Vous êtes sur la page 1sur 2

Ana Rita CUNHA

Fiche de lecture

→ BOURDIEU, Pierre. L'opinion publique n'existe pas.1972

1. LE BUT
Analyse du fonctionnement des sondages et leur fonctions. On a les distorsions même que toutes
les conditions de la rigueur méthodologique sont remplie dans la recollection et l'analyse des
données.

- Les biais:
– Les instituts des sondages transgressent le précepte élémentaire de la construction d'un
questionnaire car ils induisent la réponse à travers leur façon de poser la question.
– Conditions sociales d'apparition de ces biais: Il y a la question de les conditions de
travail de qui produit les questionnaires, mais surtout ils tiennent au fait que les
problématiques que fabriquent les instituts de sondages d'opinion sont profondément
liées à la conjoncture et dominées par un demande sociale: des intérêts politiques (une
question seulement est posée lorsqu'elle devient un problème politique).

- La « construction » de la opinion publique:


– « L'opinion publique est avec nous »: l'effet fondamental de l'enquête d'opinion consiste
à constituer l'idée qu'il existe une opinion publique unanime, donc légitimer une
politique et renforcer les rapports de force qui la fondent ou la rendent possible.
– L'opinion publique chiffré: l'opinion publique comme la moyenne des opinion
(sommation purement additive d'opinions individuelles)
– L'opinion publique comme artefact: les pourcentages publiés dans les unes des journaux
dissimulent que l'état de l'opinion à un moment donné du temps est un système de
forces, de tensions complexe.
– Les opinions sont des forces et les rapports d'opinions sont des conflits de force entre de
groupe

2. LA PRODUCTION DU EFFET DE CONSENSUS

1er postulat: « Tout le monde peut avoir une opinion »


- Ignorer les non-réponses:
– Compétence ou sentiment de compétence pour répondre: genre (le taux de non-réponse
plus élevé chez les femmes que chez les hommes), niveau d'instruction (taux de non-
réponse est inversement proportionnelle au niveau d'instruction dans les questions de
problème de savoir et il est proportion dans les question éthiques) et les questions
génératrices de conflits ( plus une question est conflictuelle par une groupe plus haut est
le taux de non-réponse)
– Le taux de non-réponses apporte des informations sur ce que signifie la question et aussi
sur la catégorie considérée. Celle-ci est définie autant par la probabilité d'avoir une
opinion que par la probabilité conditionnelle d'avoir une opinion favorable ou
défavorable.
- Principe de production des réponses:
– Compétence politique: pour répondre adéquatement une question politique il faut être
capable de la constituer comme politique, être capable de lui appliquer des catégories
proprement politiques

1
Ana Rita CUNHA

→ Les instituts des sondages supposent que tout le monde une opinion politique.
Néanmoins, la compétence politique n'est pas universellement répandue. Elle varie
grosso modo comme le niveau d'instruction.
– Ethos de classe: un système de valeurs implicites que les gens ont intériorisées depuis
l'enfance et à partir duquel ils engendrent des réponses à des problèmes extrêmement
différents.
Les opinions que le gens vient, un grand partie de leur cohérence, de leur logique, à
l'ethos de classe.

2ème postulat: « Tout les opinions se valent »


– Le prise d'opinion: on prend les opinions que l'on est prédisposé à prendre en fonction de
la position que l'on occupe dans un certain champ
– Les enquêtes appréhendent les opinions dans les situations artificielles. On suit les règles
de l'« objectivité » et on fait les questions plus neutre possible. Cependant, le prise
d'opinion dans la vie réel est selon l'effet de politisation devant des opinions constitués
soutenues par des groupe.
– La probabilité d'avoir une opinion varie en fonction de la probabilité d'avoir du pouvoir
sur ce à propos de quoi on opine. L'enquête d'opinion traditionnellement ignore à la fois
le groupes de pression et les dispositions virtuelles qui peuvent ne pas s'exprimer sous
forme de discours explicite
3ème postulat: « Poser la même question a tout le monde dès l'hypothèse que qu'il y a un consensus
sur les problèmes
– L'effet d'imposition de problématique: les questions qui réellement se posent les gens et
la problématique par rapport à laquelle ils les répondent ne correspondent pas a
lesquelles les instituts de sondages construisent leur résultat des enquêtes.
→ la problématique dominante est laquelle d'intérêt du groupe que détient le pouvoir.

« L'opinion publique dans l'acception implicitement admise par ceux qui font de sondages d'opinion
ou ceux qui en utilisent les résultats, je dit simplement que cette opinion-là n'existe pas »
Pierre Bourdieu, page 11