Vous êtes sur la page 1sur 8

L’accord du participe passé des verbes pronominaux

Nous allons aujourd’hui étudier l’accord des participes passés des verbes pronominaux. Mais
avant tout, faisons un petit rappel de l’accord des participes passés non pronominaux.

1) Rappel

a. Règle générale :

Le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le mot auquel il se rapporte.

b. Employé seul :

Le participe passé employé seul s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se
rapporte.

Ex. Des feuilles déchirées.

c. Avec l’auxiliaire être :

Le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.

Ex. Elles sont désespérées par ton attitude.

d. Avec l’auxiliaire avoir :

Le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le COD s’il est placé avant.

Ex. Il a mangé une ratatouille.


La ratatouille qu’il a mangée
2) Observation
· Elles se sont enfuies du pensionnat.

· Elle s’est doutée de sa réussite

· Les tomates se sont bien vendues.

· Plusieurs rois se sont succédé.

· Elles se sont parlé à la mer.

· Ils se sont lavés.

· Les mains, ils se les sont lavées.

· Ils se sont lavé les mains.

Observez ces phrases.


Soulignez le participe passé.
Entourez la terminaison.
Dé-pronominalisez la phrase.
S’il y a accord, avec quel mot le participe passé s’est-il accordé? (faites une flèche)
3) Théorisation

Sur base des phrases observées, remplissez le tableau :

1. Le participe passé s’accorde avec le sujet lorsque :

· Elles se sont enfuies du pensionnat.


Le verbe n’existe qu’à la forme pronominale (on
parle d’essentiellement pronominaux).

Exception : le verbe s’arroger bien · Les droits qu’elles se sont arrogés


qu’essentiellement pronominal s’accorde en genre
et en nombre avec le COD si celui-ci est placé
avant.
· Elle s’est doutée de sa réussite
Le verbe prend un sens différent par rapport à sa ≠
forme non pronominale. · Elle a douté de sa réussite

Le verbe est un pronominal à sens passif. · Les tomates se sont bien vendues.
=
· Les tomates ont bien été vendues
2. Le participe passé s’accorde avec le COD placé avant :

Les verbes lorsqu’ils ne sont pas pronominaux s’accorde avec · Ils se sont lavés.
l’auxiliaire avoir et ont un COD placé avant. =
· Ils ont lavé eux-mêmes

· Les mains, ils se les sont lavées.


=
· Ils ont lavé leurs mains.

Si le COD est placé après, le participe passé reste invariable · Ils se sont lavé les mains.

3. Le participe passé reste invariable :

Certains verbes ne peuvent avoir de COD et le pronom réfléchi assure · Plusieurs rois se sont succédé.
la fonction de COI.

· Elles se sont parlé à la mer.


Théorisation

Sur base des phrases observées, remplissez le tableau :

1. Le participe passé s’accorde avec le sujet lorsque :

Le verbe n’existe qu’à la forme pronominale (on


parle d’essentiellement pronominaux).

Exception : le verbe s’arroger bien


qu’essentiellement pronominal s’accorde en genre
et en nombre avec le COD si celui-ci est placé
avant.

Le verbe prend un sens différent par rapport à sa


forme non pronominale.

Le verbe est un pronominal à sens passif.


2. Le participe passé s’accorde avec le COD placé avant :

Les verbes lorsqu’ils ne sont pas pronominaux s’accorde avec


l’auxiliaire avoir et ont un COD placé avant.

Si le COD est placé après, le participe passé reste invariable

3. Le participe passé reste invariable :

Certains verbes ne peuvent avoir de COD et le pronom réfléchi assure


la fonction de COI.
Cas particulier :

· Avec les verbes s'écrier et s'exclamer, qui sont des pronominaux purs, l'accord avec le sujet
est obligatoire, même s'ils ont comme complément d'objet direct une interjection ou une
proposition. En fait, dans ces cas-ci, le se n'a aucune fonction logique. Elle s'est exclamée
qu'on la trompait. «Eh quoi!», s'est-elle écriée.

· Le participe reste invariable dans l'expression s'en donner à cœur joie, ainsi que dans se
rendre compte.

· Avec se persuader que, on a le choix de faire ou non l'accord avec le sujet, parce qu'on peut
aussi bien persuader quelqu'un de quelque chose que persuader quelque chose à quelqu'un.

· Malgré la présence d'une préposition devant l'infinitif, on considère celui-ci comme un


objet direct quand le substantif complément se construirait directement. Elle s'était proposé
[de nous rejoindre en matinée / de nouveaux défis]. Elle s'était permis [de répliquer / une
petite folie].

· Le participe passé de faire est toujours invariable quand il est suivi d'un infinitif, même
quand il est pronominal.

· En présence d'un attribut du complément d'objet direct, ou de ce qui semble l'être, le


participe passé s'accorde avec le sujet. Ils se sont déclarés nos amis. Elle s'est crue trahie.
4. Exercices

Accordez les participes passés :

1. Les malheurs se sont……………………………(s’abattre) sur la famille.


2. La concierge s’est…………………………… (s’absenter) quelques instants
3. Les robes qu’elle s’est…………………………… (s’acheter).
4. Elle s’est…………………………… (s’abstenir) de venir à la maison.
5. Les dettes dont il s’est…………………………… (s’acquitter).
6. Ils se sont……………………………(se battre) comme des chiens.
7. Elle s’est……………………………(se brûler) les pieds.
8. Elles se sont……………………………(se blesser) au bras.
9. Ils se sont subitement……………………………(se lever)
10. Ils se sont……………………………(se donner) la peine de réfléchir.
11. Elle s’est……………………………(se consacrer) à l’éducation des enfants
maltraités.
12. Les générations qui se sont……………………………(se succéder) se sont
toujours……………………………(s’appliquer) à la recherche du bonheur.
13. Elles se sont……………………………(se rendre) compte de l’inefficacité de leur
démarche.
14. Mes chers amis, vous êtes vous……………………………(se rappeler) de votre école
primaire ?
15. Elles s’étaient……………………………(s’habiller) de leur mieux.
16. Ils se sont……………………………(s’emparer) du château.
17. Ils se sont mutuellement……………………………(se déplaire).
18. Les hirondelles se sont……………………………(s’envoler) pour l’Egypte.
19. La bague de Rita s’est……………………………(se casser).
20. Les livres de grand-mère se sont……………………………(se vendre) comme des
petits pains.