Vous êtes sur la page 1sur 200
Pants eo jt 1988 te, Soames OLPIE-GALLIAND, ‘lime Snstn Mal SOURCES CHRETIENNES collection diripie par FF. de Lubec, 8. Jy eI. Daniétow, 8. J Sosritaiol dle direction : G. Mondésert, 8. J. GREGOIRE LE GRAND MORALES SUR JOB LIVRES 4 RT 2 INTRODUCTION BT NOTES DE Dom Rosrer GILLET, 0.8. 3. Dom ANDRE DE GAUDEMARIS, 0.5.2. LES DITIONS BU CERE, 29, a9 we 44 Tava stauEoEaD, PARIS Saeramentorum codicem, mystico calm reseribens, velerum Patra inslifala po feris transmis. Répons Wénesetin de tite do saint Goigotre,) INTRODUCTION 1 Saint Grégoire ot Pouvre des « Morales » sur Job On pourrait caseer les Phros de glise daprés tour eptitude Ta spdeutation. Saint Augustin, a Vice dane los ‘lus bauts pooblémes de la pensée, nous offre un bol exemple de mystiqae métaphysieien, Bien des Gees partagent avec lal cette qualite, taint Grégoire ce Nysse tre autres, quolques Latins seulement, tel, plus tard, saint Anselm. ‘Toute différente ext Ia maniére de Grogolre le Grand non spéculative, mals psyehologique, Ilse contente de vivre et de pitcher aux autres ee qu'll a une fois pergu, ot na ‘pas le soue! de ces tableaux d'ensemble dans Iesquels les Porot grocs se pllsfent a retracer économie de Te Rédomplion, Saint Grégolre, eest la dortrine ehrétienne orientée vero la pratique. L’anaiyse psyehologique le cétourne des vastes synthdses, ot la lecture des Moraies compocte un sisque + celui d'un exelusif regard our sof, au détriment de J couternplation de Dieu et des réalités surnatureles. De tells aliterences nent pas comme seule explication Yowinie vanigeé des dons de Ia gréce, Téquitibre dlvers de Vintobigenee pratique et de Yinteligence speculative 8 rwropuertox IL ex cat une autre plus & notre portée : Inelleetusle. Instruit, Grégoire Vest autant quit peut Vetee, mats Ig 1a formations anil ot of Il pease falt qu'il ne peut pag etre plus. Se personnaite se détgehe sur an arviéee ple fle aécacence, La Rome do son tompe n'est plas celle del {leeron ou de Virgie, ni méme celle qwont connue saint JJéréme ct saint Augustin, Sila Ville continue & Joule c’um partic des privilizes que la Rome do ta République sealt acquis par Ie fer el par le sing en canguerent le mondo, fe nfest que par la gree de ses mats de Revenne ou de yzance : dbs la fn du an sdele, elle n'est plus pratiquement] |W eapitale de l’Empire, ot eo role cat de plus en plus vid de réalité : au vi" sels, I] no reste & Romie que le Pape, L’gpoque de saint Grégoire est Yun de ces moments cllma Aériques ol se dfcident Tes mondes : ce nest plus Pantiquité, fe rest pas encore Ie moyen 4g ceeidental, east cette ésiode éphmire de Y tate que on pout appeler byzantine, FL, paradoxe ce Vhistoire, dons I'Italie que domine Byzance, Yhellénisme est mort, alors qu'il etait asia A rovivre mega Aquement dans Italie gothique dh début du sidele, Cest ‘que la guerre de roconquéte des Grces su [es Gotis a senev€) de ruiner et de €ésorganiser In péntosule, Saint Augustin, Jul non plus, n’avalt pas proses, dans son entanee, dune forte culture neliénique + sa formation greeque, om tous) points comparable & calle que peut accuéeir wn médiocn ‘lave de nos jours, n'anret pu souteni la comparatson aves celle d'un Hilaire de Poities, un Awhroise ou d'un Jérdunes Mis il avait pa s'ebeonver aux sources de Pantiquité, toutes réunios pour lul dans Gleéion et dans Virgie, Sureauty, les dernitres vaguvs du elassicisme, amortier, étaient encore ivantes. Pour rejoindre les riehossos de la culture latine, H n'était que de se plonger dans un passé tout procke SAINT GREGOIRE ET LES « MonALS > SUR JOB 9 Au temps de saint Grégoire, on ne le rtrouvalt, ee passé ‘ae Rome, quan dela du gourtre ane eremeatable aes ‘once, l ni Grégoire, ni ses contemporaine w’ont eu le moyen, fae Wo travchir, A sa naissones, vers 540, los hommes qui favsient contribae au magnifgue renouvea des études antiques sous Théodore, qui avatent ronvert les teésors de hellinisme, Bodee et som benu-pére Symmaqus, étalent tnorls depuis quelque vingt ans ot 85 rares survivants, ow se mouraient comme Denys lo Petit ou, comme Cassiodore, Staientdéja des vielllards Mats, sl ne met pas en ceuvre Tes vichesses de la culture casique, Gesactre est fae ln méthode théoiogique des Paves zrecs et latins, toute fondée sar Mexplisation dae textes saerés. « Crest Te cur ‘ani est pris & parti dans eo langage si Sloigné des formes ‘dlaicetiques, o& Te eaur de Vhomme n'est pas toujours ‘insensible! , Lesavte de Grégoite contiont do mogaltlques passages, qu valent e’ailleurs plus par la Snesse du détail la beantt de Yexpression, que par Pampleur de ta pensée. (Quant 8 Voriginlit, elle appara’ qui ta eherehe, profands sous #4 forme simple, Si le regard pareourt, IL passe sans accrocher rien do remarquable, Mais qu’il warrére 1 ct la Deauté sarait, Elle ne ge révéle qu’au lecteur attentit ct pea pressé, qualilés rares dens le monde moderna. IL faut lice lentement, e savourant sspendant Te dernier représentont En 70, apris cing ans au plus passts ‘dans son saonaetire dx Calne, Grégoire cst ordonné divere par le Pape Pélage IL ct envoyé comme spoctisiaire (novec) & Constantinople Crest 1a, dp 579 9 585 environ, que les Lrente-cing lyres des Lroceaston des “cMorales » eur earacrére, 1. YP and es Mba ula Grote eran sur Js p26 10 nemmopuercon “Morales viteat le Jour, Dans Is Yetire dedicatoire & Léandte, évique de Séville, venu en mission & Constantinople en. sntme temps que lul, Grégoire expose Voesasion, la métiode ‘et Je Dut de son ouvrage. Nous ne pouvons mieux faire que d'y renvoyer te eotour. Homelies prononeées a Gonstaatinople devant des moines, les propres fréres de Grégoire, et sur leur demande, les ‘Morales sont avant tout des eontéreices monsstiques. Eies nie veulent pas résoudre un problime spévalatit do quelque ampleur, comme, par exemple, a Cité de Dieu, mais seule- ‘ment sider A mieux vivre des ehedtions gu, pat lea yocetion, se trouvent avoir un aesds plus facile A a vie mystique Grégoire continua & travailler ce qui naval 6é au début ‘qu'un commentaire oral. Les dernleves retouches datent- de: 50m pontifical. Goumentant les paroles de Jop + « ta ausee inondé tes boris de ta mer 9, « Le Sokgreas, éeit-il, viont amener A 1a fol es consine memes du monde, Voiel que ‘ej2 NL a pénetré dans Io esour da peu pris tous Tes vaiens 5 VoleL qu‘ a groupe dane la méme foi les extréani le 'Ortent ot do YOcoident voici que Te parler de Bretagne, Jusqu'a mmsintenantgrondement barhare, publle aujourdhat tos Touanges divines et fait oho A VAiltuia des Hébreux* », Twa pu faire ® Constantinople cette allusion & Ja seconds conquéte ehrétienne do Angleterre par ls moine Augustin. et ses compagnons, pulsque cotte expédition misskonnaire ate de Vennée 598 as Le début du premier livre, on entrovoit Ie earaetére de Veséatse de saint Grégolte. 11 prend ehaque verset, et Dar dingénicuses Mégortes, yrattache tout ee qu lal semble Siéere pups envova Asgistn en tnatagus ave bonacog proche a pie de Die ere + cats année beans desis Poot SAINT OREGOINE ET LES" MORALES » SUR JOR 11 pouvoir y étre attaché. Ne berchons pas dans les Morales fine explication do textes au sens que nous donnons elle expression, Il ignore, ¢t en ec est blen de son temps, analyse littéri [quelques rares, mals fort beaux madeles. C'est ainst que dans fon eoinmentaire de Vannonce, par messagers. suocessifs, fo tous les matheurs qut ont fondu sur Job, Ml est pervenu ‘A nous rendre compte de toutes les Intentions Tittéraires ide Péerivain sneré, La seule Anesse de son sens psycholo- iique Jui a ton Hew, on eet endzott, de mos modernes mnéthodes. Mais enfin, le fat reste exeeptionnel. De nos jous, un critique commencesat, au stads Le plus éémen. taire, par distinguer dans le livre de Job un profogue, pli seus parties compronant chacune des eyeles de discours fe forme podtique, un éptlogue en prose, De tout cela saint Grégoire n'a eure, HL percourea levee entier sans faire la moindse remarque sur Ja composition et Je earactore de Peeuvre. Pour Iu avant tout moraliste et psychologue, commenter le tive de Job, cest népande & profusion Les ots de Ie doctrine premiere paragrapiies sont consaerts 4 explication chisto- Pique. mals dgja s'y giseeat maintes eonsidérations morales. [Les guatorze paragraphes suivants exposeat Te sens alls gorique de ees mémes versets, ot Ios paragraphes 34 a 56, le sens moral. Aw sens allégorique, Job oct en mime temps Ta figure da Christ et de son lise, Du Ghrist dabord, considéré comme chet du magstere qui nous enseigne ce jque nous devons eroire ; de Fgise ensuite, réuslon og nique dss membres du Christ, Au sens mor, Job est Poctae sion pour Grégoire de montrer & ses aaditeurs comment 1 {i doit se manifester dans les couvres , ce qui ne Vempache pas even réaliser Tnorale chrétienne®. Les quatoras 1, Bry Bie dina 2 Bran Khar 1 35,5884 2 reenopverion Ge plon tsipartite annonce alégorique, weral, Grégoire n'y reste pas longtemps Adee. 1a posé en prineipa Vimportance du sens Uttéra, que on ne dott jamais néghge, En pratique, il est Toia de ven tenir & cotte rogle. Dos le ‘quatriéme lvre, le senéina primitit a’sat plus gare pe Luble. 1 pasee de plus en plus rapidement sar le sens ite éral st, & partir du cinguizme, le seas allégorique et le sexs ‘mystique sont presque exelusivement développes, sans iil soit possible de les aistinguer Von de Vautse, tant tts contsibuent & Pélaboration d'un sets spirituel, of morale el mystique neenpent une pias éminente, Dans st lettre Léandre, saint Grégoire revendique ailleurs eatte liberté, 1a justifiant par Vimpossibilits qentendre & la lettre cer ‘nine passages ct par Ie désir d’en venir plus vite aux sens feachés%, Ge qui Vintéresse abord, et i Te ait pprogrts spiritue) des Ieeteurs. 11 iassters done cavemtage ssor Tes questions relatives 4 la vie contemplative et a ta ‘morale Cotte exégise, qui admet comme également fondés une. ‘multitude de sens tout-d-fait ditérents, élai traditionnelle dans VEzlise, Saint Grégoire Pamplife: au point que das ossoges considérables de ses ceuvres ne nous donnent aullsment Timpression d'un commentaive a”Beritare, mais Dien plutbt dun traité de théclogie, Faut-il penser avec Dom Butler, qu’on ne doit pas voir dans les Morales um. commentaire du texte do Job, al dans les Horties um commontaire 'Exéchiel ? Avec Dudden, le bénedietin anglais appelle ces ouvrages « Ie tr8soe pou Te ve" si8ele do In thfologie et de 1a morale? » ot Ml astime quit faudzait Bye etre 4, wwaconiaemeces, 41, p. 5B UAE 1H DUD, cm ts Hs pl ic Hay di teh a Mento” ys 129 Che Geo 13 tes lio sane y ehrcher une relaon qaconaue aver ve oe ire mais comme un expr! den devs ode v Meise dea oe oeament cosine Capendnt fet ‘ua te plnement compris ven Hen aver Te oe Tr apeage dela method saint Gg nm tat aut scat oa, par ps epeon commis Uhtaiwe wr expec sting de tenoge msstiane ne tenatve de ostmatztion i se eager, cme alters tote Fang Sey ern owen pos ene Sino ane woe tore forte chpentss, ase bsuppet ore mes gu si sie fe teste an mee Gree lo Grady sal mgd ds Di, cms aus de fain pon Samat Yao stata an les Aimeates progres che ge de spies als on organ, ees que toes exe soeiatons anne propor da texts de Mita, Avant, ot ent Ieefavca guests tos yan then neon totintpraiqne Yetglereegntgue avant Toh event Se Geie bien doe ete ao oo spite. Saas 3 Srvsentasine parle wmplewe ste Ati COUN Tee tom ae ham oso ns along ee de on. La dace ts tednnelle dot 3 ot pecs ‘ia traits avee la plus grande liberté. Un lecteur quelque peu familiorisé avee 1a pstristiqne éprouve eonstamment impression de ebcees dja entendues. Mals cherche-til Te somvr de ce aul vient de Hire ? Le plus souvent, toute Dossilité de covaparaison précise lal shape, It se trouve fenlement en présence d'une vaste communanté 4'atmos phére. La parent, évidente, avecla pensée de saint Augustin 4 ivmnopvcrios ot certaines conceptions de Cassien, n'est étrolte ni serve ‘Nous le préciserons dans la suite, Grégoite est done bien un éerivain original. 1 V6tait aw regard de ses contemporains. St, aux modsenes, il le parat peu, cest que sa geande agure a doting tout le moyen Aue, et que 1es thimes grégerions ont imbibé profondément toute Ia spirtualité de Ie chrétienté oecisentale. Dans Te domaine de ta mystique, par exemple, son influence sur Saint Ansclme* est indéniable. Gerson Tok a beaucoup jemprunt. Bossuet lal doit quelques-uns de ces beaux: mowve- ‘ments d'sioquence, Renolon un pou de sa payehototie et Ni cole Ie meltienr de sas enalyses morales « soit qui letras Atise uttécntement, soit qu'il fonde babilement ses pensées ‘dans tes sicones®s, Nous vivons sans Te Savoir sur ses Sdées of ses expériences, aussi ne ous semblent-elles plus neuves, Signalons encore un trait commana Grégoire ot ax: ‘théologiens de Vantiquite ehretienne et dit haut moyen ae; absence dYorgantsation de tour savoir théologique. Lvidée he serait alors venue & personne de compartimenter ta théotogte en dogme et en morale, La raison en est sa dépen- dance élroite vis-a-vis de la Sainte Feriture, La doctrine ‘morale formait avec le dogme un tout harmonious et indi- visible, La morale sinsératt dans la dogratique, notammacat 8 propos de ta doctrine ce ta grice. Klle était le chapitre traliant de 1a vie ehzétienne. Clest sous est angle qu'on cavisogealt toutes les manifestations de Ia vie surnatureie + dopuis état des commencants dant la vie comports un mélange habituel de vertus et de péends, jusqu‘aue doarés Tes plus élevés de Vunion a Diet hi Ste Prego a Ai, das oe ten 2, 6 en ops 8 Ls Bild Mane Traded Pee ‘de Niele ent partout dans leurs ange te onde Geigpgela Gmeds er GnéGOIRE ET LES w MORALES x SUR Jon 15 Les mystiques, corome les philo- Caractére — sophes, partent ane intuition qui de Pho Me — eymmande non seulement la doctrine, rnais la vie entifre, car toute invaltion profonde est non feulement vision, mals vie, L'atuition premiére du mys Ligue est Vexpérieneo de In tramteendance éfvine eommun'- ‘quant sa foree toute-pufasante & une faibless, 1a notre. Chex saint. Augustin, cette force, cest Ia grace qui, dan homme misérable, en proie A ses passions, a fait Le ehrétion fervent qui se comine pour Famour du Christ, Mévéque qui peiside & Ja vie des ouires, Mts, alors que pour un Lempé rament ausel maétaphysique, apparaltra davantage le potnt de yue ane transcendanee infnie, — pour un esprit concret comme eelui de Grégoire, la méme expSrience sera ressentie dans ne sensibilité qu'auront alguisée les dif- fenltés de chaque jour, Yinflrmité du corps, la misére de TThomnme eonetatée en sol ot dans les autres, toute la pos 26, en un mot, du péené a origin. Quill suffise de dire que, du jour oi i) fut tir ce son rmonastice de Saint-André pour devonir epoetisiaire 4 In cour de Constantingple, sa vie fut une longue souffranee, celle die mystique parmi Jes agitations da monde et lee ‘obligations un gouvernement ; souftrance de eelul qui a ‘met dont 1a vie sera desormals Yardente nostalyle de cette ‘vision quoli dérobent Io plus souvent Ios sols terrestres Lidievation au souverain poatilient no fut pas pour le sowie ser. Ml chercta bien & se dérober au fardeau, mais i était promis par Ia salntelé de sa vie & tous les Leaves de Paction Lou gouvernement, Pas un instant H ne fall 8 son devo, als oe fat au pric dun déehirement intérenr, qu se 16 Aersobdcii SAINT GREGOIRE Zt Les « NonALES «sun son 17 fedve un corps Iaoguissant!, IL n'étalt pas de ees gens dont Factivite nette ct brillante, sous Yimpulsion de Ia volonlé acmirablement tronsmise, fit pensor & woe mee vellleuse machine d'acicr chromé, Som organisme avait plus done fois en das plaintes dont rhumanité nows étonne autant quello nous émeut. « La via me dégodte + ira-til jusqu’a dire au peuple de Rome, dans sa demigre homie sur Baéehiel!. Crest qu’Stant um saint, Grégoire fut um komme, dans toute Vaceeption du mot, une ame vivante,souttrante, pleine du sentiment de sa fatblesse, mats sachant trouver en Dict le secret de ea foree. «Gam n‘ior, tune potens sux On comprend que Lo saint homme Job ait pu attirer. Gr {Golre est, dulivre saené, une sorte de commentaice vivent*, ‘Son idéal absolu reste union de V'action ot de la contem dos cratés» el osilsit souvent entre des uécessitéscontraires, Isalsisaltainsl sure vit que la vie sprituele de homme est, weue avee Petre fout entier, aves, en une eertaine manitee, Je eoncours do Vorganisme méme, Car sa spiritualité, toute plnétade dela grice divine, altachée & Dieu, principe, ow ‘Hen, lumiéze, bale de toute vic, n'en est pas moins humaine Hy gagne de comprendze un degré rare Ia mistre de homme et la néeessité de la dserifan entendue au sens de Juste mesure, de dscermement exzet dans la conduite de le spirit Aja ta juste mesure était Fame de ote Is plllesophic do Platon ; le yézpan perfection, ordre, harmonic, se ratrouvait dans chaque art, dass chaque discipline. De mémie, Péquilibes des facultés, Vadoption en toutes choses dan 1 quill y a ea moos. lation. U nfen demeure pas moins que son Kiéal propre, ile chotx Tui en avait é1é lalssé par Dieu, autat 6% a seule contemplation. Cet homme qui, toute sa vie, administra, préchs, entrain, o'étalt pas falt pour Yaction, mais pour fee quon pourralt eppoler Io ministére de V'nion civine, Cet ancien» Profectus Urbie » devenu homme d'Eelise, Fedeyen bomme pablie, unit done la vie contemplative Ta vie active, ce qui est le earactéze coamnun rands év2ques et presque Ie definition de leur genre do Vertu, Mals Grégoire le Grana n’ertiva jamais, eommne ayant. lu Tavatent fait spontanément un Atoenase os un Ambroise, 1a conviction véeve d'un neeard profond entre les deux ‘vocations. Bien plutst, il était de Ia. Lignée de oes évtques- ‘moines, Jean Chrysostom, Grégoire de Nezlinze, Gregoire de Nysse, pour qui Méplscopat reste te fades aime qui fa ou 185 emapérament exact, Vachévement de in formalent le type moral d’Anistote. de vraiment une aeeeption moins large, pewt-stre plus profonde, & coup stir plus religiouse, a juste mesure, qui ne faislt pas défaut aux Pores des déserts d’Orient, fut, par saint Beno tégrée on toute premitre place dane la spinitualité occi- dentale, « Ne quid aiimis », ce views proverbe qu'il @ felt sien pourrait carsetériser In régle qu'll donna aux moines Grégoire, discipie 2 1a fois de Benatt et de Cassien, ne pouyait néqilger cet ensoignement. Rien ne pout mieux nous Ie cire ‘que e® pascege des Morales si caractenistique de +a manitre ¢€ des bautoors yraiment pascaliennes auxquelies peat soul, Grégolre fat un» homme H Sut avési un mialade ct son Ame soufTit constamment des limites que fut inaposa sans 1, ta Bey 3 10,24 Crips fl so tee Jo 141 ET 1. Gh, ©. Matern, op. eis p71, 76 280, 218, pacmge de Iles 18 axmonucri0s over dans les moments privléglés of soume Tespe —qas Von remanque eat égard le coup de fowot cde Ia la «Se Lalraiton sur los douleurs de Vhomme.et les evr sui Vépuisent, il resterait eneore, mime dane © qu’ ‘appelle la santé, un élre oppressé comme par une sorte cialalse. Se reposer Vétile, travailler Mépuise. Cesset ‘de se nourrir Le voila qul détails, et, pour ne nas péri ‘il doit Walimenter, Mais bioatot 1g noureiture te fatigue « alors Vabetinence le soulage et luk rend sa vigvewr. 11 do « balgner pous se rafratchi,«'éponzer pour ne pas s'amol sans une trop longue immersion, 1 stentretiont par let « vall pour ne pas salanguir dans le repos. I retat ses for ‘cpar fe repos pou ne pas suecomber 8 Ya Fatigue du Tabet 1 Lassé par les wells se rfait en dormant + alourdl par « sommei, i ve sacous en vellant poe étre pas lass daval "age par ee repos. 1140 couvre da vétemnts pour éviter ‘cmorsure du froid erucl il d6taile sous ta chaleur qu! recherche, eLieprend force au soutle dela rise, Ainsi don ‘trouvant des incommodités quand elle cherche a les f 1 blessure, sonfire de el santé, atelnte dune m: ‘eméme qui Iai est un reméde. Los fevoes esparnes et ‘ doulours cessant, notre santé est encore un état malacit + qai Jo besoin de so soigmer ne fait jamais détant. Tous ca « soulagements que nows cherchons pour user de Yexicton < sont comme avant dantidetes que nous opposons & note “mals, Mais ees mélectnes se changen' en polson puis + sl nous rons attachons un peu fongtemps an reméde chols ‘mous sommes mesmmodes par ce que nous avions pré ‘devoir nous rétablir, = D'aulze part notre ame arracide la jotesereine de oo « Intimité profonde, est tantet décne cans ses espolrs tant ‘malmenge par Ia crante, Lantt déprimée par le tristesse ‘tantot réeontortée par une fausse galeté. Elle sattache SAINT GREGOIRE EF LES C MORALES 5 SUR JOR 19 cbslinément & co qui passe, seffrae & tout instant de le ‘eperdre parce qu’A tout instant elle est transfocmée par la ‘conrse qui lemporte. Soumrise & ee qul change, elleméme ‘cevlent changeante. A Ta recherche de co qu'elle ne posside pat, quand alle Te regolt, ele connait Yanxieté 5 & pelne possido-tello co quello reeherchait, elle en ott dégocte! «Souvent ello aime co quiqutvefois elle agdaignait, ot ‘sdedaigne co qu'elle almait, Laboricusement, ele comprend soe qul est de Pétemité, mais elle en perd Ie souvenic dds se gu’ellecese son effort, Longtemps, elle eherehe pou décou- fe grlr un peu des réaltas surnaturelles, mais retombant Bien= ‘ {DL dans ses nabitudes, elle ne eonserve méme pas ce qu'elle a découvert. Désiront sinsteuire, tout juste peut-lle sc yuinere son ignorance 5 une fois instruita, elle Tutte plus diicilement contre Ia vanité qu'elle tire de sa science, + Ayes pene elle surmonte Is tyrannie de sa chale ; mats ‘elle doit encore endures au dedans tes Images cu péehd dont, au dabors. elle a vetorlousement réprimeé les actes, Elle se cresse& la recherehe de son Crsateur, mai, éblouic «par atte vue, le nuage, ami des ral matéreles, Ia felts «dans a confusion. «rll lle gouverne son corps et ne le peut. On s'étome de Ia voir rechercher des solutions Insuisantes, et elle défatle, iguorante sous ce quialle cherehe ralsommaploment. Se «yoy tout ensemble, of vaste, et borne, elle no sit plus eo quelle dot penser d’elo-mérne =i lle n't grande, jamais + le ne se poserait de Lelles questions, cts elle n’étal petite, + ete résoucrait an moins les probltmes quelle se pose’. « le veut comprendre comment, ineorpo- 2, Prats ninco do Séxtces, Lae & Lal, Uy tn Abe ahaa descents peur dct pers pence fut ue bane soul veut toujours Paugvertee st to qv eget 2a pocranye semroniue a 20 inronverton ‘Tous deux posent Inline distance qui sépare le Créateur {ola eréature ; chez Pun comme chez Vautee, ea qui est en in iqucstlon, cesl toujours la diaparitétonctve entre les mites do notre nature fe et Vimamensité det centre les téndbres de notre nature delve et la pure claté de Jn transeondance divine, IL s'agit mins fer de la faiblesse de Ja ruison quo d'une ieppureté foncére de Pesprit human, onmaltre ta pureté de Ds mals e peut pas meme entree en contact aves ele, comme La Doctrine spiritueuie 1) Vision de Diou ‘qui non seulement Vempécte de Noir Dio, eest Ia vie de Tame Gnécoms pe Nwsss, Treité des enfant arts san bopléme ; P. Ga, 6 176 A. ooseurité ne peut pas entre en cantaet avee la lumigze, sang cosser q'etre odscunité, De cette iimpareté découte la faibleese de Vespa, Nuances caracts. Un des earactices de la raystique Fisant la mystique Saint Grégoire est erétre umineuse, a de saint Grégoire. gisterenee do evlles gui prévaudroi ensuite dans te Tigns du psoudo.Aréopagite, La of coi ft es auteurs gui s'en seat plus ou moins inspires, exemple saint Jean de la Croix, mettent Yaccent sir w Tmpossibitite de Seint Gréwoire donne de cette tmpos- connaitre Diew siblité de counaftre Dieu tel qu'il est fel qui est. une explieation rhéologiqae, accom paynée d'un intéressant caroline dardre peyetologique’ A) Raison thiotogigue, — La faute de nos provaiers parents cot origine do notre aveuglement, La nuit, &est-i-die ‘eésorde auquel is ont conse Obscure sont les yeux de notte Ame, Dans Fesit de cette vie, dle ne peut. plus, makgré tous ses Torts, pandtrer dans 1a lnmlése de Méternité®, ‘Nous ahordons la-vie avee la potas de notre mort, et quand nons lovons Le regard de Feaprit vers Je rayonnement de sotto Tumigre ofeste, nous nos tmuvons avougiés par Vobseurité de notre fatblesse?. Fale blosse native que viontent aggraver encore les péchés quit se résouxtra dPallleurs en luimiére pour La dobscarisé 4 pointe de esprit, Grégoire considére su premier chet Tomidre sans limites (men: Inersumseripturn)®. 0 ceux Yaltachont & une connossianee obseure dans une Iumiee tenébreuse,lui,paelo de Vision ot de Lumiére invisible. Sut point particaller, nous saisistone les muanees qui cara tse La psyehotouie mystique de saint Grégoire et cole ne néalité. Naan car, en fai, 4 a (nthe dionystenne, la tune es intim iment associge: Mone et Fautre se plaeent seulement 2 de niveau diflérents ; Vostate de PAréopagite avengle raison, itis elle illomine lee parties hautes. de Lespri ost étendue jus'a TAréopagite dans Vexprossion dune n ous soot propres, et dont Veffet n'est pas moins funeste la clarté dle notre regard, Tame, exclue des joles du peradis par le premise péehé, snr etl, 1042, 1, vagy is 2 aly pe ascetic te rusts, 1 OO Pe 5S. Morse, 420 ee a, $08 fest abendonnée & Yamour des choses visible 1 plus aveugle dans Ie contemplation int6. Hleure qivelle s'est répandue au dehors avee plus d’empoe- tement, Si haut que les hommes s'elbvent par Méclat de} ‘eure bonnes actions, quel que sot Tefen de ka eomponetton| ont is sont eallamss, i est absolument sir qu’alourals par cette chair corruptibie, its ne pauvent voir du tout eternelleLainibre eorame elle est, Daas la meme pheaso, et ‘coup sur coup, se remarquent une allrmation et une néga ton (28s appayées ‘qu'ls ne peuvent pas voir dit tout Cvidere nequad HL est absolument sr (al Lez antiques téndbres de la faute originale sulvent done] Jes fle d’Adam jusque dans la contemplation ia plus sevse ‘Tues justement il dit dans Job : Obleaebrentur stolae cat eves en esprit (mente) jusque dans Iss hauteur fis sont maintenus dans les baefonds (graventae) par I olds de In premiire taute ravi en Dieu loreqi’il @ domapté toute pensée charnell, ‘eopendant ne pas voir Diew tel qui est. inapte nar nature d recevoir la pure infnic: Ia justice meme de Dieu se refuse & ce midlange du pur et de Yimpur, de J ‘umm ot des Léntbres Elle abisse les paupidres de homme, ferme les yeux de ta erdaiure 4 Véelat de sa splendeur®, En général, hex Gosgoiret, Poseurit, (a téndbre, a natt, siges au peehé, 18 corruption, ala faute originolie, iennent| tellement a Ia nature inumaine que james il n'ceerit,fWt-€ par métaphcre, les attribuer A la Divinité C'est pourquol mens) peut étre tre impurote ex aucun Conk ioe ao 1A DOCTRINE SEMITORLEE 3 fh n'emploie pas Vexpression « téneres divmnes » comme te fora si souvent, dans la ligne dionysionne, eeint Joan de ta Croix. Lat énbre est toujours notre fait (jamais le fait de Dien), — le lot de la eoature limitée, dv diable ou d'ume umanité corrompue par Je dlable. Gest ce que surére expression friquente © antiquie naetis tener «, antique rit cawsée par Vaztuce de P+ antique emnemi », expression ‘gut désigne toujours le Amon, Dieu Iuismsene, ich, met Ia rain sur les yeux de se eréatare pour 'emp3cher de yoir ras Mh agit comme Juge (judes justus) + sa justice serait ffensée sila exéature déchue, et par conséquent souille, pouvait suistr complétement et de fagon durable T'éclat ‘lesa iunige infinie, Lurnteretnftte Grégoire n’exprtne les ‘tervelles réolités quien termes de elarte?, Les. téndbres Signiflent seulement la eGsité do ame laisséo & sa pauvreté (onebres sue eeltalld, Disproportion entre objet ontemplé et Tesprit qui contemple, inadéquation, par Gininenee, de Tebjet, et Inadéquation, par insuflsance, ‘du sujet conalseant, alnsl se vésume la doctrine de saint Grogoire sur eo point® 8) Raisons Wordre psyehologique © pensée par images, instabiits de Vespriz, — Cette explication théotogique se teouve complétée par une explication d’ordre peyehologiqu, Lime (anima) « n'est plas capable de connatize que ce qu'elle voit, comme on le touchant de ses yeux eorporels i Mui 727 ey De et 1 Mons isos contplatione ois ets so mer setts apr safe emer ae eet eat oat, inate pst (Crest la théorie augustinienne de ls sensation parsienne es sons ns A appréhender la réallté que gréice & um inter rat ériel qul les met en relation avee elle, ins, pour Augustin, dans Je regard, 19+ visus » est comme an antonne qut va toucher los objeta ot leur permeltra d'impres sionnot Porgane du sens, et, par Ini, lame ell ‘Car Thomme, qui serait devenu spirituel mime dans sq chair s'1 avait voulu garter le commendeinent de Dieu, os even, en péchant, eharnel jasque dans som dimo4 (mens) o Ges derifors mots, introdulssnt Vidée que nolee peat par images est un obstacle le conception due nous poovons nous faire de Véire tout sprituel de Dieu. L’homme ne peat fayoir do penséo que par le moyen sles Images qu ts do comps, clest-i-dire « du cil, de Ta term, de Peru, des ani ‘aux, el de Loutes Tes aitnos choses tsibles qui a ea ‘esse sous les yeu, eL dans lesquolles son dime (mens), 3 s Jelant avec plasty, s'¢paiset foeq'a Vineapacité de pene ‘trer dans In subtlté de Tintoligence spirituslle. Or. tor ‘quelle fait dos offoris extracrdinaires pour su relever a ‘oe misérable état, cest iA beaucoup qu'elle parvienni tone connaissance delleniéme dégagee des mnages cor ‘ porelles (repressa corporat spocie) qui li permette, s mélalre ot sans auctm mélange de eet images terrestres «de S‘ouvrir une vole A Ja contemplation de la substan conterapler aussi partaitement qu'il s@ connatt Jniméme : Nec tamen Videbimnes seu! vido ipse scipstm 2) Lacte de contemplation « Qu'eppelle-bil « traces do iow » sinon ga bonté & nou: s visiter ? Files nous incitont a mareher vers Jes réalites ‘cflesies Torsque nous nous trouvans touches par le sof wie son Esprit + soulenés hors des étzcites limites de not + chais, paramour nous conmissons abet de notre eontex = ‘plation : VEtre miéme de notre Gréateur. Suivons-, » Suivons aussi dans ses préctsions Ia ponsée de Gesaotn ‘gui ds le début earactérise admiraptemant Vaete do conten lation. Geluicl est vraiment une grice. Sans indusirie 3. More 18,2, LA pocnune seiuruEELn 37 notre part nous nous trouvons soulevés (eublevati) par une foree toute-puissante, ‘Tout en nous est passivite sous Te ouime atin: igoire, saut Te désir wt Vasptration. Votei que lovbe awessus de sa fonetion d'animatsice dn corps, intelligence au dessus de ses modes habitucs de cannaitre [lime sort d'elle-méme ; intelligence qui n'est qu'un de ses aspects, ello aussi se transcend, Nous contemplons ta beaute de notie Créateur dans uae comnelssance d'amour — « per amore signoselmus », — Lexpression de « connaissance lle a fel ses lettres de tout est passif comme les verbes qu’emploie aflective » n'est pax une betarte ¢ nolsse Car Vemour de lt patsie sprituollc qui enflumine notre ‘Ame indique, ponr ainsi dir, le chemin a ceux qui suivent, + ot Dieu, foulant Ie sol de notre caer, y fmprtane comme los ‘traces de sa marche et guide ainsi les pas de nos pensées ‘pour les mtotentr sur 1es routes ae 1a vie » Mals cette phase mystique comporte i état préalable de recherene intliectuele, de vie ative» snivant Pexpression le Gregoire, asctique comine rows diions de nes jours «En effet, celui que nous ne Yayons pus encore, i reste, ‘c'est Te seul moyen, 2 Je suivre A la trace de som amour, vn sorte qu‘ artive un Jour a YAme ce reneontrer 8 méme de pouvoir contempler Colui que, maintenant, elle pour s suit de dus, sion pent aire, en Je guettant par ses saints désirs. Les traces do notro Gréatousy Io psalitiste savait ‘bien les suivre quand il disait : « Mon dane s'est atichte @ ‘ta suite», Et, dans sa recherche, elle youlalt sss! arciver «18 voir dans sa sublimité, (usque ad visfonem su celsit- Gini), lorsqu’ele disal: © fon dime a aif da Dien ofeard ; ‘guard ira-fe et quand me prisentera-je devant ta face de 3 Py 9 38 nemopuertos «Diet? » Ger alors (tune), « pour que notre pensée trouve) . Et qu'as-tu dt dans on extese 1» T'al A rejll de devant tes yeu.» ‘ Voieh comment je me représente celut qut dit ees mots Ml tive som amo vers Dieu, ila pan, cette ame, par dessus ‘iwlanéne quand il e'entend dive ehague jour: + Oa est ‘ion Dieu?» Hatteint dans um contact splritusl Vimmusble clumitte, mais se faible vue ne peut la supporter, i tombe ‘lone dans ce qu'on peut appeler sz mise et sa langueur. “Aalle il se compare et a le sentiment qu'il ne peut adapter ‘ leregord de son esprit a sest felt cans uno extaze qui Ya aeraché & ses sens umibre deta Sagesse divine, Tout ourporels et ravi en Diou ; la, ramens de Dieu & sa condi- ftlon mortelle, il s'éerie + « Dans mon extase, jak paré. » ‘Dans mon extase fal eu je ne sais qu'elle vision que je n’at {pu supporter longtemps, et, ramené A ees membros mor ols, ces pensées inmombrables des hommes mortels par fam corps qui alourdit Fame, J) ait {Quoi done 2 <= Wai dit: Jat Al rojeth de denant ter your + tw es trop ‘taut, mon Dieu, ot moi je suis trop bas » (Cost la du pur saint Grégoire, tellement qu'il manque Indiv & cette page, ee qu, presque toujours, fait défant & auteur es Morates, et carsetérise habltuellement la pensée @augustin Bien et fu Yiai, Toujours Grégoire se contexte, comme Te falt el saint Angustin excoptiounelloment, dinaiquer que, dans 1s ontemplation, noas sommes devant Ia face co Dieu, que Dieu se montre & aus dans la clarté do sa divinité, que nous ows efforgons ide regarder Méclat de la Tumniére {Mimitée ; tonles ces expressions, dan contenu eoneeptuel asses vague, Vindication de Yadnssion nate a ismonnerion ‘font pas ta préetsion intelectuelle de celles des Ganfessto 0 da de Triniate surtout. Dans ees éoits, Dieu est conn comme Vérité*, comme Bien el, toute eormalssance se r6 tisent dans une union amourease, eorame Amour, eomm Beaut¢*,Cesaltributs de Dieu sont saisis dans un anouvemer &'introverston, danse zeeuelllement, dans eeseommencestien Ay Dien, du Yea, gu Beau que nots saisissons ei nows-miein et qul ne sont quo les eflets des absolus de Bien, de Weak fe Beas. Nous voyons des yeux de Vesprit, dans V'éterel Verits, lo Vu, Te Bien et He Beau '. Si Van objeete que eet attitude réllexive est aussi bien le fait d'un pallosepe cota Maine de iran ou Jules Lagnescs que d'un mystique, — sai doute, peut-on répondre, mais la démasrehe augustinienne falt-dans Vatmosphéze de cherité qui Ia met demblée au eau du sumatarsl, L'amour, certes se trouve ene August ‘mats {1 n'est pasisolé de acivits ftelloetsett qui est parti constitutive de Is contemplation. Ft st la lumiére dont il ea ‘pojours question dans tes passages mystiques de saint G soiresTdentine a coup sae a Ja Véeite?, i) n’en reste pas mot ‘We saint Gregotreexpliiteassee raxementcelteidentifieatio Reprenons, danis Pensemble, la doctsine gréyortenne sur ‘vision de Dieu, Cette vision est Iointalne, impress, sees ftaine par conséquent® Nows nous représentons ion A Gof 310.28 ot De Pn 4.240 Hes P49 2 DePiingad isin, E DeTing 3497 Late MO, 1 Detetws 8 3,122 ha tunities rove romplee pars tt wee was es aan ito elgamas's tegen a nae eerooae ee stein ces descriptions se résument pour Grégoire dans sare aes seen ie a ane pa ers, ‘oe eel se ne ye ta urandear ce nwt eta ie ee cond nia ms oie Mery 558, enmmentae de Jo, 612 nore van tare» 3 Ste orm Jon 8 18 «er sem 6 irmopucnos Images qu'il insste Io plus volontiers, Sa doctsins, nog avons ait, ost une mystique de la umiére, ear plus sou ‘quo dans des termes empruntés & Ja nuit, it s'exprime ef ‘termes de lumiére: il Tes affectiome ; pour marqucr es part colier Vimprécision de notre connmissance, les éplthtt fahondent qu disent Vinfnité, Mimmensité, absence d fcamtomss ce cette Iumiere Nombrenses sont, d’autse part, los images qui indique Vimperfection do natee connaissance : Dieu s'insinue soc temont en nous!, le langoge de I Baprit sésonme sllecie semont & Treille du eaeur*, ef demande done des sens sf riluels allings. Ainsi. quand Te Dew ToutsPuissant. se a couvre A nons par les jentes de 1a contemplation’, aL nous parte pas tout haut, mals tout bas. 1 faut que bom solt blen purine pour rentendge ¢ Ia parole do Diett est t soulle léger, un murmure* que ne peuvent pereevoir I eqeurs mondains, qui s'attachent uniquement ee ui a voit ou tombe sous les sens. Gar In vue n'est pas seule canse, Ty 2 ut goil spirituel comme By 2 une win, ang ‘ue spieitueltes, La Verits ane saveur ot 1'Sme sen rep: comme d'une nourriture®. En tout eas, Jes sons spiituols de Flsommie sont ineapeble do sélever juscw’t la vision de Vobjet divin, L’ame, pot 5. Mary 8,661 «Cum spore increase veal eontemnat sublt ste dgestrn Ce pase salaried fon te ‘TnI doctrine es Sen spiucy tla wyaiqn seein LA DOgTAINE seueMTUEELE a altsindre, doit so dépaserelleméme, ce u’elle ne peut Gq parla faveur divine, Elle st lors comme enporée, Fé av deh dellomde : « ultra se rept, ultra se Torsque Job dit: « Oh gui me donner de connie Dies, th el toner o tcriver fui son trine® » Grgoie anplique i'bord otto parole & la vision béatifgne ui fst, pour Iai, une contemplation permanente : + Que > Tate dooe celui aut demande arsiver an tine de De sinon de s¢joindre & la soci Atos, Mau tenpores, mais Hl v@ivera, dans la eontempletion de Ttemnite, Justa Ie gloie permanente? », Cesk come rd seulement qui voit dens Ia. contemplation dont i et question ie, elle que Kes fuatespralquent su cette tore: » Ces paroles eoavienaent aus ux juntes fhe dans colte vie «ils arivent at tte de Dien quand, par x de In fol, De conternplnt te Créateur de toatos choses » La contemphition dent Ia fot nest done ue Te esprlts angétiques 7 plus & sopporter to préenaté des instants les prélade en ce monde de Ia vraie contemplation da ciel [Le juste en cotte vie vit la lomiére parce u'll fixe son regard Splrituel sur les rayons du soleil éterel, Mais si I content= plation que mous vivons iei-bas est de mfme nature que Wéternelle Déatitude, elle n'en est pas moins précaire et et jell & des vicisttudes, ear tg nature kumaine compocte un corps, dott Tes nécessites multiples ¢epposent & Vebtention de la totale péatitude ‘Lidme souffre de fagon inexprimable de se trouver & ta 2 Mees 132098, 48 memopvctiox fois attinge par PBsprit et entrainée par la chair, invit par Yamour dune vie nouvelle et retenue par ses mauvais hhabitudes, aésirant la patrle ofleste et soumise aux mou’ iments de Ta convoitise, Ce dowloureu confit, ne se résouae fn lumiére qu’a la mort corporels, eat rhumanité ensevel ans les téndbres est incapable, quelque effort cw’elle fase de jamais pénéirer dans la lumiéxe éternelle ‘ Actuellement, ectte Iumiére que nous weyons den eat la Tomidre des moorants «yeux charnels est propres ras aspicer 8 la tamitre de Pande, Ala Tumidre de Véritable, c'est deja Ia connaitre ot y participer : «Cex sont éelairés do la miére des wivants qui, méprisant cet ‘Iumidze teraporelie, n'aspicent qu’a la splendeur de « clartéintévicure, & ce Diewheurens état oit Ja like n’es * pas diflérente de la Vie, oit cette lumiére 6Lernelle nous eo ‘croime de telle sorte au dehors, quelle nous penétre et no scremplit aussi au decans, qu'elle nous environ + dohors sans qu’elle-méme passe Jamas étre envronnse ‘erlon qui la Dome? Désir dela mort, Unevie toutetenduepar laprigre ve Ia jovissance de Diew amtne dons peu pou Mme du juste au désir deta 10H Mais ce ste ne sEtablt dans les progrés de Ia cbarité, En un premier stads, 1% racerche (et soaffrances de cetts vie avee autant. corded qu'elle on mettait autrefois, dans sa faiblesse, & los fa en un second état, elle se fixe comme but lnvie de Vespel fat-ee au prix de souffranees eorporelles. Bnfln, pourebten cette vie en Loute pilénitnde, elle aceeple de passer par ‘moc, elle en a meme ardent, le posit deste me qu’au far of & mest 1A noGmNE semuTuELLE 49 ais toutes Tos descriptions de saint Grégoice ne visent ‘pas co haut 6tat do porfection, G2 et ld, dans les Moraes, Sfesprime, & Toppost, un autre sentiment une humanité profonde + devant eette mort qui serait Ie sonlagement de fant de maux, Grégoizee Grand semble parfois exqulsser tun reel, Cest que dans son eeuryee, snows dderit toutes tos patos do la vle splritueis, 2 1a aimterenee dune sainte ‘ese avila qui nous parle uniquement dw désir du ciet ‘patee que, sur ee point, ello sen tient aux plus haute degrés ae Punion mystique, sans jamats revenir & des sentiments plus prés de Ja commune bumanité®, Avant Fauteur des Morais, saint Ambeoise, volontiors se Iaisat aller dire quete propre du ehrétien, est de redouter Sipe ta mort qu’ en vienne & Yasmer?, ear elle est un som- rel} dont Dieu tice ceux qui viennent ce s'endormir®. Ce sont la des tendosses dtranatree Grégoire, comme daileurs ees arguments qui, chez I'évéque de Milan, vena trate Iie de Pancien paganisine, A savoir qu'il ne faut pas crainde la mort palsyue, quand on vit, an ren soure pas, eL qu'une fols mort, on n’en soume pas davamtage®, I ne Dartage yas avec los Seyes do Vantiquité co mépria pour 1a ‘sedoutable visttouse, Meine copbistiquemen, il pense non pes 4 Favant oi a Yaprés, mois au précis et redoutable passage Lvoudrait étre abiiué en Dieu, entrer dans le sanetimire de tte Iumiére ntésieure, so trouver mele au chevur das anges, ent on Ste tenet Sane mi en ar Ce ue ce pinfebt Sanam. tra wee 2 $2 6 Btn SH ot 32 Stu rms, De ene nari 3 Bt sh 55. Sut Aref ess ie canoe areas ieee a, - 50 avenonue108 sans passer par la mort corporelle. TL1e désire d’autant plus ‘que V’imie — 1 'a constaté —, Jorequ'ellefoute sux ples tes pponsées chamelles, se trouve ravie en Dieu, Pourquel ce ravissement ne pourrait-il dre durable ? Has {toujours le rméme mptit: fe poids de la chair corvuptible, Yaveuglement 4g 1a prem toute, Notre nature inflrme nen sera délivrée ‘que payant de a mori In pene 4 laquelle elle tut condamaéo’. Je Hl faut mentionner une phase Reverberatio. importante de V'acte do contemplation, celle par laquelle brutalement il aehbve, L’ame da eontemplati s'est evse vers Dieu. Elle a touehé, pour ainsi dire, a travers le nugge de Sa connalse tence imparfaito, La lamiore ainsi entrevue suffit 2 V6bIouIh fla Diesser, & la faie setomber sur elle-méme4, blen plas, 1a disproportion esl trop gcande entre V'dme et Fobjet divin gvetle stteint dans un clair ; elle se trouve comme foudroyée, Cotte vive lume qui stest réMléekie sur elle la rejette en arvie, In repousse’, Nous sommes lel en face d'une dee exprossions ler plus eonstantes de Grégoire, quand i déorit 1 phase torminalo de la eontemplation + Lsime est s revorberata «, A la fois Ghlouie ot refoulées, Ello rentre ‘en elle-méme, fatignée de la recherche d'un objet qu'lle) econnait dire infniment auedessus delle ; elle comsidére Ja eondition mortelle de 12 nature Tumaine ot coustete ‘qu'elle est indigna de voir Cou) qul ne conmalt pas Ia mort [Lasts de contemplation ost court par essenee si eorrespond “f Notcltoos presque at sad # Mery & 584 1 53 5 tee apm 35,46 seed By 252 1 he TA Doct srintruELLE 3 ‘es sllence d'une dem-neure dont it est questton dans Apo calypse Ltkme se trouve done ainsi ropoussée du fail de son infi= mité, mais il en est une autre plus douloureuse pour elle : colle qui provient de som indignllé?; elle peut étre, en eet, refoulée sur elle-mndnue par la tentation, lorsque la earaponc tion ou contemplation (qu ont done des elles bien vok- sing) elbvent jasqu’a Dieu ; elle retombs aust sur elle- mimo quand, per exemple, le souvenir de ses impurctés possées viendra Tobséder’. La pnteté infinie de Diew ne pouvant cocxister avee oes pensées, méine invotontatres, Frame se trouve repoussée Saint Grégoire ne Sastreint dallas pat & Vemplot constant dit mot « reverbonare », On trouve aus vocabulaire ot cette dialectique ne sont pas d'aileurs In eréation de Grégoice. TI les a empruntés& saint Augustin et ne or 28, 45,6} — eaten 9,10 9,5, ae 52 rsmopoerios ‘on retrouve cher colu-el tous Tes termes qu'emplole Pau ‘des Morales pour marque Ie eajet violent de lame par I dlarté de Vinsinie humigre, en partieullor dane Jes Cones sions : «Par la puissance de votre irradiation, yous 6bIoulss tes fables regards? », Et dans un autre passage: n'y pus fixer mon regard, ma faiblesse se sentit efoulée, J retombai & mon ondinatre® », Tontes tes phases du ref sont elsirement iniquees, de meme que cas. slevatior rives (raptim) i fréquemment mentionndes par sal Grégoire, Celui-el n'a ou qu’ roprendre im vocabulai existant ‘Pareillemeot, saint Augustin avait fa tndiqué tes mem causes de ryjet que saint Grégolee + « Je me sentas, dtl ‘ontreins vers vous par votre Beauté, mais bientot « propre poids m'arrachait- de vous ot je retombat su Ios «en gemissant. Ce poids, c'éiatent mes habitudes chanel «Ze ne doutais absolument plus qu'il n'y eft un etre anu «Jo dosse mattacher, sans que Je fasse encore capable de mi satachor, parce que ev sare, qut ext corrupitite, eppesanl «Udine, Got babitecle do mon deprime Vesprit qul sya ‘ex mille pensées.. La puigsanes rationnelle entrain pensée Ioia de la tyranaie de Vhabitude, lle se déroba. «Pessalm des fantémes avec lours saggestions contra ‘toires.. elle parvint enfin dans Vécair don re sfrémissant (ja deta Crepldancis sspestus) a etre seman’, + «Nowe vontions, méditant, edlébrant, admirant mes. Nous parvinmes jusa seouures au deans de nous 1, Sane Avner Cana 710616. 2 Saat Avovss4s, Cola 51 29 Velour tld, 14, 8 1 Sunt Ae Cat La DOCTRINE SpuRirUEELE 53 hoe Ames ot nous Yes passtmes.« nous louckimes 4 ‘eotte egese wn moment das un supreme enon ‘cenrs Et pals now aouprtns ck laksa naar {cor rine de Peart, now escntnes Geman) ‘ce vain bait dene born la parte ul commence «qui finit® », , “ . ain done Time sortie d'ello-mimo, se lépassant, se transeendant Jusqu’a la connaissance emoureuse de (Gréateur, so trouve vite sappolée par le ‘less de ta ehale a hhanhor tirment pr Fae sis hte walter sere Fan 8:28 Bae tal Serio eet eee tenn ates Recs antes eo fates felts cemetery ce Seah ecg Ga Fee ae et io score tw i is tae oe trogen tor scitanntubatarat ct ae eee ec une rear: mar erape es Teac seu wl geen ce 54 irnopeertoN son état habiluel. Désol6s, souffrant d'avoir quitts co bie Ineftablement entrevu « quast per ealigiem x comme travers une nude, lle retombe sur elle-mame, dans ses d ccaltés, s05 tentacions 3) Tentations ‘Le sens peyebologique de Grégoire se mout a 'sise dans eseiption des éprenves qut secablent Fame au cours jo vie spirtuelle. I siattacke volontiers analyser (qi ‘nfent de ce que les modemes, avec saint Jean de Ta Cro font appelé la nuit des sens ot la nuit de Vesprt, autreme dit tee eprenves qui accompagnent tout progr. Nous sommes on marche vers Patile, mais les caprits manvsis no attaquent tout Te long de 1a ront tLe rage du démon redouble contre ceux qul entrent pl ésntument au service de Diea. Crest ee que rappalle Tet fdastique + Mon fils, si lu entreprends de serir te Selanel treat ferme dans la justice eb dane laorainte et prépare tor véprenve®, Le démon, on effet, se résigne mel ® vole fehapper un equ su leque! HLrégnalt® Loi que nows vo fapparaltxe souvent dans les Dialogues, notamment das he de saint Bavoft au livre seeond, Goézoire nous Te met ome zyant une pulssanes ineomparabternent, supérie 4 tont autre pouvoir sur cette terre + « Satin cst . Sous Vinoprexsion de ces svt ‘ments, Tame ce rend un eampte exact de tout ce qu'ly a em selleaméme de runes et de téndbras, de révoltes ot ae) attesan * esaDe cette expérience de sa mistre, "ame en vient tout sasturellomont 4 désirer Ie séjour Mienheureus oi elle est ‘encore abeente, HE non ext, mats oi elle espe parvente scayce lo sscoure d’en-hat, Ce désir enilamme devient pour svelle une nouvelle of quatsiime cource de componetion, et ft cest de loin Ia plus abondante, ct ailleurs la plus dowce.. | ‘est Verdenr smante de Madeleine, qui s'ebstine a er 1A nocrnns srinrnueLur % cher son Maitse, sans se donner de repos qu'elle ne Walt ‘trouvé eeat cette faim de voir le face de Dieu, qul rédai- ‘salt David & se noursir nuit et jor du pain des larmas, et ‘ai arvachait ce ei enilé :« Halas, que les jours de mon ‘ pélerinage se font longs" L1 Quelle que soit P'élévation que ‘ supposent de (els sentiments, saint Benoit a venla que 368 ‘moines pitssant ge lee appraprier, 1 nvadmet & soa dole que ‘des chrétiens avidos dlanriver a la vie éternlle..,expables de le Aésiror de toate Vardaur d'un dbs spirituel Dans chacua de ees quatze dogrés, la eomponction pro fobde d'un sentiment pénible. Mais ailleurs seint Grégoire distingue tne componetion dé teistese et une componetion ‘le joie% Dans te premier eas, Yame est terrifie Ala voesdu imal qu‘cile a commis et det mane qu'elle doit subiré. Dans le second, considérant les joies aer-haut, elle se trove ‘oniraée en expérance et en séearité. La promis eompone- ton provoque les larmes de Palliction, la seconde les larmes ‘ae a ote (itas Jacrymes). Le preanre est une componetion de tristesea, Jt sooande non plus seulement une eomponc- tion Wamour comme dans Ia elassineation examinde a Vinstant, mais une componetion de joie, Clest a collect ‘que fait allusion Je Leste da livre de Jeb commenté dane les Morales Il eonlemple se face dans Plidorese (in jubito) In jbl; Ye mot est tidy forl et exprime, conformément A som dtymologle et & son erople biblique, © une Jole spit nim moa cesar Pet ae hie ee Shr Si nnn oma Cue ae ee eon, sve ter Ck ps amen er 76 istenucrios tuelle qui ne pouvant «oxprimer en paroles ni se eontenir éclate en cris de jole et en chants, tolles dane la mesee tos Yorallses de VAlleluia qui portent clles-mémes Je nom de uit Ft estte Joie se toume en nostalgle de Pau-deld : ‘Lea componetion, langue invisible, parte slencleuse ‘aux hommes qui eberehent Dieu. Pour aux, le ean edleste sce dort pas, parce que lour esprit: eonnatt le suayite de Ia ‘louange @’en-haut et tend, pour Ia pereeveir, Voreille do Vamour, Intéricurement, en effet, Us entendent ce quis ‘convaltent, Ie désir de Dien Jenr ddcouves les biens eélestes ‘gut seront leur récompense. La vie présente, quelle soit comtraire oi proplee, ls Ig supportent avee pelne. Tout. cee qa go voit leur ost 8 charge, du moment qu'ils se s trouvent aéparés do co quis ontendent a Yintériewr dex simbines, Tout ec qui se présente & eux, is V'estiment un s fardenu, parce que ee nest pas & cel qu’is aspirent. Sans s casee leur ime, lasséedes labeurs de ce monde, seve, pour ‘so retaie, juaqu’a eatte foie esteste, pendant qucle chant dy seiel qul fait ruption en ous par oroile du cur’, Lent ‘fait désieer chaque jour le eompagnie des citoyens den’ haut! a, Le componetion est done ausst cela, nostalgle aul aecome pagne lee plus pares Joies de ka contemplation. De plusy went h Mae, 2410; « Qe seat pel ne eens ape (adish [75 neta S.Ct enim se slacks 4 dete des ong sane epee fei ect ean ores du ces Alea seo ple sj gh 23, 16h ob satper ptrl tuto vlee fe devcppenent cect ere eh Teta Gree le Goan fas anes se ee trees pn. i Mone 20; Tene alten pele pr. aarroy op ies P10 comme la contemplation, elle élave'. silo est, va jusau’s fire mint Grégoire, 1a « machine » qui soultve Pesprit (mens) ct lui pormet de juger de haut, et par eonséquent avec plus de profondeur, ses actions passées ow fatures® ‘Lamour de chavité lui aussi, est une machine qui porte imme en haut, et ble qu ‘componetion et dans Te eas de Yarsou, de la meme réalits A Glover, bien que celleci s'exprime par le méme mot ‘mere, copendent, la eomporetion aurait isi un rble dela rage plut0t intelicetuel sur des probitmes de conduite savoir ce qu'il faut faire, comment le Ei ment les actes que Von poset, tants que Vamour nous ‘donne foree et eouraze pour parvonit A 19 kumidee de Dies, [La componetion projette une lumidze surnaturelle sur notre fomportement, et serait, a In limite, cette lurnire elle-méme, Lamour, lu nous coneuit vers la lomidee par excellenee aqui est Dieu. t sagisse, dans le eas de 1a ‘qualifier morale- Du fait que Pamour ot Ia componetion ont sur Fame des bflets st votsins, on pourrait soupgonner la componction Wetre deja Famour, Elle en alifére eependant. Sur Mantel de Yoraison ob elle Intervient, Ie feu de Vamour beme nos Impuretés, mls Ie componetion dott tes arsosor av ses Jarmes, e# que figure 12 preseription de Yemsienne Loi enfolgaant au pebtre de lever Lae intestins qu sont pleins exenimonts’, Componetion encore, Velfort qui, ches Pane Parfait, secoue toutes les imaginations charles et ins0- lentes qui autrement simposeraient elle ; componetion, 4 char 2,31: va pea ot ntsc ate sora 8 Lane Det. More 3 8 ayrnonucrion atteotion qui plante Te regard du cour dans Métal de 1 umiere infnie En pratique, les effets de Ia componetion se rambnent done & eenx de a contemplation, et Tidentits des etfs fambnuerait faelloment poser Tidentité des causes, Leurs faractétisLiqacs sont d'alllours st volstnes que componetion, ft contemplation semblent @ eertalns moments se en: fondre dans Ia pensée de Grégoire, Ein réabt, elles restent | fastinetes, Tene confusion vient de e¢ que 1a eomponction fe trouve tie, sous Yune ou Vautre de ses formes et mag fous plusours & 1a fols, aux diverses phases de Vaete de Contemplation, avee predominance daus la période terms) hale de sentiment de la misérable conation dici-bas (obi st) et du digs du cial (ubi non est) ‘De ce qui préeéde, il résulte que a eomponetion esl ‘un don de Dieu. Gest Biew qui suscite en nous 1a douteuty fn faisant apparattre aux yeux de notre Ame les fantes qu ‘nous avons eommises. C'est Iul qul, par la main miste.eo Aieuse de sa grace (pia manu gratis fempéchatent notre ecour do se livror en tote Tiberté & 1 penitence et & Famour’, Ineootestablement, tau s gratuite intervention pour nous amenor plenrer cont hhowe-mémes 1es tendances Jes plus enrueinées de no pature j il fout le souffle de Esprit du Rédempteur po brdler notre eoour dar flames de It componetion, ot purifler de tout co qui s'y trouve eiicite® ‘Purlter + {el est le résaltat de 1a componetton, puis par déanition, elle est accompegnée d'une mumillté ve ot dim sinedre repentic. Hy a en eflet dos tarmes 1 ara 2,428, 2) Mons 36734 10: assur 2 Morat50. = 2 , mals Vorgcl et Yamour-propre?, comme pour Casslen et saint Benott, xptnent cn Pu oe sat Grier fueompenctlon ext Instparabe de Thums, Cette doctrine fea rivunés d'une Igoe por slot 1sore ge Sévilo 1 Sompanctio sors os hundiae mantis cum ler,» as lanes, & condition quale sient selon Dicu, ne Desparden! pas etlement: los sont ance une preecion & eos su tl er maa faire entondres, ” (On comprond qu le amon selves de tats In source Aes ares pags ees peavent eine la ame de serouggetions Et cette ware, Costa ritre,premler moyen Qe st dons Te conitingtae de hoc vee Sane tates pots do vein, Sint oxy i est f my weet pas ce progres ouuble® L'dée fondaronsle rots pourlan. che suit Exe Tas Vom eto a eri et de Bee (per neremel), par Ie al détacoment de soi-méme® co Tura est toujours ie mm iéprist ex svanoss vines riven tempt ob Pome met de cole et te mepris ot Ia rant pour uni & Dieu ‘ans parte poe Yemour? 80 ixmmopucnion Mais Vainour n'est pas seulement terme ot sommet de ke ‘vie spirituell, 11 ext aust, pour Grégoire comme pour Augustin, lo moteur de Fame (machina mentis) ees amour Gat rend tout facile, fet tout supporter, fall tout amen, Tes souffrances ot La mart mémet, Et c'est pourguct i) eat une question préjudieiele quo Tame doit 6e poser avant de stongager dans les voles spiritulles : » prius subtlite] fnterroget quantum amat >. Question importante, ear st Pomour n'est pas sumisant pour soulever L'ame contempla= ‘ive, cxle-o a t3t fait de sumbeor dans fa torpenr j la eraints aussi doit apporter son concours et donner fa pondération) 1a sensbllit# dewient sonnce «uslons requise ; autrement, (pee Inara) ct erreurs (nebula errors) 11 faut ft remacquer ka chasteté des expressions de 'amout cenea Grégoire le Grand, Jamas il ne fait appel pour exprime Pemour mystique aux comparaisons de Vamour humainy Ja tendresse de saint Ambruise en accomamodall et ne reculait méme pas devant des comparaison Jeuses: de miéme que le bulge tient attaches les avant run A Vautre of fait péagteer doacement ane ame dans Ame, de mime les halsers du Chis nous emplissent et not filominent®, Mats d¢j2, remarquons-le, le baler du Ver Sideatifiait pour saint Ambroise A une Infusion de conn once : « Avoir Ia lumiére de la connalssance, c'est avoir perfection de Ia chatité# », Gaégoire ne ratiendra que ¢% aboutissomont, & est pourquoi il esprimera toujon Tamoar mystique en termes de connaissance, Pour Fane cconnaitze Dlou n'est autre chose que Vaimer, parce qu’e 4 Yamour qu cotnal!, Mais la octrine gr EM Auwnone, De ene nine a 1 51. Tha, oe fea 3 LES SOURCES DEE « MORALES » 81 lene me porvient a ootie netteté deapression que dans Tes Horstes sux 'Boangite ou sur Bséchie On a ehereeratt en vain das les Moraes, Sans daute ¥ trowve-ton les for- mules citées plus aut, dja trappantes en elles-mémes + fe Pes amoram agneseimaos! 4 Mais il faut attondre los Homies sur Uvangite pour avi Ia formule des forsnules ¢ ‘emer ipse notitia cst» eat Pemour qui est cormaissance (Oa comprend alors facilement que la mesure de la connals- la mesure de Parmour’ ut Les Sources dos « Morales » On ne peut entreprendre fel une étude approfondie des sources, mals seulement donner quelguss apergus Le domaine de Yonquste se trouve limité pa le fait que Grigoire ignerait Io gree, comme deillears, & cetke Epoque, toute la ohretionté oecidentale!, Deventa pape, il dina luk die plusiours fois dans ses lettres quelle géne i éprouve & lignoner Ia langue d'une les parties importantes de rE gise. [es mols grees qul apparaissent ga et a dans les Mforase ne ‘oivent pas faire iusto «ies espritscultivés, en tout temps, font empromté quelques tormes aux. civilisations voisines, eit tee arr BEER 2827 ies not enam nove pee nee S mth 2 rxvnonuctios ‘ Grégoire, as cours dos sis années passées Constantinople, ‘tout de mémie entrotenu 4’ troites relations avec Te monde] byzantin Citations explicites Pavia! les sources de saint Grégoire, et auteurs — on ne peat omettre de mentionnes mentionnés. rita, dont les Hvres sort alle ‘5 Inégelement utilis par lai Tes €vangiles viennent en t2te, aves 19 9h du total ‘ltations, Saint Matthieu Memporte avee 8 %- Lite, pubs Sean, stivent a’assex loin, environ 5 % chacun, Mare ea 4 peine utilisé, Le groupe imposont des citations pauls niennes, 17% donne la pslorite a Ia premfére éptire a Corithienis, 4%, contre 9% A Fépitre aux Romans, 2% fla seconde aux Corinthiens, Les psaumes vienneni aprés, dans Ia proportion de 16 % ; pus tous tes prophet 1% avee prédominance A"issie, 7%, et de Jéaemi 2%, Les petits peoplhttes ne sont pour ainsi dire pas el Lee Sapientiaus vierment alors, 10 9, — Provertes en tet 5 % Du Pentateume, 0 Nis la Gendse ot Exode sont soul assen féquesnment oitée : 5 ct 2% L'Apocalypse et Actes alteignent respectivement 2 ot 2% du total a cations chose étzange, Grégoire elie tbs peu Tes livres WE ‘qui 0 coments, Dans es Morales, Kevéchtel ne yer pas souvent, mais, dans Je Pastoral tient un bom rang, livre de Job et le Cantique, saut dans lour propre conan talre, sont aussi peu cités Pun que autre. Les Livres iis ques, relativement & Teor étendue, moins encore ‘Testament som sit [En résumé, Jee ctatlons de VAnct ensiblement plus nombreuses que celles du Nouveay da Ja proportion do 8 contre 6, En dehors des textes d'eriture, les Morates contienn Les SOURCES DES « MORALES > 83 tiles des eitotions explisites Non. Méme pas une mention itrgeivain chrélien, seuleaeot Pénoneé anonyme de quelques. pinions'. Pas une mention dauteur paten, seut Hésiode, Aratos et Callimaque, coupables da sttre laissés prendre 4 ‘quelques fantalsies astrolegiqest, Dans ee silence, rien qui doive nous étonner, L’absence de citetions explicites est un trait assez général do le Iittéra- ‘ure antique. Depuis Tsocrate, le grand inspirateur de toate la ceniture ehétorique, on ne citalt pas de noms propres ou le moins possible ‘Le Reyisire dos Lettres nous rere quelques nots : Igacee @'Anticehe, Cyprien, Hilaire, Basil, Grégoire do Nazianze, dont il semble que Grégoire Te Grand alt lu Je Discours apologétigze, Bpiphane, Ambroise, Jérdme, Augustin, Léon Je Grand, Philastre®, auteur don Liter de imresidus, Mais Grégoire n'a pes In Eusdbe dont il s eherené en vain Jos ouvrages dans la pibliothique et lee archives da Lateans Les Honvties sur Heéchiel font allsion & une opinion de saint Jésdme, lo nomment miume une fois! Les Homdlies eshte Augean ree compat al as ous aloe ce son Boratts var Beit to 18M, (oD raa 28) “lay Lee cpt ice nn cS ait Sn, peer pou pratense soa senha ies habe se {Bratetrrnsss tgp BeBe 7 gyn ct Bey 97 he we on BEG Conn inline teincop 40iP oa teaaon a iyTROBLETION sur PEvangtie citent nommémnent Denys VAréopagite, male par oualire 8) Anions Commentaires. — Dar son epiire dédieatolre 2 Léani Grégoize insinme que Te Mvte de ok « cette ecuvre obscure » alland encore son commentalred) Saint Hilaire avalt eependant écrit sur ce sujet un recue homies, sant Ambroise quatze lives intitules Be Ani pellatione Jod ot Darid, salut Augustin des Adnotationes 1 Job, ote, sons compter les Gees > Origine, saint Jes ‘Crysostome, ct bien autres. Mals, ootre que phisiey do ces Guyres wont on cum commentalre, nl Pespr hii he beibveté de celles qui meéritent ee nom ne les 4p rentent au livre des Morales. Grégoire, filles a connuss, 2 0 finolement, les juger de peu utllité pour Youveage qu! Citations implicites. meditait, [Les Morales ne goat ponrtant pas sans len avec ce a les Pives aveient pu dire de Job. Nous y retrouvons ‘elles ldées familiéres : Job est 1a gure au Christ, 3 amis, J figure des bérétiques. En particulier, bien tuaits épars dans Veuvre de saint Ambroise so retrows dans les AZorales. Mis Grégoire a pu les prendre ailleurs qu ches 'eveque de Mian, ear celubel dralnait une pact imp ante de le tradition grécolatine, Aims! dja, TMsire d Poitiers avait éerit que Job était tnewipabitis®. La par rulléve affection «Ambroise pour le eoint homme J Vavalt de meme porté a te justifer toojours de parol panfols fort vives, A le consider comme un modéle dep _aveopagie, tains wtdeaant 1 8 alle par Jeen Soot Ergin nae LES-SOURCES IES 4 NORATES ® 5 tence, & prendre occasion deni pour fae valoir celte thise stotcieone que les pres calarités ne troublent pas fe hon eur fa sage. Grégoire qui, pour tout Te reste, pense comme Trévaque de Milan, est blen tsop humain pour falre slen ee domier potnt de vue: Mentionnons aussi, dane Jes Morales, Vinterprétation ‘du nom des amie do Job : comme elle des autres noms Iebsous, ole est so du Lesique de saint Jéxdmet. Balad, fs Nelustas sola x; Eliphaz, « Del contemptus » ; Sophan, « disspatlo specule vel specilationem alssipans », — tout y ‘st, mame pour le nom de Soplar, Yhésitation da Doeteur ‘de Bethleers® Lo tome 28% de 1a Patrologie Latine* contient quelques fragments d'un Commentaire sur Job atibué saint Jladme, on réalité extrait des Morales. On ne peut penser & tune source des Morales, parce que ces fragments se trouvent trop Dien en contexte dans Teuvre de saint Gregoire Le Commentaize sur Jod au préize Poitippe’, dieciple 4o saint Jérdme, souleve do somblables qusstions, Ua texte 1 Sant Ausaos, De oii 29,20 Py 2 18 1 Dac coempley Daze = au (Slot Sa [bere rata is ea rads a tr 3 2 freul a P2 28 he tur. Demons Prarae,O:F, fa Sea Soria mugen ene 6 berropverron de cot onvrage fut publié par Paumaniste Sienardns en 1527 pls, suivant une autze tradition, on 1963, mis ectte fos pparmt les euvres de Béde®, On en retrouve une recension PPostérieure a celle quiéaita Sichardus ew tome 26% de Ia Patrologle Latine, parm les Spurie de saint Jécomet, ‘Tous ces textes sont plus o% moins tnterpotés. Aussi lal passages assez nombresx qu rappellont Indubitablement Ia IMorales sur Jot peavent Gtro unc source de saint Grégote ‘comme tls peavent avoir 6 introduts tardivemont, notam= rent par Bide le Vénérable, La solution du probltine dépend ‘e/ung ition critique >) Saint Augustin, — L’induence de saint August qui marque si fortement, nous Yavons yu, Te vocabuls mystique de saint Grogoire, s'étend & toute son cxuviel ‘Nous nous boraerons & quslques pacaliles, pulsque le carses ‘ere augustinion de Ta théelogie de saint Grégoire est univers sellemoot reconnt. ‘An sujet do In Rédemption, saint Grégoire, & plus reprises, reproduit presque textoallement un psinelpe pos par suint Aagustin dans le De Triniate 1 3. Avoosi, De Tring dy S. Gassoms, Mor 17.47 8 3a, 17/col 800 "Qane (pasion) Dorainue ergo ster pro nD Sropiivea, Dems, indevier —rortam sole. Inaction, Teddi wl noite obte” nanrebie more debila non 10% ove. ‘Som. 114, 3 + Suseptt pry Mora, 27D: Sei slipse obit aod debebat, uf filam aoa sueipee, amen bore dei cere hae tobi morte tibererta nah hom. 98. $l ei pro anhis mortem earns {nmin merte bere 2d en i te de tae 888: casa tinea dS extale daConnniae do Pale po 0 SHEET 4 LES SoUNCES DES « NonaEEs » 87 Ta Joan 79,2 1 O06? mor Ma 4, at emir. en Ste cele cotomptaras Ge ils “Slur “rp Hor, 38, 30 Ds Expediah Jiste'toneatam solver tors ast Tajutemeeonten Mer, 0, Of Dt Suatus in tomaibus! seins spparul ttmen ad param eal eam sine culpa pervert et (Om pourrait relever ches tes deax auteurs, bien autres ‘passagos ol! In mome ide, cous des formulations diferentes, femprnte quelques traits commons, Par exeinple + S Avovenn, De iter abi S, Gndsoins, star, 2, 2 tse be onal ses gat hit a emmutstiene satore vt ed! Sopurutt Deets Sea chit ater" vi cee eerie pau, at antes, ed se lavitOvere voi Foran horned “eect fare, 3c: sale quem su. treeenif, ut jams daneg ara ‘perblens intus refignerat, fori videat, jam panam sue cape enilem, wt a4 Jovisibilem ait Lats ingemlseat nt Salut Grégoice emprante & saint Augustin ex estinction centre erfinen ot procatur, entte péots mortel ct péché-véate, S.Avousrns, Eachividion, 64: 5. Gnsacwn, Aer 8, 19 Inteeitguidemquaatuacnegue Hae inter peecaedtag ek tos geln perce ani one erimen ql one erick gat ime ed rtnen et etiam Sate ay nen dane ete gas "peccions “Hee “cane jowetum erin “ed ., im quam. ‘tae wile, telat. crv lato "hee" mortal vivitar aalus vies es sine peerats lave pow “leimoy "sine Yael Unie o practeac ct Aisrimas quia non habeas, Saeerdolall decesberce neo, SH tanlas apostolic, nets qian il ‘utipay seducinus, ef tartioa pecestoy rede ai quis Seger Wrebis ton est Ci des te Sheet (oie te Se Qe Sonnet’ deat y S1 tecrmue ete peccturn nen “haben, foumelpsos seats, wera in nobis nome (sy 28 88 iyrropeenion Enfin un pasoage bien conau de saint Angustin sur te imiraele, a son pendant dons les Morals + mais il est peu probable que Grégolre ait ou sous les yous letoxte Augustin | lorequ’ll xédigeait son propre texte : Ia dépendance, précise, ‘ndénjable, est eapendant besucoup trop large S. Auoverne, rm Joanais aangeuuim, tact. 2, Mirutla am tect Dominus deetar Joa Chietue eve fiom avina opera, ot a tel ligendam Down Ge oietdibue fmovent umsnam,sacatom Guia sri le nat ext tals SMtstantia” que. ‘wide ceuls poss, et lfveuta cus cubus Gotan “haart egit une nu saioramaaminstet oldutlteriucrant east pene Romo: dgnetur atinirs pers Bal'miet et stapenea in uo [Rte semin‘egrone + aecandune (pram euare misecieordiem ser ‘vt ib quadaa, qa faceret lonpertuno tongore peter Us ‘itsen cursumn orien a fier, ut nom maser so so. Ike dena stuperett, quibas (queliienseiarrant sje one Biteculum. ost gubermatio Gus andl quem satire june mites hardin ae (iunoue peaibas = ef temen Mie rea mirc hd sea {ie momines non (ls als est Sed que rant est. Quis enim Eine pareit owes Shay ao ile gut de pte (Bale sngates reat S Grooms, Morn 0, 18 2) ‘quis onmlpetenits el rhe ponerctad ume, quot Eanoea oe nino event, Cuod Spee mune: fries en pote the vinta! dust fupor tea clue coependitay Sten liye terri tur Fue ox robes. ial Diiis ‘omnis hee antvrs ae visitas “esti, quo ome tet, ut a dts fe tees! elgess miata ate Fam sed taionalem qb Aiton, invetiganil cbt eposttions. permet epi fom et iutuat 9 x is fits er coe ‘hanger SNdnintoven comes fon éret seltary at ‘Rater cu prea! dae Se” tomtel "gla pin Seal cat aoa nae ca Sousa "Gun ABtadie nora, Ge Elon ott et ‘Sigue peels in ign id ‘none_ mipair Sl Sane Peel, Sola! cee a Taba cae ale fiat? quod spn al Enid pia se ms SOURCES DES © MORALES » 89 cantor sptearam, 4 nemo Pilar, Agere spot vinoen hermutatanvidenisy cacti fect sunts quote amor tere In racer iis steven, poe Soong qe rae Bernas regigunty ula ei. conetdoean tient edisius, wa for This 1, cals 789 Dm Qu ©) Cassien, — Des tmMyences moins conmies se sont exereGes sur suint Grégotr, tele ello de Jean Cassin, Veuleur doe Insitutions eénopitigues et des Conférencce%, Inork & Marseille plas d'un sivele avant In naissanes de Gregoire. Ge dernier n'emprunte guére & Cassien que dans le domaine de ta psychologie et de Pascise, et encore seule- sent lorsque (a doctrine de Cessien nest pas trop exelu- fsvement- monastique 4) Clossifeation des wiees. — Rnumérer tes vices prine pause eet ne viele entreprise dont on trouve des traces ddins la provides épitre d’Horasst, et saint Grégoire, cer- 4ainenicnt sons le savoir, eléve, ane ce point, de la madme tradition gue Ie potte. Mats les listes de Grégoire et de Gassien présentent, elles, Ge grandes dlitéeences. Grégoire compte sept prinetpacs viess, a lew de hull chez Cassien, ares que, sous Finguence de samt Angustin’, sl met 4 eben 2b 1 17, Da pai ut nue pr is cent Cae, eo Se Fy cles Dav (oni, 1517 torn, 12; Pate, 16284047 Lele 122). 2 isa. Lesctrrany eo ane ae sanina 9 ed Tt any SARC 3B, doy 86,105 Enea 3 in eae pact, 143 Py 9,150 De ese ar una, 2,3 108, 90 nereopuerion part, en facleur commu, Ia superbia ou orguil, mire ourrlelire et reine de tous es vices: « Ipsa namque vitiorum, zegiaa supadia! >. Mls Vorguell, pour étre an super-vies, fw'en est pas moins un vice, et He total de hull se trouve done, en xéalité, chez saint: Grégoire. Honace 8, Catcome. cassie Bote in, 38-38 ‘iors 31,87 Irate ina emoe nants gortn | gsssimareta lvoe tra erste Teneandas a sangre ine porbia | tila an nosus vontrisingluries | avedia smnatoe \ festa enodoxin Sapecbia On constate que Grigoire renonce aux ‘quo Cassion tenait de la tradition grocque a’ Evayee.®Cassien regerdait Yenvie comme wn viee sceondaire en ddpendancy de la saperde ¢ Grégoire, sachant pout-étre quelle Lmpor- mes savants tence saint Angustin Jul accordait? 1a met au nombre deg ‘lees capitan, et, ce faisant, se place ans la ligne d’HTorece, Cassien, pénétré cu envaetére spel — vochnique, pourrait con dire — da a splstualité cu dere, avait trace da Tata tun tableau clinique qui provoque aujourd’hu Vatmteato hats 2096y peo UBUD Bz Tie its ey 34 0) Ya av Brera poten 30, 2 Ly 3 TER Sn 2,1 sta, 190. De venta Pape B22, “Caan, fn 1, De spit aa 188 SOURCES DES x MORALES » a des spécslistes, psyehologues ot médocins? ; Grégoire ne 1a wentioane pas, soit qu'il ne Tait pas dairement distin- ube avec Ia trstesse, solt qu’an contraire, en ayant pargatement sais le cargetése morbide, i Uait eonsidérée comme Sehappant, de ee fait, au domaine de Ie morale. Cassien et Grégoire pritendent ehacun, en propres termes, que leur liste respoctive esprime Vordre de flation dvs vioss. Or, chose curieuse, ordre de génération indique par Gassien ne se retrouye dex Grégoire que de la gowr- mandise a Ja lunar, et de ta eoldre § Ja tristesse, Dens leur ensemble, les deux stax sont établles & Mverse Pune de Vautre, C'est que Je point de vue est aliterent + chex Gassien, ordre de combat, cowsalité do bas en haut j chez Grégolne, ordre higrarchique, causelit$ de haut en bas. Le aésondre des appétitsinférieurs est causé par un Adcordre supérieur antéeédent ; mals en pratiqus, le Aésordrs infé- viour commande et amine & Vacte le désordre supérieur aul au fond, est couse, Le point de vue de saint Grégoire, moins rogmiatique, est ict plus profoac. Saint Grégoire, partant des mémes éléments que Cassiea, a romis en vogue une antique classification qui supplantera la série orientale transnise pa? Cassien au chrstianisme Tain, La paronté de Grégoire et de Cassien s'a Mrme dans La listo dos vices seconcaires, issns des vices eapltaux = {Gana Cott 5, & Gator, Mora 3, 38: fe‘gastmargio sumque nate Nam de inset glia inode cutter conesiioncy cbvetates, dlenla, Jacontion Iyporrss, fe tornaline tanplloela, Gontendiones, portinset», | dis- scutes, Tullera "3¢ sath Gordo, el nenlitum pracy: ioauts. inner orinatar. fefarayeis mervortu, fraue De tre ium usenet, eto, tats, perjury tants deli exvatati ia 1, Veo, pae ecomple, romero Gade de Bauman, De ‘ouisnenintuts mom relate a er fit pentane, ans Sete Pte vee pin 26) 108 2 nernopverion f it, “SBlat, tarantino ae TL tibia, tamer sonnet tecgnni indie Saag: freon Te tite anor, reste Se eT rnc inhi amatucteinpetwl pertains, deere “de superaia contemptus, Ue "De yentes inglavie, Inepte idly inabedienta, Masptema, Lett, sears, nomubdllay, ‘murmavas, deeatetine ‘malltoquin, hebstate sense Intel Staaten et tas loumcroblles ere lust exerens-spntaibas pagmnten tuts eonteryple's quas bestus Deans eneltae enti a spastalas eremeent Wicent-- canaideratiy incoustaatl, i ‘Splat, aoe ey oan Daly ‘eotus peeentis, stom welcespera {Quis eruo septer prlncpalla vitle tanta ese stern Sav cor ‘wertort, issues ion exer mee TES qubue vidollost copter uiaue spstalis, doque car stains Comme Grégoire voit dans ta superbia la mize des sept prin cipaux vices, I est amen & réparlir les épigones de celle-ct ante la vaine glore, Venvle et 1a eoldre de sa liste & ui TL retouche les autres dlistions étabites par Casslen = Si complace Paomielda, fis de la coldre, par les rine, moins cexseptionnolles, It rotrarehe & la luxure, pour la teanstérar la vena inglurice, In sourrittes ov ourTonneris. Diautres modifications accusent, chex nos deux autenrs, Ju diférence des potnts de vue + partol tes rejetons de la fornication, Casslen plase Tes propos obsetnes eomme chet LHS SOURCES DES © MORALES 8 de fle ; Grigoire Ii, La excita mens, prvation complite de péaétration spvitucle. est que Cassen considire Gayantage Ta manifestation des viees et Grégite leurs rétalis introns 8) Orguett et mumitie. — Si maintenant nous eonstaerons oaeun es vices Isolément, nous ne trouvons de poreldle ‘que pour Forguel, Ja gourmendiae ot la eos, Pour saint Grégoire, chacun des viees ne porte alteinte qu’ une vertu, mais Vorguell, qui les met au service de la valne gloire, slatlaque A leur ensemble. Cest un tyran qui fait sentir son joug 8 la vile qu’ « investi en proportion mame de Ia richest qui s’y trouve, Caz considérations Jmagées sont communes 8 Grégoire ot & Casten ¢ HER" wroeto gravis’ taut gen wpe Eerpacicoacser Tamanna autlttens “did contammal, sta “dominate. om nemmopueriox Azsiteatur, sod lla tantum iste trutecta, qua « averse ly aL sitio’ repagnente abourabil reliqase post wo sesort momen gun se } Sitaeaae temas esata iu ate umoeut gen toque taper dor, at aston ervitutie gon epee. Sedoas nadebit ladniable souk Lo texte dp gaunt Grsgeire manifesto simplification ct de elerts, Le acveloppement s'y trouve ser mien composé, mais au détriment d'images fort ste ressantes que les Morale abandonnent ow no suigérent pla ‘que d'un seul mot, tele cette ile des Institalions, si délicatoy gue tout vice xeontuste nen quelque mesureles autres vertus ans pour autant les faicealsparsitre ‘En un autre passage des Doraie sur Vorguctl, Grégo garde Ie mouvement cu texte de Cassien, mats Pampli fu point de le rendve oraboire. Cassien omploie 17 to scrfpturaiees, Grégoire 25, eL sur ces 25, 1D sont pris Cassien, Oppasés deux & deux, Ils sont quelaetais énonk ant le mime ordre. Grégoire, extiémement minute corige eouvent, ax mayen des versions dont M1 dispose, I tations sexiplureires do Cassien, Geluiel, par exempl Dloauait ex ie seule deux citations de 1'Eyangile, pri aux ehapitres 5° ct 14* de saiot Jean. Grégoire prend s do Jes cistinguer, et le «ef ursuim e qu'il intereale entre ell spulease. Tres ‘et Dion caraetéristque de sa minatie s do mime on sa teneur exacte In citation spprosimativ ‘née par Caspien du séeit de la tentation cu Christ. ‘Le proverie médieal qui ouvzele développement des stl tuttons n'est pas reproduil dans ke passeae paraligke des Mor des, mats en un autre endrolt duu méme ouyraye et dansla ES SOURCES DES «MORALES % hhomélic sur YEvangile, Nons reproduisons en tate e¢s dou ernlers paralléle, paree qu'il est incessant de constater la iffasion d'un dicton que saint Jérdme rapportea Lppoerate esos, Ik 12,8; Mosque S Cageome, Morn 2. 2 nfvertat crater et mediees Mor mediine et at diguande Deny causan palelpfuseque skis sill, alguna com fmorBorun siperbinm ese Cor true aiarie ene Eisen snare ca Hr Be A= Sa Test que per siperbiem core basque wit cbeiontle adktet orate hualltatem reter= edfeomanta, Sant eoat ete = Iewieinaeclda feign, Eee i eae Sah ys Bom Drecdicamants peceatl it toe Brits euntlaentian iis pee : hal ete hana, Me mamnave aiekt «te ton, 4dr 39: Me amgue at selene «1 tin nan ly Medic + + Humtath est im 15,15) inte aster por Prog lepeaanims toon "(Dey fly tain dit t= Replat eet tall 35) Me dices oo sinulis anima mia at vite mea faerae Missive» (se, 14,14) ble. appropinguenit ="(Pry Oh Sum eat forex De ee « Suara ita oa fants sertinat forse ered chatebe aia’ ewe (tee fetes Lamia se fe 1.15): Me huang & Guay Tie aia «Supe: Law vote, eUhabitabe be fievtiote soles mes toto tit» (2aty 2510) le (Ga, 15, ta alee Duectty Git: Secabo Tn wlonte te Ae hia tie suan ot humaiistamentl a latcius Aull andes ang 3 20, (oy ty 1 sate dice go Sam enals ‘ston "ott, ‘prebrum beasaunt et ab Jeetio pes ots 2b 7) Me fet oe Aseesuaes super ‘Assina » (hms 1, 18) ate EN Cuin in forme’ Det see, fon Tepinam aida cat She se egualen Dea, sed emetic Pome feed secptene + (Philly 3.) t et per meaea Sta "eqtae Sieens «Domine, que Sls 1 Sst Sea, patos 12 of Algsiem. pm in fe 8: S684 103, a sents Pee 96 nemnopuerion We dict: «Ness Domina, Bit > (PR 8h 10) Ms per Trt woe dint” (se, membre tua Yoga ces SB Bitlmaiat 50 tere Noe Doria re tm hte ender ‘Sol oot cunt Semelipnim dls" « St dau Irancofa gc sem0 tie 9D) ele tom ov cy er stil Bede See sant amine vote "nendax sed noo sy Mage fet ee e'(Gae ta. 3), tsnnonen eis sere» (Osa Fc ne foun tgs So) te ane New seal Te Ape fecaeolopcn, fea fomina, eyo fel ee» Ca Spe tnt mane fpve 8,4): ite dat Now pone Tad ope» ey 80 0 hye meipt fers gandguam Tee at {0 Siea tania (Uy 93) acct 2 oi Moa mnt ef por carum, ‘meas tame mane, pee fal aU online dint (Ch crt, opera » Ose 14 10h rl 6 Stmate oseades eit fi potestaten Sane. waive wn Prt dlcruny wai Steals, ee lo de tase, 49 Grégoire imite aus de trés prbs La deceription wucilleux faite par Cassien ¢ Ceassinny dnl, 12, 29 |S. Gnome, fore 3 31 penEttrtoe “that ‘seal gas en tim pot Featime howl se Spout sro artic cctuiciaa gam "S3- Cancts namexe sore Herat capers cece apn se coins en Beate ceria ingicin Tat canes econ, aed Be Lesa ckualias iets Te sno asst Seeded ecthind et ate Ehren, are in st SEnRucgtagnatents Rien oe sine eee diac "yn ln inane, ecto in tne Weattre tantra ance in hponuione Tora rams ithe fst culos weno ot fog Tene etna erumpsnie, counts alin ad hen a ane ti lime a oh tata ae St cane lactis ipo Sele ropanden nd lr: i Pisa ab obtener i MEM TES howe ea dene: ‘aso Eola, Cassen et Grigoite regardent Poumiité comme I URS SOURCES DES © stonakEs » 7 fondement, I mére et la maitresso do toutes tes yertus, Saint Hevolt eb Cassien Wl In dicerétion 1 méme donnaieat ees titres & CassisN, Golly 13, 7, 22S, Gnkcome, Mory 2, 24, man’ ergo" ext” oma — cole Wedluntiten vamgne guia wrihin, ue ec ue magia eX ana ne ie at fen lege ohrtats, Cells 18, 2, Ls fhumitateny que etm vin once Peer sets nina ats—_Aie, 88h a) fire’ suldisimam fundamen: murine, qu state ied a ta pe haere ate piel tomes aT See oe tale ineticeatte furdatinae Gourmuruise, — Le second ensemble ae parades, moins {mportemt que Ye préoédent, ost relat & la gous Imandise. Grégotee et Cassion réelament, comme condition Dréalanle de Ia lutte spirituelle, Ia victoire sur la coneupts. cence de Ia bouche, ear, disent- taminis 5, . Septet Saba ty ba Soe nin els ter ce fe ancl ee ye he fentasions ola ellos 98 awrronvcriox EES SOURCES DES « MonALrS » ” Nous saisisaons sur le if, dans un parllle beaueonp tle gcinatin tule Ho inser nee plus intéressant, comment Grégoire remanie eomplétement flnee Det wrod, sprtacrods pont, ulus UDG ents texte quill imite Sin cords noses att Gress, fumintanoen ment we Seis vcornatie conc suger Splrtes grata Yes Distnte pent valeaneantoe Mt a cane enenprecets sy tng 6, 17 ie | 8 Gaoenr Mary 2 9 te Ices enema wnt Stuy cama] Unie de Nabechdsosoe ‘Calungue a entinen ores SUELCSME Sc eatatom’? mente wie = nee ‘nn te i EE wre nan deasl ransom 9 (Cle It fst, by one eee erica, wed eastiga et Sm, 52, 14). Quid clin pee sem secret acetal subfase, muyos erste | spiel ‘Tous deux citent Ta 1% épitze aux Corinthiens, mais, manana Yost repvobie Scriptura expen wish virtut toujours exact, Grégoire se reporte aux versions de I'Rerttn eee de-27). anima, qae ad pacis vistoneHdl iy mid aie ee eed, i ont tenuit? Aut quis eoqucrin quill en main et ajoute adverbe forte + ne forte altis Iiisoe assem pncpe, i tnter Sey proedloans, Pals It alligue 1m yerset du 26 livre des Rois: Simm vost eee a tan ars Le cle tin suisve dred ta rare de Jereden, Fae ig ola, costiga, Jemsatem princes conver a Sens doute, dautres versions disent-lles avee plus de vral- Fe ONS et aubieetione ol desteut, qa vinutes oni Mane crm tui” fe em noe etna” vena semblance e chet de Farge mais comme fe mot» eul= ieee cmon tual 15m eats con sinfers »ralLache fort & propos cette elttion & tout 1¢ déve- Reerin SER otc et eon hn cal Tappeneat sara gonrmandne das Tol Greg se rove alist tae, ee oan, fon gag n'a garde ce ssr 6chapper pale ebeine, T Fe Sea Ean Gent. Gréglre enfndstngue cn sores de goorandises Drew dicens 5 Ste eam ‘aul sTnspinent des Cros observées par Cassten 1, et ete, oe at or Be crores noe-autre-verson issn serteceokttg peas ee Biss ihc iets cages pachetes osc 1e SOOeRLG ‘cerem, sed ‘nmeecnon de Ia discrétion %, trés personnels, et qui se résument dans. [ints noe snes ex cette phrase remarquable, reprise plus lari par saint festa” abenans Bernari faut gander Ta temperance de fagon & tner nan ; SARE et quod cm 22a In cate, male Yes vices de In hale + quatenve non carne, Fate Laces compar anasto fenacr, S00 Sen itis corms ogsidat 4, » ™ ROL orumet ek tn plese walleo winston 1. Mora 0,60. — fasts 5 2h 100 ivenopverton 3) Coldre, — Sur la eolére, Grégoire et Cassien ont, & quclanes nuances pres, 1a mbmo position. Sans doute, Cassien pense quion ne doit miéme pas se fScher pour répri fander qui te amérite!, Landis que Grégoire admet ce que Von pourrait appeler une stinte eotdre, mats si lroltement survellée, si exactement maintenve vans les timites de la insties # quion se demande si s'aqit encore d'une orate colére, commie de celle ealleure que Cassien recommande aux moines contre les suggestions perverses de leur propre Gassies, i, 8 Li Nee |S Gntooms, Mory 6, 78 spiel ‘pacielyes efi, fas Cer tram sopuetie petit, ut fark sapieaesnnfum "pre quid queve edie sen xt atin’ opinions niearmr, —smnin esl, set selpe i Ctra ia-sinu stad iyuin tea thin soepteasure tum et Fopunseit» Wet 7 Lapsed me rgnteet (el 10) 2 kd Piaat ids inortatats borin “inteigentin Neem Sonecaal polesinusy yeomote Fables, cum mentom peymer Prades Sideamurdefindione ‘vande eonfundh. Per tram ola Fett ptr gu” Gra tan, tape ten Der alam pradenes » (Bron videtur soot eri st = qi). See ists modeeuming «fon pert tion pradenes 6 perpen aiseratione corals vie (Pron 15, ts la seat Eis ohn fet pect Shi Sms "nena fenetiquecancdorum "pina. expt, ans gun tnelger Tipuibue.setimernin, que toa pridenter elie Por tram fas Dai Del un opti He lng, ee mr (Inc Is BO) Span guage ests «Tra vit fata Det re eta’ arctan ques opeas Soy 20) gla dem Wine seo us let Taal jerturbata wes 'judilom se ian oestere ils exaspeca, one que Furor sueeit rect pa Der team praia ite socal faut, stent seiptury est Rollers sae fee sta homing Shor ct sues seandalon a inte» (Doty 22, 2620), | Hiden: Gus poteit mabitare Les SOURCES BES + MONALES » it fam homine exjus sletusfac- Iivest nd ascend + Prony, E10) Ould qul se ex Maman stl armas ene ery a Crane! vii ‘nr autem fracas ff Sa part las: Ear Trecunlos Gi pect» (Pron 2 22) Hol peccate (Deven Sh 38) Le texte des Morales a heave pis d'état t de ehesse cove celui des Instituions i déhute par eette ide que Vapaisement des mauvements de notre ame nous raméne A, I similinde de notre exeatens, Mest intéressant de rapprocher de ceux de Cassien Tes reanicies que Grégoire prescrit & Ia core is témolgnent de deux esprit. L'auteur des Znslittions cérabittques a ha tos vive conscience que ce viee nous fal perdre de grands iene: Iumigse de ta disexétion, fermeté dl eonsell.. ; notre ame ne ‘matt plos etre Te temple du Soinl-Eeprsy ous manquons ‘Re Ia Uberté nscossnire pour faite oraisen '. Les eemédes de Grégoite témoignent, nous semble-Lil, Wane profondeur relleiouse encore plus grande : quaint la eolére ost prés de nous attaquer, songeons, dit, aux soumtanees de notre Pédempteur, et rappelons-nous nos péeies & +) Le print 0X Grégoire se detache de Cessien, — Nous salshsons Tel 1es préoccupations de Cassin, entiérement ovieniées vers la réulisation parfaite d'un genre de vie tres particulier. Grégoire le Grand, pourtant st attaché & sot ‘monnstire de Saint-André, ne semble pas woater eet te spécl= sation, [est un fait que tes Morates,prinitivement conté- ronees faites A des moines, ne font aueunement état de Vidéal monastique comme tel, Laspiration qui & chaque 102 intmonucrion Instant, se fait sentir vere la plus élevee des formes de per fection, ne vise pas expliciterent Pidéal monastique, mais fa plenitude spirituelie qui devrait tre celle du tout vral cehrétien [Lidéa) de Cassion est une sorte @apatieva sans dfaillane, celui de Grégoire une vertu ebrétienne qui sent encore les coups, — comme ele du Christ 2 (Ges dernigtes remarques nous disent peut-étre pourquol, aprés comparaison minstiense de chacan des termes do leur classifeation, nos wavons pas (eouvé de paralléle textual pour la fuxure, Mayarice, a tristesse, In vaine glee, SI sain {Grégpie, dane ses deseriptions st oxpressives, n'a pas réuss utiliser Grsslon, ceel que Cassien envisage ees vices trop) tomiquement sous Te rapport de Vétat monsstique. Dans Ie ronachisme oscidental, la technique spbitucle ne paratt pas) aussi spéelaisge que dans tes déserts égyptions ; austl Grégoire, mame quand il adresse & des ravines se détache: fda detail pour aes vues plus qénérates et par conséquent plus largement humaine. Nous sommies loin d’aveir énuméré tous Hes potts de: ‘contact de nos deux auteurs: la division ce Cassien en vita faetalis et olla fivariew se retrouye chez Grégoire sous la forme vita cctioa, ofa contemptotion; ows deux voient aussi dang le renoncement une forme du muartyre % ete Influences Saint Grégelre mapas simile profancs. apport des cuteurs pafens qui ont contuibué certoinement, {0i-ee dane lune mesure restruinte, sa formation tntellectuelle. Sal ‘mestalité reste coriensement étrangtre la Teur. I melleure explication, sans doute, en est fe mille soets! auquel appar ps SOURKES DEE © MORALES » 108 teoait sa famille. Fumie seeerdotsle, ll en ful, — pulsque fe irisiool de Grégoire fut pritze on titre « de feselola », son bisefcul pape de 48 & 492 sous te mom de Félix 1113, fon graud-pire appelé aux ordres snerés, et doux de ses antes religieuses, — tout ce monde, sans enblier son pine ot sa mdse, ayant véc dans une grande sainteté (Or tes cerces ascétiques et dévots éprouvaient de la mé fonco a Végard de la euiture profane. Méme sous te regne de Théodoric, en pleine renaissance de Fheilenisme, ts étaient resis fermés aux in uences orientales, pourtant ehréviennes, répandues & Rae par le tis eavant Denys le Petit. pins forte raison, en une époque of activité intellectuelle était plen ralentie, se montralentlls indilférents, sinon hostiles, asx Gomvains aa paganism Dans toute Peouvre de Goégoire, mulle citation explilte auteurs pafens, saat Sonéque, une fois, dans la conmes- pondance ®, Ni poor réfuter ni pour le suivre, il ne cite Gieécon comme Vavaient tant fail saint Ambroise ou'saint Siem, Ihn'y a pas trace avouse de Virgile, avawel pourtant Yenseignement de cette epoiqe, aw Lémolynage de Rortunaly coutinuait de réservor ame eerteine place. Copondant, Grégoire est verte dans Vart a'éerice tel daw'on Ie concevait depuis Vautenr de De Oratere, Nows nen ‘youlons por prose que son sens du metre et du rythme pro- satques, qui suivent souvent, mals Wasser loin, ceux de Gleéron + Lange mesnrée au texte eunteibue 2 T8égance 4, Devel eommner Plz 1 te saceesour du pope Loe (62:239) Boat Cd sa oe aim i omit nin tof spt pn nut me 104 iemnopverton: ‘ome langue Svidemment tres Aoignée dela pureté elasiquey mais qui, uide et musicale, téoigne de la borne formation rogue par Grégoire Dans Je domaine de Ia morale, le stofelsme semble avote exercé quelque Influence sur Gri notonssle, et dovens depots Tongtempe le ban commun da shristianisme, On connait histoire de ees anaehrorétes Guy faisant roteaite au désert, emportaient deux livres : 1a Bible ole Manuet WEpietéte 5 ils disposaient méme, pour celui int Ni, ot Diew unique et tran fore, Stoteisme banal, une éition christianisée attribuée 4 laquelle les diewx étaient devenus eendant ds chrétiens Saint Ambroise, par son De Offiis surtout, se trowval an point de pénétration de la doctrine steicienne dane I ciristianisme lotin. Par Grégoire lo Grand, qolawes-ns des Géments de evtte morale, dea phisophie antique, sllalent connote le plas grand suceés, Gest alnsi quvit eomtefbuera & répandze 1a alstinesa des quatre vertus de prudence, do justice, de foree et di tempéranes, ouxquelles saint Ambroise fat peutétre 18 premier @ donner le nom de vertus cazdinales ', Cette di 5 des termes propres 8 la tives) ptr eases Upc tn rns pe ‘ese de Fasceny oil queer pares nent et dna Pence ‘ten rae au heey cn heehee sucess sal wierd pebabhonen cons longi ne see ta, ‘érboc: Sciot Anjastin, defi, avail donnd Poxome de cette priest UPS SOURCES DES « wonatEs » 105 tnction, dont on eurait quelque peine & Aémontrer te bien fonié philosophique, trouvait pour Platon sa justification dans la structure méme de ta République 2, — justieation populaire Wane distinction dont ee ne seratt pase Hea ii de reeheroher plus iligemment les origines. Aprés le Soerate de Platon, aprés Paton tubméme, dpicuriens et stofciens ‘étaient trouvés d'aceord pour Fadepter. Par Panétius de hous, cle obtint droit de cit dans le asoade romain, et fe son cuyte, passa daus celle de Cicéron, Cleéron et Te stoteisne Ia Kgoérent & saint Ambrotse ql ia transmit & flint Augustin, et saint Grégoire aprts eux int aecepter de tout le moyen sige. Pomévins, qui a a fin dt v* siéele n'est que Méebo d'une tradition, donne peut-étre Ia vruie raison de fectte étrange fortune: le choi des guatre vertus est en réa é dependant de la valeur quasimystique on sacrée ds cehifre 4: Quatermariam numer perfectonts. sneranim pene nullus ignore Dans Cassen ot saint Ambroise 4, Grégoire te. Grand) ponvail puiser aus Pidéo,& ta fois soeratique # et stofcienne, que la vertu est une, malgré la division prévédente, « Havest Des, Gcrite-til, de vertu vérllable 8 laquelle autres ne Sojeot mélées >». Tnversement, Il almait & aire que st nous Alominons certains views sans os vainere tos, owe netombons Dentot dans tee premiers © 3, Saint owonsn, De offen % 8, 40 5 Py dy 16,1 106 svnopuerton Gos quelaues points de eontaet ne dotvent pas fare uber les ivergences, qui sont. profondes ‘Saint Grégoire n'est absolument pas théocielen, méme a) la manidre de Gleéron, voire de saint Ambroise. IL n'a aucun) soul dos proilimus tnéoriques que ces demir, surtout, avaient présentés A Tintebigence de leurs eontere porains, La preuve en ast Pabsence complete de ces termes ‘gui dosnaient sa inerque & Ja phulosophle morate de Vanth (quite, Nile commentaire eur Job, ni le Pastoral a’ ermploter Tes expressions de souverain bien, do vie heureuse, d’orarg nt calle de contormité 8 la nature, nos actes devant se concer ter en yue d'une harmonie cosmique et religieuse. On. af trouve pas les mets elcéroniens, cristianisés par saint Ambroise, «honestum, de decor, qui marquaient. un ‘coractére sf conformiste ot si bourgeols la morale de Cicéro Te meme, le mot de Providentiay sréquent chez Ambroise of saint Augustin, n'est employ$ que tris rarement par saint Grégoire, L'dée de gouvernement divin s'y ox Prime par des locutions jurtalques, mals irés simples comme; permiticre Deo regrnte, yubernatio, dispensailo. Or la noi de Providence avait été le dogme stolen par excellence Liabstention de Grégoire est-ollo un indice de sa réserve! Végard ce tout c¢ qu rappelle Ja eulture profane o lp sophie patenne ? ou le sonel tout pastoral d’@tro simple bien 2 Ia portse de sos aitonrs ? Mos fil, cette omissi cet-alle delibérge 7 Lactanee, ener qui Te ot est extreme fiseuont, no Pormploie pos ume seule fois dans tes dens part de som ccuvre ob 'apoloaie do la Providence se fait justemen plus pressante * :pareile anomalie invite & beaucoup de prt ence dans tes conclusions. endipn#tpaoeiga, 29 (9, ron | Lis SOUNGES DES € MORALHS » 107 Si Von passe de la merale a la mystique, on peut noter pailloment Vn luence trés olserste de quelques es profane Pour Dom Butler 1, saint Grégoire, du fait meme qui oorait sane jamais ge référer & quelque doctrine phi= Insophinae, serait le doctour par exeellence dw +m ‘cekdental» du mysticisme & Pétat pur. Démngée ainsi de tout aliage, erant elleanéme son expression, 1a pensée mystique now Hiveeralt plas strement son essence, now spéculation, ‘mais prttce. Sans cout 5 mais on ne se nour pas de salt ‘Aogustin e!, par tut om par dautres, d'une part importante des trations de UEglise greeque, sans bice pénetré de Piotin, ct done ausst de Platon, Nous avons pu eonstater que le Nocabulaine anystique de saint Grégoire, emprunté & aoiat Augustin, met en jou, préeisément, quelques notions néopla- tonielennes. Saint Grégoire n'a done pas Cchappé totalement f Yinstuence de Fantiquite, ot oe nest qu’zvee une eertaine reserve ue lon peut parler de mysticisme 8 Vétat pur lorsque Von considére, chez lui Vexpression de la pensée. Mais que Hon se rassure, Une pensée peut rester pute, peat reser elle sophie. 11 sum que Vexpetienee sur laquelle ele s'appuie soit authentique, Le systéme phllorephigue ne fait alors que lu préter son tangogs. Disons que saint Grigoize considére le ehrivtianisme & eu prés Indépendamment de tout systime, tel quil se manifests dans ba persone et Paction dv csoyant ne, tout en erpruntant son vocabulaire & quelque philo- Lrhomme ne se save pas sans Dieu, mais pour Gré Venigence essentiotic ¢st phis une «iseiptine de Vordce moray fondée sur Vamour, qu'un état dime fait de confianee eb (abandon, C'est do Diew, de Yadhésion & Diow que le salut 108 pernopverton depend: mais, eoncourant avec In bonté divine a Yee 4a salut, Ia part de Mhomme est trés fortement marqute j fascbse, lutte contre les passions. De nature profondéme contemplative, Grégoire est moraiste avant tout, morallsi un degré quai oe sera pas depassé par les éeoles de spit tialite dos x1? et svit® sidelos ‘Lehomme, en saint Gregoire, nous apparait done singul sement riche, — Ia doctrine, trbs complexe, malaré V'exteém transparence et Tabord si accessible d'une heute pensé « La dlarié de mes paroles est souvent trempeuse «, din auteur fu Discours de fa DAélinde, Hew avant. Descartes saint Grégoire, Paton aja cemarqualt que Socrate avai fnferme wn sens tout alvin Sous dos props families. Veloms tiers, nous dirions du livre des Morales que des formes imentaires, courantes, enveloppent un enseignement. origin ef fécond dont on ne saisiral pas toute le portée si un Jugealt simpliste, Cher un hamine st pourri des traditie enrdtiemes, Ia doctrine aérive de sources tres personnel {est cette troaition qu'il convient de bien mettre en Lume of eotte originalité qui smporte a’atirmer. Grégoiee le Grand est un homine de doctrine, mais non Dhilosophe ou un doctrinaie ct justement, ce qui provos est cette Inumanité profond 4 son gare tn sympath equities et ta réswsite de Viomuie, Ia vérIt et Te etal ‘une réslexion qui, tonte attache 4 Vexpérionee véeus, prond Iss choses naivement, comme elles. sent j Sans donte, cotte doetrine haute et simple, conerite pleine d'idéal, n'est pas dembée communicable + elle saat pas comme les wletuosités de intelligence ete bei une sclence qui cherche £ se fans valoir, Mats elle es ntente partont, puter que eiéactiquement exprinée. EI est pourquoi il est si malaise de comprondze & fond, circonscrire et de juger avee sagacit® on Lel enssignement LES SOURCES DES © MORALES » 109 La vie oppose une invinelble résistance au travail de notre pensés, Velfort méme prolongé et méladique de Vatention, Ta eritque, Melle La plus aiguisée, ne sazalent remplaver a gympatie 10 awmopuertox Bibliographie ‘Testes Senclt Gregorit papte 1 cognaraento Magn’ opera omy studio et labore moachorum Ordinis Sanett Benediei © Congregatione Sancti Mauri. Paris, 1705. aition reproduite par Mics, Pulroigiee Latinwe Gursus completis, , EXXVEXXIX, Gregori 1 pope Kegisirurn, €@, P. Ewauy ct La Hanmusos, dane Monument Germanise Historiew Epis, Tet 1 Gregorii Magni Digiogi, Libri Wy é¢. U, Monee (inti per ta Storia eTlatia, NUD, Rome, 1024 ‘Taanvertos eRaxcatse ‘Lee Morales de saint Grégaire, pape, sur le tore ce Job Paris, 1646 4. Taaveus nosis P. Barievon, — Suint Grégoire le Grand, Panis, 1928 Dom Basst, 0. 8. Be — Les Mysliguee bénddietine des or ines ces XIH© steele, Pants-Maredsous, 1922 MLW. Beoourtetn, — The origin of te concept ofthe se ‘cardinal sins, done Harvard Theological Reour, x (a94t), p. 125-338. Ki Beazrise — The clause in the works of ealat Gregan ‘the Great, Washington, 1999. Louis nein et René Atonain. — Grégoire le les dlots barbares et a commute arabe (LV de Vista de PEglise, pudlige sous la direction de A. Puscim Vs Marri). Paris, 1938, only (161) un de ete decors ot anocnapme nt [ Burn, 0. 8. DB. — Western Mosticiom. Londres, 1922. ‘Bmeditine monachisea, Londres, 1919 (Trad, Ch, Gnosau. Paris, 1924). B. Garrane, 0. 8. B, — L homilies de aint Grégoire sur te Gantique, dans Reewe bénddictine, xux (1929), p. 204-217, B, Coumcstie. — Les fells grecques en Occldent de Afarrobe Gasiodore. Paris, 1913. 1H, Duppex. — Gregory the Great, is place én history and in thougt. Lonidres, 1905. V. Favne — Blade des forales de saint Grégoire te Grand ‘aur Job. Baris, 1858. F, Guisox. — Le théelonie nustigue de saint Bernard, Pati, 1934 6, Grom Litaianitc neW’ opera dt Gregorio Magno, Ra, Huner — The fae fain oocabwiary of the Moratta a) sain! Gregory (he Great, Washington, 1958 L. Kuma, — Gregare des Grossen Lehre von den Boel Rottenburg, 1958, M. Du LA TAME SF. — Le Commentatrr de saint Grigotre le Grand sur fe 1" unre des Rote, dans Recherss de Sefonee Religienae, VE (AOL), p. 472478 Lemase. — Ubu 8. Greyortus Magnus lileras kumaniores oF ingeswes artes odio. perseeutus sit. Parls, 1852. Fr, Linatano, — Grundjragen. der mystiscton Theclogie ‘ach Gregons des Grossen Monaléa tind Bsetielhienilien, FribourgrenBriszaw, 1904. Fil Mannor. — Attour de (a beblomspre dn pape Ageptt, Alans aielanges & Archéologie et Hietire, XLVIU (1983), p. 124-468, Saint Grégoire te Grand, dans La Vie Spirituelle, LXIX. (94D, p. 442-455 ug rxmmopucrion, A. Méxacrn, 0. §. B.— Le conlemplation @apris sai Grégoire te Gromd, dans La Vie Spiriuell, IX (1993) p. 242-289. La contemplation doprés win Cormmentaire sur ks Rig leone le Supplement 4 La Vie Spiritutie, XI, janvier 1925, p. HO} 184,) Les divers gna dit ml « Contemplation »ehes saint Grégoi {e Grau, dans le Suipplément & La Vie Spirituclle, LE 1 juin 1939, p. (49-I469], el LX, 12 juillet 1999) . (39}(55} ToP. Mensa, 0. 8, Bo — Lar nision de saint Beit da Vinterprtation des théeiogiens staestiques, dens 2iétange Bénsdietine, publies par les moines de FADDaye Sain Jeréme de Rome, Editions de Fortenelle, Abbaye d Soirt-Wandrile, 1047, pe [143}-/201} D, Nonssne, — In nogistram Gregorié Magni studio eri dons Urpsale Univcreilets drestrijt (Rheouels de tava Dubligs par l'Université @'Uppsata), 1, 1907 ot 1, 199 J-F, O"Donsnit. — The eocabulary of the kes of sa Gregory the Great, Washington, 1935. L. Pesca. — Lar potitiqie de saint Grégotre te Gran Pa, 1872 0. G Ponext. — La detrina marastion de San Gregot Magno y le Keguta monechoram. Made%d, 1950, PL Reesmey, 0. PB. — La somponction a eo Suppliment & La Vie Spirituctts, XIAV, julle-s Ps ELE) ot {65} 183) BI. Rocen. — Lenseigmament des lets cussiguoe Aus @ Alcuin, Paris, 190. Dom Ph. Sours, O. SB. — Histire de POrdre de sai Benoll, tT et TH Maredsous, 1942, mimriognapnte 43 Cardinal Scastun, O. S. B, — Lev ancétres de saint Grégoire te Grand ef leur sépuliare de jamitte & saint Paut-lors Iee-Afurs, dans Ree Bénddtetine, XXT (1904), p. 119-197 A. Seevuest, — Gryerio Magne ¢ ta eoienza projan, done AUi della Re Ace, delle se, di Torino, XXXIX (1904), NM, Waxwme, — Ponds, Dispensato, Disposiio ; werthise lorisehe Unersuchurgen. sur Frémnigieit Papst Gregore a Groseen. Locerss, 1941, L, Wenn, — Hauplfragen der Moraitheologie Gregors des GGrosen, Bin Bild olshristlicher Lebens/fitrung. Fesbourg (Sutsse), 1987 Le teste latin de ce votume repreduit celui des Bénédictine e Seins- Maur, é Ueaception de la Leltve-Déicaee (p. 14-123) our laquelle news avons swivi Ue fete de la lettre 63, lame Ty Wore Y, p. 959-358 de Pétion Bwold-Marlmann. son, 8 MORALIA IN JOB PER CONTEMPLATIONEM SUMPTA REVERENTISSIMO ET SANCTISSIMO PRATRE LEANDRO COEPISGOPO GREGORI 'SERVUS SERVORUM DEI! 4. Dudu t, frater beatissime, in Constantinep Titana urbe cognoscens, cum me lic sedis apostolies responsa constringereat et te illue infuneta pro caus fidel Wisigotharum Iegatio perduxisset, omne In tl auribus, quod mihi de me displicsbat, expos, quonia iu longoque eonversionis gratiam distuli ot postgus elesti sum desiderio afllatus, secalari habitu conteg melins patavi. Aperiebatur caim mihi iam de eternitat amore quid querecem, sed inolila me consueludo devin xentl, ‘me cogeret animus presenti mundo quasi specie tem eservine, cceperunt multa contra me ex eiusdem mua ceura sucereseere, ut in eo om non specie, eed, quod & gravius, mente retincrer, Quie tandem cuncta soli fagiens porlum monssteri peti ct relictis que mun sunt, ut frustra tune exe, ex huius vile nant nudus evasi®, Quia enim plerimgue naver imeaute tl fexleriorem cullum mutarem?, Cumque adi inn i es a ‘Rk nee Sir et aevey mt es Wagsthy Paes Li Gf dn ce Nec sa pee ol MORALES LETTRE-DEDICACE Grégoire, serviteur des serviteurs de Diet, 2 son trés rivéren its sink Irene Lande, sn eolegue dane eépicopat Totty a @éia longtemps, mon bienouroux fre, que faint votre connelteance'A Constantinople; cet 1k momeat oi Teo intls du altge apostoligae. me Tetenfent Babs, et ot Tobligation intervene propos dela fol des Wisgotis vous avait conduit — Jo vous xpos de vive vot tov ce qu en ol malt 3 Charge. Tongtem ps, indétniment, je’ retard la race Ue Ta conversion, ek méme apres voir ressenti le desir du ci Se run rine ger Phat au sie sc Lemp, tapparisalt ea que je cherchole do amour eterael, mas es chaines habits enracinéss nfamyéchaient de ehanger ma maniere de vivre™. Mon esprit vefforsit encore de no servi To mondo sent que di dehors, mais la solitude de ce meme Tnonde peu 2 peu Mt gandir milo souls contains & Mon lich, au polat de me setenle now plus soulement pat Is dehors; mals cb qui était plus graves par Time. Ban fuyant apres éfeston touk tae emborrue, jo gngnal Ie Davre d'un mouasve, et ayant abandon poor Coors, je le eoyais dir moins, les seins dt monde, ns je nha aida tnufrage dee wes cr ie rae setunet a ex nos de nt Art 115 MonALES SUR JOR gatam etiam de sinu tutissims litoris unde exeutit, eum, tempestas exerescit, repente me sub pratextu ceclesisstic ordinis? in causarum seeeularium pelago repperi eb quice tem monssterii, quia habendo oon fortiter tenui, quam stricte tenenda fuerit, perdendo cogaoyi. Nam eum mihi ad percipiendum sacri altaris ministecium chord tie virtus opponitur, hoc sub ecelesie colore susceptury cst, quod, si inulte liecat, iterum fugiendo deflectatur, Postquc hoe noleuli mihi alque renitenti, cum grave me el imparem sentiens respiro, Quia enim mundi iam tempora malls erebrescons ‘ibus temino propinquante turbata sunt, ipel nos, implicamur ; siout eo quogue tempore quo ad minise ‘eclum altaris accessi, hoc de me ignerante me a ext, ul saerl ordinis pondus seciperem, quatemus in tem reno palatio licentius excubsrem ; ubi me sellicet mm ‘ex monasterio fratres moi gormana vincti earitate se sunt. Quod divine factum dispensatione conspicio, ut) corum semper exeraplo ad orationis placidum litus qu ‘anchorse fune restringerer ‘ncassablll impulsu fluetuarem. Ad iNew quippe consom ium velut ad tutissimi portus sinum_terzent volumina fluetusque fugiebom, et licet ilud me min cam causarum secular Jemma — Feeds meg woe hme Sl {a eon engerps etn ds port =. Lerrae-peprcact 115 Comme il artive souvent aux flots d'arracher un navire smal amarré, oie de la bale Ta molews abritée, quand la tempete se déchaine, — ainsi, brusquement, sous le prétaxte de mon ordination’, je fus rejet® sur Tocéan fies affaires temporelles, Pour avoir conserve sans vigueur Ja paix du clottre, ce n'est qu’en la perdant que je compris combien f aurais Gi m’y attacher. Comme, pour mengager ilans le iministére du Saint autel, on m'opposa Ta vertu Gobeissance, jfacceptat sous couleur de micux servir TEglse = cette heure, si Je le pouvals sans pécher, je m’en bibérerais par la fuité, Plus tard, quelque résise Vance que fais pu faire, @ ce ministére déjt lourd, on a ajouté le fardeau de la Charge pastorsle, .e le supporte autant plus difiilement maintenant que, ne me seatant pas 4 la hauteur de ma lache, aulle eonfianee ne me eomsole, ne me permet de respirer. En ces Lops troublés dite monde est tout prés des fin, les mausx se maltiplient, ft nous-mémes, que Von croit absorbés par les mystires de la vie intérieure, nous sommes aeraparés par les soucis extariours, EL de plus, en ce temps of jeoSdai au ministére de YYoutel, si’on me ft accepter le fardeaw de Vordre sacré etait un moyen, (et je ne mien Fendais pas compte), pour me permettre de monter plus Ubrement Ia. garde dons un palais terrestre. Naturellement, phisieurs de mes fares en religion, qui nvétaient unis par des liens o'etroite charité fraternelle, m'y suivirent. Ceel arriva, je le vol, por um effat de Ia divine Providence; eelle-i, parle moyen e leurs exemples, me fixa comme par la chaine une ancre aux bords tranquilles de Poruison, alors que je lottais, sams eesse ballotté par les affaires du siécle. Crest auprés d'eux, comme dang Vanse d'un port trés abrité que je me réfugiais loin des vagues et des tour= billons des distractions mondaines. Cette eharge, apres ‘mavolr falt sortir du monastire, avait comme’ exter- iné en mo} sous le glaive ces affaires Ia. vie paisible ‘autrelois ; a milion de mes fréres, sous Influence Tame lecture attentive, des sentiments de componetion me réconfortaient chaque jour, 116 sonatrs sun son terlum ex monasterio sbstractum a pristine: quietis ‘vita muerone sxe oceupationis extioxeral, inter eos tamen per studiose lectionis alloquium eotidiane me aspiratio compunetionis animabat. Tune cisdem fratribus etiam cogente te ylacuit, sicut ipso meministi, ub Librur Deali Tob exponere imporluna me petitione compellerent ft, prout veritas vires infunderet, cis mysteria tonte protinditatis aperirem. Qui hoe quoque miki in onere ‘see petitionis addidernnt, ut nom sohim verba histori per allegoriarum sensus excuterem, sed allogorizram: sensus protinus in execcitium morolitatis inclinarem, adhue aliquid gravius adiungentes, ut intellecta queque lustimoniis cingerem el prolala lestimonia, si implicta fortasse viderentur interpositione superaddite expos Hlonis enodarem 2 Mox yoro ut in obscure hoe opere atque ante nos hhactonus indiseusso ad tanta me pertrabl ac talia eognovi, solo auditus pondere vietus, fateos, lassatasque suecubui. Sed repente inter formidincm devotionemque depre: Tiensus, eam io Targitorem munerim culos mentis fttollerem eunctatione postpesita feo eerius attendl, ‘quia impossibile esee non poterat, quod de fraterais mihi cordibus ecrites imperahat. Fore quippe idoneum me tad isla desporasi, sed ipsa mei desperatione robustior fad illum spem protinus erexi, per quem aperta eat ingua mutorum, qui linguas infontium facit disertas'y qui immensos rutosque asiow cuditus® per sensatos tus dam tn trata de cette spon iicadene. Grgare eT Sina es a oe at» SS, a tet. x Dos usrrne-péprcace 116 Ge fut alors, yous vous en souvener, qu'il phut A ees mémes fréres,”ct sur vos instances, de me harceler de (emandes Importanes pont gue je commente a livre de Job, et pour gue je leur découvre, dans la mesure of Ja Verité men rendratt eapablo, dos mnystores duno telle profonileur. fis aygravérent leur demande en réelamant hon seulement Tinterprétation allegorique de This! mais se5 applications morales ; enfin, chose plus diiicite tncore, ils voulurent des textes a T'appui, textes que je ‘lus Gucider par de nouvelles explications quand ils @aient pew elairs 2. Bientdt, devant ce livre obscur, et jamais encore avant nous comment, je me vis eatrainé dans de st graves et de si multiples di Meultés, quiaeeabls. par In vue de ce travail, je Favouc, je suecombai de lassitude. Mais soudain, partagé entre Ia crainte et le dévouement, {féloval les you ce mon dme vers Te Denateur de (tous) hiens, et miettant de cite mes hésitations, j'aequis sur le champ la enctitude que ee que me commandast Vaffeo- tion de eceurs fraternals ne pouvalt m'étre impossible Sans doute je a’espérai pas élre jamais capable de le bien aceomplis, mais readu plus for> par cette defiance mone, f'aeval aussitot ma eonflance jsqu'h Celul ql 1 dalié' Ia Jangue des mets, rend sloquente celle des enfants}, et qui, dans les braiements interminables Slides’ d'une Snesse4, 2) fait pereevoie les articulations: imtlligentes de Poumaine conversation. Dans eas cireonstancer, quoi d'étonnant & ce quill donne Iinteligence 4 un horame borné, Ii qui a felt, selon son bon plaisir, annoncer sa vérité par les bétes {ie somme 7 Fort de cette considération, je me suis done ipliqué, malgeé ma propreséeheresse, A sonder une souree si profonde, et hien que la vie de ceux qui m'obligeaient to commentaire surpessdt de loin 1 mienne, je no us pes cependant nuisible qutune conduite de’ plomb famenit aux hommes eau dont ils usent. Crest ainsi que bientdt, en présence des frees, jexposai te debut cu taxte saeré & Livre cuvert, puls, ayant eu um pew de temps, je fis de la suite nn commentaire en forme. uy Monaues sun Jon bumant colloguil distinxit modos. Quid igitur miruin, sl lntelleetuen stulto homini prebeat, qui veritatem suam, cum volverit, etiam per ora iumeatorum nerrat ? Huius ‘ergo robere consideraticnis necinetus, eriditetem meam ad indagandum fontem lante profunditatis excitayl Et quamvis corum, quibus exponere compelleban, Jonge me vite Lranscenderet, infuriosum tamen esse nor redid, st fluents usibus horminum plumb Astula ‘minis: trarel, Unde mox efsdem coram positis fratribus pricra. lib sub oculis cixi et, quia tempus paulo vacantius rep peri, posteriora tractando dictavi, cumque mibi spatia largiora suppeterent, nulla augeos pauea subtrahens | atque ils, ub invenia sunt, nonnulla derelinguens a, ‘que me loquente excepta sub ceulis fuerant, per libres emendando composui, quia et eum posteeme dictsrem!, quo stilo prima diserom, sollicite ationdi. Egi ergo, ut ‘etc que locatus sum studiosa emendatione transcurrens ‘quasi ad similitudinem dictatus erigerem el ea quic dice taverom non longe a colloquentis sermone discreparent, quatenos, dum hoc tenditur, illud attrehitur, dita modo res non dissimllis formaretur ; quaravis tertiam hnlus operis partem, ut colloquendo prota pene ita dereliqni, quia, cum mo fratres ad alia per dant, hone suptilius emendari noluerunt. Quibus nimiram, multa iubentibus dum parere modo per’ expositionts ministeriom, modo per contemplationis asconsum, modo) per moralitatis instrumentum volul?, opus hee pat tuiginta et quinque voluming oxtensum in sex codick ‘bus explovi. Unde tin co sepe quasi postponere ordinem expositionis invenior et paulo diutius coatemplationts latitudini ac moralitatis insude. Sed tamen quisquls de Deo foquitur, curet necesse est, ut quiequid audiene ‘ium mores instrait rimetur, et une rectum loquendl uerme-pépicact 17 Se res ee ete cee patie yo se os a nolo ee a ee Se AE coma Preece amrepmeremrrerteeates ECE oc en a ae ata 118 MORALES SUR JOB. ordinem deputet, i, cum opportunitas edifieationis cxigit, ab co se, quod loqui cxperat, utiliter derivot, Sacti enim tractater cloqaii morem fluminis debet imi- faci, Fhuvins quippe dura per alveum defluit, si valles coneavas ex latere eontingt, in eas protinus sul impetus cursum divertit, cumque las sufflcienter impleverit ropente sese in alveum refundit. Sic nimicum, sic divin vverbi este tractator debel, ut, eum de qualibet re disserit, si fortasse inxta positam occasionom eongrum edifiea. tionis invenerit, quasi ad vicinam vallem lingua undas Intorqueat et, eum subiunele instructionis campum: feienter infuderit, ad secmonis propositialveum & Sciendum vero est, quod queedam historiea expo- silione transcurrimus et per allegoriam quaedam typiea investigatione perscratemur, quedam per sola allego- row moralitatis insiramenta discutimus, nonaulla autem per euneta simol sollicitius exquirentes tripliciterindagar ‘mus, Nam primum quidem fundamenta histori ponk: rus j deinde per significationom typicara in arcem fidel fabricam mentis erigimus ; ad extremum quoque por moralitatis gealiam, quasi superducto eeificium eolore vestiinus. Vel corte quid veritatis dicta nisi vefieiencee rmentis allmenta eredenda sunt ? Que modis alternanti- bbus multipliciter disserendo fereulam ort offerioms, ul inviteti leotoris quasi convivee nostri fastidiam repel laraus, gui, dum aibi malta oblata eonsiderat, quod) clegantins dovernit, adsumat. Aliquando vero exponere perta historise werba neglegimus, ne tardius ad obscura’ ‘veniamusjaliquande enter IntelligliuxtaMiteram mequer unt, guia superflele tenus accepta meguaquam instruc fionem logentibus, sed errorem gigmunt. Eece etepim Leremepeoicace 118 ‘vient & edtoyer do basses vallées, il s'y précipite aussitet avec Impétiosité, et ce n'est qu'aprés Tes avoir emplies sallisomment qu'il revient soudain 4 son premicc lit. Tel doit etre, vraiment, tet doit ttre Te commentateur de Ta parole divine = quel que soit le sujet qu’ll trae, si vical & rencontror sur sa route uno bone eecasion d'éai- fer, qu'il détourne en quelque sorte vers cette vallée voisine les flots de sa parole, et ne rentre dans le cours de son exposition qi apres s'étre répandi suiTisarnment dans tptte plaine adjacente* 8. IL faut remarquer que nous passons rapidement sr contains passages eve un eommentaire littéral 5 que, pour autres, nous examinons dune facon approm fondie le sons typique par le moyen do Fallégorie ; que poltr dPautres enieare, nows a'en eelairelssons Te sens que par les seuls procédés de la moralité allégorique ; quien fortaine passages enfin, nous serutons avec grand soin feat de eos trols sens, Car nous établissons d'abord les fondements du sons Tittéral ; ensuite, par le sens fypique, nous faisons de l'arehitecture de notre ime ane clladelle de fy fol ; enfin, par Pagrément da sens. moral, nous revétons en quelque sorte Médifice dune eouehe de pelntuee en effet, que sont les paroles de la Vérité sinon des aliments pour Fortificr nos Ames ? Hn alternant irequem- ‘mont le mode de notre expose nous présentons les plats ‘ke Fagon a chasser Te dégant du palais da Tectcur invits, hole canvive en quelque sorte, IEsaminant lotsir les hhombreuse mets qi Tul sont présentes, iL prend alezs ee qui veut, mais en connaissance de cause. Il nous arrive arfois de negliger explication des passages lars du eit, pour en venir plus vile aux passages obseurs Droatres fois, les comprendre selon la lettre ext impossible parce que les prendre seulement dans Tour sens apparent jette le lecteur dans Tecreur au Kew de Mastraire Ainsi par exemple (Job) dit que « sous Diea sont courbés 1, Rapproter cette compamivn de cll din Conon 6 lot 19 MORALES $uR son ieitur: Sud quo curoantur qui portant orbern*, Bi de tanto, ‘iro quis nesciat, quod nequaquam vanas poetarum fabulas sequitur, ut mundi molem subveht gigimtoo sudore suspicetar ® Qui rursum pressus percussionibus icit : Blegit suspendinm anima mea et mortem ossa rca’, EL quis rectum sapiens evedat virim tanti preeconij, quem videlicet constat ab interno judice premia pr patientie virtute recipere, decrevisse inter verbera suse ppendio vitam finire ? Aliquando etiam ne fortasse intel legi tuxta Litteram debeant, ipsa se verba litter ipa. geant. Ait namque : Pereat dies in qua naius sum eb rox in qua dictum est: Conceptus est foro? Et paulo Dost subieit : Occupet com ealigo ct involoalur amarituc ine. Atgue in ciusdem nostis maledictione subiungit Sit now illa solitaria’. Qui nimirum nativitatis dies ipso impulsu temporis evolutus stare non poterat, Quo igitur acto Inne involvi caligine optabat 7 Elapsus quippe. iam non erat et tamen, sf ia rerum natura subsistereh sentire amaritudinem nequaguars postet. Constat ergo, quod nallo modo de die insensibii dicitur, qui sensi Porcuti amaritudinis optatur. Et si conceptionis nox reliquis noctibus coniuncta discesserat, qua paeto hane fieti solitariam exoptat 7 Quer ut a lapsu temporis. Ogi non potoft, ita etiam nee a reliquarum goetium coniunc: Alone separari. Qut rursum dieit : Usquegua non paris mihi nec dimittis me, wt gatiam saliva meare®. Et tamen paulo superius dixerat + Quer prius fangere nelebat anima ‘mea, nunc pow angustia cibi eed sunl*, Quis autem nese uerman-pipicace 19 ‘eu qui porteat le monde ». Quit poner ignorer que ce grand homme no se rallie point aux vaines fables dea pottes, et gull ne cre pes te masse du monde stpporese par Feffort d'un géant ? Il dit encore, aceablé par ses flours + « J'ai pour mon ‘din, chtsi a. pordiaon et Dour mes 0s fa morl® 5 Quel esprit droit pourrait eratre {foam homme de. parsilic réputation, dont. patience fest wouvee téoomtpensée par celut qui juge les cox, BU déeidé su milieu de ses épreuves, de mettre par Tk pendaison un terme a sa vie ? Quelquefeis aussi pour ne pas risquer d'etre prises & la Iottra, les expressions t= Lirates ellesmémes se contredisent. Ainst lorsque Job dit: « Pértse te four ot je sute ne, ef ka rat om laquelle il fut tse Un homme até conga?» Bt pew apres ilajoute: * Que ce jour soit euert de tendbres et erwelopp damer= ‘ume » Ps contanvant & maudize cette méme nuit : «Que cette rit soit solilire® >, Cevtes, te Jour de su nalssance, femporté por le cours du temps, ne pouvait-subsistar ¢ comment’ done ‘soubeituital qui fat enveloppe. a tenébes ? Une fois éeoule, dés lors, i etait plas ren, Et quan bien mémoil ett cacore subsist parmi les choses cerdees il cit 626 ebsslumeat incapable d'gprouver Un Sentiment d'amertame, 11 appaatt done elsirement que ce nest en aucune fagan le jour physique insesible, que ‘ob souhaite voir alfige un sentiment eamersame. FEtsila mut of fot congu sen état allée, unie aux autres xuits, comment peutal denier qu'elle devienne solitaire 2 Pas plus qu'elle n'a pw etre Imomobilisce par le temps ui Senful, ele na pu etre sépurée iu reste des nuts. “Job dit encore ts Jusques a quand rejaseres-ous de mifpargaer et de me denver quelie rldcte afin que je uisse coaler ma salve ? + Or, wn peu auparavant, tvalt dit! « Ge queutrejoie man “ime ne vouait mdme pas toucher, devient ma nourrtture dans Pangotsse at Je suis >. OF gui'peut ignorer qu'il est bien plus facile Gavaler sa sative quo de ln nourmture ? Celi qui dsclare prenre de Ta npurrture, dest tout A fait incroyable quren mace tempo il prétende ne’ pouvoir avaler sa salive. {1 dit core «Jal ple, que pulse faire pour vous, 5 gardlen 120 MonaLES aun sop lat salivam fheifius posse glut, quam cibum 2) Qui itaque se sumere cibum denuntiat, Incredibile ct valde, quo ordine giutire posse salivam negat. Atqua_ itorum dicit: Pessavi, quid factam li, o eustos homninum 9 ‘el cerle : Consumere me vis peccalis adolescentice mew? 2 | BL tamen alia responsinne subiuagit : Nowe en repren Fendt me cox mourn in einai vita mea®, Quo igitur pasta corde suo mninime ia omni vita cvprehonditae, qui ppeecasse se publica voce testatur 7 Neque enim simul lunquam convoniunt culpa operis ot inzyprehonstbilitay condis. Sed nimicum verba Lttere, dum collata sib convenire nequeunt, aliud in se aliquid quod queratur slendunt, acsi quilusdany voetbus dicanl : slum nostra nos conspicitis superficie destrui, koe in nobis. queria, quod ordinatum sibique congeuens apad nos valeat, intos invenitis 4. Aliquando autem qui verba aesipere historie iuxta litteram neglegit, oblotumn sibi veritatis lumen abseondib, ‘cumque Taboriose invenire in eis alivd intrinsecus appetit, hioe, quod foris sine difficultate assequt poterat, amittit, Sanctus namque vir dicit : Si neyand quod colebant | pauperibus et ocules widuse expeotare feci 5 sl comedt Duecetiam meam solus et non camedit ppillus ex ea ; ai desperi prelereuntem co, quod non habuerit indumentum, et absque operinento pauperem ; si non benedizerant ‘miki lelera eius ef de velleribus avium mearura ealefacts | est® Que videlicet sl ad allegorie sensum violeater inflectirmis, cumcta cius miserieordia feeta vacuaraus. Divinus clenim sormo sicut mysteris prodontes exereety sie plerumque superficie simplices refovet. Habet ia. pus 2 Fat tae. amar, umrme-péproscs 120 des homines? » ob tout aussi clairement : « Vous routes me fconsitmer pour les pérhés de ma jeunesse? ? » Fi. néanmnolus fen une autre de ses réponses : « Mon caur ne me reproche rien en toute ma vis! ». Comment son ewur peut-il ne Tui fen reprocher de toute sa vie, Tui qui vieat publiquement de Savouer péchear ? Car on ne saurait faire mareher de pair actions coupables et cour sans reproche. ‘THoapossIbilité «'acvorder entre elles ceriaines expres- sious do la lettre nous montre qu'il y faut ehereher autre hose. Crest leur maniere de nous dire = lorsque vous voyer {que dans notre sens apparent nous perdons toute sigatli- Cation, cherchez done en nous un sens qu, sous I'éearee, ppulsse’ tre découvert logigue et coliéreat % Quelquelvis cependact, négliger de prendre a ta lettre les expressions de Thistoire, e est voller In lamiére de vérité qui scoffs; et A vouloir trouver Taborieusement tans ces Laxtes autre chose de profond, om laisse cenapper fe gon ponvait atteindre en surface sans cificulté Par exemple le saint dit: « Si Pat refuse aur paueres ce quils demandaient, st ai fait langaur tes were de la dettoe j si fal mangé seu mon pala, ef st Porphelin ne Pa pus parlagé ; si foi méprist Ie passant parce qu'il lait dé, of le pawate qui mavait pas de quot se courris, Ssises flames ne rot pas Bént, ef si je me Pal pas réchcafjé ‘avec la foison de mes Brebis!.. > Vouloir & toutes forces ne vair dens oes paroles qu'une cllégoric, est les vider de toute la réalite de ces uvres de miséricorde, La parole divine a en effet de quoi exercer Tes gens cultivs par ses mystéres et, souvent, de quoi eonforter les simples par ‘de claires legons. Dans son. seus manifeste, elle présente de quoi nourcir les tout petits ; dons ses profondeurs, elle garde de quoi ravir admiration les esprils les plus élevés. On peut bien risquer In comparaisoa d'un flouve, aux eaux tanlot 1 attention abe ql anvert. eoeennen Ou, ‘ha icquntment exon pet - sexo copes | pat Pesca air nnn pouetnerpatatce peta Mor, 4 e812 fs dob By 121 MORALES SUR 208 blico, ande porvules nutviat, servat in seerelo, unde men- Dlimium in admiratione suspendat. Quasi quidem. uippe est flavins, ut ita dixerim, planus et altus, in quo ot agaus ambulet ct elephas natet?, Ut ergo uniase culusque Joel opportuaitas postnlat, ita se per stadium, expositionis ordo inmutat, qustenus tonto verius sensum divine Iocutionis inveniat, quanto, ut res queque exe gerit, per causarum species alternat. 5. Quam videlicet expositionsm reeensendam tase Deatitudinl, non quis velut dignam debui, sed quia te pelente memini promisisse, transmisl. Ia qua qulequid ‘tan sanctitas tepidum ineultumque reppercrit, tanto mii cclerrime indulgeat, quanto hoe me sgrum dicere ton ignorat, Nam dum molestia corpus atteritur, allecta, mente etiam dicend; studia languescunt, Multa quippe annorum iam curricula devolvuatur, quod crebris vise eorum doloribus erucior, hhoris momentisque omaibus fracta stomachi virtute’ lassesco, lentis quidem, sod. amen continuis febribus anhele, Interque hee dum sollicitus penso, quia scriptura Leste : Onunis fiius, qui @ Deo recipitur, flageltatur', quo malis presentibus durius deprimor, eo de eterna cortius presumptions respiro. Et fortasse hoe diving» providentie consitium fuil9, ut pereussum Job pereussus exponerem, et t= gollati mentem metius per flagella sentirem, Sed tamen recte considerantibus liquet, quia adversitate non modica, laboris mei studiis in hoc molestia corporalis.obsistit, quod carnis virtus com locutionis ministeriumn exhibere vix suificl, mens digne non potest intimare quod geatit 2. sa exact ont aero amorse, be 23: Pa 1 802 1 Sant fet on tevrme-péoreace wa guéables, tantat profondes, tol qu’an agncau puisss: y murcher et un élephant y ange Ainsi, me conformant aux exigenses de chaque passage, j'ai changé & dessein la mapiewe de mon exposé, Je rends ainsi d'anlant mieux le vral sens de la divine parole ‘que jo passe d'un mode d'espression & un autre selon “it en est besoin, 5. Tenvoie ce commentaire pour que votre Béatitude cn fesse ls critique, Ce n'est pas ld un eadeau digne (de vous) ats je moe seuviens Favair promis & vos instances Votre Sainteté aura vite Tait de m'excaser pour tout eo qu'elle y aura trouvé Winsipide et de grossier : elle nie luore pas que ces défauts déuoneent mon élat malacif, Gaand te eorps est usé par la souffranee, Mateligence affablie nuit méme a la rochereie de l'expression. Nombre années, deja, ont déroule leur cours, et je soullre (toujours) de’ fréquentes doulems dentrailes ; Je suis acesblé a toute heure, @ tous moments, par mon tstomae détraque ; Je suls oppresse par une bere, lente sans doute, mais continuelle, Parmi ces infrmités, medic ‘ant cette affirmation cle leerituro + « Que Dict ehdtie tout enfant gu’ recat * » plus je suis abatta avec: dureté par les maux presents, plas je repreads haleinc avec assurance dans Tespair des biens clernele, Peut-étre fut-ce le dessein de la divine Providence? de me faire commenter dans 1a dovleur histoire de Job dans la ‘lovleur ; ck de me faire mioux eomprendre dans l'épreave Mime d'un homme gpronvé, Tl nen reste pas moins Gvident, pour les gens qui yoiont juste, que la sonffrance physique combat notablement et entrawe mon application ‘au travail ; quand Uétat de santé Inisse a peine Pusage db Ia parole, rime no peat exprimer comme i faut ¢& qu'elle ressent, Quelle est ta fonction du comps, sinan Gh tasdating 106, 12 ‘Quid namque est olficium eorporis nisi organum cordis® Et quamlibet peritus sit cantandi artifex, explere artem non valet, nisi ad hane sibi et ministeria exteriora concors| dent, quia nimiram canticum, quod docta manus imperat, quassala orgona propric now resultant nee artem flatns exprimil, si scissa rimis fistula stridett Quanto itague _gravius mee quali premitur, in qua dicendi geatiam sic fractura organi diss pot, ut hone peritie ars nulla componat? Queso autem, lat huius operis diets percurrens in his verhorum foll non requiras, quia per sacra sloguia ab eorum tracts Loribus infructuose loquacitatis levitas studiose compes: itur, dum in temple Det nemus plantari prohibetur. Et ccuncti procul dubio selimus quia, quotiens in foliis male late sogetis culml proficiunt, oinori plenitudine spit ‘carum grana turgescunt. Unde et ipsam loquendi artem, quats magistetia discipline exterioris® insinuant, servane ‘espexi, Nana sicut huius quogue epistolm tenor enuntiaty ‘bon metacismi* eolisionem fugic, non barbarism: conf: sionem devito, situs modosque et prepositionam eas servare contemng, ula indignum vehementer exist tut verbs etelestis orseul restringamm sub regulis Donal MoRADES sun JOB expositions 4 rlgeee de Spun, om planers page Gn Tate sur on ete tl apa hao ee oer a de susigaes = Pept 9 eommeuue 8 "lyn Guncns reiae cae, , anti Hntnsee Gans doa els Dery ‘rton cx Dice lpi a0 co doc aan leet tac SiS ts Cn eat colon at Lerrme-péprescr 132 Aussi, Tange ue nous Yoyons apparaitre & Motse est appele tentét ange eb tantot Seigneur ; ange paree que, tse manifestant par le parole, it remplissat les fometions 15,3. 126 MORALES SUR JOD serviebat ; Dominus autem dieitur, quia interius prasidens) oguend! effeaciam ministrabat, Com ergo Toquens ab) interiori regitur, et per obsequium Angelus, et per inspirationem Dominus nominatur. Hine David ait 4 Allendite popule meus feyem moar : inelinale aurem testram in verba oris mei. Non enim lex David, aub populus David, sedi personam ejus, ex quo Ioquebatur, assumens, ipsits auetoritate loquitur, eujus inspirations replebatur. Hoe quotidie flecl in Reclesia eeruimus, wnter intuersur, Nam stans in mediv popull lector Ego sum Deus Abraham, Deus Isaac, ot De it quod ipae Deus sit, vor profocto mon disit ¢ clamat Tacob nee tamen per hoc quod dicit, veritatis regulam deserit quia cul ministerium Ieetione exhibet, ejus domini vvoee pretendit. Tiaque seriplores saeri eloqul repleti Sancto Spirit super se traluntur, remetipeos fiunt : et sic de se sententias, quasi de alls proferunt. Unde ct beatus Job Sancto Spirita ailatus, poluit sua gesta, qua erant videlieet supernee aspirations ant equebatur, quo home loquebatur quae Dei sunt = co alter quie erat ilius loquebatur, quo Spiitus Sanctus Iequebatur que hominis sunt dona, quasi non sua seribere : quia eo alterius TY, & Sed jam debems ista postponere, et ad co doeanda sacre histone gesta proporare. Omnis homo ipso quo homo est, suum inteligore dehet suctorem: cenjus voluntali tanto magis serviet, quanto se quia. se ipso nihil sit pensat ; cece autem conditi Deum consi derare negleximus. Adhibita sunt preecepta + precepti qhoque chtemperare woluimes, Adjanguatar exempia Prirage, 128 d'un seeviteur j Seigneur parce que, eégnant dans fe ecour de Moise, il dennait de Teflicacité & sa parole. Comme, lorequ’il pare, il est commands de linterieur, il est appelé age en verlu de sa docilité, et Seigneur en vertu de'son, inspiration. Crest pourquoi David dit : confer ma lot, 6 mon peuple, rendez vos oreilles alletives aux paroles de ma touche! ». Or, ni le Loi ni le peuple no sent: ce Davie mals David assume Te role de Celui au nom de gui i parlait, ot parle alors aves Tautorité méme de Celui ont linspication le remplisait. Nous pouvons constater, SInous y prenons garde, que pareille chose se pratique encore journellemment dans VEglise ; quand, se tenant au mallew de Tassistaneo, le lecteur proviame: « Cee! mot quit suis fe Dieu Abraham, le Diew aIsace ef le Dien ile ‘Jacob? », il no prétend mulloment pour eela étxe Dieu eo personne ; en parlant ainsi, ine manque pas a Je vérite ta lisaal, ne fail que servir Worgane & celui dont sa voix annonce Ia puissance. ELe'est pourguol les dor saint, se fronvant tirés an-dessus dewxemémes, sortent ‘pour ainsi dice deax-mémes, si bien guile parlont leur propre sujet comme ls Te forolent Wun autre, De 1 ‘vienl que le bienheurenx Job inspiré par Ie Saint-Esprit, © pu erire ses faits ot gostos, véritablos dons au ciel, comme s'ls aPétafent pas de lui: ils étaient bien d'un antre, es fails dont il parlait, puisque, homme, il parlait de Vaction de Dieu ; et etait bien quelqu'un d'autro ‘avi parlait de ses setions & Ini, puisque MEsprit saint ariait des actions d'un homme, és, rmmplis de Esprit 4. Mais nous devons maintenant passer ontre et nous hater d’ea venir @ Vesamen du risit sneré. Tout ltomme, dw fait-méme qu'll est homme, doit reconnatire son Créateur. Il se. sonmettra A sa. volonté @aatant plas eomplétement qu'il aura mieax évalué son propre néant, Malheureusement, toutes ex¢atures ue nous soyons, nous avons négligé de penser & Dieu. Alors, des cammandoments nous ont été donnés, nous avons refusé d'y obeir ; des exerples y sont joints,