Vous êtes sur la page 1sur 24
 
 2»«
 Anade Aoust
 de
 19 8
ROUNIQUÉTE
 DOUS
 RE LAMS
A
 perpaus
 de
 "
 Politique
 Felibrenque
 "
Lou
 nouste counfray
 Azéma,
 sendic
 de
 la
 mantenence
 de
 Lenga-
doc,
 qu'a
 escriut,
 aqueste
 tour,
 ue
 manière
 de
 respounse
 à
 u article
dou
 felibre
 Alibert,
 p'arescut
 à
 «
 erro
 d'Oc
 »
 de
 Toulouse,
 doun
lou
 titre
«
 Politiquo
 d'abord
»
 e
 parle
 prou
 tout
 soul.
Que
 soy
 demourat trente
 ans
 au
 miey
 de
 la
 batsarre
 politique,
 que
seri
 hère
 pèc,
 beitat,
 si
 en
 aquet
 trentenat d'ans
 n'abi
 pas
 après
arré.
 La
 politique,
 si
 disen lous
 manuels,
 qu'ey
 la
 manière
 de
 gou-
berna
 ;
 mes
 coum
 cadu
 prétend
 que
 la
 soue'
 manière
 qu'ey
 la soûle
boune,
 nou-s
 eau
 pas
 estouna
 si
 l'acord
 nou-s hè
 pas
 soubent
 sus
toutes
 las
 questious.
 Qu'en
 y
 a
 pla
 quauques
 ues
 qui, suban
 lou
tèrmi counsaerat,
 nou-s
 discuten
 pas,
 mes
 auta
 pla,
 si
 s'abisaben
de
 las
 discuti
 que-s
 discutaren
 autant
 e
 lhèu
 mey
 coum nade
 aute.
L'Escole
 Gastou
 Febus
 qu'ey
 ue
 soucietat
 de
 mounde
 rasounable
 ;
qu'èm
 pacients
 e
 que
 sabém
 que
 dab
 pacience,
 en
 nou
 pas
 toutu
decha
 escourre
 lous ahas
 de
 la
 maysou,
 las
 causes
 rasounables
 que
fenéchen
 per
 se
 ha.
La
 manière
 horte,
 n'ey
 pas
 toustém
 la
 boune,
 que
 s'en
 manque.
En
 tèrmi
 de
 mestié,
 la
 berfadère
 manière
 horte
 que
 s'apère
 la
 guer-
re,
 mes
 cadu
 que
 sap
 (ço
 qui
 s'ey passât
 qu'ai
 a
 après
 à
 touts),
 que
dab la
 guerre,
 que
 sie
 lou
 de
 débat
 ou
 que
 sic
 lou
 de
 dessus,
 mau
que
 y
 a
 ta
 touts.
 Lous qui
 disen
 :
 «
 Las
 guerres
 que
 sount
 las
 granes acouchayres
 »,
 nou
 hèn
 que
 parla
 sense
 sabé
 ço
 qui disen.
 La
 ber-tat,
 qu'ey
 mey
 plate
 :
 nou
 s'y
 hè
 de
 bonnes
 causes
 qu'en
 pats
 ;
 nou
s'y
 tribalhe
 pla que
 dab
 la
 pats
 e
 la
 tranquilitat
 de
 l'esprit.
Que
 y
 qu'aqueres
 idées
 que
 sount
 las
 dons mes
 amies
 de
 l'Es-
cole,
 e
 permou
 d'aco.
 si
 per
 cas,
 e
 y
 a
 pondut
 abc
 discutes
 per
 la-
guens
 dou
 Felibritye,
 mey
 u
 que
 de
 m'y
 mescla
 ni
 per
 lou
 me
eoumpte
 ni
 per
 lou
 de
 l'Fscole.
 an
 risque
 d'en
 cbegrina
 lhèu
 u
 on
aute,
 qu'èy
 miélhe
 aymat
 decha
 cà'de
 l'esbourrusclade,
 permou
 que lou
 mâchant
 temps
 que
 fenech
 per
 abura
 toul
 lou
 mounde.
 e
 qu'à
la
 fi
 que
 eau
 toutu
 ha
 la
 pats.
Si
 disi
 la
 mie
 pensade
 sus
 l'abiéne
 dou
 Felibritye,
 qu'en
 estouma-
gari
 lhèu
 t
 u,
 que-m
 hari
 préne
 per
 u
 «illuminât»;
 va
 que
nou~m siey
 pas
 yamev
 erednt
 lou
 mendre
 brig-alh
 de
 profète
 à
 la
eabuchole.
 que-s
 pot
 toutu
 tira
 de
 l'Tstôrie
 dou
 Mounde
 quauques
deduccious
 e
 prebéde
 ço
 qui-s
 pondéré
 pla
 passa
 si
...
 Mes,
 qu'ey
mey
 saye
 de
 nou
 pas
 al
 dise
 :
 atau,
 om
 nou
 li'oumpe
 pas
 arrés.
N'ey
 pas ue
 «
 hérésie
 »
 de
 counsidera
 Ion
 pople d'Oc,
 e
 toute
 h:
terre
 en
 deçà
 de
 la
 Leyre,
 tout
 lou cap-sus
 de
 la
 France,
 coum
 ue
 
 226
naciounalitat
 ;
 or,
 qui pouderé
 asscgura
 que
 las
 nacious
 de
 bitare
que
 seran
 toustém
 ço
 qui
 sount,
 quoan
 bedén
 ço
 qui
 la
 darrère
guerre
 a
 hèyt
 autour
 de
 nous
 ?
 inq cents ans,
 mile
 ans,
 qu'ey
 poc
de
 cause
 ta
 la
 bite
 de
 la
 terre.
 Quoan
 de
 cambiaments nou
 s'y
 a
 pas
hèyt
 en lous
 dus
 mile
 ans
 darrès
 !
Mes,
 si-m
 ban
 dise,
 tout
 aco
 qui
 poudet pensa
 qu'ey
 ta
 póurta
hère
 à
 d'enla
 lous
 omis
 e
 las
 causes
 !
Qu'ey
 pla
 permou d'aco
 qui
 nou-n
 diserèy
 pas
 arré,
 e
 que
 bau
mey
 u
 parla
 de
 la
 discute
 d'Alibert
 e
 de
 Azéma.
Alibert que
 coumence
 per
 s'en
 préne
 à
 la
 counstiticiou
 dou
 gou-
bernament
 felibrenc,
 counstituciou
 qui
 n'ey
 pas au
 pa
 de
 las
 idées
moudernes
 e
 qui
 eau,
 labels, hica-y.
 E
 Azéma
 que
 demande
 à
 Al
i
-
bert
 de
 boulé
 dise
 quin
 s'y
 eau
 préne
 ta
 d'aco.
Despuch qui
 soy
 entrât
 au
 Felibritye, quoandes ji'èy
 entenul
 de
felibres coum Alibert,
 qui
 saben lous
 défauts
 mes
 non
 pas
 lou
remèri
 !
Mes
 Azéma
 que-m
 semble
 pail
i
 labé
 sus
 lou
 cami, beroy, segu,
mes
 qui
 nou mie, per
 lou
 moument
 
 e
 que
 y
 a
 hère
 que
 dure
aço
 
 que
 sus
 la
 mountagne
 d'oun
 semble
 que
 parech
 la
 Terre
Proumetude
 ;
 mes
 lou
 cami
 qu'ey
 encoère
 à
 ha.
«
 Lou
 Felibritye,
 si
 dil
 Azéma.
 n'ey
 pas,
 urousameni; autant
 des-
proubedit
 que hères
 disen.
 Que
 eau
 abisa-s
 que
 ço
 qui-ns
 e
 îm
.nque.
qu'ey
 ue
 ourganisaciou
 qui
 tiraré
 dous òinis
 tout
 ço
 qui poden
balha, boutan
 en
 obre
 autant
 qui-s pot,
 las
 facultats
 e
 lou
 pla-boulé
de
 touts,
 ligan
 e
 armounisan
 efforts
 qui
 soun
 à
 d'aqueste
 oie
 trop
esparricats.
 »
Aquets
 prèts-hèyt,
 touts
 lous
 goubernaments,
 toutes
 las
 enstitu-
cious
 souciaTis
 autan
 pla que
 las
 soucietat?
 d'industrie
 e
 de
 cmimcr-
ce
 que
 cerquen
 au réalisa,
 mes
 que
 déu esta
 quauqu'arré
 de
 prou mau
 aysit,
 permou
 que
 nou
 soun pas
 hères
 qui
 l'escaden.
 Nou
bouy
 pas
 dise
 que nou
 eau pas,
 permou d'esta
 mau
-aysit,
 dccba
courre
 ;
 mes,
 nou
 siam
 pas
 impacients
 :
 Paris
 non
 s'ey
 pas
 bastit
en
 u
 die.
Azéma
 que
 pren,
 apuch,
 lous
 1res
 punis
 prencipaus
 de
 la
 parti
 de
bastidoure
 de
 la
 letre
 d'Alibert
 :
 l'exemple
 à
 segui
 :
 lou
 princîpî
 à
recounéche
 e
 à
 prouclama
 ;
 lou
 reglel
 d'accipu
 à
 segui.
L'exemple d'Alibert
 qu'ey
 la
 alalougne.
 Qu'ey
 dil
 acî
 medicb
 la
mie
 pensade
 ;
 Azéma
 que pense
 au
 plus
 près
 couin
 y
 on.
Lou
 princîpi
 :
 Recounechence
 dous
 medichs
 drets
 enta
 l*s
 ducs
lengues,
 la
 d'oïl
 e
 la
 d'oc.
«
 Qu'en
 eau
 fini,
 si
 dit Alibert, dab
 l
idée
 de
 la
 lengue
 d'oc
 ayude dou
 francés,
 dab
 la
 limitaciou
 de
 souti
 usatve
 à
 las
 rclaeious
 psiba-
des
 e
 à
 la
 poésie
 d'inspiraciou
 paysane.
 Ue
 longue
 nou
 pot
 bihe
qu'à
 la
 coundiciou
 d'esta
 l'utis
 de
 toute
 la
 bile
 naeiounau,
 dons
 la
familhe,
 la
 soucietat,
 lou
 goubern,
 la
 prernso,
 lou
 teàtre
 e
 la
 litera
ture
 de
 tout
 cayre.
 »
 
Aquiu
 sus,
 nou
 y
 a
 pas
 arrc
à
 dise
 e
 que
 crey
 que
 seré
 aysil
 à
respoune
 au
 qui bouleré
 countesta
 lou
 dise
 d'Alibert.
 Que
 y
 a
 dies,
per
 aco,
 qui aquet
 princîpi
 ey
 coum
 la
 pèyre
 de
 foundament
 dou
Felibritye,
 e
 si-n
 bam
 tout
 dous,
 si
 nou
 y
 a
 pas
 hère
 de
 cami
 de
 hèyt
encoère,
 qu'ey toutu
 de-cap
 à
 la
 represe
 dous
 drets
 de
 !a
 lengue
nouste
 qui
 caminam.
 Que
 y
 a
 trebucs,
 arroussegayres, 'iiachants
souldats,
 mes
 oun
 ey
 qui nou n'y
 a
 ?
 Lou
 rolle
 dous
 bous,
 qu'ey
 de
tribalha
 à
 aplani
 lous
 turouns
 e,
 sustout,
 d'educa
 lous
 ignouœnts
e
 de
 ha
 eoumpréne
 aus
 arroussegayres
 e
 aus
 mâchants
 souldats
 lou
doumau
 qui
 lien
 à
 í
'armade
 qui
 u
 marcha.
 Las
 noustes
 paraules
nou-s
 toucaran
 pas
 touts,
 de
 segu,
 mes
 nou
 seran
 pas
 toutu
 perdu-
des.
 Lou
 principau,
 qu'ey
 que
 l'armade
 que
 camine.
Alibert que
 bouleré
 que
 courrousse,
 de
 manière
 à
 da
 l'assaut
 au
mey
 lèu.
 
!
 si
 dit
 Azéma,
 pla
 beroy
;
 mes
 cm
 prèsts
 ?
Aquiu
 qu'ey
 la
 bertat
 :
 n'èm
 pas
 prêts.
 Si,
 de
 ouey
 à
 douma,
 lou
goubernament
 e-ns
 e
 dise
:
 «
 Que
 b'acourdam
 tout
 ço
 qui deman-
dât
 »,
 que serém
 en
 u
 famous
 empach
 enta
 ourganisa
 lou
 nouste
aha.
E
 aquiu
 sus
 qu'èm
 d'acord
 dab
 Azéma
 (e
 permè
 que
 n'at
 digous-
se
 qu'at
 abém
 dit
 aci
 medich).
 Mes,
 si
 lous
 plans
 d'ue
 acciou
 feli-
brenque pratique
 nou soun
 pas
 arrestats,
 au
 fi,
 fi,
 qu'en
 y
 a
 qui s'en
 soun
 toutu
 oucupats
 e
 nou
 caleré
 pas
 u
 terrible
 pous
 ent'à
 que lou
 bòlou
 e
 tournèsse
 parti.
Mes,
 quoau
 ey
 lou
 qui-u
 boulera gaha
 ?
 Qui
 a
 lou
 temps
 ?
 Qu'ey
aquiu
 sus
 qui caleré béde.
Pacience, pacience
 !
 Tout
 qu'arribe
 e
 tout
 que-s
 pedasse, encoère
u cop,
 quoan
 la
 maye
 part
 at
 bòlen.
Simin
 PALAY.
«
 
»
POUESIES
LA
 SOUE
 PRUMERE
 FLOU
En
 lou libe
 bermelh,
 toustém
 pla
 sarradéte,
Qu'èy
 ue
 flou
 qui
 per
 lou
 sou
 nou
 balhari
 ;
Lou sou
 prêts qu'ey
 toute
 ue
 counderilhéte, Soubié
 'stacant
 qu'abou
 l'amou
 per
 sou
 payri.
Gouyate
 
gouyalot,
 touts dus
 d'osse
 gascoune,
Que-ns
 eiicountrèm
 u
 cop
 enço
 d'u
 nouste
 amie
 ;
(Soubén d'oun
 nou pensam
 hade
 Amou
 que
 biroune)
Nous auts
 dus
 que-s
 troubèm
 
que-ns
 aymèm
 s'ou pic.
576648e32a3d8b82ca71961b7a986505