Vous êtes sur la page 1sur 30

Introduction à la sociologie

Pr. Bouchaib MAJDOUL


Contact: bouchaibmajdoul@yahoo.fr
Définitions
Etymologie : Sociologie
- du latin socius, compagnon, associé, société
- du grec logos, discours, parole, science

Sociologie: Science de la société


Rf: le dictionnaire de politique
Définitions

• La sociologie est la « science des phénomènes


sociaux, des mécanismes qui président à leur
déroulement ou encore des comportements
des individus en tant qu’acteurs sociaux»

Rf: Dictionnaire d’économie et de sciences sociales, Nathan, 1997


Définitions des pères fondateurs

Pour Emile Durkheim la sociologie est une


science qui a pour ambition l’explication des
faits sociaux.
Rf: E. Durkheim: Les Règles de la méthode sociologique.
Définitions des pères fondateurs

• Max Weber définit la sociologie comme une


« Science qui se propose de comprendre par
interprétation l'activité sociale et par là
d'expliquer causalement son déroulement et
ses effets »
Rf: Max Weber, Economie et société t.1, p.28.
Disciplines avoisinantes
• La psychologie : science ayant pour but de
comprendre la structure et le fonctionnement
de l'activité mentale et des comportements
qui lui sont associés.
Disciplines avoisinantes
• La psychologie-sociale : La psychologie sociale
consiste à essayer de comprendre et
d’expliquer comment les pensées, sentiments
et comportements des individus, sont
influencés par la présence imaginaire,
implicite ou explicite des autres »
Quelques concepts clés de la
sociologie durkheimienne
Fait social: « des manières d'agir, de penser et
de sentir, extérieures à l'individu, et qui sont
douées d'un pouvoir de coercition en vertu
duquel ils s'imposent à lui »
Le fait social a trois principales caractéristiques :
il est collectif, extérieur à l’individu, et
contraignant pour ce dernier.
Rf: E. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique,
p.67.
Quelques concepts clés de la
sociologie durkheimienne
Intégration : le processus d’intégration chez
Durkheim « concerne la façon dont un
groupe social attire à lui l’individu, se
l’approprie en quelque sorte ; ce processus
passe par des interactions fréquentes entre
les membres du groupe, par l’existence de
passions uniformes dans le groupe et, enfin,
par la poursuite de buts communs ».
Quelques concepts clés de la
sociologie durkheimienne
• Durkheim caractérise ainsi l’intégration dans
son livre: Le Suicide : « Quand la société est
fortement intégrée, elle tient les individus
sous sa dépendance, considère qu'ils sont à
son service et, par conséquent, ne leur
permet pas de disposer d'eux-mêmes à leur
fantaisie […]. (p.79-80).
Quelques concepts clés de la
sociologie durkheimienne
• Régulation : le processus de régulation chez
Durkheim vise à « réguler, harmoniser les
comportements [des] individus. Ce processus
de régulation passe par l’existence d’une
hiérarchie sociale, de passions socialement
adaptées pour chacun, suivant la place
occupée dans cette hiérarchie et, enfin, il
suppose que cette hiérarchie est considérée
comme juste et légitime par les individus
faisant partie du groupe ».
Quelques concepts clés de la
sociologie durkheimienne
• La régulation s’oppose à l’Anomie, situation
dans laquelle la société perd de son autorité
morale sur les individus et les objectifs
individuels en viennent à diverger par
rapport à ceux assignés par la société.
Quelques concepts clés de la
sociologie durkheimienne
• La solidarité mécanique « correspond à une
société où les individus sont semblables en
cela qu’ils partagent tous, d’une même
manière et suivant une même intensité, les
éléments constituant la conscience commune.
(…)La solidarité mécanique repose sur la
similitude des éléments constitutifs de la
société »
Quelques concepts clés de la
sociologie durkheimienne
• La solidarité organique « repose sur la différenciation
des tâches et des individus qui les accomplissent ;
l’existence de sous-groupes spécialisés à l’intérieur du
groupe social donne libre champ à l’individuation,
c’est-à-dire à l’existence de l’individu entendu comme
source autonome de pensée et d’action.
• En effet la spécialisation impose aux individus de se
particulariser, ce qui veut dire qu’ils ne partagent plus
tous les mêmes croyances et que celles-ci ne
s’imposent plus à eux avec la même intensité » .
Règles relatives à l'observation des
faits sociaux selon Durkheim
1- Considérer les faits sociaux comme des
choses.
• Aller des choses aux idées et non pas des
idées aux choses.
• il faut écarter systématiquement toutes les
prénotions, les évidences, les jugement de
valeurs, le sens commun…
Règles relatives à l'observation des
faits sociaux selon Durkheim
2- Le social s’explique par le social.
Écarter toutes explications psychologiques.
Écarter toutes explications divines.
Écarter toutes explications raciales.
Règles relatives à l'observation des
faits sociaux selon Durkheim
• A ce sujet, Durkheim souligne que « la cause
déterminante d'un fait social doit être
cherchée parmi les faits sociaux antécédents,
et non parmi les états de la conscience
individuelle »
• L’approche durkheimienne est qualifiée,
d’holiste, explicative.
Quelques concepts de la sociologie
wébérienne
• Sociologie compréhensive : Pour Weber, la
sociologie se propose de « comprendre par
interprétation l’activité sociale » : il s’agit
donc de comprendre le sens que les individus
assignent à leurs actions.
Quelques concepts de la sociologie
wébérienne
Une activité sociale est un comportement
humain qui a un sens aux yeux de celui ou
celle qui l’adopte, c’est-à-dire que ce
comportement n’est pas purement réflexe
(comme le fait d’éternuer), mais a une
signification particulière pour l’individu.
Quelques concepts de la sociologie
wébérienne
• Une activité est une activité sociale si le sens que
je lui donne se rapporte au comportement
d’autrui, c’est-à-dire qu’à un certain degré, cette
activité est influencée par la situation des autres,
par ce que font les autres autour de moi.

• Pour comprendre l’activité sociale, il faut donc


comprendre le sens que les individus assignent à
leurs actions. Le point de départ de l’analyse est
donc individuel.
Types d’action
• Action traditionnelle: « réflexes »,
« mécaniques » qui sont le produit de
l'habitude.
• Action affective ,émotionnelle: le type d'acte
commis sous le coup d'une émotion
• Action rationnelle (but, valeur): L’action par
laquelle on cherche à accomplir un but ou
une valeur.
Types de rationalité
• La rationalité instrumentale, ou rationalité en
finalité, ordonne les objectifs et les moyens
les mieux adaptés aux buts poursuivis. Il s'agit
pour l'acteur d'atteindre les buts qu'il s'est
donné avec une efficacité optimale ou de
croire, avec les informations dont il dispose,
qu'il emprunte une méthode efficace.
• La rationalité axiologique, ou rationalité en
valeur, oriente les actions selon des valeurs
subjectivement retenues comme raisons
légitimes ou fins ultimes pour agir.
• L'acteur ne se préoccupe alors pas des
résultats de l'action, ni des moyens utilisés. Il
recherche la valeur pour elle-même: la
noblesse, l’honneur, le courage…
Exemple
Pourquoi vous venez à l’aide d’un malade en
état d’urgence?
• a- vous le faites parce que c’est ton travail
habituel (vous avez l’habitude de le faire)
• b- Vous le faites parce que vous croyez à la
valeur de dévouement, sacrifice, de la
responsabilité éthique,
• c- vous le faites en réaction émotionnelle à
l’état critique du malade.
Exemple
• «Mustapha révise car il veut avoir une bonne note. La note est
importante car cela lui permettra de passer à la classe suivante.
Mais il ne travaille pas que dans ce but : ses parents lui ont inculqué
les principes de travail et d’honnêteté qu’il a intériorisés, et aurait
honte de ramener à ses parents une mauvaise note parce qu’il a
mal travaillé.
• Son petit frère vient l’encourager. Il lui a fait un dessin où il est écrit
« Allez Mustapha ! ». Cela fait sourire Mustapha et en même temps
le touche ; il accepte volontiers, et prend son petit frère dans ses
bras pour lui faire un câlin en remerciement.
• A 19 heures, il arrête ses révisions car il doit aller mettre la table.
C’est une règle chez lui depuis qu’il est tout petit. Avant de se
coucher, il repense au dessin de son petit frère. Lui aussi, quand il
avait son âge, il croyait que ses notes étaient influencées par tout
un ensemble de superstitions qu’il s’était créé. »
Domination et types de légitimité
• Weber montre que la domination, ne procède
jamais purement par la force. Le dominant va
toujours chercher une forme de reconnaissance,
d’adhésion à son autorité de la part des sujets qui
y sont soumis ; en d’autres termes, la domination
aspire toujours à être légitime, c’est-à-dire à être
perçue comme juste, non remise en question.
• Selon Weber, cette légitimité peut avoir trois
fondements, qui induisent trois grands types de
domination : rationnelle-légale, traditionnelle et
charismatique.
La légitimité rationnelle-légale
• Elle repose « sur la croyance en la légalité des
règlements arrêtés».
• La légitimité rationnelle-légale est celle qui
nous est la plus connue.
La légitimité traditionnelle
• Elle repose « sur la croyance quotidienne en la
sainteté de traditions valables de tout temps».
• En d’autres termes, la légitimité traditionnelle
repose sur la croyance dans le caractère sacré de
certaines coutumes ou traditions en fonction
desquelles les chefs sont désignés : c’est parce
qu’on croit au caractère sacré de la tradition qui
l’institue qu’on adhère à l’autorité du chef.
La légitimité charismatique
• Elle repose « sur la soumission extraordinaire
au caractère sacré, à la vertu héroïque ou à la
valeur exemplaire d’une personne [et des]
ordres révélés ou émis par celle-ci ».
• En d’autres termes, il s’agit d’une personne à
qui on attribue des vertus, des qualités
exceptionnelles, et c’est en raison de ces
caractéristiques qu’on se soumet à son
autorité.
Sociologie wébérienne
• Individualiste, compréhensive