RACHID BOUDJEDRA Issu d'une famille bourgeoise, Rachid Boudjedra est né le 5 septembre 1941 à Ain Beïda (dans l·Est

algérien) où il passe sa prime jeunesse. Les études commencées à Constantine sont poursuivies à Tunis au lycée Sadikia. Il participe très jeune à la lutte de libération nationale (il a été représentant du F.L.N. en Espagne). Après l'indépendance, c'est le retour au pays natal. Il entreprend alors des études de philosophie à Alger que finit à Paris (La Sorbonne). Son cursus universitaire s'achève avec la présentation d'un mémoire sur la Création et catharsis dans l·oeuvre de Louis-Ferdinand Céline. Il se destine à l'enseignement (Blida) mais en 1965, après la prise du pouvoir par Boumèdienne, il quitte l'Algérie et séjourne en France puis au Maroc. Il a assuré des séminaires à travers le monde: Maghreb, Proche-Orient, Europe, Etats-Unis. Interdit de séjour pendant plusieurs années, il retourne en 1974 en Algérie où il a commencé par enseigner à l'université d'Alger (à l·Institut des Sciences Politiques), avant d'assumer des fonctions au ministère de l'information et de la culture. Il participe à la rubrique culturelle de la revue hebdomadaire ´Révolution Africaineµ, et depuis la création de la Ligue des Droits de l'Homme, il en est membre. Boudjedra inaugure sa carrière littéraire par un recueil de poèmes Pour ne plus rêver (1965), publié aux Éditions nationales d'Alger, illustré par le peintre -déjà consacré alors- Mohamed Khadda, version censurée par l'éditeur. La deuxième version, Greffe, paraîtra en 1984 aux Éditions Denoël et sera traduite en arabe. Il est l'auteur de quelques essais: La Vie quotidienne en Algérie (Paris, Hachette, 1971), Naissance du cinéma algérien (Paris, Maspéro, 1971), Journal palestinien (Paris, Hachette, 1972). Mais c'est son oeuvre romanesque qui le fait particulièrement connaître. Son premier roman, La Répudiation, édité chez Denoël en 1969 est couronné par le prix des Enfants terribles. Toujours chez le même éditeur paraîtront: - L' Insolation (1972): Le narrateur en délire livre pêle-mêle les souvenirs traumatisants de l'enfance, (ceux-là même qui ont écorché le fils de "Ma" dans La Répudiation). L'Insolation qui est le "roman des origines" aliénantes, se transforme en roman des origines libres. Le renversement affiche la vanité de la recherche identificatoire, vouée de toute manière à l'échec. Le narrateur répond à la question des origines en s' affirmant par et dans l'écriture, comme un être qui se construit librement. N'est-ce pas là aussi la tentative du personnage central de Topographie idéale pour une agression caractérisée qui va vers l' inconnu? - Topographie idéale pour une agression caractérisée (1975): Mais d'abord ce roman ouvre le douloureux dossier de l'émigration. Considéré dans cette perspective, il tend à être un document socio-historique. L·héros, réduit à une
1

. réalité absurde et dérisoire. se meut dans l'espace à partir d'un point fixe qu'il rejoint toujours.. devient aussi langage de l'ironie qui use du fantastique et du baroque.. Ils auraient dû m'avertir. Par ce déplacement de la focalisation. à la fois "fable politique" et pamphlet. indifférence des hommes.. couleurs. "fantasmagorie spatiolinéaire". là où meurt le personnage et où naît le texte. l'émigration et le racisme deviennent des prétextes pour organiser et structurer l'espace textuel. entreprenant de rejoindre sa destination sans y parvenir. par bribes. la jeune héroïne en rupture avec l' image traditionnelle de la femme.. la raison se corrode.. L'homme à la valise et l'adresse à la main.µ . langage des frustrations accumulées. L'univers déréalisé de ce roman. politiques et historiques. reste à l'état de projet d'autant qu'il se prend d'affection pour les rongeurs alors au moment même où il se sent harcelé par un minuscule escargot. C'est autour des doctrines islamistes et communistes que nous est rapportée. définit un triple espace où l'univers des origines s'enchevêtre avec celui de l'étranger pour féconder l'univers hybride du narrateur. Et l'absence de progression dramatique rejette le discours sur l'émigration à la périphérie du texte matrice. . Ainsi dans L'Escargot entêté elle est de type névrotique et atteint un commis de l'État au service de la dératisation qui a pour mission d'assainir la ville. bruit.ombre. un pan du passé récent de l' Algérie contemporaine. Dès lors l'invraisemblable. s'avère la réalité vécue.. érotisme de la publicité. de sa révolution.Le Démantèlement (1982): s' attache à interroger. d'un procès. celle-là même qui caractérise Les 1OO1 années de la nostalgie. avant de constituer une fresque allégorique où chaque signe est métaphore. Ce bilan.) prolifèrent et s'enchevêtrent selon un agencement qui prend pour modèle la topographie labyrinthique du métro. En final. du merveilleux et du fabuleux pour contre-carrer la violence. L' envergure politique confère au roman la forme d'un débat.. Le récit. d'une mise en accusation. . Le déplacement dans l'espace fractionné organise deux récits relativement autonomes mais qui fonctionnent en écho car l'un et l'autre mettent en place un dispositif d'engrenage qui ne laisse aucune échappatoire au héros: ´La frayeur l'avait pris tout à coup car personne ne lui avait dit ça pas même les lascars. celui qui a "assisté à la 2 . passe à l'arrière plan. me décrire franchement les choses au lieu de m'induire en erreur.Les 1001 années de la nostalgie (1979): Le délire est lieu de la métamorphose qui engendre la déréalisation. partie intégrante du quotidien. mouvements. intellectuelles et idéologiques. au moyen de l' expression directe. De piège en piège il saute de la folie à la mort: C'est là que nous sommes tous devenus fous. L'extermination des rats qu'il veut mener d'une manière scientifique. aveuglé pas ses tares sociales et psychologiques. Car dans un monde pris au piège de ses propres contradictions. devient un noyau vide à mesure que d'autres textes (formes spatiales. Ils auraient dû le prévenir. nous le devons à Selma. il suggère la nécessité d'assumer la blessure identitaire.L'Escargot entêté (1977): La folie prend plusieurs visages dans l'oeuvre de Boudjedra. de ses partis. .Le Vainqueur de coupe (1981). qui harcèle de ses questions et de sa vindicte Tahar El Ghomri. l' histoire de l' Algérie.

.Il serait illusoire de rechercher l' histoire fictionnelle propre à ce roman proposé comme un espace de convergences textuelles. . les grandes chroniques du clergé. empruntée à Saint-John Perse: "Lavez.. elle remplit ses nuits en déroulant le ruban de la mémoire fixée sur les traumatismes successifs qui balisent son destin et qui sont autant de motifs qui aiguisent la tentation du suicide. La narratrice s'affiche comme l'héritière du fonctionnaire de la dératisation. elle restait insoumise à tous ses prétextes qu'elle trouvait fallacieux.La Macération (1984): Ici se trouve énoncée une des expressions de la modernité du texte boudjedrien. Une sorte de physique de l' écho trouve son application dans ce "roman à tiroirs et miroirs".. La peur et l'angoisse constantes immobilisent le temps qui se fige dans une atmosphère de macération fétide.. les juxtapose et les enchevêtre. . confectionnant des phrases nodulaires. au féminin.La Prise de Gibraltar (1987): Et pourtant la mémoire reste vivante et se veut même critique dans ce roman qui peut être lu en intertextualité avec Les 1001 années de la nostalgie. au fronton du texte. séparés dans le temps mais confrontés l' un à l' autre. . conquérant de l' Andalousie.Le Désordre des Choses (1991).. L'épaisseur psychologique. lavez l'histoire des peuples aux hautes tables: les grandes annales officielles. Insomniaque. L' impression de redite et de relecture coince le texte dans l' immobilisme et la stagnation: le principe de la macération est ainsi mis en place. et les massacres de l' armée française en terre algérienne. Modernité à lire également dans La macération en rupture totale et systématique avec la littérature de représentation et qui nous invite à redéfinir les codes du genre romanesque. de L'Escargot entêté. Lavez. . Toute l' organisation du roman consiste dans la mise en place de ce processus de renversement qui fait que les récits se renvoient les uns aux autres. Qu'avez-vous fait? Qu'on fait les ancêtres? Laisse-moi rire. Ces deux événements. Construit à partir de citations directes ou allusives . l' ensemble des récits antérieurs (créations de l' auteur et emprunts à des références externes). mais toujours tâtonnant à la recherche du mot juste. 3 . dont la lecture donne l'irrésistible envie de croire qu'il s'agit d'une nouvelle version.. témoignent de "la dialectique du conquérant conquis". lavez 0 Pluies! les hautes tables de mémoire" .ce roman hybride ramasse en quelque sorte..naissance de l' univers et à son démantèlement" et qui passe maintenant aux aveux révélateurs de la vérité spoliée: Voilà maintenant que Selma se mettait à lui reprocher de n'avoir pas été au-devant de l' histoire. le bousculant. effilochées.L' épopée de Tarik Ibn Ziad. La pluie accompagnant chaque récit nocturne est bien la métaphore de ce désir d'effacer la mémoire douloureuse comme le dit l'exergue. par fragments. sont les deux références historiques qui fournissent la matière de ce roman où se dessine une fresque de la violence exceptionnelle. élaborant la densité du roman se veut comme la contre-partie d'une écriture constamment sapée.La Pluie (1987): Le travail d'intertextualité interne est aussi exploité dans ce roman.

les déclarations parfois agressives sur la nécessité de la rupture avec la langue étrangère.) nous est livrée actuellement. Mais il n'est pas exclusif. perceptible dans la citation conjointe du Même et de l' Autre et dans le jeu du travail d'une langue sur l' autre. Il est un des intellectuels algériens les plus actifs dans la résistance à la montée de l·intégrisme musulman. dans sa version originale. presque simultanée et assurée par l' auteur lui-même. La Macération. Preuve de cela est le pamphlet publié en 1992 (chez Denoël). L' Insolation. Boudjedra cherche à réaliser la démonstration de la conception utilitaire d'une langue maintes fois proclamée par divers utilisateurs. n'en demeurent pas moins réfutables. quête identitaire se définissant par le syncrétisme culturel. La traduction des oeuvres telles Le Démantèlement. 4 . Topographie idéale pour une agression caractérisée. qui obtint la Palme d'or du Festival de Cannes en 1975. transparaît dans les romans de Boudjedra et définit en partie le caractère littéraire de l' oeuvre. "moderniser le roman arabe"! Le changement de code linguistique qui se lit aussi comme un acte d'émancipation convoque un lectorat essentiellement nourri aux sources originelles. L' escargot entêté. Parfait bilingue. Les 1001 années de la nostalgie. L' oeuvre romanesque de Rachid Boudjedra initialement conçue en langue française (La Répudiation. dit-il. Fis de la Haine. confirme la fidélité à l' instrument de communication antérieu r et à la catégorie des lecteurs francophones. souvent dissimulé derrière le débat sur l' usage d'une langue autre que celle des origines.Boudjedra a également signé quelques scénarios dont: Chronique des années de braise de Mohammed Lakhdar Hamina. Le constat d'évidence. La Prise de Gibraltar. en langue arabe pour. La Pluie. Les contraintes historiques ont légué aux générations contemporaines de Boudjedra un héritage culturel incontournable qui compte indubitablement parmi les composantes de la personnalité algérienne. si elles paraissent justifiables lorsqu'on se situe sur la plan de la (re)conquête de l' identité et de l' émancipation des systèmes de domination. et Ali aux pays des mirages (Tanit d'Or du Festival de Carthage en 1980). Cependant. Le Vainqueur de coupe.

L' Aïd se déroule dans une débauche de sang et de luxure où s' inscrit le génocide de "l' enfance désabusée par tant de sadisme et de cruauté scintillante. Le carême n'était qu'un prétexte pour bien manger durant une longue période. Sans lien chronologique. une cruauté qui érodait toute l' innocence dont nous étions capables". Céline. donne entre autres le spectacle de l' abondance outrancière des victuailles: "on stockait pour un mois des comestibles rares et coûteux." (p. ne changeant jamais.. parfois cassés. inconexes et aléatoires dans le temps. du sang. tous s' accordent à légitimer la société machiste dont témoigne la répudiation de la mère: Solitude. Cependant. le roman est constitué de séquences de réminiscence mettant en scène: . de la chair.personnage protagoniste. narrateur. Abasourdis. la mort. elle continuait à s' occuper de nous.."(p.. d·abus. répétées chaque jour dans le même ordre strict et minutieux. interminable kermesse. du désir.La répression politique instaurée par le "clan" est tournée en dérision: "Ils continuaient à me poser les mêmes questions absurdes. 265) Tout le roman pourrait être dit une sorte de ´Recherche du réel perduµ à travers tous ces récits qui plongent dans la mémoire maladive du narrateur-personnage. Sexe renfrogné.. C·est comme s·il cherchait sa guérison en raccontant ses souvenirs d·enfance à son amante française.43) . Galimatias de meurtrissures ridées. sinon les sorciers entreraient en transe et les pratiques des charlatans envahiraient la maison. Le Ramadhan. aux labyrinthes de sa mémoire.(page 225) . douceur! Les sillons que creusaient les larmes devenaient plus profonds. forment le voyage au monde du Rachid. (p.La pratique dévastatrice de la sorcellerie. arme des indigents: "Dieu devait faire revenir Si Zoubir sur sa décision.Des "fêtes" religieuses.La présence autoritaire des mâles: religieux ou laïcs. psychiatre improvisée 5 . Ripailles"(page 22).42) . ma mère! À l' ombre du coeur refroidi par l' annonciation radicale. nous assistons à une atteinte définitive.LA RÉPUDIATION Cauchemar délirant des scènes d·oppression. ne variant d'aucune façon. car on se rattrapait la nuit sur l' abstinence somme toute factice du jour.

Une société renfermé en elle-même. qui essaie de récupérer sa mémoire brisée à on ne sait pas quel moment du passé. en l·observance du respect absolu et sans aucune chance de le discuter. une langue qui n·est cela de la société traditionelle qu·il décrit. En 1955. il constitue une équipe où l·on trouve déjà Chérif Belkacem. Ahmed Medeghri et Aïd Ahmed. qui devaient tous jouer un rôle important auprès lui. dans une complicité malsaine. Le contexte historique dans lequel s·inscrit le roman. le GPRA démet Boumediène et ses deux lieutenets les plus proches ²qui réfusent de s·incliner et entrent en dissidence avec armes et bagages. Elle possède de lois non-écrites et conductes fixes. la désignation de Boumediène. que même si elles ne sont pas appliquées. Il vient au bout de la dénonce d·une société dévoilée en ses thèmes tabous à traves la langue de l·Autre. il gagne le Maroc. devient une sorte de laboratoire du socialisme algérien: on y lit Fanon et Guevara. le père. la dissension s·est d·ailleurs déclarée: alliés à la majorité du 6 . On ne doit pas oublier le contact avec la société française. La crise devient inévitable entre les représentants de GPRA et ce courant radical. Il ne peut que se soumettre à ses circonstance dès qu·il est petit. intransigeant et puissamment armé: le 30 juin. avant la guerre d·indépendence. et de là l·Oranie. De tant plus qu·elle est appuyée par les interprétations faites du Coran. Abdelaziz Bouteflika. la famille autour du mâle. comme chef d·état-major de l·ALN. Mais le personnage. Et son seul choix arrivera le jour où il continuera avec cette tradition qui donne toute la supremacie aux hommes. où le poids de la tradition est très fort. même écrasant. qui passe pour impitoyable et peu timide sur le choix des moyens à assurer le succès de la révolution. Le ´clanµ d·Oujda est déjà formé. c·est dès qu·il était petit. à la veille de la proclamation de l·indépendence de l·Agérie. La surprise est grande quand on apprend. à la frontière tunisienne. il y a des références claires à la politique de ce moment-là). chef de la wilaya V (région d·Oran). avec un système des valeurs différentes. inamovibles.reste très discret si on le compare à des chefs de wilaya déjà fameux comme Amirouche ou Saout El Arab.étrangère au milieu qui entoure cet écoulement de délires du ´patientµ. jusqu·à la période du coup d·état méné par Boumediène. auquel il succède en 1958. Société étouffante qui ne laisse le choix à l·individu. ancien chef des maquisards (même s·il ne le nome pas. il est l·un des premiers à participer à l·entraînement que dispense aux Algériens l·armée égyptienne. À Oujda. où il s·impose très vite comme organisateur de la guérilla aux côtés d·Abdelhafid Boussouf. promu colonel. deux ans plus tard. terreur comprise. les portraits de Castro y foisonnent. ces valeurs sont bien connues et filtrées petit à petit. Quand le soulèvement du 1er novembre 1954 éclate. La base de l·organisation sociale est la tribou. Son quartier général de Ghardimaou. on y cite Sartre et Jeanson. Entre les politiques eux-mêmes.

rentrent par force chez lui. par Céline.GPRA restée fidèle à Ben Khedda. qui leur paraît le plus attaché aux options socialistes qu·ils ont choisies. C·est pourquoi on l·avait tué. Rachid. Progressivement. un lien solide entre le zaïm et le colonel. fait de l·armée algérienne la principale force du pays. on confond de moins en moins les récits avec des possibles inventions pour étonner Céline. car à travers elles peut se produire la perte de l·honneur. lequel. qui s·est retranché à Tlemcen. Rachid prend les bouts du fil de sa mémoire. Là encore. ses enfants. Boudiaf et Krim entrent en lutte contre Ben Bella. Alors. par l·hypocrisie sous-jacente. Boumediène et ses compgnons vont l·arbitrer en faveur de Ben Belle. L·alarme est déclenchée par la mise en scène du Clan. celle du Devin. son président. et surtout l·oublie des projets pour le bien être du peuple et l·abus du pouvoir. Ceux qui avaient été avec lui au maquis. Cet sorte de prophète avait anticipé les faits qui se sont déroulés après l·Indépendance: pas un changement réel. Houari Boumédiène devient en mai 1963 premier vice président du conseil. Ministre de défense. dont on change les discours. comme les femmes. font mine de ne pas le connaître et ils commencent un intérrogatoire absurd et répétitif pour insister sur sa coupabilité établie auparavant. où l·ont rejoint Frehat Abbas et Boumendjel. Encore ´la conspiration du mâle allié aux mouches et à Dieu. pendant trois ans. Souvenirs ´répudiésµ par le pouvoir établi qui mettais le crime sur le dos des français. qui réjoint le premier chapître. qui est présente par le symbol de la couverture raccourci. De cette question on parlera plus tard à propos de Rachid et son père. tué par ses propes camarades. Un honneur que l·auteur traite avec moquerie. et les conséquences qu·elle a eu pour eux. sorte de profanation sur la mémoire du Devin. le narrateur commence par des flashblacks de son enfance à pétition de Céline. il lui racconte comment elle s·est produit la répudiation de Ma. qui détiennet la même attitude qui avait le père dans la maison familiale. C·est porté par les chars de son futur rival que le premier président de la République algérienne entre à Ager en août 1962. ou même pire à cause des pillages des nouveaux arrivés. on voit la société ancrée. mais un échange de pouvoir des uns aux autres. Malgré le manque de lien chronologique. il nous rédige un tableau complet de la vie intime algérienne. En utilisant l·histoire de la répudiation. aussi ´saccagéeµ. Ce grand règlement de comptes de la guerre. dénonce là avec ses souvenir à propos de la mort du Devin. qui par le coup d·état. inamovible. Deux ans plus tard. bastion de l·honneur qu·il faut garder et protéger. et son discours fait la demarche vers la politique. de ce qu·on doit cacher. non sans avoir dû briser la résistence des combatants de la wilaya IV (Algérois): ce sang algérien versé en commun sera.µ 7 . Ahmed Ben Bella est enlevé pendant la nuit et mis au secret par les hommes du même Boumédiène. qui veut insistantement qu·il lui parle de Ma. que le clan veux faire maintenant mais avec les faits du passé qui dérangeaient le système établi à ce moment. renouvellés. mais qui continue à être comme avant.

Quand il coupe les liens avec la mère et les enfants prennent parti pour elle. celle du tryomphe qu·il incarne. et nulle part ailleurs.Le père: c·est celui qui personnifie la tradition. irréprochables et presque tout-puissants devant les femmes. condamnée par la cruelle répudiation qui lui fait subir le père. méconnaissantes de la vie qui se déroule au délà des parois dans sa propre ville qu·elles ignorent: µLes hommes parlaient fort. que j·avais l·unique chance de retrouver le père!(p.. sa mort figurée est plus tragique: ´Trente 8 . Il devient pourtant.La famille: .. provocant l·envie des autres hommes qui rêvent eux aussi d·être à sa place. et célèbre les noces avec grandiosité. Avec la répudiation elle est condamné à mourir. qui est un thème récurrent dans tout le roman. Elle n·est jamais ´une femmeµ. donc. Et cette femme a été répudié comme épouse. exilées dans les murs de la maison. Ils jouent un double rôle: D·un côté.µ (p 51) D·un autre côté. donc. comme grand patriarque. actifs. et abandonnée aussi corporellement. il y a un éloignement des fils auxquels il devait transmettre les signes d·identité. Ils sont tous les mâles de la famille. des nombreusses amantes. dans le treilles de la société. mais une morte figurée. des femmes des bordels qu·il rend visite..39).Les oncles: ils viennent à reinforcer le rôle du père. complétement muette car elle n·a plus de rôle. dynamiques. Après. grossissaient les phénomènesµ (p.. l·être hais et désiré au même temps: ´L·étalement familial me mortifiait et pourtant c·était dans cette périphérie oiseuse. donnaient des ordres strictes. 52) Les oncles et les tantes se montrent cruels avec la répudié (je ne savais comment me venger du sadisme du clan vis-à-vis de Ma) (p. ils fréquentent les bordels des villes où ils friment de méner des affaires importants du commerce et ´ils mentaient. 58) . supérieurs.il met en valeur l·importance du rôle de la sexualité.. les signes d·identité de la culture ancestral laquelle accorde tout le pouvoir au mâle ´allié aux mouches et à Dieuµ (p. ´une personneµ.La mère: Une femme pas trop âgée. Il a l·habitude de leur donner des discours sur la morale et la réligion qu·ils savent hypocrites. mais au-dessus de tous: le père. C·est le seul qui avait acquis une culture et cela lui avait permis de monter dans le commerce import-export et d·atteindre la possition privilégié qu·il occupait dans l·ordre social. il décide de se marier avec une jeune fille de quinze ans. Mâle despote entouré des femmes de la famille qui l·obeissent. les mendientes.53) . d·abord elle est ´la fille deµ pour passer à être ´l·épouseµ et ´la mèreµ. Ce n·est pas une morte au sens littéral du terme. des êtres visibles avec un mot à dire. ils se montrent importants. et même elle est bien acceptée dans l·ordre sociale.. puisque la seule issue d·une femme dans la tradition est la vie familiale.. Si Zoubir répresente ce pouvoir qu·il impose à la maison premièrement par la répudiation à la quelle nul s·oppose. elle devient nulle et doit se mettre à l·écart.

Et pour les garçons.. elle... le narrateur racconte l·histoire de son ´enfance saccagéeµ. d·une épouse plus jeune pour Si Zoubir dans le contexte du mariage. cela constituera plutôt une honte qu·elle ose aller contre la tradition. lui. sans la questionner. de revolte interne. La répudiation est légitimé: Ma reprenait alors sa place parmi les traditions envahisantes et réintégrait les dimensions de l·ordre. Aussi la société reprenait-elle son souffle et psalmodiait-elle d·une voix triomphante. lequel constitue une grande fête.46) Ils deviennent pour ainsi dire. µSourtout pas d·insolence pour ne pas rebuter les ancêtres. il disposait une barrière d·hostilité qu·il s·ingéniait à consolider. On assiste au déclin progressif de la mère: elle aprend sa prochaine répudiation. Ou bien. Elle allait en finir avec sa vie de femme visitée conjugalement et dignement par le mâle effréné. (p.. le mâle tout puissante. des orphélins.. méprisée comme un objet qui ne set à plus rien et qu·on jète à la poubelle. la seule façon de participer en quelque sorte dans la vie: rendre visite aux amies ou aller au bain maure.(p. éffacée.µ(p.Une orgie du sang qui marque le renouvelement. Elle fait ce qu·on attend d·elle: elle continue dans la tradition et la perpétue. elle ne peut participer qu·en préparant le banquet pour ls invités. d·abord par la répudiation de sa mère. Comme le sacrifice du mouton de l·Aïd.les femmes sont condamnées à l·aphasie. elle restait sous la dépendance financière et morale du père.. La mère est répudié et il n·y a rien qu·elle y puisse faire à cet égard. ´Le peuple. . dès notre enfance éreintée par cette course à la découverte du père phallique mi9 . nous allions nous abîmer dans cette lutte difficile où les couleurs ne sont jamais annoncés: la recherche de la paternité perdue.. Ma savait qu·il y allait de l·honneur de la famille. ou d·acceptation. parce que ´Répudiée. étouffé en vie dans la maison-cimentière.43). comptait sur l·abstraction des formules magiques.Zahir et Rachid: En fait.. des orphélins de la culture des mâles qu·ils essaient de découvrir par leurs propres moyens: Le saccage était en nous..Ils sont tous rejetés par la coupure du lien paternel.µ (p. avec qui il s·allie instintivement.µ (p.46) Par conséquent dans le mariage. Si Zoubir se fondait sur son bon droit et sur la religion. En fait.µ(p. bras et pieds attachés comme un animal qu·on va égorger. Elle assume le fait d·être quittée. 43) La mère devient une ombre et comme le comble de l·humiliation. c·est de démander la permission de son mari ´qui ne l·accordait que parcimonieusementµ. 42) Elle est enterrée encore vivante. incappacité de réaction. Elle pourrait se révolter et n·arrivera à se faire entendre parce que sa parole ne compte pas. et dans celui de l·Aïd. elle n·a pas vraiment de choix. . ´Entre nous. Effarés. qui s·appuye sur la réligion pour agir à son aise avec ses amantes: ´Pour répudier Ma. ce qu·ele fait: accepter avec soumission la décission de son mari. on assiste à la fète du mariage.- - - - - ans. de l·oubli des offenses faites.38). Après celui de la mère. battait des mains et se réservait des lendemains de fêteµ (p. la chambre-tombe: ´Claustration que l·on donnera en exemple aux veuves engrossées et aux répudiées indisciplinées. sa femme.43) . car une femme n·est jamais adulteµ.

obturés que nous étions par l·amour violent de notre mère qui nous mettait à portée de l·inceste et du saccage. qui soutenait moralement et financièrement le Clan. Zahir. Par contre. Quel marécage. et que par sa faiblesse. mais afin de mieux exploiter les classes pauvres et de les avoir à la portée de la main (p. il n·arrive jamais à accomplir. de la famille en général. dans une allussion continue à l·injustice. Ils sont mis à l·écart. et déjà nous étion pressés de trouver la faille. récurrent dans le roman comme signe de violence. l·hypocrisie et le déspotisme est perpetué hors de la maison familiale vers la 10 . 49) La présence continue de la sexualité chez les deux adolescents peut être revelatrice du désir de ressembler au père. Il en est témoin des faits qu·ils veulent cacher. et suttout l·idée de sang des femmes. en brisant les verrous de toutes les chambres fermées à clef. puisque c·est un signe de son pouvoir.. Rachid effectue la mort symbolique du père détesté contre lequel il se soulève. Encore. Avec la mise en scène du Clan. dans un monde demeuré fermé à notre flair de mauvaises graines dispersées au sein de la maternité dévorante. pour nous en prendre à la tribu. en couchant avec la marâtre. car la sentence avait été vivace dès notre enfance. transformée plus tard en clan restreint afin de mieux donner ses ordres et édicter ses lois et ses exigences. mi-apparent. accaparé par ses nombreuses femmes et dont nous poursuivions l·ombre désinvolte et sûre d·elle-même. perdu dans ses sortilèges.- - - - - réel. (p. pendant qu·il fait ses visites amoureuses dans la ville. Cependant. au port. 281). Ils veulent tuer le père castrateur. Ou bien. on voit comme la tyranie du père. Rachid est soumis à des abus de la part des adultes. à l·école coranique. revient saoule et tombe en délires terroristes contre le père et contre le foetus qu·il faut tuer. tombaient dans le traquenard de l·unité. Zahir ne supporte pas l·approche des femmes. comdamnés à vivre appart comme les femmes. mais le périple s·enfonçait à jamais dans les affres de l·alcool et de l·inceste. Une grosse partie de la société ferme les yeux et colabore dans le pillage que le pouvoir réalise. comme il est défini le complexe d·Oedipe. Maintenant on est face à la répression idéologique de ceux qui veulent éffacer le passé et reconstruire l·histoire d·une façon qui leur arrange. enfermé dans le villa. lors de ses sorties nocturnes. est suivie par la tyranie politique. on pourrait dire qu·il vole l·honneur de son père à travers sa femme. ´par le rêve d·un jour meilleur. le sang. non pour la défenserigoriste.µ (pages 220-221). sans répit ni espoir. transbaladés d·énigme en énigme. étonnés par le nombre criossant de demi-frères et de demi-soeurs qui entravaient notre marche vers la découverte merveilleuse du patriarche inique.) et coller à un traditionalisme réactionnaire qui figeait tout selon des modèles ancestraux.l·érotisme des cousines dans la maison familiale.. applaudissaient à tout rompre aux insanités des chefs sur la gradeur nationale et la dignité recouvréeµ (p. un autre thème. gage au développement et de l·abondance. faussée par d·irrémédiables apocalypses dont Ma était la plaque tournante. quelle fiente avions-nous évités? Aucun.. La haine contre le père castrateur se manifeste tout au long du roman. ´Si Zoubir. au four. Rachid et Zahir partent à la recherche de l·image mythique du père mais ils trouvent l· Atrocité de la cohabitation avec le mondedes adultes où je rentrais par effraction.par son attachement à la mère: Quelque part la rupture avait été définitive.281). n·était pas parmi les moins acharnés à lutter contre la subversion étrangère: il fallait (..

de renversement et de transformation menés par une démarche parodique et une dérision poussée jusqu'à l'absurde. puisque la musique est née après un conflict de génération d·après guerre." L'imagerie du "réalisme grotesque" l'emporte et déclenche le carnaval où nous retrouvons invariablement la relation au boire et au manger liée à l'écoeurement. et ces jeunes chanteurs ont utilisé les textes pour imposer leurs opinions et leurs nouvelles façons de vivre contre l·ancien système. sa laideur et sa violence: "dénonciation que j'exagérais parce que je la voulais plus acerbe. l'agressivité. Une telle construction n'était 11 . à une même finalité: leur échec afin de les neutraliser. Le récit subit ainsi la cassure et le renversement voulus par l'écriture subversive. Soulignant chez l'homme algérien la mouvance de l'imaginaire entre le profane et le sacré. où le perdant est toujours le plus pauvre. ou tout du moins parvenir à une atténuation de la souffrance: "C'est grâce à cette charge que l' on dépose sur la feuille que l' on arrive à une certaine libération de soi" écrit-il. Il soupçonne que son père avait ordonné sa séquestration et enfermement dans le bagne. la provocation. L'écriture procède aussi du règlement de compte "pour rendre le réel inoffensif" et conjurer le mal. mais il décide de passer inaperçu enfermé dans l·hôpital où on lui considère peu dangereux. Dans le contexte musical. Raï dans le texte voudrait dire ´l·opinion personnelleµ. lié à une agitation de foule. la subversion. Ces caractéristiques d'un texte qui se rattachent au fonds populaire contribuent à l'élaboration d'un texte second. Le même phénomène que l·on trouve dans le roman: une dénonce de certains aspects de la société. ou celui qui nous concerne. empêchent le roman de se constituer comme tel par effraction. vers la société entière. qui parle d·aventures amoureuses qui étaient interdites dans les coutumes algériennes.Il essaie d·organiser une révolution dans l·hôpital contre les menbres du clan. jusqu·à l·arrivée des romans comme Le Passé Simple de Driss Chraïbi. Céline sort de le scène au moment où il commence à organiser ces mouvements révolutionnaires contre l·abus de pouvoir prédit par le Devin. . l'écrivain intervient pour ramener deux données contradictoires évoluant en parallèle. la décission et la voie personnelle à suivre pour faire sa propre vie. que la plupart de fois restent des thèmes tabous desquels personne n·en parlais. Roman ethnographique en apparence. le plus faible. sur fond sonore cacophonique. c·est une musique révolutionnaire contre les moeurs. Les effets de cassure et d'enfermement. Ce roman est comme une chanson délirante du Raï. c'est essentiellement souligner que l'écriture est conçue comme une catharsis par laquelle l'écrivain se libère de ses angoisses et de ses fantasmes. La Répudiation est perçu comme un roman contestataire où le discours envisage l' autodafé de la société traditionnelle saisie dans ses vices.politique. Redire la violence.

. Rachid. le chef des maquisardsµ (28 décembre 1978). Le Roman Algérien de langue française. BIBLIOGRAPHIE  BONN. dire sa "bâtardise" pour répondre au "Qui-suis-je" initial. Littératures francophones: I. Charles. perdu dans le vertige de la mémoire./Default. La Répudiation.Dossiers & Documents. Éditions Denoël. Jean.possible que grâce au narrateur qui accepte de perdre sa raison pour conquérir le pouvoir de dénonciation. nº 203. 1996  Page d'accueil du site Limag <.htm> (Littérature maghrébine) 12 . 1969  LACOUTURE. de dire sa propre répudiation du milieu familial et social./. Le Maghreb. 1985  BOUDJEDRA. "La folie simulée n'était qu'une attitude de défense"..Octobre 1992  NOIRAY. Éditions Belin. Jacques. une "maladie mythique créée de toute pièce" pour le triomphe de la liberté d'expression qui permet à Rachid. ´Houari Boumediène. L·Harmattan. dans Le Monde.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful