATS

Isolants spécifiques perlite expansée (silicate) ou verre expansé mousse polyvinylique à cellules fermées (Klegecell)3 – RÉSERVOIRS ET CRYOSTATS Super-isolants écrans réflecteurs en polyéthylène téréphtalate (Mylar) Source : TI

Super-isolants écrans réflecteurs en polyéthylène téréphtalate (Mylar)perlite expansée (silicate) ou verre expansé mousse polyvinylique à cellules fermées (Klegecell) Source : TI 402

Source : TI 402
Source : TI 402

Source : WWW 433

RÉSERVOIRS ET CRYOSTATS

Source : WWW 433 RÉSERVOIRS ET CRYOSTATS Parois spécifiques inter-parois maintenues sous vide doubles parois refroidies

Parois spécifiques inter-parois maintenues sous vide doubles parois refroidies à l’azote liquide

Source : TI 403
Source : TI 403
Parois spécifiques inter-parois maintenues sous vide doubles parois refroidies à l’azote liquide Source : TI 403

49

V – PROCÉDÉS INDUSTRIELS

DE LIQUÉFACTION

V – PROCÉDÉS INDUSTRIELS DE LIQUÉFACTION Revue des procédés réellement utilisés au plan industriel Source :

Revue des procédés réellement utilisés au plan industriel

Source : WWW 414

réellement utilisés au plan industriel Source : WWW 414 Liquéfaction de l’air Source : WWW 415

Liquéfaction de l’air

Source : WWW 415

utilisés au plan industriel Source : WWW 414 Liquéfaction de l’air Source : WWW 415 Liquéfaction

Liquéfaction des hydrocarbures

Source : WWW 434

1 – PRODUCTION DE L’AIR LIQUIDE ET SÉPARATION

Procédé global permettant de liquéfier l’air puis de séparer, par distillation sur 2 colonnes à plateaux, l’azote, l’oxygène et l’argon: WWW 434 1 – PRODUCTION DE L’AIR LIQUIDE ET SÉPARATION Brevet G. Claude (Air Liquide)

Brevet G. Claude (Air Liquide) en 1902par distillation sur 2 colonnes à plateaux, l’azote, l’oxygène et l’argon Même procédé utilisé partout 51

Même procédé utilisé partoutdistillation sur 2 colonnes à plateaux, l’azote, l’oxygène et l’argon Brevet G. Claude (Air Liquide) en

plateaux, l’azote, l’oxygène et l’argon Brevet G. Claude (Air Liquide) en 1902 Même procédé utilisé partout

51

ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR DE L’AIR À – 183°C DÉTERMINATION DE LA CONDITION DE BULLE

93% N 2 (92%)* 7% O 2 (8%)* 1 ère bulle vapeur

2 (92%)* 7% O 2 (8%)* 1 è r e bulle vapeur Liquide 21% O 2
Liquide 21% O 2 79% N 2

Liquide 21% O 2 79% N 2

Vapeur enrichie en diazote !1 è r e bulle vapeur Liquide 21% O 2 79% N 2 Fugacités dans le

Fugacités dans le liquide f i , L = x i . P S a t i (mélange idéal) f i,L = x i . P Sat i (mélange idéal) f O2,L = 0,2119 bar (P Sat O2 = 1,009 bar) f N2,L = 2,8875 bar (P Sat N2 = 3,655 bar)

Fugacités dans la vapeur f i , V = f i , L (équilibre) P = f O 2 , i,V = f i,L (équilibre) P = f O2,V + f N2,V = 3,099 bar f i,V = y i . P (hypothèse gaz parfait) y O2 = 0,068 y N2 = 0,932

t = – 183°C P = 3,10 bar (3,06 bar)*

* : (SRK-MHV2-UNIFAC)

52

ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR DE L’AIR À – 183°C DÉTERMINATION DE LA CONDITION DE ROSÉE

Vapeur 79% N 2 21% O 2

Vapeur 79% N 2 21% O 2
DE LA CONDITION DE ROSÉE Vapeur 79% N 2 21% O 2 1 è r e

1 ère goutte liquide 49% O 2 (47%)* 51% N 2 (53%)*

Liquide enrichi en dioxygène !e goutte liquide 49% O 2 (47%)* 51% N 2 (53%)* Fugacités dans la vapeur f

Fugacités dans la vapeur f i , V = y i . P (hypothèse gaz parfait) i,V = y i . P (hypothèse gaz parfait)

Fugacités dans le liquide f i , L = f i , V (équilibre) f i , L = x i,L = f i,V (équilibre) f i,L = x i . P Sat i (mélange idéal)

f

O2,V

=L = x i . P S a t i (mélange idéal) f O2,V f N2,V

f

N2,V

y

O2

y

N2

=

x

O2

Sat

O2

.P

(1- x

O2

Sat

N2

).P

t = – 183°C P = 2,36 bar (2,37 bar)* * : (SRK-MHV2-UNIFAC)

x O2 = 0,490 (P Sat O2 = 1,009 bar) x N2 = 0,510 (P Sat N2 = 3,655 bar) P = f O2,V + f N2,V = 2,357 bar

53

LAR LOX LIN
LAR
LOX
LIN

Source : D&I 401

1 Filtre

2 Compresseur d’air

3 Réfrigérant

4 Echangeur

5 Cycle de production de froid (2 détentes // avec et sans W)

6 Colonnes à plateaux (cond. MP et bouill. BP communs)

7 Production d’argon

8 Stockage LAR, LOX et LIN

BP

1,5 atm

MP

5 à 6 atm

54

DÉTAILS DE FONCTIONNEMENT (1)

Colonne MP Alimentée en gaz froid en pied et en liquide (vanne de détente) en tête Résidu Alimentée en gaz froid en pied et en liquide (vanne de détente) en tête Résidu : liquide enrichi en O 2 en pied Distillat liquide : N 2 pur en tête

Colonne BP Alimentée en liquide riche en O 2 provenant de la colonne MP Deuxième alimentation liquide Alimentée en liquide riche en O 2 provenant de la colonne MP Deuxième alimentation liquide en tête (reflux liquide) Résidu : liquide O 2 pur en pied Zone riche en argon : soutirage Ar et retour Distillat gaz : air appauvri en O 2 en tête

Condenseur colonne MP refroidi par bouilleur colonne BP Bouilleur colonne BP chauffé par condenseur colonne MP refroidi par bouilleur colonne BP Bouilleur colonne BP chauffé par condenseur colonne MP

DÉTAILS DE FONCTIONNEMENT (2)

Section Argon Colonne d’enrichissement en argon Convertisseur (O 2 + CH 4 CO 2 + 2 H Colonne d’enrichissement en argon Convertisseur (O 2 + CH 4 CO 2 + 2 H 2 O) Colonne séparation Ar, CO 2 et H 2 O

Section échangeurs Echangeurs à plaques à 2 ou 3 circuits Echangeurs à plaques à 2 ou 3 circuits

Boîte froide Tous les éléments sont isolés thermiquement et disposés pour limiter les échanges thermiques avec l’extérieur Tous les éléments sont isolés thermiquement et disposés pour limiter les échanges thermiques avec l’extérieur

AUTRE SCHÉMA DE RÉALISATION (1)

Source : WWW 435
Source : WWW 435

AUTRE SCHÉMA DE RÉALISATION (2)

Source : WWW 436
Source : WWW 436

AC : air compressor CAr : crude argon distillation column CET : cold expansion turbine DEOXO : deoxygenating unit GAN : gaseous nitrogen GOX : gaseous oxygen

HE : heat exchanger HET : hot expansion turbine LAR : liquid argon LC : lower column LIN : liquid nitrogen LOX : liquid oxygen

MHE : main heat exchanger PA : pure argon distillation column PG : purge gas SC : spray cooler TV : throttling valve

UC : upper column

58

2 – LIQUÉFACTION DU GAZ NATUREL

2 – LIQUÉFACTION DU GAZ NATUREL Procédé à cascades Phillips (Voir TI – J 3 601

Procédé à cascades Phillips (Voir TI – J 3 601 – 4 à 6)

Evap. C 3 H 8 Condens. C 2 H 4 Refroid. C 2 H 4
Evap. C 3 H 8
Condens. C 2 H 4
Refroid. C 2 H 4 et GN
Evap. C 2 H 4
Cond. CH 4 et GN
Evap. CH 4
Refroid. GNL
Source : TI 404
59

DÉTAILS DE FONCTIONNEMENT

Machine frigo Propane Tri-étagée – flash intercooling (cf. Chapitre III – § III-2-3) Condensation éthylène Refroidissement méthane et Tri-étagée – flash intercooling (cf. Chapitre III – § III-2-3) Condensation éthylène Refroidissement méthane et gaz à liquéfier à – 35°C

Machine frigo Ethylène Tri-étagée Condensation méthane Condensation gaz à liquéfier à – 100°C et 26 bar Tri-étagée Condensation méthane Condensation gaz à liquéfier à – 100°C et 26 bar

Machine frigo Méthane Sous-refroidit GNL à – 150°C Sous-refroidit GNL à – 150°C

Détente isenthalpe Production à -160°C et 1,15 bar Recyclage du refus de liquéfaction Production à -160°C et 1,15 bar Recyclage du refus de liquéfaction

GNL à – 150°C Détente isenthalpe Production à -160°C et 1,15 bar Recyclage du refus de

DIAGRAMME ENTHALPIQUE DU MÉTHANE

– 82,59°C 45,99 bar 3 Echangeurs E1, E2 et E3 2 Production 5 4 6
– 82,59°C
45,99 bar
3
Echangeurs E1, E2 et E3
2
Production
5
4
6
1
Source : COOLP 301
Détente vanne

61

PROCÉDÉ AIR PRODUCTS À PROPANE ET MÉLANGE RÉFRIGÉRANT

Echangeur bobiné double Pré-refroid. Cycle propane Source : TI 309 62
Echangeur
bobiné double
Pré-refroid.
Cycle propane
Source : TI 309
62

DÉTAILS DE FONCTIONNEMENT

Machine frigo Propane Quadri-étagée – flash intercooling (cf. Chapitre III – § III-2-3) Refroidissement gaz à liquéfier à Quadri-étagée – flash intercooling (cf. Chapitre III – § III-2-3) Refroidissement gaz à liquéfier à – 35°C Condensation partielle du « mélange réfrigérant – MR (CH 4 , C 2 H 4 et C 2 H 6 ) »

Machine frigo Mélange Réfrigérant– MR (CH 4 , C 2 H 4 et C 2 H 6 ) »

Echangeur bobiné Hauteur > 50 m Détente du liquide MR froid Refroidissement du gaz MR et condensation Hauteur > 50 m Détente du liquide MR froid Refroidissement du gaz MR et condensation Détente de cette fraction froid à plus basse température (partie haute de l’échangeur bobiné) Refroidissement et condensation du gaz à liquéfier sous pression ambiante

(partie haute de l’échangeur bobiné) Refroidissement et condensation du gaz à liquéfier sous pression ambiante 63

PROCÉDÉ LIQUEFIN À DEUX MÉLANGES RÉFRIGÉRANTS

Source : TI 405
Source : TI 405

64

DÉTAILS DE FONCTIONNEMENT

Machine frigo Mélange Réfrigérant lourd Mélange réfrigérant – MR1 (C 3 H 8 , C 4 H 1 0 , Mélange réfrigérant – MR1 (C 3 H 8, C 4 H 10, C 5 H 12 et alcènes…) Tri-étagée – flash intercooling Refroidissement gaz à liquéfier à – 40 ou – 45°C Condensation totale du MR léger

Machine frigo Mélange Réfrigérant léger Mélange réfrigérant – MR2 (CH 4 , C 2 H 4 et C 2 H Mélange réfrigérant – MR2 (CH 4 , C 2 H 4 et C 2 H 6 ) Mono-étagé

Echangeur à plaques Multi-circuits et multi-zones (boîte froide) Détente du liquide MR2 léger froid Refroidissement et condensation du Multi-circuits et multi-zones (boîte froide) Détente du liquide MR2 léger froid Refroidissement et condensation du gaz à liquéfier sous pression ambiante

3 – PRODUCTION DE L’HYDROGÈNE LIQUIDE

Liquéfacteur HYLIAL (Air Liquide)3 – PRODUCTION DE L’HYDROGÈNE LIQUIDE 1 000 L/h Pré-refroidissement azote Boucle hélium Turbines à paliers

1 000 L/hDE L’HYDROGÈNE LIQUIDE Liquéfacteur HYLIAL (Air Liquide) Pré-refroidissement azote Boucle hélium Turbines à

Pré-refroidissement azoteLIQUIDE Liquéfacteur HYLIAL (Air Liquide) 1 000 L/h Boucle hélium Turbines à paliers gaz Voir TI

Boucle héliumHYLIAL (Air Liquide) 1 000 L/h Pré-refroidissement azote Turbines à paliers gaz Voir TI – J

Turbines à paliers gazLiquide) 1 000 L/h Pré-refroidissement azote Boucle hélium Voir TI – J 3 603 – 2

Voir TI – J 3 603 – 2 à 9azote Boucle hélium Turbines à paliers gaz H 2 ortho : spin d’électrons parallèles H 2

H 2 ortho : spin d’électrons parallèles H 2 para : spin d’électrons antiparallèles Ambiante : 75% ortho et 25% para Froid : 100% para Ortho Para : réaction lente et exothermique

25% para Froid : 100% para Ortho Para : réaction lente et exothermique S o u

Source : WWW 437

Alimentation Echangeur "boîte froide" H 2 Pré-refroidiss. fréon Pré-refroidiss. Boucle azote hélium
Alimentation
Echangeur
"boîte froide"
H 2
Pré-refroidiss.
fréon
Pré-refroidiss.
Boucle
azote
hélium
Catalyseur
Ortho Para
Production
Détente
isenthalpe
H 2
Source : TI 406
67
Alimentation Pré-refroidiss. azote H 2 Echangeurs chaleur + cata Détentes turbines Détendeur à éjecteur
Alimentation
Pré-refroidiss.
azote
H 2
Echangeurs
chaleur + cata
Détentes
turbines
Détendeur
à éjecteur
Boucle
hydrogène
Production
Détente
vanne
H 2
68
Source : WWW 438

DÉTAILS DE FONCTIONNEMENT

Catalyseur Fe/Cr dans les échangeurs pour favoriser la conversion ortho para dans les échangeurs pour favoriser la conversion ortho para

Pré-refroidissement fréon puis azote fréon puis azote

Boucle de refroidissement H 2 (ou He). Théoriquement, le fluide traité pourrait jouer ce rôle. La boucle séparée H 2 (ou He). Théoriquement, le fluide traité pourrait jouer ce rôle. La boucle séparée procure un fonctionnement plus stable

Enthalpie résiduelle très faible si T > 50 K (20 K pour He) Obligation de détendre avec travail (cryo-expander ) pour atteindre cette température cryo-expander) pour atteindre cette température

Détente isenthalpe vanne seulement à température plus faible vanne seulement à température plus faible

Détendeur à éjecteur : ré-aspire les vapeurs du stockage éjecteur : ré-aspire les vapeurs du stockage

Boite froide : échangeurs à plaques ou bobinés (Air Liquide) : échangeurs à plaques ou bobinés (Air Liquide)

4 – PRODUCTION DE L’HÉLIUM LIQUIDE

Liquéfacteur HELIAL (Air Liquide)4 – PRODUCTION DE L’HÉLIUM LIQUIDE Jusqu’à 300 L/h Pré-refroidissement azote Turbines à paliers gaz sans

Jusqu’à 300 L/hDE L’HÉLIUM LIQUIDE Liquéfacteur HELIAL (Air Liquide) Pré-refroidissement azote Turbines à paliers gaz sans

Pré-refroidissement azoteLiquéfacteur HELIAL (Air Liquide) Jusqu’à 300 L/h Turbines à paliers gaz sans contact (150 à 200

Turbines à paliers gaz sans contact (150 à 200 000 rpm)(Air Liquide) Jusqu’à 300 L/h Pré-refroidissement azote Source : WWW 439 70 Peu de données disponibles

Source : WWW 439

70

Peu de données disponiblesgaz sans contact (150 à 200 000 rpm) Source : WWW 439 70 Voir TI –

Voir TI – J 3 605 – 9 à 13à 200 000 rpm) Source : WWW 439 70 Peu de données disponibles Comportement complexe (superfluide)

Comportement complexe (superfluide) en dessous de 2,17 Kgaz sans contact (150 à 200 000 rpm) Source : WWW 439 70 Peu de données

Compresseur Pré-refroidiss. He azote Echangeurs de chaleur Détente turbine Production Détente He isenthalpe
Compresseur
Pré-refroidiss.
He
azote
Echangeurs
de chaleur
Détente
turbine
Production
Détente
He
isenthalpe

Source : WWW 440

71

Source : WWW 441

Source : WWW 441 72

DÉTAILS DE FONCTIONNEMENT

Pré-refroidissement azote azote

Pas de boucle de refroidissement séparée (sur le schéma) Détente du fluide traité lui-mêmeDÉTAILS DE FONCTIONNEMENT Pré-refroidissement azote Enthalpie résiduelle très faible si T > 20 K Obligation de

Enthalpie résiduelle très faible si T > 20 K Obligation de détendre avec cryo-expander pour atteindre cette température cryo-expander pour atteindre cette température

Détente vanne (enthalpie constante – Joule-Thompson) seulement à température plus faible vanne (enthalpie constante – Joule-Thompson) seulement à température plus faible

Boite froide : échangeurs à plaques ou bobinés (Air Liquide) : échangeurs à plaques ou bobinés (Air Liquide)

Voir TI – J 3 605 – 9 à 13seulement à température plus faible Boite froide : échangeurs à plaques ou bobinés (Air Liquide) 73

5 – LA NEIGE CARBONIQUE

Point triple du CO 2 supérieur à la pression atmosphérique 2 supérieur à la pression atmosphérique

Equilibre solide – vapeur à P = 1 atm et t = –56,57°Ctriple du CO 2 supérieur à la pression atmosphérique Détendre en traversant le point triple Source

Détendre en traversant le point tripleEquilibre solide – vapeur à P = 1 atm et t = –56,57°C Source : WWW

et t = –56,57°C Détendre en traversant le point triple Source : WWW 443 Source :

Source : WWW 443

Détendre en traversant le point triple Source : WWW 443 Source : WWW 442 Neige carbonique

Source : WWW 442

Neige carbonique compressée et extrudée

75
75
75

DIAGRAMME PRESSION ENTHALPIE

P Point critique Condensation Point triple Neige Alimentation CO 2 gaz produite Traversée h point
P
Point
critique
Condensation
Point
triple
Neige
Alimentation
CO 2 gaz
produite
Traversée
h
point triple
76
Source : RAZN 401
Détente 3
Détente 2
Détente 1

VI – CONCLUSIONS DU CHAPITRE

Domaine industriel important et en expansionVI – CONCLUSIONS DU CHAPITRE Domaine extrêmement spécifique (matériels et procédés) Très petit nombre d’acteurs

Domaine extrêmement spécifique (matériels et procédés)DU CHAPITRE Domaine industriel important et en expansion Très petit nombre d’acteurs pour la cryogénie (Air

Très petit nombre d’acteurs pour la cryogénie (Air Liquide, Air Products, Linde, Messer, Praxair…)Domaine extrêmement spécifique (matériels et procédés) Acteurs spécialisés dans le GNL (Technip Axens, Shell, Air

Acteurs spécialisés dans le GNL (Technip Axens, Shell, Air Products, Linde…)(Air Liquide, Air Products, Linde, Messer, Praxair…) Procédés devenus classiques pour le gaz naturel et pour

Procédés devenus classiques pour le gaz naturel et pour l’air et collaboration entre les acteursdans le GNL (Technip Axens, Shell, Air Products, Linde…) Savoir-faire très spécifiques pour la liquéfaction de

Savoir-faire très spécifiques pour la liquéfaction de H 2 et He. Secrets du design des procédés préservé 2 et He. Secrets du design des procédés préservé